Vous êtes sur la page 1sur 110

Roxana POPESCU Université Haute Bretagne

Département de
Géographie/Aménagement

Le développement durable en Équateur : le cas de


l’industrie minière à grande échelle

Mémoire de MASTER 2

Master de GÉOGRAPHIE ET AMÉNAGEMENT,

Spécialité Espace et Environnement

Parcours Gestion de l’environnement

Soutenu le 2 novembre 2010

Tuteur universitaire : Johan OSZWALD

Tuteurs professionnels : Nury BERMUDEZ

Tom LEENDERS, SENPLADES

1
2
Sommaire

Sommaire .................................................................................................................................................. 3
Index des abréviations et des sigles ......................................................................................................... 5
Préambule ................................................................................................................................................. 6
Remerciements ......................................................................................................................................... 8
Introduction .............................................................................................................................................. 9
I. Le développement durable et ses enjeux dans les pays du Sud en rapport aux pays du Nord 10
I.1 Une approche conceptuelle ......................................................................................................... 10
I.1.1) Les définitions du développement durable et les paradoxes autour de ce sujet ................................... 10
I.1.2) La mondialisation et ses implications conceptuelles sur le développement durable ............................ 14
I.2 Une approche pratique du développement durable ................................................................. 16
I.2.1) Les acteurs d’intervention ...................................................................................................................... 16
I.2.2) Des nouvelles formes de mise en œuvre du développement durable dans le Sud ............................... 20
I.2.3) Les enjeux de développement des pays du Sud sur le plan international.............................................. 27
II. La vision du développement durable en Équateur ........................................................................ 30
II.1 Les différents modèles du passé : l’agriculture et le pétrole ................................................... 30
II.1.1) Le cacao ................................................................................................................................................. 30
II.1.2) La banane .............................................................................................................................................. 31
II.1.3) Le pétrole ............................................................................................................................................... 32
II.1.4) Les enjeux de l’activité pétrolière et ses conséquences ...................................................................... 35
II.2. Le changement de paradigme ................................................................................................... 39
II.2.1) La volonté politique pour un développement durable.......................................................................... 39
II.2.2) Les enjeux d’une modification de la structure économique vers un modèle soutenable ..................... 40
II.2.3) Le cas de Yasuni ITT : un exemple de développement durable ? .......................................................... 44
III. L’activité minière : une nouvelle façon durable d’assurer le développement économique de
l’Equateur ? ............................................................................................................................................ 46
III.1. L’évolution de l’activité minière sur le territoire ................................................................. 46
III.1.1) Les enjeux de l’activité minière dans l’histoire ..................................................................................... 46
III.1.2) L’industrie minière à grande échelle dans le cadre du nouveau modèle de développement durable 50
III.1.3) Le conflit de l’industrie minière ........................................................................................................... 52
III.2. L’activité minière et la relation avec la protection de l’environnement ............................. 56
III.2.1) La conservation en Equateur ................................................................................................................ 56
III.2.2) L’industrie minière est-elle soutenable ? ............................................................................................. 59
IV. L’industrie minière à grande échelle dans les provinces Zamora-Chinchipe et Morona
Santiago ................................................................................................................................................... 61

3
IV. 1. Le rôle de l’évaluation environnementale pour le développement des provinces Zamora-
Chinchipe et Morona Santiago.......................................................................................................... 61
IV.1.1) Critique de l’étude d’impact environnemental du projet Fruta del Norte et Mirador ........................ 62
IV.1.2) Proposition d’une autre méthode d’évaluation et son importance dans le contexte de l’étude ....... 64
IV.2. Impacts de l’industrie minière à grande échelle .................................................................... 72
IV.2.1) Impacts environnementaux ................................................................................................................ 72
IV.2.2) Impacts socio-économiques ................................................................................................................ 83
IV.3. Bilan entre l’activité minière à grande échelle et le développement durable des provinces
Zamora-Chinchipe et Morona Santiago .......................................................................................... 88
IV.3.1) Résultats de l’étude de cas .................................................................................................................. 88
Conclusion ....................................................................................................................................................... 92
IV.3.2) Limites ................................................................................................................................................. 92
Conclusion générale ............................................................................................................................... 94
Bibliographie .......................................................................................................................................... 96
Annexe1 : Modèles de développement de l’Equateur entre 1880-2000 ...................................................... 102
Annexe 2 : Indicateurs de pauvreté : comparaison entre Equateur et les plus pauvres provinces de
l’Amazonie ..................................................................................................................................................... 103
Annexe 3 : Quantité de minéraux par type de métal ................................................................................... 104
Annexe 4 : Zone d’influence directe et indirecte du projet Mirador ............................................................. 105
Tables des illustrations ........................................................................................................................ 106
Tables des matières .............................................................................................................................. 108

4
Index des abréviations et des sigles

Index des abréviations :

Ibid. : Ibidem

Index des sigles :

ONG : Organisation Non Gouvernementale


MAE : Millennium Ecosystem Assessment
CI: Conservation International
TNC: The Nature Conservancy
IUCN: International Union for Conservation of Nature
WWF: World Wildlife Fund
CNC: Capital Naturel Critique
CVE: Composante Valorisée de l‟Environnement
SENPLADES : Secrétariat National de Planification et Développement
CDD : Commission du développement durable
PNUE : Programme des Nations Unies pour l'environnement
FME : Fond Mondial pour l‟environnement
OMC : Organisation Mondial du Commerce
UNESCO : Organisation des Nations Unies pour l‟éducation, la science et la culture
OCDE : Organisation de coopération et de développement économique
PSE : Payement pour des services écologiques
SIG : Système Information Géographique
NBI : Nécessités Basiques Insatisfaites
TEEB: The Economics of Ecosystems and Biodiversity
DDT: Droit de développement transférable
MDT : Mécanisme de développement propre
CONAIE : Confédération de Nationalités Indigènes de l‟Équateur
ECORAE : Institut de l‟Ecodéveloppement Régional pour l‟Amazonie

5
Préambule
J‟ai effectué mon stage de fin d‟études du Master 2 professionnel, parcours « gestion de
l‟environnement » dans le cadre du Secrétariat National de Planification et Développement,
SENPLADES, sous-secrétariat de Planification et Politiques Publiques, en Equateur.

SENPLADES est une institution publique gouvernementale chargée de la planification


nationale au niveau sectoriel et territorial par l‟élaboration des objectifs et politiques sur le
développement en Equateur. La mission du sous-secrétariat de Planification et Politiques
Publiques est d‟appliquer et de coordonner ces politiques nationales au niveau local par la
création de méthodologies, guides, études qui orientent les acteurs locaux.

La mission de mon stage s‟inscrit dans la cadre de la réforme de l‟Etat pour développer
l‟industrie minière à grande échelle.

L‟objectif initial a été de faire une lecture critique des études d‟impact environnemental
concernant cinq projets miniers à grande échelle, concentrés dans le Sud de l‟Equateur et de
rédiger un document qui servira de base dans la réalisation des plans d‟aménagement de la
province Zamora-Chinchipe.

Durant mes six mois de stage, je me suis confrontée à de nombreux obstacles qui ont beaucoup
compté dans la réalisation de ce mémoire.
Le départ de ma tutrice au terme de mon premier mois de stage m'a conduit à travailler de
manière autonome, en comptant toutefois sur l‟appui de l‟équipe du sous-secrétariat de
Planification et Politiques Publiques.

Par ailleurs, le thème de l'industrie minière est un sujet délicat en Equateur, et il donne lieu à
un grand nombre de débats. Cette approche sensible a constitué une limite importante dans mes
recherches et possibilités de réaliser des études de terrain.

Ainsi, afin de pouvoir accomplir ma tâche, je me suis concentrée plutôt dans la réalisation
d‟une analyse des impacts de deux projets miniers à grande échelle au Sud du pays, ayant
comme base les études d‟impact environnemental. Ce document va servir à l‟équipe de
planification dans la réalisation d‟un modèle de réévaluation des concessions minières actuelles
afin d‟établir des critères pour l‟annulation de celles qui ne sont pas conformes avec la
protection de l‟environnement.

La première étape a été l‟appréhension du sujet, et dans ce sens, faire partie du plus important
organisme de planification du développement du pays (traitant également de l'industrie
minière), a constitué un énorme avantage afin de pouvoir connaitre les plus importants enjeux
de cette problématique. Ceci s‟est fait spécialement par la participation à de nombreuses
réunions avec des acteurs clé (ministères et acteurs privés) sur la planification de ce nouveau
secteur d‟activité.
La deuxième étape a été d‟obtenir l‟information nécessaire à mon étude auprès de tous les
acteurs impliqués. Cette étape a été particulièrement compliquée et longue à cause du manque
d'information, d‟erreurs fréquentes ou bien des difficultés d'accès aux données. La troisième
étape a été une sortie de terrain dans les cantons qui seront les plus impactés par l‟industrie
minière à grande échelle afin de connaitre la zone d‟étude mais aussi de participer à des ateliers
sur l‟aménagement futur des territoires affectés. Réaliser des études de terrain sur les lieux

6
d‟exploitation, malheureusement, n‟a pas été possible à cause des tensions qui existent encore
autour de ces projets.

Malgré les difficultés rencontrées, cette expérience a été très enrichissante grâce à l‟opportunité
de travailler sur un sujet d‟actualité dans un moment crucial pour le développement de
l‟Equateur, et passionnant en même temps par les implications de tout genre et les enjeux qu‟il
pose à toutes les échelles.

7
Remerciements

Je tiens à remercier mes tuteurs de stage : Johan OSZWALD pour son aide, sa patience et sa
disponibilité, précieuses dans la réalisation de ce mémoire ; à Nury BERMUDEZ, qui m‟a
donné l‟opportunité de travailler sur ce sujet dans le cadre de l‟équipe de SENPLADES même
si, malheureusement, elle n‟a pas pu m‟accompagner tout au long du stage ; à Tom
LEENDERS pour m‟avoir soutenu et accompagnée dans mon travail mais également à l‟ONG
où il travaille; à VVOB, pour le soutien financier grâce auquel j‟ai pu réaliser l‟étude de terrain.

Je souhaite également remercier les membres de l‟équipe de planification pour leur appui, leur
bonne humeur, leurs encouragements et surtout l‟amitié sans lesquelles mon séjour en
Equateur n‟aurait pas été aussi enrichissant.

Je suis très reconnaissante aussi au Secrétariat de Planification SENPLADES de Loja qui m‟ont
accueilli et aidé à mieux comprendre les enjeux de l‟industrie minière à l‟échelle locale ; aux
ONG Conservation International et The Nature Conservancy, plus particulièrement à Marcelo
GUEVARA qui m‟a beaucoup aidé en me fournissant de précieuses données cartographiques.

Enfin un grand merci spécial à Jairo ESTACIO pour m‟avoir appuyé et conseillé pendant tous
les moments difficiles, pour m‟avoir aidé à dépasser les obstacles, transformer les limites en
défis.
Je remercie enfin très spécialement mes amis Maele COLLET, Noémie et Maichel, avec qui
j‟ai pu partager de bons moments à Quito et également à ma famille.

8
Introduction

Le développement durable est un concept universel qui se doit d‟être étudié à différentes
échelles. Les réflexions portent à la fois sur les fondements du concept en lui-même, mais aussi
sur ces formes de mises en œuvre.
La mise en place du développement durable dans la relation Nord-Sud se traduit le plus souvent
par un contrôle des pays du Nord sur les ressources des pays du Sud. Ceux-ci afin d‟entrer dans
une logique de croissance économique, recourent à l‟extraction de leurs ressources naturelles,
comme principale source de revenu. L‟exploitation excessive et non règlementaire de ces
ressources apparait cependant incompatible avec la préservation de l‟environnement, qui
représente une des conditions nécessaires au développement durable.

L‟Equateur est un pays dont l‟économie s‟est toujours basée sur l‟extraction de ces ressources
naturelles provoquant ainsi une dégradation significative de l‟environnement.
Dans la cadre d‟une réforme constitutionnelle, le gouvernement actuel essaie de rompre avec
l‟ancien modèle de développement, et de créer un nouveau modèle plus soutenable, afin de
mettre en place le projet de développement durable.
La première étape dans cette planification, consiste à modifier la spécialisation de l‟économie
basée auparavant sur l‟extraction des ressources pétrolières, pour s‟orienter sur une autre basée,
sur l‟extraction des ressources minières. L‟industrie minière occupe une place centrale
puisqu‟elle est censée apporter au pays, les ressources économiques nécessaires à ce
changement.

Bien que l‟initiative Yasuni ITT, la reconnaissance du droit de la nature dans la Constitution
ou la décision de mettre en œuvre une industrie minière soutenable, montrent un changement
du paradigme de développement, le modèle reste pourtant le même : extractif-exportateur. Ce
système consiste à exploiter les ressources naturelles du pays, dans le but unique de les exporter
vers les pays du Nord, sans que ces ressources ne bénéficient au pays extracteur.

Dans ce cadre, nous allons étudier la façon dont l‟Equateur envisage la mise en place du
développement durable à travers l‟analyse de la soutenabilité de l‟industrie minière.
Afin de répondre à cette problématique, nous avons structuré cette étude en quatre parties.
La première essaye d‟analyser le développement durable et sa mise en place à une échelle
mondiale, dans le cadre de la relation Nord-Sud.
La deuxième présente le développement durable en Equateur, en revenant sur le modèle de
développement antérieur et en soulignant les enjeux actuels.
Enfin, nous tenterons d‟évaluer la soutenabilité de l‟industrie minière à un niveau national puis
à un niveau local, par le biais d‟une étude de cas de deux projets miniers au Sud de l‟Equateur.

9
I. Le développement durable et ses enjeux dans les
pays du Sud en rapport aux pays du Nord

I.1 Une approche conceptuelle


I.1.1) Les définitions du développement durable et les paradoxes autour de ce sujet

La notion de développement durable est apparue pour la première fois dans le rapport
Brundtland intitulé « Notre avenir à tous » et publié en 1987 par l'ONU : « le développement
durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité
des générations futures de répondre aux leurs».
Le rapport nous dit aussi qu‟afin d‟atteindre cet objectif, il faut trouver un équilibre cohérent et
viable à long terme entre l‟aspect économique, social et écologique des activités humaines à
l‟échelle planétaire. Il établit aussi une condition nécessaire pour sa réussite : « la survie de
l'humanité et son bien-être peuvent dépendre de la mesure dans laquelle on saura élever le
développement durable au rang d'une éthique mondiale. Tel est notre impératif actuel ! »

Après une approche conceptuelle du développement durable, au cours de laquelle nous


évoquerons les principes et définitions du développement durable, ses évolutions et sa mise en
œuvre, nous nous attacherons une importance particulière aux enjeux que présente le
développement durable dans les relations entre les pays du Nord et les pays du Sud.

Le développement durable, tel qu‟il est définit dans le rapport Brundtland, est un concept
polysémique. Il peut s‟appliquer à tous les domaines et à toutes les échelles en désignant l‟état,
les moyens de croissance, les limites du passé, du présent ou du futur. Il est un carrefour
transdisciplinaire, un mélange des différentes visions du monde, de tous les épistémès des
époques.

En raison de son caractère hétérogène, beaucoup de scientifiques ont mis en évidence sa vision
utopique sur le monde et ainsi, l‟impossibilité de l‟appliquer aux réalités divergentes du mode
de fonctionnement mondial actuel.

Quelques exemples soulignent la complexité de cette réalité mais aussi la difficulté de trouver
cet équilibre et en faire une éthique commune :
- la croissance démographique d‟une population déjà nombreuse ;
- les mécanismes de la mondialisation, l‟économie du marché et la surconsommation ;
- l‟éthique des riches qui continuent le même style de vie insoutenable ;
- la pression croissante sur les systèmes environnementaux qui fournissent des services
indispensables à la vie…

Même si on reconnaît la multi référentialité du concept de développement durable, la nécessité


de prendre en compte l‟infinie richesse de toute sa réalité et l'ensemble des dimensions qu'il
recouvre, il semble difficile d‟intégrer une multi temporalité aussi.

Tout d‟abord, il faut prendre en considération que la notion est anachronique et qu‟elle se
heurte à la relativité du temps et aux règles de sa concordance.

10
Les générations du présent sont maintenant passées et les futurs sont le présent de nos jours.
Penser le développement durable d‟aujourd‟hui et de demain avec ce recul signifie prendre en
compte tous les changements d‟idéologie, de paradigme, des phénomènes sociaux par
lesquelles l‟humanité est passée.
Cela change la façon dont on définit le développement durable à présent et comment on va le
penser pour le futur aussi, du point de vue philosophique mais également scientifique.

Si on regarde l‟évolution du concept depuis son apparition jusqu‟à aujourd‟hui, en analysant


seulement les apports des plus importants conférences mondiales sur le développement durable,
on observer des changements dans la façon de l‟appréhender que ce graphique représente de
façon schématique.
Figure 1: Evolution des enjeux du développement durable: la priorité accordée successivement à
l'économie, à l'environnement et au social

Source : Tsayem, 2009, adapté de Weber, 2002

Le concept de développement durable a émergé lors de la Conférence de Stockholm en 1972


dans le cadre d‟un débat mondial sur les problèmes critiques que la croissance démographique,
le style de vie insoutenable ou bien encore les modes de consommation posaient par rapport au
futur et à l‟avenir de la Terre.

Ainsi, le concept « d‟écodéveloppement » mettait l‟environnement au centre des idées sur le


développement et l‟amélioration des conditions de vie et la réduction de la pauvreté dans le Sud
allait avec la préservation de l‟environnement.

Mais le sens du concept a été perdu avec l‟apparition du rapport Brundtland publié en 1987 où
l‟expression « sustainable development », proposée par H. Kissinger en 1974, a emporté sur le
terme « d‟écodéveloppement ». Ce rapport change ainsi la vision éco-centrique, un concept
basé sur l'écologie, considérée comme le pilier du développement des sociétés puisqu'un poids
important est accordé à l'économie, notamment en mettant en évidence la croissance
économique sous-jacente à la conception du développement durable : « ce dont nous avons
besoin, c‟est d‟une nouvelle ère de croissance vigoureuse et, en même temps, socialement et
environnementalement soutenable ».

Cette définition postule que si une société réussit une croissance économique durable, elle met
en place les préceptes du développement durable, ce qui assure automatiquement l‟atténuation
des problèmes environnementaux et sociaux. La croissance économique est donc supposée
compatible avec la préservation de l‟environnement et est capable d‟engendrer
automatiquement le développement.

Le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro, en 1992, marque une étape essentielle dans
l‟établissement des priorités au niveau international sur le développement durable. Les Etats

11
présents signent trois déclarations juridiquement non contraignantes : l‟Agenda 21, la
Déclaration de Rio et la Déclaration de principes relatifs aux forêts, ainsi que trois conventions
sur l‟environnement portant sur les changements climatiques, la diversité biologique et la
désertification. Cela montre l‟importance donnée aux piliers : l‟environnement et
développement au détriment du social.

C‟est lors de la conférence de Johannesburg, en 2002, que l‟accent est mis plutôt sur l‟équité
sociale, le dialogue culturel et la pauvreté avec le Plan d‟Application de Johannesburg. Ce
Sommet mondial sur le développement durable a été aussi l‟occasion de se rendre compte des
difficultés de mise en œuvre du développement durable dans le monde, notamment dans les
pays du Sud. Il reconnaît que « le clivage qui divise la société humaine entre riches et pauvres
et le fossé toujours grandissant entre le monde développé et le monde en développement font
peser une lourde menace sur la prospérité, la sécurité et la stabilité mondiale ».1

On observe ainsi qu‟il est difficile d‟avoir une considération égale sur les trois piliers, l'un
d'eux l'emporte toujours sur les autres. Le concept oscille entre des priorités écologiques,
économiques, sociaux politiques, gouvernance internationale, éthique, humanitaire…
Moïse Tsayem Demaze insiste ainsi sur le caractère utopique de la définition, sur sa complexité
et sa difficulté, voire l‟impossibilité de la mettre en place : « en prenant en compte l‟état du
monde dans son organisation caractérisée par des intérêts divergents et par des déséquilibres
politiques et économiques, on peut se demander comment faire en sorte que les besoins des
générations actuelles soient satisfaits au niveau mondial en préservant la capacité des
générations futures de satisfaire leurs besoins le moment venu »2

Le cœur de cette problématique, relevé lors de la conférence de Johannesburg, est donc,


l‟inégalité de développement entre le Nord et le Sud.

Ce clivage traduit en réalité une opposition idéologique sur l‟idée de développement :


« L‟opposition idéologique et politique entre les pays du Sud et ceux du Nord continue être un
problème épineux dans les relations internationales. Pendant que ceux du Sud continuent
d‟insister sur la lutte contre la pauvreté et réclament des crédits additionnels et l‟annulation de
leurs dettes afin de parvenir au développement, ceux du Nord continuent de se montrer surtout
préoccupés par des questions d‟environnement (réchauffement climatique et biodiversité) tout
en souhaitant la mise en œuvre d‟un cadre international favorable à l‟accélération de la
croissance économique. Des avancées significatives n‟ont pas eu lieu en matière d‟application
des décisions contenues dans les textes fondateurs, et l‟absence d‟une efficace gouvernance
mondiale du développement durable a été relevée. »3

Ainsi, même si le rapport Brundtland fait appel à une solidarité internationale pour mettre un
terme à la pauvreté et réduire les inégalités, certaines questions ne paraissent pas centrales pour
répondre à ces problématiques.
La diminution des rejets à effet de serre dans l‟atmosphère pourrait-elle satisfaire les besoins
des plus démunis dans les pays en développement ? Cette réflexion laisse sous-entendre les
vrais enjeux en matière de développement mais aussi les différences éthiques, notamment en
termes de relation entre les pays du Nord et les pays du Sud.

1
Déclaration de Johannesburg sur le développement durable
2
DEMAZE M-T., Paradoxes conceptuels du développement durable et nouvelles initiatives de coopération Nord-
Sud : le mécanisme pour un Développement Propre (MDP), [En ligne], Environnement, Nature, Paysage,
document 443, mis en ligne le 20 mars 2009. URL : http:// cybergeo.revues.org/index22065.htm, p. 8
3
Ibid., p. 7

12
L'évocation de quelques définitions établies par différents auteurs nous offre une autre lecture
sur le concept de développement durable dans notamment en ce qui concerne la relation Nord-
Sud

Audrey Aknin définit le développement durable comme « une notion du Nord qui s'est imposée
dans les institutions internationales à la faveur d'une configuration particulière des rapports de
force internationaux »4.La définition met en évidence la relation négative entre l‟abondance des
ressources naturelles des pays en développement et la croissance économique, phénomène que
certains auteurs appellent la « malédiction des ressources ». L‟auteur explique qu‟à l‟issue de la
Deuxième Guerre Mondiale le système international était centré sur les priorités et les
nécessités des économies industrialisées L‟émergence de nouveaux pays indépendants au
niveau international requiert l‟adaptation de ce système, qui se manifestera par l‟appel à un
nouvel ordre économique international au cours des années 1970. Ce phénomène va de pair
avec le faible développement et la concurrence des marchés des pays du Sud, ce qui a
déterminé le fait que les pays du Nord ont pu leur imposer un modèle économique, en les
obligeant d‟opter pour une économie basée sur la spécialisation primaire.
L'économie nationale de beaucoup de ces pays repose donc sur l'exploitation et l'exportation
des produits primaires, et cette spécialisation représente un grand frein à leur autonomie et à
leur développement

D‟autres auteurs désignent ce phénomène en parlant d‟un « colonialisme environnemental ».


Serge Latouche considère le développement durable tel qu‟il est conçu aujourd‟hui comme un
échec « au Nord (avec des dégradations environnementales inhérentes à la croissance
économique ainsi que le stress et le délitement social) et au Sud (avec la persistance de la
pauvreté dans la spirale de l‟endettement) ». Pour lui, le développement durable « n‟est qu‟un
autre visage de l‟occidentalisation du monde qu‟il soit „„durable‟‟, „„soutenable‟‟ ou
„„endogène‟‟, il s‟inscrit toujours, de manière plus ou moins violente, dans la logique
destructrice de l‟accumulation capitaliste et signifie inégalités, destruction de l‟environnement
et des cultures »5.
Par exemple, le phénomène de « malédiction des ressources » dont Aknin parle, montre
justement que dans les pays riches en ressources naturelles éclatent souvent des guerres civiles
autour de l‟exploitation de celles-ci.

Le développement durable, tel qu‟il est promu par les institutions internationales, ne remet pas
en cause l‟insertion économique par la spécialisation primaire. De cette façon, il apparaît plutôt
comme un mécanisme spécialement désigné par les pays du Nord en leur permettant de garder
une certaine hégémonie sur les pays du Sud. Les principes ne reposent donc pas sur la
durabilité et/ou l‟équité, mais plutôt sur la perpétuité des sociétés développées. 6

Dès lors, nous pouvons débuter nos analyses par la définition sur le développement de 1987
fondée sur des valeurs nobles et intégratives pour arriver en 2009 à une définition qui privilégie
une remise en cause des fondements les plus importants pour trouver des valeurs basées sur la
compétitivité et l‟exclusion. Les définitions d‟un même concept diffèrent de façon presque
antagoniste alors qu‟elles devraient se réunir sur une même vision de développement commun.

4
AKNIN A, Le développement durable peut-il conjurer la "malédiction des ressources?, 2009, Mondes en
Développement Vol.37-2009/4-n°148, p. 22
5
LATOUCHE S., Les mirages de l’occidentalisation du monde En finir, une fois pour toutes, avec le
développement, 2001, Le Monde diplomatique, p. 6
6
AKNIN A, Le développement durable peut-il conjurer la "malédiction des ressources?, 2009, Mondes en
Développement Vol.37-2009/4-n°148, p. 25

13
Par la suite nous allons analyser comment la mondialisation influe sur les fondements
conceptuelles de la définition initiale du développement durable, ce qui rend encore plus
difficile l‟établissement d‟un équilibre des trois piliers et l‟éthique universelle sur le
développement.

I.1.2) La mondialisation et ses implications conceptuelles sur le développement durable

Lorsque l‟on développe la notion de mondialisation, une première caractéristique qui renvoit à
ce phénomène est l‟inégalité de développement entre le Nord et le Sud. En effet, depuis la
colonisation des pays du Sud par les pays riches du Nord, les écarts de richesse n‟ont pas cessé
de croître, et ce depuis le 18ème siècle jusqu‟aux années 1970. En même temps, la période de
croissance économique que les états du Nord ont connu pendant la période des Trente
Glorieuses a beaucoup marqué la vision politique du développement, en y voyant un modèle
viable de développement.

C‟est ainsi que le concept de « développement de rattrapage » est né, un concept qui postule
que les pays du Sud peuvent rattraper leur décalage économique en copiant le modèle de
développement du Nord grâce à la croissance économique, aux investissements dans l‟industrie
par l‟intégration dans le commerce international. A cette époque le terme de développement
durable n‟est pas encore apparu, mais les premières préoccupations concernant le bien-être
social, la répartition égale des revenus peuvent être perçues. Comme le rapport Brundtland le
stipule, la croissance économique d‟un pays est censée apporter un développement économique
mais social aussi, idée qui a beaucoup marqué la façon de penser, de mettre en place ou de
mesurer le développement.

Toutefois, depuis le 20ème siècle, un renforcement très net des processus de mondialisation peut
être identifié. Celui-ci a permis un certain développement pour les pays du Sud par la
libéralisation du commerce, intégration des marchés, le progrès de la technologie et de
l‟information, en réduisant en quelque sorte l‟écart entre le Nord et le Sud. Le modèle suivi par
le Sud restant quand même toujours celui du « rattrapage ».
Parallèlement à ce phénomène, beaucoup de scientifiques observent une différenciation au
niveau national dans les pays du Nord comme dans les pays du Sud. Ils parlent de la
« fragmentation » du monde en territoires, régions indépendants qui commencent à se former
comme des pôles de développement en s‟intégrant dans le système économique mondial
(Dolfus, 1998). Kirsten Koop explique ces « fractures infranationales » par une « forte
concurrence mondiale, engendrée par le passage global à la logique actionnariale (shareholder
value), ainsi que la dérégulation des marchés économiques poussant les entreprises à maximiser
leurs profits, qui en est la cause. »
Le besoin des entreprises avec comme principal objectif la maximisation des profits les fait se
déplacer dans des régions qui offrent la gamme la plus avantageuse en terme de facteurs de
production. Dans les pays du Nord ces stratégies ont créé du chômage et une certaine insécurité
sociale. Dans les pays du Sud, ces facteurs entraînent une dégradation de la qualité de
l‟environnement, une diminution des ressources associée parfois à une diminution de la qualité
de vie.

Or, les territoires ne sont plus protégés par les instances nationales ou régionales, et sont
contraint d'entrer dans le jeu de la compétitivité. « Inégalités spatiales et sociales, exclusion et

14
pauvreté, sont dès lors perçues comme l‟expression de l‟incapacité régionale ou individuelle à
utiliser les chances de la mondialisation »7.
En quelque sorte, le capitalisme n‟existe plus pour le bien de la société mais pour lui-même, en
accentuant encore plus les inégalités.

Ce changement de paradigme transforme aussi la conception du développement et plus


particulièrement sur la façon de mettre en place le développement durable.

Ainsi, l‟ancien paradigme du « développement de rattrapage » fondé sur la théorie du take-off


de Rostow et sur un modèle séquentiel a désormais perdu de son pouvoir. Le développement
est présumé résulter de la mise en valeur des territoires grâce à l‟insertion des acteurs
territoriaux dans les réseaux mondiaux de flux de capitaux, de biens, de services, d‟idées et
d‟hommes. On constate ainsi la multiplication des stratégies de développement analysées en
termes de « compétitivité territoriale », « compétitivité systémique des territoires » « offre
territoriale » ou « développement territorial ». Toutes stratégies expriment un modèle plus ou
moins explicite d‟« intégration des territoires dans la mondialisation » ; modèle qui illustre la
convergence entre géographie économique et économie régionale.»8

Le changement de vision du développement international fait la transition entre le modèle


dichotomisé Nord - Sud vers un modèle plus homogène à échelle globale mais marqué par la
fragmentation de la compétitivité territoriale. Ces facteurs changent également les concepts sur
le développement durable.

Premièrement, on observe un changement de vocabulaire depuis des termes de pays développés


ou sous-développés, vers des terminologies plus englobantes et conceptualisantes : région,
territoire, compétitivité intégration, espace… On voit que les flux et les échanges de biens, de
services, de capitaux ne s‟articulent plus au niveau national mais territorial. Ceux-ci se
construisent une identité spécifique qui est le résultat d‟un processus de construction et
délimitation par les acteurs économiques, qui donnent une valeur économique au capital
humain, naturel ou construit. Alors, le modèle de développement échappe aux politiques
publiques nationales, il n‟est plus le résultat d‟une volonté politique mais la conséquence d‟un
processus de discrimination des acteurs.

