Vous êtes sur la page 1sur 313
GLOSSATRE HEBREU-FRANGAIS DU XIII? SIECLE AECUBIL DE MOTS HEBREUX BIBLIQUES AVEC TRADUCTION FRANCAISE ‘Manescrit de la Bibliotheque Nationale, fonds hébrea, n° 308, Publié sous les auspices de (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres MAYER LAMBERT er LOUIS BRANDIN PARIS ERNEST LEROUX, EDITEUR 28, RUE BONAPARTE, VI" 1905 22ahie 1 Dans un article de la Romania, 1, pp. 146-176, Arsene Darmesteter, étu- diant les glossaires hébreux-francais, signale comme le plus étendu et le plus intéressant le glossaire de la Bibliothéque Nationale, fonds hébreu n° 302. ‘Voici la description qu'il en donne : « Le glossaire de Paris est un beau manus- crit moyen in-4*, vélin, de 177 feuillets, avec un feuillet blanc & la fin. L’écri- ture est celle du Nord-Est de la France : les mots francais sont presque partout ponctués, Il comprend le Pentateuque fol. 1-30 8; les cing petits livres d’Esther, du Cantique, de l'Ecelésiaste, des Lamentations et de Ruth (1) 31 6-35 6 fin; Josué 37 a — le feuillet 36 est en blanc —; Juges, 39 6; Samuel I et II (44 6); Rois I et 11 54a; Jérémie 61 5; Ezéchiel 69 a: Isaie 77 6; les douze petits Pro- phates 101 a; a la fin des 12 Prophétes (2) fol. 143 d,au milieu, se lit cette note: Moi, Joseph, fils du saint Rabbi Simson, j'ai terminé ces laazim (3) des 24 livres au mois de Kislew de l'an I du sixiéme millénaire pour Rabbi Samuel, fils de Jacob, que le Ciel bénisse. Puisse-t-il en jouir ot les méditer, lui et sa posté~ Filé, jusqu’a la fin des générations! Amen, Séla, Hazak. » Cette note donne la date du manuscrit : Kislew 5001 = décembre 1241. Aprés le folio 114, qui nest pas écrit, commence le livre de Job; puis viennent les Psaumes 131 a, les Proverbes 156 a, Daniel 164 a, et enfin Ezra et Néhémie 171 a », Ensuite Arséne Darmesteter transcrit les 25 premiers mots et les 6 derniers du manus- crit, Il assigne aux glosses le dialecte bourguignon (4). 4, Le ms, en réalité les cing Mepuillt dans ordre suivant : Bcelésaste, Esther, Cantique, ions. Cest ordre lturgique dans lequel les Israitesrécitent ces livres aux difé- renles solennités de année, en commencant parla fe de Soukkot, tandis que nos éditions com- ‘mencent par le Cantique, que Yon récte & Paque. 2. On peut en conclure que auteur du expliqué les Hagiographes avant les Prophites, ‘et que Tordre actuel est le fail du relieur. Lordre Pentatouque, Hagiographes, Prophetes s6 ratrouve aussi dans le rituel jut, 3. Plus correctement : leasin, 4, Nous n‘avons rien pu trouver sur I'histoire méme du manuscril. Il est resté aur archives ma- ‘ionales jusqu’au 19 avril 1862, I est plus que probable quil a fait parte des livres bébreux conts- ‘qu6s sur les Jaifs et déposés au Trésor des Charles (cf. Léopold Delisle, Cabinet des manuscrit, I, . 307 ot aussi, p, 48).