Vous êtes sur la page 1sur 4

Rapport d’études

Types de regard
« La Flânerie est une sorte de lecture de la rue, dans laquelle les visages, les façades de
magasins, les vitrines, les terrasses de cafés, les tramways, les automobiles et les arbres
deviennent une richesse de lettres de l'alphabet tout aussi valides qui, ensemble, donnent
des mots, des phrases et des pages d'un livre toujours nouveau. Pour s'engager dans la
flânerie, il ne faut pas avoir quelque chose de spécifique à l'esprit. » Franz Hessel,
Spazieren in Berlin

La plupart d'entre nous se trouvent dans un état où vivre dans une ville est un fait donné, un
cadeau ou une malédiction, bien que l'on ne passe pas trop de temps à pondérer les
arguments pour l'une ou l'autre supposition. Le simple fait de vivre en ville exige du
mouvement - se déplacer d'un endroit à un autre dans un but bien précis : que ce soit pour
le travail, le shopping, les rencontres, le café ou les repas au restaurant. Il est rare que l'on
quitte sa propre place dans le seul but d'errer dans les rues.

D'après ce dont je me souviens avant de commencer l'école d'architecture, je peux dire que
mon champ de vision a été considérablement réduit, car, comme tant d'autres, je me
rendrais à l'école, je passerais mon temps libre dans le parc voisin en attendant que mes
amis me rejoignent, parfois pour prendre un café, mais presque jamais seule. J'ai couru
aussi loin que possible de ce temps seule car je ne savais pas avec quoi le remplir. De plus,
j’ai rarement laissé mon champ de vision s'élargir en regardant autour de moi. J'avais une
prédisposition à observer les gens et le temps d'attente que je passais était rempli de cette
activité apparemment particulière. Ce n'était pas souvent que je sortais de la maison pour
m'amuser parce que j'avais peur d'être si près de la solitude.

Mes rares actes de solitude m'ont apporté une grande leçon en m'aidant à tirer les
conclusions que je dois développer dans ce rapport d'étude. En observant la ville (je vais
l'appeler l'observation de la ville jusqu'au moment où j'introduirai correctement le concept), je
suis tombé sur ce que j'appellerais plus tard "les typologies du regard". J'ai identifié quatre
manières dont les gens se comportent dans la ville et j'ai nommé les comportements par les
types de regards que j'observerais dans leurs expressions faciales et leur langage corporel.
Les voici :

Le regard de la cible - regarder vers l'avant, marcher sans cesse sans changer de
perspective, se précipiter ennuyé.

Le regard de la peur - en se regardant autour de soi pour mieux saisir le danger potentiel.

Le regard de l'observateur - regard directionnel vers un objet ou un environnement


spécifique dans le but de l'étudier.

Le flâneur - le regard curieux qui s'attarde sur la forme de la ville, le lecteur de la ville.

En intégrant l'école d'architecture, avec le sentiment troublant que je suis un inadapté et que
ce serait beaucoup trop grand pour moi, j'ai commencé à prendre des cours théoriques qui
parlaient des typologies d'habitation anciennes, du système trilithique, de la façon dont les
gens vivaient dans leurs maisons, des gynécos et des bains romains, et tout cela m'a fait
penser à ce que notre successeur dira de nous. Y a-t-il des typologies dans notre époque ?
Sommes-nous liés par des plans types en tant qu'ancêtres et influencent-ils notre société,
ou la société les conçoit-elle comme un miroir de notre époque et de nos croyances
culturelles, s'agit-il d'un cercle vicieux ? En gardant à l'esprit que le monde antique a disparu
avec une explosion, je ne pouvais m'empêcher de me demander si nous sommes
condamnés à disparaître, comme les romains, dans un enfer que nous avons fait nous-
mêmes.

Toutes les questions soulevées, j'avais besoin de réponses. J'ai donc décidé de briser mon
propre cercle vicieux et de commencer à passer du temps seul avec la ville. Je rentrais chez
moi à pied au lieu de prendre le métro, j'échouerais pour une petite promenade si j'avais
quelque chose à faire au centre-ville et peu à peu, le plan de la ville a commencé à prendre
forme dans mon esprit curieux. J'ai compris les liens, les limites, les repères, les
atmosphères de chaque petite rue et j'ai commencé à m'intéresser aux légendes et à la
littérature urbaine. Comme je collais mon puzzle sans prêter attention aux pièces, je me suis
lié d'amitié avec l'appareil photo.

