Vous êtes sur la page 1sur 13
| |CANADA PROVINCE DE QUEBEC District de Montréal COUR SUPERIEURE (Chambre civile) Ne Dr JEAN-FRANCOIS GUITE, 500-17-102311-183 Demandeur LE MINISTRE DE LA SANTE ET DES SERVICES SOCIAUX, 2021 avenue Union, bureau 10.051, ville et district de Montréal, province | de Québec, H3A 289 ; Defendeur POURVOI EN CONTROLE JUDICIAIRE (ARTICLES 34 ET 529 ET SUIVANTS C. A LUN DES HONORABLES JUGES DE LA COUR SUPERIEURE SIEGEANT EN |CHAMBRE DE PRATIQUE POUR LE DISTRICT DE MONTREAL, LE DEMANDEUR | EXPOSE CE QUI SUIT I. LE CONTEXTE 1, Le demandeur est un médecin radiologiste, tel qu'il appert de son certificat del spécialiste en radiologie diagnostique délivré par le Collége des médecins du Québec, pigce P-1; 2. Le défendeur est le ministre de la Santé et des Services sociaux, (ci-aprés! «le Ministre ») lequel est seul habilité délivrer les permis en conformité avec la Loi sur les laboratoires médicaux, la conservation des organes et des tissus et la disposition des cadaures, RLRQ, ¢. L-0.2; 3. En 2013, le demandeur entreprendra le projet d'établir un laboratoire d’imagerie? médicale générale (ci-aprés « LIM ») dans la ville de Saint-Jérome, avec services d'imagerie par résonance magnétique (ci-aprés « IRM 1) ; 7 Page t de 1 N/D: 5851-9 4. Le demandeur s'appliquera les années suivantes a convaincre les divers responsables du ministére de la Santé et des Services sociaux (ci-aprés le « Ministére ») et les autres parties prenantes que les besoins de la population de la région de Saint-Jérome y justifient l'établissement d'un LIM ; 5. En septembre 2013, le demandeur déposera auprés du défendeur une premiére demande de permis pour établir un LIM avec des services IRM au 200 rue Durand dans la ville de Saint-Jérome, tel qu’il appert de la demande de permis datée de septembre 2013, piéce P-2 ; 6. Le 12 décembre 2013, Dr Louis Couture, Souis-ministre adjoint dé la Santé et des Services sociaux, faisait parvenir une lettre au demandeur expliquant que le Ministére était a élaborer des indicateurs d’accés aux services d’imagerie médicale et des critéres de performance pour leur utilisation et qu’entre temps, aucun nouveau permis ne serait octroyé, tel qu'il appert de la correspondance dudit sous-ministre adjoint datée du 12 décembre 2013, piéce P-3 ; 7. Le demandeur s'armera de patience et lorsqu’il sera informé par le Directeur des affaires médicales et universitaires du Ministére, Dr Pierre Blanchard, que les travaux du Ministére étaient terminés, il présentera, le 25 mars 2015, une demande de réactivation de la demande initiale de permis, tel qu'il appert de la demande de réactivation de permis datée du 25 mars 2015, piéce P-4 ; 8, Le 23 décembre 2015, Dr Pierre Lafleur, Sous-ministre adjoint de la Santé et des Services sociaux, signera la lettre par laquelle la demande de permis du demandeur est rejetée pour quatre motifs, le tout tel quil appert de la correspondance dudit sous-ministre adjoint datée du 23 décembre 2015, pice P-5 ; 9, Le 29 février 2016, le demandeur présentera une nouvelle demande de permis de LIM avec services IRM toujours pour l'adresse située au 200 rue Durand dans la ville de Saint-Jérome, en prenant soin de répondre aux motifs qui avaient justifié le rejet de sa demande initiale, et ce, tel qu'il appert de la demande de permis datée du 29 février 2016, piece P-6 ; 10,Le 6 septembre 2016, compte tenu de l’absence de nouvelles du Ministre et du fait qu'un groupe commercial qui avait présenté une demande concurrente de permis de LIM, tentait de s’établir a Vadresse en face de celle choisie par le demandeur pour opérer le LIM projeté, le demandeur bonifiera sa demande de permis en | validant Vintérét de dix des douze radiologistes ceuvrant au sein de l'hépital de Saint-Jérome a s'impliquer professionnellement dans le LIM projeté, et ce, tel