Vous êtes sur la page 1sur 16

Dossier

LE SENTIER OCCULTE 1 Figures de l’initiation et du secret dans l’extrême-droite française

Alexandre REYNES 2

Résumé : À la fois substrats et lignes directrices de l’imaginaire, deux archétypes ordon- nent la pluralité des mythes et des représentations de l’homme des droites extrêmes : le « deuil des garants invisibles », archétype de l’Être, déterminant de l’imaginaire politique, des représentations et de la perception du monde, « le temps cyclique et l’attente du retour », archétype du Temps, déterminant l’histoire individuelle et collective, fondement d’une dynamique idéologique fondée sur le cycle de l’éternel retour. Ces deux archétypes impliquent tout à la fois un mode de transmission initiatique des contenus doctrinaux et la survalorisation du secret comme catégorie ontologique et mode de fonctionnement des structures militantes.

Mots clés : Politique, secret, initiation, extrême-droite, transmutation, rituels.

Abstract : Two archetypes, both substratums and driving lines of the imaginary, denote the plurality of the myths and representations of the far right : the “mourning of invisible guarantors”, the archetype of Being, which in turn determines political imagination, repre- sentations and perception of the world ; and “cyclical time and waiting for the return”, the archetype of Time, determining individual and collective history, foundation of an ideolog- ical dynamic built on the cycle of the eternal return. These two archetypes imply both an initiatory mode of transmission of doctrinal content, and the over-valuing of the secret as an ontological category and mode of functioning of militant structures.

Keywords : Policy, secret, initiation, far right, transmutation, rituals.

1. Ce titre est emprunté à Ernst Bloch, « Une fois encore l’égarement, le sentier occulte »,

in: E. Bloch, Le principe espérance, tome III, Paris, Gallimard, 1991, p. 327.

2. Alexandre Reynes est docteur en sociologie de l’Université Paris V – Sorbonne.

Sociétés n° 92 — 2006/2

62

Le sentier occulte

« La folie a mis un tel dérangement dans le quotidien que l’inhabituel s’en trouve facilement recouvert et inversement. Ce n’est pas seulement le sentiment du péché, dans toute sa force archaïque, qui investit ce Moi divisé :

il s’y installe aussi, comme surmoi enraciné, une fierté, une assurance de sauveur d’imitation, que n’atteint jamais l’être sain le plus orgueilleux. Les faux Dimitri ne tiennent pas longtemps, au contraire des faux Jésus qui prêchent parmi les fous 3 . » Ernst Bloch, Le Principe Espérance

Dans la poétique maurrassienne, l’influence platonicienne donnait à la vie et à la politique l’apparence d’un désir unitaire proche de l’amour démonique, figure de l’incomplétude. La résolution de ce manque s’approchait d’un retour « éphésien » au feu de l’origine, mais toujours comme instance de renaissance, étape initiatique :

« Origine et fin se recherchent, se poursuivent pour se confondre, cela est clair pour qui l’a senti une fois. L’autel de sang, le lit de feu ne fait pas naître, mais renaître :

notre battement d’ailes tend à le retrouver pour nous y consumer et pour repartir. Le cercle est douloureux parce qu’il est successif, parcouru point par point et qu’il intercale les espaces du temps, les divisions du lieu entre le départ et le but : le para- dis consiste à contracter la courbe au point perpétuel où deux êtres distincts par- viendront à goûter dans sa perfection l’unité 4 . »

Nostalgie de l’unité et de la réconciliation s’exprimaient dans la volonté de rétablir l’harmonie. Mais il y avait dans cette nostalgie et cette aspiration à la refon- dation une attente de légitimité de la communauté imaginée, dont les garants se devaient de répondre à l’exigence d’une transcendance. S’il ne s’agissait plus d’un modèle divin, tel qu’il est défini dans la tradition contre-révolutionnaire par Bonald :

« Dieu est l’auteur de tous les États », le modèle reposerait alors sur l’hypostase d’une tradition ou d’une identité considérée comme immuable.

La « Vérité » est ailleurs

Le succès des liturgies politiques – commémorations héroïques, résurrection de cultes archaïques – ou encore les mises en scène pseudo-historiques suggèrent de la part de l’extrême-droite française, au-delà de la simple volonté d’illustration d’un message politique, l’existence d’une recherche du sens caché. Cette vision non ratio- naliste repose sur le prédicat d’un dédoublement entre un monde visible, accessible au plus grand nombre, et un monde caché, dont l’accès n’est possible qu’à l’issue d’un processus initiatique. Ce processus revêt de multiples formes : la cérémonie

3. Il est ici question de l’imposteur Dimitri, qui se faisait passer pour le fils du tsar Ivan IV.

Si l’imposture revêt l’aspect de la religion, elle aura d’autant plus de chance de réussir qu’elle

ne se limitera pas simplement au politique.

4. Charles Maurras, La musique intérieure, Paris, Bernard Grasset, 1925, p. 75-76.

Sociétés n° 92 — 2006/2

ALEXANDRE REYNES

63

et ses symboles, la communication avec une nature mythifiée, la révélation du secret, la transmutation par l’acte héroïque ou sacrificiel ou la régression au tout primor- dial dans une décadence souhaitée.

Le thème de « l’ailleurs » comme lieu du réel, si ce n’est de la vérité, est important dans la compréhension de la mentalité national-traditionaliste. Daryush Shayegan, dans son étude sur le décalage ontologique résultant de la confrontation entre l’esprit « moderne » et la tradition dans le monde islamique, souligne bien que « le réel est toujours ailleurs. Il n’est même pas réel puisque la réalité, si tant est qu’elle existe, est une illusion pure et simple. Ce qu’on appelle si fièrement l’objet n’a aucun sens, il est là en tant que reflet d’une chose, la fantasmagorie d’un supraréel qui échappe à toute prise de la connaissance 5 . »

Le postulat « idéologique » des droites nationalistes repose sur un fonds de croyances étrangement proche de celui des groupes religieux fondamentalistes, comme des groupes traditionalistes d’inspiration ésotérique : la rupture avec le sens et la volonté de renouer avec celui-ci.

Pour l’extrême-droite, cette réconciliation s’effectuera dans l’application d’un pro- gramme politique, pour les mouvements fondamentalistes par la stricte application de la loi religieuse, dans ses aspects les plus archaïques, dans les mouvements éso- tériques par un ensemble de « techniques » ou de pratiques (magie, ascèse, eugé- nisme, techniques corporelles, etc.).

