Vous êtes sur la page 1sur 15

LES EFFLUENTS INDUSTRIELS ET LEUR TRAITEMENT

Hayet Djelal, Maité Rigail, Luc Boyer


© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)

© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)
Management Prospective Ed. | « Management & Avenir »

2008/6 n° 20 | pages 275 à 288


ISSN 1768-5958
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-management-et-avenir-2008-6-page-275.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Management Prospective Ed..


© Management Prospective Ed.. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


Les effluents industriels et leur traitement

par Hayet Djelal, Maité Rigail et Luc Boyer

Résumé
Autant les caractéristiques et le traitement des effluents domestiques sont
bien connues, autant les rejets industriels posent de gros problèmes de
© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)

© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)
par leur diversité et leur composition. On peut dire ainsi que pour chaque
catégorie d’effluents industriels un traitement particulier doit être appliqué.
L’objectif de cet article est de présenter les caractéristiques d’effluents
industriels sur lesquels nous avons travaillé : les effluents de laiterie et les
effluents colorés ainsi que les résultats de leur traitement.

Abstract
As the characteristics and the treatment of the domestic effluents are well
known, as the industrial discharges raise big problems of part their variety
and their composition. We can so say that for every categories of industrial
effluents a particular treatment must be applied. The objective of this article is
to present the characteristics of industrial effluents on which we worked : the
effluents of dairy and effluents colored and the results of their treatment.

Les procédés industriels vont conditionner la nature des rejets liquides et


gazeux qui ont des impacts non négligeables sur l’environnement et sur la santé
publique. On parle beaucoup des gaz à effet de serre tels que le dioxyde de
carbone, le protoxyde d’azote, le méthane … et de leurs effets directs ou non sur
le changement climatique, on parle de la dégradation de la couche d’ozone due
en particulier aux chlorofluorocarbones et aux halons, on discute de l’effet des
métaux lourds tels que le mercure et le plomb sur la santé publique, on déplore les
grandes catastrophes écologiques dues aux naufrages de pétroliers, on s’exclame
devant nos plages envahies par des algues à cause de l’eutrophisation, mais on
ne parle pas de la pollution diffuse qui cause pourtant autant de dommages au
milieu naturel. Certes les effluents urbains sont en France traités avant le rejet
dans les milieux récepteurs et le traitement des eaux résiduaires non urbaines
est aujourd’hui une préoccupation majeure des industriels qui sont soumis à
une réglementation de plus en plus exigeante. Mais de part la composition des
rejets et des propriétés chimiques des molécules qui les composent, il n’est pas
toujours facile de les traiter.

De plus très souvent des sous-produits apparaissent qui sont parfois plus toxiques
que la molécule mère et nous ne savons pas toujours les éliminer. C’est le cas
par exemple des trihalométhanes. Parfois les résidus de dégradation des eaux

275
20

demandent un traitement très coûteux : il en est ainsi de l’élimination des boues


issues du traitement des effluents qui représente une part importante du budget
consacré à l’environnement.

En ce qui concerne les traitements actuels des effluents aqueux on peut distinguer
les traitements biologiques et les traitements physico-chimiques. Les traitements
biologiques sont à privilégier si l’effluent renferme de la matière organique
partiellement biodégradable, sinon un traitement physico-chimique sera appliqué.
Actuellement on travaille sur le couplage des traitements physico-chimiques et
biologiques.
© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)

© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)
Dans le présent papier nous allons aborder les effluents de l’industrie laitière
et les effluents colorés (compositions, réglementation et traitement). Nous
présenterons les résultats de nos travaux sur le traitement de ces effluents
(traitement biologique innovant pour les premiers et couplage d’un traitement
physico-chimique et biologique pour les seconds).

