Vous êtes sur la page 1sur 53

DOSSIER DE CONSULTATION

DES ENTREPRISES

C.C.T.P.
LOT n°06 : CVC

TRAVAUX D’AMENAGEMENT DU R+7


17-23 Bd de la Madeleine 75001 PARIS

Maitre d’Ouvrage
NBIM Marcel SCI
20 bis rue Louis Philippe
92200 Neuilly sur Seine

Maître d’Ouvrage Délégué Maître d’oeuvre


Constructa Asset Management Florian de Langsdorff
134, boulevard Haussmann 15, rue Guy Moquet
75008 Paris 75017 Paris
______________________________________________________
FDLA - Florian de LANGSDORFF – Architecte DPLG
15 rue Guy Moquet 75017 Paris Tel/Fax: 01.72.34.78.55 - N°SIRET : 480 298 645 00023
Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

SOMMAIRE

1. SPECIFICATIONS GENERALES .............................................................................................................. 4

1.1 OBJET DU PRESENT DOCUMENT ................................................................................................................... 4

1.2 CALENDRIER PREVISIONNEL DES TRAVAUX .................................................................................................. 5

1.3 OBLIGATIONS DE RESULTATS ET CONDITIONS GENERALES ............................................................................ 5

1.4 QUALIFICATIONS DES ENTREPRISES ............................................................................................................. 6

1.5 RECONNAISSANCE DES LIEUX ...................................................................................................................... 7

1.6 DOCUMENTS ............................................................................................................................................... 7


1.6.1 Généralités ............................................................................................................................................ 7
1.6.2 Documents à remettre par l’entrepreneur ............................................................................................. 8
1.6.3 Présentation des offres ........................................................................................................................ 10
1.6.4 Informations transmises par l’entrepreneur ......................................................................................... 11

1.7 ORGANISATION DU CHANTIER ET DEMARCHE QUALITE................................................................................. 11


1.7.1 Direction des travaux ........................................................................................................................... 11
1.7.2 État des lieux et remise en état ........................................................................................................... 12
1.7.3 Rendez-vous de chantier ..................................................................................................................... 12
1.7.4 Démarche qualité................................................................................................................................. 12
1.7.5 Responsable de l’exécution des entreprises ....................................................................................... 13
1.7.6 Tenue des ouvriers .............................................................................................................................. 13
1.7.7 Bureaux de chantier et atelier.............................................................................................................. 13
1.7.8 Modifications de prestations en cours de réalisation ........................................................................... 14
1.7.9 Hygiène et sécurité .............................................................................................................................. 14
1.7.10 Installations du chantier ..................................................................................................................... 14

1.8 QUALITE ET ORIGINE DES MATERIAUX ........................................................................................................ 14

1.9 PROTOTYPES, TEMOINS ET ECHANTILLONNAGE .......................................................................................... 16

1.10 RECEPTION............................................................................................................................................. 16
1.10.1 Procédure .......................................................................................................................................... 16
1.10.2 Prestations préalables ....................................................................................................................... 17

1.11 VERIFICATIONS, CONTROLES, MISE EN SERVICE ET DOE ............................................................................ 18


1.11.1 Généralités ........................................................................................................................................ 18
1.11.2 Essais et contrôles............................................................................................................................. 18
1.11.3 Liste des essais et contrôles ............................................................................................................. 20
1.11.4 Dossiers des ouvrages exécutés ....................................................................................................... 20
1.11.5 Dossier de maintenance .................................................................................................................... 20

1.12 FORMATION ............................................................................................................................................ 21

1.13 EXPLOITATIONS DES INSTALLATIONS ....................................................................................................... 22

1.14 GARANTIES ET ASSURANCES ................................................................................................................... 22

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 1 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

1.14.1 Garanties ........................................................................................................................................... 22


1.14.2 Assurances ........................................................................................................................................ 22
1.14.3 Responsabilités vis-à-vis des existants ............................................................................................. 23

2. DONNEES DES ETUDES ET DES TRAVAUX ....................................................................................... 23

2.1 FLUIDE ET ENERGIE A DISPOSITION ............................................................................................................ 23


2.1.1 Contacts avec les services publics et privés ....................................................................................... 23
2.1.2 Electricité ............................................................................................................................................. 23
2.1.3 Eau de ville .......................................................................................................................................... 23
2.1.4 Loi d’eau .............................................................................................................................................. 24

2.2 REGLEMENTATIONS APPLICABLES ............................................................................................................. 24


2.2.1 Avis Techniques .................................................................................................................................. 25
2.2.2 Avis du contrôleur technique ............................................................................................................... 25

2.3 HYPOTHESES ET BASES DE CALCULS ......................................................................................................... 25


2.3.1 Déperditions de chaleur ....................................................................................................................... 25
2.3.2 Apports Frigorifiques............................................................................................................................ 25
2.3.3 Conditions extérieures ......................................................................................................................... 25
2.3.4 Conditions ambiantes .......................................................................................................................... 26
2.3.5 Niveaux sonores .................................................................................................................................. 26
2.3.6 Chauffage et climatisation ................................................................................................................... 27

2.4 REGLES ET DONNEES A RESPECTER .......................................................................................................... 27


2.4.1 Aéraulique ............................................................................................................................................ 27
2.4.2 Ventilation mécanique contrôlée ......................................................................................................... 29
2.4.3 Hydraulique .......................................................................................................................................... 30
2.4.4 Moteurs électriques ............................................................................................................................. 31
2.4.5 Taux d’occupation des locaux pour un bâtiment à usage de bureaux ................................................ 31
2.4.6 Débit air neuf pour ERP ....................................................................................................................... 32
2.4.7 Débits d’air extrait pour un bâtiment à usage de bureaux ................................................................... 32

2.5 SECURITE INCENDIE .................................................................................................................................. 33


2.5.1 Réseaux de distribution des fluides caloporteurs ................................................................................ 33
2.5.2 Réaction au feu des matériaux ............................................................................................................ 33
2.5.3 Sécurité contre l’incendie (ventilation) ................................................................................................. 35
2.5.4 Rappel des exigences structurelles ..................................................................................................... 35
2.5.5 Sécurité contre l’incendie (circulations palières) ................................................................................. 38

2.6 LIMITES DE PRESTATIONS .......................................................................................................................... 39


2.6.1 Généralités .......................................................................................................................................... 39
2.6.2 Lot CVC et autres lots.......................................................................................................................... 39
2.6.3 Etudes à la charge du lot CVC ............................................................................................................ 42

3. INSTALLATIONS EXISTANTES ............................................................................................................. 42

3.1 VENTILATION ............................................................................................................................................ 42

4. DESCRIPTION DES OUVRAGES ........................................................................................................... 43

4.1 VENTILATION ............................................................................................................................................ 43

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 2 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

4.2 CLIMATISATION/CHAUFFAGE DE L’EXTENSION ............................................................................................ 43

4.3 CLIMATISATION/CHAUFFAGE EXISTANT ..................................................................................................... 46

4.4 CLIMATISATION/CHAUFFAGE NEUF (OPTION) ............................................................................................. 46

4.5 ELECTRICITE EXISTANTE ........................................................................................................................... 47


4.5.1 Armoire Existante ................................................................................................................................ 47

4.6 ELECTRICITE EXTENSION .......................................................................................................................... 47


4.6.1 Généralités .......................................................................................................................................... 47
4.6.2 Caractéristiques ................................................................................................................................... 48
4.6.3 Alimentation générale – Protection générale ...................................................................................... 49
4.6.4 Appareillage de protection – disjoncteurs............................................................................................ 49
4.6.5 Appareillage de commande ................................................................................................................. 49
4.6.6 Appareillage de séparation ou de sécurité .......................................................................................... 49
4.6.7 Protection, sectionnement des circuits auxiliaires ............................................................................... 49
4.6.8 Séquences de sécurité sur défaut ....................................................................................................... 50
4.6.9 Etiquetage et repérage ........................................................................................................................ 50
4.6.10 Nature et mise en œuvre ................................................................................................................... 51
4.6.11 Chemins de câbles ............................................................................................................................ 51
4.6.12 Standardisation des matériels électriques ......................................................................................... 52

4.7 ELECTRICITE SOLUTION REMISE A NEUF ............................................................................................ 52

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 3 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

1. SPECIFICATIONS GENERALES

1.1 OBJET DU PRESENT DOCUMENT

Le présent C.C.T.P consiste à décrire les travaux d’aménagement du R+7 d’un immeuble situé 17-23
boulevard de la Madeleine, 75001 PARIS pour le lot N°06 « CVC ».
L’immeuble existant comporte 7 étages sur rez-de-chaussée, à usage de bureaux et est assujetti au Code
du Travail (décret 92-332 du 31 Mars 1992).
Il est rappelé que les travaux, objet de ce marché, se font dans des locaux occupés par des locataires. La
sécurité et le respect de l’organisation prévue seront suivis de façon scrupuleuse afin de gêner à moindre
mesure les occupants.
Le maitre d’ouvrage indique qu’il privilégiera les demandes de ses locataires.

Attention, les entreprises devront chiffrer séparément les travaux concernant l'extension des travaux
sur l'existant.

Le présent descriptif définit les travaux du lot Génie Climatique et désenfumage liés à
l’aménagement des anciens locaux France TELECOM au RDC et au 1er sous-sol du 21 rue
de la Banque à PARIS IIème.
Il est à noter que la présente description n’est pas limitative. En cas de difficulté
d’interprétation des documents, les prestations exigibles seront celles qui assureront les
meilleures performances de fonctionnement, sécurité et exploitation. Le soumissionnaire
devra exécuter comme étant compris dans son prix, sans exception ni réserve, tous les
travaux nécessaires au bon achèvement complet de ses travaux.
Dans le cas où les ouvrages définis dans ce devis descriptif ne figureraient pas dans les
recueils de textes ou normes, ou en diffèreraient par leur conception, l’Entrepreneur devra
toujours se conformer à l’esprit de ces documents quant à la qualité et à la mise en œuvre
des matériaux.
La proposition de l’Entrepreneur comprendra également toutes les prestations
complémentaires nécessaires à la mise en route, aux essais de fonctionnement, aux essais
d’étanchéité et à la réfection éventuelle des ouvrages défectueux.
Tous les documents graphiques remis à l’Entrepreneur pour l’exécution des ouvrages
doivent être considérés comme une proposition qu’il devra examiner avant tout
commencement d’exécution. Il devra signaler au Maître d’œuvre les dispositions qui lui
paraîtraient ne pas être en rapport avec la solidité, la conservation des ouvrages, l’usage
auquel ils sont destinés ou l’observation des règles de l’Art ou des règlements en vigueur.
L’Entrepreneur se reportera au CCAP pour prendre connaissance de toutes les règles
administratives non décrites au présent descriptif et en particulier :
o hygiène et sécurité sur le chantier,
o organisation du chantier,
o conditions financières.
Important
o 1 – Ces travaux s’effectueront dans un immeuble occupé dans des locaux

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 4 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

libres . Par conséquent, tous les travaux gênants ne permettant pas la co-
activité « utilisateurs /travaux », notamment ceux liés aux percements et à la
mise en place des réseaux et raccordements s’effectueront en horaires décalés
(après 20 heures, le matin avant 8H00 ou le samedi).
o 2 – Les manutentions et évacuation des matériaux et matériels s’effectueront
tôt le matin de 7 heures à 9 heures

Pour la compréhension du présent dossier, l’entreprise devra obligatoirement se


rendre afin d’évaluer en toute connaissance de cause l’étendue des travaux. Une
fiche de visite dûment signée sera remise avec l’offre des entreprises. Cette
dernière ne sera pas recevable dans le cas contraire.

1.2 CALENDRIER PREVISIONNEL DES TRAVAUX


Voir planning joint au présent marché

1.3 OBLIGATIONS DE RESULTATS ET CONDITIONS GENERALES

Le marché passé avec l’entreprise titulaire présent lot est un « Marché d’Obligation de
résultat » (M.O.R.) tel que défini par le cahier des clauses techniques générales des
marchés publics de travaux d’installation de génie climatique.
L’entrepreneur est chargé de la conception des installations, de l'établissement du projet, de
la réalisation des travaux et doit au Maître de l’Ouvrage les obligations de fonctionnements
d’écrites ci-après et complétées au CCTP :
o le respect de la réglementation en vigueur en particulier en matière d’hygiène et de
sécurité incendie (en accord avec bureau de contrôle : réglementation en vigueur
lors de la réalisation de la présente installation),
o l’obtention des conditions de sécurité liées à certains équipements,
o l’inexistence de troubles dus aux niveaux sonores émis par les installations de
l’Entrepreneur,
o la fiabilité du fonctionnement pour des installations parfaitement réglées et équilibrées,
o l’inexistence de condensation superficielle en tout point des parois intérieures
visitables aux conditions ambiantes de base (température, hygrométrie et aération),
d’occupation et d’utilisation normale des locaux.
L’obligation de résultats s’impose à l’Entrepreneur uniquement sur la partie des installations
modifiées par ses soins. Il ne pourra lui être imputés des dysfonctionnements sur d’autres
parties de cette installation
L’obligation de résultats s’impose à l’Entrepreneur même si cela le conduit à modifier,
renforcer ou adapter certaines données du descriptif. Cette notion vise en particulier les
grandeurs techniques fournies à titre indicatif dans les textes, sur les plans et sur les
schémas.
L’Entrepreneur prévoit donc dans sa soumission tous les travaux nécessaires pour assurer
l’achèvement complet des ouvrages qui concernent son lot sans qu’il puisse prétendre à

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 5 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

aucune majoration du prix forfaitaire pour raison d’omission dans les plans, descriptions ou
annexes. Le fait de devoir la pose entraîne la fourniture et le raccordement si nécessaire du
matériel demandé.
Il lui appartient donc de signaler en temps utile, et obligatoirement avant l’exécution, les
omissions, les imprécisions ou les contradictions qu’il ait pu relever dans les documents
fournis et de demander les éclaircissements nécessaires.
En conséquence, le soumissionnaire ne peut se prévaloir d’aucune erreur ou omission
susceptible d’être relevée dans les pièces du marché, pour refuser l’exécution des
travaux nécessaires au complet achèvement des installations en ordre de fonctionnement,
pour prétendre ultérieurement à des suppléments au montant de sa soumission ou pour
justifier un mauvais fonctionnement.
En cas de difficulté d’interprétation du dossier de consultation des entreprises, les
prestations exigibles sont celles assurant les meilleures performances de fonctionnement et
de sécurité en exploitation.
L’Entrepreneur débutera les travaux d’installation dès qu’il en aura reçu l’ordre écrit et les
poursuivra sans interruption jusqu’à achèvement. Il se rapportera au calendrier contractuel
et au planning pour d’autres dates utiles au déroulement du chantier.
L’Entrepreneur ne pourra pas, en cours d’exécution des travaux, apporter des modifications
à son projet, sans y être autorisé par écrit par le Maître d’œuvre.
En cas de contradiction, les documents administratifs du marché prévalent sur les
documents techniques, les documents particuliers prévalent sur les documents généraux.et
l’avis du maitre d 'œuvre même si la solution retenue est plus défavorable à l’entreprise.

