Vous êtes sur la page 1sur 348

[Document Title]

[Author Name]
[Company Name]
Introduction

Construire avec la Terre

Annexes

Gernot Minke

Construire avec la Terre

Design et la technologie d'une architecture durable

Birkhäuser - Editions d'architecture

Bâle · Berlin · Boston

Préface 7

1 Introduction 11

Histoire 11

Terre en tant que matériau de construction: l'essentiel 13

L'amélioration du climat couverte 15

Les préjugés contre la terre comme matériau de construction 18

2 Les biens de la terre comme matériau de construction 19

Composition 19

Les tests utilisés pour analyser la composition de loam21

Effets de l'eau 24

Effets de la vapeur 29

Influence de la chaleur 31

Force 32

pH-valeur de 35

Radioactivity 35

Abri contre électromagnétiques à haute fréquence

rayonnements 35

3 Préparation de terreau 36

Trempage, le broyage et le mélange 36

Tamisage 38

Mechanical slurrying 38

Water Curing 38

Amincissement 38
4 Amélioration des caractéristiques de la terre

par un traitement spécial ou d'additifs 39

Réduction des fissure s de retrait 39

Stabilisation contre l'érosion de l'eau 40

Renforcement de la force obligatoire 42

Augmenter la force de compression 43

Résistance à l'abrasion 47

Amélioration de l'isolation thermique 47

5 terrassements Rammed 52

Coffrage 53

Outils 54

Méthode de Construction 55

Façonner des ouvertures 55

Nouveau mur de techniques de construction 56

Dômes de terre battue 59

Séchage 59

Travail Entrée 60

Isolation thermique 60

Surface de traitement, 60

6 Travailler avec des blocs de terre 61

Histoire 61

La production de blocs de terre 62

Composition du matériau 65

Couché blocs de terre 65

Traitement de surface 66

Attaches de fixation aux murs 67

Loam léger blocs 67

Special Acoustic briques vertes 68

7 blocs de grande taille et de panneaux préfabriqués 69

De gros blocs 69

Panneaux muraux préfabriqués 70

Dalles de plancher 70

Tomettes 71

Plaques extrudées loam 71

8 Direct formant avec terreau humide 72


Les techniques traditionnelles de terreau humide 72

Le "pain de Dünne loam" technique 74

Le stranglehmtechniqu e 75

9 Wet remplissage limoneux, dans les structures de squelette 80

Thrown loam80

Sprayed loam80

Rolls et des bouteilles de paille loam81

Lightweight intercalaire loam 82

Intercalaire avec de la terre stranglehmand -remplie tuyaux 82

10 damé, versé ou pompé loam léger 83

Coffrage 83

Damé légers de murs en torchis de paille 83

Damé légers de murs en torchis bois 84

Damé, versé ou pompé légers

minérales de murs en torchis 85

Pumped sols limoneux légers minérales 88

Loam-remplie de blocs creux 89

Loam-remplie tuyaux 90

11 Loam plâtres 92

Préparation du sol 92

Composition de plâtre loam 92

Lignes directrices pour le plâtrage des murs de terre 94

Aspergés de plâtre 95

Lightweight loam crépie 95

Jeté en plâtre 95

Plastered maisons en ballots de paille de 95

Wet formé de plâtre 96

Protection des coins 96

I La technologie de la construction en terre

Annexes

12 Protection Météo de terreau surfaces 98

La consolidation de la surface 98

Peintures 98

Confection de surfaces hydrofuges 101


Enduits chaux 101

Bardeaux, madriers et autres couvre 103

Méthodes structurelles 103

13 Réparation des composants loam 104

L'apparition de dommages dans les composants loam 104

Réparation des fissures et les joints avec des charges loam 104

Réparation des fissures et les joints d'aut res produits de comblement 105

Réparation de plus grandes régions d'état 105

Post-équipement d'isolation thermique avec légèreté loam106

14 dessins et modèles des éléments de construction particuliers 107

Joints 107

Notamment mur de dessins ou modèles 108

Planchers intermédiaires 110

Revêtements de sol de terre battue 112

Incliné toits remplis de légèreté loam115

Terre-toits couverts 115

Bloc de la Terre voûtes et les coupoles 117

Mur en terre de stockage dans les jardins d'hiver 131

Limoneux, dans les sall es de bains 132

Intégré dans le mobilier et les objets du système sanitaire de loam133

134 systèmes de chauffage mural

Chauffage solaire passif mur system134

15 Tremblements de terre de construction résistant 135

Mesures structurelles 136

Les ouvertures de portes et fenêtres 140

Bamboo-renforcée des parois en terre damée 141

Dômes 144

Voûtes 145

Textile murs en argile 147

Résidences

Deux demi-deatched maisons, Kassel, Allemagne 150

Résidence bureau cum, Kassel, Allemagne 153

Ferme, Wazipur, Inde 156

La Miellerie à Moab, Utah, Etats -Unis 157

Trois-maison de famille, Stein sur le Rhin,


Suisse 158

Residence, La Paz, Bolivie 160

Residence, Turku, Finlande 161

Résidence et studio au Gallina Canyon,

Nouveau-Mexique, États-Unis 162

Résidence à Des Montes, près de Taos,

Nouveau-Mexique, USA 164

Casita Nuaanarpoq à Taos, Nouveau Mexique, Etats -Unis 166

Résidence et bureau à Bowen Mountain,

New South Wales, Australie 167

Vineyard résidence à Mornington Peninsula,

Victoria, Australia 168

Residence, Helensville, Nouv elle-Zélande 170

Residence, São Francisco Xavier, Brésil 172

Culturel, éducatif et sacrée Bâtiments

Institut panafricain pour le développement, Ouagadougou,

Burkina Faso 174

Immeuble de bureaux, New Delhi, Inde 176

L'école à Solvig, Järna, Suède 178

Maternelle, Sorsum, Allemagne 180

Centre Culturel, La Paz, Bolivie 182

Mosquée, Wabern, Allemagne 183

Druk White Lotus School, Ladakh, Inde 184

Mii amo Spa à Sedona, Arizona, Etats -Unis 186

Station touristique à Baird Bay, Eyre Peninsula,

Australie du Sud 188

Charles Sturt University at Thurgoona,

New South Wales, Australie 189

Centre de jeunesse à Spandau, Berlin, Allemagne 190

Chapelle de la Réconciliation, Berlin, Allemagne 192

Centre de gravité de la Fondation Hall à Jemez Springs,

Nouveau-Mexique, Etats-Unis 194

Perspectives d'avenir 196

Mesure 197

Références bibliographiques 198


Préface

Rédigé en réponse à un monde de plus en plus large intérêt pour la construction avec de la terre, cette

manuel traite avec de la terre comme un bâtimentla matière, et donne un aperçu de tous ses

applications et techniques de construction,y compris les données physiques pertinentes, tout en

expliquant ses qualités spé cifiques et la posi bilités de les optimiser. EN théoriquetraité, cependant, peuvent se

substituer aux pratiqu esexpériences impliquant effectivement bâtiment avecterre. Les données et les expériences

et lesRéalisations spécifiques de la construction en terrecontenues dans le présent volume mai être utilisés

commedes orientations pour une variété de constructionl es processus et les applications possibles par des ingé -

nieurs, architectes, entrepreneurs, artisanset les décideurs publics qui les découvrent -

mêmes tentent, soit à partir de désir ounécessité, à se réconcilier avec l'humanité

Les plus anciens matéria ux de construction.Terre en tant que matériau de construction est livré dans un

milliers de compositions différentes, et peutêtre diversement traitée. Loam, ou les sols argileux,

comme il est fait référence scientifiquement, a différentesnoms lorsqu'ils so nt utilisés dans diverses applications,

par exemple en terre battue, des blocs de terre, bouebriques ou en pisé.

Cet ouvrage présente les résultats d'expé ments et de la recherche menée en continu

à la für Forschungslabor ExperimentellesBauen (Building Res earch Institute) à la

Université de Kassel en Allemagne depuis 1978.

En outre, les techniques spécialisées quil'auteur a développés et les pratiques

Minaret de la page suivantela Mosquée Al -Mihdar

à Tarim, Yémen, il est38 m de haut et dehandmade adobes

Annexes9

I La technologie de la construction en terre

Dans presque tous les climats chauds -arides et tempérées,terre a toujours été le plus répandu

matériaux de construction. Même aujourd'hui, un tiers desla population humaine réside dans de terre

maisons, dans les pays en développement, ce chiffre estplus de la moitié. Il s'est avéré impossible

pour satisfaire aux besoins immenses de Shel ter dans les pays en développement avec Industri -

matériaux de construction al, à savoir la brique, du béton etl'acier, ni avec la construction industrialisée

techniques. Dans le monde, aucune région n'est en -

dowed avec la capacité de production oules ressources financières nécessaires pour satisfaire à cette

la demande. Dans les pays en développement,exigences en matièr e de logement peut être relevé que

en utilisant des matériaux de construction locaux et en s'appuyantle do -it-yourself techniques de construction.

La Terre est la construction naturels les plus importantsla matière, et il est disponible dans la plupart des régions

du monde. Il est fréquemment obtenue directement du chantier lors d'excavation

des fondations ou d es sous-sols. Dans le Industrialisé pays, sans se soucier de l'exploitation

ressources et des capitaux centralisée combinéeavec énergie la production intensive n'est pas seulement
gaspillage, elle pollue aussi l'environnement

et augmente le chômage. Dans ces

pays, on fait revivre la terre comme une accumulation

ING matériel.

De plus en plus, les gens quand la construction de maisons

la demande d'énergi e et de coût-efficacité build -

celles des villes qui l'accent sur une saine, équilibrée

climat intérieur. Ils viennent de réaliser

cette boue, comme matériau de construction naturel, est

supérieure aux matériaux de construction industriels, tels

que le béton, la brique et la chaux -grès.

Nouvellement mis au point, la construction terrestre de pointe

techniques de démontrer la valeur de la terre

non seulement dans les do -it-yourself construction, mais

également pour la construction industrialisés impliquant

entrepreneurs.

Ce manuel présente les Theoret de base

iCal données relatives à cette matière, et il pro -

Vides les lignes directrices nécessaires, sur la base

la recherche scientifique et l'expérience pratique,

pour l'appliquer dans une variété de context es.

Histoire

Techniques de construction de la Terre ont été

connue depuis plus de 9000 ans. En briques de terre

(Adobe) maisons datant de 8000 à 6000

Colombie-Britannique ont été découverts en Russie Turke -

(Stan Pumpelly, 1908). Pisé fon -

tions datant d e ca. 5000 BC ont été

Introduction

11

1Introduction

1.1Storage chambres,

temple de Ramsès II,

Gourna, Égypte

1,1
découvert en Assyrie. Earth a été utilisé comme

matériau de construction dans toutes les cultures anciennes, et non

uniquement pour les établis sements, mais pour des édifices religieux par

bien. Illustration 1.1shows voûtes dans le Tem -

PLE de Ramsès II à Gourna, Egypte, construit à partir

briques de terre il ya 3200 années. Illustration 1.2

montre la citadelle de Bam en Iran, des parties de

qui font ca. 2500 ans; 1.3shows

une ville fortifiée, dans la vallée du Draa au Maroc,

qui est d'environ 250 ans.

Les 4000 ans, la Grande Muraille de Chine a été

construit à l'origine uniquement de terre damée et seule

une couverture plus tard, de pierres et d e briques a donné

l'apparence d'un mur de pierre. Le noyau

de la pyramide du Soleil à Teotihuacan, au Mexique,

construit entre 300 et 900 de notre ère, se compose

d'environ 2 millions de tonnes de pisé

terre.

Il ya plusieurs siècles, dans des zones climati ques sèches

technologie de la construction où le bois est rare, -

niques ont été développées dans les bâtiments

étaient couvertes de voûtes en briques de boue ou

dômes sans coffrage ou de soutien au cours de

construction. Illustration 1.6shows la

bazar quart de Sirdjan en Perse, qui est

couverts par ces dômes et des voûtes. En Chine,

vingt millions de personnes vivent dans des souterrains

maisons ou des grottes qui furent creusés dans le limoneuse

sol.

Age du Bronze découvertes ont mis en place

que la terre l'Allemagne a été utilisé comme un élément de remplissage

dans les maisons à colombages ou de sceller les murs

faites de troncs d'arbres. Clayonnage et torchis a été

également utilisés. Le plus ancien exemple de briques crues

murs en Europe du Nord, a trouvé dans l'Heu -


neburg Fort, près du lac de Constance, en Allemagne

(1,8) remonte au 6ème siècle avant JC. Nous

savons par les textes anciens de Pline que

il y avait des forts terre battue en Espagne par

la fin de l'an 100 avant JC.

Au Mexique, l'Améri que centrale et du Sud

Amérique, constructions en pisé sont connus dans

presque toutes les cultures pré -colombiennes. Le

technique de la terre battue a aussi été connu en

de nombreux domaines, tandis que les conquérants espagnols

apporté à d'autres. Illust ration 1.7shows

une finca terre battue dans l'Etat de São

Paulo, au Brésil, ce qui est de 250 ans.

En Afrique, près de toutes les mosquées sont construites au début

de la terre. Illustration 1.9shows un de

Introduction

12

1.2Fortified ville,

Vallée du Draa , au Maroc

1.3Citadel de Bam,

Iran, avant que la terre -

tremblement de terre de décembre 2003

1,2

1,3

du 12ème siècle, 1.4and 1.5show tard

exemples au Mali et l'Iran.

Dans la période médiévale (13e au CEN 17e

cles), la terre a été utilisée tout au long de Central

L'Europe comme intercalaire dans les bâtiments à pans de bois,

ainsi que pour couvrir les toits de paille pour faire

les résistants au feu.

En France, la technique de la terre battue,

appelée pisé Terre, a été généralisée à partir de la

15ème au 19ème siècles. Près de la ville de

Lyon, il existe plusieurs bâtiments qui sont


plus de 300 ans et sont encore habi -

tés. En 1790 et 1791, François Cointeraux

publié quatre brochures sur cette technique

qui ont été traduits en allemand deux années

plus tard (Cointeraux, 1793). La technique

vint à être connue dans toute l'Allemagne et dans

les pays voisins par le biais Cointeraux,

et par David Gilly, qui a écrit la

célèbre Handbuch der Lehmbaukunst (Gilly,

1787), qui décrit la terre damée

technique comme la terre la plus avantageuse

Méthode de construction.

En Allemagne, la plus ancienne maison habitée avec

murs en terre battue dates de 1795 (1.10).

Son propriétaire, le directeur du départe -feu

ment, a affirmé que l'incendie de maisons résistantes

pourrait être construit de façon plus économique d'utiliser ce

technique, par opposition aux bois habituelle

maisons de bois avec remplissage terre.

La plus grande maison avec des murs en terre solide

L'Europe est à Weilburg, Allemagne. Terminé

en 1828, il se tient toujours (1.11). Tous les plafonds et

le reste entier sur le toit de la structure solide

murs en terre battue qui sont de 75 cm d'épaisseur à

le bas et 40 cm d'épaisseur à l'étage supérieur

(la force de compression au bas de la

parois atteint 7,5 kg/cm2). Illustration 1.12

montre les façades des autres pisé

maisons à Weilburg, construite vers 1830.

Terre en tant que matériau de construction:

l'essentiel

Terre, lorsqu'il est utilisé comme matériau de construction, est

souvent donné des noms différents. Menti onné dans

termes scientifiques terreau, c'est un mélange de

d'argile, de limon (sable très fin), du sable, et l'occasion -


allié grands agrégats comme le gravier ou

pierres.

Quand on parle de non cuite faits à la main

briques, les termes «briques de boue» ou «adobes»

sont généralement des employés; quand on parle de

compressé en briques crues, le terme "sol

blocs "est utilisé. Lorsque compacté dans un

coffrage, il est appelé "terre battue".

L'argile présente trois inconvénients lorsque com -

Arrivé à la construction industrialisée commun

matériaux:

1 Loam n'est pas un bâtiment standardisé

matériel

Selon le site où la terre glaise est

creusées, il sera composé de différentes

montants et les types d'argile, de limon, de sable et

granulats. Ses caractéristiques, par conséquent, mai

diffèrent de site en site, et la préparation

de la combinaison correcte pour une application spécifique

mai diffèrent également. Afin de juger de son carac -

ristiques et de modifier celles -ci, si nécessaire, par

utilisation d'additifs, on a besoin de connaître les

composition spécifique de la terre glaise en cause.

2 mixtures Loam rétrécir en séchant

En raison de l'évaporation de l'eau utilisée pour

préparer le mélange (humidité est nécessaire pour

l'activation de sa force de liaison et de parvenir à

maniabilité), les fissures de retrait se produira. Le

ratio de retrait linéaire est généralement comprise entre 3%

et 12% avec des mélanges humides (tels que ceux

utilisé pour le mortier et les briques de boue), et

entre 0,4% et 2% avec des mélanges secs

Introduction

13

1.4Large Mosquée,
Djenné, au Mali, construit 1935

1.5Mosque, Kashan, Iran

1,6 Bazaar, Sirdjan, Iran

1,4

1,5

1,6

(utilisés pour la terre battue, comprimé sol

blocs). Le rétrécissement peut être minimisé en

la réduction de l'argile et la teneur en eau, par

optimiser la distribution de la taille du grain, et

en utilisant des additifs (voir p. 39).

3 Loam n'est pas résistant à l'eau

Loam doivent être protégés contre la pluie et

gelées, surtout à l'état humide. Terre murs

peuvent être protégés par des débords de toit, l'humidité

cours de la preuve, les revêtements de surface appropriée

etc (voir p. 40).

D'autre part, l'argile présente de nombreux avan -

tages par rapport à l'industrie générale

matériaux de construction:

1 soldes Loam humidité de l'air

Loam est capable d'absorber et de désorber l'humidité

plus rapides et une plus large mesure que tout autre

autres matériaux de construction, lui permettant de Bal -

ance climat intérieur. Les expériences du

Forschungslabor für Experimentelles Bauen

(Building Research Laboratory, ou BRL) à

l'Université de Kassel, en Allemagne, démon -

tré que lorsque l'humidité relative dans

une salle a été soulevée brusquement de 50% à

80%, en briques crues ont pu, en deux

jours d'absorber 30 fois plus d'humi -

Ty-delà des briques cuites. Même lorsqu'il est arrêté en

une chambre climatique à 95% d'humidité pendant six

mois, adobes ne pas se mouiller ou perdre


leur stabilité; pas plus qu'elles ne dépassent leurs Equi -

Librium teneur en eau, ce qui représente environ 5%

à 7% en poids. (Humidité le montant maximal qu'un

matière sèche peut absorber est appelée sa "Equilib -

rium la teneur en eau »).

Les mesures effectuées dans une maison nouvellement construite

en Allemagne, dont la totalité de l'Intérieur et ex -

terior murs sont de la terre, sur une période de

huit ans, a montré que l'humidité relative

lité dans cette maison était un peu près constant de 50%

toute l'année. Il avait fluctué de seulement

5% à 10%, produisant ainsi des modes de vie sains

condition d'humidité réduit en été

et l'humidité élevée en hiver. (Pour plus

plus de détails, voir p. 15).

2 Magasins chaleur Loam

Comme tous les matériaux lourds, l'argile accumule la chaleur.

En conséquence, dans les zones climatiques avec Diur haut

différences de température interne, ou lorsque cela

devient nécessaire de stocker le gain de chaleur solaire

par des moyens passifs, terreau peut équilibrer l'intérieur

climatique.

3 Loam économise de l'énergie et réduit l'environne -

mentale de la pollution

La préparation, le transport et la manutention

d'argile sur le site ne nécessite que ca. 1% de la

énergie nécessaire à la production, le transport

et la manipulation des briques cuites ou renforcées

béton. Loam, puis, ne produit pratique ment aucun

pollution de l'environnement.

Introduction

14

1.7Rammed terre finca,

São Paulo, Brésil

1.8Reconstruction de
Mur de brique, Heune -

burg, Allemagne, 6e de la CEN -

Tury BC

1.9 Mosquée à Nando,

Mali, 12e siècle

1,7

1,8

1,9

4 Loam est toujours réutilisable

Loam crues peuvent être recyclés une durée indéterminée

nombre de fois sur une très longue

période. Vieux terreau sec peut être réutilisé après

trempage dans l'eau, donc ne devienne jamais un loam

déchets nocifs pour l'environnement.

5 Loam sauve matériel et le transport

coûts

Argileuse du sol est souvent trouvé sur place, de sorte que

la terre excavée pour les fondations peuvent ensuite

être utilisés pour la construction de la terre. Si le sol

contient trop peu d'argile, le sol argileux doit a lors

ajouté, alors que si l'argile est trop pres -

ent, le sable est ajouté.

L'utilisation de la terre excavée signifie beaucoup

réduction des coûts en comparaison avec d'autres

matériaux de construction. Même si cette terre est trans -

porté des sites de construction, il est

généralement beaucoup moins cher que les industriels build -

ING matériaux.

6 Loam est idéal pour les do -it-yourself construction

tion

À condition que le processus de construction est supervisée

par une personne expérimentée, la terre con -

techniques de construction peuvent généralement être exécut -

ED par des non-professionnels. Puisque le processus -

es impliqué beaucoup de main -d'œuvre et nécessitent


que des outils peu coûteux et machines, ils

sont idéales pour les do -it-yourself bâtiment.

7 Loam préserve bois et d'autres

des matières organiques

En raison de sa faible con -équilibre de l'humidité

Tente de 0,4% à 6% en poids et de sa haute

capillarité, loam conserve les éléments de bois

ments qui restent en contact avec elle par

les garder au sec. Normalement, les champignons ou les insectes

n'endommage pas le bois par exemple, puisque les insectes

besoin d'un minimum de 14% à 18% d'humidité

pour maintenir la vie et les champignons plus de 20%

(Möhler 1978, p. 18). De même, loam pouvez pré -

servir de petites quantités de paille qui sont

mélangé dedans.

Toutefois, si limoneux paille léger, avec un

densité de moins de 500 à 600 kg/m3is

utilisé, le limon mai perdre de sa préservation

tive de capacité dues à la capillarité élevé de

la paille lorsqu'il est utilisé dans des proportions such high -

tions. Dans de tels cas, la paille mai lorsque la pourriture

reste humide sur de longues périodes (voir p. 83).

8 Loam absorbe les polluants

Il est souvent affirmé que les murs en terre d'aide

pour nettoyer l'air intérieur pollué, mais ceci n'a pas encore

être prouvée scientifiquement. Il est un fait que

murs en terre ne peut absorber les polluants dissous

dans l'eau. Par exemple, une usine de démonstration

existe dans Ruhleben, Berlin, qui utilise a rgileux

sol pour éliminer les phosphates à partir de 600 m3 de

des eaux usées par jour. Les phosphates sont liés par

les minéraux argileux et extraits du

des eaux usées. L'avantage de cette procédure est

que, puisque aucun des substances étrangères restent en

l'eau, les phosphates sont convertis


en phosphate de calcium pour les réutiliser en tant que fer -

tiliser.

Améliorer le climat intérieur

En modérée aux climats froids, les gens en général

passent environ 90% de leur temps dans des espaces fermés

espaces, le climat intérieur est donc un facteur crucial

dans le bien-être. Confort dépend de la

température, le mouvement, l'humidité, les rayonnements

de et vers les objets environnants, et la pollu -

tion du contenu de l'air contenu dans un même

chambre.

Bien que les occupants deviennent immédiatement

conscients quand la température ambiante est trop

haute ou trop basse, les impacts négatifs de la

excessivement élevés ou réduits d'humidité

niveaux ne sont pas bien connus. Air

l'humidité contenue dans les espaces a une impor -

cant impact sur la santé des habitants,

et la terre a la capacité de l'équilibre intérieur

d'humidité comme aucun autre matériau de construction. Cet

fait, seulement récemment mené une enquête, est décrit

en détail plus loin dans cett e section.

Introduction

15

1.10Rammed terre

maison, Meldorf, l'Allemagne,

1795

1.11Rammed terre

maison, Weilburg, Germa -

NY, 1828

1.12Rammed terre

maisons, Weilburg, Germa -

NY, vers 1830

1,11

1,12
1,10

Humidité de l'air et la santé

La recherche effectuée par Grandjean (1972)

et Becker (1986) a montré qu'un parent

humidité inférieure à 40% sur une longue péri -

od mai assécher les muqueuses,

ce qui peut diminuer la résistance aux rhumes et

maladies professionnelles. Il en est ainsi parce que, normalement

la membrane muqueuse du TIS -épithéliales

Sue dans la trachée absorbe la poussière, les bactéries -

ria, virus, etc, et les renvoie au

bouche par le mouvement ondulatoire de la

épithéliales cheveux. Si cette absorption et de trans -

système de transport est perturbé par le séchage,

ensuite les corps étrangers peuvent atteindre les poumons et

mai causer des problèmes de santé (voir 1.13).

Une humidité relative élevée de 70% a

de nombreuses conséquences positives: elle réduit la

teneur en poussières fines de l' air, active la

mécanismes de protection de la peau contre

microbes, réduit la durée de vie de nombreuses bactéries

et les virus, et réduit les odeurs et statique

charge sur les surfaces des objets dans le

chambre.

Une humidité relative de plus de 70% est

généralement ressenti comme désagréable, PROBA -

Bly en raison de la réduction de l'oxygène

l'absorption par le sang dans des conditions chaudes, humides

tions. Augmenter les douleurs rhumatismales sont

observée dans l'air humide et froid. Champignon forma -

tion augmente de manière significative dans des locaux fermés

lorsque l'humidité dépasse 70% ou

80%. Fungus spores dans de grandes quantités peuvent

conduisent à différents types de douleur et d'allergies.

De ces considérations, il s'ensuit que


le taux d'humidité dans une pièce doit être un

minimum de 40%, mais pas plus de 70%.

L'impact de change de l'air sur humidité de l'air

Dans les climats tempérés et froids, lorsque le

les températures extérieures sont beaucoup plus faibles que

au coeur de la température, le degré plus élevé de

l'échange d'air frais mai rendre l'air intérieur afin

sèches que des effets négatifs sur la santé peuvent en résulter.

Par exemple, si l'air extérieur avec une tem -

ture de 0 ° C et 60% d'humidité relative

pénètre dans une pièce et est chauffée à 20 ° C, son

decreasesto humidité relative lessthan20%.

Même si l'air extérieur (température de 0 ° C)

avait au niveau 100% d'humidité et a été réchauffé

jusqu'à 20 ° C, son humidité relative serait encore

diminuer à moins de 30% . Dans les deux cas, il

devient nécessaire d'augmenter l'humidité comme

dès que possible afin d'atteindre sain

et des conditions confortables. Cela peut être

effectué par le contrôle de l'humidité qui est

publié par les murs, les plafonds, les planchers et les meu -

ture (voir 1.14).

L'effet d'équilibrage de terreau sur l'humidité

Les matériaux poreux ont la capacité de

absorbent l'humidité de l'air ambiant et

pour désorber l'humidité dans l'air, ce qui

parvenir à l'équilibre d'humidité dans l'intérieur

climats. La teneur en eau d'équilibre

dépend de la température et l'humidité

de l'air ambiant (voir p. 29) et de l'illustration

2.29). L'efficacité de cette mise en balance

processus dépend aussi de la vitesse de

l'absorption ou de désorption. Experiments

réalisée lors du salon BRL, par exemple,

que le premier de 1,5 cm d'une épaisse couche de boue


mur de briques est en mesure d'absorber environ 300 g de

Introduction

16

un

te

te

dans

un

ir

dans

/m

Température en ° C

Humidité relative m =

1 loam argileux

2 loam argileux de plâtre

3 Spruce, rabotés

4 chaux-ciment plâtre

5 plâtre

1 ciment béton M 25

2 citron vert-sable de briques

3 béton poreux

4 Lightweight briques

5 Brique pleine

6 clinker
1,13 1,15

1,14

1.13Section par le biais

trachée avec sane

muqueuse (à gauche)

et séché une (à droite)

(Becker, 1986)

1.14Carrier Diagram

1,15 Absorption de Sam -

ples, 15 mm d'épaisseur, à

une température de 21 ° C

et une augmentation soudaine

d'humidité de 50%

à 80%

d'eau par m2 de surface de l a paroi dans 48 heures si

l'humidité de l'air ambiant est tout à coup

augmentée de 50% à 80%. Cependant, la chaux -

grès et la pinède de la même

absorber qu'une épaisseur d'environ 100 g/m2,

plâtre de 26 à 76 g/m2, et de briques cuites seulement

6 à 30 g/m2in la même période (1.15).

Les courbes d'absorption des deux côtés de

11,5 cm d'épaisseur des murs non crépis de différentes

matériaux de plus de 16 jours sont indiqués en 1.16.

Les résultats montrent que les briques de boue absorber

50 fois plus d'humidité que les briques solides

cuit à des températures élevées. L'absorption

taux de 1,5 cm d'épaisseur, les échantillons, quand humi -

Ty a été porté de 30% à 70%, sont présentés

en 1.17.

L'influence de l'épaisseur d'une argileux

du sol sur les taux d'abso rption est indiquée dans 1.18.

Nous voyons ici que lorsque l'humidité est élevée

brusquement de 50% à 80%, seule la partie supérieure

2 cm absorbe l'humidité dans le premier


24 heures, et que seule la couche supérieure

4 cm d'épaisseur est actif au sein de la première

quatre jours. La chaux, de caséine et de cellulose de la colle

les peintures de réduire cette absorption que légèrement,

considérant que les revêtements de latex doubles et simples

huile de lin peut réduire les taux d'absorption à

38% et 50% respectivement, comme vu dans 1.19.

Dans une salle d'une superficie de 3 x 4 m,

une hauteur de 3 m, et une surface murale de 30 m2

(après déduction des portes et fenêtres), si

l'humidité de l'air intérieur ont été portés de 50%

à 80%, sans crépi des murs en briques de terre serait

absorbent environ 9 litres d'eau en 48 heures.

(Si l'humidité ont été abaissés de 80% à

50%, le même montant serait libéré).

La même enceinte, si elle est construite à partir de boulangerie solide

briques, absorberait seulement environ 0,9 litres de

l'eau dans la même période, ce qui signifie

ne sont pas appropriées pour l'équilibre

d'humidité dans les chambres.

Les mesures effectuées sur une période de cinq

ans dans différentes pièces d'une maison construite en

Allemagne en 1985 , dont tous les extérieurs et les

murs intérieurs ont été construites en terre, ont montré

que l'humidité relative est resté pratiquement

constante au cours des années, variant de 45%

à 55%. Le propriétaire a voulu une humidité plus élevée

des niveaux de 50% à 60% seulement dans la chambre.

Il a été possible de maintenir ce niveau supérieur

(ce qui est plus sain pour les gens qui ont tendance à

rhume ou conduits de fumée) en utilisant le plus élevé

l'humidité de la salle de bains adjacente. Si un lit -

d'humidité ambiante baisse trop, le

porte de la salle a été ouverte après

la douche, les murs de la chambre de recharge


d'humidité.

Introduction

17

1 Loam limoneux

2 loam argileux (1900)

3 Straw limon (1400)

4 Straw loam (700)

5 Straw loam (550)

6 Pine

7 béton poreux (400)

8 loam argileux Expanded (750)

9 loam argileux Expanded (1500)

10 briques poreuses (800)

11 briques solides (1800)

12 béton de ciment (2200)

13 béton de ciment M 15

1,16

1,18

1,17

1 épinette, raboté

2 Limba, rabotés

3 loam argileux

4 argileux limoneux de plâtre

5 pansement Loam avec coco

6 Chaux-ciment plâtre

7 plâtre

1.16Absorption courbes

de 11,5 cm de l'Intérieur d'épaisseur

murs à deux faces

exposés à une température

de 21 ° C, après un coup

augmentation de l'humidité de

50% à 80%

1.17Absorption courbes
du 15-mm-échantillons d'épaisseur,

un côté exposé, lors d'une

température de 21 ° C, après

une hausse soudaine de l'humidité

de 30% à 70%

1.18 Effet de l'épais -

Ness de couches de limon lors d'une

température de 21 ° C sur

leur taux d'absorption

après une hausse soudaine de la

humidité de 50% à

80%

Les préjugés contre la terre comme un bâtiment

matériel

En raison de l'ignorance, les préjugés contre les

loam sont encore très répandues. Beaucoup de gens

ont du mal à concevoir qu'un natu rels

matériaux de construction tels que la terre ne doivent pas être

transformés et que, dans de nombreux cas, le

excavation pour les fondations prévoit une compagne;

rial qui peut être utilisé directement dans le bâtiment.

La réaction suivante par un maço n qui avait

de construire un mur en pisé est caractéristique:

"Cela ressemble à l'époque médiévale; maintenant nous avons

pour salir nos mains avec toute cette boue. "The

même maçon, heureusement montrant ses mains

Après avoir travaillé avec adobes pour un e semaine, a déclaré:

"Avez-vous déjà vu Mason lisses telles's

mains? Les adobes ya beaucoup de plaisir à

manche comme il n'ya pas d'angles aigus.

L'angoisse que les souris ou les insectes puissent vivre en

murs en terre est infondée lorsque ces derniers sont

solide. Les insectes peuvent survivre qu'à la condition que

des lacunes, comme dans "clayonnage et torchis des murs». Dans

Amérique du Sud, la maladie de Chagas, qui


mène à la cécité, vient d'insectes qui

vivre en clayonnage et de murs en torchis. Lac unes peuvent être

évité par la construction de murs de pisé

terre ou des briques de terre avec de la boue totalement rempli

joints de mortier. En outre, si la terre

un trop grand nombre d'additifs organiques, comme dans le cas de

légers d'argile de paille, avec une densité de moins

de 600 kg/m3, de petits insectes tels que le bois

Les poux peuvent vivre dans la paille et l'attaquer.

Commun les perceptions que les surfaces sont loam

difficile à nettoyer (surtout dans les cuisines et

salles de bains) peuvent être traitées par la peinture

avec la caséine, la caséine chaux, huile de lin

ou d'autres revêtements, ce qui les rend non -

abrasifs. Comme il est expliqué à la page 132, salles de bains

avec des murs en terre sont plus hygiéniques que les

ceux de tuiles vernissées, puisque la terre absorbe

Une humidité élevée rapidement, inhibant ainsi fun -

Gus croissance.

Introduction

18

M loam limoneux, 2 sable sans revêtement

KQ 2x 1 Lime: 1 Quark: 1.7 Eau

KL 2x Chalk peinture colle de cellulose

LE 1x Double-huile de lin bouillie

D2 peinture 2x Biofa dispersibles

LA 1x Biofa glaçure avec amorce

AF 2x Peinture acrylique

DK 2x peinture synthétique dispersion extérieur

LX 2x Latex

UD 2x Dispersion de peinture sans solvant

D1 2x peinture de dispersion pour l'intérieur

M plâtre Loam sans agrégat

I2 avec 2.0% de fibres de noix de coco

C1 avec 2.0% de fibres de cellulose


E1 avec 2,0% d'eau en verre

I1 avec 1,0% de fibres de noix de coco

L1 avec 3,0% de la sciure

J1 avec 2,0% de paille de blé

F1 avec le ciment de 3,0%

D2 avec 2,0% bouillie de farine de seigle

B1 avec 0,5% de la colle de cellulose

H1 à 6,0% de caséine / chaux

1.19Influence de revêtements

sur 1,5 cm d'épaisseur, un

side-limoneux exposés pla -

sters à une température de

21 ° C (4% d'argile, de limon 25%,

sable 71%) après un coup

augmentation de l'humidité de 50%

à 80%. Épaisseur de

revêtement est de 100 ± 10 um.

1.20Influence de diffé -

agrégats louer sur la

absorption de l'humidité.

Mêmes conditions que les hommes -

mentionnés dans 1.19

1,19 1,20

Note

Pour la conversion des valeurs métriques en

les impériale, voir page 197.

Composition

Général

Loam est un produit de l'érosion de la roche en

la croûte terrestre. Cette érosion se fait principalement

par l'intermédiaire du broyage mécanique des roches par l'interm édiaire de

le mouvement des glaciers, l'eau et du vent,

ou par dilatation thermique et contrac -

tion de la roche, ou par l'expansion des

gel de l'eau dans les fissures de la roche.


Due à des acides organiques répandues dans les plantes,

En outre, des réac tions chimiques dues à l'eau

et de l'oxygène également conduire à l'érosion des roches. Le

composition et les différentes propriétés de terreau

dépendent des conditions locales. Graveleux moun -

loams tainous, par exemple, sont plus fonction -

en mesure de pisé (à condition qu'ils con -

Tain suffisamment d'argile), tandis que les limons sont Riverside

siltier souvent et sont donc moins météorologiques

résistants et plus faible en compression.

Loam est un mélange d'argile, de limon et de sable, et

contient parfois des ensembles plus vastes comme

du gravier et des pierres. Sciences pour l'ingénieur

définit ses particules en fonction du diamètre:

particules ayant un diamètre plus petit que

0,002 mm sont appelés argile, celles entre

0,002 et 0,06 mm sont appelés limon et

ceux compris entre 0,06 et 2 mm sont appelés

sable. Particules de plus grand diamètre sont appelées

graviers et de pierres.

Comme du ciment dans le béton, l'argile agit comme un

liant pour toute particule de taille dans la glaise. Limon,

sable et agrégats constituent des charges dans

la lise. En fonction de laquelle des trois

composants est dominante, on parle d'un

argileuse, limoneuse ou loam sableux. Dans les sols traditionnels

Propriétés de la terre

19

2Le propriétés de la terre comme matériau de construction

2.1Soil grain size -DIS

tribution des terreaux avec

haute teneur en argile

(), con-haut au-dessus du limon

tente (milieu), et de haute

teneur en sable (en bas)


2,1

100

90

80

70

60

50

40

30

20

10

0,002 0,006 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60

Granulométrie (mm)

rc

fr

ta

un

dans

Argile Limon Sable Gravel

100

90

80

70

60

50

40
30

20

10

0,002 0,006 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60

Granulométrie (mm)

rc

fr

ta

un

dans

Argile Limon Sable Gravel

100

90

80

70

60

50

40

30

20

10

0,002 0,006 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60

Granulométrie (mm)

e
rc

fr

ta

un

dans

Argile Limon Sable Gravel

mécanique, si la teneur en argile est inférieure à

15% en poids, le sol est qualifié de soudure

un sol argileux. Si elle est supérieure à 30% en poids,

on l'appelle un sol argileux riche. Composants

qui forment moins de 5% du total en

poids ne sont pas mentionnés lorsque l'on nomme

les sols. Ainsi, par exemple, un limoneux riches,

sol sablonneux et argileux maigre contient plus de

30% de limon, 15% à 30% de sable, et moins de

15% d'argile avec moins de 5% de gravier ou de roche.

Toutefois, dans l'ingénierie de la construction terre,

ce mode de désignation des sols est moins précise

parce que, par exemple, un loam argileux avec 14%

qui sera appelé dans le sol argileux de soudure

mécanique, serait considéré comme un riche

sol argileux du point de vue de la Terre

construction.

Clay

L'argile est un produit de l'érosion de feldspath

et autres minéraux. Feldspath contient alu -

minium oxyde, un oxyde métallique, deuxième et

dioxyde de silicium. L'un des plus communs

types de feldspath a la formule chimique


Al2O3 · K2O · 6SiO2. Si facilement soluble

Composés de potassium sont dissous pendant

l'érosion, puis d'argile appelée kaolinite es t formé,

dont la formule Al2O3 · 2SiO2 · 2H2O.

Un autre minéral argileux commun est Montmoril -

lonite, dont la formule est Al2O2 4SiO2 ·. Là bas

Il existe également une variété d'argile moins courants

minéraux tels que l'illite. La structure de ces

minéraux est indiqué au point 2.2.

Les minéraux argileux sont également retrouvé mélangé aux

d'autres composés chimiques, en particulier avec

oxyde de fer hydraté (Fe2O3, H2O) et d'autres

composés de fer, l'argile, donnant un caractère -

ISTIC couleur jaune ou r ouge. Manganèse com -

livres donnent une couleur brune, chaux et

composés du magnésium donnent du blanc, tandis que

substances organiques donnent un brun foncé ou

couleur noire.

Les minéraux argileux ont généralement un hexagonale

lamellaire structure cristalline. Ces lamelles

compose de différentes couches qui sont habituellement

formé autour de noyaux de silicium ou d'aluminium.

Dans le cas du silicium, ils sont entourés

par oxygenations; dans le cas de l'aluminium,

par hydroxyle (ions) groupes (HO -). Les couches

d'oxyde de silicium ont le plus négatif

charge, ce qui leur confère une haute

interlamellary force contraignante (voir 2.3).

Parce que chaque couche d'hydroxyde d'aluminium

est connecté à une couche d'oxyde de silicium, le

double-couche kaolinite a un ion à faible bind -

ment des capacités, tandis que chez les trois -couches

minérales montmorillonite, l'un en aluminium

couche d'hydroxyde est toujours prise en sandwich

entre deux couches d'oxyde de silicium, ce qui


affichant un ion plus contraign ante des capacités.

La plupart des minéraux argileux ont interchange -

mesure cations. La force obligatoire et com -

résistance à la compression d'argile dépend de

le type et la quantité de cations.

Limon, de sable et de gravier

Les propriétés de limon, de sable et de gravier sont

totalement différent de l'argile. Ils sont simplement

agrégats manque forces de liaison, et sont

formés, soit provenant de l'érosion des pierres, dans lequel

cas, ils ont des coins pointus ou par le

mouvement de l'eau, auquel cas ils sont

arrondis.

Granulométrie

Loam se caractérise par ses composants:

d'argile, de limon, de sable et de gravier. La proportion de

des composants est souvent représenté

sur un graphique du type indiqué en 2.1. Ici,

l'axe vertical représente le poids par Per -

pourcentage du total de chaque taille de grain,

qui à son tour est représentée sur l'horizontale

axe avec une échelle logarithmique. La courbe est

tracées de façon cumulative, à chaque taille de grain

incluant tous les composants amende.

Le graphiqu e supérieur caractérise un argileuse riche

limoneux avec 28% d'argile, 35% de limon, 33% de sable

et 4% de gravier. Le montre le graphique milieu

loam limoneux riches avec 76% de limon, et le fond

graphe un loam sableux riche contenant 56%

sable. Une autre méthode pour graphiquement

décrivant loam composée de particules n

taille supérieure à 2 mm est indiquée au paragraphe 2.4. Ici, le

Propriétés de la terre

20

2.2Structure de la
trois plus courants

minéraux argileux (Accord -

ING à Houben,

Guillaud, 1984)

2.3Lamellar structure

de minéraux argileux

(selon Houben,

Guillaud, 1984)

2.4Soil grain size -DIS

tribution représentée sur

une grille triangulaire (après

Voth, 1978)

Kaolinite, illite montmorillonite

2,2

pourcentage d'argile, de limon et de sable peut être

tracées sur les trois axes d'un triangle et

interprété en conséquence. Par exemple, terreau marqués

S III dans ce graphique est composé d'argile 22%,

48% de limon et 30% de sable.

Constituants organiques

Creusé le sol à des profondeurs de moins de 40 cm

contient généralement des matières végétales et de l'humus

(le produit de décomposition des plantes), qui con -

compose principalement de particules colloïdales et est acide

(pH-valeur inférieure à 6). Que le renforcement de la Terre

matériel doit être libr e d'humus et de plantes

importer. Sous certaines conditions, un tapis de plantes

ter comme de la paille peut être ajouté, à condition qu'il soit

sec et il n'ya aucun danger d'une détérioration plus tard,

ration (voir p. 83).

Eau

L'eau active les forces de liaison de terreau.

Outre l'eau libre, il existe trois différentes

types d'eau en argile: l'eau de crystallisa -

tion (eau structurel), absorbé de l'eau, et


de la capillarité de l'eau (eau interstitielle). Eau de

cristallisation est chimiquement lié et

ne se distinguent que si le terreau est chauffé à

températures entre 400 ° C et 900 ° C.

L'absorption d'eau est électriquement lié à

les minéraux argileux. L'eau de capillarité a

est entré dans les pores du matériau par capillary -

Lary action. Absorbée et l' eau capillaire

sont libérés lorsque le mélange est chauffé à

105 ° C. Si l'argile sèche est mouillé, il se gonfle en raison

creeps eau entre la struc -lamellary

ture, entourant les lamelles avec une fine

film d'eau. Si cette eau s'évapore, la

interlamellary distance est réduite, et la

lamelles se rangent en parallèle

due aux forces de l'attractivité électrique pattern -

tion. L'argile acquiert ainsi une «force obligatoire»

(voir p. 32), si dans un état plastique, et com -

pressive et résistance à la traction après le séchage.

Porosité

Le degré de porosité est définie par la

volume total des pores dans le limon. Plus

important que le volume des pores sont

les dimensions des pores. Plus le

porosité, plus la diffusion de vapeur et

Plus la résistance au gel.

Surface spécifique

La surface spécifique d'un sol est la somme de

toutes les particules surfaces. Sable grossier a un spé -

spécifiques de surface d'environ 23 cm2 / g, de limon propos

450 cm2 / g et d'argile, de 10 m2 / g (kaolinite)

à 1000 m2 / g (montmorillonite). Le plus grand

la surface spécifique de l'argile, plus le

forces de cohésion interne qui sont pertinentes

de force obligatoire ainsi que la compression


et la force de traction.

Densité

La densité du sol est défini par le rapport

de la masse sèche de volume (y compris les pores).

Fraîchement creusé le sol a une densité de 1000 à

1500 kg/m3. Si cette terre est comprimé, comme

terrassements en pisé ou en mottes, de ses

La densité varie de 1700 à 2200 kg/m3

(ou plus, si elle contient des quant ités considérables

des agrégats de gravier ou plus).

Compactabilité

Compactage est la capacité de terre à

compactés par pression statique ou dynamique

compactage de telle sorte que son volume est réduit.

Pour atteindre de compactage maximale, la terre

doivent avoir un contenu spécifique de l'eau, la

soi-disant «teneur en eau optimale», qui

permet à des particules qui doivent être transportés dans un plus dense

configuration sans trop de heurts. Cet

est mesurée par l'essai Proctor (voir p. 44).

Les tests utilisés pour analyser la composition

tion de terreau

Pour déterminer la pertinence d'un terreau pour une

application spécifique, il est nécessaire de connaître

sa composition. La section suivante

décrit des tests normalisés de laboratoire et

essais sur le terrain simples qui sont utilisés pour analyser

loam composition.

Propriétés de la terre

21

Tétraèdre

octaèdre à base de silicium

d'aluminium de base

2,3

Sandy
loam limoneux argileux

loam argileux

Loam argileux

Loam

Clay

Sand

Loam limoneux

Loam sableux

Limon 0.002-0.06 mm

San

d0

.06

-2

mm

Cl

un

<

0.

2,4

Combinée de tamisage et de sédimentation

analyse

La proportion de gros granulats (sable,

gravier et cailloux) est relativement facile de distin -

tinguer par tamisage. Toutefois, la proportion de

granulats fins ne peut être constaté par

sédimentation. Ce test est spécifié dans le détail

dans la norme allemande DIN 18123.

Teneur en eau
La quantité d'eau dans un mélange de terreau peuvent

être aisément déterminée par pesage du Sam -

PLE et que le chauffer dans un four à 105 ° C.

Si le poids reste constant, le mélange est

sec, et la différence des deux poids

donne le poids de toutes les eaux non chimiquement

rebond. Cette teneur en eau est indiqué en tant que

pourcentage du poids du mélan ge sec.

Simple essais sur le terrain

Les tests suivants ne sont pas très exact, mais

elles peuvent être effectuées sur place relativement

rapidement, et sont généralement assez précis pour

estimer la composition du limon et

vérifier si le mélange est acceptable pour un

spécifiques à une application.

Test de l'odorat

Pure loam est inodore, mais elle acquiert

une odeur de moisi si elle contient la détérioration

humus ou matière organique.

Nibble test

Une pincée de sol est légèrement rongés. Sandy

sol produit une sensation désagréable que

opposition à des sols limoneux, ce qui donne une moins

répréhensible sensation. Sol argileux, sur la

D'autre part, donne un collant, lisse ou farineuse

sensation.

Lavage d'essai

Un échantillon de sol humide se frotte entr e les

mains. Si les grains peuvent être nettement sentir, il

indique un sol sablonneux ou graveleux. Si l'échantillon

est collante, mais les mains peut être nettoyée

lorsqu'il est sec, cela indique des sols limoneux. Si le Sam -

PLE est collante, de sorte que l'eau est nécessaire au nettoyage

les mains, cela indique des sols argileux.

Test à la coupe
Un échantillon de la terre humide est formé en

une boule et couper avec un couteau. Si la surface de coupe

est brillant, cela signifie que le mélange ait la ha ute

teneur en argile, si elle est terne, il indique limon haut

contenu.

La sédimentation d'essai

Le mélange est agité avec beaucoup d'eau dans un

pot en verre. Les plus grosses particules se déposent au

bas, le plus beau sur le dessus. Cette stratification

permet à la proportion des éléments à

être estimées. C'est un tort d'affirmer que

la hauteur de chaque couche correspond à la

proportion d'argile, de limon, de sable et de gravier, comme

est revendiquée par de nombreux auteurs (par exemple, CRATerre,

1979, p. 180; Bureau international du Travail,

1987, p. 30; Houben, Guillaud, 1984, p. 49;

Stulz, Mukerji, 1988, p. 20; Nations Unies

Centre for Human Settlement, 1992, p. 7)

(voir 2.6).

Plusieurs expériences dans le bâtiment

Research Laboratory (BRL), Univers ité de

Kassel, a montré que la marge d'erreur

pourrait être aussi grand que 1750%, comme vu au point 2.5

et 2.8. En fait, on ne peut distinguer

strates successives à des changements brusques de

granulométrie, et ces pas mai

coïncider avec les limites réell es définies

entre l'argile et de limon, et entre le limon

et de sable (voir 2.7).

Essai à la bille tomber

Le mélange à tester doit être aussi sec

que possible, mais assez humide pour être formé

dans une boule de 4 cm de diamètre.

Lorsque cette balle est to mbé d'une hauteur de

1,5 m sur une surface plane, différents résultats peuvent


se produire, comme indiqué en 2.9. Si le ballon aplatit

que légèrement et montre peu ou pas de fissures,

comme l'exemple à gauche, il a une haute

force contraignante raison de la teneur élevée en argile. Usu -

Propriétés de la terre

22

2.5Soil granulométrie Distri -

bution de deux limons

testé dans le sédi -

tion d'essai

2.6Sedimentation test

(CRATerre, 1979)

2.8Sedimentation test

2,7

2,5

Exemples du contenu par la vision Real

% (Vol.)% (masse)% (masse)

K1 Clay 45 14 6

Limon 18 26 38

Sand 37 60 56

K2 Clay 36 17 2

Limon 24 19 16

Sand 40 64 82

Matière organique

Clay

Limon

Sand

Gravel

2,6

allié de ce mélange doit être éclaircie en ajoutant

sable. Si le test ressemble à l'échantillon sur la

droit de la teneur en argile, il est très faible. La reliure

force est alors généralement insuffisante, et il peut -

pas être utilisé comme matériau de construction. Dans le

cas du troisième échantillon de la gauche, le


mélange a une force contraig nante relativement pauvre,

mais sa composition permet habituellement d'être

utilisé pour les briques de boue (adobes) et éperonné

terre.

Cohérence de test

Terre humide est formé en une boule de 2 à 3 cm

de diamètre. Cette boule est enroulée en une mince

3 fils mm de diamètre.

Si le fil se brise ou se développe d'importantes fissures

avant d'atteindre un diamètre de 3 mm, le

mélange est humidifié lentement jusqu'à ce que le fil

pauses uniquement lorsque son diamètre atteint

3 mm.

Ce mélange est ensuite formé e en boule. Si

ce n'est pas possible, alors la teneur en sable est

trop élevé et le contenu en argile trop faible. Si

la balle peut être écrasée entre le pouce

et l'index seulement avec beaucoup de force, le

teneur en argile est élevé et doit être éclairci

en ajoutant du sable. Si la boule s'effrite très

facilement, puis le terreau contient peu d'argile.

La cohésion de test (test de ruban)

L'échantillon de loam devrait être juste humide

suffit pas d'être roulé dans un fil de 3 mm de

diamètre sans rupture. A partir de ce thread,

un ruban d'environ 6 mm d'épaisseur

et 20 mm de large est constitué et tenu en

de palme. Le ruban est ensuite glissé le long de la paume

à surplomber autant que possible jusqu'à ce qu'elle

pauses (voir 2.10).

Si la longueur libre avan t la rupture est plus

de 20 cm, elle a une force contraignante élevé,

ce qui implique une teneur en argile qui est trop élevé pour

fins de construction. Si le ruban après les pauses

que de quelques centimètres, le mélange a trop


peu d'argile. Ce test est i nexacte, et à la

BRL il était connu pour avoir des marges d'erreurs

raison de plus de 200% si l'argile n'est pas

bien pétrir et de l'épaisseur et la largeur

du ruban variées.

Pour cette raison, un nouveau test plus précis

a été développé dans lequel un de 20 mm de large

et 6 mm de haut niveau a été produit par

appuyant sur la terre glaise avec les doigts dans le

rainure entre deux saillies. La surface est

lissées par laminage avec une bouteille (voir

2.11). Pour éviter que le profil de limon de bâton -

ING, la base est revêtue d'une mince bande de

plastique ou oilpaper. La longueur du ruban,

quand il se casse sous son propre poids,

est mesuré en le poussant lentement sur une

bord arrondi avec un rayon de courbure

1 cm (2.11, droite). Pour chaque type de sol, cinq

échantillons ont été prélevés et des longueurs de ruban

mesuré au point de rupture.

Les plus longues longueurs de rupture de chaque série

ont été reportées dans la version 2.12, contre le bind -

Propriétés de la terre

23

2.8Grain distribution de la t aille

de limons d'essai

2.9Loam boules après la

Test de chute

2,8

Granulométrie (mm)

rc

fr

ta
g

un

dans

Argile Limon Sable

Tamiser la sédimentation

Gravel

Fin Moyen Gros Fine Fine moyenne grossière moyenne grossière

Granulométrie (mm)

rc

fr

ta

un

dans

Argile Limon Sable

Tamiser la sédimentation

Gravel

Fin Moyen Gros Fine Fine moyenne grossière moyenne grossière

2,9

100

90

80

70
60

50

40

30

20

10

100

90

80

70

60

50

40

30

20

10

0,001 0,002 0,006 0,01 0,02 0,06 0,1 0,2 0,6 1 2 6 10 20 60

0,001 0,002 0,006 0,01 0,02 0,06 0,1 0,2 0,6 1 2 6 10 20 60

ING vigueur, conformément à la norme DIN

18952 essai (voir p. 32), avec une légère modification:

Ici, la force maximale de cinq échantillons

a également été examiné.

C'est parce qu'il a été constaté que la plus faible

valeurs étaient généralement dus à l'insuffisance de la combinaison

ING, la plasticité inexactes ou autre préparation

erreurs. Afin de garantir que les dif -

mélanges de terreau ent sont comparables, les cho -

sen cohérence des échantillons a été définie

par un diamètre de 70 mm (au lieu de 50 mm)

des surfaces circulaires, qui fait si un test

boule de 200 g de poids est lâché d'une

hauteur de 2 m. (Avec un mélange loam sableux

avec un contenu peu d'argile, d'un diamètre de 50 mm


n'est pas réalisable.)

Acid Test

Terreaux contenant de la chaux sont normalement blanche

en apparence, présentent une faible force contraignante

et sont donc inapproprié pour la terre

construction. Afin de définir la chaux

contenu, une goutte d'un e solution à 20% de HCl

est ajoutée en utilisant un verre ou une tige de bois. Dans

le cas de la teneur en argile avec de la chaux, CO2is

produites en fonction du CaCO3 équation

+ 2HCl = CaCl2 + CO2 + H2O. Cette CO2pro -

duction est observable en raison de la Il sera inutile

rescence que les résultats, si il n'y a pas efflores -

cence, la teneur en chaux est inférieure à 1%. Si

il ya une faiblesse, l'efflorescence bref, la chaux

teneur est comprise entre 1% et 2%; Il sera inutile si le

rescence est significatif quoique bref, la chaux

teneur est comprise entre 3% et 4%, et si le

efflorescence est forte et durable, le

teneur en chaux est supérieure à 5% (Voth, 1978,

p. 59).

Il convient de noter que la chaux dark -libres

limoneuse, présentant une forte teneur en humus pourrait

également présenter ce phénomène.

Effets de l'eau

Si terreau est mouillé, il gonfle et des changements

d'un solide à l'état plastique.

Gonflement et le retrait

Le gonflement de terreau lors du contact avec

l'eau et son retrait par séchage est

désavantageuse pour son utilisation comme un bâtiment

matériel. Enflure se produit uniquement si loam vient

en contact direct avec autant d'eau que

il perd son état solide. L'absorption de la

l'humidité de l'air, cependant, ne pas


conduire à un gonflem ent.

Le montant de gonflement et de retrait

dépend du type et la quantité d'argile

(avec de l'argile montmorillonite cet effet est

beaucoup plus importante qu'avec la kaolinite et illite),

et aussi sur la répartition des grains de limon et de

sable. Des expériences ont été menées au

BRL en utilisant des échantillons de 10 x 10 x 7 cm de dif -

loam ent mélanges qui ont été imbibés de

80 Eau cm3of puis séché dans un four

à 50 ° C afin d'étudier les fissures de retrait

(2.13). Fabrication industrielle des bloc s non cuite

(2.13, en haut à gauche), dont la granularité courbe est

indiqué en 2.1 (en haut à gauche), le retrait d'affichage

fissures. Un mélange similaire avec le même genre

et la quantité d'argile, mais avec "optimisé"

distribution de limon et de sable , a montré une peine

toutes les fissures après avoir séché (2.13, en haut à droite).

