Vous êtes sur la page 1sur 2

Déclaration

Nous attendions notre comparution devant le tribunal de première


instance de Casablanca au Maroc le 15 octobre 2010 comme cela était
annoncé. Nous attendons ce procés depuis plus d’un an de détention
provisoire. Les autorités marocaines ont fabriqué un scénario pour que
le procés soit reporté et la tâche ainsi compliquée pour les
observateurs internationaux.

Cette volonté délibérée de provoquer le report du procés est confirmée


par le fait qu’aucun des prévenus de notre groupe de prisonniers
politiques actuellement en liberté provisoire (Dégja Lachgar, Yahdih
Tarouzi, Rachid Sghir, Saleh Labihi) n’ont pas été convoqués, et que
les autorités ont refusé de nous sortir de la prison de Salé pour
présenter devant le tribunal.

La demande a pourtant été faite par plusieurs membres de la défense


et répétée au vice procureur du roi du tribunal de première instance de
Casablanca dans la matinée du 14 octobre 2010.

Sur la base de ce qui précède, nous déclarons:

1. Notre ferme condamnation de l'Etat marocain qui persiste à nous


confisquer notre droit légitime à un procès équitable en présence
d'observateurs internationaux, et qui ne nous accorde pas plus une
libération sans condition.

2. Nous condamnons totalement les comportements violents et le


racisme de certains avocats marocains qui ont été utilisés pour
perturber l'atmosphère du procès. Ils n’ont respecté ni leurs devoirs ni
leurs droits éthiques d’être indépendants et intègres.

3. Nous apprécions fortement la solidarité démontrée par la présence


d'observateurs et avocats internationaux, des représentants des
organisations marocaines et sahraouies de défenses des droits de
l'homme, des journalistes, des défenseurs des droits humains
sahraouis, des étudiants et des familles des prisonniers politiques, qui,
par leur présence ont condamné ce procés de la liberté d’expression et
d’opinion.

Devant cette situation illégale, et en signe de protestation, nous avons


décidé d’entamer une grève de la faim les mardi et mercredi 19 et 20
octobre 2010 pour revendiquer notre droit légitime à un procès
équitable ou à une libération sans condition.

Les Sahraouis défenseurs des droits de l’homme / prisonniers


d’opinion

Brahim Dahane

Ali Salem Tamek

Hamadi Nasiri

Prison locale de Salé / Maroc

Le 18 octobre 2010