1. Contexte réglementaire des effluents industriels.

Le rejet des effluents industriels est strictement encadré et réglementé et afin


de contrôler et d’estimer l’évolution des principaux rejets industriels, l’arrêté
ministériel du 2 février 1998 défini les modalités de surveillance de ces rejets.
Une auto-surveillance est donc imposée aux plus gros pollueurs considérant que
ces industriels sont responsables du contrôle de la qualité de leurs rejets. Un
arrêté préfectoral prescrit la nature et la fréquence des mesures à réaliser par
l’exploitant lui-même, tout en suivant les normes de prélèvement et d’analyse
des échantillons. L’exploitant doit s’assurer du bon fonctionnement de ses
matériels d’analyse en faisant effectuer périodiquement ces mêmes mesures
par un organisme extérieur compétent. L’inspecteur des installations classées
peut également procéder à des contrôles inopinés des rejets par un organisme
indépendant (DRIRE92, 2004). Cette auto-surveillance permet à l’industriel de
contrôler l’efficacité de ses systèmes de prévention ou de traitement et de réagir
rapidement en cas de dérive. Grâce à cet outil de suivi de l’évolution des rejets
de la DRIRE, on a pu prouver par expérience que cette pratique conduit à une
amélioration des rejets et de la prévention des pollutions, dans le domaine de
l’eau principalement. Il faut noter que l’article 18 de l’arrêté du 2 février 1998
intègre la notion de transfert de pollution qu’il faut éviter. Ainsi, les procédés de
traitement retenus ne doivent pas être susceptibles de conduire à ce phénomène
lors de l’épuration des effluents. Et afin de respecter les valeurs limites imposées
au rejet, elles doivent être conçues de manières à faire face aux variations de
débit, de température ou de composition des effluents à traiter en particulier à
l’occasion de leur démarrage ou arrêt (DRIRE, 2005).

92. DRIRE : Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’ Environnement

276
Les effluents industriels et leur traitement

Les industriels peuvent choisir parmi trois modes d’épuration pour leurs effluents
aqueux :
- le rejet en milieu naturel après traitement par une station d’épuration
autonome (interne au site industriel )
- le rejet, après généralement un pré-traitement sur le site industriel, en
réseau d’assainissement aboutissant à une station d’épuration collective
industrielle ou bien le plus fréquemment urbaine avant rejet en milieu
naturel ;
- l’épandage des effluents liquides sur les sols agricoles.
Figure 1 : schéma simplifié d’une station d’épuration boues activées aérobie
© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)

© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)
Une industrie classée ICPE93 peut être raccordée à un réseau public équipé
d’une station d’épuration urbaine si la charge polluante en DCO94 apportée par
le raccordement reste inférieure à la moitié de la charge en DCO reçue par la
station d’épuration urbaine selon l’arrêté du 2 février 1998, art.35. Ces stations
urbaines sont soumises à autorisation au titre des installations classées, elles-
aussi, en application de la rubrique 2752 de la nomenclature ICPE : il s’agit de
«stations d’épuration mixtes, recevant des eaux résiduaires domestiques et des
eaux résiduaires industrielles» (DRIRE, 2005).

Le rejet en réseau d’assainissement des effluents industriels aboutissant


à une station d’épuration collective urbaine est soumis à une autorisation de
déversement. En effet d’après le Code de la santé publique, article L 1331-10,
«tout déversement d’eaux usées, autres que domestiques, dans les égouts
publics, doit être préalablement autorisé par la collectivité».
L’objectif de cette autorisation est de protéger le système d’assainissement
(réseau et station d’épuration) ainsi que son fonctionnement en fixant des critères
de qualité de l’eau avant rejet dans le réseau. L’autorisation de déversement
93. ICPE : Installations Classées pour la Protection de l’Environnement
94. DCO : Demande Chimique en Oxygène (estimation de la matière organique biodégradable et non biodégradable)

277
20

n’est obligatoire que lorsque les effluents industriels sont rejetés dans le réseau
d’assainissement collectif, en effet il est préférable de favoriser d’autres solutions
en amont du rejet. Cependant le rejet zéro restant théorique, cette autorisation est
nécessaire en cas de dysfonctionnement du système de traitement des effluents
pour pouvoir les rejeter dans le réseau de la collectivité en respectant certaines
conditions. La collectivité propriétaire du réseau n’a pas l’obligation de délivrer
une autorisation de déversement et cette décision doit être motivée suivant la
composition des effluents industriels concernés ou la capacité de traitement de
la STEP95. Cette autorisation reste indépendante des autorisations préfectorales
concernant la réglementation des ICPE.
© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)

© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)
Une convention spéciale de déversement peut être signée par tous les acteurs.
Cela n’est pas une obligation pour l’industriel bien qu’elle soit complémentaire
de l’autorisation de déversement. Elle permet de définir les responsabilités
de chacune des parties mises en cause lors du rejet (entreprise - collectivité
propriétaire des réseaux - gestionnaire de la station d’épuration). La redevance
assainissement fixée par la collectivité est payée par l’entreprise en contrepartie
du service d’assainissement rendu. Elle concerne les entreprises raccordées
au réseau d’assainissement collectif pour les eaux usées domestiques et le
cas échéant pour les eaux usées industrielles en station d’épuration collective
industrielle ou bien mixte.

