Vous êtes sur la page 1sur 7

DÉPÔT PATRONAL

EN VUE DU RENOUVELLEMENT DES CONVENTIONS


COLLECTIVES VENANT À ÉCHÉANCE LE 31 MARS 2010

14 DÉCEMBRE 2009

PERSONNEL PROFESSIONNEL
CPNC  Objectifs de négociation sectorielle 2010

P RÉAMBULE

Conformément aux dispositions de la Loi sur le régime de négociation dans les secteurs public et
parapublic (L.R.Q., c. R-8.2), le Comité patronal de négociation des collèges (CPNC) procède au dépôt de
son projet de renouvellement de la convention collective du personnel professionnel. Ce document
présente les principales modifications que le CPNC souhaite apporter à la convention. Il énonce les
principaux thèmes de négociation, la problématique qui les sous-tend et propose les objectifs à
atteindre.

Le contexte général dans lequel s’amorcent les présentes négociations se caractérise dans le réseau
collégial principalement par les éléments suivants :

La population étudiante ayant des besoins particuliers nécessitant une offre de services adaptés accède
de plus en plus aux études collégiales.

Le réseau collégial fait face à des difficultés d’attraction et de rétention pour certains emplois. De
nouvelles façons de faire pour attirer, recruter et conserver un personnel possédant un haut niveau de
compétence doivent être envisagées.

Le Québec connaît une importante pénurie de main-d’œuvre qualifiée de niveau technique, laquelle
s’accentuera dans un contexte de reprise économique. Cette situation incite le réseau collégial à
accroître sa capacité à former cette main-d’œuvre afin d’apporter une contribution importante au
développement de toutes les régions du Québec.

Selon les données démographiques disponibles, le réseau sera confronté, au cours des prochaines
années, à une baisse significative de la population étudiante au secteur régulier. L’impact qui en
résultera variera vraisemblablement d’une région à l’autre. Toutefois, cette problématique nécessite de
porter une attention immédiate aux effets qu’elle pourra engendrer notamment sur le maintien d’une
offre de formation collégiale dans toutes les régions et à la sécurité d’emploi.

L’évolution du contexte sociopolitique amène une révision importante des modes de gouvernance des
collèges. Les attentes à cet égard sont grandissantes, particulièrement en terme d’imputabilité et de
reddition de compte, et nous devrons nous assurer d’y répondre adéquatement.

La présente négociation s’amorce dans un contexte économique difficile dont nous ne pouvons nous
soustraire. À l’instar du Secrétariat du Conseil du trésor, le CPNC invite la Fédération du personnel
professionnel des collèges (FPPC-CSQ) et le Syndicat de professionnelles et professionnels du
gouvernement du Québec (SPGQ) à rechercher des moyens d’amélioration de l’organisation du travail
ou toutes autres mesures structurantes et récurrentes se traduisant par une diminution des coûts de
main-d’œuvre. Les économies ainsi générées pourraient être utilisées pour résoudre certaines
problématiques convenues entre les parties.

2
CPNC  Objectifs de négociation sectorielle 2010

Enfin, tous ont à cœur la réussite des étudiantes et étudiants et souhaitent poursuivre les efforts afin
d’augmenter le taux de diplomation. Pour y arriver, il y a lieu de moderniser l’organisation du travail
pour qu’elle convienne davantage aux défis que les collèges et leur personnel doivent relever. Les
services à rendre en formation continue ainsi qu’à la clientèle ayant des besoins particuliers ne sont que
deux exemples de ces nouveaux défis.

L’analyse du dépôt syndical du cartel révèle que la question de la charge et de l’organisation du travail,
la reconnaissance et la valorisation des professionnels ainsi que les conditions d’attraction et de
rétention sont au cœur de leurs préoccupations. Consciente de celles-ci, la partie patronale invite la
partie syndicale à échanger également sur l’ensemble des enjeux auxquels le réseau collégial est
confronté et à y trouver des solutions mutuellement acceptables.

