Vous êtes sur la page 1sur 9

MODÈLE DE CALCUL DE L’INTERACTION DU SOL ET D’UN PIEU

COURT RIGIDE SOUMIS À DES CHARGES HORIZONTALES

DESIGN MODEL FOR THE INTERACTION OF SOIL AND A SHORT RIGID


PILE SUBMITTED TO HORIZONTAL LOADS

J.-P. MAGNAN1, H. EJJAAOUANI2, V. SHAKHIREV2


1
Laboratoire Central des Ponts et Chaussées (LCPC), France
2
Laboratoire Public d’Essais et d’Études (LPEE), Maroc

RÉSUMÉ : Cette communication montre comment l’interaction entre le sol et un pieu isolé rigide
soumis à des charges horizontale et verticale peut être représentée par un modèle explicite au
module de réaction. Les non linéarités de l’interaction sol-pieu et l’influence de la profondeur sur le
mécanisme de déformation du sol sont prises en compte dans l’expression du module de réaction
K(z), qui dépend de la profondeur, du déplacement horizontal, de la nature du sol et du mode de
réalisation du pieu. Les schémas de calcul pour le cas d’un chargement uniquement horizontal en
sol homogène, d’un chargement général en sol homogène et d’un chargement général en sol stratifié
et les équations sont décrits. Les comparaisons effectuées avec l’expérience et d’autres méthodes
d’analyse confirment l’intérêt de cette approche.

Mots-clés : pieu rigide ; charges horizontales ; calcul analytique ; pressions ; déplacements.

1. INTRODUCTION

Les problèmes d’interaction entre sols et structures constituent le sujet majeur des
développements de la mécanique des sols moderne, comme en témoignent les nombreux
programmes de recherche, publications et congrès qui leur sont consacrés. Le progrès des méthodes
d’analyse numérique et l’accroissement rapide des capacités des ordinateurs ouvrent en effet des
perspectives très larges pour traiter des problèmes de plus en plus complexes (plus tridimensionnels,
moins linéaires, mêlant des matériaux variés, …). Cette évolution est probablement en cours, mais
elle se heurte actuellement à une série de difficultés qui freinent le passage des modèles approchés
ou semi-empiriques à des modélisations plus complètes et détaillées des sols et des ouvrages qu’ils
portent.
Le thème de cette communication appartient à un domaine du génie civil et de la géotechnique
où il existe justement des obstacles résistant à l’évolution des méthodes de calcul : le calcul des
pieux s’effectue dans la plupart des pays au moyen de méthodes semi-empiriques, qui utilisent les
propriétés des sols déduites d’essais en place (pénétromètre, pressiomètre,…) et qui contiennent des
coefficients de calage déduits de l’observation préalable du comportement de nombreux ouvrages.
De telles méthodes de calcul sont difficiles à remplacer.
Il existe trois classes de méthodes de calcul pour les pieux : les méthodes utilisant la théorie de
l’élasticité, les méthodes de calcul au module de réaction et les méthodes de calcul numérique en
éléments finis (ou assimilées). Les deux premières trouvent leur origine au dix-neuvième siècle,
dans les travaux de Boussinesq (1885) et dans ceux de Winkler (1867). La dernière est le fruit des
progrès de la rhéologie des matériaux, des méthodes numériques et des ordinateurs, déjà cités.
Les pieux rigides (qui sont aussi des pieux courts) et les chargements horizontaux ne constituent
qu’une petite partie du domaine des fondations profondes. Mais ils comportent toutes les difficultés
inhérentes à la modélisation des sols et des structures et ont été traités par les trois classes de
méthodes citées plus haut. Nous passerons d’abord en revue l’état des méthodes de calcul et des
données expérimentales sur lesquelles elles s’appuient, avant de développer le modèle au module de
réaction que nous proposons d’utiliser pour les pieux courts rigides sous charge horizontale.

