Vous êtes sur la page 1sur 45

Les carnets du

89 p r é v e n t e u r MENSUEL D’INFORMATION SUR LA SÉCURITÉ, LA SANTÉ ET LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL


Janvier 2010

Chantiers
1099 Bruxelles X - Numéro de P.P. : B 80 - Ne paraît pas en juillet et décembre.

Certification des coordinateurs


pour chantiers temporaires ou mobiles

Mensuel - Numéro d’agrément : P101008 - Bureau de dépôt :

Réglementation
Protéger les travailleurs contre la fumée du tabac.
L’arrêté royal est abrogé, vive la loi !

Equipements de travail
Cutters : des outils potentiellement dangereux ....
mais certains le sont moins !

Management de la sécurité
Rapport du 3ème type…
฀ ฀ ฀
฀ ฀ ฀
฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀
฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀

Equipements de travail
฀฀ ฀ ฀
฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀
gXi9\ieXi[;\Yfpj\i

C\Zlkk\i\jkleflk`cdlck`$ljX^\lk`c`j„[Xej[\efdYi\lj\j\eki\gi`j\j%@cXcËXmXekX^\[Ële\
cXd\XlkiXeZ_XekgXi]X`k#hlË`ceË\jkgXje„Z\jjX`i\[ËX]]”k\i%DX`jZ\kk\cXd\\jkgXi[„Ôe`k`fe
[Xe^\i\lj\%

}>ÕV…i°Ê ÌÊ °°°Ê ViÊ µÕˆÊ `iÛ>ˆÌÊ >ÀÀˆÛiÀÊ >ÀÀˆÛ>Ê \Ê


>Õʓœ“i˜ÌʜÙʏiÊVœˆiÀÊVm`i]ʏiÊVÕÌÌiÀ]Êi“-
«œÀÌjÊ«>Àʏ½j>˜]Êi˜Ì>ˆiÊ«Àœvœ˜`j“i˜ÌÊ`iÕÝÊ
doigts de la main gauche. Ludovic saigne
abondamment, il est d’abord soigné par un
ÃiVœÕÀˆÃÌiʫՈÃÊi““i˜jÊÊ>ÕÝÊÕÀ}i˜ViÃʜÙÊ
des points de suture lui seront posés. Il res-
ÌiÀ>ÊÌÀœˆÃʍœÕÀÃÊi˜Êˆ˜V>«>VˆÌjÊ`iÊÌÀ>Û>ˆ°

Qu’aurait-il fallu faire pour


éviter cet accident ?

Les circonstances et les causes de l’acci-

L
’utilisation d’un cutter est source de culations peuvent être entaillés ou la plaie dent ont été analysées comme il se doit par
ÀˆÃµÕiÃÊiÌÊ`œ˜VÊ`½>VVˆ`i˜ÌðÊ
iÕ݇VˆÊ peut s’infecter. *>ÌÀˆVŽ]ʏiÊVœ˜ÃiˆiÀÊi˜Ê«ÀjÛi˜Ìˆœ˜Ê`iʏ½i˜-
ܘÌÊÊ«Àˆ˜Vˆ«>i“i˜ÌÊV>ÕÃjÃÊ«>ÀÊ\ treprise, dans le but de déterminer des me-
Ça n’arrive pas qu’aux autres ! sures de prévention. Il s’est d’abord rendu
Uʏ½ṎˆÃ>̈œ˜Ê`½Õ˜ÊœṎÊˆ˜>`>«Ìj]Ê compte qu’un autre accident similaire avait
UÊʏiÊ`jÀ>«>}iÊ`iʏ>ʏ>“iÊ`×ÊDÊ`iʓ>ÕÛ>ˆ- Ludovic est employé par une société qui iÕʏˆiÕÊ«>ÀʏiÊ«>ÃÃjÊ\Êi˜ÊœÕÛÀ>˜Ìʏ½i“L>>}iÊ
ÃiÃʓj̅œ`iÃÊ`iÊVœÕ«iʜÕÊDÊ`iÃÊivvœÀÌÃÊ >ÃÃÕÀiÊ iÊ ÃÕ««œÀÌÊ ˆ˜vœÀ“>̈µÕiÊ V…iâÊ `ˆvvj- en carton d’un équipement informatique, le
>˜œÀ“>ÕÝʏˆjÃÊDʏ½i“«œˆÊ`iʏ>“iÃÊÕÃjiÃ] Ài˜ÌÃÊ Vˆi˜ÌÃ°Ê -œ˜Ê LœÕœÌÊ Vœ˜ÃˆÃÌiÊ DÊ ˆÛÀiÀ]Ê VÕÌÌiÀÊi“«œÞjÊ«>ÀʏiÊVœm}ÕiÊ>Ê`jÀ>«jÊiÌÊ
UÊʏ>Ê “>˜ˆ«Õ>̈œ˜Ê `iÃÊ >“iÃÊ œÀÃÊ `iÊ iÕÀÊ ˆ˜ÃÌ>iÀÊiÌÊÀi“«>ViÀÊ`iÃÊ*
]Ê`iÃÊjVÀ>˜Ã]Ê i˜Ì>ˆjÊÃ>ʍ>“Li°
remplacement, des imprimantes, etc.
UÊʏ>Ê «ÀœiV̈œ˜Ê `½jV>ÌÃÊ ˜œÌ>““i˜ÌÊ œÀÃÊ `iÊ Première réflexion : un cutter n’est cer-
l’utilisation de lames de grandes longueurs Ce lundi il apporte un nouvel ordinateur en Ì>ˆ˜i“i˜ÌÊ«>Ãʏ½œṎÊiʓˆiÕÝÊ>`>«ÌjÊ«œÕÀÊ
ou de lames sécables découpées, remplacement d’une machine défectueuse couper un collier en plastique. L’utilisation
UÊÊ`iÃÊVœÕ«ÃÊ`iʏ>“iʏœÀÃÊ`iÃʓœÕÛi“i˜ÌÃÊ `>˜ÃÊ՘ÊLÕÀi>ÕʜÙÊܘÌʜVVÕ«jiÃÊ«ÕÈiÕÀÃÊ d’une pince coupante aurait été plus sûre.
de fin de coupe, secrétaires. Les câbles électriques des dif- *>ÌÀˆVŽÊ >Ê `œ˜VÊ v>ˆÌÊ iÊ ˜jViÃÃ>ˆÀiÊ «œÕÀÊ µÕiÊ
UÊʏ>Ê «ÀˆÃiÊ i˜Ê “>ˆ˜Ê `ÕÊ VÕÌÌiÀÊ >œÀÃÊ µÕiÊ >Ê vjÀi˜ÌÃÊ «jÀˆ«…jÀˆµÕiÃÊ jÌ>˜ÌÊ ˆjÃÊ i˜ÌÀiÊ iÕÝÊ iÃÊ ÌÀœÕÃÃiÃÊ DÊ œṎÃÊ `iÃÊ ÌiV…˜ˆVˆi˜ÃÊ ˆÌˆ˜j-
lame est sortie, par un collier en plastique, il doit le couper rants soient pourvues d’une telle pince. Il a
UÊʏ½>L>˜`œ˜Ê Ã>˜ÃÊ «ÀjV>Ṏœ˜Ê `iÃÊ >“iÃÊ iÌÊṎˆÃiÊDÊViÌÊivviÌÊ՘ÊVÕÌÌiÀ°ÊiÊVœˆiÀÊjÌ>˜ÌÊ j}>i“i˜ÌÊi˜ÛœÞjÊ՘Êi‡“>ˆÊDÊ̜ÕÃʏiÃÊVœ-
usagées. relativement coriace, Ludovic applique avec laborateurs techniques, dans lequel il relate
iÃÊLiÃÃÕÀiÃÊܘÌÊ«>ÀvœˆÃÊÌÀmÃÊۈ>ˆ˜iÃ]ÊV>ÀÊ la main droite une certaine force sur le cut- LÀˆmÛi“i˜ÌʏiÃÊVˆÀVœ˜ÃÌ>˜ViÃÊ`iʏ½>VVˆ`i˜ÌÊ
dans certains cas, les tendons ou les arti- ter, tout en maintenant les câbles de la main et recommande d’utiliser la pince pour

Choisir le bon outil l’emploi d’une pince. Enfin, au bureau, les coupe-papiers et
ouvre-lettres seront certainement plus sûrs et plus efficaces
Le cutter n’est pas toujours l’outil le plus adapté, ni surtout le qu’un cutter.
plus sûr pour couper. Une bonne paire de ciseaux fera souvent Choisir le bon outil, c’est un des principes de base de la pré-
l’affaire et son utilisation est moins dangereuse. Pour des ob- vention des accidents. Rappelez-le régulièrement à votre per-
jets de petite dimension, plus durs et plus résistants, envisagez sonnel, car la démarche n’est pas innée.

฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀
Equipements de travail

couper les colliers en plastique et autres


dispositifs semblables. Troubles musculosquellettiques
Deuxième réflexion : lorsqu’un cutter est Les troubles musculosquelettiques sont des pathologies qui affectent les mus-
nécessaire - et c’est notamment le cas lors- cles, les tendons et les nerfs des membres supérieurs. Ils s’expriment par de la
que les techniciens ouvrent les emballages douleur, de la raideur, de la maladresse ou une perte de force.
en carton des équipements informatiques Lors de l’utilisation d’un cutter, de tels troubles peuvent être engendrés par la
µÕ½ˆÃÊ ˆ˜ÃÌ>i˜ÌÊ qÊ ˆÊ ÃiÀ>ˆÌÊ Õ`ˆVˆiÕÝÊ `½ṎˆÃiÀÊ fatigue musculaire due à la répétitivité des gestes et aux efforts excessifs dans
un outil sûr. Les cutters employés par Lu- des postures de travail contraignantes.
`œÛˆVÊ iÌÊ ÃiÃÊ Vœm}ÕiÃ]Ê >V…iÌjÃÊ `>˜ÃÊ Õ˜Ê
commerce classique ne disposaient pas
d’une lame sécurisée ou rétractable. En «ˆiÀʏ>ʏ>“iÊ«œÕÀʵտiiÊÃiÊV>ÃÃi°ÊœÀõÕiÊ Ìi˜>˜ÌÊ՘iÊ«ïÌiÊ«ÀiÃȜ˜°Ê mÃʵÕiʏ>ʏ>“iÊ
faisant une petite recherche sur internet, toutes les sections ont été utilisées, on rem- µÕˆÌÌiʏiÊVœ˜Ì>VÌÊ>ÛiVʏ½œLiÌ]ÊiiÊÃiÊÀjÌÀ>VÌiÊ
*>ÌÀˆVŽÊ ýiÃÌÊ Ài˜`ÕÊ Vœ“«ÌiÊ µÕ½ˆÊ i݈ÃÌiÊ ÃÕÀÊ «>Viʏ>ʏ>“iÊ«>ÀÊ՘iʘiÕÛi°Ê
iÃʓœ`miÃÊ >Õ̜“>̈µÕi“i˜ÌÊ`>˜ÃʏiÊLœŠÌˆiÀÊ«>Àʏ½>V̈œ˜Ê
iʓ>ÀV…jÊ`ˆvvjÀi˜ÌÃÊÌÞ«iÃÊ`iÊVœÕÌi>ÕÝÊ`ˆÌÃÊ Ãœ˜ÌÊ`>˜}iÀiÕÝÊV>ÀÊi˜ÊV>ÃÊ`iÊv>ÕÝʓœÕÛi- du ressort. Il est donc pratiquement impos-
`iÊÃjVÕÀˆÌjÊiÌÊ>`>«ÌjÃÊV…>V՘ÊDÊ`iÃÊÕÃ>}iÃÊ ment ou si la lame dérape, elle ne se rétracte ÈLiÊ`iÊÃiÊLiÃÃiÀÊ>ÛiVÊ՘ÊÌiÊVœÕÌi>ÕÊoÊDÊ
Lˆi˜Ê ëjVˆwµÕiÃÊ Vœ““iÊ «>ÀÊ iÝi“«iÊ iÃÊ pas automatiquement et peut donc provo- Vœ˜`ˆÌˆœ˜Ê`iÊLˆi˜Êýi˜ÊÃiÀۈÀ°Ê-œ˜ÊṎˆÃ>̈œ˜Ê
VÕÌÌiÀÃÊ DÊ LiVÊ `iÊ «iÀÀœµÕiÌÊ «œÕÀÊ >Ê VœÕ«iÊ quer des blessures comme nous l’avons vu sûre demande en effet une certaine discipli-
de films plastiques ou de cerclages synthé- dans les accidents évoqués ci-dessus. ˜iÊ\ÊÈʏiÊ«œÕViÊiÃÌʓ>ˆ˜Ìi˜ÕÊÃÕÀʏiÊVÕÀÃiÕÀÊ
̈µÕiðÊ*>ÌÀˆVŽÊ>Ê`i“>˜`jʏiÊ«>ÃÃ>}iÊ`½Õ˜Ê pendant la coupe, la lame ne se rétractera
représentant qui lui a présenté les différen- >˜ÃʏiÃÊVœÕÌi>ÕÝÊ`iÊÃjVÕÀˆÌj]ʏiʓjV>˜ˆÃ- «>Ã]ÊiÌʏiÊÀˆÃµÕiÊ`½>VVˆ`i˜Ìʘ½iÃÌÊ«>ÃÊiÝVÕ°
tes possibilités. Ensemble ils ont sélectionné me d’avancement de la lame est muni d’un
iÃÊVœÕÌi>ÕÝʏiÃʓˆiÕÝÊ>`>«ÌjÃÊ>ÕÝÊÕÃ>}iÃÊ ÀiÃÜÀÌ°Ê >Ê >“iÊ iÃÌÊ ÃœÀ̈iÊ DÊ ½>ˆ`iÊ `ÕÊ VÕÀ- *ÕÈiÕÀÃÊ v>LÀˆV>˜ÌÃÊ œ˜ÌÊ “ˆÃÊ >ÕÊ «œˆ˜ÌÊ ÌœÕÌiÊ
µÕˆÊi˜ÊܘÌÊv>ˆÌÊ`>˜Ãʏ½i˜ÌÀi«ÀˆÃi°Ê*ՈÃʈÊiÃÊ>Ê ÃiÕÀÊVœ““iÊ`>˜ÃʏiÃÊ>ÕÌÀiÃʓœ`miðʏÊv>ÕÌÊ une panoplie de cutters de sécurité adaptés
«ÀjÃi˜ÌjÊ>ÕÊ
**/° >œÀÃʓ>ˆ˜Ìi˜ˆÀʏiÊVÕÀÃiÕÀʍÕõս>Õʓœ“i˜ÌÊ >ÕÝÊ `ˆvvjÀi˜ÌÃÊ ÕÃ>}iÃÊ «>À̈VՏˆiÀÃÊ µÕiÊ ½œ˜Ê
œÙʏ>ʏ>“iÊiÃÌÊ>««ˆµÕjiÊ>ÛiVÊ՘iÊViÀÌ>ˆ˜iÊ peut faire d’un tel outil. Il n’est peut-être pas
Lame rétractable «ÀiÃȜ˜ÊÃÕÀʏ½œLiÌÊDÊVœÕ«iÀ]ʫՈÃʏiʏ@V…iÀ°Ê trop tard d’y penser si votre plan d’action
>ÊVœÕ«ÕÀiÊÃiÊv>ˆÌÊÃ>˜ÃÊ«ÀœLm“iÃ]Êi˜Ê“>ˆ˜- Óä£äʘ½iÃÌÊ«>ÃÊi˜VœÀiÊLœÕVj° o
Dans tous les cutters, un méca-
nisme muni d’un curseur per-
“iÌÊ `¿>Û>˜ViÀÊ œÕÊ `iÊ ÀiVՏiÀÊ >Ê
>“iÊ`>˜ÃÊ՘ÊLœŠÌˆiÀ°Ê>ʏ>“iÊiÃÌÊ
Journée
Journée
Journée d'étude
d'étude
d'étude unqiue
unqiue ! !!
unqiue
masquée lorsque l’outil n’est pas
ṎˆÃj°Ê iÃÊ LœŠÌˆiÀÃÊ `iÃÊ «Ài“ˆiÀÃÊ Agression dans la ville !
“œ`miÃÊ jÌ>ˆi˜ÌÊ v>ˆÌÃÊ `iÊ “jÌ>Ê iÌÊ
la lame était remplacé lorsqu’elle
jÌ>ˆÌÊÕÃji°Ê >˜ÃÊViÀÌ>ˆ˜Ãʓœ`miÃÊ Aider les travailleurs
«ÕÃÊÀjVi˜ÌÃ]ʏiÊLœŠÌˆiÀÊiÃÌÊi˜Ê«>Ã- du frontline
tique et la lame est généralement
composée de plusieurs sections Vendredi 12 février 2010
µÕˆÊ ܘÌÊ V>ÃÃjiÃÊ >ÕÊ vÕÀÊ iÌÊ DÊ “i- Kinepolis Bruxelles (09h.00 - 16h.00)
ÃÕÀiÊ µÕ¿iiÃÊ Ã¿ÕÃi˜Ì]Ê `iÊ “>˜ˆmÀiÊ Salle 1 - traduction simultanée
DÊVœ˜ÃiÀÛiÀÊDʏ¿i˜Ãi“LiÊ՘ÊÌÀ>˜-
chant aussi bon que possible. Info & Inscription: www.crimecontrol.be
*œÕÀÊ V>ÃÃiÀÊ Õ˜iÊ ÃiV̈œ˜Ê ÕÃ>}ji]Ê Cette journée est une organisation de Crime Control & Secura:

œ˜Ê ṎˆÃiÊ …>LˆÌÕii“i˜ÌÊ ¿i“LœÕÌÊ


Les visiteur de Secura 2009 peuvent profiter d'une réduction
>ÀÀˆmÀiÊ µÕˆÊ Vœ“«œÀÌiÊ Õ˜iÊ vi˜ÌiÊ
SECUR A
8th Exhibition on de 16% sur le prix de participation de cette journée d'étude.
Safety & Security at work
`>˜Ãʏ>µÕiiʏ>ÊÃiV̈œ˜Ê`iʏ>“iÊDÊ Brussels Expo Demandez votre code de promotion Secura via:
23-24-25 /03/ 2011 mail@secura-expo.be // T: +32 03 354 08 80
casser est insérée. Il suffit alors de

฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀
Les carnets du

88 p r é v e n t e u r MENSUEL D’INFORMATION SUR LA SÉCURITÉ, LA SANTÉ ET LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL


Novembre 2009

Sécurité routière

1099 Bruxelles X - Numéro de P.P. : B 80 - Ne paraît pas en juillet et décembre.

L’ « alcolock » à la rescousse des entreprises


Sa mise en œuvre dans le cadre
de la convention collective 100 ฀ ฀
Mensuel - Numéro d’agrément : P101008 - Bureau de dépôt :

Réglementation ฀ ฀ ฀
Un SIPP commun à plusieurs
entreprises, est-ce possible ? Oui, mais ... ฀ ฀ ฀ ฀
Réponse à vos questions
Jeune (future) maman cherche local d’allaitement…

Equipements de travail
Cela s’est passé près de chez vous ....
฀ ฀
Un coup de masse lourd de conséquences ฀ ฀ ฀
฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀
Sécurité routière
฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀
฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀
g X i  ;%  9 i f ^ e \ q  \ k  ;%  MX e  8 j j \ c Y \ i ^ _ #
[\cË@9JI(
CX Zfem\ek`fe Zfcc\Zk`m\ ('' g\id\k cËXggc`ZXk`fe [\ k\jkj [\ [„g`jkX^\ [ËXcZffc Zfdd\ le
„c„d\ek[\cXgfc`k`hl\\edXk`…i\[ËXcZffcd`j\\eÅlmi\[XejcË\eki\gi`j\% œVŽÊ i˜Ê ÕÀœ«i]Ê

:\ ]X`jXek# Z\k XZZfi[ g\id\k Xlo \dgcfp\lij [Ë`ejkXcc\i [Xej c\lij m„_`Zlc\j# dfp\eeXek
Z\ikX`e\jZfe[`k`fej#[\j„k_pcfk\jkjXek`$[„dXiiX^\#Xlki\d\ekXgg\c„j½XcZfcfZbj¾%

GXiZ\kXik`Zc\#cË@ejk`klk9\c^\gflicXJ„Zli`k„Iflk`…i\@9JI #Zffi[`eXk\li[lgifa\k$g`cfk\
\lifg„\eZfejXZi„~c˽XcZfcfZb¾#jfl_X`k\eflii`icXi„Õ\o`feXlkfli[\cXd`j\\eÅlmi\
\]]\Zk`m\[ljpjk…d\XcZfcfZb[Xejc\ZX[i\[\cXZfem\ek`feZfcc\Zk`m\%
ViÊ Ã½iÃÌÊ ÀjÛjjiÊ

> ˜ÌiÝÌiÊVœ““iÀ

¿>VœœVŽÊiÃÌÊ՘ʓjV>˜ˆÃ“iʵՈÊi“«k- "ÕÌÀiÊܘʈ“«>VÌÊÃÕÀʏ>ÊÃjVÕÀˆÌjÊÀœṎmÀi]Ê

S
i la définition d’une politique en
matière d’alcool et de drogues à che le démarrage du véhicule dès lors ½ˆ˜ÃÌ>>̈œ˜Ê`iʏ½>VœœVŽÊVœ˜Ã̈ÌÕi]Ê«œÕÀÊ
l’intention des travailleurs relève µÕiʏiÊÌ>ÕÝÊ`¿>VœœÊ`ÕÊVœ˜`ÕVÌiÕÀ]ʓi- la clientèle, une preuve de fiabilité, une
de la prévention sanitaire au travail, les suré par l’éthylotest embarqué, dépasse sorte de label de qualité.
mesures prises influent également, dans ՘ÊÃiՈÊwÝj°
une certaine mesure, sur la sécurité rou- ˜Ê i}ˆµÕi]Ê iÃÊ Ìi˜Ì>̈ÛiÃÊ ÛˆÃ>˜ÌÊ DÊ }j-
tière. Les effets sont indirects s’agissant ˜ÌÀiÊÓää{ÊiÌÊÓääÈ]Ê՘ʫÀœiÌÊ«ˆœÌiÊÜÕ- ˜jÀ>ˆÃiÀÊ ½>VœœVŽÊ `>˜ÃÊ iÃÊ Ûj…ˆVՏiÃÊ DÊ
des travailleurs utilisant un véhicule dans tenu par la Commission européenne et usage professionnel ont fait grand bruit
le cadre de leurs déplacements domici- VœœÀ`œ˜˜jÊ«>Àʏ½˜Ã̈ÌÕÌÊ i}iÊ«œÕÀʏ>Ê-j- “>ˆÃÊ ˜½œ˜ÌÊ ÕõսDÊ «ÀjÃi˜ÌÊ «>ÃÊ i˜VœÀiÊ
le-travail, et directs s’agissant des chauf- VÕÀˆÌjÊ ,œṎmÀiÊ ­ -,®]Ê >Ê jÌjÊ “i˜jÊ `>˜ÃÊ «ÕÊۜˆÀʏiʍœÕÀÊi˜ÊÀ>ˆÃœ˜Ê˜œÌ>““i˜ÌÊ`iÃÊ
feurs professionnels. µÕ>ÌÀiÊ«>ÞÃÊiÕÀœ«ji˜Ã]Ê`œ˜Ìʏ>Ê i}ˆµÕi]Ê ˜œ“LÀiÕÃiÃÊ µÕiÃ̈œ˜ÃÊ ÕÀˆ`ˆµÕiÃÊ µÕiÊ
afin d’analyser l’impact pratique, psycho- son introduction soulève (respect de la
1˜iÊ jۜṎœ˜Ê ÌiV…˜œœ}ˆµÕiÊ ˜œÌ>LiÊ i˜Ê œ}ˆµÕiÊiÌÊVœ“«œÀÌi“i˜Ì>Ê`iÃÊ>VœœVŽÃÊ vie privée, traitement des données à ca-
matière de prévention de l’alcool au vo- sur les conducteurs, tant À>VÌmÀiÊ «iÀܘ˜i]Ê iÝiÀVˆViÊ ˆj}>Ê `iÊ >Ê
˜ÌÊiÃÌʏ½  >VœœVŽ ‚°
>˜ÌÊiÃÌʏ½ÊÊ>VœœVŽÊ‚° `>˜ÃÊ՘ÊVœ
`>˜ÃÊ՘ÊVœ˜ÌiÝÌiÊVœ““iÀ- “j`iVˆ˜i]o®
cial que n non commercial.
½iÝ«jÀˆi˜
½iÝ«jÀˆi˜ViÊ Ã½iÃÌÊ ÀjÛjjiÊ >Ê

/Ê£ääÊ«iÀ“iÌʏ½>««ˆV>̈œ˜Ê`iÊÌiÃÌÃÊ
globalemen
globalement positive et de dépistage d’alcool comme un élément
des re recommandations de la politique en matière d’alcool mise en
ont été émémises pour des œuvre dans l’entreprise. Ce faisant, cet
applicat
applications futures du >VVœÀ`Ê «iÀ“iÌÊ >ÕÝÊ i“«œÞiÕÀÃÊ `½ˆ˜ÃÌ>-
systèm
système en Europe. ler, moyennant certaines conditions, des
Actuel
Actuellement, de plus >VœœVŽÃÊ`>˜ÃʏiÕÀÃÊÛj…ˆVՏið
en plu
plus de véhicules
profes
professionnels rou- ½ˆ˜ÃÌ>>̈œ˜Ê`½Õ˜Ê>VœœVŽÊ˜½i˜Ê`i“iÕÀiÊ
lent a avec le système pas moins une ingérence dans la vie pri-
>Vœ
>VœœVŽÊ i˜Ê ÕÀœ«i]Ê vée et ne peut donc s’opérer qu’avec cir-
surt
surtout dans les conspection et dans le strict respect des
pays nordiques où règles de protection de la vie privée.
il e
est promu com-
me un outil per-
me
mettant d’amé-
liorer la qualité 1. L’IBSR est l’Institut Belge pour la Sécurité Routière.
En Europe, de plus en Delphine Brognez y est responsable de « Roadsafety@
plus de véhicules sont de la prestation work » et Dirk Van Asselbergh, Ing Responsable du labora-
équipés d'un alcolock de services. toire Alcoométrie.

฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀
nies, l’enregistrement des données dans
iÊ ÃÞÃÌm“iÊ >VœœVŽÊ «œÕÀÀ>ˆÌÊ i˜ÌÀ>Š˜iÀÊ >Ê
création d’un fichier qui relierait les va-
iÕÀÃÊ “iÃÕÀjiÃÊ >ÕÝÊ `œ˜˜jiÃÊ «iÀܘ˜i-
iÃ]ÊViʵսˆ˜ÌiÀ`ˆÌʏ>Ê

/Ê£ää°

Afin de rendre impossible la création d’un


fichier, la fonction d’enregistrement de
½>VœœVŽÊ «iÕÌÊ kÌÀiÊ `jÃ>V̈Ûji°Ê
iÀÌ>ˆ˜ÃÊ
fabricants ont même conçu une version
sans option d’enregistrement.

L’absence de certitude
quant à l’intoxication
ues :
s juridiq >Ê

/Ê£ääʘ½>Õ̜ÀˆÃiʵÕiʏiÃÊÌiÃÌÃÊ`œ˜ÌÊ
sieu rs question gistrées, …
lu re
loc k so ulève p es d onnées en les résultats donnent une indication po-
lco ation d
urs à l'a uel, utilis
Le reco e nt individ sitive ou négative mais aucune certitude
n tem
conse
ÃÕÀʏ½ˆ˜ÌœÝˆV>̈œ˜Ê>VœœˆµÕi°ÊiÃÊÀjÃՏÌ>ÌÃÊ
ÕÊ ˜œ“LÀiÊ `iÃÊ }>À>˜ÌˆiÃÊ œVÌÀœÞjiÃÊ >ÕÝÊ de permettre à l’employeur de se confor- des tests ne peuvent par ailleurs pas être
travailleurs figurent notamment le néces- mer à cette obligation et de laisser au tra- utilisés pour étayer aucune sanction.
saire consentement de la personne in- Û>ˆiÕÀʏiÊV…œˆÝÊ`iÊ`jVˆ`iÀÊÈʜՈ]ʜÕʘœ˜Ê
téressée, l’interdiction de traitement des il souhaite se soumettre au test. En ce sens, la convention collective inter-
résultats des tests dans un fichier, ainsi `ˆÌʏiÊÀiVœÕÀÃÊDÊ`iÃÊÌiÃÌÃÊ>Þ>˜ÌÊv>ˆÌʏ½œLiÌÊ
que l’absence de certitude quant à l’in- Il s’agira pour l’employeur de prévoir, en d’une vérification.
̜݈V>̈œ˜°Ê concertation avec le fabricant, la possi-
LˆˆÌjÊ `iÊ `jÃ>V̈ÛiÀÊ ½>VœœVŽÊ >ÕÊ “œÞi˜Ê Il n’en reste pas moins que les mesures
Le respect de ces garanties dans le ca- d’un code. La désactivation du système utilisées doivent être fiables et donner
`ÀiÊ `iÊ ½ˆ˜ÃÌ>>̈œ˜Ê `½Õ˜Ê >VœœVŽÊ i݈}iÊ est également rendue possible par l’ins- une indication qui soit la plus proche pos-
cependant qu’il soit satisfait à un certain tallation d’un interrupteur supplémentaire sible de la consommation effective. Le
nombre de conditions techniques que `iÊÌÞ«iʜ˜Éœvv° seul moyen d’y parvenir, c’est d’utiliser
˜œÕÃÊ iÝ«ˆVˆÌiÀœ˜ÃÊ `>˜ÃÊ iÃÊ ˆ}˜iÃÊ µÕˆ `iÃÊ>««>ÀiˆÃÊ`iʓiÃÕÀiÊjÌ>œ˜˜jðÊ>ˆÃÊ
suivent. Le traitement des résultats µÕiÊ Ãˆ}˜ˆwi˜ÌÊ iÝ>VÌi“i˜ÌÊ iÃÊ ÌiÀ“iÃÊ \Ê
ÊÛjÀˆwiÀʂ]ʁÊjÌ>œ˜˜iÀʂʶÊ
Le consentement ½>VœœVŽÊ >Ê }j˜jÀ>i“i˜ÌÊ Õ˜iÊ vœ˜V̈œ˜Ê
de l’intéressé d’enregistrement. Il mémorise les valeurs Vérifier est une opération qui consiste à
mesurées lors de chaque test et les heu- fournir des preuves tangibles qu'un ap-
Les tests de dépistage d’alcool et de dro- ÀiÃÊ>ÕݵÕiiÃÊViÃÊÌiÃÌÃʜ˜ÌÊjÌjÊÀj>ˆÃjÃ°Ê «>ÀiˆÊ`iʓiÃÕÀiÊÃ>̈Ãv>ˆÌÊDÊ`iÃÊi݈}i˜ViÃÊ
gues touchant au droit fondamental à la iʘœ“LÀiÕÝÊ>ÕÌÀiÃÊ«>À>“mÌÀiÃ]ÊÌiÃʵÕiÊ légales spécifiées. Cette vérification doit
vie privée du travailleur, le consentement l’heure de démarrage et d’arrêt du mo- se faire par l’autorité compétente ou par
individuel de ce dernier doit être garanti. teur peuvent également être enregistrés. une institution officielle accréditée à cette
L’on peut se demander si ce droit est La lecture de ces données est possible fin par les autorités. Les mesures rendues
sauvegardé dès lors que l’employeur fait au moyen d’un ordinateur et du logiciel par cet appareil de mesurage ont valeur
ˆ˜ÃÌ>iÀʏ½>VœœVŽÊ`>˜ÃÊ̜ÕÃÊÃiÃÊÛj…ˆVÕ- approprié. de preuve légale.
les. Le travailleur n’a en effet pas d’autre
V…œˆÝÊ`>˜ÃÊViÊV>ÃʵÕiÊ`iÊÃiÊÜՓiÌÌÀiÊ Etant donné que, dans le cadre d’une Etalonner est une opération qui, dans des
au test avant de pouvoir utiliser un de ces entreprise, il est généralement aisé de conditions spécifiées, établit une relation
véhicules. retracer l’historique des conducteurs permettant d'obtenir un résultat de me-
iÃÊ «œÃÈLˆˆÌjÃÊ i݈ÃÌi˜ÌÊ ˜j>˜“œˆ˜ÃÊ >w˜Ê d’un véhicule donné à des heures défi- sure à partir d'une indication.

฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀
1˜ÊjÌ>œ˜˜>}iÊ«iÕÌÊkÌÀiÊiÝ«Àˆ“jÊÜÕÃʏ>Ê mination, il suit
forme d’une table d’étalonnage avec des immédiatement
corrections supplémentaires. la consommation
et diffère d’un in-
Les tests utilisés dans le cadre de la CCT dividu à l’autre
£ääʘiÊ«œÕÛ>˜ÌÊkÌÀiÊṎˆÃjÃÊ«œÕÀʍÕÃ̈wiÀÊ puisqu’il dépend
aucune sanction, ils ne pourront être véri- principalement du
wjðÊ*>ÀÊVœ˜ÌÀi]ÊVi>ʘ½i“«kV…iÊ«>ÃʵÕiÊ bon fonctionne-
ces tests soient étalonnés et éventuelle- ment hépatique.
“i˜ÌÊ>ÕÃÌjÃÊi˜ÊÛÕiÊ`iÊ}>À>˜ÌˆÀÊ՘iÊ«ÕÃÊ Après l’absorp-
grande fiabilité de la mesure. tion de boissons
alcoolisées, l’al-
*>ÀÊ>ˆiÕÀÃ]ʏiÊÃiՈÊ>ÕÊ`iDÊ`ÕµÕiÊiʓœ- coolémie varie
teur ne peut plus être mis en marche doit donc constam-
v>ˆÀiʏ½œLiÌÊ`½Õ˜iÊVœ˜ViÀÌ>̈œ˜Ê`>˜Ãʏ½i˜- “i˜Ì°Ê ½>VœœVŽÊ
treprise et doit évidemment être inférieur Vœ˜ÌÀž>˜ÌÊ iÊ Ì>ÕÝÊ
à la limite légale si le véhicule est utilisé `½>VœœÊ ÕÃÌiÊ
sur la voie publique. avant le démar-
rage du moteur,
Idéalement, on peut opter pour une va- l’alcoolémie peut
iÕÀÊi˜ÌÀiÊä]äxÊiÌÊä]£Ê“}ÉÊ­“}Ê`½>VœœÊ encore augmenter
«>ÀÊ ˆÌÀiÊ `½>ˆÀÊ >Ûjœ>ˆÀiÊ iÝ«ˆÀj]Ê ÃœˆÌÊ ½>ˆÀÊ une fois le moteur
j“>˜>˜ÌÊ`ÕÊ«ÕÃÊ«Àœvœ˜`Ê`iÃÊ«œÕ“œ˜Ã®°Ê mis en marche et
1˜ÊÃiՈÊ“>݈“>Ê`iÊä]£Ê“}ÉÊiÃÌʏ>À}i- le véhicule peut
“i˜ÌÊ ˆ˜vjÀˆiÕÀÊ DÊ >Ê ˆ“ˆÌiÊ j}>iÊ `iÊ ä]ÓÓÊ donc continuer à
“}É°Êk“iÊÈʏ½iÝ>V̈ÌÕ`iÊ`iʏ½>VœœVŽÊ circuler même si
iÃÌʏˆ“ˆÌji]ʏiÊÀˆÃµÕiÊ`½Õ˜Êv>ÕÝÊÀjÃՏÌ>Ìʘj- son conducteur
}>̈vÊÃiÀ>Êv>ˆLi°Ê ½Õ˜Ê>ÕÌÀiÊVžÌj]ʏiÊÃiՈÊ «ÀjÃi˜ÌiÊ Õ˜Ê Ì>ÕÝÊ
ne peut pas non plus être trop bas, et d’alcool dans le
Vi]Ê>w˜Ê`½jۈÌiÀÊ`iÊv>ÕÝÊÀjÃՏÌ>ÌÃÊ«œÃˆÌˆvÃ°Ê Ã>˜}Ê ÌÀœ«Ê jiÛj°Ê *œÕÀÊ jۈÌiÀÊ Vi>]Ê ˆÊ iÃÌÊ la conduite sous influence. Etant donné
Ils font, en effet, rapidement baisser la possible de programmer les systèmes que, conformément à cette convention
Vœ˜w>˜ViÊ`>˜Ãʏ½>VœœVŽ°Ê1˜iʏˆ“ˆÌiÊÌÀœ«Ê >VœœVŽÊ `iÊ “>˜ˆmÀiÊ DÊ ViÊ µÕ½>«ÀmÃÊ Õ˜Ê VœiV̈Ûi]ʏ¿>VœœVŽÊ˜iÊ«iÕÌÊkÌÀiÊṎˆÃjʵÕiÊ
élevée, quant à elle, invite à tester le nom- certain temps de conduite, un nouveau ÃÕÀÊ L>ÃiÊ Ûœœ˜Ì>ˆÀiÊ iÌÊ µÕiÊ ÌœÕÌÊ Vœ˜ÌÀžiÊ
bre de consommations alcoolisées toléré test doive être effectué. Ceci permet de du test de l'haleine basé sur une banque
par le système. `jViiÀÊ Õ˜iÊ …>ÕÃÃiÊ `ÕÊ Ì>ÕÝÊ `½>Vœœ]Ê de données est interdit, le système ne peut
mais également de détecter la consom- être considéré comme une mesure de
˜w˜]Ê ˆÊ v>ÕÌÊ Ã>ۜˆÀÊ µÕiÊ iÊ Ì>ÕÝÊ `½>VœœÊ mation de boissons alcoolisées pendant prévention optimale de la conduite sous
présent dans le sang à un moment donné la conduite. influence.
est fonction non seulement de la quan-
tité d’alcool consommé mais également ˜Ê Vœ˜VÕȜ˜]Ê ½ˆ˜ÌÀœ`ÕV̈œ˜Ê `iÊ ½>VœœVŽÊ Quoi qu’il en soit, la démarche sera
d’une série d’autres facteurs. dans le cadre de la mise en œuvre de la d’autant plus efficace qu’elle s’inscrira
Vœ˜Ûi˜Ìˆœ˜ÊVœiV̈ÛiÊ£ääʜvvÀiÊ`iÃʜ««œÀ- dans une approche cohérente et inté-
Ainsi, l’alcoolémie dépend entre autres tunités intéressantes sur le plan de la pré- grée dans laquelle l’employeur aura pris
fortement de la vitesse d’absorption dans vention de l’alcool même si les possibilités les mesures nécessaires pour informer et
le sang de l’alcool consommé qui dépend µÕ½œvvÀiʏiÊÃÞÃÌm“iʘiÊܘÌÊ«>ÃÊiÝ«œˆÌjiÃÊ Ãi˜ÃˆLˆˆÃiÀÊܘʫiÀܘ˜iÊ>ÕÝÊ`>˜}iÀÃÊ`iÊ
elle-même notamment du contenu de pleinement. l’alcool au volant et adopté une politique
l’estomac, de la vitesse de consomma- claire en ce qui concerne l’introduction
tion et du fonctionnement de l’estomac et ˜ÊivviÌ]ʏ¿>VœœVŽÊ>ÊjÌjÊVœ˜XÕ]Êi˜Ê«Ài“ˆm- `iÊ LœˆÃܘÃÊ >VœœˆÃjiÃÊ ÃÕÀÊ iÃÊ ˆiÕÝÊ `ÕÊ
des intestins. Quant au processus d’éli- re instance, pour empêcher physiquement travail. o

฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀
Les carnets du

87 p r é v e n t e u r MENSUEL D’INFORMATION SUR LA SÉCURITÉ, LA SANTÉ ET LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL


Octobre 2009

Organisation du travail
Lieux de travail
1099 Bruxelles X - Numéro de P.P. : B 80 - Ne paraît pas en juillet et décembre.

«Open spaces» ?

Management de la sécurité ฀
Mensuel - Numéro d’agrément : P101008 - Bureau de dépôt :

Une convention collective « stupéfiante » :


la CCT n°100
฀ ฀
Chantiers
Chantiers temporaires et mobiles :
les réponses à vos questions ฀
Sécurité routière
Sauver sans périr… sur la route ฀ ฀ ฀
฀ ฀
Quand les pompiers
portent la ceinture de sécurité
฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀
Chantiers
฀ ฀ ฀ ฀฀
฀ ฀ ฀ ฀
gXi9\ieXi[;\Yfpj\i

Je suis conseiller en prévention d’une


administration communale. Nous recevons
de temps à autre des doléances de
citoyens qui se plaignent de grues de
chantier dont la flèche surplombe la voie
publique. Y a-t-il une législation à ce sujet ?

Lorsqu’un chantier est inoccupé, ou lorsque a été accrochée en toute sécurité et est
le grutier n’est pas présent, les flèches des maintenue en toute sécurité".
}ÀÕiÃÊDÊ̜ÕÀÊ`œˆÛi˜ÌÊkÌÀiʓˆÃiÃʹi˜Ê}ˆÀœÕiÌ- *>ÀʁÊ✘iÊ`iÊ`>˜}iÀʂ]ʜ˜Êi˜Ìi˜`ʈVˆÊ>Ê✘iÊ
Ìi»°Ê
i>ÊÈ}˜ˆwiʵսiiÃÊ̜ÕÀ˜i˜ÌʏˆLÀi“i˜ÌÊ dans laquelle des charges pourraient tom-
i˜Ê vœ˜V̈œ˜Ê `iÊ >Ê `ˆÀiV̈œ˜Ê `ÕÊ Ûi˜ÌÊ >w˜Ê `iÊ ber si elles se décrochaient.
ˆ“ˆÌiÀÊ>ˆ˜ÃˆÊ>ÊvœÀViʵÕiÊViÕˆ‡VˆÊiÝiÀViÊÃÕÀʏ>Ê
structure et de réduire les risques de chute Ê>««>À>ŠÌÊ>ˆ˜ÃˆÊV>ˆÀi“i˜ÌʵÕiʏ>Ê«À>̈µÕiÊ`j-
de l’engin en cas de vent fort. crite ci-dessus n’est pas acceptable si, pen-
dant l’inoccupation du chantier, le matériel
Ê >ÀÀˆÛiÊ `œ˜VÊ ÃœÕÛi˜ÌÊ µÕ½i˜Ê `i…œÀÃÊ `iÃÊ ÃÕëi˜`ÕÊDʏ>Ê}ÀÕiÊ«iÕÌÊ`jÀˆÛiÀ]Ê>ÕÊ}ÀjÊ`ÕÊ
heures de travail, des flèches de grue sur- vent, au-dessus de la voie publique ou tout
plombent, au gré du vent, le domaine public. ȓ«i“i˜ÌÊi˜Ê`i…œÀÃÊ`iʏ½i˜Viˆ˜ÌiÊVžÌÕÀjiÊ
A notre connaissance, aucune réglemen- du chantier. Le coordinateur du chantier (qui
tation ne l’interdit car cela ne constitue pas est aussi concerné par les risques pour les
՘Ê`>˜}iÀ]ÊDÊVœ˜`ˆÌˆœ˜ÊµÕ½>ÕV՘iÊV…>À}iʘiÊ ÌˆiÀîÊÛiˆiÀ>ÊDÊjۈÌiÀÊViÊ«ÀœLm“i°
܈ÌÊ ÃÕëi˜`ÕiÊ DÊ >Ê }ÀÕiÊ iÌÊ µÕiÊ iÊ V…>ÀˆœÌÊ ˜Ê V>ÃÊ `½ˆ˜vÀ>V̈œ˜Ê Vœ˜ÃÌ>Ìji]Ê ÃՈÌiÊ DÊ Õ˜iÊ
de la flèche (auquel pendent les câbles et le «>ˆ˜ÌiÊ«>ÀÊiÝi“«i]ʏ>Ê«œˆViʏœV>iÊ«œÕÀÀ>ˆÌÊ
VÀœV…iÌ®Ê܈ÌÊ}>ÀjÊ>ÕÊ«ÕÃÊ«ÀmÃÊ`Õʓ>Ì° dresser procès verbal.
La question peut aussi se poser de savoir
1˜Ê«ÀœLm“iÊÃÕÀۈi˜ÌʵÕ>˜`ʏ½i˜ÌÀi«Ài˜iÕÀÊ s’il est autorisé, pour les besoins du chan-
prend l’habitude avant de quitter le chantier tier, de faire passer des charges au-dessus
iÌÊ«œÕÀÊjۈÌiÀʏiÃÊۜÃ]Ê`½>VVÀœV…iÀÊDÊÃ>Ê}ÀÕiÊ `½Õ˜iÊۜˆiÊ«ÕLˆµÕiÊ>VViÃÈLiÊDʏ>ÊVˆÀVՏ>-
des charges telles qu’un conteneur de ma- tion de véhicules ou de piétons.
tériel, une scie circulaire, des échelles, une L’arrêté précité mentionne dans son article
brouette, etc. £xÊ \Ê « Il n’est pas permis de faire passer
½>À̈ViÊÓÎÊ`iʏ½>ÀÀkÌjÊÀœÞ>Ê`ÕÊ{ʓ>ˆÊ£™™™£ des charges au-dessus des lieux de travail
concernant les équipements de travail ser- non protégés occupés habituellement par
Û>˜ÌÊ >ÕÊ iÛ>}iÊ `iÊ V…>À}iÃÊ Ã̈«ÕiÊ ViVˆÊ \Ê des travailleurs. Si le bon fonctionnement
"Les charges suspendues ne doivent pas des travaux ne peut être assuré autrement,
rester sans surveillance, sauf si l'accès à la des procédures appropriées doivent être
zone de danger est empêché et si la charge définies et appliquées ». Des esprits cha-

฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀
grins rétorqueront peut-être que cet article ment se faire en étudiant,
ne s’applique pas au cas envisagé puisque avant le début du chan-
la rue n’est pas un lieu de travail et que les tier, l’implantation opti-
automobilistes ou les passants ne sont pas “>iÊ`iÃÊ}ÀÕiÃ]Ê`iÃÊ✘iÃÊ
`iÃÊÌÀ>Û>ˆiÕÀÃ°Ê ˜VœÀiʵÕi]Ê«œÕÀÊViÀÌ>ˆ˜iÃÊ de déchargement et de
professions comme les chauffeurs de bus Ã̜VŽ>}iÊ `iÃÊ “>ÌjÀˆ>ÕÝ]Ê
œÕÊ `iÊ Ì>݈]Ê iÃÊ v>VÌiÕÀÃ]Ê iÃÊ V>“ˆœ˜˜iÕÀÃ]Ê d’enlèvement des conte-
… la voie publique est bien le lieu de travail neurs de déchets, etc. Si
habituel. c’est vraiment nécessaire,
>ˆÃÊDʘœÌÀiÊÃi˜Ã]ʈÊv>ÕÌÊÃÕÀ̜ÕÌÊÀiÌi˜ˆÀʏ½iÃ- il faudra peut-être envisa-
«ÀˆÌÊ`iÊViÌÌiÊ`ˆÃ«œÃˆÌˆœ˜Ê\ÊýˆÊiÃÌÊ`>˜}iÀiÕÝÊ ger de soustraire certaines
de faire passer des charges suspendues ✘iÃÊ DÊ >Ê VˆÀVՏ>̈œ˜Ê `ÕÊ
>Շ`iÃÃÕÃÊ `iÊ ˆiÕÝÊ œVVÕ«jÃÊ «>ÀÊ `iÃÊ ÌÀ>- ÌÀ>wV]Ê >«ÀmÃÊ >Õ̜ÀˆÃ>̈œ˜Ê
Û>ˆiÕÀÃ]ÊV½iÃÌÊDÊvœÀ̈œÀˆÊ>ÕÃÈÊ`>˜}iÀiÕÝÊ`iÊ des autorités locales et
le faire au-dessus de voies publiques où la placement de la signalisation réglementaire, cours d’école, de parkings privés, de parcs
circulation n’a pas été interdite. évidemment. publics, etc.
˜VœÀiÊ Õ˜iÊ vœˆÃ]Ê iÊ VœœÀ`ˆ˜>ÌiÕÀÊ ÛiˆiÀ>Ê DÊ Les mêmes conclusions s’appliquent au cas
éviter une telle situation. Cela pourra notam- œÙÊ`iÃÊ}ÀÕiÃʓ>˜ ÕÛÀiÀ>ˆi˜ÌÊ>ÕÊ`iÃÃÕÃÊ`iÊ 1.Code du bien-être au travail, Tire VI, Chapitre II, Section III

ment et incommoder d’autres travailleurs oc-


Sur certains chantiers dont je suis le VÕ«jÃÊDÊ`iÃÊ«œÃÌiÃÊ`iÊÌÀ>Û>ˆÊۜˆÃˆ˜Ã°Ê >˜ÃʏiÊ
coordinateur, les entrepreneurs utilisent même esprit, il y a lieu de tenir compte de la
direction du vent.
des produits qu’ils pulvérisent sur les
panneaux de coffrage. Ces produits sont-ils Les équipements de protection individuelle
­ °*°°®Ê ÃՈÛ>˜ÌÃÊ `œˆÛi˜ÌÊ kÌÀiÊ «œÀÌjÃÊ «>ÀÊ iÃÊ
dangereux, leur emploi nécessite-t-il ÌÀ>Û>ˆiÕÀÃÊV…>À}jÃÊ`iÊViÊÌÀ>Û>ˆÊ\
certaines précautions ?
UÊÊLœÌÌiÃÊiÌÊÛkÌi“i˜ÌÃʈ“«iÀ“j>LiÃÊiÌÊÀjÈÃ-
Les huiles de décoffrage badigeonnées ou choisir les produits les moins nocifs comme Ì>˜ÌÃÊ>ÕÝʅÞ`ÀœV>ÀLÕÀiÃ]Ê>ÛiVÊV>«ÕV…œ˜
«ÕÛjÀˆÃjiÃÊ ÃÕÀÊ iÃÊ «>˜˜i>ÕÝÊ ÃiÀÛi˜ÌÊ DÊ v>- iÃʅՈiÃÊ£ääʯÊÛj}jÌ>iÃÊiÌÊÃ>˜ÃÊ܏Û>˜ÌÃ]Ê UÊʏ՘iÌÌiÃÊ `iÊ ÃjVÕÀˆÌjÊ >ÛiVÊ «ÀœÌiV̈œ˜Ê >Ìj-
ciliter le décoffrage ultérieur. Auparavant il DÊL>ÃiÊ`iÊ܍>ʜÕÊ`iÊVœâ>Ê«>ÀÊiÝi“«i°ÊiÊ rale
s’agissait surtout d’huiles industrielles peu VœœÀ`ˆ˜>ÌiÕÀ‡«ÀœiÌÊ«iÕÌʈ“«œÃiÀÊ՘ÊÌiÊV…œˆÝÊ UÊÊ}>˜ÌÃʈ“«iÀ“j>LiÃÊi˜Ê˜ˆÌÀˆiʜÕʘjœ«Àm˜iÊ
coûteuses. Mais les techniques ont évolué `>˜ÃÊܘʫ>˜Ê`iÊÃ>˜ÌjÊiÌÊ`iÊÃjVÕÀˆÌjÊ­*--®° ­ÃՈÛ>˜ÌÊVœ“«œÃˆÌˆœ˜Ê`ÕÊ«Àœ`Ո̮
et les fabricants proposent maintenant des UÊʓ>õÕiÊ>˜Ìˆ‡«œÕÃÈmÀiÊ`iÊÌÞ«iÊ*ÓʜÕÊ*ÓÊ
«Àœ`ՈÌÃÊ Ã«jVˆwµÕiÃÊ «œÕÀÊ ViÌÊ ÕÃ>}i]Ê >`>«- ÊiÃÌÊiÃÃi˜ÌˆiÊ`iÊ`ˆÃ«œÃiÀÊÃÕÀʏiÊV…>˜ÌˆiÀÊ`iÊ au minimum
ÌjÃÊ >ÕÝÊ `ˆvvjÀi˜ÌÃÊ ÃÕ««œÀÌÃÊ Ài˜Vœ˜ÌÀjÃ]Ê ˜œ- >ÊwV…iÊ -Ê­ˆV…iÊ`iÊ œ˜˜jiÃÊ`iÊ-jVÕÀˆÌj®Ê UÊÊV>õÕi
Ì>““i˜ÌÊDʏiÕÀÊ«œÀœÃˆÌj° que doit fournir le fabricant. Celle-ci mention-
˜iʏiÃÊÀˆÃµÕiÃʏˆjÃÊDʏ½ṎˆÃ>̈œ˜Ê`ÕÊ«Àœ`ՈÌÊiÌÊ
œ““iÊ ÌœÕœÕÀÃ]Ê ˆÊ v>ÕÌÊ ˆ˜vœÀ“iÀÊ iÃÊ ÌÀ>-
Certains de ces produits sont nocifs et peu- iÃʓiÃÕÀiÃÊ`iÊ«ÀjÛi˜Ìˆœ˜ÊDÊ«Ài˜`Ài° vailleurs des risques et mesures de pré-
Ûi˜ÌÊkÌÀiÊDʏ½œÀˆ}ˆ˜iÊ`½>vviV̈œ˜ÃÊVÕÌ>˜jiÃʜÕÊ Ûi˜Ìˆœ˜Ê DÊ «Ài˜`Ài]Ê i˜Ê ÃiÊ L>Ã>˜ÌÊ ˜œÌ>“-
de maladies respiratoires comme les bronchi- S’il est fait usage d’un pulvérisateur pour as- “i˜ÌÊ ÃÕÀÊ >Ê wV…iÊ  -°Ê ˜w˜]Ê ˜½œÕLˆiâÊ «>ÃÊ
ÌiÃʜÕʏ½>Ã̅“i°ÊÊiÃÌÊ`œ˜Vʈ“«jÀ>̈vÊ`iÊ«Ài˜- «iÀ}iÀʏiÃÊ«>˜˜i>ÕÝ]ʈÊv>ÕÌÊÛiˆiÀÊDÊViʵÕiʏ>Ê les mesures d’hygiène comme, notam-
dre des mesures pour réduire ces risques. LÕÃiÊ܈ÌÊ>`>«ÌjiÊDʏ>ÊۈÃVœÃˆÌjÊ`ÕÊ«Àœ`ՈÌ]Ê “i˜Ì]Ê iÊ >Û>}iÊ Vœ˜ÃVˆi˜VˆiÕÝÊ `iÃÊ “>ˆ˜ÃÊ Æ
Șœ˜Ê ½>jÀœÃœÊ vœÀ“jÊ «iÕÌÊ kÌÀiÊ ÌÀœ«Ê w˜]Ê ÃiÊ elles sont nécessaires après toute utilisation
>Ê «ÀjÛi˜Ìˆœ˜Ê >Ê «ÕÃÊ ivwV>ViÊ Vœ˜ÃˆÃÌiÀ>Ê DÊ disperser plus facilement dans l’environne- d’un produit chimique. o

฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀
Les carnets du

86 p r é v e n t e u r Septembre 2009
MENSUEL D’INFORMATION SUR LA SÉCURITÉ, LA SANTÉ ET LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL

Equipements de travail
Risques particuliers
1099 Bruxelles X - Numéro de P.P. : B 80 - Ne paraît pas en juillet et décembre.

Cordages et sangles en fibres synthétiques

Charge psychosociale Et si j’étais


Mensuel - Numéro d’agrément : P101008 - Bureau de dépôt :

Suicide et prévention du suicide en entreprise

Charge psychosociale ฀
Prévention du suicide : que fait la police ?

Agents dangereux
Les substances dangereuses et
les produits de substitution

฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀
Equipements de travail
฀ ฀
฀ ฀
GX i  9 \ i e X i [  ; \ Y f p j \ i

Gcljc„^…i\j#gcljjflgc\j\kdf`ejZ_…i\jhl\c\jZYc\jflc\jZ_XŠe\j\eXZ`\i#c\jÔYi\jjpek_„k`hl\j
jfek[\gclj\egcljlk`c`j„\jgflicX]XYi`ZXk`fe[˄c`e^l\j\k[\jXe^c\j%<cc\ji\dgcXZ\ek„^Xc\d\ek
c\jÔYi\jeXkli\cc\jk\cc\jhl\c\Z_Xemi\\kc\j`jXc[XejcXZfe]\Zk`fe[\Zfi[X^\j%>cfYXc\d\ek#c\j
ÔYi\jjpek_„k`hl\jgi„j\ek\ekle\i„j`jkXeZ\\kle\[liXY`c`k„gclj^iXe[\hl\Z\j[\ie`…i\j2\cc\j
jfek`dglki\jZ`Yc\j\kdf`ejXkkXhl„\jgXic\jife^\lij%DX`jc\lim`\`cc`jj\d\ekgi„dXkli„jflj
cËXZk`feZfeaf`ek\[ljfc\`c\k[\j`ek\dg„i`\j\jkle\jfliZ\[\[Xe^\iefee„^c`^\XYc\%

A
u sein des entreprises, des cor- Les principales familles de fibres synthéti-
dages et sangles synthétiques ques utilisées pour les applications dont il
sont employés dans un grand est question sont le polyamide (le nylon en
˜œ“LÀiÊ `iÊ `œ“>ˆ˜iÃÊ \Ê jµÕˆ«i“i˜ÌÃÊ `iÊ est un nom commercial), le polyester et le
protection individuelle (harnais, longes, li- polypropylène. Les fibres de polyéthylène
gnes de vie), élingues de levage, sangles sont peu utilisées pour la fabrication de
d’amarrage, cordes utilisées pour la sus- cordes ou sangles, car leur résistance est
pension ou la traction de charges, le gui- moindre. Il vaut mieux les bannir pour ces
dage de charges suspendues, l’ancrage applications.
ou le haubannage d’installations, échelles
de corde, etc. Chacune de ces fibres possède des ca-
ractéristiques propres. Ainsi, les fibres en
polyester ou en polypropylène sont peu
Ãi˜ÃˆLiÃÊ DÊ ½…Õ“ˆ`ˆÌj]Ê iiÃÊ Vœ˜Ûˆi˜˜i˜ÌÊ
donc pour la fabrication de cordages
ou sangles suceptibles d’être mouillés.
iÊ«œÞ>“ˆ`i]Ê«>ÀÊVœ˜ÌÀi]Ê«iÀ`ÊÓäʯÊ`iÊ
sa résistance lorsqu’il est imbibé d’eau,
mais il résiste mieux aux chocs que les
>ÕÌÀiÃÊÌÞ«iÃÊ`iÊwLÀiÃÊiÌÊÃ>ÊÀjÈÃÌ>˜ViÊDÊ
l’abrasion est meilleure. Le froid n’affecte
pas les propriétés du polyamide et du
polyester. La chaleur, par contre, diminue
la résistance de toutes les fibres synthé-
tiques, surtout celles en polypropylène. Il
iÃÌÊVœ˜ÃiˆjÊ`iʘiÊ«>ÃʏiÃÊiÝ«œÃiÀÊDÊ`iÃÊ
Ìi“«jÀ>ÌÕÀiÃÊÃÕ«jÀˆiÕÀiÃÊDÊÈäÊc
°
Nous
ne trai- Les fibres synthétiques ne sont pas sen-
terons pas sibles aux produits chimiques courants
dans cet ar- tels que les acides faibles, les bases, les
ticle des cordes ܏Û>˜ÌÃÊ œÕÊ iÃÊ …Þ`ÀœV>ÀLÕÀiÃ°Ê >ˆÃÊ iÃÊ
utilisées dans la prati- graisses peuvent les altérer gravement.
que de sports comme l’esca- Attention donc aux graisses parfois pré-
lade ou la spéléologie, ou pour l’exécution sentes dans les conteneurs, sur les sols
de travaux en hauteur par les techniques des ateliers, dans les véhicules, les en-
`½>«ˆ˜ˆÃ“iÊ\ÊViÃÊVœÀ`iÃÊÀj«œ˜`i˜ÌÊDÊ`iÃÊ gins de chantier, etc.
critères particuliers.

฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀
Equipements de travail

ra
rayons ultaviolets sont responsables de
mo
modifications dans la structure chimique
de
des fibres.

