Vous êtes sur la page 1sur 16

AVERTISSEMENT

Ces deux brochures de Mgr Gaume sur le Pape sont très importantes, mais doivent être lues intelligemment. Plusieurs remarques sont à souligner : 1° Ces deux brochures sont remarquables et auraient dû à leur époque (1861 pour A quoi sert le Pape?, 1875 pour La peur du Pape, soit l'une avant Vatican I, l'autre après Vatican I et la déclaration de l'infaillibilité pontificale) être massivement diffusées. Elles éclairent, éduquent, amis et ennemis de la façon la plus magistrale et la plus efficace. Elles permettent de prouver (s'il en était encore besoin !) combien Mgr Gaume a été l'un des esprits les plus perspicaces et compétents au XIXème. 2° Ces deux brochures sont prophétiques, et pour les ennemis et pour les amis. Plus de cent ans après, Mgr Gaume ayant bien compris les mécanismes du fonctionnement des sociétés secrètes, les événements se sont passés tels qu'il l'avait annoncé. 3° Remarque fondamentale : les directives données par Mgr Gaume ne s'appliquent que dans l'Eglise en ordre. La soumission, l'obéissance, le respect dus au Pape n'obligent que dans l'Eglise Catholique. Depuis Vatican II nous avons vu l'aboutissement de l'effondrement annoncé par Mgr Gaume et l'avènement de cette "église" conciliaire qui s'est substituée à l'Eglise Catholique. Les "papes" conciliaires ne sont plus catholiques et n'ont qu'une action : la destruction de tout ce qui était et reste catholique. Donc la soumission, l'obéissance, le respect ne leur sont pas dus ; au contraire, pour garder La Foi Catholique, nous devons nous interdire tout contact avec cette "église" et ces "papes" conciliaires. Les brochures de Mgr Gaume, bien comprises, condamnent tout ce désordre conciliaire.

1

Rapide comme l'éclair. aux extrémités de l'Orient. etiam electi (Matth. V Grâce aux secrets de la nature découverts par son génie. fait des multitudes de victimes . le monde a peur. et le Pape seul. il multiplie les merveilles de ses arts et de son industrie. ce sentiment pèse sur l'Europe entière. si cela était possible. tu dois les bénir. La dissiper serait le plus grand service rendu au monde actuel. Illusion en général. le verbe de la situation : «J'ai peur . le monde actuel répond en conjuguant. par sa durée. II Le fait n'est pas contestable : malgré tous les motifs extérieurs de se rassurer. un feu mystérieux. l'édifice social ne reposa sur des bases plus solides». attendu que le Pape.nous avons peur . il dompte les éléments. Loin de t'en plaindre. perce les montagnes (le mont Cenis). supprime les distances : et il a peur. la vapeur le transporte. il remporte.LA PEUR DU PAPE ou LE MOT DE LA SITUATION par Monseigneur GAUME Protonotaire apostolique AVANT-PROPOS Il est divinement annoncé qu'un jour viendra. III A ces assurances répétées sur tous les tons. à la Bourse et au comptoir. Au premier rang de ces prestiges sataniques. Il prend des villes réputées imprenables (Sébastopol) : et il a peur. qui mettent à la raison le plus grand empire du monde (l'expédition de la Chine) : et il a peur. plus libre. IV En regardant ce qu'il fait. 2 . le commerce embrasse tous les peuples et crée la fraternité universelle des intérêts : et il a peur. chacun le dit. ce prestige1 C'EST LA PEUR DU PAPE. Par sa généralité. dans l'Europe entière. De ses millions de bras. Jamais siècle ne fut plus éclairé que toi.il a peur . chacun le prouve : le monde actuel est sous l'influence de la peur. d'éclatantes victoires. et il n'y parvient pas. tu es assez fort pour marcher seul dans la voie du progrès. lui disent-ils. lui-même cherche à se rassurer .vous avez peur . Comme un impitoyable cauchemar. et tu vaux bien tes devanciers. Les agitations que tu éprouves ne sont qu'à la surface. VI. la peur d'aujourd'hui n'a pas d'analogue dans les siècles passés. 69) Le monde a-t-il peur ? I Chacun le sent. XXIV. par sa profondeur. où l'esprit de mensonge fera des prestiges tellement séduisants. la fait voyager dans les airs comme dans les profondeurs de l'Océan : et il a peur. Les endormeurs ne cessent de le bercer de leurs éloges. du matin au soir dans les villes et dans les campagnes. plus prospère.ils ont peur». Six millions de baïonnettes veillent à sa sécurité : et il a peur. lui-même avec une telle célérité. messager de sa pensée. 1 Prestige : illusion opérée par artifice.tu as peur . Avec une poignée de soldats. qui ne peut être sauvé que par l'amour du Pape . seraient induits en erreur : ita ut in errorem inducantur. possède. 24). dans les assemblées législatives. qu'en six semaines il peut faire le tour du globe : et il a peur. «Ton éducation est faite. si fieri potest. Brise tes lisières . il en est un qui s'accomplit sous nos yeux et qui. que les élus eux-mêmes. Elles sont les douleurs qui annoncent l'enfantement d'une ère plus brillante que toutes les autres. comble les vallées. Avec une facilité prodigieuse. pour les nations comme pour les individus. les paroles de vie : Verba vitæ æternæ habes (Jean. Soumise à sa volonté. En aucun temps.

afin de voir en quoi. si elle est universelle et permanente. 7) . les nations doivent dire : «Ipse fecit nos. la soie a remplacé la bure : la nature entière est devenue tributaire de son luxe . l'or en abondance coule de ses mains (Is. Ce sentiment de crainte est trop général pour n'être pas fondé. Quelle est la loi violée ? I Puisque l'homme. Si la violation est d'une loi fondamentale. Les nations ont peur des nations. les nations. visibilium omnium et invisibilium. ne s'est pas fait lui-même . Puisque telle est la crainte du monde actuel. principe et fin de tout ce qui existe. De Son existence. Les partis ont peur des partis. ouvrage de Ses mains. le monde actuel a peur. C'est un instinct providentiel qui avertit une époque d'un danger universel . produit la peur. Les rois ont peur des peuples . soit la plus fondamentale de toutes les lois. puisqu'il n'est ni ne peut être le produit d'atomes fortuitement accrochés les uns aux autres . ni le perfectionnement d'une carpe. il faut que la loi violée. XVI. Cette fin n'est autre que Lui-même : universa propter semetipsum operatus est Dominus (Prov. sa vie ressemble au festin de Balthazar : et il a peur (Dan. à la dégradation. inévitablement suivie du châtiment qui les sanctionne. aurait abandonné à l'aventure. qui ne sont que l'homme collectif. malgré toutes les assurances contraires. de Sa sagesse. III La violation de ces lois. de Sa bonté. qui ne L'ait invoqué . Personnelle. Cet Être. II. Pourquoi a-t-il peur ? I La peur provient d'un danger réel ou imaginaire. Plein d'espérance pour les uns. ni les lois conservatrices de notre être : nous les avons reçues (I Cor. comme les plantes qui couvrent la terre. existant par Lui-même. universelle. les riches ont peur des pauvres. l'avenir est incertain. descendue de Dieu. pas un peuple qui ne L'ait connu . 3 . Les pauvres ont peur des riches . qui l'invite à se recueillir et à se rendre compte de ses tendances. 4). V. en les éclairant. universelle. opiniâtrement violée. qui ne L'ait reconnu comme le suprême Législateur de l'univers (saint Augustin). il est par tous attendu avec anxiété. l'ouvrier a peur du patron. infiniment bon.Des mines d'une richesse incalculable lui ont été découvertes. à la ruine. il ne peut se dissimuler que le châtiment est le salaire infaillible du désordre. ne se sont faites elles-mêmes. comme les oiseaux qui se jouent dans les airs. dans ses vêtements. ce n'est pas nous qui nous sommes donné l'être. Le patron a peur de l'ouvrier . de mystère pour tous. La société entière a peur de quelqu'un ou de quelque chose : peur du présent. et il a raison. Pourquoi n'est-il pas dans l'ordre ? Parce qu'il viole la loi fondamentale de son être. elle peut n'être pas fondée . sans leur faire connaître leur fin. IV. de prétendre vivre sans respirer. individuel ou collectif. plus peur de l'avenir. Cet Être qui s'appelle d'un nom au-dessus de tous les noms : Je suis Celui qui suis : Eqo sum qui sum. A l'observation de ces lois. sans leur donner les moyens de l'atteindre. sous des apparences de rectitude. ces créatures. doit remonter à Dieu. Vouloir vivre sans les observer. sont attachés la conservation des êtres et leur perfectionnement. quoi qu'il fasse. en sorte que toute la création. constitue le désordre qui conduit au malaise. Elle est personnelle. elle est infaillible. Ces moyens sont les lois des êtres. nationale. jusqu'au soleil dont les rayons vivifient. Pas plus que l'homme individuel. II Or. ni le fils d'un singe : il est donc l'ouvrage d'un Être supérieur. II Avec raison l'absurdité la plus colossale serait de supposer qu'après les avoir tirées du néant. 5). et. nationale ou universelle. 7)». ces tendances conduisent aux abîmes. il sent qu'il n'est pas dans l'ordre . universellement violée. Le présent n'offre qu'un point d'appui chancelant . comme les poissons qui peuplent les océans. les peuples ont peur des rois. Pourquoi ? Parce que. cet Être infiniment puissant. de Sa puissance. sont autant de témoins les créatures qui nous environnent. de terreur pour les autres. permanente. et non ipsi nos . La violation de ces mêmes lois. qui ne L'ait adoré . elle est moins sujette à l'erreur . elle produit la peur profonde. est le créateur de toutes les choses visibles et invisibles. depuis l'insecte caché sous l'herbe. Comme les astres qui brillent au firmament. infiniment sage. ne nous appartient pas plus qu'à l'être animé. toutes les parties de l'univers. inguérissable.

