Vous êtes sur la page 1sur 48

CONSTRUCTION

METALLIQUE II

ENSAO 2018-2019
 La connaissance du matériaux Acier et des ces
caractéristiques.

 Comprendre le comportement des structures


métalliques sous différents types de
sollicitations.

 Affronter les problèmes de conception et de


dimensionnement des charpentes métalliques.
 Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une charpente métallique
 Chapitre 2: Bases de Calcul du règlement Eurocode 3

 Chapitre 3: Effets du vent sur les constructions selon le NV65

 Chapitre 4: Classification des sections transversales selon l’Eurocode 3

 Chapitre 5: Justification des sections transversales selon l’Eurocode 3

 Chapitre 6: Les phénomènes d’instabilité élastique selon l’Eurocode 3

 Chapitre 7: Conception et calcul des assemblages boulonnés

 Chapitre 8: Les assemblages par soudure

 Chapitre 9: Résistance des structures au feu

 Chapitre 10: Fatigue

 Projet de fin du module: Conception et dimensionnement d’un hangar métallique


Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
I) Introduction
- Le recours à la construction métallique a eu lieu après la guerre mondiale quand il a falu

construire des usines, des dépôts de stockage etc…..

- Le matériaux disponible et qui s’avère économique c’est l’ACIER,

- Ce matériau à remplacer le béton armé et le béton précontraint vue le coût relativement

acceptable.

- Le diagramme ci-après montre que le coût du BA et du BP s’élève rapidement pour des

portées importantes, par contre l’acier reste compétitif.


Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
I) Introduction
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
I) Introduction
Avantages des constructions métalliques
- La structure métallique a permis de réaliser des constructions de fiabilité accrue de
point de vu fonctionnalité, exploitation aisé et surtout une réalisation rapide et peu
coûteuse.

- Les structures métalliques peuvent être facilement modifiées, démontés, complétées,


ou démolies (Ce qui n’est pas le cas pour les constructions massives et encore moins
pour le béton armé).

- L’acier possède une Haute résistance, il en résulte des dimensions mois encombrantes,
des portées plus grandes à franchir, des constructions plus légères (charges transmises
au sol relativement faibles et des dimensions pas trop grandes des semelles de
fondations).
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
I) Introduction
Inconvénients des constructions métalliques
- Problème de corrosion , donc une maintenance régulière est nécessaire.

- Faible tenu au feu.

- Résonnance élevée donc une faible isolation acoustique.

- Faible isolation thermique vue la conductivité thermique élevée.

- Dilatation non négligeable.

- Nécessite une attention particulière aux assemblages.

NB: Les charpentes en acier sont couvertes par les règles de calcul l’Eurocode 3
(Anciennes règles CM66 + additif 80).
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
II) Historique et fabrication de l’Acier
Historique
- Au commencement était le Fer (Combiné à d’autres éléments sous forme de minerai).

- Puis vint la Fonte au 17ème siècle avec la 1ère génération des hauts fourneaux (Alliage
Fer-Carbone obtenu par traitement du minerai de fer au moyen du coke).

- Enfin l’Acier au 1786 en se basant sur le % du carbone : Fer<0.1% ; Fonte >2% ; Acier
entre 0.1% et 2%.
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
II) Historique et fabrication de l’Acier
Fabrication
1) Des matières premières à l’acier liquide
Cette première étape vise à combiner, selon des dosages précis, les composants
chimiques de l’acier : fer et carbone (composants de base) pour obtenir de l’acier
liquide.
Elle est réalisée selon deux procédés:
1) La filière fonte.
2) La filière ferraille.
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
II) Historique et fabrication de l’Acier
Fabrication
2) De l’acier liquide aux demi-produits
A la fin de l’opération d’élaboration de l’acier liquide (Acier «à l’oxygène» ou Acier
«électrique»), celui-ci est recueilli à l’état liquide dans une poche métallique et
transporté ainsi jusqu’au lieu de coulée.
Deux procédés de coulée existent:
1) Coulée en lingots.
2) Coulée continue.
Demi-produits
Demi-produits
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
II) Historique et fabrication de l’Acier
Fabrication
3) Des demi-produits aux produits finis

