Vous êtes sur la page 1sur 106

Agilent Technologies

O

T

D

R

Guide de poche

Agilent Technologies O T D R Guide de poche Agilent Technologies

Agilent Technologies

Avertissements

Les informations contenues dans ce document sont protégées par les lois sur le copyright. Tous droits réservés.

Aucune partie de ce document ne doit être photocopiée, reproduite ou traduite dans quelque autre langue que ce soit sans l'accord préalable écrit de la société Agilent Technologies GmbH.

Numéro de référence du manuel E6000-91217

Imprimé en Allemagne, Avril 2001 (E0401)

© Copyright 2001 by

Agilent Technologies Deutschland GmbH Herrenberger Str. 130 71034 Boeblingen Allemagne

Absence de garantie concernant ce document

Les informations contenues dans ce document sont sujettes à modification sans préavis. Agilent Technologies n'offre aucune garantie de quelque sorte que ce soit quand à ce document, notamment aucune garantie implicite de valeur commerciale ni d'adéquation à un usage particulier.

Agilent Technologies décline toute responsabilité quant aux éventuelles erreurs contenues dans ce document et ne saurait être tenue pour responsable de quelque dommage indirect ou incident qui pourrait découler des informations contenues dans ce document, de la fourniture de ce document, de sa qualité ou de son usage, et de ses recommandations.

Garantie

Agilent ne garantit pas que ce guide de poche sera ininterrompu ou exempt d’erreur. Ce qui précède constitue la seule et unique garantie applicable à ce produit et exclut toute autre garantie, expresse ou implicite.

Limites de recours

Le recours qui précède est le recours unique et exclusif de l’acheteur. La société Agilent Technologies ne pourra être tenue pour responsable de tout dommage direct, indirect, incident, accessoire ou secondaire, y compris reposant sur un contrat, un préjudice ou tout autre principe juridique.

Assistance

Des contrats de maintenance des produits et d'autres contrats d'assistance à la clientèle sont disponibles auprès d'Agilent Technologies. Pour toute assistance, veuillez contacter votre agence commerciale et de maintenance Agilent Technologies la plus proche

Consignes de sécurité

Les Instructions de nettoyage contiennent des consignes de sécurité d'ordre général à respecter pendant toutes les phases du nettoyage. Agilent Technologies n’assume aucune responsabilité pour le non- respect de ces consignes par le client

1

Généralités sur les fibres optiques

9

Technologie des fibres optiques

Types de fibre

Types de connecteur

12

14

9

2 Instrument de mesure pour fibres optiques

Réflectomètre optique dans le domaine temporel

Sécurité relative au laser

18

3 Evénements sur les fibres

19

17

17

Fibres uniques

19

Liaisons complètes

20

Début de fibre

20

Fin ou rupture de fibre

21

Connecteur ou épissure mécanique

22

Epissure de fusion

22

Torsions et macro-torsions

24

Fissures 25 Cordons de raccordement

25

4 Paramètres clé

27

Paramètres intrinsèques de la fibre

27

Paramètres de mesure

29

5

Paramètres de performance

33

Tâches courantes

Nettoyage d’une fibre

Connexion de l’instrument à une fibre

37

37

39

Affichage de l’OTDR

41

Zoom sur des traces

42

Positionnement correct des marqueurs

45

Perte totale d’une liaison

49

Perte 2 points d’une liaison

51

Atténuation d’une liaison

52

Perte d’une épissure (analyse de la perte d’insertion)

Perte d’un connecteur

Réflectance d’un connecteur

55

57

53

6

Astuces pratiques d’experts en OTDR

59

Connaître la liaison à tester Nettoyez les connecteurs

Le connecteur ou le cordon de raccordement sont-ils

59

59

endommagés ?

59

Réglages de l’instrument

Paramètres de configuration recommandés

60

Traces bruyantes

60

Mode Temps réel

60

Zone morte très longue

Que faire si aucune trace n’est visible

61

61

60

Ajustez l’indice de réfraction.

61

Perte unidirectionnelle exacte

62

Perte de torsion

62

Avant d’enregistrer votre trace

62

7 Analyse automatique de trace

63

Recherche des événements excédant un seuil

63

Observation d’un événement sélectionné

64

8 Les OTDR Agilent Technologies

65

Analyse et documentation : OTDR Toolkit IIplus

65

Localisation de rupture et maintenance : localiseur de rupture

Installation, mise en service et détection d’événements :

Mini-OTDR 68

Cordons de raccordement

72

9 Tableaux

75

Résultats types

Conversion des unités

75

76

67

10

Maintenance et assistance

79

11 Glossaire des termes

Index

99

Notes personnelles

103

81

1 Généralités sur les fibres optiques Cette section fournit des informations élémentaires sur les fibres

1

Généralités sur les fibres

optiques

Cette section fournit des informations élémentaires sur les fibres optiques et les types de connecteur et de fibre les plus couramment utilisés.

Elle a également pour but de présenter les termes que vous devez connaître pour aborder les chapitres suivants et pour travailler avec un OTDR (Optical Time Domain Reflectometer - Réflectomètre optique dans le domaine temporel). Son objectif n’est pas de vous apprendre la totalité de la technologie et de la physique des fibres optiques.

Technologie des fibres optiques

Le besoin de transmettre des données plus rapidement et sur des distances plus importantes a conduit au développement de nouvelles technologies. L’utilisation des photons à la place des électrons pour la transmission des signaux via des câbles autorise des bandes passantes beaucoup plus élevées à des coûts bien moindres.

Même si l’idée de transmettre les informations au moyen de la lumière n’est pas nouvelle, ce n’est que dans les dernières décennies que sont apparus les équipements et matériaux rendant l’exploitation de cette technique possible à des coûts raisonnables.

Les câbles en fibre optique tirent leur avantage du fait que le verre est un isolant. Aucun champ d’énergie perturbateur n’est émis ni absorbé. L’atténuation du verre est très faible et elle est indépendante de la fréquence de modulation. Par rapport à un câble en cuivre offrant la même capacité de transmission, la fibre optique est beaucoup plus petite et légère. De plus, elle est beaucoup moins onéreuse, même en prenant en compte tous les équipements nécessaires et les coûts d’installation.

même en prenant en compte tous les équipements nécessaires et les coûts d’installation. Agilent Technologies 9

Agilent Technologies

9

Généralités sur les fibres optiques

Les développements futurs réduiront encore les coûts des réseaux en fibre optique. Tous les aspects du réseau sont concernés : sa production, son installation, son entretien et bien sûr son utilisation.

Pour envoyer des données via un câble en fibre optique, vous avez besoin d’une source chargée de moduler la lumière. C’est en général une diode laser qui émet les impulsions lumineuses dans la fibre. A l’autre extrémité, vous avez besoin d’un photodétecteur, généralement un dispositif à semi-conducteur. Ce dernier fonctionne comme une cellule solaire : il convertit la lumière en courant électrique.

Les équipements à fibre optique actuels utilisent une lumière dont la longueur d’onde est approximativement de 1 µm. Ceci

équivaut à une fréquence de 3*10

des raisons techniques, la plupart des équipements travaillent en modulation d’amplitude (AM). La bande passante obtenue est comprise entre 5 et 10 Ghz. Cela peut paraître faible par rapport à la fréquence porteuse mais les technologies

actuellement disponibles limitent cette bande passante.

L’atténuation de la lumière dans la fibre en verre dépend de la longueur d’onde. La courbe d’atténuation présente des minima autour de 1310 nm et 1550 nm. Autour de ces minima, il existe des créneaux d’environ 100 nm appelés fenêtres. Ces fenêtres sont les fréquences généralement utilisées pour transmettre les données. Les fibres actuelles couvrent plusieurs fenêtres (1300/1400/1500/1600 nm).

Dans une fibre, il est possible de faire passer des signaux ayant des longueurs d’onde différentes dans la même fenêtre. A l’autre extrémité, il suffit de les séparer optiquement. Avec une seule fibre, vous disposez donc de plusieurs canaux par fenêtre. Ce procédé est appelé MLO pour Multiplexage par répartition en longueur d’onde (en anglais WDM pour wavelength-division multiplexing).

Une autre technique consiste à envoyer des signaux avec des longueurs d’onde différentes dans les deux directions sur la même fibre. Cette technique appelée transmission bidirectionnelle permet de réduire le nombre de câbles requis de 50%.

14

Hz ou 300 000 Ghz. Pour

Généralités sur les fibres optiques

Le multiplexage temporel (TDM pour Time-division multiplexing) est une technique également utilisée en téléphonie. Plusieurs signaux lents peuvent être envoyés simultanément dans des tranches de temps d’un signal série rapide. L’échantillonnage et le démultiplexage synchrones permettent de séparer les signaux à l’extrémité de la fibre.

Généralités sur les fibres optiques

Types de fibre

La plupart des câbles en fibre optique utilisés aujourd’hui sont en silice. La silice est un matériau très pur et souple. Contrairement au cuivre, ses ressources sont pratiquement inépuisables.

Toutefois, certaines fibres sont faites avec d’autres matériaux tels que des polymères ou des matériaux synthétiques. Elles ne peuvent être utilisées que sur des courtes distances à cause de leur atténuation élevée. Leur diamètre, qui est assez gros, permet d’y faire passer une quantité importante de lumière.

Une fibre est constituée d’une âme, d’une gaine optique qui assure l’isolation et d’une gaine intermédiaire qui assure la protection mécanique. Les câbles sont identifiés en fonction du diamètre de leur âme et de leur gaine optique. Par exemple, le câble en fibre 9/125 µm est un câble monomode classique dont le diamètre de l’âme est 9 µm et le diamètre de la gaine optique 125 µm. Le diamètre de la gaine de protection d’une fibre 9/125 µm serait d’environ 250 µm.

Les types de fibre suivants sont généralement utilisés :

Fibre optique à saut d’indice (monomode)

utilisés : • Fibre optique à saut d’indice (monomode) Figure 1 Fibre monomode Dans les fibres

Figure 1

Fibre monomode

Dans les fibres optiques à saut d’indice, l’âme et la gaine optique ont un indice de réfraction différent. Le diamètre de l’âme des fibres monomodes est très petit (< 9 µm). Un seul mode (propagation de l’onde) ne peut passer que par la fibre. Les fibres de ce type se caractérisent par une atténuation très faible et une bande passante très large (> 10 GHz·km), l’absence d’élargissement d’impulsion et de différences de temps de transit.

Fibres utilisées couramment : 9/125 µm à 1300 nm pour de longues distances.

Généralités sur les fibres optiques

Fibre optique à saut d’indice (multimode)

optiques • Fibre optique à saut d’indice (multimode) Figure 2 Fibre multimode Le diamètre de ces

Figure 2

Fibre multimode

Le diamètre de ces fibres est assez important (>100 µm). Cela permet le passage de plusieurs modes. Des fibres de ce type se caractérisent par une atténuation plus élevée et une bande passante faible (< 100 MHz·km), un fort élargissement d’impulsion et des différences de temps de transit.

Elles sont généralement utilisées pour les applications LAN (> 300 m).

Fibre optique à gradient d’indice (multimode)

m). • Fibre optique à gradient d’indice (multimode) Figure 3 Fibre optique à gradient d’indice Dans

Figure 3

Fibre optique à gradient d’indice

Dans une fibre à gradient d’indice, l’indice de réfraction varie graduellement entre l’âme et la gaine optique. Des fibres de ce type se caractérisent par des différences de temps de transit et un élargissement d’impulsion minimes, une atténuation faible et une bande passante de < 1 GHz·km.

Fibres utilisées couramment : 50/125 µm ou 62,5/125 µm pour des courtes distances (< 500 m).

Généralités sur les fibres optiques

Types de connecteur

Les connecteurs permettent de relier des fibres optiques. En outre, ils doivent garantir des pertes faibles et ce, quel que soit le nombre de connexions et déconnexions effectuées. De plus, la connexion doit provoquer le moins de réflexion possible. Enfin, le connecteur doit être bon marché et facile à monter.

Les matériaux utilisés pour les connecteurs sont essentiellement les céramiques, les métaux durs, certains alliages et synthétiques.

De nombreux types de connecteurs sont disponibles. Selon la forme de l’extrémité de la fibre, vous pouvez avoir des connecteurs cylindriques, biconiques et à couplage de lentille.

Généralement, les connecteurs sont classés en fonction du mode de raccordement aux fibres :

Contact physique direct (PC pour Physical Contact)

: • Contact physique direct (PC pour Physical Contact) Les extrémités des fibres sont serties ensemble

Les extrémités des fibres sont serties ensemble dans le connecteur. Les espaces d’air susceptibles d’engendrer des réflexions sont inexistants. La perte de réflexion est 30 – 55 dB.