La similitude entre les principes – rejet du rationalisme, absolue soumission à l’autorité, opposition à la démocratie et à la société ouverte – mais surtout cette pen- sée de rupture, ne peuvent que rapprocher certains mouvements. Si les mouve- ments catholiques traditionalistes et certains groupes sectaires s’affichent pendant des manifestations comme la fête de Jeanne d’Arc, les commémorations marécha- listes ou les cérémonies du solstice, d’autres mouvements dont le secret est le mode d’existence gravitent autour de l’extrême-droite française. Un écheveau complexe de relations officieuses, d’infiltrations mutuelles, réunit les adeptes de la tradition, de l’ordre et du secret. Aux marges de la religion et de la politique se tissent d’étranges fraternités partageant le même rejet du monde moderne, et la même fascination pour ce qui est caché et par là révélant.

Qu’ils soient adeptes d’une tradition fondée sur le paganisme ou sur une vision antéconciliaire du catholicisme 6 , ils se retrouvent dans la même sympathie pour l’ini- tiatique, le culte du secret et de la révélation, en somme un monde où règne une hiérarchie entre profanes et initiés.

5. Shayegan Daryush, Le regard Mutilé, Schizophrénie culturelle : pays traditionnels face

à la modernité, Paris, Albin Michel, 1989, p. 52.

6. Comme dans le christianisme ancien, le catholicisme traditionaliste accorde aux sacre-

ments une haute valeur initiatique, d’où l’importance, dans ce mouvement, du catéchuménat.

Sociétés n° 92 — 2006/2

64

Le sentier occulte

Le Maître et l’initié

Les différents rites mis en œuvre par les leaders politiques d’extrême-droite entre- tiennent la validité de la doctrine et participent à sa transmission. Si le dévoilement d’un contenu ésotérique n’est pas apparent, car il s’agit d’une initiation à un con- tenu doctrinal « crypté » révélé à travers divers symboles, seul l’initié est à même de comprendre ce qui se joue réellement.

Cependant, le rapport au leader, surtout au Front National mais également dans d’autres groupes à une échelle beaucoup plus restreinte 7 , revêt l’aspect d’une vénération. À la fois chef politique et maître spirituel, il est l’ordonnateur d’un culte, se considérant lui-même comme le dépositaire d’une mission de salut national. Lors du défilé de la fête de Jeanne d’Arc, la position de Jean-Marie Le Pen, face à la statue de l’héroïne, trahit l’identification. La mise en scène est éclairante sur la volonté de motiver une adhésion directe et affective. Le leader n’est plus seulement un chef politique comme les autres mais un avatar de l’héroïne, ayant la même mission de purification et de rétablissement de l’ordre. « L’identification de Le Pen à la Pucelle d’Orléans aboutit pour les foules du Front National, par addition en somme des deux images, à la constitution d’une idole complète, comme s’il s’agis- sait de se passionner pour un Être sans faille, à la fois homme, femme et vierge 8 . »

Une part de l’engagement et de l’adhésion serait donc motivée par des facteurs similaires à ceux que l’on peut rencontrer dans des groupes ésotériques. La figure publique de Jean-Marie Le Pen semble elle-même correspondre à ce que Jean- Marie Abgrall décrit comme la personnalité du guru. Celle-ci constitue une patho- logie caractéristique que la psychiatrie définit par quatre critères : hypertrophie du moi, fausseté du jugement 9 , méfiance et psychorigidité 10 . Libre à chacun de dire s’il y a ou non fausseté du jugement, force est cependant de constater que l’usage du discours d’« évidence », même s’il n’est pas pas le monopole du FN mais une constante dans le discours politique, peut asseoir des raisonnements plutôt éton- nants. Par exemple : « Et je vous le dis, jeunes gens et jeunes filles, ce qui se pré- pare actuellement sous vos yeux, c’est la mise en place de la révolution marxiste

7. On pense à la Contre-réforme catholique et à l’Abbé George de Nantes par exemple.

Les mouvements monarchistes ont plus de mal à s’accommoder du culte du chef, la place étant déjà prise, soit par les prétendants au trône, soit plutôt par l’idéalisation très imagi-

naire d’un souverain, Louis XVI, « roi martyr » représentant ce « paradigme perdu ». L’aris- tocratisme de certains « solistes » n’est pas non plus compatible avec cette tendance, propre au national-populisme, à se soumettre à une figure charismatique.

8. Pierre Jouve et Ali Magoudi, Les dits et les non-dits de Jean-Marie Le Pen, Paris, La

Découverte, 1988, p. 29.

9. Rien ne prouve non plus que l’argumentaire développé par Jean-Marie Le Pen soit

l’expression de ses convictions, le cynisme allant de pair avec une esthétisation du politique. Le fait est que certains jugements sont d’ailleurs souvent des expressions du sens commun, des proverbes un peu balourds, qui sont élevés au rang de vérités politiques.

10. Jean-Marie Abgrall, La mécanique des sectes, Paris, Payot, p. 249. Ces critères peuvent,

il est vrai, s’appliquer à tout homme politique à des degrés variés.

Sociétés n° 92 — 2006/2

ALEXANDRE REYNES

65

qui conduit au goulag, à l’esclavage et à la mort » 11 , ou encore « On se rend bien

]

cosmopolite, c’est-à-dire la force politique qui vise à détruire les structures des

nations pour établir une forme de gouvernement mondial, et qui me paraît de

» Ici la forme

déclamatoire, pour le moins prophétique, du « je vous le dis » montre comment le chef du FN se pose comme unique détenteur-révélateur de la vérité, mais également comme celui qui prédit l’avenir, et le deuxième extrait est encore plus révélateur d’un discours qui se veut messianique.

Comme l’écrit Raymond Boudon, « la façon la plus efficace de [se] persuader

] par

ce procédé l’on peut se convaincre non seulement d’idées justes, mais aussi [ ] d’idées douteuses, fragiles ou fausses : il suffit pour cela que l’argumentation expli- cite soit contaminée par des a priori clandestins » 13 . Ainsi, le discours acquiert une cohérence qui lui donne l’apparence de la validité.

Il y a chez J.-M. Le Pen les signes d’une tendance à se vouloir persécuté qui nourrit l’identification avec Jeanne d’Arc, héroïne et surtout martyre, et qui fait de son mouvement le champion du « discours victimaire » 14 . L’hypertrophie du moi, qui le conduit à affirmer sans hésitation qu’au Front National, « il n’y a pas de numéro deux », fait elle-même partie intégrante de cette tendance paranoïaque 15 . Claude Olievenstein souligne « qu’on ne peut pas comprendre un état paranoïaque ; sa causalité peut être nette, objective, ses buts explicites, son ambition intelligible » 16 . L’essentiel reste caché. Le discours se développe de manière paralogique, dans une mythologie raisonnante, un discours qui trouve son expression dans des raisonne- ments logiques, mais dont les fondements sont le plus souvent erronés.

est bien sûr de développer une argumentation démonstrative valide. Mais [

nature à menacer, en menaçant la nation, la liberté des citoyens 12

compte qu’il y a une volonté délibérée [

dont l’origine est ce que j’appelle la mafia

Le raisonné est omniprésent dans le discours du leader du FN, comme dans celui du guru ou de la secte, d’où l’apparence de la crédibilité, ou du moins d’une certaine cohérence. Mais derrière cette rhétorique rationnelle, et même rationali- sante, se cachent ce que Boudon appelle des a priori clandestins.