Les briques crues faites de terre limoneuse (2.13, bot -

Tom droite) (courbe de granularité indiqué en 2.1,

au milieu) montre plusieurs fissures très fines,

considérant que les briques de boue du sol sablonneux (2.13,

en bas à gauche) (courbe de granularité indiqué en 2.1,

en bas) ne montre pas de fissures du tout. Le p. 39

il est expliqué comment le retrait pourrait être min -

imised en modifiant la répartition des grain s.

Détermination de retrait linéaire

Avant que le ratio de rétrécissement de terreau différents

les échantillons ne peuvent être comparés, ils doivent avoir

comparables plasticité.

La norme allemande DIN 18952 décrit

les étapes suivantes nécessaires pour o btenir cette

Standard raideur:

Propriétés de la terre

24
2,12

2,11

2,10

2.10Ribbon test

2.11Cohesion test devel -

développés à la BRL

2.12 force obligatoire des

différents terreaux de l'égalité

cohérence par rapport

à leur longueur de rupture,

testé selon les

BRL cohésion test

Longueur ruban rupture (cm)

2,0

1,8

1,6

1,4

1,2

1,0

0,8

0,6

0,4

0,2

0,0

0 20 40 60 80 100

1. Le mélange de terreau sec est broyé et

tamisé afin d'éliminer toutes les particules à Diame -

TER de plus de 2 mm.

2. Environ 1200 cm3of ce matériau est léger

ly humidifié et martelés sur une surface plate

visage pour produire un morceau continu (comme un

crêpe épaisse).

3. Ceci est ensuite découpée en bandes de 2 cm de large,

placés bord à bord se toucher,

puis martelé à nouveau. Cette procéd ure est


répétée jusqu'à ce que la partie inférieure montre un même

structure.

4. Loam à forte teneur en argile doit alors

repos de douze heures, et l'autre avec faible

teneur en argile pendant environ six heures, de sorte que le

watercontent isequallydistr ibutedthrough -

l'échantillon.

5. De ce mélange, 200 g sont battus, à

compact dans une sphère.

6. Ce ballon est tombé d'une hauteur de

2 m sur une surface plane.

7. Si le diamètre de la surface aplatie

ainsi formé est de 50 mm, une raideur de norme est

dit être atteint. La différence entre

le plus grand et le plus petit diamètre de la présente

disque ne doit pas être supérieure à 2 mm. Autres

sage tout le processus doit être répété

jusqu'à ce que le diamètre exact dans l'épreuve de chute est

atteint. Si le diamètre du disque est plus grand que

50 mm, puis le mélange doit être séché

légèrement et l'ensemble du processus répété

jusqu'à ce que le diamètre exact est atteint.

8. Si le diamètre du disque est inférieur à

50 mm, puis quelques gouttes d'eau devrait

être ajoutés.

Avec cette raideur standard, le retrait

le test doit être exécuté comme suit:

1. Le matériau est pressé à plusieurs reprises

heurté par un morceau de bois à propos

2 x 2 cm de section dans la forme présentée

en 2.14, qui repose sur une surface plane.

2. Trois échantillons doivent être faites et

Le formulaire doit être enlevé à la fois.

3. Modèle de marque à une distance de 200 mm

sont faites avec un couteau.


4. Les trois échantillons sont séchés pendant trois

jours dans une chambre. Elles sont ensuite chauffées à

60 ° C dans un four jusqu'à ce que plus aucun retrait

peut être mesurée. Le DIN mentionne que

ils doivent être séchés sur une plaque de verre huilé.

La doublure BRL suggère la plaque avec un mince

couche de sable pour rendre le processus de séchage

plus uniforme et d'éviter les frottements.

5. Le rétrécissement moyenne des trois -sam

ples par rapport à la longueur de 200 mm

donne le rapport de contraction linéaire -en pour cent

âges. Si le retrait d'un échantillon diffère

plus de 2 mm par rapport au deux autres, le

échantillon doit être refaite.

Plasticité

Loam a quatre états de consistance: liquide,

plastique, semi -solides et solides. Les limites de

ces états ont été définis par les gouvernements suédois

chercheur d'Atterberg.

Limite de liquidité

La limite de liquidité (LL) définit la teneur en eau

à la limite entre le liquide et le plastique

Etats. Il est exprimé en pourcentage et

est déterminée en suivant les étapes

expliqué ci-dessous en utilisant les Casagrande

instrument, présenté à 2.15:

1. Le mélange doit demeurer dans l'eau pour une

période prolongée (jusqu'à quatre jours si l'argile

teneur est élevée), puis pressés par le biais

un tamis à 0.

4 mailles mm.

2. 50 à 70 g de ce mélange dans un con -pâteux

rence est placé dans le bol de l'APPA -

Ratus et sa surface lissée. Le maxi -

épaisseur minimum dans le centre devrait be1cm.


3. Une rainure est alors effectué avec un spécial

dispositif, qui est toujours tenue perpendiculairement

à la surface de la cuvette.

4. En tournant la poi gnée à une vitesse de deux

cycles par seconde, le bol est levée et

Propriétés de la terre

25

2,13

2.13Swelling et shrink -

Âge d'essai

2.14Tools de distinguer

le retrait linéaire

selon l'Allemand

norme DIN 18952

2.15 Appareils d'obtenir des

la limite de li quidité, selon

de Casagrande

2,14

2,15

ont été tamisés plus tôt. Si cette partie

est inférieur à 25% du poids sec de la

totalité du mélange, alors la teneur en eau peut

être calculé selon la formule suivante:

W0 =

W0is où la teneur en eau calculée,

L déterminée par la teneur en eau LL ou PL,

et un poids de grains plus gros que

0,4 mm, exprimée en pourcentage de la

Poids à sec du mélange total.

Plasticité index

La différence entre la limite de liquidité et

la limite de plasticité est appelé l'indice de plasticité

(PI). Le tableau de l'2.17gives certains val typique

ues pour LL, PL et PI.

Cohérence nombre
Le nombre de cohérence (C) peut être cal -

ED pour tout contenu d'eau existantes (W) de la

plastique moment à l'aide de la formule suivante:

C==

Le nombre de cohérence est à 0 au liquide

limite et 1 à la limite de plasticité.

Standard raideur

Comme la définition de la limite plastique dans Atter -

Berg n'est pas très exact, Niemeyer propose

«Rigidité standard» comme une base pour la com -

paraison des mélanges de consistance égale.

La méthode d'obtention de cette raideur est

décrite à la p. 24.

Slump

La maniabilité des mélanges de mortier est

définies par la crise. Cela peut être spécifié

par une méthode décrite dans l'allemand

normes DIN 1060 (partie 3) ou DIN 1048

(Partie 1). Ici, le mortier est versée à travers

une norme de l'entonnoir dans une assiette qui est levé

et a chuté d'un type défini et le nombre

de coups. Le diamètre du gâteau ainsi

formée est mesurée en centimètres et est

appelle la crise.

Propriétés de la terre

26

Strokes

un

te

te
n

2,16

2.16 Issu du liquide

limite par la multi -point

Procédé selon

à la norme allemande

DIN 18122

2,17 indice de plasticité de

terreaux (après Voth, 1978)

2,18 montage d'essai à

obtenir le «W» -valeurs de

échantillons loam (Boemans,

1990)

diminué jusqu'à ce que le sillon est fermé sur une

longueur de 10 mm.

5. Les nombres de coups sont comptés et

un échantillon de 5 cm3is été transféré du centre

afin de déterminer la teneur en eau.

Quand le sillon se termine à 25 coups, la

teneur en eau du mélange est égale à la

limite de liquidité.

Il est très fastidieux de modifier le

la teneur en eau jusqu'à ce que la rainure

ferme à exactement 25 coups. Un grand

méthode décrite dans la norme allemande

DIN 18122 permet d'exécuter le test avec quatre

différentes teneurs en eau si le nombre de

AVC se situe entre 15 et 40. Illustration

2.16shows comment la limite de liquidité est obtenu

l'aide de ces quatre tests. Les quatre valeurs

sont notées dans un diagramme dont horizontale

coordonner indique le nombre accidents vasculaires cérébraux au

une échelle logarithmique, et la coopération verticale Ordi -


Nate indique la teneur en eau comme un pour cent -

âge. La limite liquide est obtenue en tirant

une ligne à travers l es quatre valeurs et de la lecture

la valeur interpolée à la coordination des

25 coups.

Plastic limite

La limite plastique (PL) est la teneur en eau,

exprimée en pourcentage, à la limite

entre le plastique et les Etats semi -solide. C'est

déterminée au moyen de la pro suivantes

procédure: le même mélange qui a été utiliser

de définir la limite de liquidité est roulé à la main

l'eau sur une surface absorbante (carton,

bois tendre ou un matériau similaire) dans les petites

fils d'un diamètre de 3 mm. Puis les fils

sont moulés en une boule et roule à nouveau.

Cette procédure est répétée jusqu'à ce que les fils

commencent à s'effondrer pour un diamètre de 3 mm.

Ca. 5 g sont retirés de ce mélange et

immédiatement pesés, puis séché pour obtenir

la teneur en eau . Ce test est répété

trois fois. La valeur moyenne de trois

échantillons qui ne s'écartent pas de plus de

2% est identique à la limite de plasticité.

Alors que le liquide et les limites en plastique ont

été définies en utilisant un mélange contenant

uniquement des particules plus petites que 0,4 mm, le test

les résultats doivent être corrigés si grandes céréales

1-A

LL - W

LL - PL LL - W

PI

Acrylique sur plaque de verre

Mousse de polyuréthane
Papier filtre

Loam échantillon

Renforcé fibre de verre couche de polyester

Eau 2,18

Type de LL loam [%] PL [%] PI = LL -PL

sable 10 - 23 5 - 23 <5

limoneux 15 - 35 10 - 25 5 à 15

argileux 28 -150 20 à 50 15 à 95

Bentonite 40 8 32

2,17

0,35

0,30

0,25

0,20

15 20 25 30 35 40

Rétrécissement limite

La limite de retrait (SL ) est défini comme le

frontière entre les semi -solides et solides

Etats. C'est la limite où le retrait cesse

de se produire. Avec un sol argileux, il peut être identifié

optiquement quand la couleur sombre de la humides

mélange prend une teinte plus claire en raison de l'évapo -

ration d'eau dans les pores. Pourtant, ce n'est pas

une méthode exacte de la mesure.

L'action capillaire

Mouvement de l'eau

Toutes les matières avec des structures ouvertes poreuse

comme le limon sont capables de stocker et à transp orter

l'eau dans leurs capillaires. L'eau,

par conséquent, se déplace toujours à partir de régions du

une humidité plus élevée à des régions d'humi -bas

Ty. La capacité d'eau pour répondre aux suc -

tion de cette façon est appelé «capillarité» et

le processus de transport de l'eau "capillary -

Lary l'action. "


La quantité d'eau (W) qui peuvent être

absorbée sur une période de temps donnée est

définie par la formule:

W = w ¥ t [kg / m 2]

où W est le coefficient d'absorption d'eau

mesurée en t kg/m2h0.5 and, le temps

heures.

Détermination de l'absorption d'eau

Coefficient

Selon la norme allemande DIN

52617, le coefficient d'absorption d'eau (W)

est obtenu de la manière suivante: un échantillon

cube de terre glaise est placé sur une surface plane

et immergé dans de l'eau à une profondeur d'environ

3 mm, et son poids augmentation mesurée

périodiquement. Le coefficient (W) est alors cal -

stimulés par la formule:

W = [kg/m2h0.5]

où W est l'augmentation du poids par unité

surface et t le temps en heures écoulé es.

Avec ce test, tous les quatre côtés du cube

devraient être scellées de façon que l'eau ne pénètre dans

à partir de ces surfaces, et seul le bas

surface est opératoire.

Avec des échantillons de terre glaise, les problèmes sont causés par

zones qui gonflent sous l'eau et d'éroder plus

heure. Le BRL développé une méthode spéciale

pour éviter ceci: pour empêcher la pénétration des

l'eau sur les côtés ainsi que l'enflure

et la déformation du cube, les échantillons sont

couverte sur les quatre côtés par une fibre de verre

polyester renforcé de résine. Pour éviter les ero -

sion de particules de la surface immergé

visage, un papier -filtre est attachée sous et

collés aux parois de résine polyester. Pour vous pré -


empêcher la déformation de la terre glaise sont affaiblies,

le fond pendant la pesée, de 4 mm d'épaisseur

éponge sur une plaque de verre acrylique est placé

dessous (voir 2.18). Un test avec une boulangerie

brique échantillon en comparant les deux méthodes

a montré que la méthode BRL réduite

résultats que de 2%.

W Le coefficient de terreaux différents testés

ainsi que le W -valeurs du patrimoine commun build -

ING matériel est répertorié dans 2.19. Fait intéressant,

les échantillons de sol limoneux ont accordé une plus w -valeurs

que celles des sols a rgileux. Étonnamment, com -

paraison avec des briques cuites montre que loam

a w-valeurs qui sont plus petits par un facteur

de 10.

Absorption d'eau par rapport au temps est aussi

très intéressant comme le montre la 2.20. Visible

Voici l'effet surprenant d 'un énorme

augmentation de l'absorption causée par l'ajout

de petites quantités de ciment.

Capillaires capacité d'eau

Le montant maximal d'eau qui peut être

absorbée par rapport au volume ou à

masse de l'échantillon est appelée «eau capillaire

capacité »([kg/m3] ou [m3/m3]). Il s'agit d'une

valeur importante étant donné la con -

phénomènes de condensation dans la construction compo -

sants. Illustration 2.19shows ces valeurs

avec le w-valeurs.

Test de pénétration de l'eau après Karsten

En analyse de l'ea u Karsten de pénétration, une

l'emballage en verre sphérique avec un diamètre de

30 mm et un cylindre de mesure ci -joint

est fixé avec de la colle de silicium pour l'échantillon d'essai

de sorte que la surface d'essai en contact avec le


l'eau est de 3 cm2 (Karsten, 1983, voir 2.21). Le

Propriétés de la terre

27

2.19Water absorption

coefficient de «W» de limons en

comparaison avec les com -

matériaux de construction lun.

2.20Water absorption

courbes de limons

¥t

1 loam argileux + sable

2 loam argileux + 2% de ciment

3 loam argileux + 4% de ciment

4 loam argileux + 8% de ciment

5 minérales Lightweight loam 650

6 minérales Lightweight loam 800

7 paille léger loam 450

8 paille léger loam 850

9 paille léger loam 1150

10 loam argileux

11 Loam limoneux

12 Sandy terreau

Loam limoneux (1900 kg / m

) (3)

Loam argileux (1940 kg / m

) (3)

Lightweight loam minérale (470 kg / m

) (3)

Lightweight loam minérales (700 kg / m

) (3)
Limoneux paille léger (450 kg / m

) (3)

Limoneux paille léger (850 kg / m

) (3)

Lightweight limoneux paille (1150 kg / m

) (3)

Spruce axial (2)

Spruce tangentiel (2)

En béton de ciment (2290 kg / m

) (1)

BRIQUES (1165 kg / m

) (1)

Brique pleine (1750 kg / m

) (1)

2,19

2,20

3,7

1,6

1,3

1,2

0,2

2,8

1,8

8,9

25,1

0,32

0,27

0,13

0,15
0,20

0,26

0,29

3,6

3,1

2,4

0 0,2 0,4

(m3/m3)

0 10 20 30

w (kg/m2h0.5)

Absorption d'eau W (kg/m2)

Temps t (min)

l'eau en utilisant la méthode habituelle est problématique,

puisque l'échantillon dissout à l'articulation.

Par conséquent, le BRL modification de la méthode par

Fermeture de l'ouverture du récipient en verre

avec du papier filtre (voir 2.22, droite). Résultats

en utilisant cette méthode ont été comparables à

ceux utilisant la méthode donnée dans la Répu -

norme DIN 52617 homme (voir 2.23).

Stabilité dans l'eau statique

Stabilité dans l'eau statique peut être définies après

la norme allemande DIN 18952 (Part 2),

comme suit: un échantillon prismatique est immergé

5 cm de profondeur dans l'eau et le temps qu'il faut pour

la partie immergée de se désintégrer se mesure

Ured. Selon cette norme, les échantillons

qui se désintègrent en moins de 45 minutes sont

impropres à la construction en terre. Mais cette

test n'est pas nécessaire pour la construction en terre

pratiques, puisque les composants de la Terre serait

jamais être immergées en permanence dans l'eau

en tout cas. Significatif est plutôt la résistance

à l'eau courante.

Résistance à l'eau courante


Pendant la construction, la terre des éléments de construction

sont souvent exposés à la pluie et sensibles aux

l'érosion, surtout si elle est encore humide. Il est important,

Par conséquent, pour déterminer leur résistance à l'exécution

ning eau. Pour comparer les degrés de

la résistance des mélanges de terreau différent, le

BRL développé un appareil d'essai capable de

l'essai jusqu'à six échantillons simultanément

(voir 2.24). Dans cet appareil, les jets d'eau avec

diamètres de 4 mm sont pulvérisés sur les

échantillons à partir d'un angle de 45 ° et avec un velo -

Ville de 3,24 m / sec , simulant les pires

les conditions de conduite de pluie en Europe.

Pluie le gel et l'érosion

Illustration 2.25shows deux échantillons: chacun est

montré avant les essais (à gauche), et après trois

années d'intempéries (à droite). Le mélange terre -

ture de l'échantillon sur le droit prévu

40% d'argile, l'un sur la gauche a été mélangé

avec du sable, ce qui réduit la teneur en argile pour

16%. Les deux mélanges ont été testés avec un mor -

tar cohérence dans des couches simples de 5 cm d'épaisseur

Ness. Après séchage, les fissures de retrait de grandes

paru. Le mélange argileux a montré 11%

retrait, le mélange de sable à seulement 3%. Après

trois ans d'exposition aux intempéries, la

sol argileux a montré un type spécial de mise à l'échelle

causés par le gel. Cela était dû à racine des cheveux minces

fissures apparaissant durant le séchage, et

par lequel l'eau de pluie a été absorbée par

L'action capillaire. Lorsque cette eau gèle, son

le volume augmente, entraînant des couches supérieures

d'éclater. Dans les zones où aucune des fissures capillaires

ont été trouvés, cet effet ne se produit pas. Fur -

Thermore, pas de pluie, l'érosion a été observée chez


ces domaines. L'échantillon sur la gauche ne

pas montrer ce type d'érosion après trois

ans. Ici, nous voyons que certains d'argile est

lavé par la pluie, de sorte que l'horizontale

fissures de retrait est partiellement comblé par ces

particules, mais pas d'érosion du gel est observable.

C'est parce qu'il n'y avait pas de racine des cheveux

fissures, et parce que le limon contenues

pores suffisamment grande pour permettre le gel

l'eau pour se développer.

L'essai a abouti à la conclusion suivante

sions:

Loam sableux ‡ n'a que peu de résistance contre

la pluie, mais elle est résistante au gel quand il est libre de

fissures;

Loam ‡ avec forte teneur en argile a tendance à

développer des petites fissures, et est donc sus -

nérable à la gelée. S'il n'ya pas de racine des cheveux

fissures, il est presque de pluie résistant.

Plus la porosité et plus la

pores, la résistance de l'argile supérieur à la gelée.

Par conséquent, filés commune briques d'argile

produits dans une usine ne sont pas résistant au gel

et ne devraient pas être utilisés à l'extérieur extérieure

murs dans les climats de givre. En revanche,

handmade adobes f aits de limon sableux

sont habituellement résistante au gel.

Période de séchage

La période pendant laquelle limon mouillé n'atteigne

sa teneur en humidité d'équilibre est appelé

La «période de séchage.« L'eau baisse

contenu et le rétrécissement croissant d 'une sableuse

de mortier de boue séchée dans une pièce fermée à une

température de 20 ° C et avec un parent

humidité de l'air ambiant de 81% et 44%


respectivement est indiqué en 2.26. Avec 44%

l'humidité, le séchage a duré environ 14 jours,

tandis que 81% d'humidité, à environ 30. Illustra -

Propriétés de la terre

28

Papier filtre

Silicon

Sceau

2,22

2,21

2,23

Temps t (min)

1 loam argileux, w - valeur

2 loam argileux, Karsten

3 loam limoneux, w - valeur

4 loam limoneux, Karsten

Mise à jour 2.21 de l'eau

penetration test confor -

Ding à BRL

2.22Modified eau

penetration test confor -

ING à BRL

2.23Water absorption

selon Karsten et

la norme allemande

DIN 52617

Absorption d'eau W (kg/m2)

tion 2.27 montre le processus de séchage des dif -

échantillons loam ent par rapport aux autres build -

ING matériaux. Dans ce test, effectué à la

BRL, la brique -échantillons de taille ont été immergés dans

3 mm d'eau pendant 24 heures, puis conservés

dans une chambre avec une température de 23 ° C et

humidité relative de 50% dans des conditions encore air

tions. Fait intéressant, tous les échantillons d'argile séchées


après 20 à 30 jours, alors que la terre cuite

briques, briques silico -calcaires et de béton avait

pas desséchée, même après 100 jours.

Effets de la vapeur

Alors que Loam se gonfle au contact de l'eau et

s'affaiblit, sous l'influence de la vapeur d'elle

absorbe l'humidité, mais demeure solide etconserve sa rigidité sans enflure. Loam,

par conséquent, peut équilibrer l'humidité de l'air intérieur, commedécrite en détail sur pp. 15 -18.

La diffusion de vapeur

Dans les climats tempérés et froids où intérieure

les températures sont souvent plus élevés qu'à l'extérieur

températures de pression, il ya de vapeur

différences entre l'intérieur et l'extérieur,

causant la vapeur pour passer de l'intérieur vers l'extérieur

côte à travers les murs. Vapeur passe

à travers les murs, et la résistance de la paroi

matériau contre cette action est défini par le

"Coefficient de résistance à la diffusion de vapeur."

Il est important de connaître la valeur de la vapeur

résistance quand la différence de température

entre l'intérieur et l'extérieur est tellement élevé que

l'air se condense à l'intérieur après avoir été refroidi

dans le mur.

La norme allemande DIN 52615 décrit

la procédure de test précis utilisé pour déter -

valeurs de ces mines. Le produit de m avec

l'épaisseur de l'élément de construction s donne

la résistance spécifique la diffusion de vapeur SD.

Encore de l'air a une valeur -SD de 1. Illustration 2.28

montre certaines des ȝ-valeurs déterminées par

le BRL pour différents types de terre glaise. C'est

intéressant de noter que loam limoneux a une ȝ -

valeur d'environ 20% inférieur à celui des argileuse

et le loam sableux, loam et que léger

avec l'argile expansée pesant 750 kg/m 3


a une valeur de 2,5 fois supérieur à celui des

loam mêlée de paille et ayant le

même densité globale.

Chapitre 12 (p. 98) décrit comment la peinture

réduit la pénétration de la vapeur à travers

murs.

L'équilibre du taux d'humidité

Chaque matériau poreux, même à sec, a une

l'humidité caractéristique, appelé son «équilibre

teneur en eau, "qui dépend de la

la température et l'humidité de l'air ambiant

l'air. La température la plus élevée et l'humidité

les niveaux sont, plus l'eau est absorbée par

le matériau. Si la température et humidité de l'air

sont réduits, le matériel sera désorber l'eau.

Les courbes d'absorption de la composition du terreau différentes

tures sont présentés dans 2.29. Les valeurs varient

de 0,4% pour un loam sableux à air 20%

l'humidité à 6% pour loam argileux inférieurs à 97%

humidité de l'air. Il est intéressant de noter que le seigle

paille de moins de 80% d'humidité affiche une équi -

Librium teneur en humidité de 18%. En revanche,

d'argile expansée, qui est également utilisée pour at teindre

loam léger, atteint son équilibre

la teneur en eau de seulement 0,3%. En 2.30, quatre

valeurs de mélanges de terreau sont indiqués en com -

paraison avec les valeurs des autres communes

matériaux de construction.

Ici, on peut voir que plus la terre battue

contenu d'argile, plus son niveau d'équilibre

la teneur en eau. En outre, il devrait être

mentionné que la bentonite, qui contient

Montmorillonite 70%, a un équilibre

teneur en humidité de 13% de moins de 50%

l'humidité, alors que l'humidité d'équilibre


contenu de kaolinite dans les mêmes condi -

tions n'est que de 0,7%.

Le graphique montre que les blocs de terre limoneuse ou

adobes (n ° 4 sur le graphique) parvenir à un mois -

ture contenu cinq fois plus élevé qu'un sable fin

loam plâtre (n ° 9 sur le graphique) à une rela -

tion d'humidité de 58%.

Il convient de noter que, pour l'humidité

équilibrer l'effet des matériaux de construction, le

vitesse d'absorption et de désorption

processus est plus important que l'équi -

teneur en humidité Libr ium, comme expliqué sur

p. 14.

Propriétés de la terre

29

2,24

2,25

Séchage temps t (d)

Teneur en eau

Rétrécissement

au 20/81

au 20/44

au 20/81

au 20/44

2,26

2.24 Essai de résistance à la pulvérisation

appareil mis au point à

la BRL

2.25Loam échantillons

avant (gauche) et après

(à droite) d'être exposé à

Météo pour trois ans

2.26Linear retrait

et la période de séchage de la partie maigre

loam mortier (4% d'argile, de limon


25%, le sable 71%) avec un

affaissement de 42 cm-Accord

ING à l'allemand stan -

standard DIN 18555 (Part 2)

0,5

1,5

2,5

un

te

te

(%

dans

un

dans

ka

e
(%

Condensation

En moyenne et les zones climatiques froides, le

vapeur d'eau contenue dans l'air ambiant diffus -

es à travers les murs vers l'extérieur. Si l'air

est refroidi dans les murs et atteint son

point de rosée, la condensation se produit. Cette humidité

Ness réduit la capacité d'isolation thermique et

mai conduire à la croissance des champignons. Dans de tels cas, il

est important que cette humidité soit transports

ed rapidement par capillarité à la surface

des murs, où elle peut s'évaporer. There -

avant, des matériaux comme le terreau d'une CAPILLARI haut

Ty sont avantageux.

Afin de réduire le risque de condensation

tion dans les murs, la résistance de transmission de vapeur

devrait être plus élevé à l'intérieur qu'à l'extérieur. Sur

D'autre part, la résistance au transfert de chaleur

devrait être plus élevé à l'extérieur qu'à l'intérieur.

Bien que les principes ci -dessus normalement suf -

fice d'inhiber la formation de condensation

dans les murs, il est également possible de créer une vapeur

barrière à l'intérieur en utilisant des peintures ou des

feuilles.

Il convient de signaler, toutefois, que

pare-vapeur ont deux inconvénients importants

avantages.

‡ Les pare-vapeur ne sont jamais entièrement scellé dans

pratique, surtout au niveau des articulations, comme dans les murs

portes, fenêtres et plafonds. Nocif

La condensation peut se produire dans ces articulations.

‡ Grâce aux sections mur monolithique, Pene eau

trats de la saison des pluies, de l'extérieur

dans le mur, et ensuite ne peuvent pas s'évaporer


Propriétés de la terre

30

1 Sandy loam 1900 kg / m

2 loam limoneux 1950 kg / m

3 Straw loam 1200 kg / m

4 Straw loam 550 kg / m

5 Straw loam 450 kg / m

6 loam minérale 750 kg / m

7 loam minérale 600 kg / m

un

te

te

/m

3)

1 brique Solid 1850 kg / m

2 Hollow brique 1200 kg / m

3 Chaux-de briques de sable 1800 kg / m


3

4 béton poreux (Hebel) 600 kg / m

5 béton poreux (Ytong) 450 kg / m

6 béton de ciment M25 2200 kg / m

un

te

te

/m

3)

Temps de séchage (d)

1 paille loam 450

2 Straw loam 850

3 Straw loam 1200

4 Loam avec l'argile expansée 450

5 Loam avec l'argile expansée 5 50

6 Loam avec l'argile expansée 700

7 Expanded particules d'argile

8 particules de verre expansé

9 paille de seigle

1 loam argileux

2 Loam limoneux

3 Sandy terreau

4 loam argileux de granulé


5 briques Loam

6 kaolinite, pulvérisé

7 bentonite, pulvérisé

Teneur en eau W (%)

Humidité relative (%)

Teneur en eau W (%)

Humidité relative (%)

2,27

2,29

2.27 période de séchage de

terreaux et des autres bâtiments

matériaux

2.28 Le Diffu vapeur

Sion-coefficientȝofdiffer

ent les limons et les plâtres

selon l'Allemand

norme DIN 52615, humide

méthode

2,29 courbes d'absorption

de solide (à gauche) et à la lumière

Poids (à droite) terreaux

2,30 Equilibrium mois -

ture contenu de différentes

terreaux et des autres bâtiments

matériaux

2.31U valeurs de terreau

0,5

0,4

0,3

0,2

0,1

0,0

0,5

0,4

0,3
0,2

0,1

0,0

Temps de séchage (d)

Propriétés de la terre

31

à l'intérieur en raison de la barrière de vapeur.

Dans ce cas, le mur reste humide pendant une

période plus longue que celle qu'il aurait sans

pare-vapeur.

Influence de la c haleur

La perception courante que la terre est un

très bon matériau pour l'isolation thermique est

prouvées. Un solide mur de pisé

sans paille ou d'autres agrégats de la lumière a

à peu près le même effet isolant sous forme solide

mur de briques cuites. Le volume d'air

entraînées dans les pores d'un matériau et son

l'humidité sont pertinentes pour l'isolation thermique

tion effet. Plus la matière, la

Plus son isolation thermique, et plus

son niveau d'humidité est élevé, moins son isolation

effet.

La chaleur circulant à travers un renforcement des ele -

tion est définie par le transfert thermique global

coefficient U.

Conductivité thermique

Le transfert de chaleur d'un matériau est carac -

térisée par sa conductivité thermique k [W / mK].

Ceci indique la quan tité de chaleur, et me -

assuré dans watts/m2, qui pénètre un 1 -M -

épais mur, à une différence de température de

1 ° C.

En 2.31, le K différentes valeurs selon

DIN 4108-4 (1998), indiqué par un 1, sont


montré. 2 sont des mesures de Vanros,

3 et 4 de la BR L.

À la BRL, un terreau léger, avec de la paille

une densité de 750 kg/m3gave un k -valeur de

0,20 W / mK, alors qu'une légère expansion -

ed loam argileux avec une densité de 740 kg/m3

donne une valeur de 0,18 W / mK.

Chaleur spécifique

La quantité de chal eur nécessaire pour chauffer 1 kg

d'un matériau de 1 ° C est appelée sa "spécifiques

chaleur ", représentée par Mme C. L'argile présente une spécifiques

chaleur de 1,0 kJ / kgK qui est égal à 0,24

kcal / kg ° C.

Capacité thermique

La capacité thermique (capacité de stockage de chaleur)

S d'un matériau est défini comme le produit de

c la chaleur spécifique et la densité r:

S = ȡ c [kJ/m3K]

La capacité de chaleur thermique définit les

quantité de chaleur nécessaire pour chauffer 1 m3 de

matériel de 1 ° C. La capacité de stockage de la chaleur

Qs pour une unité de surface du mur est multiplié par S

s de l'épaisseur de l'élément:

Qs = c ȡc [kJ/m2K]

L'apport de chaleur et de sortie

La vitesse à laquelle un matériau absorbe ou

libère de la chaleur est définie p ar le DIF thermique

fusivity B qui dépend de l'spécifiques

la chaleur c, r la densité et la conductivité k:

b = ¥ c ȡk [kJ/Km2h0.5]

Plus la b-valeur, le plus rapide de la pen -

etration de chaleur.

2,28

2,31

2,30
Loam argileux (argile = 28% = 34% de limon, de sable = 38%)

Loam limoneux (argile = 12% = 78% de limon, de sable = 56%)

Loam sableux (argile = 15% = 29% de limon, de sable = 56%)

Straw loam 450 kg / m

Straw loam 750 kg / m

Straw loam 950 kg / m

Straw loam 1250 kg / m

Loam avec argile expansée 800 kg / m

Loam avec verre expansé 500 kg / m

Loam avec verre expansé 750 kg / m

Loam argileux de plâtre

Loam limoneux de plâtre

Bouse de vache-loam-chaux-sable, le plâtre (12/4/3/20)

High enduit à la chaux hydraulique

Lime plâtre

Chaux-de plâtre caséine (10 / 1)

Chaux-de plâtre huile de lin (20 / 1)

() Volumétrique proportion

La diffusion de vapeur coefficientȝ résistance ( -)

1 épinette, raboté

2 Limba, rabotés

Bloc 3, terre argileuse

4 Block Terre, limoneux

5 crépi de ciment

6 Chaux-ciment plâtre

7 Chaux-caséine plâtre

8 loam limoneux de plâtre

9 loam argileux de plâtre


10 Brick Solid

11 clinker

12 brique poreuse

13 de silicate de brique

14 béton poreux

Teneur en eau (g / dm

Humidité relative (%)

..

..

0,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0 12,0 14,0 16,0

0 0,2 0,4 0,6 0,8 1,0 1,2

Ainsi

id

lo

am

IG

tw

IG

lo

am

Valeur U (W / mK) spécifique

poids

(kg / m

3
)

Propriétés de la terre

32

Facteur Decrement et son décalage

«Facteur Decrement" et "décalage dans le temps» font référence à

la manière dont le mur extérieur d'un bâtiment

réagit à l'humidité et à la durée du retard

avant que les températures à l'extérieur atteindre les inté -

rior. Un mur avec un stockage thermique à haute

capacité crée un grand décalage dans le temps et la chaleu r

décrémenter, alors qu'un mur avec fortes contraintes thermiques

Isolation seulement réduit ampli température

tude.

Dans les climats avec des journées chaudes et des nuits froides,

où les températures moyennes se situent dans les

zone de confort (générale ment 18 ° à 27 ° C), thermiques

des capacités est très important dans la création de com -

fortable climats intérieurs. En 2.32, l'effet

de matériel et de forme du bâtiment sur l'intérieur

le climat est représenté par des lectures tirées de

deux bâtiments d'essai de volume égal con -

construites au Caire, en Égypte, en 1964. L'un était

construit de 50 cm de terre, des murs épais et de la boue

voûtes en briques, et l'autre de 10 cm d'épaisseur

des éléments préfabriqués en béton avec un toit plat.

Tandis que la variation diurne de l'extérieur

température de 13 ° C, la température

l'intérieur de la maison de terre n'a varié que de 4 ° C, en

la maison en dur, la variation était de 16 ° C.

Ainsi, l'amplitude est quatre fois supérieur

dans la maison en béton que d ans la terre

maison. Dans la maison en béton, les températures

A 4 heures a été de 5 ° C plus élevée qu'à l'extérieur,

considérant que l'intérieur de la maison de terre, ils étaient

5 ° C inférieure à la température extérieure


en même temps (Fathy, 1986).

Dilatation thermique

L'expansion d'un important causé par les rais -

ING sa température est pertinente pour plas -boue

TER sur la pierre, le ciment ou les murs de brique, et pour

ou d'autres enduits de chaux sur les murs de terre. Le

coefficients de dilatat ion linéaire mesurée

par le BRL pour la gamme lourde de limon

0,0043 à 0,0052 mm / m ‡ K; pour la brique de boue

maçonnerie jusqu'à 0,0062 mm / m × K, et pour

de mortier de boue, de sable jusqu'à 0,007 mm / m · K.

Soft mortier de chaux a une valeur de 0,00 5

mm / m × K, et mortier de ciment fortement 0.010

mm / m ‡ K, soit le même que le béton (Knöfel,

1979 et Künzel, 1990).

La résistance au feu

Dans la norme allemande DIN 4102 (partie 1,

1977) limon, même avec du contenu de la paille,

n'est pas «combustible» si la densité est pas moins

de 1700 kg/m3.

Force

Force obligatoire

La résistance à la traction de terreau dans un plastique

l'État est appelé sa «force obligatoire».

La force obligatoire de limon ne dépend pas seulement

sur la teneur en argil e, mais aussi sur le type d'argile

minéraux présents. Comme il est aussi dépendant de

la teneur en eau, la force obligatoire de dif -

rents terreaux ne peuvent être comparées si l'une

watercontentorplasticity areequal.

En consé -

ING à la norme allemande DIN 18952

(Partie 2), le terreau doit avoir le sens de

«Rigidité standard." Comment cela est obtenu

est décrite dans ce chapitre sur les p. 24.


Les échantillons à tester ont une particulière

Figure-8-forme constituée d'un mélange de

Standard rigidité. Les échantillons sont remplis

La zone de confort pour le Caire

La température intérieure de l'air de l'air extérieur

température

Heure du jour

Te

ra

tu

Re

°C

La zone de confort pour le Caire

Air intérieur

température

Air extérieur

température

Heure du jour

Te

ra

tu

Re

°C

2,32

2,34

2,35

Mesures en mm
Solid loam

jusqu'à 0,5

N / mm

Loam avec

upt à fibres

0,3 N / mm

Force obligatoire

Limoneux

Lean sable limon argile

Près de riches

terreau riche

loam V. riche

Loam

après Niemeyer, DIN 18952

2,33

Propriétés de la terre

33

et heurté avec un outil dans un coffrage en

trois couches (voir 2.33). Au moins trois Sam -

pes doivent être fabriqués à partir de chaque mélange

de cette façon pour le chargement immédiat dans la SPE -

essai d'un appareil cial vu dans 2.34. Ici,

sable est versée dans un récipient accroché

la partie inférieure de l'échantillon à une vitesse ne correspondant pas

plus de 750 g par minute. Le déversement est

interrompu lorsque la brise de l'échantillon. Le

Poids en vertu de laquelle l es pauses d'échantillons,

divisé par la section de l'échantillon, qui

est de 5 cm2, donne force exécutoire. Puis un

moyenne est établie à partir des résultats de trois

échantillons qui ne diffèrent pas de plus de

10%. En règle générale, les valeurs varient de 25 à 500

g/cm2. Bien que dans DIN 18952, les sols à


contraignant les forces en dessous de 50 g/cm2were pas

reconnu aux fins de construction, les essais sur les

une variété de murs en terre battue historique en

L'Allemagne a montré que certaines de ces formes,

fait, étaient nettement inférieurs en forces de liaison, et

un échantillon a été encore aussi peu que 25 g par cm2.

Résistance à la compression

La résistance à la compression de construction secs

éléments de terre, comme la terre

les blocs et les murs en terre battue, diffèrent dans

général de 5 à 50 kg/cm2. Cela dépend

non seulement sur la quantité et le type d'argile

impliqués, mais également sur la répartition granulométrique -

tion de limon, de sable et agrégats plus vastes, comme

ainsi que sur la méthode de préparation et

compactage.

Les méthodes de traitement et additifs pour

augmentant la résistance à la compression d'argile

sont exposées p. 41. L'affirmation de Niemeyer

(1946) que la résistance à la compression est pro -

disproportionné à la force obligatoire, et là -

avant que les limons avec des forces égales contraignant

doivent se situer dans la même gamme de permis -

souligne sible pour une utilisation dans les bâtiments (voir 2.35),

est démentie par Gotthardt (1949) et par le

BRL. D'extrapolations de Niemeyer,

un loam avec une force contraignante de 60 g/cm2

aurait une compression admissible du

2 kg/cm2 et un limon avec une force contraignante

de 360 g/cm2would avoir un permis

compression de 5 kg/cm2. Les expériences menées au

abouti à la BRL échantillons d'un loam limoneux

avec une force contraignante de 80 g/cm2but une com -

pressive force de 66 kg/cm2, tandis qu'ils

également trouvé des fragments d'argile limoneuse avec un bind -


ING force de 390 g/cm2which ne s'affiche

une résistance à la compression de 25 kg/cm2. Quelques

Ces résultats sont présentés dans 2.36.

La résistance en compression admissibles de

Terre des éléments de construction en fonction de

DIN 18954 est compris entre 3 et 5 kg/cm2

(voir 2.37). En suivant ce raisonnement, la fac globale

teur de la sécurité dans les composants de la Terre est d'environ 7.

Cela implique que la force de compression réelle

est sept fois plus élevé que thestressallowed

dans l'élément. Going par les contraintes réelles

dans le bâtiment illustré à 1.11, construit en

1828 et encore en usage, nous avons cinq étages

haut solides murs en terre battue, et la

compression maximale du bas est

7.5 kg/cm2 (Niemeyer, 1946), qui serait

ne pas avoir été autorisée selon DIN

18954.

Au Yémen, il ya des exemples de la terre solide

maisons jusqu'à deux fois la hauteur du

celle mentionnée ci -dessus. Évidemment, il est pos -

ble de construire un à dix étages de la Terre haute maison,

DIN 18954, mais ne permet que deux étages.

Selon les normes indiennes pour stabilisé

blocs de sol, la résistance à la compression mouillée

du bloc doit être testé aussi. Ici,

le bloc doit être immergées à une profondeur

de 3 mm dans l'eau pendant 24 heures.

Résistance à la traction

La résistance à la traction ou la force contraignante d'un e

loam plastique a été décrit à la p.32. Pour

la construction en terre, la résistance à la traction directe

de la matière sèche est dénuée de pertinence,

parce que les structures de terre doit pas être sous

tension.
2.38shows tableau que la force de tracti on sèche est

environ 10% de résistance à la compression avec

blocs, et 11 à 13% avec des mortiers terre.

2,36

résistance à la compression (N / mm

Résistance à la compression du poids spécifique des forces de compression admissibles [kg/cm2]

[kg/m3] [kg/cm2] hauteur de la colonne mur / épaisseur

11 12 13 14 15

1600 20 3 3 2 1

1900 30 4 4 3 2 1

2200 40 5 5 4 3 2 1

2,37

2,38

Strength [N/mm2]

Compression courbure Tension Tension

Green Brick A 3,5 1,1 0,4

Green Brick B 4.4 1.3 0.5

Green Brick C 6.1 1.6 0.6

Mortier D 2.02 0.69 0.21

Mortier E 2,63 0,85 0,35

2.32 Comparaison des

air intérieur et extérieur

température d'un bâtiment

avec des voûtes en adobe (ci -dessus)

avec un préfabriqués utilisant des

quées des dalles de béton

() (Fathy, 1986 ci -dessous)

2,33 Moule pour la préparation

échantillons d'essai pour la

Résistance de la liaison

selon l'Allemand

norme DIN 18952

2.34 Appareil d'essai


pour mesurer la liaison

vigueur, développé à

la BRL

2.35 Relation de la

une force contraignante à la per -

vable à la compression

le stress dans les éléments de terreau,

selon Niemeyer

2.36 Relation de reliure

force pour la compression

force de tester différents

terreaux en fonction de Gott -

Hardt, 1949, et des tests de

la BRL

2.37Permissible com -

pressive contraintes dans les limons

selon l'Allemand

norme DIN 18954

2.38Strength de vert

briques et de mortier de terre

Propriétés de la terre

34

Résistance à la flexion

La résistance à la traction flexion de terreau est sec

de peu d'importance pour la construction de la terre.

Pourtant, il a une certaine signification quand juge -

lioration de la qualité de mortier de boue et le bord

rigidité des briques de boue.

Résistance à la flexion dépend principalement

sur le contenu en argile et le type de l'argile

minéraux concernés. L'ar gile montmorillonite

une résistance à la flexion beaucoup plus élevée à la traction

que la kaolinite. La valeur minimale d'une enquête

par Hofmann, Schembra, et. al. (1967) avec

Kaolinite atteint 1,7 kg/cm2, la plus haute


avec de l'argile montmorillonite 2 23 kg/cm2.

Clays sans Montmorillonite testé par

Hofmann, Schembra al. al. (1967) ont montré

résistances à la traction flexion between17and

918 N/cm2.

Adhérence

Adhésif ou une force de liaison est important que

avec des mortiers de boue. Cela dépend de la rude

Ness de la base et la traction flexion

résistance du mortier. Alors que l'Allemand

norme DIN 18555 (Partie 6) donne une com -

Plex méthode d'essai standard pour l'obtenir,

un test très simple pour vérifier le lien

force est indiqué dans 2.39: deux bri ques cuites

sont rejoints par un de 2 cm d'épaisseur de mortier, les éléments supérieurs

asymétrique à 90 ° par rapport au plus bas. Après la mor -

tar est sec, la brique supérieure est prévue sur la brique

soutient aux deux extrémités, tandis que le bas e st

chargé d'un conteneur rempli de sable. Quand

les ruptures de mortier, le poids de la baisse

la brique et le sable contenant rempli divisée

par la zone de mortier donne l'adhésif

force. Toutefois, ce n'est pertinente que si

défaillance se produit à l'art iculation. Si elle se produit au sein de

le mortier, alors cela représente le direct

résistance à la traction du mortier, qui est moins

que celui de la caution.

Résistance à l'abrasion

Loam surfaces comme mortier de boue et de vase

planchers sont sensibles à l'abrasion. Une simple

test de l'abrasion est d'utiliser une brosse métallique,

chargé par un poids d'environ 5 kg, et

déplacez-le sur l'échantillon de limon d'un côté

à l'autre. Le matériel qui tombe après une

certain nombre de cycles est pesé et


comparé à celui des autres échantillons. Un

plaque recouverte de papier de sable peut aussi être

utilisé à la place d'une brosse métallique.

À la BRL, un test spécial pour loam surfaces

a été développé: une brosse en plastique solide de

Diamètre de 7 cm es t mis en rotation à la surface

sous une pression de 2 kg. Après 20 cycles,

le montant de l'abrasion est pesé. Illustra -

tion 2.40shows l'appareil et 2.41

les résultats avec prévaloir différents enduits terre -

mesure sur le marché allemand.

Module d'élasticité

Le module d'élasticité dynamique de terreau

se situe généralement entre 600 et 850 kg/mm2.

Résistance au choc des coins

En raison des impacts mécaniques, des coins souvent

pause pendant la manipulation des briques de boue. Dans

pratiquer, par conséqu ent, ce genre de force est

plus important que la compression ou

résistance à la flexion. À la BRL, une épreuve spéciale

a été développé pour mesurer ce type de

la force contre les chocs (voir 2.42): un poids

est déposé sur la surface à un angle de 60 °,

10 mm du coin. Son fond

est formé par une bille d'acier semi -sphérique

30 mm de diamètre.

2,40

2,42

2,39

Propriétés de la terre

35

la valeur du pH

Un sol argileux est généralement de base, avec les valeurs de pH

entre 7 et 8.5. De nos jours, dû à l'acide

la pluie, la terre, creusé à partir de zones industrielles en mai être


légèrement acide, juste sous la couche arable. Le

base de l'État empêche généralement la croissance des champignons

(le pH favorables valeur pour les champignons en général

se situe entre 6.5 et 4.5).

Radioactivité

Les mesures du rayonnement bêta et de

Les rayons gamma montrent que l'argile présente valeurs Non

plus élevés en moyenne que le béton ou cuit au four

briques. Au contraire, certaines briques testées

par cet auteur Radia exposés b eaucoup plus

tion, probablement causée par des additifs comme Fly

cendres ou de scories de haut fourneau. Beaucoup plus d'impor -

TANT que la version bêta et les rayons gamma sont les

Les rayons alpha émis par les gaz radioactif

radon et de ses éphémères p roduits de désintégration.

Le "soft" ne peuvent pas pénétrer les rayons de l'homme

corps comme ils sont absorbés par la peau, mais

peuvent être inhalées par la respiration et, par conséquent,

mai causer le cancer du poumon. Le tableau suivant

montre le taux d'exhalaison de radon donnée

par l'OCDE (1979) pour l'Allemagne, mesuré

en becquerels m / kg H.

Le gypse naturel

Ciment

Sand

Briques d'argile

Silicate briques

Béton poreux

Cela montre que la brique d'argile à partir d'une argile

les rejets de radon de s sols très peu.

Abri contre ELEC haute fréquence

rayonnement électromagnétique

Illustration 2.43shows les différents degrés

de l'efficacité de matériaux de construction solide en

dépistage (réduction) de haute fréquence électro -


rayonnement magnétique, t el que mesuré à l'Uni -

versité des Forces armées fédérales à

Munich.

Dans le domaine de fréquences de 2 GHz à

laquelle) la plupart des cellulaires (téléphones mobiles sont

de travail, un mur de 24 cm d'épaisseur en briques de terre

crée une réduction de 2 4 dB (décibels),

alors qu'un mur de cocher égal d'un silicate

pierre absorbe seulement 7 dB.

Échantillons

Lo

am

ta

rs

L'abrasion en g

2,41

2,43

2.39 Essai sur le terrain de tirer

la force de liaison de

de mortier de boue

2,40 appareillage pour l'essai

la résistance contre

l'abrasion, BRL

2,41 Montant de l'abrasion

des enduits de terre différentes

2.42 Appareils de mea -

vous que la force de

contre coins dynamiques

impacts

2,43 effet d'abri de dif -

rents matériaux de construction

contre les hautes fréquences


rayonnement électromagnétique

1 toit de la végétation à 16 cm de substrat, 20 cm

l'isolation thermique, 24 cm de briques vertes (blocs de terre)

2 toit de la végétation comme en 1, sans briques vertes

3 24 cm de briques vertes (1,600 kg / m

, 15 cm de plâtre loam)

4 2 cm enduit à la chaux, 25 cm de terreau léger (800 kg / m

),

1,5 cm enduit à la chaux

5 10 cm bloc de terreau léger (1,400 kg / m

6 17,5 cm de béton poreux (500 kg / m

7 24 cm de briques creuses (1,200 kg / m

8 24 cm chaux-sable-pierre (1800 kg / m

9 1,3 cm tuile

10 parasol en aluminium élément

11 grille métallique d'insectes (mash 1x1 mm)

12 Double vitrage, film d'or couverts

ra

un

ra

io
l

dans

te

ra

io

dans

te

ra

io

dans

te

ob

je
Le

tw

rk

,1

95

/2

15

ob

je

Le

tw

rk

,1

76

un
te

li

te

un

IG

un

io

ob

je

Le

tw

rk

,9

Fréquence en GHz

SH

io

dans

g
e

Fe

dans

Réduction des rayonnements électromagnétiques à haute fréquence

0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5

0,7

0,2

0,3

0,1

0,1

0,0

0,3

0,3

0,5

2,3

2,4

1,3

1,5

3,2

2,5

0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0 4,5 5,0

60

99,9999%

50

99.999%

40

99,99%
30

99,9%

20

99%

10

90%

25,2

57,6

54,0

5,0

13,3

18,0

Il n'est pas toujours facile de produire de la construction

matériel sur un sol argileux, et l'expérience

est nécessaire. La préparation droit dépend

sur le type de terre, de sa consistance et son

devrait application.

Moist émietté terre avec moins d'argile et

Plus de contenu sable peut être utilisée immédiatement

ment de construire un mur en pisé de terre comme il est

creusés. Mottes de terre avec l'argile de haute con -

tente peut pas être utilisé comme matériau de construction;

ils doivent soit être écrasés ou dissous dans

dilué avec de l'eau et de sable. Ce chapitre

décrit les différentes possibilités de

préparer la terre pour des applications spécifiques.

Trempage, broyage et mélange

Il existe plusieurs méthodes disponibles pour

rendant matériau de construction viable de

mottes de terre. Une des méthodes les plus simples

pour réduire la taille des mottes et en faisant

leur cohérence réalisable sans méca -

iCal travail consiste à placer les mottes de terre dans

l'eau afin qu'ils pu issent devenir de plastique sur


leur. Le loam-mottes sont placés dans

grands réceptacles à plat dans une couche de 15 à 25 cm

élevé, puis recouverte d'eau. Après

deux à quatre jours, une masse molle est obtenu

qui peut être facilement moulé et mixé par

main, les pieds ou les machines, avec

agrégats tels que le sable et le gravier.

Dans les climats froids où il ya suffisamment de

gel, une méthode traditionnelle consiste à empiler les

humecté la terre 20 à 40 cm de haut et

lui permettre de geler pendant l' hiver afin que désintégrée -

tion se produit en raison de l'expansion de

gel de l'eau.

La meilleure façon de préparer le terreau droit

mélange est en mélangeant le terreau humide avec une

houe ou de moulage avec les pieds. Animal

puissance peut également ê tre utilisé. La paille, des paillettes, grossiers

sable et d'autres additifs peuvent être mixte -dur

ING la même opération.

Au laboratoire de recherche de construction (BRL)

à l'Université de Kassel en Allemagne, un

roue de boue efficaces a été construit (3 ,1), dans lequel

deux paires de pneus de camions anciens étaient remplis de

concrète et sert à préparer le mélange.

Les pneus étaient montés sur un axe horizontal

faisceau fixe à un poste vertical central et

propulsé par un tracteur ou par des animaux ou m anu -

Préparation de terreau

36

3 Préparation de terreau

3,1

Al Power. Avec un ajout adéquat d'un

l'eau, un mètre cube de terre végétale utilisable

pourrait être produite en 15 minutes environ

(avec l'aide de deux ou trois personnes, principale -


ly pour ramasser la boue déborde de nouveau dans

la piste). Si un tracteur est disponible, il est facile

et plus efficace pour diffuser simplement de la Terre

sur un terrain et d'entraînement d'avant en arrière sur lui.

Pour les petites quantités, un petit jardin Cultiva -

Tor est très utile (3.2). En con -terre moderne

la technologie de construction, forcé mélangeurs sont utilisés.

Ici, le mélange est fait avec l'aide de

bras pivotant qui sont fixées soit à un ver -

tique (3.3) ou d'un axe horizontal (3.6). Il est con -

commode de disposer d'un dispositif mécanique pour remplir

ING Cette table de mixage, comme en témoigne 3.5.

D'anciennes machines de mortier mélange peut également être

utilisés, comme ceux qui ont des rouleaux rotatifs

(3.4). La machine en 3.6was sp écialement

développés pour la préparation de limon de toute nature

de sols (par la firme allemande Heuser).

Une méthode plus rapide de préparer un limon de

mottes sèche du sol argileux est de les écraser dans

Préparation de terreau

37

3.1Mixing unité utili sée

à la BRL, Kassel

3.2Garden cultivateur

3.3Forced mixeur

3.4Mortar mixeur

avec des rouleaux

3.5Forced mixeur

avec dispositif de chargement

3.6Forced loam

(mélangeur Heuser)

3.7Electrical main

Mélangeur

3.8Electrical concasseur

3,5 3,4
3,6

3,7

3,8

3,3

3,2

une machine (3.8). Cela a des angles fixes en acier

sur une plaque horizontale, qui tourne à une

Taux de 1440 rotations par minute. Elle exige

un moteur électrique de 4 kW. La machine

ne fonctionne pas si les morceaux sont mouillés. Un autre

exemple peut être vu dans 3.9, construit

par Ceratec, la Belgique, qui est capable d'écraser

jusqu'à 20 mottes m3 de huit heures avec

a 3-cheval-puissance de moteur. Dans cette machine,

les mottes sont écrasés par deux contre -rotat -

ING cylindres. La machine représ entée à 3.10,

fabriqué par l'entreprise Royer en France,

peut broyer jusqu'à 30 mottes m3 de terre dans

huit heures.

Il est toujours important d'obtenir le prêt -

mixtes matériel hors du récipient assez

bientôt. Il existe différentes possibilités pour

le faire: la machine représentée à une 3.5has

l'ouverture au fond par lequel le

mélange peut être poussé automatiquement dans

une brouette, et le contenant du

appareil peut être incliné de sorte qu'il tombe dans

la brouette plate -dessous.

Commun malaxeurs à béton où seule la

tambour tourne ne sont pas adaptés pour la préparation

mélanges de terreau, parce que chez eux, les mottes

agglomérat de terre au lieu de casser

vers le bas.

Un batteur électrique du genre montré en

3.7is accaparer beaucoup de temps et il est recom -


mandé que si de petites quantités de boue

de mortier ou de plâtre doivent être préparés.

Tamisage

Par des techniques spécifiques de la construction en terre, il

pourrait être nécessaire afin d'écarter les grandes parti -

CLE. La méthode la plus simple qui peut être utilisé

c'est jeter le matériau sec sur un tamis.

Plus efficace est un appareil à un cylindre

tamis drical qui est incliné et tourné par

main ou à moteur (3.11).

Mechanical slurrying

Afin d'enrichir un sol sableux ou argileux

préparer un terreau léger, le lisier est habituellement

nécessaire. Cela peut être préparé le plus facilement

à partir de poudre loam secs mélangés avec de l'eau.

Si les mottes de terre argileuse, doivent être utilisés, ils

doivent rester couvertes d'eau durant

quelques jours dans de grands récipients plats. Après

que, le lisier peut être obtenu en utilisant des charges particulières

râteaux, comme indiqué au paragraphe 3.12, ou en utilisant électrique

mélangeurs à main, comme indiqué dans 3.10. Un forcé

table de mixage généralement utilisé pour le mélange et la pulvérisation

plâtre est plus efficace.

Eau de durcissement

Eau de durcissement est un processus par lequel le mouillé

mélange d'argile est autorisé à se représenter pour un péri -

od de 12 à 48 heures. L'ex périence montre que

ce processus stimule la force obligatoire des

la lise. Ce phénomène est probablement dû

à l'attraction électrochimique entre les dif -

ent des minéraux argileux qui les oblige à une

plus compact et ordonné motif.