2. LES CALCULS DE PIEUX SOUS CHARGE HORIZONTALE

2.1. Domaine d’application


Il existe de nombreux types d’ouvrages soumis à des efforts de renversement (pylônes,
canalisations hors sol, estacades, culées, murs de soutènement, écrans anti-bruit) dans lesquels des
pieux peuvent être utilisés pour ancrer les fondations dans le sol. Lorsque la charge extérieure est
inclinée, ce qui est en général le cas, le mécanisme de reprise par le pieu de la composante verticale
de la charge est rendu plus complexe par l’action de la composante horizontale de la charge, qui
produit un déplacement horizontal du pieu et le décollement du sol et du pieu sur une partie de sa
surface.
L’observation du comportement de pieux soumis à une charge constante inclinée montre que la
diminution des efforts de contact à l’arrière du pieu équilibre l’augmentation des efforts de contact à
l’avant du pieu, de sorte que la résistance du pieu à l’enfoncement varie peu lorsque le pieu se
déplace horizontalement. Cela n’est plus vrai quand l’orientation de la charge varie de façon
quelconque, comme peut le faire le vent, auquel cas la résistance à l’enfoncement est diminuée par
les charges horizontales.
La composante verticale de la charge influence aussi le fonctionnement horizontal du pieu car
elle crée un moment qui dépend de l’excentricité de l’application de la résultante par rapport à l’axe
géométrique du pieu et de la valeur du déplacement horizontal du pieu en ce point. Ce moment
modifie l’équilibre des efforts dans le pieu, la position du centre de rotation et la distribution des
pressions de contact entre le sol et le pieu.
Il est donc très souhaitable de disposer de méthodes d’analyse fiables de ces interactions.

2.2. Bases expérimentales


Comme dans tout exercice de modélisation, il est important de caractériser les aspects du
comportement du sol et du pieu qui doivent impérativement être décrits par le modèle de calcul.
Pour les pieux courts rigides soumis à des charges horizontales, l’analyse du comportement de
nombreux pieux de ce type, dans différents types de sols, a permis d’établir que :
- les pieux courts rigides subissent dans le sol une rotation autour d’un point fixe dont la position
dépend notamment du niveau d’application des charges horizontales ;
- la réaction du sol au déplacement du pieu est non linéaire : elle dépend d’une part de la profondeur
(la pression est plus faible quand on s’approche de la surface du sol) et d’autre part des
déplacements du pieu par rapport au sol ;
- les conditions de contact de la pointe du pieu avec le sol exercent une influence sensible sur les
résultats.

2.3. Les méthodes de calcul des pieux sous charge horizontale


L’histoire des méthodes de calcul des pieux est déjà longue et l’on trouve dans la littérature
spécialisée plusieurs états des connaissances consacrés à ce sujet et aussi des chapitres dans les
manuels de mécanique des sols et de fondations. Le comportement des pieux sous charges latérales
(horizontales) a été traité plus particulièrement par Jamiolkowski et Garassino (1977), Baguelin
(1987), Garassino (1991) et plus récemment par Poulos (2001). On trouve des bibliographies
détaillées dans la thèse de T. Hadjadji (1993) et dans l’article de Shakhirev et al. (1997), qui donne
des références plus rarement citées de travaux réalisés depuis les années 1930 dans les pays de l’est
et dans l’ancienne Union Soviétique.
Nous nous contenterons de commenter les capacités généralement reconnues à ces méthodes,
sans les développer, pour rester dans le cadre fixé aux communications de cette conférence :
- les méthodes de calcul dérivées de la théorie de l’élasticité ont été développées principalement
dans les années 1960-1970 (Garassino, 1991 ; Poulos, 2001), mais leur application a été limitée par
plusieurs faits :
* on ne dispose que de solutions approchées quand les modules augmentent avec la
profondeur et les sols stratifiés sont difficiles à traiter ;
* la détermination du module d’élasticité horizontale du sol est peu précise ;
* il faut tenir compte des non linéarités observées du comportement du sol, soit en passant à
des analyses élastoplastiques (en éléments finis), soit en introduisant des corrections empiriques ;
* l’application des solutions élastiques aux groupes de pieux surestime les déplacements.
Néanmoins, Poulos (2001) donne quelques indications sur l’analyse élastique du comportement
latéral des pieux ;
- les calculs en éléments finis, qui permettent de dépasser les contraintes des solutions analytiques
de la théorie de l’élasticité, nécessitent des paramètres mécaniques du sol qui ne sont pas toujours
déterminés sur les chantiers et restent dans l’ensemble d’application compliquée ;
- les méthodes de calcul dérivées de la méthode des modules de réaction (ou des déformations
locales) de Winkler, sont les plus utilisées dans tous les pays et on a acquis une grande expérience
de leur emploi. Cette méthode, qui représente le pieu comme une poutre appuyée sur le sol par
l’intermédiaire de « ressorts » non linéaires indépendants (sans interactions mutuelles), permet
d’incorporer simplement dans le modèle de calcul la non linéarité de la relation entre la réaction P
du sol et le déplacement y du sol, et les variations avec la profondeur de la déformabilité et de la
résistance limite du sol. Elle doit tenir compte de la variation du module de réaction avec la
profondeur z et avec le déplacement y du pieu. L’estimation des propriétés du sol doit autant que
possible tenir compte de modification des propriétés du sol lors de l’installation du pieu.
Ceci étant, la résolution des équations correspondant à toutes ces conditions et tous ces
comportements peut être abordée par résolution d’un système d’équations discrétisées, comme le
fait le programme PILATE du LCPC (Frank, 1984 ; 1999) : le sol et le pieu sont discrétisés en n
couches suffisamment minces pour que l’on puisse attribuer à chacune une courbe de réaction
unique. On résout donc un système de n équations :

