Vous êtes sur la page 1sur 66
o ) ' MINISTÈRE DE l"AMÉNAGEMENl OU TERRITOIRE DE L'ÉQUIPEMENT, OW LOGEM~NT ET !!lU TOURISME

o

)

'

MINISTÈRE DE l"AMÉNAGEMENl OU TERRITOIRE DE L'ÉQUIPEMENT, OW LOGEM~NT ET !!lU TOURISME .

~ABORATOIRES LlES PONTS Err CHAUSSÉES

,

,.

~Rapport de recherche N0 25

T

Remblais sur sols mous équipés de banquettes latérales

Elaboration des aba,qu,es de cal,c,ul de stabilité

M'ars1973

'

de banquettes latérales Elaboration des aba,qu,es de cal,c,ul de stabilité M'ars1973 ' G. PILOT M. MOREAU

G. PILOT

M. MOREAU

/

Remblais sur sols mous équipés de banquettes latérales

Elaboration des abaques de calcul de stabilité

G. PILOT

Ingénieur TPE Chef de la section de mécanique des sols

M. MOREAU

Technicien supérieur

Département des sols et fondations Laboratoire central des Ponts et Chaussées

Sommaire

Résumé

en

français

4

1. 1ntroduction

5

2. Déroulement des

calculs

 

7

3. Choix des

paramètres et

limites de

variation

16

4. Utilisation des abaques

 

27

Bibliographie

35

Planches d'abaques

 

36

Annexes

Eléments complémentaires d'économie

pour

relative

le

dimensionnement d'une

banquette

Listing du

programme de calcul

49

52

Résumé

en

anglais,

allemand,

espagnol,

russe

62

Table des

matières

64

 

D

E

L'AM~NAG EM E NT DU TERRITOIRE, DE L'~QUIPEMENT, DU LOGEMENT ET DU TOURISME

LA B ORATOIR

E

CE NTRAL

D ES PONTS ET

CHAUSS~ES -

58, boulevard

Lefebvre· 75732 PARIS CEDEX

16

Mars

1973

Résumé

Nos lecteurs étrangers trouveront ce résumé traduit en anglais, allemand, espagnol et russe en ,fin de rapport. Our readers will./ind this ahstract at the end of the report. Unsere Leserfinden diese Zusammenfassung am Ende des Berichtes. Nuestros leetores hallaràn este resumen al final del informe.

1)!I('('hïlil mell'on aH /lOI/WII Il Il IlIJ

wel14eH

e

li' OH Ile om'Iema.

Remblais sur sols mous équipés de banquettes latérales

Elaboration des abaques de calcul de stabilité

Ce rapport présente des abaques mis au poinl afin de permeLLre le ealcul rapide de la slabilité des remblais équipés de banquet les lalérales con~ll'llils sur sols mous. Il traile égalcmcnlles prineipaux aspects originaux que présentr le calcul de slahilil(' dans ce prohl(>me parliculier (recherche du coellicient de sécurilé, elc.).

Le schéma trailé concerne:

un remblai avec banquell.e en matériau purrmenl froUant donlles talus sonllaillés à.la pente 1j'Jo ; ---- un sol de fondation homogène caractérisé par une coh('sion non drainée constante

Les calculs onl été exéculés sur ordinateur par la mdhode de Bishop. résistance au cisaillemenl dans le remblai.

Ils tiennenl comple de

la

Les abaques se présen len t sous formr dr graphiq ues donnan t directement la valeur du coefTicien t de sécurité en fonelion des paramètres géomdriqm's du remblai el du sous-sol, ainsi que des carac- léristiques m(;caniques des malériaux (remblai et sol de fondalion).

Ces graphiques sonl présentés en sorte qu'ils pennellt'nl de choisir les dimensions optimales de banquette de stabilité.

MOTS

- Abaque -- CoefTicielll de sécurit(· !LCPC.

---- Sol

la

CLl~S : 42.

Happorl de recherche --

Berme

-· :\Iécanique des sols ~

Stahilité des

talus --

Hemblai

Compressibilité

Calcul --- Coh(~sioll --- Hésistance (matériaux)

- - (;!issemenl .-.

· Argile - - Yase --- Tourbe -- Ordinaleur -

CisaillcllH'nl

-

4

1.

1NTRODUCTION

La construction des autoroutes françaises a fréquemment nécessité la mise en place de grands remblais sur des sols de faible capacité portante ; il en a été ainsi notamment sur :

- Autoroute A2

- Aut oroute A32

- Autoroute A9

- Autoroute A41

PARIS- LILLE (traversée

METZ- Frontière Sarrojse Raselle) .

ORANGE- NARBONNE

Région de BOURGOIN (en projet),

de vallées tourbeuses dans l'Oise) .

(traversée de la Vallée de la Petite

(environs de NARBONNE) .

etc .

d'importants aménagements routiers se sont également heurtés

aux problèmes de stabilité posés pour ces constructions, aménagement Languedoc- Roussillon, pénétrante Est de NANTES, etc . auxquels il faudrait ajouter de nom- breux remblais d'accès à des Ponts et Viaducs .

Par ailleurs,

Face à la fréquence de ces problèmes et des études de stabilité qu'ils nécessitent, des moyens de calcul ont été mis en place dans les Laboratoires

des Ponts et Chaussées .

cOmPrenpent des séries d'abaques de calcul destinées aux études d'avant- projet

Outre des programmes de calcul sur ordinateur

(1)

, ils

[2J '

13)·

La série d'abaques présentée dans ce rapport,

concerne le calcul de la sta-

bilité à court terme de remblais homogènes en matériau purement frottant,

équipés de banquettes latérales de stabilité,

p.lrement cohérent d'épaisseur limitée; ils permettent également d'optimiser les dimensions de la banquette. Cette configuration géométrique présente un intérêt certain. En effet, par rapport à une pente de talus unique, la tête de talus est déchargée tandis que le pied de talus est chargé, ceci diminuant le moment moteur des forces de pesanteur : le coefficient de sécurité s'en trouve amélioré.

reposant sur un sol homogène

5

L'exemple de la figure 1 illustre cet intérêt . Le remblai représenté en 1a avec une pente 2/1, n'est pas assez sta- ble (F = 1,29). Pour atteindre une valeur acceptable du coefficient de sécurité, de l'ordre de l,50, on peut

- soit diminuer la pente du talus, pour

3/1

(figure lb)

F = l,52,

- soit placer une banquette de stabilité, la banquette figurée en lc conduit éga- lement à F = l,52 avec une économie de terrassement de 18 m3 par mètre linéaire de talus, par rapport àla solution pré- cédente.

Ces abaques ont été exécutés en par- tie sur l'ordinateur CAE 510 du Labora- toire Central des Ponts et Chaussées (LCPC), en partie sur l'ordinateur CIl 10.070 exploité en commun avec l'Institut de Recherche des Transports (IRr) ~

c

a

b

1F= -1,2; 1

2/1

r.:~:~·{ .t:{::'/ ::.:'.:'::'~:~":;::':":.:.:::"::""
r.:~:~·{ .t:{::'/ ::.:'.:'::'~:~":;::':":.:.:::"::""
Fig. 1 - Exemple d'économie de terrassement (.6.T2 au
Fig. 1 - Exemple d'économie de terrassement (.6.T2 au

Fig. 1 - Exemple d'économie de terrassement

(.6.T2 au

lieu de .6.Tl) par adjonction

d'une banquettA pour améliorer le coefficient de sécurité F d'un remblai sur sol mou.

~. Un ouvrage publié aux Editions EYROLLES

(57)

boulevard Saint-germain

75005 Paris

par G.

sur ce sujet au Laboratoire central des Ponts et Chaussées, y compris certains qui n'ont fait l'objet d'aucune publication.