de mortification qui en sont les conditions nécessaires. Conf. aussi bien les créatures inanimées que les créatures animées. La fin de l'homme est donc Dieu. le repos délicieux affermi de toutes parts. Moins l'homme s'occupe de l'autre monde.. le monde actuel cesse de tendre à Dieu : telle est la violation de la loi . l'homme doit l'accomplir librement. et tout le reste vous sera donné par surcroît». il n'importe. produit l'impression dont il ne peut se délivrer : la peur. Plus un être devient coupable. son cœur. en la sanctionnant. les honneurs. descendue en personne sur la terre. Par sa conduite. il la viole radicalement. Rien de plus logique : plus l'homme s'occupe de ce monde. faisons de la terre le ciel.. plus encore que par son langage. il a renversé la maxime évangélique. Comme la loi universelle des êtres est de tendre à leur centre. la Sagesse éternelle. qui bouleverse tout le plan divin. quelle est celle dont la violation est le cauchemar du monde actuel ? Nous venons de l'indiquer : c'est la grande loi qui régit l'univers. dans ses pensées. voilà le pôle qu'il cherche incessamment. les plaisirs. (Matth. Entendons-le bien . l'esprit de l'homme. aimé et possédé. Séduit par l'esprit de mensonge. XII. et pour préserver le monde nouveau d'en devenir le jouet. Que ces aspirations s'égarent dans leur application.III Entre toutes les lois divines. lumière infinie. et en vertu de laquelle toute créature doit tendre à son centre. et ce ne peut être que Lui. et ses oscillations ne cessent qu'après l'avoir trouvé (St Augustin. moins il s'occupe de l'autre. a-t-elle dit. III Le danger d'un pareil désordre. et plus effrayant dans ses conséquences. mouvement non moins accéléré. oui. d'unification matérielle . I). Cette loi à laquelle il ne peut se soustraire. 4 . Dieu est l'objet nécessaire. le règne de Dieu avec les vertus de détachement. nous y penserons plus tard. plus il s'éloigne de sa fin. a formulé de nouveau. dans ses actes. Il le doit à cause de la dignité de sa nature . il dit : «Cherchons d'abord les biens temporels. son corps. de sacrifice. Ainsi. l'apaisement de leurs désirs. ne lui échappe pas. C'est par lui qu'elles doivent louer Dieu et retourner à Dieu. au milieu des créatures. non moins universel de dissolution morale. plus il devient coupable. Quant au ciel d'outre-tombe. V Ainsi. centre d'où elle a été tirée et lieu de son repos . si nous en avons le temps». dans sa généralité. 13). Dieu seul. dans son présent et dans son avenir. connu. d'où ils sont venus et au sein desquelles ils trouvent la tranquillité. les lois de la logique la plus élémentaire conduisent à cette conclusion. est ainsi formulés par le Créateur lui-même : «Craindre Dieu et observer Ses commandements : voilà tout l'homme» (Eccl. la loi fondamentale de l'humanité : «Cherchez d'abord. Plus un être s'éloigne de sa fin.. 33). Comment se manifeste aujourd'hui la violation de la loi ? I Quiconque veut se donner la peine de réfléchir. En Lui. pour l'homme tendre à Dieu est sa loi. est frappé d'un phénomène inconnu des siècles chrétiens : phénomène effrayant en lui-même. La pierre lancée dans les airs redescend vers la terre. IV Cette loi que les créatures inférieures à l'homme accomplissent nécessairement. dans sa vie privée et dans sa vie sociale. les rivières. plus grande est la somme de malheurs et de châtiments qu'il appelle sur sa tête. et le sentiment qu'il en a. intelligentes et libres. vie infinie. les fleuves. il le doit à cause de la sublimité de ses fonctions de Roi et de Pontife. le royaume de Dieu et Sa justice. universel. VI. c. tout l'homme. que de toutes les aspirations de l'homme. Boussole intelligente. dans ses affections. Le monde actuel obéit à un double mouvement : mouvement accéléré. les plus faibles ruisseaux tendent aux mers. et en Lui seulement. II En vertu de l'instinct de conservation que Dieu a donné à tous les êtres. En quoi consiste la violation de la loi I Afin de guérir le monde antique des illusions fascinantes dont il était la victime. le monde actuel sent que la loi fondamentale de sa vitalité. amour infini. et tel est son crime. les jouissances de toute nature. trouvent leur complet épanouissement. les richesses.

les diligences de jour et de nuit . IV Tout cela se fait dans un but prévu et dans un but non prévu. importer. ont succédé les bateaux à vapeur . par le luxe. les hameaux aux hameaux. il perfectionne les anciens et en invente de nouveaux. parmi les nations. aux postes hebdomadaires. Au lieu de se faire en haut. qui l'observent dans son entier ? L'émancipation des sens. et même les individus.) I Mouvement de dissolution morale. A peine en reste-t-il. de l'esprit provincial. je te dirai ce que tu fais». Avec une ardeur inconnue. de l'esprit national. la spiritualité. But non prévu : l'extinction de l'esprit de famille. inscrite dans les codes et réduite en pratique. vendre. par les discours. depuis l'existence de Dieu. But prévu : la réalisation la plus universelle et la plus rapide possible de la plus grande somme de bien-être matériel . les sciences physiques sont étudiées. qui signerait de son sang tous les articles du Credo ? II L'égalité de tous les cultes. de l'ordre dogmatique. par les journaux. III Toujours à la recherche de moyens de communication. par l'indifférence en matière de religion. même catholiques de nom. les mouvements de l'intelligence se font en bas. remplacé par une sorte de cosmopolitisme destructeur de toutes les traditions du passé. exporter est sa vie. autrefois assez rares et souvent à peine praticables. Parallèlement au mouvement d'unification matérielle. comme nation. et au commerce. l'abaissement de la taxe des lettres. sont aujourd'hui remplacés par des routes innombrables. nommez les croyances qui restent debout. peuvent-elles être beaucoup plus complètes et la dissolution morale plus avancée ? Par les scandales. qu'est devenu le code des mœurs. ne manifeste-t-il pas sa puissance par les sarcasmes. les timbres-poste . de toute affection vraie et de toute croyance à vive arête. ce qui en est la conséquence. les familles. les facteurs à domicile . nous passons à l'ordre moral. Afin de la rendre de plus en plus active et universelle. le libre échange . qui bientôt lui paraissent trop lents.II Mouvement d'unification matérielle. l'origine de l'homme. Les chemins. l'insubordination des volontés. n'est-elle pas la négation officielle et radicale de toute religion positive ? Le grand négateur qui signala la fin du monde antique. aux postes restantes. en voyant le prodigieux mouvement d'unification matérielle qui s'est accompli dans le monde. les télégraphes électriques. la création du monde. Les croyances sont le principe. on croit rêver. littéraire et en général spiritualiste. par les théâtres. les mépris. Nuit et jour en mouvement sur terre et sur mer. s'accentue un mouvement de dissolution morale. Autrefois religieuse. Fabriquer. philosophique. les négations impunies de tous les dogmes révélés. par les arts. la règle et le soutien des mœurs : «Dis-moi ce que tu crois. Qu'est aujourd'hui le symbole catholique ? Il est brisé comme un verre. les unions douanières . l'attachement de plus en plus passionné de l'homme à la terre et l'oubli de plus en plus profond des réalités futures. les postes journalières . Quand on regarde cinquante ans en arrière. L'Europe est devenue un vaste bazar. la suppression même des passeports. aux diligences de jour. il ne sait pas tenir en place : on dirait qu'il a du feu sous les pieds. le rationalisme. Aux navires à voiles. et. relient les villages aux villages. aériens et sous-marins . III Si. la réalité même de l'âme . Comment se manifeste aujourd'hui la violation de la loi? (Suite. par les livres. acheter. de tout caractère puissamment original. cette dissolution morale ne s'étend-elle pas comme une lèpre sur le monde actuel ? 5 . la divine institution du christianisme et des différentes vérités qu'il enseigne ? En dehors du petit nombre de catholiques tout court. n'est-il pas le roi du monde actuel ? Chaque jour et sur tous les points. qui sillonnent le sol dans tous les sens. l'activité humaine semble aujourd'hui concentrée tout entière vers la terre et les intérêts matériels. et avec non moins de rapidité. l'immortalité. le décalogue ? Où sont les nations. aux anciens télégraphes. pour en obtenir des applications variées à l'industrie. quelques débris épars. la divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ. prêts à mourir pour leur foi. les fermes aux fermes. Le sublime résumé des croyances de l'humanité est le symbole catholique. la locomotion est devenue l'idole du monde actuel. Quelle est aujourd'hui la nation.

