Vous êtes sur la page 1sur 5

MLe hors-programme

p.1

Le Hors Programme (H.P.)

Il s’agit d’une épreuve orale de 35 minutes, suivie de 10 à 15 minutes de reprise. Le jury est composé d’un spécialiste de chaque période et d’un président. Le candidat est interrogé par un seuls des membres du jury selon la nature de son sujet :

toutefois, il s’adresse à l’ensemble des membres du jury. Les documents éventuels sont à remettre au président. La qualité pédagogique est extrêmement importante. Cette épreuve est de type encyclopédique et porte sur l’Histoire « des origines à nos jours » sauf les programmes. Il existe pourtant certaines particularités, notamment en histoire contemporaine et ancienne. Les sujets portent rarement sur le XIX è siècle car les membres sont souvent spécialistes du XX e – sauf des sujets de type économique ou de comparaison entre différents pays –. En histoire ancienne les questions portent plus souvent sur l’histoire grecque. Les spécialistes d’histoire ancienne et médiévale demande une référence aux sources dans l’introduction. Une allusion aux sources est de toute façon souhaitable pour tous les sujets. Dans la bibliographie, mettre les sources et éventuellement les apporter (avec des citations, de l’iconographie, …). Il convient de connaître les grandes synthèses historiques mais aussi d’être capable d’aller rapidement vers une bibliographie plus spécialisée.

1. Comment s’y prendre ?

Il faut avoir une préparation psychologique et méthodologique. Posséder du sang-froid et « aller méthodiquement au charbon » (sic !) : aller du général au particulier. Il est nécessaire d’avoir :

- une « première culture », puis de parcourir des ouvrages de plus en plus spécialisés.

- un bon plan, i.e. un plan SIMPLE. Les bons plans du H.P. sont les plans simples.

Savoir faire et faire une synthèse. Mais oser des « morceaux de bravoure » (aller au-delà du manuel). Essayer de subodorer les questions qui vont tomber (voire même en provoquer intelligemment quelques-unes !!!).

ATTENTION : un mauvais exposé n’est pas sauvé par une bonne reprise et un bon exposé peut être ruiné par une mauvaise reprise.

Gestion du temps :

2h pour débroussailler le sujet

puis pour un plan en trois parties, consacrer une heure par partie et s'y tenir

il reste 2 hures pur l’introduction, la conclusion, la recherche de la documentation, le minutage, la bibliographie…

2. Comment se préparer pendant l’année ?

MLe hors-programme

p.2

Il n'est pas inutile de lire des manuels du secondaire, notamment du collège, pour avoir une

culture générale sur l'ensemble de l'histoire de l'humanité. Quelques petites fiches très simples avec chronologie générale et éléments de vocabulaire sur la Mésopotamie, l'Inde ancienne, la

Chine

des sujets de prime abord difficiles. Pour ceux qui conservent encore leurs fiches de lecture ou leurs cours de DEUG 1 et 2, licence, une petite relecture de temps en temps peut être utile dans la mesure où vous avez déjà appris ces fiches il y a quelques années. Si vous saviez ce dont on peut se souvenir dans l'urgence alors qu'on vous presse de questions à l'oral ! Des connaissances ressurgissent que vous ne pensiez plus avoir en mémoire ! Donc relire ces fiches peuvent réveiller des souvenirs et des connaissances pas si assoupis que cela. Ce type de relecture peut être effectué régulièrement (histoire de changer de sujet et de période par rapport aux questions au programme) et doit être accentué après les écrits. D'autres ouvrages que les manuels semblent intéressants :

peuvent déjà faciliter l'approche d'un sujet ou tout au moins éviter toute panique sur

J. BERTHIER, Aide-mémoire d'histoire de France, Paris, Bordas, 1991. Atlas historique, Paris, Perrin, 1999.(multiples rééditions depuis les années 1960). Et toute sorte d'atlas historique. L'important est d'essayer de se constituer une culture générale avec des ouvrages que l’on connaît déjà. Ainsi n'est-ce pas dans ce cas un effort surhumain.

Préparer la recherche d'ouvrages nécessaires à la construction de l'exposé.

On peut réaliser une fiche sur les publications récentes présentées notamment dans le magazine L'Histoire depuis 2 à 5 ans, ou tout autre revue présentant des comptes-rendus. Se tenir au courant des publications récentes en furetant dans les librairies. Néanmoins, il n'est pas possible de se souvenir de centaines de références d'ouvrages. Il faut donc privilégier la connaissance des collections d'Histoire. Connaître toutes les collections d'Histoire de tous les éditeurs. En effet, aux oraux, dans la Bibliothèque de la Sorbonne on dispose des catalogues de tous les éditeurs (savoir où ils se trouvent lorsqu’on fait son repérage avant l'épreuve) On peut faire acheter un ouvrage qui ne se trouverait pas à la bibliotheque de la Sorbonne (un livre tout juste publié). C’est utile si on a un sujet biographique ou assez pointu. En effet, certains sujets proposés par le jury sont inspirés de publications récentes.

3. Le plan

Un plan de H.P. doit être simple Il ne faut jamais parler deux fois des mêmes choses, prévoir de bonnes transitions.

Le plan doit être exhaustif : pour cela faire un balayage thématique.

1 er ensemble : démographie, économie, social

2 è ensemble : politique, diplomatie, guerre.

3 è ensemble : culture, religion, arts.

Dans le sujet sur la presse, le social est le plus important.

