Vous êtes sur la page 1sur 461

PORTRAIT DU VALAIS

Document de travail
04 / 01 / 07

Document de travail / CoManaging 1


RAPPEL

Ce document a été conçu par la cabinet Comanaging


avec l’aide et pour le compte de Valais Excellence.

Il a été réalisé en 20 exemplaires numérotés de 1 à 20 et constitue un outil de travail interne.

Toute reproduction en est interdite


Les citations, illustrations et iconographies contenues dans ce document ne sont pas libres de
droit..

Document de travail / CoManaging 2


CODES DE PRÉSENTATION

En italique et en gris : citations documentaires, en particulier littéraires


En italique et en bleu : "paroles d'experts"

Document de travail / CoManaging 3


INTRODUCTION

Le Canton du Valais fait partie de la Confédération Suisse depuis 1815.


Sa superficie est de 5’224 km² (12.7 % de la superficie nationale ; 1.3/10 ème) dont les 57% se
situent en zone de montagne, sa population de 285 000 habitants (3.85% de la population
nationale) et une densité de 55.1 hab/km² (179.6 hab/km² Suisse ; 118,1 hab/km² Europe).
Sa capitale est Sion , à environ 160 km de Genève.
Ses 13 districts sont : Brigue, Conches, Conthey, Entremont, Hérens, Loèche, Martigny, Monthey,
Rarogne, Saint-Maurice, Sierre, Sion et Viège.
Ses 8 régions socio-économiques sont Goms, Brig-Oestl. Raron, Visp-Westl. Raron, Leuk, Sierre,
Sion-Hérens-Conthey, Martigny-Entremont, Monthey-Saint-Maurice

" Situé au sud de la Suisse, le Valais occupe la totalité de la haute vallée du Rhône
entre le Massif du Gothard à l'est, et le Lac Léman à l'ouest.
Il est bordé par la France au sud-ouest, par l'Italie au sud-est,
les cantons d'Uri et du Tessin à l'est, le canton de Berne au nord
et le canton de Vaud au nord-est. "
Guy-Michel Coquoz et Elisabeth Darbellay-Gabioud, www.eye.ch

Document de travail / CoManaging 4


INTRODUCTION

Quelles sont les composantes de l’identité du Valais ?

Document de travail / CoManaging 5


INTRODUCTION
"C'est un territoire très défini,
dans l'espace avec des limites géographiques très claires,
mais aussi dans le temps avec une histoire très longtemps autonome et indépendante"
Bernard Attinger

"Ce qui est fort en Valais, c'est son territoire,


ce sont les montagnes imposantes et constantes
et l'adaptation du paysan au territoire et du territoire au Valaisan"
Christophe Valentini

"Aucune contrée de l'Europe ne mérite autant que le Valais


l'attention d'un voyageur éclairé ;
le naturaliste, le philosophe, l'homme d'état,
parcourront avec le même intérêt cet étrange pays.
Ce pays, si peu connu, est placé entre la France et l'Italie,
au centre de tout ce que la civilisation a de plus parfait."
G. Lory, Voyage pittoresque de Genève à Milan par le Simplon, 1811

"Pays où tout s'oppose sans cesse,


le doux et l'amer, le vieux et le neuf, le tendre et le rocheux.
Pays de la vigueur et de la mollesse, de l'eau et du vin, de la mort et de l'amour."
Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
Document de travail / CoManaging 6
SOMMAIRE GÉNÉRAL

PORTRAIT sensible et visible

PORTRAIT psychologique

PORTRAIT symbolique

PORTRAIT synthèse

Document de travail / CoManaging 7


SOMMAIRE 1 : PORTRAIT SENSIBLE ET VISIBLE

PORTRAIT sensible et visible page 12


COULEURS page 15
MATIÈRES page 41
GOÛTS page 63
ODEURS page 80
SONS et LANGUE page 88
LUMIÈRE page 105
CLIMAT page 119
DYNAMIQUE page 141
MOTIFS et FORMES page 155
OUVERTURE et PROPORTIONS page 165
COMPOSITION et PAYSAGES page 184
ACCESSIBILITÉ page 230
ORGANISATION / RURALITÉ et STRUCTURE URBAINE page 245
PATRIMOINE NATUREL / ENVIRONNEMENT page 265
HABITAT et URBANISME page 293
PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET ARTISTIQUE page 311
PATRIMOINE DES PERSONNALITÉS page 322
PATRIMOINE DES SAVOIR-FAIRE page 330
PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE page 346
VIE ET EQUIPEMENTS CULTURELS, ACTIVITÉS et ANIMATIONS page 376
Document de travail / CoManaging 8
SOMMAIRE 2 : PORTRAIT PSYCHOLOGIQUE

PORTRAIT psychologique page 399

APPARTENANCE page 401


QUESTIONS D'EGO / ATTRACTIVITÉ page 410
COMPLEXITÉ page 424
RAPPORT AVEC L'HISTOIRE page 432
TROPISMES page 438
FÉMININ / MASCULIN page 447
GÉNÉRATIONS page 457
RAPPORT AVEC LA LANGUE page 466
RAPPORT AVEC LE TEMPS page 471
ÉNERGIE, ÉQUILIBRE page 483
ART DE VIVRE, HÉDONISME page 490
CULTURE / AFFINITÉS et TALENTS ARTISTIQUES page 500
SPIRITUALITÉ, RELIGION page 521
SENS DU MERVEILLEUX page 529
TRAITS DE CARACTÈRE et COMPORTEMENTS des habitants page 540
NON DITS, PROBLÈMES, RISQUES page 550

Document de travail / CoManaging 9


SOMMAIRE 3 : PORTRAIT SYMBOLIQUE

PORTRAIT symbolique page 552

NOM et EMBLÈMES page 553


Figure symbolique LITTÉRAIRE page 557
Figure symbolique IMAGINAIRE page 559
Figure symbolique HISTORIQUE page 560
Figure symbolique du XXème SIÈCLE page 562
LE symbole page 563
Lieu symbole page 563
PRODUIT symbole page 566
CONDITION SINE QUA NON page 568
RÉALISATION symbole page 572
Symbole VÉGÉTAL page 580
Symbole ANIMAL page 576
ÉLÉMENT symbole page 578
ART symbole page 579

Document de travail / CoManaging 10


SOMMAIRE 4 : PORTRAIT SYNTHÈSE

PORTRAIT synthèse page 580

SYNTHÈSE et TRAITS SAILLANTS / portrait visible page 581


SYNTHÈSE et TRAITS SAILLANTS / portrait psychologique page 583
SYNTHÈSE et TRAITS SAILLANTS / portrait symbolique page 585
MOTS-CLÉS page 586
VISUELS-CLÉS page 587
PERSONNAGES-CLÉS page 588
CONCEPTS TRANSVERSAUX page 589
DEVISE-CLÉ ou CITATION-CLÉ page 597
CONCLUSION SUR L'IDENTITÉ DU TERRITOIRE page 598

ANNEXES page 608


bibliographie et sources page 609
auteur et conditions d'utilisation page 615

Document de travail / CoManaging 11


PORTRAIT sensible et visible

Document de travail / CoManaging 12


CITATION D'INTRODUCTION / identité

"La notion même de paysage est souvent galvaudée et simplement réduite


aux définitions de multiples dictionnaires qui peuvent grossièrement se résumer en une phrase : "Le
paysage, c’est ce qui se voit.".
Or, justement, ce qui se voit peut parfois faire référence à ce qui ne se voit pas,
ce qui se cache derrière l’horizon, dans les espaces masqués in situ,
mais aussi dans les zones d’ombres de notre conscience ou de notre inconscience.
En d’autres termes, le paysage n’existe que parce que nous exerçons nos capacités mentales
(mémoire, émotivité, compréhension…) sur un espace donné."
Bertrand Gendreau

"C'est la littérature qui décide de l'image d'un pays :


dans la mesure même où elle contredit obstinément et avec une douce violence
les images toutes faites."
Peter Handke

Document de travail / CoManaging 13


PORTRAIT VISIBLE

"L'identité suisse, de même que celle du Valais, se donne à voir :


il y a une grande visibilité.
En effet, une part importante de l'identité nationale se situe dans son paysage."
Christelle Carrier, Autour du Concept d'identité... Que signifie être Valaisan aujourd'hui ?

Document de travail / CoManaging 14


COULEURS

"Le duo majeur, c'est le bleu du ciel et les couleurs de l’automne avec les mélèzes"
Jean Bonnard

"Pureté et saisonnalité des couleurs ; dominante de blanc, vert, bleu"

"Le printemps alpestre est un spectacle haut en couleurs",


qu’il faut avoir vu de ses propres yeux.
Aux longs mois d’enneigement hivernal succède une formidable explosion de floraisons."
Philippe Werner, www.vs.ch/encyclo

"la montagne s’est mariée à l’hiver, elle a revêtu son ample robe immaculée
et elle déploie dans un profond silence sa grâce miraculeuse."
Roland Clerc, www.faune-valais.ch

"Les couleurs du drapeau : le blanc et le rouge."


Jean-Bernard Moix

Document de travail / CoManaging 15


COULEURS
Toute la diversité et la richesse d'une palette "de nature" intense :
symphonies chromatiques au rythme des saisons
en couleurs pures et éclatantes sous le soleil,
dont la gamme des blancs de neige et de glace
Spécificité et notoriété du "bleu valaisan"
ƒ toute la diversité et la richesse contrastée de la palette d'une nature omniprésente
> diversité des registres et multiplicité des tonalités
> importance de la gamme des blancs : eaux, neige et glaces éternelles
> toute la gamme bleue de l'eau, en particulier les bleus caractéristiques des lacs de montagne
> gammes minérales en polychromies de gris
ƒ spécificité d'une "pureté lumineuse" des couleurs, source d'inspiration pour les peintres
ƒ symphonies colorées au rythme des saisons qui rivalisent d'intensité chromatique
> le printemps, "un spectacle haut en couleurs" : explosion de couleurs florales particulièrement spectaculaire
après la blancheur de l'hiver , dans la plaine-jardin comme dans la montagne
> dominante de verts "généreux" synonymes de nature fertile, dans une palette d'été aux couleurs franches
> gammes flamboyantes de l’automne et "rousseurs" annonciatrices d'hiver
> monochromies de l'hiver
ƒ l'empire du soleil sur la couleur
> chaleur des ors
> effets de colorisation sur la montagne
> densité du "bleu valaisan" du ciel
ƒ dans l'habitat, dominante des "gammes montagnardes de bois", souvent combinées avec le blanc
ƒ présence tonique du rouge des blasons : canton et FC Sion…
ƒ des vins "noirs" à force d'être foncés…
Document de travail / CoManaging 16
COULEURS

ƒ toute la diversité et la richesse contrastée de la palette d'une nature omniprésente


> diversité des registres et multiplicité des tonalités
"Les couleurs minérales et les couleurs de l'eau: torrents, glaciers, Rhône, lacs : du Blanc au gris argenté; du vert au bleu."
Madeleine Wiget-Daly
" La nature parle avec les couleurs tantôt explosives ou alors tendres, discrètes, avec des formes, épanouies, amaigries,
ébréchées, avec de la lumière ou un voile de brume. " Roland Clerc, www.faune-valais.ch
"il est une terre de contrastes où la nature joue sur tous les registres, utilisant les ressources de sa palette de couleurs et
de structures infinies : prairies verdoyantes, sombres forêts d’épicéa… " Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo
"(…) la pente s’élevait plus raide et s’élevait jusqu’en plein ciel, ayant retrouvé ses couleurs, grise, rousse, noirâtre, avec des
bandes vertes, à cause de la pierre, des pins, des buissons." C.F. Ramuz, Derborence

> importance de la gamme des blancs : eaux, neige et glaces éternelles


"Blanc bien sûr pour la pureté des glaciers." Marc-André Berclaz
"Ses eaux laiteuses, ou dorées dans l’irisation de la clarté nue, grondaient parfois si fort que le monde frémissait. " Maurice
Zermatten, la Symphonie Valaisanne
" Elles faisaient de loin, entre les taches grises de la neige qui allaient se rétrécissant, des taches éclatantes. Comme un foulard
de soie, un de ces foulards que les filles achètent en ville (…)." C.F. Ramuz, Derborence
"[le lac] de la Dixence doit se contenter de se montrer gris, cette couleur riche de sédiments parce que venue du glacier tout
proche." Roland Puippe, L’été suggéré, le Valais au fil de l’eau, supplément du Nouvelliste 7 juillet 2000
" (…) à travers la côte raide et les vignes jusqu’au Rhône qui vous frappe soudain en pleine figure avec son feu blanc. " C.F.
Ramuz, Derborence
"On l'a contemplé de là, dans le fond de cette vallée, quand il coulait encore blanc comme sont les eaux du glacier qui sont
des eaux comme du lait." C.F. Ramuz, Chant de notre Rhône
"ce pays pierreux, où commence à luire en blancheur le fleuve, et on le voit fuir vers l'ouest." C.F. Ramuz, Chant de notre
Rhône
Document de travail / CoManaging 17
COULEURS

ƒ toute la diversité et la richesse contrastée de la palette d'une nature omniprésente (suite)

> toute la gamme bleue de l'eau, en particulier les bleus caractéristiques des lacs de montagne
"le bleu profond des lacs" François Perraudin
"le bleu d'un ciel d'été ou d'un lac de montagne" Christian Salamin
"Fier de son bleu, le lac n’en finit plus de se réjouir de la fonte des neiges" Roland Puippe, L’été suggéré, le Valais au fil
de l’eau, supplément du Nouvelliste 7 juillet 2000
" Les lacs se réveillent doucement, changeant au fil des heures en couleurs aussi bien qu’en formes, alignant devant
l’œil toujours enclin à s’émouvoir de reflets verts laiteux ou de bleus glaciaires pourtant si souvent observés. " Roland
Clerc, www.faune-valais.ch
" La forêt noyée de brumes bleutées revêt alors un mystère particulier, " Roland Clerc, www.faune-valais.ch

> gammes minérales en polychromies de gris


"Le gris des rochers et lilial (blanc comme neige)"
"Indiscutable impression, nous avions toutes et tous inconsciemment ressenti la douce oppression alpine, ces hautes et
puissantes façades, tel un long ruban rocailleux gris, bleu, noir, ocre, qui se déroulait jusqu’aux confins de la
vallée" http://www.aliaco.com
"De notre mur, nous voyons luire le dédale des toits bleus pareils aux vagues moirées de clair du lune d'une nappe
d'eau descendue de la montagne et soudain contenue. Cette ardoise est légère, dans ses teintes de ciel nocturne, et
tant de sourd azur donne à la ville son identité. Plus changeant et plus gai que le brun de la tuile, discret et vibrant dans
la lumière latine, il répond avec tendresse au gris des collines, au vert des arbres partout répandu." Maurice
Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne

Document de travail / CoManaging 18


COULEURS

ƒ spécificité d'une "pureté lumineuse" des couleurs, source d'inspiration pour les peintres
"Je dirais qu'il y a tout d'abord des écoles de peintures, comme celle de Savièse ou de Bagnes et ça c'était lié à la
couleur et une certaine pureté des couleurs." Patricia Lafarge
"On trouve toutes ces couleurs partout dans les Alpes; ce qui fait la différence chez nous je dirais que c’est la pureté, la
clarté et la luminosité des couleurs, par absence de brouillard et de poussière." Jean-Bernard Rouvinez
"Pureté et saisonnalité des couleurs ; dominante de blanc, vert, bleu"

ƒ symphonies colorées au rythme des saisons qui rivalisent d'intensité chromatique


"C'est ce contraste. Elle est verte, elle est estivale et, tout à coup, elle va prendre des couleurs chamois et l'on sait
qu'avec les premiers gels en altitude, les couleurs vont changer; et on a des contrastes de teintes en effet qui sont
très forts." Anne Martin
"Le duo majeur, c'est le bleu du ciel et les couleurs de l’automne avec les mélèzes" Jean Bonnard
"Les contrastes entre la plaine (verte) et les sommets (blancs) au printemps, les couleurs évolutives des vignes, le
roux à l'automne, le vert pomme le printemps, la blancheur des hauts sommets" François Perraudin
"le vert qui prédomine dans les paysages durant trois saisons" Jean-Bernard Moix
"Le changement de teinte des mélèzes, du vert tendre au printemps à l'or de l'automne". Armand Dussex
"Gris (malheureusement) durant l'hiver et le printemps, le gris de la terre des vignes, le gris de la neige sale mais un gris
passager qui prépare à la gamme de couleurs de la végétation. Gris aussi pour les murs en pierres sèches, les tours et
châteaux." Marc-André Berclaz
"A peine la neige s'est-elle retirée qu'elles sont là, debout sur leur tige velue, leurs longs pétales entr'ouverts. Vont –elles
oser tout à fait? Verrons-nous aujourd'hui encore ces teintes admirables de profond velours qui s'assourdissent jusqu'au
noir et qu'une flamme, soudain, fait chanter?" à propos des anémones, Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes

Document de travail / CoManaging 19


COULEURS
ƒ symphonies colorées au rythme des saisons qui rivalisent d'intensité chromatique (suite)
> le printemps, "un spectacle haut en couleurs" dans la plaine-jardin comme dans la montagne : explosion
de couleurs florales particulièrement spectaculaire après la blancheur de l'hiver
"Le vert tendre des jeunes pousses qui éclatent au printemps" Christian Salamin
"Toute la palette des couleurs réunies dans une praire fleurie." Armand Dussex
" Le printemps alpestre est un spectacle haut en couleurs", qu’il faut avoir vu de ses propres yeux. Aux longs mois
d’enneigement hivernal succède une formidable explosion de floraisons." Philippe Werner, www.vs.ch/encyclo
" Les premières fleurs du printemps explosent de leurs plus belles couleurs comme pour se hâter de se faire belles avant que
la dense végétation ne les plonge dans la pénombre des sous-bois." Roland Clerc, www.faune-valais.ch
" A peine le terrain déneigé, des taches de couleurs apparaissent déjà, violettes pour l’hépatique, jaunes pour les primevères,
blanches pour les anémones ou encore mauves pour les pervenches." Roland Clerc, www.faune-valais.ch
" C'est la symphonie des couleurs dans le calme d'une nature retrouvée. " http://www.saint-luc.ch
" Les mosaïques de fleurs inondent la montagne de damiers colorés qui exaltent l’oeil" Roland Clerc, www.faune-valais.ch
"(…) Ils découvraient (…) toute espèce de petites fleurs s’ouvrant à l’extrême limite d’une frange de glace plus mince que du verre à
vitre. Toute espèce de petites fleurs de la montagne, avec leur extraordinaire éclat, leur extraordinaire pureté, leurs
extraordinaires couleurs : plus blanche que la neige, plus bleues que le ciel, ou orange vif, ou violettes : les crocus, les
anémones, les primevères des pharmaciens. Elles faisaient de loin, entre les taches grises de la neige qui allaient se
rétrécissant, des taches éclatantes. Comme un foulard de soie, un de ces foulards que les filles achètent en ville (…). Puis le gris
et le blanc s’en allaient ; le vert éclatait de partout (…) comme si le peintre avait d’abord laissé tomber de son pinceau des
gouttes de couleur verte, puis elles se rejoignaient. " C.F. Ramuz, Derborence
"Jamais ce pays n'est si magnifique qu'en ces jours où il se drape de toutes ses richesses. La pauvreté" disparaît sous tant de
dons et d'offrandes. Quelles harmonie merveilleuse de tons, des jaunes, des gris, des verts auxquels répondent le brun des
chalets centenaires, un brun qui tourne à des noirs veloutés, et l'ocre des ardoises patinées, velues de lichens. Préparez
vos palettes, peintre du dimanche !(..) Qu'un cerisier frissonne sur la colline à l'exact horizon ! L'été palpite sur les champs, rouge
de coquelicots et bleu de bl(e)uets." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Ah ! Les prairies villageoises que ne menace pas encore la faux du paysan ! L'arc-en-ciel flotte sur elles en permanence. Le
jaune, le vert, le rouge, le bleu, le violet, le blanc se mêlent en des harmonies toujours diverses, toujours parfaites (..) La
côte n'est plus qu'un bouquet rouge, blanc, jaune. Un bouquet vivant dans cette lumière humaine qui n'aveugle pas, ne brûle
pas" Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes Document de travail / CoManaging 20
COULEURS

ƒ symphonies colorées au rythme des saisons qui rivalisent d'intensité chromatique (suite)
> le printemps, "un spectacle haut en couleurs" dans la plaine-jardin comme dans la montagne : explosion
de couleurs florales particulièrement spectaculaire après la blancheur de l'hiver (suite)
" C’est au printemps qu’il faut découvrir les rangées d’abricotiers, de poiriers, de pommiers et de pêchers en fleurs, dont les
couleurs vibrent en touches impressionnistes dans la lumière." Michel Logoz, www.agrivalais.ch
"La terre, au-dessus de la plaine, se dégage de cette songerie et tire ses lignes précises. Les amandiers ont fleuri durant la nuit. Ils
tendent en bordure des murailles leurs franges bouillonnantes et soulignent d'un frisson de poudre la courbe de la colline. Une
dentelle rose et blanche, plutôt rose, frissonne à l'horizon, sous un ciel léger. Le coteau, vu de loin, ressemble à une mer
étale sur laquelle bouffent de fines houppes de nuages lumineux, poreux à la lumière, diaphanes." Maurice Zermatten, Les
saisons valaisannes
"Où prend-il tant de force et tant de lumière cet arbuste délicat dont les fleurs alternées, d'un rose qui accentue une pointe de
vermillon, festonnent le coteau? Ils éclatent tous à la fois, une nuit, comme si le sacristain de la cathédrale passait, allumant leurs
lampes claires, une à une, avec une étonnante dextérité. (..) Pêchers en fleurs : on ne voit plus qu'eux, tout à coup, sur les vignes
nues, plus que cette poussière rose en suspens dans l'espace, ces taches de bonheur. L'arbuste n'a plus de dessin précis, plus de
contour affirmé, plus d'architecture définie. C'est une note de l'air posée dans rien du tout, un timbre plus accusé, un rythme
épaissi, rien qu'une nuance de vent, rien qu'une indication de ce que pourrait devenir une couleur. Elle hésite entre le rose et le
vermillon. Elle flotte, monte, se dissout et cependant demeure toujours à la même place." Maurice Zermatten, Les saisons
valaisannes " à propos des pêchers, Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Il faudrait avoir mille yeux pour ne rien perdre du prodigieux spectacle. Tout se déroule si vite et partout à la fois qu'on ne sait plus
où donner de la tête. Les plus sensibles, je crois, furent les peupliers. Ils étaient gris et tout à coup, ils sont roses, et demain
déjà, ils blondiront dans le soleil, hautes flèches flexibles dont les bourgeons n'attendaient qu'un signe pour montrer qu'ils étaient
vivants. Tout autour d'eux, l'air tremble légèrement des radiations qu'émettent les rameaux ; ils étaient roses, ils sont blonds mais
voici que les feuilles, du blond passent au vert, en un tournemain. On regarde, on lève la tête ; des aigrettes de nuages sont
posées sur ces colonnes végétales, très loin dans le ciel. De fins nuages flottent autour de l'architecture élancée des grands arbres.
Il tombe de ces quenouilles sans poids de la lumière. Les chars s'avancent, chargés, au milieu des avenues aux aériennes
perspectives ; sous le ruissellement joyeux des peupliers, le fumier se transforme en lingots d'or." Maurice Zermatten, Les
saisons valaisannes Document de travail / CoManaging 21
COULEURS
ƒ symphonies colorées au rythme des saisons qui rivalisent d'intensité chromatique (suite)

> dominante de verts "généreux" synonymes de nature fertile, dans une palette d'été aux couleurs
franches
"Le vert: la végétation, la nature." Roland Vergères
" Période d’abondance entre toutes, l’été couvre de vert les prairies alpines fouettées par les bourrasques tourbillonnantes des
orages d’altitude." Roland Clerc, www.faune-valais.ch

> gammes flamboyantes de l’automne


"Les couleurs d'automne et des forêts en automne" Jacques Lathion
"La lumière d'automne quand les mélèzes sont jaunes ; il n’y a pas partout des mélèzes sur la planète et c’est quand même
assez exceptionnel ce jaune." Bernard Attinger
"La vigne en automne est sublime"
"les jaunes variés des couleurs automnales, des vignes aux forêts de mélèzes, d'un Fendant pétillant dans un verre, d'une
Petite Arvine aux aromes enchanteurs, d'un verre de Glacier à la lueur d'une bougie dans une cave Anniviarde" Christian Salamin
"Le jaune/rouge: les couleurs d'automne" Roland Vergères
" Une palette de goûts et un cortège de couleurs! L'automne en Valais est digne des plus beaux contes de fées; les couleurs
changeantes se mêlent, s'entrechoquent, se contrarient comme sur la palette d'un peintre fou."
http://www.matterhornstate.com
" Laissez-vous charmer par l’automne qui, fardé d’infinies couleurs, n’a pas à rougir de sa palette qui va même jusqu’au bleu
turquoise du lac de Moiry." http://www.sierre-anniviers.ch
" La saison automnale allume chaque année ses forêts de mélèzes jaunis, ses incendies de cerisiers et de sorbiers rouge
bordeaux, elle ravive dans nos cœurs les musiques éternelles de la nostalgie et du souvenir. " Roland Clerc, www.faune-valais.ch

Document de travail / CoManaging 22


COULEURS

ƒ symphonies colorées au rythme des saisons qui rivalisent d'intensité chromatique (suite)

> gammes flamboyantes de l’automne (suite)


" Alors que l’été tire sa révérence, l’automne exhale d’enivrants parfums et éclabousse la montagne de ses nuances
chatoyantes." Roland Clerc, www.faune-valais.ch
"C'est fait, le nouveau décor est en place. Le rideau s'ouvre. Voici l'automne. Un peu de neige saupoudre les cimes et
déjà les feuilles des arbres cessent d'être ce qu'elles étaient. Mordues, elles portent les traces sanglantes de
l'agression. Une tache de sang, une tache de rouille, une tache d'or." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"La plaine, sous le coteau où les grappes achèvent de mûrir, ressemble à une forêt aux arborescences d'or. Quelques
peupliers fusent seuls comme de grands cierges pâles." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Et tout à coup on voyait toutes les feuilles, avec toutes leurs couleurs. On était entre leurs deux murs d'ailleurs
croulants et par places confondus ; il y avait celles qui étaient restées vertes, celles qui étaient jaunes, celles qui
étaient vertes et tachées de rouge, celles qui étaient vertes et tachées de jaune, celles qui étaient d'un jaune
d'abricot, celles qui étaient d'un jaune vert comme l'écorce du citron. Et il y en avait qui étaient jaunes et rouges, et
il y en avaient qui étaient piquées de points bruns, il y en avait qui étaient toutes brunes comme si elles avaient été
brûlées." C.F. Ramuz, Vendanges

> "rousseurs" annonciatrices d'hiver


"Avec les premiers froids, gels, la montagne "vire chamois"

Document de travail / CoManaging 23


COULEURS

ƒ symphonies colorées au rythme des saisons qui rivalisent d'intensité chromatique (suite)

> monochromies de l'hiver


"Le blanc: la neige l'hiver." Roland Vergères
"le blanc de la neige dans la froidure hivernale" Christian Salamin
"C'est à peine si les maisons émergent de la lisse uniformité des pentes. Les toits, c'est encore de la neige soulevée (..) Il n'y a
plus de chemin. Il n'y a plus de ruelles. Tout se dissout dans l'unisson d'une couleur unique et d'une ligne toujours répétée"
Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"La neige lisse les paysages et feutre les reliefs; sous les nuées de flocons glacés, la montagne s’est mariée à l’hiver, elle a
revêtu son ample robe immaculée et elle déploie dans un profond silence sa grâce miraculeuse. " Roland Clerc, www.faune-
valais.ch
"Plus haut, à la limite du ciel, tout est blanc. A l'extrême limite du ciel, il y a ce liseré blanc comme si des petits nuages posés
sur les hautes crêtes formaient une ligne ininterrompue, et il semble tout le temps qu'ils vont s'envoler tellement ils pèsent peu,
mais ils ne s'envolent pas." CF. Ramuz, Vues sur le Valais
"La vallée est blanche et bleue sous le soleil, elle est éblouissante et pure, sonore du seul chant de ses cloches, et fermée
sur elle-même comme une dormeuse." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Il n'y a plus d'heure, il n'y a plus de temps. (..) Les heures, les jours, les semaines sont arrêtés au-dessus du monde. Ils attendent,
ils hésitent, ils flottent derrière un rideau changeant de flocons ; le monde entier vacille, gris et bleu, irréel. Quelle heure est-il
? Où sommes--nous ? L'hiver. (..)"Il n'y a plus d'heure jusqu'au printemps. Nous vivons un bout de notre éternité , comme si
déjà nous étions entrés dans ce repos que rien ne vient plus interrompre." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"C'était souvent sous une petite pluie; on allait dans une espèce de ouate sans couleur où même les maisons qui bordaient le
chemin ne se devinaient qu'à leurs lumières. Pour le reste, objets et personnes ne représentaient guère que de vagues formes
incomplètes, toutes mangées sur les bords, qui n'apparaissaient que pour disparaître et se reconfondre aussitôt à l'incertitude
de tout. (..)
C'était encore dans le gris. C'était encore dans le brouillé de l'air en même temps que la grosse terre souvent sarclée et
retournée collait aux semelles." C.F. Ramuz, Vendanges
Document de travail / CoManaging 24
COULEURS

ƒ l'empire du soleil sur la couleur

> chaleur des ors


"Le village de pierre et de bois étincelle d'or dans le soleil couchant. L'or est partout" Maurice Zermatten, Les saisons
valaisannes
"Somptueux décor, où les champs de seigle se teintent d’or au soleil, contrastant avec les verts des pins et de l’herbe
courte " Michel Logoz, www.agrivalais.ch

> effets de colorisation sur la montagne et la neige


" On en voit parfois les prémices dans le ciel avec l’astre solaire qui nous gratifie d’extraordinaires couleurs. En
d’autres occasions, ce sont plutôt les cimes célestes qui nous illuminent de toutes leurs beautés avec des éclairages faits
d’ombres et de lumières qui éclaboussent la montagne de couleurs chatoyantes. " Roland Clerc, www.faune-valais.ch
" Le soleil (…) la colore encore de façons diverses (…) et on voit le haut des parois qui est jaune comme le raisin
mûr, ou qui est rose comme la rose. " C.F. Ramuz, Derborence
"En deux ou trois jours, ils se couvrent de bourgeons puis de fleurs. Aviez-vous jamais tenu dans votre main une chose
blanche? Sans doute, la neige, fraîchement tombée, vous avait paru telle : que de reflets d'azur et de jeux
changeants dans sa mobile lumière ! La neige est bleue, la neige est rose, la neige est jaune ;" à propos des
cerisiers, Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Toutes les pointes, toutes les cimes sont nées à la fois. Toutes hissées à la fois dans la lumière, audacieuses,
fraîches, neuves. Comme elles sont pures dans le jeune métal de l'aurore ! Commencement royal de la journée !
Pourpre du soleil sur les lis des neiges." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Je reçois à genoux, le premier soleil. Sa course l'a porté au-dessus des montagnes. Il roule sur des crémaillères de
cimes et dans les jointures des arêtes. L'horizon n'est plus que feu et or, pareil à une cathédrale qu'incendie le
rayonnement de l'ostensoir." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes

Document de travail / CoManaging 25


COULEURS

ƒ l'empire du soleil sur la couleur

> densité du "bleu valaisan" du ciel


"On parle des bleus de Provence, mais il y a le bleu valaisan." Anne Martin
"Le bleu : le ciel dégagé" Roland Vergères
"Le bleu profond d'un ciel sans nuage (ciel méditerranéen) ou le bleu incroyable des gentianes." Armand Dussex
"bleu pour le ciel toujours très proche et fortement délimité en plaine et dans les vallées." Marc-André Berclaz
"Arrondissez sur le monde la courbe d'un azur sans tache !" Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"(..) cet été souvent torride, qui roussit le gazon des collines de Valère ou de Tourbillon ; elles se détachent sur un azur
bleu foncé qui les fait ressembler à quelque paysage d’Italie ou d’Espagne " Charles Allet, Trésors de mon pays,
Sion
"Tout à coup, il n'y a plus que ce bleu du ciel, sur la dernière colline rousse hérissée des premiers ormeaux, et
parfois une cime blanche, mais sur un plan si lointain que l'on peut deviner, entre la première et la seconde, tout un
arrière pays de prairies, de villages, de plateaux et de forêts dont on pressent la réalité sans la voir." Maurice Zermatten,
Sion, capitale aristocratique et paysanne

Document de travail / CoManaging 26


COULEURS

ƒ dans l'habitat, dominante des "gammes montagnardes de bois" , souvent combinées avec le blanc
" (…) De ce côté-ci du village, les maisons ont des façades de deux couleurs, blanches dans le bas, brune dans le
haut ; de l’autre, leur derrière plus bas domine à peine l’étroit passage qui s’ouvre entre elles et une autre rangée de
constructions, étant aussi noires et blanches par devant, étant par devant bien disposées et arrangées, comme des
ruches dans un jardin ; par derrière toutes noires, mises là pêle-mêle, et puis faisant de l’ombre sur le passage " C.F.
Ramuz, Derborence
" Vous serez surpris devant ces canalisations téméraires que l’on nomme bisses, en voyant les maisons si typiques du
Valais, au bois bruni par le soleil et en observant divers autres objets qui témoignent d’une riche culture locale. "
Brochure " le sentier de la Rampe sud "
" (…) des beaux chalets d’en bas, qui sont longs, bien crépis de blanc, avec un toit fait de bardeaux semblables à
des écailles de poisson. Il y a des étables pour les bêtes, il y a de riches fontaines " C.F. Ramuz, Derborence

ƒ présence tonique du rouge des blasons : canton et FC Sion…


"le rouge de notre emblème cantonal" Christian Salamin
"Les couleurs du drapeau : le blanc et le rouge." Jean-Bernard Moix

ƒ des vins "noirs" à force d'être foncés….


" Il y a de belles vignes sur les collines où il croît d’excellents vins blancs et rouges que l’on ferait mieux de nommer
noirs, tellement ils sont foncés en couleur (Schiner,1812) " Claude-Henri Carruzzo, Cépages du Valais

Document de travail / CoManaging 27


MATIÈRES

"C’est un univers de bois et de pierres"


Alain Rebetez, l’Hebdo No 30, semaine du 27 juillet 2006

"Pierre naturelle, roche mère


qui souvent affleure la surface arable avant de monter haut, très haut vers les cieux ;
pierre d’éboulis ou arrachée de son lit (…) pierre des innombrables murs de soutènement édifiés
avec minutie pour sauvegarder la terre végétale"
Claude-Henri Carruzzo, Cépages du Valais

"l'eau, surtout sous forme de glace"

"Il n'est pas spirituel, il est matériel le Valais. Il est lourd de ses cent quatre mille ;
de ses milliers de pyramides entassées les unes sur les autres,
entassement sur entassement, rongées seulement par les rivières ;
poilu d'arbres, d'aiguilles de sapins et de mélèzes, d'herbes à vaches, de mousses, de lichens
et couvert de glaciers. "
Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité

Document de travail / CoManaging 28


MATIÈRES

Dominante des matières emblématiques de la montagne :


diversité et omniprésence de la roche,
à la fois "armature", sculpture et matériau,
l'eau notamment sous sa forme glace, l'air pur d'altitude et le bois

ƒ "au cœur de la formation des Alpes" : très grande diversité des matières du sous-sol, témoin de l'histoire
géologique complexe du territoire
> la roche omniprésente et déterminante : à la fois "armature", sculpture, composante et matériau des paysages
valaisans
> "riche en mines pauvres" : métaux, combustibles, matériaux de construction, cristaux, dont certaines espèces
uniques
ƒ la matière eau dans ses trois états : liquide, neige et glace
> une matière à maîtriser, l'eau sous sa forme liquide
> l'or blanc : neige et glaces permanentes
> une matière de haute altitude, le permafrost : les sols "soudés" par la glace
ƒ une matière précieuse "de montagne" : l'air pur
ƒ matières végétales : feuillages de la vigne, des arbres fruitiers du "jardin fruitier et potager de la Suisse",
mais aussi herbe des prairies et des forêts
ƒ matière bois, au naturel et travaillée, dans l'architecture, le mobilier et l'art

Document de travail / CoManaging 29


MATIÈRES

ƒ "au cœur de la formation des Alpes" : très grande diversité des matières du sous-sol, témoin de l'histoire
géologique complexe du territoire
Les Alpes valaisannes sont le témoin d’une lente mais bouleversante transformation du paysage. Au cœur de la formation
des Alpes : c'est la rencontre entre la microplate adriatique (c'est l'endroit ou il s'est le plus contorsionné), le plancher océanique
(qui s'est abaissé) et la plaque européenne rigide, ce qui explique le coté spectaculaire des paysages de glaces et de neige
On y retrouve aussi les restes de mers et d’océans aujourd’hui disparus : Mer européenne (calcaires, marnes) ; Continent
européen (granit, gneiss) ; Océan valaisan (schistes, calcaires) ; Péninsule briançonnaise (gneiss, micaschistes, quartzites,
calcaires, dolomies) ; Océan piémontais (schistes, basaltes, argilo-calcaires, serpentines) ; Continent apulien / africain (gneiss)
"Il existe ici (ndlr : Aletsch) les traces de la naissance des Alpes" Laudo Albrecht
"Une belle image que j'ai entendu d'un collègue de l’université de Genève qui est géologue et qui amène chaque année ses
étudiants en Valais, il dit que le Valais est "le berceau du monde", il trouve beaucoup de minéraux,de roches qui sont très
utiles à la pédagogie qu'il développe. " Hermann-Michel Hagmann
"La géologie a profondément marqué la topographie du Valais : l'émergence des reliefs alpins, il y a des millions d'années, a
été suivie au travers des âges par divers mouvements, avec pour conséquence, plissements, fissures de roches, éboulements,
glissements de terrains, de graviers, de sables et limons charriés par les torrents. Le Valais présente dès lors des roches
mères variées. Dans le Bas-Valais et jusqu'à Saillon, granites et gneiss (*) dominent. Au-delà, le calcaire occupe le terrain des
coteaux sous forme de schistes calcaires ou de grès calcaires délités en plaques ou encore de micaschistes. De nombreux cônes
de déjection ont envahi la plaine pour créer des terres limoneuses riches en graviers." Bernard Arnould, In vino veritas, site
chazallet.com
" Différents terroirs se succèdent au fil du Rhône : Dans le Bas-Valais, jusqu'à Saillon, ce sont les granites et les gneiss qui
composent l'essentiel des sols; entre Leytron et Sierre, hormis le cône d'alluvion de Chamoson, le calcaire occupe le terrain"
www.provins.ch

Document de travail / CoManaging 30


MATIÈRES

ƒ "au cœur de la formation des Alpes" : très grande diversité des matières du sous-sol, témoin de
l'histoire géologique complexe du territoire (suite)

" En entrant en VS (…) vous vous doutez un peu des bagarres géologiques qui se sont livrées en ces lieux avant que
le chaos décida de se fixer de ne plus envoyer ses glaciers, ses torrents, ses éboulements divaguer en tout sens (…) "
Robert Parlier, Feux d’automne au Valais (document vidéo)
"Avant le percement du tunnel du Simplon, personne n’imaginait le degré de complexité des structures de ce
massif. Cet important ouvrage et les études qu’il a suscitées sont donc une date clef de la géologie alpine. La coupe du
Simplon, maintenant classique, donne une bonne idée de cette complexité qui garde encore quelques mystères."
Marcel Burri, site Encyclopédie Valais
" Combinées avec les agents d’érosion (eaux courantes, glaciers etc.) et les éléments du climat (températures,
précipitations) qui agissent sur elles et peu à peu les modèlent, la nature et l’architecture de ces roches ont engendré
des paysages très divers. " République et canton du Valais, région autonome vallée d’Aoste, plan de coordination
territoriale, http://ricerca.regione.vda.it

Document de travail / CoManaging 31


MATIÈRES

ƒ "au cœur de la formation des Alpes" : très grande diversité des matières du sous-sol, témoin de
l'histoire géologique complexe du territoire (suite)

> la roche omniprésente et déterminante : à la fois "armature", sculpture, composante et matériau des
paysages valaisans
Trois grandes familles de roches : calcaires ; granitiques ; métamorphiques
" socle et couverture de roches sédimentaires se conjuguent dans des enchevêtrements fantasmagoriques pour
façonner un paysage géologique d’une incroyable diversité. Cette armature donne au Valais ses lignes majeures, sa
verticalité, sa beauté légendaire " Michel Logoz, www.agrivalais.ch
"Si vous étiez habitants du Québec, votre pays ne pourrait vous montrer que du socle. Si vous étiez habitants de Paris,
quelques carrières ne vous montreraient que des roches de couverture. Mais, Valaisans, vous pouvez, sur quelques
kilomètres carrés, observer l’un et l’autre, dans des stades de déformations multiples, de complexité croissante, de
métamorphismes superposés. Incroyable richesse de ce pays ! (..)
" Pierre naturelle, roche mère qui souvent affleure la surface arable avant de monter haut, très haut vers les cieux ;
pierre d’éboulis ou arrachée de son lit (…) pierre des innombrables murs de soutènement édifiés avec minutie pour
sauvegarder la terre végétale, pour l’empêcher de glisser vers le fleuve. Claude-Henri Carruzzo, Cépages du Valais
"Il n'est pas spirituel, il est matériel le Valais. Il est lourd de ses cent quatre mille ; de ses milliers de pyramides
entassées les unes sur les autres, entassement sur entassement, rongées seulement par les rivières;" Maurice Chappaz,
Portrait des Valaisans en légende et en vérité
" Il aperçoit en effet le village, avec ses toits bas, pierreux, resserrés, qui font sur la pente une place qui est comme minée
(c’est le travail qui consiste à creuser profondément la terre pour mettre dessus ce qui est au fond). " C.F. Ramuz,
Derborence

Document de travail / CoManaging 32


MATIÈRES

ƒ "au cœur de la formation des Alpes" : très grande diversité des matières du sous-sol, témoin de
l'histoire géologique complexe du territoire (suite)

> la roche omniprésente et déterminante : à la fois "armature", sculpture, composante et matériau des
paysages valaisans (suite)
"Composé à 90% de gneiss et de granite, dont nous suivront l’évolution, le socle est la partie rigide des alpes valaisannes.
Les roches de ce socle ont formé deux grands affleurements, l’un en Bas-Valais, l’autre en Haut-Valais. Dans ces
affleurements se sont individualisés une série de « massifs » : les Aiguilles-Rouges et le Mont-Blanc à l’ouest ainsi que les
massifs du Gastern, de l’Aar et du Gothard à l’est. (..)
Le massif des Aiguilles-Rouges est profondément entaillé par la vallée du Rhône dont il forme les deux versants entre Saint-
Maurice et Martigny. (..) Les gneiss dominent nettement dans ce massif où le seul granite présent ne constitue qu'un
affleurement étroit d'une belle roche exploitée à Miéville, dite granite de Vallorcine (..)
"le granite constitue des montagnes entières dans le massif du Trient ou dans la région d’Aletsch, par exemple. En ce qui
concerne les basaltes, il n’y a pas de volcans chez nous et les laves fraîches manquent. Mais il y a d’anciens volcans dont
les laves ont subi des transformations assez importantes (..). Ces laves sont même accompagnées de beaux gabbros
relativement peu transformés (Aiguilles-Rouges d’Arolla) et de masses particulièrement riches en fer, magnésium et
calcium, ce qui leur a valu d’être considérées comme plus basiques que normal : ce sont des ultrabasites (ou serpentinites
de la région de Zermatt, pour citer un exemple). (..)
Le granite du Mont-Blanc, grossier, riche en enclaves plus sombres, solide et résistant bien à l'érosion, détermine de grands
sommets plus ou moins pyramidaux, tels le Mont-Blanc lui-même. Sur sa bordure orientale, le granite passe à une roche à
grain plus fin, également très dure. Vous marcherez dessus si vous faites une fois l'effort de grimper sur le Catogne, ce dont
vous serez récompensés par une vue somptueuse; ce sommet cônique, isolé, dont la forme évoque celle d'un volcan, se
dresse presque au coude du Rhône, ce qui lui donne sa valeur de belvédère. " Marcel Burri, site Encyclopédie Valais

Document de travail / CoManaging 33


MATIÈRES

ƒ "au cœur de la formation des Alpes" : très grande diversité des matières du sous-sol, témoin de l'histoire
géologique complexe du territoire (suite)

> la roche omniprésente et déterminante : à la fois "armature", sculpture, composante et matériau des
paysages valaisans (suite)
"La roche est très présente, et beaucoup utilisée avec la construction, il y a de grandes carrières qui l'exploitent."
"Sur le coteau de Loèche, la roche affleure et on a ces buissons rouges." Bernard Attinger
"les parois du défilé de Saint-Maurice sont presque uniquement faites de roches d’âge crétacé (..) .Dans la suite des temps
crétacés, la mer a sans doute perdu de sa profondeur pour devenir le lieu d’une précipitation calcaire organogène. L’assise très
dure qui résultera de ces sédiments est bourrée de fossiles (..) Algues, oursins, grandes coquilles nacrées et coraux nous
apprennent qu’alors la région ressemblait aux Bahamas et que les récifs étaient le trait dominant d’un paysage sous-marin de
faible profondeur. Beaux affleurements de ces roches aux Dents-du-Midi et sur la crête septentrionale entre les Diablerets et le
Wildstrubel. (..)
(au tertiaire) une sédimentation et une roche spéciales, appelée le flysch où chaque banc représente l’apport d’une avalanche.
Le matériel des avalanches contient souvent d’abondants débris de cendres volcaniques. Sur les bords de la fosse, il devait
donc y avoir des volcans en activité. Fosses profondes, volcans actifs et climat chaud: le futur Valais ressemblait à
certaines îles et fosses de l’Extrême-Orient, Java par exemple. Le flysch est une formation qui affleure mal, qui s’altère
rapidement et se couvre d’un sol épais. Cette bonne terre à pâturage, devant les Dents-du–Midi, constitue une partie du val
d’Illiez. (..) Quelques bons affleurements du val d’Illiez permettent d’observer le passage du flysch à la Molasse. Cette dernière
est de coloration rouge et de composition marneuse, à l’exception d’un gros banc de grès exploité en carrière juste en
amont de Monthey." Marcel Burri, site Encyclopédie Valais
" Le tracé du Rhône, épine dorsale du réseau hydrographique, est fortement conditionné par l’agencement de familles de
roches : sur l’essentiel de sa longueur, il suit, à l’amont, la frontière entre le domaine métamorphique et les domaines
calcaire et granitique, faisant ainsi de cette limite une donnée majeur du paysage. " République et canton du Valais, région
autonome vallée d’Aoste, plan de coordination territoriale, http://ricerca.regione.vda.it
Document de travail / CoManaging 34
MATIÈRES

ƒ "au cœur de la formation des Alpes" : très grande diversité des matières du sous-sol, témoin de l'histoire
géologique complexe du territoire (suite)
> "riche en mines pauvres"
"On a beaucoup de minerais, même l'or qui a été exploité." Frédéric Zuber
"Le Valais est riche en mines pauvres ! cette boutade contient une bonne part de vérité. En effet, le Valais fournit, en quantité
plus ou moins limitée,des métaux, des combustibles et des matériaux de construction."

• des métaux
"La zone riche en cobalt et en nickel s'étend jusqu'au val d'Anniviers où les mines de Plantorin et de Grand Praz ont livré une
centaine de tonnes de minerai: les seules exploitations qui furent bénéficiaires. (..)
C'est par dizaines que se comptent les grattages de nos ancêtres qui cherchaient à se rendre indépendant de l'étranger.
Citons, parmi d'autres, quelques mines qui ont fourni plus d'une tonne de minerai: le col de Mines au-dessus de Verbier (cuivre et
plomb), Siviez dans le val de Nendaz (plomb), Praz-Jean au val d'Hérens (plomb, zinc et argent), Moiry et Zinal (cuivre,
bismuth), Goppenstein (plomb, zinc, argent). Gondo extrayait l'or de la pyrite, mais n'était rentable qu'en Italie où le fascisme
utilisait des prisonniers politiques!(..)
à la mine des Trappistes, après plus d'un siècle d'exploitation, on s'avisa que la gangue [ces minéraux qui ne présentent pas
d'intérêt économique] contenait de la fluorine, un composé de fluor qui peut facilement être confondu avec du quartz. Depuis,
c'est la fluorine qui a intéressé les exploitants et des travaux récents ont permis d'en estimer les réserves.(..)
le Valais a eu ses mines de fer, particulièrement au Mont-Chemin où une lentille de magnétite (oxyde de fer) a livré plusieurs
milliers de tonnes de minerai." Marcel Burri, site Encyclopédie Valais

• des combustibles
"Voilà encore une richesse qui se trouve assez bien répartie dans tout le Valais, mais parcimonieusement. Le charbon se
présente dans les Alpes sous forme d'anthracite (..) Les niveaux de charbon du Lötschental se révélèrent plus pauvres que ceux
du massif des Aiguilles-Rouges où une exploitation assez florissante resta en fonction même un peu après la dernière guerre."
Marcel Burri, site Encyclopédie Valais
Document de travail / CoManaging 35
MATIÈRES
ƒ "au cœur de la formation des Alpes" : très grande diversité des matières du sous-sol, témoin de l'histoire
géologique complexe du territoire (suite)
> "riche en mines pauvres"(suite)
• des matériaux de construction
"qui dit construction, dit aussi chemins, murs, routes, barrages. Avec l'importance que prirent ces grands aménagements et
l'avènement du béton qui les a rendus possibles, la demande en matériaux divers a sans cesse augmenté. Le sous-sol valaisan
s'est montré généreux. (..)
"Une roche sédimentaire exploitée en Valais, à Granges, est le gypse (CaSO4.2H2O). Il s’agit de dépôts de vastes marais salants
naturels : le sel accompagne souvent le gypse, ce qui est le cas juste à notre frontière, à Bex, où le sel est exploité. " (..) Le
gypse a toujours joué un rôle important pour la construction des maisons, au point de donner son nom à un métier. Maintenant, en
plus, il entre dans la composition de nombreux ciments, ce qui en fait un produit très recherché. Pourtant en Valais, il n'y a plus
guère que la carrière de la gare de Granges, entre Sion et Sierre qui soit encore en activité. (..)
Il y a un calcaire célèbre en Valais, c’est le marbre de Saillon : plusieurs palais parisiens tirent leur beauté de cette pierre fine
joliment veinée. L’exploitation était en partie souterraine et il suffit d’aller voir la dimension des excavations pour comprendre
l’importance de ce marbre. Très localisé, il provient du métamorphisme d’un niveau de calcaire du Crétacé pris dans le flanc
inverse de la nappe de Morcles (..) le calcaire est peu utilisé chez nous comme pierre de construction. En revanche, il fut
recherché pour la préparation de la chaux. Le ciment a remplacé la chaux et sa fabrication demande des calcaires un peu argileux:
il s’en est trouvé au-dessus de Saint-Maurice où une grande carrière entame la falaise (Crétacé inférieur). (..)
Lorsque la chose est possible, plutôt que de concasser les roches, on préfère exploiter des dépôts meubles et les tamiser pour
obtenir sables et graviers. Le béton, grand dévoreur de ce matériau, a favorisé l’ouverture de nombreuses gravières. Moraines et
éboulis furent fortement mis à contribution, (..) Le lit du Rhône a fourni de bons graviers et les trous que creusaient les dragues se
remplissaient lors des crues. Les grands barrages ayant amenuisé les crues, cette source de gravier a perdu de l’importance. (..)
Sporadiquement, des exploitations tirèrent profit de couches particulières. Ainsi des carrières entamèrent les quartzites
dominant Saint-Léonard pour en broyer le matériel à des fins industrielles (verre et abrasif). Ainsi les calcaires magnésiens de
Beauregard, au flanc du Gorbetsch, au-dessus de Sierre, permirent-ils, pendant la guerre, de se procurer le magnésium
indispensable aux alliages légers de l’aluminium. La liste de ces exploitations exceptionnelles n’est pas close." Marcel Burri, site
Encyclopédie Valais Document de travail / CoManaging 36
MATIÈRES

ƒ "au cœur de la formation des Alpes" : très grande diversité des matières du sous-sol, témoin de
l'histoire géologique complexe du territoire (suite)

> "riche en mines pauvres" (suite)

• des cristaux, dont certaines espèces uniques


"Les plissements alpins ont débuté il y a 65 ma et se sont terminés vers 25 ma, au cours de l'ère tertiaire. Les pressions
gigantesques qui les ont accompagnés ont donné naissance, entre autres, aux cristaux. (..) Deux régions du Valais sont
particulièrement riches en beaux cristaux: le massif de l'Aar et le Binntal. Les fissures des granites et gneiss de l'Aar ont
surtout livré des quartz, parce que la silice (SiO2) du quartz est un matériel particulièrement mobile déjà sous les conditions de
faible métamorphisme auxquelles fut soumis le massif. Certains quartz sont fumés ou colorés en violet (améthystes) (..) Le
métamorphisme plus intense et les conditions plus exceptionnelles du Binntal ont favorisé l'apparition de cristaux plus variés
et souvent rares. On connaît au monde un peu plus de 2000 espèces minérales: 30 d'entre elles ont été découvertes en
Suisse et, parmi elles, 21 dans le Binntal, dont 14 n'ont jamais été retrouvées ailleurs! (..) Parmi les espèces les plus
courantes, il y a la magnétite très bien cristallisée, la pyrite, la galène, la blende, des sulfures d'arsenic; les autres
minéraux, dits les sulfosels, sont composés d'éléments multiples.
Il y a encore en Valais, une espèce minérale particulière mais discrète et connue des seuls amateurs exercés: ce sont
les quartz fenestrés du val d'Illiez. Il s'agit de petits cristaux de quartz ayant grandi trop rapidement par leurs arêtes et dont
les faces, restées creuses, se présentent comme des fenêtres. " Marcel Burri, Encyclopédie Valais

Document de travail / CoManaging 37


MATIÈRES

ƒ la matière eau dans ses trois états : liquide, neige et glace

> une matière à maîtriser, l'eau sous sa forme liquide (cf. COMPOSITION ET PAYSAGES / EAU ET ARBRES)

> l'or blanc : neige et glaces permanentes


"l'eau, surtout sous forme de glace"
" Le Valais est le canton le plus englacé de Suisse. " Emmanuel Reynard, www.vs.ch/encyclo
" Au plus profond de l’hiver, les paillettes des cristaux s’affrontent dans des joutes féeriques de fragiles parcelles
d’éphémère. Les flocons duveteux glissent et tourbillonnent sur les ailes du vent et flottent dans l’air tels de minuscules
diamants. Polymorphes dans leurs structures et silencieux dans leur chute, ils se déposent délicatement sur le sol comme
des bijoux dans des écrins de velours. " Roland Clerc, www.faune-valais.ch
" Avec leurs champs de neige qui scintillent et qui s’offrent comme une nappe de sel dont la surface cristalline vous
scarifie les doigts…(Journal et feuille d’avis du Valais 2 nov. 1937) " Gilberte Favre, Mémoire de Sion la vie quotidienne 1850-
1950

> une matière de haute altitude, le permafrost : les sols "soudés" par la glace
" Au-delà de 2400 m d'altitude et selon l'orientation géographique, le sol suisse est constamment gelé. Ce phénomène
s'appelle le permafrost ." Office fédéral de l’environnement, www.umwelt-schweiz.ch
" Le pergélisol, ou permafrost, est un sol gelé en permanence, dont la glace soude les uns aux autres les morceaux de
roche qui le constituent. En haute montagne, on rencontre le pergélisol tant dans la roche solide que dans les matériaux
meubles comme les éboulis, les moraines et les sols. L’étage du pergélisol se trouve en dessous de la zone des glaciers, à
partir de 2600m." Elke Haubner, Le changement climatique dans les Alpes, rapport de synthèse

ƒ une matière précieuse "de montagne" : l'air pur (cf. aussi CLIMAT)
"La qualité de l’air est liée à l’altitude; la pollution se trouve essentiellement en plaine, et en montagne l’air est plus pur; il
est mieux ventilé et nettoyé par les vents d’est-ouest" Vincent Bornet
Document de travail / CoManaging 38
MATIÈRES

ƒ matières végétales : feuillages de la vigne, des arbres fruitiers du "jardin fruitier et potager de la
Suisse", mais aussi herbe des prairies et des forêts (cf. PROFIL ÉCONOMIQUE / SECTEUR PRIMAIRE),

"Très peu de terre" Marie-Claude Morand


"[Valais] poilu d'arbres, d'aiguilles de sapins et de mélèzes, d'herbes à vaches, de mousses, de lichens et couvert
de glaciers. " Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité
"L'arbre n'est plus qu'une touffe de pétales, un bouquet, une gerbe dans le bourdonnement doré des abeilles. (..) Les
autres arbres sont emmêlés dans des guirlandes de fruits qui courent de part et d'autre des monts, le long du
fleuve" Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Les ceps de vigne ressemblent à de grandes carafes remplies de vin. Ils sont blonds et transparents comme le jus
des grappes qu'on leur a prises et qu'un long séjour dans l'ombre de la cave transforme miraculeusement en lumière. La
lumière traverse les feuilles comme si elles étaient ciselées dans du cristal, dans un cristal très mince et l'on voit,
sous les fines nervures, la ramification des veines que ne parcourt plus le sang de la vie." Maurice Zermatten, Les saisons
valaisannes
"Je revois la terre jaunâtre, grasse, glissante, où la limace et l'escargot se traînent, laissant derrière eux un ruban
d'argent ; les grosses grappes aux grains serrés et verts ou à gros grains plus espacés, tachés de brun du côté du
soleil, quelquefois prises dans une feuille qui les empêchait de venir à nous, une fois la tige tranchée. " C.F. Ramuz,
Vendanges

Document de travail / CoManaging 39


MATIÈRES

ƒ matière bois, au naturel et travaillée, dans l'architecture, le mobilier et l'art


par exemple le mobilier baroque de Notre-Dame-du-Glarier , la cathédrale de Sion : exceptionnel autel de 1474 dans la
chapelle Sainte-Barbe, stalles et chaire de 1622
" Vous serez surpris (…) en voyant les maisons si typiques du Valais, au bois bruni par le soleil et en observant
divers autres objets qui témoignent d’une riche culture locale. " Brochure " le sentier de la Rampe sud "
"Dans un passé pas très lointain, les gens devaient se contenter des matériaux de construction qu'ils trouvaient sur
place : trop lourds, ils posaient d'insolubles problèmes de transport. C'est pourquoi le Valaisan a surtout construit en
bois. Mais chaque fois qu'il pouvait remplacer le bois par de la pierre, il l'a fait, couvrant par exemple ses toits de
dalles plutôt que de tavillons." Marcel Burri, site Encyclopédie Valais
"Il faisait froid ; l'eau dans le pot à eau était glacée. Je sens encore le plancher de sapin et son froid sous la plante
de mes pieds qui gardaient dans leur partie supérieure la bonne impression de chaleur du lit." C.F. Ramuz, Vendanges

ƒ matières alimentaires des produits emblématiques


"L'alimentaire: la viande séchée, les vins, les fromages" Frédéric Zuber

Document de travail / CoManaging 40


MATIÈRES

matière eau Sources thermales; torrents, ruisseaux, canaux, bisses, rivières rapides;
sources, neige ; glace (glaciers, névés, cascades gelées); cascades ; lacs,
étangs ; eaux souterraines (lac souterrain, importance de la nappe phréatique) ;
brume ; le Rhône; le permafrost ou pergélisol, mares, marécages boisés, marais
herbeux, tourbières, roselières, prairies humides
matière air chaud, froid, sec, piquant, pur, foehn, immobile,
matières du sol et du sous-sol schistes, marbres, gypse, anhydrite, tuf/cornieule/cargneule, gneiss, granit,
anthracite, fer, calcite, dolomie, quartzite, quartz, sel, cuivre, marnes,
micaschistes, basaltes, serpentines, minerais (cuivre; fer; plomb; argent, or,
uranium), alluvions,
matières végétales bois (Epicéas, sapins, mélèzes, pins, aroles, chênes, hêtres…) ; fleurs ; fruits ;
raisin ; feuillages ; aiguilles de résineux, prairies et pâturages,
matières animales peaux de chèvres, laine mouton, corne de bovins et gibiers divers,
matières de production vins, eaux-de-vie, plantes médicinales et aromatiques, fruits et légumes etc.
matières architecturales bardeaux, tavillons, ardoises, béton, murs de pierres sèches
matières alimentaires fromages, divers types de viandes séchées (y.c. saucisses, jambon…), miel;
seigle, froment, lait, safran, fruits, légumes, racines (pomme de terre) pains…
matière symbolique légendes, catholicisme, croyances, coutumes
matière artistique peinture ; gravure (pierre et bois) ; sculpture (bois, roche) ; matériaux du
baroque (stuc, feuille d'or, marbre, bois ,etc.) ; montagnes, habits traditionnels
matière du passé chaux ;
matière immatériel l’énergie hydroélectrique
matières extra-terrestres… étoiles et voie lactée grâce à la visibilité exceptionnelle en montagne
Document de travail / CoManaging 41
GOÛTS

"Le goût de l’authentique" brochure Pays Romand, Pays Gourmand

"Privilégié par le soleil et généreusement irrigué par le Rhône,


le Valais est un véritable paradis pour une agriculture aux saveurs méridionales. (…)
où chaque fruit et chaque légume dégage un maximum de goût et de saveur."
brochure Saveurs du valais

"Ainsi grâce au soleil, au climat sec, aux vents qui soufflent dans la vallée du Rhône
et à l'ingéniosité des bergers, sont nées les techniques de salaison et de séchage."
site viandesechee

"Qui dit Valais dit Fendant, donc chasselas. (..) on parle parfois de "vin ethnique",
tant il est lié à la vie sociale, aux traditions, à la cuisine de la Vallée du haut Rhône.
Le Valais sans le Fendant ne serait pas le Valais."
site fullygrandcru

"Tout d'abord, une raclette se fait avec de nombreux amis"


site cieldefrançoise

"Le goût de l'eau fraîche" Bernard Attinger

Document de travail / CoManaging 42


GOÛTS

Des produits réputés pour leur qualité et leur saveur


indissociables de l'identité et des terroirs valaisans
au service d'une cuisine authentique, goûteuse
et propice aux plaisirs de la convivialité

ƒ plaisirs gustatifs joyeux de la cuisine valaisanne


> sous le signe de l'authenticité, de la simplicité, par tradition et par la qualité des terroirs
> très goûteuse et propice aux repas conviviaux : dimension de "gourmandise collective" des habitants
attachés aux plaisirs de la vie et du partage
ƒ un terroir exceptionnel : conjonction rare d'un ensoleillement et d'un climat privilégiés et d'une
configuration spécifique
ƒ des produits réputés pour leur qualité et leur saveur et des savoir-faire anciens, aujourd'hui
indissociables de l'identité valaisanne
> le vin, passion valaisanne : plus qu'un produit, une véritable culture identitaire
> aussi illustre qu'ancienne, LA spécialité du territoire : la raclette (le mets) ou le raclette (le fromage)
> les produits de l’élevage : fromage, viandes, lait, …
> fruits et légumes de la vallée du Rhône, dont les emblématiques abricots et asperges
> alcools
ƒ eau, air : le pur "goût" du territoire, insuffisamment valorisé
ƒ un "terroir aromatique" : l'esprit bio avant l'heure …
ƒ nombreux labels garants de la qualité et l’authenticité des produits du terroir
ƒ née d'une nécessité : les savoir-faire de conservation (salaison et séchage)
Document de travail / CoManaging 43
GOÛTS

quelques produits et recettes emblématiques

vins la Petite Arvine, l‘Ermitage, le Johannisberg, l‘Amigne, la Malvoisie, le Païen, le Cornalin,


l‘Humagne blanche, la Rèze le vin des glaciers
fruits et légumes L‘abricot, la poire William‘s, la framboise, la pomme Maigold, l‘asperge, les tomates, les carottes,
les choux-fleurs,
eaux de vie L‘abricotine, la Williamine
fromages Le sérac, les fromages au lait cru (le raclette, le fromage à rebibes, fromage d‘alpage, la tomme, )
viandes La viande séchée, la saucisse sèche, le jambon cru, le lard sec, la chasse
boulangerie et pâtisserie Le pein de seigle, le michon des rameaux, pains bénis de distribution.
autres La châtaigne (essentiellement produite à Fully, capitale de la châtaigne, mais aussi Monthey,
Choëx, Bex, Martigny), le safran de Mund
recettes les plus connues la raclette, la brisolée, l’assiette valaisanne (viande séchée, saucisse sèche, jambon, lard cru,
fromage d‘alpage, couronne de pain de seigle, dôle ou fendant), , le Gsottus, le Flon saviésan, la
Salée du Val d’Illiez, le Pateron, le gâteau savièsan, la Cholera, la Chasse
quelques autres spécialités Abricots flambés, crêpes valaisannes, croûtes aux champignons, croûtes aux tomates, croûte au
fromage cuisse de grenouilles flambées au marc, daube de bœuf à la dôle, émincé du veau du
mazot, flan aux abricots, flons, gigot d’agneau au génépi, gratin d’asperges Mon Moulin, gratinée
de tante Judith, Œuf à la tomate, Poire William givrée, polenta à l’ancienne, polenta gratinée,
polenta grillée, rizotto au safran de Mund, Sii, selle de chamois à la lie, soufflé aux asperges,
soupe du chalet, soupe aux haricots, soupe des maraîchers, soupe au plat, tarte aux asperges,
truite au muscat, truite au pinot noir, tsarfion…. (Le Valais à table, Jacques Montandon)

Document de travail / CoManaging 44


GOÛTS

ƒ plaisirs gustatifs joyeux de la cuisine valaisanne

> sous le signe de l'authenticité, de la simplicité, par tradition et par la qualité des terroirs
"Le goût de l’authentique (…) le Valais est le paradis des saveurs méridionales. " brochure Pays Romand, Pays
Gourmand
"Entre parenthèses, je vous fiche mon billet qu'elles ne savent pas faire beaucoup de cuisine. – Qui elles? – Toutes, nos
dames et nos demoiselles. – Curieux que les Valaisannes n'aient rien trouvé ni expérimenté… - Les ressources du pays
ont toujours été des mets crus, bruts, nets, déjà exquis et en tout cas très simples, arrosés d'un verre de vin. – Les
grands, les seuls cuisiniers étaient les curés. " Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité

> très goûteuse et propice aux repas conviviaux : dimension de "gourmandise collective" des
habitants attachés aux plaisirs de la vie et du partage
Plus de 180 recettes sont répertoriées et détaillées dans l’ouvrage de Zoltan Szabo " Patrimoine culinaire valaisan "
"Tout d'abord, une raclette se fait avec de nombreux amis qui prennent place autour d'une table ou assis sans l'herbe
d'un pâturage. (..) Le "racleur"a, pour délicate mission, de surveiller le fromage qui ne doit ni brûler, ni fondre. Ensuite d'un
coup sec, mais pas trop appuyé, il va racler le dessus du fromage pour servir, dans une assiette, une portion de fromage
chaude et coulante. Ainsi, à tour de rôle, les invités vont être servis." site cieldefrançoise

Document de travail / CoManaging 45


GOÛTS

ƒ un terroir exceptionnel : conjonction rare d'un ensoleillement et d'un climat privilégiés et d'une
configuration spécifique (cf. CLIMAT)
" Privilégié par le soleil et généreusement irrigué par le Rhône, le Valais est un véritable paradis pour une agriculture
aux saveurs méridionales. (…) où chaque fruit et chaque légume dégage un maximum de goût et de saveur. " brochure
saveurs du valais "
" Deux très hautes chaînes constituent de véritables barrages et s’opposent à la circulation des masses d’air humide. Le
Valais est réputé comme l’endroit le plus sec et le plus ensoleillé de Suisse. Stratus, grêle et brouillard sont extrêmement
rares. Très caractéristique du Valais, le foehn, ce vent chaud et sec, joue un rôle très actif, notamment en automne,
secondant le soleil dans la maturation des raisins et des fruits. " Michel Logoz, www.agrivalais.ch
" L’automne est souvent doux et ensoleillé, avec parfois une présence de foehn (vent chaud) qui facilite la maturation des
spécialités tardives. " www.provins.ch
" Le soleil, le climat sec et les vents qui soufflent dans la vallée du Rhône ont inspirés aux Valaisans la technique du
séchage de la viande pour la conserver. " Michel Logoz, www.agrivalais.ch
" Ainsi grâce au soleil, au climat sec, aux vents qui soufflent dans la vallée du Rhône et à l'ingéniosité des bergers,
sont nées les techniques de salaison et de séchage. " site viandesechee
"On se plaindrait du soleil si l'on ne savait pas que rien ne nous est plus nécessaire que ses dons. Déjà les abricots
s'alourdissent au bout des branches ployées, et ceux-là, dans la pleine lumière, criblées de feux, au lieu de gémir, semblent
murmurer : Encore ! Encore pour que s'opèrent en nous ces alchimies végétales qui transforment nos sucs en miel,
notre pâleur en or et en vermillon .. Nous n'aurons jamais trop de soleil, ni nous, ni les grappes du coteau, ni les pommes
du verger. Jamais trop de cette bonne chaleur qui nous pénètre, nous pétrit, nous gonfle. Elle court, écoute, dans les
sèves de l'arbre, elle est flot, elle est rivière, elle est fleuve dans les canaux souterrains que protègent les écorces. Elle descend
dans les mystères de racines, elle suce dans les ombres de la terre des nourritures qu'elle charrie jusqu'à notre bouche ; elle
est maternelle, elle nous couve, elle nous caresse, elle nous enfante à maturité." Maurice Zermatten, Les saisons
valaisannes
Document de travail / CoManaging 46
GOÛTS

ƒ des produits réputés pour leur qualité et leur saveur et des savoir-faire anciens, aujourd'hui
indissociables de l'identité valaisanne

> le vin, passion valaisanne, : plus qu'un produit, une véritable culture identitaire (cf. ART DE VIVRE,
HÉDONISME)
"On a une palette énorme, une grande variété de vins"
" Le Valais, c’est le pays du vin. Il y a de la vigne partout, depuis Martigny jusqu’à Viège, sur tous les coteaux de la
Vallée, même dans les endroits les plus escarpés il y a de la vigne. D’ailleurs, on dit sans méchanceté aucune, que dans
chaque valaisan dort un vigneron. " Tourisme pour tous
"Qui dit Valais dit Fendant, donc chasselas. Les Suisses romands sont les seuls au monde à avoir fait de ce cépage leur
spécialité. Les Valaisans ne font pas exception : en parlant du Fendant, on parle parfois de « vin ethnique », tant il est lié
à la vie sociale, aux traditions, à la cuisine de la Vallée du haut Rhône. Le Valais sans le Fendant ne serait pas le
Valais. Comme l'écrit Tom Stevenson dans son encyclopédie mondiale du vin : « Sous leur meilleur jour, les vins suisses
sont aussi frais et francs que l'air alpin ». On ose parier qu'il a écrit cela devant un verre de Fendant. " site fullygrandcru
"Enfin, les chercheurs suisses ont développé des cépages qui, utilisés en assemblage, renforcent la couleur ou la chair des
vins, tels le diolinor ou le gamaret. Bref, une quarantaine de variétés, dont 15 plus importantes, 27 en blanc et 13 en rouge.
Tout cela sur quelques 5260 ha. On croit rêver. Ce conservatoire ampélographique a, certes, son côté positif d'un point de
vue historique. Au plan commercial par contre, comment affronter le marché extérieur dans ces conditions, renforcées par
ailleurs par la fragmentation des propriétés." Bernard Arnould, In vino veritas, site chazallet.com
• un label pour préserver la tradition
" Label " Grain Noble Confidentiel " qui prescrit les règles de production et d’élaboration de ses vins blancs doux naturels. Il
se limite aux seules variétés traditionnelles du Valais (Arvine, Ermitage, Johannisberg, Malvoisie, Amigne) "
www.grainnaoble.ch

Document de travail / CoManaging 47


GOÛTS
ƒ des produits réputés pour leur qualité et leur saveur et des savoir-faire anciens, aujourd'hui indissociables
de l'identité valaisanne (suite)
> le vin, passion valaisanne, : plus qu'un produit, une véritable culture identitaire (suite)
• goûts et arômes"uniques"
"Le Vin du Glacier : Vin mythique issu d’une tradition valaisanne ancestrale, le Glacier possède un caractère et un goût
unique au monde. Celui façonné pendant plus de cinq siècles par les derniers nomades d’Europe Occidentale. Vin d’assemblage
de plusieurs millésimes et souvent de plusieurs cépages présentant une tendance oxydative. Elaboré à partir d’un ancien cépage,
le Rèze, remplacé ensuite par d’autres cépages, tous cultivés sur les coteaux de Sierre, le Vin du Glacier vieillit en fûts de mélèzes
dans les caves fraîches des villages du Val d’Anniviers. Son âge est indéfinissable et on peut affirmer qu’il n’est pas rare de
trouver du Vin du Glacier plus que centenaire. La tradition veut qu’il se boive à la cave, servi directement du tonneau, à l’endroit où
il est produit. Rares sont ceux qui le mettent en bouteille et le commercialisent. La mise en bouteille a lieu tous les 4 ou 7 ans!"
" Cultivées depuis des temps immémoriaux et inconnues hors du canton, la Rèze et l’Humagne blanche, en compagnie de
l'Amigne et de la Petite Arvine, peuvent revendiquer le titre de spécialité typique du Valais. Deux millénaires de soins
attentifs ont permis aux vignerons de découvrir quels terrains et quels soins se révélaient nécessaires à chaque variété
pour donner le meilleur d’elle-même. Le résultat vaut la peine d’être dégusté et la meilleure des caves s’enrichira de l’harmonie
d’une Arvine, la douceur d’une Amigne, la vigueur d’une Humagne ou l’originalité fruitée d’une Rèze. " Alexandre Truffer,
http://www.nicefuture.com
" Le Fendant à le privilège (…) d’en exprimer les subtilités florales, fruitées et minérales dans une large palette gustative.
C’est un violon solo, dont il faut percevoir la finesse dans des accords d’une pureté cristalline. Vin convivial par excellence, le
Fendant est ici de toutes les fêtes, de toutes les parties de plaisir ". Michel Logoz, www.agrivalais.ch
" Le Johannisberg (…) un vin de grande classe (…) un caractère délicatement moelleux, avec un puissant arôme à la fois
floral, fruité et minéral (…) des notes florales avec une touche d’amande amère. " Michel Logoz, www.agrivalais.ch
" Les vins doux naturels (…) des ors intenses et des arômes d’une complexité ensorcelante. La bouche offre des fragrances
extraordinaires, allant des fruits exotiques aux épices rares, des fruits secs au pain d’épice et au miel. " Michel Logoz,
www.agrivalais.ch
"Ils fumaient des cigarettes, des cigares. Le maître de la maison prend un petit verre qu'il va mettre sous le goulot du pressoir
qu'on charge, et il goûte ; il goûte d'abord avec la bouche, avec les lèvres et le palais, puis du bout des doigts, les passant
l'un contre l'autre." C.F. Ramuz, Vendanges
Document de travail / CoManaging 48
GOÛTS
ƒ des produits réputés pour leur qualité et leur saveur et des savoir-faire anciens, aujourd'hui indissociables
de l'identité valaisanne (suite)
> aussi illustre qu'ancienne, LA spécialité du territoire : la raclette (le mets) ou le raclette (le fromage),
" Au Moyen-Âge déjà, les bergers reprenaient des forces, confortablement assis autour d'une savoureuse raclette. Pour cela, ils
plaçaient une demi-meule devant le poële et raclaient le fromage fondu. La désignation " raclette " vient tout naturellement de
ce geste. Aujourd'hui, la raclette est surtout synonyme de convivialité et d'un bon moment passé avec des amis. D'après de
très anciens écrits conservés dans les couvents d'Obwald et de Nidwald, on peut supposer qu'en 1291 déjà, Guillaume Tell
mangeait de la raclette. Plus précisément, l'usage de faire fondre un fromage devant un feu est documenté en Valais dès 1574.
A cette époque, le fromage était mis à fondre devant un feu ouvert et le fromage fondu était raclé au fur et à mesure sur une
assiette. Les jeunes générations ont perpétué ce savoir-faire et cette passion pour ce produit. Le terme "Raclette"
apparaît dans la deuxième moitié du XIXe siècle pour désigner le plat, puis au début du XXe, pour désigner aussi bien le plat
que le fromage fabriqué en Valais. C'est ainsi que l'herbe de nos alpages donne naissance à un produit authentique unique
en son genre, symbole de nos traditions et de notre culture. La raclette est donc indissociablement liée à la Suisse, et plus
particulièrement au Valais. En effet, l'OFAG (Office Fédéral de l'Agriculture) à décidé d'enregistrer la dénomination "Raclette du
Valais" comme AOC : le terme "Raclette" n'est pas un nom générique, mais une dénomination traditionnelle dont l'origine
est valaisanne. "www.chateaudevilla.ch

