Vous êtes sur la page 1sur 40
Mondiale | CN oe NR eS C18) ts oe S| 8) a 116) he - he ee ra the Lie 4 i r ARME a , awe ay VERGEL TUNES WAFFEN Vt 4 4 . Les bombes volantes be 5 t EB "FEMOIGNAGE | PAULCHAUSSE | L'ITINERAIRE DISCRET D'UN COMMANDO FRANCAIS DEVENU COMPAGNON DE LA LIBERATION ‘Stéphane SIMONNET, historien au Memorial de Caen, Aespanseble des relations avec l'Université de Caen et l mande scientifique. auteur de pluscurs auvrages aux édtons du Memorial um album su le Fatal de Fusilirs-merins Commandos Stéphane Sinannet prepare une these d dactorat sur les Soldts du commands Kiefer, I8401845, |e» ‘eux aussi titulaires de la croix de la Libération, il symbo- aul Chausse, disparu le 4 mai 2005, faisait partie de ces rares soldats de la France Libre auxquels le général de Gaulle avait décerné VVordre d’exception qu'il avait lui méme eréé, celui des Compagnons de Ia Libération, Avec marales de combat De Naurvis, Lof, et Kieffer, ear epee el parle ballon a sen dug eae donne ne parte Wan jemeney lef Ballon de Per Mares Com. ie Tene de 2 ane 1915 Chanel prs de Grail i anche Hon ps grep ei Pane fom tat conn dp do ua elle de 870 el oF ih at hod es ope ics pt ue dp une lr 6 lene Mattoon ceo icp hla arc tmscpeire 1932 et prs wl pit par got ae oppemphiy teecasapepl armors graded ti ners Sere nh Ser pds Cn Loree fod de Con pt Talon Salon pn ne Dupe En 19573 lf de men egigen Paul hus egage soar comme lots dans Is Marne en septembre 1999. Cet Cherbourg qu ft prsente pou emburgcr nr le ergy Las Aint et wnt cn pavoallear evel, En tant Se Garter fer t sou fede eames i por __ mr Perehagbalenatie idan ar ene Bret ct Cables, En aril 1980" engages Te Lepold New un cater belge regions Tes pptoulles we dcoden ects ied fra a Manche a | EoNont pute slr masons de quae «On deat aussi porter scour ot éracuer les fags des pons de la Manche devant I'imasion dela Belgique et de la France, rmalgeé les nombrewser attoques allemand. On a fréquent les seceurs de Trowile, Deauville et Ouisteham, Au mois de ‘mai 1940, nous élons aw Havre quand V'armée allemande a commencé & envahir Ia France, puis devant Cherbourg quand on a regu Tondee de gagner Angleterre, ou méme le Canada st Angletercedevat romber aux mains de Allemands. » Paul Chausse quitte alors le port de Brest pour I'Angle. terre oi il débarque en juin 1940, En route pour la France Libre © Cest aw comp de Haydock Park, puis au camp d'Ainxee dans Ia rigion de Liverpool, qu jai échout argc lSquipage du Léo- ppold Néra, Pour nowt le choix éait eniple: le napatriemene en France, Pengagement dans la marine marchande ou Tenrile: ‘ment dans la Royal Navy. Aloe que je pensais& la toisiéme solution, ja apprs Pesistence du général de Gaulle qui suai taitcontinuer Ie combat. J’a} done déidé de m'sngager dans la France Libre J'at gogné Londres t de a Olympia Hall (entre accueil pou les premiers volontaire) stl bas que a ren cont un autre francais libre que je n‘allos plu quite, le cp taine d’armes de la place qu n'éait autre que Lofi Alexandre Lefiaisigné mon acted engagement dans les Forces Novae Frangaises Libres le 19 jullee 1940. » = Photographie du commende Paul Chausse prise la voile du débarquement en Normandle Los hommes de a troop n°8 photographs eile 14 jullet 1949) devant le chiteau d'Achnacarry en Ecosse. Paul Chausse {est dobout, le demior a gauche, a Textrémiee du 3 rang. Tous wennent cates brevet commandos Le commando Henry Nassau de Warigny photographie ict Londres lo 14 juillet 1843 portant lo fanion du Batallon ‘de fusiers marins commando Ifera partie quelques mois ‘plus tard de'equpe conduite par Paul Chausse