Vous êtes sur la page 1sur 8

Extrait de "Iqtidâ us-Sirât al-Mustaqim li

Mukhalifa Ashâb ul-Jahîm" de Shaikh ul-


Islam Ibn Taymiyyah (avec des fawâ-id de
Shaikh Ibn Uthaymîn et Shaikh Al-
Albâni –rahimahumullah)
Qu'est-ce qu'un Arabe ? – Ibn Taymiyyah

A l'origine le mot "Arabe" était un nom désignant


trois types de gens :

1. Ceux dont la langue était l'Arabe

2. Ceux qui étaient enfants d'Arabes

3. Ceux qui vivaient sur les terres des Arabes qui


correspondent à la péninsule arabique, à partir
de la mer Qulzum [1] la mer de Basra et de
l'extrême limite du Yémen jusqu'à l’entrée du
Shâm. Donc le Yémen est inclus dans leur terre
mais pas al-Shâm. C'était la terre des Arabes, au
temps de l'éveil et de la propagation des Arabes,
et avant cela.

Lorsque l'Islam est apparu et s'est répandu jusqu'au


grandes villes, les Arabes sont restés vivre dans ces
terres, de l'extrême orient à l'extrême occident, et des
côtes du Shâm et de l'Arménie. Et dans ces terres
habitaient les Perses, les Romains, les Berbères et
d'autres.

[1]
Il s'agit de l'ancien nom de la mer rouge.

© Sounna.com 2
Qu'est-ce qu'un Arabe ? – Ibn Taymiyyah

Les terres se divisaient en deux catégories :

1. Les lieux profondément marqués par la langue


arabe au point où les gens ne connaissaient rien
d'autre que la langue arabe.

Ou : les gens connaissaient l'Arabe et celui qui était


"fabriqué" et qui s'était introduit dans la langue Arabe.
C'est le cas de la majorité des gens du Shâm, l'Irak,
l'Egypte, l'Andalousie etc… Et je pense que ce fut
aussi le cas pour la Perse et le Khurasân dans le passé.

2. Les lieux où les non-arabes étaient nombreux ou


en majorité comme les terres des Turcs,
Khurasân[2], l'Arménie, l'Azerbaïjan[3] et d'autres
pays semblables.

[2]
Khurasân est une grande province dans le nord-est de l'Iran, s'étend de
l'Irak à l'ouest jusqu'aux frontières de l'Inde à l’est. Ses principales villes sont
Naysabûr (Nishapur) et Mashhad. Les Muslims y ont connu l'Islam à
l'époque des Sahabas. L'ancien "grand Khurasân" inclut des terres qui sont
maintenant en Iran, en Afghanistan, au Turkménistan et en Uzbékistan.
Quatre des principales villes historiques de la Perse sont situées dans l'ancien
Khurasân : Nishapur (aujourd'hui en Iran), Mery (aujourd’hui au
Turkménistan), Herat et Balkh (tous les deux en Afghanistan). Les
Mongols l'ont conquis en 1220 (de l’ère grégorienne) et un tremblement de
terre dévastateur toucha la province en 1997.
[3]
L'Azerbaïjan est actuellement situé à l'extrême nord de l'Iran, une de ses
célèbres villes était Tabriz, au Nord de l'Iran.

© Sounna.com 3
Qu'est-ce qu'un Arabe ? – Ibn Taymiyyah

Ces endroits se divisent en deux : ceux qui étaient


Arabes depuis le début et ceux qui étaient Arabes par
résidence, et ceux qui ne sont pas Arabes.

Ainsi, les origines se divisent en trois catégories :

1. Les gens qui ont un lignage d'arabes et qui ont


conservé la langue et le lieu d'origine arabes. Ou
qui ont gardé la langue mais pas le lieu d'origine,
ou le lieu d'origine mais pas la langue arabe. [4]

2. Les gens qui sont d'une descendance arabe à


l'origine, en fait ils sont des Bâni Hâshim mais
leur langue et leur lieu de résidence sont devenus
non-arabes, ou l'un des deux [est devenu arabe].
[5]

[4]
Dans son explication de "Iqtidaa us-Sirat al-Mustaqîm" (Edition Istiqamah :
Riyadh et Unayzah, 1416 AH, cassette n.13), le noble Shaikh Muhammad
bin Salih al-Uthaymin (rahimahullah) fut interrogé en ces termes : "Est-ce
possible qu’une personne qui ne connaît pas la langue arabe puisse
être arabe par résidence et par descendance, même si elle n'en
maîtrise pas la langue et le parler ?" Le Shaikh répondit : "Oui, cela est
possible, de manière claire, par exemple, si une personne réside dans la
péninsule arabique mais ne sait pas parler l'arabe. Les domestiques et
employés que nous avons et qui ne savent pas parler la langue arabe, ils se
font adresser la parole par des enfants avec la langue des domestiques et des
employés. Et parfois, un traducteur est nécessaire, alors un enfant traduira la
langue du domestique en arabe. Ils ne sont pas arabes à l'origine, mais il est
possible pour eux d'être arabes par la résidence, et non par la langue."
[5]
Dans son explication de "Iqtidaa us-Sirat al-Mustaqîm" (Edition Istiqamah :
Riyadh et Unayzah, 1416 AH, cassette n.13), le noble Shaikh Muhammad
bin Salih al-Uthaymin (rahimahullah) fut interrogé en ces termes : "Qu'en
est-il d'une personne qui est arabe par langue et lignage, mais qui

