Le secteur automobile au Brésil

Actualisation au 31 mai 2005
© MINEFI – DGTPE
Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001

Panorama du secteur Une industrie développée et moderne
Evolution de la production et des ventes nationales de véhicules (en M d’unités)
2,4 2,2 2 1 ,8 1 ,6 1 ,4 1 ,2 1 97 98 99 00 01 02 03 04

Prod.

Ventes

Source : Anfavea Ventes automobiles 2004, par catégories de véhicules (en M d’unités) Automobiles Utilitaires légers Camions Autobus Total 1 258 446 219 672 83 005 17 652 1 578 775

Le développement de l’industrie automobile brésilienne s’est accéléré à partir de 1994, grâce à la mise en place d’une politique nationale favorisant l’investissement, tant de nouveaux constructeurs que d’équipementiers, via, notamment, des protections douanières élevées. Aujourd’hui, le Brésil est le 9ème producteur automobile mondial, et le 1er d’Amérique Latine. Cette position pourrait encore se fortifier en raison de la capacité de production importante du secteur, qui est passée de 1,6 M à 3,2 M de véhicules entre 1994 et 2004. Il faut également noter que le Brésil est particulièrement performant sur certaines catégories de véhicules : le pays est en effet le 3ème producteur mondial d’autobus et le 6ème de camions. Le chiffre d’affaires de l’industrie automobile, constructeurs et équipementiers confondus, s’est élevé, en 2003, à 28,1 Mds USD. Le secteur emploie directement près de 275 000 personnes. Production et ventes En 2004, la production automobile brésilienne a atteint à 2,2 M de véhicules, soit une croissance de 20,7% par rapport à 2003, et un record historique pour le secteur. Cette progression est due, en premier lieu, à une hausse importante des exportations automobiles en 2004 (+21,2% en volume par rapport à 2003), mais aussi à une reprise de la consommation nationale. Les ventes nationales du secteur ont augmenté de 10,5% entre 2003 et 2004, s’élevant à 1,58 M de véhicules en 2004. Les véhicules importés représentent 3,6% de ce total. Le résultat des ventes nationales est resté en-deçà des attentes du secteur, leur niveau étant encore inférieur à celui de 1997, quand la plupart des décisions d’implantation industrielle ont été prises par les nouveaux constructeurs. Le développement du marché automobile brésilien est contraint principalement par le pouvoir d’achat réduit d’une grande partie de la population brésilienne, par des financements difficilement accessibles et par une fiscalité automobile particulièrement lourde. Dans ces conditions, et malgré la croissance du marché automobile brésilien, l’utilisation actuelle de la capacité de production des constructeurs automobiles ne dépasse pas 70%. Au cours du premier trimestre 2005, les ventes nationales de véhicules se sont élevées à 370 992 unités, en progression de 4,8% par rapport aux trois premiers mois de 2004. La production automobile a, pour sa part, progressé de 12,5% sur la même période, par rapport au premier trimestre 2004, atteignant 565 385 unités. Si l’ouverture du marché national a rapproché l’offre locale de celle des pays industrialisés, notamment avec le lancement de véhicules à vocation mondiale, le marché brésilien présente encore des spécificités propres.

Source : Anfavea Part des véhicules 1,0 L dans les ventes totales de VP
80% 70 % 60% 50 % 40% 30% 20% 10 % 0%

Source : Anfavea

AM BASSAD E D E FR ANC E AU BRESIL - MISSI ON ÉCON OMIQU E D E S AO PAUL O

L'industrie automobile brésilienne – Distribution des ventes automobiles, selon le type de combustible Alcool / Année Essence flex fuel 1979 99,7% 0,3% 1980 1985 1990 1995 2000 2001 2002 2003 2004 71,5% 4% 86,8% 97,7% 99,2% 98,8% 96,1% 93,5% 74,6% 28,5% 96% 13,2% 2,3% 0,8% 1,2% 3,9% 6,5% 25,3%

