Vous êtes sur la page 1sur 505
Oeuvres diverses / Eugène Lefébure ; publ. par G. Maspéro, Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale
Oeuvres diverses / Eugène Lefébure ; publ. par G. Maspéro, Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale

Oeuvres diverses / Eugène Lefébure ; publ. par G. Maspéro,

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Lefébure, Eugène (1838-1908). Oeuvres diverses / Eugène Lefébure ; publ. par G. Maspéro, 1910-1915. 1/

Lefébure, Eugène (1838-1908). Oeuvres diverses / Eugène Lefébure ; publ. par G. Maspéro,

1910-1915.

/ Eugène Lefébure ; publ. par G. Maspéro, 1910-1915. 1/ Les contenus accessibles sur le site

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :

*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.

*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque

municipale de

(ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

BIBLIOTHÈQUE

ÉGYPTOLOGIQUE

PUBLIÉS

CONTENANT

LES

ŒUVRES DES ÉGYPTOLOGUES

et qui

dispersées

n'ont

pas

dans

encore

divers

été réunies

Recueils

jusqu'à

FRANÇAIS

ce jour

SOUS

Directeur

LA

DIRECTION

G.

MASPERO

Membre

d'études

Professeur

à l'Ecole

au

de l'institut

pratique

Collège

de

 

DE

des

Hautes

Études

France

TOME

ŒUVRES

TOME

TRENTE-CINQUIEME

E. LEFÉBURE

DIVERSES

DEUXIÈME

 

PARIS

ERNEST

LEROUX,

28.

RUE

BONAPARTE,

ÉDITEUR

28

BIBLIOTHÈQUE

ÉGYPTOLOGIQUE

TRENTE-CINQUIÈME

IMPRIMERIE

CHALON-SUR-SAONE

FRANÇAISE

KT

ORIENTALE

DE

E.

BERTRAND

BIBLIOTHÈQUE

ÉGYPTOLOGIQUE

CONTENANT

LES

OEUVRES DES ÉGYPTOLOGUES

ei qui

dispersées

dans

n'ont

pas encore

divers

été réunies

Recueils

jusqu'à

FRANÇAIS

ce jour

PUBLIÉE

Directeur

SOUS

LA

DIRECTION

G.

MASPERO

Membre

d'études

Professeur

à l'Ecole

au

de l'institut

pratique

CoUèe

de

des

France

 

DE

Hautes

Études

TOME

TRENTE-CINQUIÈME

E- LEFÉBURE

ŒUVRES

TOME

DIVERSES

DEUXIÈME

ERNEST

PARIS

LEROUX,

28,

RUE

BONAPARTE,

1912

ÉDITEUR

28

ŒUVRES

E. LEFEBURE

DIVERSES

TOME DEUXIÈME

IMPRIMERIE

CHALON-SUR-SAONE

FKANÇAISE

ET

ORIENTALE

DE

E.

BERTRAND

ŒUVRES

Directeur

E.

LEFÉBURE

DIVERSES

G. MASPERO

d'études

Membre

à l'École

Professeur

an

de l'institut

pratique

Collège

de

des

Hautes

France

TOME

DEUXIÈME

Etudes

 

PARIS

ERNEST

LEROUX,

28,

RUE

BONAPARTE,

1912

ÉDITEUR

88

SUR

LES

« TEKTANA

»

LETTRE ÉCRITE PAR LEFÉBURE

A M. PAUL GUIEYSSE1

Paris,

le 4 novembre

1885.

CHER

MONSIEUR,

J'ai

jeté

un

sens

à donner

un

peu

Un

roi pas

voyage

dans

la partie

est infestée

d'oeil

sur ces

diables

de Tektana2,

vois.

et

le texte

le

coup

au

très

mot

me fait

me fait

Voici

ce que

comprendre

j'y

autrement

que vous.

brave,

l'an

l'Égypte

les gens

 

1 qui

fit

un

p. 7),

doit

passer

d'Ut,

et

donc

un

veiller

au

à l'Oa.sis

se laisse

ce

de

qui

royal

je suppose

3 (Anastasi

qui

fait

de

Ménéptah

III,

face

à Héliopolis

de

par

du Pharaon;

par

déjà

vers

l'Oasis.