Il e
est dès lors essentiel de stocker et ran-
ge
ger les sangles et cordages dans des
i˜`ÀœˆÌÃÊ ÃiVÃ]Ê DÊ ½>LÀˆÊ `iÊ >Ê Õ“ˆmÀi°Ê ˜Ê

fo
fonction des indications des fabricants,
ils doivent être retirés du service après
un certain nombre d’années d’utilisation,
même en l’absence de détériorations visi-

bles. C’est le principal enseignement que
bl
Corde Corde
de toro ۜ
ۜÕÃÊ`iÛiâÊÀiÌi˜ˆÀÊ`iÊViÌÊ>À̈Vi°Ê*ÕÈiÕÀÃÊ
de toro
ns câb ns tres ac
accidents, parfois mortels se sont en effet
en poly lés en poly sés
propylè propylè
ne ne «Àœ`ՈÌÃÊÃՈÌiÊDʏ>ÊÀÕ«ÌÕÀiÊ`iÊVœÀ`iÃʵՈ]Ê
DÊ ½œiˆ]Ê ˜iÊ Ãi“L>ˆi˜ÌÊ «>ÃÊ >ÌjÀjiÃÊ “>ˆÃÊ
-ՈÛ>˜ÌÊ ½ṎˆÃ>̈œ˜Ê i˜ÛˆÃ>}ji]Ê ½œ˜Ê V…œˆ- sante ultraviolette des rayons solaires) qui avaient perdu une bonne part de leur
sira donc de préférence l’un ou l’autre diminue la résistance des fibres synthé- ÀjÈÃÌ>˜ViÊDÊV>ÕÃiÊ`iÊViÊ«…j˜œ“m˜iÊ`iÊ
type de fibre. Les fabricants pourront ̈µÕiÃ]ÊÃÕÀ̜ÕÌÊ`ÕÊ«œÞ«Àœ«Þm˜i°Ê
œ˜Õ- vieillissement.
ۜÕÃÊ Vœ˜ÃiˆiÀÊ DÊ ViÌÊ ivviÌ°Ê 6ˆÃÕii“i˜ÌÊ guée aux effets de l’humidité et de la
il est difficile d’identifier la nature des fi- température, cette exposition est respon- Résistance
bres, mais il est possible de s’en assurer sable du phénomène appelé „vieillisse-
i˜Ê ÜՓiÌÌ>˜ÌÊ Õ˜Ê «ïÌÊ jV…>˜Ìˆœ˜Ê DÊ Õ˜Ê ment”. En fonction des conditions d’utili- Les cordes sont constituées de torons
ÌiÃÌÊ`iÊVœ“LÕÃ̈œ˜Ê\Ê՘iÊvՓjiÊL>˜V…iÊ sation et de stockage, la diminution de la câblés, comme les câbles en acier, ou
et une odeur de bougie sont caractéris- résistance mécanique des fibres synthéti- `iÊ ÌœÀœ˜ÃÊ i˜ÌÀi>VjÃ°Ê "˜Ê «>ÀiÊ >œÀÃÊ `iÊ
tiques du polypropylène ; le polyester µÕiÃÊ>«ÀmÃÊ՘iÊiÝ«œÃˆÌˆœ˜Ê`iÊxÊ>˜ÃÊ«iÕÌÊ cordages tressés. Le nombre de torons
brûlé dégage une fumée noire et l’odeur être très importante bien qu’invisible. Les «iÕÌÊÛ>ÀˆiÀÊ`iÊÎÊDÊn]ʓ>ˆÃ]Ê«œÕÀÊ՘ʓk“iÊ
iÃÌÊÃi“L>LiÊDÊViiÊ`iʏ½…ÕˆiÊV…>Õ`iÊÆÊ fibres colorées résistent toutefois mieux diamètre de corde, la résistance ne varie
la fumée du polyamide est blanche et son que celles qui ne le sont pas. En fait, les pas fortement en fonction de la compo-
ÕÃÊ`iÛiâÊÀiÌi˜ˆÀÊ`iÊViÌÊ>À̈Vi°Ê*ÕÈiÕÀÃÊ
odeur rappelle celle du céleri.

Les fabricants doivent munir les bobines


de cordes qu’ils livrent, d’une étiquette
mentionnant leurs coordonnées, la nature
des fibres, les caractéristiques (diamètre, `ÀœˆÌÃÊ ÃiVÃ]Ê DÊ ½>LÀˆÊ `iÊ >Ê Õ“ˆmÀi°Ê ˜Ê
résitance).

Vieillissement

½iÝ«œÃˆÌˆœ˜Ê«Àœœ˜}jiÊDʏ>ʏՓˆmÀiʘ>ÌÕ-
ÀiiÊ ­«ÕÃÊ «>À̈VՏˆmÀi“i˜ÌÊ DÊ >Ê Vœ“«œ-

฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀
È̈œ˜°Ê -ˆÊ `iÃÊ ivvœÀÌÃÊ `iÊ ÌœÀȜ˜Ê «iÕÛi˜ÌÊ colées, doivent être réceptionnées par un
>««>À>ŠÌÀiÊ i˜Ê VœÕÀÃÊ `½ṎˆÃ>̈œ˜]Ê ˆÊ v>ÕÌÊ -
/Ê>Û>˜ÌʓˆÃiÊi˜ÊÃiÀۈVi°
choisir des cordages tressés qui ont la
caractéristique d’être antigiratoires. Les Utilisation, entretien
cordages câblés sont déconseillés car ils et dépose
peuvent se „décabler” sous l’effet de la
torsion, et former ce que l’on appelle des Les fibres synthétiques sont évidemment
„coques”. L’apparition d’une seule coque «ÕÃÊ Ãi˜ÃˆLiÃÊ DÊ ½>LÀ>Ȝ˜Ê µÕiÊ ½>VˆiÀ°Ê Ê
«iÕÌÊ Àj`ՈÀiÊ `iÊ ÎäÊ ¯Ê >Ê ÀjÈÃÌ>˜ViÊ `½Õ˜Ê faut donc éviter le contact et surtout le
cordage. frottement contre des angles vifs ou
d’autres éléments abrasifs, par exemple
+Õ>˜`Ê iiÊ iÃÌÊ ÃœÕ“ˆÃiÊ DÊ Õ˜iÊ ÌÀ>V̈œ˜]Ê en interposant des morceaux de caout-
՘iÊVœÀ`iÊý>œ˜}iÊ«Àœ«œÀ̈œ˜ii“i˜ÌÊDÊ chouc, de carton ou de bois entre les
la force appliquée. Lorsque la tension dis- cordages (ou les sangles) et les arrêtes tection individuelle contre les chutes, des
«>À>ŠÌ]Ê iiÊ Àiۈi˜ÌÊ «Àœ}ÀiÃÈÛi“i˜ÌÊ DÊ Ã>Ê ÌÀ>˜V…>˜ÌiÃ°Ê *œÕÀÊ iÃÊ Ài˜ÛœˆÃÊ `½>˜}i]Ê ˆÊ Vœ˜ÌÀžiÃÊ «>ÀÊ Õ˜Ê -
/Ê Ãœ˜ÌÊ DÊ «ÀjۜˆÀÊ
œ˜}ÕiÕÀʈ˜ˆÌˆ>i°Ê>ˆÃÊÈʏ>ÊvœÀViÊ`iÊÌÀ>V- convient d’utiliser des poulies. Vœ˜vœÀ“j“i˜ÌÊDʏ>ÊÀj}i“i˜Ì>̈œ˜°Ê>ˆÃÊ
̈œ˜Ê`j«>ÃÃiÊÇäʯÊ`iʏ>ʏˆ“ˆÌiÊ`iÊÀÕ«ÌÕÀi]Ê dans les autres cas (cordes de traction,
il subsiste une déformation permanente.
œ““iʘœÕÃʏ½>ۜ˜ÃÊ`jDÊÈ}˜>j]ʈÊv>ÕÌÊ de haubannage, sangles d’arrimage,
>˜ÃÊ ViÊ V>ÃÊ >Ê VœÀ`iÊ `œˆÌÊ kÌÀiÊ “ˆÃiÊ >ÕÊ surtout être attentif aux bonnes condi- etc.) des examens périodiques par une
ÀiLÕÌ°Ê >˜ÃʏiÃÊ>««ˆV>̈œ˜ÃÊi˜ÊiÛ>}iÊ`iÊ Ìˆœ˜ÃÊ `iÊ Ã̜VŽ>}i]Ê DÊ ½>LÀˆÊ `iÊ ½…Õ“ˆ`ˆÌjÊ personne compétente sont également
V…>À}i]Ê Õ˜Ê VœivwVˆi˜ÌÊ `iÊ ÃjVÕÀˆÌjÊ `iÊ ÇÊ et de la lumère. Les cordes doivent être prescrits, sur base de l’arrêté royal relatif
doit être respecté. Cela veut dire que la lovées en couronne ou en huit, ou, en- aux équipements de travail£Ê ­>À̈ViÊ ££®°Ê
vœÀViÊ`iÊÌÀ>V̈œ˜Ê˜iÊ«iÕÌʍ>“>ˆÃÊ`j«>ÃÃiÀÊ VœÀiÊ “ˆiÕÝ]Ê ÃÕëi˜`ÕiÃÊ DÊ `iÃÊ À>ÌiˆiÀÃ°Ê Les constatations faites lors de ces vérifi-
la valeur de la force de rupture, divisée Avant de les entreposer en magasin, il est cations doivent être enregistrées. o
«>ÀÊÇ° conseillé de vérifier l’absence de graisses
ou d’autre salissures, et, si nécessaire, de 1. Arrêté royal du 12 août 1993 concernant l'utilisation des équi-
pements de travail. (Les articles 1 à 11 et l'annexe constituent
Les cordages utilisés en levage ne peu- les nettoyer.
le titre VI, chapitre 1er du Code sur le bien-être au travail)
vent comporter aucun noeud, car ceux-ci Avant d’utiliser un cordage ou une sange
Àj`ՈÃi˜ÌÊvœÀÌi“i˜Ìʏ>ÊÀjÈÃÌ>˜ViÊ\ʏ>Ê`ˆ“ˆ- en fibres synthétiques, il faut vérifier son
˜Ṏœ˜Ê«iÕÌÊ>iÀʍÕõսDÊxäʯ°ÊiÃÊLœÕ- bon état, notamment l’absence de co- Petite poulie utilisée
ViÃÊ`œˆÛi˜ÌÊ`œ˜VÊkÌÀiÊÀj>ˆÃjiÃÊDʏ½>ˆ`iÊ`iÊ ques, de déformations suspectes, de pour un renvoi d’angle
cosses. Il est facile de fabriquer des élin- traces d’abrasion vive, de coupures, de
}ÕiÃÊ >ÛiVÊ `iÃÊ VœÀ`iÃ°Ê >ˆÃÊ ˜½œÕLˆœ˜ÃÊ brûlures, de graisses ou d’huile, etc. La
pas que dans ce cas les dispositions de ˜œÀ“iÊ Ê-"ʙxx{\Óääxʹ
œÀ`>}iÃÊi˜Ê
la directive europénne „machines” s’appli- wLÀiÃÊ qÊ -«jVˆwV>̈œ˜ÃÊ }j˜jÀ>iÃ»Ê `œ˜˜iÊ
quent. Le „fabricant”, même s’il „bricole” notamment des indications sur les mé-
une élingue pour son usage propre doit thodes d’inspection des cordes et les
tenir compte des exigences essentielles critères de dépose.
de sécurité de la directive et apposer un
marquage CE. Rappelons aussi qu’en >˜ÃÊ iÊ V>ÃÊ `½ṎˆÃ>̈œ˜Ê i˜Ê iÛ>}iÊ œÕÊ
i}ˆµÕi]Ê `iÊ ÌiiÃÊ jˆ˜}ÕiÃ]Ê “k“iÃÊ LÀˆ- comme élément d’un système de pro-

฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀ ฀
Les carnets du

85 p r é v e n t e u r MENSUEL D’INFORMATION SUR LA SÉCURITÉ, LA SANTÉ ET LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL


Août 2009

Formation
Santé
1099 Bruxelles X - Numéro de P.P. : B 80 - Ne paraît pas en juillet et décembre.

Exercer en Belgique comme conseiller en prévention:


Equivalence de diplômes européens et
connaissances juridiques et sociales 'RIPPE!(.
Mensuel - Numéro d’agrément : P101008 - Bureau de dépôt :

Management de la sécurité
Prévenir les risques au Tour de France PROTÏGERLESHOMMES
Réglementation
Transport de produits dangereux:
PRÏPARERLENTREPRISE
des harmonisations réglementaires
étape par étape…

,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss!OßTs0AGE
0ANDÏMIEDEGRIPPE!(.
VOTREENTREPRISEEST ELLEPRÐTE
gXi9\ieXi[;\Yfpj\i

;\j„Zfc\j\k[\jZi…Z_\j]\id„\j#[\j^iXe[\jjli]XZ\j\eilgkli\[\jkfZb#[\jkiXejgfikj\e
Zfddle[„ÔZ`\ekj#[\j\eki\gi`j\j\k[\jX[d`e`jkiXk`fej\eZ\jjXk`fe[ËXZk`m`k„%%%
=`Zk`fefli„Xc`k„69`\ehlËlek\cjZ„eXi`fZXkXjkifg_\jf`kjXej[flk\\oX^„i„#cXgclgXik[\j
^flm\ie\d\ekjj\gi„gXi\ek~]X`i\]XZ\~cXgXe[„d`\[\^i`gg\Ùd\o`ZX`e\Éhl`kflZ_\iX
gifYXYc\d\ekcË_„d`jg_…i\efi[Z\kXlkfde\%%%\k`cjgi\ee\ek[\jd\jli\jgi„m\ek`m\j\e
i\ZfddXe[XekefkXdd\ekXlo\eki\gi`j\j\kXloj\im`Z\jglYc`Zj[˄cXYfi\ileGcXe[\:fek`$
el`k„[\j8Zk`m`k„jG:8 %

œÕÃÊ iÃÊ iÝ«iÀÌÃÊ Ã½i˜Ìi˜`i˜ÌÊ i˜Ê iv-

T
avec des personnes potentiellement infec- certaines entreprises ou administrations le
viÌÊ «œÕÀÊ iÃ̈“iÀÊ µÕiÊ ÎäÊ DÊ {äÊ ¯Ê `iÊ tées sont plus fréquents, notamment dans les Ì>ÕÝÊ `½>LÃi˜ÌjˆÃ“iÊ «œÕÀÀ>ˆÌÊ }Àˆ“«iÀÊ œV>i-
la population pourrait être touchée transports en commun. Les salariés atteints “i˜ÌʍÕõսDÊÈäʯ°
«>ÀʏiÊۈÀÕÃÊ`iʏ>Ê}Àˆ««iÊÉ£ £Ê>ÕÊVœÕÀÃÊ`ÕÊ par le virus seront absents de leur travail pen-
`iÀ˜ˆiÀÊÌÀˆ“iÃÌÀiÊ`iÊÓä䙰Ê
iʘœÕÛi>ÕÊۈÀÕÃÊ dant une semaine au moins. Mais on prévoit 1˜Ê ÌiÊ «œÕÀVi˜Ì>}iÊ «iÕÌÊ …>˜`ˆV>«iÀÊ vœÀ-
˜½iÃÌÊ«>ÃÊ«ÕÃÊ`>˜}iÀiÕÝ]Êi˜ÊÌiÀ“iÊ`iʓœÀ- ՘ÊÌ>ÕÝÊ`½>LÃi˜ÌjˆÃ“iÊ`iÕÝÊvœˆÃÊÃÕ«jÀˆiÕÀÊ>ÕÊ tement l’organisation d’une entreprise et
Ì>ˆÌj]ʵÕiʏiÊۈÀÕÃÊ`iʏ>Ê}Àˆ««iÊÃ>ˆÃœ˜˜ˆmÀiʵՈ]Ê pourcentage des personnes contaminées, mettre en péril la continuité de ses activités.
ÜÕÃʘœÃʏ>̈ÌÕ`iÃ]ÊÊ>vviVÌiÊi˜Ê“œÞi˜˜iÊ£äÊ¯Ê V>Àʘœ“LÀiÕÝÊÃiÀœ˜ÌÊViÕÝʵՈʘiÊÃiÊÀi˜`Àœ˜ÌÊ ˜ÊœÕÌÀi]ʈÊiÃÌÊ«œÃÈLiʵÕiÊViÀÌ>ˆ˜ÃÊ`iÊÃiÃÊ
des personnes entre la fin décembre et la fin pas au boulot afin de s’occuper d’un proche fournisseurs, affectés par les mêmes pro-
vjÛÀˆiÀ°Ê>ˆÃʈÊiÃÌÊLi>ÕVœÕ«Ê«ÕÃÊVœ˜Ì>}ˆiÕÝÊ ou parce qu’ils refuseront de se déplacer ou Lm“iÃʘiÊ܈i˜ÌÊ«ÕÃÊi˜Ê“iÃÕÀiÊ`½>ÃÃÕÀiÀÊ
car nous n’avons pas encore développé `iÊÌÀ>Û>ˆiÀ°ÊÊ˜½iÃÌÊ«>ÃÊiÝVÕʵÕiÊ`iÃÊjVœiÃÊ leurs livraisons, que des clients annulent
d’immunité contre cette nouvelle souche. iÌÊ`iÃÊVÀmV…iÃÊ܈i˜ÌÊviÀ“jiÃ]ʏiÃʍi՘iÃÊi˜- leurs commandes et ferment provisoirement
v>˜ÌÃÊjÌ>˜ÌÊ՘Ê`iÃÊ}ÀœÕ«iÃÊDÊÀˆÃµÕi]ÊViÊµÕˆÊ leurs portes et que certains services publics
La contagion se propagera principalement ˆ˜VˆÌiÀ>ʘœÌ>““i˜ÌÊ`iÃÊ«>Ài˜ÌÃÊDÊÀiÃÌiÀÊV…iâÊ ne fonctionnent plus normalement (trans-
parmi la population active dont les contacts iÕÝ°ÊiÃÊ>Õ̜ÀˆÌjÃÊ«i˜Ãi˜ÌÊ`mÃʏœÀÃʵÕiÊ`>˜ÃÊ «œÀÌÃÊi˜ÊVœ““Õ˜]Ê«œÃÌi]ÊiÌV°®°

Chômage pour certains, aux communications (téléphone, informati-


heures sup’ pour d’autres ? que, internet). Mais aussi, par exemple, les
entreprises de nettoyage, les distributeurs
Si la pandémie fait de nombreuses victi- relles, religieuses ou festives, aux cafés, de produits d’hygiène (désinfectants, sa-
mes, la priorité sera de sauvegarder des restaurants, lieux de conférences et de vons, …), les fabricants de masques, etc.
vies humaines en limitant les contacts congrès, attractions touristiques, etc. Certains de ces secteurs ont déjà intégré
dans la population. Comme ce fut le cas Le devoir de chaque citoyen sera alors de dans leurs plans la possibilité de recourir
au Mexique il a quelques mois, les auto- respecter strictement les consignes qui à des stagiaires, des étudiants, des inté-
rités envisagent donc sérieusement la seront données par les pouvoirs publics et rimaires, des volontaires, des pensionnés,
possibilité d’interrompre temporairement relayées par les employeurs. … et d’allonger le temps de travail ! Tout
certaines activités non essentielles et de ceci demande une préparation minutieuse
fermer certains établissements pendant A l’inverse, certains secteurs d’activité ris- sous peine de cafouillage : il faut prévoir
les deux semaines que durera le pic épi- quent d’être fortement sollicités comme les autorisations, les accords avec les re-
démique. Outres les écoles et les crèches, les services de santé (médecins, cliniques, présentants du personnel, les conditions,
on pense notamment aux salles de spec- hôpitaux, …), ceux liés à la sécurité et l’or- les contrats, les accès aux locaux, les
tacle, aux manifestations sportives, cultu- dre public (administrations, police, …) et équipements de travail nécessaires, etc.

,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss!OßTs0AGE
Santé

½>ÕV՘ÃÊ iÃ̈“i˜ÌÊ µÕiÊ ÌœÕÃÊ ViÃÊ ÃVj˜>- VՏÌÕÀi‚Ê iÌÊ `iÊ Ãœ˜Ê i˜ÛˆÀœ˜˜i“i˜Ì°Ê -½ˆÊ }i>˜ÌÃÊ \Ê «ÀjۜÞiâÊ iÕÀÊ Ài“«>Vi“i˜ÌÊ >ˆ˜ÃˆÊ
ÀˆœÃÊܘÌÊiÝ>}jÀjÃʜÕʈÀÀj>ˆÃÌiðʏÃÊjۜ- i݈ÃÌiÊ`iÃÊ}Ո`iÃÊiÌÊ`iÃÊV…iVŽ‡ˆÃÌÃÊ«œÕÀÊ que les délégations de pouvoir nécessaires.
µÕi˜ÌÊ >Ê «iÕÀÊ `ÕÊ LÕ}Ê `iÊ ½>˜Ê ÓäääÊ œÕÊ élaborer un tel plan£, il convient donc que
>Ê VÀˆÃiÊ `iÊ >Ê `ˆœÝˆ˜iÊ i˜Ê ½™™Ê µÕˆÊ >Û>ˆi˜ÌÊ chaque entreprise concocte le sien, en te- 1˜Ê*
ÊVœ“«Ài˜`Ê`iÕÝÊۜiÌÃÊ\
également fait couler beaucoup d’encre nant compte de ses spécificités propres.
mais dont les conséquences redoutées UÊÊ iÃÊ “iÃÕÀiÃÊ «œÕÀÊ jۈÌiÀÊ œÕÊ Àj`ՈÀiÊ iÊ
ne s’étaent finalement pas réalisées. Les Cellule de crise risque de propagation du virus au sein
préventeurs rétorqueront que ces „catas- `ÕÊ «iÀܘ˜i°Ê iÃÊ Vœ˜Ã̈ÌÕi˜ÌÊ iÊ *>˜Ê
ÌÀœ«…iûÊ>˜˜œ˜VjiÃÊ>Û>ˆi˜ÌʍÕÃÌi“i˜ÌÊ«ÕÊ Le plan sera piloté par une cellule de crise `iÊ*ÀjÛi˜Ìˆœ˜°
kÌÀiÊjۈÌjiÃÊ}À@ViÊDʏ>Ê«ÀˆÃi]Êi˜ÊÌi“«ÃÊṎ- composée des différents managers de UÊÊ iÃÊ `ˆÃ«œÃˆÌˆœ˜ÃÊ ÛˆÃ>˜ÌÊ DÊ ÃiÊ «Àj«>ÀiÀÊ
le, de mesures de prévention efficaces. l’entreprise capables de prendre des dé- DÊ Õ˜Ê vœÀÌÊ Ì>ÕÝÊ `½>LÃi˜ÌjˆÃ“i]Ê DÊ Õ˜iÊ
cisions. Celle-ci devra mettre le plan ré- carence de certains services publics,
œÀÃÊ\ÊۜÌÀiÊi˜ÌÀi«ÀˆÃiÊiÃ̇iiÊ«ÀkÌiÊDÊ>v- }ՏˆmÀi“i˜ÌÊDʍœÕÀÊiÌÊ>V̈ÛiÀÊViÀÌ>ˆ˜iÃÊ`iÊ vœÕÀ˜ˆÃÃiÕÀÃʜÕÊVˆi˜ÌÃ]ÊiÌÊDÊ>ÃÃÕÀiÀÊ>ÕÊ
vÀœ˜ÌiÀÊ«>Àiˆiʓi˜>Viʶ ses phases en fonction de l’évolution de “>݈“Õ“Ê iÃÊ vœ˜V̈œ˜ÃÊ `iÊ ½i˜ÌÀi«ÀˆÃiÊ
la situation. Le service des Ressources dans un tel cas de figure.
Le Plan de Continuité Փ>ˆ˜iÃÊ`iÛÀ>ÊÞʍœÕiÀÊ՘ÊÀžiÊVi˜ÌÀ>ÊV>ÀÊ
des Activités iÃʓiÃÕÀiÃÊDÊ«Ài˜`ÀiÊVœ˜ViÀ˜i˜ÌÊ«Àˆ˜Vˆ-
palement le personnel. Le conseiller en PCA, volet 1:
½œLiV̈vÊ `½Õ˜Ê «>˜Ê `iÊ Vœ˜Ìˆ˜ÕˆÌjÊ `iÃÊ prévention et le médecin du travail seront
>V̈ۈÌjÃÊ ­*
®Ê iÃÌÊ `iÊ “>ˆ˜Ìi˜ˆÀÊ ½>V̈ۈÌjÊ évidemment aussi concernés au premier un Plan de Prévention
d’une organisation au niveau le plus élevé chef, comme sans doute le service infor- en 3 phases pour
possible tout en protégeant le personnel. matique, la logistique, les achats, etc. une obligation légale
*œÕÀÊkÌÀiÊivwV>ViÊiÌÊ«iÀ̈˜i˜ÌʈÊ`œˆÌÊÌi˜ˆÀÊ
compte du type d’activité de l’entreprise, *i˜ÃiâÊ`mÃʏiÊ`j«>ÀÌÊDʏ>Ê«œÃÈLˆˆÌjÊ`½Õ˜iÊ
de sa taille, de son organisation, de sa indisponibilité simultanée de plusieurs diri- Les mesures de prévention que toute orga-
nisation devrait prendre contre l’épidémie
`iÊ }Àˆ««iÊ “i݈V>ˆ˜iÊ Ã½ˆ˜ÃVÀˆÛi˜ÌÊ `>˜ÃÊ iÊ
Vœ˜ÌiÝÌiÊ`iʏ>ʏœˆÊÀi>̈ÛiÊ>ÕÊLˆi˜‡kÌÀiÊ`iÃÊ
travailleursÓ°Ê iÊ ˆ“«œÃiÊ >ÕÝÊ i“«œÞiÕÀÃÊÊ
d’analyser les risques pour la santé de
leur personnel et de prendre des dispo-
sitions pour les éliminer ou les réduire.
Le risque pour les salariés de contracter
ÃÕÀʏiÕÀʏˆiÕÊ`iÊÌÀ>Û>ˆÊiÊۈÀÕÃÊÉ£ £Ê­µÕˆÊ
«iÕÌÊ kÌÀiÊ “œÀÌiÊ `>˜ÃÊ iÃÊ V>ÃÊ iÝÌÀk“iÃ]Ê
˜iʏ½œÕLˆœ˜ÃÊ«>î]ÊiÃÌÊÃ>˜ÃÊ>ÕV՘Ê`œÕÌiÊDÊ
prendre maintenant en compte par toutes
iÃÊi˜ÌÀi«ÀˆÃiðÊ1˜Ê*>˜Ê`iÊ*ÀjÛi˜Ìˆœ˜Êi˜Ê
ÎÊ«…>ÃiÃÊ`iÛÀ>ˆÌÊkÌÀiÊj>LœÀj°

ÕÊVœÕÀÃÊ`iʏ>Êpremière phase, qui est


`½>««ˆV>̈œ˜Ê `mÃÊ “>ˆ˜Ìi˜>˜Ì]Ê iÃÊ i“-

1. On trouvera par exemple sur le site web du Com-


missariat interministériel Influenza, le document qu’il
propose en vue de la «Mise en place d’un business
continuity planning : préparation à l’émergence d’une
pandémie de grippe».
www.influenza.be > entreprises
2. Loi du 4 août 1996 relative au bien-être des tra-
vailleurs lors de l'exécution de leur travail

