Vous êtes sur la page 1sur 8

Espaces de Banach

1

Normes sur un espace vectoriel
On se donne un ev réel V .

Dénition 1.1. Une norme est une application dénie sur V à valeurs dans R+ , notée · V , et satisfaisant les trois propriétés suivantes : (i) v V = 0 ⇐⇒ v = 0, (ii) ∀λ ∈ R, ∀v ∈ V , λv V = |λ| v V , (iii) inégalité triangulaire : ∀v, w ∈ V , v + w V ≤ v V + w V . Exemples
(a) Soit [a, b] un intervalle de R et notons C 0 ([a, b]) l'espace vectoriel constitué des fonctions continues sur [a, b] et à valeurs dans R. L'application · C 0 ([a,b]) qui à f ∈ C 0 ([a, b]) associe

f

C 0 ([a,b])

= sup |f (t)|,
t∈[a,b]

dénit une norme sur C 0 ([a, b]). (b) sur C 0 ([a, b]), on peut aussi dénir une autre norme,
b

f

R

=
a

|f (t)|dt

On peut donc avoir plusieurs normes sur le même espace.

1

x − y . Si une suite xn ∈ F converge vers 2 . et f une fonction de V dans W . Soit F un fermé de V .5. ∃δ > 0. est un fermé de V . f −1 (OW ).  Pour tout fermé OW de W . ) = {y ∈ V . est un fermé de V .2 (fermé).4 (continuité d'une fonction). Soient V et W deux espaces vectoriels munis respectivement des normes V et W .1 (ouvert). Un ensemble F ⊂ V est fermé dans V si V \ F est ouvert dans V Dénition 2. Dénition 2.2 Topologie des espaces vectoriels normés Soit V un ev normé. On dit que un converge vers l ∈ V si ∀ > 0. f (vn ) converge vers f (v) dans W .3 (convergence). ) ⊂ O avec B(x. Soit un une suite de V . l'image réciproque de FW par f . Un ensemble O ⊂ V est ouvert dans V si ∀x ∈ O.  pour tout v ∈ V . alors l ∈ F . 2.  Pour tout fermé FW de W . V < } boule ouverte de centre x et de rayon Dénition 2. f −1 (FW ). ∀v ∈ V. Les propositions suivantes sont équivalentes :  f est continue de V dans W .1 Quelques rappels Dénition 2. l. ∀n ≥ N un − l V ≤ Dénition 2. pour toute suite vn convergeant vers v dans V . ∃N ∈ N. l'image réciproque de OW par f .  ∀v0 ∈ V . ∃ tel que B(x. v−v0 V ≤ δ =⇒ f (v)−f (v0 ) W ≤ . ∀ > 0.

En eet.1 Exemple d'application : si . V.2 .6. ce qui est faux. Proposition 2.2 deux normes sur V .1 <=> un converge vers l suivant . V.1]) = sup |f (t)|. mais on n'a pas d'inégalité dans l'autre sens. et v V.2.2 sont deux normes équivalentes sur V . deux normes.1] et f R = 0 |f (t)|dt Ces normes ne sont pas équivalentes : f R ≤ f C 0 . Contre-exemple en dimension innie : pour V = C 0 ([0. Si V est de dimension nie.7. alors toutes les normes sont équivalentes. V. on a 1 f C 0 ([0. c1 v V. Soit .2 Equivalence de normes Dénition 2. t∈[0. 1 ≤ c /2 pour tout . 1 fε 0 ε 1 3 . 1]). s'il existe c tel que f C 0 ≤ c f R .2 . alors.1 et . avec f = f (voir dessin ci-dessous).2 ≤ v V. on a l'équivalence : un converge vers l suivant . On dit que ces deux normes sont équivalentes s'il existe c1 et c2 strictement positives telles que ∀v ∈ V. V.1 ≤ c2 v V. V.

3. Toute suite convergente est de Cauchy. ∀n ≥ N. Soit un une suite de V .1 Suites de Cauchy Dénition 3. Un ensemble A ⊂ V est compact si de toute suite d'élements de A. V ∈R En eet on a |φ(v) − φ(w)| ≤ continue. On dit qu'un est une suite de Cauchy si ∀ε > 0. Si V est de dimension nie. de norme · V. on peut extraire une sous-suite convergente vers un élément de A.2. 2.9. La norme sur V est une application φ:v∈V → v est continue. Proposition 3. ∃N ≥ 0.3 Compacité Dénition 2. Proposition 2. ∀p ≥ 0. 4 .11.1. Si A est compact.2.4 Continuité de la norme continue. alors A est compact si et seulement si A est fermé borné. un+p − un V ≤ ε. autrement dit la fonction Proposition 2.10.8. Proposition 2. w−v V et φ est lipschitzienne donc 3 Espaces complets Soit V un espace vectoriel normé. Soit V un ev normé. alors A est fermé borné.