Le regard ciblé

En tant qu'élève du secondaire, j'ai cherché, comme beaucoup d'autres avant moi, une
réponse à la question « pourquoi ? » qui peut être poursuivi d'un million de façons. Le mien
était très général : "Pourquoi les choses sont-elles telles qu'elles sont et non pas d'une autre
manière ? Dans les années à venir, j'ai commencé à me concentrer sur la façon dont les
villes peuvent être si différentes. Qu'est-ce qui les rend différents ? Et s'ils sont si différents,
comment pouvons-nous appeler Rio et New York par le même nom ?

Tout au long de mes voyages, j'ai compris que les villes peuvent être aussi méchantes,
aussi gentilles, aussi généreuses et aussi égoïstes que les gens de chair et de sang. Et c'est
intuitif si vous y réfléchissez une seconde - ils sont créés par des gens. Cela m'a fait penser
que c'est aux gens que je dois regarder pour comprendre ce qui fait marcher les villes.

Pendant que je les regardais, j'ai commencé à organiser des vies fictives entières pour eux :
l'homme bien habillé dans une canne est-il un Rockefeller, est-ce qu'il manque une partie de
son âme et il est maintenant à la recherche d'un visage pour lui rappeler un amour perdu
depuis longtemps, est-ce difficile pour lui de monter tous les escaliers du Carrousel
Carturesti Carrousel jusqu'au restaurant alternatif ? Son flair donne à penser qu'il pourrait
vivre dans l'appartement d'une grande maison Kisselleff. En titubant, j'ai vu que bien qu'il ne
pouvait pas marcher correctement, il était pressé comme tous les autres habitants de
Bucarest. Soudain, je voyais tout à travers les yeux de Christpher Nolan dans Interstellar,
regardant le flot de gens d'en haut, voyant que chacun d'entre eux a un endroit très
important à être. Ils se précipitaient avec une cible très bien définie à l'esprit et ils n'avaient
aucune considération pour ce qui se passait autour d'eux. Peu importe la saison, bien que je
puisse voir un léger changement au printemps, mais pas lié à l'attention que les gens se
précipitent à payer, la ville était remplie de fourmis rapides qui suivaient le même chemin
jour après jour. Comme l'illustre Chombart de Lauwe dans son étude "Paris et
l'agglomération parisienne", beaucoup de gens se retrouvent pris dans leur chemin vers
certains lieux fixes et prévisibles, sans dévier de la trajectoire inconsciemment préétablie.
L'expérimentation de la ville est réduite à un tel point qu'ils pourraient même ne pas être en
mesure de dessiner une carte mentale de leurs quartiers voisins. Prendre le même chemin
pour se rendre au travail, à l'école ou au piano tous les jours rend sensible au
"somnambulisme" pendant la plupart des moments de leur vie, connaissant si bien la route,
qu'il n'y a aucun avantage à y prêter attention. Ce comportement peut paraître comme un
gain de temps et d'efforts.

Alors que nous nous retrouvons en train de courir à travers la vie et la ville, nous pourrions
entrer dans un état d'esprit rare qui met un terme à notre précipitation quotidienne. Le
déclencheur n'a pas d'importance. Elle se matérialise comme une petite épiphanie qui nous
rapproche de notre propre présent.

Tout en étudiant l'architecture et en avançant dans les leçons d'histoire et de théorie, je


regardais autour de moi avec un sens accru de conscience. Tout comme lorsqu'on envisage
d'acheter un gué et pendant leurs journées régulières, ils voient beaucoup plus de gué qu'ils
n'ont l'habitude de voir. J'ai commencé à observer la corniche, les limites du centre-ville, les
points de repère auxquels je me réfère habituellement en pensant à Bucarest et aux
carrefours particuliers qui servaient de nœuds.

