Vous êtes sur la page 1sur 70
Pascal Mouchard Novembre 2010
Pascal Mouchard Novembre 2010
Pascal Mouchard Novembre 2010
Pascal Mouchard Novembre 2010
Pascal Mouchard Novembre 2010
Pascal Mouchard Novembre 2010
Pascal Mouchard Novembre 2010
Pascal Mouchard Novembre 2010
Pascal Mouchard Novembre 2010

Pascal Mouchard Novembre 2010

Cours « Téléphonie » 11 séances de 3h Une visite d’un centre de commutation France
Cours « Téléphonie »
11 séances de 3h
Une visite d’un centre de commutation France
Telecom
Un examen

2010/2011

Pascal Mouchard

1

Les références ARCEP: http://www.arcep.fr/ AFUTT: http://www.afutt.org/AFUTT/ CIGREF: http://www.cigref.fr/ ANFR:
Les références
ARCEP: http://www.arcep.fr/
AFUTT: http://www.afutt.org/AFUTT/
CIGREF: http://www.cigref.fr/
ANFR: http://www.anfr.fr/
ITU: http://www.itu.int/
2010/2011
Pascal Mouchard
3
Plan du cours 2/ La transmission de la parole - Principes et les bases de
Plan du cours
2/ La transmission de la parole
- Principes et les bases de la transmission
- La numérisation de la parole et les techniques de compression
- Les techniques de commutation et de transfert
- La VoIP
- Le trafic téléphonique
3/ L’architecture des réseaux téléphoniques
- Les réseaux de téléphonie fixes et mobiles:
Les terminaux, la Boucle Locale, les cœurs de réseaux, les
commutateurs et services associés.
- Configuration du réseau de France Télécom
2010/2011
Pascal Mouchard
5
Les objectifs du cours: • Transmission de la parole • Théorie et composants techniques •
Les objectifs du cours:
• Transmission de la parole
• Théorie et composants techniques
• Les réseaux Opérateurs
• Fixe et Mobile
• La Téléphonie dans l’Entreprise
• PABX, Call Center, CTI, DECT
• Les technologies: VOIP, NGN, THD, 3G,
IMS, IPBX
2010/2011
Pascal Mouchard
2
Plan du cours 1/ Introduction • Chronologie des Télécoms • Les débuts du téléphone •
Plan du cours
1/ Introduction
• Chronologie des Télécoms
• Les débuts du téléphone
• Les chiffres 2010
• Perspectives et Tendances
2010/2011
Pascal Mouchard
4
Plan du cours 6/ la Téléphonie d’entreprise - Les commutateurs; les périphériques et les raccordements
Plan du cours
6/ la Téléphonie d’entreprise
- Les commutateurs; les périphériques et les raccordements
opérateurs;
- mise en œuvre d’une installation;
- Les applications de Centre d ’appels et la visioconférence
- L’évolution IP de la téléphonie d’entreprise
7/ La Voix sur IP
- le transport en mode paquet
- les protocoles: H323; SIP;MGCP
- Les solutions de PBX IP
8/ L’évolution du téléphone
- NGN, IMS et le tout IP
2010/2011
Pascal Mouchard
6
Introduction • Chronologie des Télécoms • Les débuts du téléphone • Les chiffres 2010 •
Introduction
• Chronologie des Télécoms
• Les débuts du téléphone
• Les chiffres 2010
• Les Tendances
2010/2011
Pascal Mouchard
1
Les grandes dates 1900 mise au point de la pupinisation par Michael Pupin (longue distance)
Les grandes dates
1900 mise au point de la pupinisation par Michael
Pupin (longue distance)
1901 Premier "Telex" par assemblage d'une machine à
écrire et d'un système multiplex en code Baudot
1910 Amplificateur à triode pour les liaisons
interurbaines
1930 Généralisation des autocommutateurs "Rotary"
Commutateur électromécanique « Rotatif »
1948 Claude Shannon fonde les bases de la "Théorie
de l'Information" et la numérisation.
1950 1,4 millions d'abonnés au téléphone en France
2010/2011
Pascal Mouchard
3
Les grandes dates 1978 généralisation des autocommutateurs temporels "E10" - ouverture du Réseau Transpac
Les grandes dates
1978 généralisation des autocommutateurs temporels
"E10" - ouverture du Réseau Transpac (premier réseau
public de transmission de données par paquets)
Commutateur électronique
1981 Numérisation du réseau téléphonique Français
1982 20 millions de lignes d'abonnés
1983 Début de l'annuaire électronique "Minitel"
1985 Numérotation téléphonique intermédiaire à 8/9
chiffres
2010/2011
Pascal Mouchard
5
Les grandes dates du téléphone 1792 Invention du télégraphe Optique par Claude Chappe 1837 Invention
Les grandes dates du téléphone
1792 Invention du télégraphe Optique par Claude
Chappe
1837 Invention du télégraphe électrique par Charles
Wheatstone
1876 Mise au point du téléphone par Alexander
Graham Bell
1892 Invention du Téléphone automatique par Almon
Strowger
1896 Le cadran rotatif à 10 chiffres par le Suédois Lars
Ericsson
2010/2011
Pascal Mouchard
2
Les grandes dates 1955 Numérotation téléphonique à 7/8 chiffres 1956 Premier réseau de radiotéléphonie français
Les grandes dates
1955 Numérotation téléphonique à 7/8 chiffres
1956 Premier réseau de radiotéléphonie français
(capacité de 10 000 abonnés)
1960 2,2 millions d'abonnés au téléphone en France
1963 Généralisation en France des autocommutateurs
"Crossbar" CP400 et Pentaconta
Commutateur électromécanique « Crossbar »
1970 4 millions de lignes d'abonnés
1975 7 millions de lignes d'abonnés
2010/2011
Pascal Mouchard
4
Les grandes dates 1987 Début du RNIS français (NUMERIS) 1988 La Direction Générale des Télécommunications
Les grandes dates
1987 Début du RNIS français (NUMERIS)
1988 La Direction Générale des
Télécommunications devient France-Telecom
1989 ouverture du réseau SFR: première mise en
concurrence
1991 29 millions de lignes d'abonnés fixes en
France
1992 Ouverture de 2 réseaux GSM en France
2010/2011
Pascal Mouchard
6
Les grandes dates 1994 Les concurrents de France Telecom offrent des solutions pour le transport
Les grandes dates
1994 Les concurrents de France Telecom offrent des solutions
pour le transport des données
1996 Nouvelle loi sur la réglementation des
Télécommunications annonçant la fin du monopole de France
Telecom
• Numérotation téléphonique à 10 chiffres.
• Norme H323 (début de la VoIP)
1998 Fin du monopole de FT sur la Téléphonie:
possibilité de choisir le transporteur pour les appels longues distances
2000 Éclatement de la bulle spéculative sur les nouvelles
technologies
• attribution des licences de Boucle Locale Radio
• Échec du Wap
• Arrivée de l’ADSL
2010/2011
Pascal Mouchard
7
Les grandes dates 2003 Décollage de l’accès Haut Débit. • haut débit: avec 3 Millions
Les grandes dates
2003 Décollage de l’accès Haut Débit.
• haut débit: avec 3 Millions d’abonnés (le double sur 1 an)
• portabilité des numéros GSM et création d’un annuaire des mobiles
• Des nouveaux intervenants dans les Télécommunications: les collectivités locales.
• les premières bornes WiFi dans les lieux de passage « hot spots »
2004 le retour à l’optimiste
• Les débuts de la VoIP: les boîtiers multimédia et terminaux intelligent
• Une croissance du marché de 3% tirée par les mobiles et le haut débit. Le
téléphone fixe recule de 5,4%
• Mobile: 44,5 Millions d’abonné et 42% du trafic total de la téléphonie vocale.
• Lancement de l’UMTS par SFR et Orange
• le Haut Débit
• 6,5 millions d’abonnés et la France de peloton de tête de l’Europe
• les premières offres de téléphonie sur ADSL (ex free) avec les boîtiers multi service
2010/2011
Pascal Mouchard
9
Les grandes dates 2007 Les débuts du THD • Juillet 2007 14 Millions d’abonnements Haut
Les grandes dates
2007 Les débuts du THD
• Juillet 2007 14 Millions d’abonnements Haut Débit
• Téléphonie mobile : en juin 2007 52,5 Millions et un taux de pénétration de
82%.
• Dépôt de candidature pour la 4ème licence 3G.
• Mobile 3G+ norme HSDPA : High Speed Downlink Packet Access. Débit 5x à la 3G
classique.
• baisse des tarifs de Roaming en Europe
• Téléphonie fixe: au 31 mars 2007, la France compte 7,8 millions
d'abonnements VoIP (soit 20% de l'ensemble des abonnements). 27% du
trafic téléphonique fixe (et 40% du trafic international) est désormais en VoIP.
• THD: les opérateurs proposent des accès THD avec la technologie GPON
(boucle locale fo) et VDSL. Et des débits jusqu’à 2,5 Gbit/s.
• la solution PBX open source Asterisk devient une solution alternative
• les opérateurs proposent des raccordements IP pour la téléphonie d’entreprise.
2010/2011
Pascal Mouchard
11
Les grandes dates 2001 Fin théorique du monopole de FT sur la boucle locale (FT
Les grandes dates
2001 Fin théorique du monopole de FT sur la boucle
locale (FT doit partager la BL avec ses concurrents)
• Attribution des licences UMTS
• La téléphonie mobile dépasse la téléphonie fixe: 34
Millions de poste fixe et 34,5 Millions de portable.
2002 Deuxième départ de l’internet mobile avec le
GPRS
• La crise des Télécoms se poursuit: plan de restructuration
des équipementiers et crise des opérateurs:
• scandales de Worldcom; France Telecom, Cegetel et
KPN/Qwest
• la présélection est étendue aux appels locaux
2010/2011
Pascal Mouchard
8
Les grandes dates 2005 La consolidation du marché • L’ART devient ARCEP Autorité de Régulation
Les grandes dates
2005 La consolidation du marché
• L’ART devient ARCEP Autorité de Régulation des Communications
Électroniques et des Postes
• Suppression du monopole des renseignements téléphoniques: 118xyz
• forte croissance de l’Internet haut débit qui croît de 18% en valeur
• la création de la vente en gros de l’abonnement au service téléphonique
(VGAST)
• L’arrivée des opérateurs mobiles virtuels (MVNO)
• Le taux de pénétration de la téléphonie mobile atteint ainsi 75,2 % de la population.
2006 Le dégroupage est devenu le principal moteur du
développement de la concurrence
• En un an, le nombre d’accès haut débit à Internet a progressé de 3,2 millions
soit une croissance de 43,3%.
• les renseignements téléphoniques 12 disparaît et arrivée du 118 + 3 chiffres
• UMTS : SFR a atteint une couverture de 60% de la population et Orange 58%
de la population
2010/2011
Pascal Mouchard
10
Les grandes dates 2008: le THD • LME Loi de Modernisation de l’Economie: • Ouverture
Les grandes dates
2008: le THD
• LME Loi de Modernisation de l’Economie:
• Ouverture des sous répartiteurs de FT
• Cadre légal du déploiement de la fo
• Tarif social téléphonie mobile
• Les difficultés du Wimax
• Progression de la téléphonie Large Bande
• 40% du trafic total et 59% du trafic international.
2010/2011
Pascal Mouchard
12
Les grandes dates 2009: le THD • Poursuite du recul de la téléphonie classique au
Les grandes dates
2009: le THD
• Poursuite du recul de la téléphonie classique au profit du
Large bande:
• 48,3% du trafic total 67% pour l’international.
• Appel à candidature pour la 4 ème licence 3G
• 58,9 Millions d’abonné à la téléphonie mobile
• Nathalie Kosciusko-Morizet: secrétaire d'Etat
à l'économie numérique
• THD: cadre réglementaire en cours de définition pour
les zones a grande densité
2010/2011
Pascal Mouchard
13
Les chiffres 2010:
Les chiffres 2010:

2010/2011

Pascal Mouchard

15

Les chiffres 2010:
Les chiffres 2010:

2010/2011

Pascal Mouchard

17

Les grandes dates 2010: Fo et Internet mobile • Définition du cadre réglementaire pour la
Les grandes dates
2010: Fo et Internet mobile
• Définition du cadre réglementaire pour la fo
• Mutualisation dans les zones denses
• Neutralité du net
• Un régulateur Européen: BEREC
• Les offres Quadruple Play
• HADOPI (Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet).
• Poursuite du déploiement de la 3G (internet Mobile)
• Équivalent à la 2G en 2013
• Concurrence : Free
• Consultation pour les réseaux mobiles à THD: 4G
2010/2011
Pascal Mouchard
14
Les chiffres 2010:
Les chiffres 2010:

2010/2011

Pascal Mouchard

16

Les chiffres: le HD et THD
Les chiffres: le HD et THD

2010/2011

Pascal Mouchard

18

Les chiffres: les mobiles
Les chiffres: les mobiles

2010/2011

Pascal Mouchard

19

Les tendances Des bouleversements dans le domaine des réseaux liés à: • Augmentation des vitesses
Les tendances
Des bouleversements dans le domaine des
réseaux liés à:
• Augmentation des vitesses de transmission
• Multimédia
• Demande de QoS
• Mobilité
• Utilisation massive des réseaux
Convergence vers un réseau unique
• NGN
2010/2011
Pascal Mouchard
21
Internet Internet 3 ème génération • Simplification et Smart Networks • Métrologie et SLA NGN:
Internet
Internet 3 ème génération
• Simplification et Smart Networks
• Métrologie et SLA
NGN:
• Convergence des réseaux
• Interface utilisateur unique IP et utilisation
massive Ethernet
2010/2011
Pascal Mouchard
23
Les chiffres: SMS
Les chiffres: SMS

2010/2011

Pascal Mouchard

20

Téléphonie SIP IMS NGN • Téléphonie: • Poursuite du recul de la téléphonie traditionnelle en
Téléphonie
SIP IMS NGN
• Téléphonie:
• Poursuite du recul de la téléphonie traditionnelle en faveur de la
VOIP.
• Terminaux SIP
• Les réseaux opérateurs évoluent en NGN
• Haut débit:
• Déploiement du THD
• Cadre réglementaire pour la fo
• Mobiles:
• Poursuite de la couverture du territoire par les services 3G 3G+ et 4G
• Développement des offres commerciales « Data », mCommerce,
Quadruple play
2010/2011
Pascal Mouchard
22
Théorie sur la transmission de la parole 1ère partie 2010/2011 Pascal Mouchard 1
Théorie sur la
transmission de la parole
1ère partie
2010/2011
Pascal Mouchard
1
Principe du Téléphone: établissement d’une communication téléphonique (analogique) En décrochant le combiné, un
Principe du Téléphone: établissement
d’une communication téléphonique (analogique)
En décrochant le combiné, un commutateur se ferme et un
courant est établi. (48 V= ; 30 à 50 mA)
L ’équipement distant (central téléphonique) détecte ce
courant et renvoi une tonalité d ’invitation à numéroter.
( 440 Hz)
L'usager compose le numéro de son correspondant.
Lorsque l ’appel abouti sur le téléphone distant, le central
téléphonique envoi un courant sur les deux fils: Le téléphone
sonne ( 80 Veff )
l'usager demandé décroche le combiné.
L'action de fermer la boucle de courant est détectée par le
central téléphonique et la communication est ainsi établie.
2010/2011
Pascal Mouchard
3
Principe du téléphone Le réseau Téléphonique mondial est constitué par une interconnexion des Opérateurs: •
Principe du téléphone
Le réseau Téléphonique mondial est constitué par
une interconnexion des Opérateurs:
• La normalisation assure la comptabilité des opérateurs:
• G711: voix numérique à 64kbit/s
• Plan de numérotage du service téléphonique
international E164. (UIT)
• ENUM: Electronic Numbering
• Idem pour Internet:
• interconnexion d’opérateur
• Gestion du nommage (ICANN)
• Normes: H323, SIP
2010/2011
Pascal Mouchard
5
Plan Principe du téléphone Le son et les contraintes la numérisation Les techniques de transmission
Plan
Principe du téléphone
Le son et les contraintes
la numérisation
Les techniques de transmission
le trafic téléphonique

2010/2011

Pascal Mouchard

2

Principe du téléphone La liaison téléphonique: Le signal de la parole est transmis sur la
Principe du téléphone
La liaison téléphonique:
Le signal de la parole est transmis sur la ligne (correspond à la partie
variable du schéma)
La ligne: 48 Volt continu avec un courant de ligne de 30 à 50 mA.
Le courant de sonnerie: tension alternative 80 Veff 50hz

2010/2011

Pascal Mouchard

4

Principe du téléphone Au début de la téléphonie le traitement du signal est avec des
Principe du téléphone
Au début de la téléphonie le traitement du signal est
avec des centraux mécaniques/ électromécaniques.
ANALOGIQUE
Dans les années 60 le codage MIC ou PCM (Modulation par Impulsion
et Codage ; Pulse Code Modulation) lance les techniques de
numérisation qui se généraliseront dans les années 80/90 sur le
réseau Téléphonique .
Aujourd’hui les techniques de codage numériques permettent de transmettre
correctement la voix de qualité téléphonique à 8kbit/s.
Actuellement la VoIP permet la convergence des services sur
le réseau Internet et d’adapter la transmission numérique à la
bande passante du support
Codeur dynamique et augmentation de la bande passante G722 (8Khz)
NB: A noter la compatibilité des Terminaux ‘analogiques’ avec
l’évolution des techniques Opérateurs .
MOS (Mean Opinion Score)
2010/2011
Pascal Mouchard
6
Le son et contraintes Le son le signal analogique la bande passante les contraintes de
Le son et contraintes
Le son
le signal analogique
la bande passante
les contraintes de la téléphonie
exercices

2010/2011

Pascal Mouchard

7

Le son Ainsi une corde ou une membrane vibrante produisent des ondes sonores dans l'air.
Le son
Ainsi une corde ou une membrane vibrante produisent
des ondes sonores dans l'air.
La propagation de l'onde dans l'eau a
un mouvement sinusoïdale:
Un bouchon dans l'eau
Propagation de l'onde
2010/2011
Pascal Mouchard
9
Le signal analogique Les vibrations vocales dans un microphone parfait génèrent un courant électrique variable.
Le signal analogique
Les vibrations vocales dans un microphone parfait génèrent un
courant électrique variable. Le courant produit sera analogue
aux vibrations vocales
Théorème de Fourier:
• une fonction périodique quelconque peut être décomposée en
une suite de fonctions périodiques sinusoïdales et cosinusoïdale:
••••
••••
G(t) = 1/2 c +
a n sin(2
n f t)+
b n
cos ( 2
n f t)
n= 1
n=1
La fréquence fondamentale détermine la hauteur du son,
tandis que les harmoniques caractérisent le timbre propre de
chaque son.
2010/2011
Pascal Mouchard
11
Le son Définition: Le son est un ensemble d’ondes acoustiques qui se propagent dans l’air
Le son
Définition: Le son est un ensemble d’ondes acoustiques qui
se propagent dans l’air et dont la fréquence est mesurée en
Hertz correspondant au nombre d’oscillations par secondes
• Le son se propage dans l’air avec une vitesse de 330 m/s.