0AGEs,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss!OßT
ployeurs devraient, par tous moyens de Ê iÃÌÊ ˆ“«œÀÌ>˜Ì]Ê `>˜ÃÊ V…>µÕiÊ œÀ}>˜ˆÃ>- «iÃÊ`½œvvÀiÃÊiÌʘiÊÌ>À`iâÊ«>ÃÊDÊ«>ÃÃiÀʏiÃÊ
communication adéquat, inciter leurs ̈œ˜]Ê`iÊÀjyjV…ˆÀÊ>ÕÝʓœ`iÃÊ`iÊVœ““Õ˜ˆ- Vœ““>˜`iÃ]ÊV>ÀʈÊ˜½iÃÌÊ«>ÃÊiÝVÕʵս>ÕÊ
Ã>>ÀˆjÃÊ DÊ >`œ«ÌiÀÊ iÌÊ >««ˆµÕiÀÊ iÃÊ “i- cation les plus adéquats pour diffuser ce moment où l’épidémie se déclarera, les
ÃÕÀiÃÊ }j˜jÀ>iÃÊ `½…Þ}ˆm˜iÊ «ÀjVœ˜ˆÃjiÃ°Ê }i˜ÀiÊ`iÊVœ˜Ãˆ}˜iÃÊ\ʈÊÞÊ>ʏˆiÕÊ`½iÝ«ˆµÕiÀÊ fournisseurs soient en rupture de stock.
iÊ ˜œ“LÀiÕÃiÃÊ i˜ÌÀi«ÀˆÃiÃÊ œ˜ÌÊ `jDÊ >v- leur raison et d’éviter la panique ou les
wV…jÊ ViÊ }i˜ÀiÊ `iÊ Vœ˜Ãˆ}˜iÃÊ >ÕÝÊ Û>ÛiÃÊ mouvements de réticence voire de dé-
œÕÊ `>˜ÃÊ iÃÊ œV>ÕÝÊ Ã>˜ˆÌ>ˆÀiÃ°Ê Ê ˜½iÃÌÊ sapprobation. La consultation préalable
pas inutile de répéter plusieurs fois ces ou même la collaboration des représen- PCA, volet 2:
messages par différents moyens d’infor- Ì>˜ÌÃÊ`ÕÊ«iÀܘ˜iÊiÃÌÊ̜ՍœÕÀÃÊṎi°
“>̈œ˜Ê­i‡“>ˆ]ʍœÕÀ˜>Ê`½i˜ÌÀi«ÀˆÃi]ʈ˜ÌÀ>- Préparer le
˜iÌ]ÊiÌV°®°Ê*i˜`>˜ÌÊViÌÌiÊ«…>Ãi]ʈÊ«œÕÀÀ>ˆÌÊ 1˜iÊ troisième phase pourrait être dé- fonctionnement
être envisagé d’augmenter la fréquence Vi˜V…jiÊ ÃˆÊ ½j«ˆ`j“ˆiÊ Vœ““i˜ViÊ DÊ en mode dégradé
`iÊ ˜iÌ̜Þ>}iÊ `iÃÊ œV>ÕÝ]Ê i˜Ê >««œÀÌ>˜ÌÊ Ã½jÌi˜`ÀiÊ «>À“ˆÊ iÊ «iÀܘ˜iÊ ­«ÕÃÊ `iÊ {Ê
un soin particulier au lavage des endroits DÊ xÊ ¯Ê `½>LÃi˜ÌjˆÃ“i®Ê œÕÊ ÃˆÊ >Ê ÃˆÌÕ>̈œ˜Ê
«ÕÃÊ«>À̈VՏˆmÀi“i˜ÌÊÛiVÌiÕÀÃÊ`iÊVœ˜Ì>- dans le pays devient préoccupante (fer- >˜ÃʏiÊ`iÕ݈m“iÊۜiÌÊ`ÕÊ*
]Ê`ˆvvjÀi˜ÌÃÊ
}ˆœ˜Ê \Ê Vˆ˜V…iÃÊ `iÊ «œÀÌi]Ê Ì>LiÃÊ `ÕÊ Àj- “iÌÕÀiÊ `½jVœiÃÊ iÌÊ `½jÌ>LˆÃÃi“i˜Ìî°Ê scénarios de fonctionnement de l’entre-
fectoire, téléphones, surfaces de travail, ½œ««œÀÌ՘ˆÌjÊ `iÊ `i“>˜`iÀÊ DÊ ViÀÌ>ˆ˜iÃÊ prise en cas d’absentéisme important se-
ascenseurs, photocopieuses et impri- catégories de salariés dont la présence Àœ˜ÌÊi˜ÛˆÃ>}jðÊ*œÕÀʏiÕÀÊj>LœÀ>̈œ˜]ʜ˜Ê
mantes, pointeuse, toilettes, ... sur le lieu de travail n’est pas indispensa- «iÕÌÊÃiÊL>ÃiÀÊÃÕÀÊ՘ÊÌ>ÕÝʓœÞi˜Ê`½>LÃi˜-
LiÊ`iÊÀiÃÌiÀÊDÊ`œ“ˆVˆiÊ«œÕÀÀ>Ê>œÀÃÊkÌÀiÊ ÌjˆÃ“iÊ`iÊ{äʯÊÊ«i˜`>˜ÌʏiÃÊ`iÕÝÊÃi“>ˆ-
La deuxième phase pourrait être dé- envisagée. Le télétravail, lorsqu’il est pos- ˜iÃÊ`iÊ«œˆ˜ÌiÊ`iʏ½j«ˆ`j“ˆiÊiÌÊ`iÊÓxʯ
Vi˜V…jiÊ `mÃÊ µÕiÊ iÃÊ «Ài“ˆiÀÃÊ V>ÃÊ `iÊ sible sera organisé. Mais de telles mesu- ̜ÕÌÊ >ÕÊ œ˜}Ê `iÃÊ nÊ DÊ £ÓÊ Ãi“>ˆ˜iÃÊ `iÊ >Ê
grippe sont signalés parmi le personnel. res nécessitent une bonne préparation vague pandémique. L’absentéisme pour-
*œÕÀÊ ˆ“ˆÌiÀÊ ½j«ˆ`j“ˆi]Ê iÃÊ “iÃÕÀiÃÊ ÃՈ- préalable du service des ressources hu- rait être encore plus conséquent dans
Û>˜ÌiÃÊ«œÕÀÀ>ˆi˜ÌÊkÌÀiÊi˜ÛˆÃ>}jiÃÊ\ “>ˆ˜iÃÊ iÌÊ `ÕÊ `j«>ÀÌi“i˜ÌÊ ˆ˜vœÀ“>̈µÕi\Ê Õ˜iÊ«ïÌiÊi˜ÌÀi«ÀˆÃiÊ­ÕõսDÊÈäʯÊ`>˜ÃÊ
il faut déterminer les conditions, désigner ViÀÌ>ˆ˜ÃÊV>î°
‡ÊÊÊ i“>˜`iÀÊ >ÕÝÊ ÌÀ>Û>ˆiÕÀÃÊ `iÊ ˜iÊ «ÕÃÊ les personnes concernées et obtenir leur
s’embrasser ni se serrer les mains et accord, prévoir les moyens nécessaires >Ê ViÕiÊ `iÊ VÀˆÃiÊ iÝ>“ˆ˜iÀ>Ê iÃÊ Vœ˜Ãj-
d’essayer, dans la mesure du possible, ­*
Ê «œÀÌ>LiÃ]Ê Vœ˜˜iV̈œ˜ÃÊ ˆ˜ÌiÀ˜iÌ]Ê >V- quences possibles d’une telle situation sur
`iÊÀiëiVÌiÀÊ՘iÊ`ˆÃÌ>˜ViÊ`iÊÓʓmÌÀiÃÊ VmÃÊDÊ`ˆÃÌ>˜ViÊ`ÕÊÀjÃi>ÕÊ`iʏ½i˜ÌÀi«ÀˆÃi]Ê ½œÀ}>˜ˆÃ>̈œ˜Ê`iʏ½i˜ÌÀi«ÀˆÃi°ÊÊÊý>}ˆÌʘœ-
>ÛiVÊ iÕÀÃÊ Vœm}ÕiÃÊ œVVÕ«jÃÊ ÃÕÀÊ iÊ iÌV°®° tamment d’identifier les fonctions qui doi-
même lieu de travail. vent être assurées en toutes circonstan-
‡ÊÊ-Õ««Àˆ“iÀÊ œÕÊ Àj`ՈÀiÊ >ÕÊ “ˆ˜ˆ“Õ“Ê iÃÊ *i˜`>˜ÌÊ ViÌÌiÊ ÌÀœˆÃˆm“iÊ «…>Ãi]Ê >Ê `ˆÃÌÀˆ- ces, celles qui peuvent être interrompues
Àj՘ˆœ˜ÃÊ\Ê«ÀjvjÀiÀʏiÃÊVœ˜Ì>VÌÃÊÌjj«…œ- LṎœ˜Ê `iÊ “>õÕiÃÊ DÊ ViÀÌ>ˆ˜iÃÊ V>Ìj}œ- «i˜`>˜ÌÊ՘iÊDÊ`iÕÝÊÃi“>ˆ˜iÃÊiÌÊViiÃʵՈÊ
niques, video-conférences, communi- ries de personnel est préconisée (voir peuvent l’être plus longtemps.
V>̈œ˜ÃÊ «>ÀÊ “>ˆ]Ê iÌV°Ê -ˆÊ `iÃÊ Àj՘ˆœ˜ÃÊ «>}iÊ £ÓÊ DÊ «Àœ«œÃÊ `ÕÊ V…œˆÝÊ `iÃÊ “>Ã- -½ˆÊ iÃÌÊ «œÃÈLiÊ µÕiÊ iÃÊ «iÀܘ˜iÃÊ iÝiÀ-
doivent impérativement avoir lieu, pré- µÕiî°Êiʓœ`iÊ`iÊ`ˆÃÌÀˆLṎœ˜Ê`iÃʓ>Ã- X>˜ÌÊ՘iÊvœ˜V̈œ˜ÊiÃÃi˜ÌˆiiÊ܈i˜ÌÊ̜ÕÌiÃÊ
voir une salle suffisament grande pour µÕiÃ]Ê iÃÊ Vœ˜Ãˆ}˜iÃÊ DÊ `œ˜˜iÀÊ «œÕÀÊ iÕÀÊ malades en même temps, il faudra dési-
ÀiëiVÌiÀÊ՘iÊ`ˆÃÌ>˜ViÊ`iÊÓʓmÌÀiÃÊi˜- port et leur élimination doivent être étu- }˜iÀÊiÌÊvœÀ“iÀÊÀ>«ˆ`i“i˜ÌÊ`iÃÊÀi“«>X>˜ÌÃÊ
tre les participants. `ˆjÃÊiÌÊ«Àj«>ÀjÃÊ`>˜ÃʏiÊ*
°Ê½ṎˆÃ>̈œ˜Ê possibles parmi le personnel occupant des
‡ÊÊ i“>˜`iÀÊ>ÕÊ«iÀܘ˜iÊ>`“ˆ˜ˆÃÌÀ>̈vÊ`iÊ de distributeurs de masques peut être vœ˜V̈œ˜Ãʓœˆ˜ÃÊۈÌ>iÃ°Ê ˜Ê«i˜Ã>˜ÌÊDÊ>ÃÃÕ-
˜iÊ«ÕÃÊ«Ài˜`ÀiÊÃiÃÊÀi«>ÃÊDʏ>ÊV>˜Ìˆ˜iÊ Õ˜iÊ œ«Ìˆœ˜Ê ˆ˜ÌjÀiÃÃ>˜Ìi°Ê «ÀmÃÊ ÕÃ>}i]Ê ÀiÀʏiÕÀÊ>VVmÃÊ>ÕÝʏœV>ÕÝÊ­VjÃ]ÊVœ`iÃ]Êo®]Ê
œÕÊ >ÕÊ ÀjviV̜ˆÀiÊ `iÊ ½i˜ÌÀi«ÀˆÃi°Ê *œÕÀÊ ½ṎˆÃ>ÌiÕÀÊ `œˆÌÊ iÌiÀÊ Ãœ˜Ê “>õÕiÊ `>˜ÃÊ >ÕÝÊ “>ÌjÀˆiÃ]Ê `œVՓi˜Ì>̈œ˜Ã]Ê “œÞi˜ÃÊ
les ouvriers de production, cela risque une poubelle munie d’un sac plastique, de communication, etc.
`½kÌÀiÊ«ÕÃÊ`ˆvwVˆiÊ\ʏ½…Þ}ˆm˜iÊ`iÃÊÀi«>ÃÊ puis se laver les mains.
doit rester une priorité. 1˜iÊ «ÀjœVVÕ«>̈œ˜Ê ˆ“«œÀÌ>˜ÌiÊ ÃiÀ>Ê `iÊ
‡ÊʘVˆÌiÀÊ iÃÊ ÌÀ>Û>ˆiÕÀÃÊ DÊ i“«À՘ÌiÀÊ iÃÊ ˜w˜]ÊÈÊۜÌÀiÊ*
Ê«ÀjۜˆÌʏiÊ«œÀÌÊ`iʓ>Ã- ÛjÀˆwiÀÊ µÕiÊ iÃÊ i˜ÌÀi«ÀˆÃiÃÊ iÝÌiÀ˜iÃÊ µÕˆÊ
escaliers au lieu des ascenseurs si c’est µÕiÃ]Ê«i˜ÃiâÊ`mÃÊDÊ«ÀjÃi˜ÌÊDÊ`jÌiÀ“ˆ˜iÀÊ assurent des fonctions indispensables,
possible. iÃʵÕ>˜ÌˆÌjÃʘjViÃÃ>ˆÀiÃ]ʏ>˜ViâʏiÃÊ>«- comme le support informatique, la main-

,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss!OßTs0AGE
Santé

tenance, le nettoyage, le gardiennage ou la


sécurité seront capables d’assurer leur ser- Masques jetables
ۈViÊ «i˜`>˜ÌÊ ÌœÕÌiÊ ½j«ˆ`j“ˆi°Ê Ê v>ÕÌÊ `œ˜VÊ
i݈}iÀÊ `iÊ iÕÀÊ «>ÀÌÊ ½j>LœÀ>̈œ˜Ê `½Õ˜Ê *
Ê à usage unique:
ÃjÀˆiÕÝÊ iÌ]Ê «iÕ̇kÌÀi]Ê `i“>˜`iÀÊ DÊ «œÕۜˆÀÊ
l’évaluer. l’un n’est pas l’autre
Masques médicaux ou appareils de la norme EN 149 et de la classe d’ef-
1˜iÊ >ÌÌi˜Ìˆœ˜Ê «>À̈VՏˆmÀiÊ ÃiÀ>Ê j}>i“i˜ÌÊ
protection respiratoire: ces deux types ficacité : P1, P2, P3 ou FFP1, FFP2,
>VVœÀ`jiÊ DÊ ½ˆ`i˜ÌˆwV>̈œ˜Ê `iÃÊ vœÕÀ˜ˆÌÕÀiÃÊ de masques disponibles sur le marché FFP3 pour les demi-masques. Les fil-
`œ˜Ìʏ½>««ÀœÛˆÃˆœ˜˜i“i˜ÌÊiÃÌÊ«ÀˆœÀˆÌ>ˆÀi°Ê ˜Ê ont des fonctions différentes pour pro- tres de la classe P1 ou FFP1 ont une
cas de défaillance possible des fournisseurs téger du virus. Alors, lesquels choisir? efficacité de 80 % (c’est-à-dire qu’ils
concernés, la constitution de stocks suffi- arrêtent 80 % des particules), celle de
sants devra peut-être s’envisager. 1. Les masques médicaux : il ne s’agit la classe P2 ou FFP2 est de 94 %,
pas d’équipements de protection in- et celle de la classe P3 ou FFP3 est
dividuelle (E.P.I.) car ils ne protègent de 99 %.
La défaillance de certains services publics
pas ou peu ceux qui les portent. Leur
comme les transports en commun ou la
fonction principale est de réduire Quels masques choisirs ? Dans le
«œÃÌiÊ`œˆÌÊj}>i“i˜ÌÊkÌÀiÊVœ˜Ãˆ`jÀji°ÊÊv>Õ- l’émission de goutellettes par les cas des employés en contact étroit et
`À>Ê`mÃʏœÀÃÊܘ}iÀÊDÊ`iÃÊ܏Ṏœ˜ÃÊ>ÌiÀ˜>- voies respiratoires dans l’environne- fréquent avec le public (aux guichets,
̈ÛiÃÊ\ÊVœÛœˆÌÕÀ>}i]ʘ>ÛiÌÌiÃ]ÊoÊiÌÊ«Àj«>ÀiÀÊ ment du porteur. Ils protègent donc aux caisses, etc.), il est recommandé
leur organisation. son entourage dans le cas où ce por- aux employeurs de distribuer pendant
teur serait infecté sans le savoir, pen- la phase 3 des masques jetables de
dant la période de latence de la ma- type FFP2 si des mesures organisation-
*i˜ÃiâÊi˜w˜ÊµÕiÊViÀÌ>ˆ˜ÃÊVˆi˜ÌÃÊviÀ“iÀœ˜ÌÊ
ladie. Ces masques médicaux sont nelles ne sont pas possibles (tels que
sans doute leurs portes ou annuleront des
constitués d’un écran en fibres non des écrans ou la distribution de mas-
Vœ““>˜`iÃ°Ê ˜ÛiÀÃi“i˜Ì]Ê ÃˆÊ ÛœÕÃÊ vœÕÀ˜ˆÃ- tissées muticouches destiné à filtrer ques médicaux aux clients). Ce type
ÃiâÊ `iÃÊ ÃiÀۈViÃÊ iÃÃi˜ÌˆiÃÊ DÊ ÛœÃÊ Vˆi˜ÌÃ]Ê les particules émises par le porteur. de masque pourrait aussi être porté
>ÌÌi˜`iâ‡ÛœÕÃÊ DÊ Õ˜iÊ …>ÕÃÃiÊ «œÃÈLiÊ `iÃÊ Ils doivent être marqués du sigle CE par les personnes „indispensables” à la
`i“>˜`iðÊ*Àj«>Àiâ‡ÛœÕÃÊ`œ˜VÊÊDʁÊۈÛÀiÊ‚Ê attestant leur conformité à la directive bonne marche de l’organisation. Dans
toutes ses situations. L’improvisation et la européenne 93/42/CEE "Dispositifs les autres cas, les masques médicaux
«ÀˆÃiÊ`iÊ`jVˆÃˆœ˜Êi˜ÊÕÀ}i˜ViʘiÊܘÌʍ>“>ˆÃÊ médicaux", et être fabiqués selon la seront la plupart du temps suffisants,
norme EN 14683. Cette norme di- notamment pour les salariés en contact
des situations idéales.
tingue deux classes d’efficacité : les étroit avec leurs collègues, dans les bu-
masques de type I ont une efficacité reaux de type paysager, lors des réu-
Nous n’avons évoqué ici que quelques as- de filtration bactérienne (EFB) supé- nions lorsqu’elles sont indispensables,
«iVÌÃÊ `½Õ˜Ê *
°Ê ½>ÕÌÀiÃÊ i˜ÌÀi˜ÌÊ ViÀÌ>ˆ˜i- rieure à 95 %. Celle des masques de etc. Ces masques médicaux doivent
ment en ligne de compte en fonction des ca- type II est supérieure à 98 %. Si vous également être portés par les person-
À>VÌjÀˆÃ̈µÕiÃÊ«Àœ«ÀiÃÊDÊۜÌÀiʜÀ}>˜ˆÃ>̈œ˜° commandez de tels masques, veillez nes qui toussent ou éternuent fréquem-
donc à demander le marquage CE et ment, mais aussi, évidemment par cel-
la conformité au type II de la norme les qui ressentent les symptômes de la
iÊ “iÃÃ>}iÊ iÃÃi˜ÌˆiÊ DÊ ÀiÌi˜ˆÀÊ \Ê ÃœÞiâÊ
EN 14683. grippe sur leur lieu de travail.
«Àœ>V̈vÃÊ V>ÀÊ “ˆiÕÝÊ Û>ÕÌÊ ÃiÊ «Àj«>ÀiÀÊ >ÕÊ
risque pandémique que d’y être confronté 2. Les appareils de protection respira- Il est possible que les autorités recom-
Ã>˜ÃÊ >ۜˆÀÊ ÀjyjV…ˆÊ DÊ ½>Û>˜ViÊ >ÕÝÊ “iÃÕÀiÃÊ toire dont la fonction est de protéger mandent pendant les deux semaines du
DÊ «Ài˜`Ài°Ê ˆ˜ÃˆÊ ۜÕÃÊ «œÕÀÀiâÊ j}>i“i˜ÌÊ le porteur contre l’inhalation d’un air pic de contagion, le port de masques
rassurer votre personnel, vos partenaires et vicié. Dans ce cas il s’agit donc bien médicaux dans les lieux publics et les
vos clients en leur montrant que vous pre- d’un E.P.I. Le marquage CE qui les transports en commun.
˜iâÊ ÛœÃÊ Ài뜘Ã>LˆˆÌjÃÊ iÌÊ ˜iÊ >ˆÃÃiâÊ Àˆi˜Ê caractérise également atteste cette
fois leur conformité à la directive euro- Attention : dans les deux cas, il s’agit de
>Õʅ>Ã>À`°Ê-ˆÊiÃÊÃVj˜>ÀˆœÃÊÀi`œÕÌjÃʘiÊÃiÊ
péenne 89/686/CEE „Equipements masques jetables à usage unique que
Àj>ˆÃi˜ÌÊ«>Ã]ÊÌ>˜ÌʓˆiÕÝ°Ê>ˆÃÊۜÕÃʘ½>ÕÀiâÊ de protection individuelle”. Les mas- l’on ne peut porter que quelques heures
«>ÃÊ «iÀ`ÕÊ ÛœÌÀiÊ Ìi“«Ã]Ê ÛœÌÀiÊ *
Ê «œÕÀÀ>Ê ques jetables de protection contre au maximum.
éventuellement servir lors d’une autre crise les aérosols doivent obligatoirement
̜ՍœÕÀÃÊ«œÃÈLi° o porter l’indication de la conformité à

0AGEs,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss!OßT
Les carnets du

84 p r é v e n t e u r MENSUEL D’INFORMATION SUR LA SÉCURITÉ, LA SANTÉ ET LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL


Juin 2009

Risques particuliers
%QUIPEMENTSDETRAVAIL
1099 Bruxelles X - Numéro de P.P. : B 80 - Ne paraît pas en juillet et décembre.

Pousser ou tirer des charges : quels risques, quelles limites ?

Réglementation #ONTRÙLES
Mensuel - Numéro d’agrément : P101008 - Bureau de dépôt :

Conseillers en prévention dans l’enseignement:


(un peu) plus de moyens en vue !
DESINSTALLATIONS
Management de la sécurité
Logistique et préparateurs de commande:
le choix du «Voice picking» chez Doyen Auto
TECHNIQUES
CEQUEPRÏVOIT
Risques particuliers
Moisissures, poussières et Cie: LALÏGISLATIONEN"ELGIQUE
et si l’ennemi était dans nos murs ?

,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss*UINs0AGE
Risques particuliers
-OISISSURES POUSSIÒRESET#IE
ETSILENNEMIÏTAITDANSNOSMURS
gXiA\Xe$Cfl`j?lY\ik

Df`j`jjli\jjlic\jdlij#f[\lijeXlj„XYfe[\j#gfljj`…i\j`ekilj`m\j#¿

C\jYk`d\ekjXljj`fekc\lijg\k`k\j[„]X`ccXeZ\j%I`\e[\Y`\e^iXm\%Le\Yfee\Zli\[\i„$
efmXk`fejl]Ôk^„e„iXc\d\ek~i\d\kki\c\gXk`\ek[ËXgcfdY%GXj[\hlf`]fl\kk\ilegi„m\e$
k\li#[feZ#~df`ejhl\cXdXcX[`\e\[\m`\ee\ZfekX^`\lj\gflic\jkiXmX`cc\lij%C\g_„efd…e\
gfik\leefd1½j`ZbYl`c[`e^jpe[ifd\¾%@c\jkY`\eZfeeldX`jgXjkflaflij]XZ`c\~`[\ek`Ô\i%
Gfli[„dXjhl\ic\ZflgXYc\#`c]Xlkjflm\ek]X`i\Xgg\c~le\og\ik%

U
ne plate-forme logistique quel- Les analyses ont étayé mes soupçons.
µÕiÊ «>ÀÌÊ i˜Ê >ˆ˜>ÕÌ°Ê i«ÕˆÃÊ Elles ont révélé la présence massive dans
quelque temps, plusieurs manu- l’air de substances fécales liées aux Ly-
tentionnaires souffrent de démangeai- ctus. Il m’a suffi de reconstituer les faits.
ܘÃÊ ÃjÀˆiÕÃiÃÊ >ÕÝÊ >Û>˜Ì‡LÀ>Ã°Ê Avec la transpiration, ces substances se
Les congés de maladie collaient sur les avant-bras dénudés des
se succèdent. Le pa- manutentionnaires et comme elles sont
tron s’en inquiète et fait relativement riches en protéines, elles ont
appel au conseiller en pu provoquer des dermatites atopiques
«ÀjÛi˜Ìˆœ˜Ê iÝÌiÀ˜iÊ µÕˆÊ V…iâÊViÀÌ>ˆ˜Ãʈ˜`ˆÛˆ`Õ°
suspecte rapidement
Õ˜Ê «ÀœLm“iÊ ˆjÊ DÊ ½i˜- iÃÊiÝi“«iÃÊVœ““iÊViÕ݇D]Ê>ÀVÊ,œ-
vironnement de travail. }iÀÊ «iÕÌÊ i˜Ê VˆÌiÀÊ `iÃÊ `ˆâ>ˆ˜iÃ]Ê “k“iÊ ÃˆÊ
Marc Roger, biologiste ՘iÊ }À>˜`iÊ «>À̈iÊ `iÊ ÃiÃÊ ÇääÊ ˆ˜ÌiÀÛi˜-
>ÕÊ >LœÀ>̜ˆÀiÊ `½ ÌÕ- tions depuis la création du service en
`iÃÊiÌÊ`iÊ*ÀjÛi˜Ìˆœ˜Ê`iÃÊ ÓääÓÊVœ˜ViÀ˜i˜ÌÊ`iÃʅ>LˆÌ>̈œ˜ÃÊ«ÀˆÛjiÃÊ
*œṎœ˜ÃÊ ˆ˜ÌjÀˆiÕÀiã est ou des équipements communautaires. Il
>««ijÊDʏ>ÊÀiÃVœÕÃÃi°Ê/iÊ n’empêche, les risques professionnels
un inspecteur de la police ˆjÃÊ DÊ `iÃÊ `ÞÃvœ˜V̈œ˜˜i“i˜ÌÃÊ `ÕÊ L@̈-
scientifique, il va mener son “i˜ÌʘiÊܘÌÊ«>ÃÊDÊ«Ài˜`ÀiÊDʏ>ʏj}mÀi°ÊiÊ
enquête en épluchant le rapport `À>“>̈µÕiÊv>ˆÌÊ`ˆÛiÀÃÊ`iÊ£™ÇÈÊ>ÕÝÊ Ì>ÌÇ
médical, en interrogeant le per- 1˜ˆÃÊiÃÌʏDÊ«œÕÀʏiÊÀ>««iiÀ°ÊœÀÃʵսiiÃÊ
sonnel et en effectuant une série de >ÃÈÃÌ>ˆi˜ÌÊ DÊ >Ê Vœ˜Ûi˜Ìˆœ˜Ê `iÊ >Ê j}ˆœ˜Ê
prélèvements sur place pour valider >“jÀˆV>ˆ˜iÊ`>˜ÃÊ՘ʅžÌiÊ`iÊ*…ˆ>`i«…ˆi]Ê
œÕÊiÝVÕÀiʏ½Õ˜iʜÕʏ½>ÕÌÀiʅޫœÌ…mÃi° `iÊ ˜œ“LÀiÕÝÊ Vœ˜}ÀiÃÈÃÌiÃÊ vÕÀi˜ÌÊ ÛˆV̈-
mes d’une grave infection pulmonaire et
«J’ai d’abord pensé à un agent chimique ՘iÊÌÀi˜Ì>ˆ˜iÊ`½i˜ÌÀiÊiÕÝÊÃÕVVœ“LmÀi˜Ì°Ê
puisque l’entreprise utilisait un insecticide >ÊÀi뜘Ã>LˆˆÌjÊvÕÌÊ>ÌÌÀˆLÕjiÊDʏ>Ê«ÀjÃi˜-
doux pour traiter certaines denrées pu- ce d’une bactérie dans des bacs d’eau
trescibles. Mais en fouillant l’entrepôt, j’ai de conditionnement d’air d’où le nom de
remarqué à plusieurs endroits la présence Ê“>>`ˆiÊ`Õʏj}ˆœ˜˜>ˆÀiʂʜÕʁj}ˆœ˜iœ-
de sacs contenant des sarments de vigne Ãi‚ʵՈÊ`jÈ}˜>Ê«>Àʏ>ÊÃՈÌiÊViÌÌiÊ«>̅œœ-
destinés à la cuisson au barbecue. Or ces gie. L’hécatombe fut le point de départ de
sacs transportaient aussi des passagers nombreuses études épidémiologiques qui
clandestins, à savoir des Lyctus, un insec- ÀjÛjmÀi˜ÌÊ `½>ÕÌÀiÃÊ iÝi“«iÃÊ `iÊ ÌœÝˆVˆÌjÊ
ÌiÊ Ýޏœ«…>}iÊ «>À̈VՏˆmÀi“i˜ÌÊ vÀˆ>˜`Ê `iÊ `ÕÊL@̈“i˜Ì°Êˆ˜ÃˆÊ>««>ÀÕʏiÊÌiÀ“iʁÈVŽÊ
certaines variétés de bois tendre. J’avais LՈ`ˆ˜}ÊÃޘ`Àœ“i‚ÊœÕÊ- -]Êi˜ÊvÀ>˜X>ˆÃʏiÊ
mis le doigt sur le foyer de l’infection. Ãޘ`Àœ“iÊ`ÕÊL@̈“i˜Ìʓ>>`i‚°

0AGEs,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss*UIN
«Peu importe qu’ils soient ancien ou flam-
bant neuf : tous les bâtiments sont expo-
sés, y compris les bureaux, si l’on n’y fait
Les symptômes du
pas attention», «Àjۈi˜ÌÊ*…ˆˆ««iÊ Àœ}˜œ˜]Ê Sick Building Syndrome (SBS)
“j`iVˆ˜Ê`ÕÊÌÀ>Û>ˆÊV…iâÊ`…iÈ>°ÊÊ«œˆ˜ÌiÊ
iÊV>ÃÊ`½Õ˜iÊ* Ê>V̈ÛiÊ`>˜Ãʏ>Êv>LÀˆV>- "˜Ê«iÕÌÊV>ÃÃiÀÊi˜ÊxÊV>Ìj}œÀˆiÃʏiÃÊÃޓ«Ìž“iÃÊ`ÕÊ- -Ê\
tion de matériel médical. «Plusieurs per-
UÊÊaffection des muqueuses et des voies respiratoires supérieures
sonnes se plaignaient de toussotements (irritation, sécheresse, picotements des yeux, toux, congestion nasale,…)
et surtout de picotements aux yeux. Cer- UÊÊaffection du système respiratoire profond
taines avaient consulté un ophtalmologue (oppression thoracique, respiration sifflante, asthme, essoufflement,…)
sans toutefois constater d’amélioration UÊÊaffectation de la peau
significative. Vu leur insistance et surtout (démangeaisons, éruptions,…)
la convergence des symptômes, j’ai pres- UÊÊaffection du système nerveux central
(fatigue, difficultés de concentration, maux de tête, vertiges, nausées,…)
crit une inspection détaillée du site. En
UÊÊgêne extérieure
vérifiant la ventilation, on a constaté que
(mauvaises odeurs, bruit,…)
iÊwÌÀiÊjÌ>ˆÌÊVœ“«mÌi“i˜ÌÊiÝ«œÃj°Ê>ÕÌiÊ
de budget, il n’avait jamais été remplacé
˜ˆÊ “k“iÊ Vœ˜ÌÀžj°Ê "À]Ê DÊ ÎääÊ “mÌÀiÃÊ `iÊ
là, située dans l’axe des vents dominants, locaux neufs partiellement subventionnés. ˆiÕÝÊÛ>ÕÌÊ«ÀjÛi˜ˆÀʵÕiÊ}ÕjÀˆÀ°ÊiÊÀivÀ>ˆ˜Ê
se trouvait une centrale à béton. Résultat, Les responsables ont focalisé leurs efforts est connu, encore faut-il trouver la bonne
quand les conditions météorologiques sur le processus de fabrication qui devait mesureÓ°Ê ½>ÕÌ>˜ÌÊ µÕ½ˆÊ ˜½iÃÌÊ «>ÃÊ ÌœÕ-
jÌ>ˆi˜ÌÊ `jv>ۜÀ>LiÃ]Ê ÌœÕÌiÊ >Ê «œÕÃÈmÀiÊ Àj«œ˜`ÀiÊ DÊ `iÃÊ ˜œÀ“iÃÊ ÌÀmÃÊ ÃjÛmÀiÃÊ i˜Ê œÕÀÃÊv>VˆiÊ`iÊ`ˆ>}˜œÃ̈µÕiÀÊ՘Ê- -°ÊiÃÊ
de ciment s’envolait vers la PME et se re- “>̈mÀiÊ `½…Þ}ˆm˜iÊ iÌÊ `iÊ ÃjVÕÀˆÌj°Ê >ViÊ Ãޓ«Ìž“iÃÊܘÌÊÜÕÛi˜ÌÊ`ˆvvÕÃÊiÌÊ>ÌÞ«ˆ-
trouvait in fine pulsée dans le bâtiment». à cette priorité, les locaux administratifs µÕiðÊ>ˆÃʏiÕÀÊi݈ÃÌi˜ViÊȓՏÌ>˜j“i˜ÌÊ
sont passés au second plan par manque V…iâÊ Õ˜Ê }À>˜`Ê ˜œ“LÀiÊ `½ˆ˜`ˆÛˆ`ÕÃÊ `>˜ÃÊ
Négligence coupable de moyens financiers, mais peut-être les mêmes conditions de travail doit en
de l’employeur ? aussi par méconnaissance des risques. principe attirer l’attention du conseiller en
En fin de compte, les responsables ont «ÀjÛi˜Ìˆœ˜°Ê Ê ½iÝÌÀk“iÊ œ««œÃj]Ê ViÀÌ>ˆ-
« Dans ce cas, je pense plutôt que le ris- `×Ê Ài“«>ViÀÊ Õ˜iÊ «>À̈iÊ `ÕÊ ÃÞÃÌm“iÊ `iÊ nes plaintes relèvent parfois de l’hystérie
que a été sous-estimé. Il s’agissait d’une ventilation et ça leur a coûté beaucoup collective. «Je me souviens d’une entre-
toute jeune entreprise, installée dans des plus cher qu’un vulgaire entretien ». prises dont les employés évoquaient tou-
tes sortes de maux à la suite d’un démé-
nagement. Ils incriminaient la présence
d’amiante. En réalité, la rumeur courait
que, parmi les occupants précédents,
il y avait eu des cas de cancer du sein,
des maladies orphelines et des fausses
couches. Mais ces pathologies n’ont rien
à voir avec l’amiante. Et au niveau de
½>˜>“˜mÃi]ʈÊ˜½ÞÊ>Ê`iÊ«>ÃÊVœ˜ÛiÀ}i˜Vi°

