Vous êtes sur la page 1sur 8

Approches sociales du langage

1. L’impérialisme linguistique
a. Langue et colonialisme

Roland Barthes : « Voler son langage à un homme au nom même du langage, tous les meurtres
légaux commencent par là. »

- La théorie de la langue et le colonialisme :

C’est premier théorie linguistique qui parle d’un premier postulat selon lequel le
développement des langues serait un processus armoriaux et linéaux. Alors nos langues se
trouvent dans le jargon des peuples plus sauvages, donc se sont des langues qui on passé du
jargon primitif au langage évolué. Ca veut dire que jargon= sauvages et le civilisé= langue.

Certaines langues contemporaines porteraient trace de ces langues originelles : par exemple,
l’arabe, le chinoise ou le grecque, cela serait plus évolué que les langues européennes.

Il va avoir une production très grande qui serait …..

Par ailleurs il y aura des linguistiques qui parleront d’un processus par stades :

Alors il y aura 3 stades des langues :

1. Isolantes (modèle chinois)


2. Agglutinantes (modèle turc)
3. Flexionnelles (modèle latin)

La théorie des stades grammairiens est une théorie eurocentré

LJ. Clavet important grammariens du 19ème : « les langues des autres n’existent que
comme preuve de la supériorité des nôtres, elles

Il y a une opposition entre hommes et pré-hommes (qui deviendra hommes et non


hommes au XIX.

- Le processus colonial au niveau linguistique

Blanche parle de Glottophagie (manger les langues) pour parler de comment certains langues
vont dévorer certains langues. Vont faire que la langue régionale disparaitre.

DEF INITION: réduire les autres langues a l’état de patois des petites langues régionales ou les
faire purement et simplement disparaitre.

La langue des colonisateurs s’impose par els classes supérieures qui traitent avec les colons.
Puis elle s’impose aux employés de ces classes supérieures. Enfin à tout citoyen de la
population qui souhaite accéder a des métiers/fonctions/etc.
La France par contre a eu une façon volontaire, un processus volontarisé.

Duc de Rovigo

L’école est la première institution sur laquelle s’appuie la glottophabie

En Algérie échec—n’imposent pas le modèle français.

Glottophabie a 3 fondements :

- Composante économique : conflits linguistiques= conflits économiques


- Composante juridique : apparat juridique large càd lois interdisant usage d’une langue
plus institutions type école
- Composante idéologique : phénomène qui en amont et aval du colonialisme tente de
le justifier (théories linguistiques).

L’interdiction d’une langue implique une grande violence dans certains cas comme avec
les indigènes de l’Amérique du Sud.

Les traces linguistiques de la colonisation :

- Les système de emprunts : ca marche avec un déplacement d’unité ( comme pull-over


en français), ou mot issu d’une autre langue ( hôpital qui vient du latin hospitale)

Les emprunts que se font mutuellement deux communautés linguistiques témoignent des
types de rapport qu’entretiennent ou qu’ont entretenu ces communautés (comment le
voir ? En regardant le nombre d’emprunts et les domaines sémantiques)

Maintenant anglais et français on emprunte le même Au XIX et XIII l’anglais emprunte le


français

Domaines des emprunts de l’anglais au français au Moyen Age en politique, église, arts,
gastronomie, bijoux, des choses nobles, mais pas pour les domaines de l’artisan ou
l’agriculture.

Vie sociale avait lieu en français : on le voit dans la bête qu’on mange ( veel, beef,
mutton)et ce qu’on élève (sheep, claf, ox)

Cas arabe : ou viens on adapte la phonologie de la langue qu’on importe ou viens et


même dans le mot qu’on importe dans la langue d’origine.

- Ethnonyme, toponymie ou le droit a nommer

On voit ici les traces de la colonisation.

Ethnonyme : les indiens américains. En Amérique latine des groupes ethniques parlant des
mêmes langues et portent le même nom (parce que les colonisateurs l’ont mis).

Toponymie : dans le nom des pays on le voit aussi

Traces structurels
- Les traces linguistiques de la colonisation

b. L’anglo-américaine à la conquête du monde

- Les institutions internationales : les langues officielles et de travail : 6 langues dans l’ONU de
24 dans l’UE. La langue de travail et l’anglais un peu le français. Ainsi les natives ont plus des
chances. Cela produit une domination aussi économique. Les langues sont aussi une structure.

La Court Pénale internationale concernent de pays francophones et on recours a la langue


anglais et les principes des lois son anglosaxone

-L’enseignement supérieur et la recherche : loi qui dit que l’enseignement doit être français et
faire sa thèse en français

- Internet : les noms des domaines en alphabet non latin depuis 20209 seulement

Langue majoritaire nombre de locuteur natifs :

1. Chinois, espagnol, anglais, hindi, arabe

Les contenus sont surtout anglais0

Un des enjeux c’est la traduction. Ex : google traductor passe pour l’anglais pour traduire
les langues.

Google recognise30 langue européen, 1 africain, aucun langage indigène américaine or


Pacific.