1.4 QUALIFICATIONS DES ENTREPRISES

Les entreprises soumissionnaires au présent marché sont munies d’une qualification


équivalente à QUALIBAT :
o 5311 Installations thermiques (technicité courante)
o 5312 Installations thermiques (technicité confirmée)
o 5313 Installations thermiques (technicité supérieure)
o 5314 Installations thermiques à haute pression ou haute température (technicité
exceptionnelle)
o 5322 Tuyauteries d'installations thermiques
o 5342 Régulation
o 5352 Téléalarme, télésurveillance, télégestion (technicité confirmée)
o 5353 Téléalarme, télésurveillance, télégestion (technicité supérieure)
o 5412 Climatisation (technicité confirmée)
o 5413 Climatisation (technicité supérieure)
o 5414 Climatisation (technicité exceptionnelle)
o 5421 Climatiseurs individuels (technicité courante

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 6 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

o 5422 Climatiseurs autonomes (technicité confirmée


o 5423 Climatiseurs à détente directe (technicité supérieure)
o 5431 Ventilation Mécanique Contrôlée (technicité courante
o 5432 Conduits aérauliques (technicité confirmée)
o 5433 Ventilation (technicité supérieure)
o 5451 Nettoyage des réseaux aérauliques (technicité courante
o 5452 Nettoyage des réseaux aérauliques de grandes cuisines (technicité confirmée
o 5453 Diagnostic, nettoyage et décontamination des réseaux aérauliques
(technicité supérieure )
o 7112 Calorifugeage (technicité confirmée )
o 7113 Calorifugeage (technicité supérieure)

1.5 RECONNAISSANCE DES LIEUX


Avant la remise de son offre, et lors de son intervention, le soumissionnaire est réputé (pour
s’en être personnellement rendu compte, connaître la nature des lieux et la consistance des
installations à mettre en œuvre.
Il appartiendra, le cas échéant, de signaler les omissions ou inexactitudes qu’il aurait pu
relever dans les documents remis, et apporter toutes suggestions qu’il jugerait utiles
à la bonne exécution.

1.6 DOCUMENTS

1.6.1 Généralités

Les documents techniques du « dossier de consultation des entreprises » sont :

o le présent CCTP (en date de septembre 2014)

o un cahier de plans, CVC01/CVC02 état existant, CVC03/04 état projeté

o un cadre de décomposition de prix par entités

o l’ensemble des pièces administratives constituant le dossier d’appel d’offres.


Un cadre de décomposition du prix global et forfaitaire, pour chacune des entités, est fourni
à la fin du présent CCTP. Nous précisons que toutes les valeurs (débits, diamètres etc.)
sont données à titre purement indicatif au stade du présent appel d’offres. L’entreprise
devant la conception entière de ses installations.
Le présent CCTP comporte des plans qui sont communiqués pour permettre à l’entreprise
d’effectuer son offre. Ces plans sont considérés comme des schémas directeurs. Ils doivent
être remplacés par des plans d’exécution à établir par cette dernière.
En cas de contradiction, les documents administratifs du marché prévalent sur les
documents techniques, les documents particuliers prévalent sur les documents généraux.et
l’avis du maitre d'œuvre même si la solution retenue est plus défavorable à l’entreprise.

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 7 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

1.6.2 Documents à remettre par l’entrepreneur

1.6.2.1 Pour la remise de son offre


Les entreprises concurrentes doivent à l’appui de leur offre, en plus des pièces définies au
CCAP, les pièces et documents suivants :
o Un devis quantitatif et estimatif par entités
o Un tableau récapitulatif des puissances et débits
o Une liste des matériels
o Une liste des travaux non compris.
Cette liste est non limitative. Elle est un minimum faute de quoi l’offre serait susceptible de
ne pas être retenue.
Les entrepreneurs devront prévoir obligatoirement dans leur offre de base le matériel
désigné au titre de référence dans le présent document. Les marques mentionnées dans le
marché seront obligatoirement respectées. Dans tous les cas, l’entrepreneur doit chiffrer le
projet de base. Des variantes, amendements techniques peuvent être proposées dans
l’offre de façon claire et explicite.

1.6.2.2 Avant l’exécution des travaux


Le planning d’exécution établi par le Maître d’œuvre doit être scrupuleusement respecté.
Pour se faire, l’entrepreneur doit lui indiquer toutes les contraintes imposées aux différents
corps d’état pour le bon déroulement de ses travaux dès le commencement du chantier.
L’entrepreneur présente, pour approbation et en deux exemplaires, au Maître d’œuvre
l’ensemble des documents suivants :
o Un planning détaillé de ses interventions
o La liste de ses besoins vis-à-vis des autres corps d’état
o Pour la coordination des travaux, les plans de ses ouvrages avec les indications
nécessaires aux autres corps d’état
o Les plans d’exécution et les notes de calculs de sélection des matériels
o Liste complète et détaillée des matériels qu’il propose de mettre en œuvre.

1.6.2.3 Pendant l’exécution


En coordination et en accord avec le Maître d’œuvre, l’entreprise effectuera toutes les
démarches nécessaires concernant ses ouvrages auprès des différents services publics et
privés pour que les installations soient en état de fonctionnement à la date de réception des
ouvrages.

1.6.2.4 Avant la visite en vue de la réception

L’entrepreneur fournira en cinq exemplaires, et après approbation du Maître d’œuvre, un


dossier des ouvrages exécutés comportant les éléments suivants :
o Installations techniques

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 8 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

Description sommaire des installations


Description du fonctionnement de ces dernières
La synthèse des paramètres de régulation et de programmation
Notice détaillée de conduite des installations
La liste exhaustive des gaines techniques, numéros de repérage des vannes
etc.
Une notice des consignes à respecter pour l’entretien courant des installations.
o Matériels installés
Répertoire des fournisseurs (coordonnées postales, téléphoniques etc.)
Liste des matériels installés (marque, modèle etc.)
Documentations techniques (notice d’installation et d’exploitation) des
matériels avec un repérage visible des modèles installés sur site
Certificats de garantie des matériels qui sont délivrés par les fabricants
Liste des pièces de rechange avec les références de ces dernières
Liste des clefs des matériels (ou code d’accès aux automates etc.)
Liste des outils particuliers nécessaires à l’entretien des matériels
o Pièces travaux
Notes de calculs pour le dimensionnement des installations (apports,
déperditions etc.)
Notes de calculs pour le dimensionnement des matériels (pertes de
charges aérauliques, hydrauliques etc.)
PV d’essais
Certificat des produits (incendie)
Bordereau de mise en service des installations par les fabricants (brûleur,
régulation, groupe de production d’eau glacée etc.)
Liste des sous- traitants
Ensemble des fiches d’essais et de contrôle en cours de chantier.
o Installations électriques
Plans paginés des schémas électriques (puissance, relayage, câblage des
installations, armoires etc.)
o Plans des ouvrages exécutés
Plans des réseaux
Plans des locaux techniques
Schémas des installations à afficher en locaux techniques
Les plans, schémas, liste des matériels, liste des pièces détachés etc. (ainsi que certaines
fiches de matériels quand elles sont disponibles au format Pdf) seront fournis sur CD-ROM.
Ces fichiers seront exploitables par les outils informatiques courants (Word, Excel, Autocad)
ou format standard (plan en dwg compatible version 2013).

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 9 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

1.6.3 Présentation des offres

1.6.3.1 Généralités concernant les offres et les prix


Les entrepreneurs sont tenus à réaliser tous les travaux de leur profession nécessaires et
indispensables pour l’achèvement complet des installations sans modification de leur prix.

Toutefois, en cas d’imprécision ou d’oubli, les entreprises devront obtenir auprès du Maître
d’œuvre et du Maître de l’Ouvrage dans la mesure du possible tous les renseignements
nécessaires avant la remise de leur proposition. Ils ne pourront pas justifier l’inexécution de
l’ensemble des prestations ou une demande d’un complément de prestation dans ce cas.
Les entrepreneurs sont entièrement responsables des quantités des produits et matériels
notifiés dans leur offre.

Par conséquent, les prix des soumissionnaires ne sont pas susceptibles d’une
augmentation.

1.6.3.2 Contenu des prix


Les coûts incluent ceux des fournitures, du temps de main d’œuvre et de transport
nécessaires à la réalisation complète des prestations en respectant les lois, normes,
règlements et règles de l’art ainsi que tous les aléas, les sujétions diverses et les frais
accessoires. Les prix comprennent notamment :
o Les réparations et « retouches » dues par l’entreprise
o Les frais d’installations et fonctionnement du chantier (installations etc.)
o Les frais de participations des réunions de coordination des travaux
o Les frais des études, de réalisation des DOE, des PV d’essais
o Les frais résultants de la réception et du contrôle des matériels et des installations
o Les dépenses de réalisation de prototype et de présentation des échantillons
o Les frais résultants de l’arrêt du chantier en raison des conditions climatiques
même dans le cas où ces arrêts prolongent le délai d’exécution
o Les frais de balisage, de signalisation du chantier, du matériel et de la zone de
dépôt des matériaux
o Les frais de manutention, de protection, de traçage et supports pour la mise en
œuvre des matériels
o Les coûts des pièces de remplacement prévues au marché
o Le coût des peintures des tuyauteries etc.
o Le coût du repérage des installations techniques (étiquettes, schémas etc.)
o Le coût de la formation du personnel,
o Les coûts des adaptations résultant des contraintes architecturales (esthétique des
façades)
o Les frais des brevets en raison de la réalisation de certains ouvrages ou de la mise
en œuvre de certains procédés d’exécution
o Les frais résultant de la législation du travail et les coûts des assurances pour la

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 10 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

protection du personnel et des matériels


o Toutes les taxes, droits et bénéfiques de l’entreprise
o Tous les frais de maintien en bon état de la voirie, des abords du chantier
o Tous les frais concernant le rebouchage des trous, jointement, raccords pour la
finition complète des ouvrages pour maintenir le degré de résistance au feu et la
qualité des performances acoustiques
o Les frais de nettoyage des lieux, de l’enlèvement et de l’évacuation des gravois,
o Le coût des poses et reposes successives des matériels en raison de la peinture etc.

1.6.3.3 Désignations des quantités


Les matériels seront désignés par leur quantité et les unités correspondantes. Les unités
seront les suivantes :
o U = unité

o kg = kilogramme
o ml = mètre linéaire
o m2 = mètre carré
o ens = ensemble
Pour les appareils, la quantité indiquée est celle qui sera installée et vue le jour de la
réception. Le coût unitaire inclut des appareils à changer en raison de leur
endommagement ou d’un vol.

Pour les réseaux (tuyauteries ou câbles), les quantités sont calculées au mètre linéaire
selon les diamètres. Les longueurs correspondent à celles obtenues après montage et à
l’emplacement définitif. Elles comprennent toutes les majorations pour les raccordements,
chutes, supports etc.

1.6.4 Informations transmises par l’entrepreneur

Dès la passation du marché, l’entrepreneur désignera un responsable de l’exécution devant


être l’unique interlocuteur en cours des travaux. Cette personne devra avoir toutes les
compétences nécessaires pour répondre aux questions liées aux installations, à l’exécution.

1.7 ORGANISATION DU CHANTIER ET DEMARCHE QUALITE

1.7.1 Direction des travaux

Le maitre d’œuvre d’exécution assure :


o La direction générale des travaux
o La synthèse des travaux et plans
o La planification et la coordination des interventions

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 11 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

o Le contrôle de gestion du compte prorata (quand il existe)


o L’animation des rendez-vous de chantier et les réunions de coordinations et en établit
les compte rendus qu’il diffuse par courriel.
o Le visa des plans d’exécution d’entreprises en regard des marchés
o Le visa des situations
o Les réunions techniques
o Le contrôle de conformité et de qualité des ouvrages exécutés
o Le contrôle de gestion du compte prorata (quand il existe)
De plus, il anime les rendez-vous de chantier et les réunions de coordinations et en établit
les compte rendus qu’il diffuse par courriel.

1.7.2 État des lieux et remise en état

L’entreprise est responsable des dégâts éventuels qu’elle pourrait provoquer sur la
construction existante et ses équipements. Elle doit prendre en charge les réparations de
toutes natures.