Amincissement

Si elle est trop riche en argile, terreau doit être faite

maigre. Coarse agrégats comme le sable ou le gravier


sont ajoutés, en augmentant la compression

force de la terre glaise. Les agrégats grossiers

devrait toujours être humidifié avant d'être

mélangé dans le terreau riche. En plus de sable et

cailloux, des cheveux, la bouse de vache, de bruyères, de la paille

paille, sciure de bois et autres matériaux semblables

peuvent également être utilisés. Celles -ci servent également à

réduire le rétrécissement; certains servent même à

augmenter le degré d'isolation thermique.

Protection contre l'humidité

38

3,9 Crusher (Ceratec)

3.10Crusher (Royer)

3.11Sieving périphérique

3.12Rakes pour la pré -

éplucher limon boueux

3,9

3,10

3,11

312

d'où le ratio de rétrécissement. Les résultats de cette

méthode sont présentés dans 4.2and 4.3. En 4.2, un

loam argileux avec 50% et 50% teneur en limon

a été mélangé avec des quantités croissantes de sable

avant que le ratio de rétrécissement approché de zéro.

Pour assurer la comparabilité, tous les échantillons testés

étaient de la rigidité standard (voir chapitre 2,

p. 24). Fait intéressant, un ratio de rétrécissement de

0,1% est atteint à une teneur d'environ 90%

sable de mesure de 0 à 2 mm de diamètre, tandis que

la même proportion est a tteinte plus tôt lors de l'utilisation

sable ayant un diamètre de 0,25 à 1 mm, soit

à environ 80%. Un effet similaire peut être vu

en loam limoneux 4.3with, où l'addition

de sable grossier (1 à 2 mm de diamètre)


donne un meilleur résultat que sable normal

avec les grains de 0 à 2 mm de diamètre.

Illustration 4.4shows l'influence de dif -

ent types d'argile: une série dilué avec

grains de sable d'un diamètre de 0 à 2 mm avec

90% à 95% pur kaolinite, l'autre avec

Bentonite, composé de 71% Montmoril -

lonite et 16% illite.

Amincissement médiums

Dans l'industrie de la céramique, du liquide Amincissement

médiums sont utilisés pour atteindre une plus grande liquidité,

permettant ainsi moins d'eau pour être utilisé

(afin de réduire le rétrécissement). Minces caract éristiques

ning médiums sont Potassium sodium

(Na2O · 3-4 SiO2), de soude (Na2CO3), et

humus acide et l'acide tannique. Réaliser des tests -

ED à la BRL à l'Université de Kassel

ont montré que ces méthodes ont été de très

peu de pertinence à la terre en ta nt que matériaux de construction -

al. Mais les tests avec du petit lait ont réussi.

En règle générale, il est seulement nécessaire de modifier les

caractéristiques d'argile pour application spéciale

tions. Comme nous pouvons le voir en 4.1, des additifs q ui

améliorer certaines propriétés pourraient empirer

autres. Par exemple, la compression et bend -

force ING peut être soulevée par l'ajout d'amidon

et la cellulose, mais également ces additifs

réduire la force obligatoire et d'accroître la

retrait ratio, qui est désavantageux.

Réduction des fissures de retrait

En raison d'une érosion accrue, rétrécissement

fissures dans le limon des surfaces exposées à la pluie

doit être empêchée. Comme décrit dans le chapi -

ter 2 (p. 22), le retrait au séchage

dépend de la teneur en eau, sur la nature et


quantité de minéraux argileux présents, et sur la

granulométrie des granulats.

Amincissement

Ajout de sable ou de plus grands agrégats à une

loam réduit la teneur en argile relative et

Amélioration de la terre

39

4 Amélioration des caractéristiques de la terre par un traitement spécial

ou d'additifs

il

ho

dans

SE

ed

je

l3

IS

LO

2%

LU

lo

SE

0
.5

LU

lo

SE

.7

ta

rc

ta

rc

4
%

La

dans

.5

La

dans

/A

lum

.5

Force obligatoire

Résistance à la traction flexion

Résistance à la compression

Rétrécissement

Retrait linéaire (%)

Teneur en sable (%)

0.25-1 Sand Sand 0 -2

Retrait linéaire (%)

Proportion Loam: Sand (en poids)

Sable 1-2

Sable 0-2

4,1

4,2 4,3

4.1Influence de divers
additifs sur le psy -

, l'âge de force obligatoire, à la traction

Force de pliage et com -

pressive vigueur d'un sable

Loam

4.2Reduction de shrink -

âge en ajoutant du sable à une

loam argileux

4.3Reduction de shrink -

âge en ajoutant du sable à une

loam limoneux

4,5

3,5

2,5

1,5

0,5

1,8

1,6

1,4

1,2

0,8

0,6

0,4

0,2

1/21/31/4

0 20 40 60 80 100
Amélioration de la terre

40

Ajout de fibres

Le taux de retrait de terreau peut être réduite

par l'ajout de fibres telles que des animaux ou

les cheveux, les fibres de noix de coco, sisal,

agaves ou en bambou, des aiguilles de seringues

arbres et la paille hachée. Cela est attribuable à

le fait que la teneur en argile est relativement réduite

et une certaine quantité d'eau est absorbée

dans les pores des fibres. Parce que le

fibres augmente la force contraignante de la mix -

ture, d'ailleurs, l'apparition de fissures est

réduite. Quelques résultats des essais effectués à

la BRL sont présentés au point 4.5.

Mesures structurelles

La méthode la plus simple pour réduire shrink -

Âge fissures dans les éléments de bâtiments en terre est de

réduire leur durée et d'améliorer le séchage

heure. Tout en produisant des briques de boue, pour

Ainsi, il est important de les tourner à droite

et qu'ils sont protégés des rayons du soleil

et le vent afin de garantir un lent séchage uniforme

processus.

Une autre méthode raisonnable consiste à concevoir

joints de retrait qui peut être fermée au SEPA

rément, et qui évitent incontrôlée shrink -

fissures d'âge (voir les chapitres 5, p. 56; 8, p. 76;

et 14 p. 113).

Stabilisation contre l'érosion hydrique

En général, il est inutile de soulever la

résistance à l'eau des éléments de construction réalisés

de la terre. Si, par exemple, un mur de terre est

abri contre la pluie par des surplombs ou Shin -

GLES, et contre l'humidité ascendante de la


sol à travers la fondation par un axe horizontal

humide cours de la preuve (qui est nécessaire

même pour les murs de briques), il est inutile d'ajouter

stabilisants. Mais pour le plâtre boue qui est

exposé à la pluie, et pour les éléments de construction

laissé sans abri pendant la construction, la

ajout de stabilisants mai être nécessaire.

Théoriquement, un Poil résistant aux intempéries de

la peinture est suffisant comme protection, mais dans la pra -

Tice, des fissures apparaissent souvent à la surface ou

sont créés par une action mécanique. Plus loin,

il ya le danger de l'eau de pluie pénétrant

la terre glaise, provoqua nt un gonflement et l'érosion.

La règle de base indique que le ciment et

bitume comme stabilisants sont bonnes pour loam

avec moins d'argile et de chaux pour les limons argileux. Cet

règle générale, cependant, ne prend pas en considéra -

tion du type d'argile. Par exemple, Montmorency

rillonite d'argile et de kaolinite réagir diffèrent assez -

ently, tel que décrit dans le chapitre 4, p. 45. Le

stabilisateurs couvrir les minéraux argileux et de pré -

Vent eau de se rendre en leur causant

gonflement. Dans ce chapitre, les stabilisateurs commun,

traditionnellement utilisées et jusqu'à présent,

sont décrites. Autres stabilisants qui a principalement

augmenter la résistance à la compression sont des hommes -

mentionnés dans ce chapitre, p. 45 et 47.

Résistance à l'eau peuvent également être élevée par

modification de la répartition des grains de limon et de

sable, comme cet auteur a démontré à l'aide

trois briques de boue (montré à la section 4.6) sur laquelle

dix litres d'eau était versée pour une période

de deux minutes. La brique dans le milieu,

à haute teneur en limon, a montré l'extrême -ero

Sion jusqu'à une profondeur de 5 mm. La brique sur le


à droite, avec une teneur plus élevée en argile (env. 30%)

a montré l'érosion jusqu'à 3 mm de profondeur, le

brique sur la gauche, avec le contenu même argile,

mais moins fine et plus grossière de sable, pièce A -

ed érosion très peu.

Stabilisateurs minéraux (liants)

Ciment

Ciment agit comme un stabilisateur à l'eau,

en particulier dans les sols à faible teneur en argile . Le

Plus la teneur en argile, le ciment est plus

nécessaire pour produire la même stabilisation

effet.

Ciment interfère avec la force contraignante des

l'argile et il est donc possible que le

résistance à la compression du ciment -stabilisé

sol est inférieure à celle du sol sans

ciment, comme montré dans ce chapitre, p. 45.

Retrait linéaire (%)

Bentonite

Kaolinite

Loam limoneux de mortier

Loam sableux de mortier

Fibre ajoutée (%)

Flaxstraw Ryestraw

Coco

4,4

4,5

4,6

4.4Reduction de shrink -

âge en ajoutant du sable à

Kaolinite et bentonite

4.5Shrinkage ratio de

mortiers loam avec additi -

sur des fibres

4.6Erosion essai sur le vert


briques

Soda Waterglass

Potassium Soda (Na2O · 3 -4 SiO2) est une bonne

stabilisateur pour loam sableux, mais il doit être

dilué avec de l'eau dans une proportion 1:1

avant d'être ajouté. Sinon, les micro -

fissures vont se présenter et qui génèrent une forte

absorption d'eau.

Produits animaux

De produits animaux comme le sang, d'urine, de fumier,

caséine et de colle animale ont été utilisés

à travers les siècles pour stabiliser terre glaise. Dans

Autrefois, oxblood était couramment utilisé

comme liant et stabilisateur. En Alle -

nombreuses, les surfaces de planchers en terre battue

ont été traités avec sang de bœuf, les renda nt

l'abrasion et essuyez-résistant. Dans de nombreux

tente, le lactosérum et les urines sont les plus com -

communément utilisés stabilisants pour loam surfaces. Si

le fumier est utilisé, il devrait être autorisé à

reposer pendant une à quatre jours afin d e permettre

fermentation; l'effet de stabilisation est alors

considérablement amélioré en raison de l'ion

échange entre les minéraux argileux et

le fumier.

En Inde, le plâtre terreau traditionnel (plas -gobar

ter) a une teneur élevée de la bouse de vache, c e qui

ont été autorisés à se présenter à l'état humide

pendant au moins une demi -journée. Cette technique est encore

en usage. Les investigations menées à la BRL

ont montré qu'un échantillon de plâtre loam sujet -

ED à l'épreuve de jet (visés au chapitre 2 ,

p. 28) érodé après quatre minutes, alors qu'une

échantillon 3.

5% en poids de bouse de vache


a commencé à montrer des signes d'érosion seulement après

quatre heures.

Minéraux et de produits animaux

Dans les temps anciens, il n'était pas rare de

renforcer la stabilisation contre l'eau par

ajoutant de la chaux et du fumier, ou de la chaux et du lactosérum.

Une recette traditionnelle, par exemple, spécifie

1 partie de chaux en poudre mélangé avec 1 part de sable

limon, qui est trempé pendant 24 heures à chev al

l'urine, après quoi il peut être utilisé pour le plâtre -

Ing. De toute évidence, la chaux réagit chimiquement avec

certains composants de l'urine, puisque l'un

l'apparition de quelques cristaux amende est

observables. La caséine dans les urines et les

fumier réagissent avec la chaux pour former du calcium

Amélioration de la terre

41

Comme avec le béton, l'eau maximale

résistance des blocs de ciment du sol est stabilisé

atteint après 28 jours. Ces blocs doivent

cure pendant au moins sept jours, et ne dev rait pas

sécher trop vite. S'il n'est pas protégé contre

directe du soleil et du vent, les blocs doivent être

aspergés d'eau pendant le séchage.

Pour accélérer et renforcer le processus de durcissement,

20 à 40 g d'hydroxyde de sodium (NaOH) peut

être ajoutée à chaque litre d'eau. Similaires

effets peuvent être obtenus avec environ 10 g par

litre d'eau ni du NaSO4, Na2CO3and

Na2SiO2.

Lime

Si l'humidité est suffisante, alors un

échange d'ions a lieu dans la glaise

avec de la chaux comme stabilisateur. Les ions calcium de

la chaux sont échangés avec le métallique


ions de l'argile. En conséquence, plus fort

agglomérations de particules fines se produire, Hin -

dering la pénétration de l'eau. En outre

plus, la chaux réagit avec le CO2in l'air

à former du calcaire.

La teneur en chaux optimale pour loam diffère

et doivent être testés à l'avance dans chaque

cas. Les explications de la p. 43 montrent que

Si seulement une petite quantité de chaux est ajoutée, le

résistance à la compression peut être inférieur à mai

que de terreau non stabilisées.

Bitume

A Babylone, le bitume a été utilisé pour stabiliser les

briques de terre dès le 5ème siècle après JC.

Normalement, le bitume est efficace pour limoneux avec

à faible teneur en argile. L'effet stabilisateur est

plus prononcée si le mélange est com -

enfoncée. Pour cette raison, le bitume est

soit dissous dans l'eau avec un émulsifiant

tels que le naphte, l'huile de paraffine ou de pétrole. Il

est préférable d'utiliser un mélange de 4 à 5 parties

bitume, 1 huile de paraf fine partie et 1% paraffine,

qui est préparé par chauffage à 100 ° C. Nor -

Normalement, 3% à 6% de cette solution est suffisante

pour stabiliser le sol. Après la solvabilité et

l'eau s'évapore, un film est formé qui colle

les particules de limon ensemble, ce qui pré -

ventilation infiltration d'eau.

albuminate (qui n'est pas soluble dans l'eau). Le

cellulose dans l'urine et fumier améliore

la force obligatoire, comme la Loi sur les fibres de cellulose

au renforcement. L'ammoniac com -

Loi sur les fourrière s comme désinfectant contre les micro -

organismes. Deux autres recettes avec succès

testé à la BRL sont les suivants: (a) une partie hydraulique


de citron, quatre pièces de la bouse de vache humides, trois jours

vieux, et huit parties loam sableux, et (b)

quatre parties de la chaux hydratée, un gras mi -libre

fromage blanc, et dix parties loam sableux.

Produits végétaux

Contenant du jus de la plante grasse, latex naturel et

dérivés de plantes telles que le sisal, agave,

bananes et Euphorbia liena, généralem ent en

combinaison avec de la chaux, sont utilisés comme une stabil -

Ising revêtement avec succès dans de nombreux

tente. Enquêtes à la BRL a montré que

un haut degré de protection contre les intempéries pourraient

être obtenue pour les surfaces à l'aide loam double -

huile de lin bouillie. Il doit être mentionné,

cependant, que la diffusion de vapeur est fortement

réduite dans ces cas (voir chapitre 2,

p. 29). Plusieurs rapports indiquent que cuits

l'amidon et de mélasse peut aussi être utilisé pour

améliorer la stabilité. Cet effet est plus pro -

noncé si un peu de chaux est aussi ajouté.

Artificial stabilisateurs

Résines synthétiques, les paraffines, les cires synthétiques

et latex synthétiques sont tous connus pour avoir une

effet stabilisateur sur la terre glaise. Toutefois, en raison

ils sont relativement coûteux, sujet à ultra -

violet dégradation, et parce qu'ils agissent comme

pare-vapeur, ils ne sont pas abordées dans

plus en détail dans ce livre. Ces stabilisateurs

devraient être testés avant leu r utilisation.

Silane, siloxane, les silicones, les esters de silice et de

acrylates ont tous à l'eau effet répulsif.

Ils sont examinés plus en détail dans le chap -

ter 12, p. 101.

Renforcement de la force obligatoire

La façon dont la force contraignante est dérivé


a déjà été décrite dans le chapitre 2,

p. 32. Normalement, aucune force contraignante spécifique est

nécessaires en argile comme matériau de construction.

Mais si la force contraignante est insuffisant, elle peut

être augmentée par l'ajout d'arg ile ou par une meilleure

préparation, qui est, par pétrissage et l'eau

durcissement (voir chapitre 3, p. 38). Minérales, animales

et produits végétaux qui sont habituellement ajoutés

pour améliorer la résistance aux intempéries de terreau

normalement aussi renforcer sa force contraignante,

bien qu'ils mai parfois la réduire.

Cette section explique les différentes méthodes

par laquelle la force contraignante ne peut être augmenté.

Mélanger l'eau et de durcissement

Il est intéressant de noter que selon

leur mode de préparation, loam différents

échantillons provenant de la même combinaison peut avoir des dif -

ent forces de liaison. S'il ya assez d'eau

pour la préparation, pétrissage, puis, en remuant et

durcissement de renforcer une force contraignante.

À la BRL, on a découvert que, après

étant mélangé pendant dix minutes dans un laboratoire

mixeur, un mortier de boue limoneuse acquis une liaison

force qui était de 57% supérieur à la même

mélange lorsqu'ils sont mélangés pour une seule minute.

Néanmoins, il ya eu une réduction de 11%

dans la force obligatoire au bout de 20 minutes, ce qui

suggère l'existence d'une combinaison optimale

ING temps. L'augmentation de la force obligatoire en raison

à un temps de préparation plus longue est démontre qu'une expé -

ED par un simple test. Illustration 4.7shows

deux boules de terre 5 cm de diamètre a chuté

d'une hauteur de 2 m sur une surface dure.

Tous deux ont été préparés à la même consisten

cy, tel que déterminé par la limite plastique. Le


balle sur la gauche a été mé langé pendant deux minutes,

celle sur le droit, pour dix minutes. Un

comparaison montre que l'échantillon que

a été mitigée démontre plus beaucoup moins

déformation et avait tendance à craquer moins.

L'augmentation de la teneur en argile

Une méthode simple pour améliorer la liaison

vigueur de la terre très maigre mélange est d'ajouter des sols

avec une teneur élevée en argile ou même de l'argile pure.

Amélioration de la terre

42

4.7Ball test abandon

de démontrer différentes

contraignant les forces

4.8Modified 'Fuller -

Parabole »(Boemans,

1989)

4,7

Ceci est facilité si l'argile est disponible dans les pow -

der Form et juste mélangé dans le terreau humide.

Dans certains pays, la bentonite est disponible en

comme les sacs de ciment. Il est composé de 80% à

90% d'argile pure et contient environ 70%

Montmorillonite. La densité sèche du

poudre est d'environ 800 kg/m3. Il devrait être

garder à l'esprit que, bien que la montmorillonite a

une résistance à la flexion très élevés, il a également une

caractéristique de gonflement élevé et la diminution

comportement. Il est souvent plus facile d'obtenir l'argile

poudre de céramique ou de fournisseurs de l'industrie

les sols très argileux, de la fabrication de briques

plantes. Riche de mottes d'argile ont besoin d'être conservés dans

l'eau pour former de lisier, puis mélangée à

la terre glaise avec un mélangeur (voir chapitre 3).

Additifs
La force obligatoire de limons maigre peut être

augmenté de petit -lait, le fromage blanc sans matières grasses,

fromage frais, d'urine, de fumier, double coque

huile de lin, de colle ou de la chaux -caséine. Les résultats

doivent être testés dans chaque cas avant de l'utiliser

ces additifs dans un élément de construction. Quelques

des données compilées par le BRL mai être

vus au paragraphe 4.1.

L'augmentation de résistance à la compression

Loam pour la construction a normalement un compresseur

sive force de 20 à 50 kg/cm2. Le per -

cevable contrainte de compression pour Accord -murs

ING à la norme allemande DIN 18954 est

3 à 5 kg/cm2. Dans la pratique, il est très rare

nécessaires pour renforcer la résistance en compression,

Ceci étant nécessaire que dans de très stressés

éléments utilisés dans des structures plus grand de deux

étages (qui ne sont pas admises par la plupart des

normes de toute façon). Avec des composants de la terre,

la force de pointe contre les chocs est très

important et souvent besoin d'être augmenté.

Rigidité des angles contre le bris

dépend de la compression ainsi que

Résistance à la flexion. Cet impact Edge "

force »est très importante pendant construction

tion, quand des briques ou des blocs sont trans l'être -

porté, déplacé ou empilés.

La résistance à la compression d'un type loam

dépend principalement de sa granulométrie des sols

, distribution d'eau contenu, la statique ou

compactage dynamique qui lui est communiquée, et la

type de la substance minérale présente argile. Si le sable et

particules de gravier sont distribués de manière à donner

un volume d'emballage minimum, et le limon et

argiles sont telles que les espaces inter -granulaire


du sable et de gravier sont entièrement occupés par des

leur densité puis maximale (et donc,

résistance à la compression) a été atteint.

Une taille optimale de distribution des céréales

Il n'est pas communément admis que le s com -

résistance à la compression d'un mélange peut être amélioré

en optimisant simplement et en variant la pro -

portion de limon, de sable et les particules de gravier, mais

sans augmenter la teneur en argile.

Dans la technologie du béton, on parle d'u ne

idéal granulométrie, «parabole Fuller,"

ou le bien-Enrobé, donnée par l'expression:

a = 100 ¥

où A est le poids de tous les grains avec

diamètre inférieur à D, exprimé en tant que pro -

partie de la masse totale qui a la

plus importante de grains de dia mètre D.

Boemans fait remarquer que ce classement pour -

formule n'est pas directement utilisable pour con la Terre

construction, puisque, selon elle, la con -argile

tente donnée n'est que de 2% à 3%, ce qui est évi -

ment faible pour la construction en ter re (Boemans,

1989). Il affirme que cette formule soit valable

uniquement pour les particules de plus de 0,002 mm,

tout en suggérant également une base d'argile minimum

teneur de 10%. Cette modification a conduit à

l'expression:

Amélioration de la terre

43

100

90

80

70

60

50
40

30

20

10

0,001 0,002 0,06 0,01 0,02 0,06 0,1 0,2 0,6 1 2 6 10 20 60 100

Argile Limon Sable Gravel

Tamiser la sédimentation

Fin Moyen Gros Fine Fine moyenne grossière moyenne grossière

4,8

A10 = 100 ¥ + 10

La courbe dérivée de cette formulation modifiée

La taille des grains pour un maximum de 4 mm est

indiqué en 4.8.

Préparation

La résistance à la compression d'un mélange est affect -

é par le type et la quantité de préparation,

ainsi que par la proportion d'eau utilisée

dans la préparation, un fait qui n'est ni le bien -

connue ni bien documenté.

A l'Institut de technologie du bâtiment de

l'Institut fédéral suisse de technologie à

Zurich et à la BRL, il a été prouvé qu'un

loam légèrement humide, quand il est libre de grumeaux

et compactés dans une presse à bloquer le sol, habituellement

a une résistance à la compression inférieure à la

loam même combinés avec de l'eau suffisante,

mélangés à la main, et puis simplement jetés dans

une adobes moule (comme on le fait quand making).

Dans une expérience à la BRL, fait main

adobes avaient, en moyenne, une compression

force de 19% plus élevés que si elles sont produites dans un

Presse bloc du sol qui donnait une pression


du 20 kg/cm2to le matériau. La croyance de

De nombreux chercheurs et praticiens qui

appuyant sur le sol dans un bloc de presse conduit à une

augmentation de la résistance à la compression mai seulement

être vrai pour des cas limités. En règle générale, il n'est pas.

Le "secret" de terreau réside dans le lamellaire

structure des minéraux argileux et diverses

leur attraction électrique interne, ce qui est

activé que par l'eau et le mouvement. Cet

signifie que par pétrissage limoneux, dans un plastique

l'Etat, les minéraux argileux sont en mesure de venir

ensemble dans un plus dense, pack couches parallèles

, ing assurer une plus grande force contraignante, et

lorsqu'elle est sèche, plus de traction et de compression

force.

Utilisant l'appareil de compactage indiqué dans

4.9, développé à la BRL à tester des échantillons

de densité égale définis, des échantillons cylindriques

ont été produites qui ont été de 76 mm de dia -

mètres et 100 mm de hauteur. Les échantillons

ont ensuite été compactés par dix coups de

4,5 Poids kg tombant sur eux à partir d'un

hauteur de 0,45 m. Le v olume d'une solution fraîchement

creusé échantillon de terre a donc été compacté par

environ 30% à 40%. Le sol limoneux même été

mélangé avec de l'eau dans un procédé mécanique

Mélangeur vigueur pendant deux minutes et 15 minutes

respectivement, et ensuite rempli dans une forme cylindrique

forme de la même taille dans un état pâteux. Après

séchage, l'échantillon qui n'a pas été compactée

eu une résistance à la compression moyenne de

28% et 38% respectivement, plus élevé que

ceux qui ont été votées. Ce démon d'essai

Strates cette préparation peut être beaucoup plus

incidence pour la résistance à la com -


compactage. Toutefois, il convient de noter que

l'échantillon mentionné ci -dessus était vaseux,

considérant que cette différence n'est pas aussi grand

limons d'argile ou de haute teneur en sable.

Compactage

Compactage limon sous la force statique pour

d'accroître sa résistance à la compression est géné -

lement moins efficaces que les coups ou foulage

tout en vibrant (par appliquées de manière dynamique

forces). Quand un objet lourd tombe sur lui,

les vagues sont générées, causant des particules de sol

à vibrer.

Cela crée des mouvements qui permettent

les particules de se déposer en un modèle plus dense.

En outre, s'il ya suffisamment d'eau, de l'argile

minéraux ont la capacité de former parallèle,

plus dense et plus ordonnée structures en raison de

les forces électriques, entraînant une hausse de liaison

et la résistance à la compression.

Tableau 4.10, sur la base des différents tests effectués

bytheBRL, montre thecomparativeeffective -

Ness du compactage dynamique versus statique.

Ici, on peut constater que la compression

force d'un loam sableux sous constante

pression pendant dix secondes et vibrant à

3000 cycles par minute est renforcée par

14%. Pour chaque technique de préparation,

il existe une teneur optimale de l'eau qui peut

être déterminé que par des essais. Selon

Amélioration de la terre

44

Loam vibrations spécifiques à la compression

poids force

[kg/m3] [] rpm [N/mm2]

limoneux
sableux

2003

1977

2005

1500

3000

3,77

4,11

4,17

2003

2009

2024

1500

3000

2,63

2,91

3,00

4.9Compaction appareils de loco -

tus pour des échantillons de sol

développé à l'BRL

4.10Compressive

forces statiques et après

la compaction dynamique de

loam sableux (15% d'argile, de limon

29%, le sable 56%) et limoneuse

loam (12% d'argile, de limon 74%,

sable 14%)

4.11Deriving le Proctor

Courbe avec un multi -point

(méthode Voth, 1978)

4.12Proctor les courbes d'un

Loam limoneux avec et avec -

à l'ajout de chaux
(Voth, 1978)

4,9

4,10

la norme allemande DIN 18127, l'Opti -

teneur en eau mère est considérée comme l'une au

où une grande densité sèche maximale est atteinte.

Le compactage doit être fait avec un Proc -

Tor marteau. Afin d'obtenir cet optimum

teneur en eau, avec différ ents échantillons d'eau

les contenus sont compactés dans cette voie et

leurs densités déterminée. L'eau con -

tente qui donne la plus forte densité est appelé

la teneur en eau optimale. La courbe

obtenu en reliant ces points est

appelé le "Proctor Curve" ( 4.11).

Dans la construction, la terre, cependant, le maxi -

mum la densité ou le compactage, et par conséquent,

que l'on appelle la teneur en eau optimale, ne

conduit pas nécessairement à une densité maximale ou

compactage. Par conséquent, l'Opti soi -disant

mum la teneur en eau ne signifie pas nécessairement

conduire à la résistance à la compression maximale,

et il n'est pas le paramètre le plus déterminant. Sur la

contraire, les paramètres déterminants sont worka -

lité et la force contraignante, d'où il est recom -

mandé que Loam ne devrait pas être utilisée avec

la teneur en eau optimale selon DIN 18127,

mais au contraire avec une teneur en eau peu

supérieur à l'optimum en sont tirés. En fait,

cette soi-disant teneur en eau optimale mai

soit traitée, dan s la pratique, comme un minimum d'eau

contenu. Avec des blocs de terre comprimée, il a

été démontré que la teneur en eau 10%


supérieur à l'optimum donne de meilleurs résultats

que les soi-disant optimale. Boemans aussi

a déclaré que la teneur en eau optima le

ne résulte pas habituellement au maximum com -

pressive force. Il a aussi découvert que si

il ya moins de compactage et plus élevée en eau,

alors la résistance à la compression même mai

être obtenu en utilisant le compactage supérieur

et moins d'eau (Boemans, 1989, p. 60 et suiv.).

Au Géomatériaux du Travail de l'Ecole

Nationale Etat des Travaux Publics de l'

(ENTPE) à Vaulx-en-Velin, en France, il a été

constaté que le type de minéraux argileux impliqués

également influer sur la résistance à la compress ion

après compactage. Par exemple, en élevant les

pression statique de 2 à 8 MPa où les pro -

duire blocs de sol en utilisant une presse, le com -

résistance à la compression a augmenté d'environ 50% avec

Kaolinite, et d'environ 100% avec Mont -

morillonite (Oliver, Mesbah, 1985).

Additifs minéraux

Lean loam argileux peut atteindre une plus com -

pressive force avec l'ajout de Mont -

morillonite argile. À la BRL, des tests ont été con -

menées avec du sable enrichi avec 17% d'ici

poids de la kaoli nite et bentonite respective -

ment. (Bentonite contient environ 70% Mont -

morillonite). Avec la kaolinite, la compression

atteint la force a été de 5 kg/cm2, et avec

Bentonite, 12 kg/cm2.

L'ajout de chaux et de ciment, généralement

destiné à accroître la résistance aux intempéries

de terreau, augmente aussi généralement compression

sive force. Comme il est décrit ici, cependant,

résistance à la compression mai également être


réduite par ces additifs, en particulier dans

un montant inférieur à 5%. C'est pa rce que

la chaux et du ciment interférer avec la fixation

vigueur de minéraux argileux. Plus l'argile

contenu, le supérieur doit être le montant de

la chaux ou du ciment ajouté.

Des tests ont montré qu'en règle générale, la chaux offre

une meilleure stabil isation avec les limons argileux, riche,

tandis que le ciment donne de meilleurs résultats avec

alléger les terreaux. En outre, le ciment est plus

efficace avec la kaolinite et la chaux avec Mont -

morillonite. Dans la pratique, il est toujours recom -

mandé que les essais nécessaires soient effectués.

Ce faisant, les points suivants sont à

de garder à l'esprit:

1. Lorsque la terre grasse est stabilisé avec du ciment ou

la chaux, des pores doit le rester. Seul le

points de contact de particules de plus

doivent être cimentés, mais moins

pores doit être rempli que par le béton.

2. Lorsque les hydrates de ciment, la chaux libre est

formé. Celui-ci réagit avec les acides silicate de

les minéraux argileux, de sorte qu'en plus de la

début de stabilisation causé es par le ciment, une

plus longue durée de durcissement se produit également. Contrairement

béton de ciment, par conséquent, la force de

ciment-argile stabilisée augmente un peu

même après 28 jours.

3. Lors de l'ajout de chaux hydraulique, un ion

échange entre les minéraux argileux et

les ions calcium ajoutée a lieu, d'une durée

entre quatre et huit heures. L'addi -

processus de durcissement tion causée par le

réaction de la chaux éteinte avec la voiture -

dioxyde de carbone de l'air se fait très lentement.


Amélioration de la terre

45

4,11

4,12

dt/m

1,83

1,70

+ 6%

Kalk

+ 3,5%

16,5

13,0

t'Su

0,13 t / m

7 10 15 20 25

1,80

1,70

1,60

1,50

Même après plusieurs mois, de légères augmentations dans

force mai être observées. Un certain

taux d'humidité est essentielle à cette actu -

processus d'ING, de sorte que le limon ou de la terre des éléments

doivent être protégés contre le soleil direct et

vent.

4. La teneur en eau optimale est soulevée

avec l'ajout de chaux, alors que la densité

à ce niveau optimal d e nouvelles est inférieur à celui

sans chaux (4.12).

Les résultats des expériences effectuées au

BRL (4.13) montrent que la compression

force d'un terreau très limoneux contenant


12% d'argile, 74% de limon et 14% de sable et le VHA

ING une résistance à la compression de 50 kg/cm2

sans ciment, diminue avec l'addi -

tion de petites quantités de ciment. Les origi -

résistance à la compression nal est de nouveau atteint

avec l'addition de 2% de ciment.

Comme on le voit en 4.14, cette force originale

n'est atteint qu'à 4% lors de l'ajout de chaux.

Dans ce cas, il diminue de nouveau après 6% des

la chaux de stabilisation.

Encore plus significatif est la réduction des

résistance à la compression tout en stabilisant le maigre

mortiers de boue, comme le montre la 4.1 5on la droite.

Le côté gauche de la même figure montre les

changements correspondants dans la traction flexion

force. Les valeurs de la sèche et l'humide

Résistance à la compression en adobes faits à la main

avec des pourcentages variant la teneur en cimen t

sont indiqués en 4.16.

Enquêtes sur le salon ENTPE que test -

ING kaolinite pure avec 4% augmente de ciment

résistance à la compression, tandis que de Mont -

morillonite, la même quantité de ciment

montre une diminution de la force. Avec la

ajout de 4% de chaux et de 2% de ciment, le

résistance à la compression des deux types d'argile est

augmenté de près de 100% (Oliver, Mesbah,

1985). Il convient de noter que ces tests

ont été effectuées avec la teneur en eau optimale

et avec de l'argile pure. Toutefois, en pratique effective

TICE cette augmentation mai ne pas être si élevé, comme

loam utilisés dans la construction ont généralement une argile

teneur de 5% à 15% et mai pas être utilisé

à teneur en eau optimale.

Résultats des essais effectués à l' BRL avec


adobes faits à la main sont indiquées dans 4.17and

4.18. Ici, quatre différents mélanges de sable

et l'argile ont été testés avec l'ajout de

6% de ciment et chaux, respectivement. Il est inter -

intéressant de noter que les résultats ont été presq ue

la même dans le cas de sable pour le plâtrage

et de sable avec de la Bentonite. En ajoutant de la chaux pour

ces mélanges, la résistance à la compression

Kaolinite loam est encore plus faible que celle con -

contenant du sable (4.18).

De ces investigati ons, nous tirons les

lignes directrices suivantes:

1. Loam à haute teneur en kaolinite devrait

être stabilisé avec du ciment (et non avec

chaux).

2. Loam avec un contenu de haute Montmorillonite

devraient être stabilisées à la chaux ou avec un

mélange de c haux et de ciment dans le rapport 2:1

(et non pas avec du ciment).

3. Compactage Strong augmente le com -

pressive force de signifi montmorillonite

cantly. Cet effet est significatif dans la kaolinite.

CRATerre suggère stabilisateurs appropriés

sur la base de limite de liquidité, limite de plasticité

et l'indice de plasticité (4.19), ne prenant pas en

compte du type de minéraux argileux (CRATerre,

1979).

Lors de l'ajout de ciment à loam, le mélange

doit être utilisé immédiatement, puisque le

fixation de mises en chantier de ciment à la fois. Si le mélange est

laisser reposer pendant plusieurs heures avant

être pressé en plaques, le sol, le compresseur

force sive de ces blocs mai être

réduite de plus de 50%. Toutefois, si

la chaux est ajoutée, ce décalage dan s le temps n'a pas négatif


influence sur la résistance finale. Si moins de

5% de ciment est ajouté, le processus de séchage

affecte la résistance à la compression. Si le

Amélioration de la terre

46

Loam argileux de plâtre

Loam limoneux de plâtre

Sand

Résistance à la rupture en flexion (N / mm

Ciment ajoutée (%)

Dry force

Wet Strength

Résistance à la compression (N / mm

Loam argileux de plâtre

Loam limoneux de plâtre

Sand

Résistance à la compression (N / mm

Ciment ajoutée (%)

Ciment ajoutée (%)

Argileux

loam limoneux

Sandy terreau

Loam

4,16

4,13

4,15

5,0

4,0

3,0
2,0

1,0

0,0

blocs se trouvent exposés à des rayons directs du soleil et du vent,

afin qu'ils sèchent plus rapidement, puis leur finale

force mai être réduite de 20% com -

comparé avec des blocs conservés humides couvertes de

de les empiler. Si cette couverture humide n'est pas possible,

les blocs devraient au moins être protégés contre

directe du soleil et arrosé avec de l'eau de plusieurs

fois par jour. Lorsque 10% de ciment est ajouté,

cette protection est de moindre intérêt pour le

final de l'effectif (Houben, Guillaud, 1984). Si

pouzzolane est ajoutée avec de la chaux, un

effet de stabilisation supplémentaire est atteint et

la quantité de chaux peut être réduite. Certain

cendres volcaniques ont des propriétés pouzzolaniques,

tout comme les cendres volantes et cendres de balles de riz. Brick poussière

en brique cuite à basse température aussi

expositions légère propriétés pouzzolaniques, mais

poussière de briques cuites à haute températu re de

usines de briques ou industriels n'en ont pas. An interesting

effet de stabilisation est observée dans l'argile,

craie et de poudre de quartz sont mélangés avec

Potassium. Ce produit, appelé géopolymères,

est dérivée à partir de poly -condensation: trois

dimensionnelle réseau, qui se produit dans un

alcalines Etat avec la sortie de l'eau. Cet

produit mai extruder, pressées ou

sous forme de mousse avec du peroxyde d'hydrogène (H2O2).

Des additifs organiques

La résistance à la compression et la reliure d es

Kaolinite peut être sensiblement augmenté par

ajoutant de l'urée et de l'acétate d'ammonium (Weiss,

1963). Weiss suggère également que la forte


la force de la porcelaine vient de kaolinite

trempés dans l'urine putride (qui contient de l'urée

et de l'acétate d'ammonium). La traction bend -

ING vigueur peut être augmenté d'environ

10 à 20 fois de cette manière.

Ajout de fibres

Les fibres sont généralement ajoutés à réduire shrink -

âge. L'OFT-dessus hypothèse que

fibres toujours augmenter la résistance en compression

est fausse. Lorsque les fibres fines ou les cheveux sont ajoutées

petits montants, résistance à la traction - et là-bas

force donc la compression - est augmenté

légèrement. L'ajout de paille hachée, cependant,

a l'effet inverse, comme le montre investigations -

tions effectuées au BRL (voir tableau

4.20).

Résistance à l'abrasion

Des expériences menées à l'BRL destinés

d'accroître la force d'une terre damée

échantillon contenant de l'argile 14%, 41% de limon et

45% de sable, et impliquant l'ajout de

verre à eau de la soude, de la colle animale, faible en gras blanc

fromage et de la chaux, la paraffine, paraffine -petrole -

, cire um étage, et double -lin bouillie

pétrole, ont montré que l'addition d'eau de 10%

verre produit la surface la plus résist ante.

Toutefois, des fissures capillaires plusieurs produits,

permettant à l'eau de pénétrer. (Il mai ont

été possible d'éviter cela a eu pour l'eau

Verre été mélangés au préalable avec de l'eau

dans une proportion de 1:1.)

La deuxième force le plus élevé a été atteint

en ajoutant 5% d'huile de lin, selon laquelle la sur -

visage était lissé à la truelle au cours de

durcissement, la fermeture des fissures capillaires dans un tel homme


ner que la surface est resté glacé. Le

troisième meilleure solution obtenue par l'ajout

5% à faible teneur en matières grasses du fromage blanc et 5% de chaux.

Résistance à l'abrasion peuvent également être

accrue avec les revêtements. Ici, il doit être

garder à l'esprit que les revêtements doivent pene -

trate de profonde ur dans le matériau et doivent être

renouvelés périodiquement. Les expériences montrent

que les revêtements et l'application supplémentaire de

cire à parquet augmentation de résistance à l'abrasion con -

dérablement.

Une recette traditionnelle allemande qu i produit une

résistant à l'usure, surface solide est une couche de

oxblood saupoudré de Fe3O4, qui est ensuite

martelé dans la surface de terre glaise. Coatings

de sang de vache, de la bile de vache et de goudron ont également été

fréquemment utilisées da ns les temps anciens.

Amélioration de l'isolation thermique

L'isolation thermique de terreau peut être

augmentée par l'addition de substances poreuses

tels que la paille, de roseaux, les algues, le liège et

d'autres matières végétales lumière. Naturelle ou artificielle

ly mousse particules minérales comme la pierre ponce, lave,

d'argile expansée, verre sous forme de mousse, élargi

perlite et de la matière sous forme de mousse végétale comme

liège expansé peuvent également être ajoutés. Gaspiller

des produits comme la sciure, copeaux, écorce

Amélioration de la terre

47

Lime ajoutée (%)

Argileux

loam limoneux

Sandy terreau

Loam

C
om

Re

iv

Re

ng

(N

/m

4.13Change en compression

sive force de limons

avec l'ajout de

ciment

4.14Change en compression

sive force de limons

avec l'ajout de chaux

4.15Change en traction

résistance à la flexion et

résistance à la compression de

mortiers limon et de sable

avec l'ajout de

ciment

4.16Change en compression

sive force des adobes

(11% d'argile, de limon 14%, le sable

75%) avec l'ajout

de ciment
4.17Compressive

points forts de limons et

sable avec l'ajout

de ciment de 6%

4,17

4,14

Sa

ND

-4

fr

il

une

ao

dans

il

une

=
1

je

LT

lo

am

une

om

Re

iv

Re

ng

(N

/m

2
)

de grains peuvent également être utilisés, mais étant donné leur

une densité plus élevée, ils présentent inférieure isolante

propriétés. Le plus poreuse du mélange,

le plus il est léger et plus sa thermiques

isolation.

Selon la norme allemande DIN

18951, terreau avec des granulats légers est

appelé limon légère si sa densité est inférieure

de 1200 kg/m3. Si la paille est utilisée comme

de remplissage, il est appelé limon paille léger,

tandis que la sciure ou de copeaux de bois sont

dénommé loam bois léger.

Agrégats minéraux poreux sont appelé -lumière

poids minérales terre glaise. Depuis ces trois

types de limons légers diffèrent dans leur

propriétés et méthodes de fabrication,

ils sont décrits séparé ment.

Rich boue argileuse est utilisée pour produire ces

léger limons.

Le processus de fabrication

lisier dépend de la combinaison loam spécifiques

ture qui a été trouvé, et peut être per -

formés, soit manuellement ou mécaniquement,

tel que décrit au cha pitre 3, p. 38.

En théorie, il est également possible d'utiliser loam que

a sauté ou agrandis avec

mousse créer des substances pour former remplis d'air

pores. À ce jour, des tests en argile ont échoué

de faire produire des résultats correspondants.

Lightweight paille loam

Général

Lightweight limoneux paille est un mélange de

la paille et d'argile avec une densité inférieure à

1200 kg/m3. Si cette densité est supérieure à


1200 kg/m3, il est appelé paille terre glaise. Il y a

dans le monde entier débat sur le type de paille

est le plus approprié, et il devrait être testé dans

chaque cas. Pour le plâtre loam, toutefois, de l'orge

paille s'est révélé être approprié, car il est

généralement plus doux que les pailles à l'autre. Plus

importante que la sorte de pa ille est le

structure de ses pousses. Afin d'augmenter

isolation thermique, des pailles avec des pousses rigides

Il est préférable, EAS, car ils ne se déforment pas -

AIA, et donc garder l'air emprisonné à l'intérieur.

Hacher la paille

La longueur des pous ses de paille devrait être

supérieure à l'épaisseur de l'immeuble n

élément. De coupe peut être géré par une variable

ETY de méthodes manuelles ou mécaniques.

Préparation du mélange

Limon et la paille est mélangée soit par

verser le coulis sur la paille ou par dip -

Ping la paille dans le lisier. La paille

les pousses doivent être complètement encerclé par la loam

lisier. Chapitre 10, p. 83 décrit comment cette

mélange est traité par la suite pour différentes

applications.

Isolation thermique

Une idée fausse très répandue est que la paille

Loam utilisée comme intercalaire dans le bois du Moyen Age

maisons à colombages en Europe à condition suffisante

Isolation thermique. Si 10 parties de la paille hachée

sont mélangés avec du lisier limon épaisse de 2

parties de loam argileux sec et 1 partie d'eau,

Cela donnera un mélange avec une densité sèche de

environ 1.300 kg/m3and un k -valeur d'environ

0,53 W / mK. Ainsi, un élément typique de cette

un matériau d'une épaisseur de 14 cm couvert


avec 2 cm enduit à l a chaux sur les deux côtés donne une

Valeur U de 2,1 W/m2K. D'autre part, si

une valeur U de 0,5 W/m2K doit être atteint

(comme généralement souhaité ou requis par la construction

Codes euro le plus central et le nord -

Aujourd'hui, les pays d'Europe), pui s ce mur serait

doivent être de 0,95 m d'épaisseur. Même si la paille

le contenu devait être multiplié par trois, ce

matière n'est pas acceptable pour une épaisseur de

14 cm.

Dans la pratique, il est presque impossible à réaliser

une densité inférieure à 5 00 kg/m3, depuis la

la paille est adoucie par humidification causés par

le processus de mélange, et lorsqu'il est compacté

Placés dans le coffrage.

Il ya eu des allégations de faible densité (comme

peu que 300 kg/m3), mais ceux -ci ne sont généralement pas

correctes, car elles sont souvent basés sur ou

produits par des méthodes d'analyse imprécises.

Typiquement, une brique de petite taille est de coffrage

vaguement rempli d'un mélange argile paille. Cet

On pèse ensuite après séchage et divisé par

le volume du moule, ce qui peut conduire à

erreurs d'environ 40%. La seule précision

méthode de détermination de la densité est de scie

couper un parallélépipède rectangle dans un bloc de cette taille (surtout

de hauteur) de sorte que la pente des pailles à la cor -

Amélioration de la terre

48

Sa

ND

-4

fr
à

il

une

ao

dans

il

une

je

LT

lo

am

:
S

une

om

Re

iv

Re

ng

(N

/m

4,18

4,19

Amélioration de la terre

49

naires ainsi que les espaces d'air autour de la

bords du moule sont éliminés. Le

plus l'échantillon, plus la précision,

car il ya toujours une certaine érosion de pointe

en cours de coupe et de manutention.

En raison des erreurs susmentionnées, mal -


Heureusement, les densités d'aussi peu que 300 kg/m3

ont tendance à être pris en charge et la valeur k com -

puted conséquence. Étant donné que, en réalité, les densités de

sont généralement d'environ 700 kg/m3in construit sec -

tions, la valeur k de la présente est de 0,21 W / mK, de

qui, pour un de 30 cm d'épaisseur collés sur les murs

deux côtés, le U-valeur peut être calculée comme

0,6 W/m2K. Cette valeur de transmission thermique

est le double de la valeur qui peut être réclamé par

en supposant une densité de 300 kg /m3.

Les points suivants doivent être gardées à l'esprit

lorsque l'on travaille en argile de paille léger,

pour loam paille léger a un certain

niable inconvénients par rapport à

pure argile:

1. Dans un climat modéré ou humide, champignon

la croissance se produit après seulement quelques jours, émettent des

Ting une forte odeur caractéristique. Cela peut, dans

les cas extrêmes, donner lieu à des allergies. There -

, donc une bonne ventilation lors de la construction

doivent être fournis afin que le renforcem ent des compo -

sants se dessèchent rapidement. Après que les murs ont

complètement séché, ce qui pourrait prendre plusieurs

mois, voire un an ou plus, selon

de l'épaisseur et le climat, le champignon

cesse de produire des spores. Toutefois, les spores pou r -

mation mai être réactivées si perméables à l'eau

ATES les murs, soit de l'extérieur

grâce à des fuites, ou de l'intérieur par le biais

condensation. Champignon de croissance peut être inhib -

ITEd en ajoutant de la chaux ou du borax, mais cela n'a

les inconvénients suivants:

- Force obligatoire de compression et de la force

sont sensiblement diminué,

- Les mains deviennent irrités, tout en travaillant


avec ce mélange.

- Les murs épais de 25 cm de mai semblent sèches

sur la surface, même si elles sont pourries

l'intérieur (voir le chapitre 10, p. 83).

2. La résistance de la surface du mélange pour un mur

avec une densité de usu kg/m3is moins de 600

allié trop faible pour clous efficacement la poignée ou sur Dow -

els, comme c'est souvent nécessaire. Dep uis deux couches sont

nécessaire, le plâtrage est plus laborieuse,

parfois avec un certain renforcement en

entre.

3. Lors du séchage, décantation verticale se produit,

conduisant à des lacunes sur le dessus des éléments muraux

(4.21). Ceux-ci doivent être soigneusement remplis plus tard

afin d'empêcher la chaleur et le son des ponts

et l'infiltration d'air.

4. Travailler avec ce matériel est assez Labori -

UO. Sans machines spéciales pour le mélange

et les transports, l'apport de travail pour un

typique de 30 cm de mur épais est d'environ 6 h/m2

(20 h/m3). C'est quatre fois le travail

requis pour les travaux de maçonnerie en briques typique.

Les désavantages mentionnés ci -dessus peuvent

être évités si les agrégats minéraux poreux sont

utilisé à la place de l a paille, comme discuté dans le

la section suivante.

Les avantages potentiels de légèreté

limoneux paille sont les coûts des matériaux de faible

impliqués, et le fait qu'il peut être travaillé

sans investissements dans des outils spéciaux et

machines. Il est particulièrement opportun, par conséquent,

pour Do-it-yourself de la construction.

Lightweight minérales loam

Afin d'augmenter l'isolation thermique,

agrégats minéraux poreux peut être ajouté à


loam comme une alternative à la paille; ces

citer les efforts accrus de verre, de l'argile sous forme de mousse,

lave expanded, expanded perlite et

ponce. Il est possible de parvenir à un retrait

ratio de 0 (à savoir, pour éliminer alto RETRAIT

Gether) en choisissant la bonne proportion de

granulats. Toutes les a utres techniques de terre

construction exigent l'examen de shrink -

âge.

En comparaison avec la terre grasse de paille, la vapeur

résistance à la diffusion est de deux à trois fois

plus élevés et, par conséquent, la probabilité de con -

condensation de l'e au dans le mur est bas

(voir chapitre 2, p. 29).

Un autre avantage du matériau est que

le mélange peut être pompée dans un form -

travail, réduisant ainsi considérablement l'intrant travail.

Comme les investissements sur les machines sont plus élevés,

Cette méthode est recommandée uniquement pour les

grands projets de construction. Les densités

généralement obtenus varient de 500 à 1200

kg/m3.

Straw Poids résistance à la compression

[% / masse] [kg/m3] [N/mm2]

1882

1701

1571

1247

872

2,2
1,4

1,3

1,1

0,3

4,20

4.18Compressive

points forts de limons et

sable avec l'ajout

6% de chaux

4.19Suggested appro -

priées stabilisants pour loam

par rapport à leur plastici -

(ty CRATerre, 1979)

4.20Reduction de la

résistance à la compression de

loam en ajoutant de la paille hachée

(5 cm)

Additifs

Dans certains pays industrialisés, a élargi

L'argile est un faible coût et outre plus facilement disponibles

tive. Elle a une masse volumique d'environ 300

kg/m3, et est produite par la combustion limoneux, dans

fours rotatifs à des températures jusqu'à 1200 ° C

sans aucun autre additif pour le moussage.

Moussage se produit en raison de la soudaine de chauffage,

ce qui entraîne l'eau de cristallisation

et l'eau interstitielle à s'évaporer, ce qui crée

une expansion de la masse (similaire à la fabrication

pop-corn). La surface de ces élargi

billes d'argile qui fond est fritté. Presque tous

les pores de ces billes d'argile expansée sont

fermée, et donc d'échapper au

l'eau et au gel. L'humidité d'équilibre

contenu en volume e st seulement de 0,03%.

Mousse de verre a des caractéristiques semblables à


argile expansée, mais a une plus faible densité en vrac.

Il peut être produit par recyclage de verre avec

supplémentaires des agents moussants.

Perlite expansée est produite à parti r volcaniques

Rock (qui se trouve en Europe, sur l'île grecque

de Milos et en Hongrie). Il contient 3% à

6% d'eau liée chimiquement, et quand il est

chauffée tout à coup à 1000 ° C, cette eau

s'évapore et élargit l'ancienne valeur

15 à 20 fois. La densité en vrac mai être aussi

faible que 60 kg/m3, la valeur k est de 0,045

W / mK. La résistance à la diffusion de vapeur est

environ 2,7. La chaleur spécifique est de 1000 J / kgK.

Avec un matériel de la masse volumique 90 kg/m3,

une valeur k de 0,05 W / mK est atteint. Le

la composition chimique de la perlite expansée

est: SiO2 (60-75%), Al2O3 (12-16%), Na2O

(5-10%).

Lave expansé est similaire à la perlite expansée

d'origine volcanique, sauf que sa Densi vrac

Ty est plus élevé.

La pierre ponce est une pierre po reuse qui a naturellement

déjà été «élargie» au cours de sa forma -

tion dans un volcan. Sa densité apparente généralement

varie de 500 à 750 kg/m3.

Mélange

Alors que les mélangeurs forcée sont habituellement exigés

produire des mélanges de terreau (voir c hapitre 3,

p. 37), loam minéraux légers peuvent être pro -

duit dans un malaxeur de béton ordinaire. Là bas,

agrégats peuvent être placés à l'avance et

le lisier loam versé sur lui. Le mélange est

prêt dans trois à cinq minutes. Le lisier

doit avoir une te neur en argile riche et bind -

ING vigueur. La production de boues d'argile est


décrite au chapitre 3, p. 38.

Granulométrie

La taille du grain de distribution d'agrégats minéraux

portes affecte les propriétés de légèreté

minérales terre glaise. Par exemple, une densité plus faible

que 500 kg/m3can être conclu avec expand -

ed fractions d'argile de diamètre de 8 à 16 mm.

La quantité de lisier de limon doit être

conçu de façon que les volumes entre

particules agrégées ne sont pas complètement remplie,

qui est, les agrégats sont uniquement collés

ainsi que dans les points de contact. Cette densité

de 500 kg/m3can être atteint que si 2,5 parties de

loam sont ajoutées à 12 parties d'expansion

d'argile (8 à 16 mm). Cependant, les blocs de ce

mélange ont un bord bas et rigidités de surface

Ty. Un mélange plus forte est obtenue avec 24

les pièces d'argile expansée (8 à 16 mm), 5 pièces

d'argile expansée (1 à 2 mm), et 5 à 7 pièces

loam. La densité atteint par ce mélange

seront de 640 à 700 kg/m3. Pour obtenir un plus grand

densité, élargi fractions d'argile 4 à 8 mm

peut être choisi, en ajoutant loam assez pour remplir

tous les espaces entre les agrégats. Dans ce

cas, il est avantageux pour fluidifier le limon

avec du sable grossier.

Manipulation

Lightweight lo am minérales, à la différence légère

limoneux paille, peut être versé ou même pompé

Si le mélange est choisie en conséquence. La méth -

ods de la préparation et la manipulation de ce mélange

sont expliqués plus en détail au chapitre 10.

Isolation thermique

Les propriétés d'isolation thermique de la lumière

loam minérales poids dépendent principalement sur son


densité et sont égales à celle de légèreté

limoneux paille si la densité est supérieure à 600

kg/m3. Pour les mélanges en dessous de 600 kg/m3, le

propriétés d'isolation thermique léger

loams minérales sont un peu mieux que

ceux de limons paille léger, depuis

la paille a une humidité d'équilibre supérieur

contenu, et donc plus d'humidité,

Amélioration de la terre

50

ce qui réduit l'isolation. L'équilibr e

teneur en humidité de la paille de seigle à un parent

d'humidité de 50% et une température de

21 ° C, par exemple, est de 13%, alors qu'en vertu

les mêmes conditions, il n'est que de 0,1% dans la

cas de l'argile expansée.

L'énergie intrinsèque

Il est souvent soutenu artificiellement sous forme de mousse

granulats minéraux comme l'argile expansée

nécessitent beaucoup d'énergie pour la production.

Dans ce contexte, il faut être conscient que

l'énergie intrinsèque du bois ou des briques

utilisés dans la cons truction est beaucoup plus élevé. Le

énergie intrinsèque du bois est calculé à

être de 6 fois plus élevée que celle de la laine minérale,

et deux fois plus élevé que l'argile expansée pour la

même volume (Turowski, 1977; Weller et

Rehberg, 1979; Elias, 1980; MARME et See -

Berger, 1982).

En rendant une évaluation globale de la con -

truction de l'énergie engendrée par un projet donné,

alors, nous devons nous rappeler que, si elle mai

être techniquement vrai que les limons avec artificiellement

minéraux élargi utilisent plus d'énergie

ceux contenant d'autres agrégats, cette dif -


cette différence est négligeable en comparaison, pour

exemple, pour l'apport d'énergie totale en jeu

dans la transformation, la production et trans -

PORTATION de bois.

Lightweight liège loam

Liège expansé peut être utilisée pour former la lumière

loam poids à la place de minéral poreux

granulats. L'avantage de l'expansion des

Le liège est sa faible densité. L'inconvénient est

que ce matériel est relativement coûteux et

a peu de force de compression. Par conséquent,

des briques de ce mélange casser très facilement

sur leurs bords.

La firme allemande Haacke développé un mix -

ture de liège, de diatomite et de la paille, le long de

avec certains de cellulose, qui peut être pulvérisé

sur un mur comme un enduit isolant de pulvérisation.