Cette transformation consiste principalement à laminer les demi-produits, c’est-à-


dire à étirer et écraser le métal pour lui donner les dimensions et formes souhaitées.
Deux familles de produits sont obtenues :
1) Les produits plats.
2) Les produits longs.
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
III) Les aciers de construction
1) Les profilés laminés
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
III) Les aciers de construction
2) Les profilés laminés marchands
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
III) Les aciers de construction
3) Les tôles
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
III) Les aciers de construction
5) Produits de 1ère transformation
Des usines, placés souvent à proximité des usines sidérurgiques, transforment
les PS en produits de 1ère transformation pour la plupart non normalisés,
mais faisant l’objet des catalogues par exemple:
• Demi-poutrelle:
• Poutrelles reconstituées soudées PRS
•Profils creux
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
IV) Caractéristiques des aciers de construction
1) Essais et contrôles
 Essai de traction
Exécuté sur une éprouvette de dimensions définies par la norme NFA03-101, il
permet de déterminer la limite d’élasticité fy, la limite de rupture fu ainsi que
l’allongement de rupture εr.
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
IV) Caractéristiques des aciers de construction
1) Essais et contrôles
 Essai de traction

Courbe Allongement-Effort
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
IV) Caractéristiques des aciers de construction
1) Essais et contrôles
 Essai de traction

Différents types d’acier


Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
IV) Caractéristiques des aciers de construction
1) Essais et contrôles
 Essai de dureté
Permet de déterminer la dureté du matériaux. Nombreux essais existent dont:
Brinell, Rockwell et Vickers.

 Essai de résilience

Consiste à mesurer l’énergie absorbée nécessaire à la rupture d’une éprouvette


et dans un seul coup dans des conditions définies.
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
IV) Caractéristiques des aciers de construction
1) Essais et contrôles

 Essai de pliage
Consiste à plier une tôle sur un mandrin de diamètre dépendant de l’épaisseur
de la pièce. On obtient des renseignements sur la ténacité (Résistance à la
propagation des fissures. S’oppose à la fragilité) de la pièce. Les éprouvettes
doivent se plier sans déchirures.
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
IV) Caractéristiques des aciers de construction
2) Propriétés mécaniques
Dans la norme EC3, les propriétés mécaniques sont:
fy : La limite d’élasticité d’un acier
fu : La contrainte de rupture
E : Le module d’élasticité longitudinale E= 210000 Mpa
G : Le module d’élasticité transversale G=E/(2*(1+υ))= 81000 Mpa
υ : Le coefficient de poisson υ=0.3
ρ : Le poids volumique ρ= 78.5 KN/m3
 : Le coefficient de dilatation linéaire  = 12* /°C
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
IV) Caractéristiques des aciers de construction
3) Quelques notions
 La nuance
L’acier est désigné par une formulation à 3 composantes du type par exemple
S235-JR
S: Désigne le matériau acier
235: Correspond aux caractéristiques mécaniques de l’acier (La limite
élastique voir EN 10 025)
JR: Désigne la qualité et correspond au degré de fiabilité du produit
Les nuances d’acier les plus utilisés en construction métallique sont les :
S235, S275 et S355
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique

IV) Caractéristiques des aciers de construction


3) Quelques notions

 La Fatigue de l’acier
Due aux vibrations aux quelles il est soumis pendant la vie de l’ouvrage.
Conduisant à la rupture de l’acier sous charges variables de fréquence élevée ou
moyenne.

 La Résilience
L’énergie nécessaire à la rupture d’une éprouvette normalisée.
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
IV) Caractéristiques des aciers de construction
3) Quelques notions

 La Rupture fragile
Sous certaines conditions de contraintes le métal ne peut se plastifier et se rompt
brutalement. Elle est directement liée à la résilience de l’acier.

 L’écrouissement

Diminution sous charges statiques de la section d’acier conduit à une baisse de


sa résilience et donc une augmentation de sa fragilité.
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
V) Terminologie de la charpente métallique
1) Les pièces constituants la charpente métallique
Pannes de Lierne (bretelle)
Panne
faîtage intermédiaire
Panne de rive
(sablière)
Chevêtre

Poutre de
couronnement

Potelet
intermédiaire
Baïonnette
d’acrotère

Empannon

Poteau
Entrait
Lisse
Arbalétrier

Bracon
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
V) Terminologie de la charpente métallique
2) Les profils associés
Les profils associés sont généralement des aciers laminés.
Poteaux : type HEA, HEB, IPE
Potelets : type UPN, tubulaires
Arbalétriers : type IPE, poutres treillis
Pannes : type IPE, UPN,
Chevêtres : type IPE, UPN
Profil T
Couronnement : type IPE, UPN
Liernes : type T
Baïonnettes : type UPN
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
VI) Les assemblages
L’assemblage est une zone d’interconnexion de deux éléments ou plus, a pour rôle de
transmettre les efforts entre ces éléments.