Les fédérations syndicales représentant le personnel professionnel ont décidé de négocier en cartel.
Comme les problématiques à discuter au cours des prochains mois touchent l’ensemble des collèges et
toutes les personnes professionnelles sans égard à leur affiliation syndicale, la partie patronale s’inscrit
d’emblée dans ce nouveau contexte de négociation et souhaite aussi discuter des matières de
négociation locale à la table sectorielle.

Par sa collaboration soutenue, le personnel professionnel contribue de façon majeure à la réalisation de


la mission des collèges. À l’instar des autres catégories de personnel, l’évolution de la tâche des
personnes professionnelles nécessite une adaptation constante que les collèges entendent continuer à
supporter, notamment par leur politique de perfectionnement.

Comment concilier les intérêts des personnes professionnelles tout en permettant une gestion qui
réponde aux besoins grandissants d’une clientèle de plus en plus diversifiée? Il s’agit d’un défi de taille
et le délai pour y parvenir n’a jamais été aussi court. Avec de l’ouverture de part et d’autre, de la
créativité et des discussions axées sur la résolution de problématiques mutuellement identifiées, nous
croyons possible de concilier l’atteinte de nos objectifs respectifs.

En conclusion, le dépôt patronal vise à modifier les conventions collectives afin que l’ensemble des
intervenants du réseau collégial bénéficie de conditions leur permettant d’améliorer les divers services
offerts aux populations étudiantes jeunes et adultes. Le CPNC entreprend cette ronde de négociation
dans un contexte d’ouverture et de recherche de solutions et réitère sa volonté de parvenir à un
règlement rapide de cette négociation.

3
CPNC  Objectifs de négociation sectorielle 2010

1 L’ ATTRACTION - RÉTENTION ET L ’ ORGANISATION DU TRAVAIL


Les difficultés actuelles de recrutement, particulièrement chez les conseillères et conseillers
pédagogiques, ne nécessitent pas de démonstration. Nous devons trouver de nouvelles façons de faire
pour attirer, recruter et conserver un personnel possédant un haut niveau de compétence.

Le recours aux congés et au programme volontaire de réduction du temps de travail (PVRTT) amplifie
ces difficultés en augmentant les charges de remplacement. Par ailleurs, les conditions d’octroi des
congés, notamment ceux pour activités professionnelles, tiennent peu compte des services à rendre à la
clientèle.

Tout en affirmant que les différents programmes prévus aux conventions collectives répondent à une
demande légitime de conciliation travail-famille et de qualité de vie au travail, il s’en trouve que les
collèges sont parfois privés des ressources professionnelles essentielles à la bonne marche des
opérations. En conséquence, il y a lieu de revoir les règles régissant l’attribution de ces congés afin de
bénéficier d’un juste équilibre entre le respect des droits des professionnels et la nécessité de répondre
adéquatement aux besoins de la population étudiante et des institutions collégiales.

L’évolution des besoins des diverses clientèles de même que leurs caractéristiques particulières obligent
les collèges à diversifier et à adapter les services à rendre. Ces ajustements commandent aux collèges de
moderniser leur structure d’emploi et de modifier leur organisation du travail. La modification à la
structure des postes est soumise à des contraintes élevées, notamment celles liées à l’abolition d’un
poste. Ces obligations sont telles que les collèges doivent parfois utiliser la mécanique d’abolition et de
création de poste pour en faire la modification. Les dispositions actuelles n’offrent pas toute la flexibilité
nécessaire pour répondre de manière efficiente aux besoins des différentes populations étudiantes.

De plus, les conditions d’acquisition de priorité d’embauche sont diffuses et suscitent maintes
interprétations. Il serait à l’avantage de tous qu’elles soient clarifiées et regroupées.

Enfin, certaines matières de la convention relèvent davantage de la gestion interne des collèges. Il y
aurait donc lieu de permettre aux parties locales de modifier ces textes afin de mieux répondre à leur
réalité institutionnelle.