Observateur

J'avais une classe nommée "Langage architectural" où j'ai été introduit à l'"Image de la ville"
de Kevin Lynch où j'ai trouvé les notions floues qui flottaient dans mon esprit, bien
disposées dans un ensemble cohérent de textes et d'images. En le lisant, je me suis rendu
compte que ma trajectoire quotidienne était remplie de limites, de nœuds, de repères et de
tissus urbains très différents. J'ai pris le livre, le stylo et le papier et je me suis mis sur le
même chemin que j'avais parcouru pendant des années à la recherche d'une carte mentale
à l'aide des outils de Lynch. (FA HARTA LYNCH) En retraçant mes pas, j'ai compris que
j'étais dans un autre état d'esprit et que mon regard avait changé. Je regardais tout ce qui
m'entourait comme pour la première fois avec l'œil curieux de l'observateur. Mon but était
d'obtenir toutes les connaissances dont j'avais besoin pour pouvoir dessiner la carte, donc
tout semblait tout à fait nouveau et pas du tout comme les objets que j'avais dessinés dans
mon esprit. Les bâtiments dans mon esprit n'étaient qu'au rez-de-chaussée avec différentes
étiquettes de magasin, tandis que les étages supérieurs étaient presque entièrement
fabriqués par moi et n'avaient rien à voir avec la réalité. De plus, les magasins que j'utilisais
parfois surpassaient ceux qui se trouvaient à côté d'eux dans ma mémoire, les réduisant
souvent à des nuances de couleurs, ou même à des retailles sans forme.

Cette façon de voir les choses m'a aidé à prendre conscience ; elle m'a aidé à apprendre à
"lire" une ville et à m'en souvenir.

Bucarest est une ville éclectique avec une histoire orageuse, marquée par la démolition, la
déstructuration, l'oubli et l'insouciance mais aussi douée d'une atmosphère magique rare
provenant de sa période phanariote que Mircea Eliade a su savourer. En marchant dans les
rues basses, près du centre-ville, on peut voir le patrimoine rural qui compose la ville.

"Dans son étude Paris et l'agglomération parisienne (Bibliothèque de Sociologie


Contemporaine, P.U.F., 1952), Chombart de Lauwe note qu'"un quartier urbain est
déterminé non seulement par des facteurs géographiques et économiques, mais aussi par
l'image que ses habitants et ceux des autres quartiers en ont". Dans la même œuvre, afin
d'illustrer "l'étroitesse du Paris réel dans lequel vit chaque individu...". . . à l'intérieur d'une
zone géographique dont le rayon d'action est extrêmement petit ", illustre-t-il tous les
mouvements effectués en l'espace d'une année par un étudiant résidant dans le 16e
arrondissement. Son itinéraire forme un petit triangle sans déviations significatives, dont les
trois sommets sont l'Ecole des Sciences Politiques, sa résidence et celle de son professeur
de piano". Théorie de la Dérive - Théorie de la Dérive

"Alors, juste pour être sûr, j'ai insisté pour que nous construisions une maquette - en bois, à
l'échelle, de la balustrade et de la digue. Et quand je me suis assis sur ce banc d'essai avec
du sable qui tourbillonnait encore tout autour de moi, la rampe a frappé exactement au
niveau des yeux, bloquant ma vue et ruinant mon expérience au bord de l'eau. Vous voyez,
les détails font vraiment une différence." Amanda Burden, Comment les espaces publics
font fonctionner les villes.

Il y a différents types d'informations que l'on tire de ces différents types de regard.

Ciblé

Le regard de la cible a néanmoins ses avantages. Il permet de gagner du temps, il offre la


possibilité de pilotage automatique, état qui permet de penser à l'emploi du temps pour
demain, permettant à l'individu de s'échapper de son propre présent et de se projeter dans
son avenir ou dans son passé. Dans cet état, il est rare que la personne accueille des intrus.
Le besoin d'une chute d'eau ininterrompue des pensées rend une personne sujette à une
réaction significativement mauvaise si quelque chose se passe différemment de la journée
précédente. Tout au long de mes études, à l'école et sur mon temps personnel comme j'ai
vécu chacun de ces états mentaux, j'ai observé que le pourcentage de personnes soumises
à chaque catégorie variait significativement selon la spécificité de la ville.

Ce que je veux dire par spécificité urbaine, c'est l'atmosphère que chaque ville a à son sujet,
impossible d'être confondu avec une autre par un œil averti.

Barcelone

Ma première journée à Barcelone a été un moment de profonde désorientation ; malgré son


plan régulier ou peut-être à cause de lui, je n'arrivais pas à trouver mon chemin dans cette
ville. C'était tous les mêmes, mais très, très, très différent. Mais il y a une chose qui m'a
frappé exactement au moment de mon arrivée : en montant les escaliers du métro, je me
suis rendu compte que j'avais été téléporté de l'aéroport directement sur le Passeig de
Gracia, devant la casa Batllo.

Paris

Naples

Bucarest

Birmingham