Vous êtes sur la page 1sur 10

La gardienne des océans

Texte 1

La légende raconte que dans les


profondeurs des océans vit la déesse
de la mer.
Elle enfante les créatures marines,
les aime et les protège depuis l’aube
des temps. Respectée jadis, elle
disparaît de la mémoire des
hommes, mais son souvenir sommeille encore…
Elle s’appelle Élinéa, la gardienne des océans.

Loin des continents, bercés par la houle et les courants, s’élevait une île de
pêcheurs aux toits bleus.
Eloignés des grandes villes, les habitants de l’île vivaient heureux.
Ils ne manquaient de rien grâce à l’abondance du poisson et des champs dorés
qui coiffaient leurs terres fertiles.

Dans la famille de Bastien, on est pêcheur de


père en fils. Chaque jour, Bastien et ses frères
partaient en mer chercher le poisson nécessaire
aux villageois.
Les pêcheurs chantaient sous les caresses du
soleil accompagnés par les dauphins et les
tortues de mer, tandis que les mouettes volaient
près des bateaux, aguichés par l’odeur du
poisson.
La vie était simple et belle, rien ne pouvait ternir ce bonheur.
La gardienne des océans
Texte 2

Mais un jour, un gros bateau sombre arriva au large des côtes.


Redoutés par les pêcheurs, ces pilleurs de la mer
ratissaient le fond des océans avec leurs immenses
filets !
Ils blessaient les dauphins, tortues de mer et poissons
surpris par les mailles coupantes !
Sans intérêt pour les braconniers, ils étaient rejetés à
l’eau, blessés… Ou morts…
De nombreux poissons étaient capturés… Et ceux-ci commencèrent à
manquer sur l’île de Bastien.

Ainsi, les années passèrent…


Peu d’hommes s’inquiétaient du sort des
habitants de l’île, et encore moins de
l’océan.
La désolation s’installait…
La mer revêtait une robe rouge et pleurait
sur elle.

Dans les abysses, une force perturbait les marées. Elinéa grondait !
Elle avait épargné les braconniers de sa colère jusqu’à ce jour, mais elle ne
pouvait plus en supporter d’avantage.
« Irresponsables ! C’est ainsi que vous remerciez
la mer de ce qu’elle vous donne ? »
Folle de rage, brandissant son trident, Elinéa
déploya sa longue chevelure en remuant
ardemment les flots ! Le vent souffla et la pluie
tomba en rafale !
Une tempête de mer s’abattit sur les pilleurs !
La gardienne des océans
Texte 3

Mais le monstrueux bateau était si solide


que la tempête ne put l’arrêter.
La colère d’Elinéa fut si grande que ses
cheveux poussèrent, poussèrent et se
prirent dans les immenses filets !
Son trident disparut dans les vagues, et
privée de ses pouvoirs, Elinéa fut capturée !

Peu à peu, le visage des flots changeait.


Les marées étaient perturbées et, perdus
dans ce monde orphelin, les poissons se
s’égaraient dans les profondeurs.
Leur mère n’était plus là pour les bercer
de ses chants gracieux, ils ne pouvaient
plus se blottir dans ses bras et jouer dans
ses cheveux.

Fiers de cette prise exceptionnelle qui allait rapporter beaucoup d’argent, les
pirates organisèrent une vente aux enchères secrète où furent conviés les plus
grands collectionneurs de créatures extraordinaires du monde. Une petite île
discrète fut choisie. C’était celle de Bastien.
La gardienne des océans
Texte 4

Un matin, alors qu’il se


promenait, Bastien entendit
un chant s’élevait du vieux
moulin abandonné.
Ce n’était pas un chant
ordinaire, mais une plainte,
lente, semblable à une
prière.

Il s’approcha et fut stupéfait !


Une créature immense était enchaînée dans un bassin de verre !
C’était Elinéa !
La déesse, pourtant si puissante
d’ordinaire, exprimait son ennui et sa
détresse en se tournant dans l’espace
étroit, bien trop étroit pour elle.
Elinéa faisait bien 20 fois la taille d’un
homme !
Des poissons s’échappaient de sa peau de
corail et l’embrassaient pour la
réconforter. De petits baisers doux sur ses
bras, son cou et son visage où se
dessinaient tour à tour tristesse et colère.
Une pancarte était posée devant le gros
aquarium : « A vendre au plus offrant »
Bastien comprit ce qui se préparait, et touché, il s’approcha de la vitre
pour tenter de parler à la captive qui lui sourit tristement.
- Qui es-tu ? demanda-t-il doucement.
- Je suis Elinéa, gardienne et mère des océans, gémit-elle.
Le jeune pêcheur frissonna. Il comprit que la capture d’Elinéa était
liée au désastre et lui demanda comment l’aider.
- Là où s’endort le soleil et s’éveille la lune, repose mon trident.
Grâce à son pouvoir, tu pourras creuser un chemin vers la mer et
me libérer de mes chaînes. Ainsi, à la prochaine marée, je serai
libre !