2010/2011

Pascal Mouchard

8

Le son La bande de fréquence perceptible pour l’Homme est de 10 à 20 000
Le son
La bande de fréquence perceptible pour l’Homme est de
10 à 20 000 Hz:
• Les chiens perçoivent jusqu’à 65 000 Hz
• La sensibilité de l’oreille humaine est maximale entre 1 000
et 4 000 Hz.
• Les sons aigus ont une longueur d’onde très courte
• Effet Doppler: son perçu avec une fréquence différente
• Surround 5.1

2010/2011

Pascal Mouchard

10

Le signal analogique Les ondes sonores sont regroupés en Octaves • 10 Octaves de 16,35hz
Le signal analogique
Les ondes sonores sont regroupés en Octaves
• 10 Octaves de 16,35hz à 16744hz
L’harmonique en musique: il s’agit d’une
fréquence multiple de la fréquence
fondamentales
• Un accord parfait: les harmoniques des notes de
l’accord sont en concordance avec les harmoniques
de la fondamentale
2010/2011
Pascal Mouchard
12
La bande passante On distingue aujourd’hui 5 catégories de qualité audio : • la bande
La bande passante
On distingue aujourd’hui 5 catégories de
qualité audio :
• la bande téléphonique de 300 à 3400 Hz
• la bande élargie de 30 à 7000 Hz : transmission de la
parole d’excellente qualité mais reste insuffisante pour
la musique
• la bande « hi fi » de 20Hz à 15kHz
• la qualité CD de 20Hz à 20kHz
• la qualité professionnelle (studio d’enregistrement)
de 20Hz à 48kHz.
2010/2011
Pascal Mouchard
13
La bande passante Le but de la transmission: • restituer à l'extrémité de la ligne
La bande passante
Le but de la transmission:
• restituer à l'extrémité de la ligne des courants
identiques à ceux qui sont émis à l'origine
• Mais aussi optimiser la bande passante
En 1938 l’UIT définit la bande passante d ’une
communication téléphonique:
• 300 - 3400Hz correspond à 90% de netteté.
2010/2011
Pascal Mouchard
15
Les contraintes de la téléphonie contrainte d' interactivité: • c'est la durée de transmission maximale
Les contraintes de la téléphonie
contrainte d' interactivité:
• c'est la durée de transmission maximale pouvant prendre
un signal sans avoir l'impression que les deux interlocuteurs
sont éloignés.
La valeur limite est de 300ms (ou 600ms A/R)
Ensuite s'ajoute un phénomène d'écho:
• Les signaux analogiques provoquent un écho sur les
équipements traversés.
• Ils ne sont pas perceptibles à l'oreille si le signal revient
en moins de 56 ms.
• Écho électrique et l’écho acoustique
2010/2011
Pascal Mouchard
17
Codage du son Son MultiCanal: Dolby • norme AC3: compression numérique pour le son qui
Codage du son
Son MultiCanal: Dolby
norme AC3: compression numérique pour le son qui permet d’utiliser jusqu’à 6 canaux sonores indépendants avec un
taux d’échantillonnage de 32, 44,1 ou 48 kHz et avec un taux de transfert allant de 32 à 640 kbit/s. Le Dolby Digital utilise
ce principe de codage, c'est pourquoi on le désigne souvent sous ce nom.
Le Dolby Digital 5.1 dispose de 6 canaux dont 5 (avant gauche, central, avant droit, arrière gauche et
arrière droit) utilisent la totalité de la bande passante (20 Hz à 20 kHz) et le dernier canal optionnel utilise
seulement les extrêmes graves (en dessous de 120 Hz) pour alimenter un caisson de grave couramment
appelé subwoofer
DOLBY 2.0
DOLBY 5.1
DOLBY Digital EX
DOLBY Haedphone
Standard DTS

2010/2011

Pascal Mouchard

14

Les contraintes de la téléphonie La téléphonie est une application isochrone: elle doit satisfaire une
Les contraintes de la téléphonie
La téléphonie est une application isochrone:
elle doit satisfaire une parfaite synchronisation
et respecter un délai de transfert
Le délai de transmission est soumis à trois
contraintes:
• L’interactivité
• Le phénomène d ’écho
• La Gigue
2010/2011
Pascal Mouchard
16
Les contraintes de la téléphonie La Qualité vocale: pour mettre en évidence les délais de
Les contraintes de la téléphonie
La Qualité vocale:
pour mettre en évidence les délais de
transmission de la voix le « comptage
collaboratif »
• Sur une liaison téléphonique: vous entendez votre
interlocuteur dire N et vous devez immédiatement dire
N+1 . Jusqu’à 25
• Ensuite vous comparer la durée avec la téléphonie
classique.
Toll quality: Qualité du réseau téléphonique
classique
MOS
2010/2011
Pascal Mouchard
18
Les contraintes de la téléphonie La Gigue: Le temps de traversé d’un paquet IP dans
Les contraintes de la téléphonie
La Gigue:
Le temps de traversé d’un paquet IP
dans un réseau est caractérisé:
• Une partie fixe = délais de propagation +
délais d’attente moyens
• Une partie variable (gigue) = correspond à la
variation des tailles des files d’attente dans
les routeurs et d’autres paramètres.
2010/2011
Pascal Mouchard
19
exercice 1 Calculez la distance maximale entre deux interlocuteurs en satisfaisant les contraintes
exercice 1
Calculez la distance maximale entre
deux interlocuteurs en satisfaisant les
contraintes d'interactivité et d'écho.
La vitesse de propagation du signal est de
200 000 km/s.
2010/2011
Pascal Mouchard
21
exercice 2 Expliquez les contraintes de transmission entre une communication GSM et un poste RTC
exercice 2
Expliquez les contraintes de
transmission entre une communication
GSM et un poste RTC
Idem entre un poste voIP et RTC
2010/2011
Pascal Mouchard
23
Les contraintes de la téléphonie Les sources de dégradation de la voix dans un réseau
Les contraintes de la téléphonie
Les sources de dégradation de la voix dans
un réseau IP:
1. Un réseau IP introduit des pertes de paquets
2. Les mémoires tampons de compensation de gigue
ont une influence sur le délai
3. Les interfaces acoustiques introduisent de l’écho
acoustique
4. Les interfaces analogiques introduisent de l’écho
électrique
2010/2011
Pascal Mouchard
20
Solution exercice 1 Il faut respecter un temps de traversé du réseau de 28ms. Avec
Solution exercice 1
Il faut respecter un temps de traversé du
réseau de 28ms.
Avec une vitesse de propagation 200 000 km/s,
on obtient une distance maximale de
200 000 * 0,028= 5600 km.
2010/2011
Pascal Mouchard
22
La numérisation Principe: • échantillonnage;quantification;le codage • numérisation de la parole téléphonique
La numérisation
Principe:
• échantillonnage;quantification;le codage
• numérisation de la parole téléphonique
Les différents types de codage de la parole
Les techniques de compression de la parole:
• waveform coding; source coding; hybrid coding
• ADPCM;CELP; audio haute définition
2010/2011
Pascal Mouchard
24
La numérisation: principe Numériser une information consiste à la représenter sous forme d’une suite de
La numérisation: principe
Numériser une information consiste à la représenter sous
forme d’une suite de 0 et de 1.
les artères de transmission moyen et haut débits
transportent les informations sous formes numériques :
téléphone, TV numérique, Web,données… .
Trois opérations successives sont nécessaires à la
numérisation:
• phase 1: l ’échantillonnage
• phase 2: la quantification
• phase 3: le codage
2010/2011
Pascal Mouchard
25
La numérisation: l ’échantillonnage Calculez la vitesse d’échantillonnage pour représenter sous forme numérique
La numérisation: l ’échantillonnage
Calculez la vitesse d’échantillonnage pour représenter sous forme
numérique un signal de bande passante de 10 000 Hz

2010/2011

Pascal Mouchard

27

La numérisation: La quantification
La numérisation:
La quantification

2010/2011

Pascal Mouchard

29

La numérisation: l ’échantillonnage Théorème de Shannon sur l'échantillonnage: Si un signal f(t) est
La numérisation: l ’échantillonnage
Théorème de Shannon sur l'échantillonnage:
Si un signal f(t) est échantillonné à intervalles
réguliers dans le temps et à un taux
supérieur au double de la fréquence
significative la plus haute, alors les
échantillons contiennent toutes les
informations du signal original.
La fonction f(t) peut être reconstituée

2010/2011

Pascal Mouchard

26

La numérisation: la quantification La quantification consiste a définir le nombre de valeurs numériques permettant
La numérisation: la
quantification
La quantification consiste a définir le
nombre de valeurs numériques permettant
de représenter les échantillons et définir une
loi de correspondance
fonction du nombre de bits:
• Un codage sur 8 bits donne 2 puissance 8 divisions
soit 256 segments.
Bruit de Quantification
2010/2011
Pascal Mouchard
28
La numérisation: La quantification Loi de correspondance: En téléphonie, on ne prendra pas une loi
La numérisation:
La quantification
Loi de correspondance:
En téléphonie, on ne prendra pas une loi avec des segments égaux
mais plutôt de type semi logarithmique donnant une meilleure
précision. Il existe deux lois: la loi A en Europe et la loi µ en Amérique
du Nord.

2010/2011

Pascal Mouchard

30

La numérisation: Le codage La troisième phase est le codage, qui consiste à affecter une
La numérisation:
Le codage
La troisième phase est le codage, qui consiste à affecter une
valeur numérique aux échantillons obtenus lors de la première
phase. Ce sont ces valeurs qui seront transportées dans le
signal numérique.

2010/2011

Pascal Mouchard

31

La numérisation: l ’audio haute définition CD audio avec un son numérique Lancé par Sony
La numérisation: l ’audio haute
définition
CD audio avec un son numérique
Lancé par Sony et Philips en 1982
• Caractéristiques:
• Codage PCM
• bande passante de 20 à 20 Khz
• Une fréquence d ’échantillonnage à 44,1 Khz
• codage sur 16 bits
• Le débit de transmission:
• 44,1 * 16 * 2 canaux = 1,411 Mbit/s
1 heure de musique: 5,08 Gbit soit 635 Mo
(sans compression)
2010/2011
Pascal Mouchard
33
La numérisation de la voix Exercice 1: échantillonnage 20 000 Hz codage sur 8 bits
La numérisation de la voix
Exercice 1:
échantillonnage 20 000 Hz
codage sur 8 bits
soit 20 000 * 8 = 160 Kbit/s
Exercice 2:
3 Minutes = 180 secondes
180 sec * 44 100 échantillon/s * 2 canaux = 15
876 000 échantillons
15 876 000 * 2 Octets = 31, 7 Mo
2010/2011
Pascal Mouchard
35
La numérisation de la voix Numérisation de la voix téléphonique: PCM (Pulse Code Modulation) ou
La numérisation de la voix
Numérisation de la voix téléphonique:
PCM (Pulse Code Modulation) ou MIC
(Modulation par Impulsion et Codage)
• en Europe
débit de 64 Kbit/s.
2* 4Khz * 8 bits = 64 Kbit/s
• Version Américaine
seulement 7 bits: 8000 * 7 bits = 56 Kbit/s
2010/2011
Pascal Mouchard
32
La numérisation de la voix Exercices: 1/ Calculez le débit numérique nécessaire pour transmettre la
La numérisation de la voix
Exercices:
1/ Calculez le débit numérique nécessaire pour transmettre la
parole sur une bande passante de 10 000hz avec un codage à
8 bits.
2/ Calculez l’espace occupé (Mo) de trois minutes de musique
sur un CD
3/ Un CD audio enregistre sous forme numérique un signal
d'une bande passante de 100 000 Hz et la capacité du CD est
de 500 MiB.
Calculez la durée de l'enregistrement possible en supposant
qu'il y a pas de compression et un codage sur 16 bits
2010/2011
Pascal Mouchard
34
La numérisation: exercice Exercice 3: Un signal de 100 000 hz nécessite un échantillonnage de
La numérisation: exercice
Exercice 3:
Un signal de 100 000 hz nécessite un échantillonnage de
200 000 échantillons par seconde.
Le codage s'effectue sur 16 bits ou 2 Octets, le débit
nécessaire est de 400 000 Octets par secondes.
La capacité du CD est de 500 Mo soit 524 288 000
Octets
on obtient une durée de 524 288 000/400 000= 1310 s
soit environ 21 minutes.
2010/2011
Pascal Mouchard
36
Numérisation: les différents formats ISO/CEI MJPEG · Motion JPEG 2000 · MPEG-1 · MPEG-2 ·
Numérisation: les différents
formats
ISO/CEI
MJPEG · Motion JPEG 2000 · MPEG-1 · MPEG-2 · MPEG-4 ASP · MPEG-4/AVC
Compressio
UIT-T
H.120 · H.261 · H.262 · H.263 · H.264
n
vidéo
AMV · AVS · Bink · Dirac · Indeo · Pixlet · RealVideo · RTVideo · SheerVideo · SmackerSmacker · Snow
Autres
1 · VP6 · VP7 · WMV
ISO/CEI
MPEG-1 Layer III (MP3) · MPEG-1 Layer II · MPEG-1 Layer I · AAC · HE-AAC
UIT-T
G.711 · G.719 · G.722 · G.722.1 · G.722.2 · G.723 · G.723.1 · G.726 · G.728 · G.729 · G.729.1 · G.729a
Compressio
AC3 · AMR · Apple Lossless · ATRAC · CELT · FLAC · iLBC · Monkey's Audio · µ-
n
audio
Autres
law · Musepack · Nellymoser · OptimFROG · RealAudio · RTAudio · SHN · Siren · Speex · TAK · Vorbis
· WavPack · WMA
ISO/CEI/UI
Compressio
JPEG · JPEG 2000 · JPEG-LS · JBIG · JBIG2 · PNG · WBMP
T-T
n
d'image
Autres
BMP · GIF · ICER · ILBM · PCX · PGF · TGA · TIFF · JPEG XR / HD Photo
3GP · ASF · AVI · Bink · DMF · DPX · FLV · Matroska · MP4 · MXF · NUT · Ogg · Ogg
Format
Général
Media · QuickTime · RealMedia · Smacker · RIFF · Vob
conteneur
Audio
AIFF · AU · WAV · BWF · CAF
2010/2011
Pascal Mouchard
37
La numérisation: les codages Le MIC ou G711 est le codage de base de la
La numérisation: les codages
Le MIC ou G711 est le codage de base de la téléphonie

2010/2011

Pascal Mouchard

39

La numérisation: les techniques de compression
La numérisation: les techniques de
compression

2010/2011

Pascal Mouchard

41

La numérisation: l’audio haute définition Au-delà du CD: • Les formats compressés du type MP3
La numérisation: l’audio haute
définition
Au-delà du CD:
• Les formats compressés
du type MP3 pour la
souplesse
• Les chaînes Surround:
• DVD Audio développé
par Panasonic, JVC,
Kenwood, Toshiba
et Technics
• SACD développé
par Sony et Philips
en 1999
• Système 5.1