quil appert de la correspondance adressée au Ministre datée du 6 septembre 2016, piece P-7 ; 1L.Le 12 septembre 2016, suite a des échanges avec le CISSS des Laurentides et le Ministére, le demandeur bonifiera une fois de plus son projet en proposant une Page 2 de 18 DUPUIS PAQUIN N/D: 5451-3 nouvelle adresse d’exploitation du LIM projeté, au 300, Sé* rue dans la ville de Saint-Jéréme, terrain vacant devant accueillir un immeuble médical neuf de 60 000 pieds carrés ; 12.En mai 2017, Jean-Francois Foisy, PDG du CISSS des Laurentides (ci-aprés « Foisy »), informera le demandeur qu'il obtiendrait Pautorisation d'établir le LIM projeté, en lavisant que le Ministére I'accorderait s'il devait opter pour une adresse @opération dans l'immeuble étre construit par Médifice inc., adresse située immédiatement a c6té du 300, Sé° mie, ou encore pour une autre adresse de son choix ; engagements envers les propriétaires du 300, Se rue et entamer des négociations avec le président et propriétaire de Médifice inc., Marcel Landry (ci-aprés « Landry ») ; f | | 13.Pour répondre A cette invitation, le demandeur devra se dégager de ses 14.Le 18 mai 2017, suite & deux semaines de négociations intenses avec Landry, Ie demandeur signera une entente de principe avec Médifice inc., prévoyant les paramétres d’établissement du LIM dans son immeuble a étre construit, et ce, tel quill appert de cette entente datée du 18 mai 2017, piéce P-8 ; | 15.Le 19 juillet 2017, le demandeur recevra une correspondance du Ministre refusant la demande de permis pour la fourniture des services IRM, estimant que les besoins de la région ne commandaient pas loctroi du permis, tel qu'il appert de la correspondance du Ministre relative aux services IRM datée du 14 juillet 2017, piéce P- 16.Le méme jour, le demandeur recevra une correspondance signée de la main du Ministre Vautorisant a procéder a 'aménagement des locaux et a linstallation des équipements de radiologie pour V'opération d'un LIM, lui accordant un délai d'un an pour réaliser son projet, tel qu'il appert de la correspondance. du Ministre relative au LIM datée du 14 juillet 2017, piéce P-10 ; 17.Le demandeur s'enquerra auprés du Ministére des raisons pour lesquelles il était mentionné dans la lettre d'octroi de T'autorisation d’ouverture du LIM qu'elle ne constituait pas un permis d'opérer les équipements de radiologic. Le Ministére informera le demandeur que c’était 14 la pratique du Ministére ; 18.A compter de ce moment, le demandeur déploicra des efforts humains et financiers considérables pour mener a bien Je projet d’établissement du LIM ; 19.Entre temps, le demandeur commence A entendre des rumeurs a T'effet que le groupe commercial qui avait présenté une demande concurrente travaillait avec dautres intéréts privés dont Médifice inc. pour renverser la décision du Ministre ; Page 9 de 18 DUPUIS PAQUIN N/D: 5451-3 | 20.C'est dans ce contexte que, dans les semaines qui suivront, Médifice ine. prendra | des positions contraires a Ventente de principe du 18 mai 2017. La société de Landry : - refusera d'accorder I'espace suffisant dans son projet immobilier qu'il avait été convenu d'allouer au LIM ; - _refusera de respecter les termes financiers convenus nuisant ainsi a la viabilité @ court et moyen terme du LIM ; + Yehlisera de” Consentir aux amienageMments physiques Técéssaires “pour bier servir les futurs usagers du LIM. 21.Ces positions intenables et irréconciliables avec une opération viable d'un LIM destiné & la population de Saint-Jéréme forceront le demandeur a chercher un plan alternatif pour la mise en place de son projet ; 22.Le demandeur finira par trouver en le Projet Valéo Yoption de relocalisation parfaite : - L’accés pour la clientéle ambulatoire se serait vu facilité par la localisation visible et aisément accessible en bord d’autoroute, sans