> les produits de l’élevage : fromage, viandes, lait, …


" Tendre et friand dans sa jeunesse, il adopte un goût de plus en plus corsé avec l'âge. Les secrets de fabrication,
jalousement gardés par les fromagers et une durée d'affinage plus ou moins longue permettent l'élaboration de fromages se
prêtant à différentes utilisations : à racler, à la coupe ou à rebibes. " www.agrivalais.ch
" le Raclette, le fromage d'alpage ou à la coupe, le fromages à rebibes, le fromage de chèvre et brebis, la tomme, le sérac "
www.agrivalais.ch
" Fortement liée à l’identité valaisanne, la viande séchée du Valais est l’un des mets simples mais authentiques qui font la
richesse gastronomique de la région. http://navig.valaisinfo.ch
" La viande séchée du Valais est enregistrée comme Indication Géographique Protégée (IGP). L'IGP couronne un savoir-faire
transmis depuis plusieurs générations. " www.agrivalais.ch
" L’agneau d’alpage du Valais : un délice de l’Alpe " http://navig.valaisinfo.ch
Document de travail / CoManaging 49
GOÛTS

ƒ des produits réputés pour leur qualité et leur saveur et des savoir-faire anciens, aujourd'hui
indissociables de l'identité valaisanne (suite)

> fruits et légumes de la vallée du Rhône (cf. PROFIL ÉCONOMIQUE / SECTEUR TERTIAIRE), dont les emblématiques
abricots et asperges
" (…) où des alpages et des vergers vous offrent une corbeille de fromages et de fruits aux saveurs inimitables " Michel
Logoz, www.agrivalais.ch
" La nature des sols et le climat valaisan assurent une production de légumes qui ont l'accent du pays. Invitez à votre table
tomates, carottes et choux-fleurs ! Vous nous en direz des nouvelles. " (www.agrivalais.ch)
" La pomme Maigold du Valais, croquante sous la dent, délicate et juteuse, dont le Valais a fait l'une de ses spécialités ?
Etes-vous tenté par la belle Gala, une enfant du pays ? Ou êtes-vous un inconditionnel de la Golden des Alpes, dont la
structure et le goût sont exceptionnels ? Ou encore mordez-vous plus volontiers dans la Gravenstein, à laquelle le Valais
offre des conditions idéales de production ? (…) " www.agrivalais.ch
" Jamais, vous ne mangerez d'asperges aussi exquises que celles cueillies par un matin de printemps dans les terres
sablonneuses entre Martigny, Fully et Saxon et servies le jour même. (…) " www.agrivalais.ch
" Aux côtés du Fellenberg, de la Reine-Claude, de la mirabelle, le Valais a développé encore d'autres variétés de prunes,
dont on se dispute les rondeurs et les saveurs. " www.agrivalais.ch
" Le raisin produit en Valais ne se destine pas uniquement à la vignification mais présente de grandes qualités également en
raisin de table. " www.agrivalais.ch
" L'abricot s'accommode particulièrement bien aux conditions du Valais; 98% des cultures suisses d'abricots y sont d'ailleurs
implantées. " www.agrivalais.ch
" Des jus de fruits portant la marque " Valais-Wallis " sont désormais sur le marché.Il s’agit du nectar d’abricots du Valais, du
nectar de William du Valais, du nectar de Golden du Valais, du nectar de fraises du Valais et de la purée de tomates du
Valais. " www.agrivalais.ch

Document de travail / CoManaging 50


GOÛTS

ƒ des produits réputés pour leur qualité et leur saveur et des savoir-faire anciens, aujourd'hui
indissociables de l'identité valaisanne (suite)
> alcools
" On trouve principalement les eaux-de-vie de poires Williams (Williamine) et d’abricots du Valais (Abricotine). Mais d’autres
eaux-de-vie comme le Kirsch, la pomme, le pruneau, le coing ou une belle gamme d’eaux-de-vie de lie (à chacune son
cépage) parfument fièrement tous les étals du canton. Même l’eau-de-vie de genepi, aujourd’hui domestiqué basse
altitude, nous fait l’honneur de ses parfums. Et pourquoi ne pas déguster un marc ou une myrlie (liqueur de myrtilles à
l‘eau-de-vie de lie) ou encore un Calvalais (eau-de-vie de cidre) etc… " Zoltan Szabo, Patrimoine culinaire Valaisan
" L'Eau-de-vie de poire Williams du Valais AOC. La culture de poires est une activité traditionnelle valaisanne, dont
l'importance est confirmée dans des écrits de 1812. " www.agrivalais.ch
" Génépi, eau-de-vie des Alpes Valaisannes (Le "Génépi" est un terme générique donné par les habitants de la région à
plusieurs plantes arômatiques (armoises) des Alpes. Pour les montagnards, la tradition est de récolter ces plantes en août
et de les faire macérer dans de l'alcool. Chaque montagnard a sa recette secrète pour faire du Génépi.) " www.agrivalais.ch

Document de travail / CoManaging 51


GOÛTS

ƒ eau, air : le pur "goût" du territoire, insuffisamment valorisé


"Le goût de l'eau fraîche" Bernard Attinger
"Les fruits, la raclette, l’air de la montagne" Jean-Marie Bornet
"L'eau du robinet, pure et fraîche, sans goût chimique"
"L'eau n'est pas assez exploitée, la vente d'eaux valaisannes naturelles en bouteille qui serait une publicité n'est pas
faite."
"On est complètement incompétent en matière de vente de l’eau. C’est une matière qui n’a que peu été exploitée;
je suis allé aux Etats-Unis cet été et il y a partout, dans tous les bistrots à New-York, des bouteilles d’eau des Alpes,
mises en bouteille dans les Alpes, mais il n’y a aucune eau valaisanne ! Rien ! On n’est pas foutu de vendre l’eau de
Saxon, l’eau de Nendaz etc." Bernard Attinger
" Notre pays est heureusement à l’abri d’une grave pénurie d’eau, et normalement tout un chacun peut étancher sa soif à
n’importe quel robinet sans arrières pensées. Car il jaillit de nos conduites suffisamment d’eau potable d’une qualité
irréprochable, qui provient à plus de 80 pour cent des eaux souterraines. Celle-ci est souvent de qualité égale voire
supérieure aux eaux minérales. " Office fédéral des eaux et de la géologie OFEG, Les eaux souterraines sous la loupe
"Attendez, il se trouvait encore un chapelet de maisons blanches au sein de la montagne, sur des plates-formes de
rochers, sur des oasis de prés si frais, si verts au printemps, et où les brumes ne montent pas, laissant l'air glacé au
goût de pomme froide." Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité

Document de travail / CoManaging 52


GOÛTS
ƒ un "terroir aromatique" : l'esprit bio avant l'heure …
production d'herbes et plantes aromatiques
Tisanes: Camomille, mélisse, sauge, verveine odorante, menthe, thym
" La pureté de l’air et la qualité des sols permettent d’y cultiver plus de trente-cinq plantes réputées pour leurs vertus
curatives et aromatiques, exclusivement en production bio " www.grivalais.ch
" Véritable pharmacopée en plein air, le Valais est renommé pour sa production de plantes, dont les principes actifs sont
extraits pour la fabrication de médicaments (par ex. Artemisia annua, utilisée dans la lutte contre la malaria)(On en fait aussi de
nombreuses huiles essentielles du Valais qui sont également très réputées) " www.grivalais.ch
" Le Safran de Mund (www.agrivalais.ch) La culture du safran est répandue en Valais depuis le 14e siècle. " home.valaisinfo.ch
" Bio Alp Tea, Le Bio Alp Tea Classic, le Bio Alp Tea Green Tea et le Bio Alp Tea Relax sont des infusions de plantes
aromatiques des Alpes cultivées selon des méthodes de production biologique. " www.agrivalais.ch

ƒ nombreux labels garants de la qualité et l’authenticité des produits du terroir


Valais-Wallis : Fruits et légumes, en particulier fraises, framboises, abricots , Pommes et poires biologiques , Nectars et jus de fruits du
Valais, Confitures, conserves de fruits, fruits séchés, Miel, Eaux-de-vie, liqueurs, fruits à l'alcool, Vinaigres de fruits, Herbes aromatiques,
tisanes des montagnes du Valais, infusions, Bio Alp Tea®, Raclette, tommes, Walliser Bio Mütschli, Lait des Alpes, lait de montagne
AOC : L'eau de vie de poire William's du Valais, L'Abricotine, Le Pain de seigle valaisan (61 producteurs labellisés), Le Safran de Mund ;
Démarche pour l'AOC en cours : Le Raclette avec 67 noms répertoriés
IGP : La Viande séchée du Valais (30 producteurs labellisés)
Saveurs du Valais-Walliser köstlichkeiten : 22 établissements labellisés au 11.08.2006
Destiné aux restaurateurs proposant des produits du terroir valaisan. En réponse aux établissements souhaitant mettre en valeur des mets
régionaux authentiques. Objectifs: faire connaître et valoriser les produits du terroir valaisan, ses vins et sa gastronomie. Valoriser les
métiers de l’agriculteur, du producteur, du viticulteur-encaveur et du restaurateur. Susciter la curiosité. Renforcer relation entre agriculteurs,
producteurs, restaurateurs et milieux touristiques.
Grain noble confidentiel : il prescrit les règles de production et d’élaboration de ses vins blancs doux naturels.Il se limite aux seules variétés
traditionnelles du Valais (Arvine, Ermitage, Johannisberg, Malvoisie, Amigne)
Terroir du Valais : L‘asperge du Valais, l‘abricot du Valais, La Maigold du Valais, la William‘s duValais, la fraise du Valais, la framboise du
Valais, la viande séchée du Valais,le Raclette du Valais, les herbes du Grand-St-Bernard

Document de travail / CoManaging 53


GOÛTS

ƒ née d'une nécessité : les savoir-faire de conservation (salaison et séchage)


" Contraints durant plusieurs siècles à l’autarcie alimentaire, les Valaisans ont développé tout un art pour
transformer leurs matières premières en produits de longue conservation ." brochure " AOC/IGP "
" Les conditions climatiques difficiles des Alpes obligeaient autrefois les populations à constituer des réserves
durables afin de pouvoir survivre pendant la mauvaise saison. " http://www.viandesechee.ch
" Dans le passé, en raison des conditions climatiques rudes du milieu alpin, la constitution de réserves durables
revêtait d'une importance cruciale pour la population. Ainsi, grâce l'ingéniosité des bergers, sont nées les
techniques de salaison et de séchage. " Benoît Messerli, www.admin.ch

Document de travail / CoManaging 54


ODEURS

"Ca sent fort et chaud, ça sent la terre qui a fumé sous le soleil, l’herbe sèche,
le thym, la menthe, (…) la pierre chaude, le blé qui va mûrir, la promesse du raisin."
C.F. Ramuz, Derborence

"Les Alpages, avec des odeurs très fortes d'herbes, de la flore,


et les vaches, le bétail mais qui a beaucoup disparu "
Frédéric Zuber

"Les odeurs d'air pur des montagnes"


Christian Salamin

"L'odeur forte du vin nouveau qui montait de partout et venait flotter la nuit (..)
Il y a le vin ancien qui se boit, mais il y a aussi chez nous, l'automne,
le vin futur qui vient s'y ajouter et il se respire ;
il y avait ici comme deux vins, un qui se boit avec la bouche,
l'autre qui vous entre dans la tête par le nez . (..)
On était là où l'homme reste toujours le même, et la grande odeur est restée la même,
et ses effets sur le cœur de l'homme sont les mêmes"
CF. Ramuz, Vendanges
Document de travail / CoManaging 55
ODEURS

Univers olfactifs de la montagne, du vignoble et du "jardin" de la plaine :


une composition enivrante et singulière
aux arômes particulièrement purs et puissants

ƒ puissante générosité des parfums aromatiques de la montagne et de son univers particulièrement


préservé
> aussi contrastés que les saisons elles-mêmes
> essences de fleurs, d'herbes aromatiques, de forêts et de prairies alpines
ƒ un univers olfactif de toute éternité, "mythique" : toute la gamme enivrante de la vigne et du vin
ƒ la vallée et ses odeurs de "jardin de paradis"
ƒ senteurs portées par les vents, en particulier par le foehn
ƒ arômes des produits et des mets traditionnels, dont l'odeur caractéristique de la raclette

Document de travail / CoManaging 56


ODEURS

ƒ puissante générosité des parfums aromatiques de la montagne et de son univers particulièrement


préservé

"J'aime ta voix
Montagne violente
Et tes déserts
herbeux, griffus.

S'élèvent de toi
Odeurs amères
Amantes du sommeil"
S. Corinna Bille, L'orchis et l'arnica, La montagne déserte

> aussi contrastés que les saisons elles-mêmes


"Ca sent fort et chaud, ça sent la terre qui a fumé sous le soleil, l’herbe sèche, le thym, la menthe, (…), la pierre
chaude, le blé qui va mûrir, la promesse du raisin. " C.F. Ramuz, Derborence
"Le soleil avait paru, la terre commençait à fumer, faisant monter vers nous en même temps que ses vapeurs une
odeur forte ; et ils riaient à côté de moi, ils étaient contents." C.F. Ramuz, Vendanges

Document de travail / CoManaging 57


ODEURS

ƒ puissante générosité des parfums aromatiques de la montagne et de son univers particulièrement


préservé (suite)

> essences de fleurs, d'herbes aromatiques, de forêts et de prairies alpines


"En altitude : la flore" Vincent Bornet
"Les forêts, forêts d'épicéas" Marie-Claude Morand
"Les Alpages, avec des odeurs très fortes d'herbes, de la flore, et les vaches, le bétail mais qui a beaucoup disparu "
Frédéric Zuber
"Le thym et la menthe, l'odeur du sous-bois." François Perraudin
"Le parfum du thym sauvage, des fraises des bois" Gilberte Favre
"Le sous-bois de mélèzes, le sulfate quand on traite la vigne" Madeleine Wiget-Daly
"Des odeurs de sous bois" Roland Vergères
"(…) respirer les odeurs (…) des petits bouquets de violettes que l’on cueille dans l’herbe courte de l’alpage, à la fin de juin"
Maurice Zermatten, la Symphonie Valaisanne
"Une forêt de pins particulièrement odorants " Roland Puippe, L’été suggéré, le Valais au fil de l’eau, supplément du
Nouvelliste 7 juillet 2000
"Odeur de crotte, de suif, de résine et d'eau pure. (..) Le Valais qui sent le suint, qui pue le pollen, qui souffle le brûlon de
mélèze !" Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende ou en vérité
"Mille parfums rôdent dans les clairières où nous avons construit nos petits chalets." Maurice Zermatten, Les saisons
valaisannes
"Les bisses sentaient la marguerite
Et la forêt les pains d'épice."
S. Corinna Bille, La besace, La montagne déserte

Document de travail / CoManaging 58


ODEURS

ƒ un univers olfactif de toute éternité, "mythique" : toute la gamme enivrante de la vigne et du vin
"Les vendanges, le raisin, le moult, le vin" Frédéric Zuber
"odeurs de fermentation du vin, de champignons des bois, de l'Orchis vanillé…" Christian Salamin
"La fermentation du raisin après les vendanges, le fromage, l’odeur des étables" Jean-Daniel Rouiller
"L'odeur des caves lors des vendanges, l'odeur du bois de chauffage, l'odeur de la terre après la pluie." Marc-André Berclaz
Les odeurs d'air pur des montagnes" Christian Salamin
"C'est l'automne, c'est la fin d'octobre, les vendanges sont faites et partout par les soupiraux des caves sort une odeur de
fermenté qui à elle seule porte à la tête. " CF. Ramuz, Vues sur le Valais
"Le pressoir gémit dans la cave obscure. Le moût bouillonne dans les tines. Non, ce ruissellement de sucre et de soleil,
maintenant qu'il emplit la maison de son parfum, ni la pluie, ni la grêle, ni le gel, ni les maladies ne nous le prendront plus.
Nous voici, dans la joie de notre cœur, récompensés" Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Entrez, le soir, par la ruelle principale, derrière un char triomphant. Vous êtes saisis dès la première maison. L'ivresse vous
envahit. Elle pénètre en vous par les narines, par la bouche, elle gagne votre tête, votre cœur, tout votre entendement.
Déjà, vous ne savez plus d'où vous venez ; le but de votre course vous est inconnu. Quelles sont ces collines, ces murailles
d'où ruissellent des flots de vendanges? Les parfums jaillissent de toutes les portes, de toutes les fenêtres. Le soupirail
de la cave s'engorge comme une cheminée. Le monde sent le miel et la rose. Vous humez la joie de vivre. Vos narines se
dilatent pour happer ces odeurs rôdeuses qui bouillonnent dans la rue comme dans une cuve (..) Vous n'avez rien bu, dites-
vous? Qui vous parle de boissons? Vous titubez de bonheur, d'un bonheur mystérieux et subtil qui donne à votre pensée
des intuitions de génie, à votre cœur, des élans de tendresse, à votre corps, des ailes.(..) Le parfum du moût flotte dans la
ruelle. Vendanges." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Tout à coup un matin, à la pointe de la nuit et du jour, les grappes qui sont sorties des sarments, maigrelettes, hâtives,
couvertes de poussières de fleurs blanches, se mettent à embaumer puissamment, à enivrer. C'est un encens volatil
excessivement fin qui surgit, se répand, appelle à l'amour et que la chaleur de la matinée tue déjà. Le cantique des
cantiques, mes chers ! Parfois pour garder près de moi le parfum, je coupe une grappe et la trempe dans une coupe de
vin que je respire dans la chambre à l'ombre." Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité
Document de travail / CoManaging 59
ODEURS
ƒ la vallée et ses odeurs de "jardin de paradis"
ƒ senteurs portées par les vents, en particulier par le foehn
"Les premiers signes du jour se décèlent au levant. Joseph ne respire plus. L'ivresse l'habite. Tout son corps entre dans une
sorte de volupté. Il hume l'air avec des narines palpitantes. Le vent lui porte mille odeurs imperceptibles à tout autre (..) il
éprouve qu'un parfum de bête rôde dans le couloir, il en savoure le goût âpre qui achève de le griser." Maurice Zermatten ,
Les saisons valaisannes

ƒ "parfum" d'air pur et de glaciers


"La fraîcheur de l'air pur, des glaciers, c'est un froid sec, très vivifiant, ça secoue les bronches" Marie-Claude Morand
"Les odeurs d'air pur des montagnes" Christian Salamin
"Air propre et pur" Roland Imboden
"Il faisait doux : un petit vent aigre se lève qui glisse sous les portes l'odeur des glaciers." Maurice Zermatten , Les saisons
valaisannes

ƒ arômes de caractère des produits et des mets traditionnels, dont l'odeur caractéristique de la raclette
"Le pain et pain de seigle" Marie-Claude Morand
" Laissez vous transporter par les effluves odorants d'une brisolée au coin du feu... " http://www.matterhornstate.com
"Je me suis nourri de tommes de chèvre à l'odeur de suie" Maurice Chappaz, Testament du Haut-Rhône
"[raclette]Un feu de bois d'arolle ou de mélèze va donner une subtile odeur au fromage" site cieldefrançoise
"Typé et corsé selon l'herbage naturel de chaque alpage. En attente de la reconnaissance AOC. La Raclette s'identifie au Valais
et doit son originalité aux arômes et saveurs du milieu naturel, au savoir-faire du fromager, aux raclettes artisanales et au
mode de fabrication." site pays-gourmand
"Qui connaît la campagne porte avec soi toute sa vie l'odeur des châtaignes rôties, des fruits dont la peau éclate sous la
brûlure trop brusque, des pommes de terre même qui ne sont jamais aussi bonnes que dans le simple apprêt d'un foyer
rustique." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes

Document de travail / CoManaging 60


ODEURS

terrestres : roche chauffée au soleil, terre humide, bovins et fumier,


végétales : pin, arolle, mélèze, vignes, fleurs de montagne, autres fleurs, prairies alpines,
herbes fauchées, champignons des forêts, aguilles d’épineux (fraîches,
sèches, humides), bois humide, vergers, marc (reste du raisin pressé),
fourneaux à bois, granges à foin, caves durant les vendanges
animales : troupeaux de bovins en montagne, fermes d’alpage, bouse
aqueuses : pluie sur le sol chaud, rosée matinale, glaciers
humaines : habits et affaires militaires, barbecue d’été, lampes à gaz, caves, carnotzet,
mayens, poudre des feux d’artifice au premier août
alimentaires : brisolée, raclette et fondue, viande séchée, saucisse sèche, fromages, pains,
chocolat chaud
industrielles: laiterie et fromagerie, acier, steps,
odeurs d’hier : lampes à gaz, laiterie, fromagerie
"[les anciens villages] leurs arômes de fumier, d'arbres, d'orchis, me plaisent." Maurice
Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité

Document de travail / CoManaging 61


SONS et LANGUE
"le silence, le bruit du vent sur les crêtes rocheuses, le sifflement sur les arêtes enneigées." Roland Clerc, www.faune-valais.ch

"Pays silencieux dont les prophètes se taisent, pays qui prépare son vin ;
où les collines sentent encore la Genèse et ne craignent pas la fin." Rilke, Quatrains valaisans

"Toute musique émouvait le cristal pur de l'azur ;


tombée, elle rebondissait, frappait les monts plus durs que des rochers,
se propageait sans repos dans la plaine qu'elle remplissait jusqu'aux bords. (..)
Porté par l'hiver, le chant d'un merle eût fait le tour du monde."
Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes

"Source de la vie, l’eau de la montagne joue son premier concert,


les cliquetis des premières gouttes qui s’échappent des névés
accompagnent le murmure des ruisseaux qui sautent de pierre en pierre
pour s’unir dans le grondement des cascades et le rugissement des torrents fougueux."
Roland Clerc, www.faune-valais.ch

"Eau d’irrigation qui fait chanter les bisses " Emmanuel Reynard, www.vs.ch/encyclo

"Le Valais est un canton qui chante et qui fait de la musique :


chorales et fanfares ont longtemps été seules à animer les villages."
Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo

"Les sons des cloches des clochers & des vaches,


le chant du merle, le cri de la mésange, le sifflement de la marmotte, le silence de l'hiver…. " Christian Salamin

"L'accent est fort des deux côtés de la Raspille...


les accents sont rocailleux quand on monte dans les vallées latérales
(Walliser Tütsch, patois évolénards, parlers des vallées, accents des vignes..." François Perraudin
Document de travail / CoManaging 62
SONS et LANGUE

Contraste entre le monde du silence de la montagne


et les nuisances sonores des activités humaines en plaine
Partout la musique de l'eau mais aussi du vent, des cloches d’églises,
des sonnailles des troupeaux, des langues et des accents
ƒ le havre de paix de la montagne : le dépaysement du silence et de sa pureté, orné de quelques
sons de la nature
> la neige qui étouffe les sons
> le langage du vent "le sifflement du vent sur les arêtes, ou du foehn dans la plaine"
> la faune dans toute sa diversité
> les "percussions" de la roche
ƒ partout, la musique de l'eau, dans toutes ses registres, du murmure au mugissement
> le "chant "du bisse
ƒ rassurante par sa pérennité, la "petite musique" nostalgique des sons ancestraux : le "pouls"
des cloches d'église et les sonnailles des troupeaux
ƒ forte présence musicale, des formes les plus traditionnelles aux innombrables festivals
> présence caractéristique des cuivres, notamment le cor des Alpes
ƒ bilinguisme de part et d'autre de la "frontière" de la Raspille, à la hauteur de Sierre : Bas-Valais
francophone et Haut-Valais germanophone
ƒ des accents "rocailleux", notamment dans les vallées
ƒ nuisances multiples de l’activité humaine
ƒ le bois matière sonore
ƒ et ponctuation amicale (et spécifique..) : le klaxon du car postal
Document de travail / CoManaging 63
SONS et LANGUE

ƒ le havre de paix de la montagne : le dépaysement du silence et de sa pureté, orné de quelques sons


de la nature
"On avait senti grandir autour de soi une chose tout à fait inhumaine et à la longue insupportable : le silence. Le
silence de la haute montagne, le silence de ces déserts d’hommes, où l’homme n’apparaît que temporairement : alors,
pour peu que par hasard il soit silencieux lui-même, on a beau prêter l’oreille, on entend seulement qu’en entend rien.
C’était comme si aucune chose n’existait plus nulle part, de nous à l’autre bout du monde, de nous jusqu’au fond du
ciel. Rien, le néant, le vide, la perfection du vide ; une cessation totale de l’être, comme si le monde n’était pas créé
encore, ou ne l’était plus, comme si on était avant le commencement du monde ou bien après la fin du monde. Et
l’angoisse se loge dans votre poitrine où il y a comme une main qui se referme autour du cœur. " C.F. Ramuz, Derborence
"Pays silencieux dont les prophètes se taisent, pays qui prépare son vin ; où les collines sentent encore la Genèse et ne
craignent pas la fin. " Rilke, Quatrains valaisans
"(.) il y a un trésor aussi grand que la houille blanche dans nos deux mille ans de silence, de grappe, de neige, de
patience, de clôture." Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité
"Au sein de cette atmosphère de profusion soudaine flotte une effervescence de sons, de cris, de chants plaintifs et
mystérieux qui envahissent une nature qui se réveille doucement. " Roland Clerc, www.faune-valais.ch
"Toute musique émouvait le cristal pur de l'azur ; tombée, elle rebondissait, frappait les monts plus durs que des rochers,
se propageait sans repos dans la plaine qu'elle remplissait jusqu'aux bords. Déjà le train roulait au loin dans l'espace que
se répercutaient encore, dans les glaces transparentes, ses saccades bourrues. Porté par l'hiver, le chant d'un merle eût
fait le tour du monde." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes

Document de travail / CoManaging 64


SONS et LANGUE

ƒ le havre de paix de la montagne : le dépaysement du silence et de sa pureté, orné de quelques sons de la


nature (suite)
> la neige qui étouffe les sons
" La neige lisse les paysages et feutre les reliefs; sous les nuées de flocons glacés, la montagne s’est mariée à l’hiver, elle a
revêtu son ample robe immaculée et elle déploie dans un profond silence sa grâce miraculeuse. " Roland Clerc, www.faune-
valais.ch
"Il y a d'abord le grand corps étendu de la plaine, rigide et dur sous l'écale de la neige, et silencieux malgré la présence
de son fleuve. Mais justement, le fleuve, sous la vague frileuse, s'est lui-même assoupi. Il somnole sous de transparentes
paupières et cache son tumulte dans les profondeurs sans voix. Silence, immobilité dans la plaine où rament parfois de
lents oiseaux.(..) Le froid procède comme la mort. Il nie le mouvement, étouffe les musiques ou les renvoie, quand il ne
peut les empêcher de naître , comme de vaines balles. Le passage d'un train dans la plaine gelée sonne comme une fanfare de
catastrophe. Aucun autre bruit ne fend le cristal pur du silence. En ce désert, le chant d'un merle ferait le tour du monde."
Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes

> le langage du vent


"le sifflement du vent sur les arêtes, ou du foehn dans la plaine" François Perraudin
"Si vous aimez le silence, le bruit du vent sur les crêtes rocheuses, le sifflement sur les arêtes enneigées, si vous êtes
passionné de nature et de liberté, vous apprécierez ces grands espaces de liberté." Roland Clerc, www.faune-valais.ch
"Combien je t'ai aimée, forêt, combien vous m'êtes chers, grands arbres de la montagne ! Si je devais mourir avant de vous
revoir, je sais que votre image serait à mon chevet. J'entendrais le balancement de vos cimes, le froissement des branches
que renverse un souffle de vent. Vous m'apportiez jusqu'au seuil du royaume le parfum de vos bourgeons, l'ombre de votre
fraîcheur ; le bercement de vos musiques m'accompagnerait un instant encore au-delà de la porte (..) Adieu, forêt ! Les vents
se lèvent. Ils tireront de tes cordes légères des mélodies inouïes. les branches chanteront dans les nuits désertes le
Requiem des pauvres morts." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Les jeunes filles ne tarderont plus qui les dépouilleront de leurs richesses avant que le fœhn, ce grand vent hurleur de
novembre, arrache leur feuillage dans un bruit de métal choqué." Maurice Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne
Document de travail / CoManaging 65
SONS et LANGUE
ƒ le havre de paix de la montagne : le dépaysement du silence et de sa pureté, orné de quelques sons de la
nature (suite)
> la faune dans toute sa diversité
"Les grands cerfs deviennent alors les fantômes de la forêt et le profond silence est brusquement déchiré par le brame
impressionnant des puissants herbivores. " Roland Clerc, www.faune-valais.ch
"Le silence (…) amplifié par le bruit de l’eau et enjolivé par le chant du coucou. Un moment d’intense jubilation (…). " Roland
Puippe, L’été suggéré, le Valais au fil de l’eau, supplément du Nouvelliste 7 juillet 2000
"Accompagnés par le piaillement des casse-noix et le chuintement des tétras-lyre, les torrent chantent leur joie de vivre. "
Roland Clerc, www.faune-valais.ch
" Les chouettes ont longtemps été considérées comme les auxiliaires maléfiques du diable et depuis la nuit des temps, elles
tiennent la race humaine sous leur charme. Dès le milieu de l’hiver, elles nous font pourtant entendre leurs chants envoûtants et
mélancoliques. (…) Leurs voix nocturnes sont assez discrètes pour la plupart, mais répétées inlassablement aux heures
les plus silencieuses de la nuit dans des régions où l’homme rarement s’aventure, elles doivent à leur poignante monotonie
cette espèce d’envoûtement étrange qui s’empare inévitablement de celui qui les écoute. " Roland Clerc, www.faune-valais.ch
"Au sein de cette atmosphère de profusion soudaine flotte une effervescence de sons, de cris, de chants plaintifs et
mystérieux qui envahissent une nature qui se réveille doucement. " Roland Clerc, www.faune-valais.ch
"Les abeilles sont folles. Elles roulent sur cette fragilité leurs gros abdomens, et l'on s'étonne qu'elles ne cassent rien. Les
amandiers sont vivants et sonores de ces milles présences laborieuses." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Les soirs de mai, des rossignols ivres de tendresse jettent leurs roulades comme des fusées d'argent dans le ciel ; des
pluies de petite monnaie retombent sur les feuillages des merisiers ; au long des nuits de juin et de juillet, le violon strident
des cigales s'aiguise sur les branches des taillis et prolonge jusqu'au matin des concerts pour les couleuvres paresseuses."
Maurice Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne

> les percussions de la roche


" Dans ce havre de paix, aucun bruit ne vient troubler la quiétude des lieux si ce n'est une pierre qui se décroche de temps à
autre des faces rocheuses réchauffées par le soleil. " Roland Clerc, www.faune-valais.ch
Document de travail / CoManaging 66
SONS et LANGUE
ƒ partout, la musique de l'eau, dans toutes ses registres, du murmure au mugissement
"Le chant (ou le tumulte) du torrent" François Perraudin
"Le chant des oiseaux et des ruisseaux" Gilberte Favre
"Le bruit de l'eau vive, le vent " Marc-André Berclaz
"L'eau qui s'écoule" Madeleine Wiget-Daly
"Le bruit des torrents" Jean-Daniel Rouiller
"Source de la vie, l’eau de la montagne joue son premier concert, les cliquetis des premières gouttes qui s’échappent des
névés accompagnent le murmure des ruisseaux qui sautent de pierre en pierre pour s’unir dans le grondement des cascades
et le rugissement des torrents fougueux. " Roland Clerc, www.faune-valais.ch
" Le seul bruit qui subsiste vous accompagnera toute la nuit : ce sont les eaux de la Borgne gonflées par la fonte des
glaciers " Alain Rebetez, l’Hebdo No 30, semaine du 27 juillet 2006
" L’eau en Valais est non seulement synonyme de torrents furibonds, de cascades bruyantes (…) " Emmanuel Reynard,
www.vs.ch/encyclo
"chansons des eaux sonores et aux carillons des églises " Maurice Zermatten, la Symphonie Valaisanne
" Le silence (…) amplifié par le bruit de l’eau et enjolivé par le chant du coucou. Un moment d’intense jubilation (…). " Roland
Puippe, L’été suggéré, le Valais au fil de l’eau, supplément du Nouvelliste 7 juillet 2000
" Accompagnés par le piaillement des casse-noix et le chuintement des tétras-lyre, les torrent chantent leur joie de vivre. "
Roland Clerc, www.faune-valais.ch
" Un message venait tout de même jusqu’à vous, c’est-à-dire une voix, racontant sans fin une vieille histoire jamais finie et
peut-être jamais commencée : c’est le Rhône qu’on ne voyait pas, c’est le Rhône qu’on entendait. (…) immémoriablement il
marmonne là, élevant la voix quand la nuit vient, la laissant tomber et faiblir à mesure que le jour grandit. " C.F. Ramuz,
Derborence
" des ballades de loisirs dans des forêts inondées de lumière, le long de ravins aux eaux mugissantes et sur des croupes
dégagées (…)" http://www.rother.de/titpage/4908.php
" Ses eaux laiteuses, ou dorées dans l’irisation de la clarté nue, grondaient parfois si fort que le monde frémissait. " Maurice
Zermatten, la Symphonie Valaisanne
Document de travail / CoManaging 67
SONS et LANGUE

ƒ partout, la musique de l'eau, dans toutes ses registres, du murmure au mugissement (suite)

> le "chant" du bisse


" Eau d’irrigation qui fait chanter les bisses " Emmanuel Reynard, www.vs.ch/encyclo
" Déjà tout gosse, j'écoutais le murmure du bisse coulant à deux pas de notre mayen; que d'heures passées à jouer dans
l'eau! " Philippe Werner, www.vs.ch/encyclo

ƒ rassurante par sa pérennité, la "petite musique" nostalgique des sons ancestraux : le "pouls" des
cloches d'église et les sonnailles des troupeaux
"Ceux des cloches des clochers & des vaches, le chant du merle, le cri de la mésange, le sifflement de la marmotte, le
silence de l'hiver…. " Christian Salamin
"Les cloches des troupeaux de reines." Armand Dussex
"Le son des cloches (cloches de l’église, cloches des troupeaux)." Jean-Bernard Moix
"Les cloches des vaches" Madeleine Wiget-Daly
"les cloches (des églises et des vaches)" Marc-André Berclaz
" … se mêlaient aux chansons des eaux sonores et aux carillons des églises " Maurice Zermatten, la Symphonie
Valaisanne
" et quand, au soir, les cloches de ses églises tintent mélancoliquement dans l’incendie du couchant, on a, très intime,
l’illusion d’un autre âge merveilleusement évoqué. " Charles Allet, Trésors de mon pays, Sion
"Le pays, blond de vin, se remplit d’un concert de cloches que lui font les bêtes au près " Robert Parlier, Feux d’automne
au Valais (document vidéo)

Document de travail / CoManaging 68


SONS et LANGUE

ƒ rassurante par sa pérennité, la "petite musique" nostalgique des sons ancestraux : le "pouls" des
cloches d'église et les sonnailles des troupeaux (suite)

"Tout le jour, de lents troupeaux errent sous les arbres et répondent aux musiques du monde. Les carillons du
printemps sont vifs et aigus. Ils marquent l'impatience de la fuite vers la montagne. Ceux de l'automne, en revanche,
ont la mélancolie des glas et la douceur des angélus du soir. Ils se propagent avec d'exquises précautions pour ne
pas fêler le cristal de midi. Un peu de vent les berce au-dessus des prairies et, jusqu'au déclin des heures, on écoute
tinter des cloches pures. (..)
Le sonneur est monté au clocher. Toutes les églises sonnent à la fois, au milieu des maisons noires. Elles s'appellent,
se répondent, chantent. D'un coin à l'autre de notre petit monde, surgissent les mélodies familières. Elles se balancent
dans rien du tout, au-dessus de la rivière, se mêlent, se confondent dans une grande rumeur que tout à coup dissipe
le silence." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Si nous devions avoir une doctrine, ce serait une doctrine de louange. C'est pourquoi les cloches sont enthousiastes.
Comparez, trinquez avec les pays voisins. Combien elles sont viriles, graves et gaies en Valais : framboises jetées dans
l'aire par les chapelles blanches, carillons comme du miel translucide, bourdons heureux et sombres ! ça coule sur les
mélèzes, ça envoûte la neige. On mène paître tout le bétail angélique avec de grosses sonnettes. Ces Trônes, ces
Dominations, ces Vertus des cieux gambadent par-dessus les toits dans les prés. Ils passent à travers les nuages comme
des génissons. Carillonne bien ! Nos anges ont des mufles retroussés, des poils, des ailes et même des cornes. Ils rient et
ils sont saints ! C'est leur nature chez nous. Et ils modulent un chant sans paroles. L'alléluia d'un village fait le tour du
monde sur un seul a – a – a." Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité
"Quand les carillons me venaient, ces soirs et ces matins de cloches, ces dimanches tout du long, ces fêtes ; le pays
entier pour des fêtes et des dimanches se mettant à parler en cloches, et elles aussi parlaient et parlent la langue d'oc,
qui est la langue que parlent les hommes". C.F. Ramuz, Chant de notre Rhône

Document de travail / CoManaging 69


SONS et LANGUE

ƒ forte présence musicale, des formes les plus traditionnelles aux innombrables festivals (cf. EQUIPEMENT
CULTUREL, ACTIVITÉS ET ANIMATIONS et CULTURE / AFFINITÉS ET TALENTS ARTISTIQUES)

"Les fifres et tambours" Madeleine Wiget-Daly


"Le Valais est un canton qui chante et qui fait de la musique : chorales et fanfares ont longtemps été seules à animer
les villages." Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo
" La musique instrumentale est aussi pratiquée depuis longtemps en Valais. Certaines traditions demeurent bien
vivaces." Michel Veuthey, www.vs.ch/encyclo
" En été, (..) les stations prennent le relais, offrant à leurs hôtes des séries de concerts, classiques ou
contemporains. Si les principaux festivals sont basés à Sion, Ernen et Verbier, ils essaiment dans chaque région.. (..)
Aujourd’hui, toutes les petites villes, et même plusieurs villages, se sont dotés d'une ou plusieurs salles de
spectacles, et organisent durant la saison d'hiver des concerts" Michel Veuthey, www.vs.ch/encyclo

> présence caractéristique des cuivres, notamment le cor des Alpes


"Cor des Alpes, ensemble de cuivres (brass-band)" Roland Imboden
"Le son du cor des alpes" Roland Vergères

> l'orgue de Valère


"L'orgue de Valère
L'orgue le plus vieux du monde bourdonne gronde
Comme un torrent en bas vers le fjord
Du miel sa tourmente ! " Maurice Chappaz, Vocation des fleuves

Document de travail / CoManaging 70


SONS et LANGUE

ƒ bilinguisme de part et d'autre de la "frontière" de la Raspille, à la hauteur de Sierre : Bas-Valais


francophone et Haut-Valais germanophone
62% de langue maternelle française, 28% de langue maternelle allemande, 10% autres (Le Valais en chiffres 2005)
"Cette partition linguistique a bien évidemment des répercussions sur le paysage culturel du Valais, notamment sur la
littérature" Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo

ƒ des accents "rocailleux", notamment dans les vallées


"L'accent est fort des deux côtés de la Raspille... les accents sont rocailleux quand on monte dans les vallées latérales
(Walliser Tütsch, patois évolénards, parlers des vallées, accents des vignes..." François Perraudin
"L'accent "rocailleux". Christian Salamin
"Il y a une osmose entre langues et populations; les Haut-Valaisans sont plus âpres et rudes, à l'image de leur dialecte"
Gilberte Favre
"Chaque région se caractérise par des accents particuliers : Martigny, Bagnes, Savièse, Hérens, Anniviers, le Haut. Chaque
valaisansreconnaît l'habitant de la vallée voisine à son accent." Christian Salamin
"Il y a des milliers d'accents…" Roland Imboden
"Le français parlé est truffé de germanismes, les accents vont s'atténuer mais ils existent encore fortement dans certains
villages à tel point qu'ils en deviennent incompréhensibles pour les francophones de l'extérieur. " Marc-André Berclaz
"Les accents de Martigny. Fully, Saxon, Riddes, Leytron, etc., sont particulièrement délicieux. Celui de Visperterminen est le
plus rocailleux du Haut-Valais (j'aime)" Madeleine Wiget-Daly
"Presque chaque village a son accent particulier et reconnaissable. Beaucoup d'expressions typiques issues du patois "
Armand Dussex

Document de travail / CoManaging 71


SONS et LANGUE

ƒ des accents "rocailleux", notamment dans les vallées (suite)

"S'il me fallait, dans une foule mêlée reconnaître un Sédunois à quelque trait commun prêté par la cité, je ne lui dirais
point : MARCHE, comme au Parisien ; CHANTE, comme au Napolitain ; BOIS comme au Polonais, encore que les
Sédunois ne se fassent point prier pour boire. Je lui dirais : Prononce le mot PLANTA. Tout l'accent de Sion, sa
rudesse saccadée, sa hâte qui mange la moitié des mots pour mieux peser sur l'autre, ses sautillements de
syllabe en syllabe qui font penser aux bonds de l'alpiniste traversant un pierrier, je les retrouve dans l'énoncé de
ce mot unique, qui évoque lui-même l'ardeur rigoureuse et blanche de l'été, le tohu-bohu coloré de l'automne et cette
musique aux rengaines interminables qui accompagne les balançoires et les carrousels. Qu'il soit de vieille ou de jeune
souche ; qu'il soit issu de l'antique baronnie, ou descendu, au temps de son père, d'un village maigre de la montagne ;
qu'il ait, remontant le Rhône, quitté quelque bourg du Bas-Valais, je saurai si cet homme est Sédunois à la lueur qui
passera sans son regard, à l'accent de sa voix quand il dira : PLANTA." Maurice Zermatten, Sion, capitale
aristocratique et paysanne

> et "chant" des noms de vins...


"Ecoutez seulement ces noms qui chantent dans les caves sédunoises : le fendant, l'amigne, l'arvine, la dôle, la
malvoisie…" Maurice Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne

Document de travail / CoManaging 72


SONS et LANGUE

ƒ nuisances multiples de l’activité humaine


"les turbines des FA-18, malheureusement en certaines périodes, le bruit de l'activité humaine qui emplit la vallée au
lever du jour." François Perraudin
"et…les avions militaires." Marc-André Berclaz
"Durant ces dernières années, les nuisances de l'aéroport de Sion sont devenus de plus en plus insupportables.
Les vols militaires et civils nuisent gravement à la santé des habitants du Valais. Le bruit excessif constitue une gêne
importante pour toutes les activités, nuit à la concentration des enfants et dérange l'immense majorité de la population et
des touristes. (..) 80'000 personnes atteintes par les nuisances de l'aviation militaire en Valais central! C'est le
chiffre avancé par Antoine Jacquod, responsable de la base militaire de Sion, dans le Nouvelliste du lundi 30 janvier 2006,
page 17. (...un bassin de population de 70'000 à 80'000 personnes touchées par le bruit des avions...) " www.aras.ch
"La France n'est pas le seul pays à subir les méfaits du tourisme motorisé en montagne. En Suisse et en Italie aussi
les moteurs règnent, d'autant plus que contrairement à la France, l'héliski n'est pas interdit. "
http://france.mountainwilderness.org
" Concernant le chemin de fer: " Les mesures pour lutter contre le bruit sur le tronçon St. German - Brigue vont être
nettement améliorées (…) " www.uvek.admin.ch
" Le Conseil fédéral est prié d'intervenir dans le cadre de la NLFA Alptransit Lötschberg/Simplon pour que des mesures
de protection contre le bruit soient mises en oeuvre entre Rarogne et Brigue, dans le but de protéger efficacement la
population contre le bruit des trains, compte tenu de la situation particulière créée par la conjonction de deux lignes
ferroviaires internationales. " http://search.parlament.ch

Document de travail / CoManaging 73


SONS et LANGUE

ƒ le bois matière sonore

> dans l'habitat


"Maison de bois
Craque, craque" S. Corinna Bille, Mayen, La montagne déserte

> la "plainte" caractéristique du pressoir


"Mais, plus haut et plus fort, quoique plus sourdement, comme par-dessous ces autres bruits et cependant les dominant,
c'était un long craquement rauque, une plainte continuelle, un sourd gémissement jamais interrompu, dont les
fondements mêmes de la maison finissaient par être ébranlés, tandis qu'il montait jusqu'au toit à travers les cloisons et
les murs avec ses secousses, comme quand il y a un tremblement de terre. Et on avait cette plainte sous ses pieds, dans
son dos, on la percevait tout ensemble avec les oreilles et le corps par une présence en même temps extérieure et
intérieure, - quand ça chante, ça grince, ça craque, ça soupir, ça gémit (..) L'inlassable pressoir n'arrête pas de faire
entendre sa plainte au fond de mon souvenir, accompagnée du monotone crépitement du cran d'arrêt tombant entre
les dents de la roue d'engrenage." C.F. Ramuz, Vendanges
"La corde s'enroulant, puis se déroulant autour du treuil poli par elle et qui luisait aussi au-dessus des deux manivelles ; -
l'inlassable pressoir avec son inlassable bruit, et qui est là à midi, qui est là encore le soir ; qui était là quand on partait
pour la vigne, qui était là quand on en revenait ; dernier bruit qu'on entende avant de s'endormir et le premier quand on
s'éveille ; que je me trouve mêlé à mes sommeils d'enfant, et jusqu'à mes rêves d'enfant." C.F. Ramuz, Vendanges
"Deux sonorités différentes montaient des cuves, l'une pleine, l'autre presque vide : dans celle-là, c'était comme si
on comptait les secondes une à une, c'était un bruit d'horloge ou de pendule ; l'autre faisait entendre un petit rire
continuel." C.F. Ramuz, Vendanges

Document de travail / CoManaging 74


SONS et LANGUE

ƒ et une ponctuation amicale (et spécifique..) : le klaxon du car postal


"Le klaxon des bus postaux" Madeleine Wiget-Daly
" Le car postal et son fameux klaxon à trois tons Chaque enfant et chaque adulte connaît la musique à trois notes
– "do dièse-mi-la" du klaxon. Saviez-vous qu’elles ont été reprises du mouvement andante de l’ouverture du
"Guillaume Tell" de Rossini? A l’époque des diligences, on entendait au loin les postillons sonner du cor. Aujourd’hui,
il a été remplacé par ce klaxon à trois tons. " www.carpostal.ch
" Chaque Suissesse, chaque Suisse et presque tous ceux qui viennent visiter notre pays connaissent les
trois notes joyeuses, mais non dépourvues de noblesse, lancées par le car postal. " Moritz Leuenberger, Conseiller
fédéral Chef du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication,
www.carpostal.ch
" Quelle belle harmonie se dégage de ce message. Puissent ces trois notes résonner encore longtemps dans les
vallées de notre pays. Trois notes que nous nous plaisons à fredonner. " Moritz Leuenberger, www.carpostal.ch

Document de travail / CoManaging 75


SONS et LANGUE

Nature torrents et rivières de montagne, rivières, oiseaux, vaches, cerfs, vent et


arbres, avalanches
Industrie et transport trains, aéroport, sulfatage des vignes en hélicoptère, stands de tir
Silence Neige, montagne)
Musique cor des Alpes, chœurs et chorales, fanfares, guggenmusik et carnavals,
Irish Festival, Festival de l’orgue ancien, Festival Tibor Varga…
Présence spirituelle cloches, orgues, résonance architecture religieuse et musique sacrée
Particularismes échos, dynamitage anti-avalanches, klaxon trois tons des cars postaux,
sirènes d’annonce de catastrophes telles que barrage de la Grande Dixence
qui cède, résonance/un son qui enveloppe/multidirectionnel…)
Mélodies cloches du bétail, canaux, oiseaux

Langue : accent, prononciation accents variés d’une vallée à l’autre et plus ou moins forts, deux langues
dominantes français/allemand, diminution de la présence de très nombreux
dialectes et patois locaux, allemand "rocailleux", vocabulaire et expressions
typiques issus des patois locaux

Document de travail / CoManaging 76


LUMIÈRE
"Qu'est-ce qu'il y a d'impérissable en Valais ? Eh bien ! la lumière :
celle si belle en février sur tous les coteaux, cette rose ardente vers le soir
ou cette blancheur entre soie et flamme qui court sur les taches de neige dans le matin.
Et puis elle est aussi dans les hommes. " Maurice Chappaz

"Un balcon sur les Alpes où la lumière rayonne comme nulle part ailleurs" www.crans-ambassador.ch

"Généralement exempt de nuages bas, le ciel du Valais se distingue par son intense luminosité" www.histoireduvin.ch

"Il faisait vaporeux et calme ; l’air était couleur de blé mûr. Cette même couleur emplissait toute la vallée…"
C.F. Ramuz, Derborence

"D'abord ce ruissellement de soleil dans la vallée sous un azur délicat, puis cette douceur de plans fondus
en une brume dorée qui laisse deviner les choses sous de transparentes gazes.
Rien de dur – une sorte de brouillard très fin, arborisé de mille silhouettes pâles, peuplé de toits aux formes vagues,
de clochers, de tours, d'inconsistantes fumées. Tout un monde merveilleux de fluidité sur quoi glisse le printanier soleil.(..)
cette délicatesse de mille teintes mêlées dans l'or qui les harmonise et qui les fond. (..)
on cherche à imprégner sa rétine de couleurs, de nuances et d'émerveillement :
A peine a-t-on baissé les paupières qu'il ne reste dans le souvenir qu'une vibration de métal,
qu'un tremblement de poussière émerveillé." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes

"Là-haut, tout là-haut, ces guetteurs d'aurore [les glaciers] et ces premiers miroirs où vient se prendre le soleil, et ces
miroirs derniers où il joue encore quand il est disparu pour nous "
CF. Ramuz, Vues sur le Valais

"les illusions de l'optique, les pointes des monts différemment éclairées,


le clair-obscur du soleil et des ombres, et tous les accidents de lumière qui en résultoient le matin et le soir.."
G. Lory, Voyage pittoresque de Genève à Milan par le Simplon, 1811
Document de travail / CoManaging 77
LUMIÈRE

Intense luminosité et pureté :


une lumière unique, méridionale,
source d’inspiration et de bien-être

ƒ une lumière unique : intense luminosité méridionale et pureté … qui rayonne "aussi dans
les hommes
ƒ lumières changeantes sous les jeux du soleil
> théâtre permanent de jeux d'ombres et lumières : dialogue singulier entre la lumière, les plans et
les reliefs
> effets de réverbération, de métallisation jusqu'à l'éblouissement sur la matière, notamment les
eaux, la neige et la glace
ƒ subtiles transparences des lumières d'automne, comme des estampes asiatiques
ƒ conjonction magique du soleil et de l'humidité : une vapeur d'or dans l'air
ƒ palpitations de "lumière végétale"
ƒ couchers de soleil exceptionnels sur les sommets
ƒ une lumière inspirante, entre autres à l'origine d'une école de peinture

Document de travail / CoManaging 78


LUMIÈRE

ƒ une lumière unique : luminosité méridionale et pureté … qui rayonne "aussi dans les hommes"
" La lumière vient sur le territoire de manière extrêmement intéressante, d'une manière absolument unique." Anne Marti
"Où que l'on soit, les lumières sont particulières" Anne Martin
"C'est vrai, et cela même quand l'on ferme les yeux" (!) Sylvine Eberlé
"Une des raisons du retour en Valais des Valaisans qui en étaient partis, c'est le brouillard qu'ils trouvent ailleurs : les
Valaisans ont un besoin physique de luminosité"
"L’intensité de la lumière" Gilberte Favre
"A quoi est due cette lumière exceptionelle qui a attiré les peintres dans le côteau de Savièse ? La pureté de l'air due à
un bon brassage par les vents thermiques (brise de montagne ou de la vallée du Rhône) et l'absence de centres industriels
importants en sont peut-être la raison. Cette lumière est caractérisée par une vivacité et une intensité des couleurs qui
donnent au paysage un éclat particulier." Armand Dussex
"Une clarté empreinte de rayon de soleil" Roland Vergères
"Qu'est-ce qu'il y a d'impérissable en Valais ? Eh bien ! la lumière : celle si belle en février sur tous les coteaux, cette rose
ardente vers le soir ou cette blancheur entre soie et flamme qui court sur les taches de neige dans le matin. Et puis elle est
aussi dans les hommes. " Maurice Chappaz
"Cette lumière d'éclipse si particulière à ce pays" René Auberionois
"Un balcon sur les Alpes où la lumière rayonne comme nulle part ailleurs " www.crans-ambassador.ch
"La luminosité particulière d'août apparaît, laissant présager d'un bel automne. " Benoît Dorsaz, www.benoit-dorsaz.ch
"L'intimité du bar ainsi que la terrasse et le jardin d'hiver, baignés par cette luminosité propre au Valais, permettent à
chacun de teinter, selon son inspiration, ses moments d'évasion. " http://www.zghotels.ch
"Sidérés, nous nous étions gavés d’air frais de la montagne et de la luminosité du plafond azuré " http://www.aliaco.com

Document de travail / CoManaging 79


LUMIÈRE

ƒ une lumière unique : luminosité méridionale et pureté … qui rayonne "aussi dans les hommes" (suite)
"Splendeur de ce monde inondé des plus lointaines lumières… " Maurice Zermatten, la Symphonie Valaisanne
"La vieille ville de Sion un après-midi d'avril piquant de bise: une lumière méridionale qui s'accroche aux façades
crépies et traînes sur les toits. " Catherine Martinson, www.cath.wordpress.com
"Etait-ce bien l'automne, cependant, que cette absolue fidélité du soleil, cette franchise de la lumière? L'été ne se
prolongeait-il pas au-delà de ses limites régulières, ayant seulement émoussé ses pointes, ayant seulement doré sa
lumière? Les vendanges sont finies." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Généralement exempt de nuages bas, le ciel du Valais se distingue par son intense luminosité " www.histoireduvin.ch

ƒ lumières changeantes sous les jeux du soleil

> théâtre permanent de jeux d'ombres et lumières : dialogue singulier entre la lumière, les plans et les
reliefs

"Les reliefs font cette espèce de lumière qui s'infiltre et qui coupe. Il y a, en face d'Evolène dans le village de Lannaz,
des cultures en terrasse exactement comme ça se fait en Asie, et c'est tout un pan de montagne en culture en terrasses
et ces terrassements prennent la lumière de manière très particulière, chaque terrasse prend une couleur différente,
par exemple les pyramides d'Euseigne." Anne Marti
"Les jeux du soleil à l'aube et au crépuscule, et lorsque la lune s'en mêle, la nature sauvage sublimée, les contrastes
entre l'ubac et l'adret à l'automne." François Perraudin

Document de travail / CoManaging 80


LUMIÈRE

ƒ lumières changeantes sous les jeux du soleil (suite)

> théâtre permanent de jeux d'ombres et lumières : dialogue singulier entre la lumière, les plans et les
reliefs (suite)
" On en voit parfois les prémices dans le ciel avec l’astre solaire qui nous gratifie d’extraordinaires couleurs. En d’autres
occasions, ce sont plutôt les cimes célestes qui nous illuminent de toutes leurs beautés avec des éclairages faits
d’ombres et de lumières qui éclaboussent la montagne de couleurs chatoyantes." Roland Clerc, www.faune-valais.ch
"On voyait les grandes montagnes qui commençaient à briller dans les hauteurs de l’air rendues à leur limpidité. "
C.F. Ramuz, Derborence
"Ajoutez à tout cela les illusions de l'optique, les pointes des monts différemment éclairées, le clair-obscur du soleil et
des ombres, et tous les accidents de lumière qui en résultoient le matin et le soir..." G. Lory, Voyage pittoresque de
Genève à Milan par le Simplon, 1811
"Et, de nouveau, tout là-haut, au-dessus des parois, des pentes, des grandes gorges pleines d'ombre, et comme au-
dessus des choses du monde, - les sept Dents du Midi qui brillaient toutes blanches dans les régions du pur éther." (..)
Il commençait à faire nuit sur la plaine et sur le vignoble, pendant que les montagnes attendent un moment encore,
disant : "Ce n'est pas notre tour", puis leur tour vient pour finir. Les sept Dents du Midi étaient comme des lampes, un
moment encore, au-dessus de nous et de la nuit ; mais l'huile baissait dans ces lampes. On les apercevait par les petites
fenêtres percées à ras de terre sous le plafond, éclairer, puis n'éclairer plus, devenir grises en même temps que l'air,
puis se confondre avec lui." C.F. Ramuz, Vendanges

Document de travail / CoManaging 81


LUMIÈRE

ƒ lumières changeantes sous les jeux du soleil (suite)


> effets de réverbération, de métallisation jusqu'à l'éblouissement sur la matière, notamment les eaux, la
neige et la glace
"Le brillant d’une rivière glacée." Sylvine Eberlé
"Le soleil après un orage ou sur la neige dans un espace vierge." Christian Salamin
"La lumière sort du paysage; elle est reflétée par le paysage et elle change sans arrêt." Madeleine Wiget-Daly
"La force de la lumière : elle est toujours focalisée par des "miroirs naturels" coteau/flanc de vallée/collines/montagnes, ses
ombres pour les mêmes raisons." Marc-André Berclaz
"Image d'un verger giclé contre le gel un matin de mars : le soleil vient d'arriver; la lumière à ce moment précis rendait le
paysage tout simplement féerique; Une heure plus tard, c'était fini, tout avait disparu." Madeleine Wiget-Daly
" Avec leurs champs de neige qui scintillent et qui s’offrent comme une nappe de sel dont la surface cristalline vous scarifie
les doigts… (Journal et feuille d’avis du Valais 2 nov. 1937) " Gilberte Favre, Mémoire de Sion la vie quotidienne 1850-1950
" (…) dégringole à travers la côte raide et les vignes jusqu’au Rhône qui vous frappe soudain en pleine figure avec son feu
blanc. " C.F. Ramuz, Derborence
"Dehors, sous le soleil éblouissant de midi, le vignoble se dore. Le rocher est gris argent. (Bojen Olsommer, Au Mont d’or)
" Au livre d’or des grands vignobles, Le Domaine du Mont d’Or
"l'heure vient, c'est l'heure du soir. Ce qui était blanc change de couleur (..) Ce qui était pâle s'argente et l'argent se
réchauffe, tourne au jaune, resplendit. Des champs de boutons d'or, des champs de pâquerettes ; c'est la couleur de
l'esparcette, puis la couleur du trèfle qui mûrit" CF. Ramuz, Vues sur le Valais
"Là-haut, tout là-haut, ces guetteurs d'aurore [les glaciers] et ces premiers miroirs où vient se prendre le soleil, et ces
miroirs derniers où il joue encore quand il est disparu pour nous : ces taches roses dans le ciel, puis violettes, puis qui
pâlissent, s'assombrissent, prennent la lividité du visage des morts." CF. Ramuz, Vues sur le Valais
"Cette nuit, le gel montera de la plaine et suspendra, le long des ruisseaux, des verroteries luisantes." Maurice Zermatten,
Les saisons valaisannes
"L'œil d'un côté qui va à la recherche de (..) tous les effets d'eau, de soleil, de neige, l'œil fouille les sources" Maurice
Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité
Document de travail / CoManaging 82
LUMIÈRE

ƒ lumières changeantes sous les jeux du soleil (suite)

> effets de réverbération, de métallisation jusqu'à l'éblouissement sur la matière, notamment les
eaux, la neige et la glace (suite)

"Chaque matin, les cimes étincellent sous la neige, chaque jour le soleil refoule encore l'hiver descendant.(..) La
mort, c'est cette robe pâle qui vêt les monts et chaque nuit se rapproche des villages. Il faut se hâter pour ne point se
laisser surprendre. (..)
15 mars Encore une matinée sans ride au-dessus de la plaine bleue. Collines et talus portent ces bouquets fragiles, ce
poudroiement de neige, ces arbustes que le givre semble avoir serti de pierreries. Etonnant contraste, ainsi, de la
côte, encore nue et pierreuse, montrant sa texture de roches, sa pauvreté extrême de rocaille partout apparente, et
l'exquise grâce Pompadour de ces houppes de fleurs, de ces miniatures de printemps. (..)
12 mars Matinée divine ! La lumière est rose et violette sur les vignes, bleue contre les murailles légèrement
humides parce que la nuit a été fraîche et la tiédeur du soleil dissipe une gelée à peine visible." Maurice Zermatten,
Les saisons valaisannes

Document de travail / CoManaging 83


LUMIÈRE

ƒ subtiles transparences des lumières d'automne, comme des estampes asiatiques


"J'ai souvent eu des réflexions de gens qui venaient et qui regardaient en automne depuis Sion vers le Bas-Valais, et tous
ces gens là me parlaient de paysages chinois; vous avez une lumière translucide qui descend vers le Chevallard, des
rideaux de lumière qui descendent comme des estampes chinoises, avec une superposition de plans en perspective
et très nets, du foncé au clair. C'est très spectaculaire, surtout à l'automne et quand vous regardez vers l'ouest."
Jacques Lathion
"Chaque jour, le soleil raccourcit son parcours (..) Rien n'est plus pareil à ce qui fut hier, ni les bois, ni les champs, ni les
hommes. Est-ce la lumière qui modifie de la sorte le visage de la création ? La lumière était blanche, si intense qu'elle
éblouissait. Elle est blonde et mesurée ; elle joue délicieusement avec de longues ombres bleues réapparues." (..)
"Il semble un peu que le ciel nous visite. On ne saurait souhaiter ni plus de douceur, ni plus intime joie de vivre. La grâce
est partout, dans la lumière, dans les lignes moins nettes du paysage, dans la forme des choses dont la naissante
imprécision incline au rêve, dans les couleurs fondues et qui contrastent avec les oppositions inhumaines de
l'été. On marche, le matin, sur des tapis de brume, si souples qu'on ne se lasse pas d'aller." Maurice Zermatten, Les
saisons valaisannes
"L'automne adoucit de ses brumes, aujourd'hui, la rigueur des lignes trop tendues ; la montagne dérobe la précision
de son visage derrière une voilette qui lui restitue son mystère ; les plans des collines et des monts se fondent au loin"
Maurice Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne

Document de travail / CoManaging 84


LUMIÈRE

ƒ conjonction magique du soleil et de l'humidité : une vapeur d'or dans l'air


"L’espèce de vapeur couleur froment qui était autour d’eux (c’était la légère brume des matins de beau temps ou bien si c’est
déjà l’approche de l’automne ?) se dissipait, se défaisait sans qu’il y eût le moindre souffle d’air, et elle n’était ni soulevée, ni
déchirée ; elle se déposait plutôt comme quand il y a une poudre fine en solution dans un liquide." C.F. Ramuz,
Derborence
"Il faisait vaporeux et calme ; l’air était couleur de blé mûr. Cette même couleur emplissait toute la vallée… " C.F. Ramuz,
Derborence
"J'ouvre la fenêtre : D'abord ce ruissellement de soleil dans la vallée sous un azur délicat, puis cette douceur de plans
fondus en une brume dorée qui laisse deviner les choses sous de transparentes gazes. Rien de dur – une sorte de
brouillard très fin, arborisé de mille silhouettes pâles, peuplé de toits aux formes vagues, de clochers, de tours,
d'inconsistantes fumées. Tout un monde merveilleux de fluidité sur quoi glisse le printanier soleil." Maurice Zermatten,
Les saisons valaisannes
"Mais rien n'est plus soluble que cette délicatesse de mille teintes mêlées dans l'or qui les harmonise et qui les fond. On
ouvre les yeux tout grands, on regarde, on cherche à imprégner sa rétine de couleurs, de nuances et d'émerveillement : A
peine a-t-on baissé les paupières qu'il ne reste dans le souvenir qu'une vibration de métal, qu'un tremblement de
poussière émerveillé." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes

ƒ palpitations de "lumière végétale"


"Elle pleure la vigne ! Les ceps tordus dans leur gros geste de caresse deviennent tout noirs et humides. La goutte brillante est
la sève. La vigne débourre avec ses pousses infiniment délicates, bien plus fragiles que du verre et pavoise de mille petites
ailes très vertes, très fauves: Rhin ou Fendant. Regardez les parchets le matin vers le levant : la lumière palpite derrière les
feuilles tendres, elle vibre, pervibre en transparence. Contre la terre grise et nue, cette espèce de moraine et de déluge qui
se solidifie, où la première violette depuis un mois s'est frottée, le soleil danse, il voltige parmi les plants. La Vigne se
prépare comme la Vierge en son adolescence. Elle est visitée. Elle est traversée de rayons, elle a reçu les germes de la
floraison." Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité
Document de travail / CoManaging 85
LUMIÈRE

ƒ couchers de soleil exceptionnels sur les sommets


"Effectivement on trouve des couchers de soleil partout, mais on a tous les soirs de ces couchers de soleil sur le
Wildhorn" Jacques Lathion
"Il y a quelques jours à peine, les villageois engrangeaient les dernières gerbes de seigle. Le soleil accomplissait une
longue course dans le ciel, se levant tôt, derrière nous, prolongeant sous nos yeux une agonie magnifique." Maurice
Zermatten, Les saisons valaisannes

ƒ une lumière inspirante, entre autres à l'origine d'une école de peinture


"Il n'y eut pas exclusivement des écoles de peinture mais aussi des individuels comme Edmond Bille ou de Palézieux
etc. de nombreux peintres qui se sont installés en Valais , attirés par cette lumière des Alpes, d'automne en
particulier." Hermann-Michel Hagmann
"l'artiste fut immédiatement séduit, tant par les paysages s'offrant à la douce caresse d'une lumière à nulle autre
pareille." Jean-Daniel Varone, www.culturactif.ch
" Mais le plus important est que ce lieu, (…) ait inspiré des œuvres durables; que ces gens, sa lumière et son âme
aient nourri et fécondé les créations artistiques d’un groupe de peintres, qui ont donné corps, peut-être sans le vouloir,
à l’école de Savièse. " Bernard Wyder, payssage, un peu des peintres de Savièse dans les collections municipales

Document de travail / CoManaging 86


CLIMAT

"à la limite idéale où s'affrontent, avec complicité, le soleil et la glace, le nord et le midi." www.matterhornstate.com

"Des contrastes qui se retrouvent aussi bien dans le climat que dans le paysage :
d’un côté la chaleur et les contrées méditerranéennes,
de l’autre le froid mordant du Grand Nord avec ses glaces et ses neiges éternelles" Michel Clavien, www.vs.ch/press

"l’altitude joue un rôle important sur les températures et les précipitations. (…)
Cette variabilité selon l’altitude s’associe à une variabilité géographique
pour offrir un climat très contrasté selon les régions." Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo

"Le Valais jouit d’un climat assez exceptionnel,


que l’on peut qualifier de microclimat méditerranéen, pour être au cœur des Alpes,
l’été est chaud, sec et très ensoleillé, tandis que l’hiver est froid, neigeux et très souvent ensoleillé. (..) Avec
deux fois moins de précipitations que le Plateau, le Valais est la région la plus sèche de Suisse." Anne
Michellod, www.vs.ch/encyclo

"L'été chauffe sa forge." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes

"On parle des bleus de Provence, mais il y a le bleu valaisan" Anne Martin

"La qualité de l'air; ici les vents dégagent et purifient l’air" Alain Barbey

"Il y les vents d’est-ouest; si le foehn souffle, ça dégage, ça nettoie quand même l'air,
mais la question de l'air pur devient problématique." Frédéric Zuber
Document de travail / CoManaging 87
CLIMAT
Un peu à l'image du caractère des Valaisans…
un climat particulier à cause de la configuration du territoire :
chaud et exceptionnellement ensoleillé comme un climat méditerranéen,
extrêmement contrasté comme un climat continental, et très "local"
avec des variations quotidiennes et saisonnières importantes

ƒ un climat particulier à cause de la configuration du territoire


ƒ canton le plus ensoleillé de Suisse : ensoleillement exceptionnel et sécheresse de climat méditerranéen
> ciel le plus souvent dégagé : une présence prégnante et colorée, en particulier spécificité et notoriété
d'un "bleu valaisan"
ƒ contrasté comme un climat continental : des saisons et une amplitude de température très marquées,
voire extrêmes
ƒ un climat très "local" avec des variations quotidiennes et saisonnières importantes : du glacier à la
prairie sèche, différent à très peu de distance selon les régions, en fonction de l'altitude et de
l'exposition
ƒ présence du vent, notament le foehn, un vent chaud typique
ƒ des "jeux de brouillard", surtout dans la plaine, et parfois de spectaculaires "mers de brouillard"
ƒ une qualité d'air pur renommée, mais aujourd'hui une préoccupation à cause de la pollution et un sujet
sensible car touchant un facteur d'attractivité du Valais
ƒ mélancolie des demi-saisons dans un pays qui aime les extrêmes…
ƒ un climat à la source de nombreux dangers naturels que l’homme tente de circonscrire :
ƒ dangers naturels accrus à cause du réchauffement climatique sur un territoire déjà "à risques"

Document de travail / CoManaging 88


CLIMAT

Données objectives

ƒ 1er rang des régions les plus ensoleillées de Suisse


ƒ nombre d'heures d'ensoleillement par an = environ 2100 heures
ƒ température moyenne annuelle est de 10°C en plaine
ƒ extrêmes de température : Les minima et maxima absolus de la période 1901-1960 furent respectivement
de –17 et 35°C à Sion, de –24° et 30°C à Zermatt et de –29 et 34°C à Reckingen, dans la vallée de
Conches.
ƒ Le canton est paradoxalement à la fois le pôle de sécheresse de la Suisse et sa plus grande réserve
d’eau
ƒ précipitations :
pluviométrie 600mm annuels inférieure à la moyenne nationale (800 mm/an)
grandes variations spatiales des précipitations. Si la pluviométrie annuelle atteint à peine 600 mm d’eau
dans le Valais central et dans la région de Viège, elle dépasse 2,30 mètres d’eau au Grand St-Bernard et
3,50 mètres au Jungfraujoch.
ƒ forte évaporation évaluée à 580mm par an à Brigue, 450mm à Zermatt, 410mm à Grächen, 550mm en
plaine dans le VS central
ƒ présence de brumes et brouillards
ƒ phénomène météorologique particulier : le Foehn, un vent sec et chaud qui vient du Sud, chassant les
nuages et garantissant un taux d’ensoleillement particulier

Document de travail / CoManaging 89


CLIMAT

ƒ un climat très particulier à cause de la configuration du territoire


Le Valais est enserré de toutes parts par de hautes chaînes de montagne en hiver qui constituent de véritables
barrages et s’opposent à la circulation des masses d’air humide

"Nous ne souffrons pas tellement de la canicule en été parce que les nuits sont fraîches grâce effectivement à la
géographie valaisanne."
"Le caractère du Valaisan dépend beaucoup du climat; je pense que pour la plupart des Valaisans travaillant ici, si nous
partons travailler dans d'autres cantons dans des zones à brouillard, je pense que le caractère va se tempérer aussi, ici, on ne
connaît presque pas le brouillard." Pierre Devanthéry
"Marqué par sa destinée de "Royaume des vacances", sa chance fut de naître à la limite idéale où s'affrontent, avec
complicité, le soleil et la glace, le nord et le midi. " www.matterhornstate.com
" Avec un climat à nul autre pareil " Claude-Henri Carruzzo, Cépages du Valais
" Le climat valaisan se distingue de celui d’autres régions du pays. Les chaînes de montagnes bien hautes que 4000 m
sur les deux versants gênent les vents du gradient, dépendants du soleil, qui voudraient s’accumuler dans la vallée
principale. Ils doivent franchir les remparts montagneux extérieurs. Les vents du sud-ouest perdent ainsi leur humidité.
C’est ce qui fait de la vallée du Rhône la contrée la plus sèche de Suisse, ce qui confère au verger et jardin potager le plus
important du pays — avec notamment ses vignes et ses champs de poiriers ou d’abricotiers — son caractère exceptionnel."
Michel Clavien, www.vs.ch/press
" Pourquoi si peu d’eau en plaine et sur le coteau ? La faute aux Alpes Bernoises et aux Alpes Valaisannes qui
constituent deux hautes barrières climatiques qui forcent les vents d’ouest et du sud à s’élever et à décharger leur eau au
nord et au sud des Alpes ! " Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo
"Cette situation est favorisée par l’encaissement de la vallée du Rhône entre deux hautes chaînes de montagnes faisant
obstacle aux perturbations tant méditerranéennes qu’atlantiques." www.maragnene.ch/valais

Document de travail / CoManaging 90


CLIMAT

ƒ ensoleillement exceptionnel et sécheresse de climat méditerranéen, "avec de la neige en hiver"


Ce qui lui permet d'être une région viticole et fruitière assez importante.
"Climat sec et ensoleillé" Jean-Bernard Rouvinez
"Un climat méditerranéen" Christine Roduit
"Nous avons les mêmes taux d’ensoleillement qu'à Locarno, mais avec trois fois moins d’eau" Hermann-Michel Hagmann
"Beau temps, ensoleillement, douceur, clémence"
"C'est le climat typique des vallées internes des Alpes qui se différencie du climat du reste de l'Europe occidentale. Ce climat est
de type méridional nuancé toutefois par l'altitude. Il est caractérisé par des précipitations faibles (augmentant toutefois
avec l'altitude) et un ensoleillement exceptionnel." Armand Dussex
"Un climat sec et ensoleillé avec de la neige en hiver. Des soirées étoilées" Roland Vergères
"La moyenne annuelle des précipitations à Sion est de 599 millimètres. Ce qui se compare avec 832 millimètres à Genève,
1152 à Montreux ou encore 600 à Colmar, 813 à Dijon et 900 à Bordeaux." Bernard Arnould, In vino veritas, site chazallet.com
"Fascinant pays de contrastes, situé au coeur des Alpes, où le climat est exceptionnellement doux et l'ensoleillement
nettement au-dessus de la moyenne." www.matterhornstate.com
"La durée d’ensoleillement élevée marque le Valaisan et son environnement comme nul autre dans ce pays." Michel
Clavien, www.vs.ch/press
"Le Valais jouit d’un climat assez exceptionnel, que l’on peut qualifier de microclimat méditerranéen, pour être au cœur des
Alpes, l’été est chaud, sec et très ensoleillé, tandis que l’hiver est froid, neigeux et très souvent ensoleillé. D’ailleurs, la ville
de Sierre porte sur son drapeau le soleil qui pourrait aussi figurer sur le drapeau valaisan . (..) Avec deux fois moins de
précipitations que le Plateau, le Valais est la région la plus sèche de Suisse." Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo
"Le Valais est réputé comme l’endroit le plus sec et le plus ensoleillé de Suisse. Stratus, grêle et brouillard sont
extrêmement rares. Très caractéristique du Valais, le foehn, ce vent chaud et sec, joue un rôle très actif, notamment en
automne, secondant le soleil dans la maturation des raisins et des fruits. " Michel Logoz, www.agrivalais.ch

Document de travail / CoManaging 91


CLIMAT

ƒ ensoleillement exceptionnel et sécheresse de climat méditerranéen, "avec de la neige en hiver" (suite)


"Les pierres des murailles, sous les tablards de seigle et de vigne, se chauffaient à blanc dans la canicule… " Maurice
Zermatten, la Symphonie Valaisanne
"L'été chauffe sa forge. (.) La rigueur du soleil dévaste le monde. Il fallut arroser, arroser le jour, arroser la nuit,
monter, descendre, monter. Jours ardents, nuits chaudes de canicule dans la chambre étouffante, cantique de la
lumière, silence torride martelé par le grattement des cigales" Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"C'était dur, c'était fatiguant ; il faisait froid, il faisait sombre ; tout à coup, le soleil se montrait et des rires y ont
répondu. (..)
Un grand soleil était venu sur nous, il nous pardonnait (c'est bien le seul mot qui puisse servir), nous mélangeant les
uns aux autres." C.F. Ramuz, Vendanges

> ciel le plus souvent dégagé : une présence prégnante et colorée, en particulier spécificité et
notoriété d'un "bleu valaisan" (cf. COULEURS)
"On parle des bleus de Provence, mais il y a le bleu valaisan." Anne Martin
"Des ciels plus bleus qu'ailleurs" Guide du Routard
"Quelle heure est-il ? Notre horloge, maintenant, c'est le cadran du ciel, si bleu, si propre, chaque matin, qu'il
ressemble à la mer. Mais qui donc l'a renversée? Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Ciel diaphane des aurores fraîches, ciel de plomb des étés torrides, ciel d’azur des automnes lumineux, ciel
soutenu par l’arête des montagnes, barrière souvent infranchissable pour les nuages mais qui, par quelques ouvertures
vers le sud, laisse passer le foehn, ce vent chaud qui vient de la mer. " Claude-Henri Carruzzo, Cépages du Valais
"Sous un ciel invariablement bleu, une fine église de pierre nue, portée très haut au-dessus de la plaine par le rocher
gris, semble née de ce rocher comme la fleur naît de la tige." Maurice Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne

Document de travail / CoManaging 92


CLIMAT

ƒ contrasté comme un climat continental : des saisons et une amplitude de température très marquées,
voire extrêmes
Aux hivers relativement rudes, s’opposent des étés agréables et chauds
Les températures se caractérisent par des variations quotidiennes et saisonnières importantes. Hivers froids, étés secs et
températures contrastées: ce sont les principales caractéristiques d’un climat continental
"Un climat d'extrêmes : très chaud ou très froid, avec souvent plus de douceur en montagne qu'en plaine que le vent peut
balayer sans tendresse." Madeleine Wiget-Daly
"Il pleut, mais on n'aura pas deux mois de brouillard. Et aussi, il y a de grandes variations d'une saison à une autre, d'un
endroit à un autre, on peut avoir des chaleurs jusqu'à 32, 35 l'été, ce qui est très chaud, et l'hiver on peut être à moins 17,
donc on trouve des figuiers en ville de Sierre, des abricotiers, la vigne. Il y a des changements de températures très forts; il y
a une vraie saison d'hiver et une vraie saison d'été." Anne Martin
"Les gens aiment bien les changements de saison et c'est aussi intéressant d'avoir une vraie saison d'hiver"
"Soleil abondant sur la plaine, gros contrastes entre les versants sud et nord des Alpes, gros contrastes d'humidité entre la
plaine et les sommets, gros contrastes entre les habitants de la plaine et des vallées latérales" François Perraudin
"Beaucoup de soleil, des saisons bien marquées, pas de monotonie climatique." Christian Salamin
"De rigoureux à presque tropical" Roland Imboden
"La Suisse possède un climat continental. Le Valais, lui, bénéficie d'un climat particulier, puisque comparable à celui des
steppes d'Europe de l'Est, marqué par des étés brûlants et des automnes tardifs." Bernard Arnould, In vino veritas, site
chazallet.com
"Des contrastes qui se retrouvent aussi bien dans le climat que dans le paysage : d’un côté la chaleur et les contrées
méditerranéennes, de l’autre le froid mordant du Grand Nord avec ses glaces et ses neiges éternelles. " Michel Clavien,
www.vs.ch/press
"l'âpreté de ce pays qui, dans les mois sans ombre, se tend jusqu'à la douleur?" Maurice Zermatten, Les saisons
valaisannes
Document de travail / CoManaging 93
CLIMAT

ƒ un climat très "local" : du glacier à la prairie sèche, différent à très peu de distance selon les régions,
en fonction de l'altitude et de l'exposition
L’ouest est plus humide que le Valais central, les versants sud et nord ne sont pas touchés par les mêmes
perturbations, l’altitude joue un rôle important sur les températures et les précipitations...

