Vous êtes sur la page 1sur 11

IUT Béthune – Génie Civil – Mécanique des structures Cours – S.

Kesteloot
MS2 – partie 3 : Déformées des poutres isostatiques 2h

DEFORMEES DES POUTRES ISOSTATIQUES


I) Généralités :
1.1) But de l’étude :
Lorsque les structures reçoivent des charges, elles se déforment. Il est nécessaire de
limiter leurs déplacements pour des raisons d’exploitation des constructions. En effet, un
changement de position trop important peut engendrer, entre autre, des contrepentes, des
fissurations dans certains éléments (cloisons), des vibrations sous les charges variables telles
que le vent …
Le présent chapitre à donc pour but de quantifier les déformées des structures.
# Remarque : les règlements aux états limites bornent généralement les translations à des portions forfaitaires
de la portée (exemple : L/200).

1.2) Rappels mathématiques :


Dans cette partie de cours, nous aurons besoins de maîtriser les intégrales. Les
fonctions étudiées sont généralement assimilées à des polynômes.
L’intégration d’une fonction polynomiale du type x n est :
x n +1
∫ x dx = n + 1 + A
n

1.3) Définitions :
a) Déformée :
La déformée d’une structure correspond à l’allure de celle-ci lorsqu’elle reçoit un
chargement. Elle est intimement liée aux actions qu’elle subit (si l’intensité, le type de chargement
… change, la déformée changera).
# Remarque : il est très important de ne pas confondre « déformée » et « déformations ». En effet, la
déformation est un allongement par unité de longueur, alors qu’une déformée est la combinaison
entre une translation [m] et une rotation [rad].

b) Flèche :
Lorsqu’une structure est y
q
soumise à un moment de flexion, on (S)
observe la translation des sections x
droites perpendiculairement à la ligne (S) flèche de (S)
moyenne de la poutre. Cette
translation s’appelle « flèche » :

c) Rotation :
Certaines sections subissent y ω : rotation de (S), rotation de la
q ligne moyenne en x(S)
une rotation. Cette rotation est (S)
naturellement la même que celle de la x
ω
ligne moyenne :
ω
(S)

Page n°1/11
IUT Béthune – Génie Civil – Mécanique des structures Cours – S. Kesteloot
MS2 – partie 3 : Déformées des poutres isostatiques 2h

d) Rayon de courbure :
Considérons deux sections (S+) et (S-)
infiniment proches. Une fois la structure
déformée, les axes de ces sections se croisent
à une distance ρ de la ligne moyenne. Cette y
ρ
distance s’appelle « rayon de courbure ». q
x

(S-) (S+)

II) Hypothèses :
De nombreuses hypothèses doivent être posées :
- les structures sont composées de poutres (c.f. théorie des poutres) ;
- les charges sont appliquées de manière très lente et progressive ;
- les déplacements et rotations sont petits ;
- la structure reste dans le domaine élastique ;
- les appuis et liaisons internes sont parfaits ;
- nous négligerons les effets dus à l’effort normal et à l’effort tranchant ;
- nous nous limiterons à l’étude des poutres homogènes (1 seul matériau).

III) Notations :
Nous poserons :
- la longueur d’un tronçon infiniment petit de la poutre : dx ;
- l’équation de la rotation en fonction de l’abscisse de la section : ω(x) ;
- l’équation de la flèche : f(x) ;
- le rayon de courbure : ρ(x) ;
- la rigidité de la poutre : EIGZ(x) (si celle-ci est variable) et EIGZ (si elle est constante) ;

IV) Etude de la déformée :


4.1) Relation entre la flèche et la rotation :
Prenons un tronçon dx infiniment y
q
petit de la poutre :
La variation de la flèche vaut df x
La déformée de cet élément peut être
assimilée à un segment droit : dx
Nous démontrons donc que :
df
tan(ω ( x )) = ≈ ω( x) Position initiale
f(x)
dx de la structure
f(x)+df
ω( x) = f '( x) Structure ω(x) df
déformée dx

# Remarque : la rotation ω peut être assimilée à sa tangente car elle est infiniment petite.

Page n°2/11
IUT Béthune – Génie Civil – Mécanique des structures Cours – S. Kesteloot
MS2 – partie 3 : Déformées des poutres isostatiques 2h

4.2) Relation entre la rotation et le rayon de courbure :


Soient deux sections infiniment
proches dont la variation d’abscisse vaut dx.
La variation de la rotation de la section en x à
la section en x + dx vaut dω.