Au regard des pratiques de ritualisation, des attitudes du leader, du contenu de certains discours, on peut affirmer qu’il y a au Front National plus que de l’admira- tion pour un chef de parti, la vénération pour une figure charismatique, surhumaine, très proche de celle du guru. Si l’initiation au contenu « occulte » à proprement

11. « Discours de Jean-Marie Le Pen, Balard, 13 mai 1984 », cité par Souchard, Wahnich,

Cuminal, Wathier, Le Pen, Les mots, Paris, Le Monde Éditions, 1997, p. 60.

12. Jean-Marie Le Pen, 28 septembre 1988, ibid., p. 29.

13. Raymond Boudon, L’Art de persuader, Paris, Fayard, 1990, p. 9, cité par Souchard,

Wahnich, Cuminal, Wathier, op. cit., 1997, p. 13.

14. Pascal Brückner, « La démagogie de la détresse », Le Monde, 23 septembre 1995.

15. Lorrain de Saint-Afrique, ancien responsable de la communication de Jean-Marie Le

Pen, affirmait lui-même dans L’Actualité religieuse du 15 juin 1995, que le leader du Front

National associait ses militants « à sa vision paranoïaque ».

16. Claude Olievenstein, L’homme parano, Paris, Éditions Odile Jacob, 1992, p. 118.

Sociétés n° 92 — 2006/2

66

Le sentier occulte

parler est réservée à l’activité militante et ne met pas directement en jeu un maître et des impétrants, les grandes manifestations publiques sont chargées de ces a priori clandestins que seuls les initiés sont à même de comprendre.

La Nature révélante

Dans l’imaginaire nationaliste, les figures de l’enracinement ou du réenracinement local, régional ou national, supposent une vision organique de la communauté. L’indi- vidu est attaché non seulement par les liens du sang à une communauté, mais éga- lement à un milieu naturel déterminant. Ces doctrines de l’enracinement suggèrent, comme écologie régressive, l’idée d’une communication homme-nature sous la forme d’affinités électives, de réseaux de sympathies et d’antipathies, impliquant l’idée d’un ordre naturel, d’une hiérarchie humaine calquée sur la hiérarchie naturelle 17 .

Bruno Mégret, délégué général du FN, en affirmant que « le retour à l’ordre naturel et légitime, c’est le retour de l’harmonie de notre civilisation » 18 , suggère que ce qui est naturel est légitime. Cette vision essentialiste et métaphysique impli- que un « ordre naturel » qui s’oppose aux théories du contrat social et à la culture démocratique. Elle peut expliquer aisément les tendances à introduire dans le dis- cours politique des invocations magico-religieuses puisqu’elle suppose un sens caché dans une nature conçue comme vivante et pensante. Principe hiérarchique et prin- cipe magique sont indissociables, le premier supposant le second comme justifica- tion, soit dans l’extériorité d’une transcendance religieuse, soit, comme ici, d’une nécessité naturelle mythifiée 19 .

17. Yves Daoudal, à propos de son ouvrage intitulé Travaux et jours de la politique, décla-

rait dans le journal Présent (20 janvier 1998) : « Les travaux et les jours : référence avouée

à l’un des plus célèbres textes de l’Antiquité, le plus ancré dans la vie quotidienne, la vie paysanne, d’où émanaient, par l’observation d’Hésiode, les principes de la loi naturelle. Car nos principes politiques sont ceux d’avant les idéologies, ils ne tentent pas de plaquer un système d’idées au réel. » La convocation d’une véritable mythologie de l’Âge d’or est clairement exprimée par l’évocation d’Hésiode. Politique et mythe se confondent pour soutenir un discours qui se prétend cependant rationnel.

18. Bruno Mégret, cité par Chombeau Christiane, « La convention du FN a opposé Jean-

Marie Le Pen et Bruno Mégret », Le Monde, 20 janvier 1998.

19. Raoul Vaneigem décrit le processus de transformation de l’aliénation naturelle en alié-

nation sociale : « L’organisation sociale – hiérarchique puisque fondée sur l’appropriation privative – détruit peu à peu le lien magique existant entre l’homme et la nature, mais à son tour elle se charge de magie, elle crée entre elle et les hommes une unité mythique calquée sur leur participation au règne de la nature », in: Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations, Paris, Gallimard, 1967, p. 76. La hiérarchie humaine se fonde sur le mythe d’une magie reliant l’homme à la nature. L’éloignement progressif homme-nature se traduit socialement par l’évolution des sociétés en atteignant son apogée à l’époque moderne et bourgeoise, caractérisée par la technique et l’échange. Celle-ci devant elle-même disparaître, pour Vaneigem, dans la révolution prolétarienne. Dans l’évolution des religions, le même éloignement de la nature depuis le fétichisme, passe par le polythéisme jusqu’au monothéisme qui doit être remplacé par un

Sociétés n° 92 — 2006/2

ALEXANDRE REYNES

67

La littérature nationaliste (Barrès, Maurras), comme la poésie mistralienne 20 , illustrent le va-et-vient constant entre l’homme et son milieu naturel comme un jeu d’influences réciproques relevant d’une interprétation de la philosophie de Taine, de la race, du milieu et du moment, mais également de la mystique herderienne du Blut und Boden. Chez Maurice Barrès, la pose goethéenne donne à la doctrine de l’enracinement l’aspect d’un pont vers l’universalité, d’une communication avec une surnature qui n’est pas seulement le genius loci, mais qui repousse les frontiè- res de sa « patrie de l’âme » aux confins d’une Asie de rêve 21 . Mais ce n’est que pour mieux y fantasmer sur les doctrines initiatiques du soufisme, des Haschichins ou de la kabbale. Communautaire, élitiste et spiritualiste, le nationalisme barrésien trouvera dans l’idéalisation des doctrines initiatiques orientales, qui garantissent la communauté tout en séparant les profanes et les initiés, un modèle d’organisation

sociale. « Entre l’invisible et nous, il y a une correspondance secrète, cachée et comme dormante », écrit-il, mais « ce besoin passionné d’entrer en contact avec l’invisible

suppose au plus profond de l’âme une faculté et des antennes 22 ». Et Barrès

de réserver à certains « sages » la faculté d’éprouver cet « invisible » 23 .