"A la météo, on parle de la Suisse et ensuite, séparément, du Valais…"


"La variété, il n'y a pas UN climat mais DES climats du Valais. Cette variété s'observe en un lieu selon les heures de la
journée avec des extrêmes très marqués mais surtout dans les étages plaine/coteau/plateau/montagne avec la
possibilité de passer très facilement et très vite d'un "climat" à un autre (s'échapper en quelque sorte) d'où une
impression de liberté". Marc-André Berclaz
"Il pleut régulièrement dans le bas alors qu'il ne pleut pas dans le centre; et il y a des différences sur des distances
très petites, il peut pleuvoir à torrent sur Sion et il n'y a pas une goutte sur le coteau à Salin qui se trouve 200m plus
haut. On voit l'orage se déplacer, il pleut à Conthey, il ne pleut plus à Conthey, il pleut à Sion, il ne pleut plus à Sion, il pleut à
Montana, il ne pleut plus à Montana, et ça part sur la Suisse Allemande." Sylvine Eberlé

"L’ouest est plus humide que le Valais central, les versants sud et nord ne sont pas touchés par les mêmes perturbations,
l’altitude joue un rôle important sur les températures et les précipitations. (…) Cette variabilité selon l’altitude
s’associe à une variabilité géographique pour offrir un climat très contrasté selon les régions. (..) La raison est à
chercher dans les grandes variations spatiales des précipitations. Si la pluviométrie annuelle atteint à peine 600 mm
d’eau dans le Valais central et dans la région de Viège, elle dépasse 2,30 mètres d’eau au Grand St-Bernard et 3,50
mètres au Jungfraujoch. (..) Quant au Chablais, il reçoit de plein fouet les perturbations d’ouest, d’où un climat
particulièrement arrosé, qui ne nécessite pas de recours à l’irrigation des prairies, contrairement au Valais central. " Anne
Michellod, www.vs.ch/encyclo

Document de travail / CoManaging 94


CLIMAT

ƒ un climat très "local" : du glacier à la prairie sèche, différent à très peu de distance selon les régions, en
fonction de l'altitude et de l'exposition (suite)

" En automne et en hiver, l’ensoleillement est plus important en Valais que dans le Moyen-Pays. D’avril à Août, la
probabilité de voir une journée de soleil et équivalente dans les deux régions et peut-être même à l’avantage du Moyen-Pays.
(..) Si l’insolation absolue dans le centre du canton est parmi les plus élevés de Suisse, certaines vallées peuvent
avoir des jours solaires assez courts, surtout celles qui sont orientées plus ou moins vers le Nord. A l’extrémité sud (à
Evolène ou Zinal par exemple) le jour solaire se réduit à 3 ou 4 heures au solstice d’hiver alors que sur l’adret de la vallée du
Rhône il peut atteindre plus de 7 heures (Montana par ex.). Maints endroits peuvent se trouver dans l’ombre de la
montagne pendant de longues semaines (jusqu’à trois mois parfois !) " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un
espace régional
"Sur le coteau, les conditions climatiques sèches sont accentuées par la forte insolation relative à la situation d’adret
"site www.maragnene.ch/valais
"Montons sur la colline, asseyons –nous sur un mur de coteau. La lumière tombe en nappes égales, elle coule sur les
pentes où se prolonge l'hiver, tombe sur la plaine et s'y étale comme un flot. La neige proche donne plus de grâce à la
présence des fleurs. Là-haut, chaque nuit, le gel coud des franges de glace aux berges des torrents. Notre joie fragile
s'épanouit sous la menace des catastrophes. Tant de contrastes achèvent de nous émouvoir. Des fleurs, des fleurs, sous les
montagnes rudes que cerne l'hiver, des fleurs à perte de vue, le long du Rhône, des fleurs blanches, des fleurs roses,
des fleurs roses et blanches. Entre les pommiers ronds, s'élèvent les vagues courtes des poiriers. Un prunier n'est plus
qu'une torche de givre ; la plaine entière n'est plus que neige, givre, mousseline, écume." Maurice Zermatten, Les saisons
valaisannes

Document de travail / CoManaging 95


CLIMAT

ƒ présence du vent, notament le foehn, un vent chaud typique

"Le foehn est un vent typiquement valaisan; ce sont des jours de vent chaud, mais vraiment chaud, et travaillant dans
d'autres régions, ça me marque vraiment." Anne Martin
"Les spécialistes disent que le vent qui souffle dans la vallée réchauffe ou sèche une période de pluie." Sylvine Eber
"Le Valais bénéficie d’un climat très particulier de steppes, marqué par des étés brûlants et des automnes tardifs. A une vive
insolation et une faible nébulosité, s’ajoutent les effets bienfaisants du foehn, ce vent chaud et parfois violent qui souffle
du sud balayant les nuages… " www.vinsduvalais.ch
"Mais quelles antennes invisibles conserve-t-elle qui prospectent sans cesse les courants célestes et interrogent l'avenir.
Quels radars précautionneux l'avertissent dans la nuit de son repos qui paraît sans lueur? Au premier coup de fœhn, la
voyez-vous qui remue? La voyez-vous qui soulève sa poitrine et prend son souffle et d'une main retire un peu la
couverture?" Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"le vent arrache aux abricotiers des poignées de fruits chétifs. Il y a toujours un peu de vent, dans la plaine. Le matin, il
roule, doux, dans le sens du fleuve. Qui renverse la vapeur ? Dès midi, il remonte, inclinant, le long des routes, les
hautes haies des peupliers. Sa langue lèche à ras de gazons le peu qu'il y avait d'humidité." Maurice Zermatten, Les
saisons valaisannes
"J'aime ce temps.
Ce grand temps du Valais balayé par le vent
Qui ne laisse pas de place aux anges,
Qui nous fait marcher sur les chemins comme des hommes soûls. (..)
Oh ! ce han des montagnes trop bleues."
S. Corinna Bille, Foehn, La montagne déserte

Document de travail / CoManaging 96


CLIMAT

ƒ une qualité de l'air renommée, mais aujourd'hui une préoccupation à cause de la pollution, et un sujet
sensible car touchant un facteur d'attractivité du Valais

"La qualité de l'air; ici les vents dégagent et purifient l’air." Alain Barbey
"Il y a aussi quelque chose avec tous ces vents que je souhaiterais encore mentionner, et c'est la différence avec le Tessin,
c'est la qualité de l'air. C'est vrai que les gens venaient ici de toute la Suisse parce que l'air était réputé sain." Alain
Barbey
"C’est vrai que la pureté de l’air est un cliché solide dans la littérature touristique ou picturale et des gens qui aiment le
Valais, mais l’air pur, enfin le climat, est en train de changer; les ciels sont beaucoup plus souvent voilés maintenant, on
n'a moins souvent ces bleus d’il y a une cinquantaine d’années. Ca m’a frappé, je ne sais pas si c’est toujours le cas,
quand on a eu les pics d’ozone les plus importants, on s’aperçoit qu’ils se situent au niveau des zones traditionnellement de
villégiature, c'est-à-dire à 600-700 mètres. J’habite là dans cette zone à 700 mètres et le soir on voit les traînées, les
fumées etc. C’est quelque chose qui est en train de changer." Marie-Claude Morand
"Il y les vents d’est-ouest; si le foehn souffle, ça dégage, ça nettoie quand même l'air, mais la question de l'air pur
devient problématique. L'industrie a fait des progrès mais c'est à l'agriculture de s'améliore r(comme les fumées de bois). En
hiver, la pollution ne peut plus monter à cause des inversions de température, elle reste au fond. Le Valais est le
canton le mieux équipé de Suisse pour mesurer la qualité de l'air et ça provient beaucoup de l’activité industrielle ; c’est
toujours un thème essentiel. Et je pense que c’est un argument touristique aussi, on a des cliniques comme à Montana
où les gens venaient pour la qualité de l’air et à l’époque c’était mieux qu’aujourd’hui." Frédéric Zuber
"La qualité de l'air est une préoccupation du service de l’environnement; les particules fines proviennent du Diesel et des
fumées de bois. Les entreprises ont beaucoup fait pour améliorer la situation, mais c’est aujourd’hui aussi aux privés de faire
quelque chose." Frédéric Zuber
"Moi je crois qu’il est difficile d’accepter de venir en Valais et de parler des problèmes de la qualité de l'air parce que le
Valais s’est toujours vendu pour son bon air et pour son eau." Christophe Valentini

Document de travail / CoManaging 97


CLIMAT
ƒ une qualité de l'air renommée, mais aujourd'hui une préoccupation à cause de la pollution, et un sujet
sensible car touchant un facteur d'attractivité du Valais (suite)
"Protégé par l'écrin des cimes, le ciel offre la pureté et la sérénité des espaces profonds dont bénéficient les grandes
antennes paraboliques de Brentjong posées à l'écoute des satellites de communication;" Henri Maître, Mosaïque du pays
valaisan
"Quant à la qualité du pays du Valais, au regard de l'air, il est assez sain pour ceux qui demeurent parmi les montagnes,
mais aussi pas trop sain en la plupart des lieux qui sont le long des Rhône" Jean-Baptiste Plantin, en 1666, cité par Maurice
Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne

ƒ des "jeux de brouillard", surtout dans la plaine, et parfois de spectaculaires "mers de brouillard"
"En Valais, on ne connaît presque pas le brouillard." Anne Martin
"son tissu ennuyeux se relâchait, comme si une main y avait fait une première déchirure. On voyait qu'il ne pleuvait plus.
La déchirure dans le ciel s'est agrandie ; elle se fait juste au-dessus de nous et en largeur, c'est-à-dire que le brouillard se
séparait en deux parties, dont l'une se retirait vers la plaine et l'autre s'enroulait sur elle-même du côté du mont,
comme un tapis. (..)
Et le brouillard en s'élevant découvre devant vous l'infinité des feuilles, le bizarre brouillard de ces pays déjà à demi
montagneux, où il s'amuse à descendre et monter plusieurs fois de suite, cachant les rochers, les pâturages, les forêts,
puis seulement les rochers ; puis, de nouveau, toutes choses et encore une fois les vignes elles-mêmes ; avant que
définitivement il se défasse et il s'éparpille. (..)
Et, à présent, du côté de la montagne, le brouillard, qui s'était élevé encore, pendait au-dessus des bois noirs et des
rochers comme ces gros plumiers pleins de plumes de poules qu'on expose devant les maisons au grand soleil pour les
faire gonfler ; tandis que, du côté de la plaine, là son épaisseur lisse allait s'amincissant et s'usant toujours plus comme
par une usure naturelle, laissant venir à vous les objets que d'abord elle avait recouverts, laissant voir par des trous les
buissons, le bout des roseaux ; alors il y avait dans sa surface des taches noires, elle commençait à se tacher de noir. (..)
Un feu d'échalas brûlait dans le bas de la vigne ; un mince brouillard blanc, pas plus épais qu'un drap de lit, traînait encore
sur la plaine du Rhône, percé de place en place par la pointe des peupliers. Et il y avait au-dessus de nous comme une
rivière de ciel bleu." C.F. Ramuz, Vendanges
Document de travail / CoManaging 98
CLIMAT

ƒ mélancolie des demi-saisons dans un pays qui aime les extrêmes…

"L’automne, avec le retour du froid et des températures plus basses, retire la sève des végétaux, habille l’herbe de
rosée et imprègne le cœur de mélancolie. (..) " La saison automnale allume chaque année ses forêts de mélèzes
jaunis, ses incendies de merisiers et de sorbiers rouge bordeaux, elle ravive dans nos cœurs les musiques
éternelles de la nostalgie et du souvenir. (..)
Les belles journées du printemps se remplissent alors de douceur et de discrétion, de mélancolie et de tendresse
où l’intense côtoie le subtil. " Roland Clerc, www.faune-valais.ch
"Il arrivait à l‘heure juste où le long soleil des siècles, avant de s‘engloutir derrière les montagnes assoupies par la
chaleur, jette les feux mélancoliques du crépuscule. " Maurice Zermatten, la Symphonie Valaisanne
"L'âpreté d'un pays de pierres brûlées qui, sous les feux de l'été, ne laissait de fraîcheur nulle part ni de repos à
personne, c'est en vain qu'on la cherche sous un soleil de vendanges, dans les ondulations presque molles des
arêtes descendues du ciel. Instant fragile et précieux suspendu comme une grappe entre les saison excessives,
davantage constitué par l'équilibre de leurs contraires que tissé d'une substance en lui seul reconnue." Maurice
Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne

Document de travail / CoManaging 99


CLIMAT

ƒ un climat à la source de nombreux dangers naturels que l’homme tente de circonscrire

Pluies diluviennes, eaux indomptées, catastrophes hydrologiques, débordements du Rhône ou de ses


affluents, inondations, avalanches, éboulements, glissements de terrains ou de laves torrentielles ,
effondrement de terrasses, inversions thermiques, gelées tardives, etc

"Tout comme le recul des glaciers, l’élévation de la limite du permafrost est tenue pour responsable de la
fréquence croissante des catastrophes naturelles. Un réchauffement du climat dans les Alpes aggrave
considérablement les risques de laves torrentielles, de glissements de terrain et d’inondations, qui menacent toujours
plus les régions alpines épargnées jusqu’ici. Elke Haubner, Le changement climatique dans les Alpes, rapport de
synthèse
" Les éboulis, les moraines, etc. contenant de la glace perdent leur cohésion avec la fonte de celle-ci. D’une manière
générale, il faut s’attendre à une augmentation de l’instabilité des versants en raison du retrait du permafrost.
D’ici à ce que les températures du sous-sol s’équilibrent avec celles de l’atmosphère, il peut se produire encore
beaucoup d’éboulements, de glissements de terrain ou de laves torrentielles, qui atteignent fréquemment le fond
des vallées et menacent les zones habitées et les voies de communication. Le glissement de terrain catastrophique
qui s’est produit le 28 juillet 1987 dans le Val Pola (Valteline) semble lié à la fonte du permafrost. " Elke Haubner, Le
changement climatique dans les Alpes, rapport de synthèse
"L’environnement naturel peut s’avérer une variable à risque. Pluies diluviennes, eaux indomptées, avalanches,
éboulements et glissements de terrains, effondrement de terrasses, tout autant que risques écologiques (maladie
des forêts, diversité biologique en régression) ou économiques (déficits en neige et son influence sur le tourisme d’hiver)
se sont dramatiquement concrétisés ces dernières années. " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace
régional

Document de travail / CoManaging 100


CLIMAT

ƒ un climat à la source de nombreux dangers naturels que l’homme tente de circonscrire (suite)

"Il en résulte souvent, surtout en automne, des situations de précipitations intenses et prolongées particulièrement
dangereuses, comme les catastrophes hydrologiques de Brigue (1993) et de Gondo (2000) viennent tristement le
rappeler. " Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo
"Les annales sont riches de chroniques rapportant les débordements du Rhône ou de ses affluents. Pendant
longtemps les sociétés se sont adaptées à ces situations en privilégiant par exemple les implantations sur les cônes de
déjection, eux-mêmes dangereux, plutôt que dans la plaine alluviale du Rhône. " Emmanuel Reynard, www.vs.ch/encyclo
"Il y a un an, les intempéries faisaient seize morts en Valais — dont treize pour la seule commune de Gondo — ainsi
que d'énormes dégâts. Vincent Pellegrini, Le Nouvelliste 11.10.2001
" Un autre phénomène, printanier surtout, peut être particulièrement dévastateur dans la plaine du Rhône : les inversions
thermiques et les gelées tardives font des dégâts dans les cultures intensives sensibles comme celle des arbres
fruitiers ou de la vigne. " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"Les gelées tardives au printemps sont craintes en Suisse. C’est pourquoi MétéoSuisse publie des avis de gel en avril
et mai. Les gelées tardives peuvent causer d’importants dommages aux vergers, à la vigne et aux cultures de légumes tout
dépend du moment, car au printemps, les plantes sont plus ou moins sensibles selon leur stade de développement. "
Organe consultatif sur les changements climatiques, Evénements extrêmes et changements climatiques
"la production des cultures de pommiers sera assez faible cette année, surtout en raison des gelées du mois
d'avril. Les cultures n'ont pas non plus été épargnées par la grêle. L'OFAG prévoit un résultat de l'ordre de 99'600 tonnes,
soit un quart de moins que la moyenne des années 1993 à 1996. " Office Fédéral de l’Agriculture, www.admin.ch

Document de travail / CoManaging 101


CLIMAT

ƒ dangers naturels accrus à cause du réchauffement climatique sur un territoire déjà "à risques"
" Au-delà de 2400 m d'altitude et selon l'orientation géographique, le sol suisse est constamment gelé. Ce phénomène
s'appelle le " permafrost ". Or, en raison du réchauffement climatique (voir encadré), l'altitude limite risque d'augmenter ces
prochaines décennies. Cela pourrait provoquer des chutes de pierres, des éboulements, des glissements de terrain ou
des coulées de boues. La plupart de ces événements se produisent dans des régions inhabitées et ne posent donc aucun
problème pour la population. Dans certains endroits cependant, ils pourraient toucher des installations touristiques ou
d'agriculture de montagne. De plus, la fonte du permafrost pourrait, suite à des réactions en chaîne, menacer des régions
habitées. "(..) Autre conséquence du réchauffement climatique, le recul des glaciers va se poursuivre. Les plus petits d'entre
eux, situés à des altitudes relativement basses, risquent même de disparaître complètement, ce qui rendra le tourisme estival
nettement moins attrayant. Les écosystèmes naturels seront également touchés, car les espèces les peuplant ne seront
plus les mêmes. " Office fédéral de l’environnement, www.umwelt-schweiz.ch
" Le réchauffement climatique prévu pour les années à venir aura probablement une influence importante sur
l'accroissement des risques dus aux instabilités de terrain. Si ces faits devaient se vérifier, les cantons alpins devront faire
face à des problèmes encore plus importants et plus fréquents. De plus, l'augmentation actuelle de la concentration des gaz à
effet de serre (dioxyde de carbone, méthane, etc.) influence la fréquence, l'intensité et la durée des événements extrêmes
comme la canicule, les fortes pluies et un nombre décroissant de jours froids. Ces changements induiraient le risque
d'inondations et de périodes sèches avec des effets négatifs sur les écosystèmes, pour la société et la santé de la
population. Les conséquences possibles seraient : une augmentation de la fréquence des inondations ; un accroissement des
mouvements de terrains (chute de pierres, laves torrentielles, glissement de terrain, etc.) ; une accélération de la fonte des
glaciers ; un tarissement des sources qui alimentent les réseaux d'eau potables (env. 2'500 sources captées en Valais) ; un
abaissement du niveau des nappes phréatiques (réservoir d'eau potable pour toutes les grandes villes dans la plaine du
Rhône) ; une aggravation des risques pour la santé de la population locale ; une diminution de l'attraction touristique, d'où perte
économique " Jean-Jacques Rey-Bellet, www.umwelt-schweiz.ch

Document de travail / CoManaging 102


DYNAMIQUE

"Le Valais est un corridor où tout va très vite: le vent, tout se sait etc"
Christian Desclouds

"La raideur de nos versants donne naissance à trois types de phénomènes dynamiques :
les glissements de terrains, les tassements et le fauchage."
Marcel Burri, site Encyclopédie Valais

"La dissociation, dans le territoire régional, de multiples fonctions urbaines génère


un fourmillement de déplacements périodiques liés à la consommation de biens et de services,
à la participation à la vie sociale et à la séparation des lieux de résidence et lieux de travail. "
Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional

"Il y a encore 50, 100 ans, on avait plusieurs bouts de maison, une en ville et un mayen plus haut,
on allait de l'une à l'autre, tout l'été les femmes et les enfants étaient au chalet …
La transhumance a laissé des traces, elle reste dans les têtes." Hermann-Michel Hagmann

"glissement du peuplement, des contreforts montagneux vers le fond de la vallée,


suite aux importants travaux de drainage des marais de la plaine."
Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional

"L'activité sismique régulière dont le Valais est le siège


en fait l'une des principales zones sismiques de Suisse." www.crealp.ch

Document de travail / CoManaging 103


DYNAMIQUE

Un territoire aux dynamiques naturelles peu visibles


mais redoutablement puissantes,
de tout temps sillonné par les dynamiques d'une incessante activité humaine

ƒ la fausse immobilité de la montagne


> dangereux phénomènes dynamiques de montagne: glissements de terrain, éboulements, tassements,
avalanches
ƒ l'activité sismique la plus importante de Suisse
ƒ les glaciers valaisans perpétuellement en mouvement … de recul
ƒ flux des eaux souterraines
ƒ nombreux flux de migrations
> dynamiques ancestrales d'une terre de passage
> au moyen âge, le cas des Walser
> très forte émigration économique du peuple valaisan au début du XXème siècle
> aujourd'hui, peu de mouvements inter-cantonaux liés au travail
ƒ dynamiques anciennes et contemporaines au sein du territoire
> "une grande respiration cosmique et saisonnière " : la transhumance traditionnelle
> à partir de la fin du XIXème siècle, mouvement historique de population des vallées latérales vers la plaine et
ses centres urbains engendré par l’assainissement de la plaine et le développement économique
> aujourd'hui, mouvement pendulaire quotidien généré par la concentration spatiale des emplois
> tradition de "nomadisme" local : fin du "nomadisme" traditionnel mais syndrome persistant de
transhumance … tropisme vers le village d'origine
Document de travail / CoManaging 104
DYNAMIQUE

ƒ la fausse immobilité de la montagne


"[Dans les Alpes] les plis atteignent une telle complexité qu’il devient difficile de les voir. La violence des contraintes a
engendré des plis fortement accentués, souvent très serrés, étroits et empilés les uns sur les autres et il leur faut un œil
exercé pour trouver l’endroit où ces couches montrent leur ploiement ou charnière du pli. (..) En Valais, toutes les roches ont
subi des déformations plus ou moins intenses. Dans des pays de montagnes comme le nôtre, il n’existe pas 1m2 qui ait
échappé à l’effet des formidables pressions qui édifièrent la chaîne. D’un endroit à l’autre, ce qui change, c’est le genre de
déformation. (..) Après les mouvements horizontaux [des plissements alpins du tertiaire], des mouvements verticaux, de bas en
haut, prirent le relais et la chaîne subit une forte surrection. Au-dessus de Lausanne, des couches molassiques déposées au
bord de la mer et toujours en position horizontale, se trouvent actuellement à plus de 800 m: elles n'ont pu être portées à cette
altitude que par un mouvement ascendant.
Ces mouvements se poursuivent encore. Des mesures de nivellement ultraprécises et répétées à cinquante ans d'intervalle à
travers la Suisse ont montré que les Alpes se soulèvent de 1mm par an dans leur partie centrale. Les valeurs de ce
soulèvement atteignent un maximum de plus de 1,5 mm/an dans la région du Simplon. Vous pensez que 1 mm/an c'est
insignifiant; la durée des temps géologiques ne vous est pas encore familière. Supposez que ces mouvements aient débuté à
la fin des plissements, il y a 20 ma, cela représente 20 millions de millimètres, ou… 20 km! La chaîne alpine n'a certainement
jamais atteint ces altitudes de 20 000 mètres, car l'érosion la détruisait presque aussi activement que la surrection la soulevait."
Marcel Burri, site Encyclopédie Valais
"En entrant en Valais (…) vous vous doutez un peu des bagarres géologiques qui se sont livrées en ces lieux avant que le
chaos décida de se fixer de ne plus envoyer ses glaciers, ses torrents, ses éboulements divaguer en tout sens (…) " Robert
Parlier, Feux d’automne au Valais (document vidéo)
"A l'ère tertiaire, les Alpes sont formées par de puissantes forces de compression latérales, mises en mouvement dans
les fondements mêmes de la planète, créant un cheminement de l'écorce terrestre du sud au nord : le poète parlera plus tard
de boucles mouvantes, lorsque naîtra une sorte de mysticisme des Alpes fécondant l'imagination en textes de poésie et
d'épopée. Quand les géologues découvrent cette réalité tellurique, quand ils annoncent que ces reliefs sont dus à un
phénomène transitoire de l'évolution de notre planète, l'homme de culture et de mémoire doit abandonner l'ancienne
certitude que la nature est de toute éternité immuable." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan
Document de travail / CoManaging 105
DYNAMIQUE

ƒ la fausse immobilité de la montagne (suite)

> dangereux phénomènes dynamiques de montagne


"Le retrait des glaciers n’a que peu modifié la topographie, mais on note quand même quelques phénomènes importants.
Certains se manifestent de manière catastrophique, tels les éboulements et les débâcles torrentielles alors que
d’autres évoluent plus traîtreusement sous nos pieds.
La raideur de nos versants donne naissance à trois types de phénomènes dynamiques : les glissements de terrains, les
tassements et le fauchage." Marcel Burri, site Encyclopédie Valais

• glissements de terrain :
"largement exposées aux alternances de chaud et de froid, de gel et de dégel [les roches] finissent par se fissurer, s'effriter,
perdant de plus en plus leur cohésion sur une épaisseur de quelques centimètres ou décimètres sous la surface du terrain.
Bien que fragile, cette couche peut rester en place pendant plusieurs années, voire dizaines d'années. Mais que surviennent
de très grosses pluies, ou un coup de foehn qui fait fondre des masses de neige et cette couche désagrégée va se gorger
d'eau, se transformant en une sorte de boue prête à dévaler les pentes. Ainsi prennent naissance des coulées bien
connues des montagnards, transitant souvent par les mêmes couloirs à la manière des avalanches. (..)Si le
phénomène se développe dans le cirque rocheux et nu d'un torrent, il arrive que des centaines d'hectares livrent d'un seul
coup leur matériel et ce sont des milliers de mètres cubes qui vont déboucher dans la vallée, détruisant tout sur leur passage
et s'étalant en un vaste cône d'alluvions. Le plus majestueux de ces cônes est celui de Finges dont le matériel provient du
cirque de l'Illgraben, profond de plus de 1000 m. Sa présence a repoussé le fleuve contre le versant opposé."

Document de travail / CoManaging 106


DYNAMIQUE

ƒ la fausse immobilité de la montagne (suite)

> dangereux phénomènes dynamiques de montagne (suite)


• éboulements
"Par chance, les éboulements sont assez rares: leur violence destructrice a beaucoup frappé les montagnards. Il suffit de
constater l'abondante production littéraire et maintenant cinématographique inspirée de l'éboulement de Derborence pour s'en
convaincre. L'accident, qui date de 1749, trouve son origine dans la présence de gypse à la base de la paroi des Diablerets; la
moindre résistance de cette roche à l'altération suffit à mettre en déséquilibre toutes les assises qu'elle supporte. Véritable
géant aux pieds d'argile (de gypse, mais ça ne vaut pas mieux !) les Diablerets restent une menace difficile à chiffrer.
Plus proche de nous, l’éboulement d’une falaise au Six-des-Eaux-Froides en 1946 a été déclenché par une secousse
sismique; mais la secousse n'a vraiment été que la goutte qui fait déborder le verre : l'érosion avait lentement mis le massif
en déséquilibre.
Au printemps 1991, dans la vallée de Saint-Nicolas, une masse rocheuse d'environ 30 millions de mètres cubes s'est
abattue sur le hameau d'Unterlärch, en aval de Randa, heureusement sans faire de victimes, mais les dégâts furent
importants: route et voie de chemin de fer coupées, rivière barrée avec naissance d'un lac de barrage qui atteignit les maisons
de Randa. L'éboulement s'est détaché d'une paroi de 400 m de hauteur, taillée dans les gneiss oeillés (granite
métamorphosé). (..).
Ces accidents historiques restent bien modestes en comparaison de ceux qui suivirent le retrait des glaciers. Il y eut alors de
véritables modifications de la topographie: celui de Finges a rempli tout le fond de la vallée.
Enfin, il faut signaler l'éboulement du Taurendunum qui a conservé tout son mystère, malgré les nombreuses
hypothèses avancées à son sujet. Il s'agit d'une catastrophe de l'an 563 rapportée par Marius d'Avenches (et subsidiairement
par Grégoire de Tours) affirmant que l'éboulement aurait fini dans le Léman, y engendrant une vague destructrice, après avoir
détruit le château de Taurendunum."

Document de travail / CoManaging 107


DYNAMIQUE
> dangereux phénomènes dynamiques de montagne (suite)
• tassements
"Pendant longtemps le phénomène du tassement fut ignoré, faute de mesures. Le déplacement des couches s'est produit
sans modification de leur ordre relatif; aussi rien ne le décèle en surface. Depuis le début du siècle, de nombreuses galeries
hydro-électriques ont traversé des versants en tassements; leurs déformations ont permis de prendre conscience du
phénomène, de le mesurer. On sait maintenant que les masses tassées peuvent avoir plusieurs centaines de mètres
d'épaisseur. Tel est le cas du versant de la montagne de l'Arpille dominant Martigny et le tassement explique les déformations
perpétuelles de la route du col de La Forclaz. Les routes des cols semblent jouer de malchance: celle du Simplon serpente
dans un gigantesque tassement qui affecte tout le versant dominant Berisal. Les piles amont du Ganterbrücke sont posées sur ce
tassement."
• avalanches

ƒ l'activité sismique la plus importante de Suisse


" La carte d'aléa sismique de la Suisse, qui régit les nouvelles normes SIA 2003, indique les zones pour lesquelles la probabilité
qu'un séisme d'une magnitude donnée se produise pendant une certaine période. Pour la zone 3a (Chablais), il est probable
qu'un séisme majeur de magnitude 5.5 à 6 sur l'échelle Richter se produise avec une période de retour de 475 ans. Pour la
zone 3b ("Vieux Pays"), il faut s'attendre pour la même période de retour à un séisme majeur de magnitude 6 à 6.5. "
www.crealp.ch
" L'activité sismique régulière dont le Valais est le siège en fait l'une des principales zones sismiques de Suisse. Dans ce
canton, les séismes de faible intensité sont répartis d'une part de manière diffuse au sud du Rhône et d'autre part de façon
concentrée dans les secteurs Sierre-Montana-Rawyl et Brig-Stalden-Visp. Si l'on considère les séismes historiques qui ont touché
le Valais depuis 1755, les épicentres des principaux sont situés dans les régions de Brig-Visp (1755, 1855, 1924), Martigny-
Chamonix (1905), Martigny-St-Maurice (1915) et Sion-Sierre (1946). " www.crealp.ch
"La moitié des plus forts séismes enregistrés en Suisse entre 1850 et 1971 se sont produits en Valais. Une étude menée à
la fin des années 70 par le service sismologique suisse montre qu’un séisme avec une intensité VIII - IX sur l'échelle Medvedev-
Sponheuer- Karnik (MSK) est probable en Valais avec une période de retour de 400 ans. Selon cette étude le Valais a 3 à 4 fois
plus de risque de subir un séisme majeur que les cantons du Plateau suisse. " www.crealp.ch
Document de travail / CoManaging 108
DYNAMIQUE

ƒ les glaciers valaisans perpétuellement en mouvement … de recul


" Le glacier du Rhône mesurait plus de 10 km de longueur au maximum du Petit Age Glaciaire. Depuis 1850, il a perdu
environ 2.3 km, dont la moitié déjà avant le début des mesures en 1880. " www.unifr.ch
" Depuis qu'il est observé (en 1880), le glacier du Rhône n'a pas cessé de reculer, à l'exception de quelques
soubressauts (notamment une petite phase d'avancée entre 1915 et 1921). Une phase de retrait rapide s'est produite
entre 1942 et 1951 (-359 m en 9 ans). Par la suite, le glacier a continué son recul, mais de manière beaucoup plus lente (-
255 m en 50 ans). Aujourd'hui, le glacier du Rhône mesure encore plus de 9 km de longueur. " www.unifr.ch

ƒ flux des eaux souterraines


" Correspondant pour l'essentiel aux alluvions du Rhône, (..) des graviers et des sables plus ou moins limoneux. Ces
dépôts qui présentent une porosité et une perméabilité élevées abritent un aquifère très productif qui s'étend de
façon quasi-continue tout au long de la vallée du Rhône entre Brig et le lac Léman. " www.crealp.ch

Document de travail / CoManaging 109


DYNAMIQUE

ƒ nombreux flux de migrations


> dynamiques ancestrales d'une terre de passage (cf. ACCESSIBILITÉ)

> au moyen âge, le cas des Walser


"Les Walser sont un peuple germanophone qui, au cours du Moyen Âge, a colonisé différentes vallées alpines de
Suisse, d'Italie, du Liechtenstein et d'Autriche. Leur nom dérive du gentilé Walliser, " Valaisan ".
Autour de l'an mille, des groupes d'Alamans venant de l'Oberland bernois se sont installés dans la vallée de Conches
(Goms en allemand), en haut Valais. Après avoir colonisé peu à peu la vallée supérieure du Rhône, une partie d'entre eux ont
commencé à migrer dans toutes les directions à partir du XIIIe siècle, favorisés par le climat relativement doux dans les Alpes à
cette époque. Différentes théories tentent d'expliquer le départ des Walser du Valais.
Certains attribuent leur migration à des problèmes de surpopulation, voire à des catastrophes naturelles. D'autres
avancent que les migrations ont été encouragées par les seigneurs féodaux locaux qui souhaitaient peupler des vallées
encore inhabitées afin de contrôler les cols alpins. En contrepartie, les Walser ont obtenu des droits et libertés importants.
Les Walser se sont installés en haute altitude, souvent à plus de 1500 mètres, dans des vallées reculées et inhospitalières
jusqu'alors inhabitées. (..)
Quittant la vallée supérieure du Rhône, les Walser ont migré par vagues successives pour fonder de nombreuses
petites colonies : vers le nord, dans l'Oberland bernois (Lauterbrunnen, Mürren, Planalp, et quelques autres avant-postes
dans le Plateau bernois) ; vers l'ouest, dans les Alpes vaudoises et savoyardes (le dialecte walser y a disparu au profit des
parlers francoprovençaux locaux) ; vers le sud, dans les hautes vallées alpines italiennes au sud du massif du mont Rose :
Gressoney-La-Trinité, Issime, Alagna, Rima, Rimella, Macugnaga, Ornavasso, etc. ;
vers le sud-est : Simplon et Gondo, localités valaisannes situées sur le versant sud des Alpes ; Formazza (Pomatt) en Italie ;
Bosco/Gurin au Tessin ; vers l'est, dans de vastes régions des Grisons : Rheinwald (Splügen), Obersaxen, Vals, Safiental,
Heinzenberg, Avers, le Schanfigg, le Landwassertal supérieur avec Davos, le Prättigau avec Klosters ;
enfin, vraisemblablement à partir de Davos, vers le Liechtenstein (Triesenberg), le Vorarlberg et le Tyrol autrichiens. ""
www.wikipedia.org

Document de travail / CoManaging 110


DYNAMIQUE

ƒ nombreux flux de migrations (suite)

> très forte émigration économique du peuple valaisan au début du XXème siècle
"L'émigration pour les pays outre-mer commence également à offrir une réponse au paupérisme, ainsi après la disette
de 1817. Ce ne sera qu'au cours de la deuxième moitié du XIX e que le phénomène de l'émigration se développera. " Gérald
et Silvia Arlettaz, www.memo.fr
" Le Valais ne nourrit plus ses enfants. Les grandes voies de communication n'existent pas encore et le Valais vit presque
en autarcie. Il se nourrit des ressources de son sol. La plaine du Rhône n'est pas encore complètement asséchée et sa terre
n'est pas partout cultivable. L'industrialisation est à ses débuts, elle est presque nulle au milieu du 19e. Ajouté à cela les
bouleversements politico-religieux de ce milieu de siècle ainsi que la mauvaise gestion des fonds de l'Etat et nous comprenons
qu'à la première calamité naturelle (gros gel printanier, inondations ou sécheresse) le peuple valaisans se retrouve en état
d'insuffisance. Stimulé par les propagandes des agences d'émigration, beaucoup de valaisans voient leur salut dans le
départ pour un nouveau monde, une nouvelle vie même si tout est à refaire. " http://eviona.coquoz.org
" Combien de Valaisans ont-ils émigré durant cette seconde moitié du 19e siècle ? Les chiffres des registres de l'émigrations
sont trop peu fiables. Au moins 10 à 15'000 personnes sont parties vers les terres lointaines. " http://eviona.coquoz.org
" De l'émigration organisée et groupée du début à l'émigration individuelle de la fin du siècle les valaisans ont "choisi" en
premier l'Argentine puis les Etats-Unis et le Canada. D'autres, moins important en nombre sont parti pour le Brésil, l'Uruguay
ou l'Algérie. Parmi ces émigrés, certains sont parti de nos régions, d'Evionnaz, de Collonges, de Mex, de Vérossaz ou de la
Vallée du Trient." http://eviona.coquoz.org

> aujourd'hui, peu de mouvements inter-cantonaux liés au travail


" La quasi-totalité des emplois valaisans est exercée par des travailleurs résidant dans le canton. " Micheline Cosinschi,
Le Valais : cartoscopie d’un espace régional

Document de travail / CoManaging 111


DYNAMIQUE

ƒ dynamiques anciennes et contemporaines au sein du territoire

> "une grande respiration cosmique et saisonnière " : la transhumance traditionnelle


" Dans l'arc alpin, perdure depuis plus de six mille ans la nécessité de suivre pas à pas le cycle végétatif de l'herbe
sur la pente. De la plaine vers la montagne et inversement. Comme une grande respiration cosmique et saisonnière où
nos modernes villégiatures estivales trouveraient aussi leurs racines (…)
Les Chemins de la Transhumance (…) sentiers empruntés autrefois par les habitants et le bétail qui, lors du remuage
(autre nom de la transhumance), se déplaçaient successivement dans les trois étages d'exploitation agropastorale
traditionnelle suivants : villages de plaine et de coteau; mayens inférieurs, intermédiaires et supérieurs; alpages inférieurs."
www.transhumance.ch

> à partir de la fin du XIXème siècle, mouvement historique de population des vallées latérales vers la
plaine et ses centres urbains engendré par l’assainissement de la plaine et le développement
économique (cf. ORGANISATION / RURALITÉ ET STRUCTURE URBAINE)
" Les étapes intermédiaires montrent pour leur part plusieurs seuils remarquables. C’est en effet entre 1850 et 1910 que
s’amorce le glissement du peuplement, des contreforts montagneux vers le fond de la vallée, suite aux importants
travaux de drainage des marais de la plaine. " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"Au début du XXème siècle, l'industrie prend le relais, occupe une nombreuse main d'œuvre ; c'est un apport
essentiel à l'économie du pays ; mais dès 1910, elle dépeuple les vallées appelant les ouvriers du secteur secondaire
vers les centres industriels de plaine." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan

Document de travail / CoManaging 112


DYNAMIQUE
ƒ dynamiques anciennes et contemporaines au sein du territoire (suite)
> aujourd'hui, mouvement pendulaire quotidien généré par la concentration spatiale des emplois
"La dissociation, dans le territoire régional, de multiples fonctions urbaines génère un fourmillement de déplacements
périodiques liés à la consommation de biens et de services, à la participation à la vie sociale et à la séparation des lieux de
résidence et lieux de travail. Ils sont l’expression de l’attractivité toujours croissante des villes " Micheline Cosinschi, Le Valais :
cartoscopie d’un espace régional
"En 1980, en Valais, un travailleur sur trois exerçait ainsi un emploi à l’extérieur de sa commune de résidence. En
constante augmentation depuis les années 50 (12% alors, 33% en 1980), ce phénomène particulier de mobilité spatiale est dû
pour une large part aux transformations de l’économie : déclin de l’agriculture, industrialisation progressive du milieu rural,
développement des activités de services. " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
> tradition de "nomadisme" local : fin du "nomadisme" traditionnel mais syndrome persistant de
transhumance … tropisme vers le village d'origine
"Etre valaisan, c'est, en permanence, passer du haut en bas, et du bas en haut… de la ville à la campagne" Bernard Crettaz
"Il y a encore 50, 100 ans, on avait plusieurs bouts de maison, une en ville et un mayen plus haut, on allait de l'une à l'autre, tout
l'été les femmes et les enfants étaient au chalet (d'où les "veufs de paille"…) La transhumance a laissé des traces, elle reste
dans les têtes." Hermann-Michel Hagmann
"Il y a des restes (de la transhumance) au niveau du bâti. La législation facilite la reconstruction de la zone mayens et beaucoup
de Valaisans ont une résidence secondaire." Jean Bonnard
"Même si certaines familles n'ont pas de résidence en montagne, on va marcher en montagne et spontanément on va dans sa
région d'origine" Jean Bonnard
"C'est du nomadisme de loisir" Sylvine Eberlé
"Les Valaisans font des randonnées plus facilement dans leur région et village." Jacques Lathion
"Pendant que ces dames, et les oisifs autour d'elles, respirent l'air salubre de la montagne, les commerçants, les
fonctionnaires, les petites gens poursuivent en ville une existence au ralenti. Les "veufs de paille" mangent au restaurant. (..)
le samedi, c'est la ruée. Sion, les dimanches d'été, derrière ses volets clos, ressemble à une ville abandonnée que visitent,
immunisés contre les coups de soleil, de courageux étrangers." Maurice Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne, 1944
"[Les Valaisans d’aujourd’hui] ne sont plus, et depuis longtemps, des nomades qui suivent leurs vaches de la plaine à la
montagne, déménageant plusieurs fois par an." Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo
Document de travail / CoManaging 113
MOTIFS et FORMES

"Cet extrême bord dentelé fait de pointes, de cornes, un festonnage,


toute une dentelle aérienne,
mais solidement cousue sur le bleu du ciel (..),
marquant à ce pays ses frontières supérieures étroitement rejointes à leurs deux bouts."
CF. Ramuz, Vues sur le Valais

"La neige lisse les paysages et feutre les reliefs " Roland Clerc, www.faune-valais.ch

"Le coteau deviendra ainsi un des fondements de l'économie agropastrorale


établie par échelonnements en ordre vertical (..)
les Valaisans en ont fait un escalier "comme si on voulait escalader le ciel"
Henri Maître, Mosaîque du pays valaisan

Document de travail / CoManaging 114


MOTIFS et FORMES

Présence dominante des formes puissantes des sommets


et omniprésence de "l'escalier" des terrasses

ƒ langage géométrique de la montagne puissant et complexe : pointes, angles, crêtes,


pyramides, "dentelles", etc.
ƒ "l'escalier" des terrasses : un élément fort dans l'identité paysagère valaisanne
ƒ courbes moelleuses et lisses des paysages enneigés
ƒ le V et le U des vallées et le "coude" du Rhône
ƒ le Valais : une "feuille" avec ses vallées-nervures
ƒ dallage et motifs géométriques des cultures : des vergers de la plaine aux vignes du
coteau

Document de travail / CoManaging 115


MOTIFS et FORMES

ƒ langage géométrique de la montagne puissant et complexe : pointes, angles, crêtes, pyramides,


"dentelles", etc.
"Cet extrême bord dentelé fait de pointes, de cornes, un festonnage, toute une dentelle aérienne, mais solidement
cousue sur le bleu du ciel où que vous vous tourniez, à l'est, au sud, à votre droite, devant vous et derrière vous, marquant à
ce pays ses frontières supérieures étroitement rejointes à leurs deux bouts." CF. Ramuz, Vues sur le Valais
" Les granites des massifs du Mont Blanc et de l’Aar sont redressés presque à la verticale. Très sensibles au gel, ces roches
portées à haute altitude et fracturées au cours de la mise en place des Alpes ont tendances à se débiter en grossiers feuillets
parallèles. De ce processus sont nés les sommets en forme de pyramide élancée, aiguilles aux parois lisses, verticales, aux
arêtes vives (Aiguille d’Argentière, Aiguilles Dorées). Le détachement occasionnel de plaques ne modifie que légèrement la
forme très pure de ces sommets, qui s’amincissent peu à peu, alors que leurs pieds s’encombrent de débris. (..)
Les paysages des roches métamorphiques, roches intensément plissées à toutes les échelles, surprennent par leur
massivité. Les vallées étroites et profondes ont des versants aux pentes très fortes, mais les crêtes sont larges. En
émergent quelques pics pointus (Zinalrothorn, Dent Blanche). Beaucoup de cimes sont massives (Grand Combin, Monte
Rosa, Monte Leone). La pyramide élancée et dégagée du Cervin constitue une particularité exceptionnelle. " Micheline
Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"Les montagnes taillées dans les granites présentent souvent une forme pyramidale parce que le granite est une roche
homogène, alors que les gneiss déterminent souvent des arêtes ou de grandes dalles qui suivent la schistosité partout
présente dans ces roches. Cependant les faces et les dièdres ne sont pas rares dans les granites, déterminés par la présence,
au sein de la roche, de surfaces de diaclases ou de failles qui représentent autant de plans d'érosion favorables. "Marcel
Burri encyclo
" (…) traverser une étendue de lapiez, qui sont des roches qui ont été anciennement travaillées par l’eau des pluies, et elles
ressemblent à une mer arrêtée, ayant encore sa succession de crêtes, de replis, de surplombs, étant toutes percées de
trous ronds (là où l’eau faisait des remous). C.F. Ramuz

Document de travail / CoManaging 116


MOTIFS et FORMES

ƒ langage géométrique de la montagne puissant et complexe : pointes, angles, crêtes, pyramides,


"dentelles", etc. (suite)
"A l'origine, les Alpes sont données en brut, comme une matière à sculpter, où vont se profiler un cortège de sommets,
grandioses ornements d'architecture, silhouettes mystérieuses façonnées par les glaciers et les rivières ; d'abord
livrées à l'imaginaire, puis conquises et apprivoisées." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan
"L'Illgraben déchiqueté hisse à l'horizon ses parois dantesques tandis qu'à notre gauche des stries régulières
comme d'immenses dents de scie s'élèvent d'élan en élan, avec une audace inouïe, jusqu'aux parois lamées de
glace du Bietschhorn." Maurice Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne

ƒ "l'escalier" des terrasses : un élément fort dans l'identité paysagère valaisanne


"Le coteau deviendra ainsi un des fondements de l'économie agropastrorale établie par échelonnements en ordre
vertical : Charles-Ferdinand Ramuz dit que les Valaisans en ont fait un escalier "comme si on voulait escalader le ciel"
Henri Maître, Mosaîque du pays valaisan
"Depuis quelque temps déjà, nous admirions cet escalier d'or qui monte, par degrés réguliers, jusqu'aux maisons du
hameau" Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Toutes ces vignes, les unes au-dessus des autres, portées par des murs de pierres sèches, régulières, triangles,
rectangles, trapèzes de géomètre, montent de marche en marche, d'escalier en escalier, jusque contre l'azur. (..)
De part et d'autre de l'allée fluviale, sur les parois, d'étage en étage, pendent en ex-voto des villages avec leurs
blanches églises, des pans de forêts, si bleues, les jours de fœhn, qu'on les croirait repeintes de la veille, des vignes sur
leurs murailles superposées, des prairies lentes ou brusques sous leurs noyers, des rochers enfin qui portent la voûte où
se succèdent les astres." Maurice Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne

Document de travail / CoManaging 117


MOTIFS et FORMES

ƒ courbes moelleuses et lisses des paysages enneigés


" La neige lisse les paysages et feutre les reliefs; sous les nuées de flocons glacés, la montagne s’est mariée à l’hiver,
elle a revêtu son ample robe immaculée et elle déploie dans un profond silence sa grâce miraculeuse. " Roland Clerc,
www.faune-valais.ch

ƒ le Valais : une "feuille" avec ses vallées-nervures


"Une feuille bordée de givre" Walter Schmid, cité par Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan

ƒ le V et le U des vallées et le "coude" du Rhône


"Le coude du Rhône, un élément du paysage"
" Il y a seulement 20'000 ans, les glaciers recouvraient encore la presque totalité du Valais. Leurs traces sont
nombreuses : creusement différencié des vallées latérales dont le débouché et dénivelé par rapport à la vallée du
Rhône (vallées suspendues, Vallon de Réchy) et scié par des gorges (Trient, Lötschental), accumulation de moraines
ébouleuses et instables (pyramide d’Euseigne). " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional

ƒ dallage et motifs géométriques des cultures : des vergers de la plaine aux vignes du coteau
" Pour le visiteur étranger, le Valais frappe par l’extrême diversité de ses paysages. Des rives du lac Léman aux étendues
des glaciers, il est une terre de contrastes où la nature joue sur tous les registres, utilisant les ressources de sa palette de
couleurs et de structures infinies (…) cultures géométriques de la plaine du Rhône (…) " Anne Michellod,
www.vs.ch/encyclo

Document de travail / CoManaging 118


OUVERTURE ET PROPORTIONS
"On a l’impression d’être en Valais dans un énorme amphithéâtre.
Pour des gens qui viennent de l’extérieur,
on a parfois un peu l'impression d'être écrasé par cette verticalité,
mais moi j'ai un sentiment de protection de par ce cirque montagneux." Jean-Marie Bornet

"la dimension qui domine, c'est la verticalité,


la perception du Rhône et de la plaine est moins importante que la verticalité ;
L’angle est important dans le paysage" Jacques Cordonnier

"Même les constructions comme les tours de Saillon, de la Bâtiaz, renforcent l'impression de la verticalité."
Jean-Marie Bornet

"On sait toujours où l'on est, comme CF. Ramuz l'a écrit:
"Le Valais a le Cervin pour mesurer le ciel et le Rhône pour mesurer la terre" Bernard Attinger

"la différence d’altitude entre le point le plus haut et celui le plus bas du canton parle d’elle-même : 4'262 m.
De tels contrastes marquent non seulement la nature, mais aussi les hommes :
certains Valaisans vivent en permanence 1'550 m plus haut que d’autres."
Valais-Wallis, Géographie et témoignages sur le Valais

"Un élément qui est frappant, c’est la variété des panoramas, des choses et des endroits très différents,
la variété de la vue; on peut très vite se positionner à une certaine altitude
et avoir un panorama qui est tout à fait différent, très large" Vincent Bornet

"En Valais on est vu ou on voit; c'est la simplicité de la chose ; de la plaine on voit le coteau, du coteau on
voit la plaine ; on voit tout, c’est le prototype de la vallée" Bernard Attinger
Document de travail / CoManaging 119
OUVERTURE ET PROPORTIONS

Configuration singulière et forte d'un territoire à personnalité "géante" :


dominante de verticalité à la perpendiculaire de l'horizontalité de la plaine
et affinités naturelles avec "l'extrême"
ƒà l'échelle cantonale, une configuration caractéristique : verticalité du relief à la perpendiculaire
de l'horizontalité de la plaine rhodanienne
ƒdominante de verticalité qui caractérise le territoire
> ressenti de la verticalité différent entre Valaisans et "étrangers"
• pour les Valaisans, sentiment d'ouverture par le ciel, par derrière, etc
• mais parfois des désirs d'horizontalité…
• pour les "étrangers", verticalité qui peut être oppressante
> paradis de l'alpinisme et du tourisme sportif (sports d'hiver, etc)
> une verticalité dominante aussi dans les œuvres humaines
ƒun territoire à personnalité "géante" : trois dimensions spécifiques du "très"
> "l’extrême"
• amplitude d’altitude
• des repères géants
• la déclivité jusqu'à l'extrême
> le "superlatif"
> la "grandeur" et le grandiose
ƒterritoire occulté de l'extérieur mais grande ouverture visuelle "vers l'intérieur"
> dimension forte du "panorama" depuis l’ensemble des hauteurs valaisannes
ƒdimension souterraine des montagnes, en particulier à cause du karst
Document de travail / CoManaging 120
OUVERTURE ET PROPORTIONS

ƒ "[L'] altitude [du Valais ] la plus basse est de 370 mètres au bord du Leman ; la Pointe-Dufour (4634
mètres) , dans le massif du Mont-Rose, est le lieu culminant. La distance de la Furka au Leman est de
150 km ; les vallées latérales les plus profondes ont environ 40km de longueur." Henri Maître,
Mosaïque du pays valaisan

ƒ à l'échelle cantonale, une configuration caractéristique : verticalité du relief à la perpendiculaire de


l'horizontalité de la plaine rhodanienne
"Une vallée viticole bordée de montagnes à la végétation abondante" Roland Vergères
"Les granites des massifs du Mont Blanc et de l’Aar sont redressés presque à la verticale. Le détachement occasionnel
de plaques ne modifie que légèrement la forme très pure de ces sommets, qui s’amincissent peu à peu, alors que leurs
pieds s’encombrent de débris. " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"Les vallées étroites et profondes ont des versants aux pentes très fortes, mais les crêtes sont larges. En émergent
quelques pics pointus (Zinalrothorn, Dent Blanche). Beaucoup de cimes sont massives (Grand Combin, Monte Rosa, Monte
Leone). La pyramide élancée et dégagée du Cervin constitue une particularité exceptionnelle. " Micheline Cosinschi, Le
Valais : cartoscopie d’un espace régional
"Le bout de la plaine, c'est-à-dire dans le pied de l'autre chaîne, et là elle était tranchée net comme d'un coup de
ciseaux." C.F. Ramuz, Vendanges
"Pays suspendu entre le ciel et la terre, rucher dans le soleil (..) Tout est suspendu sur des précipices. Nulle part un
replat pour s'asseoir. Le cimetière lui-même offre aux morts des couches inclinées. Toujours cette fuite plongeante de
tout vers la rivière, ces coulées de rocs, ces ravins, ces couloirs, ces cheminées. La tête nous tourne. En bas, la
plaine, si parfaitement à nos pieds qu'il suffirait de se pencher en avant… La plaine fleurie, la plaine féconde, lisse, joyeuse
dans le triomphe du printemps." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes

Document de travail / CoManaging 121


OUVERTURE ET PROPORTIONS

ƒ dominante de verticalité qui caractérise le territoire


47 sommets de plus de 4000m
"C’est très simple, la dimension qui domine, c'est la verticalité. Je crois que la perception du Rhône et de la
plaine est moins importante que la verticalité ; quand on est en Valais, on lève la tête ou on baisse la tête et on
a moins, même si l’on regarde ce paysage, la notion de l’horizontalité. L’'angle est important dans le
paysage." Jacques Cordonnier
"la dimension verticale qui limite l'espace" Marc-André Berclaz
"Des paysages caractérisés par la verticalité, donc par les hauts et les plaines"
"La montagne déjà se relève, monte en hâte vers ses forêts bleues. Cette pente est si brusque d'abord que les
hameaux ont peine à s'y agripper." Maurice Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne

> ressenti de la verticalité différent entre Valaisans et "étrangers"


"On a l’impression d’être en Valais dans un énorme amphithéâtre. Pour des gens qui viennent de l’extérieur, on
a parfois un peu l'impression d'être écrasé par cette verticalité, mais moi j'ai un sentiment de protection de
par ce cirque montagneux." Jean-Marie Bornet
"Indiscutable impression, nous avions toutes et tous inconsciemment ressenti la douce oppression alpine, ces
hautes et puissantes façades, tel un long ruban rocailleux gris, bleu, noir, ocre, qui se déroulait jusqu’aux confins
de la vallée, retranchant à notre regard étonné l’accès à l’horizon lointain. Et nous, admiratifs et silencieux,
sillonnions au sein de ce méandre, suivant l’unique trace laissée jadis par le passage des glaciers sur ce sol sec et
sauvage. " http://www.aliaco.com

Document de travail / CoManaging 122


OUVERTURE ET PROPORTIONS

ƒ dominante de verticalité qui caractérise le territoire (suite)

> ressenti de la verticalité différent entre Valaisans et "étrangers"(suite)

• pour les Valaisans, sentiment d'ouverture par le ciel, par "l'espace créé par les
montagnes", etc
"Mais c'est très curieux cette fermeture, parce que c'est une chose qui est vraiment décrite de l'extérieur, et
j'entendais les gens qui me disaient: mais qu'est-ce que tu vas t'enfermer là-dedans! Et puis pour moi, quand je passe le
virage de Martigny, je ne vais pas m'enfermer, je vais m'ouvrir, je vois ces piques et il y a un ciel ouvert (en tout cas
à moi ça me parle beaucoup)." Sylvine Eberlé
"Le ciel est aussi très important ; on a une ouverture qui se crée aussi avec le ciel" Christophe Valentini
"Quand on vient de St-Maurice en direction de Martigny, on a l’impression d’ouverture, et quelque part le virage on le
perçoit comme ouvert derrière, alors que si l’on vient de Sion direction Martigny, on a quand même l’impression de
taper un peu contre un mur." Christophe Valentini
"(..) la nouvelle civilisation valaisanne refuse les barrières si haut que soit le relief…" Henri Maître, Mosaïque du
pays valaisan
"notre regard oblique, irrémédiablement, était aimanté sur la bouche béante du ciel immaculé par où l’air et la vie
semblaient seuls pouvoir s’immiscer. (..) Sidérés, nous nous étions gavés d’air frais de la montagne et de la
luminosité du plafond azuré." http://www.aliaco.com
"Ce ne sont pas ses montagnes qui emportent ma conviction, mais le fait remarquable qu’elles créent de l’espace (de
par leur conception ou leur répartition particulière) : comme une sculpture de Rodin possède en soi un espace propre et le
diffuse autour de soi : c’est ainsi que les montagnes et les collines se comportent – à mes yeux – dans ces contrées du
Valais ; un espace inépuisable émane d’elles et entre elles, quelle que soit l’étroitesse de cette vallée du
Rhône. (Rilke) " Michel Clavien, www.vs.ch/press

Document de travail / CoManaging 123


OUVERTURE ET PROPORTIONS

ƒ dominante de verticalité qui caractérise le territoire (suite)

> ressenti de la verticalité différent entre Valaisans et "étrangers"(suite)

• des désirs (un rêve) d'horizontalité…


"Lors de l’impression de calendriers en Valais on retrouve toujours les montagnes; j’ai parfois l’impression que
certains Valaisans aimeraient que l'on oublie un peu la notion de montagne pour revenir à l'horizontalité de la
plaine." Jean-Marie Bornet

• pour les "étrangers", verticalité qui peut être oppressante


"Je vais relater ce que dit ma femme qui est calabraise; en arrivant pour la première fois en Suisse elle a dit: " ici
c'est oppressant". Maintenant, 20 ans après elle dit que les montagnes sont devenues plus petites. C'est clair…
et en 40 ans elle, elle n'a pas grandi! " Grégoire Jirillo
" Indiscutable impression, nous avions toutes et tous inconsciemment ressenti la douce oppression alpine, ces
hautes et puissantes façades, tel un long ruban rocailleux gris, bleu, noir, ocre, qui se déroulait jusqu’aux
confins de la vallée, retranchant à notre regard étonné l’accès à l’horizon lointain. Et nous, admiratifs et
silencieux, sillonnions au sein de ce méandre, suivant l’unique trace laissée jadis par le passage des glaciers sur ce sol
sec et sauvage. " http://www.aliaco.com

Document de travail / CoManaging 124


OUVERTURE ET PROPORTIONS

ƒ dominante de verticalité qui caractérise le territoire (suite)

> paradis de l'alpinisme et du tourisme sportif (sports d'hiver, etc) : "l'ouverture par les montagnes"
"Placé sous le signe du sport et du Tourisme, l'alpinisme moderne prit son essor dans la seconde moitié du XIXe s. Dans
les années 1850 et 1860, des Anglais comme John Ball, John Tyndall, Leslie Stephen et Edward Whymper illustrèrent "l'âge
d'or de l'alpinisme", dont Grindelwald et Zermatt devinrent les centres. " Paul Meinherz, www.hls-dhs-dss.ch
"Depuis les premiers balbutiements de l’alpinisme déjà, cette région, riche en histoire et en culture, fascine alpinistes,
randonneurs et passionnés de sport." Michel Clavien, www.vs.ch/press
"Le Valais est au cœur de l'alpinisme ; depuis longtemps, les cols étaient familiers aux montagnards, où se nouaient
de bonnes relations transfrontalières. mais grâce à la haute montagne, les projets et les visages vont changer : une cohorte
d'alpinistes passent la porte de Saint-Maurice, prenant le relais des cristalliers et des chasseurs de chamois qui allaient déjà
plus haut que les cols. Ils iront jusqu'aux sommets, là où la vue porte loin et profond, vers le relief tourmenté des vallées et
l'immensité du ciel. Pour le Vieux-Pays, c'est l'ouverture par les montagnes, une ère nouvelle annoncée au sommet de la
terre valaisanne." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan

> une verticalité dominante aussi dans les œuvres humaines


à l'exemple des tours et châteaux perchés dans le patrimoine architctural
"Même les constructions comme les tours de Saillon, de la Bâtiaz etc, renforcent l'impression de la verticalité." Jean-
Marie Bornet
"(..) nous ne voyons plus, soudain, que des clochers, des jets, des élancements. Vieilles demeures achevées par une
tourelle, coiffées d'un chapeau pointu, temple, chapelles, églises, peuplent le ciel de leurs fûts innombrables auxquels de
grands séquoias joignent le cône assombri de leur majesté." Maurice Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne

Document de travail / CoManaging 125


OUVERTURE ET PROPORTIONS

ƒ un territoire à personnalité géante : trois "dimensions" spécifiques du "très"


> "l’extrême"
• amplitude d’altitude
"La diversité, une rupture forte due aux différences d’altitude" Jean Bonnard
"L’expression "pays de contraste" saute aux yeux dès que l’on examine la géographie. Déjà la différence d’altitude entre le
point le plus haut et celui le plus bas du canton parle d’elle-même : 4'262 m. De tels contrastes marquent non seulement la
nature, mais aussi les hommes : certains Valaisans vivent en permanence 1'550 m plus haut que d’autres. " Valais-Wallis,
Géographie et témoignages sur le Valais

• des repères géants


"On sait toujours où l'on est, comme CF. Ramuz l'a écrit: "Le Valais a le Cervin pour mesurer le ciel et le Rhône pour
mesurer la terre" et je crois que c’est assez juste." Bernard Attinger
"Nous sommes à genoux devant une tente. La montagne se dresse, plissée par cinq grosses ravines. C'est une géante."
Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité

• la déclivité jusqu'à l'extrême


"Importance de l'angle dans le paysage"
"Les vallées étroites et profondes ont des versants aux pentes très fortes, mais les crêtes sont larges. En émergent quelques
pics pointus (Zinalrothorn, Dent Blanche). Beaucoup de cimes sont massives (Grand Combin, Monte Rosa, Monte Leone). La
pyramide élancée et dégagée du Cervin constitue une particularité exceptionnelle. (..)
"La verticalité d’abord, saisissante lorsqu’on regarde depuis le Rhône la forte déclivité des versants, les ouvertures adjacentes
ensuite, peu nombreuses mais régulières. " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"D’un bout à l’autre du territoire cantonal, on peut rencontrer des terrains à déclivité extrême et dans certaines communes
(Hérémence, Chandolin, ou Isérables, par exemple) l’inclinaison du terrain agricole ne descend pratiquement pas en
dessous de 40%. " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"Les hommes ont le pied des tiges à hauteur de leur faucille, tellement le pays penche. " C.F. Ramuz, Derborence
Document de travail / CoManaging 126
OUVERTURE ET PROPORTIONS
ƒ un territoire à personnalité géante : trois "dimensions" spécifiques du "très" (suite)
> le "superlatif"
"Ce canton unique en son genre accumule les records et les superlatifs, tels le plus grand glacier d’Europe (glacier
d’Aletsch avec ses 117 km2) ou le plus haut sommet de Suisse (Pointe Dufour, avec ses 4635 m)." Michel Clavien,
www.vs.ch/press
ƒ Probablement record mondial du pourcentage d'habitants propriétaires de vignes
ƒ Le lac souterrain le plus grand d'Europe (300M de long sur 20 m de large et 10m de profondeur)
ƒ La proximité immédiate du Lac Léman, plus grand lac d'Europe ?
ƒ Le plus grand barrage du monde en poids / probablement le plus grand nombre de barrages pour un si petit territoire
ƒ Le plus grand glacier des Alpes
ƒ Le plus haut sommet de Suisse
ƒ Le plus grand nombre de sommets les plus élevés et les plus escarpés des Alpes / Cinquante sommets dépassant les 4000
mètres d'altitude
ƒ "La haute vallée du Rhône, la plus grande gorge du monde" Guide du Routard
ƒ "Des ciels plus bleus qu'ailleurs" Guide du Routard
ƒ "Le plus haut vignoble d'Europe" Visperterminen
ƒ "Les plus belles montagnes des Alpes" / "les plus Alpines" extrait de commentaires des interviews dans le Valais
ƒ Le plus gros producteur de vin de la Suisse
ƒ Le plus grand nombre de journée ensoleillé de Suisse
> la "grandeur" et le grandiose
"Indiscutable impression, nous avions toutes et tous inconsciemment ressenti la douce oppression alpine, ces hautes et
puissantes façades, tel un long ruban rocailleux gris, bleu, noir, ocre, qui se déroulait jusqu’aux confins de la vallée, retranchant
à notre regard étonné l’accès à l’horizon lointain. Et nous, admiratifs et silencieux, sillonnions au sein de ce méandre, suivant
l’unique trace laissée jadis par le passage des glaciers sur ce sol sec et sauvage. " http://www.aliaco.com
"La noble grandeur et la rayonnante sérénité qui émanent des coteaux saviésans (Maurice Jean-Petit-Matile) " Charles André
Meyer, paysage, un peu des peintres de Savièse dans les collections municipales
"Le plus beau panorama (…), et il vous prend des envies de grandeur " Alain Rebetez, l’Hebdo No 30, semaine du 27 juillet
2006 Document de travail / CoManaging 127
OUVERTURE ET PROPORTIONS

ƒ territoire occulté de l'extérieur mais grande ouverture visuelle "vers l'intérieur"


> dimension forte du "panorama" depuis l’ensemble des hauteurs valaisannes : toute la diversité
paysagère en un seul coup d'œil
"Un élément qui est frappant, c’est la variété des panoramas, des choses et des endroits très différents, la variété de la vue;
on peut très vite se positionner à une certaine altitude et avoir un panorama qui est tout à fait différent, très large." Vincent
Bornet
"En Valais on est vu ou on voit; c'est la simplicité de la chose ; de la plaine on voit le coteau, du coteau on voit la plaine ; on
voit tout, c’est le prototype de la vallée" Bernard Attinger
"La vue sur la vallée en pénétrant en Valais par un col alpin, la plaine du Rhône agricole et industrielle, les bourgs, les
villages, les très nombreuses constructions disséminées sur tout le territoire, les vignobles, les montagnes avec leurs neiges
"éternelles", les précipices, les vallées, les rivières, les cascades, les lacs…. " Christian Salamin
"Partout des panoramas uniques" Armand Dussex
"Mais la plaine n'est qu'un petit bout du pays, une bande étroite découpée par le fleuve entre les monts et c'est en haut qu'il
faut regarder (..) Nous montons et de vastes perspectives s'ouvrent, se referment, comme si un habile metteur en scène
s'ingéniait à varier notre plaisir (!;;) Des pans entiers du monde tournent sur d'invisibles charnières. Des forêts glissent en des
coulisses silencieuses, s'interposent entre le regard et les cimes puis se retirent et le monde immense déballe de nouvelles
surprises." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Au-delà des collines, le pays reprend son grand jeu de plans coupés, de perspectives profondes, de montées par bonds
vers les cimes." Maurice Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne
ƒ dimension souterraine des montagnes, en particulier à cause du karst
"Ces montagnes qui sont des Gruyères car percées de partout pour faire des forts militaires." Patricia Lafarge
"Les ressources en eau potable de la région de Montana (Valais, Suisse) sont principalement assurées par des sources
alimentées par un domaine karstique étendu au versant montagneux dominant la station. (..) Les principaux systèmes
d'écoulement des eaux souterraines sont de type karstique" Germain Crestin, Vulnérabilité du milieu karstique de larégion de
Montana (Valais, Suisse)
Document de travail / CoManaging 128
COMPOSITION et PAYSAGES

"Décrire le Valais peut sembler simple de prime abord :


une longue vallée fluviale creusant un couloir entre deux chaînes de montagnes,
et de nombreuses vallées latérales façonnées par des rivières glaciaires.
A y regarder d’un peu plus près, tout se complique.
La réalité valaisanne est faite de multiples éléments
qui se combinent pour donner naissance à un espace exceptionnel.
De la plaine jusqu’à la cote - mythique - de 4 000 mètres,
le canton possède plusieurs microclimats, plusieurs types de végétation aussi.
La vallée créée par le cours du Rhône, à laquelle le canton doit son nom (Valais dérive du latin vallis),
est globalement orientée d'est en ouest, ce qui entraîne des variations importantes
au niveau de l’ensoleillement, et, par conséquent, des cultures et des modes d’habitats différenciés.
Ces données de géographie physique permettent de mieux comprendre les spécificités
topographiques, hydrographiques ou climatiques de chaque élément de la mosaïque valaisanne :
la plaine du Rhône, les rives droite et gauche, les vallées latérales,
les déserts d’altitude, les glaciers…"
Anne Michellod, site Encyclopédie Valais