: La stabilité des remblais sur sols mous, abaques de calcul

Pilot et M. Moreau, regroupe les différents abaques mis au point

6

2.1.

,2.

EXPOSE DU PROBLEME

DÉROULEMENT DES CALCULS

Il s'agit de calculer la stabilité d'un ensemble remblai et banquette laté- rale ., constitué d'un même rratériau harogène pulvérulent, construit sur un sol ITOU horrogène purement cohérent (argile, vase, tourbe, etc.) (fig. 2).

purement cohérent (argile, vase, tourbe, etc.) (fig. 2). J'''1 ""'l,Ji, \' ''f

J'''1 ""'l,Ji, \' ''f I Ji" ");;))"7 hi( "'Ji '" \"1# >71 hi" "'1 11111 1',(,'\\''''' pmf"'} ""/10 11 1

Fig , 2 - Pa r am èt r es géom étriqu es et géo t ec hniqu es du probl èm e p osé,

Le remblai a

une hauteur H et son talus fait un angle

B avec l'horizontale.

La banquette a une hauteur h, une largeur L et un angle de talus B (même angle que 'le remblai). L'ensemble remblai et banquette, admet pour caractéristiques géotechniques i un angle de frottement interne 'PI" et un poids spécifique Yr'

Le sol de fondation RB et de cohésion Cu.

comprend une

s eule couche de

terra in homogène de haute'_u-

Les abaques ont été établis t)Qur la seule valeur courante CotgB = 2/1.

* Le problème avait

été trai,té 3CUS forme simplifiée par le Suédois JAKOBSON {~

Le reull.:ù c t la

la résistance au cisaillement dans le remblai n'était pas prise en compte.

banquette étaient figurés par deux rectangles;

par ailleurs,

7

2.2. METHODE DE CALCUL

Les calculs ont été effectués de la même manière que pour les abaques pré- cédents : hypothèse de calcul bidimensionnel avec rupture circulaire en con- traintes totales, suivant la méthode simplifiée de Bishop, où le coefficient de sécurité F est défini comme rapport en tout point de la résistance au cisail-

lement maximale à la contrainte de cisaillement.

nombre de cercles par cas de figure, on cerne la zone des centres des cercles affectés des coefficients de sécurité les plus faibles d'où l'on déduit la va- leur minimale (1)

En étudiant ainsi un certain

Les calculs,

évidemment très

longs, ont été effectués sur ordinateur.

Devant le très grand nanbre de cercles à calculer (~4oo.0oo), il a été néces- saire d'écrire et mettre au point un programne dé calcul plus "performant" que ceux que nous utilisons habituellement.*

Ce programne tient compte de la nouvelle géométrie du remblai avec sa ban- quette et n'utilise qu'au minimum les calculs par la méthode des tranches, qui

sont les plus longs

(voir listing en annexe).

····-- --- ~CDt '" ~.::.: .\!!.J ' . :,': :',. ,'." ','.', . .
····-- --- ~CDt
'"
~.::.:
.\!!.J '
.
:,': :',.
,'."
','.',
.
.
'.,
'
'
'.'
D

Fig. 3 - Méthode de calcul utilisée pour la détermination du coefficient de sécurité F par cercle de glissement étudié.

Calcul

par

la

méthode des

tranches.

Calcul

2 la méthode des moments par

par

rapport

à

0

de surfaces élémentaires simples S1.

3

S2, S3, S4.

Calcul

par

la

méthode de mesure

d'une

longueur d'arc dans

le

sol

de fondation .

~La plus importante partie des abaques a été calculée sur l'ordinateur CAE 510 du L.C.P.C. Ce n'est que fin mai 70 que l'Ordinateur CIl 10.070 de l'IRT a f~é utilisé après transposition, en langage FORTRAN IV H étendu, du programne exis- tant. Le 10.070 est environ 100 fois plus rapide que le CAE 510 ; cette rapidi- té de calcul a permis notanment de préciser certains points "délicats" des aba- ques.

8

Le procédé de calcul de F

,

,

,.

(fig.

3), est le suivant:

- le long des arcs EF et GH : calcul par la méthode classique des tranches d'un rocment rroteur MtrnA., et d'un mcment résistant MtrA,

- le long de l'arc FG : décomposition de la partie remblai et banquette en sur- faces S1, S2, S3, S4, détermination de leurs centres de gravité G1, G2, G3, G4 et de la distance de ces centres de gravité L1, L2, L3, L4, à l'axe de rota- tion, ce gui fournit un moment moteur MtmB,

le moment moteur est nul, du fait de la symétrie des

arcs FI et IG ; par contre, un mcxnent résistant MtrB est dû au développement

- dans ~

1'"'\

sol~e fondation,

de la cohésion Cu le long de l'arc Fa.

.

Le calcul du coefficient de sécurité F se limite donc à :

F

= MtrA

+

MtrB

MtmA

+

MtrnB

Etant donné gue pour ce problème dans le remblai : C = 0,

\J

= 0

et

dans le

sol de fondation : tg 'f = 0 et y n'intervient pas, les fonnules du calcul

du coef-

~

ficient de sécurité F deviennent :

a) par

la

méthode

de

FELLENIUS

Ffi

~F

2

Lf. (b.1'r.H.cos 0(.tg'\'.1/cos«)

-.-

+ FG.Cu

1'1

2

+L.(b.'fr.h.cos

O<

t

'P.1/cosoc

)

+ (81.L1+82.L2+83.L3+84.L4) y

L~ (b.rr.H.sin~)

) + (81.L1+82.L2+83.L3+84.L4) y L~ (b.rr.H.sin~) b) par la méthode de BISHOP & \' ,H =

b) par

la

méthode

de

BISHOP

&

\'

,H

= L (b.Yr.H.tg'P.1/M (0() )+ FG.Cu + '-G (b.Yr.h.tg~.l/M (0\.) )

r

(b.Yr.H.sinO\.)

~

+ [(81.L1+82 . L2+83.L3+84.L4) '(

R

+L

(b.Yr.h.sino<

t

G

)

avec

r.-1

(0()

=

cos ex

(1 + tg CI( • tg ~/F)

RAPPEL

cc

b

est l'angle gue forme l'axe de la tranche avec le rayon R du cer- cle,

est la largeur de la tranche.

Ce programme a permis de diviser le temps de calcul d'un cercle de glisse- ment par 3 environ.

9

2. 3.

RECHEOCHE DU MINIMUM

2. 3.1.

~12~.!

La méthode de calcul étant établie,

il restait à préciser le moyen de trou-

Pour les abaques

"remblais sur sols

, ver rapidement le minimum par cas analysé.

mous",

placés sur la droite verticale à mi-pente du talus,

centre un cercle tangent au Bed Rock et extérieur à la pente du remblai; com-

me il

en considérant ,[X)ur chaque

la recherche du minimum s'effectuait en analysant une suite de centres

est rappelé sur la

figure 4.

analysant une suite de centres est rappelé sur la figure 4. clI rc/a. ,.",'",: -~=@ Fig

clI

rc/a.

,.",'",:

-~=@
-~=@

Fig .

4

- Méthode

de

rech erche du

coeff ici ent de sécurité minimal (F min)

dans le cas d'un remblai

sur so l mou.

minimal (F min) dans le cas d'un remblai sur so l mou. Dans le problème d'un

Dans le problème d'un remblai équipé d'une banquette,

on peut adapter la

géométrie du remblai en le décam,[X)sant en deux talus successifs,

à passer d'un état l

à

un état II,

comme indiqué sur la figure

ce qui revient 5 ci-après.

