Vous êtes sur la page 1sur 6

Chanson pour la journée de la femme

https://www.youtube.com/watch?v=O6dWp-rR8mI
Marie Reno

Elles portent des jupes courtes


Même quand il fait très froid,
Marchent en talons aiguilles sur du verglas.
Elles s'épilent sans crier,
Ont leurs règles presque sans pleurer,
Elles restent debout même si pour elles, rien n'est facile du tout.

C'est pas des pédés les femmes,


Qu'elles soient demoiselles ou dames,
Même si elles n'ont pas de gros biscottos...
Sauf Amélie Mauresmo..
C'est pas des pédés les femmes,
Qu'elles soient demoiselles ou dames
Elles en ont plus dans la tête que dans les bras..
Sauf Nabila.

Elles sont femmes d'affaires, épouses et mamans,


Elles peuvent faire plusieurs tâches en même temps.
Et pour donner la vie,
Elles risquent jusqu'à l'épisiotomie
Et n'éprouvent aucune haine
Pour un enfant né par césarienne.

C'est pas des pédés les femmes,


Qu'elles soient demoiselles ou dames
Elles préfèrent les sentiments à l'argent..
Sauf Kim Kardashian..
C'est pas des pédés les femmes,
Qu'elles soient demoiselles ou dames
Quand elles s'engagent en amour, c'est pour la vie...
Sauf Katsumi !

Augusto (pour le vocabulaire : voir PDF)


La Même - Maître GIMS ft. Vianney
https://youtu.be/fC6YV65JJ6g

Mes amis entendez la vie que j'ai eu


Où les gens m'attendaient, je n'suis pas venu J'entends les gens se demander : "Quand est-ce
Si je les emmêle, si je dérange que tombe le masque ?"
C'est qu'je suis un pêle-mêle, un mélange
J'suis trop compliqué, je n'choisirai jamais [Maître Gims & Vianney]
Que les deux côtés, ne me demandez Eh, eh, aye, aye
Pas où je veux aller, même les singes singent les
Aye, aye, aye
sages
Si je vous gêne, bah c'est la même
Et tous ces sages ont fait des cases où tous nous
ranger Si je vous gêne, bah c'est la même
Eh, eh, aye, aye
[Maître Gims & Vianney] Aye, aye, aye
Eh, eh, aye, aye Si je vous gêne, bah c'est la même
Aye, aye, aye Si je vous gêne, bah c'est la même
Si je vous gêne, bah c'est la même
Si je vous gêne, bah c'est la même [Vianney & Maître Gims]
Eh, eh, aye, aye T'es entré dans ma vie, ô ma liberté chérie
Aye, aye, aye La vie, c'est des envies, l'envie avant les avis
Si je vous gêne, bah c'est la même T'es entré dans ma vie, ô ma liberté chérie
Si je vous gêne, bah c'est la même
La vie, c'est des envies, l'envie avant les avis
Eh, eh, aye, aye
[Vianney]
Aye, aye, aye
On prend des boîtes, on y range les gens qu'au fond
jamais, jamais l'on ne comprend Si je vous gêne, bah c'est la même
Comme l'Homme est fait de mille boîtes, ces boîtes Si je vous gêne, bah c'est la même
que l'on prend ne sont jamais assez grandes
J'ai suivi mille chemins et serré dix mille mains [Maître Gims & Vianney]
On peut aimer Brel et Megui, aimer même nos Eh, eh, aye, aye
ennemis Aye, aye, aye
Si je vous gêne, bah c'est la même
[Maître Gims] Si je vous gêne, bah c'est la même
J'suis trop compliqué, je ne rentrerai jamais Eh, eh, aye, aye
Dans vos petites cases, je vis au jour le jour Aye, aye, aye
Alors je zigzague toujours avec ces lunettes noires
Si je vous gêne, bah c'est la même
Si je vous gêne, bah c'est la même

Emmêler: Mêler quelque chose ou des choses

Embrouiller quelque chose : y mettre de la confusion

Pêle-mêle: Mélange confus de choses ou de personnes

Gêne: État ou sensation de malaise physique, de peine, de trouble, de difficulté éprouvés

dans certaines actions ou fonctions

Brenda Dalid González Aguirre


Dans ma rue de Zaz
https://www.youtube.com/watch?v=vJJN6e_cxto

J'habite un coin du vieux Montmartre, j'suis soudain réveillée par des cris,
mon père rentre saoul tous les soirs, des coups de sifflet, des pas qui trainent
et pour nous nourrire tous les quatres, qui vont qui viennent,
ma pauvre mère travaille au lavoir. puis ce silence qui me fait froid dans tout le
quand j'suis malade, j'reste à ma fenêtre, coeur.
j'regarde passer les gens d'ailleurs.
quand le jour vient à disparaitre, dans ma rue y'a des femmes qui s'promènent
y'a des choses qui me font un peu peur. et je tremble et j'ai froid et j'ai peur.

