Vous êtes sur la page 1sur 274

Annales d’internat en pharmacie

Questions classés par cours

Par : Boudia Brahim (Ancien étudiant en pharmacie)


Annales d’internat en pharmacie

Table des matières


Biochimie clinique
1. Exploration du métabolisme glucidique .......................................................................................... 6
2. Troubles de l'équilibre acidobasique............................................................................................. 13
3. Exploration fonctionnelle du rein .................................................................................................. 18
4. Exploration du métabolisme lipidique .......................................................................................... 23
5. Troubles de l’équilibre hydro-électrolytique................................................................................. 30
6. Exploration du métabolisme protéique ........................................................................................ 35
7. Exploration fonctionnelle du foie .................................................................................................. 41
8. Exploration fonctionnelle du pancréas ......................................................................................... 50
9. Exploration du métabolisme phosphocalcique ............................................................................. 52
10. Dysfonctionnements thyroïdiens .............................................................................................. 59
11. Dysfonctionnements corticosurrénaliens ................................................................................. 64
12. Divers ......................................................................................................................................... 71

Hématologie
1. La lignée érythroblastique ............................................................................................................. 78
2. Les anémies ................................................................................................................................... 82
3. La leucémie .................................................................................................................................... 91
4. Polyglobulies.................................................................................................................................. 97
5. Traitement anti-thrombotique ...................................................................................................... 99
6. Physiologie de l’hémostase ......................................................................................................... 102
7. Pathologies de l’hémostase......................................................................................................... 105
8. Immuno-hématologie .................................................................................................................. 115
9. Divers ........................................................................................................................................... 120

Microbiologie
1. Les antibiotiques ......................................................................................................................... 123
2. La résistance bactérienne aux antibiotiques ............................................................................... 136
3. Les entérobactéries ..................................................................................................................... 139
4. Haemophilus influenzae .............................................................................................................. 142
5. Pseudomonas aeruginosa ........................................................................................................... 144
6. Listeria monocytogenes .............................................................................................................. 147

2
Annales d’internat en pharmacie

7. Staphylocoques ........................................................................................................................... 149


8. Streptocoques ............................................................................................................................. 152
9. Neisseria ...................................................................................................................................... 155
10. Clostridium .............................................................................................................................. 159
11. Mycobacterium tuberculosis ................................................................................................... 161
12. Treponema .............................................................................................................................. 164
13. Chlamydia ................................................................................................................................ 167
14. Legionella................................................................................................................................. 169
15. Les herpès virus ....................................................................................................................... 170
16. virus de la grippe ..................................................................................................................... 175
17. Hépatite virale ......................................................................................................................... 177
18. Le virus de l'immunodéficience humaine................................................................................ 184
19. Divers ....................................................................................................................................... 187

Parasitotologie et mycologie
1. Protozoaires intestinales : Amibiase, Giardiose. ......................................................................... 200
2. Trichomonose urogénitale .......................................................................................................... 203
3. Paludisme .................................................................................................................................... 205
4. La toxoplasmose .......................................................................................................................... 210
5. Leishmaniose ............................................................................................................................... 215
6. Fasciolose à Fasciola hepatica ..................................................................................................... 216
7. Bilharziose à Schistosoma mansoni............................................................................................. 219
8. Téniasis à Tænia saginata ............................................................................................................ 221
9. Echinococcus granulosus ............................................................................................................. 223
10. Oxyurose.................................................................................................................................. 224
11. Anguillulose ............................................................................................................................. 226
12. Candida albicans ...................................................................................................................... 228
13. Cryptococcus neoformans ....................................................................................................... 230
14. Aspergillus fumigatus .............................................................................................................. 231
15. Infections à dermatophytes (Microsporum canis, Trichophyton
rubrum, Trichophyton mentagrophytes) ............................................................................................ 233
16. Pneumocystoses ...................................................................................................................... 236
17. Divers ....................................................................................................................................... 237

3
Annales d’internat en pharmacie

Immunologie
1. Les organes lymphoïdes .............................................................................................................. 241
2. Les lymphocytes .......................................................................................................................... 243
3. Le système HLA............................................................................................................................ 247
4. Les cellules du système immunitaire........................................................................................... 250
5. Cytokine et chimiokine ................................................................................................................ 254
6. Les immunoglobulines ................................................................................................................. 255
7. Le complément ............................................................................................................................ 260
8. Les états d’hypersensibilité ......................................................................................................... 262
9. Les maladies auto-immunes ........................................................................................................ 264
10. Syndrome d'immunodéficience acquis ................................................................................... 267
11. Divers ....................................................................................................................................... 269

4
Annales d’internat en pharmacie

Biochimie clinique

5
Annales d’internat en pharmacie

1. Exploration du métabolisme glucidique


 Généralités :

1. Parmi les différents types de cellules existant dans le pancréas, quelles sont celles qui sécrètent
l'insuline ?

A. Cellules alpha
B. Cellules bêta
C. Cellules delta
D. Cellules canaliculaires
E. Cellules acineuses B

2. Indiquer parmi les hormones suivantes, celle qui est sécrétée par les cellules A des ilots de
Langerhans ?

A. Insuline
B. Sécrétine
C. Bombésine
D. Glucagon
E. Gastrine D

3. Parmi les actions de l'insuline sur les voies métaboliques, quelle(s) est(sont) celle(s) qui est(sont)
exacte(s) ?

A. L'insuline active la voie de la glyconéogenèse


B. L'insuline active la voie oxydative des acides gras
C. L'insuline active la voie de la glucogénèse
D. L'insuline favorise le stockage des lipides dans l'adipocyte
E. L'insuline active la voie de la cétogénèse D

4. Parmi les propositions suivantes concernant l'insuline, quelle(s) est (sont) la (les) réponse(s)
exacte(s) ?

A. Agit sur des récepteurs spécifiques couplés à une protéine Gs


B. Favorise l'utilisation cellulaire du glucose
C. Diminue la lipolyse
D. Augmente la formation des corps cétoniques
E. Diminue le catabolisme des protéines BCE

5. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui est (sont) exacte(s). L'insuline :

A. Provoque l'inhibition de la gluconéogenèse hépatique


B. Entraîne l'augmentation du transport de glucose au travers de la membrane plasmatique des
cellules musculaires
C. Provoque l'inhibition de la glycogénogenèse hépatique
D. Provoque l'inhibition de la lipolyse (hydrolyse du triacylglycérol) dans l'adipocyte
E. Peut être administrée par voie IV lors d'un coma acidocétosique ABDE

6
Annales d’internat en pharmacie

6. Parmi les propositions suivantes, laquelle de ces affirmations est fausse ? L’insuline :

A. Inhibe la lipolyse
B. Stimule la lipoprotéine lipase
C. A une action anabolique sur la synthèse des protéines
D. Favorise la glycogénogénèse
E. Favorise la cétogenèse E

7. Parmi les propositions suivantes, indiquez celle qui est inexacte: la concentration plasmatique
du glucose:

A. Est variable au cours de la journée


B. Est plus faible chez le nouveau-né que chez l'adulte sain
C. Est plus élevée que dans le liquide céphalo-rachidien
D. Est augmentée à la suite de l'action de l'insuline
E. Influence l'osmolarité D

8. Concernant la régulation de la glycémie, quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s) :

A. Les récepteurs GLUT 2 sont situés dans le foie et dans le pancréas


B. Les tissus insulinodépendants sont ceux exprimant les GLUT 1, 2, 3 et 5
C. Dans le foie et le pancréas, il y a une forma particulière de glucokinase : l'hexokinase
D. La glycogène synthase est active si elle est déphosphorylée
E. La glycogénolyse est exclusivement hépatique AD

9. Parmi les suivantes, quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s) ?

A. GLUT 2 permet l'entrée du glucose plasmatique dans les cellules hépatiques


B. Le glucagon diminue la néoglucogenèse
C. Les corps cétoniques sont synthétisés dans les muscles
D. GLUT 4 est le principal transporteur de glucose au niveau du tissu musculaire
E. Au niveau hépatique, l'insuline active la synthèse du glycogène ADE

10. Parmi les propositions suivantes concernant la régulation de la glycémie, indiquer celle(s) qui
est (sont) exacte(s).

A. La glycogène phosphorylase stimule la glycogénolyse lorsqu'elle est phosphorylée


B. La protéine kinase A permet d'augmenter indirectement la phosphorylation de la glycogène
phosphorylase
C. Le glucagon stimule la glycogénogenèse
D. Le cortisol est hypoglycémiant
E. Les récepteurs Glut2 hépatiques ne sont pas sensibles à l'action de l'insuline ABE

11. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s)? La gluconéogénèse :

A. Contribue à la régulation de la glycémie


B. Est majoritairement réalisée dans le foie
C. Est importante pour un rapport insulinémie/glucagonémie élevé
D. Implique des échanges de substrat au travers de la membrane interne des mitochondries
E. Est stimulée par le cortisol ABDE

7
Annales d’internat en pharmacie

12. Parmi les molécules suivantes, indiquer celle(s) qui favorise (nt) l'activation de la glycogène
phosphorylase ?

A. L'insuline
B. L'A.C.T.H.
C. Le glucagon
D. L'adrénaline
E. Le cortisol CD

13. Parmi les propositions suivantes donner la(les) réponse(s) exacte(s). Le glycogène :

A. Du muscle, est utilisable pour recharger la glycémie


B. Libère du glucose-1-phosphate grâce à une phosphorylase phosphorylée
C. Du foie voit sa dégradation (glycogénolyse) stimulée par le glucagon
D. Pour être formé nécessite la présence de glycogène synthétase phosphorylée
E. Est formé en plus grande quantité lors de l’insulino-sécrétion BCE

14. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? Le peptide C…

A. a un temps de demi-vie inférieur à l’insuline


B. n’a aucune activité biologique
C. est libéré en même temps que l’insuline
D. n’est pas dosable dans les urines
E. n’est pas interprétable chez les diabétiques de type I traités BC

15. Parmi les affirmations suivantes, laquelle est inexacte ? Le peptide C…

A. Est produit équimolairement à l’insuline


B. N’a pas d’activité biologique connue
C. Est linéaire
D. A une demi-vie trois fois plus courte que celle de l’insuline
E. Est produit par les cellules β des ilôts de Langerhans D

16. Parmi les affirmations suivantes concernant le peptide C, quelle est celle qui est fausse ?

A. La production endogène de peptide C est équimolaire à la sécrétion insulinique


B. Le dosage de peptide C peut être réalisé dans le sérum ou les urines
C. Le peptide C est constitutif de la pro-insuline
D. Comme l'insuline, le peptide C se fixe sur les sites récepteurs des cellules-cibles
E. Dans le diabète insulinodépendant, le taux du peptide C est fortement abaissé D

 Exploration du métabolisme glucidique :

17. Le diagnostic du diabète sucré est fait sur :

A. la mise en évidence d'une glycosurie


B. une glycémie à jeun confirmée supérieure ou égale à 7,0 mmol/L
C. une glycémie supérieure ou égale à 8,0 mmol/L après un repas
D. l'apparition de complications vasculaires

8
Annales d’internat en pharmacie

E. une hypertriglycéridémie isolée B

18. Indiquer le ou les examen(s) pratiqué(s) dans le suivi et la surveillance d'un sujet diabétique :

A. Fer sérique
B. Hémoglobine A1c
C. Micro-albuminurie
D. Bilirubinémie
E. Phosphatase alcaline sérique BC

19. Parmi les propositions suivantes, quels sont les principaux facteurs de risque du diabète ?

A. Facteurs génétiques
B. Hypertension artérielle
C. Antécédents d'alcoolisme
D. Surcharge pondérale
E. Antécédents de maladies cardio-vasculaires AD

20. Parmi ces propositions concernant le diabète de type I, lesquelles sont inexactes ?

A. C'est une maladie auto-immune


B. Il s'agit d'une insulinorésistance
C. C'est le plus fréquent des diabètes
D. On retrouve fréquemment les symptômes cardinaux
E. Le traitement principal est l'insulinothérapie BC

21. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) caractérise(nt) le diabète insulino-
dépendant ?

A. Insulinémie normale ou élevée


B. Tendance à la cétose
C. Apparition le plus souvent chez le sujet jeune
D. Surcharge pondérale fréquente
E. Association à certains gènes d’histocompatibilité BCE

22. Quelles sont les propositions fausses à propos du diabète de type 1 ?

A. Sa prévalence est supérieure à celle du diabète de type II en France


B. C’est une maladie auto-immune
C. L’hypoglycémie induit une réponse parasympathique
D. Le déficit en insuline conduit l’organisme à utiliser les lipides comme principale source
d’énergie
E. Le diagnostic se fait sur un prélèvement de sang d’un sujet à jeun depuis huit heures ACE

23. Dans un diabète de type 1 non traité, on observe :

A. Une hyperinsulinémie à jeun


B. Un abaissement de la concentration du peptide C plasmatique
C. L'apparition possible de corps cétoniques dans les urines
D. Une diminution de la concentration plasmatique des acides gras libres
E. Une augmentation de l'HbA1c BCE

9
Annales d’internat en pharmacie

24. L'hyperglycémie chez un diabétique insulino-dépendant :

A. Provient en partie de l'augmentation de la gluconéogénèse hépatique


B. Est la conséquence d'un défaut d'entrée de glucose dans les cellules musculaires
C. Est due à une élévation du seuil rénal d'élimination du glucose
D. Provoque une hyperhydratation du compartiment intracellulaire
E. Entraîne la glycation non enzymatique des protéines membranaires ABE

25. Parmi les affirmations suivantes concernant le diagnostic du diabète, quelles sont celles qui
sont exactes ?

A. Un diagnostic de diabète est posé si 2 glycémies à jeun sont retrouvées deux jours différents
supérieures à 1,26 g/L
B. Un diagnostic de diabète est posé si 2 glycémies à jeun sont retrouvées deux jours différents
supérieures à 6 mM
C. Un diagnostic de diabète est posé si une glycémie supérieure à 2 mM est retrouvée à n'importe
quel moment de la journée
D. Dans l'épreuve d'hyperglycémie provoquée par voie orale, 75g de glucose dans 300 mL sont
ingérés en 5min. Les glycémies sont mesurées à t + 2 heures et à t + 4 heures.
E. Les glycémies d'un diabétique deux heures après une épreuve d'HGPO seront supérieures à
2g/L ou 11,1 mM. AE

26. Indiquer la(les) proposition(s) exacte(s) caractérisant le diabète de type 2 :

A. Il survient le plus souvent chez des sujets de plus de 40 ans


B. Il se caractérise par une destruction auto-immune du pancréas
C. La glycémie à jeun est supérieure à 1,26 g/L (7,0 mmol/L) (dosage effectué à deux reprises)
D. Il est déterminé essentiellement par des facteurs génétiques
E. Il se complique souvent par une acidocétose ACD

27. Le diabète de type 2 :

A. est plus courant chez la personne jeune


B. nécessite l’administration d’insuline quotidiennement
C. est suivi par la mesure de l’HbA1C
D. est réversible C

28. Concernant le diabète gestationnel, quelles sont les réponses exactes :

A. Le dépistage est obligatoire chez la femme enceinte


B. Le dépistage se fait par l’HGPO
C. Si la glycémie à jeun est supérieure à 1,30g/L, le test O’Sullivan sera positif
D. La glycémie à 1 heure doit être inférieure à 1,30g/L
E. Il peut nécessiter la prescription de metformine CD

29. Chez un sujet diabétique, indiquer le signe qui caractérise précocement l'atteinte glomérulaire:

A. Diminution de la clairance à la créatinine


B. Présence de germes dans les urines
C. Hématurie
D. Microalbuminurie

10
Annales d’internat en pharmacie

E. Augmentation des leucocytes minute D

30. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) permette(nt) d’évaluer le bon équilibre
d’un diabétique traité par l’insuline :

A. L’hémoglobine glyquée normale


B. La présence d’une cétonurie
C. Un cycle glycémique normal
D. Un chiffre normal de peptide C urinaire
E. L’absence d’hypoglycémie ACE

31. Parmi les propositions suivantes concernant l'hémoglobine glyquée, indiquer celle(s) qui est
(sont) exacte(s) :

A. Il s'agit d'une fraction de l'hémoglobine ayant fixé du glucose par une réaction non
enzymatique
B. Elle est utilisée comme une mémoire des variations de la glycémie portant sur les 20 jours
précédent l'examen
C. Elle représente normalement environ 6% de l'hémoglobine totale
D. Elle comporte plusieurs fractions dont la plus importante est la fructosamine
E. Elle a un comportement chromatographique différent de celui de l'hémoglobine non glyquée

ACE

32. Laquelle (lesquelles) de ces affirmations est (sont) juste(s) ? L’HbA1C…

A. se dose après prélèvement sur tube sec


B. est dosable par chromatographie d’affinité
C. résulte de la fixation enzymatique du glucose sur l’hémoglobine
D. reflète l’équilibre glycémique sur les deux dernières semaines
E. est dosable par colorimétrie BE

33. Parmi les méthodes analytiques suivantes, la (lesquelles) peut (peuvent) être utilisé(s) pour
doser le glucose ?

A. Spectrophotométrie avec un réactif approprié


B. Dosage acido-basique
C. Réaction enzymatique
D. Réaction de complexation avec un ion métallique
E. Spectrofluorimétrie moléculaire AC

34. Chez un sujet diabétique, indiquer le signe qui caractérise précocément l'atteinte glomérulaire:

A. Diminution de la clairance à la créatinine


B. Présence de germes dans les urines
C. Hématurie
D. Microalbuminurie
E. Augmentation des leucocytes minute D

35. Parmi les causes d'apparition de l'hypercétonémie rencontrée au cours de l'acidose diabétique,
laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

11
Annales d’internat en pharmacie

A. Diminution de la concentration intracellulaire en glucose


B. Carence insulinique
C. Accroissement de la lipogenèse
D. état de déshydratation
E. Production excessive de corps cétoniques par le foie ABDE

36. Parmi les propositions suivantes, lesquelles sont exactes : le coma diabétique hyperosmolaire :

A. Est toujours grave


B. Il n’y a pas de cétose
C. La glycosurie est massive
D. L’osmolarité plasmatique est très augmentée
E. Il provoque une déshydratation extracellulaire ABCDE

37. Dans le coma diabétique par acidocétose, quelles sont les anomalies biologiques
habituellement retrouvées ?

A. Une augmentation du trou anionique plasmatique


B. Une augmentation de la pCO2 sanguine
C. Une hypokaliémie
D. Une diminution de l'hématocrite
E. Une augmentation du bêta-hydroxy-butyrate plasmatique AE

38. Parmi les propositions suivantes concernant l'acido-cétose diabétique, donner celle(s) qui est
(sont) exacte(s).

A. Elle s'accompagne d'une acidose métabolique


B. Elle peut être le mode de révélation d'un diabète de type 1
C. Elle s'accompagne d'un hypercatabolisme protéique musculaire
D. Elle est caractérisée par la présence d'une protéinurie de Bence-Jones
E. Elle est la conséquence d'une insulinopénie ABCE

12
Annales d’internat en pharmacie

2. Troubles de l'équilibre acidobasique


 Généralités :

1. Parmi les propositions suivantes, donner la (les) réponse(s) exacte(s). L'équation d'Henderson -
Hasselbach, qui rend compte de l'équilibre ionique des bicarbonates dans le sang, a pour
expression(s) :

A. pH = 6,1 + log [HCO3-] / [H2CO3]


B. pH = 6,1 + log [HCO3-] / α pCO2
C. pH = 6,1 + log [CO2] /[H2CO3]
D. pH = 6,1 - log [HCO3-] / [H2CO3]
E. pH = 6,1 + log [CO32-] / [HCO3-] AB

2. Quelles sont les propositions vraies à propos de l’équilibre acido-basique ?

A. Le CO2 est la principale substance acide produite par l’organisme


B. L’hémoglobine ne participe pas au maintien de cet équilibre
C. Son exploration peut se faire sur sérum ou sang total
D. Une alcalose induit forcément une augmentation du pH sanguin
E. Les deux principaux organes régulateurs sont le rein et le poumon AE

3. Parmi les propositions suivantes concernant l'équilibre acido-basique, donner la (les) réponse(s)
exacte(s) :

A. La vitesse de diffusion de l'oxygène au sein du tissu pulmonaire est plus élevée que celle du
CO2
B. L'aldostérone favorise l'élimination urinaire des protons
C. Pour la détermination des gaz du sang, la présence de bulle d'air dans la seringue du
prélèvement modifie de manière significative la PaCO2
D. Une alcalose métabolique est généralement observée au cours des déshydratations
extracellulaires
E. Chez l'individu normal, la concentration de bicarbonates dans l'urine est pratiquement nulle
BDE

4. Parmi la(les) proposition(s) suivante(s), quelle(s) est(sont) la(les) proposition(s) exacte(s) ? Une
diminution des bicarbonates sanguins s'observe au cours d'une :

A. Acidose métabolique
B. Acidose respiratoire aiguë
C. Acidose respiratoire chronique
D. Alcalose métabolique
E. Alcalose respiratoire compensée AE

13
Annales d’internat en pharmacie

 Troubles de l'équilibre acidobasique :

5. Concernant les acidoses métaboliques, quelle est la réponse fausse :

A. Les chlorures sont abaissés


B. Le potassium est souvent augmenté
C. Le patient est en hyperventilation
D. La pCO2 est diminuée
E. Le trou anionique peut être normal A

6. Parmi ces propositions, quel(s) est (sont) le (les) mécanisme(s) physiologique(s) qui
peut(peuvent) être impliqué(s) pour corriger une acidose métabolique ?

A. Hyperventilation
B. Augmentation de la pression artérielle
C. Excrétion rénale de protons
D. Réabsorption rénale de bicarbonates
E. Diminution de la production d'aldostérone ACD

7. Parmi les propositions suivantes, quelle est celle qui n'est pas responsable d'acidose
métabolique :

A. Insuffisance rénale
B. Vomissements
C. Coma acidocétosique
D. Intoxication au Polyéthylène Glycol
E. Diarrhées chroniques B

8. Parmi les situations suivantes, laquelle(lesquelles) s'accompagne(nt) d'une acidose métabolique


?

A. Intoxication par l'aspirine


B. Vomissements
C. Complication d'un traitement par la metformine chez une insuffisante rénale chronique
D. Intoxication barbiturique
E. Surdosage en insuline AC

9. Parmi ces signes, le(s)quel(s) est(sont) présent(s) lors d’une acidose métabolique ?

A. Hypokaliémie
B. Taux de bicarbonates abaissé
C. pCO2 abaissé
D. Dyspnée de Kussmaül
E. Hypernatrémie BCD

14
Annales d’internat en pharmacie

10. Parmi les propositions suivantes, indiquez celle(s) qui est (sont) exacte(s) : Lors d'une acidose
respiratoire en cours de compensation, on peut observer :

A. Une augmentation du pH
B. Une augmentation des bicarbonates
C. Une diminution des bicarbonates
D. Une augmentation de la pO2
E. Une diminution de la pCO2 B

11. Parmi les situations suivantes, laquelle n’est pas une cause d’acidose métabolique ?

A. Diarrhée aiguë
B. Diabète de type I décompensé
C. Vomissements répétés
D. Intoxication par l’éthylène glycol
E. Insuffisance rénale terminale C

12. Parmi les propositions suivantes lesquelles sont exactes ? Une acidose métabolique :

A. Peut-être la conséquence d'une production accrue de lactate


B. Impose une surveillance de la survenue d'une hyperkaliémie
C. Est caractérisée par un pH bas est un CO2 total plasmatique élevé
D. Peut-être provoquée par une intoxication par les salicylés chez l'enfant
E. Peut s'accompagner d'une augmentation du trou anionique plasmatique ABDE

13. Parmi les propositions suivantes, une seule est exacte : la compensation de l'acidose
métabolique s'exprime par :

A. Une augmentation de [HCO3]-


B. Une augmentation de [HCO3]- avec une baisse de pCO2
C. Une augmentation de [HCO3]- avec une augmentation de pCO2
D. Une baisse de [HCO3]- avec une augmentation de pCO2
E. Une baisse de [HCO3]- avec une baisse de pCO2 E

14. Certaines substances induisent des intoxications pouvant s'accompagner d'acidose


métabolique, lesquelles ?

A. Benzodiazépines
B. Salicylés
C. Ethylène glycol
D. Intoxication éthylique aiguë
E. Méprobamate BCD

15. Parmi les paramètres suivants, quel est celui qui permet de différencier une acidose
respiratoire chronique d'une acidose respiratoire aiguë?

A. SgA pH
B. SgA pCO2
C. SgA Bicarbonate
D. SgA pO2
E. Sg Saturation en oxygène C

15
Annales d’internat en pharmacie

16. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) observée(s) au cours d’une
acidose respiratoire :

A. Hypochlorémie
B. Hypercapnie
C. Hypoxémie
D. pH < 7 ,35
E. Hyperkaliémie ABCDE

17. Un patient présente le bilan gazeux artériel suivant : pH = 7,04 pCO2 = 22 mm Hg pO2 = 130
mm Hg lactates = 14,7 mmol/L HCO3- = 8,4 mmol/L

A. Acidose respiratoire compensée


B. Alcalose métabolique compensée
C. Insuffisance rénale chronique
D. Acidose métabolique avec tentative de compensation
E. Alcalose respiratoire avec tentative de compensation D

18. Parmi les pathologies citées, quelle(s) est(sont) celle(s) qui est(sont) à l'origine d'une acidose
métabolique sans augmentation du trou anionique plasmatique ?

A. Acidocétose diabétique
B. Diarrhées
C. Insuffisance rénale chronique
D. Hypo-aldostéronisme
E. Acidoses tubulaires rénales BDE

19. Parmi les propositions suivantes, dans quel(s) cas peut-on retrouver une acidose métabolique à
trou anionique augmenté ?

A. Coma acidocétosique secondaire à une décompensation chez un diabétique de type 1


B. Intoxication aux salicylés
C. Intoxication à l'éthylène glycol
D. Intoxication au monoxyde de carbone
E. Surdosage en metformine ABCDE

20. Les résultats suivants : pH = 7,25 ; Sg - A - pCO2 = 58 mmHg ; Sg - A - HCO3 - = 26 mmol/L sont
caractéristiques du trouble acidobasique suivant :

A. Acidose métabolique avec compensation respiratoire


B. Alcalose métabolique avec compensation respiratoire
C. Acidose respiratoire chronique avec compensation rénale
D. Alcalose respiratoire chronique avec compensation rénale
E. Acidose respiratoire aiguë non compensée E

21. Donner la ou les réponses. Une alcalose métabolique se caractérise par :

A. Un taux de bicarbonates plasmatiques supérieur à 26 mmol/L


B. Une hyperkaliémie
C. Une PaCO2 normale
D. Un pH sanguin inférieur à 7,30

16
Annales d’internat en pharmacie

E. Une hypoventilation AE

22. Parmi les propositions suivantes concernant les alcaloses métaboliques décompensées, une
seule est fausse. Laquelle?

A. pH sanguin augmenté
B. bicarbonates plasmatiques augmentés
C. pC02 artérielle abaissée
D. hypokaliémie
E. hypochlorémie C

23. Parmi les propositions suivantes concernant les alcaloses métaboliques, quelles sont les
propositions exactes ?

A. On observe une augmentation des bicarbonates plasmatiques


B. Elles peuvent être causées par des vomissements répétés
C. On peut observer une augmentation du trou anionique
D. On peut observer une hypokaliémie
E. On peut observer une hypochlorémie ABDE

24. Parmi les propositions suivantes, quelle(s) est(sont) celle(s) qui peu(ven)t être responsable(s)
d’alcalose métabolique ?

A. Syndrome de Cushing
B. Hyperaldostéronisme secondaire
C. Traitement par diurétique
D. Asthme
E. Diarrhées ABC

25. Parmi les perturbations biologiques citées, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) observée(s)
au cours des vomissements répétés?

A. Augmentation du pH sanguin
B. Diminution de la SgA pCO2
C. Augmentation du SgA Bicarbonate
D. Augmentation du trou anionique plasmatique
E. Hypochlorémie ACE

17
Annales d’internat en pharmacie

3. Exploration fonctionnelle du rein


 Généralités :

1. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s)? L'unité fonctionnelle
de base du rein est :

A. Le glomérule
B. Le cortex
C. Le néphron
D. La médulla
E. Le tubule C

2. Parmi les propositions suivantes concernant la physiologie rénale, donner la (les) réponse(s)
exacte(s) :

A. L'urée urinaire constitue la forme principale d'élimination des déchets azotés chez l'homme
B. Le rein est à l'origine de la synthèse de la 25-0H vitamine D
C. L'ADH (hormone antidiurétique) est la principale hormone régulant la diurèse
D. La clairance de l'inuline constitue la méthode de référence pour l'évaluation des fonctions
tubulaires
E. Le rein intervient dans le métabolisme de l'érythropoïétine essentiellement pour assurer son
élimination AC

3. Parmi les propositions suivantes sur la physiologie rénale, indiquez celle(s) qui est (sont)
exacte(s) :

A. L'ADH agit via l'expression membranaire d'une aquaporine


B. La clairance de la créatinine est le gold standard pour déterminer le débit de filtration
glomérulaire.
C. L'ADH est libérée suite à une baisse de la volémie
D. Le rein reçoit environ 20 % du débit sanguin total
E. L'urine est iso-osmotique au plasma dans le glomérule ACDE

4. Cochez la (ou les) propositions(s) exacte(s) concernant le rein :

A. L'unité fonctionnelle rénale est le néphron


B. Il y a une dizaine de néphron par rein
C. La réabsorption de sodium, de chlorures et de glucose sont des processus actifs
D. La branche descendante de l'anse de Henlé est très perméable à l'eau
E. C'est le lieu de l'hydroxylation en position 1 de la vitamine D ADE

5. Parmi les propositions suivantes concernant le débit de filtration glomérulaire, une seule est
fausse. Laquelle?

A. Il est mesuré par la clairance à la créatinine


B. Il est augmenté par libération du facteur natriurétique auriculaire
C. Il représente en moyenne de 16 à 20 % du débit plasmatique rénal

18
Annales d’internat en pharmacie

D. Il augmente à l'effort
E. Il diminue avec l'âge D

6. Quelle est la valeur du débit de filtration glomérulaire (DFG) exprimée en mL/min/ 1,73 m2 qui
définit une insuffisance rénale chronique modérée ?