Cette tendance transparaît bien aujourd‟hui dans les pays de l‟Amérique Latine où l‟importance
des plans d‟aménagement de territoire devient cruciale afin de pouvoir combattre la pauvreté,
résultat du système capitaliste mondial et du manque d‟implication étatique.

De ce fait, le passage d‟un monde bipolarisé à un monde multi polarisé est de plus en plus
présent, ce qui déstabilise la vision passé du développement.
Les concepts, le vocabulaire du rapport Brundtland devient dépassé et perd de son sens. La
vision occidentale du « développement de rattrapage » ou le développement tel qu‟il est décrit
dans le rapport Brundtland, devient floue par manque d‟alternative.

7
KOOP K, Les nouvelles fractures du monde et le défi pour la recherche sur les inégalités de développement,
Cahier du GEMDEV n° 31, La mesure de la mondialisation, p.7
8
KOOP K, Les nouvelles fractures du monde et le défi pour la recherche sur les inégalités de développement,
Cahier du GEMDEV n° 31, La mesure de la mondialisation, p.1

15
I.2 Une approche pratique du développement durable
I.2.1) Les acteurs d’intervention

Par les fortes interdépendances des sphères économique, sociale et environnementale, et en


raison des impacts à échelle globale de la dégradation de la qualité de l‟environnement, la mise
en place du développement durable fait appel à une grande diversité d‟acteurs internationaux,
nationaux, régionaux ou locaux, qu‟ils soient privés, publics ou associatifs.

L‟incertitude du concept dans les textes onusiens se constate dans sa mise en place par ces
acteurs, provoquant des conflits d‟intérêt, confusion entre les priorités, qu‟un cadre
institutionnel international coordonné et efficace n‟est pas encore en mesure de coordonner.
Les externalités environnementales prennent de plus de plus d‟ampleur et deviennent un
problème épineux à l‟échelle mondiale. Ces problèmes sont souvent appréhendés par les
acteurs économiques comme des obstacles au développement plutôt qu‟un levier du
développement. Cela pose le problème de la gouvernance de ces externalités. Néanmoins, le
développement durable est aussi une articulation du local au global, une question de société
civile, de style de vie, des grandes organisations internationales, ce qui lui donne les
dimensions d‟un projet de civilisation au niveau planétaire. Tel est l‟objectif qui ressort des
textes onusiens.

Les définitions sur la gouvernance sont très diverses. Au niveau international elle a été perçue
comme une relation entre les états. Mais appliqué au contexte de développement durable et de
mondialisation, « il faut désormais la penser comme impliquant aussi les organisations non
gouvernementales (ONG), les mouvements de citoyens, les entreprises multinationales et le
marché mondial. Tout cela en interaction avec les médias dont l‟influence s‟est accrue de façon
spectaculaire »9.

Dans ce contexte, l‟existence d‟une instance de régulation transnationale devient de plus en


plus nécessaire. Les organismes les plus importants au niveau international comme la
Commission du développement durable (CDD), le Programme des Nations unies pour
l‟environnement (PNUE) et le Fond mondial pour l‟environnement (FME), appartiennent tous
les trois à l‟ONU. En dehors de ces trois instances il y en a d‟autres aussi qui touchent les
thèmes du développement durable mais dont les actions ne sont pas coordonnées.

De l‟autre côté, le grand nombre d‟accords internationaux signés sur l‟environnement (500
traités et accords dont 300 ont un caractère régional10) montre l‟intérêt donné par les états au
niveau international aux questions environnementales mais aussi la nécessité de coordination
transnationale d‟une seule instance. Thierry Libaert et André-Jean Guérin montrent que « la
politique de protection environnementale est handicapée par un manque de représentation
institutionnelle alors que d‟autres domaines en bénéficient comme le commerce avec l‟OMC, la
culture avec l‟UNESCO, la santé avec l‟OMS »11. Ils observent aussi que le plus puissant
organisme, le PNUE, manque de représentativité (il ne comprend que 58 états) et dispose d‟un
budget très modeste. Sa création suscite beaucoup de débats par rapport à la peur d‟un certain
nombre d‟états comme les Etats Unis, la Chine, l‟Inde ou le Brésil de se voir contraints et
limités dans leur développement/liberté de développement. Alors si le projet de développement
durable est né d‟une volonté politique, où les acteurs principaux étaient les états, maintenant,

9
FROGER G, Significations et ambiguïtés de la gouvernance dans le champ du développement durable, Monde en
développement 2006/4, n° 136, p.3
10
LIBAERT T, GUERIN A-J, Le développement durable, 2008, Dunod, Paris, p. 91
11
Ibid., p.269

16
sous le changement de paradigme du développement, une diminution de cette volonté associée
à une diminution du rôle de l‟état comme acteurs principaux du développement durable peut
être nettement perçue.

Le processus de mondialisation, entre autre, modifie le rôle traditionnel de certains acteurs,


comme les états et les organisations internationales et augmente le pouvoir des autres, comme
les entreprises multinationales et les ONG.

Géraldine Foger identifie quatre manières de réfléchir à la gouvernance des acteurs dans la
mondialisation : « la première met l‟accent sur la perte de pouvoir des États face aux firmes
multinationales ; la seconde soutient, au contraire, que les États restent les producteurs de
normes les plus importants du système international ; la troisième refuse tout a priori sur la
force respective des formations publiques et privées et conclut que les normes sont un résultat
hybride de leurs compromis ; la dernière conserve l‟idée de normes hybrides mais en tenant
compte de l‟influence politique d‟un ensemble plus vaste d‟acteurs non étatiques (firmes
multinationales, ONG, chercheurs…) »12.

La quatrième variante semble la plus représentative pour décrire la gouvernance des acteurs
entre le Nord et le Sud.

Dans les relations internationales contemporaines, on note un recul du pouvoir de l‟état dans les
négociations internationales mais aussi du pouvoir de souveraineté sur la gestion des ressources
naturelles. L‟impossibilité de créer une institution internationale pour le développement durable
témoigne d‟une certaine faiblesse politique des acteurs publics internationaux ou d‟un manque
de volonté.
Le processus de décentralisation lié à la tendance de fragmentation du monde diminue bien sûr
le pouvoir central d‟un état laissant place aux secteurs privés. En même temps, la complexité
des problèmes environnementaux globaux dépasse la capacité d‟un état seul à mener une
politique efficace. La nécessité de coopération s‟impose comme une solution efficace.

De l‟autre côté, nous pouvons percevoir une croissance de l‟importance des acteurs
économiques et non étatiques.
Comme nous l‟avons vu avant, dans le contexte de la mondialisation, les entreprises
internationales ont eu un rôle important à jouer dans la tendance de fragmentation du monde en
territoire comme Kirsten Koop l‟explique. Les entreprises sont surtout des acteurs économiques
qui peuvent influencer le modèle de développement d‟un territoire.

Par l‟entremise d‟une politique de responsabilité sociale censée impulser le développement


local de la région, les firmes multinationales gèrent ses ressources naturelles en promouvant un
principe gagnant-gagnant. Cette stratégie entraîne un bon nombre d‟acteurs locaux à agir vers
un modèle de développement reposant sur les principes de l‟entreprise privé : efficacité
économique, performance, importance de la propriété privée. La question reste de savoir si ce
modèle de développement est adapté à la spécificité du chaque territoire. Va-t-il apporter des
effets positifs sur le développement ou bien le contraire ? Ces questions sont bien au cœur du
débat sur les modèles de développement des pays du Sud.

Aknin décrit la gouvernance comme une complicité entre les firmes multinationales et les états
pauvres où la mondialisation est un facteur déterminant dans la définition des rapports Nord-
Sud.

12
FROGER G., Significations et ambiguïtés de la gouvernance dans le champ du développement durable, Monde
en développement 2006/4, n° 136, p.12

17
Le besoin et la demande en ressources du Nord se traduit par la présence des grandes
entreprises multinationales dans des territoires riches en ressources naturelles mais aussi
pauvres, avec une démocratie faible et marquées par des conflits sociaux. Il est prouvé que les
ressources naturelles situées dans des zones de conflits sont dirigées vers les marchés
mondiaux, dont la plupart des bénéficiaires se trouvent dans les pays du Nord. Ainsi, les
investissements étrangers se situent principalement dans l‟industrie extractive, comme on va
voir plus loin pour le cas de l‟Equateur, et sont encouragées par « l‟économie de recherche de
rente » pratiquée par les pays du Sud. Dans ce secteur, Canada se distingue comme les
nouvelles destinations des matières premières de l‟Amérique Latine.

Aknin explique que « dans un tel contexte, la rente, dont une partie est partagée avec les
sociétés transnationales, une autre "recyclée" sur les places financières offshore, une autre
encore gaspillée dans le pays, ne saurait être considérée comme le signe d'une richesse pour les
populations. [Ces] économies connaissent une tendance à la stagnation, avec de fortes
fluctuations liées à la valorisation de la rente ; elles sont marquées par le gaspillage des
ressources, de faibles liens entre les rémunérations et la productivité des facteurs et par des
distorsions entre les modes de production et de consommation. Le surplus (ou rente), provenant
du secteur primaire et de l'aide extérieure, se convertit pour l'essentiel en importations de biens
et services ayant peu d'effets d'entraînement sur les activités productives »13. Ainsi, les
ressources naturelles situées dans des zones de conflits, par le commerce international censé
contribuer aux politiques de développement durable, se dirigent vers les marchés des pays du
Nord. Par exemple, la CNUCED (Conférence des Nations unies pour le commerce et le
développement) recense, en 2008, au sein des 22 principaux exportateurs de pétrole, 8 pays
africains, parmi lesquels le Congo, l‟Angola, l‟Algérie, le Nigeria, le Soudan et le Gabon, les
principaux pays importateurs étant l‟Amérique du Nord.14

La présence des firmes internationales dans des pays riches en ressources rares mais incapables
de leurs donner une valeur à cause de la manque de technologie, ou pauvreté, montre bien la
relation d‟interdépendance des acteurs dans le contexte de la mondialisation.

Le rôle des organisations non gouvernementales au niveau international a aussi augmenté


depuis la fin du 20ème siècle. Les réseaux internationaux d‟ONG bénéficient de budgets
comparables aux institutions publiques internationales, comme nous pouvons l‟observer dans
ce graphique.

Par exemple, dans le domaine de la conservation de la biodiversité, des réseaux d‟ONG très
puissantes se sont constitués dont les plus importants sont WWF, TNC, CI, IUCN… .

13
AKNIN A, Le développement durable peut-il conjurer la "malédiction des ressources?, 2009, Mondes en
Développement Vol.37-2009/4-n°148, p. 22
14
Ibid., p.18

18
Figure 2: Acteurs du développement durable et leur budget

Si le pouvoir des entreprises internationales consiste principalement dans leur rôle économique,
le pouvoir de ces grandes ONG face aux autres acteurs se construit par rapport à leur
représentativité de la société civile internationale. Elles ont une importance centrale dans la
gouvernance Nord-Sud dans la mesure où elles ont joué un rôle précurseur dans la construction
des enjeux en matière de conservation. Ce sont elles qui ont sensibilisé les opinions publiques
et les gouvernements à l‟urgence qu‟il y avait de protégéer le patrimoine naturel mondial.

Ainsi, à l‟aide des différentes outils de conservation (méthodes de gap analyse utilisés par CI
ou la liste rouge des espèces menacées de l‟UICN, les hotspots, les régions biogéographiques)
elles ont pu identifier et intégrer des espaces naturels dispersés géographiquement dans des
systèmes de gestion à des échelles plus larges.

Traiter la problématique de la conservation de la biodiversité au niveau international renforce


encore plus la position des grandes ONG face aux acteurs publics locaux. Ils construisent des
politiques de protection pour une biodiversité globale, analysée avec une science et techniques

19
globales et gérée par des acteurs globaux, approche qui déborde le cadre national et la
compétence des autres acteurs15.

Mais ces politiques à échelle globale créent des conflits avec les politiques de développement à
l‟échelle locale.
En termes de gouvernance, une reconfiguration du rôle des acteurs traditionnels est
perceptible, une redistribution du pouvoir et de leur géographie : les acteurs publics perdent
leur position au détriment des acteurs privés et les ONG qui disputent leurs territoires à une
échelle locale, en essayant de légitimer leur présence auprès des acteurs locaux. Il est
intéressant de savoir à quelle échelle les conflits pour ces territoires riches en ressources va se
mener, locale, nationale, globale ou les trois à la fois ?

I.2.2) Des nouvelles formes de mise en œuvre du développement durable dans le Sud

Un enjeu très important du développement durable sur le plan international auquel nous
n‟avons pas toujours de réponse et qui suscite encore beaucoup de polémiques est de trouver le
mécanisme qui permet le développement exigé par les pays du Sud tout en conservant les
ressources naturelles qui est une priorité pour les pays du Nord.

Pour ces pays en voie de développement, le seul moyen pour lancer leur économie et s‟intégrer
sur le marché mondial est l‟utilisation de leur espace et l‟exploitation de leurs ressources
naturelles renouvelables et non-renouvelables. Généralement ces espaces sont des endroits
stratégiques pour les programmes de conservation au niveau mondial mais aussi des espaces
stratégiques pour le développement de ces pays, ce qui engendre beaucoup de conflits et de
polémiques à toutes les échelles de décision. Dans ce contexte, le développement durable peut-
il trouver un compromis pour une gestion qui satisfasse tant les enjeux locaux que globaux ?

Les différentes politiques de développement entre le Nord et le Sud se positionnent presque


toutes sous le concept de développement durable. Les conventions internationales sur la
biodiversité et le changement climatique mettent en avant la coopération Nord-Sud afin de
satisfaire les nécessités des deux. La conférence de Rio ou le sommet de Johannesburg ont mis
en avant l‟importance de partenariats public-privé entre les acteurs du Nord, qui sont le plus
souvent des entreprises ou des ONG et les acteurs locaux des pays du Sud. Ce type de
partenariat se traduit le plus souvent par des collaborations commerciales en développant un
marché en pleine expansion pour la protection de l‟environnement. Par exemple la bio
prospection ou le marché du carbone ont bien montré que ce type de structure est devenu très
profitable en renforçant encore plus le mécanisme essentiellement capitaliste dans la mise en
place du développement durable.

C‟est ainsi que l‟établissement des marchés de droit s‟est répandue dans presque tous les
domaines de la protection de l‟environnement. Il s‟agit de mettre en place des quotas de
prélèvement ou d‟utilisation sur une ressource naturelle en échange d‟un profit économique.
La prolifération de ces transactions est censée optimiser la conservation de la biodiversité en
émettant en même temps l‟hypothèse que l‟inaction comporte un coût et que les acteurs ne sont
pas incités à la conserver si celle-ci ne permet pas de dégager des revenus.

15
MILIAN J, RODARY E, La conservation de la biodiversité par les outils de priorisation, Revue Tiers Monde, N◦
202, avril-juin 2010, p.51

20
Ainsi, les nouvelles politiques de développement durable au Sud tentent de mettre en place
différents mécanismes de protection de ces espaces en leur donnant une valeur économique par
une gestion durable.

Depuis peu de temps une nouvelle façon d‟appréhender la conservation apparaît et semble
offrir les bases conceptuelles permettant de trouver l‟équilibre entre les trois piliers du
développement durable et le concept de services écologiques rendus par la nature à la société.

Par la suite nous allons voir comment ce concept est apparu, pourquoi il a connu un tel succès
et nous nous demanderons si les mécanismes développés autour de cette notion permettent-elles
ou non la réalisation d‟un développement durable.

Le glissement entre la conception d‟une protection stricte vers une gestion durable des espaces
à haute valeur écologique s‟est fait à partir de l‟émergence du concept développement durable
mais aussi des grands problèmes globaux comme le changement climatique les problèmes
socio-économiques ou les dégradations des conditions socio-économiques. La notion d‟espace
protégé comme un sanctuaire intangible est devenue caduque avec une analyse plus fine des
impacts du développement sur la nature. Cela a conduit, sur le plan empirique, de l‟observation
fine des écosystèmes et de leur histoire « à mettre en évidence leur caractère souvent contingent
de leur état à un moment donné », relativiser la notion d‟état d‟équilibre en biologie et en
écologie.

Cette modification de paradigme a changé aussi la façon de gérer les ressources renouvelables.
En ce qui concerne la biodiversité, « la question devient celle de "l‟adaptabilité durable", à
savoir l‟identification des composantes ou des processus d‟un système écologique qu‟il
convient de préserver, renforcer, modifier pour que son évolution ne handicape pas, voire
bénéficie aux générations futures. Comme l‟écrivaient dès 1984 Lamotte: « Conserver la
nature, c‟est lui conserver ses potentialités évolutives »16. Mais ce passage de « l‟équilibre
harmonieux des écosystèmes » au concept « d‟adaptabilité durable » implique l‟existence de
l‟homme au sein des écosystèmes, l‟adaptabilité signifiant le rapport aux activités humaines de
plus en plus présentes et consommatrices de ressources. Ainsi, garder les potentialités
évolutives, signifie aussi assurer les fonctions écologiques nécessaires pour le développement
humain sans dégrader leur qualité.

C‟est ainsi que le concept de services écosystèmiques est apparu dans les années 1970 quand
des études montrent la valeur que représentent pour la société les fonctions écologiques des
écosystèmes et ont mis en évidence, quelques années plus tard, la valeur utilitaire de ces
bénéfices pour la société. Ainsi, dans les années 1970-1980 beaucoup d‟auteurs ont commencé
à décrire les problèmes environnementaux dans des termes économiques pour souligner la
dépendance des sociétés à la nature est d‟attirer l‟attention de l‟opinion publique sur
l‟importance de la conservation de la biodiversité. Schumacher (1973) a été probablement le
premier à utiliser le terme de services écologiques. Le but était pédagogique et voulait montrer
comment la dégradation de la biodiversité peut affecter les fonctions écologiques des
écosystèmes avec des conséquences sur le bien être dse populations. Le document de
Constantza sur le capital naturel et les services écologiques a beaucoup contribué aussi au
développement du concept et a beaucoup impacté le monde scientifique et politique. Dans les
années 1990-2000 le concept de services écologiques s‟est imposé dans le monde politique au
travers de “Ecosystem Approach” et le Global Biodiversity Assessment. Cette nouvelle
approche rompt avec la vision anthropocentrique pour mettre en évidence la relation inévitable

16
CHEVASSUS B., BARBAULT R., BLANDIN P., Biodiversité, changements globaux et développement durable : De
nouveaux concepts pour de nouvelles approches, 2009

21
entre la société et la nature et aussi accorder un rôle principal à la biodiversité et aux processus
écologiques pour le bien-être humain. 17

The Millennium Ecosystem Assessment est la première étude qui reconnaît politiquement la
notion de services écologiques. Elle montre clairement que la relation entre le bien-être
humain, la base des principes du développement durable, et les services écologiques est
inévitable. La première phrase de l‟introduction du premier chapitre du Rapport de l‟évaluation,
clarifie bien leur rôle dans notre société : « l‟humanité a toujours dépendu des services fournis
par la biosphère et ses écosystèmes ». 18
Graphique 1: Proportion de biomes convertis

17
BAGGETHUM E-G., GROOT R., LOMAS P., MONTES C., The history of ecosystem services in economic theory and
practice: From early notions to markets and payment schemes, 2009, Ecological Economics
18
Millennium Ecosystem Assessment, Ecosystems and Human Well-being: Current State and Trends, Volume 1,
p.125

22
Mais les demandes des services écologiques comme la nourriture ou l‟eau potable augmentent
de plus en plus alors que les actions humaines diminuent la capacité des écosystèmes à fournir
ces services.
Le bien être humain est donc affecté non seulement par cette carence mais aussi par son
exposition á une vulnérabilité croissante, en général, des populations rurales et pauvres, crées
par la mauvaise gestion des écosystèmes. Les conséquences ne sont pas réparties équitablement
à travers le monde. Les zones présentant la biodiversité et les écosystèmes les plus riches se
trouvent dans des pays en développement où des milliards de personnes en dépendent pour
répondre à leurs besoins de base. « L‟estimation des coûts environnementaux mondiaux dans
six grandes catégories, du changement climatique à la surpêche, montrent que les coûts
connaissent une augmentation spectaculaire dans les pays à revenus moyens et élevés et sont
supportés par les pays à faibles revenus (Srinivasan et al. 2007) »19.

La perte de biodiversité et de services rendus par les écosystèmes pourrait être à l‟origine de
coûts considérables pour la société du fait de la perte de divers services d‟approvisionnement et
de régulation tels que la production alimentaire, la régulation des flous des cours d‟eaux et la
capacité d‟adaptation face au changement climatique. Tous ces éléments constituent des
arguments en faveur de la protection de la biodiversité, tandis que le taux de perte appelle à une
action urgente. Dans sa première publication, le rapport intermédiaire TEEB de mai 2008, est
une première tentative de présentation d‟un tableau quantitatif à l‟échelle mondiale, d‟après
lequel la perte annuelle des services écosystèmiques est évaluée à 50 milliards d‟euros. On
estime que si rien n‟est fait, la seule perte de la biodiversité terrestre pourrait représenter7 % du
PIB à l‟horizon 2050, la perte des services écosystèmiques marins peut augmenter encore plus
ces chiffres.

Cependant, la conservation a aussi des coûts, qui doivent être pris en compte dans le processus
décisionnel. La connaissance de ces coûts est essentielle pour faire le lien entre les coûts et les
bénéfices et identifier les options de conservation les plus rentables. Une comparaison
intéressante réalisée la même étude, montre que les coûts de conservation dans les pays en
développement sont moins élevés par hectare que ceux des pays développés, alors que c‟est
justement eux qui abritent les espaces les plus riches en biodiversité. « Ils peuvent être aussi
bas que 0,01 USD par hectare et par an dans des régions isolées et atteindre 1 000 USD par
hectare et par an dans des zones à forte densité de population. Les bénéfices des services rendus
par différents écosystèmes vont de plusieurs centaines de dollars à plus de 5 000 USD par
hectare et par an, voire bien plus encore dans certains cas ».

Un autre résultat très intéressant de la même étude montre que les coûts de la protection des
services écosystèmiques sont inférieurs aux coûts de gestion d‟un espace protégé. « Si le
système de zones protégées est étendu pour couvrir d‟importantes espèces actuellement non
protégées et répondre aux besoins biologiques et écologiques, il sera nécessaire de dépenser
jusqu‟à 22 milliards de dollars par an pour faire face aux coûts de gestion (Bruner et al. 2004).
Néanmoins, les coûts associés à la préservation des services rendus par les écosystèmes et des
bienfaits de la biodiversité dans les zones protégées pourraient être très inférieurs – jusqu‟à
deux ordres de magnitude – aux bénéfices correspondants. Explorant cette idée, Balmford et al.
(2002) ont suggéré que, pour un investissement annuel de 45 milliards de dollars (environ un
sixième de la somme nécessaire à la conservation de l‟ensemble des services rendus par les
écosystèmes dans le monde), nous pourrions protéger des services de la nature d‟une valeur de
quelque 5 000 milliards de dollars dans des zones protégées, soit un excellent rapport bénéfice-

19
Communautés européennes, L’économie des écosystèmes et de la biodiversité, 2008, Production Banson,
Cambridge, Royaume-Uni, Belgique, p.22

23
coût de 100:1.) »20. La somme actuellement investie dans la conservation à échelle mondiale est
estimée à 10-12 milliards dollars par an, et elle est loin d‟être suffisante pour répondre aux
besoins actuels. Dans les pays en développement, celle-ci est encore moins significative, elle
représente en moyenne 10% de leur budget.

Ainsi, la protection par les services écologiques pourrait être une solution efficace qui répond
aussi aux enjeux des pays du Nord (protéger le patrimoine naturel mondial à un moindre coût et
développer un marché économique plein de possibilités avantageuses) qu‟aux enjeux des pays
du Sud (conserver leurs ressources naturelles à un moindre coût aussi et leur permettre un
développement économique).

Les avantages de la mise en œuvre de ce concept sont nombreux. Premièrement il permet de


mesurer l‟impact des activités humaines de développement sur l‟environnement, identifier ainsi
les priorités de conservation et leur donner une valeur économique, ce qui le fait très accessible
à un grand nombre d‟acteurs. Sa mise en place pour les pays du Sud est censée les aider à ceux-
ci à mieux gérer leurs ressources naturelles d‟une façon soutenable, permettre le transfert de
connaissance et technologie des pays du Nord et, bien sûr, générer des nouvelles dynamiques
économiques sur le plan local.

Le premier paragraphe de l‟accord multilatéral instituant l‟OMC reconnaît la nécessité de


permettre « l‟utilisation optimale des ressources mondiales conformément à l‟objectif de
développement durable, en vue à la fois de protéger et préserver l‟environnement et de
renforcer les moyens d‟y parvenir », d‟une manière qui soit compatible avec les besoins et les
problèmes de pays se trouvant à différents niveaux de développement économique. Les
ministres de l‟OMC ont réaffirmé leur engagement en faveur du développement durable à la fin
de leur Conférence à Doha en 2001, laquelle a lancé le cycle actuel de négociations
commerciales mondiales. Ainsi, la liaison entre le concept de services écosystèmiques et
développement durable est très forte. La valorisation de ces services et leur échange sur le
marché international s‟avère une méthode efficace de conservation, une utilisation durable des
ressources malgré les contestations d‟ordre éthique invoquées par les écologistes.

Dans cet ordre d‟idées, peut-on faire l‟hypothèse que le concept de services écosystèmiques et
sa mise en œuvre au plan international, réconcilie les trois impératifs du développement
durable : économique, environnemental et social ? Et le mécanisme de payement pour les
services écologiques est le mécanisme optime pour atteindre les objectifs des conventions
internationales ?

La libéralisation progressive des échanges de biens environnementaux dans les pays en


développement est présentée par l‟OCDE comme un effet gagnant-gagnant pour l‟amélioration
de la protection de l‟environnement, l‟efficacité économique et la perspective d‟un
développement à l‟échelle internationale.
Lors de la 7ème conférence ministérielle de l'OMC, les ministres du Commerce des pays
membres ont unanimement souligné la nécessité de rapidement libéraliser le commerce des
biens et services environnementaux - allant des convertisseurs catalytiques et filtres à air aux
services de consultance relatifs à la gestion des eaux usées, en passant par les panneaux solaires
et autres éoliennes21. Le rapport de OCDE en 2005, estime que l‟industrie de l‟environnement a

20
Ibid., p. 38
21
http://www.regards-citoyens.com/article-accord-a-l-omc-sur-la-necessite-de-liberaliser-les-echanges-de-biens-
et-services-environnementaux-46231237.html , consulté le 27/09/2010

24
augmenté de 15% entre 1996 et 2002 et qu‟elle va continuer à augmenter jusqu‟en arrivant à
600 bilions dollars en 201022.
En plus, le secteur des services environnementaux a enregistré un pourcentage de 65% du
secteur industriel total. On peut observer la distribution de ces services sur la figure ci-contre.

Graphique 2: Distribution services environnemenaux 2002

Source: OECD Trade Policy Studies

Les services les plus concernés se sont les services de régulation notamment dans le domaine
de la gestion de l‟eau, du traitement des déchets et de régulation du climat par le marché des
permis d‟émission
Après suivent ceux du prélèvement (nourriture, eau douce, bois, produits biochimiques,
ressources génétiques). Ce sont des services facilement quantifiables et exportables, raison pour
laquelle ils ont connu un grand succès.
Par contre, les services d‟auto entretien (constitution des sols, production primaire…) du à leur
difficulté d‟être valorisées et exportées, connaissent un autre régime de valorisation, indirecte.
Elles ne reçoivent pas une valeur monétaire directe du fait de la difficulté de comprendre le
fonctionnement de ces processus et donc, de les mesurer. On leur attribue une valeur indirecte
lorsqu‟on cherche à préserver la valeur biologique d‟un site et ses fonctions écologiques. Le
mécanisme de « rente contre le développement » est un des exemples qui permet la
conservation d‟un tel site en renonçant aux actions qualifiées de développement pour une
conservation justifiée par sa valeur biologique et ses bénéfices multiples.

Même si en théorie cette nouvelle approche sur les mécanismes de développement durable
entre le Nord et le Sud semble être la panacée aux enjeux mondiaux, toutefois, à une analyse
plus fine, montre que son efficacité est relative…

Alain Karsenty identifie trois types d‟instruments économiques de la conservation appliquée


aux forêts tropicales. Il parle des servitudes de conservation qui sont « des accords contractuels
aux termes desquels le propriétaire foncier reste en possession de ses terres, mais cède le droit
d‟exercer certains droits spécifiques relevant du "développement" (Gullison et al., 2001) sur au
22
OECD Trade Policy Studies, Trade that benefits the environment and development. Opening markets for
environmental goods and services, 2005, p. 97

25
moins une portion de sa propriété. » Ce type de mécanisme est plus commun à l‟Amérique du
Nord et trouve difficilement d‟application dans les forêts tropicales du Sud en raison des
problèmes sur les droits de propriétés privés. Les droits de développement transférables (DDT)
fonctionnent avec un système de zones « émettrices » de droits de développement et des zones
« réceptrices » « Dans les zones émettrices, le "développement “est interdit, mais les
propriétaires obtiennent des compensations à travers la possibilité qu‟ils ont de vendre leurs
droits potentiels (non utilisables dans la zone émettrice). » Cet exemple a bien fonctionné au
Brésil où depuis 1930 où les propriétaires des terres boisées ont une obligation de maintenir
une couverture forestière de 20% sur la surface du terrain possédé. Dès qu‟ils remplissent cette
condition, ils utilisent le reste de la surface pour faire fonctionner le marché des droits de
développement.

Ainsi, « La mise en place d‟un système de DDT consiste à permettre aux propriétaires pour
lesquels la conservation de 20 % de leurs terres sous couvert forestier représente un fort coût
d‟opportunité, d‟acquérir des droits de développement (exprimés en hectares de forêts
déboisées) auprès des propriétaires pour lesquels ce coût d‟opportunité est moins élevé ». Une
analyse économique montre que ce système est efficace et qu‟il réduit beaucoup le coût de la
conservation lorsqu‟il y a une gestion de l‟utilisation des terres.