On démontre donc que : ρ
y
dx q
tan(dω ) = ≈ dω
ρ x
dx
donc ρ =

(S-) (S+)
1
= ω'( x) dx
ρ
# Remarque : la rotation dω peut être assimilée à sa tangente car elle est infiniment faible.

4.3) Relation entre le moment et le rayon de courbure :


Soit un tronçon dx infiniment petit de la
poutre :
Considérons une fibre à l’ordonnée y.
Sous l’action du moment de flexion, cette fibre de

longueur initiale dx s’allonge d’une valeur de Δdx.
# Remarque : dans le schéma de droite, la valeur de Δdx est
négative. ρ

Nous savons que : y dx + Δdx


Δdx
= ε x (c.f. contraintes).
dx
Δdx σ ( y) 1 M ( x)
= εx = x =− × z y y
dx E E I GZ ( x )
x
Dans le schéma de droite : Ligne moyenne
dx dx + Δdx
tan ( d ω) = =
ρ ρ− y
ρ − y dx + Δdx y Δdx
= 1− = 1+ dx
ρ dx ρ dx
Δdx y
Donc : =−
dx ρ
Δdx y M ( x)
Au final : =− =− z y
dx ρ EI GZ ( x )

4.4) Relation entre la flèche et le moment :


En combinant les différentes relations démontrées :
1 Δdx y M
ω( x) = f '( x) = ω'( x) =− =− z y
ρ dx ρ EI GZ
On montre que :
1 M z ( x)
f '' ( x ) = ω ' ( x ) = =
ρ EI GZ ( x )

Page n°3/11
IUT Béthune – Génie Civil – Mécanique des structures Cours – S. Kesteloot
MS2 – partie 3 : Déformées des poutres isostatiques 2h

En conclusion :
M z ( x) 2
f ( x) = ∫ ∫ dx
EI GZ ( x )
M z ( x)
ω( x) = f '( x) = ∫ dx
EI GZ ( x )

4.5) Conditions limites :


M z ( x)
En intégrant deux fois l’expression , des constantes d’intégration
EI GZ ( x )
apparaissent.
# Remarque : le nombre de constantes d’intégration est égal à 2 x le nombre de tronçons.
Afin de déterminer leurs valeurs, il est nécessaire de connaître la flèche ou la rotation en
certains points particuliers.

a) Conditions aux appuis :


Nous savons que les appuis bloquent des mouvements :
Appui – liaison externe
encastrement articulation appui simple

ω=0
f =0 f =0
f =0
Nous allons donc appliquer les équations au niveau des appuis et ainsi déterminer certaines
constantes d’intégration.

b) Conditions de continuité :
Le reste des constantes d’intégration peut être résolu à l’aide des conditions de
continuité.
En effet, lorsque l’équation du moment change, 2 nouvelles constantes d’intégration
apparaissent. On regardera ainsi s’il y a continuité de la flèche et de la rotation au droit de ce
changement d’équation :
Liaison interne
encastrement relâchement

ωrelative = 0 - continuité de la rotation


f relative = 0 - continuité de la flèche
f relative = 0 - continuité de la flèche
# Remarque : - lorsqu’il y a continuité de la flèche en x, on a f(x-) = f(x+) ;
- lorsqu’il y a continuité de la rotation en x, on a ω(x-) = ω (x+).

