Vous êtes sur la page 1sur 26

2017

Gestion de projet : les acteurs

EL Aouadi Mohammed
Essalmi Othman
HAYANI AJI Aymane
Laghmari Safae
MESBAH Fadila
Tsouli Anas
Plan :

Introduction :

Chapitre I : Les fondamentaux d’un projet et les facteurs de sa réussite :

Section 1 : Les fondamentaux d’un projet

1.1. La notion de projet

1.2. Le management de projet versus La gestion de projet

1.3. Les Caractéristiques essentielles d’un projet

1.4. Les typologies d’un projet

1.5. Les objectifs d’un projet

Section 2 : Les facteurs de réussite d’un projet :

2.1. Matériels

2.2. Compétences

2.3. Coordination

2.4. Communication

2.5. Information

2.6. Economie

2.7. Continuité

2.8. Evolutivité

2.9. Sécurité

Chapitre II : Les acteurs internes et externes :

Section 1 : les acteurs internes :

1.1. Le porteur de projet

1.2. Sponsor

1.3. L’équipe étude

1
1.4. Maître d’ouvrage

1.5. Le responsable d’étude

1.6. Comité de pilotage :

1.7. Direction de projet

1.8. Chef du projet

1.9. Le maître d’œuvre :

Section 2 : les acteurs externes :

2.1. Entourage familial, amical :

2.2. Les organismes publics :

- Le centre régional d’investissement

- Programme Moukawalati

- Fonds de garantie des prêts à la création de la jeune entreprise (CCG) :

- L’intervention de l’Etat :

- Programme Imtiaz

- Emergence Investissement

2.3. Les associations :

- Réseau d’entrepreneurs

- Incubateurs

2.4. Les organismes privés

- Attijari wafabank

- Cabinet de conseils en création, reprise et développement d’entreprise (RBMG)

- Cabinet d’expertise-comptable :

- Confédération générale des entreprises au Maroc

2
La gestion de projet :
Introduction :
La gestion de projet, introduite structurellement dans l’entreprise à partir du milieu du
20ème siècle, n’est plus propre, aujourd’hui, aux seules grandes entreprises industrielles. Elle
est intégrée dans le processus de conduite des affaires PME, des PMI, mais aussi des
différents organismes étatiques et des grandes institutions, européennes ou internationales.

Le recours aux méthodes de gestion de projet est souvent associé à de prestigieuses


réalisations dans le domaine des grands travaux ferroviaires, de l’aéronautique, de la
construction navale.

On sait aujourd’hui qu’un projet d’entreprise ne se traite pas sans un minimum de précautions.
Avant de se lancer, il faut en effet procéder à un travail de préparation conséquent pour
préciser concrètement les objectifs, mettre en place une organisation efficace, s’assurer de la
disponibilité des compétences et vérifier la faisabilité selon les délais et budget.

Cette grande et souvent longue aventure technique n’est pas anonyme. C’est l’œuvre de toute
une équipe dirigée par un leader : Le chef de projet. Il sera, dès sa nomination, porteur de
toute l’ambition d’un groupe, et aura la lourde charge de transformer en réalité le projet qui
lui aura été confié.

Dans un premier Chapitre on va aborder quelques notions qui concernent la gestion de projet,
ces notions qui vont nous permettre de comprendre d’où la notion de projet est provenue, ces
différents types ainsi que ces objectifs.

Dans un second lieu on va traiter les acteurs qui peuvent soi provenir d’un environnement
interne du projet, soit d’un environnement externe.

On constate que dans l’environnement interne on trouve en premier lieu les principales
personnes qui vont nous aider à développer l’idée afin de bien construire et assurer un bon
cheminement de l’élaboration du projet.

Or dans un environnement externe on va trouver tous les acteurs qui auront une certaine
contribution soi à long terme comme les banques il s’agit principalement des emprunts,

Ou des acteurs qui ont une intervention a courte durée comme les cabinets d’études, de
recherche et de développement de futur projet.

3
Chapitre I : Les fondamentaux d’un projet et les facteurs de sa
réussite :
Il s’agit dans ce chapitre de mettre l’accent sur les notions de base se rapportant au
projet et à sa gestion, dans le but de facilité la compréhension des éléments principales de
notre travail à savoir « Les acteurs d’accompagnement d’un projet ».

Section 1 : Les fondamentaux d’un projet

1.1. La notion de projet :

« L’homme n’est rien d’autre que son projet.

Il n’existe que dans la mesure où il se réalise,

Il n’est donc rien d’autre que l’ensemble de ses actes,

Rien d’autre que sa vie » Sartre.

Selon la norme ISO 10006 de 2003, « un projet est un processus unique, qui consiste
en un ensemble d’activités coordonnées et maîtrisées, comportant des dates de début et de fin,
les entreprises qui ont pour but d’atteindre un objectif conforme à des exigences spécifiques
telles que les contraintes de délais, de coûts et de ressources ».

Un projet est une phase temporaire entre deux états (un début et une fin), focalisée sur un ou
plusieurs objectifs (le résultat à atteindre) et limitée en temps et en ressources (matérielles,
financières et humaines).