pour mener {nro sur Midlkerqus, Paul Chausse intégre rapidement Ie 2° batallon de fusi liers marins, cr&é par I'Amiral Muselier aprés le ralie ‘ment de I'Arique Noire aux territoires de la France Libre. Sous les ordres du lieutenant de vaisseau Thulot, fy est chargé, vu son expérience, de instruction des nouvelles recrues Leshommes commencent leur entrainement 3 Aldershot [puis Camberley avant d’apprendre leur affectation pour PAfrigue Equatoriale, ordre de mission que tous atten dent depuis le départ du 1° bataillon quelques mois plut tt le 29 aoit 1940, Le 2° Bataillon en Afrique et au Levant Jai quieé VAngleterre avec mon unité le 27 octobre 1940 pour rsjoindre les ite de Frestown, puis cells du Cameroun ‘enfin Dowala la eile de Noél. Nous avons pris position & Pore Gentil le boilln «éé employ organization dela defense citére Te Guindeespagnoe neon pas trop lon, es Ali pen sone srlewsement dune entrée en guerre de I Expagne au cite des forces de 'Axe » Jasqu’au 9 novembre 1941, les hommes de Thulot font leurs premires armes dans cette guerre, Mais dans 'in fer terval is ont appris quel campagne d'Erythr sans eux et ont wu partir leurs camarades da 1° bataillon pour la Syrie, Dans les rangs Pimpatience gronde. En attendant Chausse ct lessens ravallent au montage et & assemblage de camions US Beifnd ou Chevrolet destings entre ate ia Force Ld colonel Leclerc ‘A paride janvier 1942, nous avons dng verse Lent ode Bataan a dé char de a surveillance des cts dela Syre ed Liban. Jes pas cond mae chargé de in truton des rca. ose cmbor fii toujours atten. a den ds cites ot un pl roting scent quelques alerts queue cope inks» impatience gagne un peu pls les fasilers marin qui attendent den découdre, Le 12 mars 1943 le bataillon est disoutet pour ceux qui le souhaitent, une fos reve nusen Angleterre, engagement dans ls fuses marins ‘commandos est une solution. Beaucoup vont sive cette piste, ce sera le choix de Paul Chausee L’engagement chez les commandos Les 45 volontaires pour les Commandos sont ausitdt acheminés au dépt de Bir Hakeim, En mai 1943, Phi lippe Kieffer es toujours & la recherche de voontares pour grosir les rngs de son unité afin de consttuer un ‘éritbl batallo, La présence en Angleterre des hom tnes de Loft la téte du 2 bataillondisout est pour hi vue veritable abaine (Un our om ro arin if, tue de site sue Parcel qu'on apples tour opidemet «Pacha ». En tane Gu ser marn deformation, itu de mite pens qu je pour fie efi Alo sans hea sign che es come Imani ings le 1° Baaillon de Flies Marns Com tnano, One ou det ports en entsinemens&Easboorne tn al de PAnglaers ae Joan Pia la roop 1, Charl pele ewtenont Holt gu rena je cris de ele de cadets de a Fone Lie. » Aprisles entrainements, Chats et es camarades «ron tent »en Ecosse ds le 29 juin 1943 pour y subi ee ning commando, Ce groupe de 85 Frangais ext &ceteépo aque le pls gros contingent jamais admis dans cette école anglise. Quelques jours pls tard nds que a ep | tout juste brevetée defile & Londres le 14 juillet 1943; CChauise et ses camarades déflent ferent au pied dt chitea d’Achmacary sous les yeux du colonel Vanghan, lernatre des eux lsont rats par antes volon- tures recrutés i Camberley beaucoup Evads de France par ’Expague on vena Afrique da Nard, pour cont fuer une nouvelle oop Francis. ‘Al fin da age d Achar, j'ai ed breve commande ona contnaé I entinement a endef troop 8 gu dipen- dait maintenant da commando interallién® 10.Onaencing des sages au camp des Royal Marines & Plymouth, ae des tnrciesdenborquenent et de débarwement § bord de LCP ow LCI, et une piporaion physique type