"une forme de combinaison méridionale et alpine unique"


Marc-André Berclaz

"En dépit de son statut de région sèche, le Valais joue le rôle de château d’eau de la Suisse,
grâce à la réserve d'eau constituée par ses 45 glaciers.
Les torrents des vallées latérales, dont le débit varie fortement d’une saison à l’autre, viennent grossir le Rhône
et lui donner définitivement l’allure d’un fleuve avant qu’il ne se noie dans le Léman."
Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo
Document de travail / CoManaging 129
COMPOSITION et PAYSAGES

Prégnance du paysage de montagne


mais diversité et segmentation de paysages,
composant une entité paysagère cantonale unique, puissante et généreuse :
"archipel de sommets" et archétype de la vallée
"une forme de combinaison méridionale et alpine unique" Marc-André Berclaz

ƒ le paradoxe d’une diversité inattendue, contrastée et harmonieuse dans un petit territoire et à très peu
de distance
ƒ un "archipel de sommets" : prégnance du paysage de montagne, concentration de "ressources"
ƒ la vallée du Rhône, un archétype de la vallée et une plaine-jardin
ƒ des paysages à l’aspect méditerranéen
ƒ particularisme et beauté du paysage de cultures en terrasse, essentiellement de la vigne : une
"œuvre d'art", part de l'identité paysagère
ƒ multiples partitions paysagères
ƒ beauté et force de paysages au puissant pouvoir d'imprégnation sur l'homme
ƒ richesse et générosité "chaleureuse" de paysages "pleins de ressources" et "bienfaisants"
ƒ importante présence boisée dans le paysage inférieur à 2000m d’altitude
ƒ diversité des essences révélatrices selon l'altitude, témoin visible des étages du paysage
ƒ forêt exploitée mais respectée dans sa dimension "naturelle"
ƒ la forêt de Finges, une forêt-patrimoine
ƒ présence d'une forêt cachée…la forêt fossile
ƒ les pylônes : bonnes (et mauvaises) raisons pour accepter, voire s'approprier, une "pollution visuelle"
Document de travail / CoManaging 130
COMPOSITION et PAYSAGES

Activités humaines 12 % du territoire valaisan 33 % du territoire suisse


Surfaces agricoles 23 % du territoire valaisan 20 % du territoire suisse
Forêts 23 % du territoire valaisan 26 % du territoire suisse
Cours d’eau et lacs 1 % du territoire valaisan 4 % du territoire suisse
Rochers et glaciers 41 % du territoire valaisan 17 % du territoire suisse

Altitudes extrêmes:
Point culminant 4’634 m Pointe Dufour
Village le plus élevé 1’934 m Chandolin
Point le plus bas 372 m Lac Léman
Village le plus bas 384 m Port-Valais

57% du territoire se situe en zone de montagne


47 sommets de plus de 4000m
25 vallées latérales importantes, d’innombrables autres de moindre importance

~5km de " côte " sur le lac Léman, Entre St-Gingolphe et le Bouveret

Document de travail / CoManaging 131


COMPOSITION et PAYSAGES

Valais Suisse

hectares % hectares %
1992 - 1992 - 1992- 1992-
Année du relevé
1995 1995 1997 1997
Surfaces boisées Forêt (sans la forêt buissonnante 97909 18.74 1102156 26.70
Forêt
Forêt buissonnante 6477 1.24 60514 1.47
Autres surfaces boisées 14487 2.77 108975 2.64
Terres arables, prés pâturages
Surfaces agricoles utiles 23354 4.47 926367 22.44
locaux
Arboriculture fruitière, viticulture,
9296 1.78 60954 1.48
horticulture
Alpages 73375 14.04 537801 13.03
Surfaces d'habitat et d'infrastructure Surface de transports 5806 1.11 89331 2.16
Aire industrielle 1154 0.22 20233 0.49
Autres surfaces d'habitat et
9299 1.78 169526 4.11
d'infrastructure
Surfaces improductives Lacs et cours d'eau 6999 1.34 173969 4.21
Végétation improductive 58751 11.25 263051 6.37
Surfaces sans végétations 215543 41.26 615599 14.91
Surface totale 522450 100.00 4128476 100.00

Document de travail / CoManaging 132


COMPOSITION et PAYSAGES

Document de travail / CoManaging 133


COMPOSITION et PAYSAGES
ƒ le paradoxe d’une diversité inattendue, contrastée et harmonieuse dans un petit territoire et à très peu de
distance
"Une très grande simplicité et une variété pleine de contrastes entre l'altitude et la plaine"
"Beaucoup de diversité en un temps très court. Il y a la lumière qui ne rentre pas la même chose, des extrêmes très chauds,
très brouillards, un endroit très industrialisé, très sauvage avec des transitions très contrastées,." Anne Martin
"Je dirais tout d'abord que le paysage est l’argument le plus important aux yeux des touristes qui viennent en Valais. Il faut
le préserver, le garder en bonne santé. Ensuite, ce qui marque beaucoup, ce sont les différences de hauteur, en altitude on
trouve d'autres ressources qu'en plaine mais on est un pays très varié avec beaucoup de richesses." Frédéric Zuber
"J’abonde dans le sens de la variété et des contrastes qui existent dans les paysages, que ce soit au niveau de la plaine ou
de la montagne. " Vincent Bornet
"Je crois que l'on peut souligner l'harmonie qu'il y a. Il y a toujours une très forte intégration entre les couleurs, les
harmonies, qui passent de la plaine à la montagne" Alain Barbey
"Le Valais, un territoire montagneux avec une échelle et une diversité extraordinaires de la plaine à la montagne, pour les
paysages, le climat comme la faune et la flore" Marie-Claude Morand
"Sauvage, accidenté, doux/agréable, (très opposé, varié, contrasté)" Roland Imboden
"La diversité des paysages, notamment la complémentarité entre la plaine du Rhône et les régions de montagne qui
l’entourent" Jean-Bernard Moix
"Le Valais est terre de contrastes, mais aussi terre d’harmonie, avec son climat ensoleillé et le cours du Rhône qui unit la
vallée. Chaque région a ses coutumes, chaque alpage a ses particularismes." Commission de marketing Fromage Valaisan,
brochure Le fromage valaisan, c’est lui!
"Certains petits villages haut perchés semblent écrasés par les sommets qui ici et là donnent à voir leurs neiges éternelles.
Le contraste est grand avec le fond de la vallée, ancien marécage, devenu, depuis l'endiguement du Rhône, le royaume
des cultures maraîchères et des vergers peuplés de poiriers, pommiers, abricotiers. On y rencontre amandiers, figuiers et
cactus, tout comme la lavande et le thym". Bernard Arnould, In vino veritas, site chazallet.com
Document de travail / CoManaging 134
COMPOSITION et PAYSAGES

ƒ le paradoxe d’une diversité inattendue, contrastée et harmonieuse dans un petit territoire et à très peu
de distance (suite)

"Au levant les fleurs du printemps, au midi les fruits de l'automne, au nord les glaces de l'hiver: elle réunissoit toutes les
saisons dans le même instant, tous les climats dans le même lieu, des terrains contraires sur le même sol, et
formoit l'accord inconnu partout ailleurs des productions des plaines et de celles des Alpes (Jean-Jacques
Rousseau)" Michel Clavien, www.vs.ch/press
"Pour le visiteur étranger, le Valais frappe par l’extrême diversité de ses paysages. Des rives du lac Léman aux étendues
des glaciers, il est une terre de contrastes où la nature joue sur tous les registres, utilisant les ressources de sa palette
de couleurs et de structures infinies : prairies verdoyantes, sombres forêts d’épicéa, cultures géométriques de la plaine du
Rhône, steppes des alpages et déserts d’altitude qui confinent au ciel... Cette variété qui charme le regard et fait le
bonheur des naturalistes trouve une explication dans la combinaison des différents facteurs en présence." Anne Michellod,
www.vs.ch/encyclo
"Une extraordinaire expérience en matière de paysages, de nature, de soleil, de neige et d’air frais, des ressources qui
n’existent nulle part ailleurs en Europe avec autant d’abondance." Michel Clavien, www.vs.ch/press
"Pays d’apparente homogénéité (…), le Valais est donc surtout apprécié pour ses contrastes." Christelle Carrier, Autour
du concept d’identité, que signifie être Valaisan aujourd’hui

Document de travail / CoManaging 135


COMPOSITION et PAYSAGES

ƒ un "archipel de sommets" : prégnance du paysage de montagne, concentration de "ressources"


"La montagne, omniprésente, habitée en plaine et en moyenne montagne, sauvage sur les hauts" François
Perraudin
"51 sommets suisses de plus de 4000m se trouvent dans le canton du Valais " Valais-Wallis, Géographie et
témoignages sur le Valais
"Le Cervin éclipse un peu les autres sommets du Valais, mais c'est "l'arbre qui cache la forêt". Le Valais, c'est un
archipel complet de sommets à découvrir par des voies neigeuses, rocheuses ou mixtes, surmontant de grands
glaciers et des alpages verdoyants. Une vraie terre d'élection pour l'alpinisme !" site alpesexploration
"En face d’elle et juste au niveau des yeux, il y a les montagnes. Il n’y en a pas seulement une, ni deux, ni dix,
mais des centaines ; elles sont rangées en demi-cercles comme une guirlande de fleurs suspendue dans le bas du
ciel." C.F. Ramuz, Derborence
"Un pays enclos par des chaînes de montagnes qui montent à l’assaut du ciel jusqu’à une altitude de 4’000
mètres (…) des vignes accrochées à des remparts rocheux, sur une plaine et des collines où alternent cultures,
villages et cités. Alors que vous ne discernez d’abord qu’une seule et grande vallée, voilà que vous découvrez qu’elle
s’ouvre sur mille autres vallées latérales, conduisant à des stations alpestres, à des villages secrets au charme
pittoresque." Michel Logoz, www.agrivalais.ch
"Le Valais avec ses cent cornes blanches, et son unique Rhône, sa ruée d'eau de truites, sa saveur, sa fougue, sa
limpidité, qu'est-ce? Une haute vallée de l'Inde." Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité

Document de travail / CoManaging 136


COMPOSITION et PAYSAGES

ƒ la vallée du Rhône, un archétype de la vallée et une plaine-jardin


"C’est le prototype de la vallée et je crois que ça explique aussi le caractère des Valaisans. Je ne connais pas d'autres
vallées sur la terre qui soit une telle caricature de la vallée comme le Valais." Bernard Attinger
"Le Valais c’est la vallée par excellence" Marie-Claude Morand
"Une vallée, longue de 150km, dentelée de plus de cinquante sommets dépassant les 4000 mètres d'altitude, où coule le
Rhône du glacier au lac Léman". www.maragnene.ch/valais
"Le canton du Valais est situé au sud-ouest de la Suisse. Il correspond approximativement à la haute vallée du Rhône,
dans les Alpes, entre sa source à Gletsch et le lac Léman. Le fleuve coule d'abord approximativement d'est en ouest jusqu'à
Martigny. À ce niveau, son cours se détourne de façon brutale vers le nord. Il se jette dans le lac Léman après avoir passé un
défilé étroit à Saint-Maurice. " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"Les cortèges ruisselleront sous les étendards de la Fête-Dieu. Le cerisier nous empêcha de voir la plaine. La plaine est un
verger fleuri. La plaine, de part et d'autre de son fleuve, est un jardin de Paradis. On va, de pommier en pommier sous
des parasols de soie brodée. Il faut donner le monde pour un pommier en fleurs. Il faut vendre toutes nos montagnes pour
acheter encore des pommiers en fleurs." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"La terre valaisanne devient la "Californie de la Suisse", nourrie de toutes les forces enfouies durant des siècles par les
alluvions, "engraissées par les millénaires", écrit Maurice Zermatten." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan
"Vu de là-haut / Le monde était toujours pareil, / les vergers innocents, les vignes bien pliées / Et le Rhône pâle
s'élargissait / Pour se donner des îles / Incroyables et si grandes / Que la vie en elles devenait possible"
S. Corinna Bille, Le paradis perdu, La montagne déserte
"Quelle divinité bocagère attire les hommes dans les secrets des vergers et des jardins? Ces citadins, ces fonctionnaires,
ces commerçants, quand ils ne sont pas vignerons, cultivent leurs asperges, plantent leurs choux, taillent leurs pommiers et
cueillent des fruits admirables. Justement, les branches ploient vers les corbeilles. En ces jours d'offrande, ce pays est
chargé de richesses." Maurice Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne

Document de travail / CoManaging 137


COMPOSITION et PAYSAGES

ƒ des paysages à l’aspect méditerranéen


"Sa parenté avec les paysages méditerranéens (Provence)" Gilberte Favre
"Ce pays de montagne reste un pays du midi" Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"En remontant la vallée du Rhône à partir de Martigny, on voit apparaître les premières steppes, les forêts de chênes
pubescents, les pinèdes et les cultures spécialisées qui s’accommodent d’une faible humidité. La forte pente des
versants, le foehn (vent chaud et sec) et les vents de vallées renforcent les effets de la sécheresse et donnent une touche
méditerranéenne à la composition de la flore et à l’aspect général des sites. " Jean-Henry Papilloud, Les bisses du
Valais

ƒ particularisme et beauté du paysage de cultures en terrasse, essentiellement de la vigne : une "œuvre


d'art", part de l'identité paysagère
"Les vignobles en terrasses, c'est un paysage qui caractérise le Valais" Pierre Devanthéry
"La vigne incontournable" Marc-André Berclaz
" En Valais, la vigne est indissociable de la beauté du paysage qu’elle offre au promeneur (…) La vigne s’agrippe aux
flancs escarpés des rive du Rhône, s’étage en terrasses étroites entre des kilomètres de murs de pierre sèche, dont
certains s’élèvent jusqu’à 20 mètres de hauteur. (..) Ces vignes de l’extrême (…) font naître ce sentiment d’admiration que
l’on éprouve face aux grandes œuvres d’art. " Michel Logoz, www.agrivalais.ch
"Creusée au cours des millénaires par le retrait des glaciers, [la vallée] offre le spectacle de vignobles à flanc de
montagnes. Les coteaux, souvent pentus, s'élèvent de 450 à 800 mètres. En raison de cette forte déclivité, elle peut
atteindre 70%, la vigne est le plus souvent cultivée en terrasses appelées “ tablars ” que l'on croirait presque
suspendues dans le ciel. Les pentes sont striées de murs de soutènement en parfait état. De nombreuses vallées
latérales ainsi que des fractures impressionnantes dans la roche concourent à la multiplicité des expositions. Celle-ci se
conjugue avec les variations des températures selon l'altitude et la mosaïque des sols pour offrir à la vigne une grande
diversité de sites. Ce jusqu'à l'extrême puisque les terrasses vertigineuses de Vispertermin accueillent à 1100 mètres le
vignoble le plus haut d'Europe." Bernard Arnould, In vino veritas, site chazallet.com
Document de travail / CoManaging 138
COMPOSITION et PAYSAGES

ƒ particularisme et beauté du paysage de cultures en terrasse : une part de l'identité paysagère


(suite)

> un paysage aujourd'hui en danger


"L'euphorie de la vigne est récente et ce paysage de murs de vignes est aussi récent. C’est un paysage qui s’est
adapté, que l’on a apprivoisé et c’est vrai que c’est devenu un paysage intéressant et remarquable pour le Valais ;
et c’est vrai que maintenant l’entretien cause des problèmes financiers énormes ; on a des kilomètres et des
kilomètres de murs et on articulait des chiffres, au mètre, de CHF 600 à 800.- pour la construction. Je crois qu’il y a
pas mal d’études qui sont faites pour connaître les périmètres que l’on pourrait sauvegarder au détriment d’autres."
Christophe Valentini
"Il y a aussi toutes ces terrasses, comme dans la vallée de Bagnes, et ces cultures en terrasses aujourd’hui en
ruines étaient pour les céréales. Ce paysage en terrasse doit faire partie de l'identité valaisanne" Marie-Claude
Morand

> un paysage "de conquête" révélateur du caractère valaisan


"Je dirais que c’est une image qui est très forte, une traduction du lien homme / paysage ; et quelque part on
trouvera du caractère du Valaisan au travers de ces paysages, de l’ardeur qu'il met au travail et tout le côté
culturel aussi. On trouve un lien entre la valeur paysagère et l’activité humaine. " Vincent Bornet

Document de travail / CoManaging 139


COMPOSITION et PAYSAGES

ƒ multiples partitions paysagères, avec des conséquences de différences culturelles


> rive droite / rive gauche
"Il faut différencier la rive droite de la rive gauche" Christine Roduit
"[Les vallées] de la rive droite peuvent être inhospitalières, celles de la rive gauche regorgent de couloirs, d’à-pics rocheux
avant de s’animer de sites verdoyants, lorsque les versants s’ouvrent et s’adoucissent. " Micheline Cosinschi, Le Valais :
cartoscopie d’un espace régional
"Sur un schéma théorique, on remarque que les arbres déterminants varient d'une région à l'autre et surtout que les limites
d'étage s'élèvent de 200 m en moyenne entre le Bas-Valais et la rive droite du Rhône en Valais central. Ce phénomène
s'explique par le fait que les vallées internes des Alpes sont beaucoup plus sèches et ensoleillées que les versants
externes. Les limites redescendent un peu sur les bas-coteaux de la rive gauche faute d'une bonne exposition, mais
montent particulièrement haut sur les sommets de la chaîne pennine, elle-même plus ensoleillée que la chaîne bernoise.
La situation sur le terrain est souvent plus complexe. " Philippe Werner, www.vs.ch/encyclo
"(..) une localité sise à l'ombre d'une montagne noire. L'hiver, le soleil disparaissait pendant quatre mois. Les renards
aboyaient dans la côte de givre et dans les prés d'ombre. La nuit était plantée comme une hache dans la neige à cinq cents
mètres des maisons." Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité

> contrastes plaine / altitude : dépouillement de la haute montagne et luxuriance de la plaine-jardin


"Le Haut et le Bas; la plaine et la montagne" Marc-André Berclaz
"Le haut et le bas, la montagne et la plaine" Armand Dussex
"la nature, si richement ornée dans sa première heure de marche, s’offre maintenant dans sa beauté dénudée, explosant
de joie (…) " Roland Puippe, L’été suggéré, le Valais au fil de l’eau, supplément du Nouvelliste 7 juillet 2000
"De haut en bas de ces étages superposés, les contrastes éclatent sans cesse, sans cesse se marquent les différences.
Pendant que les premières fleurs éclosent sur les coteaux du Rhône, face au midi, c'est à peine si la neige, dans ces hauts
villages, commencent à peine à fondre. (..) La vallée blanchit sous les corolles quand apparaissent là-haut les premiers gazons"
Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
Document de travail / CoManaging 140
COMPOSITION et PAYSAGES

ƒ multiples partitions paysagères (suite)


> par vallées
"Des vallées latérales, orientées nord-sud, s’ouvrent sur la plaine centrale ; elles abritent des pâturages et des mayens, en
général au-dessus de 1'400 m, les villages de montagne sont établis sur les côteaux ensoleillés, encerclés des terres
cultivables. Certaines vallées sont plus fertiles et plus cultivées, comme le Val d’Illiez, d’autres laissent peu de place à
l’agriculture." Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional

> "une superposition d’étages et de climats"


"Les étages que l'on retrouve du Rhône au sommet des montagnes, dans chaque vallée latérale; L'empreinte des glaciers."
Madeleine Wiget-Daly
" C’est le privilège du Valais d’offrir, sur quelques kilomètres, ces sensations contrastées, engendrées par une superposition
d’étages et de climats, dont chaque palier constitue un milieu naturel, un écosystème avec ses styles de vie, son architecture
typique, sa flore, sa faune, ses espèces rares et précieuses. " Michel Logoz, www.agrivalais.ch
" Un étagement prodigue en produits spécifiques de leurs milieux respectifs. " Michel Logoz, www.agrivalais.ch
" Dans une région de montagnes comme le Valais, il est utile de savoir reconnaître les différents étages de végétation:
collinéen, montagnard, subalpin, alpin et nival. Ces tranches d'altitude correspondent à des conditions de vie très
différentes, aussi bien pour les plantes que pour les hommes. En réalité, la température, la longueur de la période de
végétation, les précipitations et autres facteurs déterminants varient graduellement avec l'altitude. Les limites entre étages ont
donc quelque chose d'arbitraire et se justifient avant tout pour la commodité de la présentation. On peut cependant les repérer
dans le paysage d'après la répartition naturelle de certaines essences forestières. Philippe Werner. " www.vs.ch/encyclo

> Haut Valais / Bas Valais


" La partie basse, de Martigny au lac Léman, est une zone de grandes cultures, tandis que la partie haute, de Viège à Brig est
nettement plus aride, pierreuse et sèche. " www.tourisme-pour-tous.com
Document de travail / CoManaging 141
COMPOSITION et PAYSAGES

ƒ beauté et force de paysages au puissant pouvoir d'imprégnation sur l'homme


Image de force et d'énergie vitale
"Pour moi je dirais que ce qui rassemble au lieu de diviser le Valais, c'est la force énergétique des paysages. Partout, que l'on
soit en bas ou en haut on trouve toujours des lieux avec de très grande force" Sylvine Eberlé
"Le paysage me donne de la force" L.Albrecht
"Le Valais est souvent assimilé à trois régions : la Corse (paysage, île, verticalité); la Californie (verger de la Suisse, vin) ; la
Sicile (aspect clan, côté frondeur). Dénominateur commun entre les trois : soleil et personnalité forte. " Jean-Marie Gran
"Beautés naturelles" Alain Barbe
"Les montagnes, c'est quelque chose qui forme les gens, en positif et en négatif" Frédéric Zuber
"La rudesse et la puissance de la nature" Marc-André Berclaz
"Dans "Valais de cœur", Pierrette Micheloud parle d'un pays "comme une chanson aux multiples couplets", à mi-chemin du ciel,
où pourrait se réfugier la tendresse ; Chappaz y perçoit des sentiments plus forts, un affrontement des paysages avec la
destinée … Et dans cette vallée où les chemins ont devant eux "le pur espace et la saison", Rilke ressent "cette capacité
extraordinaire (qu'a le pays) d'offrir des équivalents et des correspondances multiples à notre monde intérieur." Henri
Maître, Mosaïque du pays valaisan
"Une nature extraordinairement riche, à couper le souffle " Roland Puippe, L’été suggéré, le Valais au fil de l’eau, supplément
du Nouvelliste 7 juillet 2000
"Devant ces corps sculpturaux, débordants d’une beauté étonnamment narcissique, qui interdisent à l’œil humain de
contempler autre chose que la croupe dentelée et scintillante de leur majestueuse cime enneigée (..) Sion, Sierre, Crans
Montana, Martigny, Vollèges… la grâce de ce spectacle, de ces villes et villages perchés sur leur promontoire ou tapissant la
vallée, de cette colossale nature à jamais gravée dans nos mémoires, de ces habitants calmes et bienveillants, avait réussi à
combler nos désirs. " http://www.aliaco.com
"Si vous aimez le silence, le bruit du vent sur les crêtes rocheuses, le sifflement sur les arêtes enneigées, si vous êtes passionné
de nature et de liberté, vous apprécierez ces grands espaces de liberté. En pénétrant dans ces étincelants champs de neige,
on se laisse forcément imprégner par ces ambiances. " Roland Clerc, www.faune-valais.ch
"Ainsi, religieux et féodal, le rocher bifide domine cette vallée que Goethe trouvait souverainement belle." Maurice Zermatten,
Sion, capitale aristocratique et paysanne
Document de travail / CoManaging 142
COMPOSITION et PAYSAGES

ƒ richesse et générosité "chaleureuse" de paysages "pleins de ressources" et "bienfaisants"


"Une extraordinaire expérience en matière de paysages, de nature, de soleil, de neige et d’air frais, des ressources
qui n’existent nulle part ailleurs en Europe avec autant d’abondance. " Michel Clavien, www.vs.ch/press
"Et cette nature n'arrête jamais de se donner : on disait le pays improductif à plus de 50%, mais les glaciers
deviennent des lieux de capitalisation en kilowatts, et les sommets sont offerts en espaces touristiques ; on le
disait fermé, mais son mystère va fasciner et il offrira des seuils par les cols et les tunnels; on le disait aride, mais
les réserves enfouies et les rayons du soleil deviendront sève et or des plants de vigne, nectar des caves; et les
eaux dévastatrices du Rhône déposeront dans la plaine des forces nourricières "engraissées par les siècles"…."
Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan
"Une ambiance chaleureuse qui vient du ciel, de la mer ou de la pierre. " Claude-Henri Carruzzo, Cépages du
Valais
"Dehors, sous le soleil éblouissant de midi, le vignoble se dore. Le rocher est gris argent. Il y a tant de paix et de
bonheur dans l’air qu’on n’a plus aucune envie de se plonger dans l’agitation stupide du monde. (Bojen
Olsommer, Au Mont d’or) " Au livre d’or des grands vignobles, Le Domaine du Mont d’Or
"Un moment d’intense jubilation " Roland Puippe, L’été suggéré, le Valais au fil de l’eau, supplément du Nouvelliste
7 / 07/2000

Document de travail / CoManaging 143


COMPOSITION et PAYSAGES

ƒ importante présence boisée dans le paysage inférieur à 2000m d’altitude

ƒ Les forêts occupent le 17% de la surface totale


ƒ taux de boisement 22.75% (Suisse : 29.9%)
ƒ 104’386 ha (ou 120’000 ha ?) de forêts
ƒ 9% de la surface totale des forêts suisses
ƒ 4 ème rang des régions forestières
ƒ 87.8% de forêts dans les espaces boisés (Suisse : 91.2%)
ƒ 80% de forêts publiques : 86’200 ha (Suisse 68% : 774’200 ha)
ƒ 20% de forêts privées : 21’700 ha (Suisse 32% : 364’300 ha)
ƒ 94 % de résineux (Suisse 74 %) / 6 % de feuillus (Suisse 26 %)

"Les fonctions de la forêt :


ƒ 64% : protection
ƒ 20% : nature et paysage
ƒ 12% : production de bois
ƒ 4% : tourisme
"Actuellement 23% du sol valaisan est recouvert de forêts, dont les 4/5 sont situés au-dessus
de 1000m. L'occupation forestière en région de montagne aurait atteint l'altitude de 2550m, 300m
environ au-dessus de la cote actuelle." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan

Document de travail / CoManaging 144


COMPOSITION et PAYSAGES

Essences des bois en Valais Essences des bois en Suisse


3 3 3 8
2
5
Autres feuillus
Chênes Chênes
8 16
Hêtres Hêtres
Arolles Arolles
49 49
Sapins 1 Sapins
Pins Pins
Mélèzes Mélèzes
15
Epicéas Epicéas
29
4
5

Document de travail / CoManaging 145


COMPOSITION et PAYSAGES

ƒ diversité des essences révélatrices selon l'altitude, témoin visible des étages du paysage
De part sa morphologie et son climat, le Valais est un canton favorable au développement d’une forêt variée où diverses
essences de feuillus et de conifères se mêlent.
"La forêt couvre 17 % de la surface du canton. En réalité, il n’y a pas une mais plusieurs forêts, très différentes du
point de vue composition, productivité et dynamique. Des aulnaies les plus humides aux chênaies les plus sèches, des
pinèdes des bas-coteaux aux peuplements d’aroles en altitude, le Valais présente une grande variété de boisements. (..)
Comparativement aux autres régions de Suisse, le Valais comporte peu de forêts de feuillus. C’est que les arbres à
feuilles présentent, à taille égale, une surface d’évaporation plus grande que les résineux et, de ce fait, souffrent davantage de
la sécheresse. Ils ont d’autre part tendance à occuper les meilleures terres, justement celles que les hommes ont défrichées en
premier. Leur domaine de prédilection se situe dans le Bas-Valais, région qui échappe aux périodes de sécheresse prolongées
et aux gels par trop sévères. " Philippe Werner, www.vs.ch/encyclo
"Les abeilles circulent entre les forêts très bleues. L'armée des sapins se carre à travers les dévaloirs. Des hêtres, des
chênes secs et avares occupent le ciel. Parfois un étrange cerisier sort du bois." Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans
en légende et en vérité
"Au temps lointain de l'enfance ailée
A la frontière de Saint-Luc et Chandolin
Il y avait une précieuse montagne boisée. (..)
Au nord et au couchant
De nombreux arbres :
mélèzes, arolles, épicéas.
Et les genièvres qui rampent
Et les petits trembles
Et les saules d'argent."
S. Corinna Bille, Guirlande de la loi des oiseaux, La montagne déserte
Document de travail / CoManaging 146
COMPOSITION et PAYSAGES

ƒ forêt exploitée mais respectée dans sa dimension "naturelle"


Les forêts sont exploitées dans des proportions modestes notamment pour le bois de chauffage et de construction…
"Les forêts vierges sont exceptions: l’homme a coupé des arbres partout, même dans des endroits apparemment
inaccessibles. Mais dans la plupart des cas, ces exploitations n’ont pas modifié fondamentalement la composition des
peuplements. Le canton comporte donc une forte proportion de forêts naturelles, proches de l’état sauvage. " Philippe
Werner, www.vs.ch/encyclo

ƒ la forêt de Finges, une forêt-patrimoine (cf. PATRIMOINE NATUREL)


"Finges, la "toison mouvante" des seize collines chères à Corinna Bille, est un no man's land et un espace plein, l'une des
plus grandes pinèdes d'Europe ; c'est un paysage-fleuron de la plaine du Rhône, étendu sur dix kilomètres.
Töpffer célèbre la forêt comme une force vivante et agissante : "cette solitude, cet incessant assaut des arbres sauvages,
cette magnifique mêlée de rameaux qui s'enchevêtrent ou se fuient, ou se menacent librement…(..) Lieu historique de la
lutte pour la liberté, il est à la fois une fin et un commencement ; un chemin tracé récemment entre Sierre et Loèche crée
un lien-nature entre les deux parties linguistiques du Valais." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan

ƒ présence d'une forêt cachée…la forêt fossile


"Si nous réunissons les plantes houillères découvertes chez nous et dont nous venons de faire la description détaillée, il ne
nous sera pas difficile de nous représenter les forêts de ces temps reculés; (…). Cette planche donne seulement des arbres
cryptogrammes dont l'écorce avait une élégance particulières. Ils n'étaient pas plus grands que les arbres de nos forêts; mais,
comme ils appartiennent à des familles qui, actuellement, ne comptent que des herbes, cette flore a un cachet qui ne nous est
pas familier. Les sapins et les arbres feuillus dont se composent nos forêts actuelles, manquaient à cette époque; mais les
Lycopodiacées, les Fougères et les Equisetacées qui se cachent maintenant sous l'ombre des bois, dressaient alors fièrement
leurs troncs gigantesques et balançaient leur feuillage dans les airs. Le terrain était humide et fangeux, recouvert d'eau par
place. " Oswald Heer ( 1860) cité par Marcel Burri dans Encyclopédie Valais
Document de travail / CoManaging 147
COMPOSITION et PAYSAGES
ƒ les pylônes : bonnes (et mauvaises) raisons pour accepter, voire s'approprier, une"pollution visuelle " :
> avec pragmatisme comme un mal nécessaire, corrélaire des barrages, de l'apport d'argent et du tournant
économique qu'ils ont représenté
"Je crois qu'il y a deux choses: il y a la pauvreté; le poids de l'argent était très fort avec tout ce qui touche l'électricité, d'où c'était carrément un
sacrilège de poser la question sur les lignes électriques parce que c'était l'argent qui arrivait par les barrages et les kilowatt. Et puis une
deuxième chose à ne pas oublier, c'est que c'était une très petite communauté locale. Les villes aujourd'hui n'ont pas plus de 30'000 habitants, donc
c'est très difficile de faire des plans d'aménagement quand on a des communes de quelques centaines ou quelques milliers d'habitants. Donc je
pense qu'il y a eu l'arrivée de l'argent sans esprit critique parce qu'on n'avait pas le choix, et puis il n'y avait pas de collectivité suffisamment
importante pour pouvoir dire: il faut que l'on planifie." Jean Bonnard
"Mais certains secteurs, comme Grimentz, ont fait l'effort d'enterrer cette "pollution visuelle"…

> comme une présence symbolique positive, de la modernité, du passage ou de la capacité du Valaisan à s'approprier
la vallée
"C’est l’image moderne, et je me souviens que le premier peintre qui a mis un pylône c’est Bille, et même les suivants n’ont jamais peint le Valais
moderne et ses pylônes. Moi j’aime ces pylônes, ca montre que le Valais n’est pas une réserve d’indiens ou un parc national et que le Valais vit
avec son temps." Marie-Claude Morand
"Ces câbles, c’est le symbole du passage; il ne faut pas oublier que l’on a les grandes lignes européennes qui passent " Bernard Attinger
"Il ne faut pas oublier que la vallée est étroite. Quand vous voyez les photos de la première ligne de train en Valais, c’ était une grande trace dans le
paysage, quelque chose d’énorme; le Valaisan a apprivoisé le paysage y compris avec les pylônes" Christophe Valentini

> comme un moindre mal dans le paysage que les remontées mécaniques
"Les lignes électriques ne me gênent pas du tout et à force je ne les vois plus, mais par contre les remontées mécaniques dans les
montagnes me dérangent plus en terme de paysage et celles-là je les vois toujours. " Frédéric Zuber

> avec sagesse (voire un peu de mauvaise foi …?), illustrant la formule de Shakespeare "ce qui ne peut être évité doit
être embrassé"
"Il y a de très belles photos représentant des lignes à haute tension; c’est souple, c’est beau (..) Il faut tenir compte que c’est un élément
structurant du paysage et non pas leur tourner le dos et essayer de les nier." Marie-Claude Morand
Document de travail / CoManaging 148
COMPOSITION et PAYSAGES / eau

"Château d'eau de la Suisse" en même temps que canton le plus sec,


une présence de l'eau en Valais tout en paradoxes :
composante esthétique et identitaire des paysages
mais cause de catastrophes
ƒ le Valais, "château d'eau de la Suisse" : l'eau, importante ressource naturelle
> facteur de diversité des paysages
> une composante importante du territoire et de ses paysages, la glace et les glaciers
> beauté pure des lacs glaciaires
ƒ paradoxal manque d'eau douce et nécessaire maîtrise de l'eau : une problématique ancienne
> à la fois abondante et déficitaire, à la fois bénéfique et dangereuse
> à l'origine de savoir-faire emblématiques devenus un véritable patrimoine culturel : les bisses et les
barrages , dont la mythique Dixence
ƒ le "sentiment du Rhône", entre attachement, "mythisation", indifférence et rejet : une relation
ambivalente en forme de je t'aime moi non plus
> un élément unificateur fort du Valais
> faible appropriation des habitants
> nouvelle chance de rencontre entre le fleuve et les Valaisans ?
ƒ effets paradoxaux de la maîtrise du Rhône
> valorisation de la plaine
> basculement démographique entre vallées et plaine
> mais Rhône "absent" du paysage depuis sa canalisation
ƒ l'eau responsable de catastrophes naturelles
Document de travail / CoManaging 149
COMPOSITION et PAYSAGES / eau
Données objectives eau

ƒ une immense nappe phréatique sous toute la vallée


ƒ Aletsch : Le plus grand glacier d'Europe, "source" des Alpes (il s'étend sur 120km² et mesure 800m de
profondeur)
ƒ environ 400 cours d’eau (rivières, ruisseaux et canaux)
ƒ 130 étendues d’eau (lacs et étangs) (atlas hydrologique de la Suisse en 2001)
ƒ lac souterrain de St-Léonard, 6’000 m², l’un des plus grands d’Europe
ƒ environ 1800 km de cours d’eau
ƒ plus de 3000 sources et puits inventoriés (en Suisse, les eaux souterraines et les sources couvrent plus de
80% des besoins en eau. Avec une production annuelle de plus de 1 million de m3, elles constituent la
principale ressource en eau potable et industrielle)
ƒ source du Rhône dans le Valais
débits moyens du Rhône (1961-1980) Brig : 40.8 m³/s ; Viège : 65.7 m³/s ; Sierre : 87.2 m³/s ; Sion : 112
m³/s ; Martigny : 123 m³/s ; Vouvry : 172 m³/s
ƒ en 1907, 207 bisses recensés pour une longueur totale de 1’400 km! Tous à but agricole
en 1993, 190 bisses recensés pour une longueur totale de 760 km
165 utiles à l’agriculture, près (142), vignes (24), vergers (11), cultures (9)
94 sentiers longeant les bisses sont inscrits dans le réseau des chemins de randonnées pédestres ; cela
joue un rôle important dans la conservation de ceux-ci
ƒ 42 barrages sur les 160 recensés en Suisse par le comité suisse des barrages
Document de travail / CoManaging 150
COMPOSITION et PAYSAGES / eau

ƒ le Valais, "château d'eau de la Suisse" : l'eau, importante ressource naturelle


"Quelque part, c’est comme un fil bleu qui lie tous les Valaisans" Vincent Bornet
"La montagne est la source des 4 fleuves (?) qu'elle irrigue" Bernard Crettaz
" L’eau, ça commence par les marécages de la plaine, ça veut dire aussi tous les foulons, les scieries, tous les systèmes
que l’on a mis en place en utilisant la chute d’eau." Christophe Valentini
"Les eaux telles que Aproz, Nendaz, Crystalp." Vincent Bornet
"l'élément liquide omniprésent." Marc-André Berclaz
"Une des plus importantes réserves d'eau potable d'Europe." Madeleine Wiget-Daly
"Le Valais est plus que le château d’eau de la Suisse et de l’Europe, il en est la fontaine " Pascal Bridy, www.acme-
suisse.ch
"En dépit de son statut de région sèche, le Valais joue le rôle de château d’eau de la Suisse, grâce à la réserve d'eau
constituée par ses 45 glaciers. Les torrents des vallées latérales, dont le débit varie fortement d’une saison à l’autre, viennent
grossir le Rhône et lui donner définitivement l’allure d’un fleuve avant qu’il ne se noie dans le Léman." Anne Michellod,
www.vs.ch/encyclo
"(…) admirer d'impressionnantes parois rocheuses et les torrents en furie qui déversent des tonnes d'eau venant
alimenter le Rhône. " www.tourisme-pour-tous.com
"Dans ces paysages, l’eau ruisselle peu. Elle est rapidement absorbée par les fissures des calcaires et circule dans des
réseaux souterrains pour alimenter des sources souvent situées à basse altitude, sur les bords de la vallée du Rhône. "
http://www.regione.vda.it
"Les roches de cette famille sont peu perméables, favorisant le ruissellement des eaux de surface, et l’activité
torrentielle parfois intense (torrent de l’Illgraben). " http://www.regione.vda.it

Document de travail / CoManaging 151


COMPOSITION et PAYSAGES / eau

ƒ le Valais, "château d'eau de la Suisse" : l'eau, importante ressource naturelle (suite)

" Les sources minérales et thermales des Alpes étaient tenues en haute estime pour leurs effets thérapeutiques aux
époques préhistoriques déjà, dans l'Antiquité et de nouveau dès le bas Moyen Age (Bains) " Florian Hitz, Hans Stadler,
Anton Schuler, Fritz Glauser et Quirinus Reichen, http://hls-dhs-dss.ch
"Le Valais est le château d'eau de toute la vallée rhodanienne : 800 kilomètres de rivières principales jettent leurs
eaux dans le Leman : c'est une richesse et un éloge ; et un héritage, imprescriptible comme le sang ; mais aussi un
travail incessant, une mise de forces humaines, une exigence de qualité ; les générations successives participent à
ce mandat que leur donne la nature ; et chaque génération vérifie la légitimité et le bien-fondé de ses actions en regard
des enjeux socio-économiques particuliers : ainsi se succèdent l'ère des bisses, celle des grands captages et celle des
ouvrages sécuritaires. Actuellement, les enjeux et les défis ont une dimension environnementale. (..)
La région modelée et creusée par les plissements géologiques et le glacier du Rhône est l'une des plus sèches de
toute la Suisse ; elle a parfois si soif qu'elle laisse mourir sa végétation si variée, mêlée de plantes méditerranéennes
et d'arbres du Nord.
La couronne des quatre mille contient pourtant la moitié des neiges éternelles du pays, que le soleil de l'été
libère en flots grondants et écumeux dans les torrents et les rivières : les bisses sont nés de cette nécessité et de
cette générosité ; la terre sera fécondée par le glacier. Jean Follonier écrit que l'appel est entendu de là-haut où la
neige "se saigne pour la vigne" : c'est le sang couleur de glacier et d'absinthe." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan
"une république catholique, avec un monde de torrents" Chateaubriand, cité par Maurice Zermatten, Sion, capitale
aristocratique et paysanne

Document de travail / CoManaging 152


COMPOSITION et PAYSAGES / eau

ƒ le Valais, "château d'eau de la Suisse" : l'eau, importante ressource naturelle (suite)

> facteur de diversité des paysages


" Lacs, étangs, mares, marécages boisés, marais herbeux, tourbières, roselières, prairies humides, sources, bisses,
canaux : les lieux humides existent sous de nombreuses formes." Charles Rey, www.vs.ch/encyclo
"Ils ont donné aux lieux humides des noms évocateurs: la Maraîche (Salvan, Plex), les Marécottes, les Maretsons (Fully), les
Moilles (Saillon et Val-d'Illiez), Moos (Ernen), Moosalp; le Louché (Lens), Ouché (Nendaz), Luché, Lucel, Lucet, venant du mot
lac; Goillet, Gouilly, Goilli, Golasson, venant de gouille." Philippe Werner, www.vs.ch/encyclo
"L’eau en Valais est non seulement synonyme de torrents furibonds, de cascades bruyantes, de paysages bucoliques où
la faune et la flore émerveillent le promeneur, elle est une ressource d’importance. " Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo

> une composante importante du territoire et de ses paysages, la glace et les glaciers
" Le canton du Valais est marqué par la glace : les glaciers recouvrent 18 pour-cent de la surface totale du canton. " Valais-
Wallis, Géographie et témoignages sur le Valais
" Parmi les 16 plus grands glaciers suisses, avec une surface de glace d’au moins 18 km², 12 se trouvent sur sol
valaisan. (…) les trois plus grands glaciers de Suisse (en superficie et en longueur) sont situés en Valais : le grand glacier
d’Aletsch, le Gornergletscher et le Fieschergletscher. " Valais-Wallis, Géographie et témoignages sur le Valais
" Le Valais joue le rôle de château d’eau de la Suisse, grâce à la réserve d'eau constituée par ses 45 glaciers (..) C’est
également ici que sont visibles les plus grands glaciers du pays: Aletsch, Fiesch, Gorner, Oberaletsch, Rhône, Otemma,
Corbassière. Les glaciers valaisans, qui représentent plus de la moitié des surfaces englacées du pays " Emmanuel
Reynard, www.vs.ch/encyclo
"Il y a seulement 20'000 ans, les glaciers recouvraient encore la presque totalité du Valais. Leurs traces sont
nombreuses : creusement différencié des vallées latérales dont le débouché et dénivelé par rapport à la vallée du Rhône
(vallées suspendues, Vallon de Réchy) et scié par des gorges (Trient, Lötschental), accumulation de moraines ébouleuses et
instables (pyramide d’Euseigne). " (http://www.regione.vda.it)
Document de travail / CoManaging 153
COMPOSITION et PAYSAGES / eau

ƒ le Valais, "château d'eau de la Suisse" : l'eau, importante ressource naturelle suite)


> une composante importante du territoire et de ses paysages, la glace et les glaciers (suite)
"En 1818, le glacier de Giétroz avait barré la vallée de Bagnes à peu près à l'emplacement de l'actuel barrage de Mauvoisin,
créant un lac menaçant toute la vallée de Bagnes. Venetz fut envoyé sur place pour tenter de limiter les dégâts. Hébergé et
conduit par J.-P. Perraudin, il eut l'occasion d'entendre ce dernier lui démontrer que les glaciers étaient une fois descendus
jusqu'à Martigny: surfaces polies par le glacier, blocs erratiques, anciennes crêtes morainiques, rien n'avait échappé à cet
observateur perspicace. (..) Malgré des recherches très fouillées, malgré l'utilisation de méthodes de plus en plus
sophistiquées, malgré l'intérêt que portent à cette question les archéologues et tous ceux qui se penchent sur l'évolution de la
faune et de la flore, on ne sait toujours pas le nombre exact des glaciations qui se sont succédé au cours des deux derniers
millions d'années. Nous n'allons pas entrer dans ces considérations de spécialistes, puisque ces diverses glaciations n'ont pas
laissé de dépôts en Valais. Mais, glaciers et cours d'eau interglaciaires ont progressivement façonné le relief sur lequel le
dernier grand glacier a abandonné ses moraines." Marcel Burri, encyclo
"Pour notre région, les plus anciennes moraines remontent à 20 000 ou 25 000 ans, à l'époque de la glaciation dite würmienne
(du nom d'une rivière autrichienne). Débordant des Alpes, le glacier avait envahi le Plateau, buttant contre le Jura où il se
divisait en deux lobes. Le plus méridional franchissait le Jura en aval de Genève pour descendre presque jusqu'à Lyon; le lobe
septentrional longeait le pied du Jura jusqu'à Wangen, un peu en aval de Soleure. En Valais, la glace remplissait les vallées,
noyant tout relief jusque vers 2500 m; seuls les sommets émergeaient de cette haute surface plane ou presque plane. (..) "
Marcel Burri, encyclo

> beauté pure des lacs glaciaires


"On se laisse alors bercer par le frisson d’un lac alpin qui frémit sous une brise légère" Roland Clerc, www.faune-valais.ch
"(…) torrent à la belle eau qui est comme de l’air au-dessus des pierres de son lit tellement elle est transparente." C.F. Ramuz,
"Il y avait un lac / Seul dans la montagne / Et je m'y suis baignée (..) / J'ai vu le soleil boire / Cette coupe de source / Et
tomber ivre-mort / Derrière les rochers." S. Corinna Bille, Le lac, La montagne déserte

Document de travail / CoManaging 154


COMPOSITION et PAYSAGES / eau

ƒ paradoxal manque d'eau douce et nécessaire maîtrise de l'eau : une problématique ancienne
"Il y a une rareté de l'eau disponible naturellement , sauf les petits torrents de montagne mais il faut monter haut. C'est un
pays où il ne pleut pas, le seul pays où l'on arrose la vigne….ça a conditionné toute la vie, les bisses, etc
"Je me pose la question si le Valaisan voit le Valais comme un pays de l’eau. Et s’il décrit son pays, il décrit d’abord un
pays sec. L’eau, j’en prends conscience, pour moi c’est comme des poches ; il y a la poche énergie hydraulique, il y a la
poche eau thermale, mais je n’ai pas la vision d’un Valais de source." Jacques Cordonnier
"Comme pour le Rhône, l’eau est endiguée depuis longtemps en Valais, sous forme de bisses, de canalisations ; quand
on voit en automne tous ces jets d’eau et ces jeux de lumière c’est extraordinaire, mais jamais nature. L'aspect utilitaire a
primé, on n'a donc pas l'image d'un pays d'eau parce qu'on ne la voit presque jamais à l’état naturel, sauf les torrents de
montagne. Et pratiquement tous les grands torrents qui arrivent en plaine sont canalisés et non jaillissants." Marie-Claude
Morand
"Si l’on fait le bilan entre les apports d’une part et les pertes de l’autre, on aboutit pour la période estivale (…), à un déficit, en
plaine, dans la région du Valais Central, de l’ordre de 300mm. Cela veut dire qu’il manque 300 litres d’eau par m² aux
cultures pour qu’elles prospèrent dans de bonnes conditions ". Jean-Henry Papilloud

> à la fois abondante et déficitaire, à la fois bénéfique et dangereuse


"Le canton est paradoxalement à la fois le pôle de sécheresse de la Suisse et sa plus grande réserve d’eau." Anne
Michellod, www.vs.ch/encyclo
"L’eau en Valais est source de richesses mais parfois aussi de malheurs. Si les catastrophes ont été nombreuses ces
dernières années, c’est là la continuation d’une longue histoire. Les annales sont riches de chroniques rapportant les
débordements du Rhône ou de ses affluents." Emmanuel Reynard, www.vs.ch/encyclo
"Durant toute leur histoire, d'une volonté farouche et grâce à leur pouvoir "technique", les hommes tentent de soustraire aux
rivières le gardiennage de Janus, pour les domestiquer, les mettre entièrement à leur service, effacer les forces destructrices :
le Valais a ainsi une histoire d'eau écrite en amertume et en félicité, en désastres et en épopées…" Henri Maître,
Mosaïque du pays valaisan
Document de travail / CoManaging 155
COMPOSITION et PAYSAGES / eau

ƒ paradoxal manque d'eau douce et nécessaire maîtrise de l'eau : une problématique ancienne (suite)

> à l'origine de savoir-faire emblématiques devenus un véritable patrimoine culturel : les bisses et les
barrages (CF. PATRIMOINE DES SAVOIR-FAIRE ET PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET ARTISTIQUE)
• bisses
"Le Valaisan, lorsqu’il parle de l’eau, il pense bisses. Il dit bisse, ça veut dire quoi, ça veut dire rareté de l’eau qu’il faut
amener là où on n’en a pas." Jacques Cordonnier
" … le temps où les côtes sèches attendaient une fois par mois que le bisse les abreuve et leur redonne la force de
nourrir les hommes." Maurice Zermatten, la Symphonie Valaisanne
"Creusés dans le sol, suspendus ou taillés dans les parois rocheuses, comme des cicatrices chargées de souvenirs, les
bisses du Valais sont des témoins importants d’une histoire, d’une culture, d’une civilisation. Ils symbolisent le
combat des valaisans pour le contrôle de l’eau." Jean-Henry Papilloud, Les bisses du Valais
"L’irrigation par les bisses est sans conteste l’une des plus brillantes utilisations économiques et culturelles de
l’eau." Emmanuel Reynard, www.vs.ch/encyclo

Document de travail / CoManaging 156


COMPOSITION et PAYSAGES / eau

ƒ paradoxal manque d'eau douce et nécessaire maîtrise de l'eau : une problématique ancienne (suite)
> à l'origine de savoir-faire emblématiques devenus un véritable patrimoine culturel : les bisses et les
barrages (suite)
• barrages, dont la mythique Dixence
"Le Valais est aussi la plus grande réserve d’eau de Suisse destinée à la production électrique et compte, de nombreux
barrages de haute altitude, certains tels que la Grande Dixence, Mauvoisin, Emosson, Mattmark ou Rawyl. Cleuson, Moiry,
faisant partie des plus imposants du monde. " www.tourisme-pour-tous.ch
"Et tout à coup j’ai vu la Dixence. Elle est à l’échelle des montagnes (...). J’en fus saisi et je me dis, mes fleurs à la main :
réjouis-toi ! Va revoir cette œuvre en tous cas, elle est la base, la pierre d’angle, de touche, d’achoppement du nouveau pays.
Le nombril du Valais est là et la pierre commence son roman : broyée, émiettée, dévalant sur un caoutchouc vers d’autres
installations et finissant par devenir le béton d’un grand mur. Je suis entré dans la montagne au fond d’une vallée couverte de
crocus, secouée d’avalanches, et j’en suis sorti dans une autre, très loin. De Cheilon au chantier d’Hohwäng, face au Cervin, il
y a vingt kilomètres par le grand collecteur qui doit drainer toutes les eaux de la Viège, toute la ramille des sources, toutes les
cascades, tous les torrents surgis des glaces qui enserrent Zermatt au vaste horizon. Le grand collecteur a ses rameaux
secondaires, ses puits, ses siphons; le flux entier des glaciers coule vers la Dixence. " Maurice Chappaz, Journal intime
d’un pays, "Treize étoiles", septembre 1960
"En quelques jours, sortent du sol des maisons, des bureaux, des cuisines, des magasins, des dépôts, des infirmeries, des
auberges, une chapelle même. Des installations fabuleuses montent au ciel, des ponts géants courent de part et d’autre de la
gorge, à cent ou deux cents mètres du sol : des wagonnets circulent sur des voies aériennes qui donnent le vertige. Les
machines ronflent nuit et jour; la nuit, d’immenses projecteurs éclairent le chantier et l’ombre des monstres de fer se prolonge
jusqu’au glacier."
"Dans la gorge, les équipes décapent la surface du rocher, creusent, nettoient, lavent à grands jets brutaux le socle du futur
barrage. On voit passer, loin au-dessus de soi, les bennes du téléphérique; les cordages d’acier grincent dans les poulies.
Quels curieux oiseaux montent et descendent sans relâche, sur des pistes toujours les mêmes ? De temps à autre, un homme,
au passage, vous fait signe " Maurice Zermatten, L’Eau de Lumière, L’épopée de la construction d’un barrage

Document de travail / CoManaging 157


COMPOSITION et PAYSAGES / eau

ƒ le "sentiment du Rhône", entre attachement, "mythisation", indifférence et rejet : une relation


ambivalente en forme de je t'aime moi non plus
Significatif de constater la difficulté éprouvée, dans le cadre de cet audit, pour trouver une "bonne" photo du Rhône….
> un élément unificateur fort du Valais
"Le berceau du Rhône, un des fleuves les plus beaux d'Europe. Le RHÔNE est le symbole du Valais. C'est lui qui unifie le
Valais, de la Furka au Léman; Il est le fil conducteur de notre Canton. Chaque glacier de chaque vallée le nourrit" Madeleine
Wiget-Daly
"Avant le Rhône a été fui, rejeté. Actuellement le Rhône c’est une des belles choses que l’on a dans la plaine et c’est la
seule chose que l’on a d’unitaire dans la plaine de Brig à St-Gingolphe, cette double rangée d’arbres qui descend dans la
plaine dans des lignes qui sont très propres, très nettes et moi ce qui m’inquiète dans le projet de Rhône 3 c’est que l’on va
détruire cette unité ; ce n’est pas un fleuve, c’est un fleuve artificiel, c’est un canal." Bernard Attinger
"Le Rhône est durant des millénaires un fleuve libre, et de nombreux écrivains lui accordent une origine divine ou
seigneuriale : André Guex le dit roi de la plaine, Jérôme Meizoz en fait "un dieu mythologique et sauvage", qui "lave et
charrie des siècles de pierrailles", Gabriel Bender parle de sa grandeur d'âme, et Aloys Theytaz de son royaume étendu sur
toute la vallée." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan
> faible appropriation des habitants
"Il n’y a pas de quai sur le Rhône, on a toujours rejeté le Rhône par peur ancestrale et les villes s’en sont écartées."
Bernard Attinger
"Ce qui veut dire que le Rhône c’est une unité graphique mais pas vécue." Vincent Bornet
"Pas reconnu par la population car historiquement dangereux (inondations), aujourd'hui pas tourné vers la population (très
difficile d'accès / "tube" encaissé et canalisé dans un couloir de béton) mais très grand projet des années à venir de
redonner le Rhône à la population avec la création de plan d'eau et de loisirs et l'élargissement du "tube" !)"
> nouvelle chance de rencontre entre le fleuve et les Valaisans ?
"Je pense que la troisième correction du Rhône est une chance de récupérer le sentiment du Rhône. Avec ce projet, on est
à lui redonner quand même une présence, un sentiment d’être un fleuve et pas un canal ; parce qu’aujourd’hui c’est
inintéressant le Rhône ; qui va se promener au Document
bord dudeRhône? " Marie-Claude Morand
travail / CoManaging 158
COMPOSITION et PAYSAGES / eau

ƒ effets paradoxaux de la maîtrise du Rhône


"Un jour ce fut fini. Le Rhône coulait dans son couloir mesuré, rejeté sans cesse par les épis, au milieu de son chemin. Il
souffla, gronda, enfla ses bouillons de tumulte. La digue ne céda pas (..) On continuait bien de le craindre lais enfin,
n'était-il pas dompté ? (..) Cette entreprise de titans que ni les Romains, ni les Evêques, ni les Seigneurs n'osèrent même
rêver, nous l'avons conduite à chef, jour après jour, sans que ne se relâchât jamais notre volonté. (..)
Et toujours le fleuve, entre les digues, qui vaticine ; Vous verrez ; vous verrez !" Maurice Zermatten, Les saisons
valaisannes

> valorisation de la plaine


"Toute l'image de Californie de la Suisse n'existerait pas si le Rhône n'avait pas été endigué" Bernard Attinger
"Mais [le Rhône] est dévastateur, par instinct de nuisance peut-être ou dessein de vengeance, dit Aloys Theytaz. Et les
hommes vont entreprendre de le domestiquer, comme ils le firent durant des siècles pour la Terre valaisanne. Ils
mèneront un combat acharné ; ils seront souvent victimes, car le Rhône efface les travaux, ravage le rivage et tyrannise
les terres, créant parfois "un spectacle épouvantable" comme le dit Henri Carron à propos des inondations de 1897.
Aujourd'hui pourtant, la plaine libérée des humeurs vagabondes du fleuve et de ses insolences ravageuses est
devenue fertile, "le jardin de notre orgueil", écrit Maurice Zermatten, la forêt fruitière de nos délices…" Henri Maître,
Mosaïque du pays valaisan

Document de travail / CoManaging 159


COMPOSITION et PAYSAGES / eau

ƒ effets paradoxaux de la maîtrise du Rhône (suite)

> basculement démographique entre vallées et plaine


"La majorité de la population vit en plaine et pas à 4000m" Hermann-Michel Hagmann
"Le Rhône a été canalisé car les gens ne pouvaient pas vivre dans la plaine ; avant les villages des vallées étaient
plus importants que les villages et les villes de plaine" Frédéric Zuber

> mais Rhône "absent" du paysage depuis sa canalisation


"Dans les gravures du XIXème siècle le Rhône est hyper présent; c’est vraiment quelque chose. Dans l’histoire des paysages
valaisans, jusqu’à la fin du XIXème, c’est le Rhône, le Rhône, le Rhône partout, tout le temps, sur toutes les vues.
Par contre à partir de la 2ème moitié du XIXème, dès que l’on commence les canalisations, le Rhône disparaît. Au XXème,
l’intérêt pour le paysage lacustre ou aquatique disparaît complètement ; on ne voit plus du tout le Rhône sur les photos et
les gravures, le Rhône disparaît des représentations" Marie-Claude Morand
"Le Rhône dissimule derrière un écran de peupliers l'harmonieuse courbe de sa fuite. La vieille ville ne l'entend point,
sauf quand il se fâche et roule des flots prêts à déborder." Maurice Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne

Document de travail / CoManaging 160


COMPOSITION et PAYSAGES / eau

ƒ l'eau responsable de catastrophes naturelles


ƒ Plus de 3'700 avalanches y sont inventoriées, dont le 10 % menacent des zones habitées et des voies de communication.
ƒ Sur les 82 glaciers suisses ayant causé par le passé des dégâts humains ou matériels ou pour lesquels un danger
potentiel a été reconnu. 55 se situent en Valais.
ƒ 40 régions sont menacées par des inondations et le même nombre par des laves torrentielles.
ƒ Les dommages potentiels d'une crue du Rhône dans la plaine, de Brigue à Martigny sont estimés entre 5.8 à 10.3
milliards de francs à l'état actuel, respectivement à saturation des zones à bâtir et industrielles. Il faut ajouter à ces
montants 3 à 5 milliards de francs pour tenir compte des dommages aux grandes industries.
ƒ Les rivières latérales et torrents présentent également d'importants dangers en cas de crue : exemple de la Saltina, à
Brigue, en 1993 et du Baltschiederbach, en 2000. " Jean-Jacques Rey-Bellet, www.umwelt-schweiz.ch

"Les annales sont riches de chroniques rapportant les débordements du Rhône ou de ses affluents. Pendant longtemps
les sociétés se sont adaptées à ces situations en privilégiant par exemple les implantations sur les cônes de déjection, eux-
mêmes dangereux, plutôt que dans la plaine alluviale du Rhône." Emmanuel Reynard, www.vs.ch/encyclo
"Au cours des dernières décennies, les Valaisans ont subi de grands désastres provoqués tant par le Rhône que par les
nombreux torrents, rivières ou ruisseaux qui descendent les vallées et qui peuvent, lors de hautes eaux, se montrer aussi
impétueux et dévastateurs que le fleuve. Les précipitations exceptionnelles de cette fin du XXe siècle sont gravées dans les
mémoires (..) Chacun se souvient des images angoissantes de la fureur des eaux déchaînées, des coulées de boue
dévastatrices, des inondations d'habitations et de cultures, de l'évacuation des personnes menacées… On comprend
mieux dès lors pourquoi, aujourd’hui, pour le Rhône comme pour les rivières, on essaie d’allier sécurité et préservation de
la nature." Jean-Henry Papilloud et Séverine Dorsaz
"Dans un creux, tel un creux de jeu de boules se trouve la clef de cette montagne. On voit le mince canal d'un ruisseau,
juste avant le passage d'un filet de source, à sec la plupart du temps, et de chaque côté d'énormes collines de cailloux.
Ce sont les éructements de cette montagne. Mais la rogne de cette montagne est demeurée très vive. Elle s'emplit de
boue, de cailloux, elle tousse, elle vomit secouant sa tripe sur les champs d'en bas, sollicitant le Rhône de sortir de son
lit, de se joindre à son torrent, les forçant à se répandre avec plusieurs mètres de crotte et de sable sur les terres défrichées
et promises, à noyer les caves et effacer les jardins." Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité
Document de travail / CoManaging 161
COMPOSITION et PAYSAGES / eau

Problématique essentielle liée au Rhône: les crues

La solution : 3ème correction du Rhône

Document de travail / CoManaging 162


ACCESSIBILITÉ

"Situé au sud-ouest de la Suisse,


le Valais (5 224,5km2) est limitrophe des cantons de Berne, Vaud, Uri et Tessin.
Au sud, il a des frontières communes avec l’Italie et la France.
Le canton est presque complètement enclavé entre les deux chaînes des Alpes Valaisannes,
au sud, et des Alpes Bernoises, au nord.
Deux itinéraires transalpins traversent le Valais. Les tunnels ferroviaires du Lötschberg et du Simplon,
ainsi que la route du Simplon sont sur l’axe Berne-Milan,
alors que, en aval, le Grand-Saint-Bernard permet d’atteindre la vallée d’Aoste en Italie.
A l'ouest, la cluse du Rhône, entre Martigny et Saint-Maurice, ouvre le canton vers le bassin lémanique."
Anne Michellod, site Encyclopédie Valais

"Lieu de colonisation, il a aussi été, dès le Néolithique, un lieu de passage essentiel


et, depuis un demi-siècle au moins, une aire touristique majeure.
Le Valais serait-il alors un canton ouvert ? oui et non ;
il faudrait plutôt parler d’une double dynamique d’ouverture / fermeture,
chacune entraînant et contraignant l’autre.
En tant qu’espace de vie, ce territoire n’a pu se réaliser véritablement
que dans et par ses relations à l’ailleurs ;
comme espace clos, il n’a pu exister que dans l’obligation de forcer les échanges,
c’est-à-dire de créer un réseau de communication simultanément interne et externe."
Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional

Document de travail / CoManaging 163


ACCESSIBILITÉ

Une configuration spécifique cirque-corridor-porte du Sud :


à la fois culture d'échange d'une terre de frontière et de passage
et atouts d'un territoire "préservé" par l'enclavement
Aujourd'hui, en lien direct avec l’extérieur
par de multiples aménagements de communication

ƒ canton frontalier depuis de nombreux siècles


> atouts d'une situation géographique favorable à l'international
ƒ depuis l'antiquité terre de passage des hommes et des idées, par des cols de haute altitude
puis les tunnels, véritables carrefours "stratégiques" et économiques
> dimension traversante de corridor est/ouest dans la plaine
> Valais pas si fermé que ça, la preuve par la flore …
ƒ un territoire enclavé excepté un seul accès facile en plaine
> isolé par un massif montagneux et protégé des influences extérieurs
> en montagne, autrefois, une autarcie forcée par les difficultés de communication
> à l'origine d'un esprit d'indépendance et d'un l'esprit de village solidaire mais replié sur soi
ƒ au final, une spécificité de "dedans ouvert" : double dynamique d’ouverture / fermeture
ƒ rôle essentiel pour le développement économique et social de la région des
aménagements de désenclavement
Document de travail / CoManaging 164
ACCESSIBILITÉ

DONNÉES OBJECTIVES

ƒ Deux itinéraires transalpins traversent le Valais : le premier empruntant le tunnel ferroviaire du Lötschberg (transport
d'automobiles) et le col du Simplon; le second passant par le Grand Saint-Bernard.
ƒ L'autoroute A9 Brigue - Lausanne, reliant la France à l'Italie, parcourt la vallée sur 60.7 kilomètres (2006).
ƒ A 9 : St-Maurice à Sierre, Viège à Brig-Glis, contournement Brig-Glis/Naters
ƒ 135 km de routes nationales et 1’720 km de routes départementales
ƒ Distances: Sion-Genève (160km), Sion-Zurich (280km), Sion-Bâle (250km), Sion-Paris (630km), Sion-Bruxelles (822km),
Sion-Milan (245km)
ƒ Le Valais est accessible par 7 cols principaux:
2 cols lient le VS à l’Italie: Grand-Saint-Bernard, Simplon
2 cols lient le VS à la France: Forclaz, Pas de Morgins
3 cols lient le VS au reste de la Suisse: Furka, Grimsel, Nufenen
ƒ Principaux Cols: Forclaz (1526m), Grand-St-Bernard (2469m), Simplon (2005m), Nufenen (2478m), Grimsel (2165m),
Furka (2431m), Pas de Morgins (1369m)
ƒ Tunnels: Tunnels ferroviaires avec transport de véhicules: Simplon, Lötschberg, Furka; Tunnels routiers: Grand-
Saint-Bernard
ƒ Accès également par le " goulet de St-Maurice"
ƒ Sion-Genève 160km, Sion-Zurich 280km, Sion-Bâle 250km, Sion-Paris 630km, Sion-Bruxelles 822km, Sion-Milan
245km

Document de travail / CoManaging 165


ACCESSIBILITÉ

DONNÉES OBJECTIVES (suite)

Transport ferroviaire
ƒ Suisse: Liaisons directes de Bâle, Berne, Genève/aéroport, Lausanne et Zurich/aéroport chaque 30 min.
ƒ Etranger: Correspondances directes avec Freiburg, Cologne, Wiesbaden, Hambourg, Dortmund, Luxembourg, Bruxelles,
Florence,
Rome, Venise-Milan (Cisalpino), Paris (TGV) et Strasbourg. Correspondances avec tout le réseau européen.
ƒ Ce sont les lignes nationales et internationales CFF (Chemins de Fer Fédéraux) du Simplon et du Berne-Lötschberg-
Simplon (BLS) qui définissent la trame de base du réseau ferroviaire en Valais. Un réseau secondaire vient le
compléter : la ligne CFF-Tonkin (St-Maurice à St-Gingolph), jouant surtout un rôle touristique entre le Bouveret et Evian et la
ligne de Martigny-Orsière (MO/1910). D’autres axes à voies étroites permettent de desservir des vallées latérales : la ligne
Aigle-Ollon-Monthey-Champéry (AOMC/1907-1908) ; la ligne Martigny - Châtelard (MC/1906), la ligne Brig-Viège-Zermatt
(BVZ/1890), et enfin la ligne Furka-Oberalp (FO/1926). Les lignes BVZ et FO sont empruntées par le " Glacier Express " qui
relie en voiture directe Zermatt à Saint-Moritz.