Afin de prévenir tout différend à cet égard, un état des lieux est établi en début de chantier
par le Maître de l’Ouvrage (partie commune, logements…), la Maîtrise d’Oeuvre
d’exécution, le locataire et l’Entreprise.

En cas de dégât (notamment ceux liés aux percements des planchers), le Maître
d’Œuvre d’exécution précise la responsabilité de l’Entreprise et les frais de réparation.

1.7.3 Rendez-vous de chantier

Les rendez-vous de chantier et de coordination ont lieu une fois par semaine à la diligence
du maître d’œuvre d’exécution établit les compte rendus de réunions et les diffuse aux
entreprises par courriel.

Les entreprises sont représentées aux rendez-vous sur convocations du maître d’œuvre
d’exécution, mentionnées sur le compte-rendu précédent.

L’absence répétée d’une entreprise aux rendez-vous auxquels elle est convoquée ou
l’insuffisance d’encadrement de ses travaux assimilée à une carence constatée par le
maître d’œuvre d’exécution et pouvant entraîner la résiliation du marché au même titre
qu’un retard important sur les travaux.

1.7.4 Démarche qualité

Les entreprises appliqueront une démarche qualité dont le principe sera précisé par le
maître d’œuvre d’exécution lors des premières réunions de coordination.

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 12 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

La logique de cette démarche est le « contrôle par anticipation ». Elle se traduit par les
mesures suivantes :
o L’obligation d’établir des plans d’exécution précis et cohérents pour tous les ouvrages
et d’indiquer sur ces derniers des moyens pratiques facilitant la mise en œuvre.
L’objectif est d’assister les ouvriers ayants que les plans comme documents de travail.
o Chaque entreprise établissant un plan doit indiquer les ouvrages environnants
pouvant conditionner ou affecter la mise en œuvre de ses ouvrages. Si cela implique
une coordination avec des interfaces de plusieurs corps d’état, il doit être établi des
plans de synthèse coordonnés par le maître d’œuvre d’exécution.
o Agrément préalable des échantillons, des prototypes ou des témoins mis en œuvre
dans les conditions réelles de chantier.
o Réalisation des travaux en conformité avec les plans d’exécution et avec les
matériaux prévus sans y apporter de modification non maîtrisée.

1.7.5 Responsable de l’exécution des entreprises

L’entrepreneur désignera, dès la passation du marché, un responsable de l’exécution qui


devra être l’unique interlocuteur de la Maîtrise d’Ouvrage et de la Maîtrise d’œuvre. Cette
personne devra avoir toutes les compétences requises pour répondre à toutes les questions
concernant les installations, et ceci, pendant la durée intégrale d’étude et d’exécution des
travaux.

L’entreprise fournira une liste de son personnel avec copie de la pièce d’identité afin de
permettre le contrôle de l’accès à ce site.

1.7.6 Tenue des ouvriers

Les ouvriers seront des salariés des entreprises titulaires des marchés ou éventuellement
de leurs sous-traitants.

Les ouvriers seront identifiables par un badge déclinant clairement leur identité et la société
qui les emploie.

1.7.7 Bureaux de chantier et atelier

Le Maître de l’Ouvrage désignera un sanitaire et deux locaux (vestiaires et bureau) du site


comme base de vie. Ces locaux feront l’objet d’un constat commun avant commencement
des travaux. Ils sont à la diligence de l’entreprise concernée qui en assurera l’entretien
(nettoyage, etc.)

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 13 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

1.7.8 Modifications de prestations en cours de réalisation

Aucun changement au projet retenu ne pourra être apporté en cours d’exécution sans
l’autorisation formelle du Maître de l’Ouvrage. Les frais résultant des changements non
autorisés et toutes les conséquences, ainsi que tout le travail supplémentaire exécuté sans
écrit, seront à la charge de l’entreprise.

1.7.9 Hygiène et sécurité

L’Entrepreneur chargé de la réalisation des travaux du présent lot se conforme parfaitement


à l’ensemble des dispositions prévues par le Code du Travail et par la réglementation en
vigueur à la date d’exécution des travaux. L’application des dites dispositions relève
totalement de la responsabilité de l’Entrepreneur.

Les travaux se déroulent dans un bâtiment existant. Il est donc formellement interdit de faire
du feu dans les bâtiments et aux abords et d’utiliser du matériel présentant un danger
d’incendie (chalumeau, tronçonneuse etc.) sans l’obtention préalable d’un permis de feu à
demander au SPS. Ce dernier doit être validé quotidiennement par le service des pompiers.
En outre, l’entrepreneur doit disposer, sur le lieu d’emploi des chalumeaux ou
tronçonneuses, d’un extincteur de 9 litres à poudre n’ayant pas dépassé la date de
péremption et d’un extincteur de 9 litres à eau pulvérisée. En aucun cas, les extincteurs de
l’établissement pourront être prise en compte pour l’obtention du permis de feux. Enfin,
l’entreprise est obligatoirement et valablement assurée contre les risques d’incendie dans
les immeubles ou bâtiments en travaux.

1.7.10 Installations du chantier

Les entreprises des corps d’état auront à leur charge le petit appareillage, les baladeuses et
les câbles prolongateurs qui leur seront nécessaires à partir de ces tableaux.

Les dépenses de consommation d’énergie seront prises en charge par le Maître de


l’Ouvrage.

1.8 QUALITE ET ORIGINE DES MATERIAUX

Les matériaux et les matériels utilisés doivent être neufs, de la meilleure qualité,
avoir les caractéristiques correspondantes aux influences externes auxquelles ils peuvent
être soumis et doivent répondre exactement aux conditions nécessaires à une parfaite
exécution des travaux demandés et à un bon fonctionnement des installations, et livrés sur
le chantier dans la présentation du fabricant et exempts de toute altération (oxydation, choc
ou autre).

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 14 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

Tous les matériels installés d’un même type sont de la même marque et de la même
gamme.

À l’origine, l’offre de l’Entrepreneur est accompagnée des Marques (et types), deux au
minimum par matériel.

L’Entrepreneur titulaire, avant le début des travaux, présente une liste complète de tous les
matériels retenus. Elle sera soumise à l’acceptation du Maître d’Œuvre.

Aucun changement au projet de l’Entreprise ne peut être alors apporté en cours d'exécution
sans l'autorisation expresse et écrite du Maître d'Oeuvre, les frais résultants de
changements non autorisés et toutes leurs conséquences, ainsi que tout travail
supplémentaire exécuté sans ordre écrit, sont à la charge de l'entreprise.

L'Entrepreneur doit remettre au Maître d'Oeuvre une documentation complète


accompagnée des caractéristiques techniques et des procès-verbaux d'essais ou de
référence quand il se doit.

Le Maître d'Oeuvre peut demander, s'il le juge utile, de nouveaux essais et reste seul juge
de l'acceptation de ce matériel, sans que pour autant la responsabilité de l'entreprise soit
atténuée.

L'Entrepreneur déclare qu'il en a bien et dûment la propriété industrielle des systèmes,


procédés ou objets qu'il emploie et à défaut, s'engage vis-à-vis du Maître de l'Ouvrage, tant
en ce qui concerne ses sous-traitants que lui-même, à acquérir, sous sa responsabilité et à
ses frais, toutes licences nécessaires relatives aux brevets qui les concernent.

La liste des produits que l’Entrepreneur doit soumettre sera au moins celle des matériels
suivants sans aucune exhaustivité. Le Concepteur complétera celle-ci au CCTP.
o Ventilateur désenfumage
o Coffret relayage
o Ventilo-convecteurs
o diffuseurs d’air,
o grilles de reprise,
o régulation,
o régulateur de débit,
o accessoires des conduits aérauliques (classe C),
o flexibles hydrauliques et aérauliques,
o robinetteries d’isolement des terminaux,
o robinetteries de réglage des terminaux,
o calorifuge des tuyauteries,
o tuyauteries si matériaux de synthèse
o centrale de traitement de l’air,
o extracteur VMC ,
o robinetteries d’isolement des réseaux,

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 15 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

o robinetteries de réglage des réseaux,

L'Entrepreneur prendra les dispositions nécessaires pour stocker à l'abri de l'humidité et


des poussières, les appareils et produits livrés sur le chantier.

1.9 PROTOTYPES, TEMOINS ET ECHANTILLONNAGE

L'Entrepreneur réalisera selon les besoins les prototypes devant être soumis, s'il y a lieu, à
des essais de laboratoire.

Il devra prévoir la mise en place anticipée et la dépose éventuelle de certains éléments sur
le chantier pour permettre les différentes mises au point dont la nécessité ne peut
apparaître que dans le cadre de la réalisation.

En outre, sur simple demande, il devra présenter des échantillons représentatifs de son
matériel.

Il soumettra obligatoirement et au moins les témoins suivants :

o un ventilo-convecteur installé, raccordé et en état de marche (même en raccordement


hydraulique et électrique provisoire). L’appareil est muni de sa manchette, raccordé de
ses condensats.
o une gaine technique chambre sur une hauteur d’étage, avec conduits aéraulique
(soufflage calorifugé et repris) et ses conduits hydrauliques (réseaux change-over
calorifugés).

L’installation témoin avec le matériel posé ne pourra être récupéré qu’après accord du
Maître d’Œuvre.

1.10 RECEPTION

1.10.1 Procédure

La réception est prononcée par le Maître de l’Ouvrage après la visite et les essais effectués
par le Maître d’œuvre et l’entreprise des installations. Elle est provoquée par l’entreprise
par envoi d’une lettre recommandée avec AR.

L’entreprise, à l’achèvement de ses travaux, procède avec le Maître d’œuvre au recollement


contradictoire des réseaux, matériels prévus au marché (conformité aux normes, règles de
l’art, programme, variante notifiée et acceptée en cours de chantier etc.) avec ce qui a été
réellement exécuté. Pour ce faire, l’entrepreneur aura fournis l’ensemble des documents
nécessaire (dossier des ouvrages exécutés).

La réception est subordonnée à la remise du DOE. Elle est notifiée par un procès-verbal
conformément aux modalités de la norme NF P 03-001 (date de mise en service des
installations et départ de la période de garantie).
Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 16 sur 52
Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

1.10.2 Prestations préalables

Les essais porteront sur le fonctionnement de tous les matériels et réseaux. Ces
essais s’inscrivent dans le cadre de la police « dommages ouvrages » et feront l’objet d’un
procès- verbal « Essais Coprec » établi par l’entrepreneur.

1.10.2.1 Répartition des essais

• A la demande du Maître de l’Ouvrage ou en fonction des impératifs du planning, les essais


de réception peuvent être exécutés en plusieurs phases. Dans tous les cas, l’entrepreneur
fournit le matériel nécessaire, les instruments de mesure et de contrôle (manomètre,
débitmètre, sonomètre, thermomètre) ainsi que le personnel qualifié. Plusieurs types
d’essais et de contrôles sont à réaliser et à distinguer, à savoir :
o Essais en cours de travaux : à l’initiative de l’entreprise mais la synthèse des
résultats obtenus doit être joint au DOE pour prononcer la réception (étanchéité des
réseaux, conformité de mise en œuvre des matériels etc.). Des essais impromptus
peuvent également avoir lieu à la demande du Maître d’œuvre.
o Essais Coprec A et B : à fournir à la réception faute de quoi cette dernière ne sera
pas prononcée.
o Essais et contrôle en vue de la réception.

1.10.2.2 Contrôles hydrauliques

Les contrôles auront lieu dans les conditions de pression et de débit aux valeurs nominales
de fonctionnement. L’entrepreneur fournira les certificats d’épreuve des divers appareils.
Les pressions, les débits et l’étanchéité dans les différents circuits seront vérifiés.

Les tuyauteries seront essayées en charge à la pompe à épreuve et à une pression


minimum de 8 bars. Aucune baisse de pression ne devra être enregistrée sur une durée de
24 heures.

Des mesures ponctuelles seront réalisées après la « mise en régime » dans tous les locaux.
Sur l’ensemble des fluides distribués, il sera procédé aux vérifications des points de
fonctionnement.

1.10.2.3 Contrôle de température


Des mesures ponctuelles seront réalisées après la mise en service des installations.

1.10.2.4 Essais électriques


Les installations électriques, et en particulier les puissances et intensité absorbées
(l’isolement), seront vérifiées conformément aux règles de l’UTA et aux normes NFC
Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 17 sur 52
Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

15.100.
o Sens de rotation des phases
o Sens de rotation des moteurs
o Efficacité des mesures de protection contre les contacts indirects
o Sections, mode de pose et connexion des conducteurs
o Contrôle des dispositifs de protection contre les surintensités
o Liaisons équipotentielles
o Indice de protection des matériels
o Contrôle complet des automatismes, sécurité et régulation des armoires électriques
et appareillages

1.10.2.5 Contrôle acoustique


Lorsque l’ensemble des équipements sera mis en service, il sera procédé à un contrôle
acoustique dans les locaux dont la détermination sera à l’initiative du Maître de l’Ouvrage.

Ces essais seront relevés conformément à la norme ISO et à la norme NFS 31.057.

1.10.2.6 Essai de fonctionnement


Le bon fonctionnement des organes de commande, de contrôle, de sécurité,
d’asservissement, d’alarme et de régulation sera vérifié.

Ces derniers se dérouleront avant la fermeture des gaines techniques.

1.11 VERIFICATIONS, CONTROLES, MISE EN SERVICE ET DOE

1.11.1 Généralités

Lors des essais et contrôles, l’installateur doit fournir tout le matériel nécessaire, les
installations provisoires, les instruments de mesure et de contrôle (thermomètres,
manomètres étalon, débitmètre, anémomètres, sonomètres, enregistreurs divers, compte-
tours, voltmètres, etc.) ainsi que le personnel qualifié.