Il faut que les projets soient clairement définis en termes de missions et d’objectifs. La gestion
de projet ne devrait débuter que lorsque l’objectif a été étable avec exactitude en termes de
délai, de niveau de qualité et de budget.

Un projet se définit comme une démarche spécifique, qui permet de structurer


méthodiquement et progressivement une réalité à venir.

Il est défini et mis en œuvre pour élaborer la réponse au besoin d’un utilisateur, d’un client ou
d’une clientèle, et il implique un objectif et des actions à entreprendre avec des ressources
données.

1.2. La différence entre le management de projet de la gestion de projet :

Le management de projet est définit comme étant l’ensemble des techniques de


direction, d’organisation et de gestion d’un système.

4
La gestion de projet est la fonction qui apporte à la direction de projet les informations
nécessaires au pilotage du projet et en assure la fiabilité et la pertinence, permettant de
disposer en permanence d’un état instantané et prévisionnel de projet. Son rôle consiste aussi
à participer, le plus en amont possible, les risques encourus et à prévoir les dispositions
nécessaires pour les maîtriser.

La gestion de projet et le management de projet sont parfaitement complémentaires dans le


temps et dans l’action.

L’un ne doit pas être sacrifié pour l’autre.

Le management de projet englobe la direction de projet et la gestion de projet.

Management de projet
Direction de projet (tâches toujours Gestion de projet (tâches pouvant être
assurées par le chef de projet) effectuées par un ou plusieurs assistants
-Décision d’orientation, de pilotage -Planification
-Conduire de projet -Mettre en œuvre
-Stratégie de développement -Suivi des coûts, des délais
-Organisation du projet -Analyse des risques
-Animation de l’équipe
-Négociation internes ou externes
-Maîtrises des risques

1.3-Les caractéristiques essentielles d’un projet :

Le projet présente deux caractéristiques celui de la complexité et celui de l’unicité, la


complexité a pour objet d’assure une bonne organisation afin d’assure une bonne harmonie et
une bonne entente entre différents acteurs afin d’éviter tous sortes de conflits. L’unicité a pour
objet que le projet ne soit pas copiable afin d’assurer un bon futur pour la réalisation du
projet, le projet comporte toujours une innovation qu’il va nous permettre une certaine facilité
dans le futur.

 La complexité : La complexité du projet ne réside pas dans la complication technique,


mais bien cette nécessité d’organiser et de motiver, afin de faire travailler ensemble
diverses ressources et compétences dont les intérêts sont parfois très divergentes.

5
 L’unicité : Il n’y a pas deux projets identiques. Malgré des similitudes, chaque projet
comporte des novations. D’où la nécessité de définir un processus complet de
réalisation du projet, de son lancement à son aboutissement ;
 Nécessité d’une structure non permanente et spécifique, qui va croiser et faire
appel aux ressources de la structure permanente l’entreprise ;
 Nécessité d’un langage commun compris de tous les acteurs ;

1.4. Les typologie d’un projet :

On constate qu’un projet peut avoir différents typologie soi peu innovant comme la
construction des habitations, la réalisation des objectifs simples et peu complexe à long terme.

Un projet innovant ne nécessite pas seulement des fonds importants pour le réaliser, mais il
nécessite avant tous des études profondes dans le marché, le point le plus important est
d’étudier comment ce projet va nous permettre de répondre ou bien de satisfaire un certain
besoin.

Il s’agit principalement du projet technologique, qui nécessite plusieurs aides de l’ensemble


des acteurs qui existent dans son environnement externe. Or le projet organisationnel permet
de facilité l’utilisation d’une structure au sein d’une organisation afin d’assure une bonne
communication et une bonne entente. Il a pour principale objectif d’assure une bonne
adaptabilité de l’organisation à son environnement externe.

6
Après avoir traité les différentes typologies du projet, on constate qu’un projet a pour
principale mission d’assure la réalisation de six objectifs. Ces objectifs sont liés l’un de
l’autre, la réalisation de l’un dépend de la réussite de celui d’avant.

1.5. Les objectifs d’un projet :

Lorsqu’on lance un projet, il n’est pas toujours facile d’en définir les objectifs avec
une grande précision : plutôt qu’un cahier des charges détaillé, base idéal pour le chef de
projet, on représente souvent les impacts globaux que l’on attend pour l’entreprise
(performances d’une unité de production, parts de marché à conquérir), et l’on cherche ensuite
ce que le projet doit fournir pour contribuer à ces progrès espérés.