C’est le connecteur le plus courant pour les fibres monomodes (par exemple, les connecteurs FC/PC, ST, SC/PC, DIN, HMS, E 2000).

Contact physique chanfreiné (APC pour Angled Physical Contact)

physique chanfreiné (APC pour Angled Physical Contact) Dans ces connecteurs, les extrémités des fibres sont

Dans ces connecteurs, les extrémités des fibres sont chanfreinées. Là non plus il n’y a pas d’espace d’air. Cela permet d’obtenir la meilleure perte de réflexion (60 – 80 dB).

Généralités sur les fibres optiques

Ces connecteurs sont utilisés pour les liaisons de télécommunications à grande vitesse et CATV (par exemple, les connecteurs FC/APC, SC/APC, E 2000-HRL).

Espace d’air direct

FC/APC, SC/APC, E 2000-HRL). • Espace d’air direct A l’intérieur de ces connecteurs, il existe un

A l’intérieur de ces connecteurs, il existe un petit espace d’air entre les deux extrémités des fibres. Leur perte de réflexion est inférieur à 14 dB et la réflexion est assez élevée.

Ces types de connecteur (par exemple les connecteurs ST) sont utilisés avec les fibres multimodes.

Généralités sur les fibres optiques

2 Instrument de mesure pour fibres optiques Dans le monde actuel, la demande en réseaux

2

Instrument de mesure pour

fibres optiques

Dans le monde actuel, la demande en réseaux optiques croît de plus en plus rapidement. Les réseaux deviennent plus importants, plus puissants et plus fiables. Ces conditions requièrent de plus en plus d’opérateurs, d’installateurs et de personnels de maintenance pour fournir plus rapidement et avec plus de précision qu’auparavant des informations sur les réseaux.

Réflectomètre optique dans le domaine temporel

Le réflectomètre optique dans le domaine temporel (OTDR) est l’instrument idéal pour mesurer les caractéristiques des fibres optiques. Au moyen d’un OTDR, vous pouvez déterminer les propriétés d’une seule fibre ou d’une liaison complète. D’un seul coup d’œil, vous pouvez notamment voir les pertes, les défauts et les distances entre les événements.

Les OTDR d’Agilent Technologies contrôlent la qualité des liaisons en fibre optique en mesurant la rétrodiffusion. Les organisations de normalisation telles que l’Union des Télecommunications Internationales reconnaissent les mesures de rétrodiffusion en tant que méthode valide pour analyser l’atténuation des fibres. La rétrodiffusion est également la seule méthode de mesure qui détecte les épissures sur une liaison installée. Elle peut aussi être utilisée pour mesurer la longueur d’onde optique d’une fibre. L’OTDR est donc un outil précieux pour toute personne qui fabrique, installe et entretient des fibres optiques.

L’OTDR recherche les « événements » présents dans une fibre tels que les irrégularités ou les épissures. Cela fait de lui un outil de contrôle de qualité inestimable pour toute personne qui fabrique, installe ou entretient des câbles en fibre optique. L’OTDR localise avec précision ces irrégularités dans la fibre, mesure leur distance, l’atténuation entre elles, la perte qu’elles provoquent et l’homogénéité de l’atténuation.

entre elles, la perte qu’elles provoquent et l’homogénéité de l’atténuation. Agilent Technologies 17

Agilent Technologies

17

Instrument de mesure pour fibres optiques

C’est un outil précieux sur le terrain. Vous pouvez l’utiliser pour vérifier régulièrement que la liaison répond aux spécifications. Afin de documenter la qualité et de la stocker pour la maintenance, il est nécessaire de mesurer la longueur optique, la perte totale, les pertes de toutes les épissures et de tous les connecteurs y compris leur perte par réflexion.

Sécurité relative au laser

Si un faisceau laser frappe votre œil, ce dernier risque de concentrer la lumière sur un très petit point de votre rétine. En fonction de l’énergie absorbée par la rétine, votre œil risque une lésion temporaire ou permanente.

Actuellement, les longueurs d’onde utilisées dans les communications par fibre optique sont invisibles. De ce fait, les puissances optiques même faibles sont encore plus dangereuses que la lumière visible. Comme vous ne pouvez pas le voir, il se peut que votre œil soit frappé par un faisceau laser pendant une longue période.

Les organisations nationales et internationales définissent des normes pour une utilisation sécurisée des sources de lumière.

Tous les OTDR d’Agilent répondent aux exigences de sécurité de la plupart des normes courantes. Aux Etats-Unis, il s’agit de la norme 21 CFR classe 1 et en Europe de la norme IEC 825 classe 3A. Les produits conformes à ces normes sont considérés comme sans danger sauf si un instrument optique tel qu’un microscope est utilisé pour l’observation. Néanmoins, ne regardez jamais directement l’extrémité ou l’intérieur d’une fibre optique. Il se peut en effet qu’une source laser soit en fonctionnement.

Arrêtez toujours l’OTDR avant de nettoyer ses connecteurs ! Ou tout au moins, désactivez le laser. Ou tout au moins, désactivez le laser.

RADIATION LASER INVISIBLE ! NE FIXEZ PAS LE FAISCEAU OU NE L’OBSERVEZ PAS DIRECTEMENT AVEC DES INSTRUMENTS OTIQUES. PRODUIT LASER DE CLASSE 3 DIRECTEMENT AVEC DES INSTRUMENTS OTIQUES. PRODUIT LASER DE CLASSE 3

3 Evénements sur les fibres Tout problème qui provoque sur une fibre une perte ou

3

Evénements sur les fibres

Tout problème qui provoque sur une fibre une perte ou des réflexions autres que la diffusion normale du matériau lui-même est considéré comme un événement. Ceci s’applique à tous types de connexions, ainsi qu’à toutes sortes de dommages : torsions, fissures ou ruptures.

La trace d’un OTDR représente le résultat d’une mesure sous forme graphique à l’écran. L’axe vertical correspond à l’axe de la puissance et l’axe horizontal à l’axe de la distance. Cette section vous présente des traces correspondant à la plupart des événements courants.

Fibres uniques

Une fibre unique produit la trace suivante. Remarquez le niveau de puissance légèrement décroissant (atténuation) et les fortes réflexions aux deux extrémités de la fibre :

Easy-OTDR Réflexions Atténuation Distance 5 dB/Div 300m/Div Figure 4 Fibre unique Agilent Technologies 19
Easy-OTDR
Réflexions
Atténuation
Distance
5 dB/Div
300m/Div
Figure 4
Fibre unique
Agilent Technologies
19
Puissance
relative

Evénements sur les fibres

Liaisons complètes

La trace d’une liaison complète (par exemple entre deux villes) peut avoir cet aspect. Outre l’atténuation normale, notez les événements et le bruit après l’extrémité de la liaison :

Easy-OTDR Événement Atténuation Bruit 5 dB/Div 4km/Div Figure 5 Liaison complète
Easy-OTDR
Événement
Atténuation
Bruit
5 dB/Div
4km/Div
Figure 5
Liaison complète

Début de fibre

Si vous utilisez un connecteur droit normal, le début d’une fibre présente toujours une forte réflexion au connecteur avant :

Easy-OTDR 3 dB/Div 100m/Div Figure 6 Début de fibre
Easy-OTDR
3
dB/Div
100m/Div
Figure 6
Début de fibre

Fin ou rupture de fibre

Evénements sur les fibres

Dans la plupart des cas, vous constaterez une forte réflexion à la fin de la fibre avant que la trace ne retombe au niveau du bruit :

Easy-OTDR Réflexion Bruit 3 dB/Div 100 m/Div Figure 7 Fin de fibre
Easy-OTDR
Réflexion
Bruit
3 dB/Div
100 m/Div
Figure 7
Fin de fibre

L’interruption ou la cassure d’une fibre est appelée rupture. Les ruptures sont des événements non réflectifs. La trace tombe au niveau du bruit :

Easy-OTDR Bruit 0,5 dB/Div 200 m/Div Figure 8 Rupture
Easy-OTDR
Bruit
0,5 dB/Div
200 m/Div
Figure 8
Rupture

Evénements sur les fibres

Connecteur ou épissure mécanique

Les connecteurs insérés dans une liaison provoquent réflexion et perte :

Easy-OTDR Réflexion Perte 3 dB/Div 100 m/Div Figure 9 Connecteur
Easy-OTDR
Réflexion
Perte
3 dB/Div
100 m/Div
Figure 9
Connecteur

Une épissure mécanique a une signature semblable à celle d’un connecteur. Généralement, elle génère des valeurs de réflexion et de perte plus faibles.

Epissure de fusion

Une épissure de fusion est un événement non réflectif. Seule la perte peut être détectée. Les épissures de fusion modernes sont si parfaites qu’elles sont pratiquement invisibles :

Easy-OTDR Perte 0,5 dB/Div 200 m/Div Figure 10 Epissure de fusion
Easy-OTDR
Perte
0,5 dB/Div
200 m/Div
Figure 10
Epissure de fusion

Evénements sur les fibres

Avec une mauvaise épissure, vous constaterez peut-être une certaine réflectance. Certaines épissures semblent se comporter comme des amplificateurs car le niveau de puissance semble augmenter. Cela est dû aux coefficients de rétrodiffusion différents dans la fibre avant et après l’épissure :

Easy-OTDR Accroissement 0,5 dB/Div 200 m/Div
Easy-OTDR
Accroissement
0,5 dB/Div
200 m/Div

Figure 11

Epissure se comportant comme un amplificateur

Si vous constatez une amplification dans une mesure effectuée dans une direction, refaites la mesure à partir de l’autre extrémité de la fibre. Vous noterez une perte à ce point de la fibre. La différence entre l’amplification et la perte (la valeur de perte moyennée) correspond à la perte réelle à ce point. C’est pour cette raison que nous vous recommandons d’effectuer une mesure de moyennage bidirectionnelle de la fibre.

Evénements sur les fibres

Torsions et macro-torsions

Les torsions dans une fibre provoquent une perte mais ce sont des événements non réflectifs :

Easy-OTDR Perte 0,5 dB/Div 200m/Div Figure 12 Torsion ou macro-torsion
Easy-OTDR
Perte
0,5 dB/Div
200m/Div
Figure 12
Torsion ou macro-torsion

Pour distinguer les torsions des épissures, consultez la documentation d’installation et d’entretien. Avec une macro-torsions, la perte se situe à un emplacement inconnu. Les épissures se situent à une distance documentée et parfaitement connue.

Si vous utilisez une longueur d’onde plus élevée pour la mesure, les macro-torsions génèrent une perte plus élevée. Nous vous recommandons donc d’effectuer des mesures en utilisant plusieurs longueurs d’onde ce qui vous permettra de distinguer les torsions des épissures.

Fissures

Evénements sur les fibres

Une fissure qui endommage partiellement une fibre provoque perte et réflexions :

Easy-OTDR Réflexion Trace Perte 3 dB/Div 200 m/Div Figure 13 Fissure
Easy-OTDR
Réflexion
Trace
Perte
3 dB/Div
200 m/Div
Figure 13
Fissure

La réflectance et la perte sont susceptibles de changer lors du déplacement du câble.

Cordons de raccordement

Les cordons de raccordement sont utilisés pour relier l’OTDR à la fibre en cours de test. La réflexion initiale ne couvre pas le début de la fibre. Cela permet une meilleure inspection du premier connecteur.

Easy-OTDR Cordon de Fibre 2 dB/Div 20 m/Div
Easy-OTDR
Cordon de
Fibre
2 dB/Div
20 m/Div

Figure 14

Cordon de raccordement court

Evénements sur les fibres

4 Paramètres clé Cette section donne les définitions des paramètres clé utilisés pour la caractérisation

4

Paramètres clé

Cette section donne les définitions des paramètres clé utilisés pour la caractérisation des fibres.

Paramètres intrinsèques de la fibre

Pour obtenir de plus amples détails sur la fibre que vous utilisez, contactez votre fabricant.

L'indice de réfraction

Pour calculer les distances vers les événements, l’OTDR mesure le temps écoulé entre la transmission de la lumière et la réception de la réflexion. Il peut s’agir par exemple du front montant de la réflexion du connecteur de face avant, ou la réflexion d’un connecteur. La distance affichée et le temps mesuré sont liés par l’indice de réfraction (appelé parfois indice de groupe). De ce fait, tout changement apporté à l’indice de réfraction influe sur le calcul de la distance.