et que douze enfants seulement. base première de la famille chrétienne. l'émeute fermente dans les âmes. III Ces deux forces sont entre elles comme les deux bassins d'une balance : quand l'un descend. par le contrat civil substitué au mariage. auquel le monde actuel obéit. émane de ce qui fut . à Berlin. que la force du sabre s'élève à une puissance sans limites. afin de ne pas dire par le brisement de tous les liens hiérarchiques du pouvoir et du devoir. par la négation même du baptême. au point de vue social. nous nous trouvons en face d'un phénomène de la plus haute gravité. la France ne marche pas la première. autrement les éléments sociaux se désagrégeraient. et le corps social tomberait en poussière. c'est le royaume de Prusse. par la négation de l'autorité. plus la force matérielle doit en avoir. S'il arrive que la force morale. sur soixante-trois. émane de ce qui est. sur trente-six millions d'habitants. par l'apologie de la révolte et par la corruption des mœurs publiques. immédiate et universelle. et de parents. la foi. par le morcellement incessant de la propriété. C'est pis encore aux États-Unis d'Amérique. Dans le présent : quelle sera la résultante des deux mouvements qui viennent d'être signalés ? N'hésitons pas à le dire : ce sera un DESPOTISME tel que jamais un pareil ne pesa sur l'humanité. des cas d'aliénation mentale . le double mouvement d'unification matérielle et de dissolution morale. II Si. la foi et le sabre. a fait en France seulement. par l'abaissement de l'autorité paternelle. ou n'a jamais été complètement éveillé. lui avaient demandé de bénir leur union . Moins la force morale a d'action. et le suicide. nous considérons. La barbarie dans l'ordre des faits. Mais en Europe. ou se trouve presque entièrement oblitéré ! De là ces grands symptômes d'une dissolution tellement profonde. le pays qui marcha à la tête de cette dissolution morale. par le divorce. hélas ! et si générale. en comptent à peine dix millions auxquels on connaît une religion quelconque. Le siècle des sophistes est toujours suivi du siècle des barbares. qui s'opposent à ce qu'ils le reçoivent ? V Il en est de même en Angleterre. Dissolution de la famille. le suicide qui. n'est que l'éclosion de la barbarie dans l'ordre des idées. Avant de gronder dans la rue. dans tout ce qu'on appelle les masses populaires. Deux forces différentes régissent le monde et le tiennent en équilibre : la force matérielle et la force morale . VI Dissolution morale des individus. Naguère le pasteur protestant de la paroisse de Saint-Jacques. vrais sauvages de la civilisation. qu'elle est sans exemple dans le passé : le nombre des naissances illégitimes et des infanticides . sous peine d'une dissolution sociale. Si cela dure. avaient été présentés au temple pour y recevoir le baptême. les usines. si fier de ses victoires matérielles. constatait que dans le mois d'octobre onze couples seulement. l'espérance des récompenses futures et la certitude des châtiments réservés au crime. qui.IV Dissolution sociale par le relâchement. ne trouve-t-on pas chaque jour de ces petits de l'espèce humaine. qu'une plume dans le bassin d'une balance : alors il faudra. Après dix-huit cents ans de christianisme. qui n'ont pas reçu le signe du chrétien. les grandes et petites gares de chemins de fer . partant de ces données incontestables. ce qui sera. combien de malheureux en qui le sens moral. l'autre monte. et en particulier dans les faubourgs excentriques de Paris. dans le présent et dans l'avenir. ne pèsent pas plus sur une nation. la crainte de Dieu. Ce qui est. Dans ces multitudes d'ouvriers qui peuplent les ateliers. où un évêque anglican a osé nier publiquement la nécessité du baptême. des morts dans l'impénitence. 6 . les manufactures. voilà où en est le monde actuel ! La violation de la loi conduit-elle au despotisme? I Les doctrines sont la semence des faits. sur cent cinquante. en moins de quarante ans. l'oiseau vit dans l'œuf. Avant d'éclore. Combien dans nos grandes villes de France. plus de cent mille victimes : et sur cette route sanglante. Berlin ne comptera bientôt plus qu'une population de païens.

Cette puissance anormale qui. fut de former Rome. des Égyptiens et des Grecs. le monde entier est menacé d'un despotisme dont la pensée seule effraye l'esprit le moins disposé à s'alarmer. Satan entre par la fenêtre. si Dieu n'y met la main. le culte de l'intérêt personnel. un despote tout-puissant ne peut pas envoyer en un clin d'œil ses ordres absolus. tous les intérêts entre les mains d'un seul. Comme ce double mouvement n'est pas particulier à la France ni à une nation isolée. des Perses. le plus de science. II Pendant plus de sept cents ans. ou du Daimonion. des grandes manufactures qui rendent impossible tout ce qui n'est pas elles. tels furent les moyens et les éléments de sa formation. au gré de ses caprices. Quand Jésus-Christ sort par la porte. nous savons quel cas on en fait depuis quelques années. Voyons avec quelle infernale habileté il recommence l'entreprise qui lui avait si bien réussi dans le monde antérieur à l'évangile. auquel est soumis le monde actuel. reine du monde. grandes capitales : tout disparut tant que dura le règne social du christianisme. la suppression successive de toutes les nationalités . et constituer le gigantesque empire qui. on est forcé de conclure que. et le plus de bien-être. ou mieux les bazars colossaux. Les armées permanentes. qui finira par être la maîtresse sans rivale de l'humanité ? Tous les éléments matériels et moraux ne sont-ils pas préparés pour cela ? Est-ce qu'avec la rapidité des communications. quoi qu'on en puisse dire. Grâce à lui. Centralisation. d'un bout de son empire à l'autre . et. le monde actuel retombe forcément dans les conditions du monde païen. dont nous venons tracer le rapide tableau. armées permanentes.IV Le despotisme le plus dur est donc la résultante inévitable du double mouvement d'unification matérielle et de dissolution morale. le moyen âge fut l'époque de l'humanité où il y eut le plus de liberté. IV En éliminant de l'ordre social. III Que voyons-nous aujourd'hui. Qu'est-ce que la guerre d'Italie ? qu'est-ce que la politique prussienne. V Il est remarquable que ce même mouvement d'absorption se manifeste rapidement dans l'ordre industriel et commercial. qu'on appelle l'État . des Mèdes. mais qu'il s'étend sur le monde entier. sinon un travail de tout point analogue ? En apportant la liberté au monde. Il en est de même des grandes usines. en vertu du mouvement d'unification ou d'absorption. l'unique pensée de Lucifer. comme disaient les païens. l'abaissement des caractères. Que sont les immenses magasins. même dans des proportions que l'ancien monde ne connut jamais. VI Quant aux nationalités de second ordre. grandes usines peuvent être un jour absorbés par d'autres. Quel sera ce despotisme? I A raison de sa nature et de son universalité. Or. qui s'élèvent aujourd'hui dans les grandes villes de France et de l'Europe. le monopole de la vente aux mains de quelques habiles. Les nations actuelles ne sont plus que des camps armés. le christianisme chargea les Barbares de détruire tous les éléments de l'ancien despotisme. les armées permanentes sont rétablies. la centralisation universelle. et. ne sont pas les tristes garants d'une obéissance passive et sans résistance ? 7 . une capitale. L'être qui le personnifiera sera le lieutenant de Satan. dont tous les habitants doivent être soldats. grands magasins. C'est dans ce but que les grandes monarchies des Assyriens. faire manœuvrer des millions d'hommes ? est-ce que l'absence générale de foi. jusqu'à un dernier et toutpuissant monopole. redevenu le Dieu et le Roi du monde. sinon l'absorption de tous les petits magasins. ce despotisme s'appellera le Règne antichrétien. pendant trois siècles. le principe chrétien. des peuples fonctionnaires aux ordres d'un pouvoir central. sinon l'absorption des petites nationalités au profit de nationalités plus grandes ? Qui peut répondre qu'avant peu ces grandes nationalités ne s'absorberont pas successivement et ne serviront pas à former une nationalité prépondérante. Une fois dans la place le démon s'empresse de faire ce qu'il fit dans l'antiquité. vinrent successivement s'engloutir dans le gouffre de la puissance romaine. aucun de ces éléments ne put reparaître . met toutes les volontés individuelles dans la volonté d'une espèce d'ogre à sept ou huit têtes. la ruine du petit commerce. La centralisation a reparu. et façonne ainsi les nations à toutes les bassesses de la servitude. faisant des peuples qu'elle étreint. défia les héroïques efforts du christianisme.