7000 langues parles et Google reconnu 130. Surtout en anglais

On parle de un impérialisme anglais, d’une domination de l’anglais dans l’Internet

La Francophonie : à l’ origine n’était pas à la base français c’était les chefs des colonies
qu’ont décidé de faire.

Autre élément les Alliances Françaises avec différents pays

Francophonie et médias : CSA propose une liste des mots français pour leurs équivalents
anglais

22/11/18 Sánce 2

2. Langue, dialecte, patois, parler

Quelle différence ? Ce sont des langues mais le patois se parle plutôt dans les milieux
ruraux (moins contaminé). Équivaut au dialecte ou au parler mais désigne généralement
des usages ruraux, ancien et est utilisé communément avec un connotation largement
péjorative.
Une langue est un système des signes vocaux et/ ou scriptaux ,spécifiques aux membres
d’une même communauté. C’est un dialecte qui a réussi à s’instaurer.

Dialecte : aucune différence antre langue et dialecte selon les linguistes. D’un point de
pratique on peut utiliser le terme de dialecte dans le sens de variante localisée d’une
langue, ce qui revient a dire qu’il n’y a pas de dialecte qu’en référence au langue d’union

Un parler étant utilise sur une aire beaucoup plus restreinte que le dialecte. En bref c’est
le dialecte d’un dialecte

Le colonialisme linguistique en France

Les théories de la langue se construisent en parallèle à la théorie de la nation. C’est une


imposition du français.

1539 : ordonnances de Villers-Cotterets. A ce moment la beaucoup des français ne


parlaient pas français. Il l’instauré dans les administrations, langue officiel de l’État, fait par
FrançoisI (qui été à ce moment-là le latin)

1635 : l’Académie française (Richelieu) chargée de faire un dictionnaire, un grammaire,


une rhétorique et un poétique et de prendre soin de la langue. Elle devait nettoyer le
français des ordures qu’il avait contractées dans la bouche du peuple…. Etait parle par la
aristocratie, la burguesie. Était parlé pour moins d’un million de français de 20 millions.
Quand tout le monde commence a parler le français, ils utilisent les accents pour
marqueur la classe. Pour ce raison le parisien c’est le bon.

Pourquoi les theories des langues sont lies aux theories de la nation ? parce que la langue
c’est le ciment de la nation est très ancienne. La nation c’es une communauté humaine
stable, historiquement constitue, née sur la base d’une communauté de langue, de
territoire de cie eco et de formation psychique.. » Staline

Nation et revolution 1789

Là les revolutionaires disent que pour avoir une peuple libre il faut avoir une mÊme langue.

Politique volontariste :

Oct 1793 : toute instruction en français

1794 : tout acte public en français

Cela cause une grand trie, seulement les francophones accèdent à l’enseignement
supérieur au 19ème.

1830 : connaissance de l’orthographie obligatoire pour occuper un emploi public.

1881 : école publique obligatoire en français.

+armée+radio, presse, etc.

L’unité linguistique est le résultat ou la condition de l’existence d’une nation ?


En France : fonder une nation= imposer une langue (condition)

Basque : on parle une langue différence=on constitue une nation (comme résultat)

L’ACCENT

Au XVI siècle le bon français parlé a d’abord été celui de la vallée de la Loire, pratiqué à la
cour de François I avant que celui-ci émigre en région parisienne.

Glottopolitique : faire de la langue un objet Politique, un continuum qui va d’actes


minuscules, généralement considérés comme anodins à des interventions considérables.
Le limite est limiter ou éliminer le plurilinguisme.

Bourdieu : il dit qu’il y a des choses qu’on ne peut pas mesurer par qu’il y a une valeur
symbolique, qui donne des privilèges, Il parle d’une marché de langues

Glottophobie : n’est pas discrimination linguistique ou linguicisme. Il mettre se terme la en


parallèle avec xenophobie, homophobie, islamophobie, restitue la gravite sociales et
politiques et concrétisations humaines. Cela implique la glottophilie. B démontre que les
accents construisent des discriminations.

Le registre des langues, lesregles linguistiques sont au coeru du politique

29/11

Le genre dans lalangue

La dispute ou la Querelle des femmes d’Eliane Viennot. Comment dans une période et un
espace très large il va avoir un conflictualité très large.

La création de la Nation va montrer

On passe du système feudla à une monarchie estructuralisé. 17 ème contexte politique


de formation des états modernes. Dans un contexte où il y a plus d’experts sur la langue. Il
y a une démocratisation de la parole.

Dans les 16ème siecle le masculin n’emporte pas le feminin. Accord de proximitñe et de

Dès 15 gouvernantes, régence partagée, deeloppement d’aeropages féminins autour des


princesses. Mise en cause de la loi salique qui ne laisse pas regner aux femmes.

Au milieu du 16ème, emergence d’un discours sur les rimes féminines et les rimes
masculinesen poésie +disctinction de genre(mollese/ forte) Cela determine des attribut du
genre (

17ème : 2 phénomenes : femmes de cour et femmes de lettres (moins nombreaux /


démontrent qu’elles sont égalesdans le développement des femmes.