d 4 yi
EpIp 4
 Esti y i  P0i
0 , (1)
dz
dont la solution dépend de façon générale de quatre constantes (deux pour un pieu rigide). On
obtient les conditions nécessaires pour déterminer ces 4n constantes en écrivant la continuité de y et
de ses dérivées aux interfaces des couches. L’opération est répétée en ajustant les valeurs de Esti et
P0i jusqu’à ce que tous les couples (Pi, yi) correspondent à des points de la courbe de réaction.
Une autre approche consiste à écrire la loi de réaction du sol à la profondeur z sous la forme :
3 y0
§z· § z ·
q z bK D ¨ ¸ ¨¨1  ¸¸ y 0 , (2)
©D¹ © D0 ¹
où q(z) dépend de y0 à la fois directement et par l’intermédiaire de \0). Cette équation peut être
analysée pour chaque valeur du déplacement du pieu à la surface du sol y0. Elle s’intègre facilement
et permet de calculer directement la fonction q(z) correspondant à chaque valeur de y0. C’est cette
approche qui est utilisée avec le modèle décrit dans la section suivante.

3. MODÈLE DE CALCUL
3.1. Généralités
Une fois retenu le cadre général du modèle des déformations locales (modèle de Winkler) pour
décrire l’interaction entre le pieu et le sol, et dans le cas simple d’un pieu rigide, la seule question
complexe reste la description du module de réaction, c’est à dire de la relation entre la pression p
appliquée au pieu à la profondeur z et le déplacement horizontal y du pieu à la même profondeur.
Nous utilisons une loi de variation du module de réaction en fonction de la profondeur de forme
générale :
Q
§z·
K z K0  KD ¨ ¸ (3)
©D¹
dans laquelle
K0=K(z=0) est la valeur du module de réaction du sol au niveau de la surface,
KD=K(z=D) est la valeur du module de réaction du sol au niveau de la pointe du pieu,
z est la profondeur sous la surface du terrain naturel,
D est la longueur du pieu,
 HVW XQ H[SRVDQW FDUDFWérisant la variation de K(z) avec la profondeur.
La valeur du module de réaction en surface est supposée nulle. Pour sa part, l’exposant  DYDLW été
d’abord associé à la nature du sol dans les travaux antérieurs de Shakhirev (1971) et Shakhirev et
Ziyazov (1972) :
0 d  d 0,5 pour les argiles,
0,5 d  d 1 pour les argiles limoneuses,
 !  SRXU OHV VDEOHV
Mais l’analyse des résultats des mesures effectuées sur de nombreux pieux a montré que ce
paramètre dépend en réalité plus de la valeur du déplacement horizontal du pieu provoqué par la
charge horizontale que de la nature du sol (Shakhirev, 1987) et il a été décidé de choisir la valeur de
HQ IRQFWLRQ GX GpSODFHPHQW KRUL]RQWDO \o du pieu à la surface du sol. Ce choix a été conforté par
les travaux ultérieurs de Shakhirev et Ejjaaouani (1995) et l’analyse des résultats d’études
expérimentales en vraie grandeur. Le tableau 1 décrit la relation entre K et yo présentée par
Ejjaaouani et al. (1997). Ces valeurs, d’origine expérimentale, incluent les effets de tous les facteurs
qui interviennent dans l’interaction sol-pieu, notamment les forces de frottement sur la surface
latérale du pieu et sous la pointe.