Achncory. Ct 8 ce moment qu fi etch avec ares pour efectuer des rods de sondage urls cites agaist hollndaes pour Thier 1943.» = [Pour les témoignages sur les raids « Hardtack », voir 2GM 20} ome instruteur de ‘Jllet 1844, rAmiral Thierry @Argenlieu vent réconforter les goldts du commando Kieffer au front pula la & jun. {Au centre de profile chef de a troop 8, Alexandre Lofi {ui présente ses hommes au commandant en chet dee FNFL, a f , Oo, Bsccd rere Dessin du commande Maurice Chauvet, ‘evoquent Ie raid du 20 janvier 1944, ‘auquel a participé avec Paul Chausse. Ce dessin montrela disposition de chacun des 8 commandos franeais@ bord {doris t lour fonction précise ‘rant a nowgation, Novembre 1944, Walcheren lentouré des commandos Une des barges de deébarquement ‘ur leagues avaiont pis place les hommes: ie Kiefer Notes la 2 barge ‘sur la droite, completement retour. \Chausse au conte, ‘Messanot et Saerens Le débarquement du 6 juin let la campagne de Normandie 4 Le matin du 6 juin, 3 7h30, lorque je dcborgue avec lo barge 523 sur la plage de Coleile, ga fase quotre ans que je fai pas foulé Ie ol frangais Ee jot de la chance, car je ta fers Ta loge sa ec sou sous les is des micraewses jus’ aux batiments en runes dune ancienne eolonie de vacances. Cat notre point de ralliement avant de repartir sur Ousreham.» Lespertes francaises cet instant sont de 3 tués ct 26 bles: sis, Tandis que la troop 1 s'engage sur la route longeant Ta voie de chemin de fer, la woop 8 progresse maintenant lentement entre la odte et la route & travers les dunes pour y nettoyer tous les ouvrages fortfis construits par Tes Ailemands et ce jusqu’au pied du Casino, Les deux troops appuyées par la K Gun doivent converger vers cette ultime position fortifie. snlevera le casino sous la conduite de Kieffer en fin de matinée alors que les deux sections de la 8 se préparaient &assaut final. Paul Chausse et ses camarades avaient les uns aprés les autres réussi 3 « nettoyer tous les nids de résistance allemands installés le lo treham. Regroupés une nouvelle fois dans les plages entre la Bréche et Ouis les ruines de la colonie, les 145 commandos francais rescapés prennent ensuite le chemin de Bénouvilleatteint en début d'apris mich Le passage des ponts de I'Orne parla troop 8 se passe sans trop d’encombre, Le soir les hommes s‘installent pour leur premigre nuit cen France dans leurs tranchées 4 Amfreville qu'ils ne vont plus quitter jusqu’at 27 juillet. Guerre de position, mais aussi de mouvement avec l'attaque de Bréville le 7 juin, la terrible contre-attaque allemande du 10 juin causant la perte de 29 commandos et les patroullles incessantes cffectuées par les Frangais dans les lignes enemies, Les combats de I'Epine La rividre la Dives est franchie par les commandos le 18 aoit 1944, C'est toute la Premiére Brigade Spéciale & laquelle sont rattachés les léments francais qui fait mou: ‘vement. Présde 800 hommes encore valides qui entament une course poursuite derriére les troupes allemandes qui se replient depuis le 15 aot. Un repli organise avec des combats d'arritre garde. La troop de Lofi, 70 hommes, dont Paul Chauss, s'appréte & liver combat Apres offen sur Baset (le 16 aot) on et lances a pour suite de llemands qui srepliaint ver Ta Seine. On o franchi rs de la Dive le 18 et en marchant en drecion de Dozulé, abordé le secteur de I Epine & Ja nuit tombante Vrs 2h 30 du matin le 19 aod on a attaque le i emande in, bonnet ou fal, on et J, malgré mo tun lieutenant a de nalle part.» Léon Gautier fat & nuit du 18u 19 aoa il se trouve au c&té de Paul Chausse dans les combats de l'Epine le de