A. Supérieure à 89
B. 60 - 89
C. 30 - 59
D. 15 - 29
E. Inférieure à 15 C

7. Donner la (les) réponse(s) exacte(s). La filtration glomérulaire :

A. Est un phénomène entièrement passif


B. Ne dépend que de la pression efficace de filtration
C. Porte sur des substances dont le poids moléculaire est inférieur à 700000 daltons
D. Peut être appréciée par la clairance de l'inuline
E. A une valeur constante quel que soit le niveau de pression artérielle AD

8. Parmi les clairances suivantes, laquelle (ou lesquelles) mesure(nt) la filtration glomérulaire ?

A. Clairance du phosphore
B. Clairance de l'urée
C. Clairance de l'inuline
D. Clairance de l'acide para-amino-hippurique
E. Clairance de la créatinine CE

9. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? La créatinine
plasmatique :

A. Provient du catabolisme des fibres musculaires


B. Est liée aux protéines plasmatiques
C. Est réabsorbée après filtration glomérulaire
D. Est augmentée au cours de l'insuffisance rénale
E. Est physiologiquement plus élevée chez l'homme que chez la femme ADE

10. Parmi les propositions suivantes concernant la créatinine, donner la ou les réponses exactes :

A. Elle présente une clairance physiologique de l'ordre de 120 mL/min


B. Sa concentration plasmatique est indépendante de la masse musculaire
C. Sa concentration plasmatique est dépendante de l'état de la fonction hépatique du sujet
D. Sa clairance permet d'étudier la filtration glomérulaire
E. Sa concentration plasmatique est augmentée lors de phénomène de rejet de greffe rénale
ADE

11. La clairance de la créatinine permet d'apprécier :

A. La filtration glomérulaire
B. La réabsorption tubulaire
C. La sécrétion tubulaire

19
Annales d’internat en pharmacie

D. Le pouvoir de concentration urinaire


E. La sévérité d'une insuffisance rénale chronique AE

12. Quelles sont les affirmations exactes concernant la créatinine ?

A. Elle est produite par le foie


B. Elle est un fidèle reflet de la fonction rénale
C. Sa clairance est théoriquement égale au débit de filtration glomérulaire
D. Son élévation dans le sang permet de détecter une néphropathie
E. Elle varie en fonction du sexe et de l’âge du sujet CDE

13. Indiquer la(les) proposition(s) exacte(s) concernant la créatinine plasmatique.

A. Elle provient du catabolisme musculaire


B. Elle est augmentée au cours de l'insuffisance rénale
C. Elle est réabsorbée après filtration glomérulaire
D. Elle est physiologiquement plus élevée chez l'homme que chez la femme
E. Elle est liée aux protéines plasmatiques ABD

14. La micro-albuminurie présente plusieurs caractéristiques. Indiquer les réponses exactes :

A. Elle est caractérisée par un poids moléculaire inférieur à celui de l'albumine


B. Elle existe chez le sujet normal à des quantités inférieures à 30 mg/24 h
C. Elle est détectée par les bandelettes pour la recherche de la protéinurie
D. Elle est exprimée en mg/L lorsqu'elle est dosée sur un échantillon d'urines
E. Elle fait partie du dépistage précoce de la néphropathie diabétique BDE

 Pathologies rénales :
15. Quel est le paramètre qui permet de différencier une insuffisance rénale aiguë fonctionnelle
d'une insuffisance rénale aiguë organique?

A. Urée plasmatique
B. Créatininémie
C. Phosphatémie
D. Augmentation de l'urée plasmatique plus importante que celle de la créatininémie
E. Clairance de la créatinine D

16. Parmi les propositions suivantes concernant l’Insuffisance Rénale Aigue Fonctionnelle, laquelle
(lesquelles) est (sont) exacte(s) :

A. Fait souvent suite à une déshydratation extra cellulaire


B. S’accompagne d’un rapport Urines/Plasma des concentrations de l’urée inférieure à 4
C. S’accompagne en l’absence de traitement d’une concentration urinaire de sodium élevée
D. Peut s’observer dans une cirrhose ascitique
E. Peut s’observer au cours du syndrome néphrotique pur ADE

17. Parmi les éléments biologiques suivants, lequel permet de définir le stade d'une insuffisance
rénale chronique ?

20
Annales d’internat en pharmacie

A. Urémie
B. Protéinurie
C. Clairance de la créatinine
D. Uricémie
E. Hématurie C

18. Donner la ou les réponses exactes. Dans l'insuffisance rénale chronique, on observe :

A. Une anémie
B. Une hypouricémie
C. Une augmentation du taux d'urée sanguine
D. Une augmentation de la créatininémie
E. Une diminution de la clairance de la créatinine ACDE

19. Parmi les propositions suivantes, quelles sont les anomalies physiopathologiques associées à
une insuffisance rénale chronique :

A. Acidose métabolique
B. Anémie normocytaire normochrome
C. Hypercalcémie
D. Hypophosphorémie
E. Hypertension artérielle ADE

20. Parmi les signes suivants, indiquer celui (ceux) qui est (sont) retrouvé(s) lors d'une insuffisance
rénale chronique sévère.

A. Anémie
B. Alcalose métabolique
C. Augmentation du sodium plasmatique
D. Augmentation du potassium plasmatique
E. Déshydratation AD

21. Parmi ces propositions, laquelle n'est pas associée à l’insuffisance rénale chronique :

A. Augmentation de la créatininémie
B. Hyperuricémie
C. Hypercalcémie
D. Alcalose métabolique
E. Hypertension artérielle C

22. Dans l'insuffisance rénale chronique non traitée, on observe :

A. Une destruction progressive des néphrons


B. Une hypocalcémie
C. Une anémie
D. Une hypokaliémie
E. Une diminution de la clairance rénale de la créatinine ABCE

23. Parmi les propositions suivantes, indiquer la (les) propositions exacte(s) ? L' insuffisance rénale
chronique non traitée s'accompagne souvent :

21
Annales d’internat en pharmacie

A. D'une anémie
B. D'œdème
C. D'une hypocalcémie
D. D'une hypophosphorémie
E. D'une acidose métabolique ACE

24. Quelle(s) est (sont) la(les) proposition(s) exacte(s) concernant l'insuffisance rénale chronique ?

A. Elle peut évoluer de manière asymptomatique pendant plusieurs années


B. Elle peut être responsable d'une anémie
C. Elle s'accompagne d'une hyperkaliémie
D. Elle se traduit par une élévation de la clairance de la créatinine
E. Elle peut entraîner des troubles du métabolisme phosphocalcique ABCE

25. Une insuffisance rénale peut être causée par le :

A. Le Méthanol
B. Le trichloréthylène
C. L'éthylène glycol
D. L'éthanol
E. Le chloroforme C

22
Annales d’internat en pharmacie

4. Exploration du métabolisme lipidique


 Généralités :

1. Parmi les propositions suivantes, une seule est fausse. Indiquer laquelle? Les enzymes suivantes
interviennent dans la digestion des lipides alimentaires :

A. Lipase gastrique
B. Lipase pancréatique
C. Lipoprotéine lipase
D. Phospholipase A2
E. Cholestérol estérase C

2. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? La lipoprotéine lipase
est une enzyme :

A. Qui exerce son activité dans la circulation sanguine


B. Qui est activée par l'héparine
C. Qui est inhibée par l'apoprotéine CII
D. Qui hydrolyse les triglycérides des lipoprotéines
E. Dont l'activité sur les VLDL et chylomicrons se traduit par la formation de remnants ABDE

3. Parmi les propositions suivantes, quelles sont celles qui s'appliquent aux lipoprotéines
plasmatiques de très basse densité (VLDL)?

A. Elles contiennent de l'apo B


B. Elles sont sécrétées essentiellement par l'intestin
C. Elles sont riches en triglycérides
D. Elles contiennent des apo C et E
E. Elles sont de taille inférieure aux LDL (lipoprotéines de basse densité) ACD

4. Parmi les propositions suivantes concernant les lipoprotéines, indiquez celle(s) qui est (sont)
exacte(s) :

A. Les chylomicrons sont produits dans le foie


B. Les chylomicrons sont principalement composés de l'apoB. 100
C. Les IDL sont les précurseurs des LDL
D. Les LDL permettent le reverse transport du cholestérol
E. L'apoC. II active la lipoprotéine lipase CE

5. Indiquer parmi les propositions suivantes celle(s) qui s'applique(nt) aux lipoprotéines de haute
densité (HDL)

A. Elles sont plus riches en triglycérides que les VLDL


B. Elles ne renferment pas d'apo B
C. Elles fournissent des apo C aux VLDL et aux chylomicrons
D. Elles sont le siège de l'estérification du cholestérol plasmatique
E. Elles captent le cholestérol des tissus périphériques BCDE

23
Annales d’internat en pharmacie

6. Parmi les propositions suivantes concernant les VLDL, laquelle est inexacte ?

A. Ils contiennent une apoprotéine B-100


B. Ils transportent les triglycérides endogènes
C. Ils transportent les triglycérides alimentaires
D. Ils sont dégradés par une lipoprotéine lipase (LPL)
E. Ils sont les précurseurs des LDL C

7. A propos du métabolisme des lipoprotéines, laquelle (lesquelles) de cette (ces) affirmation(s) est
(sont) inexacte(s) :

A. L'apoB48 est uniquement synthétisé au niveau intestinal.


B. Le foie synthétise les VLDL qui sont sécrétés dans le sang et sous l'effet de la LPL donnent des
IDL et HDL.
C. Ces IDL donneront des LDL captés par les tissus périphériques grâce à l'APO A1.
D. L'apoC2 stimule la LPL.
E. Les chylomicrons sont des grosses molécules dont le rôle principal est le transport des TG
exogènes. BC

8. Concernant la captation des LDL par les cellules, indiquer la (ou les) réponse(s) exacte(s) :

A. Fait intervenir des récepteurs membranaires


B. Est stimulée par l'hypercholestérolémie
C. Nécessite l'action de la lipoprotéine lipase
D. Représente la source essentielle de cholestérol pour ces cellules
E. Fait intervenir l'apo B100 ADE

9. Quelles sont les réponses exactes ? La lipoprotéine (a)

A. Contient de l'apo(a) et de l'apo(b)


B. Le taux de Lp(a) est fonction de l'alimentation
C. L'apo (a) est une glycoprotéine
D. La Lp(a) est une lipoprotéine de structure analogue aux LDL
E. Les inhibiteurs de l'HMG CoA réductase réduisent fortement les taux de Lp(a) ACD

10. Parmi les enzymes suivantes, laquelle(lesquelles) est(sont) impliquée(s) dans l'estérification du
cholestérol ?

A. Acyl-cholestérol acyl-transférase
B. Triglycéride lipase hépatique
C. Lécithine cholestérol acyl-tranférase
D. Lipoprotéine lipase adipocytaire
E. HMG-CoA Réductase AC

24
Annales d’internat en pharmacie

11. Parmi les propositions suivantes, indiquer l'affirmation exacte.

A. Le cholestérol non estérifié présent dans les lipoprotéines est considéré comme un composé
plus hydrophobe que les triglycérides
B. Les lipoprotéines de haute densité (HDL) migrent au niveau des bêta globulines sur gel
d'agarose
C. La densité de la Lp(a) est inférieure à celle des IDL (lipoprotéines de densité intermédiaire)
D. Les apolipoprotéines sont présentes à la surface des lipoprotéines
E. La teneur en protéines des HDL (lipoprotéines de haute densité) est inférieure à celle des LDL
(lipoprotéines de basse densité) D

12. Parmi les propositions suivantes concernant le cholestérol, laquelle (lesquelles) est(sont)
exacte(s) ?

A. Il a une structure cyclopentanoperhydrophénantrénique


B. Il présente une fonction alcool
C. Il se situe, sous forme estérifiée, à la surface des lipoprotéines circulantes
D. C'est un précurseur des acides biliaires
E. Il entre dans la constitution des membranes cellulaires ABDE

13. Parmi les propriétés suivantes, indiquer celle(s) qui correspond(ent) aux chylomicrons :

A. Ce sont des lipoprotéines de très faible densité


B. Ils sont composés surtout de triglycérides
C. Ils sont très mobiles à l'électrophorèse en gel de polyacrylamide
D. Leur concentration plasmatique est influencée par la prise d'aliments
E. Ce sont les plus volumineuses lipoprotéines plasmatiques ABDE

14. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? Les chylomicrons
plasmatiques :

A. Sont plus riches en cholestérol estérifié qu'en triglycérides


B. Sont synthétisés par le foie
C. Contiennent de l'apolipoprotéine B48
D. Contiennent de l'apolipoprotéine E
E. Sont transformés par action de la lipoprotéine lipase CDE

15. Parmi les propositions suivantes concernant le métabolisme des lipoprotéines, indiquer
l'affirmation exacte :

A. L'apolipoprotéine B48 est principalement synthétisée par le foie


B. La LCA T (lécithine cholestérol acyl transférase ) a comme principal substrat le cholestérol des
HDL (lipoprotéines de haute densité )
C. La LPL (lipoprotéine lipase ) est essentiellement localisée dans le tissu hépatique
D. L'apolipoprotéine C-III est le principal activateur de la LPL
E. L'ABC 1 ("ATP-binding cassette protein-l " ) est une protéine de transport des triglycérides
B

25
Annales d’internat en pharmacie

16. Parmi les réponses suivantes, laquelle est exacte ? Les LDL…

A. Sont principalement composées de triglycérides


B. Contiennent l’apolipoprotéine C
C. Sont synthétisées essentiellement dans le foie
D. Interagissent avec leurs récepteurs par l’intermédiaire de l’apolipoprotéine B100
E. Proviennent directement de la lipolyse des chylomicrons D

17. Parmi les propositions suivantes concernant les VLDL, une seule d'entre elles est inexacte :

A. Contiennent une apoprotéine B-100


B. Transportent les triglycérides endogènes
C. Transportent les triglycérides alimentaires
D. Sont dégradés par une lipoprotéine lipase
E. Sont des précurseurs des LDL C

18. Parmi les propositions suivantes laquelle est fausse? Les triglycérides :

A. Sont des lipides de réserve


B. Sont présents au centre de la structure de la lipoprotéine
C. Sont hydrolysés dans le tissu hépatique sous l'action de la lipoprotéine lipase
D. Sont des lipides prépondérants dans la constitution des VLDL
E. Sont augmentés dans l'hyperprotéinémie de type llb C

19. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? L’apolipoprotéine B100…

A. est synthétisée par le foie


B. est présente sur les HDL
C. Une anomalie de l’apolipoprotéine B100 peut amener à une athérosclérose précoce
D. Un défaut de sécrétion de l’apolipoprotéine B100 est la maladie d’Anderson
E. Sert de ligand pour des récepteurs ACE

 Hyperlipoprotéinémies :

20. Chacune des atteintes suivantes est cause d'une hyperlipoprotéinémie secondaire, sauf :

A. Hypocorticisme
B. Hypothyroïdisme
C. Syndrome néphrotique
D. Cholestase
E. Diabète sucré A

21. Quel(s) est (sont) chez les sujets à jeun le(s) paramètre(s) utile(s) au diagnostic d'une
hyperlipoprotéinémie ?

A. Aspect du sérum
B. Concentration sérique du cholestérol total dans le système international d'unités
C. Protéinémie
D. Triglycéridémie
26
Annales d’internat en pharmacie

E. Protéinogramme ABD

22. Chez un patient atteint d'une hyperlipoprotéinémie de type III, on observe habituellement :

A. Une augmentation importante des chylomicrons


B. La présence d'une bande large migrant, à l'électrophorèse sur gel d'agarose, au niveau des
alpha globulines
C. La présence de lipoprotéines de taille intermédiaire (IDL)
D. Un génotype apo E1/E1
E. Une augmentation de la triglycéridémie CE

23. Concernant l'hyperlipoprotéinémie de type IV, quelles sont les propositions exactes ?

A. Un sérum limpide à jeun


B. Une intolérance aux hydrates de carbone
C. Une cholestérolémie normale ou peu augmentée
D. Une élévation des triglycérides sériques
E. Une augmentation des VLDL BCDE

24. Parmi les pathologies suivantes, laquelle(lesquelles) peut(peuvent) induire une


hyperlipoprotéinémie secondaire ?

A. Insuffisance rénale aiguë


B. Diabète
C. Hypothyroïdie
D. Hyperparathyroïdie
E. Syndrome néphrotique pur BCE

25. Quelles sont les propositions exactes concernant les hyperlipoprotéinémies de type IIa ?

A. Les triglycérides sanguins sont augmentés


B. Le catabolisme des lipoprotéines de basse densité (LDL) est perturbé
C. La concentration sérique de l'apolipoprotéine A-I est augmentée
D. La principale complication clinique est une atteinte cardio-vasculaire
E. Une mutation du récepteur "scavenger" macrophagique est à l'origine des troubles lipidiques

BD

26. Parmi les pathologies suivantes, laquelle ne donne pas lieu à une hyperlipoprotéinémie
secondaire ?

A. Le diabète de type 2
B. L’hypothyroïdie
C. L'hypoparathyroïdie
D. Le syndrome néphrotique
E. La cholestase C

27. Quelle(s) est(sont) la(les) lipoprotéine(s) dont l'augmentation plasmatique est impliquée dans
la protection du risque athéromateux ?

A. HDL
B. VLDL
27
Annales d’internat en pharmacie

C. LDL
D. Chylomicrons
E. Lp(a) A

28. Chez un homme de 35 ans non diabétique, le bilan lipidique est le suivant : Se Cholestérol total
6.5 mmol/l Se TG 19.2 mmol/l Se Cholestérol-HDL 0.54 mmol/l Le lipidogramme montre des
fortes fractions de VLDL et de chylomicrons De quel type probable de dyslipoprotéinémie selon
la classification de Fredrickson s'agit-il ?

A. Type V
B. Type III
C. Type lla
D. Type IIb
E. Type IV A

29. Les résultats d’un bilan lipidique prélevé chez un patient à jeun sans facteur de risque
cardiovasculaire sont les suivants : Triglycérides = 2,70 mmol/L HDL-cholestérol = 0,7 mmol/L
Cholestérol total = 7,30 mmol/L Elévation de l’apolipoprotéine B Sérum légèrement trouble,
test de crémage négatif Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont)
exactes dans cette situation ?

A. LDL-cholestérol = 5,37 mmol/L


B. LDL-cholestérol = 6,06 mmol/L
C. Bilan lipidique sans anomalie notable
D. Dyslipidémie mixte
E. Dyslipidémie de classe IIb selon la classification de Fredrickson ADE

30. Parmi les propositions suivantes concernant la classification des dyslipidémies, laquelle est
exacte :

A. Type IV ou hypercholestérolémie exogène caractérisée par un excès de VLDL


B. Type IIb ou hypercholestérolémie familiale caractérisée par un excès de LDL
C. Type I ou hypertiglycéridémie exogène caractérisée par un excès de VLDL
D. Type III ou dysbétalipoprotéinémie caractérisée par un excès d’IDL ou Remnant
E. Type Iia ou hypercholestérolémie mixte caractérisée par un excès de VLDL D

31. Indiquer parmi les causes suivantes, la ou les responsables d’hyperchylomicronémie de type I :

A. Déficit en apolipoprotéine CII


B. Déficit en lipoprotéine lipase
C. Suractivité de la lipoprotéine lipase
D. Absence de rétro-inhibition de l’hydroxyméthylglutaryl coenzyme A réductase (HMGCoa
réductase)
E. Déficit en triglycéride lipase hépatique. AB

32. Lors de l'hyperlipidémie primitive de type IIa, on observe :

A. Une augmentation isolée des triglycérides


B. Une augmentation des triglycérides et du cholestérol total
C. Une augmentation des VLDL
D. Une augmentation du cholestérol LDL
28
Annales d’internat en pharmacie

E. La présence de chylomicrons D

33. Chez une femme de 66 ans, alcoolique, le bilan lipidique est le suivant : Se Cholestérol total: 8,8
mmol/L; Se Triglycérides: 5,8 mmol/L. De quel type de dyslipoprotéinémie s'agit-il le plus
vraisemblablement ?

A. Type IV
B. Type IIa
C. Type IIb
D. Type III
E. Type I C

34. Parmi ces propositions, laquelle n’entraîne pas d’hyperlipidémie secondaire ?

A. Hyperthyroïdie
B. Hypercorticisme
C. Insuffisance rénale
D. Contraceptifs
E. diabète A

35. Indiquer parmi les causes suivantes celle(s) responsable(s) de l'hyperchylomicronémie (type I) :

A. Déficit en apolipoprotéine CII


B. Anomalies des récepteurs B/E
C. Absence de rétro-inhibition de l'hydroxyméthylglutaryl coenzyme A réductase (HMGCoA
réductase)
D. Déficit en lipoprotéine lipase
E. Déficit en triglycéride lipase hépatique AD

29
Annales d’internat en pharmacie

5. Troubles de l’équilibre hydro-électrolytique


 Généralités :

1. Donner la ou les proposition(s) exacte(s). L'hormone antidiurétique (ADH) :

A. Déclenche la soif
B. Augmente l'osmolarité urinaire
C. Est une hormone post-hypophysaire
D. Augmente la perméabilité à l'eau de la branche ascendante large de l'anse de Henlé
E. Augmente la perméabilité au sodium du tubule collecteur des néphrons BC

2. Quelle est la proposition exacte ? L'ADH modifie la perméabilité à l'eau

A. du tube contourné proximal


B. de la branche descendante de l'anse de Henlé
C. de la branche ascendante de l'anse de Henlé
D. du tube contourné distal
E. du tube collecteur E

3. L'ADH :

A. est un peptide sécrété par l'hypothalamus


B. permet la réabsorption d'eau au niveau du tube contourné proximal du rein
C. a sa sécrétion principalement régulée par l'angiotensine II
D. a sa sécrétion déclenchée par une déshydratation des cellules de l'hypothalamus elle même
secondaire à une hyperosmolarité plasmatique
E. peut avoir sa sécrétion stimulée par une hémorragie DE

4. Quelles sont les propositions exactes ? L’hormone anti-diurétique…

A. Est un peptide de grande taille


B. Est uniquement produite par les cellules hypothalamiques
C. Entraîne la réabsorption d’eau au niveau du tube contourné distal et du tube collecteur
D. Son déficit est la cause du diabète insipide
E. Son déficit entraîne une hyponatrémie CD

5. Parmi les propositions suivantes concernant le SRAA, indiquez celle(s) qui est (sont) inexacte(s):

A. La rénine permet la synthèse d'angiotensine II à partir d'angiotensine I


B. La rénine est synthétisée par les cellules juxta-glomérulaires rénales
C. L'aldostérone est synthétisée dans la zone glomérulée de la médullosurrénale
D. La production d'aldostérone est stimulée par l'angiotensine II
E. Lors d'un hyperaldostéronisme, on observe une hyperkaliémie sur le bilan biologique ACE

30
Annales d’internat en pharmacie

6. L'aldostérone :

A. est une hormone stéroïdienne hypernatrémiante


B. a sa sécrétion augmentée suite à une chute de pression artérielle via le système rénine
angiotensine
C. stimule la sécrétion rénale des protons
D. a sa sécrétion diminuée devant une hyperkaliémie
E. a sa sécrétion stimulée par l'angiotensine I ABC

7. Quelles sont les propositions vraies à propos du système rénine / angiotensine / aldostérone ?

A. La rénine est une enzyme


B. L'angiotensine II est une enzyme
C. L'angiotensine II a un effet vasoconstricteur
D. L'angiotensine I stimule la production d'aldostérone
E. L'aldostérone augmente la réabsorption des ions Na+ dans le tubule proximal AC

8. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle qui est vraie. La sécrétion d'aldostérone résulte
d’une :

A. Diminution du débit de NaCl dans le tubule proximal


B. Augmentation de pression dans l'artériole afférente glomérulaire
C. Élévation de pression dans l'artériole efférente glomérulaire
D. Diminution de pression dans l'artériole afférente glomérulaire
E. Stimulation nerveuse parasympathique D

9. Parmi les propositions suivantes, une seule est exacte. Laquelle ? L'aldostérone est secrétée par:

A. La zone glomérulée de la corticosurrénale


B. La zone réticulée de la corticosurrénale
C. La macula densa du rein
D. La post-hypophyse
E. L'ante-hypophyse A

10. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui est (sont) exacte(s) . Une sécrétion
excessive d'aldostérone entraîne :

A. Une élévation de l'activité rénine plasmatique


B. Une diminution de la kaliémie
C. Une tendance à l'acidose
D. Une persistance de la natriurèse
E. Une faiblesse musculaire BDE

11. Les mouvements hydriques entre les secteurs extracellulaires et intracellulaires dépendent :

A. De la natrémie
B. De la pression hydrostatique artérielle
C. De la protidémie
D. De la lipémie
E. De l'osmolalité plasmatique AE

31
Annales d’internat en pharmacie

 Les principaux désordres hydro-électrolytiques :

12. Un trouble de l'hydratation qui associe une déshydratation extracellulaire (DEC) + une
hyperhydratation intracellulaire (HIC) s'accompagne :

A. D'une augmentation de l'hématocrite


B. D'une hyperprotidémie
C. D'une hypernatrémie
D. D'une hypoglycémie
E. D'une baisse de l'osmolalité plasmatique ABE

13. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle (celles) qui est (sont) exacte(s) : Une
déshydratation intracellulaire se caractérise par:

A. Une hyperosmolalité plasmatique


B. Une perte de poids
C. Une sécheresse de la bouche
D. Un hématocrite élevé
E. Une hyperprotéinémie ABC

14. Parmi les propositions concernant une déshydratation extracellulaire pure, indiquer celle(s) qui
est(sont) exacte(s).

A. La natrémie est augmentée


B. Elle est liée à une perte de liquide hypertonique du plasma
C. Elle entraîne le déclenchement du système rénine/angiotensine/aldostérone
D. Le rapport Na/K urinaire est > 1
E. L'hématocrite est augmenté CE

15. Une hyperhydratation extracellulaire se caractérise par :

A. Une augmentation de la concentration de sodium plasmatique


B. Une légère diminution de l'hématocrite
C. Une faible diminution du taux de protéines plasmatiques
D. La présence d'œdèmes
E. Une augmentation du poids du malade BCDE

16. Quel signe clinique n’est pas présent lors d’une déshydratation extra cellulaire ?

A. Hypotension
B. Tachycardie
C. Signe du pli cutané
D. Oligurie
E. Soif E

32
Annales d’internat en pharmacie

17. Quel(s) signe(s) biologique(s) est(sont) attendu(s) au cours de la déshydratation extracellulaire


pure ?

A. Augmentation de l'hématocrite
B. Hypernatrémie
C. Hyperprotidémie
D. Hyperosmolalité
E. Hypo-uricémie AC

18. Quelles sont les réponses exactes?

A. Lors d'une déshydratation extracellulaire, on observe une hémoconcentration


B. Lors d'une déshydratation intracellulaire, on observe une hypernatrémie
C. Une hyperhydratation intracellulaire peut provoquer des nausées et vomissements
D. Une déshydratation extracellulaire peut entraîner une insuffisance rénale aigue
E. Les hyperhydratations entraînent des hyponatrémies ABCD

19. Une hypernatrémie entraine

A. Une déshydratation intracellulaire


B. Une hyperhydratation intracellulaire
C. Peut être due à certaines diarrhées dites osmotiques
D. Expose à un risque d'oedème cérébral en cas de correction trop rapide
E. Déclenche une soif parfois intense ACDE

20. Cochez la (ou les) cause(s) possible(s) d'hyponatrémie ou de pseudo-hyponatrémie :

A. Hyperprotéinémie
B. Hyperaldostéronisme
C. Traitement par diurétique thiazidique
D. Hyperhydratation intracellulaire
E. Maladie de parkinson ACD

21. Parmi les propositions suivantes, donner laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s). Une
hyperkaliémie s'observe au cours :

A. Des vomissements chroniques


B. D'un syndrome de Conn
C. D'une insuffisance rénale chronique terminale
D. Des hypernatrémies
E. Des acidoses métaboliques aiguës CE

22. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) peut (peuvent) s’accompagner d’une
hyperkaliémie :

A. Alcalose métabolique
B. Ischémie aigüe d’un membre
C. Hémolyse aigüe
D. Insuffisance rénale
E. Coma diabétique avec cétose BCDE

33
Annales d’internat en pharmacie

23. Parmi ces médicaments, lequel (lesquels) est (sont) hypokaliémiant(s) :

A. Ciclosporine
B. Corticoïdes
C. Amphotéricine B
D. Losartan
E. Spironolactone BC

24. Parmi ces médicaments, lequel (lesquels) est( sont) hyperkaliémiant(s):

A. L'Héparine HNF
B. L'Amphotéricine B
C. La Cortisone
D. La Théophyline
E. Valsartan AE

25. Parmi les situations suivantes, lesquelles sont compatibles avec une élévation de la kaliémie ?

A. Traitement par le furosémide à fortes doses


B. Traitement d’un lupus cutané par la prednisone
C. Traitement anti-hypertenseur par le ramipril
D. Acidocétose diabétique
E. Maladie d’Addison non traitée CDE

34
Annales d’internat en pharmacie

6. Exploration du métabolisme protéique


 Généralités :

1. Quelle est la protéine dont la concentration plasmatique, chez un sujet normal, est la plus
élevée ?

A. Préalbumine
B. Albumine
C. CRP
D. IgG
E. Fibrinogène B

2. Parmi les propositions suivantes concernant l'albumine, une seule est fausse, laquelle ?

A. C'est la protéine plasmatique qualitativement plus importante


B. Elle est synthétisée dans le foie
C. C'est un marqueur de la cytolyse hépatique
D. Elle joue un rôle dans la pression oncotique
E. Elle transporte de nombreuses substances endogènes et exogènes C

3. Parmi les propositions suivantes, une seule est fausse. Indiquez laquelle? L'haptoglobine
plasmatique :

A. Est une glycoprotéine


B. Fait partie du groupe des alpha2 globulines
C. Augmente dans les syndromes inflammatoires
D. Se combine avec l'hémoglobine pour donner des complexes
E. Augmente dans les insuffisances hépatocellulaires E

4. Parmi les propositions suivantes, quelles sont celles qui peuvent être la cause
d’hypoalbuminémie ?

A. Syndrome néphrotique
B. Brulures
C. Entéropathie exsudative
D. Insuffisance hépatique chronique
E. Déshydratation extra cellulaire ABCD

5. Parmi les propositions suivantes, indiquer celles qui sont exactes. La concentration plasmatique
de l'haptoglobine est diminuée au cours d'une :

A. Insuffisance rénale
B. Hémolyse intravasculaire
C. Inflammation
D. Insuffisance hépatocellulaire
E. Carence martiale BD

35
Annales d’internat en pharmacie

 Les dysprotéinémies :

6. Pour les éléments suivants, indiquer ceux qui sont en faveur du diagnostic biologique de
myélome secrétant

A. Une IgM monoclonale dans le sang et les urines


B. Une augmentation de la vitesse de sédimentation
C. Une infiltration lymphocytaire médullaire
D. Une augmentation de la phosphorémie
E. Un taux de protéine sériques > 100 g/L BE

7. Parmi les manifestations habituelles du myélome multiple (maladie de Kahler) laquelle


(lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

A. Neutropénie profonde
B. Hypocalcémie
C. Augmentation du taux sérique de l'immunoglobuline monoclonale
D. Anémie hémolytique
E. Accélération de la vitesse de sédimentation CE

8. Quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s) concernant une protéine de Bence-Jones ?

A. C'est une protéine urinaire thermosoluble


B. Elle permet d'exclure un myélome multiple des os
C. C'est une chaîne légère d'immunoglobuline
D. C'est une protéine dont le taux est augmenté au cours des états inflammatoires
E. Elle peut être révélée par immuno-électrophorèse ACE

9. Parmi les manifestations habituelles du myélome multiple (maladie de Kahler) laquelle


(lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

A. Neutropénie profonde
B. Hypocalcémie
C. Augmentation du taux sérique de l'immunoglobuline monoclonale
D. Anémie hémolytique
E. Accélération de la vitesse de sédimentation CE

10. En cas de suspicion de myélome, devant une hypogammaglobulinémie sans immunoglobuline


monoclonale sérique décelable on doit évoquer :

A. Myélome IgG
B. Myélome IgD
C. Myélome à chaînes légères
D. Myélome non excrétant
E. Autre diagnostic CDE

36
Annales d’internat en pharmacie

11. Quelles sont les anomalies biologiques ou symptômes qui peuvent évoquer un myélome
multiple ?

A. Une anémie normochrome normocytaire régénérative avec rouleau formation sur le frottis
B. Des douleurs osseuses et la présence de géodes à la radiographie
C. Une plasmocytose médullaire > 10%
D. Une hypercalcémie > 2.75 mmol/L
E. Une amylose BCDE

12. Parmi ces affirmations concernant le myélome multiple, laquelle (lesquelles) est (sont)
vraie(s) ?

A. Une insuffisance rénale peut apparaître au cours de l'évolution de la maladie


B. La maladie est due à une infection par le virus d'Epstein-Barr
C. Il peut être révélé par la découverte d'une hypercalcémie
D. Un des signes paracliniques peut être la présence de lacunes osseuses
E. L'hyperprotidémie plasmatique est due à la présence d'une immunoglobuline monoclonale

ACDE

13. Parmi les signes suivants, indiquer celui (ceux) qui est (sont) observé(s) lors d'un syndrome
néphrotique pur :

A. Protéinurie non sélective


B. Hypercholestérolémie
C. Hypoalbuminémie
D. Hématurie
E. Créatininémie augmentée BC

14. Parmi les signes ou symptômes suivants, lequel (lesquels) fait (font) partie d'un syndrome
néphrotique pur ?

A. Protéinurie
B. Hypertension artérielle
C. Diminution de l'albumine sérique
D. Diminution des protides totaux du sérum
E. Augmentation du pourcentage des alpha 2 globulines à l'électophorèse ACDE

15. Parmi les propositions suivantes concernant le syndrome néphrotique, indiquez celle(s) qui est
(sont) exacte(s) ?

A. Est caractérisé par un dépôt de complexes immuns au niveau du glomérule


B. Est défini par une protéinurie importante
C. Comporte une hypoprotidémie
D. Comporte une hyperalbuminémie
E. Comporte une proportion accrue des alpha-2-globulines sérique ABCE

37
Annales d’internat en pharmacie

16. Parmi les éléments biologiques suivants, lesquels définissent le syndrome néphrotique ?

A. Protéinurie supérieure à 3g par 24h


B. Hématurie supérieure à 20 globules rouges par mm3
C. Hypoalbuminémie
D. Cholestérolémie supérieure à 6 mmol/L
E. Créatininémie supérieure à 120 micromol/L AC

17. Parmi les symptômes ou signes suivants, lequel (lesquels) fait (font) partie du syndrome
néphrotique pur?

A. Protéinurie abondante
B. Œdèmes
C. Hématurie microscopique
D. Hypertension artérielle
E. Hyperlipidémie ABE

18. Parmi les anomalies biologiques suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui permet(tent) de
penser qu'un syndrome néphrotique primitif "est impur"?