Entendu dans le sens moderne. l'autre moitié tend à le devenir. à son bonheur et même à son existence sociale . tous aspirent à réaliser. N'est-il pas remarquable déjà. 1 8 . est incompatible avec les principes du catholicisme ? Rien toutefois n'est plus intelligent et plus facile à justifier qu'une pareille condamnation. Pourquoi ? Parce que le Pape. qu'il obéisse au Pape. entre les mains d'un homme qui s'appela tour à tour Néron. s'il est enveloppé. s'il est à la merci du despotisme et du charlatanisme . à l'émancipation de la chair. et qui peut s'appeler Robespierre. Empereur et souverain Pontife. lorsque. leur phare. depuis un siècle et demi. S'il est tombé dans le matérialisme . et tous ses organes n'ont-ils pas déclamé sur tous les tons. l'unique oracle des nations. comme des enfants bien nés obéissent à leur père : à l'instant. naviguer sans phare. libéralisme et civilisation 1 moderne. et il n'a pas l'air de s'en douter . le résultat de toutes ces choses est d'amoindrir la tutélaire autorité de l'Église. que le monde actuel y tend d'une manière incontestable ? Depuis la renaissance du paganisme. s'il est tour à tour victime de doctrines désastreuses. comme dans un filet. s'il est sans cesse agité par des révolutions . la Vérité et la Vie. et d'attacher de plus en plus l'homme à la terre : deux choses essentiellement contraires aux intérêts de la société et aux destinées de l'humanité. sans regarder l'étoile polaire : c'est marcher à l'aventure. liberté de la presse. à leur profit. Caligula. la moitié des rois de l'Europe se sont faits papes . II Vouloir la vérité sans oracle qui la donne . sur les dangers des sociétés secrètes. à la paix et à la vraie fraternité. pour désillusionner les nations. sans boussole. l'obéissance au pape qui seuls peuvent nous sauver. C'est par conséquent l'amour du Pape. l'homme en haut et Dieu en bas. Cela veut dire : concentration de tout pouvoir spirituel et temporel. Dioclétien. s'il est peuplé d'ennemis qui en veulent à sa liberté. Il n'est pas dans l'ordre. et d'utopies impraticables . leur boussole. conséquemment. dans des proportions différentes. leur étoile polaire. et qui est ainsi conçue : "Le Pontife romain peut et doit se réconcilier et transiger avec le progrès. IV En veut-on la preuve ? Si le monde actuel avait pris au sérieux les avertissements qui. et de ce qu'on appelle les libertés modernes. Bonaparte. Il a peur. que dis-je ? il s'irrite quand on l'en avertit. parce qu'il viole opiniâtrement la loi fondamentale de son être. toutes les peurs du monde s'évanouissent. par les sociétés secrètes : c'est qu'il a eu peur du Pape. Cette violation le conduit à des C'est la 80ème proposition condamnée par le Syllabus. pour finir par se briser contre les écueils. qui n'ont plus voulu écouter le Pape et qui se sont crues assez sages pour se diriger elles-mêmes. pour les peuples comme pour les individus. liberté de conscience. Ne s'est-il pas soulevé. et font place à la confiance. à la tendance visible au despotisme de la part de tous les gouvernements. la Voie. Bismarck ou Gambetta. V Résumant ce qui précède. la devise des Césars païens: Imperator et summus Pontifex. sont autant de préparations d'un despotisme universel. est par le fait l'organe infaillible du vrai et du juste. liberté des cultes. joints à l'émancipation de la raison. Ainsi ont fait toutes les nations qui ont eu peur du Pape. lui sont venus du Vatican. VIII Telle est la pente sur laquelle glisse rapidement le monde actuel. III C'est ainsi que fait le monde actuel. par l'oblitération du sens moral . parce qu'il n'est pas dans l'ordre. Que le monde actuel cesse d'avoir peur du Pape . assez fort pour se passer du Pape. le Syllabus est venu déclarer que tout ce qu'on appelle progrès. D'où vient la violation de la loi ? I La violation de la loi. bases nécessaires de toute société . vient de la peur du Pape. par la négation de toute croyance . en serions-nous où nous en sommes? C'est donc la peur du Pape. avec le libéralisme et avec la civilisation moderne".VIl Ajoutez que le bien-être matériel et la fièvre de jouissances. en mettant la terre avant le ciel. s'il n'ose plus compter sur le lendemain . la désobéissance au Pape qui nous perd. avec toutes ses conséquences. qu'il aime le Pape . en refusant de tendre à son centre. et qu'il s'est cru assez éclairé. nous disons : Le monde a peur. Ainsi. qu'il n'a pas voulu écouter le Pape. étant le Vicaire de Celui qui est.

vaste empire de Satan. Ah ! si le Pape était un foudre de guerre. renverser cette pierre. III Tête. c'est renverser l'Église. c'est-à-dire le Pape lui-même. puisqu'il conduit le monde à la mort. c'est frapper l'Église . en particulier à un despotisme universel . En effet. 2° que de tous les prestiges sataniques. Mais le Pape n'a rien et n'est rien de tout cela. Trouble. Le plus dangereux.châtiments inévitables. prisonnier dans sa demeure . dans sa généralité. à percer le cœur. le Pape est la parole de Pie IX. sauvegarde de la conscience humaine . abattre cette tête. Ps II. V Pourquoi donc fait-il peur ? Pourquoi une seule de ses paroles ébranle-t-elle le monde entier ? provoque-t-elle les sarcasmes des uns. fondement de l'Église : de ces qualités provient la peur du Pape. la souveraineté sociale de Pie IX. Après dix-huit siècles de christianisme. Elle est trop habile pour éparpiller ses coups. le plus absurde. un long frémissement parcourut les nations. avec la vérité. vainqueur en cent batailles. C'est la preuve indiscutable que. reine des intelligences. ce n'est donc pas la personne même du Pape qui fait peur. et lui montre dans le lointain les lauriers éternels de ses victoires. La peur du Pape est-elle dangereuse ? I De ces faits indéniables. sur laquelle repose tout l'édifice. et non pas l'EgIise. de la haine du Pape. cœur. la vérité. frémissement. la fureur des autres. rayonne sur toute l'humanité chrétienne. Pie IX est un saint vieillard de plus de quatre-vingts ans. parce que le Pape est à l'Eglise ce que la tête est au corps. possédant un vaste territoire. le féconde et le vivifie . sans propriétés. il résulte : 1° que la peur des peurs est la peur du Pape . Le frapper. plus que des forteresses redoutables. l'embellit. le plus dangereux. dont le trône domine tous les trônes. et reine invincible. en lui faisant tourner le dos à la vie. et tellement dépouillé de tout. sans armées. l'autorité. et avec la vérité et le droit. si elle parvient à couper la tête. en frappant sur les membres inférieurs. ainsi la parole. 9 . l'inspire de son esprit. protestation vivante contre la violation générale de la grande loi de l'humanité et contre le prestige satanique qui en est la cause . phare inextinguible des nations. ayant à ses ordres des armées de quatre ou cinq cent mille hommes. 2). l'autorité de Pie IX. la soutient de sa force. l'éclaire de ses lumières. n'ayant pas un pouce de terre indépendant où reposer sa tête. c'est la peur du Pape. personnification vivante de la bonté et de la douceur de son divin Maître . brave tous les orages et demeure debout. la vérité. la liberté. la propriété de Pie IX. la liberté de Pie IX. on comprendrait la peur qu'il inspire. Plus prompte est sa victoire. plus que des armées valeureuses. ligne générale des gouvernements et des peuples contre le Pape : rien ne manque au tableau. le Pape n'est pas seulement la personne trois fois vénérable de Pie IX . Les rois et les princes prirent les armes et formèrent une ligue universelle. contre le Seigneur et contre son Christ (Ps LXXV. la souveraineté du Pape. II Il est écrit que lorsque les premiers rayons de la lumière évangélique descendirent des collines éternelles sur le monde antique. il rayonne sur le monde entier. Tous les hommes au cœur insensé furent profondément troublés. un puissant monarque. mais que par les feux qu'il projette. la dirige dans ses combats. Nous disons le Pape. parmi les ruines de tout ce qu'elle ne soutient pas de son immortalité. c'est tuer l'Eglise . Comme le soleil n'est pas seulement renfermé dans son disque. La révolution sait ce qu'elle fait. de la désobéissance au Pape. et qu'il accuse la funeste influence du démon sur le monde actuel : nous allons le montrer. hérissé de forteresses. à renverser la pierre. le droit qui en est inséparable . Seule cette situation explique la peur du Pape. le monde actuel donne le même spectacle. Comment l'est-il redevenu on le redevient-il ? Nous l'avons dit trop souvent pour le répéter ici : par l'enseignement. la souveraineté morale. le monde d'aujourd'hui est redevenu ou redevient le royaume du démon. qu'il est obligé de tendre la main pour manger son pain de chaque jour. IV En toute vérité. plus sûr est son triomphe. ce n'est pas non plus sa puissance temporelle. et la violation de la loi vient de la peur du Pape. abandonné de toutes les puissances de ce monde. la peur de tous ? C'est que le Pape possède plus qu'un vaste empire. il possède la vérité : la vérité religieuse et la vérité sociale . 5 .