Aéroport de Sion
ƒ Pistes en dur: 2000m de long sur 40m de large
ƒ Pistes en gazon: 660m de long sur 30m de large
ƒ Capacité d’accueil : 2’600 passagers
ƒ Compagnies : Airglaciers SA, Flybaboo, Flybe, Alpine Tours, Hélicoptères service
ƒ Vols saisonniers à destination de: Londres city, Londres Gatwick, Ajaccio, Calvi, Figari
ƒ 40 vols de lignes, 12 vols charters (comp. Suisse), 28 vols charters (comp. Étrangères)
ƒ Vols particuliers Suisses : 18’192
ƒ Vols particuliers Etrangers : 1’955
ƒ 45’498 mouvements enregistrés pour 31’997 passagers sur l’année 2005

Document de travail / CoManaging 166


ACCESSIBILITÉ

ƒ canton frontalier depuis de nombreux siècles


"Le Valais est bordé au nord par le canton de Berne, à l'ouest par le canton de Vaud et à l'est par les cantons d'Uri
et du Tessin. Il partage une frontière commune avec l'Italie au sud et avec la France à l'ouest. " Micheline
Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"La diminution du commerce par les cols commence au début du XVIème siècle, due au déplacement du
commerce vers l'Atlantique et au redéploiement progressif des glaciers alpins ; mais des contacts existent
encore au XVIIIème siècle, soumis à des contrats entre partenaires. Et durant tous ces siècles, les relations
sont aussi culturelles, donnant naissance à une civilisation transfrontalière : on sait que plusieurs évêques de
Sion sont d'origine valdotaine et que dans le Val d'Aoste, la Savoie et le Valais romand, on parle des dialectes
franco-provençaux." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan

> atouts d'une situation géographique favorable à l'international


"On ne doit pas avoir de complexe par rapport à l’accessibilité; nous nous trouvons à tout juste 2 heures de
Milan." Hermann-Michel Hagmann
"On bascule fortement de la quantité à la qualité. Si en Valais, grâce à Valais Excellence, on arrive à avoir
plus de professionnalisme, ceci devrait, par notre situation géographique, nous faire bénéficier de
formidables réseaux nationaux et internationaux." Hermann-Michel Hagmann

Document de travail / CoManaging 167


ACCESSIBILITÉ
ƒ depuis l'antiquité, terre de passage des hommes et des idées, par des cols de haute altitude puis les
tunnels, véritables carrefours "stratégiques" et économiques
. "Ce sont des gens du col, du passage, qui possèdent une mentalité de passeur, une mémoire nomade, un sentiment de la
mobilité, du passage, que l'on peut transgresser " Bernard Crettaz
"Cette vision de fermeture des fonds de vallées, est valable aujourd’hui mais auparavant, on n’avait pas cette notion de
fermeture; au contraire, les vallées latérales amenaient vers l’extérieur et étaient un lieu de passage et de commerce par les
cols." Jacques Cordonnier
"(…) des cols comme le Grand-St-Bernard et le Simplon, qui furent utilisés depuis l’Antiquité, favorisant ainsi une relation
fondamentale entre les civilisations latines et germaniques. Cette fonction de liaison va durer tout le Moyen Age et se
renforcer à l’ère moderne, suite au percement des grands tunnels." Christelle Carrier, Autour du concept d’identité, que
signifie être Valaisan aujourd’hui
"Mentionnons également les célèbres cols alpins du Simplon et du Grand St-Bernard, dont l’importance stratégique était déjà
connue des Romains, et plus tard de Napoléon. On ne pourrait plus vivre aujourd’hui sans ces carrefours valaisans pour
le trafic ferroviaire et routier international, le tourisme valaisan et la population valaisanne, suisse et européenne." Michel Clavien,
www.vs.ch/press
"Les communications ont été facilitées par le creusement de longs tunnels ferroviaires (Lötschberg, Simplon, Furka) et
routier (Grand-Saint-Bernard). Elles seront encore plus facilitées vers le Nord, par la mise en service en 2007 du tunnel de
base du Lötschberg dont le portail sud se situe dans la plaine à Rarogne . " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un
espace régional
"Et l'homme a de tout temps franchi ces cols et remonté ce fleuve. Et avec lui et en sa compagnie, telles idées nouvelles,
certaines modes, les légendes, les peurs, les espoirs collectifs, les petites et les grandes choses de l'esprit : qui, ayant
été adoptées ici, du même coup s'y trouvent modifiées, transposées et par là même rendues ressemblantes à la terre qui les a
accueillies par une réconciliation touchante du particulier et du général."
"Historiquement, le Valais présente une longue tradition de passage et d’accueil qui a formé la culture cantonale." Julien
Guérin, Tourisme et utilisation du sol dans le canton du Valais, Mémoire de licence, Université de géographie, Université de
Lausanne, mars 2005
Document de travail / CoManaging 168
ACCESSIBILITÉ

ƒ depuis l'antiquité terre de passage des hommes et des idées, par des cols de haute altitude puis les
tunnels, véritables carrefours "stratégiques" et économiques (suite)

"La géographie valaisanne est compartimentée ; durant une grande partie de l'histoire du pays, elle est divisée en régions
que le relief délimite, et habitée par des communautés locales organisées selon les nécessités du lieu et de l'économie
agropastorale. Mais ces régions ne sont pas fermées : "la barrière rocheuse n'a pas empêché les populations de migrer
et de communiquer" écrit l'historien Max Liniger-Goumaz; les cols sont longtemps un lieu privilégié de communication"
Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan

> dimension traversante de corridor est / ouest dans la plaine


"Le Valais c'est une orientation, un axe est/ouest" Jacques Cordonnier
"Le passage c’est valable pour la plaine mais pour les vallées latérales c’est différent." Frédéric Zuber
"Ce qui me semble important et qui rejoint des notions historiques, c'est que le Valais, c'est la porte vers le Sud, une
configuration de passage qui se ressent dans les paysages ; c'est vraiment le conduit naturel est-ouest / nord-sud.
Cette dimension là a beaucoup influé sur l’histoire du Valais et des Valaisans. Le Valais occupe au sein des Alpes une
situation particulière par sa qualité de corridor alpin, pas une vallée butoir comme beaucoup de vallées dans les
Alpes. " Marie-Claude Morand

> Valais pas si fermé que ça, la preuve par la flore …


"Il y a des échanges ; on vient de découvrir que la tulipe d’Aime en Tarentaise à disparu de Tarentaise, mais pousse
nouvellement sur la colline de Valère à Sion" Sylvine Eberlé

Document de travail / CoManaging 169


ACCESSIBILITÉ

ƒ un territoire enclavé excepté un seul accès facile en plaine

> isolé par un massif montagneux et protégé des influences extérieurs


"A vrai dire, le canton du Valais ne peut être atteint par voie terrestre de plaine que par la région lémanique. Tous les autres
accès franchissent un massif montagneux par un col ou un tunnel. " Valais-Wallis, Géographie et témoignages sur le Valais
"Sauf au débouché du Rhône, ce canton est isolé de ses voisins par de hautes chaînes de montagne franchissables par des
cols de haute altitude (Simplon, Grand-Saint-Bernard, Grimsel, Furka, Nufenen) souvent fermés en hiver. " Micheline Cosinschi, Le
Valais : cartoscopie d’un espace régional
"Le relief formant les frontières naturelles a créé un sentiment d'unité "nationale" et favorisé l'homogénéité de la
population : en 1980, 95% des Valaisans sont catholiques, et 85% originaires du canton." Henri Maître, Mosaïque du pays
valaisan

> en montagne, autrefois, une autarcie forcée par les difficultés de communication
" l’isolement et l’éloignement liés aux difficultés de communication encore prégnante en montagne, une économie basée
localement sur une agriculture traditionnelle, peuvent constituer, ici ou là, des facteurs limitant l’intensité des
migrations. " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"Hiver de jadis quand il n'y avait, entre la plaine et la montagne, qu'un tout petit chemin…. Alors ils vivaient hors du monde,
dans leur monde à eux, et les évènements les plus minces prenaient des proportions immenses." Maurice Zermatten, Les
saisons valaisannes

> à l'origine d'un esprit d'indépendance et d'un l'esprit de village solidaire mais replié sur soi
"(..)dans notre farouche autonomie, il y avait quelque chose qu'on ne pouvait broyer. Nous résistions même à tout avec
un rire de benêts courageux." Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité
"La petite nation valaisanne ne peut avoir d'ambitions guerrières hors de ses frontières ; l'héroïsme est vécu intra-
muros…." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan
Document de travail / CoManaging 170
ACCESSIBILITÉ

ƒ au final, une spécificité de "dedans ouvert" : double dynamique d’ouverture / fermeture


"Géographie et positionnement du canton : très fermé d'un côté, mais ouvert à toutes les cultures (italienne, germanique,
française)" Alain Barbey
"La localisation géographique fait que le Valaisan est situé en périphérie, au sud des Alpes, à l'extrémité de la Suisse,
mais depuis 1870, il a dû s'ouvrir en étant obligé de partir pour des raisons économiques" Christine Roduit
"Quand je viens en Valais, c’est chaque fois une espèce d’émerveillement, parce que l’on rentre dans quelque chose qui
vous prend, quelque chose qui vous accompagne et que l'on traverse avec plaisir, qui vous donne l'envie de ressortir vers
l’ailleurs, vers le Sud. Pour moi je sens le Valais comme quelque chose qui s’ouvre". Marie-Claude Morand
"Le Valais, c'est un "dedans ouvert" : on dit "on va en Valais", ou même "on rentre en Valais" Jacques Cordonnier
"Considéré souvent comme un lieu clos, replié sur lui-même, le Valais se caractérise aussi par sa fonction historique de
lieu de passage. Au mythe identitaire de la forteresse devrait répondre l’idée tout aussi importante d’ouverture sur
l’ailleurs." Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"un petit monde fermé (..) et cependant un petit monde ouvert qui se met à participer à l'universel" Ramuz, cité par Henri
Maître, Mosaïque du pays valaisan
"Lieu de colonisation, il a aussi été, dès le Néolithique, un lieu de passage essentiel et, depuis un demi-siècle au moins,
une aire touristique majeure. Le Valais serait-il alors un canton ouvert ? oui et non ; il faudrait plutôt parler d’une double
dynamique d’ouverture/fermeture, chacune entraînant et contraignant l’autre. En tant qu’espace de vie, ce territoire n’a pu
se réaliser véritablement que dans et par ses relations à l’ailleurs ; comme espace clos, il n’a pu exister que dans
l’obligation de forcer les échanges, c’est-à-dire de créer un réseau de communication simultanément interne et externe."
Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"O bizarrerie ! On est ici loin de tout et, en même temps, rapproché de tout. (..) Tout est fermé, pourtant tout est ouvert,
et l'a toujours été, et le sera de plus en plus : à cause de deux ou trois cols que l'homme peut franchir sans trop de peine
; à cause du cours d'un fleuve que l'homme peut remonter." CF. Ramuz, Vues sur le Valais

Document de travail / CoManaging 171


ACCESSIBILITÉ

ƒ rôle essentiel pour le développement économique et social de la région des aménagements de


désenclavement
"Le canton est remarquablement équipé et performant au niveau des réseaux, téléréseaux, etc..Le réseau de
transports publics (trains et car postaux) est remarquable et doit être maintenu, pour la qualité de vie et le
déchargement des routes (pensons aux solutions de remplacement en cas de pénurie de pétrole, nous sommes très
dépendants actuellement) Dans ce sens l'étude de remontées mécaniques se substituant aux véhicules pour le trafic
pendulaire autour de la capitale serait un plus indéniable." François Perraudin

> aménagements multiples : endiguement du Rhône, percée des tunnels, chemins de fer, réseau
routier, prolongement de l’autoroute A9, dérivation du Rhône
"L'endiguement du Rhône et la construction des barrages qui ont permis l'ouverture des voies de communication."
Madeleine Wiget-Daly
"Ce sont les grands travaux de communication et d’aménagement qui amènent de la main-d’œuvre (italienne
surtout) et assurent un démarrage économique par le désenclavement physique du couloir valaisan. La percée de
tunnels au Simplon et au Lötschberg constituera des axes d’ouverture vers l’extérieur où viendront se greffer des
voies secondaires telles la construction progressive de chemins de fer (Viège / Zermatt (1890), Martigny / Châtelard
(1906), Aigle / Ollon / Monthey (1907), Monthey / Champéry (1908), Martigny / Orsière (1910), Sierre / Montana / Vermala
(1911), Loèche / Loèche-les-Bains (1915) et Furka / Oberalp (1926), la construction de la route du Grimsel et
l’exploitation des mines d’or à Gondo (1893), les travaux de la ligne du Gornergrat et l’installation des forces motrices de
Gampel en 1898, du Rhône à Saint-Maurice en 1899, la dérivation du Rhône à Loèche en 1908. " Micheline Cosinschi, Le
Valais : cartoscopie d’un espace régional

Document de travail / CoManaging 172


ACCESSIBILITÉ

ƒ rôle essentiel pour le développement économique et social de la région des aménagements de


désenclavement (suite)

> aménagements multiples : endiguement du Rhône, percée des tunnels, chemins de fer, réseau
routier, prolongement de l’autoroute A9, dérivation du Rhône (suite)
"Au début du XIXème siècle, on croit le Valais immuable autant dans sa situation socio-économique que dans ses
paysages. (..) La nouvelle mutation est pourtant réalisée avec détermination dès la fin du [XIXème] siècle ; elle
commence dans la plaine lorsque les marécages sont promus en terre d'abondance, puis elle se trace en réseaux de
chemins carrossables et de routes jusqu'au fond du pays montagnard ; et l'autoroute du Rhône viendra sceller la
métamorphose. (..) L'autoroute du Rhône est la nouvelle image symbole du paysage de plaine : un Valais ouvert à
l'Occident et relié aux réseaux de communication moderne. Bien intégrée au paysage avec une attention particulière
donnée aux aménagements environnementaux, elle sera probablement terminée en 2013 sur un parcours de 92 km
environ. (..) L'A9, appelée autoroute du Rhône, est une épine dorsale à laquelle sont reliées les artères classées routes
principales suisses et les routes de toutes les vallées. Le Valais, qui est l'un des cantons suisses les plus motorisés,
sera ainsi désenclavé dans toutes ses régions ; les diverses sorties en font une autoroute de proximité, un objectif
nécessaire dans un canton dont l'urbanisation est relativement dispersée." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan

Document de travail / CoManaging 173


ACCESSIBILITÉ

ƒ rôle essentiel pour le développement économique et social de la région des aménagements de


désenclavement (suite)

> des routes symboles de l'ouverture et de la ténacité


"Moi je considère comme une soif de communiquer et un exploit, les routes de montagne chez nous. Au même titre que
mener l'eau un peu partout, c'est une preuve de ténacité remarquable! Relier Zinal à la plaine, ça n'est pas quelque chose
d'anodin." Grégoire Jirillo

> impact économique, notamment touristique, du développement de l’aéroport "International" de Sion


" Par son emplacement, ses nombreuses commodités et sa proximité avec les différentes stations touristiques, l’aéroport de
Sion revêt une importance logistique, économique et touristique indubitable pour le canton du Valais. Sa situation
géographique centrale et son potentiel économique et touristique qu’il serait nécessaire d’optimiser sont autant d’éléments qui
m’ont poussé à soutenir cette initiative. (..)
Economiquement, l’Etat du Valais soutiendrait la mise en place de réseaux aériens charters ou lowcost dont profiteraient
l’ensemble des stations de notre canton. En cette période de lits froids, des offres attractives de la part de compagnies
d’aviation favoriseraient la venue de touristes dans la période hivernale mais également durant la période estivale. "
Georges Tavernier , Intervention de Georges Tavernier, président des JLVs, concernant l’initiative pour un aéroport au service
du Valais et de son économie

> "maintenance" des moyens de communication : un budget stratégique


" 20% des dépenses nettes du canton sont destinées à l’entretien du réseau routier et des accès aux villages (protection
contre les avalanches, chutes de pierres, glissements de terrain…) " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace
régional

Document de travail / CoManaging 174


Organisation / RURALITÉ et STRUCTURE URBAINE

"Canton de montagnes par excellence, le Valais peut sembler imposer le diktat de sa topographie
sur les activités humaines. Plus de la moitié de son aire est composée de terres improductives,
à savoir des zones de rochers, de neiges éternelles et de pentes trop raides pour être exploitées ;
la part du territoire utilisable est de ce fait très restreinte. Les terres répondant aux critères de localisation de l’habitat
composent une faible proportion de la superficie cantonale ; la zone d’habitat potentielle
en Valais se réduit quasiment à la plaine du Rhône, aux fonds des vallées et aux coteaux les plus favorables..(..)
le Vieux Pays a su transformer, grâce à l’exploitation touristique,
un espace dans lequel les terres improductives dominent, en un atout économique de premier ordre"
Julien Guérin, Tourisme et utilisation du sol dans le canton du Valais, Mémoire de licence, Université de géographie, Université de Lausanne, mars 2005

"Les Valaisans d’aujourd’hui, (..) sont devenus citadins pour une bonne part
et les zones résidentielles s’étendent dans les vignes, dans les anciens champs de céréales ou de fourrage."
Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo

"Les paysages du Valais sont principalement anthropogènes. Plaine, vignoble, habitats groupés
(ce qui est en train de disparaître), mayens et alpages, tout a été façonné par l'homme. (..)
la caractéristique des paysages valaisans, c'est cet équilibre entre ces contrées occupées par l'homme
et les hautes montagnes qui les surmontent." Armand Dussex

"On assiste à la concentration de l'habitat dans la plaine et en zones urbaines,


dans certaines communes touristiques la zone à bâtir est éclatée et surdimensionnée,
si bien que l'on ne parvient plus à séparer les villages (nendaz, le Châble - Champsec, etc.
Attention de ne pas perdre l'attrait naturel du canton en continuant de l'équiper et de l'habiter sans limites"
François Perraudin
Document de travail / CoManaging 175
Organisation / RURALITÉ et STRUCTURE URBAINE
De la montagne-mode de vie à la montagne-cadre de vie :
déplacement du centre de gravité cantonal des axes latéraux à l'axe rhodanien
et exiguïté de l'oekoumène* valaisan transformée en atout économique
depuis l'apparition du tourisme
Paradoxe d’un pays à dominante rurale, marqué par la main de l’homme, dont l’identité
s’est fortifiée dans les villes
ƒ exiguité de l'oekoumène valaisan
> faible densité cantonale et concentration de population dans les grands pôles urbains : présence d'immenses espaces
vierges et dimension de nature préservée
> valorisation en atout économique depuis l'apparition du tourisme
ƒ un canton à dominante rurale
> dimension identitaire du rapport "fusionnel" entre le Valaisan et son territoire
> seulement 56.6% de population urbaine (73.3% en Suisse en 2004)
> dominante agricole même dans la plaine rhodanienne, zone qui concentre les grands pôles urbains
> étonnante spécificité de l'imbrication des vignes et des villes
ƒ forte intervention humaine dans le paysage sauf en haute altitude
ƒ facette urbaine dans l'identité valaisanne : une urbanisation qui s'est faite par "tranches historiques"
ƒ de la montagne-mode de vie à la montagne-cadre de vie : depuis la fin du XIXème, tournant de la "modernité"
et des techniques d'aménagement du territoire, rapport nouveau avec l'organisation du territoire
> déplacement du centre de gravité (économique et démographique) territorial des axes latéraux à l'axe central, du haut
vers le bas
> aujourd'hui développement de la suburbanisation
> et dynamisme économique des petites unités urbaines
*oekoumène ou écoumène : notion géographique pour désigner
Document de travaill’ensemble
/ CoManaging des terres habitées ou exploitées par l’homme 176
Organisation / RURALITÉ et STRUCTURE URBAINE
DONNÉES OBJECTIVES
• 285 000 habitants en 2004
• Densités 55.1 : (24 ème rang des cantons suisses)
moyenne de 55.1 hab / km² en 2004 (179.6 hab / km² Suisse ; 118hab / km² UE)
• 43,4 % de population rurale et 20.3% de la superficie utilisés par l'agriculture (en Suisse SAU : 36.9 % du territoire)
• 56.6% de population urbaine : ~161’400hab (Monthey, Martigny, Sion, Sierre-Montana, Brig-Visp) (73.3% en Suisse en 2004)
• 153 communes
• 3,26 % des communes de plus de 10.000 habitants et 29% de la population totale : 5 villes (Sierre, Sion, Martigny, Monthey,
Brig-Glis) : (En Suisse 4,1% :120 communes seulement ont une population supérieure à 10'000 habitants sur un total de 2865)
"Dans un réseau urbain helvétique défini par les 108 centres et agglomérations qui comptaient plus de 5'000 habitants en 1980,
le poids démographique des sept villes valaisannes concernées les inscrivaient dans une fourchette allant du 81ème rang
(Viège) au 31ème(Sion). Entre ces deux pôles, les villes de Sierre, Martigny, Monthey, Brigue et Naters occupaient les 41ème,
46ème, 47ème, 52èmeet 79èmerangs." Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
• 76.5% des communes de moins de 2000 hab : 117 communes (2004)
71 de ces communes dans le Haut-Valais (92% des communes haut-valaisannes)
• 56.8% des communes de moins de 1000 hab : 87 communes (2004) (En Suisse, plus de 70% des communes)
46 de ces communes dans le VS romand.
• 3,92 % des communes de moins de 100 hab : 6 communes (1999)
• 53 communes touristiques : 20.9% du revenu fiscal du total des personnes physiques, 55% des revenus liés aux professions
touristiques et établissements publics, 40% des revenus liés à la fortune immobilière
• 17 communes agricoles : 14.1% du revenu fiscal total des personnes physiques, 48% du revenu fiscal tiré de l’agriculture,
18% des revenus du commerce (services de distribution)
• 44 communes industrielles : 24.3% du revenu fiscal du total des personnes physiques, 50% des revenus liés à l’industrie,
28% des revenus du génie civile et du bâtiment, et 25% des revenus de l’artisanat
• 49 communes diversifiées : concentré sur le tertiaire, 50% des revenus des services publics, 49% des banques et
assurances, 45% des commerces, 45% des professions libérales, fortune en capital (45%), rentes (44%), transports (44%
(Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional)
Document de travail / CoManaging 177
Organisation / RURALITÉ et STRUCTURE URBAINE

ƒ exiguïté de l'oekoumène valaisan


"Canton de montagnes par excellence, le Valais peut sembler imposer le diktat de sa topographie sur les activités
humaines. Plus de la moitié de son aire est composée de terres improductives, à savoir des zones de rochers, de neiges
éternelles et de pentes trop raides pour être exploitées ; la part du territoire utilisable est de ce fait très restreinte.
Les terres répondant aux critères de localisation de l’habitat composent une faible proportion de la superficie cantonale
; la zone d’habitat potentielle en Valais se réduit quasiment à la plaine du Rhône, aux fonds des vallées et aux coteaux
les plus favorables. Tant les fonctions économiques que résidentielles se concentrent donc sur un espace modeste ; la
répartition de la population atteste bien des contraintes topographiques. Il y a fort à parier que cet oekoumène exigu ne
peut que favoriser les conflits pour la maîtrise et l’usage du sol, et d’autant plus dans les communes sises sur les versants
montagneux." Julien Guérin, Tourisme et utilisation du sol dans le canton du Valais, Mémoire de licence, Université de
géographie, Université de Lausanne, mars 2005

> faible densité cantonale et concentration de population dans les grands pôles urbains : présence
d'immenses espaces vierges et dimension de nature préservée (cf. PATRIMOINE NATUREL)
" Par rapport à sa superficie, le Valais n’est pas très peuplé, ce qui laisse d’immenses espaces vierges et sauvages,
propices à la découverte d’une flore et d’une faune très denses et d’espaces vierges de toute civilisation. Les principales villes
valaisannes accueillent les ¾ de la population. Sion, chef-lieu et principale ville, Martigny la ville romaine et culturelle,
Sierre la ville du vin et ville soleil, Viège-Visp l’industrielle, Brig la cité médiévale et St-Maurice la religieuse. " www.tourisme-
pour-tous.ch

> valorisation en atout économique depuis l'apparition du tourisme


"Le canton du Valais apparaît comme un cas de figure qui se démarque des autres cantons suisses. En effet, territoire alpin
emblématique, le Vieux Pays a su transformer, grâce à l’exploitation touristique, un espace dans lequel les terres
improductives dominent, en un atout économique de premier ordre." Julien Guérin, Tourisme et utilisation du sol dans le
canton du Valais, Mémoire de licence, Université de géographie, Université de Lausanne, mars 2005

Document de travail / CoManaging 178


Organisation / RURALITÉ et STRUCTURE URBAINE

ƒ un canton à dominante rurale

> dimension identitaire du rapport "fusionnel" entre le Valaisan et son territoire


"Ce qui est fort en Valais, c'est son territoire, ce sont les montagnes imposantes et constantes et l'adaptation du paysan
au territoire et du territoire au Valaisan" Christophe Valentini

> seulement 56.6% de population urbaine (73.3% en Suisse en 2004)

> étonnante spécificité de l'imbrication des vignes et des villes


La nature , et notamment la vigne, "rentre" dans la ville
"Les Valaisans d’aujourd’hui, quoi qu’en disent les dépliants publicitaires, ne vivent pas forcément dans un petit
chalet au bois brûlé par le soleil. Ils sont devenus citadins pour une bonne part et les zones résidentielles s’étendent
dans les vignes, dans les anciens champs de céréales ou de fourrage." Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo
"Mais attention, notre terre n'a pas encore dit son dernier mot, les brisés et les silex tari leur claire offrande. La nouvelle
création, la ville en Valais avalera tout, sauf cet article : les vignes. " Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende
et en vérité
"Si parfaitement vigneronne est cette cité, si honorée cette vigne qu'elles se compénétrent sans cesse, les ceps
entourant jusqu'aux demeures de la plaine et les maisons s'élevant de plus en plus vers les collines réservées jusqu'ici aux
"guérites" vertes de sulfate" Maurice Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne

> dominante agricole même dans la plaine rhodanienne, zone qui concentre les grands pôles urbains
"La plaine du Rhône comme l’appelle souvent les Romands, n’est pas une zone à forte densité industrielle. C’est une
zone propice aux cultures maraîchères et fruitières. De chaque côté du Rhône, de Martigny à Sion, toutes les terres, des
berges du Rhône aux coteaux, sont exploitées par les agriculteurs." www.tourisme-pour-tous.ch

Document de travail / CoManaging 179


Organisation / RURALITÉ et STRUCTURE URBAINE

ƒ forte intervention humaine dans le paysage sauf en haute altitude


"Un des éléments marquants du paysage, c’est la présence de l’homme sauf peut-être sur les plus hauts espaces; il y a
partout une intervention humaine, que ce soit dans le vignoble, dans la construction ou la gestion de la surface." Vincent
Bornet
"Les paysages du Valais sont principalement anthropogènes. Plaine, vignoble, habitats groupés (ce qui est en train de
disparaître), mayens et alpages, tout a été façonné par l'homme. Sans son intervention continue, ce paysage se banaliserait et
perdrait son équilibre. Pour moi, la caractéristique des paysages valaisans, c'est cet équilibre entre ces contrées occupées
par l'homme et les hautes montagnes qui les surmontent." Armand Dussex
"l'aménagement intensif de la plaine et des coteaux, l'éparpillement de l'habitat individuel" Marc-André Berclaz
"L’exploitation maximale de lespace tant que la nature le permet"
"Tous ces paysages sont remplis de souvenirs et nous montrent que l’homme est aussi là pour glorifier et entretenir tous
ces trésors." Roland Clerc, www.faune-valais.ch
"La nature est ainsi préparée pour l'homme, en une géographie à la fois simple et variée : deux chaînes parallèles et un
sillon orientés vers le couchant comme un destin, et des nervures latérales au nord et au sud ; on a parlé de la texture
d'une feuille et des circonvolutions du cerveau, ces deux bonnes métaphores, qui disent la terre nourricière et
l'intelligence mise en œuvre pour humaniser la nature." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan

ƒ facette urbaine dans l'identité valaisanne : une urbanisation qui s'est faite par "tranches historiques"
> jusqu'au moyen âge, suprématie montagnarde
" L’histoire du Valais (..) Moyen Age. (..) l’âge d’or du Valais. Les développements économiques (agriculture, élevages, mines),
politiques (dizains) et militaires assurent aux régions montagnardes une certaine aisance." Micheline Cosinschi, Le Valais :
cartoscopie d’un espace régional

Document de travail / CoManaging 180


Organisation / RURALITÉ et STRUCTURE URBAINE

ƒ facette urbaine dans l'identité valaisanne : une urbanisation qui s'est faite par "tranches historiques"
(suite)

> de 1500 à 1850, affirmation de l'urbanité, puis depuis 1850 jusqu'à aujourd'hui, intense développement
des villes, avec émergence de certains pôles touristiques évoluant plus largement en pôles économiques
"(..) de 1500 à 1850, les Alpes devenant périphériques par rapport aux régions basses du Nord et du Sud où s’affirme
dorénavant la suprématie des villes. " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"Ensuite, et c’est la deuxième caractéristique majeure du peuplement, on remarque l’apparition tant dans la plaine que dans
l’arrière-pays montagneux, de pôles urbains et touristiques qui se sont développés beaucoup plus fortement que les
autres localités, créant ainsi des hiérarchisations spatiales qui n’existaient pas encore au milieu du XIXe siècle. (..)
De par sa nature, le tourisme, qui prend le relais de l’agriculture dès 1945 [dans les régions de montagne], a été un facteur de
croissance puis de maintien de la population. (..)
"Au niveau de l’arrière-pays montagneux se détachent nettement, dans le Val d’Entremont, Orsières (et ses stations de
Champex et de la Fouly) ; dans la commune de Bagnes, la station de Verbier (ainsi que celles de Bruson et Fionnay) ; dans le
Val d’Hérens, celle d’Evolène (avec Arolla 2000) ; enfin, dans le Mattertal, Zermatt et St-Niklaus. L’emprise touristique
intervient donc aussi comme facteur démographique important. " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace
régional
"C’est dans les villes que la suissitude ou la valaisanité on pris naissance avant d’être intériorisée par les indigènes "
Christelle Carrier, Autour du concept d’identité, que signifie être Valaisan aujourd’hui
"Et la ville s'est coulée au pied de la colline d'abord, entre les deux pointes du roc qu'une rivière longe au couchant avant de
rejoindre le Rhône ; puis elle est descendue peu à peu sur les rives du torrent, elle l'a traversé, débordant comme un flot
hors de son lit et elle continue à se répandre dans la plaine vers le fleuve, elle-même comme un fleuve qui suit la ligne de
pente. (..) elle descend par degré des collines, toute agrippée encore au roc dont elle est issue, se libérant de ses origines,
essaimant vers les espaces dégagés avec une hâte fébrile qui ne va pas sans malheurs." Maurice Zermatten, Sion,
capitale aristocratique et paysanne
Document de travail / CoManaging 181
Organisation / RURALITÉ et STRUCTURE URBAINE

ƒ de la montagne-mode de vie à la montagne-cadre de vie : depuis la fin du XIXème, tournant de la


"modernité" et des techniques d'aménagement du territoire, rapport nouveau avec l'organisation
du territoire
"(..) dernière phase, qui se perpétue encore aujourd’hui, elle marque une révolution de taille et s’articulera autour
de six évènements essentiels : l’assainissement de la plaine du Rhône, le percement des tunnels, la
construction des barrages hydroélectriques, avec l’extension du réseau routier et l’industrialisation qui lui sont
concomitantes, enfin l’essor exponentiel du tourisme. (…) Ces innovations vont profondément modifier l’ordre
valaisan antérieur. Elles induiront aussi une nouvelle manière d’être, c’est-à-dire de vivre l’espace. De nouveaux
comportements donc, essentiels dans le sens où l’on ne saurait véritablement pas saisir le Valais sans garder en
mémoire ces profonds changements (..)
A une société rurale enracinée dans ses vallées et organisée autour de l’agriculture s’est partiellement substitué
une société plus diversifiée, centrée sur l’urbain et ses fonctions spécifiques. C’est un modèle nouveau où la
montagne devient un cadre de vie, cessant, petit à petit, d’être un mode de vie." Micheline Cosinschi, Le Valais :
cartoscopie d’un espace régional

Document de travail / CoManaging 182


Organisation / RURALITÉ et STRUCTURE URBAINE

ƒ de la montagne-mode de vie à la montagne-cadre de vie (suite)

> déplacement du centre de gravité (économique et démographique) territorial des axes latéraux à
l'axe central, du haut vers le bas

• renversement dû à l’assainissement de la plaine


"Dû aux crues, marécages et inondations de la plaine, les vallées sont tout d’abord mises en valeur par les autochtones
(développement dans l’espace tout d’abord transversal) ; la correction du lit du fleuve, associée au drainage de la plaine,
et le prolongement de la ligne de chemin de fer vont ensuite renforcer l’axe longitudinal au détriment des axes
transversaux." Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régiona
"Les annales sont riches de chroniques rapportant les débordements du Rhône ou de ses affluents. Pendant longtemps
les sociétés se sont adaptées à ces situations en privilégiant par exemple les implantations sur les cônes de
déjection, eux-mêmes dangereux, plutôt que dans la plaine alluviale du Rhône. " (..) " Grâce aux deux premières
corrections, l’occupation de la plaine s’est très fortement intensifiée. " Emmanuel Reynard, www.vs.ch/encyclo
"Les étapes intermédiaires montrent pour leur part plusieurs seuils remarquables. C’est en effet entre 1850 et 1910 que
s’amorce le glissement du peuplement, des contreforts montagneux vers le fond de la vallée, suite aux importants
travaux de drainage des marais de la plaine. " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"Des terres nourricières dans la plaine :
> de 1863 à 1893, 7000 ha gagnés sur le Rhône
> de 1917 à 1936, 4000 ha
> et plus tard encore 2200ha "
Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan

Document de travail / CoManaging 183


Organisation / RURALITÉ et STRUCTURE URBAINE

ƒ de la montagne-mode de vie à la montagne-cadre de vie (suite)

> déplacement du centre de gravité (économique et démographique) territorial des axes latéraux à
l'axe central, du haut vers le bas (suite)

• exode rural et polarisation de l'axe rhodanien


"En 1850, la population semble répartie de préférence dans les vallées latérales et les versants du sillon
rhodanien, avec quelques implantations importantes dans les parties exondées de la plaine. (…) la commune de
Bagnes, avec ses 4'278 habitants est la première commune du canton et s’avère donc nettement plus peuplée que
celles de la plaine, par exemple de Sion (3'307 habitants), de Martigny (2'545 habitants) ou de Conthey (2'488 habitants).
"~1930 " les contrastes entre le Bas, se modernisant et les vallées alpestres, garantes de la tradition, deviennent
alors de plus en plus saisissants et un exode vers la plaine, ou d’autres cantons, peut s’observer. (..)
Deux mouvements principaux caractérisent l’évolution de l’implantation de la population résidente en Valais : d’abord, (…)
on peut relever la forte croissance démographique qui marque le canton, la population ayant presque triplé (entre 1850
et 1980), passant de 81'559 à 218'707 habitants. (…) Ce sont la plupart du temps des communes de moins de 300
habitants qui perdent de leurs habitants. (..)
En 1980, par contre, la rupture entre le sillon rhodanien et les vallées latérales est d’autant plus nette que les
communes, pour la plupart, touchent directement à la vallée, et que leur centre de gravité démographique s’est
déplacé du haut vers le bas. " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional

Document de travail / CoManaging 184


Organisation / RURALITÉ et STRUCTURE URBAINE

ƒ de la montagne-mode de vie à la montagne-cadre de vie (suite)

> aujourd'hui développement de la suburbanisation


"On assiste à la concentration de l'habitat dans la plaine et en zones urbaines, dans certaines communes
touristiques la zone à bâtir est éclatée et surdimensionnée, si bien que l'on ne parvient plus à séparer les villages
(nendaz, le Châble - Champsec, etc. Attention de ne pas perdre l'attrait naturel du canton en continuant de
l'équiper et de l'habiter sans limites " François Perraudin
"La densité, le gaspillage du sol, le contraste entre l'urbanisation historique des bourgs et villages et
l'urbanisation de la deuxième partie du 20ème siècle. L'organisation territoriale historique établie sur la
transhumance (encore !)." Marc-André Berclaz
"Chacun de ces centres [pôles urbains allant de Monthey à Brigue, en passant par Sion, Sierre et Viège.] dispose
d’une couronne de communes périphériques fortement peuplées. (..)
La suburbanisation, et surtout la périurbanisation sont révélateurs de la croissance urbaine : grâce à
l'amélioration des transports et services en réseau, les ménages et les entreprises peuvent s'établir de plus en plus
loin du centre-ville ; la rapidité d'accès aux aménités urbaines et la bonne accessibilité des zones périurbaines
(connexité) remplaçant la proximité spatiale (contiguïté). (..) Aujourd'hui, les communes de "campagne" ou
"périurbaines" entourant les villes disposent également des ressources et services urbains à un niveau presque
équivalent à la ville centre, si bien qu'elles gagnent en attractivité. " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie
d’un espace régional

Document de travail / CoManaging 185


Organisation / RURALITÉ et STRUCTURE URBAINE

ƒ de la montagne-mode de vie à la montagne-cadre de vie (suite)

> et dynamisme économique des petites unités urbaines


"Il est intéressant de relever qu’en 1950 déjà, les communes périurbaines de ces trois villes (Sion, Sierre, Brig)
connaissent une démographie en augmentation, alors que les autres localités périphériques restent plus ou
moins stables. (..)
Certes le taux de croissance global de Sion reste conforme à sa taille ; en revanche, les taux de croissance par grandes
catégories d’activités (industries structurellement fortes, industries manufacturières, services publics, services de
distribution, services aux entreprises) sont généralement plus forts que ceux enregistrés pour l’ensemble du système
urbain suisse. (…) Une dynamique qui, dans l’ensemble, s’est traduite, en termes relatifs du moins, par une plus
faible croissance des grandes agglomérations en regard du dynamisme des plus petites unités urbaines. Ce
constat s’applique à l’ensemble du sous-système valaisan dont les tailles des unités entrent dans cette catégorie (..)
Ce sont les communes les plus touristiques qui se sont avérées les plus dynamiques dans la décennie quatre-
vingt. C’est une dynamique à peu près équivalente que l’on rencontre dans les communes périurbaines, les
communes d’émigration pendulaire des principaux centres d’emplois et dans les communes agricoles de la
plaine entre Martigny et Sion. Leur croissance relative est en moyenne près du double de celle des communes
urbaines et des communes à vocation mixte, en particulier celles associant agriculture et industrie, qui ont d’ailleurs
la plus faible croissance entre 1980 et 1990. " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional

Document de travail / CoManaging 186


Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT

"La montagne est un symbole de la nature, la plus "naturelle" des natures."


Bernard Debarbieux, conférence à l’IUFM d’Aix en Provence, 14 novembre 2001, http://www.aix-mrs.iufm.fr

"C’est bien la montagne, et plus particulièrement les Alpes


qui sont le principal facteur de diversification des écosystèmes de notre pays.
Tous les phénomènes naturels y sont amplifiés… (Michel Roten) "
Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional

"La multiplicité de la flore et de la faune ainsi que l’alternance entre une végétation
septentrionale et méridionale, ravissent chaque fois l’ami de la nature "
brochure " le sentier de la Rampe sud "

"La protection de la nature valaisanne


— par exemple du Bois de Finges, la plus importante forêt de pins d’Europe —
conserve les valeurs ancestrales et génère de nombreuses synergies :
tradition, cordialité, joie de vivre, détente active, plaisirs culinaires
et le côté romantique des montagnes."
Michel Clavien

Document de travail / CoManaging 187


Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT

"Beauté écologique" du patrimoine naturel et qualité d'environnement exceptionnels


protégés aussi comme une part vivante de l'identité
Montagne nature sauvage, précieuse et dangereuse à la fois
ƒrare et précieuse dimension de nature sauvage et authentique
> un paysage de nature "intacte", et même vierge de toute intervention humaine dans certaines zones
> un espace naturel en "renaturation"
> un paysage naturellement "auto-protégé" par sa configuration "encerclée de hautes montagnes
> mais danger de conflits entre paysage naturel et culturel
ƒune biodiversité extraordinaire : richesse, variété et contrastes du patrimoine naturel valaisan
> richesse, authenticité et diversité floristiques exceptionnelles
> les Alpes, "un Temple de la Nature"
> l’eau et les milieux humides, facteur important de la biodiversification
> présence de variétés "méditerranéennes" grâce à un micro-climat méridional
> précieuses prairies sèches
> mais danger d'appauvrissement de la biodiversité floristique
ƒétagement de la végétation
ƒgrande richesse et diversité faunistiques, en particulier de la faune de montagne
> "liberté" de la faune sauvage, la preuve par retour du loup
ƒproximité et fierté de "ses" animaux
> amour, voire "sacralisation", de la vache d'Hérens
> dans le Haut-Valais, valorisation des moutons et des chèvres
ƒprotection du patrimoine naturel : une chance aussi de revitaliser l'identité
ƒimpressionnante concentration de dangers naturels en Valais et une longue histoire de catastrophes
ƒrapport lucide et pragmatique avec un environnement imprévisible, potentiellement dangereux
ƒproblèmes de pollution légers, et en diminution pour certains
Document de travail / CoManaging 188
Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT

ƒ 1 site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Pour classer le glacier, il a été retenu des critères
de beauté, d'écologie (70 ans de protection de la nature, des plantes nouvelles poussent au pied du
glacier) et de paysages
ƒ 30 réserves naturelles gérées par PRO-NATURA VALAIS
ƒ 49 sites protégés par loi cantonale (zones alluviales, marais, forêts) dont 3 d’importance nationale
ƒ 1964 espèces végétales recensées dont 341 en forêt
ƒ 146 espèces d’oiseaux recensées dont 100 en forêt
ƒ 68 espèces de mammifères recensées dont 60 en forêt

"Situations :
>Finges est "objet" IFP (Inventaire Fédéral des Paysages) ; il est zone alluviale d'importance nationale et
protégée par décision cantonale
> Aletsch est "objet" IFP, haut-marais d'importance nationale ; la forêt et le Märjelensee sont protégés par
un arrêté cantonal. Toute la région est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO
> Derborence est "objet" IFP, zone alluviale d'importance nationale ; le lac et la forêt sont protégés par un
arrêté cantonal.
> Les Follatères sont "objet" IFP et protégées par des contrats de droit privés."
Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan, 1999

Document de travail / CoManaging 189


Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT

ƒ la montagne, 1er des grands patrimoines naturels et environnementaux du Valais, selon les experts :

"Cervin" Jean-Marie Grand ; Anne Martin ; Hermann-Michel Hagmann ; Jacques Lathion ; Jean-Marie Grand
"Les montagnes : Cervin, Dt Blanche, Gd Combin, Weisshorn, Zinalrothorn, Michabels; les glaciers (Aletsch),
les gorges et cascades, le Rhône, les barrages, la forêt de Finges…" Christian Salamin
"Nos montagnes. Nos sites exceptionnels comme Derborence, le Cervin, Aletsch" Armand Dussex
"Les 4000 du Valais que l'on aperçoit de loin comme des repères familiers avec leurs "neiges éternelles".
Cette image se modifie avec la fonte des glaciers" Madeleine Wiget-Daly
"Les Dents du Midi"
"Le glacier d'Aletsch" Jean-Bernard Rouvinez
"Derborence" Jacques Lathion
"La Forêt de Finges, Les prairies sèches, Les marécages d'altitude" Anne Martin
"Le Vallon de Réchy" Christine Roduit
"La réserve des Follatères, La Combe de l'A" Patricia Lafarge
"La vallée du Rhône"

Document de travail / CoManaging 190


Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT

ƒ rare et précieuse dimension de nature sauvage et authentique

> un paysage de nature "intacte", et même vierge de toute intervention humaine dans certaines zones
"Une nature superbement sauvage vous ensorcelle " Roland Puippe, L’été suggéré, le Valais au fil de l’eau, supplément
du Nouvelliste 7 juillet 2000
"Malgré quelques plaies constituées principalement par des stations construites sans plan d’ensemble, donc en toute
anarchie, notre canton bénéficie encore d’un patrimoine naturel quasi intact dans bien des régions qui ont été
heureusement sauvegardées." Jean-Bernard Moix
-

> un espace naturel en "renaturation"


"Le Valais est une terre qui redevient naturelle, c'est une terre sauvage en "renaturation", un espace naturel en
redevenir." Bernard Attinger
"Authenticité, panorama"

> un paysage naturellement "auto-protégé" par sa configuration "encerclée de hautes montagnes


"Le paysage fait que on le regarde à très peu à la fois, le paysage limite le nombre de personnes" Sylvine Eberlé
"A cause de la taille des sites, il y a un certain nombre de gens mais on ne peut pas en amener plus"
"L'impossibilité de construire à outrance du fait de la géographie, a maintenu par exemple les prairies sèches qui sont
une des richesses que la ligue de protection de la nature relève. Cela veut dire toute une quantité d'insectes, de
papillons que l'on ne trouve plus ailleurs." Anne Martin

> mais danger de conflits entre paysage naturel et culturel


"Le conflit/les tensions entre le paysage naturel et culturel (Kulturlandschaft), alternance entre la nature et des
atteintes/interventions humaines"
Document de travail / CoManaging 191
Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT

ƒ une biodiversité extraordinaire : richesse, variété et contrastes du patrimoine naturel valaisan


"Le Valais central constitue l’un des hauts lieux de la biodiversité en Suisse " Brochure Pfyn-Finges
"La multiplicité de la flore et de la faune ainsi que l’alternance entre une végétation septentrionale et
méridionale, ravissent chaque fois l’ami de la nature lorsqu’il se rend dans cette merveilleuse région. " brochure " le
sentier de la Rampe sud "
"C’est bien la montagne, et plus particulièrement les Alpes qui sont le principal facteur de diversification des
écosystèmes de notre pays. Elles créent, au départ, des contrastes orographiques qui modifient fondamentalement les
conditions climatiques et les processus d’érosion… Tous les phénomènes naturels y sont amplifiés" Micheline Cosinschi,
Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"Les grands espaces naturels du Valais abritent une flore et une faune abondantes et variées. Toutes deux sont
riches en espèces rares et protégées, du rhododendron au sabot de Vénus, des papillons aux gros mammifères
symboles de l’Alpe. " Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo

Document de travail / CoManaging 192


Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT

ƒ une biodiversité extraordinaire : richesse, variété et contrastes du patrimoine naturel valaisan (suite)

> richesse, authenticité et diversité floristiques exceptionnelles


1964 espèces végétales recensées en Valais (dont 341 espèces se rencontrent en forêt)

"la richesse" Gilberte Favre


"L'exceptionnelle variété. Que ce soit par le nombre d'espèces en général, le nombre d'espèces rares ou par le nombre de
groupements végétaux, la richesse de notre canton est exceptionnelle. Dans chaque coin de terre, on trouve des
espèces rares et de nombreuses endémiques." Armand Dussex
"Il y a une énorme richesse des plantes qui poussent en Valais." Patricia Lafarge
"Comme pour la géologie, on en revient à la diversité, On peut prendre comme exemple la forêt de Finges où c'est assez
frappant de voir le nombre de jeunes qui viennent analyser, étudier, nos criquets, nos insectes, nos abeilles etc. etc.
L'étagement et l'espace un peu clos favorisent cette diversité." Hermann-Michel Hagmann
"Authentique, colorée, douce/suave" Roland Imboden
"Les contrastes, en toutes saisons, entre la végétation de plaine et des coteaux, qui peut aller d'espèces arides en Valais
central et, à la même époque, aux fleurs printanières sur les alpages. Variété, couleurs, abondance, sauvagerie dans les
prés qui ne sont pas banalisés par l'agriculture intensive" François Perraudin
"Pareille diversité de conditions de vie se traduit immanquablement par une exceptionnelle richesse de la flore. A tous
moments de l’année, sauf en hiver, il se trouve des endroits où les fleurs s’épanouissent à profusion. Cette richesse
s’explique aussi par d’autres facteurs comme le climat particulier de la vallée du Rhône, la présence de grands espaces
pratiquement sauvages." Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo

Document de travail / CoManaging 193


Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT

ƒ une biodiversité extraordinaire : richesse, variété et contrastes du patrimoine naturel valaisan (suite)

> les Alpes, "un Temple de la Nature"


"Leur caractère alpin et varié" Jean-Bernard Moix
"Nos Alpes ne présentent plus à notre esprit simplement un spectacle dont l’enchantement est indescriptible, mais elles
se révèlent à nous comme un temple de la Nature où sont conservés les admirables trésors de mondes qui ne sont
plus. Nous essayerons de pénétrer dans ce temple afin d’interroger les merveilles dont il est orné, et de faire défiler devant
nos yeux les époques les plus importantes de l’histoire de notre terre. Le Valais nous apparaît comme le plus bas et le
plus ancien étage de ce temple dont la Dent-de-Morcles et celle du Midi, semblables à deux pyramides gigantesques,
représentent le parvis et l’entrée (…). Le pied de ces montagnes renferme lui-même dans ses masses rocheuses les
restes organiques les plus anciens de notre pays" Oswald Heer ( 1860) cité par Marcel Burri dans Encyclopédie Valais
"C’est bien la montagne, et plus particulièrement les Alpes qui sont le principal facteur de diversification des
écosystèmes de notre pays. Elles créent, au départ, des contrastes orographiques qui modifient fondamentalement les
conditions climatiques et les processus d’érosion… Tous les phénomènes naturels y sont amplifiés… Les Alpes
constituent aussi, grâce à leur altitude, une limite efficace entre le monde méditerranéen et la péninsule
européenne… (Michel Roten) " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional

• "intensité" particulière de la flore montagnarde


"L’espace vital extraordinaire des Alpes se distingue par une flore variée et haute en couleurs " Valais-Wallis,
Géographie et témoignages sur le Valais
"Les fleurs de montagne passent pour beaucoup plus attrayantes que celles de plaine. Elles sont plus parfumées et
plus vivement colorées. Cette pigmentation renforcée peut se comparer au bronzage de notre peau, qui assure une
certaine protection contre les rayons ultraviolets. Les corolles paraissent souvent démesurées en comparaison des parties
vertes; il suffit de penser aux gentianes à grandes fleurs bleues." Christian Werlen et Philippe Werner, www.vs.ch/encyclo

Document de travail / CoManaging 194


Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT
ƒ une biodiversité extraordinaire : richesse, variété et contrastes du patrimoine naturel valaisan (suite)
> les Alpes, "un Temple de la Nature"(suite)
• variétés endémiques
"En Valais, chaque type de végétation comporte des caractéristiques propres." Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo
"L’exemple le plus fameux d’endémique purement valaisanne est celui du genépi des neiges, petit genépi verdâtre qui ne
croît que sur un seul sommet au-dessus de Zermatt. Pour d’autres espèces comme la campanule incisée, l’euphraise de Christ ou
la gentiane rameuse, l’aire de répartition dépasse les limites du canton en direction du versant sud de la chaîne pennine et du
Tessin. La campanule incisée se limite à la zone comprise entre les Mischabel à l’ouest, le massif de l’Aar au nord, les Alpes
tessinoises à l’est et le Mont-Rose au sud. Moins fréquente sur le terrain, l’euphraise de Christ occupe approximativement le
même territoire. Quant à la gentiane rameuse, plante annuelle à floraison tardive, elle s’étend dans le Haut-Valais et dans le massif
du Gothard jusqu’aux Grisons.
D’autres endémiques propres aux Alpes sud-occidentales, ne poussent en Suisse qu’en Valais: saxifrage diapensie sur
quelques sommets et oxytropis de Gaudin sur les sommets longeant la frontière du val Ferret au Simplon; joubarbe à grandes
fleurs en un point isolé du val d’Entremont et de la vallée de Zwischbergen ; séneçon de Haller en Haut-Valais; raiponce naine au-
dessus de Zermatt; alysson alpestre sur le versant sud du Gornergrat.
Certaines endémiques présentent des sous-espèces vicariantes. Ainsi, la rare minuartie en coussinet, isolée en quelques
stations du val d’Anniviers, des vallées des Vièges et du Tessin, se retrouve sous une forme légèrement différente en Autriche et
dans le sud des Dolomites. La valériane celtique, strictement limitée aux hautes Alpes piémontaises et à la crête des Alpes
pennines (Grand Saint-Bernard et bassin des Vièges), présente une autres sous-espèce 300 km plus à l’est, en Styrie. Dans ces
deux exemples, l’aire de répartition d’origine a été probablement disloquée lors des glaciations. " Christian Werlen et Philippe
Werner, www.vs.ch/encyclo
• barrière "climatique" de l'altitude
" C’est bien la montagne, et plus particulièrement les Alpes qui sont le principal facteur de diversification des écosystèmes
de notre pays. Elles créent, au départ, des contrastes orographiques qui modifient fondamentalement les conditions climatiques et
les processus d’érosion… Tous les phénomènes naturels y sont amplifiés… Les Alpes constituent aussi, grâce à leur altitude,
une limite efficace entre le monde méditerranéen et la péninsule européenne… (Michel Roten) " Micheline Cosinschi, Le
Valais : cartoscopie d’un espace régional
Document de travail / CoManaging 195
Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT

ƒ une biodiversité extraordinaire : richesse, variété et contrastes du patrimoine naturel valaisan (suite)

> présence de variétés "méditerranéennes" grâce à un micro-climat méridional et même de steppes


valaisanes : une végétation typique des milieux secs et arides
"Pour reprendre les termes de Rilke qui a dit : "le Valais est un mélange de Provence et d’Espagne. Sa géographie
définit un micro-climat exceptionnel qui n'est pas un climat continental comme celui de nos voisins; c'est lié tout de
même à la flore." Hermann-Michel Hagmann
"Cela fait rire les gens du Sud, de savoir qu’il y a des abricots et du vin dans les montagnes valaisannes" Anne Martin
"Le Midi commence à Martigny" (abricotier, poirier, légumes, platanes)
"En remontant la vallée du Rhône à partir de Martigny, on remarque sur les coteaux ensoleillés, parmi les cultures, les
chênaies et les pinèdes, des surfaces de roches ou d'herbes jaunies. C'est le domaine de la steppe, milieu le plus sec
de Suisse. L'aridité parvient à empêcher le développement des arbres. Elle résulte non seulement du climat, mais aussi
de la pente et du sol, souvent mince et caillouteux, donc peu apte à retenir les eaux de pluie. Dans notre pays, les
steppes constituent une exclusivité du Valais et des Grisons. De nombreuses plantes qui leur sont liées ne
s'observent que dans ces régions.
Cette végétation particulière se retrouve plus près de chez nous dans quelques coins semi-désertiques de la péninsule
ibérique ou du Midi de la France. Visiter une steppe valaisanne, c'est voyager un peu dans toutes ces régions. C'est
vivre une ambiance méridionale. C'est découvrir une flore originale exceptionnellement riche, des plantes jamais
vues jusqu'ici, des espèces souvent rares et méconnues du grand public. Pour faire connaissance avec la steppe,
n'importe quel bas-coteau bien ensoleillé entre Martigny et Fiesch peut faire l'affaire. Il suffit de trouver un milieu naturel,
ce qui n'est pas toujours facile parmi les vignes.

Document de travail / CoManaging 196


Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT

ƒ une biodiversité extraordinaire : richesse, variété et contrastes du patrimoine naturel valaisan (suite)

> précieuses prairies sèches


"les prairies sèches témoins de la réalité du pays et le mélèze" Marc-André Berclaz

> l’eau et les milieux humides, patrimoine naturel et facteur important de la biodiversification
"Ce qui caractérise le patrimoine naturel et environnemental du Valais, c'est l'eau, des glaciers du Rhône en passant
par les rivières et les bisses " Roland Vergères
[les lieux humides] présentent à première vue moins d'attrait que les tapis fleuris des prairies sèches ou des pelouses
alpines. Mais l'eau les anime. Partout où elle est présente, la vie explose. L'eau jaillit, court, saute en cascades, stagne.
Froide ou tempérée, acide ou calcaire, pure ou polluée, coulant à flots ou en minces filets, elle entretient une végétation
spécialisée, très localisée et très diversifiée. En Valais, les lieux humides présentent d'autant plus d'intérêt qu'ils se
rencontrent dans une large gamme d'altitudes. (.. ) Pénétrer dans un marais, c'est découvrir la transformation de la
végétation entre la terre ferme et le plan d'eau, c'est s'interroger sur la formation de la tourbe, c'est s'émerveiller devant
des fleurs inconnues d'une remarquable beauté, c'est pénétrer dans un monde étrange où se mêlent le clapotis de l'eau,
le bruissement des roseaux et les cris des oiseaux. N'hésitez pas à chausser vos bottes, vous ne serez pas déçus!. "
Charles Rey, www.vs.ch/encyclo

Document de travail / CoManaging 197


Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT

ƒ une biodiversité extraordinaire : richesse, variété et contrastes du patrimoine naturel valaisan (suite)

> mais danger d'appauvrissement de la biodiversité floristique


"Aujourd'hui, plusieurs problèmes se posent pour la végétation du canton: assèchement de la plaine, élimination quasi
totale de la couverture végétale et des surfaces marginales dans les cultures modernes, extension des friches sur les coteaux
secs, pollution atmosphérique, développement immodéré des constructions. Freiner l'appauvrissement de la flore et assurer
la place nécessaire à la survie des plantes rares devient une tâche urgente." Philippe Werner, www.vs.ch/encyclo
"Depuis l'avènement de la technique, le marais ont été systématiquement drainés ou comblés, au point qu'ils n'occupent
plus même 1 % de leur surface d'antan. Plusieurs dizaines de plantes rares ont ainsi disparu du canton. " Charles Rey,
www.vs.ch/encyclo

ƒ étagement de la végétation (cf. COMPOSITION ET PAYSAGES)


"La vigne, la forêt et les pelouses alpines; cela dépend à quel étage l'on vit." Madeleine Wiget-Daly
"Des vignes en terrasse, surmontées de forêts de feuillus puis de conifères pour terminer sur des pâturages d'alpage."
Roland Vergères
"Traditionnellement découpée en étages, elle peut être classée en plusieurs catégories : forêts, marais, coteaux secs,
végétation riveraine ou adventice (..) La ceinture de pins sylvestres caractéristique de la vallée du Rhône valaisanne et de
ses vallées latérales s’étend du fond de la vallée, à 450 m environ, jusqu’à près de 1500 m d’altitude et, dans certains
domaines, jusqu’à la limite forestière. " Michel Clavien, www.vs.ch/press
"Dans une région de montagnes comme le Valais, il est utile de savoir reconnaître les différents étages de végétation:
collinéen, montagnard, subalpin, alpin et nival. Ces tranches d'altitude correspondent à des conditions de vie très
différentes, aussi bien pour les plantes que pour les hommes. En réalité, la température, la longueur de la période de
végétation, les précipitations et autres facteurs déterminants varient graduellement avec l'altitude. Les limites entre étages ont
donc quelque chose d'arbitraire et se justifient avant tout pour la commodité de la présentation. On peut cependant les repérer
dans le paysage d'après la répartition naturelle de certaines essences forestières." Philippe Werner,
Document de travail / CoManaging 198
Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT

ƒ étagement de la végétation (suite)


> étage collinéen - C'est l'étage des forêts de feuillus: chêne pubescent en Valais central, chêne rouvre et pédonculé en Bas-Valais. La plupart des
essences à feuilles sont sensibles aux gels printaniers et se cantonnent dans ces forêts de basse altitude, à l'exception du frêne, du hêtre et de
l'érable sycomore. En réalité, la végétation naturelle a fait place presque partout aux cultures et aux constructions, si bien qu'il est plus facile
aujourd'hui de repérer les limites de l'étage collinéen d'après l'extension du vignoble.
La plaine du Rhône proprement dite présente une végétation alluviale spécialisée, avec des saules et des aulnes, accompagnés en Valais central de
peupliers noirs indigènes.

> étage montagnard - Dans le Bas-Valais, l'étage montagnard correspond à la zone des brouillards où se développent le hêtre et le sapin. Dans le
Valais central plus sec, ces deux essences sont remplacées par le pin sylvestre. La présence de feuillus indique généralement une influence
humaine. Le frêne par exemple abonde dans les haies le long des chemins et des bisses. L'étage montagnard, c'est aussi le domaine des prairies de
fauche. Certaines cultures sont encore possibles: céréales, pommes de terre et, dans les situations favorables, arbres fruitiers. Les étages collinéen et
montagnard correspondent à la zone cultivable et habitée toute l'année.

> étage subalpin - L'étage subalpin remonte jusqu'aux derniers arbres et se termine habituellement par des landes constituées d'arbrisseaux comme
le rhododendron ou le genévrier nain. C'est le domaine des forêts sombres de résineux, entrecoupées de couloirs d'avalanches. En Bas-Valais,
l'épicéa domine en quasi-exclusivité. Ailleurs dans le canton, le mélèze l'accompagne. Quant à l'arole, il se rencontre plutôt sur les hauteurs très
ensoleillées de la chaîne pennine. Vers la limite supérieure de la forêt, les vieux arbres ressemblent à des monuments impressionnants, façonnés par
la foudre, le gel et le vent. Un peu plus haut, il ne reste plus que quelques arbustes rabougris qui se font décimer lors d'années particulièrement rudes.
La pâture a abaissé la limite naturelle de la forêt en maints endroits. En dehors des landes, des pâturages et des zones de résidence temporaire que
sont les mayens, l'étage subalpin a gardé un caractère essentiellement forestier.

> étage alpin - Aux landes subalpines succèdent des pelouses rases qui impressionnent par leur floraison, leur parfum et leur diversité, reflet des
multiples variations de sol et de microclimat. Les grands alpages occupent les meilleures terres. Les moutons montent parfois jusqu'aux dernières
taches de gazon qui marquent la limite supérieure de l'étage alpin. Une végétation spécialisée peu influencée par la pâture se développe sur les
éboulis, les crêtes et les pentes sèches. Les rochers abritent des plantes en touffes ou en coussinets, adaptées à une vie très dure.

> étage nival - A l'étage nival, qui s'étend jusqu'aux sommets les plus élevés, il ne reste guère que des mousses, des lichens et des algues.
Certaines plantes à fleurs parviennent toutefois à se maintenir dans de rares microstations favorables et niches rocheuses protégées.
Document de travail / CoManaging 199
Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT

ƒ grande richesse et diversité faunistiques, en particulier de la faune de montagne


146 espèces d’oiseaux recensées en Valais (dont 100 espèces se rencontrent en forêt )
68 espèces de mammifères recensées en Valais (dont 60 espèces se rencontrent en forêt)
"Nous avons eu l'occasion d'aller faire une randonnée en montagne sur les hauts de Conthey, et nous avons été
impressionnés par la grande diversité de la faune. Nous avons pu citer environ 50 animaux qui vivent en moyenne
montagne." Christine Roduit
"Encore la diversité des espèces et la possibilité de disposer de vastes espaces pour se reproduire et prospérer" Jean-
Bernard Moix
"Loèche est reconnu au niveau national pour sa diversité en espèces et se distingue comme région phare pour
l’observation des oiseaux. " Brochure " Pfyn-Finges "
"Mais un jour / Le tétraz, oiseau divin, / Qui porte une lyre vert-de-grisée / Prononça le vœu / De demeurer sur les
montagnes / Et de ne plus jamais descendre / dans les vallées." S. Corinna Bille, Guirlande de la loi des oiseaux, La
montagne déserte

> "liberté" de la faune sauvage, la preuve par le retour du loup…


"Le loup devrait être notre symbole : s'il revient tout seul, c'est parce que c'est un espace naturel" Bernard Attinger
"Ce qui caractérise la faune en Valais : la liberté" François Perraudin
"La liberté de la faune (symbole du bouquetin), la chasse (!), les limites de la vie sauvage (confrontation avec l'homme:
lynx, loup etc.)." Marc-André Berclaz
"Faune en Valais : sauvage, forte" Roland Imboden
"le chamois, le bouquetin, la marmotte, l'aigle, les choucas, Christian Salamin
"Le petit duc qui résiste (combien de temps encore) à la sa disparition de nos contrées. Le gypaète barbu qui peu après
sa réintroduction dans les Alpes s'établit dans notre canton. Les cigales qui caractérisent le type méridional de notre climat."
Armand Dussex

Document de travail / CoManaging 200


Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT
ƒ proximité et fierté de "ses" animaux
"Il y a une certaine fierté due aux animaux spécifiques du Valais, comme les vaches d'Hérens, les Moutons « nez noir » et
les Chèvres col noir" Christine Roduit
"Il y a une très forte imprégnation entre l'homme et la faune, que l'on parle de la vache ou de la culture de la chasse en
Valais, l'homme est très très proche de sa vache, de sa faune et je crois que cela c 'est quand même typique en Valais."
Alain Barbey
> amour, voire "sacralisation", de la vache d'Hérens
majoritairement citée en premier par les experts :
"La vache d'Hérens, le chien du St Bernard, un vol d'étourneaux dans les vignes…". Christian Salamin
"La vache, puis le chamois " Madeleine Wiget-Daly
"Vache (Race d’Hérens); Bouquetin et chamois" Jean-Daniel Rouiller
• un symbole identitaire, par identification, surtout dans le Valais central
"La vache est un symbole de l'identité valaisanne très très fort" Christine Roduit
"La race d’Hérens a beaucoup plus d’impact dans le Valais central" Sylvine Eberlé
"Je crois que chez la vache il y a un caractère que l'on identifie au caractère valaisan" Patricia Lafarge
"La vache c'est aussi l'animal sacrificiel. Nous avons été influencés par le passage des Celtes et la vache, le taureau, comme
animal symbolique sont très importants; c'est aussi l'animal symbolique de la fertilité, elle est reliée aux quatre éléments
eau, air, terre, feu. La vache c'est la richesse." Anne Martin
"La race d'Hérens et son caractère combatif" Roland Vergères
• un "patrimoine" communautaire, rassembleur et "intouchable"
"C'est parce qu'on a trop de respect pour la vache que l'on n'a pas apprécié que l'on transforme la vache en maçon
[dans la campagne de communication de la Banque Cantonale du Valais BCV]; on la voyait avec une truelle et tout ça. Je pense
que c'est plus cette démarche là que la vache qui a été critiquée, donc cela prouve encore plus qu'on sacralise la vache". Jean
Bonnard
"C'était l'appropriation d'un symbole fort qui gênait , la vache d'Hérens n'appartient pas à la BCV" Hermann-Michel Hagmann
"La Télévision Suisse Romande fait des taux d'audience surprenants, un dimanche après-midi, lors des finals au mois de
mai, juin; c'est quelque chose de très fort." Hermann-Michel Hagmann
Document de travail / CoManaging 201
Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT
ƒ proximité et fierté de "ses" animaux (suite)
> dans le Haut-Valais, valorisation des moutons et des chèvres
"Dans le Bas ou le Haut-Valais où les chèvres col noir ou les moutons nez noir sont plus connus et plus importants
que la vache. Les Haut-Valaisans sont, à mon avis, plus fiers de leur chèvres et de leurs moutons , c'est important" Sylvine
Eberlé
ƒ protection du patrimoine naturel : une chance aussi de revitaliser l'identité
> prise de conscience en marche d'un environnement exceptionnel et du rôle de l’homme et du tourisme
malgré certaines réticences et la défiance envers les écologistes
Projet en cours:
réserve de biosphère Maya / Mont-Nobles (inscrite à l’UNESCO)
L' association Maya Mont Noble, en collaboration avec les communes et les sociétés de développement de Grône-Loye, Nax,
Vernamiège, Mase et Saint-Martin, met sur pied un projet d'envergure en faveur de la création d'une réserve de biosphère dans
la région de la Maya et du Mont Noble.
Conscientes de leurs richesses paysagères et patrimoniales, les communes concernées ont entrepris un processus de
concertation visant une valorisation de leur région en se basant sur les principes du développement durable.
La zone retenue recouvre l'ensemble des territoires de ces cinq communes.
De la plaine du Rhône à 499 m d'altitude au sommet des Becs de Bosson à 3148 m en passant par le vallon de Réchy, le
territoire se prolonge jusqu'au lit de la Borgne, de Bramois à Euseigne.
Patrimoine mondial de l’UNESCO : Jungfrau-Aletsch-Bietschhorn (2001) (demande d’extension en cours)
"Le tourisme nous aide à sauver la montagne" Bernard Crettaz
"Patrimoine naturel et environnemental énorme, sa nature sauvage, à sauvegarder, à préserver" François Perraudin
"Dans la flore, dans les plantes, je crois qu'il y a une grande prise de conscience récente" Patricia Lafarge
"Je crois que la flore est bien valorisée par les guides de moyenne montagne; j'ai pu discuter avec un ou deux de ces
nouveaux guides et j'ai trouvé qu'ils avaient une connaissance de la flore assez exceptionnelle." Jacques Lathion
"Principal patrimoine, le paysage, pas encore reconnu comme tel par les Valaisans qui continuent à agir en bâtisseurs et en
revanchards contre les caprices de la nature sauvage." François Perraudin
Document de travail / CoManaging 202
Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT

ƒ protection du patrimoine naturel : une chance aussi de revitaliser l'identité (suite)

> prise de conscience en marche d'un environnement exceptionnel et du rôle de l’homme et du tourisme,
malgré certaines réticences et la défiance envers les écologistes (suite)
"Le Haut Valais en abonde L'écologiste est assimilé au terroriste, malheureusement" François Perraudin
"Allergie généralisée aux écologistes" Madeleine Wiget-Daly
"Les autorités ont pris conscience de l’importance que tient l’écologie dans notre société. Des réserves protégées sont
ainsi nées… " www.tourisme-pour-tous.ch
"La nature valaisanne est sublime et sa valeur est impérissable. Le label UNESCO est donc une chance inestimable pour le
futur développement positif de la région d’Aletsch et lespace vital valaisan.Sa faune et sa flore enchanteresses méritent
d’être protégées et entretenues. Cette région du Valais bordant le plus long glacier d’Europe ne se contente pas d’être le
premier patrimoine naturel mondial des Alpes, mais espère également, en tant que région digne de protection et par sa
beauté naturelle, captiver hôtes et visiteurs des prochaines générations. " Michel Clavien, www.vs.ch/press
" La conservation d’espèces souvent fragiles ne va pas sans occasionner des conflits et des restrictions. La concertation des
milieux de la protection de la nature et de ceux de l’économie pour la cohabitation de la nature et des activités humaines suscite
de vastes débats mais aussi une attention plus générale à la fragilité du monde naturel qui sert d’écrin au Valais. " Anne
Michellod, www.vs.ch/encyclo
"Que restait-il? Nos véritables vierges étaient encore nos cimes. Et notre dernière trouvaille fut une grande vente de blanc :
mise en service public, à peu près comme des objets de bazar ou des consommations, de tous les sites du Mont Fort au Mont
Rose. Je ne me réjouis pas de l'invasion des foules dans notre désert, ces foules que Jésus nourrissait avec cinq pains et
cinq poissons ; d'une part ces foules paieront, d'autre part elles saliront tout sans le vouloir. Les foules des villes ont
honnêtement besoin d'enculer, de sucer la nature sauvage, je les comprends, mais elles sont trop, elles assassinent tout ce
qui est végétal ou animal, leurs embrassades répétées avilissent les pays." Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en
légende et en vérité
> une opportunité "culturelle"
"La protection de la nature valaisanne — par exemple du Bois de Finges, la plus importante forêt de pins d’Europe —
conserve les valeurs ancestrales et génère de nombreuses synergies : tradition, cordialité, joie de vivre, détente active, plaisirs
culinaires et le côté romantique des montagnes. Des sentiments dont personne ne voudrait se passer. " Michel Clavien,
www.vs.ch/press Document de travail / CoManaging 203
Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT

ƒ impressionnante concentration de dangers naturels en Valais et une longue histoire de catastrophes


"Le canton du Valais est connu pour ses particularités, notamment pour sa situation exposée à toute la gamme des
types de dangers naturels. Notre inventaire, malheureusement pas même exhaustif, comprend :
• plus de 3'700 avalanches y sont inventoriées, dont le 10 % menacent des zones habitées et des voies de
communication.
• Sur les 82 glaciers suisses ayant causé par le passé des dégâts humains ou matériels ou pour lesquels un danger
potentiel a été reconnu. 55 se situent en Valais.
• Plus de 250 secteurs ont été répertoriés comme sites d'éboulements, d'affaissements, de glissements de terrain et de
coulées de boue.
• 40 régions sont menacées par des inondations et le même nombre par des laves torrentielles.
• Selon la carte nationale des dangers sismiques le Valais se situe presque entièrement dans la zone de danger la plus
élevée de Suisse.
• Les dommages potentiels d'une crue du Rhône dans la plaine, de Brigue à Martigny sont estimés entre 5.8 à 10.3
milliards de francs à l'état actuel, respectivement à saturation des zones à bâtir et industrielles. Il faut ajouter à ces
montants 3 à 5 milliards de francs pour tenir compte des dommages aux grandes industries.
• Les rivières latérales et torrents présentent également d'importants dangers en cas de crue : exemple de la Saltina, à
Brigue, en 1993 et du Baltschiederbach, en 2000. "
"Pour le XIXe siècle, on peut même parler de surexploitation, à considérer les conséquences dramatiques qui nous
sont rapportées: avalanches, éboulements, érosion. Ce phénomène s'explique non seulement par le développement de la
population paysanne valaisanne, mais aussi par le refroidissement du "Petit Age glaciaire". Philippe Werner,
www.vs.ch/encyclo

Document de travail / CoManaging 204


Patrimoine NATUREL / ENVIRONNEMENT

ƒ rapport lucide et pragmatique avec un environnement imprévisible, potentiellement dangereux


"De tout temps, les Valaisans ont dû gérer leur environnement, se mettre à l’abri des dangers naturels comme les crues
torrentielles, les glissements de terrain ou les avalanches. Ils ont appris à aménager le territoire en fonction de leurs besoins et
dans le respect de la nature. C’est ainsi qu’il ont découvert le rôle protecteur de la forêt. " Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo

ƒ problèmes de pollution légers, et en diminution pour certains


" (O3) atteint régulièrement des concentrations excessives dans l’ensemble du Valais pendant les mois les plus chauds de l’année.
(…) Enfin, si le taux de poussières fines (diamètre inférieur à 10 µm) dépasse les normes, leur teneur en métaux lourds (plomb,
cadmium) est faible.
Le radon et les rayons cosmiques et telluriques forment les sources naturelles de la radioactivité ambiante, alors que les gaz rares et les
aérosols (en suspension ou déposés sur le sol), notamment le césium-137, sont d’origine humaine. D’après les relevés du RESIVAL,
l’ensemble du territoire valaisan présente une irradiation ambiante globalement inférieure au seuil admis comme normal en
Suisse. Le radon est un gaz qui pénètre dans les habitations par leurs fondations. (..) . Chaque commune a donc fait l'objet de relevés
réguliers depuis le début des années 90. Seules 15 d'entre elles (sur 160) ont été considérées comme régions à radon. " www.obs-
vs-sante.ch
"La pollution due au dioxyde d’azote (NO2) a diminué. Au centre des villes, dans les agglomérations et aux abords des routes fortement
fréquentées, les valeurs limites sont parfois encore largement dépassées (la concentration de NO2 pouvant jusqu’à être le double de la
valeur limite.) Le recul observé de manière générale résulte de l’introduction de normes plus sévères notamment pour les voitures de
tourisme (catalyseur) et les camions, de l’assainissement des installations industrielles et des usines d’incinération des ordures ménagères
et de l’application aux systèmes de chauffage de technologies visant à abaisser les émissions d’oxyde d’azote. (…)
La pollution due au dioxyde de souffre (SO2), sur le plan national, a fortement régressé. Ce progrès est dû principalement à la
réduction de la teneur en soufre du mazout et à l’assainissement des installations industrielles. Sur le plan cantonal, la pollution n’a que très
faiblement augmenté, vu le niveau extrêmement bas des valeurs (la valeur limite est fixée à 30 microns, 30 millièmes de milligrammes par
mètre cube) (Sion représente une moyenne légèrement inférieur à 7 microns).(…)
Les valeurs limites fixées pour l’ozone (O3) sont souvent dépassées, parfois de beaucoup même. C’est principalement en été que
ces dépassements ont lieu (…) Les immissions d’ozone varient d’une année à l’autre, la formation de cette substance ne dépendant pas
que des précurseurs (autres gaz) mais aussi des conditions météorologiques." Valais-Wallis, Géographie et témoignages sur le Valais
Document de travail / CoManaging 205
HABITAT et URBANISME

"Traditionnelle, montagnarde dans les villages du coteau,


cosmopolite dans les villes et les stations de montagne,
un peu "Disney" dans certaines stations tentant de reconstituer l'ancien de manière artificielle,
contemporaine et moderne dans les faubourgs de certains villages de plaine et du coteau"
François Perraudin

"Les innovations récentes, même spectaculaires, se superposent plus qu’elles ne se substituent aux anciennes."
Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional

"(..) tiraillements entre les tenants d’une vision traditionnelle et les partisans de l’architecture moderne."
Patrick Elsig, www.vs.ch/encyclo

"Il convient aussi de ne pas oublier les réalisations de génie civil liées aux routes et aux complexes
hydroélectriques, particulièrement abondants après-guerre et marquants pour le Valais."
Patrick Elsig, www.vs.ch/encyclo

"Il y a du très bon et du très mauvais.