A. Baisse du taux de l'albumine sérique


B. Protéinurie sélective
C. Hématurie
D. Augmentation des alpha 2 globulines sériques
E. Augmentation de la créatininémie CE

19. Donner les signes biologiques habituellement rencontrés au cours d'un syndrome
néphrotique :

A. Protéinurie massive
B. Diminution des alpha2 globulines plasmatiques
C. Diminution de l'albumine plasmatique
D. Hypercholestérolémie
E. Hypernatriurie ACD

20. Parmi les propositions suivantes, indiquez celle(s) qui est (sont) exacte(s) : Le syndrome
néphrotique se définit par :

A. Une protéinurie > 3g/L


B. Une hypoprotidémie < 60g/L
C. Des œdèmes
D. Une hypocalcémie
E. Une hypoalbuminémie < 30 g/L BE

21. Le ou le(s)quel(s) de ces résultats peut-on retrouver dans un syndrome néphrotique ?

A. Protéinemie : 85g/L
B. Protéinurie : 3,5g/24h
C. VS: 50mm
D. Albumine : 40g/L
E. Ca : 2,0g/L BCE

38
Annales d’internat en pharmacie

22. Parmi les propositions suivantes, quelle(s) est(sont) celle(s) qui s’applique(nt)à un syndrome
néphrotique?

A. Protéinurie inférieure à 1 g / 24 h
B. Protéinémie normale
C. Oedèmes
D. Hypoaldostéronisme secondaire
E. Hyperlipidémie CE

23. Concernant le syndrome néphrotique, quelles sont les propositions exactes :

A. Il était autrefois appelé néphrose lipoïde


B. La protéinurie est massive
C. Il est associé à une hyperlipidémie
D. On retrouve des œdèmes douloureux à la palpation
E. On observe un hyperaldostéronisme primaire ABC

24. Parmi les propositions suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui peut (peuvent) entraîner une
hyperprotéinémie ?

A. La déshydratation extracellulaire
B. L’insuffisance hépatocellulaîre
C. Le syndrome néphrotique pur
D. Le myélome
E. L'hyperkaliémie AD

25. Dans quelles situations retrouve-t-on une hyperprotidémie ?

A. Hémoconcentration
B. Myélome multiple non traité
C. Inflammation chronique
D. Diabète équilibré
E. Grossesse AB

26. Parmi les résultats suivants, quel est le plus spécifique pour confirmer un diagnostic de cirrhose
hépatique ?

A. Albuminémie diminuée
B. Bilirubine totale élevée
C. Transaminases (ALAT) élevées
D. Bloc Bêta-Gamma à l'électrophorèse
E. Phosphatases alcalines élevées D

27. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s)? Les signes
fréquemment rencontrés lors d'une cirrhose décompensée sont :

A. Une augmentation de la zone alpha-2 du protéinogramme


B. Une augmentation de l'albumine sérique
C. Une formation d'un liquide d'ascite
D. Une hyperammoniémie
E. Une augmentation de la bilirubine totale plasmatique CDE

39
Annales d’internat en pharmacie

28. Parmi ces propositions, quel signe n’est pas présent lors d’une cirrhose hépatique ?

A. Varices œsophagiennes
B. Insuffisance hépatique
C. Augmentation des IgA
D. Syndrome inflammatoire
E. hypertransférinémie E

29. La cirrhose :

A. Est réversible
B. Les hépatites virales en sont la première cause
C. Entraîne une hypertension portale
D. Est une désorganisation de l’architecture lobulaire du foie
E. Peut augmenter le taux d’ammoniémie CDE

30. Parmi les propositions suivantes, quelle(s) est(sont) celle(s) qui s’applique(nt) à la maladie de
Waldenström ?

A. Polyglobulie
B. Augmentation de la VS
C. Hypergammaglobulinémie polyclonale
D. Traitement par chlorambucil
E. Hyperviscosité sanguine BDE

31. En cas de suspicion de myélome, devant une hypogammaglobulinémie sans immunoglobuline


monoclonale sérique décelable on doit évoquer :

A. Myélome IgG
B. Myélome IgD
C. Myélome à chaînes légères
D. Myélome non excrétant
E. Autre diagnostic CDE

40
Annales d’internat en pharmacie

7. Exploration fonctionnelle du foie


 Généralités :

1. Parmi les propositions concernant la bile, une seule est fausse. Laquelle?

A. Elle est produite par le foie


B. Elle est libérée en fonction des besoins dans l'intestin
C. Elle se présente sous la forme d'un liquide incolore
D. Le volume de sa sécrétion varie de 300 à 700 mL/24h
E. Elle est stockée dans la vésicule biliaire C

2. Parmi les propositions suivantes, laquelle de ces affirmations est fausse ? La bile contient :

A. de la bilirubine libre
B. des électrolytes
C. des acides biliaires
D. un pH basique
E. de l’eau A

3. Parmi les propositions suivantes, une seule est fausse, indiquez laquelle. Les sels biliaires :

A. Sont amphipathiques
B. Sont synthétisés à partir du cholestérol
C. Sont synthétisés par l'hépatocyte
D. Subissent un cycle entérohépatique
E. Sont indispensables à l'absorption intestinale de constituants hydrosolubles E

4. Parmi les propositions suivantes concernant la bilirubine, laquelle(lesquelles) est(sont)


exacte(s)?

A. Est un catabolite de l'hémoglobine


B. Contient un atome de fer
C. Est éliminée normalement par l'urine
D. L'augmentation de sa concentration plasmatique traduit toujours un phénomène de rétention
biliaire
E. Est facilement oxydable AE

5. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui est (sont) exacte(s). La bilirubine non
conjuguée (libre)

A. Est hydrosoluble
B. Est libérée lors d'une lyse musculaire
C. Est normalement présente dans le plasma
D. Est un des produits de dégradation de l'hémoglobine
E. Peut-être toxique chez le nouveau-né CDE

41
Annales d’internat en pharmacie

6. Les ALAT sont :

A. spécifiques du foie
B. un marqueur de cholestase
C. contenues uniquement dans les hépatocytes
D. aussi appelées TGP
E. le plus souvent inférieures aux ASAT dans les hépatites toxiques D

7. Parmi les propositions suivantes concernant les γGT, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) :

A. Elles augmentent dans les cholestases


B. Elles sont inductibles par certains médicaments
C. Elles sont augmentées en cas d’alcoolisme chronique
D. Elles jouent un rôle dans le transfert d’acides aminés à travers la membrane cellulaire
E. Leur augmentation est associée à une augmentation du VGM chez l’alcoolique ABCDE

 Les syndromes hépatiques :

8. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) s'applique(nt) à un ictère à bilirubine libre:

A. Peut-être dû à une hémolyse


B. S'observe en cas d'obstacles sur les voies biliaires
C. Est toujours d'origine acquise
D. Evoque la maladie de Gilbert
E. Nécessite l'injection de vitamine K1 AD

9. Un ictère à bilirubine exclusivement non conjuguée (indirecte) est observée dans :

A. La cirrhose hépatique
B. L'hépatite virale
C. Les anémies hémolytiques
D. Les cholestases
E. Les déficits complets en glucuronyl tranférase hépatique CE

10. Quelle(s) proposition(s) est(sont) responsable d'un ictère à bilirubine libre?

A. La maladie de Gilbert
B. Le syndrome de Criggler-Najjar
C. La maladie de Dubin Johnson
D. La maladie de Minkowski Chauffard
E. Déficit en G6PD ABDE

11. Parmi les situations suivantes, lesquelles peuvent provoquer un ictère à bilirubine libre ?

A. Déficit G6PD
B. Hémoglobinurie Paroxystique Nocturne
C. Morsure de vipère
D. Maladie de Gilbert

42
Annales d’internat en pharmacie

E. Ictère physiologique du nouveau-né ABC

12. L'ictère physiologique du nouveau-né :

A. Est dû à une hyperbilirubinémie conjuguée


B. Est dû à un défaut d'activité de la glucuronyl transférase
C. Est cause d'anémie
D. Peut-être responsable d'ictère nucléaire
E. Est plus fréquent chez le prématuré que chez le nouveau-né à terme BE

13. Quelles sont les modifications biologiques qui accompagnent un syndrome de cholestase ?

A. Hypoalbuminémie
B. Augmentation de l'activité sérique de la gamma glutamyltransférase (GGT)
C. Présence de sels et pigments biliaires dans les urines
D. Hyperbilirubinémie de type non conjuguée
E. Augmentation de l'activité sérique de la lactate déshydrogénase (LDH) BC

14. Parmi les propositions suivantes concernant le syndrome de cholestase, laquelle (lesquelles)
est (sont) exacte(s)? On observe :

A. Une augmentation de la bilirubine non conjuguée plasmatique


B. Une augmentation de l'élimination de stercobiline dans les selles
C. Une augmentation de l'activité phosphatasique alcaline plasmatique
D. Une diminution de facteur V plasmatique
E. Une augmentation de la gammaglutamyl transférase plasmatique CE

15. Au cours d'une cholestase, on observe généralement une augmentation dans le sang :

A. De la gammaglutamyl transférase
B. Des 5'nucléotidases
C. Des phosphates acides
D. De la bilirubine conjuguée
E. Du cholestérol ABDE

16. Quel(s) signe(s) clinique(s) ou biologique(s) peut (peuvent) être associé(s) à une cholestase ?

A. Stéatorrhée
B. Prurit
C. Intense coloration des selles
D. Présence d'une lipoprotéine a (Lp(a)) à l'électrophorèse
E. Diminution des taux sanguins des sels biliaires AB

17. Le syndrome de cholestase se caractérise par :

A. Une augmentation de la concentration sérique de bilirubine conjuguée


B. Une augmentation de l'activité sérique de la phosphatase alcaline
C. Une augmentation de l'activité sérique de l'aspartate aminotransférase
D. Des selles décolorées
E. Une diminution de l'urobilinogène fécal ABDE

43
Annales d’internat en pharmacie

18. Parmi les propositions suivantes, laquelle(ou lesquelles) est(ou sont) exacte(s) ? La cholestase
se caractérise par une augmentation de :

A. La bilirubinémie libre
B. L'activité des phosphatases alcalines sériques
C. L'activité de l'alanine aminotransférase
D. La cholestérolémie totale
E. La triglycéridémie BD

19. Parmi les propositions suivantes laquelle ou lesquelles corresponde(nt) aux signes de
cholestase :

A. Augmentation de la bilirubine conjuguée


B. Augmentation des PAL et des gammaGT
C. Augmentation majeure des transaminases
D. Augmentation du TP
E. Augmentation de la bilirubine non conjuguée AB

20. Parmi les propositions suivantes concernant les causes de cholestase intrahépatique, indiquez
celle(s) qui est (sont) exacte(s) :

A. Lithiase de la voie biliaire principale


B. Atrésie des voies biliaires du nouveau-né
C. Cirrhose
D. Lymphome des voies biliaires
E. Rejet de greffe hépatique CE

21. Quels sont les paramètres modifiés lors d’une cholestase ?

A. Phosphatases alcalines
B. Créatininémie
C. Bilirubine conjuguée
D. Présence de la LpX à l’électrophorèse des lipoprotéines plasmatiques
E. Lacticodéshydrogénase ACD

22. Parmi les réponses suivantes à propos de la cholestase, laquelle est fausse :

A. Elle peut être extra hépatique


B. Elle provoque un ictère
C. L’électrophorèse des lipides permet de déceler la Lp(x)
D. On observe une augmentation des PAL
E. Elle provoque une diminution des sels biliaires E

23. Quel(s) paramètre(s) parmi les suivants est (sont) augmenté(s) en cas de cholestase ?

A. Bilirubine totale
B. Bilirubine conjuguée
C. Phosphatases alcalines
D. Gamma-glutamyl transférase
E. 5’ nucléotidase ABCDE

44
Annales d’internat en pharmacie

24. Parmi les propositions suivantes concernant le syndrome de cholestase, laquelle (lesquelles)
est (sont) exacte(s) :

A. On trouve des selles décolorées par la présence de stercobiline


B. On peut voir apparaître un prurit
C. Le cholestérol augmente par diminution de son excrétion biliaire
D. Les acides biliaires augmentent dans le tractus digestif
E. Le dosage du facteur V de la coagulation est normal BCE

25. Lors d’une cholestase,

A. Le taux de phosphatases acides augmente


B. Le taux de gamma GT augmente
C. Le taux de cholestérol diminue
D. Des troubles dans l’équilibre du traitement anti-vitamine K sont possibles
E. La bilirubine totale diminue BD

26. Concernant l'insuffisance hépato-cellulaire, quelle(s) proposition(s) est(sont) vraie(s)?

A. Présence d'une thrombopénie


B. Présence d'une baisse du taux de complexe prothrombinique
C. Un abaissement du taux de facteur V est un élément de gravité
D. Présence d'une hypofibrinogénémie
E. Les taux des facteurs VII et X sont normaux BCD

27. La recherche d'une insuffisance hépatocellulaire est réalisée par :

A. Le dosage de l'albumine sérique


B. La détermination du taux du complexe prothrombique
C. La détermination de l'activité aspartate aminotransférase
D. La mesure de l'hématocrite
E. La détermination de l'activité de la phosphatase alcaline AB

28. Parmi les paramètres sériques suivants, lequel(lesquels) sont utile(s) pour explorer une
insuffisance hépato-cellulaire ?

A. Fer sérique
B. GGT
C. ASAT
D. Préalbumine
E. Sérumalbumine DE

29. Au cours d'une insuffisance hépatocellulaire grave, on observe généralement dans le sang:

A. Une augmentation de l'ammonium


B. Une diminution du cholestérol
C. Une augmentation de l'urée
D. Une diminution de l'albumine
E. Une augmentation de la transferrine ABD

45
Annales d’internat en pharmacie

30. Parmi les paramètres biologiques suivants, lequel (lesquels) présente(nt) une concentration
plasmatique diminuée en cas d’insuffisance hépato-cellulaire ?

A. Urée
B. Cholestérol total
C. Triglycérides
D. Albumine
E. IgA ABD

31. Quels sont les paramètres modifiés lors d’une insuffisance hépatique chronique?

A. Albuminémie
B. 5’nucléotidase
C. Bilirubinémie
D. Urémie
E. Uricémie ACD

32. Parmi les propositions suivantes, une seule est fausse. Laquelle? Dans la cytolyse hépatique, les
activités plasmatiques des enzymes suivantes sont augmentées :

A. ALAT
B. ASAT
C. CK
D. LDH
E. OCT C

33. Le syndrome de « cytolyse» hépatique est caractérisé par:

A. Une augmentation de la concentration sérique de l'alanine-amino transférase


B. Une diminution de la concentration plasmatique des protéines
C. Une diminution de la concentration du fer sérique
D. Une augmentation de la concentration plasmatique de la phosphatase alcaline
E. Une augmentation de la concentration plasmatique des immunoglobulines A A

34. Parmi les propositions suivantes concernant le syndrome de cytolyse hépatique, laquelle
(lesquelles) est (sont) exacte(s) ? On observe :

A. Une diminution du taux de l'albumine sérique


B. Une élévation de l'activité de l'alanine aminotransférase (ALAT)
C. Une élévation du fer sérique
D. Une élévation de l'activité des phosphatases alcalines
E. Une élévation de la bilirubinémie conjuguée BC

35. La cytolyse hépatique médicamenteuse est caractérisée par laquelle (lesquelles) des
modifications sériques suivantes?

A. Une élévation des transaminases


B. Une élévation des phosphatases alcalines
C. Une augmentation de la bilirubine conjuguée
D. Une augmentation de la lactate déshydrogénase (LDH)
E. Une augmentation de l'urée AD

46
Annales d’internat en pharmacie

36. Lors d'une cytolyse hépatique, quel(s) est (sont) le(s) paramètre(s) augmenté(s) ?

A. Alanine amino transférase


B. GGT
C. LDH
D. Sérumalbumine
E. Cholestérol ABC

37. Parmi les propositions suivantes, donner la (ou les) réponse(s) exacte(s). Le syndrome de
cytolyse hépatique est caractérisé par :

A. Une diminution de l'albuminémie


B. Une élévation de l'activité sérique de l'alanine aminotransférase
C. Une élévation du fer sérique
D. Une élévation de l'activité des phosphatases alcalines
E. Une élévation de l'activité de la 5' nucléotidase BC

38. Parmi les paramètres biochimiques suivants, indiquer celui qui permet de suivre l'évolution
d'une cytolyse hépatique.

A. Bilirubine sérique
B. Albuminémie
C. Activité des aminotransférases sériques
D. Activité des phosphatases alcalines sériques
E. Fer sérique C

39. Parmi les résultats suivants, quel est le plus spécifique pour confirmer un diagnostic de cirrhose
hépatique ?

A. Albuminémie diminuée
B. Bilirubine totale élevée
C. Transaminases (ALAT) élevées
D. Bloc Bêta-Gamma à l'électrophorèse
E. Phosphatases alcalines élevées D

40. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s)? Les signes
fréquemment rencontrés lors d'une cirrhose décompensée sont :

A. Une augmentation de la zone alpha-2 du protéinogramme


B. Une augmentation de l'albumine sérique
C. Une formation d'un liquide d'ascite
D. Une hyperammoniémie
E. Une augmentation de la bilirubine totale plasmatique CDE

41. Parmi ces propositions, quel signe n’est pas présent lors d’une cirrhose hépatique ?

A. Varices œsophagiennes
B. Insuffisance hépatique
C. Augmentation des IgA
D. Syndrome inflammatoire
E. hypertransférinémie E

47
Annales d’internat en pharmacie

42. La cirrhose :

A. Est réversible
B. Les hépatites virales en sont la première cause
C. Entraîne une hypertension portale
D. Est une désorganisation de l’architecture lobulaire du foie
E. Peut augmenter le taux d’ammoniémie CDE

43. Quelle(s) affirmation(s) parmi les suivantes concerne(nt) l’hémochromatose primaire ?

A. Elle est due à la non-fonctionnalité d’une protéine de transport


B. La ferritinémie est élevée
C. La ponction-biopsie hépatique est indispensable au diagnostic
D. La pathologie évolue irréversiblement vers la fibrose et la cirrhose hépatique
E. Les saignées permettent de réduire le fer sérique de façon directe et indirecte BDE

44. Parmi les tests biologiques suivants, un seul permet d’explorer une réaction inflammatoire
hépatique. Lequel ?

A. Alanine Aminotransférase
B. Phosphatases alcalines
C. Gammaglobulines
D. Bilirubine totale
E. Gamma Glutamyltransférase C

45. Quelle est la première anomalie biochimique détectable lors d'une hépatite virale aiguë?

A. Elévation de la bilirubine conjuguée


B. Elévation de la phosphatase alcaline
C. Augmentation des gammaglobulines
D. Elévation de l'alanine aminotransférase (ALAT) ou TGP
E. Elévation de la gamma-glutamyltransférase D

46. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

A. Une cytolyse hépatique est révélée par une augmentation de l'activité plasmatique des
aminotransférases
B. Un syndrome cholestatique montre des urines foncées et une concentration de bilirubine
plasmatique élevée
C. La détermination de l'activité des phosphatases alcalines plasmatiques est utile pour explorer
un syndrome de rétention biliaire
D. Une activité élevée de la gammaglutamyl transférase plasmatique est spécifique d'une
imprégnation alcoolique
E. Dans le cadre d'une cirrhose d'origine alcoolique, on observe fréquemment une augmentation
du volume globulaire moyen ABCE

48
Annales d’internat en pharmacie

47. Quel est, parmi les composés suivants, l'agent de conjugaison utilisé par le foie humain dans le
métabolisme de détoxification?

A. Acide glucuronique
B. Acide benzoïque
C. Acide lactique
D. Acide glutamique
E. Acide aspartique A

48. Lors d'une hépatite virale aiguë, on observe habituellement dans le sang:

A. Une augmentation de la créatine-kinase


B. Une augmentation des transaminases
C. Une augmentation du glucose
D. Une augmentation du fer sérique
E. Une augmentation des immunoglobulines BDE

49
Annales d’internat en pharmacie

8. Exploration fonctionnelle du pancréas

1. Parmi les modifications biologiques suivantes, quelles sont celles qui apparaissent au décours
d'une pancréatite aiguë ?

A. Augmentation de la SgA pO2


B. Hypocalcémie
C. Hyperlipasémie
D. Hyperglycémie
E. Augmentation sérique de la CRP BCDE

2. Parmi les propositions suivantes, concernant la pancréatite aigüe, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s) :

A. La valeur diagnostic de l'Amylase est supérieure à celle de la Lipase


B. Une hypertriglycéridémie supérieure à 10 g /L peut être une étiologie
C. Dans les formes graves, la pancréatite aigue peut aboutir à un phénomène de nécrose
multiviscérale : on parle de pancréatite nécrotico-hémorragique
D. Le diagnostic peut faire intervenir en cas de doute des techniques d'imagerie
E. Le pronostic est évalué sur la base de score comme le score de Ranson ou le score d'Imrie

BCDE

3. Parmi les propositions suivantes laquelle (lesquelles) est (sont) des causes d'augmentation de
lipase :

A. Pancréatite aigue
B. Acidocétose diabétique
C. Insuffisance rénale
D. Grossesse
E. Cancer ovarien ABC

4. Parmi les propositions suivantes, quelle(s) est(sont) celle(s) qui s’applique(nt) à la pancréatite
chronique ?

A. Le tabac est le plus souvent mis en cause


B. Douleurs aggravées par l’alimentation
C. Diminution de l’amylasémie
D. Risque de diabète
E. Administration possible de Créon® BDE

50
Annales d’internat en pharmacie

5. Parmi les signes suivants, lequel n'est pas associé à une pancréatite aiguë ?

A. Elévation de la lipase
B. Violentes douleurs abdominales
C. Elévation de l'amylase
D. Hyperglycémie
E. Diminution des LDH E

6. Parmi les signes biologiques suivants, lequel n’est pas retrouvé chez un patient souffrant d’une
pancréatite aiguë ?

A. Lipasémie augmentée
B. Amylasémie augmentée
C. LDH élevée
D. Hypoglycémie franche
E. Elevation de la CRP D

7. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) permettent d’évaluer la gravité d’une
pancréatite :

A. Elévation des phosphatases acide


B. Hypocalcémle
C. Hyperamylasémie
D. Hyperleucocytose
E. Hyperphosphorémie BD

8. Parmi les propositions suivantes concernant la sécrétion exocrine pancréatique,


laquelle(lesquelles) est(sont) exacte(s) ?

A. Elle a un pH neutre
B. Elle est de l'ordre de 1,5 L/24 h
C. Elle contient plus d'ions bicarbonate lorsque le pancréas est stimulé par la sécrétine
D. Elle ne dépend pas de la cholécystokinine
E. Elle contient des protéases produites sous forme inactive BCE

51
Annales d’internat en pharmacie

9. Exploration du métabolisme phosphocalcique


 Généralités :

1. Pour être active, la vitamine D (cholécalciférol) doit être hydroxylée dans deux organes :
lesquels?

A. Le foie
B. L'intestin
C. Le poumon
D. Le rein
E. L'os AD

2. Parmi ces organes, quel (quels) est (sont) celui (ceux) qui participe(nt) au métabolisme de la
vitamine D3 (cholécalciférol)?

A. Poumons
B. Foie
C. Reins
D. Peau
E. Pancréas BCD

3. Indiquez la ou les affirmations(s) exacte(s)? Le calcium:

A. Se trouve dans le plasma à l'état entièrement ionisé


B. Intervient dans certaines réactions enzymatiques
C. Se retrouve dans certains calculs urinaires sous forme d'oxalate
D. Est éliminé dans les urines uniquement sous forme de phosphate tricalcique
E. Joue un rôle important dans l'hémostase BCE

4. Parmi les propositions suivantes concernant les hormones impliquées dans la régulation du
métabolisme phosphocalcique, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

A. La parathormone favorise l'ostéolyse


B. La parathormone diminue la réabsorption tubulaire du calcium
C. La thyrocalcitonine diminue la réabsorption tubulaire du calcium
D. La thyrocalcitonine stimule l'ostéolyse
E. Le 1-25 dihydroxycholécalciférol (1-25 dihydroxyvitamine D) favorise l'absorption intestinale du
calcium ACE

5. Parmi les propositions suivantes relatives au métabolisme phosphocalcique, laquelle (lesquelles)


est (sont) exacte(s) ?

A. La parathormone diminue la réabsorption tubulaire des phosphates


B. La parathormone favorise l'ostéolyse
C. La parathormone diminue la réabsorption tubulaire du calcium
D. La parathormone stimule l'hydroxylation du 25 hydroxy-cholécalciférol

52
Annales d’internat en pharmacie

E. Le 1-25 dihydroxy cholécalciférol (1-25 dihydroxy vitamine D3) favorise l'absorption intestinale
du calcium ABDE

6. Quelles sont les affirmations exactes à propos du métabolisme phospho-calcique ?

A. La PTH est une hormone hypercalcémiante et hypophosphorémiante


B. Le dosage seul du calcium total dans le sang permet de diagnostiquer une hypocalcémie
C. La majorité du calcium de l’organisme est lié à l’intérieur des organites cellulaires
D. Le magnésium n’a aucun rôle dans le métabolisme phospho-calcique
E. Une anomalie de la phosphorémie doit faire évoquer une pathologie rénale AE

7. Parmi les propositions suivantes concernant le métabolisme du calcium, indiquer celles qui sont
exactes.

A. La majorité du calcium de l'organisme se trouve dans le plasma


B. L'hormone parathyroïdienne favorise la réabsorption tubulaire du calcium
C. La sécrétion de calcitonine est régulée par le calcium ionisé
D. La vitamine D favorise l'absorption intestinale du calcium
E. L'hormone parathyroïdienne inhibe l'action de la 1-alpha hydroxylase rénale BCD

8. Parmi les propositions suivantes concernant le métabolisme des phosphates, donner la (les)
réponse(s) exacte(s) :

A. La PTH possède une action hypophosphatémiante


B. La vitamine D possède une action hyperphosphatémiante
C. La vitamine D favorise l'absorption intestinale des phosphates
D. La réabsorption tubulaire des phosphates a lieu essentiellement au niveau du TCD (tube
contourné distal)
E. Dans le tissu osseux, les phosphates sont essentiellement présents sous la forme
d'hydroxyapatite ABCE

9. La PTH :

A. Agit directement au niveau du rein


B. Agit directement au niveau de l'os
C. Agit directement au niveau du tube digestif
D. Permet l'hydroxylation de la vitamine D3 sur le C25
E. Permet la carboxylation de la vitamine D3 sur le C1 AB

10. Parmi les propositions suivantes concernant la parathormone, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s) ?