31/05/2005

© MINEFI - DGTPE

Source : Anfavea Parts de marché des principaux constructeurs automobiles Groupe VW Fiat GM Ford Sous-Total PSA Renault Daimler Toyota Honda Mitsubishi Volvo Nissan Agrale Iveco Scania Land Rover 2 3 2 2 1 1 2 1 4 2 1 1 Nbre Usines 5 3 4 3 Parts de marché 2004 22,81% 22,02% 23,19% 12,02% 80,04% 3,97% 3,41% 2,64% 3,09% 3,20% 1,32% 0,40% 0,53% 0,27% 0,30% 0,41% 0,11%

Par exemple, l’avantage fiscal octroyé aux véhicules de cylindrée inférieure ou égale à 1 000 cm3, depuis la mise en place du régime de la « voiture populaire » au début des années 90, a longtemps favorisé leurs ventes, qui ont atteint jusqu’à 71% des nouvelles immatriculations en 2001. En août 2002, le gouvernement a toutefois réduit cet avantage et la part des « populaires » dans les ventes a diminué à 57,3% en 2004. Par ailleurs, le plan « pro-alcool » de 1975, qui rendait obligatoire l’incorporation de 12% (25% aujourd’hui) d’alcool éthylique dans l’essence commercialisée au Brésil, et favorisait la production de véhicules fonctionnant à l’alcool carburant, a eu d’importantes conséquences sur les ventes de véhicules à alcool, qui ont représenté jusqu’à 96% des ventes totales en 1985. La pénurie d’alcool carburant dans les années 90 a toutefois entraîné une perte de confiance de la part des usagers, et son marché n’a été relancé qu’en 2003 avec l’introduction de la technologie « flex-fuel », qui permet aux véhicules de fonctionner indifféremment à l’essence, à l’alcool, ou à n’importe quel mélange des deux. Cette technologie a modifié en profondeur le parc automobile brésilien, les véhicules flex-fuel ou bicombustibles se substituant aux véhicules à alcool. Selon l’Anfavea (association brésilienne des constructeurs automobiles), les véhicules bicombustibles ont représenté 33% des immatriculations en 2004, contre 4,3% seulement en 2002. En 2007, elles pourraient en représenter 70%. Acteurs du marché Douze constructeurs produisent aujourd’hui des automobiles et/ou utilitaires légers au Brésil, la plupart d’entre eux s’étant implantés industriellement après 1995, afin de disputer un marché prometteur aux quatre constructeurs « historiques » : Fiat, Volkswagen, General Motors et Ford. Parmi les nouveaux venus, figurent en particulier les constructeurs français : -Renault : présent industriellement au Brésil depuis 1995, le groupe y possède un complexe industriel comprenant une usine d’assemblage de véhicules (produisant les modèles Scénic, Clio, et Clio Sedan), une usine de moteurs, une usine d’emboutissage, et une usine de véhicules utilitaires, produisant le Renault Master, et les Nissan Frontier et Nissan Xterra ; -Peugeot-Citroën : implanté industriellement au Brésil depuis 1999, PSA y possède une usine d’assemblage de véhicules, produisant les modèles Xsara Picasso, C3 et 206, 206 S, ainsi qu’une usine de moteurs. Il faut également noter que 7 constructeurs produisent des véhicules lourds (camions et/ou autobus), parmi lesquels un seul brésilien, Agrale. Par ailleurs, le Sindipeças (Syndicat national des équipementiers automobiles) compte 461 entreprises membres, dont 78,5% à capitaux étrangers, totaux ou partiels. Investissements L’industrie automobile brésilienne a bénéficié de près de 27,9 Mds USD d’investissements entre 1994 et 2003, dont 62% en provenance des seuls constructeurs. Ceux-ci correspondent à la vague d’implantations des constructeurs et des équipementiers les ayant accompagnés, ainsi qu’à la modernisation des unités de production des constructeurs plus anciens, et au lancement de nouveaux modèles.