Le plan doit être souple (si on a une illumination, l’idée géniale, au bout de quelques temps, il faut pouvoir la placer). Les parties doivent être à peu près équilibrées. Il faut minuter les pages.

muriel.salle@laposte.net

MLe hors-programme

4. Il existe 5 types de sujets.

4.1. La séquence chronologique (tableau)

p.3

La Pologne au XX è siècle : La problématique est alors l’État-nation polonais en soi (n’existe pas avant 1918, écrasé pendant la 2 e G.M.). Faire attention aux dates limites. Trouver un plan thématique et non plus chronologique. Les Provinces Unies au XVIIe siècle.

4.2. Le sujet thématique

Les paysans en France au XX è siècle, Les femmes au XX è siècle , « Vivre, combattre et mourir » au XX è siècle . Faire un balayage à l’intérieur des sous-parties.

4.3. Le sujet événement

L’année 1956 dans le monde. Ne pas rater la dominante du sujet.

4.4. Le sujet notionnel

Les socialistes (ou l’anticléricalisme) en France au XX è siècle . Déblayer rapidement les problèmes de définition, l’historiographie de la notion. Placer les définitions dans l’introduction ou dans la première sous-partie.

4.5. La biographie (10 % des sujets)

Trouver les pivots de la vie du personnage. L'exposé sur ce type de sujet est assez particulier :

il faut maîtriser une évolution d'ensemble et les éléments biographiques essentiels. Montrer comment un individu est représentatif des problèmes de son temps et comment il influence son époque. Jeanne d’Arc : Jusqu’à l’appel, l’année de libération avec Orléans et Charles VII, l’année malheureuse avec la captivité et la mort. Pour un sujet sur un artiste, il faut maîtriser l'utilisation du matériel (diapositives) ou simplement le commentaire d'oeuvres à insérer dans l'exposé.

Être ferme et souriant. Défendre son point de vue.

muriel.salle@laposte.net

MLe hors-programme

p.4

5. Exemple de sujet : Médias et politiques en France dans les années 1960

Consulter d’abord la bibliographie accessible (dictionnaires, encyclopédies, manuels). Pour

cela, il faut se tenir au courant des dernières publications (aller dans les grandes bibliothèques :

P.U.F., Gibert, …). Consulter : une histoire de la presse,

une histoire des médias en général,

une histoire politique des années 1960,

une histoire culturelle de la France.

Pendant une demi-heure, trois-quarts d’heure : lire quelques généralités.

quelques paragraphes sur les médias, la presse, …

des tables de matières, Prendre beaucoup de notes.

Pour le sujet, les notes pourraient porter sur :

- des journaux : Libération, Le Figaro,…

- l’apparition du transistor, la réforme de l’O.R.T.F…

- le champ politique avec l’allocution du Général de Gaulle (la première fois que les Français voient le Général à la télévision), la couverture des événements de Mai 68,

- la crise de la presse quotidienne (exemple de France-Soir) et l’arrivée de la presse spécialisée : sportive, Salut les copains !, …

Faire rapidement un plan : plan en trois parties (en général). Regrouper les titres de chapitres dans un plan de chapitres.

I-

La place de la politique dans les médias

1. le politique et la presse

2. les politiques et la radio-télévision

 

utilisation des médias par le Général de Gaulle (O.R.T.F.)

année 1965 : comment le Général perd son pari de gagner au

premier tour contre Mitterrand.

Les médias en 68

II-

La politique dans les médias

On arrive là à un plan un peu « bateau » et maladroit. Pour contrebalancer, il faut préparer un « baroud d’honneur » sur, au choix : Mai 68, le gaullisme, l’élection de 1965, … Quelque chose de pointu sur la presse politique. Il faut donner des anecdotes.

Faire parler la bibliographie spécialisée (la demander aux appariteurs). Construire l’exposé : en priorité introduction et conclusion. Écrire la conclusion assez tôt. Il faut donner une idée de l’historiographie du sujet que l’on étudie. Problématiser l’exposé, provoquer quelques idées

I- Le renouveau des médias La télévision existe depuis le début des années 1950 mais connaît une démocratisation dans les années 1960.

muriel.salle@laposte.net

MLe hors-programme

p.5

II-

Le relatif déclin de la presse politique Le seul parti à avoir son journal est le P.C.F. Risque de confusion des nouveaux médias par le gaullisme.

III-

Diversification des médias

AVOIR UNE PROBLEMATIQUE !!!!!!!!!!!

Les morceaux de bravoure sont insérés dans les chapitres spécialisés, dans les problématiques. Par exemple : citer tous les journaux et ne faire un développement que sur un seul.

Insérer de la documentation. ATTENTION : Tout document doit être commenté !!!

Première page d’un journal de l’époque,

Histoire des techniques (photos, …),

La version écrite d’un débat télévisé,

Une photo de Mai 68,

Des documents statistiques.

Construire la bibliographie : classée, de 8 à 12 titres. Ouvrages généraux (sur la culture), puis ouvrages spécialisés.

Garder un peu de temps pour la relecture (environ un quart d’heure). Numéroter les pages. Relire l’introduction et la conclusion. Vérifier les noms propres difficiles. VERIFIER SI TOUT EST EXHAUSTIF. Faire un minutage.

Prévoir quelques questions (ne pas oubliez celles des non-spécialistes sur les autres périodes :

chercher les rapprochements possibles, les connexions, …).

Pour la presse, penser à lire les trois colonnes du Mourre.

Penser à localiser tous les lieux mentionnés et prévoir, pour la plupart des exposés, une carte.

muriel.salle@laposte.net