1. Le Laboratoire d’Etudes et de Prévention des


Pollutions intérieures est un service de la Pro-
vince de Hainaut – Hainaut Vigilance Sanitaire
(065/403 610)
2. On se reportera à ce sujet à la méthodologie déve-
loppée par le professeur Jacques Malchaire. « Sick
Building Syndrome. Analyse et prévention », Institut
Inspecter soigneusement les installations quelles soient anciennes, national de Recherche sur les Conditions de Travail.
plus récentes, ou même neuves. (http://www.deparisnet.be/Ergonomie/sbs.htm)

,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss*UINs0AGE
Risques particuliers

Il y a donc aussi des éléments subjectifs, les mettre en quarantaine et les manipu- la ou les causes, mais d’identifier toutes
des facteurs psychologiques et organi- ler avec des gants et un masque. Voilà les déviations de la situation rencontrée
sationnels qui peuvent interférer : l’am- par rapport à l’optimum et de tenter d’y
biance de travail, les relations sociales, Ài“j`ˆiÀ°Ê½…Þ«œÌ…mÃiÊiÃÌÊ`œ˜VʵÕiÊV½iÃÌÊ
iÊ ÃÌÀiÃÃ]oÊ iÊ - -Ê iÃÌÊ Õ˜Ê V…>“«Ê «œÕÀÊ en améliorant, un peu ou plus, l’ensemble
lequel il y a plusieurs portes d’entrée. des facteurs de la situation de travail que le
Quand on a mal à la tête, il est parfois «ÀœLm“iÊ`iÊ- -ÊÃiÀ>ʓ>ŠÌÀˆÃj‚°
difficile d’en déterminer l’origine».
>˜ÃÊViÌÌiʵÕkÌiÊ«progressive» et «itérati-
*œÕÀÊ >ÕÌ>˜Ì]Ê *…ˆˆ««iÊ Àœ}˜œ˜Ê ÃÕ}}mÀiÊ ve», l’homme pourrait bénéficier d’un allié
de ne pas minimiser les plaintes. «Il faut ˆ˜iëjÀjÊ\ʏiÃÊ«>˜ÌiðÊ>Ê -Ê>Êi˜ÊivviÌÊ
toujours prendre au sérieux les gens, les constaté que l’apport de plantes vertes
écouter sans a priori et montrer qu’ils sont ÃÕÀʏiʏˆiÕÊ`iÊÌÀ>Û>ˆÊVœ˜ÌÀˆLÕiÊDÊ>LÜÀLiÀÊ
écoutés. A partir de là, on peut éventuel- l’exemple type d’un bâtiment qui n’a pas de manière significative certaines subs-
i“i˜ÌÊvœÀ“ՏiÀÊ`iÃʅޫœÌ…mÃiÃÊiÌÊV…iÀ- été convenablement adapté à sa nouvelle Ì>˜ViÃʘœVˆÛiÃÊVœ““iʏiÊLi˜âm˜i]ʏiÊÌÀˆ-
cher des éléments à paramétrer. Encore mission». chloréthylène et le formaldéhyde, conte-
faut-il que l’information remonte jusqu’à nues dans le mobilier et les fournitures de
nous !»ÊiÊ- -]Ê՘ʫÀœLm“iÊ`iÊVœ““Õ- Plantes médicinales ? bureau (encres d’imprimantes, peintures,
˜ˆV>̈œ˜Ê¶Êiʓm˜iÊ`iÃÊ>V̈œ˜ÃÊ`iÊÃi˜- «>Ã̈µÕiÃ]ÊLœˆÃÊ>}}œ“jÀjÃ]o®°Ê*>ÃÊLi-
ÈLˆˆÃ>̈œ˜Ê >Õ«ÀmÃÊ `iÃÊ Ài«ÀjÃi˜Ì>˜ÌÃÊ `ÕÊ *Ài˜`ÀiÊ iÃÊ «ÀjV>Ṏœ˜ÃÊ jj“i˜Ì>ˆÀiÃÊ `mÃÊ Ãœˆ˜Ê`iÊÀiVÀjiÀʏ>ÊvœÀkÌÊ>“>✘ˆi˜˜iÊ`>˜ÃÊ
personnel», indique Marc Roger qui invite le départ, cela va de soi. Mais les bâti- ۜÌÀiÊLÕÀi>Õ]Ê՘iÊ«>˜ÌiÊÃÕvwÌÊ«œÕÀÊ£äʓÓ
>ÕÃÈʏiÃÊi“«œÞiÕÀÃÊDÊ}jÀiÀʏiÕÀÃʈ˜vÀ>Ã- ments comme leurs occupants ont une de poumon vert.
tructures en bons pères de famille. vie. Ils évoluent, se transforment, se dé-
ÌjÀˆœÀi˜Ì]ÊV…>˜}i˜ÌÊ`½>vviVÌ>̈œ˜oÊ>Ê«Àj-
iVˆÊ`ˆÌ]Ê«ÀÕ`i˜ViÊiÌÊ«ÀjÛi˜Ìˆœ˜tÊ
iÃÊiv-
«Je suis intervenu dans une ancienne Ûi˜Ìˆœ˜Ê `ÕÊ ÃˆVŽÊ LՈ`ˆ˜}Ê Ãޘ`Àœ“i‚Ê iÃÌÊ fets bénéfiques des plantes ne doivent
chapelle reconvertie en réserve précieu- `œ˜VÊ Õ˜Ê Vœ“L>ÌÊ `iÊ V…>µÕiÊ ˆ˜ÃÌ>˜Ì°Ê "˜Ê pas faire oublier que leur terreau contient
se. Les bibliothécaires se plaignaient d’al- peut réduire les risques en luttant contre des myriades d’organismes décompo-
lergies et pour cause : certains ouvrages iÃÊ >}i˜ÌÃÊ Lˆœœ}ˆµÕiÃÊ \Ê ˜iÌ̜Þ>}iÊ `iÃÊ ÃiÕÀÃÊ­“œˆÃˆÃÃÕÀiÃ]ÊL>VÌjÀˆiÃ]Ê>V>Àˆi˜Ão®Ê
étaient recouverts de moisissures. J’ai L>VÃÊDÊi>Õ]Ê`iÃʅՓˆ`ˆwV>ÌiÕÀÃ]Ê`iÃʓœ- Il est donc impératif de changer le terreau
ÃÕ}}jÀjÊ`½>“jˆœÀiÀʏiÊÃÞÃÌm“iÊ`iÊVˆ“>- µÕiÌÌiÃ]oÊ>ˆÃÊ«les éléments à surveiller ̜ÕÃʏiÃÊ>˜ÃÊtÊ o
tisation pour maintenir une température «œÕÀÊ jˆ“ˆ˜iÀÊ Õ˜Ê «ÀœLm“iÊ `iÊ - -Ê Ãœ˜ÌÊ
Vœ˜ÃÌ>˜ÌiÊ iÌÊ Õ˜iÊ …Õ“ˆ`ˆÌjÊ Ài>̈ÛiÊ ÌÀmÃÊ nettement moins connus et beaucoup plus
basse. Pour les livres, c’est malheureuse- spécifiques au cas rencontré, souligne le 3. On se reportera à ce sujet à la méthodologie déve-
loppée par le professeur Jacques Malchaire. « Sick
ment trop tard. On peut les irradier pour professeur MalchaireÎ. L’attitude la plus
Building Syndrome. Analyse et prévention », Institut
tuer les organismes vivants, mais l’effet généralement adoptée et la seule défen- national de Recherche sur les Conditions de Travail.
allergisant demeurera. A l’avenir, il faudra dable est de ne pas rechercher, à tout prix, (http://www.deparisnet.be/Ergonomie/sbs.htm)

0AGEs,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss*UIN
Pollutions intérieures et conséquences sur la santé
Les pollutions intérieures peuvent être de trois types :
“ˆVÀœLˆœœ}ˆµÕiÃÊÊUÊÊV…ˆ“ˆµÕiÃÊÊUÊÊ«…ÞȵÕiÃ
Agents en cause Symptômes ou pathologies Facteurs favorisants

Principaux polluant microbiologiques


>VÌjÀˆià Legionela pneumophila, ˆmÛÀiÊ`iÊ*œ˜Ìˆ>V]ʓ>>`ˆiÊ ˆiÕÝʅՓˆ`iÃÊiÌÊV…>iÕÀÊ
>V̈˜œ“ÞVmÌiÃ]o du légionnaire, i˜ÌÀiÊÓäÊiÌÊxäcÊ
Ê­`œÕV…iÃ]Ê
>ÛjœˆÌiÊ>iÀ}ˆµÕi]o boiler, tours de
ÀivÀœˆ`ˆÃÃi“i˜ÌÃ]°°°®
Moisissures et Aspregillus sp., Penicillium sp., Allergies (rhinites, *œ˜ÌÃÊ̅iÀ“ˆµÕiÃ]Êi˜`ÀœˆÌÃÊ
macrochampignons -Ì>V…ÞLœÌÀÞÃÊV…>ÀÌ>ÀՓÊë°]Ê Vœ˜œ˜V̈ۈÌiÃ]o®] humides et confinés
Fusarium sp.,... “ÞVœÌœÝˆVœÃiÃ]ʈ˜viV̈œ˜Ã]o (placards, bacs
…Õ“ˆ`ˆwV>ÌiÕÀÃ]ÊVœˆÃœ˜Ã]o®
Allergènes d’acariens et Acariens des poussières Ã̅“iÃ]Ê>iÀ}ˆiÃ]o Humidité, chaleur, substrat
d’insectes et des céréales, insectes nutritif
Ýޏœ«…>}iÃ]o

Principaux polluants chimiques


Composés organiques Acétone, ammoniac, ben- *ÀœLm“iÃÊÀiëˆÀ>̜ˆÀiÃ]Ê *iˆ˜ÌÕÀiÃ]ʓœLˆˆiÀʘiÕv]Ê
volatils âm˜i]Ê̜Õm˜i]Ê«…j˜œ]o …j«>̈µÕiÃ]ÊÀj˜>ÕÝ]ʓ>ÕÝÊ produits d’entretien, colles,
de têtes, hypersensibilité, encres, insecticides,
cancer,... ÀivœÕi“i˜ÌÊ`iÊ}>À>}i]o

œÀ“>`j…Þ`i Irritation des muqueuses, *>«ˆiÀÊ>Õ̜Vœ«ˆ>˜Ì]ʓœÕÃÃiÊ


̜ÕÝ]Ê>iÀ}ˆiÃ]ʘ>ÕÃjiÃ]Ê ˆÃœ>˜Ìi]Ê«>˜˜i>ÕÝÊ>}}œ“j-
cancer ÀjÃ]ÊvՓjiÊ`iÊVˆ}>ÀiÌÌi]o
œ˜œÝÞ`iÊ`iÊV>ÀLœ˜i Þë˜jiÊ`½ivvœÀÌ]ÊVj«…>ji]Ê *Àœ`ՈÌÊ`iʏ>ÊVœ“LÕÃ̈œ˜Ê
“œÀÌiÊDÊvœÀÌiÊVœ˜Vi˜ÌÀ>̈œ˜ ­“œÌiÕÀ]ÊV…>Õvv>}i]o®

jÌ>ÕÝʏœÕÀ`à *œ“L ->ÌÕÀ˜ˆÃ“iʈ˜v>˜Ìˆi]Ê>˜j“ˆi]Ê Canalisation d’eau, peinture,


troubles digestifs, ܏ˆ˜Ã]o
ˆ˜ÃÕvwÃ>˜ViÊÀj˜>i]o

Principaux polluants physiques


*>À>“mÌÀiÃÊ`iÊVœ˜vœÀÌ Température, humidité >̈}ÕiÃ]ÊÃÌÀiÃÃ]Ê 6œˆÀʏiÃÊ>À̈ViÃÊ`ÕÊ,°°*°/°Ê
relative, luminosité, bruit, développement de champi- ˜œÌ>““i˜ÌÊxxÊDÊxnÊ­Vœ˜`ˆ-
ventilation gnons, affection des voies tions atmosphériques et
ÀiëˆÀ>̜ˆÀiÃ]o Vˆ“>̈µÕi®]ÊÈÓÊ­Õ“ˆ˜œÃˆÌj®ÊiÌÊ
È{Ê­Ìi“«jÀ>ÌÕÀi®

Radon >âʈ˜œ`œÀiÊiÌʈ˜VœœÀiÊ Cancer du poumon Migration vers la surface et


provenant du sous-sol accumulation dans les bâti-
ments via l’eau de distribu-
̈œ˜ÊœÕÊViÀÌ>ˆ˜Ãʓ>ÌjÀˆ>ÕÝ
ˆLÀiÃʓˆ˜jÀ>ià Amiante Mésothéliome Isolation et ignifugation des
anciens bâtiments

,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss*UINs0AGE
Les carnets du

83 p r é v e n t e u r MENSUEL D’INFORMATION SUR LA SÉCURITÉ, LA SANTÉ ET LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL


Mai 2009

Management de la sécurité
Santé
1099 Bruxelles X - Numéro de P.P. : B 80 - Ne paraît pas en juillet et décembre.

Concevoir un bâtiment administratif avec ses utilisateurs:


Investir du temps en préparation, en gagner à la réalisation !
TRAVAIL DE NUIT
Mensuel - Numéro d’agrément : P101008 - Bureau de dépôt :

Psychosocial
Personne de confiance: harcèlement ou pas ?
Qualifier des faits, ce n’est pas de son fait !
42!6!),0/34%
Formation !MBIANCEDESLIEUXDETRAVAIL
Un beau jour à SafetyLand… ou la formation prévention
d’InBev Belgium hors ses murs &AIREFACE
Prévention incendie
Plan d’évacuation : une norme internationale
AUXPROBLÒMES
pour faciliter
la communication d’urgence THERMIQUESCETÏTÏ))
,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss-AIs0AGE
Prévention incendie
0LANDÏVACUATIONUNENORMEINTERNATIONALE
POURFACILITERLACOMMUNICATIONDURGENCE
gXi9\ef`k>Xcc\q

CfijhlËle`eZ\e[`\j\[„ZcXi\[XejleYk`d\ek#\ekiXŠeXekcX[„Z`j`fe[˄mXZl\i#Z_Xhl\j\$
Zfe[\Zfdgk\%@cjËX^`k[\^XiXek`ihl\c\jfZZlgXekjZfeeX`jj\ekY`\ec\jZfej`^e\jflhlË`cj
gl`jj\ek\egi\e[i\ZfeeX`jjXeZ\jXejg\ik\[\k\dgj%<e9\c^`hl\#cXi„^c\d\ekXk`fegi„Z`j\
[\gl`jki…jcfe^k\dgjc\jZXiXZk„i`jk`hl\jfYc`^Xkf`i\j[\cXj`^eXc`jXk`fe%DX`j`ceË\o`jkX`kgXj
aljhlË`Z`[\i\g…i\jjkXe[Xi[`j„jgfli[\jj`e\ic\jgcXej[˄mXZlXk`fe%Le\efid\`ek\ieXk`feXc\
i\d„[`\[„jfidX`j~Z\kk\XYj\eZ\%

Signaliser et afficher LṎœ˜ÊiÌʏ½>vviVÌ>̈œ˜Ê`iÃʏœV>ÕÝÊ>ˆ˜ÃˆÊµÕiÊ incendie, pour le secours, l'évacuation et


des plans ½i“«>Vi“i˜ÌÊ`iÃʏœV>ÕÝÊ`ÕÊ«Ài“ˆiÀÊiÌÊ`ÕÊ le sauvetage des occupants d'un local ou
second groupex. d'un établissement»]Ê ˜œÕÃÊ iÝ«ˆµÕiÊ ->˜-
i«ÕˆÃÊ«ÕÃÊ`iÊ`ˆÝÊ>˜Ã]ʏiÊ
œ`iÊÃÕÀʏiÊ ˆi˜‡ `Àˆ˜iÊ/À>˜V…>À`]Ê`iʏ½"À}>˜ˆÃ>̈œ˜Ê˜ÌiÀ˜>-
kÌÀiÊ >ÕÊ ÌÀ>Û>ˆÊ «ÀjVˆÃiÊ iÃÊ i݈}i˜ViÃÊ vœ˜- Et pour le plan,… ̈œ˜>iÊ`iÊ-Ì>˜`>À`ˆÃ>̈œ˜7.
damentales en matière de signalisation de «tire ton plan»6 ? «Ces plans doivent aider les personnes à
sécurité et de santé au travail£°ÊÊiÊÌiÝÌiʘiÊ s'orienter par rapport à l'itinéraire d'éva-
faisait d’ailleurs au moment de sa publica- Pas forcément facile dès lors de garantir cuation planifié. Ils complètent le système
tion que transposer des obligations dépas- des plans d'évacuation compréhensibles de guidage pour cheminement d'évacua-
Ã>˜ÌÊ iÃÊ vÀœ˜ÌˆmÀiÃÊ ˜>̈œ˜>iÃ\Ê ViiÃÊ `iÊ >Ê immédiatement par des occupants qui tion de sécurité. On peut afficher ces plans
`ˆÀiV̈ÛiÊiÕÀœ«ji˜˜iÊ`iÊ£™™ÓʵՈÊ`œ˜˜>ˆÌÊ Ìi˜Ìi˜ÌÊ`iʵՈÌÌiÀʏiÃʏœV>ÕÝ°Ê ½>ÕÌ>˜ÌÊ«ÕÃÊ sous forme de panneaux sur les lieux de
`jDÊ>œÀÃÊ`iÃÊ«ÀiÃVÀˆ«Ìˆœ˜Ãʓˆ˜ˆ“>iÃÊ«œÕÀÊ si ces travailleurs, ces visiteurs ou ces in- travail et dans les lieux publics. Ils peuvent
la signalisation de sécuritéÓ°ÊÊiÃÊ>˜˜iÝiÃÊ ÌiÀÛi˜>˜ÌÃÊ iÝÌjÀˆiÕÀÃÊ DÊ ½i˜ÌÀi«ÀˆÃiÊ «>Ài˜ÌÊ aussi être utilisés par les équipes de pom-
de l’arrêté royal se coloraient dès lors de différentes langues ou lisent difficilement. piers, de secours et les équipes médicales
«ˆV̜}À>““iÃÊ«>À“ˆÊiõÕiÃÊViÕÝʵՈʈ˜- Il est désormais possible de s’aider ou encore par les forces d'intervention en
forment sur les moyens de lutte contre l’in- `½Õ˜iÊ ˜œÀ“iÊ ˆ˜ÌiÀ˜>̈œ˜>i\Ê c’est l’ ISO cas d'attaque terroriste.»
Vi˜`ˆiÊ iÌÊ ViÕÝÊ µÕˆÊ `œˆÛi˜ÌÊ «iÀ“iÌÌÀiÊ Õ˜iÊ 23601:2009, Identification de sécurité – «La norme a été élaborée parce qu'il est
évacuation rapide. Plans d'évacuation et de secours.Ê iÊjÌ>- nécessaire, pour signaler les itinéraires
ˆi˜Ê «ÕÃÊ ÌžÌ]Ê iÊ v>“iÕÝ‚Ê >À̈ViÊ xÓÊ `ÕÊ blit des principes de conception pour des d'évacuation, d'harmoniser au niveau in-
,*/3 imposait des précautions obligatoi- plans d'évacuation affichés. ternational un système qui repose le moins
ÀiÃÊVœ˜ÌÀiʏiÃʈ˜Vi˜`ˆiÃ]ʏiÃÊiÝ«œÃˆœ˜ÃÊiÌÊ «Les plans d’évacuation doivent contenir possible sur l'utilisation de mots pour faire
iÃÊ`j}>}i“i˜ÌÃÊ>VVˆ`i˜ÌiÃÊ`iÊ}>âʘœVˆvÃÊ des informations vitales pour la sécurité passer le message. Avec une population
ou inflammables. Le législateur avait alors
défini les responsabilités de l’employeur.
Il y indiquait notamment ses devoirs en
matière de dégagements et d’évacuation,
d’information du personnel et d’affichage
de plans. Mais aucune prescription précise
˜iÊw}ÕÀiÊ`>˜ÃʏiÊÌiÝÌiʵÕ>À>˜Ìi˜>ˆÀi\
œ˜Ê ÞÊ ˆÌÊ Lˆi˜Ê µÕiÊ ­o®Ê des instructions, af-
fichées en nombre suffisant, en des en-
droits apparents et facilement accessibles,
renseignent le personnel sur la conduite à
suivre en cas d’incendie (…), sur les dis-
positions à prendre pour l’évacuation des
personnes. Le texte requiert qu’un plan des
étages en sous-sol soit affiché à proximité
immédiate des escaliers qui y conduisent. {
ÌʈÊ«ÀjVˆÃiÊÃiՏi“i˜ÌʵÕiÊViÊ«>˜Ê­Ìi˜ÕÊDÊ
œÕÀ®Ê`œˆÌÊkÌÀiÊDʏ½jV…ii]ÊiÌʈ˜`ˆµÕiÀʏ>Ê`ˆÃÌÀˆ-

,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss-AIs0AGE
Prévention incendie

mondiale de plus en plus mobile et l'aug- sécurité incendie et des équipements de


On peut obtenir le texte de la norme
mentation des activités du commerce in- ÃiVœÕÀÃÊDÊ«ÀœÝˆ“ˆÌjÊiÌÊ>`>Vi˜ÌÃÊ>ÕÝʈ̈˜j-
ISO 23601:2009 auprès de l’Institut
ternational, les symboles graphiques sont raires d'évacuation.
belge de Normalisation.
un outil essentiel pour véhiculer des mes- >ʘœÀ“iÊVœÕÛÀiʏiÃÊ>ëiVÌÃÊÃՈÛ>˜ÌÃÊ\ (www.nbn.be).
sages de façon concise aux utilisateurs in- UÊÊ Ýˆ}i˜ViÃÊÀi>̈ÛiÃÊDʏ>ÊVœ˜Vi«Ìˆœ˜Ê Il est aussi possible de le comman-
dépendamment de la langue. Lorsque les UÊ/>ˆiÊ`iÃÊjj“i˜ÌÃÊ`ÕÊ«>˜Ê der directement au Secrétariat
signaux de sécurité sont en jeu, la facilité UÊ
œ˜Ìi˜ÕÊiÌÊÀi«ÀjÃi˜Ì>̈œ˜Ê central de l'ISO au prix de 80,00 CHF
et la rapidité de reconnaissance sont es- UÊ>ÌjÀˆ>ÕÝÊ (soit une cinquantaine d’euros).
sentielles pour aider à sauver des vies!» UʘÃÌ>>̈œ˜ÊiÌÊi“«>Vi“i˜ÌÊ (www.iso.org/iso/fr/store)
UʘëiV̈œ˜ÊiÌʓˆÃiÊDʍœÕÀ°
Au menu du plan… 1. Arrêté royal du 17 juin 1997 concernant la signalisa-
tion de sécurité et de santé au travail.
L'augmentation constante du commerce 2. Neuvième directive particulière 92/58/CEE du 24
>Ê ˜œÀ“iÊ -"Ê ÓÎÈä£Ê iÃÌÊ vœ˜`jiÊ ÃÕÀÊ iÃÊ international, des déplacements de per- juin 1992 du Conseil des Communautés européen-
È}˜>ÕÝÊ `iÊ ÃjVÕÀˆÌj]Ê iÃÊ Vœ`iÃÊ `iÊ VœÕ- ܘ˜iÃÊiÌÊ`iʏ>ʓœLˆˆÌjÊ`iʏ>ʓ>ˆ˜Ê`¿ Õ- nes concernant les prescriptions minimales pour la
iÕÀÃÊ iÌÊ iÃÊ i݈}i˜ViÃÊ `iÊ Vœ˜Vi«Ìˆœ˜Ê vre requiert une méthode commune qui signalisation de sécurité et/ou de santé au travail
3. Règlement Général pour la Protection du Travail
`¿-"Ê Çä£ä\ÓääÎ]Ê Symboles graphiques permet de communiquer ces instructions
(RGPT)
– Couleurs de sécurité et signaux de sé- ˆ“«œÀÌ>˜ÌiÃÊ `iÊ ÃjVÕÀˆÌjÊ >ÕÝÊ œVVÕ«>˜ÌÃÊ 4. RGPT, article 52, 12 et 13
curité – Signaux de sécurité utilisés sur les `iʏœV>ÕÝʜÕÊ`¿jÌ>LˆÃÃi“i˜ÌðʫL'utilisa- 5. Dans le RGPT, les locaux sont classés en 3 caté-
lieux de travail et dans les lieux publics. tion de l'ISO 23601 devrait diminuer les gories selon les risques qu’ils présentent (produits
iÊ jÌ>LˆÌÊ Õ˜iÊ “j̅œ`iÊ Vœ““Õ˜iÊ «œÕÀÊ risques en fournissant un moyen amélioré inflammables stockés ou utilisés, atmosphère explo-
sive, etc…)
illustrer la position de l'observateur par de formation et d'enseignement, conclut
6. Belgicisme d’origine flamande et qui signifie :
À>««œÀÌÊDÊ`iÃʈ̈˜jÀ>ˆÀiÃÊ`¿jÛ>VÕ>̈œ˜Ê`j- ->˜`Àˆ˜iÊ /À>˜V…>À`. Elle devrait réduire débrouille-toi !
È}˜jÃʓi˜>˜ÌÊDÊ`iÃÊÜÀ̈iÃÊ`iÊÃiVœÕÀÃ]Ê l'éventuelle confusion lors de situations 7. www.iso.org
ainsi que l'emplacement du matériel de d'urgence». o

nexes de la
n extrait des an
plan d'évacuatio peu de mots …
Un exemple de ue lle et en
e norme : une formule très vis
nouvell

0AGEs,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss-AI
Les carnets du

82 p r é v e n t e u r MENSUEL D’INFORMATION SUR LA SÉCURITÉ, LA SANTÉ ET LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL


Avril 2009

Management de la sécurité
2ISQUESPARTICULIERS
1099 Bruxelles X - Numéro de P.P. : B 80 - Ne paraît pas en juillet et décembre.

Police locale et Bien-être au travail dans la ZP5267

Services externes 3OULEVERETPORTER


Mensuel - Numéro d’agrément : P101008 - Bureau de dépôt :

La visite de pré-reprise : un plus pour reprendre le travail !

Equipements de travail
DESCHARGES
Sirris-Agoria: une courroie de transmission
dans les activités de normalisation !MBIANCEDESLIEUXDETRAVAIL
Jurisprudence
Un permis décerné à la légère
&AIREFACE
AUXPROBLÒMES
THERMIQUESCETÏTÏ
,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss!VRILs0AGE
Services externes
,AVISITEDEPRÏ REPRISE
UNPLUSPOURREPRENDRELETRAVAIL
g X i  c \  ; f Z k \ l i  MX c „ i ` \  C ` Y f k k \ ( #
[l:<J@J<GG
;\gl`jc\(*dXij)''/#c\jkiXmX`cc\lijjfld`jflefe$jfld`j~cXjlim\`ccXeZ\[\jXek„fekc\
[if`k[\Y„e„ÔZ`\i[Ële\m`j`k\[\gi„$i\gi`j\\eZXj[Ë`eZXgXZ`k„[\gclj[\+j\dX`e\j)%
J`Z\jeflm\cc\jd\jli\jflmi\ekcXmf`\m\ijle\i\gi`j\Xek`Z`g„\[lkiXmX`c#\cc\jm`j\ekXljj`~
]Xmfi`j\icËXZk`feZfeZ\ik„\\eki\d„[\Z`ej%

fois pas sur l’aptitude du travailleur. Il le fera


après la reprise effective du travailleur, au
moment de l’examen de reprise du travail.

Le congé de maladie n’est pas restreint


aux maladies liées strictement au travail.
Il s’applique également aux accidents et
maladies non professionnelles.

Cette mesure concerne tous les tra-


Û>ˆiÕÀÃ°Ê +Õ½ˆÃÊ Ãœˆi˜ÌÊ ÃœÕ“ˆÃÊ œÕÊ ˜œ˜Ê DÊ
la surveillance de la santé, chaque tra-
vailleur peut y faire appel.

Bénéfice partagé…

1˜iÊ ÌiiÊ `j“>ÀV…iÊ iÃÌÊ Lj˜jwµÕiÊ «œÕÀÊ


̜ÕÃÊ\

UÊÊle travailleur pourra ainsi faciliter sa


réintégrationÊ ­>˜ÌˆVˆ«ji®Ê }À@ViÊ DÊ Õ˜iÊ
meilleure qualité de retour au travail.

UÊʏiÊmédecin traitant pourra autoriser une


reprise des activités professionnelles en
connaissance des aménagements du
poste du travail et aura ainsi l’assurance
du suivi par le médecin du travail.

UÊʏiÊconseiller en prévention médecin du tra-


Une visite, pas un examen

I
l n’en reste pas moins que l’initiative vailÊ­
*‡/®ÊÀœ“«ÕÊ`iÊܘʈ܏i“i˜ÌÊÌÀ>-
de la visite de pré-reprise en revient ditionnel en pareille situation car disposant
au travailleur. C’est lui seul, durant *œˆ˜ÌÊ ˆ“«œÀÌ>˜ÌÊ DÊ Ãˆ}˜>iÀ]Ê ˆÊ ý>}ˆÌÊ «œÕÀÊ iÊ des informations nécessaires, recom-
son congé de maladie, qui peut faire part salarié d’une visiteÊV…iâʏiʓj`iVˆ˜Ê`ÕÊÌÀ>- mandera les adaptations au poste à
DÊܘÊi“«œÞiÕÀÊ`iÊܘÊÜՅ>ˆÌÊ`iÊÀi˜- vail et non d’un examen médical. Effecti- l’aptitude prévisible du travailleur (et
contrer le conseiller en prévention-méde- Ûi“i˜ÌÊ `iÃ̈˜jiÊ DÊ ˆ˜vœÀ“iÀÊ iÊ “j`iVˆ˜Ê `ÕÊ ˜œ˜Ê½ˆ˜ÛiÀÃiÊt®°
cin du travail. travail de l’histoire médicale du travailleur,
iiÊ «iÀ“iÌÌÀ>Ê DÊ ViÊ `iÀ˜ˆiÀÊ `iÊ «ÀjۜˆÀÊ `iÃÊ UÊÊi˜w˜] l’employeur, en connaissance des
iÊÃ>>ÀˆjÊ`œ˜˜iÀ>ÊܘÊ>VVœÀ`ÊDÊViÊµÕ½Õ˜Ê dispositions au poste de travail et faciliter les ivviV̈vÃÊ `ˆÃ«œ˜ˆLiÃ]Ê «œÕÀÀ>Ê «>˜ˆwiÀÊ iÃÊ
lien s’établisse entre son médecin et le démarches au sein de l’entreprise, notam- activités de son entreprise et prendre les
médecin du travail de l’entreprise qui ment par une analyse globale du poste de mesures nécessaires en vue d'adapter le
l’occupe. ÌÀ>Û>ˆ°ÊÊViÊÃÌ>`i]ʈÊ˜iÊÃiÊ«Àœ˜œ˜ViÀ>Ê̜ÕÌi- poste de travail, prévoir une mutation,...

