Vous êtes sur la page 1sur 226

Année 2001 N° d’ordre : 2441

UNIVERSITE MOHAMED V UNIVERSITE BORDEAUX I


FACULTE DES SCIENCES & ECOLE DOCTORALE DE
U.F.R. DE MECANIQUE MECANIQUE
Maroc France

COTUTELLE DE THESE
Présentée

Par

El Hassane TAIBI

POUR OBTENIR LE GRADE DE

DOCTEUR
Spécialité: MECANIQUE

CARACTERISATION, MODELISATION ET
SIMULATION DU COMPORTEMENT
D’UN TISSU TEXTILE.

Soutenue publiquement le 10 novembre 2001

Devant la Commission d’Examen:


Abdellah El HAMMOUMI Professeur, FSR (Maroc) Président

Amar KIFANI Professeur, FSR & Doyen, FSMek (Maroc)


Alain GERARD Professeur, université Bordeaux 1 (France) Examinateurs
Amar HAMMOUCHE Professeur, EMI & Doyen, FSTS (Maroc)
José Miguel Salles DIAS Professeur, ADETTI (Portugal) Rapporteur
Jean-Marc HAUDIN Professeur, CEMEF (France) Rapporteur
Jean-Marc SURVILLE R&D LECTRA Systèmes (France) Examinateur
A la mémoire de ma mère,

A mon père,

A mon oncle Mimoun et son épouse,

A mes sœurs et frères,

A tous ceux qui me sont chers.


Remerciements

Les travaux présentés dans cette thèse ont été effectués au sein
du Laboratoire de Mécanique et Matériaux "LMM" de l'université
Mohamed V et du Laboratoire de Mécanique Physique "LMP" de
l'université de Bordeaux 1.
Ces travaux, financés par l'Union Européenne en grande partie
(MtoM3D: projet INCO-DC N° 961798) et le Pôle Aquitaine de
Mécanique et Matériaux (projet PAMM "partenariat
recherche/industrie"), ont été effectués dans le cadre d'une
convention de cotutelle de thèse entre l'université Bordeaux 1 -
France, et l'université Mohammed V (Faculté des Sciences) -
Rabat-Agdal - Maroc.
Je remercie infiniment mes directeurs de recherche Messieurs
les professeurs: Amar KIFANI (LMM - FSR) et Alain GERARD
(LMP -Université Bordeaux 1). Je les prie d'accepter à cette occasion
le témoignage de ma très profonde reconnaissance pour les précieux
conseils prodigués tout au long de mes recherches, l'attention avec
laquelle ils ont suivi mes travaux, et leur participation au jury de
cette thèse.
Je tiens à exprimer à Monsieur le professeur Amar
HAMMOUCHE, doyen de la Faculté des Sciences et Technique de
Settat "FSTS" co-directeur de cette thèse, ma profonde gratitude
pour m'avoir accueilli au sein du département de génie mécanique,
Ecole Mohammedia d'Ingénieurs "EMI" et pour m'avoir fait
confiance en me proposant ce sujet. Je lui suis infiniment
reconnaissant pour l'intérêt constant qu'il a porté à cette étude, pour
les conseils judicieux qu'il n'a pas manqués de me prodiguer tout au
long de son déroulement et sa participation au jury de cette thèse.

i
J'exprime ma profonde reconnaissance à Monsieur Abdellah El
HAMMOUMI, professeur FSR, de m'avoir honoré en acceptant de
présider le jury de cette thèse.
Mes sincères remerciements vont aussi à Monsieur José Miguel
Sales DIAS, Professeur (ADETTI: Associação para o
Dsenvilvimento das Telecomunicacões e Ténicas de Informática -
Portugal) pour les précieux conseils prodigués tout au long de mes
travaux dans le cadre du projet "MtoM3D" et d'avoir accepté d'être
rapporteur de ce travail. Mes vives remerciements vont également à
Messieurs: Jean-Marc HAUDIN, Professeur (Centre de Mise en
Forme des Matériaux, Ecole des Mines de Paris) pour son
acceptation d'être rapporteur du présent travail ainsi que Jean-Marc
SURVILLE, Ingénieur-Industriel (LECTRA Systèmes, Bordeaux)
pour m'avoir fait l'honneur de bien vouloir faire partie de mon jury
et pour l'accueil au sein du centre de recherche et développement de
LECTRA Systèmes. Je tiens à remercier également tous les membres
de l'équipe "Mécanismes Dynamiques", LMP - Université Bordeaux
1 (particulièrement Jean-Pierre LARIVIERE, assistant ingénieur)
pour leurs qualités humaines. Je remercie de même les partenaires
du projet euroméditerranéen "MtoM3D".
Enfin, je voudrais associer à ces remerciements tous ceux ou
celles qui, à des degrés divers, ont contribué à la réalisation de ce
travail, sans oublier de réserver une pensée chaleureuse à tous mes
amis(e) respectivement du LMM - faculté des sciences Rabat-Agdal,
du LMP - université Bordeaux 1 et du C. R&D - LECTRA
Systèmes.

ii
Table des
Matières
Table des matières

Tables des matières

REMERCIEMENTS............................................................................................................................................. i

TABLE DES MATIÈRES.....................................................................................................................................iii

RÉSUMÉ ............................................................................................................................................................ viii

ABSTRACT ...........................................................................................................................................................ix

INTRODUCTION GÉNÉRALE ......................................................................................................................... 1


STRUCTURATION DU MÉMOIRE ........................................................................................................................... 2
1. Partie I : ANALYSE BIBLIOGRAPHIQUE .............................................................................................................. 2
2. Partie II : KES-F, ETUDE ET EXPERIMENTATION ............................................................................................... 3
3. Partie III : MODELISATION POUR LA SIMULATION 3D ET ETUDE DE LA TORSION D'UN TISSU ........ 3

Partie I
Chapitre 1:

CARACTERISATION ET MODELISATION MECANIQUES DES TISSUS.

I. INTRODUCTION ....................................................................................................................................... 5

II. DEFINITIONS .............................................................................................................................................. 5

III. LES DIFFERENTES NATURES DE FIBRES .......................................................................................... 6

III.1. LES FIBRES NATURELLES................................................................................................................................ 6


III.2. LES TEXTILES SYNTHÉTIQUES ........................................................................................................................ 7
III.3. LES TEXTILES ARTIFICIELS À BASE DE CELLULOSE ......................................................................................... 7
IV. LES DIFFERENTS TYPES DE TISSUS (ARMURES PRINCIPALES)................................................ 7

IV.1. LA TOILE ........................................................................................................................................................ 7


IV.2. LE SERGÉ ....................................................................................................................................................... 8
IV.3. LE SATIN ........................................................................................................................................................ 9
V. MESURE DE LA QUALITE DES TEXTILES (ÉTUDES EXPÉRIMENTALES) ............................ 10

V.1. CARACTÉRISATION MÉCANIQUE DU FIL ......................................................................................................... 10


V.1.1. DETERMINATION DE LA MASSE LINEIQUE DU FIL (TITRE) ............................................................ 10
V.1.2. ESSAI DE TRACTION ............................................................................................................................... 11
V.1.2.1. La limite élastique "yield point" ................................................................................................................................. 12

iii
Table des matières

V.1.2.2. Le module d'élasticité ................................................................................................................................................. 14


V.1.2.3. La capacité de travail .................................................................................................................................................. 16
V.1.3. ESSAI DE TORSION ................................................................................................................................. 16
V.2. ANALYSE ET CARACTÉRISATION MÉCANIQUE DU TISSU .............................................................................. 17
V.2.1. ANALYSE DU TISSU................................................................................................................................. 17
V.2. 1.1. Réduction du tissu .................................................................................................................................................... 17
V.2. 1.2 Embuvage et retrait [AFN 71a], [AFN 75] ................................................................................................................ 17
V.2. 1.3 Epaisseur du tissu ...................................................................................................................................................... 18
V.2.2. CARACTERISATION MECANIQUE DU TISSU........................................................................................ 19
V.2.2.1. Détermination de la masse du tissu par m2 ................................................................................................................. 19
V.2.2.2. Essai de traction.......................................................................................................................................................... 19
V.2.2.3. Essai de cisaillement.................................................................................................................................................. 23
V.2.2.4. Essai de flexion.......................................................................................................................................................... 25
La méthode coulissante ou "en porte-à-faux" .............................................................................................................. 25
La méthode de la boucle suspendue............................................................................................................................. 27
La méthode de drapé.................................................................................................................................................... 28
V.2.2.5. Essai de torsion.......................................................................................................................................................... 30
V.2.2.6 Essai de déchirement .................................................................................................................................................. 32
V.2.2.2.6.1. Déchirure au clou................................................................................................................................................. 33
V.2.2.2.6.2. Déchirure amorcée............................................................................................................................................... 34
V.2.2.7. Essai d'éclatement.................................................................................................................................................... 35
V.2.2.8. Essai d'arrachement ................................................................................................................................................. 35
V.2.2.9. Essai de compression............................................................................................................................................... 36
V.2.2.10. Formabilité [SAV 99] ............................................................................................................................................. 37
V.2.2.11. Essai de frottement de tissu ..................................................................................................................................... 39
V.2.2.12. Essai de perméabilité ............................................................................................................................................... 41
V. MODELISATION DE CERTAINS TYPES D’ESSAIS EFFECTUES SUR LE TISSU ( ÉTUDES
THÉORIQUES ) ................................................................................................................................................. 43

VI.1. APPROCHE LIANT FORCES ET GÉOMÉTRIE .................................................................................................... 43


VI.1.1. MODELES DE TRACTION...................................................................................................................... 43
VI.1.1.1. Travaux de Peirce..................................................................................................................................................... 43
VI.1.1.2. Travaux d'Olofson ..................................................................................................................................................... 46
VI.1.1.3. Travaux de Kawabata............................................................................................................................................... 48
VI.1.2 . MODELES DE CISAILLEMENT ............................................................................................................ 51
VI.1.2.1. Travaux de Olofson.................................................................................................................................................. 51
VI.1.2.2. Travaux de Kawabata............................................................................................................................................... 53
VI.1.3. MODELES DE FLEXION ....................................................................................................................... 55
VI.1.3.1. Travaux de Grosberg................................................................................................................................................ 55
VI.1.3.2. Travaux de Abbott.................................................................................................................................................... 57
VI.2. APPROCHE ÉNERGÉTIQUE ............................................................................................................................ 59
VI. CONCLUSION ........................................................................................................................................... 62

iv
Table des matières

Chapitre 2:

LES DIFFERENTS MODELES INFOGRAPHIQUES POUR LA


MODELISATION ET LA SIMULATION D'UN TISSU.

I. INTRODUCTION ...................................................................................................................................... 63

II. LES MODÈLES GÉOMÉTRIQUES........................................................................................................ 65

III. LES MODÈLES PHYSIQUES.................................................................................................................. 67

III.1 TRAVAUX DE IMAOKA ET AL ...................................................................................................................... 68


MODELE ET METHODE D'ANALYSE..................................................................................................... 68
III.2 TRAVAUX DE TERZOPOULOS ET AL............................................................................................................. 71
III.3 TRAVAUX DE CARIGNAN ET AL................................................................................................................... 75
III.4 TRAVAUX DE OKABE ET AL ........................................................................................................................ 76
III.5 TRAVAUX DE BREEN ET AL ......................................................................................................................... 78
III.6 TRAVAUX DE PROVOT................................................................................................................................. 80
III.7 TRAVAUX DE JOSÉ MIGUEL S. DIAS ET M.N. GAMITO ........................................................................... 83
IV. LES MODÈLES HYBRIDES .................................................................................................................... 85
IV.1 TRAVAUX DE A. LUCIANI ET C. CADOZ ..................................................................................................... 85
IV.2 TRAVAUX DE F. TAILLEFER ........................................................................................................................ 85
V. CONCLUSION ........................................................................................................................................... 87

Partie II
KES-F ETUDE ET EXPERIMENTATION.

I. INTRODUCTION .......................................................................................................................................... 89

II. MESURE DES PARAMÈTRES MÉCANIQUES DES TISSUS PAR LE KES-F .................................. 90

II.1 TRACTION ................................................................................................................................................... 90


II.2 CISAILLEMENT............................................................................................................................................ 93
II.3 FLEXION ..................................................................................................................................................... 95
II.4 COMPRESSION ............................................................................................................................................ 99
II.5 ETAT DE SURFACE .................................................................................................................................... 101
II.6 MASSE SURFACIQUE ET ÉPAISSEUR ........................................................................................................... 105
II.7 RÉSUMÉ .................................................................................................................................................... 105

v
Table des matières

III. ANALYSE DES DÉFORMATIONS D'UN TISSU ET PARAMÈTRES RETENUS POUR UN


MODÈLE DE SIMULATION ......................................................................................................................... 106

III.1 ANALYSE DES DÉFORMATIONS D'UN TISSU ............................................................................................... 106


III.2 PARAMÈTRES RETENUS POUR UN MODÈLE DE SIMULATION ...................................................................... 108
IV. ESSAIS EXPÉRIMENTAUX ET RÉSULTATS OBTENUS ................................................................ 108

IV.1 TRACTION ................................................................................................................................................. 109


IV.2 FLEXION ................................................................................................................................................... 110
IV.3 CISAILLEMENT.......................................................................................................................................... 111
IV.4 MASSE SURFACIQUE ET ÉPAISSEUR ........................................................................................................... 112
V. CONCLUSION............................................................................................................................................ 112

Partie III
Chapitre 1:

SIMULATION BIDIMENSIONNELLE ET TRIDIMENSIONNELLE


"2D/3D" A PARTIRD’UN MODELE MECANIQUE.

I. INTRODUCTION ........................................................................................................................................ 113

II. APPROCHE ET DÉMARCHE PROPOSÉES........................................................................................ 114

II-1 APPROCHE ................................................................................................................................................... 114


II-2 DÉMARCHE .................................................................................................................................................. 115
III. MODÈLE MÉCANIQUE DU COMPORTEMENT DYNAMIQUE DU TISSU.................................. 116

III.1. MAILLAGE ................................................................................................................................................. 117


III.2. FORCES ET SECONDE LOI DE NEWTON ......................................................................................................... 118
III.2.1 LA BASE PHYSIQUE.............................................................................................................................. 118
III.2.2 LES FORCES INTERNES ...................................................................................................................... 119
III.2.2.1 Modèle de la force de Cisaillement [TAI 00a] ....................................................................................................... 119
III.2.2.2 Modèle du moment de Flexion [TAI 00a].............................................................................................................. 121
III.2.2.3 Force de Traction [TAI 00b] ................................................................................................................................. 124
III.2.2.3.1 Approximation de la linéarité en fonction de la déformation ............................................................................... 125
III.2.2.3.2 Modélisation de la force de traction ..................................................................................................................... 126
III.2.2.4. Force de dissipation.............................................................................................................................................. 129
III.2.3 LES FORCES EXTERNES ..................................................................................................................... 129
III.3 CALCUL DE LA NORMALE ............................................................................................................................. 133
III.4 LA SECONDE LOI DE NEWTON ...................................................................................................................... 134
III.5 SOLUTION NUMÉRIQUE D'ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES. ............................................................................ 135

vi
Table des matières

IV. LES MACHINES DE KAWABATA VIRTUELLES (MKV) ............................................................... 137

IV.1 MACHINE DE CISAILLEMENT ........................................................................................................................ 138


IV.2 MACHINE DE FLEXION ................................................................................................................................. 139
IV.3 MACHINE DE TRACTION ............................................................................................................................... 140
V. RÉSULTATS OBTENUS ET DISCUSSIONS .......................................................................................... 142

V.1 CONFRONTATION DES EXPÉRIMENTATIONS SIMULÉES ET RÉELLES ............................................................... 142


V.2 SIMULATION DU DRAPÉ D'UN TISSU SUR DIFFÉRENTS OBJETS (FORMES) ........................................................ 145
V.2.1 TOMBE SUR UNE TABLE CARREE (influence de l'hystérésis)............................................................... 145
a) Conditions du test de drapé du tissu sur la table carrée.......................................................................................... 145
b) Influence de l'hystérésis......................................................................................................................................... 145
V.2.2 TOMBE SUR UNE SPHERE (influence de la rigidité de flexion et de l'anisotropie) ............................... 149
VI. CONCLUSION ........................................................................................................................................... 151

Chapitre 2:

MESURE DE LA RIGIDITE DE TORSION ET DU MODULE DE


CISAILLEMENT DES TISSUS.

I. INTRODUCTION ........................................................................................................................................ 153

II. DESCRIPTION DE LA MACHINE DE TORSION .............................................................................. 153

II.1. LE PENDULE DE TORSION À PALIER HYDROSTATIQUE (PTPH) ..................................................................... 153


II.2. LE SYSTÈME D'ACQUISITION ET DE TRAITEMENT DE DONNÉES ..................................................................... 155
III. THÉORIE .................................................................................................................................................. 157

IV. EXPÉRIMENTATION .............................................................................................................................. 160

IV.1. TESTS DE VALIDATION SUR LES MATÉRIAUX CONNUS ................................................................................ 165


IV.2 TESTS SUR LES TISSUS ............................................................................................................................... 166
V. CONCLUSION............................................................................................................................................ 173

CONCLUSION GÉNÉRALE ET PERSPECTIVES ...................................ERREUR! SIGNET NON DÉFINI.

RÉFÉRENCES BIBLIIOGRAPHIQUES ........................................................................................................178

ANNEXES............................................................................................................................................................188

TABLE DES FIGURES .....................................................................................................................................192

TABLES DES TABLEAUX ..............................................................................................................................196

vii
Résumé

RESUME

Actuellement, les mesures objectives des caractéristiques mécaniques et


physiques du tissu sont obtenues par plusieurs technologies et méthodologies, en
particulier, par celle du KES-F (Kawabata's Evaluation System for Fabrics). Cependant
le KES-F est un bon outil qui est devenu dominant pour l'évaluation du comportement
du tissu. Cet outil mesure 16 paramètres de Kawabata. Dans une section de ce travail,
nous développons un modèle physique de simulation du comportement dynamique du
drapé du tissu tenant compte de ses propriétés spéciales telles que, la structure
discontinue, et le comportement hautement anisotrope, non linéaire et hystérétique en
utilisant des représentations rhéologiques et en se basant sur notre concept de machines
virtuelles de Kawabata. Le modèle est gouverné par l'équation du mouvement de
Newton et considère que l'objet simulé est discrétisé en un ensemble de particules qui
interagissent. Les forces prises en considération dans notre modèle "système de
particules" sont réparties en deux catégories: les forces internes (traction, cisaillement,
flexion et dissipation) toutes calculées dans les deux directions orthogonales chaîne et
trame et les forces externes ( gravité, vent, contact…). Ensuite, les équations dérivées
du calcul de forces sont intégrées à l'aide d'une méthode numérique. De cette intégration
résulte l'obtention des vitesses et des positions des particules à chaque pas de temps.
Des résultats confrontant la théorie et l'expérience et/ou la simulation et la réalité sont
présentés.
Dans une autre section de ce travail, nous admettons que le tissu étudié est un
matériau continu orthotrope. Nous développons un banc d’essai, qui soumet les
éprouvettes à des oscillations libres de torsion, afin de mesurer la rigidité de torsion et le
module de cisaillement dans le plan des tissus. Pour lancer sans à coups le test de
l'échantillon et permettre des mesures fiables, précises et cohérentes, des poids de
tension sont appliqués. Un système d'acquisition et de traitement de données a été
développé à partir du logiciel LabVIEW. Un traitement numérique, à l'aide des
transformées de Fourier et de Hilbert, du signal recueilli permet de déterminer sa
pulsation et son amortissement. Par conséquent, connaissant les dimensions de
l'éprouvette, le moment d'inertie de l'arbre et la masse du mors inférieur, nous
déterminons la rigidité de torsion et le module du cisaillement dans le plan. Des
résultats expérimentaux pour différents matériaux souples sont présentés et valident le
banc d’essai avant son exploitation pour un tissu.

Mots Clefs
Tissu, KES: Kawabata's Evaluation System, Propriétés mécaniques, Modèle
physique, Système de particules, simulation, drapé, banc d'essai de torsion, rigidité de
torsion, module de cisaillement .
Abstract

ABSTRACT

Currently, objective measurements of the mechanical and physical characteristics of fabric


are obtained by several technologies and methodologies, such as KES-F (Kawabata's Evaluation
System for Fabrics). However, the KES-F is a good tool for the evaluation of the fabric
behaviour and is the most used. This tool measures 16 mechanical and physical parameters. In
one section of this work, we develop a physical model for the simulation of the dynamic
behaviour of fabric drape taking into account these special properties such as, the discontinuous
structure, and the highly anisotropic, nonlinear and hysteretic behaviour by using rheological
representations and while basing on our concept of Kawabata virtual machines. The model is
governed by the Newton's movement equation which allows to combine various action models
(gravity, spring, damping, viscosity...) and considers that the simulated object is discretized in a
set of particles which interact. The forces taken into account in our model "particles system" are
classified into two categories: the internal forces (traction, shearing, bending and dissipation) all
calculated in the two orthogonal directions warp and weft and the external forces (gravity, wind,
contact…). Then, the equations derived from the forces calculation are integrated using a
numerical method. From this integration we obtain speeds and positions of the particles at each
time step. Results confronting the theory and the experiment, and/or, simulation and reality are
presented.

In another section of this work, we admit that the studied fabric is an orthotropic
continuous material. We develop an experimental device, which subjects the samples to twisting
free oscillations, in order to measure the twisting rigidity and the in-plan shear modulus rigidity
of fabrics. To launch, without knocks, the sample test and allow reliable, precise and coherent
measurements, tension weights are applied. A system of data acquisition and processing was
developed on computer by the means of the LabView software. A digital processing, using the
Fourier and Hilbert transforms, for the collected signal allows to determine its pulsation and its
damping. Consequently, knowing the sample dimension , the shaft inertia momentum and the
mass of the lower jaw, we obtain the twisting rigidity and the in-plan shear modulus.
Experimental results on various materials are presented, which validate the experimental device
and secure a good reproducibility and a satisfactory accuracy before its exploitation for a fabric.

Key words
Fabric, KES: Kawabata's Evaluation System, mechanical properties, physical model,
particles system , drape, simulation, experimental device, twisting rigidity , in-plane shear
modulus .
Introduction
Générale

"le besoin est source de créativité".

Dicton arabe [URL 6]


Introduction Générale

Introduction générale

La fabrication des tissus et par la suite des vêtements est l'une des plus anciennes
activités de l'humanité. La variété des modes d'entrelacement des fils (armures), la
diversité des matières utilisées, qu'elles soient naturelles ou artificielles, et les
différentes finitions donnent aux tissus des caractères comportementaux spécifiques, et
font des rues de nos villes des lieux de défilés de mode permanents et sans cesse
renouvelés. Par conséquent, des études sur ce type de matériau (structure) sont
nécessaires.

La plus grande partie du travail présenté dans ce mémoire a été réalisée dans le
cadre du projet MtoM3D (Made to Measure garments, 2D-3D Approach), un projet
INCO-DC (International Cooperation - Developing Countries) numéroté 961798 et avec
l'Ecole Mohammedia d'Ingénieurs "EMI" partenaire de ce projet. Entre autres, la
simulation du tombé du vêtement sur un mannequin 3D numérisé est l'un des objectifs
principaux du projet. Sachant que la plupart des procédés de conception du prêt-à-porter
utilisent encore aujourd'hui des règles issues d'une longue tradition artisanale, la
construction du vêtement nécessite le passage de son croquis général fait par le styliste
au dessin strict et précis fait par le modéliste à partir duquel cette construction est
réalisée. L'exécution de ce travail demande des outils, du temps, de la matière et de
l'argent, sans oublier qu'il peut être complètement raté (prototype obligatoire). Afin de
réduire le coût, gagner du temps et de la qualité du produit (raccourcir les cycles pour la
conception et augmenter la qualité sur mesure), éviter le prototypage et les invendus, et
développer de nouvelles technologies dans le domaine de textile, la simulation réaliste à
partir d'un patron dessiné par le modéliste pourrait être un nouvel outil performant pour
les industriels du vêtement. La fiabilité et la souplesse de ce nouvel outil permet
d'ajuster plus facilement les patrons aux tailles standards pour les adapter aux tailles
hors standards (grandes tailles).

Avec le développement des nouvelles technologies (Internet, télé-achat,


numérisation 3D, …), le nombre de consommateurs qui ne se déplacent plus dans les
magasins pour acheter augmente de plus en plus. Acheter à distance (via Internet) n'est
pas une action applicable à tous les produits. En effet, puisque de nombreux
consommateurs préfèrent l'essayage sur place, ils hésitent à faire ce genre d'achat pour

1
Introduction Générale

les vêtements. Une simulation 3D de ces derniers, une numérisation 3D du corps de la


personne pourraient être des solutions futuristes pour le développement du marché
électronique dans le domaine de l'habillement. Par conséquent, le virtuel envahira les
processus de création, de fabrication et de distribution de l'habillement, encore assez
peu informatisés. Ceci sera bénéfique pour l'industriel, pour le consommateur et
également pour le domaine d'audiovisuel (cinéma, télévision, jeux vidéo, publicité,…).

Grâce aux nouvelles capacités de simulation comportementale, le prototype


virtuel d'un vêtement véhicule avec lui de nombreuses informations qui facilitent les
prises de décision lors de la création de la collection, avant même qu'un tissu ou
vêtement n'existe physiquement. Une simulation réaliste qui facilite l'utilisation des
types plus divers de matériaux pour la production de vêtement doit tenir compte des
propriétés spéciales du tissu: structure discontinue et comportement hautement
anisotrope, non linéaire et hystérétique. Pour y parvenir, nous tentons de répondre dans
ce mémoire aux questions suivantes:

¨ Quels sont les paramètres mécaniques et physiques nécessaires pour un


modèle de simulation?

¨ Comment mesurer ces paramètres?

¨ Quel est le modèle qui peut les intégrer afin de représenter le plus proche
possible le comportement du tissu et de produire une simulation réaliste?

Structuration du mémoire
Le corps de l'ouvrage se compose de trois parties:

1. Partie I : ANALYSE BIBLIOGRAPHIQUE


La première partie est composée de deux chapitres. Nous consacrons le premier à
la présentation de certaines notions sur le tissu, des mesures et des essais pratiqués sur
le fil et les tissus, et de la modélisation de certains types d'essais (traction, cisaillement,
flexion) sur le tissu. Ceci permet dans un premier temps de mesurer certaines propriétés
mécaniques et physiques, soit pour comprendre certains comportements de ces
structures, soit pour des raisons industrielles et économiques. Dans un second temps,
ceci est l'occasion de citer les principaux travaux effectués depuis les années 30 [PEI
30] jusqu'aux années 80. Durant toute cette période le phénomène de la dynamique des

2
Introduction Générale

tissus n'était pas abordé vu l'absence d'intérêt pour étudier et expliquer un tel
phénomène. Dans le second chapitre, afin de dégager le modèle qui sera convenable à
une simulation réaliste, nous nous intéressons aux travaux relativement récents
concernant la modélisation (géométrique, physique, hybride) du comportement des
tissus.

2. Partie II : KES-F, ETUDE ET EXPERIMENTATION


Le système de caractérisation mécanique des tissus dominant sinon unique est
celui de Kawabata (KES-F: Kawabata’s Evaluation System for Fabrics) [KAW 80]. Ce
système est composé d’une série d ’appareils créés au Japon. Ces appareils ont été
étudiés pour permettre une mesure de chacune des composantes des sollicitations
mécaniques classiques; mais sous des conditions similaires à celles d’un vêtement
habillé, au lieu des conditions limites de rupture comme le supposent plusieurs
méthodes traditionnelles. Lors des essais, les dimensions des éprouvettes sont fixées
ainsi que les conditions de températures et d’humidité. Les déformations ou les efforts
sont adaptables pour rester dans les limites d’élasticité des produits. Les vitesses sont
lentes pour réduire les efforts visqueux inhérents aux comportements rhéologiques des
divers produits. Chaque test permet d’effectuer un cycle complet:
déformation/recouvrement. L’ensemble de ces tests donne un très grand nombre de
paramètres (surtout si l’on tient à distinguer les valeurs obtenues dans les directions
orthogonales de l’éprouvette) formant, dans le cas d’une seule direction, un spectre de
16 mesures groupées dans 6 blocs de base (traction, cisaillement, flexion, compression,
état de surface, masse surfacique et épaisseur).

La deuxième partie constituée d'un seul chapitre est destinée à l'étude du KES-F
afin de dégager les paramètres mécaniques et physiques nécessaires à la simulation des
évolutions dynamiques des tissus. Après avoir identifié toutes ces caractéristiques, nous
déterminons leurs valeurs pour certains échantillons de tissus étudiés dans le cadre du
projet MtoM3D.

3. Partie III : MODELISATION POUR LA SIMULATION 3D ET ETUDE DE LA


TORSION D'UN TISSU
Cette partie est composée de deux chapitres. Le premier est entièrement consacré
au développement du modèle retenu qui tient compte des paramètres mécaniques et
physiques identifiés et déterminés dans la partie II. Ce chapitre est subdivisé en quatre

3
Introduction Générale

sections. Dans la première, nous exposons de façon générale l'approche et la démarche


proposées. Dans la deuxième section, nous présentons notre modèle mécanique de
comportement dynamique du tissu. La troisième section décrit nos machines virtuelles
de Kawabata. La quatrième section est destinée à la confrontation des résultats
théoriques (simulés) à ceux réels. Finalement, en conclusion nous récapitulons les
principaux aspects du travail de ce chapitre et nous traçons les perspectives à
développer. Le second chapitre de cette troisième partie est composé de trois sections.
Dans la première, nous développons un banc d’essai spécifique pour mesurer la rigidité
de torsion et le module de cisaillement dans le plan des tissus. Dans la deuxième
section, nous présentons la théorie sur laquelle est basée la mesure. A la dernière section
le banc d’essai est validé par des tests sur des éprouvettes en laiton et en papier
d'impression avant de présenter les résultats obtenus sur des éprouvettes de tissus. Le
travail présenté dans ce second chapitre a été effectué dans le cadre d'un projet de
partenariat Recherche/Industrie soutenu par le PAMM (Pôle Aquitaine Matériaux
Mécanique). L'objectif de cette étude est d'alimenter la tissuthèque. Cette base de
données sera exploitée par l'industrie, en grande partie pour modéliser et simuler le
comportement des tissus.

En conclusion, nous présentons quelques perspectives pour compléter le modèle


mis au point afin de le transférer sur un mannequin virtuel.

NB: La numérotation des équations, figures et tableaux est liée à la partie et non pas au
chapitre.

4
PARTIE I

Analyse
Bibliographique

"L'homme est absurde par ce qu'il cherche,,


grand par ce qu'il trouve".

Paul Valéry [URL 7]


PARTIE I, Chapitre 1

Caractérisation et
Modélisation
Mécaniques des
Tissus

Résumé

D'abord dans une première partie de ce chapitre nous présentons quelques


définitions liées au tissu et au tissage, les différentes natures de fibres et les
divers types d'armures. Ensuite, la seconde partie est consacrée aux mesures et
aux essais pratiqués sur le fil et le tissu. Ce qui permet d'une part, de mesurer
certaines propriétés mécaniques et physiques dans le but de comprendre certains
comportements de ces structures. Enfin, la troisième partie est consacrée aux
travaux liées à la modélisation de certains types d'essais mécaniques effectués
sur le tissu.
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

CARACTERISATION ET MODELISATION
MECANIQUES DES TISSUS

INTRODUCTION
Un tissu "surface souple" est le résultat physique de l'entrelacement des fils textiles chaîne
"sens longitudinal" et trame "sens transversal". Le mode d'entrelacement des deux séries de fils, en
tenant compte de leur nature, leurs propriétés mécaniques, physiques et chimiques, joue un rôle sur
l'effet esthétique et influe largement sur la qualité du tissu. Par conséquent, la variation de la nature
des fils chaîne et trame ainsi que celle de l'armure peut nous donner des tissus différents ce qui
engendre une variation significative des coefficients mécaniques de ces derniers.

Pour caractériser les tissus d'une manière suffisamment complète, nous distinguons trois
aspects de caractérisation très importants: thermique, tactile (comportements mécanique, physique
et de surface) et protection intempéries (vent, pluie, ...).

Mais l'aspect le plus intéressant pour notre travail est celui tactile auquel nous allons
consacrer la plus grande importance du fait de son importante influence sur la modélisation et la
simulation du caractère dynamique du tissu.

II. DEFINITIONS
L’entrelacement régulier de fils textiles chaîne et trame forme une surface souple dite tissu.
Celle-ci est discontinue, anisotrope, d’élasticité non linéaire et sujette à l’hystérésis.

La chaîne est l'ensemble de fils placés les uns à côté des autres et ayant la longueur de la
pièce de tissu.

La trame est l'ensemble de fils perpendiculaires aux fils de chaîne et s’entrecroisent avec
eux; ils sont appelés duites.

L'armure est le mode d’entrecroisement de la chaîne (sens longitudinal) et de la trame (sens


transversal) d’un tissu.

Le fil est l'élément constituant la chaîne.

La duite est le fil constituant la trame.

Quand le fil de chaîne passe sur le fil de trame (le métier a « pris » le fil de chaîne).

5
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Quand le fil de chaîne est sous le fil de trame (le métier a « laissé ou sauté » le fil de chaîne).

Un flotté est le nombre de laissés entre deux pris (sur le même fil).

Le rapport d'armure est le nombre de fils de chaîne et de trame nécessaires pour la


production de l’armure : c’est la plus petite configuration du tissu ; autrement dit, le plus petit
motif se répétant dans un tissu.

Le décochement est la gradation du liage des fils avec les duites au fur et à mesure du tissage.
Autrement dit, il signifie le décalage en nombre de fils de chaînes du motif des pris/laissés d’une
trame sur la suivante (si le motif est le même), ou inversement pour la trame / chaîne.

Les lisières sont les fils de chaîne placés à chaque extrémité : ces fils sont souvent plus gros
ou plus rapprochés afin de consolider le tissu pendant les différentes manipulations.

La mise en carte est la représentation schématique de l’armure, elle s’effectue sur papier
quadrillé.

La rangée longitudinale représente un fil de chaîne,

La rangée transversale représente un fil de trame.

LES DIFFERENTES NATURES DE FIBRES

III.1. Les fibres naturelles


La laine vierge provient de la tonte des moutons vivants. Elle est élastique, douce et souple.

Le mohair, le poil de chameau, l’angora, l’alpaga, le lama et le cachemire sont aussi des
fibres animales.

La soie est distinguée en deux types: naturelle et sauvage ou tissah.

· La soie naturelle est filée par le ver à soie, elle est brillante, fine et fluide. Elle ne froisse
que faiblement mais elle s’altère à la lumière, au contact d’une source de chaleur et de la sueur.

· La soie sauvage est filée par la chenille de lépidoptère. Les fibres sont moins brillantes et
de grosseur irrégulière.

Le coton est le duvet de la graine du cotonnier.

Le lin est une fibre récoltée sur la plante du même nom. Son aspect est brillant, doux et fin
comme de la soie.

6
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

III.2. Les textiles synthétiques


Le polyester est à base de benzène et d’acide phénique , est élastique , hydrophobe
(n’absorbe pas l’eau) et résiste à la lumière.

Le polyamide est obtenu à partir du charbon et du pétrole. Il est très élastique, très
hydrophobe et risque de jaunir à la lumière.

L'acrylique est fabriqué à base d’acide prussique et d’acétylène. Les fibres ont un pouvoir
gonflant et sont résistantes à la lumière.

III.3. Les textiles artificiels à base de cellulose


L'acétate est composé principalement de la cellulose, Il est produit à partir du bois ou de la
bourre de coton. Le produit filable est obtenu après traitement à l’acide nitrique et à l’acide
acétique. Il est ensuite introduit dans des filières. Les fils se solidifient après étuvage du solvant
(acétone).

L'acétate se lave facilement et sèche vite, mais Il ne tient pas à la chaleur.

La viscose est produite à partir de la bourre de coton, de sapin et de hêtre. La cellulose ainsi
obtenue est plongée dans de la soude caustique, puis transformée en matière filable par divers
procédés chimiques.

Le modal est à base de cellulose, il est élastique et plus solide que la viscose.

LES DIFFERENTS TYPES DE TISSUS (armures principales)


La classification des types de tissus sera faite selon les différentes armures principales
(de base) qui seront définies:

IV.1. La toile
La toile est l’armure la plus simple et la plus répandue. Elle est caractérisée par la disposition
inverse des fils pairs et impairs (figure I.1.a, b).

figure I.1. a)La mise en carte de l’armure toile

7
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

figure I.1.b) L’armure toile.


Il existe un très grand nombre de noms pour ces tissus (d'armure toile), et bien qu’identiques
par l’armure toile, ils présentent entre eux des différences d’aspect et d’usage.

Ces variétés de tissus proviennent de :

· La nature des fils employés,


· La grosseur et la torsion des fils,
· Du nombre de fils par centimètre,
· La finition et l’apprêt.

IV.2. Le sergé
L’armure de base (figure I.2 et figure I.3) est caractérisée par des côtes de sillons inégaux et
obliques par rapport aux lisières. Cet effet oblique est obtenu en décochant d’un fil à chaque duite.
En théorie ces côtes devraient avoir une inclinaison de 450, mais en réalité, cette inclinaison varie
et dépend de la densité des fils en chaîne et de la densité de fils en trame.

Les deux côtés du tissu ne sont pas identiques. Sur l’un c’est la chaîne qui prédomine, sur
l’autre c’est la trame.

figure I.2.a) La mise en carte du Sergé de 3. figure I.3.a) La mise en carte du Sergé de 4.

figure I.2.b) Sergé de 3. figure I.3.b) Sergé de 4.

8
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

IV.3. Le satin
L’armure satin régulier est caractérisée par un seul « pris » ou « laissé » par chaîne et par
trame, ce « pris » ou « laissé » présente avec le précédent un décochement supérieur à 1. Ce
décochement est un nombre premier par rapport au rapport d’armure, ça veut dire que si on a un
satin régulier (décochement constant) de « n » ( : rapport d’armure) le décochement et le rapport
d’armure sont premiers entre eux. Un satin régulier a au moins un flotté de 4 (car un satin de 4
régulier ne peut pas exister : c’est un sergé).

Autre définition du satin :

L’armure satin est caractérisée par le fait qu’il n’y ait qu’un pris (un laissé) par fil de chaîne
et par fil de trame dans l’armure et par le fait qu’un fil de trame (duite) recouvre au moins trois fils
de chaîne, ou qu’un fil de chaîne recouvre au moins trois fils de trame (c.à.d. ont un flotté de 3),
avec une armure carrée.

Les satins irréguliers (décochement variable d’une duite à l’autre) sont ceux qui ne peuvent
pas se construire d’après les principes énoncés ci-dessus.

En général, les plus répandus sont les satins de 4 (figure I.4) et de 5 (figure I.5).

figure I.4.a)La mise en carte du Satin de 4, type irrégulier. figure I.5.a) La mise en carte de Satin de 5,
Décochement 2, type régulier.

figure I.4.b) Le Satin de 4, type irrégulier. figure I.5.b) Le Satin de 5, Décochement 2, type régulier.

Remarque
On parle d’un satin de chaîne ou d’un satin de trame.

9
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

MESURE DE LA QUALITE DES TEXTILES (études expérimentales)


Cette étude sur les mesures et les essais pratiqués en textiles permet de montrer l’importance
de certains travaux réalisés dans ce domaine.

La grande partie des travaux liés à la physique des tissus est basée sur des mesures, des essais
à caractères mécaniques et sur la modélisation des propriétés mécaniques. Le but de tous ces
travaux est de mettre en évidence les propriétés qualitatives des matières textiles, afin d’améliorer
certaines mesures à caractère mécanique et afin de répondre à des exigences industrielles ou
commerciales de plus en plus sévères. En effet, ils doivent souvent satisfaire aux besoins de
l’utilisation et de la production.

Les modes de mesure de la qualité des tissus ont beaucoup évolué avec le développement de
l’industrie textile. Ils sont destinés à fournir des caractéristiques mécaniques bien déterminées.
Certains types d'essais, parmi ces mesures, sont nés très tôt dans l'histoire textile et deviennent de
plus en plus sophistiqués grâce aux développements technologiques.

Un ensemble de mesures est pratiqué à la fois sur le fil et sur le tissu. Nous signalons que
toutes les éprouvettes soumises aux essais sont préalablement placées dans une atmosphère
conditionnée dont la température est de 20 °C ± 2 °C et dont l'humidité est de 65 % ± 2 % Hr, sauf
indication contraire.

Dans cette partie, nous allons citer, en partant des fils jusqu'aux tissus, les diverses mesures
les plus courantes.

V.1. Caractérisation mécanique du fil


Les principaux coefficients mécanique du fil sont:

La masse linéique (titre), le module d'élasticité, l'allongement à la rupture et le coefficient de


torsion du fil.

V.1.1. DETERMINATION DE LA MASSE LINEIQUE DU FIL (TITRE)


Deux types de "titre" peuvent être calculés, le titre conditionné et le titre déshydraté qui
donne le titre ou masse linéique commerciale.

La détermination du titre conditionné des fils se fait par la mesure de la masse et de la


longueur d'un fil dans l'atmosphère de conditionnement des textiles.

Le titre déshydraté est déterminé par la pesée d'une éprouvette de fil, de longueur donnée
après dessication de celle-ci à l'étuve dans des conditions spécifiés [AFN 88].

10
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Le système d'unité utilisé est le tex [AFN 71a] et l'équation qui fournit la valeur de la masse
linéique d'un fil est la suivante:

M (g)
Titre = ´ 1000 , (E.I.1)
L ( m)
où, M est la masse du fil exprimée en gramme et L est la longueur du fil exprimée en mètre.

V.1.2. ESSAI DE TRACTION


Ce genre d'essai est couramment utilisé pour déterminer la force et l'allongement des fils
sous sollicitation de traction jusqu'à la rupture. Il existe deux catégories de sollicitations pour ce
type d'essai:

La première catégorie [AFN 71b] est basée sur le principe de l'accroissement constant de la
force de traction, alors que la seconde catégorie [AFN 81a] est basée sur l'accroissement constant
de la vitesse de déplacement de la pince de traction.

La seconde catégorie de sollicitation est actuellement la plus utilisée dans l'industrie textile.

La courbe contient bien plus d'informations que juste la résistance à la traction de


l'échantillon. Les principales caractéristiques qu'on peut dégager de la courbe force-allongement
sont montrées sur les figures ci-dessous, dans le cas d'un fil de laine (figure I.6) et dans le cas d'un
fil partiellement orienté (figure I.7).

Force (N)
Force de rupture
Rupture

Limite d'élasticité

Allongement
à la rupture

Allongement (mm)

Figure I.6 Courbe force-allongement pour un fil de laine [SAV 99].

11
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Force de rupture
Force (N) Rupture

Limite d'élasticité

Allongement
à la rupture
Déformation (%)

Figure I.7 Courbe force-déformation pour un fil partiellement orienté [SAV 99].