Page n°4/11
IUT Béthune – Génie Civil – Mécanique des structures Cours – S. Kesteloot
MS2 – partie 3 : Déformées des poutres isostatiques 2h

V) Exemples :
5.1) Exemple 1 – 1 tronçon :
Soit la poutre suivante à rigidité constante : P
A
E, IGZ B
L
a) Nature (décomposition minimale) :
x = 3⎫
⎬ structure isostatique
e = 3⎭

b) Inconnues de liaison :

XA
MA P ∑F = 0 = X
x A

YA E, IGZ ∑F =0=Y −P
y A
L ∑ M = 0 = − PL + M
A/ z A
y

PL P
x
P E, IGZ
L

c) Sollicitation :

Mz
Vy Nx ( x) = 0
P
Vy ( x ) = − P
Nx
M z ( x ) = − P ( L − x ) = − PL + Px
L-x

d) Déformée :
d.c) Allure de la déformée :
P
A
E, IGZ B

d.d) Intégrations :
M z ( x ) = − P ( L − x ) = − PL + Px

ω( x ) = ∫
M z ( x)
dx = ∫
( − PL + Px ) × dx = 1 ⎛ P x 2 − PLx + A ⎞
⎜ ⎟
EI GZ EI GZ EI GZ ⎝ 2 ⎠
⎡ 1 ⎛P 2 ⎞⎤ 1 ⎛ P 3 PL 2 ⎞
f ( x ) = ∫ ω ( x ) dx = ∫ ⎢ ⎜ x − PLx + A ⎟ ⎥ × dx = ⎜ x − x + Ax + B ⎟
⎣ EI GZ ⎝ 2 ⎠⎦ EI GZ ⎝ 6 2 ⎠

d.e) Conditions limites :


• Conditions aux appuis (CA) :
- encastrement en x = 0
f (0) = 0 ω(0) = 0

Page n°5/11
IUT Béthune – Génie Civil – Mécanique des structures Cours – S. Kesteloot
MS2 – partie 3 : Déformées des poutres isostatiques 2h

d.f) Constantes d’intégrations :


P
ω ( 0 ) = 0 → EI GZ ω ( 0 ) = 0 = + × 02 − PL × 0 + A → A = 0
2
P PL 2
f ( 0 ) = 0 → EI GZ f ( 0 ) = 0 = 03 − 0 +B→B=0
6 2

d.g) Equations :
1 ⎛P 2 ⎞
ω( x) = ⎜ x − PLx ⎟
EI GZ ⎝ 2 ⎠
1 ⎛ P 3 PL 2 ⎞
f ( x) = ⎜ x − x ⎟
EI GZ ⎝6 2 ⎠

d.h) Flèche maximale :


• Rotation nulle :
1 ⎛P 2 ⎞ P 2
ω( x) = ⎜ x − PLx ⎟ = 0 → EI GZ ω ( x ) = 0 = x − PLx
EI GZ ⎝ 2 ⎠ 2
⎛1 ⎞
Px ⎜ x − L ⎟ = 0
⎝2 ⎠
solutions : P = 0 x=0 x = 2L
1 ⎛ P 3 PL 2 ⎞
Nous ne pouvons retenir que x = 0 , ce qui donne f ( 0 ) = ⎜ 0 − 0 ⎟=0
EI GZ ⎝ 6 2 ⎠
• Extrémité de tronçon :
1 ⎛ P 3 PL 2 ⎞
f (0) = ⎜ 0 − 0 ⎟=0
EI GZ ⎝ 6 2 ⎠

1 ⎛ P 3 PL 2 ⎞ PL3
f ( L) = ⎜ L − L ⎟ = −
EI GZ ⎝ 6 2 ⎠ 3EI GZ
On en conclue que pour cette poutre :
PL3
f max = f ( L) −
3EI GZ

Page n°6/11
IUT Béthune – Génie Civil – Mécanique des structures Cours – S. Kesteloot
MS2 – partie 3 : Déformées des poutres isostatiques 2h

5.2) Exemple 2 – 2 tronçons :


Soit la poutre suivante à P
rigidité constante : A B
E, IGZ C
L L/2
a) Nature (décomposition minimale) :
x = 3⎫
⎬ structure isostatique
e = 3⎭

b) Inconnues de liaison :