On détache

pour

qui haut fonctionnaire

passage

circonvenir

qui

détacher

attend

à quelque

les munitions

et un scribe

mais

le

d'Ut,

gens à un autre

comme

et

de confiance

haut

dont

fonctionnaire

il fait

pas

Le

les

arrivé

l'Oasis,

sa compagnie,

11 néglige

son

scribe

au camp

roi,

qui

était

fonctionnaire.

il le

devait,

distance,

il n'envoie

de guerre

craint

indispensables.

ne veut

qu'il

les ordres

avec

il assez

lui, ou des

habile

et

pas passer, Le scribe

a reçus.

Pentaour

presse Taui avait-il

dans

intelligences pour se débarrasser

le camp

des

ennemi,

au

gens

d'exécuter

des troupes

ou était-

moyen

de

1. Cette

la copier

2. Du

lettre

pour

Papyrus

était

demeurée

moi;

et

Anastasi

je

l'en

inédite.

remercie.

M. Philippe

G.

M.

I V, p.

10, 1. 8 sqq.

Virey

a bien

voulu

BIBL.

ÉGYPT.

T.

XXXV.

1

2

SUR

LES « TEKTANA

»

quelque

le

texte

absolument

duction

ruse orientale,

n'en

dit

rien

en les invitant

mais

il parait

à dîner

bien

que

par exemple,

l'on

comptait

dans

sur la diplomatie vous fera d'ailleurs

mon

sens

de Taui.

Une

ébauche

de tra-

mieux comp:en-

dre

ma pensée:

a On t'apporte

qui

à savoir

que les

cet

sont

partir

ordre

avec

royal,

toi?

l e s c r i b e

le scribe

brigands

Qu'est-ce

du pays

Les Tektana

Taui

à

Si pareille

font

ne

« Prends

d'Ut;

et

la crainte

a lieu,

en

au-

Tu es le

qui

» hommes

a tu

»

»

u

»

n

de

chose

as à faire

cause

(contre

a) de leurs

envoie

(qu'on

réalité,

dessus

chef,

rien entendre

toi).

les Tektana

ni Râ ni Ptah

des murmures

(donc)

(le ciel) qu'on entendra

à savoir

». Combien

Tu es un tiers

sont les trouble-fêtes

(vaux)-tu?

»

»

n peur,

(d'homme). un tas de sable?

Qu'est-ce

On

comme l'autre.

qui t'est

t'a pris,

on

tombé

t'a

» Faute

énorme.

» où tu avais

à faire

énorme,

partir

que

tu as

le Pharaon

sur

livré

le crâne

comme

aux Tektana

par

commise,

pour

aller

au moment

à Héliopolis,

» et

n comme

tu n'avais

pas

un traître

à

fait

amener

ton maître.

les

munitions

du

Ce que

tu as commis

camp,

là est

o un acte

» empêché

(digne)

de

d e passer

de passer

la peine capitale.

(le roi).

Est-ce

»mis

» rejoindre

à la place

d'autres

les Tektana

intendants

d'Ut

à cause

Et pourquoi? tu n'avais

que

Tu l'as

pas

été

du

trésor

qui devaient

de

sa crainte

pour

leurs

» brigands?

n Relève

» tu feras

toi (donc)

une lettre

Quand cet ordre le scribe

pour

du Pharaon

t'arriv

Taui,

que tu enverras

era,

(le

1) scribe)

au pays

d'Ut,

à savoir

n les Tektana

ou bien

»Tu remettras

» un,

pour

en

amener

on

ta

te

trouvera

lettre

dans

« N'hésite

les hommes

un criminel

la

main

à rejoindre un à

faut)

de mort

».

de

pas

(qu'il

digne

d'un domestique

» Taui,

et tu le feras

partir avec

la plus

grande

célérité.