La densité est comprise entre 300 et 450 kg/m3. Le

k-valeurs mesurées sont de 0,07 à 0,08 W / mK,

résistance mesurée diffusion de la vapeur

entre 4 et 19, et le taux de retrait

entre 1% et 2%.

Bois léger loam

Sciure, copeaux de bois et les copeaux peuvent

aussi être utilisée comme granulats légers à

accroître les capacités d'isolation thermique

de terreau. Comme le bois a une densité plus élevée

que la paille ou du liège, l'isolation thermique

de ce mélange est évidemment inférieur. La mini -

densité maximale qui peut être obtenu est d'environ

500 kg/m3, mais un mélange à sec de cette densité ne doit pas

possède plus de rigidité suffisante. Le dan -

ger de la croissance de moisissure et la pourriture est be aucoup

moins que la paille, mais elle existe toujours.

Elle est écologiquement souhaitable d'utiliser des puces fabriquées


des succursales et des parties d'arbres d'autres

sage utilisés dans les travaux de structure. Cependant,

Ils contiennent des quantité s assez importantes d'écorce,

et sont donc sensibles à la moisissure

la croissance et le pourrissement.

Mousse loam

Afin de limon mousse, il doit être libre de

sable et de gravier, et dans un état plastique. Comme

limoneux, dans cette cohérence a besoin d' une longue période

à sec, il n'est guère possible de mousse à l'aide

les agents réguliers, tels que ceux utilisés pour

moussant béton. Par conséquent, le limon

doit être accordée additifs qui Quicken

le processus de séchage, tels que le GEOPOLY -

Mers décrits dans ce chapitre, p. 43, en

où l'argile, du quartz et de poudre de craie sont

mélangé avec verre soluble et sous forme de mousse avec

peroxyde d'hydrogène (H2O2). Ce processus

produit un loam expansé avec une densité

de 90 kg/m3. Ce matériau se dur cit dans les

deux heures à une température de 20 ° C et

en une heure à 50 ° C. Ce produit, manu -

fabriqués par l'entreprise allemande Hüls AG, a une

résistance à la compression de 10 à 20 kg/cm2,

chaleur spécifique de 0,2 kJ / kgK, la conductivité thermiq ue

tivité entre 0,10 et 0.12 W / mK et une valeur de pH

entre 9 et 10. C'est un matériau idéal pour

formulaire de pré -earth elements distribution de grande taille.

La société allemande Lorowerk utilise une sim -

ILAR technique pour produire des éléments de grandes dimensions pour

Isolation thermique. Produits avec des densités

de 300 kg/m3reach une conductivité thermique

de 0,08 W / mK. L'énergie primaire est

seulement 5 kWh / m 3.

Amélioration de la terre
51

4,21

4.21Setting d'un feu de

poids paille rempli s de test

élément

Sur les cinq continents, en terre battue a

été bien connue depuis des siècles comme une tradi -

tional mur de la construction technique. En fait,

terre battue fondations trouve en Assyrie

remontent aussi loin que 5000 Date Colombie-Britannique.

Damée techniques de la terre, la terre humide

est coulé dans un coffrage en couches de 15

cm d'épaisseur, puis compacté par battage.

Le coffrage se compose généralement de deux sys -

lel murs séparés et reliés entre eux par

entretoises (5. 1). Cette technique est appelée pisé

de terreor Terre piséin français; les Espagnols

noms est barro apisonadoor tapial, et le

Mots en langue allemande est Stampflehmbau.

Terre battue techniques traditionnelles sont encore

utilisées dans de nombreux p ays en développement. Raffinée

systèmes de coffrage et électrique ou pneu -

brasquage Matic réduit l'apport de travail impor -

cantly et fait des techniques de terre damée

pertinentes dans certains pays industrialisés comme

bien. Pour des raisons écologiqu es, et parfois pour l'éco -

raisons économiques ainsi, mécanisée éperonné

technologie de terre mai être une alternative viable

à la maçonnerie traditionnelle en particulier dans les

les pays industrialisés où le haut stan -

Dards de l'isolation thermique s ont pas nécessaires.

Beaucoup d'entreprises utilisent cette technologie dans le

sud-ouest de Etats-Unis et en Australie.

En comparaison avec les techniques de limon humide

(voir chapitre 9), le taux de retrait de


terre battue est beaucoup plus faible et la force

beaucoup plus élevé. En comparaison avec Adobe

maçonnerie (voir chapitre 6), en terre battue --

car il est monolithique - fournit les avan -

tage de vie plus longue.

Techniques de mur en pisé de terre et

construction dôme sont décrits dans le fol -

mugissement sections. Un tremblement de terre spécial RESIST -

bambou ant-tech renforcé percuté la Terre

nique ainsi que des planchers en terre battue sont

décrite au chapitre 15.

Rammed terrassements

52

5 terrassements Rammed

5.1Formwork pour

pisé

5.2Climbing form -

, le travail BRL (Minke,

1984)

5,1

Coffrage

Avec coffrages traditionnels, les panneaux sur

les deux parties sont tenus à l'écart et gardés ensemble

par des entretoises (5.1). Ces entretoises percer le

mur, causant des ouvertures qui doivent êtr e remplis

en après enlèvement des coffrages. Un système avec

très fines entretoises de traction (4 x 6 mm) pene -

trating le mur a été développé à la

Building Research Laboratory (BRL) (5,2).

Afin d'éliminer complètement cette dis -

avantage, entretoise-systèmes libres ont été

développés (voir p. 56 de ce chapitre).

Comme indiqué en 5.4, Coffrages sans inter -

diaire d'entretoises qui sont embrassa sur les deux

côtés nécessitent beaucoup d'espace et d'entraver le site


circulation considérableme nt.

Avec un coffrage spécial, coins arrondis

et les murs courbes peuvent aussi être formés (5.5).

Une grange circulaire construit en 1831 en Bollbrügge,

Allemagne, avec 90 cm d'épaisseur, terre damée

murs est indiqué en 5.6.

Systèmes de coffrage communémen t utilisés dans la con -

technologie de Crète, peut également être utilisé pour

terre battue, mais le plus souvent se révéler

trop lourde et coûteuse. En Europe, le bois

panneaux de 19 mm d'épaisseur sont couramment

utilisés. Ils doivent être raidis par ma rché vertical

membres à environ 75 cm d'intervalle.

Si ce n'est pas fait, ils risquent de plier vers l'extérieur

au cours de brasquage. Par conséquent, il pourrait être

plus économique de choisir les conseils plus épais

de 30 à 45 mm d'épaisseur, qui doive nt raide

forcement que par intervalles de 100 à 150 cm.

Si le sol est très argileux, la forme ne doit pas

être arrachée, mais au lieu glissé du

pisé en douceur sur la surface,

l'empêchant ainsi d'être gâté par

argileux particules collent à la forme. En out re

De plus, il n'est ni souhaitable de disposer d'une surface

qui est trop rugueux (tel une scie -bois coupé),

ni qui est trop lisse (comme var -

nis et bois rabotés).

Si le coffrage n'est pas optimisé pour ce

technique, puis jusqu'à 30% du travail total

entrée pourrait être investi tout simplement à leur installation,

réglage, et le démantèlement de coffrage.

Par conséquent, les points suivants devraient être

de garder à l'esprit:

‡ Les cartes doivent être rigides, pour qu'ils ne soient pas

courbure vers l'extérieur tout en enfonçant est en cours.


‡ Toutes les pièces doivent être suffisamment légère pour être auto -

Ried par deux travailleurs.

‡ Le coffrage doit être facile à ajuster

dans des directions à la fois verticale et horizontale.

‡ Les variations dans l'épaisseur du mur

doivent être contrôlables au sein d'une tolérance spécifiée

ance.

‡ Il est préférable que les bords ne nécessitent aucune

spécial coffrage. Par conséquent, le coffrage

devrait permettre à des longueurs variables de mur à

exprimés.

Rammed terrassements

53

5.3Formwork with -

les intermédiaires

entretoises

5.4Typical coffrage

avec contreventement utilisés dans

Chine

5.5Formwork pour

arrondie et bombée

murs

5,2

5,3

5,4

5,5

Outils

Dans les temps anciens, la terre, a été heurté manuelle

Ly, en utilisant des béliers et des coniques, en forme de coin

ou des bases de plat (5.7).

Si conique ou en forme de coin, les béliers sont utilisés,

les différentes couches sont plus mitigés et,

condition qu'il y ait suffisamment d'humidité, d'un pari -

ter des obligations est obtenue. Toutefois, cela prend

plus de temps que brasquage avec plat à base de


béliers. Murs bourré de béliers à base plate

Moins latérales résistance au cisaillement et là -

donc ne doivent être chargés verticalement.

La base de la RAM ne devrait pas être trop

Sharp, de sorte que le coffrage, si elle était faite de tim -

BER, n'est pas endommagé. La base doit être

pas inférieure à 60 cm2, et pas plus grand que

200 cm2. Le poids du bélier devrait

être comprise entre 5 et 9 kg. Il est préférable de

utiliser une à deux têtes bélier avec une tête ronde

d'un côté et un carré sur l'autre.

Cela permet à la RAM pour être utilisé avec le

ronds de côté pour travail général, et avec le

bord à coins carrés compacts efficacement.

Une telle RAM est utilisée aujourd'hui en Equateur

(5.8).

Vérins pneumatiques et électriques ont été utilisés comme

Dès le deuxième quart du CEN du 20e

e siècle en Allemagne, en France et en Australie. Le

vérin électrique indiqué dans 5.9, construit par l'Allemagne

cabinet d'homme Wacker, a souvent été utilisé dans l'ex -

temps pour travailler la terre battue, et a été

écrit au sujet en profondeur. Il dispose d'un marteau

comme l'action d'un ascenseur de 33 mm, et une fré -

fréquence de 540 coups par minute. Le bélier

est très efficace, son seul inconvénient étant

difficile dans la manipulation, car elle pèse 24 kg. Il

n'est plus fabriqué.

En Australie dans les années 1950, un vérin pneumatique

a été utilisée (5.10). Cela agit comme un marteau piqueur,

a une fréquence de 160 coups par minute,

et pèse 11 kg.

Rammed terrassements

54

5,13
5,8

5,6 5,7

5,10

5,9

5.6The grange ronde,

Bollbrügge, Allemagne

(1831)

5.7Rams utilisé pour

Manuel de compactage

5.8Two-ram tête

utilisés en Équateur

Normalement, les outils de compactage du sol du type

utilisés dans la construction de la route sont impropres à la

éperonné terrassement, parce que leur fréquence

est trop élevé et de leur ascenseur trop faible. Les outils qui

seulement vibrer pourraient convenir à sable

sols, mais pas chez les plus argileux.

Les béliers pneumatiques indiqué dans 5.11are

extrêmement efficace pour éperonné terrassement.

Le Bélier II G, produit par l'Atlas ferme

Copco, est assez convenable parce qu'une offre spéciale

fonctionnalité empêche sa tête rotative, ce qui

assurer que les chefs de carré peut aussi être

commodément utilisés. Tous les béliers illustré

nécessitent une pression de 6 bar et un débit d'air

taux de 0,4 à 0,9 m3/min. En raison de leur haute

coûts et les infrastructures et l'énergie

nécessaires à leur fonctionnement, ces béliers sont utilisés

seulement pour les grands projets de construction. Une électriques

RAM vibrations a été développé à la

BRL et fabriqué par la firme Heuser

(5.12and 5.13). Son moteur a une fréquence

de 1000 à 1200 cycles par minut e. Le

partie la plus importante de ce bélier est vibrante

sa base de forme spéciale, qui permet à la


appareils de se déplacer dans le coffrage par

lui-même tout le compactage de la terre. Il peut

Compact sol meuble en couches 7 cm d'épaisseur.

Méthode de construction

Dans presque tous les traditionnelles terre battue tech -

niques, le coffrage est enlevé et

reconstruits horizontalement étape par étape. Cet

signifie que la terre est battue en couches de

50 à 80 cm de haut, des cours de formation de cette

hauteur avant que le coffrage est déplacé.

Quand un cours est complet, la prochaine

cours qui est battue est plus humide que la

celui déjà en place, qui est partiellement séché

dehors. Par conséquent, il ya un retrait plus élevé dans

le cours supérieur que d ans la partie inférieure, ce qui entraîne

de fissures de retrait horizontale au niveau du joint

(5.14). Cela peut être dangereux, car capillaire

l'eau peut entrer dans cette commune et de rester, caus -

ING enflure et la désintégration. Comme on peut le

vu dans la même figure, les fissures verticales peuvent

également se produire dans ces cloisons.

Avec l'pisétechnique français, ce problème

a été résolu en utilisant une couche de mortier de chaux

ci-dessus chaque cours avant de poser une nouvelle.

Une cure de mortier de chaux sur plusieurs semaines et

reste plastique jusqu'à ce que le limon s'est arrêté

rétrécissement, parfois même le côté mixte

entre les sections du cours est faite

avec du mortier lors d'une pente (5.16).

Une autre méthode pour éviter horizontale

fissures de retrait est de bélier en sorte que les

mur est fabriqué à la verticale. Ceci est décrit

plus en détail ci -dessous.

Façonner des ouvertures

Le coffrage peut être démonté immé -


diatement après s'être approché est achevé. À la

même temps, cette terre battue peut être

formé facilement par grattage, découpage, écopant

ou rayure. Normalement, les encarts sont laissés dans

le coffrage de créer des ouvertures. Cependant,

terre damée, l'ouverture peut être

couper avec beaucoup moins d'effort avec un couteau ou d'une

fil de fer barbelé utilisé comme une scie. Cette technique

mise en forme permet aussi de montants et seuils, constituant des

montre la 5.15. Il convient de mentionner que

à ce stade en terre battue a déjà

atteint une résistance su ffisante aux clous de grip

(ils peuvent être conduits dans le mur sans

faire un trou de guidage avec une perceuse).

Rammed terrassements

55

5,16

5,14

5,12

5,11

5,15

5.9Electrical RAM

(Wacker)

5.10Pneumatic RAM,

Australie

5.11Pneumatic béliers

(Atlas-Copco)

5.12Vibrating RAM

(Heuser)

5.13Vibrating RAM

(Heuser)

5.14Shrinkage fissures

dans une terre damée

mur, de l'Équateur

5.15Slicing éperonné
terre immédiatement après la

coffrage est disman -

tled

5.16The pisé français

technique

Une nouvelle paroi des techni ques de construction

Panneaux de terre battue

Afin d'éviter le rétrécissement horizontal

des fissures dans les joints verticaux traditionnels

construction en terre battue, une nou -

nique a été développé au BRL pour la produc -

tion d'un étage en panneaux de hauteur, avec des largeurs

allant jusqu'à 2,4 m, dans un battage continu

processus. Cette technique évite horizontale

les articulations et les joints verticaux qui se produisent sont

fermée que lorsque le retrait est terminée.

Pour la stabilité latérale , les joints verticaux sont

faite dans un tongue -in-pattern groove. Non

fissures de retrait se produire dans les panneaux pour

Ces tailles. La réduction de la longueur dues aux

retrait est seulement visible à l'articulation. (La

commune agit comme un pré-conçus contraction

commune). Afin d'éviter un coffrage qui

devrait être un étage entier de hauteur,

une forme de glissement à été développé à la BRL. Illus -

tration 5.19shows la conception en acier, tandis que

5.17and 5.18show un design plus loin dans le bois

(qui s'est révélée plus facile à travailler).

Le coffrage est espacée dans le fond avec

seulement une barre d'acier, ce qui laisse une très faible

trou après démontage. L'espace du haut est

positionné au -dessus du niveau haut du mur

et n'interfère pas avec le processus. Comme

les chiffres le montrent, il est possible d'utiliser soit

une solution plus simple avec une entretoise en bois sur


top fixe aux membres verticaux, ainsi

formant un étrier, ou une présentation plus sophistiquée

Version en acier, ce qui permet également

fine des ajustements de la distance au sommet.

Le premier bâtiment en utilisant cette technique a été

construit à l'Université de Kassel en 1982

(5.21). Le sol contenait environ 10% d'argile

et environ 50% de sable. La terre était

éperonné par le vibrateur décrit p. 55

et montré dans 5.12and 5.13. Le linéaire

contraction de ces éléments a été de seulement 0,4%.

Après séchage, les joints étaient remplis d'une

loam stabilisée à 8% à double coque

huile de lin. Un avant -toit de 60 cm et

un socle de 50 cm ont été suffisantes pour assurer

que le mur ne se détériorent pas, et qu'il

requis aucun traitement de surface.

Fortement mécanisée techniques

La firme Rammed Earth Works a construit

plusieurs maisons de terre battue en Californie

utilisant un coffrage spécial a fait d'épais

contreplaqué, comme indiqué au paragraphe 5.20. Terre était pleine

dans les formes par un dumper et compacté

par un vérin pneumatique. Par ce moyen, les

apport de travail pourrait être aussi faible que 2 h/m3.

En Australie, plusieurs entreprises utilisent également cette

Type de construction hautement mécanisés

processus (5.22and 5.23). Ces dernières décennies,

plus d'une centaine de terre damée build -

résultats ont été construits sur le Aus -

tralienne, Australian continent (Oliver, 1985). Illustration

5.24shows une église à Margaret River

conçu par Hodge et Wilson et construit

par la firme RAMTEC.

Comme le montre la 5.25, même


colonnes qui soutiennent la structure du toit

sont fabriqués à partir de terre battue.

En 1992, le Kooralbyn Valley Resort Hôtel

a été construit en Australie (architectes: I. Hanna --

Ford, F. Raadschelders, D. Oliver), où tous les

les murs sont en pisé sans crépi

terre (5.27and 5.28).

Rammed terrassements

56

5,17

5.17 à 5.19Sliding

coffrages pour le pisé

panneaux de terre (BRL)

5.20Formwork

(Rammed Earth Works,

Etats-Unis)

5.21Test bâtiment,

Université de Kassel,

Allemagne, 1982

5,22 à 5.23Mecha -

nisée en terre battue -

travaux en cours

(Terrastone)

5,18

Structure de trame de remplissage ter re damée

Au Centro de Pesquisas e -Desenvolvi

mento, (CEPED) à Salvador, au Brésil, un simple

technique a été développée pour construire mince

éperonné panneaux de remplissage terre. Il était utilisé dans

plusieurs projets à faible coût du logement au Brési l.

Les poteaux et les poutres étaient normalement anneau

fabriqués à partir de préfabriqués en béton armé.

Les côtés du coffrage ont été directement

montés sur des poteaux. Ainsi, l'épaisseur

du mur a été le même que celui de l'emploi


(5.26). Dans ce cas, le limon s'est stabilisé

avec 6% à 8% de ciment.

Structure des murs en coffrage perdu

Comme pour les techniques de terre battue, le coût

du coffrage est assez élevé. Dans certains

cas, il est préférable d'utiliser une maçonnerie mince

mur ou des éléments rigides d'isolation thermique

faites de matériaux en bois, en tant que forme perdue

travail, afin que soit aucun coffrage ou seulement

one-sided coffrage est nécessaire. Il est également

avantageux si ce coffrage peuvent con -

hommage à une augmentation sub stantielle des thermiques

isolation. La raideur de ce coffrage perdu

doit être suffisant pour prendre soin de la plus tardive -

al impacts créés par battage. Illustration

5.29shows sections horizontales grâce à un

des murs extérieurs. Les deux premiers cas montrent une

intérieure des feuilles construite en adobes ou des blocs de sol et

une couche de terre battue extérieure faite avec

loam minérales léger qui est directement

plâtré. Dans ce cas, le coffrage est seulement

nécessaires à la face extérieure. Dan s le second

cas, une raideur un peu mieux de la

Adobe intérieurs ou feuille bloc sol est atteint

dû à la forme de collage dans la composi -

sants. Dans la section qui s'affiche sur la droite,

le coffrage perdu est à l'extérieur et

est fabriqué à partir du sol léger, stabilisé

pâtés de maisons.

Illustration 5.30shows sections verticales

des murs extérieurs qui ont perdu de coffrage

des deux côtés. La feuille intérieure peut être faite

adobes ou de blocs de sol, les grands pré -Fabri -

éléments loam qué, ou rigides contreplaqué

planches, renforcé de fibres de plaques de plâtre,


ou la magnésite ou de ciment, bois aggloméré

panneaux de particules.

Protection de la surface du mur contre les

éléments peuvent être réalisés par du plâtre,

maçonnerie ou en panneaux de bois avec lame d'air.

Rammed terrassements

57

5,19 5,23

5,20

5,22

5,21

Rammed terrassements

58

5.24 à 5.25Church,

Margaret River, Aus -

tralie

5.26Framed structure

terre damée

intercalaire (CEPED, Brésil)

5,27 à 5.28Hotel,

Kooralbyn, Australie

5.29Horizontal

sections de pisé

de murs en torchis légers

avec intérieure ou extérieure

feuille de blocs de terre

agissant en tant que forme perdue

travailler

5.30Vertical sections

des murs en terre battue

avec les coffrages perdus

des deux côtés

Plaster

Soil blocs

Casque
Loam

Plaster

Soil blocs

Casque

Loam

Plaster

Plaster

Pisé

Casque

blocs de terre glaise

5,24

5,25

5,29

Dômes de terre battue

Probablement le premier dôme de terre a été éperonné

construit par la BRL à Kassel, en Allemagne, en

1983 selon une technique particulière développée

par ce laboratoire. Cela consiste en une rotation

coupon de forme dans laquelle la terre est battue

(5.31, 5.32, 5.33).

L'épaisseur de la coupole est de 18 cm à

le bas et 12 cm au sommet. Les murs,

qui forment un hexagone à l'intér ieur, ont été

également faite de terre battue. Afin de

transfert de la poussée de la coupole à la

fondation, contreforts ont été intégrées aux

les murs. La mise en forme du sommet des bou -

tresses ainsi que les fenêtres a été fait

avec un couteau de cuisi ne après que le formulaire -

travail a été démantelé. Le coffrage de la

mur a été conçu sur mesure en fonctiondu

thedome pland'étude, comme le montre in5.31. La terre

, a été heurté dans le coffrage à l'aide d'un

vibrateur, décrite à la p. 55 Dans ce chapi tre

(voir 5.12), et à la main.


Le coffrage dôme lui -même a été conçu de telle sorte

qu'il pourrait être levée et pas seulement au centre,

cours après cours, elle avait également un guide qui

ajustées automatiquement le rayon et Incli -

nation du coffrage ( 5.33).

Séchage

Il est rarement possible de dire quand un loam

mur est sec, mais le processus de séchage est en tout

cas plus rapide que celles de maçonnerie ou de con -

murs de Crète (voir chapitre 2, p. 28). Étant donné sec

chaude météorologiques et la circulation d'air suffisante,

cesse de retrait après seulement quelques jours. Après

trois semaines, le mur se sent complètement sec,

Bien que la teneur en eau est légèrement plus élevé

que la teneur en humidité d'équilibre.

Rammed terrassements

59

Plaster

Soil blocs

Isolation thermique

Lightweight loam

Soil blocs

Panneaux de bois

Protection de la couche

Isolation thermique

Lightweight loam

Plaques de plâtre

Plaster

Isolation thermique

Lightweight loam

Lightweight loam bord

Boue de plâtre

Bricks

Lightweight loam

Isolation thermique
Boue de plâtre

5,30

5,26

5,27

5,28

Contribution du travail

Le volume de travail traditionnelles en pisé

murs construits à la main, y compris les pré -

paration, le transport et la construction, est

20 à 30 h/m3. En affinant la forme -

système de travail et en utilisant les vibrations électriques

Tor décrit p. 55 du présent chapitre (voir

5.12), l'intrant travail est réduit à 10 h/m3.

Avec les techniques hautement mécanisés

expliqué plus haut (voir p. 56), dans lequel trans -

PORTATION et le remplissage se fait par un dumper

et compactée par des vérins pneumatiques lourds,

facteur travail peut être réduit à aussi peu que 2

h/m3, qui n'est que de 10% de la main -d'œuvre utilisée

avec des techniques traditionnelles, et de manière sig nificative

inférieur à celui nécessaire pour des travaux de maçonnerie.

Isolation thermique

Les capacités d'isolation thermique du solide

murs en terre battue à l'aide du sol normale n'est pas

suffisante pour fournir les niveaux de thermique

d'isolation nécessaires dans les climats froids. Le

U-valeur d'un de 30 cm d'épaisseur, terre damée

mur est, autant que de 1,9 à 2,0 W/m2K. À

atteindre une valeur U de 0,5 W/m2K, nécessaire

dans de nombreux pays européens, une épaisseur

de 1,6 à 1,8 m serait nécessaire. Dans le froid

climats, par conséquent, que ce soit un épais mur de

léger, limoneux ou conventionnels supplémentaires

isolation thermique doit être utilisée.

Certaines méthodes potentielles pour la fabrication de limon


murs à l'isolation thermique sont améliorées

décrite au chapitre 14, p. 108.

Traitement de surface

Un mur en pisé de terre exige moins de travail

et des intrants matériels de traitement de surface

par rapport aux parois faites avec de la terre des autres

techniques de construction. En règl e générale, il est

ni nécessaire ni souhaitable de plâtre

une mur en pisé de terre. Si la surface est

avec une éponge humide sentait immédiatement truelle

diatement après le démontage du coffrage,

alors une surface lisse est facile à produire,

celui qui mai être peints ou tapissés

(dans les cas impliquant des murs intérieurs). Si

surfaces extérieures ainsi traités sont à l'abri

de pluie par des débords de toit et contre

éclaboussures par un socle, une couche de peinture est

suffisante pour les protéger cont re les élé -

ments. Il faut prendre soin que les revêtements

ni Peel, ni fissure.

Rammed terrassements

60

5.31Rammed terre

contrôle de structure, Univer -

sité de Kassel

5.32 à 5.33Con -

structing la éperonné

terre avec une coupole

tournante de coffrage

5,32

5,33

5,31

Blocs de terre produites manuellement par

jeter la terre humide dans un coffrage

appelé «adobes» ou «briques de boue» ou «sun -


blocs de terre séchée. "Lorsque la terre humide est

compactés dans une presse manuelle ou motorisée,

les éléments comprimés ainsi formés sont

appelés «blocs de sol." Dans leur état non cuites,

briques produites par une extrudeuse dans une brique

plantes sont appelés «briques vertes». Ces trois

types de blocs sont généralement la même taille que

briques cuites. Agrand ir blocs compactés dans un

coffrage par battage, sont appelés «éperonné

blocs de terre. "

Certains pays ont normalisé mesure -

ments pour ces blocs. Les deux tailles utilisées

le plus souvent en Allemagne, par exemple,

sont les suivants:

NF (format normal) = 71 x 115 x 240 mm

2DF (double format mince) = 113 x 115 x 240

mm.

Illustration 6.1shows différentes formes et

taille des briques vertes produites industriellement

par un procédé d'extrusion communes dans le

Marché allemand. Les applications spécifiques de

ces différents types de blocs dans les murs,

les planchers, les voûtes et les coupoles sont décrits dans

Chapitre 14.

Histoire

Construire avec des blocs de terre est très répandue

dans tous les sec chaud, subtropical et modérée

climats. Bloc de bâtiments datant de la Terre

8000 à 6000 BC ont été trouvés dans

Turkestan (Pumpelly, 1908), et celles de

ca. 4000 avant JC en Assyrie. Visibles aujourd'hui encore

en Haute-Egypte sont des structures monumentales

environ 3200 ans, comme l'immense

Brique de terre mur de fortification de Medinet

Habu et les voûtes des locaux de stockage


dans la zone du temple de Ramsès II, à proximité

Gourna (1.1).

La technique de fabrication de voûtes et de coupoles

à partir de blocs de terre, sans soutien, au cours de

construction (centrer ou de coffrage) a été

connu de nombreuses cultures (voir le chapitre 14,

p. 117). Pendant des siècles, les Indiens Pueblo de Taos,

Nouveau-Mexique, ont construit leurs maisons en utilisant le

terre des sites eux -mêmes, l'eau

des cours d'eau à proximité, et la paille de la

champs (6.3).

Le noyau historique de la ville de Shibam,

Yémen, couvrant environ 20.000 m2and

accessible seulement à travers une passerelle unique,

a été entièrement construite en pisé. Beaucoup de maisons

Travailler avec des blocs de terre

61

6Working avec des blocs de terre

6.1Industrially pro -

duit briques vertes,

Allemagne

6.2Ancient de base

de la ville de Shibam,

Yémen

6,2

6,1

ressemblent gratte-ciel, et la date de la

15e siècle (6.2).

En Scandinavie et en Angleterre, bâtiment avec

SOD était commun dans les centres des 17e et 18e

cles. Ces maisons ont été construites en

blocs de coupe de la couche supérieure de sol limoneux

en collaboration avec l'herbe qui pousse sur elle. Le

blocs ont été inversés et utilisés comme d es briques pour

murs forme sans mortier. Européenne immi -


subventions introduit cette technique pour les USA,

où un grand nombre de huttes de terre ont été

construit au 18e et 19e siècles (6,4).

Certains colons ont aussi adapté la même idée

des nations indiennes du Nord -américains tels

que le Omaha et Pawnee, qui, pour la CEN -

cles avait utilisé la méthode pour couvrir leurs

huttes rondes de gazon (Houben, Guillaud,

1984).

Au Nouveau-Mexique, des blocs découpés dans le sol limoneux

lit des rivières, et contenant un réseau de racines

qui agissent en renfort, ont été utilisés

pour les murs du bâtiment. Ces blocs sont appelés

terronis ou Terrones, et étaient parfois

utilisé au Mexique et en Amérique centrale aussi bien.

Il est intéressant de noter que les c odes du bâtiment

au Nouveau-Mexique permettent encore édifice avec

terronis.

En Allemagne, le travail bloc de terre a été utilisée

au 6e siècle avant J. -C., les blocs d'Adobe

40x 40 cm et élevé 6 à 8 cm ont été utilisées

dans le fort de près de Heuneburg C on-Lake

(position Dehn, 1957). Près de 140.000 blocs

m3 de mortier et 400 ont été utilisées pour con -

struct ses 3 m de haut, les murs (Güntzel, 1986,

p. 23). Une circulaire officielle présentant le

utilisation des adobes dans les murs a été publié en

1764 (Güntzel, 1986, p. 23). David Gilly -pub

institué des manuels sur la construction en pisé

1787 et 1790.

La production de blocs de terre

Adobes sont prises soit par le remplissage des moules

avec un mélange pâteux ou loam en jetant

mottes de terre humide e n eux. Différents

types de moules peuvent être utilisés; certains


Elles sont indiquées au point 6.5. Ils sont généralement

fabriqués à partir de bois. La technique de projection

est couramment utilisée dans tous les pays en déve -

tente (6.7, 6.8and 6.9). Ici, un loam sableux est

mélangé à l'eau, et la paille hachée est généralement

ajoutée et le tout formait une pâte

qui est jetée dans des moules en bois. Le

plus grande est la force avec laquelle la terre glaise est

jeté, meilleure est sa compaction et sec

force. La surface est lissée, soit par

main ou par un morceau de bois, à la truelle ou un fil

(6.6).

Une personne peut produire environ 300 blocs

par jour (y compris la préparation du mélange, trans -

Travailler avec des blocs de terre

62

6.3Traditional t erre

habitations de la

Indiens Pueblo, Taos,

Nouveau-Mexique, Etats-Unis

6.4Sod House, USA

6.5Moulds pour

adobes

6.6Removal de sur -

plus limoneux avec un fil

6,3

6,6

6,5

6,4

PORTATION et l'empilement). En Inde, une personne

peut produire jusqu'à 500 blocs par jour

l'aide d'un double moule conçu pour un petit -

er brique. Afin de faciliter le travail, les briques peuvent

être moulées sur une table, comme cela a été traditionnellement

le cas en Allemagne (6.10). Un autre facile


méthode utilise des moules de 80 cm avec poignées

de longueur, qui permet aux travailleurs de manu -

briques facture en position debout (6.11).

Techniques pour la production de comprimés de sol

blocs ont été connus en Europe au 18e siècle

siècle. In1789, le FrencharchitectFrançois

Cointreau a élaboré un manuel

Soil block presse. Depuis, de nombreux

manuellement presses exploités ont été

mise au point. Les plus connus dans le monde entier de presse

est la RAM CINVA, développé en Colombie

par l'ingénieur chilien Ramirez (6.12).

Illustration 6.13shows le Ram CETA de

opération. Il est similaire au Ram CINVA,

et a été développée au Paraguay. Il permet

Production simultanée de trois pâtés de maisons.

Actionnés manuellement des presses de ce type de pro -

Duce des pressions allant jusqu'à 5 à 2 5 kg/cm2, et

besoin de trois à cinq personnes pour l'optimum

opération. Malgré une production mécanisée

des blocs de sol en utilisant des presses, la production par

personne et par jour n'est que de 150 blocs de 200,

considérablement inférieure à celle du primitif

méthode impliquant jeter en terre glaise

moules.

L'avantage de ces presse -mécanisée

es, cependant, c'est que les limons avec une eau moins

contenu peut être utilisé. Cela rend possible

tostack blocksimmediately afterproduction.

Travailler avec des blocs de terre

63

6,10

6,11

6,12

6,7
6,8

6,9

6,7 à 6.9Making

adobes en Équateur

6.10Making adobes

sur une table de travail

6.11Metal moule

avec poignées

6.12CINVA Ram,

Britannique

L'inconvénient est que les blocs sont

Envoyé stabilisé avec 4% à 8% de cime nt

contenu afin de les doter de suf -

cace force. Cela est nécessaire car

de l'absence d'une eau en quantité suffisante ou

appropriée d'impact dynamique capable d'impor -

cantly activant les forces de liaison de la

Clay Minerals. Sans ciment, pressés

blocs de compression ont généralement un endroit sec

inférieur à celui des faits à la main la force

adobes (voir p. 44).

Un autre inconvénient de ces presses est

que le mélange du sol doivent être maintenus à une constante

niveau d'humidité et la composition. Si com -

les positions diffèrent, alors les deux le volume de la

matériau à charger, et la pression

changements. Cela conduit à des variations de

hauteurs et les points forts des blocs.

Entièrement block automatique de prise de presses telles

que ceux montrés dans 6.14and 6.15can pro -

Duce blocs de 1500 à 4000 par jour. Cependant,

elles exigent de gros investissements et mai être

difficile à maintenir, notamment dans le développement

pays. Pour assurer consisten même loam -

tiques, ces machines nécessitent souvent séparés


broyeurs et mélangeurs.

Entièrement presses automatiques sont seulement économique

si ils ont une vie longue, sont utilisées vaste

ment sur une base quotidienne, et si des matières premières de

même cohérence est disponible localement et

en quantités suffisantes. Sinon, les capitaux,

frais d'entretien et de réparation rapidement dimi -

ISH tous les avantages économiques potentiels. Dans

pays à bas salaires, la production Adobe manuelle

tion est habituellement plus économique, comme c'est le

production de briques vertes dans les usines de briques

dans les pays industrialisés. Dans les pays industrialisés

pays, la brique de production faisant appel à ces

machines serait économique que si

les coûts de transport sont élevés. (Pour plus

informations sur les blocs de sol pressé, voir

Mukerji, 1986; Smith et Webb, 1987;

Mukerji, 1988; et CRATerre, 1991).

La méthode de production développée dans le

Etats-Unis par Hans Stumpf et breveté en 1946,

et composé d'un bloc appareil décisionnel,

semble comparativement plus efficace (6,16

et 6.17). Avec cette méthode, terreau est pré -

comparer à une consistance pâteuse dans un forcés

mixeur, puis versé dans un grand entonnoir

qui se déplace sur une grille de moules. Le

moules sont remplis, et le haut et theblocks

sont ensuite lissé mécaniquement. Un levier

lève cette grille, laissant les blocs, séparés

à sécher sur le sol. Après un premier

période de séchage, les blocs peuvent être mis en marche

leurs bords, même pour le séchage.

Dans les usines de bri que mécanisé, le sol est écrasé

mélangé et poussé par des rouleaux dans un Extrud -

er, où il est à nouveau mélangées et pressées


grâce à un vide-embout buccal opéré

dans les profils de long, qui sont ensuite tranchés par un

télégramme. Le séchage est réal isé dans des fours à l'aide

commerciale de l'énergie. Depuis tout ce processus

est informatisé dans les usines de briques industrialisés,

mai il sera difficile de commander des briques vertes, et

Travailler avec des blocs de terre

64

6.13CETA Ram, Paraguay

6.14Automatic bloc

AVA 3000, appuyez sur la Suisse

territoire

6.15Automatic bloc

(Pacific Press Adobe,

Etats-Unis)

6.16 6.17Adobe pro -

technique de production -devel

au point par Hans Stumpf,

Etats-Unis

6.18Green de séchage des briques

dans l'air à l'usine de brique,

Gilserberg, Allemagne

6.19Shrinkage fissures

survenus après la pluie

trempés briques vertes

desséché

6.20Cutting blocs de terre

6,14

6,13

6,15

les prix proposés sont parfois plus

celles pour briques ordinaires tiré. Avec plus simple

procédés de production et de plein air de séchage,

D'autre part, il a été possible dans au moins

un cas allemand, pour obtenir des briques vertes


qui sont 40% moins cher que le prix de l'enregis -

ment ses briques cuites.

Composition du matériau

Le terreau utilisé dans les usines de brique commune

exige forte teneur en argile, afin de

d'atteindre une résistance suffisante après le tir. Illus -

tration 6.21shows une taille typique des sols à grains

distribution de ce type de terreau, contenant

24% d'argile, 50% de li mon, 23% de sable et 3 grav%

el. Lorsque limon de cette composition est utilisée

bloc de terre pour le travail, il crée un gonflement et

diminution des problèmes dès qu'il est mouillé et sec -

ING respectivement. Illustration 6.19shows

fissures se produisent quand ces briques vertes

ont été utilisés dans un projet où un mur

trempés par la pluie soudaine au cours de construc -

tion.

Le grain du sol distribution de la taille d'un plus maigre

loam sableux appropriées pour les blocs de terre est

montre la 6.22. Il montre 14% d'argile, de limon 22%,

62% de sable et 2% de gravier, et ne montre aucun

fissures de retrait après le séchage.

En règle générale, on peut affirmer que les blocs de terre

devrait avoir assez de sable grossier pour permettre

leur permettre d' atteindre une porosité élevée (et là -bas

donc la résistance au gel élevée) et Haut Commis -

pressive force avec un retrait minimum.

Mais dans le même temps, il doit être suffisant

l'argile pour créer une force contraignante suffisante pour la

bloc à traiter.

Couché blocs de terre

Il est important de blocs de terre de refuge

pluie sur le site. Dans les pays industrialisés, en tant que

règle générale, les briques vertes classés par les usines, sont

palettisés et couverts entièrement en plastique.


Blocs de terre sont prévues avec la mor soit loam -

goudron, mortier de chaux hydraulique ou de grande hydraulique

mortier de chaux. Bien que les petites quantités de

ciment mai faut ajouter à ces mortiers,

mortier de ciment pur n'est pas conseillé, car il est

trop rigide et cassant. Pour éviter le rétrécissement

fissures à l'intérieur du mortier pendant le séchage, la

mortier devrait contenir une quantité suffisante

de sable grossier. La teneur en argile mai varient

de 4% à 10%. La formation de rétractables

fissures âge peut aussi être évité lorsque le

couche de mortier est plus mince que d'habitude. Il s'agit d'un

plaisir de travailler avec du mortier terreau, car il

n'est pas abrasif pour la peau. Mortier de chaux,

Toutefois, les attaques contre la peau et mai éga lement

causent des allergies.

Travailler avec des blocs de terre

65

6,16

6,17

6,19

6,20

6,18

Si les blocs sont trempés dans l'eau pendant un court

le temps de faire la surface molle et malléable, il

devient possible de construire des murs de la terre

blocs sans utiliser de mortier. Ces trempés

les blocs peuvent être simplement empilés, comme pour tout

travaux de maçonnerie à sec, et ils se lient. Tel

travail, cependant, a besoin d'un œil très fine et

main-d'œuvre qualifiée, car il est difficile de con -

contrôle des joints horizontaux et du modèle,

puisque aucune tolérance de l'épaisseur du mortier est

disponible.

Blocs de terre peut être coupé beaucoup plus facilement


que les briques cuites, l'aide de scies ordinaires, pour

Par exemple, comme dans 6.20. Si des parties de blocs

sont nécessaires, ils peuvent soit être scié droit

à travers, ou bien les couper à une profondeur d'environ

2 cm, après quoi les sections peuvent être brisés

off avec le robinet d'un marteau. Au lieu d'un

vu, une rainure peut aussi êtr e marqué avec une

truelle ou un couteau avant d'utiliser le marteau.

Traitement de surface

Si elle est suffisamment humidifié avec un outil comme un

sentait truelle, exposés blocs de maçonnerie en terre

avec des surfaces inégales ou des joints peut être fa cilement

lissées. Le plâtrage n'est pas souhaitable,

car il interfère avec la capacité de terreau

murs de l'équilibre humidité de l'air intérieur (voir

chapitre 1, p. 16). Cependant, la terre nue

de blocs de maçonnerie peut, s'il n'est pas esthétiquement

acceptables, avoir un lavage de terreau lisier

stabilisée avec, par exemple, la chaux, de chaux

caséines, etc (6.23). Ce lavage a également un impact

stabilité de la surface du mur (pour plus de détails

au sujet du traitement de surface, voir le chapitre 12,

p. 98).

Travailler avec des blocs de terre

66

100

90

80

70

60

50

40

30

20

10
0

0,001 0,002 0,06 0,01 0,02 0,06 0,1 0,2 0,6 1 2 6 10 20 60 100

Argile Limon Sable Gravel

Fin Moyen Gros Fine Fine moyenne grossière moyenne grossière

rc

fr

ta

un

dans

Granulométrie (mm)

100

90

80

70

60

50

40

30

20

10

0,001 0,002 0,06 0,01 0,02 0,06 0,1 0,2 0,6 1 2 6 10 20 60 100

Argile Limon Sable Gravel

Fin Moyen Gros Fine Fine moyenne grossière moyenne grossière

rc
fr

ta

un

dans

Granulométrie (mm)

6.21Grain taille distribution

courbe tion de terreau utilisé

dans une usine de briques

6.22Optimised grain

courbe de distribution de la taille

pour adobes

6.23Exposed terre

mur de blocs finis

avec un loam-lait de chaux,

Bendigo, Australi e

6.24Bookshelves fixes

au mur un bloc de terre

6.25Industrially

produit non brûlé

léger briques

6,21

6,22

Attaches de fixation au mur

Clous peuvent être conduits dans un bloc de terre, murs

plus facilement que ceux construits dans des

briques cuites. Le p lus poreux et humide

le matériau, le plus facile peut enfoncer un clou

à travers elle. Briques vertes ont tendance à fendre plus

facilement que les mottes de terre et adobes. Si très


gros clous sont utilisés, il est conseillé de percer un

trou dans le bloc. Heavy étagères ou murales

Armoires suspendues peuvent être fixés au mur facile

l'aide de vis et chevilles. Goujons trous,

toutefois, devrait être foré assez grand pour

empêcher les blocages de la fissuration. En 6.24, lourds

étagères sont fixées à un mur vert

utilisant des chevilles et vis.

Loam léger blocs

Dits blocs de glaise ou vert léger

briques ont un poids spécifique de moins de

1200 kg/m3and composent d'un sol argileux, avec

granulats légers, tels que la paille, la sciure,

des fibres de cellulo se, liège, perlite, pierre ponce ou

d'argile expansée. En raison de leur bonne thermique

effets de l'isolation, ils sont utilisés pour l'extérieur

murs en climat frais ou froid. Illustration

6.25shows certains de ces briques non brûlés

qui sont produits in dustriellement en Allemagne.

Travailler avec des blocs de terre

67

6,23

6,24

6,25

Special Acoustic briques vertes

Afin d'optimiser le comportement acoustique

de chambres à coupole, une brique de terre glaise spéciale avec

coins arrondis été développé par l e

Auteur (6.27). Les coins arrondis et la

encorbellement effet des briques (6.26) Taux de rendement

une bonne répartition du son, tandis que good sound

l'absorption est produite par la coupure des joints

et les trous dans la brique. Illustration 6.28

dépeint A6-m-highwall d'imbrûlés (vert)

briques, mis en place pour améliorer la


le comportement acoustique de la salle.

Travailler avec des blocs de terre

68

6.26Detail de terreau

coupole en brique

Loam brique 6.27Special

d'améliorer acoustiques

comportement

6,28 Loam mur de briques

6,26

6,27

6,28

Avec monolithique murs en terre battue, ou

même avec de petites dimensions en maçonnerie de briques, l'homme -

la puissance est élevée et temps de séchage peut retarder

Les travaux de construction en raison de la inhérente

eau. Par conséquent, plusieurs idées impliquant

grands éléments préfabriqués ont été

développés.

De gros blocs

Pour autant qu'ils sont assez légers pour être transportés

dans une main, ou tout au plus dans les deux, largerblocks

peut être posé pl us rapidement. Granulats légers

et les cavités peuvent être utilisées pour réduire le poids.

Pour une manipulation aisée, l'adhérence est titulaire devrait être

incorporés dans des formes de bloc.

Légèreté des blocs de paille, 50 x 60 x 30 cm,

utilisé dans plusieurs projets par les gouvernements allemand

architecte Sylvester Dufter, sont plus efficaces

pour faire bloquer les uns walls.Though pèse

26 kg, elles sont produites sous le couvert et

à proximité du mur, et peut alors être presque

basculé dans leurs positions finales (voir 7.1

et 7.2). Utilisation de blocs de tel, un de 50 cm d'épaisseur

mur donne une valeur U de 0,3 W/m2K. Dufter


guidé plusieurs do -it-yourself projets utilisant

ces blocs. Dans un cas, le propriétaire -constructeur

produit de la famil le 1500 blocs en cinq semaines,

suffisante pour leur maison.

Minérales Lightweight blocs loam mesure

15 x 15 x 30 cm, qui sont faites de terre glaise

et l'argile expansée, ont été produits

en Hongrie, en utilisant des couches d'oeuf (de type

utilisés dans la fabrication de blocs de béton) (7,3). Tel

blocs ont été utilisés pour fournir d'autres

isolation thermique extérieure à une battue

Terre mur de la maison à Tata, Hongrie (7,4).

Différentes sections pour les grands panneaux muraux

faite d'argile minérale légère et

développé par l'auteur de ce livre, sont

indiqué en 7.5. Ils peuvent être utilisés soit dans

Agrandir blocs

69

7 blocs de grande taille et des panneaux préfabriqués

7.1Making-lumière

poids de la paille loam

blocs

7.2Exterior mur

faits de gros blocs

de paille léger

Loam

7,1

7,2

intérieur des murs, ou d'augmenter le thermique

isolation des murs extérieurs de l'extérieur.

Cavités de réduire le poids et l'augmentation thermique

isolant, tout en fournissant simultanément

adhérence est valable pour u ne manipulation aisée. Illustration 7.6

montre des éléments similaires qui peuvent être utilisés pour

rendant voûtes.
Panneaux de murs préfabriqués

Des éléments préfabriqués, chacun 6 à 12 cm

d'épaisseur et mesurant entre 30 x 60 cm

et de 62,5 x 100 cm, on t été utilisés pour

des éléments non portante. Ceux -ci devraient

être faite de limon léger avec la den -

sité de 800 à 1000 kg/m3. Panneaux plus légers que

800 kg/m3must être bordée de bois,

depuis leurs points forts pointe sont insuffisants pour

manutention. Un élément extrêmement léger avec

une densité de 550 kg/m3was développé par

la firme allemande Breidenbach, elle est faite de

nattes de roseaux recouverts d'argile et couvert

avec un tissu de jute.

Illustration 7.7shows un mur construit avec

"Karphosit" éléments, qui sont produites

à partir de poudre d'argile et de boutures de paille, et

ont une densité de 850 kg/m3. Ils mesurent

62,5 x 25 x 10 cm. La firme allemande HDB

Weissinger produit 1 m de largeur et jusqu'à 3 --

moy-haute éléments timb erframe mur rempli

en argile légère (7.8and 7.9).

Dalles de plancher

Loam éléments qui agissent comme intercalaire entre

joints de sol offrent aussi phonique et thermique

isolation (7.10). En Hongrie en 1987, le

auteur de ce livre développés porteurs

éléments de remplissage avec du ciment -light stabilisés

poids de terre grasse. Illustration 7.11shows une telle

élément avec son moule. Illustration

7.12depicts diverses conceptions de murs porteurs

panneaux de plancher.

Agrandir blocs

70

7.3Making légers
minérales blocs loam,

Tata, Hongrie

7.4Using légers

minérales blocs loam

comme externe supplémentaire

Isolation thermique des

une mur en pisé de terre,

Tata, Hongrie

7.5Lightweight loam

blocs pour la construction de murs

tion

7.6Lightweight loam

blocs pour voûtes

7.7Interior mur

léger loam

panneaux

7,6

7,5

7,3

7,4

7,7

Dalles de sol

Préfabrication de tuiles faites avec stabilisé

terre peuvent être utilisées pour les revêtements de sol. Un atout sur

tage, c'est que depuis qu'ils sont alreadydry, shrink -

d'âge ne se produit que dans les articulations. Miller, Grigutsch

et Schulze (1947, p. 5) à recommander l'

utilisation de Fe3O4, sang de bœuf et de goudron, afin de

stabiliser ces tuiles et de leur fournir

dureté de surface. Tests à la construction

Research Laboratory (BRL) ont montré qu'un

haut degré de dureté de surface pourrait être

obtenu par addition de 6% à double coque Lin -

de graines oléagineuses, en liaison avec le compactage de la

surface et en utilisant la cire à plancher comme un polonais.


Méthodes d'augmenter la dureté de surface sont

décrite au chapitre 14, p. 112.

Plaques extrudées loam

Illustration 7.

13shows extrudé limon vert

dalles constitué d'un loam avec de l'argile de haute

contenu. Ils sont extrudés 3 à 10 cm d'épaisseur,

50 cm de large et les couper en longueurs allant jusqu'à

100 cm ou plus. --

Agrandir blocs

71

7.8to 7.9Structural

éléments remplis de lumière

poids loam

Loam 7.10Infill éléments

pour les planchers

7.11Load porteurs

ciment lumière stabilisés

poids remplissages limoneux,

Hongrie

7.12Load portant loam

dalles de plancher

7.13Extruded loam

dalles, Allemagne

7,9

7,8

7,11 7,13

7,10 7,12

Contrairement aux autres matériaux de construction, terreau humide

a la capacité de se former dans n'importe quelle

forme. Il présente donc un défi créatif

défi pour les concepteurs et les constructeurs. Le manuel

façonnage des murs de mottes de terreau humide

limon ou de pâte épaisse est très répandue en Afrique

et en Asie, et est également connu en Europe et


Amérique. Comme aucun outil n'est né cessaire pour

travailler avec la terre, c'est le plus simple et la plus

primitives technique. Le mélange préparé est

utilisé directement (sans produits intermédiaires

en cours de formation ou de processus intermédiaire). Son

inconvénient est que loam même maigre de seulement

10% à 15% d'argile montre retrait linéaire de

3% à 6% lors du séchage. Plus l'argile

contenu et de l'eau plus employée,

plus le retrait. Limon épaisse pâte

à forte teneur en argile mai même avoir un

retrait du rapport linéaire de plus d e 10%. Illustra -

tions 8.1and 8.2show un banc formé

avec des éléments limoneux humides où le retrait

n'a pas été pris en compte. Ce qui suit

sections expliquent comment pré -conçus shrink -

fissures âge de plus petites dimensions, ou de l'utilisation

des éléments courbes peuvent aider à réduire ou à

même éviter de telles fissures. La théorie impliquant

réduire le rétrécissement en modifiant com loam -

position est expliquée dans le chapitre 4, p. 39.

Les techniques traditionnelles de terreau humide

Alors que dans le cas de travaux Brique de terre, sec

éléments sont mis en place avec des joints de mortier, pas de

mortier est utilisé avec le travail terreau humide. Plastic

Loam est liée tout simplement par battage, les coups,

pressage ou de lancer.

Dans le sud de l'Inde, un terreau humide très simple

technique est encore en usage aujourd'hui: l'aide d'un

houe, la terre est mélangée avec l'eau pour un pâté

cohérence, transporté sur le site en métal

récipients en équilibre sur la tête du travailleur,

et coulé sur le mur en construction. C'est

s'est ensuite propagée à la main dans les couches de 2 à

4 cm d'épaisseur. Que la pâte se dessèche assez rapidement


dans le soleil, le mur peut être construit en continu

Ly, couche par couche.

Dans le nord du Ghana, une autre technique est

utilisés. Ici, des boules de terre humide se forment

et ensuite utilisés pour construire des murs circulaires

tout simplement en empilant et en appuyant sur (8.3 et

8.4). Après le mur sèche, la surface est Plas -

tation des deux côtés et ens uite lissée

et poli avec les pierres à plat dans une rotative

frotter mouvement. Illustration 8.5shows

Direct formant

72

8 Direct formant avec terreau humide

8.1Forming un banc

en terre glaise humide

8.2Shrinkage fissures

dans le même banc

après séchage

8,3 à 8.4Making

murs en utilisant des billes de

terre humide, au nord -

Ghana (après-Schreck

enbach, sans date)

8.5Nankansi cour

cour de la maison, au nord

Ghana

8,1

8,2

un composé construit en utilisant une primitive similaires

technique.

Dans le nord-ouest du Ghana, de 40 cm des murs épais

ont été construites avec des mottes de terreau humide

en utilisant une autre technique traditionnelle. Ici,

ils sont construits dans des couches de sorte que chaque suc -

couche cessive chevauche légèrement le précédent


un (8.6). Les chambres de ces maisons sont

plus ou moins rectangulaire, et ont arrondi

angles (8.7).

Au Yémen du Nord, multi -étages, des maisons ont

été construit en utilisant une technique de terreau humide

appelé Zabur (8.8, 8.9and 8.10). Ici, les motte s

d'argile de paille sont façonnés à la main et

jetés avec un impact fort pour construire le mur

de telle façon qu'ils sont compactés et

adhérer à la base, formant un ensemble homogène

de masse. La surface est souvent battus et com -

compacté par le martèlement d'une sorte de bois

fr truelle.

Une technique de construction utilisant des mottes de terre glaise

appelée «COB» était largement répandue dans le sud -ouest

Angleterre au début du 15ème siècle, et

a été utilisée au moins jusqu'à la 19ème siècle,

en particulier dans le Devon. Hill décrit cette tech -

nique comme suit: un homme se tient aux côtés de trois

volets de fourche sur le socle de la muraille,

tandis que se forme un deuxième homme mottes aussi grand

comme deux poings. Le deuxième homme puis jette

les mottes à la première, qui les captures

sur sa fourche et, marchant à reculons,

les jette sur le mur. Lorsque néces -

saire, il a aussi compacte le mur avec ses pieds.

De cette façon, les couches 50 à 60 cm de hauteur sont

construit. Pour donner une finition encore, la surface

est tranché. Épaisseurs de mur sont généralement

45 à 60 cm (McCann, 1983). Illustration

8.12shows une maison, une encore habitée, à

Direct formant

73

8.6Traditional humides

loam construction,
au nord-ouest du Ghana

(après Schreckenbach,

pas de date)

8.7Typical habitation,

au nord-ouest du Ghana

(après Schreckenbach,

pas de date)

8,5

8,6

8,7

8,3

8,4

Cockington (Devon, Angleterre) qui a été construit

utilisant cette technique en 1410.

Une technique similaire appelée Wellerbau, a

été connu en Allemagne depuis médiévale

fois, et était particulièrement répandue dans

Thuringe et en Saxe. Ici, l'argile de paille

n'est pas formé dans les mottes comme dans le COB -tech

nique, ni compacté en jetant comme avec

la zaburtechnique, mais est directement empilés

avec une fourche et ensuite compacté à l'aide

les pieds ou les béliers (8.11). Le mur est construit en lay -

ERS de 80 à 90 cm. Après une courte période de séchage

od, la surface de ces couches est lissée

avec un coin pique -forme.

Le "pain de Dünne loam" technique

Des techniques similaires à celles utilisées dans

La Slovaquie et le Yémen, a décrit ci -dessus, ont été

connu en Afrique du Nord. Ils ont inspiré Gustav

von Bodelschwingh, un missionnaire allemand,

de les adapter aux condition s allemandes. Le

résultant technique tire son nom de

la petite ville de Dunne, où il a d'abord été

utilisés.
Ici, des miches de terreau humide sont empilées dans

schémas de maçonnerie, mais sans mortier. Dans

afin de mieux coller à la

plâtre qui est appliqué plus tard, un trou conique est

faite sur la face extérieure de chaque pain en utilisant

le doigt (voir 8.13). Trois à cinq couches sont

pondu par jour. Une chaux plusieurs couches de plâtre

d'épaisseur est utilisé après que le mur est sec. La prem ière

cette maison a été construite en 1925 (8.14). Au sein de

les cinq prochaines années, plus de 300 maisons

ont été construits par des coopératives, formé par

chômeurs, les travailleurs à l'initiative de M. von

Bodelschwingh. Les familles entières de la

membres ont participé à la production et

construction.

Direct formant

74

8,8 8,9

8,10

8,11

Le stranglehmtechnique

Au laboratoire de recherche de construction (BRL)

une nouvelle technique de limon humide, appelée

(stranglehm "loam volet") technique, a été

développés en 1982. Murs, voûtes et coupoles

peuvent être construits avec cette technique. Même intégré

de meubles et articles d'hygiène, comme décrit

au chapitre 14, p. 133, peuvent être formés.