0AGEs,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss!VRIL
Employeur informateur
La visite de pré-reprise en pratique :
*œÕÀÊ Ài˜`ÀiÊ Àj>ˆÃ>LiÊ ViÌÌiÊ “iÃÕÀi]Ê Õ˜Ê
effort d’information doit être mis en œu- Le travailleur souhaitant bénéficier de Le médecin du travail reçoit le tra-
ÛÀiÊ \Ê iÃÊ i“«œÞiÕÀÃÊ Ãœ˜Ê Ìi˜ÕÃÊ `½Õ˜iÊ cette possibilité d’évaluation adresse vailleur endéans les 8 jours de la de-
part, d’informer le conseiller en préven- un courrier vers son employeur en ce mande. En connaissance des informa-
tion-médecin du travail de toute absence sens. Dans le même temps, il donne tions disponibles tant médicales que
`iÊ«ÕÃÊ`iÊ{ÊÃi“>ˆ˜iÃÊ`iʏiÕÀÃÊÃ>>ÀˆjÃ]Ê son accord pour que le médecin du concernant le poste de travail, il émet
et d’autre part d’informer son personnel travail puisse consulter son dossier des recommandations par le Formu-
de la possibilité de rencontrer le conseiller médical. laire d’Evaluation de Santé.
en prévention-médecin du travail dans le
cas d’une longue absence pour maladie.
C’est cela la santé au travail : replacer le travailleur au centre
Il ne faut surtout pas confondre visite de d’initiatives bénéfiques pour ainsi tisser des liens entre tous.
pré-reprise et examen de reprise !
La visite de pré-reprise ne se substi- 1. Médecin du travail, Responsable Etudes & Développement au CESI Prévention et Protection
tueÊ«>ÃÊDʏ½iÝ>“i˜Ê`iÊÀi«ÀˆÃiÊ`ÕÊÌÀ>Û>ˆ° 2. Les références légales :
Il reste bon de rappeler que pour les Arrêté royal du 28 mai 2003 relatif à la surveillance de la santé des travailleurs
ÌÀ>Û>ˆiÕÀÃÊ ÃœÕ“ˆÃÊ DÊ >Ê ÃÕÀÛiˆ>˜ViÊ `iÊ [Code sur le bien-être au travail - Titre I (Principes généraux), Chapitre IV (Mesures relatives à la surveillance
de la santé des travailleurs)] (MB. 16.06.03)
la santé et absents pour maladie de-
Arrêté royal du 4 juillet 2004 modifiant l'arrêté royal du 28 mai 2003 relatif à la surveillance de la santé des
«ÕˆÃÊ «ÕÃÊ `iÊ {Ê Ãi“>ˆ˜iÃ]Ê ½iÝ>“i˜Ê `iÊ travailleurs (MB. 03.08.04)
reprise du travail reste d’actualité et est Arrêté royal du 27 janvier 2008 modifiant l'arrêté royal du 28 mai 2003 relatif à la surveillance de la santé
obligatoire. o des travailleurs (MB. 03.03.08)

&/2-5,!)2%$!"/..%-%.4

<[k_bb[j[p[db_]d[dei9Whd[jiZkFhƒl[dj[khfhƒYƒZ[dji[j
ZƒYeklh[p#[dZ[iWhj_Yb[iZWdib[i-ZecW_d[i
Zk8_[d#…jh[WkjhWlW_b
mmm$b[i9Whd[ji$X[

P Je m'abonne pour un an et verse la somme de 136 EÊ/6Êȯ


dès réception de la facture
Vous faites partie du secteur de l’enseignement ou du secteur de l’aide sociale subventionnée ?

œ˜Ì>VÌi⇘œÕÃÊ>ÕÊä{ÇÈÊșÊ{ÇÊ{Ó°Ê œÃÊVœ˜`ˆÌˆœ˜ÃÊ«>À̈VՏˆmÀiÃÊۜÕÃÊVœ˜Û>ˆ˜VÀœ˜ÌÊt

˜ÌÀi«ÀˆÃiÊ\Ê ................................................................................................................... `ÀiÃÃiÊ`iÊv>VÌÕÀ>̈œ˜Ê\Ê c .............................. Rue ............................................


œ“Ê\Ê.............................................................................................................................. Code postal .......................................... Ville ..............................................................

*Àj˜œ“Ê\Ê ....................................................................................................................... `ÀiÃÃiÊVœÕÀÀˆiÀÊ\Ê c ........................ Rue ..............................................................

œ˜V̈œ˜Ê\Ê...................................................................................................................... Code postal .......................................... Ville ..............................................................


/jÊ\Ê........................................................Ê>ÝÊ\Ê ............................................................. ՓjÀœÊ`iÊ/6Ê\Ê .......................................................................................................
-Ê\Ê ............................................................................................................................. >Ìi ............................................... Signature
‡“>ˆÊ\Ê...........................................................................................................................

RENVOYER par FAX au 010 45 65 62 ou par email à lescarnets@vidyas.be

,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss!VRILs0AGE
Les carnets du

81 p r é v e n t e u r MENSUEL D’INFORMATION SUR LA SÉCURITÉ, LA SANTÉ ET LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL


Mars 2009

Jurisprudence
0RÏVENTIONINCENDIE
1099 Bruxelles X - Numéro de P.P. : B 80 - Ne paraît pas en juillet et décembre.

Accident du travail et responsabilité pénale: un arrêt de la cour


d’Appel de Bruxelles qui nécessite un rappel des principes.
.OUVEAUX
Mensuel - Numéro d’agrément : P101008 - Bureau de dépôt :

Equipements de travail
UÊ ˆÀiV̈Ûiʸ *¸ÊiÌÊ`ˆÀiV̈Ûiʸ*Àœ`ՈÌÃÊj`ˆV>Õݸ\Ê
`iÃÊjµÕˆ«i“i˜ÌÃʁDÊ`œÕLiÊÕÃ>}i‚°Ê ÌÊDÊÃjVÕÀˆÌjÊÛ>Àˆ>Li¶ BÊTIMENTSINDUSTRIELS
Management de la sécurité
UÊ,j`ՈÀiʏiÃʈ˜Vˆ`i˜ÌÃÊ«œÕÀÊjۈÌiÀʏiÃÊ>VVˆ`i˜ÌÃ
LgARRÐTÏESTSIGNÏ
UÊChangements et résistances dans l’entreprise: "l'annexe 6" et ses normes de base
d’inévitables phases de turbulences
Uʘ>ÞÃiÊ`iÃÊÀˆÃµÕiÃÊ\ÊÜÀ̈ÀÊ`ÕʏœÌÊ>ÛiVÊ *"Êt bientôt obligatoires

,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss-ARSs0AGE
Management de la sécurité
#HANGEMENTSETRÏSISTANCESDANSLENTREPRISE
$INÏVITABLESPHASESDETURBULENCES
GX i  : X i ` e \  ? \ e i p #
jliYXj\[ËleflmiX^\[\:_i`jk`e\DXijXe
;XejcË\eki\gi`j\#c\Zfej\`cc\i\egi„m\ek`fe`ek\im`\ekjlid`cc\]ifekj%@cgXik`Z`g\~c˄cXYfiX$
k`fe[\d\jli\j[Xejc\ZX[i\[Ële\^\jk`fe[peXd`hl\[\ji`jhl\j%<ek\e[\q1`c\jk\e^X^„[Xej
ledflm\d\ekg\ig„kl\c#ipk_d„gXic\jgiXk`hl\jZ_Xe^\Xek\j[\cË\eki\gi`j\#gXic\jc\ƒfej
~k`i\i[ËXZZ`[\ekj#fl\eZfi\gXic\jeflm\Xlk„ji„^c\d\ekX`i\j%8ZZfdgX^e\ic\Z_Xe^\d\ek#
ZË\jk#hlË`cc\m\l`cc\flefec\hlfk`[`\e[lZfej\`cc\i\egi„m\ek`fe%<kXljj`m`mi\jfeZfifccX`i\#
cXi„j`jkXeZ\%
EfljXmfejjlik`ki„efjgX^\j½dXeX^\d\ek[\cXj„Zli`k„¾%EfljXli`fejkflkXljj`Y`\eglc\j
`ek`klc\i½Z_Xi^\gjpZ_fjfZ`Xc\¾fl½Zfddle`hl\i\ej„Zli`k„¾

*
Ài˜œ˜ÃÊ Õ˜Ê iÝi“«iÊ Vœ˜VÀiÌ°Ê
iÕˆÊ Le changement est UÊʽˆ˜ÌjÀkÌÊ ˆ˜`ˆÛˆ`ÕiÊ «Àˆ“iÊ ÃÕÀÊ ½ˆ˜ÌjÀkÌÊ `iÊ
`½Õ˜iÊ i˜ÌÀi«ÀˆÃiÊ  ÕÛÀ>˜ÌÊ Vœ““iÊ un moment de crise ½œÀ}>˜ˆÃ>̈œ˜°Ê,iVœ˜˜>ŠÌÀiʏiÊ«>À>jˆÃ“iÊ
ÜÕÇÌÀ>ˆÌ>˜ÌÊ V…iâÊ `iÊ }ÀœÃÊ Vœ“- entre l’intérêt de l’entreprise et le sien
“>˜`ˆÌ>ˆÀiÃ°Ê ÕÊ «Ài“ˆiÀÊ >˜ÛˆiÀÊ `iÊ ½>˜˜ji]Ê iÊV…>˜}i“i˜ÌÊiÃÌʓœ“i˜ÌÊ`iÊ`œÕÌi°Ê
½iÃÌÊ «Àœ«ÀiÊ `i“>˜`iÊ Õ˜iÊ Àjyi݈œ˜Ê «ÕÃÊ >«-
iiÊÀiXœˆÌʏiÃÊÛ ÕÝÊÌÀ>`ˆÌˆœ˜˜iÃ]ÊiÌÊ>ÛiVÊiÕÝÊ Õ˜iÊ«…>ÃiÊ`iÊ`j˜ˆÊ`ÕÊ«>ÃÃj]ʏiÊÊÌi“«ÃÊ`ÕÊ profondie, plus distanciée. Elle ne va pas
½i݈}i˜ViÊ ˜œÕÛiiÊ `ÕÊ Vˆi˜Ì\Ê ˆÊ v>ÕÌÊ >“jˆœ- passage entre le connu et l’inconnu. C’est de soi.
rer la prévention-sécurité, voire signer son le moment d’incertitudes, de remises en
>««ˆV>̈œ˜Ê «>ÀÊ Õ˜Ê ÃÞÃÌm“iÊ `iÊ ViÀ̈wV>̈œ˜ UÊÊÊ «iÕÌÊ ÃiÊ `jÛiœ««iÀÊ Õ˜Ê “>˜µÕiÊ `iÊ
µÕiÃ̈œ˜°Ê*>ÃÊ̜ՍœÕÀÃÊv>VˆiÊDÊۈÛÀioÊ>ˆÃÊ
type VCA. Vœ˜w>˜ViÊi˜ÛiÀÃʏiÃʁÃÌÀ>Ìm}iÂʵՈʓm-
iÊ V…>˜}i“i˜Ì]Ê V½iÃÌÊ >ÕÃÃˆÊ >VVœ“«>}˜iÀÊ
ՏÊ`œÕÌiÊ`mÃʏœÀÃ\ʏ½>˜˜jiʘœÕÛiiÊÛ>ÊkÌÀiÊ ˜i˜ÌÊ ViÊ V…>˜}i“i˜Ì°Ê >Ê `jw>˜ViÊ «iÕÌÊ
½iÝ«œÀ>̈œ˜]Ê ½ˆ˜˜œÛ>̈œ˜]Ê V½iÃÌÊ «œÀÌiÀÊ `iÃÊ
viÀ̈iÊi˜ÊV…>˜}i“i˜ÌðÊ*>ÃÊLi܈˜Ê`½kÌÀiÊ`i- ýiÝ«ˆµÕiÀÊ`iÊ`ˆÛiÀÃiÃʓ>˜ˆmÀiÃ\Ê܈ÌÊ«>ÀÊ
interrogations et proposer des réponses.
vin pour prédire des tensions, des atermoie- ՘ʓ>˜µÕiÊ`½iÝ«ˆV>̈œ˜ÃÊi˜Ê«Àœvœ˜`iÕÀÊ
En bref, c’est potentiellement une crise
ments, de la résistance, peut-être même des ÃÕÀʏiÃʓœ`>ˆÌjÃÊ /ʏiÃÊw˜>ˆÌjÃÊ`ÕÊV…>˜-
restructurante que nous pouvons mettre
Vœ˜yˆÌðÊ>ˆÃʜ˜Ê«iÕÌÊ>ÕÃÈÊý>ÌÌi˜`ÀiÊDÊ`iÃÊ gement proposé, soit par la réminiscence
i˜Ê«>À>miÊ>ÛiVÊViiʵÕiʘœÕÃÊ>ۜ˜ÃÊ̜ÕÃÊ
découvertes, une communication stimulée, la `½iÝ«jÀˆi˜ViÃÊ«>ÃÃjiÃÊ`iÊV…>˜}i“i˜ÌÃÊ
Vœ˜˜Õi\ʏ>ÊVÀˆÃiÊ`iʏ½>`œiÃVi˜ViÊiÌÊÃ>ÊÀjj-
Vœ˜ÃÌÀÕV̈œ˜Ê`iÊ«ÀœiÌÃʈ˜˜œÛ>ÌiÕÀÃ]ʜÕÊ`iÃÊ mal vécus et qui auraient apporté peu ou
dition au cap de la quarantaine (pour les
Vœ>LœÀ>̈œ˜ÃʍÕõÕiʏDʍÕ}jiÃʈ“«ÀœL>Lið pas du tout d’améliorations.
«ÕÃÊ«ÀjVœViîʜÕÊ`iʏ>ÊVˆ˜µÕ>˜Ì>ˆ˜iÊ­«œÕÀÊ
ViÕÝʵՈÊ>ˆ“i˜ÌÊ«Ài˜`ÀiʏiÕÀÊÌi“«Ã®° UÊÊiÊV…>˜}i“i˜ÌÊv>ˆÌÊ̜ՍœÕÀÃÊ«iÕÀ]ÊV>ÀÊÃiÊ
posent inévitablement, pour les uns ou les
Changement et >ÕÌÀiÃ]Ê՘iÊ«ÀœvÕȜ˜Ê`iʵÕiÃ̈œ˜Ã\Ê«vais-
résistances individuelles. je être capable de faire cela, les nouvelles
exigences ne vont-elles pas entraîner la
-ˆÊ ۜÕÃÊ ˆ˜ÃÌ>ÕÀiâÊ ÃÕÀÊ ÛœÌÀiÊ révélation de failles personnelles que les
lieu de travail de nouvel- anciennes pratiques me laissaient occul-
iÃÊ v>Xœ˜ÃÊ `iÊ vœ˜V̈œ˜- ter? Suis-je encore à même d’apprendre
ner, de travailler, vous pour m’adapter?»
>iâÊ ÛœÕÃÊ …iÕÀÌiÀÊ DÊ
`iÃÊ ÀjÈÃÌ>˜ViÃÊ V…iâÊ UÊÊ-ˆÊ՘ʓ>˜>}iÀÊi˜ÌÀiۜˆÌÊ`½>Û>˜ViʏiÃÊÀi-
les intervenants. C’est ̜“LjiÃÊ «œÃˆÌˆÛiÃÊ `ÕÊ V…>˜}i“i˜ÌÊ µÕ½ˆÊ
couru d’avance. La i˜}>}i]ÊÊ­`Õʓœˆ˜ÃʘœÕÃʏ½iëjÀœ˜ÃÊƇ®]ʏiÊ
connaissance et surtout ÌÀ>Û>ˆiÕÀ]ʏՈ]ÊۈÌÊÃÕÀ̜ÕÌÊ՘iÊ«iÀÌiÊ\ÊViiÊ
>Ê Vœ“«Àj…i˜Ãˆœ˜Ê `iÊ ViÃÊ `Õʓœ˜`iÊVœ˜˜Õ]ʏ>Ê«iÀÌiÊ`½Õ˜iʓ>ŠÌÀˆÃiÊ
résistances va vous >VµÕˆÃiÊ ÕõÕiÊ D°Ê ½Õ˜Ê i˜ÌÀiۜˆÌÊ iÊ `œ˜]Ê
outiller pour y répon- l’autre la perte. Autrement dit, ils ne sont
dre, ou même pour pas sur la même longueur d’ondes et
iÃÊ iÝ«œˆÌiÀÊ «œÃˆÌˆ- V…>V՘iÊ`iʏiÕÀÃÊ>V̈œ˜ÃʘiÊ«iÕÌʵսkÌÀiÊ
vement. ÜÕÀViÊ`½ˆ˜Vœ“«Àj…i˜Ãˆœ˜°

0AGEs,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss-ARS
Changement et résistances UÊÊ*ÕÃÊ œˆ˜Ê i˜VœÀi]Ê iÃ̇ˆÊ ˆ“>}ˆ˜>LiÊ `iÊ ment. Elles peuvent donner de précieuses
collectives. «Àœ«œÃiÀÊ >ÕÝÊ ÌÀ>Û>ˆiÕÀÃÊ `iÊ VÀjiÀÊ iÕ݇ indications pour améliorer la communication
mêmes une partie des outils nécessaires i˜ÊœvvÀ>˜ÌÊ>ÕÝÊÌÀ>Û>ˆiÕÀÃÊ`iÃÊÈ}˜iÃÊ`iÊÀi-
iÊ V…>˜}i“i˜ÌÊ «ÀœÛœµÕiÊ j}>i“i˜ÌÊ `iÃÊ >ÕÊV…>˜}i“i˜ÌʶÊ
>ÀÊViÕˆÊµÕˆÊ«>À̈Vˆ«iÊ Vœ˜˜>ˆÃÃ>˜ViÊ Ãˆ˜VmÀiÃÊ ­iÊ ˜iÊ «>ÀiÊ «>ÃÊ `iÊ
résistances organisationnelles, collectives. vœ˜V̈œ˜˜ii“i˜ÌÊ DÊ Õ˜Ê «ÀœViÃÃÕÃÊ >ÕÀ>Ê V>`i>ÕÝ]Ê “>ˆÃÊ `iÊ ViÃÊ «ïÌÃÊ “œÌÃÊ Õ˜Ê «iÕÊ
1˜iʈ“>}iÊÃÕvwÌÊ«œÕÀʏiÊVœ“«Ài˜`Ài\ʈÊi˜Ê “œˆ˜ÃÊÌi˜`>˜ViÊDʏ½ˆ˜iÀ̈i°Ê*>À̈iÊ«Ài˜>˜- ÌÀœ«ÊœÕLˆjÃ\ʸiÀVˆ¸]ʸ À>ۜ¸]ʸjˆVˆÌ>̈œ˜Ã¸]Ê
faut de l’énergie (et du temps, ne l’oublions Ìi]Ê ˆÊ Vœ˜˜>ŠÌÀ>Ê “œˆ˜ÃÊ `iÊ «iÕÀÊ «ÕˆÃµÕ½ˆÊ µÕ>˜`ʈÃÊܘÌÊ`ˆÌÊ`ÕÊvœ˜`Ê`ÕÊV ÕÀ®°
«>ÃÊ ViÕˆ‡Do®Ê «œÕÀÊ “œ`ˆwiÀÊ >Ê ÌÀ>iV̜ˆÀiÊ aura développé un plus grand sentiment iÊ «ÕÃ]Ê ViÕˆÊ µÕˆÊ ÃiÀ>Ê >ÌÌi˜ÌˆvÊ DÊ ½iÝ«ÀiÃ-
`½Õ˜ÊV>À}œÊÃÕÀÊÃ>ʏ>˜Vji°ÊÊiÃÌÊ«œÃÈLiÊ`iÊ `iʓ>ŠÌÀˆÃiÊiÌÊ`iÊVœ“«jÌi˜Vi° Ȝ˜Ê `iÊ ViÃÊ ÀjÈÃÌ>˜ViÃÊ >ÕÊ V…>˜}i“i˜ÌÊ
distinguer différentes formes de résistance UÊÊ*Ài˜`ÀiʏiÊÌi“«ÃÊ`iÊýˆ˜ÌiÀÀœ}iÀÊÃÕÀʏiÃÊ Vœ˜˜>ŠÌÀ>Ê Lˆi˜Ê “ˆiÕÝÊ iÃÊ ÀœÕ>}iÃÊ ÃiVÀiÌÃÊ
>ÕÊV…>˜}i“i˜ÌÊýiÝ«Àˆ“>˜ÌÊ`>˜Ãʏ½i˜Ãi“- valeurs collectives de l’entreprise (et faire `iÊ ½i˜ÌÀi«ÀˆÃi\Ê ÞÊ >‡Ì‡ˆÊ `iÃÊ >ˆ>˜ViÃÊ V>-
ble de l’entreprise, de l’organisation. «>À̈Vˆ«iÀÊ iÃÊ ÌÀ>Û>ˆiÕÀÃÊ DÊ ½j“iÀ}i˜ViÊ V…jiÃ]Ê `iÃÊ >VVœˆ˜Ì>˜ViÃÊ ˆ˜Vœ˜˜ÕiÃÊ ¶Ê
UÊʽˆ˜iÀ̈iÊ\ÊV½iÃÌÊ`iʏ>ÊÀjÈÃÌ>˜ViÊ«>ÃÈÛi]Ê jVÀˆÌiÊ`iÊViÃÊÛ>iÕÀîÊÛ>ʜvvÀˆÀʏ½œ««œÀÌÕ- +ÕiiÊ iÃÌÊ >Ê «iÀVi«Ìˆœ˜Ê `iÊ >Ê …ˆjÀ>ÀV…ˆiÊ
˜iÊÀˆi˜Êv>ˆÀi°Ê"˜Ê˜½>}ˆÌÊ«>Ã]Ê̜ÕÌÊi˜Ê>ˆÃ- ˜ˆÌjÊ `iÊ Vœ˜˜>ŠÌÀiÊ ViÊ DÊ µÕœˆÊ V…>VÕ˜Ê iÃÌÊ et du management par les travailleurs ?
sant présumer de son assentiment en- >ÌÌ>V…jÊ`>˜ÃʏiÊV>`ÀiÊ`iÊܘÊÌÀ>Û>ˆ°Ê iÊ Autant de voies pouvant devenir des le-
ÛiÀÃʏiÃÊ«Àœ«œÃˆÌˆœ˜ÃÊ`iÊV…>˜}i“i˜ÌÊÆ ViÌÌiÊ “>˜ˆmÀi]Ê ˆÊ «œÕÀÀ>Ê ÌÀœÕÛiÀÊ iÃÊ ˆi˜ÃÊ ÛˆiÀÃÊ`ÕÊV…>˜}i“i˜ÌÊt
UÊʽ>À}Փi˜Ì>̈œ˜]ʏ>Ê`ˆÃVÕÃȜ˜Ê>Õ̜ÕÀÊ`ÕÊ ˜jViÃÃ>ˆÀiÃÊ DÊ jÌ>LˆÀÊ ÛiÀÃÊ iÃÊ ˜œÕÛiiÃÊ
V…>˜}i“i˜Ì]Ê >Ê “ˆÃiÊ i˜Ê `œÕÌiÊ `iÊ Ãœ˜Ê Û>iÕÀÃÊDʓiÌÌÀiÊi˜Ê«>Vi° Changer vers plus
bien fondé ; ­ œÕÃÊ Àiۈi˜`Àœ˜ÃÊ `>˜ÃÊ Õ˜Ê «ÀœV…>ˆ˜Ê ˜Õ- `iÊÃjVÕÀˆÌjʶ
UÊÊ>ÊÀjۜÌiÊ\ʏ>Ê}ÀmÛi]ʏ>Ê`j“ˆÃȜ˜]ÊoÊ̜ÕÌÊ méro des Carnets du préventeur sur cet
Vi>Ê`>˜ÃʏiÊLÕÌÊ`iʓœ˜ÌÀiÀʵÕiʏiÊV…>˜- >ëiVÌÊ\ÊVœ““i˜ÌÊ`jÛiœ««iÀÊ`iÃÊÛ>iÕÀÃÊ Vouloir implémenter plus de sécurité sur
gement va être néfaste et risque même `>˜ÃÊ՘iÊjµÕˆ«iʶ® le lieu de travail, vouloir mettre en place
d’être pire que le statu quo ; Õ˜Ê ÃÞÃÌm“iÊ `iÊ “>˜>}i“i˜ÌÊ `iÊ >Ê ÃjVÕ-
˜jۈÌ>LiÃ]ʏiÃÊÀjÈÃÌ>˜ViðÊÊ ÀˆÌj]Ê V½iÃÌÊ œ«jÀiÀÊ Õ˜Ê V…>˜}i“i˜ÌÊ DÊ ÌœÕÃÊ
iÊÃ>LœÌ>}iÊ\ʜ˜Êi˜Ìi˜`Ê`j“œ˜ÌÀiÀʏ½>LÃÕÀ‡ >ˆÃÊ«œÕÀÊ>ÕÌ>˜Ì iÃʘˆÛi>ÕÝÊ`iʏ½i˜ÌÀi«ÀˆÃiÊ­ÞÊVœ“«ÀˆÃÊ«œÕÀÊ
`ˆÌjÊ `ÕÊ V…>˜}i“i˜ÌÊ ­iÌɜÕÊ `iÊ Ãœ˜Ê «Àœ- ˜jv>ÃÌiÃʶ ViÕˆÊ µÕˆÊ `jÈÀi]Ê ÃœÕ…>ˆÌiÊ œÕÊ ˆ“«œÃiÊ ViÊ
“œÌiÕÀ®°Ê >Ê «Õ«>ÀÌÊ `ÕÊ Ìi“«Ã]Ê iÊ Ã>- V…>˜}i“i˜Ì®°Ê
i>Ê ÃiÊ viÀ>Ê >ÛiVÊ Ài“œÕÃ]Ê
LœÌ>}iÊ ÃÕÀۈi˜ÌÊ ÃՈÌiÊ DÊ Õ˜iÊ «…>ÃiÊ iÃÊÀjÈÃÌ>˜ViÃÊ>ÕÊV…>˜}i“i˜ÌÊvœ˜ÌÊ«>À̈iÊ >ÛiVÊ ÀjÕÃÈÌiÃÊ iÌÊ jV…iVÃ°Ê -iՏiÃÊ Õ˜iÊ Ûœ-
`½>À}Փi˜Ì>̈œ˜Ê œÙÊ iÃÊ ˆ˜`ˆÛˆ`ÕÃÊ œ˜ÌÊ ˆ˜Ìj}À>˜ÌiÊ`ÕÊ«ÀœViÃÃÕðÊ-ˆÊ`½>ˆiÕÀÃÊۜÕÃÊ lonté claire et un engagement vers résolu
ressenti une écoute défaillante, ou peut- ˜½i˜Ê «iÀViÛiâÊ «>ÃÊ ¿i݈ÃÌi˜Vi]Ê “jw>˜VitÊ vers plus de communication, de prise en
être même l’ignorance systématique de C’est sûrement qu’elles sont larvées et Vœ“«ÌiÊ`iÊV…>V՘ÊiÌÊ`iÊÀiëiVÌÊÀjiÊ«iÀ-
leurs avis. µÕ½iiÃÊ iÝ«œÃiÀœ˜ÌÊ ˆ˜jۈÌ>Li“i˜Ì]Ê ÌiiÊ mettront d’avancer vers la réussite. o
՘iÊLœ“LiÊDÊÀiÌ>À`i“i˜Ì°Ê*œˆ˜ÌÊ`iÊ«>Ã-
Comment dépasser ces sage obligé, les plus optimistes d’entre-
ÀjÈÃÌ>˜ViÃ]ÊVœ““i˜ÌÊv>ˆÀiÊ nous trouveront dans ces résistances
j“iÀ}iÀʏiÊV…>˜}i“i˜Ìʶ l’opportunité d’influencer, d’accélérer ou
`½>««Àœvœ˜`ˆÀÊ iÊ «ÀœViÃÃÕÃÊ `iÊ V…>˜}i-
*œÕÀÊ}jÀiÀʏiÊV…>˜}i“i˜Ì]Ê«>ÃÊ`iÊÀiViÌÌi]Ê
Lˆi˜Êi˜Ìi˜`ÕtÊ>ˆÃÊ«Õ̞ÌÊ`iÃÊ«ˆÃÌiÃÊ«œÕÀÊ
l’analyse et la suggestion de mesures pro-
«ÀiÃÊDÊi˜Êv>ۜÀˆÃiÀʏ½j“iÀ}i˜Vio «Réussir le changement -
UÊÊ>Ê̜ÕÌiÊ«Ài“ˆmÀiÊۜˆiÊiÃÌÊ՘ʵÕiÃ̈œ˜- Comment sortir des blocages
nement sur le style de management. individuels et collectifs ?»
iÊ V…>˜}i“i˜ÌÊ Û>‡Ì‡ˆÊ kÌÀiÊ >ÃÃj˜jÊ Christine Marsan,
Editions De Boeck Université, Coll. Manager RH,
`½>Õ̜ÀˆÌj¶Ê iÃÊ >ÌiÀ˜>̈ÛiÃÊ Ãœ˜Ì‡iiÃÊ
Bruxelles, 2008,
possibles, et y aura-t-il place ou non pour
ISBN : 978-2-8041-5628-2
µÕiµÕiÃʘj}œVˆ>̈œ˜Ã¶ÊÕÌ>˜ÌʏiÊÃ>ۜˆÀ\Ê 290 pages
plus l’autorité se montre obtuse, plus il y
a risque de rébellion stérile.