Mesure d’une distance à l’aide de l’OTDR : 13 Impulsion lumineuse Réflexion Indice de réfraction
Mesure d’une distance à l’aide de l’OTDR :
13
Impulsion lumineuse
Réflexion
Indice de
réfraction
km ou miles
Figure 15
Indice de réfraction
Agilent Technologies
27

Paramètres clé

Définition de l'indice de réfraction

indice de

réfraction =

(vitesse de la lumière dans le vide)

(vitesse d'une impulsion lumineuse dans une fibre)

Distance affichée sur l'OTDR :

temps mesuré x (vitesse de la lumière dans le vide)

distance =

indice de réfraction

L'indice de réfraction dépend du matériau de la fibre utilisé. Il doit être indiqué par le fabricant de fibres ou de câbles.

Il est essentiel de comprendre l'indice de réfraction de la fibre que vous allez mesurer. L'erreur provenant de cette valeur est généralement plus importante que les inexactitudes produites par l'instrument.

Coefficient de diffusion

L’OTDR reçoit des signaux en provenance des événements, ainsi que de la fibre. Lorsque le faisceau lumineux parcourt la fibre, il est atténué par la diffusion de Rayleigh. Cette atténuation provient de changements mineurs de l'indice de réfraction du verre ; en effet, une quantité de lumière est renvoyée à l'OTDR. Ce phénomène est appelé rétrodiffusion.

Le coefficient de diffusion permet de mesurer la quantité de lumière qui est renvoyée en sens inverse dans la fibre. Ce coefficient affecte les mesures des pertes par réflexion et de la réflectance.

Il se calcule comme le rapport de la puissance d'impulsion optique en sortie de l'OTDR sur la puissance de rétrodiffusion à l'extrémité proche de la fibre. Ce rapport s'exprime en dB et est inversement proportionnel à la largeur d'impulsion car la puissance d'impulsion optique est indépendante de la largeur d'impulsion.

Pour une largeur d'impulsion de 1 µs, 50 dB serait une valeur classique normale pour ce rapport, selon la longueur d'onde et le type de fibre.

Paramètres de mesure

Paramètres clé

La largeur d'impulsion

La largeur d'impulsion émise à l'intérieur de la fibre est l'un des paramètres clé pour l'obtention de bons résultats de mesure. Elle détermine la résolution de la distance, paramètre essentiel pour distinguer les événements.

Une impulsion courte donne une meilleure résolution de distance. Toutefois, l’impulsion courte indique une dynamique moins élevée et une trace pouvant comporter du bruit.

Si vous souhaitez mesurer des distances longues, une plage dynamique élevée s'impose, permettant ainsi une impulsion longue. Néanmoins, l'impulsion longue, effectue la moyenne de la fibre sur une section plus large, ce qui implique une résolution plus faible.

Selon la spécificité de votre mesure, il vous faudra trouver un compromis entre une haute résolution et une plage dynamique élevée. Par conséquent, choisissez une impulsion courte pour mesurer les pertes d'épissure ou de connecteurs proches. Choisissez plutôt une impulsion longue si vous souhaitez détecter une rupture se trouvant relativement loin.

• Impulsions courtes Offrent une résolution élevée mais un bruit accru. Pour réduire les zones aveugles et de distinguer les événements proches, diminuez la largeur d'impulsion.

Paramètres clé

Easy-OTDR 5 dB/Div 6 km/Div
Easy-OTDR
5
dB/Div
6 km/Div

Figure 16

Impulsions courtes : meilleure résolution

• Impulsions longues Offrent une plage dynamique élevée mais des zones aveugles étendues. Pour réduire le bruit et détecter les événements se trouvant relativement loin, augmentez la largeur d'impulsion.

Easy-OTDR 5 dB/Div 6 km/Div
Easy-OTDR
5 dB/Div
6 km/Div

Figure 17

Impulsions longues : plage dynamique élevée

• Valeurs types 5 ns / 10 ns / 30 ns / 100 ns / 300 ns / 1 µs (liaisons courtes), 100 ns / 300 ns / 1 µs / 3 µs / 10 µs (liaisons fibres longues)

Paramètres clé

Mode d'optimisation

Un OTDR normal trouve un compromis entre la résolution et le bruit. Une meilleure résolution signifie plus de bruit car le matériel a une bande passante limitée. Une bande passante étroite produit moins de bruit, une faible résolution et un temps de récupération long après une forte réflexion. Une bande passante large peut suivre beaucoup plus rapidement le signal reçu, mais le circuit produit plus de bruit.

Les OTDR Agilent ont trois trajets de récepteur différents pour chaque module. Outre le Mode Standard, l'un a une largeur de bande plus étroite pour optimiser la plage dynamique. L'autre a une bande passante plus large pour une bonne résolution. Sélectionnez un chemin en utilisant le Mode d'optimisation au cours du paramétrage.

En optimisant la plage dynamique, l'OTDR utilise des impulsions longues et la trace présente beaucoup moins de bruit. Ainsi, vous pouvez mesurer la fibre malgré les grandes distances. Cependant, du fait de la bande passante étroite, le récepteur arrondit davantage les bords que pour une résolution optimisée. Il faudra peut-être un temps récupération plus long des réflexions de connecteurs

Easy-OTDR Optimisation de la plage dynamique Optimisation pour la résolution 5 dB/Div 200 m/Div
Easy-OTDR
Optimisation de la plage dynamique
Optimisation pour la résolution
5 dB/Div
200 m/Div

Figure 18

Différents modes d'optimisation

Paramètres clé

Portée de la mesure

Un OTDR mesure un nombre spécifié de points d'échantillonnage (maximum 15 710). La portée de la mesure détermine la répartition des points d'échantillonnage le long de la fibre. Elle définit de ce fait à la fois la distance de mesure et la résolution d'échantillonnage. La résolution correspond à la distance entre deux points de mesure adjacents.

Des marqueurs peuvent être placés uniquement aux points d'échantillonnage. Pour les placer avec plus de précision, essayez de varier la portée de la mesure afin de produire des points d'échantillonnage plus proches d'un événement.

Le tableau ci-dessous indique les liens entre la distance du point d'échantillonnage et la portée de la mesure :

Portée de la mesure

Résolution d'échantillonnage

jusqu'à 1,2 km

0,080 m

jusqu'à 2,5 km

0,159 m

jusqu'à 5 km

0,318 m

jusqu'à 10 km

0,639 m

jusqu'à 20 km

1,27 m

jusqu'à 40 km

2,56 m

jusqu'à 80 km

5,09 m

jusqu'à 120 km

7,64 m

jusqu'à 160 km

10,18 m

jusqu'à 200 km

12,73 m

jusqu'à 240 km

15,36 m

Paramètres clé

Paramètres de performance

Plage dynamique

La plage dynamique est l’une des caractéristiques principales de l’OTDR. Elle indique la perte maximum de la puissance entre le début de la rétrodiffusion et les crêtes de bruit.

Si la perte du composant sous test est élevée, l’extrémité disparaît dans le bruit. Si la perte est moins élevée, l’extrémité apparaît clairement au-dessus du bruit et la rupture peut être détectée.

Il est impératif de se rappeler qu’une trace proche du niveau de bruit est perturbée. Par exemple, si la trace doit se trouver au moins à 6dB au-dessus du bruit pour mesurer une épissure de 0,1 dB, 3dB environ sont nécessaires pour détecter une rupture. Pour cette raison, la plage dynamique de l’OTDR devrait être au moins supérieure de 3 à 6 dB à la perte totale de votre système.

La plage dynamique, comme la zone aveugle, est notamment liée au paramétrage de la largeur d’impulsion, du mode d’optimisation et de la longueur d’onde. Les spécifications de la plage dynamique doivent par conséquent inclure les conditions de paramétrage.

La plage dynamique peut être donnée en fonction des crêtes de bruit ou du rapport signal/bruit = 1. L’utilisation de crêtes de bruit est plus appropriée dans ce cas précis. Si la plage dynamique correspond au rapport signal/bruit = 1, vous devez soustraire 2,2 dB pour obtenir la plage de la crête.

Easy-OTDR Plage Plage dynamique dynamique (rapport (crête) signal/ bruit=1 ~ 2,2 dB 5 dB/Div 6
Easy-OTDR
Plage
Plage
dynamique
dynamique
(rapport
(crête)
signal/
bruit=1
~ 2,2 dB
5 dB/Div
6 km/Div
Figure 19
Plage dynamique

Paramètres clé

Zone aveugle d’atténuation

La zone aveugle d’atténuation correspond à la partie de la trace de l’OTDR où une forte réflexion couvre les données de mesure. En fait, un signal fort sature le récepteur qui a ensuite besoin d’un certain temps de récupération. La zone aveugle d’atténuation décrit une distance du front montant d’un événement réflectif jusqu’à son retour au niveau de rétrodiffusion de la fibre.

La détermination du point de départ du front montant est facile ; en revanche, celle de la fin de récupération l’est beaucoup moins. Un grand nombre de fabricants placent une marge de +/– 0,5 dB autour de la rétrodiffusion après la réflexion. La zone aveugle se termine au point où la rétrodiffusion se maintient à l’intérieur de la bande de tolérance.

Détecter une épissure ou une rupture sur la fibre nécessite un examen de la rétrodiffusion. Des événements contenus dans la zone aveugle peuvent ne pas être détectés car la rétrodiffusion ne peut être affichée.

La taille de la zone aveugle d’atténuation est fortement liée au paramétrage de l’instrumentation.

Easy-OTDR +/– 0,5 dB Zone aveugle d'atténuation 0,5 dB/Div 1 km/Div
Easy-OTDR
+/– 0,5 dB
Zone aveugle d'atténuation
0,5 dB/Div
1 km/Div

Figure 20

Zone aveugle d'atténuation

Paramètres clé

Zone aveugle d’événement

La zone aveugle d’événement correspond à la distance minimum nécessaire pour distinguer deux événements du même type.

Par exemple, si vous prenez deux connecteurs à deux mètres de distance, vous observerez une réflexion contenant deux crêtes séparées par une chute. Cette chute indique deux réflexions distinctes provenant de deux événements différents. Si les événements sont trop proches, la chute n’apparaît pas et les événements ne peuvent être distingués.

La zone aveugle d’événement est fortement liée au paramétrage de l’instrument.

Easy-OTDR 1,5 dB Zone aveugle d’événement 0.5 dB/Div 50 m/Div
Easy-OTDR
1,5
dB
Zone aveugle
d’événement
0.5 dB/Div
50 m/Div

Figure 21

Zone aveugle d'événement

Paramètres clé

Temps de moyennage

L’OTDR émet régulièrement des impulsions lumineuses dans la fibre. Le résultat de chaque impulsion fait l’objet d’un moyennage. Cette opération permet de réduire le bruit aléatoire du récepteur :

Easy-OTDR 5 dB/Div 6 km/Div
Easy-OTDR
5
dB/Div
6 km/Div

Figure 22

Trace après un temps de moyennage de 10 secondes

Un temps de moyennage plus long augmente la plage dynamique et réduit le seuil de bruit de l’OTDR. Les meilleures performances de trace sont obtenues au cours des trois premières minutes :

Easy-OTDR 5 dB/Div 6 km/Div
Easy-OTDR
5
dB/Div
6 km/Div

Figure 23

Trace après un temps de moyennage de 3 minutes

5 Tâches courantes Cette section vous présente les tâches les plus courantes que vous rencontrerez

5

Tâches courantes

Cette section vous présente les tâches les plus courantes que vous rencontrerez lors de la mesure de fibres et de liaisons. Vous trouverez les procédures exactes permettant d’exécuter ces tâches dans les manuels de votre équipement ou logiciel.

Nettoyage d’une fibre

Pour garantir des mesures précises et répétitives, tous les connecteurs de votre installation doivent être propres. Vous comprendrez facilement cette exigence si vous comparez le diamètre d’une particule de poussière avec l’âme d’une fibre. Le diamètre de cette particule peut aller de 10 à 100 µm alors que le diamètre de l’âme des fibres monomodes est de 9 µm. Si vous masquez 5% de la zone où la lumière passe, la perte d’insertion croît de 0,22 dB.

Si vous doutez du résultat de la mesure, ou si la mesure ne peut être répétée, nettoyez vos connecteurs. Dans la plupart des cas, c’est un connecteur sale qui est la cause de telles erreurs. Enlevez l’interface de connecteur et nettoyez les connecteurs de l’instrument, les connecteurs du cordon de raccordement et ceux de la fibre en cours de test.

