Vous êtes sur la page 1sur 4

La conduite du changement :

Confrontée à un environnement en perpétuelle mutation, l’entreprise doit intégrer le


changement dans ses modes de gestion. La conduite du changement désigne un ensemble de
méthodes destinées à créer des conditions favorables pour mettre en œuvre le changement dans
l’entreprise.
I- Généralité sur le changement et la capacité à changer :
Définition du changement :
Lorsque l'on consulte les écrits sur le sujet, on trouve les sens suivants : Métamorphose,
transformation, amélioration.
Le changement peut être défini comme étant " Toute modification d'un état quelconque à un
autre, qui est observée dans l'environnement et qui a un caractère relativement durable. Le
changement est un ensemble de phénomènes, de mouvements parmi d'autres, un processus
continu qui se situe au centre de la réalité des organismes vivants".
D'autre part, Beaudoin décrit le changement comme étant la différence entre deux états, l'un
représentant la situation actuelle, l'autre, la situation résultante. Un changement apparaît lorsque
des forces agissent de façon à modifier une situation initiale, créant ainsi une nouvelle situation.
La différence peut être négligeable, imperceptible ou importante.
Définition changement organisationnel :
Il s'agit de "toute modification observée dans la culture ou la structure d'un système
organisationnel et qui a un caractère relativement durable".
Cependant, avant de poursuivre, il importe de préciser quelques aspects du changement.
D'abord, il suffit qu'une modification quelconque soit observée, donc observable, pour parler
de changement. Ainsi ce n'est par une modification qui fait le changement mais plutôt son
observation.
La 1ère modification est dans les perceptions. Ensuite, la valeur du changement ne dépend pas
de son importance intrinsèque mais de l'importance qu'il revêt pour l'observateur.
Les types du changement :
Il existe différents types de changements, selon leur ampleur (selon qu’ils impliquent ou non
une modification de la culture) et selon leur nature (selon qu’ils peuvent s’appuient sur une
évolution incrémentale ou nécessitent une transformation radicale) ou encore selon que le
changement soit volontaire par l’entreprise ou qu’il soit imposé par son environnement. La
performance et la survie d’une entreprise dépendent donc de sa capacité à changer, par
adaptation, évolution, reconstruction ou révolution. La dynamique de changement peut
néanmoins se heurter à des obstacles au sein de l’entreprise.
Les déterminants du changement :
La nécessité d’un processus de changement peut provenir de différents facteurs :
 Redéfinition de la stratégie : Des mutations dans le contexte économique et
concurrentiel peuvent nécessiter un changement de stratégie, source de transformations
profondes dans l’entreprise, tel un changement de culture.
 Adoption d’une nouvelle technologie : L’entreprise peut être amenée à adapter ses
structures aux évolutions technologiques.
 Structure inadéquate : Les structures et procédures peuvent au fil du temps devenir
inadaptées au fonctionnement de l’organisation.
 Individus : L’attitude des salariés, comme par exemple un manque de motivation au
travail peut être source d’absentéisme, de départs volontaires, et de grèves. De tels
phénomènes vont nécessiter des changements en matière de gestion. Exemple : En
octobre 2009, suite à une série de 25 suicides depuis février 2008, l’État, principal
actionnaire, a demandé à la direction de France Télécom de mettre en place une gestion
prévisionnelle des emplois et des compétences permettant de donner une meilleure
lisibilité aux mutations géographiques ou professionnelles des salariés.
Le changement et l’entreprise :
1 - le changement comme opportunité :

En général, un processus de changement décidé, planifié, organisé est souvent réussi, et a donc
un impact positif sur l'entreprise, car elle va en profiter dans sa gestion quotidienne et cela dans
différentes facettes à savoir :

- Réduction des délais (de production, de livraison),

- Amélioration des temps de réponses,

- Réduction des coûts, amélioration de la qualité,

- Meilleure satisfaction du client,

- Réduction des niveaux hiérarchiques,

- Davantage de travail en équipe,

- Meilleur partage d'informations à différents niveaux,

- Responsabilité plus forte de l'employé.

2- Le changement comme menace :

Lorsque des individus sont appelés à vivre une transformation quelconque, le phénomène de
résistance au changement est souvent présent. Les réactions qu'un changement peut provoquer
sont susceptibles d'avoir une influence sur le succès du projet en cours de réalisation. Il faut
toutefois comprendre que la résistance au changement constitue une réaction légitime d'un
système qui tente de maintenir un état d'équilibre relatif.