Bastien avait peur ! Il ne connaissait qu’une vie simple, ordinaire,


mais il accepta sa destinée singulière. Son amour de la mer était si
sincère, si vrai !
La gardienne des océans
Texte 5

A la tombée de la nuit, le
soleil embrassait la lune de ses
dernières lueurs, laissant sur
les flots une douce couleur
orangée.
Bastien observait la mer, prêt à
larguer les amarres, et lorsque
la lune se fit plus brillante, il
aperçut une étrange lumière
jaillir à l’horizon.
Aussitôt, il s’élança à bord de son bateau ! Il se hâta, perça les vents et
les courants, puis il plongea dans ce monde inconnu courageusement !

Bastien glissait vers le profond et


silencieux sanctuaire peuplé de plantes
bercées par les courants. Un monde
étrange s’esquissait, parfois inquiétant
puis terrifiant, lorsqu’il sentit le manque
d’air…
C’est alors que des poissons
tournoyèrent autour de Bastien, dans
une danse étrange. Un petit poisson
doré lui effleura la bouche et il reprit
connaissance doucement.
De l’air pénétrait dans ses poumons,
son corps se réchauffait, Bastien
respirait !
De nouveau, cette peur de l’inconnu
l’envahit, mais il pensa à celle dont
l’équilibre de la mer dépendait, Elinéa,
qu’il devait à tout prix délivrer !
Bastien reprit alors sa descente parmi les poissons qui le guidaient
vers les fonds bleutés.

Plus profondément encore, là où les


légendes sont nées, dans une forêt
d’algues et de coraux, se dévoila le
trident sacré !
Il se dressait fièrement, il rayonnait !

L’énergie dansait autour de Bastien


en semant des flocons de lumière vers l’onde et les écailles des
poissons. Jamais Bastien n’avait vu telle lumière, telle puissance
l’envelopper lorsqu’il saisit le précieux objet !
La gardienne des océans
Texte 6

Le chant d’Elinéa résonna alors dans


l’immensité des profondeurs.
Le trident scintilla !
Soudain Bastien fut entraîné vers la
surface à une vitesse effrénée ! En
quelques instants, il atteignit le rivage,
secoué par ce qui venait de se passer. Il
rassembla ses esprits et brandit le trident
qui se mit à briller plus fort encore !
Bastien lança la foudre pour creuser la terre, brisa le verre et les
chaînes qui devinrent poussière, lorsqu’Elinéa secoua ses longs
cheveux et s’étira, immense et belle !
Elle était libre !

Bastien rendit le trident à la déesse qui


lui sourit tendrement.
La marée fit sa révérence, puis emmena
Elinéa dans les profondeurs auprès des
poissons.
L’eau caressait sa peau, démêlait ses
cheveux, ses forces revenaient, vives et
éclatantes comme jamais !
Elle fendit les courants du nord au
sud, de l’est à l’ouest, les flots se
déchaînèrent et claquèrent sur les
rochers !
Une vague immense naquit à
l’horizon !
Si grande ! Si haute !
C’était un mur d’eau infranchissable !

Terrifiés, impuissants, les pirates quittèrent la mer et délivrèrent ses


flots. Le bateau sombre n’y retournerait plus.
Les pilleurs étaient effrayés par une vieille légende qui leur revenait
en mémoire : La légende d’Elinéa, la gardienne des océans.

Sur l’île aux toits bleus, la


vie reprenait son cours.
Les poissons revenaient, les
pêcheurs chantaient sous le
soleil, les dauphins et les
mouettes riaient en taquinant
les tortues.
Et la mer était si belle quand
la lune souriait dans ses
cheveux. Aujourd’hui encore, Bastien la regarde tendrement vêtir sa
robe couleur des cieux. Ecoutez votre cœur, entendez son appel,
Bastien est en chacun de nous, et dit qu’ensemble, nous pouvons
préserver la mer, fragile et si belle.