supportent toutes les sectes qui repoussent le Pape. l'évêque . consciente ou inconsciente. depuis nombre d'années. n'inspirent pas la même crainte et qu'ils peuvent avec succès se présenter aux élections. du droit. qui reconnaissent le Pape. derrière l'évêque. aux rationalistes. que Rome. VIII Il en est de même des autocrates russes. de Suisse et d'autres encore. qui vivent du Pape. d'ailleurs recommandable sous tous les rapports ? en disant que c'est un clérical : c'est-à-dire. plus un candidat se montre hostile au Pape. à tous les cœurs insensés. tenait les affaires en suspens. des gouvernements d'Angleterre. aux catholiques libéraux. peur aux schismatiques. Hier encore. le prêtre . uniquement pourquoi. comment fait-on échouer un candidat. qui viennent à reconnaître le Pape et à vouloir vivre de sa vie . le Pape. la ligue universelle contre le Seigneur et contre son Christ. le monde actuel ne craint pas d'accumuler contre le Pape toute espèce de calomnies. petites ou grandes. de Norvège. qui est l'objet central de la peur et de la haine de tout ce qui n'est ni dans la voie de la vérité. se changent aussitôt en vexations et en persécutions. à l'autorité du Pape. Quelque chose de plus . c'est-à-dire le Pape. naguère. VIl Il est si vrai que c'est le Pape. parfaitement logique au point de vue révolutionnaire. Dans les élections générales ou municipales. tous les péchés leur sont remis. on ne cessait de répéter que l'entêtement du Pape à ne pas vouloir accepter un modus vivendi avec l'Italie.) I Disons-le en passant : ce n'est pas seulement dans l'ordre religieux que la peur du Pape se fait sentir. nous revoyons de nos yeux ce que vit. en Italie et en France. faisait baisser la Bourse et produisait l'inquiétude générale. encouragent et soudoient les négateurs du Pape. le trouble. derrière le prêtre. qu'à part les exceptions. Comme il a été dit. du juste : voilà. le Pape fait peur au monde actuel. Ainsi. II Pour justifier cette haine. et persécutent toutes les communautés religieuses qui vivent du Pape. la loi sur la liberté de 10 . contre le Pape. tandis qu'ils persécutent toutes les communautés religieuses. le frémissement. aux protestants.VI Personnification de la vérité. Croirait-on qu'il en est venu à dire. sans encourir la note de clérical. notamment en Prusse. La peur du Pape est-elle dangereuse ? (Suite. ni dans la voie de la . Ainsi. bien que chrétiens. considérée dans l'ordre religieux. Malheur même aux sectes et aux sectaires. le monde antique. nous le répétons. apprennent par des chiffres incontestables. aux matérialistes. Tout cela est si vrai que les protestants. de Prusse. de Suède. et le pousse aux abîmes. qui tous laissent vivre paisiblement dans leur sein de nombreuses sectes religieuses qui même les favorisent parce qu'elles sont étrangères au Pape . qui reconnaissent le Pape. représentant immortel de l'un et de l'autre. en dernière analyse. III C'est ainsi que sous notre dernier empire. mais encore la tolérance dont ils furent l'objet. parce qu'ils ont beaucoup haï. à la parole du Pape. Malgré l'extrême besoin que nous avons de lui. en Autriche. pourquoi ne veut-on pas d'Henri V ? parce qu'il tient du Pape. les vieux catholiques et les apostats ? Quelque irrégulière qu'ait été ou que soit encore la conduite de ces derniers. une certaine presse ne publie-t-elle pas que c'est le Pape et ses adhérents qui mettent le trouble dans les États ? Cette haine. d'Italie. ne conduit-elle pas les gouvernements à prendre contre les catholiques les mesures les plus vexatoires . il y a dix-huit cents ans. pourquoi.justice. fut la cause de la guerre désastreuse entre la France et la Prusse ? Chaque jour. c'est aussi dans l'ordre politique. plus il est assuré de sortir vainqueur de l'urne électorale. le Turc a peur du pape et n'a peur que du Pape. aux révolutionnaires. que les gouvernements et les partis les plus hostiles aux idées religieuses. les élections à la députation dans les différents États de l'Europe. à tous les esprits dévoyés. puisqu'il supporte les Grecs qui ne reconnaissent pas le Pape . à tous les hommes fascinés par le prestige satanique. tandis qu'il persécute à outrance les Arméniens catholiques. pour repousser la plus juste de toutes les lois. les schismatiques arméniens qui ne reconnaissent pas le Pape. en montrant derrière lui. tandis qu'ils couvrent de leur protection. la peur du Pape conduit le monde à la haine de la justice et de la vérité. ministres ou non ministres. non seulement les faveurs. qui vivent du Pape. peur aux hommes de mensonge. c'est-à-dire. et le Pape seul. de Danemark. la haine.