La redevance pollution mise en place par la Loi sur l’Eau permet de limiter la
pollution des eaux en appliquant le principe de « pollueur-payeur ». Les taux de
cette redevance sont fixés par délibération des Agences de l’Eau qui la perçoivent
pour l’affecter à leur politique de dépollution des eaux et d’aide aux entreprises.
Ce taux diffère selon les Agences. Pour les usages non domestiques comme les
industries notamment, le calcul de la redevance est basée sur l’activité et donc sur
le type de pollution émise. Les éléments constitutifs de l’assiette de la redevance
sont déterminés par une estimation forfaitaire ou bien une mesure réelle. Une
prime est affectée aux entreprises qui effectuent un prétraitement de leurs
effluents en amont de leur rejet, cependant elle ne couvrira pas complètement la
redevance pollution et la différence devra être versée aux Agences (CCI, 2006).

Nous allons à présent nous intéresser plus particulièrement à deux types


d’effluents industriels, les effluents colorés et les effluents de laiteries.

2. Les effluents colorés

Le monde industriel utilise les colorants dans pratiquement tous les domaines que
cela soit en textile et tannerie pour colorer tissus et cuirs, ou bien en agroalimentaire
pour colorer gâteaux, bonbons et boissons, ou encore en papeteries, traitement
de surface, fabrication d’encres et de peintures… La particularité de ces polluants
95. Station d’épuration des eaux usées

278
Les effluents industriels et leur traitement

est que leur rôle de colorant industriel les contraint à ne pas pouvoir facilement
perdre leur couleur par dénaturation de leur structure. Les teintures et autres
colorations dans divers produits de consommation ne doivent pas perdre de leur
éclat et donc les colorants seront synthétisés de manière à pouvoir résister.

2.1. Les colorants


Les colorants ont la propriété d’absorber une partie du spectre lumineux dans
le visible. Cette absorption est favorisée par leur structure chimique comprenant
des groupements chromophores (noyaux aromatiques ou hétérocycliques à
doubles liaisons conjuguées) pour la couleur, et des groupements auxochromes
© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)

© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)
pour assurer la solubilité du colorant dans l’eau, ou établir des liaisons efficaces
avec les groupements chimiques du support à colorer.

Une couleur est définie par sa longueur d’onde, ou par un mélange de longueurs
d’onde. Le spectre de la décomposition de la lumière blanche pourrait se
résumer à trois couleurs dites « primaires » de la lumière : le rouge, le jaune,
le bleu. A l’inverse, les peintures, encres et colorants sont constitués de matière
et non de lumière. Ils possèdent d’autres couleurs primaires : le bleu cyan, le
rouge magenta, et le jaune primaire. En mélangeant ces trois couleurs primaires
nous n’obtiendrons pas du blanc mais du gris foncé presque noir. La matière
constituant les pigments absorbe une partie du rayonnement de la lumière
blanche. Un objet éclairé en lumière blanche a une couleur due à la diffusion
sélective qu’il fait de cette lumière reçue. Autrement dit, au contact de la lumière
blanche, si une matière absorbe une couleur lumière primaire, elle en renvoie la
complémentaire. La couleur d’un point est donc le résultat d’une soustraction,
ou une absorption sélective, de couleurs à la lumière blanche. On parle alors de
synthèse soustractive des couleurs (Bilik, 2006).

Le monde de l’industrie utilise ces colorants dans de nombreux produits pouvant


être colorés avec principalement l’industrie textile, fourrure et cuir, l’industrie
des matières plastique et l’industrie du bâtiment pour les peinture qui utilisent
beaucoup de pigments différents, les matériaux de construction, céramiques,
l’imprimerie, l’industrie pharmaceutique et cosmétique, ou encore l’industrie
agroalimentaire…

L’origine d’un colorant peut être naturelle (organique ou minérale) ou de synthèse.


C’est un produit capable par définition de teindre une substance ou un ensemble
de substances d’une manière durable. Un colorant est appelé « teinture » s’il est
complètement soluble dans le milieu qu’il colore ou « pigment » s’il est insoluble
et se disperse seulement dans la matière. Les pigments sont donc des petites
particules utilisées pour leurs propriétés de coloration qui généralement sont
broyées très finement avant d’être mises en suspension dans un liant liquide, plus
ou moins fluide ou visqueux, pour obtenir des peintures, enduits, ou encres.

279
20

Certains colorants sont donc présents dans l’agroalimentaire, ils ont un numéro
de code C.E.E de 100 à 199 précédé de la lettre E. Ce code utilisé au niveau
européen permet de classer les colorants, les conservateurs ainsi que les agents
anti-oxygène et de texture. Les additifs pouvant être employés dans les denrées
destinées à l’alimentation humaine sont réglementés par le Décret n° 89-674
du 18 septembre 1989 et l’Arrêté du 2 octobre 1997. Ces différents textes ont
pour but essentiel d’établir une liste « positive» autorisant l’utilisation de tous les
produits y figurant et à l’inverse tout ce qui n’est pas référencé sur la liste est
interdit. Ces produits peuvent être utilisés comme additifs, les produits auxquels
ils peuvent être ajoutés sont également référencés sur une liste, tout comme
leur dose maximum autorisée et les critères de pureté de ces produits (Rigail,
© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)

© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)
2006).