10

Fig. 5 . Le système de remblai Il admet le même li eu géométrique des centres minimaux que le remblai unique

!

.

La différence entre les deux géométries porte sur l'apparition de quatre

~

~ ~(~

triangles ABC, COI, OEF, FGH, égaux deux à deux

les points C et F étant respectivement les rrdlieux de BI et de EH.

~

~

~

(ABC = COI,

~

OEF = FGH)

Da.ns le cas du talus

l

le cercle de coefficient de sécurité rrdnimurn a son

centre 0 sur la droite à rrd-pente.

Dans le cas du système II

(remblai plus banquette)

on introduit par :gwport

au système

éi31:, ~, tel que la résultante Rf des forces est égale à zéro.

L

un jeu de forces fI, ft, D, ff dû au "poids" des triangles ABê,

RP = TI +u +

u +

f4~ = 0

puisque ft =

-U

et U

=

-f4!

Si l'on considère 3 centres 0, 01, 02 tels que 0 corresponde au centre 0 du premier état (1) et 01 02 symétriques par rapport à 0, l'introduction du système

des forces m::xlifie,

quanti té llMtm par suite

en chacun de ces centres,

l'expression du rroment rroteur d'une

F

(0)

l

t

F

F

(01)

l

t

F

F

(02)

l

t

F

(0)

II

(01)

II

(02)

II

11

En passant de la géornétri~ l

à la géométrie II,

la valeur de F, PJur un

centre donné n'est peut écrire :

pas égale . Par

contre, d'après le théorème de Varignon, on

(02)

=

l'Mt

m

Comme RF = 0,

il vient:

(01)

du système 11+

t1!J.t m

(02).

Rf placée en 01.

t è m e 1 1 + t1!J.t m (02). Rf placée en 01. c'est-à- dire

c'est-à- dire que l'on rroclifie les rroments rroteurs des deux centres 01 et 02 d'une

même quantité t1!J. t m et, par conséquent l'égalité des

de la géométrie l

coefficients F

reste conservée dans la géométrie II.

(01)

et F

(02)

F

(01)

II

=

F

(02)

II

Les courbes "ISOF" sont donc symétriques par rapPJrt à la droite du milieu

de pente du système l

et l'on est ramené au problème précédent.

Dans

le

cas

d'un

remblai

avec

banquette

(remblai

et

banquette

 

frottants

sur

sol

de

fondation

purement cohérentJ~

le

lieu

géométrique

des

cent r es

à

F minimum

se

trouve

êt r e

la

droite

à

mi-pente

d'un

taZus équi valent ~ dont

la

pente

passerait

par

le

milieu

des

deux

talus

(remblai

et

banquetteJ 3

à

la

condition

que

les

cercles

étudiés

soient"extérieurs"

au

pied

et

tête

de

ce

talus

équivalent.

Cette localisation des centres des cercles à coefficient de sécurité minimum, n'est valable que PJur l'étude de la stabilité d'ensemble remblai et banquette.

2.3.3.

Zones à minimum local

---------------------

Comme il est noté

sur la figure 6,

le problème de recherche de coefficient

de sécurité minimum dans un remblai avec banquette est sensiblement plus complexe

que dans le cas d'un remblai seul;

zones à minimum local,

paramètres géotechniques et géométriques des cas considérés. On distingue succes- sivement :

en effet, on se trouve en présence de trois

ces zones s'interpénétrant ou se dissociant au gré des

-

LA

ZONE l

corresPJndant au nùnimum de stabilité de l'ensemble remblai plus banquette. Elle se trouve située sur la droite à mi-pente du talus équivalent (chapitre 2.3.2.) et concerne les cercles extérieurs au pied et tête du talus équivalent.

12

\ ,/ ~ dro;f,z 'à\ m;-f',znf~dit 1 f d/uJ ~9""V'CJ/enl. / / / / \
\
,/
~
dro;f,z 'à\ m;-f',znf~dit 1 f d/uJ ~9""V'CJ/enl.
/
/
/
/
\ \
,1
/
/
\ \
/
/
/
1
/
/
•.
" , ' _- --- -"
"
,
' _- ---
-"

7"

7;

Fig.

6

- Pos iti o n d es diff ér ent es

zo n es

à

minimum

local

dans un problème de

st abilit é de remb la i avec banqu ette latéralè.

- LA ZONE 2

correspondant au ITUnlffium local de stabilité du remblai seul. Cette zone est située

sur la droite

Son importance est fonction notamment de la banquette.

à mi- pente du remblai * et

provient des cercles coupant la banquette.

largeur L et de la hauteur h de la

- LA ZONE 3

qui est la zone minimale correspondant à la stabilité propre de la banquette. Elle se situe sur la droite à mi-pente du talus de banquette et son importance est fonction notamment de la largeur L de la banquette, ainsi que de la hauteur

h.

*" Le cas d'un remblai purement frottant sUr un sol de fondation constitué d'une couche purement frottante et d'une couche purement cohérente, admet la méthode

de la recherche

droite à mi- pente du talus, puisque la partie

frü.ttante n'intervient que dans le rrornent résistant, les poids spécifiques n'intervenant pas.

du minimum,

sur la

13

'"

l

S.

4S

4(J

3.

p

'" l S. 4S 4(J 3. p "' ~ O' 1 - (,:" Q' 1 -

"'

~

O'

1

-

(,:"

Q'

1

-

.l'-)~ pt

.

.

,

\

.

"- . ~~11 j ri

'~

I<l:

:.\: ::.". '.'

: ,",\ ,

:-': :~ '.

8

\~~J/Jj

\Y~" , ;J

<.

8
8

,/

'/

~?flr\Aj ç ,;' t )

I./H : O

~

:/~'

ri

s.~ ~

if

~·tl

i

0

,,, + fY

t ) I./H : O ~ :/~' ri s.~ ~ if ~·tl i 0 ,,, +

111\

:::1\ l','

j1

" f:' \ "'.' ))

.zff

/

/

1.

/

1 1'

,n Il;;,1,

"P~\ 5' o ut \\\J (f\ 't~~\ \ ,,~ \ 1 ~ , ,)' ~.
"P~\
5'
o
ut \\\J (f\ 't~~\
\ ,,~ \ 1
~ ,
,)'
~.
'"~.I.~S1
\
az+
1"'\J"
\
~
\
-' )
'(
't.
"
.e~+
~\
Â6 t::\frAisl t" 't
\
\.
t ) .
~
A.
3
.1,c~l~d;;<W(\~\i
.\L:':·~'
\~ ~~!I A.o'3

=:=-y.p,,~r~:;'''0'l~,:''m~( q:/!

I./H = 2

~,,"',;:-;~,,',j"'}ii" t.~;;jj~;,niq;;;!.\

1-/11= ~

t.~;;jj~;,niq;;;!.\ 1-/11= ~ L/H ~our /~S 3,z.C;1?~.s , -j : : - _,_ I<.a~~~/!

L/H ~our /~S 3,z.C;1?~.s

, -j

:

:

1-/11= ~ L/H ~our /~S 3,z.C;1?~.s , -j : : - _,_ I<.a~~~/! '\":. , .

-

_,_

I<.a~~~/! '\":. , . '" " "-
I<.a~~~/!
'\":.
,
.
'"
"
"-

1./H= 1

,

i p":::'ij-J

\ 'fi;'f,?"

f'

H

\ 1

\ \1

i

: -:.~.

\'"

\

'

\

~~

y;

'':

~\\ \(j

,/,-J \\ v

.

)

!

1

"

''1 !

/ f

.