Ces ainsi que les principaux objectifs d’un projet sont :

 Les objectifs de conformité : qui concrétisent la finalité d’ensemble du projet


(augmenter une production, conquérir un marché, etc.), en fonction de spécifications
techniques et d’un niveau de qualité déterminés. Afin d’assure une certaine continuité
du projet, celui-ci dois toujours s’améliorer dans le temps pour qu’il ne soit jamais
dépassé ;
 Les objectifs économiques : correspondant d’une part au coût des réalisations du
projet lui-même, d’autre part aux conditions d’exploitation du résultat de ce projet
(produit et charges de l’exploitation prévisible) ; ils doivent être formulés de manières
à permettre d’évaluer la rentabilité globale de l’opération ;
 Les objectifs de délai : qui indiquent non seulement la durée totale de réalisation du
projet mais également les échéances intermédiaires, qui peuvent être très importantes
pour la réussite de l’opération (par exemple, la date de lancement d’une compagne
publicitaire destinée à promouvoir en temps opportun un produit futur) ;
 Les contraintes à respecter : imposées par l’environnement ou par l’entreprise
(normes techniques, clauses juridiques, réglementations, etc.), qui fixent les limités à
la créativité de l’équipe du projet, et qu’il faut s’efforcer de recenser exhaustivement ;
 Objectifs d’accompagnement : rappelant qu’il faut profiter de la dynamique du
projet pour provoquer des évolutions dans l’entreprise, indépendamment du résultat
principal visé (par exemple lors de la refonte d’un logiciel informatique, qui est
souvent l’occasion de modifier le comportement des utilisateurs sans cela ait de
rapport direct avec les instructions du programme

7
Après avoir traité les six objectifs, on passe à notre deuxième section qui concerne les facteurs
de réussite de projet.

Section 2 : Les facteurs de réussite d’un projet :

Les neuf catégories de facteurs qui conditionnent la réussite de projet, ces facteurs travaillent
en collaboration permanente pour assurer le bon fonctionnement de chacun d’entre eux.

2.1. Matériels : Moyens physiques appropriés à une réalisation rationnelle de chaque tâche
(locaux, machines, fournitures, énergie, etc.), en état de disponibilité au moment où le projet
des requiert, le projet pour qu’il soit réalisable faut en première lieu un emplacement pour
réaliser les discutions, l’échange des idées, des différents opinions. Après la réalisation des
principaux études et on passe à la phase de conception on se trouve en face un nouveau défi
telle que la recherche des fournitures, des machines, des moyens humains qui seront adéquat
pour réussir la réalisation du projet.

2.2. Compétences : Les qualifications professionnelles, au niveau de connaissance et


d’expérience nécessité pour chaque tâche, fournies par des intervenants directs (équipe de
projet) ou par des prestataires chargés partielles (services de l’entreprise ou sous-traitants),
l’ensemble des hommes qui participent à la réalisation du projet doivent avoir des

8
compétences et des connaissances et qu’ils maîtrise leurs savoir. Chacun d’entre eux peut
apporter des nouvelles idées qui peuvent rendre plus simple la réalisation du projet.

2.3. Coordination : Harmonisation de l’emploie des ressources matérielles et humaines en


vue d’obtenir une exécution et un enchaînement efficients et efficaces des tâches à réaliser
dans le projet, La coordination au sein d'un groupe cherche à diriger les initiatives ou les
actions de ses membres vers la réalisation d'un but commun ;

2.4. Communication : Echanges entre les personnes, établis pour créer une bonne entente et
une forte motivation, tant au sein de l’équipe du projet qu’avec son environnement
(entreprise, extérieur), la communication est un principe qui a pour objectif d’assurer une
bonne harmonie au sein d’un group, pour assurer une bonne transmission de l’information,
permet d’assure une bonne entente entre différents acteurs afin d’éviter tous sortes de conflit
qui pourra influencer le déroulement du projet ;

2.5. Information : Saisie, traitement, stockage et diffusion des informations de toutes natures,
nécessaires aussi bien pour assurer une exécution correcte du travail que pour contrôle, ce
principe suppose que l’information doit être à la disposition de l’ensemble des différents
acteurs et intervenants et que cette information doit être connu pour assurer une bonne
communication et réaliser une bonne harmonie dans le groupe ;

2.6. Economie : Evaluation et imputation des différentes charges comptables engendrées par
le projet, et justification de ces engagements par rapport aux résultats économiques attendus
pour l’entreprise, ce principe suppose que les charges engendré par le projet doivent toujours
être constaté en comptabilité afin d’assurer un bon contrôle. Ce qui va nous permettre de
refléter une image fidèle du projet.

2.7. Continuité : dispositions prises en vue d’assurer un avancement normal du projet malgré
les changements de moyens, de personnes ou de méthodes qui peuvent intervenir au cours du
temps, ce principe prend en considération les changements évolutifs de l’environnement
externe du projet. Le projet doit toujours être adapté à son environnement afin de permettre de
répondre aux besoins des clients.

2.8. Evolutivité : Ensemble des mesures permettant d’adapter en permanence le projet aux
évolutions incontrôlables de son environnement, sans qu’il dévie de ses objectifs ni ne perde
de son efficacité, ce principe a pour objet de mettre en place d’une équipe. Cet équipe aura

9
pour principale mission d’étudier l’environnement externe du projet afin qu’il soit toujours
actuel aux exigences attendue ;

2.9. Sécurité : Garantie des matériels, des personnes et des informations contre les risques de
toutes natures susceptibles de nuire à la réussite du projet, de perturber ceux qui y participent
ou de provoquer des dommages dans son environnement, le projet ne doit pas être copiable
par aucune personne. Ce principe considère que le projet réaliser va nous permettre de
satisfaire un future besoin et tant que ce projet n’a pas été copié par d’autre personne il
gardera toujours sa valeur

Dans ce premier chapitre on traiter un ensemble de principes, et on a aussi eu l’occasion


d’assimiler et de comprendre les différents types et caractéristiques que présente un projet

Or, Ce dernier a des facteurs qui permettent sa bonne élaboration pour assure sa réalisation

Ces facteurs sont très importants et on doit toujours prendre considération afin d’éviter tous
sorte de problèmes qui peuvent nuire sa réalisation.

