Vous êtes sur la page 1sur 4

Présentation de la méthode de calcul sismique

Le calcul des réservoirs en zone sismique se fait sous les hypothèses suivantes :

 Les réservoirs étudiés seront considérés à surface libre car il suffit d’un taux de
remplissage de 2% pour que les réservoirs fermés se comportent comme des
réservoirs à surface libre.
 Le liquide dans le réservoir sera considéré comme incompressible.
 Les réservoirs sont liés rigidement à leur sol de fondation, ce qui leur confère la
même accélération que celle du sol.

Dans ce présent paragraphe, nous allons présenter une méthode approchée de calcul
sismique dite « méthode de HOUZNER ».

Cette méthode a l’avantage de donner des expressions relativement simples en


comparaison avec les autres méthodes de calcul sismique.

Elle stipule que, sous l’effet du séisme, l’action de l’eau sur les parois peut être
décomposée en deux types:

o Une action passive provoquant des efforts d’impulsion.


o Une action active provoquant des efforts d’oscillation.

Les efforts d’impulsions proviennent de ce qu’une partie de la masse d’eau, dite masse
passive, réagit par inertie, à la translation des paroi du réservoir. Son système mécanique
équivalent est obtenu en considérant une masse M0 liée rigidement au réservoir à une hauteur
hi telle qu’elle exerce sur les parois les mêmes efforts horizontaux que la masse d’eau
équivalente.

Quant aux efforts d’oscillations, ils proviennent de ce qu’une autre partie de la masse
de l’eau, dite masse active, se met en mouvement d’oscillation sous l’action du séisme. Son
système mécanique équivalent est obtenu en considérant n masses M0n retenues par des
ressorts de raideurs kn à des niveaux h0n ou h*0n, dont les oscillations horizontales exercent les
mêmes efforts vibratoires que la masse active du fluide.
K2/2 K2/2
M02

K1/2 K1/2
M02

M0i h02
h01

hi

Modèle à une masse passive Mi (impulsion) et deux masses actives M01


et M02 ( oscillations)

Par la suite, nous exposerons les méthodes de calcul des actions d’impulsions et des
actions d’oscillations.

Actions d’impulsions :

Si on néglige la compressibilité de l’eau, la pression hydrodynamique s’exerçant sur


les parois du réservoir est déduite à partir du principe de la conservation de masse et du
principe fondamental de la dynamique :
 z 1  z  2  du
p   h     
2

 h 2  h   dt
Où u représente la vitesse de l’eau dans la direction OX et
x
ch 3
u  am h
R
sh 3
h

u donne la distribution de la pression ( direction OX) :

 z 1  z 2  R
p   am h 3     th 3
 h 2  h   h
En intégrant, on obtient la résultante des pressions hydrodynamiques horizontales
d’impulsion :

th 3 R
p3i   am hR 2 h
3R
h

th 3 R
Et en posant : i   h
3R
h
On obtient p3i   am hR 2 i
Soit encore p3i  am M i

dx X

m
R Z

Réservoir soumis à une accélération maximal am


Actions d’oscillations :

En supposant toujours que l’eau est incompressible et en exprimant d’une part


l’énergie potentielle acquise par la formation de vague en surface et d’autre part l’énergie
cinétique de l’ensemble du système, l’expression de la distribution des surpressions
hydrodynamiques est :
27 h  z
ch(
R3 27 cos 2  sin 2  8 R   2 sin  t
p (1   ) cos 0 0 0
3 8 3 2 27 h
sh
8 R

Où :

g 27 27 h
 20  th : Pulsation fondamentale de vibration du liquide
R 8 8 R
27 h  z
ch(
  0 8 R sin  t
0 : Angle d’oscillation
27 h
sh
8 R
 0 : Angle maximal d’oscillation (en Z=0)

En intégrant p sur Z et  , on obtient la résultante des pressions hydrodynamiques


horizontales d’oscillation :

10
p3o    R 40 02 sin 0t
48
Soit encore
p3o  1.2 M 0 g0 sin 0t