,

\

\

\ "

\

":-

",,",\

\

'"

··jJ.î::\

(.,f'i<

'"

r

\~

)

/t,~

/

.'~

\

~vo /"f"al"} de F en fo ne l/ on da

F

0.6

,

'Tin

.

!

,1

S

tj~J'

'\

. 't----1 ---t'-

\

"\\ V .

\ \,

Y ~

)

\" '~::=J//'\

-itl~;-~i~~i

i ; tLl

i

i

t- -

;

"

:

1

1 .L-l -~-~

.

.

 

J

'

.

.

;

t:)L l

~ ).s~' ~ ~A.s-)~ ,/ /" .-: /y -; $/) !fr:=::~'10\1 ~ \~J) ~- ~\\1
~
).s~' ~
~A.s-)~
,/
/"
.-:
/y
-;
$/) !fr:=::~'10\1
~
\~J) ~-
~\\1
\
\0
6.0
1!'t~:\l~
II<'~ i))/Y ~~ll~ );Y
A L
\
\
\
\
': ~jllJjI\'{ri
. . -
.
.
H,\
;A . D1~
:
.
.
.,
,
.
.
.
.
. '.
L/H = .s
Lili : 4

.- - - - n--M-- - == ~_::--~

j/tt t-ti tr-r -I-' r -i i i 1 .

o

.

f

1

Z

3

4

L/H

Fig. 7 - Développement en fonction d e

d es zones à min imum

la largeur de la banquette.

local

Il faut donc pour établir les abaques, tenir canpte de deux zones l, 2 et retenir la plus petite des valeurs du coefficient de sécurité.

La zone 3 qui correspond à la stabilité de la banquette seule a été véri- fiée corrme étant très peu différente de la zone 2"*.

La figure 7 illustre l'évolution de 3 zones en fonction de la largeur L de

la banquette. Le cas traité est un cas

1,6

Y r

h

4m, 'fr

= 30°,

= 2t/m 3 ,

=

Cu

=

à valeurs courantes

t/m 2 et O!:;L ~4Om) .

2.4.

POSITION DES AXES DE

RECHERCHE

DÈ MINIMUM

(H

=

8m,

HE

= 8m,

Pour exploitation sur ordinateur des calculs de stabilité, on a effectué 2 rechercl;le's de minimum par cas étudié en explorant sur chaque axe de mininum local, des centres espacés de ~ jusqu'à obtention de la valeur minimale de'F par axe. Ceci a évité le calcul d'un quadrillage complet de centres. Ces axes correspondent aux 2 zones minimales l, 2 dont l'existence a été dém:mtrée au paragraphe précédent. Le calcul de leur abscisse s'obtient en fonction des paramètres géanétriques H, h, L et tg S (fig. 8) du cas étudié. La valeur Cotg S retenue pour cette série d'abaques étant 2/1, les abscisses des 2 axes sont calculées comme suit :

-

Axe de la

zone 1

-

Axe de la

zone 2

xl

= H

+ L.h

H

x2=H-h

2° - Axe de la zone 2 xl = H + L.h H x2=H-h / 7

/7 "'{"1I1 ( " 1 fil \' "/1"1 i "1 ';'111'''1 U.'1I" '1 ''''1''''ï li; (il l,dU C r ml f >" ZJ \(\'

l'

1

1

J

1

l

'

,

\;

/1 cc: \"it)''' " :

1

- D é termin a ti o n rapide d es absc isses

d es axes de rech erc he des zo nes minimal es,

Fig,

8

jll \ 1 \

* Pour les grandes valeurs de L/H il

sera nécessaire

de contrôler la stabilité

de la banquette seule,

à l'aide des abaques remblais sur sols rrous.

15

3. CHOIX DES PARAMÈTRES

ET LIMITES

DE VARIATION

3.1.

LE CHOIX

Comme il

est exposé au chapitre 2

(fig .

2),

le problème comporte 8 paramè-

tres

:

- 5

paramètres

géanétriques

:

Cotg (3

,

H,

RB, L,

h

- 3 paramètres géotechniques

:

'fr,

Yr' cu.

 

Le poids spécifique du sol de fondation n'intervient pas dans l'expression

du rrcment moteur

(symétrie des zones de sol par rapport à l'axe vertical pas-

sant par le centre du cercle)

~est égal

à

zéro.

ni dans le rncment résistant puisque le paramètre

En faisant intervenir des paramètres sans dimensions, comme il avait été fait dans les abaques précédents, le nombre des paramètres se trouve ramené à 6.

1.

Cotg (3

HE

2.~

L

3·li

h

4·li

5. 'fr

6. N = Cu Yr·H

~-; fonction de l'angle du remblai et de la banquette.

- -)

- -)

- -)

rapport des hauteurs du sol de fondation à la hauteur du remblai.

rapport de la longueur de la banquette à la hauteur du remblai.

rapport de la hauteur de la banquette à la hauteur du remblai.

--> angle de frottement interne du matériau de remblai.

- -) rapport de la cohésion du sol de fondation à ticale due au poids du remblai.

la contrainte ver-

3. 2.

roMAINE DE VARIATION DES PARAMETRES

a. Les. pentes du remblai et de la banquette sont égales. nue est:

[ Cotg(3

=

2/1

1

La valeur unique rete-

C'est une valeur couramment employée dans ce type d'ouvrage.

16

b. La plage de variation du paramètre ~ est la même que pour les autres abaques

"Remblais sur sols nous".

HE

0.3~H ~ 2

.

Il est à noter que ces valeurs défassent les valeurs les plus usuelles, sauf

ç.

pour

être circulaire. Ce dépassement des valeurs usuelles est notivé par le be- soin d'iriterpolation à l'utilisation des abaques.

.~ = 0.3

oü en deça de cette valeur,

la ligne de rupture · peut ne plus

Le paramètre N = t~~H

des abaques précédents, p.üsque le problème du sol de fondation est senbla-

ble.

conserve un domaine de variation identique à celui

1 0.1

~

N

~ 0,51

d. Le matériau de remblai unique pour le remblai et la banquette peut admettre

une variation de la valeur entre 30 et 40° .

de

son angle de frotterœnt interne <f", canprise

En dessous

de

~

1

= 30°,

30°

~

fI'

~

40°

1

la stabilité propre du remblai et de la banquette

serait canpromise puisqu'on a retenu la seule valeur CotgS = 2/1.

F~

tg

'f r

tg (3

_ 0,577 =

-

0,500

1,154

La limite supérieure 'f"= 40 ° correspond à un matériau de renblai de bonne qualité.

e. Le paramètre h/H sera canpris entre les valeurs 0,2 et 0,5.

Le paramètre h/H sera canpris entre les valeurs 0,2 et 0,5. La hauteur de la banquette

La hauteur de la banquette n'évoluera donc que jusqu'à urie haut.eur"ltlaXinn.Irn

h = H/2. Au-delà,

la banquette), le rroment rroteur augrœnte rapidement alors que "le rIDmEmt ré-

et notarrment pour les faibles valeurs de L

(largeur de

sistant tend à d:iminuer (fig. 9a, 'b, c), ce qui est contraire au but recher- ché. La borne inférieure ~ = 0.2 a été retenue, afin de conserver une dUrcharge minimum sensible en pied de talus pour les faibles valeurs de

L/H.