avoir a entrer dans le secteur congestionné de la localisation initiale ; | - Le potentiel nouvel emplacement se trouvait A une distance adéquate de Vhopital tout en desservant plus spécifiquement louest de Vautoroute 15, une i des régions du Québec dont la croissance démographique est la plus forte ; | - La Ville de Saint-Jérdme se montrait enthousiaste et coopérative & la création | dune navette entre P’hopital et le site (qui se situe 4 2,2 km de lhépital), a la | création de nouvelles lignes de transport en commun, 4 I’élargissement de la I rue daccés, a la création de nouveaux arréts d’autobus, a la création d'une i nouvelle signalisation et & la mise en branle de processus rapides | d'autorisations des permis ; i - Le partenaire immobilier s‘était engagé a installer un immeuble de 60 000 pieds carrés d'une dimension suffisante pour y établir une destination santé de premiere ligne avec notamment les caractéristiques suivantes : un nombre suffisant d’ascenseurs, une marquise pour débarcadére pour le transport adapté et la navette inter hospitaliére, un hangar 4 ambulances pour faciliter les transferts nécessaires, 230 places de stationnements gratuits et une liberté offerte aux médecins dans le choix des locataires adjacents ; 23.Le 23 octobre 2017, le demandeur enverra une correspondance au Ministre afin d'obtenir son avis sur une éventuelle relocalisation vers le site du Projet Valéo, tel quil appert de la correspondance au Ministre datée du 23 octobre 2017, piece P-11; & Page 4 de 18 DUPUIS PAQUIN ND: 5451-8 24.Le demandeur sollicitait ainsi l'avis du Ministre afin qu'il soit en mesure de déterminer sil powvait relocaliser son projet dans un site qu'il considérait apporter des bénéfices supérieurs a la population ou sil n’avait d’autre choix que d’engager des procédures judiciaires contre Médifice inc. pour que Ventente de principe convenue soit respectée ; 25.Le Ministére indiquera au demandeur quil consultera le CISSS des Laurentides au sujet de la relocalisation et requerra le 26 octobre 2017, de Vinformation supplémentaire quant a la distance entre les deux sites, information qui sera fournie le jour méme tel quill appert de Véchange de correspondance entre le Ministére et le demandeur le 26 octobre 2017, piece P-12 ; 26.Le 6 novembre 2017, sans nouvelles du Ministére, le demandeur le relancera, tel quill appert de la correspondance au Ministre, datée du 6 novembre 2017, piece P-13 ; 27.Le 14 novembre 2017, le CISSS des Laurentides donnera son aval a la relocalisation du LIM vers le site du Projet Valéo ; 28.Le 15 novembre 2017, le demandeur demandera une nouvelle fois au Ministére de se positioner par rapport a la relocalisation du LIM sur le site du Projet Valéo, tel quill appert de la correspondance au Ministre datée du 15 novembre 2017, piéce P-14 ; 29.Entre le 25 et le 30 novembre 2017, le demandeur et ses associés se rendront a Chicago et s’affaireront A l'acquisition des équipements dimagerie médicale nécessaires a l'opération du LIM ; 30.Les appels dioffres seront lancés dés leur retour au Québec, la sélection du meilleur offrant devant clle étre arrétée au plus tard le 18 janvier 2018 ; 31.Le 29 novembre 2017, ta direction des services professionnels du CISSS des Laurentides fera parvenir une invitation aux radiologistes et autres médccins de Vhopital, dont le demandeur, pour la présentation du projet médical de Landry ; 32.Le demandeur assistera a cette réunion et sera témoin de affirmation des promoteurs de Médifice inc. a effet qu'un LIM opéré par le compétiteur, Radiologix, y prendrait place ; 33.Le I" décembre 2017, le demandeur relancera une fois de plus le Ministére quant @ la relocalisation du LIM, tel qu’ll appert de la correspondance au Ministre datée du Le décembre 2017, pice P-15 ; 34.Le ou vers le 5 décembre 2017, le demandeur