Les colorants azoïques forment le groupe le plus important de teintures


synthétiques (plus de la moitié) et sont caractérisés par la présence d’une double
liaison aromatique-N=N-aromatique (Donzé, 2006).

Ces colorants ne sont pas tous déclarés toxiques, cependant certains sont
interdits en France du fait de leur propriétés cancérigènes, ou génotoxiques96
et mutagènes97, prouvées comme le colorant alimentaire Amarante E123 et la
Tartrazine E102. D’autres, suspectés d’effets toxiques sur la santé, sont interdits
dans certains pays en attendant les résultats d’études en cours comme pour le
E129 Rouge Allura AC causant des allergies cutanées et suspecté cancérigène,
il est interdit dans de nombreux pays européen mais présent en France dans de
nombreux biscuits et bonbons (Rigail, 2006).
Si un colorant azoïque n’est pas déclaré lui même toxique, en revanche il se
peut que ses produits de dégradation le soient. Ces propriétés toxiques sont
notamment dues à la libération d’amines aromatiques lors de la réduction de la
molécule de colorant. L’aniline ainsi que ses dérivés sont des amines aromatiques
et servent de base aux colorants azoïques. Cependant, l’aniline est déclarée T
- Toxique et N - Dangereux pour l’environnement dans les fiches de toxicologie
de l’INRS avec les phrases de risque :

- R 20/21/22 : nocif par inhalation, par contact avec la peau, et par


ingestion ;
- R 40 : possibilité d’effets irréversibles ;
- R 48/23/24/25 : toxique, risques d’effets graves pour la santé en cas
d’exposition prolongée par inhalation, par contact avec la peau et par
ingestion ;
- R 50 : très toxique pour les organismes aquatiques.
Des manifestations discrètes de cette intoxication peuvent se rencontrer pour
des expositions de quelques heures à des concentrations de 7 à 26 ppm d’aniline

96. génotoxique : agent provoquant des lésions de l’ADN qui peuvent conduire à des mutagènes
97. Mutagène : susceptible de provoquer des mutations chez les êtres vivants

280
Les effluents industriels et leur traitement

dans l’air. La plupart des accidents aigus chez l’homme apparaissent cependant
après pénétration, directe ou non, du produit au travers de la peau. La valeur
limite moyenne d’exposition admissible fixée par le Ministère du Travail est de 2
ppm d’aniline dans l’air des locaux de travail, soit 10 g/m3 (INRS, 1997).

2.2 Traitement des effluents colorés


Les industries de la tannerie sont grandes consommatrices de colorants, source
importante de pollution, notamment dans les pays grands producteurs de cuir,
comme la chine et les pays du Maghreb. Les techniques de traitement des métaux
lourds, tels le chrome ou le cadmium, qui, souvent, accompagnent les colorants,
© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)

© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)
sont maintenant bien connues et maîtrisées. Cependant, de part leur coloration,
ces produits polluent esthétiquement la flore. De plus, même si le colorant n’est
pas toxique, les sous-produits de sa dégradation le sont. En effet, ces colorants
se dégradent en amines aromatiques dont la toxicité n’est plus à démontrer, d’où
la nécessité de traiter ces effluents (Brossillon et al., 2007).

La production de colorants industriels pose de gros problèmes au niveau des


traitements d’effluents puisque leurs propriétés les rendent souvent difficiles à
dégrader. Pour l’industriel le colorant doit être stable à la lumière, aux agents
réducteurs, oxydants et acides, aux produits de lessivage, ainsi qu’être non
toxique, d’un prix de revient acceptable et facile à synthétiser et à purifier. Le but
de l’industriel est d’éviter une dégradation naturelle de la couleur d’un vêtement,
d’un bonbon ou d’un glaçage de gâteau ce qui implique donc une dégradation
difficile lorsque ce colorant est considéré non plus comme produit mais comme
déchet dans les rejets aqueux industriels par exemple. Afin d’éviter une pollution
des milieux aquatiques, une réglementation stricte fixe les limites de rejet pour
différents paramètres représentatifs de la qualité, bonne ou mauvaise, des
effluents aqueux.