Les caractéristiques importantes d'un matériau textile dégagées de la courbe force-


allongement sont:
V.1.2.1. La limite élastique "yield point"
Dépendant de l'éprouvette testée, la courbe contient souvent un point où une diminution
marquée de pente se produit. Ce point est connu sous le nom "limite d'élasticité ou limite
élastique". A ce point des changements importants dans le rapport force/allongement se produisent.
Au-dessous de la limite élastique, l'extension du matériau est considérée comme élastique et
l'éprouvette retourne à sa longueur initiale quand la force n'est plus appliquée. Au-dessus de la
limite élastique dans la plupart des fibres, une partie de l'extension est non recouvrable,
l'éprouvette maintient une portion de son extension quand la force n'est plus appliquée. Ceci est
une simplification car en pratique il n'y a aucune délimitation claire entre les comportements
élastique et non-élastique des matériaux textiles; également l'extension n'est pas totalement
recouvrable dans la région élastique.

La limite élastique n'est pas un point défini sur la courbe. Plus souvent, il existe une région
de changement continu de courbure entre les deux parties différentes de la courbe. Par conséquent,
pour mesurer la force ou l'extension là où elle (limite d'élasticité) se produit, il est nécessaire de
définir cette limite. Il existe quatre méthodes possibles pour définir la limite élastique [SAV 99]:

Méthode de la pente seuil "slope threshold"


Dans cette méthode, la pente de la région linéaire initiale est déterminée, montrée par A sur
la figure (figure I.8), et le point où la pente de la courbe décroît à une fraction indiquée de la pente
initiale montrée par B est pris comme limite élastique.

12
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Force (N)
Limite A
B
d'élasticité

Allongement (mm)

Figure I.8 Limite élastique par la méthode de la pente seuil [SAV 99].

Méthode de la limite élastique décalée "offset yield"


Dans cette méthode, la pente de la région linéaire initiale est déterminée comme avant. La
limite élastique décalée est alors définie comme un point sur la courbe où une ligne parallèle à la
région linéaire initiale de la courbe, mais décalée d'une valeur définie d'extension, intersecte la
courbe d'essai. Ceci est illustré sur la figure (figure I.9).

Force (N)

Limite
élastique

Décalage Allongement (mm)

Figure I.9 Limite élastique par la méthode de la limite élastique décalée [SAV 99].

Méthode de la pente nulle "zero slope method"

Dans cette méthode on cherche le point où la pente de la courbe d'essai est nulle. Cette
méthode est applicable uniquement pour certaines éprouvettes (exemple figure I.10).

13
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Force (N)

Limite élastique
Pente nulle

Déformation (%)

Figure I.10 Limite élastique par la méthode de la pente nulle [SAV 99].

Construction de Meredith
Dans cette méthode suggérée par Meredith [MOR 93], la droite joignant l'origine avec la
limite de rupture est d'abord construite. La limite élastique est alors définie comme le point sur la
courbe auquel la tangente est parallèle à cette droite comme montré sur la figure (figure I.11).

Force (N)

Rupture

Limite
élastique

Allongement (mm)

Figure I.11 Limite élastique par la méthode de la construction de Meredith [SAV 99].

V.1.2.2. Le module d'élasticité


La pente de la première partie linéaire de la courbe jusqu'à la limite élastique est connue
comme le module initial (module d'Young) et c'est la valeur généralement visée en parlant du
module sans qualification. Le module comme terme général signifie la pente de la courbe force-
allongement et c'est une mesure de la rigidité du matériau, qui est sa résistance à l'extension. Il
existe un nombre de modules possibles qui peuvent être mesurés:

14
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Module d'Young
Cette valeur est obtenue à partir de la pente de la région linéaire la plus raide de la courbe
(figure I.12).

Force (N)
Module d'YOUNG

Allongement (mm)
Figure I.12 Module d'Young [SAV 99].

Module de la corde
Cette valeur est la pente de la ligne droite tracée entre deux points indiqués sur la courbe
(figure I.13). Il n'est pas nécessaire de connaître les détails de la courbe entre les deux points
puisque la valeur peut être dérivée des mesures de la différence en force entre deux valeurs
d'extension indiquées ou de la différence en extension entre deux valeurs de force indiquées.

Force (N)
Limite supérieure

Limite supérieure
Allongement (mm)

Figure I.13 Module de la corde [SAV 99].

Module de la sécante
Cette valeur est la pente de la ligne droite tracée entre l'origine et un point indiqué sur la
courbe comme montré sur la figure (figure I.14). Elle est souvent mesurée simplement comme
valeur d'extension à une force donnée ou alternativement comme valeur de force à une extension
donnée.

15
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Force (N)
Limite supérieure

Limite supérieure = 0

Allongement (mm)
Figure I. 14 Module de la sécante [SAV 99].

Module de la tangente
Cette valeur est la pente de la ligne droite tracée à une tangente à la courbe en un point
spécifié comme illustré sur la figure (figure I.15). C'est la valeur mathématiquement correcte pour
la pente d'une courbe changeante sans discontinuités.

Force (N)

Limite inférieure = limite supérieure

Allongement (mm)

Figure I.15 Module de la tangente [SAV 99].

V.1.2.3. La capacité de travail


C'est la surface limitée par la courbe charge-allongement et l'axe des abscisses.

V.1.3. ESSAI DE TORSION


La torsion d'un fil est caractérisée par le sens et le nombre de tours par mètre. La mesure de
torsion s'effectue par le biais d'une détorsion jusqu'à la parallélisation des fibres suivie d'une
détorsion dans le sens inverse jusqu'à recouvrer la longueur initiale (épreuve). Il existe différentes
méthodes fondées sur la succession d'épreuves et de contre épreuves [AFN 72a], [AFN 80a] et
[AFN 88].

Le sens de torsion des fils est indiqué par les lettres "S" ou "Z" . Un fil tenu en position
vertical a une torsion "S" si les hélices formées par les fibres sont inclinées dans la même direction
que le trait oblique de la lettre "S". Il a une torsion "Z" si les hélices sont dans le même sens que le
trait oblique de la lettre "Z".

16
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Torsion type "S" Torsion type "Z"

Figure I.16 Sens de torsion d'un fil.

Mâchoire de rotation
Fil Mâchoire mobile

S Z
Compteur Compteur

Poids
Figure I.17 Un appareil de contrôle de torsion simple [SAV 99].

V.2. Analyse et caractérisation mécanique du tissu


V.2.1. ANALYSE DU TISSU
Lors de la conception du tissu, les caractéristiques du tissage sont fixées. Cependant, elles
peuvent varier suivant l'armure et le fil utilisé en chaîne et en trame. Dans cette section nous allons
faire une analyse du tissu afin d'avoir ses propres caractéristiques. Les éprouvettes de tissus sont
toujours conditionnées dans une atmosphère dont la température est de 20 °C ± 2°C et dont
l'humidité est de 65 % ± 2 % Hr, sauf indication contraire.
V.2. 1.1. Réduction du tissu
Pour analyser la réduction du tissu, il faut compter le nombre de fils contenus dans une
longueur suffisante, puis calculer le nombre de fils par unité de longueur dans les sens chaîne et
trame.
V.2. 1.2 Embuvage et retrait [AFN 71a], [AFN 75]

· L’embuvage est la différence entre la longueur d’un fil de chaîne extrait du tissu et la
longueur que le même fil occupait dans le tissu.

· Le retrait est la différence entre la longueur d’un fil de trame extrait du tissu et la longueur
que le même fil occupait dans le tissu.

17
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Les deux caractéristiques sont exprimées en pourcentage de la longueur occupée par le fil
dans le tissu.

( L - L0 )
E= × 100 (E.I.2)
L0
où, E est l’embuvage ou retrait exprimé en %, L est la longueur moyenne du fil rectiligne et
L0 est la longueur que le fil occupait dans le tissu.

Lors du tissage les fils de chaîne sont tendus pour garder la même position et pour permettre
l’insertion de la trame. Une fois le tissu tombé du métier, les fils de chaîne se rétractent alors que
ceux de trame ne changent pas de position; ce qui explique que l’embuvage devra toujours être
plus important que le retrait.

En ce qui concerne les armures, l’embuvage et le retrait devront être plus importants là où il
existe plusieurs points de croisement, ce qui fait qu’ils sont plus importants dans les armures toiles
que dans celles du satin ou du sergé.

L’embuvage peut être utilisé pour calculer la masse surfacique et pour avoir une idée de
l’état du profil des fils dans le tissu.
V.2. 1.3 Epaisseur du tissu
L’épaisseur du tissu (figure I.18) est une de ses propriétés de base qui peut fournir
l'information sur sa confortabilité, son poids et sa rigidité en usage. Dans la pratique des mesures
d'épaisseur sont rarement utilisées car elles sont très sensibles à la pression utilisée dans la mesure.
Au lieu de cela, le poids de tissu par unité de surface est utilisé commercialement comme
indicateur d'épaisseur.

Figure I.18 Profil d’un tissu.

Le principe de mesure est de comprimer [AFN,71a] le tissu à tester entre deux plaques
planes et parallèles d’un appareil spécifié à cette opération, selon une pression spécifiée et de
mesurer l’écartement entre ces deux plaques.

La grandeur épaisseur est fonction de l’armure et des diamètres des fils chaîne et trame
utilisés.

18
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

V.2.2. CARACTERISATION MECANIQUE DU TISSU


Les principaux coefficients mécaniques du tissu sont:

La masse surfacique du tissu, les coefficients de Poisson dans les sens chaîne et trame, les
coefficients de rigidité de traction dans les sens chaîne et trame, les coefficients de rigidité de
cisaillement dans le sens chaîne et trame, les coefficients de rigidité de flexion dans les sens chaîne
et trame et les coefficients de rigidité de torsion autour de la chaîne et de la trame.

Pour déterminer ces caractéristiques, il est extrêmement intéressant de préparer un panel


d'essais mécaniques sur des éprouvettes extraites des tissus qui seront étudiées, tout en respectant
les normes en vigueur pour chaque type d’essai.
V.2.2.1. Détermination de la masse du tissu par m2
La masse du tissu par mètre carré peut être calculée expérimentalement en découpant un
échantillon de celui-ci ayant une surface donnée et en le pesant sur une balance précise [AFN,71a]
au millième. Pour que la pesée soit fiable et représentative il faut la faire au moins sur cinq
échantillons.

La masse surfacique du tissu est fonction du titre des fils chaîne et trame ainsi que
l’embuvage et le retrait. Elle est un paramètre commercialement très important d’une part et
utilisée pour la classification de la gamme des tissus d'autre part. Cette dernière (la classification)
est établie par S. Kawabata [KAW,80] dans le tableau suivant :
Catégorie des tissus Femme été Femme hiver Homme été Homme hiver

Masse surfacique g/m2 35 ~ 235 93,8 ~ 430 142 ~ 280 174 ~ 399

Table I.1 Classification de la gamme des tissus.


V.2.2.2. Essai de traction
Dans l'évolution de la qualité des tissus, leur propriété mécanique force-allongement est
importante. Cette mesure se fait par la mise sous tension d'une éprouvette de tissu en la sollicitant
par une traction avec une vitesse d'accroissement de contrainte constante ou avec une vitesse de
déformation constante. Le tissu est une structure surfacique, anisotrope et discontinue, avec des
propriétés force-allongement différentes d'un sens à un autre. Pour l'évaluation de la qualité du
tissu, il faut au moins effectuer des mesures dans les deux directions orthogonales chaîne et trame.

Afin de réaliser la mesure force-allongement, on distingue deux procédés d'essais:

Traction uniaxiale et traction biaxiale.

19
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Traction uniaxiale : L'essai est effectué à l'aide d'une machine conventionnelle et est
similaire à celui pratiqué sur le fil (Cf. V.1.2.2. ) en respectant les normes en vigueur [AFN 72b].

A l’aide de cet essai nous pouvons calculer les modules élastiques et les coefficients de
Poisson dans les deux sens chaîne et trame.

L’allure de la courbe de traction du tissu est semblable à celle du fil. Dans le contexte
d’utilisation pour l’habillement, la zone de travail est la zone A de la courbe (figure I.19).

Figure I.19 Diagramme de traction d’un tissu.

L'évaluation des modules d’élasticité dans les sens chaîne et trame est effectuée à l'aide de la
loi de Hooke (zone A, figure I.19) :

Evaluation des coefficients de Poisson dans les deux sens chaîne et trame
Lors de l’essai de traction dans un sens donné une rétraction est provoquée dans le sens
perpendiculaire c'est le phénomène de striction (figure I.20).

La striction de largeur est de plus en plus forte au cours de la traction, celle-ci provoque un
cisaillement à l'endroit de la jonction de l'éprouvette et de la pince. Ce qui fait que le résultat de
mesure est incorrect. La striction est dépendante de la structure de l'éprouvette et plus précisément
de ses dimensions. Pour remédier à ce genre de phénomène qui fausse la mesure en traction il faut
que l'éprouvette respecte certaines conditions de dimensionnement.

20
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Traction

Mâchoire
supérieure

Zones de
Eprouvette cisaillement

Mâchoire
inférieure

Traction

Figure I.20 Striction et cisaillement provoqués par la traction uniaxiale.

Avant traction Après traction


Figure I.21 Forme de l’éprouvette (partie encadrée en pointillés (figure I.20)) avant et après traction.

Le nombre de Poisson « n » correspond au rapport de la contraction transversale par la


dilatation longitudinale.

Db
n= (E.I.3)
Da

Traction biaxiale : La traction biaxiale s'effectue au moyen d'une machine dont le schéma de
principe est illustré par la figure (figure I.22) [KAG 88].

21
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Capteurs de force

Eprouvette Direction de
Capteurs de traction
force

Direction de
traction

Figure I.22 Appareil de traction biaxiale.

En appliquant des vitesses de traction variables dans les deux directions orthogonales chaîne
et trame, il est possible de produire un large spectre de sollicitations.

Supposons que Dd1 est la déformation dans un sens, Dd2 est la déformation dans le sens
perpendiculaire, on peut avoir les cas suivants:

Dd1<Dd2, Dd1 =Dd2 et Dd2<Dd1

Si Dd1 =Dd2, on a une traction biaxiale avec les déformations uniformes suivant les deux directions
(voir figure I.23.a).

Si Dd1 = 0 ou Dd2 = 0, on a une traction équivalante à une traction uniaxiale (voir figure I.23.b).

F1
F1

F2 F2 ; Dd2 F2 F2 ; Dd2

F1 ; Dd1
a) Dd1= Dd2 F1 ; Dd1
b) Dd2 = 0

Figure I.23 Exemples de résultats de traction biaxiale.

22
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

V.2.2.3. Essai de cisaillement


D'après [HEA 69] il existe deux catégories de cisaillement : cisaillement simple et
cisaillement pur, qui peuvent être définis comme suit:

Le cisaillement simple, fréquemment rencontré, se produit lorsqu'un objet de forme carrée ou


rectangulaire se déforme parallèlement par rapport à deux côtés opposés (voir figure I.24).

Figure I.24 Principe du cisaillement simple.

Le cisaillement pur peut se produire quand un objet de forme carrée de diagonale l est soumis à
une sollicitation de traction suivant la diagonale garde la même surface, mais pas l'angle a
(figure I.25).

l Dl
r l × (1 + )
s l

a l
l a¢ Dl
(1 + )
l

r
s
Figure I.25 Principe du cisaillement pur.

Les premières mesures de cisaillement ont été faites à l'aide d'un dynamomètre
conventionnel, par B. Môrner et T. Eeg-Olofsson en 1957 [MOR 57].

D'autres chercheurs [BEH 61], [CUS 64], [TRE 65], [GRO 66a], [SPI 66], et [KAW 73a] ont
contribué à améliorer cette technique afin de perfectionner le dispositif (remédier aux problèmes
de flambement même à faibles contraintes) et afin d'approfondir la modélisation de ce type de test.

Plusieurs versions redéfinies de l'appareil de cisaillement ont été conçues [CUS 61] pour
s'adapter directement sur les machines de test de traction standard de sorte que le cisaillement
puisse avoir lieu dans chaque direction. Avec un tel appareil une courbe complète (cycle
déformation/recouvrement) de cisaillement "contrainte-déformation" peut être tracée pour une
éprouvette de tissu (figure I.27).

23
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

L q
F

Figure I.26 Principe du test de cisaillement.

Force (N/m)

tg (q)

Figure I.27 Un premier exemple de courbe de cisaillement [SAV 99].

Initialement, la ligne à partir de l'origine est suivie jusqu'au point A. A ce point la charge est
inversée puis la courbe passe par B puis par C. En C l'éprouvette a été cisaillée au même angle
suivant la direction opposée, la charge est, une seconde fois, inversée afin d'effectuer un demi-
cycle pour retourner de nouveau au point A. Il peut être constaté d'après cette exemple qu'un effet
d'hystérésis se produit quand la direction de cisaillement est inversée. Ceci est dû au fait que quand
un tissu est cisaillé, la majeure partie de la force dépensée est utilisée pour surmonter les forces de
friction qui existent à l'intersection de la chaîne et de la trame. Ces forces de frictions s'opposent
toujours à la force de cisaillement appliquée.

La figure (figure I.28) montre la courbe de cisaillement d'un tissu qui a une rigidité de
cisaillement inférieure à celle représentée sur la figure (figure I.27).

24
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Force N/m

tan q

Figure I.28 Un second exemple de courbe de cisaillement [SAV 99].

D'autres techniques pour évaluer le comportement de cisaillement ont été proposées par
[CUS 61] et [KOT 89]; celles ci sont basées sur la mesure du module initial de cisaillement donné
par la pente de la courbe à l'origine, du module de cisaillement à l'angle nul donné par la pente aux
points B et D (figure I.27) et de l'hystérésis de cisaillement à l'angle nul donné par la longueur BD
sur le diagramme (figure I.27).
V.2.2.4. Essai de flexion
L'essai de flexion est un test très important pour l'évaluation de la qualité d'un tissu et de
l'esthétique de son drapé. La flexion décrit la capacité de résistance à la déformation sous une
sollicitation normale à la surface du tissu. D'après le genre de sollicitation, on peut distinguer deux
sortes de déformations, une unidirectionnelle et l'autre multidirectionnelle. Il existe plusieurs
méthodes pour évaluer la propriété de flexion unidirectionnelle. Parmi ces méthodes on cite: la
méthode coulissante, la méthode en forme de "rond", en forme de "poire" et celle en forme de
"cœur". Par contre, pour l'évaluation de la propriété de flexion multidirectionnelle on utilise la
méthode de drapé.

La méthode coulissante ou "en porte-à-faux"

Les premières expérimentations sur la flexion ont été effectuées par Peirce en 1930 [PEI 30],
qui a développé un appareil appelé "flexiomètre" permettant de mesurer la rigidité de flexion du
tissu. Le mode opératoire est le suivant:

Placer une bande de tissu sur le support horizontal de l'appareil (voir figure I.29, 30).

25
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Faire glisser cette bande en dehors du support jusqu'à ce que son extrémité libre intercepte
une ligne oblique de référence d'inclinaison q. On note alors, la longueur L "longueur tombée de
tissu (voir figure I.29).

L
q

Eprouvette de tissu

Figure I.29 Principe de la méthode "en porte-à-faux".

Figure I.30 Flexiomètre à méthode "en porte-à-faux" [SAV 99].

Peirce a déterminé empiriquement la rigidité de flexion en l'exprimant par la formule


suivante:
ML3 cos(q 2)
G= (E.I.4)
8 × tan q

où, G: la rigidité à la flexion du tissu, M: la masse surfacique, L: la longueur "tombée" du tissu et


q : l'angle entre le plan incliné et le plan horizontal.

La longueur de flexion est donnée par l'expression suivante:


13
æ cos (q 2) ö
C = L×ç ÷ (E.I.5)
è 8 tan q ø
où, C est la longueur de flexion.

Wei [WEI 89] a proposé une autre expression pour calculer la rigidité à la flexion G:

26
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

ML3 cosq
G= . (E.I.6)
8q

La méthode de la boucle suspendue

Les tissus qui sont trop mous pour donner un résultat satisfaisant par la méthode en porte-à-
faux peuvent avoir leur rigidité mesurée en les formant dans une boucle et en leur permettant de
s'arrêter sous leur propre poids. Une éprouvette de tissu de longueur L a ses deux extrémités
maintenues ensemble pour former une boucle. La longueur l0, mesurée entre le support et la partie
inférieure de l'éprouvette sous son propre poids, a été calculée [PEI 30] pour trois formes
différentes de boucles: la forme de "rond", de "poire" et de "cœur" comme illustré sur la figure
(figure I.31).

Figure I.31 Différentes formes de boucles suspendues.

Si la longueur réelle l de la boucle s'arrêtant sous son propre poids est mesurée, la rigidité
peut être calculée à partir de la différence entre les longueurs calculée et mesurée d=l-l0.

La flexibilité du tissu est importante quand la longueur de flexion l'est aussi. La longueur de
flexion peut être calculée pour les trois formes de boucles:

La boucle en forme de "rond"


d
l 0 = 0,3183L q = 157°
l0
C = 0,133 f (q ) (E.I.7)
La boucle en forme de "poire"

d
l 0 = 0,4243L q = 504,5°
l0

f (q )
C = 0,133 (E.I.8)
cos(0,87q )

27
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

La boucle en forme de "cœur"

d
l 0 = 0,1337 L q = 32,85°
l0

C = l 0 f (q ) (E.I.9)

où, C est la longueur de flexion,


13
æ cos(q ) ö
f (q ) = çç ÷÷ .
è tan(q ) ø

La méthode de drapé

Drapé est le terme employé pour décrire la façon dont le tissu tombe sous son propre poids,
sur un objet rigide. Il est très important pour l'évaluation du tombé de vêtement. Les qualités de
drapé exigées d'un tissu différent complètement selon l'utilisation finale du tissu, donc une valeur
donnée pour le drapé ne peut pas être classifiée comme bonne ou mauvaise. Les "tissus" tricotés
sont relativement souples et les vêtements faits à partir d'eux tendent à suivre les contours du
corps. Les tissus tissés sont relativement raides en comparaison de ceux tricotés de sorte qu'ils
soient utilisés dans l'habillement dit: "tailored clothing" où le tissu pend loin du corps et déguise
ses contours.

La recherche sur le "drapé" d'un tissu a été effectuée par plusieurs équipes, citons celle de
Chu et al [CHU 50, 60, 62], celle de Cusick [CUS 62, 65] et dernièrement une nouvelle méthode
utilisant les techniques d'imagerie qui est celle de Dean Robson [ROB 00].

Il existe essentiellement deux sortes d'appareils de mesure du drapé d'un tissu:

Drape-o-meter
Cet appareil a été développé par [BON 84]. Il est constitué d'un disque auquel on fixe un
tissu, sur la demi-circonférence, avec une longueur donnée l. A la base de l'appareil (figure I.32) on
retrouve une autre circonférence.

28
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

rn
r0

Figure I.32 Principe d'un drape-o-meter.

La rigidité de l'éprouvette en flexion dépend du rayon rn. Si l'éprouvette est rigide, le rayon
de courbure rn de son bord inférieur tendra à croître rapidement au fur et à mesure que la distance
entre le disque de support et la base augmente jusqu'à ce qu'on ait une ligne droite. Si en revanche
elle est parfaitement flexible, ce rayon reste égal à celui du disque r0.

Drapemeter
Au contraire du drape-o-meter qui soumet l'éprouvette à une contrainte tridimensionnelle sur
une seule série de fils à la fois (chaîne ou trame), le drapemeter impose à l'éprouvette une
déformation tridimensionnelle [CHU 50], [KAS 53]. Par conséquent, les résultats sont dépendants
des propriétés de cisaillement du tissu. Cependant, les résultats dépendent principalement de la
rigidité à la flexion du tissu.

Dans l'essai dont le principe est illustré sur la figure (figure I.33), une éprouvette circulaire
de diamètre C est tenue concentrique entre deux petits disques "support" de diamètre A. Il est
permis à ses bords de tomber du support en projetant une ombre irrégulière, dont l'aire est
équivalent à celle d'un cercle de diamètre B.

Papier

Tissu de diamètre C

Support circulaire
de diamètre A
Source de lumière

Miroir parabolique

Figure I.33 principe du drapemètre,

29
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

A
4p

Figure I.34 Schéma simplifié du résultat d'un test de drapé,


C

Figure I.35 Essai de drapé, vue supérieure d'un tissu drapé [SAV 99].

B-A
Le coefficient de drapé F est donné par la formule [AFN 80b]: F = et varie de zéro
C-A
pour un tissu parfaitement flexible à l'unité pour un tissu extrêmement raide.
V.2.2.5. Essai de torsion

Un appareil dont le schéma est montré sur la figure (figure I.36) a été développé par Toshio
Mori [TOS 94] pour déterminer la rigidité de torsion des tissus en soumettant leur éprouvettes à
une augmentation de torsion monotone. Pour éviter l'effet "lâche" du tissu dans le test et permettre
une mesure satisfaisante, des poids de prétension sont appliqués. Le couple de torsion agissant sur
le tissu est mesuré, ainsi la courbe "couple de torsion en fonction de l'angle de torsion" est tracée

30
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

(figure I.37). La déformation de torsion du tissu est décrite pour corréler la déformation complexe
avec les propriétés qui peuvent être mesurées en se basant sur un modèle élastique plan.

Poulies

Jauge de contrainte pour le Jauge de contrainte pour le


couple de torsion chargement dans le plan

Mâchoire supérieure
Charge de prétension

Eprouvette

Mâchoire inférieure

Tige support
Encodeur

Moteur

Table support

Figure I.36 Schéma de l'appareil de mesure de rigidité de torsion [TOS 94].

Couple de torsion
(µNm/m)

Angle de torsion
(degrés)

Figure I.37 Courbe du couple de torsion typique en fonction de l'angle de torsion [TOS 94].

31
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Détermination de la rigidité de torsion

Le but du travail [TOS 94] est de mesurer la rigidité de torsion d'un tissu à un poids de
prétension nul (w0 =0) .

La rigidité de torsion d'un tissu à telle valeur de poids de prétension (w0) est donnée par la
pente initiale de la courbe "couple de torsion en fonction de l'angle de torsion".

Un ensemble de mesures effectuées sur une même éprouvette de tissu et de valeurs de w0


différentes donne des résultats typiques à ceux illustrés sur la figure suivante (figure I.38):

Rigidité de torsion t (µNm)


16

14
0
12
0
10

0 5 10 15 200 25 Charge (w0)


0
Figure I.38 Relation entre la rigidité de torsion calculée (t) et le poids de prétension (w0).

Finalement, la rigidité de torsion à une charge de prétension nulle (w0 =0) est obtenue
graphiquement par extrapolation de la charge de prétension à zéro à partir de la courbe linéaire des
rigidités de torsion en fonction des charges de prétension appliquées.
V.2.2.6 Essai de déchirement
La résistance au déchirement d'un tissu est la propriété qu'il possède de supporter, avant de se
rompre, une force qui tend à séparer les fils constituant le tissu en brisant certains.

Selon le tissu et son usage, le déchirement peut se produire de différentes façons:

32
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

V.2.2.2.6.1. Déchirure au clou

Déchirement au clou en force progressive [AFN 81b]

Pince fixe du Force Fc = f(L)


dynamomètre

0
Allongement
L

Pince mobile du
Fc dynamomètre

Figure I.39 Déchirement au clou en force progressive.

L'énergie totale du déchirement est donnée par l'expression suivante:


Ld

Wa = ò f ( L)dL
0
(E.I.10)

Déchirement au clou en force vive [AFN 81c]

La pince solidaire du pendule

Fc

Figure I.40 Déchirement au clou en force vive.

La force moyenne dans ce genre de test est donnée par:

Wc
Fc = (E.I.11)
L

33
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

V.2.2.2.6.2. Déchirure amorcée

Déchirement continuant une déchirure amorcée en force progressive [AFN 81b]

Figure I.41 Déchirement d'un échantillon par une machine de traction [SAV 99].

Pince mobile du dynamomètre


Force Fa = f(L)

L Ld
0 Allongement

Pince mobile du dynamomètre

Fa
Figure I.42 Déchirement continuant une déchirure amorcée en force progressive.

Déchirement continuant une déchirure amorcée en force vive [AFN 81c]

Fa
La pince solidaire du pendule

Figure I.43 Déchirement continuant une déchirure amorcée en force vive.

La force moyenne dans ce genre de test est donnée par:


Wa
Fa = (E.I.12)
2L

34
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

V.2.2.7. Essai d'éclatement


A l'aide d'un dispositif annulaire de serrage on fixe l'éprouvette de tissu. Puis on applique
une force sur un objet de forme sphérique dans le sens perpendiculaire au tissu jusqu'à son
éclatement. Ce type de test est utilisé pour évaluer la propriété mécanique du tissu sous une
sollicitation multidirectionnelle. Cette dernière est rencontrée dans le cas des tissus de parachutes
par exemple.

Cet essai peut se faire au moyen d'un éclatement à membrane (figure I.44) [AFN 73b],
[SAV 99] où une éprouvette de tissu est fixée au-dessus d'une membrane élastique. Une pression
régulièrement croissante est exercée par un fluide sur la face inférieure de la membrane jusqu'à
l'éclatement de l'éprouvette. A l'aide de cet essai on peut mesurer la pression exercée avec et sans
éprouvette et également la flèche à l'éclatement [AFN 73b]. Puis on peut calculer la résistance à
l'éclatement (pression nécessaire pour provoquer l'éclatement d'une éprouvette de tissu), la flèche à
l'éclatement (la hauteur maximale, par rapport au plan initial, du centre de la surface supérieure de
l'éprouvette au moment de l'éclatement) et l'indice d'éclatement (rapport de la résistance à
l'éclatement à la masse surfacique de l'éprouvette).

Indicateur de flèche
Manomètre

Eprouvette Membrane élastique

Dispositif de fixation

Piston

Figure I.44 Eclatomètre à membrane

V.2.2.8. Essai d'arrachement


Le principe de l'essai d'arrachement est semblable à celui d'une traction simple jusqu'à
rupture, sauf dans le cas d'arrachement la largeur de l'éprouvette est supérieure à celle des
mâchoires [BOO 68], [AFN 73c] (voir figure I.46).

35
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Mâchoire supérieure
Force

Eprouvette

B
0 Allongement

Mâchoire inférieure

Figure I.46 Principe et diagramme de l'essai d'arrachement.

Sur le diagramme force-allongement (figure I.46) l'allure de la courbe OA est identique à


celle de la traction simple. Par contre la partie AB est différente. Ceci peut être expliqué par le fait
que les fils adjacents continuent à contribuer à l'effort au moment où les fils pris par les mâchoires
sont brisés.
V.2.2.9. Essai de compression
Outre les fibres, le tissu englobe une grande quantité d'air, qui entre autres, est responsable
de ses bonnes propriétés d'isolation thermique et de son influence légère dans l'essai de
compression d'un tissu. Quand un tissu est comprimé, l'espace entre les fibres est diminué jusqu'à
ce qu'elles entre en contact entre elles. Trois étapes dans la déformation d'un tissu ont été
identifiées [MAT 95]. Premièrement, les différents fibres dépassant la surface des fils sont
comprimées. La résistance à la compression dans cette région est due à la flexion des fibres. Le
contact est ensuite fait avec la surface des fils. A ce point le frottement inter-fils et/ou inter-fibres
est la source de la résistance à la compression jusqu'à ce que toutes les fibres soient en contact
l'une avec l'autre. Dans la troisième étape, la résistance est fournie par la compression transversale
des fibres eux-mêmes.

Matsudaira et Qin [MAT 95] considèrent que dans la première et la troisième étapes de
compression, la déformation élastique a lieu, tandis que dans la deuxième étape sont les forces de
friction qui interviennent dans la compression. Les forces, qui permettent au tissu de reprendre la
majeure partie de son épaisseur initiale après compression, viennent du recouvrement élastique des
fibres en flexion et en compression transversale.

36
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

La figure (figure I.47) montre le changement d'épaisseur avec la pression pour un tissu mou
ainsi que le recouvrement en épaisseur pendant que la pression est enlevée. D'après l'analyse de la
courbe et plus particulièrement de sa pente initiale "raide", on constate qu'il est difficile de mesurer
l'épaisseur de façon exacte puisque un petit changement de pression dans cette région cause un
grand changement d'épaisseur mesurée. L'épaisseur à pression nulle doit être toujours obtenue par
l'extrapolation de la courbe, car une pression positive est nécessaire pour mettre n'importe quel
instrument de mesure en contact avec la surface du tissu.

Epaisseur (mm)

Pression

Chargement

Recouvrement
Eprouvette Pression (KPa)

Figure I.47 Changement de l'épaisseur en fonction de la pression.

L'hystérésis entre les courbes de chargement et de déchargement (figure I.47) est due au
frottement interne du tissu. La différence d'épaisseur à une basse pression entres les cycles de
chargement et de déchargement peut être utilisée comme mesure de résilience.

V.2.2.10. Formabilité [SAV 99]


Lindberg et al [LIN 60] ont examiné les propriétés du tissu qui sont spécifiquement exigées
dans la fabrication de vêtements. Parmi d'autres propriétés ils ont identifié le besoin d'un tissu
d'être capable de se comprimer dans son plan sans flambement. Par exemple, au col d'un vêtement
le tissu est plié sur lui même, ce qui signifie que sa couche intérieure doit se conformer à un rayon
de courbure plus petit que celui de la couche extérieure. Donc, la couche intérieure doit se
contracter et celle extérieure doit s'étirer. Si le tissu est incapable de s'accommoder à ce
changement de longueur, la couche intérieure se pliera. La capacité de déformation de cette
manière est dite formabilité qui est une mesure de la quantité de compression qu'un tissu peut subir
avant son flambement.

37
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

La mesure de la formabilité est dérivée de la rigidité de flexion et le module de compression


d'un tissu. Le module de compression ne peut pas être mesuré directement puisque le tissu flambe
rapidement même à très faibles contraintes. Cependant, il est dérivé du module d'extension à très
faibles tensions (positives et négatives) comme illustré sur la figure (figure I.48).

Force

Compression B
Extension

Figure I.48 Pente d'une courbe d'extension autour de l'origine (à très faibles contraintes).

A partir de la courbe on a:

B = CP (E.I.13)
où, B : compression, P: force et C: compressibilité, qui est la pente de la courbe d'extension.
La force exigée pour le flambement d'un échantillon de tissu de longueur l est donnée par:

b
P=K× (E.I.14)
l2
où, K: constante et b: rigidité de flexion.
Remplaçant (E.I.14) dans (E.I.13) on obtient la quantité de compression B d'un tissu de
longueur l avant son flambement:

Cb
B=K× . (E.I.15)
l2
Dans les limites d'application de cette équation, le produit Cb est une propriété spécifique du
tissu qui détermine la quantité de compression qu'il peut subir avant flambement. Lindberg nomme
ce produit la formabilité compressionnelle Fc. Pour un tissu donné, la formabilité, comme la
flexion et la tension, varie avec la direction chaîne ou trame.

38
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

V.2.2.11. Essai de frottement de tissu


Deux méthodes principales sont généralement employées pour mesurer le frottement de
tissu. Une de ces méthodes est montrée sur la figure (figure I.49).
F

Force normale (poids)

Bloc de masse m
Frottement avec tissu
Eprouvette

Surface rigide et plane


Figure I.49 Essai de frottement de tissu.

Le principe de cette méthode est de tirer un bloc de masse m sur un tissu placé au-dessus
d'une surface rigide et plane. Le fil connecté au bloc est mené autour d'une poulie sans frottement
et connecté à une cellule de charge appropriée dans une machine de traction. Cela peut mesurer la
force F exigée pour démarrer le déplacement du bloc et également le tenir lors de son
déplacement, fournissant ainsi les coefficients statique et dynamique de frottement à partir de la
formule:

F
f = (E.I.16)
mg
où, f : coefficient de frottement, F : force de frottement, m: masse du bloc et g: accélération de
pesanteur.
Le coefficient de frottement mesuré est spécifique pour les deux matériels en contact
(bloc/tissu). Le bloc utilisé peut être une construction solide d'un matériel connu comme l'acier ou
le bois, ou il peut être couvert dans un tissu. Parmi les facteurs qui peuvent affecter des mesures de
frottement de tissu, la présence de certains produits sur le tissu comme les adoucisseurs qui
réduisent son frottement.

A partir du montage (figure I.49) on peut avoir un diagramme de la force de frottement en


fonction du déplacement du frotteur, ceci est illusté sur la figure (figure I.50).

39
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Force de frottement
Force de frottement
Force moyenne de
statique
frottement dynamique

Déplacement du frotteur

Figure I.50 Diagramme de la mesure de frottement d'un tissu.

La deuxième méthode employée pour mesurer le frottement du tissu est celle du plan incliné
(figure I.51). Le principe de cette méthode est de poser un bloc de masse m sur un plan incliné
couvert par un échantillon de tissu à mesurer de telle façon que l'angle d'inclinaison q soit l'angle
maximum qui ne provoque pas le déplacement du bloc. A ce point, la force de frottement est
donnée par:

RN
F

Eprouvette
mg
q
Figure I.51 Test de frottement de tissu (méthode du plan incliné)

F = mg × sin(q ) (E.I.17)
et la réaction normale RN est donnée par:
R N = mg × cos(q ) (E.I.18)
Comme le coefficient de frottement f est le rapport de la force de frottement F et la réaction
normale RN alors nous avons:

f = tan(q ) . (E.I.19)
Cette dernière méthode mesure le coefficient de frottement statique. Le coefficient de
frottement dynamique peut être mesuré en donnant au bloc une impulsion initiale et en déterminant
l'angle minimum seuil auquel le mouvement continue.

40
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Avec des matériaux textiles, le coefficient de frottement est dépendant de la réaction normale
RN, ce qui n'est pas le cas dans les lois du chercheur français Amontons [CAR 88] qui sont valables
uniquement pour les matériaux durs comme les métaux et les verres.

F = a(R N )
n
(E.I.20)
où, F: force de frottement, RN : réaction normale au plan incliné, a: coefficient (égal à f quand
n = 1) et n: indice de frottement qui peut varier entre 6,67 et 1.0, a été obtenu par [CAR 88] pour
adapter les données expérimentales de manière approximative.

Beaucoup de travaux ont été effectués sur ce sujet, on peut citer les références suivantes dans
l'ordre chronologique: [DRE 43], [THO 61], [WIL 63], [OHS 66], [SCH 70] et [ZUR 85].
V.2.2.12. Essai de perméabilité
La mesure de la perméabilité à l'air n'est pas d'aspect tactile. Elle est indirectement liée aux
propriétés mécaniques du tissu. La perméabilité à l'air d'un tissu est son aptitude de se laisser
traverser par l'air. La facilité ou la difficulté du passage d'air est d'une importance majeure pour
certains usages finaux de tissu tels que: les filtres industriels, les toiles à voile, les parachutes, les
imperméables et les airbags.

Le principe de la mesure est illustré sur la figure (figure I.52) suivante:

Mesure du flux d'air

Air

Eprouvette

Manomètre

Figure I.52 Test de perméabilité à l'air.

Essai standard britannique [BS]


La perméabilité à l'air est définie comme le volume d'air en ml qui passe en une seconde à
travers une surface de 100 mm2 du tissu à une différence de pression de niveau d'eau de 10mm.

Dans l'essai standard britannique [BS] le flux d'air à travers une surface donnée de tissu est
mesuré à une chute de pression constante (niveau d'eau de 10 mm) à travers le tissu. Cinq
éprouvettes sont utilisées chacune avec une surface d'essai de 508 mm2 et la circulation moyenne
d'air en ml par seconde est calculée à partir des cinq résultats. A partir de ceci la perméabilité à l'air

41
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

peut être calculée en ml par 100 mm2 par seconde. Plusieurs précautions [SAV 99] sont prises en
considération dans l'essai afin d'aboutir à des résultats précis.

La réciproque de la perméabilité à l'air, résistance à l'air, peut être définie comme temps en
secondes pour qu'un ml d'air passe à travers 100 mm2 de tissu sous une pression de niveau d'eau de
10 mm.

L'avantage d'employer la résistance d'air au lieu de la perméabilité à l'air pour caractériser un


tissu est que dans un assemblage d'un certain nombre de tissus, la résistance d'air totale est alors la
somme des résistances d'air individuelles.

Essai "Norme française" [AFN 73a]

Le principe de la mesure est presque identique au précédent. La perméabilité étant définie


comme le volume d'air par unité de temps et par unité de surface lorsque l'on crée entre ses deux
faces une différence de pression spécifiée. Ce paramètre s'exprime en fonction de la différence de
pression [AFN 73a].

L'essai "Norme française" s'effectue par réglage du débit de l'air traversant l'éprouvette de
surface entre 20 cm2~ 50 cm2 et cela selon la structure du tissu, de telle façon qu'entre les deux
faces du tissu, il y ait une différence de pression de 196 Pa.

On peut utiliser la formule de Poiseuille à condition que la répartition des pores soit
uniforme :
3
æ mö
çç1 - ÷
v è rv ÷ø
= (E.I.21)
DP æ m ö 2
çç ÷÷ × L ´ 16 Rh
è rv 0 ø
où, v : débit de l'air,ÑP: différence de pression entre les deux faces du tissu, r : masse volumique
de la fibre, h : coefficient viscosité de l'air, R : coefficient de forme de la fibre, m : masse du
tissu, L : épaisseur du tissu, v0 : volume du tissu, d : diamètre de la fibre.

42
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

MODELISATION DE CERTAINS TYPES D’ESSAIS EFFECTUES SUR LE


TISSU ( études théoriques )
Dans toute l'histoire de la science des textiles, de nombreuses mesures expérimentales ont été
développées pour évaluer et contrôler la qualité du tissu. Par contre c'est à partir des années 30 que
certaines études théoriques ont commencé à apparaître. Ces études consistent en général à dégager
les relations constitutives entre la sollicitation exercée sur la cellule de base du tissu et la réponse
en se basant sur la représentation théorique de la cellule de base. L'hypothèse d'homogénéisation
est donc de fait acceptée par défaut bien qu'elle ne soit jamais mentionnée par les auteurs.

Dans l'ensemble, on constate qu'il existe deux approches, qualifiées ici d'approche liant force
et géométrie et d'approche énergétique.

VI.1. Approche liant forces et géométrie


VI.1.1. MODELES DE TRACTION
VI.1.1.1. Travaux de Peirce
Le modèle géométrique de Peirce [PEI 37] est l'exemple classique et en même temps le plus
ancien et le plus connu dans la modélisation des propriétés mécaniques des tissus en fonction de la
contexture. Dans ce modèle, les fils de chaîne et de trame présentent des trajectoires
bidimensionnelles. Le modèle suppose une structure initiale du tissu d'armure toile, composée de
fils uniformes de section circulaire (figure I.53). Grâce à cette géométrie, il est possible d'effectuer
différents calculs de la géométrie. En revanche, ce modèle simple, ne permet de traiter que des
tissus simples par exemple d'armure toile.

dtr hch
lch
2

dch

Ptr
Figure I.53 Modèle de Peirce (fil à section droite circulaire, armure toile).