contactera Michel Bureau, Sous- ministre associé de la Santé et des Services sociaux, pour Vinformer de Vurgence obtenir une décision du Ministre en vue de respecter les délais prescrits par Vautorisation ministérielle d’aménagement du LIM du 14 juillet 2017, lequel sous- ministre associé l'informera qu'une décision finale sur la relocalisation serait rendue prochainement ; Page 5 de 18 DUPUIS PAQUIN NyD: 5451-3 35.A cette époque, des efforts importants avaient été déployés et continuaient a Vétre pour mobiliser les équipes médicales dans le cadre de la réalisation du Projet Valéo, des offres de location de groupes médicaux avaient été signées ou étaient en voie de Vétre et des sommes majeures avaient é€é investies pour permettre la réalisation du Projet Valéo dans les délais ; | 36.Le ou vers le 20 décembre 2017, le Ministre enverra une lettre au demandeur qui ne sera recue que le 9 janvier 2018 vers minuit le soir dans un courriel de Favocate du Ministére, et seulement aprés avoir découvert son existence fortuitement et entrepris de multiples démarches pour lobtenir, Vavisant de sa | décision de + procéder d une nowvelle analyse de [sa/ demande dé permis de LIM | pour sassurer quelle réponde adéquatement aux besoins de la population » ; | | | | | | | i 37.Dans sa lettre du 20 décembre 2017, le Ministre exige du demandeur : 1) une confirmation écrite des personnes qui exerceront au sein du LIM ; et 2) les informations relatives & l'état dlavancement du projet afin de valider la possibilité que le projet soit complété dans les délais prescrits ; 38.Entre le 9 janvier 2018 et le 20 janvier 2018, le demandeur, le Ministre et leurs avocats respectifs échangeront plusieurs correspondances en lien avec la demande davis sur la relocalisation du LIM et Ia lettre du 20 décembre 2017, et ce, tel qu'il appert de change de correspondances entre le 9 janvier 2018 et le 20 janvier 2018, en tiasse, piéce P-16 ; 39.Le 26 janvier 2018, Ie demandeur recevra par lettre recommandée la décision du | Ministre indiquant que « malgré la pré-autorisation déja transmise, [sa] demande de permis pour lopération dun LIM a SaintJérome est refusée », tel quil appert de la correspondance du Ministre datée du 24 janvier 2018, piéce P-17 ; 40.Dans cette annonce choc, le Ministre tient aussi a préciser que « [il] naurait tout de méme pas accepté la derniére demande de changement d'adresse transmise en octobre dernier considérant qu'fil) était davis que le site préaiablement accepté [oelui de la société de Landry] permettait de répondre plus adéquatement aux besoins de la population » ; 41.Tout au cours de cette saga, le demandeur a été conseillé et guidé par le consultant Eric Rousseau (ci-aprés « Rousseau »), qui possédait Texpérience du dispositif et des processus mis en place par le Ministére pour l'octroi de permis de LIM. Le demandeur avait engagé Rousseau en février 2015 comme mandataire pour qu'il prenne la charge de ses communications avec le Ministére et le CISSS des Laurentides et produire ses représentations a ces instances. Or, un peu avant que le Ministre n'annonce sa décision choc, Rousseau renongait @ son mandat dans des circonstances plus que troublantes ; 42.Jusqu’a trés récemment, le demandeur était dans l'ignorance du véritable cadre juridique dans lequel les décisions du Ministre disposant de ses demandes de permis de LIM devaient étre prises ; es Page 6 de 18 & DUPUIS PAQUIN N/D: 5451-3 I, LE CADRE JURIDIQUE DE LA DECISION CONTESTEE. 