Pour les effluents colorés il existe une réglementation bien spécifique comme
pour toute autre forme de pollution. D’après l’article 31 de l’arrêté intégré, « la
modification de couleur du milieu récepteur, mesurée en un point représentatif de
la zone de mélange, ne doit pas dépasser 100 mg Pt.L-1. Après établissement
d’une corrélation avec la méthode utilisant des solutions témoins de platine-
cobalt, la modification de couleur, peut en tant que de besoin, également être
déterminée à partir des densités optiques mesurées à trois longueurs d’ondes au
moins, réparties sur l’ensemble du spectre visible et correspondant à des zones
d’absorption maximale.

Pour traiter ces effluents, des procédés physico-chimiques classiques sont


possibles mais dans le but de limiter la consommation de réactifs pour minéraliser
ces colorants, il est préférable de traiter par voie biologique ces effluents (Kacprzak
et al., 2005, Zhao et al., 2006, Mohorcic et al., 2006). Le traitement biologique
peut se faire en monoculture avec des champignons ou des levures (Kumari et

281
20

Abraham, 2007, Chander et Arora, 2007) ou avec des boues activées (Miyata et
al., 2000). He et al., 2004 montrent la biodégradation d’un colorant azoïque le 4
BS par un consortium bactérien au bout de 30 heures avec une dimunition de 90
% de la DCO.

Nous avons travaillé sur un système innovant puisque il s’agissait de coupler


un traitement biologique et un traitement physico-chimique la photocatalyse
(Brossillon et al., 2008). Le sujet portait sur la biodégradation de 2 colorants
azoïque Reactive Black 5 et Reactive Yellow 145 dont les formules sont
représentées ci-dessous :
© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)

© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)
Figure 2. Structure chimique des colorants Reactive black 5 (RB5) (a) et reactive yellow
145 (RY145) (b).
a
OH NH2

NaO3SO(CH2)2O2S N N N N SO2(CH2)2OSO3Na

NaO3S SO3Na

b
SO 3 Na
H
NaO 3 SOH 2 CH 2CO 2 S N N
N N N
H
N N
NaO 3 S SO 3 Na
Cl NHCONH 2

Les essais de biodégradation des colorants azoïques Reactive Black 5 et Reactive


Yellow 145 ont confirmé la faible biodégradabilité de ces composés dans les
conditions retenues, c’est-à-dire avec une souche de Pseudomonas fluorescens,
cultivée à 25 °C, à un pH initial de 7 et en présence d’une source supplémentaire
de carbone, du glucose. En effet, pour une concentration initiale en colorant de
40 ppm, la décoloration est au maximum de 27 et 18 % pour les deux colorants
RB5 et RY145. Les premiers essais de minéralisation biologique des solutions
provenant du traitement photocatalytique ont permis de mettre en évidence une
minéralisation totale des solutions pour différentes durées d’irradiation.

Les effluents industriels colorés posent un réel problème aux industriels car
même si divers travaux sont réalisés en laboratoire et donnent des résultats
probants d’abattement de la pollution leur application sur sites industriels n’est
pas toujours réalisables (Rigail, 2006).

282
Les effluents industriels et leur traitement

3. L’industrie laitière

La France comporte 3 500 entreprises agro-alimentaires, ce qui représente 7 %


de l’industrie française et 145 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Elle emploie
plus de 420 000 travailleurs (10%). L’industrie agro-alimentaire française est la
plus grande d’Europe devant l’Allemagne (environ 139 milliards d’euros de CA)
et elle se situe au second rang mondial derrière les Etats Unis. Sur 10 entreprises
agro-alimentaires, 8 sont des petites et moyennes entreprises (PME) réparties
sur tout le territoire. Leur dynamisme permet à la France d’être le premier
pays exportateur de l’Union Européenne. Le sous-secteur laitier compte 730
entreprises, c’est-à-dire 20% de toutes les entreprises agro-alimentaires et 15%
© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)

© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)
de l’emploi agro-alimentaire (60.000 travailleurs) (Agroalimentaire, 2007).

La production annuelle de lait à la source en 1999 en France s’est élevée à


25 631 650 t, dont 24.892.000 étaient du lait de vache, 243.850 t du lait de
brebis et 495.800 t du lait de chèvre. La production de produits laitiers est répartie
ainsi : lait de consommation (22.000.000 t), yaourts (1.330 000 t), fromages
(1.700.100 t), beurres (450.000 t) et crème fraiche (300.000 t). En plus de ces
produits, la production se distingue par 737.132 t de lait en poudre et 620.000 t
de lactosérum en poudre. 66% des entreprises laitières produisent moins de 50
t/an de produits laitiers, 18% entre 50 et 100 t/ an et 16% plus de 200 t par an.
Sur les 730 entreprises de France, 10 établissements font la collecte avec plus
de 500 millions de litres de lait chacun. Plus de 300 entreprises emploient plus
de 20 salariés et assurent plus de 90% de la transformation du lait (Berger et
Levras, 2004).