Indépendamment aux essais réalisés par l’entreprise pour la mise au point et le réglage de
ses ouvrages (A), le présent lot doit prévoir les frais afférents aux essais définis dans les
documents techniques n°1 et n°2 de COPREC (B) ainsi que la fourniture des procès
verbaux qui y sont mentionnés.

1.11.2 Essais et contrôles

Plusieurs types d’essais et contrôles sont à distinguer :


1.11.2.1 Ceux en cours de travaux
Ceux-ci sont de la pure initiative de l’Entrepreneur. Lors de sa demande de réception des
installations, il lui sera demandé un cahier de résultat de ses essais et contrôles, faute de

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 18 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

quoi la réception ne pourrait être acceptée.

En cours de travaux le Maître d’œuvre peut demander des essais et faire des contrôles.

Tous ces travaux d’essais et contrôle ont lieu avant le calorifuge, le rebouchage des
trémies, la fermeture des gaines techniques.

Il est procédé à la vérification :

o de la mise en œuvre du matériel,


o de la conformité des installations en fonction des prestations figurant au cahier des
charges et selon les modifications éventuelles approuvées en cours de chantier,
o de l’état du matériel,
o tous les essais peuvent être différés tant qu’une partie quelconque des fournitures ou
de leur mise en œuvre n’est pas acceptée.

1.11.2.2 Contrôle d’étanchéité sur les circuits d’eau


Ces essais portent sur une partie de l’installation. Le Maître de l’Ouvrage ou leurs
représentants peuvent faire isoler un tronçon douteux afin de le soumettre à un essai à l’eau
sous une pression supérieure à une fois et demi la pression normale de service.

Cette vérification de l’étanchéité peut être renouvelée après chaque essai de


fonctionnement lorsque les installations sont refroidies.

Les essais sur les tuyauteries enterrées sont réalisés conformément aux prescriptions du
fabricant du procédé. Les résultats sont obligatoirement consignés par écrit.

1.11.2.3 Contrôle d’étanchéité sur les circuits d’air


Examen des matériaux utilisés et contrôle de leur conformité aux normes et règles les
concernant. Modalité d’exécution des équipements.

1.11.2.4 Essais de température en période de refroidissement


En principe, ces essais ont lieu pendant toute une journée normale (8 h 30 le matin à 19
heures) pendant la saison estivale.

Les lumières sont toutes allumées pour compenser l’absence d’occupants, le jour choisi est
ensoleillé.

Les mesures sont faites sur toutes les façades à certains étages témoins et au moins six
fois dans la journée.

Les mesures comprennent :

o le relevé des températures ambiantes,


o le relevé des températures d’air au soufflage et à la reprise,
o les débits d’air,
o la diffusion d’air avec une poire à fumées,

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 19 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

o les températures de l’eau (si système à eau).

1.11.2.5 Essais COPREC A et B

L’Entreprise réalisera ceux-ci. Ils seront fournis avant la réception, faute de quoi celle-ci ne
pourrait être acceptée.

1.11.2.6 Essais et contrôles en vue de la réception


A la demande de l’Entreprise, il sera procédé à une ou plusieurs visites d’essais et contrôles
avant la réception.

Les résultats donneront lieu à un procès-verbal établi par le Maître d’œuvre qui proposera
au maître de l’ouvrage d’accepter (avec ou sans réserves) ou bien de refuser la réception.

Il ne pourra pas être refusé la réception sous prétexte que la période ne permet pas le
contrôle des températures (dans ce cas la réception sera prononcée avec la réserve).

Il est impératif que les résultats des essais et contrôles A et B, que les plans de câblages
électriques et que les notices de conduite et d’entretien de l’installation complète soient
remises au Maître d’œuvre (ou son représentant) sept jours avant la réception et que ceux-
ci soient approuvés.

1.11.3 Liste des essais et contrôles

Les vérifications seront réalisées en procédant à un contrôle par point. Chaque point sera
codé suivant qu’il s’agisse :
o d’un point à voir : V
o d’une documentation ou d’un document à obtenir : D
o d’une note de calcul justificative : N
o d’un essai à faire

1.11.4 Dossiers des ouvrages exécutés

Le Dossier des Ouvrages Exécutés, approuvé par le Maître d’œuvre, se composera des
cinq parties détaillées ci-dessus.

D’une manière générale, les documents constituant le D.O.E. seront préparés au fur et à
mesure du chantier. En cours de chantier, il sera demandé à l’Entreprise le sommaire
qu’elle compte remettre.

1.11.5 Dossier de maintenance

L'entrepreneur doit remettre dans les mêmes conditions que le dossier des ouvrages
exécutés et conformément à la norme NFX 60 200:

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 20 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

o Les notices de fonctionnement de conduite et d'entretien nécessaires à


l'exploitation des ouvrages.
o Toutefois, ces dernières qui sont indispensables à une bonne connaissance de
l'installation au stade de la réception des travaux, devront être fournies
préalablement à celle-ci,
o Une notice d'utilisation et d'entretien établie sur logiciel WORD suivant présentation
définie par le BET donnant le détail des opérations de conduite, la périodicité et la
nature des opérations de contrôle, d'entretien et de révision, la nature exacte et le
type des ingrédients d'entretien,
o La liste détaillée des pièces de rechange nécessaires à la maintenance courante,
o Le procès-verbal d'essais des matériels conformément aux normes et décrets en
vigueur,
o La documentation utilisateur (notices d'exploitation, d'entretien et de dépannage),
o Un support de sauvegarde des systèmes d'exploitation,
o Une édition sur papier des paramètres de configuration et de fonctionnement,
o Les notices de manœuvre et de conduite indiquant les modes opératoires de façon
claire pour une
o Intervention rapide. Il sera constitué un livret niveau "agent de conduite" et un manuel
complet niveau "responsable d'entretien,
o Les licences d'exploitation des matériels et procédés brevetés ainsi que les droits
d'usage afférent aux logiciels.

1.12 FORMATION

L'entreprise consacre aux personnes qui seront chargées ultérieurement de la conduite et


du petit entretien des installations, 1 séance de formation de 4.00 heures entières dont le
programme est soumis au Maître d’Œuvre. Les thèmes suivants pourraient être abordés :
o présentation de l'installation, repérage des matériels, lecture des schémas
o fonctionnement de chaque système et de chaque appareil
o consignes de conduite et applications pratiques
o préparation d'un cahier de relevés et de surveillance des installations
o Information sur les principales causes des pannes ou dysfonctionnements
o principales causes ou sources de pannes, interventions de première urgence
o exécution des tâches de petit entretien périodique (chasse d’eau, adoucisseur etc…)
o garantie de l'entreprise titulaire du lot chauffage
o établissement de la liste et du contenu des contrats d'entretien à souscrire auprès
d'entreprises d'exploitation spécialisées (relevage…)
o préparation de la gestion des pièces de rechange
o initiation à la gestion économique des installations (contrats d’entretien sur le
disconnecteur, traitement d’eau par exemple).

Dès la réception des installations par le Maître de l’Ouvrage, l’exploitation des installations

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 21 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

est à la charge de ce dernier ou d’une entreprise mandatée par lui. L’exploitation se


chevauche avec la garantie de l’entreprise.

1.13 EXPLOITATIONS DES INSTALLATIONS

L’exploitation des installations est assurée dès la réception par le Client ou un


mandataire désigné par lui. Elle se chevauche avec la garantie de l’Entreprise.

1.14 GARANTIES ET ASSURANCES

1.14.1 Garanties

Sauf indications contraires du marché, les travaux réalisés sont soumis aux conditions de
garanties analogues à celles des articles 1792 (1 à 6) et 2270 du Code Civil qui sont
rappelés aux articles L 111 (13 à 20 du Code de la Construction, c'est-à-dire :
o Garantie dite de « parfait achèvement » de un an qui couvre tous les ouvrages sans
exception, y compris les défauts de toutes natures, signalés lors de la réception ou
notifiés ensuite s’ils apparaissent pendant l’année de garantie
o Garantie dite de « bon fonctionnement » de 2 ans qui couvre également tous
les ouvrages

Le marché peut en outre préciser des garanties spécifiques concernant certains matériaux
ou équipements. Toutes ces garanties partent d’une date unique qui est celle de la
réception tous corps d’état des travaux.

Pour satisfaire aux conditions de garantie, les entreprises sont tenues de se conformer aux
observations du bureau de contrôle et faire en sorte que son rapport de fin de travaux ne
comporte plus de réserve.

1.14.2 Assurances

Les dispositions en matières d’assurance sont celle des articles L 241.1 à L. 243.1 du Code
des Assurances.

1.14.2.1 Maître de l’Ouvrage


Le maître de l’ouvrage souscrit directement et à sa charge :

o Une assurance « dommages ouvrages »


o Une assurance « tous risques chantier »

1.14.2.2 Entreprises
Les entreprises et leurs sous traitants éventuels doivent disposer des qualifications
professionnelles requises pour les travaux à réaliser au titre du marché. Elles seront
assurées pour :

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 22 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

o Leur responsabilité civile envers les tiers


o Les risques d’effondrement, d’incendie et de dégâts des eaux sur le chantier
o Leurs responsabilités en regard des garanties contractuelles
Les attestations d’assurances sont jointes aux marchés des entreprises. Elles doivent être
renouvelé tous les semestres.

Si l’assurance de l’entreprise comporte une franchise qui reste à la charge de l’entreprise, le


maître de l’ouvrage se réserve le droit de demander que le seuil de franchise soit abaissé
et, de toute manière, cette franchise ne lui est pas opposable par l’entreprise.

1.14.3 Responsabilités vis-à-vis des existants

Les entreprises sont responsables des dégâts éventuels que pourraient provoquer leurs
travaux sur le bâtiment et / ou ses équipements et en supportent les conséquences
financières. Elles doivent être assuré en conséquence.

2. DONNEES DES ETUDES ET DES TRAVAUX

2.1 FLUIDE ET ENERGIE A DISPOSITION

2.1.1 Contacts avec les services publics et privés

L’Entrepreneur est chargé d’établir à ses frais tous les contacts avec les services publics et
privés, afin d’assurer une parfaite réalisation des installations. Ces démarches
s’effectueront sous le contrôle et en accord avec le Client et la Maîtrise d’Œuvre.

Ces conditions nécessitent que les contacts commerciaux et de conception des


alimentations aient été établis par le Concepteur durant le projet.

2.1.2 Electricité

tension tri 400 V + 230 V


intensité .......A
fréquence 50 Hz

terre 30 ohms

2.1.3 Eau de ville

pression de livraison 5 bars

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 23 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

température en hiver 6°C

température en été °C

TAC

TH

Ph à 20°C

chlorures sulfates

résistivité à 20 ohms

Dans le cas d’un projet neuf (ou d’une installation technique), nous rappelons les éléments
suivants. La pression de l’eau de ville doit être supérieure ou égale à 3 bars à l’entrée du
local technique et inférieure à 7 bars à l’entrée du préparateur d’eau chaude sanitaire.
L’Entrepreneur prendra, si nécessaire, les dispositions qui s’imposent : mise en place d’un
surpresseur ou d’un réducteur de pression.

2.1.4 Loi d’eau

La température de départ de l’eau glacée « confort » est de 7°C. Aux conditions extérieures
de base la chute est de 8 K (7/15°C). La température de retour de 15°C est maintenue
constante quelques soit la température extérieure pour optimiser la grille tarifaire
Climespace.

2.2 REGLEMENTATIONS APPLICABLES

Tous les travaux, installations et matériels, doivent être conformes aux règlement, normes,
règles de l'art définis, notamment par les prescriptions du décret n° 78.667 du 23 Juin 1978
relatif au cahier des clauses techniques générales applicables aux marchés du bâtiment,
passés au nom de l'état, et notamment :

o o Aux D.T.U. – 45.2 ; 61.1 ; 65.3 , 65.4 , 65.7 , 65.9 , 65.10 , 65.11 ; 65.12 ; 65.14 ;
68.1 & 68.2et leurs additifs,
o Aux R.E.E.F. traitant de l'hydraulique dans le bâtiment, des normes françaises
concernant le code des conditions minimales d'exécution NFP 41.102 - NFP
41.101 - NFP 41.201 - NFP 30.201 à 204, etc

o Normes acoustiques,
o Règlement sanitaire départemental et circulaire du 9 Août 1978,
o Indications du conseil supérieur de l'Hygiène de FRANCE,
o Recommandations de la Société distributrice d'eau locale,
o Arrêté du 25 Juin 1980 concernant la sécurité contre l'incendie,
o Normes NFC 15.100 pour les installations électriques et liaisons équipotentielles,
o Normes NFC 12.100 pour la protection des travailleurs,

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 24 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

Cette liste est non exhaustive.

En aucun cas, l'entrepreneur ne pourra se soustraire aux obligations contenues dans ces
documents et les prix de celui-ci sont toujours réputés avoir été produits compte tenu de
toutes ces prestations.

2.2.1 Avis Techniques

Ces avis sont publiés par le CSTB

2.2.2 Avis du contrôleur technique

Ces avis sont formule par le Contrôleur technique de l’opération qui est nommé par le
Maître de l’Ouvrage.

2.3 HYPOTHESES ET BASES DE CALCULS

2.3.1 Déperditions de chaleur

Les déperditions seront déterminés par l’entreprise à partir d’une méthode reconnue par la
profession (CESAR, COSTIC, CLIMAWIN…)

2.3.2 Apports Frigorifiques

Les apports seront déterminés par l’entreprise à partir d’une méthode reconnue par la
profession (CARRIER, COSTIC, ASHRAE…)

Les apports internes seront confirmés par la maitrise d’ouvrage et pris en compte par
l’entreprise avant réalisation de l’étude d’exécution.