A. Elle stimule directement l'absorption intestinale du calcium


B. Elle diminue la réabsorption tubulaire rénale du calcium
C. Elle diminue la réabsorption tubulaire rénale du phosphate
D. Elle a une action ostéolytique
E. Elle inhibe la 1 alpha-hydroxylase rénale CD

11. Parmi les propositions suivantes, cocher la (les) réponse(s) exacte(s). La parathormone:

A. Augmente la réabsorption rénale du calcium

53
Annales d’internat en pharmacie

B. A le même effet que la calcitonine sur l'élimination urinaire des phosphates


C. Augmente la mobilisation du calcium osseux
D. Inhibe l'absorption intestinale du calcium
E. Inhibe la formation de la 1,25 dihydroxy vitamine D3 ABC

12. Parmi les propositions suivantes quelles sont celles qui sont exactes ? La parathormone

A. Augmente dans le sérum en cas d'insuffisance rénale chronique


B. Présente une sécrétion stimulée par la calcitonine
C. Favorise la réabsorption tubulaire du calcium
D. Est une hormone stéroïdienne
E. Est régulée par l'ACTH AC

13. Parmi les propositions suivantes concernant l'hormone parathyroïdienne, laquelle (lesquelles)
est (sont)exacte(s) ?

A. Sa sécrétion est stimulée par l'hypocalcémie


B. C'est une hormone de structure stéroïde
C. Elle favorise la réabsorption tubulaire du calcium
D. Elle favorise la déminéralisation osseuse
E. Sa production est régulée par l'axe hypothalamo-hypophysaire ACD

14. Parmi les propositions suivantes, la(les)quelle(s) est (sont) exacte(s)? La calcitonine :

A. Est une hormone hypocalcémiante


B. Est une hormone hyperphosphatémiante
C. Est sécrétée par les cellules parafolliculaires de la thyroïde
D. Est une hormone iodée
E. Augmente l'effet de la vitamine D3 AC

15. La calcitonine :

A. est un peptide sécrété par les parathyroïdes


B. à sa sécrétion principalement régulée par la calcémie
C. augmente la résorption osseuse
D. augmente l'excrétion rénale de calcium
E. diminue l'absorption intestinale de calcium BD

16. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? La calcitonine…

A. est un marqueur de cancer thyroïdien


B. augmente l’ostéolyse
C. est hypophosphatémiante
D. augmente le turn over du calcium osseux
E. inhibe le calcitriol ACE

17. Parmi les paramètres suivants, indiquer ceux qui reflètent une activité ostéoblastique.

A. La calcémie
B. Les phosphatases alcalines osseuses sériques
C. L'hydroxyproline urinaire

54
Annales d’internat en pharmacie

D. L'ostéocalcine sérique
E. La calciurie BD

18. Parmi les propositions suivantes concernant le métabolisme phosphocalcique, laquelle


(lesquelles) est (sont) inexacte(s) ?

A. Seul le calcium sous forme ionisée est actif.


B. La parathormone est une hormone hypercalcémiante et hyperphosphorémiante
C. La parathormone permet de stimuler la réabsorption rénale de calcium ainsi que l'absorption
intestinale de calcium en cas d'hypocalcémie
D. La vitamine D3 nécessite 2 hydroxylations pour être active
E. La synthèse de calcitriol est régulée par la parathormone BC

19. Parmi les propositions suivantes concernant l'équilibre phosphocalcique, laquelle (lesquelles)
est (sont) exacte(s) :

A. Le cholécalciférol est métabolisé au niveau du foie en calciférol. Celui-ci est ensuite hydroxylé
au niveau du rein en calcitriol.
B. La PTH est une hormone hypercalcémiante et hyperphosporémiante.
C. Les étiologies d'une hypercalcémie peuvent être d'origine néoplasique (métastase osseuse ou
sécrétion d'un PTH like) ou non néoplasique (insuffisance rénale chronique terminale,
intoxication à la vitamine D, immobilisation prolongée, sarcoïdose ou hypothyroïdie)
D. L'acidose métabolique, quelle qu'en soit la cause, s'accompagne de signe d'hypocalcémie par
augmentation de la fraction ionisée du calcium sanguin et donc par augmentation de la charge
filtrée du calcium.
E. Une baisse de la calcémie entraîne une augmentation de la PTH circulante et, inversement,
toute augmentation de la calcémie ionisée freine la sécrétion et la libération de PTH.

AE

20. Parmi les propositions suivantes concernant le métabolisme phospho-calcique, la(les)quelle(s)


est (sont) inexacte(s) ?

A. La calcitonine est hypocalciurique mais phosphodiurétique


B. La calcitonine est sécrétée majoritairement par les ostéoclastes mais également en très faible
quantité par le foie
C. Les saumons sauvages d'Alaska sont riches en vitamine D2 contrairement à leurs copains
d'élevage
D. L'hypocalcémie entraîne une augmentation de la production de calcitriol par activation directe
de la 25-OHvitamineD3 1-α-hydroxylase rénale
E. Les yaourts Danone® sont enrichis en Vitamine D3 car cette dernière augmente l'absorption du
calcium au niveau intestinal, la résorption osseuse, la réabsorption des ions phosphates au
niveau du tube contourné proximal et les prix de leurs délicieux produ ABC

21. La vitamine D3 :

A. stimule la production de PTH


B. stimule la production de Ca2+ Binding Protein
C. subit pour être active, deux hydroxylations : une au niveau du foie, une au niveau du rein
D. dérive du cholestérol et est une vitamine liposoluble

55
Annales d’internat en pharmacie

E. augmente l'expression de RANK-L BCDE

22. Parmi ces propositions, laquelle de ces affirmations est fausse? Le calciférol :

A. est synthétisé par le foie


B. est la vitamine D3
C. est hypercalcémiant
D. est hyperphosphorimiant
E. est inhibé par la calcitonine A

23. Parmi les propositions suivantes, laquelle n’a pas d’influence sur le métabolisme
phosphocalcique :

A. PTH
B. Vitamine K
C. Vitamine D3
D. Calcitonine
E. Glucocorticoides B

24. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle qui est exacte. Le site essentiel de production
du calcitriol à partir de son précurseur est :

A. le foie
B. le rein
C. la peau
D. l'os
E. la thyroïde B

 Pathologies du métabolisme phosphocalcique :


25. Quelle(s) est(sont) la(les) cause(s) d’hypercalcémie ?

A. Hyperparathyroïdie
B. Hyperthyroïdie
C. Prise de thiazidiques
D. Myélome multiple
E. Insuffisance rénale chronique ABCD

26. Une hypercalcémie :

A. Doit être diagnostiquée après analyse de la protidémie et du pH sanguin


B. Accompagnée d'une hypophosphorémie est liée à une intoxication à la vitamine D3
C. Peut se retrouver lors d'une hyperthyroïdie
D. Peut-être iatrogène suite à un traitement par furosémide
E. Lors d'un myélome s'explique par la sécrétion d'une PTH-rp AC

27. Parmi les propositions suivantes, indiquer les réponses inexactes. Une augmentation du
calcium ionisé plasmatique peut être due à :

A. Une alcalose métabolique


B. Une hypersécrétion de calcitonine

56
Annales d’internat en pharmacie

C. Une hypersécrétion des glandes parathyroïdiennes


D. Une augmentation des protéines plasmatiques
E. Une hyperthyroïdie ABDE

28. Parmi les situations pathologiques citées, indiquer celle(s) qui peut(peuvent) être associée(s) à
une hypercalcémie ?

A. Métastases osseuses
B. Hyperparathyroïdie primitive
C. Insuffisance rénale chronique
D. Surdosage en vitamine D
E. Cytolyse hépatique ABD

29. Parmi les propositions suivantes, cocher celle(s) qui est (sont) exacte(s). Une hypocalcémie est
souvent rencontrée lors :

A. D'une insuffisance rénale chronique


B. D'une hypovitaminose D
C. D'une hypoparathyroïdie
D. Du myélome multiple
E. D'une hypoalbuminémie ABCE

30. Parmi les réponses suivantes concernant les étiologies des hypocalcémies, quelle est celle qui
est inexacte ?

A. Elle peut résulter d’un déficit en PTH


B. Elle peut résulter d’une d’une pancréatite aigue
C. Elle peut résulter d’un syndrome de malabsorption
D. Elle peut résulter d’un excès de vitamine D3 D

31. Une hypocalcémie, associée à une hypophosphatémie, se rencontre au cours :

A. D'une hypoparathyroïdie
B. D'une pseudohypoparathyroïdie
C. D'une insuffisance rénale chronique
D. D'une carence d'apport en vitamine D
E. De la maladie de Kahler D

32. Parmi ces propositions. Une seule est fausse. Laquelle? Au cours d'une hypoparathyroïdie, on
observe:

A. Une hypocalcémie
B. Une hypocalciurie
C. Une hypophosphatémie
D. Une hypophosphaturie
E. Une diminution plasmatique de la PTH 1-84 C

33. Les hypoparathyroïdies

A. la cause la plus fréquente est une ablation de la thyroïde


B. les signes cliniques découlent de l’hypercalcémie résultante

57
Annales d’internat en pharmacie

C. il y a un allongement de l’espace QT
D. les patients atteints présentent des troubles neurologiques ACD

34. Donner les réponses exactes. L'hyperparathyroïdie primitive s'accompagne :

A. D'une élévation de l'activité des phosphatases alcalines


B. D'une hypercalcémie
C. D'une hyperphosphatémie
D. D'une élévation de la parathormone sérique
E. D'une diminution de la concentration urinaire de l'AMP cyclique ABD

35. L’hyperparathyroïdie primaire :

A. est due à une sécrétion augmentée de PTH


B. est plus fréquente chez la femme
C. se traduit par une ostéolyse diffuse
D. présente une hypocalcémie ABC

36. Parmi les réponses suivantes concernant l’hyperparathyroïdie primaire, quelles sont les
réponses exactes :

A. Elle est due à une sécrétion augmentée de PTH


B. Dans la majorité des cas on a un adénome des glandes parathyroïdes
C. Elle entraîne une ostéolyse
D. Elle entraîne une lithiase rénale ABCD

37. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exactes ? Une hypervitaminose
D se manifeste par :

A. Une hypercalciurie
B. Une augmentation de la concentration sérique de la PTH intacte 1-84
C. Une phosphatémie augmentée
D. Une augmentation sérique de la 25-OH vitamine D
E. Une augmentation de l'AMPc néphrogénique ACD

38. Quelles sont les affirmations fausses, concernant les troubles du métabolisme osseux ?

A. La maladie de Paget induit une hypocalcémie


B. Les cancers de la prostate et du sein métastasent fréquemment dans l’os
C. L’ostéomalacie est due à un défaut de synthèse de parathormone
D. L’ostéodystrophie rénale est due à un défaut d’hydroxylation de la vitamine D
E. L’augmentation des phosphatases alcalines est un marqueur spécifique des troubles de la
fonction osseuse ACE

58
Annales d’internat en pharmacie

10. Dysfonctionnements thyroïdiens


 Généralités :

1. Parmi les propositions suivantes, une seule est exacte; laquelle? L'hormone thyroïdienne la plus
active au niveau cellulaire est :

A. La triiodothyronine (T3)
B. La tétraiodothyronine (T4)
C. La 3,3',5'- triiodothyronine (rT3)
D. La thyroglobuline
E. L'acide triiodothyroacétique A

2. Parmi les acides aminés suivants, indiquez celui qui est le précurseur des hormones
thyroïdiennes :

A. Glycocolle
B. Tryptophane
C. Méthionine
D. Tyrosine
E. Sérine D

3. Parmi les propositions suivantes concernant les hormones thyroïdiennes, indiquer celle(s} qui
est (sont) exacte(s) ?

A. T3 est plus active que T4


B. Une carence en iode inhibe la fonction thyroïdienne
C. Une peroxydase est nécessaire au couplage des iodotyrosines
D. T4 est transportée dans le sang par la thyroglobuline
E. En cas de jeûne, T3 inverse (ou T3 reverse) est plus formée que T3 ACE ou ABCE

4. Concernant les hormones thyroïdiennes, une des propositions suivantes est fausse: laquelle?

A. Elles inhibent la sécrétion par l'hypophyse de TSH


B. Elles ont un effet chronotrope positif sur le cœur
C. Elles potentialisent les effets de l'adrénaline sur la glycogénolyse
D. Elles entraînent un ralentissement des réflexes ostéotendineux
E. Elles diminuent la cholestérolémie D

5. Parmi les couples de paramètres plasmatiques suivants, quel est celui qui est utilisé dans le
cadre de l'exploration fonctionnelle thyroïdienne de routine?

A. TSH, T3 libre
B. TSH, T4 totale
C. T 4 libre, T3 libre
D. TSH, T4libre
E. Test au TRH, T4 libre D

59
Annales d’internat en pharmacie

6. Parmi les propositions suivantes concernant les hormones thyroïdiennes T3 et T4, laquelle
(lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

A. Elles sont hyperglycémiantes


B. Elles peuvent augmenter les effets des AVK et accroître le risque hémorragique
C. Elles ne peuvent être pas administrées par voie orale
D. Elles permettent la maturation du système nerveux central chez le fœtus et le nourrisson
E. Elles stimulent l'ostéogenèse ABDE

7. Parmi les propositions suivantes concernant la thyroïde, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s)?

A. L'iode pénètre dans la cellule thyroïdienne grâce à un symport Na/I.


B. La thyroperoxydase est responsable de l'organification des ions iodures, ainsi que de leur
incorporation au sein de la thyroglobuline.
C. La thyroglobuline iodée correspond à la forme de réserve des hormones thyroïdiennes.
D. Les récepteurs cellulaires des hormones thyroïdiennes correspondent à des récepteurs
membranaires au niveau desquels se forment des hétérodimères avec le récepteur de l'acide
rétinoïque.
E. La triiodothyronine subit une conversion périphérique grâce à la 5'-désiodase. ABC

8. Parmi les propositions suivantes concernant les hormones thyroïdiennes, laquelle (lesquelles)
est (sont) exacte(s)?

A. Elles ont la thyroglobuline pour principale protéine vectrice plasmatique


B. Leurs récepteurs sont membranaires
C. Elles interviennent dans la maturation du système nerveux central
D. Elles augmentent la glycogénolyse musculaire
E. Elles induisent une bradycardie à des concentrations supra-physiologiques CD

9. Parmi les propositions suivantes sur la thyroïde, indiquez celle(s) qui est (sont) exacte(s) :

A. Les hormones thyroïdiennes sont iodées, hydrophiles et dérivent de la thyronine.


B. La synthèse de TBG (thyroxine binding globulin) a lieu dans le foie et est stimulée par les
oestrogènes.
C. La T4 est synthétisée intégralement dans la thyroïde tandis que la T3 est formée plutôt de
manière périphérique.
D. Le phénomène d'interconversion permet le passage de la T3 en T4, forme beaucoup plus active.
E. La TSH augmente la captation de l'Iode par la thyroïde BCE

10. Laquelle de ces affirmations est fausse ? Concernant la thyroïde,

A. L’unité de base anatomique est le follicule


B. Les cellules C sont responsables de la synthèse de la thyrocalcitonine
C. La captation d’iode est inhibée par la TSH
D. Les hormones qu’elle produit ont un rétrocontrôle négatif sur l’hypophyse et l’hypothalamus
E. La sécrétion hormonale suit un rythme circadien C

60
Annales d’internat en pharmacie

11. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? Concernant les hormones


thyroïdiennes…

A. Elles agissent sur tous les tissus de l’organisme


B. La T3 a une demi-vie supérieure à la T4
C. La T3 est plus active que la T4
D. Le passage de la T4 à T3 se fait des désiodases
E. La T3 agit sur des récepteurs membranaires AD

12. A propos des cancers de la thyroïde, quelle affirmation parmi les suivantes est exacte ?

A. Seule la scintigraphie permet de distinguer un nodule thyroïdien bénin d’un nodule malin
B. Le bilan thyroïdien est indispensable au diagnostic
C. Les cancers de la thyroïde ne métastasent jamais
D. Un cancer épithélial dérivé des cellules C peut être associé à un phéochromocytome
E. Lors d’un cancer épithélial dérivé des cellules C, la TSH est systématiquement effondrée D

13. Parmi les propositions suivantes concernant la glande thyroïde, laquelle (lesquelles) est (sont)
fausse(s) :

A. Capte les iodures circulants pour les concentrer dans les thyréocytes
B. Sécrète plus de thyroxine que de triiodothyronine de manière journalière
C. Sécrète uniquement des hormones iodées
D. Agit sur la croissance du cartilage de conjugaison
E. Est indispensable à la croissance du cartilage in utéro ACE

14. Quelle est la proposition inexacte concernant la TSH :

A. C’est une protéine constituée de 2 sous unités


B. Elle est d’origine hypothalamique
C. Il y a une activité TSH like de l’HCG pendant la grossesse
D. Elle suit un rythme circadien
E. Elle est l’examen de première intention d’exploration de la thyroïde B

15. Concernant les effets physiologiques des hormones thyroïdiennes, quelles sont les propositions
exactes ?

A. stimulent la croissance en longueur et en largeur des os


B. Diminuent l'absorption intestinale
C. Augmentent la captation cellulaire des glucides
D. Augmentent le catabolisme des protéines
E. Diminuent la glycolyse CD

61
Annales d’internat en pharmacie

 Les dysthyroïdies :
16. Une seule des perturbations suivantes ne concerne pas une hyperthyroïdie d'origine
périphérique. Laquelle?

A. Hypocholestérolémie
B. Augmentation de la TSH plasmatique
C. Présence d'une tachycardie
D. Augmentation du métabolisme basal
E. Augmentation du catabolisme protéique B

17. Au cours de l'hyperthyroïdie primaire, on observe généralement :

A. Une tachycardie
B. Une constipation
C. Une diminution du métabolisme basal
D. Une diminution de la TSH sérique
E. Une hypocholestérolémie totale ADE

18. Parmi les symptômes suivants, lesquels sont caractéristiques d’une hyperthyroïdie ?

A. Nervosité excessive
B. Obésité
C. Tachycardie
D. Myxoedème
E. Elévation des enzymes hépatiques ACE

19. La maladie de Basedow :

A. Est une hypothyroïdie


B. Se dépiste par le dosage des anticorps anti-peroxydase
C. Provoque un amaigrissement
D. Provoque une accélération du transit intestinal
E. Est une maladie auto-immune CDE

20. Parmi les propositions suivantes, quelle est celle qui ne s'applique pas à la maladie de Basedow
:

A. Hyperthyroïdie
B. Exophtalmie
C. Diarrhées
D. Bradycardie
E. Thermophobie D

21. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? La maladie de Basedow…

A. est une hyperthyroïdie


B. est peu fréquente
C. est une maladie auto-immune
D. amène à un goitre homogène et indolore
E. peut être diagnostiquée par le dosage des TRAC ACDE

62
Annales d’internat en pharmacie

22. Parmi les manifestations suivantes, quelles sont celles fréquemment rencontrées dans la
maladie de BASEDOW ?

A. La présence d'un goitre


B. Une TSH diminuée
C. Une exophtalmie
D. Un ralentissement du transit intestinal
E. Une tachycardie ABCE

23. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s)? Dans la maladie de
Basedow, on observe le plus souvent

A. La présence d'anticorps anti-récepteurs de TSH


B. La présence d'anticorps anti-thyroperoxydase
C. Une concentration élevée de TSH plasmatique
D. Une hypercholestérolémie
E. Une concentration élevée de T4 libre plasmatique ABE

24. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) s'applique(nt) à la maladie de Basedow :

A. Hypothyroïdie
B. Exophtalmie
C. Tachycardie
D. Sueurs
E. Constipation BCD

25. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s)? Une hypothyroïdie
entraîne :

A. Une hyperglycémie
B. Une diminution du métabolisme énergétique
C. Une bradycardie
D. Un myxœdème
E. Un gigantisme chez l'enfant BCD

26. Au cours de l'hypothyroïdie, on observe le ou les signe(s) suivant(s) :

A. Une baisse de la T4 libre


B. Une nervosité
C. Une hypothermie
D. Une prise de poids
E. Une hypercholestérolémie ACDE

27. Parmi les propositions suivantes concernant l’hypothyroïdie de l’adulte, laquelle (lesquelles)
est (sont) exacte(s) :

A. On observe des crampes musculaires


B. Elle peut se révéler par une anémie
C. Le malade se plaint d’une transpiration excessive et bouffées de chaleur
D. L’athérome est fréquent
E. L’étiologie auto-immune est la plus fréquente ABDE

63
Annales d’internat en pharmacie

11. Dysfonctionnements corticosurrénaliens


 Généralités :

1. Parmi ces hormones, une seule n'est pas secrétée par les surrénales. Laquelle ?

A. La déhydroépiandrostérone
B. Le cortisol
C. L'aldostérone
D. L'androstènedione
E. L'estriol E

2. Cocher la ou les proposition(s) exacte(s). Chaque glande surrénale

A. Est située sur la face ventrale du rein


B. Secrète des hormones sexuelles mâles
C. Est constituée d'un cortex et d'une médulla
D. Secrète des hormones régulant la natrémie
E. Est en position rétropéritonéale BCDE

3. Parmi les propositions suivantes concernant les glandes surrénales, une seule est exacte,
laquelle ?

A. La synthèse du cortisol nécessite l'intervention d'une 17 hydroxylase


B. La synthèse de l'aldostérone se fait dans la zone réticulée de la glande surrénale
C. Le cortisol suit un rythme nycthéméral avec un nadir juste avant le réveil
D. Le récepteur au cortisol est un récepteur membranaire qui, une fois activé, vient se fixer sur un
accepteur nucléaire
E. Le cortisol exerce un rétrocontrôle positif sur la sécrétion hypophysaire d'ACTH A

4. Parmi les hormones suivantes, laquelle(ou lesquelles) est(ou sont) secrétée(s) par la
corticosurrénale ?

A. La testostérone
B. L'adrénaline
C. L'ACTH
D. L'aldostérone
E. La prolactine AD

5. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? La cortico surrénale :

A. Est d'origine ectoblastique


B. Est d'origine mésodermique
C. Sécrète l'adrénaline
D. Sécrète les stéroïdes
E. Sécrète les catécholamines BD

64
Annales d’internat en pharmacie

6. Parmi les propositions suivantes, concernant la physiologie des corticosurrénales, laquelle


(lesquelles) est (sont) exacte(s):

A. La zone glomérulée qui est prépondérante produit les androgènes


B. Les glucocorticoïdes ont 21 carbones et sont hydroxylés en position 17, 21, et 11
C. La formation de DHEA est l'étape limitante à la formation de toutes les hormones formées dans
les corticosurrénales.
D. Les glucocorticoïdes activent la lipolyse
E. L'aldostérone permet la réabsorption de sodium au niveau des tubules distaux du rein

BDE

7. A propos de la physiologie des corticosurrénales, quelle(s) est (sont) la (les) réponse(s)


exacte(s)?

A. La médullosurrénale sécrète les cathécolamines


B. La zone glomérulée de la corticosurrénale produit les glucocorticoïdes
C. L’exploration de la fonction surrénalienne est impossible en période de stress
D. Les stéroïdes surrénaliens sont synthétisés à partir du cholestérol
E. L’aldostérone exerce un rétrocontrôle négatif sur l’ACTH hypophysaire ACD

8. Parmi ces propositions sur les glucocorticoïdes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

A. Le cortisol est le principal glucocorticoïde chez l'homme


B. Ils sont sécrétés par la zone fasciculée de la corticosurrénale
C. Ils sont sécrétés par la médullo-surrénale
D. Interviennent dans la maturation pulmonaire du fœtus
E. Ils agissent par l'intermédiaire de l'AMP cyclique ABD

9. Quelle est la proposition exacte concernant les glucocorticoïdes ?

A. Ils sont sécrétés par la zone glomérulée des surrénales


B. Ils comprennent principalement le cortisol et l‘aldostérone
C. Ils sont sécrétés sous le contrôle de la GH hypophysaire (hormone de croissance)
D. Ils augmentent la concentration des acides aminés circulants et l'excrétion azotée urinaire
E. Ils augmentent les défenses immunitaires D

10. Parmi les propositions suivantes, donner la réponse exacte. Chez la femme, les androgènes
sont produits par:

A. Le follicule de De Graaf
B. La corticosurrénale
C. La glande mammaire
D. La médullosurrénale
E. L'adénohypophyse B

65
Annales d’internat en pharmacie

11. Parmi les propositions suivantes, laquelle(lesquelles) est(sont) exacte(s) ? Dans la


médullosurrénale :

A. La biosynthèse des catécholamines est influencée par les stéroïdes corticosurrénaliens


B. Les catécholamines sont synthétisées à partir du tryptophane
C. Les catécholamines sont secrétées par les cellules chromaffines
D. La sécrétion des catécholamines est stimulée par l'acétylcholine
E. La sécrétion des catécholamines est stimulée par le système parasympathique ACD

12. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? L’ACTH…

A. est secrétée par l’hypothalamus


B. est soumise à un rétrocontrôle par le cortisol
C. est secrétée de manière pulsatile
D. agit sur la zone glomérulée des glandes surrénales
E. agit sur la sécrétion de cortisol BCE

13. Parmi les propositions suivantes concernant la corticostimuline (ACTH), laquelle (lesquelles) est
(sont) exacte(s)?

A. Elle a une activité mélano-stimulante à fortes concentrations


B. Son taux plasmatique est élevé dans la maladie de Cushing
C. Son taux plasmatique maximum est observé dans la première partie de la nuit
D. Son taux plasmatique diminue après administration de métopyrone
E. Son taux plasmatique est effondré dans la maladie d'Addison AB

14. Une des affirmations suivantes concernant le cortisol est fausse, laquelle ?

A. C'est un glucocorticoïde
B. C'est une hormone hyperglycémiante favorisant la néoglucogenèse hépatique
C. Il entraîne une fuite potassique urinaire
D. Il diminue le catabolisme protidique
E. Il provoque une augmentation de la cholestérolémie D

15. Parmi les propositions suivantes, cocher celle(s) qui est (sont) exacte(s). Le cortisol :

A. Est une hormone hyperglycémiante


B. Favorise la fuite urinaire du sodium
C. Favorise l'hypercatabolisme protéique
D. Est principalement secrété par la médullosurrénale
E. Est une hormone peptidique AC

16. Les effets du cortisol sur le métabolisme se traduisent par:

A. Un hypercatabolisme protidique
B. Une hyperglycémie
C. Une hypocholestérolémie
D. Une diminution de la néoglucogénèse
E. Une élévation de la concentration des protéines plasmatiques AB

66
Annales d’internat en pharmacie

17. Parmi les propositions suivantes sur le cortisol, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) :

A. Il est sécrété dans la zone fasciculée de la médullosurrénale


B. Il a un effet hyperglycémiant
C. Il a un effet anti-inflammatoire
D. Il a un effet immunosuppresseur
E. Il a un effet hypocholestérolémiant BCD

 Pathologies cortico-surrénaliennes :

18. Parmi les constatations suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) observée(s) lors de
la maladie d'Addison ?

A. Une concentration d'ACTH plasmatique augmentée


B. Une pigmentation de la peau
C. Une hyponatrémie
D. Une hypokaliémie
E. Une élévation de la concentration du cortisol plasmatique à 8 h ABC

19. Parmi les constatations suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) observée(s) lors de
la maladie d'Addison ?

A. La cortisolémie abaissée à 8h du matin


B. Une mélanodermie
C. La cortisolémie n'augmente pas une heure après l'injection de SYNACTHENE®
D. La concentration d'ACTH plasmatique est augmentée
E. La cortisolurie n'est pas modifiée ABCD

20. Parmi les constatations suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) observée(s) lors
d'un syndrome de Cushing?

A. Une obésité facio-tronculaire


B. Une prise de poids
C. Une hypoglycémie
D. Une hypotension orthostatique
E. Une cortisolurie diminuée AB

21. Au cours d'un syndrome de Cushing d'origine périphérique, on observe :

A. Une diminution de l'ACTH plasmatique


B. Une cortisolémie élevée à minuit
C. Une hyperkaliémie
D. Une rétention sodée
E. Une mélanodermie ABD

67
Annales d’internat en pharmacie

22. Dans le syndrome de Cushing on peut observer :

A. Cortisol libre urinaire élevé


B. Cortisol plasmatique élevé
C. Une réponse au test de freinage rapide par la dexaméthasone
D. Une concentration plasmatique en TSH élevée
E. Un rythme nycthéméral du cortisol conservé AB

23. Parmi les propositions suivantes, laquelle s’applique à un hypercorticisme métabolique type
Cushing ?

A. Un test de freinage faible permet de confirmer un diagnostic de syndrome de Cushing


B. Un cortisol plasmatique élevé à 8 heures du matin suffit à affirmer le diagnostic
C. Une hypertrophie des extrémités est fréquemment observée
D. L’étiologie est majoritairement cancéreuse
E. Si la cause est un adénome surrénalien, le cortisol est élevé et l’ACTH basse E

24. Parmi les définitions suivantes, laquelle correspond à une maladie de Cushing ?

A. Insuffisance surrénalienne chronique


B. Hyperaldostéronisme primaire
C. Sécrétion inappropriée d’hormone antidiurétique
D. Hypersécrétion de glucocorticoïdes ACTH-indépendante
E. Hypercorticisme glucocorticoïde d’origine hypothalamo-hypophysaire E

25. Parmi les constatations suivantes, quelle(s) est(sont) celle(s) qui est(sont) observée(s) lors d'un
syndrome de Cushing ?

A. Une hypercortisolémie
B. Une hypocortisolurie
C. Une hyponatrémie
D. Une hypoglycémie
E. Une hypercholestérolémie AE

26. Parmi les signes biologiques suivants, lequel est le plus évocateur d'un hyperaldostéronisme
primaire?

A. Hypomagnésémie
B. Polyurie
C. Acidose métabolique
D. Hypokaliémie
E. Hypercalciurie D

27. Parmi les propositions suivantes, donner la (les) réponse(s) exacte(s). Un hyperaldostéronisme
secondaire s'observe généralement au cours :

A. Des diarrhées
B. Des vomissements
C. De l'insuffisance rénale chronique
D. D'un syndrome néphrotique
E. D'une insuffisance hépatocellulaire avec ascite ABDE

68
Annales d’internat en pharmacie

28. L'hyperaldostéronisme primaire s'accompagne de:

A. Hyponatrémie
B. Hypokaliémie
C. Acidose métabolique
D. Hypervolémie
E. Une activité rénine plasmatique augmentée BD

29. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) des étiologies possibles
d’hyperaldostéronisme primaire :

A. Sténose de l’artère rénale


B. Syndrome néphrotique
C. Adénome surrénalien
D. Mauvaise utilisation des diurétiques
E. Syndrome de Conn CE

30. Laquelle de ces affirmations est juste ? Le syndrome de Conn :

A. Est un hyperaldostéronisme secondaire


B. Provoque une rétention sodée au niveau du tube proximal
C. Entraîne une acidose métabolique
D. S’accompagne rarement de troubles cardiaques
E. Est le plus souvent dû à un adénome de la zone glomérulée des surrénales E

31. Quelle est la pathologie qui s'accompagne d'un hypercorticisme ?

A. Maladie d'Addison
B. Maladie de Cushing
C. Syndrome de Conn
D. Maladie de Basedow
E. Syndrome de Barterr B

32. Laquelle de ces affirmations est juste ? L’hypercortisolisme

A. augmente la masse musculaire


B. augmente la densité osseuse
C. provoque des troubles de la glycurorégulation
D. répartit harmonieusement la masse graisseuse
E. est mis en évidence par une diminution du cortisol dans le sang C

33. Quelle proposition parmi les suivantes ne concerne pas les hypercorticismes métaboliques ?

A. On observe souvent une intolérance au glucose


B. La maladie de Cushing en fait partie
C. Les examens de dépistage comprennent le dosage du cortisol libre urinaire et l'analyse du
rythme nychtéméral de la cortisolémie
D. La majorité des cas est ACTH dépendant
E. Les patients sont souvent en acidose métabolique E

69
Annales d’internat en pharmacie

34. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui caractérise(nt) l'insuffisance surrénale
aiguë.