Production de stranglehmelements

Afin de produire des profils d'argile humide, d'une

appareils d'extrusion a été développé par le

BRL. L'utilisation de cette machine, les profils terreau humide

8 x 16 cm de section peut être produit à un

taux de 2 m par minute (1,4 m3 / h). Cet

prototype, qui était disposé verticale ment,


comme dans 8.15, a ensuite été affiné, ce qui donne un

sortie de 3 m par minute (2 m3 / h) en utilisant un

horizontal arrangement, comme le montre la 8.16.

La machine se compose d'une section d'engraissement

avec deux contre-cylindres rotatifs, qui

mélanger le produit avant d'être renvoyées à une

section avec des couteaux rotatifs pour le mixage. Le

matériau est alors placé dans une vis sans fin,

ce qui crée une pression suffisante pour forcer le

produit hors de l'embouchure d'extrusion.

Direct formant

75

8.8Multi étages

des maisons en utilisant

la zaburtechnique,

Yémen

8,9 à 8.10Construc -

tion d'un mur de torchis,

en utilisant les zaburtech -

nique

8.11Traditional

Wellerbautechnique,

Allemagne

8.12Cob bâtiment

à partir de 1410, Cocking -

tonne, Devon, Angleterre

8.13Unplastered mur

d'un mouton hangar,

Dunne, Allemagne

8.14Residence,

Dunne, Allemagne

8,12

8,14

8,13

Préparation du mélange
Essais avec 30 mélanges différents, y compris

contenant de la paille, sciure de bois et de pin

aiguilles, a mon tré que la réduction de retrait

et l'augmentation de la production a été négligeable, indi -

quant que le marché du travail et des efforts supplémentaires

impliqués dans l'introduction de ces additifs a été

pas la peine. Toutefois, l'ajout de

lactosérum légèrement augmenté leur production, et a donné

une meilleure résistance à l'eau et la surface en dur

Ness. Poudre de caséine et de l'eau peut être sous -

que au lieu d'lactosérum. La combinaison de cette technique

doit avoir une teneur plus élevée en argile que celle pour

blocs de terre battue. Une teneur en argile de

15% a été trouvé avantageux. Loam ELE -

ments ayant des teneurs en argile inférieure montré

fissures dans les coins. Le contenu doit être

optimisée de telle sorte que le profil fini est sec

suffit pas d'être manipulé, encore assez humide à

se conformer lorsqu'ils sont empilés dans le mur.

Poser les éléments

Dans le bâtiment d'essai d'abord fait à l'Uni -

université de Kassel, en Allemagne, en 1982 (8,17

et 8.18), 2 m de long, ont été profilés extrudés

transportés sur une planche et dévié sur

sur le mur. Les joints ont fini par

en les pressant avec les mains nues ou avec

un bâton de modélisation. Depuis le poids de la

couches supérieures ne peut être autorisé à serrer

récupérer le matériel infé rieur, seulement trois à cinq

couches sont possibles dans une journée.

Comme ces profils a montré le retrait du

environ 3%, il est nécessaire de remplir le

fissures de retrait qui apparaissait. Étant donné que cette

a été laborieux, à la prochaine applicat ion de la présente

technique dans une maison d'habitation à Kassel,


Allemagne, en 1984, seulement 70 cm de long profils

ont été utilisés. Les résultats ont montré que, à ce

longueur, et des pré -conçus contraction

joints espacés de 70 cm, pas de retrait se produit

dans les éléments eux -mêmes. L'extrudeuse

a été positionné au centre de la maison

pour minimiser les distances de transport.

Direct formant

76

8,15

8.15Vertical extrudeuse

pour Pro loam extrudé

fichiers (Heuser)

8.16Horizontal

extrudeuse pour extrudé

Profils loam (Heuser)

8,17 à 8.18Walls de

loam Pro extrudé

fichiers, maison d'essai, Uni -

université de Kassel, 1982

8.19Extrusion de terreau

profils

8,16

8,17

8,18

8,20 à 8.22Stacking

loam profils extrudés

à l'état plastique

8.23Smoothening

la surface avec un wet

éponge

8.24Sculptured interi -

ou un mur fait de

loam profils extrudés

8.26Filling une contrac -


tion conjointe avec un peu

loameux humides

Illustrations 8.19, 8.20, 8.21and 8.22show

la production, le transport et la pose de

ces éléments. Les murs de ce projet sont

encadrées de bois avec des poteaux à 2,1 m -CEN

tres. Le panneau ainsi formé est divisé en

trois parties avec des éléments de bois verticaux 4 x

4 cm de section à 0,7 m / centres. Ils agissent comme

raccord langues dans les éléme nts de limon

assurer la stabilité latérale. Afin d'assurer

séparation de ces éléments lors de la

procédé de séchage à une coupure est faite à la truelle,

de sorte que la Loi sur les articulations comme pré -conçus con -

joints de traction. Après séchage, la différence se creuse

attribuable au retrait, et peut être avantageusement

rempli lors de l'essuyer avec un mélange de chaux,

de plâtre, de sable et de limon. Il est très facile de

lisser la surface de ces éléments avec

une éponge humide (8.23), mais pour obtenir un riche

ly texture et un effet régulier (comme vu dans

les photos), plus façonner à la main

mai être fait avant l'éponge. Illustration

8.24shows le remplissage d'une contraction conjointe

en argile légèrement humide à l'aide d'un marteau

et un outil en bois.

Illustration 8.26 and8.27show finis

murs. Murs constitués de ces éléments

peut être façonnée facilement à l'état humide; A FIN -

ished exemple est montré dans 8.25, où

matériau a été ajouté à la paroi, ainsi

sculpté comme hors de lui.

Direct formant

77

8,19
8,20

8,21

8,22 8,24

8,23

8,24

Direct formant

78

8.26Finished intérieur

mur fait de extrudé

Profils loam

8.27Finished Strang -

Lehm murs, la résidence,

Uchte, Allemagne

(1986)

8.28Variations de

externes et internes

murs à l'aide Strang -

Lehm

8,29 à 8.30Making

murs en stranglehm

différents modes

8,26

8,27

Wall types

Dû à un rétrécissement de 3% à 5%, les éléments à long

ments ne sont pas recommandés. Illustration

8.28shows plusieurs possibilités pour l'intérieur

et les murs externes en utilisant des éléments plus courts.

Solution C dans cette figure est uniquement destiné à des

extérieur des murs. L'espace entre les deux

de murs en torchis extrudé peuvent être remplis de la lumière

poids matériau en vrac telles que des particules de lièg e,

argile expansée, la pierre ponce, etc, afin d'augmenter ther -

mal isolation. Les éléments structurels peuvent également

être placé dans cet espace. Si les autres murs


besoin illustré qui sera fourni avec thermique

l'isolation, une solution commune est donnée dans

8.31, la valeur U du mur illustré

étant 0,295 W/m2K.

Illustrations 8.27, 8.29and 8.30show travail

effectué sur une maison d'habitation en Allemagne,

avec une plus petite loam profils extrudés

obtenu à partir d'une usine de fabrication de brique s.

En raison du processus de production, ce limon

devaient avoir une teneur plus élevée en argile, provoquant

un grand nombre de problèmes de retrait;

réparer les fissures qui sont apparues tourné

avérée très longue.

Direct formant

79

8,31

8,29

8,28

8,30

Plastic loam a été utilisé pour des milliers de

ans afin de combler les lacunes dans les maisons en rondins où le

logs sont disposés horizontalement, ainsi que dans les pal -

isades (où les troncs d'arbres sont positionnés

verticalement). Dans la culture traditionnelle Fachwerk européenne

(ossature bois) des maisons, ainsi que dans les Améri -

peuvent, d'Afrique et d'Asie acacia -and-daub

structures, terreau humide (contenant habituellement coupés

paille) est lancée sur un maillage interdépendantes de

des brindilles, des branches, des bâtons de bambou et similaires

(9.1). Comme indiqué dans ce chapitre, il existe

de nombreuses variantes de cette technique. Modern

techniques de remplissage que l'usage mécanique

dispositifs permettant de réduire l'apport de tr avail sont décrites

dans ce chapitre.

Thrown loam
Loam Thrown techniques ont été utilisées

dans toutes les régions tropicales, sub -tropicales et tempérées

les climats du monde, et sont probablement

âgés de plus de pisé et de bloquer la Terre

pratiques. Ces clayonnage et torchis -tech -

niques sont appelés bahareque, bajareque,

bareque quincha ou en espagnol et en Lehm -

bewurf en allemand.

Ces structures consistent en verticale et horizontale -

zontal membres qui forment un réseau. Euro -

péenne systèmes utilisent habituellement du bois verticales

membres entrelacés avec des brindilles (9.4).

Loam, généralement mélangé avec de la paille hachée, et

parfois avec des fibres, est jetée ou pressé

sur ce réseau afin qu'il couvre au moins

2 cm de tous les membres. Si cette couverture n'est pas

épaisseur des fissures assez et ne sont pas bien

réparés, les murs se détériorer rapidement (9,3).

La consistance du mortier utilisé

est facilement vérifiée en laissant tomber un diamètre de 10 cm

compteur balle d'une hauteur de 1 m sur une dur

surface. Si le diamètre du disque aplati

ainsi formé des mesures 13 à 14 cm, le

la cohérence est à droite.

Illustrations 9.2and 9.5show une variation de

le clayonnage et torchis technique dans lequel

la taille de la maille est plus grand e (jusqu'à 20 cm

d'intervalle), et il ya un extérieur et une

intérieur du réseau. Les espaces dans la grille ainsi

formés sont remplis avec des mottes de terre glaise.

Gravier grossier ou même des pierres sont parfois

également utilisé comme remplissage. L e type de mur montre

9.5is construit de composants préfabriqués

sants, et a été utilisé dans plusieurs pays à bas coût

projets de logements à Bahia, Brésil.


Sprayed loam

Depuis clayonnage et torchis techniques sont très

main-d'œuvre, attemptshavebeen diver ses

déployés pour utiliser les machines de pulvérisation pour appliquer

Wet loam intercalaire

80

9Wet remplissage limoneux, dans les ossatures

9,1

9,2

mélanges. Le principal problème avec l'ensemble de ces

techniques a été le lieu commun -

rence de fissures de retrait.

L'architecte allemand Hans -Bernd Kraus

développé une technique dans laquelle une mince Loam

mélange est pulvérisé en même temps ensemble

avec de la sciure sèche (à partir d'une buse à part).

Les deux s'entremêlent pulvérisations avant de frapper le mur.

Couches 4 à 6 cm d'épaisseur sont pulvérisés sur des

dalles de laine de bois utilisé comme coffrage perdu.

Les dalles de laine de bois fournissent également considé -

pouvoir d'isolation thermique (9,6). Un autre spray -

loam léger mesure utilisés pour renforcer

l'isolation thermique des murs est décrit

au chapitre 11, p. 95.

Rolls et des bouteilles d'argile de paille

En Allemagne et en France, les ouvertures dans le

cadres de bois de construction traditionnelle à pans de

maisons sont parfois remplis avec élé -

ments obtenus par roulage limoneux paille tout autour

une latte de bois, comme vu dans 9.7and 9.8.

Ceci est moins forte intensité de travail puis le clayonnage

et technique de torchis, et a ajouté la

l'avantage que presque toutes le s fissures de retrait

se produire.

Deux principaux systèmes sont utilisés: soit un loam


feux de paille corde est enroulée en hélice autour

une latte ou une natte de paille collée en argile

est basculé sur une latte. Les entrées du travail des

ces techniques est encore plus élevés que ceux

en utilisant "loam volet« techniques (voir chapitre

8). Une variante de la technique de roulement a été

testé avec succès à la recherche en bâtiment

Laboratory (BRL). Il utilisait un mortier de terre glaise

à forte teneur en sable grossier, qui a été

collé dans un métal ou d'un grillage plastique

(communément utilisés pour le renforcement des mortiers).

Le terreau a été collé sur le maillage en

une épaisseur de 2 cm, et les deux ont été laminés

autour d'un bâton de bambou pour former intercalaire

éléments (9.9, 9.10and 9.11). Étonnamment,

fissures de retrait est cependant intervenu

avec cette technique.

Illustration 9.12depicts la traditionnelle GER -

Man Technique de la construction avec "bot loam -

TLE. "Ici, les membres secondaires verticaux sont

a fixé au 15 à 20 cm à l'intérieur même du cadre.

Les "bouteilles" sont prises en tenant de 1,5 litre

messes du mélange et en les déposant

Wet loam intercalaire

81

9.1Traditional fosse

maison du Pueblo

Indiens, 3 e siècle

AD, (Bardou, Arzou -

Manian, 1978)

9.2Variations de

clayonnage et torchis -tech -

nique (après Vorhauer,

1979)

9.3Traditional clayonnage
enduit de torchis et de construction,

Venezuela

9.4Traditional clayonnage

enduit de torchis et technique,

Allemagne

9.5Prefabricated

clayonnage enduit de torchis et

système, le Brésil

9.6Spraying-lumière

poids loam

9,5 9,3

9,6

9,4

sur le centre d'une croix faite de deux

ballots de paille. Les extrémités des faisceaux

sont alors levées autour de la terre glaise, ce qui

formés en bouteille comme les formes et couverts

en argile. La bouteille est ensuite tenue horizon

de pointage, et le cou enroulé autour du Verti -

Cal membres, tandis que le fond est pressé

contre le goulot de la bouteille précédente.

Lightweight loam inte rcalaire

Comme ils ne parviennent pas à fournir thermique suffisante

l'isolation, les techniques traditionnelles

décrits dans les sections précédentes ne peuvent être utilisés

dans la construction moderne dans les climats froids.

Pour assurer une isolation thermique, les cadres

peuvent être remplis avec des mélanges argile légère

(ou à l'extérieur couvert de couches de com -

communément utilisé des matériaux d'isolation thermique).

Cette technique a l'avantage d'être moins

l'intrant travail et pas de retrai t que ce soit.

Systèmes avec une plus grande isolation thermique

les effets sont présentés dans le chapitre 14, p. 108. Le

additifs légers sont décrits dans le chapi -


ter 4, pp. 48 à 51.

Intercalaire avec de la terre stranglehmand -

tuyaux remplis

Solutions modernes de combler les ouvertures

Structures en bois à claire voie ou à pans de bois

maisons avec de la terre stranglehmor -remplie

les tuyaux sont décrits dans le chapitre 8, p. 75 et

Chapitre 10, p. 89.

Wet loam intercalaire

82

9.7Timber ossature murale

avec remplissage de paille

rouleaux loam (en allemand:

Wickel) (après Houben,

Guillaud, 1984)

9.8Making loam

rouleaux de paille (après

Vorhauer, 1979)

9,9 à 9.11Modern

PROCEDE DE FABRICATION

rouleaux de paille loam (BRL)

9.12Traditional

PROCEDE DE FABRICATION

paille bouteilles loam

9,9

9,7

9,10

9,8 9,12

9,11

Coffrage

De murs en torchis légers peuvent être construits

utilisant tout type de coffrage, mais depuis moins

l'impact est en jeu que terre damée -

travail, les planches de coffrage peut être pl us mince.

Diverses possibilités sont indiquées dans horizontale


section 10.1.

Afin de réduire le nombre de conseils,

coffrage grimpant est souvent utilisé. Quatre

types de ce système sont illustrées à la section 10.2.

Lorsque vous travaillez avec des minér aux légers

loam, il est même possible d'utiliser seulement une

faces de coffrage. Cela pourrait être fait avec

un conseil à l'extérieur, auquel cas la

mélange peut être jeté sur le de la

au coeur de la main ou avec une truelle.

Damé léger loam murs en pail le

La préparation du mélange est décrite dans

chapitre 4, p. 46. Le mélange est jeté dans

le coffrage en couches 10 to20cm inheight

soit à la main ou (plus souvent) avec un

fourche, et à se compacter avec légèreté

falsifie la main.

Il convient de mentionner que léger

mélanges argile ont tendance à s'installer, afin que la

lacunes qui se forment doivent être inspectés et

plus tard, recyclées. Le tremplin d'un mètre -ele essai à haute

ment indiqué dans 10.3displayed règlement des

9%.

Il convient égale ment de mentionner que, lorsque

travaillant avec des mélanges très léger (à densi -

les liens en dessous de 600 kg/m3) et avec des parois plus

Ce chapitre présente plusieurs techniques

que l'utilisation terreau léger par damage, pour -

ING ou systèmes de pompage pour les planchers, les murs ou le toit -

tèmes. Les différents types de légèreté

limons sont examinées au chapitre 4, tandis que

Le chapitre 9 traite de la façon dont terreau léger

peut être utilisé comme remplissage de pans de bois et

structures squelette. Plâtre projeté est

décrite au chapitre 11. Exécutions spéciales pour


murs qui donnent résistance d'isolation est dis -

examinés dans le chapitre 14, et thermique supplémentaire

mesures d'isolation en utilisant terreau léger

sont abordés dans le c hapitre 13.

Damé loam léger

83

10 damé, versé ou pompé loam léger

10.1Horizontal sections

avec Tim intégré différents

bre d'éléments

10.2Systems d'escalade

coffrages

10,2 10,1

Damé loam léger

84

de 25 cm d'épaisseur, de la paille peuvent pourrir

dans l'intérieur du mur. Illustration 10.4

montre un exemple d'une de 30 cm de mur épais

construite de torchis de paille léger, avec un densi -

té de 350 kg/m3. Après quelques mois, lorsque

l'extérieur semblait être complètement sec,

la carotte a été chassé pou r une installation électrique

ment, et a été retrouvé à pourrir. Même

le membre de bois de charpente ont été

attaqué par les micro -organismes des profondeurs de

2 cm (Schmitt, 1993). Avec des murs légers,

cloportes mai également apparaître et de manger le

paille. Par conséquent, il est toujours souhaitable que

les tas de paille sont totalement scellés par les

limoneux, ce qui signifie que le mélange doit

ont une densité de plus de 600 kg/m3.

Damé léger loam murs en bois

Les copeaux de bois et de sciure de b ois sont souvent utilisés comme

granulats légers au lieu de paille.

Elles sont plus faciles à mélanger avec la terre glaise, mais


ont une moindre mesure de l'isolation thermique

effet, et le séchage prend un temps très long.

Illustration 10.5shows les 50 cm de mur épais

d'un bâtiment historique restauré, dont le bois -

10,3

10,4 10,5

10,7

fr membres ont été totalement détruits par fun -

Gus parce que la période de séchage du bois

loam avait plus d'un an.

Damé, versé ou léger pompé -

loam minérales murs poi ds

Lightweight loam minérale peuvent être damé

dans le coffrage comme terreau de la paille. Mais il peut

également être versé ou pompé si le consisten -

cy est correcte. Il absorbe aussi moins d'eau

(séchage donc plus rapide), présente moins de champignon

, la croissance plus grande résistance à sec, de vapeur plus élevées

résistance à la diffusion et l'augmentation de surface en dur

Ness que loam limoneux paille et de bois. Vari -

UO agrégats minéraux légers sont

décrits au chapitre 4, p. 49.

Damé loam léger

85

10.3Settlement de lumière

poids de la paille loam

10.4Cut-out de la lumière

poids de la paille loam mur

avec un intérieur pourri

10.5Lightweight bois

loam mur, détruit par

champignon

10.6Ramming une terre

mur de torchis et de pierres ponces,

Pujili, Équateur
10.7Shaping une fenêtre

filon-couche en utilisant une machette

10.8Mixing légers

minérales loam

10.9Pouring légers

minérales loam

10,6

10,8

10,9

Damé murs

Illustration 10.6shows la construction de

un bâtiment dans Pujili, l'Équateur, en utilisant comme ponce

granulats légers mélangés dans la glaise

et légèrement tassée dans un coffrage. Le

coffrage a été immédiatement démontée après

le mur a été fini. Le mur a montré une

haut degré de force, même si elle était encore

possible de découper des ouvert ures de fenêtres et

pour former des filons -couches avec une machette, comme le montre

10.7.

Coulé murs

Le meilleur moyen de faire un mur de lumière

loam minérales poids est de verser simplement dans

un coffrage (10.9). Dans ce cas, la répartition était

préparées dans un mélangeur à main, montré à 10.8.

Avec cette technique, il est même possible de

utiliser un ciment ordinaire bétonnière en

dont la suspension d'argile est versé sur le

globale alors qu'il est tourné (10.11).

Ici, la suspension a été préparé avec une élec -

trically conduit batteur à main, montré à 10.10.

Le coffrage est simplement laissée ouverte sur un

côté pour la partie supérieure du mur, et

le mélange a été jeté dans lui et damé

avec un morceau plat de bois.


Dans une maison de deux étages située à Tata, Hongrie, une

mur porteur de 50 cm d'épaisseur a été

faite avec un mélange de terreau et élargi

l'argile. Le mélange est versé dans la forme -

travail à travers un entonnoir porté par une grue,

une méthode couramment utilisée dans les contra intes concrètes de

construction (10.12).

Une méthode très simple de réduire les dépenses

est d'utiliser un coffrage perdu en roseau sur

un ou deux côtés du mur (10.13).

Illustrations 10.14to 10.16show comment une perte de

coffrage textile, conçu par l'aute ur,

mai être utilisés. Un morceau de tissu maintient sa

forme et est souligné par des câbles fixés à

l'ossature bois. Cela donne une idée de la

une variété illimitée de textures de surface de création.

Pumped murs

Pour les projets plus importants, surtout s'il ya des

les entreprises à rendre le terreau de minéraux légers,

il est conseillé de pomper le mélange dans la

coffrage à l'utilisation de mortier ou de con -

Crète pompes. La cohérence doit être un

Damé loam léger

86

10.10Preparing un loam

lisier en utilisant un moteur électrique

Batteur à main

10.11Mixing de lumière

poids minérales loam

l'aide d'un con ordinaire

Crète mixeur

10.12Transporting et

versant légers

minérales loam

10,12
10,13

10,11

10,10

petit peu plus mince que pour le coulage. Il peut êt re

pompé jusqu'à une hauteur de deux étages à l'aide

tuyaux. Illustration 10.17shows l'exemple

de 300 ans et demi maison à colombages

restauré en Allemagne, où le mélange a été

préparé par un béton mobiles réguliers

mélangeur, canalisée dans une pompe, pui s

canalisée vers le coffrage.

Traitement de surface

Après avoir retiré le coffrage, la surface

de damé, versé ou pompé loam minérales

murs avec des densités de 600 à 900 kg/m3

peut être considérée comme assez dur, mais rude

(10.18). Cette surface ne doit être plâtré

avec une seule couche mince (contrairement à l'équivalent

Damé loam léger

87

10.13Pouring minérales

limoneux, dans les coffrages perdus

10.14 à 10.15Study

des modèles pour les murs intérieurs

en utilisant des minéraux légers

loam et coffrage pe rdu

du textile souligné par

Câbles

Section 10.16Vertical et

Voir la section horizontale

ING plafond pour le modèle

une salle de bains avec une centrale

Skylight

10,15

10,16
10,14

paille de murs en torchis qui ont besoin d'au moins deux

couches). En 10.19, nous voyons un mineur léger

loam Wall et avec une densité de 1000 kg/m3

être gratté par un râteau directement après

deshuttering. Cela forme une belle, à peu près

texture de surface qui ne doit être blanc

lavé plus tard, sauvant ainsi de plâtre.

Pumped loam minéraux légers

étages

Lightweight loam minérales pompé dans les tuyaux

est particulièrement adapté pour les planchers de sol et

dalles de plancher intermédiaire. Illustration 10.20

montre une coupe verticale d'un rez de chaussée

avec isolation thermi que élevée, qui, dans le froid

offre un climat chaleureux et confortable

en entrant. Illustration 10.21illustrates

la possibilité d'utiliser des minéraux légers

loam comme une coulée en intercalaire entre le sol in situ

solives. Si ce terreau minéral a une densité

supérieurs à 1000 kg/m3, il sert comme un bien

barrière pour le bruit aérien et donne de bonnes

Le stockage thermique.

Damé loam léger

88

Tapis

Lightweight loam

Isolation thermique

Hydrofuge barrière

Gravier grossier

10,17

10,18 10,19

10,21

10,22

10,20
Loam-remplie de blocs creux

Dans les pays industrialisés, il existe de nombreux

différents types de blocs creux disponibles,

qui sont généralement remplis de béton. Ils

sont faits de matériaux tels que la pierre ponce

lié dans le mortier de ciment, d'argile expansée,

laine de bois liée au ciment, la chaux -bound

sable, de terre cuite ou en polystyrène expansé. Si

le mur n'est pas porteur, terreau peut également

être utilisé à la place de terre végétale de remplissage de béton.

Load-membres, en ayant peut être intégré

avec ces murs ou placés à l'intérieur des murs,

comme le montre le 10.22.

Si haute isolation acoustique et thermique aéroportés

des capacités est nécessaire, une forte proportion

de gravier doit être mélangé à la terre glaise.

Si l'isolation thermique élevée est requise, la lumière

agrégats de poids devrait être ajouté.

Damé loam léger

89

10.17Transporting et

pompage léger

minérales loam

10.

18Surface d'une lumière

mur fait de terre grasse argileuse

limon et d'argile élargi

(8-16 mm) après la

coffrage a été enlevé

10.19Scraping-lumière

poids minérales loam mur

afin d'obtenir une texture

de surface (sans utiliser

plâtre)

10.20Vertical section
à travers le plancher avec de la lumière -

poids minérales loam

10.21Lightweight min -

loam rale utilisée comme intercalaire dans

planchers de bois

10.22Loam-creux remplis

blocs formant un coin

avec des positions différentes de

structurels après

10.23Filling tuyaux avec

minérales loam léger

moyen d'une pompe

10.24 à 10.25Manually

remplissage des tuyaux avec la lumière

poids minérales loam

l'aide d'un entonnoir

10,23 10,24

10,25

Loam-remplie tuyaux

Une nouvelle technique, développée par l'auteur

de cet ouvrage, a été utilisée en 1992 pour trois res -

idences à Kassel, en Allemagne. Bien que le

aspect extérieur des murs apportées par la présente

technique est similaire à celles faites avec le

technique pour faire stranglehmdescribed

dans le chapitre 8, la production, la manipulation et

ponte est très différente. Avec cette technique,

un tuyau en coton élastique est rempli d'un léger

poids minérales loam mélange. Le tuyau peut

être rempli en utilisant soit une pompe (voir 10.23), ou

à la main par un entonnoir (voir 10.24and

10.25). Lorsque la longueur requise est atteinte,

le tuyau est coupé et la fin es t tendue et

noués. En raison du renforcement provid -

é par le tissu, ces loam -rempli un tuyau souple peut


ensuite être facilement manipulés. Avant d'être licencié

sur un mur, ils sont lissées à la

mains afin que certains suinte limon et les formes

une mince couche de terreau sur le tissu. Quand

empilés, ces revêtements de limon stick together

(10.26and 10.27). Étant donné que ces tuyaux peuvent être

formé facilement sans se briser, attractive

modèles sculpturaux peut être créé (voir

10.28and 10.30).

Après la pose et séchage certains, la surface

peuvent facilement être lissée avec une brosse humide.

Dans le mur montre 10.31, manches 70 cm

de longueur sont prévues entre les poteaux verticaux de

4 x 4 cm tourné à 45 °, ou ele triangulaire

tions fixées aux prin cipaux postes de la fin

du mur, représenté en coupe à 10.29.

En règle générale, de trois à cinq couches peuvent être superposées

par jour, mais dans le but d'augmenter ce nombre

du ciment peuvent être ajoutées afin d'accélérer

le processus de séchage. Chapitre 13, p. 106

explique comment ces tuyaux peuvent être utilisés dans

Afin d'accroître l'isolation thermique des

murs.

Damé loam léger

90

10,28

10,27

10,26

10,29

Damé loam léger

91

10.26 à 10.28Making

un mur de salle de bain

léger loam-remplie

Tuyaux coton
10.29Horizontal section

d'un mur en argile rempli de

Tuyaux

10.30Wall de l'hiver

jardin fabriqués à partir de loam -

tuyaux remplis qui agissent comme

stockage de la chaleur et pour

l'équilibre d'humidité

10.31Interior mur fait

de loam-tuyaux remplis

10,31

10,30

Emplâtres Loam se composent principalement de sable et

limon avec seulement que l'argile qui est nécessaire

(généralement entre 5% et 12%) pour le dévelop -

ING leur adhésif et forces de liaison. C'est

difficile de déterminer les proportions d'un

loam plâtre idéal, parce que non seulement la pro -

portions d'argile, de soie et de l'influence sable un

propriétés du mélange's. Autres facteurs influant sur

la composition, sont la distribution de taille de grain

tionof la sandfraction elle -même, thewater con -

tente, le type d'argile, la méthode de pré -

ration et les additifs. Afin de tester la

pertinence des enduits limoneux, des échantillons

avec des compositions variées devraient être testés.

Si la surface est assez rugueuse, puis loam

emplâtres collent bien non seulement à loam surfaces,

mais aussi à celles qui sont faites de briques, le béton

et la pierre. Pour la capacité des plâtres à loam

équilibrage de l'air à l'intérieur d'humidité, voir chapitre 1.

Préparation du sol

Que le plâtre loam n e réagit pas avec les

chimiquement au sol, la surface doit être

suffisamment bruts afin d'élaborer un


bon lien physique. Si la maçonnerie est d'être

en plâtre, en particulier lors de l'utilisation plus large et

briques très lisse, il est recommandé que

A 45 ° Groove être coupé avec une truelle dans le

articulations, comme indiqué en 11.1. Une autre méthode de

l'obtention d'une bonne liaison quand percuté loam

murs doivent être enduits est de mouiller leur suf -

fisamment jusqu'à ce que les surfaces sont douces, et puis

rainures scratch à motifs en diagonale

avec un petit râteau ou un clou -truelle (11,2

et 11.3).

Afin de garantir le parfait respect de plâtre

ainsi, soutient le plâtre peut être appliqué dans le

forme d'un grillage galvanisé, treillis de pla stique,

nattes de roseau, etc

Composition du limon de plâtre

Afin de garder le plâtre loam libre de shrink -

fissures âge, les points suivants doivent être

garder à l'esprit:

‡ Le terreau doit contenir assez grossiers

sable.

Loam plâtres

92

11Loam plâtres

11,2 11,3

11,1

‡ Animal ou les cheveux de l'homme, de noix de coco ou de sisal

fibres, de paille ou de foin coupé devrait être ajouté

(Cependant, trop de ces additifs

réduire la capacité de l'enduit d'adhérer

au sol).

‡ Pour les plâtres d'intérieur, sciure de bois, de cellulose

fibres, de paille de céréales ou de particules similaires peuvent

également être utilisés comme additifs.

‡ Afin de développer suffisamment de force obligatoire,


les forces d'adhésion des minéraux argileux

devrait être suffisamment activée par un ADE -

Quate quantité d'eau et par le mouvement.

‡ Lorsque l'enduit adhère à un métal coulissant

truelle, tenu verticalement, est pourtant facilement dévié

de là, la consistance exacte a été

atteint.

Afin de tester les caractéristiques d'un l oam

plâtre, un test simple adhésion peut être auto -

réalisées. Le plâtre à tester est appliquée

2 cm d'épaisseur à la surface plane d'un aspirateur vertical

Brique cuite. Le plâtre doit s'en tenir à la

la brique jusqu'à ce qu'il soit totalement sec, ce qu i pourrait prendre

deux à quatre jours.

Si le plâtre tombe en une seule pièce par elle -même,

comme le montre l'exemple de gauche à 11,4, alors il est

trop argileux, et doit être dilué avec de

sable grossier. Si elle tombe dans les parties après la

l'échantillon est martelé sur le sol, comme le

Deuxième échantillon à 11,4, alors qu'il possède

force contraignante insuffisante, et devrait être

enrichi avec de l'argile. Si le plâtre colle à la

brique, mais affiche des fissures de retrait comme le

troisième échantillon en 11.4, il est trop argileux et

devrait être légèrement dilué avec du sable grossier.

Cependant, elle peut être utilisée sans les éclaircies

la première couche d'un deux -couche de plâtre. Si le

surface montre pas de fissures et le plâtre

ne se détache pas quand martelé, comme dans

le quatrième échantillon vu dans 11,4 (droite), puis

l'échantillon pourrait être adéquate. Dans ce cas,

il est conseillé de faire un test plus, environ

1 m de large et 2 m de haut, sur le mur actuel.

Si les fissures de retrait se produire maintenant, alors le mix -

ture doit être soit éclairci par du gros


sable ou de mélange avec des fibres.

Plâtres exposés loam extérieur

Plâtres exposés extérieur doivent être soit

saison, résistant aux intempéries, ou bien doivent

être donnée bâcher parfait.

Dans les climats froids, il est important que les

emplâtres, ainsi que leurs revêtements, ont

une faible résistance à diffusion de vapeur, de sorte que

l'eau de condensation dans le mur peut facilement être

transportés à l'extérieur. Afin de répondre

thermique et hygrique influences sans fissure

ING, l'enduit extérieur doit être plus

élastique que son terrain. Pour les climats froids, en

générale, un plâtre loam externe n'est pas recom -

mandé, à moins d'un avant -toit suffisante,

socle de protection et revêtement de surface de bonne

peut être assurée.

Depuis les bords mur de plâtre sont très facilement

endommagés, ils devraient soit être arrondis ou

lèvres avec un élément rigide. En cli extrême -

camarades, lorsque l'élasticité des gra ndes étendues

de plâtre appartement est insuffisant pour faire face à la

effets des conditions météorologiques, vertical et horizontal

sillons remplis de produits d'étanchéité élastiques sont recom -

recommandée. Le chapitre 4 traite de l'ensemble

possibilités de réduire le rétrécissement et

renforcer la résistance aux intempéries et à la surface

dureté.

Loam Intérieur plâtres

Les plâtres d'intérieur sont moins problématiques. En tant que

règle générale, les fissures de retrait amende cause pas de p roblè -

blèmes, car ils peuvent être couverts avec

couches de peinture. Dry plâtre loam surfaces peuvent

facilement être lissée par mouillage et a travaillé

avec un pinceau ou feutre truelle.


Loam plâtres

93

11.1Cutting articulations

avec l'utilisation d'u n

truelle

11.2Scratching une

humidifié sur loam -

face avec un petit râteau

11.3Tools pour rayures

ING humidifié loam

surfaces

11.4Loam test de mortier

11,4

Si la surface des murs de plâtre exige une

épais de 15 mm, ce qui devrait être appliqué

en deux couches, avec la couche de sol contiennent -

ING agrégats plus d'argile et secondaires que

le second. Si la couche de sol acquiert

fissures de retrait, ce n'est pas problématique,

et il pourrait même être bénéfique en fournissant

une meilleure adhésion à la dernière couche de plâtre.

Ajoutant de la farine de seigle améliore la maniabilité du

le plâtre et améliore la résistance des

contre l'abrasion de la surface sèche et humide.

Grâce à des tests, l'auteur de ce livre

a prouvé que ces résistances peuvent auss i

être construit en ajoutant de la colle faite de caséine

1 partie de chaux hydraulique et 4 à 6 parties de matières grasses -

libre fromage blanc, le borax, l'urée, de sodium

gluconate et déchiquetés papier journal (qui

fournit des fibres de cellulose et de la colle). On trouvera ci -

mugissement mélanges ont bien fonctionné:

La chaux réagit avec la caséine dans les matières grasses

fromage sans pour former une membrane imperméable aux produits chimiques

ING agent. Une réaction similaire est obtenu avec


chaux et de borax (qui est contenue dans Shred -

DED journal). Gluconate de sodium agit comme

un plastifiant, de sorte que moins d'eau doit être

mixte pour la préparation (ce qui réduit

retrait). Urée soulève de compression et de dix -

Sile résistance à la f lexion, en particulier avec limoneux

les sols (voir chapitre 4, p. 43).

Vieux papiers déchiquetés conduit à l'élaboration de meilleures

la capacité et réduit le rétrécissement. Les mélanges B, C

et E présentaient la meilleure maniabilité. Quand

en utilisant des mélanges A et E, il est préférable de commencer par

mélanger la colle caséine et les râpé

journal avec de l'eau et

ajoutant limon et de sable après une heure.

Avec tous les mélanges, il a été constaté que, lorsque le

lissage final a été exécuté en utilisant un feutre

truelle, il était préférable d'attendre plusieurs heures ou

même un jour.

Lignes directrices pour le plâtrage des murs en terre

Depuis plâtre loam pure ne réagit pas

chimiquement avec le sol, il pourrait être néces -

saires pour traiter le sol de sorte que suffisamment de

polymérisation peuvent se produire. Ce faisant, le texte suivant

lignes directrices devraient être gardés à l'esprit:

1. La surface de la terre pour être enduit doit

être assez sec de sorte que d'autres le retrait

ne se produit pas.

2. Tout le matériel de manutention ne devrait être raclé

la surface.

3. Le terrain doit être suffisamment rugueuse

et, si nécessaire, humidifiées et rainurée

ou le mortier de joint chanfreinés, tel que décrit

ci-dessus dans ce chapitre.

4. Avant de plâtrage, le sol doit être

suffisamment humide pour que la surface


ramollit et se gonfle et la perméabilité de plâtre

ATES la couche molle.

5. Le plâtre doit être jeté withstrong

impact (sur giflé) afin qu'il imprègne

les couches extérieures du sol et réalise

une force contraignante plus élevés en raison de l'impact.

6. Si le plâtre doit être supérieure à 10 à

15 mm d'épaisseur, il devrait être appliqué en deux

ou même trois couches, afin d'éviter shrink -

fissures âge.

Loam plâtres

94

11,5

11,6

Composants Mix

(1)

Loam lisier

(2)

Sable (0-2)

Shredded

journal

(3)

Caséine colle

(4)

Sans matières grasses du fromage frais

Urée

Sodium

gluconate

10

25

10

25

0,2
10

25

0,2

10

25

10

25

ABCDE

(1)

toutes les proportions sont exprimées en termes de volumétrie

(2)

constitué de 1 partie de sol argileux et 2 parties de sable

(3)

traités avec le contenu du borax

(4)

constitué de 4 parties de matières grasses du fromage frais et 1 partie de chaux hydraulique mélange intensif

pendant 2 minutes

7. Pour réduire les fissures de retrait lors du séchage,

le mortier doit contenir des quantités suffisantes

liens de sable grossier ainsi que les fibres ou les cheveux.

8. Afin d'améliorer la dureté de surface, la bouse de vache,

additifs de chaux, de caséine ou au tres devraient être

ajouté à la couche supérieure (voir chapitre 4, p. 40

et p. 47).

9. Afin de fournir la dureté de surface et

résistance contre l'abrasion humide, la surface

devraient être finis avec une couche de peinture.

10. Lorsque vous utilisez les plâtres, les changements dans la

propriétés physiques des matériaux causée

par des additifs et des revêtements doivent être conservés

à l'esprit, en particulier à l'égard de la vapeur


résistance à la diffusion.

Aspergés de plâtre

En 1984, l'auteur de ce li vre avec succès

développé un terreau léger pulvérisable

plâtre avec isolation thermique élevée, contenir des

ING papier journal déchiqueté. Ce plâtre peut

être appliqué même en une seule couche, jusqu'à

30mmthickusinganordinary mortarpump

(11.5). Afin de raccourcir la période de séchage,

haut de la chaux hydraulique et de gypse ont été

ajouté au mélange. Autre léger

emplâtres pulvérisable utilisée pour remplir les cadres de

maisons à colombages et des structures de squelette

tures sont décrits dans le chapi tre 9, p. 81.

Lightweight loam crépie

Illustration 11.6shows la surface d'un

8-mm-plâtre, argile épaisse avec élargi

granulats d'argile 1 à 4 mm de diamètre. À

réduire le temps de durcissement et d'augmenter la vapeur d'dif -

la résistance de la fusion, le plâtre a été stabilisé

avec 5% de chaux de grande hydraulique. Il n'est pas facile

pour lisser la surface avec une truelle, depuis

l'ensemble a tendance à sortir au cours

le processus. Pour éviter cela, du papier déchiqueté,

fibres de cellulose ou de la caséine-colle peut être ajoutée

dans le mix.

Jeté en plâtre

Illustrations 11.7and 11.8show comment un tra -

nelles technique africaine, composée de

lancer des boulettes de terre glaise sur un mur, a été

adaptés. Ici, cette technique est utilisée sur un

panneau de laine de bois pour le mur d'un hiver

jardin, décrite au chapitre 14, p. 129. Dans

Afin d'augmenter l'adhérence, le bambou chevilles

ont été martelées à mi -chemin dans le conseil.


Plastered maisons en ballots de paille

Les maisons en ballots de pail le, connu depuis la fin de

19e siècle, lorsque le premier exemple

a été construit dans le Nebraska, Etats -Unis, a trouvé une renais -

sance dans les années 1980. Entre -temps, beaucoup de nouvelles

maisons avec des murs en ballots de paille ont été construi ts en

Loam plâtres

95

11.5Spraying-lumière

loam poids de plâtre

11.6Lightweight loam

plâtre avec élargi

argile (1-4 mm)

11,7 à 11.8Thrown

plâtre dans un hiver

jardin

11,8

11,7

Australie, France, Scandinavie et d'autres

Pays européens. La plupart des murs historiques de

ce type ont été porteurs. Aujourd'hui

principalement des ossatures en bois sont utilisés

qui sont remplis ou environnés par de la paille

balles. La méthode la plus simple pour couvrir

de tels murs est d'utiliser le plâtre terre glaise. À

créer une bonne liaison et la rigidité d'un poulet

fil ou un filet plastique doit être fixé à la

balles avant l'enduit. Cela peut être fait

manuellement ou par pulvérisation avec des fusils.

Illustration 11.10shows l'enduit d'un

paille de surface avec un pist olet de pulvérisation, 11.11

la texture recueillies et 11.12the intérieur

surface d'un dôme en ballots de paille, avec des lampes

intégrée dans le mur. Pour informations supplé -

mations sur les structures, voir le petit rorqual et


Mahlke 2004.

Wet formé de plâtre

Que le plâtre loam conserve son état plastique pour un

longtemps et n'est pas corrosif pour les mains

comme les enduits à la chaux ou du ciment, c'est un idéal

matériau de moulage avec les mains.

Illustration 11.9shows un exemple d'une

loam mur extérieur bridée par une chaux

caséine arrivée.

Protection des coins

Que le plâtre d'argile est sensible aux méca -

impact iCal, coins devraient de préférence être

couverts par des profilés en bois, des briques cuites

alaises ou similaires (11.13).

Loam plâtres

96

11,9

Loam plâtres

97

11,13 11,12

11,10 11,11

11.9Sculptural terre

mur

11.10Spraying de

en plâtre de la Terre à la paille

Bale mur

11.11Smoothened

surface après la pulvérisation

11.12Plastered paille

Bale dôme avec inté -

râpé lampes, Forst -

Mehren, en Allemagne

11.13Protection de

terre coins mur

Loam surfaces n'ont pas à être toujours addi -


tives pour être résistant aux intempéries. C'est

souvent suffisantes pour protéger ou de les durcir

avec du plâtre ou la peinture. Ce chapitre décrit

Les différentes façons loam surfaces peuvent être

rendu plus résistant à l'environnement

forces, et les mesures structurelles requises

à l'abri de ces forces.

La consolidation de la surface

La méthode la plus simple de durcir la sur -

visage, en particulier contre la pluie et du vent -ero

Sion, est de le consolider. Cela peut être fait

en les frottant avec une truelle de métal de haute pres -

vous sur la surface quand elle est humide et

légèrement souple. Traditionnelle indienne et africaine

méthodes convexstones employflat mais léger

qui sont frottées dans un mouvement circulaire sur

la surface avec une grande force. Le traitement

est suffisante si la surface apparaît brillante et

aucun des pores ou les fissures sont visibles. Bien que cette

laisse la composition du matériau unal -

gistrée, il crée néanmoins un étonnant

haut degré de résistance aux intempéries.

Peintures

Les peintures exposées dans un loam surfaces doivent

être renouvelé périodiquement. La peinture peut être

physiquement atteints par le vent, l e gel ou la pluie, ou

chimiquement érodés par le rayonnement ultraviolet ou

les pluies acides. Les peintures extérieures doivent être simul -

nément hydrofuge et, en particulier pour

les climats froids, poreux, en l'occurrence, devrait contenir

un filet cohérent de micro-pores qui permettent

diffusion de la vapeur à l'extérieur. Latex et

peintures de dispersion, par conséquent, ne sont pas recom -

mandé.

Pour plus d'informations complétant cette con -


contenues dans ce chapitre, voir Wehle (1985).

Préparation du sol

Si le sol est très limoneux et à base de chaux

Les peintures sont utilisées, la surface doit être

apprêté avec de la chaux fine de la caséine du lait, puis

frotté. L'amorce peut être faite de deux

parties de chaux hydraulique, une partie sans graisse

fromage blanc et 15 parties d'eau.

Mélanges de peinture Recommandé

Pure enduits à la chaux

Le mélange d'enduits à la chaux doit être très mince,

permettant à la peinture de pénétrer profondément

suffisamment dans le sol pour que ne s'écaille

ne pas survenir avant le séchage. Par conséquent, trois ou

même quatre couches fines sont recommandés, avec

la première couche étant la plus mince. Le mélange peut

être de 50 kg de chaux hydraulique DIS

retrouvé dans 60 litres d'eau. Il est préférant souve nt

en mesure d'ajouter 1 à 2 kg de sel de cuisine, être

hygroscopique, le sel permet le mélange à

rester humide plus longtemps, assurant ainsi Bet -

ter de durcissement de la chaux. Pure enduits à la chaux est par -

parfaitement blanc lorsqu'il est sec, ma is peut être atténué

par l'ajout d'argile ou de limon ou de poudres

d'autres de la chaux à l'épreuve des pigments de terre. Pure

enduits à la chaux est le volet non -résistants.

Protection contre les intempéries

98

Protection 12Weather de terreau surfaces

La chaux-caséine laver

Lave Lime sont beaucoup plus résistantes à essuyer

et durable si lactosérum, des matières grasses du fromage blanc sans

(Quark) ou de poudre de la caséine est ajoutée. Quark

est obtenue lorsque la présure de jeunes vaches

est ajoutée au lait écrémé. Ce fromage de con -


contient 11% de caséine. La chaux, de concert avec la caséine,

forme un agent chimique d'étanchéité

appelé albuminate chaux. Aujourd'hui, l'utilisation de

fromage est la meilleure solution pour la chaux -caséine

lavages. À la chaux traditionnel lave -caséine,

lactosérum ou du lait écrémé a été parfois

utilisé à la place de fromage.

Mélanges contenant 1 partie grasse du fromage frais,

1 à 3 parties de la chaux hydraulique et de 1,5 à 2,5

parties d'eau se révèlent efficaces. De petites quantités

de la double huile de lin bouillie (pas plus de

4% de la quantité de fromage) augmentation essuyez

résistance, mais de réduire la maniabilité du

lavage. Pour obtenir une émulsion de même, il doit être

bien mélangés et agité de temps à autre

(parfois toutes les cinq minutes).

Une encore plus fort et plus résistant à essuyer

la peinture est obtenue en mélangeant 1 partie hydraulique

chaux avec 5 parties de matières grasses du fromage frais et 5 parties

loam.

En salles de bains et des cui sines, où une plus grande

sèche et humide essuyez la résistance est nécessaire,

la procédure suivante est recommandée:

1 partie de chaux hydraulique et 5 parties sans gras

fromage sont mélangées sans eau pendant environ

deux minutes à l'aide d'un batteur électrique. Ceci est

autorisés à se présenter pendant un certain temps, puis

20 parties de chaux hydraulique, 2% à 4% en double

huile de lin bouillie et l'eau sont ajoutés. Deux

couches de ce lavage donner un endroit sec et humide essuyez -

résistant à la surface. Pigments de terre peut être

substitué à une partie de la chaux.

Borax, caséine-wash

Le borax peut être utilisé au lieu de chaux hydraulique.

Il réagit chimiquement avec de la caséine de manière sim -


ILAR à la chaux. Grâce à un contenu élevé de bo rax, de cristaux

forme, qui peut être vu dans le lavage. Contrairement

la chaux, le borax ne donne pas une couleur blanche,

et il est donc préférable, si les couleurs sombres

sont souhaitées. Craie en poudre est ajoutée afin

pour rendre la peinture plus ép aisse et plus légère dans

couleur. Une petite addition de poudre d'argile

augmente sa maniabilité.

Si la poudre de caséine est utilisé au lieu de

matières grasses du fromage frais, il doit être permis à la houle

sous l'eau pendant trois heures (320 g de ca séine

poudre dans 1 litre d'eau). Par la suite,

65 g de borax dissous dans 1 litre d'eau chaude

est mélangé à la boue de la caséine et la

tout dilué avec 12 litres d'eau.

Incolore caséine revêtement

Afin de conserver la couleur naturelle de la

loam surface tout en améliorant sa essuyez -RESIST -

ment, une couche du mélange suivant peut être

utilisés: 1 partie grasse du fromage frais avec 1,8 à 2

parties d'eau et de l'Hydraulique 1/9part 1/8to

la chaux en poudre. Ce revêtement donnera une couleur

moins à légèrement laiteux surface, avec un doux et soyeux

reflets causés par sa structure cristalline fine.

Lime revêtement Suet

La recette suivante du Népal donne un

épais, pâteux revêtement extérieur résistant aux intempéries:

15 kg de chaux vive en poudre avec

Protection contre les intempéries

99

12.1ȝ-valeurs de

eau-loam répulsif

les plâtres et les valeurs de SD -

des revêtements

non traité
Wacker, STEINFESTIGERH

Herbol, FASSADENIMPRÄGN. HYDROPHOB

Indula, HYDROPHOBIN

Wacker BS 15

Metroark, SYLTRIT 1772

Bayer, baysilone IMPRÄGN.-EMULSION

non traité

Wacker, STEINFESTIGERH

Herbol, FASSADENIMPRÄGN. HYDROPHOB

Indula, HYDROPHOBIN

Wacker BS 15

Metroark, SYLTRIT 1772

Bayer, baysilone IMPRÄGN.-EMULSION

Chaux, 2 couches

Chalk-colle, 2 couches

La chaux-caséine (1:8), 2 couches

La chaux-caséine (1:1), 2 couches

Sans matières grasses du fromage frais, le 1 couche

Sodium Potassium, 1 couche

La chaux-caséine-huile de lin, 2 couches

van Baerle & Co., Silin, 2 couches

Alpina, ALPINAPLUS, 2 couches

Auro, Bienenwachs -STREICHBALSAM, 2 couches

Rifa, SILITANIT, 2 couches

Huile de lin, 1 couche

Wacker BS 15, 2 couches

Metroark, SYLTRIT, 2 couches

Bayer, baysilone IMPRÄGN.-EMULS.LD, 2 couches

Herbol, FASSADENIMPRÄGN. HYDROPHOB, 2 couches

Wacker, STEINFESTIGER H, 2 couches

Indula, HYDROPHOBIN, 2 couches

() = Proportion en volume

Hydrofuges

Coatings

Hydrofuges loam plâtres


Argileux (plâtre, argile = 6%, = 6% de limon, de sable = 88%)

Limoneux (plâtre, argile = 3%, = 18% de limon, de sable = 79%)

ȝ-valeur

12,1

SD-valeur

0,00 0,20 0,40 0,60 0,80 1,00 1,20 1,40 1,60

0,00

0,00

0,00

0,00

0,01

0,02

0,02

0,00

0,00

0,02

0,02

0,03

0,04

0,09

0,10

0,39

1,22

1,45

6 kg de suif (suif fondu) est versé dans

36 litres d'eau. Ce mélange est agité soins

Fully (soins doit être prise parce que la chaux

réagit très intensément avec l'eau et de mai

Splash et brûler la peau). Après l'ajout de 6 kg

de sel de cuisine et en remuant soigneusement, ce mélange

devrait être maintenue pendant 24 heures dans

une pas trop froid. La couche d'eau

qui se forme sur le dessus du mélange est

décanté. Le mélange pâteux qui reste est

ensuite mélangé avec 3 kg de sable fin de quartz


et appliquée avec un pinceau en 3 à 5 mm d'épaisseur

couches de la paroi (Manandhar, 1983). Cet

revêtement nécessite plusieurs semaines à guérir . Dans

Népal, il est dit pour durer quatre à six ans.

Une recette similaire a été utilisée avec succès dans

Australie (ministère du Logement, 1981).

Les tests effectués avec ce mélange à la construction -

ING Research Laboratory (BRL) a montré que

qu'il adhère bien à un, rugueux Plas loam maigre

ter. Mais avec une surface de la terre battue fait

de loam argileux, des pièces du revêtement est devenu

individuelle sur une période de plusieurs mois

cause de la pluie et le gel, probablement parce que le

lien entre le revêtement et le sol

était insuffisante.

Autres stabilisé lave chaux

Plusieurs sources affirment que l'ancien texte en addi -

tion au mélange de chaux hydraulique en lactosérum, il

peuvent aussi être mélangés dans les urines. Weiss (1963)

constaté que l'utilisation de l'argile kaolinite, de la force

pourrait être augmentée en ajoutant de l'urée et

acétate d'ammonium. Cette pratique a également été

commun dans la Chine ancienne, où l'extrême

Porcelaine fine a été produit par l'addition

putréfaction d'u rine pour le mix.

Selon Jain et al. (1978), l'addition

de 70 g de colle animale dissous dans 0,5 litre

d'eau bouillante et mélangé avec 1 kg de

chaux hydraulique avérée bonne.

À Auroville, en Inde, le revêtement suivant a été

utilisé avec succès pour des dômes de briques de terre: le

Blancs de 60 oeufs mélangés à 2 litres de

babeurre et 5 litres d'alcool de palme agité

et mélangés avec 40 litres de réservoir et de la chaux

4 litres de ciment (Pingel, 1993).


Selon diverses sources, les éléments suivants

la matière végétale ajoutée à la chaux, également en -

hances essuyer et résistance aux intempéries:

- Colle de farine de seigle (15 litres de bouillie de farine de seigle

dans 220 litres d'eau par l'ajout de

un peu de sulfate de zinc),

- Jus d'agave,

- Bouillir le jus de feuille de bananier,

- Jus de cactus Opuntia,

- Le jus d'Euphorbia lactea,

- Huile de kapok

- Brut et double -huile de lin bouillie.

Cellulose de la colle de la peinture

Comme il est très bon marché, de la colle de cellulose mixtes

avec de la poudre de craie est souvent utilisé pour la peinture

intérieurs. Toutefois, il offre des conditions météorologiques peu

résistance. Son essuyez résistance est également faible.

Revêtement de bitume

Émulsions bitumineuses offrir du beau temps

protection pou r les murs extérieurs. Ce qui suit

recette a été testée avec succès à la centrale

Building Research Laboratory (CBRI), Roor -

Kee, Inde: 1 partie de 80/100is bitume chauffé

dans un récipient avec 2 parties du naphta. Cet

mélange est ensuite appliqué avec un pinceau à un endroit sec

loam surface. Après ce revêtement est sec, un

deuxième couche est appliquée. Afin de protéger

la surface noire ainsi formé par le soleil, une

revêtement final de la chaux est recommandé, ce qui

est composé de 70 g de colle anima le mixtes en 1

kg de chaux hydraulique dissous dans

0,5 litres d'eau (Jain et. Al., 1978).

La diffusion de vapeur

Revêtements peuvent réduire considérablement la vapeur

diffusion des murs. Il convient de rappeler


que, dans les climats froids, le pare -vapeur

effet de ces revêtements devraient être moins sur

l'extérieur qu'à l'intérieur.

Les propriétés de diffusion de la vapeur de peintures

disponibles sur le marché ne sont pas mentionnés

dans leur emballage, alors l'expérience est impor -

TANT pour juger de leurs caractéristiques. Résultats

des tests effectués par le BRL fait avec

plusieurs peintures, enduits, hydrofuge

plâtres et hydrofuges sont présentés dans

12.1.

Pénétration de l'eau

La prise d'eau capillaire (voir chapitre 2,

p. 27) de limon surfaces est nettement influen -

Protection contre les intempéries

100

12,2

12,3

Paint

Sans

Huile de lin

La chaux-caséine 1:1

La chaux-caséine 1:8

Silin peinture (van Baerle)

Hydrophob (Herbol)

Baysoline LD (Bayer)

Syltrit (Metroark)

BS 15 (Wacker)

Steinfestiger H (Wacker)

g/m

400

420/350

300/300
700/250/310

390/390

400/290

350/320

450/430

290/290

kg / m

0,5

9,5

0,0

0.6/1.5

0,7

0,3

0,0

0,2

0,0

0,1

0,0

0.6hr/6-24hrs

largement influencée par leurs revêtements. Tableau 12.2gives

certains coefficients d'absorption capillaire de l'eau

(w-values) de plâtre loam avec et sans

une variété de traitements:

Confection de surfaces hydrofuges

Hydrofuges

Plusieurs liquides incolores peuvent être utilisés pour

loam imprégner des surfaces, ce qui les rend

hydrofuge. A Sur imprégnés donné

face est considéré comme imperméable si le

mouillage angle de contact est réalisé par une baisse de

l'eau est supérieure à 90 ° (12.3). L'eau -

agent hydrophobe pénètre dans les pores de

le terreau sans les fermer, de sorte que


tandis que la consommation d'eau capillaire est sensiblement

réduit, la diffusion de vapeur est pas. En règle générale,

ces substances sont dissoutes dans organiques

alcools, les hydrocarbures ou l'eau.