XA
P ∑F = 0 = X
x A

YA YB ∑ F = 0 = Y +Y − P
y A B

3
L L/2
∑ M = 0 = − 2 PL + Y L
A/ z B

y
P
P
B x
2
A E, IGZ 3 E, IGZ C
P
2 L
L 2

c) Sollicitation :
3
0< x< L L<x< L
2
Vy Vy P
Mz Mz
P
2 Nx Nx
x 3
2 L−x
Nx ( x) = 0 Nx ( x) = 0
P Vy ( x ) = − P
Vy ( x ) =
2
3PL
P M z ( x) = − + Px
M z ( x) = − x 2
2

d) Déformée :
d.c) Allure de la déformée :

P
A
E, IGZ B
L L/2

Page n°7/11
IUT Béthune – Génie Civil – Mécanique des structures Cours – S. Kesteloot
MS2 – partie 3 : Déformées des poutres isostatiques 2h

d.d) Intégrations :
3
0< x<L L<x< L
2
P 3PL
M z ( x) = − x M z ( x) = − + Px
2 2
1 ⎛ P ⎞ 1 ⎛ P 2 ⎞ 1 ⎛ 3PL ⎞
ω( x) = ∫ ⎜ − x ⎟ dx = ⎜ − x + A⎟ ω( x) = ∫ ⎜− + Px ⎟ dx
EI GZ ⎝ 2 ⎠ EI GZ ⎝ 4 ⎠ EI GZ ⎝ 2 ⎠
1 ⎛ 3PL P ⎞
= ⎜− x + x2 + C ⎟
EI GZ ⎝ 2 2 ⎠
1 ⎛ P 2 ⎞
f ( x) = ∫ ⎜ − x + A ⎟ dx 1 ⎛ 3PL P ⎞
EI GZ
⎝ 4 ⎠ f ( x) = ∫ ⎜− x + x 2 + C ⎟ dx
EI GZ ⎝ 2 2 ⎠
1 ⎛ P 3 ⎞
= ⎜ − x + Ax + B ⎟ 1 ⎛ 3PL 2 P 3 ⎞
EI GZ ⎝ 12 ⎠ = ⎜− x + x + Cx + D ⎟
EI GZ ⎝ 4 6 ⎠

d.e) Conditions limites :


• Conditions aux appuis (CA) :
f (0) = 0 f ( L) = 0
• Conditions de continuité (CC) :
Aux limites :
f ( L− ) = f ( L+ ) ω ( L− ) = ω ( L+ )

d.f) Constantes d’intégrations :


1 ⎛ P 3 ⎞
f (0) = ⎜ − 0 + A× 0 + B ⎟ → B = 0
EI GZ ⎝ 12 ⎠
1 ⎛ P 3 ⎞ P 2
f ( L) = ⎜ − L + AL ⎟ = 0 → A = L
EI GZ ⎝ 12 ⎠ 12
1 ⎛ P 2 P 2⎞ 1 ⎛ 3PL P ⎞ 5P 2
ω ( L− ) = ω ( L+ ) = ⎜− L + L ⎟ = ⎜− L + L2 + C ⎟ → C = L
EI GZ⎝ 4 12 ⎠ EI GZ ⎝ 2 2 ⎠ 6
1 ⎛ P 3 P 2 ⎞ 1 ⎛ 3PL 2 P 3 5 P 2 ⎞ P
f ( L− ) = f ( L+ ) = ⎜− L + L L⎟ = ⎜− L + L + L L + D ⎟ → D = − L3
EI GZ ⎝ 12 12 ⎠ EI GZ ⎝ 4 6 6 ⎠ 4

d.g) Equations :
3
0< x<L L<x<
L
2
1 ⎛ P 2 P 2⎞ 1 ⎛ 3PL P 5P 2 ⎞
ω( x) = ⎜− x + L ⎟ ω( x) = ⎜− x + x2 + L ⎟
EI GZ ⎝ 4 12 ⎠ EI GZ ⎝ 2 2 6 ⎠
1 ⎛ P 3 P 2 ⎞ 1 ⎛ 3PL 2 P 3 5 P 2 P ⎞
f ( x) = ⎜− x + L x⎟ f ( x) = ⎜− x + x + L x − L3 ⎟
EI GZ ⎝ 12 12 ⎠ EI GZ ⎝ 4 6 6 4 ⎠