Ces visions littéraires héritières du romantisme, soulignant l’intimité du rapport homme-nature, ont ouvert la voie aux politiques de retour à la nature, de critique de la modernité urbaine et industrielle, celles de la Révolution Nationale par exem- ple, et de même ont ouvert la brèche ésotérique en laissant supposer la possibilité d’une communication théurgique avec la nature, ses lieux-dits, ses collines inspirées. La célèbre phrase du Maréchal Pétain « la terre ne ment pas », n’est-elle pas l’ex- pression la plus évidente d’une personnification de la nature, qui devient unique détentrice et révélatrice de la Vérité, avec laquelle il est possible de communiquer ? « Je ne suis pas dans la société, je suis dans la nature », écrit Drieu La Rochelle 24 . Cette valorisation de la terre comme signifiance, qui reste un des poncifs du natio- nalisme culturel, quelle que soit son origine, on la retrouve aujourd’hui dans les

] [

athéisme qui restaurerait le véritable lien magique entre l’homme et la nature. On décèle

ici le cousinage d’un certain discours frontiste teintée de néo-droitisme avec le discours situationniste. Tout deux accomplissent en effet la synthèse, pour l’un du polythéisme, pour l’autre d’un athéisme mystique, de l’antibourgeoisisme et du déterminisme darwiniste comme une manière de « réenchaîner » l’homme à la nature. Évoquons une autre ambiguïté du marxisme situationniste de Vaneigem qui, par son aristocratisme, le rapproche des « anar- chistes de droite ». Ambiguïté que l’on retrouve dans l’influence de Debord (cf. La société du spectacle) sur Pierre Guillaume qui deviendra leader de l’ultra-gauche révisionniste.

20. Cf. Lou pouemou dou rose, le poème du Rhône.

21. « Je suis né pour aimer l’Asie, au point qu’enfant je la respirais dans les fleurs d’un jardin

de Lorraine », in: Maurice Barrès, Enquête aux Pays du Levant, Paris, Plon, 1923, t. I., p. II.

22. Ibid., p. 96.

23. N’oublions pas que Barrès reçut l’initiation de la rose-croix kabbalistique de son con-

disciple, au Lycée de Nancy et à la Faculté de droit, l’occultiste Stanislas de Guaita, pour lequel il nourrit longtemps une profonde amitié et dont il vénérait l’œuvre initiatique. Cf. Maurice Barrès, Le rénovateur de l’occultisme, Stanislas de Guaita (1861-1898), Paris,

Chamuel, 1898.

24. Pierre Drieu La Rochelle, Histoires déplaisantes, Paris, Gallimard, 1991, p. 122.

Sociétés n° 92 — 2006/2

68

Le sentier occulte

discours mettant en avant l’importance des terroirs, de la terre des ancêtres où s’en- racine et se transmet la tradition. Elle traduit à la fois cette croyance dans la possi- bilité d’une communication intime entre les choses et les êtres et une volonté de régression vers l’alma mater, protectrice et nourricière.

La transmutation nécessaire

Si, comme le note Claude Rivière, « l’idée sous-jacente d’amélioration de l’homme et de la nature incite à croire en l’expérience de la transmutation » 25 , force est de croire que le programme extrême-droitiste implique une transformation de l’indi- vidu autant qu’une réforme politique.

Le rejet par l’extrême-droite française des idéologies qui prétendent réformer l’Humanité, ne doit pas faire illusion. D’abord tout projet politique, à plus forte rai- son lorsqu’il s’agit d’un projet radical, implique une réforme de l’individu. Ensuite dans le lot des « idéologies » fustigées, on trouve le communisme, le mondialisme, le libéralisme, mais également « l’idéologie démocratique ». Ces systèmes sont con- sidérés comme des « idéologies » politiques « plaquées », responsables d’un état de « chaos » auquel il convient de substituer un nouvel « ordre » fondé sur les « hiérar- chies naturelles » 26 .

La formule élémentaire qui soutient ce discours est la suivante : ce qui est naturel est obligatoirement vrai. Mais, comme l’écrit à juste titre Jean-Louis Maisonneuve, « l’application généralisée de cette formule condamne immanquablement toute construction intellectuelle, mécanique ou politique sous prétexte qu’elle n’existerait pas dans la nature » 27 . Cette formule relève donc intrinsèquement de l’absurde, puisqu’une proposition de « retour aux hiérarchies naturelles » est elle-même une proposition politique, partie intégrante d’un discours où l’on se garde d’ailleurs de toute explication.

En fait, il y a critique des idéologies réformatrices, et parallèlement une croyance paradoxale dans l’expérience de la transmutation.

Drieu La Rochelle écrivait à propos de l’Histoire : « c’est par elle que je me défends de l’homme et que je me ressaisis de l’humain » 28 . Il illustrait ainsi cette forme de misanthropie qui consiste à renier l’individu en tant qu’homme au profit de la Civilisation comme expression de l’humanité. « L’homme n’est pas un être abstrait » 29 , répète à loisir Bruno Mégret et il pérennise l’anti-humanisme qui est

25. C. Rivière, op. cit., p. 123.

26. « Le retour à l’ordre naturel et légitime qui place chaque chose et chaque homme à sa

juste place, qui rétablit les groupes et les institutions dans leur rôle légitime, qui restaure la hiérarchie des valeurs et des personnes sans laquelle tout n’est que chaos », in: Discours de Bruno Mégret à la Convention des candidats du Front National, Lyon, 17 janvier 1998.

27. Jean-Louis Maisonneuve, L’extrême droite sur le divan. Psychanalyse d’une famille

politique, Paris, Éditions Imago, 1994, p. 19.

28. Pierre Drieu La Rochelle, Histoires déplaisantes, Paris, Gallimard, 1963, p. 14.

29. Bruno Mégret, L’Alternative nationale, les priorités du Front National, Saint-Cloud,

Éditions Nationales, 1997. Chap. 9, « De l’harmonie pour le pays ».

Sociétés n° 92 — 2006/2

ALEXANDRE REYNES

69

celui des droites radicales depuis deux siècles, particulièrement exprimé dans le refus systématique de « l’idéologie des droits de l’homme ». Joseph de Maistre écri- vait dans ses Considérations : « J’ai vu, dans ma vie, des Français, des Italiens, des

Russes

à l’homme, je déclare ne l’avoir jamais rencontré de ma vie ; s’il existe, c’est bien

à mon insu 30 . »