Les groupes suivants de répulsifs peuvent être

distingués:

- Silane et de siloxanes

- Polysiloxanes silicone (résines)

- Siliconates

- Les résines acryliques

- Silicate ester avec hydrophobising addi -

tives

- Silicates avec des additifs hydrophobising.

Silane, les siloxanes et les résines de silicone réagir

chimiquement avec des substances minérales dans la

limon et sont très résistants aux intempéries, elles

réduire la consommation d'eau de plus de 90%.

La diffusion de vapeur est diminué que de 5%

à 8%.

Ester de silicate et de résines acryliques apparaissent par eillement

prometteurs de l'eau des effets repousser, mais ils

réduire la diffusion de la vapeur de 15% à 30%.

Depuis le hydrofuges trouvés sur le

marché ont des compositions différentes et

des effets variables, elles doivent être testées avant

utiliser. L'absorption d'eau W coefficient de

emplâtres loam différentes qui ont été inondées

deux fois avec hydrofuges différents mensonges

entre 0.

0 et 0,2 kg/m2h0.5 (voir 12.2).

Application de produits hydrofuges

Avec la soi-disant «inondation», la technique,

hydrofuges en application au moins deux fois,

avec la solution appliquée avec des rouleaux, de sorte que

le liquide coule et s'écoule comme le rouleau est


rabattu sur la surface. La seconde

inondations ont à faire avant que le premier est

sécher. La surface du terreau doit être sec et

ni frais de 8 ° C, ni plus chaud que

25 ° C avant d'être traitées. Seuls les silanes et les

siloxanes exigent le terrain à certains

Qu'est-ce humide. Normalement, cette demande doit

être répété toutes les quelques années en ra ison de la

effet de la détérioration des conditions météorologiques sur ces

répulsifs.

Testing

Une méthode simple de vérifier le montant

de répulsion de l'eau, utilisée par le BRL, est

indiqué dans 12.4. Ici, l'essai traitée sam -

ples sont mis en rotation au taux de 7,5 rotations /

min sur une base et passait sous la douche

où l'eau à 36 ° C est pulvérisé à un taux

de 12 litres par minute grâce à un ordinaire

douche à main. Un autre plus sophistiqué

appareil a été décrit au chapitre 2, p.26.

Enduits chaux

Loam enduits utilisés sur les murs extérieurs

(décrit dans le chapitre 11) ne conviennent que si

ils sont sans fissures et résistant à l'eau.

En règle générale, les surfaces exposées ne devraient pas avoir

emplâtres limon, l'alternative la plus courante

être enduit à la chaux. Enduits ciment ne sont pas

appropriée, car ils sont trop fragiles. Ils

ne peut pas résister thermique forte et hygrique

les forces sans se fissurer, laissant l'eau

pénétrer dans le terreau de causer un gonflement, qui

Protection contre les intempéries

101

12,4

12.2w valeurs de terreau


enduits de revêtements

12.3Drop de l'eau

sur une surface qui a

été traités avec

hydrofuge (à droite,

plus grand angle de 90 °)

et sur un non traitées

surface (gauche, l'angle

inférieur à 90 °)

12.4Simple pulvérisation

(test de BRL)

12.5Church de San

Francisco de Asis,

Ranchos de Taos, Etats -Unis

12,5

élargit son tour dans les fissures et les causes, même

plâtre à s'écailler.

Pendant les réparations effectuées en 1992, à l'ancienne

est l'allemand maison d e terre battue, construit en

1795 (1.10), a été constaté que le gel massive

l'érosion, qui avait détruit la terre glaise en place

à une profondeur de 20 cm, parce que l'eau avait

pénétrait à travers le plâtre de ciment

quelques décennies auparavant. Un phénomène similaire

non a été rapporté du Nouveau -Mexique, Etats-Unis

par Bourgeois (1991). Au cours d'une restauration

réalisée en 1967, l'église de Ranchos

de Taos (12,5), construite en adobes en

1815, était recouvert d'un enduit de ciment.

Onze ans plus tard, le plâtre de ciment avait

être démantelés quand le terreau ci -dessous

présentaient des dommages d'humidité lourde.

Dans les climats froids, séchage rapide de la paroi est

nécessaire si la pluie pénètre de l'extérieur

ou si la condensation de vapeur de l'intérieur


se produit. Par conséquent, la diffusion de la vapeur

résistance de la couche extérieure doit être

inférieur à celui de l'intérieur.

La norme allemande DIN 18550 (Partie 3)

stipule que déperlant enduits extérieurs

doivent remplir les conditi ons suivantes: l'eau

w coefficient d'absorption ” 0,5 kg/m2 · h0.5,

la résistance spécifique la diffusion de vapeur sd

doit être ” 2,0 m et l'w · produit SD ”

0,2 kg / m · h0.5.

Les sections suivantes décrivent les compo -

tion et l'application de la non -loam contenir

ING plâtres.

Préparation du sol

Pour assurer un bon lien, loam surfaces

qui doivent être enduit doit être sec et

dur. Les surfaces lisses doivent être pulvérisées

avec de l'eau, de sorte que leurs couches extérieures seront

humecter et la houle, après quoi ils peuvent être

rainurée diagonale 2 à 3 mm de profondeur, comme

indiqué dans 11.2. Bien que la surface afin de pré -

Pared est encore humide, elle doit être amorcée avec

lait de chaux maigre, ce qui devrait pénétrer dans la

sol jusqu'à une profondeur de plusieurs millimètres.

Un mélange de 0,5 à 1 partie de gras et sans blanc

fromage, 2 parts de chaux hydraulique et 30 parties

l'eau a également été un succès. Si la chaux

plâtre est exposé à des forces thermiques sévères,

si la zone intac te de la surface de plâtre est

très grande, ou si la liaison est mauvaise, élargi

mailles métalliques ou des nattes de roseau fixée à la

sol mai être requis de prendre le plâtre.

Lors de l'utilisation des nattes de roseau, il est conseillé de tremper

-les dans du lait de chaux pour éviter la pourriture.

Renforcement
Panneaux ininterrompue Grandes soumis à de fortes

forces thermiques mai nécessitent un renforcement.

À cette fin, un filet en acier galvanisé avec

mailles hexagonales (lapin ou du poulet fil

mesh) ou filets similaires sont couramment utilisés.

Plastique ouvriers préfèrent souvent utiliser couverts

filets en fibre de verre car elles ne cor -

Rode et sont plus malléables.

Composition

Plein enduit à la chaux se compose généralement de

1 partie de chaux hydraulique et de 3 à 4 parties de sable.

Car il est communément utilisé dans la construction

dans le monde entier, il n'est pas discuté plus loin dans cette

livre. Toutefois, les enduits à la chaux -caséine sont moins

commun, et sont donc décrits

en dessous.

Les vieilles recettes qui prescrivent souvent des poils

et la caséine être ajouté à un plâtre normal

pour améliorer son comportement. Dans les temps anciens,

caséine a été ajouté sous forme de lactosérum ou

babeurre. Caséines et de chaux réagit ch imiquement

pour former de calcium albuminate, un lave -RESIST -

ant composé. L'ajout de caséine

réduit l'absorption de l'eau de chaux plas -

ter, mais en même temps empêche la vapeur

diffusion.

À la BRL, un enduit de chaux -caséine pour l'extérieur

travail a été testée avec succès. La con -mix

composait de fromage sans matières grasses, de la chaux hydraulique et

sable dans un ratio de 1:10:40. La chaux doit

être le premier mélange intense dans le fromage à

former une pâte crémeuse, sans ajouter

eau. Après avoir laissé le mélange au repos pour une

tandis que, de l'eau et de sable devrait être ajouté.

Pour un enduit mince qui peut être brossé,


un mélange légèrement différent pourrait être ADE -

Quate, avec la proportion de la 1:6:25

mêmes ingrédients, respectivement. En warm-cli

copains, un peu de sel de cuisine devrait être ajouté

à conserver l'humidité enduit à la chaux pour un long

période, ce qui améliore le durcissement.

Protection contre les intempéries

102

12.6ȝ-valeurs de

enduits de chaux (chiff res

dénommé Volu -

métriques parties)

12.7Loam mur avec

supplémentaires extérieur

l'isolation et du bois

fr planches formant l'air

cavité

12.8Plinth dessins

réalisés de manière incorrecte et

correctement

12,7

Application

Avant d'appliquer le plâtre, la ter re glaise sur -

visage doit être humidifié et amorcé avec

caséine du lait de chaux. Le plâtre est ensuite appliqué

en deux couches, ce qui porte l'épaisseur totale jusqu'à

à un maximum de 20 mm. Dans la première couche,

du ciment peut être ajouté pour accé lérer actu -

Ing. La deuxième couche devrait être appliquée

Si la première est encore légèrement humide. Quand

fissures de retrait se produisent, ils devraient être

humidifié avec un pinceau trempé dans le lait de chaux

puis fermée par frottement avec une truelle.

Il convient de noter que la chaux plâtres guérir

lorsqu'ils sont en contact avec du dioxyde de carbone provenant de


l'air, et ce processus n'est possible que dans

la présence d'humidité suffisant. There -

donc, les murs doivent être à l'abri des d irects

soleil et du vent, ou maintenu humide avec un chiffon humide

tissu.

Enduits internes peuvent être appliqués en une couche.

Plâtre ou de gypse, plâtre, chaux,

avec ou sans caséine, peuvent également être utilisés dans

internes de travail. Enduits de ciment, toutefois,

ne doit pas être utilisée même pour les travaux intérieurs.

Effet sur la diffusion de vapeur

L'effet de l'ajout de double -lin bouillie

de pétrole et de caséine sur la réduction du Diffu vapeur

sion des enduits à la chaux a été testé à la BRL.

Les valeurs de la résistance à la diffusion de vapeur

coefficient ȝobtained sont énumérés dans le tableau

12.6.

Bardeaux, madriers et autres couvertures

Outre les plâtres et enduits, les bardeaux,

planches, les grands panneaux de revêtement de brique ou cuit au four

murs séparés par une cavité d'air peut être utilisée

pour protéger les murs en torchis. Ces méthodes sont

particulièrement utile si une isolation thermique supplémentaire

tion doit être appliquée de l'extérieur.

Une méthode courante est indiquée dans 12.7. Dans

Mésopotamie (l'Irak), des couches de vitrage de boulangerie

briques ont protégé les murs de pisé pour les mil -

sables d'années. Il est toujours conseillé de

distinctes, telles couches de revêtement du mur

avec une cavité d'air, de sorte que la pluie qui pene -

trats peuvent s'écouler dehors et ne nuisent pas à la

mur.

Méthodes structurelles

Protection contre la pluie

Une méthode permettant de prévenir la pluie de com -


ING en contact avec un mur en terre battue est de pro -

Regardez-le avec un débord de toit. Un suffisamment

haute plinthe (30 à 50 cm) peut protéger contre

éclaboussures de pluie. L'articulation du mur avec le

plinthe doit être soigneusement conçue pour que

l'eau de pluie peut descendre acheminement sans entrave

sans entrer dans le joint entre le mur et

plinthe. En 12.8, la solution A est inacceptable.

Solutions B et C, mai -être acceptable dans

les zones avec peu de pluie. Solution D est fréquente,

considérant que E et F montrent dessins parfait pour

la lutte contre ce problème.

Protection contre l'humidité ascensionnelle

De murs en torchis extérieur doivent être protégés

de remontées d'humidité de la même manière que de boulangerie

brique ou des murs en maçonnerie de pierre. Une preuve de l'humidité

Bien sûr, Envoyé feutre bitumé, et quelques -

feuilles de temps de plastique ou métalliques sont utilisées.

Étant donné que ces moyens sont assez cher dans le

monde en développement, de 3 à 4 cm d'épaisseur riches

couche de béton de ciment est souvent utilisé comme

alternatifs. Cela devrait être imprégnés

avec du bitume ou de l'huile Mobil déchets.

Protection contre les inondations

Dans les cuisines et salles de bains, theplinthshould

ont une plinthe de tuiles, ardoises étanches,

ciment plâtre, etc La conception rich e en contournant

doit empêcher l'eau de fuite ou Bro -

tuyaux Ken, qui pourrait inonder les planchers, de

de toucher le mur de terre grasse.

Protection contre les intempéries

103

12,6

12,8

Lime
1

--

1,5

Trass -

chaux

--

--

--

--

--

--

Sand

15

10

Sans matières grasses

fromage

--

--

0,5

0,5

--

0,25

--

Graines de lin

huile
--

--

--

--

0,05

0,05

--

Argileux

Loam

--

--

--

--

--

Cow -

bouse

--

--

--

--

--

--

ȝ-valeur

11,2

10,8

6,2

9,7

15,2

28,5

8,0

Réparation des parties endommagées de terreau, en particu -

ment des fissures et des grosses articulations, des exigences spé -


cial mesures qui s'écartent de celles utilisées pour

conventionnelles de maçonnerie ou enduits à la chaux. Cet

loam-chapitre décrit les problèmes spécifiques de réparation -

blèmes et l'isolation thermique rénovées

méthodes utilisant loam léger.

La survenance d'un dommage dans le limon

composants

Dommages dans les composants loam peut se produire

due au retrait par la contraction thermique et

l'expansion, à traver s l'impact de l'eau ou par

mécaniques d'impact et l'abrasion.

Si un contrat de plâtre lors du séchage, ou ne

pas de lien suffisamment avec la surface au sol

face, elle mai séparer d'elle. Ces faibles

zones peuvent être facilement localisé en frappant la

plâtre avec les doigts. Si grande quantité de

d'eau se condense dans le mur et ne peuvent être

retiré assez vite, la terre glaise peut

gonfler et provoquer le plâtre à s'effondrer et

tomber. Ces dommages peuvent également se produire lorsque

l'eau s'infiltre par le biais de l'extérieur

par des fissures ou des trous.

Le gel peut également causer un dommage similaire si

le mur est humide et l'eau glacée

dilate.

Réparation des fissures et les joints en argile

Charges

Les joints et les fissures dans les composant s de limon sec

ne peut être réparé en argile plastique, ces

ne caution non avec la surface du terreau sec.

Lors du séchage, le remplissage se séparer et

peuvent tomber. Par conséquent, il est important d'effectuer une pré -

traiter la commune et l'utilisation d'un mélange ayant comme

peu retrait possible.

Mélanges
Bien que la conception de la composition de la

Loam de remplissage des fissures et les joints, les éléments suivants

devraient être considérés:

‡ L'orifice de remplissage doit avoir suff isamment contraignant

la force pour coller à la surface des humecté

la fissure ou conjointe.

‡ Le mélange doit contenir suffisamment grossière

sable ou autres particules grossières de façon à

minimiser le retrait. Fibres ou les cheveux mai

également être a joutées pour la même raison.

Réparation de composants loam

104

13Repair de composants loam

13,1

‡ Afin de diminuer le temps de durcissement,

gypse, la chaux ou du ciment peuvent être ajoutés.

Étant donné que ces additifs font aussi le mélange

plus légère, le retrait est réduit. L'incon -

tages, tout en ajoutant ces substances

pourrait être que la force obligatoire et les

résistance à la compression sont réduits.

Les joints et les fissures dans les éléments internes

peuvent être remplis avec un mélange de 1 loam partie,

0,5 à 1 partie de chaux hydraulique et de 0,5 à

1 part de plâtre.

Si les joints sont exposés aux intempéries, Gyp -

somme ne doit pas être utilisé, mais le ciment de haute

la chaux hydraulique ou un mélange de ces totalisant

de 8% à 20% peuvent être utilisés comme addi -

tive. Au lieu de ces liants 4% à 7%

double-huile de lin cuite peuvent également être ajoutés.

Cette charge des séjours en plastique pour plusieurs semaines.

Application de remplissage

Afin d'obtenir une bonne liaison entr e les

loam ancien revêtement et le matériau de remplissage,


fissures doivent être ouverts jusqu'à 1 cm avec une

particules libres balayé et les bords

des articulations suffisamment humidifié, afin que

la glaise gonfle et devient en plastique sur la sur -

visage. Lors du double coque loam huile est utilisée

comme charge pour la réparation, la surface doit être

traités à l'huile de lin.

La masse de plastique est d'abord appliquée avec un couteau

des deux côtés de l'articulation, et l'ouverture

ensuite remplie d'un mélange sec de la même

filler, damé ou martelés dans l'articulation

(voir 8.29). Il est souhaitable que le joint est

rempli de plus de matériel que nécessaire,

de sorte que lorsque après le remplissage se rétrécit sur sec

ING, il peut être compacté à nouveau à l'état encore

légèrement humide.

Réparation des fissures et des joints avec les autres

Charges

La réparation des fissures et joints avec un loam

de remplissage est très fastidieuse et nécessite

une certaine expérience. Toutefois, d'autres charges

qui montrent avec moins de pertes et de meilleure qualité

qualités de collage et demandent moins de travail

et la compétence sont décrits dans le présent chapitre.

Mélanges

Comme une alternative aux produits de comblement limoneux, tous les matéria ux

qui peuvent être couramment utilisée pour les plâtres

peut être utilisé comme agent de remplissage. High -chaux hydraulique,

le ciment, le gypse, la caséine, la cellulose et

double-huile de lin bouillie peut être utilisée comme

liants. Limon, de sable et de gravier ainsi que

agrégats organiques comme le liège, la sciure de bois, céréales

et balles de riz, et le journal déchiqueté

peut être utilisé comme agent de remplissage. Lors de la réparation exté -

nal des articulations, de matières organiques ne dev raient pas être


utilisée, sauf lorsque le mélange a une forte

la valeur du pH (qui empêche la croissance des micro -

organismes). Acrylique ou silicone élastique syn -

thétique de mélanges qui peuvent aussi être utilisés comme charges.

Obligations en silic one avec limon, à condition de l'articulation

surface est sèche et libre de particules libres

avant l'application.

Réparation des dommages de plus grandes surfaces

Réparation en argile

Agrandir les zones érodées ou en flocons devraient être

réparé par l'en lèvement de tous les lâches et loam

mouillage alors la surface avant d'appliquer

nouveau terreau, comme décrit dans le chapitre 11 sur

enduits de terre grasse.

Afin de réduire le rétrécissement, chaque couche de

loam plâtre ne doit pas être plus épais que

1 à 1,5 cm. Si le dommage est plus que

2 cm de profondeur, il est conseillé de gratter la zone

à une profondeur de 4 à 6 cm. Ceci est ensuite remplie

avec adobes brisés et de mortier maigre. Dans

des zones sujettes au gel, aux briques vertes ne sont pas

conseillée, car elles ne sont pas résistant au gel.

Coatings

Si le revêtement d'une surface en terre battue est d'être

réparé, l'ancien revêtement doit d'abord être

grattée. La zone est ensuite purgé avant

le nouveau revêtement est appliqué. Pour ce faire, d e chaux

caséine du lait peut être utilisé, comme décrit dans

Chapitre 12, p. 99.

Si la surface est très sablonneux et douce, un

amorce de la colle à chaux -caséine, c'est mieux. Ceci est

préparé à partir de 1 partie de chaux hydraulique et

5 parties fromage dégraissé est mélangé de façon intensive pour

deux minutes sans l'ajout d'eau.

Le mélange est laissé au repos pendant un certain temps


Réparation de composants loam

105

13,2

13.1Pumping-lumière

poids minérales loam

13.2Additional interi -

ou d'isolation thermique

légère couche de

minérales dans un loam

mur à ossature bois

puis dilué avec de l'eau dans un pro 1:5 -

portion. Cette colle doit être utilisé dans

une heure (Letzner et Stein, 1987, p. 145).

Post-équipement d'isolation thermique avec

léger loam

Cette section décrit la physique générale

et les aspects structurels qui doivent être con -

considéré tout en améliorant l'isolation thermique

tion des murs extérieurs existants en utilisant la lumière

poids de terre grasse. Différents types d'instruments a ppropriés

agrégats sont décrites au chapitre 4, p. 47.

L'utilisation de terreau léger comme intercalaire pour Tim -

BER maisons à pans est mentionné dans le chapitre

9, p. 82, et très isolant mur de terre

dessins et modèles sont discutés dans le chapitre 1 4, p. 106.

Condensation

La fin du 20ème siècle a vu beaucoup

dégâts dans les maisons historiques en bois de cadre dans

Allemagne. La plupart de ses produits en raison de con -

condensation dans les murs, un type de dommage qui

n'avait pas eu lieu plus tôt.

Beaucoup plus l'humidité est produite dans

cuisines et salles de bains de nos jours que dans

les temps précédents. Même si aujourd'hui un cadre chaleureux tous les jours

douche est commune, plus tôt, gens habitués à


Laver à l'eau froide dans un bassin. En outre

plus, les vêtements étaient lavés en dehors de la

maison dans un hangar ou une zone ouverte et

séchés à l'air libre. Aujourd'hui, les vêtements sont généralement

lavés et séchés dans la maison. Tous

les facteurs ci-dessus contribuent à la produc -

tion d'humidité beaucoup plus élevé dans le bois

maison à ossature aujourd'hui. Aussi, tempera intérieure

tures sont beaucoup plus élevés de nos jours en compa -

ISON pour des époques antérieures. Par conséquent, si la

humidité relative de l'air intérieur m ai environ

de même, l'humidité absolue est impor -

cantly supérieur. En outre, les portes et le gagnant -

dows dans des maisons à ossature bois sont aujourd'hui

beaucoup mieux scellés. Par conséquent, l'air

taux de change est fortement réduite.

Tous ces facteurs conduisent à une beaucoup plus con -

condensation dans les murs. Par conséquent, il est

impératif que la diffusion de la vapeur carac -

ristiques des murs sont soigneusement contrôlées.

Isolation thermique

Les murs extérieurs de charpente en bois ty piques

maisons ont des épaisseurs de 14 à 20 cm.

Le remplissage de l'ossature bois se compose de

briques cuites, adobes orwattle -and-torchis.

Le U-valeur de ces remplissages est de 2,0

et de 2,7 W/m2K. Prenant la charpente en bois

en compte, cela donne une valeur U globale

de 1,2 à 2,2 W/m2K. Transmission de chaleur

à travers ces parois est donc de trois à six

fois plus élevé qu'il ne devrait l'être par les modernes

normes dans les climats tempérés et froids.

La solution la plus simple et le meilleur en phy -

Conditions Cal, est d'accroître l'isolation thermique

de l'extérieur, c'est-à-dire à l'enveloppe


le bâtiment dans l'isolation thermique. Si le

maison est un point de repère historique et donc

pas autorisés à être recouverte d'thermique

l'isolation par l 'extérieur, les autres

isolation thermique doit être appliquée à partir de

l'intérieur. Cela provoque généralement des problèmes

parce que dans la pratique, les ponts thermiques et

ponts de vapeur ne peut être totalement évité.

Ceux-ci peuvent conduire à l 'humidification partielle de la

mur en raison d'un degré élevé de condensation

tion, et par la suite aux dommages de la

paroi de surface. En outre, il augmente la

la perte de chaleur et pourrait conduire à la croissance des champignons.

Loam léger couches

L'une des méthodes possibles de l'application supplémentaires

isolation thermique intérieur est indiqué dans 13.2.

Ici, un coffrage est fixé à entretoises mount -

ed sur le mur historique, et une couche de la lumière

loam minérales poids est versée ou pomp ée

po Il est important qu'il n'y ait pas d'espace

formé entre les deux feuilles de sorte que le

transport de l'eau capillaire et de vapeur est

pas entravé.

Dans le projet montré en 13.1, cinq personnes

a fallu huit heures pour terminer 60 m2 de ce

mur, en utilisant la méthode de pompage

décrits dans le chapitre 10, d'appliquer de 15 à 25 --

CM-épaisse couche de terreau léger. Illustra -

tion 13.3shows la surface finie de cette

mur après le coffrage a été enlevé. Le

matériau a une densité de 1000 kg/m3.

Cette densité relativement élevée a été choisi en

Afin d'obtenir l'isolation phonique suffisante, à la chaleur

de stockage et de l'humidité des effets d'équilibrage.

La même méthode peut être utilisée pour mettre en place


isolation thermique extérieure, mais i ci, un loam

mélange à plus faible densité est recom -

éd.

Des éléments préfabriqués

Une méthode encore plus simple de construire un inté -

vant la couche d'isolant thermique consiste à utiliser préfab -

ricated loam éléments comme des blocs plus ou

panneaux, tel que décrit au chapitre 7, ou d'utiliser

remplis de terreau léger, tuyaux comme décrit

au chapitre 10. Ceux -ci peuvent être posées sans

coffrage à l'état plastique contre le mur

dans une ou deux couches, comme indiqué au paragraphe 13.4. Dans

ce cas, il est préférable de les aplatir et

les fixer au mur existant avec du fil d'acier

crochets (4 crochets par m2).

Réparation de composants loam

106

13,3

13,4

13.3Surface d'un

léger minérales

loam mur avec une den -

sité de 1000 kg / m

après le coffrage est

supprimé

13.4Additional interi -

ou d'isolation thermique

l'aide de tubes remplis de

léger loam

Joints

Lorsque des éléments sont joints à loam postes,

poutres, fenêtres ou les encadrements de porte, la suite

ING considérations doivent être gardés à l'e sprit:

‡ Avec les techniques limon mouillé un écart


se produit au niveau du joint en raison de la contraction du

la lise.

‡ Même quand le terreau est sec ou à l'état sec

loam éléments sont utilisés, les écarts de mai se produire

en raison de la contraction du bois pendant

son séchage, un processus qui pourrait prendre jusqu'à

deux ans (jusqu'à ce que le bois atteigne ses Equilib -

rium la teneur en eau).

‡ Structures en bois continuent d'enfler et

se réduire légèrement en cours d'utilisation en raison de l' adsorption et la

désorption de l'humidité.

Illustration 14.1shows certains conjointes possibles

dessins de stranglehmrespectively loam -

tuyaux remplis, adobes et léger loam

avec des poteaux en bois ou en briques, ou avec

portes et fenêtres de bois.

Dessins des éléments de construction

107

14Designs des éléments de construction particuliers

14,1 conjointes possibles

designsof stranglehm

respectivement loam -

rempli tuyaux, adobes

et de terreau léger

avec des poteaux de bois

ou en briques, ou avec

portes et fenêtres

cadres de bois.

(coupes horizontales)

Lightweight loam

stranglehm ou

Tuyaux loam

Loam plâtre

Blocs de Monde

Timber
Bricks

14,1

Chevrons de toit ne devrait pas reposer directement sur le

Terre mur, mais plutôt sur des plaques murales en bois

ou poutres comme on le voit dans 14,2 A. Si les chevrons

reposer sur un poteau de bois et structure en poutre

et le mur n'est pas porteur, le psy -

l'âge de la structure de bois d'oeuvre doit être prise

en compte.

Dans 14,2 B, un mastic élastique a été int ro -

duit entre le faisceau et la paroi en vue

pour fournir une tolérance suffisante pour ce film rétractable

l'âge, tandis que dans 14,2 C, le système structurel est

séparé de la paroi, permettant ainsi une

une plus grande circulation verticale du bois

structure.

Mur particulière dessins

Loam murs d'une isolation thermique élevée

La valeur de U de 30 cm d'épaisseur, terre damée

mur (sans granulats légers) est

environ 1,3 W/m2K. Afin de parvenir à un

Valeur U de 0,3 W/m2K avec ce mur, il

Il faudrait 1,65 m d'épaisseur. Cela montre

que dans les climats froids où thermiques élevées

l'isolation est nécessaire, il n'est pas possible de

construire qu'avec loam normale.

Les exemples fournis dans 14.3not seulement

Afficher une isolation thermique suffisante avec un e

Valeur U de 0,3 W/m2K, mais ils sont également conçus

d'avoir une masse thermique suffisante pour balanc -

Dessins des éléments de construction

108

14.2Vertical sections

de la structure du toit et

porteurs et
Non portantes

murs

14.3Horizontal sec -

tions de terreau diverses

murs avec des valeurs U

de 0,3 W / m

14.4 Mur de la discard -

voiture ed pneus remplis de

du sol, Etats-Unis

14.5Dome de la Terre

tuyaux remplis, Kassel,

Allemagne

Prototype 14.6 build -

ING, Kassel, Allemagne

ABC

Panneaux de boi s

Windshelter

Isolation thermique ( m = 0,04)

Terre blocs entre

ossature bois

Isolation thermique ( m = 0,04)

Mineral loam léger entre

ossature bois (m = 0,21)

Isolation thermique ( m = 0,04)

Porteurs blocs de terre

(m = 0,7) (m = 0,9)

Lime plâtre

Cork (m = 0,5) isol thermique. ( m = 0,04)

Mineral loam léger ( m = 0,21)

Lime plâtre

Mineral loam léger ( m = 0,18)

Ossature bois

Lightweight loam plâtre


14,2

14,3

ment la température de l'air intérieur, suffisant

loam pour équilibrer le taux d'humidité de l' air intérieur

L'isolation acoustique suffisant aussi bien.

Dessins E et F sont des murs porteurs,

tandis que les autres le sont pas. Le thermique extérieure

panneaux d'isolation, montre G et H, peut être

utilisé comme coffrage perdu pour le coulage du

loam léger, tout en agissant également en tant que

terrain pour l'enduit à la chaux externes. Le

simple et la meilleure des solutions les plus performants sont J

et K, qui sont formés avec monolithique

faible densité de terreau léger murs.

Dans les climats exposés à une pluie battante, les dessins

A à F sont préférables parce qu'ils ont

séparer les feuilles extérieures, qui agissent comme protection

tion contre les intempéries.

Terre-plein flanc du pneumatique

Une méthode possible d'utiliser des blocs creux

remplis de terreau léger pour les murs a

été décrites dans le chapitre 10, p. 89. Si le

exigences d'isolation ne sont pas très élevés,

Ces murs peuvent être remplis de plaine argileuse

sol.

Dessins des éléments de construction

109

14,5 14,6

14,4

Michael E. Reynolds construit plusieurs résidences

au Nouveau-Mexique, Etats-Unis, les murs ayant fait de

véhicule mis au rebut pneus remplis avec de la terre creusée

la fondation. Seul le pneu haut a été remplie

avec du béton à laquelle un anneau de bois

ancre a été fixée. La surface intérieure a été


couverts de métal déployé à mailles Rein -

forcement puis plâtré.

Terre-plein des sacs

Le Building Research Laboratory (BRL),

Université de Kassel, en Allemagne, l'essai de plusieurs

approches pour la construction de mur s de terre ou

sacs remplis de sable ou de tuyaux. Illustration 14.5

montre une coupole construite en 1977, du sable et

terre-plein tuyaux de tissu en polyester; 14,6

montre le mur d'un programme de logement à faible coût

prototype construit à Kassel en 197 8. Dans ce dernier

cas, les tuyaux étaient faits de toile de jute

couverte par plusieurs couches d'enduits à la chaux à

prévenir la pourriture.

L'architecte Nader Khalili encore Californie

développé cette idée en utilisant les tuyaux sans fin,

généralement utilisés pour fabriquer des sacs de sucre ou de farine.

Illustrations 14.7and 14.8show le remplissage

et le processus de foulage; 14.9displays une

construite au Brésil par exemple.

Planchers intermédiaires

Sols limoneux traditionnels

Dans la culture tradi tionnelle allemande maisons à ossature bois,

les étages intermédiaires ont été remplis de

Loam à augmenter la résistance au feu, de l'INSU sonore

ment, et parfois l'isolation thermique comme

bien. Les techniques traditionnelles décrites

Voici beaucoup de main-d'œuvre et, là-bas

donc, sont utilisés de nos jours dans les travaux de rénovation

que s'il est demandé par préser au patrimoine historique et

codes vation.

Dessins des éléments de construction

110

14.7Filling de tuyaux

14.8Ramming de tuyaux
14.9Residence, Brésil

14.10Rammed terre

plancher sur des solives

14.11Spalierflooring

14.12Flooring faite de

rouleaux de paille loam

14.13Vertical section

grâce à plancher de bois

avec remplissage de briques vertes

14.14Earthen Jack voûte

revêtements de sol

14,7

14,9

14,8

Tabliers de terre battue

Illustration 14.10shows de trois manières différentes

de l'utilisation de terre damée comme intercalaire entre

ou sur le toit de poutres en bois. Le plafond est

formée de panneaux de bois exposées, sur le dessus de

que la terre humide est compacté. Une couche de

la paille est prévue sur les planches pour empêcher

Loam de tomber à travers les lacunes. De nos jours,

oilpaper est utilisé pour le même but.

"Spalier« decks

Illustration 14.11shows la traditionnelle GER -

spalierfloor homme où les tours en bois sont

posée à une distance de 3 à 6 cm entre les

poutrelles. Paille d'argile est pressée à partir

au-dessus de manière à former «langues» entre

les tours. Les langues sont ensuite pressées

pour couvrir les tours à partir du dessous par une

truelle de manière à former une surface plane comme

montré dans la figure. Une variante de cet étage

était aussi traditionnellement utilisée lorsque, au lieu

l'utilisation de la truelle, un déplacement horizontal


coffrage a été employée.

Loam Straw rouleaux

Une autre technique traditionnelle allemande

emploie des rouleaux de paille loam (en allemand: Wickel)

fait de la même manière comme décrit dans

Chapitre 9, p. 81. Une botte de paille est trempée

en solution aqueuse terre grasse et en hélice autour de

un bâton, formant des rouleaux de paille de terre glaise. Les bâtons

dans ces rouleaux reposer soit sur le dessus de la poutre,

ou bien sont insérés dans les fentes sur les côtés de

les poutres (14.12).

Loam Modern étages

Aujourd'hui, au l ieu de la terre de remplissage pour les bois

poutres et planchers bord, ou des briques vertes

adobes sans mortier peuvent être utilisés, ce qui

élimine les temps de séchage. Illustration 14.13 A

il affiche un design favorables d'un tel plancher,

qui offre une isolation suffisante contre

suspension dans l'air et le bruit structurel. La conception

14,13 Bhas indiqué dans les mêmes propriétés,

mais offre également l'avantage de la baisse

structurelles hauteur et l'inconvénient de

étant davantage de main -d'œuvre.

Illustration 14.14shows designs différents pour

sols limoneux voûtée. Les modèles A, B et C,

blocs de terre, qui transfèrent les charges dalle

faisceaux par Vault -action au titre de la compression

Sion.

Design D représente une charge non -portant

loam voûte confectionnées en versant de légèreté

limon sur une natte de jonc incurvé.

Dessins des éléments de construction

111

14,14

14,10 14,11
14,13

14,12

Un

Un

Revêtements de sol de terre battue

Hard-de-chaussée couche d'usure nécessité de répondre

très élevé des normes. Ils doivent résister aux pres -

l'abrasion sûr, être étanches et ne présentent aucun

fissures. Il est très difficile de construire sur ces

visages en terre glaise, mais si c'est fait avec soin, il est

pas impossible. Le critère le pl us difficile

est d'atteindre une résistance suffisante contre Abra -

sion ou de la dureté de surface (voir le chapitre 2,

p. 34). Il est souvent plus facile d'éviter les efforts

impliqués dans la réalisation de ceci en utilisant la brique,

tuiles de planch er de bois ou de pierre sur le terreau,

ou en couvrant le limon d'un tapis, un tapis

tissu, etc

Revêtements de sol terre traditionnels

Illustration 14.15shows version Niemeyer

d'un plancher de terre glaise traditionnels (Niemeyer, 1946).

La couche de base est composé de terreau, environ

15 cm d'épaisseur, avec forte teneur en argile. Cet

agit comme une barrière d'eau, et est appliquée dans deux

couches qui sont compactés par coups ou

brasquage jusqu'à ce qu'aucun des fissures apparaissent tout à sec

Ing. La couche suivante se compose de gravier grossier,

qui interrompt l'action capillaire. Au -dessus,

A 10-cm-épaisse couche de limon paille fournit

Isolation thermique. Un montant supplémentaire de 4 cm d'épaisseur

couche de limon de la paille, stabilisé avec d u ciment


dans la proportion 1:6 (1 ciment de la partie: 6parts

limoneux paille), est ajouté afin que de lourdes charges

peuvent être transportés. Comme la couche finale, Niemeyer

recommande une 2-cm-épaisse couche de ciment

mortier avec de la sciure. Deux couches d'eau

verre sont ensuite appliqués alors que la couche finale

est encore humide. Finalement, après qu'il soit complètement sec,

la surface est ciré.

L'auteur de cette étude suggère par

la séquence des deux couches inférieures.

Pour interrompre l'ac tion capillaire, gravier grossier

devrait être utilisé comme couche la plus basse. Loam

avec une teneur élevée en argile devrait constituer la

couche suivante, en qualité d'une eau et de vapeur

Barrier (hydrofuge grossier). Comme il est décrit

ci-après dans ce chapitre, le mortier loam stabilisé

mai est remplacé par un mortier de ciment. Dans

traditionnelles fermes allemandes et les granges,

planchers en terre battue ont été construits de la même manière, si

que même des voitures (sans les pneus usagés)

pourrait conduire à leur égard. Au lieu de la

plâtre de ciment de surface, le plâtre qui loam

contenues limoneuse, présentant une teneur élevée en argile

et de grandes quantités de sable grossier et

gravier fin a été utilisé. Cela a été appliqué dans

A 7 cm de couche épaisse et compacté par mesure des battements

Ing. Afin de durcir la surface, il était

saupoudré de Fe3O4flakes (flocons de céréales produites

par forgeage fer rouge) et battu en

la surface avec du sang de vache,

bile de vache ou de goudron.

Revêtements de sol en terre moderne

En 1984, les deux étages différents loam

indiqué dans 14.16were testé avec succès au

la BRL. Design A a une surface dure et


suffit pas d'être marcher dessus, qui est divisée par

une grille de bois, tandis que la conception B montre un loam

pavé avec des blocs de bois.

Le sous-plancher est identique dans les deux cas,

composé d'une adolescente de 15 cm d'épaisseur -coupure de capillarité

ING couche de gravier, suivie d'une eau et

pare-vapeur en plastique ou en feutre bitumé

papier, et surmontée d'un 10 -cm-épaisse couche

d'argile expansée qui joue le rôle INSU thermique

ment.

La première couche de limon argileux humide est placé

en haut de cette sous -plancher et éperonné

(14.17and 14.18). Dans les deux cas, une primaire

grille de lattes de bois (10x10cm) est prévue

là-dessus.

Dans la conception B (14.16), cette grille est ensuite remplie

avec des blocs de bois posées avec un mortier de terre glaise

stabilisé à 6% à 8% (en volume) des

double-huile de lin bouillie. Les blocs sont

placés de telle sorte que les bagues annulaires sont exposés

(14.20).

En matière de conception A, une deuxième couche de terreau de mortier

est appliquée et damée, sur laquelle un

grille secondaire de bandes de bois est prévue. Le

Dessins des éléments de construction

112

14.15Traditional plancher

pour les salles de séjour (après

Niemeyer, 1946)

14.16Modern terre floo -

anneaux (Minke, 2000)

14.17 à 14.19Making

une sol de terre battue

14.20Making une éperonné

terre étage avec un bois


une couverture collectiv e

AB

14,15

14,16

espaces ainsi créés sont ensuite remplies avec une

troisième couche de mortier de terre grasse stabilisée avec

6% à 8% (en volume) en double -coque Lin -

graine oléagineuse. La surface est ensuite lissée par

frottant avec une grande pression en utilisant un métal

truelle (14.19) jusqu'à ce que la surface devient

brillant.

Comme ce processus est très intensive en travail,

l'auteur de cette étude a mis au point un

Alternative Design exigeant beaucoup moins

du travail (moins d'un cinquiè me):

Les couches constituant ce plancher peut être vu

à 14.21. Afin de briser capillaire

action, la couche inférieure est formée par grossiers

gravier. Un hydrofuge grossiers des bitumineux

papier feutre est posé sur ce, suivie d'une

base de la couche d'is olant thermique de laine de roche.

(Ce dernier est nécessaire uniquement par les strictes

exigences pour l'isolation thermique contenue

dans plus récente réglementation allemande; autres

loam léger sage serait suffisant.)

A 12 cm d'épaisseur loam minérales léger est

verse sur le dessus de cette couche. Cela fournit

la fois une isolation thermique suffisante et le

nécessaire solidité structurelle.

Le terreau léger a été préparé dans un

normal bétonnière puis versé

d'une brouette (14.22).

Afin de réduire les temps de durcissement, 4%

ciment a été ajouté au mélange. Afin de

d'atteindre une dureté de surface adéquate, un


3 cm d'épaisseur de mortier de terre grasse (contenant suffi -

sable grossier suffisantes pour minimiser les produisent -

rence de fissures de retrait) a été appliquée dans

deux couches. Pour ce mortier, 6% (en sec

poids) des trois agents différents de stabilisation

ont été testés avec succès: la première, à la soude

verre à eau a été ajoutée après avoir été éclaircis

1:1 avec de l'eau, la second e, double coque

l'huile de lin, et la troisième, de la chaux -colle caséine

(fabriqués à partir de 1 partie de chaux hydraulique et

5 parties grasses du fromage blanc frais vigueur mixte

Dessins des éléments de construction

113

14,17

14,18

14,19

14,20

Dessins des éléments de construction

114

ment sans eau pendant deux minutes et

puis laisser reposer) avec de la craie supplémentaires

au taux de 10%.

Les mélanges ont été appliqués comme enduits

faible teneur en humidité et la surface

lissée avec un mouvement r otatif du Trow -

el. Après séchage pleinement, l'ensemble de ces surfaces

ont été ciré.

Tous les trois mélanges affichés sur une très bonne

face à la dureté. Le mélange d'huile de lin avaient

l'inconvénient de sa forte odeur et un

de longs temps de séchage , mais a montré le meilleur sur -

face à la dureté.

Loam mortier

Mineral loam léger

Isolation thermique
Hydrofuge barrière

Gravier grossier

AC

14,21

14,22

14,23

14,24

Des fibres de cellulose

Pare-vapeur

Planches de bois

Lightweight limoneux paille (600)

U = 0,8 W/m2K

Pare-vapeur

Wood Wool Board

Loam plâtre

U = 0,22 W/m2K

Cork

Des fibres de cellulose

U = 0,20 W/m2K

Brique creuse Hourdis

remplis de terreau

Cork

Mineral loam léger (400)

U = 0,25 W/m2K

Pare-vapeur

Incliné toits remplis de légèreté

Loam

Couramment utilisés toits couverts de tuiles, des chevrons

peut être rempli de terreau léger en vue

d'accroître leur isolation thermique et acoustique

tion. Si l'espace créé par une typique

16-cm-Rafter haut est rempli avec légèreté

limoneuse, présentant u ne densité de 600 kg/m3and la


plafond en planches de bois, le toit

atteint une valeur U de 0,8 W/m2K (14,24 A).

Trois solutions, B, C et D, possibili -show

Cravates pour atteindre des niveaux plus élevés de thermique

l'isolation, comme l'a exigé dans de nom breux nord

pays.

Terre des toits

Dans les zones de climat sec, les toits plats couverts de

terre ont été en usage depuis des siècles dans la gas -

tional architecture rurale. Un des plus grands

défis lors de la construction dans le développement

pays est de produire des succès, aux intempéries

toits loam résistantes qui pourraient s'avérer

durables dans les zones pluvieuses. Le coût d'un typique

structure du toit dans ces pays est généralement

25% à 30% du coût total des bâtiments.

Loam bardeaux (voir le ch apitre 7, p. 70) étaient

propagée en Allemagne au début du 20e siècle

siècle, et il y avait même une publication

norme DIN 18957. Certains traditionnels

loam-couverts toitures et quelques dernières exper -

iments avec des revêtements loam sont discutés dans

cette section.

Traditionnels toits

Dans de nombreux subtropicales, modérée et le froid

climats, des plats traditionnels et parfois même

loam toits inclinés ont été construits pour la CEN -

cles. Des exemples typiques sont les toits plats des

les Indiens Pueblo au Nouveau -Mexique, Etats-Unis

(voir 6.3), et celles des Dogons du Mali,

Afrique de l'Ouest (14.25).

Tous les toits plats sont similaires dans la construction. Arbre

ou la forme des troncs de bambous de la structur primaire

al éléments. Branches et les rameaux sont posées sur

ces réclamations pour former un réseau assez dense sur


laquelle les pailles loam peuvent être percuté ou plas -

gistrée. La grossière final se compose de plusieurs

des couches de limon argileux, contenant généralement un

grande quantité de sable grossier, parfois

cheveux, de fibres ou de bouse de vache est ajouté et les soins

complètement lissé.

Dans les zones où il ya peu de pluie, shrink -

fissures âge ne sont pas un problème. Lorsque l'eau

pénètre dans ces fissures, se gonf le loam argileux et

scelle. Seulement dans certains cas, sont addition -

al revêtements utilisés. En Anatolie, Turquie, spéciaux

sol argileux ayant une teneur élevée en sel est prise

des rives des lacs de sel dans l'ordre

pour sceller les toits de terre glaise. En raison de la hygroscopiques

Dessins des éléments de construction

115

14.21Vertical section

grâce à une légère

minérales loam étage

14.22 à 14.23Making une

minérales loam léger

étage avec un enduit de terre glaise

qui est hydrofuge

et résistant à l'abrasion

14.24 Coupe verticale

grâce à des toits inclinés

en argile légère

intercalaire

14.25Flat toits de terre

d'un village Dogon, Shan -

ga, Mali

14,25

propriété du sel, ce terreau reste humide

pour des périodes plus longues, et empêche l'eau

pénétration tant qu'il reste dans cet état.


Si les fissures de retrait se produisent pendant le séchage,

enflure se produit lors d'un contact avec de la pluie

et scelle les fissures. Une fois que la pluie a

lavé une partie du sel, la réduction du

auto-obturant effet de la couche grossière haut,

les résidents peuvent saupoudrer sel ou pour

l'eau salée sur elle pour régénérer le sceau

(Dalokay, 1969).

Lors de la terre glaise recouvert de toits plats, il

doit être gardé à l'esprit que les bords de toit sont

sensibles aux dommages mécaniques, en parti -

ment par le vent et l'érosion hydrique. Cela peut être

empêché par des solutions de type représenté à la

14.27. Si la surface du toit doit être

marcher sur, puis les tuiles sont recommandés

(14.27 D).

Illustration 14.26 shows un toit incliné

du nord du Venezuela, composé d'une mise à

ERS de bouse de vache stabilisé avec du terreau de la paille

mortier appliqué en plusieurs couches (8 à 12 cm),

sur une ossature en bois de

branches et brindilles. Après la saison des pluies,

La couche supérieure est généralement refaits.

Nouvelles solutions

Dans les zones pluvieuses, où les toits inclinés sont

commune, les bâtiments traditionnels n'ont pas

toits de terre glaise. Toutefois, des expériences récentes

ont prouvé que les additifs peuvent augmenter

la résistance aux intempéries de terreau.

Fonde sur les résultats des tests de la BRL, décrit

dans le chapitre 4, p. 40, un logement à loyer modéré

prototype a été construit à Pujili, l'Équateur, par le

groupe FUNHABIT, Quito, et l'auteur .

Le toit était fait d'une ossature bois

construite de troncs d'arbres, de branches et de roseaux. Cet


était recouverte par plusieurs couches de limon plas -

Ter qui étaient de 8 cm d'épaisseur au total (14.28). Le

première couche est constitué de limon argileux amincie

avec de la ponce (0 à 12 mm de diamètre) et

déchets Mobil Oil (52 parties paille: 28 parties

ponce: 1 partie d'huile). Ce mélange, qui a également

d'obtenir une isolation thermique, a été déposé dans un

cohérence assez sec et compacté par

bat. La couche supérieure, 2 à 3 cm d'épaisseur, a

La combinaison suivante: 72 parties loam, 36 pièces

ponce (0 à 5 mm), 12 pièces de bouse de vache,

12 parties bouse d'âne, 8,5 parties d'huile Mobil,

6 parties mobiles fibres de sisal (3 à 5 cm de long),

et 1 part de double huile de lin bouillie. Après

plusieurs jours, lorsque le mélange a été quelques -

Qu'est-ce sec, il a été recompactées avec un métal

, à la truelle en utilisant une grande pression, jusqu'à ce que la surface

luisait.

Dessins des éléments de construction

116

14,26 loam traditionnels

toit, au nord du Venezuela

14.27Traditional appartement

toits loam

14.28Vertical section

à travers un toit loam, Pujili,

Équateur

Bloc 14.29Earth dômes,

village près d'Alep, en Syrie

Bloc 14.30Earth dômes,

Siestan, en Afghanistan

14,26 14,27

14,28

Bloc de la Terre voûtes et coupoles

Voûtes et de coupoles qui couvre les espaces intérieurs


et constitués de blocs de terre sont trouvés

principalement dans les bâtiments religieux en Europe. Dans

Sud de l'Europe, en Asie et en Afrique, néan -

moins, ils ont également été utilisées dans des résidences,

les bureaux et les bâtiments publics (voir 1.1, 1.2,

14.29and 14.30).

Ces structures démontrent plusieurs avan -

tages dans les climats chauds et secs, surtout dans

zones avec une large gamme de températures diurnes

tures. Compte tenu de leur masse thermique inhérente

et de leurs plus hauts sommets au centre d'une

l'espace, où la lumière, l'air chaud recueille et

peuvent être facilement évacués par les ouvertures,

espaces voûtés fournir une meilleure climat naturel

ic contrôler que les cubes standard. Ils

ont des surfaces plus petites que les chambres cubes

du même volume, et donc moins

gain de chaleur.

Dans les climats froids et modérée ainsi,

voûtes et les coupoles on t plusieurs avantages.

Comme la surface est plus petite pour le même

volume, la perte de chaleur est plus faible, chauffage de manière Ener -

d'énergie est réduite.

Dans tous les climats, les voûtes et les coupoles nécessitent moins de

matériau de construction pour enfermer un volume donné.

Dans tous les pays en développement, des voûtes et

dômes sont généralement moins chers en comparaison

avec des toits plats ou légèrement incliné. Observa -

tion a montré que les salles avec des voûtes et

dômes ont un effet agréable et apaisant

sur les habitants, contrairement aux chambres avec

appartement plafonds.

Jusqu'à récemment, les voûtes et les coupoles de limon

ont été construites uniquement avec adobes - avec la

exception faite de deux coupoles expériment ales:


éperonné dôme terre décrit dans le chapitre 5,

p. 59, et un stranglehmdome construite à la

BRL en 1985. Dans de nombreuses régions arides,

où le bois n'est pas disponible comme un bâtiment

matériaux, les techniques ont été développées pour

construire des voûtes et les coupoles de l'air -mer -

Dessins des éléments de construction

117

14,29

14,30

SONED adobes sans poutres structurelles,

et même sans coffrage. Ces tech -

niques sont décrits dans les sections suivantes,

tions.

Sur la géométrie des voûtes e t coupoles

Voûtes et les coupoles sont bi -dimensionnelles

courbe des éléments structurels qui contribuent à

couvrir les espaces intérieurs. Shell structures avec

la même géométrie d'affichage très différents

structurelle des comportements. Ils sont capables de trans -

Fer moments de flexion sur leurs supports.

Toutefois, les voûtes et les coupoles de maçonnerie uniquement

transfert de charges en compression. Si seuls

courbées, ils sont appelés voûtes (14.31, à gauche);

si doublement courbées, ils son t appelés dômes

(14.31, droite). Voûtes et les dômes peuvent être construites

varietyof Froma base des éléments géométriques.

Illustration 14.32shows deux voûtes croisées

(A, B) et de deux voûtes en coupole (C, D), tous

les formulaires sont composés des pa rties d'un

berceau. Avec des coupoles qui forment des surfaces

de la révolution, c'est -à-dire dont les formes

proviennent de l'une courbure autour rotationof

d'un axe vertical (généralement un arc de cercle), et

qui sont énoncés ci -dessus salles carrées, la géo -


métrique problème réside dans la nécessité de dis -

couvrent un passage de la géométrie circulaire

de la coupole à la géométrie carrée

de la salle. Illustration 14.33shows quatre

différents systèmes pour la résolution de ce problème.

Solution A est un dôme tronqué dont la bot -

Tom cercle est tracé autour de la place, et

plans verticaux situés à répondre à tronquer le dôme

surface pour former des arcs. La solution B est appelé un

coupole sur pendentifs. Ici, un hémisphérique

coupole repose sur la pa rtie inférieure d'un tronc

dôme. Le doublement des surfaces courbes triangulaires

sont appelés pendentifs. Solution C montre une

lowercircleis squinchdomewhose inscrits

sur la place et l'interconnexion sur -

visages, appelée trompes, sont composés de

une série d'arcs de rayon croissant. Cet

solution peut également être décrit comme un truncat -

ed coupole sur la diagonale inscrits

carré avec les surfaces ainsi laissé (triangulaire

dans le plan) étant les trompes.

Solution D est une coupole sur trompes part iels dont la

cercle de fond est tracé autour de la plus grande

octogone régulier qui correspond à la place, formant

tronquée avions sur quatre des côtés et

trompes sur les quatre autres. Solution E

montre une toute autre façon de résoudre ce

problème et peut être appelé une forme de cloche

dôme. Ici, nous avons une permanence Chang -

ING double courbure en commençant par le

arêtes avec une Anticlastic (en forme de selle)

courbure (à savoir, une courbure qui est convexe dans

une direction et concave dans le perpendi -

ment la direction) et en continuant à l'apex

avec une synclastic (en forme de dôme) la courbure


(c'est à dire celle qui est similaire dans les deux courbes

directions).

Comportement des structures

Sur le plan structurel, les voûtes et les coupol es sont

surfaces courbes que le transfert de presque exclu -

ment des forces de compression sur leurs supports.

Ils sont généralement construites en briques cuites

ou des pierres plates, avec des joints fixés perpendiculairement

à la surface du dôme, de sorte que le

cours forment un motif radial comme dans 14.34

haut. Si les cours sont placés horizontalement, de sorte

que les blocs de maçonnerie créer des surplombs

intérieur (cf. 14.34bottom), puis on parle de

un «faux» voûte ou le dôme. Dans de tels cas, puisque

Chaque cours est en porte à faux sur celle

avant, les blocs sont soumis à une courbure

forces. Un exemple d'une fausse coupole est

dont le modèle est illustré dans 14.35and

14.36.

Le principal problème dans la construction de voûtes est

Comment faire pour transférer de la force de poussée vers l'extérieur

au fond pour le soutien et les fondations

tions. Illustration 14.37shows comment le

forces résultantes à l'appui peut être sépa -

noté en compo verticale et horizontale

Dessins des éléments de con struction

118

14,31 Vault et le dôme

14,32 formes créées par

voûtes entrecroisées

14.33 Types de dômes

sur des plans carrés

14.34 "Vrai" et "faux"

voûtes

14,35 à 14,36 modèle


d'un immeuble à "false"

voûtes

14.37 Séparation des

forces à l'appui

14,38 Déviation de la

résultante de forces de cisaillement en

la fondation

14,31

14,32

14,33

Dessins des éléments de construction

119

sants. Les forces sont les plus raides menée

dans la fondation, les plus petits sont les

horizontal forces, et le plus facile la forma -

tion de la fondation. Une règle de base est que

les forces résultant de la poussée voûte et

charges mur doit tomber dans le tiers moyen

du piédestal et les bases de la fondation. Cet

signifie que l'excentricité devraient pas être plus

1/6of que la largeur (14.38).

Puisque cet examen peut représenter un très

grandes et, d'une fondation donc coûteux, il

mai s'avérer utile pour planifier supplémentaires

les mesures structurelles, telles que celles présentées

à 14.39. Dans une solution, par exemple, l' inclinaison -

nation de la charge qui en résulte est réduit de

moyens de charges se superposent. Un deuxième

solution simple, illustré en B, se compose de but -

tresses. Dans ce cas, pour éviter une trop forte

flexion, des espacements entre les contreforts -

es ne devrait pas être trop grande. Une structure

variation supérieure est montré en C, -mais avec

tresses reliées par des arcades. Solution D

montre le transfert de l'horizon qui en résulte -


tal de poussée à la traction des éléments structuraux des

plancher (plaques de béton armé, par exem -

par exemple), qui neutralisent la poussée de sorte que seuls

forces verticales sont transférées à la fondation

tion. Solution E montre unique à la traction des liens

qui agissent de la même façon. Ils sont placés

ci-dessus les murs de soutènement de la voûte. Dans ce

cas, une bague ou périphériques poutres doivent être

prévues, qui peuvent prendre les forces de flexion

qui se produisent entre la cravate se termine. Solutions F

et G montrent deux façons de détourner

la poussée de la coupole centrale à latérale basse

voûtes.

14,34

14,37 14,38

14,35 14,36

Dessins des éléments de construction

120

Si deux identiques barils convergent dans une bande

fondement, alors les composantes horizontales

de la poussée résultante sont neutralisés (voir

14.40 droite). Si, d'autre part, le bar -

rels ont des formes différentes, alors seule une por -

tion de cette poussée horizontale sera neu -

décentralisés (14.40 à gauche).

Depuis voûtes Adobe ne peut durer très

petites forces de traction, il est important de concevoir

eux afin que, autant que possible, que

forces de compression se produire. Avec une voûte en berceau

qui porte seulement son propre poids, c'est la

cas si sa section transversale est une caté -inversé

naire courbe, déf ini comme la forme suppose

par une chaîne qui pendent librement, ce qui est sujet -

ed qu'à la force de traction. Lorsqu'il est renversé, ce

courbe représente la ligne idéale de soutien


(ligne de poussée) pour une chambre forte dans laquelle seuls

forces de compression se produisent sous charge permanente

(14.41). Cette ligne peut être calculée par le

caténaires formule y = a cosh (x / a), et peut

être défini par la position des deux points

de soutien et de l'apex (voir 14.42). Dans un

voûte en plein cintre , la ligne de soutien ne

s'exécute pas dans le centre de l'épaisseur du mur.