Page n°8/11
IUT Béthune – Génie Civil – Mécanique des structures Cours – S. Kesteloot
MS2 – partie 3 : Déformées des poutres isostatiques 2h

d.h) Flèche maximale :


• Rotation nulle :
3
0< x<L L<x<
L
2
1 ⎛ P 2 P 2⎞ 1 ⎛ 3PL P 5P 2 ⎞
ω( x) = ⎜− x + L ⎟ = 0 ω( x) = ⎜− x + x2 + L ⎟
EI GZ ⎝ 4 12 ⎠ EI GZ ⎝ 2 2 6 ⎠
L 7 2 2
→x=± Δ = b 2 − 4ac = P L
3 12
L ⎛3 7 ⎞ ⎛3 7 ⎞
seule solution à retenir : x = x = ⎜⎜ − ⎟⎟ L x = ⎜⎜ + ⎟⎟ L
3 ⎝ 2 12 ⎠ ⎝ 2 12 ⎠
L ⎞ ⎛ P ⎛ L ⎞3 P 2 L ⎞
f ⎛⎜
1 aucune solution à retenir !
⎟= ⎜− ⎜ + L
⎜ 12 ⎝ 3 ⎟⎠ 12


⎝ 3 ⎠ EI GZ ⎝ 3 ⎠
PL3
=
18 3EI GZ

• Extrémité de tronçon :
3
0< x<L L<x<
L
2
1 ⎛ P 3 P 2 ⎞ 1 ⎛ 3PL 2 P 3 5 P 2 P ⎞
f (0) = ⎜ − 0 + L 0⎟ f ( L) = ⎜− L + L + L L − L3 ⎟
EI GZ ⎝ 12 12 ⎠ EI GZ ⎝ 4 6 6 4 ⎠
=0 =0
1 ⎛ P 3 P 2 ⎞ ⎛ 3PL ⎛ 3L ⎞ 2 P ⎛ 3L ⎞3 ⎞
f ( L) = ⎜− L + L L⎟ ⎜− + ⎟
EI GZ ⎝ 12 12 ⎠ 1 ⎜ 4 ⎜⎝ 2 ⎟⎠ 6 ⎜⎝ 2 ⎟⎠ ⎟
f ⎛⎜ ⎞⎟ =
3L
=0 ⎝ 2 ⎠ EI GZ ⎜ 5P 2 3L P 3 ⎟
⎜+ L − L ⎟
⎝ 6 2 4 ⎠
PL 3
=−
8 EI GZ

Au final, la flèche maximale vaut :


⎡ PL3 PL3 ⎤
f max = Max ⎢ − ;0; ⎥
⎣⎢ 8EI GZ 18 3EI GZ ⎦⎥
PL3
f max = −
8 EI GZ

Page n°9/11
IUT Béthune – Génie Civil – Mécanique des structures Cours – S. Kesteloot
MS2 – partie 3 : Déformées des poutres isostatiques 2h

VI) Résumé :
6.1) Démarche de résolution :
1) Nature de la structure ;
2) Inconnues de liaison ;
3) Sollicitations ;
# Remarque : la déformée s’étudie à l’ « état limite de service ». Il est donc nécessaire de connaître les
équations du moment aux combinaisons ELS.
4) Etude de la déformée ;
4.1) Allure de la déformée ;
# Remarque 1 : la déformée se dessine sur la structure avec ses appuis.
# Remarque 2 : le tracé a pour but de déterminer plus facilement les conditions limites et de continuité. Il faut
donc impérativement respecter les relations et valeurs des flèches et rotations particulières sur
appuis et à l’intersection de 2 tronçons :
Appui – liaison externe Liaison interne
encastrement articulation appui simple encastrement relâchement