43.C’est la Loi sur les Laboratoires médicaux, la conservation des organes et des tissus et la disposition des cadavres (ci-aprés « La Loi ») et non les pratiques du Ministére qui circonscrit les pouvoirs du Ministre de délivrer des permis de LIM, et plus précisément, son article 36 qui se lit comme suit : 36. Sans égard au nombre de permis en vigueur ou au nombre de demandes de permis, le ministre délivre le permis si le demandeur remplit les conditions et les modalités déterminées par réglement et sil verse les droits qui y sont prescrits. Il delivre toutefois un premier permis @ toute personne qui opére un laboratoire le 17 avril 1974, Nonobstant le premier alinéa, le ministre peut refuser toute demande de permis de laboratoire, siilestime que les besoins de la région oui doit étre situé ce laboratoire ne le justifient pas. 44,Suivant ces balises impératives imposées par le législateur, la seule discrétion dont dispose le Ministre relativement @ la demande d’un médecin radiologiste remplissant les conditions réglementaires, est de refuser une demande de permis de LIM « si les besoins de la région ov doit etre situé ce laboratoire ne le justifient pas»; 45.Le 14 juillet 2017, exercant sa discrétion en évaluant que les « besoins de la région » le justifiaient, le Ministre a transmis au demandeur une autorisation @aménagement du LIM ; | 46.Méme si, dans sa décision choc de révoquer I'autorisation d'aménagement accordée le 14 juillet 2017, le Ministre sfefforce de faire accroire qu’aucun permis navait encore été délivré en présentant cette autorisation comme une « pré- autorisation » n’octroyant aucun droit d’opération, la Loi ne distingue pas entre un | permis d’aménagement de LIM et un permis d’opération de LIM 47.D'ailleurs, les conditions prévues A Vautorisation du 14 juillet 2017 impliquent nécessairement que le titulaire de l'autorisation aménage entigrement tous les aspects liés a operation d’un LIM ; 48.Ainsi, cette distinction artificielle entre permis d’aménagement de LIM et permis @opération de LIM ne peut tenir la logique. Il ne peut étre demandé aux médecins radiologistes dinvestir avec leurs associés dans l'aménagement d'un LIM consacrant ainsi des millions de dollars en ressources financiéres et en temps, sans avoir accordé le droit au permis du LIM ; 49.En fait, une fois que le permis d’aménagement est accordé & un médecin radiologiste, aucune discrétion ne subsiste pour le Ministre qui a alors déja évalué les « besoins de la région » que ce soit pour conclure que ce critére justifiait la délivrance du permis sinon que ce critére n’empéchait pas sa délivrance ; 50.11 en résulte que les conditions subsistant pour délivrer le permis d’opération ne sont que des formalités techniques ne laissant place a aucune discrétion ministérielle ; & Page 7 de 18 DUPUIS PAQUIN N/D: 5851-3 51.Conséquemment, la seule interprétation qui tienne est que la Loi ne prévoit la délivrance que d'une sorte de permis et que le demandeur Ia obtenu le 14 juillet 2017 avant que le Ministre ne le révoque dans Varbitraire le 24 janvier 2018 } 52.Toute autre interprétation par le Ministre de son autorisation du 14 juillet 2017 ne constitue qu'une vaine tentative de ses conseillers juridiques de le placer en meilleure situation pour justifier sa décision arbitraire ; 53.En proposant la formulation de ses lettres du 20 décembre 2017 et 24 janvier 2018, les conseillers juridiques di Ministre omettent notamment de rappeler 4 ses. souvenirs la lettre du PDG du CISSS des Laurentides adressée le 3 aout 2017 & ses deux sous-ministres et of on peut lire « Tout dabord, nous saluons la décision d’accorder un permis de LIM sur le territoire de Saint-Jéréme. Ceci répondra assurément aux besoins croissants de notre population. [..]» 