dans ma rue y'a des gens qui s'promènent, et depuis des semaines et des semaines
j'les entends chuchoter et dans la nuit j'ai plus de maison, j'ai plus d'argent
quand j'm'endore bercée par une rengaine, j'sais pas comment les autres s'y prennent,
j'suis soudain réveillée par des cris, mais j'ai pas pu trouver de client.
des coups de sifflet, des pas qui trainent j'demande l'aumône aux gens qui passent,
qui vont qui viennent, un morceau de pain, un peu de chaleur.
puis le silence qui me fait froid dans tout le j'ai pourtant pas beaucoup d'audace,
coeur. maintenant c'est moi qui leur fais peur.

dans ma rue y'a des ombres qui s'promènent, dans ma rue, tous les soirs j'me promène,
et je tremble et j'ai froid et j'ai peur. on m'entend sangloter et dans la nuit
quand le vent jette au ciel sa rengaine
mon père m'a dit un jour : ma fille tout mon corps est glacé par la pluie.
tu vas pas rester là sans fin, et j'en peux plus, j'attends qu'enfaite
t'es bonne à rien ça c'est de famille que le bon Dieu vienne,
faudrait voir à gagner ton pain. pour m'inviter à m'réchauffer tout près de lui.
les hommes te trouvent plutôt jolie,
tu n'auras qu'à partir le soir, dans ma rue y'a des anges
y'a bien des femmes qui gagnent leur vie qui m'ammènent,
en s'baladant sur le trottoir. pour toujours mon cauchemar est fini.

dans ma rue y'a des femmes qui s'promènent, Brenda Usigli


j'les entends fredonner et dans la nuit
quand j'm'endore bercée par une rengaine,
STROMAE:

TOUS LES MÊMES

https://www.youtube.com/watch?v=CAMWdvo71ls

Écrits en caractère gras les mots qui décrivent les hommes hétéropatriarcaux et sa vision plein de
préjugés sur les femmes.

Vous les hommes êtes tous les mêmes


Macho mais cheap
Bande de mauviettes infidèles
Si prévisibles, non je ne suis pas certaine, que tu m'mérites
Z'avez d'la chance qu'on vous aime
Dis-moi "Merci"

Rendez-vous, rendez-vous, rendez-vous au prochain règlement


Rendez-vous, rendez-vous, rendez-vous sûrement aux prochaines règles

Cette fois c'était la dernière


Tu peux croire que c'est qu'une crise
Matte une dernière fois mon derrière, il est à côté de mes valises
Tu diras au revoir à ta mère, elle qui t'idéalise
Tu n'vois même pas tout c'que tu perds
Avec une autre ce serait pire
Quoi toi aussi tu veux finir maintenant ?
C’est l'monde à l'envers !
Moi je l'disais pour t'faire réagir seulement... toi t'y pensais

Rendez-vous, rendez-vous, rendez-vous au prochain règlement


Rendez-vous, rendez-vous, rendez-vous sûrement aux prochaines règles

Facile à dire, je suis gnangnan


Et que j'aime trop les bla bla bla
Mais non non non, c'est important
Ce que t'appelles les ragnagnas
Tu sais la vie c'est des enfants
Mais comme toujours c'est pas l'bon moment
Ah oui pour les faire là tu es présent
Mais pour les élever y'aura qu'des absents

Lorsque je n'serais plus belle


Ou du moins au naturel
Arrête je sais que tu mens
Il n'y a que Kate Moss qui est éternelle
Moche ou bête, c'est jamais bon !
Bête ou belle, c'est jamais bon !
Belle ou moi, c'est jamais bon !
Moi ou elle, c'est jamais bon !

Rendez-vous, rendez-vous, rendez-vous au prochain règlement


Rendez-vous, rendez-vous, rendez-vous sûrement aux prochaines règles

[Outro]
Tous les mêmes, tous les mêmes, tous les mêmes et y'en a marre (x3)
Tous les mêmes, tous les mêmes, tous les mêmes

Vocabulaire :

Mauviettes : gallinas, cobardes.

Gnangnan : cursi, quejumbrosa.

Ragnagnas : Tener la regla.

Moche : feo.

Bête : animal, tonto, estúpido.


Je m´en vais – Vianney
https://youtu.be/eLYyCFuPCX8
J'ai troqué mes clic et mes clac
Contre des cloques et des flaques
Un sac à dos pour oublier
Qu'avant c'est toi qui me pesait
Ce qui m'emmène, ce qui m'entraîne
C'est ma peine, ma peine plus que la haine
Oh ma route, oh ma plaine
Dieu que je l'aime

Et tournent, et tournent dans ma tête


Les images du long métrage
Où tu es belle et moi la bête
Et la belle n'est jamais sage
Quand tu diras que c'est ma faute
Que je n'ai jamais su t'aimer
Au diable toi et tes apôtres
Je m'en vais

Et ce qui perle sur mon front


Gouttes de pluie, gouttes de froid
Donne des ailes, donne dont
L'envie de m'éloigner de toi
Et mes larmes, et mes armes
Sont ma peine, ma peine plus que la haine
Et mes larmes, mes larmes
Dieu que j'ai mal

Et tournent, et tournent dans ma tête


Les images du long métrage
Où tu es belle et moi la bête
Et la belle n'est jamais sage
Quand tu diras que c'est ma faute
Que je n'ai jamais su t'aimer
Au diable toi et tes apôtres
Je m'en vais

Gabriel