Le mot

a été bien

sens primitif

capital

expliqué

du

texte,

à mon

sens.

par

Chabas

dans

est palpiter,

tressaillir,

le

voyage,

d'où

tressaillir

p.

141.

Le

de joie

SUR

LES

« TEKTANA

o

3

ou de peur

« palpitants

Teftu-f

est

volontiers

la phrase

citée

par Chablas,

de

donc

terreur

la peur

à leur

du

je traduis

place

roi.

comme

a. me

vous.

n

paralt

9

décisive.

Je rattacherais

le mot

â

ruine.

serait

explétif,

comme

il l'est

dans

en

tous

cas

il est

bien

cer-

tain

démonstratif.

que

n'est

pas autre

chose

qu'un

pronom

Sur

M. de

pondant

tacher

l'orage),

tambour.

valant

pareil,

égal,

voir la Chrestomathie

de

Rougé.

Vous

dites

le

sémitique

ce ne

mot

à la racine

que

KAIRKAIU n'a

serait

KER, KERKER,

pas certain

rouler

pas

s'il

de corres-

fallait

(cf.

rat-

KERA,

et nous disons aussi le roulement

Quant

à

du tonnerre

et du

mot à mot

que je rends

par troubler

la fête, j'y vois un composé

sif (avec orthographe

avec le déterminatif tout naturel

capricieuse),

nuire

l

de

â

et de

l'impul-

fête,

La règle

Ce que

sur armau

je vous

me semble douteuse.

est une

soumets

bien

première des fois ces maudits

Je n'ai donc cas, comme

impression;

mais il faut revoir

tiques avant vous convaincre.

textes

hiéra-

de

je

de se fixer. En tous

pas la prétention

je sors vendredi,

tacherai de vous rapporter

diquait

vous voulez

Diodore.

votre mémoire à l'heure

que m'in-

si

mon

votre lettre

bien

d'hier,

et je vous serai reconnaissant

de

mes critiques

sur

vous venger

Tout

41,

à vous,

rue Laugier.

E.

LEFÉBURE.

LE CHAM ET L'ADAM ÉGYPTIENS'

Le dixième

Le dixième

qu'on

hésite

q u ' i l soulève.

qu'il soulève.

chapitre

à revenir

Néanmoins

de la Genèse

a été

sur

les questions

le sujet

n'est

pas

tologue

quelle

étaient

question,

contribuera

peut-être,

pour

mesure

connus

les grands

des

races

à vrai

dire,

ancêtres

dont l'origine n'existe

que

sa part,

désignés

leur

pour

Sem appartenant

l'on doit

la Genèse.

aux

propres

traditions

si souvent

étudié,

ethnographiques

épuisé,

et l'égyp-

à montrer

par

est attribuée.

dans

ce chapitre

La

Cham

et

du peuple

Japhet,

à qui

En ce qui concerne

comme

un Titan

Japhet,

au

Titan

il est

bien

vraisemblable

et par

que

ce personnage mentionné

comme

l'auteur'

répond

un

époux

lapet

des traditions

il

grecques.

Hésiode

par Homère, de

qui

que

d'Asie,

remonte

eut Prométhée', audax

Iapeti

le rôle

ethnogra-

et le protecteur' a reconnu

du vieux

de sorte

semble

de l'humanité,

longtemps

oe-

nus.

On

phique

Grèce',

la Genèse

tenant.

depuis

Titan

que

aux premiers

qui

de la

dans

main-

temps

le concerne

dès

le renseignement entièrement

presque

confirmé

1. Publié

logg,

vol.

IX,

3. Apollodore,

4. Eschyle,

5. Vôlker.

dans

les Transactions

1887;

tirage

à part

of

the

Society

in-8* de vingt-cinq

I,

1, 3

et

Promethée

Die Mythologie

22.

enchainé.

des Japlictiselten

of Biblical

exemplaires.

Geschlehtes.