Les concessions de conservation sont un concept développé par l‟ONG Conservation


International qui permet de conserver un certain site contre l‟expansion de l‟exploitation
forestière commerciale en utilisant le même modèle de concession. Ainsi, l‟ONG acquiert des
concessions comme n‟importe quel autre acteur commercial mais au lieu de l‟exploiter il le
conserve. Ainsi la rente pour l‟état est la même que les taxes d‟un concessionnaire traditionnel.
Ici l‟existence des droits de propriété n‟est pas nécessaire. Un autre mécanisme plus récent est
celui de la « déforestation évitée » mise en place par le paiement des services
environnementaux. Celui-ci a été formulé en 2005 par un groupe du pays du Sud qui « consiste
à rémunérer des pays qui réduiraient les émissions de CO2 découlant de la déforestation, par
rapport à une référence (niveau passé, scénario prédictif ou objectif chiffré convenu) et pour
une « période d‟engagement » donnée »23.
L‟avantage de ce mécanisme par rapport aux autres et qu‟il permet d‟atteindre deux cibles
mondiales : en évitant la déforestation il permet de conserver la biodiversité et de réduire les
émissions de gaz à effet de serre, au contraire du mécanisme de développement propre (MDP)
qui ne rémunère que le carbone fixé par les projets de boisement et de reboisement, ne visant
ainsi que l‟objectif d‟atténuation du changement climatique.

Ces types de mécanismes se sont multipliés au cours des dernières années, surtout en Amérique
latine, au Costa Rica et au Mexique mais leur développement reste retreint. Entre 1997 et 2006,
plus de 6 000 contrats ont été signés pour un total dépassant le demi-million d‟hectares
cumulés24.

Le problème est que théoriquement, le PSE doit correspondre à la valeur des services
écologiques de l‟espace à conserver. Mais tenant compte de la difficulté d‟évaluer tous les
services fournis par un écosystème, celui-ci ne rémunère que le coût d‟opportunité du
renoncement à une activité considérée comme dangereuse.

La même critique est soulignée par Alain Karsenty vis-à-vis des autres mécanismes présentés.
Ainsi, « le rapport Stern (2006) estime que le coût d‟opportunité à compenser aux ménages

23
KARSENTY A, SEMBRES T, RANDRIANARISON M, Paiement pour services environnementaux et biodiversité dans
les pays du Sud, Revue Tiers Monde, N◦ 202 avril-juin 2010, p.59
24
Ibid.

26
agricoles pour parvenir à réduire de 50 % la déforestation est de 300 dollars par an, soit moins
d‟un dollar par jour. Si l‟analyse devait s‟arrêter là, des questions d‟équité pourraient
légitimement être posées. Quand des populations gagnent l‟équivalent d‟un ou deux dollars par
jour (soit la limite du seuil de la grande pauvreté) en dégradant leur environnement, les
compenser à hauteur du coût d‟opportunité de l‟arrêt de leur activité ne répond pas aux
aspirations fondamentales des individus à sortir de la misère et accéder à une vie décente »25.
La deuxième critique est que le PSE n‟intègre pas les objectifs de réduction de la pauvreté. Les
rémunérations ne dépassent pas 1 dollar par jour et ces programmes se limitent le plus souvent
à une simple conservation rémunérée. Intégrer une vision plus globale pour changer les
pratiques agricoles et impliquer les populations pourrait rendre ce mécanisme plus efficace.

Sur le plan théorique on voit que les services écologiques accompagnés par l‟intérêt croissant
pour les instruments économiques dans la mise en œuvre du développement durable entre Nord
et Sud, les PSE sont vus comme le mécanisme idéal pour arriver à un développement durable.
Par contre, sur le plan pratique, ce modèle se heurte à beaucoup d‟obstacles. A force de
chercher le mécanisme idéal de développement durable à un moindre coût, en occurrence le
PSE, celui-ci spécialise les pays forestiers pauvres à remplir le rôle de réservoirs de la
biodiversité contre une « rente de pauvres »26. En plus, ces mécanismes se basent sur une
contractualisation des terres, ce qui empêche les producteurs locaux de vendre leurs produits,
en créant un autre type de dépendance. Enfin, puisque le marché de PSE est nouveau, il
nécessite la construction de nouvelles instances de régulation afin de résoudre le problème des
droits privés ou d‟investir dans la recherche, ce qui augmente beaucoup les coûts
d‟investissement et donc l‟efficacité économique s‟amoindrie.

I.2.3) Les enjeux de développement des pays du Sud sur le plan international

Alors que le projet de développement durable, tel qu‟il a été formulé dans le rapport
Brundtalnd, s‟est annoncé comme un projet qui, pouvant résoudre les grandes problèmes en
matière de développement, sa mise en place revèle des limites.

D‟abord, la distance entre les intentions et les actions peut s‟expliquer par le carcatère très
ambiteux de ses objectifs, que certains auteurs qualifient comme utopique. En effet,
l‟ambiguité de sa définitionn rend aujourd‟hui son applicabilité incertaine.
En accordant à la croissance économique le rôle de moteur du développement durable, le
rapport Brundtland crée des imprécisions sur le lien entre l‟économie et l‟environnement tout
en accordant à la croissance économique une importance sociale et écologique, pas toujours
verifiée dans la relation Nord-Sud.

Comme nous l‟avons vu, dans le contexte de la mondialisation, les relations traditionnelles de
l‟économie, nous montre les limites du projet de développement durable au niveau conceptuel,
mais aussi quant à la necessité de son renouvellement.
En effet, la nouvelle géographie des acteurs de développement et le changement de leur
pouvoir a modifié les enjeux que le projet de développement durable supposait il y a une
décennie.

25
KARSENTY A, SEMBRES T, RANDRIANARISON M, Paiement pour services environnementaux et biodiversité
dans les pays du Sud, Revue Tiers Monde, N◦ 202 avril-juin 2010, p.68
26
KARSENTY A, Des rentes contre le développement ? Les nouveaux instruments d’acquisition mondiale de la
biodiversité et l’utilisation des terres dans les pays tropicaux, Mondes en Développement Vol.32-2004/3-n°127,
p.72

27
Le pouvoir des acteurs étatiques décroît alors que le pouvoir des acteurs économiques et non-
étatiques augmente en modifiant le modèle d‟organisation bipolaire en autre multipolaire.
La question de gouvernance devient à ce point très importante dans la relation Nord-Sud
puisque c‟est elle qui va contribuer à la définition de différents mécanismes de la mise en place
du développement durable.

Or, lors de l‟analyse de ces mécanismes, trop souvent encore, les stratégies dites de
développement durable se limitent à des politiques globales de préservation de
l‟environnement, tenant peu compte des communautés et des niveaux de développement
humain et social. Dans l‟exemple des PSE, la mise en place du développement durable semble
impulsée plus par les priorités des acteurs du Nord et ne génère pas un développement direct au
niveau des communautés locales.

A ce point, nous pouvons déjà formuler le principal enjeu des pays du Sud que l‟on va analyser
par la suite : permettre à des millions de personnes d‟échapper à la pauvreté tout en protégeant
les espaces les plus riches de la planète sur le plan biologique.

Ainsi, la façon dont ces pays vont gérer leurs ressources naturelles peut être déterminante pour
le développement durable.
Beaucoup d‟autres enjeux peuvent être identifiés et nous aident à mieux appréhender cette
problématique. Les Etats du Sud doivent définir les dimensions qui seraient considérées comme
prioritaires entre un développement économique, protection de l‟environnement ou réduction
de la pauvreté.

Ces pays doivent également trouver une façon de regagner leur souveraineté notamment par
rapport à la gestion de leurs propres ressources, fait qui est actuellement difficilement réalisable
du fait du système capitaliste actuel et de la régulation des marchés

Le cas de l'Equateur est particulièrement intéressant pour aborder cette problématique du


développement durable. Dans ce pays, qui détient d'importantes ressources naturelles et en
exporte une grande partie, une réforme datant de 2008, tente de mettre en place une politique de
développement durable à tous les niveaux sociaux, économiques et environnementaux.

Une des particularités de ce pays est qu'il a été le premier Etat au monde à intégrer dans sa
constitution un Droit de la nature. Il s'agit en effet d'un pays très riche du point de vue de la
diversité écologique, cependant, souvent, ces mêmes espaces recèlent de ressources pétrolières
et minières, ressources dont l'exploitation alimente de façon considérable l'économie du pays.
Cette situation suscite donc de nombreux enjeux et débats, car il s'agit d'éléments souvent
antagonistes (profits économiques à court terme / conservation de la nature).

Si l'on peut relever certaines réussites avec la création de réserves naturelles comme la réserve
du Yasuni, qui illustre une volonté de la part du pays d'aller dans le sens d'un développement
durable, on planifie en même temps un développement de l'industrie minière à grande échelle
dans le but d'obtenir des ressources financières.

A travers cette étude, qui se base sur ce qui se passe actuellement dans la province de Zamora-
Chinchipe, nous allons étudier de plus près la façon dont le pays gère les ressources naturelles
et si l'on peut qualifier la politique suivi comme une politique s'inscrivant dans le cadre d'un
développement durable.

28
29
II. La vision du développement durable en Équateur

II.1 Les différents modèles du passé : l’agriculture et le pétrole


Au travers de son histoire, l‟Equateur a connu des modes de développement très différents mais
toujours basés sur ses ressources naturelles, comme les autres pays de l‟Amérique Latine.
Chacune de ces modalités est intimement liée à diverses alliances de pouvoir, à la structure de
l‟Etat et aux modèles économiques particuliers. Ces relations ont créé des formes d‟interactions
entre les différentes régions du pays, qui, a eu des formes propres d‟articulation avec le marché
mondial. De cette façon, depuis son origine, l‟Equateur est passé par une série de cycles
économiques liés au rythme de l‟économie capitaliste mondialisée.

II.1.1) Le cacao

Les différents facteurs permettant de comprendre pourquoi l‟Equateur est devenu le premier
pays exportateur de cacao dans le monde ne tiennent pas seulement en sa richesse naturelle. En
effet, les politiques de l‟Etat sont clairement orientées dans le but de faciliter l‟essor et le
développement de cette filière dans le pays. En cela, certaines dispositions économiques ont été
décidées par les gouvernements en place : la diminution des tarifs pour l‟exportation, la
législation monétaire qui régulait les transactions nationales et internationales, l‟aide à la
banque de Guayaquil. Les cours mondiaux du cacao assure une forte rentabilité de cette
production jusqu‟au milieu des années 1980. En effet, la production et la commercialisation du
cacao assurent une marge économique importante puisque son coût de développement est très
faible, ne nécessitant que peu d‟investissements et une main d‟œuvre bon marché. Cette
stratégie de développement fut d‟ailleurs imitée par d‟autres pays, comme la Côte d‟Ivoire.
Ainsi, jusque dans les années 1914, la fertilité du sol apportait aux producteurs de forte
rentabilité, et donc un fort développement économique.
Ainsi, cet essor économique axé sur les productions agricoles a eu un impact important sur la
structure de l‟Etat et sur les politiques de développement régional. C‟est à partir de cette date
que la rupture entre les politiques économiques internationales et intérieures a commencé à se
renforcer. La rente différenciée (rente issue de la richesse naturelle plutôt que du travail
humain et qui produit de l‟inégalité dans la distribution des ressources quand la rente n‟est pas
adéquate à la valeur) a joué un rôle important car elle a permis l‟accumulation de la richesse
pour un nombre réduit de personnes en ne permettant pas sa distribution à travers un processus
dynamique de modernisation. Les paysans familiaux se sont transformés ainsi en travailleurs
journaliers pour les grands producteurs, ce qui engendra d‟importants écarts sociaux. De même,
pour soutenir l‟exploitation du cacao, de nouvelles banques sont apparues, notamment des
institutions de crédit et commerciales dédiées à l‟exportation et à l‟importation.

Le processus de développement induit par la rente différenciée engendre des relations sociales
verticales et très hiérarchisées, ce qui empêche un développement endogène et créée des
limitations à l‟intégration du secteur exportateur avec la production interne. En effet, les
bénéfices obtenus ont été investis dans l‟expansion des surfaces agricoles et l‟importation de
produits de luxe. Ce modèle économique fonctionne avec des salaires très faibles, avec peu
d‟investissements dans la production et en absence de pression sociale pour l‟amélioration des
conditions de travail, ce qui divise la société en deux classes : les riches et les pauvres. Ainsi,
L‟Equateur s‟est transformé en pays dépendant du capitalisme et faisant partie des pays
périphériques à l‟économie mondialisée. Le manque de coordination entre la production de

30
cacao et le reste de l‟économie a créé un système vulnérable et atrophié. Il y a avait un très
faible investissement dans l‟industrie et une absence totale des politiques publiques sociales.

Malgré le fait que cette période représente les années de développement économique les plus
intenses depuis 1830, (entre 1908-1914, PIB de +2,4%, le plus haut d‟Amérique latine.27) la
qualité de vie, les conditions sociales pour la majorité de la population n‟ont pas été améliorées.
Avec la Guerre Mondiale, en 1914, la consommation et les prix baissent drastiquement, ce qui
provoque une crise économique mondiale. Les conséquences de la dépendance de l‟économie
équatorienne au marché extérieur ont favorisé son effondrement. Après la fin de la Guerre, le
marché commence à se rétablir et une concurrence plus forte s‟installe avec l‟apparition de
nouveaux pays exportateurs, ce qui favorise une forte diminution des prix. De plus, à cause
d‟une surexploitation des sols, l‟Equateur ne peut plus assurer une production massive. Ses
exportations diminuent de 702 millions quintaux en 1925 à 447 millions en 192628.

Une conséquence importante de la crise du cacao a été destruction des formations


oligarchiques de la Côte et de la Sierra ce qui a favorisé des changements politiques importants
comme la révolution « juliana » de 1925. Celle-ci a contribué à formation de l‟état moderne, la
fondation de la Banque Centrale et la consolidation du Sucre comme monnaie nationale.29

II.1.2) La banane

A partir des années 1950, la production de banane a été le nouveau produit qui a sorti
l‟Equateur de la crise. Cette fois aussi, l‟élément déclencheur a été la forte demande
internationale.

Les problèmes de production de la banane en Amérique Centrale ont déterminé les entreprises
transnationales à chercher des nouveaux secteurs d‟exploitation. En effet, les firmes
multinationales s‟installent entre les producteurs et les exportateurs afin de développer la
production de la banane. L‟impact économique est très rapide, en effet, les espaces agricoles
côtiers se développent rapidement, notamment avec la construction d‟infrastructures routières,
soutenu par un exode rural très important, depuis les anciennes zones de production du cacao.
Cela a déterminé le développement de certaines villes, surtout Quito et Guayaquil, l‟expansion
des relations économiques, la diversification de l‟économie du à la monopolisation de la
production. Cependant, cet essor de l‟économie est accaparé par des producteurs
internationaux, ségrégant la plupart des travailleurs familiaux et indépendants. Ainsi, United
Fruit ou la Exportadora Bananera Noboa détenaient la plupart des capitaux équatoriens. En
1964, ils disposaient de près de 50% des exportations de bananes.30

Pendant ces années de boom bananier l‟état c‟est assumé un rôle de planificateur et
constructeur d‟œuvres publiques pour augmenter le pouvoir de la classe moyenne bien que,
ceci n‟a pas impliqué la réduction du pouvoir hégémonique de la bourgeoise agro-exportatrice.
Dès lors, la construction du réseau de transport a beaucoup contribué à l‟intégration nationale.
Malheureusement les politiques de développement stratégiques à long terme sont encore
absentes, ce qui ne permet pas à l‟Equateur un développement significatif.

27
ACOSTA A., Breve historia económica del Ecuador, Corporación Editora Nacional, Quito, 1995, p. 62
28
Idem, p.82
29
MALDONADO C, Dolarización, Crisis y Pobreza en el Ecuador, Quito, p. 20
30
ACOSTA A., Breve historia económica del Ecuador, Corporación Editora Nacional, Quito, 1995, p. 102

31
II.1.3) Le pétrole

Les années 1970

La découverte des ressources d‟hydrocarbures dans le bassin amazonien au début des années
1970 a marqué un tournant dans les politiques nationales de l‟Equateur. Cette fois, l‟état
assume son rôle souverain et créé un modèle de développement qui repose sur la croissance de
l‟industrie, modèle principalement basé sur les profits de l‟expansion de l‟industrie pétrolière
(modèle des industries industrialisantes). Pour soutenir cette politique, l‟Equateur pouvait
compter sur un baril de brut dont la valeur a augmenté, passant de 2,5 dollars/baril en août
1972 à 13,7 dollars en 197431. Cette croissance économique rapide a changé de nouveau la
structure de l‟économie équatorienne, en l‟intégrant de nouveau dans le marché international.
Mais cette fois on observe un changement dans la vision des acteurs politiques et économiques
vers la création d‟un pays plus compétitif doté d‟une industrie puissante. Cette transformation
politique et économique du pays offre une image de confiance d‟un pays solvable avec comme
garantie ses ressources pétrolières. De cette façon, l‟Equateur peut se doter de prêts financiers
importants afin de soutenir son projet d‟industrialisation. Durant cette période l‟industrie textile
et métallurgique commencent à apparaître. Néanmoins, une mauvaise gestion financière de
cette manne a eu comme conséquence l‟accentuation de la brèche entre les échelons sociaux.
Une des conséquences majeures des forts investissements dans l‟industrie a favorisé l‟abandon
des autres secteurs, surtout le secteur agricole. Le secteur rural a ainsi subi un appauvrissement
accentué pendant que Quito et Guayaquil ont connu une forte expansion urbaine, notamment
par le biais des migrations urbaines.

Ainsi, à la fin des années 1970, l‟Equateur connaît une forte crise socio-économique.
Conformément aux données de la Banque Centrale d‟Equateur, la dette représentait 40% du
PIB en 1980, alors qu‟en 1971 elle était de 16%. 32

Les années 1980

Dans les années 1980, l‟Equateur passe d‟une dictature à un régime politique constitutionnel.
Toutefois, cela ne change pas le modèle de développement du pays : la croissance de l‟activité
pétrolière reste l‟enjeu majeur du nouveau gouvernement pour résoudre la crise
socioéconomique. Les efforts se dirigent vers la recherche d‟autres gisements de pétrole, le
renforcement de l‟infrastructure en Amazonie et la polarisation des investissements étrangers
dans ce domaine. On observe aussi une tendance à formuler des lois qui favorisent la
décentralisation de l‟industrie de Quito et Guayaquil vers les villes de province. C‟est aussi
durant cette période que la loi de l‟industrie minière est créée comme politique de renforcement
de l‟industrie nationale. Mais très vite, l‟Equateur connaît une autre crise internationale avec la
crise pétrolière de 1986. Celle-ci a freiné brusquement les efforts de redressement de
l‟économie nationale et a représenté un facteur d‟augmentation de la dette.
De plus, le tremblement de terre de 1987 a fortement abîmé l‟oléoduc transnational, ce qui a
provoqué une grave crise environnementale et la suspension des exportations de pétrole. Le
manque de savoir-faire pour exploiter d‟autres ressources d‟hydrocarbures comme le gaz
naturel pousse le gouvernement à se concentrer encore plus dans le secteur pétrolier comme
source principale de revenu. Dès lors, le pétrole devient une ressource stratégique pour le pays,

31
GALARZA Z, El festín del petróleo, Escuela Superior Politécnica del Litoral, Guayaquil, 1980, p. 52
32
ESPINOSA R, Crisis económica, clases sociales y política en el Ecuador: elementos para su análisis, Politécnica,
Quito, 1987, p. 44

32
puisqu‟il représente la source principale pour un progrès économique et sociale. Pendant les
années 1980, il représente la colonne vertébrale de l‟économie équatorienne en réalisant plus de
65% des exportations nationales et 40% des fonds du budget national. 33

Les années 1990

Cette période se caractérise par le déclin du secteur industriel et l‟essor d‟une crise socio-
économique générée par l‟accumulation de la mauvaise gestion politique et financière du pays.
Le secteur pétrolier connaît une autre phase de croissance au début de la décennie avec la
découverte d‟autres gisements en Amazonie. Cependant, ces découvertes favorisent une
politique industrielle sélective ne s‟intéressant pas aux autres secteurs de production. Elles se
basent donc de nouveau sur la recherche de crédits au travers des banques nationales et
d‟organismes financiers pour augmenter la productivité et le commerce. Cette nouvelle phase
de développement assure une croissance économique prometteuse. Cependant, à partir du
milieu des années 1990 l‟état met en place une politique de modernisation. Elle se traduit par
des réformes légales de privatisation accompagnées de beaucoup de problèmes de corruption.
Parallèlement, les politiques financiers connaissent une libéralisation, comme un principe du
modèle néolibérale qui s‟imposait depuis quelques années. Ces types de changements ont été
influencés par des organismes internationaux dont l‟Equateur dépendait, comme le FMI ou la
Banque Mondiale. Ces politiques se sont pourtant avérées inefficaces, avec peu d‟applicabilité
sur le plan social et local. Ces facteurs ont induit une augmentation de l‟inégalité entre les
pauvres et les riches, donc une croissance de l‟exclusion sociale, qui ont conduit à d‟autres
crises : crise bancaire, crise sociale à cause de l‟augmentation du niveau de vie et la baisse des
salaires, augmentation de la dette fiscale, manque d‟investissements publiques et impossibilité
d‟offrir des services basiques à la population.

33
GALARZA Z, El festín del petróleo, Escuela Superior Politécnica del Litoral, Guayaquil, 1980, p. 25

33
Graphique 3: PIB pendant la crise de 1999

A la fin de la décennie, d‟autres facteurs externes, comme le phénomène El Nino, ont provoqué
des dommages importants. La crise financière internationale a conduit à une dépréciation
importante du Sucre par rapport au dollar accompagné d‟une chute brusque du pétrole en 1998,
ce qui a plongé l‟Equateur dans la plus grave crise qu‟il n‟avait jamais connue. Tous ces
facteurs ont amené le pays dans une situation désespérée où le Gouvernement déclare l‟état
d‟urgence nationale.
Les plus graves conséquences ont affecté le secteur financier avec la fermeture ou le transfert à
l‟état de presque la moitié des banques. Comme résultat, le revenu par habitant est tombé
drastiquement. Les autres conséquences se sont ressenties dans l‟augmentation du chômage qui
a augmenté depuis 8% en 1998 à 17% en 1999, alors que la pauvreté en milieu urbain est
passée de 36% à 65%.34 Ceci a produit aussi une migration massive des équatoriens à
l‟étranger. C‟est toujours dans cette époque que la monnaie équatorienne, le Sucre, est
remplacée par le dollar afin d‟éviter l‟inflation, stabiliser l‟économie en peu de temps et attirer
de nouveau l‟investissement étranger.

Les années 2000

Cette période est marquée par les conséquences de la dollarisation de l‟économie équatorienne.
La crise socioéconomique du début des années 2000 a affecté surtout la production de pétrole
mais des réformes politiques pour l‟amélioration du régime législatif ont pu augmenter
considérablement le secteur. Par exemple, la loi d‟hydrocarbure sur la négociation et la
concession des investissements étrangers, la transformation de l‟entreprise nationale
PETROECUADOR en entreprise mixte (publique et privée). Le résultat montre qu‟en 2006, les
exportations de pétrole enregistrent un taux de 86% sur toutes les exportations. Mais, en même
temps, le profit n‟est pas à la mesure de cet essor à cause des importations très coûteuses de
dérivés de pétrole. Ceci contribue à l‟augmentation de la dette fiscale empêchant à l‟Equateur
d‟investir dans le secteur publique.

Il est important de préciser aussi qu‟à partir de cette période une conscience sur les
conséquences environnementales de l‟exploitation commence à surgi. Des associations
écologistes et des groupes de communautés amazoniennes réclament des indemnisations
34
http://www.auladeeconomia.com/articulosot-14.htm, consulté le 28 octobre 2010
34
sociales et environnementales pour le désastre que l‟exploitation pétrolière avait provoqué. Ces
contestations empêchent l‟état de construire plus d‟infrastructure pour l‟extraction du pétrole.
Généralement, cette période permet d‟observer une légère augmentation de l‟économie
nationale où quelques secteurs si distinguent : automobile, agricultures avec la banane et
l‟exploitation des crevettes. Le tableau en Annexe1 résume les étapes les plus importants du
développement de l‟Equateur.

II.1.4) Les enjeux de l’activité pétrolière et ses conséquences

Pendant les 30 dernières années, on a bien vu que le pétrole a joué un rôle stratégique dans les
différents modèles de développement du pays. Malgré les crises économiques, la mauvaise
gestion des politiques économiques ou financières, la volonté politique a toujours gardé comme
priorité et solution de sortie de la crise, l‟investissement dans le secteur pétrolier.

Continuer à investir dans ce modèle représente un enjeu économique important et très


complexe.
Lors de la crise économique mondiale récente, l‟Equateur a été de nouveau secoué par la
fluctuation du prix de pétrole. Avec la dollarisation de l‟économie équatorienne, le pays dépend
encore plus du marché international, devenant donc très vulnérable. La croissance enregistrée
en 2007 a beaucoup diminué en août 2008, quand la crise mondiale a commencé. Dans le
tableau suivant on peut observer comment le prix le plus haut arrive en juin 2008 à 121,66
dollars et tombe brusquement en décembre à 24,56.

Graphique 4: Evolution mensuelle du prix du pétrole 2004-2008

Encore une fois on voit la vulnérabilité économique du pays et les effets pathologiques de la
« malédiction des ressources ». Ainsi, l‟histoire de presque 50 ans de politiques économiques
basés sur l‟exploitation des ressources naturelles n‟ont pas réussi à apporter le niveau de
développement espéré. Comme Alberto Acosta et Jürgen Schuldt le soulignent, l‟Equateur
expérimente « le paradoxe de l‟abondance » qui fait que les pays spécialisés dans l‟extraction et

35
l‟exportation des ressources naturelles n‟ont pas réussi à se développer, comme le montre le
développement d‟autres pays semblables dans le Golfe Persique (Arabie Saoudite, Kuwait, les
Emirats Arabes)35. Malgré cette tendance, aujourd‟hui l‟activité pétrolière joue encore un rôle
majeur dans l‟économie nationale.
Graphique 5: Pourcentage du profit pétrolier dans le budget de l'état

Les exportations occupent encore une place importante, toujours à partir de 2006, ce qui montre
que l‟Equateur suit presque le même modèle que dans le passé.
Graphique 6: Pourcentage des exportations de pétrole sur le total des exportations

L‟enjeu économique actuel est de ne plus dépendre du marché international et de ses


fluctuations. Dans ce sens, la nouvelle loi sur les hydrocarbures adoptée en 2010 permet à
l‟Equateur de regagner sa souveraineté sur ces ressources d‟hydrocarbure, notamment face à
l‟hégémonie étasunienne. Maintenant toute la production de pétrole des entreprises étrangères
est la propriété de l‟état alors qu‟avant il bénéficiait seulement de 20% de cette production.

35
SCHULDT J, ACOSTA A, Petróleo, Rentismo, y subdesarrollo. Una maldición sin solución?, Revista Nueva
Sociedad No. 204 de Agosto 2006, p.1

36
La dépendance encore importante de l‟économie de l‟Equateur de l‟exploitation du pétrole et
cette nouvelle loi sur les hydrocarbures, nous montrent que celle-ci va encore continuer à futur.

Dans ce contexte les impacts et les enjeux socio-économiques et politiques deviennent très
importants, surtout en relation avec un nouveau modèle de développement durable.

Les impacts environnementaux et sociaux qui ont dévastés les territoires de l‟Amazonie
équatorienne sont encore présents malgré les réglementations actuelles, créant des conflits qui
deviennent des obstacles pour le développement local. L‟exploitation pétrolière se fait
essentiellement dans la région amazonienne, une région qui est source de richesse au niveau
national, mais qui au niveau local enregistre encore les taux les plus élevés de pauvreté (Voir
Annexe 2).

Cette région n‟a pas seulement subi les conséquences environnementales de l‟exploitation
pétrolière, mais aussi ses effets indirects. A partir des années 1970, quand le premier boom
pétrolier a commencé, il a été accompagné par le début d‟une croissance démographique
accélérée. Entre 1974 et 2001, le taux de croissance au niveau national est de 2,33% alors que
dans l‟Amazonie celui-ci est de 4,65%36. Ce développement s‟est fait autour des sites
d‟exploitation, d‟une manière aléatoire et sans planification préalable. Même jusqu‟à présent,
ces villages ne bénéficient pas de services basiques comme l‟eau potable, la canalisation ou
l‟électricité. Toutefois, dans cette région, le processus de colonisation n‟a pas été impulsé
seulement par l‟emploi pétrolier, mais aussi par une nécessité d‟offrir des terres aux paysans
trop nombreux. Ainsi, le besoin d‟avoir une propriété dans un contexte d‟expansion de
l‟activité agricole et d‟élevage ont été les raisons principales pour une déforestation massive.
Aujourd‟hui la population toujours croissante de l‟Amazonie trouve avec de plus en plus de
difficulté des terres forestières pour l‟agriculture, ce qui augmente encore plus la pauvreté et
l‟insécurité sociale. A celle-ci s‟ajoute l‟ampleur considérable des conflits sociaux avec la
destruction de la culture traditionnelle, notamment la culture des peuples indigènes… En plus
la dégradation du sol et de l‟environnement en général ne permet plus à ceux-ci de nourrir la
population de la région.

Ainsi, sous le concept de développement durable, les enjeux d‟une politique économique
toujours basée sur l‟exploitation du pétrole prennent de nouveaux contours.

Tout d‟abord, une exploitation plus respectueuse de l‟environnement s‟impose malgré de


nombreux incidents d‟origine pétrolière, ce qui représente un grand risque pour les ressources
naturelles. Dans le graphique suivant on peut observer que les écoulements de pétrole ont
augmenté par rapport aux autres types d‟accidents technologiques.

36
Instituto Nacional de Estadísticas y Censos

37
Graphique 7: Fréquence d'accidents technologiques enregistrés entre 1995 et 2006

Source : Fondation «Natura, Defensa Civil, 2004, Lloyd CAS, 2004, le journal « El PeriódicoHoy 2002 ».
Réalisation : Jairo Estacio

Un autre exemple récent de la construction de « Oleoducto de CrudosPesados, OCP) remet sur


le devant de la scène nationale les problèmes environnementaux posés par l‟exploitation du
pétrole.
Alberta Acosta raconte que pour la construction de cet oléoduc, l‟Etat a enfreint les lois, a mis
en danger la vie des populations et la protection de la biodiversité et a abusé de pouvoir dans
une coopération avec les entreprises pétrolières en mentant à l‟opinion publique. En février
2009 cet oléoduc a souffert un écoulement et a répandu 14 millions de barils de brut dans la
province de Napo37. En même temps, au niveau législatif, protéger la biodiversité et ses
fonctions représente une priorité pour l‟Etat. Dans ce contexte, contrôler ce type d‟accidents
devient un enjeu important surtout en prenant en compte les limitations scientifiques pour
quantifier les effets réels sur les écosystèmes.