morituri te salutant. le pape de Berne. comme il soufflait sur le monde païen. ces différents papes soient absorbés par un pape plus puissant. S'il n'était plus. «Si le Tibre déborde. il ne restera qu'à répéter au tyran. un député révolutionnaire agitait devant l'assemblée de Versailles le fantôme du Pape. ce que disaient les gladiateurs aux Césars païens. à l'Indien. comme le sont aujourd'hui les nationalités de second ordre au profit de nationalités plus grandes . 11 . pénètre aujourd'hui dans toutes les parties du monde. Ce qui sera vrai au nord. IV Qu'à la suite de quelque conflit. pour autant vous n'échapperez pas à la Papauté. galonnés. assis au Colisée pour jouir de leur mort : «César. au Japonais. trouvant partout des organes et des défenseurs. elle seule qui les fait trembler . Ce jour-là. qui leur tiendra le pied sur la gorge. alors le monde reverra. qu'il méprise l'autorité du Pape. des papes partout. si la terre tremble. du Pape vicaire de Jésus-Christ. Comme cette parole. de leur tyrannie et dont les ordres. l'axiome de l'ancien paganisme redevenir la loi brutale du genre humain : «Tout ce qui plaît au prince. Vous ne voulez pas de lui : Nolumus hunc regnare super nos . si la peste se déclarent. de la part des méchants. aux plus fiers ennemis du Pape de Rome. III Vous ne voulez pas du Pape infaillible et immortel ! Vous aurez des papes faillibles qui vous égareront dans les voies de l'erreur . V La peur du Pape. qu'il faudra signer. le pape de Berlin. si le ciel refuse la pluie. et l'armait jusqu'aux dents contre le Pape et les enfants du Pape ? V Est-il besoin de le redire ? ce n'est ni la personne du Pape. éperonnés et sabre au côté. au Français libre penseur. deviendront la règle de votre vie. XL) !» Que prouve cette remarquable similitude. si le Nil ne féconde pas les prairies.l'enseignement supérieur. du Pape infaillible et immortel. le pape de Londres. le Pape est donc l'auteur de tous les maux. de leurs intérêts. ce qu'il a déjà vu. et rien n'empêchera de voir. qu'il hait le Pape. à chaque nouveau règne. de leurs caprices. et réciproquement. sinon l'identité de l'esprit qui souffle sur le monde actuel. c'est elle qui fait peur au Turc infidèle. paraître un Credo officiel. Ainsi parlaient aux jours de l'Église naissante leurs cruels devanciers. couronnés ou non couronnés : Non licet. II Vous ne voulez pas du Pape de Rome ! Vous aurez le pape de Pétersbourg. elle seule qu'ils poursuivent. différent des autres.. du Pape en soutane. le Pape est une nécessité sociale de tous les temps et de tous les lieux. La peur du Pape est-elle absurde ? I Sous une forme ou sous une autre. Exemples : pourquoi a-t-on peur de Bismarck ? Parce que Bismarck a peur du Pape. aussitôt le cri : Les Chrétiens au lion : tant pour un (Tertul. cette parole qui seule a le droit de dire sans réplique aux coupables. si la famine. c'est-à-dire un accroissement de la puissance du Pape et les dangers imaginaires qui en seraient la conséquence. esclaves tremblants de tous les papes de fabrique humaine. à l'Italien révolutionnaire. sera faux au midi. semblable aux rayons du soleil. C. Vous ne voulez pas du Pape vicaire de Jésus-Christ ! Vous aurez des papes vicaires d'eux-mêmes. au Catholique libéral. Vous avez peur du Pape de Rome. au Russe schismatique.. à l'Anglais hérétique. à tous les peuples idolâtres : c'est elle. elle. si aveugles qu'ils soient. bottés. ni son autorité temporelle qui fait peur et qui arme contre lui : c'est sa parole souveraine . ou sinon. vim habet legis». tout serait au mieux dans le meilleur des mondes. Des papes mortels ! qui légueront à leurs successeurs le droit de modifier la doctrine . vicaires de leur ambition. IV Au dire des modernes païens. ceux qui vont mourir te saluent : Cæsar. et qu'il veut se faire pape. au Franc-maçon conspirateur. au Chinois. produit toutes les frayeurs des gens de bien. a force de loi : Quidquid pIacuit Regi. au Prussien protestant. Vous ne voulez pas du Pape en soutane ! Vous aurez des papes en pantalon. qui se contrediront les uns les autres. au Suisse liberticide. Apol.

directement ou indirectement. parce qu'ils ont peur du Pape . mais l'homme supérieur à l'humanité. ni protestations. hausser les épaules. à la peur universelle du Pape. Or. et de l'inviolable fidélité du Pape à garder le dépôt de la vérité. plus ils se montrent hostiles au Pape. qu'ils méprisent l'autorité du Pape.Des rouges ? Parce que les rouges ont peur du Pape. se récrier. la haine du Pape. nul n'a peur du néant. qu'ils détestent le Pape. Les amis de la religion et de la société ne craignent que ceux qui ne craignent pas le Pape. qui seule peut réduire à néant leurs calculs et leurs espérances. Comment cela ? parce que c'est le Pape et le Pape seul qui. leur conduite dément leur langage. ou ces deux sentiments sont. la peur qu'il inspire ne connaît pas de bornes. appelés catholiques libéraux ? Parce qu'ils ont peur du Pape. Ceci prouve que le Pape n'est pas un homme comme un autre . Mais parce qu'il est tout. est donc le glorieux couronnement de toutes les preuves de la divinité du christianisme. mais seulement quelque chose. l'opposition au Pape n'ont été si générales. de la part de tout ce qui est dans la voie de la vérité et de la justice. des francs-maçons ? Parce qu'ils ont peur du Pape. qu'ils détestent le Pape. comme le disque du soleil en plein midi. et ON NE CRAINT QUE CE QU'ON CROIT. la peur et la haine du Pape . parce qu'ils ont peur des papes. qu'ils méprisent l'autorité du Pape. d'autre part. d'une part. ni distinctions pour en atténuer la valeur. de tel côté qu'on l'envisage. Quel est ce phénomène ? DE TOUS LES ÊTRES VISIBLES. Les ennemis de la société et de la religion ne craignent que le Pape. VII On le voit. et ne résistaient pas au Pape. Parties de deux points opposés. Des athées. hors de la vérité et de la justice. la haine qu'il excite. Des pseudo-catholiques. qu'ils ne reconnaissent qu'avec restriction l'autorité du Pape. ni négations contre le Pape . LE PAPE EST LE PLUS HAÏ ET LE PLUS AIME. ses condamnations rien . personne n'aurait peur d'eux. si opiniâtres. comme à aucune époque de l'ère chrétienne. Dans des sens très différents. tous ont raison. Ainsi. VI Si tous ces gens-là n'avaient pas peur du Pape. il en résulte que jamais la proclamation de son autorité ne fut si incontestable et si solennelle qu'aujourd'hui. Comme nous l'avons vu. ni sophismes pour en fausser le sens. à des degrés différents. les ennemis du Pape n'auraient ni peur. II ON NE HAIT QUE CE QU'ON CRAINT. on arrive par deux voies différentes à la même démonstration de la divine et infaillible autorité du Pape. dans tout ce qui est. a promulgué dans le monde et qui maintient intactes les deux invariables lois du vrai et du juste : le symbole catholique et le décalogue. Mais que prouve leur crainte du Pape ? elle prouve leur foi au Pape. en entendant dire qu'ils ont peur du Pape : l'iniquité se ment à elle-même. le monde actuel tout entier est sous l'influence de la peur : les méchants. dont le majestueux éclat fait cligner les yeux. se renfermeraient dans des proportions relativement restreintes. plus ils font profession de reconnaître sa puissante autorité. et qu'ils veulent se faire papes. Que prouve la peur du pape ? I Les ennemis du Pape ont beau nier. des matérialistes. et s'ils le croyaient. c'est-à-dire la puissance invincible qui seule les tient en échec. des solidaires. la peur du Pape est la peur des peurs. Ainsi. l'homme nécessaire au monde et le seul nécessaire. V On se trouve ainsi en présence d'un phénomène. sa parole rien. ni éteignoirs pour l'étouffer. Ah ! si le Pape n'était rien. III Si même le Pape n'était pas tout. ni barrières pour arrêter sa parole. la peur du Pape. si officielles. ni blasphèmes. la confiance et l'amour du Pape. ni haine. ni ce qui ne peut nuire . et qui veulent se faire papes. 12 . Pourquoi ? parce qu'eux-mêmes n'auraient peur ni de la vérité ni de la justice. les bons. on ajoute un sentiment tout contraire. et qu'ils veulent se faire papes. et qu'ils veulent se faire papes. élevée à sa plus haute puissance. se moquer. la peur qu'il inspire. IV Si. On ne hait ni ce qu'on aime. son autorité rien. La peur du Pape. ces deux voies.