Archœu-

6

LE

CHAM

ET L'ADAM

ÉGYPTIENS

et on n'a

sera-t-il

de Cham

est

obscure,

ce point

Mais l'identification

plus

sur

rien encore proposé de satisfaisant

DORsible de l'éclaircir

à l'aide de

Les Égyptiens avaient une

celle de la Genèse,

blaient lss

contre pour la première

qui peut

fils de

être bien plus

documents hiéroglyphiques?

division des races analogues à

dynastie',

mais

avec cette seule différence qu'ils dédou-

Chamites. Dans cette classification qu'on ren-

fois à la XVIII°

ancienne, les Am-u correspondent aux

et les Égyptiens n'est pas que les de Cbam; au

Sem, les Temeh-u aux fils de Japhet,

ils attribuaient

fils de Cham. Ce descendaient

avec les Nègres, aux aient admis

Égyptiens

qu'ils cette filiation aux Nègres seuls, et

celle des hommes à bien des

contraire,

ils pensaient

par

eux, former une race à part,

excellence, les ret-u,

illusion commune

tableau des races

dans un livre consacré à la description de l'enfer, les habi-

tants de l'Égypte de l'œil d'Horus,

émanation de la lumière.

leur

D'après le texte qui accompagne

étaient une larme

et du désert Égyptien

c'est-à-dire une

discours adressé par Horus aux âmes qu'il conduit

avec un jeu de mots sur

de

comme l'a

montré M. Lieblein1

race, ces troupeaux de Ra, qui sont dans 1 Enfer

Le texte,

à la psychostasie, est ainsi conçu,

chaque « Horus dit à

nom

»

de

l'Égypte

et du désert

et du désert!

de Ra, qui êtes dans l'Enfer

» Honneur à vous, troupeaux

de l'Égypte

Souffles à vos narines, et arrache-

»

» ment à

vos bandelettes! Vous êtes le pleur (remit) de mon

»

n

u

œil, sous votre nom d'hommes (ret-u).

» Vous êtes grands (aa,

ai créés sous votre nom d'Aam-u.

elle qui protège » Vous, je me

parce que je vous

), Sekhet les a créés c'est

leurs âmes. suis masturbé (nenehu)'

et je

pour vous,

1. Denkmâler,

Lepsius,

2. Actes

3. Cf. Brugsch,

du

6' Congrès

Dictionnaire,

II,

97 d.

International

 

p.

782.

des

Orientalistes,

p. 71-75.

LE

»

me suis

soulagé

»nom

de Nehes-u.

u

leurs

âmes.

» J'ai

cherché

CHAM

par

ET

L'ADAM

ÉGYPTIENS

7

sortie

de moi

sous

votre

c'est

lui

qui protège

je les as créés

et

vous

ai créés

c'est

elle

sous

qui

bien

connues

de

il s'ensuit

que

comme

la

la

des

leur création

une multitude

les

Horus

a créés

(heh)

mon

u

étant

par

n'est

oeil',

Sekhet

des

» nom de Temeh-u.

votre

» protège

Sekhet

lumière

création

Tameh-u

leurs

âmes'.

et

l'Œil

(l'Œil

formes

d'Horus,

c'est Sekhet)',

l'Œil

pas autre

des Égyptiens

par Sekhet,

et des Aam-u

chose

que

la lumière,

et qu'une

aux

par

aux Égyptiens,

Am-u

avaient

vous,

Mais

les Nègres masturbé

suis

pour

même

origine et aux Temeh-u.

une provenance

leur

dit Horus,

est

ainsi

attribuée

spéciale; et je me suis

je me

sou-

lagé

par

une

foule

de Nègres

sortis

de moi,

Ici,

Horus

l'acte

désigne

clairement

décrit

son

rôle de Khem-Horus, est souvent

par exemple

étaient

divin

donc

assi-

aussi

dont

représenté

Ibsamboul

nés d'Horus-Khem,

milé

appelé

obscène,

dans

et

mal

par Plutarque4,

des temples,

seuls

d'un

les bas-reliefs

des

à Karnak'.