A. Une hyponatrémie
B. Une hyperkaliémie
C. Une hypernatriurie
D. Une hyperglycémie
E. Une hypertension artérielle ABC

35. Parmi les constatations suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) observée(s) lors de
l'insuffisance surrénalienne aiguë?

A. Une hyponatrémie
B. un hypoaldostéronisme
C. Une alcalose métabolique
D. Une kaliurèse élevée
E. Une hyperkaliémie ABE

36. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) un(des) signe(s) observés
habituellement dans l’insuffisance surrénale aigüe ?

A. Hypoglycémie
B. Hypokaliémie
C. Hypotension artérielle
D. Hypernatrémie
E. Collapsus hypovolémique ACE

37. Parmi les propositions suivantes, quelles sont celles qui sont exactes ?

A. Une des étiologies possible de la maladie de Basedow est une tuberculose bilatérale des
surrénales
B. Dans la maladie d'Addison l'ACTH est augmenté, le cortisol plasmatique est diminué et
l'aldostérone est diminuée.
C. Dans les déficits en 21-hydroxylase la 11-désoxycorticostérone (DOC) est augmentée
D. L'adénome de Conn est l'étiologie la plus fréquente des hyperaldostéronismes secondaires
E. La maladie de cushing atteint plus souvent les hommes que les femmes BD

70
Annales d’internat en pharmacie

12. Divers

1. Parmi les protéines plasmatiques suivantes, quelle est celle utilisée comme marqueur
d'hémolyse?

A. CRP
B. Orosomucoïde
C. Transferrine
D. Haptoglobine
E. Préalbumine D

2. Indiquer, parmi les protéines, celle dont la concentration plasmatique est diminuée lors d'une
hémolyse intravasculaire :

A. Albumine
B. Préalbumine
C. Orosomucoïde
D. Transferrine
E. Haptoglobine E

3. Parmi les propositions suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) pouvant être observée(s) au cours
d'une hémolyse intra-vasculaire aiguë ?

A. Diminution de la concentration d'haptoglobine plasmatique


B. Présence d'une hématurie
C. Augmentation de la bilirubinémie non conjuguée
D. Présence d'hémoglobine plasmatique
E. Présence d'une hémoglobinurie ACDE

4. Quel(s) est (sont) la (ou les) enzyme(s) dont le déficit entraîne une hémolyse lors de la prise de
certains médicaments?

A. La bêta glucuronidase
B. La déshydrogénase glutamique
C. La glucose 6 phosphate déshydrogénase
D. La déshydrogénase lactique
E. La sorbitol déshydrogénase C

5. Parmi les protéines suivantes, quelle(s) est(sont) celle(s) dont la concentration plasmatique est
susceptible d'augmenter au cours d'un syndrome inflammatoire ?

A. Protéine C réactive (CRP)


B. Albumine
C. Ferritine
D. Orosomucoïde
E. Haptoglobine ACDE

71
Annales d’internat en pharmacie

6. Indiquer parmi les protéines mentionnées, celle(s) dont la concentration plasmatique est
augmentée au cours de la réaction inflammatoire aiguë :

A. Albumine
B. Préalbumine
C. Fibrinogène
D. Orosomucoïde
E. Alpha-1 antitrypsine CDE

7. Parmi les protéines suivantes, laquelle est la plus spécifique de la réaction inflammatoire ?

A. L'orosomucoïde
B. La transcortine
C. La transferrine
D. La protéine C réactive (CRP)
E. L'alpha2 macroglobuline D

8. Parmi les propositions suivantes concernant les marqueurs de l'inflammation, indiquez celle(s)
qui est (sont) exacte(s) :

A. L'haptoglobine est souvent diminuée


B. Orosomucoïde est une protéine de la réaction inflammatoire à cinétique rapide
C. Albumine et la préalbumine peuvent être diminuées dans les syndromes inflammatoires
D. Lors d'inflammation chronique, on peut retrouver une thrombopénie et une anémie
E. La CRP est une protéine de l'inflammation à large amplitude et à demi-vie courte CE

9. Concernant le syndrome inflammatoire, quelles sont les propositions exactes :

A. L’haptoglobine est diminuée


B. L’α1-antitrypsine est augmentée
C. La transferrine est abaissée
D. Le fibrinogène est augmenté
E. L’α2-macroglobuline est augmentée BCD

10. Au cours d'une réaction inflammatoire aiguë, on observe :

A. Une augmentation de la fraction gamma sur un protéinogramme sérique


B. Une augmentation de la CRP sérique
C. Une hyperalbuminémie
D. Une augmentation de la synthèse des interleukines IL-1 et IL-6
E. Une hyposidérémie BD

11. Parmi les propositions suivantes concernant l'orosumucoïde plasmatique, une seule est fausse.
Indiquer laquelle.

A. C'est une glycoprotéine


B. Elle migre à l'électrophorèse sur agarose au niveau des alpha 1 globulines
C. Elle augmente dans les syndromes inflammatoires
D. Elle diminue dans les syndromes néphrotiques
E. Elle diminue lors d'une hémolyse intravasculaire E

72
Annales d’internat en pharmacie

12. Parmi les protéines suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) augmentée(s) lors d’un syndrome
inflammatoire ?

A. Albumine
B. Alpha-1-antitrypsine
C. Fibrinogène
D. Ferritine
E. CRP BCDE

13. Quel est, parmi les examens biologiques suivants, celui prescrit dans le diagnostic biochimique
d'un infarctus du myocarde ?

A. Alanine aminotransférase
B. Amylase
C. Troponine
D. Phosphatase alcaline
E. Gamma glutamyltransférase C

14. Quel est le marqueur le plus précoce dans l’infarctus du myocarde ?

A. La myoglobine
B. Les CK-MB
C. La troponine
D. La LDH
E. Les ASAT A

15. Concernant les marqueurs biochimiques de l'infarctus du myocarde, trouver la ou les


proposition(s) exacte(s).

A. La myoglobine est un marqueur cardio-spécifique


B. La CK-MB augmente plus rapidement que la myoglobine
C. L'ASAT reste actuellement un marqueur de choix pour le diagnostic de l'infarctus du myocarde
D. La troponine Ic permet un diagnostic rétrospectif de l'infarctus du myocarde
E. La troponine Ic est un marqueur cardio-spécifique DE

16. Parmi les propositions suivantes concernant les marqueurs cardiaques quelle(s) est (sont) la
(les) réponse(s) fausse(s) ?

A. La myoglobine est un marqueur plus précoce que les troponines.


B. La myoglobine est un marqueur non spécifique de l'infarctus du myocarde (IDM).
C. Une élévation de la troponine est un diagnostic de certitude de l'IDM.
D. Le dosage de la troponine est réalisé par une technique immuno-enzymatique.
E. Les troponines apparaissent 8 heures après un IDM. E

17. Parmi les affirmations suivantes, quelles sont celles qui sont exactes ?

A. Le dosage de la myoglobine peut être utilisé dans le diagnostic de l'IDM.


B. Les troponines sont des marqueurs sensibles de l'infarctus du myocarde mais sont peu
spécifiques.
C. Dans l'infarctus du myocarde, l'élévation des troponines Ic et Tc s'observe à H+1.
D. Le dosage des troponines Ic permet le diagnostic de certitude d'un IDM.

73
Annales d’internat en pharmacie

E. Après un IDM, la disparition des troponines s'observe en 48h environ. AD

18. Parmi les couples de marqueurs de la fonction cardiaque suivants, lequel est le plus pertinent
de prescrire dans le cadre d’une suspicion d’infarctus du myocarde ?

A. CPK-MB et LDH
B. Troponine I et myoglobine
C. Myoglobine et BNP
D. ASAT et troponine C
E. CPK et troponine C B

19. Donner la (les) réponse(s) exacte(s). Une hypercholestérolémie est souvent secondaire à :

A. Un régime riche en cholestérol et graisses animales


B. Un régime riche en hydrates de carbone
C. Un alcoolisme chronique
D. Une malnutrition
E. Un hypothyroidisme AE

20. L'adrénaline stimule tous ces processus métaboliques sauf un. Lequel ?

A. Glycolyse
B. Lipolyse
C. Néoglucogenèse
D. Glycogénolyse
E. Cétogenèse Réponse simple : E

21. Parmi ces propositions concernant la grossesse, une seule est fausse. Laquelle?

A. Le taux plasmatique de l'estradiol augmente régulièrement


B. Le taux plasmatique de la progestérone augmente régulièrement
C. Le taux plasmatique de l'hormone gonadotrophique chorionique augmente régulièrement
D. Le taux plasmatique de FSH est effondré
E. Le taux plasmatique de LH est effondré C

22. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) des facteurs pronostics du
myélome :

A. β2 microglobuline
B. Créatinine
C. PAL leucocytaire
D. LDH
E. Présence du chromosome Philadelphie (translocation 15 ;17) AB

23. Parmi les propositions suivantes, laquelle est exacte? La médullosurrénale:

A. N'est pas innervée


B. Est seulement innervée par des fibres cholinergiques
C. Est seulement innervée par des fibres adrénergiques
D. Est innervée par des fibres adrénergiques et cholinergiques
E. Est sous la dépendance de la corticosurrénale B

74
Annales d’internat en pharmacie

24. Parmi les paramètres suivants, citer celui qui constitue un marqueur de l'ostéogénèse :

A. Glycosides d'hydroxylysine urinaires


B. Pyridinoline urinaire
C. Ostéocalcine
D. Hydroxyproline
E. Calciurie C

25. Parmi les propositions suivantes concernant l'albumine, une seule est fausse. Laquelle?

A. est normalement présente dans le plasma à un taux plus élevé que celui de l'ensemble de
toutes les autres protéines
B. est biosynthétisée dans le foie
C. son taux abaissé témoigne de la réaction mésenchymateuse au cours d'une cirrhose constituée
D. son taux plasmatique abaissé favorise la constitution de l'ascite chronique
E. constitue un bon marqueur de la dénutrition C

26. Parmi les propositions suivantes, indiquer celles qui sont exactes. Une hyperuricémie apparaît
au cours :

A. D'une insuffisance rénale chronique


B. D'un traitement par les salicylés à forte dose
C. D'un traitement par chimiothérapie des leucémies aiguës
D. Des hyperlactacidémies
E. D'une dénutrition ACD

27. Parmi les propositions suivantes, laquelle n’est pas responsable d’hyperuricémie ?

A. Insuffisance rénale
B. Ictère
C. Leucémie lymphoïde chronique
D. Psoriasis
E. Maladie de Paget B

28. À propos des situations d'hyperuricémie, quelle proposition est fausse ?

A. Une hyperuricémie mesurée sur un prélèvement isolé n'est pas toujours pathologique
B. Elles peuvent être d'origine iatrogène
C. Un déficit complet en HGPRT provoque une hyperuricémie et un retard mental
D. Les hyperuricémies évoluent toujours vers de pathologies goutteuses
E. La physiopathologie de l'accès goutteux est médiée par le complément D

29. Parmi les propositions concernant la lithiase biliaire, une seule est fausse. Laquelle?

A. Elle est caractérisée par la présence de calculs dans les canalicules biliaires
B. Elle est plus fréquente chez le sujet âgé que chez le sujet jeune
C. Elle peut être associée à une hypercholestérolémie
D. Elle évolue vers une cirrhose
E. L'existence de facteurs génétiques n'est pas démontrée D

75
Annales d’internat en pharmacie

30. Parmi les propositions suivantes, indiquer la (les) réponse(s) exacte(s). Une cétonémie
caractérise :

A. L'état de jeûne prolongé


B. Le diabète insipide
C. Le coma diabétique dû à un diabète insulino-dépendant
D. L'insuffisance rénale
E. Le coma AC

31. Une hyponatriurie s'observe généralement au cours :

A. Du syndrome néphrotique primitif


B. De la cirrhose avec ascite
C. De l'hypoaldostéronisme
D. De l'insuffisance rénale fonctionnelle
E. Des régimes désodés ABDE

32. Parmi les propositions suivantes, indiquer celles qui sont exactes. Une hypertriglycéridémie est
observée au cours de dyslipidémie de type :

A. I
B. IIa
C. IIb
D. IV
E. V ACDE

76
Annales d’internat en pharmacie

Hématologie

77
Annales d’internat en pharmacie

1. La lignée érythroblastique

1. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? L’érythropoïèse…

A. Conduit à la production de globules blancs


B. Dure environ 6 jours
C. Est sous l’influence de l’érythropoïétine
D. Passe par des érythroblastes polychromatophiles
E. Commence par l’érythroblaste BCD

2. Quelle est la durée de l'érythropoïèse médullaire normale ?

A. Un jour
B. Sept jours
C. Quinze jours
D. Trente jours
E. Cent vingt jours B

3. A propos de l’érythropoïèse, quelle(s) affirmation(s) parmi les suivantes est (sont) exactes ?

A. L’érythroblaste acidophile est le stade qui précède le réticulocyte


B. Les précurseurs érythroblastiques se divisent par méioses successives
C. Chez un adulte ne souffrant pas d’hémopathie, l’érythropoïèse se fait exclusivement dans la
moelle osseuse
D. La principale hormone régulant l’érythropoïèse est l’érythropoïétine
E. La biosynthèse de l’hémoglobine comporte des étapes limitantes ACDE

4. Parmi les propositions suivantes, lesquelles sont exactes ? l'érythropoïétine

A. Est secrétée par le rein


B. Stimule la maturation des érythroblastes
C. Est augmentée par séjour en altitude
D. Augmente la masse musculaire
E. Est anticoagulante ABC

5. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? L’érythropoïétine…

A. est une glycoprotéine


B. est produite majoritairement par le foie
C. est hypersecrétée lors d’une intoxication au monoxyde de carbone
D. est dosable dans le sang
E. diminue la prolifération des CFU-E ACD

6. Quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) juste(s) parmi les suivantes concernant les cellules
souches hématopoïétiques ?

A. Les cellules souches ont une localisation strictement médullaire et ne se rencontrent pas dans
le sang circulant
B. Elles sont identifiables morphologiquement
78
Annales d’internat en pharmacie

C. Elles portent un antigène de membrane (CD34) qui disparaît dans les cellules différenciées
D. Elles expriment les antigènes de différenciation de toutes lignées qu'elles peuvent engendrer
E. Elles sont capables d'assurer la reconstitution à long terme des lignées myéloïdes et lymphoïdes
chez un receveur CE

7. Quelle est la durée de vie moyenne d’un globule rouge ?

A. Une semaine
B. Deux semaines
C. Un mois
D. Quatre mois
E. Six mois D

8. Parmi les propositions suivantes, donner la ou les réponse(s) exacte(s). Les hématies matures
humaines sont capables de :

A. Transformer le glucose en lactate


B. Synthétiser l'acétyl CoA
C. Transformer le glucose en ribose
D. Oxyder totalement le glucose en CO2 et H2O
E. Générer le NADPH + H+ A

9. Quelles sont les propositions exactes ? La moelle osseuse…

A. Est constituée uniquement de cellules myéloïdes


B. Est le lieu de formation des leucocytes à l’exception des lymphocytes T
C. Contient des cellules souches totipotentes
D. Est le site de différentiation principal des lymphocytes B
E. Est le site majeur de production d’anticorps CDE

10. Parmi les propositions suivantes, une seule est fausse, Laquelle? la structure de l'hémoglobine
A1 comprend:

A. 2 chaînes delta de globine


B. 4 atomes de fer
C. 2 chaînes alpha de globine
D. 4 molécules d'hème
E. 2 chaînes bêta de globine A

11. Parmi les différentes propositions concernant les fonctions biologiques de l'hémoglobine, une
seule est fausse. Laquelle?

A. Elle joue un rôle de tampon


B. Elle assure le transport de la bilirubine
C. Elle amène l'oxygène des poumons aux tissus
D. Elle peut fixer l'oxyde de carbone
E. Elle transporte le gaz carbonique des tissus aux poumons B

12. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s)? L'affinité de
l'hémoglobine pour l'oxygène est augmentée:

79
Annales d’internat en pharmacie

A. Lors d'une augmentation de la pression partielle de l'oxygène (02)


B. Lors d'une augmentation de la température
C. Lors d'une diminution de la concentration en protons
D. Lors d'une augmentation du 2,3 DPG
E. Lors de la prise de thyroxine AC

13. L'hémoglobine est une :

A. Hétéroprotéine
B. Chromoprotéine
C. Lipoprotéine
D. Nucléoprotéine
E. Holoprotéine AB

14. Parmi les propositions suivantes concernant l'hémoglobine, lesquelles sont justes :

A. L'hémoglobine A1 est constituée selon l'association suivante : α2δ2


B. L'hémoglobine foetale F a une affinité pour l'oxygène plus forte que l'hémoglobine A
C. L'hémoglobine F représente 80% de l'hémoglobine du nouveau-né
D. L'hémoglobine A2 est normalement présente à un taux de 1% chez l'adulte
E. L'hémoglobine F est quasi absente chez l'adulte BCDE

15. Cochez la ou les réponses exactes: L'hémoglobine A:

A. Comporte deux atomes de fer ferrique par molécule


B. Est une protéine allostérique
C. Présente une fonction de saturation à l'oxygène identique à celle de la myoglobine
D. Est catabolisée en partie en bilirubine
E. Voit son affinité pour l'oxygène diminuer si le pH diminue BDE

16. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s)? La transformation
de la méthémoglobine en hémoglobine utilise :

A. La méthionine
B. Le glutathion réduit
C. La cystéine
D. La cytochrome b réductase
E. La vitamine C BE

17. Concernant la globine, quelle(s) est(sont) la(les) proposition(s) exacte(s) ?

A. L'hémoglobine A1 est constituée de 2 chaînes alpha et de 2 chaînes bêta


B. Les résidus hydrophobes de la globine confèrent un pouvoir tampon à l'hémoglobine
C. La structure secondaire de chaque chaîne de la globine est principalement un enroulement de
type hélice alpha
D. La zone centrale de la globine permet la fixation du 2,3 diphosphoglycérate (2,3-DPG)
E. L'association des quatre chaînes est réalisée par des liaisons rigides ACD

18. Concernant les propriétés de l'hémoglobine, quelle(s) est(sont) la(les) proposition(s) exacte(s) ?

A. La fixation de l'oxygène sur l'hémoglobine suit une cinétique coopérative

80
Annales d’internat en pharmacie

B. La fixation de l'oxygène sur l'hémoglobine entraîne un changement de conformation de


chacune des sous-unités de l'hémoglobine
C. L'oxyhémoglobine libère l'oxygène quand la pO2 augmente
D. L'augmentation de la concentration des ions H+ diminue l'affinité de l'oxygène pour
l'hémoglobine
E. L'augmentation de la concentration en ions HCO3- diminue l'affinité de l'oxygène pour
l'hémoglobine ABDE

19. L'hémoglobine possède une ou plusieurs propriétés parmi les suivantes, laquelle (lesquelles)
est (sont) exacte(s) ?

A. Chaque molécule d'hémoglobine fixe deux molécules d'oxygène et constitue l'oxyhémoglobine.


B. L'hémoglobine peut transporter le CO2 et les ions H+.
C. La saturation en oxygène en fonction de la pression partielle d'oxygène se fait selon une courbe
sigmoïde.
D. L'hémoglobine a une affinité pour le CO plus faible que pour l'O2.
E. L'équilibre de la réaction Hb + O2 ↔ Hb O2 est régulé par la pO2. BCE

81
Annales d’internat en pharmacie

2. Les anémies

1. Indiquer, parmi les caractères suivants, celui qui est commun à toutes les anémies
arégénératives :

A. Taux d'hémoglobine inférieur à 80 g/L


B. Réticulocytopénie
C. Macrocytose
D. Sidérémie normale
E. Myélogramme de densité cellulaire faible B

2. Afin de mieux préciser le mécanisme d'une anémie, quel(s) paramètre(s) de l'hémogramme doit-
on considérer :

A. la teneur corpusculaire moyenne en hémoglobine (T.C.M.H.)


B. le taux d'hémoglobine
C. le nombre d'érythrocytes
D. l'hématocrite
E. le volume globulaire moyen AE

3. Parmi ces propositions générales sur l'anémie, lesquelles sont fausses ?

A. Le diagnostic peut être faussé lors de la grossesse


B. Les anémies par carence martiale représentent la majorité des cas rencontrés
C. Les anémies peuvent avoir une origine toxique
D. Le diagnostic repose sur le dénombrement des globules rouges
E. Le diagnostic des anémies inflammatoires utilise le dosage du fer sérique et de la CRP DE

4. Une anémie est définie en pratique chez un adulte homme de moins de 65 ans par :

A. un taux d’hémoglobine inférieur à 130 g/L


B. Un hématocrite inférieur à 30%
C. Un nombre de Globules rouges inférieur à 4.10.e9 /L
D. Un taux d’hémoglobine inférieur à 14g/L A

5. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? Une microcytose
sans anémie peut s'observer au cours d'une :

A. Carence martiale débutante


B. Thalassémie
C. Maladie de Biermer
D. Leucémie myéloïde chronique
E. Hémolyse auto-immune AB

82
Annales d’internat en pharmacie

 Anémie par carence martiale :


6. Parmi les modifications suivantes, quelle est la première à apparaître dans la carence martiale ?

A. Baisse de l'hémoglobinémie
B. Baisse du nombre des hématies
C. Augmentation du taux de bilirubine
D. Baisse du fer sérique
E. Baisse de la ferritine sérique E

7. Concernant les anémies par carence martiale, quelle est la réponse inexacte :

A. Le premier marqueur est une diminution de la transferrine


B. L’anémie est souvent bien tolérée
C. La microcytose est due à un trop grand nombre de mitoses
D. On observe souvent des hématies en « cibles »
E. Les causes les plus fréquentes sont les saignements chroniques A

8. Dans une anémie par carence martiale dont la cause a été identifiée (ulcère gastrique) et traitée
chirurgicalement, pendant combien de temps le traitement martial doit-il être poursuivi ?

A. Jusqu'à la crise réticulocytaire


B. Jusqu'au retour à la normale de la concentration en hémoglobine
C. Jusqu'au retour à la normale de la valeur de la CCMH
D. Toute la vie
E. Jusqu'à la correction de l'anémie et la restauration des réserves en fer évaluées par la
ferritinémie E

9. Quelles sont les circonstances favorisant l'apparition d'une anémie par carence martiale chez un
nourrisson ?

A. Prématurité
B. Grossesse gémellaire
C. Régime lacté prolongé
D. Origine méditerranéenne
E. Sidéropénie maternelle ABCE

10. Parmi les propositions suivantes concernant le fer, indiquer celle qui est fausse.

A. Il est absorbé sous forme ferreuse ou sous forme d'hème


B. Il est absorbé en fonction des besoins
C. Il peut être éliminé sous forme de ferritine lors de la desquamation des entérocytes
D. Il est absorbé par simple diffusion
E. Il se fixe sur la transferrine du plasma D

11. Lors d’une carence en fer :

A. La capacité totale de fixation augmente


B. Le taux de transferrine augmente
C. Le coefficient de saturation augmente
D. La ferritine augmente

83
Annales d’internat en pharmacie

E. Le taux de fer augmente AB

12. Parmi les propositions suivantes, laquelle de ces affirmations est fausse ? Le fer :

A. il est transporté par la ferritine


B. il est diminué lors des carences martiales
C. il permet la formation de l’hémoglobine
D. son absorption est augmentée par la vitamine C
E. Les besoins sont élevés chez l’enfant A

13. Chez une femme de 25 ans consultant pour pâleur, on découvre une anémie microcytaire
isolée (le reste de l'hémogramme est normal). Quel examen complémentaire sera le plus utile
au diagnostic ?

A. Test de Coombs direct


B. Numération des réticulocytes
C. Myélogramme
D. Dosage de vitamine B12
E. Dosage de la ferritinémie E

14. Des affections parasitaires suivantes laquelle peut être responsable d'une anémie ferriprive ?

A. Oxyurose
B. Distomatose
C. Ankylostomose
D. Toxoplasmose
E. Anguillulose C

15. Quels sont les paramètres permettant de distinguer une anémie par carence martiale d’une
anémie inflammatoire ?

A. La valeur de l’hémoglobine
B. La concentration de fer sérique
C. La taille des hématies
D. La concentration de ferritine sérique
E. La présence d’un syndrome inflammatoire DE

 Anémies par carence en vitamine B 12 ou folates :


16. La vitamine B12, associée au facteur intrinsèque, est absorbée :

A. Au niveau de l'estomac
B. Au niveau du duodénum
C. Au niveau du jéjunum
D. Au niveau de l'iléon distal
E. Sur toute la longueur du grêle D

17. Parmi les propositions suivantes, laquelle de ces affirmations est fausse ? La maladie de
Biermer :
84
Annales d’internat en pharmacie

A. Est une gastrite auto-immune


B. Est mise en évidence par la présence d’anticorps anti-facteur intrinsèque
C. Est plus fréquente chez la femme
D. Est responsable d’une polyglobulie
E. Peut-être associée à des troubles thyroïdiens D

18. Parmi les propositions suivantes, donner laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) L'anémie de
Biermer peut avoir pour origine

A. Une malabsorption de la vitamine B12


B. Une consommation excessive de vitamine B12 par Tænia saginata
C. Un défaut de sécrétion du facteur intrinsèque par la muqueuse gastrique
D. Une production d'anticorps anti-facteur intrinsèque
E. Un traitement par le méthotrexate ACD

19. La maladie de Biermer :

A. Touche surtout les hommes


B. Est une gastrite auto-immune
C. Est suspectée devant une anémie microcytaire arégénérative
D. Se traite par de la vitamine B12 par voie orale
E. Est un facteur de risque important de néoplasie gastrique BE

 Hémoglobinopathies : drépanocytose, thalassémies.


20. Parmi les propositions suivantes, quelle est la mutation responsable de la formation d'HbS
dans la drépanocytose :

A. béta6 Glu -> Lys


B. béta6 Val -> Glu
C. béta26 Glu -> Val
D. béta26 Glu -> Lys
E. béta6 Glu -> Val E

21. Quelles sont la (les) propositions exactes, la drépanocytose :

A. Est une maladie autosomique dominante


B. Est la maladie héréditaire la plus fréquente
C. Les hétérozygotes sont souvent symptomatiques
D. Chez les homozygotes, l’électrophorèse de l’hémoglobine montre une absence d’HbA
E. L’anémie est arégénérative BD

22. Parmi les propositions suivantes concernant la drépanocytose, quelle est celle qui est exacte :

A. C'est une anomalie quantitative de l'hémoglobine


B. C'est une pathologie à transmission autosomique récessive, seuls les hétérozygotes sont
atteints
C. Les crises vaso-occlusives peuvent toucher les poumons, les os, la rate et le foie
D. Les situations d'hypoxie comme l'altitude, le froid, les alcaloses et la fièvre sont des facteurs
favorisant les complications
85
Annales d’internat en pharmacie

E. Le diagnostic biologique s'effectue par l'électrophorèse de l'hémoglobine à partir du plasma du


patient C

23. Parmi les propositions suivantes concernant la drépanocytose, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s)?

A. Elle est liée à une insuffisance de synthèse d'une des chaînes polypeptidiques de la globine
B. Seuls les sujets homozygotes présentent une symptomatologie marquée
C. Les crises douloureuses ostéo-articulaires sont fréquentes chez le patient homozygote
D. La splénomégalie est fréquente chez le patient homozygote
E. A l'électrophorèse de l'hémoglobine, on constate une nette augmentation de l'hémoglobine
HbA2 BCD

24. Parmi les propositions suivantes concernant la drépanocytose, laquelle(lesquelles) est(sont)


exacte(s) ?

A. L'anomalie responsable correspond à la substitution d'une lysine en position 6 par un acide


glutamique sur la chaîne bêta de la globine
B. Des crises vaso-occlusives peuvent être observées en cas d'hypoxie
C. Le frottis sanguin est caractérisé par la présence de cellules cibles
D. Le test de falciformation consiste à créer des conditions réductrices in vitro
E. Le diagnostic anténatal repose sur la mise en évidence d'HbS par électrophorèse à partir d'un
prélèvement de sang fœtal BD

25. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) concerne(nt) la bêta-thalassémie


mineure?

A. Elle atteint les populations du Bassin Méditerranéen


B. Les sujets atteints présentent toujours une anémie sévère
C. L'électrophorèse de l'hémoglobine montre une élévation de l'hémoglobine A2
D. Le VGM est toujours supérieur à 90 fL
E. Les patients atteints doivent subir régulièrement des transfusions AC

26. Quelle(s) est (sont) la (les) propositions exacte(s) à propos de la bêta-thalassémie ?

A. Elle est asymptomatique cliniquement sous forme hétérozygote


B. Elle est appelée maladie de Cooley sous forme homozygote
C. Une élévation d'hémoglobine A2 est observée en cas de forme hétérozygote
D. Elle est due à la présence d'hémoglobine S
E. La forme homozygote est traitée par transfusion ABCE

27. Parmi les propositions suivantes concernant les bêta-thalassémies, laquelle(lesquelles) est
(sont) exacte(s) ?

A. Elles se rencontrent surtout dans le Sud-Est asiatique


B. L'insuffisance de synthèse des chaînes bêta de l'hémoglobine rend compte de la microcytose
observée
C. Le mécanisme de l'anémie est celui d'une érythropoïèse inefficace
D. La multiplication des érythroblastes dans les espaces médullaires est responsable des
anomalies squelettiques, observales sur radiographie
E. Les sujets atteints ne doivent jamais être splénectomisés BCD
86
Annales d’internat en pharmacie

28. Parmi les propositions suivantes concernant la bêta-thalassémie, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s) ? On peut observer une :

A. Anémie microcytaire
B. Fausse polyglobulie
C. Hémoglobine A2 > 3,5%
D. Hémoglobine S > 50%
E. Présence de Drépanocytes ABC

29. Concernant la bêta-thalassémie homozygote, quelle(s) affirmation(s) est(sont) vraie(s)?

A. La forme Bêta+ est caractérisée par une absence totale de synthèse de chaines Bêta
B. L'hémolyse est due à la précipitation de tétramères alpha4 produits en excès
C. Est généralement due à une délétion du gène Bêta
D. Le fer sérique et la ferritinémie sont bas
E. On peut mettre en évidence des cellules-cibles sur le frottis BE

30. Parmi les propositions suivantes concernant la béta-thalassémie mineure, laquelle (lesquelles)
est (sont) exacte(s) ?