il lui envoie son représentant. De ses lèvres et de ses lèvres seules. 12). à la justice. la soif. elle découle pure et souveraine sur le monde. rien n'est plus visible. ils ont le turban. En la donnant sans interruption avec un éclat plus ou moins vif. c'est s'envelopper de ténèbres. plus abondante est la vie de ce peuple . dans les convulsions de l'agonie. les fatigues. en nombre incalculable. que ce Roi tombé du trône ? Où doit conduire la peur du Pape ? I Le monde actuel se meurt faute de vérités. tous les siècles ont accompli la divine parole : «Le disciple n'est pas au-dessus du Maître . VII Par respect et par amour pour sa parole et pour son autorité. comme la rosée du ciel. Dans leur haine aveugle. aux veilles. Tout ce qu'il y a de civilisation dans le monde. nous en avons donné la preuve. s'ils M'ont persécuté. le célèbre cardinal Isidore. les plus humbles comme les plus riches. pour féconder la terre . II Le Pape est le dépositaire infaillible de la vérité. de tous les rangs. bien que dans un sens différent. les prisons. plus grand est le nombre des vérités chez un peuple. à la vie . le Pape. aux prières. qui ait été et qui soit encore entouré de tant de courtisans désintéressés et fidèles. quittent leur famille et leur patrie et s'en vont par tout l'univers braver la faim. plus sa décadence est certaine et sa ruine inévitable. Quel est le monarque au faite des grandeurs. qui seul pouvait encore les sauver. toutes les fortunes. jusqu'au dernier abîme. Moins il y a de vérités chez un peuple. en prévoyant ce qui nous menace. Tous les âges. aux pèlerinages. Ce dévouement n'est pas seulement en prières et en larmes. affirme cette parole. le grand empire d'Orient. qui prévoyait sa ruine. Comme Celui dont il tient la place. hommes et femmes. s'associent cordialement à ses souffrances et se succèdent chaque jour au seuil de sa prison lui apportant les témoignages non suspects d'un dévouement filial. les feux et les glaces des climats. Qu'en même temps le Pape soit le plus aimé. les tourments et même la mort. repoussent ses secours. Par amour pour sa personne. Il arrive à Constantinople. viennent déposer à ses pieds les trésors de leur amour. plus forte et plus générale est l'acceptation de ces vérités. III Ainsi. LXXII. dire de lui-même : «Je suis la voie et la vérité et la vie . ainsi périront toutes celles qui vivent et qui suivent la même voie : Omne regnum quod non servierit tibil peribit (Is. les Grecs insultent son représentant. sauvez-moi . C'était au milieu du XVe siècle . chacun peut et doit dire dans l'effroi de son âme : «Seigneur. ils vous persécuteront». de vierges chrétiennes. d'évêques. pour le rétablissement de son règne. que le chapeau d'Isidore !» Leur cri a été entendu : ils n'ont pas voulu du chapeau. Affolés par la crainte du Pape. de toutes les conditions. aux bonnes œuvres quelquefois les plus pénibles à la nature : tel est le spectacle dont nous sommes témoins. au moment où le terrible Mahomet II allait s'emparer de la ville. méprisent ses conseils. comme les rayons du soleil pour illuminer le genre humain et le diriger dans sa marche vers ses destinées éternelles. Dans ce but. se dévouent.VI Que le Pape soit de tous les êtres le plus craint et le plus haï. tourner le dos au Pape. car les vérités sont diminuées et amoindries parmi les enfants des hommes». plus affermie sa prospérité. IV Pour n'en citer qu'un exemple : ainsi finit la nation grecque. fit un dernier effort pour le retenir sur le penchant du gouffre où il allait s'engloutir. de précipices en précipices. c'est le tourner à la vérité. des milliers de prêtres. Rien n'est mieux justifié que ce cri d'alarme. Ainsi ont péri toutes les nations qui ont vécu. de révolutions en révolutions. au fond duquel est la mort. aux austérités. Au contraire. D'autres. le Pape peut. plus certaine sa longévité. La vérité est la vie des nations. ils vocifèrent dans les rues de la cité coupable : «Plutôt le turban de Mahomet. formés souvent des plus pénibles sacrifices. des milliers d'hommes de toutes les contrées du globe. marcher d'erreurs en erreurs. En considérant ce qui se passe. 13 . de laïques. et donner au monde épouvanté le spectacle d'une catastrophe analogue à la prise de Jérusalem par Titus. celui qui me suit ne marche pas dans les ténèbres».

dormir et digérer. qui par ses tendances générales marche aux antipodes du Pape : que doit-il attendre ? Que doit-on penser d'un malade à l'agonie. calomnier. qui non seulement ne comprend plus les lois de sa vitalité. non intellexit : comparatus est jumentis insipientibus. le patrimoine de la vérité dont le dépôt lui a été confié. ni fils de prophète. sa tranquillité matérielle. on peut affirmer sans crainte que ce monde est menacé d'un effondrement général. qu'il s'est laissé dépouiller de tout . Sans être prophète. le Père des chrétiens. moins encore sa dignité d'être chrétien. qu'il se laisse chaque jour insulter. dans notre conviction profondément douloureuse. surtout pour une nation baptisée. il le faut. qui voudrait anéantir le Pape. à expirer sur la croix pour le salut de ses enfants devenus ses bourreaux. 13). affolées par la peur du Pape. lettrés et illettrés. l'honneur. c'est perdre sa vie morale. le Vicaire de Jésus-Christ. le coffre-fort du banquier. LE PAPE EST L'ANGE GARDIEN DU MONDE. Voilà pourquoi. et la vérité étant la vie et la libératrice des nations. la peur du Pape. n'est ni l'ennemi des hommes et des peuples. quels devoirs avons-nous à remplir ? Le premier. qui hait le Pape. Non et mille fois non . disposé à boire l'amer calice jusqu'à la lie . que cette peur est non seulement un vain fantôme. tout en conservant plus ou moins sa vie matérielle. et comme son divin Maître. A quoi nous oblige la peur du Pape ? I Nous tous qui avons le bonheur de les comprendre. et le plus dangereux pour les nations comme pour les individus. cette nation ne comprend plus sa dignité d'être raisonnable. 1 Nous l'avons montré dans un petit opuscule intitulé : A quoi sert le Pape ? 14 . Seul il garde la liberté humaine. cette nation devient l'homme animal. ses progrès matériels. l'état du monde actuel et telles ses dispositions à l'égard du Pape. pour nous et pour ceux qui ne l'aiment pas. leur bien-être. emprisonner . à la propriété de leurs semblables. mais qui prend en mépris et en haine ceux qui ont le courage de les lui rappeler. comme la nation grecque. qui lui interdit l'accès de sa couche . à la dignité. ni un Croque-mitaine toujours prêt à dévorer leur liberté. qui. veritas liberavit vos. sa puissance et sa richesse matérielles.V Périr pour une nation. eh bien ! sans le Pape le monde redeviendra ce qu'il était avant le Pape . C'est de montrer et de démontrer. c'est l'aveuglement de ce monde. de sa parole et de son autorité. Ce qu'il y a de plus clair et qui donne plus tristement raison à ces inductions de la logique chrétienne. Le Pape est tout le contraire. Pour nous : c'est pour nous qu'il souffre. Privée de la meilleure partie d'elle-même. dans la sphère où la Providence nous a placés. qui a peur du médecin possesseur d'un remède infaillible. qui ne comprend plus que les quatre besoins de la bête : boire. lui ferme l'entrée de sa demeure ? Que ce malade doit-il attendre ? VII Nous voudrions être dans l'erreur et n'en croire ni nos yeux. la borne des champs du propriétaire et le chaume du laboureur1. VI Le Pape étant le dépositaire et l'organe nécessaire de la vérité. hommes et femmes. leur repos. manger. c'est d'aimer le Pape. avec une opiniâtreté stupide. animalis homo. la dignité humaine. mais encore de tous les prestiges sataniques le plus absurde. la fortune. ni nos oreilles. se livre sans se plaindre aux mains de ses ennemis. si même. que penser d'un monde qui a peur du Pape. Ce châtiment est écrit en caractères ineffaçables dans le code du Législateur suprême. s'effondrer dans le sang. XLVIII. il faut répéter : vous ne voulez pas du Pape . despote omnipotent qui au gré de ses caprices souverains lui confisquera la liberté. uniquement pourquoi il est en butte aux attaques de tous ceux qui en veulent à la liberté. ce n'est pas toujours. C'est afin de nous conserver intact le plus précieux des biens. un bétail. abreuver d'outrages. tremblant devant un despote qui lui tiendra le pied sur la gorge . III Le second. Tel est le châtiment inévitable de son orgueil. et similis factus est illis (Ps. des pures régions de la vérité. ont succédé les grossiers instincts des bêtes de somme : Homo cum in honore esset. Tombée par sa faute des hauteurs de l'ordre surnaturel. Aux nobles inspirations de l'être immortel. mais tel est. II A toutes ces créatures. sans jamais nous lasser. qui persécute le Pape. c'est de combattre par tous les moyens à notre disposition. qui déteste ce médecin .

