Vous êtes sur la page 1sur 2

POTENTIEL DE LA SÉLECTION SEMI-AUTOMATIQUE DES PARALLÉLISMES

SYNTAXIQUES DANS L’ORIGINAL ET LA TRADUCTION

Serhii Fokin,
Département de Traduction et Interprétation des Langues Romanes Mykola Zerov
Université Nationale Taras Chevtchenko de Kyiv
sergiyborysovych@ukr.net

Le parallélisme syntaxique est un procédé largement utilisé par beaucoup d’auteurs.


Les chercheurs, à leur tour, s’intéressent à ce phénomène et, donc, ont besoin de sélectionner
du matériel empirique.
À l’ère numérique, on tend à automatiser ce genre de sélection le plus possible. Afin
d’accomplir cette tâche, on a donc élaboré un programme “Reprisa”, confectionné en Java
Development Kit 8, qui est centré sur la sélection de différents genres de répétition, et, parmi
elles, des parallélismes syntaxiques. Parce que les technologies actuelles disposent rarement
d’annotation syntaxique de textes, il est donc préférablepréférconvenable raisonnable
d’élaborer des critères formels, clairement discernables pour l’extraction des potentiels
parallélismes basés sur des marqueurs. On part de l’idée que des marqueurs qui ne sont pas
stricts et condescendants sont capables de permettre de sélectionner les phrases-candidates
avec si possible des parallélismes pouvant être considérés par le chercheur. Conséquemment,
il s’agit d’une extraction semi-automatique.
La similitude syntaxique est toujours accompagnée par la similitude morphologique,
bien que le contraire ne soit pas forcément vrai (Novikova 2007, 8). C’est la raison pour
laquelle des terminaisons de mots coïncidents en deux phrases différentes, ainsi que des mots
auxiliaires et des signes de ponctuation, peuvent être considérés comme des marqueurs de
parallélismes. Des coïncidences lexicales, comme nous avons pu observer, sont aussi
présentes régulièrement dans les parallélismes. Elles Ppeuvent aussi servir comme un deautre
marqueur possible les longueurs commensurables des phrases consécutives. Les longueurs
conmensurables des phrases peuvent aussi servir de leurs marquers.Cependant, le concept
même de “phrase” est assez diffus, et deux phrases excessivement différentes de par leurs
volumes dans le sens de ponctuation, peuvent contenir plusieurs phrases avec des points de
vue du point de vue syntaxique syntaxiques, contenant à l’intérieur des cas de parallélismes.
Selon l’algorithme de “Reprisa”, pendant l’analyse, des points sont attribués à tous les
marqueurs pour que le programme sélectionne les phrases qui, par leurs points, dépassent une
certaine limite.
On a choisi comme matériel empirique, 70 poésies de Paul Verlaine ainsi que leurs
traductions faites par Mykola Lukash. Comme on le sait, la poésie de Paul Verlaine est
caractérisée par un usage fréquent de figures stylistiques telles que les parallélismes
rythmosyntaxiques (Крушинська 2007, 12).
En fonction des filtres, il s’avère que le pourcentage de parallélismes dans les
traductions est de 10 à 20 % inférieur à celui des textes originaux. En effet, cette observation
confirme les conclusions de O. Krouchinska, selon laquelle les parallélismes sont rendus avec
un haut degré d’équivalence dans la traduction (Крушинська 2007, 13). Les exemples
sélectionnés par l’ordinateur, bien sûr, ne sont qu’une prospection préliminaire qui doivent
être réexaminés par le chercheur car le programme ne substitue pas le travail du chercheur.
En même temps, le programme dévoile la tendance générale de la traduction ainsi que la
validité potentielle du matériel empirique. D’un côté, les résultats témoignent du
professionnalisme du traducteur, mais de l’autre, des déviations éventuelles auraient pu
signaler des changements et transformations qui auraient valu la peine d’être étudiés plus en
profondeur. Par exemple, les résultats de l’analyse des répétitions lexicales consécutives dans
la poésie de Paul Verlaine montrent que moins de la moitié d’entre elles sont rendues
repoduits dans la traduction ukrainienne, ce qui prédétermine l’importance d’établir les
raisons de ce changement et de déterminer les procédés par lesquels ces répétitions sont
transmises ou compensées dans la traduction.

Références
1. Новикова Т.В. Синтаксический параллелизм как фигура экспрессивного синтаксиса
(на материале современной французской литературы) : автореф. дис. . канд.
филол.наук Текст. / Т.В. Новикова. Смоленск, 1992. – 21 с.
2. Крушинська О.Г. Поезія Поля Верлена в українських перекладах : Автореф. дис. ...
канд. філол. наук : 10.02.16 / Крушинська О.Г. ; КНУТШ.–  Київ, 2007. – 19 с.