2010/2011

Pascal Mouchard

38

La numérisation: les techniques de compression Les techniques de compression sont regroupées en trois catégories:
La numérisation: les techniques de
compression
Les techniques de compression sont
regroupées en trois catégories:
• Waveform coding
• Source coding
• Hybrid coding
Le MOS Unité de mesure de Qualité
2010/2011
Pascal Mouchard
40
La numérisation: les techniques de compression Waveform coding • le codeur travaille sur le signal
La numérisation: les techniques de
compression
Waveform coding
• le codeur travaille sur le signal
• simple à implémenter
• efficace jusqu ’à 16 Kbit/s
exemple: MIC, PCM, ADPCM
(Adaptative Differential Pulse Code)
2010/2011
Pascal Mouchard
42
La numérisation: les techniques de compression Source Coding • permet de faire de la compression
La numérisation: les techniques de
compression
Source Coding
• permet de faire de la compression jusqu ’à
2,4 Kbit/s
• Le signal de la voix est analysé et un
modèle de la source sera généré
• essentiellement utilisé dans les applications
militaires
2010/2011
Pascal Mouchard
43
La numérisation: le codeur ADPCM C ’est le codeur « waveform coding » le plus
La numérisation: le codeur ADPCM
C ’est le codeur « waveform coding » le plus utilisé:
Norme G726 couvre les débits 16, 24, 32 et 40 Kbit/s

2010/2011

Pascal Mouchard

45

La numérisation: les codeurs Transmission discontinue pour réduire de débit: • VAD: Voice Activity Detection
La numérisation: les codeurs
Transmission discontinue pour réduire de débit:
• VAD: Voice Activity Detection
• CNG: Confort Noise Generation
Codeurs adaptatives au support de transmission
• Codeurs AMR (Adaptative Multi Rate)
Le développement est aujourd’hui orienté vers
des codages de haute qualité
2010/2011
Pascal Mouchard
47
La numérisation: les techniques de compression Hybrid Coding • c ’est un mélange des deux
La numérisation: les techniques de
compression
Hybrid Coding
• c ’est un mélange des deux techniques
précédentes. Le 'waveform' pour la qualité et le
'source coding' pour des débits très bas.
Les codeurs disposent d’un jeu de modèles et
le codeur source cherchera celui qui se
rapproche au mieux du signal. Il communiquera
au destinataire le modèle sélectionné pour
pouvoir reconstruire le signal.
Exemple: les codeurs CELP (Codeur Excited
Linear Prediction)

2010/2011

Pascal Mouchard

44

La numérisation: le codeur CELP Les codeurs CELP « hybrid coding » sont utilisés aujourd'hui
La numérisation: le codeur CELP
Les codeurs CELP « hybrid coding » sont
utilisés aujourd'hui pour des débits inférieurs
à 16 Kbps.
L'IUT a normalisé:
• LD-CELP G728
• CS- ACELP G729
Ils présentent des inconvénients:
• introduction d'un délai significatif de 50 à 100 ms
• ce sont des algorithmes pour la voix humaine donc
pas adapté pour la transmission de données et le fax.
2010/2011
Pascal Mouchard
46
La numérisation: les codeurs • Comparatif des codeurs: Codeurs G711 G729 G723 GMS 6.10 GSM
La numérisation: les codeurs
• Comparatif des codeurs:
Codeurs G711
G729
G723
GMS 6.10
GSM 6.60
débit (kbit/s)
64
8
6,3/5,3
13
12,2
MIPS
0,1
22
16/18
2,5
15,4
trame (ms)
0,125
10
30
20
20
Qualité (MOS)
4,2
4
3,9/3,7
3,6
4,1
2010/2011
Pascal Mouchard
48
Codeurs: et débit
Codeurs: et débit

2010/2011

Pascal Mouchard

49

La transmission La transmission analogique La transmission numérique Les liaisons permanentes et commutées Les
La transmission
La transmission analogique
La transmission numérique
Les liaisons permanentes et
commutées
Les perturbations

2010/2011

Pascal Mouchard

51

La transmission: analogique aujourd’hui seulement utilisé: • sur la boucle locale la partie téléphonie RTCP.
La transmission: analogique
aujourd’hui seulement utilisé:
• sur la boucle locale la partie téléphonie
RTCP.
• CATV (câble d'antenne TV) remplacé par la
norme Docsis
• Diffusion analogique TV remplacé par la
diffusion TNT
• Diffusion analogique SAT remplacé par le
satellite numérique
2010/2011
Pascal Mouchard
53
Les codeurs video CIF: Common Intermediary Format • H261; H263 Streaming : Video Flash
Les codeurs video
CIF: Common Intermediary Format
• H261; H263
Streaming : Video Flash

2010/2011

Pascal Mouchard

50

La transmission On distingue la transmission analogique et numérique: • Analogique: Des déformations importantes
La transmission
On distingue la transmission analogique
et numérique:
• Analogique: Des déformations importantes
• Numérique: une bande passante plus grande
2010/2011
Pascal Mouchard
52
La transmission: analogique Les réseaux urbains: la Boucle Locale • correspond aux lignes de rattachement
La transmission: analogique
Les réseaux urbains: la Boucle Locale
• correspond aux lignes de rattachement des abonnés au
commutateur (CL ou CAA)
• généralement une paire de cuivre de 4,6,8,10 dixième de
mm2 et il y a souvent un découpage des liaisons.
• Une ligne correspond électriquement à un Quadripole
élémentaire

2010/2011

Pascal Mouchard

54

La transmission: analogique Les réseaux inter-urbains analogiques • la limitation du câble cuivre est l
La transmission: analogique
Les réseaux inter-urbains analogiques
• la limitation du câble cuivre est l ’affaiblissement quand le
diamètre diminue et la distance augmente
• Une solution pour diminuer l ’affaiblissement consiste à insérer
une bobine de charge

2010/2011

Pascal Mouchard

55

La transmission: analogique le multiplexage analogique • Sur un même support on transmet plusieurs communications
La transmission: analogique
le multiplexage analogique
• Sur un même support on transmet plusieurs
communications téléphoniques
• multiplexage en fréquence
C ’est une technique utilisée
• sur le réseau téléphonique grande distance
• sur les CATV
• mais aussi sur la boucle locale
téléphonique avec l’ADSL
2010/2011
Pascal Mouchard
57
La transmission: analogique multiplexage téléphonique • Sur les grandes distances le multiplexage analogique est
La transmission: analogique
multiplexage téléphonique
• Sur les grandes distances le multiplexage analogique est
réalisé avec du câble coaxial. 1er câble transatlantique en
1956
• 1 câble par sens de transmission
• Les amplificateurs alimentés par le câble avec un courant
alternatif de 50hz

2010/2011

Pascal Mouchard

59

La transmission: analogique Cette technique du câble chargé ou pupinisé a autrefois constitué l’ossature du
La transmission: analogique
Cette technique du câble chargé ou
pupinisé a autrefois constitué l’ossature du
réseau à grande distance
Le type de câble le plus courant était:
• câble de 9/10 mm
• inductance de 88 millihenrys tous les 1830m
inconvénient: réduit la bande passante
• et l'objectif sur le réseau inter-urbains est la
transmission de plusieurs communications
téléphoniques.
2010/2011
Pascal Mouchard
56
La transmission: analogique multiplexage téléphonique • Groupe primaire de base: 12 voies • groupe secondaire:
La transmission: analogique
multiplexage téléphonique
• Groupe primaire de base: 12 voies
• groupe secondaire: 5 groupes primaires 60 voies
• groupe tertiaire: 5 groupes secondaires 300 circuits
• groupe quaternaire: 3 tertiaires 900 circuits
• Il existe des ondes pilotes servant de référence:
• dans le groupe primaire 84,140 Khz
2010/2011
Pascal Mouchard
58
La transmission analogique Les CATV • multiplexage en fréquence de plusieurs canaux • bande passante
La transmission analogique
Les CATV
• multiplexage en fréquence de plusieurs canaux
• bande passante de 800 Mhz
• un canal occupe 5 Mhz

2010/2011

Pascal Mouchard

60

La transmission analogique Les CATV • inconvénients • les services sont indépendants, il n'y a
La transmission analogique
Les CATV
• inconvénients
• les services sont indépendants, il n'y a pas
d ’intégration des services
• il faut un modem pour chaque bande transportée
Aujourd’hui:
• utilisation de la technique HFC ( Hybrid Fiber
Coaxial)
• en mode numérique avec la norme DOCSIS v3
• Débit de 160Mbit/s en descendant et 120Mbit/s montant
2010/2011
Pascal Mouchard
61
Transmission numérique et analogique sur le même support ADSL: multiplexage analogique et numérique. • la
Transmission numérique et
analogique sur le même support
ADSL: multiplexage analogique et numérique.
• la partie analogique concerne le canal téléphonie

2010/2011

Pascal Mouchard

63

ADSL En ADSL2+ 511porteuses.
ADSL
En ADSL2+ 511porteuses.

2010/2011

Pascal Mouchard

65

Transmission numérique et analogique sur le même support Les technologies xDSL
Transmission numérique et
analogique sur le même support
Les technologies xDSL

2010/2011

Pascal Mouchard

62

ADSL
ADSL

2010/2011

Pascal Mouchard

64

Transmission numérique et analogique sur le même support ADSL: multiplexage analogique et numérique.
Transmission numérique et
analogique sur le même support
ADSL: multiplexage analogique et numérique.

2010/2011

Pascal Mouchard

66

La transmission: numérique Le débit En 1948, Claude SHANNON démontre la limite fondamentale du débit
La transmission: numérique
Le débit
En 1948, Claude SHANNON démontre la limite
fondamentale du débit binaire sur un canal de
transmission:
Pour un canal de transmission de bande passante H
soumis au bruit dont le rapport signal sur bruit est
S/N.
La capacité de transmission maximale C, en bit/s, est
donnée par l'équation:
C = H log2 (1 + S/N)
2010/2011
Pascal Mouchard
67
La transmission: numérique Un canal de bande passante de 4000 Hz et un rapport S/N
La transmission: numérique
Un canal de bande passante de 4000 Hz
et un rapport S/N de 1000 on obtient
40 000 bit/s.
C'est une valeur typique pour le réseau
téléphonique analogique.
2010/2011
Pascal Mouchard
69
la transmission: numérique Exercice: On considère une ligne de communication à 2400 bauds de capacité.
la transmission: numérique
Exercice:
On considère une ligne de communication à
2400 bauds de capacité.
Dans quelle condition, la vitesse, exprimée
en bit/s, peut être égale à 2400 ?
2010/2011
Pascal Mouchard
71
La transmission: numérique exercice: Avec une bande passante de 4 KHz et un rapport S/B
La transmission: numérique
exercice:
Avec une bande passante de 4 KHz et un
rapport S/B de 1000, calculez le débit
binaire max de cette liaison
2010/2011
Pascal Mouchard
68
La transmission: numérique Rapidité de transmission • en Baud • Et ne correspond pas nécessairement
La transmission: numérique
Rapidité de transmission
• en Baud
• Et ne correspond pas nécessairement au débit binaire
Baud: nombre de temps élémentaire, ou top d ’horloge,
par seconde
Valence: nombre d’états possible par temps élémentaire
NB: le temps nécessaire à la transmission d'un caractère
dépend à la fois de la méthode de codage et de la
rapidité de transmission.
2010/2011
Pascal Mouchard
70
Théorie sur la transmission de la parole 2ème partie 2010/2011 Pascal Mouchard 1
Théorie sur la
transmission de la parole
2ème partie
2010/2011
Pascal Mouchard
1
La transmission: numérique les types de transmission • Parallèle. Les bits d'un même caractère sont
La transmission: numérique
les types de transmission
• Parallèle. Les bits d'un même caractère sont
envoyés sur des fils distincts pour arriver
ensemble à destination.
• Série. Les bits sont envoyés les uns derrières
les autres.
2010/2011
Pascal Mouchard
3
La transmission: numérique La transmission en bande de base • technique utilisée dans les réseaux
La transmission: numérique
La transmission en bande de base
• technique utilisée dans les réseaux Ethernet
• sur des courtes distances: moins de 5 km

2010/2011

Pascal Mouchard

5

Plan Principe Les éléments de base la numérisation la transmission le trafic téléphonique
Plan
Principe
Les éléments de base
la numérisation
la transmission
le trafic téléphonique

2010/2011

Pascal Mouchard

2

La transmission: numérique Deux modes de transmission série: • bande de base: la méthode consiste
La transmission: numérique
Deux modes de transmission série:
• bande de base: la méthode consiste à
émettre sur la ligne des courants représentant
les bits du caractère à transmettre
• modulation: utilisation d’un signal sinusoïdal
adapté au canal de transmission
2010/2011
Pascal Mouchard
4
La transmission: numérique La modulation • Sur les longues distances • On utilise un signal
La transmission: numérique
La modulation
• Sur les longues distances
• On utilise un signal de forme sinusoïdal adapté au
canal de transmission: technique bande étroite

2010/2011

Pascal Mouchard

6

La transmission: numérique Trois types de modulation: • modulation d ’amplitude • modulation de phase
La transmission: numérique
Trois types de modulation:
• modulation d ’amplitude
• modulation de phase
• modulation de fréquence
Les modems mixent simultanément
plusieurs modulations
• exemple phase et amplitude
• définition du diagramme spatial
2010/2011
Pascal Mouchard
7
La transmission: numérique Le multiplexage • Consiste à assembler des signaux venant de plusieurs sources
La transmission: numérique
Le multiplexage
• Consiste à assembler des signaux venant de plusieurs
sources en un seul signal composite.
1 2 3 4
2010/2011
Pascal Mouchard
9
1 2 3 4
1 2 3 4
La transmission: numérique Les modes d ’échanges SIMPLEX: le canal véhicule un seul signal à
La transmission: numérique
Les modes d ’échanges
SIMPLEX: le canal véhicule un seul signal à la fois et
dans un seul sens (ex radiomessagerie)
DUPLEX: transporte le signal dans les deux sens.
• HALF DUPLEX: inverse périodiquement le sens de
déplacement du signal (ex talky walky)
• FULL DUPLEX: utilise deux canaux de transmission
transportant chacun le signal dans un sens différent.(ex MIC
T2)
2010/2011
Pascal Mouchard
11
La transmission: numérique Le multiplexage: Pour optimiser la transmission sur les lignes, on a recours
La transmission: numérique
Le multiplexage:
Pour optimiser la transmission sur les
lignes, on a recours aux techniques
de Modulation et de Multiplexage :
• d'adapter les signaux au support
• et rentabiliser l'utilisation du support
2010/2011
Pascal Mouchard
8
La transmission: numérique Le multiplexage Trois techniques: • Multiplexage en fréquence • ex: WDM •
La transmission: numérique
Le multiplexage
Trois techniques:
• Multiplexage en fréquence
• ex: WDM
• Multiplexage temporel
• ex: PDH, SDH
• Multiplexage Statistique IP
2010/2011
Pascal Mouchard
10
La transmission: numérique Les modes de connexion • Connecté: l'émetteur demande l'autorisation au
La transmission: numérique
Les modes de connexion
• Connecté: l'émetteur demande
l'autorisation au distant.
• Exemple: le téléphone
• Non connecté: les paquets sont
envoyés au distant sans demandé
l'avis.
• Exemple: le courrier postal
2010/2011
Pascal Mouchard
12
La transmission: numérique le contrôle de flux Le contrôle de flux a pour objectif d'empêcher
La transmission: numérique
le contrôle de flux
Le contrôle de flux a pour objectif
d'empêcher les congestions:
• sur Internet par TCP donc au niveau du PC
• sur le réseau téléphonique par les
opérateurs Télécoms: avec des priorités et
des réservations.
• rôle de flux
2010/2011
Pascal Mouchard
13
La transmission: numérique Les liaisons permanentes Le mode permanent est une liaison physique établie en
La transmission: numérique
Les liaisons permanentes
Le mode permanent est une liaison physique
établie en permanence entre 2 sites
exemple :
• la Boucle locale de la ligne téléphonique
analogique
• le réseau téléphonique privé d ’une entreprise
site A
site B
2010/2011
Pascal Mouchard
15
La transmission: les techniques de transfert Pour le transport des données, il faut déterminer la
La transmission: les techniques de
transfert
Pour le transport des données, il faut
déterminer la méthode de transfert
depuis la machine source jusqu’à la
machine réceptrice.
Il existe plusieurs techniques:
• commutation de circuits
• transfert de paquets
• transfert de trames et de cellules

2010/2011

Pascal Mouchard

17

La transmission: numérique On distinguera dans un réseau de transmission deux types de liaisons: •
La transmission: numérique
On distinguera dans un réseau de
transmission deux types de liaisons:
• Les liaisons permanentes
• Les liaisons temporaires
2010/2011
Pascal Mouchard
14
La transmission: numérique Les liaisons temporaires: c’est affecter une liaison entre un émetteur et un
La transmission: numérique
Les liaisons temporaires:
c’est affecter une liaison entre un émetteur et un récepteur
pendant une durée temporaire.
On utilise des techniques de transferts ou de commutation
site A
site B
2010/2011
Pascal Mouchard
16
La transmission: les techniques de transfert La commutation de circuit: Cette technique affecte entre l
La transmission: les techniques de
transfert
La commutation de circuit:
Cette technique affecte entre l ’appelant et
l ’appelé un circuit physique pendant toute
la durée de la communication.
Avantages:Le débit est continu, bien
adapté pour la synchronisation et les
contraintes temporelles
2010/2011
Pascal Mouchard
18
La transmission: les techniques de transfert La commutation de circuits: La téléphonie étant une application
La transmission: les techniques de
transfert
La commutation de circuits:
La téléphonie étant une application temps réel, la solution
utilisée traditionnellement est la commutation de circuits

2010/2011

Pascal Mouchard

19

La transmission: les techniques de transfert Deux autres types de commutation avec l'évolution des réseaux:
La transmission: les techniques de
transfert
Deux autres types de commutation avec
l'évolution des réseaux:
le transfert de trames et le transfert de
cellules.
Ils sont considérés comme des évolutions
pour augmenter les débits et prendre en
charge les applications multimédias.
2010/2011
Pascal Mouchard
21
La transmission: les techniques de transfert le transfert de cellules: La commutation de cellules est
La transmission: les techniques de
transfert
le transfert de cellules:
La commutation de cellules est une
commutation de trames particulière pour
les réseaux ATM. Toutes les trames
possèdent une longueur fixe de 53 Octets :
48 Octets de données et 5 Octets de
supervision.
C'est la technique destinée à remplacer la
commutation de circuits et de paquets.
2010/2011
Pascal Mouchard
23
La transmission: les techniques de transfert Le transfert de paquets Dans la technique de transfert
La transmission: les techniques de
transfert
Le transfert de paquets
Dans la technique de transfert de paquets
les informations sont paquetisées et
acheminées par un réseau de transfert
contenant des nœuds.
Avantages: les liaisons peuvent être
utilisées par plusieurs utilisateurs
Il existe deux méthodes:
• La commutation. Les nœuds sont des
commutateurs.
• Le routage. Les nœuds sont des routeurs.

