Vous êtes sur la page 1sur 3

EMISSION TELEVISEE « C’EST PAS SORCIER » PROPOSEE PAR LA CHAINE France 3

Mais non Marcel, je (ne) sais pas où il est ! Ca fait une heure qu’on devrait être partis à la montagne ! Eh, Jamy, c’est (ce n’est) pas la peine d’aller à la montagne pour prendre de la hauteur ! Mais t’es (tu es) où ? Ca ne se voit pas non ? A la Tour Eiffel ! Allez viens, on se rejoint en bas ! A la Tour Eiffel ? Allez Marcel à la Tour Eiffel ! Pas chaud hein ? Ben qu’est-ce que tu fais ? Oh la la, elle n’a pas l’air jeune ! Elle a encore beaucoup de succès car c’est le monument payant le plus visité au monde. 5 millions et demi de visiteurs par ans. C’est énorme. Remarque, elle a l’air drôlement haute. Allez, tu viens, on monte, tu paies le billet. Non, pas besoin de billet, prends mon sac. Y a (il y a) quoi là dedans ? Ben des cordes, pour monter ! Des cordes, ça recommence, il paierait (il ne paierait) même pas le billet lui !

Eh, bon courage Fred. A l’origine la Tour Eiffel mesurait 300 mètres mais depuis elle a grandi car on lui a rajouté des antennes. Aujourd’hui, elle culmine à 324 mètres. Cette tour est née lors de l’exposition universelle de 1889 qui devait commémorer le centenaire de la Révolution Française. Et pour cet évènement il fallait une attraction de taille ! Tiens, lui, c’est Gustave Eiffel. A l’époque, il est déjà célèbre pour ses constructions métalliques comme le Viaduc de Garabit ou encore le squelette de fer de la Statue de la Liberté . Mais la tour, c’est (ce n’est) même pas son idée (« c’est même pas son idée » : manière de parler un peu enfantine – « c’est même pas lui qui l’a fait »). Ce n’est pas l’homme qui a inventé la tour qui porte son nom. Ca semble assez paradoxal. En réalité, ce sont deux de ses principaux ingénieurs. Tous les deux, en se concertant trois ans avant l’ouverture de l’exposition universelle de 1889, émettent l’idée de dessiner un projet un peu fou autour de 300 mètres de hauteur. 300 mètres pourquoi ? C’est une dimension symbolique, c’est mille pieds, c’est la plus haute tour qu’on ait jamais construite à l’époque.

Sur le premier dessin, la tour ressemble à un vulgaire pylône de pont à six étages. Après quelques retouches du croquis initial, Eiffel s’enthousiasme pour le projet qui rapporte le concours pour l’édification d’une tour de 300 mètres à l’exposition universelle. Il faut dire que les autres concurrents étaient plus classiques. Non, mais vous imaginez ça sur le Champ de Mars (vaste jardin public au pied de la Tour Eiffel) ? En fait, il aura fallu très exactement deux ans, deux mois et cinq jours pour construire la Tour Eiffel avec 200 ouvriers sur le chantier. Alors, on dit souvent que les pieds de la Tour Eiffel reposent sur des vérins hydrauliques, sur des sortes de caissons remplis d’eau. Ca c’est complètement faux, c’est une légende. Ils ne reposent pas non plus sur cette structure. Ca c’est du toc (= c’est faux) c’est pour le décor. Venez voir ! La preuve ? C’est complètement creux. En fait, les pieds de la Tour Eiffel reposent sur des fondations qui descendent parfois jusqu’à 15 mètres de profondeur. Et pour les construire ces fondations, on a justement rencontré un peu d’eau parce que la Seine n’est pas très loin. On va y descendre, allez ! Ben oui, regardez sur un plan de Paris. Les piliers nord et ouest sont à deux pas de la Seine. Et toute cette eau a quand même posé de sérieux problèmes pour atteindre le sol stable, celui sur lequel on a bâti les fondations de la tour. Imaginez…comme l’eau du fleuve s’infiltre dans le sol, eh bien, les ouvriers en creusant risquaient de se retrouver dans la boue. Et plus ils auraient creusé, plus l’eau aurait afflué, plus ils se seraient retrouvés dans la