Peirce explique, dans sa publication, que son modèle ne peut être viable que si les fils ont
une section droite circulaire, que s'ils sont quasi-incompressibles et en même temps parfaitement
flexibles. Ainsi, la courbure d'un fil est uniforme et imposée par la section droite du fil entrecroisé.

43
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Par simples considérations géométriques des segments de fils représentés sur la figure (figure
I.53), il existe des relations entre différents paramètres, à savoir:

Pich = (l ich - Diq ich ) cos(q ich ) + Di sin(q ich ) , (E.I.22)


Pitr = (litr - Diq itr ) cos(q itr ) + Di sin(q itr ) , (E.I.23)
hich = (l ich - Diq ich ) sin(q ich ) + Di (1 - cos(q ich ) ) , (E.I.24)
hitr = (l itr - Diq itr ) sin(q itr ) + Di (1 - cos(q itr ) ) , (E.I.25)
hich + hitr = Di , (E.I.26)
où, dich, ditr : les diamètres des deux fils, chaîne et trame, Pich, Pitr : les distances entre deux fils
consécutifs de chaîne, trame, lch, litr : les longueurs du fil entre deux points de croisement, qich, qitr :
l'angle maximum entre l'axe du fil et le plan du tissu pour les deux systèmes chaîne et trame, hich,
hitr : les déplacements maximaux des centres de fils de chaîne, trame du plan du tissu dans la
direction perpendiculaire à ce dernier, et Nch, Ntr : les nombres des fils en chaîne et en trame
1
(fils/cm); ( N ch,tr = ).
Pch,tr

L'indice i = 1,2 est utilisé par la suite pour désigner l'état avant et après déformation.
Quand le tissu est allongé suivant les axes X et Y sous l'effet des sollicitations respectives Fx
et Fy, les trois types de forces sont induites: la tension du fil de chaîne Tch, la tension du fil trame
Ttr et la force de compression Fc agissant sur les surfaces de contact des fils de trame et de chaîne.

Si Fx et Fy sont les forces par unité de longueur du tissu, on peut écrire, dans l'état déformé
les équations d'équilibre suivantes:

Tch cos(q 2ch )


Fx = , (E.I.27)
P2tr
Ttr cos(q 2tr )
Fy = , (E.I.28)
P2 ch
Fc = 2Tch sin(q 2ch ) = 2Ttr sin(q 2tr ) . (E.I.29)
Connaissant les propriétés mécaniques du fil et en tenant compte des relations liants les
différents paramètres géométriques du tissu, la résolution des équations précédentes permet de
prévoir la réponse contrainte déformation de ce tissu.

Cependant, du fait que ces équations sont complexes, Peirce a proposé les hypothèses
suivantes pour simplifier les calculs:

44
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Le fil est inextensible et incompressible, i.e. le module élastique E = ¥, l2ch = l1ch, l2tr = l1tr, d2ch =
d1ch, d2tr = d1tr;

Le fil est parfaitement flexible, i.e. que seules les variantes d'embuvage et de retrait interviennent
dans la déformation du tissu.

Par conséquent, le problème se réduit à quatre inconnus: q2ch, q2tr, P2ch, P2tr.

Ceci est exprimé par les équations suivantes:

æ l ch ö æl ö
ç - q 2ch ÷ sin(q 2ch ) - cos(q 2ch ) = (cos(q 2tr ) - 1) - ç tr - q 2tr ÷ sin(q 2tr ) , (E.I.30)
èD ø èD ø

éæ l ù æF ö é ù
ö
cos(q 2ch ) êç ch - q 2ch ÷ cot g (q 2ch ) + 1ú = ç x ÷ cos(q 2tr ) êæç l tr - q 2tr ö÷ cot g (q 2tr )ú . (E.I.31)
ëè D ø û çè Fy ÷
ø ëè D ø û

De la résolution de ces deux équations et pour un taux de contrainte (Fx/Fy) donné, on peut
déterminer les valeurs de q2ch et q2tr. Des équations (E.I.22) et (E.I.23) on déduit les valeurs de P2ch et
P2tr.

Le fait de considérer que le fil est inextensible suppose qu'on est dans un domaine
d'extension du tissu relativement faible. En effet, le comportement du fil dans ce domaine
d'extension résulte de l'élimination de l'ondulation du fil.

Une source d'erreur connue pour ce modèle est l'aplatissement des fils au niveau des
entrecroisements. Pour remédier à ce problème, Peirce continue à utiliser les équations dérivées de
la géométrie à sections droites circulaires en remplaçant le diamètre d'un fil par le petit axe d'une
section elliptique (figure I.54). cette approximation est raisonnable pour des tissus peu serrés, mais
elle ne permet pas l'application d'une telle géométrie pour étudier les structures serrées et surtout
pour évaluer le serrage (c'est-à-dire le nombre maximal de fil par unité de longueur ou largeur du
tissu).

atr

bch btr

Ptr
Figure I.54 Modèle de Peirce, (fil à section droite elliptique, armure toile).

45
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Pour pallier à cette difficulté, Kemp [KEM 58] a modifié la forme de la section droite d'un fil
dans un tissu toile. Pour cela, il adopte la forme dite " champ de course" (figure I.55). la section
d'un fil dans cette géométrie se compose d'une portion rectangulaire au centre et deux demi-cercles
sur les côtés. Kemp a supposé également que la surface de la section droite reste inchangée par
rapport à la section circulaire.

atr

bch btr

Ptr
Figure I.55 Modèle de Kemp, (armure toile).

Hamilton a élargi la géométrie de type "champ de course" de Kemp sur d'autres armures que
la toile [HAM 64] (figure I.56).

P'tr>atr P"tr P'tr P'tr P"tr P'tr


i i i
Figure I.56 Modèle de Hamilton, (armure sergé 2/2).

D'autre chercheurs [OLO 64], [LEA 64] et [GRO 66c] ont proposé leurs modèles en
modifiant les hypothèses de Peirce.

VI.1.1.2. Travaux d'Olofson


En se basant sur les critiques du modèle de Peirce, Olofson [OLO 64] a proposé un modèle
plus amélioré (figure I.57). Ce modèle permet de tenir compte du fait que les fils sont en état de
déformation complexe et que la section du fil n'est pas obligatoirement circulaire.

46
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

P
Q
M
A q
2Q P
s
qmax y
P
M0 x
2Q Q
(b)
Q=0, P=0 M=0
2Q A q0
S0 q0max

P 0
M0=0
(a) (c)
Figure I.57 Modèle de la cellule de base d'après Olofson.

L'équation décrivant la géométrie du fil est déduite de la condition d'équilibre général


suivante:

M + Py - Qx = 0 (E.I.32)
où, M, P, Q sont des composantes de la réaction résultante sur la section du fil;

(x, y) sont les coordonnées de la section du fil.

En introduisant le coefficient de forme y tel que:

dq 0 dq
= (1 + y ) (E.I.33)
ds0 ds
le moment a pour expression:

æ dq ö
M = Eb Iy ç ÷ (E.I.34)
è ds ø
où, EbI est la rigidité de flexion.

En utilisant l'équation (E.I.34), l'équation (E.I.32) devient:

æ d 2q ö P Q
y çç 2 ÷÷ + sin q - cosq = 0 (E.I.35)
è ds ø Eb I Eb I
la solution de cette dernière équation est de la forme:

47
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

ì
=
(y sin y )1 2 é signQ
( ) ù
ï y
b êsin a signP 2 E F - F F + 2C cos a cos Fú
ï ë û (E.I.36)
í
ï y = (y sin y )
12

ï b
é
( ) signQ ù
êcos a 2 E F - F F + 2C signP cos a cos Fú
î ë û
où, b, f, C sont des paramètres dépendant de la géométrie et des propriétés du fil, `Ef, `Ff sont
des intégrales elliptiques.

A partir des équations (E.I.36), les relations entre la déformation du fil et la sollicitation sont
donc facilement obtenues

VI.1.1.3. Travaux de Kawabata


Au début Kawabata a développé un modèle de traction biaxiale [KAW 73b] et a proposé une
structure de tissu similaire à celle de Peirce, mais représentée de manière différente. Les axes de
fils de chaîne et de trame sont supposés être des droites avec points de flexion P1 et P2 sur l'axe
perpendiculaire au plan du tissu (figure I.58).

X X

Z Y
Ptr Y
l ch
2
Z 2 q ch

P1 q tr
l tr
Pch
hch P2 2
2
htr

a) Avant déformation,

48
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

X
X
lx Tch Fx
Z lch ly Y
Z Ach Y
Fy
Fc
Ttr
ltr Bch Fc
Atr
Btr

b) Après déformation
Figure I.58 Modèle de Kawabata.

Sur la figure (figure I.58), les symboles sont définis comme suit:

Aich, Aitr : les propriétés en traction des fils de chaîne et de trame;


Bich, Bitr : les propriétés en compression des fils de chaîne et de trame;
lch, ltr : les taux d'allongement des fils de chaîne et de trame ;
lx, ly : les taux d'allongement du tissu suivant les axes X et Y;
Fx, Fy : les forces de traction suivant les axes X et Y;
Fc : la force de compression due au contact entre les deux fils (croisement) et agissant
suivant l'axe Z;
Tch, Ttr : les tensions sur les fils de chaîne et de trame ;
Nich, Nitr : les comptes des fils en chaîne et en trame (fils/cm).
Pich, Pitr : les distances entre deux fils consécutifs de chaîne, trame;
lich, litr : les longueurs du fil entre deux points de croisement;
qich, qitr : l'angle maximum entre l'axe du fil et le plan du tissu pour les deux systèmes
chaîne et trame;
hich, hitr : les déplacements maximaux des centres de fils de chaîne, trame du plan du tissu
dans la direction perpendiculaire à ce dernier.
L'indice i = 1,2 est utilisé par la suite pour désigner respectivement l'état avant et après
déformation.

En examinant la figure (figure I.58), lorsque le tissu est allongé suivant les axes X et Y avec
lx et ly, on peut déduire lch et ltr par simples considérations géométriques:

49
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

4(h2ch ) 2 + (l x P1ch )
2

lch = , (E.I.37)
4(h1ch ) 2 + ( P1ch ) 2

4(h2tr ) 2 + (l y P1tr )
2

ltr = . (E.I.38)
4(h1tr ) 2 + ( P1tr ) 2
Lorsque le tissu (structure unité) subit un effort de traction biaxiale, on peut écrire les
équations d'équilibre statique par les représentations des propriétés de traction des fils de chaîne et
de trame:

Tch,tr = g ch ,tr (lch,tr ) . (E.I.39)

Par conséquent, on pourra écrire:


g ch (lch )l x P1ch
Fx = , (E.I.40)
4(h2ch ) 2 + (l x P1ch ) 2

g tr (ltr )l y P1tr
Fy = , (E.I.41)
4(h2tr ) 2 + (l y P1tr ) 2

4 g ch (lch )h2ch 4 g tr (ltr )h2tr


Fc = = . (E.I.42)
2 2
4(h2ch ) + (l x P1ch ) 4(h2tr ) 2 + (l y P1tr ) 2

Il est donc indispensable de connaître les propriétés des fils en traction représentées
respectivement par les fonctions gch, tr (lch, tr); ce qui revient à connaître les propriétés Ach, tr.
Egalement, il faut connaître leurs comportements en compression, i.e. les propriétés Bch, tr, pour
pouvoir résoudre les équations données ci-dessus.

L'auteur propose de traiter le problème selon deux hypothèses: fils incompressibles ou fils
compressibles. Les équations ((E.I.40), (E.I.41) et (E.I.42)) sont modifiées en conséquence.

A partir de cette analyse Kawabata a traité également la traction uniaxiale. Dans ce cas, une
des deux forces Fx, y est nulle, on prend par exemple Fy. Il en résulte que Ttr=gch,tr(lch,tr)=0 et par
conséquent on a également Fc=0. Donc, l'écart entre les résultats théoriques et expérimentaux est
important. Pour éviter ce problème , l'auteur a proposé de modifier la forme des propriétés de
compression des fils, i.e. Bch, tr; (notons que les propriétés des fils en flexion ne sont pas prises en
compte). Kawabata a introduit une force Fcb, qui s'oppose à la flexion du fil, et une force Fcs, qui
s'oppose aux déplacements (dû à la compression) des fibres dans le fil, pour exprimer la force de
compression comme suit:

50
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

dFc
Fc = Fcb ± Fcs = C b h2 + Kh2 ± KFc , (E.I.43)
dh2
d'où,
h2 C b
Fc = , (E.I.44)
1 ± 2K
où, Cb: représente la rigidité en flexion des fibres et K: est un coefficient qui fait introduire dans
l'analyse le frottement entre les fibres et les paramètres géométriques du tissu.

Enfin, Kawabata, utilise ces développements dans l'analyse de la traction biais.

VI.1.2 . MODELES DE CISAILLEMENT


VI.1.2.1. Travaux de Olofson
Olofson [OLO 67] a développé un modèle d'après lequel un élément d'armure toile sous une
contrainte de cisaillement se déforme suivant la figure (figure I.59). L'angle de cisaillement g dans
ce modèle est dû en partie au glissement entre les fils aux points d'entrecroisement (ge) et en partie
à la flexion des fils.

Sur la figure (figure I.59), la ligne OB est la ligne centrale d'un fil entre les deux points de
contact dans une éprouvette de tissu. L'éprouvette est déformée de la position initiale OB' à la
position OB par la force de cisaillement ty et la force de traction sy. Le moment M0 sert à
équilibrer le cisaillement de l'éprouvette.

ty
sy
M
B
s y M0 A ge g X
O Py B'

ty
Figure I.59 Modèle de cisaillement d'Olofson.

L'équation d'équilibre en un point quelconque A(x, z) peut être écrite de la façon suivante:

51
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

2
(E b I ) dZ
- M 0 + x(t y + s y sin(g ) ) - Zs y cos(g ) = 0 , (E.I.45)
dx 2
où, (EbI) est la rigidité de flexion du fil.

La solution de l'équation (E.I.45) est donnée par:

æ ty ö M0
Z = C1 sinh( b ) + C 2 cosh( b ) + xç tg (g ) + ÷- , (E.I.46)
ç s cos(g ) ÷ s cos(g )
è y ø y

s y cos(g )
où, b= .
Eb I

Le calcul des constantes C1 et C2 passe par les conditions aux limites, à savoir:

dZ d 2Z M0
au point O: x = 0 et z = 0 , on a = tan(g e ) , = ,
dx dx 2
Eb I

dZ d 2Z M0
au point B: x = Py et z = Py tan(g ) , on a = tan(g e ) , = ,
dx dx 2
Eb I

d'où,

ì s y cos(g )(tan g e - tan g ) - t y


ïC1 =
ï bs y cos(g )
í , (E.I.47)
ïC = M0
ï 2
s y cos(g )
î
avec,

ty æ bPy ö
tan(g e ) = tan(g ) - ç - 1÷ .
s y cos(g ) çè 2 tanh( b Py 2) ÷ø

L'expression de tan(ge) peut être encore simplifiée par un développement en série:

t y Py2 æ s y Py2 cos(g ) ö


tan(g e ) = tan(g ) - ç1 - ÷.
12( Eb I ) çè 60( Eb I ) ÷ø

Egalement, pour des valeurs faibles des angles g et ge l'effet ne peut être négligé et tan(g),
tan(ge) peuvent être remplacées par g et ge. Ainsi on obtient l'expression simple suivante:

t y Py2
ge =g - . (E.I.48)
12( Eb I )

52
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

Pour simuler la courbe force-déformation de cisaillement, Olofson propose un modèle


rhéologique (figure I.60). Le point de coordonnées (gs, ts) représente l'instant avant lequel le
cisaillement est dû uniquement à la flexion des fils. Après ce point, le cisaillement se compose de
deux parties, une due aux glissements au niveau des entrecroisements des fils (ge) et l'autre à la
flexion des fils.

t
K1
K2 ts
t ts t
0 g
gs
Figure I.60 Modèle rhéologique de cisaillement proposé par Olofson.

VI.1.2.2. Travaux de Kawabata


La structure du tissu, sous une sollicitation de cisaillement, selon Kawabata [KAW 73a] est
illustrée sur la figure (figure I.61).

X1, x1
X1
x2

y01 y1 g
X2 X2
y2
y02

Figure I.61 Structure de cisaillement d'une cellule de base selon Kawabata.

L'expression du moment de cisaillement proposée par Kawabata est la suivante:

Tr = ±Tr 0 ± (C1 + C 2g )Fc + (C 3 + C 4 Fc )g , (E.I.49)


avec, Fc: la force de compression résultant de la traction biaxiale.

Dans un cas général, la déformation de cisaillement d'un tissu est représentée par la figure
(figure I.62).

53
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

X2 WX2
x2 wx2

lX2 tX2

tX1
g wx1, wX1
wx1, wX1
lx1
X1, x1
tX1
tX2 lX1
wx2
WX2

Figure I.62 Déformation de tissu sous cisaillement.

La symbolique présentée sur la figure (figure I.62) est:

sXi : Force de traction suivant Xi pour un fil,


sxi : Force de traction suivant xi pour un fil,
tXi : Force de cisaillement suivant Xi pour un fil,
g : angle de cisaillement,
lxi : Déformation suivant xi,
lXi : Déformation suivant Xi,
FXi : Tension du fil suivant Xi,
Ftri : Force nécessaire pour tourner l'angle de cisaillement à g pour une cellule de base.
D'après les conditions d'équilibres de ces forces, les divers types de cisaillement et en se
basant sur les deux hypothèses suivantes:

les lignes centrales de fils restent droites sous sollicitation de cisaillement,

les tensions, dans les fils, suivant l'axe Xi ne changent pas.

On a les relations suivantes:

Cas général où lX1, lX2 et g sont supposés connus:

1
t1 = (± Tr 0 ± (C1 + C 2g )Fc + (C3 + C 4 Fc )g ) , (E.I.50)
l X 1 y 01 cos(g )

cos 2 (g )
t2 = (± Tr 0 ± (C1 + C 2g )Fc + (C3 + C 4 Fc )g + F2 sin(g ) ) , (E.I.51)
l X 2 y 02

54
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

ì F1 = f ( l x1 , l x 2 )
ï
í F 2 = f ( l x1 , l x 2 ) , (E.I.52)
ï F = f (l , l )
î c x1 x2

F1, F2 et Fc peuvent être déterminées à partir de la théorie de la traction biaxiale [KAW 73b]
(Cf. VI.1.1.2.).

Cas du cisaillement simple où lX1 = lX2 = 1:

ìl x1 = l X 1 = 1
ï
í lX 2 1 , (E.I.53)
ï l x 2 = =
î cos(g ) cos(g )

cos 2 (g )
t2 = (± Tr 0 ± (C1 + C 2g )Fc + (C3 + C 4 Fc )g + F2 sin(g ) ) , (E.I.54)
y 02

ì F1 = f (l x1 , l x 2 )
ï
í F2 = f (l x1 , l x 2 ) . (E.I.55)
ï F = f (l , l )
î c x1 x2

Cas du cisaillement idéal où lx1=lx2 =1 et F1=F2 =0, donc la force de compression Fc=0.

ì cos 2 (g )
t
ï 2 = (± Tr 0 + C3g )
í y 02 . (E.I.56)
ïW = -t tan(g )
î 2 2

Les constantes Tr0, C1, C2, C3 et C4 sont déterminées via une méthode expérimentale
[KAW 73a].

VI.1.3. MODELES DE FLEXION


VI.1.3.1. Travaux de Grosberg
D'après Grosberg [GRO 66b], le comportement en flexion d'une structure textile surfacique
qui peut être décrite à partir d'un système multicouche dans lequel il existe deux zones:
Une zone dans laquelle la pression entre fibres les empêche de glisser l'un par rapport à l'autre
(zone linéaire: résistance élastique).
Une zone où la pression entre les fibres est faible et permet en conséquence le glissement entre
fibre et l'apparition de l'hystérésis dans le comportement du tissu (zone non-linéaire: résistance
de frottement des fibres).
A partir de ces considérations, Grosberg [GRO 66b] a exprimé le moment de flexion par:
ì m
ïM = M 0 +
í r , (E.I.57)
ïm = nm'
î

55
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

où, M : Moment de flexion appliqué sur le tissu, M0 : Moment dû aux forces de frottement dans
la structure, m : module de flexion du fil, n : Nombre de couches, m' : Module de flexion de
chaque couche, r : Rayon de courbure de flexion.

A partir d'une structure multicouche et de l'hypothèse selon laquelle il existe deux parties
d'un même fil ayant des propriétés de rigidité de frottement différentes:

Partie du fil située dans la zone de contact, donc sous pression,

Partie du fil située dans la zone libre, donc sous contact, moins rigide et sans glissement
interfibres.

Grosberg a introduit les relations suivantes:

Cas où M<M0.
m1 (l1 + l 2 )
M = , (E.I.58)
r × l1
où, l1 : longueur de la partie où il n'y a pas (ou peu) de glissement, l2 : longueur de la partie où
il y a du glissement, m1 : module de flexion de fil correspondant à la partie l1,

Cas où M>M0.
1 l
M 0 = µVd 2 + M oy (E.I.59)
8 l1 + l 2
sin(q )
avec, V = 16m
P2
où, µ : coefficient de frottement entre les fibres, d: épaisseur de la zone multicouche de la
structure, M0y : couple de résistance de frottement de fil, m : module de flexion de fil, V : force
normale, q : angle de tissage, P : distance entre deux fils consécutifs de chaîne ou de trame.

l2 est clairement proportionnelle au diamètre du fil et probablement lie entre le diamètre du


fil non-compressé et le diamètre minimum du fil compressé dans le tissu. Cette longueur (l2) peut
être estimée à partir du module initial de cisaillement du fil [GRO 66a]. La longueur l1 peut être
calculée à l'aide des paramètres géométriques à partir du modèle de Peirce. En effet, l1+ l2
représente la longueur du fil dans une cellule du modèle.

VI.1.3.2. Travaux de Abbott


Du fait de la grande différence entres les valeurs théoriques et expérimentales pour certains
modèles, G. M. Abbott [ABB 73] a proposé deux modèles correspondant aux fils ondulés et non
ondulés. Dans le premier cas, le tissu est considéré non relaxé, i.e. que les fils gardent les

56
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

contraintes internes et lorsqu'ils sont extraits du tissu ils recouvrent leurs formes initiales. En
revanche dans le deuxième cas, le tissu est considéré comme relaxé, une fois les fils sont extraits
du tissu ils conservent leur forme ondulée.

En utilisant la structure suggérée par Peirce [PEI 37], en se basant sur les deux hypothèses
précédentes et en considérant que le tissu est supposé d'être tissé à partir des fils de section droite
circulaire et ayant une rigidité de flexion by G. M. Abbott a établi un modèle de flexion
(figure I. 63).

V0 V0
b0 b0
2 s s 2
q X
x
r
d

P
2
A
b1 x
M C1 S1 I
C2 R
S2
b2
B

r-y2
r-h

g I (x1,y1)
B(x2,y2)

y
Figure I. 63 Schéma de la présentation de la configuration, en flexion, du tissu d'après G.M. Abbott.

Il propose les formules suivantes:

Dans l'état non relaxé (fils non ondulés), la rigidité de flexion est donnée par:

57
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

(2 r - h )(U 1 - U 0 )
b= , (E.I.60)
g
où, U1 est l'énergie de déformation dans la configuration de flexion calculée à partir des
paramètres géométriques de la structure illustrée (figure I. 63).

U0 est l'énergie de déformation dans le fil ondulé qui peut être exprimé par:

l/2
1
ò (moment de flexion) ds .
2
U0 = (E.I.61)
by 0

U0 peut être également calculée à partir des propriétés géométriques de la structure du tissu.

Dans l'état relaxé (fils ondulés), la rigidité de flexion est donnée par:

(2 r - h )U 1
b= . (E.I.62)
g
La variation du rapport des rigidités en flexion du tissu et du fil (b/by) en fonction de l'angle
q0 pour différentes valeurs de R/P (R=r+d/2) est illustrée sur le figure (fig. 64) [ABB 73].

b/by
5.0
R/P=0.8

4.0 R/P=0.7

3.0 R/P=0.6

2.0

1.0
R/P=0.5
Modèle de
tissu non réel
0 q0
0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 1.0
Figure I. 64 Variation du rapport des rigidités en flexion du tissu et du fil (b/by) en fonction de l'angle q0 pour différentes valeurs
de R/P.

Dans les modèles de type "forces-géométrie", les fils dans la cellule élémentaire de la
structure se représentent en segments dont les extrémités subissent des forces et/ou des couples. En
plus, les longueurs des segments varient parce que les points d’action des forces internes ne sont
pas forcément fixés. Dans ces conditions, pour pouvoir écrire les équations d’équilibre, il faut des

58
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

hypothèses de base concernant la géométrie de l’application de ces forces. Pour simplifier encore
l’analyse, la compression latérale des fils est souvent négligée [OLO 64,67], [GRO 66b].

VI.2. Approche énergétique


Les méthodes énergétiques peuvent être largement utilisées dans le domaine des problèmes
mécaniques complexes, où l’intuition géométrique est remplacée par des relations algébriques
déduites du principe de minimum d’énergie. Ces méthodes ne peuvent être appliquées que sur des
structures élastiques.

Dans un tissu relaxé, les fils s’organisent de telle sorte que l’énergie du système soit
minimale, compte tenu, bien sûr, des contraintes de frottement. De façon analogue, une structure
déformée tend vers un état d’énergie minimale dans lequel les forces et les couples sont en
équilibre mécanique.

Dans ce paragraphe, nous allons poser les principes de ces méthodes, ainsi que quelques
résultats de la bibliographie. Dans le chapitre suivant, nous traiterons en détail l’application du
principe du minimum d’énergie dans l’analyse du comportement mécanique d’un élément
représentatif d’une structure textile.

Le point initial d’une méthode énergétique consiste en l’identification et la formulation de


toutes les contributions individuelles de l’énergie d’un système. En appliquant ce principe à l’étude
de déformation des structures textiles, on aura quatre termes d’énergie de déformation [JON 77a, b,
c], [JON 78], [POS 81] énergie de flexion des fils, de torsion, de compression latérale, de traction.

Z2

l2

dz
l1
z5
m2cosz4
l3
z4 Z1
m2
m2sinz4
Z3
m1

Figure I.65 Un segment de fil dz dans un système sphérique.

Puisque l’énergie est une quantité scalaire, l’énergie totale de déformation d’une armure peut

59
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

être exprimée, à partir du schéma géométrique du fil dans l'espace à trois dimensions (figure I.65),
par la somme des termes partiels pour chaque fil de celle-ci. :

i = n li
E = å ò (Eb + E r + E c + Et )i ds , (E.I.63)
i =1 0

où, Eb, Er, Ec, Et sont respectivement l’énergie de flexion, torsion, compression latérale et de
traction de l’unité de longueur du i-ème élément de la structure, li est la longueur d'une partie
répétée de la cellule et n est le nombre de parties répétées.

Les énergies de flexion et de torsion par unité de longueur de fil peuvent être exprimées
comme suit:

ì B BK 2
E
ïï b =
2
å i ( &
z& ) 2
=
2
í 2
, (E.I.64)
ïE = G q
ïî r 2
avec, B : la rigidité de flexion du fil, G : la rigidité de torsion du fil, K : la courbure du fil et q : le
nombre de torsion par unité de longueur du fil.
L’énergie de compression latérale est exprimée par:

E c = Cg (r ) , (E.I.65)
où, C est la rigidité du fil en compression latérale,

g(r) est une fonction de la distance r entre le point étudié et celui de référence.

L’expression générale de g(r) [JON 77a], [JON 78], [POS 88] est :
a
ær ö
g (r ) = ç 0 ÷ , (E.I.66)
èrø
où, a est une constante appelée indice de compression, 5<a<30.

D’après l'expression donnée de g(r), on peut conclure que l’énergie de compression est
exclusivement fonction de la distance r. Cette expression est une approximation parce que l'énergie
de compression pourrait dépendre aussi de la tension longitudinale du fil [KAW 73]. Il
conviendrait d’admettre que la constante a soit fonction de la tension longitudinale du fil.

De toute façon, pour des structures soumises à de faibles contraintes (traction, flexion ou
cisaillement), la composante énergétique de traction est faible et l’indice de compression a peut
être considéré comme étant constant.

L'axe d'un fil est représenté par l'équation z=z(s) où s représente la longueur du fil. Le

60
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

problème de la minimisation de l'énergie totale de déformation U (E.I.67) est formulé de la façon


suivante:

ì z = z ( s)
ï
ïU é1 æ 1 G 2 C ö ù
ï z = z ( s ) = min ê ò ç 2 å ( &z&i ) + 2 B q + B g (r ) ÷ds ú
2 (E.I.67)
í ë0 è ø û
ï & 2
ï( z1 ) + ( z& 2 ) + ( z& 3 ) = 1
2 2

ïr = z ( s ) - z ( s )
î

où, B, G et C sont les rigidités en flexion, torsion et traction, `z(`s) est un point sur un fil à côté.
Les équations d'états sont définies comme suit:

ì z&1 = mh cos z 4
ï&
ï z 2 = mh sin z 4 cos z5
ïï z&3 = mh sin z 4 sin z5 , (E.I.68)
í
ï z&4 = m1
ï z&5 = m2
ï
ïî z&6 = m3

où, mh est une variable de contrôle additionnelle.

Ainsi le problème optimal (E.I.67), en tenant compte de (E.I.68), est réduit à minimiser la
fonctionnelle de Hamilton suivante:
6
H = U + å li z& i , (E.I.69)
i =1

où, les li sont les multiplicateurs de Lagrange.

Alors, à partir des conditions nécessaires pour la minimisation de (E.I.67), on peut obtenir un
système d'équations qui permet de trouver les résultats en question.

On constate que la méthode énergétique permet de trouver les équations nécessaires de


manière plus facile que les approches "forces-géométrie" puisqu'elle ne demande pas beaucoup
d'hypothèses comme les autres. L'application de cette méthode à une sollicitation telle que: la
traction, le cisaillement, la flexion ... etc., réside dans l'établissement de la structure d'une cellule
de tissu étudié et des conditions limites de cette structure.

61
Partie I, Chapitre 1 : Caractérisation et modélisation mécaniques des tissus.

CONCLUSION

Dans l'objectif de comprendre certains comportements mécaniques de la structure tissu,


nous avons présenté dans ce chapitre :
quelques notions concernant le tissu et le tissage,
les différentes natures de fibres,
les définitions des armures principales,
des mesures et des essais pratiqués sur les fil et le tissu,
des modélisations de certains types d'essais mécaniques (traction, cisaillement, flexion)
effectués sur le tissu.

Dans le chapitre suivant, nous présentons les différentes techniques de modélisation du


comportement "de forme" d'un tissu. Ceci est dans le but d'adopter, d'améliorer ou éventuellement
de développer une méthode qui tient compte du maximum des paramètres mis en jeu dans la
modélisation du comportement dynamique d'un tissu textile. Autrement dit, des paramètres mis en
jeu lors des différentes situations de déformations complexes du tissu.

62
PARTIE I, Chapitre 2

Les Différents
Modèles
Infographiques pour
la Modélisation et La
Simulation d'un Tissu

Résumé
Dans ce chapitre nous allons présenter les travaux déjà faits et par différentes techniques de
modélisation du tissu en se penchant sur les directions des recherches futuristes qui peuvent optimiser
l'accord entre les exigences du réalisme virtuel et de la précision physique.
Les différentes méthodes de modélisation du comportement du tissu sont classés en trois types [NG
96]: Géométrique (ne considèrent pas les propriétés physiques et mécaniques du tissu. Plutôt, ils
visent l'apparence, particulièrement les plis qu'ils représentent par des équations géométriques),
physique (tiennent compte des propriétés physiques et mécaniques du tissu) et hybrides (combinent les
modèles géométriques et les modèles physiques en utilisant les premiers pour la description de la
forme et les seconds pour la description du mouvement).
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

LES DIFFERENTS MODELES INFOGRAPHIQUES


POUR LA MODELISATION ET LA SIMULATION
D'UN TISSU.

INTRODUCTION

Les objets flexibles sont très difficiles à modéliser. Aujourd'hui c'est grâce à l'avancement
de la recherche et le développement de la technologie que la recherche en infographie de ces objets
flexibles est abordée. Le tissu est une classe de ces objets flexibles qui a reçu une attention toute
particulière en infographie.

Le critère tissage du tissu lui donne des propriétés spéciales qui génèrent les formes de son
drapé. Ces formes intéressent les scientifiques.

La science des textiles est concentrée sur l'étude du comportement dynamique du matériau
en tenant compte de ses propriétés mécaniques. Ce qui fait que les méthodes courantes pour
mesurer les propriétés mécaniques du tissu sont très sophistiquées. Cependant, le calcul de la
forme basé sur ces propriétés est cher en temps de calcul.

En infographie, l'apparence est généralement plus importante que la précision physique.


Cependant les industries du textile et du vêtement exigent les deux.

Dans cette étude nous allons présenter les travaux déjà faits sur la modélisation et la
simulation du tissu en se penchant sur les directions des recherches futuristes qui peuvent
optimiser l'accord entre les exigences du réalisme virtuel et de la précision physique.

Les différents modèles de modélisation du comportement du tissu sont classés en trois


types [NG 96]: géométrique, physique et hybride.

Par la suite nous allons faire un rapport général pour chaque travail indépendamment et
suivant la chronologie des publications. La figure I.66 illustre l'ensemble des travaux que nous
allons discuter.

63
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

Figure I.66 Travaux effectués en Infographie sur les tissus depuis 1984.

64
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

Les modèles géométriques

Les modèles géométriques ne considèrent pas les propriétés physiques et mécaniques du


tissu. Plutôt, ils visent l'apparence, particulièrement les plis qu'ils représentent par des équations
géométriques.

Weil [WEIL 86] est le premier qui a appliqué le modèle géométrique pour visualiser le
tissu en infographie. Il a représenté un tissu suspendu comme une grille de points discrets et a
représenté sa forme par des courbes caténaires ajustées entre les points d'accroche.

Une courbe caténaire est de la forme naturelle d'un fil suspendu, elle a pour équation :

a xa -x x
y= (e + e a ) = a × cosh( ) (E.I.70)
2 2
où, a est une constante.

Figure I.67 Deux courbes caténaires croisées.

Si deux courbes caténaires s'intersectent lors de leurs projections dans le plan (x, z) (Figure
I.67), la nouvelle courbe résultante doit être déterminée. Pour le faire ça exige, un calcul complexe.
Mais, Weil [WEIL 86] a simplifié le processus en déplaçant l'une des deux courbes.

Dans cette première étape, son modèle consiste à approximer la structure du tissu. Pour
modéliser la forme, ça demande un ajout de surfaces qui sont générées en subdivisant les triangles
formés par les courbes caténaires liant les points de contraintes (voir Figure I.68).

65
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

a: Les points de contraintes originaux b: Triangles formés en connnectant les points de contraintes

c: Subdivision du triangle d: Subdivision du nouveau triangle formé


Figure I.68 Quatre étapes pour l'approximation de la surface.

De nouvelles courbes sont ajustées entre les nouveaux triangles, et les plis sont produits
après par un processus de relaxation de chaque point jusqu'à ce qu'une valeur de sa position
décalée arbitrairement (selon la précision désirée) soit atteinte.

La méthode est simple et ne fait pas intervenir des techniques numériques complexes. Ceci
la rend très rapide du point de vu temps de calcul et pertinente puisqu'elle était la première de son
genre pour la visualisation des tissus suspendus en infographie.

Cependant, elle n'est applicable que pour les tissus suspendus et n'introduit pas les
propriétés physiques et mécaniques du tissu puisque le modèle utilisé est purement géométrique.

66
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

Les modèles physiques

Dans cette section nous allons aborder les modèles physiques qui nous intéressent le plus.
Les techniques dans cette catégorie représentent les modèles du tissu comme des grilles
triangulaires ou rectangulaires avec des points de masses finies aux intersections.

Parmi ces types de modèles nous citons :

les modèles élastiques déformables,

les systèmes de particules,

les réseaux surfaciques de tiges rigides.

En ce qui concerne les modèles élastiques déformables nous distinguons :

les modèles discrétisés à partir de surfaces élastiques continues. Ce sont les plus
utilisés et les plus développés à l'heure actuelle,

les modèles élastiques discrets de types systèmes de particules.

Les forces, ou les énergies des points sur le modèle du tissu, sont calculées en relations des
autres points. Le nombre de points voisins varie selon la technique utilisée.

Les techniques basées sur les énergies, calculent l'énergie de tout le tissu à partir d'un
ensemble d'équations et déterminent la forme du tissu par déplacement des points jusqu'à atteindre
l'état stable qui est l'état du minimum d'énergie.

Les techniques basées sur les forces, considèrent que les forces entre les points peuvent être
résolues à partir d'équations différentielles et par l'intermédiaire d'intégrations numériques "de ces
équations" les vitesses et les positions des points à chaque pas de temps sont obtenues.

En général, les techniques basées sur les énergies sont utilisées pour produire des
simulations statiques. Par contre celles basées sur les forces sont utilisées pour produire des
simulations dynamiques.

Le champ de recherche concernant les modèles physiques, pour une technique de


modélisation du comportement du tissu utilisée, consiste à :

la caractérisation mécanique du matériau tissu,

la résolution des équations introduites,

67
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

la détection d'interpénétrations entre le tissu et les autres objets ou le tissu et lui-


même (collision-friction) et leurs réponses,

l'implémentation.

Dernièrement, les travaux de recherche ont été concentrés sur les modèles d'élasticité
déformables en utilisant soit des différences finies soit des éléments finis ou des systèmes de
particules.

III.1 Travaux de Imaoka et al

Imaoka et al [IMA 84a ] ont abordé une analyse structurale du matériau drapé par une
simulation infographique sous l'angle énergétique. C'est à dire, ils ont écrit la relation entre la
forme du modèle et son énergie potentielle. Puis, par la recherche d'un minimum d'énergie le drapé
atteint son état stable.

MODELE ET METHODE D'ANALYSE

En ce qui concerne le modèle, les auteurs ont adapté un modèle physique simplifié "anneau
circulaire élastique suspendu par un faisceau de tiges articulées sous un plateau suspendu" (voir
Figure I.69, 70). Ils ont considéré que les facteurs intervenant dans le phénomène de drapabilité de
l'étoffe sont : le poids de ce dernier et la déformation par flexion (flexion due au ressort placé en
chaque nœud du maillage et aussi entre le plateau de suspension et les tiges ) et que la traction ne
constitue qu'une condition rigide du problème.

Figure I.69 Un modèle simple du matériau drapé. Figure I.70 Modèle physique approximé.

En ce qui concerne le modèle mathématique, il est basé sur l'approximation par éléments
finis linéaires.

68
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

L'analyse structurale du matériau drapé par une simulation infographique comporte deux
phases:
Formulation de l'énergie potentielle U du système qui est la somme des énergies élastiques des
tiges, des élastiques des ressorts de flexion et de l'énergie gravitationnelle.
Energie de la tige reliant les nœuds i et j.
Soient (xi,yi,zi) et (xj,yj,zj) les coordonnées des nœuds i et j, Lij la longueur originale de la tige,
et Kij sa constante de rappel. Son énergie élastique EAij est:

1
EAij =
2
[ 2
K ij × ( xi - x j ) 2 - ( yi - y j ) 2 - ( zi - z j ) 2 - Lij . ] (E.I.71)
Energie de ressort du nœud i.
Soient (xi, yi, zi), (xi-1, yi-1, zi-1) et (xi+1, yi+1, zi+1) les coordonnées du nœud i et de ses nœuds
adjacents i-1 et i+1. On admettra que les tiges adjacentes du nœud i sont de même longueur et que
leur constante de rappel correspondant à cette longueur est Ki.
L'énergie élastique EBi du ressort est:

1
EBi =
2
[ ]
K i ( xi -1 - 2 xi + xi +1 ) 2 + ( yi -1 - 2 yi + yi +1 ) 2 + ( z i -1 - 2 z i + z i +1 ) 2 , (E.I.72)

en appliquant l'approximation q @ 2.sin(q/2).


Energie potentielle gravitationnelle de la tige reliant les nœuds i et j.
Soit Mij la masse de la tige, supposée concentrée en son centre de gravité. L'énergie potentielle
correspondante EPij est:

( zi + z j )
EPij = M ij × g × , (E.I.73)
2
finalement,

U = å EAij + å EBi + å EPij , (E.I.74)


i, j i i, j

où, åij symbolise la sommation sur l'ensemble reliant deux nœuds i et j et , åi la sommation des
nœuds comportant un ressort de flexion.

La résolution du problème consiste à la recherche d'un minimum d'énergie potentielle du système.


Atteindre ce minimum signifie que le tissu a pris un état stable après un processus de phénomènes
de déformations. La résolution est faite par application de la méthode des gradients ou celle
matricielle.

Imaoka et al [IMA 84b] ont développé un modèle énergétique plus réaliste et toujours à base
d'éléments finis. Mais cette fois-ci avec des éléments plans, ils ont amélioré leur méthode de

69
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

prédiction en introduisant l'effet du corps humain sous la forme de conditions rigides


suplémentaires. Ils ont exposé l'algorithme de prédiction de la déformation et ont présenté les
premiers résultats de la simulation.

Méthode :

L'étoffe est décomposée en un nombre fini d'éléments triangulaires. La forme du vêtement est
décrite par les coordonnées spatiales des trois nœuds définissant chaque élément.

Calcul de l'énergie potentielle comme somme des énergies élémentaires :

EAU : énergie de résistance de traction suivant la chaîne,

EAV : énergie de résistance de traction suivant la trame,

ESH : énergie de résistance au cisaillement,

EBU : énergie de résistance à la flexion suivant la chaîne,

EBV : énergie de résistance à la flexion suivant la trame,

ETW : énergie de résistance à la torsion,

EP : énergie due à la gravité.

Puis, ils ont établi l'expression de la relation liant la forme et l'énergie du tissu en utilisant la
méthode des éléments finis triangulaires.

Ensuite, ils ont introduit l'effet du corps humain en calculant la force qui ramène à l'extérieur
chaque nœud du tissu pénétrant dans le corps. Cette force est déterminée en considérant
l'approximation que le corps humain est représenté par un ensemble de courbes selon des
coupes horizontales successives, obtenues par la mesure, exprimées dans un repère
cylindrique (r,q, z) et approchées par un développement en séries de Fourier.

Enfin, ils ont résolu le problème en cherchant le minimum d'énergie potentielle totale en
utilisant la méthode des gradients et en contrôlant à chaque pas de temps si les nœuds
(jupe) pénètrent dans le corps ou non. Si oui, la transformation (ramener le nœud pénétrant
à l'extérieur) est effectuée à l'aide de l'expression de la force déterminée pour cet effet. Le
même processus est effectué pour le pas de temps suivant et ainsi de suite jusqu'à ce que le
critère de convergence soit vérifié, c'est à dire que la force maximale s'exerçant sur
l'ensemble des nœuds soit inférieure à un seuil e.