Ce qui a été construit pour être habité par la population valaisanne me paraît réussi.
Par contre je déplore l’action des promoteurs qui ont sévi en spéculateurs
pour construire et vendre rapidement à nos touristes n’importe quoi et n’importe comment."
Jean-Bernard Moix
Document de travail / CoManaging 206
HABITAT et URBANISME

Un habitat traditionnel simple, varié et respectueux des lieux


grâce à un savoir-faire montagnard : l'art de bien se "poser" sur la pente
Appauvrissement, voir perte d'identité architecturale
avec le phénomène du "faux chalet alpin" dans les villages de montagne
et l'urbanisation anarchique dans les villes
Peu de valorisation de l'architecture moderne, sauf les réalisations"techniques"

ƒ reflet de la pauvreté jusque dans les années 50-60, un habitat traditionnel simple, peu typé mais varié et
respectueux des lieux grâce à un savoir-faire montagnard : l'art de bien se "poser" sur la pente
ƒ architecture ancienne, et propre à chaque vallée mais peu de villages préservés dans leur ensemble
ƒ les Valaisans victimes passives, voire consentantes, d'un phénomène de banalisation, de perte d'identité
architecturale dans les villages
> en altitude, modèle hégémonique de "faux chalet alpin" sur un modèle international du tourisme
> en plaine et sur les coteaux, invasion de "faux provençal" et péri-urbanisation
ƒ au XXème siècle, conséquence du tournant économique d'après guerre et tendance à privilégier l'utilitaire:
des villes et des stations banalisées par des années de développement anarchique, sans vision
ƒ vitalité de l'architecture moderne, pourtant peu valorisée et peu "patrimonialisée", en dehors des
réalisations de génie civil
> les réalisations architecturales d'intérêt , selon les experts : essentiellement de l'architecture "technique"
ƒ urbanisme des villes et villages traditionnels d'esprit méditérranéen
ƒ pierre et bois, les matériaux de l'architecture traditionnelle
ƒ spécificités architecturales : chalets, mayens, raccardset
Document maisons du vignoble
de travail / CoManaging 207
HABITAT et URBANISME

ƒ reflet de la pauvreté jusque dans les années 50-60, un habitat traditionnel simple, peu typé mais varié et
respectueux des lieux grâce à un savoir-faire montagnard : l'art de bien se "poser" sur la pente

"Une architecture d'habitation qui reflète absolument la pauvreté des Valaisans jusqu'à il y a très peu de temps,
contrairement aux autres régions. Dès que l'on sort de la plaine, c'est extrêmement pauvre " Jean-Marie Grand
"Pratiquement tous les gens de mon âge ici, on se souvient encore: il y avait une seule chambre pour tous et puis une
cuisine et puis c'est tout! Tout le monde vivait dans la même pièce, dans les villages jusque dans les années 50-60,
avant l'arrivée de l'industrie et du tourisme." Jacques Lathion
"Quand je regard les conférences que je donne sur le patrimoine, c’est vrai que l’on parle, en Valais, du premier patrimoine
qui est le paysage. Ce qui est très intéressant c’est de voir la relation entre la construction et le territoire. On a parlé
également de bâtiments de petites dimensions qui viennent se poser sur le site sans en modifier, excaver, sans
modéliser le territoire et ce qui est intéressant, quand on regarde Vernamiège par exemple, c’est que l’on a le bois, la pierre,
on a des bâtiments plus ou moins de la même dimension, donc si vous posez ces éléments sur le territoire,; il y a une sorte de
respect de la forme du territoire, et puis c’est une architecture vernaculaire qui s’est posée sur le territoire et qui s’est
bien posée." Christophe Valentini
" Il y a toujours une architecture vernaculaire qui est très importante, qui n’est pas uniforme sur l’ensemble du canton
car influencée par la qualité du bois présent selon les régions. Il faut être conscient de ça et arrêter de voir une
architecture valaisanne uniforme. " Bernard Attinger
"Un Valaisan tu lui donnes un trax, où il y a une pente il fait un plat et où il y a un plat il fait une pente ! Il n’y a qu’à regarder, on
fait des bosses autour de toutes les villas ! Quand on travaillait à la pelle et à la pioche on s’adaptait au terrain!" Bernard
Attinger
"Il n'y a aucune culture d'architecture. Si vous prenez les cantons environnants, si vous prenez l'Oberland Bernois, il y a
vraiment un cachet extraordinaire! Ici, il n'y a pas vraiment un type de maison valaisanne, ils n'avaient pas les moyens"
Jacques Lathion

Document de travail / CoManaging 208


HABITAT et URBANISME

ƒ reflet de la pauvreté jusque dans les années 50-60, un habitat traditionnel simple, peu typé mais varié et
respectueux des lieux grâce à un savoir-faire montagnard : l'art de bien se "poser" sur la pente
"Canton rural, le Valais des siècles passés se caractérise par une architecture traditionnelle, simple, alliant fonctionnalité et
esthétisme : c'est le type même du chalet valaisan que les architectes d'aujourd'hui s'ingénient à copier et à réinventer.
En plaine, les agglomérations abritent quelques bâtiments plus cossus, oeuvres d'architecte du XVIIIe siècle, qui côtoient les
constructions récentes où le verre et le béton donnent au Valais son aspect moderne et citadin. " Anne Michellod,
www.vs.ch/encyclo
"Nous sommes quelques centaines à vivre dans ces maisons de bois, trop hautes, trop étroites, mais où trouverions-nous de
la place pour les agrandir ? Trois, quatre étages et la pente est si déclive qu'on entre de plain-pied du chemin dans la cuisine
(..) La maison est collée à la pente ; la pente s'appuie au ciel" Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes

ƒ architecture ancienne, et propre à chaque vallée mais peu de villages préservés dans leur ensemble
"Il n'y a que quelques villages comme Grimentz qui sont fabriqués, avec des fleurs et des choses comme ça. " Jacques
Lathion
"Il n'y a pas d’identité architecturale, mis à part quelques villages comme Saas-Fee." Christian Desclouds
"Quand même, il y a certainement une vingtaine, une trentaine de villages valaisans qui méritent le détour." Hermann-
Michel Hagmann
"le bâti caractéristique de certains villages du Val d'Anniviers, du Val de Bagnes." François Perraudin
"Un bon nombre de beaux villages typiques et bien conservés, notamment en zone de montagne." Jean-Bernard Moix
"les villages de chalets de bois, les raccards." Christian Salamin
"Certains villages, Kippel, Evolène, Grimentz, les bisses" Armand Dussex
"Les villages étagés des vallées (transhumance et ingéniosité), quelques bourgs comme Saillon ou Niedergesteln, les villes de
Sion et Brigue" Marc-André Berclaz

Document de travail / CoManaging 209


HABITAT et URBANISME

ƒ les Valaisans victimes passives, voire consentantes, d'un phénomène de banalisation, de perte
d'identité architecturale dans les villages (suite)
"Architecture ancienne des villages, vieux chalets de bois puis, architecture horrible des années 60, HLM des villes,
gros immeubles touristiques sans âme" Christian Salamin

> en altitude, modèle hégémonique de "faux chalet alpin" sur un modèle international du tourisme (suite)
″ On assiste maintenant à une chose qui est une catastrophe, un danger de perte d'identité valaisanne par un effet d'
internationalisation par le pseudo vernaculaire : une espèce de plagiat où l’on fait du faux chalet, du faux machin, où
l’on essaie d’inventer une architecture alpine internationale "du tourisme" sans authenticité, en reprenant des éléments
de l’Engadine ou du Tyrol pour faire des chalets. C’est ce que fait Crans Montana, et que l’on fait partout avec des
complications de bois, de machins, de balustrades et de trucs, des chalets en kit, et même on importe le bois !! Le danger
c’est l'inculture de certains Valaisans qui ne savent pas reconnaître leur identité, ils trouvent ça beau et pensent donc
que c'est valaisan alors que c’est pas du tout valaisan. Ils ne savent plus faire la différence entre authenticité et
kitscheries épouvantables. Je ne veux pas critiquer Grimentz et ses beaux géraniums, mais c’est aussi une exagération."
Bernard Attinger
"C’est la globalisation alpine" Jacques Cordonnier
"On détruit de vrais chalets à l’étranger pour en faire 50 petits faux ici" Bernard Attinger
"Ce qui est aussi problématique, c’est que l’on est dans un système d’épicerie ; c'est-à-dire que le travail de l’architecte c’est
quand même de construire quelque chose dans un milieu bien précis et adapté à ce lieu autant par les matériaux, par les
ouvertures, par le climat. C’est tout ça qui va former l’architecture du lieu. C’est pour ça que l’on a quand même une
architecture de chez nous. Je veux dire à Zermatt les chalets étaient tous bien fermés avec des petites fenêtres tout ça
parce que le climat était aride, il faisait froid; donc plus on monte, plus on doit se protéger du froid. Et c’est vrai que l’on a de la
peine, aujourd’hui, à accepter cette architecture qui ne correspond pas au lieu et qui devient de l’épicerie. Le problème
c’est la série aussi." Christophe Valentini
"juxtaposition des styles d’architecture régionaux et internationaux."
Document de travail / CoManaging 210
HABITAT et URBANISME

ƒ les Valaisans victimes passives, voire consentantes, d'un phénomène de banalisation, de


perte d'identité architecturale dans les villages (suite)

> en plaine et sur les coteaux, invasion de "faux provençal" et péri-urbanisation


"Ce qu’il manque dans les petits villages de plaine ou de coteau, c’est qu’il n'y a pas d’unité et d’identité
dans les constructions; typiquement, les constructions provençales ou autres qui dépareillent avec le reste du
village." Vincent Bornet
"Ce n'est pas la vigne qui rentre dans la ville, mais plutôt la ville qui rentre dans la vigne. " Jacques Cordonnier
"Si l’on regarde les villages, il y a eu des agrandissements des routes qui passaient au milieu de ces villages. La
route s’est constamment agrandie au détriment des bâtiments que l’on a démolis, puis on a eu l’autoroute
et des routes de contournement, et ces réseaux qui restent dans les villages sont hors d’échelle. Qu’est-ce qui
s’est passé, les gens sont partis en périphérie et ont abandonné le centre des villages ; et c’est vrai que
quand on se retrouve avec des bâtiments dans les vignes, c’est absolument ça. Les villages se rendent compte
qu’il y a quelque chose à faire, qu’il faut redynamiser l’intérieur des villages et on essaie tant bien que mal de
diminuer ce tronçon et de rendre viable le centre des village parce que sinon c’est vrai que l’on a un abandon de
ces villages au profit de la périphérie" Christophe Valentini

Document de travail / CoManaging 211


HABITAT et URBANISME

ƒ au XXème siècle, conséquence du tournant économique d'après guerre et tendance à privilégier


l'utilitaire : des villes et des stations banalisées par des années de développement anarchique,
sans vision
"Le meilleur et le pire" Gilberte Favre
"Il y a du très bon et du très mauvais. Ce qui a été construit pour être habité par la population valaisanne me
paraît réussi. Par contre je déplore l’action des promoteurs qui ont sévi en spéculateurs pour construire et
vendre rapidement à nos touristes n’importe quoi et n’importe comment." Jean-Bernard Moix
"On l'appelle la verrue le bâtiment de la police à Sierre, parce que c'est comme un appendice que l'on est venu
ajouter à ce beau bâtiment initial qui est l'hôtel de ville de Sierre qui est magnifique. Et moi j'ai entendu beaucoup
de gens qui disaient que l'on peut lire l'histoire du Valais. Tout à coup, il y a eu des usines, du travail et de
l'argent et tout à coup il y a eu une sorte de frénésie dans la construction. J'ai l'impression que ça a grandi
comme ça de manière frénétique sans qu'il y ait une ligne." Anne Martin
"Quand on est en haut de la cathédrale de Berne on se dit : Qu’est-ce que c’est beau! Quand on est en haut de la
colline de Valère on dit: Qu’est-ce que c’est laid !" Anne Martin
"Le gâchis des années 50-80, le contraste: mayen/mazots vs villas standardisées. Les villages étagés des vallées
(transhumance et ingéniosité)" Marc-André Berclaz
"Ce qui caractérise l'urbanisme , l'organisation territoriale du Valais : spéculative, argent rapide, consensuelle"
Roland Imboden

Document de travail / CoManaging 212


HABITAT et URBANISME

ƒ au XXème siècle, conséquence du tournant économique d'après guerre et tendance à privilégier


l'utilitaire : des villes et des stations banalisées par des années de développement anarchique, sans
vision (suite)
"J’explique cela par la constitution valaisanne; en Valais on est passé d’une population agraire à totalement industriel mais il
n’y a pas eu les bourgeois et leur culture pour maîtriser le développement. Il a fallu construire des choses utilitaires,
le Valais a toujours été utilitaire et à mon avis c'est ça qui fait la différence. C'est vrai que l'on n'a pas géré parce qu'il n'y avait
pas un groupe qui gérait. Celui qui avait de l'argent construisait." Sylvine Eberlé
"Tout Valaisan a un bout de terrain; il n'y a pas un plan d'aménagement du territoire. Le développement n'est donc pas
maîtrisé. Depuis la fin de la guerre, il y a eu un développement exceptionnel, pas géré" Jean-Bernard Rouvinez
"Le problème de la Suisse c’est que l’on a voulu partir du petit pour aller vers le grand au lieu de partir du grand pour aller vers
le petit, donc il n’y a pas de politique d’aménagement du territoire. Si on prend Sion, par exemple, il y a un plan
d’urbanisation après démolition des murs qui fait une ville en damier etc. qui dure un certain nombre d’années, qui crée un
réseau qui s'est à peu près régulé. Après ça part n’importe comment dans tous les sens et puis ça fait des villes qui sont
inintéressantes ; donc les parties modernes des villes valaisannes sont sans intérêt. Quand on regarde des images de
1970 de Conthey, il n’y a rien ! Et maintenant c’est rempli de n’importe quoi ! C’est le foutoir, c’est le laisser-faire total !
La commune fait ce qu’elle veut comme elle veut; au niveau du plan d’aménagement du territoire, il n’y a aucune idée ! "
Bernard Attinger
"Les anciennes stations de la fin du XIXe siècle et du début du XXe sont vite devenues des petites villes à fonctions
multiples. Développées au départ dans les villages anciens, à la faveur d’une économie libérale et de la faible intervention
de l’Etat dans l’aménagement de l’espace, elles ont été le lieu d’une croissance anarchique. " Claude Raffestin, Jean-
Bernard Racine, Nouvelle géographie de la Suisse et des Suisses
"Le tourisme alpin s’y est développé dès la fin du XIXe siècle, d’abord autour de sites majestueux et symboliques du
paysage montagnard, puis dans toutes les régions du canton avec l’émergence providentielle des sports d’hiver. Pour cette
raison, des lieux de villégiature de générations différentes, aux caractéristiques architecturales et urbanistiques
spécifiques, se côtoient dans le paysage valaisan." Julien Guérin, Tourisme et utilisation du sol dans le canton du Valais,
Mémoire de licence, Université de géographie, Université de Lausanne, mars 2005
Document de travail / CoManaging 213
HABITAT et URBANISME

ƒ vitalité de l'architecture moderne, mais peu valorisée et peu "patrimoniale", en dehors des réalisations
du génie civil
"Il y a des éléments d'architecture contemporaine qui sont intéressants, mais qui sont noyés dans le paysage." Hermann-
Michel Hagmann
"quelques belles constructions contemporaines : le bâtiment de la fondation Gianadda, l'église d'Hérémence, le pont du
Ganter ainsi que quelques belles réalisations d'intérêt général ou privé." Christian Salamin
"Les innovations récentes, même spectaculaires, se superposent plus qu’elles ne se substituent aux anciennes."
Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"(..) tiraillements entre les tenants d’une vision traditionnelle et les partisans de l’architecture moderne. On peut citer
quelques exemples qui ont particulièrement marqué ces débats : l’église de Lourtier (dans sa conception originale de 1932), la
villa Veuillet, à Sion (1962-63), ou l’église d’Hérémence (consacrée en 1971), sans parler de la vitalité de l’architecture
contemporaine très bien représentée dans les édifices publics du Valais actuel." Patrick Elsig, www.vs.ch/encyclo
"Il convient aussi de ne pas oublier les réalisations de génie civil liées aux routes et aux complexes hydroélectriques,
particulièrement abondants après-guerre et marquants pour le Valais." Patrick Elsig, www.vs.ch/encyclo
"La modernité commence en 1923-33 lorsque Sartoris construit l'église de Lourtier ; le choc culturel est terrible : on dit de
l'architecte qu'il est "le bolchevique de Lourtier". Pourtant l'église trouve des défenseurs (..) Dès le milieu du XXème siècle,
de nouvelles constructions assurent cet esprit novateur : la station du téléphérique de Verbier, le centre de vacances à
Fiesch, la "nouvelle forteresse de la foi" à Riddes ; l'église du Sacré-Cœur à Brigue, et surtout "l'église cathédrale"
d'Hérémence, apothéose du béton en lyrisme de formes sculptées, en jeux d'arêtes et de rythmes plastiques, en contrastes de
masse et en spiritualité…" Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan

Document de travail / CoManaging 214


HABITAT et URBANISME

ƒ vitalité de l'architecture moderne, mais peu valorisée et peu "patrimoniale", en dehors des
réalisations du génie civil

> les réalisations architecturales d'intérêt , selon les experts : essentiellement de l'architecture
"technique"
"Les nouvelles habitations collectives de St-Maurice qu'il faut voir, la rénovation d'un rural en dessus de Chamoson etc.
Autre alliance plus ou moins réussie, c'est l'alliance entre l'ingénieur, l'architecte et l'urbaniste; pensez par exemple
au pont en direction du Simplon, cela donne une très belle richesse." Hermann-Michel Hagmann
"Les barrages sont un élément architecturel, ils ont tous une technicité particulière" Sylvine Eberlé
"On parle des barrages, mais il y a aussi les bisses, qui reviennent à la mode" Grégoire Jirillo
"Il y a aussi l'éolienne qui se trouve à Collonges" Christine Roduit
"Les tunnels" Alain Barbey
"Le théâtre du Crochetan à Monthey" Christine Roduit
"Le bâtiment HEVs de Sierre" Hermann-Michel Hagmann

Document de travail / CoManaging 215


HABITAT et URBANISME

ƒ urbanisme des villes et villages traditionnels groupés d'esprit méditérranéen


"Le village serré autour de l'église" Madeleine Wiget-Daly
"L'habitat groupé des villages" Armand Dussex
"Ruelles qui évoquent l’Italie toute proche, ruelles italiennes déjà (G. de Reynold, cités et pays suisses) " Gilberte
Favre, Mémoire de Sion la vie quotidienne 1850-1950
" Les rues sont rares, il faut prendre un vague chemin, s’avancer, rebrousser, se faufiler dans un entrelacs de
maisons, de granges, de greniers, de raccards, avec le sentiment croissant, embarrassé et délicieux de violer
une intimité " Alain Rebetez, l’Hebdo No 30, semaine du 27 juillet 2006

ƒ pierre et bois, les matériaux de l'architecture traditionnelle


"Ce qui caractérise l’architecture du Valais : le bois" Madeleine Wiget-Daly
" C’est un univers de bois et de pierres " Alain Rebetez, l’Hebdo No 30, semaine du 27 juillet 2006
" (…) des beaux chalets d’en bas, qui sont longs, bien crépis de blanc, avec un toit fait de bardeaux semblables à des
écailles de poisson. Il y a des étables pour les bêtes, il y a de riches fontaines " C.F. Ramuz, Derborence
" Il aperçoit en effet le village, avec ses toits bas, pierreux, resserrés, qui font sur la pente une place qui est comme
minée (c’est le travail qui consiste à creuser profondément la terre pour mettre dessus ce qui est au fond). " C.F. Ramuz,
Derborence
" L'usage de la pierre se démocratise, plus particulièrement dans les reconstructions de villages après des
incendies dévastateurs, comme à Vionnaz en 1800. Cette architecture de pierre, autrefois confinée à quelques bourgs
importants ou aux édifices de prestige, marque désormais la plaine bas-valaisanne. Le reste du canton demeure
attaché à la tradition du bois qui caractérise l’actuelle image touristique du Valais. " Patrick Elsig, www.vs.ch/encyclo

Document de travail / CoManaging 216


HABITAT et URBANISME

ƒ spécificités architecturales

> chalets, mayens et raccards


"Ce qui est caractéristique de l’architecture du Valais : les raccards (Mayens)" Jean-Daniel Rouiller
"le chalet de montagne " Roland Vergères
"c'est ici, justement qu'il faut observer cette différence essentielle qu'il y a entre le raccard et la grange. Qui ne connaît ces
hautes constructions de bois que soutiennent de rondes dalles posées, pareilles au chapeau d'un champignon, sur des
colonnettes de bois ?Ainsi, les rongeurs peuvent-ils à loisir ronger leur faim près des meules de l'abondance. Ils ne pourront
pas les atteindre" Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes

> les maisons du vignoble


"Dans le vignoble, ce qu'on voit des maisons n'est pas tout, ce n'est guère que leur moitié : ce qui est dans l'air n'est que le
prolongement de ce qui est sous la terre; et la vie y est une vie à moitié souterraine, soit qu'on pressure, soit qu'on
encave, soit qu'on transvase, soit qu'il faille soufrer le vin ou le coller. (..) les aises de l'homme ne comptent guère auprès
de celles de la récolte. C'est le vin qui est "logé" d'abord, et le mieux possible : l'homme s'accommode de ses restes. La
dimension des maisons dépend de celle des caves: toute la disposition de dessus de la disposition de dessous." C.F.
Ramuz, Vendanges
"Des vignes et des blés s'affermissaient dans la pierraille au-dessus de quelques maisons amarrés là comme de petites
barques vertes ou bleues sulfate, les portes caressées par les treilles." Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en
légende et en vérité

Document de travail / CoManaging 217


Patrimoine ARCHITECTURAL ET ARTISTIQUE

"Le patrimoine architectural et historique du Valais est caractérisé


par sa situation transitaire entre le nord et le sud, entre l’est et l’ouest"

"L'architecture est marquée par une multitude de petites constructions militaires,


il y a plus de 200 tours en Valais du type Batia,
et une multitude de constructions religieuses avec de splendides églises gothiques dans le Haut-Valais"
Jean-Marie Grand

"Il y a beaucoup de beaux quartiers et tout près des verrues;


C'est comme des joyaux disséminés; c'est tout petit et autour, il y a des trucs moins bien" Anne Martin

"A côté de « l'architecture vernaculaire », il y a toujours eu une architecture internationale qui a existé en
Valais; c’est l’architecture des monuments, des églises, baroques et gothiques, des bâtiments de prestige,
que ce soit l’évêché ou le bâtiment des chanoines qui sont des architectures internationales.
Et c’est ce qui fait le contraste des églises blanches, baroques, au milieu d’un village,
Et cela continue maintenant, et les villes sont construites dans l’architecture internationale."
Bernard Attinger

Document de travail / CoManaging 218


Patrimoine ARCHITECTURAL ET ARTISTIQUE

Patrimoine architectural riche et diversifié, mais peu visible en ville,


avec une dominante des époques médiévales et baroques,
et du patrimoine religieux, architectural et artistique,
L’orgue de Valère, un chef d'œuvre exceptionnel

ƒ patrimoine architectural riche et diversifié, avec une dominante de patrimoine médiéval,


notamment les châteaux et le gothique tardif, et de patrimoine religieux
ƒ forte présence du baroque dans le patrimoine architectural et artistique
ƒ célèbres vestiges romains à Martigny
ƒ patrimoine architectural des vieilles villes occulté ou noyé dans le développement anarchique des
villes depuis l'après-guerre
ƒ tradition d'architecture patrimoniale d'inspiration internationale
ƒ patrimoine spécifique des moulins
ƒ attachement fort au patrimoine architectural valaisan et désir de le protéger
ƒ dominante religieuse du patrimoine artistique , dont l’orgue de Valère, chef d'œuvre et "plus vieil
orgue du monde encore jouable"

Document de travail / CoManaging 219


Patrimoine ARCHITECTURAL ET ARTISTIQUE

Sites archéologiques protégés : 50.8 km2


Nombre de bâtiments classés "Monuments historiques" : 545
ƒ patrimoine architectural riche et diversifié, avec des dominantes de patrimoine médiéval, notamment les
châteaux et le gothique tardif, et de patrimoine religieux
"Le patrimoine architectural et historique du Valais est caractérisé par sa situation transitaire entre le nord et le sud, entre
l’est et l’ouest"
"L'architecture est marquée par une multitude de petites constructions militaires, il y a plus de 200 tours en Valais du type
Batia, une multitude de constructions religieuses avec de splendides églises gothiques dans le Haut-Valais " Jean-Marie
Grand
"Les Walser dans le haut, le château et le bâti Stockalper, les chateaux du Valais Central et du bas-valais, les basiliques et
vieilles églises de tout le canton." François Perraudin
"Notre pays n’ayant pas subi de destructions massives, un patrimoine moyenâgeux bien représentatif me tient
particulièrement à cœur (Le vieux Sion, les châteaux, etc…)" Jean-Bernard Moix
"Les châteaux : Valère, Tourbillon, Stockalper, Mercier, Rawir" Christian Salamin
"les tours et les châteaux de la vallée du Rhône." Marc-André Berclaz
"Les tours et les châteaux sur les collines (Tourbillon, Valère, La Bâtiaz, Etc.)." Madeleine Wiget-Daly
"Valère et Tourbillon " Armand Dussex
"Valère et Tourbillon" Roland Vergères
"La vieille ville de Sion est un joyau!" Hermann-Michel Hagmann
"Les vieux quartiers des villes, certains villages de montagne" Gilberte Favre
"La Vieille-ville est le bourg médiéval particulièrement bien conservé: outre les châteaux sis sur les deux collines, de
nombreux bâtiments importants s'y trouvent. On peut citer: le Château de la Majorie, l'Hôtel de ville, la maison Supersaxo, le
casino abritant le parlement cantonal, la Cathédrale Notre-Dame de Sion, l'Église Saint-Théodule, le Palais du gouvernement
valaisan et la Tour des Sorciers, un des derniers vestiges du dernier mur d'enceinte. www.wikipedia.com
Document de travail / CoManaging 220
Patrimoine ARCHITECTURAL ET ARTISTIQUE

patrimoine architectural riche et diversifié, avec des dominantes de patrimoine médiéval, notamment les
châteaux et le gothique tardif, et de patrimoine religieux
"Le fort développement économique et démographique du XIIIe et du début du XIVe siècle a permis une large expansion de
l’architecture gothique qui, particulièrement bien conservée dans le canton, marque le territoire d’une empreinte forte
encore de nos jours. De nombreux édifices religieux remontent à cette époque, mais on n’en conserve bien souvent que
certaines parties (clocher, chœur ou chapelle latérale). Le monument majeur est sans conteste la Basilique de Valère, à
Sion, dont l’intérêt est accentué par le rarissime contenu mobilier et décoratif qu’elle conserve encore. L’habitat civil
seigneurial est aussi particulièrement présent par les nombreuses tours fortes qui parsèment le canton (Venthône,
Rarogne), ainsi que par les châteaux de type alpin construits par l’évêque (Tourbillon, à Sion, et partiellement la Bâtiaz, à
Martigny) et les tours circulaires voulues par le comte de Savoie (Saillon, Saxon). Avec son enceinte largement conservée,
Saillon constitue un bourg très représentatif du Moyen Age. L’architecture gothique tardive forme une singularité
valaisanne, avec ses décors flamboyants qui ne passent de mode que dans la seconde moitié du XVIe siècle. De nombreux
édifices de prestige sont construits alors (ancienne église paroissiale de Rarogne, hôtel de ville de Loèche). Les anciens chefs-
lieux de dizains recèlent tous quelques maisons bien conservées de cette époque. L’ingénierie civile n’est pas en reste avec le
vertigineux pont de Stalden (Kinnbrücke) ou celui de Saint-Maurice." Patrick Elsig, www.vs.ch/encyclo
ƒ forte présence du baroque dans le patrimoine architectural et artistique
"Après le style gothique, le Valais passe presque sans transition à l’architecture baroque. Celle-ci imprègne encore très
fortement le canton, plutôt dans la partie autrefois souveraine, avec une variété et une qualité de conservation rare qui
méritent d’être mises en relief. On ne compte plus les églises et les chapelles construites, avec plus ou moins de
bonheur, dans ce style "abondant". La chapelle de Ringacker, à Loèche, ou l’église paroissiale de Reckingen en sont de bons
exemples. L’architecture civile présente aussi quelques beaux monuments, en particulier la vaste demeure Stockalper, à Brigue,
ou le château plutôt défensif de la Porte-du-Scex, à Vouvry. " Patrick Elsig, www.vs.ch/encyclo
"l'époque baroque regorge de richesses et voit éclore des personnalités marquantes, tels les sculpteurs Johann Sigristen et
Johann Ritz, et le peintre Hans Ludolf." Sabine Leyat, www.vs.ch/encyclo
"Sur les colonnes tournoyait / Le corps doré des saints. / Les autels étaient forêts, / Que de branches, de pétales ! / Dans
leurs nids d'acanthe / les angelots reposaient." (..) / L'oignon des clochers / Se plantait dans le ciel. / Oignons, petits oignons
cuivrés !" S. Corinna Bille, Fête-Dieu dans le Haut-Rhône, La montagne déserte
Document de travail / CoManaging 221
Patrimoine ARCHITECTURAL ET ARTISTIQUE

ƒ célèbres vestiges romains à Martigny


"L'époque romaine offre de nombreux vestiges, notamment à Martigny, ville romaine par excellence, qui possède des
monuments architecturaux comme l'amphithéâtre du Vivier. " Sabine Leyat, www.vs.ch/encyclo

ƒ patrimoine architectural des vieilles villes occulté ou noyé dans le développement anarchique des villes
depuis l'après-guerre (cf. HABITAT ET URBANISME)
"Il y a beaucoup de beaux quartiers et tout près des verrues; C'est comme des joyaux disséminés; c'est tout petit et
autour, il y a des trucs moins bien" Anne Martin

ƒ tradition d'architecture patrimoniale d'inspiration internationale


"A côté de [l'architecture vernaculaire], il y a toujours eu une architecture internationale qui a existé en Valais; c’est
l’architecture des monuments, des églises, baroques et gothiques, des bâtiments de prestige, que ce soit l’évêché ou le
bâtiment des chanoines qui sont des architectures internationales. Il faut donc faire la distinction des choses et c’est ce qui
fait le contraste des églises blanches, baroques, au milieu d’un village, c’est quelque chose d’extraordinaire. Et cela
continue maintenant, et les villes sont construites dans l’architecture internationale. " Bernard Attinger
"Dès le milieu du siècle, l’architecture religieuse est marquée par un nombre important de reconstructions dans les styles
néo-roman ou néo-gothique (église d’Orsières), que l’on adopte aussi pour de nombreux édifices publics (écoles, arsenal
cantonal, etc). Les architectes ont parfois aussi opté pour le néo-classique (église de Monthey). La Place Centrale de
Martigny constitue un bel exemple de planification urbanistique du milieu du XIXe siècle, comme la rue de Lausanne, à Sion, ou,
également dans la capitale, l’aménagement de larges "promenades" extra-urbaines et la création d’un nouveau front de ville
ouest, donnant sur la place de la Planta, à l’emplacement des remparts démolis. " Patrick Elsig, www.vs.ch/encyclo
"Quelques édifices typiques jalonnent l'histoire de l'architecture en Valais : à Saint-Pierre-de-Clages, l'église construite au
XIIème siècle, un très bel édifice roman ; la petite chapelle de Tous-les-Saints construite en 1325, de style romano-gothique ; la
Maison Supersaxo de style renaissance ; l'église Saint-Théodule en gothique flamboyant construite par Riffiner en 1514-1516 ;
celle de Glis en gothique tardif, celle des Trois-Rois à Viège de style baroque…Ces édifices témoignent que l'architecture
valaisanne est édifiée en relation avec les grands courants européens. Les constructions les plus "valaisannes" de
cette époque sont celles des paysages paysans : le raccard, le grenier, la construction multi-fonctionnelle des mayens, la
"maison Gothard" formée de pierre et de bois." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan
Document de travail / CoManaging 222
Patrimoine ARCHITECTURAL ET ARTISTIQUE

ƒ patrimoine spécifique des moulins


"Les moulins valaisans sont quand même un patrimoine architectural bien mis en valeur. A Ballenberg – Musée en
plein air de l'habitat rural à Brienz – l'habitat valaisan est représenté par un moulin". Sylvine Eberlé

ƒ attachement fort au patrimoine architectural valaisan et désir de le protéger


"Le Valais des ruines a d'abord été une histoire de fer, de feu et de sang : la destruction des châteaux et des maisons
fortes pendant les guerres d'indépendance ; puis celle des démolitions dues à l'urbanisation et celle de quelques incendies
ravageurs. On a ainsi perdu un précieux patrimoine ; la plupart des ruines elles-mêmes ont aussi disparu : les pierres des
châteaux sont devenues murs de vignes ; les remparts de Sion ont succombé à l'idée d'ouverture…
Les bâtiments et ruines qui ont échappé à l'œuvre destructrice du temps et des hommes retrouvent heureusement leur
dignité patrimoniale, historique et culturelle, des plus prestigieux (le château de Tourbillon) aux plus modestes (la tour
de Bozon à Chalais)." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan

Document de travail / CoManaging 223


Patrimoine ARCHITECTURAL ET ARTISTIQUE

ƒ dominante religieuse du patrimoine artistique, dont l’orgue de Valère, chef d'œuvre et "plus vieil orgue
du monde encore jouable"
" Le domaine des beaux-arts est tout aussi fécond, si l’on en juge par les importantes collections des musées qui leur sont consacrés.
Peintures, sculptures et gravures ont longtemps été destinées à orner les édifices et les ouvrages religieux. Une production plus
profane de portraits ou de scènes champêtres fait également partie du patrimoine. " Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo
" On supposa, pendant fort longtemps, que l'orgue réputé comme le plus ancien jouable au monde datait de 1390, mais il n'existe aucun
document historique mentionnant l'utilisation d'un orgue à Valère avant 1433. Aujourd'hui, on estime que l'instrument fut édifié vers
1435. De style gothique, inspiré de l'orgue bourguignon, subsistent le buffet et les 135 tuyaux à forte teneur en plomb des registres
Superoctave 2', Quint minor 1 1/3' et du rang 1' de la Mixtur.
La porte à vantaux a été peinte par le Fribourgeois Peter Maggenberg entre 1434 et 1437. Le vantail gauche ouvert montre le mariage
mystique de sainte Catherine, patronne de Valère et du Valais. Entre la roue et l'épée, emblèmes de son martyre, elle reçoit, agenouillée
devant Marie et l'Enfant-Jésus, un anneau d'or des mains de ce dernier. La peinture du vantail droit appartient à la série des représentations
du " Noli me tangere ": le Christ ressuscité apparaît à Marie-Madeleine, qui le prend pour le jardinier. En 1667, le facteur d'orgues soleurois
Christopher Aebi ajouta quatre jeux, ainsi qu'un second rang à la Mixtur. Basant l'orgue sur 8', il compléta les registres gothiques existants
par Principal 8', Octave 4', Copel 4', Quint major 2 2/3' et donc le second rang de la Mixtur.
L'orgue, dans son état actuel, date de la reconstruction de 1718 par Matthias Carlen. En 1954, le facteur Kuhn et le Musée d'art de Bâle
restaurèrent l'instrument et les peintures en respectant scrupuleusement la substance d'origine.
Une telle rareté organologique est, comme il se doit, nimbée de légendes. L'orgue a-t-il été transporté à Sion à dos d'âne de l'abbaye
savoyarde d'Abondance comme butin de guerre, ou par des mercenaires suisses d'Italie? L'instrument précieux aurait-il même été vendu
pendant la Réforme par les Bernois, inconscients de sa valeur, aux Valaisans? À ces suppositions s'oppose la conviction plus prosaïque
que l'orgue a été construit et destiné, dès le début, à l'église de Valère.
Le clavier comprend 4 octaves (C à c''', 45 touches) et le pédalier une octave (C à c, 9 touches). L'octave grave du clavier et celle du
pédalier sont " courtes ", c'est-à-dire qu'il leur manque les do dièse, ré dièse, fa dièse et sol dièse. La pédale est accouplée au clavier par
une tirasse fixe et comprend en outre le registre Bourdon 16'+8', formé de deux rangs de tuyaux de bois. La pression d'air est de 45mm.
Avec ses 897 oscillations, le diapason se situe presque un demi-ton au-dessus du diapason normal. L'orgue possède un sommier à
coulisses et des tirants de fer " www.uquebec.ca
"L'église est aussi le lieu originel de la peinture valaisanne par l'ornementation illustrative et symbolique" Henri Maître, Mosaïque du
pays valaisan
Document de travail / CoManaging 224
Patrimoine des PERSONNALITÉS

Fortes personnalités valaisannes au charisme international,


figures de l'action sous toutes ses formes, notamment politique
Dominante de figures d'artistes, locaux et allogènes

ƒ des figures politiques historiques à la forte personnalité et au rayonnement international


ƒ des personnalités du monde touristique, reconnues mondialement
ƒ des personnalités contemporaines du monde du sport d’élite
ƒ à l'image de Rilke, de nombreuses personnalités artistiques allogènes inspirées par le Valais,
ses beautés naturelles, l'authenticité de ses modes de vie ou son calme propice à la création
ƒ de grandes figures littéraires valaisannes, chantres du territoire, comme Maurice Zermatten,
Maurice Chappaz, Maurice Métral, etc
ƒ symbole de la lutte du petit peuple valaisan face aux riches familles, au pouvoir établi et aux
biens lotis : une personnalité atypique, Farinet

Document de travail / CoManaging 225


Patrimoine des PERSONNALITÉS
Ecrivains Peintres Architecture
S. Corinna Bille Charles Menge Alberto Sartoris
Maurice Chappaz Ernest Biéler Walter M. Foerderer
Maurice Métral
Charles Clos Olsommer Alexandre Sarrasin
Maurice Zermatten
Germain Clavien Marguerite Burnat-Provins
Louis de Courten Hans Ludolf Hôtellerie
Santiago Arolas César Ritz
Evêques Raphy Dallèves Famille Seiler
Mathieu Schiner
Adrien de Riedmatten Anna Dubuis
François-Nestor Adam Berthe Roten-Calpini Sport
Viktor Bieler Joseph Blatter
Walter Supersaxo Sculpteurs Pirmin Zubriggen
Henri Schwery Johann Sigristen
Johann Ritz Musique
Grand bailli
Kaspar-Jodok Stockalper Angel Duarte Jean Daetwiller

Cardinaux Vitraux Visiteurs


Mathieu Schiner Edmond Bille J.-J. Rousseau (écrivain)
Henri Schwery
C.F. Ramuz (écrivain)
Hommes politiques Photographes Tibor Varga (musicien)
Alexis Allet Charles Krebser René Maria Rilke (écrivain)
Pierre-Maurice Rey-Bellet René-Pierre Bille M. Whymper (alpiniste)
Maurice Troillet Pierre de Rivaz
Pascal Couchepin
Oswald Ruppen Autres
Pilote Joseph-Samuel Farinet
Hermann Geiger Léonard Gianadda

Document de travail / CoManaging 226


Patrimoine des PERSONNALITÉS

ƒ des figures politiques historiques à la forte personnalité et au rayonnement international


"Aux XVIe et XVIIe siècles, des personnalités valaisannes comme le cardinal Mathieu Schiner, Georges Supersaxo et
Kaspar Jodok de Stockalper ont marqué le Valais de leur empreinte et contribué à le faire connaître sur le plan
international. " Michel Clavien, www.vs.ch/press

ƒ des personnalités du monde touristique, reconnues mondialement


"De nos jours également, des Valaisans célèbres font planer sur leur canton d’origine un souffle de gloire et de
noblesse, qu’il s’agisse de César Ritz et de la famille Seiler, les pionniers de l’hôtellerie de luxe et de la para-
hôtellerie. " Michel Clavien, www.vs.ch/press

ƒ des personnalités contemporaines du monde du sport d’élite


"De nos jours également, des Valaisans célèbres font planer sur leur canton d’origine un souffle de gloire et de
noblesse, qu’il s’agisse de César Ritz et de la famille Seiler, les pionniers de l’hôtellerie de luxe et de la para-
hôtellerie, de Joseph Blatter, le président de la plus importante fédération sportive au monde, la FIFA
(Fédération internationale de football) ou de Pirmin Zurbriggen, plusieurs fois champion du monde de ski et
champion olympique. " Michel Clavien, www.vs.ch/press

Document de travail / CoManaging 227


Patrimoine des PERSONNALITÉS

ƒ de grandes figures littéraires, chantres du territoire, comme Maurice Zermatten, Maurice Chappaz,
Maurice Métral, etc

"D’aussi loin que me reviennent mes souvenirs d’enfance j’ai entendu parler de Maurice Zermatten. (..) Il allait toujours
de l’universel au particulier. C’était un classique à rebours. Mais c’est toujours le Valais intérieur qui parlait en lui,
avec cet accent léger qui traînait un peu sur les voyelles et qui allongeait insensiblement les phrases. Il était moins une
personne qu’un personnage. (..) "Quel choc ! Donc l’écrivain aussi avait besoin d’un monde, d’une terre, d’une
matière ! L’écrivain, cette fidélité à tout l’homme ! Quel choc ! Avec Zermatten arrivait le règne du cœur et du corps. Il
n’avait pas l’air de me cacher quelque chose. (..) On pouvait donc écrire, nous aussi, dans cette terre du Valais ! En
percevoir la grave musique entrecoupée de jets de lumière et la relever sur du papier. Nous aussi, de ce canton reculé,
de cette contrée de pierres fortes, nous pouvions écrire des choses belles ! Peut-être même des choses importantes
! Parler du destin des hommes de ce pays, des gens qui habitent là-haut où cessent les sentiers, si près de Dieu. (..) , je
relis Visages de Zermatten. Je pense à l’enfant que je ne suis plus et qui a si bien retenu la leçon. “ Tous les visages,
les plus frais, les plus tendres, les plus joyeux, les plus vivants, condamnés à mourir… ” Mais les poètes ne meurent
pas ; ils sont comme le Rhône ou comme ces grands fleuves, qui passent tout le temps et ne s’en vont jamais. " Jean
Romain, www.culturactif.ch

Document de travail / CoManaging 228


Patrimoine des PERSONNALITÉS

ƒ à l'image de Rilke, de nombreuses personnalités artistiques allogènes inspirées par le


Valais, ses beautés naturelles, l'authenticité de ses modes de vie ou son calme propice
à la création (cf. CULTURE / AFFINITÉS ET TALENTS ARTISTIQUES)
"Pour le poète allemand Rainer Maria Rilke, né à Prague, les montages étaient en réalité contre la
nature, il ne s’est fait une idée de leur importance que tardivement, " en fait seulement en présence de
l’Atlas, au bord du désert ". Il s’est d’une certaine manière rapproché de la Provence et de l’Espagne
" avec les merveilleuses réalités du Valais. Ce ne sont pas ses montagnes qui emportent ma conviction,
mais le fait remarquable qu’elles créent de l’espace (de par leur conception ou leur répartition particulière) :
comme une sculpture de Rodin possède en soi un espace propre et le diffuse autour de soi : c’est ainsi
que les montagnes et les collines se comportent – à mes yeux – dans ces contrées du Valais ; un espace
inépuisable émane d’elles et entre elles, quelle que soit l’étroitesse de cette vallée du Rhône. "
Rilke a été inhumé à l’âge de 51 ans dans le village valaisan de Rarogne. Deux de ses œuvres, qu’il
a écrites en Valais, les " Elégies de Duino " et les " Sonnets à Orphée ", comptent parmi les
principales œuvres de l’histoire littéraire. (..)
L’auteur allemand Carl Zuckmayer s’est établi en Suisse, à Saas Fee, 20 ans avant sa mort. Il avait déjà
séjourné en Suisse pendant la Deuxième guerre mondiale. Le paysage valaisan l’a attiré, l’a pris dans ses
filets dès leur première rencontre en 1938, et ne l’a plus jamais lâché. C’est dans cette retraite qu’il a écrit
ses derniers grands ouvrages, dont l’œuvre chatoyante de sa vie "Als wär’s ein Stück von mir". Ses pièces
doivent leur succès mondial au fait que leur auteur savait intuitivement exprimer un théâtre plein de vitalité
et d’atmosphère. " Michel Clavien, www.vs.ch/press
"Jean-Jacques Rousseau, philosophe français né à Genève, écrivain et compositeur, fut
enthousiasmé à la vue du Valais" Michel Clavien, www.vs.ch/press

Document de travail / CoManaging 229


Patrimoine des PERSONNALITÉS

ƒ symbole de la lutte du petit peuple valaisan face aux riches familles, au pouvoir établi et aux biens
lotis : une personnalité atypique, Farinet
"Farinet est le marginal le plus discuté de l'histoire suisse. Mort tragiquement dans les montagnes du Valais, ce Robin
des Alpes, ce bandit au grand coeur, intrigue, interpelle, aujourd'hui encore. Il aimait trop la Liberté. Il aimait trop la Vie. Il
fabriquait de la monnaie qu'il distribuait à la ronde, narguant le pouvoir établi et dérangeant les bien lotis dans un monde
frappé d'injustice. Sion, Ivrea, Turin, Annecy, Chamonix... aucune prison ne put le retenir.
Né en 1845 près du Grand-St-Bernard, ce faussaire de génie a vécu durant dix ans la plus folle des aventures. Juges et
et gendarmes ont fini par l'admirer. Le peuple en fit son héros. Finalement l'autorité décide de mettre fin à sa cavale.
L'ordre est donné de le ramener "mort ou vif". La traque s'engage. Des coups de feu claquent. On découvre son corps
dans l'abîme. Il a 35 ans. C'était le 17 avril 1880. Farinet repose aujourd'hui à Saillon en Valais, dans une fosse
commune où ses poursuivants l'ont jeté, comme un chien, avec pour toute messe la ferveur populaire.
Ce Don Juan de la fausse monnaie ne cesse de fasciner son monde par son côté chevaleresque. Il est plus grand mort
que vivant. Il apporte cette bouffée d'air dont on a tous besoin, cette part de rêve qui habite chacun. C'est l'inassouvi par
excellence. La légende l'auréolait de son vivant déjà. Poètes, cinéastes, musiciens l'ont chanté. Ramuz en a fait un
roman. Honegger, Ferré, Renaud, Béjart, l'ont célébré. Jean-Louis Barrault l'a porté à l'écran. Son histoire a paru au
Japon, en Amérique. Les Amis de Farinet, sur un texte de Pascal Thurre, ont donné sur les toits de Sion un spectacle qui
déplaça des milliers de personnes. L'homme passionne car il est allé au bout de lui-même. Son goût du risque, sa
méfiance des règlements, sa fureur de vivre, sa jeunesse, sa générosité, son charisme, le rendent attachant. Farinet est
devenu le symbole des libertés montagnardes. C'est le Sioux qui refuse la file indienne. Saillon lui a dressé une vigne, en
guise de monument, "La Plus Petite Vigne de la Terre". Ses trois ceps sont travaillés par des personnalités du monde
entier et permettent de créer une bourse annuelle à but culturel ou social de 20.000 frs suisses. Cette vigne appartient
actuellement au Dalaï-Lama, après avoir été propriété de l'abbé Pierre et de Jean-Louis Barrault. L'homme n'en finit pas
de faire rêver le monde. Le mythe ne cesse de grandir. On n'arrêtera plus jamais Farinet " www.farinet.net

Document de travail / CoManaging 230


Patrimoine des SAVOIR-FAIRE

"Le respect des traditions et le savoir-faire des paysans, fromagers et des vignerons valaisans
permettent de tirer de chaque arpent des produits d’une exceptionnelle qualité"
brochure saveurs du Valais "

"Il n'y a pas de traditions de métiers d'art en Valais comme on l'a en Italie ou en France.
Tout est lié à la vie quotidienne, à l'usage, à l'utilité, à ce que ça peut apporter dans le quotidien"
Sylvine Eberlé

"plus de 20.000 vignerons dont la majorité a de toutes autres activités professionnelles." Bernard Arnould, In
vino veritas, site chazallet.com

"L’ingénieux système des bisses (…) a non seulement permis la bonification des pâturages,
mais a aussi entraîné des pratiques communautaires
qui ont fortement resserré les liens sociaux au sein des vallées"
Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional

"Valais, vallées des barrages, énergie vitale, beauté géniale,


mariant la nature si belle et le savoir-faire de l’artisan. (…)
Ces murs de bétons originaux, comme suspendus dans la montagne, retenant leur souffle,
comme pour ne pas effrayer le promeneur, dans l’espoir certain de l’apprivoiser. "
Roland Puippe, L’été suggéré, le Valais au fil de l’eau, supplément du Nouvelliste 7 juillet 2000
Document de travail / CoManaging 231
Patrimoine des SAVOIR-FAIRE

Dominante de savoir-faire "utiles" et ingénieux


La vigne, la maîtrise de l'eau : des savoir-faire multi séculaires
devenus de véritables patrimoines culturels et des emblèmes identitaires

ƒ des savoir-faire orientés vers l'utile, le quotidien


> savoir-faire autour du bois : ustensiles, charpenterie, raccards et chalets, gravures
ƒ savoir-faire "identitaire" lié à la vigne et au vin : "plus de 20.000 vignerons" …
> respect des traditions et de l'environnement : tout un art et un "patrimoine" en héritage
> par la grâce du terroir
> avec des particularismes ancestraux : des variétés uniques et des techniques spécifiques d'irrigation
• l’art d’apprivoiser la pente
ƒ des savoir-faire remarquables et emblématiques autour de la maîtrise de l’eau
> depuis au moins le XIIIème siècle, le savoir-faire des bisses traditionnels : audacieux système d'irrigation,
composante spécifique de la culture valaisanne et aujourd'hui atout touristique, voire "récupération" …
• un savoir-faire très savant et ancestral
• des pratiques communautaires qui ont donné naissance à une "culture"
• une spécificité qui fournit un inépuisable sujet d'étude et d'inspiration
> au XXème siècle, les barrages, notamment la Dixence, un tournant technologique, économique, historique et
psychologique et un savoir-faire emblématique de la capacité à valoriser une ressource naturelle à l'origine
• la figure de l'ingénieur, incarnation du tournant de la modernité
ƒ un art pour transformer les matières premières agricoles en saveurs, né de l'ingéniosité pour survivre
dans des conditions difficiles, aujourd'hui savoir-faire gastronomique toujours respectueux de ces
traditions multi séculaires
Document de travail / CoManaging 232
Patrimoine des SAVOIR-FAIRE

ƒ des savoir-faire orientés vers l'utile, le quotidien


"Il n'y a pas de traditions de métiers d'art en Valais comme on l'a en Italie ou en France. Tout est lié à la vie quotidienne,
à l'usage, à l'utilité, à ce que ça peut apporter dans le quotidien, on n'a pas été plus loin." Sylvine Eberlé

> savoir-faire autour du bois : ustensiles, charpenterie, raccards et chalets, gravures

ƒ savoir-faire "identitaire" lié à la vigne et au vin : "plus de 20.000 vignerons" …


"Le Valais est la patrie de la vigne. Apparue avec les Romains, elle est restée, et rien ne pourra jamais la déloger. Elle se
trouve trop bien ici, caressée par le vent, mordue par le soleil, bénie par la population. " Bojen Olsommer, Treize étoiles,
mars 1963
"On la cultive sur le territoire de 69 communes partout où le soleil, qu’il soit du levant ou du couchant, l’inonde de ses
rayons et où les températures y permettent son implantation. " Claude-Henri Carruzzo, Cépages du Valais
"Les lois, héritées de Napoléon, sur la transmission du patrimoine ont pour conséquence des partages familiaux
expliquant le nombre de propriétaires : plus de 20.000 vignerons dont la majorité a de toutes autres activités
professionnelles. Plus d'un cinquième des propriétés ont moins de 500m2 (1/2 hecatre), un autre cinquième, entre 500 et
1000m2. Seuls 800 propriétaires possèdent plus d'un hectare." Bernard Arnould, In vino veritas, site chazallet.com
"On peut se demander si le fait de mettre ce nombre en évidence ne correspond pas à une forme de fierté. Dans ce cas, le
vignoble valaisan partagé par plus de 23'000 propriétaires constituerait une image identitaire à laquelle les Valaisans
s'identifient et qu'ils souhaitent faire connaître également à l'extérieur du canton. Ce serait une image créée à partir d'une
particularité qui différencie le Valais des autres régions. " Joëlle Schneider, Elisa Domeniconi, www.histoireduvin.ch
"Le premier souci de la terre et des hommes est de produire, au-dessus de la ville, ce joyeux breuvage." Maurice
Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne,

Document de travail / CoManaging 233


Patrimoine des SAVOIR-FAIRE

ƒ savoir-faire "identitaire" lié à la vigne et au vin : "plus de 20.000 vignerons" … (suite)

> respect des traditions et de l'environnement : tout un art et un "patrimoine" en héritage


"Le respect des traditions et le savoir-faire des paysans, fromagers et des vignerons valaisans permettent de tirer de
chaque arpent des produits d’une exceptionnelle qualité. " brochure " saveurs du Valais "
"L'oenologie est considérée comme une forme d'art, ce qui confère du prestige au métier, car pour faire un bon vin, il faut non
seulement des connaissances, mais aussi la main délicate de l'artiste. " Joëlle Schneider, Elisa Domeniconi,
www.histoireduvin.ch
"Les vignobles, façonnés par les mains d'hommes de plusieurs générations, représentent une forme d'héritage, de
patrimoine à la fois naturel et culturel. Naturel, car l'environnement du Valais, sa plaine, ses coteaux et ses sommets, font
partie de ce que l'on nomme le patrimoine naturel. Culturel, car les vignobles représentent les techniques et savoir-faire des
hommes qui interagissent avec ces vignes." Siniscalchi, www.histoireduvin.ch
"Ainsi, la terre, les vignobles qui sont les lieux de rendez-vous des générations défuntes et vivantes, représentent aux yeux
de certains vignerons une forme de patrimoine. Et, " la plus haute vertu du patrimoine n'est pas de nous rappeler notre
différence ou notre condition mortelle mais de nous inscrire dans un territoire et un temps, qui sont pour tous ; ceux d'hier et
d'aujourd'hui. " Béghain www.histoireduvin.ch
"L’art consistant à trouver le bon cépage pour chaque terroir, le vigneron valaisan est confronté à d’innombrables équations
selon la richesse des sols et microclimats qui s’offrent à lui. Le relief exclut toute mécanisation poussée et impose des vendanges
manuelles. Toute la production est conduite selon les règles de l’agriculture raisonnée, dans un rigoureux respect de
l’environnement " Michel Logoz, www.agrivalais.ch
"Oui, peut-être que nous pourrions déjà travailler notre vigne. Ils possèdent presque tous quelques toises de vigne, au-
dessus du fleuve, et une toute petite guérite où ils peuvent manger et dormir. Dès que cette idée leur entre dans la tête, ils ne se
tiennent plus… Descendre ! Descendre vers la vie qui les appelle, aller constater de ses propres yeux et de tout près le
miracle de la résurrection" Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Molignon, Brûlefer, Diolly, Lentigne, Clavoz, vieux terroirs dont font état les parchemins, noblesse authentique d'un vin qui
reçut ses titres des légionnaires et qui, de siècle en siècle, d'âge en âge, verse dans les cœurs d'ici la même vaillance et la
même gaîté." Maurice Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne,
Document de travail / CoManaging 234
Patrimoine des SAVOIR-FAIRE

ƒ savoir-faire "identitaire" lié à la vigne et au vin : "plus de 20.000 vignerons" … (suite)


> par la grâce du terroir

"deux éléments spécifiques [du climat] jouent un rôle capital pour la viticulture : les Alpes et le foehn. Les Alpes
et leurs hauts sommets forment un barrage protecteur, isolant la vallée et la protégeant partiellement des pluies (..)
Le foehn est un vent méditerranéen qui s'engouffre dans les vallées et suit le Rhône d'est en ouest. Au printemps, il
limite les risques de gel. Tout comme le Rhône, d'ailleurs, qui tempère les écarts de température. Son souffle
chaud, parfois violent, balaye les nuages. (..) Le foehn exerce une action salutaire contre le danger de pourriture
des raisins et favorise la maturation des baies. En automne, il favorise la concentration dans les baies pour les
vendanges tardives. En 1994, un record de niveau de sucre de 200 degrés Oechslé (**) avait été noté à Sion. Les 150
Oechslé, soit dans les 22 à 23 degrés d'alcool potentiel, sont régulièrement atteints." " Bernard Arnould, In vino veritas,
site chazallet.com
"Les travaux des hommes sont terminés, leur pouvoir, un moment, reste suspendu. Il n'y a plus qu'à laisser faire le
temps, désormais. Il est, avec le soleil, le seigneur et le maître. A laisser agir ces brumes qui, chaque matin,
polissent à la rosée les grappes consentantes.A laisser mordre la lumière dans ces graines molles où se parfont les
destinées" Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"le fendant est "l'écho des terres batailleuses, nectar et flamme.." Pierrette Micheloud, citée par Henri Maître,
Mosaïque du pays valaisan

Document de travail / CoManaging 235


Patrimoine des SAVOIR-FAIRE

ƒ savoir-faire "identitaire" lié à la vigne et au vin : "plus de 20.000 vignerons" … (suite)


> avec des particularismes ancestraux : des variétés uniques et des techniques spécifiques d'irrigation
"Des documents d'archives datés du XIe siècle révèlent que des communautés ecclésiastiques possèdent des parcelles
de vignes ; dès lors, écrit Jean Nicollier, la superficie des vignes augmente, bien que le vignoble sur le coteau demeure
longtemps très dispersé." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan
"Cultivées depuis des temps immémoriaux et inconnues hors du canton, la Rèze et l’Humagne blanche, en compagnie de
l'Amigne et de la Petite Arvine, peuvent revendiquer le titre de spécialité typique du Valais. Deux millénaires de soins
attentifs ont permis aux vignerons de découvrir quels terrains et quels soins se révélaient nécessaires à chaque variété pour
donner le meilleur d’elle-même. Le résultat vaut la peine d’être dégusté et la meilleure des caves s’enrichira de l’harmonie
d’une Arvine, la douceur d’une Amigne, la vigueur d’une Humagne ou l’originalité fruitée d’une Rèze. " Alexandre Truffer,
http://www.nicefuture.com
"D’héritage ancestral, les cépages de grande tradition valaisanne se partagent les louanges des connaisseurs qui
découvrent ces vins rares et précieux. En blanc, l’Arvine, l’Amigne, le Païen et l’Humagne Blanche forment un quatuor
incomparable. En rouge, la palme revient au Cornalin et à l’Humagne Rouge." site vinsduvalais
"Lors d'étés torrides, la sécheresse menace. Aussi, beaucoup de viticulteurs ont-ils recours en toute légalité à l'irrigation (..)
Jugez néanmoins de la surprise du visiteur étranger, lorsque, par une journée fortement pluvieuse de juillet 2000, il constate
ça et là des parcelles bénéficiant, en plus des “bienfaits humides du ciel ”, d'un sérieux arrosage aux tuyaux. Ce paradoxe a bien
sûr une explication : le droit d'arroser les vignes est limité par un système de tournante. Avant l'heure, c'est pas l'heure ;
après l'heure, c'est plus l'heure. Les propriétaires ne souhaitent donc pas perdre leur tour malgré la pluie." Bernard Arnould, In
vino veritas, site chazallet.com

• l’art d’apprivoiser la pente


"Ces vignes de l’extrême (…) font naître ce sentiment d’admiration que l’on éprouve face aux grandes œuvres d’art. " Michel
Logoz, www.agrivalais.ch
Document de travail / CoManaging 236
Patrimoine des SAVOIR-FAIRE

ƒ des savoir-faire remarquables et emblématiques autour de la maîtrise de l’eau

> depuis au moins le XIIIème siècle, le savoir-faire des bisses traditionnels : audacieux système
d'irrigation, composante spécifique de la culture valaisanne et aujourd'hui atout touristique, voire
"récupération" …

• un savoir-faire très savant et ancestral


"Les bisses sont nés de la volonté paysanne d'échapper aux conséquences de la sécheresse et de permettre
l'arrosage des cultures. Il a donc fallu capter l'eau sur le cours des rivières et des torrents, les dévier artificiellement sur les
coteaux par le flanc des pentes et adapter la construction de ces canaux au relief tourmenté et à la nature du terrain tantôt
rocheux, tantôt doux ou friable.
Les premières mentions écrites de ces ouvrages remontent au XIIIe siècle et font référence à des bisses déjà
anciens. La légende voudrait que ce soient les Romains, ou plus tard les Sarrasins, qui aient introduit cette forme
d'irrigation en Valais. Ce qui est sûr, c'est que le réseau s'est considérablement développé avec les années. Selon
certains spécialistes, on comptait 207 bisses pour 1400 kilomètres de canaux au début du XXe siècle." site
sionpassion
"Les montagnards valaisans ont creusés et entretenus, depuis des siècles, de petits canaux qui captent l'eau des
rivières et des glaciers : les Bisses. Creusés dans les alpages ou taillés dans la falaise, ils alimentent en eau les
villages et irriguent les vignobles en escaliers. Les sentiers qui les longent ont l'avantage d'être doucement inclinés, de
traverser des sites très variés et d'offrir des points de vues surprenants sur la vallée, les villages et les sommets (les
fameux "4000" du Valais)!" site espace-évasion

Document de travail / CoManaging 237


Patrimoine des SAVOIR-FAIRE

ƒ des savoir-faire remarquables et emblématiques autour de la maîtrise de l’eau (suite)

> depuis au moins le XIIIème siècle, le savoir-faire des bisses traditionnels suite)

• des pratiques communautaires qui ont donné naissance à une "culture"


" L’ingénieux système des bisses (…) a non seulement permis la bonification des pâturages, mais a aussi entraîné des
pratiques communautaires qui ont fortement resserré les liens sociaux au sein des vallées." Micheline Cosinschi, Le
Valais : cartoscopie d’un espace régional
" Nos ancêtres ont parfois payé de leur vie l'aménagement des bisses destinés à amener l'eau jusqu'aux villages et aux
cultures." Philippe Werner, www.vs.ch/encyclo
" Vous serez surpris devant ces canalisations téméraires que l’on nomme bisses, en voyant les maisons si typiques du
Valais, au bois bruni par le soleil et en observant divers autres objets qui témoignent d’une riche culture locale." Brochure Le
sentier de la Rampe sud
" Actuellement, les bisses font l’objet d’une redécouverte culturelle sans précédent et l’on ne compte plus les guides
pédestres, remises en eau, restaurations de vestiges et réalisations de sentiers didactiques concernant les bisses." Emmanuel
Reynard, www.vs.ch/encyclo
"A peine a-t-on fini de murmurer contre la longueur de l'hiver qu'il faut songer à lever le bisse (..) Les uns, par équipe,
commencent du côté du torrent ; les autres, du côté des prairies. les pics chanteront sur les pierres ; les pelles gémiront dans les
prairies. On entendra les détonations du côté des mineurs et les coups sourds des bûcherons. Tout le jour, la communauté
peinera dans la forêt, dans les taillis, au milieu des rocs. Et le soir, on mettra l'eau. L'eau s'avancera, conquérante, dans le
canal rendu à la vie. La vie se répandra, de parcelle en parcelle, tous les jours, toutes les nuits, jusqu'à la fin de
l'implacable été" Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes

Document de travail / CoManaging 238


Patrimoine des SAVOIR-FAIRE

ƒ des savoir-faire remarquables et emblématiques autour de la maîtrise de l’eau (suite)


> depuis au moins le XIIIème siècle, le savoir-faire des bisses traditionnels (suite)
• une spécificité qui fournit un inépuisable sujet d'étude et d'inspiration
"Il semble que tout, ou presque tout ait été dit sur les bisses du Valais... " Ignace Mariétan, 1948
"Depuis le XIXe siècle, les bisses ont inspiré une abondante littérature. Chroniqueurs, historiens, romanciers, conteurs et
poètes en ont développé le thème avec un bonheur variable." site médiathèque.ch
"Les historiens médiévistes ont récemment levé le voile sur l’origine de ces canaux, mais il reste encore de larges parts
d’ombre notamment sur les techniques de construction, l’évolution du réseau des bisses durant le Petit Age Glaciaire ou
encore le capital social mobilisé pour gérer ce réseau complexe." Emmanuel Reynard, www.vs.ch/encyclo
"Les canaux d'irrigation des prairies alpines du Valais, que l'on appelle "bisses", ont déjà beaucoup intéressé les chercheurs et
les curieux. Leur construction souvent audacieuse, leur importance dans la vie des communautés paysannes, ainsi que
le poids symbolique et émotionnel de ces ouvrages d'adduction d'eau en ont fait un objet d'étude particulièrement
intéressant. " Denis Reynart, Section d’histoire, Université de Lausanne, Les bisses et la gestion de l'irrigation dans le Valais
du XVe siècle
> au XXème siècle, les barrages, notamment la Dixence, un tournant technologique, économique, historique et
psychologique et un savoir-faire emblématique de la capacité à valoriser une ressource naturelle à l'origine
"Valais, vallées des barrages, énergie vitale, beauté géniale, mariant la nature si belle et le savoir-faire de l’artisan. (…)
Ces murs de bétons originaux, comme suspendus dans la montagne, retenant leur souffle, comme pour ne pas effrayer le
promeneur, dans l’espoir certain de l’apprivoiser." Roland Puippe, L’été suggéré, le Valais au fil de l’eau, supplément du
Nouvelliste 7 juillet 2000
"En quelques jours, sortent du sol des maisons, des bureaux, des cuisines, des magasins, des dépôts, des infirmeries, des
auberges, une chapelle même. Des installations fabuleuses montent au ciel, des ponts géants courent de part et d’autre de
la gorge, à cent ou deux cents mètres du sol : des wagonnets circulent sur des voies aériennes qui donnent le vertige. Les
machines ronflent nuit et jour; la nuit, d’immenses projecteurs éclairent le chantier et l’ombre des monstres de fer se prolonge
jusqu’au glacier." Maurice Zermatten, L’Eau de Lumière, L’épopée de la construction d’un barrage
Document de travail / CoManaging 239
Patrimoine des SAVOIR-FAIRE
ƒdes savoir-faire remarquables et emblématiques autour de la maîtrise de l’eau (suite)
> au XXème siècle, les barrages, notamment la Dixence, un tournant technologique, économique, historique et
psychologique et un savoir-faire emblématique de la capacité à valoriser une ressource naturelle à l'origine
"Et tout à coup j’ai vu la Dixence. Elle est à l’échelle des montagnes (...). J’en fus saisi et je me dis, mes fleurs à la main :
réjouis-toi ! Va revoir cette œuvre en tous cas, elle est la base, la pierre d’angle, de touche, d’achoppement du nouveau pays. Le
nombril du Valais est là et la pierre commence son roman : broyée, émiettée, dévalant sur un caoutchouc vers d’autres
installations et finissant par devenir le béton d’un grand mur. Je suis entré dans la montagne au fond d’une vallée couverte de
crocus, secouée d’avalanches, et j’en suis sorti dans une autre, très loin. De Cheilon au chantier d’Hohwäng, face au Cervin, il y a
vingt kilomètres par le grand collecteur qui doit drainer toutes les eaux de la Viège, toute la ramille des sources, toutes les cascades,
tous les torrents surgis des glaces qui enserrent Zermatt au vaste horizon. Le grand collecteur a ses rameaux secondaires, ses
puits, ses siphons; le flux entier des glaciers coule vers la Dixence." Maurice Chappaz, Journal intime d’un pays, "Treize étoiles",
septembre 1960
"Tout à coup j'ai vu la Dixence. D'en face, dans l'ouverture, dans l'écartement des cuisses de l'autre vallée : le verrou, la falaise, la
grande pente de béton. Si grande ! Elle barrait le torrent et la troupe des torrents conjugués dans la cuvette en amont, la motte des
alpages humides. Elle était à l'échelle, un flanc comme un flanc de haute montagne, égale à la vallée. J'y ai à peine travaillé.
Dieu a créé la femme avec un os surnuméraire. De la montagne ils ont tiré un grand os, l'ont transporté, brisé, pétri et durci. Le
barrage-poids a près de trois cent mètres de haut et sept cents de long au couronnement. Mes fleurs à la main, je suis interdit
car je n'aimais pas trop la guerre à la nature. Ils ont capturé tous les déserts. Je me tapote le front? Qui est fou? J'hésite devant le
progrès. Mais une voix m'injurie : réjouis-toi ! laetare ! car voici la base, la pierre d'angle, de touche, d'achoppement du nouveau
pays. Si tu refuses de vivre avec lui, il t'écrase." Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité

• la figure de l'ingénieur, incarnation du tournant de la modernité


"L'ingénieur a sauvé la montagne aux yeux des habitants du Valais" Bernard Crettaz
"Si la montagne est le symbole de la nature, l’homme moderne, s’il veut montrer qu’il est sur la voie du progrès, doit se
mesurer à la montagne. La montagne est un défi à la modernité. L’homme doit pouvoir s’émanciper de la nature et la
dominer. La montagne sert à valider l’homme moderne." Bernard Debarbieux, conférence à l’IUFM d’Aix en Provence, 14
novembre 2001, http://www.aix-mrs.iufm.fr
Document de travail / CoManaging 240
Patrimoine des SAVOIR-FAIRE

ƒ un art pour transformer les matières premières agricoles en saveurs, né de l'ingéniosité pour survivre
dans des conditions difficiles, aujourd'hui savoir-faire gastronomique toujours respectueux de ces
traditions multi séculaires

"Le soleil, le climat sec et les vents qui soufflent dans la vallée du Rhône ont inspirés aux Valaisans la technique du
séchage de la viande pour la conserver. Transmis de génération en génération depuis le 14ème siècle, ce savoir-faire,
fierté des producteurs, est le garant de la qualité et de la saveur de la viande séchée du Valais IGP. " Michel Logoz,
www.agrivalais.ch
"Contraints durant plusieurs siècles à l’autarcie alimentaire, les Valaisans ont développé tout un art pour transformer
leurs matières premières en produits de longue conservation ." Brochure " AOC/IGP "
"La viande séchée est le fruit d’un savoir-faire développé depuis plusieurs siècles pour conserver la viande et
constituer des réserves durables. La viande séchée du Valais a bâti sa réputation sur l’absence de fumage. Le climat
particulièrement sec et ensoleillé du Valais ainsi que les vents qui soufflent fréquemment le long de la vallée du Rhône et
dans les vallées latérales ont permis aux familles valaisannes de sécher la viande plutôt que de la
fumer. http://navig.valaisinfo.ch
"La fabrication de la Raclette est basée sur une recette ancestrale et nécessite un savoir-faire artisanal
impressionnant. Le fromage est ensuite soigné jusqu'à son point idéal de maturité. Des cultures bactériennes naturelles
spéciales permettent d'obtenir une pâte tendre et fondante. Cette flore naturelle est entièrement conservée dans les
fromages au lait cru, chauffé seulement à 37°C. " www.chateaudevilla.ch

Document de travail / CoManaging 241


PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

"Le développement économique du Valais de l’après-guerre


peut (..) s’articuler en trois grandes phases :
La fin de l’épopée des barrages,
l’expansion du tourisme et sa diffusion sur l’ensemble du territoire,
l’essoufflement économique."
Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional

"Splendide jardin fruitier et potager, dont on dit qu’il est la Californie de la Suisse"
Michel Logoz

"Ce qui caractérise le patrimoine économique et industriel du Valais :


l'utilisation industrielle de l'eau : barrages / énergie-chimie-industrie de l'aluminium.
La mise en valeur touristique. Le lien entre la tradition et les nouvelles technologies"
Marc-André Berclaz

Document de travail / CoManaging 242


PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

Tradition agricole et pastorale mais aujourd'hui dominante de tertiaire,


depuis les "révolutions" industrielle et économique
des grands chantiers dont l'hydro-éléctricité,
du tourisme et de la haute technologie

Aujourd'hui excellence touristique au cœur de l'économie cantonale :


1er canton touristique
et LA région suisse de vacances par excellence dans l'imaginaire national

Tradition d'innovation et performances actuelles dans l'industrie de pointe,


pourtant peu connues par les Valaisans

Document de travail / CoManaging 243


PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ un développement économique qui n’est pas homogène sur tout le territoire


ƒ aspects les plus positifs de l'économie valaisanne sous-estimés :
> tradition d'innovation manquant de visibilité
> un dynamisme, des performances et des potentialités peu connus dans le Valais lui-même
ƒ tournants économiques du tourisme et des grands chantiers, en particulier l'hydro-électricité
ƒ un secteur primaire presque "disparu" (sauf dans l'imagerie identitaire) au profit du tertiaire
ƒ mais une tradition à très forte portée symbolique, revendiquée comme une composante identitaire : la
production laitière et l’élevage de la vache d’Hérens
ƒ capacité à s'adapter et à rebondir : dans l'agriculture aussi avec la pluriactivité
ƒ dominante industrielle dans les domaines de la chimie, l’hydro-électrique et l’aluminium mais orientation
actuelle vers la haute-technologie : tertiarisation et caractère international d'une industrie de pointe
> une industrie cantonale dominée par le domaine de la chimie, l’hydro-électrique et l’aluminium
> une industrie performante sur le marché mondial, orientée vers la pharmaceutique, les biotechnologies et hautes
technologies
ƒ "excellence" touristique :
> actuellement 1er canton touristique et LA région suisse de vacances par excellence dans l'imaginaire national
> secteur clé de l'économie
> l’hôtellerie en deuxième place après les commerces de détail comme source d’emplois

Document de travail / CoManaging 244


PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE
SECTEUR PRIMAIRE
ƒ tradition agricole et pastorale
ƒ un secteur primaire en perte de vitesse mais un territoire à dominante rurale
ƒ un secteur agricole à la production diversifiée
> la vigne et le vin : le plus important canton viticole de Suisse
> fruits et légumes, une production diversifiée et répartie sur le territoire de manière particulière
> céréales et herbes aromatiques, une production importante
> des produits laitiers de qualité, une tradition qui fait la fierté de l’agriculture valaisanne
ƒ une pluriactivité salvatrice pour bon nombre de paysans et d’agriculteurs
ƒ production de pierres et de minerais marquent les revenus liés aux matières premières au début
du XXè siècle
ƒ l’élevage de la vache d’Hérens : une tradition à très forte portée symbolique, revendiquée
comme une composante identitaire
SECTEUR SECONDAIRE
ƒ un secteur secondaire à caractère international
ƒ la branche de la construction occupe plus de 35% des emplois du secteur
ƒ une industrie cantonale dominée par le domaine de la chimie, l’hydro-électrique et l’aluminium
ƒ des performances sur le marché mondial, mais peu connues
> dans les secteurs de l'industrie pharmaceutique et biotechnologique, des hautes technologies
> méconnaissance et manque de valorisation des entreprises et industries à la pointe de la technologie
ƒ localisation hyper-concentrée des industries
SECTEUR TERTIAIRE
ƒ le tourisme, au cœur de l'économie du canton et devenu une facette identitaire essentielle
> aujourd'hui, une composante vitale de l’économie locale et régionale
> l’hôtellerie 2ème source d’emplois après les commerces de détail
ƒ dominante de tertiaire qui dynamise l'économie
ƒ tertiaire, secteur extrêmement diversifié
Document de travail / CoManaging 245
PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ Données générales

• L’agriculture fournit 2.1% du PIB et 7.6% de l’emploi


• Les industries, PME et artisanat fournissent le 47.6% du PIB et 42.7% de l’emploi
• Les services fournissent 29.1% du PIB et 29% de l’emploi
• Le tourisme fournit 12.6% du PIB et 18.7% de l’emploi, ou 25.4% du PIB et 27.3% de l’emploi si l’on considère les apports
indirects à la valeur ajoutée
• L’énergie fournit 8.6% du PIB et 2.0% de l’emploi

• 53 communes touristiques, 17 communes agricoles, 44 communes industrielles, 49 communes diversifiées


• Augmentation de 1.5% du PIB valaisan au 2ème trimestre 2006, bien en dessous des 3% de la moyenne nationale
• Recul nominal de 6% en juin 2006 du secteur exportation, cause du ralentissement de la conjoncture (Suisse + 6.7%)
• Selon le recensement de 2001, le Valais compte au total 15‘157 établissements, y compris les administrations publiques, dont
13‘828 établissements marchands.
• Diminution des établissements en Valais de 1.5%, soit 236 établissements en moins (Suisse= +1%)
• 99.9% ou 13’809 établissements marchands comptaient moins de 250 emplois (convertis en plein temps) et sont donc classées
dans la catégorie des PME. 88% d’entre elles comptent moins de 10 emplois
• Grandes entreprises de plus de 200 emplois fournissent 20% des emplois, presque autant que PME de moins de 10 emplois
• 21% des établissements (3’143) ont été recensés dans le domaine de l’industrie et des arts et métiers, 79% (12’014) dans le
secteur des services.