Ensuite. on utilisait des petites grues à vapeur d’une puissance finalement assez limitée. son squelette en quelque sorte. en ce moment. probablement que la tour n’aurait jamais été construite car elle aurait été bancale et ça s’est sans doute la grande prouesse de Gustave Eiffel. il l’a fait ! - . Ca fait 2500 tonnes divisées par 4. Eh bien pour éviter ce genre de problème. on a coulé une dalle de béton. Mais dis-moi. reprenons. De même. la Tour…elle repose sur les caissons ? Non. 10000 tonnes divisées par 4 piliers ça fait 2500 tonnes par pilier. C’est beaucoup moins que ce que supporte un talon aiguille par exemple. Ces pieds. Alors la Tour Eiffel. Le chantier démarre le 28 Janvier 1887. Donc. ils sont au nombre de 16. ensuite on a rempli le caisson de pierres et au-dessus du caisson on a construit un massif de maçonnerie. Alors. Ensuite. Jamy. Si ça n’avait pas été fait. Jamy. les hommes étaient à l’intérieur du caisson. combien elle pèse la Tour Eiffel ? Combien elle pèse ? Eh bien c’est simple : 7300 tonnes si on compte uniquement la charpente métallique et 10100 tonnes si on ajoute le poids des bâtiments et des ascenseurs. parce qu’une fois qu’on a atteint le sol stable. Eh bien moi j’en connais un qui a bien fait de ne pas mettre de talons aiguille. on disposait de petits engins vapeurs mais en fait l’essentiel du travail se faisait à la pelle et à la pioche tout simplement. Limitée mais efficace. c’est le poids d’un immeuble de 4. Eh bien alors. c’est pas (ce n’est pas) très lourd. Les fondations sont achevées en seulement 4 mois et les piliers s’élèvent enfin ! Et voilà sur quoi repose la Tour Eiffel. Ah tiens ! Voilà les fameux caissons qu’on utilisait pour pouvoir creuser sous l’eau et par-dessus on élève les massifs de maçonnerie. mais en tous cas. avec toute cette ferraille. Oui.boue. les caissons ils sont toujours là ! Bon alors. 5 étages. T’inquiète pas (ne t’inquiète pas). elle pèse grosso modo 10000 tonnes. Il est réparti sur les quatre piliers. 625 tonnes par arbalétrier. ça a sans doute été la jonction du premier étage car il a fallu que les quatre piliers se rejoignent exactement au même niveau et au millimètre près. ils creusaient. pour monter la superstructure de la tour. le poids est encore divisé par 4 . L’un des moments les plus délicats de la construction. la tour elle ne va pas s’effondrer sur elle-même. Alors les hommes rentraient dans le caisson par un sas et la terre était évacuée par le même sas. il y a 35 kg sur chaque talon aiguille et croyezmoi. 4 par pilier. chaque pilier est constitué de 4 arbalétriers. des massifs de maçonnerie inclinés sur lesquels on a boulonné les pieds de la tour. avec quoi on a construit tout ça ? Pour creuser les fondations de la Tour Eiffel. Cela dit. Le poids est ensuite transmis au sol qui en fin de compte supporte 3 à 4 kilogrammes par centimètre carré (cm²) et ça. Exactement comme nous quand on creuse un trou dans le sable au bord de la mer. eh bien. Et c’est finalement l’air sous pression qui chassait l’eau et l’empêchait de remonter. parce que ces arbalétriers sont la véritable ossature de la tour. En fait des méthodes relativement artisanales avec peu de moyens mécaniques. Fred. Il faut qu’elle soit solides les fondations Jamy. 10000 tonnes ce n’est pas très lourd. Eiffel avait une solution : un caisson parfaitement étanche dans lequel on envoie de l’air sous pression grâce à une pompe. Ensuite. ils montent jusqu’au sommet. c’est ce qu’on appelle les arbalétriers et si on regarde bien. Au fait. On creuse d’abord un grand trou pour les fondations. on évacuait les déblais sur des petits wagonnets qui roulaient sur des rails. Je ne sais pas comment il a fait. Regardez. je ne m’enfonce pas. tout ce poids n’est pas concentré sur un point.

Chaque pièce est dessinée par les ingénieurs puis assemblée dans les usines Eiffel à Levallois. pour régler la hauteur des arbalétriers d’accord. ce sont des énormes seringues pleines de sable. il a utilisé des boîtes à sable placées sous chaque arbalétrier. elles venaient s’assembler…. on enlevait les vérins hydrauliques. eh bien. et faire en sorte que la tour fasse bien 300 mètres. il suffisait de faire bouger les pistons des vérins en envoyant de l’huile ou en en retirant avec une pompe. Autrement dit. En enlevant du sable. mais comment il a fait pour régler leur inclinaison ? Alors. . la tour est montée comme un mécano géant. Et surtout. Les arbalétriers étaient volontairement trop à la verticale. - Après la jonction du premier étage. pour régler l’inclinaison des arbalétriers. Une fois qu’on avait atteint la bonne hauteur. on calait tout ça pour que ça ne bouge plus. près de Paris et elles arrivent sur le chantier prêtes a être montées. une énorme seringue d’où la légende de la tour montée sur des vérins hydrauliques.- Il a réussi en plaçant sous chaque arbalétrier un vérin hydraulique. on a tracé les pièces avec beaucoup beaucoup de précision jusqu’au dixième de millimètre près. Quand on l’avait trouvé. Alors. les arbalétriers descendaient et on trouvait ainsi la bonne inclinaison. pour régler la hauteur des piliers. Ce qui fait que lorsque les pièces arrivaient sur le chantier de la tour. Jamy. eh bien. Encore une fois.