On passe à notre deuxième chapitre. Ce chapitre ce décompose en deux sous parties la


premier contiendra tous les acteurs internes qui interviennent lors de la réalisation du projet
c’est eux qui permettent à un projet d’être réalisation. Et dans la deuxième partie on va traiter
les acteurs externes qui sont aussi nécessaire. L’ensemble des acteurs internes et externes
travaillent en collaboration afin de permettre au projet de voir le jour.

10
Chapitre II : Les acteurs de la gestion de projet :
Le projet est avant tout une aventure humaine, qui mobilise un ensemble d’acteurs
pour atteindre un but. Chaque acteur assume, dans le projet une responsabilité propre :
planifier, concevoir, développer, valider, tester…

On distingue différents intervenants :

Section 1 : Les acteurs internes :

1.1. Le porteur de projet :

Est une personne physique ou morale pour le compte de qui le projet est réalisé,
responsable de la décision d’investir et de la définition des objectifs du projet.

Il a besoin de porter en lui trois croyances :

- croire en avenir, son projet peut être très efficace plus performant.

-croire dans les autres y’aura toujours autour du projet (des clients, des fournisseurs, des
banque, etc…)

-croire en soi.

1.2. Sponsor :

C’est un membre du comité de direction. Le sponsor est le commanditaire du projet. Il


a pour mission fondamentale de promouvoir le projet dans l’entreprise. Il doit être un
facilitateur pour le chef de projet.

Il a pour rôle :

 Est le responsable des moyens mis à disposition du projet ;


 Possède, par son réseau d’influence, la capacité à mobilier et à promouvoir le projet
dans l’entreprise ;
 Insuffle une dynamique au projet dans l’entreprise ;
 Travaille avec le chef de projet sur les grandes orientations du projet ;
 Participe au comité de pilotage et éventuellement au comité de projet.

11
1.3. L’équipe étude :

Elle se trouve sous la direction du responsable d’étude, auquel elle est rattachée
fonctionnellement. Elle est constituée avant le début du projet et dissoute à la fin de la phase
étude. Dans la plupart des cas, l’étude est commanditée par un sponsor ou un commanditaire
dûment habilité.

L’équipe étude a pour rôle :

 Etudie l’opportunité de lancer le projet ;


 Analyse les impacts et étudie la faisabilité du projet ;
 Elabore le dossier d’étude d’opportunité ;
 Rédige le dossier d’étude de faisabilité.

1.4. Le maître d’ouvrage :

C’est lui qui prend la décision de lancer le projet. Il est positionné à un niveau de
responsabilité élevé dans l’entreprise : responsable d’une fonction opérationnelle ou
fonctionnelle. Le maître d’ouvrage délègue la maîtrise d’ouvrage à un chef de projet ou à un
consultant extérieur à l’entreprise.

« Dans un grand projet, la mise en place d’une maîtrise d’ouvrage déléguée est souvent une
condition indispensable à une bonne maîtrise des risques, elle-même condition indispensable
à la réussite du projet. »

Les objectifs de la maîtrise d’ouvrage sont :

 Assurer le suivi d’un ou plusieurs maîtrise d’œuvre ;


 Mettre en place une fonction d’appui à la direction ;
 Assurer la réussite globale du projet dans toutes ses dimensions (métiers, culture,
structure…)
 Défend ou valide l’opportunité du projet, assure le cadrage stratégique du projet ;
 Porte la volonté de faire aboutir le projet ;
 Assure la cohérence et l’articulation du projet avec le reste de l’organisation ;

12
1.5. Le responsable d’étude :

Il a la charge de la réalisation de la phase étude (faisabilité et opportunité) dont il


dirige les travaux. Il est rattaché fonctionnellement au sponsor.

Il a pour rôle :

 Suit, pilote et anime l’équipe étude chargée de l’assister ;


 Définit les objectifs des membres de cette équipe et les évalue ;
 Propose au sponsor les enjeux, délais, budgets… pour arbitrage ;
 Rend compte auprès du sponsor qui décidera ou non de présenter l’étude au comité
stratégique.

1.6. Comité de pilotage :

Instance de pilotage constituée pour la durée du projet et qui agit par délégation du
comité stratégique. Il est composé de responsables opérationnels de niveau élevé dans
l’organigramme de l’entreprise

Elle a pour objet d’apporter au commanditaire des expertises, des éléments sur
l’environnement du projet, notamment pour valider le cahier des charges et ses évolutions,
rendre les arbitrages, attribuer les ressources.

Le Comité de Pilotage est formé en début de projet par le Sponsor en collaboration étroite
avec le Chef de Projet. Dans la réalité.