2.3.3 Conditions extérieures

Les conditions de base seront

Hiver

o Température extérieure -5°C


o HR 90%
ETE

o Température extérieure 32°C


o HR 40%

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 25 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

2.3.4 Conditions ambiantes

Local Conditions hiver Conditions été Taux air Filtres


neuf spéciaux
bureaux 19°C +/-1°C 26°C +/- Code non
2°C travail
Etablissement 21°C +/-1°C 26°C +/- ERP non
recevant du 2°C
public

Commentaires et légendes

Sauf précision, l’hygrométrie relative n’est pas contrôlée.

Pour les bureaux, le débit d’air neuf par occupant est de 25m3/h x personne.

Pour les salles de réunion, le débit d’air neuf par occupant est de 30m3/h x personne.

Pour les autres locaux, le règlement sanitaire type s’applique, par exemple air neuf de 0,36m3/h x

Pour les locaux à occupation intermittente hors locaux à pollution spécifique.

NC (Non Contrôlé) : signifie que ces conditions non définies ici seront celles qui résulteront de la
conception des installations.

2.3.5 Niveaux sonores

Dans les locaux, le niveau de pression sonore au centre de la pièce et mesuré à 1.50m du sol ne
sera pas supérieur à 38 dB(A) quand l’appareil terminal est en moyenne vitesse.

Les appareils sont sélectionnés pour couvrir les déperditions en petite vitesse et les apports en
moyenne vitesse.

La grande vitesse ne doit servir que pour une dérive des conditions extérieures ou l’utilisation des

machines « process ».

Pour les locaux traités en tout air, le même niveau de pression sonore est demandé et si besoin
est, les boites de détente seront équipées de piège à sons.

Les caractéristiques débit/pression de la centrale d’air seront soigneusement analysés d’un point
de vue acoustique avec une optimisation du diamètre de la roue du ventilateur, de la vitesse de
rotation la plus basse possible sous 1000 tr/mn, une vitesse périphérique inférieure à 10 m/s et en
dimensionnant un piège à sons au refoulement de la centrale d’air.

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 26 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

Les matériels en extérieur devront respectés la réglementation acoustique du 18 avril 1995 et ses
additifs notamment en termes d’émergence et de temps de fonctionnement.

De + de 3 dB(A) la nuit (de 22 h à 7 h) De + de 5 dB(A) le jour (de 7 h à 22 h)

Toutes les pièces tournantes seront sélectionnés à basse vitesse de rotation (ventilateur et
moteur de ventilation), avec usage des manchons et manchettes antivibratiles, plots support, boite
à ressort résilient acoustique et tous autres moyens.

L’entreprise intégrera toutes les précautions et tous les moyens nécessaires dès l’établissement
de son devis.

2.3.6 Chauffage et climatisation

Les installations immeuble sont réputées satisfaire aux conditions ambiantes demandées
• 19°C en mode chauffage du 15 octobre au 30 avril
• 26°C maxi en mode climatisation
Suivant les directives de la Nouvelle Réglementation Thermique RT2008 applicable aux bâtiments
existants, il sera considéré que les stores et rideaux intérieures ou extérieures sont baissés pour le
calcul des charges thermiques mais que les éclairages sont en marche.

La plupart des machines de process servant sur une courte période, il sera admis une dérive des
température ambiante pendant le fonctionnement des machines et ¼ d’heure environ après
leur arrêt.

2.4 REGLES ET DONNEES A RESPECTER

2.4.1 Aéraulique

2.4.1.1 Dimensionnement des circuits d'air (ventilation)

Réseaux haute vitesse – soufflage


o pertes de charge maximale : 0,40 mm CE/mètre
o vitesses maximales : 15 m/s
Réseaux basse vitesse –
o perte de charge maximale : 0,10 mm CE/mètre
o vitesse maximale au soufflage : 5 m/s
o vitesses maximales d’extraction :
collecteurs horizontaux : 5 m/s (6 m/s sans dévoiement)
colonnes verticales : 4 m/s
Avec les limites de sélection du tableau ci-après :

Table de sélection réseaux double flux : débits maximaux en m3/h

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 27 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

Ø normalisés (mm) .............................................. soufflage extraction (1) extraction (2)

125 ................................................................................120 120 120


160 ................................................................................225 225 225
200 ................................................................................425 425 425
250 ................................................................................800 800 700
315 .............................................................................1 500 1 400 1100
355 .............................................................................2 000 1 700 -
400 .............................................................................2 800 2 200 -
450 .............................................................................3 800 2 900 -
500 .............................................................................5 000 4 500 -
550 .............................................................................6 000 5 500 -
630 .............................................................................8 500 7 000 -
710 ...........................................................................11 000 9 000 -
800 ...........................................................................15 000 12 500 -
900 ..........................................................................20 000 15 000 -
1000 .................................................................................. - 20 000 -

(1) collecteurs horizontaux (2) colonnes verticales

2.4.1.2 Prise d'air neuf

Les grilles sont sélectionnées pour une vitesse maximale de 2.5m/s nette.

2.4.1.3 Grille de rejet d'air

Ces grilles sont distantes de plus de 8 mètres de toutes prises d'air neuf. Elles sont
sélectionnées pour une vitesse maximale de 3m/s nette.

2.4.1.4 Echangeur statique

Le débit des ventilateurs est majoré afin de tenir compte des fuites des circuits. La
majoration ne doit jamais être inférieure à 5%. La qualité de l'étanchéité des réseaux
aérauliques est de classe C.

2.4.1.5 Filtration

Les centrales de traitement d’air sont équipées au soufflage de filtres comprenant au moins
o 1 section de pré-filtration d’efficacité EU 4-EUROVENT ou G4 Norme EN 779
o section de filtres à poches d’efficacité EU 8-EUROVENT ou F8 Norme EN 779.

Des panneaux filtrants d’efficacité EU 4-EUROVENT sont installés sur les extractions avant
récupération de chaleur.

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 28 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

Les filtres disposés sur les prises d’air neuf doivent être équipés d’un traçage électrique en
cas de risque de givre.

Nota : Pour les cuisines, la filtration de l’air doit être d’un rendement au test gravimétrique
défini par la norme NFX 44 012 d’au moins 90 %.

2.4.1.6 Echangeur statique

L’efficacité thermique sensible des échangeurs de valeur entre l’air extrait et l’air neuf est au
moins de :
o 50 % pour des batteries à eau glycolée,
o 50 % pour caloduc
o 50 % pour un échangeur à plaques (1)
o 65 % pour une roue massique.
o (1) cet appareil ne peut pas être retenu au sens de l’article ERP CH 41

L’efficacité est définie par : e = (tas – tan)/(Tar-Tan) avec :

o tas = température d’air réchauffé,


o tan = température d’air neuf,
o tae = température d’air extrait,
o L’efficacité est donnée pour des débits équivalents.

2.4.1.7 Batteries d'échange thermique

Les batteries sont déterminées sur la base de la puissance maximale pour un écart maxi de
10 K sur l'eau des batteries de chauffage et un écart de 5 K pour les batteries à eau glacée.
Elles sont ensuite majorées de :
o batteries à eau chaude + 5% ,
o batteries électriques 0%
o batteries à eau glacée +5%
o batteries froides à détente directe 0%
La vitesse maximale de l'air sur batteries est de :
o chaude électrique 4,0 m/s
o chaude à eau 4,0 m/s
o froide sans séparateur de gouttelettes 2,5 m/s
o froide avec séparateur de gouttelettes 3,0 m/s

2.4.2 Ventilation mécanique contrôlée

2.4.2.1 Entrées d’air


La somme des modules (débit d’air pour une dépression de 20 Pa) des entrées d’air doit
être au- dessus de 30 m3/h.

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 29 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

Le dimensionnement des entrées d’air est conditionné par le débit d’air maximal (QM)
extrait dans le logement lorsque toutes les bouches d’extraction sont ouvertes. Ce
dimensionnement tient également compte de la perméabilité de l’air de l’ensemble de
l’enveloppe.

2.4.2.2 Passage de transit


Ils sont assurés au droit des portes intérieures par le réhaussement des huisseries de porte
de manière à ménager un passage d’air en partie basse (détalonnage). Le détalonnage des
portes est de :
o 1 cm quand deux portes desservent une cuisine ou une salle de bains avec appareil
raccordé
o 2 cm quand une porte dessert une cuisine ou une salle de bains avec appareil
raccordé
o 1 cm pour toutes les autres pièces intérieures

2.4.2.3 Bouches d’extraction


Ces débits doivent être conformes aux valeurs minimales prévues à l’arrêté du 24 mars
1982. Ces valeurs sont :

Nbre de Débits d’air extrait par pièce (en m3/h)


pièces Cuisine Salle de Autre salles Cabinet d’aisance
principale bains D’eau Unique Multiple
1 75 15 15 15 15
2 90 15 15 15 15
3 105 30 15 15 15
4 120 30 15 30 15
5 et plus 135 30 15 30 15

Le débit maximal d’air extrait du logement est égal à la somme des débits d’air par pièce.

2.4.3 Hydraulique

2.4.3.1 Vitesses et pertes de charges


Les pertes de charges linéaires sur les circuits n’excéderont pas 15 mmCE par mètre. Les
excédents de pression dynamique seront absorbés par des organes de réglage.

Réseaux intérieurs, le diamètre des tuyauteries (D en mm) est calculé en fonction du débit
(Q en m3/h) par la formule de la vitesse silencieuse (D = 22,9 x Q0,4)

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 30 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

2.4.3.2 Réglage de débit


La perte de charge de chaque unité terminale (unité + organe de réglage de débit) est au
moins de 1 mCE.

2.4.3.3 Expansion
Les volumes de dilatation des vases fermés doivent être majorés de 25 %, une note de
calculs détaillée justifie la sélection.

2.4.3.4 Accélérateurs
Les accélérateurs (circulateurs et pompes) ne sont jamais sélectionnés pour un diamètre de
roue maximum ou pour être réglés sur le point maximum du variateur. Les accélérateurs à
pression constante ou proportionnelle doivent assurer une régulation de pression de 60 à
120 % du débit nominal.

2.4.3.5 Remplissage en eau des installations


Ces parties d’installation respecteront :

o le règlement sanitaire départemental,


o les instructions relatives au contrôle technique sanitaire des installations d’eau
applicables aux immeubles de la ville,

Les prescriptions concernant l’installation, l’utilisation et l’entretien des chaudières et avant


foyers à circulation d’eau chaude et de vapeur basse pression.

2.4.4 Moteurs électriques

Les puissances nominales absorbées au point d'utilisation sont majorées de 20 %


pour la sélection de la puissance plaquée du moteur.

2.4.5 Taux d’occupation des locaux pour un bâtiment à usage de bureaux

Les données fournies ci-dessous proviennent du document « Exemples de


solutions : ventilation » réalisé par le CSTB (les débits d’air sont donnés par occupation).

Désignations Débits Taux d’occupation Taux d’occupation


En m3/h Par m2 Par local
Bureau individuel de -15 m2 25 m3/h - 1 pers.
Bureau individuel de + 15 m2 25 m3/h - 2 pers.
Bureau de direction 30 m3/h - 2 pers.
Bureau « open space » 25 m3/h 1 pers./10 m2 -
Salle de réunions sans fumeurs 18 m3/h 1 pers./2.5 m2 -

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 31 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

Salle à manger sans fumeurs 22 m3/h 1 pers./1.7 m2 -


Cafétéria sans fumeurs 22 m3/h 1 pers./1.7 m2 -
Salle d’attente sans fumeurs 18 m2/h 1 pers./2 m2 -
Salle de réunions avec fumeurs 30 m3/h 1 pers./2.5 m2 -
Salle à manger avec fumeurs 30 m3/h 1 pers./1.7 m2 -
Cafétéria avec fumeurs 30 m3/h 1 pers./1.7 m2 -
Salle d’attente sans fumeurs 25 m2/h 1 pers./2 m2 -
Circulation 1 vol/h - -

Nota : Pour les locaux intermédiaires, la seule donnée existante est celle figurant à l’article
64 du règlement sanitaire départemental type. « Pour les locaux où la présence humaine
est épisodique (dépôts, archives, circulations etc.) » et « pour les locaux où l’organisation
du plan ne permet pas qu’ils soient ventilés par l’intermédiaire des locaux adjacents », le
débit minimal d’air neuf à introduire est de 0.1 litre par seconde et par m2 de local soit : 0.36
m3/h par m2.

2.4.6 Débit air neuf pour ERP

Pour le commerce, le débit d’air neuf sera basé sur :


Les exigences en la matière sont regroupées dans les articles 64, 65 et 66-2, 66-3 du
Règlement Sanitaire Départemental type (RSD) du 9 août 1978 (JO du 13 septembre 1978)

révisé par la circulaire du 20 janvier 1983. Soit 18 m3/h, pour les locaux d'enseignement de
lycées, les locaux d'hébergement et les bureaux, les locaux de réunions, avec interdiction de
fumer.

2.4.7 Débits d’air extrait pour un bâtiment à usage de bureaux

Ce tableau est extrait de l’article 64.2 du règlement départemental type.

Désignations Débit minimal d’air neuf


En m3/h
Pièces à usage individuel
Salle de bains ou de douches 15 m3/h
Cabinet d’aisance 15 m3/h
Pièces à usage collectif
Cabinets d’aisance 30 m3/h
Salle de bains ou de douches isolées 45 m3/h
Lavabos groupés 10 + 5 x N (nbre d’appareils)

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 32 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

Cuisines collectives
Kitchenette 120 m3/h
Office relais 15 m3/h par repas

2.5 SECURITE INCENDIE

2.5.1 Réseaux de distribution des fluides caloporteurs

2.5.1.1 Texte de référence ERP


L’arrêté du 14 février 2000 stipule que les canalisations transportant du chaud sont
métalliques ou en matériaux de réaction au feu de degré M1 (CH 25 - § 3). De plus, les
calorifuges utilisés pour l’isolation des canalisations contenant les fluides caloporteurs
doivent être réalisés en matériau de catégorie M1 dans les locaux et dégagements
accessible au public, M3 dans les autres parties de l’établissement.