70
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

Le modèle utilisé par Imaoka et al [IMA 84a] est extrêmement simple. Il ne tient compte que
de la rigidité à la traction et celle de flexion et n'introduit comme efforts extérieurs que le poids de
l'étoffe. Mais, il est d'une très grande importance d'introduire les effets de cisaillement qui ont une
influence sur la drapabilité de l'étoffe. Et sans oublier qu'il est aussi important d'introduire les
effets d'interaction avec les objets externes rigides.

Malgré la simplicité du modèle, il était remarquable puisqu'il était le premier modèle


physique en infographie des tissus.

En ce qui concerne le second modèle des mêmes auteurs [IMA 84b], il est très amélioré par
rapport au précédent du fait qu'il introduit les propriétés mécaniques du tissu, utilise la méthode
des éléments finis plans et prend en compte des interactions avec le corps humain. Mais malgré sa
performance, il ne tient pas compte des coutures et de leurs effets sur la simulation du tissu.

III.2 Travaux de Terzopoulos et al

Terzopoulos et al [TER 87,88] ont introduit la théorie d'élasticité qui décrit le comportement
des matériaux déformables par des équations différentielles. Par résolution numérique de ces
équations le modèle crée une animation réaliste, ce qui implique une bonne description et de la
forme et du mouvement du matériau déformable.

Ces auteurs, ont introduit un modèle déformable inspiré de la mécanique des milieux
continus et destinés aux objets flexibles d'une façon générale. En particulier, le modèle a été utilisé
dans plusieurs cas pour la visualisation du tissu.

Se référant à la figure I.71, la position d'un point sur l'objet est représentée par:

r (a, t ) = [r1 (a, t ) + r2 (a, t ) + r3 (a, t )] , (E.I.75)


où, a est un point dans les coordonnées intrinsèques de l'objet.

Dans son état non-déformé, l'objet peut être représenté par :

r 0 (a ) = [r10 (a ), r20 (a ), r30 (a )] . (E.I.76)

71
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

Objet déformé

Objet non-déformé

Figure I.71 Système de coordonnées.

Le modèle mathématique est donné par des équations différentielles du mouvement obtenues
à partir de la mécanique Newtonienne et l'équilibre des efforts externes avec les forces dues aux
modèles déformables.

Les équations gouvernantes sont données sous la forme de Lagrange comme suit:
r r r
¶ ¶r ¶r ¶e ( r ) r
(u ) + g + = f (r , t ) , (E.I.77)
¶t ¶t ¶t ¶r
où, u(a) est la densité massique de l'objet en a, g(a) est un coefficient d'amortissement, e(r) est une
fonctionnelle qui mesure l'énergie potentielle de la déformation élastique de l'objet et f(r, t)
représente les forces externes appliquées en chaque point de l'objet de position r et au temps t.
r
¶ ¶ r
(u )
où, ¶ t ¶ t est la force d'inertie due à la masse distribuée de l'objet,
r
¶ r
g est la force d'amortissement due à la dissipation,
¶ t
r
¶ e (r ) est la force élastique due à la déformation de l'objet par rapport à sa forme au
¶ r
repos.

Pour définir les mesures de la déformation, les auteurs ont utilisé des concepts à partir de la
géométrie différentielle. Ils ont introduit le tenseur métrique G définit par :
r r
r ¶r ¶r
G ij (r (a)) = × , (E.I.78)
¶a i ¶a j
et le tenseur de courbure B définit par :

72
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

r
r r ¶2r
Bij (r (a )) = n × , (E.I.79)
¶a i × ¶a j

où, n =[n1, n2, n3] est la normale unitaire à la surface au point a. Ces deux tenseurs décrivent les
déformations de l'objet.

Puis, ils ont déterminé la fonctionnelle e(r) qui mesure l'énergie potentielle de la
déformation élastique de l'objet comme suit :

r 2 2
e (r ) = ò G - G 0 + B - B0 }da1 da 2 , (E.I.80)
W a b

où, G0 et B0 sont les valeurs des tenseurs G et B à la position du repos de l'objet, a1 et a2 sont les
coordonnées d'un point sur la surface et ||.||a, ||.||b sont des normes matricielles pondérées. Ces
normes permettent de réécrire e(r) sous la forme suivante :

r 2
e (r ) = ò åW
i , j =1
[h ij × ( G ij - G ij0 ) + x ij × ( B ij - B ij0 )] da 1 da 2 , (E.I.81)

où, hij et xij sont des fonctions de pondération.

Le calcul variationnel permet alors de calculer la force élastique de déformation :


r r r
de (r ) 2
¶ ¶r ¶2 ¶ 2r
@ å- × (a ij )+ × ( bij ), (E.I.82)
dr i , j =1 ¶ai ¶a j ¶ai ¶a j ¶ai ¶a j

où, aij et bij sont caractéristiques des propriétés élastiques du matériau :

ìïa ij = hij (a ) × (Gij - Gij0 )


í 0
. (E.I.83)
ïî b ij = x ij (a) × ( Bij - Bij )

h11 et h22 modélisent les résistances à l'élongation selon les deux axes de la surface, et h12 et
h21 modélisent les résistances de cisaillement. x11 et x22 modélisent les résistances à la flexion par
rapport aux deux axes de la surface, et x12 et x21 modélisent les résistances à la torsion du
matériau.

Quant au terme f(r, t) de l'équation (E.I.77), il est déterminé par la sommation de toutes les
forces externes appliquées à l'objet et qui sont :

La force de gravité

f gravité =µ(a)×g , (E.I.84)

où, µ(a) est la densité massique et g la constante d'accélération de pesanteur.

73
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

La force de liaison (imaginaire)

C'est la force qui lie "par un ressort idéal" le point matériel a0 au point a,
r r
f ressort =k ×(r0 -r ) , (E.I.85)
avec, k la constante de raideur du ressort.

La force de viscosité

Elle est due à l'interaction de la surface de l'objet avec un fluide visqueux (le vent),
r
r r ¶r (a,t) r
f vis cosité =C×[n×(u - )]×n , (E.I.86)
¶t
où, C est la résistance du fluide, n est la normale unitaire à la surface de l'objet au point a et u est
la vitesse moyenne du fluide.

Les forces de collisions

Elles simulent la dynamique des collisions entre le modèle élastique et l'objet impénétrable
en créant une énergie potentielle : C.exp(-f(r)/e) autour de l'objet; où f est la fonction définissant la
forme du potentiel :
r
Ñf ( r ) - f (r ) r r
f collision = -[ × exp( × n] × n , (E.I.87)
e e
où, n est la normale à la surface de l'objet déformable au point considéré.

Pour obtenir les solutions, l'équation (E.I.77) est d'abord discrétisée par une méthode
d'approximation de différences finies ou d'éléments finis. Ce qui donne comme résultat, un
système d'équations différentielles ordinaires. Finalement, par intégration de ces équations dans le
temps en utilisant la méthode d'intégration pas à pas, les auteurs ont obtenu les solutions.

En ce qui concerne les exemples de simulations proposés par Terzopoulos et al [TER 87],
chaque exemple montre le point fort d'un tel modèle de comportement du matériau déformable
dans telle ou telle situation. Sauf que dans le cas de l'exemple de la membrane se rétrécissant
autour d'un corps rigide, nous observons des déformations irréalistes (dans le cas où la membrane
est un tissu), car il y a absence de certains plis qui doivent normalement apparaître. Cette absence
de plis est due au fait que la surface de la membrane modèle est très élastique.

L'exemple du matériau déformable (cube) et l'objet impénétrable (ballon), montre le succès


de la modélisation de l'interaction entre le cube est le ballon.

74
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

L'exemple du drapeau montre le succès de la modélisation de l'interaction d'un fluide


visqueux (vent) avec le matériau déformable.

Mais un exemple, qui présente le comportement d'un tissu en interaction à la fois avec des
objets rigides et un fluide visqueux (vent), n'a pas été donné. Ça ne veut pas dire que le modèle
n'est pas correct pour la modélisation du comportement des matériaux déformables, au contraire, le
travail est une base très solide pour le développement des modélisations et des simulations du
comportement des matériaux déformables en fonction du temps.

III.3 Travaux de Carignan et al

Carignan et al [CAR 92] ont assigné les problèmes de visualisation de tissu dans une
approche analogue pour la production de vêtement par un tailleur. Leur système est composé de
trois parties principales (voir Figure I.72).

Objet Objet

Figure I.72.1 Représentation du tissu. Figure I.72.2 Couture en 3D. Figure I.72.3 L'animation
concerne l'interaction entre
vêtement et objet.

Figure I.72 Les trois parties du système du groupe de recherche "Carignan et al".

Carignan et al [CAR 92] ont présenté la méthode pour la visualisation de la déformation


durant l'animation. Leur travail est basé sur l'équation fondamentale décrite par Terzopoulos
[TER 87] en remplaçant le terme d'amortissement par un autre plus précis proposé par Platt et al
[PLA 88]:

d 2r d 2 d 2 d 2
r (a) × 2 + òò E da1da2 + òò E& da1da2 + òò B - B0 da1da2 = å Fext , (E.I.88)
dt dr W dv W dr W
dEij 1 & ¶r ¶v ¶r ¶r
où, E& ij (r (a )) = = Gij = × + × est la vitesse de déformation jouant le rôle
dt 2 ¶ai ¶a j ¶a j ¶ai

d'une fonction dissipative.

75
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

Carignan et al ont utilisé la méthode de gestion de collisions proposée par Lafleur et al [LAF
91], et pour améliorer le réalisme, ils ont proposé l'utilisation de la loi de conservation du moment
pour des corps parfaitement inélastiques. Ceci signifie que l'énergie cinétique est dissipée, en
évitant l'effet du rebond.

Dans leurs travaux, les auteurs s'intéressent à la mécanique du tissu sans toutefois aborder la
problématique de ses plis en s'appuyant sur le formalisme de Terzopoulos, ils ont introduit de
nouvelles forces afin de modéliser le contact du vêtement avec l'objet ainsi que le processus de
couture.

Les résultats présentés, dans leurs publications, sont conçus afin d'éviter les plis complexes, car le
modèle n'en tient pas compte. Les vêtements animés, les jupes courtes ou les justaucorps ne
présentent pas de plis complexes. Par contre, les animations sont d'une qualité remarquable pour
des plis très simples.

III.4 Travaux de Okabe et al

Le système de visualisation du tissu d'Okabe et al [OKA 92] est dirigé vers l'automatisation
du processus de fabrication du vêtement traditionnel en proposant un système de C.A.O. dont les
fonctionnalités principales consistent en l'habillage tridimensionnel d'un mannequin à partir du
patron 2-D, et inversement en la mise à plat d'un vêtement 3-D selon un découpage minimisant les
distorsions. D'abord, le mannequin est habillé par placement géométrique initial, avec raccord des
coutures et suivie d'une minimisation de l'énergie totale du tissu afin de déterminer une forme de
celui-ci à l'équilibre [IMA 89]. Pour générer un patron 2-D plus précis à partir d'une structure 3-D,
cette dernière subit un processus de cartographie (mapping) en tenant compte des effets du drapé.

Dans l'analyse mécanique des effets du drapé, le système d'Okabe et al représente le tissu par
des mailles triangulaires (voir Figure I.73). Les valeurs paramétriques u, v (représentant la chaîne et
la trame du tissu) sont utilisées, ainsi, un point p(u, v) correspond à un point p(x, y, z) dans le
modèle.

76
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

V Z

C (Uc, Vc) C (Xc, Yc, Zc)

A (Ua, Va) A (Xa, Ya, Za) B (Xb, Yb,


B (Ub, Vb)

X
Figure I.73 Représentation du tissu comme une maille triangulaire.

La forme d'équilibre du tissu est déterminée par l'obtention d'un minimum d'énergie;
l'ensemble des énergies utilisées dans ce cas sont rassemblées dans l'équation suivante:

E = E au + E av + E sh + E bu + E bv + E tw + E g + E p (E.I.89)

où, Eau et Eav sont les énergies d'élongation suivant la chaîne et la trame, Esh est l'énergie de
cisaillement, Ebu et Ebv sont les énergies de flexion suivant les deux axes chaîne et trame, Etw est
l'énergie de torsion, Eg est l'énergie gravitationnelle et Ep est une fonction de l'énergie de pénalité
pour empêcher le tissu de pénétrer dans l'objet (mannequin) et qui vaut zéro à l'extérieur de la
surface du corps et Kd2 à l'intérieur du corps; où d est la distance à partir de la surface de l'objet et
K une constante.

Les termes d'énergies Eau, Eav, Esh, Ebu, Ebv, Etw, Eg et Ep sont calculés en utilisant la
théorie d'élasticité des structures de mailles.

Chaque point de tissu à une certaine valeur d'énergie qui peut être calculée par l'équation
(E.I.89). Par conséquent, par un déplacement de chaque point vers un minimum d'énergie, le tissu
atteint la forme d'équilibre. La méthode utilisée pour le calcul du minimum d'énergie est celle des
gradients descendants.

Cette approche prend environ 20 minutes de temps de calcul sur une station IBM
RS6000/320 pour modéliser un tissu représenté par 1300 nœuds [OKA 93].

77
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

Les résultats de simulation d'Okabe et al [OKA 92] montrent des vêtements très simples i.e.
qui ne plissent pas. Ce qui veut dire que la caractérisation de plis du tissu n'est pas effectuée.

III.5 Travaux de Breen et al

Breen et al [BRE 92] voient que les méthodes d'analyse numérique sont inaptes pour
modéliser le comportement du tissu. C'est à dire qu'ils situent l'erreur de base dans le fait de
considérer le tissu comme un milieu continu homogène. Cependant, ils utilisent le système de
particules pour la modélisation du comportement du drapé du tissu. Ils préfèrent élaborer des
expressions d'énergies inspirées de la micro-géométrie du tissage. Cette méthode traite les points
de croisements des fils chaîne et trame comme des particules (Figure I.74).

Fils trames i

Figure I.74 Tissu représenté par des particules.

La simulation de Breen et al est faite en deux étapes:

Dans la première (Figure I.75), les particules sont autorisées à tomber librement dans la
direction de la gravité sans tenir compte des collisions avec des objets externes. Les positions de la
particule sont obtenues en utilisant l'équation suivante:
r r r
m×a + c×v = m× g , (E.I.90)

où, m est la masse de la particule, a l'accélération de la particule, c la résistance de l'air, v la

vitesse de la particule et g est l'accélération de la pesanteur.

78
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

Objet

Figure I.75 Première étape de la simulation de Breen et al.

Dans la deuxième étape (Figure I.76), le maillage résultant est relaxé de façon à minimiser
l'énergie interparticulaire pour générer un détail très fin dans la forme du tissu. L'énergie totale
Utotale_i de la particule (i) est définie de la manière suivante:

U totale _ i = U repul _ i + U strech _ i + U bend _ i + U trellis _ i , (E.I.91)

où, Upepul_i : l'énergie due à la répulsion (évite l'interpénétration),

Ustrech_i : l'énergie d'élongation,

Ubend_i : l'énergie de flexion hors plan,

Utrellis_i : l'énergie de flexion dans le plan.

Objet

Figure I.76 deuxième étape de la simulation de Breen et al.

L'équilibre de la forme du tissu est atteint lorsqu'on a un minimum d'énergie sur tout le tissu.

Pour chercher le minimum d'énergie Breen et al [BRE 93] ont développé un algorithme
appellé "Stochastic Gradient Descent: SGD" qui est inspiré de l'algorithme de Métropolis.

Les résultats consitent en deux séquences d'animation pour lesquelles un maillage carré
(resp. rond) se pose sur une table carrée (resp. ronde).

Le temps de simulation utilisé dans ces exemples est compris entre trois jours et une semaine
sur une station de travail IBM RS6000.

En 1994 Breen et al. [BRE 94a, b] ont déterminé les paramètres utilisés pour le calcul des
termes d'énergie, hors plan Ubend_i et dans le plan Utrellis_i, en utilisant des techniques
d'approximations polynomiales à partir des résultats empiriques (courbes de Kawabata). Mais,

79
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

cette fois-ci au lieu de faire le travail en deux étapes, ils l'ont fait en une seule en ajoutant un terme
d'énergie à l'énergie totale de la particule (i). Ce terme est l'énergie gravitationnelle:

U grav-i = mi × g × hi , (E.I.92)

où, mi est la masse de la particule i et hi est la hauteur de la particule i.

Pour terminer la simulation, l'état final de la forme du tissu est donné par un minimum
d'énergie.
Discussion
Dans la référence [BRE 94a] page 372, les comparaisons des simulations avec les photos des
drapés réels montrent que les plis au niveau des coins de la table carrée sont plus "droits" en
réalité qu'en simulation où ils apparaissent courbés.

Dans le cas 100% cotton, en réalité il y'a de légers plis sur les côtés, alors que la simulation ne les
montre pas.

Dans le cas du polyester/cotton, nous voyons qu'en réalité il n'y a pas de symétrie autour du coin de
la table carrée, alors que la simulation montre une symétrie.

En générale, la simulation ne produit pas le même drapé que celui réel. Ceci dans un sens est
impossible, car le tissu ne peut jamais être drapé deux fois exactement de la même manière.
Mais, d'une façon plus générale, chaque type de matériau produit ses propres structures
caractéristiques.

Ce modèle qui ne permet qu'une modélisation statique de comportement du drapé du tissu, est en
outre incapable de représenter des plis complexes.

III.6 Travaux de Provot


Provot [PRO 95, 97] a utilisé le modèle masses/ressorts, illustré sur la figure I.77, pour
simuler le tissu sous contraintes. Les ressorts utilisés sont classifiés comme ceux de structures, de
cisaillement et ceux de flexion (voir Figure I.77).

80
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

Point massique

Ressort de structure

Ressort de cisaillement

Ressort de flexion

Figure I.77 Maillage régulier m x n points (liaison élastique parfaite entre deux points).

Provot a utilisé la loi fondamentale de la dynamique dans la simulation:


r r
Fij =µ×aij , (E.I.93)
où, µ : masse de chaque point,
r
a ij : accélération du point Pij,

r
Fij : est la somme des efforts internes et ceux externes.
Les efforts internes sont les tensions de tous les ressorts liant un point Pij à ces voisins:
r
r ær l ö
ç ijkl ÷
Fint ( Pij ) = - å K ijkl ç l ijkl - l ijkl r ÷ ,
0
(E.I.94)
( k , l )Î R ç l ijkl ÷
è ø

où, R: ensemble de tous les couples (k, l) tels que Pkl soit lié à Pij,
r
lijkl = Pij Pkl ,
0
l ijkl = Pij Pkl ,

K ijkl : Raideur du ressort reliant Pij et Pkl.

Les efforts externes sont:


force de gravité
r r
Fgr(Pij)=µ×g , (E.I.95)
r
où, g est le vecteur accélération constante de pesanteur.

81
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

force de dissipation
r r
Fdis(Pij)=-Cdis ×Vij , (E.I.96)
r
où, Cdis est le coefficient de dissipation et Vij est le vecteur vitesse du point Pij.

force d'interaction avec un fluide visqueux en mouvement (le vent)


r r r r r
( )
Fvis(Pij )=Cij × nij ×(U fluide -Vij ×nij , (E.I.97)
r r
où, Cvis est la constante de viscosité, n ij est la normale unitaire au point Pij et U fluide est la vitesse du

fluide (vent).

En suite, Provot a utilisé la méthode d'Euler pour intégrer l'équation (E.I.93) dans le temps
afin de déterminer la position du point Pij à chaque pas de temps:

ì r 1 r
ï a (t
ij 0 + D t ) = Fij (t ),
µ
ïr r r
íVij (t 0 + Dt ) = Vrij (t ) + Dt × arij (t 0 + Dt ), (E.I.98)
ï P (t + Dt ) = P (t ) + Dt × V (t + Dt ).
ï ij 0 ij ij 0

î
Les données d'état initial sont les positions et les vitesses de chacun des points massiques
du système.
r
Puisque ce schéma d'intégration nécessite l'évaluation de la normale N ij . L'auteur a fait
r
l'approximation suivante pour le calcul de N ij .

La surface géométrique du modèle est un ensemble de facettes triangulaires,


r r
N ij = ån
f Î Fij
f , (E.I.99)

r
où, n f est la normale à la facette triangulaire f et Fij est l'ensemble des facettes triangulaires dont

un des sommets est Pij.

Provot a observé que, lorsque le tissu suspendu est simulé en utilisant le modèle
masses/ressorts classique, les ressorts directement liés aux points de contraintes sont extrêmement
étirés. Ce qui ne représente pas une déformation réaliste. Ça veut dire que le modèle utilisé est
élastique linéaire même aux grandes déformations. Malheureusement le tissu ne l'est pas. Pour
remédier à ce problème de "super-élasticité", la raideur doit être augmentée. Ceci exige plus
d'itérations pour atteindre la solution. Provot a résolu ce problème en se basant sur le principe de la
limitation des déformations élastiques des ressorts sans modifier leurs directions. Mais lorsque la
déformation d'un tel ou tel ressort est réduite cela implique forcement un changement de la

82
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

position ou les positions de ses extrémités selon qu'il a une extrémité fixe ou les deux libres. Ce
changement de position influence obligatoirement sur la vitesse et l'accélération qui seront
calculées par la cinématique inverse.

Cette réduction des déformations de certains ressorts peut aussi en allonger d'autres. Pour
éviter ce problème de sur-élongation, l'auteur effectue une itération temporelle.

La variable utilisée par Provot dans les modèles de cisaillement et de flexion est linéaire et
non pas angulaire. Ceci est la source de problèmes lors de la simulation des essais mécaniques. En
effet, si on soumet le modèle de tissu de Provot à une sollicitation de traction, dans les mêmes
conditions qu'une traction réelle, la sollicitation n'est pas une traction pure. Car lors de cette
sollicitation simulée, il existe forcément la contribution des ressorts de cisaillement et ceux de
flexion.

III.7 Travaux de José Miguel S. DIAS et M.N. GAMITO


J.M.S. DIAS et M.N. GAMITO [DIA 00] ont développé un modèle mécanique fondé sur la
théorie classique d'élasticité et capable de représenter le comportement élastique connu en
déformation telles que: la traction, le cisaillement, la flexion, le drapé et le flambement. Ces
auteurs ont considéré que le tissu est un matériau continu, orthotrope et d'élasticité linéaire
(localement), discretisé en un maillage triangulaire irrégulier. En tenant compte d'un ensemble
d'hypothèses dans les cas des déformations dans et hors plan du tissu, ils ont modélisé séparément
les deux modes de déformations.

Pour les deux modèles, ils ont supposé que:

la masse surfacique est distribuée, à valeur égale, sur les sommets des divers triangles de la
surface,

le modèle (tissu) obéit aux lois macroscopiques de la théorie classique d'élasticité,

le système de particules obéit aux lois macroscopiques de l'équilibre dynamique, en se basant sur
la formulation de Newton,

le principe de superposition est valide lors de la modélisation de la déformation mécanique de la


surface du tissu,

la surface peut présenter une courbure le long de n'importe quel axe qui fait un angle avec l'une
des directions principales du tissu,

83
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

Dans le cas du mode de déformation plane, les auteurs ont considérés les hypothèses
suivantes:

la surface continue est modélisée comme une plaque sous contraintes planes. cette plaque est
soumise aux petits efforts (extension, cisaillement) et la relation contrainte déformation d'une
cellule élémentaire du matériau est linéaire,

le tissu est orthotrope avec deux directions principales et perpendiculaires qui coïncident avec la
chaîne et la trame dans la situation d'équilibre.

le comportement élastique non-linéaire de la relation contrainte-déformation du matériau est


approché par morceaux de segments linéaires,

chaque côté d'un triangle du maillage est le support d'une jauge de contrainte qui sert à évaluer
l'extension de ce côté.

Dans le cas du mode de déformation hors-plan, les auteurs ont considérés les hypothèses
suivantes:

les interactions locales de flexion sont considérées entres les couples de triangles adjacents qui ont
un côté en commun. Ce dernier se comporte comme un axe permettant la rotation des
particules opposées,

la masse du tissu est concentrée dans les particules , ainsi la déformation hors-plan se produit en
raison des forces concentrées sur ces particules,

la courbure est modélisée en supposant que le côté (poutre en porte-à-faux) est fixe sur l'axe de
rotation et supporte une charge concentrée sur la position de la particule en rotation,

la loi de Hooke en flexion est valide et la relation moment de flexion en fonction de la courbure est
linéaire localement.

Finalement, l'équilibre dynamique du système mécanique est évalué en résolvant l'équation


différentielle ordinaire suivante pour chaque particule Pi:
r r r r
d 2r dr r r r r
mi 2
+ wd + c (r , t ) + g (r , t ) = f n (r , t ) (E.I.100)
dt dt
r
où, mi : masse de la particule Pi, r : vecteur déplacement, wd :coefficient d'amortissement,
r r r r
c (r , t ) : résultante des forces internes qui résistent à la déformation de courbure, g (r , t ) : résultante

84
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

des forces de tension internes, dans le plan, de l'extension, de compression et du cisaillement,


r r
f n (r , t ) : résultante des n forces externes telles que, la pesanteur et la force de vent.

Les modèles hybrides


Les modèles hybrides sont ceux qui combinent les modèles géométriques et les modèles
physiques en utilisant les premiers pour la description de la forme et les seconds pour la
description du mouvement.

IV.1 Travaux de A. Luciani et C. Cadoz

Luciani et C. Cadoz [LUC 86] ont discuté l'intérêt respectif des méthodes mécaniques et
géométriques pour modéliser le comportement des objets en mouvement, dans l'objectif de
produire des images animées. Ils ont proposé une méthode pour combiner les deux modèles.

Les modèles mécaniques sont bien adaptés à la spécification et au contrôle de mouvements


complexes, en introduisant au niveau de la structure de l'objet "les lois de comportement" et au
niveau de contrôle de façon dynamique "les actions extérieures s'appliquant dynamiquement
sur l'objet".

Les modèles géométriques sont bien adaptés à la définition des apparences visuelles des objets, ce
qui implique qu'ils sont complémentaires de ceux mécaniques. Les objets géométriques sont
passifs, i.e. ils n'interagissent pas entre eux et ils sont considérés comme cas particulier de ceux
mécaniques de masses nulles.

Donc, pour créer des objets complets, aux mouvements complexes et bien contrôlés, les
auteurs ont conclu qu'il est nécessaire de proposer une méthode qui combine les modèles
mécaniques et géométriques.

IV.2 Travaux de F. Taillefer

Taillefer [TAIL 93] a catégorisé les plis dans un tissu en deux types, horizontaux et verticaux
(Figure I.78). Il a modélisé les plis horizontaux par une méthode purement géométrique basée sur
le modèle de Weil [WEIL 86].

85
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

dy

Figure I.78 Les deux types de plis selon Taillefer.

Il a proposé de modéliser l'écartement dy (figure I.78 A-A) des plis d'un tissu en fonction des
positions des points d'accroches P1 et P2 et de la longueur du tissu entre ces deux points (L0), par la
formule suivante:

P1 P2
arctan(100 × (1 - ))
L0
dy = dy max × , (E.I.101)
p
2
où, dymax est la valeur d'écartement maximale mesurée lorsque P1 et P2 se touchent.

Les plis verticaux sont modélisés en utilisant le processus de relaxation similaire à celui de
Weil [WEIL 86], mais avec plus de contraintes externes.

La méthode de relaxation est la suivante. Chacune des forces appliquées en un point s'ajoute
au vecteur déplacement de ce point. A chaque itération, le point est déplacé le long du vecteur
déplacement résultant en une position d'énergie inférieure.

Les forces en présence, qui s'exercent en un point à chaque itération sont:

la gravité, les étirements, les flexions et les répulsions.

Pour réduire la complexité algorithmique, le processus de relaxation n'est appliqué que sur le
contour inférieur des plis verticaux. Puis, l'auteur reconstruit la surface entre le contour et les
points d'accroches.

Malgré que la méthode, qui n'est qu'une extension des travaux de Weil, soit plus rapide du
point de vu calcul automatique, elle présente plusieurs inconvénients:

86
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

Elle n'est applicable que sur des tissus suspendus, et même dans ces cas là nous remarquons que:

les plis ne sont pas tellement réguliers en réalité comme le montre la simulation,

en réalité il existe des plis près des points d'accroches P1 et P2 mais la simulation ne les
montre pas. Nous pensons que ceci est dû à la façon d'introduire la continuité entre les deux
modèles (physique et géométrique).

elle ne tient pas compte des interactions avec des objets rigides externes, ainsi qu'avec la force due
au vent en mouvement,

elle n'est qu'une modélisation, du comportement en statique d'un tissu suspendu, i.e. elle ne peut
pas modéliser un vêtement en dynamique,

elle ne tient pas compte de divers critères très importants, tels que: la nature du tissu (propriétés
physiques et mécaniques) et principalement l'anisotropie et l'hystérésis.

Conclusion

Pour modéliser le comportement de forme d'un tissu, il existe plusieurs techniques


infographiques. Selon les équations et les hypothèses de base et les simplifications utilisées, nous
pouvons les classer en trois groupes : géométriques, physiques et hybrides [NG 96].

Les modèles géométriques ne considèrent pas les propriétés physiques et mécaniques du


tissu. Plutôt, ils visent l'apparence, particulièrement les plis qu'ils représentent par des équations
géométriques. Par conséquent, ils ne sont appliqués qu'à certaines situations (exemple : tissu
suspendu [WEIL 86]).

Les modèles physiques, quels soient mécaniques ou énergétiques, sont les plus appropriés à
intégrer les paramètres mécaniques et physiques du tissu. En général, les méthodes énergétiques
sont utilisées pour produire des simulations statiques par contres celles mécaniques sont utilisées
pour produire des simulations dynamiques.

Les modèles hybrides sont ceux qui combinent les modèles géométriques et les modèles
physiques en utilisant les premiers pour la description de la forme et les seconds pour la
description du mouvement.

A l'issue de l'étude présentée dans ce chapitre, nous avons opté pour l'utilisation d'un modèle
physique (tient compte des propriétés mécanique du tissu) et plus précisément d'un "système de
particules" qui interagissent. Pourquoi un système de particules discret et non pas un modèle de la

87
PARTIE I, Chapitre 2 Les Différents Modèles Infographiques pour la Modélisation et la Simulation d'un Tissu.

mécanique des milieux continus (d'éléments finis par exemple)? D'abord, le tissu est une structure
discontinue, i.e. loin d'être un matériau continu. Ensuite, les modèles "système de particules" sont
simples à implémenter, rapides, efficaces, flexibles, convenables pour n'importe quel type de
maillage (rectangulaire, triangulaire) et les représentations des comportements élastiques sont
précises malgré leurs problèmes d'instabilité. Par contre, pour les modèles d'éléments finis, malgré
leur précision concernant la modélisation des propriétés de la surface, les problèmes numériques
sont compliqués à résoudre, en plus ils ne sont pas flexibles, lourds en calcul et moins performant.

Puisque nous avons opté pour un modèle mécanique, système de particules qui interagissent,
les modèles de forces généralisées entre les particules doivent tenir compte des propriétés
mécaniques et physiques du tissu réel. Dans la partie suivante, nous étudions le KES-F
(Kawabata's Evaluation System for Fabrics), nous identifions et nous déterminons les paramètres
que nous jugeons nécessaires pour un tel modèle de simulation.

88
PARTIE II

KES-F: Etude et
Expérimentation

" Il ne faut pas dire que la science est utile parce


qu'elle nous permet de construire des machines. Il faut
dire : les machines sont utiles parce qu'elles nous
permettent de faire de la science ".

Poincaré [URL 8]
PARITIE II

KES-F, Etude
et
expérimentation

Résumé:
Dans l'évolution de l'industrie textile et du besoin des produites textiles, de
nombreuses mesures expérimentales sont développées pour évaluer et
contrôler la qualité du tissu. En particulier, par la plus dominante celle de
KES-F (Kawabata’s Evaluation System for Fabrics). Dans ce chapitre, d'une
part, nous étudions le KES-F dans le but de dégager les paramètres
mécaniques et physiques nécessaires pour un modèle de simulation et, d'autre
part, nous effectuons les expériences en utilisant le KES-F afin de déterminer
les valeurs de ces paramètres pour les échantillons choisis.
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

KES-F ETUDE ET EXPERIMENTATION

I. Introduction
Pour juger les qualités organoleptiques d'un échantillon de tissu, nous le manipulons de telle
façon qu'il nous fournit des informations "sensorielles". En termes textiles, nous en définissons la "
main".

La manipulation de l'échantillon, par l'expert, met en jeu des déformations mécaniques


simples (traction, cisaillement, flexion, compression), des sensations liées à l'état de surface et des
sensations thermiques.

Si nous effectuons la même manipulation sur le même échantillon en principe nous aurons la
même information. Mais, ce n'est pas toujours le cas puisque notre jugement est qualitatif et
subjectif. Par conséquent, le développement d'une mesure objective est la solution raisonnable
pour quantifier les réponses mécaniques et physiques de l'échantillon.

Pour ce faire, Kawabata et ses collaborateurs [KAW 80] ont étudié les propriétés,
mécaniques et physiques des tissus, les plus intéressantes ainsi que leurs paramètres les plus
significatifs afin de les caractériser en se basant sur les critères suivants (conditions d'un vêtement
habillé):

les déformations ou les efforts sont adaptables pour rester dans les limites d'élasticité des produits,

les vitesses sont lentes pour réduire les efforts visqueux inhérents au comportement rhéologique
des divers produits,

les déformations sont réversibles, autrement dit, chaque test permet d'effectuer un cycle complet
déformation/recouvrement.

Kawabata [KAW 80] a pu finalement créer, au Japon, une série d'appareils (4 appareils
connus sous le nom KES-F "Kawabata's Evaluation System for Fabrics") et définir six groupes de
propriétés mécaniques et physiques:

Groupe 1: traction,

89
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

Groupe 2: cisaillement,

Groupe 3: flexion,

Groupe 4: compression,

Groupe 5: état de surface,

Groupe 6: masse surfacique et épaisseur.

Ces six groupes sont définis par 16 paramètres "paramètres de Kawabata" qui sont mesurés
dans les conditions standards d'atmosphères: 20°C ± 2°C de température et 65 Hr ± 2 Hr
d'humidité.

II. Mesure des paramètres mécaniques des tissus par le KES-F


Les valeurs des caractéristiques sont établies dans la suite avec des détails sur les conditions
de mesures.

II.1 Traction
Les figures (figure II.1, 2) montrent la machine de Kawabata "KES-F1" pour les deux essais
de traction et cisaillement.

figure II.1 Photo de l'appareil d'essais de traction et de cisaillement: KES-F1 [URL].

90
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

Mesure de la force
Mesure de l'angle de
de cisaillement
cisaillement
Moteur

Eprouvette de tissu
Mesure d'allongement

Support de
glissement
Embrayage Poids pour l'essai de
cisaillement

Tombeur

Mesure de la force
de traction
figure II.2 Schéma de l'appareil d'essais de traction et de cisaillement: KES-F1 [KAW 80].

L'éprouvette est de forme rectangulaire de 5cm de longueur et 20cm de largeur (figure II.3).
Lors d'un essai de traction, elle est déposée à plat entres deux pinces horizontales distantes de 5cm
l'une de l'autre. La déformation de traction est appliquée le long de la direction de la longueur de
l'éprouvette.

Le déplacement de la pince mobile se fait à vitesse constante (0.2mm/s) jusqu'à atteindre un


seuil maximum de force de traction de 500 gf/cm puis le processus de recouvrement est mesuré à
la même vitesse jusqu'à ce que la pince mobile revient à sa position initiale. Du fait de la largeur
importante de l'éprouvette, l'allongement dans la direction de la largeur est presque nulle. Ce qui
fait que la forme de déformation peut être considérée comme une traction biaxiale avec direction
fixée.

Le diagramme contrainte-déformation (figure II.3) est souvent obtenu suivant les deux
directions orthogonales chaîne et trame.

91
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

Force gf/cm
A
Fm = 500gf/cm

Traction

20 cm
5 cm

S1
S2
Traction B
O
Déformation e
figure II.3 Allure de la courbe de traction (appareil KES-F1).

A partir de la courbe contrainte-déformation obtenue via l'essai de traction, il est possible de


mesurer les 3 paramètres de Kawabata suivants:

WT: Energie de traction par unité de surface (gf.cm/cm2),

LT : Linéarité (sans dimension),

RT : Résilience (%).

Ces caractéristiques sont définis par:

WT : Energie de traction par unité de surface, soit la somme des surfaces S1 et S2:

EMT
WT = ò f (e )de
0
(gf.cm/cm²), (E.II.1)

où, f : force d'extension par unité de longueur (gf/cm),

e : déformation en traction (quantité sans dimension).


LT : Linéarité, est un nombre sans dimension, caractéristique du comportement à la traction de
l'éprouvette. Si ce nombre vaut 1 le comportement est linéaire. S'il est inférieur (respectivement
supérieur) à 1, le comportement est non linéaire et la courbe de traction est concave
(respectivement convexe). Cette grandeur n'est que le rapport des surfaces WT (S1+S2) et WOT
(surface du triangle OAB).

92
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

WT
LT = , (E.II.2)
WOT
où, WOT : représente l'énergie théorique de traction d'un matériau à comportement linéaire.

Fm ´ EMT
WOT = (gf.cm/cm²), (E.II.3)
2
où, Fm : est la force maximale de traction (gf/cm),

EMT : est la déformation maximale correspondante à la force Fm.

RT : résilience, la capacité de restitution de l'énergie de traction lors du recouvrement, l'unité de la


grandeur est le pourcentage qui n'est que le rapport des surfaces S2 et WT (S1+S2).

WT ¢
RT = × 100 (%), (E.II.4)
WT
où, WT ' est l'énergie de recouvrement par unité de surface :

EMT
WT ¢ = ò f ¢(e )de
0
(gf.cm/cm²), (E.II.5)

où, f ' : force de recouvrement par unité de longueur (gf/cm).

L'essai de traction est réalisé suivant les deux directions orthogonales de l'éprouvette (chaîne et
trame).

II.2 Cisaillement
L'essai de cisaillement est réalisé sur le même appareil " KES-F1" que celui de traction
(figure II.1, 2).

L'éprouvette est de forme rectangulaire de 5cm de longueur et 20cm de largeur (figure II.4).
Lors de l'essai de cisaillement, elle est déposée à plat entre deux pinces horizontales distantes de
5cm l'une de l'autre et toutes les deux mobiles. La première en translation suivant son axe centrale
et la seconde en rotation autour de son axe.

La première pince se déplace parallèlement à la seconde qu'un mécanisme libère pour quelle
puisse tourner librement autour d'un axe longitudinale afin de favoriser une tension constante de
l'éprouvette (tout le long de l'essai) dans la direction perpendiculaire à celle du cisaillement,
lorsque un barreau pesant est accroché à la seconde pince.

La vitesse de déplacement de la première pince (vitesse de cisaillement) est de 0,417 mm/s et


en déformation et en recouvrement. L'angle de cisaillement varie de +8° à -8°.

93
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

Au cours de l'essai, la courbe : force de cisaillement par unité de longueur en fonction de


l'angle de cisaillement est tracée (figure II.4).

Prétension 10gf/cm
Force (gf/cm)
Force de cisaillement G = pente

F 20 cm 2HG5
5 cm 2HG
- 5° - 0,5° 0,5° 5° Angle de cisaillement F

Figure II.4 Allure de courbe de cisaillement (Appareil KES-F1).

A partir de la courbe force-angle de cisaillement obtenue via l'essai de cisaillement, il est


possible de mesurer les trois paramètres de Kawabata suivants:

G : Raideur de cisaillement (gf/cm.degré),

2HG : Hystérésis de cisaillement à ± 0,5 degrés (gf/cm),

2HG5 : Hystérésis de cisaillement à ± 5 degrés (gf/cm).

L'hystérésis à un angle de cisaillement donné est la différence des efforts de cisaillement à


cet angle.

Il est à noter que G est différent de la définition du module de cisaillement. Dans ce cas, G
est défini comme le rapport de la force de cisaillement et l'angle de cisaillement. Ce rapport est la
pente de la courbe entre f = 0,5° et f = 5°. Dans le cas où la courbe est non linéaire dans cette
région, la pente moyenne est prise comme valeur de G.

Les valeurs retenues pour G, 2HG et 2HG5 sont les moyennes des valeurs mesurées lors des
déformations positives et négatives.

L'essai de cisaillement est réalisé suivant les deux directions orthogonales de l'éprouvette
(chaîne et trame).

94
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

II.3 Flexion
La figure (figure II. 5, 6) montrent la machine de Kawabata " KES-F2" destinée à l'essai de
flexion.

Figure II.5 Photo de l'appareil d'essai de flexion: KES-F2 [URL].

95
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

Fil d'acier

Mesure de couple

Pince mobile
Eprouvette de tissu

Manivelle

Moteur

Mesure de courbure

Figure II.6 Schéma de l'appareil KES-F2 [KAW 80].

L'éprouvette est de forme rectangulaire de 20 cm de longueur et 1 cm de largeur (figure II.8).

N.B: la longueur de l'éprouvette peut être choisie entre 2 et 20 cm.

Pour un test de flexion pure, l'éprouvette doit être manipulée comme montré sur la figure
(figure II.7). Quand une extrémité de l'éprouvette est fixée au point zéro (pince fixe) (figure II.7),
l'autre extrémité doit suivre la trajectoire donnée par les équations suivantes:

96
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

ì 1 - cos(k )
ïx = k
,
ï
ï sin(k )
íy = , (E.II.6)
ï k
ï p
ïj = 2 - k .
î

y Cercle de rayon R=0,73 cm)


y Trajectoire pour une flexion
y 1
pure
K=0,5 1
1
j 1,5

0,5 2

2,5

3
0
1
x 0
0 0,5
0 x
Figure II.7 Principe du test de flexion (appareil KES-F2).

Le mécanisme montré sur la figure (figure II.6) favorise ce mouvement et assure une
courbure de déformation constante entre -2,5 cm-1 et 2,5 cm-1. La déformation se fait à vitesse de
courbure constante (0,5 cm-1/s) dans les deux cas: déformation et recouvrement. L'éprouvette est
déposée verticalement afin d'éviter les effets de la force gravitationnelle.

97
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

Au cours de l'essai, est tracée la courbe: moment de flexion en fonction de la courbure


(figure II.8).

Moment M(gf.cm/cm)
1/K

M B

2HB
1 cm
-2,5
2HB'
-0,5 0 0,5 1,5 2,5 Courbure K(cm-1)

2 ~ 20 cm B'

Figure II.8 Allure de la courbe de flexion (appareil KES-F2).

A partir de la courbe obtenue via l'essai de flexion, il est possible de déterminer les deux
paramètres de Kawabata suivants (figure II.8):

B : Rigidité de flexion par unité de longueur (gf.cm²/cm),

2HB : Moment d'hystérésis par unité de longueur ou plus simplement hystérésis de flexion
(gf.cm/cm).