Pour nettoyer les connecteurs, l’équipement standard suivant est recommandé :

Caches anti-poussière et d’obturation

Tous les câbles sont fournis avec des caches destinés à protéger leur extrémité. Laissez ces caches en place en permanence. Enlevez-les uniquement lorsque vous utilisez votre équipement optique.

Remettez en place les caches anti-poussière avec précaution après chaque utilisation. N’appuyez pas sur la partie inférieure du cache contre la fibre car la poussière susceptible de se trouver dans le cache risquerait de rayer ou de salir la fibre.

la poussière susceptible de se trouver dans le cache risquerait de rayer ou de salir la

Agilent Technologies

37

Tâches courantes

Alcool isopropylique

N’appliquez que de l’alcool à usage médical. N’utilisez jamais d’autres solvants ou d’alcools contenant des additifs, car ils risquent d’endommager votre fibre.

Pour enlever la poussière et l’alcool, utilisez des cotons-tiges ou des mouchoirs en papier.

Cotons-tiges

Utilisez des cotons-tiges en fibre naturelle plutôt que des cotons-tiges en mousse. Soyez prudent lorsque vous nettoyez la fibre. N’exercez pas une pression excessive car vous risquez de rayer la surface de la fibre. Utilisez uniquement des cotons-tiges propres et ne réutilisez pas de cotons-tiges déjà utilisés.

Mouchoirs en papier

Les tissus en cellulose sont très absorbants et plus doux que les tissus en papier. Ils ne rayeront donc pas la surface sauf si vous exercez une pression trop forte. Nettoyez la fibre avec précaution et ne réutilisez pas de mouchoirs déjà utilisés

Cure-pipes

Vous pouvez utiliser des cure-pipes pour nettoyer des interfaces de connecteur. Là encore, veillez à utiliser un cure-pipes neuf et doux et à ne pas rayer l’équipement.

Air comprimé

L’air comprimé doit être sec et ne contenir ni poussière, ni eau, ni huile.

Pulvérisez tout d’abord dans l’air pour évacuer la condensation ou le gaz propulseur. Tenez toujours la bombe en position verticale pour éviter que le gaz propulseur ne s’échappe et n’encrasse votre équipement optique.

REMARQUE
REMARQUE

Méfiez-vous des huiles adaptatrices d’indice. Certains types dissolvent les adhésifs présents à l’intérieur des connecteurs.

AVERTISSEMENT
AVERTISSEMENT

Désactivez le laser ou arrêtez l’instrument avant de commencer le nettoyage des connecteurs.

Tâches courantes

Pour des informations complémentaires, référez-vous aux manuels ou guides spécifiques de vos équipements optiques. Vous pouvez également consulter le Guide de poche d’Agilent Technologies Cleaning Procedures for Lightwave Test and Measurement Equipment (Numéro de référence Agilent

5963-3538F).

Connexion de l’instrument à une fibre

En fonction de l’application, vous disposez de trois méthodes pour connecter la fibre à tester à l’OTDR.

Connexion directe

Agilent propose aux utilisateurs des interfaces de connecteur échangeables. Si votre fibre ou câble est équipé de l’un de ces connecteurs, vous pouvez la/le connecter directement.

Enroulement de fibre 13 OTDR
Enroulement de fibre
13
OTDR

Figure 24

Connexion directe de la fibre ou du câble

Tâches courantes

Cordon de raccordement (Connecteur aux deux extrémités)

C’est la méthode recommandée pour mesurer une liaison dans un système, surtout si le connecteur de terminaison de la liaison est monté dans un rack.

Rack 13 Cordon de
Rack
13
Cordon de

Figure 25

raccordement

Connexion avec cordon de raccordement

Fibre amorce avec une extrémité nue

Si la fibre en cours de test ne comporte aucun connecteur, utilisez une fibre amorce
Si la fibre en cours de test ne comporte aucun connecteur,
utilisez une fibre amorce dont l’une des extrémités est nue et
une épissure mécanique peu coûteuse. Cela garantit une
bonne connexion et des résultats de mesure cohérents :
13
Fibre
Epissure mécanique
ou de fusion

Figure 26

Cordon de raccordement avec extrémité nue

Affichage de l’OTDR

Tâches courantes

Tous les OTDR affichent la fibre ou la liaison mesurée sous forme de trace à l’écran. L’axe horizontal correspond à la distance à partir de l’OTDR. L’axe vertical correspond à la puissance relative de la réflexion de l’impulsion lumineuse émise. La forme de la trace permet de tirer des conclusions sur la condition de la fibre et des équipements intégrés tels que les connecteurs et les épissures.

Pour examiner la trace en détail, vous devez modifier l’affichage de la trace. L’OTDR dispose de fonctions permettant de modifier l’échelle des deux axes, d’effectuer un zoom sur certaines parties de la trace et d’amener la trace le long des axes.

de la trace et d’amener la trace le long des axes. Figure 27 Capture d’écran d’un

Figure 27

Capture d’écran d’un OTDR Agilent

Par exemple, les plages disponibles pour l’affichage de la trace vont verticalement de 0,2 dB/Div à 5 dB/Div et horizontalement de mesure complète à approximativement 100 fois plus large.

De plus, vous pouvez placer deux marqueurs A et B n’importe où sur la trace et utiliser les fonctions de zoom Autour du marqueur A, Autour du marqueur B et Entre les marqueurs.

Tâches courantes

Vous devez connaître ces fonctions car vous les utiliserez couramment lorsque vous travaillerez avec un OTDR. La plupart des tâches des sections suivantes sont basées sur ces fonctions.

Zoom sur des traces

Dès que la mesure est terminée, l’écran de l’OTDR présente une vue d’ensemble de la mesure complète. L’échelle verticale et le décalage vertical sont fixés :

Easy-OTDR A 37,50 km 5 dB/Div 6 km/Div Figure 28 Trace complète
Easy-OTDR
A
37,50 km
5 dB/Div
6 km/Div
Figure 28
Trace complète

Utilisez les fonctions de zoom Autour du marqueur A et Autour du marqueur B pour visualiser des zones particulières en détail. L’échelle horizontale est approximativement agrandie d’un facteur 10.

Tâches courantes

Easy-OTDR A 37,50 km 2 dB/Div Around A 600 m/Div
Easy-OTDR
A
37,50 km
2
dB/Div
Around A
600 m/Div

Figure 29

Zoom Autour du marqueur A

Vous pouvez désormais déplacer graduellement la position du marqueur dans cet affichage. Toutefois, le marqueur reste au centre de l’affichage. C’est donc la trace qui se déplace vers la droite ou vers la gauche :

Easy-OTDR A 37,48 km 2 dB/Div Around A 600 m/Div
Easy-OTDR
A
37,48 km
2
dB/Div
Around A
600 m/Div

Figure 30

Déplacement de la position du marqueur

Tâches courantes

Les échelles pour la totalité de la trace correspondant à une liaison de 60 km
Les échelles pour la totalité de la trace correspondant à une
liaison de 60 km peuvent avoir comme valeur 6 km/Div et
5 dB/Div ce qui permet un positionnement grossier du
marqueur :
Easy-OTDR
Easy-OTDR
Easy-OTDR
A 43,00 km
5 5
5
dB/Div
dB/Div
dB/Div
6 km/Div
6 km/Div
6 km/Div

Figure 31

Affichage de la totalité de la trace pour un positionnement grossier

Dans l’affichage agrandi, les échelles peuvent avoir les valeurs 200 m/Div et 0,2 dB/Div ce qui permet un positionnement affiné du marqueur :

Easy-OTDR A 42,93 km 0,2 dB/Div 200 m/Div
Easy-OTDR
A
42,93 km
0,2 dB/Div
200 m/Div

Figure 32

Affichage agrandi pour un positionnement affiné

Tâches courantes

Au cours de la production d’une fibre ou d’un câble, vous serez peut-être amené à vérifier l’uniformité de l’atténuation. Positionnez le marqueur A au début et le marqueur B au moins de 500 m à 2 000 m après le marqueur A. Effectuez un zoom entre les marqueurs pour examiner l’atténuation. Vous pouvez aussi déplacer les deux marqueurs parallèlement à la trace pour visualiser les parties de la fibre adjacentes :

Easy-OTDR A 7,50 km 8,78 km B 0,20,2 dB/DivdB/Div 200 m/Div
Easy-OTDR
A
7,50 km
8,78
km
B
0,20,2 dB/DivdB/Div
200 m/Div

Figure 33

Déplacement de l’affichage entre les marqueurs

Positionnement correct des marqueurs

La position d’un événement se situe toujours à l’endroit où la trace montre un niveau de rétrodiffusion. Les emplacements exacts de tous les événements sont automatiquement déterminés et répertoriés dans la table d’événements.

La position d’un connecteur ou d’un autre événement réflectif se situe au début du front montant de la réflexion :

Tâches courantes

Easy-OTDR A 0,2 dB/Div Around A 200 m/Div
Easy-OTDR
A
0,2 dB/Div
Around A
200 m/Div

Figure 34

Mesure d’un événement réflectif

La position d’un événement non réflectif se situe au dernier point de rétrodiffusion, avant que la trace ne fléchisse :

Easy-OTDR A 0,2 dB/Div Around A 200 m/Div
Easy-OTDR
A
0,2 dB/Div
Around A
200 m/Div

Figure 35

Mesure d’un événement non réflectif

Tâches courantes

L’emplacement d’une rupture se situe au début d’un front descendant :

Easy-OTDR A 2 dB/Div Around A 100 m/Div
Easy-OTDR
A
2
dB/Div
Around A
100 m/Div

Figure 36

Mesure d’une rupture

Pour mesurer la distance séparant deux événements, amenez le marqueur A avant le premier événement et le marqueur B avant le second (reportez-vous à la page précédente) :

Easy-OTDR A B 3 dB/Div 500 m/Div
Easy-OTDR
A
B
3
dB/Div
500 m/Div

Figure 37

Distance entre événements

Tâches courantes

Pour mesurer l’atténuation de la fibre entre deux événements, amenez le marqueur A après le premier événement et le marqueur B avant le second :

Easy-OTDR A B 3 dB/Div 500 m/Div
Easy-OTDR
A
B
3 dB/Div
500 m/Div

Figure 38

Atténuation entre événements

Assurez-vous de l’absence d’événement entre les marqueurs A et B (la partie de la trace les séparant doit être une droite).

REMARQUE
REMARQUE

Remarque :

Utilisez l’indice de réfraction correct dans la configuration, sinon les valeurs de distance seront erronées.

Tâches courantes

Perte totale d’une liaison

Effectuez une mesure de toute la liaison. Amenez le marqueur A au début et le marqueur B à la fin de la rétrodiffusion. Faites un zoom autour du marqueur A et positionnez-le précisément après la réflexion du premier connecteur.

Easy-OTDR A Perte 3 dB/Div 100 m/Div Figure 39 Marqueur A à l’extrémité du premier
Easy-OTDR
A
Perte
3 dB/Div
100 m/Div
Figure 39
Marqueur A à l’extrémité du premier connecteur

Maintenant, positionnez le marqueur B juste avant la réflexion de fin :

Easy-OTDR A Perte 0,5 dB/Div 50m/Div Figure 40 Marqueur B avant la réflexion de fin
Easy-OTDR
A
Perte
0,5 dB/Div
50m/Div
Figure 40
Marqueur B avant la réflexion de fin

Tâches courantes

Pour terminer, repassez dans l’affichage vous permettant d’observer la totalité de la trace et assurez-vous que les deux marqueurs sont correctement placés. Selon votre équipement, sélectionnez la fonction Perte pour afficher la perte totale :

Easy-OTDR A B Perte 5 dB/Div 6 km/Div Figure 41 Perte totale d’une liaison
Easy-OTDR
A
B
Perte
5 dB/Div
6 km/Div
Figure 41
Perte totale d’une liaison

Tâches courantes

Perte 2 points d’une liaison

Utilisez la même procédure que celle utilisée pour la mesure de la perte totale (Voir “Perte totale d’une liaison” à la page 49.) mais sélectionnez la fonction Atténuation 2 Pts à la place de la fonction Perte.

L’atténuation 2 points correspond à la perte entre les marqueurs A et B divisée par la distance séparant les deux marqueurs :

Easy-OTDR A B 5 dB/Div 1 km/Div Perte
Easy-OTDR
A
B
5 dB/Div
1 km/Div
Perte

Figure 42

Calcul de l’atténuation 2 points

Attn (2 Pts)

Cette fonction résultant de la division de la différence de puissance par la distance, elle donne toujours des résultats raisonnables même s’il existe des connecteurs ou des épissures entre les marqueurs.