A. Se traduit par la présence d'une pseudo-polyglobulie macrocytaire


B. Evolution le plus souvent asymptomatique ou pauci-symptomatique
C. Taux d'hémoglobine A2 inférieur à 3 %
D. Augmentation variable du taux d'hémoglobine F
E. Anémie modérée constante BD

31. A propos des alpha thalassémies, l'une ou plusieurs des propositions suivantes est (sont)
exacte(s):

A. La délétion d'un ou deux gènes alpha est fréquente dans la population du pourtour
méditérranéen
B. Une augmentation du taux d'HbA2 est un des éléments du diagnostic
C. Dans le cas de délétion des 4 gènes alpha, les premiers signes cliniques apparaissent 4 à 6 mois
après la naissance
D. L'hémoglobine H est constituée de quatre chaînes bêta
E. Les adultes ayant 3 gènes alpha délétés présentent une anémie hémolytique chronique DE

32. Quelles sont les affirmations exactes à propos des α thalassémies ?

A. L’anasarque fœtal correspond à la délétion des 4 gènes


B. La délétion de deux gènes entraîne une anémie marquée
C. Les patients peuvent ne pas présenter de signes cliniques
D. L’hémoglobinose H correspond à la délétion de deux gènes
E. Elles sont très fréquentes chez les sujets d’Europe du Nord AC

33. Parmi les affirmations suivantes, laquelle (lesquelles) concerne(nt) l’alpha-thalassémie ?

A. C’est une hémoglobinopathie due à une anomalie de structure


B. L’anomalie ne concerne qu’un seul type des chaînes de globine
C. L’électrophorèse de l’hémoglobine fait partie de la démarche diagnostique
D. Elle se caractérise par une anémie microcytaire et hypochrome

87
Annales d’internat en pharmacie

E. Elle ne se manifeste pas chez l’enfant avant l’âge de 5 ans BCD

 Autres types d’anémie :


34. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? Le déficit en G6PD…

A. est plus fréquent dans les pays nordiques


B. est associé au chromosome Y
C. touche surtout les femmes
D. protège du paludisme
E. est confirmé par le dosage de la G6PD DE

35. Parmi les médicaments suivants, lequel peut provoquer une hémolyse en cas de déficit en
glucose-6phosphate déhydrogénase (G6PD) ?

A. imipramine (TOFRANIL®)
B. fluoxétine (PROZAC®)
C. buprénorphine (TEMGESIC®)
D. méprobamate (EQUANIL®)
E. cotrimoxazole (BACTRIM®) E

36. Concernant le déficit en G6PD, quelle(s) proposition(s) est(sont) fausse(s) ?

A. Il se transmet selon un mode récessif lié au sexe


B. Certaines ethnies sont particulièrement touchées
C. Il peut être responsable d'une neutropénie lors de la prise de certains médicaments
D. Le diagnostic biologique est fondé sur le dosage de l'activité de la G6PD érythrocytaire
E. L'ingestion de certains aliments déclenche des accidents hémolytiques aigus C

37. Parmi les propositions suivantes concernant les causes des anémies hémolytiques, une seule
est fausse, laquelle ?

A. Déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase


B. Hémoglobinopathies
C. Accidents de transfusion
D. Chez le nouveau-né, l'incompatibilité rhésus fœto-maternelle
E. Maladie de Gilbert E

38. Parmi les maladies suivantes, lesquelles sont des anémies hémolytiques :

A. Sphérocytose héréditaire ou maladie de Minkowski Chauffard


B. Anémie de Biermer
C. Thalassémie
D. Anémies par carence en fer
E. Drépanocytose ACE

39. Quelle(s) pathologie(s) parmi les suivantes peut (peuvent) être responsable(s) d’une anémie
hémolytique ?

88
Annales d’internat en pharmacie

A. Drépanocytose
B. Leucémie aiguë lymphoblastique
C. Déficit en G6PD
D. Carence martiale prolongée
E. Morsure de serpent venimeux ACE

40. Parmi les propositions suivantes, cocher celle(s) qui est (sont) exactes. Au cours des anémies
hémolytiques auto-immunes :

A. Les anticorps observés peuvent être dirigés contre des antigènes du système rhésus
B. Le test de Coombs est un des éléments du diagnostic
C. La destruction des érythrocytes fait intervenir des cellules T cytotoxiques
D. Le nombre des réticulocytes du sang est normal
E. Le traitement peut faire appel aux corticoïdes ABE

41. Parmi les résultats biologiques suivants, quel(s) est (sont) celui (ceux) qui peut(vent) être
retrouvé(s) au cours d'une anémie inflammatoire ?

A. Un nombre de leucocytes augmenté


B. UN VGM supérieur à 100fL
C. Une protéine C réactive augmentée
D. Une TCMH augmentée
E. Un fer sérique diminué ACE

42. Concernant les anémies hémolytiques, la ou lesquelle(s) de ces propositions est (sont)
exacte(s) ?

A. La sphérocytose héréditaire est la 1ère cause d'anémie hémolytique constitutionnelle en


France
B. L'hémoglobinurie paroxystique nocturne est diagnostiquée par la découverte de plus de 5% de
cellules déficitaires en CD55 et CD59 en cytométrie en flux
C. Le déficit en pyruvate kinase est la seule anémie hémolytique acquise
D. Les anémies hémolytiques auto-immunes sont diagnostiquées grâce au TDA (test direct à
l'antiglobuline humaine)
E. Dans la sphérocytose héréditaire, on retrouve une autohémolyse spontanée à 37°C
partiellement corrigée par l'ATP mais pas par le glucose ABD

43. Un patient présente une anémie inflammatoire à 85 g/L. Parmi les propositions suivantes,
laquelle (lesquelles) est (sont) compatibles avec ce diagnostic ?

A. VGM = 120 fl et réticulocytes = 15 G/L


B. VGM = 80 fl et réticulocytes = 10 G/L
C. Ferritine effondrée
D. VGM = 75 fl et réticulocytes = 150 G/L
E. VGM = 90 fl et réticulocytes = 20 G/L BE

44. Quelle est la proposition exacte parmi les suivantes ? L’anémie de Cooley…

A. Est une forme de thalassémie mineure


B. Est caractérisée par la déformation en faucille des hématies
C. Est due à une absence de production d’érythropoïétine
89
Annales d’internat en pharmacie

D. Entraîne un ictère à bilirubine libre


E. Les personnes atteintes présentent une carence en fer majeure D

45. Une anémie macrocytaire arégénérative peut révéler :

A. Une maladie de Vaquez


B. Un syndrome myélodysplasique
C. Un syndrome inflammatoire chronique
D. Une carence en cuivre
E. Une incompatibilité transfusionnelle B

46. Une macrocytose est souvent retrouvée au cours de la (des) pathologie(s) suivante(s) :

A. éthylisme
B. Drépanocytose
C. Anémie de Biermer
D. Anémie ferriprive
E. Polyglobulie de Vaquez AC

47. Dans laquelle (lesquelles) des maladies suivantes peut-on observer une anémie ?

A. Candidose
B. Paludisme
C. Fasciolose
D. Anguillulose
E. Toxoplasmose BD

48. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui est(sont) exacte(s), concernant la
sphérocytose héréditaire (Maladie de Minkowski-Chauffard) :

A. Elle entraîne une anémie hémolytique héréditaire


B. Elle atteint indifféremment les deux sexes
C. Elle induit un ictère à bilirubine conjuguée
D. Elle entraîne une diminution de la résistance érythrocytaire à l'hypotonie
E. Les crises peuvent être engendrées par la prise d'un médicament dont les métabolites sont des
oxydants ABD

90
Annales d’internat en pharmacie

3. La leucémie

 La leucémie lymphoïde chronique (LLC) :


1. Au cours de la leucémie lymphoïde chronique, on rencontre fréquemment :

A. Des douleurs osseuses


B. Une lymphocytose uniquement sanguine
C. Une augmentation des polynucléaires basophiles
D. Une hypogammaglobulinémie
E. Une protéinurie de Bence Jones D

2. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui est (sont) exacte(s). La leucémie
lymphoïde chronique est caractérisée par :

A. Une prolifération de lymphocytes uniquement sanguine


B. La survenue fréquente d'une hypogammaglobulinémie
C. La survenue possible d'une anémie hémolytique auto-immune
D. Une prolifération de lymphocytes B, CD5+
E. Une évolution en leucémie aiguë BCD

3. Parmi les propositions suivantes, une seule est exacte. Au cours de la leucémie lymphoïde
chronique, le myélogramme montre :

A. Une population de lymphocytes>30%


B. Une population de lymphoblastes >30%
C. Une augmentation de la lignée granuleuse
D. Une augmentation de la lignée érythroblastique
E. La présence de bâtonnets d'Auer dans les blastes A

4. Donner la (les) réponse(s) exacte(s). Les lymphocytes circulants dans la leucémie lymphoïde
chronique commune sont majoritairement :

A. Des lymphocytes CD4


B. Des lymphocytes B
C. Monoclonaux
D. Des lymphocytes non T-non B
E. Porteurs d'immunoglobulines de surface BCE

5. Parmi les propositions suivantes concernant la leucémie lymphoïde chronique, cocher la ou les
réponse(s) exacte(s) :

A. Expansion d'un clone lymphocytaire


B. Lymphocytose exclusivement sanguine
C. Fréquence d'une hypogammaglobulinémie
D. Fréquence d'un test de Coombs positif, en cours d'évolution
E. Présence d'une translocation 22.9 ACD

91
Annales d’internat en pharmacie

6. Parmi les propositions suivantes, la ou lesquelles est (sont) exacte(s) dans le cas d'une leucémie
lymphoïde chronique (LLC) ?

A. Atteint surtout les jeunes enfants


B. Les lymphocytes sanguins présentent un noyau nucléolé
C. Peut se compliquer d'une anémie hémolytique.
D. Le chlorambucil (CHLORAMINOPHENE) est un traitement souvent prescrit
E. S'accompagne souvent d'une diminution des gammaglobulines sériques CDE

7. Parmi les propositions suivantes concernant la leucémie lymphoïde chronique, laquelle


(lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

A. Elle s'accompagne souvent d'adénopathies


B. Au cours de son évolution, il y a souvent une augmentation des polynucléaires basophiles
C. Elle peut se compliquer de manifestations auto-immunes
D. Une transformation en leucémie aiguë est fréquente
E. Les lymphocytes sont souvent porteurs de CD5 ACE

8. Concernant la leucémie lymphoïde chronique, quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s)
?

A. Elle peut être observée à tous les âges


B. Elle évolue par poussée pour se terminer en leucémie aiguë
C. Une des complications possibles est l'anémie hémolytique par auto-anticorps
D. Il existe un risque accru de maladies infectieuses ou virales au cours de l'évolution
E. Il existe des corpuscules d'Auer dans les cellules leucémiques CD

9. Dans la leucémie lymphoïde chronique, il existe fréquemment

A. Une lymphocytose supérieure à 4 G/L


B. Une augmentation des polynucléaires basophiles
C. Une hyperplaquettose
D. Des douleurs osseuses
E. Des adénopathies AE

10. Concernant la Leucémie Lymphoïde Chronique, quelle(s) affirmation(s) est(sont) vraie(s) ?

A. Fréquence maximale chez l'adulte jeune


B. Présence fréquente d'adénopathies
C. Hyperleucocytose toujours modérée (< 20 G/L)
D. Présence d'une immunoglobuline monoclonale dans environ 10 % des cas
E. Evolution rapide avec acutisation fréquente BD

11. Parmi les propositions suivantes concernant la Leucémie Lymphoïde Chronique, quelle(s) est
(sont) la (les) réponse(s) exacte(s) ?

A. Peut toucher l'enfant


B. L'immunophénotypage permet d'établir le score de Matutes
C. L'immunophénotypage permet d'établir le score de Sokal
D. Le frottis montre de nombreux noyaux nus (ombres de Gumprecht)
E. Le pronostic est évalué par la classification de Binet BDE

92
Annales d’internat en pharmacie

12. Parmi les propositions suivantes, une seule est exacte : Au cours d'une Leucémie Lymphoïde
Chronique, le myélogramme montre :

A. Une population de lymphocyte > 20%


B. Une population de blastes > 20%
C. Une augmentation de la lignée granuleuse
D. Une augmentation de la lignée erythrocytaire
E. La présence de bâtonnets d'Auer dans les blastes A

13. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? Concernant la
leucémie lymphoïde chronique :

A. Elle s'accompagne souvent d'adénopathies


B. Au cours de son évolution, il y a souvent une augmentation des polynucléaires basophiles
C. Elle peut se compliquer de manifestations auto-immunes
D. Une transformation en leucémie aiguë est fréquente
E. Les lymphocytes sont souvent porteurs de CD5 ACE

14. Parmi les caractères suivants, lequel n’est pas retrouvé dans une Leucémie Lymphoïde
Chronique ?

A. Présence de petits lymphocytes à chromatine mottée


B. Atteinte progressive des aires ganglionnaires
C. Production d’une immunoglobuline monoclonale
D. Expression par les lymphocytes de marqueurs des lignées lymphoïdes B et T
E. Hyperleucocytose C

15. Concernant la LLC, quelle est la réponse inexacte :

A. La découverte est le plus souvent fortuite


B. C’est l’hémopathie maligne la plus fréquente en Europe
C. Elle concerne le plus souvent des lymphocytes T
D. Une splénomégalie est présente dans environ 50% des cas
E. Le myélogramme n’est pas indispensable C

 La leucémie myéloïde chronique (LMC) :


16. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? Dans une leucémie
myéloïde chronique en phase myélocytaire, on observe habituellement :

A. Une splénomégalie
B. Un score bas des phosphatases alcalines leucocytaires
C. Une hyper leucocytose sanguine supérieure à 100G /L
D. Une population médullaire exclusivement composée de myéloblastes
E. Une anomalie chromosomique impliquant le chromosome 22 ABCE

17. Parmi les propositions suivantes, quelle est celle (ou quelles sont celles) qui s'applique(nt) à la
leucémie myéloïde chronique :

93
Annales d’internat en pharmacie

A. Présence quasi constante d'un chromosome Philadelphie


B. Abaissement du score des phosphatases alcalines leucocytaires
C. Hyperleucocytose habituellement modérée
D. Evolution habituelle vers une leucémie aiguë
E. Test de Coombs direct fréquemment positif ABD

18. Concernant la Leucémie Myéloide Chronique, cocher la (les) affirmation(s) exacte(s) :

A. Evolue en 3 phases : Chronicité, Accélération, Acutisation


B. Dans 50% des cas découverte fortuite sur un hémogramme anormal
C. Le myélogramme est pauvre
D. Au caryotype, présence du chromosome Philadelphie qui résulte de la translocation t(8,21)
E. Le myélogramme n'est pas indispensable AB

19. Quelles propositions ne sont pas retrouvées dans le cas d’une leucémie myéloïde chronique ?

A. Hyperleucocytose
B. Moelle riche
C. Myélémie avec hiatus de maturation
D. Fonctions plaquettaires normales
E. Splénomégalie CD

20. Quel(s) paramètre(s) parmi les suivants est (sont) retrouvé(s) dans une leucémie myéloïde
chronique ?

A. Basophilie
B. Myélémie
C. Présence de la translocation 9:22 dans tous les cas
D. Détection du chromosome Philadelphie chez tous les patients
E. Hyperleucocytose ABCE

21. Parmi les propositions suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) classiquement observée(s) au
cours d’une Leucémie Myéloide Chronique:

A. La présence du chromosome Philadelphie


B. Une splénomégalie
C. Une anisopoïkilocytose
D. Une myélémie
E. EPO basse ABD

22. Parmi les réponses suivantes, quelles sont celles qui sont évocatrices d’une phase
d’accélération dans la leucémie myéloïde chronique ?

A. Altération de l’état général


B. Douleurs osseuses
C. Splénomégalie
D. Anémie ABCD

23. Donnez les réponses inexactes concernant la leucémie myéloïde chronique :

A. Sa transformation aigüe est de type myéloïde uniquement.

94
Annales d’internat en pharmacie

B. Elle fait partie des syndromes myéloprolifératifs.


C. On retrouve fréquemment un chromosome de Philadelphie associé à une translocation entre
les chromosomes 9 et 21 : t(9 ;21).
D. Le transcrit formé est un transcrit bcr-abl possédant une activité sérine-thréonine kinase
supérieure à la normale.
E. Le traitement de première intention est le dasatinib, un inhibiteur de tyrosine kinase ACDE

24. Parmi les examens suivants, quel est celui qu'il n'y a pas lieu de pratiquer dans le cadre du bilan
diagnostic d'une leucémie myéloïde chronique ?

A. Le caryotype des cellules médullaires


B. Le myélogramme
C. L'adénogramme
D. Le dosage d'acide urique
E. L'hémogramme C

 Les leucémies aigues (LA) :


25. Concernant les leucémies aigues,

A. Ce sont des maladies rares


B. La trisomie 21 est un facteur prédisposant à l’apparition de ces maladies
C. Le syndrome tumoral peut entraîner des douleurs osseuses parfois violentes
D. L’atteinte testiculaire est une localisation fréquente de rechute des LAM
E. Le myélogramme est l’examen clé du diagnostic ABCE

26. Les leucémies aigues

A. sont une prolifération polyclonale de cellules


B. les clones sont bloqués dans leur processus de maturation
C. les cellules cancéreuses envahissent la moelle osseuse puis le sang périphérique
D. est généralement liée à une insuffisance médullaire quantitative BCD

27. Quels sont les signes cliniques des leucémies aigues

A. anémie
B. infections isolées
C. épitaxis
D. bradycardies ABC

28. Parmi les caractéristiques suivantes concernant les leucémies aiguës promyélocytaires (LAM3),
laquelle (lesquelles) est (sont) vraie(s) ?

A. Recherche de la myéloperoxydase négative


B. Risque ce CIVD au cours de l'évolution
C. Présence de translocation t(15 ;17)
D. Présence de corps d'Auer en fagots dans les blastes médullaires et sanguins
E. Généralement sensible à l'acide tout-trans-rétinoïque (VESANOID®) BCDE

95
Annales d’internat en pharmacie

29. L'une des formes suivantes de leucémie aiguë myéloïde s'accompagne régulièrement d'une
coagulation intravasculaire disséminée, laquelle?

A. Myéloblastique peu différenciée (Ml)


B. Myéloblastique avec différentiation (M2)
C. Promyélocytaire (M3)
D. Monoblastique (MS)
E. Mégacaryoblastique (M7) C

30. Dans quelle(s) hémopathie(s) retrouve-t-on une translocation (9;22) ?

A. Splénomégalie myéloïde chronique


B. Certaines leucémies aiguës lymphoblastiques
C. Leucémie lymphoïde chronique
D. Lymphome à grandes cellules
E. Leucémie myéloïde chronique BE

31. Dans quelle(s) hémopathie(s) parmi les suivantes peut-on retrouver des blastes dans le sang
des patients ?

A. Leucémie aiguë lymphoïde


B. Leucémie aiguë myéloïde
C. Leucémie myéloïde chronique
D. Leucémie lymphoïde chronique
E. Maladie de Waldenström AB

32. Concernant la LAM3, quelles sont les réponses exactes :

A. Elle est de type myelo-monocytaire


B. Son pronostic est correct avec l’ATRA (acide tout trans-rétinoïque)
C. On observe rarement des corps d’Auer
D. La translocation t(8,21) est le plus souvent présente
E. Touche surtout les sujets âgés BE

33. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s)? Concernant la LAM 3

A. Sur le frottis sanguin, on peut observer des blastes granuleux avec des bâtonnets d'Auer.
B. L'analyse du frottis sanguin est suffisante pour établir le diagnostic.
C. Elle est caractérisée par une translocation particulière : t(15,17), aboutissant au réarrangement
BCRABL.
D. La réaction des myéloperoxydases est positive.
E. On peut observer des manifestations hémorragiques dans cette pathologie. ADE

96
Annales d’internat en pharmacie

4. Polyglobulies

1. Parmi les examens suivants lequel (lesquels) permet (permettent) d'affirmer le diagnostic d'une
polyglobulie vraie ?

A. Hématocrite
B. Durée de vie des hématies
C. Numération formule sanguine
D. Mesure du volume des érythrocytes par kg de masse corporelle
E. Volume globulaire moyen D

2. Quelles sont les causes de polyglobulies secondaires par sécrétion inappropriée d'EPO ?

A. Tabagisme excessif
B. Rein polykystique
C. Cirrhose
D. Cardiopathies congénitales cyanogènes
E. Insuffisance respiratoire chronique BC

3. Parmi les propositions suivantes concernant les polyglobulies, quelle est la réponse inexacte ?

A. Une hyperviscosité sanguine est souvent associée entraînant un risque thrombotique


important
B. Hématocrite est supérieur à 60% chez l'homme et supérieur à 56% chez la femme
C. Dans la maladie de Vaquez une hyperplasie des trois lignées est retrouvée à la biopsie
ostéomédullaire.
D. Dans la maladie de Vaquez, la VS est très élevée
E. Dans la maladie de Vaquez, l'EPO sérique est diminué D

4. Parmi les affirmations suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) à propos des
polyglobulies ?

A. Les polyglobulies sont définies par une augmentation du nombre d’érythrolastes circulants
B. La maladie de Vaquez est un syndrome myéloprolifératif
C. Le myélogramme est indispensable au diagnostic
D. L’analyse de l’état d’hydratation du patient est essentielle pour le diagnostic différentiel
E. L’érythropoïétine est élevée chez les patients atteints de maladie de Vaquez BD

5. Les anomalies de l’hémostase rencontrées au cours d’une polyglobulie de Vaquez sont dues à :

A. Une thrombopénie
B. Un déficit en protéine C
C. Une diminution du fibrinogène
D. Une thrombopathie
E. Une mutation du facteur V Leyden D

6. Quelle(s) est (sont) parmi les propositions suivantes, la (les) complication(s) survenant
habituellement au cours d'une maladie de Vaquez ?

97
Annales d’internat en pharmacie

A. Fibrose médullaire
B. Apparition d'un chromosome Philadelphie
C. Coagulation intravasculaire disséminée
D. Infarctus splénique
E. Anémie hémolytique auto-immune A

7. Parmi les propositions suivantes, laquelle(lesquelles) est (sont) exacte(s) ? Dans la maladie de
Vaquez, on observe habituellement :

A. Une hyperleucocytose avec polynucléose


B. Une hyperuricémie
C. Un score des phosphatases alcalines leucocytaire bas
D. Une augmentation de l'érythropoïétine
E. Une thrombopénie AB

8. Quelle(s) est (sont) parmi les propositions suivantes, la (les) anomalie(s) biologique(s)
fréquemment trouvée(s) dans la maladie de Vaquez ?

A. Hyperleucocytose
B. Hypervitaminèmie B12 sérique
C. SaO2 <92%
D. Effondrement de la phosphatase alcaline leucocytaire
E. Thrombocytose modérée ABE

9. Parmi les propositions suivantes, la(les)quelle(s) est (sont) exacte(s)? Dans la maladie de
Vaquez:

A. On observe le plus souvent une érythrose faciale


B. On observe une augmentation de la vitesse de sédimentation
C. Les saignées améliorent le syndrome d'hyperviscosité
D. Il existe un syndrome lymphoprolifératif
E. Le volume des érythrocytes par Kg de masse corporelle est augmenté ACE

10. Parmi les réponses suivantes, quelles sont les principales complications de la maladie de
Vaquez à long terme ?

A. L’Hypercalcémie
B. La transformation en Lymphome malin
C. La myélofibrose
D. La transformation en leucémie aigue CD

98
Annales d’internat en pharmacie

5. Traitement anti-thrombotique

1. Indiquer la (les) proposition(s) exacte(s) concernant l'héparine :

A. L'héparine n'est active qu'en présence d'antithrombine III


B. Le traitement par l'héparine peut entraîner une anémie
C. Le test de choix pour la surveillance du traitement par l'héparine est le taux du complexe
prothrombinique
D. L'héparine est utilisée dans le traitement des Coagulations IntraVasculaires Disséminées (CIVD)
E. L'héparine agit en inhibant la synthèse de la thrombine AD

2. Citer la (les) proposition(s) exacte(s). Au cours d'un relais de l'héparine par les AVK :

A. L'héparine est maintenue à dose curative pendant le relais


B. L'héparine est arrêtée lorsque l'INR est> à 2
C. L'héparine est arrêtée le premier jour d'.administration des AVK
D. La durée du relais varie en fonction de l'AVK
E. Une dose de charge en AVK est administrée le premier jour ABD

3. Quelle(s) est (sont) la (les) réponse(s) exacte(s)? Par rapport à l'héparine non fractionnée, les
héparines de bas poids moléculaire:

A. Ont une durée de vie plus longue


B. Sont moins thrombopéniantes
C. Ont une efficacité antithrombotique plus faible
D. Sont moins neutralisables par le facteur 4- plaquettaire
E. Ont une efficacité moins variable au cours du temps ABDE

4. Indiquez la ou les réponse(s) exacte(s). Lors d'un traitement par l'héparine standard à dose
curative :

A. Le temps de céphaline kaolin (TCK) égal à 1,5 fois celui du témoin sera considéré comme
acceptable
B. Il y a un risque foetal chez la femme enceinte
C. On administre l'héparine en SC, une fois par 24h
D. La numération des plaquettes est utile à la surveillance thérapeutique
E. une héparinémie de 0,15 UI/ml doit être obtenue AD

5. Parmi les propositions suivantes concernant les héparines de bas poids moléculaire, quelle(s) est
(sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s)?

A. Elles ont une durée d'action plus longue que celle de l'héparine non fractionnée
B. Elles ne sont utilisées que dans un but préventif antithrombotique et non dans un but curatif
C. Elles sont moins anticoagulantes que l'héparine non fractionnée
D. Elles nécessitent trois injections par jour en préventif
E. Leur surveillance s'effectue par l'évaluation de l'activité anti-Xa ACE

99
Annales d’internat en pharmacie

6. Parmi les affirmations suivantes concernant l'héparine non fractionnée, quelle(s) est(sont)
celle(s) qui est(sont) exacte(s) ?

A. Elle peut provoquer des thrombopénies


B. Elle a une activité anti-IIa et anti-Xa équivalentes
C. Les neutropénies sont une complication grave du traitement
D. Elle potentialise l'effet inhibiteur de l'antithrombine
E. Elle est contre-indiquée en cas d'insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine inférieure
à 30 mL/min) ABD

7. Parmi les propositions suivantes, concernant le traitement à l'héparine, laquelle (lesquelles) est
(sont) exacte(s):

A. L'endocardite est une contre-indication au traitement


B. L'héparine de bas poids moléculaire à une activité principalement anti IIa
C. L'insuffisance rénale sévère est une contre-indication au traitement par héparine non
fractionnée
D. L'injection peut se faire en IM
E. La surveillance plaquettaire est indispensable car il y a un risque de CIVD A

8. À propos de l'héparine, quelles sont les réponses exactes ?

A. C'est une molécule très basique


B. Son poids moléculaire l'oblige à rester dans le compartiment vasculaire
C. Elle se situe dans la même catégorie physico-chimique que l'hirudine
D. C'est un glycosaminoglycane constitutif de la matrice extracellulaire de nombreux mammifères
E. Le clivage des groupements thiols bloque l'activité de la molécule BDE

9. Parmi les affirmations suivantes concernant le traitement curatif d'une thrombose par les
héparines de bas poids moléculaire, laquelle est exacte ?

A. Le temps de Quick est allongé


B. Les injections sont plus fréquentes qu’avec les héparines standards non fractionnées
C. L‘activité anti-Xa mesurée au pic est obligatoire pour la surveillance biologique
D. Il n'existe pas de risque de thrombopénie associée à la prise de ce médicament
E. Ce traitement est contre-indiqué en cas d’insuffisance rénale sévère E

10. Quelles sont les propositions exactes concernant le traitement par anti-vitamines K ?

A. L’INR est le principal moyen de contrôle


B. La résistance clinique est l’impossibilité d’obtenir l’hypocoagulabilité malgré des doses
doublées
C. Il est contre-indiqué pendant la grossesse mais peut être mis en place lors de l’allaitement
D. Il doit être instauré après l’arrêt du traitement par héparine
E. L’éducation thérapeutique permet de limiter la survenue d’évènements indésirables AE

11. Les antivitamines K

A. sont suivis par l’INR


B. l’INR doit être compris entre 2 et 3
C. en présence d’une valve cardiaque, l’INR doit être compris entre 3 et 4

100
Annales d’internat en pharmacie

D. dérivent tous de l’indane dione ABC

12. Parmi les propositions suivantes concernant l'antithrombine (AT), indiquer la(les)
proposition(s) exacte(s).

A. Un déficit peut s'accompagner d'un risque de thrombose veineuse


B. Elle se comporte comme un inhibiteur des sérine-protéases
C. Son action est considérablement majorée en présence d'héparine
D. L'héparine se lie à l'AT par l'intermédiaire d'une séquence pentasaccharidique
E. En présence d'héparine de bas poids moléculaire, l'AT inhibe préférentiellement le facteur IIa

ABCD

101
Annales d’internat en pharmacie

6. Physiologie de l’hémostase

1. A propos de la physiologie de la coagulation, quelles sont les propositions fausses ?

A. L’enzyme-clé est la thrombine


B. Il existe un système d’auto-amplification
C. Tous les facteurs intervenant dans la coagulation sont synthétisés par le foie
D. Un déficit en facteur XI est toujours grave
E. Un déficit en facteur XII expose à des hémorragies massives CDE

2. Parmi les propositions suivantes concernant la coagulation sanguine, quelle est celle qui est
fausse?

A. Le complexe d'activation de la prothrombine est constitué de facteurs Xa, Va, de calcium et de


phospholipides
B. La prothrombine active le facteur XII en XIIa
C. Le fibrinogène est transformé en fibrine par l'action de la thrombine
D. Le facteur VIIa est une protéase
E. Le facteur IIa est également appelé thrombine B

3. A propos des inhibiteurs de la coagulation :

A. L'antithrombine inhibe le facteur IX


B. Le complexe thrombine-thrombomoduline active la protéine C
C. Un déficit constitutionnel en antithrombine s'accompagne d'un syndrome hémorragique
spontané
D. La synthèse des protéines C. et S est hépatique et vitamine K dépendante
E. Le TFPI inhibe les facteurs Va et VIIIa BD

4. Concernant la fibrinolyse, quelle(s) est (sont) la (les) propositions exacte(s) :

A. L'activateur tissulaire du plasminogène (t-PA) active le plasminogène principalement au niveau


du caillot de fibrine
B. L'activateur du plasminogène est sécrété par les cellules endothéliales
C. Une hypofibrinolyse franche peut être associé à une pathologie thrombotique
D. L'activateur tissulaire du plasminogène est préparé par génie génétique et est utilisé dans le
traitement des infarctus du myocarde
E. La sécrétion de l'activateur tissulaire du plasminogène est diminuée dans les conditions
d'anoxie et de veinostase ABCD

5. Parmi les propositions suivantes concernant la fibrinolyse, quelle(s) est(sont) celle(s) exacte(s) ?

A. Le plasminogène est synthétisé par les hépatocytes


B. Le principal activateur plasmatique du plasminogène est le t-PA
C. Le caillot de fibrine est lysé par la plasmine
D. Le PAI-1 est un inhibiteur des activateurs du plasminogène
E. Les PDF sont produits exclusivement par la lyse de la fibrine ABCD

102
Annales d’internat en pharmacie

6. Parmi ces facteurs, lequel (lesquels) intervient (interviennent) directement dans le phénomène
d'adhésion des plaquettes au sous-endothélium ?