Cet anti-humanisme s’exprime dans la critique philosophique contemporaine, l’argumentation principale en est la suivante : « L’humanisme de la philosophie moderne, apparemment émancipateur et défenseur de la dignité humaine, n’aurait fait que se retourner en son contraire pour devenir complice, voire la cause de l’oppression 31 . » Réaction à l’esprit des Lumières, le rejet de humanisme est d’abord présent dans la philosophie des théoriciens de la Contre-Révolution et les réformateurs français, avant d’apparaître au XIX e siècle dans la philosophie alle- mande, avec Nietzsche. La même critique, si elle ne cesse entre-temps d’être décli- née dans la littérature nationaliste, dans la philosophie, la sociologie, comme dans la psychologie, réapparaît au milieu du XX e siècle dans l’analyse heideggerienne de la modernité. Plus récemment, cette approche critique de la modernité, s’est exprimée dans le postmodernisme. L’extrême-droite et particulièrement ce qui fut en son temps la Nouvelle Droite, se réfère spécifiquement à la philosophie postmo- derne. Elle développe une rhétorique communautaire, holiste, opposant le lien social au contrat social, cherchant à acquérir une légitimité théorique par un discours qui coïncide avec certaines approches philosophiques et sociologiques reconnues. « L’irrationalisme spontanéiste des néohéraclitéens », tel qu’il est défini par Franco Ferrarotti, est en effet étrangement proche du discours nationaliste anti-Lumières. Sa « morale du sentiment » l’entraîne vers une croyance dans une transmutation palingénésique et proclame « l’inutilité d’un quelconque projet de transformation rationnelle de la société » 32 .

Je sais même, grâce à Montesquieu, qu’on peut être Persan : mais quant

La croyance dans la transmutation, dans une véritable métamorphose, n’est pas guidée par l’idée d’une amélioration de l’homme mais peut-être par la croyance en une nécessaire rédemption collective. La transmutation serait bel et bien com- munautaire mais pas individuelle, car la « faute » (modernisme, progressisme, maté- rialisme) est collective et son rachat doit être collectif. Si le « retour à l’ordre naturel »

30. Joseph de Maistre, Considérations sur la France, Paris, Garnier, 1980, p. 64-65. Dans

le même esprit, Roger Holeindre, membre du bureau politique du FN, déclarait : « Les droits de l’Homme n’existent pas, il y a les droits du citoyen allemand, français, etc. », Radio courtoisie, 28 mai 1997. Alain de Benoist, quant à lui, écrivait : « Les libertés des Russes, des

Nous pouvons en parler. S’en tenir, par

Afghans, des Polonais, les libertés des peuples

contre, aux droits abstraits d’un homme universel, c’est probablement le moyen de n’en octroyer à aucun car les hommes existent. Mais l’homme abstrait n’existe pas », in: Alain

Benoist, Europe, Tiers-Monde : même combat, Paris, Robert Laffont, 1986, p. 212-213.

31. Luc Ferry et Alain Renaut, La pensée 68. Essai sur l’anti-humanisme contemporain,

Paris, Gallimard, 1985, p. 21.

32. Franco Ferrarotti, Histoire et histoires de vie. La méthode biographique dans les scien-

ces sociales, Paris, Méridiens Klincksieck, 1990, p. 70.

Sociétés n° 92 — 2006/2

70

Le sentier occulte

n’advient pas, « tout ne [sera] que chaos » 33 , et ce « chaos » fait figure de nemesis face à l’ubris déchaînée des modernes.

] pour qu’elle se

développe et épanouisse librement ses vertus profondes » 34 , il passe par une régres- sion collective dans « l’Éternel hier ». La transmutation s’effectue ainsi dans une redécouverte communautaire de l’identité qui prend la forme d’une rédemption, d’un rachat. L’idée est proche de la théorie développée par René Guénon dans La crise du monde moderne, mais, pour lui, seuls auront accès à la rédemption quel- ques élus. Si elle ne devait pas advenir, la conséquence en serait que la « civilisation devra[it] périr tout entière, parce qu’il n’y aurait plus en elle aucun élément utilisa- ble pour l’avenir, parce que toute trace de l’esprit traditionnel aura[it] disparu » 35 .

S’il y a en filigrane, dans le discours des droites extrêmes, l’idée d’un homme « nouveau » à venir, le modèle de celui-ci n’est pas dans le futur, comme dans le communisme, mais dans le passé, dans une illusion « rousseauiste » de « l’authen- ticité du naturel qui prévalait à l’origine » 36 .

On sait que le temps traditionnel est perçu comme un cycle civilisationnel vie- mort-résurrection ou encore développement-apogée-décadence (cf. Ernst Jünger et Drieu La Rochelle). La croyance dans la transmutation fait partie intégrante d’une théorie des cycles, et cette croyance confirme la proximité entre les thèmes déve- loppés par les droites extrêmes et celui de certaines sectes, que ce soit celui des mouvements dits du « Nouvel âge », « alternatifs », ou encore « orientalistes » 37 . Le millénarisme du discours lepéniste est également éclairant : « l’an 2000 sonnera le glas de notre patrie », s’exclamait Jean-Marie Le Pen à la fête de Jeanne d’Arc du 1 er mai 1997. Le chaos, la décadence, la chute sont des thèmes omniprésents dans les discours, des mots qui séduisent autant qu’ils effraient.

Dans une sorte de vertige nihiliste, le chaos n’est-il pas finalement souhaité, comme résolution des conflits, retour au néant primordial ? « Si la Raison doit appa- raître comme mesure et fin des Religions du mauvais infini, la Beauté comme ordon- natrice des Voluptés, il ne reste évidemment d’autre divinité que la Mort pour régir et restaurer les Harmonies », écrivait Pierre Boutang en évoquant Le chemin de Paradis de Maurras 38 .

S’il y a un projet libératoire, « libérer la personne humaine [

Le désir d’harmonie

Culte des morts et culte de la mort se rejoignent dans la même volonté de renouer avec l’harmonie, l’harmonie des fils avec les pères, du présent et du passé. Ce sentier

33. Bruno Mégret, Discours à la Convention des candidats du Front National, Lyon,

17 janvier 1998.

34. Léon Degrelle, cité par Maisonneuve, op. cit., p. 20.

35. René Guénon, La crise du monde moderne, Paris, Gallimard, 1973, p.188.

36. J.-L. Maisonneuve, op. cit.

37. Cf. Alain Gest et Jacques Guyard, Les sectes en France, Assemblée Nationale, Rap-

port n° 2468 fait au nom de la commission d’enquête sur les sectes, Paris, 1995, p. 49-57.

38. Pierre Boutang, Maurras, la destinée et l’œuvre, Paris, La Différence, 1993, p. 124.

Sociétés n° 92 — 2006/2

ALEXANDRE REYNES

71

occulte, selon l’expression d’Ernst Bloch, est emprunté par celui qui cherche à com- bler son désir de sens par des « Idéaux » ou des « Chimères » 39 , celui qui, en cher- chant à pénétrer les « mystères », appelle l’apocalypse qui verra la réunion de ce qui a été séparé.