2010/2011

Pascal Mouchard

20

La transmission: les techniques de transfert le transfert de trames: La commutation de trames consiste
La transmission: les techniques de
transfert
le transfert de trames:
La commutation de trames consiste à
commuter des trames dans le nœud
permettant de transmettre
directement sur la ligne.
Exemple: le relais de trames et la
commutation Ethernet
2010/2011
Pascal Mouchard
22
La transmission: les techniques de transfert exercice: Montrez que transmettre des paquets de petites tailles
La transmission: les techniques de
transfert
exercice:
Montrez que transmettre des paquets
de petites tailles représente une
bonne solution pour une application
isochrone:
Calculez le temps de remplissage
d’une cellule ATM
2010/2011
Pascal Mouchard
24
La transmission: les techniques de transfert Corrigé: Dans le cas de la téléphonie, il y
La transmission: les techniques de
transfert
Corrigé:
Dans le cas de la téléphonie, il y a
émission d'un Octet tous les 125 µs.
Ainsi la constitution d'une cellule de 48
Octets demande 48*125µs= 6ms.
2010/2011
Pascal Mouchard
25
La transmission: questions: Pourquoi a t-on besoin d’une signalisation dans les réseaux utilisant la commutation
La transmission:
questions:
Pourquoi a t-on besoin d’une signalisation
dans les réseaux utilisant la commutation ?
On suppose un réseau utilisant le protocole
IP au niveau des PC. Le réseau de transport
est il routé ou commuté ?
2010/2011
Pascal Mouchard
27
La transmission: réponse: Le réseau doit transporter des paquets IP. Il peut le faire de
La transmission:
réponse:
Le réseau doit transporter des paquets
IP. Il peut le faire de deux façons :
• encapsuler les paquets IP dans une trame
et la trame est commutée dans le réseau
• Ou le paquet est décapsulé dans chaque
nœud; dans ce cas le réseau de transport est
de type routé.

2010/2011

Pascal Mouchard

29

La transmission: les techniques de transfert Il existe aussi des transferts hybrides MPLS • Les
La transmission: les techniques de
transfert
Il existe aussi des transferts hybrides MPLS
• Les différentes techniques peuvent se superposer pour former les
techniques de transfert hybrides.

2010/2011

Pascal Mouchard

26

La transmission: réponse: Dans la commutation, il faut mettre en place les tables de commutation
La transmission:
réponse:
Dans la commutation, il faut mettre en place
les tables de commutation qui indiquent les
ports de sortie par rapport à une référence.
Il faut donc une signalisation pour mettre
en place de nouvelles entrées dans les
tables de références des nœuds
2010/2011
Pascal Mouchard
28
Le trafic téléphonique Théorie du trafic téléphonique: • Un abonné ne téléphone pas en permanence.
Le trafic téléphonique
Théorie du trafic téléphonique:
• Un abonné ne téléphone pas en
permanence.
• Le dimensionnement des équipements doit
tenir compte de ce phénomène. Cela conduit
à la notion de qualité d'écoulement de
trafic.
2010/2011
Pascal Mouchard
30
Le trafic téléphonique: les lois d ’Erlang L'unité de mesure est l'ERLANG qui correspond à
Le trafic téléphonique: les lois
d ’Erlang
L'unité de mesure est l'ERLANG qui
correspond à l'intensité de trafic téléphonique:
L'intensité de trafic (erlang):
• Volume / durée d ’observation
soit
• nombre de communication * durée / durée
d ’observation
L'unité de mesure est l'ERLANG
2010/2011
Pascal Mouchard
31
Le trafic téléphonique: les lois d ’Erlang On travaille généralement avec deux modèles mathématiques: •
Le trafic téléphonique: les lois
d ’Erlang
On travaille généralement avec deux
modèles mathématiques:
• système avec perte --> Erlang B
• système avec attente --> Erlang C
2010/2011
Pascal Mouchard
33
Le trafic téléphonique: les lois d ’Erlangs exercice: 50 personnes (et 75 personnes dans 2
Le trafic téléphonique: les lois
d ’Erlangs
exercice:
50 personnes (et 75 personnes dans 2 ans)
seront transférées sur le nouveau site de
l’entreprise.
Combien de lignes téléphoniques avez
vous besoin avec l'opérateur si durant les
heures de travail:
- chaque personne reçoit ou émet 3
appels/heure d'une durée de 3,5mn
- Le taux de disponibilité doit être de 99,9%

2010/2011

Pascal Mouchard

35

Le trafic téléphonique: les lois d ’Erlang Les lois d'Erlang: Erlang a développé une équation
Le trafic téléphonique: les lois
d ’Erlang
Les lois d'Erlang:
Erlang a développé une équation calculant la
probabilité P de perdre un appel avec M
organes pour écouler Y Erlangs:
Dans la pratique, on utilise des
abaques
Ou des Calculateurs disponibles sur
Internet:
• www.erlang.com/calculator
2010/2011
Pascal Mouchard
32
Le trafic téléphonique: les lois d ’Erlangs
Le trafic téléphonique: les lois
d ’Erlangs