17

f. La seconde dimension relative de la banquette qui est le paramètre ~ prend des valeurs oamprises entre 0 et 2. 5 pour les faibles valeurs de h/H et entre 0 et 4, pour les valeurs de h/H plus fortes.

h/H et entre 0 et 4, pour les valeurs de h/H plus fortes. A noter que

A noter que si l'on adjoint à un rem- blai une largeur de banquette trop grande, on 'fait apparaître un faible

(fig. 7

chap. 2 et 2.4.). On est assuré tou- tefois que, la hauteurh de la ban- quette étant toujours inférieure à la hauteur H du remblai, dont on veut

améliorer les caractéristiques de stabilité, le coefficient de sécurité mintmum local sera supérieur à celui du rEmblai sans banquette. Le coeffi- cient peut être néanmoins inférieur à celui de la stabilité d'ensemble et lors des calculs, la vérification en sera faite.

'coefficient de sécurité local

3.3. LIMITATION DES ABAQUES

3. 3. 1. La "surveillance" des minimums locaux de la zone 2 (fig . 6, chap. 2 et 2. 3.3. ), fait apparaître que pour chaque valeur de HB/H oonsidérée, ce minimum local devient le mintmum de l'ensemble à partir d'une certaine valeur de L/H.

Au- delà de

cette valeur de L/H, le

coefficient de sécurité Fest oonstant et correspond à un cercle qui ooupe toute l'épaisseur de la banquette. Ces points forment ainsi une courbe limite correspondant à une largeur de la banquette L ~ 00 (fig. 10). Cette courbe permet de voir la largeur opti- ma.le d'une banquette pour un rapport h/H donné et une profondeur de bed rock don- née, afin d'améliorer au mieux la stabilité.

18

don- née, afin d'améliorer au mieux la stabilité. 18 a l''Yllh. slIj?,fl.r/eurrz v;;uiaho'7 de. h )

a

l''Yllh. slIj?,fl.r/eurrz v;;uiaho'7 de. h ) h: H 2. b
l''Yllh. slIj?,fl.r/eurrz
v;;uiaho'7 de. h
)
h:
H
2.
b
1!:! 1.- :z. n_
1!:!
1.-
:z.
n_

c

da

Fig. 9 - Augmentation rapide du moment

 

H

moteur MM au-delà

de

la valeur

h

=

-

 

2

pour une faible largeur de banquette.

1 - - 0 _ F"""I1-t-_-\---4~ + ~ He 1{ pour faul-e valeu"1;>'.f +--+-_ --+-_
1 - - 0 _
1
-
-
0
_

F"""I1-t-_-\---4~

+

~

He

1{

pour faul-e

valeu"1;>'.f

+--+-_ --+-_ --+

Fig.

10 - Tracé

d e l a courb e limite

L/H

à

d es F minimau x

i ssu s d e c er c l es

== 00

corre s pond a nt

de

la zone

2 .

3.3. 2. Cette détermination de courbe limite ~= dl n'est pas possible dans tous

les cas de figures . Pour les valeurs élevées du

p:rrtir de certaines valeurs de HB (HE < 2 H) la fonction F = t (RB) est cons - tamment décroissante (fig . lIb, lignes b et c). Il faut donc, dans ces cas de figures, rechercher le niveau critique le plus bas HBc à p:rrtir duquel cette

fonction devient décroissante . La valeur HBc exprimée par le rapport

donne la limite des valeurs certaines du coefficient de sécurité d'ensemble

il apparaît qu'à

paramètre N,

Hr?c

(fig.

lIa,

zone 1) . Au- delà de ce point critique, existe une

zone d'incerti -

tude (fig. lIa, zone 2), où les valeurs de F rencontrées par la méthode de

recherche adoptée, ne seront pas

des valeurs minimales, telles qu'elles

sont définies. En tout point de cette zone, il existe en effet un coefficient

de sécurité légèrement inférieur à celui retenu, mais dont le cercle corres-

pondant ne passe plus dans le sol de fondation.

tant plus grande que le rapport HB/H devient plus petit (fig. 12)

Cette incertitude est d'au-

Enfin, le niveau critique le plus haut du cas de figure

(fig.

lIb, ligne c),

marque la limite au-delà de laquelle il n'est plu3 possible de définir une valeur du coefficient de sécurité pour le problème considéré.

19

~f

i@@@

! 16 I~( l.l{

I

[5

4

j"o

1

,.

5 <l--pos,f,on d<zs

3 j9.(1f cen;reJ e'lt.td,ej. a) Ex€"",p/e oI~1?eeu d'IL /'9~~ ot< // es.~ e -;:" e
3 j9.(1f
cen;reJ
e'lt.td,ej.
a) Ex€"",p/e oI~1?eeu d'IL /'9~~
ot<
// es.~ e
-;:" e
t S
Zdne 3
---,
1
deierm/nahon du
d'e'6u l- de. /8 "'-Ôn<z'
0/ Încerf, i'-ud<z.
HB"" ~
1
1
1
Y b) c.c ."b<z, F ,,/f) R pat- c ctl?Jr~ , 1iL3 ! 1 .,.5
Y
b)
c.c ."b<z,
F
,,/f)
R
pat-
c ctl?Jr~ ,
1iL3
!
1
.,.5
· 1
-la
HBcs f
1
-10
1
1
1
· 1
1
·
L
·
LÙ;Ne bECEh'TNEf,q
lIGNé bE CIE"/YTRrs -a
_IY
-IS
~I HB r 'y--/ ~ . r'Z"ti7~!; . 7~h 1/ / Il l' ~/6JY.E DE
~I
HB
r
'y--/
~
.
r'Z"ti7~!; . 7~h
1/
/
Il
l'
~/6JY.E DE CIfE"/YTRI.{
C.
,;;

-5

-10

-IS

Fig. 11 - Détermination des niveaux critiques pour limiter les abaques à N élevé.

~~© ~jj ~®~ ~()© ' . ~ i 1 ' f 1 f i'~ 1
~~©
~jj
~®~
~()©
'
.
~
i
1
'
f
1
f
i'~
1
J
1
,
1
1
3, ~oo ~
;
2
2,930 ;
~
&3
12'f+~'
:
t
1 3,oU1
G
i
'l ~Zr5 .
::<920
0
1 ~~.860
j
~
;
®'
"! ,2,96
;
t
!
1
i
1
i
!
;
,
T
1
l
~
j
;
l
,
!
;
t
1
,
J
~I
1
!
'
i
i
d~. 1
'3,"JS
1
Q
.'~
'
1
;
.~/
-
W6
F
t
»J"iX
oluz.aF
du.t-c;u.JI"f
~®y
-P'LO'
zr~
F"'.UI,
J
l
F-.(fJH!3
f'i}rc<Z rJ h ,.4!.
Fig. 12 - Evolution
de
la zone
d'incertitude en fonction
du niveau considéré. de HB.

~

Ces limites correspondent sur les planches d'abaques à la représentation indiquée figure 13. F
Ces limites correspondent sur les planches d'abaques à la représentation
indiquée figure 13.
F
';<:ô,,«
c/i"ce,
f,
f.tn,ltZ.
l-
K
+
Fig. 13
Lim itation des abaques
à forte valeur de N.
~-r--~-----+---~--~----~~ ~ li
®
,
A. 50
./
V
/'
/
)/
/'
h/fI" O."fJ
--
1--
/
IY"O.z
--
1--
,
V
_ Lili: 1.5
1--
r--
/'.
J{.5/Il,, f
1--
'---
V
/'
./ v
-
-
-
Fig. 14
Linéarité du coefficient
--
de sécur ité F
par rapport à <pr.
45""

3.4.

TESTS DE LINEARITE POUR INTERPOIATION

Afin de limiter le nombre de planches, on a étudié la linéarité du coeffi- cient de sécurité F, en fonction des trois p:rramètres ~ , N et h/H. Ce.:; tests ont perinis de retenir les valeurs de ces paramètres qui pennettent de faire des interpolations suffisamment précises.

a. Linéarité par rapport à te .