Il est précisé que toutes les canalisations en traversée de plancher devront tenir compte des
attendus du permis de construire qui précisent le coupe-feu entre le parking et les autres
locaux (rez-de-chaussée : services généraux de l’établissement, local tiers…)

2.5.1.2 Application pour les bureaux soumis au Code du Travail


Cette installation est soumise aux règles du Code de Travail. Ces dernières reprends «
grosso modo » les recommandations des règles ERP (articles CO) à l’exception des tubes.
En effet, l’article R 235-4-9 stipule que « indépendamment de l’application, s’il y a lieu, des
règles propres aux bâtiments d’habitation, de bureaux ou recevant du public », les
installations fixes destinées au chauffage et à l’alimentation en eau chaude ne doivent pas
présenter de risque pour la sécurité et la santé des travailleurs ». Le texte ne spécifie pas
comme les ERP que les tubes doivent être M1.

2.5.2 Réaction au feu des matériaux

2.5.2.1 Généralités
Le système de classement à la réaction au feu des produits de la production était, jusqu’à
présent, exprimé sous la forme M0, M1, M2, M3, M4 ou non classés dans la norme
française. Cependant, le système européen de classement des produits de construction, du
point de vue de leur performance de réaction au feu, est l’objet d’une décision de la
Commission Européenne du 8 février 2000 modifié le 26 août 2003 (JOCE du 3.09.2003).
Par conséquent, le classement NF tend à être remplacé par le classement CE dont le
marquage est obligatoire.

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 33 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

2.5.2.2 Classements
Ce classement correspond à trois niveaux de sollicitation thermique :

o Attaque par une petite flamme


E et F
o Sollicitation par un objet en feu / feu pleinement développé dans la pièce voisin
B,C,D
o Feu pleinement développé dans la pièce
A1 et A2
Pour certains produits, des classements additionnels portant sur la production de fumées
(classe f) et la production de gouttés et débris enflammés (classe d). Cette déclaration n’est
pas obligatoire mais en absence de ce dernier le produit est automatiquement classé dans
la moins bonne catégorie
o Classe S1 : production de fumées très limitée
o Classe S2 : production de fumées limitée
o Classe S3 : produits autres
o Classe d0 : pas de production de gouttes ou débris enflammés
o Classe d1 : production de gouttes ou débris dont l’inflammation ne dépasse pas 10
secondes
o Classe d2 : produits autres

2.5.2.3 Tableau des équivalences

La Revue Technique du Bâtiment et des constructions industrielles (n°231) publie le tableau


suivant :

Exigences de la réglementation française Euroclasse minimale répondant à l’exigence

Incombustible A1
M0 A2 s1 d0
M1 A2 s1/s2/s3 d0/d1
B s1/s2/s3 d0/d1
M2 C s1/s2/s3 d0/d1
M3 D s1/s2/s3 d0/d1
M4 non gouttant D s1/s2/s3 d0
M4 Toute classe autre E d2 et F

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 34 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

2.5.3 Sécurité contre l’incendie (ventilation)

Les références sont données suivant l’arrêté du 14 février 2000 modifiant le règlement de
sécurité contre les risques d’incendies et de panique dans les établissements recevant du
public.

Le réseau de ventilation au titre du règlement ERP (CH28) peut être classé comme réseau
de ventilation mécanique contrôlée aux conditions suivantes :
o sans recyclage
o extraction en locaux à pollution spécifique
o bouches à forte perte de charge
o débit n’excédant pas 200 m3/h par local en système simple flux
o débit n’excédant pas 100 m3/h par local en système double flux
Les prescriptions qui s’appliquent sont d’abord celles de l’article CH41 :

o choix pour un fonctionnement permanent du ventilateur d’extraction (l’article CH43


s’applique)
o conduits en matériaux M0
o gaine du conduit assurant le CF de traversée (1 heure)
o trappes sur gaines PF 1/2 heure
o rebouchage autour des conduits pour le même isolement feu
o pas de conduits collectifs à l’intérieur
o ne peut desservir des locaux à risques importants
o thermostat moteur exigé sur le soufflage, proscrit sur l’extraction,
o considérations si VMC inversée
o conception ne permettant pas le mélange d’air entre air extrait et air neuf au niveau
des échangeurs de chaleur.

Prescriptions de l’article CH43 pour un fonctionnement permanent du ventilateur


d’extraction :

o pas de conduits traversant entre secteurs, compartiments et zones de mises en


sécurité,
o choix d’une alimentation électrique permanente par dérivation directe du TGBT en
câble CR1 des deux ventilateurs (donc de la CTA),
o ventilateur d’extraction résistant F 400-30 (dit de catégorie 4)
L’installation de ventilation mécanique contrôlée est donc conçue sans clapet coupe-feu
(EIS) ou cartouche pare flamme (ES).

Le projet est soumis au bureau de contrôle.

2.5.4 Rappel des exigences structurelles

Les indications figurant dans les tableaux ci-dessous sont les dispositions en général

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 35 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

applicables aux établissements du premier groupe (1ère à 4ème catégorie).


Certaines dispositions particulières du règlement de sécurité peuvent venir en aggravation
ou en dérogation par rapport à ces indications.

Dans les tableaux, les abréviations suivantes sont utilisées :

o SF : Stable au feu
o PF : Pare flammes
o CF : Coupe-Feu
o PFt : Pare flammes de traversée
o CFt : Coupe-Feu de traversée

2.5.4.1 Résistance au feu des structures et planchers (CO12)

Etablissement occupant Etablissement occupant Catégorie de Résistance au feu


entièrement le bâtiment partiellement le bâtiment l’établissement Structure Plancher (1)
Etablissement à un seul
Simple rez-de-chaussée Toutes catégories SF 0H30 CF 0H30
niveau
Différence de hauteur entre 2ème, 3ème et 4ème SF 0H30 CF 0H30
Plancher bas du niveau le plus haut
les niveaux extrêmes de
situé à moins de 8 m du sol 1ère SF 1H00 CF 1H00
l’établissement ≤ 8 m
Plancher bas du niveau le plus haut Différence de hauteur 2ème, 3ème et 4ème SF 1H00 CF 1H00
situé à plus de 8 m et jusqu’à 28 m entre les niveaux extrêmes
1ère SF 1H30 CF 1H30
y compris de l’établissement > 8 m

(1) Les plafonds suspendus peuvent être pris en compte dans le calcul de la résistance au feu des planchers hauts
attenants.
Cas particuliers d’éléments de construction (Toutes catégories d’établissements)
Dans certains cas, il n’est pas exigé de stabilité pour la structure d’un bâtiment à simple rez-de-
chaussée Structure de toiture : Sauf exception, SF 0H30. Un plafond faisant écran peut
assurer cette stabilité Cage d’escalier ou d’ascenseur : CF identique au degré de stabilité de
la structure du bâtiment Planchers hauts des locaux à risques moyens : CF 1H00

Planchers hauts des locaux à risques importants : CF 2H00

2.5.4.2 Cloisonnement traditionnel (CO 24)

Degré de stabilité exigé Entre locaux et Entre locaux accessibles au public.


pour la structure du dégagements Entre locaux accessibles au public et locaux non
bâtiment ou de l’E.R.P. accessibles au public accessibles au public classés à risques courants
Non réservés au sommeil Réservés au sommeil
(1)
Aucune exigence PF 0H15 PF 0H15 CF 0H15
SF 0H30 CF 0H30 PF 0H30 CF 0H30
SF 1H00 CF 1H00 PF 0H30 CF 1H00
SF 1H30 CF 1H00 PF 0H30 CF 1H00

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 36 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

(1) Cette disposition n’est pas exigée à l’intérieur d’un ensemble de locaux contigus qui ne
dépasse pas 300 m2 au même niveau.

2.5.4.3 Compartiments (CO 25)

Degré de stabilité exigé pour la structure Parois limitant les compartiments


Aucune exigence CF 0H30
SF 0H30 CF 0H30
SF 1H00 CF 1H00
SF 1H30 CF 1H30

2.5.4.4 Secteurs (si autorisés)

Dans tous les cas, la paroi séparant deux secteurs doit présenter un degré coupe-feu 1 h.

2.5.4.5 Faux plafonds et combles inaccessibles

Les faux plafonds doivent être classés le plus souvent M1, parfois M0. En outre, ils peuvent
participer à la résistance au feu des planchers et protéger une structure de toiture.

2.5.4.6 Gaine

Paroi traversée Résistance au feu


« de traversée »
Tiers contigu classé à risques courants CFt 2H00
Tiers contigu classé à risques particuliers CFt 3H00
Tiers superposé à risques courants et hauteur du plancher haut de l’E.R.P. < 8 m CFt 1H00
Tiers superposé à risques courants et hauteur du plancher haut de l’E.R.P. > 8 m CFt 2H00
Tiers superposé à risques particuliers et hauteur du plancher haut de l’E.R.P. < 8 m CFt 2H00
Tiers superposé à risques particuliers et hauteur du plancher haut de l’E.R.P. > 8 m CFt 3H00
Entre les locaux d’un même E.R.P . PFt 30 mn à CFt 2H00
selon les cas

2.5.4.7 Désenfumage

Elément de construction Réaction au feu Résistance au feu


Conduit de désenfumage ne traversant pas d’autres locaux M0 ou A2 s2 d0 SF 0H15
(1)
Conduit d’amenée d’air traversant d’autres locaux (1) M0 ou A2 s2 d0 CFt = CF des parois du local traversé
Conduit d’évacuation des fumées traversant d’autres locaux M0 ou A2 s2 d0 CF intérieur = CF de la paroi traversée
(1)
Ecran de cantonnement M1 ou B s3 d0 SF 0H15 ou DH 30

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 37 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

2.5.5 Sécurité contre l’incendie (circulations palières)

2.5.5.1 Désenfumage
Techniquement, une installation de désenfumage doit respecter plusieurs points qui sont :

o caractéristiques pour le désenfumage naturel


o distances d’implantation des conduits et des bouches
o débit d’air minimal
o caractéristiques des conduits
o caractéristiques des bouches

2.5.5.2 Implantation (désenfumage mécanique)


Distance ≤ 15 ml entre 2 bouches d’extraction ou entre une bouche d’extraction et une
bouche de soufflage si parcours rectiligne,

Distance ≤ 10 ml entre 2 bouches d’extraction ou entre une bouche d’extraction et une


bouche de soufflage si parcours non rectiligne,

Distance de moins de 5 ml entre la dernière porte et une bouche de désenfumage,

Bord supérieur du volet d'amenée d'air placée à une distance ≤ 1,00 cm du sol,

Volet d'extraction placé le plus haut possible, son bord inférieur étant à une distance ≥ 1,80
m du sol,

2.5.5.3 Débits
Pour les circulations, le débit d’extraction balayant la section entre une bouche d’amenée
d’air et une bouche d’extraction des fumées est au minium égal à 0,5 m3/s par unité de
passage de la circulation,

Pour les locaux, le débit d’extraction est égal à 12 vol/h avec un minima de 1,50 m3/s et un
maxima de 3 m3/s.

Les amenées d’air et les évacuations des fumées ont une surface libre de 10 dm2 par unité
de passage de la circulation

2.5.5.4 Caractéristiques des amenées d’air (conduits et volets)


Une installation de désenfumage mécanique peut être conçue avec une amenée d’air
naturelle ou mécanique.

Dans le cas où l’amenée d’air est naturelle (§ 3.3 de l’IT n°246), celle-ci peut être réalisée
par :

o des ouvrants en façade,


o des portes donnant sur l’extérieur ou des locaux fortement aéré,
o des bouches raccordées ou non à des conduits. Conformément à § 2 de l’IT 246 « la

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 38 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

surface libre d’une bouche est la surface réelle de passage d’air, inférieure ou égale à
la surface géométrique d’ouverture, tenant compte des obstacles éventuelles ».

Dans le cas de conduits et d’une amenée d’air naturelle, ceux-ci doivent :

o avoir une surface libre égal à la surface libre des bouches,


o le rapport de la plus grande à la plus petite dimension de la section ≤ 2,
o être réalisés en matériaux incombustibles et être SF de degré 1/4 h
Dans le cas de conduits et d’une amenée d’air mécanique, ceux-ci doivent répondre en plus
de toutes les exigences précédentes à :

o vitesse de soufflage ≤ 5 m/s


o débit d’air neuf est égal à 0,6 fois le débit d’air extrait.

2.5.5.5 Caractéristiques des extractions des fumées (conduits et volets)


Conduits verticaux et volets d’extraction de qualité CF 1h,

2.6 LIMITES DE PRESTATIONS


Les lots qui suivent et auxquels sont affectées les limites de prestations sont également
donnés à titre indicatif. L’Entrepreneur validera au cours de la phase marché ces
attributions.

2.6.1 Généralités

2.6.1.1 Scellements et rebouchages des réservations


Les ouvrages de scellements, percements, carottage et rebouchage dans les ouvrages sont
exécutés par le titulaire du lot suivant ses besoins.

2.6.1.2 Utilisation de la grue


Sans objet

2.6.2 Lot CVC et autres lots

• Lot Gros œuvre

Dû par le lot CVC


tous les repérages, percements carottage de moins de 10dm² ainsi que la mise en place de
fourreaux

la mise en œuvre des fourreaux, plots, tasseaux etc.