Un autre type d‟enjeu est la réalisation d‟une planification étatique en vue de contrôler
l‟expansion des villes autour des exploitations. Ainsi, la création de nouvelles routes suscite
beaucoup de débat pour ces effets secondaires : impacts sur l‟environnement et création
d‟externalités qui ne peuvent pas être quantifiées, amplification de la colonisation, changement
de la culture, déforestation, perte de services et fonctions écologiques qui sont la base des
conflits sociaux en Amazonie. La conservation et le développement sont au cœur des
préoccupations des populations de cette région mais l‟influence toujours présente de l‟Etat et la
pression qu‟il exerce pour l‟extraction des ressources naturelles, affaiblit le pouvoir de
représentation des acteurs locaux et leurs outils de mise en place des programmes de
développement soutenable. Ce constat remet donc en question la possibilité d‟élaboration de
politiques publiques qui prennent en compte des critères culturels et sociaux et non seulement
les critères économiques. Dans ce sens, la décentralisation du pouvoir et l‟harmonisation des
niveaux de décision reste un enjeu important.

Comme Acosta le montre bien, l‟Amazonie est et a été gérée comme une périphérie ; une
tendance qu‟on observe dans tous les pays amazoniens qui sont à leur tour une périphérie du
système politique et économique mondial. Ceci transforme l‟Amazonie en une périphérie de la
périphérie où les conflits socio-environnementaux sont accentués38. L‟enjeu pour l‟état en

37
ACOSTA A, La maldición de la abundancia, Comité Ecuménico de Proyectos CEP, 2009,Quito, p.79
38
Ibid., p.83

38
matière de développement durable est de transformer l‟Amazonie d‟un territoire périphérique
du point vue géographique et social à un territoire prioritaire pour ses politiques sociales et
d‟inversion national d‟un côté, et de l‟autre, rendre cette région plus compétitive afin de
s‟intégrer dans le nouveau système fragmenté mondial.

II.2. Le changement de paradigme

II.2.1) La volonté politique pour un développement durable

Sous la présidence de Rafael Correa, en 2008, l‟Equateur adopte une nouvelle constitution qui
marque le début de la « révolution citoyenne ». Le cœur de la révolution est la rupture avec
l‟ancienne vision sur le développement et la construction d‟un état pluriculturel, égalitaire et
qui met en son centre le bien-être des citoyens. Elle reconnaît l‟existence d‟un modèle
historique de discrimination et la subordination des groupes d‟indigènes dû à la formation de
failles sociales pérennes.

Ce qui représente la marque forte d‟une volonté politique pour un changement est justement le
fait que les nouveaux concepts sont intégrés dans les textes de la nouvelle Constitution, adoptée
en 2008.
Ainsi, elle dépasse la vision limitée du développement comme croissance économique et met
en œuvre une nouvelle politique qui a en son centre le développement de l‟être humain et
comme objectif final son bien-être.
La relation entre l‟Etat et le marché est élargie pour intégrer la société et l‟environnement. Le
marché n‟est plus le moteur du développement mais partage ce rôle avec les deux derniers.
Ainsi, pour la première fois dans l‟humanité, une constitution reconnaît les droits de
l‟environnement et lui donne une place centrale dans ces politiques de développement39.

En dessous quelques exemples de son caractère innovateur montrent que la source de ce


changement est une volonté politique de changer le paradigme de développement et de se
diriger vers un modèle soutenable.

L‟environnement n‟est plus aperçu comme ressource mais comme « l‟espace où se reproduit et
se réalise la vie ». Grâce à cette conception, l‟environnement « a le droit qu‟on lui respecte
intégralement son existence, son fonctionnement, la régénération de ces cycles vitales, ses
fonctions et processus évolutives » (Art 71 et 72). On trouve aussi la reconnaissance des
concepts des services environnementaux qui ne sont pas susceptible d‟appropriation. (Art 74),
un concept aussi révolutionnaire pas seulement pour l‟Equateur mais à l‟échelle mondiale.

La nouvelle constitution donne à la planification et aux politiques publiques un rôle


extrêmement important dans la mise en place des objectifs nationaux, ce qui est une première
aussi. Sa priorité est l‟éradication de la pauvreté, la promotion du développement durable et la
redistribution égalitaire des ressources et de la richesse, comme conditions fondamentales pour
arriver au bien-être.
Le principal outil mis en place par le gouvernement, et le plus important afin de concrétiser
cette vision, est le « Plan Nacional para el BuenVivir 2009-2013, élaboré par le Secrétariat
National de Planification et Développement, SENPLADES. Celui-ci est le premier document
de référence pour tous les secteurs publics de planification du développement.

39
SENPLADES, Plan Nacional para el Buen Vivir 2009-2013: Construyendo un Estado Plurinacional e Intercultural,
2009,Quito, p. 43

39
Ce qui est aussi nouveau est l‟effort continu de toujours lier les politiques sectorielles et les
nécessités territoriales avec les intérêts nationaux. Dans ce sens, beaucoup d‟outils de
planification ont été créés comme les agendas sectoriels qui synthétisent les politiques et les
orientations de chaque cabinet de l‟Exécutif ou les agendas zonaux qui englobent les stratégies
de planification au niveau local. 12 objectifs nationaux permettent aujourd‟hui d‟orienter les
nouvelles politiques, chacun se traduisant dans des indicateurs qui permettent l‟évaluation des
Stratégies Territoriales Nationales. Celle-ci représente une innovation dans le cadre de la
planification parce qu‟elle inclue aussi une territorialisation des indicateurs des politiques
publiques, chacun adapté à la diversité spécifique de chaque zone de planification. Alors cette
stratégie renforce encore plus la planification multi scalaire. Ce plan représente donc le premier
pas dans la construction du Système National Décentralisé de Planification Participative qui a
comme objectif la décentralisation du pouvoir et de construire un état plus démocratique et
pluriculturel.

II.2.2) Les enjeux d’une modification de la structure économique vers un modèle


soutenable

Jusqu‟à présent le modèle de développement en Equateur est caractérisé par une industrie
primaire, extractive et dont la dynamique est concentrée dans les activités d‟exportation. Les
résultats de ce modèle reproduisent un schéma d‟accumulation inégalitaire et un type
d‟exploitation irrationnel qui dégrade les écosystèmes. L‟économie équatorienne est spécialisée
dans ce type de modèle ce qui signifie une stagnation de l‟industrie et une prédominance des
activités primaires-extractives-exportatrices et des externalités négatives. Sur le plan social ce
modèle a créé un pays égalitairement pauvre et inégalitairement riche où la discrimination fait
partie de la façon d‟interagir entre les citoyens.

Pour construire la société du « bien-être », l‟état doit mettre en place un nouveau modèle
d‟accumulation et de redistribution.
Il est important de mentionner que cette stratégie considère la biodiversité comme le plus grand
avantage compétitif de l‟Equateur. Elle est vue ainsi comme une ressource stratégique pour le
développement endogène national en prenant la place des ressources non-renouvelables. Un
deuxième aspect important est la façon dont cette ressource est valorisée afin d‟avoir les
résultats espérés : conservation et construction de bio et de nanotechnologies. Cela implique
aussi donc, la construction d‟une société de bio connaissance et d‟un tourisme communautaire
basée sur le dialogue interculturel. Ces variables sont considérés comme essentielles pour
réussir des transformations radicales et qualitatives. La figure suivante présente les 4 étapes
planifiées de cette stratégie.

40
Figure 3: Etapes de la stratégie de développement endogène soutenable

Source : SENPLADES, 2009. Réalisation : SENPLADES

Dans cette figure on voit bien la transition d‟une économie basée principalement sur le secteur
primaire à une autre basée sur la biotechnologie et les nouvelles industries. La première étape
est de transition dans le sens où l‟économie dépend encore des ressources primaires. A l‟aide de
ces ressources et par l‟investissement public, se créent les conditions pour l‟essor de l‟industrie
nationale et sa diversification et se fait le passage vers un secteur énergétique plus soutenable.
Dans la seconde étape l‟importance de l‟industrie nationale augmente et doit être renforcée à
travers la production et la consommation d‟énergie renouvelable. Les principales ressources
financières pour cette transition vont être obtenues de « l‟extraction responsable et soutenable
des ressources non renouvelables comme les hydrocarbures et éventuellement l‟activité
minière »40. Dans la troisième phase l‟industrie est plus diversifiée et elle devrait couvrir les
besoins nationaux et pourvoir exporter aussi. Dans la quatrième partie, le bio service et la bio
technologie doit bénéficier de toutes les conditions pour se développer. Le poids du secteur
tertiaire est donc primordial.

Dans ce contexte l‟insertion stratégique de l‟Equateur dans le monde dépend de cette stratégie
et non de décisions publiques dépendantes des politiques de libéralisation du marché globalisé.
La conservation et la connaissance que la biodiversité peut générer est une condition essentielle
pour la satisfaction des nécessités basiques de la société. La valeur de la biodiversité et son rôle
dans l‟économie est clairement reconnue et intégré.

Afin de pouvoir transformer en réalité cette stratégie, le Plan Nacional del Buen Vivir,
comprend ainsi 12 stratégies pour mettre en œuvre la première phase de la stratégie endogène.
La plus importante est la transformation du modèle de spécialisation de l‟économie à travers la
substitution sélective d‟importation pour le bien-être.

40
SENPLADES, Plan Nacional para el Buen Vivir 2009-2013: Construyendo un Estado Plurinacional e Intercultural,
2009,Quito, p. 97

41
Donc, le premier grand enjeu de l‟Equateur pour la période 2009-2013 est le changement de
spécialisation de l‟économie. Le nouveau modèle, tel qu‟il est conçu est planifié dans ce Plan,
se concentre plus sur la production du secteur secondaire et tertiaire, ce qui permet le
développement du marché national sans l‟isoler du marché international. Ce type d‟orientation
est accompagné par un investissement dans la main d‟œuvre spécialisée, ce qui va augmenter
les salaires et donc, la demande et le pouvoir d‟achat des populations. De cette façon, avec une
demande interne croissante, le marché interne se développe et peut constituer une alternative
importante de l‟expansion de la production. Ainsi, la dépendance externe du pays et la
vulnérabilité de l‟économie face aux fluctuations des prix des ressources non-renouvelables
peut être réduite.
En même temps, il est spécifié que la spécialisation primaire de l‟économie à une tendance à se
maintenir encore puisque, sur le court terme, elle offre plus de bénéfices grâce à
l‟infrastructure qui existe déjà et des coûts d‟investissement faible. La seconde alternative
nécessite un investissement important et le pays ne remplit pas encore toutes les conditions
pour la mettre en place : infrastructure, main d‟œuvre qualifiée, technologie, science..41. De
cette stratégie dépend aussi les autres qui sont à mener pour conduire le pays vers le
développement : augmentation de la production réelle et diversification des exportations,
mondiales, insertion stratégique souveraine dans le monde et intégration latino-américaine.

Sous la perspective de la diminution des ressources de pétrole, le pays s‟oriente vers un autre
type de ressources non-renouvelables, les ressources minières. Le grand potentiel minier de
l‟Equateur est estimé à environ 217 000 millions dollars en réserves, même si le potentiel réel
est très difficile à estimer par manque d‟études récentes42. Même si l‟activité minière représente
une activité traditionnelle en Amazonie, ces réserves n‟ont pas présenté beaucoup d‟intérêt
pour le pays. Maintenant l‟industrie minière est devenue un secteur stratégique du
développement de l‟Equateur, destiné à fournir les ressources financières nécessaires pour la
mise en place du changement de modèle économique et le succès de la révolution citoyenne.
Avec le nouveau paradigme du développement, accompagné par des réformes législatives, on
observe une volonté politique de développer une industrie minière soutenable qui représente la
base pour le développement du pays. Pourtant, le modèle reste le même, c‟est-à-dire extractif-
exportateur.

Un autre enjeu, cette fois par rapport au développement de l‟industrie minière, ce sont les
impacts environnementaux et les conflits sociaux qu‟elle peut provoquer dans un territoire déjà
ravagé par son histoire d‟extraction de pétrole. La concentration des réserves se trouve dans le
sud du pays, en Amazonie, un territoire très riche en biodiversité.

Les opinions sur les possibles effets négatifs ou positifs de l‟industrie minière à grande échelle
en Equateur, ont divisé l‟opinion publique et les acteurs en deux parties: ceux qui sont pour
l‟industrie minière et ceux qui sont contre. Les partisans de cette stratégie mettent l‟accent sur
les bénéfices économiques pour le pays en disant en même temps qu„il est possible de
développer une industrie minière responsable et dont les impacts sur l‟environnement sont
réversibles. La position du Rafael Correa est très ferme « refusons ces actions sans sens et qui
ne tiennent pas la moindre justification, qui ne résistent à la moindre analyse. Si l‟activité
minière nuit à l‟environnement, toutes les activités humaines nuisent à l‟environnement. Si on
veut contamination zéro, on doit renoncer à la voiture, parce que les voitures polluent. Ce qu‟on

41
SENPLADES, Plan Nacional para el Buen Vivir 2009-2013: Construyendo un Estado Plurinacional e Intercultural,
2009,Quito, p. 104
42
http://www.puce.edu.ec/opa/editorial_b2.htm, consulté le 22/09 /2010

42
doit chercher est le juste l‟équilibre et réparer les effets »43. Il ajoute aussi que l‟agriculture
nuit plus à la nature et que les impacts de l‟activité minière peuvent être réparés en proportion
de 95%. Les bénéfices de cette activité vont pouvoir ainsi soutenir le pays dans son changement
vers une société plus soutenable et lutter contre la pauvreté. En effet, il est estimé qu‟environ
30 millions de postes de travail vont être crées par les 5 projets miniers stratégiques. 44

Au contraire, les opposants à l‟industrie minière insistent sur les menaces que cette activité
signifie pour le pays. Par exemple quelques impacts directs si l‟entreprise Aurelian va exploiter
le dépôt Fruta del Norte qui a des réserves de 13,7 onces d‟or montre l‟ampleur de ces projets
dans le territoire. Le volume des déchets sera de 384.000 millions de kg, un chiffre comparable
à la quantité de déchets produite par la ville de Cuenca pendant 5260 années, qui produit à
l‟année 73 millions de tonnes. Les ressources en eau aussi vont souffrir un impact considérable
aussi. De même, pour produire une tonne de cuivre, il est nécessaire entre 10.000 et 30.000 litre
d‟eau. Une once d‟or nécessite 8.000 litres d‟eau. Les mines à ciel ouvert drainent les cours
d‟eau environnants et réduisent considérablement la quantité d‟eau nécessaire pour
l‟agriculture45. Ce type d‟exploitation signifie également une déforestation importante, avec
enlèvement complet de la végétation. Ceci amplifie encore plus uns des plus graves problèmes
de l‟Equateur, la déforestation. En 2005, 44,7% de la surface du pays est déjà affecté.

L‟extraction des ressources non renouvelables affecte aussi les ressources renouvelables par le
rythme d‟extraction trop élevé et trop rapide. Dans une région avec une importante biodiversité,
l‟impact est d‟autant plus grand que la valeur biologique est haute.
D‟autres critiques sont formulées par les opposants à ces projets, ainsi l‟industrie minière à
grande échelle ne fournit pas beaucoup d‟emploi à l‟échelle locale puisque ce type d‟activité
nécessite des spécialistes, amenés le plus souvent de l‟étranger à cause du faible niveau
d‟éducation de la région. Par exemple, au Pérou, le secteur minier à grande échelle représente
seulement que 0.9% du secteur économiquement actif et au Brésil 0.1%46.

En contrepartie, ce développement augmente la migration des populations, ce qui accroît la


pollution des sols et de l‟eau notamment, comme dans le cas du pétrole. A la fin de
l‟exploitation, la zone ne peut plus se soutenir et se transforme dans un pôle de pauvreté
extrême, ce qui augmente encore plus la pression sur l‟environnement. Même si le
gouvernement est en train de prendre des mesures pour contrôler ces phénomènes, dont les
plans d‟aménagement de territoire représentent un outil essentiel, la méfiance des acteurs sur
l‟efficacité de ces politiques est importante. La plupart y voient le même modèle économique et
préconisent que l‟industrie minière va répéter l‟histoire du pétrole.

Conformément au cadastre minier, celui-ci va occuper environ 20% du territoire, en couvrant


presque toute la province de Zamora Chinchipe y Morona Santiago. Ainsi, les conflits de
l‟usage du sol sont un des enjeux les plus importants auquel l‟Equateur doit trouver une
solution. Les concessions minières incluent aussi des zones protégées, des forêts avec régime
de protection, des sites archéologiques, des zones agricoles et des territoires d‟indigènes. Cette
situation a donc mobilisé un bon nombre d‟acteurs.

43
http://www.ecuadorinmediato.com/Noticias/news_user_view/gobierno_ecuatoriano_desarrollara_el_potenci
al_minero_del_pais--131277, consulté le 22/09/2010
44
Ministerio de Minas y Petróleos, Explotación de minerales metálicos a cielo abierto y subterránea, Serie
Ecuador Minero, Numero 3
45
ACOSTA A, La maldición de la abundancia, Comité Ecuménico de Proyectos CEP, 2009, Quito, p.114
46
Ibid., p. 120

43
Photographie 1: Proteste contre la loi minière

Source :http://news.bbc.co.uk/hi/spanish/latin_america/newsid_7841000/7841323.stm

Des conflits locaux violents où les communautés d‟indigènes dénoncent l‟invasion de leur
territoire jusqu‟aux manifestations nationales contre la loi de l‟industrie minière, les
protestations se sont amplifiés considérablement dans les 4 derniers années. Elles montrent
ainsi le manque de la consultation publique dans la prise de décision, en diminuant aussi sa
constitutionnalité, le point fort de la révolution citoyenne et de la réforme.

Par exemple la protestation du 21 janvier 2009 contre la loi minière a bloqué les rues de
quelques provinces du pays et se sont soldés par des violences.

Ainsi, les avantages et les désavantages de l‟activité minière diffèrent en fonction de l‟échelle
d‟analyse. Développer une industrie minière pourrait apporter des bénéfices sur le court et long
terme au niveau national mais au niveau local celles-ci ne sont pas encore bien connues.
L‟enjeu est de connaître d‟une façon plus précise ces impacts et de trouver un juste milieu.

II.2.3) Le cas de Yasuni ITT : un exemple de développement durable ?

La proposition officielle de l‟Equateur en 2007 de ne pas exploiter le pétrole qui se trouve dans
le parc national Yasuni ITT a surpris le monde entier par son concept révolutionnaire. En effet,
les réserves de Yasuni représentent environ 20% des réserves totales connues dans le pays et
son exploitation rapporterait un bénéfice de 5 à 6 milliards de dollars. En échange de sa mise en
exploitation, l‟Equateur propose à la communauté internationale une contribution à hauteur de
50 % afin de protéger ce hot spot planétaire.
Les bénéfices d‟une telle initiative sont nombreux : sauvegarder ce patrimoine mondiale des
impacts d‟une possible exploitation, protéger les communautés Tagaeri et les Taromenane,
lutter contre le réchauffement climatique, freiner la déforestation et la pollution des sols, ainsi
que la détérioration des conditions de vie des habitants de la région, montrer un vrai exemple
de changement de mentalité sur le développement vers un autre modèle basé sur des formes
d‟énergie renouvelable.

Les enjeux ainsi que les bénéfices sont énormes, surtout pour un pays en cours de
développement comme l‟Equateur.

A l‟échelle nationale, la concrétisation de cette initiative s‟est toujours confrontée à d‟autres


intérêts économiques divergents.
Parallèlement aux négociations pour garder le pétrole sous terre, il y a eu aussi des initiatives
qui se sont concrétisées vers une exploitation. Par exemple, plusieurs entreprises, comme
Petrobras (Brésil) ou Enap (Chile) ont mis en place des négociations avec le gouvernement afin
d‟exploiter cette zone. Mais l‟acteur qui a eu le dernier mot sur la décision a été la société

44
civile, qui, lorsqu‟elle a voté la nouvelle constitution, a voté aussi pour la conservation du
patrimoine naturel au détriment de l‟exploitation. Ceci témoigne d‟une avance important vers
une société « du bien-être » et donne un pouvoir légitime énorme aux politiques publiques, en
contribuant aussi à la consolidation de la démocratie.

Mais, malheureusement, l‟état établit aussi une condition à cette initiative. Si les pays
signataires de la convention n‟offrent pas à l‟Equateur la moitié de la valeur que l‟exploitation
supposerait, il va recourir à l‟exploitation de ces ressources.

Cette double facette de l‟initiative Yasuni ouvre le débat sur la valorisation des ressources non-
renouvelables face à la biodiversité. Dans les conditions imposées par l‟état, l‟initiative Yasuni
reste exclusivement la responsabilité de la communauté internationale et spécialement des pays
riches, alors que cette décision est une décision légitime du peuple et devrait entrer dans la
responsabilité directe de l‟état pour la protéger. En même temps, il faut aussi apprécier le
caractère totalement innovant de ce concept et le fait qu‟il crée un précédent dans l‟histoire du
développement durable.

Au début de cette partie, nous avons vu le changement révolutionnaire de la politique nationale


afin de rompre avec un modèle qui s‟est avéré insoutenable. Mais en étudiant le passage depuis
les développements conceptuels aux pratiques, on peut se demander si ce modèle est vraiment
soutenable.
La décision d‟utiliser les ressources minières comme ressource stratégique pour financer le
développement du pays est tout à fait raisonnable et légitime. Malheureusement, il soulève des
questions essentielles auxquelles il n‟y a pas de réponse : est-ce qu‟on connaît le coût des
impacts réels de l‟exploitation minière et est-ce que ces coûts sont compensés par les
bénéfices ? Est-ce qu‟on a une réelle appréciation sur la valeur biologique de l‟Amazonie et
que peut-on perdre ? Est-ce que maintenir le même modèle extractif va permettre à l‟Equateur
d‟accéder à un plus haut échelon au plan international ? Pourquoi les principes invoqués dans le
cas de Yasuni : respect de droit des communautés, protection de la biodiversité, de la diversité
culturelle ne s‟appliquent-t-elles pas dans le cadre de l‟industrie minière aussi ?

Ces questions sont toujours au cœur du débat et alimentent les conflits sociaux. La soutenabilité
ne reste pas seulement théorique, mais également pratique.

45
III. L’activité minière : une nouvelle façon durable
d’assurer le développement économique de l’Equateur ?

III.1. L’évolution de l’activité minière sur le territoire

III.1.1) Les enjeux de l’activité minière dans l’histoire

A l‟heure actuelle, l‟industrie minière en Equateur se confronte à de nombreux défis. La façon


dont l‟état équatorien relève ces défis va certainement influer sur le modèle de développement
futur du pays. Nous avons bien vu dans le chapitre II que la décision de changer le modèle de
développement basé sur les ressources primaires vers un modèle de développement durable a
un caractère essentiellement politique. Ce changement presque brutal par rapport au passé est
souhaité par le gouvernement de Correa avec l‟adoption de la nouvelle Constitution.
La question qui se pose est de savoir si développer l‟industrie minière à grande échelle en
Equateur va vraiment apporter le niveau de développement espéré et si ce développement va se
faire en respectant les principes du développement durable. Dans le cas de l‟Equateur, les trois
piliers du développement durable se traduisent par des enjeux plus importants que le pays doit
relever : protection de l‟environnement, développement endogène au niveau national et surtout
local, respecter les droits des populations indigènes.

Afin de comprendre ces défis pour le futur, il est important d‟évaluer le rôle de l‟industrie
minière dans le passé. L‟activité minière en Equateur est une activité traditionnelle déjà
présente avant de l‟arrivée des espagnols. Celle-ci était pratiquée par les indiens pour
l‟extraction de l‟or le long de la rivière de Napo, dans le sud du pays. L‟industrie minière en
Equateur s‟intègre autour de trois secteurs principaux :

- De subsistance, pratiquée par les catégories marginales de la population comme activité


additionnelle à l‟agriculture et à une échelle très réduite et sans réglementation.
- Artisanale qui est réglementée mais se caractérise par son caractère informel dans la
pratique. Elle mobilise beaucoup d‟emplois non qualifiés, peu de capital, peu
d‟investissement, produit très peu mais contamine beaucoup.
- Activité à petite échelle signifie des activités extractives qui occupent au maximum 150
ha de concessions minières, avec une productivité réduite mais planifiée, avec de
l‟infrastructure technologique, employés qualifiés, mesures de protection de
l‟environnement.

L‟activité minière à petite échelle représente le type d‟activité minière la plus répandu du pays
grâce à la quantité de matériel extrait et travaillé mais aussi par le nombre d‟emplois créés. Le
développement de cette industrie peut se résumer en trois moments clés.
Le premier est l‟apparition de l‟activité minière à petite échelle qui se fait après la faillite de la
compagnie minière nationale CIMA (Compañía Industrial Minera Asociada) qui a exploité l‟or
dans le Sud de l‟Equateur, à Portovelo-Zaruma, jusqu‟à fin des années 1970. L‟augmentation
du prix de l‟or et le manque d‟articulation de l‟administration publique minière a donné
naissance à des petites activités, le plus souvent informelles et précaires, pratiqués par les

46
anciens employés de la compagnie nationale. Cette période est considérée comme une
involution par rapport à la pratique minière, avec la détérioration de l‟infrastructure existante et
des conditions de travail plus précaires mais aussi avec beaucoup de conflits entre les miniers et
l‟Etat.
Dans les années 1980, un bon nombre d‟entreprises étrangères (Newmont y Río Tinto Zinc,
Placer Dome, Echo Bay, Billinton , TVX, Goldfields) manifestent un intérêt pour étudier les
réserves minérales de l‟Equateur. Les découvertes faites au Chili ou au Pérou (Yanaccocha)
offraient des indices sur de possibles réserves importantes en Equateur. Dans le même temps,
au niveau national, des études d‟exploration sont effectuées et des politiques néolibérales créent
un régime législatif favorable à l‟investissement étranger afin de développer l‟industrie minière
à grande échelle. Parallèlement à ces politiques, l‟activité minière informelle continue son
développement, notamment en occupant de nouveaux espaces. Ainsi, d‟autres zones minières
apparaissent à Nambija dans l‟Amazonie et Ponce Enriquez dans la partie occidentale des
Andes, Pujilí, Pucará, Cordillera del Cóndor (Chinapintza), etc. Ces zones se sont développées
suite à la crise agricole due au phénomène El Nino et à l‟augmentation du prix de l‟or.

Dès lors, une nouvelle forme d‟organisation territoriale apparaît : les coopératives minières, qui
ont eu un rôle très important dans le début de la légalisation des concessions minières illégales.
Ceci a offert plus de pouvoir à l‟activité minière à petite échelle dans les négociations avec
l‟Etat et les entreprises minières étrangères. Néanmoins, suite aux découvertes insuffisantes
pour un investissement à grande échelle et à la chute soudaine du prix du pétrole, presque
toutes les compagnies se sont retirées de l‟Equateur, en provoquant une crise importante dans
ce secteur. De ce fait, par manque de concurrence, entre les années 1980 et 1990, l‟industrie
minière à petite échelle continue à se développer et cherche à légaliser son statut.

La troisième étape commence avec le renforcement de cette activité qui a eu lieu pendant les
années 1990 au travers de l‟augmentation de sa production. De nouvelles formes d‟organisation
de type entreprise apparaissent, ce qui accélère le processus de légifération des concessions
minières. On observe que le développement de ce secteur s‟est fait par l‟augmentation des
concessions illégales et la pression de différents types d‟organisation minière pour rendre leur
statut légal. Malgré sa présence sur le territoire, l‟industrie minière à petite échelle n‟a pas
bénéficié d‟investissements publics. Les politiques publiques en Equateur étaient plutôt
dirigées vers l‟investissement étranger, politique considérée comme la seule qui puisse apporter
des bénéfices économiques au pays. La Banque Mondiale a donc été un acteur très important
dans l‟ouverture capitaliste du secteur minier et y a beaucoup contribué avec des prêts. Le
projet PRODEMINCA (Projet de développement minier et contrôle environnemental) a été
financé par la Banque Mondiale en valeur de 30 millions de dollars. Le but était de d‟estimer le
potentiel minier du pays afin de planifier le développement de cette activité. Cependant, à cause
de la difficulté de son application il a été abandonné sans atteindre ces objectifs d‟exploration
et ajoutant encore 13 millions dollars à la dette externe du pays.

Quelques années plus tard, la hausse du prix de l‟or a réveillé de nouveau l‟intérêt pour un
développement au niveau national de l‟industrie minière à petite échelle, mais aussi l‟intérêt
des entreprises étrangères. En même temps, un front d‟opposition à l‟industrie minière à cause
de ces impacts sociaux-environnementaux se crée dans les nouvelles zones de l‟expansion
minière. En 2000, le régime législatif a de nouveau changé afin d‟attirer l‟investissement
étranger dans le pays. Ainsi, un cadre économique avantageux attire beaucoup d‟entreprises
étrangères.
Ce moment est très important pour l‟évolution future de ce secteur.
Un nombre impressionnant de concessions sont offertes, phénomène qu‟Acosta décrit comme
« l‟hémorragie » ou « la nuit néolibérale ». Donc, sur presque 5 millions d‟hectares occupés par
les concessions, seulement 7% sont en activité. Le reste est entré dans un processus de

47
spéculation. Ceci a eu comme résultat la concentration d‟un grand nombre de concession entre
les mains de peu d‟individus.
Cette ouverture vers l‟investissement étranger n‟a pas été accompagnée par une planification
sociale ou économique. Les zones d‟influences minières se sont agrandies en provoquant des
conflits sociaux-environnementaux. Même si l‟apport économique à l‟état est minime, la
présence des entreprises étrangères est perçue comme l‟unique voie vers le développement du
pays.

Sur le plan économique, la contribution de l‟industrie minière à petite échelle dans le PIB du
pays a toujours été marginale, comme on observe dans le graphique en-dessous.
Tableau 1: PIB de l’activité minière

En même temps, il faut prendre en compte le caractère illégal de cette industrie, ce qui fait
qu‟une bonne partie de la production n‟est pas déclarée. L‟absence d‟une administration
structurée, le peu d‟information sur le nombre de concessions existantes et de mauvaise qualité
sont aussi des facteurs importants qui jouent sur les chiffres. Par contre l‟extraction de
minéraux non-métalliques est beaucoup plus développée. Les extractions les plus significatives
sont le calcaire pour l‟industrie du ciment, l'argile et le kaolin pour la céramique, la silice pour
l‟industrie du verre.