Autres 0,32% Source : Anfavea

Balance Commerciale Un solde excédentaire croissant
Les importations de VP, VUL, camions, bus et pièces détachées se sont élevées à 2,95 Mds USD en 2004, soit une hausse de 24,4% par rapport à 2003, en raison notamment de la reprise économique brésilienne et de la hausse des exportations de véhicules, qui a engendré une augmentation des importations de pièces automobiles. En volume, les ventes brésiliennes de véhicules importés se sont élevées à 62 063 unités, dont 68,5% en provenance

AM BASSAD E D E FR ANC E AU BRESIL - MISSI ON ÉCON OMIQU E D E S AO PAUL O - 2 -

L'industrie automobile brésilienne – Importations et exportations de VP, VUL, camions, bus et pièces détachées (en M USD) 2002 Import Export Solde 2003 2004

31/05/2005

© MINEFI - DGTPE

2 480,7 2 374,8 2 953,8 4 096,4 5 394,6 7 205,3 1 615,7 3 019,8 4 251,5 Source : Secex

d’Argentine, du fait d’un accord automobile entre les deux pays et de la stratégie, adoptée par certains constructeurs automobiles, de produire des gammes de véhicules complémentaires au Brésil et en Argentine. Les exportations de VP, VUL, camions, bus et pièces détachées se sont, pour leur part, élevées à 7,21 Mds USD en 2004, en progression de 33,6% par rapport à 2003. En volume, les exportations brésiliennes de véhicules se sont élevées à 649 568 unités, en progression de 21,2% par rapport à 2003. La taille encore trop limitée du marché brésilien et la nécessaire rentabilisation des investissements réalisés par les constructeurs et les équipementiers font du développement des exportations la priorité de la plupart des entreprises du secteur. Du total de ces exportations, près de 70% sont réalisées vers les pays d’Amérique du Sud et vers le Mexique, favorisées par les accords automobiles Brésil-Mexique et Brésil-Argentine, qui ont été signés par le gouvernement brésilien en 2002, et qui établissent une réduction des droits de douane en fonction d’un certain nombre de quotas.

Accès au marché
Taux de l’IPI des véhicules particuliers Essence ≤ à 1000 3 cm Entre 1000 et 3 2000 cm > à 2000 3 cm Alcool / Flex Fuel 7%

Protection tarifaire et fiscalité élevées
Les droits de douane en vigueur pour l’industrie automobile ont été établis dans le cadre du régime spécial du Mercosur : ils s’élèvent à 35% pour les véhicules automobiles en provenance de pays tiers, et sont compris entre 14% et 18% pour les pièces automobiles, selon leur nature. Il faut y ajouter un impôt sur les produits industrialisés (IPI) qui varie, pour les véhicules particuliers, de 7% à 25% selon la cylindrée du véhicule et le type de carburant utilisé. Le taux d’IPI s’élève à 10% pour les utilitaires légers, à 5% pour les camions et à 0% pour les autobus. L’ICMS (impôt sur la circulation des marchandises et les services) est une autre taxe sur la valeur ajoutée, perçue par l’Etat fédéré dans lequel est réalisée la transaction ; le taux appliqué à la vente de véhicules dans l’Etat de São Paulo est de 12%. Enfin, le PIS (contribution au programme d’intégration sociale) et le Cofins (contribution pour le financement de la sécurité sociale), deux taxes sur le chiffre d’affaires, atteignent 11,6% dans le secteur automobile. A noter que l’importation de véhicules d’occasion est interdite au Brésil (Arrêté Ministériel Decex nº08, du 13.05.1991, et Régime Commun du Mercosur). L’importation des pièces d’occasion est, pour sa part, réglementée par les arrêtés ministériels DECEX n° 8/91, n° 370/94, et MDIC n° 535/03, qui limitent les importations de biens d’occasion aux équipements n’ayant pas d’équivalent national, et à ceux pour lesquels la demande est réalisée avant la limite de leur durée de vie utile.

7%

15%

13%

25%

20%

Source : Anfavea

Perspectives

Favorables à court terme et défavorables à long terme
Les prévisions des professionnels du secteur automobile font état de perspectives favorables à court terme. Pour 2005, l’Anfavea estime que le secteur enregistrera une production record de 2,3 M d’unités, tous véhicules confondus, soit une progression de 5% par rapport à 2004. Les exportations joueront encore un rôle prépondérant dans le développement de la production en 2005, avec un montant également record projeté, de 8,9 Mds USD, en hausse de 7% par rapport à 2004. Les ventes nationales de véhicules devraient, pour leur part, s’élever à 1,64 million d’unités en 2005, en croissance de 4% par rapport à 2004. Malgré ces perspectives favorables à court terme, les constructeurs automobiles alertent les autorités sur des difficultés structurelles qui, à terme, peuvent avoir un impact négatif important sur le secteur. Tout d’abord, les exportations, déjà affectées par la revalorisation du real par rapport au dollar, sont également menacées par d’importants pays importateurs du Brésil, tels que la Chine et le Mexique. Ceux-ci sont, en effet, en phase de développement de leur propre industrie

