Vous êtes sur la page 1sur 4

1) Les critères techniques qu’il faut prendre en compte dans le choix du

matériel routier et des engins pour un nouveau projet sont au nombre


de dix (10) :
 Le type de projet ;
 Les infrastructures disponibles ;
 Le type de moteur (à essence ou diesel) ;
 La puissance de l’engin ;
 La consommation ;
 Le mode de transmission ;
 La productivité ;
 Mode de déplacement ;
 Service après-vente ;
 Le prix.

2) L’usure excessive des segments dans un moteur DIESEL peut


entrainer la remontée de l’huile dans la chambre à combustion qui
conduit à une perte de puissance et une production excessive de fumée
noirâtre. Au fur et à mesure qu'un segment s'use, son jeu « à la coupe »
augmente et il finit par laisser passer la pression des gaz en combustion.
De plus, il a tendance à prendre également du jeu latéralement dans la
gorge du piston, ce qui aggrave les fuites. Cela se manifeste par une
épaisse fumée bleue à l'échappement, lors des reprises ou des
décélérations brutales.

3) La charge utile est le poids maximum qu’est autorisé un véhicule à


transporter. La charge utile d'un véhicule utilitaire léger est la différence
entre le PTAC de ce véhicule et son poids à vide. Le non-respect de la
charge utile pourrait entrainer un endommagement précoce du
véhicule et la dégradation prématurée des routes.
Une voiture fortement chargée, même dans les limites légales,
change de comportement routier et ses distances de freinage
s'allongent. Dans l'intérêt de la sécurité de tous les usagers de la route,
le conducteur en tiendra donc compte et adaptera son mode de
conduite.
4) Fonctionnement d’un moteur 5 cylindres selon le cycle à 4 temps avec
ordre d’allumage de 1 3 5 4 2.

5 3
288° 72°

216° 144°
1 4

2
1 2 3 4 5

0°-

Fin échappement

Et

Début admission

72°-
Explosion Admission

144°-
Echappement Compression

180°-

3
5) a- Un moteur automobile conventionnel est constitué, en général, de
plusieurs chambres de combustion. Chacune d'entre-elles est délimitée
par la culasse, le cylindre et le piston. L'architecture du moteur repose
également sur une cinématique bielle - manivelle qui permet de
transformer un mouvement rectiligne alternatif (déplacement du
piston) en un mouvement rotatif (rotation du vilebrequin).
La combustion du mélange carburé (mélange air-essence) dans la
chambre se traduit, à chaque cycle, par une élévation de pression des
gaz qui permet de mettre en mouvement le piston et le système bielle-
manivelle. Le vilebrequin est, ensuite, connecté aux organes
mécaniques de transmission (boîtes de vitesses, arbres de transmission,
etc.) afin d'entraîner les roues du véhicule. La boîte de vitesses permet
d'adapter la vitesse de rotation des roues à celle du moteur. Les
performances d'un moteur dépendent, en premier lieu, de la quantité
d'énergie dégagée par la combustion, donc de la quantité de mélange
carburé présente dans la chambre de combustion. Celles-ci sont ainsi
directement liées au volume de la chambre (cylindrée unitaire) et au
nombre de chambres ou cylindres du moteur (cylindrée totale).
Ce sont les 4 temps nécessaires au cycle de transformation de
l'énergie chimique contenue dans le carburant en énergie mécanique.
Chaque temps correspond à un demi-tour de rotation du vilebrequin
(une montée ou une descente du piston). Les temps 1 et 4 sont des
temps consacrés aux transferts des gaz (admission des gaz frais et
échappement des gaz brûlés), les temps 2 et 3 sont les temps
nécessaires à la préparation et à la réalisation de la combustion et à sa
transformation en énergie mécanique.

b- La vis de purge permet d’évacuer l’air présent dans le circuit en cas


de présence d’air et il permet d’empêcher le carburant de sortir.