Epine. Aris Bavent, on ex pa lement partie de la woop 8. Dans la Iya eu ete ba tis un wir eon a fianchi fa Dives, Pais vere 7h da matin, nor groupe marcatedevan sr la routs, tout aat air tranquil Ee fon se aie rer desu par une mitalluse, dans un vroe. Alors ne le fod! Lofi a ordonnd de faire marl 2 marche, om ext rve ‘nus 100 m en ariée pou fire Ie point et lancer une attague. ler car on ne svat ly Autant vous dice que le tr darillerie arrivé. Alors Lofi a illesetenue por Cailletet I eutre por Mastin. jamais placer deux Bren Gun en tr cris. Hl toyjoure dans le fs en file indienne, et Lafinoas paint précis 8 Flessingue, une mince plage lo, 0u Paul Chausse et see camarades ont débarque novembre 1944, del ser uneataque da baionnett, ste que les 2 Bren de sont pas nombreut et on ex 14 alr artaquer es faire Farague I] y oat Paul Chawse qui part donc en rte. Ex ul Chase qui naimoit pas ter les gens, esa de Beer e Jemand en li tirant dans ls pots. Mais som coup de revolver et Los Commandos Francais en Hollands, novembre 1944 : Photo prise devant la digue de Colyplast: Paul Chausse ‘est a2" rang, le 4 commando en pareant dela droite ‘sa droe Hult 2 le chef », Alexandre Lafi portant une cravat blanche, ni beaucoup pls hawt! Et Allemand od vuché au vnereJe ret allemand qui alae Paul Cause, att pas un eeu! = oi Poul Chase ts malheureu "2 Gucnne Mono {On ex done 14, pls les Bren Guns, mais ya autres combats Pls hawt sor Ia méme commune de 'Epine. Mos our now Parsogue 3 la bonnet c's i & rote de la route. Ce com Bot ele premier comb depuis Boven. na beaucoup std Boren, beaucoup de tis de mori, beaucoup de es C's alles aon de prendre arent que les efor soot ae 1s Angee, des Bled qui ave dé vaca e 6 jun Gul rerenclent, une vingtane de gor qui reicnent done av fon 21 we cot. “Apris Epic, on et moots dans le tne ellemandes, Lon Brepienbombardement de rogues once par ds sores d'or goss de tlie qu font un bru terrible, ae démoalan. Et met epartis su Poo Egue » Parml les hommes de la roop # i ya ausi ceux qui font partie dela section de mitralluses du batallon Kieffer, Tasection K-Gun, ls ont éé vents au cours de été au fein des deux tops frangaises,Frangos Andriot est done 2 soir Iu ass prét 3 combatire avec les commandos dela 8: Gers 4h du matin, Biomnetes canon, nous quttons la oe _ferrée et avangons en ligne vers lee collines dont nous pourons oir a lgne sombre devant nous. Aucun brite ous arivons it Ta route de Deaurlle. Nous nous formons por ection: de chaque etd et sommes rts 3 oui ees rpidemet. ere Sh [Biotin fx premises de Vaubeepparasien horizon fe nour sommes is prix de Dozul,Soudainement une excl Imation & Parone de lo clin, une solxantane hommes, Te caplalne Lfirpond « Troupe 8 », cyan arr ofe ett Gree x ares uroncrigocs Tu ripooden, les Bockes ticnent un point de iisance sur Ta rote Inmidiatemene, nous nous rion un pe en erie Oe tcisons en dsr 8 une cercine de mites Ne achat pas ce que now allons tourer en face de nous i! et prifinbledotende Ie jour pour bouger Une de nos patoules Les commandos Alexandre Lof et Paul Chausee, Inseparables,recevant des mains du général Dio. la Légion ¢Honneur en 1845. et rey par un fe automatique. Un pes plus tard les morters allemand explosene devant nous, oi) nous étions...Des alles explosives au desus de nous, dans lee arbres, mais nous ne som ies por atagués Sur notre droit, lv autres troupes sont aus ‘en action car les mortirs els mitealleuses cxéptent intensé: ment. (er heures now bougeons et ocupon des positions dominantesen vue d'attaguer Je mets ma K Gun en batterie dans uo verger dominant wn petite plane