Comme le laissait prévoir la for.mule

(2)

(chapitres 2 et 2.2.), la linéari-

et 45 0 Les trois valeurs

par rapport à f r est bien vérifiée entre 30

retenues sont: (fig. 14)

et 45 0 • Les trois valeurs té par rapport à f r est bien vérifiée

22

b. Linéarité par rapport à N = ~~.H

La figure

15 nonbre' que cette

linéarité est convenable par segment,

prenant des valeurs calculées égales à

:

[

N

= 0, 1

-

0,2

-

0,3

-

0, 4

-

0,5

1

en

On a alors une erreur maximale pbssible sur l'évaluation du coefficient

de sécurité F de l'ordre de : 0,025. 1 ~ ~I ~/ ~ / /
de sécurité F de l'ordre de
: 0,025.
1
~
~I
~/
~
/
/
-
1/
~
o.oz&"
)f'
./
Â
r
/1
V
/1
V
//
1/
/
)
/
t-
I/
J
h/H: 0.3
V
1/
'fI' = 35'~
1/
/
LIli: 1. 5
/
~
HB/H=
f
'f'/
ll/
L-
"
0.5
0.1
0.2
0.3
0.5
Il
Fig,
15 , Linéarité par rapport à N du coeff ici ent
F,

23

c.

Linéarité p:tr rapport à hL!!.

La figure 16 rrontre que la linéarité par rapport à hlH est également correc- te par segments, en prenant comne valeurs calculées:

1 hlH = 0,2 " 0,3 - 0,4 - 0,5 L'erreur max~um est alors de
1
hlH = 0,2 " 0,3
-
0,4 - 0,5
L'erreur max~um est alors de l'ordre de 0,004 .
®
Cf: 3 0'"
I-r---
1
A.4 S
N :: o.z
tif.{::
4. S
HS/N= 1
k"o
V
.;~
v
/
A40
~
~
1/
IF
/
.6= 0.004
1.1
./
~
/
,10
/
W
17
1
j
1/
If
V
Il
V
/
/1.3 0
J
1#
/
li
/
1# /
f{l
l'
1
1 /
ft'
ilij)
o
O./l.
0.3
0.5
~------------" -------
--_
"------_---
I

Fig. 16 " Linéar ité par segment du coeffic ient de sécurité F par rapport au paramèt re h / H .

24

3.5. PRECISION DES CALCULS

- La méthode de calcul utilisée est un peu plus précise que la méthode

classique, car il y a moins de décour;age en tranches. En effet, dans l'expres-

sion du moment résistant, le produit Cu r:ar Arc de cercle dans 1p. sol de fonda-

tion, fournit une meilleure précision sur le calcul de F que la sanne L: Cu

b/co':,t:I.

(b étant la largeur de chaque tranche).

La différence entre les deux méthodes

est de l'ordre de 2 à 5/1.cxx) sur la valeur de F p::>ur N variant de 0.05 à 0.250.

- Pour la partie des cercles comprise dans le remblai et la banquette

où la méthode des tranches est utilisée,

térisée par le coefficient KK.

la largeur de ces tranc~es est carac-

Ce coefficient donne la largeur maximale des tranches en fonction de la hauteur H du remblai b Wl<t.X = H.KK. Le choix de la valeur du coefficient KK a été déterminé par des essais comparatifs sur la précision du résultat et du temps de calcul., (fig. 17). La valeur IKK = 0 .125] satisfait convenablement le canpro- mis temps de ca1cul-précisj on·.

1--_

0.06

0.05

0.04

O.Os

0.0!l

0.01

_

cerle 6. \yt~(f)KK r 5. \ 4. \. VII EliA RE Té.NVE: '\ 1 -"i.
cerle
6.
\yt~(f)KK
r 5.
\
4.
\.
VII
EliA
RE Té.NVE:
'\
1
-"i. 3.
,.
1-0
1'
""-
-
,.
.2.
r-- ~
1
1
1;'
1
;jf j(fj kf~~
.f•
,c'"
1
.-
- k--r r
K
/(
1
~
1
o 0.03f!l
O,06"tS
0 • .,25
1
o.~ 110

--1

Fig . 17 - Choix de la valeur du ooefficient de largeur de tranches K K.

La différence entre deux valeurs successives du coefficient de sécurité

au cours du processus itératif de calcul par la méthode de Bishop, est de

le = 0.0021

Cette valeur a été retenue à la suite d'essais comparant le temps

25

du calcul avec la précision obtenue sur la valeur du coefficient de sécurité F

(fig. 18). . KI(: o.fJl5 éa",,» t!alcu / (.s) 0.00" 4 t= (fje. 0.003 .3
(fig.
18).
.
KI(: o.fJl5
éa",,»
t!alcu / (.s)
0.00"
4
t=
(fje.
0.003
.3
Ir
k""
~
,.-
a.oot,
2
-+-,
~
",
-r-
0.001.
A
(~
é.
-1
fi
f
-~
I-~
.-
li~-I--t-
o
,1
o.
(J. 001
0.002
O.ooS"
Fig.
18 - Choix
de la valeur €,
différence en valeur absolue entre deux
valeurs successives de F dans l'itérat ion de Bishop.

On peut considérer qu~ les points calculés des abaques, admettent une er- reur absôluede l'ordrédé ~ 2/100 sur la valeur de F. Cette valeur provient de

- l'erreur de -

- l'erreur de ±

+

2/1000 sur le coefficient KK,

2/1000 sur

t

(itération de Bishop),

- l'erreur de :t 2/1000 sur le pas LlYde prospection verticale des centres des cercles.

-

l'erreur de ± 5/1000 sur le pas AR de

prospection des rayons dés cercles,

ce qui représente au total une erreur absolue de -

valeur de F.

+

17/1000

(au maximum)

sur la

A l'interpolation entre planches,

l'erreur absolue est de

3/100 environ

+ 25/1000 sur N

+

4/1000 sur h/H

+

La valeur du coefficient de sécurité F peut être obtenue à moins de -

5/100

près; ce qui est parfaitement acceptable au stade de l'avant-projet.

26

4"

UTILISATION DES ABAQUES

4. 1.

PRESENTATION DES PLANCHES

Ce groupe ci' abaques se présente sous la forme de trois sel'les 1e planches

0,2

1 série par va] 3ur d'angle de frottement interne 'PI" du rnatériaù. de remblai

de

N = Y~H(N = 0,1

( 'f r = 30°, 'f = 35°, 'f rh = 40°). Chaque série canporte quatre planches: l plan- che par valeur de h/H ( H = 0,2 0,3 0,4 0,5). Sur chaque Rlanche sont repré-

senté~s 5 abaques, correspondant chacun à une valeur

0,3 0,4 0,5) . Enfin, chaque abaque fournit une valeur de F en fonction du ni-

veau du bed rock (HB/H) et de 'la largeur de la banquette (L/H) (fig. 19).

:

f: ~ F l.!i; ~ •. ~. 1c.:.~9~ :.z /i l 'fr= 1 In/H= 1
f:
~
F
l.!i;
~
•.
~.
1c.:.~9~ :.z /i
l 'fr=
1
In/H=
1

4.2.