54.Considérant ce qui précéde, le demandeur s'estime bien fondé de s’adresser au Tribunal administratif du Québec, conformément A Varticle 41 de la Loi, son permis ayant été révoqué par le Ministre dans sa lettre datée du 24 janvier 2018 ; 55.Malgré ce qui précéde, et afin de préserver ses droits, le demandeur loge également le présent pourvoi en controle judiciaire de la décision du Ministre | constatée dans cette méme lettre ; IIL LES QUESTIONS EN LITIGE 56.Les questions en litige dans le cadre du présent pourvoi en contréle judiciaire sont les suivantes A. Le Ministre était-il_functus officio lorsqu’il a rendu sa décision le 24 janvier 2018 ? B. Le Ministre a-t-il excédé sa compétence par sa décision du 24 janvier 2018 > C, La décision du 24 janvier 2018 du Ministre est-elle raisonnable ? D. Le Ministre a-t-il manqué a léquité procédurale et aux exigences de la justice naturelle lorsqu'il a rendu sa décision du 24 janvier 2018 ? A. LE MINISTRE ETAIT FUNCTUS OFFICIO 57.Le demandeur soumet que la norme de contréle applicable A cette question est la norme de la décision correcte ; | 58.Le Ministre, ayant analysé les « besoins de la région » préalablement & Vautorisation du 14 juillet 2017, ne pouvait pas revenir sur cette décision | le 24 janvier 2018 ; nN page 8 de 18 DUPUIS PAQUIN N/D: 5451-3 59.En effet, ayant exercé sa compétence le 14 juillet 2017, le Ministre était dessaisi de la question et ne pouvait pas se repencher dessus quelques mois plus tard dans sa réponse a une demande qui recherchait tout simplement son avis sur la relocalisation du LIM ailleurs qu’a l'adresse ott le projet avait été autorisé ; 60.Une interprétation différente ne se justifie pas dans les circonstances alors que, une fois I'autorisation du 14 juillet 2017 obtenue, le demandeur disposait d'un délai d'un an pour mener & bien l'entiéreté de son projet avant de pouvoir benéficier du permis d’apération ; G1. est donc inconcevable qu’entre le moment de Voctroi du permis d’aménagement et celui du permis d’opération, que le Ministre soit autorisé A réévaluer le critére des « besoins de la région » ; 62.La présente affaire montre a quel point cette prérogative que s'est octroyée le Ministre nous plongerait dans un absolu arbitraire ; 63.A compter du 14 juillet 2017, le demandeur était légitimé et avait acquis le droit de considérer que le pouvoir discrétionnaire du Ministre reposant sur les « besoins de la région » avait été vidé. Le Ministre était devenu a l'égard de cette question functus officio ; 64. Ce principe est un fondement de notre droit administratif Black's Law Dictionary (Se éd. 1979) (TRADUCTION) “une fonetion remplie’: [TRADUCTION] Ayant rempli sa fonction, s'étant acquitté de sa charge ou ayant réalisé son objectif et n’ayant done plus aucun pouvoir ni compétence. S'apptique a un fonctionnaire dont le mandat est expiré et qui n'a donc plus de pouvoir officiellement; également & un acte, A un pouvoir, & un organisme, etc., qui a atteint Tobjectf visé lors de sa constitution et n'a done plus aucun autre effet. Prineipes de contentieux administratif (2e éd. 1982) Dans les cas des actes quasi judiciaires, la jurisprudence considére que les décisions réguliérement rendues sont irrévocables, On veut en quelque sorte que les droits accordés ou reconnus aux administrés par lAdministration ne puissent étre remis en cause par le biais d'un pouvoir de reconsidération; les administrés ont droit a la sécurité juridique des décisions, Une fois la décision rendue, le dossier est fermé et 'Administration est “Tunctus officio®. [.) B, LE MINISTRE A EXCEDE SA COMPETENCE 65.Le demandeur soumet que la norme de contréle applicable & cette question est la norme de la décision correcte ; Page 9 de 18 DUPUIS PAQUIN NYD: 5431-3 66.Tel que précédemment mentionné, c'est l'article 36 de la Loi qui encadre V'exercice du pouvoir discrétionnaire du Ministre dans sa prise de décision relative A la délivrance de permis de LIM, sa discrétion se limitant a refuser la délivrance si elle n'est pas justifiée par les » besoins de la région » ; 67.La seule autre implication du Ministre dans le processus de délivrance du permis n'est pas discrétionnaire, En effet, le Ministre n"a pas le choix de délivrer le permis L..] si le demandeur