Tâches courantes

Atténuation d’une liaison

La droite entre les épissures et les connecteurs correspond à la rétrodiffusion de la fibre. Pour mesurer précisément son atténuation, amenez le marqueur A après le premier événement (sur la gauche) et le marqueur B avant le second événement (sur la droite). Sélectionnez ensuite la fonction Atténuation LSA :

Easy-OTDR A B 3 dB/Div 500 m/Div Figure 43 Atténuation d’une fibre
Easy-OTDR
A
B
3 dB/Div
500 m/Div
Figure 43
Atténuation d’une fibre
Easy-OTDR A B 0,1 dB/Div 50 m/Div
Easy-OTDR
A
B
0,1 dB/Div
50 m/Div

Attn (LSA)

Attn (LSA)

Figure 44

Atténuation d’une rétrodiffusion bruyante

La ligne LSA génère des erreurs critiques si vous incluez des événements entre les marqueurs. Aussi, évitez d’inclure des événements lors de l’utilisation d’une ligne LSA.

Tâches courantes

N’utilisez pas non plus l’atténuation 2 points pour mesurer une fibre bruyante. Les pointes de bruit diminuent la précision.

Perte d’une épissure (analyse de la perte d’insertion)

Amenez le marqueur A au niveau de l’épissure et effectuez un zoom sur cette zone. Sélectionnez la fonction Analyser perte d’insertion. Quatre marqueurs supplémentaires apparaissent. Placez-les côté gauche et côté droit de la rétrodiffusion afin de mieux visualiser la fibre :

Easy-OTDR A Perte d’insertion 1 2 3 4 0,5 dB/Div Around A 1 km/Div Figure
Easy-OTDR
A
Perte d’insertion
1
2
3
4
0,5 dB/Div
Around A
1 km/Div
Figure 45
Analyse de la perte d’insertion d’une épissure

Maintenez les marqueurs de niveau 2 et 3 à proximité de l’épissure (voir ci-dessus) et étirez le plus possible les segments entre les marqueurs 1 et 2 et entre les marqueurs 3 et 4. Veillez toutefois à conserver strictement les lignes sur la rétrodiffusion même si cette dernière est bruyante.

Tâches courantes

Assurez-vous que les lignes entre les marqueurs de niveau (la ligne LSA) suivent une partie droite de la trace. La LSA ne doit en aucun cas couvrir une partie de la trace contenant un événement :

Easy-OTDR A Perte d’insertion 1 3 2 incorrect ! 4 0,50,5 dB/DivdB/Div AroundAround AA 1
Easy-OTDR
A
Perte d’insertion
1
3
2
incorrect !
4
0,50,5 dB/DivdB/Div
AroundAround AA
1 km/Div
Figure 46
Approximation incorrecte résultant
d’emplacements incorrects des marqueurs

Perte d’un connecteur

Tâches courantes

Cette mesure est similaire à la mesure de la perte d’épissure. Elle utilise donc la même fonction de la perte. Amenez le marqueur A au niveau du connecteur et effectuez un zoom avant sur cette zone. Lancez la fonction Perte d’insertion. Quatre marqueurs de niveau apparaissent. Placez-les au niveau de la rétrodiffusion, côté gauche et du connecteur côté droit.

Easy-OTDR A Perte d'insertion 1 2 3 4 0,5 dB/Div Around A 100 m/Div Figure
Easy-OTDR
A
Perte d'insertion
1
2
3
4
0,5 dB/Div
Around A
100 m/Div
Figure 47
Evaluation de la trace autour d’un connecteur

Tâches courantes

Les mêmes règles que celles pour la mesure d’épissure s’appliquent également aux marqueurs de niveau. Conservez les lignes strictement sur la rétrodiffusion, même si cette dernière est bruyante. Dans tous les cas, évitez la région où la trace est arrondie sinon vous risquez d’obtenir des résultats incorrects :

Easy-OTDR A 1 3 Perte d'insertion 2 4 incorrect ! 0,5 dB/Div Around A 500
Easy-OTDR
A
1
3
Perte d'insertion
2
4
incorrect !
0,5 dB/Div
Around A
500 m/Div
Figure 48
Résultats incorrects suite à des emplacements
de marqueurs incorrects

Tâches courantes

Réflectance d’un connecteur

Amenez le marqueur A au début de la réflexion du connecteur et effectuez un zoom avant sur cette zone. Assurez-vous que vous pouvez voir la rétrodiffusion et le sommet de la pointe. Au besoin, ajustez le zoom vertical et le décalage.

Activez la fonction Réflectance. Trois marqueurs de niveau apparaissent. Amenez les deux premiers marqueurs sur un niveau de rétrodiffusion moyen (pas sur une pointe de bruit) avant la réflexion. Confirmez leur position puis amenez le troisième marqueur sur la pointe de la réflexion. L’OTDR calcule puis affiche le résultat dans le champ de lecture :

Easy-OTDR A 3 Réflectance 1 2 1 dB/Div Around A 500 m/Div Figure 49 Calcul
Easy-OTDR
A
3
Réflectance
1
2
1 dB/Div
Around A
500 m/Div
Figure 49
Calcul de la réflectance d’un connecteur

Tâches courantes

6 Astuces pratiques d’experts en OTDR Cette section fournit des astuces pratiques recueillies auprès de

6

Astuces pratiques

d’experts en OTDR

Cette section fournit des astuces pratiques recueillies auprès de personnes expérimentées utilisant des OTDR dans les usines, durant l’installation de réseaux de télécommunications ou pour leur entretien.

Connaître la liaison à tester

Avant de déterminer les caractérisques d’une liaison en fibre optique, consultez le plan d’installation. Assurez-vous que vous disposez du module et des accessoires corrects. Déterminez la longueur d’onde à utiliser.

S’agit-il d’une première mesure sur cette liaison ou allez-vous comparer cette mesure à une mesure précédente ?

S’il s’agit d’une comparaison, il vous suffit de charger la trace précédente en tant que référence en mode Comparaison. L’OTDR effectue automatiquement la configuration et vous n’avez qu’à lancer la nouvelle mesure.

Nettoyez les connecteurs

Avec un connecteur sale, vos mesures seront peu fiables, très bruyantes, voire impossibles à réaliser. Vous risquez également d’endommager l’OTDR. De plus, méfiez-vous des huiles adaptatrices d’indice. Certains types dissolvent les adhésifs présents à l’intérieur des connecteurs.

Le connecteur ou le cordon de raccordement sont-ils endommagés ?

Assurez-vous que le connecteur est propre. Contrôlez si le cordon de raccordement, le module et la fibre en cours de test sont monomodes ou multimodes. Pour tester le cordon de raccordement, activez le laser en mode CW puis mesurez la puissance à son extrémité avec un milliwattmètre (un Agilent

laser en mode CW puis mesurez la puissance à son extrémité avec un milliwattmètre (un Agilent

Agilent Technologies

59

Astuces pratiques d’experts en OTDR

E6006A par exemple). Vous devriez obtenir une valeur comprise entre 0 et - 4 dBm pour la plupart des modules et longueurs d’onde monomodes.

Réglages de l’instrument

Si vous utilisez l’OTDR régulièrement pour mesurer des liaisons similaires, optimisez sa configuration pour ces applications et enregistrez-la dans l’un des quatre réglages définis par l’utilisateur. Assignez-lui un nom évocateur (par exemple, INTERDEPART, LIAISON VILLE, DORSALE, etc.).

Paramètres de configuration recommandés

Réglez la distance à une valeur légèrement supérieure à la longueur de la liaison. Par exemple, si la longueur de votre liaison est égale à 56,3 km, choisissez 60 km. Pour les distances légèrement supérieures à 15 km, faites votre première mesure en mode Grande distance (Longhaul) sinon utilisez le mode Courte distance (Shorthaul). Commencez par une impulsion de 1 ms pour des distances supérieures à 10 km et de 100 ns pour les distances inférieures. Réglez l’indice de réfraction en fonction des informations dont vous disposez sur la liaison. Si vous ne connaissez pas cet indice, utilisez la valeur 1,4580.

Traces bruyantes

Si la trace est très bruyante, augmentez le nombre de moyennages. Si la moyenne est établie plus de 100 fois, augmentez la largeur d’impulsion. Essayez d’établir la moyenne sur une période plus longue.

Mode Temps réel

Activez le mode Temps réel de l’instrument si vous désirez ajuster les réglages au cours d’une mesure. Dans ce mode, l’instrument établit la moyenne sur une période n’excédant pas 0,3 seconde. Vous obtenez donc 3 actualisations d’affichage par seconde. Ce mode vous permet de modifier n’importe quel paramètre de configuration sans pour autant arrêter la mesure.

Astuces pratiques d’experts en OTDR

En revanche, en mode Moyennage continu, l’affichage est actualisé une fois par seconde. Ce mode nécessite l’arrêt explicite de la mesure pour pouvoir modifier les paramètres. De cette manière, vous ne risquez pas d’effacer par accident une trace moyennée sur une longue période.

Utilisez le mode Realtime pour contrôler votre connexion, la qualité des épissures et savoir si une fibre est connectée. Commencez en mode Automatique, passez en mode Realtime puis sélectionnez les paramètres les mieux appropriés.

Zone morte très longue

Si la zone morte est trop longue pour distinguer les événements qui vous intéressent, réduisez la largeur d’impulsion. Si vous êtes en mode Optimize Dynamic, effectuez de nouveau d’abord la mesure en mode Optimize Resolution avant de réduire la largeur d’impulsion.

Que faire si aucune trace n’est visible

Si vous perdez la trace alors que vous effectuez un zoom avant, revenez à l’observation de la trace complète.

Si vous n’observez que du bruit (pas de trace), la distance de mesure est trop longue ou la position de départ est au-delà de l’extrémité de la fibre. Vérifiez les deux valeurs dans la configuration. Contrôlez également la connexion à la fibre.

Ajustez l’indice de réfraction.

Vous pouvez mesurer l’indice de réfraction si vous connaissez la longueur physique exacte de la fibre en cours de test. Commencez la mesure avec un indice de réfraction de 1,5000. Placez un marqueur à l’extrémité de la fibre. Sélectionnez ensuite la fonction Indice de réfraction et réglez-la de manière à ce que la position du marqueur affiché soit égale à la longueur de la fibre connue.

Astuces pratiques d’experts en OTDR

Perte unidirectionnelle exacte

Les mesures de perte de l’OTDR sont basées sur l’effet de rétrodiffusion dans la fibre. Cet effet étant différent en fonction des fibres, la précision de la perte risque de ne pas satisfaire vos exigences. Pour pouvoir mesurer la perte de la liaison plus précisément, les modules monomodes disposent d’un mode CW. Ce mode ne fait qu’activer le laser.

Mesurez la puissance (donnée en dBm) au moyen d’un milliwattmètre (l’Agilent E6006A par exemple) à l’extrémité d’un cordon de raccordement court. La valeur absolue de la puissance varie d’un module de source de signaux à un autre mais la puissance pour un module particulier reste très stable au fil des heures. Connectez le cordon de raccordement à la liaison puis mesurez la puissance à l’extrémité de cette dernière. La différence entre les deux résultats correspond à la perte unidirectionnelle de la fibre.

Perte de torsion

En monomode 1550 nm, les fibres sont très sensibles aux macro-torsions (par exemple, une torsion abrupte ou une pression locale sur le câble). Vous noterez parfois une perte de torsion à cette longueur d’onde mais jamais à 1310 nm. Par conséquent, déterminez les caractéristiques de votre liaison aux deux longueurs d’onde.

Avant d’enregistrer votre trace

Dès que votre mesure est terminée, entrez les données d’identification avant d’enregistrer une trace sur un disque ou sur une carte mémoire. À cet effet, l’OTDR fournit la fenêtre Info. sur trace accessible à partir du menu Fichier.

Utilisez cette fonction pour enregistrer l’ID du câble, l’ID de la fibre, l’emplacement de l’origine et de la terminaison et l’opérateur de la fibre. L’OTDR et les modules utilisés ainsi que la date et l’heure de la mesure sont automatiquement enregistrés dans le fichier.

Ces informations vous seront très utiles si vous avez besoin de la trace à des fins de comparaisons ou d’analyses approfondies sur un PC.

7 Analyse automatique de trace De nombreuses liaisons sont constituées de sections différentes connectées ou

7

Analyse automatique de

trace

De nombreuses liaisons sont constituées de sections différentes connectées ou épissées ensemble. Un bon contrôle de qualité après installation consisterait à mesurer toutes les pertes sur la liaison afin de vérifier que les épissures, les connecteurs, etc. sont conformes à leurs spécifications. Toutefois, l’exécution manuelle de cette tâche demanderait énormément de temps.