3.1. Les effluents et leurs caractéristiques


Les effluents en sortie des activités de l’industrie laitière sont principalement
constitués des eaux de pré rinçage, inter rinçage et des opérations de nettoyage
en place. Ces eaux sont estimées comme correspondantes à 50 à 90% du
volume total. Ces effluents contiennent aussi les pertes de matières premières.
Ces pertes correspondent à 1 à 3% du lait transformé. La plupart des grandes
laiteries sont situées dans ou près de zones urbaines, le traitement des rejets est
de ce fait généralement réalisé dans les stations d’épuration municipales (Daufin
et al., 2000).

La principale caractéristique des effluents des industries laitières est leur


variabilité qui est due entre autres aux modes d’élevage, aux saisons, aux types
de transformation réalisée, à la taille de l’usine, à la technologie mise en place
pour le nettoyage (volume, produits utilisés) et à tout autre facteur pouvant
influencer la composition du lait. De plus, au sein d’une même usine, on observe
des fluctuations quantitatives saisonnières liées à la collecte de lait, et qualitatives
journalières en relation avec les rejets périodiques des eaux de pré-rinçage et des

283
20

solutions de nettoyage (acide-base) provenant de différents ateliers. En France,


de manière générale, les effluents de laiteries ont les caractéristiques suivantes
(De Campins, 2005).
Tableau 1 : Composition moyenne pour des usines laitières polyvalentes sur le territoire
français (Corthondo et Trepos , 2004)

DBO5* mg/L d’effluents 360 à 3200


DCO mg/L d’effluents 950 à 5000
Azote Kjeldahl** mg/L d’effluents 40 à 90
Graisses mg/L d’effluents 110 à 800
© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)

© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)
DCO/DBO5 Sans unités Proche de 2
MES*** mg/L d’effluents 90 à 1040
P**** total mg/L d’effluents 4 à 20
pH Unité pH 5 à 11
* : DBO5 : Demande Biochimique en Oxygène (estimation de la matière organique biodégradable)
** : Azote Kjeldahl : azote organique + azote ammoniacal
*** : MES : Matières En Suspension
**** : Ptol : phosphore total

On constate que la charge polluante peut être très variable. Ainsi, les effluents de
fromagerie demeurent les plus chargés en matière organique et peuvent être 3
à 80 fois plus chargés que les effluents d’autres laiteries (3 fois en comparaison
aux eaux blanches et 80 fois en comparaison aux eaux usées de fabrication de
lactosérum). Il paraît alors évident que le lactosérum a un poids très important
dans la charge organique des effluents.

3.2. Traitement des effluents de laiteries


Ainsi l’industrie laitière génère d’importants rejets surtout en terme de Matière
Organique(MO) estimée par la Demande Chimique en Oxygène (DCO) (Carta-
Escobar et al., 2004). Cette dernière est de l’ordre de plusieurs tonnes par an
pour un même site. En conséquence, un traitement des effluents par une station
d’épuration biologique (STEP) est souvent mis en place (De Campins, 2005,
(Loperena et al., 2006).

Le traitement de ce type d’effluent est basé sur un traitement biologique du fait


de la biodégradabilité de l’effluent. Généralement le traitement est du type Boues
Activées comme dans les stations d’épurations des eaux usées urbaines, cela
signifie que la matière organique biodégradable est utilisée par les bactéries pour
leur croissance et leur développement (Ramasamy et al., 2004). Le plus souvent
les procédés sont réalisées en milieu aérobie avec des rendements d’abattement
de la DCO proches de 95 % (Loperena et al., 2007). Cependant, Arnaud, 2008,
propose de traiter les effluents de laiterie de montagne par digestion anaérobie

284
Les effluents industriels et leur traitement

avec production de biogaz avec un rendement minimal de 80 % sur la DCO.


Djelal et al., 2007, proposent un système innovant en rajoutant des champignons
filamenteux aux boues activées. Il s’agit d’un consortium de 3 champignons
spécifiques commercialisés par la société Aquaprox. D’autre part, différents
travaux ont montré que les cultures mixtes de champignons permettent d’obtenir
une plus grande production d’enzymes responsables de la dégradation de la
matière organique (Deepack, 1994 et Mannan et al., 2005). Il s’agit de rajouter un
volume de suspension de champignons à l’effluent de laiterie prélevé in situ dans
le bassin biologique de la station d’épuration interne à l’industrie.
Figure 2 : Observation microscopique : coloration au bleu de méthylène objectif X 40
© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)

© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)
Flocs

Mycélium

Les essais sont réalisés à température ambiante afin de se rapprocher des


conditions naturelles, en milieu aérobie dans des bioréacteurs de 1 Litre avec
des effluents de différentes laiteries.
Figure 3 : bioréacteur de 1 litre utilisé

Divers paramètres ont été suivis pour évaluer le comportement des champignons
ajoutés et la dégradation de la Matière Organique (DCO). La figure suivante
représente les résultats obtenus sur un suivi de 130 heures.