les Hérodes. Si donc le Saint-Père fait tant pour nous conserver le patrimoine de la vérité. la cessation de ses maux et de ses agitations sans cesse renaissantes . et. s'éloigner. dans tout ce qui nous est cher ? Dans les circonstances où nous sommes. Nous touchons ici à un des plus profonds mystères de la conscience humaine. Enfants bien nés.) I Le quatrième devoir est de demander instamment à Dieu la fin des maux actuels. dans les villes et dans les campagnes. Triomphe éternel : c'est celui-là surtout que nous devons demander avec instance. répondons par la louange . et c'est pour nous qu'il les endure. sera plus ou moins complet et finira après une durée plus ou moins longue. par nos prières. il ne peut ni ne veut à aucun prix le compromettre : telle est la cause de ses souffrances. de discours. l'homme voyait avec raison un grand pas vers son centre. trois fois aimable et trois fois vénérable. de chansons. et surtout par un attachement inébranlable à ce père. la foi toute d'une pièce. désirer avec ardeur. appelle la conciliation de l'esprit moderne avec l'esprit de l'Église : le Saint-Père aurait pu voir pour un temps. cachés dans la peau de brebis. nos mœurs. notre bienfaiteur et notre père. l'athéisme. qu'il peut fausser. le genre humain a eu deux désirs fondamentaux et deux seulement. que votre règle invariable de penser et d'agir se formule ainsi. son invariable désir fut l'avènement du Dieu rédempteur et l'établissement de son règne. De là vient que. sauver en nous la foi. si brillant qu'on le suppose. le sensualisme. peutêtre. en l'imitant dans son inébranlable fermeté. pour apporter quelque consolation aux douleurs du vénérable captif du Vatican. est le meilleur moyen de consoler le cœur de notre Père. l'homme. de gravures. C'est la loi de son être. notre vie surnaturelle. accepter ce qu'un parti de loups. l'ignoble identité de l'homme et de la bête. sa liberté. parce que. notre modèle. VI Le troisième est de veiller attentivement sur nous-mêmes. son principe et sa fin. Je dis momentané. son bonheur. bat continuellement en brèche notre foi. plutôt que de renier son Maître . 15 . la haine du Pape. le matérialisme. tenant en main le salut du monde. Que notre amour se manifeste tout à la fois par nos aumônes. envers et contre tous : je crois tout ce que croit le Saint-Père . dans toutes les circonstances. que ne devons-nous pas faire pour le sauvegarder en nous. Voilà pourquoi le Messie. adressons au Père céleste la sublime prière du pardon : «Pater. tend vers son centre. est divinement nommé : Desideratus cunctis gentibus : Le Désiré de toutes les nations. dans nos enfants. je blâme tout ce qu'il blâme . de scandales. à leurs outrages. je condamne tout ce qu'il condamne : In pace in idipsum dormiam et requiescam. par l'aumône . dans toute la durée des siècles. ses chaînes s'alléger et sa prison s'élargir. Les temps périlleux sont arrivés. ignosce illis. par la vérité . la foi qui a vaincu le monde : voilà le premier de nos soins. même du sang. de livres. V Pour ceux qui ne l'aiment pas (hélas! ils sont en grand nombre). à leur haine. appelé par tous les vœux.IV Ah! si le souverain Pontife avait voulu faire au monde actuel certaines concessions . L'esprit qui souffle sur le monde actuel et qui fait tant de victimes. Conserver ainsi l'intégrité de notre foi. ses lumières. par la vénération . comme tout ce qui est du temps. périlleuses aujourd'hui et demain peut-être désastreuses. par l'amour : amour plus fort que la mort et qui ne recule devant aucun sacrifice. prêchant sur tous les tons la peur du Pape. Mais non. A quoi nous oblige la peur du Pape ? (Suite. que le bon Pasteur doit donner sa vie pour ses brebis et que. il sait que Pierre doit se laisser crucifier. pour ces malheureux aveugles plus ou moins volontaires. soit par le triomphe momentané de l'Église. céder quelque chose du dépôt dont il est le gardien . et ce qui en devait être la suite. Comme par autant de bouches empoisonnées. discuter ce qu'on intitule le modus vivendi . comme toutes les créatures. à leurs calomnies. soit par son triomphe éternel. Dans cette descente de Dieu vers lui. à leurs spoliations. j'approuve tout ce qu'il approuve . les Judas. car ils ne savent ce qu'ils font». consentir à l'abandon de quelques-uns de ses droits . le souffle antichrétien sort à chaque heure. A leurs blasphèmes. II Fait pour Dieu. la foi des martyrs. Pendant les quatre mille ans de l'antiquité. salué d'avance par tous les regards du monde ancien. non enim sciunt quid faciunt : Père. de myriades de journaux. ce triomphe subira la loi du temps. mais non détruire. pardonnez-leur. les Pilates.

imparfaites et variables du temps. régnera sans opposition sur toutes Ses œuvres régénérées . Ni les révoltes de l'orgueil. (Deuter. depuis son retour dans le ciel. maison d'Israël ?» (Ezech. VIII. Sans doute les amateurs du monde ne peuvent entendre une nouvelle plus désagréable. Et le grand Bellarmin. la fin de ce monde. néanmoins les citoyens du ciel. il faut le dire au monde actuel : «J'en prends aujourd'hui à témoin le ciel et la terre .III Venu. OU LA MORT SANS LE PAPE. ses obscurités. 16 . 31) Aimer le Pape. Ce premier désir à peine satisfait. nous ne sommes encore sauvés qu'en espérance». V Afin d'entretenir ce mystérieux désir. ses défaillances. attendant l'adoption des enfants de Dieu. combattre le Pape. qu'il vit au fond même des créatures insensibles. abandonner le Pape : c'est la mort. non pas volontairement mais par Celui qui les y a assujetties. parce qu'elles sont assujetties à la vanité. attendent avec un grand désir la manifestation des enfants de Dieu. sur les méchants. que celle du jour du jugement . le Verbe incarné a réalisé le premier désir du genre humain. dans la plénitude de Son amour . tous les désirs des saints de la loi nouvelle ont pour objet la seconde venue du même Sauveur. Elle reste donc debout. par tout ce qui a l'intelligence de la vie : Adveniat regnum Tuum. est le désir de la fin du monde. tous les désirs des saints de l'ancienne loi avaient pour objet son premier avènement . tout en toutes choses. Qu'elle arrive donc.. éternel . dit saint Paul.. où Dieu. toujours vivant dans le cœur du genre humain.. savoir QUE DE TOUS LES PRESTIGES SATANIQUES. Ce second désir. 19) «. avec l'espérance qu'elles seront elles-mêmes affranchies de cet asservissement à la corruption. C'EST LA PEUR DU PAPE. j'ai mis devant vos yeux la vie et la mort. en expliquant la seconde demande du Pater : «Nous demandons que le monde actuel finisse bientôt. combattu et limité. la bénédiction et la malédiction. s'éloigner du Pape. non à la fin. «Car nous savons que jusqu'à présent toutes les créatures gémissent et sont dans les douleurs de l'enfantement . ainsi. complément du premier. Dieu a mis au cœur du genre humain un second désir. ni les subtilités de la diplomatie. ni les sophismes de l'impiété. ni les expédients des législateurs ne trouveront un salutaire milieu. que le règne actuel de Dieu. entière et invincible. Avec autant d'ardeur que le premier. rendre au Pape son autorité tutélaire : c'est la vie. et non seulement elles. XX. «De même. et que bientôt vienne le jour du jugement dernier. (Rom. sur les bons. de même aujourd'hui. désobéir au Pape. Avoir peur du Pape. la rédemption de notre corps. n'ont pas de plus grand désir. dont la condition suit toujours la condition de l'homme. ni les combinaisons des politiques. la vérité établie dans cet opuscule. avec une grande ardeur son second et glorieux avènement». Dieu a voulu que chaque jour il fût exprimé des milliers de fois. parlant par l'organe des Pères et des Docteurs. sur tous les points du globe. rien de définitif. Mais tout en améliorant sous tous les rapports la condition de l'humanité. «De là cette parole de saint Augustin : avant la venue du Messie. soit remplacé par Son règne absolu. ses luttes. «Toutes les créatures. entre les deux termes de cette impitoyable alternative : LA VIE AVEC LE PAPE. il lui fait désirer son second avènement sur la terre et l'établissement de son règne éternel : c'est-à-dire non plus dans les conditions laborieuses. Telle est la divine formule de ce désir. où il n'y a rien de parfait. dont l'accomplissement. dans la plénitude de Sa justice ! VI Ce désir est tellement dans l'ordre divin. LE PLUS ABSURDE ET LE PLUS FUNESTE AU MONDE ACTUEL. toujours en travail. pour entrer dans la liberté de la gloire des enfants de Dieu. mais aussi nous-mêmes. Choisissez donc la vie». qui élèvera toutes choses à la perfection». mais dans l'immuable perfection de l'éternité. 19-24) CONCLUSION Ce que Moïse disait aux Israélites après la promulgation de la loi . ses douleurs. obéir au Pape. ce que le prophète Ézéchiel leur répétait au milieu des épreuves de la captivité. où tout est perpétuellement à l'état de formation et de décadence . l'humanité désire. en mettant fin au monde actuel. sera la régénération de l'univers. mais dans la plénitude des temps. nous gémissons au-dedans de nous. IV Écoutons la science des choses divines. En effet. XXX. qui possédons les prémices de l'esprit. il l'a réalisé sans ôter à la vie du temps son caractère d'épreuve : ses labeurs. que depuis le commencement du monde le grand désir de l'humanité fut l'avènement du Verbe incarné . faites-vous un cœur nouveau et un esprit nouveau : et pourquoi voudriezvous mourir. dit le Catéchisme romain.Abjurez vos préjugés . maintenant pèlerins sur la terre.