© Sounna.com 4
Qu'est-ce qu'un Arabe ? – Ibn Taymiyyah

3. Les gens qui ne connaissent pas leurs origines et


qui ne savent pas s'ils ont une lignée Arabe ou
non. La majorité des gens aujourd'hui sont dans
ce cas, sans se soucier du fait qu'ils étaient
Arabes par la langue et la résidence, ou non-
arabes dans l’un des deux [cas].

Aussi, les Arabes se divisent en trois catégories au


niveau de la langue :

1. Les gens qui parlent Arabe dans la


prononciation, l'articulation et l'accent.

2. Ceux qui parlent Arabe dans la prononciation


mais pas dans l'accent. C'est le cas de ceux qui se
sont "arabisés", au début, ils n'ont pas étudié la
langue arabe auprès des arabes, et parlaient
d'autres langues. Puis ils ont par la suite appris la
langue arabe. C'est le cas pour la plupart des
gens de science qui ont appris l'arabe.

3. Les gens qui ne parlent que très peu l'arabe.

aime les pays de l'Occident et des non-Arabes, est-ce que cette


personne est arabe ?" Le Shaikh répondit : "Cela n'est pas bien, une telle
personne est arabe par la langue et la descendance, mais n'est pas arabe dans
sa manière de penser."

© Sounna.com 5
Qu'est-ce qu'un Arabe ? – Ibn Taymiyyah

Donc dans ces deux groupes de gens, il y a :

• Ceux qui étaient profondément marqués par


l'arabe
• Ceux qui ont été plus influencés par la langue
non arabe
• Ceux qui sont concernés par les deux cas, que ce
soit par coutume ou tradition.

Donc si l'arabe doit se diviser selon l'origine, la


langue, et la résidence, alors les règles sont
différentes selon les cas, surtout en ce qui concerne le
lignage et la langue.

Ce que nous avons mentionné jusqu'ici au sujet de


l'interdiction d'imiter les non-arabes était très
important aux débuts de l'Islam, pour les tout
premiers hommes (les Sahabah). Puisque tout ce qui
était le plus proche de leur guidée est préférable, et
tout ce qui s'en éloignait est contradictoire, que
l'opposant de cette guidée aujourd'hui soit un Arabe
de par sa lignée ou par la langue. Et c'est ce qui nous
est connu des Salaf. [6]
[6]
Concernant cela, le Mujaddid de cette époque, le Muhaddith, Shaikh Nasir
ud-Din al-Albâni (rahimahullah) a dit dans Silsilat ul-ahadith al-dha'ifah, dans
le commentaire d’un hadith inventé faisant l'éloge des Arabes : "La gloire de
l'Islam, son succès et son honneur ne dépendent pas du pouvoir et de la
force des Arabes. Cela peut même être réalisé sans eux, comme ce fut le cas
durant la période Ottomane, surtout les (au) débuts de leur règne lorsque
Allah (subhanahu wa ta'ala) accorda la gloire à l'Islam à travers eux au point
que l'Islam pénétra au cœur même de l'Europe. Mais lorsque les Ottomans