remplit les conditions et les modalités déterminées par reglementet sit verse tes droits qui-y sont prescrits: 68.Bn Tespéce, le demandeur avait jusqu’au 13 juillet 2018 pour faire valoir au Ministre qu'il avait rempli ces conditions et ces modalités et qu'il avait versé les droits prescrits ; 69.0r, la décision du 24 janvier 2018 justifie Ia révocation du permis par des motifs complétement étrangers aux « besoins de la région », aux « conditions » et « modalités » déterminées par réglement et aux « droits » qui y sont prescrits ; 70.Selon ce qui y apparait, la décision du Ministre de révoquer le permis du demandeur repose sur les motifs suivants : - Les médecins du département de radiologie du Centre intégré de santé et de services sociaux de Saint-Jérdme ont retiré leur appui A la demande de permis du demandeur ; - La majorite des médecins radiologistes qui se disent maintenant préts & exercer leur profession dans le LIM du demandeut sont de Vextérieur de la région des Laurentides ; - Le site préalablement accepté permettait de répondre plus adéquatement aux besoins de la population. 71.Ainsi, malgré la clarté de la législation encadrant les conditions de délivrance des permis de LIM et le pouvoir discrétionnaire limité y ayant trait, Ie Ministre a outrepassé sa compétence en ajoutant des exigences non prévues dans la Loi et ses réglements ; C. LA DECISION EST DERAISONNABLE 72.Le demandeur soumet que la norme de contréle applicable & cette question est la norme de la décision raisonnable ; 73.La décision de révoquer le permis du demandeur pour des motifs non prévus dans Ja Loiet ses réglements ne peut étre que déraisonnable ; | y a Page 10 de 18 DUPUIS PAQUIN NyD: 5451-2 la relocalisation du LIM ailleurs qu’a l'adresse oui il avait été autorisé ne peut étre que déraisonnable ; | : | 74.La décision de révoquer le permis du demandeur suite a une demande d’avis sur 75.S'agissant des motifs ayant trait au fait que le site de Médifice inc. répondait plus DUPUIS PAQUIN N/D: 5451-3 adéquatement aux besoins de a population, le Ministre prend une position incompréhensible au regard des renseignements qui lui avaient été soumis par le demandeur dans sa communication du 10 janvier 2018 et dont voici un extrait Aucun doute ne doit subsister dans Vesprit des interlocuteurs ministériels sur la capacité du PROJET VALEO a naitre en temps opportun si le ministére accorde son autorisation avant le 19 janvier 2018. Les permis de construction de a ville avec plans et devis finaux ont éés soumis en décembre et sont attendus dans la semaine du 8 janvier 2018, Le calendrier de réalisation et la clause pénalisante de retard d’exécution du contracteur rassure sur le respect des échéanciers: Nous joignons dailleurs a la présente tous les documents utiles informant sur ld faisabilité du projet. Le PROJET VALEO qui, nous en sommes convaincus, apportera de plus grands bénéfices pour la région, pour ses usagers et pour les médecins y travaillant est évidemment contraire aux intéréts financiers de Ventreprise Médifice. [...] En fin de compte, les promoteurs du LIM de StJérome implanteront celui-ci dans la localisation que te Ministere attribuera quelle que soit cette localisation. Cependant, nous aurions besoin que cette décision soit prise urgemment et @ la lumiére des faits décrits dans la présente. Cest ainsi que nous attendrons une réponse finale de la part du Ministére ici le 19 janvier 2018, sans quoi nous devrons considérer qu'il s’agit d'un refus de relocalisation et prendrons alors les mesures nécessaires pour mener @ bien létablissement du LIM @ la localisation initialement acceptée par le Ministére, a savoir sur le site de Médifice, 76.De plus, s‘agissant des motifs ayant trait a la perte de l'appui des médecine du département de radiologic du Centre integré de santé et de services