Il a pour rôle :

 Met en œuvre les orientations du comité stratégique ;


 Valide les grandes orientations du projet ;
 Affecte les ressources nécessaires ;
 Arbitre les options majeures ;
 Suit le projet et décide du lancement des lots de travaux ;
 Cadre et valide les travaux ;

13
1.7. Direction de projet :

On confie le management de l'œuvre (ensemble des travaux) à un « Directeur ». Le Directeur


de Projet pilote l'ensemble des ressources nécessaires à la réalisation de l’ouvrage.

L’importance de la mission confiée à la responsabilité d’un Directeur de projet repose sur


deux facteurs quantitatifs :

 La taille des effectifs qu’il commande ;


 Le montant du budget qu’il gère.

Le budget est souvent proportionnel à l’effectif. Pour prouver ses compétences et accélérer
son ascension vers de plus hautes responsabilités, un cadre dynamique et ambitieux doit
solliciter la Direction d'un grand projet.

Il a pour rôle :

 Responsable des résultats du projet


 Définit les buts et les objectifs (avec le client)
 Développe la planification du projet
 S’assure que le projet soit exécuté efficacement

1.8. Le Chef du projet :

Il a la charge de la mise en œuvre du projet. Il est responsable de l’atteinte des


objectifs du projet conformément au niveau de qualité, aux délais et aux coûts spécifiés et
dans le respect des règles et procédures réglementaires applicables à l’entreprises. Le chef de
projet rend compte au sponsor et au comité de direction.

Le chef de projet intervient pour bien maîtriser et piloter un projet, il faut que le chef de projet
soit bien conscient de l’importance de la planification :

La planification consiste à définir l’enchaînement des tâches en fonction du calendrier du


projet, tout en prenant en compte les logiques d’enchaînement entre tâches et la disponibilité
des ressources (humaines, matériel, achats…).Le planning donne un cadre de travail commun.

Le chef de projet doit coordonner les flux d’information entre les acteurs opérationnels du
projet, et les comités de décision.

Il a pour rôle :

14
 Propose la composition de l’équipe de projet ;
 Evalue les facteurs de risques et les gère à tout moment ;
 Affecte les travaux à réaliser aux différents membres de l’équipe projet ;
 Suit l’avancement des travaux ;
 Anime l’ensemble de l’équipe projet et s’assure du bon niveau de motivation des
membres de l’équipe ;
 Valide les documents intermédiaires et finaux ;
 Arbitre les conflits entre les acteurs de l’équipe projet ;
 Suit les budgets et les délais ;
 Rend compte de l’avancement du projet au comité de pilotage.

On distingue deux types de chefs :

Le chef scientifique du projet : Le responsable scientifique est en charge de coordonner tous


les aspects scientifiques du projet. A ce titre, il est le responsable stratégique du projet. En
particulier :

 Il prépare et négocie les consortiums et contrats ;


 Il rapporte devant les instances scientifiques nationales et internationales et devant le
comité de pilotage ;
 Il s’assure que les choix qui sont pris à l’intérieur du projet sont appropriés pour
atteindre les objectifs scientifiques ;
 Il est responsable de fournir au comité de pilotage les demandes de ressources
budgétaires et humaines nécessaires au bon déroulement du projet ;
 Il s’assure du bon suivi du déroulement du projet (réalisations, planning, ressources) ;
 Il coordonne les présentations sur l’état d’avancement du projet devant les instances
auxquelles il rapporte ainsi que les comités de revue.

Le chef technique du projet : Le responsable technique agit en concertation avec le


responsable scientifique. Il est le Chef de Projet opérationnel pour l’ensemble du projet. A ce
titre, il est plus particulièrement chargé de :

 La définition des sous-systèmes,


 La validation des choix techniques quant à leur faisabilité, leur coût, leur risque et leur
délai ;
 L’élaboration et du suivi des budgets et des plannings ;
 La validation et du suivi des attributions des ressources budgétaires et humaines ;

15
 S’assurer que les études de risques sont conduites et leurs recommandations mises en
application ;
 La mise à jour des tableaux de bord du projet ;
 La mise en œuvre de la politique qualité (procédures, contrôle et validation d'étapes,
traçabilité, …)
 L’organisation et de la gestion quotidienne du projet.

Les qualités de chef de projet :


 Compétent techniquement : son expertise technique dans le domaine considéré va
donner toute sa valeur ajoutée au projet. Sa parfaite connaissance de son métier lui
permet de prendre du recul sur l’existant et de se projeter dans le futur.
 Intégré dans la structure : Il doit bien connaître le fonctionnement habituel de sa
société et en comprendre les règles générales de fonctionnement. Sa bonne intégration
est un gage de reconnaissance par les autres services impliqués dans le projet.
 Diplomate : Le chef de projet fonctionne souvent dans un mode projet matriciel et
sans pouvoir hiérarchique, surtout pour les projets internes à une société.
 Animateur d’équipe : Le fonctionnement et la bonne entente au sein de l’équipe
projet sont des atouts clés de réussite en créant un état d’esprit positif au sein du
projet.

1.9. Le maître d’œuvre :

Le maître d’œuvre est celui qui a en charge la réalisation technique du projet. Il étudie un
ensemble de solutions répondant aux besoins, exigences et contraintes exprimés, en proposant
et en faisant accepter une solution par le maître d’ouvrage, et coordonne les activités de son
équipe, des fournisseurs et sous-traitants concernés, conduit le développement.