Alexandre Douguine, théoricien de la nouvelle droite russe et du National Bol- chevisme, déclare : « Comme les véritables héritiers d’Héraclite, les nationaux- bolcheviques apporteront le Feu sur la terre, et leur cause irrationnelle humiliera la sagesse de ce monde, de la société ouverte de ces êtres qui ne sentent aucune nos- talgie des Origines, aucune douleur existentielle d’être séparé de l’Être Pur, aucune soif de l’initiation et de la réalisation spirituelle 40 . » Cette profession de foi exprime pleinement l’arrière-plan de discours publics maintenus dans une apparente cohé- rence par des impératifs de crédibilité. Mais de temps en temps, le fumet des déri- ves ésotériques s’exhale des discours et des propositions politiques.

L’essence même de la doctrine monarchiste légitimiste, dans son désir de réta- blissement de l’Être, est de nature ésotérique. La royauté sacrée en France, celle du roi très chrétien, fondée sur la magie du Sacre et de la Sainte-Onction, est assi- milée à l’expression d’un « être pur », qui aurait subi l’aliénation de ce que René Guénon a appelé le « Règne de la quantité » 41 , c’est-à-dire la modernité. C’est ce régime de « l’être pur » qu’il conviendrait de restaurer dans « l’unité principielle » 42 afin de sortir du « chaos social » 43 .

La pensée de rupture qui résulte du travail de deuil des garants invisibles, Dieu et son cortège de légitimations sacrales, suscite cette fascination pour la mort, comme territoire du sens caché, qu’il convient d’explorer et d’utiliser ; « la vraie vie est ailleurs » s’entend ici en dehors de la vie. Dans la célébration du culte des morts, culte du sacrifice et culte des ancêtres, le sens de la mort s’inverse, pour devenir une force mythique productive, une force dynamogénique qui soutiendra les rituels, appellera l’action politique, entraînera la foule réunie des militants.

Le secret, principe structurel

L’occulte n’est pas seulement une catégorie ontologique, il est une règle de fonc- tionnement structurel. Il n’est plus du domaine du discours, il ne porte pas sur l’être caché, mais devient raison sociologique des mouvements d’extrême-droite. La ten- dance, par exemple, à ne pas révéler tout de suite un certain nombre d’informations essentielles ou de préserver les membres du groupe d’une information objective

39. Ernst Bloch, Le Principe Espérance III. Les images-souhaits de l’Instant exaucé, Paris,

Gallimard, 1991, p. 327. Wunschbilder et Wunschtraüme sont ici traduits en français par « images-souhaits » et « rêves-souhaits », on leur préférera les mots « désirs » et « chimères ».

40. Alexandre Douguine, La métaphysique du National-Bolchevisme, traduit du russe.

41. René Guenon, Le règne de la quantité et le signe des temps, Paris, Gallimard, 1945,

et La crise du monde moderne, Paris, Gallimard, 1946.

42. René Guenon, La crise du monde moderne, Paris, Gallimard, 1973, p. 141.

43. Ibid.

Sociétés n° 92 — 2006/2

72

Le sentier occulte

sur lui-même, découle d’une volonté de monopolisation du sens par certains indi- vidus ; c’est par ailleurs peut-être la forme première d’une organisation collective stable et structurée.

Comme l’écrit Georg Simmel, « tant que la tradition immédiate, l’enseigne- ment individuel et surtout l’établissement de normes par des personnes détentrices de l’autorité déterminent encore la vie intellectuelle de l’individu, il est solidaire du groupe vivant qui l’entoure, et auquel il s’intègre : seul le groupe lui donne la pos- sibilité d’exister intellectuellement de façon accomplie » 44 . D’où une volonté de pré- server les contenus doctrinaux internes par la dénégation systématique des sources extérieures d’information et de savoir.

Dans le cas de l’extrême-droite française, on peut dire qu’il y a plusieurs ni- veaux dans la doctrine, auxquels « l’impétrant » est initié progressivement, mais qui ne sont pas dévoilés, ni dans les discours publics, ni dans les propositions politiques affichées dans les programmes électoraux.

Au premier niveau, les propositions politiques répondent à des impératifs de simplicité et sont adaptées au contexte politique et social. Aux problèmes d’iden- tité, de sécurité, de souveraineté, etc., sont offertes des solutions apparemment pragmatiques ou de bon sens qui ne reflètent aucune complexité. Destinées à capter un large public, elles sont diffusées dans les médias ou pendant les campagnes électorales, par l’intermédiaire de tracts, d’affiches ou de bulletins.

Au deuxième niveau, on trouve le programme politique interne, que l’on retrouve pendant les meetings, dans les réunions et autres conventions ou dans les médias

« amis ». Ici, les débats idéologiques sont plus ouverts et laissent apparaître les véri- tables enjeux et les véritables motivations politiques. Les ennemis sont plus claire- ment désignés et le discours est plus tranché.

Un autre niveau ne se dévoile que dans la pratique du militantisme et la fréquen- tation régulière des diverses manifestations et activités politiques. Ici, le véritable fonds idéologique s’affiche clairement dans un ensemble de discours, d’ouvrages de référence, de journaux à diffusion strictement interne, d’affinités littéraires, qui for- ment le principe « d’être-ensemble », la véritable « économie morale » du groupe, en traduisant la diversité des tendances.

Hannah Arendt, dans La Crise de la culture, analysant la structure des gouver-

nements totalitaires, propose un schéma d’organisation qui semble pouvoir en par- tie s’appliquer aux structures partisanes des mouvements nationalistes radicaux :

] sont reliées

« Toutes les parties, extraordinairement multiples, du mouvement, [

de telle manière que chacune constitue la façade dans une direction, et le centre

dans l’autre, autrement dit joue le rôle du monde extérieur normal pour une strate, et le rôle de l’extrémisme radical pour l’autre. […] Le grand avantage de ce sys-

] la fiction d’un

tème est que le mouvement fournit à chacune de ses couches [

monde normal en même temps que la conscience d’être différente de ce monde, et plus radicale que lui. Ainsi les sympathisants des organisations de façade, dont

44. Georg Simmel, Secret et sociétés secrètes, Paris, Circé, 1996, p. 70.

Sociétés n° 92 — 2006/2

ALEXANDRE REYNES

73

les convictions ne diffèrent qu’en intensité de celles des membres du parti, enca- drent tout le mouvement, et fournissent une façade trompeuse de normalité au

monde extérieur, du fait de leur absence de fanatisme et d’extrémisme

Il faut toutefois nuancer l’analogie. Il y a certes différents niveaux et différentes façades mais il semblerait plutôt que la façade de respectabilité soit fournie par les cadres « présentables », pudiquement retranchés derrière leurs propositions politi- ques, et que cette façade serve d’antichambre aux nouveaux arrivants. La strate inférieure serait composée de militants actifs, et le « saint des saints », de cadres et d’intellectuels « non présentables ». Structure « secrète » par excellence car elle repose sur la pénétration-initiation à différents niveaux jusqu’aux contenus politi- ques occultes 46 . À l’époque où s’exprime Hannah Arendt, les médias n’ont pas encore acquis d’autonomie et ne peuvent intervenir dans la dénonciation des faça- des trompeuses. Force est de constater qu’ils participent aujourd’hui à la construction d’une façade instituée des mouvements nationalistes et notamment du FN, sans remettre en cause l’ordonnance des différents niveaux de structure et de discours.