285
20

Figure 4 : Evolution de la DCO en fonction du temps

2500

2000
DCO en mg d'O2/L

Témoin
1500
Mycètes non amplifiés
Mycètes amplifiés sur l'effluent
1000
Mycètes amplifiés sur lactosérum
© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)

© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)
500

0
0 20 40 60 80 100 120 140
t en h

Dans un premier temps on constate une augmentation de la DCO qui résulte


de l’hydrolyse des molécules de graisse et de leur solubilisation puis les
champignons attaquent l’ensemble de la Matière Organique et la dégrade. Un
témoin (essai sans ajout de champignons spécifiques) permet de vérifier le rôle
de ces champignons dans la dégradation de la DCO.

La figure ci-dessous reprend les calculs de rendement de dégradation de la


Matière Organique et on constate l’obtention de rendement proche de 95 % pour
les essais avec champignons qui ont été dans un premier temps cultivés sur
l’effluent lui-même pendant 24 heures.
Figure 5 : Evolution du rendement de la DCO en fonction du temps

100
Rendement

80

60 Témoin
40
Mycètes non amplifiés
20
0 Mycètes amplifiés sur
-20 l'effluent
-40 Mycètes amplifiés sur
-60 lactosérum
16
23
40
47
60
81
t en h 109
130

286
Les effluents industriels et leur traitement

On constate d’autre part qu’après 24 heures de traitement les rendements sont


déjà de 80 % pour cet essai.

Ainsi la biodégradation des effluents industriels de laiteries est possible par


voie biologique (boues activées) et milieu aéré mais l’ajout de champignons
spécifiques permet d’augmenter les rendements et les vitesses d’abattement de
la DCO.

Conclusion

Les effluents industriels sont de nature très variable et la législation est très
© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)

© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)
sévère en terme de rejet dans le milieu naturel. Certains procédés industriels
produisent des eaux dont les caractéristiques permettent des traitements connus
tel que le traitement Boues Activées que l’on retrouve dans les STEP des eaux
usées urbaines. Mais parfois les traitements conventionnels ne suffisent pas :il
faut alors coupler plusieurs procédés de traitement. Les coûts d’exploitation de
ces unités de traitement est loin d’être négligeable d’autant plus qu’il faut souvent
traiter les sous-produits. C’est le prix à payer non seulement pour réhabiliter les
processus industriels en matière environnemental mais aussi tout simplement
pour contribuer à la préservation de l’environnement.

Références bibliographiques

Agroalimentaire (2007), «Rapport d’activité de l’Association Nationale des Industries Agro-


alimentaires », http://www.ania.net/ania/ressources.
T. Arnaud (2008), « Traitement des effluents de laiterie de montagne par digestion
anaérobie : retour d’expérience de la coopérative laitière d’Entremont le vieux (73)», »,
L’eau, l’industrie et les nuisances, numéro thématique les traitements anaérobies, 32-34.
Y. Bilik (2006), «La lumière», http:/pourpre.com/couleur/lumière.php.
A. Berger et E. Levra (2004), «Rapport sur la filière française», comité permanent de
coordinations des inspections, Conseil général du Génie rural, des eaux et des Forêts,
Conseil général Vétérinaire, Inspection Générale de l’agriculture, Paris.
S. Brossillon, H. Djelal , N. Merienne, A. Amrane (2008), « Innovative integrated process
for the treatment of azo dyes : coupling of photocatalysis and biological treatment»,
Desalinisation, 222, 331-339.
S; Brossillon, H. Djelal , N. Merienne, A. Amrane (2007), « Traitement de colorants azoïques
par une technologie innovante : couplage photocatalyse – biodégradation » Réc. Progr.
Génie des Procédés, 96, 1-8.
Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, l’eau (2006), www.environnement.ccip.
fr/eau/index.htm
F. Carta-Escobar, J. Pereda-marin, P. Alvarez-Mateos, F. Romero-Guzman, M.M.
Duran-Barrantes et F. Barriga-Mateos ( 2004), « Aerobic purification of dairy wastewater
in continuous regime. Part I : Analysis of the biodegradation process in two reactor
configurations», Biochemicha Engineering Journal, 21, 183-191.
M. Chander, D. S. Arora (2007), « Evaluation of some white-rot fungi for their potential to
decolourise industrial dyes», Dyes and pigments, 72, 192-198.
C. de Campins (2005), “Etude d’un procédé compact de traitement biologique aérobie
d’effluent laitiers», Thèse Doctorat de Sciences Ecologies, Vétérinaires, Agronomiques et

287
20

Bioingenierie, INSA de Toulouse, 198 pages.