,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss-ARSs0AGE
Les carnets du

80 p r é v e n t e u r MENSUEL D’INFORMATION SUR LA SÉCURITÉ, LA SANTÉ ET LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL


Février 2009

Management de la sécurité %QUIPEMENTSDETRAVAIL


1099 Bruxelles X - Numéro de P.P. : B 80 - Ne paraît pas en juillet et décembre.

Pas de place au hasard.


No place for hazards.
,ENOUVEL!RRÐTÏ2OYAL
Mensuel - Numéro d’agrément : P101008 - Bureau de dépôt :

Management de la sécurité
Un tableau pour «faire la roue»? -ACHINES5NPASENAVANT
Communiquer visuellement la mise en œuvre
de l’amélioration continue…
DEUXPASENARRIÒREx
ES
ACHIN LGE
Risques particuliers
Opération «mains propres»: E-
jeux de mains, … pas si vilains !
LE$IRECTIV NDROITBE
UVEL IONE
Communiquer en sécurité-santé
,A.O RANSPOSIT
T
ETSA
Déceler les risques avec des «p’tits Mickey»?
Stimuler les échanges avec un outil ludique
,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss&ÏVRIERs0AGE
Communiquer en sécurité-santé
$ÏCELERLESRISQUESAVECDESiPTITS-ICKEYw
3TIMULERLESÏCHANGESAVECUNOUTILLUDIQUE
gXi9\ef`k>Xcc\q

C\½;\k\Zkfi`jb¾flcX½:_Xjj\Xloi`jhl\j¾fl\eZfi\c\½:_\iZ_\qc\j\ii\lij¾( 1Z\j[\jj`ejkil]$
]„j[\i`jhl\j~[„e`Z_\i`ccljki\ek[\jj`klXk`fej[\kiXmX`c%;\ji`jhl\jpXggXiX`jj\ekhl`d\kk\ek
\ea\lcXj„Zli`k„#cXjXek„flcXhlXc`k„[\cË\em`ifee\d\ek%@cjgflijl`m\eklefYa\Zk`][\]fidXk`fe%
DX`jafl\iXm\Z[\j½gËk`kjD`Zb\p¾gflilejla\kj„i`\loZfdd\cXj„Zli`k„#\jk$Z\Y`\eiX`jfeeXYc\6

iʁ iÌiV̜ÀˆÃŽ‚]ÊV½iÃÌÊ՘iÊ«>˜V…iÊ `>˜ÃÊ՘ÊVœˆ˜Ê`½>ÌiˆiÀʜÕÊÃÕÀÊ՘ÊV…>˜ÌˆiÀ]Ê

L `iÃȘji°Ê iÊ«iÕÌÊ«Ài˜`ÀiÊ`ˆÛiÀ-
ses formes. Le plus souvent, un
«>˜Ê`½i˜Ãi“LiÊi“LÀ>ÃÃiÊ̜ÕÌÊ՘ÊV…>˜-
œÕÊ œÀÃÊ `½Õ˜Ê ̜œLœÝÊ “iï˜}°Ê ½ˆ“«ÀiÃ-
sion sur divers formats ouvre la possibilité
`½ṎˆÃ>̈œ˜ÃÊ Û>ÀˆjiÃ\Ê «ÕÃÊ «ïÌÃÊ «œÕÀÊ Õ˜Ê
̈iÀÊ œÕÊ Õ˜iÊ ÕȘi°Ê ÕõսDÊ Õ˜iÊ ÌÀi˜Ì>ˆ˜iÊ usage individuel ou en petits groupes, for-
de situations peuvent y attirer l’attention “>ÌÊÎ]ÊۜˆÀiÊ>vwV…>}i]Ê«>ÀÊiÝi“«iÊ«œÕÀÊ
`iʏ½œLÃiÀÛ>ÌiÕÀ\Ê}iÃÌiʈ˜>««Àœ«ÀˆÊj]ʓ>- lancer un concours d’entreprise.
ÌjÀˆiÊ `jviVÌÕiÕÝ]Ê Ãˆ}˜>ˆÃ>̈œ˜Ê iÀÀœ˜ji]Ê
iÌVoÊÊ La formule est aussi proposée sous forme
iÊ iÌiV̜ÀˆÃŽÊ«iÕÌÊ>ÕÃÈÊkÌÀiÊVÀjjÊÜÕÃÊ `ˆ}ˆÌ>ˆÃji°Ê "˜Ê «iÕÌÊ >ˆ˜ÃˆÊ i˜Ê œLÌi˜ˆÀÊ Õ˜iÊ
vœÀ“iÊ`½Õ˜iÊVœÕÀÌiʅˆÃ̜ˆÀi°ÊiÃÊV>ÃiÃÊýÞÊ «ÀjÃi˜Ì>̈œ˜Ê DÊ «ÀœiÌiÀÊ ÃÕÀÊ jVÀ>˜Ê “ÕÀ>\Ê
ÃÕVVm`i˜ÌÊDʏ>Êv>Xœ˜Ê`½Õ˜iÊL>˜`iÊ`iÃÈ- un atout non négligeable lorsqu’il s’agit
née classique. Cette succession de scè- d’animer un groupe de formation.
˜iÃÊ œvvÀiÊ ½>Û>˜Ì>}iÊ `½ˆ“«Àˆ“iÀÊ >ÕÝÊ jÛm-
r
raphito.f

˜i“i˜ÌÃʏiÕÀÊV>À>VÌmÀiÊV…Àœ˜œœ}ˆµÕi°Ê>Ê *ÕÃÊ ¼ÌiV…˜œ½Ê i˜VœÀi]Ê Õ˜iÊ >««ˆV>̈œ˜Ê


vœÀ“iʁ ‚Ê«iÀ“iÌÊ>ÕÃÈʫÕÃÊv>Vˆi“i˜ÌÊ “Տ̈“j`ˆ>ÊÃÕÀÊ
Ê,œ“ÊœÕʈ˜ÌÀ>˜iÌʓiÌ-
it) par G

`iÊÈÌÕiÀʏiÃÊÃVm˜iÃÊ`>˜ÃÊ`iÃʏˆiÕÝÊ«>ÀvœˆÃÊ ÌÀ>ʏiʍœÕiÕÀÊ>ÕÊ`jwÊ`iÊ«œˆ˜ÌiÀʏiÃÊ>˜œ“>-
ik (extra

très différents. lies ou les risques, éventuellement sous la


½ˆÕÃÌÀ>̈œ˜Ê iÃÌÊ v>VˆiÊ DÊ ṎˆÃiÀÊ ÃœÕÃÊ Ã>Ê Vœ˜ÌÀ>ˆ˜ÌiÊ`½Õ˜ÊV…Àœ˜œ“mÌÀi°ÊÕÊÌiÀ“iÊ`ÕÊ
tectors

ÛiÀȜ˜Ê «>«ˆiÀ‚°Ê "˜Ê «iÕÌÊ >Ê `j«œÞiÀÊ iÕ]Ê՘ÊjVÀ>˜ÊvjˆVˆÌiʏiÊV>˜`ˆ`>ÌoʜÕÊv>ˆÌÊ


© De

>««>À>ŠÌÀiʏiÃÊVœÀÀiV̈œ˜ÃʘjViÃÃ>ˆÀiðÊ

1. La «Chasse aux risques» est une marque de AGE ;


Fullmark propose son «Cherchez les erreurs».
Quant au «Detectorisk», il est produit par Graphito et
distribué en Belgique par Vidyas.
r
hito.f
Grap
ar
rsik p
tecto
© De

,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss&ÏVRIERs0AGE
Communiquer en sécurité-santé

E.fr
s par AG
Faire travailler les méninges, `jÛiœ««iÀ]Ê `iÃÊ Vœ“«œÀÌi“i˜ÌÃÊ DÊ “œ`ˆwiÀ°Ê
faire circuler la parole, … iÊv>ˆÌÊ`iʏiÃÊiÝ«Àˆ“iÀ]Ê`iÊ«>À̈Vˆ«iÀÊ>“œÀViÊ

x risque
՘ÊV…>˜}i“i˜ÌÊ`½>Ì̈ÌÕ`i°Ê

asse au
iÊ iÌiV̜ÀˆÃŽÊ ÃiÊ œÕiÊ iÊ «ÕÃÊ ÃœÕÛi˜ÌÊ i˜Ê
}ÀœÕ«i°Ê1˜ÊiÝi“«iÊ`½ÕÃ>}iÊV>ÃȵÕi\Ê>ÛiVÊ iÃÊ jj“i˜ÌÃÊ >LœÀ`jÃÊ Ãœ˜ÌÊ “ˆiÕÝÊ “j“œÀˆ-

© La ch
՘iÊ `ˆâ>ˆ˜iÊ `iÊ «iÀܘ˜iÃ]Ê ½>˜ˆ“>ÌiÕÀÊ ­iÊ ÃjÃ]ʫՈõսˆÃʜ˜ÌÊjÌjÊ>««Àœ«ÀˆjÃÊ«>ÀÊV…>V՘°Ê
V…ivÊ`½jµÕˆ«i]ʏiÊVœ˜ÃiˆiÀÊi˜Ê«ÀjÛi˜Ìˆœ˜]o®Ê iÊ Ìi“«ÃÊ `iÊ «>ÀœiÊ iÃÌÊ “ˆiÕÝÊ Àj«>ÀÌˆÊ i˜ÌÀiÊ
«œÃˆÌˆœ˜˜iÊ ½>vwV…i]Ê œÕÊ `ˆÃÌÀˆLÕiÊ Õ˜Ê iÝi“- V…ivÊ`½jµÕˆ«iÊiÌʏiÃʜ«jÀ>ÌiÕÀÃÊ`iÊL>Ãi°Ê1˜Ê Ã>ۜˆÀÃʈ˜Vœ˜ÃVˆi˜ÌÃ]ʈÊv>ˆÌʜÕLˆiÀÊDʏ>Ê«iÀܘ-
«>ˆÀiÊ DÊ V…>V՘°Ê ˆÝÊ “ˆ˜ÕÌiÃÊ Ãœ˜ÌÊ >ˆÃÃjiÃÊ ÛjÀˆÌ>LiÊ«>ÀÌ>}iÊ`iÊÃ>ۜˆÀÃÊ«iÕÌÊ>««>À>ŠÌÀi°Ê ˜iʵտiiÊÃiÊÌÀœÕÛiÊi˜ÊvœÀ“>̈œ˜°Ê1˜Ê>`ՏÌiÊ
`>˜ÃÊ Õ˜Ê «Ài“ˆiÀÊ Ìi“«ÃÊ Ê «œÕÀÊ >Ê ÀiV…iÀV…iÊ en formation veut oblitérer le rapport scolaire.
ˆ˜`ˆÛˆ`Õii°Ê*ՈÃʏ>Ê«>ÀœiÊVˆÀVՏi°Ê/œÕÀÊDÊ̜ÕÀ]Ê +Õ>˜ÌÊ DÊ >Ê Û>iÕÀÊ `iÃÊ >««Ài˜ÌˆÃÃ>}iÃÊ «>ÀÊ Ê`œˆÌÊkÌÀiÊÀ>ÃÃÕÀjÊÃÕÀÊÃiÃÊV>«>VˆÌjÃ]Ê>Û>˜ViÀÊ
ÜÕÃʏ>ʅœÕiÌÌiÊ`iʏ½>˜ˆ“>ÌiÕÀ]ÊV…>V՘Ê`j- ½>««ÀœV…iÊ Õ`ˆµÕi]Ê iiÊ ˜¿>Ê Àˆi˜Ê DÊ i˜ÛˆiÀÊ DÊ DÊ Ãœ˜Ê ÀÞ̅“i]Ê i“«À՘ÌiÀÊ Ã>Ê «œÀÌiÊ `¿i˜ÌÀjiÊ
VÀˆÌÊ՘ÊÀˆÃµÕiÊ`jÌiVÌj°Ê ÌʏiÊ`jL>ÌÊýi˜}>}i°Ê celle des connaissances acquises dans `>˜ÃÊ iÊ ÃՍiÌ°Ê iÃÊ >««Ài˜ÌˆÃÃ>}iÃÊ Õ`ˆµÕiÃÊ
½œṎÊۈÃÕiÊÃ̈“Տiʏ>Ê«>À̈Vˆ«>̈œ˜°Ê"˜Ê˜½iÃÌÊ ½>ÕÃÌjÀˆÌj°Ê œÕiÀÊ iÌÊ >««Ài˜`ÀiÊ Ãœ˜ÌÊ `iÕÝÊ Àj«œ˜`i˜ÌÊ DÊ ViÃÊ i݈}i˜ViÃ°Ê ½>««Ài˜>˜ÌÊ
«ÕÃÊ >ë…Þ݈jÊ «>ÀÊ iÊ “>}ˆÃÌÀ>Ê `jÛiÀÃi“i˜ÌÊ v>ViÌÌiÃÊ`Õʓk“iÊ«…j˜œ“m˜i]ÊiÌʏiʍiÕÊ`iÊ peut adopter une attitude de concentration
d’informations descendantes. Les travailleurs formation permet de retrouver les conditions `jÌi˜`Õi]Ê iÌÊ >ÕÃÃˆÊ œÃiÀ\Ê ˆÊ ˜iÊ VœÕÀÌÊ «>ÃÊ `iÊ
Vœ˜˜>ˆÃÃi˜ÌÊ`½>ˆiÕÀÃʏ>Ê«Õ«>ÀÌÊ`iÃÊ}iÃÌiÃÊDÊ ˆ`j>iÃÊ`iʏ¿>««Ài˜ÌˆÃÃ>}i°ÊiʍiÕÊÃ̈“ՏiʏiÃÊ risque en se trompant.

dessiné. Bien plus tôt encore, l'imagerie


Devinettes d'Épinal ? d'Épinal s’est forgé une réputation défini-
Raconter par l’image: la pratique ne date tive avec les planches d’images colorées
pas d’hier. En Belgique, elle s’est même qu’elle a diffusées dans le monde entier.
particulièrement développée depuis l’en- Les images d’Epinal ont diverti, encou-
tre-deux-guerres. Les (chef-d’)œuvres ragé les enfants sages avec les «bons
de centaines de créateurs de BD hors points», soutenu la réclame, ou illustré
pair nous ont familiarisé avec ce langage les leçons d’histoire de nombreuses gé-
nérations.

Les images d’Epinal ont aussi posé mille


«devinettes» en proposant la recherche
d’objets cachés dans leur gravure. Au fil
du temps, l'expression image d'Épinal a
pris un sens figuré. Elle désigne une vi-
sion traditionnelle et «naïve», qui ne mon-
tre que le bon côté des choses.*

Avec le Detectorisk ou «Cherchez les er-


reurs», on est à l’opposé de cette exem-
plarité par l’image. Mais il y est toujours
fait appel à l’attitude active du specta-
teur-lecteur. Et comme depuis plus de
* l’Imagerie d’Epinal se visite toujours deux siècles, il se laisse emmener par le
actuellement et réalise encore caractère ludique de l’épreuve! Seule-
de l’édition d’Image d’Epinal. ment cette fois, il ne s’agit plus de de-
vinette: les risques, ça ne se devine pas,
Imagerie d’Epinal© ça s’analyse!
Reproduction Interdite
www.imagerie-epinal.com

0AGEs,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss&ÏVRIER
Votre chasse aux anomalies:
prête à porter ou sur mesure…
de sécurité ?
Avec le Detectorisk, tous les sujets peu- d’éléments sont un maxi-
vent être abordés, et à tous les niveaux mum. Les situations de
de difficulté. Votre Detectorisk, vous le travail doivent être décrites
voulez générique ou ciblé ? De grands très précisément. Le recours
thèmes récurrents comme le risque à des photos des sites peut
routier, les déplacements dans l’entre- bien entendu y contribuer. Il faut
prise, le risque chimique, l’environne- réduire le risque de pertes de temps en
ment, ou l’incendie sont proposés dans rectifications ultérieures, très fâcheuses
les catalogues d’éditeurs. Mais on peut une fois que le travail graphique a été
aussi créer un outil sur mesure. C’est entamé.
plus facile qu’on ne le croit ! On peut
alors aborder de manière très ciblée un Une fois que les concepteurs de la
environnement de travail particulier et planche se sont mis à l’ouvrage, les
des risques spécifiques. Benoit Roland choses peuvent aller très vite. L’habi-
a guidé la création du Detectorisk qu’il leté avec laquelle ils arrivent à agencer
a demandé pour l’ensemble des sites l’ensemble des situations de travail en
européens d’AGC Flat Glass. *œÕÀʓ>Ê un seul tableau est remarquable. Dans
«>ÀÌ]Ê iÊ ÃՈÃÊ «Õ̞ÌÊ «>À̈Ã>˜Ê `iÊ w}ÕÀiÀÊ un premier temps, exactement comme
des situations qui mettent en scène pour une BD, ils proposent au client
`iÃÊÀˆÃµÕiÃÊëjVˆwµÕiðÊiÃÊṎˆÃ>ÌiÕÀÃÊ un crayonné. Dès que cette esquisse
sont plus réceptifs parce qu’ils s’iden- est validée, quelques allers-retours par
̈wi˜ÌÊ`ˆÀiVÌi“i˜Ì°Ê
½iÃÌÊLˆi˜Ê`iʏiÕÀÃÊ email suffisent généralement pour affi-
“j̈iÀÃÊ µÕ½œ˜Ê ÌÀ>ˆÌi\Ê ˆÃÊ ÀiVœ˜˜>ˆÃÃi˜ÌÊ ner le dessin, et ajuster les détails.
leurs équipements, leur production,
œÕʏiÊVœ˜ÌiÝÌiÊ«>À̈VՏˆiÀÊ`iʏiÕÀÊÕȘi°Ê Dernière étape: imprimer (avec le logo
"˜Ê ÞÊ }>}˜iÊ i˜Ê >`…jȜ˜Ê `iÃÊ «>À̈Vˆ- de l’entreprise cliente), ou bien confier

© Detectorsik par Graphito.fr


«>˜ÌÃoʂ l’œuvre de l’illustrateur à un program-
meur pour le transposer sur CD Rom
Première étape: créer la liste des ris- ou sur intranet. Si le travail descriptif de
ques qui doivent apparaître dans la départ est réalisé avec précision, une
planche dessinée. Il faut alors établir vingtaine de jours peuvent suffire entre
les priorités et se limiter. Une trentaine la demande et la livraison.

«Un outil de formation pour sortir système de management de la sécurité…


Certaines usines l’ont utilisé pour animer un
d’échanges technico-réglementaires… » concours!»

9\ef`kIfcXe[\jkZfej\`cc\i\egi„m\ek`fe%@cX^l`$ avoir recours dans l’ensemble de l’Europe, Vous y avez donc recours
[„cXZi„Xk`fe[l;\k\Zkfi`jbhlË`cX[\dXe[„gfli et il fallait contourner l’obstacle de la langue. avec tous les niveaux
Notre Detectorisk est mis à la disposition de hiérarchiques ?
cË\ej\dYc\[\jj`k\j\lifg„\ej[Ë8>:=cXk>cXjj% l’ensemble de nos sites, et son utilisation
peut varier selon les besoins: ici, il servira de «Certainement. On peut le proposer soit
«Notre choix de faire réaliser cet outil de directement aux opérateurs de terrain,
support lors de l’accueil des nouveaux tra-
communication illustré a notamment été soit à ceux qui vont relayer les éléments
vailleurs, là, on y fera appel à un moment
guidé par une contrainte: nous allions y de formation à leurs équipes… Une plan-
de la formation de la ligne hiérarchique au

,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss&ÏVRIERs0AGE
Communiquer en sécurité-santé

Quels critères avez-vous suivi


pour sélectionner les risques
que vous avez fait figurer
dans le Detectorisk AGC ?

«Notre choix s’est porté prioritairement sur


des risques spécifiques à nos situations de
.be
Fullmark
urs par travail. Nous nous sommes basés sur des si-
rchez les erre
© Che
tuations réelles, voire sur des accidents sur-
venus. Illustrer des risques peu plausibles ou
sur lesquels les individus n’ont aucune prise
mande aux travailleurs de s'exprimer sur leur n’aurait pas d’intérêt! Et puis, nous avons
che illustrée n’est ni plus ni moins qu’un propre expérience en regard de ces risques. veillé à ce que, à chacun des risques illustrés,
outil, un support d’animation. Elle permet Notre objectif en utilisant le Detectorisk est puissent correspondre des actions à pren-
d’engager les débats sur base de situations de valoriser le partage des savoir-faire et dre qui soient à la portée des participants. Ils
concrètes.» l'implication du groupe dans la résolution doivent pouvoir apporter eux-mêmes les so-
de problèmes. Nous voulons non seulement lutions, par des aménagements simples des
Il ne se suffit donc pas à lui- développer un comportement de prudence postes de travail, ou par une bonne discipline
même, même si une version mais surtout l'initiative sécuritaire des parti- personnelle ou d’équipe, par exemple de
est disponible avec les cor- cipants. port d’EPI. Si les changements étaient jugés
rections… inaccessibles, il n’y aurait pas d’engagement
Car il ne s’agit bien entendu pas seulement des participants…» o
«Non, il sert essentiellement à susciter le dé- d’identifier les risques représentés, mais
bat. Il permet de sortir d’échanges technico- d’arriver en groupe à proposer des actions.
réglementaires moins vivants. Le Detectorisk Et en aucun cas le Detectorisk ne doit ser-
stimule la dynamique du groupe. C’est un vir d’instrument d’évaluation ou de certifi-
support très didactique et qui fait appel à la cation. Ce n’est pas pour cela qu’il a été
recherche de solutions concrètes. Au lieu de développé!»
simplement informer sur les risques, on de-

.fr
r AGE
es pa
aux risqu
e
chass
© La

© Dete
ctorsik p
ar Grap
hito.fr p
our AGC
Flat Gla
ss

0AGEs,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss&ÏVRIER
Les carnets du

79 p r é v e n t e u r MENSUEL D’INFORMATION SUR LA SÉCURITÉ, LA SANTÉ ET LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL


Janvier 2009

Réglementation
2ÏGLEMENTATION
1099 Bruxelles X - Numéro de P.P. : B 80 - Ne paraît pas en juillet et décembre.

Lendemains qui pleurent pour


les entreprises au risque aggravé
Réglementation !LCOOLETDROGUES
Mensuel - Numéro d’agrément : P101008 - Bureau de dépôt :

Conseiller en prévention : au rapport !


Management de la sécurité PRÏVENIRETREMÏDIER
Développer la prévention par les procédures:
success-story chez NYK-Mondia logistics. la Convention Collective de Travail
Management de la sécurité
Jobs d’été ad intérim: moins d’accidents en 2008
Communiquer en sécurité-santé
Génération «Y»: communiquer
avec les plus jeunes dans l’entreprise
,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss*ANVIERs0AGE
Réglementation
#ONSEILLERENPRÏVENTION
AURAPPORT
gXi9\ef`k>Xcc\q

8lgXjjX^\~cË_\li\[˄k„#[\ie`\i[`dXeZ_\[\dXij#`cj\iXgi\jhl\kifgkXi[¿
GXj[\hlf`j\cX`jj\ijligi\e[i\#\egi`eZ`g\1kfljc\jXej#ZË\jkcXd†d\Z_fj\#c\i\e[\q$mfljgi`e$
kXe`\i[\jZfej\`cc\ij\egi„m\ek`fe%8mXekc\(\iXmi`c#gflikflk\\eki\gi`j\#c\iXggfikXeel\c[l
J\im`Z\`ek\ie\[\gi„m\ek`fe\k[\gifk\Zk`feXlkiXmX`cJ@GG [f`k†ki\jlic\Yli\Xl[\cË`ejg\Zk`fe
[l:fekic\[l9`\e$†ki\XlkiXmX`c[fek[„g\e[jfej\Zk\li%(
Cette article a été publié dans le journal l'Echo du 20 janvier 2009

UÊÊiÊÀ>««œÀÌÊ>˜˜ÕiÊˆ“«ˆµÕiʏ½jÛ>Õ>̈œ˜Ê`ÕÊ
suivi des décisions prises l’année précé-
dente pour le plan annuel de prévention.
UÊÊ ˜ÊÀj`ˆ}i>˜ÌʏiÊÀ>««œÀÌ]ʜ˜Ê«iÕÌÊ>ÕÃÈʫÀœ-
Vj`iÀÊDÊ`ˆÛiÀÃiÃÊÛjÀˆwV>̈œ˜Ã\ʏ>ÊÃÕÀÛiˆ>˜ViÊ
de santé a-t-elle bien été assurée pour
tous? Les équipements de travail ont-ils été
Vœ˜ÌÀžjÃ]Ê`œ˜ÌÊViÕÝʵՈÊ`œˆÛi˜Ìʏ½kÌÀiÊÀj}Õ-
lièrement par un service agréé (appareils de
iÛ>}i]ÊjµÕˆ«i“i˜ÌÃÊÜÕÃÊ«ÀiÃȜ˜]ÊiÌVo®¶
UÊÊ>Ê «Àj«>À>̈œ˜Ê `ÕÊ À>««œÀÌÊ œvvÀiÊ ½œVV>Ȝ˜Ê
`½jV…>˜}iÀÊ`iÃʈ˜vœÀ“>̈œ˜ÃÊiÌÊ`iÊv>ˆÀiʏiÊ
«œˆ˜Ì]Ê>ÛiVʏ>Ê`ˆÀiV̈œ˜]Ê>ÛiVʏiÊ-iÀۈViÊ Ý-
ÌiÀ˜iÊ`iÊ*ÀjÛi˜Ìˆœ˜ÊiÌÊ*ÀœÌiV̈œ˜Ê>ÕÊ/À>Û>ˆ]Ê
ou encore avec les services des ressources
…Õ“>ˆ˜iÃÊoÊ+ÕiÊ>ÊjÌjʏ½>LÃi˜ÌjˆÃ“iÊ`Õ-
rant l’année écoulée, comment a-t-il évo-
lué, quelles indications peut-on en tirer ?
­“>>`ˆiÃ]Ê >VVˆ`i˜ÌÃ]Ê V…>À}iÊ «ÃÞV…œÃœ-
Vˆ>i]ÊÃÌÀiÃÃo®

˜Ê œÕÌÀi]Ê iÃÊ À>««œÀÌÃÊ >˜˜ÕiÃÊ «iÀ“iÌÌi˜ÌÊ


d’établir des comparaisons, d’année en
année, sur les résultats de la politique de
ÕiÊi˜ÌÀi«Ài˜iÕÀʘ½>ʍ>“>ˆÃÊÀiÃÃi˜ÌˆÊ au conseiller en préventionÓ. L’arrêté royal du

Q
«ÀjÛi˜Ìˆœ˜°Ê ˆ˜ÃˆÊ ÞÊ ÌÀœÕÛi‡Ì‡œ˜Ê `iÃÊ V…ˆvvÀiÃÊ
i˜˜ÕˆÊ œÕÊ `jVœÕÀ>}i“i˜ÌÊ DÊ ¿ˆ`jiÊ ÓÇÊ “>ÀÃÊ £™™nÊ Ài>̈vÊ >ÕÊ ÃiÀۈViÊ ˆ˜ÌiÀ˜iÊ `iÊ ÀjÛj>ÌiÕÀÃ\Ê ViÕÝÊ `iÃÊ Ì>ÕÝÊ `iÊ vÀjµÕi˜ViÊ iÌÊ
`iÊ Àj`ˆ}iÀÊ Õ˜Ê À>««œÀÌ¶Ê ->Ê Àj`>V- prévention et de protection au travail (Code de gravité des accidents éventuellement sur-
tion semble-t-elle une corvée obligatoire pour ÃÕÀÊ iÊ Lˆi˜‡kÌÀiÊ >ÕÊ ÌÀ>Û>ˆ]Ê /ˆÌÀiÊ ]Ê
…>«ˆÌÀiÊ Ûi˜ÕÃ°Ê +ÕiiÊ iÃÌÊ >Ê «œÃˆÌˆœ˜Ê `iÊ ½i˜ÌÀi«ÀˆÃiÊ
V>ÕÃiÊ`iÊLÕÀi>ÕVÀ>̈i¶Ê ÌÊÈÊۜÕÃʏ½>LœÀ`ˆiâÊ £iÀ®Ê«ÀjVˆÃiʵÕiÊV¿iÃÌʏiÊVœ˜ÃiˆiÀÊi˜Ê«ÀjÛi˜‡ «>ÀÊ À>««œÀÌÊ DÊ Ãœ˜Ê ÃiVÌiÕÀÊ `½>V̈ۈÌj¶Ê ­"˜Ê
Vœ““iÊ Õ˜iÊ `j“>ÀV…iÊ `½>ˆ`iÊ DÊ >Ê `jVˆÃˆœ˜Ê ̈œ˜ÊµÕˆÊ`œˆÌÊjÌ>LˆÀÊViÊÀ>««œÀÌÊ­>À̈ViÊÇ]ÊÅ£iÀ]Ê «iÕÌÊýi˜Êˆ˜vœÀ“iÀÊ>Õ«ÀmÃÊ`ÕÊœ˜`ÃÊ`iÃÊV-
en matière de prévention? Óc]ÊL®ÊiÌÊj˜Õ“mÀiʏiÃʈ˜vœÀ“>̈œ˜ÃʵՈÊ`œˆÛi˜ÌÊ cidents du Travail.Î®Ê iÃÊ`ˆÃ«>ÀˆÌjÃÊ>««>À>ˆÃ-
ÞÊw}ÕÀiÀÊ­>˜˜iÝiÊ®° Ãi˜Ì‡iiÃÊi˜ÌÀiÊ`ˆvvjÀi˜ÌÃÊÈÌiÃÊ`½iÝ«œˆÌ>̈œ˜Ê
Un rapport annuel, *Ài˜`ÀiÊ iÊ Ìi“«ÃÊ `½j>LœÀiÀÊ ViÊ À>««œÀÌÊ >˜- d’une même société ?
pour quoi faire ? nuel, c’est l’occasion d’actualiser les infor-
“>̈œ˜ÃÊiÌÊ`iʏiÃÊ>˜>ÞÃiÀÊ«œÕÀÊ>}ˆÀ\Ê Pour vivre heureux, vivons
Le rapport annuel constitue un résumé des UÊʏÊi˜}>}iÊDÊÀ>ÃÃi“LiÀÊ`iÃÊ`œ˜˜jiÃÊV…ˆv- cachés ?
mesures de prévention mises en œuvre au frées sur les incidents survenus, sur les
Ãiˆ˜Ê`iʏ½i˜ÌÀi«ÀˆÃiÊ`ÕÀ>˜Ìʏ½>˜˜jiÊjVœÕji°ÊÊ accidents et leurs conséquences pour les «Fort bien]Ê `ˆÀiâ‡ÛœÕÃÊ «iÕ̇kÌÀi]Ê mais l’en-
donne une image de ce qui s’est passé en …œ““iÃÊiÌÊ«œÕÀʏ½i˜ÌÀi«ÀˆÃiÆʈÊvœÕÀ˜ˆÌʏ½œV- voi du rapport annuel à l’Administration, au
“>̈mÀiÊ`iÊ ˆi˜‡kÌÀiÊ>ÕÊÌÀ>Û>ˆ°Ê,j`ˆ}iÀʏiÊÀ>«- V>Ȝ˜Ê `½ˆ`i˜ÌˆwiÀÊ `iÃÊ `ˆvwVՏÌjÃÊ ÀjVÕÀÀi˜- «Contrôle du Bien-être», n’est-ce pas lui ten-
«œÀÌÊ>˜˜ÕiÊv>ˆÌÊ«>À̈iÊ`iÃʓˆÃȜ˜ÃÊVœ˜wjiÃÊ ÌiÃ]ʫՈÃÊ`½j>LœÀiÀÊ`iÃÊ܏Ṏœ˜ÃÆ dre le bâton avec lequel elle va battre l’entre-