d'herbe verte bordée par un peti bois o sont les Allemand, Nous ders tire sur a ligne arbres pendant 10 minutes pour protiger la progression de a section d'asaut.» (Notes inédites du commando Frangois Andriot) Cette section dasaut dont parle le commando Anrot, est celle cmmenée par Alexandre Lofi, avec ser hommes, dont Paul Chause qui doit ener Pattaque entéte EtAndriot de poursuie (La meton dacs progres 3 gnc ves bs ows ar tous note fea quand i riven Fore. Apei oqo pt teens de mitral, nous royons ler Allemand ot ae tn dope Mane. Ace nomen 6 ous recrns une gil de irae senant de note driteet news now eens dans tne ale. Nox eres ond rs igs pri le prionnis, ‘ows avons un lestenant, ls ts gravenent, et pas mal de Bests clemand: Les cures ont decmpé » ‘Au cours de eet asaut général 4l'Epne, 8 bless et un tort sont & déplrer do cSt des commandos franais Aprés cette ataque, les commandos Frangis marche ront deriére les Allemand pendant encore une semsine juqu’a Beuzevlle teint le 27 aft, marquant ans a fn dels campagne de Normandie Pal Chasse ft alors partie des 40 commandos frangais ayant fit toute la campagne de Normandie Le débarquement a Flessingue et la campagne de Hollande De retour en Angleterre le 8 septembre, Paul Chase fut toujours partic, au sein dun batallon en cours de reconstitution, dela troop 5 de Loft, comme chef de sec tion, et se prépare 4 un nouveau débarquement en Hol Iande, 4 Hlessingue (presqu’lle de Walcheren) dans le cadre d'une grande opération anglo-canadienne devant libérerIembouchure de I'Escat et le port d’Anvers. «Le I* novembre 1944 ona dibargué 3 Flesingue puis on a li un combat dif, en pene ville, conte des Allenands ct Bs rer etnies, co ee enbusds dans fo till, On combat comme a usq’ou 3 novembre, Ps on a continu sur Donburg ute trbd le 8. tat afin des com- buts Walehren, on aenaite risa drecion du North Bere land. On deat ni I poco fared raid Toi mol pls tard, ma troop a dé change dfcuer un a ur Schoen Dans ta mit d 14 015 frre on a embarg dans tris LCA Mats ta Royal Navy ad for une erreur de navigation :on 0 argu dri lors ds object afl remborquer tans attr Penton de emem. Mat ono quand méne pu tnanametie quelques renseignements sur es potions. » Apres la capitulation allemande du 8 mai, les comman- dos fangasséjournent en Allemagne avant de regagner juillet ' Angleterre via la France [Le Memorial des Commandos & Spean Brage on Eoosse, Inverness-Shire non loin d/Achnacarry, ‘berceau du training commando. Paul Chausse terminera la guerre comme officer des équipages de la flotte de 2° classe. Promu offi- cier des équipages de la flotte de 1 classe en 1953, il sera rappelé en Algérie la Demi-brigade de fusliers ‘marins (DBFM) de Nemours et sera en poste § Bal- cl-Assa pris de Marnia en Oranie du mois de mai a mois de décembre 1956, Paul Chausse était commandeur delalégion d’honneur, ‘compagnon de laibération, et ttulaire de nombreuses décorations parm lesquelles la Croix de Guerre 39-45 2 citations), la Croix de la Valeur militaire (2 cita= tions), et la Croix du combattant 39-45, “Tous les propos de Pou Chousse nt été recuelis por outer le 38 jonier 206 Entretien vec Léon Gauter recut por Taser (e 15 mm ze '2003 : Paul Chausse de profi, t René Rossey dela section K Gun lars des eérémonias cammemorstives ' Ouiatraham 14) 2 Guewe Mone THEATRES O'OPERATIONS EUROPE-AFRIQUE OU NORD 1939 RAE eB Marg de F eiees eaters Mike cede lode or aap ESPON Loewe ure Art pars bcos de rrp Gemeicanees im aM sLessrtiqans LVM: Domicen cde Akclenche orton Streep ses bots dan sexx 2HIKCEMBRE =n de operon pln ies dex Cares et des 1942 Marie 