Recherche des événements excédant un seuil

Les OTDR d’Agilent permettent d’accélérer cette tâche grâce à la fonction d’analyse de trace intégrée Exploration trace qui recherche les événements entre le début et la fin de la trace. Lorsqu’un événement excède un seuil donné (0,05 dB par exemple), l’OTDR le consigne dans une table. Cette dernière répertorie l’emplacement de l’événement, sa perte et sa perte d’insertion (s’il est réflectif) ainsi que l’atténuation de la fibre entre les événements.

Ala suite de l’exploration automatique de la trace, l’OTDR conserve la table d’événements avec la trace et la configuration. Cela signifie que la table est également sauvegardée lorsque vous enregistrez la trace dans un fichier binaire ou ASCII. Vous avez alors la possibilité de lire le fichier ASCII sur un ordinateur et d’utiliser les informations qu’il contient pour calculer des statistiques.

Pour les sections bruyantes de la fibre, l’OTDR augmente le seuil afin de réduire la sensibilité aux pointes de bruit. Malgré cela, il est souvent difficile de déterminer s’il s’agit d’un événement réel ou d’une distorsion provoquée par le bruit. Il est donc important d’observer les événements avec soin. Le cas échéant, supprimez tout événement reporté comme pointe de bruit ou ajoutez tout événement supposé être du bruit.

événement reporté comme pointe de bruit ou ajoutez tout événement supposé être du bruit. Agilent Technologies

Agilent Technologies

63

Analyse automatique de trace

Observation d’un événement sélectionné

Supposons que la table d’événements contienne plusieurs événements non réflectifs aux distances 12,689, 15,632 et 20,091 km :

TYPE

EMPLAC.

PERTE EN DB

ATT dB/km

4 :

NON REFL

12,689 km

0,192

0,220

5 :

NON REFL

15,632 km

0,172

0,220

6 :

NON REFL

20,091 km

0,380

0,215

Votre plan d’installation indique une épissure à 12,7 km et une autre à 20,1 km mais rien entre les deux. Vous désirez donc observer la trace à 15,6 km. Pour ce faire, sélectionnez l’événement inconnu dans la table. Utilisez la fonction Aller à événement. Ceci a pour effet d’effectuer un zoom avant sur l’événement et de placer le marqueur A et tous les marqueurs de niveau pour la mesure de perte d’épissure exactement à l’emplacement où la fonction Exploration trace a détecté l’événement.

Easy-OTDR A A suivant précédent 3 dB/Div 500 m/Div
Easy-OTDR
A
A
suivant
précédent
3 dB/Div
500 m/Div

Figure 50

Basculer entre les événements sélectionnés

Grâce à la fonction Evénement suivant, vous pouvez rapidement observer tous les événements trouvés sur la trace.

8 Les OTDR Agilent Technologies Agilent Technologies propose un ensemble d’équipements nécessaires à la

8

Les OTDR Agilent Technologies

Agilent Technologies propose un ensemble d’équipements nécessaires à la réalisation de tests simples et rapides sur votre réseau à fibres optiques. La gamme des OTDR Agilent offre aux techniciens des instruments de grande fiabilité pour l’installation et l’entretien des fibres optiques. Tous les modèles de la gamme sont faciles à utiliser et dotés de fonctions d’analyse complètes. Les formats de fichiers utilisés sont certifiés Bellcore et peuvent donc être échangés avec d’autres instruments normalisés.

Cette section présente les différents instruments, modules, logiciels et accessoires de la gamme des OTDR.

Vous trouverez de plus amples informations sur les produits de la gamme des OTDR Agilent, sur le site Internet www.agilent.com/comms/otdr.

Analyse et documentation : OTDR Toolkit IIplus

Le logiciel OTDR Toolkit IIplus Agilent E6091A compatible Windows PC est le complément indispensable aux autres instruments de la gamme des OTDR.

Il collecte, analyse, organise et stocke les traces pour la création rapide d’une documentation de conformité. Le traitement et l’impression en session permettent aux utilisateurs de répondre à tout moment aux exigences en matière de documentation.

Si votre PC est connecté à un OTDR, vous avez également la possibilité de configurer et de lancer une mesure directement à partir du logiciel Toolkit IIplus.

de configurer et de lancer une mesure directement à partir du logiciel Toolkit II plus .

Agilent Technologies

65

Les OTDR Agilent Technologies

Les OTDR Agilent Technologies Figure 51 Capture d’écran du logiciel ODTR Toolkit II plus Les principales

Figure 51

Capture d’écran du logiciel ODTR Toolkit IIplus

Les principales fonctions du logiciel Toolkit IIplus sont les suivantes :

un traitement en session avancé,

un affichage sur le bureau et le traitement post-acquisition des données de trace OTDR,

une commande à distance des instruments OTDR,

un transfert à grande vitesse entre OTDR et PC de plusieurs traces,

une analyse d’épissures, de connecteurs et d’atténuations,

une comparaison simultanée d’un nombre illimité de traces,

un moyennage bidirectionnel permettant le calcul précis des pertes,

une aide en ligne contextuelle complète,

une fenêtre d’événements complète présentant des tables des événements et de dépassement, des grilles d’événements et de macro-torsions, etc.

des rapports simple et rapide (“Résumé du technicien”),

une fonction d’exportation vers Microsoft Excel,

une fonction liste de traces,

un affichage disponible en cinq langues.

Les OTDR Agilent Technologies

Localisation de rupture et maintenance :

localiseur de rupture

Avec le localiseur de rupture E6020A, Agilent Technologies répond spécifiquement aux besoins des techniciens de maintenance. Le localisateur est capable de repérer un défaut dans le réseau jusqu’à 150 km, avec une précision de 1 mètre. Il propose une assistance pour les opérations et une aide en ligne afin d’aider les utilisateurs novices à maîtriser plus rapidement leur équipement.

Le localiseur de rupture est conçu pour être utilisé aussi bien en interne qu’en environnement inter-sites. Il est doté d’un affichage performant et d’un boîtier de transport solide ; en outre, ils est léger et portatif. Il dispose également d’une large gamme de connecteurs et d’accessoires.

d’une large gamme de connecteurs et d’accessoires. Figure 52 Localiseur de rupture Les principales fonctions du

Figure 52

Localiseur de rupture

Les principales fonctions du localiseur de rupture sont les suivantes :

des procédures étape par étape grâce à l’Assistant Rupture de fibre,

des messages d’erreurs simples permettant une résolution rapide des problèmes,

Les OTDR Agilent Technologies

une détection de trafic des données afin de protéger votre équipement,

un tableau de sélection de fournisseurs de fibres pour une configuration facile,

un affichage net et précis de la localisation de la rupture de fibre,

un mode d’enregistrement des résultats de tests simple,

un affichage disponible en quatre langues

Installation, mise en service et détection d’événements : Mini-OTDR

Le mini OTDR Agilent E6000C offre à ses utilisateurs un outil extrêmement rapide d’installation et de mise en service de liaisons en multi fibres et de localisation des défauts pour la maintenance de fibre optique. Il y parvient grâce à de hautes performances de mesure et une interface utilisateur simple reconnue.

performances de mesure et une interface utilisateur simple reconnue. Figure 53 Mini OTDR 68 Guide de

Figure 53

Mini OTDR

Les OTDR Agilent Technologies

Les principales fonctions du Mini OTDR sont les suivantes :

une plage dynamique élevée de - 45dB,

un localiseur de rupture permettant la localisation rapide des ruptures et torsions,

un emplacement et une caractérisation des pertes d’épissure et de connecteur,

un test multi fibres pour la qualification rapide d’un grand nombre de câbles,

des mesures de puissance et de perte avec la source de lumière intégrée et le module milliwattmètre,

une représentation graphique des résultats de mesure dans des tables des événements indiquant les résultats de pertes, réflexion, et de test de dépassement,

un visualisateur de défaut permettant la vérification des fuites de lumière au niveau des cordons de raccordement,

un affichage disponible en 14 langues.

Le Mini-OTDR peut être équipé de différents modules et sous-modules en fonction des besoins de l’utilisateur. Il suffit de brancher les modules à l’arrière de l’OTDR et les sous-modules dans les modules.

Les OTDR Agilent Technologies

Sous-module Milliwattmètre E6006A

Le sous-module Milliwattmètre E6006A permet de mesurer la puissance de la lumière à l’extrémité de la fibre lorsqu’une source de lumière est appliquée au départ de cette dernière.

de lumière est appliquée au départ de cette dernière. Figure 54 Sous-module Milliwattmètre Vous avez la

Figure 54

Sous-module Milliwattmètre

Vous avez la possibilité d’afficher la puissance de lumière absolue ainsi que sa puissance par rapport à une valeur de référence. Vous pouvez également afficher les valeurs dans des unités de mesure différentes (dBm, dB et W). En outre, vous pouvez effectuer des mesures à des longueurs d’ondes différentes.

Les OTDR Agilent Technologies

Visualiseur de défaut E6007A

Avec le sous-module Visualiseur de défaut E6007A et une interface de connecteur optique, vous pouvez visualiser les torsions et les contraintes importantes exercées sur les fibres et les cordons de raccordement, entre autres. Le visualiseur de défaut utilise un laser rouge visible comme source de lumière. La lumière peut être modulée en lumière constante, ou clignotante à 1 Hz.

Au point de rupture ou de défaut de la fibre, la lumière est réfractée via le revêtement, si son épaisseur est inférieure à 3 mm. Vous pouvez donc visualiser l’emplacement exact du défaut.

pouvez donc visualiser l’emplacement exact du défaut. Figure 55 Visualiseur de défaut Guide de poche de

Figure 55

Visualiseur de défaut

Les OTDR Agilent Technologies

Cordons de raccordement

Chaque mesure OTDR génère une forte réflexion au niveau du connecteur de face avant. La zone aveugle après cette réflexion peut empêcher la détection de certains événements survenus sur la première portion de fibre. Pour éviter que cela ne se produise, des cordons de raccordement sont placés entre l’OTDR et la fibre à tester.

13 Cordon de raccordement Figure 56 OTDR avec cordon de raccordement
13
Cordon de
raccordement
Figure 56
OTDR avec cordon de raccordement

Les cordons de raccordement doivent être de même type que la fibre à tester. Par exemple, si vous caractérisez une fibre de 50/125 µm, vous devez disposer d’un module multimode 50/125 µm pour l’OTDR et un cordon de raccordement du même type.

Si vous devez mesurer de nombreuses fibres dans un câble ou d’une station terminale, vous pouvez connecter le cordon de raccordement à l’OTDR et le laisser connecté. Si vous endommagez l’autre extrémité du cordon de raccordement avec une des fibres, vous n’aurez à remplacer que le cordon de raccordement.

Dans le cas d’une mesure de la perte d’insertion des premiers connecteurs de la liaison, utilisez un cordon de raccordement de a 300 m ou 1000 m. Si vous placez un cordon de raccordement de ce type à chaque extrémité, vous pouvez caractériser les premier et dernier connecteurs.

Les OTDR Agilent Technologies

Dans la production de fibre ou de câble, un cordon de raccordement de 300 m et une épissure mécanique réduisent considérablement les difficultés liées à la zone aveugle et la perte d’insertion pour les adaptateurs à fibre nue ou les outils de réglage de micromètre.

Les OTDR Agilent Technologies

9 Tableaux Résultats types
9
Tableaux
Résultats types

Cette section fournit des tableaux renseignant sur les valeurs types des paramètres pour les différentes fibres.

Atténuation de la fibre

Fibres multimodes

Fibres monomodes

850 nm

<= 3,5 dB/km

not used

1300/1310 nm

<= 1,5 dB/km

< 0,4 dB/km

1550 nm

non utilisées

< 0,3 dB/km

Perte d’insertion

Epissure de fusion

<= 0,10 dB

<= 0,15 dB

Epissure mécanique

<= 0,15 dB

<= 0,20 dB

Connecteur avec

<= 0,5 dB

<= 0,5 dB

contact physique

Perte par réflexion

Connecteurs sans contact physique

11

à 15 dB

(par exemple, the connecteur FC)

(deux interfaces

verre/air)

Connecteurs avec contact physique (par exemple, HMS-10, FC/PC, ST, DIN 47256)

30 à 50dB

(propre, bon polissage)

Connecteurs angulaires avec contact physique (tels que HMS-10/HRL, APC)

60 dB et plus

polissage) Connecteurs angulaires avec contact physique (tels que HMS-10/HRL, APC) 60 dB et plus Agilent Technologies

Agilent Technologies

75

Tableaux

Conversion des unités

Cette section fournit des tables de conversion pour les différentes unités.