Selon Collerette, Delisle et Perron, la résistance au changement se définit comme : "l'expression


implicite ou explicite de réactions négatives à l'endroit de l'intention de changement. Il s'agit de
l'émergence de forces restrictives en vue de limiter ou de faire obstruction à la tentative de
changement"
Les freins au changement :

Les origines de la résistance au changement dans l’entreprise sont de deux ordres :


 Les motifs organisationnels :
Le changement peut se heurter à des structures et à des processus (décisionnels, d’information,
de contrôle) rigides. La culture d’entreprise peut également constituer un frein.
Le syndrome de la tour d’ivoire (les dirigeants ne sont pas en prise avec la réalité), conduit à
négliger le changement.
 Les motifs individuels :
Le changement génère un sentiment d’insécurité parmi les salariés. Il est associé à une
disparition du passé et une remise en cause des routines et des accomplissements antérieurs.
Exemple : Le PDG de la start-up suédoise MySQL, raconte que lorsqu’il a annoncé à ses
salariés, en 2008, que leur entreprise était rachetée par l’Américain Sun, ceux-ci ont mis quinze
minutes à le croire, avant de se mettre à pleurer ou à réagir violemment.

Les individus risquent de se conformer en apparence à ce que prévoit le programme de


changement sans pour autant y adhérer. Exemple : Chez GPN, filiale chimique du groupe Total,
l’introduction dans le catalogue d’un produit destiné à limiter la pollution des déchèteries, bien
qu’accepté par les commerciaux, n’a pas suffi à les impliquer, ces derniers étant habitués à
vendre des engrais, notamment aux agriculteurs.

II- Accompagner le changement pour lever les freins :


a) Les acteurs du changement :
Trois catégories d’acteurs vont jouer un rôle clé dans le changement :
 Le leader du changement : Le leader, qui n’est pas nécessairement le dirigeant de
l’entreprise, construit une vision stratégique qu’il fait partager aux collaborateurs.
Exemple : Le charisme de Carlos Ghosn, qui a redressé le constructeur automobile
Nissan, lui a valu d’être représenté en héros de manga au Japon. En 2006, il est nommé
président de Renault, de Nissan et de Dacia.
 L’implication des managers intermédiaires : Ils peuvent être un frein ou moteur. Les
managers traduisent la stratégie aux collaborateurs, et contrôlent sa mise en œuvre. Ils
peuvent ajuster le changement au terrain, et tenir la direction au courant des risques de
blocage. Exemple : Dès la fin des années 1980, IBM avait prévu d’axer davantage son
développement sur le software et les services. Dans les années qui suivent, les managers,
toujours évalués sur les ventes de hardware, vont ignorer cette stratégie. En 1993, « Big
Blue » enregistre une perte de 8 milliards de dollars.
 Les intervenants extérieurs : Un nouveau directeur général, des managers, consultants
ou parties prenantes externes (gouvernement, client, etc.) peuvent être impliqués dans
le changement. Ils peuvent en effet apporter un regard vierge sur la situation et permettre
de légitimer des décisions difficiles.
b) Les leviers du changement :
La mise en œuvre du changement sera facilitée si elle est déployée selon les principes suivants :
 S’appuyer sur un sentiment d’urgence : Celui-ci peut être lié à la situation de
l’entreprise (crise, fusion-acquisition) ou suscité par la direction dans le cadre d’une
nouvelle stratégie. Les salariés sont d’autant plus mobilisés autour du changement,
qu’ils perçoivent celui-ci comme inéluctable. Exemple : Les consultants considèrent,
qu’à la date d’annonce d’une fusion-acquisition, la direction dispose d’une période de
100 jours, pendant laquelle les changements sont plus facilement acceptés par les
salariés.
 Contester les schémas de pensée établis : Les hypothèses implicites et les
représentations collectives ancrées dans la culture de l’entreprise peuvent constituer des
freins au changement. Prendre conscience de ces hypothèses constitue une première
étape dans la remise en cause des schémas de pensée établis. En outre, changer les
routines propres à l’entreprise, est un moyen efficace de changer en profondeur les
schémas de pensée.
 Valoriser les symboles : Les symboles sont des objets, actes, événements ou individus
qui expriment davantage que leur réalité intrinsèque. Ils peuvent jouer un rôle dans la
construction des croyances et des aspirations des salariés, et dans le changement du
passé. Exemple : En 2009, le PDG de Thomson a annoncé que le groupe, ancien
emblème de l’industrie électronique française, allait accompagner sa restructuration
d’un changement de nom, pour signifier son changement d’activité dans les
technologies de l’image.
 Communiquer : Afin d’éviter la méfiance et les rumeurs qui diminuent l’implication
des salariés, il est nécessaire de leur faire comprendre les choix effectués et de présenter
régulièrement des résultats tangibles.
 Faire participer aux décisions : L’implication des salariés dans les choix liés au
changement permet de remporter leur adhésion. Parties prenantes des décisions, ils
peuvent difficilement s’en dissocier.