2tsoweedne, pers ts 2 PARE fee de MIN : Dab de Fortin WaT MMLET Premise Vopéraion «Tempttedhiver>. «enn =yarles oes de Se Alme Risdesindics ay ITI Dano mt. tomtom sre es Alena 27 WONMHE:Halesstorse le 5MULET Debden BramentStbopelangte SpedacmécAdvcretier du alnnon rks de Kou hale sed ne blige Sreceie fe Ee WHIT: Vebyrceowerre QC eh ca ese Can, tune attaque aérienne réduisit en cendes La Caine, siége du commandement du Pe, Gruppe West, tuant du méme ‘coup le chef d’état-major et de nombreux o Ia Hitlerjugend arriva A Evrency avec les réservoirs & sec fete put attaquer avant le 7 juin au soir La marche de la mort {pets sre per quelques urd, quelques unils bin des notamment de SS reyurent ordre de aie moar rent vers la Normand: a 7, SS-PeGren Di. « Gotz von Berichingen » la. S-Pz.Di « Hohensiaufen» et 1a 10.55-PeiDv 4 Frundserg»de Holland, la 1. SSP Dix «Leibstandarte SS Ado Hitler» etl 16. Pe Di Le 5S Oberstruppenfhrer «Sepp» Dietrich, comman dant du 1 S-Pe Korps ct son homologue Pea Hauser da Il. 58-Pe Korps ainsi que dantres fiers llemands tertalnes de grande ampleur, mais a stuation était 8 compromise. Nombrewsfurent les géndrax qu tombe rappelons le SS-Brgadefer de Wit remplac pa le cdldbre « Panzer » Meyer, le General Marck, remplat par von Cholitz qui commanderait le Grof-Pris Hel Trich dela 243 Inf Dv et Stegmann de 77 af Dg succomblrent une ataque de chaseurs, Quelqus tes Feta ct depesy core See eect ats en Normandie, Parmi eux, ‘sommairement camoufie monte Iu aussi vers les premitres lignes. Le«passager® ales pieds | femmizoufige ans une cowertur lee nuts | sont on lft trésfriches en Normandie ui s"était opposé 4 Rommel en insistant pour que les Panzer fussent placés & Vabri de V'artillerie navale, et ai fut done limogé et remplacé par Eberbach. Enfin, il y eut le vieux von Runstedt qui lissa son commande ‘ment & von Kluge. La 2. SS-Pz,Div, « Das Reich » du SS-Brigadefihrer Heinz Brend Lammerding était quant 4 elle cantonnée dans les environs de Toulouse quand Iui parvint Vordre de faire mouvement vers la Normandie, Sur sa route, elle croisa deux petites localités frangaises oi elle se livra aux pires exactions. A 13430 le 10 juin 1944, des SS, la plupart appartenant 3 la 3. Kompanie du I. Bataillon du Regiment, 4 « Der Fihrer » pénétrérent dans le vil lage d’Oradour-sur-Glane. 180 hommes environ se divi sérent en pelotons commandés par le SS-Sturmbann: filhrer Adolf Dickmann qui convoqua sur-le-champ le maire, Jean Desourteaux. Les Allemands ordonnérent le rassemblement de la population en deux endroits diffe rents :I'églse, pour les femmes ct le enfants et six gran ges pourles hommes, etce afin de « véifier les papier». A 16h, un SSse servit d'un explosf qui généra une épaisse fumée, ce qui eréa une panique. Terrorists, les villageois tentérent de fuir mais les portes avaient été fermées et les SS traient & vue. Le bilan fut digne dune hécatombe 240 femmes et 205 enfants périrent; seule une femme réussit& en échapper. Les hommes furent ensuite fusilés sans pitié,fasant 197 victimes; puis l'égise et le village furent incendiés. Quand les soldats de Diekmann quit nt les survivants, Adolf Dick: c le 29 juin 1944 et repose désormais dans le cimetiére de La Cambe, tout Georg Béssl, né en 1926 : un gamin, comme bien d'autres & Oradour. Quelques mem: bres de leur unité furent traduits en justice et le pro ‘8s eut liew & Bordeaux en 1953, olt les condamnnations furent pour le moins trés insullisantes. Quatorze d’entre eux étaient de nationalité francaise. Quelle avait été la cause de ce massacre ? Prabablement parce que le 9 juin ‘mann fat tué