Fig, 19 . Présentation des planches d"abaques,

MODE D'UTILISATION

Deux sortes de problèmes 'peuvent se résoudre à

l'aide de ces abaques

:

a. détermination rapide du coefficient de sécurité Fàpartir d'un ensemble remblai- banquette latérale donné.,

27

Recherche des dimensions d'une banquette, afin d'obtenir le coefficient de sécurité F souhaité.

b~

- mNS LE PREMIER POOBLEME

:

on est en possession des valeurs def r , "(r'

H,

L,

h,

Cu, HB. On sélectionne la série d'abaques correspondante à fret

dans cette série la planche h/H relative au problème.

avoir calculé N = /~'f'a on lit dans la case correspondant à cette valeur dt: N, la valeur du coefficieht de sécurité F en fonction de L/H et du rapport HB/H donné.

l'on consulte

après

Sur cette planche,

Si les valeurs du problème ne coïncident pas avec les valeurs calculées des

planches,

à partir des planches ou séries dont les valeurs encadrent les données réelles du problème.

la détermination de F se fait par une suite d'interpolations linéaires,

On peut ainsi juger des dimensions de la banquette projetée, par la valeur

lue du coefficient F, mais aussi en vérifiant que l'on se trouve en-dessous de

la courbe limite L/H = 00

rieure à la largeur limite est superflue.

au-delà de laquelle toute largeur de banquette supé-

:'f r ,

-

premier cas, on prendra la série f

à -ou encadrant- la valeur de N =

e~istant, on trouvera la courbe L/H éorrespondant à différentes planches de h/H. Il 8uffira alors de trouver le cornpranis de L et de h de la banquette compatible avec la place disponible et l'économie de terrassement souhaitées.

DANS LE

SECOND PROBLEME

'(

,

r

H,

Cu, HB sont données.

crout comme dans le

ainsi que la ou les planches correspondant

,

.p-. En regard du F souhaité et du HB/H

4. 3.

EXEMPLES

.p-. En regard du F souhaité et du HB/H 4. 3. EXEMPLES Soit à déterminer la

Soit à déterminer la valeur F du coefficient de sécurité d'un remblai avec banquette, dont les caractéristiques sont les suivantes

H:: 8m

Cotg S = 2/1

l't = 35 0 1

'f,.= 2 t/m 3

Cu = 1,6 t/m 2

-

Calcul des paramètres

2 t/m 3 Cu = 1,6 t/m 2 - Calcul des paramètres 8 8"" =ŒJ 8

8

8"" =ŒJ

8

=~=fQ41

~

2x8

GJl=~=iQï1

~

1

~

tJ =-1L = I~

H

8

~

L

= 8m

~ 2x8 GJl=~=iQï1 ~ 1 ~ tJ =-1L = I~ H 8 ~ L = 8m

h = 3,2m

HB

= 12m

Comme on peut le voir sur la figure

20,

la valeur du coefficient de sécuri-

té F est lue directement sur l'abaque N = O,:r de

la planche h/H = 0,4.

Sérief", = 35 0

1F

= 0,63 s 1

(parcours fléché . 1)

28

Il est à noter que pour une telle hautenr h de banquette, dans ce cas de

fi gure, le maximum de la valeur de F

à

(fig.

20,

parcours fléché

2) ,

l

q uelle

que

soit la largeur de la banquette. F \ L "ru~5° A.Z ~ 1- - h/
soit
la
largeur
de
la banquette.
F
\
L
"ru~5°
A.Z
~
1- -
h/ II: 0.4
1-- -
,'.
N:o.1
-
1-
\
4.,(
\ \
\
\
1\
'~
\
\
\
1\
-1
"'-
1--
~
\
1\
e
\
\
.~
. r-
.-
-
-
1-
.q-
-
r
r-
\' ~
r-
r-
.~~~
i\'
.
~
f"
'-
-
1\
\
\
i\
\
0·9
\
\
1\
1\
,
~
\
1\
\
\
\
1
\
\
\
\
\
1
0.8
\.
f-.
-
1\
\
\
\
'\
~-
r-
-
\
\
\.
1"'-
i'
1\
\
\
1'
"'"
'~
r-
o.,
:-
.~
\
"'-
1'
r-
'\.
l'
"l
-i?
@
'\
r--
r-
f'.
-
"=" r
r-
-
,
-
I-
0.63
i-
f.<1
r-
--.
l-
~
~
~
r-
-
'7
~-
(J.'
JI
"-
t----.
r--.1
~
l'r--
- o.s_
1
r-
-
1--
~
L
0 _-
r-
HS/ If
0 .5
0.$
1
@
0.3
;!
----
-
--. -.
'
.
' _0 _'
"
-
Fig ,
20 - Exem pl e a -
l ectur e sur abaqu e.

est inférieur

, 20 - Exem pl e a - l ectur e sur abaqu e. est inférieur

Soit

à déterminer le coefficient de sécurité F pour un ensemble remblai

avec banquette sur sol ITOU,

admettant les caractéristiques suivantes

H

= l OIn

l'ft"= 35° 1

YI'

=

 

Cu =

3

-

Calcul des paramètres

2 , 2

t /m 2

t /m 2

Cotg

L

= 15m

= 2/ 1.

h

=

2,4 m

HB

=

1 5m

2 t /m 2 t /m 2 Cotg L = 15m = 2/ 1. h =

[±J "", h

H

=

15

10

2,4

10

15m = 2/ 1. h = 2,4 m HB = 1 5m [±J " " ,

= 10 ,24\~ 0 ,2 < -if- < 0 ,5

29

o = 2,~x 10

[HB

H

1= ~

10

= 1 0, 13 61 ----+ 0, 1

, ~ x 1 0 [HB H 1= ~ 10 = 1 0, 13 61 ----+

c:::::::::: N

c::::::::::. °, 2

 

Il faut interpoler entre deux valeurs de

h

et aussi entre deux valeurs

de N,

en lisant sur les abaques correspondants,

les différentes valeqrs de F

(fig.

21),

comme résumé dans le tableau ci-dessous

:

   

SERIE

'f r

=

35°

 
 

h/H

=

0 .2

   

h/H

=

0.3

 

N

= 0.1

N

=-'

0 .2

N

=

0 .1

 

N =

0.2

F

= 0 .645

F

=

1.235

 

F = 0.665

F

=

1.265

 

Pour HB/H

=

l,

L/H=!,5

 

L'interpolation est de la forme:

rapport kl

F

!

l

On pose:

d'où

 

k

-

kl

 

K=

 

k2

-

kl

IF =

FI

+ ilF

.K

rapport k

et

1

~

LlF

=

I F = FI + ilF . K rapport k et 1 ~ LlF = F2

F2

-

FI,

rapport k2

l

F

2

Interpolation entre les planches h/H = 0,2 et h/H = 0,3

Interpolation entre les planches h/H = 0,2 et h/H = 0,3 0,20 "::::::::: h/H = 0,24

0,20 "::::::::: h/H

=

0,24 <::: 0,30

K = 0,24

0,30

-

0,20

0,20

-

0,04

0,10

-

° 4

-

-

-

 

,

F

= 0,665

-

0,645

=

0,020

F

= 0 ,645

+

(0,020 x 0,4)