Il pourrait même tomber en dehors de la structure, comme

montre 14,43 A. Cela provoque de flexion

souligne et conduit généralement à l'échec. Si le

l'épaisseur de la voûte est ass ez grand pour

contenir la ligne de poussée au sein de son milieu

tiers (14.43 B), puis ce danger est évité.

Le croisement idéal -section d'un dôme en vertu de

charge morte est celle qui ne crée que des com -

pressive forces allant vers le bas (merid -

ional). Cela signifie une forme qui crée nei -

les forces de traction, ni bague il ya compression.

Si la section a la forme d'un

caténaires, puis les forces anneau de compression seront

se produire. Cela peut être pénalisant en cas de

les ouvertures doivent être coupés dans le dôme, ou

s'il s'agit d'une coupole de grande portée.

Pour travailler sur la forme idéale d'une voûte, un

tranche comme le montre le 14.44, à gauche, est sorti

14.39 Possibilités de

structurelles de stabilisation

14.40 Les forces horiz ontales

14,41 chaînette inversée

14,42 Caténaires de

même longueur

14,43 lignes de soutien

14,44 à 14,45 Simula -

tion des charges


14.46 Calcul de sur -

zones de la face

14,39

14,40 14,41

Dessins des éléments de construction

121

et divisé en segments de mê me longueur.

Cela donne des segments de zone identique et,

par conséquent, peuvent être substitués par des charges individuelles

de même ampleur agissant au centre de

chaque segment. Toutefois, dans le cas d'un

dôme, si l'on prend une tranche, comme le montre le

Figure sur la droite, et se divisent en ce seg -

ments d'égale longueur, les largeurs et,

Par conséquent, les régions sont en permanence

diminution de la base vers le sommet. Si

Ces segments sont remplacés par un simple

charges, puis leurs charge ments sont également là pro -

portionally diminué. Si la forme idéale est de

être dérivé d'un modèle, puis, correspon -

Ding charges peut être ajouté à une chaîne qui

forme alors cette courbe idéale, comme dans 14.45.

Ici, cette courbe idéale est montré en revanche

à une chaînette. En 14,46, les formules sont données

pour calculer la superficie des segments d'un

sphère. Toutefois, puisque la forme idéale n'est pas

sphériques, de ses segments ont une surface légèrement

différente de celle que nous avons comm encé à partir.

Par conséquent, cette procédure doit être consi -

Ered une première approximation, ce qui est pra -

TICE suffisamment précises pour des portées plus petites.

Une plus grande précision peut être atteint par suc -

cessive itérations, en rempla çant l'actuel

l'évolution des rayons de courbure des segments

mesurée à partir du modèle et de réglage


les charges en fonction de la surface des

les segments ainsi calculée.

La première hypothèse (que le dôme est un

hémisphère) ne peut être utilisé si la h auteur est

pas égale à la demi -travée. Dans ce cas, on

devrait partir de la forme d'une ellipse

dont l'axe est inférieur à la base de la coupole.

Cette hypothèse déclarant est déjà proche de

la forme idéale, qui peuvent ensuite être affinées

par le modèle.

Vault

14,43 14,44

14,46

14,45

14,42

Dessins des éléments de construction

122

Une méthode plus précise pour calculer la courbe idéale

est par des méthodes graphiques utilisées en statique ingé -

nierie. À la BRL, ces méthodes ont été

utilisés pour développ er un programme informatique.

Certains résultats de onze différentes dôme

des proportions allant de h = 1,5 r à h = 0,5 R

(où h est la hauteur et r la demi -Span)

sont tracés en 14.47. Dans chaque cas, un puits de lumière

ouverture de 0,2 R a été pris en co mpte.

Illustration 14.48shows la courbe idéale dans

Comparaison avec une parabole, caténaires et

demi-cercle.

Dans la section de la coupole est à l'intérieur du

courbe idéale, comme cela arrive avec la caténaire,

forces anneau de compression. S'il est

dehors, les forces de traction anneau aura lieu, comme avec

la partie inférieure d'un dôme hémisphérique.

Traction anneau forces conduisent généralement à l'échec.


Forces anneau de compression en général ne sont pas CRE -

mangé des problèmes, sauf lorsqu'il est interrompu par

grandes ouvertures.

Table14.51gives les coordonnées de theideal

Ligne de soutien pour sept dôme différents

proportions, à partir de h = 0,8 R à H = 1,4 r

(où h est la hauteur et r la demi -portée),

sans tenir compte de toutes les ouvertur es

au sommet.

Pour tenir compte des charges asymétriques

qui pourraient survenir dans la pratique à cause du vent,

maintenance, etc, et de façon conservatrice

de s'assurer qu'aucune force anneau de traction se produire, il est

préférable de conserver la se ction intérieure de l'idéal

courbe, en particulier dans la partie supérieure.

14.47 cross-Optimised

avec différentes sections H: r

Ratios

14.48 Cross-sections

14,49 voûte nubienne

Parabole

Optimisé section

Demi-cercle

Caténaires

14,47

14,48

14,49

Dessins des éléments de construction

123

14,51

Nr.

4
5

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

yxyxyxyxyxyxyx
0,0000 1,0000 0,0000 1,0000 0,0000 1,0000 0,0000 1,0000 0,0000 1,0000 0,0000 1,0000 0,0000 1,0000

0,0452 0,9854 0,0454 0,9875 0,0479 0,9885 0,0470 0,9902 0,0422 0,9912 0,0494 0,9918 0,0469 0,9929

0,0973 0,9674 0,0982 0,9720 0,1013 0,9750 0,1007 0,9783 0,1016 0,9807 0,1036 0,9823 0,1013 0,9844

0,1489 0,9483 0,1508 0,9556 0,1544 0,96 08 0,1543 0,9658 0,1555 0,9696 0,1578 0,9724 0,1556 0,9755

0,2001 0,9279 0,2030 0,9381 0,2073 0,9456 0,2077 0,9526 0,2093 0,9579 0,2118 0,9620 0,2098 0,9662

0,2506 0,9061 0,2548 0,9195 0,2600 0,9295 0,2610 0,9386 0,2629 0,9456 0,2657 0,9511 0,2640 0,9565

0,3005 0,8827 0,3061 0,8996 0,3123 0,9124 0,3139 0,9237 0,3164 0,9326 0,3195 0,9396 0,3180 0,9462

0,3495 0,8575 0,3569 0,8782 0,3642 0,8940 0,3667 0,9079 0,3697 0,9188 0,3732 0,9274 0,3720 0,9354

0,3974 0,8303 0,4069 0,8552 0,4156 0,8744 0,4191 0,8911 0,422 7 0,9041 0,4267 0,9145 0,4258 0,9241

0,4441 0,8011 0,4562 0,8305 0,4665 0,8533 0,4711 0,8730 0,4755 0,8885 0,4800 0,9008 0,4795 0,9121

0,4893 0,7695 0,5043 0,8038 0,5167 0,8306 0,5226 0,8536 0,5280 0,8718 0,5331 0,8863 0,5331 0,8993

0,5327 0,7355 0,5513 0, 7749 0,5660 0,8060 0,5736 0,8328 0,5800 0,8540 0,5859 0,8708 0,5864 0,8858

0,5738 0,6987 0,5967 0,7436 0,6143 0,7795 0,6239 0,8103 0,6316 0,8347 0,6384 0,8542 0,6396 0,8714

0,6124 0,6592 0,6402 0,7097 0,6613 0,7507 0,6733 0,7860 0,6827 0,8140 0,6905 0,8364 0,6924 0,8561

0,6479 0,6170 0,6815 0,6731 0,7067 0,7194 0,7217 0,7596 0,7330 0,7917 0,7422 0,8173 0,7450 0,8397

0,6799 0,5721 0,7200 0,6337 0,7502 0,6855 0,7688 0,7309 0,7825 0,7674 0,7932 0,7966 0,7971 0,8220

0,7081 0,5246 0,7554 0,5913 0,7913 0,6487 0,8143 0,6998 0,8309 0,7411 0,8436 0,7743 0,8488 0,8030

0,7322 0,4750 0,7872 0,5462 0,8296 0,6090 0,8578 0,6658 0,8780 0,7124 0,8930 0,7500 0,8999 0,7825

0,7522 0,4235 0,8149 0,4984 0,8646 0,5663 0,8988 0,6290 0,9234 0,6811 0,9414 0,7235 0,9503 0,7602

0,7680 0,3707 0,8384 0,4485 0,8957 0,5207 0,9369 0,5891 0,9667 0,6470 0,9883 0,6947 0,9998 0,7360

0,7801 0,3168 0,8576 0,3967 0,9227 0,4725 0,9716 0,5461 1,0076 0,6099 1,0336 0,6632 1,0482 0,7096

0,7887 0,2624 0,8725 0,3436 0,9452 0,4221 1,0023 0,5002 1,0453 0 ,5696 1,0767 0,6287 1,0951 0,6807

0,7944 0,2076 0,8836 0,2896 0,9633 0,3700 1,0286 0,4517 1,0795 0,5262 1,1172 0,5912 1,1403 0,6491

0,7978 0,1526 0,8912 0,2350 0,9771 0,3165 1,0504 0,4009 1,1095 0,4799 1,1544 0,5505 1,1830 0,6145

0,7994 0,0975 0,8961 0,180 1 0,9870 0,2623 1,0675 0,3485 1,1350 0,4309 1,1879 0,5065 1,2236 0,5768

0,8000 0,0425 0,8987 0,1251 0,9936 0,2075 1,0804 0,2948 1,1557 0,3798 1,2170 0,4596 1,2606 0,5358

0,8000 0,0000 0,8998 0,0700 0,9974 0,1526 1,0894 0,2404 1,1719 0,3270 1,2415 0,4101 1, 2933 0,4915

0,9000 0,0000 0,9993 0,0975 1,0951 0,1856 1,1836 0,2731 1,2611 0,3585 1,3222 0,4443

0,9999 0,0425 1,0983 0,1306 1,1916 0,2185 1,2761 0,3054 1,3459 0,3944

1,0000 0,0000 1,0997 0,0755 1,1965 0,1636 1,2867 0,2513 1,3648 0,3425

1,1000 0,0205 1,1990 0,1086 1,2936 0,1966 1,3789 0,2892

1,1000 0,0000 1,1999 0,0535 1,2976 0,1416 1,3887 0,2349

1,2000 0,0000 1,2995 0,0865 1,3949 0,1801

1,3000 0,0315 1,3983 0,1251

1,3000 0,0000 1,3997 0,0700


1,4000 0,0150

1.4000 0.

0000

16.1064 r

18.2911 r

20.4262 r

22.6921 r

24.9307 r

27.1455 r

29.5145 r

A r 5,3374

5.7789 r

6.2195 r

6.6941 r

7.1685 r

7.6426 r

8.1514 r

m 72,6 75,0 76,9 78,5 79,7 80,7 81,6

h = 0,8 HR = 0,9 HR = 1,0 HR = 1,1 HR = 1,2 HR = 1,3 HR = 1,4 r

mm

hhhh
hhh

rrrrrrr

Nubian voûtes

Avec la technique de la voûte nubienne, utilisé pour

siècles en Haute-Egypte, des voûtes peuvent être construites

sans coffrage en utilisant inclinables

arches d'adobe. Illustration 14.49

montre une telle voûte, qui est 3200 années

anciens et se tient dans l'enceinte du temple

près de RamsesII Luxor.Such com -vaultsare

communément construite en adobes de mesure

15 cm de largeur, 25 cm de long et seulement

5 à 6 cm d'épaisseur. Cela signifie que la

poids de chaque brique par unité de s urface du mortier

conjointe est très faible, ce qui empêche en adobes

inclinées positions de glisser lors de con -

construction. Le degré d'inclinaison de la

Arches est un facteur décisif dans la construction

processus. Cela devrait être comprise entre 65 ° à 70 °

avec l'horizontale. Comme les tests ont montré, si

les arches sont construites à un angle inférieur, le

la partie inférieure de la voûte pourrait s'effondrer au cours de

construction, tandis que si l'angle est plus grand, la

adobes pourrait glisse r la partie supérieure.

Voûtes nubiennes besoin d'une ou deux parois verticales

sur lesquels les arcs inclinés maigre (14.50 A

et B). Il est également possible de s'appuyer les arches

contre une centrale "arc de soutien», qui

a généralement la section de l a voûte et a

à faire avec coffrage (14,50 Cand

14.52). Le contre -voûte theNubian sectionof,

qui est principalement chargé par son propre poids,

devrait avoir la forme d'une caté -inversé

naire, de sorte qu'il ne contient que la compression

contraintes.
Au BRL Cette technique traditionnelle a été

affinées dans de deux façons: premièrement, au lieu d'utiliser

formats rectangulaires, un bloc de mesure et de carrés

ING 20 x 20 cm, 6 cm d'épaisseur a été utilisé pour

la partie inférieure de la voûte, et conique

versions de ces blocs ont été utilisés dans le

la partie supérieure de la voûte, avec la partie inférieure

raccourcie de 1,5 cm. Cette main -d'œuvre réduite

d'entrée et de la quantité de mortier requise.

Il a été constaté qu'en utilisant un optimum

Composition du mortier avec une force contraignante élevé,

Il est également possible d'utiliser des adobes avec épais -

Nesses pouvant aller jusqu'à 10 cm. Cela conduit à nouveau à

l'épargne dans le mortier et le temps.

Deuxièmement, la forme de la voûte a été con -

contrôlée lors de la construction par l'étirement

un cordon d'un mur de soutien à l'autre

(ou à l'échafaudage correspondant). C'est

essentiel que ce cordon de fil passe par une

oeillet à une extrémité et est tendu par un

poids. Lorsque déformée par la p ression latérale,

le cordon sera immédiatement rétablie par la

le déplacement du poids à la position correcte.

Lors de la construction des arches à dossier inclinable, il est

souhaitable que les blocs formant la voûte

sont maintenus ensemble en gardant les toucher

sur le bord intérieur sans guère de mortier dans

entre, et le calage d'une puce de pierre

sur le bord extérieur si nécessaire, de manière à dis -

action arcade jouer avant même que le mortier est

sec (14.53).

Dessins des éléments de construction

124

14,52

14,50
14,53

ABC

14,50 voûtes de Nubie, aux

murs d'appui et de soutien

Arch port (élévations latérales)

14.51 Coordonnées de

structure optimisée

dômes

14,52 à 14,53 Construc -

tion d'une voûte nubienne

avec support de voûte plantaire

Afghane et persane dômes

En Afghanistan, une technique de construction

dômes sans coffrage a été utilisé

pendant des siècles. Avec cette technique, Bell -

en forme de dômes plats sont produits pour couvrir

Square Rooms en construisant inclinables archi -

es qui sont fixés à des angles de ca. 30 degrés à

horizontale. Illustrations 14.54, 14.55and

14.56show le processus de construction d'un

coupole (plus d'un 4 x 4 chambre m), qui peut être

construit en une demi -journée par cinq à six personnes.

Avec cette technique, le logiciel Adobe forment des blocs -

ING, l'arc doit toucher à leur plus bas

bords et coins doivent être insérés

dans les trous supérieurs (voir 14.56). Étant donné que cette

méthode permet à l'action arcade à entrer en

effet avant le mortier a séché, les m anoeuvres

peut même se tenir sur le dôme pendant qu'il est

en construction.

Différents modèles ont été construits au BRL en

afin de montrer qu'une grande variété d'archi -

formes tectural peut être recouvert de cette

technique, et qu'il peut également être combiné

avec la technique du dôme de Nubie (14,57


à 14,60).

En 14.61a variation de la coupole afghane

technique est montré. Dans les temps anciens cette

a souvent été utilisé en Perse et en est donc

appelle la technique de dôme Persique. Ici,

arcs inclinables sont lancés par les quatre

coins de la base. Dans cet exemple voûtée

les capteurs de vent ont été intégrés dans

la coupole.

Dessins des éléments de construction

125

14,54 à 14,56 Construc -

tion d'un dôme en Afghanistan

14,57 à 14,48 modèle

découlant de la forme de dôme

de la Nubie et

Afghane techniques (BRL)

14,58 14,57

14,54 14,55

14,56

Nubian dômes

La technique du dôme de Nubie a été

connus en Haute-Égypte pour des milliers de

ans. Dans cette technique, circonférentiel

cours d'adobes sont établies en utilisant un mobile

guide (14,62).

Avec cette technique, les blocs sont allumés

bord. Cela évite les dérapages de la fraîchement pondus

pâtés de maisons. Toutefois, cela exige que les spéciales

en forme de coin blocs soient utilisés périodiquement

(14.63). En raison de l'apport de main -d'œuvre

la plus indispensable dômes ont été construites sans

tourner les blocs, qui est, en les plaçant dans

radialement.

L'inconvénient principal de la Nubie


dômes technique est que seuls sphériques

dômes peuvent être pro duites. Comme expliqué dans

ce chapitre, p. 116, dans des dômes sphériques, dix -

forces anneau Sile se produisent dans le fond

portions. Par conséquent, lors de la couverture plus large

travées, des bandes d'acier ou de ceinture en béton armé

poutres ou autres éléments de renforcement

doivent en outre être appliquées. Si ce n'est pas

considérée, les dômes peuvent échouer, comme cela a Hap -

il passé dans la pratique.

Le groupe de Development Workshop,

Lauserte, France, construit plusieurs résidences,

bureaux et bâtiments publics au Niger en utilisant un

version modifiée de cette technique, illustré à la

14.64. Ici, au lieu du support central

Guide éd tournante, un excentrique tournant

guide est utilisé. Par cela, la forme produite

peut être telle que l es forces de traction en anneau

la partie inférieure sont évités. Cependant, com -

anneau pressive forces ainsi créé pourrait

causer des problèmes si des ouvertures plus grandes sont faits

pour les entrées ou les fenêtres.

Dessins des éléments de construction

126

14,59 à 14,60 Modèles

coupole de formes différentes

découlant de la Nubie

et les techniques afghans

(BRL)

14,61 dôme persan

avec attrape-vent

14,62 à 14,63 Nubian

(dôme CRATerre, 1979)

14.64 Modification

de la coupole de Nubie, aux


excentrique guid e

14,65 à 14,68 Proto -

type dôme (BRL)

14,61

14,59

14,60

Structurellement optimisé dômes

Afin d'éviter les inconvénients des

Dôme de la technologie de Nubie, une nouvelle technique

pour la fabrication de dômes en utilisant un guide de rotation

a été développé au BRL. Grâce à cette tech -

, nique la géométrie de la structure optimale de

le dôme peut être atteint sans formulaire

travailler. Cette géométrie permet d'éviter tous anneau de traction

forces ainsi que les forces anneau de compression.

La dérivation de cette forme est décrite sur

p. 116 du présent chapitre.

Le guide a une rotation à angle droit

la tête dans lequel les blocs sont placés. Cet

angle peut être déplacé sur un métal incurvé

T-courbé la section de forme. Ce T -section est

fixée à un bras de rotation, ce qui est à son tour fixe

à un poteau vertical. Illustrations 14.65to 14,68

montrer l'application de cette technique pour

un dôme avec une portée libre de 7 m et 6 m de

hauteur libre, qui a été construit à l'uni -

sité de Kassel en Allemag ne en 1992. L'apex

est couvert avec un 16-verso ciel pyramidal

lumière. L'épaisseur de la paroi dôme est seulement

20 cm et la section transversale a été dérivée

utilisant un programme informatique afin d'obtenir

la forme optimale sans forces ring, comme

décrite à la p. 116 du présent chapitre. Afin

pour empêcher les blocs des couches supérieures

de glisser tout en construction, le


cours ne sont pas exactement perpendiculaire

à la surface de la coupole, mais sont légèrement

Dessins des éléments de construc tion

127

14,63

14,64

14,66 14,65

14,67 14,68

14,62

Dessins des éléments de construction

128

14,72

14,73

Dessins des éléments de construction

129

14,74

14,75

moins inclinée de façon que la couche supérieure est de 20 °

moins de goût et un effet encorbelleme nt partiel

peut être vu. Ceci, en outre, a le

avantage de ne pas sound -effet de focalisation

se produit (voir 14.68). Les blocs ont été utilisés

conique et extrudée à travers une spéciale

museau dans une usine de briques mécaniques.

Dômes et de voûtes sur coffrage

Il est très de main-d'œuvre et de matériaux à forte intensité de

construire des coffrages pour les dômes, et c'est pourquoi

presque toutes les constructions historiques dôme

techniques de l'éviter. Une exception est la

coupole catalane peu profondes (parfois appelé

un "shell funiculaire" en Inde), qui est essen -

ment d'une cloche en forme de dôme qui peuvent couvrir

triangulaires, carrées, rectangulaires ou autres

forme de bases. Panneaux de bois, tôles d'acier

et de verre renforcé de fibre s de polyester-ele


ments ont été utilisés pour le coffrage.

Il est cependant beaucoup plus facile de faire un form -

travailler avec du sable humide, comme le montre 14.70.

Lorsque la construction de voûtes, il est beaucoup plus facile

pour construire un c offrage, car ils ont seulement

seules les surfaces courbes. En outre, seule une

court morceau de coffrage peuvent être utilisés et

déplacé que le produit voûte de la construction.

Cette technique est habituellement utilisée pour construire

voûtes jack (voir 14.14). La voûte Jack montré

dans 14.69was construit sur un coffrage clairsemée,

érigée sur lattes minces positionné en dessous

les articulations des blocs de terre. Ces blocs

ont été organisées sans mortier. Les articulations

ont plus tard été humidifié , puis de mortier a été

rempli par le haut.

Tirs de coupoles en terre

L'architecte Nader Khalili a persan

construit plusieurs dômes de terre en Iran

et aux USA, où il essaie de

renforcer par la suite en tirant les

de l'intérieur. Bien que la combinaison de

les quatre éléments utilisés pour créer ces

espaces, terre, eau, air et feu, mai prêter

eux une touche mystique, ils ont encore plusieurs

inconvénients relatifs au climat et exté -

nal environnement. La combustion des bûches,

branches et les rameaux crée la pollution et

consomme de grandes quantités d'énergie. Fur -

Thermore du processus de combustion ne peuvent pas être

entièrement contrôlé et n'est donc pas optimale.

Le chauffage inégal des blocs de mai pro -

Duce fissures réduire sa stabilité structurel le.

Aussi, la plupart des pores dans les blocs sont

fermé par la combustion, réduisant drastiquement leurs


la capacité d'absorber et de désorber l'humidité

(voir chapitre 1, p. 14). Ceci, cependant, des moyens

défaut d'exploitation du principal avantage de

loam comme matériau de construction.

Dessins des éléments de construction

130

14,69 Jack arc avec

minimisés coffrage

14.70 Dôme, en utilisant

sable humide de coffrage

14,71 voûte Terminé

dans une résidence privée à

Kassel, Allemagne

14,72 à 14,73 Desert

Research Institute, Sadate

Ville, de l'Égypte

14,74 à 14,75 Wissa

Wassef Centre, Le Caire,

Égypte

14,69 14,70

14,71

Mur en terre de stockage en hiver

jardins

Afin d'améliorer le stockage thermique

et l'humidité d'équilibrage effet d'un «gagnant -

ter jardin avec une surface habitable de 20 m2, forme -

ING partie d'une résidence à Kassel, en Allemagne,

un mur fait de terre glaise de stockage en plastique mouillée

pains a été construite (14.76and 14.77).

Les pains, mesurant 20 x 14 cm, ont été

formé à la main et empilés sans mor -

tar ou joints remplis, ce qui effectivement dou -

Bling la surface de la terre glaise qui est actif

dans le stockage thermique et d'absorption d'humidité

et desorbtion. La surface du mur au -dessus


l'ouverture vitrée, 14,76, était cou vert

avec des boules de glaise jetés, comme décrit dans

chapitre 11, p. 95.

Dessins des éléments de construction

131

14.76 Heat Storage Wall

dans un jardin d'hiver

14,77 pains Couché

de terreau

14,77

14,76

Limoneux, dans les salles de bains

L'affirmation selon laquelle un loam -finis de bain

la chambre est plus hygiénique qu'un bain carrelée

Salle étonne beaucoup. Ces deux expériences

sur plusieurs années avec de salles de bains

de murs en torchis et scientifiques

concernant l'absorption et desorptive

comportement de limon ont toutefois démontré

a démontré cette assertion.

Des miroirs dans une salle de bain est carrelée jusqu'à la

plafond ont été observés au brouillard après

une normale douche chaude. Avec les portes et le gagnant -

dows fermé, le miroir res te embuées

à une période de 30 à 60 minutes après le

se doucher. Dans une salle de bains avec murs en torchis,

En revanche, le miroir autorise sous similaires

conditions que dans 3 à 6 minutes. Ceci est

parce que les murs absorbent l'humidité de limon

la pièce quand son humidité relative est élevé

er à environ 50%, et il leur diffusion ultérieure

lorsque l'humidité de l'air tombe au -dessous à propos

50% (voir également le chapitre 1, p.14).

Depuis l'humidité de salles de bains avec limon

murs se réduit rapi dement, la croissance des champignons ne peuvent pas


se produire, alors qu'en salle de bains carrelée, le

d'humidité reste élevé pendant une période plus longue

en raison des surfaces étanches, ce qui permet champignon

la croissance dans les joints des carreaux, en particulier

articulations garni avec un matériau silicone. Pendant que

Dessins des éléments de construction

132

14,78 wallpaper Loam

14.79Bathroom, privé

séjour à Kassel,

Allemagne

14.80 objets sanitaires

couverts par loam-remplie

Tuyaux

14,81 Lavabo, privé

séjour à Kassel, en Allemagne

plusieurs

14,78

14,79

formaldéhyde dans le mélange commune empêche

cela, il convient de mentionner que cette subs -

Cal est cancérigène.

Même le mur derrière la douche peut être de

loam, aussi longtemps que le r ideau de douche wraps

là pour l'empêcher de se éclaboussé,

voir 14.80. Illustration 14.78, montre un loam "

wallpaper "sur une baignoire. Vieux rideau fab -

RIC a été plongé dans lisier loam argileux et

giflé sur le mur et sculptées de

les doigts. Cette su rface peut facilement être réalisé

résistant à l'eau en l'enduisant de l'eau

répulsifs, double -huile de lin bouillie, l'eau -

verre ou autres peintures et revêtements.

Intégré dans le mobilier et objets sanitaires

du loam
Comme déjà indiqué, la plasticité de l'argile

permet non seulement pour le bâtiment de l'extérieur

murs, plafonds et planchers, mais aussi des haut -

meubles. Pour cela, les éléments loam lorsqu'il était encore

humides sont particulièrement adaptés car ils peuvent être

donné une grande var iété de formes, elles aussi

ouvrir de nouvelles possibilités esthétiques.

Le mur de la chambre indiqué dans 14.80is fois

un mur extérieur et un haut -in closet. C'est

construit à partir de stranglehmelements (voir chap -

ter 8, p. 77). Les parois latérales de la partition

garde-robe aussi étayer le mur extérieur.

La tige de bambou, construite en cours de construction

tion, agit comme une tige de suspension, et aussi se raidit

Du côté des cloisons. Sur un autre externe

paroi de cette chambre, montré à 8.25, p . 77,

des niches et des corniches pour le stockage personnel

effets ont été creusées dans le stranglehm

mur.

Étagères peuvent être facilement fixés entre Strang -

lehmwalls (voir le chapitre 8, p. 77) ou de lumière

loam poids-remplie de tuyaux souples (voi r le chapitre 10,

p. 90). Illustration 14.79shows étagères tels

et un miroir intégré dans le mur.

Illustration 14.82shows une salle de bains dont les

centrale douche, planteur adjacentes et bain

onglet sont couverts par loam -remplie tuyaux.

Même lavabos peuvent être construits de crue

loam. L'exemple montré dans 14.81is fait

d'un loam sableux spécial avec sa forte liaison

vigueur, dans les fissures de retrait qui ont été totalement

évitées. À ce mélange de 6% à double coque

l'huile de lin a été ajouté. Ap rès séchage, le

bassin a été recouverte d'une couche d'huile de lin.

L'exemple de la 14.79was utilisé pendant quatre -


Teen ans sans signes de détérioration.

Dans les deux cas, de piéger et raccords de vidange ont été

monté dans un petit bol en céramique, autour de

dont le terreau a été arrangé. Elle est sculptée

ofunbaked loam stabilisé par 6% des

caséine, la colle à chaux. Les deux lavabos prouvé

d'être imperméable.

Dessins des éléments de construction

133

14,80 Chambre à coucher, privé

séjour à Kassel,

Allemagne

14,81 Lavabo, privé

séjour à Kassel,

Allemagne

14,81

14,80

Systèmes de chauffage mural

Dans les climats frais et froid où le chauffage

systèmes sont nécessaires, les systèmes de chauffage mural

intégrés dans les murs de terre sont une préférable

solution. Ils bénéficient de nombreux avantages en

comparaison avec les systèmes traditionnels. Le

la chaleur est rayonnée, qui évite l'air malsain

mouvement et de circulation de poussière. Wall sys -

tèmes sont plus économiques, plus faciles à réparer

et inerte moins que les systèmes de plancher.

La meilleure façon de construire un mur de rayonnement

système est à fixer en plastique ou des tubes en cuivre sur

le mur existant et de les couvrir de

boue de plâtre, avec de l'eau chaude ou tiède

transfert de chaleur.

Solaires passifs mur de chauffage

A cum résidence de bureaux à Kassel, en Allemagne,

dispose d'un système de chauffage efficace qui fonctionne


exclusivement à l'énergie solaire (voir p. 153). Le

l'énergie solaire est réalisée grâce à un 10 -cm -

épaisse couche isolante de polycarbonate minces

tubes pour atteindre de 24 cm de limon épaisse muraille qui

est recouverte d'un enduit de terre grasse. Le plâtre est

enrobés d'une fine peinture noire d'absorption.

Ce mur rayonne la chaleur vers l'intérieur

de la maison. En été, si pas de chauffage

est requise, la dalle translucide est couverte

par un rideau réfléchissant (parasol) (14.83).

Dessins des éléments de construction

134

14.82 Salle de bains, privées

séjour à Kassel,

Allemagne

14,83 Loam mur avec

translucides thermique

Isolation dalle, agissant en tant

chauffage solaire passif

système

14,83

Verre 5 mm

Poids

D'absorption de la peinture

Sun Shade

Tubes

Aluminium 20/100

Timber Frame

14,82

Loam plâtre

Green briques

murs - comme la maison du Guatemala e n 15.2 -

peuvent résister à des chocs en raison du tremblement de terre

de leur ductilité (flexibilité).

La qualité d'un tremblement de terre résistantes struc -


ture peut être exprimée dans la formule

qualité structurelle = résistance x ductilité

Cela signifie que la baisse de la résistance

d'une structure donnée, plus sa flexibilité

doit l'être, tandis que le plus sa souplesse, le

diminuer la résistance nécessaire.

Ce n'est pas la terre comme matériau de construction qui est

responsable des défaillances structurelles, mais au lieu

le système structurel d'un bâtiment donné et

la disposition de ses ouvertures, comme discuté dans

les sections suivantes.

Terre en tant que matériau de construction a perdu son Credi -

bilité principalement parce que les maisons les plus modernes

avec des murs en terre ne peuvent résister à la Terre

tremblements de terre, et parce que la terre est visionné une

matériau de construction pour les pauvres. Dans ce con -

texte, il est utile de mentionner que le recensement

menée par le gouvernement salvadorien

après le séisme du 13 Janvier, 2001

(magnitude 7,6 sur l'échelle de Richter), les États

adobes qui affectent les maisons n'étaient pas plus mal

ed que les autres types de construction.

D'autre part, la terre historique de nombreu ses

bâtiments ont résisté à plusieurs puissantes

tremblements de terre au cours des derniers siècles, par exemple

les condominiums de la Hakas en Chine

(15.1) et de nombreux solides fincas terre battue

en Argentine. Mais aussi des maisons avec de la lumièr e -

toits de poids et l'acacia flexible -and-daub

Construction de bâtiments résistant aux tremblements de terre

135

15Earthquake des capacités résistantes

15.1Condominium de

les Hakkas, Chine

15,1
Construction de bâtiments résistant aux tremblements de terr e

136

Les séismes sont causés par les mouvements

des plaques tectoniques ou par l'activité volcanique. Le

la plupart des tremblements de terre monde des régions exposées sont

indiqué dans 15.3. En Asie, les tremblements de terre avec

l'intensité de 8 sur l'échelle de Richter ont

été enregistrées; dans les Andes, les mesur -

ING jusqu'à 8,7. Chaque année, près d'une centaine

tremblements de terre sont enregistrés avec des intensités

supérieur à 6, et vingt et avec des intensités ci -dessus

7 sur l'échelle de Richter. Plusieurs milliers de

personnes sont touchées par les tremblements de terre chaque

année.

Les bâtiments sont surtout frappé par l'horizontale

accélération créée par le mouvement de

la terre. Les accélérations verticales créées

par l'activité sismique sont moins de 50% de la

horizontal ones.

Comme les bâtiments sont rarement loam supérieur

deux étages, cette section traite principalement

les problèmes de résistance aux séismes de ces

types de bâtiments.

Dans l'un ou de deux bâtiments à étages, le p rin -

cipe de danger lors de tremblements de terre, c'est que

murs vont tomber et les toits descendra.

Par conséquent, l'une des missions de la structure portante principale

tremblement de terre lorsque la conception -construction-résistants

réunions est d'assurer que les murs ne tombent pas.

Mesures structurelles

Lors de la conception des sujets au risque sismique

zones, il convient de considérer que le SEIS -

MIC forces agissant sur un bâtiment sont propor -

tionnelle à sa masse, et que le débattement des

augmente considérablement avec l'altitude. Quand


la conception de bâtiments à deux étages, par conséquent,

il est souhaitable que le rez -être construit

solide, la lumière tandis que l'étage supérieur est tenu,

de préférence avec une structure souple encadr é.

Lourds toits avec des plaques, ardoises et tuiles

Il convient d'éviter en principe.

Murs tombent habituellement vers l'extérieur parce qu'ils n'ont pas

un faisceau anneau fermé, la flexion et suffisante

résistance au cisaillement, et parce que la porte et le gagnant -

ouvertures Dow affaiblir la structure du mur.

Sous des influences sismiques, des forces se concen -

concentrée dans les coins de ces ouvertures,

créant des fissures. Afin de réduire le dan -

ger d'effondrement, les points suivants devraient

de garder à l'esprit:

1. Maisons ne doivent pas être situés sur plan incliné

sites (15.4).

2. Fréquence de résonance de l'édifice devrait

pas correspondre à la fréquence du mouvement de la Terre -

ment lors de tremblements de terre. Cela signifie que

lourds maisons avec une construction solide devrait

repose pas sur des bases hard rock, mais plutôt sur les

mauvais bien idéal

coffre-fort dangereuse

15,3

15,2

15,5

15,6

capable de résister aux forces de cisaillement pro -

duit.

7. Les murs doivent être stables par rapport à flexion

et les forces de cisaillement. Travaux de maçonnerie doit avoir

entièrement remplie de mortier de joints et forte.

8. Murs porteurs en maçonnerie doit avoir

minimales des épaisseurs de 30 cm; theirheights


ne doit pas excéder h uit fois leur épaisseur

Nesses (15.6).

9. Les murs de maçonnerie doivent être raidis avec

piles au minimum tous les 4 m (avec mini -

mum sections de 30 x 30 cm), ou avec des poteaux

dont la structure est fixée à la fondation

(soit en mesure de prendre mouv ement) (15.7).

10. Wall coins, des joints entre les murs et

travers les murs, ainsi que des ouvertures de porte ont

d'être raidis par des poteaux verticaux de l'une des

bois ou en béton armé, qui sont

structurellement fixés dans les fondations, ou par

contreforts, afin que les forces horizontales ne pas

ouvrir ces éléments (15.8, 15.22).

11. Murs doivent être terminé au sommet par un

Bague faisceau, qui doit être convenablement

fixés aux murs.

12. Extra linteaux au -dessus des portes et fenêtres

devrait être évitée, et devrait être formé

par l'anneau des poutres (15,21).

13. Les toits doivent être aussi légers que possible.

14. Les axes horizontaux de voûtes et de

dômes doivent être suffisamment contenue par

anneau des poutres, des contreforts ou des liens.

15. Déstabiliser les murs et ouvertures devraient

être soigneusement proportionnée (15.23).

Il existe deux approches de base pour la conception -

ING pour leur résistance aux séismes. La première et la

méthode la plus couramment utilisée consiste à con -

struct murs, les toits et leurs articulations raides

Construction de bâtiments résistant aux tremblements de terre

137

sols sableux ou limoneux. Light maisons, toutefois,

de meilleurs résultats sur le hard rock que sur le soft

sol.
3. Les différentes parties d'une maison ne devrait pas

ont des fondements différents niveaux, ni

ont des hauteurs différentes. S'ils le font, alors ils

devrait être structurellement séparés. Depuis le sec -

tions de différentes hauteurs d'affichage différents

fréquences de résonanc e, ils devraient être

autorisés à osciller de façon indépendante.

4. Les plans devraient être aussi compact que possible,

et devraient être symétriques. Circulaire plans

donner une meilleure rigidité que les rectangulaires

(voir 15.5).

5. Fondations doiven t agir comme des anneaux rigides

ancres, et devrait donc être renforcée.

6. Fondations, les murs et les toits doivent

être bien fixées les unes aux autres, les joints étant

15.2Wattle-and-daub

maison après la terre lourde

tremblement de terre, Guatemala 1976

15.3Earthquake sujettes à

domaines (Houben, Guillaud,

1984)

15.4Location de maisons

sur une pente

15.5Ground plans

15.6Wall représentation proportionnelle

15.7Adobe murs, stabi -

lisés par des contreforts

15.8Stabilisation de murs

15.9Destabilisation

à travers l'impact horizontale

d'un mur vertical avec un

Framed stabi-structure

lisés par des diagonales de traction

dangereux

préparations dangereuses
dangereux

Safe Safe

15,7

15,8

15,4

15,9

suffisamment pour qu'ils ne peuvent pas briser ou d'être

déformer sous des charges sismiques. La seconde

approche consiste à doter la structure avec

ductilité suffisante pour que l'énergie cinétique

de tout impact sismique sera dissipée par le biais

déformation. C'est le plus intelligent

solution, d'autant qu'el le comporte moins de struc -

problèmes structurels et matériels.

Si, par exemple, un mur vertical avec une photo encadrée

structure, stabilisée par des diagonales de traction est

touchés horizontalement de droite (comme

indiqué dans 15,9), il y aura une co ncentration

du stress sur les deux extrémités du lien menant

du bas à gauche au coin supérieur droit. Faiblesse,

puis, se produiront d'abord à ces articulations, peut -être

conduisant au mur échec. Une élastiquement encadrée

structure sans diagonales, de l' autre

d'occasion - à condition que les coins sont en mesure de

prendre un certain moment et que personne ne structurelles

élément est surchargé - permet habituellement

déformation de se produire sans entraîner de

mur de l'effondrement. Dans le second cas, évidemment,

le remplissage de la grille doivent également être certains

ce que flexible. Par conséquent, des murs construits avec

le clayonnage et torchis technique dans lequel une

réseau flexible de l'horizontale et verticale

composants est enduit de terr e glaise, pour

par exemple, sont moins vulnérables aux dommages que le

murs de maçonnerie. Illustration 15.1shows une


maison au Guatemala qui a été heurté par un

lourds tremblement de terre et est assez souple

à résister au stress. Il ya trois

Différents principes généraux de conception

parasismique des structures:

1. Les murs et le toit sont bien interconnectés

et suffisamment rigide pour ne présenter aucune déformation

se produit pendant les séismes.

2. Les murs sont flexibles (ductile) suffisamment pour que

l'énergie cinétique du tremblement de terre est

absorbée par la déformation. Dans ce cas, il est

nécessaire d'installer une poutre annulaire solide

assez pour prendre des forces de flexion, les articulations

entre le mur et les poutres bague, et l'ann eau

poutre et le toit doit être assez forte.

3. Les murs sont conçus comme mentionné

moins de 2 ans, mais le toit est fixé aux colonnes

qui sont séparés de la paroi, de sorte que

les deux systèmes structurels peuvent se déplacer indépen -

ently, car ils ont des fréquences différentes

pendant un séisme.

Trois projets de recherche entrepris par le

Building Research Laboratory, Université

de Kassel, en Allemagne, en analysant tremblement de terre

dégâts dans les maisons de plain -pied dans les zones rurales

Guatemala, l'Argentine et le Chili, conclu

que les mêmes erreurs dans la conception structurelle

constamment mené à l'effondrement. Les dix principaux

les erreurs sont énumérés à l'15.10.

À la BRL, un test simple a été développé

dans le cadre d'une thèse de doctorat à

montrent l'influence de la forme mur sur la résis -

ment aux chocs sismiques. Un poids de 40 kg

à la fin d'un 5.5 -m de long pendule a été

laisse tomber sur un modèle d'(15.16). Le


maison de terre battue avec un plan carré

a montré les premières fissures grande après la sec -

OND course (15.11). Après trois coups,

une section du mur de séparation (15.12),

et après quatre coups de la maison s'est effondrée

(15.13). La maison de terre battue avec Circu -

plan de LAR, toutefois, affiché fissures init iales

seulement après trois courses (15.14), et un

petite section de la paroi ne sont séparées que

après six coups (15.15) (Yazdani, 1985).

Construction de bâtiments résistant aux tremblements de terre

138

15.10Typical design

erreurs qui pourraient

conduire à un effondrement du

maison

15.11 à 15.15Earth -

tests de tremblement de terre avec des modèles

du carré et du cercle

(forme de Minke, 2002)

1 poutre Ring fait défaut.

2 Linteaux n'atteignent pas assez profondément dans

maçonnerie.

3 La distance entre les portes et fenêtres

est trop petit.

4 La hauteur des ouvertures et des murs

coin est trop petit.

5 plinthes fait défaut.

6 La fenêtre est trop large par rapport à

sa hauteur.

7 Le mur est trop mince par rapport à sa hauteur.

8 La qualité du mortier est trop pauvre,

les joints verticaux ne sont pas totalement remplis,

les joints horizontaux sont trop épaisses (plus

de 15 mm).
9 Le toit est trop lourd.

10 Le toit n'est pas suffisamment fixée au mur.

15,10

15,11

15,12

15,13

15,14

15,15

Une solution simple p our stabiliser éperonné

murs en terre de moindre épaisseur est d'utiliser

L, T, U, X, Y ou Z éléments en forme (15.17).

Grâce à leurs angles, ils ont une meilleure stabili -

Ty contre les forces latérales. Si un mur est de 30 cm

d'épaisseur, les extrémités libres des éléments devraient

pas être plus longue que 3/4and pas plus court que

/ 3 de leur hauteur (voir 15.19). Ce minimum

est alors nécessaire de transférer les charges diago -

Nally à la plinthe ou une fondation. Si le libre

extrémités sont plus longues que 3/4of leurs hauteurs,

ils doivent être stabilisés par un autre angle.

Si l'angle est bien fixé sur le fond à

le socle et sur le dessus d'une poutre annulaire,

il devrait être plus grand ou plus élevé. Néanmoins,

hauteur ne doit pas dépasser la largeur en

huit fois (voir 15.6).

Les forces perpendiculaires à la paroi sont

transféré dans le angle parallèle à la

direction de la force. Cela signifie qu'il est trans -

transféré, au lieu de créer une opération de concentration

du stress sur le coin in terne de l'angle.

Il est conseillé, par conséquent, d'élargir la

l'article à ce coin, comme le montre 15.17

et 15.18.
Construction de bâtiments résistant aux tremblements de terre

139

15.16Simple test pour

étudier l'influence de

paroi de forme sur la résis tance

aux chocs sismiques (BRL)

15.17Elements avec

Détails sur le coin correcte

15.18Corner solution

15.19Recommended

proportions

normal solution solution optimisée

I <0.75h> 0.33h

I <0.75h> 0.33h

33 cm

hh

15,16

15,18

15,19

15,17

Les ouvertures de portes et fenêtres

Ouvertures Wall se déstabiliser un système mural.

Lors de séismes, les fissures diagonales souvent

se produire, en commençant par le bord de la fenêtre (15.20).

Afin de parvenir à une bonne liaison, linteaux

doit pénétrer au moins 40 cm dans le mur

(15.21). Dans ce cas, toutefois, la zone

au-dessus du linteau mai être faible et mai

de choc pendant un tremblement de terre, ainsi la meilleure

solution est d'utiliser le linteau comme une poutre annulaire

sur lesquels repose la structure du toit. Il est également

recommandé que la section en dessous du

fenêtre se construire comme une lumière, structure souple,

par exemple, de panneaux de bois ou d'acacia

et torchis. Les règles suivantes doivent être


pris en compte (15.23and 15.24).

a) La largeur d'un e fenêtre ne doit pas être

plus de 1,2 m et d'au plus 1/3of

la longueur du mur.

b) La longueur des murs entre des ouvertures

doit être au moins 1/3of leur hauteur et de ne pas

moins de 1 m.

c) les portes doivent s'ouvrir vers l'extérieur. En face de la

porte d'entrée doit être une grande fenêtre ou

une autre porte, qui fait office d'issue de secours

(15.24).

Construction de bâtiments résistant aux tremblements de terre

140

15,21

15,22

15,20

dangereuses acceptées

mieux

meilleur

15.20Typical échecs

causés par les mouvements sismiques

ments (Tolles et al., 2000)

15.21Types des linteaux

15.22Stabilised ouverte

réunions

15.23Recommendable

dimensions des ouvertures

15.24Recommendable

positions des ouvertures

15.25 à 15.26Earth -

quake-résistant à faible coût

logement prototype avec

bambou renforcée

murs en terre battue,

Guatemala 1978
Bamboo renforcé terre damée

murs

Un bambou renforcé de panneaux éperonné

technique de paroi de terre a été élaboré en 1978

dans le cadre d'un projet de recherche par le BRL,

et appliqué avec succès, conjointement avec

l'Université Francisco Marroquin (UFM)

et le Centre for Appropriate Technology

(CEMAT), à la fois au Guatemala (15.25to

15.29).

Dans ce projet, 80 cm de large et d'un étage en -

bambou de très renforcé ele terre -battue

ments ont été construits en utilisant une forme de T

coffrage métallique de 80 cm de large, 40 cm de hauteur

et 14 à 30 cm d'épaisseur (15.28). La stabilité

du mur a été assuré par quatre bâti -

dans les tiges de bambou 2 à 3 cm d'épaisseur et le

T-section en forme de l'élément de mur. Ces

éléments ont été fixés au fond d'un

ancre anneau de bambou qui a été incorporé

dans le socle en pierre de maçonnerie, et attaché

au sommet à un anneau rectangulaire en bambou

ancre.

En raison de la nervure qui a été i ntégré dans le

élément de paroi, cet élément a environ quatre

fois plus forte résistance contre l'horizontale

les forces d'un mur de 14 cm seul aurait

avait.

Après séchage, un écart vertical de 2 cm apparaît

entre theseelements.Thisis thenpacked

en argile. Ce actes communs comme une pré -conçus

la défaillance des joints, ce qui permet un mouvement indépendant

ment de chaque élément lors de la terre

tremblement de terre.

Cela signifie que ces articulations peut ouvrir et


toute la structure peut se déformer (d issipant

sismiques énergie cinétique) sans l'unité murale

casser ou de tomber. Les postes sur lesquels la

toit repose sommes situés à 50 cm du

murs (15.27) à l'intérieur, de sorte que le toit

structure est indépendante du système de mur.

La surface de la terre battue n'était pas Plas -

gistrée, mais seulement atténuée par une truelle et

puis peintes avec un mélange fait d'une

sac de chaux hydraulique, 2 kg de sel commun,

Construction de bâtiments résistant aux tremblements de terre

141

15,23

15,24

15,25

15,26

Construction de bâtiments résistant aux tremblements de terre

142

15.27 à 15.29Earth -

tremblement de terre de faible résistant

coût prototype de logement

avec du bambou renforcé

murs en terre battue,

Guatemala 1978

15.30 à 15.32Earth -

quake-proto-résistants

type de bâtiment, Alhué,

Chili, 2001

15,27 15,28

15,29

1 alun kg, 1 kg de sol argileux et environ

40 litres d'eau.

En 1998, le BRL a développé un autre ren -

forcé damée système de murs de terre qui a été

utilisées pour un projet à f aible coût des logements construits


en coopération avec l'Université de Santia -

go du Chili en Alhué, au Chili, en 2001 (voir

15.30and 15.31). Ici aussi, l'idée était de

séparer le toit du système mural et

à utiliser en U et L des éléments de forme,

qui se stabiliser par leur forme.

Pour obtenir une stabilité supplémentaire, ils ont été renforcés

forcés par des tiges verticales de coligüe (similaire à

bambou), de 3 à 5 cm de diamètre. Wall ELE -

ments ont également été toujours séparés par la lumière,

Eléments d'emballage flexibles, ou par des portes et des fenêtres.

Les parties inférieures des fenêtres et les

éléments ci-dessus les portes n'étaient pas construites avec

éléments solides, mais de bois clair. Le

pignons ont été construites en paille léger loa m

stabilisés par des éléments en bois, semblables à

l'acacia et de système de torchis.

Construction de bâtiments résistant aux tremblements de terre

143

15,30

15,31

15,32

Tôle galvanisée

Vent barrière

Isolation thermique 100 mm

Pare-vapeur

Poste 5 "

En bois

renfort

Naturelles du sol

Renforcement (coligüe)

Footing (mauvais béton)

Stones

Terre compactée

Gravier grossier
Gravier fin

Sand

Damp-proofing

Étage

Damp-proofing

Pisé

Renfort vertical

(coligüe) Ø 3 ", d = 60 cm

Ring faisceau Ø 5 "

Pine e = 2 "

Lightweight loam

OSB e = 9 mm

Beam, pin

OSB e = 9 mm

Échelle

Stone

Domes

Afin de construire une structure optimisée

coupole sans coffrage, le déve -BRL

OPED un guide de rotation qui est fixée à une

à mât vertical. Un angle est fixé à la fin de

le bras en rotation, contre laquelle le maçon

établit le pisé ou en bloc du sol, permettant bloc

être localisées avec précision. Illustrations

15.33to 15.36show l'application du présent

technique de construction d'un tremblement de terre

résistant à dôme avec une porté e libre de 8,8 m qui

est de 5,5 m de hauteur, construite à La Paz, en Bolivie, en

2000. Le dôme est stabilisée par deux ren -

forcé ceinture en béton des poutres, une à la bot -

tom de la coupole, une autre au sommet de la

fondation. Afin de fournir un bon son

distribution dans le dôme, les adobes

ont été faites à la main dans un moule spécial avec

Bords arrondis. Le comportement acoustique des


le dôme a été encore affiné par l'approfondissement

les joints verticaux afin d'atteindre certains

l'absorption acoustique et par un cantilever léger

ING position, qui empêche le son de

étant axé vers le centre de la

dôme.

Construction de bâtiments résistant aux tremblements de terre

144

15.33 à 15.34Rotational

Guide

15.35 à 15.36Finished

coupole

15.37Wrongly conçus

plinthe avec excentrique

poussée en ligne, qui col -

caduque facilement lorsqu'il est frappé par

secousses sismiques

15.38Earthquake -

résistant à la conception d'un faible

Coût du projet d'habitation en

Gujarat, Inde

15.39 à 15.40Dange -

Rous formes de voûtes,

Bam, Iran

15.41Vault qui, avec -

tremblement de terre à Bam était,

Iran, Dec. 2003

15,34 15,33

15,35

15,36

Construction de bâtiments résistant aux tremblements de terre

145

Voûtes

Une règle importante pour la conception de plinthe

et le fondement est que la force résultante à


le bas de la voûte doit passer par

le tiers intérieur de la surface de la fondation

tion. Cela signifie que l'excentricité devraient être

moins de 1 / 6. La fondation doit avoir une

béton armé ou d'une poutre d'acier, qui

peut aussi résister à l'horizontale supplémentaires

des forces générées par un séisme.

Illustration 15.37shows une section d'un build -

ING, qui a été construit dans une sujets au risque sismique

zone en Bolivie. Son socle est structurellement dan -

gerous proportions, que la force résultante

de la voûte crée un moment de flexion en

la plinthe et ne reste pas dans l'intérieur

tiers du mur, si nécessaire. Cette structure

volontiers effondrement lorsqu'il est frappé par un terre -

tremblement de terre.

La section transversale de la voûte est très important

pour la stabilité. Pour les voûtes qui ne transportent que leur

propres charges permanentes, une chaînette inversée est la

optimale de l'article, car aucun des moments de flexion

auront lieu dans la voûte. Pointed voûtes, comme

montre 15.39, ou "voûtes" plat comme le montre la

15.40, typiques de l'architecture iranienne, col -

délai très facilement lorsqu'elle est touchée par les secousses sismiques,

considérant que la voûte dans la 15.41withstood

lourds tremblement de terre à Bam, en Iran, en Décembre

2003. Seule la partie avant est tombé.

La meilleure solution pour les façades des voûtes est

à les construire pour être léger et flexible, soit

de nattes couvertes de plâtre, terre, ou de

planches de bois.

Illustration 15.38shows une conception par le

auteur d'un tremblement de terre résistantes à faible coût

Un projet d'habitation dans la région du Gujarat,

Inde.
En 2001, une proposition par l'auteur pour la stabi -

Ising voûtes Adobe avec des arcs en bambou,

qui garantissent un certain degré de ductili -

ty, a été réalisé dans une structure de test construit en

2001 à l'Université de Kassel, Allemagne

(15.42to 15.45). Il a été construit à l'aide spéciale

U adobes qui reposent sur une arche, lui -même

construit en trois couches de bambou fendu. Le

sections de bambou ont été trempées dans l'eau pendant

trois jours afin de les rendre souples.

Puis ils étaient repliées sur des bâtons, qui

ont été poussés dans le sol le long d'une caté -

naire courbe (15.43). Pour maintenir l a forme de

l'arc, les trois sections de bambou ont été

15,37

15,38 15,39

15,40

15,41

emballées ensemble avec l'acier galvanisé

fil à des intervalles de 50 cm. L'arc était Verti -

ment positionné et fixé aux barres d'acier qui

bâton hors de la plinthe. Ce lien doit

être capable d'absorber les forces de traction Dur

ING un tremblement de terre. Dessus de la voûte en brique, une

membrane de PVC polyester enduite

a été fixée et serrée à la plinthe. Cet

a deux fonctions: premièrement,

il offre un abri contre la pluie et le vent;

Deuxièmement, il tensions avant l'arc, ce qui

améliorant leur stabilité contre les tremblements

pendant les séismes.

Ces tremblements mai déforment la voûte d'une

certaine mesure, provoquant des joints d'Adobe pour ouvrir,

mais la voûte ne s'effondre pas, car il est

soutenu par la pré -traction souligné mem -


brane au sommet et à la pré -compression

a souligné l'arc en bambou au -dessous. Le

la stabilité de cette structure dépend donc

principalement sur sa ductilité. Toutefois, il doit être

pris en compte que si la pré -tension

de la membrane est élevé, la SEC optimale

tion de la voûte est plus comme une ellipse et

pas une chaînette inversée.

Pour earthquakeregionsinArgentina et

L'Iran, l'auteur a développé une pré -similaires

tendus système de voûtes en briques de terre. Illus -

tration 15.46shows la conception d'un orphelin

l'âge des bâtiments de Bam, en Iran, où les voûtes sont

construit avec des épaisseurs de 25 cm.

Ils sont pré-tendus par des bandes d'acier,

qui sont serrés au con renforcée

Bague faisceau crete au bas de la voûte.

Egalité des forces pré -tension dans toutes les pièces sont

assurée à l'aide d'une clé dynamométrique

clé à molette. La section optimale de la voûte

sont reçues par un programme informatique. Il

garantit que les for ces résultantes de

la charge permanente de la structure et la

pré-forces de tension courir le long du milieu

de la Croix-Vault-section.

Construction de bâtiments résistant aux tremblements de terre

146

15,44 15,45

15,42

15,43

15,46

Textile murs en argile

Un projet de recherche BRL commencé en 1977

ont examiné différentes approches à la formation

murs en utilisant des composants textiles rempli de


un sol argileux, de pierre ponce ou du sable.

Illustration 15.47shows la structure en dôme

Construit en 1977, du terre-plein de polyester

tuyaux.

Deux systèmes nouvellement développés ont été testés

dans un prototype de maison à faible coût destinés

pour les zones à risque sismique dans le développement

pays. La première, illustrée à 15.50, con -

composait de parois formées par deux couches de jute

tissu. Thin poteaux de bois sont martelés

dans le sol, et le tissu fixé à

ces de l'intérieur. L'espace entre

est rempli de terre.

La recherche a également montré que ele mur

ments de ce type sans intercalaires peuvent être pré -

fabriquées pour des longueurs allant jusqu'à 10 m et

ensuite plié et roulé en petites bottes

(voir 15.48and 15.49).