© Sounna.com 6
Qu'est-ce qu'un Arabe ? – Ibn Taymiyyah

ont commencé à abandonner les lois islamiques, les remplaçant par des lois
européennes (échangeant le noble pour le bas), leur pouvoir et leur influence
s'amoindrit dans ces régions, jusqu'à ce qu'ils perdirent le pouvoir politique
dans leur propre pays. Aujourd'hui, tout ce qui en reste n'est qu'une infime
partie de ces apparences qui montrent leur Islam du passé ! Avec leur chute,
toute la Ummah fut profondément humiliée. Les ennemis de cette Ummah
entrèrent dans leurs terres et les colonisèrent toutes, sauf quelques parcelles
de terres ici et là. Maintenant la situation est telle que même s'ils ont réussi à
se débarrasser des colonisateurs, ils sont restés leurs esclaves dans
beaucoup de manières. En tous les cas, le fait est que l'Islam gagne ou perd
de sa gloire, succès et honneur par ses adhérents, qu'ils soient arabes ou non,
et comme le hadith mentionne "Les arabes ne sont pas supérieurs aux
non arabes sauf par la taqwa". Ceci dit, il faut noter qu’en tant que peuple
et nation, Allah a préféré les Arabes sur les autres peuples (en ayant nommé
Son dernier Prophète parmi eux). Ceci est mon opinion même si je suis
Albanais. Et c'est également l'avis de Ahl us-Sunnah wal-Jama'ah. Elle est
prouvée par de nombreux ahadiths rapportés sur ce sujet. L'un d'eux
mentionne : "Parmi les fils d'Ibrahim, Allah a choisi Isma'il, et parmi
les fils d'Isma'il, Banu Kinânah, des fils de Bânu Kinânah, les
Qurashites, des Qurashites, Bânu Hashim, et des Bânu Hashim,
Allah m'a choisi." Le hadith a été recueilli par Ahmad (4/107), Tirmidhi
(4/392) qui le déclare Sahih, et il est également dans le Sahih Muslim (7/84),
Bukhari dans Tarikh as-Saghir (p.6) par Wathilah bin Aqsa'. Le hadith est
renforcé par un autre rapporté par une deuxième chaîne de transmetteurs
commençant par 'Abbâs bin 'Abdil Muttalib, qui se trouve dans Tirmidhi
(qui le juge sahih) et Ahmad. Une autre version peut être trouvée rapportée
par Ibn 'Umar, dans Hâkim (4/84) qui confirme aussi son authenticité.

Néanmoins, cela ne doit pas amener un Arabe à avoir de la fierté dans sa


nationalité. Une telle fierté nationaliste fait partie de l'époque de la Jâhiliyyah
que le Prophète (sallallahu'alayhi wasallam) a détruite. Et les Arabes ne doivent
pas oublier le fait que ce fut leur intelligence, leur langue et leur caractère qui
les a menés à leur choix d'être les premiers porteurs du message de l'Islam.
Si un Arabe réalise cela aujourd'hui, alors il devrait garder ces qualités et en
faire un devoir de répandre la parole de l'Islam. Mais s'il les abandonne, alors
il n'a aucune supériorité sur personne. En fait, un non arabe qui réunit les
mêmes qualités, est, sans aucun doute, supérieur à un Arabe. La vraie
supériorité provient donc du fait de suivre la voie du Prophète
(sallallahu'alayhi wasallam), et peut être atteinte par quiconque possédant des
qualités approuvées par l'Islam, comme l'imân, la vertu, la vie pieuse, l'ihsân,
etc. Le Prophète (sallallahu'alayhi wasallam) a dit : "Celui qui a délaissé ses
actions, ne sera pas rattrapé par son lignage." En résumé, le véritable
mérite est dans l'ornement de soi avec certaines qualités. Lorsqu'elles sont

© Sounna.com 7
Qu'est-ce qu'un Arabe ? – Ibn Taymiyyah

Al-Hâfidh Abu Tahir as-Silafi, dans "Les vertus des


Arabes", rapporte de Abu Shihâb al-Hannât, de Jâbir
bin Mûsa, de Abu Ja'far Muhammad bin 'Ali bin al-
Hasan ibn 'Ali qui dit : "Quiconque naît dans
l'Islam, est un Arabe." C'est ce qui est rapporté par
Abu Ja'far. Ceci, car celui qui est né dans l'Islam, est
né dans un milieu arabe et s'est familiarisé avec leur
langue.[7]

Et celui qui médite sur ce que nous venons de parler


dans ce chapitre, connaîtra l'intention de la Sharî'ah
dans ce que nous avons mentionné comme
consensus ordonné et divergences interdites à ce
sujet, puisque j'ai commencé par les indiquer, avec
leurs raisons et ce qu'ils contiennent comme sagesses
(hikma).
Traduit à partir du texte original en arabe et de la traduction anglaise de
www.salafimanhaj.com (pour les fawâ-id).

perdues, le mérite est perdu : "Les arabes ne sont pas supérieurs aux non
arabes sauf par la taqwa" Et cela devrait montrer l'hypocrisie de celui qui
appelle au nationalisme arabe alors qu'il ne possède même pas les qualités
qui y sont liées (avec le fait d'être un arabe). Au contraire, une telle personne
est occidentale dans l'apparence et dans l'âme !
[7]
Il est mentionné dans l'explication de "Iqtidaa us-Sirat al-Mustaqîm"
(Edition Istiqamah : Riyadh et Unayzah, 1416 AH, cassette n.13), par le
noble Shaikh Muhammad bin Salih al-Uthaymin (rahimahullah), une narration
de as-Silafi de Abu Qâsim al-Hallâl, de Abu Muhammad al-Hasan bin
Husayn an-Nawbakhti, de 'Ali bin 'Abdillah al-Mubashir, de Ibn Harb al-
Masha'i, de Ishaq al-Azraq, de Hishâm ibn Hassan, de Hasan qui le tient de
Abu Hurayrah (radhiallahu'anhu) qui dit : "Quiconque parle arabe est un
arabe"

© Sounna.com 8

Centres d'intérêt liés