Document de travail / CoManaging 246


PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ Données objectives emploi


• La part des emplois du secteur secondaire (33’850) se monte à 29% de l’emploi total, celle du secteur tertiaire à 71%
(83’169).
• Selon le recensement des entreprises de 2001, l’ Hôtellerie et la restauration représentent 12.8% des emplois; le commerce
de détail et réparation d’articles 11.5%; la construction 11.2%; la santé et les activités sociales 11%; les autres services
fournis aux entreprises 5.4%; l’enseignement 5%; l’industrie chimique 4.7%; les transports terrestres 3.8%;
l’administration publique, la défense, le social, 3.7%, le commerce de gros et intermédiaires du commerce 3.1%
• Lors du recensement de 1991, le plus gros employeur du canton était la branche de la construction avec 15% des personnes
employées; la santé/activité sociale se situait en 4ème position avec 8% seulement des personnes employées.
• Pour le mois de juillet passé (2006), Le chômage représente en Valais 2.5% de la population active (NF 8 août 06), contre
3.1% pour la Suisse (13ème position)
• Recule de 7.2% du nombre d’emplois entre 1991 et 2001 (Suisse= -2%)
• Branche dont le recul de l’emploi a été le plus fort: La fabrication de machines et d’appareils électriques (-50.4%, -488),
la fabrication d’autres produits minéraux non métalliques (-51.4%, -471), les activités associatives (-63.9%, 1’634) et la
fabrication d’équipements de radio, de télévision et de communication (-71.4%, -210).
• 59.5% des emplois sont occupés par des hommes, 40.5% par des femmes.
• Entre 1991-2001, Augmentation du nombre de femmes en emploi de 4% (47’368), diminution des hommes en emploi de
14%
• Prédominance des femmes dans les secteurs: industrie de l’habillement (95%), services personnels (80%), santé et activités
sociales (75%), commerce de détail (66%) où le taux d’emplois à temps partiel est élevé.
• Prédominance des hommes dans les secteurs: enlèvement et traitement des déchets (95%), métallurgie (95%), industrie
du bois (93%), construction (92%), production et distribution d’électricité/gaz/eau
• 25.7% des hommes sont employés à temps partiel en 2001, contre 17.7% en 1991
Document de travail / CoManaging 247
PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ Données objectives secteur primaire / agriculture


• 10% des emplois sont dans le secteur primaire
• l’agriculture représente 3.8 % des emplois en Valais (Suisse 3.8%) 12’271 emplois et 5’111 actifs
• Secteur agricole représente 4’860 emplois (2000) à plein temps et 14’260 à moins de 90% de taux d’occupation. Le nombre
d’établissements recensés était de 5’513
• En 1990, 26’171 emplois, à titre principale = 16% , à titre accessoire = 84% (Suisse = 42%)
• SAU = 20.3% de la surface du canton : 106’028 ha en 2005 (SAU Suisse 36.9% du territoire national)
• 3’804 hommes actifs (74%), 1’307 femmes actives (26%)
• 4’767 exploitations en 2003, soit 7.2 % des exploitations Suisses (65’866)
• 46 % des exploitations ont cessé leur activité en 13 ans (nombre d'exploitations : 8’769 en 1990 ; 4’767 en 2003)
• taille moyenne des exploitations est de 8.2ha (moyenne nationale 16.1ha, contre 18,5 ha dans l'UE à 15)
• 23 % des exploitations de la région ont entre 5 et 10 hectares (2003)
• Plus de 2/3 des exploitations agricoles se situent au-dessus de 900 mètres d’altitude
• Production d’eau en 1995: 1’067.5 millions de m3; Eau de source = 444.9 mio m3 (42%); Eau souterraine = 446.9 mio m3
(42%); Eau de lac = 175.6 mio de m3 (16%)
• Effectif du bétail
> Bovins: 30’890; soit 2 % du cheptel suisse; vaches 14’327 (Hérens 6’277, Tachetée rouge 4’659, Brune 2’237);
> Equidés: 2’118; soit 3.8 % du cheptel suisse; détenteurs 445 (2005)
> Porcins: 2’384; soit 0.14 % du cheptel suisse; détenteurs 39 (2005)
> Ovins: 69’577; soit 15.6 % du cheptel suisse; détenteurs 1’064 (2005)
> Caprins: 5’947; soit 8 % du cheptel suisse; détenteurs 283 (2005)
> Volailles: 68’590; soit 0.9 % du cheptel suisse; détenteurs 161 (2005)

Document de travail / CoManaging 248


PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ Données objectives secteur primaire / agriculture

• Viticulture
> 5160 ha (2005), 1% du territoire cantonal, 5% de la surface agricole utile (69 communes viticoles)
> La production valaisanne de vins représente 39.9% de la production Suisse.
> Plus de 23'000 propriétaires de vignes, 92% pratiquent la viticulture à titre accessoire (44% du territoire viticole en
2000)
• Fruits
> 66‘655 arbres fruitiers (2001), 12ème place des cantons de Suisse avec le 3% des arbres fruitiers plantés en CH
> fruits : Abricots 577.21 ha (0.054% SAU), le valais est le plus grand producteur d‘abricots de Suisse; cerises 9.17ha;
Fellenberg 30.72ha; Fraises 51.4ha; Framboises 23.32ha (27% du marché Suisse); Poires 512.18ha (0.05% SAU) (70%
pour distilation); Pommes 1245.17ha (0.117% SAU)
• Prairies permanentes 59% SAU, Céréales 15% SAU, Pommes de Terre 1.27% SAU, Légumes 0.034% SAU
• Production fruits et légumes (2004) 78’005 tonnes; 3.8% inférieur à la production moyenne 1994-2003.
• - 1.6% de production de fruits; production maraîchère inférieure de 10.3% à la moyenne 94-03
• Le rendement brut des fruits: 63’637’323 CHF (12.8% supérieur à 2003); légumes 13’794’486 CHF (15.7% inférieur à 2003);
Rendement brut total 77’431’809 CHF (6.4% supérieur à 2003)
• Production laitière
> 2000/01: 42.6 mio de kg; 2001/02: 44.97 mio de kg; 2002/03: 44.14 mio de kg; 2003/04: 43.24 mio de kg
> 2003/04 26.17 mio destinés à la fabrication de fromage (60.5%), 17.06 mio destinés à la consommation (39.5%)

Document de travail / CoManaging 249


PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ Données objectives secteur secondaire


• "Les fondements durables de l'industrie :
> 640 personnes en 1895 pour 21 fabriques
> 3000 ouvriers et employés en 1911 pour 82 usines, grâce surtout à Ciba à Monthey, Alusuisse à Chippis, Lonza à Viège."
Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan
• 3’143 entreprises; 20.7 % des entreprises (sans secteur primaire),
• 33’855 emplois, 28.9 % des emplois, plus d’une personne active sur 4 (sans secteur primaire) (Suisse 26.4%)
• Part au PIB 29.1% (Suisse 27.5%), part à la valeur ajoutée 40% (Suisse 30%)
• L’industrie et artisanat représente 22% du PIB du VS, soit environ 2.6 mia CHF
• Part des actifs dans ce secteur: 22.5 %, (Suisse 24%)
• 29’792 personnes actives, 24’915 hommes (84%), 4’877 femmes (16%)
• 10’513 emplois dans la construction (31% des emplois du secteur secondaire)
• 3’983 emplois dans la chimie (11.7%); Travail des métaux (sans fabric de machines et équipements) 2’282
(6.7%); Production et distribution d’électricité, gaz, vapeur et eau chaude 2’136 (6.3%); Travail du bois et
fabrication d’articles en bois (sans meubles) 1’786 (5.2%); Industries alimentaires et boissons 1’679 (5%);
Métallurgie 1’520 (4.5%); fabrication de machines et équipements 1’430 (4.2%)
• Les premiers pas industriels du Valais datent du début du XXe siècle. La découverte de la houille blanche
(hydroélectricité) et l'impossibilité de transporter le courant sur de longues distances favorisent l'implantation de
trois entreprises qui font aujourd'hui figure de géants dans le paysage industriel valaisan : Lonza, Ciba et
Alusuisse ouvrent leurs portes respectivement en 1897, 1904 et 1905.
• Avec 9,7 milliards de kWh par année, les quelque 50 centrales hydrauliques du Canton livrent près de 30 %
de l’électricité produite en Suisse à partir de la force hydraulique, ou près d’un sixième de toute l’énergie
fournie en Suisse.
Document de travail / CoManaging 250
PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ Données objectives secteur tertiaire

• Répartition des emplois du secteur tertiaire (selon le recensement des entreprises de 2001) l’ Hôtellerie et
la restauration représentent 12.8% des emplois; le commerce de détail et réparation d’articles 11.5%; la
construction 11.2%; la santé et les activités sociales 11%; les autres services fournis aux entreprises
5.4%; l’enseignement 5%; l’industrie chimique 4.7%; les transports terrestres 3.8%; l’administration
publique, la défense, le social, 3.7%, le commerce de gros et intermédiaires du commerce 3.1%
• Lors du recensement de 1991, le plus gros employeur du canton était la branche de la construction avec 15%
des personnes employées; la santé/activité sociale se situait en 4ème position avec 8% seulement des
personnes employées.
• Le secteur tertiaire touche 58.4% des personnes actives
• Les services fournissent 29.1% du PIB et 29% de l’emploi
• Le tourisme fournit 12.6% du PIB et 18.7% de l’emploi, ou 25.4% du PIB et 27.3% de l’emploi si l’on
considère les apports indirects à la valeur ajoutée
• L’hôtellerie et la restauration est la branche qui compte le plus d’emplois en Valais avec près de 13% du total
de l’emploi (15’006 personnes).
• 77’331 personnes actives dont 51% de femmes
• Une part très importante du produit intérieur brut du Valais (25%, respectivement 44% pour les zones de
montagne) provient de l’économie touristique.

Document de travail / CoManaging 251


PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ Données objectives sur le tourisme valaisan

• Enregistré en été 1999 et en hiver 1999/2000 25.5 millions de fréquence d'hôtes (nombre de nuits pour les hôtes hébergés, et
la durée du séjour pour les excursionnistes.) Haut-Valais 48.6%, le Valais central 28.6%, le Bas-Valais 22.8%
• le Haut-Valais représente 55% des nuitées; le Valais Central 29%, le Bas-Valais 16%
• En 1999, 59'000 chalets et appartements de vacances offerts à la location (Suisse : 273'000) donc une part d'environ 22%
du marché suisse et compte, en 1999, 122’381 lits recensés (total de 213’748 lits en VS). Ces 122’381 lits enregistrent environ
72% des nuitées réalisées en Valais dans la parahôtellerie et un taux d'occupation moyen d'environ 13.2%.
• Le Valais représente environ 30% des nuitées réalisées en Suisse dans les maisons et appartements de vacances
• En 2003, 45.9% des nuitées enregistrées en Valais ont été réalisées par les appartements et maisons de vacances (pour
un total, tout type d'hébergement confondus, de 11'955'000 nuitées).
• La moyenne pour tout le canton du Valais de CHF 103.- de dépense par jour, représente un total de CHF 606'669'176.-
dépensés pour 5'889'992 nuitées.
• Pour l’année touristique 2002/2003, les touristes étrangers représentaient 47.2% des nuitées enregistrées dans l’hôtellerie
et la parahôtellerie (Nuitées totales 12'016'287) (Allemands = 39.5% des nuitées étrangères, soit les 2/5 de la demande
étrangère)
• L’Allemagne, la France, la Belgique (et Luxembourg), la Grande-Bretagne et les Pays-Bas regroupent à eux 6 plus de
83% des nuitées étrangères en Valais. Cela équivaut à environ 8/10 nuitées, en diminution comparé aux 7/10 nuitées
comptabilisées pour 1990.
• Nuitées dans les hôtels et établissements de cure en Valais en 2003 : 4.1 mio de nuitées (Suisse : 31.2 mio) soit 13.1% des
nuitées totales, ce qui place le Valais en 3ème place des nuitées réalisées dans les hôtels et établissements de cure.
• Nuitées dans l’hôtellerie et la para-hôtellerie pour l’année 2002 : le Valais à comptabilisé 11'918’710 nuitées (Suisse :
64'857’409 mio) soit 18.4% des nuitées totales et se place en 1ère place des nuitées enregistrées.
• Taux d’occupation des lits dans l’hôtellerie et la para-hôtellerie : 1) Genève 48.5%, 2) Zurich 46.9%, 3) Oberland Bernois 42.6%,
4) Grisons 42.4%, 5)Valais 41.4%
Document de travail / CoManaging 252
PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ un développement économique qui n’est pas homogène sur tout le territoire


"Le développement économique du Valais n’est pas dès le départ homogène sur tout le territoire cantonal. Il touchera
surtout la vallée du Rhône : (…) elle se prête tout particulièrement, du fait de l’absence de déclivité et d’un climat plus clément,
à la mise en œuvre de modes culturaux modernes. " Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
" Secteur secondaire (…) ses caractéristiques en sont d’abord un localisation hyperconcentrée dans quelques hauts
lieux industriels et une répartition assez bien hiérarchisée, présente aussi en dehors des centres. " Micheline Cosinschi, Le
Valais : cartoscopie d’un espace régional
"Les terres cultivables qui composent la vallée du Rhône permettent toute une gamme étendue de productions. Les
grandes cultures (céréales, maïs, colza, betterave et tabac) se concentrent essentiellement dans le Bas-Valais et dans
certaines zones de montagne (pour le seigle notamment). Depuis peu, une nouvelle culture, le soja, a fait son apparition dans
quelques exploitations et permet ainsi de diversifier la production. " Guy Bianco et Albert Carlen, www.vs.ch/encyclo

ƒ aspects les plus positifs de l'économie valaisanne sous-estimés :


> tradition d'innovation manquant de visibilité (cf. QUESTIONS D'EGO / ATTRACTIVITÉ)
"L'innovation en Valais, c'est une vieille histoire mais on n'en parle pas"
"Le problème de l'innovation en Valais, c'est qu'elle a un problème de visibilité, elle est atomisée, ce sont des individus,
des petits instituts, c'est difficile à faire savoir"
" L’économie valaisanne n’a cessé d’accroître sa force d’innovation durant les 50 dernières années." Michel Clavien,
www.vs.ch/press
"L'innovation est un facteur essentiel de succès pour les industries valaisannes. Elle est d'autant plus importante pour
les PME qui disposent de moyens plus réduits pour résister à la versatilité du marché que pour les grandes entreprises. Les
centres de compétences et de recherche valaisans jouent d'ailleurs un rôle non négligeable dans le transfert de technologie. "
Nathalie Brouchoud, www.hevs.ch

Document de travail / CoManaging 253


PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE
ƒ aspects les plus positifs de l'économie valaisanne sous-estimés (suite)
> un dynamisme, des performances et des potentialités peu connus dans le Valais lui-même
"L’économie valaisanne est une force que l’on aurait tort de sous-estimer, et deux des symposiums économiques suisses les
plus connus et les plus importants se déroulent en Valais : le Symposium international de la créativité, à Zermatt, en janvier, et le
Forum de Crans-Montana sur le développement de l’Europe de l’Est et du Moyen-Orient, en juin. (..)
Depuis 1996, l’économie valaisanne a connu une croissance supérieure à la moyenne. Le produit intérieur brut cantonal a
évolué de manière plus dynamique que sur le plan national. Cette évolution s’explique par le bon positionnement international
de l’industrie chimique et métallurgique valaisanne, la productivité élevée de l’industrie des équipements, et l’amélioration
de la compétitivité du tourisme valaisan. L’amélioration technique des voies de trafic entre l’économie valaisanne et les centres
économiques, une politique fiscale favorable aux investisseurs, ainsi que les gros efforts consentis en matière de formation
tertiaire ont transformé ce canton autrefois agraire en un canton industriel et de services moderne et performant. Depuis
1991 environ 30% d’augmentation des places de travail ." Michel Clavien, www.vs.ch/press
Le canton du Valais est situé dans le champ de gravitation des principaux pôles de croissance économique d’Europe
centrale (Milan-Munich-Lyon). Les excellentes voies de communication vers Milan et Turin, l’énorme potentiel de développement
de ces deux métropoles économiques et les structures d’accueil proposées par les organismes de la promotion économique aux
entreprises valaisannes, ouvrent au Valais des perspectives de développement particulièrement intéressantes. Michel
Clavien, www.vs.ch/press
" Au fleuron des industries valaisannes on peut citer bien évidemment les géants, précurseurs du développement industriel
valaisan, mais on peut également s'attarder sur le succès d'entreprises généralement moins connues à l'intérieur des
frontières cantonales, telles Indtec SA, spécialisée dans l'injection et le découpage plastique et détentrice de sa propre marque
de montre, Calcio Swiss, aux mouvements économiques, depuis 1990 ou Techron AG, qui depuis le Haut-Valais fournit l'industrie
automobile allemande en pièces métalliques spécifiques et fabrique du matériel métallique high-tec pour le domaine médical
(ostéosynthèse) à destination des Etats-Unis. Orgamol SA, réalise la synthèse de principes actifs de médicaments et notamment la
synthèse de médicaments anti-sida de la quatrième génération, tandis que Scintilla AG est le premier producteur au monde de
lames pour les outils électroportatifs (scies sauteuses, scies circulaires, tailles-haies, etc.). La jeune société chablaisienne ASCII
Ingéniere SA s'est spécialisée quant à elle dans la fabrication de machines de production de CD et de DVD pendant que
l'entreprise Daniel Fournier Agencement SA, spécialisée dans le travail du bois, flirte avec les plus grands de ce monde dans les
domaines de l'horlogerie, de la mode, de l'automobile et de la restauration. " Nathalie Brouchoud, www.hevs.ch
Document de travail / CoManaging 254
PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ tournants économiques du tourisme et des grands chantiers, en particulier l'hydro-électricité


"Le tourisme :
> à Zermatt, construction de la première auberge en 1838 et de "l'hôtel Cervin" en 1839, annonçant l'épopée de l'hôtellerie
historique des années 1920-1930
> entre 1860 et 1900, construction de plusieurs hôtels d'altitude et des cabanes du CAS
> en 1907, 324 hôtels, au 4ème rang des cantons suisses pour l'infrastructure touristique.
L'hydroélectricité :
> première concession en 1891 pour l'utilisation des eaux du Rhône à Saint-Maurice ;
> en 1905-1908, première centrale électrique, celle de la Navisense, la "plus puissante concentration d'énergie produite par la
houille blanche en Suisse." écrit Ferdinand de Torrenté"
Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan, 1999
Ce qui caractérise le patrimoine économique et industriel du Valais, selon les experts :
"Le Tourisme et les Barrages " Madeleine Wiget-Daly
"Barrage, tourisme " Jean-Daniel Rouiller
"L'hydroélectrique, le tourisme" Armand Dussex
"Le tourisme et l’exploitation de nos ressources énergétiques (les grands barrages notamment)." Jean-Bernard Moix
"Il ne s’agit pas à proprement parler d’un évènement historique mais la construction des grands barrages a lancé
fondamentalement le développement du canton." Jean-Bernard Moix
"On met en évidence quatre grands processus de développement autour desquels s’articulera la modernisation de
l’économie valaisanne : le désenclavement du canton par l’amélioration des voies de communication, les mutations
économiques dépendantes des progrès de l’agriculture, le développement industriel lié à l’activité énergétique et
l’ouverture au tourisme. (..)
Lorsque les Valaisans découvrent la force hydraulique (1re concession accordée en 1890), la révolution industrielle peut
se mettre en marche. La houille blanche devient ainsi l’agent providentiel qui va favoriser le développement de
l’industrie électrochimique et électrométallurgique dont l’initiative, et les capitaux, viennent de l’extérieur." Micheline Cosinschi,
Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
Document de travail / CoManaging 255
PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ tournants économiques du tourisme et des grands chantiers, en particulier l'hydro-électricité (suite)

"Ce sont les grands travaux de communication et d’aménagement qui amènent de la main-d’œuvre (italienne surtout) et
assurent un démarrage économique par le désenclavement physique du couloir valaisan." Micheline Cosinschi, Le
Valais : cartoscopie d’un espace régional
"L’histoire contemporaine du canton a été très fortement marquée par les grands chantiers des barrages, des
premiers ouvrages d’avant-guerre (Barberine, Petite Dixence), aux grands chantiers des années cinquante (Grande-
Dixence, Mauvoisin) au projet mammouth de la fin du XXe siècle (Cleuson-Dixence) …" Emmanuel Reynard,
www.vs.ch/encyclo
"Le tourisme naît ainsi dans les deux dernières décennies du XIXème siècle : les citadins viennent y chercher l'air pur, les
soleil, la nature, l'homme authentique, la vieille civilisation paysanne. Pourtant le Valais officiel mettra du temps à y croire :
en 1859, les buts de la BCV sont de favoriser l'économie valaisanne, mais ils ne mentionnent pas l'aide au tourisme. ( ..)
L'explosion touristique date des années 1960-1970 : alors, la montagne "va basculer dans la sphère de la ville" écrit
Bernard Crettaz ; on va "faire de la ville" sur les terrasses et les pâturages d'altitude (..)
Après de nombreuses découvertes scientifiques, en laboratoires d'abord, puis en diverses applications, Bergès, dans la
deuxième moitié du XIXème siècle, préconise l'utilisation de la "houille blanche" pour "fabriquer" l'électricité : le Valais
se trouve immédiatement au départ des lignes de haute tension : la première concession d'eau est accordée en 1891 ; on en
comptera 93 en 1910 ; et 152 en 1940. Actuellement, le Valais produit environ 10 milliards de KWh par an. (..) Les barrages
seront construits (..) On collecte l'eau de 35 glaciers et cours d'eau ; on creuse sous roche, dans le ventre dur de la
montagne, une nervure multiple, "une tresse noire", où travaillent parfois plus de 3000 ouvriers. Pour le seul barrage de la
Grande-Dixence, du Mattertal au Val des dix, on ouvre 100 kilomètres de galeries dont le diamètre égale celui des tunnels
ferroviaires ; on installe plus de 20 chantiers d'altitude, on ouvre 75 prises d'eau, on construit 4 usines de pompage. On sait
que c'est de l'or : "le fromage nous rendait célèbres, dit Louis Baillifard, président de Bagnes, les kilowatts nous rendent
prospères." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan, 1999

Document de travail / CoManaging 256


PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ un secteur primaire presque "disparu" (sauf dans l'imagerie identitaire ) au profit du tertiaire

"On estime en Valais que 5% de Valaisans vivent du travail de la terre, mais dans l’esprit des politiques il semble que ce
soit du 80%" Bernard Attinger
"L'agriculture, qui fut longtemps la principale activité du canton, a perdu de son importance. (..) Depuis la fin du XIXe
siècle s’est ainsi opérée progressivement, mais non sans heurts ni à-coups, la mutation d’une société aux formes et modes de
vie traditionnels, vers une culture citadine, technique et soumis aux contraintes de l’économie de marché. Cet espace, autrefois
essentiellement agricole, s’est définitivement transformé. (..) Entre 1941 et 1980, le secteur primaire perd 65% de sa
population active." Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional (..)
D’une société traditionnellement orientée vers l’agriculture, on est passé à une société de plus en plus diversifiée et de
spécialisation croissante. Cette métamorphose réside avant tout dans la régression de l’emploi agricole et industriel face
à la poussée spectaculaire du secteur des services. Ces activités tertiaires, les plus dynamiques, auxquelles s’ajoutent les
emplois de la construction, marquent en Valais un profil d’emploi caractéristique d’une région touristique." Micheline Cosinschi,
Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"Notre seul produit naturel dans l'avenir sera un lac de vin et ce lac soûlera la ville. Le reste sera bazardé. Une croix sur le
passé. Et quelques momies de vaches et de mulets… Peut-être des fonctionnaires payés pour vivre en paysans lors de
la saison d'été? La campagne est dans les bobines de la Radio et du Cinéma. (..)
L'industrie rase tout, supprime radicalement la nature, la famille, les artisans et tout ce qui pense avec les mains.
Maintenant nos gens de la campagne on les voit en rêve, on en parle, on les invente; ils nous ont déjà quittés, après leur
départ on raconte des histoires de Savièse, des blagues énormes, on mime leurs gestes, leur âme, on reconstitue. (..)
Ils plantèrent un million d'arbres, les damiers géométriques et succulents. Puis ils sautèrent dans le commerce. L'hôtellerie est
leur divinité, l'horlogerie les attire. Ces ateliers d'une sinistre propreté près des forêts m'en imposent. Le grand soleil, les
blouses blanches, les pièces invisibles comme des petites fourmis de métal et la concentration derrière le binocle, l'œil dans la
loupe, voilà ! Nos hommes de plein air ont passé de l'autre côté de la vitre. Les casseurs de four d'alumine dans l'étouffant
Chippis me paraissaient plus à l'aise. " Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité

Document de travail / CoManaging 257


PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ mais une tradition à très forte portée symbolique, revendiquée comme une composante identitaire : la
production laitière et l’élevage de la vache d’Hérens

> Le lait entier, le lait partiellement écrémé et depuis 1996 le lait des Alpes,
> Le fromage à la coupe, fromage à raclettes, et fromage vieux ou séché à rebibes (9-12 mois), ainsi que les tommes
provenant de diverses vallées. Tous ces fromages, des pâtes pressées et mi-dures, sont fabriqués à partir de lait cru entier
pour une teneur en matières grasses de 50% au minimum. Ces fromages propres au terroir de chaque provenance (marque
du lieu d’origine incrustée dans le talon), sont acheminés à Sierre pour un affinage centralisé et y être apposé du label de
qualité VALDOR détenu par la Fédération laitière valaisanne (FLV). Sur le millier de tonnes commercialisé annuellement, les
Valaisans en consomment le 70%. Beaucoup de ces fromageries fabriquent également de délicieux séracs nature ou fumés.
Toutes les fromageries valaisannes ne sont pas affiliées à la FLV.
> Les yaourts

"L’augmentation de la productivité laitière a compensé la baisse du cheptel. La production moyenne par vache est
néanmoins faible(à peine 2'500 kilos alors que la moyenne suisse est de plus de 3'500 kilos)." Micheline Cosinschi, Le
Valais : cartoscopie d’un espace régional
"L’importance de l’économie laitière pour le milieu montagnard est évidente si l’on songe que 77% des livraisons
proviennent de la zone montagne." Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"La Suisse a produit 14 300 tonnes de fromage à raclette l’an dernier, essentiellement pour la consommation indigène,
dont 2000 tonnes environ provenaient du Valais (1500 des fromageries, 500 de l’alpage)." Charles Pralong, www.lecourrier.ch
14/02/2002
"La fabrication de la Raclette est basée sur une recette ancestrale et nécessite un savoir-faire artisanal
impressionnant. Le fromage est ensuite soigné jusqu'à son point idéal de maturité. Des cultures bactériennes naturelles
spéciales permettent d'obtenir une pâte tendre et fondante. Cette flore naturelle est entièrement conservée dans les
fromages au lait cru, chauffé seulement à 37°C." www.chateaudevilla.ch
Document de travail / CoManaging 258
PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ mais une tradition à très forte portée symbolique, revendiquée comme une composante identitaire : la
production laitière et l’élevage de la vache d’Hérens (suite)

"L’élevage de la vache d’Hérens représente, en marge d’une culture marchande généralisée, le goût de l’élevage,
l’amour du jeu ou le sens de la communauté. Cette tradition identitaire ancienne qui se coule dans la modernité, porte
les fiertés, les passions et les enjeux d’une sociabilité élargie. (..) Signe des temps, les dépositaires de la tradition ne sont plus
uniquement les paysans de montagne. Dans certaines vallées, les notables, à travers les grandes fêtes du patriotisme
valaisan que sont les combats organisés, font entrer la race d’Hérens dans la société marchande et lui donne de
nouvelles références identitaires." Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"Ils sont une dizaine, là-haut, toute une petite communauté ayant ses lois strictes, son organisation précise. Une
hiérarchie rigoureuse. D'abord : Le maître. Il fait le fromage. Tous lui doivent le respect et l'obéissance. Il fixe l'heure
du lever, préside aux repas, ordonne la prière commune du soir. Il décide, gronde, punit, récompense. Il assume la
responsabilité générale de l'entreprise et bénéficie d'égards considérables. Il boit le premier à la seille domestique, après la
traite, le premier, reçoit l'hommage des villageois qui montent, le dimanche, pour voir si tout va bien. Qu'on ne s'avise pas de
le contredire. Toute autorité vient de Dieu, la sienne plus qu'une autre. Quand il officie, je veux dire, quand il fait son fromage,
on ne doit pas s'approcher de lui qu'avec humilité. – Pâtre, faut-il dire, comme on dirait : - Majesté, ou excellence…Sous
la pointe de la pyramide, il y a le maître-berger. C'est une sorte de premier ministre. La garde du troupeau lui incombe et le
rationnement de l'herbe sur l'alpage. Ni trop ni trop peu est sa règle. Les bêtes ont droit à trois repas, comme les hommes. Le
maître-berger délimite la surface de chacun d'eux. La tradition lui indique que dans un tel parchet, ses prédécesseurs
donnaient ( on est bien obligé de traduire littéralement) six ou sept soupers, selon que l'année était sèche ou humide."
Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes

Document de travail / CoManaging 259


PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ capacité à s'adapter et à rebondir : dans l'agriculture aussi avec la pluriactivité


"A ce titre, l’exemple de la pluri-activité , qui a en partie permis le maintien d’une agriculture de montagne, est
des plus symptomatiques. Elle s’est généralisée dès les années 1945, avec, dans un premier temps, la
construction des barrages puis, très vite, l’extension et l’amélioration du réseau routier. Cela a rendu beaucoup plus
facile l’accès à la plaine ou aux stations touristiques. Ainsi, les paysans ont pu progressivement pratiquer une
double activité : celle d’agriculteur, devenue accessoire mais rendue possible grâce au soutien essentiels des
familles, et celle d’ouvriers en plaine ou d’employés dans les secteurs touristiques de montagne. (..) ce modèle
de l’ouvrier/employé-paysan est devenu une réalité incontournable. (..) De même les vieilles structures agraires
n’ont pas totalement disparu. Elles sont été en fait redéfinies, réadaptées aux nouvelles exigences de la pluri-
activité, seule garante du maintien de certaines exploitations devenues non rentables. Cette pratique, aujourd’hui
généralisée en Valais, touche 85% des exploitations (1994)" Micheline Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un
espace régional

Document de travail / CoManaging 260


PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ dominante industrielle dans les domaines de la chimie, l’hydro-électrique et l’aluminium mais


orientation actuelle vers la haute-technologie : tertiarisation et caractère international d'une industrie
de pointe
> une industrie cantonale dominée par le domaine de la chimie, l’hydro-électrique et l’aluminium
"Le Valais est également un très grand exportateur d'électricité: de nombreux barrages, en particulier celui de la Grande-
Dixence, sur la commune d‘Hérémence, fournissent une grande quantité d'énergie hydro-électrique. " fr.wikipedia.org
"Autre appropriation commerciale de l’eau: l’utilisation de la force hydraulique. Depuis le début du XXe siècle le canton du
Valais fournit plus du quart de l’électricité d’origine hydraulique produite en Suisse. " Emmanuel Reynard,
www.vs.ch/encyclo
"le Valais est, en importance, le deuxième site chimique de Suisse. A côté d’un grand nombre de groupes internationaux,
des PME ultra spécialisées dans l’industrie pharmaceutique et la biotechnologie se profilent avec succès sur les
marchés mondiaux. " Michel Clavien, www.vs.ch/press
"La production d’électricité a beaucoup d’importance en Valais sur le plan économique. Sur les coûts de construction
actuels, entre 11 et 12 milliards d’Euros sont investis dans les forces hydrauliques valaisannes. Chaque année, plus de
35 millions d’Euros sont dépensés en frais d’entretien et de rénovation. Les usines électriques occupent en Valais
quelque 900 personnes. Elles versent près de 90 millions d’Euros par année en redevances hydrauliques et en impôts
au Canton et aux communes. Avec 9,7 milliards de kWh par année, les quelque 50 centrales hydrauliques du Canton
livrent près de 30 % de l’électricité produite en Suisse à partir de la force hydraulique, ou près d’un sixième de toute
l’énergie fournie en Suisse. " Michel Clavien, www.vs.ch/press
" le Valais est, en importance, le deuxième site chimique de Suisse. " Michel Clavien, www.vs.ch/press

Document de travail / CoManaging 261


PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ dominante industrielle dans les domaines de la chimie, l’hydro-électrique et l’aluminium mais orientation
actuelle vers la haute-technologie : tertiarisation et caractère international d'une industrie de pointe (suite)
> une industrie performante sur le marché mondial, orientée vers la pharmaceutique, les biotechnologies
et hautes technologies
"Des entreprises de pointe en plein développement" Roland Vergères
" De nombreux groupes mondiaux ont leur siège en Valais, dont le producteur canadien d’aluminium Alcan avec ses usines
de Steg/Sierre/Chippis (anciennement Alusuisse), l’entreprise Novartis, Ciba spécialités chimiques, ainsi que l’entreprise leader
de l’agribusiness Syngenta à Monthey et le groupe Lonza à Viège. Les lieux de production d’énergie électrique ont ainsi vu naître
des usines électrochimiques qui sont devenues les grandes industries de la chimie et de la métallurgie que nous connaissons
aujourd’hui. " Michel Clavien, www.vs.ch/press
"Les entreprises allemandes se sentent manifestement bien en Valais, comme en témoignent la maison Bosch (avec sa filiale
Scintilla à Saint-Nicolas et à Steg) ou les Forces motrices EnBW SA (avec la reprise de la division énergie de Lonza en été
2001). La philosophie et les démarches de la Suisse en matière de qualité ont certainement contribué au succès mondial des
outillages électriques Bosch ; les entreprises allemandes entendent profiter de la qualité suisse. " Michel Clavien,
www.vs.ch/press
" le Valais est, en importance, le deuxième site chimique de Suisse. A côté d’un grand nombre de groupes internationaux,
des PME ultra spécialisées dans l’industrie pharmaceutique et la biotechnologie se profilent avec succès sur les marchés
mondiaux. " Michel Clavien, www.vs.ch/press
" Les véritables fleurons de l’histoire récente de l’industrie valaisanne se retrouvent dans la fabrication de pierres
précieuses artificielles, les produits cosmétiques et de parfumerie, les machines à tricoter pilotées par ordinateur, les
pompes, les machines-outils, les robots industriels ou les appareils médicaux. On trouve des entreprises performantes
dans l’industrie horlogère et la branche de manufacture des matières synthétiques. En tant que canton industriel, le Valais
dispose en outre d’un réseau dense de sous-traitants dans l’industrie métallurgique et électronique. L’acquisition de
connaissances en ingénierie dans les domaines de l’approvisionnement en énergie, de la protection de l’environnement et de
l’infrastructure touristique est étroitement liée à la compétence industrielle. " Michel Clavien, www.vs.ch/press
Document de travail / CoManaging 262
PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ "excellence" touristique :

> actuellement 1er canton touristique et LA région suisse de vacances par excellence dans l'imaginaire
national
"Actuellement le premier canton touristique de Suisse, le Valais ressort de l’imaginaire national comme LA région de
vacances helvétique par excellence." Julien Guérin, Tourisme et utilisation du sol dans le canton du Valais, Mémoire de
licence, Université de géographie, Université de Lausanne, mars 2005

> secteur clé de l'économie


"Le tourisme joue un rôle important dans l'économie locale: le Valais possède plusieurs stations de sports d'hiver de
grande renommée, en particulier Verbier, Crans-Montana, Zermatt, Saas-Fee, Loèche-les-Bains,Vercorin, Grimentz, Ovronnaz,
Nendaz, Saint-Martin et les Portes du Soleil. " www.wikipedia.org
"Le tourisme a revitalisé les régions de montagne y créant de nouvelles bases économiques et sociales. (…) Le
tourisme diminue fortement l’exode de la population, crée des emplois (1/3 emploi dépend directement ou indirectement
du tourisme), produit des revenus, finance des infrastructures, améliore les conditions de vie, soutient l’agriculture et
l’aménagement du paysage, permet l’affermissement du sentiment d’identité de la population de montagne. " Micheline
Cosinschi, Le Valais : cartoscopie d’un espace régional
"Le canton du Valais fait partie, avec les Grisons, des principaux fournisseurs du pays en matière de tourisme. Le
tourisme valaisan produit environ 25% de la valeur ajoutée cantonale. Quelque 30.000 des 120.000 emplois sont
générés directement ou indirectement par le tourisme. " Michel Clavien, www.vs.ch/press
"-Vous parlez de la Fête-Dieu? – Oui. – La Fête-Dieu est ou sera la plus grande manifestation hôtelière du pays. – Comment
cela? Pourquoi cela? – Parce que le tourisme est notre croix et notre os, notre nouvelle religion." Maurice Chappaz,
Portrait des Valaisans en légende et en vérité

Document de travail / CoManaging 263


PROFIL INDUSTRIEL et ÉCONOMIQUE

ƒ "excellence" touristique (suite)

> secteur clé de l'économie (suite)


"Aujourd’hui, le tourisme est devenu un secteur clé de l’économie valaisanne, comme le rappellent RÜTTER et al. [2001 : 9],
qui ont étudié la valeur ajoutée du tourisme cantonal. Parmi les retombées économiques attribuables à cette industrie en Valais,
envisageons tout d’abord les emplois créés dans ce secteur. Sur l’ensemble du territoire, 19 % des actifs travaillent pour des
prestataires touristiques, ce qui équivaut à environ 20’000 emplois. Les différences régionales sont marquées : le Haut-
Valais, avec une moyenne de 28 %, affirme sa dominance touristique ; le Valais central et le Bas-Valais ont des moyennes
plus faibles, respectivement de 14 et de 15 %. Elles restent cependant supérieures à la moyenne suisse qui est de 10 %.
La part du produit intérieur brut (PIB) cantonal réalisé par les prestataires touristiques se monte à quelque 12,6 % ; il est deux
fois plus élevé que la moyenne suisse et, à titre d’exemple, que celle du canton de Berne (7 %), concurrent du Valais sur le
plan du tourisme alpin. Les variations régionales sont, dans ce cas également, très marquées : les prestataires du Haut-Valais
apportent 18,5 % du PIB cantonal ; ceux du Valais central 9,9 % et ceux du Bas-Valais 9,8 %.
Le chiffre d’affaires total généré par le tourisme en Valais s’est élevé pour sa part à 5,54 milliards de CHF en 2000. Le Haut-
Valais, à nouveau, profite le plus du tourisme et récolte 44 % de ce chiffre d’affaires, contre 34 % pour le Valais central et 22
% pour le Bas-Valais.
La création d’emplois et de revenus par le tourisme en Valais génère une valeur ajoutée qui profite aussi aux entreprises des
secteurs non-touristiques" Julien Guérin, Tourisme et utilisation du sol dans le canton du Valais, Mémoire de licence, Université
de géographie, Université de Lausanne, mars 2005

> l’hôtellerie en deuxième place après les commerces de détail comme source d’emplois
" Hormis la chimie, le Valais présente également une part plus importante d'emplois que la moyenne nationale dans les
secteurs des activités hôtelières, de la construction et du commerce de détail. Les petites et moyennes entreprises (PME)
sont majoritaires dans la répartition par classe de taille des industries, avec près de 80 % du total valaisan. Les grandes
entreprises de plus de 200 emplois représentent un quart de pour-cent du total des entreprises industrielles mais fournissent plus
de 20 % des emplois, soit presque autant que les PME de moins de 10 emplois. " Michel Clavien, www.vs.ch/press
Document de travail / CoManaging 264
VIE ET EQUIPEMENTS CULTURELS, ACTIVITÉS et ANIMATIONS

"Gianadda est un phare très attractif pour l'extérieur


qui cohabite avec un foisonnement de propositions culturelles."
Hermann-Michel Hagmann

"Il y a pléthore d’évènements.


Crans-Montana met sur pied plus de 400 évènements par an. Parfois, il y a 3 concerts le même soir!
On ressent la volonté des habitants d’apporter leur contribution à l’animation de leur village."
Alain Barbey

"De nombreuses associations animent la vie artistique du canton."


Anne Michellod,www.vs.ch/encyclo

"Aujourd’hui, toutes les petites villes, et même plusieurs villages, se sont dotés d'une ou plusieurs salles de spectacles,
et organisent durant la saison d'hiver des concerts."
Michel Veuthey, www.vs.ch/encyclo

"L’apparition, au fond des vallées, des stations de sport d’hiver, ainsi que l’accroissement du nombre d’installations
sportives ont profondément modifié les loisirs. Sports d’hiver ou d’été, cinéma et spectacles, clubs en tous genres,
la palette des activités s’est sensiblement accrue"
Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo

"Grand évènement de la vie valaisanne, la désalpe suscite un engouement tel qu’on vient de loin
pour assister à ce rituel automnal et aux festivités qui l’accompagnent."
Michel Logoz, www.agrivalais.ch
Document de travail / CoManaging 265
VIE ET EQUIPEMENTS CULTURELS, ANIMATIONS ET ACTIVITÉS

Nature, sports et culture, un large éventail d’activités et d’équipements,


reflet des ressources offertes par le territoire :
Valais, paradis de la détente et du ressourcement,
LA région suisse de vacances par excellence dans l'imaginaire national

ƒ un éventail de musées aux thèmes originaux et variés et présence de la Fondation Pierre Gianadda
reconnue internationalement
ƒ une vie culturelle dynamique qui mobilise : soutien de l’état , associations et rayonnement de certains
lieux phares comme la Fondation Gianada
ƒ large offre d’activités et d’équipements sportifs et impact positif du développement touristique pour les
Valaisans
ƒ toutes les ressources de la montagne
ƒ nombreuses compétitions internationales : golf, ski, le Rallye international du Valais, etc
ƒ mélange du côté festif du Valaisan et de l'esprit communautaire traditionnel, propices à l'existence et au
succès d'une quantité pléthorique d'évènements, mobilisants pour le Valais et valorisants pour son image
> une offre de festivals de musique particulièrement variée et de qualité, dont certains de renommée internationale,
et fort engouement pour la musique classique
> nombreux spectacles de troupes de théâtre amateur
> forte présence de festivals liés aux goûts et saveurs, notamment la vigne et le vin
> "ritualisation" des traditions montagnardes

Document de travail / CoManaging 266


VIE ET EQUIPEMENTS CULTURELS, ANIMATIONS ET ACTIVITÉS

ƒ un éventail de musées aux thèmes originaux et variés et présence de la Fondation Pierre Gianadda
reconnue internationalement
•6 musées cantonaux : Musée cantonal d'histoire naturelle (Sion), Musée cantonal d'histoire (Sion), Musée
cantonal des beaux-arts (Sion), Musée cantonal d'archéologie (Sion), Musée cantonal de numismatique (Sion),
Musée cantonal d'histoire militaire (Saint-Maurice)
•pas de musées nationaux
•52 Musées d’importances diverses,
•Albinen, Alte Mühle; Bettmeralp, Chunschtspycher, Eiswelt Bettmerhorn; Brig, Galerie Jodok, Galerie zur Matze;
Champéry – Chandolin, Espace Ella Maillart; Crans – Montana, Galerie Caroline Dechamby, Galerie des neiges, Le
Grand Lens, Musée d'Alpage de Colombire, Tornabuoni Arte - Galerie d'art contemporain; Ernen Mühlebach
Steinhaus Ausserbinn, Museum Jost Sigristen, Musée de l'église, Ratshaus mit Erner Schriften; Evolène, Musée La
Demeure du Châtelain; Fully, Musée local de la Fondation Martial Ançay; Hérémence, Musée artisanal; Martigny,
Fondation André Guex-Joris, Fondation Bernard & Suzanne Tissières, Fondation Louis Moret, Fondation Pierre
Gianadda, Galerie Laforet, Galerie Latour, Galerie d'Art Carray, La Fenice, Le Manoir de la Ville de Martigny, Le
Moulin Semblanet, Mazot-musée de Plan-Cerisier; Raron, Museum auf der Burg; Saas Fee, Le Musée de Saas,
Musée de la boulangerie; Saillon, Musée de la Fausse Monnaie; Salgesch, Musée Valaisan de la Vigne et du Vin -
Zumofenhaus; Sierre, Espace Daetwyler, Forum d'art contemporain, Galerie Jacques Isoz, Musée Charles-Clos
Olsommer, Musée Rainer Maria Rilke, Musée Valaisan de la Vigne et du Vin - Château de Villa, Musée des étains;
Sion, Maison de la Nature, Musée cantonal d'histoire, Musée Ancien Pénitencier, Musée cantonal d'archéologie,
Musée cantonal d'histoire naturelle, Musée cantonal des Beaux-Arts, Musée de l'Evêché; Troistorrents – Chablais,
Vieux moulins de la Tine; Verbier, Musée Espace Alpin; Veyras, Charles Clos Olsommer; Visp, Printorama
Druckereimuseum; Vissoie, musée des Patoisants, Zinal, La vieille maison d'habitation…
•5 Fondations orientées vers l’art ou la conservation d’antiquités et d’objets d’importance culturelle
•1 Musée des Beaux-Arts
Document de travail / CoManaging 267
VIE ET EQUIPEMENTS CULTURELS, ANIMATIONS ET ACTIVITÉS

ƒ un éventail de musées aux thèmes originaux et variés et présence de la Fondation Pierre Gianadda
reconnue internationalement (suite)
•4 Musées dédiés à un artiste Espace Ella Maillart , Espace Daetwyler, Musée Rainer Maria Rilke, Musee
Charles Clos Olsommer
•16 Moulins (céréales et scieries)
•3 Forts militaires + 1 musée cantonal d’histoire militaire
•Musées traitant de l’Espace alpin (2)
•Vie dans les villages valaisans (14) et artisanat (1)
•D’autres thèmes intéressants: Musée suisse de spéléologie, Maison Gard et musée de la pierre ollaire,
Musée et chiens du St-Bernard, Musée de la boulangerie, Musée de la Fausse Monnaie, Musée des
Traditions et des Barques du Léman, Musée Valaisan de la Vigne et du Vin, Musée des étains, Musée
cantonal de numismatique, Printorama Druckereimuseum, musée des Patoisants, Forge Oreiller...
•Ecomusées, espaces d’exposition et de sensibilisation à la nature et l’environnement (Centre Pro-
Natura Aletsch, Ecomuseum Simplon, Musée cantonal d'histoire naturelle, Maison de la Nature de Montorge)
"Gianadda est un phare très attractif pour l'extérieur qui cohabite avec un foisonnement de propositions culturelles."
Hermann-Michel Hagmann
"Ainsi, avec la Fondation Gianadda, Martigny est devenu l’un des pôles de la vie culturelle valaisanne." Anne Michellod,
www.vs.ch/encyclo
"En parcourant le Valais on ne compte pas moins de 80 musées locaux. Le développement de ces initiatives destinées à
mettre en valeur le patrimoine des communes s'accompagne d'une volonté de qualité. On ne se limite plus à exposer de
vieux outils d'autrefois. Parmi les musées locaux les plus intéressants, on citera Saint-Gingolph qui évoque la navigation sur
lac Léman, Lourtier et son histoire des glaciers, St. Niklaus et son Musée des guides de montagne, le Grand-St-Bernard et le
Musée de l'hospice (le plus haut et le plus ancien musée du Valais), Musée valaisan de la vigne du vin au château de Villa
Sierre... " http://www.valaisartdevivre.com
Document de travail / CoManaging 268
VIE ET EQUIPEMENTS CULTURELS, ANIMATIONS ET ACTIVITÉS

Musique 64Brass Band : excellence (7), 1re classe (13), 2e classe (17), 3e classe (22), 4e classe (1), sans classe (4),
40 Harmonies excellence (1) 1re classe (8), 2e classe (7), 3e classe (18), 4e classe (2), sans classe (4), Fanfares
(48): excellence (0),1re classe (5), 2e classe (8), 3e classe (11), 4e classe (0), sans classe (24),
353 Chœurs
pas d'Opéra
Conservatoire cantonal du Valais (musique, danse, théâtre)
Haute Ecole de Musique HEM-Vs: Conservatoire Supérieur et Académie de Musique Tibor Varga (Cette entité est
le fruit du regroupement des classes professionnelles du Conservatoire Cantonal de Musique et de l'Ecole Supérieure
de Musique de Sion, ainsi que de l'Académie de Musique de Sion, pour la formation continue )
2 orchestres renommés Orchestre de Chambre du Valais, Orchestre de l’Académie Tibor Varga
38 Guggenmusic (http://www.guggemusig.ch, http://www.gavro.ch/liens.htm)
Musique actuelle : environ 90 groupes et 400 artistes répertoriés en VS par l'association Musique pour Tous (2001)
Salles de spectacle 11 salles de spectacle et de théâtre: Théâtre du Crochetan, Théâtre Les Halles, Salle de la Matze, Théâtre de
Valère, Théâtre Interface, Theater La Poste, Théâtre du Martolet, Le Petithéâtre, Théâtre Le Baladin, Teatro Comico,
La Belle Usine de Fully
94 salles de spectacle, refuges, caveaux accueillant de manière périodiques des spectacles, théâtres, et
concerts d’enverguer locale (www.mosquitos.ch)
Danse 29 Compagnies de danse (www.motionsound.com) (salsa, ballet,classique, hip-hop, ragga,jazz, tango, orientale,
afro contemporain, moderne…)
pas d'école de danse professionnelle
Théâtre 5 Compagnies labellisées « ThéâtrePro-VS » (ThéâtrePro-VS a pour objectif d’encourager et de soutenir le
développement de la création théâtrale professionnelle en Valais.)
45 Troupes de théâtre non professionnelles dont
24 membres de l’Association des sociétés du théâtre amateur valaisan
30 membres de la Fédération Suisse des Sociétés Théâtrales d'Amateurs
20 membres de la Volkstheatervereinigung Sektion Deutsches Wallis
pas d'écoles de théâtre cantonale, nationale, ou professionnelle, 4 écoles régionales diverses
Document de travail / CoManaging 269
VIE ET EQUIPEMENTS CULTURELS, ANIMATIONS ET ACTIVITÉS

Arts plastiques 1 Ecole cantonal d’art du Valais


1 Ecole professionnelle des arts contemporains
1 Ecole supérieure de Vitrail & de Création
1 Musée cantonal des Beaux-arts

Livres-Archives 1 bibliothèque Cantonale répartie sur 4 sites (Médiathèque Valais-St-Maurice, Martigny, Sion (2), Brig)
Bibliothèques et points de lecture (120) communales 42, municipales 3, régionales 4, autres
(scolaires etc) 64, Centre documentaire 1, Point lecture 4, sonothèque 1, phonothèque 1
Médiathèques 13 (dont 4 d’importance cantonale)
Centre valaisan de l'Image et du Son (Médiathèque Valais-Martigny)
Archives cantonales valaisannes (1) (Médiathèque Valais-Sion)
Archives ecclésiastiques (4) Archives de l'évêché de Sion, Archives du vénérable chapitre de Sion,
Archives du Grand-Saint-Bernard, Archives de l'Abbaye de Saint-Maurice,
Archives municipales (1) de la ville de Sion
(Association Valaisanne d’Etudes Généalogiques (AVEG), Société d’Histoire du Valais Romand, Société
d’Histoire du Haut-Valais, Institut Universitaire de Recherches sur l'Histoire de l'Arc Alpin, Le
Walserinstitut, Centre Régional d'Etudes des Populations Alpines (CREPA)
12 éditeurs recensés

Cinéma, nouvelles technologies


16 salles de cinéma

Document de travail / CoManaging 270


VIE ET EQUIPEMENTS CULTURELS, ANIMATIONS ET ACTIVITÉS

Carnavals remarquables Carnaval de Miège, Monthey, Sion (prix du tourisme 2006 de Sion), St-Maurice, Lötschental, Evolène et
beaucoup d’autres moins importants (Carnaval d'Anzere, Carnaval de Martigny, Carnaval de Sierre/Zinal,
Carnaval de Chandolin, Carnaval D'anniviers, Carnaval de Vercorin, Carnaval de St Luc, Carnaval du Val d'Illiez,
Carnaval de Saxon, Carnaval de Fully, Carnaval de Grimentz - St Jean, Carnaval de Torgon, Carnaval du
Bouveret, Carnaval de St Gingolph, Carnaval d'Evionnaz, Brandons de Bovernier, Carnaval des Enfants Ardon,
Carnaval de Champoussin, Caranaval de Champéry, Carnaval de Bagnes, Carnaval de Savièse etc)

Festivals Musique classique (9) : Flâneries Musicales de Champéry; Ernen, Village de la Musique; Mùsica Romântica
Saas-Fee; Saas-Fee International Alpine Music Festival; Festival International de Musique de Sion-Valais;
Concours International de Violon Sion-Valais; Verbier Festival & Academy: Zermatt-Festival; Festival international
de l‘orgue ancien et de la musique ancienne
Musiques du monde (3) : Guiness Irish Festival, GospelAir Martigny, la journée des 5 Continents
Musique actuelle d’importance nationale (2) : Open Air Gampel,Caprice Festival
Musique actuelle autres : Tohubohu, Bonafiesta, Fully-sous-roc, Festiv Sion, Walliser Summerise, Scandia
Montana, Vercojazz…
Folklore (5) : Festival international folklorique d'Octodure, Festival international de folklore et d‘arts traditionnels,
Festival international de Cor des Alpes à Nendaz, Fête cantonale des costumes à Loèche-les-Bains, Open air de
Schwiizer Örgeli (joueurs d’accordéon)
Littérature et poésie (3) : Festival Rilke, fête du livre de St-Pierre de Clages, Rencontre Internationale du Livre
de Montagne
Festivals et manifestations diverses: Fête de la Montagne Champéry; Schäferfest, fête des bergers et des
moutons; Vinea, Rencontres Vinicoles du Valais; ballade des saveurs, Conthey; Foire du lard, Martigny;

Document de travail / CoManaging 271


VIE ET EQUIPEMENTS CULTURELS, ANIMATIONS ET ACTIVITÉS

Manifestations sportives 45 manifestations recensées par Myswitzerland.com Championnats du monde de télémark,


Championnat du monde de motoneige, Rallye international du Valais, Coupe d’Europe de ski
hommes, Championnats Suisse de télémark, Grand-Raid Cristalp, Patrouille des Glaciers,
Marathon des Alpes, Course pédestre de montagne Sierre - Zinal, Grand concours hippique
Verbier, FIS Snowboard Freestyle World Cup, La Grande Odyssée, course de chiens de
traîneau, rassemblement international de montgolfières…

Combats de reines 9 combats de reines organisés par la Fédération Suisse d’élevage de la Race d’Hérens en
2006
La finale Cantonale 2006 a attiré près de 10’000 spectateurs

Document de travail / CoManaging 272


VIE ET EQUIPEMENTS CULTURELS, ANIMATIONS ET ACTIVITÉS

TOURISME VERT

Parcs, réserves, zones protégées


53 zones protégées par loi cantonale dont 3 d’importance nationale et 1 d’importance cantonale
1 site patrimoine mondial de l’UNESCO (Jungfrau-Aletsch-Bietschhorn)
1 Projet de zone de Biosphère de l'Unesco Maya-Mont-Noble
30 sites protégés par Pro-Natura (10 sites de +100 hectares; 4 entre 10 et 100 hectares; 16 moins de 10
hectares) + 10 projets en cours

Randonnées hiver 671 km de sentiers raquettes balisés (www.sentiers-raquettes.ch)

Randonnées été 11’320 km de sentiers de randonnées balisés


Valrando (Association valaisanne de la randonnée pédestre) balise
> 25 randonnées de plusieurs jours,
> 96 randonnées de une journée
propose annuellement
> 19 randonnées guidées sur plusieurs jours
> 54 randonnées de une journée guidées, (www.valrando.ch)
363 balades recensées par balade.ch
94 sentiers pédestres destinés à la découverte des bisses

Document de travail / CoManaging 273


VIE ET EQUIPEMENTS CULTURELS, ANIMATIONS ET ACTIVITÉS

23 sentiers didactiques proposés par Randonature.ch: Plantes médicinales et prairies maigres Vallée de Binn,
paradis des minéraux, A travers les Alpes sur les traces de Stockalper , "Sentier des sens", Centre de protection de la
nature de la forêt d'Aletsch, Vie quotidienne sur l'alpage et tourisme hôtelier, Jardin botanique Ricola - tout vient de la
nature, sentier didactique du Safran, Sentier Maurice Zermatten, Sentier viticole , Sentier nature des Follatères, Sentier
planétaire, Sentier des bisses…

Pèlerinage de Longeborgne (ermitage) est le pèlerinage le plus florissant du Valais avec 50’000 visiteurs chaque
année! + Nombreux chemins de croix de petite importance

Deux-roues 3’664.5 km de parcours VTT balisés (210 parcous balisés par Valrando)
614 km d’itinéraire cyclable (Valrando)

Sports de neige 910 km de piste de fond (2000)


2037.5 km de piste de ski (2000)
567 remontées mécaniques (2000)
23 stations 10 remontées et +, 14 stations 5 à 10 remontées, 19 stations 2 à 4 remontées (2000)

Transports spéciaux 6 Trains touristiques proposés par Myswitzerland.ch : Glacier Express (une partie de l’itinéraire),Lötschberg-
Centovalli (une partie de l’itinéraire), Gornergrat Bahn, Täsch-Zermatt, Mont-Blanc St-Bernard, AOMC
6 Funiculaires, dont funiculaire historique du Châtelard, le plus raide du monde à deux cabines (68%) (2000)
567 remontées mécaniques; 53 téléphériques, 45 télécabines, 109 télésièges, 354 téléskis, 6 funi (2000)

Autour des animaux zoo alpin des Marécottes


Le chemin didactique des marmottes de Bettmeralp

Document de travail / CoManaging 274


VIE ET EQUIPEMENTS CULTURELS, ANIMATIONS ET ACTIVITÉS

ƒ une vie culturelle dynamique qui mobilise : soutien de l’état , associations et rayonnement de
certains lieux phares comme la Fondation Gianada
"L’Etat et ses institutions jouent un rôle important, aussi bien en soutenant des créations nouvelles, qu’en
donnant aux artistes le moyen de diffuser leurs oeuvres et de rencontrer leur public. Le service culturel est chargé
de la conservation du patrimoine artistique, littéraire et audiovisuel du canton ainsi que du soutien à la création
contemporaine.
Bien évidemment la culture n’est pas laissée à la seule initiative de l’Etat. De nombreuses associations animent la vie
artistique du canton, et la présence d’artistes de renommée internationale, tel Maître Tibor Varga, confèrent un
rayonnement important aux manifestations qu'ils soutiennent. Le succès remporté par des lieux devenus emblématiques
suscitent d’autres activités. Ainsi, avec la Fondation Gianadda, Martigny est devenu l’un des pôles de la vie culturelle
valaisanne. " Anne Michellod,www.vs.ch/encyclo

ƒ large offre d’activités et d’équipements sportifs et impact positif du développement touristique pour
les Valaisans
" Les Valaisans d’aujourd’hui, (..) ne sont plus, et depuis longtemps, des nomades qui suivent leurs vaches de la plaine à la
montagne, déménageant plusieurs fois par an. L’apparition, au fond des vallées, des stations de sport d’hiver, ainsi que
l’accroissement du nombre d’installations sportives ont profondément modifié les loisirs. Sports d’hiver ou d’été,
cinéma et spectacles, clubs en tous genres, la palette des activités s’est sensiblement accrue. " Anne Michellod,
www.vs.ch/encyclo

Document de travail / CoManaging 275


VIE ET EQUIPEMENTS CULTURELS, ANIMATIONS ET ACTIVITÉS

ƒ toutes les ressources de la montagne :


> un nombre impressionnant de domaines skiables à disposition
> d’innombrables sentiers de randonnée
Valrando propose 25 randonnées de plusieurs jours en Valais, 88 randonnées de un jour, 614 Km d’itinéraires cyclables
> alpinisme

ƒ nombreuses compétitions internationales : golf, ski, le Rallye international du Valais, etc

"L'Open de Suisse a derrière lui un long passé, puisqu'il a eu lieu pour la première fois en 1923. Il n'existait alors en
Suisse que onze parcours de golf. C'est le plus ancien d'entre eux, celui d'Engadine-Samedan, créé en 1898, qui organise les
premières éditions de l'épreuve. Jusqu'en 1938, l'Open se déroule tantôt en Engadine, tantôt à Lucerne, ainsi qu'à Lausanne et
Zürich Zumikon. En 1939, pour la première fois, l'Open de Suisse est joué sur 72 trous à Crans-sur-Sierre. Son vainqueur en est
le professionnel français Fifi Cavala. " www.omegaeuropeanmasters.com
"Depuis plusieurs années, les European Masters occupent une position de choix dans le calendrier du circuit
européen. En tant que tournoi aux exigences sportives élevées, il joue également la carte de la convivialité grâce à l'ambiance
incomparable de Crans-Montana. Les spectateurs apprécient autant que les joueurs ce rendez-vous de septembre; pour eux, se
rendre en Valais représente une expérience authentique, alpine, presque bucolique et unique. Bien que totalement concentrés
sur leur jeu, ces professionnels démontrent néanmoins à Crans-Montana un style décontracté. Le golf à une altitude de 1500
mètres apporte, dans tous les sens du terme, une bouffée d'air frais. " www.myswitzerland.com
"Du 7 au 10 septembre 2006 se déroulera à Crans-Montana l’un des plus prestigieux tournois de Golf d’Europe. L’Omega
European Masters rassemble les meilleurs joueurs de la planète. Venez nombreux admirer les exploits de ces professionnels
dans un décor majestueux, bercé d’air pur et de soleil, avec face à vous les plus hauts sommets, du Cervin au Mont-Blanc…
Alors n’hésitez plus, assistez à cet événement incontournable! " http://www.matterhornstate.ch

Document de travail / CoManaging 276


VIE ET EQUIPEMENTS CULTURELS, ANIMATIONS ET ACTIVITÉS

ƒ mélange du côté festif du Valaisan et de l'esprit communautaire traditionnel, propices à l'existence et au


succès d'une quantité pléthorique d'évènements, mobilisants pour le Valais et valorisants pour son
image
- Plus de 600 manifestations en été
Manifestations, foires, fêtes sous le signe de la convivialité, du partage et la rencontre, de l'interculturalité :
Vinéa, combats de reines, foires, comptoir, fête Dieu, course Sierre-Zinal, Patrouille des Glaciers, marathon des Alpages,
désalpe, tour de Romandie et autres courses cyclistes, Open de Crans, Open air de Gampel" fête de la châtaigne, troupes
locales de théâtre, les foires, etc…
"Une image extrêmement positive de l'extérieur" Marie-Claude Morand
"Solidarité sur les évènements importants, côté festif, fierté du valaisan" Jean-Marie Bornet
"Il y a pléthore d’évènements. Crans-Montana met sur pied plus de 400 évènements par an .Parfois, il ya 3 concerts le
même soir! On ressent la volonté des habitants d’apporter leur contribution à l’animation de leur village." Alain Barbey
"Pour l'instant, c'est un peu chacun pour soi, en ordre dispersé, on aurait besoin de fédérer pour vendre l'offre
globalement"

> une offre de festivals de musique particulièrement variée et de qualité, dont certains de renommée
internationale, et fort engouement pour la musique classique
" En été, cette activité diminue, mais, en divers lieux, les stations prennent le relais, offrant à leurs hôtes des séries de
concerts, classiques ou contemporains. Si les principaux festivals sont basés à Sion, Ernen et Verbier, ils essaiment dans
chaque région. Les festivals d'Ernen, de Sion et de Verbier s'accompagnent d'académies, dont les professeurs et les élèves,
venus de nombreux pays, offrent aussi de multiples récitals en plusieurs lieux. (..) Aujourd’hui, toutes les petites villes, et
même plusieurs villages, se sont dotés d'une ou plusieurs salles de spectacles, et organisent durant la saison d'hiver des
concerts, dont ceux particulièrement prisés mis sur pied à la Fondation Gianadda à Martigny ou auThéâtre La Poste à Viège. "
Michel Veuthey, www.vs.ch/encyclo
Document de travail / CoManaging 277
VIE ET EQUIPEMENTS CULTURELS, ANIMATIONS ET ACTIVITÉS

ƒ mélange du côté festif du Valaisan et de l'esprit communautaire traditionnel, propices à l'existence et


au succès d'une quantité pléthorique d'évènements, mobilisants pour le Valais et valorisants pour son
image (suite)

> forte présence de festivals liés aux goûts et saveurs, notamment la vigne et le vin
"Sierre a essayé de creuser le sillon de la vigne et du vin : Musée de la vigne et du vin, écomusée, sentier vitivinicole (qui est
une première d'une alliance entre haut et Bas Valais…), sensorama .."
" VINEA s’inscrit en lettres d’or dans l’agenda des oenophiles. Pas question de rater le plus grand salon suisse de vin qui
se tient chaque année, le premier week-end de septembre, à Sierre, au coeur du Valais (suisse). Pour l'occasion, la cité
se transforme en imposante oenothèque en plain air, proposant à la dégusation plus de 1500 crus d'une quarantaine de
cépages différents. Cette riche palette va des spécialités valaisannes autochtones telles le cornalin, l'amigne, ou la petite
arvine aux vins plus répendus tels le pinot, le gamay ou le chardonnay, sans oublier les crus d'assemblage ni les Grains
Nobles, ces splendides vins doux naturels du Valais. " www.vinea.ch

> "ritualisation" des traditions montagnardes


" Ils transhument des mayens aux alpages, passant par tous les étages de ce vaste pays pour atteindre vers la mi-juillet les
plus hauts pâturages. Avec la fin du mois de septembre, commence la désalpe. Grand jour où les bergers ramènent dans les
vallées leurs troupeaux ornés de fleurs. (…) Grand évènement de la vie valaisanne, la désalpe suscite un engouement
tel qu’on vient de loin pour assister à ce rituel automnal et aux festivités qui l’accompagnent. " Michel Logoz,
www.agrivalais.ch

Document de travail / CoManaging 278


VIE ET EQUIPEMENTS CULTURELS, ANIMATIONS ET ACTIVITÉS

ƒ mélange du côté festif du Valaisan et de l'esprit communautaire traditionnel, propices à


l'existence et au succès d'une quantité pléthorique d'évènements, mobilisants pour le Valais et
valorisants pour son image (suite)

> nombreux spectacles de troupes de théâtre amateur


" De nombreuses troupes de théâtre, amateurs pour la plupart, donnent vie aux textes valaisans et puisent
également dans le répertoire mondial. En marge de la littérature, une activité originale a vu le jour il y a quelques
années à Saint-Pierre-de-Clages qui s’est institué Village du Livre et organise des festivals, des concours, des
expositions tout au long de l’année. " Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo
" Depuis plusieurs années, les European Masters occupent une position de choix dans le calendrier du circuit
européen. En tant que tournoi aux exigences sportives élevées, il joue également la carte de la convivialité grâce à
l'ambiance incomparable de Crans-Montana. Les spectateurs apprécient autant que les joueurs ce rendez-vous de
septembre; pour eux, se rendre en Valais représente une expérience authentique, alpine, presque bucolique et unique.
Bien que totalement concentrés sur leur jeu, ces professionnels démontrent néanmoins à Crans-Montana un style
décontracté. Le golf à une altitude de 1500 mètres apporte, dans tous les sens du terme, une bouffée d'air frais. "
www.myswitzerland.com

Document de travail / CoManaging 279


PORTRAIT psychologique

Document de travail / CoManaging 280


"On perçoit le Valais par le caractère des Valaisans"
Christian Desclouds

"On retrouve un lien entre la valeur paysagère et le caractère des Valaisans."


Vincent Bornet

"Le Valais, ce sont d'abord les Alpes dont tout découle,


le paysage alpin et l'ensoleillement,
et c'est aussi l’histoire du Vieux Pays et de ses hommes,
leur fierté, leur caractère volontaire, trempé,
un lieu avec la tradition encore réelle,
la spontanéité, l'accueil, l'ouverture, la chaleur, et le cercle social
(famille, connaissances, amis, festivités, etc.)"
Vincent Bornet

Document de travail / CoManaging 281


APPARTENANCE

"Valaisan par excellence…" L.Albrecht

"Tout est dit quand il a dit qu'il était valaisan. Il est différent parce qu'il est valaisan" Sylvine Eberlé

"Haut-Valais et Bas-Valais, ce sont deux mondes différents mais tout le monde est valaisan,
il y a simultanément un sentiment d'appartenance locale (à son clocher),
d'appartenance au Haut ou au Bas-Valais, et une appartenance au Valais lui-même"

"les particularités individuelles de ce peuple tout en contraste,


à l’image de l’environnement physique au sein duquel il habite."
Christelle Carrier, Autour du concept d’identité, Que signifie être valaisan aujourd’hui

"La culture du clan, c'est un atout parce que ça crée de la cohésion."