Les Nègres

formes

l'une

type

et

tantôt

Khem

à Horus,

tout

tantôt

à Ammon,

souvent

court.

momie

Le

dieu Khem,

manchote

qui ressuscite

en agitant

à

le

à la

grande

fouet

de

fête

la lumière

ou

de

la puissance,

fois

à la lune

de son

et à la végétation,

taureau

blanc,

comme

décrite

Khu,

présidait

le montre

au Ramesséum

la

1. Cf.

2.

Mariette,

Abydos,

Sharpe

et Bonomi,

vol.

I, p. 39.

Sarcophagus

of Oimenoptah,

Champollion,

3. Brugsch,

1. D'Isis

Notices,

Matériaux

t. I, p. 770-771,

pour

ch. 55.

t.

et Lepsius,

II,

XI,

Denkmäler,

8 c.

le Calendrier,

I, p.

70 et t.

et d'Osiris,

5. Champollion,

Notices,

p. 81.

pL

7,

III,

6

D

136.

8

LE

CHAM

ET L'ADAM

ÉGYPTIENS

et Ramsès

26

à

lune,

et à Médinét-Abou,

était

célébrée

Rougé1,

consistait

gerbe

noir

Le

sous Ramsès

de

Il

la

le

III.

La

M.

en

Rituel

fête

de

et

à l'apparition

d'après

du mois

lunaire

sacré,

M. Brugsch

dans

ou d'après

surtout

par

d"or'.

d7une

fer

de

l'offrande

l'animal

d'une

faucille

le

le

roi

de

Khem

au moyen

coupée

incrusté

est rappelé

dans

rôle lunaire

l'Embaumement4

rique

dans le livre

du dieu annonçaient

més

car

dans

le

titre

la lune a toujours

et

dans

Suidas',

et

son

rôle atmosphé-

d'Hérodote,

d'après

de

la prospérité6. des

prince

lequel les apparitions

Les

rosées

deux rôles

donné

sont

à

résu-

Khem,

passé,

dans l'antiquité,

pour produire

les

rosées qui

Khem était

une

rection

de ces

sous

fécondent

donc,

divinités

les plantes.

comme

Osiris,

complexes

qui

ses

différentes

formes,

lune jusqu'à

celles

local

de

dans

Coptos

les principaux

et

de

la végétation.

de

Panopolis,

sanctuaires

du

Apis,

Bacchus,

symbolisent

la

depuis

Bien

les phases

qu'il

fût

il

avait

pays,

aussi

comme

un

on

etc.,

résur-

de

la

le

dieu

culte

vient

de le voir,

par

mais

était-il

question

car

néanmoins

à laquelle

d'origine

égyptienne?

les Égyptiens

Khem

répondaient

C'est là une

venu

des

ou

de

égyptienne

celui

la négative,

bords

et

ils

disaient

pays

Punt8,

de Neter-ta,

significatif,

étrangers

les

plus précisément

la mer

Rouge.

dans

un

à ce

de

se perpétuait

La croyance

rite

d'après

sujet

1. Mélanges

et 135.

2. Matériaus

p.128

3. Champollion,

4. Maepero,

5. Au mot

6. Hérodote.

7

Chabas,

8. Brugsch,

Boulaq,

n'

son,

p. 60,

17,

stèle

d'archéologie

égyptienne

pour

le Calendrier,

t.

Monumenta,

III,

Mémoire

Priapos.

II,

91

Études

Histoire

sur

sur quelques

l'antiquité

d'Égypte,

2'

p.2,

1. 4.;

C 30 du

et l'ierret,

Louvre.

et ass!Irienne,

209-214.

t.

p.

125;

p.

63.

pl.

du Loucre,

20 éd.,

p.

papyrus

historique,

éd.

française,

Études

ègyptologiques.

1 (4°

Lue.),

p.

73 et 88.

166.