A. Glycoprotéine plaquettaire GPIb


B. Fibrinogène
C. Glycoprotéine plaquettaire GPIIIa
D. Facteur Willebrand
E. Glycoprotéine plaquettaire GPIIb AD

7. À propos de l’hémostase primaire, quelles sont les réponses fausses ?

A. L’adhésion des plaquettes se fait par le fibrinogène


B. La sécrétion plaquettaire précède l’adhésion
C. L’agrégation se fait par le fibrinogène
D. Elle est explorée par le temps de saignement
E. Le facteur de Willebrand est synthétisé par le foie ABE

8. Donner la (les) proposition(s) exacte(s). Les cellules endothéliales synthétisent :

A. Du facteur Willebrand
B. De la thrombomoduline
C. De la bêta-thromboglobuline
D. De la prothrombine
E. De l'antithrombine ABE

9. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? L'antithrombine est
l'inhibiteur du (des) facteur(s) de la coagulation suivant(s) :

A. Fibrinogène
B. Facteur VIII activé
C. Facteur II activé (thrombine)
D. Plasmine
E. Facteur X activé CE

10. Parmi les facteurs suivants, lequel (lesquels) est (sont) vitamine K dépendant(s)

A. Le fibrinogène
B. Le facteur Il
C. Le facteur VII
D. Le facteur X
E. Le facteur V BCD

11. Parmi les explorations biologiques suivantes, lesquelles peuvent être utiles au diagnostic d'une
anomalie de l'hémostase primaire ?

A. La mesure du temps de saignement (Ivy)


B. La mesure du taux du complexe prothrombinique
C. Le dosage du facteur Willebrand
D. La numération plaquettaire
E. Les tests d'agrégation plaquettaire in vitro ACDE

103
Annales d’internat en pharmacie

12. Cocher la (les) proposition(s) exacte(s). L'agrégation plaquettaire physiologique peut être
induite par :

A. Le facteur V
B. La prothrombine
C. Le fibrinogène
D. L'ADP
E. Le thromboxane A2 DE

13. Parmi les propositions suivantes concernant l'agrégation plaquettaire, lesquelles sont justes ?

A. Elle nécessite la présence de fibrinogène


B. Elle est induite par le thromboxane B2
C. Elle est inhibée par la prostacycline (PGI2)
D. Elle fait intervenir la GpIIb-IIIa
E. Elle est indépendante des ions calcium ACD

14. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? Les plaquettes…

A. ont pour progéniteurs les CFU-M


B. sont les plus petites cellules circulantes
C. sont capable de synthèse protéique
D. présente des granules
E. sont augmentée lors d’une thrombocytémie BDE

15. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui est(sont) exacte(s). L'antithrombine est
l'inhibiteur physiologique du (des) facteur(s) suivant(s) :

A. Du facteur II (prothrombine)
B. Du facteur II activé (thrombine)
C. Du facteur V activé
D. Du facteur IX
E. Du facteur X activé BE

104
Annales d’internat en pharmacie

7. Pathologies de l’hémostase
 L’hémophilie :

1. Parmi les propositions suivantes, quel (s) est (sont) les facteurs dont la diminution est
responsable de l'hémophilie ?

A. Facteur Willebrand
B. Facteur VII
C. Facteur VIIIc
D. Facteur IX
E. Facteur X CD

2. Citer la (les) proposition(s) exacte(s) ; l'hémophilie est une maladie hémorragique :

A. Dont les signes cliniques apparaissent dès la naissance


B. Qui est liée à une diminution du facteur X de la coagulation
C. A transmission liée au sexe
D. Qui peut se compliquer de l'apparition d'anticoagulant circulant après l'administration de
thérapeutique substitutive
E. Pour laquelle on peut effectuer un diagnostic prénatal CDE

3. Quelles sont les propositions vraies à propos de l’hémophilie ?

A. Elles peuvent se manifester uniquement par des signes biologiques


B. Les symptômes peuvent se confondre avec ceux de certains types de maladie de Willebrand
C. Le diagnostic est évoqué sur un allongement du temps de Quick
D. Il n’existe pas de prophylaxie médicamenteuse des accidents hémorragiques
E. Un père hémophile ne peut pas avoir de fils hémophile si la mère n’est pas conductrice ABE

4. Quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s) concernant l'hémophilie A :

A. Il s'agit d'une maladie à transmission autosomale dominante


B. Le temps de céphaline avec activateur est allongé
C. Le nombre de thrombocytes est normal
D. Le taux du complexe prothrombinique est diminué
E. Le taux de facteur Willebrand est normal BCE

5. Parmi les examens biologiques suivants, indiquer celui (ceux) qui est (sont) normal (normaux)
dans l'hémophilie A majeure :

A. Le temps de saignement
B. Le taux du complexe prothrombique
C. Le Temps de Céphaline Activée
D. Le taux du Facteur IX
E. Le temps de thrombine ABDE

105
Annales d’internat en pharmacie

6. Parmi les propositions suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) habituellement
exacte(s) en cas d'hémophilie A modérée ?

A. Peut être révélée par une hémarthrose


B. Un des risques majeurs est le développement d'un anticoagulant circulant
C. Est détectée au laboratoire par l'association d'un allongement du temps de saignement et d'un
allongement du temps de céphaline activé
D. En cas d'hémorragie, le traitement est le plasma frais viro-inactivé
E. Avant une intervention chirurgicale, on peut proposer le traitement par le DDAVP (D amino D
arginine vasopressine) AE

7. Concernant l'hémophilie A constitutionnelle, quelles sont les propositions correctes :

A. Il s'agit de la plus fréquente des anomalies constitutionnelles de l'hémostase


B. L'hémophilie A sévère est définie par un taux de FVIII < 5%
C. Un déficit isolé en FVIII est responsable d'un allongement du TCA avec un TP normal
D. La transmission est autosomique récessive
E. la desmopressine est inefficace dans l'hémophilie A sévère CE

8. Parmi les propositions suivantes concernant l'hémophilie A, indiquer celle qui est exacte.

A. Elle touche en France environ 5 000 personnes


B. Seules les filles sont atteintes
C. C'est un déficit en facteur IX de la cascade de la coagulation plasmatique
D. Elle se traite par perfusion de facteur anti-hémophilique concentré d'origine bovine
E. L'expression clinique est très variable d'un membre à l'autre dans une même famille A

9. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) peut (peuvent) être rencontrée(s) chez un
hémophile A :

A. Un temps de saignement très allongé


B. Un déficit de l’agrégation plaquettaire
C. Un temps de Quick normal
D. Un Temps de Thrombine allongé
E. Un Temps de Céphaline Activé allongé CE

10. Parmi les circonstances ayant conduit à montrer qu’une patiente était conductrice (ou vectrice)
d’hémophilie A, laquelle ou lesquelles est (sont) exacte(s) ?

A. Elle est la mère d'un garçon atteint d'hémophilie A


B. Elle est la tante maternelle d'un garçon atteint d'hémophilie A
C. Elle est la mère d'une fille conductrice d'hémophilie A
D. Elle est la tante paternelle d'un garçon atteint d'hémophilie A
E. Elle est la nièce d’un homme atteint d’hémophilie A ABCE

11. Quel est parmi, les propositions suivantes, celle qui distingue une hémophilie A d'une maladie
de Willebrand de type I ?

A. début habituel des signes hémorragiques dans l'enfance


B. allongement du TCA proportionnel à la sévérité de la maladie
C. allongement du temps de saignement

106
Annales d’internat en pharmacie

D. présence d'un déficit plus ou moins profond en facteur VIII


E. traitement possible par la desmopressine C

12. Quel type de maladie de Willebrand est le diagnostic différentiel de l'hémophilie A ?

A. 1
B. 2A
C. 2B
D. 2N
E. 3 D

13. L’une des anomalies suivantes est commune à l’hémophilie A et à la maladie de Willebrand de
type 1, laquelle ?

A. Allongement du temps de saignement


B. Diminution de l’agrégation plaquettaire à la ristocétine
C. Diminution de l’activité coagulante du fVIII
D. Diminution de l’Ag facteur Willebrand
E. Allongement du temps de thrombine C

14. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle (celles) qui est .(sont) exacte(s) : Une
hémophilie B se traduit par:

A. Un allongement du temps de céphaline avec activateur


B. Un allongement du temps de thrombine
C. Une augmentation du taux du complexe prothrombinique
D. Un allongement du temps de saignement
E. Un déficit en facteur IX AE

15. Dans l'hémophilie B majeure, quel(s) test(s) est (sont) perturbé(s) parmi les suivants:

A. Temps de thrombine
B. Temps de Quick
C. Activité facteur VIII:C
D. Temps de céphaline activée
E. Temps de saignement D

16. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? L’hémophilie B…

A. est la forme la plus courante de l’hémophilie


B. atteint uniquement le sexe masculin
C. est une maladie autosomique
D. met en jeu de nombreuses mutations chromosomiques
E. nécessite une enquête familiale BDE

17. Parmi les affirmations suivantes concernant le syndrome hémorragique dans l’hémophilie,
quelles sont celles qui sont exactes ? :

A. Il est spontané
B. On note la présence d’hémarthroses
C. On note la présence d’hématomes

107
Annales d’internat en pharmacie

D. On note la présence de gingivorragies ABCD

 Maladie de Willebrand :
18. Parmi les propositions suivantes concernant le facteur Willebrand, laquelle (lesquelles)
est(sont) exacte(s) ?

A. Est synthétisé par l'hépatocyte


B. Permet le transport du facteur VIII dans la circulation
C. Est une protéine hautement multimérisée
D. Permet l'adhésion des thrombocytes au sous-endothélium lésé
E. La desmopressine induit sa libération à partir des compartiments cellulaires BCDE

19. Parmi les propositions suivantes concernant le facteur Willebrand, quelle(s) est(sont) celle(s)
qui est(sont) exacte(s) ?

A. Il participe à l'adhésion des plaquettes à la paroi vasculaire


B. Son déficit entraine une augmentation du taux de facteur VIII
C. Il se fixe au niveau de la membrane plaquettaire sur la glycoprotéine Ib
D. Il est synthétisé par les cellules endothéliales et les mégacaryocytes
E. C'est un hétérodimère composé d'une chaine alpha et une chaine bêta ACD

20. Parmi les propositions suivantes concernant le facteur Willebrand, laquelle (lesquelles) est
(sont) exacte(s) :

A. Les sujets de groupe sanguin O présentent un taux de facteur Willebrand significativement plus
bas que les sujets des autres groupes
B. Sa synthèse a lieu dans les mégacaryocytes et les cellules endothéliales
C. Le stress et la grossesse sont des circonstances qui peuvent masquer un déficit modéré en
facteur Willebrand
D. La diminution du taux circulant de facteur VIII dans la maladie de Willebrand est liée à la
diminution de synthèse du facteur VIII
E. Le type I de la maladie de Willebrand est le moins fréquent ABC

21. Concernant la maladie de Willebrand, quelle(s) est(sont) la(les) proposition(s) exacte(s) ?

A. Le type 1 se définit par un déficit qualitatif modéré en facteur Willebrand


B. Un allongement du TCA peut être observé secondairement au déficit en facteur VIII
C. La desmopressine peut être prescrite en cas de maladie de Willebrand de type 3
D. La symptomatologie clinique est variable au sein d'une famille
E. Elle se transmet le plus souvent par le mode autosomique récessif BD

22. Quelles sont les affirmations exactes à propos de la maladie de Willebrand :

A. Les types 1 et 2 sont des déficits quantitatifs.


B. Il s'agit d'une anomalie constitutionnelle se répercutant seulement sur l'hémostase.
C. La desmopressine est le traitement de première intention dans les types 1 et 3.
D. Le facteur de Willebrand est synthétisé au niveau hépatique principalement.
E. Le type 2B peut être associé à une thrombopénie. E

108
Annales d’internat en pharmacie

23. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? Concernant la
maladie de Willebrand :

A. Le wVF est synthétisé par les plaquettes et stocké dans les cellules endothéliales.
B. La maladie de Willebrand est une pathologie très homogène sur le plan clinique, phénotypique
et génotypique.
C. L'allongement du TCA est variable, et est fonction du déficit en facteur VIII engendré.
D. Le test du mélange correcteur est normal dans cette pathologie.
E. La desmopressine est une molécule utilisable uniquement pour le traitement du type 2B. CD

24. Quel est parmi, les propositions suivantes, celle qui distingue une hémophilie A d'une maladie
de Willebrand de type I ?

A. début habituel des signes hémorragiques dans l'enfance


B. allongement du TCA proportionnel à la sévérité de la maladie
C. allongement du temps de saignement
D. présence d'un déficit plus ou moins profond en facteur VIII
E. traitement possible par la desmopressine C

25. Quel type de maladie de Willebrand est le diagnostic différentiel de l'hémophilie A ?

A. 1
B. 2A
C. 2B
D. 2N
E. 3 D

26. L’une des anomalies suivantes est commune à l’hémophilie A et à la maladie de Willebrand de
type 1, laquelle ?

A. Allongement du temps de saignement


B. Diminution de l’agrégation plaquettaire à la ristocétine
C. Diminution de l’activité coagulante du fVIII
D. Diminution de l’Ag facteur Willebrand
E. Allongement du temps de thrombine C

 Thrombopénie :
27. Parmi les étiologies suivantes, citer celle(s) qui est (sont) reconnue(s) comme cause(s) de
thrombopénie chez certains patients.

A. Une leucémie aiguë


B. Une héparinothérapie
C. Une infection à VIH
D. La prise d'antivitamines K
E. Une mononucléose infectieuse ABCE

28. Parmi les propositions suivantes concernant les pathologies avec thrombopénie, laquelle
(lesquelles) est (sont) exacte(s) ?
109
Annales d’internat en pharmacie

A. Leucémie aiguë myéloblastique


B. Coagulation intravasculaire disséminée
C. Leucémie myéloïde chonique
D. Anémie de Minkowski-Chauffard
E. Cirrhose avec hypersplénisme sévère ABE

29. Concernant les thrombopénies à l'héparine, quelle(s) affirmation(s) est(sont) vraie(s) ?

A. Le type II est une thrombopénie sévère et retardée (4ème - 20ème jour)


B. Dans le type I, elles sont transitoires si on poursuit le traitement
C. Le type II est dû à un effet pro-agrégant de l'héparine sur les thrombocytes
D. Le risque majeur des thrombopénies de type II est un risque de thrombose
E. Dans le type II, le danaparoïde ORGARAN® constitue une alternative au traitement par
l'héparine ABDE

30. Parmi les critères suivants, lequel (lesquels) peut (peuvent) correspondre à une Thrombopénie
Induite par l’Héparine de type I ?

A. Origine immuno-allergique
B. Apparition après trois semaines d’héparinothérapie
C. Thrombopénie modérée
D. Réversible malgré la poursuite du traitement
E. Nécessite un relai précoce par les anti-vitamines K CD

31. Parmi les propositions suivantes concernant la thrombopénie induite par l'héparine de type II,
quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

A. Elle comporte un risque thrombotique


B. Son diagnostic justifie un myélogramme avant la prise en charge
C. Elle est plus fréquente avec l'héparine non fractionnée qu'avec les HBPM
D. En absence d'exposition antérieure récente à une héparine, elle survient habituellement
entre le 5ème et le 10ème jour
E. Elle relève d'un mécanisme immunologique ACDE

32. Cochez la (ou les) cause(s) possible(s) de thrombopénie :

A. Perfusions massives
B. Hypertension portale
C. Leucémie lymphoïde chronique
D. Paludisme
E. CIVD ABCDE

 Coagulation Intravasculaire Disséminée


33. Un tableau typique de Coagulation Intravasculaire Disséminée comporte en général :

A. Une thrombopénie
B. Une concentration élevée de produits de dégradation de la fibrine (D-dimères)
C. Une augmentation de la concentration de fibrinogène
D. Une diminution de la concentration des facteurs de la coagulation
110
Annales d’internat en pharmacie

E. La présence de complexes solubles ABDE

34. Citer parmi les propositions suivantes laquelle (lesquelles) peut (peuvent) être à l'origine d'un
syndrome de Coagulation Intravasculaire Disséminée :

A. Septicémie bactérienne
B. Leucémie lymphoïde chronique
C. Mort fœtale in utero
D. Leucémie aiguë à promyélocytes (LAM3)
E. Cancer du pancréas métastasé ACDE

35. Donner la(les) proposition(s) exacte(s). La coagulation intravasculaire disséminée a comme


conséquence(s) de l'activation de l'hémostase :

A. Une diminution, par consommation, de certains facteurs de la coagulation


B. Une diminution, par consommation, des thrombocytes
C. Une activation de la fibrinolyse avec augmentation du fibrinogène
D. Une diminution, par consommation, d'inhibiteurs de la coagulation (antithrombine, protéine C)
E. La formation de produits de dégradation de la fibrine (D-Dimères) ABDE

36. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) des étiologies de CIVD :

A. Leucémie Aigue
B. Insuffisance hépatique
C. Morsure de serpent
D. Hémolyse aigue intravasculaire
E. Malabsorption ACD

37. Citer parmi les propositions suivantes laquelle (lesquelles) peut (peuvent) être à l'origine d'un
syndrome de coagulation intravasculaire disséminée :

A. Septicémie bactérienne
B. Chirurgie lourde
C. Grossesse pathologique
D. Leucémie à promyélocytes (LAM 3)
E. Cancer métastasé ABCDE

 Divers :
38. Concernant les pathologies de l'hémostase, la ou lesquelle(s) de ces propositions est (sont)
vraie(s)?

A. La maladie de Willebrand est une maladie fréquente avec une prévalence de 0,5-1%.
B. Les manifestations cliniques de l'hémophilie sont le plus souvent des hémorragies des
muqueuses ou cutanées.
C. Un taux de F VIII a 50% peut être retrouve dans une hémophilie A mineure.
D. Le mode de transmission de l'hémophilie B est autosomique récessif.
E. Il existe trois grands types de maladie de Willebrand : type 1 : déficit quantitatif modéré / type
2 : déficit qualitatif / type 3 : déficit quantitatif sévère AE

111
Annales d’internat en pharmacie

39. Parmi les propositions suivantes laquelle (lesquelles) est (sont) des causes d'allongement du
TCA associé à un allongement du TQ :

A. Hémophilie A
B. Hémophilie B
C. Afibrinogénémie
D. Insuffisance hépatique
E. Déficit en facteur VII CD

40. Un allongement du TCA, sans allongement du temps de Quick, peut être lié à :

A. Une hémophilie B.
B. Un traitement par HBPM à dose préventive
C. Un traitement aux anti-vitamines K.
D. La présence d'un anticoagulant circulant.
E. Un déficit en facteur XII. ADE

41. Une chute du temps de Quick et un TCA normal orientent vers un déficit en :

A. Facteur X
B. Facteur VIII
C. Facteur VII
D. Facteur II
E. Plaquettes C

42. Parmi ces propositions concernant le TCA (temps de céphaline avec activateur), quelle est la
proposition exacte ?

A. Il explore les facteurs vitamine K dépendants suivants (PPSB) VII ; II ; X ; IX


B. Explore la voie intrinsèque de la coagulation déclenchée par l'activation du système contact
C. Se réalise sur un plasma issu d'un sang anticoagulé par l'EDTA
D. Se réalise grâce à un réactif appelé thromboplastine
E. Il est utilisé pour surveiller un traitement par les antivitamines K B

43. Indiquez, parmi les propositions suivantes, celle(s) qui peut (vent) expliquer un allongement
isolé du TCA qui se corrige lors de l'épreuve de mélange avec plasma témoin :

A. Un déficit en facteur VIII


B. Un déficit en facteur contact
C. Un anticoagulant circulant de type anti-phospholipide
D. Une thrombopénie sévère
E. La présence d'héparine AB

44. Parmi les propositions suivantes, quelle(s) est (sont) la (les) situation(s) au cours de laquelle
(desquelles) un allongement du temps de Quick est habituel ?

A. La maladie de Willebrand
B. L'hémophilie B
C. Le syndrome des anti-phospholipides
D. L'insuffisance hépatocellulaire
E. Le traitement par les antivitamines K DE

112
Annales d’internat en pharmacie

45. Parmi les propositions suivantes, indiquez la(les) proposition(s) exacte(s). Lors d'un bilan
préopératoire, un allongement du temps de saignement peut-être lié à ?

A. La prise d'antivitamine K
B. Une afibrinogénémie
C. Un purpura rhumatoïde
D. Une maladie de Willebrand
E. Un traitement à base d'acide acétylsalicylique BDE

46. Parmi les propositions suivantes, quelle(s) est (sont) la (les) protéine(s) de la coagulation dont
le déficit peut être responsable d'un risque hémorragique ?

A. Le fibrinogène
B. Le facteur XII
C. Le facteur VIII
D. Le facteur VII
E. L'antithrombine III ACD

47. Quelles situations pathologiques peuvent être évoquées devant un fibrinogène à 1 g/L ?

A. Traitement par anti-vitamine K


B. Coagulation intra-vasculaire disséminée
C. Insuffisance hépato-cellulaire
D. Maladie congénitale
E. Syndrome inflammatoire BCD

48. Un jeune garçon de 2 ans présente des signes hémorragiques. L'enquête familiale permet de
retenir une notion de consanguinité chez ses parents. Le bilan d'hémostase montre un temps
de saignement normal, un temps de Quick allongé, un temps de céphaline activé normal. Quel
facteur devra faire l'objet d'un dosage spécifique ?

A. Facteur X
B. Facteur VII
C. Facteur IX
D. Facteur VIII
E. Facteur XI B

49. Un déficit majeur en facteur X entraîne des perturbations d'un ou plusieurs tests de
l'hémostase. Lequel ou lesquels ?

A. Temps de saignement
B. Temps de lyse des euglobulines
C. Temps de céphaline activée
D. Temps de thrombine
E. Taux du complexe prothrombinique CE

50. Parmi les propositions suivantes laquelle (lesquelles) est (sont) des maladies à transmission
récessive liée à l'X :

A. Hémophilie A
B. Hémophilie B

113
Annales d’internat en pharmacie

C. Beta-thalassémie
D. Alpha-thalassémie
E. Mucoviscidose AB

51. Dans quelle(s) situation(s) pathologique(s) parmi les suivantes observe-t-on un allongement du
taux de céphaline activée ?

A. Cirrhose modérée
B. Héparinothérapie
C. Traitement par AVK
D. Hémophilie B
E. Maladie de Willebrand de type 3 BDE

52. Parmi les propositions suivantes concernant les médicaments des troubles de l'hémostase,
laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) :

A. PRADAXA (dabigatran) est un nouvel anticoagulant oral inhibiteur direct, puissant et réversible
du facteur Xa.
B. L'association de la COUMADINE (warfarine) dérivée coumarinique et de l'Aspirine à dose anti
aggrégante plaquettaire est déconseillée.
C. La surveillance de l'efficacité d'un traitement curatif par LOVENOX est réalisée par la mesure du
TCA, de l'héparinémie et par une numération plaquettaire.
D. Clopidogrel (PLAVIX) est un anti aggrégant plaquettaire bloquant de manière irréversible les
récepteurs membranaires de l'ADP. Il est indiqué dans la prévention des complications
thrombotiques veineuses.
E. L'altépase est un analogue de la t-PA indiqué dans les embolies pulmonaires en phase aiguë. Il
agit en dégradant le plasminogène en plasmine. BE

114
Annales d’internat en pharmacie

8. Immuno-hématologie

1. Donner la ou les proposition(s) exacte(s). Un sujet du groupe AB présente :

A. Des anticorps naturels anti-A


B. Des anticorps naturels anti-B
C. Des anticorps naturels anti-H
D. Des anticorps naturels anti-A+B
E. Aucun anticorps naturel régulier E

2. Parmi les propositions suivantes, donner laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s). Dans le
système ABO, les antigènes :

A. Sont exclusivement sur les érythrocytes


B. Sont les produits secondaires des gènes
C. Sont complètement développés à la naissance
D. Ont une partie glucidique
E. Sont de répartition variable suivant l'origine ethnique BDE

3. Parmi les sujets ayant les génotypes suivants dans le système de groupes sanguins ABO, quels
sont ceux chez lesquels il n'existe pas d'anticorps anti-A naturels dans le sérum ?

A. BB
B. AB
C. AA
D. AO
E. BO BCD

4. Dans le système ABO, les antigènes :

A. Sont présents dès le stade érythroblaste


B. Ont une partie terminale lipidique
C. Peuvent se retrouver dans la salive
D. Permettent d'effectuer le groupage
E. Peuvent être modifiés dans certaines hémopathies ACDE

5. Parmi les propositions suivantes concernant les groupes sanguins, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s) :

A. Les anticorps du système ABO sont des IgM


B. Les anticorps anti-A et anti-B sont naturels et irréguliers
C. Une personne rhésus négatif possède naturellement l'Ac anti-Rh correspondant
D. Pour rechercher les antigènes à la surface des globules rouges, on utilise la méthode de Beth-
Vincent
E. Pour établir une carte de groupe sanguin, une seule détermination suffit AD

115
Annales d’internat en pharmacie

6. Un couple a deux filles de groupe sanguin A un garçon de groupe B et une fille de groupe AB.
Indiquer la ou les proposition(s) possible(s) concernant les génotypes possibles des parents.

A. AB et AB
B. AO et BO
C. AO et AB
D. AB et BO
E. OO et AB ABCD

7. Un homme de groupe sanguin A et Rh+ se marie avec une femme de groupe O et Rh- (l'un et
l'autre sont homozygotes). Vingt ans plus tard, leur fils épouse une femme de groupe O et Rh+
(elle est homozygote). Parmi les propositions suivantes, quel(s) phénotype(s) sont possible
dans la descendance du 2ème couple ?

A. A Rh-
B. A Rh+
C. Rh-
D. Rh+
E. AB Rh- BD

8. Un père de famille est de groupe sanguin AB+, sa femme est A+. La mère de cette femme était
du groupe O+, quel groupe sanguin ne sera pas retrouvé dans la descendance de ce couple :

A. A+
B. A+
C. O+
D. AB+
E. B+ C

9. La ou lesquelle(s) de ces propositions est (sont) exacte(s) ?

A. Les personnes de groupe sanguin O sont considérées comme « donneur universel »


B. Les personnes de groupe sanguin AB peuvent recevoir du sang de groupe A en cas de
transfusion
C. Les anticorps anti-A présents dans le plasma d'un patient de groupe B sont généralement
naturels, irréguliers, de type IgG
D. L'une des principales règles transfusionnelles est de ne jamais introduire un antigène chez un
receveur qui a l'anticorps correspondant dans son plasma
E. La réalisation d'un groupage ABO-Rh1 nécessite deux épreuves : une épreuve d'origine
globulaire (méthode de Beth-vincent) et une épreuve plasmatique (méthode de Simonin) ABDE

10. Parmi les propositions suivantes concernant le système ABO, laquelle (lesquelles) est (sont)
fausse(s)?

A. Les gènes qui gouvernent le système ABO codent pour la séquence en acides aminés des
antigènes A et B.
B. Le groupe AB est défini par l'absence d'anticorps naturels réguliers anti-A et anti-B.
C. L'antigène de groupe A est présent dans les sécrétions de certains individus mais pas l'antigène
du groupe B.
D. Les anticorps irréguliers du système ABO apparaissent après des transfusions incompatibles.

116
Annales d’internat en pharmacie

E. Les anticorps irréguliers du système ABO apparaissent chez les femmes après des grossesses
avec un foetus incompatible ABCDE

11. Quelles sont les propositions exactes à propos du système ABO ?

A. Le groupe sanguin B est le plus fréquent en France


B. Les allèles A et B sont codominants et situés sur le chromosome 9
C. Les anticorps anti-A et anti-B naturels traversent la barrière fœto-placentaire
D. Les gènes du système ABO codent pour des glycosyltransférases
E. Si les antigènes A et B sont présents sur les globules rouges d’un sujet, celui-ci est du groupe O
BD

12. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui est(sont) exacte(s). Un premier couple
est composé d'un homme de groupe sanguin A et d'une femme de groupe sanguin B. Un
second couple est composé d'un homme de groupe sanguin B et d'une femme de groupe
sanguin O.

A. Le premier couple peut donner naissance à un enfant de groupe A


B. Le premier couple peut donner naissance à un enfant de groupe B
C. Les deux couples peuvent donner naissance à un enfant de groupe O
D. Le second couple peut donner naissance à un enfant de groupe AB
E. Le second couple peut donner naissance à un enfant de groupe B ABCE

13. En cas d'urgence vitale, et dans l'hypothèse où le groupe sanguin du patient est inconnu, on
peut transfuser du plasma venant d'un sujet de groupe :

A. O
B. A
C. B
D. AB
E. Toutes les réponses précédentes conviennent D

14. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s)? Les anticorps
naturels du système ABO :

A. Sont pour la plupart de nature IgM


B. Sont présents dans le plasma
C. Sont des anticorps chauds
D. Traversent en général le placenta
E. Ne sont pas hémolysants en présence de complément ABE

15. Parmi les phénotypes suivants, quel(s) est (sont) celui (ceux) que peuvent présenter les enfants
issus d'un père AB Rh positif et d'une mère O Rh négatif ?

A. A Rh positif
B. B Rh positif
C. AB Rh positif
D. A Rh négatif
E. B Rh négatif ABDE

117
Annales d’internat en pharmacie

16. Parmi les propositions suivantes concernant la maladie hémolytique du nouveau-né, laquelle
(lesquelles) est (sont) exacte(s) :

A. Elle est due à une incompatibilité Rhésus foeto-maternelle


B. Elle correspond à une auto-immunisation
C. Elle survient lors d'une 2e grossesse chez une mère Rh+ et un foetus Rh-
D. On observe une augmentation de la bilirubine libre chez le foetus pouvant entraîner de graves
séquelles neurologiques (ictère nucléaire)
E. Le diagnostic à réaliser chez le nouveau-né est un test de Coombs direct ADE

17. Quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s) concernant l'incompatibilité sanguine foeto-
maternelle dans le système Rhésus ?