Le second système se compose de tuyaux de la

tissu de jute remplis de terre ou de sable dans la pierre ponce

(15.51). Le tissu est re couvert de plusieurs

Construction de bâtiments résistant aux tremblements de terre

147

15.42Manufacturing

sur mesure adobes

15.43Preparing bambou

arcs

15.44Test voûte

15.45Vault avec post -

une membrane tendue

couvrir

15.46Design pour une

orphelinat à Bam, en Iran

15.47Dome, Kassel,

Allemagne, 1997
15.48 à 15.49Prefabri -

éléments de paroi quées

15.50Prototype bâtiment,

Kassel, Allemagne, 1978

15,47

15,49

15,48

15,50

couches de peinture à la chaux (15.52) afin d'effectuer une pré -

Vent pourrissement de la matière et de stabiliser

la surface et le rendre imperméable.

Dans le cadre d'un projet de recherche coopérative

BRL avec l'UFM et de la CEMAT

Guatemala en 1978, un m2low 55 -proto rapport coût -

Type de maison a été érigée au Guatemala à l'aide

terre-plein des tuyaux pour les murs. Cette tech -

nique, développée lors des expériences avec

le terre-plein technique tuyau décrit

plus tôt, et adapté aux conditions locales dans

Guatemala (15.53to 15.55), montre très

tremblement de terre de bonne résistance en rai son de sa Duc -

tility. Ici, les tuyaux, mesurant 10 cm de

diamètre, ont été faites à partir de tissus de coton,

et ont été remplis avec de la terre volcanique contenant

principalement ponce. Ils ont été trempés dans de la chaux

lait (afin de prévenir la p ourriture de la fab -

RIC), puis empilées entre twin vertical

poteaux plantés à une distance de 2,25 m.

De stabilité supplémentaires ont été fournies par bam -

boo tiges fixé verticalement à un espacement de 45

cm sur chaque panneau. Après que les murs ont été

empilés, ils ont été finis avec deux couches

de peinture à la chaux. La structure du toit repose sur

postes indépendants situés à 50 cm

des murs à l'intérieur. Le matériel


coûts de cette structure ont été seulement environ un

la moitié du coût d'une maison comparables réalisées

de blocs de béton de ciment.

Les murs construits de tissu des tuyaux remplis de minéraux

loam léger sont décrites dans le chapitre

10, p. 90 et le chapitre 14, p. 133.

Construction de bâtiments résistant aux tremblements de ter re

148

15.51 à 15.52Prototype

bâtiment, Kassel, Allemagne

15.53 à 15.55Low -cost

logement prototype, Gua -

mala, 1978

15,52

15,51

15,54

15,55

15,53

Introduction

149

II Construction exemples

Comme le montrent les exemples de ce chapitre, moderne

des maisons dont la principal matériau de construction est nécessaire loam

n'ont pas de type particulier ou une caractéristique de l'extérieur

apparence. Ils peuvent être traditionnels ou modernes, simples

ou sophistiquées, humble ou exclusifs. Dans les climats froids ,

la glaise comme matériau de construction ne sont normalement pas visibles

de l'extérieur, car il est couvert par la nécessaire

supplémentaires d'isolation thermique et de protection contre les intempéries

matériaux. Intérieurs, cependant, peut afficher une variété de

Terre techniques de construction et leur application sur bloc

tions. Dans ce chapitre, les différents bâtiments de ce type sont

documentés, avec des exemples de réchauffement

zones climatiques où l'isolation thermique moindre est nécessaire;

ces exemples, par conséquent, présentent également l'extérieur en terre


surfaces.

Ces deux maisons se caractérisent par

leurs façades et des toits verts, qui se fondent

avec le paysage, et par leur plan écologique

appropriées concept. L'autre caractéristi que remarquable

de l'organisation est que les chambres sont éliminés

autour d'une centrale multi -hall du but avec une

galerie ci-dessus, évitant ainsi les couloirs

et intégration d'un jardin d'hiver. Tous intérieur

afficher les murs à ossature bois et expo sés

loam surfaces. Les toits en bois montrent

Exécutions spéciales coupole faite à partir du bois

grumes. Étagères et même l'évier dans le bain -

chambre étaient construits en terre glaise non cuite (voir

chapitre 14).

Construit exemples

150

Deux maisons jumelées,

Kassel, Allemagne

Architecte: Gernot Minke, Kassel, Allemagne

Réalisation: 1985

Surface: 160 m

+ 120 m

Fondation: Plaine Fondation continue de béton

Parquets: 27 cm de gravier grossier recouvert de

isolation thermique et de bois de plancher ou

De 14 cm d'épaisseur, loam minérale légère, avec du sisal

Tapis de sol et, dans les pièces humides, les tuiles en liège

Les murs extérieurs: briques vertes, terreau extrudé

tous avec une isolation thermique supplémentaire, de la cavité de l'air

et non traitées planches en bois de mélèze

Murs intérieurs: cadre en bois avec remplissage de filés -

éléments loam DED


Toit: structure en bois, 12 cm isolation thermique -

tion, 2 mm d'épaisseur d'air chaud soudé enduits PVC

polyester, 15 cm de terre mélangée à de

d'argile expansée, résidence herbes sauvages

Résidences

151

Construit exemples

152

Vues intérieures de

deux semi-détaché

maisons, Kassel,

Allemagne

Résidences

153

Un titre de séjour combiné immeuble de bureaux a été

Construit en 1992 dans une banlieue résidentielle

de Kassel, en Allemagne, qui a construit en fonction de

Normes écologiques. Toutes les chambres principales ainsi

comme une salle de bain et le jardin d'hiver sont

couvertes de coupoles en terre. L'entrée

est couvert par trois voûtes Jack a b âtie de vert

briques, comme expliqué dans le chapitre 14. La CEN -

le hall central est couvert par un dôme avec un clair

portée de 5,2 m et une hauteur libre de 4,6 m,

qui est pourvu d'un puits de lumière composé

d'une double -couche dôme en verre acrylique .

Leading décollé de ce lobby existe quatre addi -

tional salles à coupole. Chaque chambre a le

même travée, avec une hauteur de 4 m, et

chacune est pourvue d'une lucarne centrale et

une fenêtre à une taille normale. Le con -

construction de ces cinq dômes a été réalisée

en utilisant le guide de rotation décrit

au chapitre 14. Bien que le dôme central

ressorts d'une hauteur de 1,75 m, et la


dômes des quatre autres chambres à des hauteurs

de 0,75 m, aucune poutre annulaire est nécessaire, le

structure qui a été conçu afin que tous résultante

forces entrent dans le tiers médian de la

fondations. Les dômes de la salle de bains

et jardin d'hiver sont formés sur une

irrégulière hexagone, et ont été construits en utilisant une

technique dérivée de la coupole afgha ne

technique (voir chapitre 14) en utilisant des arcs

inclinés à des angles de 40 -60 °, sur l'hori -

horizontale.

L'œil une ouverture en forme restant une fois

les deux séries d'arches atteindre le point

laquelle ils convergent est couvert par l'évolution

le modèle des arcs de 90 °. Toutes les dômes sont

recouverte d'une couche supplémentaire de 20 cm

laine de roche pour l'isolation thermique et scellé

air avec une de 2 mm d'épaisseur, soudé à chaud ren -

forcé membrane de plastique, qui est l'eau

preuve et 'root-proof ». Ce sujet est couvert avec

15 cm de terre, qui agit comme substrat pour

la résistante au gel et résistant à la sécheresse sauvages

graminées.

La maison individuelle à deux étages a une superficie

de 216 m2, y compris le jardin d'hiver.

Murs, des étagères et des objets sanitaires sont cov -

Résidence bureau cum, Kassel,

Allemagne

vertes par terre-plein des tuyaux et même les

évier de salle de bain est fait de terre glaise non cuite

(voir pages 132 et 133)

Construit exemples

154

Architecte: Gernot Minke, Kassel, Allemagne

Achèvement: 1993
Surface: 155 m

(domicile) + 61 m

(bureau)

Résidence cum bureau,

Kassel, Allemagne

Résidences

155

La maison individuelle à deux étages, avec une surface de plancher

(y compris véranda) de 206 m2, est le plus souvent

mis dans le talus de terre vers le nord

du lac. Le côté sud est exposé à

le soleil d'hiver et qui est ombragé contre les

été soleil par les surplombs et les persiennes.

Les chambres sont disposées autour d'une centrale

patio contenant une petite p iscine avec des plantes.

Cela permet une ventilation transversale pour toutes les salles

et le refroidissement par évaporation. Le plan a été

générés par un modèle d'octogones et

carrés. L'ossature se compose de

portante des colonnes en pierre qui soutienn ent

poutres et dalles en pierre à une forme légèrement

coupole enclos plus toutes les chambres. Une lumière

pierre de toit de couleur dessus de cette structure

crée une cavité d'air et reflète ainsi l'énergie solaire

rayonnements et fournit de l'ombre à la fine

toit ci-dessous. Les murs sont construits avec des intercalaires

boue adobes (briques faites à la main). Partout où

les bermes couvrir la face externe, un air

cavité est formée par une dalle de pierre incliné

appuyée contre le mur. Tous sur externe

visages de l'immeuble ont des cavités soit de l'air

ou à l'été dégradé en surplombs et lou -

Vers. Les persiennes de pierre de toutes les fenêtres sont


conçu pour prendre en charge la fonction de la

de sécurité en acier ordinaire barbecue, et en même temps

temps, fournir protection solaire ainsi que les

reflet de la lumière du jour dans les chambres.

De refroidissement supplémentaires dans les mois d'été

est fourni à toutes les chambres par un tunnel de la Terre

système. La distance entre le ventilateur 2 k W, la

à la construction est d'environ 60 m. La section

se compose de deux conduits de maçonnerie au moyen

profondeur de 3 m sous la surface. Le maximum

vitesse de l'air est maintenue à 6 m / sec.

Les éléments de climatisation passive

représenté sur le dess in ci-dessous.

Ferme, Wazirpur, Inde

Architectes: Gernot Minke, Kassel, en Allemagne,

et DAAT, New Delhi, Inde

Achèvement: 1993

Superficie: 206 m

Murs: colonnes en pierre avec remplissage Adobe

Toiture: Double couche de dalles de pierre de sable avec

air de la cavité

Construit exemples

156

Résidences

157

La Miellerie à Moab, Utah, Etats -Unis

Cette maison de campagne a été construite de la Terre

éperonné rempli de tubes ou de sacs. L'épaisseur

des murs est de 50 cm et le diamètre de

l'espace intérieur est de 3 m. Quarante tonnes de terre

ont été utilisés en tout.

Les surfaces extérieures sont couvertes de

paille enduit terre grasse, et les bords de

les ouvertures et le socle en argile


plâtrage. Surfaces intérieures ont été plâtrés

en argile.

Conception et c onstruction: Kaki Hunter, Donald

Kiffmeyer, Moab, Utah, Etats -Unis

Achèvement: 1998

Superficie: 11 m

Construit exemples

158

Le bâtiment est un des trois étages post -and -

faisceau de structure qui est en planches avec Diago -

nal de gainage contrefort. L es murs extérieurs

porter une chaux extérieur plafonnage sur -lumière

poids du bois de construction des dalles de laine,

derrière laquelle se cache un de 12 cm d'épaisseur -cellulose

isolation. L'intérieur des murs extérieurs

composé de 20 cm d'épaisseur, ép eronné légers

loam rasage copeaux de bois recouverts de limon

plâtrage. La météo exposés pignon est

fourni avec ventilé à l'arrière en bois de mélèze

gainage. Les parois intérieures sont remplies de

adobes. Le toit de brique et de la pro -balcon

Ject delà, au point que les salles du Sud sont

ombragé en été, et pourtant admettre ensoleillée

en hiver.

Résidences

159

Trois-maison de famille, Stein sur le

Rhin, la Suisse

Design: Michael Nothelfer, Überlingen, Allemagne

Achèvement: 1997

Zone: sous-sol: 82 m

Rez de chaussée: 118 m

2
Étage mansardé: 108 m

La résidence est située au bord de

Capitale de la Bolivie à une hauteur de 3700 m

d'altitude. Il est construit de fait à la main

adobes et se compose de trois voûtes passage à niveau.

Les voûtes ont une épaisse ur de 30 cm et

donner un décalage positif pour le rayonnement dim.

Cela signifie que le rayonnement solaire pénètre dans la

chambres dans la soirée et la nuit, quand

températures extérieures sont faibles. Les voûtes

sont recouverts d'un plâtre à terre, qui

est couvert par un élastique à la peinture acrylique

fournir un abri contre la pluie.

Construit exemples

160

Residence, La Paz, Bolivie

Architecte: Raul Sandoval, La Paz, Bolivie

Achèvement: 1999

Superficie: 84 m

Chambre à coucher

Cuisine, salle à manger

Salon

Chambre à coucher

Salle de bains

Entrance

Résidences

161

Residence, Turku, Finlande

Thepartlytwo-étages highbuildingstands

à la frontière de la ville et accueille

une famille de cinq personnes. Le système structurel des

murs est fourni par une ossature en bois. Le

murs extérieurs sont formés par 40 cm d'épaisseur


cubes préfabriqués composés d'un mélange

de terre argileuse et de paille. Leur specificweight

est de 450 kg/m2. Ces blocs sont couverts

soit par des planches en bois ou en plâtre, chau x. Le

La valeur U des murs est de 0,28 W/m2K.

Architecte: Teuvo Ranki, Turku, Finlande

Achèvement: 1999

Superficie: 127 m

Buanderie

Sauna

Stockage

Cuisine

Jardin d'hiver

Salon

Terrasse

Chambre à coucher

Enfant

Enfants

Carport

La résidence de deux étages, construit séchés au soleil,

stabilisées et fabriqués localement adobes, pro -

Vides vues spectaculaires depuis les terrasses

et le dessus du toit du canyon dans la Gallina

Sangre De Montagnes Christo, au nord de Taos,

Nouveau-Mexique. Il affiche plusieurs caractéristiques de

environnement de conception consciente, comme le pas -

sive de chauffage solaire à travers une combinaison de

gain d'énergie solaire directe avec une cheminée thermique,

qui distribue l'air chaud de la glacière

chambres sur le côté nor d de la maison. Elec -

tique est soutenue par un système photovoltaïque

TEM, et l'eau des toits est récoltée

à des fins de jardinage. Les surfaces intérieures

Afficher sur des finitions plâtre de la boue site, dalle


les planchers et les poutres de chêne re cyclé.

Construit exemples

162

Résidence et studio à Gallina

Canyon, Nouveau-Mexique, Etats-Unis

Architecte: UNE TERRE DE CONCEPTION, Joaquin Karcher,

Taos, NM, USA

Chantier: Aqua Fria Construction, Ed. Baca, Taos,

NM, USA

Achèvement: 2001

Superficie: 390 m

Cette somptueuse résidence est située près de

Taos, Nouveau Mexique, une ville et une région qui

a une longue tradition dans les constructions en adobe.

La maison offre deux chambres, une cir -

LAR salon avec un invité mezzanine

ci-dessus et une cuisine ouverte / salle à manger.

La terrasse offre une superbe toit au -dessus

vue sur les montagnes environnantes. Le

maison possède deux vérandas, l'un d'eux en plein

ING vers un jardin clos de murs avec de l'eau

fontaine. Tous les murs sont construits en fait à la main

adobes et sont enduits de boue, parfois

pigments naturels ont été ajoutés. Only Natural

et non finis toxiques ont été utilisées.

Les autres caractéristiques comprennent un vert solaire passive

Design Concept, un système solaire d'eau chaude

et un plancher en béton teinté avec Radiant

la chaleur, la récolte du bois d'œuvre au niveau local et d'un toit

système de récupération d'eau qui irrigue le

jardins.

Construit exemples

164

Résidence à Des Montes,


près de Taos, Nouveau Mexique, USA

Architecte: UNE TERRE DE CONCEPTION, Joaquin Karcher,

Taos, NM, USA

Chantier: John Havener, Builders Cadillac, Taos,

NM, USA

Achèvement: 2004

Superficie: 204 m

Les chambres sont regroupées autour d'une centrale

escalier dont la coloration rouge sombre est

très visible de l'extérieur. La maison est

autonomes en termes d'énergie, avec la photo -

voltaïques qui fournit l'électricité nécessaire.

La récolte passive de l'énergie solaire par

la façade en verre, ainsi que la glaise massive

rangement mural intérieur et le trè s efficace

isolation thermique fourni par l'extérieur

murs, formés de balles de foin, se traduisent par ADE -

Climatisation Quate pour cette maison, ensemble dans des

un climat désertique avec des températures extrêmes

différences.

Construit exemples

166

Casita Nuaanarpoq à Taos,

Nouveau-Mexique, Etats-Unis

Architectes: Architectes Edge; Ken Anderson,

Pamela Freund, Taos, NM, USA

Achèvement: 2004

Surface: 140 m

La cheminée solaire échappements d'air chaud via

un effet d'entonnoir. En hiver, un poêle à bois pro -

Vides de chauffage supplémentaire au besoin.

L'étage inférieur a une charge de 3000 mm -bear -

ING mur d'adobes main. Le haut


a étages, un post -and-structure en bois du faisceau

ture avec remplissage Adobe externe de 250 mm

et 200 mm respectivement, de 120 mm à l'interne.

Les murs sont placardés sur les deux côtés avec de la boue

plâtre. Le crépi extérieur est stabilisée avec

bouse de vache. De larges ouvertures en verre à lames

permettre à vue sur le paysage de brousse et pro -

Regardez le gain d e chaleur solaire. Un poêle à bois apporte

supplémentaires de chaleur en hiver.

Résidences

167

Résidence et bureau à Bowen

Montagne, la Nouvelle -Galles du Sud,

Australie

Les architectes et les constructeurs: Ray & Lynne Trappel,

Bowen Mountain, Australie

Achèvement: 2004

Surface: 230 m

(domicile) + 80 m

(bureau)

Les éléments prédominants de cette résidence,

qui est situé dans un grand vignoble, sont les

murs en terre battue. La surface habitable s'étend

Out à la véranda nord, la cuisine à une

Superficie de la terrasse informel. L'étude s'ouvre à

le jardin.

La chambre principale, avec ses murs

pêche à la ligne extérieure, évoque l'impression de

continue dans le paysage. L'entrée

écran réduit soleil couchant dans la vie

domaine. Orifice d'aération est assu rée par -

à tous les domaines.

Construit exemples
168

Vineyard résidence à Mornington

Peninsula, Victoria, Australie

Architectes: John Wardle Architects, Melbourne,

Australie

Réalisation: 2002

Surface: 400 m

Résidences

169

Cette maison construite par le propriétaire de 180 m2area

requis 9 ans de travaux. La structure a été

construits avec du bois recyclé, les adobes formé

la main à partir du sol local. Les sols sont de

ardoise ou du bois recyclé. Le verre

façade permet de chauffage solaire passif.

Un feu de bois est installé pour la cuisson, chaud

eau et chauffage d'appoint.

La propriété dispose de nombreuses permaculture

aspects. Il ya un compostage sans eau

toilette, et une éolienne pompe de l'eau à la

jardin.

Construit exemples

170

Residence, Helensville, New

Zélande

Architectes: Graeme North, Warkworth,

Nouvelle-Zélande

Constructeurs: Collen et John Brown

Achèvement: 2005

Surface: 180 m

Résidences

171
Construit exemples

172

La résidence est située au pied d'un

montagne, sur un site difficile d'accès.

Elle a été construite avec des matériaux locaux de construction

comme la terre, la pierre, le bambou et le bois,

principalement pris directement sur le site. Eucalyptus -

tus troncs, autrefois utilisés comme des lampadaires et des

Les poteaux électriques dans la ville, ont été recyclées

comme des postes et des poutres.

Residence, São Francisco Xavier,

Brésil

Architecte: Maxim Bucaretchi, Brésil

Réalisation: 2002

Superficie: 330m

Rez de chaussée: 230 m2 À l'étage: 100 m2

Vivre

chambre

Vivre

chambre

Stone

jardin

Cuisine

Chambre

Bibliothèque

Room

Résidences

173

Construit exemples

174

Le m2research 5000 et centre de formation

comprend trois groupes distincts de bâtiments:

un enseignement et un centre administratif,

y compris la bibliothèque et le restaurant, les logements pour


72 élèves, et des maisons pour 9 professeurs.

Tous les murs, des voûtes et les coupoles ont été compilés à partir de

blocs de terre stabilisée qui ont été fabri -

Tured à partir du sol local sur site. Les voûtes et les

les dômes ont été construits dans la tech-nubienne

nique sans coffrage. La surface extérieure -

visages ont été recouverts d'un enduit de boue

qui est stabilisée avec de la chaux et du ciment.

Le projet a démarré en 1981 et com -

achevé en 1984. En 1992, elle a reçu de l'Ag a

Khan Award for Architecture.

Architecte: Philippe Glauser, Zurich, Suisse

Ingénieur: Ladji Camara

Financement: EZE (Evangelische Zentralstelle für

Entwicklungshilfe, Bonn -Bad Godesberg), DDA

(Direction de la Coopération en Développement

et de l'Aide humanitaire, Berne), IPD (Institut

Panafricain pour le Développement)

Institut panafricain pour le

Le développement, Ouagadougou,

Burkina Faso

Culturel, éducatif et sacrée Bâtiments

175

Construit exemples

176

Cet immeuble de bureaux a été construit dans le but

de prouver que bombé et salles voûtées

construites en blocs de terre sont propices à un meilleur

ter le climat intérieur et peut être plus éco -

miques que les bâtiments traditionnels avec appartement

concrètes toits.

Le projet a été construit dans le cadre d'une recherche

et des projets de développement parrainés par le

L'agence porte d'Allemagne / GTZ.

Le bâtiment des bureaux et des laboratoires


l'espace pour un groupe de recherche utilisables avec une

superficie de 115 m2.

Les actes hall central comme un multi-purpose

salle pour des séminaires, des réunions et des expositions

tions.

Les trois dômes ont été construits de blocs de sol,

Slipform utilisant une rotation qui a été déve -

au point par le Laboratoire de recherche en bâtiment,

Université de Kassel, en Allemagne (voir p. 127).

Les blocs de sol ont été produites par un manuel

ment exploité presse.

Pour le chauffage et la climatisation, un tunnel de la Terre

système a été installé. Les conditions climatiques

exiger que les pièces sont refroidies à partir d'avril

Septembre à Décembre et chauffée de

à Février. À cette fin, a 100 m de long

système de tuyauterie en grès a été installé dans un

profondeur de 3,50 m, à travers laquelle ambiante

l'air est propulsé par deux ventilateurs. L'air soufflé

reçoit la température presque constante de la Terre -

ture d'environ 25 ° C, qui correspond à

la température moyenne annuelle. Cet air se refroidit

le bâtiment pendant la saison chaude et chauffe

dans la saison froide.

Les économies d'énergie se traduit par près de 38.000

kWh par an, environ 2/3of du montant total.

L'économie dans les coûts de construction en comparaison

avec un bâtiment conventionnel avec con plat

toit de la Crète a été de 22%.

Architecte et chef de service: Gernot Minke,

Kassel, Allemagne

Collaborateur: R. Muthu Kumar, New Delhi, Inde

Concept énergétique: N.K. Bansal, New Delhi, Inde

Achèvement: 1991

Surface: 115 m
2

Fondation et le socle: briques brûlées

Parois verticales et les dômes: les blocs de terre stabilisée

Voûtes: Handmade adobes s tabilisé

Traitement de surface: Cowdung mortier de boue avec

hydrofuge

Puits de lumière: verre acrylique avec ouvertures pour le naturel

ventilation

Immeuble de bureaux, New Delhi, Inde

Culturel, éducatif et sacrée Bâtiments

177

Construit exemples

178

Architecte: Mats Wedberg, Hallstavik, Suède

Achèvement: 1993

Surface: 140 m

Le bâtiment de deux étages, appartient à la

complexes de bâtiment d'une école Waldorf. Il

contient deux classes, chacune avec un petit

hall d'entrée.

Les murs du sous-sol sont construites en deux couches

de 15 centimètres de largeur blocs de béton léger

et 20 cm d'intervalle, les cavités d'être rempli

de perlite pour l'isolation thermique. La première

étage dispose de 50 cm de largeur de chargement de murs porteurs

de pains loam solide, surmonté d'un anneau en bois

faisceau. Les pains ont été formées par la main de

locale des sols argileux suivant les règles de la

Dünne miche loam technique, décrite dans

Chapitre 8.

Le toit est porté par une structure à ossature de bois -

ture, isolé par du gazon et couvert par pierre

bardeaux d'ardoise.

Les chambres sont chauffées par des foyers ouverts.


L'école à Solvig, Järna, Suède

Culturel, éducatif et sacrée Bâtiments

179

L'école maternelle a un dôme central, construit

en terre glaise (boue) briques et avec une zone de libre

travées de 10 m, sur une salle polyvalente. Son

épaisseur est de seulement 30 cm. Chacun des trois

salles de groupe est couverte de deux coupoles

qui répondent à une arche centrale. Les toits de

les salles latérales et le s couloirs sont formés

par une structure en bois. La plupart de l'extérieur

les murs sont terre-bermes. L'ensemble du bâtiment

est couverte par une adolescente de 15 cm de terre épaisse couche et

vivant herbe.

Le dessin montre une intégration harmonieuse

tion dans le paysage, et le résultat est un

hautement bâtiments éconergétiques.

Les blocs de terre ont été extrudées dans une brique

usine, et présentent une surface arrondie spéciales

qui offre des effets positifs en termes acoustiques

de la diffusion son ore. La légère vers l'extérieur

inclinaison des blocs provoque un encorbellement

effet, ce qui élimine la focalisation de

propagation des ondes acoustiques.

Architecte: Gernot Minke, Kassel, Allemagne

Achèvement: 1996

Superficie: 595 m

Murs extérieurs, plinthe: briques poreuses

Toit: des dômes de briques de boue; structure en bois, cou -

Ered par 15 cm de laine minérale, l'eau et la pluie

plastique recouverts de tissu de preuve, 15 cm de terre, sauvages

herbe de la végétation.

Construit exemples

180
Maternelle, Sorsum, Allemagne

Culturel, éducatif et sacrée Bâtiments

181

Construit exemples

182

Centre Culturel, La Paz, Bolivie

Architecte: Gernot Minke, Kassel, Allemagne

Superviseur: Alexander Fischer, La Paz, Bolivie

Achèvement: 2000

Surface: 75 m

Pour l'Institut Goethe à La Paz, un document Adobe

coupole a été érigée comme une salle polyvalente

d'événements culturels. Le dôme, construit avec -

sur le coffrage et à l'aide d'une rotation

appareil, a un diamètre dégagée

8,8 m et une unobstructedheightof5.6 5m.

Il a été construit en 9400 spécialement la main

fait adobes. Coins ont été arrondis pour

Par souci de l'espace acoustique améliorée. Le

trois trous servent de poignées pour briquet à la main

Ling, réduisant le poids et élévateurs thermiques

isolation. La coupole est recouverte de fibre -

verre renfort avec un revêtement synthétique.

Le revêtement acrylique contient pow aluminium

der, ce qui reflète les rayons ultraviolets.

Culturel, éducatif et sacrée Bâtiments

183

À compter de 2005, cette mosquée, qui a

deux salles de circulaire du 9 m de diamètre, chaque

couverts par des dômes, a été sous con -

construction dans la ville de Hesse de Wabern. Il

sera la première mosquée construite à afficher

ING dômes et les voûtes de terre crue

(vert) briques et couvertes par un toit vert,


à savoir un toit de terre et d'herbe de vie. Le grand

dômes sont construits de vert guitare acoustique

briques avec des bords arrondis, comme décrit dans

chapitre 6, p. 68. Les sections de la Croix -

dômes sont optimisée de tell e sorte qu'aucune force anneau

sera réalisé dans le dôme, et afin que

son épaisseur est seulement une nécessité structurelle

30 cm.

Mosquée, Wabern, Allemagne

Architecte: Gernot Minke, Kassel, Allemagne

En construction, achèvement prévu:

2006

Superficie: 273 m

Construit exemples

184

Architectes et ingénieurs: Arup Associates,

Londres, Grande-Bretagne

Achèvement: 2001

Superficie: 596 m

Le Druk White Lotus Ecole du village

de Shey au Ladakh est un grand complexe pour

750 élèves mixtes d'âge préscolaire ju squ'à

18 ans et comprend aussi l'hébergement

pour certains élèves et du personnel. Phase 1, Kinder -

Garten & Nursery, a été achevée en 2001,

Junior School et de l'Administration des bâtiments

en 2004, Senior School est prévue pour 2008.

Le complexe est situé à une altitude de

environ 3700 m dans un froid extrême, mais

climat ensoleillé.

Trombe ventilé murs, la laine comme thermiques

couche d'isolation et double vitrage ont été

utilisé pour créer un intérieur acceptable com -


fort. Caractéristique de conc eption clés ont été aussi de l'eau

cycle et gestion des déchets, de maximiser

potentiel solaire grâce à la fois passive et

des moyens actifs, solaires de fosse ventilée

latrines et l'utilisation de matériaux de construction locaux.

Les bâtiments de la mate rnelle ont cavité d'air

murs sur trois côtés avec des blocs de granit

prévues dans le mortier de boue. Le toit est construit dans le

Ladakhi tradition: un appui renforcé de boue toit

ED par une structure indépendante du bois de

les murs pour assurer la sta bilité tremblement de terre.

Crèches et garderies de

Druk White Lotus School, Ladakh,

Inde

Culturel, éducatif et sacrée Bâtiments

185

Construit exemples

186

Le bâtiment est un des trois étages post -and -

faisceau de structure qui est en planches avec Diago -

nal de gainage contrefort. Les murs extérieurs

porter une chaux extérieur plafonnage sur -lumière

poids du bois de construction des dalles de laine,

derrière laquelle se cache un de 12 cm d'épaisseur -cellulose

isolation. L'intérieur des murs extérieurs

composé de 20 cm d'épaisseur, éperonné légers

loam rasage copeaux de bois recouverts de limon

plâtrage. La météo exposés pignon est

fourni avec ventilé à l'arrière en bois de mélèze

gainage. Les parois intérieures sont remplies de

adobes. Le toit de brique et de la pro-balcon

jets vers l'extérieur afin que les chambres du sud

sont ombragées en été, et pourtant admettre soleil

lumière en hiver.

Mii amo Spa à Sedona, Arizona,


Etats-Unis

Culturel, éducatif et sacrée Bâtiments

187

Architectes: Architectes Mayner Gluckman,

New York, USA

Achèvement: 2001

Superficie: 3160 m

Ce resort écologique se trouve à 100 m de petites off

l'océan sur la péninsule d'Eyre, 1000 km

ouest d'Adélaïde, dans un climat désertique. Il

offre sept chambres, un magasin et un

la zone de divertissement pour les touristes, qui mai

pour aller nager avec les otaries et les dauphins.

Les murs de cette localité, ainsi que les

colonnes, murs de soutènement et de signes, ont été

construites en pisé de Sta -sol local

bilised de 6% de ciment.

Construit exemples

188

Station touristique à Baird Bay, Eyre

Peninsula, South Australia

Architecte: George Grayton, Perth, Australie

Chantier: RAMTEC, Perth, Australie

Achèvement: 2005

Surface: 700 m

Tous les murs de cet établissement scolaire

bâtiment sur le campus de Charles Sturt Uni -

versité sont construites en terre damée.

Conduits de refroidissement mécanique de permettre à l'air comme outil de diffusion

la fin de tout le bâtiment. Il existe une con -

dalle de plancher en Crète entre le premier et le sec -

OND étages avec des espaces aériens dans le grand plancher

hall d'accueil, enfin un toit en dalle de béton d'aération à


mécanique des évents.

Culturel, éducatif et sacrée Bâtiments

189

Logement universitaire

bâtiment, Université Charles Sturt

à Thurgoona, la Nouvelle -Galles du Sud,

Australie

Architecte et bâtisseur: Terry Wright, Riverina

Constructions en terre battue, Table Top, NSW,

Australie

Achèvement: 2005

Surface: 420 m

FIRSTFLOORPLAN

Construit exemples

190

Culturel, éducatif et sacrée Bâtiments

191

Architectes: demandez architectes, Hermann Scheidt,

Frank Kasprusch, Berlin, Allemagne

Achevé: 2005

Superficie: 385 m

Cette installation offre pédagogique supervisé

local des enfants et des jeunes des opportunités de personnes -

liens pour les activités de loisirs actifs et à jouer.

Une aide de 32,5 m de long, massif mur en pisé de terre

subdivise l'immeuble et sert à con -

servir de l'énergie thermique et l'équilibre atmos -

l'humidité atmosphérique.

La façade sud vitrée donne pas -

sive livraison de l'énergie solaire. Le nord

mur extérieur a été décoré par des artistes graffiteurs

avec la participation des jeunes.

Le toit vert absorbe 70% des précipitations, la


reste s'écoule sur le site adjacent.

Centre de jeunesse à Spandau, Berlin,

Allemagne

Construit exemples

192

La chapelle se situe à la frontière autrefois

séparant l'Ouest de Berlin -Est, sur la

l'emplacement de l'ancien néo -gothique de l'église

Réconciliation, qui a été démoli par

puis le gouvernement est -allemand. Le

intérieur est de forme ovale, et est délimitée

par un mur en pisé de terre de 7,2 m de hauteur

et 0,6 m d'épaisseur. Le toit et les extra -atmosphérique

shell, formé par des bandes verticales en bois,

représente un second ovale qui est excentrée

configuré par rapport au pre mier.

Le mur en pisé de terre contient de grandes frag -

ments de briques cassées de l'ancien

église, ainsi que du gravier, qui, ensemble,

constitue 55% de la matière. L'argile

le contenu n'est que de 4%. Ce mélange à gros grain -

ture, d'une teneur en hum idité minimale de

8,1%, réduit le rétrécissement important à seulement

0,15%. Avec un niveau d'humidité de 50% et

une température de 20 ° C, l'équilibre

teneur en humidité de la terre glaise est de 0,7%.

Le mélange de fibres de lin et intensive

compactage avec un rouleau de bourrage est

capable de produire une force de compression

3,2 N/mm2 (mesurée avec 20 x 20 x 20cm

cubes). Le rayon évolution constante des

courbure nécessaire l'utilisation d'un complexe

spécial coffrage.

Chapelle de la Réconciliation, Berlin,

Allemagne
Architectes: Reitermann + Sassenroth, Berlin,

Allemagne

Achevé: 2000

Superficie: 315 m

Culturel, éducatif et sacrée Bâtiments

193

Construit exemples

194

Le bâtiment sert de l'enseignement primaire

et la salle de méditation pour le Zen e xistants

Composé Bouddhiste, situé dans une grande

Mountain River Valley dans le nord du Nouveau -

Mexique.

L'épais murs de terre battue agir comme thermiques

composites, de maintien de l'été non désirées

la chaleur pendant le jour et ré -il rayonnant

la nuit. Bords de toit en porte à faux bloc somme

Mer dim. Refroidissement fonctionne via la ventilation transversale

en ouvrant le panneau coulissant à l'est

et les portes d'entrée à l'ouest. En hiver

la chaleur est produite par les eaux géothermiques.

Centre de gravité de la Fondation Hall

à Jemez Springs, Nouveau -Mexique,

Etats-Unis

Architectes: H. Predock, J. Frane, Santa Monica, CA,

Etats-Unis

Achèvement: 2003

Superficie: 279 m

Culturel, éducatif et sacrée Bâtiments

195

Annexes

196

Perspectives d'avenir
Dans les régions aux climats plus froids, l'architecture de terre

mai jamais jouer le rôle prédominant qu'elle joue déjà

dans les régions plus chaudes. En raison de conditions climatiques

et le haut niveau d'isolation thermique des Cen -

centrale et l'Euro pe du Nord, par exemple, extérieur

murs besoin supplémentaire d'isolation thermique par l'extérieur.

Dans les climats chauds et modérés de tous les continents, sur

D'autre part, solides murs extérieurs peuvent être construites

de limon sans être couvert. I ls fournissent

un meilleur climat intérieur et sont plus économiques

que des murs en pierre naturelle, briques cuites ou

béton.

Néanmoins, nous constatons une tendance croissante à

construire avec limoneux, dans les climats plus froids de l'Europe

et en Amérique ainsi. Cela est dû à un nombre croissant

sensibilisation à l'environnement et une prise de conscience

non seulement que les matériaux fabriqués industriellement

nécessitent des apports d'énergie inutilement élevés, ils

consomment aussi des ressources limitées tout en produisant

pollution. Un autre facteur est le désir de vivre dans un

équilibré et sain environnement intérieur.

Dans les pays en développement, où aujourd'hui encore,

plus de la moitié de la population vit dans la terre

des maisons, des maisons modernes ne sont généralement pas compilés à partir de

terre, mais à partir de matériaux de construction industrialisée

tels que les briques cuites, le béton de ciment et de pré -

Fabrication de panneaux de différentes compositions. Même

ici, il ya une reconnaissance croissante que

aux besoins immenses en vigueur pour le logement

ne peuvent être satisfaites à la construction fabriqués industriellement

matériaux et techniques de construction, puisque ni

la capacité de production nécessaire, ni le fin an -

cières sont disponibles. Le seul apparemment

solution envisageable est d'utiliser naturels, disponibles localement

matériaux et les compétences appropriées et des outils tout


intégrant le self -help techniques, qui toutes

faire de la terre matériau de construction idéal.

Dans ces régions, en particulier ceux avec eau chaude et

climats modérés, un nombre croissant de

bâtiments modernes ont déjà des murs de

adobes ou des blocs de terre stabilisée. Avec un faible coût

logement dans ces régions, où les stru ctures de toit

peuvent représenter jusqu'à un tiers du total de la construction

les coûts, l'utilisation de blocs de terre pour la construction

voûtes et les coupoles est très prometteuse, car ces

Types de construction peut être plus économique que

Couvertures industrielles tout en créant aussi de mieux couverte

climatique du fait de leurs caractéristiques thermiques,

potentiel d'amélioration de la ventilation et le bruit -

propriétés isolantes.

Nouvellement développé et testé avec succès la Terre

techniques de construction sont en attente d'être adaptés

ed et mis en œuvre dans les pays où ils

n'ont pas encore été jugé. En vue de diffuser

ces techniques, les lignes directrices devraient être développées

et des cours de formation offerts.

L'applicabilité de ces techniques auront

être démontrée non seulement avec résidentiels

projets, en particulier avec le logement à faible coût, mais

également dans les bâtiments publics comme les hôpitaux, les écoles,

et les immeubles de bureaux. Cela montrerait que, si

utilisé correctement, la terre est une longue durée et l'éco -

miques matériau qui est facilement disponible et facile

à manipuler et est capable de créer, même presti -

gieux bâtiments.

La construction de murs en maçonnerie de adobes, à partir de

séchés au soleil, les blocs de terre crue, continuera à

être une technique dominante tout simplement parce que ces

techniques peuvent être utilisées par les maçons dans toutes les régions

le monde sans formation spéciale. Adobe dômes


et les voûtes sont économi quement et structurellement

précieuse solution de rechange à l'appartement d'habitude ou légèrement

inclinées toits de tôle, amiante ciment ou

ciment renforcé par du béton. Ils seront certainement

utilisés avec une plus grande fréquence une fois qu'une com préhension

tion de leur potentiel devient plus répandue.

La technique de la terre battue est favorable pour

climats tempérés et chauds, et est également éco -

nomique, surtout s'il est utilisé avec l'équipement adéquat,

sement et de technologie mécanisée.

La connaissance de la façon de construire un tremblement de terre

bâtiments résistants en adobes et du pisé

devraient être diffusés dans toute la Terre

tremblement de terre des zones à risque. Il a été prouvé que, dans

de nombreux cas, ce n'était pas l'uti lisation de matériaux en terre -

als en tant que telle qui a conduit à l'effondrement d'une telle accumulation

réunions au cours de tremblements de terre, mais plutôt incorrecte

conceptions structurelles et de l'artisanat mauvais.

Dans les pays industriali sés dans climatiques tempérées

zones, éléments préfabriqués en argile légère

et crépis en argile pour les murs intérieurs seront utilisés

avec une fréquence croissante. En Allemagne, l'Autriche

et les Pays-Bas, plusieurs types ont récemment

deviennent de p lus en plus de succès sur le plus rapidement

croissance des marchés de ces produits.

Annexes

197

Mesures

Dans ce livre, toutes les mesures en matière de longueurs

et des zones ainsi que les valeurs physiques sont basés sur

le système métrique. Les Anglo -saxons équivalents

de la valeur U (décrivant la conductivité thermique dans

L'Europe centrale) est la valeur R, qui a été

ajouté entre crochets. Dans ce contexte, il doit être

a noté que les valeurs R sont basés sur la métrique


système.

Pour permettre aux le cteurs de convertir les valeurs dans le

système impérial qui est le plus communément utilisé

en Amérique du Nord, nous avons listé les plus impor -

facteurs de conversion TANT comme suit:

Longueurs et les zones

1 mm = 0.03937 pouces

1 cm = 0,3937 pouce

1 m = 39.37 pouces

1m

= 10,764 pieds carrés

1 ha = 2.471 acres

1 pouce = 2,54 cm

1 pied = 30,48 cm

1 pied carré = 0.093 m

1 acre = 0,4047 ha

Grandeurs physiques

Température

Centigrade (Celsius) - Fahrenheit

Multiplier par 9 / 5 et ajouter 32

°C°F

-10 14

0 32

10 50

20 68

30 86

R et les valeurs U

Tous les R et U-valeurs dans ce livre ont été énoncées

selon le système métrique. Pour la conversion

sion du système métrique (USI, RSI) dans le

respectifs système impérial (U, R), l'utilisation des fac -

teurs est nécessaire:

R x 0,1761 = RSI
RSI x 5,6783 = R

La valeur U est l'inverse des respectives

R-valeurs, et vice versa.

USI (W / m

K) RSI (m

K / W) U (Btu / h * pi ² * ° F) R (h * pi ² * ° F / BTU)

0,1 10 0,018 56,78

0,15 6,667 0,026 37,86

0,2 5 0,035 20 ,39

0,3 3,333 0,053 18,93

0,5 2 0,080 11,36

1,0 1 0,176 5,68

Références bibliographiques

Aslam, M.; Satiya, R.C.: "Une technique de l'eau

épreuvage Mud Walls. "Matériaux de construction Note

N ° 14. Central Research Institute, Roorkee,

Inde.

Bardou, P.; Arzoumanian, V.: Archi de terre. Paris,

France 1978.

Beckert, J.: «Wirkung von der Verunreinigungen

Raumluft auf den Menschen », in Beckert et al.

(éd.): Gesundes Wohnen. Düsseldorf, Allemagne

1986.

Boemans, U.: Sanierung und einer Umnutzung

Fachwerkscheune. Université de Kassel, en Allemagne

de nombreux 1990.

Bourgeois, J.-L.: "Traditional Adobe est illégal en

Nouveau-Mexique », dans: Adobe Journal n ° 5 / 1991,

p. 47.

Cointeraux, F.: Schule der Landbaukunst. Hild -

Burghausen, Allemagne 1793.

CRATerre: Construire en terre. Paris, France 1979.

CRATerre: Compressed Earth Block: Production


Lignes directrices. GTZ, Eschborn, Allemagne 1991.

Dehn, W.: "Lehmziegel der Hallattzeit (6. Jh

v. Chr.) ", dans: Der MuseumsfreundNo. 4 / 5 1964,

pp. 54-61.

Department of Housing and Construction (éd.):

Terre-construction du mur. EBS BulletinNo. 5.

Canberra, Australie 1981.

Dalokay, Y.: Lehmflachdachbauten dans Anatolien.

Dissertation. Université technique de Braun -

Schweig, Allemagne 1969.

Elias, P.: «Le Bilan énergétique d e quelques parois

de bâtiment », dans: Cahier du Centre Scientifique

et Technique du BâtimentNo. 213, oct. 1980.

Easton, D.: La Maison de la Terre battue, White River

Junction, USA 1996.

Fathy, H.: Natural Energy et vernaculaire Archi -

tecture. Chicago / Londres, USA / Grande -Bretagne

1986.

Gilly, D.: Praktische Abhandlung aus der Lehm -

baukunst betreffend den Bau sogenan der -

NTEN Lehm-oder Wellerwände, wie man

dieselben dauerhaft mit wenigen Kosten und

wahren einer Holzersparung könne aufführen.

Berlin, Allemagne 1787.

Gilly, D.: Beschreibung einer vorteilhaften Bauart

getrockneten mit Lehmziegeln. Berlin,

Allemagne 1790.

Gilly, D.: Handbuch der Land -Bau-Kunst. Braun -

Schweig et Halle, Allemagne 1800 et 1822.

Gotthard, H.: "Über Physikalische Eig enschaften

des Baustoffes Lehm, "in: Naturbauweisen

5 / 1949.

Grandjean, E.: Wohnphysiologie. Zurich, Suisse

terres 1972.

Güntzel, J.G.: Zur Geschichte des Lehmbaus dans


Deutschland. Dissertation, University of Kassel.

Staufen, Allemagne 1988.

Hofmann, U.; Schembra, FW et al.: "Die Trocken -

biegefestigkeit von und Kaolinen Tonen, "dans:

Berichte der Deutschen Keramischen

Gesellschaft, vol. 44 (1967), H.4, pp. 131 -140.

Houben, H.; Guillaud, H.: la construction en terre

Primer. Bruxelles, Belgique 1984.

Ingles, O.G.; Metcalf, J.B.: stabilisation des sols. Sydney,

Australie 1972.

Bureau international du Travail (ed.): La petite échelle

fabrication de blocs de terre stabilisée. Genève,

Suisse 1987.

Jain, JP; Kulshrestha, RP, Singh, I.: A New Tech -

nique de mettre à feu Retardent chaume. Tech -

Note technique. Central Building Institute, Roorkee,

Inde, 1978.

Karsten, R.: Praxis für Bauchemie und Studium.

Haslach, Allemagne (7e édition) 1983.

Keefe, L.: les bâtiments en terre: Methods and Materials,

Réparation et conservation. Londres, Grande -Bretagne

2005.

Knöfel, D.: Bautenschutz mineralischer Baustoffe.

Wiesbaden, Berlin, Allemagne 1979.

Künzel, H.: "Die Beanspruchung hygrothermische

von Außenputzen, "dans: Bauphysik (Berlin), vol.

4 pp / 1990,. 104 -109.

Letzner, T.; Stein, J.: Lehm -Fachwerk. Cologne,

Allemagne 1987.

Manandhar, R.: "dôme en briques de terre et contre -voûte

construction ... », dans: Actes de la première réunion inter -

Earth Sheltered Buildings Conférence nationale.

Août 1-6, Paris 1983, pp. 3 71-375.

MARME, W.; Seeberger, J.: "Der Primärenergieinhalt

von Baustoffen, "in: BauphysikNo. 5 / 1982,


pp. 155-169 et n ° 6, pp. 208 -214.

McCann, J.: Argile et de bâtiments en torchis. Aylesbury,

Grande-Bretagne 1983.

McHenry, P.G.: Adobe et terre damée bu ild -

réunions. New York, USA 1984.

McHenry, P.G.: L'histoire d'Adobe: A Global Trea -

certain. Albuquerque, USA 2000.

Middleton, C.F.: Construisez votre maison de terre. Victo -

ria, Australie (édition révisée) 1979.

Miller, T.; Grigusch, E.; Schulze, KW: Lehmbaufibel.

Weimar, Allemagne 1947.

Minke, G.: "Tremblement de terre de faible résistance de maisons à bon

utilisant des matériaux de construction locaux et

Intermediate Technology », in: Proceedings,

International Symposium on Earthquake Relief

Dans les zones moins industrialisées. Mars 28 -30,

1984. Zurich, Suisse 1984.

Minke, G.: "Conception et construction de l'Énergie

and cost saving Vault et le Dôme Ouvrages d'art ",

in: Proceedings of the International Sympo -

sium de Hassan Fathy pour l'architectu re pour la

Pauvres, 20-22 avril, 1993. Le Caire, Egypte 1993.

Minke, G.: "Contrôle de l'humidité / Balancing humidité

fluctuations ", in: Bansal, Hauser, Minke: Passive

Building Design, A Handbook of Natural Cli -

matic Control. Amsterdam, Pays -Bas 1994,

pp. 180-188.

Minke, G.; Mukerji, K.: structurellement Optimisé

Dômes - Un manuel de conception et la construc -

tion. Braunschweig, Allemagne 1995.

Minke, G.: Earth Construction Handbook.

Southampton, Grande -Bretagne 2000.

Minke, G.: Das neue Lehmbau -Handbuch.

Staufen, Allemagne (6e édition) 2004.

Minke, G.: manuel de construction pour le tremblement de terre


résistant à des maisons construites en terre. Eschborn,

Allemagne 2002.

Minke, G.; Mahlke, F.: Building with Straw. Bâle,

Berlin, Boston, Allemagne 2005.

Möhler, K.: "Grundlagen der Holzhochbaukon -

struktionen », dans Götz, K. -HJ.; Hoor, D et al.:

Holzbauatlas. Munich, Allemagne 1978.

Mukerij, K.: Presses Block sols. GTZ, Eschborn,

Allemagne 1986.

Mukerij, K.: Soil block Presses: Product Informa -

tion. GTZ, Eschborn, Allemagne 1988.

Niemeyer, R.: Der praktische Lehmbau und seine

Anwendung. Hambourg, Allemagne 1946.

OCDE, Nuclear Energy Agency: «L'exposition à

Radiation de radioactivité naturelle dans le bâtiment

Matériau », dans: Rapport, Mai 1979. P aris, France

1979.

Oliver, M., Mesbah, A.: «La terre comme matériau»,

in: Proceedings International Symposium

sur la construction en terre moderne. Pékin, Chine

1985.

Pingel, M. et P.: Bericht über den der Anstrich

Lehmkuppeln ihres Hauses à Auroville, Ind e.

Document non publié. 1993.

Popposwamy, G.: l'Inde rurale. Village Houses in

Terre battue. Stuttgart, Allemagne 1979.

Pumpelly, R. (ed.): Explorations in Turkestan.

Washington, USA 1908.

Rauch, M.; Kapfinger, O.: Terre battue / Lehm

und Architektur / Ter ra cruda. Bâle, Berlin,

Boston, en Allemagne 2001.

Schmitt, C. Leichtlehmbau. BPS -I Report, inédit -

institué document. Université de Kassel, Allemagne

1993.

Schreckenbach, H.: Technologie de la construction pour


un pays tropicaux en développement. Eschborn,

Allemagne, aucune date.

Smith, RG; Webb, DTJ: Small Scale Industries

Stabilisé de sol Briques. Technical Memo -

Randum n ° 12. International Labour Office.

Genève, Suisse, 1987.

Sibtain, S.N.: Pour construire un village - un tremblement de terre

résistant à l'architecture rurale. Parramatta,

Australie 1982.

Stulz, R.; Mukerji, K.: construction appropriés

Matériaux. St. Gallen, Suisse 1988.

Annexes

198

Turowski, R.: Entlastung der Rohstoff -und

Primärenergiebilanz ... Dissertation, University

de Essen, Allemagne 1977.

Centre des Nations Unies pour les établissements humains

(ed.): Earth Construction Technology. Nairobi,

Kenia 1992.

Volhard, F.: Leichtlehmbau. Karlsruhe, Allemagne

1983.

Vorhauer, K.: Low Cost / SAL. Gate

Modul 6 / 6. Eschborn, Allemag ne 1979.

Voth, B.: Boden, Baugrund und Baustoff. Wies -

Baden / Berlin, Allemagne 1978.

Walker, P.; Keable, R. Martin, J.; Maniatidis, V.:

Pisé: conception et construction

lignes directrices.

BREPress, Bracknell, Grande -Bretagne

2005.

Wehle, K.: Werkstoffe und Techniken der Malerei.

Ravensburg, Allemagne (5e édition) 1985.

Weiss, A.: Angewandte Chemie75 (1963),

pp. 755-762.

Weller, K.; Rehberg, S.: Lösungsansätze für den


Energie-und Wohnungs rohstoffsparenden -

Bau. DFG projet de recherche, l'Univ ersité technique

de Berlin, Allemagne 1979.

Yazdani, H.: Erhöhung der Lebensdauer von

Lehmbauten dans erdbebengefährdeten

Gebieten Afghanistans. Dissertation, University

de Kassel, Allemagne 1985.

Zogler, O.: aus Wohnhäuser Lehm. Munich,

Allemagne 2004.

Remerciements

L'auteur tient à remercier tous les étudiants, les assistants

et ses collègues, qui ont contribué à la

projets de recherche et développement en Allemagne,

Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Guatemala,

Equateur, Hongrie, Inde, Nigéria et la Russ ie. C'est

Grâce à ces efforts que ce livre contient

tellement de données et les comptes de travaux pratiques

expérience.

Des remerciements particuliers sont dus à des assistants de recherche

HG Merz, Ulrich Merz, Klaus Eckart, Ulla Lustig -

Rössler, Kiran Mukerji, Ulrich Boemans, Uwe

Jaensch, Dittmar Hecken, Alexander Fischer,

Arno Reich-Siggemann, Friedemann Mahlke,

Marcio Rosa d'Avila, Ernst Müller, Baden et Saskia

le technicien Frank Millies, qui a construit la plupart des

des appareils d'essai nouvellem ent développés et

dispositifs de construction.

L'auteur tient aussi à remercier Pawan Kumar

et Anke Lubenow, qui a aidé à faire la

dessins; Ulrich Boemans, Sigrid Köster, Uwe

Jaensch et Friedemann Mahlke, qui a préparé

l'infographie; Gabrielle Pfaff, qui

visant la mise en page, ainsi que Shalini Hingorani,

Rajeshwari Prakash, Sanjay Prakash et Ian Pepper

pour leur aide à la traduction. Dernier point, mais


non des moindres, l'auteur exprime sa gratitude à

Ria Stein et Michael Wachholz, qui a fourni

Editorial Assistance et mené des recherches d'images.

Kassel, Février 2006

Gernot Minke

Illustration crédits

Adle, Kamran (Aga Kahn Award for Architecture):

p. 175 andbottom top

Atlas Copco: 5.11

Anderson, Ken: p. 166

Bochow, K.-H.: 6.3

Breshna: 14.30

Bucaretchi, Maxim: p. 172 droite leftand; p. 173

topand bas

CEPED: 5.26

Consolid: 6.14

Dressler, F.: 8.8

Dufter, S.: 7.1, 7.2

El Badwan, G.: 14.29

Enchantment Resort (Mii Amo): p. 187 top

Fischer, Alexander: p. 160 Centre topand

Gerster-Rapho: 1.6

Glauser, Philippe: p. 174 Top

Gnädinger, Alexander: couverture

Gruner, D.: 1.4

Heuser: 5.12

Huber, Samuel: 192 Haut

Karcher, Joaquin: p. 162 top, rightand centre gauche,

p. 163 p. 164 top, rightand centre gauche; p. 165

Klomfar, Bruno: 192 bas, 193

Lauber, Wolfgang: 1.9

Lorenz-Ladener, C.: 6.4

Lukas, G.: 8.9, 8.10

Mein, Trevor: p. 168 top, rightand centre gauche;

p. 169 bas topand


Au nord, Graeme: p. 170 Centre topand gauche; p. 171

Nothelfer, Michael: p. Top 158, p. 159 haut, en bas

rightand gauche

Okokok Productions: p. 157 e n haut, en bas à droite

et à gauche

Oliver, D.: 5.22, 5.23

Pacifique Adobe: 6.15

Payne, Alan et Trish: p. Top 188, au centre droit

et à gauche, en bas

Predock, Jason: p. 194 haut; p. 195

Reynolds, M.: 14.4

Schijns, W.: 14.25

Sohie, Caroline: p. 184 droite leftand; p. 185 top

et en bas à droite

Süß, Andreas: p. 190 haut; p. 191 bas topand

Trappel, Ray: p. 167 bas topand

Weller, K.: 6.16, 6.17

Wolf, S.: 5.27, 5.28

Wright, Anthony: p. 189 bas topand

Yazdani, S.: 1.5, 14.54, 14.55

Zernike, Harry: p. 186 bas top and, p. 187

en bas à droite

Toutes les autres images: Minke, Gernot

Annexes

199

Annexes

200

Conception graphique: Gabrielle Pfaff, Berlin

Traduction: Shalima Hingorami, Rajeshwari

Prakash, Sanjay Prakash, New Dehli, en Inde;

Ian Pepper, Berlin, et Gernot M inke, Kassel,

Allemagne

Données d'un catalogue CIP pour cet ouvrage est disponible

de la Bibliothèque du Congrès, Washington D.C.,

Etats-Unis
Information bibliographique publiée par

Die Deutsche Bibliothek

Die Deutsche Bibliothek "enregistre cette publication dans le

Deutsche Nationalbibliografie; biblio détaillée

données graphiques est disponible dans Internet à l'adresse

<http://dnb.ddb.de>.

Ce travail est soumis au copyright. Tous les droits sont

réservée, si la totalité ou une partie du maté -

rial est concerné, particulièrement les droits des tra -

tion, la réimpression, la réutilisation d'illustrations, de récitation,

la radiodiffusion, la reproduction sur microfilms ou dans

d'autres façons, et le stockage dans des banques de données. Pour tout e

type d'utilisation, la permission du détenteur du copyright

doit être obtenu.

© 2006 Birkhäuser - Editions d'Architecture,

P.O. Box 133, CH-4010 Bâle, Suisse

Une partie de Springer Science + Business Media

Imprimé sur du papier sans acide produite

à partir de pâte sans chlore. TCF ’

Imprimé en Allemagne

ISBN-13: 978-3-7643-7477-8

ISBN-10: 3-7643-7477-2

9 8 7 6 5 4 3 2 1 http://www.birkhauser.ch

Couverture: Chapelle de la Réconciliation, Berlin,

Allemagne