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 39 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

réalisation des rebouchages béton en périphérie des tuyauteries et évacuations groupées


traversant les parois

le rebouchage des scellements dans des matériaux identiques à l’ouvrage de support,

le nettoyage et l’enlèvement des gravats provenant des travaux du personnel de


l’entreprise,

la fourniture et la pose de tous les réseaux liés à la CVC

les percements et carottages pour les gaines et tuyauteries

la fourniture et la mise en œuvre des matériaux résilients et dispositif anti-vibratile,

les rebouchements coupe-feu pour restituer le degré coupe-feu des parois traversées

Dû par le lot Gros oeuvre


les réservations de plus de 10 dm²

les chevêtres compris reprise de charge

engravure passage câble pour contact de feuillure

fouille et rebouchage

• Lot Etanchéité

Dû par le lot Etanchéité


Les 4 potelets et la remontée d’étanchéité pour l’extracteur de désenfumage seront au lot
étanchéité masse 500 kg environ sur 1m²

réalisation des remontées d’étanchéité aux droits de tous les conduits ou tuyauteries
traversant la terrasse, notamment en sortie du sanitaire du 1er étage
en variante la traversée de l’éclairage zénithal en pavés de verre

Dû par le lot CVC


passage des conduits ou tuyauteries traversant la terrasse,
capotage des réseaux avec grille pare-pluie en sortie de terrasse
les supports de ses matériels en terrasse dans le respect du DTU 43.1 (surélévation de
80cm des matériels en terrasse).

o Lot « cloisons, doublages, isolation et plâtrerie

réalisation des gaines techniques (coupe-feu), notamment habillage gaine désenfumage en


traversée du sanitaire du 1er étage
fourniture et pose des ferrures de renfort dans les cloisons sèches pour la fixation des
appareils du CVC.

• Lot Electricité : courants forts

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 40 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

Amenée des puissances électriques jusqu’aux armoires des locaux techniques et coffret,
reprise des synthèses de défaut dans les armoires électriques (ou coffret),
les arrêts d’urgence.
Câble CR1 issu du TGS pour le ventilateur de désenfumage
Les asservissements sur la CMSI

Dû par le lot CVC


Les raccordements de ses appareils et armoires électriques depuis les attentes sur câbles
enroulés amenés à proximité par le lot électricité
La distribution électrique avec toutes les protections nécessaires depuis les armoires
électriques jusqu’aux appareils.
La GTC
Le coffret de relayage
La fourniture, la pose et le câblage des commande pompier et de réarmement

• Lot Faux plafonds

Plan de calepinage
La prise en compte de l’accès des matériels de CVC pour la pose et la maintenance
Prise en compte des grilles
Pose armature primaire
Pose des dalles de faux plafonds en plusieurs opérations pour permettre au lot CVC, la
pose, le raccordement puis les réglages de mise en service de ses appareils,

• Lot Peinture

peinture définitive des canalisations apparentes après peinture anticorrosion et avant repérage,
peinture anti-poussière des locaux techniques (sols et murs) : local eau, local production ecs
etc.

Dû par le lot CVC


peinture anticorrosion et repérage des canalisations.

• Bureau de contrôle

La validation de la conformité des installations pour un laboratoire type L2

La validation des carottages

La validation des percements notamment en façade pour les gaines Dû par le lot CVC

La réalisation du dossier technique pour les éléments ci-dessus compris réalisation des
schémas renseignés

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 41 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

2.6.3 Etudes à la charge du lot CVC

Les études, calculs, dessins, plans, schémas et notices nécessaires à l’exécution des travaux
qui sont à remettre au Maître d’œuvre pour approbation, et en particulier :
o détermination des notes de calcul thermiques et frigorifiques
o détermination des réseaux et composants hydrauliques
o détermination des réseaux et composants aérauliques
o plans de réservation pour gros œuvre et /ou étanchéité
o détermination des matériels et production d’une fiche technique par matériel pour visa
Les plans de fabrication sont du seul fait de l’Entreprise et ne sont pas à fournir sauf à la
demande particulière du Maître d’œuvre ou coordinateur.

3. INSTALLATIONS EXISTANTES

L'air neuf prétraité par les centrales de traitement d'air immeuble arrive sur 2 colonnes.
A priori de 1.200 m3/h chacune.
Les besoins sont pour une occupation de 52 personnes.
Le bilan est de :
52*25 m3/h par personne = 1.300 m3/h
Réserve pour 20% salle réunion = 300 m3/h
Total = 1.600 m3/h

Pour l'extension, nous sommes partis sur 20 personnes en mode salle de réunion soit 20*30 m3/h par
personne = 600 m3/h
Cet apport d'air neuf peut être réalisé par une mini centrale d'air double flux dédiée hauteur 400 mm.
Le traitement thermique est assuré par des ventilo-convecteurs de marque WESPER type VHF taille 5, 10
ou 01 en 4 tubes.
Ils sont raccordés en eau chaude et en eau glacée depuis les colonnes existantes dans les locaux
techniques recycleurs.
L'air neuf arrive sur les appareils via des modules autorégulé MR.
Le soufflage est réalisé sur des diffuseurs ATC 600*600.
La reprise est également gainée.

Nota : l'immeuble est raccordé sur le réseau Climespace qui oblige en général d'avoir un régime d'eau
glacée 7/15°C et une régulation à débit variable par V2V.
Nous prenons acte des documents qui nous ont été remis où il est spécifié que le régime à prendre pour le
dimensionnement des terminaux est 6/12°C.
Le régime eau chaude est de 80/65°C.
Les attentes en DN50 suffisent à couvrir les besoins y compris pour l'extension de 150 m². Celle-ci aura des
performances thermiques conformes à la Réglementation Thermique en vigueur.
La régulation immeuble est de marque DELTA DORE qui a racheté TRILOGIE.
La régulation par commande infra-rouge fait également le pilotage des éclairages avec une passerelle sur
des modules de gestion d'éclairage COMTEC à 8 sorties.

3.1 VENTILATION

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 42 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

Les blocs sanitaires sont traités par une VMC, chaque pièce est équipée d’une bouche d’extraction à
forte perte de charge.

4. DESCRIPTION DES OUVRAGES

4.1 VENTILATION

La VMC existante des sanitaires du plateau est modifiée pour prendre en compte les futurs
blocs sanitaires avec les WC PMR.

Reprise total des gaines

Les bouches seront à forte perte de charge type BAP COLOR

4.2 CLIMATISATION/CHAUFFAGE DE L’EXTENSION

L'extension sera traitée par une petite centrale d'air double flux à récupération de chaleur munie d'une
batterie électrique de 3 KW.

Les appareils seront du type ventilo-convecteurs à pression statique disponibles.

Ils seront implantés dans les faux plafonds des bureaux entre retombée de poutre. Leur
hauteur sera calée pour permettre la dépose de l’appareil et le dégagement des composants
ou filtres.

Les ventilo-convecteurs seront de marque CARRIER type IDROFAN 42N 26 avec ventilateur
centrifuge ou équivalent approuvé.

o Puissance frigorifique moyenne vitesse 2.000w

o Eau glacée 8/15°C

o Air 26°C 50%

o Débit d’air 81/100/167 l/h

o Pression statique disponible 30 Pa

Les appareils seront sélectionnés sur la puissance frigorifique sensible en moyenne vitesse.

Chaque appareil est dissimulé en faux plafond, seule la grille de soufflage et de reprise seront
apparentes.

Chaque appareil est constitué de :

o Le caisson est en tôle d'acier galvanisé avec isolation thermique et phonique qui regroupe
la batterie à eau et le bac le groupe moto-ventilateur centrifuge,

o Le filtre à air en média nettoyable, classement au feu M1, d’une efficacité de 75 %


gravimétrique,

o Un moto-ventilateur centrifuge câblé sur 3 vitesses, alimentation 230V,

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 43 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

Les tuyauteries entrée et sortie de la batterie sont munies de raccords unions à joint plat qui
sont placés à l'extérieur de l’appareil dans le faux plafond.

Les raccordements électriques à l'intérieur du caisson sont ramenés sur un bornier monté sur
une platine amovible.

Chaque appareil sera équipé d’une coupure de proximité.

Les appareils permettent d'obtenir des niveaux de pression acoustique ci -dessous, mesurées
à 2,5 m de l'appareil, à une hauteur de 1,5 m dans un local de 100 m3 avec un temps de
réverbération de 0,4 seconde

o petite vitesse 35 dB(A)

o moyenne vitesse 37 dB(A)

o grande vitesse 45 dB(A)

un bac auxiliaire de récupération des condensats sous la vanne de régulation

Le mode de fonctionnement de la régulation est du type 4 tubes.

La régulation sera de marque SAUTER ou équivalent approuvé type NRT 107 avec sonde de
reprise, fonction horloge, décalage du point de consigne, action sur vanne 2 voies de
régulation avec moteur thermique avec indicateur de course type AXT201, alimenté en 230V,
avec sonde de reprise et thermostat mural permettant les commandes de :

o marche/ arrêt

o sélection des 3 vitesses

o potentiomètre de décalage +/-3°C du point de consigne dans la plage peut être limitée par
des index

o V2V de régulation sur l’eau glacée montée au-dessus du bac auxiliaire de récupération des
condensats.

o V3V ou V4V de régulation sur l’eau chaude montée au-dessus du bac auxiliaire de
récupération des condensats.

o Bouton dérogation horaire programme ½ heures à 2 heures

Il sera installé un boitier de commande par appareil.

Il sera également prévu la fonction contact de feuillure pour arrêt le chauffage et la


climatisation quand une fenêtre est ouverte

Le contact de feuillure sera de marque LEGRAND , le lot gros œuvre fera l’engravure pour
passer le câble et le rebouchage.

La prestation comprend également la panoplie d’eau glacée avec :

o Une vanne d’isolement à boisseau sphérique sur l’aller et le retour, les vannes seront
PN10 et munie de poignée à rallonge pour protéger le calorifuge lors de leur manoeuvre.

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 44 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

o Une vanne d’équilibrage type TBV (ou des combinés vanne de régulation/vanne
équilibrage type TBV-C).

o Le corps des vannes sera calorifugée par de l’isolant en ruban type ARMSTRONG lissé au
bitume.

o Les raccordements au réseau se feront par des flexibles isolés à tresse inox blindée
marqué sur l’écrou d’un numéro d’avis du CSTB et faisant moins d’un mètre.

La prestation comprend également la panoplie d’eau chaude avec :

o Une vanne d’isolement à boisseau sphérique sur l’aller et le retour, les vannes seront
PN10 pour protéger le calorifuge lors de leur manoeuvre.

o Une vanne d’équilibrage type Quitus.

o Le corps des vannes sera calorifugée par de l’isolant en ruban type ARMSTRONG lissé au
bitume.

o Les raccordements au réseau se feront par des flexibles isolés à tresse inox blindée
marqué sur l’écrou d’un numéro d’avis du CSTB et faisant moins d’un mètre.

Les diffuseurs seront linéaires multifentes sur les bandes de placo et accessible sans outillage
en RAL 9010 avec plénum isolé, ils comprendront un plénum isolé sur la partie soufflage. Ils
seront fixés par des contre cadres.

Le soufflage sera gainé par une manchette en CLIMAVER CLEANTEC , tenue au feu M0,
épaisseur de 25mm de même section que le refoulement de l’appareil.

La reprise se fera via une grille en longueur multifentes sur les bandes de placo et accessible
sans outillage RAL 9010

Les appareils seront suspendus sur des tiges filetés et posés sur des rails MUPRO, avec
interposition de plots et rondelles anti-vibratiles.

Les condensats seront raccordées au réseau via un manchon anti débordement et un tube
cristal clair serré par un collier type SERFLEX. Ils auront une pente mini de 1.5cm/m.

Il sera prévu une pompe de relevage des condensats par appareil ultra silencieuse SALINA
type mini-orange ou équivalente.

Le réseau sera réalisé en PVC DN 50 avec des colliers tous les mètres et comprendra des tés
de visite à tous les changements de direction ou tous les 6 m.

Le rejet au réseau EU se fera dans les blocs sanitaires et la trémie des colonnes montantes
via des siphons à forte garde d’eau.

Le raccordement en eau glacée se fera sur l’antenne piquée sur la colonne eau glacée

L’antenne sera équipée d’une vanne d’isolement aller et retour à boisseau sphérique, un filtre
à tamis, un compteur de calories à intégration, une vanne d’équilibrage.