Le CPNC souhaite modifier la convention collective de manière à :

permettre aux collèges d’adapter leur structure d’emploi en revoyant les motifs, les règles, les
conditions et les modalités d’abolition ou de modification de postes;

revoir les conditions d’acquisition et d’exercice de priorités d’embauche;

offrir la possibilité de créer un poste répondant à des besoins récurrents, mais présents pour une
partie de l’année seulement;

4
CPNC  Objectifs de négociation sectorielle 2010

donner prépondérance aux services à rendre lors des décisions relatives à l’octroi des PVRTT et des
divers congés prévus à la convention;

faciliter la modification des horaires de travail et la gestion des banques d’heures supplémentaires
accumulées afin de mieux adapter l’utilisation du personnel professionnel aux exigences des
services à rendre;

prévoir que les parties locales puissent modifier les textes, notamment au regard des matières
suivantes :

- évaluation des activités professionnelles;


- réduction volontaire de traitement aux fins de vacances additionnelles;
- congés sans traitement (FPPC);
- congés pour activités professionnelles (FPPC);
- mesures disciplinaires (FPPC).

5
CPNC  Objectifs de négociation sectorielle 2010

2 L ES MODALITÉS RELATIVES À LA PERMANENCE ET À LA SÉCURITÉ D ’ EMPLOI

La permanence constitue manifestement un élément favorisant l’attraction et la rétention du personnel.


Sans remettre en cause l’accès à cette importante condition de travail, il importe aux collèges de
s’assurer que le personnel professionnel réponde aux exigences. Or, les dispositions des conventions
peuvent faire en sorte qu’un collège doive accorder une permanence sans avoir pu procéder
adéquatement à l’évaluation du rendement d’une personne professionnelle.

Les procédures et modalités de relocalisation sont imprécises ou inadéquates, notamment quant aux
rôles et obligations des intervenants (Bureau de placement, collèges, personnes mises en disponibilité
ou mises à pied).

Le secteur de la formation continue est en pleine expansion et il est reconnu que les tâches des
conseillers pédagogiques y travaillant sont différentes. Les dispositions relatives à la sécurité d’emploi
pourraient contraindre une personne professionnelle mise en disponibilité (MED) à occuper un poste,
même si elle ne répond pas aux exigences, puisqu’en vertu des dispositions actuelles elle est réputée y
répondre. Cette situation pourrait s’avérer déplorable tant pour la personne professionnelle que pour le
collège.

Le CPNC souhaite modifier la convention collective de manière à :

redéfinir les modalités relatives à l’évaluation des personnes professionnelles aux fins d’acquisition
de la permanence;

revoir les rôles et les obligations des intervenants dans le processus de relocalisation des personnes
professionnelles ainsi que certaines modalités relatives à la sécurité d’emploi;

introduire la notion de secteurs d’activités pour le corps d’emploi de conseiller pédagogique


(régulier et formation continue) dans la convention FPPC-CSQ.

6
CPNC  Objectifs de négociation sectorielle 2010

3 D IVERS
Les dispositions relatives au paiement des frais et honoraires de l’arbitre sont incomplètes et peuvent
entraîner des différends facilement évitables. Des précisions pourraient pallier cette lacune et éviter les
inconvénients auxquels les arbitres et les parties sont confrontés.

Le CPNC souhaite modifier la convention collective de manière à :

préciser les modalités relatives au paiement des frais et honoraires de l’arbitre, notamment dans les
cas de désistement et de décision mitigée.

La technologie de l’information et des communications a grandement évolué et son intégration dans nos
milieux de travail a révolutionné les pratiques de communication. Or, les dispositions des conventions
n’ont pas évolué au même rythme. Par souci d’efficacité, il y a lieu de rendre officielle la transmission
des divers documents prévus à la convention par des modes électroniques. De plus, pour des fins
environnementales et économiques, les dispositions relatives à la publication des conventions devraient
être revues.

Le CPNC souhaite modifier la convention collective de manière à :

privilégier le mode électronique tant pour la publication des conventions et des lettres d’entente
que pour la transmission des avis et documents qui y sont prévus.