4.2) Intégrations ;
# Remarque : on n’oubliera pas les constantes d’intégrations : 2 nouvelles (différentes) à chaque tronçon.
4.3) Conditions limites ;
# Remarque : on regardera l’allure de la déformée pour connaître :
- la valeur des flèches et rotations particulières sur appuis (CA : conditions aux appuis) ;
- ainsi que la continuité au droit des changements d’équations (CC : conditions de continuité) ;
- on peut aussi facultativement ajouter des conditions de symétrie (CS – dans le cas ou la
structure est symétrique – symétriquement chargée).
4.4) Constantes d’intégrations ;
# Remarque 1 : les constantes d’intégrations se déterminent en remplaçant les conditions limites dans les
équations de flèche et de rotation.
# Remarque 2 : attention aux conclusions trop hâtives : il faut remplacer dans l’équation x par sa valeur avant
de dire qu’une constante est nulle !
4.5) Equations ;
# Remarque : on récapitulera ici les équations trouvées (sans oublier le 1/EIGZ).

4.6) Vérification ;
# Remarque 1 : comme les règlements limitent généralement la flèche, il faudra trouver la valeur maximale de
cette flèche et contrôler qu’elle reste inférieure à la valeur réglementaire. Dans le cas
contraire, il faudra redimensionner cette poutre.
# Remarque 2 : la flèche maximale se trouve :
- où la dérivée est nulle (rotation nulle → extremum de la flèche) ;
- en extrémité de tronçon
Attention : elle n’est que très rarement maximale sous la charge ou au milieu de la poutre !

6.2) Formules :
M z ( x) 2
f ( x) = ∫ ∫ dx
EI GZ ( x )
M z ( x)
ω( x) = f '( x) = ∫ dx
EI GZ ( x )

Page n°10/11
IUT Béthune – Génie Civil – Mécanique des structures Cours – S. Kesteloot
MS2 – partie 3 : Déformées des poutres isostatiques 2h

DEFORMEES DES POUTRES ISOSTATIQUES ........................................................................ 1


I) Généralités : ................................................................................................................................... 1
1.1) But de l’étude : ....................................................................................................................................... 1
1.2) Rappels mathématiques : ........................................................................................................................ 1
1.3) Définitions :............................................................................................................................................ 1
a) Déformée : ............................................................................................................................................ 1
b) Flèche : ................................................................................................................................................. 1
c) Rotation : .............................................................................................................................................. 1
d) Rayon de courbure : ............................................................................................................................. 2
II) Hypothèses : ................................................................................................................................. 2
III) Notations : ................................................................................................................................... 2
IV) Etude de la déformée : ............................................................................................................... 2
4.1) Relation entre la flèche et la rotation :.................................................................................................... 2
4.2) Relation entre la rotation et le rayon de courbure : ................................................................................ 3
4.3) Relation entre le moment et le rayon de courbure : ................................................................................ 3
4.4) Relation entre la flèche et le moment : ................................................................................................... 3
4.5) Conditions limites : ................................................................................................................................ 4
a) Conditions aux appuis : ........................................................................................................................ 4
b) Conditions de continuité :..................................................................................................................... 4
V) Exemples :..................................................................................................................................... 5
5.1) Exemple 1 – 1 tronçon : ......................................................................................................................... 5
a) Nature (décomposition minimale) : ...................................................................................................... 5
b) Inconnues de liaison : ........................................................................................................................... 5
c) Sollicitation :......................................................................................................................................... 5
d) Déformée : ............................................................................................................................................ 5
5.2) Exemple 2 – 2 tronçons : ........................................................................................................................ 7
a) Nature (décomposition minimale) : ...................................................................................................... 7
b) Inconnues de liaison : ........................................................................................................................... 7
c) Sollicitation :......................................................................................................................................... 7
d) Déformée : ............................................................................................................................................ 7
VI) Résumé : .................................................................................................................................... 10
6.1) Démarche de résolution :...................................................................................................................... 10
6.2) Formules : ............................................................................................................................................ 10

Page n°11/11