Ces caractéristiques sont définis de la manière suivante:

B : la valeur moyenne de la pente de la courbe: moment de flexion en fonction de la courbure ,


dans les intervalles de courbures [-0.5, -1.5] et [0.5, 1.5].

2HB : la valeur moyenne (différence de moments) de largeur d'hystérésis dans l'intervalle de


courbure [-0.5, -1.5] et [0.5, 1.5].

Le test est réalisé dans les deux sens orthogonaux de l'éprouvette, chaîne et trame.

98
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

II.4 Compression
L'essai de compression est réalisé sur la machine de Kawabata "KES-F3" montrée sur les
figures (figure II.9, 10). L'appareil est constitué en sa partie inférieure d'un capteur d'effort fixe et
en sa partie supérieure d'un piston de section circulaire de 2 cm². L'ouverture de l'entrefer est
réglable avec une précision de 3µm.

Figure II.9 Photo de l'appareil d'essai de compression (mesure d'épaisseur): KES-F3 [URL 3].

Mesure d'épaisseur

Moteur
Palpeur de compression

Eprouvette de tissu
Transducteur de force

Figure II.10 Schéma de l'appareil d'essai de compression KES-F3 [KAW 80].

99
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

L'éprouvette est de 25cm de longueur et 20cm de largeur. La surface comprimée est un cercle
de 2 cm².

Lors du test de compression, le piston descend sur l'éprouvette en exerçant une pression
continûment croissante jusqu'à une pression maximale seuil fixée (50gf/cm²), puis revient à sa
position initiale. La vitesse de compression et pour la déformation et pour le recouvrement, est
constante (20µm/s) en cas des tissus d'épaisseur faible, la vitesse est réduite à 6,60 µm/s.

Au cours de l'essai de compression, est tracée la courbe : pression en fonction de l'épaisseur


(figure II.11).

Pression P(gf/cm²)

Pm = 50

Pression

Epaisseur

////////////////////////////

0, 50
0
T0 Tm

Figure II.11 Allure de la courbe de compression (appareil KES-F3).

A partir de la courbe pression-épaisseur obtenue via l'essai de compression, il est possible de


mesurer les trois paramètres de Kawabata suivants:

WC : énergie de compression (gf.cm/ cm²),

LC : linéarité de compression (sans dimension ),

RC : résilience (%).

Ces caractéristiques sont définis de la manière suivante:

WC : Energie de compression, soit le travail de compression durant le temps de compression.


T0

WC = ò P(T )dT (gf.cm/cm²), (E.II.7)


Tm

100
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

où, T : Epaisseur de l'éprouvette (cm),

T0 : Epaisseur de l'éprouvette à une pression maximale de 0,5 gf/cm² (0,05 Kpa). Notons que
cette valeur est aussi utilisée comme la valeur caractéristique qui exprime l'épaisseur de
l'éprouvette (mm).

Tm : Epaisseur de l'éprouvette à la pression maximale Pm = 50 gf/cm² (5 Kpa),

P : Pression exercée sur l'éprouvette (gf/cm²) lors de la compression.

LC : Linéarité de compression, est un nombre sans dimension caractéristique du comportement


de l'éprouvette à la compression. Si ce nombre vaut 1 le comportement est linéaire. S'il est
inférieur (respectivement supérieur) à 1, le comportement est non linéaire et la courbe de
compression est concave (respectivement convexe).

WC
LC = , (E.II.8)
WOC
où, WOC : représente l'énergie théorique de compression d'un matériau à comportement linéaire,
autrement dit, représente la surface du triangle (T0TmPm):

Pm ´ (T0 - Tm )
WOC = (gf.cm/cm²). (E.II.9)
2
RC : Résilience de compression, soit la capacité de restitution de l'énergie de compression lors du
recouvrement.

WC ¢
RT = × 100 (%), (E.II.10)
WC
où, WC ' est l'énergie de recouvrement par unité de surface :
Tm

WC ¢ = - ò P ¢(T )dT (gf.cm/cm²), (E.II.11)


T0

où, P ' : Pression exercée sur l'éprouvette lors du recouvrement (gf/cm²).

II.5 Etat de surface

La mesure de l'état de surface (coefficient de frottement, rugosité) d'un tissu se fait sur
l'appareil de Kawabata "KES-F4" (figure II.12, 13).

101
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

Figure II.12 Photo de l'appareil d'essai de surface (mesure de coefficient de frottement et de rugosité): KES-F4 [URL 3].

Rugosité

Eprouvette de tissu

Frottement

Compteur Poids

Mesure de la force de
frottement
Poids

Figure II.13 Schéma de l'appareil d'essai de surface: KES-F4 [KAW 80].

La tête de mesure de la rugosité de surface est composée d'une seule corde du piano dont le

diamètre est de 0,5 mm. La corde est pliée comme illustré sur la figure (figure II.14) et sous une

surface de contact de 10g ±0,5g donnée par un ressort dont la constante est de 25 ±1gf/mm. La

fréquence normale du système doit être plus que 30Hz quand la tête de mesure est hors contact.

102
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

P=10gf
5 mm

0,5 mm Corde de piano

R=0,15mm
Tension
Déplacement
Figure II. 14 Principe de mesure de la rugosité du tissu.

Le coefficient de frottement est mesuré en utilisant une tête composée de dix cordes de piano
(figure II.15) de diamètre de 0,5mm. La force de contact avec la surface du tissu lors de la mesure
est de 50gf.

P=50gf

5 mm
5 mm

Tension
Déplacement

Figure II.15 Principe de mesure du coefficient de frottement du tissu.

Les dimensions de l'éprouvette ne sont pas spécifiées, par contre une surface minimale de
2cm de longueur et de 0,5 cm de largeur doit être mesurée effectivement. Kawabata [KAW 80] a
pris, dans ce cas, une éprouvette de taille 20cm de longueur et 3,5cm de largeur.

Le coefficient de frottement et la rugosité de surface d'un tissu sont mesurés de la façon


suivante:

l'éprouvette est glissée en aller retour rectiligne sur une table de mesure lisse et horizontale
(figure II.16) et sur un intervalle de 2cm avec une vitesse de déplacement de 0,1 cm/s, où la tension
(force par unité de longueur) de l'éprouvette est conservée à 20 gf/cm.

Figure II.16 Forme des éprouvettes sur la table de mesure.

103
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

Au cours de l'essai d'état de surface les courbes: force de frottement en fonction du


déplacement et épaisseur en fonction du déplacement sont tracées (figure II.17).

MMD = surface hachurée/x

MIU

0 x
Déplacement x(cm)
SMD = surface hachurée/x

`T

0
x Déplacement x(cm)
Figure II.17 Allure des courbes du coefficient de frottement et de rugosité en fonction du déplacement.

A partir des courbes obtenues lors des essais de frottement et de rugosité, il est possible de
déterminer les trois paramètres de Kawabata suivants:

Mesure du frottement:

MIU : Valeur moyenne du coefficient de frottement (sans dimension),

MMD : Déviation moyenne du coefficient de frottement (sans dimension),

Mesure de rugosité:

SMD : Déviation moyenne de la rugosité de surface (déviation moyenne de l'épaisseur) (µm).

Les caractéristiques sont définies de la manière suivante:

X
1
MIU =
X ò µ( x)dx ,
0
(E.II.12)

X
1
MMD =
X ò µ( x) - µ ( x) dx ,
0
(E.II.13)

104
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

X
1
SMD =
X ò T ( x) - T ( x) dx ,
0
(E.II.14)

où, µ : force de frottement ou force compressionnelle,

`µ : valeur moyenne de µ,

x : déplacement de la tête de mesure sur la surface de l'éprouvette,

X : intervalle de mesure (X = 2cm),

T : épaisseur de l'éprouvette à la position x,

`T : valeur moyenne de T.

Remarques:

MIU, MMD, SMD sont déterminés dans les deux directions orthogonales (chaîne et trame)
de l'éprouvettes et sur les deux faces (avant et arrière) pour chaque direction.

II.6 Masse surfacique et épaisseur

La masse surfacique est exprimée en gramme par unité de surface de l'échantillon.

L'épaisseur T mesurée de la même façon et avec la même machine lors de l'essai de


compression (Cf. II.4), et T est déterminée à une pression P = 0,5 gf/cm² et exprimée en mm.

W : Masse surfacique (grammage par unité de surface) (mg/cm²),

T : Epaisseur en mm à la pression P = 0,5 gf/cm².

II.7 Résumé
Le KES-F (Kawabata's Evaluation System for Fabric) est composé des 4 machines suivantes
(Table II. 1):

Machine Utilisation Paramètres mesurés

KES-F1 Essai de Traction et de Cisaillement Lt, WT, RT, G, 2HG, 2HG5,

KES-F2 Essai de Flexion Pure B, 2HB

KES-F3 Essai de Compression LC, WC, RC, T

KES-F4 Essai de surface MIU, MMD, SMD

105
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

Table II.1 Le système KES-F.

Les 16 paramètres de Kawabata sont :

Bloc Paramètres Symboles Unités


Traction Linéarité de traction LT -
Energie de traction WT gf.cm/cm2
Résilience de traction RT %
Cisaillement Rigidité de cisaillement G gf/cm.degré
Hystérésis à un angle de cisaillement de 0,5° 2HG gf/cm
Hystérésis à un angle de cisaillement de 5° 2HG5 gf/cm
Flexion Rigidité de flexion B gf.cm2/cm
Hystérésis de flexion 2HB gf.cm/cm
Etat de surface Coefficient de frottement MIU -
Déviation moyenne du coefficient de MMD -
frottement µm
SMD
Rugosité géométrique
Compression Linéarité de compression LC -
Energie de compression WC gf.cm/cm2
Résilience de compression RC %
Poids & Masse surfacique W mg/cm2
Epaisseur Epaisseur du tissu à 0,5cN/cm2 T0 mm
TableII.2 Les 16 paramètres de Kawabata: valeurs des caractéristiques des propriétés mécaniques de
base.

III. Analyse des déformations d'un tissu et paramètres retenus pour un


modèle de simulation

III.1 Analyse des déformations d'un tissu


Si nous analysons les déformations d'un tissu, c'est comme tout matériau souple surfacique, il
se déforme dans et hors son plan.

Déformation du tissu dans son plan (x, y)

Les déformations du tissu dans son plan (x, y) sont celles de traction, celles de cisaillement et
celles de formabilité (compression dans le plan du tissu sans flambement):

106
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

.
Déformation du tissu hors son plan (x, y)

Les déformations du tissu hors son plan (x, y) sont celles de flexion, celles de torsion et
celles de flambement:

.
Cependant, d'une manière générale et complète, les déformations qui peuvent apparaître sur
un tissu doivent être causées pas les effets des contraintes de:

► Compression orthogonale au plan du tissu,

► Compression dans le plan du tissu (formabilité et flambement),

► Traction suivant la chaîne,

► Traction suivant la trame,

► Cisaillement suivant la chaîne,

► Cisaillement suivant la trame,

► Flexion autour de la chaîne,

► Flexion autour de la trame,

► Torsion autour de la chaîne,

► Torsion autour de la trame.

Toute autre déformation n'est qu'une combinaison des déformations dues aux effets cités ci-
dessus.

107
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

III.2 Paramètres retenus pour un modèle de simulation

Quels sont les effets négligeables et de quoi doit on tenir compte dans le cas d’un modèle de
simulation du comportement du tombé d'un tissu?

Puisque le modèle du tissu que nous allons considérer par la suite sera un modèle 2D (car
l'épaisseur est négligeable devant les autres dimensions du tissu), donc la compression orthogonale
au plan du tissu est négligeable.

D'une part puisque la rigidité de torsion (twist) est très faible devant les autres rigidités
(traction, cisaillement, flexion) et d'autre part puisque la combinaison de deux flexion autour de
deux axes non parallèles peut générer une torsion, l'effet de cette dernière est directement négligé.

Du point de vue mécanique, nous tiendrons compte dans notre modèle de simulation de
l'effet de traction (i.e. de trois paramètres de Kawabata), de l'effet de cisaillement (i.e. de trois
paramètres de Kawabata) et de l'effet de flexion (i.e. de deux paramètres de Kawabata).

Du point de vue physique, nous allons tenir compte de la masse surfacique (i.e. d'un
paramètre de Kawabata).

En ce qui concerne le traitement de surface, notre modèle peut tenir compte du coefficient de
frottement du tissu contre lui même ou du tissu contre un autre objet lors de leur contact.

IV. Essais expérimentaux et résultats obtenus


Dans le cadre du projet Euroméditerranéen, MtoM3D (Made tu mesure garments, 2D/3D
approach) N° 961798 auquel nous avons participé, les essais expérimentaux ont été faits sur deux
échantillons de tissus. Ces derniers sont très différents du point de vue de leur comportement
mécanique. Le premier est rigide dans les deux sens orthogonaux chaîne et trame. Le second est
rigide dans le sens trame mais très élastique dans le sens chaîne.

108
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

IV.1 Traction

figure II.18 Résultats expérimentaux du test de traction sur le tissu N°8 suivant les deux axes chaîne et trame.

figure II.19 Résultats expérimentaux du test de traction sur le tissu N°9 suivant les deux axes chaîne et trame.

109
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

IV.2 Flexion

Figure II.20 Résultats expérimentaux du test de flexion sur le tissu N°8 suivant les deux axes chaîne et trame.

Figure II.21 Résultats expérimentaux du test de flexion sur le tissu N°9 suivant les deux axes chaîne et trame.

110
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

IV.3 Cisaillement

Figure II.22 Résultats expérimentaux du test de cisaillement sur le tissu N°8 suivant les deux axes chaîne et trame.

Figure II.23 Résultats expérimentaux du test de cisaillement sur le tissu N°9 suivant les deux axes chaîne et trame.

111
PARTIE II : KES-F Etude et Expérimentation.

IV.4 Masse surfacique et épaisseur

La masse surfacique est déterminée par la pesée d'un échantillon de tissu. Dans notre cas, la pesée
est faite pour un échantillon circulaire de rayon 0,642 cm (i.e. de surface 100 cm²).

ì100(cm²) ® x( g )
ï x
í x Þ W= ( g / cm²) (E.II.15)
ïî1(cm²) ® 100 ( g ) 100

L'épaisseur est déterminé via l'essai de compression (Cf. II.4).

Les mesures de la masse surfacique et de l'épaisseur sur les deux échantillons N°8 et N°9 sont
données sur le tableaux suivant:

N° TISSU Masse surfacique W(g/m²) Epaisseur T(mm)


08 179 0,59
09 209 0,56
Tab.II.3 Masses surfaciques et épaisseurs pour les deux échantillons N°8 et N°9.

V. Conclusion

Dans l'évolution de l'industrie textile et du besoin des produites textiles, de nombreuses


mesures expérimentales sont développées comme celles du KES-F (Kawabata’s Evaluation System
for Fabrics) qui est devenu un outil dominant pour l'évaluation et le contrôle de la qualité du tissu.
Dans cette partie, nous avons étudié cet outil (KES-F) dans l'objectif de cerner, et de comprendre le
principe de mesure et l'influence de chaque "paramètre mesuré" sur le comportement d'un tissu.
Ensuite, nous avons identifié et nous avons déterminé tous les paramètres mécaniques et physiques
que nous avons jugé nécessaires pour l'intégration dans un modèle de comportement afin de
produire une simulation réaliste.

En général, les tissus sont plus raides en chaîne qu'en trame, mais d'après les mesures
effectués sur les deux tissus étudiés, proposés par le consortium du projet euroméditerranéen
MtoM3D, nous avons constaté le contraire. Nous avons remarqué également que le tissu n°8 est
raide dans les deux directions chaîne et trame par contre le tissu n°9 est raide en trame mais très
élastique en chaîne.

Dans le premier chapitre de la partie suivante, nous présentons notre modèle qui tient compte
des propriétés spéciales du tissu (structure discontinue et comportement hautement anisotrope,
non-linéaire et hystérétique) en se référant aux résultats empiriques de Kawabata .

112
PARTIE III

Modélisation pour la
Simulation 3D et
Etude de la Torsion
d'un Tissu.

" Le but de la science est de prévoir et non,


comme on l'a dit souvent, de comprendre".

Lecomte du Noüy [URL 9]


PARTIE III, Chapitre 1

Simulation Bidimensionnelle et
Tridimensionnelle "2d/3d"
à Partir
d’un Modèle Mécanique.

Résumé:
Dans ce chapitre, nous développons un modèle mécanique de simulation de
comportement du drapé du tissu tenant compte de ses propriétés spéciales telles
que, la structure discontinue et le comportement hautement anisotrope, non
linéaire et hystérétique, i.e. intégrant le maximum de ses propriétés mécaniques
et physiques (paramètres de Kawabata [KAW,80]) en utilisant des
représentations rhéologiques. Le modèle est gouverné par l'équation de
mouvement de Newton qui permet de combiner divers modèles d'actions
(pesanteur, ressort, amortisseur, viscosité ...) et considère que l'objet simulé est
déscritisé en un ensemble de particules qui interagissent. Ensuite, les équations
dérivées du calcul de forces sont intégrées à l'aide d'une méthode numérique
(Méthode d'intégration d'Euler). De cette intégration résulte l'obtention des
vitesses et des positions à chaque pas de temps.
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

SIMULATION BIDIMENSIONNELLE ET TRIDIMENSIONNELLE


"2D/3D" A PARTIRD’UN MODELE MECANIQUE.

I. Introduction

Le tissu fait partie des objets les plus complexes à modéliser (objets déformables).
Actuellement, c'est grâce à l’avancement de la recherche et le développement de la technologie
qu'il a reçu une attention considérable en infographie. Plusieurs efforts ont été déjà fournis pour
représenter le comportement dynamique des objets déformables, tels que les tissus, sous des
situations de déformations restreintes. Mais en réalité certaines situations présentent plusieurs
complexités telles que les flambements par exemple lors du tombé d’un torchon par terre, les plis,
les grandes déformations et le frottement avec les objets rigides externes. Pour tenir compte de ces
complexités, il faut tenir compte des propriétés spéciales que donne le critère « tissage » au tissu:

* structure discontinue,

* comportement hautement anisotrope,

* comportement non linéaire,

* comportement hystérétique,

qui génèrent les formes de son drapé dans divers situations.

La science des textiles est concentrée sur l’étude du comportement du matériau (structure) en
tenant compte de ses propriétés mécaniques. Ce qui fait que les méthodes courantes pour mesurer
les caractéristiques mécaniques du tissu sont très sophistiquées (K.E.S.-F: Kawabata’s Evaluation
System for Fabrics (Cf. partie II)). Cependant, le calcul de la forme basé sur ces propriétés est
gourmand du point de vue temps.

En infographie, l’apparence est généralement plus importante que la précision physique.


Mais les industries du textile et du vêtement exigent les deux. Les travaux précédents ont mis
l’accent sur la précision physique du modèle mécanique et le réalisme des déformations lors de la
simulation d’un tel modèle. Cependant, pour satisfaire à ces exigences de précision physique et du
réalisme, nous avons besoin d’un modèle efficace et capable de s’adapter à la complexité du
comportement dynamique du tissu. Pour tenir compte des situations complexes citées plus haut,

113
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

dans le présent travail, nous développons un modèle de particules gouverné par l’équation de
mouvement de Newton et qui tient compte du maximum des propriétés mécaniques du tissu, i.e.
nous permet d’intégrer de manière efficace et plus précise les effets causés par l’anisotropie, les
non-linéarités et l’hystérésis et permet également l’utilisation d’un pas de temps de calcul
automatique efficace. En suite, les équations sont intégrées à l'aide d’une méthode numérique
(méthode d’intégration d’Euler ou celle de Runge-Kutta). De cette intégration résulte l’obtention
des vitesses et des positions des particules à chaque pas de temps.

Pour vérifier que le présent modèle intègre bien les caractéristiques mécaniques du tissu
(précision physique) et que notre simulation est réaliste, nous avons procédé à la réalisation de
deux expériences virtuelles très importantes qui seront comparées aux expériences réelles.

La première expérience consiste à reproduire les tests de Kawabata en simulation. A partir de


ces simulations nous générons les courbes de Kawabata simulées ce qui permet l’intégration des
propriétés mécaniques. Une fois que ces courbes simulées se superposent aux courbes réelles, la
précision physique est atteinte.

La deuxième expérience consiste à draper en simulation un tissu sur une table rectangulaire
et une sphère. En comparant les drapés simulés avec les photos des drapés réels équivalents, nous
pouvons juger du réalisme.

II. Approche et démarche proposées

II-1 Approche

L’approche que nous proposons pour la caractérisation mécanique et la modélisation du


comportement des tissus s’articule autour de trois points clés qui sont:

caractérisation mécanique à l’aide du K.E.S-F,

modélisation mécanique par un système liaisons - particules,

expérimentation et simulation des essais de K.E.S-F.

Le premier point consiste à dégager toutes les informations mécaniques nécessaires pour un
modèle de comportement du tissu. C’est ce que nous avons vu dans la partie précédente
(Cf. partie II).

Le deuxième point consiste à développer un modèle de comportement du tissu qui intègre ses
propriétés mécaniques.

114
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

Le troisième et le dernier point consiste à faire les divers tests expérimentaux de traction, de
cisaillement et de flexion par le K.E.S-F pour obtenir les paramètres et les courbes de Kawabata,
reproduire à l’aide du modèle mécaniques les courbes de Kawabata virtuelles et enfin comparer les
courbes simulées avec celles réelles pour un essai, une direction et un tissu donnés.

II-2 Démarche

Nous déclinons l'approche précédente en la démarche schématisée sur l'organigramme


suivant:

Début

(a)
Connaissance du tissu (K.E.S.-F)
Amélioration du Modèle

(b)

Revoir la caractérisation et le modèle utilisés


Modèle de comportement

(c)

Simulation du K.E.S.-F

(e) (d)

Simulation
non
.
du K.E.S -F suffisamment

réaliste ?

oui (f)
(h)
Simulation du Tissu

(g)

Simulation non
du tombé suffisamment
réaliste?

oui
Fin

org. III.1 Démarche de modélisation et de caractérisation mécanique du tissu.

115
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

Notre recherche s'inscrit dans le cadre suivant: d’abord, il faut bien connaître le tissu (étape
(a) org.1), c’est à dire déterminer les caractéristiques mécaniques ce qui est fait , dans notre cas, à
l’aide des essais de K.E.S.-F (Cf. partie II). Une fois faite la caractérisation du tissu, nous
conçevons un modèle de comportement (étape (b) org.1) qui tient compte des paramètres
mécaniques. Puis à l’aide de ce modèle nous reproduisons par simulation les courbes de Kawabata
(étape (c) org.1). Dans les deux étapes (d) et (e) (org.1) des changements incrémentaux et précis
sont apportés au modèle en superposant les courbes réelles et celles reproduites par la simulation.
Si la superposition est acceptable, le modèle est jugé physiquement précis. Ensuite, dans l’étape (f)
(org.1) nous réalisons la simulation du drapé du tissu. Dans l’étape suivante (étape (g) org.1) nous
comparons le drapé simulé au drapé réel pour un tissu, un environnement et des contraintes
donnés. Si la simulation est très proche de la réalité nous disons que nous avons atteint l’objectif
qui est le réalisme de cette simulation. Sinon nous revoyons la caractérisation mécanique et le
modèle de comportement utilisés pour les améliorer et ainsi de suite jusqu'à convergence.

III. Modèle mécanique du comportement dynamique du tissu

Description du modèle

Le chemin le plus simple et intuitif pour le développement d’un système de simulation


mécanique est de considérer l’objet comme étant discrétisé en un ensemble de points (particules)
qui interagissent. Ce modèle de particules tiendra compte des propriétés spéciales du tissu:
structure discontinue, comportement hautement anisotrope, non linéaire et hystérétique; i.e. du
maximum de ses propriétés mécaniques en se basant sur une technique de calcul de forces. Ces
dernières sont constituées des forces de traction, de cisaillement, de flexion; toutes sont calculées
dans les deux directions orthogonales chaîne et trame du tissu et également celles de dissipation,
de gravité, du vent et de la résistance de l'air. Les équations dérivées de ce calcul de forces sont
ensuite intégrées à l’aide d’une méthode numérique (méthode d’intégration d’Euler ou celle de
Runge-Kutta). De cette intégration résulte l’obtention des vitesses et des positions des particules à
chaque pas de temps.

116
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

III.1. Maillage

Figure III.1 Maillage régulier utilisé dans notre modèle (système de particules).

Particule de masse µ,

Modèle de la force de traction,

Modèle de la force de cisaillement,

Modèle de la force généralisée


de flexion.

Légende de la figure (figure III.1).

117
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

Comme le montre la figure III.1 le modèle retenu pour notre simulation est constitué d’un
maillage carré de m x n particules tel que iÎ[0,m] et jÎ[0,n]. Chacune de ces particules est reliée
à ses voisines par des forces que nous classons en trois types:

les forces reliant les particules (i,j) et (i+1,j), et les particules (i,j) et (i,j+1),que nous
appellerons « forces de traction »,

les forces reliant les particules (i,j) et (i+1,j+1), et les particules (i+1,j) et (i,j+1), que
nous appellerons « forces de cisaillement »,

les forces reliant les particules (i,j), (i+1,j) et (i+2,j), et les particules (i,j), (i,j+1) et
(i,j+2), que nous appellerons « forces généralisées de flexion ».

Ces appellations découlent du rôle que jouent ces forces dans des conditions de
contraintes particulières. En effet, dans un repère dont les axes sont parallèles aux côtés du
maillage carré i.e. parallèles aux directions chaîne et trame du tissu, nous avons les propriétés
suivantes [PRO 97]:

en situation de contrainte de cisaillement pur, seuls les modèles de forces de cisaillement


sont affectés,

en situation de contraintes de flexion pure, seuls les modèles de forces de flexion sont
affectés,

quant aux modèles de forces de traction, ils jouent un rôle combiné avec les deux autres
types de modèles, même dans une situation de contrainte de traction pure ou de
compression pure. Elles tiennent simplement le « squelette » du maillage du fait de
l’énorme rigidité de traction du tissu suivant les deux directions orthogonales chaîne
et trame et surtout en faibles contraintes.

III.2. Forces et seconde loi de Newton

III.2.1 LA BASE PHYSIQUE


Dans le cas de la modélisation du tissu par un système de particules, la simulation du
mouvement de son tombé exige le calcul des trajectoires exactes de chaque particule en
mouvement. Ces trajectoires sont décrites à travers le modèle physique développé du tissu qui doit
inclure toutes les forces agissant sur la particule. La direction et l’accélération de cette dernière
sont données par l’addition de toutes ces forces qui sont classées en deux groupes. Le premier est
composé des forces internes: (traction, cisaillement et flexion) qui sont dues à la structure

118
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

intrinsèque du tissu ainsi que des forces de dissipation dues aux frottements internes. Le second est
composé des forces externes: (forces de gravité, résistance de l'air, forces visqueuses dues au vent
et les interactions du tissus avec un objet rigide) qui sont dues à l’environnement qui entoure le
tissu. Les forces généralisées de cisaillement, traction et flexion dépendent largement de la
direction chaîne ou trame du tissu à modéliser. Elles sont traitées de manière empirique (courbes et
paramètres) par Kawabata [KAW,80]. Notre but est de modéliser ces forces mesurées de la façon
la plus exacte possible. Sachant que les expériences de Kawabata montrent que ses courbes sont
non linéaires, présentent des effets d’hystérésis et montrent également que les forces sont
différentes suivant les deux directions orthogonales chaîne et trame.

III.2.2 LES FORCES INTERNES

Pour modéliser ces forces nous utilisons les propriétés mécaniques (courbes et
paramètres) du tissu calculées à partir des expériences de Kawabata [KAW,80].

III.2.2.1 Modèle de la force de Cisaillement [TAI 00a]

Le cisaillement dans un tissu (exemple d'une armure toile) a lieu à cause du mouvement
relatif des deux ensembles de fils, chaîne et trame, qui sont dans une structure entrelacée. Du fait
que les tissus sont tissés par flexion des fils, il existe une force agissant à chaque croisement de fils
en produisant une résistance de frottement au cisaillement. Les modes de déformations fournissent,
comme résultats, plusieurs formes de déformations dépendantes du degré de cisaillement imposé
sur le tissu [GRO 66a] et qui sont :

les déformations dues aux intersections rigides, qui dominent la friction lorsque le
cisaillement est très petit,

le glissement du fil à l'entrecroisement,

la déformation élastique quand le glissement est complet,

le coincement dans la structure.

Ces modes de déformations sont illustrés sur une courbe de résistance au cisaillement
(Figure III.2). Pour de faibles contraintes, la structure agit comme si elle était un treillis rigide et
par conséquent, la rigidité de cisaillement est grande comme le montre la figure au niveau de la
partie OA. Lorsque le glissement commence aux croisements des fils chaîne et trame, un
changement de résistance apparaît d'où un changement de la courbe comme indiqué sur AB.
Pendant le glissement, nous observons une courbe linéaire et la résistance paraît être le résultat

119
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

d'une flexion purement élastique du fil [BREE 64]. Par suite d'une augmentation de la force de
cisaillement, une région non linéaire apparaît qui est probablement un résultat des coincements
dans la structure.

L'hystérésis dans le cisaillement est dû uniquement aux frottements secs provenant du


glissement entre les deux fils chaîne et trame i.e. elle est déterminée par le deuxième mode de
déformation cité ci dessus.

Figure III.2 Courbe typique force-déformation en cisaillement.

Pour développer un modèle de force de cisaillement dans des conditions similaires à celles
d'un vêtement habillé, nous adoptons les hypothèses suivantes :

les contraintes sont faibles de telle façon que nous ne tenons pas compte de la zone BC
(Figure III.2),

le comportement visqueux du tissu est négligé puisque les essais de Kawabata sont faits à
vitesses très faibles et constantes.

Donc, pour modéliser la force de cisaillement, comme illustré sur la figure III.2, nous
utilisons deux ressorts et un patin (Figure III.3). L'ensemble crée une unité qui se déforme
graduellement (les deux ressorts s'allongent, le patin reste au repos) jusqu'à ce que la force seuil
qui déclenche le glissement soit atteinte. En ce point, le patin se met à glisser et le ressort R2 qui
lui est attaché se contracte pour un moment, et c'est l'autre ressort R1 qui seul reprend la charge.
Donc, en ce point, c'est comme si le système n'était constitué que d'un seul ressort. Quand la force

120
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

est réduite, le ressort en série avec le patin subit une charge de compression, jusqu'à ce que la force
devienne suffisamment négative pour causer les glissements plastiques (frottements secs), et le
patin glisse à nouveau mais dans le sens opposé du premier glissement.
Figure III.3 Modèle rhéologique et rhéogramme de la force de cisaillement

Force de cisaillement

C
R1
A
+ fseuil
m1 m2
R2 f
- fseuil Angle de cisaillement
A'
C'

f B - fC = 2 f A [TER 88]
B'
(cas d'une cellule élémentaire).

Pour obtenir la relation entre la force de cisaillement et la déformation (angle de


cisaillement), un élément du modèle physique (grille 2D) a été isolé comme cellule élémentaire
(Figure III.4). Nous considérons que lors d'une contrainte de cisaillement pur, seuls les modèles de
forces de cisaillement sont affectés. En effet, lorsque l'éprouvette modèle est soumise au test de
cisaillement pur, seul l'angle de cisaillement varie alors que la longueur et la largeur de l'éprouvette
restent constantes (i.e. pas de traction); de plus, les particules sont situées sur des droites
rectilignes ( i.e. pas d'angle de flexion, donc pas de flexion).

m2 m2

R1 R1
j
R2 R2

m1 m1

Figure III.4 Cisaillement pur d'une cellule élémentaire.

121
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

Les équations de la force de cisaillement en fonction de l'angle de cisaillement dans le cas


d'une cellule élémentaire sont:

ì( R + R2 ).j si f cis < f seuil ,


f cis = í 1 (E.III.1)
î R1 .j + f seuil si f cis ³ f seuil ,

où, R1 est la rigidité de cisaillement nommée souvent G, j l'angle de cisaillement et fseuil est la

force seuil qui déclenche le glissement du patin. On pose f seuil = 2 HG + 2 HG5 , avec 2HG
4
l'hystérésis de cisaillement à ± 0.5 degré et 2HG5 l'hystérésis de cisaillement à ± 5 degrés.

III.2.2.2 Modèle du moment de Flexion [TAI 00a]

Grosberg [GRO,66b] a indiqué que la résistance de flexion est constituée de deux


composantes:

une composante linéaire, c'est la résistance élastique,

une composante non linéaire, c'est la résistance de frottement entre les fils.

L'effet de l'hystérésis dans le comportement du tissu en flexion est expliqué par la seconde
composante.

Nous pouvons modéliser le moment de flexion par l'équation, qui intègre les deux
composantes précédemment citées, comme suit:

M = M seuil + B. C , (E.III.2)

où, M est le moment de flexion du tissu, Mseuil le couple de frottement, B la résistance de flexion,
C la courbure de flexion.

A partir de la structure « tissage » du tissu et de l'hypothèse [GRO 66b] selon laquelle il


existe deux parties d'un même fil, dans le tissu, ayant des propriétés de rigidité et de frottement
différentes :
partie du fil située dans la zone de contact donc sous pression (faibles glissements
inter-fibres),

partie du fil située dans la zone libre, donc sans contact, moins rigide et sans
glissements inter-fibres.

Par conséquent, d'après l'analyse théorique ci-dessus nous pouvons modéliser le moment de
flexion par un modèle rhéologique ressemblant à celui de la force de cisaillement (Figure III.5).

122
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

Moment de flexion

C
K1
A
+ Mseuil
m' m"
K2 C
- Mseuil Courbure
A'
C'

M B - M C = 2M A
B'

Figure III.5 Modèle rhéologique et rhéogramme du moment de flexion (cas d'une cellule élémentaire).

Pour obtenir la relation entre le moment de flexion et la déformation (courbure de flexion),


un élément du modèle physique (grille 2D) a été isolé comme cellule élémentaire. Nous
considérons que lors d'une contrainte de flexion pure, seuls les modèles des moments de flexion
sont affectés. En effet, lorsque l’éprouvette modèle est soumise au test de flexion pure, seul
l’angle de flexion varie alors que les deux fils chaîne et trame restent orthogonaux au niveau des
entrecroisements (i.e. pas d’angle de cisaillement, donc pas de cisaillement), de plus, les
dimensions de l’éprouvette restent constantes (i.e. pas de traction).

Les équations du moment de flexion en fonction de la courbure dans le cas d'une unité de flexion
sont (de manière analogue à l'équation (E.III.1)):

ì( K + K 2 ).C si M < M seuil ,


M =í 1 (E.III.3)
î K1.C + M seuil si M ³ M seuil ,

où, K1 est la rigidité de flexion désignée par B dans les paramètres de Kawabata, Mseuil est le
2 HB
moment seuil qui déclenche le glissement du patin (on pose M seuil = , avec 2HB l'hystérésis
2

de flexion à ±1 cm-1 et C la courbure qui est supposée constante le long de la ligne-fil dans la
région entourant la particule (m) (entre la particule (m') et son autre voisine (m'')) (voir
Figure III.6).

123
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

s q s m"
m'
R

Figure III.6 Rayon de courbure en fonction de l'angle de flexion q.

D’après la figure III.6 la courbure en fonction de l’angle de flexion q est donnée par
l’équation suivante :

2
C (q ) = cos(q / 2) , (E.III.4)
s

où, s est la distance au repos entre deux particules consécutives situées soit sur la chaîne soit sur la
trame.

III.2.2.3 Force de Traction [TAI 00b]

Force (gf/cm)

Extension

Recouvrement
B
EM
e
O Déformation

Figure III.7 Allure de la courbe de traction (test de Kawabata KES-FB1).

La courbe de traction donnée par le test de Kawabata (KES-FB1) illustrée sur la figure
(figure III.7) montre que le comportement du tissu en traction est non-linéaire et présente un effet
d'hystérésis. En effet, pour développer un modèle analytique de la force de traction tenant compte

124
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

de tous ces effets nous choisissons de modéliser les fonctions (forces) mesurées directement, en
utilisant les paramètres de Kawabata LT, WT et RT.

III.2.2.3.1 Approximation de la linéarité en fonction de la déformation

Une digitalisation des courbes de traction, en allongement et en recouvrement, nous permet


de calculer les linéarités (en allongement et en recouvrement) en fonction de la déformation et de
tracer les courbes suivantes:

Linéarité
1

Extension

Recouvrement
.

0 e
0 EMT Déformation (%)

Figure III.8 Allure des courbes des linéarités en fonction de la déformation (en allongement et en recouvrement).

Sachant que les linéarités dans le cas de la traction (en allongement et en recouvrement) des
tissus sont toujours inférieures ou égales à 1, dans l'intervalle [0, EMT] nous approximons celles-
ci en fonction de la déformation par des fonctions linéaires :

LT (e ) = B.e + 1 avec B < 1, (E.III.5)

LT ¢(e ) = B ¢.e + 1 avec B¢ < 1 , (E.III.6)

où, LT et LT' sont respectivement la linéarité en allongement et la linéarité en recouvrement à une


déformation e donnée. B et B' sont des constantes à déterminer.

125
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

III.2.2.3.2 Modélisation de la force de traction

Soit f une fonction à une seule variable qui vérifie les conditions suivantes (d’après la portion
d’allongement de la courbe de traction (figure III.7)):

* f est une fonction monotone sur [0,EMT], avec EMT une constante réelle,

* f est une fonction positive sur [0,EMT],

* f ( 0) = 0 ,

* f ( EMT ) = f max ,

où,

2 × WT
EMT = . (E.III.7)
LT × f max

A partir des équations ( E.II.1), ( E.II.2), ( E.II.3) et ( E.III.5) nous obtenons :

e
2 × ò f ( x)dx = e × f (e ) × ( Be + 1) . (E.III.8)
0

Or f est de classe C1, donc la dérivée de l'équation (E.III.8) par rapport à e donne:

¶f (e )
f (e ) × (1 - 2 × Be ) = .( Be 2 + e ) . (E.III.9)
¶e

Pour e¹0 nous avons :

æ ¶f (e ) ö
ç ÷
è ¶e ø = (1 - 2 × Be ) . (E.III.10)
f (e ) e × ( Be + 1)

Ce qui donne après décomposition du second terme de l’équation (E.III.10) en éléments


simples :

æ ¶f (e ) ö
ç ÷
è ¶e ø = 1 - 3 × B
. (E.III.11)
f (e ) e ( Be + 1)

Sachant que f est une fonction positive, intégrant l’équation (E.III.11) entre e et EMT il
vient:

126
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

æ ¶f (e ) ö
EMT ç ÷ EMT EMT
è ¶e ø × de = 1 B
ò
e
f (e ) ò
e
e
× de - 3 × ò
e
( Be + 1)
× de ,

ce qui donne :

Log ( f ( EMT )) - Log ( f (e )) = Log ( EMT ) - Log (e ) - 3 × Log ( B × EMT + 1) - 3 × Log ( Be + 1) ,

et puisque f(EMT)=fmax nous obtenons :

æ e ö æ ( B × EMT + 1) 3 ö
Log ( f (e ) ) = Log çç ÷
3 ÷
+ Log ç
ç f max × ÷÷ (E.III.12)
è ( Be + 1) ø è EMT ø.

Dans l’équation (E.III.12) nous posons :

( B × EMT + 1) 3
A 2 = f max × ,
EMT

avec

2 × WT
LT = B × EMT + 1 et EMT =
LT × f max

nous avons:
2
f max × LT 4
A2 = , (E.III.13)
2 × WT

et

LT × f max
B = ( LT - 1) × . (E.III.14)
2 × WT

Finalement la force de traction f dans le cas de l'allongement est établie à partir des
équations (E.III.12), (E.III.13) et (E.III.14) sous la forme:
2
f max × LT 4 × e
f (e ) = 3
(E.III.15)
æ LT × f max ö
2 × WT × ç ( LT - 1) × × e + 1÷
è 2 × WT ø
avec e Î[0,EMT].

127
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

La résolution du problème dans le cas de recouvrement est similaire au cas précédent en


considérant une fonction à une seule variable f’ qui vérifie les mêmes conditions que f (d’après la
portion du recouvrement dans la courbe de traction (figure III.7)) et les constantes A’2 et B’ au lieu
des constantes A2 et B telles que :
2
f max × LT ¢ 4
A¢ 2 = , (E.III.16)
2 × WT ¢

et
LT ¢ × f max
B ¢ = ( LT ¢ - 1) × . (E.III.17)
2 × WT ¢

Sachant que

WT ¢
LT ¢ = , (E.III.18)
WOT

donc, d’après les relations (E.II.2), (E.II.4) et (E.III.18) nous obtenons :

LT LT ¢
= (E.III.19)
WT WT ¢

et
LT × RT
LT ¢ = , (E.III.20)
100

d’où, en remplaçant (E.III.19) et (E.III.20) dans (E.III.16) et (E.III.17) nous trouvons :

3
æ RT ö
A¢ 2 = ç ÷ ×A
2
(E.III. 21)
è 100 ø

et
LT × RT LT × f max
B¢ = ( - 1) × . (E.III.22)
100 2 × WT

Finalement la force de traction f’ dans le cas du recouvrement est établie à partir des
équations (E.III.15), (E.III.21) et (E.III.22) sous la forme :
2
f max × RT 3 × LT 4 × e
f ¢(e ) = 3
(E.III.23)
æ LT × f max ö
2 × WT × ç ( LT × RT - 100) × × e + 100 ÷
è 2 × WT ø
avec e Î[0,EMT].

128
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

III.2.2.4. Force de dissipation

La force de dissipation a pour rôle de modéliser en première approximation la dissipation de


l’énergie du modèle, due aux frottements internes du tissu.

Elle est donnée par la relation suivante :


r r
Fdis ( Pij ) = -Cdis .V ( Pij ) , (E.III.24)
r
où, Cdis est le coefficient de dissipation et Vij est la vitesse du point Pij.

III.2.3 LES FORCES EXTERNES

La force de gravité ou poids appliqué au point Pij est donné par le produit de la masse µ du
r
point Pij (en Kg) et l’accélération de la pesanteur g (en m/s2):
r r
Fgra ( Pij ) = µ.g . (E.III.25)

Celle-ci est fondamentale pour une simulation dynamique.

La résistance à l’air est calculée par l’expression de Prandlt:


r 2 r
Fair = -k .Vij .vij (E.III.26)

où , Vij : la vitesse du point Pij ,


r r
vij : le vecteur unitaire de Vij ,

1
k= × r × Cw × A ,
2
avec, r : la densité d’air,
Cw : le coefficient de résistance,
A : l’aire de la surface perpendiculaire à la vitesse Vij .

Il n’est pas facile de déterminer la valeur exacte de Cw pour chaque particule, puisqu'elle
dépend des positions de toutes ces particules du tissu modèle. Cependant, on utilise une valeur
constante pour Cw [EBE 96], [HOW 97]. Pour plus de détail sur l’expression de la résistance de
l’air voir [RHE 82].