Tableau 1. Valeurs du paramètre HQ IRQFWLRQ GX GpSODFHPHQW \o du pieu à la surface du sol


yo (m) 0 0,002 0,004 0,006 0,008 0,01 0,02 0,03 0,04 0,05
 0 0 0,08 0,16 0,234 0,31 0,625 0,875 1,075 1,25

3.2 Équations du pieu rigide sous charge horizontale


Les hypothèses de ce calcul sont représentées sur la figure 1. Après résolution analytique des
équations, pour une couche de sol homogène, on obtient les expressions suivantes de la déformée
du pieu, de la réaction horizontale H du sol, de l’effort tranchant V et du moment fléchissant M :

§ z ·
y z y 0 ¨¨1  ¸ (4)
© D ¸ 0 ¹
ª 1 D º
H K D y 0 bD «  »  HD (5)
¬ Q  1 D 0 Q  2 ¼

ª 1 § z · Q1 D §z· º
Q2
V z H  K D y 0 bD « ¨ ¸  ¨ ¸ » (6)
¬« Q  1 © D ¹ D 0 Q  2 © D ¹ ¼»

ª 1 §z·
Q 2
D §z· º
Q3
M z r M  H L  z  K D y 0 bD «
2
¨ ¸  ¨ ¸ »  D  z H D (7)
«¬ Q  1 Q  2 © D ¹ D 0 Q  2 Q  3 © D ¹ »¼
N
yL eL yL

H H M

L L
yo yo

q(z) f(z) q(z)

Do Do
D D

O O

q(z) q(z)
HD HD

yD yD ND b/3
b/2 b/2 b/2 b/2
b b

Figure 1. Schéma de calcul d’un pieu rigide Figure 2. Schéma de calcul d’un pieu rigide
dans un massif de sol homogène dans un massif de sol homogène
lors de l’application d’une charge horizontale H sous chargement complexe (N, H, N)

N
eL yL

H M

L
yo Module de réaction K(z,yo)

z1
f(z)
q(z) z2
Do
D z3
z4
O

q(z)

HD
KD
yD ND b/3 KD
b/2 b/2 KD
b KD

Figure 3. Schéma de calcul d’un pieu rigide dans un massif de sol stratifié
sous chargement complexe (N, H, M)
avec
b – dimension transversale du pieu,
HD = Ac – force horizontale à la base du pieu,
A – aire de la base du pieu,
c – cohésion du contact sol-pieu,
et
FQ1K D D3 y 0
D0 (8)
FQ 2 K D D 2 y 0  L  D H D r M

b> L  D Q  3  D@
F31 (9)
D Q  2 Q  3

b> L  D Q  2  D@
F3 2 (10)
D Q  1 Q  2

3.3. Équations du pieu rigide sous charges horizontale et verticale


L’effet combiné d’une force horizontale H, d’une force verticale N excentrée de eL et d’un
moment de flexion M , tous appliqués à la hauteur L au-dessus de la surface du sol (Figure 2), peut
être calculé de façon analogue au cas d’une force horizontale seule. Les équations de H, V et M sont
les suivantes :

ª 1 D º y0 § D ·
H K D y 0 bD «  »  ¨¨1  ¸¸ N D tan MD  Ac (11)
¬ Q  1 D 0 Q  2 ¼ y m © D 0 ¹

ª 1 § z · Q1 D §z· º
Q2
V z H  K D y 0 bD « ¨ ¸  ¨ ¸ » (12)
«¬ Q  1 © D ¹ D 0 Q  2 © D ¹ »¼

ª Q 2 Q 3
1 §z· 1 §z· º
M z r M  H L  z  K D y 0 bD « 2
¨ ¸  ¨ ¸ »
«¬ Q  1 Q  2 © D ¹ Q  2 Q  3 © D ¹ »¼
§LD · ªy § D · º
 N¨¨ y 0 r e L ¸¸  « 0 ¨¨1  ¸¸ N D tan MD  Ac» D  z (13)
© D0 ¹ ¬« y m © D 0 ¹ ¼»
avec les nouvelles notations ou expressions :
ND – résultante de la pression du sol sous la pointe du pieu,
f(z) – frottement sur le fût du pieu,
ym – déplacement du pieu pour lequel le frottement maximal sous le pieu est mobilisé,
D – angle de frottement du sol sous la pointe du pieu,
et
y
FQ1K D D3 y 0  L  D D 0 N D tan MD  >N L  D  N D @Dy 0
ym
D0 (14)
ªy º N b
FQ 2 K D D 2 y 0  L  D « 0 N D tan MD  Ac»  D  N D y 0 r Ne L r M
¬ ym ¼ 3