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 45 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

Le réseau sera en acier noir peint avec un calorifuge par ½ coquille de styrofoam de 30mm
colée , jointoyées au fil de fer avec interposition d’un pare-vapeur et finition bitumineuse type
FLOGULL

Pour assurer la continuité thermique, les supports seront des éléments préfabriqués

Les antennes de raccordement sur les ventilo-convecteurs seront en Armaflex 19mm avec
revêtement bitumineux

Le réseau eau chaude sera créé depuis la colonne en acier noir ou cuivre avec interposition
de vannes d’isolement aller et retour, d’une vanne d’équilibrage type STAD, d’un filtre à tamis
et d’un compteur de calories dito spécification eau glacée

Le réseau eau chaude sera calorifugé en manchon d’Armaflex 13mm

4.3 CLIMATISATION/CHAUFFAGE EXISTANT

Le but est de remonter le faux-plafond de 15/20cm dans le centre du plateau façade Bd de la Madeleine
entre les poteaux.
A cette fin, les réseaux de tuyauteries sont déplacés et les ventilo-convecteurs placés au plus haut dans les
caissons inter-poutres.
Les travaux comprennent :
- Consignation
- Modules MR50 au lieu de 45 m3/h
- Modification des antennes air neuf d'alimentation des ventilo-convecteurs pour passer au plus haut
- Dévoiement divers en façade
- Remise grille d'extraction dans les circulations
- Modifications air neuf arrivant sur les nouveaux appareils
- Remplacement VMC existante
- Création VMC pour le bloc sanitaire créé
- Remplacement des ventilo-convecteurs compris grilles et gaines de soufflage et reprise
- Révision et re-paramétrage de la régulation
- Remplacement des panoplies eau glacée et eau chaude sur chaque ventilo-convecteur
- Refonte réseau eau glacée
- Refonte réseau eau chaude
- Modification réseau condensats
- Modification alimentations électriques
- Conservation de la climatisation existante et des CTA
- Dépose du réseau existant eau glacé sur façade Boulevard (voir plan architecte)
- Reprise et déplacement du réseau eau glacé
- Reprise des vannes d’isolement
- Mise en service et vérification de fonctionnement

Fourniture et pose de nouvelle gille et plénum pour toutes les CTA existantes

4.4 CLIMATISATION/CHAUFFAGE NEUF (OPTION)

Reprise total de l’installation


Dépose de la clim existante

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 46 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

Fourniture et pose et alimentation de nouvelle CTA sur le réseau existant


Voir plan architecte.

4.5 ELECTRICITE EXISTANTE

4.5.1 Armoire Existante

Déplacement de l’armoire électrique dans le local technique

4.6 ELECTRICITE EXTENSION

4.6.1 Généralités

Les travaux électriques sont à réaliser obligatoirement par une entreprise qualifiée QUALIBAT
E3 C2 au minium.

Les armoires comportent un interrupteur général à coupure cadenassable en position ouverte.

Le fonctionnement de tous les appareils est repéré par des voyants « marche » et « défaut »,
constitués par des diodes électroluminescentes (LED).

Il est prévu sur l’armoire :

o Un relais de regroupement de défaut général

o Un report « contact sec » libre de potentiel

o Un bouton « test lampes »

Tous les circuits de commande et signalisation seront alimentés par transformateurs de


séparation de circuits. Le matériel est installé sur châssis en fers profilés et facilement
accessible par l’avant des armoires.

L’alimentation de tous les appareillages s’effectue par le bas. Aucun pont doit exister entre les
appareils. La distribution dans les armoires est réalisée par un jeu de barres, au-delà d’une
certaine puissance.

Les protections sélectives différentielles sont assurées au niveau de la présente armoire. La


réalisation de mesures à la pince ampèremétrique sur tous les câbles de puissance doit être
possible.

L’identification des circuits d’énergie est conforme aux normes :

o Bleu pour le neutre

o Vert/Jaune pour la terre

o Toute couleur autre pour les phases

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 47 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

4.6.2 Caractéristiques

L’armoire comporte en façade avant une ou plusieurs portes avec joints d’étanchéité et
paumelles invisibles, fermant par crémone et serrure.

L’armoire est à implanter, par rapport au sol, à une hauteur telle que l’appareillage de
commande et de signalisations soit accessible à hauteur d’homme, hors d’eau, sans
interposition d’échelle, marchepied etc.

L’enveloppe est du type métallique, préfabriqué, revêtement base polyester (ambiance


marine) et ventilée, ayant un degré de protection IP 54 suivant la norme NFC 20.010.

L’armoire est munie d’une ventilation aspiration et refoulement avec ventilateur mécanique

La fermeture est assurée en trois points.

Les dimensions du tableau est faite pour tenir compte d’une réserve de 30 % en volume soit
pouvoir installer un nombre de départs supplémentaires au moins égal à 20 % en puissance.

La prestation de l’entreprise est de fournir une armoire électrique contenant tous les
équipements des ventilo-convecteurs et des auxiliaires. Le départ des prestations du présent
lot est le câble en attente au niveau de la future armoire par le titulaire du lot « Electricité ».

Il sera prévu :

o Un coffret pour le plateau de bureau

Il pilotera et commande la CTA et l’extracteur compris commutateur de marche/arrêt par


appareil et LED voyant tension, LED vert de bonne marche pour chaque équipement, LED
rouge de défaut pour chaque équipement ainsi que

o Manque débit d’air extracteur

o Manque débit d’air centrale

o Défaut thermostat incendie batterie électrique

o Filtre encrassé sur centrale

o Report position clapet coupe-feu

o Test voyant

L’armoire alimentera également les auxiliaires type

o pompe de relevage des condensats

o registres motorisés.

o climatiseur

Les asservissements et relayage registres, sonde de présence, commande manuelle de


fermeture du registre étanche sont au présent lot.

Les sondes de présences sont au lot électricité.

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 48 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

4.6.3 Alimentation générale – Protection générale

L’armoire comporte en tête un dispositif de coupure générale admettant des blocs


d’appareillage auxiliaire et assurant :
o Sectionnement à coupure pleinement apparente
o Coupure en charge et court-circuit
La commande est directement accessible en face avant ou sur le côté.

4.6.4 Appareillage de protection – disjoncteurs

La protection par fusible est proscrite des installations du présent lot.


Les disjoncteurs sont du type « compacte », modulaire, sous boîtier moulé isolé, avec pôles à
fermeture et rupture brusques. Ils sont équipés de déclencheurs magnéto-thermiques.
Les disjoncteurs des circuits sécuritaires ou vitaux pour l’établissement sont équipés d’un
bloc auxiliaire de signalisation se déclenchant sur défaut ramené sur bornier (bornes
prise test sectionnable). L’équipement d’une bobine à émission de tension sera facile
(asservissement de sécurité).
Il est tenu compte également de l’obtention en tout point de la sélectivité horizontale et
verticale sur défauts de terre, défauts de surcharge et de surintensité.
La fonction différentielle sera indiquée à chaque protection.

4.6.5 Appareillage de commande

Les contacteurs sont du type « compacts industriels ».


L’alimentation de la bobine de commande est coupée à l’ouverture du dispositif de protection
associée.
Les contacteurs doivent pouvoir être muni de contacts auxiliaires de position, et s’il y a lieu, de
relais thermiques de protection.
Leur calibre nominal est toujours au moins égal au courant admissible du circuit de
commande, majoré de 15%.

4.6.6 Appareillage de séparation ou de sécurité

Les transformateurs sont de classe II. Ils sont conformes à la norme NF C 52.220 pour la
séparation des circuits et à la norme NF C 52.210 pour les circuits de sécurité.
Les transformateurs sont largement dimensionnés. Ils comportent une faible réactance
interne.
Un réglage de tension est prévu au primaire.

4.6.7 Protection, sectionnement des circuits auxiliaires

Les alimentations des circuits auxiliaires sont protégées par petits disjoncteurs modulaires. Ils
doivent comporter un contact auxiliaire de position pour report de défaut.

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 49 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

Le câblage de filera est réalisé en conducteurs Ho7 VU (U 500 V) et H7 VK (U 500 SV) sous
goulotte. La plus petite section admise est de 1,5 mm2 cuivre.

Les auxiliaires sont répartis en deux groupes de circuits séparés et protégés indépendamment
à l’origine :
o 1 circuit « alimentation » voyants de signalisation
o 1 circuit « commande » alimentant les bobines et relais de
commande et d’asservissements

Tous les circuits sont réalisés et conçus de telle sorte qu’un court-circuit, une rupture de ligne
ou défaut d’isolement ne provoque pas de fonctionnement intempestif et ne permette plus
l’arrêt des équipements.

Les bobines des relais et les voyants de signalisation sont installés de façon à toujours
comporter une borne reliée directement au conducteur commun. Les bobines de
déclenchement sont du type à émission de tension.

4.6.8 Séquences de sécurité sur défaut

L’apparition de défauts mettant en cause la sécurité des équipements tels que déclenchement

relais thermique ou magnétique, surchauffe, pressostat de sécurité, Ipsotherme, doit entraîner


l’arrêt immédiat du matériel impliqué. La séquence de sécurité prédéfinie par l’exploitant
concernant le matériel incriminé sera automatiquement mise en service.

Les signalisations de défaut et les coupures provoquées par des équipements de sécurité
susceptibles d’un retour à la normale après arrêt du matériel défaillant doivent être mémorisé.
La remise en service est possible qu’après disparition du défaut de réarmement (électrique ou
mécanique suivant les organes utilisés).

Il est à noter que l’utilisation du dispositif de réarmement ou son blocage (volontaire ou


accidentel) ne devra pas permettre l’élimination d’un organe de sécurité en présence d’un
défaut.

La synthèse générale de défaut est signalée visuellement et auditivement à l’extérieur du


local, sur système de recherche de personne.

4.6.9 Etiquetage et repérage

Tous les conducteurs sont identifiés et repérés au moyens de bagues genre MENO-SES.
Les commandes, signalisations et appareils en face avant des cellules sont identifiés par
étiquettes gravées rivetées « plastique », de même que les disjoncteurs, relais et équipements
divers montés à l’intérieur des tableaux.
Chaque appareil est commandé par un commutateur à 3 positions auto / arrêt/ manuel avec
report sur la GTC.
Le repérage par étiquettes genre DYMO est refusé.
Toutes les étiquettes gravées (internes ou en façade) sont vissées ou rivetées.
Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 50 sur 52
Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

Les barres du tableau sont repérées aux couleurs conventionnelles pour qu’aucune confusion
ne soit possible en quelques point que ce soit, en particulier à proximité des dérivations et des
plages de raccordement.
Une porte est pourvue sur sa face interne d’un porte-documents pour recevoir l’ensemble des
documents relatifs au tableau.
L’appellation du tableau est indiquée sur la porte par une étiquette gravée et vissée.
Un synoptique des installations asservies est placé en façade de l’armoire.
La distribution sera réalisée sous goulotte amovible repérée par section
Filerie avec numéro câble entrée et sortie de chaque borne.

4.6.10 Nature et mise en œuvre

L’installateur du présent lot a à sa charge la réalisation de la totalité des liaisons de puissance,


contrôle, commande et régulation concernant ses équipements à partir de l’attente laissée par
le lot « Electricité »
Le câblage est effectué :
o En câbles U 1000 RO 2V exclusivement pour les circuits puissance
o En câble téléphonique type 9/10ème blindé paire par paire répondant aux spécifications
des fournisseurs de la régulation pour les circuits TBT à courants faibles (régulation
équipements électroniques)

o En câbles résistant au feu pour les circuits spécifiques.


Les dérivations sur les appareils ne sont pas tolérées sauf s’ils comportent un coffret
d’équipement adapté et suffisamment dimensionné.
Les chutes de tension maximales admises au point le plus éloigné de chaque circuit depuis
l’origine sont en régime établi de 5 %. Les calculs en phase d’exécution tiendront compte des
chutes de tension maximales depuis le point de livraison EDF ou distributeur d’énergie local.
Depuis l’origine, les chutes de tension provoquées au démarrage des moteurs ne devront pas
dépasser 10 %. En conséquence, toutes les dispositions sont à prendre pour limiter les
courants de démarrage.
L’intensité de démarrage des moteurs électriques ne doit pas, en fonction du courant normal
IN, dépasser les valeurs suivantes :
o Puissance inférieure à 10 CV : 5 IN
o Puissance comprise entre 10 et 20 CV : 3 IN
o Puissance comprise entre 20 et 40 CV : 2,5 IN

4.6.11 Chemins de câbles

Les chemins de câbles sont conformes à la norme NF C 68-102. Ils résistent à la corrosion. Ils
sont du type dalle perforée en acier galvanisé. Les accessoires des supports et de fixation de
la même marque que les dalles seront en acier galvanisé.

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 51 sur 52


Travaux d’aménagement du R+7 Lot N°06 : CVC
17-23 Bd de la Madeleine
75001 PARIS

Il n’est pas admis d’angle saillant faisant obstacle à la courbe des câbles, toutes les
modifications de parcours étant traitées avec des accessoires préfabriqués. Les dalles
éclissées au moyen de raccords spéciaux seront supportées par des pendards, échelles ou
consoles traitées contre la corrosion.
Les chemins de câbles sont pourvus de couvercle au droit des traversées de cloisons dans les
parcours horizontaux et des dalles dans les parcours verticaux. Dans ce dernier cas, la
protection mécanique des câbles est assurée jusqu’à une hauteur de 150 cm au-dessus du
niveau du plancher.
Après passage des câbles ou chemins de câbles, un rebouchage est assuré par compound
type Flammadur.
Les câbles sont fixés sur les chemins de câbles par des colliers, à raison de :
o Une attache tous les 2 mètres pour les parcours horizontaux
o Une attache tous les 1 mètre pour les parcours verticaux
o Une attache tous les 30 cm pour les parcours horizontaux sur champ.

4.6.12 Standardisation des matériels électriques

Pour faciliter la maintenance, l’adjudicataire prend soin à l’uniformisation et à la


standardisation des marques et types d’appareils et appareillages mis en œuvre par lui en
coordination avec les autres lots.
Sans aucune dérogation possible, les constituants des armoires et répartiteurs sont
similaires (même marque, même coloris dans une série identique) en façade des portes. Des
unités de commandes, voyants, étiquettes, organes de visualisation divers seront
standardisés:

o Les étiquettes sont du type gravées (hauteur 5 et 10 mm – inscription blanche sur fond
noir)
o Les voyants seront du type « led » pour les fonctions de signalisation d’état :
Fonctionnement – vert
Alarme – rouge
Dérangement – jaune

4.7 ELECTRICITE SOLUTION REMISE A NEUF

Réalisation de l’électricité pour l’ensemble du plateau à neuf suivant prescription identique à celle de
l’extension

Edition du 30 aout 2017 - Phase DCE Page 52 sur 52