"En fin de compte, on ne peut pas devenir valaisan…"

"On est valaisan, pas suisse." Jean-Bernard Rouvinez

Document de travail / CoManaging 282


APPARTENANCE

Fierté d'être valaisan qui est une composante identitaire :


sentiment d’appartenance très marqué et même identification
à son territoire, à son ascendance, à sa communauté, à son réseau

ƒ très fort sentiment d'appartenance valaisanne mais fin de la "réserve d'Indiens"


> fierté d'appartenance assumée et affichée, mais avec une dimension très affective
> spécificité d'une identification au "territoire" lui-même et d’un sentiment d’appartenance "physique"
> l'esprit "village" : tendance à l'esprit de clocher et place particulièrement importante accordée à "la
dimension locale"
> la fierté de sa singularité
> superposition des sentiments d'appartenance local et cantonal
> évolution vers encore plus d'ouverture à l'ailleurs
ƒ sentiment d'appartenance à une communauté : la force de solidarité du "réseau"
ƒ un droit à l'appartenance assez "fermé" : toujours une très grande importance accordée à la
filiation, à la famille et même simplement au nom
ƒ sentiment d'appartenance à la Suisse secondaire

Document de travail / CoManaging 283


APPARTENANCE

ƒ très fort sentiment d'appartenance valaisanne mais fin de la "réserve d'Indiens"


> fierté d'appartenance assumée et affichée, mais avec une dimension très affective
"Valaisan par excellence…" L.Albrecht
"Lorsque l'on revient en Valais, quand on est Valaisan, il y a une émotion très forte" Sandra Meyer
"Il y a une revendication de l’identité; lors d'une manifestation de plus de 10'000 personnes sur la place
fédérale, un seul drapeau était visible: le valaisan. On a une fierté de l’appartenance." Anne Martin
"On est fier de son pays et conscient de l'être" Sandra Meyer
"Fierté d’être valaisan" Frédéric Zuber
"Attachement au pays : malgré un tissu économique très faible, il y a des "ambassadeurs" qui voudraient
revenir, même en gagnant moins" Jean-Bernard Rouvinez
"Nous pensons à la vigne comme à une qui malgré notre absence nous restera fidèle." Maurice Zermatten,
Les saisons valaisannes

Document de travail / CoManaging 284


APPARTENANCE

ƒ spécificité d'une identification au "territoire" lui-même et d’un sentiment d’appartenance "physique"


"Le Valaisan sait qu’il est valaisan, c’est dans les gênes." Sylvine Eberlé
"On n’a peut-être pas un caractère différent des autres, mais du fait que la région est plus identifiable géographiquement, on
prête plus facilement un caractère aux Valaisans. Tout au moins il y est lié." Jean-Marie Grand
"Très fort attachement aux racines et à sa terre plus important que dans les autres cantons" Alain Barbey
"Ayant vécu 11 ans de ma vie dans 2 grandes villes (Bâle et Lausanne), j’estime par comparaison que le lien qui existe entre
le Valaisan et son territoire revêt plus qu’ailleurs un caractère d’intime complicité. Il se sent bien sur son sol auquel il
s’identifie. Il apprécie son environnement qui influence positivement son mode de vie." Jean-Bernard Moix
"Les Valaisans font partie de la même famille. Leur caractère a été formé par la topographie alpine, l'ensoleillement, la
difficulté des voies de communication, tout en étant au centre de l'Europe, avec pour conséquence une invasion incessante
d'autres populations." Christian Salamin
"les particularités individuelles de ce peuple tout en contraste, à l’image de l’environnement physique au sein duquel il
habite. (..)
Certes, les Valaisans peuvent se caractériser globalement par un rapport spécifique à leur environnement physique
bien particulier, par une certaine mentalité forgée par une lutte incessante avec une nature rebelle ; mais ce lien ne concerne-
t-il pas toute région sise au cœur des montagnes ? ce qui distingue les Valaisans est peut-être leur fierté d’appartenir
justement à un tel espace, envié des autres Confédérés et des touristes, et, par conséquent, leur attachement profond à
cette terre. (..)
L’identité suisse, de même que celle du Valais, se donne à voir : il y a une grande visibilité. En effet, une part importante
de l’identité nationale se situe dans son paysage. " Christelle Carrier, Autour du concept d’identité, Que signifie être valaisan
aujourd’hui
"Les propriétaires sont attachés à leur terre par un lien affectif. " Joëlle Schneider, Elisa Domeniconi, www.histoireduvin.ch
"Chaque jour, le même émerveillement le saisit quand, ouvrant son volet, il retrouve sous son regard ce tableau de maître :
Sion dans le soleil levant, descendant des collines vers la plaine comme ces paysannes qui vont au marché." Maurice
Zermatten, Sion, capitale aristocratique et paysanne
Document de travail / CoManaging 285
APPARTENANCE

ƒ spécificité d'une identification au "territoire" lui-même et d’un sentiment d’appartenance "physique"


(suite)

> l'esprit "village" : tendance à l'esprit de clocher et place particulièrement importante accordée à "la
dimension locale"
Cet attachement à une organisation sociale à taille humaine se manifeste même dans les petites villes qui gardent l'esprit
"village"
"Très fort sentiment d'appartenance, de notion de communauté, de village" Christine Roduit
"Il y a tout l'aspect de la structure sociale du canton. C'est vrai, je reconnais aussi l'esprit de clocher, voilà on est bien
chez soi" Jean-Marie Bornet
"En Valais, quand on aborde les problèmes, on le fait toujours de manière locale, par le petit, par le clan. On pense peu à
l'échelle du Valais . Ce n'est pas un problème d'identité, mais de la manière d'aborder les problèmes" Jacques Cordonnier
"Le Valais souffre de l’esprit trop régionaliste et cela peut être une force ou une faiblesse. Souvent un frein" Hermann-
Michel Hagmann
" Pendant longtemps, la presse écrite a constitué, tant dans le Haut que dans la partie romande, le seul média à proprement
parler valaisan. Le succès des quotidiens ou des journaux de partis politiques est sans aucun doute dû à la part
importante consacrée aux informations régionales, qu'elles soient politiques, culturelles ou sportives. La recette de ce
succès tient en un mot : proximité. Mais, depuis une quinzaine d’années, d’autres médias sont venus enrichir le paysage
médiatique : des radios locales et une chaîne de télévision régionale donnent aux Valaisans un regard plus riche,
puisque différencié, sur leur pays et les événements qu’il vit. " Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo
"Parmi les visiteurs qui prennent le temps de côtoyer plus attentivement les Valaisans, qui oserait affirmer à un Evolénard qu’il
ressemble à un habitant de Saint-Martin, à un Saxonain qu’il s’apparente à un Fulliérain ou à un Martignerain qu’il présente les
mêmes traits qu’un habitant de la vallée de Conches ? Personne ne s’y aventurerait car le risque de heurter les fiertés
respectives est élevé. " Christelle Carrier, Autour du concept d’identité, que signifie être Valaisan aujourd’hui

Document de travail / CoManaging 286


APPARTENANCE

ƒ spécificité d'une identification au "territoire" lui-même et d’un sentiment d’appartenance "physique" (suite)
> la fierté de sa singularité
"J’ai l’impression d’appartenir à une race à part !" Jacques Lathion
"Tout est dit quand il a dit qu'il était valaisan. Il est différent parce qu'il est valaisan" Sylvine Eberlé
"le vignoble valaisan partagé par plus de 23'000 propriétaires constituerait une image identitaire à laquelle les Valaisans
s'identifient et qu'ils souhaitent faire connaître également à l'extérieur du canton. Ce serait une image créée à partir d'une
particularité qui différencie le Valais des autres régions. " Joëlle Schneider, Elisa Domeniconi, www.histoireduvin.ch
" Puisqu’il y a des montagnes, puisqu’il y a des populations dans ce milieu, ces populations doivent avoir des
caractéristiques différentes. " Debarbieux, http://www.aix-mrs.iufm.fr

> superposition des sentiments d'appartenance local et cantonal


"Haut-Valais et Bas-Valais, ce sont deux mondes différents mais tout le monde est valaisan, il y a simultanément un
sentiment d'appartenance locale (à son clocher), d'appartenance au Haut ou au Bas-Valais, et une appartenance au Valais
lui-même"

> évolution vers encore plus d'ouverture à l'ailleurs


"On doit faire un effort pour accueillir les autres, mais en attendant on évolue; si je regarde 10 ans ou 20 ans en arrière, on
a pas mal évolué et on n'est plus dans une réserve d'indien. Je crois que le Valaisan il est quand même bien chez lui, il est
fier de ce qu'il est mais en même temps on doit quand même reconnaître qu'il a bien avancé. De tout ça on doit avoir
conscience, on a évolué!" Jean-Marie Bornet
"Cette évolution existe, mais on ne la voit pas." Marie-Claude Morand
"Il y a beaucoup de Valaisans qui habitent à l’extérieur et qui ont leurs papiers en Valais, qui reviennent tous les week-ends.
Il est fidèle à son canton." Grégoire Jirillo
"Le Valaisan est attaché à sa terre, mais pour les études, il doit sortir et parfois il reste à l’extérieur. Il y a donc une ouverture
d’esprit." Alain Barbey
"Comment faire pour que cette précieuse culture d'accueil du Haut-Valais se répande dans tout le canton?"
Document de travail / CoManaging 287
APPARTENANCE

ƒ sentiment d'appartenance à une communauté : la force de solidarité du "réseau"


"Il y a une puissance fondamentale, le réseau. J’essaye de trouver une solution d’abord dans mon réseau; Ce n'est pas du
copinage au sens mafieux qui est une dérive du réseau." Grégoire Jirillo
"La culture du clan, c'est un atout parce que ça crée de la cohésion."
"Le copinage n’est pas plus développé en Valais qu’ailleurs. On joue la famille au sens large." Jean Bonnard
"En terme d’affairisme, à côté des Vaudois on est des gamins, mais chez les Vaudois ça ne sort pas – ceci s’explique parce
que c’est petit. Alors que chez nous, on est méridional, s'il y a une magouille, un jour ou l'autre, ça se sait" Jean Bonnard
"Le carnet de fête est typiquement valaisan. Par exemple, quand une communauté fait un festival, une fanfare, etc, on
sillonne le canton et on prend de l'argent d’une communauté à l’autre ; je paye pour ta fanfare X donc tu vas payer pour
mon club sportif. C'est un peu un principe de don et contre-don." Grégoire Jirillo
"Pour la candidature des JO, même quand on a perdu, il y avait beaucoup de monde pour accueillir l'équipe à l'aéroport"
"-ça devient difficile d'organiser un combat régional [de reines]. Il faut du monde pour travailler. Il faut aller "tauper" les
copains pour le carnet de fête. Ce n'est pas facile. Et puis, à la fin, il reste plus grand chose.
- Faut pas exagérer. Si c'est bien organisé il reste quand même pas mal d'argent. Si l'on ne fait pas autant qu'à la finale, il reste
plusieurs dizaines de milliers de francs. Faut traire quelques blanches pour trouver des sommes pareilles." site tsr.ch

ƒ sentiment d'appartenance à la Suisse secondaire


"On est valaisan, pas suisse." Jean-Bernard Rouvinez
"La mentalité est très valaisanne; c'est vrai que l'on est valaisan avant d’être suisse" Christophe Valentini
"De plus, la plupart des peuples ont une identité indiscutable, fondée sur des réalités tangibles comme une langue ou une
religion commune, une métropole rayonnante,… Or la Suisse ne possède pas ce type de critères identitaires ; son identité tend
donc à se reposer sur des valeurs politiques, morales…" Christelle Carrier, autour du concept d’identité, que signifie être
valaisan aujourd’hui
Document de travail / CoManaging 288
APPARTENANCE

ƒ un droit à l'appartenance assez "fermé" : toujours une très grande importance accordée à la filiation, à
la famille et même simplement au nom
"Il y a les Valaisans et les étrangers (ndlr : l'étranger peut être suisse…)" F.Claivaz
"Si l'on croise quelqu’un en Valais il vous demande le nom de votre père : "T'es la fille à qui?". Tout le monde se connaît, le
microcosme social valaisan est très réduit. Sans un nom valaisan en Valais c’est très difficile, y compris pour chercher
un emploi." Sylvine Eberlé
"On a l'impression que l'on ne peut pas entendre un nom étranger: On essaye de vouloir comprendre un nom à
connotation valaisanne. Quand je me présentais « Vaucher », par exemple on comprenait quelque chose comme «Rossier».
Ou alors on constatait que je n’étais pas valaisanne et l'on me demandait alors si j'étais ou non catholique." Anne
Martin
"Le fils continuera à faire paître sa vache sur le terrain qui appartenait à son père…"
"Par exemple, si l'on n'a pas de famille ici, c'est difficile d'élever des enfants par manque de structures d'accueil, à cause
de la solidarité au sein des familles, il n'y a pas eu nécessité de développer une politique familiale…."
"Pour les amis de l’extérieur je suis la « Valaisanne ». Valaisan pour les extérieurs, mais pas valaisan pour les Valaisans" .
Sylvine Eberlé
"Le réseau ne fonctionne pas si l'on n'est pas valaisan (le nom par exemple)"
"Le Genevois qui vient habiter en Valais sera un étranger à la Sage jusqu’à sa mort, y compris son fils" Sylvine Eberlé
"En fin de compte, on ne peut pas devenir valaisan…"
"Selon la coutume ils enivrèrent le messager. (Cette coutume chez nous de renvoyer les gens soûls, on l'a gardée ; forcez-les
à boire, forcez-les à passer sous le joug des ceps!)" Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité

Document de travail / CoManaging 289


QUESTIONS D 'EGO / ATTRACTIVITÉ

"Les Valaisans s’ennuient des Valaisans;


dès qu’on est hors Valais on recherche le Valaisan pour aller boire un verre." Pierre Devanthéry

"Lorsqu’à l’extérieur on attaque le Valais, les Valaisans se défendent,


mais dès qu’ils sont à l’intérieur du Canton, ils s’attaquent entre eux." Jean Bonnard

"Le Valais est un peu "mangeur" par sa force d'identité,


il n'y a pas encore assez de place pour les minorités " Hermann-Michel Hagmann

"Le Valais accepte cette image imposée de l'extérieur qu'on lui présente comme traduisant son identité vraie et profonde.
Rares sont ceux qui s'y opposent (..) On peut par exemple songer aux villageois de Champéry
qui créent l'Association du Vieux-Champéry dont les productions et cortèges en costume ancien
répondent à la soif de pittoresque des touristes." Alain Clavien, www.memo.fr

"Nous allons organiser en folklore même les avalanches." Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité

"Il y a un problème de transmission des bons côtés de l'identité, on a un énorme travail à faire pour éduquer le Valaisan à
connaître ce qu'on a, à sensibiliser à nos richesses" Marie-Claude Morand

"Les Valaisans, on est un peu des "étrangers du dedans" Hermann-Michel Hagmann

"En Suisse alémanique, le cliché habituel du Valaisan représente un paysan au sang chaud
et en révolte permanente qui jette ses tomates au Rhône" Christelle Carrier, Autour du concept d’identité, que signifie être Valaisan
aujourd’hui

"Il y a un réflexe valaisan envers le reste de la Suisse. C’est loin la Suisse !" Jean Bonnard

"Quand on voyage, beaucoup de gens ne savent pas où est le Valais" Anne Martin
Document de travail / CoManaging 290
QUESTIONS D 'EGO / ATTRACTIVITÉ

Très grande satisfaction des Valaisans conscients de leur chance :


plaisir à être "entre soi" et attachement profond à leur qualité de vie
Appropriation passive d’une "identité-image" du Valais et des Valaisans
construite par et pour le regard extérieur
ƒ plaisir à être "entre soi", malgré des querelles de clocher, particulièrement dans le Haut-Valais, et réflexe
défensif commun : esprit régionaliste
> une force d'identité un peu hégémonique : manque de place pour les minorités
ƒ bien-être, conscience de sa chance et attachement profond à la qualité de vie valaisanne : très grande
satisfaction des habitants dans leur territoire … et risque d'autosatisfaction
ƒ trop grande discrétion sur les performances, les aspects identitaires de la modernité : manque de faire-
savoir des savoir-faire de pointe à l'extérieur, et en interne, blocages ou méconnaissance à propos de la
tradition d'innovation et plus généralement des richesses technologiques
ƒ paradoxe dans un territoire à la forte identité : l’appropriation passive d’une "image" en forme de clichés
"confortables", construite par et pour le regard extérieur
ƒ par rapport à la Confédération, multiples contradictions du Valais
> incarnation locale consentante d’une Suisse "mythisée "
> image négative d'une minorité "trop latine" et complexes "du paysan" ou "du magouilleur" en partie auto-
entretenue
> en même temps, esprit d'indépendance et fierté sourcilleuse
ƒ à l'étranger, un territoire pas précisément "situé", exceptés quelques sites symboles, et mal connu, y
compris en tant que "vallée du Rhône"
ƒ en interne, dévalorisation du "paysan" de la montagne
Document de travail / CoManaging 291
QUESTIONS D 'EGO / ATTRACTIVITÉ
DONNÉES OBJECTIVES
ƒ 3ème canton pour la superficie: 5’224 km2 (12.7% de la superficie nationale), après les Grisons et Berne
ƒ 9ème canton pour la population: 287’976 habitants (2004)
ƒ 23ème canton le plus densément peuplé en Suisse 55.8hab/km2 contre 180.7hab/km2 pour la Suisse. La moyenne par
canton se monte à 449 hab/km2, (214 hab/km2 abstractions faites de Bâle et Genève)
ƒ Fortes disparités entre les communes quant à la densité de la population résidente: Sion 1'081 hab/km2, Bister 4.4
hab/km2
ƒ En terme d'augmentation de la population, le Valais se situe en 3ème place des cantons Suisses, à égalité avec le canton de
Zoug. (2005) (1997: 273'362 hab (+0.4%); 1998: 274'458 hab (+0.4%); 1999: 275'632 hab (+0.4%); 2000: 276'170 hab (+0.2%);
2001: 278'419 hab (+0.8%); 2002: 281'345 hab (+1.1%); 2003: 285'008 hab (+1.3%); 2004: 287'976 hab (+1%))
ƒ 9ème position accroissement naturel (+483) moyenne Suisse +453 hab (11ème place en 2004)
ƒ 3ème place solde migratoire (+ 3394 hab) moyenne Suisse + 1392 hab (4ème place en 2004)
ƒ Soldes migratoires (migrations internes et internationales) pour le Valais: 1999: 171 hab; 2000: -311 hab; 2001:1253 hab;
2002: 2475 hab; 2003: 3457 hab; 2004: 3322 hab; 2005: 3394 hab
ƒ Rang du Valais dans le solde des migrations internationales: 1999 = 11ème rang, 2000 = 18ème rang, 2002 = 9ème rang,
2004 = 5ème rang, 2005 = 5ème rang
"Les migrations internationales, l’accroissement naturel et les migrations internes déterminent la croissance démographique des
cantons. En 2005, tous les cantons enregistrent un excédent d’immigrations internationales. Cet excédent est
particulièrement élevé dans les trois cantons de la région lémanique (Genève, Valais et Vaud). " Office fédéral de la
statistique, Population résidante de la Suisse en 2005
ƒ Rang du Valais dans le solde des migrations internes: 1999 = 18ème rang, 2000 = 20ème rang, 2002 = 5ème rang, 2004 =
3ème rang, 2005 = 4ème rang
"En 2005, onze cantons enregistrent un taux d’accroissement démographique supérieur à celui de l’ensemble de la
Suisse. Les cantons possédant les taux les plus élevés sont Fribourg (+1,4%), Appenzell Rhodes-Intérieures (+1,3%), Valais et
Zoug (+1,2%), ainsi que Schwytz (+1,1%). " Office fédéral de la statistique, Population résidante de la Suisse en 2005
Document de travail / CoManaging 292
QUESTIONS D 'EGO / ATTRACTIVITÉ

DONNÉES OBJECTIVES

ƒ En 2004, 17.5% de la population valaisanne était étrangère (17.3% en 2000), soit 50'628 résidants (Suisse: 2000 =
20.5 %, 2004 = 22.1%)
ƒ Augmentation de la population étrangère de 24% entre 1990 et 2000 contre 6% de la population d'origine Suisse
ƒ 27.5% de la population étrangère a moins de 20 ans et seulement 5% plus de 65 ans
ƒ La population active en Valais représente un taux très inférieur à la moyenne Suisse 46% de la population (CH:
56%); hommes 54.2% (CH: 63%), femmes 37.9% (CH: 48.8%), étrangers 50.5% (CH: 68%)
ƒ Taux de chômage inférieur à la moyenne nationale : 2.5% au 31 juillet 2006 contre 3.1% pour la Suisse.
ƒ dernière position des cantons suisse en revenu moyen par habitant CHF 36'850.- en 2004, soit le 68% de la
moyenne suisse (CHF 54'496) (Le canton de Bâle-Ville, 1er de liste, enregistre un montant de CHF 107'592.- par
habitant !!!)
ƒ 3'523 Valaisans touchent l'aide sociale, soit 1.3% de la population alors qu'en Suisse 3% de la population touche
l'aide sociale. Le Valais est en 5ème position, à égalité avec le canton des Grisons. (2004)

Document de travail / CoManaging 293


QUESTIONS D 'EGO / ATTRACTIVITÉ

Population et société Sol

3ème croissance de la population 1er exploitation dont la surface cultivée mesure de 0 à 1 hectare (1985)
6ème nbre de personnes par ménages (1980) 1er surface utilisée par les vignes
9ème certificats de maturité délivrés (1989) 3ème superficie totale
9ème dépenses publiques pour l’enseignement, la culture et le 11ème surface agricole utile (1985)
sport (1989) 24ème densité de population
10ème taux de natalité (1989) 26ème surface agricole utile par exploitation (1985)
14ème part des femmes dans les certificats de maturité (1989) 26ème surface agricole utile par exploitation de montagne (1985)
19ème divorce pour 1000 habitants (1989)

Économie Équipements

5ème croissance des personnes employées dans le secteur des 2ème taux de logements vacants (1989)
services (1975 - 1985) 2ème dépense pour les routes cantonales et nationales (1987)
3ème Nombre de nuitées dans l’hôtellerie 3ème voitures de tourisme pour 1000 habitants (1989)
10ème part de l’activité tertiaire pour 1000 habitants (sans 3ème nombre de lits d’hôtels
chômeurs) (1980) 7ème nombre de places de cinéma pour 1000 habitants (1989)
13ème nombre de sociétés anonymes (1990) 16ème nombre d’habitants par médecin (1990)
19ème épargne bancaire (1990) 21ème loyer annuel en francs par logement (1980)
21ème part de l’activité secondaire pour 1000 habitants (sans 23ème nombre d’habitants par point bancaire (1990)
chômeurs) (1980) 23ème moyenne en francs et par étudiant des bourses versées par le canton
26ème indice suisse du revenu des cantons par habitants (1989) (1989)

Document de travail / CoManaging 294


QUESTIONS D 'EGO / ATTRACTIVITÉ

ƒ plaisir à être "entre soi", malgré des querelles de clocher, particulièrement dans le Haut-Valais, et
réflexe défensif commun : esprit régionaliste
"Les Valaisans s’ennuient des Valaisans; dès qu’on est hors Valais on recherche le Valaisan pour aller boire un verre."
Pierre Devanthéry
"On dit des Haut-Valaisans "ils se font la guerre chez eux mais dès qu’ils sortent ils chassent ensemble."..C'est un réflexe
encore plus fort dans le Haut-Valais mais c'est vrai aussi à l'échelle du canton. Lorsqu’à l’extérieur on attaque le Valais, les
Valaisans se défendent, mais dès qu’ils sont à l’intérieur du Canton, ils s’attaquent entre eux." Jean Bonnard
"Dans le Haut-Valais, il ne faut pas parler de fusion entre les villages ou les communes" Frédéric Zuber
"Par exemple, il y a deux partis (chrétiens sociaux et conservateurs) qui se battent localement mais quand ils sortent du
canton, ils font ensemble le parti démocrate chrétien. …"
"Solidarité avec tout ce qui est valaisan" Alain Barbey
"Une fois que les Valaisans sont hors du canton, ils sont ensemble "cul et chemise" (complicité)." Roland Imboden
"Chaque Valaisan se reconnaît, trinque, se donne une bourrade, un coup de pied de veau dans la poitrine, cligne de
l'œil et sait que le Valais pourrait être le meilleur dans n'importe quoi : le vin, le ski ou la prière. S'il s'applique, s'il se
lance. Quelle fête ; mes parrains ! " Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité

> une force d'identité un peu hégémonique : manque de place pour les minorités
"Le Valais est un peu "mangeur" par sa force d'identité, il n'y a pas encore assez de place pour les minorités " Hermann-
Michel Hagmann

Document de travail / CoManaging 295


QUESTIONS D 'EGO / ATTRACTIVITÉ

ƒ bien-être, conscience de sa chance et attachement profond à la qualité de vie valaisanne : très


grande satisfaction des habitants dans leur territoire … et risque d'autosatisfaction, voire
chauvinisme (cf. ART DE VIVRE, HÉDONISME)

"De plus en plus, prise de conscience de la qualité de vie en Valais au niveau des paysages, du climat, on prend
conscience de la richesse du Valais (qualité des contacts humains, des paysages, du climat, des vins, des produits, etc) .
On prend conscience que même en gagnant moins on vit mieux ici. Cela va donc jusqu'à des possibilités de carrière
sacrifiées pour rester ici et profiter" Jean Bonnard
"Les Valaisans sont maintenant fiers de leurs richesses, pas économiques, mais la qualité de vie, le climat, le
territoire, etc" Christine Roduit
"Attention à ce que la fierté ne devienne pas de l'autosatisfaction" Hermann-Michel Hagmann
"Je ne crois pas qu’il y ait d’aspect profondément négatif dans l’identité valaisanne. Nous pourrions tout au plus déplorer
un brin de chauvinisme que l’on ne retrouve pas aussi marqué dans la plupart des autres cantons. Ce n’est tout de
même pas trop grave !" Jean-Bernard Moix

Document de travail / CoManaging 296


QUESTIONS D 'EGO / ATTRACTIVITÉ

ƒ trop grande discrétion sur les performances, les aspects identitaires de la modernité : manque de faire-
savoir des savoir-faire de pointe à l'extérieur, et en interne, blocages ou méconnaissance à propos de la
tradition d'innovation et plus généralement des richesses technologiques
"L'inventeur de la pendule universelle c'est un Valaisan, c'est Pierre de Rivaz!" Marie-Claude Morand
"Des gens comme les Wengers dans l'architecture qui sont des gens ayant quelque chose à apporter, ce sont des gens qui,
sont présents dans de petits cercles, mais sont absents dans l'image culturelle du Valais." Jacques Cordonnier
"Qu'on ait fait des surfs à Saxon, ça me paraît logique, parce que l'on est un pays de montagnes, mais que l'on ait fait des
planches à voiles on n'en parle pas, et dans la vallée de Conches, il y a un gars qui fabriquait des bateaux, on n'en parle
pas!" Bernard Attinger
"On trouve en Valais des entreprises technologiques très intéressantes; on a à Raron une entreprise qui produit des
prothèses qui sont vendues dans le monde entier ; à Viège on a une usine qui fabrique des machines d’emballage pour
toute la Suisse et même à l'extérieur, il y en a comme ça aussi en Bas-Valais." Frédéric Zuber
"On peut prendre l'exemple de l'usine Djeva SA. On ne table jamais sur cette usine de laser pierres fines et tout ça, ils
travaillent pour la NASA, et personne n'en parle jamais. C'est hallucinant le nombre de petites industries très créatives
mais peu acceptées, on dirait que les Valaisans, c'est un peuple allergique à l'industrie." Marie-Claude Morand
"Il y a un manque de connaissances de base énorme du Valais par les Valaisans, et les gens ont du mal à "vendre" ce
qu'ils ne connaissent pas." Christophe Valentini
"Il y a un problème de transmission des bons côtés de l'identité, on a un énorme travail à faire pour éduquer le Valaisan à
connaître ce qu'on a, à sensibiliser à nos richesses, c'est paradoxal par rapport à la fierté d'appartenance qui est forte mais
qui a besoin d'être réalimentée après s'être détournée vers le fabriqué, le folklorique, le réducteur. Mais on constate
une réconciliation entre le Valais moderne et les richesses oubliées." Marie-Claude Morand

Document de travail / CoManaging 297


QUESTIONS D 'EGO / ATTRACTIVITÉ

ƒ paradoxe dans un territoire à la forte identité: l’appropriation passive d’une "image" en forme de clichés
"confortables", construite par et pour le regard extérieur (cf. aussi RAPPORT AVEC LE TEMPS et CULTURE / AFFINITÉS
ET TALENTS ARTISTIQUES)

"On est un peu folklorique et on le cultive un peu, avec un côté un peu démonstratif et caractère bien trempé." Jacques
Lathion
"Le Valais accepte cette image imposée de l'extérieur qu'on lui présente comme traduisant son identité vraie et profonde.
Rares sont ceux qui s'y opposent comme Louis Courthion qui, dans le Confédéré, dénonce l'enjolivement des temps passés.
La plupart des Valaisans reprennent à leur compte ces clichés, avec des motivations diverses pourtant. Certains, dans les
rangs conservateurs notamment, adhèrent totalement à cette représentation qui correspond à leur propre image fantasmée
du canton. D'autres, plus madrés, savant utiliser une représentation dont ils ne sont pas dupes. On peut par exemple songer
aux villageois de Champéry qui créent l'Association du Vieux-Champéry dont les productions et cortèges en costume ancien
répondent à la soif de pittoresque des touristes." Alain Clavien, www.memo.fr
"Nous avons lancé sur le marché un archétype de Valaisan. Nous l'adoptons, nous nous en inspirons. On s'aperçoit à
peine du coupage." Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité
"Le costume est peut-être, au tournant du siècle, l'un des symboles les plus forts que revendiquent les Valaisans (notamment
ceux du Val d'Illiez ct du Val d'Hérens). Pourtant, une fois encore, il s'agit d'une transcription de ce que les citadins ont voulu
voir. (...) Ainsi, le "typique" affiché dans les prospectus définit moins la culture d'une région donnée à une époque
déterminée qu'il ne satisfait les envies d'exotisme du visiteur. (..)
Au-delà d’une identité valaisanne commune, acceptée lorsqu’il s’agit de révéler une image globale du canton au regard
d’un autre situé à l’extérieur, il semble donc que de nouvelles structures identitaires sous-jacentes fourmillent au sein des
Valaisans et se révèlent dès que l’autre se rapproche. Ce processus provient peut-être d’une crainte devant une
globalisation, une assimilation paralysante" Christelle Carrier, Autour du concept d’identité, que signifie être Valaisan
aujourd’hui
"Nous allons organiser en folklore même les avalanches." Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en vérité
Document de travail / CoManaging 298
QUESTIONS D 'EGO / ATTRACTIVITÉ

ƒ paradoxe dans un territoire à la forte identité: l’appropriation passive d’une "image" en forme de clichés
"confortables", construite par et pour le regard extérieur (suite)
> faible "sentiment montagnard" mais "étiquette" de montagnard, et en même temps, affirmation d'un
"caractère" valaisan "formé" par la montagne
"Les racines montagnardes, c'est une forme d'éducation" Vincent Bornet
"Pour l’habitant, la montagne ce n’est jamais ici. La montagne est autre et ailleurs. Les montagnards sont ceux qui habitent
plus haut. Cela s’explique par une vision paysagère. La montagne, je la vois, de façon subjective et relative par rapport au point
depuis lequel j’observe. (…) Pour le scientifique, la perception de la montagne se veut objective, absolue (peu importe l’endroit
depuis lequel j’observe), cartographique, c’est à dire à l’opposé du regard de l’habitant. (…)"La place du montagnard apparaît
en contrepoint comme l’exaltation de la tradition. Il est souvent cantonné dans le statut de porteur de la tradition. Le
montagnard est essentiellement représenté par des images folkloriques. (..) Les montagnards finissent par accepter
l’étiquette qu’on leur a collé et par se définir eux-mêmes comme montagnards. " Debarbieux, http://www.aix-mrs.iufm.fr
" le thème du Peuple des bergers jouit d'une grande faveur, relancé par les fêtes alpestres d' Unspunnen en 1805 et
1808. Le "mythe suisse" créé au XVIIIe s. a eu jusqu'à nos jours un effet publicitaire. " Florian Hitz, Hans Stadler, Anton Schuler,
Fritz Glauser et Quirinus Reichen, www.memoonline.com
"C'est le tourisme qui va modifier en profondeur et en diversité tout le paysage et l'environnement humain des vallées
latérales. Il va "jouer un rôle primordial, écrit Bernard Crettaz, dans la détermination de l'identité montagnarde." Henri
Maître, Mosaïque du pays valaisan

> une attitude plus largement suisse ?


(" Les Suisses eux-mêmes, qui n’aiment pas beaucoup le changement et encore moins ressembler aux autres, ne font rien
pour corriger ces deux clichés rassurants, même dans leur for intérieur, ils en mettent sérieusement en doute la véracité. Ils
présentent une façade de jardins gentillets, propres en ordre. Les stéréotypes utilisés par les Suisses au moment de
présenter leur pays à l’étranger ont tendance à aller dans le sens des attentes et des clichés entretenus par les
étrangers et à présenter une image idéalisante de la Suisse, avec un mélange séduisant de folklore, d’art et de technologie de
pointe. " Christelle Carrier, Autour du concept d’identité, que signifie être Valaisan aujourd’hui
Document de travail / CoManaging 299
QUESTIONS D 'EGO / ATTRACTIVITÉ

ƒ paradoxe dans un territoire à la forte identité: l’appropriation passive d’une "image" en forme de clichés
"confortables", construite par et pour le regard extérieur (suite)

> jeunes générations peu concernés par cette "image" identitaire


" Le Valais, de même que la Suisse, a développé, dans le passé, une série d’images identitaires très fortes que la jeune
génération ne reconnaît plus unanimement aujourd’hui comme symboles, comme emblème. (…) Cette attitude révèle un
profond malaise chez la jeune génération : la spécificité du Valais n’apparaît plus aussi évidente qu’autrefois et il en
résulte une difficulté certaine à donner un contenu à l’identité cantonale. " Christelle Carrier, Autour du concept d’identité,
que signifie être Valaisan aujourd’hui

ƒ par rapport à la Confédération, multiples contradictions du Valais


> incarnation locale consentante d’une Suisse "mythisée "
"Aux alentours de 1900, agressés par le nationalisme des Etats voisins, désorientés par la croissance urbaine sans précédent
qui bouleverse les paysages, inquiets face aux mouvements sociaux qui se multiplient et qui semblent remettre en cause
l'ancien ordre social, plusieurs intellectuels suisses s'interrogent, à la recherche d'une identité nationale malaisée à
définir. C'est du côté des Alpes qu'ils tournent leur regard, à la recherche d'un ancrage identitaire qu'ils pensent trouver
dans le paysan de montagne, qui devient bientôt le modèle du Suisse authentique, tandis que le village de montagne
figure un archétype de petite société rurale, pauvre, mais saine et forte, au sein de laquelle règne l'harmonie entre une
population et sa terre. (..)
" Une quête de " suissitude ". Dans cette quête, voilà le Vieux-Pays chanté par les écrivains et les peintres. A les croire,
le Valais et les Valaisans offriraient l'image de ce qu'était la Suisse des temps héroïques, paysages vierges et
populations d'" alpicoles ", durs à la tâche, sobres, taciturnes, francs, fiers, instinctifs et religieux. Séjourner dans ce
Valais où de plus en plus d'artistes disent aimer à passer leurs vacances, ce serait faire une plongée dans l'état de nature
helvétique, ce serait se ressourcer moralement auprès de populations gardiennes des vraies valeurs suisses. " Alain Clavien,
www.memo.fr
Document de travail / CoManaging 300
QUESTIONS D 'EGO / ATTRACTIVITÉ

ƒ par rapport à la Confédération, multiples contradictions du Valais (suite)


> image négative d'une minorité "trop latine" et complexes "du paysan" ou "du magouilleur" en partie
auto-entretenue
"Les Valaisans, on est un peu des "étrangers du dedans" Hermann-Michel Hagmann
"Manque de confiance en soi et parfois un peu complexé : sentiment de n'être pas valorisé, suffisamment reconnu surtout les
Hauts-Valaisans (d'ou la mobilisation et l'emballement autour de la réussite de l'équipe de football du FC Sion qui fait l'unanimité
entre haut et bas valaisans !). "
"On a l'impression qu'on est un peu "les paysans", qu'on est une minorité. Il y a une sorte de complexe par rapport à
Lausanne. En Valais on l’impression de ne pas être bon par rapport aux villes, ce qui finit par rendre performant (ainsi le
Valais et les villages ont aujourd’hui une école plus performante bien que traditionnelle). Mais pour ceux qui ont été obligés de
partir, pour leurs études ou pour des raisons économiques, il existe une certaine honte de venir d’un pays "paysan" Anne
Martin
"On traîne des casseroles, des clichés : les abricots au canal, les tomates au Rhône, le vin dans la piscine. Et on aime se
faire de la publicité, même négative " Jacques Lathion
"En Suisse alémanique c'est toute une autre image. Quand nous, Haut-Valaisans on sort du canton on est tout de suite reconnu
comme Haut-Valaisan et c'est une question de dialecte. C'est un dialecte qui est connu car il y a beaucoup de Haut-valaisans
qui parlent à la télévision suisse alémanique, c'est un dialecte qui est apprécié dans toute la Suisse Alémanique. Mais par contre
si quelqu'un me reconnaît comme Haut-Valaisan alors là je suis classé; c'est-à-dire la magouille, la politique des
clochers et tout ça, c'est toujours actuel en Suisse alémanique et puis nous on fait tout pour renforcer cette image.
C'est-à-dire que l' on a un scandale après l'autre et nous on les met toujours dans la presse ; on est encore fier de ces
scandales qui sont reportés dans la télévision Suisse alémanique." Frédéric Zuber
" En Suisse alémanique, le cliché habituel du Valaisan représente un paysan au sang chaud et en révolte permanente qui
jette ses tomates au Rhône " Christelle Carrier, Autour du concept d’identité, que signifie être Valaisan aujourd’hui
" Les villes valaisannes (…) occupent une position plus ou moins bonne, dans la hiérarchie des lieux clés helvétiques. "
Micheline Cosinschi, Le Valais, cartoscopie d’un espace régional

Document de travail / CoManaging 301


QUESTIONS D 'EGO / ATTRACTIVITÉ

ƒ par rapport à la Confédération, multiples contradictions du Valais (suite)


> en même temps, esprit d'indépendance et fierté sourcilleuse
"Le Valaisan est farouche et indépendant ; Farinet en est une preuve" Anne Martin
"Il y a un réflexe valaisan envers le reste de la Suisse.C’est loin la Suisse !" Jean Bonnard

ƒ à l'étranger, un territoire pas précisément "situé", exceptés quelques sites symboles, et mal connu, y
compris en tant que "vallée du Rhône"
"Les gens de la Vallée du Rhône dans la partie française ne savent pas que le Rhône prend sa source en Valais; ils
pensent peut-être qu'il part de Genève..." Jean-Marie Grand
"Quant on voyage, beaucoup de gens ne savent pas où est le Valais, Quand quelqu'un ne connaît pas, on dit qu'on
habite à côté de Zermatt, de Crans-Montana (qui ont une notoriété ancienne) ou du Cervin, alors voilà, tout d'un coup ils
situent l'endroit." Anne Martin
"On a du mal à vendre le Valais précisément. Quand il y a un événement à Crans, on vend la Suisse."
"Quand on dit à l'extérieur qu'on fait du vin ou des abricots, ou qu'on est dans la vallée du Rhône, les gens ouvrent
des yeux ronds"
"Personne en France ne sait que le Rhône vient du Valais!"

ƒ en interne, dévalorisation du "paysan" de la montagne


" Toutes les autorités publiques se moquent des paysans de la montagne (…) elles souhaitent en vérité la disparition de
cette classe sociale inadaptable à la prospérité générale. " Maurice Chappaz, l’annonce faite à l’été, Treize étoiles, juillet
1967

Document de travail / CoManaging 302


COMPLEXITÉ

"Les limites géographiques sont claires, c'est un monde à part cloisonné par la montagne"
Jean-Bernard Rouvinez

"On a un côté insulaire qui a une influence sur le caractère." Jean Bonnard

"C'est un pays, un espace qui a une unité et à l’intérieur


c'est une communauté solidaire. (plus qu'une société)" Jacques Cordonnier

"Indéniablement et ceci malgré le bilinguisme,


le Valais présente une unité géographique et un mode de vie alpin commun qui favorise l’unité cantonale."
Jean-Bernard Moix

"La longue vallée est jalonnée de frontières dont la plus marquée est celle des langues :
français en aval, allemand en amont.
Il y en a d’autres : chaque district, voire même chaque commune, représente un monde et soi ;
et ce n’est pas par hasard que le Valais, autrefois véritable fédération,
porte dans ses armoiries les treize étoiles de ses treize districts."
Christelle Carrier, Autour du concept d’identité, que signifie être Valaisan aujourd’hui

Document de travail / CoManaging 303


COMPLEXITÉ

Un territoire-entité qui forme un tout, voire une "île",


malgré sa frontière linguistique intérieure et ses 13 "petits mondes"

ƒ une entité à part, voire un sentiment insulaire


> pour les Valaisans, des limites géographiques évidentes, voire théatralisées, mais non enfermantes
ƒ en même temps, une constellation de petits "mondes en soi" matérialisée par les 13 étoiles du
drapeau
ƒ une "frontière intérieure" qui crée un canton bi-partite, mais sentiment dominant d'une unité du
canton au-delà des clichés et malgré les freins
> déséquilibre démographique
> bilinguisme considéré comme un frein important, en particulier pour monter des projets communs
> contestation sur la répartition des financements entre le Haut Valais et le reste du territoire.
> caractères et mentalités semblables

Document de travail / CoManaging 304


COMPLEXITÉ

ƒ 1 Canton
ƒ 13 districts (14 districts dont deux demi-districts)
"Le découpage politique du Valais se fait traditionnellement en treize districts qui eux-mêmes comptent 160
communes." Anne Michellod encyc
ƒ 3 régions constitutionnelles: le Bas Valais, le Valais Central et le Haut Valais
ƒ 3 types d'entité géographique : Plaine, coteaux et vallées latérales, alpages et haute montagne
ƒ nombre incalculable de vallées et de vallons dons les 8 plus importantes sont le Val D’Illiez, le Val
d’Entremont, le Val de Bagnes, le Val d’Hérens, Le Val d’Anniviers, Le Mattertal, Le Saastal et le
Lötschental
ƒ 14 régions touristiques
ƒ 8 régions socio-économiques : Conches, Brigue, Viège et Loèche, Sierre, Sion, Martigny et le
Chablais
ƒ 2 quotidiens régionaux, soit un par région linguistique

"Je pense qu’il y a quatre entités unitaires en Valais : Le Chablais (Monthey et St-Maurice), le Bas-Valais (Martigny et
Entremont), Le Centre (Conthey, Sion, Hérens, Sierre) et le Haut-Valais." Jean-Bernard Moix
"Le haut, le bas, le centre" Roland Vergères

Document de travail / CoManaging 305


COMPLEXITÉ

ƒ une entité à part, voire un sentiment insulaire


"On a un côté insulaire qui a une influence sur le caractère." Jean Bonnard
"Sentiment "physique" de pénétrer dans un monde à part : l'île valaisanne" Bernard Crettaz
"On est un pays dans le pays" F. Claivaz
"C'est un "petit monde", un résumé; les vallées font la diversité et les retombées culturelles en sont extraordinaires"
Jacques Lathion
"Souvent je fais la comparaison avec la Corse où la montagne éloigne et repousse les gens vers l'extérieur, tandis qu'en
Valais elle regroupe; on se retrouve tous en bas, elle rassemble." Bernard Attinger
"On a l'avantage de la fermeture, il y a de l'écho, on peut entendre plusieurs fois ce qu'on a crié"
"Ce canton bilingue est à lui seul un monde à part : tout en témoigne, ses falaises abruptes, et le charme de ses
vallées, ses glaciers, ses névés et le romantisme de ses torrents de montagne, ses sentiers escarpés et la convivialité de
ses hôtes." Commission de marketing Fromage Valaisan, brochure Le fromage valaisan, c’est lui!
" Sitôt franchi le goulet de St-Maurice, vous entrez dans une toute autre région. La flore est différente, les
constructions le sont également. " www.tourisme- pour-tous.com
"Un monde sympathique mais mystérieux et marginal par rapport au reste du pays" Christelle Carrier, Autour du
Concept d'identité... Que signifie être Valaisan aujourd'hui ? , Mémoire de licence

Document de travail / CoManaging 306


COMPLEXITÉ

ƒ une entité à part, voire un sentiment insulaire (suite)

> pour les Valaisans, des limites géographiques évidentes, voire théatralisées, mais non
enfermantes
"Le grand cirque du Valais" L.Albrecht
"Les limites géographiques sont claires, c'est un monde à part cloisonné par la montagne" Jean-Bernard Rouvinez
"Moi je suis tout à fait d'accord avec le côté fermé et le côté île, mais j'aimerais y ajouter une notion: J'ai le sentiment
que l'on entre en Valais… il y a des portes d'entrée en Valais. On peut se balader dans bien d'autres pays ou par
exemple on ne sait pas quand on rentre en Suisse-allemande, on ne sait pas quand l'on passe de l'Argovie à la
Thurgovie, tandis que là, il y a les colonnes d'Hercule! On rentre en Valais et on est dans un espace clos. Il y a
théâtralisation de l'entrée dans un espace quand même fermé!" Jean-Marie Grand
"On peut quitter Soleure sans s’en apercevoir mais on ne peut pas sortir du Valais sans le vouloir." Jean Bonnard

ƒ en même temps, une constellation de petits "mondes en soi" matérialisée par les 13 étoiles du
drapeau
"La longue vallée est jalonnée de frontières dont la plus marquée est celle des langues : français en aval, allemand
en amont. Il y en a d’autres : chaque district, voire même chaque commune, représente un monde et soi ; et ce n’est
pas par hasard que le Valais, autrefois véritable fédération, porte dans ses armoiries les treize étoiles de ses treize
districts. " Christelle Carrier, Autour du concept d’identité, que signifie être Valaisan aujourd’hui

Document de travail / CoManaging 307


COMPLEXITÉ

ƒ une "frontière intérieure" qui crée un canton bi-partite, mais sentiment dominant d'une unité du
canton au-delà des clichés et malgré les freins
"Canton bilingue, le Valais compte 276 170 habitants (en décembre 2000). Son chef-lieu est Sion (27 145 habitants). C’est
la Raspille, en amont de Sierre, qui marque la frontière entre le Haut-Valais germanophone et le Valais romand,
francophone." Anne Michellod encyclo
"Le Haut-Valais est la raison pour laquelle il n'existe pas une unité du Valais"
"Le Haut Valais est une minorité dans la minorité." Jean Bonnard

> déséquilibre démographique


Le Haut-Valais" pèse" seulement 88 000 habitants contre 110 000 pour le Moyen-Valais et 95 000 habitants pour le Bas-
Valais

> bilinguisme considéré comme un frein important, en particulier pour monter des projets communs
(cf. RAPPORT AVEC LA LANGUE et CULTURE / AFFINITÉS ET TALENTS ARTISTIQUES)
Communication institutionnelle et officielle (y compris la langue pratiquée pendant des réunions) du gouvernement du
canton à Sion n'est souvent pas exprimée en allemand d'où le sentiment des Haut Valaisans d'être peu considérés..
Le Haut-Valaisan est plus tourné vers l'Allemagne (voir info quotidienne à la télévision et dans les journaux) et le Bas-
Valaisan vers la France.
"Entre le Haut et le Bas Valais, c'est pratiquement un mur en béton. Nous avons un blocage à cause de la langue. Et
les Bas-Valaisans sont considérés comme latins et pas sérieux"
" L'art n'est pas favorisé à cause du problème de bilinguisme qui est une barrière colossale"

Document de travail / CoManaging 308


COMPLEXITÉ

ƒ une "frontière intérieure" qui crée un canton bi-partite, mais sentiment dominant d'une unité du canton
au-delà des clichés et malgré les freins (suite)

> contestation sur la répartition des financements entre le Haut Valais et le reste du territoire

> caractères et mentalités semblables


"C'est un pays, un espace qui a une unité et à l’intérieur c'est une communauté solidaire. (plus qu'une société)" Jacques
Cordonnier
"Pour ma part ayant fait la formation avec les Haut-Valaisans, moi avant je me disais: bon il y a peut-être une petite
différence, mais ayant vécu avec eux, il n'y a rien du tout! Il faut arrêter les théories! On a tous nos centres d'intérêts etc.
mais la mentalité est identique ; donc il y a seulement cette petite barrière linguistique; le reste c'est un cliché à
l'intérieur du canton, comme le cliché des magouilles." Jean-Marie Bornet
"Indéniablement et ceci malgré le bilinguisme. Le Valais présente une unité géographique et un mode de vie alpin
commun qui favorise l’unité cantonale." Jean-Bernard Moix
"Si Haut Valaisans et bas-valaisans échangeaient un peu plus, ils constateraient de nombreuses similitudes, si les
bas-valaisans (Monthey...) enseignaient leur esprit d'ouverture au reste du canton..." François Perraudin
"Certains traits de caractère sont identiques, mais l'unité réside du besoin de complémentarité des uns par rapport aux
autres." Christian Salamin
" Il y en a qui parlent allemand (c'est une espèce d'allemand du haut moyen âge), les autres parlent leur patois qui est de
langue d'oc ; mais d'où qu'ils proviennent, que ce soit du fond des vallées de la rive gauche ou que ce soit des hautes
côtes, parées de vigne dans le bas, qui s'élèvent sur l'autre rive, ils ont un caractère commun qui leur a été imposé par un
même climat, un même sol, une même nourriture, les mêmes travaux, les mêmes croyances, les mêmes nécessités."
CF. Ramuz, Vues sur le Valais

Document de travail / CoManaging 309


RAPPORT AVEC L'HISTOIRE

"Pa capona"! (Pas question de capituler !)


Devise de Savièse

Document de travail / CoManaging 310


RAPPORT AVEC L'HISTOIRE

L'histoire d'un "véritable pays" et d'un "pays dans le pays" :


destin mouvementé et succession de "nationalités"
qui ont renforcé la combativité, l'esprit d'indépendance,
le sentiment d'appartenance local plus que national
et l'attachement à un héritage culturel plus qu'à un "destin"

ƒ un "pays dans le pays" : le destin singulier du "moins suisse de tous les cantons"
ƒ le "Vieux pays" : un "véritable pays" de montagnards
ƒ un destin très mouvementé
ƒ une histoire qui a structuré fortement la société valaisanne

Document de travail / CoManaging 311


RAPPORT AVEC L'HISTOIRE

ƒ un "pays dans le pays" : le destin singulier du "moins suisse de tous les cantons"
"Conquis par les Romains vers 57, le Valais fit par la suite partie du Royaume de Bourgogne dans le cadre duquel
l'Abbaye de St-Maurice devint un important foyer du christianisme. En 999, il fut légué par le dernier roi de Bourgogne
aux Evêques de Sion qui entrèrent en rivalité avec les comtes de Savoie. Historiquement, il définira les limites de son
territoire suite à de nombreuses guerres opposant le Duché de Savoie et l’Evêché de Sion. Les années 1475 et 1476
verront la défaite des Savoyards et l’établissement des frontières actuelles du Valais. Au XVIIe s., le Valais résista à la
Réforme. Occupé par les Français en 1798, le pays fut érigé en Etat indépendant en 1802, puis rattaché à l'Empire
français de 1810 à 1815 sous le nom de Département du Simplon avant d'entrer dans la Confédération Suisse (1815)."
Guy-Michel Coquoz et Elisabeth Darbellay-Gabioud, www.eye.ch
"Historiquement, le Valais est le moins suisse de tous les cantons"
"Lorsqu'il est confédéré, en 1815, après avoir été tour à tour bourguignon, savoyard, puis Etat indépendant, il avait donc
déjà un long passé, et pas grand chose de communs avec ses voisins helvètes… sinon des racines celtiques" Guide
du Routard

ƒ le "Vieux pays" : un "véritable pays" de montagnards


"On parle à propos du Valais d'un monde à part, du "vieux pays" : pays catho, qui conserve ses traditions et ses valeurs,
qui possède ses propres contes et légendes, qui porte un "masque" touristique mais qui reste au fond un pays de
montagnards" Bernard Crettaz
"Le Valais a une histoire qui lui permet de se définir en tant que véritable pays, le "vieux pays" comme disent les
Valaisans (..) L'histoire d'un véritable pays qui a été un Etat indépendant ce que peu de régions en Europe peuvent
revendiquer. " Guide du Routard
"On dit tout du Valais et des Valaisans , les images des médailles et leurs revers… Ce qui est sûr, c'est que le pays a une
épaisseur historique, "une épaisseur de coutume et de mémoire", écrit Pierre Dubuis, où les siècles sont rassemblés en
un mélange indéfinissable; et le Valais est vraiment un pays, dit Maurice Zermatten : la géographie et l'histoire lui
confèrent cette dignité." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan
Document de travail / CoManaging 312
RAPPORT AVEC L'HISTOIRE

ƒ un destin très mouvementé …


"Au XVIème siècle, Josias Simmler écrit que tous les Valaisans "sont belliqueux et fermement attachés à leur
indépendance, qu'ils ont soutenu de nombreuses guerres pour leur liberté, ce qu'attestent les ruines de châteaux et de
remparts éparpillés dans tout le pays." La lutte armée écrit en effet de nombreuses pages de l'histoire valaisanne, en
malheureuses guerres civiles et en combats livrés pour la liberté et l'indépendance. Gonzague de Reynold écrit que c'est
"une histoire éclaboussée de sang, noircie par les flammes (..) où se trouvent et s'enchevêtrent tous les intérêts, toutes les
compétitions et toutes les intrigues." (..) La période héroïque commence après la naissance de l'Etat en 999, et elle dure des
siècles : le peuple est toujours au cœur des combats, et la victoire lui appartient finalement. Mais les turbulences
diplomatiques et guerrières sont nombreuses en pillages, destructions, défaites et victoires, en alliances et
renversements d'alliances. Deux batailles sont particulièrement importantes, d'une part pour la démocratie, d'autre part pour
l'indépendance et l'intégrité du Valais : celle d'Ulrichen en 1419 contre Berne qui soutient Guichard de Rarogne, et celle de la
Planta en 1475 contre la Savoie qui permet à l'évêque et à la Diète d'annexer le Bas-Valais jusqu'au défilé de Saint-Maurice.
Les tragédies pourtant ne manquent pas : les deux batailles livrées contre l'occupant français en 1798 à la Morge de Conthey
et en 1799 au Bois de Finges. Et puis entre 1839 et 1847, les Valaisans sont trois fois en situations de guerre : combats
fratricides dans le Valais central en 1840, bataille sanglante du Trient en 1844, occupation par les troupes fédérales en 1847 qui
imposent au canton un lourd tribut de guerre." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan

ƒ une histoire qui a structuré fortement la société valaisanne


Rôle essentiel de la bourgeoisie (issue des communautés paysannes et qui s'est imposée avec l'arrivée de nouvelles
populations et le développement des idées de la commune de la révolution françaises) et qui explique aujourd'hui la structure de
la société valaisanne
"Dis moi d'ou tu es bourgeois et je te dirai tes vraies racines. La bourgeoisie perdure dans le Valais car : "Plus on se
mélange, plus on refabrique du Vieux Pays" Bernard Crettaz
"La population valaisanne est aujourd'hui le fruit de sédimentations successives, dit Bernard Crettaz ; on sait que le
fondement humain et culturel est paysan, celtique et romain. Mais le pays, ce dernier demi-siècle surtout, change
d'âme, de culture et de structure socio-économique." Henri Maître, Mosaïque du pays valaisan
Document de travail / CoManaging 313
TROPISMES

"La culture valaisanne est une culture métissée,


par une double appartenance linguistique (dialectes différents),
les passages, les différentes appartenances historiques, le tourisme
et les 39 communautés étrangères qui vivent en Valais "
Marie-Claude Morand

"En même temps la montagne fait penser à la fermeture, vase clos etc.
et moi, quand j'entends montagne, j'entends passage;
historiquement pour le Valais c'est important.
Le cliché de la fermeture nous allons le charrier encore quelques décennies, des années et des années,
bien qu'il y ait un brassage important de la population,que l'on soit un pays d'immigration etc.,
nous sommes mis en contact avec pas mal d'autres voisins."
Hermann-Michel Hagmann

"De pays d'émigration, la région est devenue pays d'immigration


pour les Italiens d'abord, les Espagnols ensuite et surtout les Portugais et les Yougoslaves aujourd'hui."
Jean-Charles Fellay, Lucien Rosset, Claudine Sauvain, Ils sont partis! L'émigration dans les vallées d'Entremont et du Trient

Document de travail / CoManaging 314


TROPISMES

Une réalité à l'encontre du cliché de fermeture :


historiquement une terre d'émigration,
et aujourd'hui une région d'immigration

ƒ historiquement, une longue tradition de terre d'émigration


> une pépinière de missionnaires (XIXè – XXè)
> spécificité du "service" militaire à l'étranger, dès le XVème siècle
> émigration "de la pauvreté" au XIXème siècle
ƒ derrière le cliché de fermeture, une terre de passage et même de brassage, de
métissage
> dès le moyen âge, des passages aux effets positifs de désenclavement culturel
ƒ des affinités de montagnards transfrontalières plus fortes que les relations
intercantonales
ƒ aujourd'hui une région d'immigration
> problèmes d’intégration de la nouvelle immigration

Document de travail / CoManaging 315


TROPISMES

DONNÉES OBJECTIVES

ƒ En 2004, 17.5% de la population valaisanne était étrangère (2000=17.3%) soit 50'628 résidants (Suisse:
2004 = 22.1%; 2000 ≈ 20.5 %; 1990 ≈ 18%; 1980 ≈ 15%).
ƒ Entre 1997 et 2004, l’évolution moyenne de la population étrangère se monte à +1.51%. La moyenne
pour les années 2002-2004 se monte à +3.4%
ƒ La population active étrangère en nette augmentation:
une augmentation de 24% entre 1990 et 2000, contre 6% pour la population d’origine suisse.
pour 62 ressortissants portugais en 1997, on en comptait en 2000 7943, soit un rapport de 1/128; Italiens
1/0.7, Français 1/2.78, Ex-Yougoslavie 1/23, Espagne 1/0.76 Autres 1/3.5
ƒ En 2000, la part de ressortissants européens dans la population résidente valaisanne se monte à
15.7%, des Français à 1.4%, des Italiens à 3.3%, des Portugais à 4.5%, des Espagnols à 0.8%, des
ressortissants d’Ex-Yougoslavie à 3.8%, des Africains à 0.6%.
"Jusqu'aux années 70, les Italiens constituaient la majorité des étrangers établis en Valais. En 2000, cette
majorité se partageait entre les ressortissants du Portugal (12’316 personnes, soit 26% de la population
étrangère) et de l’ex-Yougoslavie (10’403 personnes ; 22%)."
ƒ Essentiellement 3 Ecoles internationales d’hôtellerie réputées. 1 Ecole internationale de langue
ƒ Limitrophe avec 2 pays (France et Italie) et 4 cantons (Uri, Tessin, Berne, Vaud). 640 kilomètres de
frontière (approximativement 400 km de frontière au Sud dont environ le 1/3 avec la France et 2/3 avec
l’Italie et 200 km au Nord)

Document de travail / CoManaging 316


TROPISMES

ƒ historiquement, une longue tradition de région d'émigration


" Le canton du Valais est connu principalement comme région d’émigration. Il suffit de songer aux nombreux émigrés
valaisans qui partirent outre-mer au XIXème siècle. Entre 1850 et 1880, le Valais enregistre une moyenne de 32.7 départs
annuels alors que celle de la Suisse n’était que de 16.2." Thomas Antonietti et Marie-Claude Morand, Valais d’émigration,
auswanderung Wallis
"Le registre des émigrés… Ce document tardif, établi à la hâte comporte de nombreux oublis, lacunes et imprécisions, surtout
pour les premières années d'émigration. Il semble en particulier que certaines migrations individuelles, aient parfois échappés
à l'enregistrement. Aussi le chiffre de 6629 départs totalisés jusqu'en 1879 pour l'ensemble du canton, doit-il être
largement en dessous de la réalité." Jean-Charles Fellay, Lucien Rosset, Claudine Sauvain, Ils sont partis! L'émigration
dans les vallées d'Entremont et du Trient

> une pépinière de missionnaires (XIXè – XXè)


"Certaines paroisses de l'Entremont participent activement au renouveau de missionaires qui s'amorce au XIXème
siècle. Grâce à l'enseignement remarquable de l'abbé Pierre-Auguste Bruchez, de Vilette, qui dirigera la Grande Ecole de
1830 à 1861, Bagnes peut s'enorgueillir de voir éclore, sous le magistère éclairé de cet éducateur une pléiade de 25 vocations
religieuses. Parmi ces prêtres, une dizaine de jésuites et trois rédemptioristes, qui tous émigrèrent pour de lointaines
missions d'enseignement et d'évangélisation. Les jésuites Maurice Gailland, Antoine Boven et Joseph Roduit se retrouvent
en Louisiane et dans le Kansas, de même que le rédemptoriste Pierre-François Masson. Le jésuite Hercule Gard passe
également par les Etats-Unis avant de terminer son apostolat dans les Indes Anglaises, alors que les frères Innocent et
Pierre Parraudin, tous deux jésuites, partent pour l'Afrique du Sud, où le premier meurt tragiquement dans la région du
Zambèze." Jean-Charles Fellay, Lucien Rosset, Claudine Sauvain, Ils sont partis! L'émigration dans les vallées d'Entremont et
du Trient

Document de travail / CoManaging 317


TROPISMES

ƒ historiquement, une longue tradition de région d'émigration (suite)

> une pépinière de missionnaires (XIXè – XXè) (suite)


D'autres partiront pour l'Equateur, l'Algérie, Carthage en Tunisie, le Burundi, s'engageront dans les missions
ouvrières parisiennes, se retrouveront missionnaires bagnards en Afrique (dès 1930). Tenant un rôle très controversé
dans le massacre du peuple Tutsi au Rwanda (la commission vérité, justice et réconciliation pour le Rwanda enquête
actuellement sur son rôle dans le génocide), André Perraudin occupera divers postes importants au Ruanda (nommé
Vicaire Apostolique de Kabgayi de 1955 à 1959, archevêque de Kabgayi de 1959 à 1976 et évêque archevêque de
Kabgayi de 1976 à 1989. Il était devenu archevêque émérite le 7 octobre 1989).
"C'est également vers 1930 que les Congrégations du Saint-Bernard et de l'Abbaye de St-Maurice, sous l'impulsion
pressante des Missions étrangères de Paris se lancent dans d'audacieuses entreprises missionnaires. Les chanoines de
Saint-Maurice établissent une préfecture apostolique à Kalimpong au Sikkim, au sud-ouest du Tibet, tandis que les
chanoines du Saint-Bernard tentent d'installer un hospice à la frontière occidentale de ce même Tibet (au col de Lhassa).
(…) Ils sont chassés par le régime communiste et se replient alors à Formose, où ils collaborent avec les missions
étrangères de Paris."
"De nos jours, des laïcs missionnaires viennent épauler les religieux et les religieuses dans plusieurs pays du
Tiers-Monde." Jean-Charles Fellay, Lucien Rosset, Claudine Sauvain, Ils sont partis! L'émigration dans les vallées
d'Entremont et du Trient

Document de travail / CoManaging 318


TROPISMES

ƒ historiquement, une longue tradition de région d'émigration (suite)

> spécificité du "service" militaire à l'étranger, dès le XVème siècle


"Dès le XVème siècle, on trouve des Suisses et des Valaisans engagés volontaires au service des Etats étrangers,
en particulier en Espagne. (…) Jusqu'en 1689, les troupes étaient des compagnies franches engagées pour la durée des
hostilités et licenciées à la signature de la paix. A partir de cette date, le Valais signe avec la monarchie française des
capitulations qui impliquent la fourniture d'un régiment de 2400 hommes. (…) ce corps militaire ne sera dissout qu'en 1792."
"Le Valais fournit également des hommes à l'Espagne tout au long du XVIIIème (…). Les Pays-Bas, le Piémont, la
Savoie, l'Angleterre connaissent aussi des engagés valaisans."
"Avec l'accession au pouvoir de Napoléon, le nombre d'engagés s'accroît fortement. Durant le XIXème siècle, les
Valaisans servent surtout le Royaume de Naples (puis les deux-Siciles) et les Etats Pontificaux
"Source de revenus modestes pour les simples soldats, le service à l'étranger confortait les privilèges traditionnels
de la noblesse dans la société valaisanne et lui assurait des ressources financières appréciables. Cette forme
d'émigration, peu organisée à l'origine, est devenue peu à peu une industrie avec ses agents recruteurs rémunérés
dans la plupart des communes."
"Si le service étranger procurait des ressources, indispensables à bien des familles, le prix humain de cet
engagement était cependant très lourd. Dans la seule commune de Bagnes, 166 soldats sont morts à l'étrangers, la
plupart probablement sur des champs de bataille. Cette hécatombe prouve que le nombre des engagés devait être
relativement important. (…) Nombre de soldats renouvelaient leur contrat et ne rentraient au pays qu'après trente, voire
quarante ans. Les possibilités d'avancement étaient limitées pour la majorité d'entre eux à des postes de sous-officiers."
Jean-Charles Fellay, Lucien Rosset, Claudine Sauvain, Ils sont partis! L'émigration dans les vallées d'Entremont et du Trient

Document de travail / CoManaging 319


TROPISMES

ƒ historiquement, une longue tradition de région d'émigration (suite)

> émigration "de la pauvreté" au XIXème siècle


"Que le pays est sec, on le sait depuis les siècles des siècles. Qu'il est pauvre, on s'en est aperçu depuis le jour où
on a ouvert les yeux. Alors qu'est-ce qui a changé ? Ceux qui abandonnent sont des lâches ! .. Et puis d'ailleurs, on a
quand même des armes pour se défendre." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"L'émigration pour les pays outre-mer commence également à offrir une réponse au paupérisme, ainsi après la disette
de 1817. Ce ne sera qu'au cours de la deuxième moitié du XIXème que le phénomène de l'émigration se développera. "
Gérald et Silvia Arlettaz, www.memo.fr
"Le Valais ne nourrit plus ses enfants. Les grandes voies de communication n'existent pas encore et le Valais vit presque en
autarcie. Il se nourrit des ressources de son sol. La plaine du Rhône n'est pas encore complètement asséchée et sa terre
n'est pas partout cultivable. L'industrialisation est à ses débuts, elle est presque nulle au milieu du 19e. Ajouté à cela les
bouleversements politico-religieux de ce milieu de siècle ainsi que la mauvaise gestion des fonds de l'Etat et nous
comprenons qu'à la première calamité naturelle (gros gel printanier, inondations ou sécheresse) le peuple valaisan se
retrouve en état d'insuffisance. Stimulé par les propagandes des agences d'émigration, beaucoup de Valaisans voient
leur salut dans le départ pour un nouveau monde, une nouvelle vie même si tout est à refaire. " http://eviona.coquoz.org
"Combien de Valaisans ont-ils émigré durant cette seconde moitié du 19e siècle ? Les chiffres des registres de l'émigration
sont trop peu fiables. Au moins 10 à 15'000 personnes sont parties vers les terres lointaines. (..)
"De l'émigration organisée et groupée du début à l'émigration individuelle de la fin du siècle les Valaisans ont "choisi"
en premier l'Argentine puis les Etats-Unis et le Canada. D'autres, moins importants en nombre sont partis pour le
Brésil, l'Uruguay ou l'Algérie. Parmi ces émigrés, certains sont partis de nos régions, d'Evionnaz, de Collonges, de Mex, de
Vérossaz ou de la Vallée du Trient." http://eviona.coquoz.org

ƒ des affinités de montagnards transfrontalières plus fortes que les relations intercantonales
"On se sent plus proche des gens du Val d'Aoste ou des Chamoniards que des gens du canton de Vaud"

Document de travail / CoManaging 320


TROPISMES

ƒ derrière le cliché de fermeture, une terre de passage et même de brassage, de métissage (cf.
ACCESSIBILITÉ)

"En fait le Valais, c’est la porte vers le Sud." Marie-Claude Morand


"En même temps la montagne fait penser à la fermeture, vase clos etc. et moi, quand j'entends montagne, j'entends
passage; historiquement pour le Valais c'est important. Le cliché de la fermeture nous allons le charrier encore quelques
décennies, des années et des années, bien qu'il y ait un brassage important de la population,que l'on soit un pays
d'immigration etc., nous sommes mis en contact avec pas mal d'autres voisins." Hermann-Michel Hagmann
"La culture valaisanne est une culture métissée, par une double appartenance linguistique (dialectes différents), les
passages, les différentes appartenances historiques, le tourisme et les 39 communautés étrangères qui vivent en Valais
" Marie-Claude Morand
"Il existe une communauté valaisanne importante à Genève, on dit que Genève est la capitale du Valais…"
"Les invasions dans le Haut Valais ont été germaniques alors que le que le Bas et le Centre ont été envahis par les
Lombards, les Sarrasins, La Savoie, Napoléon, etc.." Madeleine Wiget-Daly
"Situé au milieu de la chaîne des Alpes, le Valais est à la fois du sud et du nord, esprit du fœhn et de la bise ; et ouvert aux
vents d'ouest reçus comme les promesses et les prémices de la civilisation occidentale." Henri Maître, Mosaïque du
pays valaisan

> dès le moyen âge, des passages aux effets positifs de désenclavement culturel
"Durant tout le Moyen-Age, l'axe qui relie les principaux centres économiques passe par le Grand-Saint-Bernard. La route de
l'Entremont voit alors défiler toutes sortes de gens de conditions sociales et d'origine très différentes; des nobles, courtisans,
pèlerins, militaires, fonctionnaires, marchands… Ces migrations très passagères ne permettent pas des échanges
approfondis, mais contribuent au désenclavement culturel et économique de la région." Jean-Charles Fellay, Lucien
Rosset, Claudine Sauvain, Ils sont partis! L'émigration dans les vallées d'Entremont et du Trient

Document de travail / CoManaging 321


TROPISMES

ƒ aujourd'hui une région d'immigration


"De pays d'émigration, la région est devenue pays d'immigration pour les Italiens d'abord, les Espagnols
ensuite et surtout les Portugais et les Yougoslaves aujourd'hui" Jean-Charles Fellay, Lucien Rosset, Claudine
Sauvain, Ils sont partis! L'émigration dans les vallées d'Entremont et du Trient

> problèmes d’intégration de la nouvelle immigration


"L’arrivée et l’installation de travailleurs étrangers a également modifié le tissu social valaisan. Qu’ils soient
italiens ou kosovars, les étrangers sont venus en Valais avec leurs propres coutumes et traditions, pour
son enrichissement bien sûr, mais contribuant également à brouiller les cartes du jeu social établi depuis
des siècles. " Anne Michellod, www.vs.ch/encyclo

Document de travail / CoManaging 322


FÉMININ / MASCULIN

"Le Valais semble subir un clivage entre femmes et hommes


un peu plus important dans les formations professionnelles que la moyenne Suisse.
En effet, les stéréotypes liés aux métiers semblent encore marquer fortement les esprits."
Sarah Jurisch Praz, La situation de l'égalité entre femmes et hommes, comparaison entre la Suisse et le Valais

Document de travail / CoManaging 323


FÉMININ / MASCULIN
Conservatisme des mentalités : poids des femmes supérieur en nombre
mais très inférieur en termes d'activité et d'opportunités
Dimension phallique de la montagne
et sillon rhodanien baigné par le l'eau du fleuve :
forces symboliques du territoire très hermaphrodites…
ƒ nombre de femmes supérieur au nombre d’hommes
ƒ faible taux d'activité féminine par rapport aux hommes et par rapport à la Suisse mais, depuis 20 ans,
spectaculaire mouvement de rattrapage et même de dépassement pour le taux et le niveau de formation
> taux d’activité des femmes très inférieur à des hommes et écart supérieur avec les taux nationaux
> taux de chômage plus élevé chez les femmes
> pourcentage des emplois occupés par des femmes très inférieur à celui des hommes
> pourcentage de la population féminine des 25-64 ans sans formation post-obligatoire très supérieur à celui des
hommes et écart supérieur avec le pourcentage national : un héritage du passé
> moins d'apprentissage féminin
> depuis 20 ans, rattrapage et même dépassement par rapport aux moyennes nationales en taux de formation et de
maturités gymnasiales
> Valaisannes moins opiniatres dans leurs études que les hommes (mais plus que les autres femmes suisses)
> conservatisme des mentalités dans l'univers professionnel : filières de formation "excluantes" pour les femmes et
survivance de conceptions stéréotypées des rôles de l'homme et de la femme, notamment professionnellement
ƒ pourtant au long de l’histoire, des femmes "solides" et qui ont travaillé dur comme des hommes
ƒ symboliques très masculines de la montagne et du Rhône : pics et verticalité ; UN fleuve à la force
potentiellement destructrice
ƒ symbolique féminine du paysage à l'échelle cantonale : sillon rhodanien entre les deux massifs
montagneux, traversé de part en part par l'eau
Document de travail / CoManaging 324
FÉMININ / MASCULIN

ƒ nombre de femmes supérieur au nombre d’hommes


4.1% de femmes en plus
mais moins qu'en Suisse en général (104.1 femmes pour 100 hommes) (CH=4.3%)

ƒ nombre de femmes "senior" supérieur au nombre d'hommes


• plus de veuves : 71.7% des conjoints survivants sont des femmes, c’est-à-dire 2.55 femmes pour 1 homme (en 2005)
• espérance de vie des femmes supérieure à celle des hommes et supérieure à la moyenne suisse
pour les femmes : 83.5 ans (CH=83.3)(en 2005)
pour les hommes : 77 ans (CH=78.2)

ƒ faible taux d'activité féminine par rapport aux hommes et par rapport à la Suisse mais, depuis 20 ans, un
spectaculaire mouvement de rattrapage et même de dépassement pour le taux et le niveau de formation
> taux d’activité des femmes très inférieur à des hommes et écart supérieur avec les taux nationaux
• taux d'activité des femmes : 63.5% (CH=70.2) soit inférieur à la moyenne suisse (en 2000)
• taux d'activité des hommes : 85.6% (CH=87.5)
• taux d’activité net VS : 74.6%; CH : 78.9%

> taux de chômage plus élevé chez les femmes, mais variations saisonnières moins grandes que pour les
hommes
• part de la population féminine active au chômage : 3.6% en juillet 2005 (CH=3.9) et 4.1% en décembre (CH=4.0)
• part des hommes : 2.5% en juillet (CH=3.3) et 5.7% en décembre (CH=3.7)

> pourcentage des emplois occupés par des femmes très inférieur à celui des hommes
• 40.5% des emplois occupés par des femmes et seulement 35% en équivalent plein temps
• 59.5% des emplois occupés par des hommes
Document de travail / CoManaging 325
FÉMININ / MASCULIN

ƒ faible taux d'activité féminine par rapport aux hommes et par rapport à la Suisse mais, depuis 20 ans, un
spectaculaire mouvement de rattrapage et même de dépassement pour le taux et le niveau de formation
(suite)
> pourcentage de la population féminine des 25-64 ans sans formation post-obligatoire très supérieur à
celui des hommes et écart supérieur avec le pourcentage national : un héritage du passé (population plus
âgée et pauvreté des familles au milieu du siècle)
• pour les femmes : 39.8% (CH=25%),
• pour les hommes : 20.1% (CH=13.8%)

> moins d'apprentissage féminin


• 57.3% d’hommes (CH=57.6%) contre 42.7% de femmes (CH=42.4%) sur 2596 apprenti(e)s

> depuis 20 ans, particulièrement pour les femmes, spectaculaire mouvement de rattrapage et même de
dépassement par rapport aux moyennes nationales en taux de formation et de maturités gymnasiales (cf.
GÉNÉRATIONS)
Les femmes valaisannes sont aujourd’hui plus nombreuses que les hommes à suivre une formation gymnasiale
> Valaisannes moins opiniatres dans leurs études que les hommes (mais plus que les autres femmes
suisses)
"… Si les femmes sont aujourd’hui plus nombreuses que les hommes à entrer à l’université , elles sont malgré tout encore
moins nombreuses à achever leur formation et obtenir un diplôme universitaire. Cependant, le Valais semble faire
meilleure figure que la Suisse au niveau de la formation universitaire, puisque la différence entre les taux d’entrées et de
diplômes et moins importante, ce qui reflète le fait que les Valaisannes terminent plus souvent leurs études que les
étudiantes suisses." Sarah Jurisch Praz, La situation de l'égalité entre femmes et hommes, comparaison entre la Suisse et le
Valais
Document de travail / CoManaging 326
FÉMININ / MASCULIN

ƒ faible taux d'activité féminine par rapport aux hommes et par rapport à la Suisse mais, depuis 20 ans, un
spectaculaire mouvement de rattrapage et même de dépassement pour le taux et le niveau de formation (suite)

> conservatisme des mentalités dans l'univers professionnel : filières de formation "excluantes" pour
les femmes et survivance de conceptions stéréotypées des rôles de l'homme et de la femme,
notamment professionnellement
• certaines filières de formation (sect.primaire) sont exclusivement masculines, ce qui n’est pas le cas au niveau
Suisse
• aucune filière ne se veut exclusivement féminine
• prédominance des femmes dans les secteurs: industrie de l’habillement (95%), services personnels (80%), santé et
activités sociales (75%), commerce de détail (66%) où le taux d’emplois à temps partiel est élevé.
• prédominance des hommes dans les secteurs: enlèvement et traitement des déchets (95%), métallurgie (95%),
industrie du bois (93%), construction (92%), production et distribution d’électricité/gaz/eau
"Le Valais semble subir un clivage entre femmes et hommes un peu plus important dans les formations
professionnelles que la moyenne Suisse. En effet, les stéréotypes liés aux métiers semblent encore marquer fortement
les esprits: un certain nombre de professions comme l’industrie (chimique et du bois notamment), les transports, et même le
bâtiment n’attirent absolument pas les femmes, alors que les hommes semblent bouder uniquement les soins corporels. On
peut se demander quels sont les mécanismes présidant au choix d’un métier. Il est probable que l’aspect culturel, et tous les
stéréotypes qui y sont liés, ne sont pas étrangers au choix de telle ou telle profession. Si tel est le cas, le canton du Valais
semble un peu plus « Stéréotypé » que la Suisse en général." Sarah Jurisch Praz, La situation de l'égalité entre femmes et
hommes, comparaison entre la Suisse et le Valais
"Elles ont percé la coque d'une société deux fois masculine de clercs et de fermiers pauvres." Maurice Chappaz, Portrait
des Valaisans en légende et en vérité

Document de travail / CoManaging 327


FÉMININ / MASCULIN

ƒ pourtant au long de l’histoire, des femmes "solides" et qui ont travaillé dur comme des hommes
"L’histoire du Valais se lit sur la figure et dans les habits des Valaisannes. Nos anciennes sont encore du Vieux-Pays, filles qui
ont mûri tôt, fatiguées tout de suite par les nombreuses maternités, desséchées et tordues par les travaux d’homme
sur les champs, dans les écuries…" Félix Carruzzo, Les Valaisannes, Treize étoiles, décembre 1962
"Les hommes aiment à être servis. Il suffit de peu pour les contenter, il suffit de peu pour qu'éclate leur mauvaise
humeur." Maurice Zermatten, Les saisons valaisannes
"Une Américaine plaignait une Zermattoise : - Quels instruments pour une femme : la hache, la faux, la pioche ! Et il faut
soigner le bétail, et il faut caresser les champs de seigle. Et les enfants dans les jupes ou dans la hotte. Et pendant ce
temps son homme, le guide, court les glaciers ! (..)
Il subsiste en nous, les garçons, même si nous ne grattons plus la terre mais le papier, ce fond paysan, ce mur de silence. Il
clôturait le foyer. Il nous mettait à l'aise. Il imposait à l'épouse sa grandeur et sa servitude. Nous avons alors ces
Valaisannes à bustes d'évêques, raidies dans leurs châles noirs comme des habits liturgiques. (..)
Peut-être n'est-on pas habitué dans les villages à être cajolé par de tels yeux? Nos femmes ont des regards de statues (..) .
Qu'est-ce qu'une belle femme ? A Kippel (patrie des Tschäggättä, c'est-à-dire des grands masques démoniaques,
gesticuleurs), dans l'église j'ai saisi au vol un éloge. Le gaillard près du bénitier se tordait les moustaches et les faisait crisser en
souriant des deux yeux : il regardait les femmes aux jupes qui dansent grimper à l'orgue. L'escalier craquait. "C'est quand
même la mienne la plus lourde !" conclue-t-il. Telle race, tel style ! Même massives, elles restent très fines, nos filles, nos
colonnes doriques. (..)
Les rudes paysannes des vallées ont été avec douceur et discrétion l'amie de leurs bonshommes, douloureuses et
gaies, infaillibles soutiens. Il me faut bien commencer par célébrer celles qui, dans notre histoire, apparaissent comme n'en
ayant pas. Ni histoire, ni chronique. Elles sont les servantes, les femmes d'ombre, les cruches de silence. (..)
– Sans nos femmes nous ne pesons pas plus qu'une feuille de papier à cigarette, conclut l'aubergiste de "La petite
Gentiane". Nos femmes, nos prêtres. Sans elles, sans eux !" Maurice Chappaz, Portrait des Valaisans en légende et en
vérité

Document de travail / CoManaging 328


FÉMININ / MASCULIN

ƒ pourtant au long de l’histoire, des femmes "solides" et qui ont travaillé dur comme des hommes (suite)
"Pas des lingères, mais des guerrières ces femmes de l'Alpe, habituées, dressées aux sports paysans, aux outils. Elles
ressemblaient quasiment à de jeunes recrues pleines de pudeur. Elles avaient des joues de gelée d'aurore, des yeux de
quartz bleu ou de très noire douceur. Elles ne savaient aussi bien que les autres ni chanter ni danser, mais marcher. Leur
pas lent, montagnard, avait une ligne de majesté et elles se taisaient sans coquetterie. Oui, elles n'avaient ni le piquant
des Cannoises ni la fougue à la danse des Savoyardes, et elles ne surpassaient pas en beauté pure les nobles couturières et
ouvrières d'Arles et d'Avignon, les filles dont les sculpteurs disent : "soulevez la chemise, c'est du marbre", qui étaient
extraordinaires dans leurs robes de cendre d'argent, de velours fané. Je tombais en arrêt, je fixais leurs chignons noirs et
leurs long cous blancs, elles avaient des ports de tête comme n'osent pas en avoir les reines. Mais chez nous, tout était dit
par une certaine puissance et une certaine transparence. (..)
Avec les Valaisannes vous reveniez aux sources. Vous passiez de l'impératrice provençale à la vierge primitive, celle
dont la qualité de vie renferme tout sans dissocier : la sexualité, la prière, l'énergie, l'esthétique. A peu près, beauté
pure d'une part, et santé pure d'autre part. quels étaient leurs traits, leurs types à ces femelles comme on dit en patois?
C'étaient la petite chevrette des rochers à tresses noires ; l'élancée, la robuste biche à chevelure blonde et aux yeux bruns,
contraste magnifié encore par une peau dorée ; celles-là et celles-ci qui sont bâties comme des tours, lentes, paisibles avec
une couronne en guise de coiffe. Je montais à la trace de nos vallées en les observant." Maurice Chappaz, Portrait des
Valaisans en légende et en vérité

ƒ symboliques très masculines de la montagne et du Rhône : pics et verticalité ; UN fleuve à la force


potentiellement destructrice

ƒ symbolique féminine du paysage à l'échelle cantonale : sillon rhodanien entre les deux massifs
montagneux, traversé de part en part par l'eau…

Document de travail / CoManaging 329