En ce qui concerne le nombre d‟emplois générés, l‟industrie minière à petite échelle a une
contribution importante. En termes d‟emploi offert, l‟extraction de minéraux métalliques crée
le plus de postes de travail. Avant la découverte de ceux-ci, c‟était l‟industrie des minéraux
non-métalliques qui offrait plus de postes de travail, comme nous pouvons l‟observer dans le
graphique en dessous. L‟augmentation du prix de l‟or a été aussi un facteur vers le changement
de cette tendance.

48
Tableau 2: Emplois par type d'activité minière

Source : MOREANO F, Minería, Minerales y Desarrollo Sustentable en Ecuador, Informe Nacional,


2001, p.23

A l‟heure actuelle, l‟activité minière à petite échelle représente 100% de l‟industrie d‟extraction
métallique, 90% de l‟extraction non métallique, et 95% des matériaux de construction. Elle a
généré en 2008 approximativement 20.000 d‟emplois dans les zones urbaines et 65.000 dans
les zones rurales. Elle est considérée comme bénéfique pour l‟économie puisqu‟elle génère
beaucoup d‟emplois, donne de la valeur ajoutée, génère des dynamiques économiques.47

Pourtant, son apport au PIB national est marginal. Si nous comparons son apport au PIB avec
celui du pétrole, la différence est frappante. Ceci s‟explique aussi par le manque
d‟investissement de l‟état dans ce secteur et le manque d‟information sur les chiffres réels de la
production.

Graphique 8: PIB pétrole et PIB industrie minière

Même en prenant en compte ses limites, l‟industrie minière n‟a pas représenté un intérêt pour la
politique économique de l‟Etat. Elle est restée toujours dans l‟ombre de l‟industrie pétrolière.
Dans le graphique ci-dessous on observe que le secteur intitulé « exploitation mines et pétrole »
correspond à un PIB de 22,8 %, soit le deuxième secteur le plus important pour le pays. Mais si
l‟on compare avec la contribution du PIB minier avec celui du pétrole dans le tableau ci-dessus,
l‟apport du pétrole est prédominant.

47
Instituto Geográfico Militar, Atlas de la República del Ecuador, 2009, Quito, p.172

49
Graphique 9: PIB par activités économiques 2008

Source : Instituto Geográfico Militar, Atlas de la República del Ecuador, Quito, 2009

L‟enjeu majeur du pays aujourd‟hui est de développer le secteur minier afin que celui-ci puisse
remplacer l‟industrie du pétrole sur le long terme.

III.1.2) L’industrie minière à grande échelle dans le cadre du nouveau modèle de


développement durable

Comme nous l‟avons vu précédemment, l‟Equateur ne peut pas se caractériser comme un pays
minier même si cette industrie a été toujours présente. La décision de passer à une industrie
minière à grande échelle est une décision du gouvernement actuel. Elle a été prise après
l‟adoption de la nouvelle constitution, malgré le fait que pendant sa campagne électorale,
Correa se montrait contre le développement de cette industrie. Ce changement de stratégie est
présenté par le gouvernement comme l‟unique voie possible pour atteindre un niveau de bien-
être social planifié. A la suite nous allons exposer les principaux bénéfices de l‟industrie
minière tels que le gouvernement les évoque dans son discours.

50
Actuellement l‟économie équatorienne est encore basée sur l‟extraction de ces ressources
naturelles, principalement le pétrole. En prenant en compte le fait que les réserves pétrolières
de l‟Equateur ne peuvent être exploitées que durant les 30 prochaines années l‟industrie
minière est censée remplacer le pétrole afin de maintenir une source de revenu stable pour le
pays48. Parallèlement, les bénéfices économiques que l‟industrie minière va générer sont des
ressources financières stratégiques dans la mise en œuvre du projet de développement durable
de l‟Equateur. En effet, la transition d‟un modèle économique primaire-extractif existant depuis
presque 40 ans à un autre soutenable nécessite des ressources financières dont l‟Equateur ne
dispose pas. Exploiter les ressources minérales du sous-sol représente donc pour le
gouvernement l‟unique solution. Les chiffres officiels de la Chambre de l‟industrie minière sur
le potentiel de l‟Equateur sont les suivantes :

- cuivre : 47.2 millions livres => $ 130,700 millions ;


- or : 19,4 millions onces => $12,600 millions ;
- argent : 27,1 millions onces => $ 0,300 millions.

Soit un total de $143,700 millions de dollars. Ces chiffres doivent être pris avec précaution
puisqu‟elles sont fournies par les entreprises privées et dépendent aussi de la variation du
marché mondial. L‟état n‟a pas accès à ces données et ne dispose pas non plus d‟une étude
récente concernant ses réserves minérales. Si ces projets à grande échelle entrent en production,
l‟état estime que dans les 10 premières années il y aura :

- Un investissement de $ 5 millions environ.


- Bénéfices des impôts (rente, TVA, utilités) : $300-$900 millions/ an.
- Bénéfices de l‟exportation : $ 2,2 -$ 6 millions/ an49.

En dehors des avantages financiers, d‟autres aspects positifs sont mis en avant:

- Construction de l‟infrastructure nécessaire pour la consolidation du réseau routier en


Amazonie et augmentation de la mobilité.
- Développement local par l‟offre des services basiques, construction d‟hôpitaux, écoles,
etc.
- Apparition et consolidation de l‟industrie minière à une échelle moyenne.

L‟état garantit la mise en place d‟une industrie minière responsable et soutenable. Une industrie
extractive qui puisse rompre avec l‟image d‟économie d‟enclave crée par le pétrole et capable
de générer un développement soutenable. Il est important de spécifier que dans la vision de
l‟état équatorien la gestion soutenable des ressources non-renouvelables signifie l‟exploitation
de ces ressources de la meilleure et efficace forme possible afin d‟assurer une croissance
économique soutenable. Le principe d‟héritage intergénérationnel n‟est pas pris en compte.

Comme nous l‟avons expliqué dans le chapitre 2, l‟Etat a adopté une série de mesures
législatives, c‟est-à-dire de réformes qui assurent la distribution de la richesse d‟une façon
équitable et plus avantageuse pour le pays. Ceci assure les droits des peuples indigènes, et, ce
qui fait son caractère révolutionnaire, il reconnaît le droit de la nature dans sa constitution.
Cette fois l‟Etat assume le rôle de planificateur de la richesse et d‟intermédiaire entre les
populations locales et les entreprises minières. La planification est le mot clé dans les
différentes politiques et mesures que l‟état a créé et que nous avons déjà résumées dans la
présentation du Plan National del Buen Vivir.

48
LAREEA L-C., Es Posible la Transición a Una Economía Post – petrolera?
49
Ministerio de Energía y Minas, El ABC de la minería en el Ecuador, 2007, Quito, p. 7

51
Même si pour le moment aucun projet à grande échelle n‟est pas en production, la résistance à
ce type d‟industrie est très forte. La polémique concerne le caractère ou non soutenable de
l‟industrie minière à grande échelle. Une série d‟acteurs comme les ONG, les indiens ou une
partie de la société soutiennent que l‟industrie minière à grande échelle n‟est pas compatible
avec les objectifs de développement durable et qu‟elle ne représente qu‟un autre « BOOM »
comme tous les autres que l‟Équateur a connu au cours de son histoire.
A la suite nous allons voir en quoi consistent ces revendications.

III.1.3) Le conflit de l’industrie minière

Un des piliers de l‟économie, que Rafael Correa veut construire, pour la cohérence de sa
politique, est l‟industrie minière. Le passage de l‟industrie minière à petite échelle à grande
échelle et son nouveau rôle essentiel dans le changement de paradigme de développement en
Equateur, donne naissance à beaucoup de conflits socio-environnementaux, politiques et
économiques. Il apparaît nettement que dans le cadre d‟une analyse sur le développement
durable, ceux-ci ne sont pas conformes aux critères d‟un tel développement.

Nous avons vu que les réformes adoptées dans le cadre législatif montrent le changement
politique de paradigme. Mais dans la réalité, la mise en œuvre de celle-ci se fait par la violation
des droits constitutionnels.
L‟industrie minière, telle qu‟elle est définie dans la nouvelle Constitution, est une activité
stratégique pour le développement du pays mais qui ne peut être réalisée que lorsqu‟elle
respecte les droits de la nature et des peuples indigènes. En 2009, l‟Equateur a adopté une
nouvelle loi qui doit réglementer cette activité dans un cadre plus claire sous les critères d‟un
développement durable. Le but de cette nouvelle loi est d‟impulser le développement de
l‟industrie minière à grande échelle mais d‟une façon soutenable. Dans la carte ci-dessous on
observe une toute autre réalité. Les concessions minières occupent tant les espaces protégés
que les territoires des peuples indigènes.
Afin de mieux comprendre le conflit que l‟industrie minière suscite, nous allons l‟exemplifier
par les conflits d‟ordre législatif.

52
Carte 1: Conflits de l'industrie minière au niveau national

53
Inconstitutionnalité

Malgré les avances en matière de législation, cette loi a été très critiquée par beaucoup
d‟acteurs, surtout par les peuples indigènes à cause de son inconstitutionnalité. Premièrement,
son adoption n‟a pas été faite par un processus de consultation de la population. L‟article 57 de
la Constitution établit le droit des communautés, peuples et nationalités indigènes d‟être
consultés avant l‟adoption d‟une mesure législative qui puisse affecter leur territoire. Ainsi, la
nouvelle loi concernant l‟industrie minière concerne directement les ressources des territoires
qu‟ils occupent.
La Confédération de Nationalités Indigènes de l‟Equateur (CONAIE), qui représente les droits
des peuples indigènes au niveau national, a dénoncé le caractère inconstitutionnel de cette loi et
donc l‟incapacité de son application. La Cour constitutionnelle a reconnu la violation de ces
droits mais la loi est restée en vigueur jusqu‟à aujourd‟hui. De ce fait, les révoltes indigènes se
sont amplifiées et sont devenus plus importantes ces derniers mois.

Le droit au territoire

Le droit au territoire est une des principales revendications des peuples indigènes pas seulement
en tant que droit collectif gagné mais aussi comme une dimension existentielle de chaque
peuple. Ainsi, sa valeur juridique est très importante pour l‟exercice des autres droits
proclamés. La relation des peuples indigènes avec leur territoire constitue un élément intégrant
de leur cosmovision, de leur religion et de leur identité culturelle.

La Constitution équatorienne reconnaît dans son article 57, la propriété imprescriptible de leurs
territoires communs, qui sont insaisissables, inaliénable et indivisible. En plus, il est mentionné
que l‟Etat va mettre en œuvre des projets avec la participation de la communauté en assurant
toujours la conservation et l‟utilisation durables des ressources. D‟un autre côté, la loi de
l‟industrie minière contient des éléments qui permettent justement la fragmentation du territoire
indigène. En effet, par l‟article 28 de la même loi, il est stipulé que toute personne naturelle ou
juridique, nationale ou étrangère, a le droit de faire des études de prospection minérales. Donc,
toute personne peut librement entrer dans un territoire et exercer ces droits sans permis
préalable de la part de l‟état.
Par l‟article 15 de la loi, l‟industrie minière est déclarée dans toutes ces phases d‟utilité
publique tant à l‟intérieur qu‟à l‟extérieur des concessions minières, en considérant les
dispositions de la Constitution comme des exceptions. En ce qui concerne les concessions, il
n‟y a pas un nombre limité de concessions qu‟une personne de nature juridique ou publique
puisse avoir.

Le droit de la nature

Autre mesure qui viole les droits constitutionnels est l‟obligation de ces populations de recevoir
des servitudes minières dans le cas où un projet minier se trouve dans leurs territoires et est
déclaré d‟utilité publique. De cette façon, tant le droit de la nature que le droit des populations
sur les ressources de leurs territoires est violé (art. 15, 28, 59,100 et 103).
En plus, l‟article 43 et 44 de la loi sur l‟industrie minière définit comme résidu minier les
déboisements, donc les ressources naturelles de ces territoires. Ceux-ci appartiennent au
propriétaire de la concession qui peut les utiliser librement. En tenant compte du fait qu‟il s‟agit
d‟une zone avec une grande richesse biologique, cet article ne minimise pas seulement les
droits de la nature acquises dans la Constitution, mais offre aussi les ressources génétiques du
pays au propriétaire, ressources qui peuvent entrer dans le circuit de la bio piraterie.

54
Il n‟y a aucun article qui fasse référence à la protection des sources d‟eau, surtout qu‟il n‟existe
pas un plan minier qui délimite les concessions minières afin de protéger cette ressource.

Entreprises étrangères

L‟article 17 de la nouvelle loi de l‟industrie minière offre aux entreprise étrangères le même
traitement et bénéfice qu‟à n‟importe qu‟elle autre personne juridique nationale. Ainsi, les
entreprises étrangères pourront bénéficier de tous les avantages commerciaux des entreprises
locales. Ceci risque de créer une concurrence inégale entre les différents acteurs de l‟industrie
minière. Plus loin, la loi précise aussi que les entreprises étrangères ne doivent pas être
discriminées ni directement, ni indirectement. Ainsi, les entreprises bénéficient de l‟avantage
de transférer les droits des concessions minières, ce qui réduit la souveraineté de l‟état sur ses
ressources, principe qui se trouve dans l‟article 317 de la Constitution. La loi ne précise rien
non plus de la possibilité ou l‟obligation des entreprises de travailler le minéral à l‟intérieur du
pays. Le manque de cet article ne fait que maintenir l‟imprécision de la loi, favorisant un
modèle extractif-exportateur du même type que le modèle pétrolier de l‟Equateur.

En ce qui concerne leurs responsabilités par rapport à la protection de l‟environnement, la loi


prévoit dans l‟article 66 l‟obligation des entreprises de payer pour la dégradation de
l‟environnement. Néanmoins, elle ne dit rien par rapport à l‟obligation de restaurer
intégralement les écosystèmes et indemniser les populations locales, comme il est prévu dans
l‟article 396 de la Constitution.

En analysant en détail cette nouvelle loi, même si elle a amélioré quelques aspects par rapport à
celle de 2000, elle garde encore les mêmes paramètres qu‟un modèle extractif-exportateur. Du
point de vue législatif, elle ne crée pas le cadre nécessaire à l‟épanouissement d‟un modèle de
développement durable. Elle est donc en contradiction avec les principes de la Constitution, le
document de référence de la révolution citoyenne en Equateur, voté par la population et mise en
avant par Correa.
Avec l‟adoption de la nouvelle loi de l‟industrie minière, les principes les plus importants de la
Constitution, à savoir, le droit de la nature, les droits des populations indigènes sur l‟intégrité
de leur territoire, sont clairement violés. Les protestations des peuples indigènes contre cette loi
sont qualifiées par Correa comme infantiles et sont constamment ignorées. Ceci n‟est qu‟un
autre exemple montrant qu‟en Equateur les droits de ces populations ne sont pas encore
respectés.

55
III.2. L’activité minière et la relation avec la protection de
l’environnement

III.2.1) La conservation en Equateur

Le plus grand avantage de l‟Equateur par rapport aux autres pays du monde est, sans doute, sa
biodiversité. Sa surface représente 0,2% de la surface de la planète mais abrite une biodiversité
extraordinaire qui le place parmi les 17 pays comptant le plus grand nombre de hot spot du
monde. Quelques chiffres clé nous donnent une mesure de sa richesse naturelle.
Tableau 3: Biodiversité de l'Equateur dans le monde

Afin de protéger sa richesse biologique, 40 espaces protégés ont été établis, couvrant 19 % du
territoire continental et 55,04% de l‟espace marin. Ces espaces font partie du Système National
d‟Aires Protégées. Les espaces protégées de l‟Equateur ont aussi une valeur culturelle grâce à
la présence des peuples indigènes : 50% de ces espaces sont habitées par la plupart des
nationalités et peuples indigènes de l‟Équateur. Mais cette surface s‟avère insuffisante pour
protéger le patrimoine naturel du pays. Le programme Socio-Bosque montre qu‟environ 60%
des forêts avec une haute valeur écologique, ne bénéficient pas de protection et appartiennent
aux propriétaires privées et communautés indigènes.
L‟augmentation des pressions anthropiques a ainsi provoqué la perte d‟une grande partie de la
richesse biologique spécifique à ce pays. Le principal serait l'érosion, qui menace près de la
moitié du territoire, avec pour conséquences la perte de terres arables et l'envasement des
barrages. Le déboisement affecte également sévèrement le pays, avec un à un taux annuel de
2,4 %, soit un des plus élevés au monde. Seulement 48% de la totalité du pays maintient sa
couverture végétale et sans ralentissement, la totalité des forêts équatoriennes pourraient
disparaître d'ici à 2020. La destruction des mangroves est elle aussi préoccupante, compte tenu
de leur rôle écologique. Il est estimé que plus de 70% ont été détruites et que seulement 30%
sont conservées50.

50
Comisión asesora ambiental de la presidencia de la República, Plan ambiental ecuatoriano, políticas y
estrategias, QUITO, 1996, p. 11

56
L'exploitation désorganisée, excessive et irrationnelle des ressources naturelles non
renouvelables, particulièrement du pétrole et des mines, est à ce titre remarquable. Ces activités
se font sans études rigoureuses des coûts et bénéfices, et prennent souvent place dans des
milieux écologiques riches, dont des aires protégées. La contamination de l'eau, des sols et de
l'air est aussi préoccupante, principalement aux environs des zones urbaines qui, le plus souvent
ne bénéficient pas d‟un système de collection des déchets. Il est estimé que l‟eau de plus de
70% des bassins versant en dessous de 2.800 m ne peut plus être consommée directement par
l‟homme. Plus de 25% des páramos ont perdu leurs caractéristiques originales et avec eux la
dégradation des sources d‟eau fraîche51. Parallèlement à ces atteintes portées à l'environnement
et qui menacent aussi de manière préoccupante la biodiversité en Equateur, on distingue des
phénomènes qui affectent particulièrement les écosystèmes, tels que les activités agro-
industrielles et de l'industrie forestière, la colonisation, l'ouverture de routes, la pression
démographique et les désastres naturels. Si l‟on tient compte du fait que l‟Equateur enregistre
le taux le plus élevé de croissance démographique, l‟extension de la zone agricole risque de
connaître une expansion considérable52.

Dans les cartes ci-dessous on peut observer l‟évolution de la couverture végétale du Sud de
l‟Amazonie entre 1990 et 2010. Ces cartes montrent clairement l‟influence des facteurs
anthropiques décrits auparavant. Cette zone est particulièrement importante en raison de sa
richesse biologique mais aussi minéralogique. Elle représente une zone stratégique pour le
développement de l‟Equateur, comme nous allons le voir plus loin.

51
Comisión asesora ambiental de la presidencia de la República, Plan ambiental ecuatoriano, políticas y
estrategias, QUITO, 1996, p. 15
52
Instituto Geográfico Militar, Atlas de la República del Ecuador, Quito, 2009

57
Carte 2: Occupation du sol Sud Amazonie 2010 Carte 3: Occupation du sol Sud Amazonie 1990

Ces cartes permettent d‟observer une diminution importante de la végétation. Une des causes
principales est l‟extension de la surface agricole et l‟expansion des espaces urbains.

58
III.2.2) L’industrie minière est-elle soutenable ?

Depuis l‟adoption du projet de développement de l‟industrie minière, le Sud de l‟Amazonie


équatorienne est devenu un territoire regroupant de très forts enjeux. Comme on l‟a vu dans les
deux cartes, les concessions minières sont situées principalement dans le Sud de l‟Equateur. Ce
territoire est riche en ressources naturelles mais très fragiles à cause de ces pentes très fortes, sa
grande biodiversité, de fortes pressions anthropiques dues à l‟augmentation rapide de
l‟urbanisation et de l‟agriculture.
En comparant les deux cartes, nous pouvons nous rendre compte que si le gouvernement va
accorder le permis d‟exploitation à toutes les concessions existantes aujourd‟hui, comme il est
prévu, celles-ci vont occuper la plus grande partie de ce territoire.

En ce cas, l‟industrie minière est-elle soutenable ?

Tout d‟abord, il faut distinguer ce que la soutenabilité signifie dans la perception des acteurs
impliqués dans ce conflit. Du point de vu gouvernemental, la soutenabilité signifie exploiter les
ressources naturelles non-renouvelables de la façon la plus efficace possible afin d‟assurer le
développement économique du pays sur le long terme. Pour les entreprises, la soutenabilité
s‟inscrit plutôt dans le domaine de l‟innovation technique. Surtout en ce qui concerne les
projets à grande échelle, les entreprises assurent que par la technologie de pointe,
l‟environnement ne souffrira pas de dégradations. Enfin, pour les populations locales, pour
lesquelles l‟agriculture est la principale source de revenu, la soutenabilité signifie l‟accès à
l‟eau, à la terre, et pouvoir bénéficier de la même qualité environnementale afin de sauvegarder
l‟autonomie alimentaire.

Même si les trois visions semblent différentes, elles ont comme enjeux communs la gestion du
territoire. Ainsi, connaître l‟importance des impacts est essentiel pour une gestion adéquate de
ce territoire. Mais c‟est bien ce point qui reste le point de convergence des conflits actuels, et
probablement futurs. Le fait que l‟industrie minière est consommatrice d‟espace et de
ressources naturelles, surtout de l‟eau, n‟est pas questionnable. Mais la façon dont ces impacts
vont avoir des conséquences sur les autres éléments n‟est pas encore claire. En effet, une étude
réalisée en mars 2010 par l‟association Acción Ecológica fait le point sur la situation des
projets dans la Cordilliera del Cóndor53. Ce rapport consacre une partie de son analyse aux
impacts environnementaux des projets miniers ; ces impacts constituant l‟une des
préoccupations des populations locales : les mines à ciel ouvert utilisent des produits toxiques,
comme le cyanure, pour extraire les minerais, ces produits s‟infiltrant dans les nappes
phréatiques, notamment dans cette région où les précipitations sont très importantes, risquant
de contaminer les fleuves et rivières. Sur le long terme, la qualité de l‟eau serait affectée
irrémédiablement ; quant à la quantité d‟eau elle constitue également un problème pour
l‟agriculture traditionnelle étant donné que la mine nécessite des quantités d‟eau colossales. De
l‟utilisation de substances toxiques et à cause du risque d‟infiltration, les sols seraient affectés
de manière irréversible ; le paysage serait endommagé, ainsi que les écosystèmes et la
biodiversité de la région qui seraient durablement affectés.
Dans ces conditions, il est peu probable que n‟importe quel autre type d‟activité puisse se
développer dans la région dans le futur. Les habitants se sont rendu compte au fur et à mesure
des impacts négatifs que les projets miniers pourront produire sur leur région. Dans les

53
Acción Ecológica, El enclave minero de la Cordillera del Cóndor, Quito, 2010

59
provinces de Morona Santiago et Zamora Chinchipe, la préoccupation des populations locales à
propos des impacts environnementaux et sociaux des activités minières crée de plus en plus de
confrontations violentes et de protestations dans tout le pays.

Les communautés affectées par les projets miniers au Sud de l‟Equateur ont ainsi évoqué le
besoin d‟une loi minière qui puisse résoudre les conflits et les impacts des opérations minières
en cours dans le pays. Cependant, la nouvelle Assemblée Législative a approuvé une loi
minière d‟un tout autre type le 13 janvier 2009. L‟orientation de la loi a été la promotion de
l‟industrie minière comme la base de la production nationale à grande échelle. Comme nous
l‟avons vu auparavant, la loi promeut essentiellement le développement national et offre
beaucoup de droits aux entreprises étrangères sur le territoire et les ressources au niveau local.
Ainsi, le débat sur le caractère soutenable ou non de l‟industrie minière se mène plutôt à
l‟échelle locale, plus précisément sur les impacts de cette activité sur le territoire. Afin de voir
de quelle façon l‟industrie minière va affecter la région, nous avons pris l‟exemple de deux
projets miniers à grande échelle et à ciel ouvert, situées dans les provinces de Morona Santiago
et Zamora-Chinchipe.

60
IV. L’industrie minière à grande échelle dans les provinces
Zamora-Chinchipe et Morona Santiago

IV. 1. Le rôle de l’évaluation environnementale pour le


développement des provinces Zamora-Chinchipe et Morona
Santiago
L‟étude de cas concerne deux des plus grands projets miniers à grande échelle de l‟Equateur.
Le premier s‟appelle Mirador et est aujourd‟hui la propriété de l‟entreprise canadienne
Ecuacorriente. Le gisement est situé dans la paroisse de Tundayme, canton El Pangui, dans la
province de Zamora-Chinchipe, au Sud-Est de l'Equateur. Le deuxième projet à grande échelle
s‟appelle Fruta del Norte et appartient à la compagnie canadienne Kinross-Aurelian. Sa
localisation est très proche du Mirador, à environ 20 Km distance, dans le canton de Yantzaza,
paroisse Los Encuentros, province de Zamora Chinchipe.
Carte 4: Localisation projets Mirador et Fruta del Norte

Source : SENPLADES, Réalisation : Roxana Popescu, 2010

61
Les deux gisements sont à l‟heure actuelle les plus importants d‟Equateur, mais aussi parmi les
plus significatifs à l‟échelle mondiale. Le projet Fruta del Norte est considéré comme la plus
importante découverte de gisement d‟or au niveau mondial depuis les dix dernières années.
Dans les tableaux de l‟Annexe 3 nous pouvons voir la concentration exacte de minerai
exploitable. Le choix de ces deux projets n‟est pas fonction de l‟importance de l‟échelle de
l‟exploitation, mais aussi de leur proximité l‟un de l‟autre dans un milieu très sensible tant du
point de vue social qu‟environnemental. En raison de ces deux facteurs, les études d‟impact
environnemental sont très importantes afin d‟évaluer comment ce type d‟activité va influencer
le territoire et son développement.

IV.1.1) Critique de l’étude d’impact environnemental du projet Fruta del Norte et


Mirador

A l‟heure actuelle, les deux projets ont reçu l‟accord du Ministère de l‟Environnement pour les
études d‟exploration avancée. Si les négociations avec l‟état se déroulent comme prévu, la
phase d‟exploitation va commencer à partir de 2012 pour une période approximative de 17 ans.
Les études d‟impact environnemental correspondant à ces projets respectent les normes légales
imposées par l‟Etat mais, pourtant, elles n‟offrent pas une analyse pertinente des impacts réels
de ces infrastructures sur le territoire. Après avoir analysé l‟étude d‟impact environnemental du
projet Mirador et du projet Fruta del Norte nous pouvons souligner la nécessité d‟une
évaluation à une échelle qui prend en compte les deux projets en même temps. Il est important
de mentionner aussi que les critiques sont faites à partir de la description du projet et le plan de
gestion environnemental de Mirador de 2005 et de Fruta del Norte de 2008.

La plus importante limite des deux études concerne les critères pris en compte dans
l‟établissement de la zone d‟influence indirecte des deux projets. En ce qui concerne la partie
environnementale, celle-ci est définie comme la zone qui entoure l‟espace d‟opération du projet
(définie comme zone d‟influence directe) à une distance qui varie en fonction de l‟élément
environnemental étudié. Elle n‟est pas détaillée avec une analyse plus approfondie et une
valorisation de ces impacts, comme dans le cas de la zone d‟influence directe. Ainsi, dans le
cas du projet Mirador, les deux tableaux donnent une mesure très exacte de l‟influence directe
et indirecte du projet sur la végétation, classée en fonction de l‟utilisation actuelle du sol.
Tableau 4:Zone influence directe Mirador en fonction de l'utilisation du sol

62
Tableau 5: Zone d'influence indirecte Mirador en fonction de l'utilisation du sol

Total : 3679 ha

En plus, seule la zone d‟influence directe bénéficie d‟une description détaillée. Pourtant, la
surface de végétation affectée par les impacts indirects est aussi importante que celle des
impacts directs. En regardant avec plus d‟attention l‟analyse de l‟importance des impacts
directs, celle-ci manque de profondeur et de précision. Ci-dessous, nous tentons d‟expliquer les
plus importantes observations pour souligner le manque de vision globale de cette étude.

Ainsi, dans l‟étude de Mirador, il est mentionné que l‟enlèvement entier de la couche organique
sur une surface d‟environ 117 ha a comme effet la disparition totale des amphibiens sur ce site ;
cependant, il n‟est pas mentionné l‟effet que cela peut avoir sur la chaîne trophique (i.e. sur les
autres espèces). Il n‟est pas non plus pris en compte les corridors de migration de ces espèces
ou la manière dont les espèces vont être réintroduites après. Un autre effet lié à cette activité est
aussi la fragmentation de l‟habitat. Dans l‟étude de gestion il est prévu comme mesure de
médiation la création d‟un jardin où les espèces de la flore seront conservées et replantées
ensuite. En ce qui concerne les espèces d‟arbres et arbustes, la récupération va se faire par la
colonisation des espèces pionnières qui ont une grande capacité d‟adaptation et qui va produire
un changement dans la structure des écosystèmes. Ce changement est présenté comme
bénéfique puisque cela permet la régénération végétale. Mais il n‟est pas pris en compte le fait
que justement ces sites sont très riches en espèces endémiques et qui, à cause leur raréfaction,
la valeur écologique de l‟écosystème va diminuer fortement.
En ce qui concerne la ressource en eau, l‟effet le plus important relevé dans l‟étude est la
sédimentation mais sa valeur est qualifiée comme modérée. En plus, les impacts
environnementaux de l‟extraction de l‟or ne sont pas pris en compte. Ainsi, il est mentionné
que l‟augmentation des particules solides dans l‟eau et le drainage acide de la roche exploitée
peut affecter la qualité de l‟eau dans la zone d‟influence indirecte où il est estimé une
augmentation accélérée de la population et donc, une augmentation de la demande des services
de bases. Cet effet est considéré comme modéré et réversible dans les études de pré-projet.

En ce qui concerne le projet Fruta del Norte, par manque d‟accès à l‟information concernant
l‟évaluation des impacts, nous avons pu estimer que l‟échelle d‟analyse des impacts est
comparable à celle du projet Mirador. En effet, une analyse à une échelle plus large aurait eu
des résultats différents. Les deux projets représentent un changement radical et sur une longue
durée sur un milieu tropicale où les interactions environnementales sont complexes avec une
valeur écologique très haute.
Ainsi, considérant la distance, d‟environ 20 km, entre les deux projets, une évaluation à une
échelle spatiale et temporelle plus large devient essentielle afin d‟appréhender la magnitude
couplée de ces deux projets.