d'une balle dans la ‘comme un de ses hommes, des résistantsavaientabattu le 8S-Sturmbannfidbrer Kim: ple, ou parce que d'autres encore avaient tue deux sol: dats allemands sur le viadue de Saint-Julien la veil. A Tulle en revanche, les maquis locaux, le 7 juin, gui dés par Jacques Chapus (alias « Kléber »),libérérent la ville des 100 occupants du Ill, Batallon du Sichereits: Regiment 95., en en abattant au moins la moitié durant Tes combats, Mas les $8 de la soir méme, La ville Fut ratissée sur ordre du SS-Sturm bannfdrer Kowatsch ; tous les hommes igés entre 16 et 60 ans furent arr pendaison, L'intervention de P'abbé Jean Espinasse per mit de « réduire » le chifre & 99. Conduits sur le iew da sup ver les cordes aux nceuds coulants accrochées aux arbres, Dat Reich » arrivérent le és et 120 d’entre eux condamnés & la , les malheureux eurent l'occasion d’obser cet aux balcons Is furent pendus dix par dix, tandis qu’a Ia terrasse du café Tivoli quelques $5, au son d’un gra ‘mophone, sirotaient un rafraichissement en observant la scéne, AU préfet qui tenta courageusement d’intervenir alin d’éviter le massacre, Kowatsch répondit : « en Rus se, nous avons pris Vhabitude de pendre, 4 Kharkov et & Kiev nous avons pendu plus de mille hommes ». Quand, le 12 juin, la division se mit & nouveau en route vers ly Normandie, elle aissa derrére elle une longue trainge de sang, Le 5 juillet 19: 1, Aurel Kowatsch serait condamné A’ mort par contumace; en réalité, il avait déja trouvé la mort i la frontigre hongroise, en 1945, Au sein de la « Leibstandarte SS A.H », se trowvait une unite Equipée de chars Tiger, Ie schwere SS-Panzer-Ab teilung 101, commandé par le SS-Sturmabannflhrer | | Hein von Westernbagen. La 2, Kompanie at comman dée par un homme qui, en ce mois de juin 1944, était déja-une legend: le SS: Obersturmfithrer Michael Witt mann, Il avait été le bourreau des T-34 sur le front russe ct s'apprétat désormais& devenir célébre en Normandie ede Villers-Bocage. Au cours de l’opé dans le petit vill ration Epsom, destinge & débloquer la situation autour de de la 7° Armoured Division britan nique avait donné l'ordre au 4% County of London Yeo: manry (Sharpshooters) d’occuper le croisement du liew ainsi que lacolline 213 avoisinante. Alors que les unités alliges avangaient, six chars Tiger aux ordres de Witt ‘mann étaient en embuscade. Le Tiger 205 du comman. dant allemand, tout en se mouvant rapidement, mit hors nombre de véhicules blindés Was" 38 officers de I PanzerLahr font le pont la forme des Paléres le 8 juin 1944 cee vaio tions Alfa Romeo SOORF équipent {i 12.5820. « Hieerjugend». immense quantité (de matariel de guerre sist aux ealions en septembre 1943 Servies entre autres & aquiper tout ou partie de eatzo unite | [ecetaueres) créée & la meme époque, notamment ne le matériel non bling. ILS FURENT PENDUS DIX PAR DIX, TANDIS QU’A LA TERRASSE DU CAF! QUELQUES SS SIROTAIENT UN RAFRAICHISSEMENT oe Un Spittre ext photographie lors dun strafing sur un conv allemand. Ce haresiement férien aura des consequences importantes sur le moral des soldats du Reich. Baie Gorell Sugshianeth ds eat Pr Wiemann ctson pointer Balthasar Wal sont afte et es ee teas ens edn de matinee premier clr britannique et dtu), ce sont 20 Grivel 4 Shermans relly wet denombreax vehicules qul sont implnoyablementdégruits La batale sepoursulit dans levllsgettine, cate les chars etn festere, les Dindésbritanniqes tentant de rejoindre la ee fe. Les Aleman resurat ded rex Fore sous la forme de Panzer IV de ln Pancer-Lebr et de Tiger de a1, $5-Kompani i SS-Faptturmfrer Ralf Mobius: Ente 17h et 