sociaux de Saint-Jérome, le Ministre prend une position incompréhensible au regard des renseignements qui lui avaient été soumis par le demandeur dans sa communication du 19 janvier 2018 et dont voici un extrait : Tout cela montre a quel point est évolutif lappui de tel ou tel radiologue a tel ou tel projet 4 tel ow tel moment. Diailleurs, lautorisation d’aménagement que vous nous avez accordée ne posait aucune condition de la nature de celle qui ressort de votre lettre. Jamais il nous a été demandé de maintenir un répertoire de « confirmations écrites de personnes qui exerceront au sein du LIM ».[..] Page 11 de 18 Cela-dit, nous sommes convaincus que lorsque le LIM sera en opération, Vengouement sera contagieux et nous aurons réalisé le pilier unificateur dont ce groupe a besoin depuis plusieurs décades. Pour terminer sur ce volet, nous ne pouvons que réitérer le caractére inclusif de notre projet qui a obtenu votre autorisation d’aménagement, Il ne nous apparait pas envisageable ni du point de vue éthique ni autrement, que Vautorisation d’aménagement puisse étre remise en question en cours de réalisation alors que nous garantissons ce qui est lessentiel : ~-le-contréle de Vorganisation par des-radiologues-locaux:; - le présentiel nécessaire au succes médical de ce projet via les obligations reliés 4 Vactionnariat - le caractére totalement inclusif du projet, le tout, & Vimage du projet initialement déposé. Non, rien n'a changé dans notre projet si ce n’est le travail de sape qui influence et intimide momentanément certains collégues. D. LE MINISTRE A MANQUE A L’EQUITE PROCEDURALE ET AUX EXIGENCES DE LA JUSTICE NATURELLE 77.Le demandeur soumet que la norme de controle applicable est la norme de la décision correcte ; 78.11 ressort de ce qui précéde que les lettres du Ministre datées du 20 décembre 2017 et 24 janvier 2018 n'ont pas été émises et les décisions qu’elles communiquaient n'ont pas été prises suivant des préoccupations légitimes li¢es aux besoins de la population et au meilleur intérét général ; 79.Le comportement du Ministre depuis limplication des médias dans cette affaire, sinscrivant dans le cadre de la contestation par des groupes commerciaux concurrents celui du demandeur de sa décision d'octroyer & ce dernier le permis de LIM, sert une finalité impropre, étrangére A celle que la Loi lui a confiée ; 80.Considérant tout ce qui précéde, le demandeur est justifié de demander que soient annulées judiciairement les décisions rendues par le Ministre le 20 décembre 2017 et le 24 janvier 2018 et qu'il soit ordonné au Ministre de délivrer au demandeur un permis de LIM ; POUR CES MOTIFS, PLAISE A LA COUR: ACCUEILLIR le présent pourvoi en controle judicaire ; Page 12 de 18 DUPUIS PAQUIN DUPUIS PAQUIN N/D: 5451-3 ANNULER ANNULER ORDONNER la décision du Ministre de 1a Santé et des Services sociaux contenue dans sa lettre datée du 20 décembre 2017 par laquelle le Ministre décide de procéder A une nouvelle analyse de la demande de permis de LIM présentée par le demandeur le 29 fevrier 2016 ; la décision du Ministre de la Santé et des Services sociaux contenue dans sa lettre datée du 24 janvier 2018 par laquelle le Minsitre décide de révoquer le permis de LIM accordé au demandeur le 14 juillet 2017. au Ministre de la Santé et des Services sociaux de délivrer au demandeur un permis de LIM assorti des mémes caractéristiques que celui qui lui a été délivré le 14 juillet 2017, et & la condition que le demandeur remplisse les conditions et les modalités déterminées par réglement, dans sa version actuelle, et qu'il verse les droits qui y sont prescrits dans l'année suivant le jugement définitif a étre rendu dans cette affaire ; LE TOUT, avec frais de justice. ea, NOCATS ET ipa At Laval, le 26 février 2018 (S] DUPUIS PAQUIN DUPUIS PAQUIN Avocats du demandeur Page 13 de 18