63
IV.1.2) Proposition d’une autre méthode d’évaluation et son importance dans le contexte
de l’étude

Importance de l’étude des effets cumulatifs

Les effets cumulatifs sont les changements subis par l‟environnement en raison d‟une action
combinée avec des actions humaines passées, présentes et futures. L‟évaluation de ces effets
constitue une estimation des effets cumulatifs (les “actions” comprennent les projets et les
activités)54. Les effets cumulatifs se produisent sous la forme d‟interactions entre les actions et
l‟environnement, ainsi qu‟entre chacune des composantes de l‟environnement.
« L‟enchaînement » entre une cause (ou source) et un effet est souvent le point central d‟une
évaluation des effets cumulatifs. L‟ampleur des effets combinés au cours d‟un enchaînement
peut être égale à la somme des effets individuels (effet additif) ou supérieurs aux effets
individuels (effet synergique). Donc, parler de la nature cumulative des impacts, c'est souligner
la multiplicité des sources d'impacts et la présence de types d'accumulations différents. Il est
donc important de réaliser une étude spécifique visant à relever l‟ampleur possible des impacts
de deux projets miniers à grande échelle sur l‟environnement et des impacts possibles de leur
proximité sur la complexité des interactions au niveau des écosystèmes ; et donc des possibles
effets synergiques, spécifique à un milieu naturel riche, comme le milieu tropical.

Bien connaître les effets indirects selon leur durée, extension, magnitude des deux projets est
essentiel pour mettre en place une démarche de développement soutenable, mise en avant par
les entreprises. Comme on l‟a vu, les deux études d‟impact sur l‟environnement s‟intéressent
seulement à l‟impact environnemental de façon isolée. Mais l‟évaluation des effets cumulatifs
peut aider à passer d‟une gestion de l‟environnement à une approche plus globale, ce qui les
études environnementales ne font pas dans l‟état actuel.
Cette différence permet de nous rendre compte dans qu‟elle mesure les outils d‟évaluation
environnementale sont capables de répondre aux nécessités d‟une gestion stratégique dans le
cadre du nouveau paradigme du développement soutenable. De par leur nature, les effets
cumulatifs exigent une approche intégrée capable de faire le lien entre l‟analyse scientifique et
les procédés de gestion, et d‟établir un rapport entre la prise de décisions et les facteurs spatio-
temporels qui marquent le moment où la qualité de l‟environnement commence à se dégrader.

Ainsi, une étude d‟évaluation des effets cumulatifs tient compte de la complexité du contexte
spatial (aspect politique, culturel, social, économique au niveau local et global) du contexte
temporel (sur le terme court, moyen ou long) et du contexte humain (identité, diversité
culturelle) dans lequel se développent les projets qui sont analysés et qui produisent des
changements dans les écosystèmes et l‟offre de bénéfices.

Importance de l’approche écosystèmique

Les services écosystèmiques constituent un élément clé dans l‟évaluation des effets cumulatifs
parce qu‟elles font la liaison entre les éléments biophysiques de l‟environnement avec le
système social, économique et culturel. Leur rôle comme indicateur de la dégradation de
l‟environnement sur le bien-être humain a très bien été souligné dans le MAE (2005). Ainsi,
dans notre exemple, cette approche permet d‟évaluer dans quelle mesure les fonctions
environnementales d‟un écosystème vont être affectées par les actions des deux projets miniers.

54
Agence canadienne d’évaluation environnementale, Évaluation des effets cumulatifs, Guide du praticien,
Quebec, 1999, p. 3

64
Importance de la méthodologie du Capital Naturel Critique (CNC)

Le capital naturel est un concept qui met en évidence l‟importance des éléments de la Nature
pour la société humaine. Il fait référence à l‟ensemble des ressources renouvelables et non
renouvelables de la planète, vu comme moyens de production de biens et services écologiques.
Cette méthodologie est très importante dans notre étude de cas, puisqu‟elle met au centre de
son évaluation les écosystèmes et l‟ensemble des fonctions et services qui sont nécessaires et
indispensables à un développement local soutenable et au maintien de la qualité de vie des
populations. Le capital naturel critique prend donc en considération les fonctions les plus
importantes des écosystèmes afin d‟assurer cette soutenabilité.

L‟utilité de calculer le capital naturel critique dans notre étude de cas relève de la probabilité
que l‟impact de l‟industrie minière à grande échelle va être tellement important que cela va
affecter de manière irréversible le fonctionnement des écosystèmes essentiels au maintien
d‟une qualité environnementale qui correspond aux critères de soutenabilité. Il faut ainsi
préciser que les standards de soutenabilité sont définis dans les politiques publiques de chaque
organisme de décision sur la gestion d‟un territoire. La différence entre la situation actuelle de
l‟environnement et les standards de cette soutenabilité est appelée l‟écart de soutenabilité. Plus
le capital naturel critique est impacté, plus cet écart est grand et montre que la façon de
développement n‟est pas soutenable.
Dès lors, calculer le capital naturel critique permet d‟évaluer la magnitude de l‟impact des
activités humaines sur l‟environnement, identifier les causes qui peuvent provoquer cet écart de
soutenabilité et montrer si les politiques de développement d‟un territoire se dirigent vers la
soutenabilité ou non.

Méthodologie proposée

Le but de la méthodologie proposée est de postuler une représentation spatiale des possibles
impacts cumulatifs des deux projets miniers à grande échelle sur la province de Zamora-
Chinchipe et Morona Santiago et de voir comment cela affecte le développement soutenable
dans ces deux provinces. Pour cela, nous avons utilisé le concept de capital naturel critique
avec une approche écosystèmique et une évaluation environnementale, notamment par les
effets cumulatifs.
Cependant, il convient de marquer de suite une importante limite à cette méthodologie : le
manque et la qualité de l‟information environnementale. C‟est pour cette raison que nous avons
sélectionné des critères d‟analyse adaptés tant à l‟information disponible qu‟aux objectifs de
l‟étude de cas. Le graphique ci-dessous résume cette méthodologie. Elle a été réalisée à l‟aide
des concepts de l‟évaluation des impacts cumulatifs de l‟Agence canadienne d‟évaluation
environnementale et des articles scientifiques concernant le Capital Naturel Critique. (que nous
pouvons consulter dans la bibliographie).

65
Figure 4: Méthodologie de l'analyse

chelle Model de
Industrie minière à Capital Naturel
grande échelle développement
soutenable désiré

Evaluation impacts Evaluation Capital


cumulatifs Naturel Critique CNC

Services écosystèmiques
Impacts cumulatifs
liés à la perte
d‟habitat et CNC quantitatif
fragmentation

Impacts cumulatifs CNC qualitatif


liés à la pollution

Magnitude Impact
Impacts cumulatifs Soutenabilité?
potentiel sur CNC
totaux potentiels

Réalisation: RoxanaPopescu

Ensuite, nous allons expliquer cette méthodologie en suivant la logique de son application à
l‟aide d‟un SIG (Arc Gis. 9.3). Chaque étape fournie une carte synthétique qui représente
spatialement l‟application des concepts à notre terrain d‟étude.

66
1. Valeur écologique de la zone d’étude et identification du Capital Naturel Critique
CNC) ou composantes valorisées de l’environnement (CVE)

Dans un premier temps, il s‟agit de représenter le potentiel capital naturel des deux provinces
par la valeur écologique des écosystèmes présents. L‟information cartographique utilisée
provient de l‟étude d‟un zonage écologique économique des deux provinces fait par l‟institut
d‟Eco-développement Régional pour l‟Amazonie ECORAE55. Dans un deuxième temps, le
choix des CVE représente un point commun entre les deux méthodologies et une étape très
importante pour la suite. Ce choix va fortement influencer l‟ensemble des résultats obtenus.
Ainsi, du point de vue de la méthodologie des impacts cumulatifs, les CVE peuvent être
définies comme toute partie de l‟environnement jugée importante par le promoteur, le public,
les scientifiques et les gouvernements participant au processus d‟évaluation. Le choix des CVE
permet de centrer l‟analyse sur les enjeux majeurs et la rendre pratique pour la planification
future. Ainsi, nous allons analyser les effets additifs ou synergiques des différentes sources
d‟impact seulement sur les CVE.

Du point de vue de la méthodologie du capital naturel critique, les CVE correspondent au stock
du capital naturel critique qui conserve les fonctions environnementales essentielles pour le
fonctionnement des écosystèmes et qui ne peut pas être remplacé par le capital humain. Plus
l‟importance de cette fonction est grande, plus son utilisation doit se faire d‟une façon
soutenable. Jusqu‟ici, les CVE remplissent le même rôle que le capital naturel critique, à
savoir assurer la valeur écologique fournissant un développement soutenable conformément
aux objectifs de la politique publique. Dans notre étude de cas, les objets d‟analyse des deux
méthodologies correspondent tout à fait aux critères de soutenabilité établie par les instances
chargées de la gestion du territoire. L‟objectif de cette soutenabilité est « de conserver et
utiliser d‟une manière soutenable la biodiversité, en garantissant l‟équilibre des espèces,
habitats, fonctions régulatrices, processus écologiques et évolutifs et en assurant une
distribution juste des bénéfices de la biodiversité »56

Afin d‟atteindre cet objectif, nous avons choisi les CVE ou le CNC à l‟aide d‟une analyse sur
les priorités de conservation dans le cadre d‟un projet de gestion transfrontalière de la
Cordillère du Condor.57 L‟objectif de cette étude a été d‟identifier les éléments les plus
importants de la biodiversité de la Cordillère du Condor pour la conservation de l‟intégrité
écologique de la zone. Les critères utilisés dans l‟étude correspondent aussi aux critères que
nous devons prendre en compte afin d‟atteindre l‟objectif de soutenabilité. Ces critères sont : la
biodiversité de la zone à différentes échelles spatiales d‟organisation biologique, les menaces,
la dimension de l‟habitat, le rôle des écosystèmes au niveau de l‟organisation du paysage et
dans la connectivité écologique de la zone. Même si dans l‟étude le choix des éléments
prioritaires pour la conservation est fait à un niveau plus fin (type d‟habitat, espèces
indicatrices), nous avons groupé ces critères en tenant compte de leur appartenance ou non à la
classification d‟écosystèmes établie depuis le début, dans l‟étude d‟ECORAE.
Le résultat a été la sélection de quatre écosystèmes qui remplissent les conditions des deux
types de méthodologies. Le choix de choisir les CVE seulement au niveau de l‟écosystème
s‟est imposé par le manque de données sur la distribution spatiale de la biodiversité au niveau
des communautés et des populations d‟espèces. Pourtant, une précision importante doit être
soulignée en ce qui concerne les CVE/CNC et choix de l‟échelle de travail. Même si les deux
55
ECORAE, Zonificación Ecológica Económica, Provincia de Morona Santiago y Zamora-Chinchipe, Quito, 2001
56
Ministerio del Ambiente Regional, Plan Estratégico Ambiental Regional (PEAR) Loja – Zamora Chinchipe, Loja -
Zamora Chinchipe, 2006
57
Ministerio del Ambiente, Fundación Natura, Conservación International, Plan Binacional de Desarrollo de la
Región Fronteriza Ecuador-Perú, Proyecto Paz y Conservación Binacional en la Cordillera del Cóndor, Ecuador-
Perú, Quito, 2004

67
méthodologies ont comme élément commun l‟objet d‟analyse, leur approche dans l‟évaluation
diffère. Ainsi, l‟évaluation des impacts cumulatifs vise à identifier les différents types
d‟impacts cumulatifs sur les CVE/CNC. La méthodologie du capital naturel critique aide à
évaluer si la magnitude de cet impact va affecter les CVE/CNC en sorte que le développement
de la région ne puisse pas continuer d‟une façon soutenable.
Dans notre étude de cas, les CVE/CNC sont les écosystèmes sélectionnés et dont les fonctions
assurent l‟intégrité écologique de la Cordillère du Condor en fournissant ainsi les services
écologiques nécessaires à la population. Ainsi, la soutenabilité peut se définir par l‟accès de la
population aux biens et services de qualités fournies par les écosystèmes. Dans la littérature
scientifique, les services écologiques ont été classés en différentes catégories en fonction des
utilités : services d‟approvisionnement (air respirable, eau douce, sol, nourriture, fibres,
molécules utiles, ressources génétiques), services de régulation (liés aux processus des
écosystèmes : effet tampon sur les inondations, inertie climatique), services de soutien aux
conditions favorables à la vie sur Terre (cycle des éléments nutritifs, métaux toxiques, cycle du
carbone), services ontogéniques. Tous ces services contribuent au bien-être des populations,
mais leur répartition et leur qualité diffère en fonction des caractéristiques des écosystèmes.
Ainsi, l‟échelle d‟évaluation dépend du type de service qu‟on veut évaluer et de son rôle pour
la société humaine.

Dans une étude scientifique sur le lien entre le capital naturel critique et la soutenabilité, une
autre classification des services écologiques est faite en fonction de leur rôle pour le maintien
du CNC et pour la société58. L‟idée principale du premier tableau ci-dessous est que la fonction
de régulation est la plus importante pour le CNC. De celle-ci dépend la qualité des autres, et
donc, du bien-être humain. Dans le deuxième tableau, on peut voir les principales
caractéristiques du CNC pour assurer une bonne qualité des services de régulation.

58
EKINS P., SANDRINE S., DEUTSCH L., FOLKE C., DE GROOT R, A Framework for the practical application of the
concepts of critical natural capital and strong sustainability

68
Figure 5: Fonctions du Capital Naturel Critique

Figure 6: Caractéristiques du Capital Naturel Critique

Tous ces éléments contribuent aux processus écologiques qui assurent un bon fonctionnement
de l‟écosystème et donc participent à maintenir le CNC dans un bon état. La biodiversité et le
degré de conservation de celle-ci joue sur la façon dont les processus écologiques maintiennent
les services fournis et résistent au changement. Les études scientifiques confirment de plus en
plus le lien entre la biodiversité d‟un écosystème et sa résilience. Donc nous pouvons prendre la
valeur de la diversité biologique comme un indicateur général de la qualité des services de
régulation d‟un écosystème.

En tenant compte de ces critères mais aussi de l‟information cartographique et scientifique


disponible, nous avons choisi une échelle entre 1-10,000 km2 qui correspond
approximativement à la région de la Cordillère du Condor et à la classification des types des
écosystèmes qui ont été identifiés comme CVE. Les services de régulation qu‟on peut donc
évaluer à cette échelle se trouvent dans le tableau en-dessous.

69
Tableau 6: Echelles d'évaluation des fonctions de régulation des écosystèmes

Source : de Groot, R.S., et al., Challenges in integrating the concept of ecosystem services and values inlandscape
planning, management and decision making. Ecol. Complex. (2009)

L‟introduction de ces critères a été nécessaire afin de centrer l‟analyse encore plus sur les
fonctions du CNC qui sont essentielles au bien-être humain, ce qui va servir par la suite à
mieux identifier la relation entre les impacts et la société humaine.
Pour résumer, nous avons vu que l‟échelle d‟analyse compte beaucoup quand nous voulons
évaluer les services que le capital naturel critique fournit pour assurer un développement
soutenable. Nous avons choisi les services de régulation comme les plus importantes pour
assurer l‟intégrité écologique des écosystèmes et la biodiversité comme indicateur de la qualité
de celle-ci. L‟échelle permet d‟identifier quels sont les services de régulation dont la qualité va
diminuer si les impacts de l‟industrie minière est très important.

L‟explication de ces critères a été nécessaire afin de marquer le point où les deux
méthodologies se séparent. L‟évaluation des effets cumulatifs va se centrer sur l‟environnement
en général, mais le résultat va fournir une estimation sur la dégradation de la qualité des
services de régulation au niveau de l‟écosystème. Plus la dégradation est forte, plus l‟écart de
soutenabilité est grand, donc le mode de développement n‟est plus soutenable. Afin de
représenter spatialement l‟écart de soutenabilité ou l‟impact possible de l‟industrie minière à
grande échelle, nous avons choisi d‟analyser les impacts cumulatifs sur des paramètres
quantitatifs et qualitatifs du CNC.

2. Etat quantitatif du CNC

Cette étape montre comment les impacts cumulatifs liés à la perte d‟habitat et la fragmentation
(les conséquences plus importantes des deux projets miniers) des écosystèmes affectent la
quantité du CNC. Le but de cette carte (numéro 6) est de montrer les principales sources qui
puissent contribuer à la perte quantitative du CNC. Elle a été réalisée à partir de l‟information
cartographique de Conservation International pour les types de végétation de la Cordillère du
Condor de l‟année 2004. L‟information sur les espaces agricoles provient de TNC après une
transformation d‟une image raster de 2010 en format vecteur. Le reste de l‟information
appartient à SENPLADES

70
3. Etat qualitatif du CNC

Dans cette étape il s‟agit d‟évaluer les impacts cumulatifs liés aux sources de pollution sur la
quantité du CNC obtenue dans l‟étape précédente. Ainsi, on obtient la magnitude des impacts
cumulatifs totaux sur le CNC. Plus la magnitude est grande, plus la capacité du CNC de fournir
les services écologiques nécessaires est réduite. Celle-ci peut aller de la dégradation de ces
services jusqu‟à leur disparition. La carte réalisée (numéro 7) est une estimation de la
distribution des plus importants effets cumulatifs mentionnés. La représentation cartographique
de la zone d‟influence des effets cumulatifs a été réalisée à partir d‟une image raster de
Conservation International de 2004 sur les menaces de la Cordillère du Condor pour la
conservation des CVE. Cette carte a été croisée avec une carte de la végétation (CI, 2004), des
pentes, de précipitations et des sols de SENPLADES. Ensuite, la sélection de la zone
d‟influence a été faite à partir de la lecture des études d‟impact environnementale des deux
projets à grande échelle. Il ne s‟agit pas d‟une analyse rigoureuse mais seulement estimation
approximative et basée plus sur des critères qualitatifs.

4. Résultats

La dernière étape de la méthodologie fait le bilan entre la magnitude des impacts cumulatifs et
le CNC. Le degré d‟affectation du CNC se traduit dans la capacité de celui-ci à fournir les
services écologiques indispensables pour assurer un développement soutenable de la région.
Dans la carte réalisée (numéro 8), nous avons représenté la zone d‟influence des effets
cumulatifs obtenue et un modèle de développement durable des deux provinces. L‟information
cartographique provient de l‟étude d‟ECORAE. Il est important aussi de préciser que cette
planification est faite à partir de la valeur écologique des écosystèmes qu‟on a représentés dans
la première carte de la valeur écologique des écosystèmes de la zone d‟étude. ( numéro 5)

71
IV.2. Impacts de l’industrie minière à grande échelle

IV.2.1) Impacts environnementaux

Valeur écologique des provinces Zamora-Chinchipe y Morona Santiago

Les deux provinces se trouvent au Sud de l‟Equateur, dans la formation appelée la dépression
de Huancamba59, où la Cordillère des Andes enregistre les altitudes les plus basses. Cette zone
est formée par la cordillère de Kutuku (2500 m.), de Napo-Galeras et de la cordillère du
Condor (4000 m.).
L‟importance biologique de ces cordillères est très importante, considérée comme un hot spot
des Andes Tropicales. La cordillère Kutuku et Condor en Equateur et au Pérou représentent des
zones centrales de la diversité grâce à des niveaux d‟endémisme très importants, spécialement
pour les espèces d‟oiseaux. Elles représentent aussi des espaces clé dans le corridor de
conservation Condor-Kutuku entre le Pérou et l‟Equateur.

La partie équatorienne de la Cordillère du Condor est située sur le territoire des deux provinces
et forme aussi la frontière avec le Pérou. Cette zone correspond à notre étude de cas. La
cordillère du Condor est une zone très humide en raison des constantes formations de nuages
du coté occidentale de la Cordillère. Cela a donc crée d‟abondants réseaux hydrologiques, ce
qui en fait un des éléments clés dans le cycle de l'eau entre l'Amazonie et les Andes. Les
principaux cours d'eau coté équatorien sont le Rio Zamora et le Rio Santiago, eux-mêmes
alimentés par de nombreuses rivières. Ces trois facteurs, à savoir une grande variation
topographique, une forte diversité de formations géologiques et une eau abondante font de la
Cordillère du Condor un « hot spot » en matière de biodiversité. En effet, certains chercheurs y
ont découverts plusieurs espèces endémiques, similaires aux espèces que l'on peut rencontrer au
sommet des Tepuys du Sud-est Vénézuélien. Cette caractéristique commune entre les Tepuys et
la Cordillère du Condor laisse entendre une co-évolution des deux formations géologiques,
pourtant situées à quelques 2000 kilomètres de distance. Les tepuys sont bien connu des
biologistes pour leurs biodiversités remarquables et le grand nombre d'espèces endémiques
qu'ils abritent. La comparaison entre les tepuys et la Cordillère du Condor montre donc toute
l'importance de cette dernière en matière de richesse biologique.

Dans le tableau ci-dessous, nous avons listé les écosystèmes identifiés dans les deux provinces
à partir de l‟étude d‟ECORAE. Les critères utilisés dans l‟analyse sont les suivants : en ce qui
concerne la flore, le pourcentage de la couverture végétale par écosystème, la diversité
endémique, la diversité endémique par unité, l‟état de conservation de la diversité endémique ;
en ce qui concerne la faune, la diversité de l‟avifaune, l‟état de conservation et la sensibilité.

59
Dépression de Huancabamba: une dépression où l’altitude de la Cordillère des Andes diminue brusquement et
change de direction. Ceci l’a transformée dans une zone de transition géologique, climatique et écologique où
convergent l’Amazonie, les altitudes des Andes et le páramo

72
Carte 5: Valeur écologique de la zone d'étude et localisation des CVE et CNC

Tableau 7: Ecosystèmes de la province Zamora-Chnchipe et Morona santiago


Ecosystème Altitude Valeur écologique
Forêt de montagne de brouillard des Andes 1800-2900 Haute
Orientales

Anthropique 700-1400 Faible


Forêt de palmiers <300 Moyenne
Forêt toujours verte de haute montagne 2800-3600 Haute
d‟Andes Orientales
Forêt toujours verte de montagne basse de 1300-1700 Haute
la Cordillère d‟Amazonie
Forêt toujours verte de montagne basse des 1300-2000 Haute
Andes Orientales
Forêt toujours verte du piémont de 600-1300 Haute

73
l‟Amazonie
Matorral humide de la Cordillère de >1700 Haute
l‟Amazonie
Páramo >3100 Moyenne

Source : ECORAE
Conformément à la méthodologie de l‟évaluation des impacts accumulatifs et afin de
déterminer la portée de l‟évaluation, il convient d‟identifier les priorités de gestion de la région
et les Composantes Valorisées de l‟Environnement (CVE/CNC). Ce travail préalable permet de
centrer l„évaluation sur les enjeux importants du territoire. Donc, à l‟aide d‟une étude sur les
priorités de conservation de la Cordillère du Condor60, nous avons identifié quatre types
d‟écosystèmes (cf. carte numéro 5).

Description et importance des composantes valorisées de l’environnement CVE/ CNC

Forêt toujours verte du piémont de l’Amazonie


Cet écosystème est situé entre 800-1300m, dans la continuité de l‟écosystème anthropique.
Conformément à l‟étude d‟ECORAE, cet écosystème se distingue par sa diversité faunistique
avec 465 espèces d‟oiseaux dont 15 endémiques pour la région et une pour l‟Equateur. En ce
qui concerne les mammifères, on peut rencontrer des espèces de mammifères grands comme le
tapir, le puma ou l‟ours de anteojos. Son importance pour la conservation relève donc de sa
diversité faunistique mais aussi du fait qu‟il est très menacé par les activités humaines. Au
niveau du paysage, il constitue un corridor de migration, surtout pour les mammifères, et donc
une couverture végétale en bon état doit être conservée.

Forêt toujours verte de montagne basse de la Cordillère d’Amazonie


Elle est située entre 1300-1800 m. et se caractérise aussi par une grande diversité d‟oiseaux et
plantes. Il fait la transition entre les espèces spécifiques à l‟Amazonie avec celles des Andes
donc la diversité végétale est très importante. La forêt est très dense et varie entre 15-30 m de
hauteur, avec un nombre très important d‟espèces arbustives. C‟est pour cela qu‟elle est
considérée comme la plus dense en quantité d‟espèces arbustives. En même temps, cet
écosystème est très menacé par la déforestation et la pollution puisque c‟est dans ce secteur que
l‟industrie minière à grande échelle va se mettre en place.

Un projet d‟inventaire botanique a montré que sa composition géologique est un élément clé
qui explique une composition floristique unique. Les botanistes estiment également qu‟il peut
abriter plus de 4000 espèces de plantes vasculaires dont seulement 1900 ont été identifiées à ce
jour61.

60
Ministerio del Ambiente, Fundación Natura, Conservación International, Plan Binacional de Desarrollo de la
Región Fronteriza Ecuador-Perú, Proyecto Paz y Conservación Binacional en la Cordillera del Cóndor, Ecuador-
Perú, Quito, 2004
61
NEILL D-A., Inventario Botánico de la Región de la Cordillera del Cóndor, Ecuador y Perú: Actividades y
Resultados Científicos del Proyecto, 2004-2007, Jardín Botánico de Missouri

74
Photographie 2:Végétation de type Tepuy

Source : EIE Mirador

Forêt toujours verte de montagne basse des Andes Orientales


Cet écosystème compte une diversité faunistique importante avec 278 espèces d‟oiseaux, dont
3 endémique à l‟Equateur et 16 à la région. Les espèces qui se distinguent sont les colibris et
les chauves-souris. La végétation arrive jusqu‟à une hauteur de 25 m. et compte environ 140
espèces d‟arbres.

Matorral humide de la Cordillère de l’Amazonie


Cet écosystème se situe sur la crête de la cordillère du Condor. La végétation très dense ne
dépasse pas 8 m. de hauteur, et est marquée par une très forte abondance en plantes épiphytes
(plante qui pousse sur une autre et qui est connectée organiquement avec celle-ci sans être un
parasite). La diversité d‟oiseaux aussi est remarquable avec 263 espèces enregistrées. La
diversité biologique de ces écosystèmes est considérée comme très importante, même si elle n‟a
pas encore était bien étudiée. L‟importance de la conservation de cet écosystème vient du fait
qu‟il est une source d‟eau douce pour le bassin versant de Zamora.

L‟importance de ces écosystèmes ne se mesure pas seulement à leur valeur écologique mais
aussi par rapport aux biens et services qu‟ils offrent aux habitants. Les services
environnementaux associés aux écosystèmes présentés sont très difficiles à identifier. Pourtant,
l‟étude d‟ECORAE en fait une approximation qu‟on peut voir dans le tableau ci-dessous.

75
Tableau 8: Biens et services écologiques des écosystèmes de Zamora Chinchipe et Morona
Santiago

Etat quantitatif du CNC

Les deux projets miniers sont des projets à grande échelle et à ciel ouvert. Cette technique
d‟exploitation nécessite beaucoup d‟espace qui, le plus souvent, sera affecté d‟une façon
irréversible après la fin de l‟opération. Les deux projets pris en commun s‟étendent sur une
surface de 70.707 ha. La végétation de cette surface sera définitivement affectée par les
opérations de construction de l‟infrastructure nécessaire. Il est incontestable qu‟un des impacts
les plus importants de ce type d‟industrie est la perte de la végétation et donc, d‟habitat très
important pour le maintien des processus écologiques des écosystèmes. Les effets identifiés
dans les études d‟impact environnemental (EIA) sont la modification des caractéristiques
physiques et chimiques du sol, de sa structure géomorphologique, du régime hydrologique des
bassins versants. L‟impact est négatif, le sol sera affecté d‟une façon permanente, mais
récupérable avec l‟application des mesures correctives.
Il est mentionné aussi qu‟il y a des effets cumulatifs, mais ceux-ci ne sont pas expliqués. Cette
évaluation est faite seulement au niveau de la concession minière, sans savoir si ces effets
peuvent s‟étendre sur une surface plus importante. Avec l‟approche de l‟évaluation des impacts
cumulatifs, nous avons identifié d‟autres sources pouvant contribuer à la perte d‟habitat. Ceci
peut être représenté par le concept de « perte par grignotage ». En prenant comme source
principale les deux concessions minières, on peut identifier des effets secondaires comme la
migration de la population, l‟augmentation de la surface urbaine, agricole, qui eux, à leur tour,
vont être des sources d‟impact qui vont contribuer de manière graduelle à la destruction de la
couverture végétale.

76
Carte 6: Impacts cumulatifs potentiels liés à la perte d’habitat et fragmentation sur CNC

Cet effet cumulatif est de type additif et peut être suivi à partir d‟une échelle temporelle. La
carte présentée montre seulement les possibles sources dans le territoire actuellement, mais qui
sont susceptibles de contribuer à la fragmentation de l‟habitat. On peut observer déjà
l‟avancement de la surface agricole autour des petits villages qui est une des principales
menaces de la déforestation. En tenant compte du fait qu‟un des principaux effets attendus de
l‟industrie minière à grande échelle est la migration de population, et donc l‟augmentation de la
densité urbaine, ce phénomène risque de s‟amplifier dans le futur. La construction de nouvelles
routes représente aussi une autre menace redoutable. Il est prévu la construction d‟une route
depuis la concession Fruta del Norte pour le transport du minerai. Actuellement, ces routes sont
plutôt des pistes de terre. Avec le début des opérations minières, leur usage va s‟amplifier

77
d‟une façon brutale avec le passage de centaines des camions lourdement chargés, ce qui va
sûrement avoir un impact très important sur l‟écosystème.