AM BASSAD E D E FR ANC E AU BRESIL - MISSI ON ÉCON OMIQU E D E S AO PAUL O - 3 -

L'industrie automobile brésilienne –

31/05/2005

© MINEFI - DGTPE

automobile, et vont probablement non seulement diminuer leurs importations, mais également commencer à exporter. Le secteur automobile brésilien aurait donc besoin d’un marché national fort, sur lequel il pourrait appuyer sa croissance. Or sa taille encore relativement réduite et son faible dynamisme tendent à diminuer l’attractivité du Brésil aux yeux des investisseurs étrangers, face à certains pays concurrents, tels que la Chine. Le secteur automobile s’est engagé dans une négociation avec le gouvernement brésilien en vue d’obtenir une baisse de la fiscalité et un meilleur financement des ventes, afin de développer de manière durable le marché automobile.

Adresses et renseignements pratiques
Salons AUTOMEC (Salon International des Equipements Automobiles) www.automecfeira.com.br Biennal – Prochaine édition : juillet 2007 AUTOPAR (Salon sud-brésilien des fournisseurs automobiles) www.diretriz.com.br Biennal – Prochaine édition : du 24 au 27 mai 2006 SALON DE L’AUTOMOBILE www.salaodoautomovel.com.br Biennal – Prochaine Edition : Octobre 2006

Les revues professionnelles AUTODATA Tél./ Fax : (55 11) 5189 8900 Site Internet : www.autodata.com.br AUTOMOTIVE BUSINESS Tél. : (55 11) 5535 8662 Fax : (55 11) 5535 8661 Site Internet : www.automotivebusiness.com.br AUTO INFORME Tél. / Fax : (55 11) 5535-6294 Site Internet : www.autoinforme.com.br Les associations ANFAVEA (Association Nat. des Fabricants de Véhicules Automobiles) Tél. / Fax : (55 11) 5051 4044 Site Internet : www.anfavea.com.br E-mail : anfavea@anfavea.com.br FENABRAVE (Fédération Nat. des Distributeurs de Véhicules Automobiles) Tél. : (55 11) 5582 0000 Fax : (55 11) 5582 0001 Site Internet : www.fenabrave.org.br E-mail : fenabrave@fenabrave.org.br SINDIPEÇAS Syndicat national de l’industrie des composants pour véhicules automobiles Tél. : (55 11) 3884 4848 Fax : (55 11) 3848 0900 Site Internet : www.sindipecas.org.br E-mail : sindipecas@sindipecas.org.br La Mission Economique de São Paulo a publié, le 28 septembre 2004, le guide-répertoire « L'industrie automobile brésilienne et ses principaux acteurs » (238 pages). Celui-ci est commercialisé par Ubifrance (Agence française pour le développement international des entreprises) au tarif de 120 EUR H.T. Vous pouvez obtenir de plus amples informations et commander en ligne cet ouvrage via le lien Internet suivant : www.missioneco.org/bresil/documents_new.asp?V=7_PDF_85350

Copyright Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique de SAO PAULO (adresser les demandes à saopaulo@missioneco.org). Clause de non-responsabilité La ME s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, elle ne peut en aucun cas être tenue responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication qui ne vise pas à délivrer des conseils personnalisés qui supposent l’étude et l’analyse de cas particuliers.

Auteur : Mission Économique Adresse : Rua Marina Cintra, 94 Jardim Europa SAO PAULO, SP 01446-060 BRÉSIL Rédigée par : Cristina AFONSO Revue par : Jean-Yves BENAICHA et François-Xavier FLAMAND Version originelle du 01/09/2003 Version n°2 du 31/05/2005

AM BASSAD E D E FR ANC E AU BRESIL - MISSI ON ÉCON OMIQU E D E S AO PAUL O - 4 -

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful