Vous êtes sur la page 1sur 3

2010-2011 TS 1/ 3 Cours sur les limites de suites

Limite de suite

I) Définition de la limite d’une suite


1) Limite finie
Définition : On dit qu’une suite (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ converge vers un réel ℓ ssi tout intervalle ouvert contenant ℓ contient
tous les termes de la suite à partir d’un certain rang.
Notation : On dit aussi que la suite admet une limite finie, et on note lim 𝑢𝑛 = ℓ.
𝑛→+∞

Vocabulaire : Une suite qui admet une limite finie est dite convergente. Une suite qui n’a pas de limite finie
est dite divergente.
Définitions équivalentes : Une suite (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ converge vers un réel ℓ ssi on a l’une des propriétés équivalentes
suivante :
- tout intervalle ouvert ]𝑎; 𝑏[ contenant ℓ contient tous les termes de la suite à partir d’un certain rang.
- pour tout 𝜖 > 0, l’intervalle ouvert ]ℓ − 𝜖; ℓ + 𝜖[ contient tous les termes de la suite à partir d’un certain rang.
- pour tout intervalle ouvert ]𝑎; 𝑏[ contenant ℓ, il n’y a qu’un nombre fini de termes de la suite situés hors de
]𝑎; 𝑏[.
- pour tout 𝜖 > 0, il n’y a qu’un nombre fini de termes de la suite situés hors de l’intervalle ]ℓ − 𝜖; ℓ + 𝜖[.
Remarque : Dans la définition, le nombre 𝜖 > 0 est sous-entendu sensé pouvoir devenir aussi petit que l’on veut :
de l’ordre du millième, du millionnième ou du milliardième... voire beaucoup plus petit. De même, l’intervalle
ouvert ]𝑎; 𝑏[ contenant ℓ est sous-entendu sensé pouvoir devenir aussi petit que l’on veut.
Exemple de représentation graphique :

𝑢𝑛
3 𝑢𝑛 ∈ ]ℓ − 𝜖; ℓ + 𝜖[ pour tout entier 𝑛 ≥ 8
b

ℓ + 𝜖2
b
b
b
ℓ b b
b b b b b b b b b
b
b b

ℓ−𝜖 b

1 b b

b b

0
𝑛
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21

2) Limite infinie
Définition : On dit qu’une suite (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ tend vers +∞ ssi tout intervalle ]𝐴; +∞[ contient tous les termes de
la suite à partir d’un certain rang.
Notation : On dit aussi que la suite diverge vers +∞, et on note lim 𝑢𝑛 = +∞.
𝑛→+∞

Définition : On dit qu’une suite (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ tend vers −∞ ssi tout intervalle ] − ∞; 𝐴[ contient tous les termes
de la suite à partir d’un certain rang. Ceci équivaut à dire que la suite de terme général −𝑢𝑛 tend vers +∞.
Vocabulaire : Une suite divergente est donc une suite qui a une limite infinie, ou pas de limite du tout. Une
suite convergente est donc une suite qui a une limite finie.
Définitions équivalentes : Une suite (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ tend vers +∞ ssi on a l’une des propriétés équivalentes
suivante :
- tout intervalle ]𝐴; +∞[ contient tous les termes de la suite à partir d’un certain rang.
- pour tout intervalle ]𝐴; +∞[, il n’y a qu’un nombre fini de termes de la suite situés hors de ]𝐴; +∞[.
Remarque : Dans la définition, le nombre 𝐴 est sous-entendu sensé pouvoir devenir aussi grand que l’on veut :
de l’ordre du millier, du million ou du milliard... voire beaucoup plus.
2010-2011 TS 2/ 3 Cours sur les limites de suites

Exemple de représentation graphique :

6 b

5
b

4 b
b
b

3
b

𝐴2 -
b
b b

b
b
b

1 b b
b
𝑢𝑛 > 𝐴 pour tout 𝑛 ≥ 11
b

0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18

II) Théorèmes et propriétés des limites d’une suite


Théorème : Lorsqu’une suite est convergente, sa limite est unique.
Théorème : Lorsqu’une suite est convergente, elle est bornée.
Remarque : La réciproque est fausse : il existe des suites bornées qui ne convergent pas ; par exemple
𝑢𝑛 = (−1)𝑛 ; ou 𝑢𝑛 = sin(𝑛) ou certaines suites en escargot...
Théorème : théorème de convergence monotone
Lorsqu’une suite (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ est croissante et majorée par 𝑀 , alors elle converge ; et sa limite ℓ est inférieure au
majorant 𝑀 ; on a pour tout 𝑛 ∈ ℕ : 𝑢𝑛 ≤ ℓ ≤ 𝑀 .
Lorsqu’une suite (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ est décroissante et minorée par 𝑚, alors elle converge ; et sa limite ℓ est supérieure au
minorant 𝑚 ; on a pour tout 𝑛 ∈ ℕ : 𝑚 ≤ ℓ ≤ 𝑢𝑛 .
Remarque : Il serait naïf de croire que toute suite convergente est soit croissante soit décroissante ; il suffit de
(−1)𝑛 sin(𝑛)
penser à 𝑢𝑛 = , ou à 𝑢𝑛 = ...
𝑛 2𝑛
Théorème : limite de suites récurrentes
Si (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ est une suite définie par récurrence 𝑢𝑛+1 = 𝑓 (𝑢𝑛 ), où 𝑓 est une fonction continue, et si (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ est
convergente vers ℓ alors la limite ℓ est solution de l’équation 𝑓 (ℓ) = ℓ.
Remarque :
de nombreux exercices de terminale utilisent des suites récurrentes, voici un résultat qui ne fait pas partie du
programme de la classe de terminale mais qui peut être utile pour "anticiper" et contrôler ses résultats ou
conjectures :
Théorème : Comportement de suites récurrentes (théorème hors programme)
Si 𝑓 est une fonction définie sur un intervalle 𝐼, si 𝐼 est stable par 𝑓 i.e si 𝑓 (𝐼) ⊂ 𝐼, et si 𝑓 est continue sur 𝐼,
alors :
toute suite récurrente (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ définie par 𝑢0 ∈ 𝐼 et la relation de récurrence 𝑢𝑛+1 = 𝑓 (𝑢𝑛 ) est telle que pour
tout 𝑛 ∈ ℕ on a 𝑢𝑛 ∈ 𝐼, et la suite est donc bien définie.
Si de plus 𝑓 est croissante sur l’intervalle 𝐼 alors la suite récurrente (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ est monotone. Le dessin obtenu
ressemble à un escalier qui monte ou qui descend. La monotonie dépend de la position de la courbe de 𝑓 par
rapport à la première bissectrice : si la courbe de 𝑓 est au dessus de la première bissectrice alors (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ est
croissante ; si la courbe de 𝑓 est en dessous de la première bissectrice alors (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ est décroissante.
Si de plus 𝑓 est décroissante sur l’intervalle 𝐼 alors la suite récurrente (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ est non monotone. Le dessin
obtenu ressemble à une toile d’araignée.
Théorème : suites croissantes tendant vers +∞
Si (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ est une suite croissante, alors (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ tend vers +∞ ssi (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ est non majorée.
2010-2011 TS 3/ 3 Cours sur les limites de suites

III) Comparaison de suites et opérations sur les limites de suites


1) Comparaison de suites
Théorème : théorème des gendarmes
Si une suite (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ est encadrée par deux suites de même limite finie ℓ alors (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ converge vers cette même
limite ℓ.
Autrement dit, si pour tout 𝑛 ∈ ℕ on a 𝑥𝑛 ≤ 𝑢𝑛 ≤ 𝑦𝑛 , et si lim 𝑥𝑛 = lim 𝑦𝑛 = ℓ alors la suite (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ
𝑛→+∞ 𝑛→+∞
converge vers cette même limite ℓ : lim 𝑢𝑛 = ℓ.
𝑛→+∞

Théorème : de comparaison de limites finies


Si deux suites (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ et (𝑣𝑛 )𝑛∈ℕ sont telles que pour tout 𝑛 ∈ ℕ on a 𝑢𝑛 ≤ 𝑣𝑛 ; et si lim 𝑢𝑛 = ℓ1 et
𝑛→+∞
lim 𝑣𝑛 = ℓ2 , alors ℓ1 ≤ ℓ2 .
𝑛→+∞

Théorème : de comparaison de limites infinies


Si deux suites (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ et (𝑣𝑛 )𝑛∈ℕ sont telles que pour tout 𝑛 ∈ ℕ on a 𝑢𝑛 ≤ 𝑣𝑛 , et si lim 𝑢𝑛 = +∞ alors
𝑛→+∞
lim 𝑣𝑛 = +∞.
𝑛→+∞
Si deux suites (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ et (𝑣𝑛 )𝑛∈ℕ sont telles que pour tout 𝑛 ∈ ℕ on a 𝑢𝑛 ≤ 𝑣𝑛 , et si lim 𝑣𝑛 = −∞ alors
𝑛→+∞
lim 𝑢𝑛 = −∞.
𝑛→+∞

2) Opérations sur les limites de suites


Théorème : opérations sur les limites : limite de somme ou de produit
Si deux suites (𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ et (𝑣𝑛 )𝑛∈ℕ possèdent toutes les deux une limite finie ou infinie alors leur somme ou
produit suit les règles suivantes :
Limite d’un produit :
Limite d’une somme : × +∞ −∞ ℓ2 ∕= 0 ℓ2 = 0
+ +∞ −∞ ℓ2
+∞ +∞ −∞ ±∞ F.I
+∞ +∞ F.I +∞
−∞ −∞ +∞ ±∞ F.I
−∞ F.I −∞ −∞
ℓ1 ∕= 0 ±∞ ±∞ ℓ1 × ℓ2 0
ℓ1 +∞ −∞ ℓ1 + ℓ2
ℓ1 = 0 F.I F.I 0 0

Théorème : opérations sur les limites : limite de l’inverse


1 1
Si lim 𝑢𝑛 = +∞ alors lim = 0+ . Si lim 𝑢𝑛 = −∞ alors lim = 0− .
𝑛→+∞ 𝑛→+∞ 𝑢𝑛 𝑛→+∞ 𝑛→+∞ 𝑢𝑛
1 1
Si lim 𝑢𝑛 = 0+ alors lim = +∞. Si lim 𝑢𝑛 = 0− alors lim = −∞.
𝑛→+∞ 𝑛→+∞ 𝑢𝑛 𝑛→+∞ 𝑛→+∞ 𝑢𝑛

Remarque : pour une division, il suffit d’adapter la division comme étant la multiplication par l’inverse.
0 ∞
Les seules formes indéterminées sont et .
0 ∞

IV) Suites adjacentes


Définition : Suites adjacentes
Deux suites (𝑢𝑛 ) et (𝑣𝑛 ) sont dites adjacentes ssi l’une d’entre elles est croissante, l’autre décroissante et elles
vérifient lim 𝑣𝑛 − 𝑢𝑛 = 0.
𝑛→+∞

Théorème : sur les suies adjacentes


Si deux suites sont adjacentes alors elles sont convergentes ; et elles convergent vers la même limite ℓ. On a de
plus pour tout 𝑛, 𝑢𝑛 ≤ ℓ ≤ 𝑣𝑛 .
Remarque : Le calcul des termes des deux suites permet d’avoir un encadrement de la limite ℓ aussi précis que
l’on veut puisque lim 𝑣𝑛 − 𝑢𝑛 = 0.
𝑛→+∞
Par exemple, si 0 ≤ 𝑣𝑛 − 𝑢𝑛 ≤ 10−5 alors 𝑣𝑛 et 𝑢𝑛 ont leurs 4 premières décimales identiques à celles de ℓ.√C’est
comme cela que l’on peut obtenir à coup sûr des valeurs approchées de certains nombres comme 𝜋, de 2, de
𝑒 et de ln(2).

(𝑢𝑛 )𝑛∈ℕ croissante (𝑣𝑛 )𝑛∈ℕ décroissante


∣ ∣ ∣ ∣ ∣ ∣ ∣ ∣ ∣
𝑢0 𝑢1 𝑢2 𝑢𝑛 𝑣𝑛 𝑣2 𝑣1 𝑣0

𝑣 𝑛 − 𝑢𝑛