Vous êtes sur la page 1sur 2

Spinoza

Le sujet de mon exposé est la liberté d’après Spinoza

Bonjour, je suis Carolina et aujourd’hui j’aborderai le sujet de la liberté d’après Spinoza et


pourquoi no ne sommes pas libres d’après lui. En premier lieu, je voudrai vous demander qu’est-ce
que vous pensez que c’est la liberté, ou comment est que vous définiriez le concept de la liberté.

…..

Très bien. Nous allons retourner à cette partie plus tard.

Pour comprendre complètement qu’est-ce que c’est la liberté pour Spinoza, on doit comprendre
tout son ontologie, mais l’ontologie de Spinoza c’est un peu compliqué. Alors, je vous parlerai de
trois concepts de son ontologie que je pense sont très importantes et fondamentales pour
commencer à comprendre la liberté d’après Spinoza.

Le premier concept c’est le système de causalité de l’ontologie de Spinoza. Pour Spinoza, tous les
choses qui existent participe et sont partis d’un système de causes. Tous les choses sont á repose
sont á repose parce que autres choses ont causé cette repose, et la même chose avec les choses
qui se déplacer. Si on est heureux, c’est parce que quelque chose ou action a causé cette émotion.

Le deuxième concept c’est la définition que Spinoza nous apporte pour comprendre la liberté
ontologique. En générale, la liberté pour Spinoza c’est l’absence de causes qui conditionne
l’existence et l’action de quelque chose. Un chose est libre quand il/elle existe et agit sans quelque
chose.

Le troisième concept c’est qui est Dieu ou la Nature pour Spinoza. Pour Spinoza, Dieu ou la Nature,
comme vous voulez l’appeler, est la cause première et efficiente de tous les choses qu’existe. Dieu
est l’unique chose qui existe sans causes, mais il/elle cause l’existence tous les autres choses.
D’après cette définition, on peut savoir que l´homme n’est pas libre. Nous existons pour les
actions des autres personnnes, nous agissons car autres causes ont conditionné ces actions, et
nous aussi sommes causes qui conditionnent des actions de autres personnes, animaux et choses.

Pourquoi je parle de ce sujet ? Je pense que, actuellement, c’est très connue et acceptée l’idée
que nous pouvons agir comme nous voulons et que les consequences n’importent pas, ou ne
affectent des autres ; et aussi que nous agissons sans raisons. Je pense, comme Spinoza, que si on
connait les raisons ou causes de nos actions, et on est consciente qu’on affecte des autres, on peut
planifier de mellieur manière nos actions. Et c’est comme ça qu’on peut etre libre.

Les hommes
Filosofía de la ciencia

Popper : Es imposible y absurdo la observación neutra, siempre está permeada por una
expectativa (tesis de la carga teórica)

*Hanson “Observación”. La observación de los objetos se va a “modificar” de acuerdo a los


intereses y expectativas que tenemos.

Esto no quiere decir que Popper sea relativista. La propia experiencia evita que nuestra percepción
nos haga llegar a

Generar expectativas:

1. Innata: no son válidas a priori porque se tiene que confrontar,


2. Rechazo del mundo a nuestras expectativas previas

Actitud dogmática: buscar verificaciones no arriesgadas, que no puedan refutar cierta teoría

La lógica sirve para extraer implicaciones y conclusiones de las teorías, y para eso es necesaria.
Pero el hecho que usemos la lógica no quiere decir que la teoría o deducción de la teoría sea
racional.

La inducción es un mito, porque no hay. No hacemos inducciones, sino deducciones del problema.
La ciencia trabaja con conjeturas y refutaciones.

Afirmaciones:

1. Imposible justificar una ley a base de observaciones


2. La ciencia impone leyes
3. ¿Cómo se salva el principio del empirismo?

Bachelard: La ciencia es una hiperracionalización