= 0,653

30

F F c.pr:~5'· r- c.pr =3"- r- \ r- ~ h/~:.0.2 r- h/H~ 0.2 r-
F
F
c.pr:~5'· r-
c.pr =3"-
r-
\
r-
~
h/~:.0.2
r-
h/H~ 0.2
r-
\.
r-
~
\
N~ 0.1
r-
N:: 0.2,
r-
l\.
1\,
\
\
1".
-
,
\
\
\
I
/H
r-
\
,
1\
\1'-
--
r-
\ \
-
-
~-
\
\
-
~
\
1\
1\
\
\
\
\
J
~
1-
0.8
"
r-
1\
\
"
\.
"-
"-
.~
"
\
1
i\
\
:-
\ "
'-
"'-
\
\
t.;fI
- -
--.
1-
-i"-
.-
~
;-- f~-
-
~
<
\
1\
'-
t
r\.
-
"-
r--.-
l""'-
"-
~
r-
r-
~.::
1\
1'
r--
1"-
:0"
r-
r-
i"--
-
--
~
-
~
1--
r-
:--
1-
~,
'"
~of:
~
~
.:.:::
~
r-
110.
~
r-
~
--
--
~i $foo;
r=
-
-
~
1-0.
t::
0.6
-? ;;:;
0-
r-
--
r-
o
r-
0
_
-
HB
/1(
H~
0.5
e
O.S
@
0
/l
0.5
"
0
"
~
F
F
\
tfr: '35°
\ \
Cfr: 35°
-
-
\
1\.
-
-
h/J.bO.?>
,
~fH=0.3
\
-
-
-
-
\
N':. o.~
-
"
N:zO.l
,
-
\
\
\
1'-
r--
-
- l-
-
.':::
1\
\
-r-
1-.
i\
\
\
\
,
1\
A.5
\
\
\
\
\
1\'
,
\
LI fi r-
1\
1
\
\
\
1\
\
i-r-
\
\
\
~
:-
'.
1\
\
\.
0.8
1\
1\
\
"
\
\
i\
\
L/Iol
\
\
\
\
'\
\
"
"-
\
\
'\.
."
~
1\
\
\
"\
\
\
?
"-
\
\.
--
\
,
r--
"-
( l.:
"
1
o.,,
\.
1'\
:-
r-
r-
-
\
"\
-ë>
-
-.
'1\
-
.-
--
-
,
"
-
.-
-
-
.':0"",-
-
-
l
"<:::
"'j
~
- r'
~
- ~-
~
~-
-'"
I
i'o
"-
-
[\
:
::.~
'\.
1
-
:
'"
r--
-=:
r-
~
1-
\.
r-
~
r-
"
~.
0.6
--
of. fi
1
r-
O·s_
"
-?'
:;;
-
i""- ~
F:
l'''~-
r--.-
-
-~
r-
i--
O.S
""
.0.
""
e
a,,-
{)
0.$
1
2.
®
2.
0
"
Fig .
21
.
E xem pl e b
-
lectur es sur abaques avec interpolations.

31

K = 0,4 AF = 1,265 - F = 1,235 + 1,235 = 0,030 (0,030

K = 0,4

AF =

1,265 -

F

= 1,235 +

1,235 = 0,030

(0,030 x 0,4)

= 1,247

Inter};XJlation entre les deux valeurs F àN = 0, 1 et F à N = 0,2

O,loo-=:::::::'N = 0,136-=:::::"0,200

K = 0,136

0,100 = 0,036

0,100

- 0,200 - 0,100

F = 1,247

- 0,653 = 0,594

F

= 0,653 +

(0,594 x 0,36)

= ° 36 '

= 0,867

_

d'où la valeur du coefficient de sécurité F = 0,867 pour le prob~ème posé.

de sécurité F = 0,867 pour le prob~ème posé. = 2/1 d'une hauteur de 5 m.

= 2/1 d'une hauteur de 5 m. construit sur

une couche de sol ITOU d'une puissance HB = 5m. Le matériau de remblai admet

pour caractéristiques

cohésion Cu = 2 t/m

ITOins correspondante à F = 1,5.

Soi t

un remblai

de pente Cotg8

2

'fI'

= 40°

et

'fI"

= 2

t/m 3

Le

sol

de

fondation a

une

• On désire que la stabilité de cet ensemble soit au

Calcul des paramètres.

de cet ensemble soit au • Calcul des paramètres. 2 2 x 5 IWl= 5 5

2

2

x

5

de cet ensemble soit au • Calcul des paramètres. 2 2 x 5 IWl= 5 5

IWl=

5

5

soit au • Calcul des paramètres. 2 2 x 5 IWl= 5 5 • Vérification de

• Vérification de la stabilité du remblai initial.

sur la courbe L/H = ° (cas du remblai seul), une valeur du coefficient de

sécurité F égale à 1,17

Sur les abaques

N = 0,2 de la série

~r = 40°

(fig.

22), on lit pour HB/H=l

1 F

l

=

1,17

1

Le remblai de pente Cotg 8 = 2/1 ne remplit donc pas la condition de stabi- lité.

32

• Examen de la première solution

:

adoucissement de la pente.

en déduit

que pour atteindre le coefficient F = 1,5,

Cotg 8

La valeur F = 1,5 sera vraisemblablement atteinte avec une pente supérieure

à Cotg~ 2 = 4/ 1.

En consul tant la série d' abaques

2

> 3/ 1

(F

= 1,17 pour

2/ 1,

"Remblais sur sols

F

=

1 , 22

IIDUS"

~2) on

il faut admettre une pente

pour

2, Si l r

F

= 1,28 pour

3/1 ) .

Examen de la seconde solution le de stabilité.

calcul des dimensions dl une banquette latéra-

On utilise les abaques N ::: 0,2 de la serle

ft- ::: 40°

(fig.

/.2 ) , pour chaque

planche h/H en prenant plusieurs valeurs de L/H :

L/H ::: 1 L/H~ L/H ,- 2 ~/H = 0 ----- 1 h/H ::: 0,2
L/H :::
1
L/H~ L/H ,- 2
~/H = 0
-----
1
h/H ::: 0,2
F
= 1,17
F
= 1,30
F
= 1,40
F
= 1,40
_
.
--
h/H ::: 0,3
F
= 1,17
F
= 1,33
F
::: 1,45
F
=
1;5
h=1,5m
h/H = 0,4
F
= 1,17
F
= 1,36
F
= 1,49
F
= 1,63
h=2m
~-
h/H = b,5
F
= 1,17
F
= 1,37
fi'
= l,50
F
= 1,65
h=2,5m
-- --
i
T
L
= 7,5
m
L
=
10
m
On peut ainsi retenir plusieurs valeurs possibles à partir de F = l,50 .

Pour pouvoir comparer cette solution à la précédente, cas :

on retiendra les deux:

1.

F

=

l,50 pour L/H = 1,5

et

h/H

=

0,5

(

 

)

Valeurs

2.

F

=

l,57

pour

L/H

= 2

et

h/H

=

0,3

(

corrparables

33

F 1- "fr -; 40 · .A.t 1- htH~O r- N : o.t. - -
F
1-
"fr -; 40 ·
.A.t
1-
htH~O
r-
N : o.t.
-
-
f-
\
.
1
AG
-
\
\
4'.1
~
\
.
\.
\
~
1\
é
"
\
\
"
.-I.1t
L/H
-
\
~
fi.
r--'
-,
t-
\
\
\
\
M
~
=
I-
'\
i\.
1"-
1\
1\
/ . 3
"
''''",
t-
\
r\
1'-
'"
'"
1\
\.
r'\.
~
1'-
1'\
i'
1"'-.
l'
~
"
"-
"1-
~
AoZ
1
f'
1'-
@
.-
.-
.-
.-
-
"-
-
t-
-Iii
r-
i"
'"
-
~ ::::
r-
~
h6
.":'J:
1-
~
:-- ffO+:
liB.
1--
A.f
G)
.e
0
0-3
O.S
.-I r

F

4.1

A.J

- f- t- .- tr . ' r- \' i,r:. 4 0· ~ \ "'
-
f-
t-
.- tr
.
'
r-
\'
i,r:. 4 0·
~
\
"' / H:f)
-
\
1\\
N : 0. 2
-
\
"
\
l'
.-
-
\
_
1- .
Ir
:y
_\
\
\
\
l- f-
-
\
\
"\
1\
Y
'\
. -t-
\
1\
\
\
\
\
\
\
'\
LI"
1-
\
"'\
~\
\.
\