Dans certains projets, le maître d’ouvrage et le maître d’œuvre sont la même personne.

Il a pour rôle :

 Assure la réalisation de la solution (objet du projet) ;


 Conçoit et met en œuvre la solution ;
 Contrôle la réalisation de la solution ;
 Est garant de la qualité de la solution ;
 Suit l’avancement des travaux de réalisation.

16
Section 2- Les acteurs externes :
2.1. Entourage familial, amical :

La création de projet nécessite en premier lieu l’existence d’un soutient soi familial soi
amical, chaque personne qui décide créer un projet il recourt en premier lieu à son entourage
familial il s’agit principalement des premiers personnes avec qui il discute, il leur propose ces
idées afin de voir si il peut entreprendre le projet qu’il souhaite.

On peut obtenir des idées, des visions différentes mais qui peuvent nous guider a mieux gérer
et d’entreprendre le chemin pour rendre le projet réalisable.

On peut aussi trouver les amis, comme les collègues avec qui on travaille, ou des gens avec
qui on discute quotidiennement, on peut trouver des collèges qui sont expérimenté et qui
peuvent nous guider et nous orienter (nous montrer vers qui on doit aller pour faire les études,
les démarches).

Tout projet est long c’est une aventure qui ne se réalise pas facilement, il y’aura toujours des
moments qui peuvent être un peu décourageant (difficultés financières) ; l’existence de
plusieurs personnes permet de se remotiver et de toujours avoir envie d’aller vers l’avant.

Chaque projet nécessite des investissements importants. Or, avant de se lancer dans un projet
y aura toujours des proches qui accepteront de nous aider.

Par exemple : Les projets innovants nécessitent de présenter un prototype pour prétendre à un
financement, Or, cette étape a un coût élevé qui peut être financé par la famille ou des amis.

2.2. Les organismes publics :

Ces organismes réalisent essentiellement des missions de sensibilisation et


d’information sur la création, reprise d’entreprise.

L’état a mis plusieurs organismes à la disposition des porteurs de projets, afin de les encadrés
et leurs facilités les procédures et l’insertion dans le tissu économique. Parmi ces organismes
on peut citer :

2.2.1. Le Centre Régional d'Investissement :

Le Centre Régional d'Investissement a pour principales missions la simplification des


procédures, la proximité et l'unicité de l'interlocuteur, ainsi que le développement et la
promotion de l'Investissement par région.

17
Les principales prérogatives du Centre Régional d'Investissement sont :

 L'Aide à la création d'entreprises : Le Centre régional d'Investissement s’engage sur


un délai qui s'étale entre 2 et 5 jours, à partir du dépôt complet du dossier, pour
l'accomplissement des formalités de création d'entreprises.
 Le Guichet d'aide à la création d'entreprises centralise l'ensemble des administrations
concernées :
* L'Office Marocain de la propriété Industrielle,
* La subdivision des Impôts,
* Le Tribunal de Commerce,
* La Caisse Nationale de Sécurité Sociale

Un formulaire unique est mis à la disposition de l'investisseur au sein du CRI. Il vaut


demande d'inscription à la patente, déclaration d'immatriculation au Registre du Commerce,
déclaration d'identité fiscale et demande d'affiliation à la Caisse nationale de Sécurité Sociale.

 L'assistance aux projets d'investissements : Le Centre Régional d'Investissement


accueille les nouveaux investisseurs, leur fournit toutes les informations utiles pour
l'investissement dans la Région et traite leurs demandes d'autorisations et l'ensemble
des actes administratifs nécessaires à la réalisation des projets. Il est également chargé
d'étudier les projets de conventions à conclure avec l'Etat.
 Le maintien et le développement des investissements existants : Le Centre fournit
une assistance permanente aux investisseurs afin de les aider à développer leurs
entreprises ou en cas de difficultés les renseigne sur le dispositif national de mise à
niveau et les différentes lignes de financement disponibles.

2.2.2. Programmes d’appui à la création d’entreprise « Moukawalati » :

Moukawalati est un programme gouvernemental qui vise la création de 30.000 petites


entreprises, à montant d’investissement inférieur ou égal à 250.000 DHS, à l’horizon 2008
dans tout le Maroc. Les intéressés doivent s’inscrire auprès d’un guichet d’accueil et suivre le
processus de sélection. Sont éligibles les personnes de nationalité marocaine, de 20 à 45 ans,
diplômés du baccalauréat ou de la formation professionnelle.

18
 Le programme Moukawalati comprend :
Service d’accompagnement à l’étude de marché et à la réalisation de business-plan,
dans le but est d’aider les porteurs de projet à constituer un dossier solide et
convaincant à présenter aux banques. Une fois le financement obtenu, Moukawalati
accompagne également les entreprises durant leur première année d’activité.
 Aide à l’accès au crédit : toutes les personnes qui obtiennent l’appui du programme
peuvent bénéficier de deux mesures au niveau du financement, à savoir une avance
sans intérêts représentant au maximum 10% de l’investissement et dans la limite de
15.000 Dhs, et la garantie du crédit par l’Etat à hauteur de 85%.