2010/2011

Pascal Mouchard

34

Le trafic téléphonique: les lois d ’Erlangs corrigé: 50 personnes Trafic = 3 x 3.5
Le trafic téléphonique: les lois
d ’Erlangs
corrigé:
50 personnes
Trafic = 3 x 3.5 / 60 = 0.175 Erlang
Trafic total = 0.175 x 50 = 8.75 Erlang
Probabilité de blocage = 0.001
Nbre de lignes --> 20 lignes
75 personnes
Trafic total = 0.175x75 = 13.13 Erlang
Nbre de lignes --> 26 lignes
2010/2011
Pascal Mouchard
36
Le trafic téléphonique: les lois d ’Erlangs Trafic 7h 10h 12h 14h 15h 16h 18h
Le trafic téléphonique: les lois
d ’Erlangs
Trafic
7h
10h
12h
14h
15h
16h
18h
• Pour prendre en compte les pics de trafic journalier il est nécessaire
de rajouter 15% sur le nombre de lignes calculées par les Erlang.
2010/2011
Pascal Mouchard
37
Le Réseau Téléphonique Commuté Fixe Introduction Architectures: TDM et NGN Les terminaux La boucle locale
Le Réseau Téléphonique
Commuté Fixe
Introduction
Architectures: TDM et NGN
Les terminaux
La boucle locale
Les commutateurs
Les artères de transmission
La signalisation
Le plan de numérotation
Le réseau France Telecom
1 Pascal Mouchard
2010/2011
Architecture Le système téléphonique est réalisé d’éléments interconnectés pour former le Réseau
Architecture
Le système téléphonique est réalisé
d’éléments interconnectés pour former le
Réseau Téléphonique Commuté Public:
RTCP_ PSTN.
Dès 1890, les éléments de base du réseau
téléphonique sont constitués:
3 Pascal Mouchard
2010/2011
Architecture du RTCP En France le RTC est un réseau hiérarchique à 4 niveaux: 5
Architecture du RTCP
En France le RTC est un réseau hiérarchique à 4 niveaux:
5
Pascal Mouchard
2010/2011
Introduction Les débuts du téléphone: – la diffusion sur le marché consistait à acheter des
Introduction
Les débuts du téléphone:
– la diffusion sur le marché consistait à acheter des postes par paire.
– Pour le raccordement à n autres utilisateurs, il était nécessaire d'installer
n câbles.
Evidemment ce concept limite les capacités d'un tel système.
Bell se rendit compte de la limitation et créa la 'Bell Telephone
Company'
Le premier central téléphonique en 1878 à New Haven dans le
Connecticut
Aujourd'hui le réseau téléphonique:
– permet à 5 milliards de personnes de communiquer facilement
– C'est un véritable système nerveux planétaire
2 Pascal Mouchard
2010/2011
Architecture les composants: ✍ Les terminaux ✍ Les centraux téléphoniques ✍ Les câbles entre abonnés
Architecture
les composants:
✍ Les terminaux
✍ Les centraux téléphoniques
✍ Les câbles entre abonnés et centraux (BL)
✍ Et les câbles de longue distance reliant les centraux.
(Cœur de réseau)
Le principe de base est inchangé depuis les
débuts.
4 Pascal Mouchard
2010/2011
Architecture du RTCP CT CT Commutateur de Transit CAA CAA CAA Commutateur à Autonomie d’Acheminement
Architecture du RTCP
CT
CT
Commutateur de Transit
CAA
CAA
CAA
Commutateur à Autonomie
d’Acheminement
SR
SR
Commutateur Local
CL
CL
constitué de l’Unité de Raccordement
d’Abonné Distant (URAD)
NRA = Noeud de
Raccordement d’Abonnés
(CAA ou CL)
Sous Répartiteur
SR
SR
SR
6 Pascal Mouchard
2010/2011
Architecture du Réseau fixe Répartiteur général d’un NRA (CAA ou CL). Il y a 12041
Architecture du Réseau fixe
Répartiteur général d’un NRA
(CAA ou CL).
Il y a 12041 NRA en France (un
NRA couvre de 2,000 à 100,000
lignes).
893 NRA sont ouverts au
dégroupage et permettent de
couvrir 50% de la population
(données ART au 1er Jan 2005) soit
potentiellement 17M de lignes.
En 2010: Le dégroupage touche plus de 5000 NRA.
SFR 3995 NRA
FREE 2960 NRA
BOUYGUES: 2189 NRA
COMPLETEL: 768 NRA
Sous Répartiteur (SR)
– 114,000 en France
7
Pascal Mouchard
2010/2011
Architecture – 2ème étape: introduction d ’un réseau sémaphore pour la signalisation 9 Pascal Mouchard
Architecture
– 2ème étape: introduction d ’un réseau sémaphore pour la
signalisation
9 Pascal Mouchard
2010/2011
Architecture – 4ème étape: optimisation avec un seul réseau multimédia 11 Pascal Mouchard 2010/2011
Architecture
– 4ème étape: optimisation avec un seul réseau multimédia
11 Pascal Mouchard
2010/2011
Architecture: évolution Évolution des architectures de télécommunications – 1er étape: Interface unique pour l
Architecture: évolution
Évolution des architectures de
télécommunications
– 1er étape: Interface unique pour l ’usager
8 Pascal Mouchard
2010/2011
Architecture – 3ème étape: mise en place d ’un réseau large bande 10 Pascal Mouchard
Architecture
– 3ème étape: mise en place d ’un réseau large bande
10 Pascal Mouchard
2010/2011
Exemple: le réseau FT 12 Pascal Mouchard 2010/2011
Exemple: le réseau FT
12 Pascal Mouchard
2010/2011
Architecture: NGN Next Generation Network 13 Pascal Mouchard 2010/2011
Architecture: NGN Next Generation Network
13 Pascal Mouchard
2010/2011
NGN: la cible est le tout IP 15 Pascal Mouchard 2010/2011
NGN: la cible est le tout IP
15 Pascal Mouchard
2010/2011
Architecture: NGN Next Generation Network 17 Pascal Mouchard 2010/2011
Architecture: NGN Next Generation Network
17 Pascal Mouchard
2010/2011
Architecture: NGN Le passage à une architecture NGN du cœur de réseau s’inscrit dans une
Architecture: NGN
Le passage à une architecture NGN du cœur
de réseau s’inscrit dans une logique de
diminution des couts.
Une infrastructure unique IP:
– Pour le transport de tous les flux: voix ou données
– Pour toutes les technologies d’accès : DSL FTTH
RTC Wifi UMTS …
14 Pascal Mouchard
2010/2011
Architecture: NGN Tous les opérateurs historiques ont commencé à déployer des architectures NGN: – Pour
Architecture: NGN
Tous les opérateurs historiques ont
commencé à déployer des architectures
NGN:
– Pour proposer des services Voix sur IP aux
abonnés DSL
– Les projets sont lancés sur une durée de 15 ans
Jusqu’à la fin du RTCP classique
16 Pascal Mouchard
2010/2011
Architecture NGN: scénarios de migration Stratégie Overlay consiste à déployer un scénario NGN en parallèle
Architecture NGN: scénarios de
migration
Stratégie Overlay consiste à déployer un
scénario NGN en parallèle du réseau
commuté
Stratégie de remplacement consiste à
remplacer progressivement les
commutateurs traditionnels en fin de vie par
des softswitch NGN
18 Pascal Mouchard
2010/2011
NGN: France Telecom Le Tout IP en overlay 19 Pascal Mouchard 2010/2011
NGN: France Telecom
Le Tout IP en overlay
19 Pascal Mouchard
2010/2011
Architecture: NGN IMS IMS: IP Multimédia Subsystem Le IP Multimedia Subsystem (IMS) est une architecture
Architecture: NGN IMS
IMS: IP Multimédia Subsystem
Le IP Multimedia Subsystem (IMS) est une architecture
standardisée Next Generation Network (NGN) pour les
opérateurs de téléphonie, qui permet de fournir des services
multimédias fixes et mobiles. Ce système utilise la technologie
VoIP basée sur une implémentation 3GPP standardisée de SIP
fonctionnant sur un protocole standard IP. (source Wiki)
Couche supplémentaire : couche logique avec la fonction
CSCF(Call Session Control Functions)
La commutation remplacée par la notion de session
21 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux Les composants du terminal – Les organes de conversation – Les organes de
Les terminaux
Les composants du terminal
– Les organes de conversation
– Les organes de signalisation d ’appel et de
numérotation
– Et des fonctionnalités
23 Pascal Mouchard
2010/2011
NGN: autres types de migration 20 Pascal Mouchard 2010/2011
NGN: autres types de migration
20 Pascal Mouchard
2010/2011
NGN: architecture IMS 22 Pascal Mouchard 2010/2011
NGN: architecture IMS
22 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux: les organes de conversation Les organes de conversation transforment l'énergie acoustique en
Les terminaux: les organes de
conversation
Les organes de conversation transforment l'énergie acoustique en
énergie électrique et réciproquement:
Le micro est constitué d'une simple membrane et par ses vibrations
fait varier la résistance interne
L' écouteur est une membrane métallique vibrant selon les
variations du courant dans le transformateur et restitue le son
24
Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux: les organes de signalisation Les organes de signalisation d'appel et de numérotation: –
Les terminaux: les organes de
signalisation
Les organes de signalisation d'appel et de numérotation:
– les crochets ou le support sur lequel repose le combiné:
fermé un courant de 45 mA circule et le central détecte la boucle.
– Le cadran d ’appel ou le clavier de numérotation:
Numérotation Décimale ou par Impulsion (100ms)
Numérotation multi fréquence (code Q23)
– La sonnerie:
un courant alternatif 50Hz
d’une tension de 70 volts
et une cadence de 1,5 secondes d'émission et 3,5 secondes de
silence
25 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux: la numérotation multifréquence – code Q23. 27 Pascal Mouchard 2010/2011
Les terminaux: la numérotation
multifréquence
– code Q23.
27 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux : la sonnerie Invitation à numéroter Occupation 29 Pascal Mouchard 2010/2011
Les terminaux : la sonnerie
Invitation à numéroter
Occupation
29 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux: la numérotation par impulsion: 26 Pascal Mouchard 2010/2011
Les terminaux: la numérotation
par impulsion:
26 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux : la sonnerie ❚ Sonnerie d ’appel 28 Pascal Mouchard 2010/2011
Les terminaux : la sonnerie
❚ Sonnerie d ’appel
28 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux: les fonctionnalités Avec l'arrivée des centraux temporels – les postes analogiques peuvent
Les terminaux: les fonctionnalités
Avec l'arrivée des centraux temporels
– les postes analogiques peuvent disposer d'un clavier à
touches en numérotation multi-fréquence
– une numérotation plus rapide
– et des fonctionnalités sur le central:
✍ rappel sur occupation
✍ rappel du dernier numéro composé
✍ possibilité de mémoriser des numéros
✍ renvoi du poste
✍ mise en garde
✍ indication de la présence d'un appel
30 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux: postes analogiques postes numériques postes numéris autres: IP phone, modems 31 Pascal Mouchard
Les terminaux:
postes analogiques
postes numériques
postes numéris
autres: IP phone, modems
31 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux sans fil – Le poste sans fil analogique CT0 première génération confidentialité limitée
Les terminaux sans fil
– Le poste sans fil analogique CT0
première génération
confidentialité limitée
collision radio possible
– Le poste sans fil numérique DECT
qualité du numérique
technique saut de fréquence
– « Wifiphones » :permettent de se connecter
à un accès Internet pour communiquer en
utilisant différents services réseaux de Voix
sur IP (VoIP) : Skype SIP
IP phone Wifi (Siemens Gigaset S35 WLAN )
33
Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux: poste analogique Prise: RJ16 (France) – ligne 1 : borne 1 et 3
Les terminaux: poste analogique
Prise: RJ16 (France)
ligne 1 : borne 1 et 3
ligne 2: borne 6 et 8
35 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux: poste analogique Le poste à cadran S63 32 Pascal Mouchard 2010/2011
Les terminaux: poste analogique
Le poste à cadran S63
32 Pascal Mouchard
2010/2011
Wifiphones mobile VOIP mVOIP - UMA - IMS/SIP - Femtocell 34 Pascal Mouchard 2010/2011
Wifiphones mobile VOIP mVOIP
- UMA
- IMS/SIP
- Femtocell
34 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux: poste analogique Prise: RJ45 un standard mondial 36 Pascal Mouchard 2010/2011
Les terminaux: poste analogique
Prise: RJ45 un
standard mondial
36
Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux: Numériques Postes Numériques: – poste spécifique – branché sur un central téléphonique privé
Les terminaux: Numériques
Postes Numériques:
– poste spécifique
– branché sur un central
téléphonique privé
– avantages:
des fonctionnalités
évoluées
qualité phonique
numérique
– inconvénient:
propriétaire
exemple: standard
téléphonique, poste avec
filtrage.
37 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux: RNIS 39 Pascal Mouchard 2010/2011
Les terminaux: RNIS
39 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux: RNIS Les accès: – Accès de base (S0 T0): 144 Kbit/s 2 canaux
Les terminaux: RNIS
Les accès:
– Accès de base (S0 T0): 144 Kbit/s
2 canaux B à 64 Kbit/s
1 canal D à 16 Kbit/s
– Accès primaire (E1 T2 S2): 1984 Kbit/s
30 canaux B à 64 Kbit/s
1 canal D à 64 Kbit/s
41 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux: RNIS La numérisation du réseau a autorisé une connexion numérique de bout en
Les terminaux: RNIS
La numérisation du réseau a
autorisé une connexion
numérique de bout en bout :
– Le RNIS (Réseau Numérique à
Intégration de Service) ou
– ISDN (Integrated Service
Digital Network)
– NB: il existe plusieurs versions:
en Europe EURONUMERIS+
38 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux: RNIS Interfaces de raccordement 40 Pascal Mouchard 2010/2011
Les terminaux: RNIS
Interfaces de raccordement
40 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux: RNIS Installation: 42 Pascal Mouchard 2010/2011
Les terminaux: RNIS
Installation:
42 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux: Télécopieurs moyen d ’échange d ’information sur support papier: usage généralisé dans les
Les terminaux: Télécopieurs
moyen d ’échange d ’information sur support papier: usage
généralisé dans les entreprises depuis la fin des années 80
principe:
– convertir un document papier en signal électrique.
– les informations exprimées sous forme de points blanc ou noirs
sont converties en données binaires
Deux catégories de télécopieurs:
analogique: Groupe 1, 2 et 3
– Le G3 est majoritaire:télécopieur numérique pour réseau analogique
numérique: Groupe 4 sur réseau RNIS. Peu développé.
Transmission de fax sur IP: protocole T38 et T37
43 Pascal Mouchard
2010/2011
Les terminaux IP phones: – Les normes VoIP H323, SIP, IAX et MGCP SCCP (Skinny)
Les terminaux
IP phones:
– Les normes VoIP
H323, SIP, IAX et MGCP
SCCP (Skinny)
Unistim
– Les architectures
IP phone
téléphonie sur PC:
softphone
Softswitch
ATA:Analog Telephone
Adapters
45 Pascal Mouchard
2010/2011
IP phone Évolution des architectures: 47 Pascal Mouchard 2010/2011
IP phone
Évolution des architectures:
47 Pascal Mouchard
2010/2011
Télécopieurs – Schéma fonctionnel du G3 44 Pascal Mouchard 2010/2011
Télécopieurs
– Schéma fonctionnel du G3
44 Pascal Mouchard
2010/2011
IP phone IP phone: H323 IP phone: SIP 46 Pascal Mouchard 2010/2011
IP phone
IP phone: H323
IP phone: SIP
46 Pascal Mouchard
2010/2011
IP phone Architectures H323 48 Pascal Mouchard 2010/2011
IP phone
Architectures H323
48 Pascal Mouchard
2010/2011
IP Phone: SIP architecture décentralisée 1- Le softphone A s'inscrit dans le proxy SIP qui
IP Phone: SIP architecture
décentralisée
1- Le softphone A s'inscrit dans le proxy SIP qui effectue une demande d'appel auprès du proxy SIP B. Il analyse le
nom de domaine de B à l'aide du serveur DNS. Le proxy SIP B transfère la demande au téléphone IP B.
2- Le téléphone B sonne et demande à l'utilisateur s'il souhaite répondre. La réponse positive (200 OK) part alors vers
le proxy B, passe par le proxy A et arrive sur le softphone A pour lui indiquer que l'appel est accepté.
3- Le softphone A renvoie directement au téléphone B un accusé de réception (ACK), et la communication est engagée.
49 Pascal Mouchard
2010/2011
Les autres terminaux: Transmetteurs téléphoniques Télésurveillance et téléalarme dans les dépôts et pour les
Les autres terminaux:
Transmetteurs téléphoniques
Télésurveillance et téléalarme dans les dépôts et pour
les particuliers (Société de Surveillance)
PTI ou DATI: Protection des Travailleurs Isolés pour
les entreprises.
Télécommandes: commande à distance d’une
chaudière ….
« Minitel »
Localisation: GSM/GPRS couplé à un GPS pour suivre
une flotte de véhicule.
51 Pascal Mouchard
2010/2011
Le réseau FT 53 Pascal Mouchard 2010/2011
Le réseau FT
53 Pascal Mouchard
2010/2011
Exemple architecture Asterisk 50 Pascal Mouchard 2010/2011
Exemple architecture Asterisk
50 Pascal Mouchard
2010/2011
La boucle locale On nomme boucle locale ou réseau de distribution ou réseau d’accès –
La boucle locale
On nomme boucle locale ou réseau de distribution ou
réseau d’accès
Mais aussi dernier kilomètre ou last mile.
Une partie importante pour l’opérateur: le lien direct avec le
client et qui demande le plus d’investissement (3000 Euros en
moyenne)
– les prises
– le câblage du bâtiment ou du site
– le raccordement à l’opérateur
– le réseau de distribution de l'opérateur jusqu'au
commutateur local
52 Pascal Mouchard
2010/2011
BL: le RTC topologie du réseau de l'opérateur: 54 Pascal Mouchard 2010/2011
BL: le RTC
topologie du réseau
de l'opérateur:
54
Pascal Mouchard
2010/2011
BL: le RTC la distribution – le répartiteur est la concentration de tous les câbles.
BL: le RTC
la distribution
– le répartiteur est la concentration de tous les câbles.
Ex: Lavoisier 27 000 lignes d ’abonnés
– La partie transport comporte des câbles multipaires de grande
capacité (448, 996, 1800, 2400 ) , et des conducteurs de faible
diamètre (de 0,3 à 0,6 mm).
– La partie distribution utilise des conducteurs de plus fort
diamètre (allant jusqu’à 0,9 mm) et des câbles de moindre
contenance. Câble de 8 à 224 paires
– La partie branchement est réduite: un câble de courte longueur
(inférieure à 100m en moyenne) avec une ou deux paires. Dans le
cas de France Télécom câble de 7 paires.
55 Pascal Mouchard
2010/2011
BL: Les liaisons RTC Numériques 57 Pascal Mouchard 2010/2011
BL: Les liaisons RTC Numériques
57 Pascal Mouchard
2010/2011
BL: l’accès de base S0/T0 Le premier bit de la trame F : synchronisation de
BL: l’accès de base S0/T0
Le premier bit de la trame F :
synchronisation de trame
L bit d’équilibrage
L’horloge trame est transportée
par deux doublets F,L et Fa,N.
cette horloge permet le
multiplexage/démultiplexage des
canaux
L’horloge multitrame est
transportée par le bit M
Le bit E a une fonction de
résolution d’accès au canal D
59 Pascal Mouchard
2010/2011
BL: Les paires métalliques les techniques sur les paires métalliques de la Boucle locale: –
BL: Les paires métalliques
les techniques sur les paires métalliques de la
Boucle locale:
– RTC Analogique: téléphonie classique
– Liaisons spécialisées: ex Tranfix de FT
– RTC Numérique: les liaisons ISDN
– ADSL: famille xDSL
56 Pascal Mouchard
2010/2011
BL: les liaisons RTC Numérique 58 Pascal Mouchard 2010/2011
BL: les liaisons RTC Numérique
58 Pascal Mouchard
2010/2011
BL: les paires métalliques La révolution pour les câbles métalliques est la technologie xDSL (
BL: les paires métalliques
La révolution pour les câbles métalliques est la technologie
xDSL ( Digital Subcriber Line) capable de véhiculer plusieurs
mégabits par seconde.
Les modems ADSL sont les plus répandus: La vitesse est
dissymétrique entre le terminal et le réseau:
La technologie ADSL (Asynchronous Digital Line Subscriber ou
ligne numérique d'abonné à débit asymétrique) utilise les
lignes téléphoniques classiques.