1]) muni de la norme . Proposition 3.7. Proposition 3. w ∈ V A(u) − A(w) V ≤ α u−w V application contractante de V dans V .3 (espace complet).4 Théorème du point xe de Picard Dénition 3. si n≥0 un est normalement convergente dans R. Contre-exemple : l'espace de fonctions C 0 ([0. complet. 3. Un R-ev V est dit complet pour la norme · V si toute suite de Cauchy (pour cette norme) est convergente (pour cette norme). Soit V un espace de Banach. On dit que A est contractante s'il existe un réel α strictement inférieur à 1 tel que ∀u.9 (point xe de Picard). R . 3.3. soit V un espace vectoriel normé. n'est pas complet (voir le poly). Alors. Dans ce cas V est complet. Un tel espace est aussi appelé espace de Banach.8 (application contractante). l'équation Théorème 3. On dit que la série de terme gén≥0 un V est Théorème 3. 1]). alors elle est convergente dans V . L'espace de fonctions C 0 ([0. Si la série n≥0 un est normalement convergente dans R. muni de la norme C 0 . Soit V un espace de Banach et A une A(u) = u admet une solution unique u∗ ∈ V . Cette solution est appelée point xe de A. 5 .3 Séries normalement convergentes néral un est normalement convergente dans R si la série convergente. Soit un une suite de V .6. On suppose que V est tel que. Dénition 3.5.2 Espaces de Banach Dénition 3. alors elle est convergente dans V .4. Soit A une application de V dans V . Réciproquement. Tout espace vectoriel sur R normé de dimension nie est est un espace de Banach.

6 .1. et f une application de V dans V . On appelle problème de Cauchy le problème suivant : trouver u : [0.1 Applications linéaires continues Proposition 5.2. u2 ∈ V f (u1 ) − f (u2 ) V ≤ L u1 − u2 V Théorème 4. On considère le problème de Cauchy avec f lipschitzienne.3 (Cauchy-Lipschitz). Alors le problème de Cauchy admet une unique solution u ∈ C 1 ([0.4 Application : théorème de Cauchy-Lipschitz Rd à valeurs dans Rd . ∞) → Rd . Rd ). ∞). telle que du = f (u(t)) sur t > 0 et u(0) = u0 dt Dénition 4. V et W désignent deux R-ev normés. Soit V un espace vectoriel normé. L'espace vectoriel des applications linéaires continues de V dans W est noté L(V.1.2. Soit d un entier. On dit que f est lipschitzienne sur V s'il existe une constante L > 0 telle que ∀u1 . 5 Dualité Dans cette section. Au W ≤c u V. Dénition 5. 5. A est continue en 0. u0 ∈ Rd et f une fonction dénie sur Dénition 4. Soit A une application linéaire de V dans W . W ). de classe C 1 . Il existe une constante c < ∞ telle que ∀u ∈ V. Les propositions (1) (2) (3) suivantes sont équivalentes : A est continue.

L'application · L(V. L(V. W ) équipé de la norme compte. sup |f |. Un élément A ∈ V est appelé forme linéaire continue et son action sur un élément v ∈ V est notée à l'aide du crochet de dualité · .W ) : L(V. . Soit V un R-ev normé.3. u u V . v V . Alors. L(V. Dénition 5.V = Av ∈ R. V n'a pas besoin d'être complet.V de sorte que A.6. . Remarque 5. . V est équipé de la norme A V = sup u∈V u=0 A. sup |f |) est une norme. Soit V un espace vectoriel normé et W un espace de Banach. W ) −→ R+ A −→ A L(V.L'application qui à f ∈ C 1 ([0.2 Espace dual Un cas particulier important d'applications linéaires continues entre R-ev normés est celui où l'espace d'arrivée est W = R. 1]) est linéaire continue (avec ces espaces respectivement équipés de · C 1 et · C 0 ).V V . W ).W ) est un espace de Banach. l'application f → max(sup |f |. 7 . notée · C 1 (plus généralement. .4.Sur C 1 ([0. l'application f → f C 0 est une autre norme.5.Proposition 5. f ∈ C k → max(sup |f |. 1]) associe f ∈ C 0 ([0. Théorème 5. Exemple 5. . . 1]). 1]. · V . · L(V.Sur C 1 ([0.W ) = sup u∈V u=0 Au W u V est une norme sur L(V. R) est appelé espace dual de V et est noté V . c'est l'espace d'arrivée qui . sup |f (k) |) est une norme sur C k ). qui n'est pas équivalente à la norme · C 1 .

|a(v. Une forme bilinéaire sur V × W est une application a : V × W → R telle que  ∀v ∈ V .  ∀w ∈ W .7. Soient V et W deux R-ev. Une forme bilinéaire a : V ×W → R est continue sur V × W s'il existe une constante c < ∞ telle que ∀(v. w) ∈ V × W.w)∈V ×W a(v. 1].Soit c ∈ [0. w) : V → R est linéaire . l'application a(·. v V w W 8 . ·) : W → R est linéaire .8. 1]) associe f (c) est une forme linéaire continue pour la norme C 0 . w) . Exemple 5.3 Formes bilinéaires continues Dénition 5. L'application qui à f ∈ C 0 ([0. l'application a(v. L'espace des formes bilinéaires sur V × W est noté (V × W ) . Soient V et W deux R-ev. w)| ≤ c v On note a (V ×W ) V w W = sup (v. Dénition 5.