2.2.3. Fonds de garantie des prêts à la création de la jeune entreprise « CCG » :

Ce fonds de la Caisse Centrale de Garantie (CCG) a pour objet de Garantir des crédits
destinés au financement des projets d’investissement initiés par les jeunes entrepreneurs. Il a
pour objet de faciliter l’accès des entreprises, particulièrement les PME, aux crédits bancaires
pour le financement de leurs propres projets (création, extension ou modernisation).
Il garantit les prêts accordés par les banques dans les conditions suivantes :
- Quotité : 90 % au maximum du coût du programme d’investissement agréé.
- Montant : 1.000.000 DHs au maximum par projet individuel initié par un seul promoteur et
3.000.000 DHs dans le cas de projets à réaliser par des sociétés ou des coopératives.
Durée de remboursement : 7 ans au minimum, sauf si le bénéficiaire préfère rembourser le
prêt en totalité ou en partie avant l’expiration de cette durée.
- Différé de remboursement du principal : ne peut être inférieur à 2 ans.
- Commission de garantie : 1,5%, TVA incluse, sur le montant garanti en principal, payable
par l’intermédiaire de la banque par prélèvement sur les déblocages du prêt selon leurs
montants.

2.2.4. L’intervention de l’état :

L’état peut avoir différents sorte d’interventions soi par des cabinets expérimenté qui
font des études qui accord des formations, des orientations, ou soi des organismes qui
accordent des investissements.

19
 Le programme Imtiaz :

Il s’agit d’une aide financière directe de l’Etat pour le soutien des projets de PME à fort
potentiel.

L’Agence Nationale pour la Promotion de la Petite et Moyenne Entreprise ‘’Maroc PME’’


lance le Programme IMTIAZ-CROISSANCE, première initiative parmi une série d’autres
initiatives prévues dans le nouveau contrat-programme 2015 – 2020 entre l’Etat et l’Agence
pour renforcer le dispositif de soutien aux PME, TPE et aux auto-entrepreneurs.

 EMERGENCE INVESTISSEMENT :

Dans le cadre du Pacte Emergence, l’Etat met actuellement en place trois Fonds
d’investissement Publics/Privés orientés Capital Risque, Capital Développement et Capital
Transmission.

Les objectifs visés par cette initiative sont de :

- Lever les freins de la sous-capitalisation qui pénalisent actuellement de nombreuses PME 


- Améliorer le haut de bilan pour un meilleur accès au financement bancaire 


- Permettre à la PME de bénéficier d’une expertise en termes de management (actionnaire-


conseil) 


- Faciliter les opérations de transmission et de reprise des PME 


- Accélérer la création de nouvelles PME

2.3. Les associations de la création :

Les associations représentent un acteur important, puisqu’il s’agit d’un groupement de


l’ensemble des prometteurs de projet qui se rassemble afin de discuter sur des projets
innovants, ils peuvent se réunir afin de bénéficier de certaine formation qui leur permet d’être
à jour vis-à-vis de l’environnement externe.

Lors de ces groupement on peut aussi bénéficier des conseils des autres ; des orientations,
etc…

20
2.3.1. Réseaux d’entrepreneurs :
Les entrepreneurs adhérents sont mis en relation via des meetings et réunions thématiques
organisés par le réseau. Les adhérents y participent dans le but de développer leur réseau
professionnel, recevoir des conseils, des retours sur expériences.
Cependant les réseaux d’entrepreneurs développent aussi des programmes
d’accompagnements spécifiques sous la forme de mentorat, certains programmes aboutissent
à l’obtention de crédit grâce aux partenaires du réseau.

2.3.2. Incubateurs :

Les incubateurs accueillent les entreprises très jeunes, moins d’un an souvent. Il s’agit
d’entreprises innovantes sélectionnées à l’entrée (secteur technologique, informatique,
science, médecine, web…). L’incubateur peut apporter un appui en termes d’hébergement, de
conseil et de financement, lors des premières étapes de la vie de l’entreprise.

2.4. Les organismes privés :

Ils répondent spécifiquement aux demandes de leurs clients, et offre un large éventail
de service et produit visant à accompagner la création de projet et contribue à faire tourner la
roue de l’économie,

2.4.1. Les banques commerciales :

Presque toutes les banques commerciales fournissent des aides au porteur de projet,
soit par la voix formelle (convention avec des organismes étatiques), ou en mettons en place
leur propres institution d’accompagnement. On prend l’exemple suivant :

 Dar Al Moukawil :

Attijariwafa bank a lancé le 3 juin Dar al Moukawil, première plateforme web dédiée à
l’accompagnement des très petites entreprises. Elle donne accès à diverses informations liées
à l’entrepreneuriat et propose également des formations thématiques, liées aux compétences
managériales (comptabilité, communication, etc...).

La plateforme offre une base de données de vidéos, documents, modèles, guides, cours en
ligne, visant à apporter les outils nécessaires aux Très petites entreprises, pour qu’elles
assurent une bonne gestion de leurs activités.