Papyrus

ô

de

livrai-

LE

CHAM

ET L'ADAM

ÉGYPTIENS

9

de Punt

était

lequel

un Nègre

du taureau

locale;

de Khem,

à la

cularité

Thèbes.

fête

le même

prêtre

de réciter

les hymnes

parti-

qu'à

chargé et ce n'était

pas là une ailleurs

se retrouve

de

Ainsi

Khem,

les Nègres

passaient

dieu d'apparence

duquel

figurait

que

le

dieu.

en Égypte

le

Ce Khem,

à la fois

Cham

biblique?

La

égyptien

forme

un

pour

les

étrangère,

prêtre

fils et les adorateurs

noir

dans

du

le sacerdoce

même

pays

et couschite,

du

nom

est

ne serait-il

la même

dis

pas

deux

côtés

les lettres

du mot

on Cham correspondent

exactement

les Grecs

montre,

de Cham

Khemmis

par

dans

aux lettres

pour

tiale

du mot

de

par

ce qui

le nom

mot

prononcé

paren-

celui

ini-

du n.

c'est

le nom

qu'il

ville

ne faut

Kem-t

pas chercher

(la noire),

thèse,

de l'Egypte,

dont

l'articulation

gutturale

le nom

libidine,

sensiblement

de l'aspiration

on rattache

d s'éloigne

de Cham.

etc

De plus,

mot

la racine

à laquelle

c'est-à-dire

d'où

le

incaluit,

caluit

cupidine, un currespondant

le mot cn,

feu,

calor,

cestus,

a aussi

forme adoucie

f4, chaleur,,

aooir

chaud',

et

d'où

le temps

sans

doute

de

la chaleur,

le

l'élé,

khamsin,

la moisson.

entre

noms,

Khem

et

que

Il

Cham

le parallélisme

sens

de

et

le

est

fort

possible se continue

d'Égypte

soit

que

dans

le dieu

Au temps

passés

le

leurs

était

Khem

celui

du

comme

nomment

de

d'Hérodote,

la chaleur,

puisqu'il des colosses

à peu

près

que

les Arabes

manière

géné-

»

deux

d'idoles,

de la fertilite.

Ptah

dieu

étaient

à l'état

les statues

l'autre

de Memnon

aujourd'hui

l'une

Tama, « les idoles

Chama,

ou d'une

« les Égyptiens

rale, Sanamat,

». A Memphis,

1. E.

2. Pierret,

de Rougé,

Mélanges

Vocabulaire

d'archéologie.

hiéroglyphique,

t. I (3e

p.

425

fasc.),

et 584.

p.

104.

10

LE

CHAM

ET L'ADAM

ÉGYPTIENS

dit

»

»

Hérodote,

« appellent

du cuidi

Été

celle

qui

est

la statue

la statue

placée

au nord,

et lui

» 1

Hiver

rendent

culte

celle

ils adorent

mais

n'avait

grande

Khem'.

de l'Été

des honneurs.

ils font le contraire

fête

à l'autre

Le

semblable

l'été

moisson

d'un

dieu

de

l'Été

c'est

en

effet

célébrait

la

de

donc

à la néoménie

rien

eu que

de vrai-

du

1er du

mois

de

du

taureau

et

de

la

qu'on en l'honneur

On peut

ajouter

que

la racine

égyptienne

avait

pas-

la racine

et de

ser,

métaphorique

moins

Khem,

employé

des

bien

comme

hébraïque, de chaleur

avait

valeur

été,

du

sens

à celle

littéral

au

sens

du

l'idée

de luxure;

le nom du phallus cette

.puisque

à une

est

époque

restée

très reculée,

t r è s r e c u l é e ,

au

phallus

un

semble

m (cf. she

Khem

comme syllabique'.

du phallus

était

forme

de Khem,

Aux temps

She

pharaoniques,

ce qui

noms

une

encore

avec chute

de la finale

et

shem.

« marcher » )

En égyptien racine

moral

à

dionaux

bien

qu'il des moissons

comme

en

hébreu,

il

la chaleur

avait

donc

y

au

une

au

identique

la luxure

racine

désignant

ou quelque

le nom

physique on rattache

père et il se peut

le dieu

des

fut

méri-

qui

de

de