L’offensive dans la langue


Les genrs des noms désignant des fonctions du sexe et qui les exerce. Idem avec les noms
communcs.

Idée que certains fonctions sont masculines et d’autres fémenines mais idée que des mots
pourraient ejtre neutres et utlisises nsans considerer le sexe, constectation sur la basen du
sobt :

L’accord de proximité, le dernier qu’on a vu.

Le pornom : dire ils et pppas elle.

Traces linguistiqes : sexe faible, le beau sexe. Les hommes et les femmes (hommes
toujours devnat. Ils gardent le nom de la personne avec le nom plus aristocrate

Arguments contre l’écriture inclusive : complexe (ils l’ont rendu très complexe),
inesthétique, rallonge et rend illesible.

Engles : le mots structurent le monde, car si on peut pas le nommer n’existe pas.

Novlangue et langue de bois

Orwell 1984 : une modèle dans lequlle les mots de la révolution a la fin seront supprimés
ou les remplaces.

Marcu va écrire sur le novlangue. Il parle de la langue dans les rapports de dominations.
Une autre est Victo Kmpneor « la langue du troisième rage » Improtant pour les auteurs
qui pensent à la novlangue et la langue de bois

Chez Orwell il y a 3 méthodes qui constituassent la novlangue :

1. L’inversion de sens : la guerre c’est la paix par exemple


2. L’oblitération du sens : c’est qu’on appelle l’oxymore : la réunion de deux termes
contraires. Par exemple discrimination positive (deux mots contraires) ou Tolérance 0.
Pour certains linguistes aussi le commerce équitable
3. Le slogan : permet d’éviter une bonne explication, une bon forme qui permet d’oublier
le fonde.

3 FORMES :

 L’oxymone
 Le pléonasme (répétition du même idée) : On monte en haut ou démocratie
participative (comme si la démocratie n’est pas participative)
 L’euphémisme : c’est atténuer quelque chose. Comme dommage collatéral ou le
gouvernement « assoupli » le droit de licencement.

Quelques termes :
-Dialogue sociale : un mot de la vie politique. Normalement désigne selon l’organisation
inter du travail : inclue tout type de consultation, dans lequel l’état est au milieu de
négociation entre des représentants des travailleurs et chef d’entreprise.

Il n’y a pas un dialogue car l’état à plus de force. Il y a un rapport de forces.

- Charge sociale : cotisation qui serve a créer la sécurité sociale. Inversement des sens

On peu pas parler de cotisation patronal car

- Mondialisation : selon Bordieu est faire naturel et imposser un processus .

13/12

- Unification, pense positive et attaque aunotion..


- Se rendre impermeable
- Reduction de sens et detoruner
- Formule hiptonique qui fixe le sens
- Réduction de la syntaxe
- Le langage s’abandone aux faits inmédiats : langage du présent et on occulte l’histoire,
enonciation qui se vlaide par lui-même

Totologie : affirmation sentencieuse qui ne peut pas etre contradite.

Selon Marcus :
- Promotion de la pensee positive et supprime la critique
- Simplification du sens : Contraction, réduction du sens , mots valises sans valeur
linguistique comme developpement durable. Il n’y a plus de concret sinon de sens
flottants
- Unification des thermes opposés : oxymeron
- Répetition hypnotique : répetition de la même chose de différetn forme
- Dictature des fairs inmédiats contre l’historique

Frank Lapage « unculture »

Pedagogie (une façon de dire qu’on a mal explique quelqeu chose)

Gouvernance (du marketing

Convergence

Concept operationnel : idée de qu’il y a une politique

Langue de bois : l’expression a priori on trouve une forme similaire en russe, ou ils parlent
des langues des chaine, d’arbre qui justifierait une système administrative. Avec Stalin il
dévient langue de bois pour parler de l’arsenal rethorique du gouvernemetn. Il desgine la
manière de parler propre de la politiuqe. On pourrait dire qui c’est une langage vide.

La revofrancaise c’est quand on commence au refelchir au peuple. Mais après cela dévient
un enjeu, c’est quand il nait l’op.
Cristhian Déport une histoire de la langue de bois. Il va le traduire en deux evidence : il faut
flatter et maquiller la réalité

Pour lui il faut rapporter l’attention sur le locuteur pas sur le discours. Donc, comment on
vie sur le langage,e t.

Kemperer (no se como se escribe)

La langue de la 5ème rep : ce rapproche à la langue de bois, mais il l’aapele LTI , langue du 3
eme rage. Le lelangage des medias, le langage poru le travail a la mission de constituer un
monde de la soumission.

Marketing politique : qui veut mettre un cause une politique,etc.

Une autre espace : le langage de l’entreprise

Le langage des ressources humaines deshumanise , économise. On technicise le langage. Il y a


deux acteurs dans le champ : les economistes qui parlent du capital. Par exemple experience
devient expertise. L’espace pub : pas de v erbes, des exagerations, etc

Le point crucial es l’euphemisation. Le mot valise,la technicisation et le TINA (déssigne there’s


no alternative) qui vient de Thatcher, et on appele TINA des formes qui dissent qu’il y a pas
d’alternative, l’impossent.