– Avec le constat:
le dernier kilomètre de la ligne téléphonique avant d'arriver chez
l'abonné est généralement utilisé qu’à 1 % de sa capacité.
60 Pascal Mouchard
2010/2011
BL: ADSL 61 Pascal Mouchard 2010/2011
BL: ADSL
61 Pascal Mouchard
2010/2011
BL: ADSL Codage DMT ( Discrete Multitone) – La technologie employée utilise des porteuses simultanées
BL: ADSL
Codage DMT ( Discrete Multitone)
– La technologie employée utilise des porteuses simultanées multiples pour transférer les données numériques: 256
canaux de 4 Khz et 15 bits par Hertz. (60 kbit/s par canaux)
– Un nombre variable de bits sont modulés sur chacune de ces porteuses en fonction des caractéristiques du
support
63
Pascal Mouchard
2010/2011
BL: accès hertziens cellulaires Les réseaux Première génération: système analogique – NMT (Nordic Mobile
BL: accès hertziens
cellulaires
Les réseaux
Première génération: système analogique
– NMT (Nordic Mobile Telephone)
Sur des fréquences de 450 Mhz puis 900 Mhz
– AMPS (Advanced Mobile Phone Service)
800 et 900 Mhz
– Technique d’accès:
AMRF (accès multiple à répartition en fréquence)
65 Pascal Mouchard
2010/2011
BL: les paires métalliques xDSL DSLAM Modem ADSL 62 Pascal Mouchard 2010/2011
BL: les paires métalliques xDSL
DSLAM
Modem ADSL
62 Pascal Mouchard
2010/2011
BL: accès hertziens cellulaires Les réseaux Le réseau est composé de Cellules recouvrant le territoire
BL: accès hertziens
cellulaires
Les réseaux
Le réseau est composé de Cellules recouvrant le territoire de l’opérateur
– Cette technique permet une meilleure réutilisation du plan de fréquence de
l’opérateur
– Le changement de Cellules: Hand-Over
Il existe 3 générations de réseaux cellulaires
64 Pascal Mouchard
2010/2011
BL: accès hertziens cellulaires Les réseaux Deuxième générations: système numérique – En 1982 normalisation
BL: accès hertziens
cellulaires
Les réseaux
Deuxième générations: système numérique
– En 1982 normalisation pour l’Europe d’un système de
communication mobile.
– En 1987 première version finalisée par le GSM Groupe Spécial
Mobile 900 Mhz
Ensuite une autre version dans la gamme des 1800 MHZ
DCS1800 Digital Cellular System
– La norme GSM (Global System for Mobile Communications) a été
finalisée au début des années 90.
Troisième Génération: UMTS (Système Universel de
Télécommunications Mobiles ).
– L'UMTS permet de faire aussi bien de la téléphonie mobile
classique (commutation de circuits) que du transport de données
Internet (commutation de paquets).
66 Pascal Mouchard
2010/2011
BL: accès hertziens cellulaires Les réseaux Architecture du réseau mobile 67 Pascal Mouchard 2010/2011
BL: accès hertziens
cellulaires
Les réseaux
Architecture du réseau
mobile
67 Pascal Mouchard
2010/2011
BL: accès hertziens Les réseaux cellulaires GPRS 69 Pascal Mouchard 2010/2011
BL: accès hertziens
Les réseaux cellulaires
GPRS
69 Pascal Mouchard
2010/2011
La boucle locale Les accès satellites – Les systèmes satellite bande étroite pour usage principale
La boucle locale
Les accès satellites
– Les systèmes satellite bande étroite pour usage principale la
téléphonie:
Globalstar, Iridium Thuraya et INMARSAT
3 catégories:
– 1 000 km)
LEOS: Low Earth Orbital Satellite (
– MEOS: Medium
( 13 000 km)
– ( 36 000 km)
GEOS: Geostationary
– Les systèmes satellites larges bandes pour les applications
multimédias:
VSAT (Very Small Aperture Terminal)
– Solution pour la diffusion et les LS bas débit
USAT (Ultra Small Aperture Terminal)
– Les antennes de TV satellite
71 Pascal Mouchard
2010/2011
BL: accès hertziens cellulaires Les réseaux Architecture du réseau GSM 68 Pascal Mouchard 2010/2011
BL: accès hertziens
cellulaires
Les réseaux
Architecture du réseau GSM
68
Pascal Mouchard
2010/2011
BL: Les accès hertziens Les accès hertziens – Les réseaux radio mobiles connaissent un énormes
BL: Les accès hertziens
Les accès hertziens
– Les réseaux radio mobiles connaissent un énormes succès.
– La qualité de la parole téléphonique est parfois médiocre
– l’évolution est une prise en charge des applications multimédias et
l’intégration avec les réseaux fixes
– Exemples
RLAN
BLR.
GSM, GPRS, UMTS
Satellites
Deux grandes familles:
– mobilité de l’usager
Les réseaux cellulaires: GSM, GPRS, UMTS, téléphone satellite
– Mobilité restreinte
RLAN: Hiperlan, 802.11(wifi)
BLR, faisceaux hertziens
70 Pascal Mouchard
2010/2011
La boucle locale FO La fibre optique – Le choix de la fibre optique se
La boucle locale FO
La fibre optique
– Le choix de la fibre optique se justifie pour des questions
de distances
Au-delà des 90m dans un réseau privé
Solution privilégiée des opérateurs pour le réseau de
transmission.
Exemple: développement du THD par les collectivités
locales.
– Pour les solutions Interlan des opérateurs
72 Pascal Mouchard
2010/2011
BL: FO Les technologies PON: – L’introduction de la FO existe depuis 1992 pour les
BL: FO
Les technologies PON:
– L’introduction de la FO existe depuis 1992 pour
les besoins des grandes entreprises (ROCA)
Architecture point à point
– Pour amener cette BL fo aux grands publics c’est
une architecture Multipoint qui a été retenue:
Les technologies PON: (Passive Optical Network)
– APON; BPON; EPON et GPON
– GPON est celle retenue en France pour les opérateurs:
G984x . Elle permet le transport des trames Ethernet mais
aussi ATM avec un débit de 2,5 Gbit/s
73 Pascal Mouchard
2010/2011
CPL 75 Pascal Mouchard 2010/2011
CPL
75 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs Les types de centraux téléphoniques Le fonctionnement du commutateur L’architecture du central
Les commutateurs
Les types de centraux téléphoniques
Le fonctionnement du commutateur
L’architecture du central téléphonique
Les différentes générations de
commutateurs
Les fonctionnalités
77 Pascal Mouchard
2010/2011
BL: CPL CPL Courant Porteur de Ligne. Le principe est la superposition au signal 50hz
BL: CPL
CPL Courant Porteur de Ligne.
Le principe est la superposition au signal 50hz un
signal de haute fréquence (1,6 à 30 Mhz)
2 architectures:
– Outdoor: boucle locale entre le central électrique du
quartier et les habitations
– Indoor: correspond au réseau local et chaque prise
correspond à point Ethernet.
les débits sont compris entre 14 Mbit/s et 200 Mbit/s
74 Pascal Mouchard
2010/2011
CPL outdoor 76 Pascal Mouchard 2010/2011
CPL outdoor
76 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs: types de centraux téléphoniques Deux catégories de commutateurs: – Les centraux privés: Ils
Les commutateurs: types de
centraux téléphoniques
Deux catégories de commutateurs:
– Les centraux privés:
Ils sont étudiés pour fournir un service de téléphonie pour
un groupe de personnes travaillant ensemble
– Les centraux publics:
De taille plus importante pouvant desservir plusieurs dizaines
de milliers de personnes
Typologie des appels: durée des appels plus longue et des
services restreints
78 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs: fonctionnement Au début la commutation des lignes était manuelle Aujourd’hui réalisée par un
Les commutateurs: fonctionnement
Au début la commutation des lignes était manuelle
Aujourd’hui réalisée par un central automatique
Commutateur automatique inventé en 1889
Dans un commutateur les liaisons sont établies temporairement:
– Elles sont mises en place et défaites au rythme de l’apparition et la
disparition des appels
– Un réseau de connexion permet l’établissement d’un chemin entre
deux abonnés quelconques quelles que soient les conversations déjà en
cours
– Le nombre d’interface de connexion ou joncteurs tient compte du fait que
tous les abonnés ne téléphonent pas en même temps
79 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs: Architecture du central téléphonique Ainsi l’architecture du central téléphonique comporte:
Les commutateurs: Architecture du central
téléphonique
Ainsi l’architecture du central
téléphonique comporte:
– Un réseau de connexion
pour les liaisons
temporaires
– Une unité de contrôle UC
qui contrôle le réseau de
connexion et l’analyse de la
numérotation
– Les données des usagers
(droits, restrictions,…)
81 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs le sélecteur rotatif Ou sélecteur de Strowger Premier système de commutation automatique En
Les commutateurs le sélecteur rotatif
Ou sélecteur de Strowger
Premier système de commutation
automatique
En 1910 il desservait 200 000 abonnés
aux Etats-Unis
Il se développa surtout:
– Après l’invention de la numérotation au
cadran en 1896
– Après la première guerre mondiale
Jusqu’en dans les années 60, il était
le système le plus répandu au
monde
83 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs: fonctionnement Ainsi un abonné A raccordé au central X pourra appeler un abonné
Les commutateurs: fonctionnement
Ainsi un abonné A raccordé au central X pourra
appeler un abonné B raccordé au central Y grâce
aux liaisons longues distances établies entre les
centraux X et Y.
– le central doit donc disposer de joncteurs (interfaces)
entrants, sortants et locaux.
– Il doit posséder des récepteurs de numérotation capables
de recevoir la numérotation des abonnés
– Une signalisation permettant de dialoguer avec les
centraux distants.
80 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs: Trois générations Trois générations de centraux téléphoniques: – Les centraux
Les commutateurs: Trois générations
Trois générations de centraux
téléphoniques:
– Les centraux téléphoniques spatiaux
(analogique)
Le sélecteur rotatif
Le crossbar
Les centraux électroniques spatiaux
– Les centraux temporels (numérique)
– Les Softswitch: VoIP
82 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs: le sélecteur rotatif Principe de fonctionnement: – La connexion est assurée par un
Les commutateurs: le sélecteur rotatif
Principe de fonctionnement:
– La connexion est assurée par un équipage mobile,
solidaire d'un axe vertical: Le sélecteur.
– Deux électroaimants, par pas successifs, au
rythme de l'arrivée des impulsions du cadran,
déplace le sélecteur, d'abord le long de l'axe
vertical dans un mouvement de translation
(sélection du premier chiffre), puis en rotation
dans le plan horizontal (sélection du deuxième
chiffre). Les 100 sorties ainsi accessibles sont
disposées autour de l'axe vertical sur un cylindre,
suivant 10 rangées de 10 contacts numérotés
dans les 2 sens de I à 0 (premier et dernier chiffre
du cadran).
84 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs: le sélecteur rotatif Le système rotatif adopté en France à partir de 1925:
Les commutateurs: le sélecteur rotatif
Le système rotatif
adopté en France à
partir de 1925:
– Rotary
– R6
Les derniers ont cessé
de fonctionner en 1983
85 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs: le crossbar Principe de fonctionnement du réseau de connexion: – un électro-aimant actionne
Les commutateurs: le crossbar
Principe de fonctionnement du
réseau de connexion:
– un électro-aimant actionne la
barre horizontale.
– La rotation engage des tiges
appelées embrayeurs.
– L'action d'un deuxième électro
-aimant fait pivoter une des
barres verticales.
– Dans ce mouvement, sous
l'effet de l'embrayeur, des
lames souples établissent le
contact.
– Le maintien du contact est
fait par l’action permanente de
l’électroaimant .
87 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs: le crossbar En France 2 systèmes: – Le PENTACONTA de la CGCT (Compagnie
Les commutateurs: le crossbar
En France 2 systèmes:
– Le PENTACONTA de la
CGCT (Compagnie Générale
de Constructions
Téléphoniques)
– Le CP400 construit par STE
(Société des Téléphones
Ericsson)
89 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs: le crossbar Les systèmes rotatifs s’usaient rapidement à cause des mouvements importants des
Les commutateurs: le crossbar
Les systèmes rotatifs s’usaient rapidement à cause
des mouvements importants des sélecteurs
Les Suédois mirent au point un système crossbar
en 1919
– AT&T reprend le développement en 1930 pour mettre au
point le Crossbar n°1 en 1938
En France le premier Crossbar installé à Melun en
1955.
– En 1975, 70% du réseau national équipé
– Le dernier démonté en 1994 à Givors
86 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs: le crossbar Principe de fonctionnement: – Il existe un organe spécialisé 'le marqueur'
Les commutateurs: le crossbar
Principe de fonctionnement:
– Il existe un organe spécialisé 'le marqueur' qui à partir du
numéro composé met en œuvre tous les étages de
sélection simultanément.
– Ainsi l'établissement de la communication est plus rapide :
Dans le pas à pas de Strowger la mise en place du chemin
peut prendre 1 à 2s par chiffre,
dans un système crossbar, l’établissement de la liaison prend
en tout quelques dixième de secondes seulement.
88 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs: électronique spatial Introduire l’électronique dans les centraux CROSSBAR notamment le
Les commutateurs: électronique
spatial
Introduire l’électronique dans les centraux
CROSSBAR notamment le transistor
– Nés des études faites à partir des années 50
2 types de commutateurs électroniques:
– Les systèmes semi électroniques avec un
réseau de connexion qui reste électromécanique
– Les systèmes tout électroniques qui utilisent le
transistor dans le réseau de connexion.
90 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs: électronique spatial Le premier central spatial électronique est le ESS n°1 d’AT&T mis
Les commutateurs: électronique
spatial
Le premier central spatial électronique est le ESS n°1 d’AT&T
mis en service en 1965.
En 1975 la France a mis en route son plan de rattrapage et
choisi un système semi électronique
– Le Métaconta.
– Installé massivement en 1978 et permis de doubler la taille du
réseau en moins de 10 ans.
En 1976 la direction des Télécommunications retient deux
systèmes pour la France:
– Le METACONTA 11F proposé par la CGCT
– L' AXE étudié par la STE et présenté par Thomson
91 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs: 2ème génération Les centraux temporels Dès 1938, un Anglais Alex REEVES eu l’idée
Les commutateurs:
2ème génération
Les centraux temporels
Dès 1938, un Anglais Alex REEVES eu l’idée de transmettre la parole sous forme codée .
Il a fallu attendre les années 60 avec l’arrivée de la microélectronique pour pouvoir
concrétiser
En France, le CNET a été un acteur important de cette approche en réalisant en 1970 la
mise en service du premier central public à commutation temporel à Perros Guirec :
PLATON.
La commutation temporelle présente de nombreux avantages notamment la suppression
des organes mécaniques donc moins d’usure.
Dans les années 80, de nombreux systèmes à commutation temporelle ont vu le jour, et
cette approche est adoptée par tous les constructeurs.
Dans le cas du réseau Français à la fin des années 90, 3 systèmes sont mis en place :
– E10 et MT de la société ACATEL
– AXE développé par MET (filiale commune MATRA et ERICSSON).
93 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs: des fonctionnalités Les fonctionnalités se sont surtout développées avec la numérisation des
Les commutateurs:
des fonctionnalités
Les fonctionnalités se
sont surtout développées
avec la numérisation des
centraux téléphoniques
Ils sont surtout présents
sur les centraux privés et
maintenant aussi proposé
par les opérateurs sur le
réseau public.
95 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs: électronique spatial En France les derniers centraux de ce type mis en service
Les commutateurs: électronique
spatial
En France les derniers
centraux de ce type mis en
service en 1985
Dans les années 80 ils
seront balayés par les
nouveaux
systèmes numériques
temporelles
92 Pascal Mouchard
2010/2011
Les commutateurs: les centraux temporels Un central téléphonique temporel est constitué d’unité de raccordement
Les commutateurs:
les centraux temporels
Un central téléphonique temporel
est constitué d’unité de
raccordement avec des jonctions
interconnectés au réseau de
connexion : l’ensemble est sous le
contrôle d’un calculateur.
Les URA sont raccordés au
réseau de connexion temporel
par une liaison numérique
multiplexée normalisée à 2048
Kbit/s.
94 Pascal Mouchard
2010/2011
Les Softswitch: 3ème génération Cirpack Thomson L'Alcatel 5020 Softswitch Xspan de MATRA 96 Pascal Mouchard
Les Softswitch: 3ème génération
Cirpack Thomson
L'Alcatel 5020
Softswitch
Xspan de MATRA
96 Pascal Mouchard
2010/2011
Softswith: ex Free 97 Pascal Mouchard 2010/2011
Softswith: ex Free
97 Pascal Mouchard
2010/2011
Les artères de transmission On distingue deux catégories de multiplexage: – le multiplexage fréquentiel:
Les artères de transmission
On distingue deux catégories de
multiplexage:
– le multiplexage fréquentiel: MRF(Multiplexage
par répartition de fréquence) ou FDM (Frequency
Division Multiplexing)
– le multiplexage temporel: MRT (multiplexage à
répartition dans le temps) ou TDM (Time Division
Multiplexing)
99 Pascal Mouchard
2010/2011
Les artères de transmission le multiplexage fréquentiel sur les lignes téléphoniques: Le multiplexage fréquentiel
Les artères de transmission
le multiplexage fréquentiel
sur les lignes téléphoniques:
Le multiplexage fréquentiel de signaux téléphoniques analogiques est
la première technique de multiplexage des communications
téléphoniques normalisée par l'UIT:
– Le Groupe primaire: consiste à regrouper 12 voies téléphoniques et
réparties entre 60 et 108 Khz.
Chaque voie dispose d'une bande passante de 4 000 Hz répartie de 3000
hz pour la communication et de deux espaces interbande de 500 Hz)
– Le groupe secondaire: Correspond au groupement de 5 groupes
primaires soit 60 voies téléphoniques
– Le groupe tertiaire : Compte 5 groupes secondaires soit 300 voies
10
1
Pascal Mouchard
2010/2011
Les artères de transmission Les coûts de mise en œuvre d’une artère de transmission à
Les artères de transmission
Les coûts de mise en œuvre d’une
artère de transmission à faible ou
haut débit sont identiques:
le coût du support est faible par
rapport à celui des travaux de
génie civil.
Les opérateurs développent des
techniques de multiplexage sur
les supports physiques pour
transmettre le maximum de
communications.
98 Pascal Mouchard
2010/2011
Les artères de transmission: le multiplexage fréquentiel Partager la bande de fréquence disponible en canaux
Les artères de transmission:
le multiplexage fréquentiel
Partager la bande de fréquence disponible
en canaux (ou sous bandes)
Les applications:
– Le multiplexage des signaux téléphoniques
analogiques
– Le multiplexage en longueur d’onde WDM
10
0
Pascal Mouchard
2010/2011
Les artères de transmission Le multiplexage fréquentiel Le multiplexage en longueur d'onde (WDM) (Wavelength
Les artères de transmission
Le multiplexage fréquentiel
Le multiplexage en longueur d'onde (WDM) (Wavelength Division
Multiplexing):
– Cette technique est surtout utilisée dans les artères de transmission à haut débit des
opérateurs
– Le multiplexage WDM est complètement passif est donc d'une très grande fiabilité.