Un fluide visqueux (vent) qui se déplace à une vitesse moyenne U fluide exerce, sur un corps

plan se déplaçant à une vitesse V et de normale unitaire n , une force surfacique donnée par
l’expression :

129
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

r r r r r
Fvis = Cvis [n.(U fluide - V )].n . (E.III.27)

Dans notre cas nous prendrons:


r r r r r
Fvis ( Pij ) = Cvis [nij .(U fluide - V ( Pij ))].nij (E.III.28)

où, Cij est le coefficient de viscosité du fluide (vent) et n ij est la normale unitaire à la surface du
tissu au point Pij.

La simulation du tombé d'un tissu sur un objet rigide (table, sphère, ...) ne peut être effectuée
que si nous tenons compte des interactions entre le tissu et l'objet. Egalement, l'importance de tenir
compte des interactions du tissu avec lui même est nécessaire quand deux parties de tissu ou plus
se chevauchent (auto-collisions) lors de la simulation.

Modéliser les collisions et/ou les auto-collisions veut dire modéliser leurs détections d'abord
et puis leurs réponses.

La détection de collisions est souvent le problème majeur des programmes de simulations


qui manipulent les objets déformables fortement discrétisés, tels que les tissus. Dans notre présent
travail, nous simplifions ceci du fait que ce n'est pas notre objectif principal. Donc, nous
considérons les objets rigides (table, sphère, ...) comme surface unique au lieu de la discrétiser. Ce
qui fait que la détection des collisions entre le tissu (système de particules) et l'objet rigide se fait
selon des critères très simples. Par exemple, dans le cas d'une table les collisions sont détectées en
se référant à la hauteur de sa surface supérieure. Par contre, dans le cas d'une sphère nous nous
référons à son rayon.

Une fois la collision entre le tissu et l'objet rigide détectée, une réponse réaliste doit être
calculée. La direction et l'amplitude de cette réponse est dépendante de l'élasticité de la collision et
des propriétés comme le frottement des surfaces (tissu/objet).

Dans le cas de la simulation du tombé d'un tissu sur un objet rigide, la collision d'une telle ou
telle particule P est considérée non-élastique (i.e. la particule impliquée dans la collision perd de
l'énergie).

Après un choc sans frottement de la particule avec la surface de l'objet rigide (figure III.9) la
r
vitesse de réflexion Vr est donnée par:
r r r
Vr = Vt - K acVn (E.III.29)

130
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

r
où, Vt : la vitesse, de la particule P, tangentielle à la surface du corps rigide,
r
Vn : la vitesse, de la particule P, normale à la surface du corps rigide,

K ac : le coefficient de frottement du choc,

K ac est une constante comprise entre 0 et 1 (0£ K ac £1). Si K ac = 0 l'absorption de l'énergie lors du

choc est totale, et il n'y a donc aucun "rebond", la collision est dite parfaitement inélastique. Par
contre, si K ac = 1 aucune énergie n'est absorbée, la collision est dite élastique. Dans las cas

intermédiaires ou 0< K ac <1, la collision est dite inélastique.

r r
Vr Vn

r
r V
Vt
I

Figure III.9 Réponse de collision.

Soit P une particule qui rentre en contact , en un point I, avec la surface de l'objet rigide
r
immobile. Soit F la force appliquée à la particule P pour établir ce contact, telle que
(figure III.10):
r r r
F = Ft + Fn (E.III.30)
r r
où, Ft : la composante de F tangentielle à la surface du corps rigide,
r r
Fn : la composante de F normale à la surface du corps rigide.
r
n

I
r
Ft

S r
r F
Fn
Figure III.10 Force de contact.

131
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

La force de frottement ne dépend que de la force normale à la surface de contact et non pas
de la surface S.
r r
La force de frottement F frot est proportionnelle à la composante normale Fn qu'applique la

particule sur l'objet rigide:


r r
F frot = K frot Fn (E.III.31)

où, K frot est la caractéristique de la nature des surfaces en contact, est appelée coefficient de

frottement, un nombre sans dimension et appartenant à l'ensemble des réels positifs. Pour un
contact sans frottement K frot = 0 .

Cas à considérer:
r r
si Ft ³ F frot alors nous avons contact avec glissement, c'est à dire que la particule se déplace à la

surface de l'objet sous l'action de la force de glissement donnée par:


r
r r r Ft
Fglis = Ft - F frot × r , (E.III.32)
Ft

r r
si Ft < F frot alors nous avons contact sans glissement, c'est à dire que la particule reste

immobile sur la surface de l'objet rigide:


r r
Fglis = 0 . (E.III.33)

Pour l'implémentation, il est plus facile d'accéder à la vitesse de percussion


r r r
V = V (t + Dt ) dans l'intervalle [t 0 , t 0 + Dt ] qu'à la force de frottement F frot . Donc, nous

approximons cette force de contact par:

r r µ
F frot = V (t + Dt ) × (E.III.34)
Dt

où, µ est la masse de la particule P et Dt est le pas de temps qui est une constante. Ce qui nous
permet d'écrire toutes les équations et inéquations précédentes en remplaçant les forces par les
vitesses.

Supposons que la collision a lieu à l'instant t0. Nous déterminons la vitesse de glissement
r
Vglis de la particule juste après la collision. Du fait que sur la durée d'un pas de temps Dt la vitesse

132
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

r r
est constante et en tenant compte de la collision, Vglis est normalement égale à V (t 0 + Dt ) qui est

déterminée en utilisant l'équation (E.III.45). Une fois la nouvelle vitesse est obtenue, la nouvelle
position de la particule est obtenue en utilisant l'équation (E.III.46).
r
Pour simuler le contact entre le tissu et l'objet rigide nous considérons que la vitesse Vij ,

avant la collision, d'une particule Pij est donnée par:


r r r
Vij = Vijt + Vijn (E.III.35)
r r r
où, Vijt est la composante tangentielle de Vij et Vijn sa composante normale à la surface de l'objet

rigide.
r
Sachant que la vitesse de frottement V ij frot de cette particule est exprimée par:

r r
V ij frot = K frotVijn (E.III.36)
r
sa vitesse Vij¢ , après collision, est donnée par les expressions suivantes:

r r r r r r
ìSi Vijt ³ Vijfrot alors Vij¢ = Vijt (1 - Vijfrot ) - K acVijn ,
ï
í rt r r r (E.III.37)
ïîSi Vij < Vijfrot alors Vij¢ = - K acVijn ,

dans notre cas nous supposons qu'il n'y a aucun "rebond" de la particule Pij. Autrement dit,
l'absorption de l'énergie lors du choc est totale ( K ac = 0 ) et que le choc se fait avec frottement.
r
Nous avons donc la vitesse Vij¢ de la particule Pij après la collision sous la forme:

r r r r r
ìSi Vijt ³ Vijfrot alors Vij¢ = Vijt (1 - Vijfrot ),
ï
í rt r r r (E.III.38)
ïîSi Vij < Vijfrot alors Vij¢ = 0.

III.3 Calcul de la normale

Notre système est défini comme un ensemble de particules (points massiques) et de liaisons
(figure III.1).

Chaque maille élémentaire est nommée facette (figure III.11).

133
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

Pi+1j

Yij Pij+1
Pij Xij

Figure III.11 Facettes carrées définissant la surface de notre tissu modèle.

Soit E l'ensemble des facettes dont le point Pij est un sommet commun. Nous calculons alors
r
la normale N ij à la surface au point Pij comme suit:
r r
N ij = å n f (E.III.39)
f ÎE

r r r
où, n f = X ij LYij est la normale à la facette carrée f.

La normale unitaire à la surface du tissu au point Pij est donnée par:


r
r N ij
N ij = r . (E.III.40)
N ij

III.4 La seconde loi de Newton

Une fois l'ensemble de ces forces données et calculées nous avons immédiatement la force
r
totale Fij (t ) appliquée à la particule Pij à tout instant t. Ensuite, la seconde loi de Newton s'écrit de

la façon suivante:

F ij (t ) = m × g ij (t ) (E.III.41)
r
où, m: la masse de la particule Pij et g ij (t ) : l'accélération de la particule Pij à tout instant t.

134
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

III.5 Solution numérique d'équations différentielles.

Le modèle "système de particules" est un système mécanique se comportant selon les lois
classiques de la dynamique. Un tel système implique un ensemble d'équations différentielles
ordinaires qui définissent comment l'état de système évolue avec le temps. Les équations
différentielles ordinaires représentent des problèmes canoniques de valeur initiale où l'état initial
du système détermine comment le système évolue. Une équation différentielle sous sa forme
canonique peut être exprimée sous la forme:

x& = f ( x, t ) (E.III.42)

où, f est une fonction connue, x est l'état du système au temps t, et x¢ est la dérivée de x par rapport
au temps t. Dans le contexte du système de simulation dynamique de tissu discuté ici, x et x¢ sont
deux vecteurs. Ce qui est exigé est une solution numérique pour voir comment l'état d'un tel
système change en fonction du pas de temps donné.

La méthode numérique la plus simple pour résoudre des équations différentielles est la
méthode d'Euler. Celle-ci rapproche le changement d'état en supposant que la valeur de la fonction
f est constante sur la période du pas de temps. Le nouvel état x(i+1) après le pas de temps, est
approché par:

xi +1 = xi + Dtx&i (E.III.43)

où, xi est l'état initial du système au temps ti avant le pas de temps, Dt est la valeur du pas de temps,
et x' est la dérivée au de temps ti. La figure III.12 montre une approximation d'Euler d'une
fonction simple 2D. La méthode d'Euler est la solution numérique la plus simple mais elle souffre
de l'inexactitude et de l'instabilité.

Il est possible de montrer que la méthode d'Euler est exacte à l'ordre deux "O(Dt²)".

xi+1
xi
ti ti+1 ti+2 ti+3 ti+4 t
Figure III.12 Approximation d'Euler d'une fonction simple 2D.

135
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

Les méthodes de Runge-Kutta sont des méthodes à un pas qui parviennent à réaliser la même
exactitude O(Dt4) que les méthodes à pas multiple. Ces méthodes utilisent la somme des valeurs
pondérées de la fonction f(x, t), évaluée au début de chaque étape et à de divers points à travers
l'étape d'intégration. Une des formulations de Runge-Kutta d'ordre 4 la plus commune est la
suivante:

ìk1 = f ( xi , t i ),
ï
ïk 2 = f ( xi + Dt k1 , t i + Dt ),
ï 2 2
ïï Dt Dt
ík 3 = f ( xi + k 2 , t i + ), (E.III.44)
ï 2 2
ïk 4 = f ( xi + Dtk 3 , t i + Dt ),
ï
ï xi +1 = xi + Dt (k1 + 2k 2 + 2k 3 + k 4 ).
ïî 6

Les méthodes de Runge-Kutta sont stables et sont relativement efficaces tant que la fonction
f(x, t) n'est pas trop compliquée.

Plusieurs considérations importantes sont à prendre dans le choix des méthodes, y compris le
niveau de l'exactitude exigé, de l'efficacité de la méthode, de la stabilité de la méthode, et de la
complexité de la fonction f(x, t). La plupart des solutions numériques passent presque tout leur
temps de calcul en exécutant des évaluations des dérivées, et la méthode d'Euler a besoin
seulement d'exécuter juste une évaluation par pas. Cependant la vraie efficacité d'une méthode
dépend de la taille du pas qu'elle permet. À cet égard, des méthodes plus sophistiquées peuvent
surpasser la méthode d'Euler. Quoique quatre ou cinq évaluations puissent être exigées à chaque
pas par les méthodes plus sophistiquées, le fait que de plus grands pas peuvent être pris les rend
bien plus efficaces. Ces méthodes sophistiquées (Runge-Kutta, ...) sont également clairement plus
précises avec des limites d'erreur d'ordre quatre "O(Dt4)".

La méthode la plus simple pour résoudre les équations différentielles est la méthode d'Euler.
Nous avons donc choisi cette méthode, qui nous permet de gagner en temps de calcul et sans pour
autant perdre en précision puisque nos fonctions sont presque toutes linéaires par morceaux, pour
intégrer la seconde loi de Newton afin d'aboutir aux vitesses et aux positions de toutes les
particules avec un état initial (position et vitesse initiale de chacune des particules) donné:
r
Sachant que g ij (t + dt ) est donnée par l'équation (E.III.41) nous avons:
r r v
Vij (t + dt ) = Vij (t ) + dt × g ij (t + dt ) , (E.III.45)

136
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

r r r
Pij (t + dt ) = Pij (t ) + dt × Vij (t + dt ) , (E.III.46)
r r
où, Vij (t ) est la vitesse de la particule Pij à un instant t, Pij (t ) est la position de la particule Pij à un

instant t et dt est un pas de temps donné.

IV. Les Machines de Kawabata Virtuelles (MKV)

Nous proposons le concept de Machine de Kawabata Virtuelle (MKV) dans le but de tester
le tissu modèle afin de vérifier son comportement mécanique vis-à-vis du réel.

A l'aide des Machines de Kawabata Réelles (MKR), des tests mécaniques sur des éprouvettes
réelles de tissu sont réalisés pour produire des courbes dites de Kawabata à partir desquels les
paramètres de Kawabata sont calculés. Ces derniers sont intégrés dans un modèle analytique
(Cf. §III.) utilisée avec notre système de particules pour constituer le tissu modèle. Les MKV vont
servir à l'exécution des tests mécaniques sur le tissu modèle sous les mêmes conditions que les
MKR. Les courbes obtenues par les MKV seront comparées à celles obtenues par les MKR. Si
nous parvenons à superposer les deux réseaux de courbes nous conclurons que notre modèle
représente bien le comportement mécanique du tissu.

Les essais sur les machines de Kawabata virtuelles sont basées sur le principe suivant:

Le mouvement de certaines particules du système (éprouvette) est spécifié d'avance. C'est à


dire que les trajectoires de ces particules sont imposées en effectuant le mouvement soit par
position soit par vitesse.

Pratiquement, il est inutile de calculer le mouvement de ces particules qui est spécifié
directement. Ce mouvement a une influence sur le reste du système à travers les liens (forces citées
au §III) entre ces particules et leurs voisines.

Dans les situations des divers essais sur les MKV, il est nécessaire de connaître la vitesse
et/ou l'accélération de chaque particule, et non seulement sa position (trajectoire). Pour cela, il
suffit d'appliquer le principe de la dynamique inverse, i.e. inverser la relation de la dynamique, ce
qui conduit à deux dérivations successives au lieu de deux intégrations successives. Pour une
simplicité d'implémentation et pour le maintien d'une cohérence numérique, en pratique nous
inversons les relations (E.III.45) et (E.III.46) :
r r
r Pij (t + dt ) - Pij (t )
Vij (t + dt ) = , (E.III.47)
dt

137
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

r r
r Vij (t + dt ) - Vij (t )
g ij (t + dt ) = , (E.III.48)
dt

F ij (t ) = m × g ij (t + dt ) . (E.III.49)

IV.1 Machine de cisaillement

Pour réaliser l'essai réel de cisaillement, nous fixons une éprouvette de dimension (20cm ´
5cm) entre deux pinces (une fixe mais peut être libérée par un mécanisme adéquat pour quelle
puisse tourner librement autour d'un axe longitudinal, et l'autre mobile en translation et parallèle à
la première) distantes de 5cm l'une de l'autre. Un Barreau de 200g est accroché à la première pince
(libre sur son axe) de façon à maintenir l'éprouvette sous une tension constante tout au long de
l'essai. Ensuite, la seconde effectue un mouvement de translation, à vitesse constante vc=0.417
mm/s, parallèlement à l'autre pince jusqu'à l'obtention d'un angle de cisaillement de 8 degrés.
Ensuite, le sens du mouvement s'inverse pour repasser par la position du départ et atteindre un
angle de cisaillement de 8 degrés dans l'autre sens. Enfin, cette pince effectue une dernière
translation dans le premier sens pour revenir à la position de départ (un cycle = repos ®
cisaillement positif ® recouvrement ® cisaillement négatif ® recouvrement ® repos).

Pour le test virtuel, le modèle de l'éprouvette est constitué par un ensemble de particules
positionnées sur les entrecroisements d'une grille rectangulaire de dimensions 20cm ´ 5cm (figure
III.13). Dans le test virtuel, les particules de la première colonne de la grille sont fixes (pince fixe)
et celles de la dernière colonne sont mobiles (pince mobile). La pince mobile effectue un
mouvement de translation à vitesse constante et parallèle à l'axe support de la pince fixe. Ensuite,
les forces des particules qui « appartiennent » à cette pince (force exercée par la pince sur
l'éprouvette) sont calculées à chaque position de celle-ci en utilisant le modèle analytique (Cf.
§III). Ceci nous permet de tracer la courbe de Kawabata virtuelle: force en fonction de l'angle de

cisaillement j en degrés, avec j = arctanæç L - 20 ö÷ où L (en cm) est la distance qui sépare la
è 5 ø
position au repos de la première particule et la position courante de la dernière particule
appartenant à la pince mobile.

138
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

Figure III.13 Principe de l'essai virtuel de cisaillement.

IV.2 Machine de flexion

Pour mesurer la rigidité de flexion réelle dans un tel ou tel sens nous fixons une éprouvette
de dimension (20cm ´1cm) entre deux pinces (une fixe et l'autre mobile) de flexion de façon à ce
que les fils du sens dont on veut la mesure, subissent la flexion. Ensuite, la pince mobile effectue
un déplacement (cardioïde1) ainsi qu'une rotation sur elle même, à vitesse constante vf=0.5cm-1/s,
dans le sens des aiguilles d'une montre jusqu'à l'obtention d'une courbure 2.5cm-1. Ensuite, le sens
de rotation s'inverse pour repasser par la position de départ et atteindre une courbure de 2.5cm-1
dans l'autre sens. Enfin cette pince effectue une dernière rotation dans le sens des aiguilles d'une
montre pour revenir à la position du départ (un cycle = repos ® flexion positive ® recouvrement
® flexion négative ® recouvrement ® repos).

1
Le nom de cette courbe a été donnée par Castillon (1741). Cette courbe peut être générée par un point d'un cercle qui roule sans
glisser sur un cercle fixe de même rayon [URL 4].

139
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

Les mouvements de la pince mobile sont conçus pour que l'éprouvette décrive un arc de
cercle (courbure constante). De plus, l'éprouvette est en position verticale pour éliminer l'effet de la
pesanteur.

Pour le test virtuel, le modèle d'éprouvette est constitué par un ensemble de particules
positionnées sur les entrecroisements d'une grille rectangulaire de dimensions 20cm ´ 1cm
(figure III.14). Dans le test virtuel, les particules de la première colonne de la grille sont fixes
(pince fixe) et celles de la dernière colonne sont mobiles (pince mobile).

La pince mobile effectue un mouvement à vitesse constante de telle façon que toutes les particules
de l'éprouvette appartiennent à la circonférence d'un cylindre de rayon R. A partir du modèle

analytique (Cf. §III) le moment de flexion en fonction de la courbure C = 1 = C (q ) (E.III.4) est


R
calculé à chaque position de la pince mobile et ensuite la courbe de flexion simulée est tracée.

Figure III.14 Principe de l'essai virtuel de flexion.

IV.3 Machine de traction

Dans le test réel, l'éprouvette est déposée à plat entre deux pinces horizontales (une fixe et
l'autre mobile) distantes de 5cm l'une de l'autre. La dimension utile de l'éprouvette est ainsi de
20cm de large et 5cm de long.

La pince mobile se déplace à vitesse constante vt (0.1 mm/s £ vt £ 0.2 mm/s) pour exercer
une traction continûment croissante dont le seuil maximum a été préalablement fixé (500g par cm
de largeur d'éprouvette), puis revient à sa position initiale (un cycle = repos ® traction ®
recouvrement ® repos).

140
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

Pour le test virtuel, le modèle d'éprouvette est constitué par un ensemble de particules
positionnées sur les entrecroisements d'une grille rectangulaire de dimensions 20cm ´ 5cm (figure
III.15). Dans ce test, les particules de la première colonne de la grille sont fixes (pince fixe) et
celles de la dernière colonne sont mobiles (pince mobile).

Figure III.15 Principe de l'essai virtuel de traction.

La pince mobile effectue un mouvement de translation à vitesse constante et perpendiculaire


à l'axe support de la pince fixe. Ensuite, les forces des particules qui « appartiennent » à cette pince
(force exercée par la pince sur l'éprouvette) sont calculées à chaque position de celle-ci en utilisant
le modèle analytique (Cf. §III). Ceci nous permet de tracer la courbe de Kawabata virtuelle : force

en fonction de la déformation e (%), avec e = l - 5 .100 où l est la longueur (en cm) courante de
5

l'éprouvette c'est à dire la distance qui sépare la pince fixe et la mobile.

141
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

V. Résultats Obtenus et Discussions

V.1 Confrontation des expérimentations simulées et réelles

Figure III.16 Courbes de flexion expérimentales (lignes noire et rouge claire) et théoriques (lignes rouge foncée et bleue), dans
les deux directions chaîne et trame de l'éprouvette N° 08.

Les paramètres de Kawabata en flexion suivant la chaîne et la trame de l'éprouvette N° 08


sont les suivants:

Rigidité de Hystérésis de Courbure de flexion


flexion flexion (gf.cm/cm) maximale (cm-1)
(gf.cm²/cm)

Chaîne 0,115 0,0313 2,5

Trame 0,1288 0,0363 2,5

Les courbes de flexion théoriques (Figure III.16) en chaîne et en trame virtuelles sont générées
par la machine de Kawabata virtuelle de flexion (Cf. §IV.2) que nous avons développée et sur un
tissu modèle intégrant les mêmes paramètres de Kawabata (traction, cisaillement, flexion) que
ceux cités précédemment pour le tissu réel (Cf. Partie II, §IV).

142
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

Sachant que les conditions des essais réel et virtuel sont les mêmes, la confrontation des
deux réseaux de courbes, réelles et simulées, montre qu'elles sont superposables. Ceci démontre
que la force généralisée de flexion pour une éprouvette de tissu 20cm ´ 1cm est bien modélisée.
Cette force généralisée de flexion a une influence majeure sur le comportement du drapé d'un tissu.

Figure III.17 Courbes de traction expérimentales (lignes continues ) et théoriques (lignes discontinues "TC1 and
TC2"), dans les deux directions chaîne et trame de l'éprouvette N° 08.

Les paramètres de Kawabata en traction suivant la chaîne et la trame de l'éprouvette N° 08


sont les suivants:

Linéarité Energie de Résilience Force maximale


LT (sans traction WT RT (%) de traction fm
2
unité) (J/m ) (gf/cm)

Chaîne 0,626 20,50 62,93 500

Trame 0,716 16,10 64,29 500

143
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

Figure III.18 Courbes de traction expérimentales (lignes continues "EC1 and EC2") et théoriques (lignes
discontinues "TC1 and TC2"), dans les deux directions chaîne et trame de l'éprouvette N° 09.

Les paramètres de Kawabata en traction suivant la chaîne et la trame de l'éprouvette N° 09


sont les suivants:

Linéarité Energie de Résilience Force maximale


LT (sans traction WT RT (%) de traction fm
2
unité) (J/m ) (gf/cm)

Chaîne 0,450 53,20 49,06 500

Trame 0,866 10,10 56,44 500

Les courbes de traction théoriques (Figure III.17, 18) en chaîne et en trame virtuelles sont
générées par la machine de Kawabata virtuelle de traction (Cf. §IV.3) que nous avons développée
et sur un tissu modèle intégrant les mêmes paramètres de Kawabata (traction, cisaillement, flexion)
que ceux cités précédemment pour le tissu réel (Cf. Partie II, §IV).

144
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

Les tests virtuels sont faits dans les mêmes conditions que les tests réels, c'est à dire que
l'éprouvette virtuelle est de même dimensions que la réelle et la vitesse de traction virtuelle est la
même.

En comparant les deux réseaux de courbes, réelles et virtuelles (Figure III.17, 18), nous
constatons qu'elles sont superposables. Ceci démontre que la force de traction pour une éprouvette
de tissu 20cm ´ 5cm est très bien modélisée.

V.2 Simulation du drapé d'un tissu sur différents objets (formes)

V.2.1 TOMBE SUR UNE TABLE CARREE (influence de l'hystérésis)

Figure III.19 Drapé d'une nappe souple sur une table carrée.

Dans le test de drapé présenté sur la (figure III.19), nous avons simulé un échantillon de tissu
de 1m ´ 1m de surface par 51 ´ 51 particules. L'ensemble de ces dernières est drapé sur une table
de 0,6m ´ 0,6m de surface.

a) Conditions du test de drapé du tissu sur la table carrée.

Au début, toutes les particules qui sont de même masse (m) sont soumises à la gravité.
Ensuite, les positions des particules qui vont tomber sur la table sont contrôlées. Si elles sont au-
dessous de l'altitude de la table (Z=0) elles sont remises à Z=0 et les vitesses de ces particules sont
considérées comme nulles, de même que les efforts dès qu'ils sont inférieurs à zéro.

b) Influence de l'hystérésis

Comme il est expliqué dans la partie analytique de ce chapitre (cf. §III), notre modèle tient
compte du comportement hystérétique des tissus qui a un effet non négligeable sur leur
comportement dynamique. Nous pouvons noter son effet sur le côté droit de la nappe carrée : sans
hystérésis, il serait plat. Nous signalons que l'hystérésis dans le cas des tissus est due aux efforts de
frottements secs entre les fils chaîne et trame qui provoquent une déformation résiduelle. Quand
cette dernière est hors du plan du tissu, elle facilite son flambement; c'est à dire que dans le cas du

145
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

drapé sur une table carrée, à une étape intermédiaire, se produisent de grandes déformations de
flexion et après recouvrement, des déformations résiduelles persistent. Ces dernières favorisent les
déformations de flambage qui sont provoquées par des efforts exercés par les deux parties du tissu
suspendues aux deux coins sur un même côté de la table.

Schématiquement, soit une partie du tissu représentée par trois particules comme montré ci-
dessous. Celles-ci sont initialement alignées au repos.

Figure III.20 Etape initiale.

Figure III.21 Etape intermédiaire(1): grande déformation de flexion.

Figure III.22 Etape intermédiaire(2): déformation de flexion résiduelle obtenue après recouvrement

Dans l'étape intermédiaire, ces trois particules ne sont plus alignées à cause de l'effet de
l'hystérésis de flexion (déformation résiduelle).

Figure III.23 Etape finale: flambement du tissu.

Finalement, puisque la particule qui est au milieu est en dehors du plan où les deux autres se
trouvent, les deux efforts engendrent facilement un flambement.

146
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

Simulation de l'effet de l'hystérésis

a) Etat initial
b) Etat intermédiaire

c) Etat final

Figure III.24 Simulation de l'influence de l'hystérésis.

Sur la figure III.24, nous avons montré la simulation de l'écart de positions (couleur jaune:
écart=0, couleur bleue: écart¹0) entre deux nappes simulées simultanément (51x51particules) au
même instant t, une avec et l'autre sans hystérésis.
L'écart de position signifie l'écart en norme entre les positions de deux particules superposées
" à l'état initial ", cet écart est montré sur la figure III.24 par la hauteur de la particule équivalente
par rapport au plan jaune.
L'effet de hystérésis est important là où l'écart de positions l'est.
N.B. La nappe sans hystérésis n'est pas illustrée sur la figure III.24.

Figure III.25 Simulation du tissu N°08 (51 x 51 particules) sur une table carrée.

147
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

Figure III.26 Résultat de D.E. BREEN et a [URL 5]..

La figure III.26 illustre un des résultats (simulation du drapé d'un torchon de 51x51
particules sur une table carrée) obtenu par D.E. Breen et al [URL 5]. Ce résultat est obtenu, en
utilisant un système de particules basé sur un calcul énergétique et intégrant les paramètres de
Kawabata en flexion et en cisaillement, avec un temps de simulation de l'ordre d'une semaine sur
une station de travail IBM RS6000.

Les figures III.19, 25 illustrent deux de nos résultats obtenus avec un temps de calcul de
l'ordre d'une demi-heure sur un Ordinateur avec processeur Pentium 350 MHz, 128 Mo de
mémoire, une carte graphique ATI 1024x768x24 bits (16.7 millions de couleurs) et sous Windows
98. Notre code source est écrit en langage C en utilisant les bibliothèques OpenGL et Glut pour
l'interface graphique. Ce code peut tourner sous Windows (9x, NT) avec Visual C++.

La comparaison entre nos résultats et ceux de D.E. Breen et al montrent que les notres sont
plus réalistes et avec un temps de calcul beaucoup plus rapide que ceux de D.E. Breen et al.

Figure III.27 Photos du drapé du tissu N°08 sur une table carrée..

Sachant que les dimensions des torchons réel et simulé sont les mêmes , les dimensions des
supports (tables carrées) réelles et virtuelles sont les mêmes et que le torchon simulé tient compte
de tous les paramètres mécaniques et physiques obtenus via des essais sur des éprouvettes du

148
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

torchon réel; la confrontation de la simulation (figure III.25) et la réalité (figure III.27) montre
qu'elles ont les mêmes aspects de point de vu comportement du tombé. Ceci met en évidence le
réalisme produit par notre modèle.

V.2.2 TOMBE SUR UNE SPHERE (influence de la rigidité de flexion et de l'anisotropie)

Figure III.28 Influence de la rigidité de flexion et de l'anisotropie.

Si nous analysons les divers modes de déformations du tissu, nous constatons que la
déformation de flexion est la plus importante. Par conséquent, une bonne modélisation de cette
déformation est recommandée pour la simulation du drapé des tissus quels que soient les modèles
de traction et de cisaillement puisque, pour les tissus raides, ces modèles ne sont sensés que de
préserver la structure (squelette) du tissu modèle presque inchangé durant le tombé. C'est la raison
pour laquelle nous avons choisi de simuler le tombé d'une nappe souple sur une sphère rigide afin
de mettre en évidence l'influence de la rigidité de flexion et l'effet du comportement anisotrope des
tissus.

149
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

Le tissu modèle utilisé pour cette simulation (Figure III.28) garde les mêmes paramètres en
traction et en cisaillement. Nous modifions la rigidité en flexion B de la même façon dans les deux
directions chaîne et trame (voir tableau ci dessous) ce qui nous permet d'aboutir aux figures (a),
(b), (c) et (d).

Rigidité de Figure (a) Figure (b) Figure (c) Figure (d)


flexion

Chaîne 8,829×10-6 8,829×10-4 8,829×10-3 8,829×10-2


(N×m2/m)

Trame 2,207×10-6 2,207×10-4 2,207×10-3 2,207×10-2


(N×m2/m)

Les différentes figures (Figure III.28) montrent bien l'effet de la modification de la rigidité de
flexion suivant les deux directions orthogonales chaîne et trame (i.e. lorsque la rigidité de flexion
augmente, le nombre de plis diminue et le pli devient gros). Elles montrent également l'effet du
comportement anisotrope des tissus, c'est à dire que les déformations en flexion ne sont pas
distribuées de façon uniforme sur la sphère.

150
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

Figure III.29 Simulation du tissu N° 08 (51 x 51 particules) sur une sphère.

VI. Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons développé un modèle physique de simulation de comportement du
drapé du tissu tenant compte de ses propriétés spéciales telles que, la structure discontinue et le
comportement hautement anisotrope, non linéaire et hystérétique, i.e. intégrant le maximum de ses
propriétés mécaniques et physiques (paramètres de Kawabata [KAW,80] ) en utilisant des
représentations rhéologiques. Le modèle est gouverné par l'équation de mouvement de Newton et
considère que l'objet simulé est discritisé en un ensemble de particules qui interagissent. Ensuite,
les équations dérivées du calcul de forces sont intégrées à l'aide d'une méthode numérique
(Méthode d'intégration d'Euler). De cette intégration résulte l'obtention des vitesses et des positions
des particules massiques à chaque pas de temps. Par conséquent, notre modèle calcule toutes les
trajectoires des particules et non pas seulement les positions finales comme le fait les modèles de
D.E.Breen, D.H.House et M.J.Wozny [BRE 94a, 94b]. De plus, la simulation utilisant notre modèle
est beaucoup plus rapide en temps de calcul automatique et plus réaliste que celle utilisant les
modèles de Breen, House et Wozny. Une extension de notre approche permet d'habiller des
mannequins sur ordinateur, en utilisant les propriétés des tissus réels d'une part, pour faciliter la

151
PARTIE III, Chapitre 1 Simulation bidimensionnelle et tridimensionnelle "2D/3D" à partir d’un modèle mécanique.

tâche au commerce électronique ou, d'affecter des propriétés qui donne de bons résultats de
simulation d'autre part, dans le but de découvrir et fabriquer de nouveaux produits (tissus). Dans
les deux cas le but principal du point de vue économique est d'éviter le prototypage et le gaspillage
de la matière, par conséquent, un gain en temps et en argent.

152
PARTIE III, Chapitre 2

Mesure de la rigidité
de torsion et du
module de
cisaillement des tissus

Résumé

Un banc d’essai spécifique est développé pour mesurer la rigidité de


torsion de matériaux souples ainsi que le module de cisaillement dans le
plan de ceux-ci. Ce banc est validé par des tests effectués sur des éprouvettes
de matériaux souples aux propriétés connues (laiton, papier) avant de
présenter les résultats obtenus pour des éprouvettes de tissus.
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

MESURE DE LA RIGIDITE DE TORSION ET DU MODULE DE


CISAILLEMENT DES TISSUS

I. Introduction
De nos jours, plusieurs technologies, particulièrement le KES (Kawabata's Evaluation
System) et le FAST (Fabric Assurance by Simple Testing), permettent de mesurer un très grand
nombre de caractéristiques mécaniques des tissus. Mais en ce qui concerne la torsion,
malheureusement, les recherches sont très limitées. L'unique travail fait dans ce sens est celui de
Toshio Mori et al [TOS, 94].

Dans le présent travail, en se basant sur l'hypothèse que le tissu est un matériau continu,
orthotrope [TOS, 94], nous développons une expérience pour mesurer la rigidité de torsion et le
module de cisaillement dans le plan des tissus.

Notre travail est structuré en trois sections. Dans la première nous décrivons la machine de
torsion. Dans la deuxième, nous présentons en bref la théorie sur laquelle est basée la mesure. La
dernière section est subdivisée en deux sous-sections. Dans la première nous explicitons les
résultats de validation de la machine sur des éprouvettes en laiton et en papier. Dans la seconde,
nous présentons les résultats obtenues sur des éprouvettes de tissus.

II. Description de la machine de torsion


Le système de mesure de torsion (Figure III.30, 31) se décompose de deux parties
essentielles:

le pendule de torsion à palier hydrostatique (PTPH),

le système d'acquisition et de traitement de données.

II.1. le pendule de torsion à palier hydrostatique (PTPH)


Cette partie se décompose à son tour en quatre parties différentes:

le bâti,

le dispositif d'inertie,

le système inférieur de fixation de l'éprouvette,

le dispositif de sollicitation.

153
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

Le bâti est constitué de quatre éléments: une table support (15), un plateau triangulaire (14),
une pièce rectangulaire en aluminium (2) et une poutre profilée (13). L'axe de cette dernière est
perpendiculaire à la surface supérieure du plateau. La verticalité de la poutre est assurée par
l'horizontalité du plateau qui est à son tour assuré par l'intermédiaire de trois butées
micrométriques (16) fixées à la table support. La pièce rectangulaire en aluminium sert pour le
maintien de la butée micrométrique (1).

Le dispositif d'inertie du pendule est composé des éléments suivants:


l'arbre (7), la mâchoire supérieure (9), les deux masselottes en acier (5) et la bague (4) qui sert à la
fixation des deux masselottes sur l'arbre. Le maintien de l'arbre du pendule est assuré par une
sustentation par air qui est réalisée par le palier hydrostatique (8) évitant ainsi les frottements secs.

Le système de fixation inférieur de l'éprouvette est constitué d'une pièce en aluminium (12),
de même profil que la poutre verticale (13). Elle est maintenue à cette dernière par deux aimants.
Ce qui permet la modification de la longueur de l'éprouvette en déplaçant cette pièce verticalement
sur la poutre profilée. La mâchoire inférieure, de forme rectangulaire et de masse initiale connue,
s'engage dans un dégagement rectangulaire de la pièce (12) avec un jeu faible. Cette solution
permet de bloquer le mors en rotation et lui permet un déplacement vertical. En supposant que les
frottements entre la pièce et le mors sont négligeables et que la contrainte de traction induite dans
l'échantillon est uniforme, nous considérons que la tension longitudinale exercée sur l'éprouvette
est identique au poids ajustable de la mâchoire inférieure.

Le dispositif de sollicitation est constituée des éléments suivants:


un codeur optique (6), un dispositif de lancement du test à angle initial précis et un boîtier de
visualisation (compteur (17)).

Le codeur convertit le déplacement rotatif en signaux numériques ou en impulsions. Le type


de codeur utilisé dans notre cas (Figure III.32) est le codeur optique. Celui-ci est composé d'un
disque rotatif micro-gravé, de deux sources lumineuses et de deux capteurs de lumière. Le disque à
réseau radial de traits (2500 traits), de moment d'inertie connu, est monté sur l'arbre rotatif.
Lorsque le disque tourne, ce réseau radial de traits (succession de secteurs transparents et opaques)
interrompent la lumière émise vers les capteurs de lumière, produisant ainsi un signal
impulsionnel. Le codeur optique que nous avons utilisé est en quadrature. C'est un codeur
incrémental qui possède deux voies, A et B, en sortie (Figure III.33) afin de repérer une position.
Cette dernière et le sens de rotation du disque sont déterminés via les deux sorites du codeur en

154
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

utilisant deux pistes déphasées de 90° (Figure III.32, 33). Nous avons une rotation dans le sens des
aiguilles d'une montre si A précède B et dans le sens opposé dans le cas contraire. La position est
déterminée par le nombre d'impulsions dans un sens ou dans un autre. Les signaux de sortie du
capteur rotatif sont ensuite transmis à un boîtier de visualisation qui les traite et affiche la position
angulaire.

Le dispositif de lancement du test à angle initial précis est constitué d'un électroaimant
(ventouse électrique (3)), d'un générateur courant/tension (21), de deux masselottes en acier (5) et
d'une butée micrométrique (1).

A l'équilibre, la position des masselottes, donc de l'éprouvette, est à zéro degré. Nous
rapprochons l'électroaimant non alimenté (non aimanté) d'une masselotte en acier jusqu'à contact.
Puis, à l'aide du générateur de courant continu nous alimentons l'électroaimant pour qu'il puisse
attirer la masselotte. Nous écartons, avec précision, à l'aide de la butée micrométrique,
l'électroaimant (et par conséquent les masselottes et l'éprouvette (10)) de la position d'équilibre
jusqu'à atteindre l'angle initial de lancement du test (affichage sur le compteur (17)). Enfin, pour
lancer l'essai nous coupons l'alimentation fournie par le générateur à la ventouse électrique puis le
dispositif d'inertie et l'éprouvette commencent à osciller.

II.2. le système d'acquisition et de traitement de données


Le système d'acquisition et de traitement de données est réalisé à l'aide d'un bornier (18),
d'une carte d'acquisition de données (19), du logiciel LabVIEW et d'un ordinateur (20).

A partir du logiciel LabVIEW nous développons un code en G (programmation graphique)


constituée de deux parties essentielles. La première réservée à l'acquisition de données fournies par
le compteur (17). La seconde sert au traitement du signal recueilli et à l'affichage des résultats liés
à un essai. Le traitement du signal est effectué d'une façon numérique. La fréquence du signal est
déterminée par l'intermédiaire de la transformée de Fourier et son enveloppe est obtenue à l'aide
d'une transformée de Hilbert. Les courbes de l'enveloppe représentées sur une échelle semi-
logarithmique permettent la détermination de l'amortissement du signal.

155
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

(4)
(21) (17)
(5)
(1)
(2)
(3)
(7) (6)
(8)

(9)

(18)
(22)
(10) (13)

(23)
(19)
(25)

(11)
(12)
A
I (14)
R

(24)

(15)
(20)
(16)

Légende:
13: poutre profilée (acier),
1: butée micrométrique,
14: plateau triangulaire,
2: pièce rectangulaire en aluminium,
15: table support,
3: électroaimant (ventouse électrique),
16: butée micrométrique,
4: bague en aluminium,
17: compteur de visualisation (conditionneur),
5: masselottes en acier,
18: bornier (adaptateur de connexion),
6: codeur optique (capteur de position angulaire)
19: carte d'acquisition de données,
7: arbre d'inertie,
20: ordinateur,
8: palier hydrostatique,
21: générateur de courant/tension,
9: mâchoire supérieure,
22: canalisation d'air comprimé,
10: éprouvette de tissu,
23: manomètre (contrôle de pression d'air)
11: mâchoire inférieure,
24: valve,
12: pièce en aluminium (profile en W),
25: alimentation d'air

Figure III.30 machine de torsion .

156
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

Figure III.31 Photo de la machine de torsion .

Source lumineuse
Capteur de lumière

Arbre
Arbre
Disque rotatif

Réseau de traits radiaux

Figure III.32 Codeur optique.

Piste A
Piste B
90°

Sortie A
Sortie B

Figure III.33 Pistes du disque et signaux de sortie A et B.

157
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

III. Théorie
En tenant compte des frottements visqueux, Rocard [ROC 71] a présenté l'équation du
mouvement d'un système oscillant librement sous la forme:

¶ 2j (t ) ¶j (t )
I× 2
+h × + K t × j (t ) = 0 (E.III.50)
¶t ¶t

où, I est le moment d'inertie de la masse oscillante par rapport à l'axe de rotation, h est le terme lié
à l'amortissement du système, Kt est la rigidité de torsion et j(t) est le déplacement angulaire à
l'instant t d'un point de la masse oscillante. La solution de l'équation (E.III.50) est donnée par:
-ht
p
j (t ) = j 0 × e 2I
× sin( w0 t + ) (E.III.51)
2

h
où, j0=j(o), = a est le coefficient d'amortissement et w0 est la pulsation des oscillations.
2I

La pulsation des oscillations à amortissement non nul est donnée par:

Kt
w0 = - a2 . (E.III.52)
I

Sachant que le coefficient d'amortissement a et la pulsation w0 du signal recueilli sont


déterminés numériquement par l'intermédiaire des transformations de Fourier et de Hilbert, la
rigidité de torsion de l'éprouvette déduite de l'équation (E.III.52) est donnée par:

K t = I × ( w02 + a 2 ) . (E.III.53)

Pour un matériau isotrope, Timoshenko [TIM 90] a exprimé le couple de torsion par:

l × e3 × G ×j E × l 5 × e ×j 3
Ct = + (E.III.54)
3L 360 L3

où, L est la longueur de l'éprouvette, l sa largeur, e son épaisseur, G le module de


cisaillement du matériau, E son module d'Young et j l'angle de torsion.