T. Corthondo et F. Trepos (2004), «Traitement des effluents laitiers », http://www.apesa.
fr/iso_album/traitement_effluents_laitiers.pdf
G. Daufin, G. Gésan-Guiziou, E. Boyaval, P. Buffière, C. Lafforgue et C. Fonade (2000),
« Minimisation des rejets de l’industrie laitière par le traitement des effluents à l’aide des
procédés à membranes », tribune de l’eau, 600, 4, 25-33.
D. Deepak, K.V. Anand et R. Bhargarva (1994), « Biodegradation kinetics of metal cutting
oil : evaluation of kinetic parameters”, Chemical engineering journal 56, B91-96.
H. Djelal, M. Perrot et D. Grizard (2007), « Utilisation de champignons spécifiques pour la
biodégradation d’effluents industriels », L’eau, l’industrie et les nuisances, 306, 85-91.
J.J. Donzé (2006), «Colorants textiles», Techniques de l’Ingénieur, K350, 6 pages.
DRIRE Bretagne (2005), «La prévention des eaux, les rejets dans l’eau », www.limousin.
drire.gouv.fr/environnement/etatanv2004/prévention-pollution eaux.htm
© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)

© Management Prospective Ed. | Téléchargé le 02/07/2021 sur www.cairn.info via Université Mohammed VI Polytechnique (IP: 197.230.122.194)
DRIRE du Limousin (2004), «Panorama de l’environnement industriel », www.drire.gouv.
fr/bretagne/environnement/panorama 0405 F presse 102005.doc.
F. He, W. HU et Y. Li (2004) « Biodégradation mechanism and kinetics of azo dye 4 BS by
a microbial consortium», Chemosphere, Vol. 57, 293-301.
INRS (1997), « Fiche toxicologique N°19 », www.inrs.fr.
M. Kacprzak, E. Neczaj et E. Okoniewska (2005), « The comparative mycological
analysis of wastewater and sewage sludges from selected wastewater treatment plants»,
Desalinisation, 185, 363-370.
K. Kumari, T. E. Abraham (2007), « Biosorption of anionic textile dyes by nonviable biomass
of fungi and yeast », Journal of Bioresource Technology, 98, 1704-1710.
L. Loperena, M. D. Ferrari, V. Saravia, D. Murro, C. Lima, L. Ferrando, A. Fernandez et C.
Lareo (2007), « Performance of a commercial inoculum for the aerobic biodegradation of
a high fat dairy wastewater », Bioressource Technology, 98, 1045-1051.
L. Loperena, V. Saravia, D. Murro, M. D. Ferrari, C. Lima et C. Lareo (2006), « Kinetic
properties a commercial and a native inoculum for aerobic milk fat degradation»,
Bioressource Technology, 97, 2160-2165.
S. Mannan, A. Fakhru’l-Razi et M. Zahangir Alam (2005), “Use of fungi to improve
bioconversion of activated sludge”, Water Research, 39, 2935-2943.
N. Miyata, T. Mori, K. Iwahori et M. Fujita (2000), « Microbial decolorization of melanoidin-
containing wastewater : combined use of activated sludge and the fungus Coriolus
hirsutus », Journal of Bioscience and bioengineering, Vol. 89, N°2, 145-150.
M. Mohorcic, S. Teodorovic, V. Golobet J. Friedrich (2006), « Fungal and enzymatic
decolourisation of artificial textile dye baths», Chemosphere, 63, 1709-1717.
E.V. Ramasamy, S. Gajalakshmi, R. Sanjeevi, M.N. Jithesh et S.A. Abbasi (2004),
«Feasibility studies on the treatment of a dairy wastewater with upflow anaerobic sludge
blanket reacton», Bioressource Technology, 93, 209-212.
M.Rigail (2006), «Les effluents industriels colorés : réglementation et traitement appliqués
à leur besoin», rapport de stage ingénieur de deuxième année, sous la direction de H.
Djelal, Ecole des Métiers de l’Environnement, 49 pages.
X. Zhao, I.R. Hardin et H.-M. Hwang, (2006), « Biodegradation of a model azo disperse
dye by the white rot fungus Pleurotu ostreatus », International biodeterioration and
Biodegradation, 57, 1-6.

288