– On parle aussi de DWDM ( Dense Wavelenght Division Multiplexing)
Le principe est très simple:
– Deux fibres véhiculant un flux lumineux de bande de fréquence différente arrivent sur
un prisme (système à diffraction). Les deux faisceaux lumineux sont combinés par
le prisme en un faisceau unique sur une fibre en sortie.
– Sur fibre monomode:
Chaque couleur correspond un débit de 10 Gbit/s
On peut atteindre 100 Pétabit/s (100 Millions Gigabit/s)
10
2
Pascal Mouchard
2010/2011
Les artères de transmission le multiplexage temporel Adapté à la transmission numérique On distingue: –
Les artères de transmission
le multiplexage temporel
Adapté à la transmission numérique
On distingue:
– Le MIC ou PCM: la trame de base
– La hiérarchie numérique plésiochrone ou PDH
– La hiérarchie numérique synchrone ou SDH
10
3
Pascal Mouchard
2010/2011
Les artères de transmission le multiplexage temporel Le canal de transmission T1: – Défini par
Les artères de transmission
le multiplexage temporel
Le canal de transmission
T1:
– Défini par Bell System et
utilisé sur le continent Nord
Américain et au Japon.
Cette technique fait l'objet
d'une normalisation de
l'UIT: norme G733.
Le canal T1 regroupe 24
voies téléphoniques
multiplexées.
10
5
Pascal Mouchard
2010/2011
Les artères de transmission: la hiérarchie numérique plésiochrone Les canaux E1 et T1 constituent les
Les artères de transmission:
la hiérarchie numérique plésiochrone
Les canaux E1 et T1 constituent les multiplex
numériques primaires des grands réseaux. Les
canaux E1 et T1 peuvent être multiplexés sur des
artères à plus haut débit.
– La différence du multiplex primaire entre l'Europe et l'AN
existe aussi dans les niveaux supérieurs.
– Le principal défaut de cette technique l’accès aux
informations: il faut démultiplexer l’ensembles des voies.
10
7
Pascal Mouchard
2010/2011
Les artères de transmission le multiplexage temporel Le MIC (Modulation par impulsion et codage) ou
Les artères de transmission
le multiplexage temporel
Le MIC (Modulation par impulsion et codage) ou PCM
(Pulse Code Modulation) constitue la base de la transmission
numérique des réseaux téléphoniques modernes.
Ce sont des intervalles de temps multiples de 125 µs.
l'UIT ayant tardé pour fournir des normes internationales:
– la situation est hétérogène sur le plan mondial.
– Pour les connexions internationales il faut mettre en place des
dispositifs de conversions.
10
4
Pascal Mouchard
2010/2011
Les artères de transmission le multiplexage temporel Le canal de transmission E1: – Cette technique
Les artères de transmission
le multiplexage temporel
Le canal de transmission
E1:
– Cette technique est mise en
oeuvre dans les pays
Européens.
– Définie par l'UIT, norme
G732.
La trame est de 32IT à 8
bits, soit 256 bits reproduit
périodiquement tous les
125µs.
Le débit obtenu est de
2,048 Mbit/s.
10
6
Pascal Mouchard
2010/2011
Les artères de transmission: la hiérarchie numérique plésiochrone 10 8 Pascal Mouchard 2010/2011
Les artères de transmission:
la hiérarchie numérique plésiochrone
10
8
Pascal Mouchard
2010/2011
Les artères de transmission: la hiérarchie numérique synchrone Dans la technique PDH pour extraire un
Les artères de transmission: la hiérarchie
numérique synchrone
Dans la technique PDH pour extraire un IT il faut démultiplexer la
trame.
En revanche la hiérarchie numérique synchrone SDH ou SONET
donne la possibilité d'insérer ou d'extraire des voies sans les
opérations de multiplexage et démultiplexage.
Mis au point aux Etats Unis suite à la déréglementation en 1984.
– les opérateurs avaient besoin de standard communs pour s'interconnecter
aux réseaux des opérateurs de longues distances.
– Les laboratoires de Bellcore mettent au point en 1985 le standard
SONET qui correspond aux nouveaux besoins de transmission.
En 1986 L'UIT s'intéresse à la définition d'une hiérarchie
numérique synchrone SDH (Synchronous Digital Hierarchy) pour
le transport du RNIS Large bande.
10
9
Pascal Mouchard
2010/2011
Les artères de transmission: la hiérarchie numérique synchrone Trame SDH: – Structure en conteneur: les
Les artères de transmission: la hiérarchie
numérique synchrone
Trame SDH:
– Structure en conteneur: les
informations sont encapsulées
dans un conteneur qui avec
son surdébit POH permet le
repérage et forme ainsi un
conteneur virtuel VC
– Trame de base STM1:
Synchronous Transfer Mode
1
9 rangées de 270 Octets: 9
supervisions + 261 Octets
d’informations
Soit 155,520 Mbit/s
– Il existe aussi STM
1,4,16,64,128 et 256
11
1
Pascal Mouchard
2010/2011
La signalisation La signalisation permet de transmettre un ensemble d’information décrivant: – L’état de la
La signalisation
La signalisation permet de transmettre un
ensemble d’information décrivant:
– L’état de la ligne (libre,occupée…)
– La numérotation
– Et les services associés
La signalisation peut être de deux types:
– Voie par voie
– Par canal sémaphore
11
3
Pascal Mouchard
2010/2011
Les artères de transmission: la hiérarchie numérique synchrone En 1989 l’UIT publie les normes SDH
Les artères de transmission: la hiérarchie
numérique synchrone
En 1989 l’UIT publie les normes SDH G707;G708 et G709
SONET et SDH sont semblables et surtout compatibles. Ainsi il
n'y a plus de différence en l'Europe et l'AN.
– l'interconnexion des équipements opérateurs est possible grâce à
la définition de standard compatible.
– unification des systèmes NA et Europe
– méthode de multiplexage simple et standard qui facilitent
l'insertion et l'extraction d'IT.
– amélioration des fonctions de gestions, d'exploitation et de
maintenance.
11
0
Pascal Mouchard
2010/2011
Les artères de transmission: la hiérarchie numérique synchrone Trame Sonet (Synchronous Optical network) SDH et
Les artères de transmission: la hiérarchie
numérique synchrone
Trame Sonet (Synchronous
Optical network)
SDH et SONET compatible: le
niveau 1 de SDH STM-1 est
équivalent au niveau 3 de
SONET (OC-3, optical Carrier
Level 3)
OC1 est composé de 9 rangées
de 90 Octets avec 3 Octets de
supervision.
Ces conteneurs virtuels seront
à leur tour rangés dans des
conteneurs de débit plus
important , et ainsi de suite.
11
2
Pascal Mouchard
2010/2011
La signalisation: voie par voie Sur lien analogique appelé aussi LIA (Liaison Inter- Automatique) Les
La signalisation:
voie par voie
Sur lien analogique appelé aussi LIA (Liaison Inter-
Automatique)
Les informations de voix et la signalisation sont séparées
– La signalisation est dite RON/TRON
RéceptiON et TRansmissiON
E&M recEive and transMit
– Les fils de voix sont généralement désignés fils AB
11
4
Pascal Mouchard
2010/2011
La signalisation: voie par voie sur lien analogique 4 types de LIA – LIA à
La signalisation:
voie par voie sur lien analogique
4 types de LIA
– LIA à changement d’état: les événements sont signalés par le
potentiels des fils RON et TRON
– LIA à impulsions codées: les événements sont représentés par
des impulsions de 48 Volts calibrées en durée.
– LIA à impulsions codées à 50hz: pour les LIA à 2 fils. La
signalisation est transmise sous forme d’impulsions codées
– LIA à courant continu: pour les LIA à 2 fils. Les états sont
détectés pour les ouvertures et les fermetures de la boucle de
courant.
Principe utilisé pour les liaisons d’abonnées
11
5
Pascal Mouchard
2010/2011
La signalisation: voie par voie sur lien numérique Dans le cas de la trame E1:
La signalisation:
voie par voie sur lien numérique
Dans le cas de la trame E1:
– IT0 pour la signalisation de la trame
– IT16 pour la signalisation de chaque voie
11
7
Pascal Mouchard
2010/2011
La signalisation: par canal sémaphore ou signalisation CCS (Common Channel Signaling) Utilise un canal dédié
La signalisation:
par canal sémaphore
ou signalisation CCS (Common Channel Signaling)
Utilise un canal dédié (IT24 trame T1, IT16 trame
E1) pour signaler tous les événements relatifs aux
communications établies sur la trame
Signalisation en mode messages commune à tous
les IT
Le protocole de référence est CCITT n°7
11
9
Pascal Mouchard
2010/2011
La signalisation: voie par voie sur lien numérique Appelé aussi CAS (Channel Associated Signaling ou
La signalisation:
voie par voie sur lien numérique
Appelé aussi CAS (Channel Associated Signaling ou
signalisation par canal associé)
La signalisation de chaque voie est transportée dans
un IT dédié ou dans la même voie que la
communication.
La signalisation comporte deux types d’informations:
– Relative à la structure de la trame
– Et celles du canal téléphonique
11
6
Pascal Mouchard
2010/2011
La signalisation: voie par voie sur lien numérique La signalisation de chaque IT sur 4
La signalisation:
voie par voie sur lien numérique
La signalisation de chaque IT sur 4 bits (bits a,b,c,d) est transportée dans
l’IT16 de chaque trame .
– Chaque IT 16 transporte la signalisation de deux voies
– La signalisation CAS ne comporte que les événements relatifs à la gestion de
la ligne. Il n’y a pas de service sophistiqué (exemple: affichage de l’appelant,
téléservices …)
11
8
Pascal Mouchard
2010/2011
La signalisation: par canal sémaphore Dans le cas d’un réseau public l’acheminement des messages est
La signalisation:
par canal sémaphore
Dans le cas d’un réseau
public l’acheminement des
messages est réalisé dans
un réseau sémaphore
– PS: point sémaphore
(2000)
– PTS: point de transfert
sémaphore (40 à 50)
1983: spécifications
1986: les premières liaisons
12
0
Pascal Mouchard
2010/2011
La signalisation: par canal sémaphore La signalisation sémaphore CCITT n°7 s’inspire du modèle de référence
La signalisation:
par canal sémaphore
La signalisation sémaphore
CCITT n°7 s’inspire du modèle
de référence ISO
Niveau 1: liaison de donnée de
signalisation; IT à 64 kbit/s
Niveau 2: gère la procédure de
transmission sur la liaison;
canal sémaphore
Niveau 3: fonction d’orientation
des messages et de gestion du
réseau sémaphore.
12
1
Pascal Mouchard
2010/2011
Le plan de numérotation Le numéro international d’un abonné est composé de l’indicatif du pays
Le plan de numérotation
Le numéro international d’un abonné est composé de
l’indicatif du pays où il est situé, suivi du numéro national:
Le globe terrestre a été partagé en 9 zones, chacune
identifiée par un seul chiffre :
1 les Etats-Unis et le Canada
2 l’Afrique
3 l’Europe
4 l'Europe
5 L’Amérique centrale et du Sud
6 L’Asie du Sud Est et l’Océanie
7
Les pays de l’Ex URSS
8
Les pays d’extrême Orient
9
les pays du Proche et du Moyen orient.
12
3
Pascal Mouchard
2010/2011
Le plan de numérotation Français 1955, premier système de numérotation lorsque le réseau a été
Le plan de numérotation Français
1955, premier système de numérotation
lorsque le réseau a été progressivement
automatisé.
1985 généralisation des 8 chiffres pour
identifier les abonnées
Octobre 1996 un plan pour offrir plus de
capacité (500 Millions) et conforme avec le
système international.
12
5
Pascal Mouchard
2010/2011
Le plan de numérotation L’acheminement des appels est réalisé en fonction du numéro d’abonné composé
Le plan de numérotation
L’acheminement des appels est réalisé en fonction
du numéro d’abonné composé par l’appelant.
Ce plan de numérotation permet d’établir une
liaison pour chaque abonné au réseau
téléphonique.
– Ce numéro correspond donc à l’adresse de l’abonné sur
le réseau téléphonique et il doit être unique
Le CCITT a défini un plan de numérotation
mondial dès 1962
– E164
12
2
Pascal Mouchard
2010/2011
Le plan de numérotation Au niveau national on distingue deux types de plan de numérotation:
Le plan de numérotation
Au niveau national on distingue deux types de plan
de numérotation:
– Le plan de numérotation ouvert
La longueur du numéro est variable
Permet de numéroter directement un poste secondaire
derrière un poste primaire
Utilisé en UK et Allemagne
– Le plan de numérotation fermé
La longueur du numéro est fixe
Utilisé en France et US
12
4
Pascal Mouchard
2010/2011
Le plan de numérotation Français 12 6 Pascal Mouchard 2010/2011
Le plan de numérotation Français
12
6
Pascal Mouchard
2010/2011
Le plan de numérotation Français Préfixe internationale : 00 Indicatif pays: 33 Numéro national: –
Le plan de numérotation Français
Préfixe internationale : 00
Indicatif pays: 33
Numéro national:
– OZ: Opérateur et Zone
– AB PQ: Numéro du commutateur de
rattachement
– MCDU: Numéro de ligne abonné
12
7
Pascal Mouchard
2010/2011
Le réseau FT 12 9 Pascal Mouchard 2010/2011
Le réseau FT
12
9
Pascal Mouchard
2010/2011
Le réseau FT 13 1 Pascal Mouchard 2010/2011
Le réseau FT
13
1
Pascal Mouchard
2010/2011
Le réseau FT 12 8 Pascal Mouchard 2010/2011
Le réseau FT
12
8
Pascal Mouchard
2010/2011
Le réseau FT 13 0 Pascal Mouchard 2010/2011
Le réseau FT
13
0
Pascal Mouchard
2010/2011
Le réseau FT 13 2 Pascal Mouchard 2010/2011
Le réseau
FT
13
2
Pascal Mouchard
2010/2011
Le réseau FT 13 3 Pascal Mouchard 2010/2011
Le réseau FT
13
3
Pascal Mouchard
2010/2011
Le réseau FT 13 4 Pascal Mouchard 2010/2011
Le réseau FT
13
4
Pascal Mouchard
2010/2011
La téléphonie mobile Introduction à la transmission radio Les caractéristiques du support radio Les systèmes
La téléphonie mobile
Introduction à la transmission radio
Les caractéristiques du support radio
Les systèmes de première génération
Les réseaux cellulaires
Architecture d’un réseau de téléphonie mobile
Le réseau GSM
GPRS et UMTS
La radiomessagerie
1
2010/2011
cours Téléphonie
Introduction Il existe de nombreuses difficultés: – les interférences – La gestion de la mobilité
Introduction
Il existe de nombreuses difficultés:
– les interférences
– La gestion de la mobilité
Les fréquences radio sont des ressources rares dont les
caractéristiques (de propagation et d'affaiblissement)
dépendent de phénomènes physiques:
– Ainsi les Etats contrôlent l'allocation des fréquences en
distinguant deux catégories:
Les fréquences en libre usage: bande de fréquence ouverte aux
utilisateurs.
Les fréquences réservées: des fréquences dont l’usage est soumis à
licence.
3 2010/2011
cours Téléphonie
Introduction: les fréquences réservées Des fréquences dont l'usage nécessite une licence: – La plage de
Introduction: les fréquences réservées
Des fréquences dont l'usage nécessite une licence:
– La plage de fréquence de 30 à 2000 Mhz
– de nombreuses bandes sont réservées à la Défense nationale
et à des services de l'état (gendarmerie, police , SAMU ,
aéroport )
– Les grandes entreprises les utilisent pour leurs usages.
Il est possible ainsi d’obtenir l’attribution de fréquence pour
un usage privatif: On peut bâtir de véritable réseaux avec des
relais fixes.
On trouvera:
– Les réseaux radio à Ressources partagées 3RP
– Les réseaux radio privés 2RP
– Les systèmes de radio téléphonie: GSM, GPRS, UMTS, AMPS…
– Les systèmes de téléphonie satellitaire
5 2010/2011
cours Téléphonie
Introduction Les experts considèrent que seuls deux moyens de communication seront présents à l’avenir :
Introduction
Les experts considèrent que seuls deux moyens de
communication seront présents à l’avenir : les fibres
optiques et les liaisons sans fil.
On trouvera ces liaisons radios sur:
– Tous les systèmes nécessitant de la mobilité.
– mais aussi pour des systèmes fixes: solution sur des sites
à accès difficiles montagnes, marécages
2 2010/2011
cours Téléphonie
Introduction: les fréquences en libre usage Des bandes de fréquences ouvertes aux utilisateurs: – sans
Introduction: les fréquences en libre usage
Des bandes de fréquences ouvertes aux utilisateurs:
– sans contrôle tant que la puissance reste faible
– Ainsi la gestion et l'utilisation sont laissées à l'initiative et aux
risques et périls des utilisateurs.
– La confidentialité de la transmission, la disponibilité du support
n’est pas garantie dans cette catégorie
On trouve les solutions suivantes:
– Ondes courtes: réservé aux radio amateurs
– Les talkies-walkies dont le Citizen band CB
– Le téléphone sans fil: DECT
– Le Wifi
4 2010/2011
cours Téléphonie
Les caractéristiques du support radio Principe d’un système de communications sans fil: – Les électrons
Les caractéristiques du support radio
Principe d’un système de communications sans fil:
– Les électrons en se déplaçant créent des ondes
électromagnétiques:
identifié par le physicien Maxwell en 1865.
– Ainsi en raccordant un circuit électrique à une antenne
d'une certaine dimension, les ondes électromagnétiques
produites sont diffusées dans l'espace .
– Elles peuvent être captées par un récepteur muni d'une
antenne
6 2010/2011
cours Téléphonie
Les caractéristiques du support radio la relation fondamentale est: c est la célérité de la
Les caractéristiques du support
radio
la relation fondamentale est:
c est la célérité de la lumière égale dans le vide 3*10 puissance 8
Lambda la longueur d'onde
et f la fréquence.
Exemple: une onde de 1 Mhz aura une longueur d'onde de 300m.
7 2010/2011
cours Téléphonie
Les générations des réseaux de radiotéléphonie cellulaires 9 2010/2011 cours Téléphonie
Les générations des réseaux de
radiotéléphonie cellulaires
9 2010/2011
cours Téléphonie
Les réseaux cellulaires Avec le principe un téléphone = une fréquence: – l’ensemble des fréquences
Les réseaux cellulaires
Avec le principe un téléphone = une fréquence:
l’ensemble des fréquences pour un réseau de mobiles permet de
satisfaire seulement un demi milliers d’abonnés dans le cas du
GSM.
Il faut donc trouver des techniques pour augmenter la
capacité du trafic:
– Le premier moyen est de permettre à chaque terminal d’utiliser
une fréquence variable qui lui est attribuée par l’opérateur en
fonction des ressources disponibles.
– Et le concept de cellules: l’opérateurs peut réutiliser une même
fréquence en plusieurs endroits géographiques dans la
mesure où il n’y a pas de risques d’interférences.
11 2010/2011
cours Téléphonie
Les caractéristiques du support radio Le spectre électromagnétique 8 2010/2011 cours Téléphonie
Les caractéristiques du support
radio
Le spectre électromagnétique
8 2010/2011
cours Téléphonie
La première génération Les systèmes de première génération sont caractérisés par des terminaux analogiques:
La première génération
Les systèmes de première génération sont caractérisés par des
terminaux analogiques:
– une mobilité restreinte
– des services limités.
En 1946, Bell ouvre le premier réseau commercial de radiotéléphone
sans fil à Saint-Louis aux Etats Unis. L'émetteur couvrait la ville et
disposait d'un seul canal de communication.
En 1960 le système IMTS (Improved Mobile Telephone System) fit
son apparition aux Etats Unis.
– Il y avait plusieurs canaux de communications, chaque canal avait deux
fréquences différentes: l'une pour l'émission et l'autre pour la réception.
10 2010/2011
cours Téléphonie
Les réseaux cellulaires C’est en 1971 que Bell System met au point les bases d'un
Les réseaux cellulaires
C’est en 1971 que Bell System met au point les bases d'un
système de radiotéléphonie cellulaire utilisant plusieurs canaux
radio et totalement connecté aux systèmes de téléphonie fixe.
Le principe est de couvrir le territoire de l'opérateur par des