Le premier terme de l'équation (E.III.54) est l'expression du couple de torsion résultant des
contraintes de cisaillement. Le second terme est le couple de torsion induit par les composantes,
perpendiculaires à l'axe de torsion, des contraintes de traction générées lors de l'essai. Ce terme est
négligé lors de nos mesures puisque les angles de torsion sont faibles (£5°).

158
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

Si lors de l'essai de torsion, une contrainte de traction uniforme longitudinale s 0 est

appliquée à l'éprouvette, un couple de torsion Cttr supplémentaire est généré. Timoshenko [TIM

90] a formulé ce couple par:

e × l 3 ×s 0 ×j
Cttr = (E.III.55)
12 L

La contribution de la masse m de la mâchoire inférieure dans le calcul du couple de torsion


total est non négligeable. Nous supposons que la contrainte de traction longitudinale est identique
au poids de la masse de la mâchoire inférieure :

m× g
s0 = (E.III.56)
e×l

où, g est l'accélération de la pesanteur.

En utilisant les équations (E.III.54) "avec second terme négligé", (E.III.55) et (E.III.56) et
sachant que la rigidité de torsion est le rapport du couple de torsion total par l'angle de torsion,
nous pouvons déterminer le module de cisaillement G d'un clinquant de laiton.

Pour une éprouvette rectangulaire possédant une symétrie matérielle orthotrope, une torsion
autour d'un axe correspondant à une direction d'orthotropie engendre des contraintes de
cisaillement dans ses divers plans (Figure III.34). Par conséquent, pour des éprouvettes dont
l'épaisseur est très faible devant la largeur, Love [LOV 44] a exprimé le couple de torsion en
petites déformations par:

l × e 3 × G xy × j æ Gxy ö
Ct = × ç1 - b × ÷ (E.III.57)
3L ç G ÷
è zx ø

où, Gxy (respectivement Gzx ) est le module de cisaillement dans le plan (x, y) (respectivement
(z, x) ) et b est un coefficient qui dépend du rapport épaisseur/largeur.

159
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

tyz
z

tzx

txy

Figure III.34 Contraintes de cisaillement engendrées dans un matériau orthotrope lors d'un essai de torsion.

Plusieurs travaux de recherche ont été effectués dan l'objectif de caractériser un matériau
orthotrope en torsion en se basant sur l'équation de Love (E.III.57). Parmi ces travaux citons ceux
de Fauré [FAU 97] et ceux de Kubat et Lindbergson [KUB 65] qui se sont intéressés à l'étude de la
torsion du papier ces auteurs ont négligés le second terme de l'équation de Love (E.III.57) pour des
éprouvettes dont le rapport épaisseur/largeur est très petit.

En se basant sur l'hypothèse que le tissu textile (armure toile par exemple) est un matériau
continu orthotrope, nous pouvons appliquer la formule de Love (E.III.57) afin de caractériser ce
"matériau" en torsion. Considérons que les directions chaîne et trame du tissu coïncident avec les
axes principaux d'orthotropie, nous effectuons des essais sur des éprouvettes de 20cm de longueur,
de 5cm de largeur et d'épaisseur 0.41mm, 0.62 et 0,71mm. Nous constatons que les rapports
épaisseur/largeur (0.0082, 0.0124, 0.0142) pour les trois éprouvettes sont très petits, ce qui nous
permet de négliger le second terme de l'équation (E.III.57).

En tenant compte du poids de la mâchoire inférieure et en utilisant l'équation (E.III.57) le


module de cisaillement dans le plan Gxy des éprouvettes de tissu est donné par:

3L
Gxy = × kt¢ , (E.III.58)
l × e3

m × g ×l 2
avec, k t¢ = I × ( w02 + a 2 ) -
12 × L

160
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

IV. Expérimentation
Pour lancer l'essai, nous écartons avec précision, à l'aide de la butée micrométrique,
l'électroaimant (alimenté par un générateur de courant continu ) par la suite les masselottes et donc
l'éprouvette de la position d'équilibre jusqu'à atteindre l'angle initial de lancement du test (5° au
maximum, affichage sur le compteur (17)). En coupant l'alimentation fournie par le générateur à la
ventouse électrique, le dispositif d'inertie et l'éprouvette commencent à osciller. Par conséquent,
des signaux sont délivrés par le codeur optique. Ces signaux sont de nature sinusoïdale et sont
déphasés de 90°. Ils sont ensuite transmis au boîtier de visualisation qui les traite, affiche la
position angulaire et délivre deux signaux carrés déphasés de 90° (Figure III.35).

Figure III.35 Signal carré livré par le conditionneur (17).

Ces signaux carrés passent par l'adaptateur de connexion avant d'être transmis à la carte
d'acquisition de données (19). A ce stade, nous utilisons une application informatique que nous
avons développée à partir du logiciel LabVIEW afin d'acquérir les données d'une part et de les
traiter d'autre part. Cette application est composée de deux fenêtres. La première, nommée face-
avant, est l'interface utilisateur graphique. La seconde, appelée diagramme, contient le code source
en G (Graphique) qui permet de contrôler et remplir des fonctions sur les entrées et sorties créées
dans la face-avant. Cette dernière réceptionne les données entrées par l'utilisateur et affiche celles
fournies, en sortie, par le code source.

Dans notre cas, la face-avant est partagée en deux parties. La première, dite partie
d'acquisition de données, est destinée à l'affichage en temps réel de certains paramètres liés au test,
essentiellement la valeur du déplacement angulaire et le temps associé, et du signal (angle de
torsion en fonction du temps, voir figure III.36). La seconde, dite partie de traitement de données,

161
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

est totalement consacrée à l'affichage des résultats du traitement des données liées à un essai (voir
figures III.37, 38, 39) et les valeurs du couple et de la rigidité de torsion ainsi que le module de
cisaillement dans le plan de l'éprouvette testée.

Position angulaire ( en degrés)

6,0

5,0

4,0

3,0

2,0

1,0

0,0

-1,0

-2,0

-3,0

-4,0

-5,0

-6,0
0,0 10,0 20,0 30,0 40,0 50,0 60,0 70,0

Temps ( en s)

Figure III.36 Position angulaire en fonction du temps.

Sachant que le signal recueilli (figure III.36) lors de la torsion d'une éprouvette est construit à
l'aide d'une nombre N de points (j : angle de torsion, t: temps), son spectre ( f ( w) = f ( w) : module

de la transformée de Fourier en fonction de la pulsation (figure III.37)) est obtenu par


l'intermédiaire de la transformée de Fourier rapide complexe (complex FFT). Ce spectre nous
permet de déterminer la pulsation w0 du signal recueilli.

Soit f (w) la transformée de Fourier du signal j (t ) tel que:

n× w×t
1 N -1 -i
F [j (t )] = f ( w) = å j (t ) × e N
, pour 0 < w < 2p .(N-1). (E.III.59)
N n =0

162
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

Pulsation instantanée en (Hz.rd)

3 5 0 ,0

3 0 0 ,0

2 5 0 ,0

2 0 0 ,0

1 5 0 ,0

1 0 0 ,0

5 0 ,0

0 ,0
0 ,0 1 0 ,0 2 0 ,0 3 0 ,0 4 0 ,0 5 0 ,0

w0 Temps (en s)

Figure III.37 Module de la transformée de Fourier du signal en fonction de la pulsation.

L'illustration (Figure III.38) du logarithme de l'enveloppe du signal recueilli, nous permet de


déterminer son coefficient d'amortissement. En effet, l'enveloppe du signal est estimée par
l'intermédéaire d'une transformation de Hilbert. Soit H {j (t )} cette transformée de Hilbert définie
par:


1 j (u )
H {j (t )} =
p -ò¥ t - u
× du . (E.III.60)

1
Elle peut être également définie comme le produit de convolution du signal j (t ) par ( )
p ×t
sous la forme:

1
H {j (t )} = j (t ) * . (E.III.61)
p ×t

Le calcul de H {j (t )} est difficile à réaliser à l'aide de l'équation (E.III.61). c'est la raison


pour laquelle il est préférable de passer par le calcul de la transformée de Fourier:

é 1 ù
F [H {j (t )}] = F [j (t )] × F ê ú = f ( w) × (- i × sign( w) ) (E.III.62)
ëp × t û

163
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

ì- 1 si w est négative,
ï
où, sign( w) = í0 si w est nulle,
ï+ 1 si w est positive.
î

La détermination de la transformée de Hilbert H {j (t )} revient donc, d'abord, à multiplier la


transformier de Fourier f (w) du signal j (t ) par -i pour les pulsations négatives et +i pour les
pulsations positives et, ensuite, à effectuer la transformée de Fourier inverse du résultat.

Soit x(t ) une fonction complexe définie par:

x(t ) = j (t ) + i × H {j (t )} . (E.III.63)

L'enveloppe du signal j (t ) est représenté par la valeur absolue x(t ) de x(t ) . Finalement, le

coefficient d'amortissement a (pente) est déterminé à partir de la courbe (Figure III.38)


représentant le logarithme de cette enveloppe en fonction du temps.

Logarithme de l'enveloppe du signal

2,5

2,0

1,5 a = 0,049

1,0

0,5

0,0

-0,5

-1,0

-1,5

-2,0
0,0 10,0 20,0 30,0 40,0 50,0 60,0 70,0
Temps (en s)

Figure III.38 Logarithme de l'enveloppe du signal en fonction du temps.

164
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

Nous constatons que la courbe (Figure III.38) est linéaire mais elle peut ne pas l'être ou
composée de deux zones (linéaire et non-linéaire) pour certains essais. La zone non-linéaire
signifie qu'il y a présence d'un frottement sec [SQU 86] et la zone linéaire peut être le siège de
deux sortes de frottement (visqueux et sec). Pour savoir si la zone linéaire est due au frottement
visqueux (respectivement au deux à la fois) il faut déterminer si la pulsation du signal est
indépendante "figure III.39" (respectivement dépendante) du temps. En effet, à partir de la dérivée
par rapport au temps de la phase a (t ) , de x(t ) (E.III.63), qui donnée par:

æ H {j (t )}ö
a (t ) = arctançç ÷÷ , (E.III.64)
è j (t ) ø

nous déterminons la pulsation instantanée w(t ) de j (t ) comme suit:

da (t )
w(t ) = . (E.III.65)
dt

Pulsation instantanée en (Hz.rd)


7 ,8

7 ,0

6 ,0

w0 = 4,858
5 ,0

4 ,0

3 ,0

2 ,0

1 ,0

0 ,0
0 ,0 1 0 ,0 2 0 ,0 3 0 ,0 4 0 ,0 5 0 ,0 6 0 ,0 7 0 ,0

Temps (en s)

Figure III.39 Pulsation instantanée en fonction du temps.

165
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

IV.1. Tests de validation sur les matériaux connus


Pour étalonner le banc de torsion, nous réalisons des tests sur des matériaux dont les paramètres
sont déjà répertoriés dans la littérature. Nous opérons sous des conditions de température et
d’hygrométrie ambiantes en admettant les hypothèses suivantes:

l'éprouvette orthotrope,
la contrainte de traction longitudinale appliquée à l'éprouvette lors de l'essai est identique
à celle exercée par le poids de la mâchoire inférieure sur la section de l'éprouvette,
les dimensions des éprouvettes utilisées sur la nouvelle machine de torsion doivent
respecter les critères qui sont imposés par les hypothèses des formules théoriques
[LOV, 44],
les angles de torsion sont petits (j<5°).

Une première série de mesures a été effectuée sur un matériau isotrope, un clinquant de laiton,
d’épaisseur 0,1 mm, nous avons obtenu les résultats répertoriés dans le tableau (table III.1) suivant:

Test 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Moyen Résultats


et Ecart littérature
type
[FAU 97]

K't 5,2 4,5 5,3 4, 8 4,4 4,6 4,2 4,6 4,6 4,3 4,6 ***
-3
(10 Nm/rd)
G 49,2 43,6 51,1 46,1 42,0 44,4 40,5 43,8 44,6 40,5 44,5 45,5
(GPa) ±3 ± 7,5

Table III.1 Résultats pour un clinquant de laiton.

Pour appliquer la théorie développée pour une éprouvette d'un matériau orthotrope dont la
largeur est grande devant l'épaisseur [LOV 44], il faut que l'axe de torsion coïncide avec un axe
d'orthotropie du matériau.

En réalisant des tests de torsion sur un ensemble d'éprouvette (20 x 05 x 100.10-4 cm3) d'un
même matériau (papier d'impression 72 g/m², 0.14mm ) et en effectuant plusieurs mesures sur
chaque éprouvette nous aboutissons aux moyennes des propriétés intrinsèques (rigidité de torsion
et module de cisaillement dans le plan) du matériau. Les résultats de cette deuxième série de
mesures sont répertoriés dans le tableau (Table III.2) suivant:

166
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

Test 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Moyen Résultats


et Ecart littérature
type
[FAU 97]

K't 342 269 282 310 313 328 302 352 297 375 316 ***
(10-6Nm/rd)
Gxy 1,5 1,2 1,3 1,4 1,4 1,4 1,3 1,5 1,3 1,6 1,4 1,40
(GPa) ± 0,1 ± 0,02
Table III.2 Résultats pour un papier d'impression 72g/m².
Les deux premières séries de mesures (Table III.1, 2), révèlent que le banc réalisé est bien
étalonné et d’une très bonne précision malgré que la mise en place de l'éprouvette dans les mors du
banc d'essai est assez délicate.

IV.2 Tests sur les tissus


Nous considérons que les axes principaux aux angles droits correspondent aux directions
chaîne et trame dans le cas d'un tissu. En effectuant des mesures (autour de la chaîne) sur des
éprouvettes (20 x 5 cm2) d'un même tissu, nous avons abouti aux résultats suivants (Table III.3):

Test 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Moyen Résultats


et Ecart littérature
type

K't 233 230 178 239 240 238 221 246 231 231 229 ***
(10-6Nm/rd) ±18

Gxy 12,5 12,3 9,5 12,8 12,8 12,8 11,8 13,2 12,4 12,4 12,3 ***
(MPa) ±0,1

Table III.3 Résultats pour un Tissu textile.

Cette dernière série, de mesures (Table III.3) exprimées en MPa, montre que, pour les
éprouvettes en textile testées, le module de cisaillement est 114 fois plus faible que celui du papier
d’impression ce qui, a priori, est tout à fait réaliste.

Nous présentons dan la suite les résultats pour deux tissus dont les propriétés mécaniques
sont différentes suivant les trois axes (chaîne, trame et biais). Ces deux tissus ont également des
épaisseurs différentes.

167
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

4 ,0 2 ,0

3 ,0 1 ,0

2 ,0 0 ,0

1 ,0 -1 , 0

0 ,0 -2 , 0

-1 , 0 -3 , 0

-2 , 0 -4 , 0

-3 , 0 -5 , 0

-4 , 0 -6 , 0
0 ,0 1 0 ,0 2 0 ,0 3 0 ,0 4 0 ,0 5 0 ,0 6 0 ,0 7 0 ,0 0 ,0 1 0 ,0 2 0 ,0 3 0 ,0 4 0 ,0 5 0 ,0 6 0 ,0 7 0 ,0

4 0 0 ,0 9 ,0

3 5 0 ,0
6 ,0
3 0 0 ,0

4 ,0
2 5 0 ,0

2 0 0 ,0 2 ,0

1 5 0 ,0 0 ,0

1 0 0 ,0
-2 ,0

5 0 ,0

0 ,0 -5 ,0
0 ,0 1 0 ,0 2 0 ,0 3 0 ,0 4 0 ,0 5 0 ,0 0 ,0 5 ,0 1 0 ,0 1 5 ,0 2 0 ,0 2 5 ,0 3 0 ,0 3 5 ,0 4 0 ,0 4 5 ,0 5 0 ,0

Figure III.40 Résultats graphiques de la torsion du tissu N°1 autour de la chaîne.

Pulsation w0 (Hz.rd) 4933 E-3

Amortissement a (s-1) 50 E-3

Epaisseur e (m) 410 E-6

Angle de torsion initial j (degrés) 3

Rigidité de torsion k't (N.m/rd) (271±9) E-6

Rigidité de cisaillent dans le plan Gxy (Pa) ( 47±3) E+6

Couple de torsion Ct (N.m) ( 14,2±0.5) E-6

Table III.4 Résultats numériques de la torsion du tissu N°1 autour de la chaîne.

168
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

3 ,0 2 ,0

2 ,0 1 ,0

0 ,0
1 ,0

-1 , 0
0 ,0
-2 , 0

-1 ,0
-3 , 0

-2 ,0 -4 , 0

-3 ,0 -5 , 0
0 ,0 5 ,0 1 0 , 0 1 5 ,0 2 0 ,0 2 5 , 0 3 0 ,0 3 5 , 0 4 0 ,0 4 5 ,0 5 0 , 0 0 ,0 1 0 ,0 2 0 ,0 3 0 ,0 4 0 ,0 5 0 ,0

4 0 0 ,0 9 ,0

3 5 0 ,0
6 ,0
3 0 0 ,0

2 5 0 ,0 4 ,0

2 0 0 ,0 2 ,0

1 5 0 ,0 0 ,0

1 0 0 ,0
-2 ,0
5 0 ,0

0 ,0 -5 ,0
0 ,0 1 0 ,0 2 0 ,0 3 0 ,0 4 0 ,0 5 0 ,0 0 ,0 1 0 ,0 2 0 ,0 3 0 ,0 4 0 ,0 5 0 ,0 6 0 ,0 7 0 ,0

Figure III.41 Résultats graphiques de la torsion du tissu N°1 autour de la trame.

Pulsation w0 (Hz.rd) 5358 E-3

Amortissement a (s-1) 47 E-3

Epaisseur e (m) 410 E-6

Angle de torsion initial j (degrés) 2.7

Rigidité de torsion k't (N.m/rd) (253±10) E-6

Rigidité de cisaillent dans le plan Gxy (Pa) (39±2) E+6

Couple de torsion Ct (N.m) (12.1±0.5) E-6

Table III.5 Résultats numériques de la torsion du tissu N°1 autour de la trame.

169
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

3 ,0 2 ,0

2 ,0 1 ,0

0 ,0
1 ,0

-1 ,0
0 ,0
-2 ,0

-1 , 0
-3 ,0

-2 , 0 -4 ,0

-3 , 0 -5 ,0
0 ,0 5 ,0 1 0 ,0 1 5 ,0 2 0 ,0 2 5 ,0 3 0 ,0 3 5 ,0 4 0 ,0 0 ,0 5 ,0 1 0 ,0 1 5 ,0 2 0 ,0 2 5 ,0 3 0 ,0 3 5 ,0 4 0 ,0

4 0 0 ,0 9 ,0

3 5 0 ,0
6 ,0
3 0 0 ,0

2 5 0 ,0 4 ,0

2 0 0 ,0 2 ,0

1 5 0 ,0 0 ,0

1 0 0 ,0
-2 ,0
5 0 ,0

0 ,0 -5 ,0
0 ,0 1 0 ,0 2 0 ,0 3 0 ,0 4 0 ,0 5 0 ,0 0 ,0 5 ,0 1 0 ,0 1 5 ,0 2 0 ,0 2 5 ,0 3 0 ,0 3 5 ,0 4 0 ,0

Figure III.42 Résultats graphiques de la torsion du tissu N°1 autour du biais.

Pulsation w0 (Hz.rd) 4153 E-3

Amortissement a (s-1) 38 E-3

Epaisseur e (m) 410 E-6

Angle de torsion initial j (degrés) 2.7

Rigidité de torsion k't (N.m/rd) (431±18) E-6

Rigidité de cisaillent dans le plan Gxy (Pa) (76±1) E+6

Couple de torsion Ct (N.m) (20.3±0.8) E-6

Table III.6 Résultats numériques de la torsion du tissu N°1 autour du biais.

170
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

4 ,0 2 ,0

3 ,0
1 ,0
2 ,0
0 ,0
1 ,0

0 ,0 -1 ,0

-1 ,0 -2 ,0

-2 ,0
-3 ,0
-3 ,0
-4 ,0
-4 ,0

-5 ,0 -5 ,0
0 ,0 5 ,0 1 0 ,0 1 5 ,0 2 0 ,0 2 5 ,0 3 0 ,0 3 5 ,0 4 0 ,0 4 5 ,0 0 ,0 5 ,0 1 0 ,0 1 5 ,0 2 0 ,0 2 5 ,0 3 0 ,0 3 5 ,0 4 0 ,0 4 5 ,0

4 0 0 ,0 9 ,0

3 5 0 ,0
6 ,0
3 0 0 ,0

2 5 0 ,0 4 ,0

2 0 0 ,0 2 ,0

1 5 0 ,0 0 ,0

1 0 0 ,0
-2 ,0
5 0 ,0

0 ,0 -5 ,0
0 ,0 1 0 ,0 2 0 ,0 3 0 ,0 4 0 ,0 5 0 ,0 0 ,0 5 ,0 1 0 ,0 1 5 ,0 2 0 ,0 2 5 ,0 3 0 ,0 3 5 ,0 4 0 ,0 4 5 ,0

Figure III.43 Résultats graphiques de la torsion du tissu N°2 autour de la chaîne.

Pulsation w0 (Hz.rd) 3931 E-3

Amortissement a (s-1) 56 E-3

Epaisseur e (m) 710 E-6

Angle de torsion initial j (degrés) 3.9

Rigidité de torsion k't (N.m/rd) (205±45) E-6

Rigidité de cisaillent dans le plan Gxy (Pa) (7±1) E+6

Couple de torsion Ct (N.m) (13±3) E-6

Table III.7 Résultats numériques de la torsion du tissu N°2 autour de la chaîne.

171
PARTIE III, Chapitre 2 : Mesure De La Rigidité De Torsion Et Du Module De Cisaillement Des Tissus

5 ,0 2 ,0

4 ,0
1 ,0
3 ,0
0 ,0
2 ,0

-1 ,0
1 ,0

0 ,0 -2 ,0

-1 ,0
-3 ,0
-2 ,0
-4 ,0
-3 ,0

-4 ,0 -5 ,0
0 ,0 1 0 ,0 2 0 ,0 3 0 ,0 4 0 ,0 5 0 ,0 6 0 ,0 0 ,0 1 0 ,0 2 0 ,0 3 0 ,0 4 0 ,0 5 0 ,0 6 0 ,0

4 0 0 ,0 9 ,0

3 5 0 ,0
6 ,0
3 0 0 ,0

2 5 0 ,0 4 ,0

2 0 0 ,0 2 ,0

1 5 0 ,0 0 ,0

1 0 0 ,0
-2 ,0
5 0 ,0

0 ,0 -5 ,0
0 ,0 1 0 ,0 2 0 ,0 3 0 ,0 4 0 ,0 5 0 ,0 0 ,0 1 0 ,0 2 0 ,0 3 0 ,0 4 0 ,0 5 0 ,0 6 0 ,0

Figure III.44 Résultats graphiques de la torsion du tissu N°2 autour de la trame.

Pulsation w0 (Hz.rd) 5364 E-3

Amortissement a (s-1) 46 E-3

Epaisseur e (m) 710 E-6

Angle de torsion initial j (degrés) 3.9

Rigidité de torsion k't (N.m/rd) (160±8) E-6

Rigidité de cisaillent dans le plan Gxy (Pa) (5.5±0.3) E+6

Couple de torsion Ct (N.m) (10.9±0.6 ) E-6

Table III.8 Résultats numériques de la torsion du tissu N°2 autour de la trame.

172
PARTIE III, Chapitre 2 Mesure de la rigidité de torsion et du module de cisaillement des tissus

5 ,0 2 ,0

4 ,0 1 ,5

1 ,0
3 ,0
0 ,5
2 ,0
0 ,0
1 ,0 -0 , 5

0 ,0 -1 , 0

-1 , 5
-1 , 0
-2 , 0
-2 , 0
-2 , 5
-3 , 0 -3 , 0

-4 , 0 -3 , 5
0 ,0 5 ,0 1 0 ,0 1 5 ,0 2 0 ,0 2 5 ,0 3 0 ,0 3 5 ,0 0 ,0 5 ,0 1 0 ,0 1 5 ,0 2 0 ,0 2 5 ,0 3 0 ,0 3 5 ,0

4 0 0 ,0 9 ,0

3 5 0 ,0
6 ,0
3 0 0 ,0

2 5 0 ,0 4 ,0

2 0 0 ,0 2 ,0

1 5 0 ,0 0 ,0

1 0 0 ,0
-2 ,0
5 0 ,0

0 ,0 -5 ,0
0 ,0 1 0 ,0 2 0 ,0 3 0 ,0 4 0 ,0 5 0 ,0 0 ,0 5 ,0 1 0 ,0 1 5 ,0 2 0 ,0 2 5 ,0 3 0 ,0 3 5 ,0

Figure III.45 Résultats graphiques de la torsion du tissu N°2 autour du biais.

Pulsation w0 (Hz.rd) 4562 E-3

Amortissement a (s-1) 79 E-3

Epaisseur e (m) 710 E-6

Angle de torsion initial j (degrés) 4

Rigidité de torsion k't (N.m/rd) (342±13) E-6

Rigidité de cisaillent dans le plan Gxy (Pa) (11.9±0.5) E+6

Couple de torsion Ct (N.m) (23.91±0.9) E-6

Table III.9 Résultats numériques de la torsion du tissu N°2 autour du biais.

173
PARTIE III, Chapitre 2 Mesure de la rigidité de torsion et du module de cisaillement des tissus

V. Conclusion
Pour la mesure des propriétés intrinsèques - module de cisaillement dans le plan et rigidité de
torsion des tissus, nous avons développé un appareil qui soumet les éprouvettes à des oscillations
libres. Pour éviter l'effet "lâche" dans le test de l'échantillon et permettre des mesures cohérentes,
des poids de tension sont appliqués. Un système d'acquisition et de traitement de données a été
développé à partir du logiciel LabVIEW et sur une station NT 4. Un traitement numérique, à l'aide
des transformées de Fourier et de Hilbert, du signal recueilli a permis de déterminer sa fréquence et
son amortissement. Par conséquent, connaissant les dimensions de l'éprouvette, le moment
d'inertie de l'arbre et la masse du mors inférieur, nous déterminons la rigidité de torsion, le module
du cisaillement dans le plan et le couple de torsion. Les très bons résultats expérimentaux obtenus
pour les différents matériaux souples (clinquant de laiton et papier d'impression) nous ont permis
de valider notre banc d’essai avant son exploitation pour les essais de torsion sur les tissus textiles.

174
Conclusion
Générale et
Perspectives

""Chaque progrès donne un nouvel espoir, suspendu à


la solution d'une nouvelle difficulté. Le dossier
n'est jamais clos".
Lévi-Strauss (Claude) [URL 10]
Conclusions Générales et Perspectives

Conclusion Générale et Perspectives

Afin d'aboutir à la voie que nous avons suivi dans nos recherches, nous avons
commencé par une étude de la littérature (Cf. partie I) dans le domaine. Cette étude se
présente dans ce mémoire sous deux grands volets. Le premier volet vise à comprendre
la structure des tissus textile avec l'objectif de déterminer leurs propriétés mécaniques et
physiques fondamentales et de développer des idées sur les façons de modéliser certains
types d'essais mécaniques effectués sur des éprouvettes de tissus. Le second volet est
complètement consacré aux techniques infographiques de modélisation et de simulation
du comportement des tissus textiles. Dans cette partie, nous avons étudié les différents
modèles infographiques rencontrés, afin de dégager la meilleure technique de
modélisation qui tient compte des propriétés spéciales du tissu (discontinuité,
anisotropie, non-linéarité et hystérésis) nécessaires pour décrire au mieux son
comportement dynamique. A l'issue de cette étude, nous avons opté pour l'utilisation
d'un modèle physique (qui tient compte des propriétés mécanique du tissu) et plus
précisément d'un système de particules qui interagissent. Pourquoi un système de
particules discret et non pas un modèle de la mécanique des milieux continus ou
d'éléments finis par exemple? D'abord, le tissu est une structure discontinue, i.e. loin
d'être un matériau continu. Ensuite, les modèles "système de particules" sont simples
d'implémentation, rapides, efficaces, flexibles, convenables pour n'importe quel type de
maillage (rectangulaire, triangulaire). De plus, les représentations de leurs
comportements élastiques sont assez précises malgré leurs problèmes d'instabilité. Par
contre, pour les modèles d'éléments finis, malgré leur précision concernant la
modélisation des propriétés de la surface (tissu), leurs problèmes numériques sont
compliqués à résoudre, en plus ils ne sont pas flexibles, sont lourds en calcul et moins
performants en ce qui concerne le réalisme de la simulation.

175
Conclusions Générales et Perspectives

Dans la partie II, nous avons étudié le KES-F, identifié et déterminé les
paramètres mécaniques et physiques à intégrer dans le modèle choisi afin de produire
une simulation réaliste.

La partie III, est subdivisé en deux chapitres :

Dans le premier chapitre nous avons présenté notre modèle mécanique du tissu
"système de particules". Ces particules, qui interagissent par l'intermédiaire de
différentes forces (traction, cisaillement, flexion, dissipation, gravité,
aérodynamique,...), sont structurées selon un maillage rectangulaire afin de former une
surface en respectant les directions orthogonales chaîne et trame des tissus. Le
mouvement de la surface, formée par notre modèle qui est gouverné par la l'équation
fondamentale de la dynamique, peut être calculé en fonction du temps par intégration
numérique.

Sachant qu'un tissu est non seulement très déformable en flexion et dans une
moindre mesure en cisaillement, mais il est au contraire très rigide en traction. Ce que
notre modèle satisfait, de point de vue précision physique (confrontation des courbes
théoriques et expérimentales) d'une part et de point de vue réalisme (confrontation des
drapés simulé et réel) d'autre part (voir résultats, chapitre 1 - Partie III). Les résultats
obtenus en comparaison avec la plupart de ceux de la littérature actuelle, montrent que
le modèle retenu dans cette étude est satisfaisant, significatif et décrit le plus fidèlement
possible le comportement dynamique des tissus textiles. Par exemple, notre modèle
calcule toutes les trajectoires des particules et non pas seulement les positions finales
comme le font les modèles de D.E.Breen, D.H.House et M.J.Wozny [BRE, 94a,b]. De
plus, la simulation utilisant notre modèle est beaucoup plus rapide en temps de calcul
(d'une dizaine de minutes à quelques heures pour la simulation du drapé d'un torchon
sur divers supports) et plus réaliste que celle utilisant les modèles de Breen, House et
Wozny calcul (de trois jours à une semaine pour la simulation du drapé d'un torchon sur
divers supports).

Dans le second chapitre, nous avons développé un banc d'essai de torsion afin de
mesurer les propriétés intrinsèques de rigidité de torsion et de module de cisaillement
dans le plan des tissus. Nous avons également développé une application informatique à
partir du logiciel Labview pour la saisie et le traitement des données. Cette application

176
Conclusions Générales et Perspectives

nous permet de juger instantanément la validité d'un essai. Par exemple un essai est non
valide s'il y a présence de frottements secs causés par un mauvais positionnement de
l'éprouvette. ce dispositif expérimental est mis en valeur par la simplicité de son mode
de fonctionnement, sa reproductibilité et son exactitude satisfaisante. Ceci est vérifié par
la réalisation des essais sur divers matériaux (clinquant de laiton, papier d'impression)
dont les caractéristiques sont déjà répertoriées dans la littérature avant d'exploiter cet
appareil de mesure pour des échantillons de tissus textiles. Les résultats obtenus pour
ces derniers sont, à priori, satisfaisants et réalistes.

En perspective, nous notons que le travail présenté dans ce mémoire présente


quelques limitations qu'il faut lever pour une utilisation courante dans le secteur de
l'habillement.

Sachant qu'en se basant sur notre nouveau concept de machines virtuelles de


Kawabata, nous pouvons vérifier avec précision que notre modèle intègre bien les
propriétés spéciales du tissu et satisfait la précision physique recherchée. Par contre,
pour confronter les résultats de simulation à ceux réels du drapé du tissu, il ne faut pas
se contenter d'un jugement par l'œil malgré qu'il est nécessaire; mais il faut confronter
les deux résultats point par point en se basant sur un système de numérisation 3D
(exemple, ATOS: Advanced Topometric Sensor).

Afin de construire un vêtement et d'habiller un mannequin (statique en première


étape et dynamique en seconde), il faut tenir compte de la détection, et de la gestion et
du calcul des réponses des collisions (tissu - mannequin) et des auto-collisions (tissu
avec lui même). Egalement, il faut modéliser les coutures et tenir compte du
prépositionnement des patrons autour du mannequin avant de lancer la simulation.

D'une part, l'extension de notre approche permet d'habiller des mannequins sur
ordinateur afin d'améliorer le processus de production de l'industrie de vêtement et de
faciliter le développement du marché électronique de l'habillement. D'autre part, elle
permet d'intégrer des paramètres qui donnent de bons résultats de simulation dans le but
de concevoir et de créer des nouveaux produits (tissus) sans gaspillage de matière.

177
Références
Bibliographiques

"Without publication, science is dead".

Proverbe américain [URL 11]


Références Bibliographiques

Références bibliographiques

[ABB 73] ABBOTT G.M., GROSBERG P., LEAF G.A.V.


The Elastic Resistance to Bending of Plain-woven Fabrics,
Journal Textile lnstitute, 1973, N°6 , pp 346-362.

[AFN 71a] AFNOR,


Méthodes de détermination de certaines caractéristiques,
Norme Française, 1971, NF G 07-104.

[AFN 71b] AFNOR,


Méthode de détermination de la force de rupture et de l’allongement de
rupture d’un fil,
Norme Française, 1971, NF G 07-003.

[AFN 72a] AFNOR,


Détermination de la torsion par simple détorsion,
Norme Française, 1972, NF G 07-078.

[AFN 72b] AFNOR,


Détermination de la force de rupture et de l’allongement de rupture par
traction,
Norme Française, 1972, NF G 07-119.

[AFN 73a] AFNOR,


Détermination de la perméabilité et de la porosité à l’air d’un tissu ou
d’un tricot,
Norme Française, 1973, NF G 07-111.

[AFN 73b] AFNOR,


Détermination de la résistance et de la flèche à l'éclatement (Eclatomètre
à membrane),
Norme Française, 1973, NF G 07-112.

[AFN 73c] AFNOR,


Méthode de détermination de la rupture d’un tissu (Essai d’arrachement),
Norme Française, 1973, NF G 07-120.

[AFN 75] AFNOR,


Afnor recueil des normes françaises, Textiles Terminologie et Méthodes
d'essais, Tome 1 et Tome 2, 1975.

178
Références Bibliographiques

[AFN 80a] AFNOR,


Détermination de la torsion des filés par détorsion-retorsian avec double
contre-épreuve,
Norme Française, 1980, NF G 07-079.

[AFN 80b] AFNOR,


Méthode de détermination du drapé d’un tissu ou d’un tricot,
Norme Française, 1980, NF G 07-109.

[AFN 81a] AFNOR,


Détermination de la force et de l'allongement de rupture par traction,
Norme Française, 1971, NFG 07-106.

[AFN 81b] AFNOR,


Détermination de la résistance au déchirement sur dynamomètre,
Normes Françaises, 1981, NFGO7-145, 146.

[AFN 81c] AFNOR,


Détermination de la résistance au déchirement en force vive,
Normes Françaises, 1981, NF G 07-147, 148, 149.

[AFN 88] AFNOR,


Afnor recueil des normes françaises, Textiles, Tome 3; Fibres et Fils;
Essais, 1988.

[BAC 00] BACON C. POUYET J.


Mécanique des solides déformables,
Hermes science publications, Paris 2000, pp 277-282.

[BAR 98] BARAFF David and WITKIN Andrew,


Large Steps in Cloth Simulation,
In Computer Graphics Proceedings (SIGGRAPH’98), Annual Conference
series, 1998, pp. 43-54.

[BEH 61] BEHRE B.


Mechanical Properties of Textile Fabrics (Part I: Shearing: Part II:
Buckling: Part III: Result),
Textile Research Journal, 1961, N02, P 87.

[BON 84] BONA M.


Essai sur la détermination statistique de la qualité des tissus,
Thèse Docteur de l'Université Haute Alsace, 1984, P15 et P26.

[BOO 68] BOOTH J.E.


yarn count. diameter, and cloth cover, P 272,
The grab test, P 435,
The heart-loop test, P286,
Air permeabitity and fabric properties, P278,
Principles of Textile Testing, Butterworths, London, 1968.

179
Références Bibliographiques

[BRE 92] BREEN David E., HOUSE Donald H. and GETTO P. H.


A Physically-based Particle Model of Woven Cloth,
The Visual Computer, Springer-Verlag; Heidelberg, 1992; Vol.8; N°.5-6;
pp 264-277.

[BRE 93] BREEN David E.


A Particle -based Model for simulating the Draping Behavior of Woven
Cloth,
Doctoral dissertation; Rensselaer Polytechnic Inst. ; April 1993.

[BRE 94a] BREEN David E., HOUSE Donald H. and WOZNY M. J.


Predicting the Drape of Woven Cloth Using Interacting Particles,
PROC. SIGGRAPH, ACM Press, New York, 1994; pp. 365-372.

[BRE 94b] BREEN David E., HOUSE Donald H. and WOZNY M. J.


A Particle-Based Model for Simulating the Draping Behavior of Woven
Cloth,
Technical report ECRC (European Computer-industry Research Center),
1994.

[BRE 98] HOUSE Donald H. and BREEN David E.


Representation of Woven Fabrics,
Cloth and Clothing in Computer Graphics, Course Notes, SIGGRAPH’98,
Orlando, Florida USA, Conference 19-24 July 1998, pp. B1-B17.

[BREE 64] BREENER, F.C. and CHEN C.S.


Textile Research Journal, 1964, vol. 34, p. 505.

[BS] BS (British Standard) 5636,


Method of Test for the Determination of the Permeability of Fabrics to Air.

[CAR 88] CARR W.W, POSEY J.E. and TINCHER W.C,


Frictional Characteristics of Apparel Fabrics,
Textile Research Journal,1988, N°3, pp 129-136.

[CAR 92] CARIGNAN M., YING Y., MAGNENAT-THALMANN N. and al.


Dressing Animated Synthetic Actors with Complex Deformable Clothes,
Computer Graphics, 1992, Vol.26, N°.2, pp 99-104.

[CHU 50] CHU C.C., CUMMINGS C.L., TEIXEIRA N.A.


Mechanics of Elastic Performance of Textile Materials (Part V: A Study of
the Factors Affecting The Drape of Fabrics - The Development of a Drape
Meter),
Textile Research Journal, 1950, N°20, P 539.

[CHU 60] CHIU C.C., PLATT M.M., HAMBURGER W.J.


Textile Research Journal, 1960, N°30, P66.

[CHU 62] CHU C.C., HAMBURGER W.J., PLATT M.M.


ARS Report, 1962.

180
Références Bibliographiques

[CUS 61] CUSICK C.E.


The Resistance of Fabrics to Shearing Forces,
Journal Textile Institute, 1961, N° 52, P 395.

[CUS 62] CUISICK C.E.


Ph.D. Thesis University of Manchester, 1962.

[CUS 64] CUISICK C.E.


Textile Research Journal, P102, N034,1964

[CUS 65] CUISICK C.E.


The Dependence of Fabrics Drape on Bending and Shear Stiffness,
Journal Textile Institute, 1965, N056. P 596.

[DIA 00] DIAS José Miguel S. and GAMITO Manuel N.


A Discretized Linear Elastic Model for Cloth Buckling and Drape,
Textile Research Journal, April 2000, Vol. 70, N°4, pp 285-297.

[DRE 43] DREBY E.


A Friction Meter for Determining the Coefficients of Kinetics or Fabrics,
J. Res. Nat. Bur. Stand. 1943, N°31, P 237.

[EBE 96] EBERHARDT B., WEBER A. and STRASSER W.


A Fast, Flexible, Particle-System Model for Draping,
IEEE Computer Graphics and Applications, 1996, Vol.16, N°.5; pp52-59.

[FAU 95] Fauré J. P.


Procédé d'enduction à lame traînante - Rhéologie des sauces et des
papiers,
Thèse, Université Bordeaux 1, Avril 1995.

[GER 01a] GERARD A., TAIBI ElH., LARIVIERE J.P. et HAMMOUCHE A.


Mesure des Modules de Rigidité de Torsion et de Cisaillement de
Matériaux Souple,
Comptes Rendus de l'Académie des Sciences , Editions scientifiques et
médicales Elsevier SAS, Série IIb/ Mécanique, 2001, T 329, N° 1, pp 1–4.

[GER 01b] GERARD A., TAIBI ElH., ZIAKOVIC M. et SURVILLE J.M.


Recherche d’un Critère de Caractérisation du Comportement Mécanique
d’un Tissu par un Couple de Rappel,
PAMM – Journée Partenariat Recherche/Industrie, Projets soutenus au
titre de l’appel d’offres PAMM 1999 – Session I, 15 Mai 2001, pp 58–59.

[GRO 66a] GROSBERG P., PARK B. J.


The Mechanical Properties of Woven Fabrics (Part V: The Initial
Modulus and the Frictional Restraint in Shearing of Plain Weave
Fabrics),
Textile Research Journal, 1966, N°5, p 420.

181
Références Bibliographiques

[GRO 66b] GROSBERG P.


The Mechanical Properties of Woven Fabrics (Part II: The Bending of
Woven Fabrics),
Textile Research Journal, 1966, N°3, pp 205-211.

[GRO 66c] GROSBERG P.


The Mechanical Properties of Woven Fabrics (Part I: The Initial Load
Extension Modulus of Woven Fabrics),
Textile Research Journal, 1966, N°1, p 71.

[HAM 64] HAMILTON J. B., KEDIA S.


A General System of Woven-Fabric Geometry,
Journal Textile Institute, 1964, N° 55; pp 66-82.

[HEA 69] HEARLE J.W., GROSBERG P., BACKER S.


Définition de cisaillement,
Structural Mechanics of Fibres, Yarns, and Fabrics, 1969, Chap.12, Vol.1.

[HOW 97] HOWLETT Paul;


Cloth Simulation Using Mass-Spring Networks,
Thesis, Department of Computer Science, Faculty of Science and
Engineering, University of Manchester; Octobre 1997.

[IMA 84a] IMAOKA Haruki, OKABE Hidehiko and AKAMI H.


Structure Analysis of the Draped Material by a Computer Simulation,
Sen’i Kobunshi Zairyo Kenkyujo Kenkyu Hokoku, 1984; N°142, pp 57-
61, (en langue japonaise).

[IMA 84b] IMAOKA Haruki, NISHIKAWA S., SHIBUYA A. and AKAMI H.


A Method of Estimating the Three -Dimentionnal Shapes of Garments by
Use of Triangular Finite Element,
Sen’i Kobunshi Zairyo Kenkyujo Kenkyu Hokoku, 1984, N°142, pp 73-
80, (en langue japonaise).

[IMA 89] IMAOKA H. et al;


Prediction of 3D Shapes of Garment from 2D Paper Patterns,
Sen-i Gakkaishi, 1989, Vol. 45, N°10, pp 420-426.