y0 § D ·
VD HD ND ¨¨1  ¸¸ tan MD  Ac (15)
ym © D0 ¹

(16)
ªb § D ·º
M z D N D «  y 0 ¨¨1  ¸¸» .
«¬ 3 © D 0 ¹»¼

3.4. Équations générales du pieu dans un milieu stratifié


Dans le cas général du pieu rigide sous charges verticale et horizontale dans un terrain stratifié
(Figure 3), le principe retenu pour la description du comportement mécanique du sol est de faire
fonctionner chaque couche de façon indépendante, comme si elle commençait à la surface du terrain
naturel. Les équations sont longues et dépassent l’espace disponible ici. Elles ont été publiées par
Ejjaaouani et al. (1997).

4. COMPARAISONS ET VALIDATIONS

À titre d’exemple, nous présentons le calcul de trois pieux courts rigides moulés en place, de
diamètres b = 0,5 m, 0,8 m et 1 m, encastrés de 3 m dans le sol et soumis à une charge horizontale
appliquée à la cote L = 2 m au-dessus de la surface du sol. Les données expérimentales ont été
publiées par Shakhirev et Ejjaaouani (1995) et Ejjaaouani et al. (1997). Ces pieux ont été soumis
d’une part à une charge horizontale H et d’autre part à l’action combinée de deux forces horizontale
H et verticale (N = 150kN). Les hypothèses suivantes ont été adoptées : KD = 20 MN/m3,
ym = 0,0  !D = 25 degrés, A = Sb2/8, c = 30 kPa. La figure 4 compare les variations calculées
du déplacement horizontal y0 du pieu au niveau du sol en fonction de la force horizontale H, pour
N = 0 et N = 150 kN. Les relations H = f(y0) sont fortement non linéaires et dépendent
principalement du diamètre du pieu. Elles sont en bon accord avec les observations expérimentales.

80 b = 1m
Force horizontale H (kN)

60 b = 0,8m

40
b = 0,5m

20
Légende , , N = 0 kN
, , N = 150 kN
0
0 0,01 0,02 0,03 0,04 0,05
Déplacement horizontal du pieu au niveau de la surface du sol, y0 (m)

Figure 4. Déplacement horizontal en surface y0 de trois pieux moulés en fonction de la charge


horizontale H appliquée, pour deux valeurs de la charge verticale N

D’autres applications montrent que la stratification du sol exerce une influence importante sur le
résultat et retrouvent une constatation courante des études sur les pieux soumis à des charges
horizontales, qui est que la couche de surface exerce une influence déterminante sur l’interaction du
sol et du pieu.
Enfin, la comparaison en cours de cette approche de la modélisation de l’interaction sol-pieu
sous charges horizontale avec les modèles classiques de l’interaction sol-pieu montre que la
simulation globale du phénomène est assez proche mais qu’il existe des divergences dans
l’estimation des amplitudes finales des mouvements, liées aux références utilisées pour caler les
modèles sur l’expérience. Les paramètres utilisés jusqu’à présent pour l’application du modèle
présenté ici sont associés à des observations de longue durée sur le comportement des pieux. Les
courbes calculées doivent être sensiblement modifiées pour qu’elles coïncident avec les résultats
des essais de chargement avec paliers de 30 minutes qui existent dans la littérature spécialisée.

5. CONCLUSION

L’interaction entre le sol et un pieu isolé rigide soumis à des charges horizontale et verticale peut
être représentée efficacement par un modèle explicite au module de réaction dont les équations ont
été présentées dans cette communication. Les non linéarités de l’interaction sol-pieu et l’influence
de la profondeur sur le mécanisme de déformation du sol sont prises en compte dans l’expression du
module de réaction K(z), qui dépend de la profondeur, du déplacement horizontal, de la nature du
sol et du mode de réalisation du pieu. Les comparaisons effectuées avec l’expérience et d’autres
méthodes d’analyse montrent que cette approche est pertinente.

6. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Baguelin F. (1987). Interaction sol-fondations profondes. Rapport général. Colloque international


« Interactions sols-structures », Paris, mai 1987, Volume des rapports généraux et conférences
spéciales. Presses de l’ENPC, Paris, 33 pages.
Boussinesq J. (1885). Application des potentiels à l’étude de l’équilibre et du mouvement des
solides élastiques. Gauthier-Villars, Paris.
Ejjaaouani H., Shakhirev V., Magnan J.P. (1997). Calcul non linéaire des pieux courts rigides so us
chargement complexe. Comptes rendus, 14ème Congrès International de Mécanique des sols et
des Travaux de Fondations, Hambourg, vol. 2, pp. 799-803.
Frank R. (1984). Études théoriques de fondations profondes et d’essais en place par autoforage
dans les LPC et résultats pratiques. Laboratoire Central des Ponts et Chaussées, Rapport de
recherche LPC n° 128, 95 pages.
Frank R. (1999). Calcul des fondations superficielles et profondes. Techniques de l’Ingénieur et
Presses de l’ENPC, Paris, 139 pages.
Garassino A.L. (1991). Some developments on laterally loaded piles, with particular reference to P-
y subgrade reaction method. Proceedings, 4th International Conference on Piling and Deep
Foundations, Stresa, A.A.Balkema, Rotterdam, vol. 2, pp. 759-770.
Hadjadji T. (1993). Analyse du comportement expérimental de pieux sous chargements horizontaux.
Thèse de doctorat, École Nationale des Ponts et Chaussées, Paris, 307 pages.
Jamiolkowski M., Garassino A.L. (1977). Soil modulus for laterally loaded piles. Specialty Session
N° 10, State of the Art Report, 11th International Conference on Soil Mechanics and Foundation
Engineering, Tokyo, pp. 43-58.
Poulos H.G. (2001). Pile foundations. Chapter 10 in « Geotechnical and geoenvironmental
engineering handbook », edited by R.K. Rowe, Kluwer Academic Publishers, Boston, pp. 261-
304.
Shakhirev V.B. (1971). Essais in situ de pieux soumis à l’action simultanée de charges verticales et
horizontales (en russe). Travaux de l’Institut NIIPromstroj, vol. X, Strojizdat, Moscou, pp. 57-
68. [<; RZobj_\ GZlmjgu_ bkiulZgby k\Zc gZ kh\f_klg _ ^_ckl\b_ \_jlbdZevguo b
]hjbahglZetguo gZ]jmahd Ljm^u GBBIjhfkljhc \ui ;  Kljhcba^Zl@
Shakhirev V.B. (1987). Une nouvelle méthode de calcul des pieux rigides courts soumis à des
forces horizontales (en russe). Revue « Construction et architecture en Biélorussie », N° 1/1987,
pp. 35-36. [<; RZobj_\ Gh\uc f_lh^ jZkqzlZ `_kldbo k\Zc gZ ]hjbahglZevgmx gZ]jmadm
@mjgZe © Kljhbl_evkl\h b :jobl_dlmjZ ;_ehjhkkbb », N°1/1987, pp. 35-36.
Shakhirev V., Ejjaaouani H. (1995).Étude expérimentale de pieux rigides courts soumis à des
charges horizontales. Bulletin de liaison des Laboratoires des Ponts et Chaussées, Paris, n° 126,
pp. 27-42.
Shakhirev V., Magnan J.P., Ejjaaouani H., Chamaou El Fihri O. (1997). Calcul des pieux courts
rigides soumis à des forces horizontales. Bulletin des Laboratoires des Ponts et Chaussées, Paris,
n° 210, pp. 55-75.
Shakhirev V.B., Ziyazov Ya.Sh. (1972). À propos du calcul des pieux rigides soumis à l’action
simultanée de charges verticales et horizontales (en russe). Travaux de l’Institut NIIPromstroj,
vol. XI, Strojizdat, Moscou. ><; RZobj_\ YR Abyah\ D jZkqzlm `_kldbo k\Zc gZ kh\f_klgh_
^_ckl\b_ \_jlbdZevguo b ]hjbahglZetguo gZ]jmahd Ljm^u GBBIjhfkljhc \ui ;, 
Kljhcba^Zl@