Table de conversion

+ 30 dBm

1W (watt)

+ 20 dBm

100 mW (milliwatts)

+ 10 dBm

10 mW

+ 7 dBm

5 mW

+ 3 dBm

2 mW

0 dBm

1 mW = 0,001 W

– 3 dBm

500 µW (microwatts)

– 7 dBm

200 µW

– 10 dBm

100 µW

– 20 dBm

10 µW

– 30 dBm

1 µW = 0,001 mW

– 40 dBm

100 nW (nanowatts)

– 50 dBm

10 nW

– 60 dBm

1 nW = 0.001 µW

– 70 dBm

100 pW (picowatts)

– 80 dBm

10 pW

– 90 dBm

1 pW = 0,001 nW

Tableaux

Rapports significatifs

+ 3 dB

* 2

– 3 dB

1 / 2

+ 6 dB

* 4

– 6 dB

1 / 4

+ 10 dB

* 10

– 10 dB

1 / 10

+ 20 dB

* 100

– 20 dB

1 / 100

+ 30 dB

* 1 000

– 30 dB

1 / 1 000

+ 40 dB

* 10 000

– 40 dB

1 / 10 000

+ 50 dB

* 100 000

– 50 dB

1 / 100 000

+ 60 dB

* 1 000 000

– 60 dB

1 / 1 000 000

Conversion des unités de longueur

 

1

nm

(nanomètre)

0,001

µm

1 µm

(micromètre)

0,001

mm

1 in (1")

(pouce)

25,4

mm

1 kft

(1 000 pieds)

304,8

m

1 mile

 

1,6093

km

Tableaux

10 Maintenance et assistance Les réglages, la maintenance ou la réparation de cet appareil doivent

10

Maintenance et assistance

Les réglages, la maintenance ou la réparation de cet appareil doivent être réalisés par un technicien qualifié.Contactez votre plus proche distributeur agréé Agilent Technologies. Vous trouverez la liste des distributeurs agréés Agilent Technologies à l'adresse suivante :

http://www.agilent.com/find/assist

Vous pouvez également contacter les experts en test et mesure d'Agilent Technologies (aux heures de bureau).

Etats-Unis

(tél.) 1 800 452 4844

Canada

(tél.) 1 877 994 4414 (fax) (905) 206 4120

Europe

(tél.) (31 20) 547 2323 (fax) (31 20) 547 2390

Japon

(tél.) (81) 426 56 7832 (fax) (81) 426 56 7840

Amérique Latine

(tél.) (305) 269 7500 (fax) (305) 269 7599

Australie

(tél.) 1 800 629 485 (fax) (61 3) 9272 0749

Nouvelle Zélande

(tél.) 0 800 738 378 (fax) 64 4 495 8950

Asie-Pacifique

(tél.) (852) 3197 7777 (fax) (852) 2506 9284

0 800 738 378 (fax) 64 4 495 8950 Asie-Pacifique (tél.) (852) 3197 7777 (fax) (852)

Agilent Technologies

79

Maintenance et assistance

11 Glossaire des termes Ce glossaire définit les termes propres aux fibres optiques et ceux

11

Glossaire des termes

Ce glossaire définit les termes propres aux fibres optiques et ceux spécifiques à la technologie et aux composants OTDR.

A

Absorption Principe physique dans les fibres optiques qui atténue la lumière en la convertissant en chaleur—et par conséquent en élevant la température des fibres. En pratique, l’élévation de la température est minime et difficile à mesurer. L’absorption se produit depuis les confins de l’ultraviolet et dans les bandes d’absorption infrarouge, et est due aux impuretés, comme les ions OH, et aux défauts dans la structure du verre.

Adresse IP Utilisée pour identifier un noeud d’un réseau et pour définir l’acheminement de l’information. Chaque noeud du réseau doit être affecté d’une adresse IP unique, composée de l’identificateur du réseau et d’un identificateur d’hôte unique affecté par l’administrateur du réseau. Cette adresse se présente typiquement sous forme de nombres décimaux représentant la valeur décimale de chaque octet, séparés par un point (par exemple, 138.57.7.27).

Amplificateur Composant électronique utilisé pour renforcer les signaux audio ou vidéo ou l’énergie radio-fréquence (RF). La même fonction est assurée par un répéteur pour les signaux numériques.

Angle critique Plus petit angle par rapport à l’axe de la fibre pour lequel un rayon peut être totalement réfléchi au niveau de l’interface coeur/gaine.

Atténuation Diminution de l’amplitude de puissance d’un signal transmis entre deux points. Terme utilisé pour exprimer la perte totale dans un système optique, mesurée normalement en décibels (dB) pour une longueur d’onde spécifique.

système optique, mesurée normalement en décibels (dB) pour une longueur d’onde spécifique. Agilent Technologies 81

Agilent Technologies

81

Glossaire des termes

B

Bande passante La fréquence la plus basse pour laquelle l’amplitude de la fonction de transfert d’un guide d’onde décroît de 3 dB (en puissance optique) en dessous de sa valeur pour la fréquence nulle. La bande passante sera fonction de la longueur du guide d’onde, mais peut ne pas être directement proportionnelle à celle-ci.

C

Câblage centralisé Méthode de câblage utilisée dans les systèmes électroniques centralisés reliant le câblage horizontal optique avec le câblage vertical d’un bâtiment de manière passive dans le local technique.

Câblage horizontal Partie du câblage du réseau de télécommunications assurant la connexion entre le répartiteur horizontal et les prises de télécommunications de la zone de travail. Le câblage horizontal se compose du support de transmission, de la prise, des terminaisons des câbles horizontaux et du répartiteur horizontal.

Câble

assurant la protection mécanique et par rapport à l’environnement.

Un ensemble de fibres optiques et autres matériaux

Câble à fibres optiques Faisceau contenant une ou plusieurs fibres optiques, des membrures de force, et revêtu d’une gaine, fabriqué selon des spécifications optiques, mécaniques et de conditions d’environnement.

Câble équipé

l’une ou à ses deux extrémités. Ils servent généralement à connecter des systèmes de câbles à fibres otiques et des équipements opto-électroniques. Si le câble est équipé d’un connecteur à une seule extrémité, il est connu sous le nom de “queue de cochon”. Si des connecteurs sont montés aux deux extrémités, c’est un cavalier ou un cordon de répartition.

Câble à fibre optique équipé de connecteurs à

Glossaire des termes

Câble hybride Câble à fibres optiques comportant deux ou plusieurs types différents de fibres, tels que des fibres multimode 62,5 µm et des fibres mono-mode.

Câble multi-fibres Câble contenant deux fibres optiques ou plus.

Canal Lambda Longueur d’onde particulière d’une fibre. Des canaux lambda différents sont utilisables pour transférer des données différentes.

Celsius Echelle de température pour laquelle le zéro est le point de fusion de la glace et la valeur cent est le point d’ébullition de l’eau. Unité : °C(elsius).

Coefficient d’atténuation Vitesse de décroissance de la puissance optique en fonction de la distance le long de la fibre, habituellement mesurée en décibels par kilomètre (dB/km) pour une longueur d’onde spécifique. Plus le chiffre est faible, meilleure est l’atténuation de la fibre. Les longueurs d’onde typiques en multimode sont de 850 et 1300 nanomètres (nm) ; en mono-mode, elles sont de 1310 et 1550 nm. Remarque : lors de la définition de l’atténuation, il est important d’indiquer s’il s’agit d’une valeur moyenne ou nominale.

Coefficient de diffusion Détermination de la perte d’un faisceau lumineux transmis (angle = 0°), c’est-à-dire quantité de lumière prélevée sur le faisceau incident en raison de la diffusion.

La variable mesurée par cette méthode est le coefficient de diffusion s.

Coeur Partie centrale d’une fibre optique dans laquelle la lumière est transmise.

Conduit Tuyau ou tubage à travers lequel des câbles peuvent être tirés ou installés.

Connecteur Dispositif mécanique utilisé pour aligner et joindre deux fibres ensemble et offrant un moyen de branchement et de débranchement d’un émetteur, d’un récepteur ou d’une autre fibre (panneau de répartition).

Glossaire des termes

Cordon de répartition Connexion intra-muros entre deux prises.

Couche protectrice Matériau déposé sur une fibre lors de son processus de fabrication pour la protéger des conditions d’environnement et lors de sa manipulation.

Couplage Voir Adaptateur.

Courant de seuil Courant pilote au-dessus duquel l’amplification de l’onde lumineuse d’une diode laser devient supérieure aux pertes optiques, de sorte que l’émission stimulée commence. Le courant de seuil dépend fortement de la température.

D

Débit de données Nombre maximum de bits d’informations transmissibles par seconde dans une liaison de données. S’exprime généralement en mégabits par seconde (Mb/s).

Décibel (dB) Unité standard utilisée pour exprimer un gain ou un affaiblissement de puissance optique.

Détecteur Capteur délivrant un signal électrique en sortie en réponse à un signal optique incident. Le courant dépend de la quantité de lumière reçue et du type de composant.

Diélectrique Matériau non métallique, et par conséquent non conducteur. Les fibres en verre sont considérées comme diélectriques. Un câble diélectrique ne contient pas de composants métalliques.

Diffusion Propriété du verre produisant une déviation de la lumière de la fibre et contribuant à l’atténuation optique.

Diode électroluminescente (DEL) Composant semiconducteur émettant de la lumière à partir d’une jonction p-n lorsque celle-ci est polarisée par un courant électrique dans le sens direct.

Glossaire des termes

La lumière peut être émise depuis le bord de la jonction ou depuis sa surface, selon la structure du composant.

Diode laser (DL) Amplification de la lumière par émission de rayonnement stimulé. Composant opto-électronique émettant une lumière cohérente dans une bande de longueurs d’onde étroite, centrée habituellement autour de 780 nm, 1320 nm ou 1550 nm. Les lasers ayant des longueurs d’onde centrées autour de 780 nm sont couramment utilisés dans les lecteurs de CD Laser.

Dispersion chromatique (DC) Diffusion d’une impulsion de lumière produite par la différence des indices de réfraction aux différentes longueurs d’onde.

Dispersion dans le matériau Dispersion associée à une source de lumière non monochromatique, et due à la dépendance à la longueur d’onde de l’indice de réfraction du matériau ou de la vitesse de la lumière dans ce matériau.

Dispersion modale Elargissement d’impulsion due aux rayons de lumière multiples parcourant des distance différentes à différentes vitesses à travers une fibre optique.

Distorsion multimode Distorsion du signal dans un guide d’onde optique produite par la superposition des modes avec des temps de propagation différents.

E

Eclairement énergétique

point de la surface d’une source de lumière ou de la section transversale d’un guide d’onde optique, s'exprime par le quotient du flux énergétique reçu sur un élément de cette surface, par l'aire de cet élément. L’unité normalisée est le Watt par centimètre carré, ou W/cm².

Densité de puissance qui, en un

Ellipticité du coeur (non circularité) Mesure de la différence de forme du coeur de la fibre par rapport à un cylindre.

Emetteur Pilote et source utilisés pour convertir des signaux électriques en signaux optiques.

Glossaire des termes

Epissure Jonction permanente entre deux guides d’onde optiques.

Epissure mécanique Jonction de deux fibres par des moyens mécaniques permanents ou temporaires (contrairement à l’épissure par fusion ou aux connecteurs) pour obtenir une fibre continue. Le CamSplice constitue un bon exemple d’épissure mécanique.

Epissure par fusion Jonction permanente produite par l’application localisée de chaleur suffisante pour fondre les extrémités de deux fibres optiques pour former une seule fibre continue.

Equipement Equipement de télécommunications.

Evénement Changement d’état d’un objet réseau. Par exemple, une liaison est endommagée constitue un événement.

Excentricité du coeur

coeur de la fibre par rapport au centre de la gaine.

Mesure du déplacement du centre du

Extra-muros Tout équipement de réseau extérieur, par exemple, câbles, fibres ou noeuds.

F

Fahrenheit Echelle standard utilisée pour les mesures de température aux Etats-Unis et pour laquelle le point de congélation de l’eau est de trente deux degrés et son point d’ébullition de deux cent douze degrés. Unité : °F(ahrenheit).

Faisceau Nombreuses fibres contenues dans une seule enveloppe ou gaine de protection. Désigne également un groupe de fibres en faisceau distingué d’une certaine manière d’un autre groupe dans la même âme de câble.

Fibre Conduit sous forme de filament ou de fibre, fabriqué en matériaux diélectriques, conduisant la lumière.

Fibre optique Voir fibre.