[JON 77a] JONG S. De and POSTLE R.


An Energy Analysis Of Woven Fabric by Means of Obtimal-Control
Theory (Part I: Tensile properties),
Journal of Textile lnstitute, 1977, N°68, pp 350-361.

[JON 77b] JONG S. De and POSTLE R.


An Energy Analysis Of Woven Fabric by Means of Obtimal-Control
Theory (Part II: Pure Bending properties),
Journal of Textile lnstitute, 1977, N°68, pp 362-369.

182
Références Bibliographiques

[JON 77c] JONG S. De and POSTLE R.


An Introduction to the Srudy of Fabric Mechanics Using Energy Methods,
Textile lnstitute and Industry, 1977, N°15, pp 376-379.

[JON 78] JONG S. De and POSTLE R.


A General Energy Analysis Of FabricMechanics using Obtimal-Control Theory,
Textile Research Journal, 1978, N°48, pp 127-135.

[KAG 88] KAGEYAMA M., KAWABATA S., NIWA Masaka,


The Validity of a "linearizing Method” for predicting the biaxial-extension
properties of Fabrics,
Journal Textile Institute, 1988, N°4, p 543.

[KAS 53] KASWELL E.R.


Textile Fibres, yarns, and Fabrics, 1953.

[KAW 73a] KAWABATA S., NIWA M., KWAI H.


The Finite-deformation Theory of Plain-Weave
(Part III: the Shear-defortnation theory),
Journal Textile Institute, 1973, N°2, p 62.

[KAW 73b] KAWABATA S., NIWA M., KWAI H.


The finite-deformation theory of Plain-Weave
(Pan 1: the biaxial-deformauion theory),
Journal of Textile Institute, 1973, N°64, pp 21-85.

[KAW 73c] KAWABATA S., NIWA M., KWAI H.


Thefinite-deformat ion theory of Plain-Weave
(Part 11: the Uniaxial-deformation theory),
Journal Textile Institute, 1973, N°2, p 47.

[KAW 8O] KAWABATA S.


The standardization and analyse of hand evaluation,
The Textile Machinery Society of Japon, Osaka, 1980.

[KEM 58] KEMP A.


An Extension of Peirce's Cloth Geometry to the Treatment of noncircular
Threads,
Letters to the Edidor, Journal Textile Institute, 1958, N°49; pp 44-48.

[KOT 89] KOTHARI V.K. and TANDON S.K.,


Shear behaviour of Woven fabrics,
Textile Research Journal, 1989, N° 59, p 142.

[KUB 65] KUBAT J. and LINDBERGSON B.


Mechanical relaxation in paper studied by means of the torsional
pendulum.
Svensk Pappersdidning, 1965, Vol.68, N°21, pp 743-756.

183
Références Bibliographiques

[LAF 91] LAFLEUR B., MAGNENAT-THALMANN N. and THALMANN D.


Cloth animation with self-cillision detection,
In Proc. Of Conference on Modeling in Computer Graphics, Springer,
1991.

[LEA 64] LEAF G.A.V.


Journal Textile Institute, 1964, N°55, p 431.

[LIN 60] LINDBERG J. WEASTERBERG L. and SVENSON R.,


Wool Fabrics as Garment Construction Materials,
Journal Textile Institute ,1960, N°51, p 1475.

[LOV 44] LOVE A.E.H.


A treatrise on the mathematical theory of elasticity - ( 4° Edition),
Combridge University Press, New York, 1944.

[LUC 86] LUCIANI A. et CADOZ C.


Utilisation de Modèles Mécaniques et Géométriques pour la Synthèse et le
Contrôle d’ImagesAnimées,
Deuxième colloque Image, CESTA, Nice, Avril 1986, pp. 704-711.

[MAT 95] MATSUDAIRA M. and QIN H.


Features and Mechanical Parameters of a Fabrics Compressional
Property,
Journal Textile Institute, 1995, N° 86, p 476.

[MOR 57] NIORNER B., OLOFSSON T.E.


Measurement of the shearing properties of Fabrics,
Textile Research Journal, 1957, N°8, p 611.

[MOR 93] MORTON W.E. and HEARLE J.W.S.,


Physical properties of Textile Fibres - (3ed Edition),
Textile Institute, Manchester, 1993.

[NG 96] NG HING N. and GRIMSDALE Richard L.


Computer Graphics Techniques for Modeling Cloth,
Computer Graphics in Textile and Apparel (IEEE Computer Society),
1996, pp. 28-41.

[OHS 66] OHSAWA M., NAMIKI S.


Anistropy of the Static Friction of Plain-woven Filament Fabrics,
Journal Textile Machinery Society of Japon, 1966, N°19, p197.

[OKA 92] OKABE Hidehiko, IMAOKA Haruki, TOMIHA T. and NIWAYA H.


Three Dimentionnal Apparel CAD System,
Computer Graphics (Proc. SIGGRAPH’92), Julliet 1992, Vol.26; N°2; pp
105-110.

[OKA 93] OKABE H.


Personal Communication, February 1993.

184
Références Bibliographiques

[OLO 64] OLOFSON B.


A General Model of a Fabric as a Geometric -Mechanical Structure,
Journal Textile Institute, 1964, N°55, pp 541-557.

[OLO 67] OLOFS SON B.


A study of tnelastic Deformations of Textile Fabrics,
Journal Textile Institute, 1967, N°6, p 221.

[PEI 30] PEIRCE F.T.,


The Handle of Cloth as a measurable Quantity,
Journal Textile Institute, 1930, N°21, p 377.

[PEI 37] PEIRCE F.T.,


The Geometry of Cloth structure,
Journal Textile Institute, 1937, N°28, pp 45-97.

[PLA 88] PLATT J.C. and BARR A. H.


Constraint methods for flexible models;
In Computer Graphics (Proc. SIGRAPH); Volume 22; P 279 – 288; ACM,
July 1988.

[POS 81] POSTLE R., CARNABY G.A. and JONG S. De,


The Rheology of Woven and Knited (Part II: Energy Minimisation
Techniques Applied to Elastic Mechanism of Fabric Deformation;
Journal of Textile Machinery of Japan , Vol. 34, N° 7, 1981, 334.

[POS 88] POSTLE R., Carnaby G.A. and Jong S. De,


Energy Methods of analysis,
The Mechanics of Wool structures - ( 1st edition)
Ellis Horwood Limited, Chichester, England, 1988.

[PRO 95] PROVOT Xavier,


Deformation Constraintes in a Mass-Spring Model to Describe Rigid
Cloth Behavior,
Proceedings of Graphics Interface’95; Québec, Canada, 17-19Mai 1995;
pp. 147-154.

[PRO 97] ] PROVOT Xavier,


Animation Réaliste de Vêtement,
Thèse, Université René DESCARTES – Paris V, décembre 1997.

[RHE 82] RHEINMETALL,


Handbook on weaponry,
Düsseldorf, 1982.

[ROB 00] ROBSON Dean and LONG Christina C.


Drape Analysis using Imaging Techniques,
Clothing and Textiles Research Journal; Vol. 18, N°1, 2000.

185
Références Bibliographiques

[ROC 71] ROCARD Y.


Dynamique Générale des Vibrations - ( 4ème édition),
Masson &Cie, Paris, 1971.

[SAV 99] SAVILLE B.P.


Physical Testing of Textiles,
The Textile Institute, Woodhead Publishing Limited, Cambridge, 1999.

[SCH 70] SCHUCK R.O., LOEB L.


Technique for comparative Frictional Measuremenls on Wet Fabrics,
Textile Research Journal, 1970, N°40, p 957.

[SP1 66] SPIVAAK S.M.


The Behavior of Fabrics in Shear
(Part I: Instrumental Method and Effect of Test Condition),
Textile Research Journal, 1966, N°12, p1056.

[SQU 86] SQUIRE P.T.


Pendulum damping
American Journal of Physics, 1986, Vol.54, N°11, pp 984-991.

[TAI 00a] TAIBI ElH., KIFANI A. and HAMMOUCHE A.


Modélisation et Simulation du Comportement d'un Tissu Textile,
Les Cahiers de Rhéologie - Rhéologie et Innovation, Grenoble, Octobre
2000, Volume XVII, Numéro 1, pp 503 – 517.

[TAI 00b] TAIBI ElH., HAMMOUCHE A. and KIFANI A.


Model of the Tensile Stress-Strain of Fabrics,
Textile Reseach Journal, 2001, Vol.71, N°.7, pp 582-586.

[TAIL 93] TAILLEFER Frédéric,


Modélisation du Rendu et du Comportement des Surfaces tissées,
PhD Thesis, Université de Paris VI, Mai 1993.

[TER 87] TERZOPOULOS Demetri, PLATT J., BARR A. and FLEISCHER K.


Elastically Deformable Models,
Computer Graphics (Proc. SIGGRAPH’87), Juillet 1987, Vol.21, N°.4, pp
205-214.

[TER 88a,] TERZOPOULOS Demetri and FLEISCHER K.


Deformable Models,
The Visual Computer; 1988, Vol. 4, pp. 306-331.

[TER 88b] TERZOPOULOS Demetri and WITKIN A.


Physically Based Models with Rigid and Deformable Components,
IEEE Computer Graphics and Applications, Novembre 1988, pp 41-51.

[THO 61] THORNDIKE G.H., VARLEY L.


Measurements of Coefficient of Friction Between Samples of Some Cloth,
Journal Textile Institute, 1961, N°52, p 255.

186
Références Bibliographiques

[TIM 90] TIMOSHENKO S. P.


Résistance des matériaux - (Tome 2),
Dunod, Paris, Mars 1990.

[TOS 94] TOSHIO. Mori, Lloyd D.W.


Measuring the Twisting Rigidity of Woven Fabrics,
Textile Research Journal., Vol. 7, 1994, pp 397-405.

[TRE 65] TRELOAR L.R.G.


Journal Textile Institute, 1965, N°52, p 392.

[W1L 63] WILSON D.


Study of Fabrics-on-Fabrics Dynamic Friction,
Journal Textile Institute, 1963, N°54, p 143.

[WE1 89] WEI M.


The theory of the Cantilever Stiffness Test,
Journal Textile Institute, 1989, N°1, p 80.

[WEIL 86] WEIL J.


The Synthesis of Cloth Object,
Computer Graphics (Proc. SIGGRAPH’86), 1986, Vol.20, N° 4, pp 49-54.

[ZUR 85] ZUREK W.


Surface Frictional Resistance of Fabrics Woven from Filament Yards,
Textile Research Journal, 1985, N°55, p113.

SITES INTERNET :

[URL 1] http://www.ercim.org/MtoM3D/
[URL 2] http://www.geocities.com/taibi_h/
[URL 3] http://www.tx.ncsu.edu/research/tpacc/comfort/kes/keslab.htm
[URL 4] http://perso.wanadoo.fr/jpq/courbes/cardioide/
[URL 5] http://waggle.gg.caltech.edu/~david/david_cloth_mod.html
[URL 6] http://www.ambafrance-ma.org/espacult/expo/enseigne/preambul.htm
[URL 7] http://aubepine.citeweb.net/citations.htm
[URL 8] http://www.geocities.com/Tokyo/3238/citation.html
[URL 9] http://users.skynet.be/astronomia/ressources/citations.html
[URL 10] http://www.proverbes-citations.com/cit8.htm#Progrès
[URL 11] http://cismbdm.univ-lyon1.fr/recodoc/memoireDEA/partie11.htm

187
Annexes
Annexes

Annexe I. TOMBE SUR UNE SPHERE

Figure ANX.1 Simulation du tissu N° 08 (51 x 51 particules) sur une sphère.

188
Annexes

Annexe II. TOMBE SUR UNE TABLE CIRCULAIRE

Figure ANX.2 Simulation du tissu N° 08 (101 x 101 particules) sur une table circulaire.

189
Annexes

Annexe III. PENDULE DE TORSION

Figure ANX.4 Photo du pendule de torsion.

Système de déclenchement
de l'essai de torsion

Partie oscillante du
pendule de torsion

Figure ANX.5 Système de déclenchement du test et partie oscillante du pendule de torsion.

190
Annexes

Figure ANX.6 Butée hydrostatique.

(1)

(2)

Figure ANX.7 Coupe longitudinale de la butée hydrostatique (1) et du palier hydrostatique (2).

191
Table des
Figures
Table des tableaux

Tables des Figures

FIGURE I.1. A)LA MISE EN CARTE DE L’ARMURE TOILE ........................................................................................... 7

FIGURE I.2.A) LA MISE EN CARTE DU SERGÉ DE 3. ................................................................................................. 8


FIGURE I.3.A) LA MISE EN CARTE DU SERGÉ DE 4.................................................................................................... 8

FIGURE I.4.A)LA MISE EN CARTE DU SATIN DE 4, TYPE IRRÉGULIER........................................................................ 9

FIGURE I.5.A) LA MISE EN CARTE DE SATIN DE 5, DÉCOCHEMENT 2, TYPE RÉGULIER. ............................................ 9

FIGURE I.4.B) LE SATIN DE 4, TYPE IRRÉGULIER. .................................................................................................... 9

FIGURE I.5.B) LE SATIN DE 5, DÉCOCHEMENT 2, TYPE RÉGULIER. .......................................................................... 9

FIGURE I.6 COURBE FORCE-ALLONGEMENT POUR UN FIL DE LAINE [SAV 99]. .................................................... 11
FIGURE I.7 COURBE FORCE-DÉFORMATION POUR UN FIL PARTIELLEMENT ORIENTÉ [SAV 99]............................. 12
FIGURE I.8 LIMITE ÉLASTIQUE PAR LA MÉTHODE DE LA PENTE SEUIL [SAV 99].................................................. 13
FIGURE I.9 LIMITE ÉLASTIQUE PAR LA MÉTHODE DE LA LIMITE ÉLASTIQUE DÉCALÉE [SAV 99]. ......................... 13
FIGURE I.10 LIMITE ÉLASTIQUE PAR LA MÉTHODE DE LA PENTE NULLE [SAV 99]. .............................................. 14
FIGURE I.11 LIMITE ÉLASTIQUE PAR LA MÉTHODE DE LA CONSTRUCTION DE MEREDITH [SAV 99]. .................... 14
FIGURE I.12 MODULE D'YOUNG [SAV 99]........................................................................................................... 15
FIGURE I.13 MODULE DE LA CORDE [SAV 99]. ................................................................................................... 15
FIGURE I. 14 MODULE DE LA SÉCANTE [SAV 99]................................................................................................ 16
FIGURE I.15 MODULE DE LA TANGENTE [SAV 99]............................................................................................... 16
FIGURE I.16 SENS DE TORSION D'UN FIL................................................................................................................ 17
FIGURE I.17 UN APPAREIL DE CONTRÔLE DE TORSION SIMPLE [SAV 99]............................................................. 17
FIGURE I.18 PROFIL D’UN TISSU. ......................................................................................................................... 18
FIGURE I.19 DIAGRAMME DE TRACTION D’UN TISSU. ........................................................................................... 20
FIGURE I.20 STRICTION ET CISAILLEMENT PROVOQUÉS PAR LA TRACTION UNIAXIALE. ...................................... 21
FIGURE I.21 FORME DE L’ÉPROUVETTE (PARTIE ENCADRÉE EN POINTILLÉS (FIGURE I.20)) AVANT ET APRÈS
TRACTION. ..................................................................................................................................................... 21

FIGURE I.22 APPAREIL DE TRACTION BIAXIALE. ................................................................................................. 22


FIGURE I.23 EXEMPLES DE RÉSULTATS DE TRACTION BIAXIALE. .......................................................................... 22
FIGURE I.24 PRINCIPE DU CISAILLEMENT SIMPLE. .............................................................................................. 23
FIGURE I.25 PRINCIPE DU CISAILLEMENT PUR..................................................................................................... 23
FIGURE I.26 PRINCIPE DU TEST DE CISAILLEMENT. ............................................................................................... 24
FIGURE I.27 UN PREMIER EXEMPLE DE COURBE DE CISAILLEMENT [SAV 99]...................................................... 24
FIGURE I.28 UN SECOND EXEMPLE DE COURBE DE CISAILLEMENT [SAV 99]....................................................... 25
FIGURE I.29 PRINCIPE DE LA MÉTHODE "EN PORTE-À-FAUX"................................................................................ 26
FIGURE I.30 FLEXIOMÈTRE À MÉTHODE "EN PORTE-À-FAUX" [SAV 99]. ............................................................ 26
FIGURE I.31 DIFFÉRENTES FORMES DE BOUCLES SUSPENDUES. ............................................................................ 27
FIGURE I.32 PRINCIPE D'UN DRAPE-O-METER. ..................................................................................................... 29
FIGURE I.33 PRINCIPE DU DRAPEMÈTRE,.............................................................................................................. 29
FIGURE I.35 ESSAI DE DRAPÉ, VUE SUPÉRIEURE D'UN TISSU DRAPÉ [SAV 99]..................................................... 30
FIGURE I.36 SCHÉMA DE L'APPAREIL DE MESURE DE RIGIDITÉ DE TORSION [TOS 94]. ......................................... 31
FIGURE I.37 COURBE DU COUPLE DE TORSION TYPIQUE EN FONCTION DE L'ANGLE DE TORSION [TOS 94]. .......... 31
FIGURE I.38 RELATION ENTRE LA RIGIDITÉ DE TORSION CALCULÉE (t) ET LE POIDS DE PRÉTENSION (W0). ........... 32
FIGURE I.39 DÉCHIREMENT AU CLOU EN FORCE PROGRESSIVE. ........................................................................... 33

192
Table des tableaux

FIGURE I.40 DÉCHIREMENT AU CLOU EN FORCE VIVE.......................................................................................... 33


FIGURE I.41 DÉCHIREMENT D'UN ÉCHANTILLON PAR UNE MACHINE DE TRACTION [SAV 99].............................. 34
FIGURE I.42 DÉCHIREMENT CONTINUANT UNE DÉCHIRURE AMORCÉE EN FORCE PROGRESSIVE.......................... 34
FIGURE I.43 DÉCHIREMENT CONTINUANT UNE DÉCHIRURE AMORCÉE EN FORCE VIVE........................................ 34
FIGURE I.44 ECLATOMÈTRE À MEMBRANE ........................................................................................................... 35
FIGURE I.46 PRINCIPE ET DIAGRAMME DE L'ESSAI D'ARRACHEMENT.................................................................... 36
FIGURE I.47 CHANGEMENT DE L'ÉPAISSEUR EN FONCTION DE LA PRESSION. ....................................................... 37
FIGURE I.48 PENTE D'UNE COURBE D'EXTENSION AUTOUR DE L'ORIGINE (À TRÈS FAIBLES CONTRAINTES). .......... 38
FIGURE I.49 ESSAI DE FROTTEMENT DE TISSU. ..................................................................................................... 39
FIGURE I.50 DIAGRAMME DE LA MESURE DE FROTTEMENT D'UN TISSU. ............................................................... 40
FIGURE I.51 TEST DE FROTTEMENT DE TISSU (MÉTHODE DU PLAN INCLINÉ) ........................................................ 40
FIGURE I.52 TEST DE PERMÉABILITÉ À L'AIR......................................................................................................... 41
FIGURE I.53 MODÈLE DE PEIRCE (FIL À SECTION DROITE CIRCULAIRE, ARMURE TOILE)....................................... 43
FIGURE I.54 MODÈLE DE PEIRCE, (FIL À SECTION DROITE ELLIPTIQUE, ARMURE TOILE)....................................... 45
FIGURE I.55 MODÈLE DE KEMP, (ARMURE TOILE). ............................................................................................... 46
FIGURE I.56 MODÈLE DE HAMILTON, (ARMURE SERGÉ 2/2). ................................................................................ 46
FIGURE I.57 MODÈLE DE LA CELLULE DE BASE D'APRÈS OLOFSON....................................................................... 47
FIGURE I.58 MODÈLE DE KAWABATA................................................................................................................... 49
FIGURE I.59 MODÈLE DE CISAILLEMENT D'OLOFSON. ......................................................................................... 51
FIGURE I.60 MODÈLE RHÉOLOGIQUE DE CISAILLEMENT PROPOSÉ PAR OLOFSON. ................................................ 53
FIGURE I.61 STRUCTURE DE CISAILLEMENT D'UNE CELLULE DE BASE SELON KAWABATA. .................................. 53
FIGURE I.62 DÉFORMATION DE TISSU SOUS CISAILLEMENT. ................................................................................. 54
FIGURE I. 63 SCHÉMA DE LA PRÉSENTATION DE LA CONFIGURATION, EN FLEXION, DU TISSU D'APRÈS G.M.
ABBOTT. ........................................................................................................................................................ 57
FIGURE I. 64 VARIATION DU RAPPORT DES RIGIDITÉS EN FLEXION DU TISSU ET DU FIL (B/BY) EN FONCTION DE
L'ANGLE q0 POUR DIFFÉRENTES VALEURS DE R/P. .......................................................................................... 58

FIGURE I.65 UN SEGMENT DE FIL DZ DANS UN SYSTÈME SPHÉRIQUE. .................................................................. 60


FIGURE I.66 TRAVAUX EFFECTUÉS EN INFOGRAPHIE SUR LES TISSUS DEPUIS 1984............................................... 65
FIGURE I.67 DEUX COURBES CATÉNAIRES CROISÉES........................................................................................... 66
FIGURE I.68 QUATRE ÉTAPES POUR L'APPROXIMATION DE LA SURFACE................................................................ 67
FIGURE I.69 UN MODÈLE SIMPLE DU MATÉRIAU DRAPÉ. ...................................................................................... 68
FIGURE I.70 MODÈLE PHYSIQUE APPROXIMÉ.............. ......................................................................................... 69
FIGURE I.71 SYSTÈME DE COORDONNÉES. .......................................................................................................... 73
FIGURE I.72 LES TROIS PARTIES DU SYSTÈME DU GROUPE DE RECHERCHE "CARIGNAN ET AL"........................... 76
FIGURE I.73 REPRÉSENTATION DU TISSU COMME UNE MAILLE TRIANGULAIRE. ................................................... 78
FIGURE I.74 TISSU REPRÉSENTÉ PAR DES PARTICULES. ........................................................................................ 79
FIGURE I.75 PREMIÈRE ÉTAPE DE LA SIMULATION DE BREEN ET AL..................................................................... 80
FIGURE I.76 DEUXIÈME ÉTAPE DE LA SIMULATION DE BREEN ET AL. .................................................................. 80
FIGURE I.77 MAILLAGE RÉGULIER M X N POINTS (LIAISON ÉLASTIQUE PARFAITE ENTRE DEUX POINTS). ........... 82
FIGURE I.78 LES DEUX TYPES DE PLIS SELON TAILLEFER..................................................................................... 87
FIGURE II.1 PHOTO DE L'APPAREIL D'ESSAIS DE TRACTION ET DE CISAILLEMENT: KES-F1 [URL]. ..................... 90
FIGURE II.2 SCHÉMA DE L'APPAREIL D'ESSAIS DE TRACTION ET DE CISAILLEMENT: KES-F1 [KAW 80]. ............ 91
FIGURE II.3 ALLURE DE LA COURBE DE TRACTION (APPAREIL KES-F1). .............................................................. 92

193
Table des tableaux

FIGURE II.4 ALLURE DE COURBE DE CISAILLEMENT (APPAREIL KES-F1). ........................................................... 94


FIGURE II.5 PHOTO DE L'APPAREIL D'ESSAI DE FLEXION: KES-F2 [URL]. ......................................................... 95
FIGURE II.6 SCHÉMA DE L'APPAREIL KES-F2 [KAW 80].................................................................................... 96
FIGURE II.7 PRINCIPE DU TEST DE FLEXION (APPAREIL KES-F2)......................................................................... 97
FIGURE II.8 ALLURE DE LA COURBE DE FLEXION (APPAREIL KES-F2). ............................................................... 98
FIGURE II.9 PHOTO DE L'APPAREIL D'ESSAI DE COMPRESSION (MESURE D'ÉPAISSEUR): KES-F3 [URL 3].......... 99
FIGURE II.10 SCHÉMA DE L'APPAREIL D'ESSAI DE COMPRESSION KES-F3 [KAW 80]........................................ 99
FIGURE II.11 ALLURE DE LA COURBE DE COMPRESSION (APPAREIL KES-F3).................................................... 100
FIGURE II.12 PHOTO DE L'APPAREIL D'ESSAI DE SURFACE (MESURE DE COEFFICIENT DE FROTTEMENT ET DE
RUGOSITÉ): KES-F4 [URL 3]...................................................................................................................... 102

FIGURE II.13 SCHÉMA DE L'APPAREIL D'ESSAI DE SURFACE: KES-F4 [KAW 80].............................................. 102
FIGURE II. 14 PRINCIPE DE MESURE DE LA RUGOSITÉ DU TISSU. ........................................................................ 103
FIGURE II.15 PRINCIPE DE MESURE DU COEFFICIENT DE FROTTEMENT DU TISSU. ............................................... 103
FIGURE II.16 FORME DES ÉPROUVETTES SUR LA TABLE DE MESURE. ................................................................. 103
FIGURE II.17 ALLURE DES COURBES DU COEFFICIENT DE FROTTEMENT ET DE RUGOSITÉ EN FONCTION DU
DÉPLACEMENT. ............................................................................................................................................ 104

FIGURE II.18 RÉSULTATS EXPÉRIMENTAUX DU TEST DE TRACTION SUR LE TISSU N°8 SUIVANT LES DEUX AXES
CHAÎNE ET TRAME........................................................................................................................................ 109

FIGURE II.19 RÉSULTATS EXPÉRIMENTAUX DU TEST DE TRACTION SUR LE TISSU N°9 SUIVANT LES DEUX AXES
CHAÎNE ET TRAME........................................................................................................................................ 109

FIGURE II.20 RÉSULTATS EXPÉRIMENTAUX DU TEST DE FLEXION SUR LE TISSU N°8 SUIVANT LES DEUX AXES
CHAÎNE ET TRAME........................................................................................................................................ 110

FIGURE II.21 RÉSULTATS EXPÉRIMENTAUX DU TEST DE FLEXION SUR LE TISSU N°9 SUIVANT LES DEUX AXES
CHAÎNE ET TRAME........................................................................................................................................ 110

FIGURE II.22 RÉSULTATS EXPÉRIMENTAUX DU TEST DE CISAILLEMENT SUR LE TISSU N°8 SUIVANT LES DEUX
AXES CHAÎNE ET TRAME............................................................................................................................... 111

FIGURE II.23 RÉSULTATS EXPÉRIMENTAUX DU TEST DE CISAILLEMENT SUR LE TISSU N°9 SUIVANT LES DEUX
AXES CHAÎNE ET TRAME............................................................................................................................... 111

ORG. III.1 DÉMARCHE DE MODÉLISATION ET DE CARACTÉRISATION MÉCANIQUE DU TISSU............................... 115


FIGURE III.1 MAILLAGE RÉGULIER UTILISÉ DANS NOTRE MODÈLE (SYSTÈME DE PARTICULES). ......................... 117
FIGURE III.2 COURBE TYPIQUE FORCE-DÉFORMATION EN CISAILLEMENT. ........................................................ 120
FIGURE III.3 MODÈLE RHÉOLOGIQUE ET RHÉOGRAMME DE LA FORCE DE CISAILLEMENT ................................. 121
FIGURE III.4 CISAILLEMENT PUR D'UNE CELLULE ÉLÉMENTAIRE....................................................................... 121
FIGURE III.5 MODÈLE RHÉOLOGIQUE ET RHÉOGRAMME DU MOMENT DE FLEXION (CAS D'UNE CELLULE
ÉLÉMENTAIRE). ............................................................................................................................................ 123

FIGURE III.6 RAYON DE COURBURE EN FONCTION DE L'ANGLE DE FLEXION q. .................................................. 124


FIGURE III.7 ALLURE DE LA COURBE DE TRACTION (TEST DE KAWABATA KES-FB1)...................................... 124
FIGURE III.8 ALLURE DES COURBES DES LINÉARITÉS EN FONCTION DE LA DÉFORMATION (EN ALLONGEMENT ET
EN RECOUVREMENT). ................................................................................................................................... 125

FIGURE III.9 RÉPONSE DE COLLISION. ............................................................................................................... 131


FIGURE III.10 FORCE DE CONTACT. ................................................................................................................... 131
FIGURE III.11 FACETTES CARRÉES DÉFINISSANT LA SURFACE DE NOTRE TISSU MODÈLE. ................................. 134
FIGURE III.12 APPROXIMATION D'EULER D'UNE FONCTION SIMPLE 2D. ............................................................ 135
FIGURE III.13 PRINCIPE DE L'ESSAI VIRTUEL DE CISAILLEMENT. ........................................................................ 139
FIGURE III.14 PRINCIPE DE L'ESSAI VIRTUEL DE FLEXION. ................................................................................ 140

194
Table des tableaux

FIGURE III.15 PRINCIPE DE L'ESSAI VIRTUEL DE TRACTION............................................................................... 141


FIGURE III.16 COURBES DE FLEXION EXPÉRIMENTALES (LIGNES NOIRE ET ROUGE CLAIRE) ET THÉORIQUES (LIGNES
ROUGE FONCÉE ET BLEUE), DANS LES DEUX DIRECTIONS CHAÎNE ET TRAME DE L'ÉPROUVETTE N° 08. .............. 142

FIGURE III.17 COURBES DE TRACTION EXPÉRIMENTALES (LIGNES CONTINUES ) ET THÉORIQUES (LIGNES


DISCONTINUES), DANS LES DEUX DIRECTIONS CHAÎNE ET TRAME DE L'ÉPROUVETTE N° 08.............................. 143

FIGURE III.18 COURBES DE TRACTION EXPÉRIMENTALES (LIGNES CONTINUES) ET THÉORIQUES (LIGNES


DISCONTINUES), DANS LES DEUX DIRECTIONS CHAÎNE ET TRAME DE L'ÉPROUVETTE N° 09.............................. 144

FIGURE III.19 DRAPÉ D'UNE NAPPE SOUPLE SUR UNE TABLE CARRÉE. .............................................................. 145
FIGURE III.20 ETAPE INITIALE. ......................................................................................................................... 146
FIGURE III.21 ETAPE INTERMÉDIAIRE(1): GRANDE DÉFORMATION DE FLEXION................................................ 146
FIGURE III.22 ETAPE INTERMÉDIAIRE(2): DÉFORMATION DE FLEXION RÉSIDUELLE OBTENUE APRÈS
RECOUVREMENT .......................................................................................................................................... 146

FIGURE III.23 ETAPE FINALE: FLAMBEMENT DU TISSU..................................................................................... 146


FIGURE III.24 SIMULATION DE L'INFLUENCE DE L'HYSTÉRÉSIS........................................................................ 147
FIGURE III.25 SIMULATION DU TISSU N°08 (51 X 51 PARTICULES) SUR UNE TABLE CARRÉE.......................... 147
FIGURE III.26 RÉSULTAT DE D.E. BREEN ET AL [BRE 94A] ET [URL 5]....................................................... 148
FIGURE III.27 PHOTOS DU DRAPÉ DU TISSU N°08 SUR UNE TABLE CARRÉE....................................................... 148
FIGURE III.28 INFLUENCE DE LA RIGIDITÉ DE FLEXION ET DE L'ANISOTROPIE. ................................................. 149
FIGURE III.29 SIMULATION DU TISSU N° 08 (51 X 51 PARTICULES) SUR UNE SPHÈRE. ................................... 151
FIGURE III.30 MACHINE DE TORSION . ............................................................................................................. 155
FIGURE III.31 PHOTO DE LA MACHINE DE TORSION . ....................................................................................... 156
FIGURE III.32 CODEUR OPTIQUE....................................................................................................................... 156
FIGURE III.33 PISTES DU DISQUE ET SIGNAUX DE SORTIE A ET B...................................................................... 156
FIGURE III.34 CONTRAINTES DE CISAILLEMENT ENGENDRÉES DANS UN MATÉRIAU ORTHOTROPE LORS D'UN ESSAI
DE TORSION.................................................................................................................................................. 159

FIGURE III.35 SIGNAL CARRÉ LIVRÉ PAR LE CONDITIONNEUR (17). .................................................................. 160
FIGURE III.36 POSITION ANGULAIRE EN FONCTION DU TEMPS............................................................................ 161
FIGURE III.37 MODULE DE LA TRANSFORMÉE DE FOURIER DU SIGNAL EN FONCTION DE LA PULSATION........... 162
FIGURE III.38 LOGARITHME DE L'ENVELOPPE DU SIGNAL EN FONCTION DU TEMPS. .......................................... 163
FIGURE III.39 PULSATION INSTANTANÉE EN FONCTION DU TEMPS. ................................................................... 164
FIGURE III.40 RÉSULTATS GRAPHIQUES DE LA TORSION DU TISSU N°1 AUTOUR DE LA CHAÎNE. ....................... 167
FIGURE III.41 RÉSULTATS GRAPHIQUES DE LA TORSION DU TISSU N°1 AUTOUR DE LA TRAME......................... 168
FIGURE III.42 RÉSULTATS GRAPHIQUES DE LA TORSION DU TISSU N°1 AUTOUR DU BIAIS. ................................ 169
FIGURE III.43 RÉSULTATS GRAPHIQUES DE LA TORSION DU TISSU N°2 AUTOUR DE LA CHAÎNE. ........................ 170
FIGURE III.44 RÉSULTATS GRAPHIQUES DE LA TORSION DU TISSU N°2 AUTOUR DE LA TRAME.......................... 171
FIGURE III.45 RÉSULTATS GRAPHIQUES DE LA TORSION DU TISSU N°2 AUTOUR DU BIAIS. ................................ 172
FIGURE ANX.1 SIMULATION DU TISSU N°8 (51X51 PARTICULES) SUR UNE
SPHÈRE..............................................17288

FIGURE ANX.2 SIMULATION DU TISSU N°8 (101X101 PARTICULES) SUR UNE TABLE CIRCULAIRE. ..................... 189
FIGURE ANX.3 PHOTO DU PENDULE DE TORSION................................................................................................. 190
FIGURE ANX.4 SYSTÈME DE DÉCLENCHEMENT DU TEST ET PARTIE OSCILLANTE DU PENDULE DE TORSION......... 190
FIGURE ANX.5 BUTÉE HYDROSTATIQUE.............................................................................................................. 191
Figure anx.6 Coupe longitudinale de la butée hydrostatique (1) et du palier hydrostatique (2)
...............................................................................................................................................................................191

195
Table des
Tableaux
Table des tableaux

Table des Tableaux

TABLE I.1 CLASSIFICATION DE LA GAMME DES TISSUS. ....................................................................................... 19

TABLE II.1 LE SYSTÈME KES-F. ........................................................................................................................ 105

TABLEII.2 LES 16 PARAMÈTRES DE KAWABATA: VALEURS DES CARACTÉRISTIQUES DES PROPRIÉTÉS MÉCANIQUES
DE BASE. ...................................................................................................................................................... 106

TAB.II.3 MASSES SURFACIQUES ET ÉPAISSEURS POUR LES DEUX ÉCHANTILLONS N°8 ET N°9. .......................... 112

TABLE III.1 RÉSULTATS POUR UN CLINQUANT DE LAITON............................................................................... 166

TABLE III.2 RÉSULTATS POUR UN PAPIER D'IMPRESSION 72G/M². ..................................................................... 167

TABLE III.3 RÉSULTATS POUR UN TISSU TEXTILE. ............................................................................................. 167

TABLE III.4 RÉSULTATS NUMÉRIQUES DE LA TORSION DU TISSU N°1 AUTOUR DE LA CHAÎNE. ........................... 168

TABLE III.5 RÉSULTATS NUMÉRIQUES DE LA TORSION DU TISSU N°1 AUTOUR DE LA TRAME............................. 169

TABLE III.6 RÉSULTATS NUMÉRIQUES DE LA TORSION DU TISSU N°1 AUTOUR DU BIAIS. ................................... 170

TABLE III.7 RÉSULTATS NUMÉRIQUES DE LA TORSION DU TISSU N°2 AUTOUR DE LA CHAÎNE. ........................... 171

TABLE III.8 RÉSULTATS NUMÉRIQUES DE LA TORSION DU TISSU N°2 AUTOUR DE LA TRAME............................. 172

TABLE III.9 RÉSULTATS NUMÉRIQUES DE LA TORSION DU TISSU N°2 AUTOUR DU BIAIS. ................................... 173

196
PUBLICATIONS,
STAGES,
EXPERIENCES
PROFESSIONNELLES
ET AUTRES
PUBLICATIONS, STAGES, EXPERIENCES PROFESSIONNELLES ET AUTRES :

Publications :

1. [TAI, 96] ElH. TAIBI ; " Simulation du remplissage du moule dans le


moulage par transfère de résine " ; Mémoire du DEA ; Université
Mohammed V - faculté des sciences ; Rabat, 1996.

2. [TAI, 98] H. TAIBI, A. KIFANI et C. BOJJI ; " Simulation du


remplissage du moule par un fluide Non-Newtonien Dans le R.T.M. ";
CIMASI'98; ACTES Tome 2 ; PP 1014 – 1017 ; Casablanca, Octobre
1998,

3. [TAI, 00_a] ElH. TAIBI, A. KIFANI and A. HAMMOUCHE;


" Modélisation et Simulation du Comportement d'un Tissu Textile " ; Les
Cahiers de Rhéologie - Rhéologie et Innovation; Volume XVII; Numéro 1;
PP : 503 – 517 ; Grenoble, Octobre 2000.

4. [TAI, 00_b] ElH. TAIBI, A. HAMMOUCHE and A. KIFANI; " Model of


the Tensile Stress-Strain of Fabrics "; Textile Reseach Journal; Vol. 71;
N°.7; pp. 582-586 2001.

5. [TAI, 01_a] A. GERARD, ElH. TAIBI, J.P. LARIVIERE et A.


HAMMOUCHE; " Mesure des Modules de Rigidité de Torsion et de
Cisaillement de Matériaux Souple "; Comptes Rendus de l'Académie des
Sciences , Editions scientifiques et médicales Elsevier SAS, Série IIb/
Mécanique, Tome 329, Numéro 1, PP : 1 – 4 ; Janvier 2001.

6. [TAI, 01_b] A. GERARD, ElH. TAIBI, M. ZIAKOVIC et J.M.


SURVILLE ; " Recherche d’un Critère de Caractérisation du
Comportement Mécanique d’un Tissu par un Couple de Rappel "; PAMM
– Journée Partenariat Recherche/Industrie ; Projets soutenus au titre de
l’appel d’offres PAMM 1999 – Session I; PP : 58 – 59; 15 Mai 2001.

7. [TAI, 01_c] H. TAIBI, A. HAMMOUCHE, A. KIFANI et A. GERARD ;


" Etude du comportement de la torsion du tissu textile "; Le second congrès
Arabe des sciences des matériaux – ACMS-II; P: 52bis; Rabat,25-27
octobre 2001.

8. [TAI, 01_d] El Hassane. TAIBI; " Caractérisation, Modélisation et


Simulation du Comportement d’un Tissu Textile ";Cotutelle de thèse ;
Université Mahammed V - Agdal et Université Bordeaux 1; 199P;
10 novembre 2001.

Stages & Expériences Professionnelles:


· Stage à LECTRA Systèmes du 27 mars 1998 au 26 septembre 1998,
· Stage à LECTRA Systèmes du 23 mars 1999 au 31 décembre 1999,

197
· Emploi, qualification : chercheur au Laboratoire Mécanique Physique – Université
Bordeaux 1, du 1er septembre 2000 au 30 Juin 2001.

Deliverables:
[GAG, 99a] Editor: A. GAGALOWICZ; " Virtual Mannequin Wearing
Simulated Garment - WP2: Simulation of a Standard Garment on a 3D
Standard Size Mannequin"; MtoM3D Project N° 961798; Deliverable:
Report D2; Release 2; PP: 34 – 52; INRIA, 27th of August 1999.
[HAM, 00] A. HAMMOUCHE; " Plus Size Guideline Application -
WP5: Training and Dissemination"; MtoM3D Project N° 961798;
Deliverable: Report D5; Release 1; EMI, 20 June 2000.

Evaluations par la commission Européenne


Belgique à C.E. Bruxelles 15 Juin 1999 (Rapport des évaluateurs),
Italie à Cad M. Florence 6 Février 2000 (Rapport des évaluateurs),
Maroc à FST Settat 29 Juin 2000 (Rapport des évaluateurs).

Divers
Rapports annuels

[GAG, 99b] Editor: A. GAGALOWICZ, " MtoM3D First Annual


Report, 1 November 1997-30 September 1998, ( INCO-DC Project
961798 ) "; N°.1; INRIA; PP: 14 – 14 ; 31 May 1999.
[LED, 99] Editor: B. Le DE-DANTEC, " MtoM3D Second Annual
Report, 1 November 1998-31 October 1999, ( INCO-DC Project
961798 ) "; N°.2; ERCIM; PP: 7 – 12 ; 31 December 1999.
[SUR, 01] Editor: J.M. SURVILLE, " MtoM3D Final Report ( INCO-
DC Project 961798 ) "; LECTRA Systèmes; PP: 30 – 46 ; 20 January
2001.
Rapports d'avancement

[LED, 98a] Editor: B. LE DE-DANTEC, " MtoM3D First Progress


Report, 1 November 1998-30 June 1998, ( INCO-DC Project 961798
) "; N°.1; ERCIM; 30 April 1998.
[LED, 98b] Editor: B. LE DE-DANTEC, " MtoM3D Second Progress
Report, 1 May 1998-31 October 1998, ( INCO-DC Project 961798 ) ";
N°.2; ERCIM; 31 October 1998.
[LED, 99a] Editor: B. LE DE-DANTEC, " MtoM3D Third Progress
Report, 1 November 1998-30 April 1999, ( INCO-DC Project 961798
) "; N°.3; ERCIM; 31 May 1999.

198
[LED, 99b] Editor: B. LE DE-DANTEC, " MtoM3D Fourth Progress
Report, 1 May 1999-31 October 1999, ( INCO-DC Project 961798 ) ";
N°.4; ERCIM; 31 December 1999.
[LED, 00] Editor: B. LE DE-DANTEC, " MtoM3D Fifth Progress
Report, 1 November 1999-30 June 2000, ( INCO-DC Project 961798
) "; N°.5; ERCIM; 19 June 2000.

Meetings (Exposés oraux)

Casablanca et Rabat à ACCESIT et EMI, Mars 98,


Bordeaux à LECTRA Systèmes, Juin 98,
Paris à INRIA Rocquencourt, Décembre 98,
Paris à STYLE Plus Villejuif, Juin 99

Conférences:

Participation de Mr. Amar HAMMOUCHE au Work Shop; "Information & Communications


Technologies in Euro Med Garment & Textile Industry"; EuroMed Projects; Monastir
(Tunisia) 23 – 24 September 1998.
http://www.euromed.projects.ucy.ac.cy/IS_Committee/EuroMed_IS_Conferences/_Tunisia__23___24_Septemb
er_19/_tunisia__23___24_september_19.html

Site Internet:

http://www.geocities.com/taibi_h

199