Photographie 3: Forêt toujours verte de montagne basse de la Cordillère d’Amazonie, site de la


mine du projet Mirador

Source : EIE Mirador

La forêt tropicale occupe une très grande variété de milieux du point de vue climatique et
édaphique dans cette région. La forêt de la Cordillère du Condor elle-même se caractérise par
une grande diversité structurale ainsi que dans sa composition floristique. Cette grande
diversité est probablement une condition indispensable au fonctionnement de l'écosystème
forestier tropical de la zone. Ainsi, la déforestation de grandes surfaces nécessaires aux projets
miniers réduit la diversité et la complexité structurales provoquant ainsi des modifications dans
les processus atmosphère-végétation-sol. Dans la plupart des cas, le fonctionnement de
l'écosystème sera déséquilibré, ce qui risque d‟avoir des répercutions à d‟autres échelles
spatiales. Nous avons vu que chaque écosystème est riche en espèces et surtout en espèces
endémiques. Les études d‟impacts mentionnent dans l‟inventaire floristique de la zone
d‟opération la présence des espèces endémiques. Donc, la perte ou la fragmentation de l‟habitat
va sûrement engendrer un impact sur la diversité spécifique des écosystèmes et, sur le long
terme, sur la qualité des services écologiques offertes et sur les réseaux trophiques. Par
exemple, nous pouvons observer sur la carte la localisation de la végétation de tepui sur grès
(arenisca) qui contiennent des espèces de flore uniques dans le monde. L‟analyse de la carte
montre que même si ce type de végétation n‟est pas à l‟intérieur des concessions minières, elle
est sûrement menacée par les effets cumulatifs de la perte d‟habitat. La même étude souligne
l‟importance de la conservation de ce type de végétation grâce à leur rôle dans le
fonctionnement de l‟écosystème face au danger de la disparition des espèces endémiques à
cause de l‟exploitation minière.
De même, la formation des clairières dans le bois favorise la migration des espèces pionnières
qui s‟adaptent plus facilement et modifient la structure des écosystèmes. De plus,

78
l‟accumulation de la poussière et d‟autres substances qui se déposent sur la surface de la
végétation affecte les processus de photosynthèse ou de transpiration, ce qui mène à la mort de
la plante. Cet effet se produit aussi au niveau de la gémination des semences et la succession
végétale. L‟enchaînement de ces conséquences entraîne, d‟une façon graduelle, une
dégradation plus avancée des structures arborées. La diversité génétique s‟en trouve également
réduite, les systèmes de reproduction étant perturbés.

Photographie 4:Terasse alluviale de la rivière Zamora (près de la ville de Zamora)

Source : EIE Mirador

Ainsi, la diversité générale diminue, et avec elle, la résilience des écosystèmes, leur capacité à
faire face à des perturbations à une grande fréquence et intensité. La déforestation atteint non
seulement l‟habitat de centaines d‟espèces endémiques (dont beaucoup sont portées à
l‟extinction) mais aussi le maintien d‟un flux constant d‟eau à partir des forêts vers les autres
écosystèmes et vers les centres urbains. L‟élimination des forêts primaires provoque un
écoulement rapide de l‟eau de pluie, ce qui aggrave les crues pendant les saisons pluvieuses. En
plus de la zone affectée par l‟excavation, la dégradation superficielle provoquée par l‟érosion et
par l‟ensablement qui s‟ensuit (la sédimentation du lit des cours d‟eau) est aggravée par
l‟accumulation de résidus rocheux sans valeur économique (que l‟on appelle matière stérile).
Parallèlement, les modifications des propriétés de la surface terrestre entraînent des
changements au niveau des processus météorologiques et climatiques, à des échelles différentes
dans l'espace et dans le temps.

Etat qualitatif du CNC

Cette carte des effets cumulatifs totaux (numéro 7) représente une estimation des possibles
effets cumulatifs liés à la perte du capital naturel critique quantitatif et qualitatif. Puisque les
interactions sont très complexes, nous avons choisi d‟expliquer seulement les possibles impacts
sur la ressource en eau en raison de son rôle primordial dans le fonctionnement des
écosystèmes de la Cordillère du Condor, de son importance vitale dans la zone d‟étude mais
aussi parce qu‟il s‟agit de la ressource qui court le plus grand risque de pollution irréversible.

L‟étude d‟impact environnementale signale aussi ce risque élevé mais, grâce aux mesures
préventives, il est évalué comme peu probable et, donc, l‟impact sur la ressource en eau est

79
modéré. Or, les impacts cumulatifs sur le bassin versant de Zamora ne sont pas pris en compte,
avec comme seconde source d‟impact le projet Fruta del Norte qui est localisé en amont (cf.
carte numéro 7). Les effets cumulatifs identifiables se produisent par un transport physico-
chimique des substances dangereuses ou particules fines provenant du projet Fruta del Norte
qui arrivent dans la rivière Zamora et qui interagissent avec les substances de la mine du projet
Mirador. Ainsi, la magnitude de l‟impact sur la qualité de l‟eau de Zamora est supérieure à la
somme, dû aux interactions de nature chimique.
Carte 7: Impacts cumulatifs potentiels totaux sur CNC

Donc, si on évalue la magnitude des impacts cumulatifs, même en excluant le risque d‟un
accident d‟ordre technique, celle-ci est significative. Les activités liées aux deux mines
d‟extraction à ciel ouvert sont très agressives et engendrent un nombre d‟impacts sur
l‟environnement impossible à contrôler. Dans un milieu très sensible comme une forêt
tropicale, où l‟eau joue un rôle primordial, une appréhension plus générale de l‟impact sur cette
ressource s‟impose. Faute de données précises, nous allons expliquer d‟une façon générale en

80
quoi consistent ces possibles impacts cumulatifs sur la ressource en eau afin de souligner
l‟importance de cet enjeu pour ses habitants.

Le projet Mirador est un projet d‟extraction de cuivre, d‟argent et d‟or et le projet Fruta del
Norte d‟or. Dans le cas de ces deux mines, des produits chimiques très dangereux sont utilisées
au cours du traitement des métaux, tels que le cyanure dans le cas de l‟or, des acides concentrés
et des composés alcalins, l‟acide sulfurique dans le cas du cuivre. Ces différentes opérations
sont très délicates et malgré toutes les précautions, le risque de pollution est très élevé. C‟est
justement ce risque-là qui représente un des principaux arguments de la population locale
contre l‟industrie minière à grande échelle. Dans notre étude de cas, les deux projets miniers
sont situés dans la partie supérieure des bassins versants de Quimi (Mirador) et Machinaza
(FrutadelNorte) qui prennent leurs sources depuis les espaces boisés de la Cordillère du Condor
et se versent ensuite dans la rivière de Zamora. Donc, cette zone n‟assure pas seulement
l‟approvisionnement en eau du plus important bassin versant de la région, mais garantit aussi le
maintien des fonctions écologiques de la forêt, dont les plus importantes sont la régulation du
cycle de l‟eau et la purification des eaux de pluies et de ruissellement. Ainsi, comme il est
mentionné dans les EIE de Mirador, il y a un fort risque de pollution et d‟érosion à cause d‟un
régime pluviométrique très élevé et des pentes importantes.

Photographie 5: Phénomène d’érosion de la rivière de Machinaza

Source : EIE Rio Zarza

Dans le cas du projet Mirador, durant les sept premières années d‟exploitation toute la gangue
sera stockée à proximité du Rio Quimi. Après la septième année, cet emplacement risque
d‟arriver à saturation. La gangue inerte et grossière sera alors redirigée dans le petit bassin
versant de la rivière Chuchumbleza, à proximité du village Pangui (le petit carré à côté du
projet Mirador sur la carte). Dans son étude de faisabilité, EcuaCorriente signale que la quantité
de génération d'acide de drainage dans les terrils (lixiviats) est incertaine. La compagnie met
donc en garde contre d'éventuels surcoûts liés au contrôle de ses effluents.
Dans la photo numéro 4 nous pouvons observer que le corridor de transport et construit entre
la terrasse alluviale de inondation et la voie d‟accès de vers la paroisse Tundayme.

81
Photographie 6: Confluence de la rivière Quimi avec Zamora

Source : EIE Mirador

Le risque de pollution accidentel n'est pas non plus à écarter. EcuaCorriente a également
signalé ce risque dans son étude. Les sols des deux bassins versants, d‟après l‟étude botanique
de l‟université de Missouri, est formé sur du grès, donc un sol très acide. Le risque élevé de
ruissellement du au régime pluvial très important interagit de manière synergique avec l‟acidité
des sols en provoquant une dégradation de la qualité chimique de l‟eau de la rivière Zamora.
D‟autres risques de pollution existent, liés aux eaux de ruissellement par lessivage qui peuvent
entraîner avec elles les éléments lourds et autres particules solides. Ces eaux contaminées
devront contaminer les eaux de surface qui elles aussi, par infiltration peuvent atteindre la
nappe et entraîner les eaux souterraines. D‟autre part, les petites particules de métaux lourds qui
peuvent, avec le temps, se détacher des résidus, se disséminent avec le vent et se déposent sur
le sol et sur les lits des cours d‟eau, et s‟intègrent lentement aux tissus des organismes vivants
tels que les poissons.

La modification et la contamination du cycle hydrologique ont des effets collatéraux très graves
qui portent atteinte aux écosystèmes environnants et aux personnes. Ces effets potentiels
doivent être pris en compte avec le niveau de pollution déjà important de cette rivière détaillé
dans une étude sur l‟impact de l‟activité minière artisanale. En effet, les impacts de cette
activité très polluante par l‟utilisation du mercure, mais aussi la décharge des déchets
ménagers ont beaucoup pollué l‟eau de Zamora mais sont encore des sources additionnelles de
pollution. Les paramètres de mesure dépassent les normes acceptés62. Dans le graphique ci-
dessous nous observons que les impacts les plus significatifs identifiés par l‟EIE de Mirador
sont sur la géomorphologie, l‟occupation du sol et le paysage. Il y a une catégorie aussi qui
s‟appelle habitat et écosystèmes mais la valeur accordée est faible.

62
Ministerio de Energía y Minas Ecuador, Monitoreo ambiental de las áreas mineras en el sur de Ecuador 1996-
1998, Quito, 1999

82
Graphique 10: Impact total en fonction du component environnemental Mirador

Source : EIE MIRADOR

Ceci montre que chaque composante environnementale a été évaluée séparément et sur un
espace limité à la concession. L‟approche par les impacts cumulatifs montre le contraire :
l‟impact sur les écosystèmes et les habitats est très significatif. Cela affecte la capacité des
fonctions de régulation à maintenir un équilibre entre les flux d‟énergie et de matière nécessaire
aux principales activités humaines dans la zone comme agriculture, chasse, élevage… La zone
d‟influence de ces effets est aussi plus étendue en raison de leur caractère cumulatif ayant ainsi
une emprise beaucoup plus importante sur la région qu‟il est calculé dans l‟EIE. Dans l‟Annexe
4 nous pouvons observer la carte de la zone d‟influence du projet Mirador afin de faire la
comparaison et observer la différence d‟échelle d‟analyse.

IV.2.2) Impacts socio-économiques

Impacts économiques

Les bénéfices économiques que les deux grands projets miniers vont apporter sur le plan
national et local aussi sont censé récompenser les coûts que les effets résiduels (effets qui
restent dans l‟environnement après la mise en place du plan de gestion environnementale et
dont il est très difficile à évaluer l‟ampleur) pourraient engendrer. Les deux projets, Mirador et
Fruta del Norte, sont des gisements de taille mondiale et donc, source de grande quantité
d‟argent.
L‟article 408 de la nouvelle Constitution établit que l‟état doit recevoir 50% des bénéfices du
concessionnaire. 60% de cette somme sera destinée aux projets de développement local
soutenable. Leur allocation est valable seulement pour les paroisses à l‟intérieur de la zone
d‟influence directe, et, s‟il est nécessaire, 50% aux communautés d‟indigènes. Cette somme est

83
gérée par les gouvernements municipaux, les paroisses concernées mais avec l‟intervention de
l‟état au travers des programmes sociaux harmonisés avec les stratégies du Plan Nacional del
Buen Vivir.

Sur la carte suivante on peut observer les paroisses qui se trouvent dans la zone d‟influence
directe (calculée sur des critères de l‟impact socio-économiques uniquement) des deux projets.

Carte 8: Impacts socio-économiques

Par rapport aux autres paroisses des deux provinces, elles présentent une population
relativement dense et l‟indice de NBI (nécessités basique insatisfaites) élevé. Il est évident que
ce sont des zones très vulnérables.
L‟arrivée des compagnies, du point de vue économique, signifie pour ces petites paroisses une
explosion du budget publique dont la planification est un enjeu très important pour la mise en
place d‟un modèle de développement soutenable.

Pour la première fois en Equateur, il y a une l‟obligation de la part de ces paroisses de faire un
plan d‟aménagement du territoire qui prenne en compte les impacts de l‟industrie minière. La

84
réalisation de ce plan est un autre enjeu important pour une planification soutenable à cause du
faible niveau de préparation des autorités locales.

Effectivement, suite à la participation à une réunion sur la réalisation de ces plans


d‟aménagement le 30 avril 2010 dans le canton de Pangui, province de Zamora-Chinchipe,
nous avons pu constater qu‟ils ne connaissent pas le concept d‟aménagement du territoire (cf.
annexe). Ainsi, nous avons découvert que l‟investissement de l‟argent reçu comme rente de la
part des compagnies se dirigent plutôt dans l‟acquisition des biens publiques (ex : acheter une
voiture, construire un terrain de football…) que dans des programmes destinés au
développement sur le long terme.

Photographie 7: Paroisse El Pangui, Canton el Pangui, province Zamora Chinchipe

Roxana Popescu, avril 2010

Afin de mieux gérer ces ressources économiques, le département de Politiques Publiques et


Planification de SENPLADES, travaille en coordination avec les ministères sur un Plan
d‟Actions Emergeantes. Ce sont des projets de développement local sur le court terme qui
visent le domaine de l‟éducation, santé et habitat avec le but d‟accompagner et d‟orienter les
paroisses dans la planification soutenable de leurs territoires. Il est important de souligner
l‟implication de l‟Etat dans la planification de ces zones critiques, un aspect nouveau par
rapport au passé. On observe donc, un intérêt pour la réalisation d‟un développement durable
au plan local.
De l‟autre côté, les impacts économiques ne sont pas que de nature positive. A part
l‟agriculture, l‟autre activité importante dans la zone est l‟activité minière artisanale. En effet, à
part les populations indigènes, la région est habitée par une petite communauté de mineurs
récemment installée aux alentours de la Cordillère du Condor, attirée par les gisement d'or,
mais également incitée à s'installer par des campagnes gouvernementales suite à la guerre de
1995 entre le Pérou et l'Equateur. A cause d‟une activité qui n‟est pas totalement légalisée et
que la plupart des mineurs artisanaux n‟ont pas de concessions légales, l‟Etat a ignoré leur
présence en offrant aux entreprises étrangères des droits légaux sur ces terres. Depuis le début

85
des travaux d‟exploration, le problème des mineurs illégaux dans les concessions des
compagnies étrangères a posé beaucoup de problèmes pour l‟Etat. L‟expulsion forcée est très
délicate puisque ce sont des familles dont l‟unique source de revenu est l‟activité artisanale
mais aussi parce qu‟ils ont habités ces terres depuis des générations. De plus, les premiers
filons importants découverts, cette manne risque d‟attirer de nombreux mineurs illégaux vers
un nouvel eldorado.
Photographie 8: Activité minière illégale à proximité du projet Fruta del Norte

Source : EIE Rio Zarza

Donc, le changement de la spécialisation économique de la zone risque d‟augmenter encore


plus la vulnérabilité de la population. Ceci peut engendrer un impact négatif sur
l‟environnement aussi, étant connu que l‟activité minière artisanale est réalisée avec des
techniques rudimentaires (cf. annexe).
Pourtant, l'activité minière locale pose moins de problèmes environnementaux que l'ouverture
d'une mine à ciel ouvert et à grande échelle En effet, bien que l'activité minière à petite échelle
créée des pollutions spatialement restreintes, elle ne dégrade pas massivement les fonctions
environnementales. En outre, l'activité minière artisanale permet beaucoup plus largement de
conserver les retombées financières dans la région d'extraction.

Impacts sociaux

Même si les deux entreprises n‟ont même pas encore reçu le permis d‟exploitation, les conflits
sociaux dans la zone d‟influence sont de plus en plus violents. La perception sociale par rapport
à l‟industrie minière à grande échelle est très partagée. D‟un côté il y a les autorités locales qui
sont pour l‟industrie minière grâce aux ressources économiques qu‟elle peut amener pour le
développement local, mais sous réserve qu‟elle ne détruise pas l‟environnement. De l‟autre
côté, les paysans et les populations indigènes s‟y opposent pour la défense de leur territoire et
de leurs ressources qui constituent leur moyen de subsistance. Le rapport d‟Acción Ecológica
de mars 2010 décrit les impacts que l‟industrie minière à grande échelle a sur la culture de ce
peuple. L‟activité minière a généré des impacts économiques, sociaux et culturels tout comme
des dommages environnementaux. Le peuple Shuar, chasseur-cueilleur, a été transformé en
salariés travaillant 22 jours par mois, ayant 8 jours de congés et un salaire de 100 dollars US
par mois. La présence de travailleurs métisses non originaire de la communauté, la rupture de
l‟activité traditionnelle des hommes Shuars dans la communauté, le salaire payé en dollars, le

86
temps passé loin de leurs familles et l‟obligation de respecter un horaire de travail au sein de la
compagnie minière a inévitablement amené à des conflits au sein des familles.
En plus, le reste des habitants se sont rendu compte aussi des impacts négatifs que l‟industrie
minière pourrait avoir sur le long terme dans la région. Dans les provinces de Morona Santiago
et Zamora Chinchipe la préoccupation des populations locales à propos des impacts
environnementaux et sociaux des activités minières s‟est faite de plus en plus vive. Les deux
provinces ont connu une escalade de la violence et de la répression par la police et l‟armée. Des
centaines de paysans et peuples autochtones, inclus un certain nombre de femmes, ont été
blessés, emprisonnés alors que d‟autres ont été menacés par des mandats d‟arrestation.
Quelques exemples de ces évènements montrent un autre visage de l‟industrie minière.

En 2006 une grève à durée indéterminée a commencé dans la province de Morona Santiago.
Les autorités ont répondu par la militarisation de Rosa de Oro et San Carlos, où il y avait deux
autres campements miniers dirigés par la compagnie Corriente qui détient le projet Mirador. La
compagnie, tentant de perturber l‟Assemblée Provinciale, a sponsorisé/soutenu une contre-
manifestation dont les participants ont été physiquement attaqués par l‟assemblée. Le résultat a
été un affrontement violent dans lequel la police est intervenue avec des bombes lacrymogènes.
Plusieurs jours plus tard, un groupe de 200 personnes se sont rendu sur le site du projet Mirador
où des pierres leur ont été jetées par des partisans de la compagnie.
Le conflit avec la compagnie a commencé le 9 novembre 2006 lorsque cette marche jusqu‟au
campement de la mine a été violemment réprimée par le service de sécurité de la mine et par
l‟armée. Alors que la résistance s‟intensifiait dans les communautés locales, elles ont appris le
développement de projets hydroélectriques dont l‟objectif était d‟alimenter en énergie les
compagnies minières. À la mi-janvier 2006, l‟entreprise hydroélectrique Hidroabanico a
commencé la première phase des opérations. À cause de problèmes opérationnels et de la
présence illégale sur les concessions où elle opérait, l‟accord entre Hidroabanico et Corriente
Resources a été rendu public. Une grève a commencé à Jimbitono le 30 août 2006 en
opposition aux projets miniers et hydroélectriques. Elle a duré 75 jours et la région est devenue
l‟épicentre de la scène de protestation des populations des deux provinces amazoniennes. La
Loi minière a ravivé la contestation des communautés contre les projets miniers. Le début de
l‟année 2009 a été marqué par des mobilisations de grande ampleur d‟agriculteurs et des
communautés autochtones principalement dans la région Sud du pays. Dans les provinces
d‟Azuay, Morona Santiago, Zamora Chinchipe et Loja, des barrages routiers, des marches et
des grèves de la faim ont été organisés pour protester contre l‟entrée en vigueur imminente du
nouveau brouillon de la Loi Minière. La mobilisation, du 3 mars 2010, qualifiée de « indigène
», rassemble plus de 1500 personnes qui se sont rendues à la Cour Constitutionnelle afin que la
Loi de l‟industrie minière soit déclarée anticonstitutionnelle. Ainsi, des autochtones, paysans,
étudiants, écologistes, comités citoyens, dirigeants et représentants se sont regroupés dans les
rues de Cuenca afin de réclamer leurs droits. Ils défendent l‟eau, dénoncent la Loi de l‟eau,
ainsi que l‟exploitation minière effectuée aux environs des sources d‟eau. Ils défendent la vie,
la légitimité de l‟accès à l‟eau et dénoncent la destruction de la nature- la pachamama, la Terre
Mère- causée par les industries minières.

Ainsi, la valeur des ressources naturelles dont la dégradation court un risque très élevé, à une
valeur supérieure à la valeur économique que l‟extraction des ressources non-renouvelables
pourrait apporter à la région. Pour eux, protéger les sources d‟eau ou le milieu naturel signifie
revient à protéger leur vie, une vision sur la soutenabilité très différente de celle planifiée par le
gouvernement.

87
IV.3. Bilan entre l’activité minière à grande échelle et le
développement durable des provinces Zamora-Chinchipe et
Morona Santiago

IV.3.1) Résultats de l’étude de cas

La méthodologique mise en place dans notre étude de cas offre une autre lecture des impacts
liés à l‟industrie minière. En effet, cette approche géographique suggère une nouvelle
perspective sur la façon d‟aborder l‟évaluation des impacts sur l‟environnement. Ainsi, ce cadre
plus large et intégratif permet de mieux comprendre la relation entre l‟environnement et la
société, condition nécessaire pour définir un modèle de soutenabilité. Avant de présenter les
résultats, il est important de rappeler que les services écologiques offerts par les écosystèmes
évalués sont au centre de l‟évaluation des deux méthodologies. On a vu aussi que le CNC est
tout à fait lié au concept de services écologiques puisqu‟il représente les écosystèmes dans un
paysage dont les fonctions et services sont essentiels au bien-être humain. L‟évaluation des
impacts cumulatifs offre une vision plus large d‟analyse afin de pouvoir identifier le CNC et
ses fonctions essentielles à la vie et évaluer en même temps la magnitude de l‟impact de
l‟industrie minière sur la qualité des services écologiques.

Voyons d‟abord qu‟elle est la magnitude de l‟impact des deux mines sur les écosystèmes
choisis comme CVE. La magnitude d‟un impact se calcule en fonction du niveau, la durée et
l‟extension de la perturbation sur les CVE. Les effets sur le niveau de provision d‟un service
écologique varient en fonction de la proportion du paysage affecté et du temps que le facteur de
perturbation se manifeste. En ce qui concerne les critères de la zone d‟étude, les plus
importants sont la sensibilité du milieu, sa résilience, la rareté des espèces ou d‟écosystèmes, la
sensibilité des groupes humains affectés et la valeur accordée à la ressource qui subit l‟impact.
Les deux projets miniers sont localisés dans un milieu avec une haute valeur écologique. En
plus, comme on l‟a vu sur la carte des CVE, dans l‟écosystème de la forêt de montage basse de
la Cordillère de l‟Amazonie et dans la forêt du piémont de l‟Amazonie, les deux sont très riches
en espèces de faune et de végétation. Ce sont des milieux très sensibles en raison de leur
complexité au niveau de l‟organisation du vivant mais aussi par rapport à la pression humaine
exercée par la population locale. Donc la valeur des ressources évaluées est très haute pour les
habitants de cette région.
La magnitude de l‟impact est très significative à cause de l‟encombrement spatial et temporel
des impacts que les deux mines à grande échelle et à ciel ouvert exercent sur un tel milieu.
L‟encombrement spatial est dû au chevauchement des effets d‟actions de la construction des
deux mines : enlèvement permanent de la couverture végétale sur une des centaines d‟hectares
provoquant la perte d‟habitats, fragmentation à cause de la construction de routes, déforestation
graduelle à cause de l‟amplification de la migration, proximité des zones protégées et présence
de formations végétales sans régime de protection mais avec une très haute valeur écologique et
sensibilité. L‟encombrement temporel survient du fait que les effets causés par les différentes
actions sont concomitants, se manifestent sur une longue durée et leur intensité peut s‟amplifier
avec l‟augmentation graduelle des effets sur la quantité du CNC. L‟accumulation de tous ces
effets sur les deux écosystèmes mentionnés risque de causer un impact dont la magnitude est
supérieure à sa résilience. Ainsi, les fonctions de régulation importantes au maintien de la
qualité des biens et services offerts à la population peuvent se dégrader de manière irréversible.
Comme nous l‟avons vu dans l‟analyse, ces fonctions sont liées à la perte de la diversité
biologique, la dégradation de la qualité de l‟eau, le changement de la structure
géomorphologique des bassins versants de Quimi et Machninaza. L‟écosystème qui sera le plus

88
affecté est celui de la forêt de montage basse de la Cordillère de l‟Amazonie et la forêt du
piémont de l‟Amazonie avec des pertes importantes de la couverture végétale. En prenant
comme critère l‟échelle à laquelle nous avons mené notre analyse, les fonctions de régulation
qui seront possiblement affectées sont la régulation du cycle de l‟eau, le contrôle de l‟érosion,
la pollinisation, la capacité de l‟écosystème à absorber les déchets, la pollution.

Afin d‟avoir une estimation des impacts de l‟industrie minière sur les fonctions écologiques
que les écosystèmes pourraient influencer, nous avons cherché à représenter sur la carte
suivante les effets cumulatifs et la planification de l‟occupation du sol des deux provinces.
L‟information provient de l‟étude d‟ECORAE et représente un modèle de gestion durable du
territoire.

Carte 9: Magnitude des impacts cumulatifs totaux

Ce modèle ressemble à l‟utilisation actuelle du sol sauf à quelques différences près. Ainsi, les
systèmes anthropiques gardent leur fonction de production avec une gestion durable dans les
zones fortement dégradées. Les zones de conservation concernent les zones importantes pour
89
leur valeur écologique et leur potentiel d‟offre de biens et services environnementaux et
protection de ressources naturelles. Ils concernent les zones protégées mais aussi les zones
proposées pour protection. Ce qui est différent par rapport à la gestion actuelle est la catégorie
de bois gérés durablement. Conformément à l‟étude, cette zone est décrite comme très riche en
espèces d‟arbres qui, avec une gestion soutenable, pourraient apporter un bénéfice économique
à la population. Ainsi, il existe plusieurs zones différentes identifiées : zones du bois primaire,
zones de protection permanente, zones de plantation, zone pour autres usages. Or, les impacts
de l‟industrie minière se concentrent justement dans cette zone. En raison des conséquences
décrites ci-dessus, les deux modèles de gestion sont incompatibles.
On observe aussi que la zone d‟influence des effets cumulatifs touche la zone de production
agricole. Dans l‟EIE de Mirador, dans la partie de l‟évaluation des impacts après la fermeture
de la mine, donc après l‟application du plan de gestion environnemental, le plus grand impact
potentiel est sur la ressource en eau. Son niveau de pollution élevé et d‟acidité peut causer une
contamination des sols et rendre cette surface inutilisable pour l‟agriculture ou n‟importe quelle
autre activité liée à la gestion des ressources naturelles. En plus, la dégradation de la fonction
de pollinisation peut diminuer le rendement agricole, ce qui crée des impacts économiques
significatifs. Une augmentation de l‟érosion provoque également un appauvrissement des sols,
modifiant le cycle des éléments nutritifs. La diminution de la biodiversité de ces écosystèmes
augmente le risque des maladies. Ceci est un enjeu très important pour la plupart de la
population de ces cantons qui ne bénéficient pas de systèmes sanitaires. Enfin, la proximité des
projets avec le territoire du peuple Shuar risque d‟entraîner des conséquences durablement
néfastes pour leurs activités ancestrales, la chasse et la pêche notamment. En effet, ces activités
seront impraticables en raison de la disparition de la faune sauvage et aquatique. Mettre en
place un aménagement qui puisse remplacer les fonctions perdues est trop coûteux et presque
irréalisable dans le contexte actuel. Donc, les fonctions environnementales qui seront affectées
ont des conséquences au niveau local sur des activités économiques traditionnelles dans la
région comme l‟agriculture, la chasse ou la pêche.

Même s‟il est très difficile d‟estimer le degré d‟impact potentiel sur le CNC, nous pouvons
tirer la conclusion que la mise en place de l‟industrie minière à grande échelle ne génère pas un
développement soutenable. Un argument évident est que les habitants dont la subsistance
dépendait de ces activités, vont chercher d‟autres sources de revenu dans la pratique de
l‟activité minière artisanale, illégale ou le commerce du bois. Donc, la pression sur
l‟environnement va encore s‟accroître et s‟étendre sur des surfaces plus larges. Même si cet
effet peut être contrôlé avec la mise en place des programmes de développement local, il ne
faut pas oublier que ces activités sont ancestrales et intimement liées à la culture de ces
habitants, ce qui rend encore plus difficile leur intégration dans d‟autres secteurs d‟activité.

Au niveau de l‟écologie du paysage, les impacts cumulatifs de l‟industrie minière à grande


échelle peuvent créer une barrière dans le corridor de conservation Condor Kutuku. Le
graphique ci-dessous présente les possibles connexions entre les aires protégées de la

90
Figure 7: Corridors écologiques proposés dans la Cordillère du Condor

Source : Ministerio del Ambiente, Fundación Natura, Conservación International, Plan Binacional de Desarrollo
de la Región Fronteriza Ecuador-Perú, Proyecto Paz y Conservación Binacional en la Cordillera del Cóndor,
Ecuador-Perú, Quito, 2004

Les flèches indiquent le mouvement potentiel des espèces. Comme nous l‟avions montré, les
projets miniers se situent dans les petits bassins versants Qumi et Machinaza. Sur la carte des
impacts cumulatifs liés à la perte d‟habitat et fragmentation sur CNC, on a vu la proximité des
concessions minières à des espaces protégés. Ces espaces sont la réserve biologique Quimi
(numéro 2), la réserve Silvestre Zarza (numéro 5), le bois protégé El Condor (numéro 3) et le
Territoire Shuar (numéro 1). Les numéros 6 et 7 sont les corridors proposées pour protection
afin d‟assurer la connectivité des espèces. Or, c‟est justement dans ces espaces là que se
trouvent les deux concessions minières. Donc, elles seront affectées par une perte importante
d‟habitat et de connectivité à cause de la déforestation. Ainsi, il est évident que la magnitude
des impacts va produire une rupture dans la continuité écologique du paysage de la Cordillère
du Condor. La conséquence la plus probable est la diminution de la richesse spécifique de cette
Cordillère unique au monde.

91
Conclusion

En conclusion, les impacts du scénario du développement de l‟industrie minière ne peuvent pas


assurer un développement soutenable sur le long terme. Même si pendant la période d‟activité
des mines une amélioration du niveau de vie de la population peut se produire, celui-ci risque
de baisser de nouveau avec la fin des opérations et la disparition de l‟emploi. La dégradation
des écosystèmes et la diminution de leur valeur écologique vont affecter sûrement la qualité des
services écologiques dont la plupart de la population dépend. Ces effets vont se ressentir
notamment au niveau local. La détermination de la portée au niveau régional est encore très
difficile à estimer. Donc, les habitants dont l‟activité économique dépend des ressources
naturelles risquent d‟être exclus à cause de leur difficulté de se valoriser ailleurs.
Généralement, toute la dynamique régionale sera changée. La tendance la plus probable conduit
à un territoire à vocation d‟exploitation minière. Donc, dans une perspective de soutenabilité
forte, ce modèle est inadapté aux caractéristiques locales de l‟environnement.