cellules
Chaque zone couverte par un émetteur est appelée cellule. Leur
taille est variable de 200 mètres à 20 kilomètres pour les plus grandes.
Dans un réseau cellulaire la fonctionnalité importante est le
handover.
12 2010/2011
cours Téléphonie
Les réseaux cellulaires La première génération des réseaux cellulaires était constituée d'une interface
Les réseaux cellulaires
La première génération des réseaux cellulaires
était constituée d'une interface radio analogique
La deuxième génération la transmission sur
l'interface radio est numérique.
La troisième génération prend en charge les
applications multimédias et l'intégration dans le
monde Internet
13 2010/2011
cours Téléphonie
Le réseau GSM En 1987 13 pays Européens se mettent d’accord pour développer un réseau
Le réseau GSM
En 1987 13 pays Européens se mettent d’accord
pour développer un réseau GSM
(Global System for Mobile communications).
En 1990 une adaptation dans la bande 1800 Mhz
est mise en place: DCS1800 (Digital
Communication System).
De leur coté les Américains reprennent une version
du GSM dans la bande des 1900 Mhz, le DCS 1900
15 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM: réseaux d’accès radio Les stations de base – La fonction essentielle d’une station
Le GSM: réseaux d’accès radio
Les stations de base
– La fonction essentielle d’une station de base( BTS ou base Transceiver
Station) est d’assurer la transmission d’un signal radio entre les
radiotéléphones et le réseau de l’opérateur.
– Ainsi la BTS fournit aux utilisateurs présents dans la cellule un point
d’accès dans le réseau pour pouvoir recevoir ou émettre des appels.
– La capacité maximale d'une BTS est de 16 porteuses.
Pour améliorer la capacité de trafic on réduit au minimum la puissance de ces
BTS en ville de manière à couvrir une zone plus petite.
Mais cela entraîne évidemment une multiplication importante des coûts: une
BTS coûte en moyenne 300 000 Euros
– Pour les réseaux GSM, le trafic moyen par abonné est d'environ 0,025
erlangs. (1,5 minutes/heure)
– exemple le réseau SFR compte plus de 6 000 BTS en France.
17 2010/2011
cours Téléphonie
Architecture d’un réseau de téléphonie mobile Dans les réseaux cellulaires l'architecture est la suivante:
Architecture d’un réseau de
téléphonie mobile
Dans les réseaux cellulaires l'architecture
est la suivante:
– le territoire est divisé en cellule. Une cellule
est liée à une station de base BTS (Base
Transceiver Station)
– Un sous système radio concentre les stations
de base BSC (Base Station Controller)
– et ensuite un centre de commutation du
service mobile MSC (Mobile service
Switching Center)
On trouvera aussi deux bases de données:
– HLR (Home Location register) qui contient
les abonnés rattachés au MSC
– VLR (Visitor Location Register) qui localise
les mobiles traversant la zone du MSC.
Le réseau de téléphonie mobile est
interconnecté avec le réseau téléphonique
fixe.
14 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM: réseaux d’accès radio Les mobiles: – Le terme mobile est en général utilisé
Le GSM: réseaux d’accès radio
Les mobiles:
– Le terme mobile est en général utilisé
pour désigner des appareils portatifs en
version 2 Watts.
– On peut préciser fixe ou portable pour
les versions 8 Watts.
– Un mobile tri-band peut fonctionner sur
trois types de réseaux
– Le mobile possède un numéro
d’identification internationale IMEI qui
est déclaré dans une base EIR
(Equipment Identify Register) *#06#
– Le mobile pour être utilisé doit avoir une
carte SIM (Subscriber Identification Module).
Cette carte est protégée par un code
secret PIN.
Il existe aussi le code PUK pour
débloquer le mobile: (PIN Unblocking
Key)
16 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM: réseaux d’accès radio Les stations de base: – Les BTS rayonnantes Elles couvrent
Le GSM: réseaux d’accès radio
Les stations de base:
– Les BTS rayonnantes
Elles couvrent les sites où la densité
d'abonnés est faible. Elles sont situées
sur des points stratégiques (sommets,
pylônes…).
– Les BTS ciblés
Elles sont le plus souvent placées
dans des zones à plus forte densité
d'abonnés
– Les micros BTS
Elles couvrent des zones très
restreintes et sont très utilisées dans les
sites où la densité d'abonnés est
importante: ce sont les microcellules
18 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM: réseaux d’accès radio Les stations de base: – Les amplificateurs de signal: Ce
Le GSM: réseaux d’accès radio
Les stations de base:
– Les amplificateurs de
signal:
Ce ne sont pas des BTS
proprement dites mais ils
permettent de couvrir une
autre cellule comme le
ferait une véritable BTS.
Les amplificateurs de
signal captent le signal
émis par les BTS,
l'amplifient et le réémettent
d'un autre site.
19 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM : réseaux d’accès radio Les stations de base – Le Multiplexeur permet l’utilisation
Le GSM : réseaux
d’accès radio
Les stations de base
– Le Multiplexeur permet
l’utilisation d’un lien
unique entre la BTS et le
concentrateur mais
permet aussi de
raccorder plusieurs
BTS en série et
sécuriser par un
bouclage en anneau
21 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM: l’ingénierie L’implantation d’une BTS: – Trouver le site géographique adapté (point haut…) –
Le GSM: l’ingénierie
L’implantation d’une BTS:
– Trouver le site géographique
adapté (point haut…)
– Autorisation des propriétaires
et de la mairie
– Obtenir l’autorisation de la
CORESTA (Commission
d’étude de la répartition
géographique des stations
radioélectriques) ANF
– Selon les zones à couvrir la
station de base sera équipée
d’antennes:
Omnidirectionnelles
Bidirectionnelles
Trisectorielles
23 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM : réseaux d’accès radio Les stations de base – La partie Emission/Réception radio
Le GSM : réseaux
d’accès radio
Les stations de base
– La partie Emission/Réception
radio d’une BTS est constitué
d’un nombre variable de TRX
(transceiver TX &RX unit) ou
canal radio constitué d’un
couple de fréquence.
1 ou 2 TRX pour une micro-
cellulle
3 à 4 TRX par cellule en zone
urbaine
– La BTS est reliée au réseau de
téléphonie mobile par un lien
MIC sur câble, fibre ou
faisceau hertzien (bande 23-38
Ghz ou 6 ou 13 Ghz)
20
2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM: l’ingénierie Les contraintes techniques – L’élément de base est la cellule de couverture
Le GSM: l’ingénierie
Les contraintes techniques
– L’élément de base est la
cellule de couverture
– La bande de fréquence utilisée
est importante sur la
couverture
Pour le GSM la portée est
deux fois plus grande que le
DCS
Par contre le nombre de
canaux disponibles est deux
fois plus élevé en DCS.
Ainsi le DSC est
économiquement adapté aux
villes à forte densité de
population
22 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM: l’ingénierie – La planification des fréquences: Une BTS comporte 1 ou plusieurs modules
Le GSM: l’ingénierie
La planification des
fréquences:
Une BTS comporte 1
ou plusieurs modules
émetteurs-récepteurs
Chaque module ou
TRX est constitué
d’un couple de
fréquences
Un TRX permet 8
communications:
parole,données ou
signalisation.
24 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM: l’ingénierie La réutilisation des fréquences: – La ressource « fréquence » étant limitée
Le GSM: l’ingénierie
La réutilisation des fréquences:
– La ressource « fréquence »
étant limitée
GSM:124 fréquences à répartir
entre les opérateurs
– La capacité du réseau passe
par la réutilisation des
fréquences dans les cellules
voisines
– Définition d’un motif régulier
et répétitif permet une bonne
gestion des fréquences
25 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM : l’interface radio La partie radio est optimisée par l’utilisation de deux techniques
Le GSM : l’interface radio
La partie radio est optimisée par l’utilisation de deux
techniques de multiplexage:
– Partage en fréquence FDMA
Chacune des bandes dédiées au système GSM est divisée
en 125 canaux fréquentiels d'une largeur de 200 kHz.
– 125 * 200 Khz = 25 Mhz
– Partage en temps TDMA
Chaque porteuse est divisée en intervalles de temps appelés
slots
La durée élémentaire d’un slot a été fixée 0,5769 ms
les slots sont regroupés par paquets de 8. La durée d’une
trame TDMA est donc 8×Tslot =4,6152 ms.
27 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM : l’interface radio Format du slot: – Permet de transmettre 114 bits de
Le GSM : l’interface radio
Format du slot:
– Permet de transmettre 114 bits de données
– une période de garde de 30.5 µs qui sert à compenser les temps de
transmission entre le mobile et la station de base.
29 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM : l’interface radio L’interface radio est une des parties les plus sophistiquées du
Le GSM : l’interface radio
L’interface radio est une des parties les plus
sophistiquées du système.
Les bandes dédiées au système GSM sont:
– 890 à 915 MHz pour la voie montante
– 935 à 960 MHz pour la voie descendante
– soit 2×25 MHz
les bandes de fréquence allouées à son extension
DCS sont:
– 1710 à 1785 MHz pour la voie montante
– 1805 à 1880 MHz pour la voie descendante
– 2×75 MHz.
26 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM : l’interface radio Saut de fréquence: – Pour la sécurité des communications –
Le GSM : l’interface radio
Saut de fréquence:
– Pour la sécurité des
communications
– Pour lutter contre les
évanouissements sélectifs
Duplexage:
– Séparation des bandes
– GSM l’écart duplex= 45
Mhz
– DCS l’écart duplex = 95
Mhz
– L’émission et la réception
sont décalées de 3 slots
28 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM : l’interface radio Transmission de la parole Signal analogique est numérisé avec un
Le GSM : l’interface radio
Transmission de la parole
Signal analogique est numérisé
avec un débit de 13 Kbit/s
pour le plein débit
6,5 kbit/s pour le demi débit
Des paquets de 20 ms sont
constitués soit 260 bits
le cryptage donne une trame
de 456 bits
Entrelacement:
– Les bits sont brassés et divisés
en 8 demi slots (8*57 bits)
– TDMA: Time Division Multiple
Access.
30 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM : réseaux d’accès radio Les concentrateurs de base BSC – Le BSC contrôle
Le GSM : réseaux d’accès radio
Les concentrateurs de base BSC
– Le BSC contrôle plusieurs
stations de base jusqu’à 256 TRX
selon les constructeurs
– Il a un rôle:
De supervision: en remontant les
alarmes et les informations des BTS
commutation en aiguillant le trafic
venant du MSC vers les BTS et
assurer le transfert entre BTS pour
les hand over internes à la zone
multiplexeur en concentrant le
trafic et la signalisation provenant
des BTS vers le MSC
Il existe une fonction de
transcodage pour s’interfacer de
manière standard avec les signaux
de la téléphonie gérés par le
commutateur.
OMC: centre d’exploitation et de
maintenance
31 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM : réseau de commutation Le MSC (Mobile Switching Center) joue le rôle de
Le GSM : réseau de commutation
Le MSC (Mobile Switching Center)
joue le rôle de CAA pour les réseaux de
téléphonie mobile
– Établissement et routage des
communications
– Il gère la localisation des abonnés dans
son périmètre VLR (Visitor Location
Registor) et la facturation
Le HLR (Home Location register) a un
rôle de gestion des abonnés mais aussi la
connaissance permanente de leur
localisation
– Il maintient les communications en
cours de déplacement (hand over inter
MSC)
– Assure interconnexion du réseau
téléphonique mobile avec les autres
réseaux de téléphonie
33 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM: établissement d’un appel Réception d’un appel sur le mobile – Demande arrive sur
Le GSM: établissement d’un appel
Réception d’un appel sur le mobile
– Demande arrive sur le MSC le plus
proche de l’appelant
– Le MSC interroge le HLR:
S’il est autorisé à acheminer la
communication
Pour obtenir les référence du MSC dont le
VLR a localisé le mobile
– Le MSC établit une connexion vers le
MSC destinataire en recherchant le
chemin optimal
– Le MSC destinataire en fonction de la
LAC (Location Area Code) établit une
liaison avec les BSC et BTS.
– Lorsque le mobile répond, la signalisation
établit les circuits nécessaires à
l’acheminement de la communication
vers la cellule concernée
35 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM : réseaux d’accès radio Les concentrateurs de base – Sur le réseau SFR
Le GSM : réseaux d’accès radio
Les concentrateurs
de base
– Sur le réseau SFR il y a
environ 500 BSC.
– La couverture de Lyon
nécessite 4 BSC
(représente un coût de
800 000 E).
– Les configurations
possible:
32 2010/2011
cours Téléphonie
Le GSM: établissement d’un appel Depuis un mobile: – La BTS transmet le numéro appelé
Le GSM: établissement d’un appel
Depuis un mobile:
– La BTS transmet le numéro
appelé au commutateur
– Le MSC vérifie auprès de son
VLR si la demande est
réalisable en fonction des
caractéristiques de l’abonné
– Après accord le MSC effectue
deux choses:
Autoriser la BTS à allouer un
canal pour transporter la voix
Établir une connexion vers
le destinataire et gérer la
signalisation
34
2010/2011
cours Téléphonie
GPRS: General packet Radio Service Le GPRS constitue une transition vers la troisième génération des
GPRS: General packet Radio Service
Le GPRS constitue une transition vers la troisième génération des
réseaux mobiles.
Le GPRS ne constitue pas un réseau mobile à part entière mais une
couche supplémentaire rajoutée au réseau GSM existant.
Ainsi le GPRS utilise les bandes de fréquences attribuées au GSM.
Le GPRS appelé aussi GSM2+ repose sur la transmission en mode
paquet.
EDGE (Enhanced Data for Global Evolution) :Evolution du
standard GPRS qui permet le transfert de données en mode paquets,
à haut-débit (3x GPRS)
36 2010/2011
cours Téléphonie
GPRS Cette technologie capable de fournir des débits par utilisateur allant jusqu’à 115 Kbit/s (contre
GPRS
Cette technologie capable de fournir des débits par utilisateur allant
jusqu’à 115 Kbit/s (contre 9,6 Kbit/s pour le GSM) offre les
fonctionnalités :
– plusieurs canaux peuvent être alloués à un utilisateur
– les utilisateurs peuvent partager un même canal
Différents domaines d’application :
– la consultation des pages web
– un meilleur accès aux e-mails par la connexion comportant des fichiers
joints.
– La connexion ouverte en permanence et le mode de facturation au
volume permet des opportunités pour les applications
37 2010/2011
cours Téléphonie
GPRS: infrastructure Les stations de base ont seulement une évolution logicielle Le contrôleur de stations
GPRS: infrastructure
Les stations de base ont seulement
une évolution logicielle
Le contrôleur de stations de base doit
être doublé par un contrôleur de paquet
PCU (Paquet Controler Unit).
Ensuite intervient un commutateur de
paquet SGSN (Serving GPRS Support
Node): il a pour fonction de vérifier
l’enregistrement des abonnés, les
authentifier et autoriser les
communications.
Et enfin le GGSN ( Gateway GPRS
Support Node) qui est la passerelle
d’accès au réseau IP (Internet ou
Intranet).
39
2010/2011
cours Téléphonie
UMTS 41 2010/2011 cours Téléphonie
UMTS
41 2010/2011
cours Téléphonie
GPRS Avec le GPRS, on dispose d’un débit compris entre 40 et 115 Kbit/s en
GPRS
Avec le GPRS, on dispose d’un débit compris entre 40 et 115
Kbit/s en fonction du nombre de canaux virtuels ou time slots
utilisés :
– en mode multislot 3+1 (trois slots pour la transmission dans le
sens réseau vers mobile et un slot dans le sens portable vers
réseau). On obtient un débit de 40 Kbit/s avec un schéma de
codage CS2.
– En mode multislots (8+1) avec le mode de codage CS4, on atteint
des débits pratiques de 115 Kbit/s
Avec la volonté de conserver des stations de base actuelle
seulement la première version a été mise en oeuvre.
38 2010/2011
cours Téléphonie
UMTS Système de radiotéléphonie de troisième génération: – FPLMTS Future Public Land Mobile Telephone System
UMTS
Système de radiotéléphonie de troisième génération:
– FPLMTS Future Public Land Mobile Telephone System
– IMT 2000 International Mobile Telecommunications for the year
2000
– La version Européenne s’appelle UMTS Universal Mobile
Telecommunications System
– Aux US PCS (Personal Communication Services)
Les propriétés de cette 3ème génération sont les suivantes:
– Couverture et mobilité complète jusqu’à 144 Kbit/s voire 384
Kbit/s
– Couverture et mobilité restreinte pour des débits jusqu’à 2 Mbit/s
Grande flexibilité pour introduire de nouveaux services.
Notion de soft handover: en UMTS, l'utilisateur est pris en charge
par plusieurs stations simultanément. Il reste ainsi toujours
« couvert », même s'il se déplace
40 2010/2011
cours Téléphonie
UMTS 42 2010/2011 cours Téléphonie
UMTS
42 2010/2011
cours Téléphonie
UMTS L’interface Radio de l’UMTS se base sur le W-CDMA (Wideband Code Division Multiple Access):
UMTS
L’interface Radio de l’UMTS se base sur le W-CDMA (Wideband Code
Division Multiple Access):
– CDMA: Les usagers d’un système CDMA utilisent tous la même bande de
fréquence au même instant, la séparation entre les différents usagers étant
assurée par un « code » propre à chacun.
– W-CDMA: se base sur le CDMA mais utilise une bande passante plus
large.
– Le W-CDMA propose deux types de multiplexage : le FDD (Frequency
Division Duplex) et le TDD (Time Division Duplex).
Le multiplexage de type FDD utilise une bande passante de 5 Mhz pour le débit
descendant, et une bande passante de 5 Mhz pour le débit montant. Le débit
maximal supporté par un seul code est de 384 kbit/s. Afin de pouvoir supporter
un débit de 2 Mbit/s, plusieurs codes sont nécessaires.
Le multiplexage de type TDD n'utilise qu'une seule bande passante de 5 Mhz
divisée en portions de temps (time slot) utilisables aussi bien pour le débit
montant que pour le débit descendant. Elle comprend donc une composante
TDMA (Time Division Multiple Access) en plus de la séparation par code. Cela
permet d’obtenir une large gamme de débits de services en allouant plusieurs
codes ou plusieurs intervalles de temps à un utilisateur.
43 2010/2011
cours Téléphonie
UMTS Architecture 45 2010/2011 cours Téléphonie
UMTS
Architecture
45 2010/2011
cours Téléphonie
UMTS Le plan de fréquence: 1900-1920: TDD 1920-1980: FDD 2010-2025: TDD 2110-2170: FDD FDD: Frequency
UMTS
Le plan de fréquence:
1900-1920: TDD
1920-1980: FDD
2010-2025: TDD
2110-2170: FDD
FDD: Frequency Division
Duplex
TDD: Time Division Duplex
47 2010/2011
cours Téléphonie
UMTS Pour faire transiter davantage de données: – Bande Passante: le 3GPP (3rd Generation Partnership
UMTS
Pour faire transiter davantage de données:
– Bande Passante:
le 3GPP (3rd Generation Partnership Project) va allouer une largeur
de 5 MHz autour de 2 GHz dans le spectre radio
– une évolution de l’UMTS : l’HSDPA (High Speed Downlink Packet
Access). Les canaux de communication sont partagés. Nous avons 14
codes en HSDPA contre un seul en UMTS. Le HSDPA propose une