Michel Maffesoli évoque l’hypothèse d’une centralité souterraine, unifiante et ordonnatrice de l’être-ensemble, qui repose sur le partage du secret : « Chaque fois que l’on veut instaurer, restaurer, corriger un ordre des choses ou une commu- nauté, on fait fond sur le secret qui fortifie et conforte la solidarité de base 47 . »

Il s’agit bien ici d’une centralité souterraine qui garantit la stabilité de l’édifice. L’imposition de certaines normes dans le discours politique, qu’il s’agisse des lois réprimant les propos et écrits à caractère raciste ou antisémite ou tout simplement le conformisme social, entraînent le développement d’une véritable éthique du secret et de la dissimulation. Le fait n’est pas valable seulement pour le Front National, il l’est également pour d’autres mouvements, dont le discours s’est scindé en diffé- rents niveaux.

Loin d’avoir porté un coup à ces mouvements, l’imposition de normes juridi- ques restreignant l’expression d’un certain nombre d’opinions n’a fait que stimuler le développement d’une « centralité souterraine », c’est-à-dire d’une convivialité politique reposant sur le secret et sur la confiance. Elle est peut-être plus active et plus sournoise, puisqu’elle progresse masquée et repose sur un prosélytisme

» 45 .

45. Hannah Arendt, La Crise de la culture, Paris, Gallimard, 1972.

46. Structure très actuelle qui se répercute dans la présentation des droites nationalistes sur

Internet. Partant du site officiel du Front National et en parcourant les liens hypertexte « amis », tout se passait comme si l’on pénétrait plus avant dans les arcanes doctrinales dans le sens d’une « extrêmisation » du discours. L’interface virtuelle du Web reproduit la structure du mouvement comme celle de son discours, qui occulte et révèle à la fois. Ten- tons la métaphore : si l’on « clique » sur un mot d’un discours de Bruno Mégret, par exem-

ple, on accède à sa définition propre qui renvoie à d’autres « liens », qui dévoilent peu à peu, tant la complexité idéologique dont il relève que des sous-entendus qu’il comporte et qui en révèlent la radicalité.

47. Michel Maffesoli, « L’hypothèse de la centralité souterraine », International Review of

Community Development, 15/55 ; Montréal, 1986, p. 160.

Sociétés n° 92 — 2006/2

74

Le sentier occulte

« initiatique » 48 . Comme le souligne encore Michel Maffesoli, « la résistance adopte un profil bas par rapport aux exigences d’une bataille frontale, mais elle a l’avan- tage de favoriser la complicité entre ceux qui la pratiquent, et c’est là l’essentiel. Le combat a toujours un au-delà de lui-même, un au-delà de ceux qui le font : il y a toujours un objectif à atteindre. Par contre, les pratiques silencieuses sont avant tout organiques, c’est-à-dire que l’ennemi à moins d’importance que le liant social qu’elles sécrètent 49 . » La transmission de ce contenu « occulte » repose sur la « confiance », qui est, selon Simmel, la catégorie affective des liens réunissant la société secrète et qui re- pose sur des oppositions structurelles binaires du type intérieur/extérieur, ami/ennemi, inclus/exclu, vérité/mensonge. La « confiance », qui est partage du secret, s’avère particulièrement efficace, dans la mesure où elle isole celui qui la reçoit de l’extérieur et l’associe au nouveau groupe, lui montrant ainsi où sont ses « amis » et où se situe la « vérité ». Le secret joue un rôle défensif contre une extériorité perçue sous le jour de l’hostilité : « La pre- mière relation interne essentielle à la société secrète, c’est la confiance réciproque de ses éléments. Et celle-ci est nécessaire dans une mesure tout à fait particulière, parce que la finalité du secret est avant tout la protection », écrit encore Georg Simmel 50 . La « confiance » est d’ailleurs accordée très facilement si l’on possède quelques mots de passe. Il y a encore quelques années, une librairie parisienne était connue pour son orientation politique. Mais tel profane, parcourant les rayons, aurait con- clu qu’il s’agissait d’une librairie consacrée aux religions anciennes ou aux spiritua- lités initiatiques 51 . C’est d’ailleurs ainsi que le libraire caractérisait son échoppe auprès du visiteur de passage. Mais une conversation de quelques minutes suffisait à ouvrir le sous-sol de la boutique, où les discours de Léon Degrelle côtoyaient les ouvrages révisionnistes. L’expérience montre qu’il suffit d’exhiber quelques références propres aux con- tenus doctrinaux cachés, pour capter immédiatement la « confiance » de l’interlo- cuteur et se retrouver très rapidement considéré comme un « ami » de la cause. Ici, participer aux « fictions de l’autre » 52 est essentiel, voire indispensable, pour avoir accès à ce « sous-sol » doctrinal, qui reste, dans notre démarche, le lieu heuristique

48. Réprimer un discours xénophobe ou antisémite permet certes d’empêcher sa diffusion

immédiate, mais ne l’élimine pas irrémédiablement. Il subsiste cependant, masqué sous des formes édulcorées, acceptables, qui lui offrent un champ de diffusion beaucoup plus large. Ainsi, on peut très bien adhérer au Front National car on accorde un crédit aux propositions concernant le contrôle de l’immigration, ou la sécurité et se retrouver, à force de militan- tisme, séduit par des théories révisionnistes ou franchement racistes, comme cela se passe assez souvent, parce que l’on est introduit peu à peu au cercle chaleureux des « initiés ».

49. Michel Maffesoli, « L’hypothèse de la centralité souterraine », op. cit., p. 161.

50. Georg Simmel, Secret et sociétés secrètes, Paris, Circé, 1996, p. 62.

51. Il ne manquait en fait dans la vitrine, entre les ouvrages sur le druidisme ou l’ésoté-

risme initiatique, que deux pendules, un tarot et trois boules de cristal

52. Cf. Emmanuel Lazega, Introduction à l’ouvrage de Franco Ferrarotti, Histoire et histoi-

res de vie. La méthode biographique dans les sciences sociales, Paris, Méridiens Klincksieck, 1990, p. 17.

Sociétés n° 92 — 2006/2

ALEXANDRE REYNES

75

par excellence. Dans ce cas, faire semblant de savoir, si l’on ne sait pas, est toujours préférable à poser des questions.