Glossaire des termes

Fibre mono-mode Fibre optique avec un coeur de faible diamètre (habituellement 9 µm) dans laquelle un seul mode, le mode fondamental, peut se propager. Ce type de fibre est particulièrement adapté aux transmissions à large bande sur de grandes distances, puisque sa bande passante n’est limitée que par la dispersion chromatique.

Fibre multimode Guide d’onde optique dans lequel la lumière voyage en modes multiples. Le rapport typique des dimensions coeur/gaine (mesurées en microns) d’une telle fibre est de

62,5/125.

Fixer Distributed Data Interface (FDDI - Interface de données avec distribution par fibres) Norme de réseaux à fibres optiques à 100 Mbits/s.

G

Gaine Matériau diélectrique entourant le coeur d’une fibre optique.

Gaines de protection Tubes cylindriques extrudés recouvrant les fibres optiques afin de les protéger et de les isoler (voir Gaine flottante).

Gigahertz (GHz) Unité de fréquence égale à un milliard de cycles par seconde, 10 9 Hertz.

Guide d’onde optique Guide d’onde diélectrique présentant un coeur composé d’un matériau optiquement transparent de faible atténuation (habituellement en verre de silice) et une gaine composée d’un matériau optiquement transparent ayant un indice de réfraction inférieur à celui du coeur. Il est utilisé pour transmettre des signaux par ondes lumineuses, et connu habituellement sous le nom de fibre. De plus, il existe des structures de guides d’onde diélectriques planar dans certains composants optiques, tel que les diodes laser, qui sont également considérées comme des guides d’onde optiques.

Glossaire des termes

I

 

Indice de réfraction Rapport entre la vitesse de la lumière dans le vide et la vitesse de la lumière dans un milieu optiquement dense.

Intra-muros Se dit pour des équipement et des connexions situés à l’intérieur d’un bâtiment, par exemples, pour des cordons de liaison et des prises.

K

 

Kelvin Echelle standard utilisée pour les mesures de température ; dans laquelle la température de la glace fondante est de 273 degrés. Unité : °K(elvin).

Kilomètre (km) Mille mètres, ou approximativement 3 281 pieds. Le kilomètre est une unité normalisée de mesure de longueur des fibres optiques. 1 pied = 0,3048 m

kpsi Unité de force par unité de surface exprimée en milliers de livres par pouce carré. Utilisée habituellement dans les spécifications pour les tests d’épreuve des fibres. Par exemple, 100 kpsi.

L

LAN (Local Area Network) Voir Réseau local.

Liaison Circuit de télécommunications entre deux terminaux quelconques, les connecteurs des équipements non compris.

Liaison à fibre optique Canal de transmission constitué d’une fibre optique servant à relier deux terminaux ou à se connecter en série avec d’autres canaux.

Glossaire des termes

Local technique Espace fermé accueillant les équipements de télécommunications, terminaisons de câbles et répartiteurs. Il contient les répartiteurs entre le réseau fédérateur et le câblage horizontal.

Longueur d’onde de crête Longueur d’onde pour laquelle la puissance optique d’une source est à son maximum.

Longueur d’onde de dispersion zéro Longueur d’onde pour laquelle la dispersion chromatique d’une fibre optique est nulle. Se produit lorsque la dispersion du guide d’onde annule les effets de la dispersion due au matériau.

Lumière Dans les domaines du laser et de la communication optique, portion du spectre électromagnétique pouvant être manipulée par les méthodes optiques classiques, applicables sur les extensions du spectre visible comprises entre le proche ultraviolet à approximativement 0,3 micron, jusqu’à l’infrarouge moyen à environ 30 microns, en passant par le spectre visible.

M

Macrotorsion (ou courbure) Ecart axial macroscopique d’une fibre par rapport à une ligne droite.

Matériel de connexion Dispositif utilisé pour terminer un câble à fibre optique avec des connecteurs et adaptateurs fournissant un point d’administration pour les connexions croisées entre les segments de câblage ou l’interconnexion des équipements électroniques.

Mégahertz (MHz) Unité de fréquence égale à un million de cycles par seconde.

Mélange de modes Les nombreux modes d’une fibre multimode diffèrent par leur vitesses de propagation. Tant qu’ils se propagent indépendamment les uns des autres, la bande passante de la fibre varie de manière inversement proportionnelle à la longueur de cette fibre en raison de la distorsion multimode. En raison des non homogénéités géométriques de la fibre et du profil d’indice, un échange

Glossaire des termes

d’énergie progressif se produit entre les modes ayant des vitesses différentes. En raison de ce mélange de modes, la bande passante des fibres multimodes longues est supérieure à la valeur obtenue par extrapolation linéaire à partir des mesures de fibres courtes.

Mesure de référence Mesure recueillie après la mise en service d’une ligne afin de comparer les mesures ultérieures avec cette mesure d’origine et de déterminer ainsi les conditions de bon fonctionnement de la ligne.

Micron (µm) Un millionième de mètre ; 10 -6 mètre. Utilisé habituellement pour exprimer la dimension physique des fibres, par exemple, 62,5 µm.

Mode Terme utilisé pour décrire un chemin de lumière indépendant à travers une fibre, comme dans multimode ou mono-mode.

Modes Ondes optiques discrètes pouvant se propager dans des guides d’onde optiques. Il existe des solutions à valeurs propres aux équations différentielles qui caractérisent le guide d’onde. Dans une fibre mono-mode, seul un mode, le mode fondamental, peut se propager. Il existe plusieurs centaines de modes dans une fibre multimode qui diffèrent par leur diagramme de champ et par leur vitesse de propagation. La limite supérieure du nombre de modes est déterminée par le diamètre du coeur et par l’ouverture numérique du guide d’onde.

Modes de fuite Dans la région frontalière entre les modes guidés d’un guide d’onde optique et les ondes lumineuses qui ne peuvent se propager, il existe des modes non guidés appelés modes de fuite ayant des possibilités de propagation limitées avec une atténuation accrue. Les modes de fuite sont une source d’erreur possible dans les mesures d’atténuation des fibres, mais leur effet peut se réduire à l’aide de suppresseurs de modes.

Modulation Codage des informations sur la fréquence porteuse. On distingue la modulation d’amplitude, de fréquence et de phase.

Glossaire des termes

Module à panneau de connexions Module conçu pour une utilisation avec des panneaux de répartition ; il comporte 6 ou 12 fibres équipées de connecteurs reliées par épissures aux aux fibres du câble principal.

Module de commutation Multiplexeur optique.

Module enfichable Elément de réseau à l’intérieur d’un fond de panier, comme par exemple des OTDR ou des commutateurs.

Monochromatique Qualifie un rayonnement composé d’une seule longueur d’onde. Dans la pratique, un rayonnement n’est jamais parfaitement monochromatique et présente au mieux une bande étroite de longueurs d’onde.

Multiplexage par division de longueurs d’onde (WDM) Transmission simultanée de plusieurs signaux dans un guide d’onde optique avec des longueurs d’onde différentes.

Multiplexeur Composant combinant deux ou plusieurs signaux récupérables individuellement en un seul train de bits.

N

 

Nanomètre (nm) Unité de mesure égale à un milliardième de mètre ; 10 -9 mètre. Utilisée habituellement pour exprimer la longueur d’onde de la lumière, par exemple, 1300 nm.

Noeud Point d’épissure.

O

Ondes lumineuses Ondes électromagnétiques dans la région des fréquences optiques. Le terme de “lumière“ était à l’origine restreint au rayonnement visible par l’oeil humain, avec des longueurs d’onde comprises entre 400 et 700 nanomètres (nm). Toutefois, l’usage est maintenant d’appeler aussi “lumière” le rayonnement des régions du spectre adjacentes à la lumière visible (dans le proche

Glossaire des termes

infrarouge de 700 à environ 2000 nm) dans la mesure où ces régions partagent les mêmes caractéristiques physiques et techniques que la lumière visible.

Optique des fibres Branche de l’optique étudiant la transmission de puissance rayonnante à travers des fibres constituées de matériaux transparents tels que verre, silice fondue ou plastique.

Opto-électronique Se rapportent à des composants qui répondent à la puissance optique, émettent ou modifient un rayonnement optique, ou utilisent un rayonnement optique pour leur fonctionnement interne. Il s’agit en fait de tout composant fonctionnant comme un convertisseur électrique-optique ou optique-électrique.

OTDR Réflectomètre optique dans le domaine du temps. Envoie des impulsions dans une fibre pour mesurer la rétro-diffusion. Une analyse de la trace permet d’identifier des événements.

P

Ouverture numérique

lumière incidente transmise dans la fibre. Cette valeur dépend de la différence entre les indices de réfraction du coeur et de la gaine (nombre exprimant la possibilité de captage de la lumière d’une fibre par rapport à son angle d’admission).

Mesure de la plage angulaire de la

Panneau de connexions Panneau conçu pour une utilisation avec des panneaux de répartition ; il comporte 6, 8, ou 12 adaptateurs pré-installés utilisables lorsque des fibres sont équipées de connecteurs.

Perte d’insertion Atténuation produite par l’insertion d’un composant optique ; en d’autre termes, un connecteur ou un coupleur dans un système de transmission optique.

Perte de transmission Perte totale rencontrée dans la transmission à travers un système.

Glossaire des termes

Photodiode Diode conçue pour produire un courant en absorbant de la lumière. Les photodiodes sont utilisées pour détecter la puissance optique et pour convertir la puissance optique en puissance électrique.

Photon Particule d’énergie électromagnétique.

Point de repère Point caractéristique sur une carte géographique.

Port Des cordons de répartition ou des fibres sont branchés sur les ports d’un module enfichable.

Prise multi-utilisateur Prise de télécommunications utilisée pour desservir plusieurs zones de travail, par exemple dans le mobilier de systèmes ouverts.

Profil d’indice Courbe de variation de l’indice de réfraction sur la section transversale d’un guide d’onde optique.

Protection (1) Matériau de protection extrudé directement sur le revêtement de la fibre pour la protéger (protection serrée) ; (2) extrusion d’une gaine autour de la fibre permettant sa protection contre les contraintes exercées sur le câble (gaines de protection).

Protection secondaire Matériau utilisé pour protéger la fibre optique des dommages physiques, assurant l’isolement et/ou sa protection mécanique. Selon les techniques de fabrication, il peut s’agir d’une protection par gaine intermédiaire serrée ou flottante ainsi que par des couches de protection multiples.

R

Rack Endroit où est installé un fond de panier.

Rayon Représentation géométrique d’un trajet de lumière à travers un support optique ; une ligne perpendiculaire au front d’onde indiquant la direction du flux d’énergie rayonnant.

Glossaire des termes

Rayon de courbure d’un câble Lors de l’installation, le rayon de courbure d’un câble implique que ce câble soit soumis à une sollicitation à la traction. La courbure libre induit le plus petit rayon possible puisqu’il s’agit d’une condition sans sollicitation.

Rayon de courbure d’une fibre Rayon minimum pour lequel une fibre peut se courber sans risque de rupture ou d’augmentation de l’atténuation.

Récepteur Détecteur et circuit électronique chargés de transformer les signaux optiques en signaux électriques.

Réflectomètre optique dans le domaine du temps (OTDR) Appareil destiné à caractériser une fibre en envoyant une impulsion optique dans cette fibre et en mesurant la rétro-diffusion et les réflexions résultantes en fonction du temps. Utile pour estimer le coefficient d’atténuation en fonction de la distance et pour identifier les défauts et autres pertes localisées.

Réflexion Changement brutal de direction d’un faisceau lumineux à la jonction entre deux milieux différents de telle sorte que le faisceau retourne dans le milieu dont il est à l’origine.

Réflexion interne totale Réflexion totale se produisant lorsque la lumière rencontre une jonction entre deux milieux avec un angle d’incidence supérieur à l’angle critique.

Réfraction Courbure d’un faisceau lumineux à la jonction entre deux milieux différents ou dans un milieu dont l’indice de réfraction est une fonction continue de la position (milieu à gradient d’indice).

Répartiteur horizontal (RH) Répartiteur de câblage horizontal vers d’autres parties du câblage, par exemple, autre câble horizontal, réseau fédérateur, équipement.

Glossaire des termes

Répartiteur principal (RP) Portion centralisée du câblage d’un réseau fédérateur utilisée pour terminer mécaniquement et administrer le câblage de ce réseau, assurer la connectivité entre les salles d’équipement, les équipements d’entrée et les répartiteurs horizontaux et intermédiaires.

Repère cartographique Symbole sur une carte représentant un bâtiment, un site, un pont ou autres points singuliers.