IV.3.2) Limites

Une première limite importante de cette étude de cas, a été principalement le manque
d‟information, son accessibilité et sa qualité. Celle-ci concerne surtout les données ou les
études se rapportant à l‟environnement. Ceci s‟explique, bien sûr par la difficulté d‟évaluer
avec exactitude sa valeur, mais aussi par le manque d‟initiative au niveau public , l‟insuffisance
de moyens financiers et le manque de personnes qualifiées pour traiter et générer cette
information.
Les études les plus récentes sont faites par des ONG internationales ou des fondations de
conservation. Mais cette information est le plus souvent, restreinte à l‟usage de ceux-ci, malgré
l‟obligation de la mettre à la disposition des instances publiques. Or, un enjeu très important
dans la problématique des impacts de l‟industrie minière à grande échelle, est de savoir avec le
plus d‟exactitude possible la magnitude de ses impacts. Ainsi, avoir une meilleure connaissance
sur la valeur de la biodiversité et sur ces pertes, nous permet de mieux évaluer la soutenabilité
de ce modèle, et ainsi d‟aider à mieux définir les politiques publiques de développement.
Cela permet également d‟apporter une réponse au conflit social qui est né autour de cette
question et qui représente un aspect majeur de la problématique sur le développement durable.

Une autre limite concerne l‟approche de la méthodologie utilisée.


Evaluer la soutenabilité de l‟industrie minière par une approche écosystèmique est un choix
parmi d‟autres.
Cette problématique peut être abordée par différentes grilles de lecture : économique, politique,
sociale ou les trois en même temps.
Par exemple, les critères suivants pourraient être introduits afin d‟améliorer la méthodologie
que nous avons créé pour cette étude de cas :
- Choisir des CVE d‟ordre socio-économique nous aurait permis de mieux mesurer ce
que l‟on perd et ce que l‟on gagne, c‟est-à-dire, faire une comparaison entre le capital
humain (capital manufacturé) et le capital naturel. Cette approche correspond plutôt aux
critères d‟une soutenabilité faible. Une comparaison entre les deux aurait été un indice

92
excellent pour évaluer la durabilité de la politique de développement de l‟Equateur. Et,
sur le plan international, cela aurait pu constituer un exemple intéressant pour le débat
concernant la gestion des ressources et le développement entre les pays du Nord et le
Sud, en prenant en compte les enjeux de taille mondiale (surtout la biodiversité)
auxquels les deux régions doivent faire face.
- Analyser la relation entre pauvreté, biodiversité et responsabilité sociale de l‟entreprise
afin d‟identifier d‟autres mesures que les entreprises internationales pourraient adopter
afin d‟intégrer tous les catégories de la population dans leurs plans de gestion des
impacts.
- Travailler sur des échelles d‟évaluation plus larges, sur plusieurs CVE et plusieurs
sources d‟impact. Dans notre contexte, l‟échelle des impacts possibles des émissions de
gaz à effet de serre dépasse le cadre régional et national et arrive jusqu‟à l‟international.
Pour les sources d‟impact, nous n‟avons pas pris en compte les autres projets possibles
d‟exploitation minière, les futurs hydrocentrales, ainsi que les autres projets de
développement de tout genre.

Tous ces aspects peuvent modifier le résultat de l‟analyse. Mais le but de l‟étude de cas n‟a pas
été de faire une évaluation quantitative mais, faute de données, d‟envisager uniquement la
soutenabilité d‟une perspective nouvelle, sur la gestion des ressources naturelles en Equateur.

93
Conclusion générale
Le projet de développement durable en Equateur peut être compris à deux échelles à travers
l‟analyse de la soutenabilité de l‟industrie minière à grande échelle.

A une échelle nationale, sa soutenabilité consiste principalement dans son rôle de source unique
de revenus financiers nécessaires à la mise en œuvre d‟un développement durable à long terme.
Malgré les risques que cela comporte et les expériences néfastes de ce type d‟industrie dans les
autres pays miniers de l‟Amérique Latine, le gouvernement promeut une industrie responsable.
Cela signifie protection de l‟environnement, respect des droits de la communauté indigène,
démocratie, transparence et amélioration du niveau de vie.
A une échelle locale, ce modèle rencontre pourtant beaucoup d‟obstacles qui remettent en cause
ces principes de soutenabilité.
Les provinces de Zamora-Chinchipe et Morona Santiago sont des provinces avec une forte
identité indigène et une richesse naturelle unique au monde. Ces caractéristiques sont
incompatibles avec la vocation minière que l‟état a planifié pour le futur de ces deux provinces,
ce qui entraine des contestations sociales dénonçant l‟insoutenabilité de ce modèle.
La gestion des ressources naturelles est centrale dans cette question et marque le changement
de paradigme, allant d‟une gestion de l‟environnement désastreuse vers une autre plus
respectueuse. A travers notre analyse nous observons que le choix des outils d‟évaluation
adaptés au contexte de l‟étude, est aussi un critère essentiel pour une gestion soutenable des
ressources naturelles. Le résultat de l‟évaluation réalisée dans le cas du projet Mirador et Fruta
del Norte et approuvée par le Ministère de l‟environnement, montre que la magnitude des
impacts n‟est pas très significative. En effet même s‟il y a des effets irréversibles ceux-ci
permettent un développement soutenable des deux provinces.
Nous avons montré par une évaluation des impacts cumulatifs avec une approche
écosystèmique, que même en prenant en compte les limites mentionnées, ce modèle de
développement est en réalité insoutenable.
En ce qui concerne les autres principes, leur mise en œuvre ne s‟est pas faite dans un régime de
démocratie ou de transparence.
Finalement, malgré l‟apparence de soutenabilité que l‟état veut donner à cette industrie dans le
cadre du changement d‟orientation, ce modèle analysé à une échelle locale, suit celui de
l‟industrie pétrolière mise en place dans le passé.

En prenant en compte ces deux cadres, comment peut-on envisager la durabilité du modèle de
développement équatorien ?

Elargir le cadre de l‟analyse à l‟échelle mondiale peut apporter une réponse.


A l‟heure actuelle, l‟insuccès de la mise en œuvre du projet du développement durable remet en
cause ses fondements les plus importants, à savoir, trouver le modèle de développement qui
puisse intégrer les trois piliers et en faire une éthique commune universelle.
Or, ceci n‟a pas été possible et le cas de l‟Equateur le montre bien. Il faut faire des choix et les
critères choisis se font en fonction de l‟éthique de chaque pays. La façon dont ces critères
s‟opèrent dans le cadre de l‟Equateur, définit un modèle propre de développement. Si
l‟industrie minière à grande échelle pouvait se faire sans dégrader les écosystèmes
irrémédiablement, sa durabilité consisterait dans le choix qu‟il avait fait au détriment de
l‟environnement. Mais si l‟écart de soutenabilité est très significatif, la durabilité est
improbable.

94
En conclusion, l‟échelle où nous devons évaluer cette durabilité du modèle de développement
équatorien est l‟échelle locale. Comme nous l‟avons montré, l‟Equateur devrait reconsidérer
ses standards de soutenabilité en conformité avec son capital naturel.

95
Bibliographie

Développement durable

AKNIN A, Le développement durable peut-il conjurer la "malédiction des ressources?, 2009,


Mondes en Développement Vol.37-2009/4-n°148

DEMAZE M-T., Paradoxes conceptuels du développement durable et nouvelles initiatives de


coopération Nord-Sud : le mécanisme pour un Développement Propre (MDP), [En ligne],
Environnement, Nature, Paysage, document 443, mis en ligne le 20 mars 2009. URL : http://
cybergeo.revues.org/index22065.htm

FROGER G, Significations et ambiguïtés de la gouvernance dans le champ du développement


durable, [En ligne], www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=MED_136_0011 , Monde en
développement 2006/4, n° 136

GUILLAUD Y., Biodiversité et développement durable, UNESCO, Paris, 2007, p.243

KARSENTY A, Des rentes contre le développement ? Les nouveaux instruments d’acquisition


mondiale de la biodiversité et l’utilisation des terres dans les pays tropicaux, [En ligne],
www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=MED_127_0061 Mondes en Développement
Vol.32-2004/3-n°127

KOOP K., Les nouvelles fractures du monde et le défi pour la recherche sur les inégalités de
développement, [En ligne], www.gemdev.org/publications/cahiers/.../Cah_31_KOOP.pdf
Cahier du GEMDEV n° 31, La mesure de la mondialisation

LATOUCHE S., Les mirages de l’occidentalisation du monde En finir, une fois pour toutes,
avec le développement, [En ligne], http://www.monde
diplomatique.fr/2001/05/LATOUCHE/15204 , Le Monde diplomatique, 2001

LEROND M., LANMAFANKPOTIN G., Le développement soutenable. Evaluation simplifiée


dans un contexte Nord-Sud, Harmattan, Paris, 2007, p. 185

LIBAERT T., GUERIN A-J., Le développement durable2008, Dunod, Paris, p.143

SMOUTS M-C, Le développement durable. Les termes du débat, Armand Colin, Paris, 2005, p.
289

96
Biodiversité et services écosystèmiques

BAGGETHUN G., GROOT R., Capital natural y funciones de los ecosistemas: explorando las
bases ecológicas de la economía, [En ligne],
rua.ua.es/dspace/bitstream/10045/7642/.../ECO_16(3)_02.pd f, 2007

BAGGETHUM E-G., GROOT R., LOMAS P., MONTES C., The history of ecosystem services
in economic theory and practice: From early notions to markets and payment schemes, [En
ligne], www.eclac.cl/ilpes/noticias/paginas/7/.../the_history_of_ecosystem.pdf, 2009,
Ecological Economics

BOISVERT V, VIVIEN F-D., Biodiversité : enjeux Nord-Sud, Gestion et appropriation de la


nature entre le Nord et le Sud, [En ligne],
www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=RTM_202_0015, 2010

Communautés européennes, L’économie des écosystèmes et de la biodiversité, [En ligne],


ec.europa.eu/environment/nature/.../pdf/teeb_report_fr.pdf Production Banson Cambridge,
Royaume-Uni, Belgique, 2008

CHEVASSUS B., BARBAULT R., BLANDIN P., Biodiversité, changements globaux et


développement durable : De nouveaux concepts pour de nouvelles approches, [En ligne],
http://www.biodiversite2012.org/comprendre/biodiversite-et-changements-
globaux/biodiversite-changements-globaux-et-developpement-durable-de-nouveaux-concepts-
pour-de-nouvelles
approches.html?d5779e40fd759177dbdc2266c834a353=51ec334973411617b2727d435fd7c62
3 , 2009

KARSENTY A, SEMBRES T, RANDRIANARISON M, Paiement pour services


environnementaux et biodiversité dans les pays du Sud, [En ligne], www.cairn.info/revue-tiers-
monde-2010-2-page-57.htm, Revue Tiers Monde, N◦ 202 avril-juin 2010

MILIAN J, RODARY E, La conservation de la biodiversité par les outils de priorisation, [En


ligne], http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=RTM_202_0033 , Revue Tiers
Monde, N◦ 202, avril-juin 2010

Millennium Ecosystem Assessment, Ecosystems and Human Well-being: Current State and
Trends, Volume 1, [En ligne], www.millenniumassessment.org/.../document.766.aspx.pdf ,
2005

97
NEILL D-A, Inventario Botánico de la Región de la Cordillera del Cóndor, Ecuador y Perú:
Actividades y Resultados Científicos del Proyecto, 2004-2007, [En ligne],
www.mobot.org/mobot/.../ecuador/cordillera/pdf/EntireSpanishReport.pdf, Jardín Botánico de
Missouri

OECD Trade Policy Studies, Trade that benefits the environment and development. Opening
markets for environmental goods and services,[En ligne],
www.oecd.org/dataoecd/63/15/35415839.pdf , 2005

http://www.regards-citoyens.com/article-accord-a-l-omc-sur-la-necessite-de-liberaliser-les-
echanges-de-biens-et-services-environnementaux-46231237.html, consulté le 27/09/2010

Economie et politique de l’Equateur

ACOSTA A., Breve historia económica del Ecuador, Corporación Editora Nacional, Quito,
1995

ACOSTA A, La maldición de la abundancia, Comité Ecuménico de Proyectos CEP, 2009,


Quito

Comisión asesora ambiental de la presidencia de la República, Plan ambiental ecuatoriano,


políticas y estrategias, QUITO, 1996

ESPINOSA R, Crisis económica, clases sociales y política en el Ecuador: elementos para su


análisis, Politécnica, Quito, 1987

GALARZA Z, El festín del petróleo, Escuela Superior Politécnica del Litoral, Guayaquil, 1980

Instituto Geográfico Militar, Atlas de la República del Ecuador, 2009, Quito

LAREEA L-C., Es Posible la Transición a Una Economía Post – petrolera?,[En ligne],


www.derechosdelanaturaleza.org/wp-content/.../entre-voces-carlos-larrea.pdf

MALDONADO C, Dolarización, Crisis y Pobreza en el Ecuador, [En ligne],


www.uasb.edu.ec/UserFiles/372/File/pdfs/.../LarreaDolarizacionfinal06.pdf, Quito

SCHULDT J, ACOSTA A, Petróleo, Rentismo, y subdesarrollo. Una maldición sin solución?,


Revista Nueva Sociedad No. 204 de Agosto 2006

SENPLADES, Plan Nacional para el Buen Vivir 2009-2013: Construyendo un Estado


Plurinacional e Intercultural, Quito, 2009, p. 520

98
http://www.auladeeconomia.com/articulosot-14.htm , consulté le 28 octobre 2010

http://www.puce.edu.ec/opa/editorial_b2.htm , consulté le 22/09

http://www.ecuadorinmediato.com/Noticias/news_user_view/gobierno_ecuatoriano_desarrollar
a_el_potencial_minero_del_pais--131277, consulté le 22/09/2010

L’industrie minière en Equateur

Acción Ecológica, El enclave minero de la Cordillera del Cóndor, [En ligne],


ibcperu.org/doc/isis/12509.pdf, Quito, 2010

Ministerio de Energía y Minas Ecuador, Monitoreo ambiental de las áreas mineras en el sur de
Ecuador 1996-1998, Quito, 1999

Ministerio de Minas y Petróleos, Explotación de minerales metálicos a cielo abierto y


subterránea, Serie Ecuador Minero, Numero 3

Ministerio de Energía y Minas Ecuador, Sistematización de experiencias mineras, Serie


Ecuador Minero, Numero 2

Ministerio de Energía y Minas Ecuador, Foro 2007-Experiancias internacionales: Canadá,


Chile, Perú, Serie Ecuador Minero, Numero 1

Ministerio de Energía y Minas, El ABC de la minería en el Ecuador, [En ligne],


http://infomineria.org/fileadmin/download/ABCdelaMineria.pdf, 2007, Quito

MOREANO F, Minería, Minerales y Desarrollo Sustentable en Ecuador, Informe Nacional,


2001

PALADINES A., Los recursos no renovables del Ecuador, Base para la planificación y
ordenamiento, Editorial Universitaria, Quito, 2005, p.191

Secretaria general para la Producción, Documento de políticas para la reactivación productiva


del Ecuador, 2005-2006

Méthodologie

Agence canadienne d‟évaluation environnementale, Évaluation des effets cumulatifs, Guide du


praticien, Québec, 1999, p.151

Alianza Jatun Sacha/CDC-Ecuador, Identificación de Áreas Prioritarias para la Conservación


En la Cordillera Real Oriental Colombia-Ecuador-Perú, 2003, p.114

BRAND F, Critical natural capital revisited: Ecological resilience and sustainable


development, [En ligne], www.uns.ethz.ch/people/staff/brandf/Publ/sdarticle.pdf

99
Conseil canadien de la recherche sur l‟évaluation environnementale, Evaluation des effets
cumulatifs : exposé sur la recherche, 1998, Québec, p.17

Conseil canadien de la recherche sur l‟évaluation environnementale, Evaluation des impacts


cumulatifs au Canada : proposition de programmes de mesure et de recherche, 1998, Québec,
p.78

EKINS P., SANDRINE S., DEUTSCH L., FOLKE C., DE GROOT R, A Framework for the
practical application of the concepts of critical natural capital and strong sustainability., [En
ligne], http://www.sciencedirect.com/science?_ob=ArticleURL&_udi=B6VDY-
482XDC92&_user=10&_coverDate=03%2F31%2F2003&_rdoc=1&_fmt=high&_orig=search
&_origin=search&_sort=d&_docanchor=&view=c&_searchStrId=1519675390&_rerunOrigin=
google&_acct=C000050221&_version=1&_urlVersion=0&_userid=10&md5=3aa23d83e5241
7d481f9d114bef59aa2&searchtype=a, 2003

ECORAE, Zonificación Ecológica Económica, Provincia de Morona Santiago y Zamora-


Chinchipe, Quito, 2001, p.337

GROOT R., ALKEMADE R., BRAAT L., HEIN L, Challenges in integrating the concept of
ecosystem services and values in landscape planning, management and decision making, [En
ligne], http://www.sciencedirect.com/science?_ob=ArticleURL&_udi=B7CRV-4XRJGSW
1&_user=10&_coverDate=09%2F30%2F2010&_rdoc=1&_fmt=high&_orig=search&_origin=
search&_sort=d&_docanchor=&view=c&_searchStrId=1519910948&_rerunOrigin=scholar.go
ogle&_acct=C000050221&_version=1&_urlVersion=0&_userid=10&md5=55adefddd981a7da
0ec63cc859d29b4b&searchtype=a

Instituto Nacional de Tecnología Agropecuaria, Elementos conceptuales y metodológicos para


la Evaluación de Impactos Ambientales Acumulativos (EIAAc) en los bosques subtropicales. El
caso del Este de Salta. Septiembre 2009, [En ligne],
www.inta.gov.ar/prorenoa/.../ot/EIAAc_SALTA_FAUBA_COMPLETO.pdf

Ministerio del Ambiente, Fundación Natura, Conservación International, Plan Binacional de


Desarrollo de la Región Fronteriza Ecuador-Perú, Proyecto Paz y Conservación Binacional en
la Cordillera del Cóndor, Ecuador-Perú, Quito, 2004, p.185

Ministerio del Ambiente Regional, Plan Estratégico Ambiental Regional (PEAR) Loja –
Zamora Chinchipe, Loja - Zamora Chinchipe, 2006, p.78

100
PERK J., GROOT R., Towards a Method to estimate Critical Natural Capital, Discussion
paper for second meeting of the CRITINC-project; 30/11 – 1/12, 1998, Saint Quentin en
Yvelines, Paris, France, p.27

Secretaria del Convenio sobre la Diversidad Biológica, La diversidad biológica en las


evaluaciones de impacto, [En ligne], www.cbd.int/doc/publications/cbd-ts-26-es.pdf

WALLACE K., Classification of ecosystem services: Problems and solutions, [En ligne],
ftp://ftp.wsl.ch/pub/kienast/V701-1613...ecology/.../Wallace2007.pdf

Etudes d’impact environnemental

AURELIAN, Plan de manejo ambiental, Fase de exploración, “Fruta del Norte”, en la


concesión minera La Zarza, 2009, Quito, p.82

AURELIAN, Descripción del proyecto, Fase de exploración, “Fruta del Norte”, en la


concesión minera La Zarza, 2009, Quito, p.68

CONDOR GOLD, Proyecto Rio Zarza, Estudio de Impacto Ambiental y Plan de Manejo
Ambiental, Áreas mineras ECCOMETALS, VALLE DEL INCA 1, 2007, Zamora, p.295

EcuaCorriente, Estudio de Impacto Ambiental Proyecto Mirador, 2005, Quito, p 1051

101
Année Le principal modèle de Caractéristiques
développement

1880-1920 Agricole-exportateur basé sur Période de premier essor économique et intégration


cacao sur le marché international

Politiques d‟investissement de l‟état dans l‟industrie

1950-1970 Agricole-exportateur basé sur la Développement de l‟infrastructure ce qui a permis la


banane dynamisation des relations économiques et
commerciales à l‟intérieur du pays mais aussi
augmentation des inégalités

1970 Extractif-exportateur basé sur le Politiques pour développer l‟industrie nationale.


pétrole
Création d‟entreprises mixtes, apparition de
l‟industrie à petite échelle soutenue par l‟état,
contrats avec des compagnies pétrolières pour
l‟exploration et l‟exploitation du pétrole

1980 Une période marquée par beaucoup de crises : 1982,


86-87 où des crises économiques, sociales,
Extractif-exportateur basé sur le pétrolières, naturelles mettent en évidence les
pétrole inégalités entre les classes sociales et entre le rural-
urbain. Disparition de quelques industries

Apparaissent des modèles économiques basés sur


Economique et emprunteur
des prêts financiers

1990 Vision toujours basée sur l‟économie et l‟industrie


extractive mais avec l‟intégration de la vision
Extractif-exportateur basé sur le environnementale
pétrole
Crise nationale importante
Economique financière

Ouverture environnementale

2000 Extractif-exportateur basé sur le Nouvelle politiques pour rétablir le secteur industriel
pétrole pétrolier. Des conflits et revendications sociales et
environnementales des populations affectées.

Prise de conscience de l‟importance du secteur


sociale et de la planification du développement

Annexe1 : Modèles de développement de l’Equateur entre 1880-2000

102
Annexe 2 : Indicateurs de pauvreté : comparaison entre Equateur et les plus pauvres
provinces de l’Amazonie

103
Annexe 3 : Quantité de minéraux par type de métal

Fruta del Norte

Mirador

104
Annexe 4 : Zone d’influence directe et indirecte du projet Mirador

105
Tables des illustrations
Cartes :

Carte 1: Conflits de l'industrie minière au niveau national ........................................................ 53


Carte 2: Occupation du sol Sud Amazonie 2010 Carte 3: Occupation du sol Sud
Amazonie 1990 ........................................................................................................................... 58
Carte 4: Localisation projets Mirador et Fruta del Norte .......................................................... 61
Carte 5: Valeur écologique de la zone d'étude et localisation des CVE et CNC ........................ 73
Carte 6: Impacts cumulatifs potentiels liés à la perte d‟habitat et fragmentation sur CNC ....... 77
Carte 7: Impacts cumulatifs potentiels totaux sur CNC ............................................................. 80
Carte 8: Impacts socio-économiques .......................................................................................... 84
Carte 9: Magnitude des impacts cumulatifs totaux .................................................................... 89

Figures :

Figure 1: Evolution des enjeux du développement durable: la priorité accordée successivement


à l'économie, à l'environnement et au social .............................................................................. 11
Figure 2: Acteurs du développement durable et leur budget ...................................................... 19
Figure 5: Etapes de la stratégie de développement endogène soutenable .................................. 41
Figure 6: Méthodologie de l'analyse........................................................................................... 66
Figure 7: Fonctions du Capital Naturel Critique ........................................................................ 69
Figure 8: Caractéristiques du Capital Naturel Critique .............................................................. 69
Figure 9: Corridors écologiques proposés dans la Cordillère du Condor................................... 91

Graphiques :

Graphique 1: Proportion de biomes convertis ........................................................................... 22


Graphique 2: Distribution services environnemenaux 2002 ..................................................... 25
Graphique 3: PIB pendant la crise de 1999 ............................................................................... 34
Graphique 4: Evolution mensuelle du prix du pétrole 2004-2008 ............................................ 35
Graphique 5: Pourcentage du profit pétrolier dans le budget de l'état ...................................... 36
Graphique 6: Pourcentage des exportations de pétrole sur le total des exportations ................ 36
Graphique 7: Fréquence d'accidents technologiques enregistrés entre 1995 et 2006................ 38
Graphique 8: PIB pétrole et PIB industrie minière.................................................................... 49
Graphique 9: PIB par activités économiques 2008 ................................................................... 50
Graphique 10: Impact total en fonction du component environnemental Mirador .................. 83

106
Photographies :

Photographie 1: Proteste contre la loi minière............................................................................ 44


Photographie 2: Végétation de type Tepuy ................................................................................ 75
Photographie 3: Forêt toujours verte de montagne basse de la Cordillère d‟Amazonie, site de la
mine du projet Mirador ............................................................................................................... 78
Photographie 4:Terasse alluviale de la rivière Zamora (près de la ville de Zamora) ................. 79
Photographie 5: Phénomène d‟érosion de la rivière de Machinaza............................................ 81
Photographie 6: Confluence de la rivière Quimi avec Zamora .................................................. 82
Photographie 7: Paroisse El Pangui, Canton el Pangui, province Zamora Chinchipe ............... 85
Photographie 8: Activité minière illégale à proximité du projet Fruta del Norte ...................... 86

Tableaux :

Tableau 1: PIB de l‟activité minière ........................................................................................... 48


Tableau 2: Emplois par type d'activité minière .......................................................................... 49
Tableau 3: Biodiversité de l'Equateur dans le monde ................................................................ 56
Tableau 4: Zone influence directe Mirador en fonction de l'utilisation du sol ........................... 62
Tableau 5: Zone d'influence indirecte Mirador en fonction de l'utilisation du sol ..................... 63
Tableau 6: Echelles d'évaluation des fonctions de régulation des écosystèmes ......................... 70
Tableau 7: Ecosystèmes de la province Zamora-Chnchipe et Morona santiago ........................ 73
Tableau 8: Biens et services écologiques des écosystèmes de Zamora Chinchipe et Morona
Santiago ...................................................................................................................................... 76

107
Tables des matières

Sommaire .................................................................................................... ¡Error! Marcador no definido.


Index des abréviations et des sigles ........................................................... ¡Error! Marcador no definido.
Préambule ................................................................................................... ¡Error! Marcador no definido.
Remerciements ........................................................................................... ¡Error! Marcador no definido.
Introduction ................................................................................................ ¡Error! Marcador no definido.
I. Le développement durable et ses enjeux dans les pays du Sud en rapport aux pays du Nord
¡Error! Marcador no definido.
I.1 Une approche conceptuelle ............................................................. ¡Error! Marcador no definido.
I.1.1) Les définitions du développement durable et les paradoxes autour de ce sujet ............. ¡Error!
Marcador no definido.
I.1.2) La mondialisation et ses implications conceptuelles sur le développement durable ..... ¡Error!
Marcador no definido.
I.2 Une approche pratique du développement durable ..................... ¡Error! Marcador no definido.
I.2.1) Les acteurs d‟intervention....................................................... ¡Error! Marcador no definido.
I.2.2) Des nouvelles formes de mise en œuvre du développement durable dans le Sud ......... ¡Error!
Marcador no definido.
I.2.3) Les enjeux de développement des pays du Sud sur le plan international¡Error! Marcador no
definido.
II. La vision du développement durable en Équateur ............................ ¡Error! Marcador no definido.
II.1 Les différents modèles du passé : l’agriculture et le pétrole ....... ¡Error! Marcador no definido.
II.1.1) Le cacao................................................................................. ¡Error! Marcador no definido.
II.1.2) La banane .............................................................................. ¡Error! Marcador no definido.
II.1.3) Le pétrole............................................................................... ¡Error! Marcador no definido.
II.1.4) Les enjeux de l‟activité pétrolière et ses conséquences....... ¡Error! Marcador no definido.
II.2. Le changement de paradigme ....................................................... ¡Error! Marcador no definido.
II.2.1) La volonté politique pour un développement durable ........... ¡Error! Marcador no definido.
II.2.2) Les enjeux d‟une modification de la structure économique vers un modèle soutenable
.......................................................................................................... ¡Error! Marcador no definido.
II.2.3) Le cas de Yasuni ITT : un exemple de développement durable ? ......... ¡Error! Marcador no
definido.
III. L’activité minière : une nouvelle façon durable d’assurer le développement économique de
l’Equateur ? ................................................................................................ ¡Error! Marcador no definido.
III.1. L’évolution de l’activité minière sur le territoire ..................... ¡Error! Marcador no definido.
III.1.1) Les enjeux de l‟activité minière dans l‟histoire ................... ¡Error! Marcador no definido.
III.1.2) L‟industrie minière à grande échelle dans le cadre du nouveau modèle de développement
durable .............................................................................................. ¡Error! Marcador no definido.

108
III.1.3) Le conflit de l‟industrie minière.......................................... ¡Error! Marcador no definido.
III.2. L’activité minière et la relation avec la protection de l’environnement .¡Error! Marcador no
definido.
III.2.1) La conservation en Equateur ................................................ ¡Error! Marcador no definido.
III.2.2) L‟industrie minière est-elle soutenable ? ............................. ¡Error! Marcador no definido.
IV. L’industrie minière à grande échelle dans les provinces Zamora-Chinchipe et Morona
Santiago ....................................................................................................... ¡Error! Marcador no definido.
IV. 1. Le rôle de l’évaluation environnementale pour le développement des provinces Zamora-
Chinchipe et Morona Santiago.............................................................. ¡Error! Marcador no definido.
IV.1.1) Critique de l‟étude d‟impact environnemental du projet Fruta del Norte et Mirador ¡Error!
Marcador no definido.
IV.1.2) Proposition d‟une autre méthode d‟évaluation et son importance dans le contexte de
l‟étude............................................................................................... ¡Error! Marcador no definido.
IV.2. Impacts de l’industrie minière à grande échelle ........................ ¡Error! Marcador no definido.
IV.2.1) Impacts environnementaux ................................................. ¡Error! Marcador no definido.
IV.2.2) Impacts socio-économiques ................................................ ¡Error! Marcador no definido.
IV.3. Bilan entre l’activité minière à grande échelle et le développement durable des provinces
Zamora-Chinchipe et Morona Santiago .............................................. ¡Error! Marcador no definido.
IV.3.1) Résultats de l‟étude de cas .................................................. ¡Error! Marcador no definido.
Conclusion........................................................................................ ¡Error! Marcador no definido.
IV.3.2) Limites ................................................................................ ¡Error! Marcador no definido.
Conclusion générale ................................................................................... ¡Error! Marcador no definido.
Bibliographie .............................................................................................. ¡Error! Marcador no definido.
Annexe1 : Modèles de développement de l‟Equateur entre 1880-2000........... ¡Error! Marcador no
definido.
Annexe 2 : Indicateurs de pauvreté : comparaison entre Equateur et les plus pauvres provinces de
l‟Amazonie ....................................................................................... ¡Error! Marcador no definido.
Annexe 3 : Quantité de minéraux par type de métal ....................... ¡Error! Marcador no definido.
Annexe 4 : Zone d‟influence directe et indirecte du projet Mirador ¡Error! Marcador no definido.
Tables des illustrations .............................................................................. ¡Error! Marcador no definido.

109
110