Tout élément extérieur, analyse ou discours, est rejeté au registre de la fausseté ou du mensonge – ce qui concourt à donner aux mouvements en question une forme paranoïde. Tout comme pour les sociétés secrètes décrites par Simmel, le savoir objectif rompt le lien de solidarité entre les individus et perturbe le « flux de sève organique » qui maintient la cohésion du groupe. Il tendra toujours à détruire l’édifice doctrinal du groupe, sa fiction, son hallucination, en faisant vaciller la raison interne qui lui donne sa cohérence.

Il en est de même pour le discours du leader qui doit toujours suggérer qu’il détient la vérité, qu’il sait qu’on nous cache quelque chose, par une dénonciation répétitive et incessante des complots et des mensonges de l’extérieur dont lui seul connaît la finalité. Ce qui lui accorde le statut de chef, c’est justement qu’il sait. Ici, le fait de détenir l’information, d’être « dans le secret », est l’instrument d’une hié- rarchisation au sein du mouvement où la parole du leader est révélation de la vérité cachée. Mais, celle-ci, après révélation, devenant commune à tous les membres du groupe, la nécessité s’impose d’avoir constamment quelque chose à révéler. Une fois passé le stade du dévoilement, maintes fois répété, décliné, amplifié, il est indis- pensable pour garantir la vie même du groupe d’inventer de nouvelles machina- tions, de nouveaux mensonges à dénoncer, de nouveaux ennemis à désigner. D’où cette phobie (philie ?) du complot, développée par des droites nationalistes, qui voient constamment se lever des coalitions ennemies, agir des lobbies et des groupes d’influence, se monter des machinations occultes. Phobie qui fait d’ailleurs office de grille de lecture des événements historiques depuis 1789 53 et perpétue l’idée énoncée par un Balzac légitimiste dans L’envers de l’histoire contemporaine, chère à tout le XIX e siècle, selon laquelle il y a deux histoires : « l’histoire officielle men- teuse, qu’on enseigne ad usum Delphini ; puis l’histoire secrète, où sont les vérita- bles causes des événements, une histoire honteuse ».

Aux vieilles conspirations judéo-maçonniques qui font toujours recette 54 , se sont ajoutés au fil du temps des éléments plus neufs : le Bnaï Brith, « les Fils de l’Alliance »,

, Librairie Française, 1974. L’auteur procède à une relecture de l’histoire depuis la Révolu- tion française, sous le jour du complot en égrenant des citations censées étayer sa thèse principale selon laquelle « un petit nombre d’“initiés” appartenant à la haute finance inter- nationale, poursuit actuellement le vieux rêve messianique d’un empire universel sous l’autorité d’une oligarchie apatride », p. 7.

54. En témoigne la récurrence du mythe du complot juif, largement étayé par les réédi-

53. Cf., par exemple, l’ouvrage de Jacques Bordiot, Une main cachée dirige

Paris, La

tions successives de l’apocryphe pragois d’Hermann Goedzsche, Les Protocoles des Sages de Sion, ou encore la demande officielle d’interdiction du Grand Orient de France, dans un communiqué de presse de Bruno Gollnisch, membre du bureau politique du FN, datée du 28 avril 1997 : « Cette secte fonctionnant selon les méthodes d’une société secrète a infiltré les rouages de l’administration, du Parlement, du Gouvernement, de l’Économie,

des médias, de la magistrature, de l’enseignement, de l’armée, jusqu’au plus haut niveau.

Ces raisons justifient amplement la dissolution d’une secte dangereuse et néfaste pour l’État comme pour la Nation. »

[

]

Sociétés n° 92 — 2006/2

76

Le sentier occulte

association qualifiée de « franc-maçonnerie juive », la commission trilatérale, la haute finance, « les deux cents familles », le complot mondialiste, « le parti de l’étranger », la coalition médiatique, la « bande des quatre » 55 , l’establishment (rebaptisé « éta- blissement »), etc.

Toujours réinventé, réactualisé, le complot se dévoile, apportant avec sa révé- lation l’élément d’explication rationnel attendu d’une situation politique. Une ratio- nalité toute interne au discours du groupe, cela va sans dire.

Produire un secret à partager, une vérité particulière et commune au groupe, qui diffère de la vérité « extérieure », développe une sociabilité oppositionnelle et resserre les liens de solidarité. Cependant, Simmel souligne l’aspect transitoire du secret, temporaire, puisque, dès lors qu’il est partagé, il n’en est plus un. Le secret serait donc, d’après lui, le mode d’existence de contenus à l’état naissant ou bien à l’opposé, à l’état déclinant. Mais ne négligeons pas que c’est aussi cette forme temporaire du secret qui en fait l’instrument d’une dynamique politique dans le mouvement d’occultation-révélation que nous avons décrit.

Faut-il alors voir ici dans les contenus doctrinaux cachés des valeurs déclinan- tes ou des valeurs ascendantes ? À vrai dire, on ne peut formellement que leur accorder un caractère oppositionnel. Michel Maffesoli souligne le rôle résistant du secret : « La confiance qui s’établit entre les membres du groupe s’exprime par des rituels, des signes de reconnaissance spécifiques, qui n’ont pas d’autre but que de fortifier le petit groupe contre le grand groupe 56 . »

Puisque dominent une conception cyclique du temps fondée sur l’espérance du retour, et une conception de l’Être reposant sur la permanence d’un noyau de valeurs intangibles, ces contenus cachés – qui dans leur diversité témoignent comme signes de cette essence préservée dans l’attente d’une résurgence – ne peuvent être considérés ni comme des idées in statu nascendi ni comme des valeurs archaïques, en proie à une irrémédiable sénescence, et dont le secret serait le dernier refuge avant la disparition.

Si ces valeurs, pour le moins alternatives, ne font pas partie de l’instituant, elles ne sont pas non plus des valeurs destituées. Le misonéisme des droites nationalis- tes implique également qu’il n’y a rien d’ancien, puisque la « vérité » est ailleurs, c’est-à-dire au-delà du temps.

On retrouve toujours ici les deux archétypes dominants : l’être caché-préservé et le temps cyclique, cette « route qui monte et qui descend et qui est une seule et même route » 57 , selon Héraclite, deux archétypes qui vont substruire l’ensemble des mythologiques nationalistes.

55. Expression employée par Jean-Marie Le Pen lorsqu’il fait référence aux quatre partis

politiques PC, PS, RPR, UDF.

56. Michel Maffesoli, « L’hypothèse de la centralité souterraine », International Review of

Community Development, 15/55; Montréal, 1986, p. 161. Ce comportement peut égale- ment nous faire songer à la morale des petits clans enfantins, ou au discours des amants,

en somme, à la morale du groupe restreint.

57. Aurobindo Shrî, Héraclite, Lyon, Paul Derain, 1951, p. 34.

Sociétés n° 92 — 2006/2