23h le 13 juin 1944, es Bri tannigues da 1/7! Quegadse remanchtrent 2a nar vest da vlge tans oc la local subisat une ing tableatoque atGine. Un Panzer IV trois Tiger, dont celui de Wittmann, aaent&t immabilits. La progres sion allie avait ¢éBoquée et Wittmann ast permis de fencatad SITUATION OPERATIONELLE AUTOUR DE VILLERS-BOCAGE Par-en-Bassin den Vinay sae Py eee ee Cee eer eee ae a Cenenenert ee eter Eee ner a eed Pea eee eee eee eer end eee et Se eae eer ee eee ee) ‘et deviant chef de peloton lors des campagnes de Gréce Sree ey Barbarossa » dans le Groupe d Armé TT eats ets Se ee ee Pree ae ee et et ee eee eet ae Rese eee ante ote fee eee et aces ener eee ea eee ety + LEGENDE Front du 1 jun 1944 A Front du 12jin 1948 ee AS bsrecy aaa pret eae) eer ere meee renee ee td Pee eee Cone one peters ere Ser aT) eee en en eee Sry oneeter eee erent pe ene eee eee eee eae ep eae ee eer’ eee er et ce ee nee een ne eat et rete eeenenien ter ar Teer ee ny alors aux mains des Canadiens suite &opération « Totalize » Sept Tiger ae ee eee ea) et quelques Panzer V et StuG IV, sont vitimes dune embuscade tendue ee eared Armoured Brigade et du Squadron 8 du 144” Royal Armoured Corps eet ets nny cr ere fy » du 3. Troop, Squadron A eer Diautres versions indiquent que le Tiger aurat été la vietime ee ran rere a eee ta) i Balthasar Well était absent et survivra Une ultime remarque s'impose désormais, En Normandie, les Allemands adoptérent une tactique qui réduisit néant les chances ~ dja bien minces ~ de remporter une vic- toire su les Aliés En effet, la Luftwaffe ne se montra point ete fut de méme pour la Kriegsmarine, et notamment les U-Boot; le service de renseignement fut déficient, avec une Abwehrsurle point d’étre démantelée, tout comme le service méxéorologique. De plus, ls rvalités et un systéme ‘de commandement inadapte-émergerent, alors qu’aux plus bas niveau la tactique laisant une grande liberté & I'ini- tiative personnelle avait été payante, Hitler voulut tout rs épaulé en ce sens parses généraux les plus Fide fini par vouloir tout et son contraire. Ce ne fut que le 15 juillet, quand les effets de Fortitude eurent porté défintiverent leurs fruits, que les unités dela 15. Armee auittérent le secteur de Calis. Trop tard. Un char britannique A 27 Cromul détrutlors de attaque de Wittmann sur Vers Booage. Wietmann réussit alors fexpoit ‘de ditruire toute une colonne bindéealiée et de retarder de plusieures houres une avance massive das forces ‘de Montgomery sur le flane drt du rant allemand. Etc, on atcaquant avec son seul char Tors du premior assaut. ee eee ee eee ee ee ee iciellement eréginé de 138 chars et 132 canons ennemis cero en ae eT eae eres rerres ser eet peeetner ier stent ati ADROMTE Michael Wittmann sut son char Tiger Héros du front de est, enenpiersent barat neater eno os aC SEEMS MRCS 7 USS.) Pee eet Pom teecer rn) Denis VIENAIS, Hstorienspécialste des confit dX stele Les Vergeltungs LES BOMBES VOLANTES OE HITLER c: de jeunes ingénieurs et mathé- rmaticiens allemands fondent associa tion Verein fir Raumschiffahre (Asso- ciation. pour les voy ns Iespace). Le capitaine Dornbe sen rapproche Dans 1a nuit du a2 ac join Set rls Reese heen | deeper des woes pe bourdonnement se fait entendre dans le ciel du Kent. | ns cs dri tt pcs pu Aprés quelques secondes de silence, une explosion | ficier propose a ces ho a. i e tng ree tul programme de recherche, mais seul Wernher von Braun & l’origine indéterminée se produit. Un projectile eee i os oe non identifé s’écrase dans un champ prés de Swanscombe. rears deux equips la premiere pore peu de, tenes Fore ae