,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss*ANVIERs0AGE
Réglementation

prise ?»Ê œÕÃÊ>ۜ˜ÃÊ«œÃjʏ>ʵÕiÃ̈œ˜ÊDÊ >̅>ˆiÊ œÕÛii]ʈ˜Ã«iVÌÀˆViÊ


de la direction du Hainaut. «Les missions qui sont les nôtres ne se
résument pas à la coercition et à la répression, réagit-elle. La plupart FORMATION COMPLEMENTAIRE
du temps, c’est comme conseils que nous sommes consultés, pour SPECIFIQUE ET EXAMEN SPECIFIQUE
soutenir l’employeur dans la mise en œuvre des mesures de préven-
tion. Quant à l’absence de rapport annuel, il serait plutôt de nature à POUR LES COORDINATEURS
favoriser l’inscription de l’entreprise ‘oublieuse’ dans la liste de celles en matière de sécurité et de santé
qui sont à contrôler préférentiellement !»
sur les chantiers temporaires
Faire appel à l’équipe ? ou mobiles
Le rapport annuel est bien de la responsabilité de l’entreprise elle-
même. «C’est vrai, «œÕÀÃՈÌÊ >̅>ˆiÊ œÕÛii, mais rien n’empêche NIVEAU B
de faire appel au Service Externe auquel l’entreprise4 est affiliée ou
(FORMATION AGRÉÉE SPF EMPLOI, TRAVAIL ET CONCERTATION SOCIALE)
bien à un agent du Contrôle du Bien-être, particulièrement lors de la
première fois où la rédaction du rapport est entamée.»Ê
…iâÊ6ˆ`Þ>Ã]Ê
les consultants sont aussi coutumiers d’un tel accompagnement des Rentrée SERAING : le mardi 10 mars 2009
Vœ˜ÃiˆiÀÃÊi˜Ê«ÀjÛi˜Ìˆœ˜°ÊÊÀiÃÌiʵÕiʵÕ>˜ÌˆÌjÊ`½ˆ˜vœÀ“>̈œ˜ÃÊ`œˆÛi˜ÌÊ
kÌÀiÊVœ“«jÌjiÃÊ«>Àʏ½i˜ÌÀi«ÀˆÃiÊii‡“k“i°Ê iÃʘiÊܘÌÊ«>ÃÊ`ˆÃ«œ- LES COURS SONT ORGANISÉS CHAQUE MARDI
˜ˆLiÃÊV…iâʏiÃÊ«ÀiÃÌ>Ì>ˆÀiÃÊ`iÊÃiÀۈViÃÊVœ““iʏiÊÃiVÀjÌ>Àˆ>ÌÊÜVˆ>Ê
ou l’assureur accidents du travail.
(EN DEHORS DES CONGÉS SCOLAIRES)

10 JOURS DE FORMATION
10 mars 2009 - 17 mars 2009 - 24 mars 2009
Rapport annuel SIPP : 31 mars 2009 - 21 avril 2009 - 28 avril 2009
où trouver les formulaires? 05 mai 2009 - 12 mai 2009 - 19 mai 2009 - 26 mai 2009
-ÕÀʏiÊ7 ]ÊViÃÊvœÀ“Տ>ˆÀiÃÊÃiÊÌÀœÕÛi˜Ì]ÊÃÕÀʏiÊÈÌiÊ`ÕÊ-iÀۈViÊ
*ÕLˆVÊ j`jÀ>Ê “«œˆÊ iÌÊ `ÕÊ /À>Û>ˆÊ Ê ÜÜÜ°i“«œˆ° i}ˆµÕi°LiÊ
Une visite de chantier est incluse dans la formation
€Ê/…m“iÃÊ€Ê ˆi˜‡kÌÀiÊ>ÕÊÌÀ>Û>ˆÊ€Ê*ÀœVj`ÕÀiÃÊiÌÊvœÀ“Տ>ˆÀiÃʀÊ
-iÀۈViÃʈ˜ÌiÀ˜iÃÊ«œÕÀʏ>Ê«ÀjÛi˜Ìˆœ˜ÊiÌʏ>Ê«ÀœÌiV̈œ˜Ê>ÕÊÌÀ>Û>ˆÊ‡Ê
rapport annuel
+ EXAMEN SPÉCIFIQUE NIVEAU B :
"˜Ê«iÕÌÊÊj}>i“i˜ÌʜLÌi˜ˆÀʏiÃÊ`œVՓi˜ÌÃÊ«>ÀÊVœÕÀÀˆiÀÊ>Õ«ÀmÃÊ Examen théorique : le mardi 02 juin 2009
des directions régionales ou auprès de la direction générale en
Ìjj«…œ˜>˜ÌÊ>ÕÊ­äÓ®ÊÓÎÎÊ{xÊ££
Examen pratique : le vendredi 26 juin 2009
œÕÊ«>ÀÊi‡“>ˆÊVLiJi“«œˆ°Li}ˆµÕi°LiÊ
Lieu de la formation
iÊ vœÀ“Տ>ˆÀiÊ Vœ“«jÌjÊ iÃÌÊ DÊ Ài˜ÛœÞiÀÊ DÊ >Ê ˆÀiV̈œ˜Ê Àj}ˆœ˜>iÊ
Dans les locaux du CEPS asbl
`ÕÊ
œ˜ÌÀžiÊ`ÕÊ ˆi˜‡kÌÀiÊ>Û>˜ÌʏiÊ£iÀÊ>ÛÀˆÊÓä䙰ʏÊ`œˆÌÊkÌÀiÊ>V-
Vœ“«>}˜jÊ`iÃÊ`œVՓi˜ÌÃÊVœ˜ViÀ˜>˜Ìʏ>ÊÃ>˜ÌjÊiÌʏ½…Þ}ˆm˜iÊ`iÃÊ (Centre Européen Pour la Sécurité)
i“«œÞjÃ\ÊÀ>««œÀÌÊ`iÊۈÈÌiÊ`iÃʏˆiÕÝÊ`ÕÊÌÀ>Û>ˆÊ«>Àʏiʓj`iVˆ˜Ê`ÕÊ Zoning Industriel du Haut Pré
travail et rapport sur la surveillance médicale des travailleurs. rue Guillaume d’Orange 168 à 4100 SERAING

Horaire
de 8h30 à 17h30
Formation agréée Congé Education Payé et Chèques formation.

1. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l’exécu-
tion de leur travail, article 30
2. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif au service interne de prévention et de protection au travail,
article 7, §1er, 2°, b Renseignements et Inscriptions :
3. www.faofat.fgov.be
4. SEPP : Service Externe pour le Prévention et la Protection au travail. L’employeur est bien res- >Lˆi˜˜iÊ1 ,,Ê" -Ê>ÕÊä£äÉÊ{xÊÈxÊÈ£
ponsable de la politique de prévention de son entreprise. Certaines tâches et missions peuvent/ v°}}Jۈ`Þ>ðLi
doivent cependant être déléguées au SEPP.

0AGEs,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss*ANVIER
Les carnets du

78 p r é v e n t e u r Novembre-Décembre 2008
MENSUEL D’INFORMATION SUR LA SÉCURITÉ, LA SANTÉ ET LE BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL

Sécurité routière
%QUIPEMENTSDETRAVAIL
1099 Bruxelles X - Numéro de P.P. : B 80 - Ne paraît pas en juillet et décembre.

Transporter un collègue:
attestation d'aptitude à la trappe
#HOIRDgÏCHELLES
Mensuel - Numéro d’agrément : P101008 - Bureau de dépôt :

Management de la sécurité
Des conditions de travail adaptées aux «45 +»
avec le Fonds de l’Expérience professionnelle
-ANAGEMENTDELASÏCURITÏ
Psychosocial
Le bore-out au travail ou
«bâiller» aux corbeilles !
,ACONSIGNATION
Chantiers temporaires ou mobiles POURUNTRAVAIL
Certification des coordinateurs :
Patience est mère de sûreté ? HORSÏNERGIE
,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss.OVEMBRE $ÏCEMBREs0AGE
Equipements de travail
!CCIDENTSDUTRAVAILGRAVES
£ASESTPASSÏPRÒSDECHEZVOUS

:_f`i[˄Z_\cc\j¿
;\loXZZ`[\ekj^iXm\j`dgc`hlXekcË\dgcf`[˄Z_\cc\jgfikXYc\jj\jfeki„Z\dd\ekgXjj„j
[Xej[\j\eki\gi`j\j[\efki\i„^`fe%CËfZZXj`fe[\j\iXgg\c\ihl\chl\jd\jli\j„c„d\e$
kX`i\j[\j„Zli`k„cfij[\kiXmXlo\e_Xlk\li%

Pour repeindre la partie du mur située

L
es murs d’un atelier devaient être
Chute et accident, repeints. Pour effectuer ce travail, >Շ`iÃÃÕÃÊ `iÊ ViÌÌiÊ “>V…ˆ˜i]Ê >Ã̜˜Ê >Ê
échelle et piège : >Ã̜˜£ disposait d’une échelle >««ÕÞjÊ ½jV…iiÊ «>À‡`iÃÃÕÃÊ Vii‡Vˆ°Ê iÊ
à la source des télescopique mobile, d’un seau de pein- ce fait l’angle de l’échelle par rapport au
mots ture et d’un rouleau. ÜÊ jÌ>ˆÌÊ v>ˆLiÊ ­i˜ÛˆÀœ˜Ê xäc]Ê ½>˜}iÊ œ«Ìˆ-
“>Ê jÌ>˜ÌÊ `iÊ Çxc®°Ê ˜Ê `½>ÕÌÀiÃÊ ÌiÀ“iÃ]Ê
Cadere : à ce verbe latin, les linguis- L’atelier était occupé par diverses machi- l’échelle était fort inclinée.
tes attribuent l’origine d’une série ˜iÃÊwÝjiÃÊ>ÕÊ܏]ʏ½Õ˜iÊ`½i˜ÌÀi‡iiÃÊjÌ>˜ÌÊ
de termes très parlants pour tout adossée au mur. ˜ÃՈÌi]Ê >Ã̜˜Ê iÃÌÊ “œ˜ÌjÊ ÃÕÀÊ ½jV…iiÊ
préventeur. Il évo-
>ÛiVÊ iÊ Ãi>ÕÊ iÌÊ iÊ ÀœÕi>Õ°Ê ÀÀˆÛjÊ DÊ Õ˜iÊ
que en effet le fait de
…>ÕÌiÕÀÊ`½i˜ÛˆÀœ˜ÊÎʓmÌÀiÃ]ʈÊ>ÊVœ““i˜-
tomber ou le sort, la
chance. Choir (tom- VjÊDÊ>««ˆµÕiÀʏ>Ê«iˆ˜ÌÕÀiÊÃÕÀʏiʓÕÀÊ>ÛiVÊ
ber), meschoir (arri- le rouleau.
ver malheur), chute,
et cascade sont tous A un moment donné, l’échelle a glissé.
des mots cousins. >Ã̜˜ÊiÃÌÊÀiÃÌjÊ>}Àˆ««jÊÃÕÀʏ½jV…iiʵՈÊ
Accident et cada- iÃÌÊ Ài̜“LjiÊ ÃÕÀÊ iÊ Ãœ°Ê Ê ýiÃÌÊ vÀ>VÌÕÀjÊ
vre font aussi partie
l’avant-bras droit. Un collègue travaillant
de la même famille
DÊ«ÀœÝˆ“ˆÌj]ʏ½>ÊÃiVœÕÀÕ°Ê>Ã̜˜Ê>ÊjÌjÊi˜-
verbale. Un peu
comme si les chutes ۜÞjÊ>ÕÝÊÕÀ}i˜ViÃÊ«œÕÀÊkÌÀiÊ܈}˜j°Ê-œ˜Ê
de hauteur restent ˆ˜V>«>VˆÌjÊ `iÊ ÌÀ>Û>ˆÊ >Ê `ÕÀjÊ «ÕÃÊ `iÊ £xäÊ
depuis toujours les jours.
plus parlants exem-
ples d’accidents… L’enquête réalisée par un ingénieur du
-° *°*°Ê DÊ >µÕiiÊ ½i˜ÌÀi«ÀˆÃiÊ iÃÌÊ >vwˆjiÊ
Quand au mot
a permis de constater que l’échelle était
"échelle", il tiendrait
ses origines d'une dépourvue de patins antidérapants. Les
racine indoeuro- jV…iiÃÊ ˜½jÌ>ˆi˜ÌÊ «>ÃÊ Vœ˜ÌÀžjiÃÊ Àj}Õ-
péenne ("skand"). Il lièrement. Aucune analyse des risques
est issu (comme le ˜½>Û>ˆÌÊ jÌjÊ v>ˆÌi°Ê Ê ˜½ÞÊ >Û>ˆÌÊ «>ÃÊ `iÊ «Àœ-
mot scandale) de cédures ni de consignes de sécurité pour
scandalon: disposi- le travail. L’information et la formation des
tif qui fait trébucher,
travailleurs au risques et mesures de pré-
piège.
vention n’avait pas été organisée.
... des étymologies
qui devraient inciter
à redoubler de pru- Respecter un angle échelle-sol
dence ! proche de 75°

0AGEs,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss.OVEMBRE $ÏCEMBRE
Jeff s’est agrippé “ˆ`i°ÊÃ>LiiÊ>ʏ@V…jʏ½jV…iiÊ«œÕÀÊ«Ài˜-
quelques secondes dre la loque qui se trouvait plus loin. A
à la poutre, mais Viʓœ“i˜Ì]ʏ½jV…iiÊ>Ê}ˆÃÃjÊÃÕÀʏiÊVžÌj°Ê
ses mains ont glissé Jef s’est agrippé pendant quelques se-
Vœ˜`iÃÊ DÊ >Ê «œÕÌÀi]Ê “>ˆÃÊ ÃiÃÊ “>ˆ˜ÃÊ œ˜ÌÊ
>˜ÃÊ Õ˜iÊ >ÕÌÀiÊ i˜ÌÀi«ÀˆÃi]Ê `iÕÝÊ }ˆÃÃj°ÊÊiÃÌÊ̜“LjÊÃÕÀʏiÃÊÌ>œ˜ÃÊ«œÕÀÊi˜-
travailleurs avaient été chargés suite s’écrouler au sol.
de nettoyer des tuyauteries sus-
pendues au plafond d’un hall de L’ambulance a été appelée et a conduit
v>LÀˆV>̈œ˜]Ê DÊ i˜ÛˆÀœ˜Ê {Ê “mÌÀiÃÊ ivÊ>ÕÝÊÕÀ}i˜ViðÊ6iÀ`ˆVÌ\ÊÌ>ÃÃi“i˜ÌÊ`iÃÊ
de hauteur. A cet effet, ils avaient vertèbres avec fractures.
appuyé une échelle modulaire
contre une des poutres en béton L’enquête a démontré que l’échelle était
`ÕÊ «>vœ˜`]Ê ÃˆÌÕjiÊ DÊ «ÀœÝˆ“ˆÌjÊ pourvue de patins antidérapants et se
des tuyauteries. La production trouvait en bon état. Mais le sol, mouillé,
jÌ>ˆÌÊDʏ½>ÀÀkÌÊiÌʏ>Ê✘iÊ`iÊÌÀ>- jÌ>ˆÌÊ }ˆÃÃ>˜Ì°Ê VˆÊ >ÕÃÈ]Ê ˆÊ ˜½ÞÊ >Ê «>ÃÊ iÕÊ
vail dégagée. Jet se trouvait sur d’analyse des risques. Aucune procé-
½jV…ii]ÊÃ>ÊVœm}ÕiÊÃ>Liiʏ>Ê dure, aucune instruction, aucune consi-
tenait en bas. }˜iÊ`iÊÃjVÕÀˆÌjʘ½i݈ÃÌ>ˆÌÊ«œÕÀÊViÊÌÀ>Û>ˆ°Ê
ivÊ >Ê `i“>˜`jÊ DÊ Ã>Ê Vœm}ÕiÊ Les travailleurs n’avaient pas été informés
de lui passer une loque hu- `iÃÊÀˆÃµÕiÃʜÕÊÃi˜ÃˆLˆˆÃjÃÊDʏ>ÊÃjVÕÀˆÌj°

Comment ces accidents auraient-ils pu être évités ?


Ê v>ÕÌÊ `½>LœÀ`Ê À>««iiÀÊ µÕ½Õ˜iÊ jV…iiÊ l’emploi des échelles. N’oublions pas, en prévention ne soient pas au courant de
iÃÌÊ Õ˜Ê jµÕˆ«i“i˜ÌÊ ÃiÀÛ>˜ÌÊ DÊ >VVj`iÀÊ outre que les échelles doivent être régu- ÌiÃÊ«ïÌÃÊÌÀ>Û>Õݰʏʈ˜Vœ“LiÊ>œÀÃÊDʏ>Ê
DÊ Õ˜Ê «œÃÌiÊ `iÊ ÌÀ>Û>ˆÊ i˜Ê …>ÕÌiÕÀ]Ê “>ˆÃÊ ˆmÀi“i˜ÌÊVœ˜ÌÀžjiÃ]ÊÃÕÀÊL>ÃiÊ`iʏ½>À̈- ligne hiérarchique (chefs d’atelier, chefs
n’est pas un moyen sûr pour effectuer ViÊ££Ê`iʏ½°,°ÊÀi>̈vÊ>ÕÝÊjµÕˆ«i“i˜ÌÃÊ `½jµÕˆ«i]Ê iÌV°®Ê `iÊ «Ài˜`ÀiÊ ViÃÊ `ˆÃ«œ-
`iÃÊÌÀ>Û>ÕÝÊi˜Ê…>ÕÌiÕÀ°Ê
iÌÌiÊjۈ`i˜ViÊ de travailÎ°Ê 1˜Ê ÌiÊ Vœ˜ÌÀžiÊ «iÀ“iÌ]Ê «>ÀÊsitions. Ceci résulte notamment des
iÃÌÊÀ>««ijiÊDʏ½>À̈ViÊnÊ`iʏ½°,°ÊÀi>̈vÊ iÝi“«i]Ê `iÊ `jÌiVÌiÀÊ ½>LÃi˜ViÊ œÕÊ iÊ responsabilités de la ligne hiérarchique
>ÕÝÊÌÀ>Û>ÕÝÊÌi“«œÀ>ˆÀiÃÊi˜Ê…>ÕÌiÕÀÓ. mauvais état des patins antidérapants. j˜Õ“jÀjiÃÊ DÊ ½>À̈ViÊ £ÎÊ `iÊ ½°,°Ê Ài>-
̈vÊ>ÕÊ ˆi˜‡kÌÀiÊ`iÃÊÌÀ>Û>ˆiÕÀÃ{, et plus
>˜ÃʏiÃÊV>ÃÊjۜµÕjÃÊVˆ‡`iÃÃÕÃ]ʈÊ>ÕÀ>ˆÌÊ Ê ÀjÃՏÌiÊ `iÊ ViÃÊ Vœ˜Ãˆ`jÀ>̈œ˜ÃÊ µÕ½Õ˜iÊ «>À̈VՏˆmÀi“i˜ÌÊ`iÃÊ«œˆ˜ÌÃÊxc]ÊÈcÊiÌÊÇcÊ
fallu préférer l’emploi d’une nacelle élé- analyse des risques est nécessaire de cet article.
vatrice ou d’un échafaudage roulant. Si >Û>˜ÌÊ`iÊÌiÃÊÌÀ>Û>ÕÝ°Ê iÊ«iÀ“iÌÌÀ>Ê`iÊ
l’encombrement ou la disposition des déterminer la méthode de travail adé- ۈ`i““i˜Ì]Ê ˆÊ ˆ“«œÀÌiÊ i˜Ê «Ài“ˆiÀÊ ˆiÕÊ
ˆiÕÝʘiʏiÊ«iÀ“iÌÊ«>Ã]ʈÊv>ÕÌÊ«ÀjۜˆÀÊ`iÃÊ quate et les mesures de prévention ou que les membres de la ligne hiérarchique
ancrages ou une ligne de vie et pourvoir «ÀœÌiV̈œ˜ÊDÊ«Ài˜`Ài°Ê1˜iÊ«ÀœVj`ÕÀiÊiÌÊ soient informés de leurs responsabilités,
le travailleur d’un harnais de sécurité, des consignes de sécurité doivent être formés pour les assumer et sensibilisés
ViÀÌ>ˆ˜i“i˜ÌÊ Ã½ˆÊ ý>}ˆÌÊ `iÊ ÌÀ>Û>ÕÝÊ `iÊ établies. Les travailleurs doivent en être Dʏ½ˆ“«œÀÌ>˜ViÊ`iʏ>Ê«ÀjÛi˜Ìˆœ˜Ê`iÃÊÀˆÃ-
nettoyage ou de maintenance répétés informés et il faut prévoir leur formation ques. Ce sera la première étape d’un
Àj}ՏˆmÀi“i˜Ì°Ê *œÕÀÊ `iÃÊ ÌÀ>Û>ÕÝÊ «œ˜V- >ÕÝʓiÃÕÀiÃÊ`iÊ«ÀjÛi˜Ìˆœ˜° plan global de prévention qui manque
tuels de courte durée, il faut au mini- i˜VœÀiÊ`>˜ÃÊLœ˜Ê˜œ“LÀiÊ`iÊ*°° °
“Õ“ÊwÝiÀʏ½jV…iiÊi˜Ê…>ÕÌÊiÌÊÀiëiVÌiÀÊ >˜ÃÊ iÃÊ i˜ÌÀi«ÀˆÃiÃ]Ê ˆÊ >ÀÀˆÛiÊ vÀjµÕi“-
certaines règles de sécurité concernant ment que la direction et le conseiller en

,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss.OVEMBRE $ÏCEMBREs0AGE
Equipements de travail

Echelles, escabeaux et marchepieds


Quand la règlementation se fait mode d'emploi

Un arrêté royalxÊ >Ê jÌjÊ «Àœ“Տ}ÕjÊ Ã«jVˆw- ܈ÌÊ >ÃÃÕÀjiÊ i˜Ê VœÕÀÃÊ `¿>VVmÃÊ iÌÊ `¿Ṏˆ- ṎˆÃjiÃÊ`iÊv>Xœ˜ÊDÊViʵÕiʏ¿ˆ““œLˆˆÃ>̈œ˜Ê
quement pour réglementer l’utilisation des sation et que leurs échelons ou marches des différents éléments les uns par rapport
jµÕˆ«i“i˜ÌÃÊ `iÊ ÌÀ>Û>ˆÊ œÀÃÊ `iÊ ÌÀ>Û>ÕÝÊ Ãœˆi˜ÌʅœÀˆâœ˜Ì>ið >ÕÝÊ>ÕÌÀiÃÊ܈ÌÊ>ÃÃÕÀji°
Ìi“«œÀ>ˆÀiÃÊi˜Ê…>ÕÌiÕÀ°ÊÊiÝ«ˆVˆÌi]Êi˜ÊiÃÊ Les échelles portables sont appuyées et Les échelles mobiles sont immobilisées
distinguant dans les sous-sections qu’il y reposent sur des supports stables, résis- >Û>˜ÌÊ`¿Þʓœ˜ÌiÀ°
Vœ˜Ã>VÀi]Ê iÃÊ “iÃÕÀiÃÊ DÊ «Ài˜`ÀiÊ œÀõÕiÊ Ì>˜Ì]Ê `iÊ `ˆ“i˜Ãˆœ˜ÃÊ >`jµÕ>ÌiÃÊ >w˜]Ê ˜œ-
sont employés échelles ou échafaudages, tamment, de demeurer immobile. Prise sûre en toutes
et lorsque sont utilisées des techniques circonstances
`¿>VVmÃÊ iÌÊ `iÊ «œÃˆÌˆœ˜˜i“i˜ÌÊ >ÕÊ “œÞi˜Ê Ni glissement, ni balance-
de cordes. ment: l’immobilisation iÃÊjV…iiÃÊܘÌÊṎˆÃjiÃÊ`iÊv>Xœ˜ÊDÊ«iÀ-
“iÌÌÀiÊ>ÕÝÊÌÀ>Û>ˆiÕÀÃÊ`iÊ`ˆÃ«œÃiÀÊDÊ̜ÕÌÊ
Pour l’utilisation des échel- Le glissement des pieds des échelles por- “œ“i˜ÌÊ`¿Õ˜iÊ«ÀˆÃiÊiÌÊ`¿Õ˜Ê>««ÕˆÊÃ×Àð
les, escabeaux et marche- tables est empêché pendant leur utilisa- ˜Ê «>À̈VՏˆiÀ]Ê iÊ «œÀÌÊ `iÊ V…>À}iÃÊ ÀiÃÌiÊ ˆ-
pieds… ̈œ˜]Ê܈ÌÊ«>Àʏ>ÊwÝ>̈œ˜Ê`iʏ>Ê«>À̈iÊÃÕ«j- “ˆÌjÊDÊ`iÃÊV…>À}iÃʏj}mÀiÃÊiÌʘiÊ«iÕÌÊ«>ÃÊ
rieure ou inférieure des montants, soit i“«kV…iÀʏiʓ>ˆ˜Ìˆi˜Ê`¿Õ˜iÊ«ÀˆÃiÊÃ×Ài°
¿i“«œÞiÕÀÊ ˆ“ˆÌiÊ ¿ṎˆÃ>̈œ˜Ê `¿jV…iiÃ]Ê par tout dispositif antidérapant ou par
`¿iÃV>Li>ÕÝÊ iÌÊ `iÊ “>ÀV…i«ˆi`ÃÊ Vœ““iÊ ÌœÕÌiÊ>ÕÌÀiÊ܏Ṏœ˜Ê`¿ivwV>VˆÌjÊjµÕˆ-
«œÃÌiÊ`iÊÌÀ>Û>ˆÊi˜Ê…>ÕÌiÕÀÊ>ÕÝÊVˆÀVœ˜ÃÌ>˜- valente.
ViÃÊ œÙÊ ¿ṎˆÃ>̈œ˜Ê `¿>ÕÌÀiÃÊ jµÕˆ«i“i˜ÌÃÊ Les échelles suspendues sont at-
`iÊ ÌÀ>Û>ˆÊ «ÕÃÊ Ã×ÀÃÊ ˜iÊ ÃiÊ ÕÃ̈wiÊ «>Ã\ Ì>V…jiÃÊ `¿Õ˜iÊ “>˜ˆmÀiÊ Ã×ÀiÊ iÌ]Ê DÊ
parce que le niveau de risque est faible, ¿iÝVi«Ìˆœ˜Ê`iÊViiÃÊi˜ÊVœÀ`i]Ê`iÊ
iÌÊ«>ÀViʵÕiÊ\ v>Xœ˜Ê DÊ ˜iÊ «>ÃÊ ÃiÊ `j«>ViÀÊ iÌÊ DÊ
‡ÊÊ܈ÌÊ`iʏ>Ê`ÕÀjiÊ`¿ṎˆÃ>̈œ˜ÊiÃÌÊÀj`ՈÌi]Ê éviter les mouvements de balan-
‡ÊÊ܈Ìʏ¿i“«œÞiÕÀʘ¿iÃÌÊ«>ÃÊi˜Ê“iÃÕÀiÊ`iÊ cement.
“œ`ˆwiÀÊ `iÃÊ V>À>VÌjÀˆÃ̈µÕiÃÊ i݈ÃÌ>˜ÌiÃÊ
du site et des postes de travail. iÃÊ jV…iiÃÊ `¿>VVmÃÊ Ãœ˜ÌÊ
¿i“«œÞiÕÀÊÿ>ÃÃÕÀiʵÕiʏiÃÊjV…iiÃ]ÊiÃ- `¿Õ˜iÊ œ˜}ÕiÕÀÊ ÌiiÊ µÕ¿iiÃÊ
V>Li>ÕÝÊiÌʓ>ÀV…i«ˆi`ÃÊܘÌÊṎˆÃjÃÊ`>˜ÃÊ `j«>ÃÃi˜ÌÊ ÃÕvwÃ>““i˜ÌÊ iÊ
les limites imposées par leur conception et ˜ˆÛi>ÕÊ`¿>VVmÃ]ÊDʓœˆ˜ÃʵÕiÊ
µÕ¿ˆÃÊܘÌÊjµÕˆ«jÃÊiÌʈ˜ÃÌ>jÃÊ`iʓ>˜ˆmÀiÊ `¿>ÕÌÀiÃÊ “iÃÕÀiÃÊ >ˆi˜ÌÊ jÌjÊ
DÊ«ÀjÛi˜ˆÀʏiÃÊV…ÕÌiÃÊ`iʅ>ÕÌiÕÀ° prises pour garantir une
prise sûre.
Stabilité, résistance
et support Les échelles composées
de plusieurs éléments as-
iÃÊ jV…iiÃ]Ê iÃV>Li>ÕÝÊ iÌÊ “>ÀV…i«ˆi`ÃÊ semblables et les échel-
sont placés de manière que leur stabilité les télescopiques sont

1. Les noms ont été modifiés pour garantir l’anonymat des entreprises et travailleurs concernés.
2. Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l’utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (M.B. du 15.9.2005).
3. Arrêté royal du 4 mai 1999 modifiant l’arrêté royal du 12 août 1993 concernant l'utilisation des équipements de travail (M.B. du 4.6.1999)
4. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l’exécution de leur travail (M.B. du 31.3.1998)5 Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l'utilisation des équipements
de travail pour des travaux temporaires en hauteur.
5. Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l'utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur.

0AGEs,ESCARNETSDUPRÏVENTEURss.OVEMBRE $ÏCEMBRE