Vous êtes sur la page 1sur 2

Introduction Ce pome compos de cinq quatrains d'alexandrins apparait au dbut du recueil, juste avant "Correspondances", et l'introduit quelque peu.

Dans un genre descriptif et vocateur, la dynamique des rimes embrasses produit un effet d'attente dans ce pome la tonalit lyrique. I L'idal !." #'lvation $n relve dans le c%amp lexical de la %auteur & "'ar del ", "au dessus", "montagne", "et%er", "sp%res toiles". (out cela indique une progression, un largissement. #e c%amp lexical du vol )"*nvole"toi", "aile", "alouette", "essor", "planer"+ indique quant lui un dsir d'ascension, une aspiration au monde d'en %aut que l'on peut d'ailleurs prciser avec la p%rase ",on esprit, tu te meus..."- il s'agit d'lvation de l'esprit et non du corps, le "je" est diffrenci de l'esprit, il est ddoubl )je.tu galement+. /." #a purification 0ci le c%amp de la lumire, avec "toile", "limpide", "brumeuse", "clair", "lumineux", "soleil" manifeste ce dsir de purification qui devient obsdant avec la rptition "purifier", "pure", "limpide". 0l y a correspondance entre les trois lment purificateurs & l'eau, l'air et le feu. II La ralit !." #e dgo1t de la terre #a terre, oppose l'air, est associe l'impuret, ",iasme", "morbide", "va te purifier dans l'air suprieur". $n peut noter au passage le c%amp lexical de la douleur & "ennui", "c%agrin", "existence brumeuse", "poids" ainsi que l'enjambement des vers !2"!3 qui accentue la longueur et l'ennui. /." 4ne lvation impossible "5eureux celui qui peut..." 6audelaire pousse ici un soupir d'ennui, il n'est pas "celui qui" peut s'lever et se librer )"libre essor"+. 0l nous fait entrevoir le but du pote & comprendre le monde, "le langage des fleurs et des c%oses muettes"... voici l'introduction des "correspondances". Conclusion Ce pome joint l'idal potique l'idal moral, on peut le rapproc%er de "7eversibilit" o8 l'on retrouve la m9me dualit & l'auteur envie l':nge qui, lui, peut s'elever.

PAGES LIES