Les types d’assemblages les plus rencontrés en construction métallique sont :


2. L'assemblage boulonné.
3. L'assemblage soudé

1) Assemblage par boulonnage


Cette technique apporte une grande rapidité de montage sur le chantier et un coût très
économique.
Les moyens d’assemblage les plus couramment utilisés sont :
• Les boulons à haute résistance (HR) précontraints ou non;
• Les boulons ordinaires;
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
VI) Les assemblages
1) Assemblage par boulonnage
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
VI) Les assemblages
2) Assemblage par soudage

Le soudage consiste à fondre l’acier localement, de manière à reconstituer une


continuité de la matière aussi parfaite que possible.

L’assemblage soudé
-Son utilisation nécessite une source électrique puissante et régulière.
- Les aciers doivent avoir une composition chimique permettant la soudure.
Soudure
en bout

Soudure
d’angle
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique

VI) Les assemblages


3) Liaisons des assemblages
Un assemblage a pour but la transmission d’effort, de manière à assurer la rigidité
voulue d’une construction tout en permettant certains mouvements.

Les liaisons les plus utilisés en charpente métallique sont les assemblage par
encastrement et les assemblage par articulation.
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
VI) Les assemblages
3) Fonctionnement des assemblages

Un appui est articulé lorsqu’il autorise une certaine rotation tout en empêchant les
mouvements horizontal et vertical. La valeur de rotation qui nous permet de considérer
que la liaison est articulée est celle qui tend à se produire sous l’effets des charges
agissant sur la structure et qui est en général inférieur à 1 degré. Donc pour réaliser une
articulation il n’est pas nécessaire de prévoir des dispositions constructives autorisant
des rotation de plusieurs degrés.
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
VI) Les assemblages
3) Fonctionnement des assemblages
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
VI) Les assemblages
3) Fonctionnement des assemblages

Un appui est encastré lorsqu’il empêche toute rotation et translation de l’élément.

Un appui encastré doit satisfaire à deux exigences :

-Avoir une résistance suffisante pour pouvoir transmettre les forces horizontales et
verticales, mais aussi et surtout le moment de flexion.

- Avoir une rigidité suffisante pour ne pas se déformer , subir de rotation, sous l’effet du
moment de flexion.
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
VI) Les assemblages
3) Fonctionnement des assemblages
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
VII) Planification d’un projet de CM
Un projet de charpente métallique se déroule grossièrement en 5 phases:

1) Conception,

2) Consultation d’entreprise,

3) Fabrication,

4) Livraison,

5) Montage de la structure.
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
VII) Planification d’un projet de CM
1) Conception
Consiste à établir les plans généraux, les descentes de charges, le dimensionnement de la
structure en fonction de son utilisation et de ses caractéristiques. Généralement, cette
phase est réalisée conjointement avec un BE de structure métallique.

2) La consultation d’entreprise
Est la phase de désignation de l’entreprise qui effectuera les travaux.
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
VII) Planification d’un projet de CM
3) Fabrication
Souvent l’étape la plus longue du processus. La première phase est la commande d’acier,
auprès de l’usine de l’entreprise ou d’un fournisseur. La structure est ensuite fabriquée
en atelier, en suivant les prescriptions du dossier du cahier de charge du maître
d’ouvrage.
La protection contre la corrosion est réalisée dans la plupart des cas en atelier.
Une partie de l’assemblage est aussi réalisée en atelier, avec comme contrainte principale
le gabarit des moyens de transport qui limite la taille des profilés.
Chapitre 1: Généralités et terminologies d’une
charpente métallique
VII) Planification d’un projet de CM
4) Livraison
La livraison s’effectue en une fois ou au fur et à mesure de l’avancement, en fonction de
la zone de stockage sur site.

5) Montage de la structure
Le montage est confié intégralement à l’entreprise, tout en assurant un moyen de
levage adéquat (Grues mobiles en général).