21
Le projet Dar Al Moukawil dépasse le stade virtuel, pour être relayé dans l’ensemble des
centres TPE d’Attijariwafa Bank (110 centres au total), dans de nouveaux centres spécialisés
destinés à offrir aux Très petites entreprises un accompagnement spécifique et sur mesure.

Des conseillers seront sur place afin d’apporter des éclairages et un accompagnement sur le
processus de création de l’entreprise, les études de marché, la mise en relation avec les
opérateurs et l’inscription aux mécanismes de l’ETAT.

2.4.2. Cabinet de conseils en création, reprise et développement d’entreprise (RBMG) :

Les cabinets de conseils de création et développement d’entreprise soutiennent et conseillent


les porteurs de projets sur tous les sujets de création, puis développement de l’entreprise, sur
des sujets comme les aspects commerciaux, juridique, comptabilité, la validation de l’idée,
l’étude du marché, les modalités financières, les formalités d’immatriculation.

« Une étude de marché est un travail de collecte et d’analyse d’informations ayant pour but
d’identifier les caractéristiques d’un marché ».
Elle doit se réaliser en amont d’un projet afin de cerner un marché, de valider la faisabilité
d’un projet par le biais de données quantitatives et qualitatives.

2.4.3. Cabinet d’expertise-comptable :

Pour créer un projet on a besoin de l’intervention d’un expert-comptable, tout d’abord c’est
une aventure qui impose la maîtrise de certains principes et règles (fiscales, comptables,
financières, etc…).

Tout porteur de projet peut choisir de créer un projet, ce dernier a besoin d’un acteur
d’accompagnement il s’agit principalement d’un expert-comptable.

Recourir à un expert-comptable lors de la création permet de sécuriser le projet et de


bénéficier des conseils qui peuvent optimiser le processus de création de projet, ce qui peut
être expliqué par la mise en place des outils nécessaire à la gestion tell que l’établissement des
tableaux de bord. Le respect des normes fiscales et juridiques.

22
2.4.4. Confédération Générale des Entreprises au Maroc : (CGEM)

La CGEM constitue le premier réseau d’entrepreneurs du Maroc avec 32 Fédérations


professionnelles statutaires regroupant les entreprises et les associations professionnelles d’un
même secteur.
Elles constituent les portes voix des entreprises de leurs secteurs respectifs auprès du
Conseil d'Administration et du Conseil National de l’Entreprise de la CGEM.
Ces Fédérations ont pour mission de :
Organiser des débats sur des sujets d’actualité affectant le secteur ;
Réaliser des études et identifier les besoins et les problématiques qui touchent leur secteur ;
Assurer une veille sectorielle régulière pour les membres ;
Veiller à la mise en place d'un climat des affaires favorable aux entreprises du secteur ;
Maintenir une présence auprès des différents opérateurs économiques pour remonter les
doléances des entreprises ;
Centraliser les dysfonctionnements détectés au niveau de leur secteur et remonter
l'information aux pouvoirs compétents.

23
Conclusion :
Quelle que soit la taille ou la complexité du projet, il a des étapes, des principes de
base, des règles qu’il faut respecter et surtout ne pas sous-estimer.

Les différents outils de gestion nécessitent un bon apprentissage, en s’attachant à maîtriser


dans un premier temps l’organigramme des tâches, le planning, le budget et l’analyse de
risque avant d’essayer les instruments de travail.

Or, on distingue l’intervention des différents acteurs qui peuvent intervenir dans la réalisation
de projet ces acteurs peuvent être soi d’un secteur privé soi d’un secteur public, leur
intervention a pour objet de faciliter la création d’un projet. Ces intervention peuvent être faite
à travers des études, des analyses, tant pour permettre un objet d’être réalisable.

Il est important de rester lucide et humble face à l’aventure qui s’offre à tout manager qui va
diriger un projet. Il faut bien s’assurer que les personnes gravitant autour du projet – et qui
constituent son écosystème- comprennent aussi ce que recouvre cette démarche et fassent
preuve de compréhension.

De tout ce que nous avons traité, apparait que la création de nouveaux projets est une loin
d’être une mission facile, et demande l’intervention de plusieurs acteurs tant internes
qu’externes, heureusement le Maroc est en plein chantier de rénovation et d’amélioration afin
de convertir le pays en une vrais terre fertile pour les investissements.

24
Bibliographie :
-Le grand livre de la gestion de projet Auteur : Moine, Jean-Yves ; Editeur : AFNOR ;
Publication : 2013.

-Gestion de projet : 50 outils pour agir Ed.3 ; Auteur : Bouchaouir, Fouad, Dentinger,
Yannick, Englender, Oliver ; Editeur : Vulber ; Publication : 2014.

-L’essentiel de la gestion de projet ; Auteur : Aim, Roger ; Editeur : Gualino ; Publication :


2016.

-Les fondamentaux du management de projet ; Auteur : Muller, Jean-Louis G ; Editeur :


AFNOR ; Publication : 2016.

-Le guide du chef de projet ; Auteur : Le Dantec, Tanngur ; Editeur : Maxima ; Publication :
2003.

-Gérer un projet Efficacement ; Auteur : Bonnin, Patrick, Bouzine-Chameeva , Tatiana ;


Editeur : AFNOR ; Publication : 2012.

25