A. Elle survient toujours lors d'une première grossesse


B. Elle survient chez la mère Rhésus positif portant un enfant Rhésus négatif
C. Elle est liée au passage transplacentaire d'immunoglobulines de type IgG
D. Elle est diagnostiquée chez le nouveau-né par un test de Coombs direct
E. Elle peut être prévenue par l'injection d'immunoglobulines anti-D CDE

18. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle qui est exacte. Une incompatibilité
foetomaternelle pour l'antigène RH4 (antigène c)

A. S'observe lorsqu'une mère est RH-4 et son enfant RH4


B. Se traduit chez la mère par une anémie hémolytique
C. Est due à la production d'anticorps spécifiques de la classe des IgM
D. Ne survient chez la mère que lorsqu'elle appartient au groupe sanguin O
E. Est prévenue aujourd'hui par injection d'immunoglobines anti-RH4 A

19. Le test de Coombs direct permet de mettre en évidence

A. Des anticorps anti-érythrocytaires libres dans le sérum


B. Un antigène érythrocytaire libre dans le sérum
C. Des anticorps fixés in vivo sur les hématies du malade
D. Des anticorps fixés in vitro sur les hématies du malade
E. Des anticorps anti-immunoglobulines C

20. Les médicaments dérives du sang

A. sont soumis à une dispensation réglementée


B. sont conservés au réfrigérateur
C. comprennent les PSL et les PSS
D. comprennent les PFC ABCD

21. Parmi les réponses suivantes concernant les médicaments dérivés du sang, quelle est celle qui
est inexacte ?

A. Ils sont à conserver au réfrigérateur


B. Ils comprennent les facteurs de la coagulation
C. Ils comprennent les immunoglobulines
D. Il existe une seule concentration d’albumine D

118
Annales d’internat en pharmacie

22. Cochez la (ou les) propositions(s) possible(s) concernant les produits sanguins :

A. Les plaquettes se conservent environ 5 jours à température ambiante


B. Les Médicaments dérivés du sang et les Produits Sanguins Labiles sont soumis aux règles de
pharmacovigilance
C. Les Concentrés de Globules Rouges se conservent environ 4 jours à - 40°C
D. La déleucocytation ne s'applique pas systématiquement aux Produits Sanguins Labiles
E. La thrombopoïétine peut être dans certains cas une alternative à la transfusion de concentrés
de plaquettes AE

23. Parmi les propositions suivantes concernant la transfusion sanguine, la(es)quelle(s) est (sont)
inexacte(s) ?

A. Groupage ABO/Rh(D)/Kell obligatoire par 2 déterminations sur le même prélèvement en


l'absence d'automate
B. Recherche d'agglutinine irrégulière (RAI) de moins de 48h avant toute transfusion.
C. Information obligatoire du patient avant transfusion, sur les bénéfices et risques de la
transfusion
D. Vérification du groupe RH du patient et du CGR à transfuser lors d'un contrôle ultime
E. Réactions allergiques post-transfusionnelles fréquentes et d'intensité variable BD

119
Annales d’internat en pharmacie

9. Divers
1. Parmi les propositions suivantes, dans laquelle (lesquelles) de ces hémopathies une
hyperuricémie est fréquemment rencontrée :

A. Polyglobulie primitive
B. Myélome
C. LMC
D. LLC
E. Splénomégalie myéloïde ACE

2. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) de ces affection(s) peut s’accompagner
d’un traitement par splénectomie :

A. Agranulomatose médicamenteuse
B. Anémie de Biermer
C. Maladie de Vaquez
D. Purpura thrombopénique idiopathique
E. Maladie de Minkowski-Chauffard DE

3. Laquelle de ces affirmations est juste ? Les corps de Jolly dans les globules rouges :

A. Sont présents lors de la dépranocytose


B. Sont présents lors d’un déficit en G6PD
C. Sont présents lors du saturnisme
D. Sont présents lors d’une splénectomie
E. Sont présents lors d’une hémolyse D

4. La ou lesquelle(s) de ces cellules sont des précurseurs de la lignée granuleuse ?

A. Promyélocyte
B. CFU-GM
C. Promégacaryocyte
D. Myéloblaste
E. Métamyélocyte ADE

5. Parmi les propositions pathologies suivantes une seule est une pathologie acquise :

A. La maladie de Minkowski-Chauffard
B. La sphérocytose
C. La drépanocytose
D. La maladie de Marchiafava-Michelli
E. La thalassémie D

6. Laquelle de ces affections s'accompagne habituellement d'une élévation du nombre des


réticulocytes ?

A. Carence en folates
B. Leucémie aiguë myéloblastique de type 1 (LAM 1)
C. Maladie de Minkowski-Chauffard

120
Annales d’internat en pharmacie

D. Agranulocytose
E. Aplasie médullaire C

7. Quelle est la durée de la granulopoïèse ?

A. Un jour
B. Deux jours
C. Dix jours
D. Vingt jours
E. Trente jours C

8. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui est (sont) exacte(s). Une agranulocytose
aiguë :

A. Peut être définie par un nombre diminué de polynucléaires neutrophiles exprimé en valeur
relative
B. Comporte un risque infectieux majeur
C. Peut être d'origine iatrogène
D. Est affirmée chez un patient dont le nombre de polynucléaires neutrophiles est de 0,2 Giga/L
E. Peut nécessiter d'urgence une hospitalisation BCDE ou BCD

9. Parmi les propositions suivantes concernant les médicaments dérivés du sang contenant les
facteurs de l'Hémostase utilisés en thérapeutique, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s)?

A. Ils sont fractionnés et purifiés par différentes méthodes chromatographiques


B. Ils subissent une inactivation virale "solvant-détergent"
C. Ils sont tous obtenus à partir du plasma décongelé et sont extraits du cryosurnageant
D. Certains subissent une nanofiltration
E. Les solutions reconstituées sont administrées indifféremment par voie IV ou lM ABD

10. Parmi les propositions suivantes laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? Une pancytopénie
peut être observée en cas de :

A. Maladie de Biermer
B. Maladie de Minkowski-Chauffard
C. Leucémie aiguë
D. Syndrome mononucléosique
E. Maladie de Kahler AC

121
Annales d’internat en pharmacie

MICROBIOLOGIE

122
Annales d’internat en pharmacie

1. Les antibiotiques
1. Parmi les structures bactériennes suivantes, laquelle (lesquelles) peut (peuvent) être la cible des
antibiotiques ?

A. La spore
B. Le peptidoglycane
C. Les topoisomérases
D. Le ribosome
E. Les acides teichoïques BCD

2. Parmi les antibiotiques suivants, lequel (lesquels) est (sont) un (des) aminoside(s) ?

A. Pénicilline G
B. Amoxicilline
C. Streptomycine
D. Gentamicine
E. Erythromycine CD

3. Dans cette liste. quel(s) antibiotique(s) appartient (appartiennent) à la famille des aminosides ?

A. Pristinamycine
B. Gentamicine
C. Tobramycine
D. Amikacine
E. Lincomycine BCD

4. Les aminosides

A. sont un traitement de choix du Pseudomonas aeruginosa


B. leur posologie peut être calculée par des méthodes de pharmacocinétique de population
C. possède une marge thérapeutique étroite
D. sont des glycopeptides ABC

5. Parmi les propositions suivantes concernant les aminosides, laquelle(lesquelles) est(sont)


exacte(s) ?

A. Ils agissent au niveau du ribosome bactérien


B. Ils sont actifs sur Clostridium perfringens
C. Ils sont actifs sur Streptococcus pyogenes
D. Ils sont néphrotoxiques
E. Ils sont ototoxiques ADE

6. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) concerne(nt) les antibiotiques de la famille
des aminosides ?

A. Ils sont administrables par voie parentérale


B. Ils agissent par perturbation de la synthèse de la paroi bactérienne
C. Ils agissent par perturbation de la synthèse des protéines bactériennes
D. Ils peuvent être inactivés par des enzymes bactériennes

123
Annales d’internat en pharmacie

E. On peut les utiliser en association avec les ß-lactamines ACDE

7. Parmi les propositions suivantes concernant les aminosides, laquelle(lesquelles) est(sont)


exacte(s) ?

A. Ils agissent au niveau du ribosome bactérien


B. Ils sont actifs sur Clostridium perfringens
C. Ils sont actifs sur Streptococcus pyogenes
D. Ils sont néphrotoxiques
E. Ils sont ototoxiques ADE

8. Parmi les propriétés bactériologiques et pharmacocinétiques suivantes, laquelle n'est pas une
caractéristique des aminosides ?

A. Forte liaison aux protéines plasmatiques


B. Effet post-antibiotique
C. Effet bactéricide concentration dépendant
D. Saturation de leur distribution tissulaire au niveau rénal
E. Existence de phénomènes de résistance par inactivation enzymatique A

9. Parmi les propositions suivantes une seule ne s'applique pas aux aminosides :

A. Ce sont des substances basiques


B. Ils sont désactivés par des acétylases ou des phosphorylases
C. Ils sont administrés sous forme à action prolongée
D. Ils sont ototoxiques
E. Ils sont indiqués chez l'enfant et l’adulte C

10. Donner la ou les proposition(s) exacte(s) concernant les aminosides :

A. Régulièrement actifs sur les pneumocoques


B. Régulièrement actifs sur les entérobactéries
C. Bonne absorption digestive
D. Bonne diffusion méningée
E. Elimination rénale prépondérante BE

11. Quelles sont les affirmations exactes à propos des aminosides ?

A. Leur administration se fait presque exclusivement par voie parentérale


B. En cas d'infection nosocomiale, ils sont toujours associés à une autre classe d'antibiotiques
C. Ce sont des molécules inefficaces pour le traitement de l'érisypèle
D. Leur marge thérapeutique étroite oblige à pratiquer des dosages au pic de concentration
plasmatique
E. Leur action est bactéricide temps-dépendant ABCD

12. Donner la ou les proposition(s) exacte(s) concernant la tobramycine :

A. C'est un antibiotique de la famille des aminosides


B. Elle est dénuée de toxicité rénale
C. Elle est régulièrement active sur Clostridium perfringens
D. Elle présente une bonne diffusion méningée

124
Annales d’internat en pharmacie

E. Elle est régulièrement active sur le pneumocoque A

13. Parmi les antibiotiques suivants, lequel n'appartient pas à la famille des ß- lactamines ?

A. La pipéracilline
B. L'aztréonam
C. La josamycine
D. La ceftazidime
E. La ceftriaxone C

14. Parmi les propositions suivantes concernant les antibiotiques de la famille des bêta-lactamines,
laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

A. Ils se fixent au niveau de protéines bactériennes à activité transpeptidase


B. Les pénicillines et les céphalosporines en font partie
C. Ils peuvent être inactivés par des enzymes bactériennes toujours codées par des gènes
plasmidiques
D. Certains d'entre eux sont actifs sur les bactéries du genre Pseudomonas
E. Ils ne provoquent jamais d'effets secondaires majeurs ABD

15. Lequel de ces mécanismes explique l'action des bêta-lactamases sur les pénicillines ?

A. Décarboxylation
B. Coupure de la chaîne N-acyle
C. Ouverture du cycle thiazolidine
D. Attaque nucléophile du cycle lactame
E. Oxydation du soufre D

16. Parmi les propositions suivantes sur le spectre des béta-lactamines, cochez la (les) réponse(s)
exacte(s) :

A. Les bétalactamines sont généralement actives sur les streptocoques


B. 95 % des Staphylococcus aureus sont résistants à la pénicilline G
C. Les C3G sont le traitement de référence d'une infection à Listeria monocytogenes
D. L'oxacilline est le traitement de référence du SARM
E. Escherichia coli est naturellement résistant à l'amoxicilline AB

17. Parmi les propositions suivantes concernant les glycopeptides, laquelle est fausse ?

A. Ils peuvent être actifs à l'égard des staphylocoques résistants à la méticilline


B. Ils agissent par perturbation de la synthèse pariétale chez les bactéries
C. La vancomycine et la teicoplanine sont des glycopeptides
D. On les administre le plus souvent par voie orale
E. la résistance bactérienne peut-être due à une modification de la cible de l'antibiotique D

18. Parmi les propositions suivantes concernant les antibiotiques glycopeptidiques, une seule est
exacte, laquelle?

A. Agissent au niveau de la synthèse des protéines bactériennes


B. Habituellement actifs vis-à-vis des staphylocoques
C. Fréquemment utilisés dans le traitement d'otites à bactéries sensibles

125
Annales d’internat en pharmacie

D. Commercialisés sous la forme de plusieurs dizaines de spécialités différentes


E. Totalement dépourvus de toxicité B

19. Parmi les propositions suivantes concernant les antibiotiques de la famille des glycopeptides,
lesquelles sont exactes ?

A. Ils agissent en perturbant la synthèse de la paroi bactérienne


B. Ils sont cliniquement inactifs à l'égard des entérobactéries
C. Ils constituent le traitement de première intention des infections cutanées à Streptococcus
pyogenes
D. La résistance aux glycopeptides est toujours due à une inactivation enzymatique
E. Ces antibiotiques sont dénués de toxicité rénale AB

20. Laquelle de ces affirmations concernant les gylcopeptides est fausse ?

A. Ils sont majoritairement éliminés par voie rénale


B. Les bacilles Gram négatif sont naturellement résistants à cause d'une modification du motif de
liaison
C. Leur spectre thérapeutique est étroit et inclut les entérocoques
D. Ils peuvent être administrés par voie orale
E. Une bactérie résistante à la teicoplanine est obligatoirement résistante à la vancomycine B

21. Parmi les propositions suivantes sur les glycopeptides, quelle(s) est (sont) la (les) réponse(s)
exacte(s) ?

A. Sont actifs sur les bactéries à Gram-


B. Inhibent la synthèse de la paroi bactérienne
C. Diffusent bien dans le LCR
D. Sont généralement administrés par voie IV
E. Sont le traitement de référence du SARM BDE

22. Parmi les antibiotiques suivants, un seul n'agit pas directement sur les acides nucléiques de la
bactérie. Lequel ?

A. Péfloxacine
B. Rifabutine
C. Rifampicine
D. Streptomycine
E. Ciprofloxacine D

23. Parmi les antibiotiques suivants, lequel (lesquels) est (sont) actif(s) par inhibition de la
synthèse de la paroi bactérienne ?

A. Pénicilline G
B. Céphalosporines
C. Vancomycine
D. Tétracyclines
E. Tobramycine ABC

126
Annales d’internat en pharmacie

24. Parmi les antibiotiques suivants, quels sont ceux qui agissent par perturbation de la synthèse
de la paroi bactérienne ?

A. Les aminopénicillines
B. Les céphalosporines
C. Les aminosides
D. Les fluoroquinolones
E. Les carbapénèmes ABE

25. Parmi les propositions suivantes concernant la concentration minimale bactéricide d'un
antibiotique (CMB), laquelle est exacte ?

A. Elle peut être déterminée par la méthode des disques


B. Elle diminue lorsque la bactérie devient résistante
C. Elle est voisine de la concentration minimale inhibitrice (CMI) pour un antibiotique bactéricide
D. Elle peut être déterminée en étudiant la liaison de l'antibiotique aux protéines sériques
E. Elle ne peut être déterminée pour un antibiotique bactériostatique C

26. Parmi les propositions suivantes concernant la doxycycline, une seule est exacte; laquelle?

A. Est un antibiotique bactéricide


B. Possède un spectre antibactérien limité aux bactéries à Gram positif
C. Possède une bonne diffusion intracellulaire
D. Est utilisé dans le traitement des méningites à Haemophilus influenzae
E. Est utilisée chez l'enfant de moins de 8 ans C

27. Parmi les antibiotiques suivants, lequel n'est utilisé que dans le traitement de la gonococcie ?

A. Streptomycine
B. Gentamicine
C. Spectinomycine
D. Spiramycine
E. Sulfadiazine C

28. Parmi les définitions suivantes concernant la concentration minimale inhibitrice d'un
antibiotique vis à vis d'une bactérie, une seule est exacte. Laquelle?

A. Concentration d'antibiotique inhibant la croissance de 90% des bactéries de la même espèce


B. Concentration d'antibiotique nécessaire pour tuer 99,9% des bactéries de la même espèce
C. Plus faible concentration d'antibiotiques inhibant toute la croissance bactérienne visible à l'œil
nu
D. Concentration d'antibiotique obtenue in vivo lors du traitement d'une infection due à cette
bactérie
E. Concentration d'antibiotique éliminée par voie urinaire lors du traitement d'une infection due à
cette bactérie C

29. Parmi les antibiotiques suivants, lequel ne peut jamais être utilisé pour le traitement des
infections à bacilles à Gram négatif?

A. Le céfotaxime
B. La tobramycine

127
Annales d’internat en pharmacie

C. La vancomycine
D. L'ofloxacine
E. Le cotrimoxazole C

30. Parmi les propositions concernant l'antibiogramme par diffusion en milieu gélosé, quelles sont
celles qui sont exactes?

A. On utilise habituellernent un milieu Mueller Hinton


B. Le résultat peut être obtenu après 3 heures d'incubation
C. On doit utiliser un inoculum d'au moins un milliard de bactéries/ml
D. L'épaisseur du milieu gélosé influence les résultats obtenus
E. Les résultats sont obtenus par la mesure du diamètre des zones d'inhibition autour des disques
d'antibiotiques ADE

31. Parmi les propositions suivantes concernant l'ototoxicité induite par des antibiotiques,
indiquer celle(s) qui est (sont) exacte(s) :

A. Tétracyclines
B. Glycopeptides
C. Aminosides
D. Sulfamides antibactériens
E. Céphalosporines BC

32. Dans la liste suivante, Quelle(s) est (sont) la (les) proposition (s) exacte(s) concernant
l'antibiogramme par diffusion (méthode des disques) ?

A. L'antibiogramme est une méthode permettant de déterminer les concentrations minimales


bactéricides
B. Il n'est pas nécessaire de standardiser l'inoculum bactérien
C. L'existence d'une zone d'inhibition ne signifie pas obligatoirement que la souche bactérienne
soit sensible à l'antibiotique considéré
D. L'absence de zone d'inhibition signifie que la souche est résistante à l'antibiotique
E. Le milieu de référence utilisé est le milieu de Mueller-Hinton CDE

33. Parmi les propositions suivantes concernant les antibiotiques de la famille des macrolides,
seules certaines sont exactes. Lesquelles ?

A. Ils agissent par perturbation de la synthèse des protéines


B. L'érythromycine en fait partie
C. Ils ne sont actifs que sur des bactéries à Gram positif
D. Ils peuvent être utilisés dans le traitement d'infection de la sphère O.R.L.
E. Ils ne peuvent être administrés que par voie parentérale ABD

34. Parmi les propositions suivantes laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s)? Les macrolides :

A. Sont des antibiotiques qui peuvent être utilisés chez la femme enceinte
B. Sont des antibiotiques doués d'une bonne diffusion tissulaire
C. Agissent sur la réplication de l'ADN
D. Sont toujours actifs sur les entérocoques
E. Sont principalement éliminés par le foie ABE

128
Annales d’internat en pharmacie

35. Parmi les antibiotiques suivants, lequel (lesquels) présente(nt)une bonne diffusion
intracellulaire ?

A. Pénicillines
B. Aminosides
C. Tétracyclines
D. Fluoroquinolones
E. Rifampicine CDE

36. Parmi les propositions suivantes concernant les antibiotiques de la famille des
fluoroquinolones, certaines sont exactes. Lesquelles ?

A. Ils agissent par perturbation directe de la synthèse de protéine


B. Les bactéries ne peuvent devenir résistantes à leur égard que par phénomène de mutation
C. Ils sont actifs exclusivement sur les bactéries anaérobies
D. Ils sont exclusivement utilisés pour le traitement des infections urinaires
E. Ils peuvent être utilisés en association avec les aminosides BE

37. Parmi les propositions suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ? La
josamycine (JOSACINE) :

A. Est un antibiotique actif sur Mycoplasma pneumoniae


B. Est principalement éliminée par voie rénale sous forme inchangée
C. Est associée sans précautions à la bromocriptine (PARLODEL)
D. Est utilisée dans les infections O.R.L. à streptocoques
E. Expose à un accroissement de la cyclosporinémie chez les transplantés ADE

38. Parmi les antibiotiques suivants, lequel (lesquels) appartien(nen)t à la famille des
fluoroquinolones?

A. Céfotaxime
B. Péfloxacine
C. Ofloxacine
D. Ciprofloxacine
E. Gentamicine BCD

39. Parmi les propositions suivantes, indiquer le(s) antibiotique(s) exerçant un effet bactéricide :

A. Ceftriaxone
B. Azithromycine
C. Gentamicine
D. Tétracycline
E. Ofloxacine ACE

40. Parmi les antibiotiques suivants, lequel peut être inactivé par une mutation au niveau des
gènes de l'ADN gyrase?

A. L'amoxicilline
B. La péfloxacine
C. La pristinamycine
D. La vancomycine

129
Annales d’internat en pharmacie

E. La ticarcilline B

41. Parmi les antibiotiques suivants, indiquez celui (ceux) qui est (sont) inhibiteurs de l'ADN gyrase
?

A. Ofloxacine
B. Norfloxacine
C. Erythromycine
D. Rifampicine
E. Ciprofloxacine ABE

42. Parmi les propositions suivantes concernant la ciprofloxacine, laquelle est fausse?

A. Elle appartient à la famille des fluoroquinolones


B. Elle agit par perturbation de la synthèse des protéines bactériennes
C. Elle est administrable par voie orale ou parentérale
D. Elle est utilisable pour le traitement des septicémies à bactérie sensible
E. La résistance bactérienne à cet antibiotique est le plus souvent consécutive à un phénomène de
mutation B

43. Parmi les antibiotiques suivants, lequel possède une ototoxicité ?

A. Pénicilline V
B. Péfloxacine
C. Amikacine
D. Erythromycine
E. Isoniazide C

44. Concernant les antibiotiques, quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s) ?

A. La ciprofloxacine est une fluoroquinolone à activité antipneumococcique et a une action


concentration dépendante.
B. L'oxacilline est une pénicilline M qui ne peut pas être dégradée par les béta-lactamases.
C. Les sulfamides anti bactériens ont une activité bactéricide. Ils agissent en inhibant la
dihydrofolate synthétase.
D. La télithromycine est un apparenté aux macrolides qui a pour avantage de ne pas être reconnu
par le mécanisme d'efflux des streptocoques.
E. Les tétracyclines agissent en inhibant la synthèse protéique par fixation sur la sous unité 50 S
du ribosome. BD

45. Le ou lesquels de ces antibiotiques est (sont) photosensibilisant(s) ?

A. Doxycycline
B. Ciprofloxacine
C. Ceftriaxone
D. Cotrimoxazole (Trimétoprime+Sulfamétoxazole)
E. Gentamicine ACD

46. Parmi les antibiotiques suivants, lequel présente une bactéricidie temps dépendant :

A. Amikacine

130
Annales d’internat en pharmacie

B. Céfotaxime
C. Vancomycine
D. Erythromycine
E. Azithromycine A

47. Lequel de ces antibiotiques est particulièrement réputé pour allonger l'espace QT ?

A. Ceftriaxone
B. Amoxicilline
C. Ciprofloxacine
D. Linézolide
E. Ceftazidine D

48. Cochez la ou les propositions vraies concernant l'acide clavulanique :

A. C'est un inhibiteur réversible des β-lactamases


B. C'est un inhibiteur irréversible des β -lactamases
C. C'est une molécule dépourvue d'activité antibiotique propre
D. Il peut induire des hyperkaliémies
E. Associé à l'amoxicilline, il est utilisé dans les infections ORL et pulmonaires récidivantes et/ou
chez le sujet à risque BCDE

49. Parmi ces familles d'antibiotiques, la ou lesquelle(s) a (ont) une action bacteriostatique ?

A. Céphalosporine
B. Quinolone
C. Glycopeptide
D. Sulfamide
E. Aminoside D

50. Au sujet des antibiotiques, quelle (quelles) est (sont) l'(les) affirmation(s) exacte(s) :

A. Les Sulfamides et les Céphalosporines de troisième génération passent bien la BHE.


B. Les Fluoroquinolones et les aminosides ont une activité post-antibiotique.
C. Les Cyclines et les Macrolides sont bactéricides.
D. Les Macrolides et les Cyclines ont une activité intracellulaire.
E. La Rifampicine et les Cyclines sont largement utilisées au cours du premier trimestre de la
grossesse. ABD

51. Quel antibiotique parmi les suivants n’est pas une céphalosporine de troisième génération ?

A. Cefazoline
B. Cefixime
C. Ceftriaxone
D. Cefotaxime
E. Cefpodoxime A

52. Quelle(s) proposition(s) parmi les suivantes concerne(nt) les antibiotiques appartenant à la
famille des quinolones ?

A. Ils possèdent tous un noyau bicyclique

131
Annales d’internat en pharmacie

B. Les fluoroquinolones ont une diffusion tissulaire plus importante que les quinolones de 1ère
génération
C. Les fluoroquinolones peuvent être utilisées pour le traitement des infections ostéoarticulaires
D. Un antécédent de réaction allergique à la ciprofloxacine contre-indique l’emploi futur de cet
antibiotique
E. La résistance acquise est de type plasmidique ABCD

53. Parmi les antibiotiques suivants, un seul agit par perturbation de la synthèse des bases
puriques et pyrimidiques chez les bactéries. Lequel ?

A. Péfloxacine
B. Tétracycline
C. Erythromycine
D. Streptomycine
E. Sulfaméthoxazole E

54. Parmi les antibiotiques suivants, un seul n'agit pas par perturbation de la synthèse de la paroi
bactérienne. Lequel ?

A. Benzylpénicilline
B. Imipénème
C. Céfotaxime
D. Oxacilline
E. Péfloxacine E

55. Parmi les propositions suivantes concernant l'antibiogramme par diffusion en milieu gélosé,
laquelle(lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

A. Il doit être effectué sur milieu de Mueller-Hinton pour les bactéries non exigeantes
B. Il permet une réponse après 6 heures d'incubation à 37°C
C. Il permet de mesurer l'activité bactériostatique des antibiotiques testés
D. Il permet l'étude de la sensibilité de Mycobacterium tuberculosis aux antibiotiques
E. Il permet de visualiser certaines synergies entre antibiotiques ACE

56. Parmi les propositions suivantes concernant les antibiotiques de la famille des
fluoroquinolones, laquelle(lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

A. Ils agissent au niveau des ADN-gyrases bactériennes


B. Les bactéries peuvent devenir résistantes par imperméabilité
C. Leur structure leur confère une propriété de chélation des cations
D. Ils peuvent être utilisés dans le traitement des bactériémies
E. Ils sont contre-indiqués chez le jeune enfant ACDE

57. Parmi les propositions suivantes, laquelle ne s'applique pas à l'amoxicilline ?

A. C'est une aminopénicilline


B. C'est l'antibiotique de choix dans les infections à Pseudomonas aeruginosa
C. Elle est active par voie orale
D. Elle peut provoquer des réactions allergiques
E. Elle peut être administrée chez l'enfant B

132
Annales d’internat en pharmacie

58. Quelle(s) bactérie(s) parmi les suivantes font partie du spectre de l’amoxicilline ?

A. Staphylocoque à coagulase négative


B. Méningocoque
C. Listeria monocytogenes
D. Streptococcus pyogenes
E. Staphylocoque doré résistant à la méticilline ABCD

59. Parmi les bactéries suivantes, laquelle est naturellement résistante à l'association amoxicilline
+ acide clavulanique ?

A. Escherichia coli
B. Staphylococcus aureus
C. Pseudomonas aeruginosa
D. Neisseria meningitidis
E. Haemophilus influenzae C

60. Dans la liste suivante, quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s) ? le spectre des
macrolides vrais (type érythromycine) comprend :

A. Escherichia coli
B. Streptococcus pyogenes
C. Pseudomonas aeruginosa
D. Treponema pallidum
E. Neisseria gonorrhoeae BDE

61. Parmi les propositions suivantes laquelle est inexacte ? Toutes ces substances sont des
macrolides ou apparentées

A. Erythromycine
B. Midécamycine
C. Tobramycine
D. Spiramycine
E. Azithromycine C

62. Les macrolides sont indiqués:

A. Dans l'éradication d'Helicobacter pylori


B. Dans les infections urinaires à E. coli
C. Dans le traitement de la toxoplasmose
D. En première intention dans la prévention des méningites à méningocoque chez les sujets à
risque
E. Dans certaines infections opportunistes du SIDA ACE

63. Lesquels de ces macrolides sont en C14 ?

A. Azithromycine
B. Clarithromycine
C. Erythromycine
D. Spiramycine
E. Josamycine BC

133
Annales d’internat en pharmacie

64. Concernant les macrolides :

A. Ils sont inactifs sur les bactéries intracellulaires


B. La clarithromycine en fait partie
C. Ils se fixent sur la sous unité 50S du ribosome
D. Ils sont exposés à une résistance naturelle de certaines bactéries
E. La résistance par modification de cible est la plus fréquente BCDE

65. Parmi les propositions suivantes à propos de la vancomycine, laquelle est inexacte?

A. C'est une béta-lactammine


B. Elle peut-être associée avec les aminosides
C. Elle n'est pas absorbée par voie digestive
D. Elle agit sur la synthèse du peptidoglycane
E. Elle a un spectre antibactérien essentiellement Gram positif A

66. Parmi les propositions suivantes, lesquelles sont exactes? La spiramycine est active sur:

A. Les Pseudomonas
B. Les entérobactéries
C. Les toxoplasmes
D. Les Plasmodium
E. Les méningocoques CE

67. Parmi les propositions suivantes laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? Les tétracyclines :

A. Peuvent être administrées chez la femme enceinte


B. Sont indiquées chez le nourrisson
C. Agissent sur la synthèse du peptidoglycane
D. Agissent sur l'ADN-gyrase
E. Présentent une résistance de type plasmidique E

68. Parmi les antibiotiques suivants lequel (lesquels) présente(nt) une néphrotoxicité ?

A. Amoxicilline
B. Gentamicine
C. Doxycycline
D. Vancomycine
E. Péfloxacine BD

69. Parmi les propositions suivantes concernant la vancomycine, laquelle(lesquelles) est(sont)


exacte(s) ?

A. Elle est absorbée par voie digestive


B. Elle inhibe la synthèse du peptidoglycane
C. Elle est active sur Pseudomonas aeruginosa
D. Elle est en principe active sur Staphylococcus aureus résistant à la méticilline
E. Elle est active sur Haemophilus influenzae BD

70. Laquelle de ces molécules est une céphalosporine de première génération ?

A. Ceftriaxone
134
Annales d’internat en pharmacie

B. Cefamandole
C. Cefotaxime
D. Cefazoline
E. Ceftazidine D

71. Concernant les carbapénèmes, quelles sont les réponses exactes :

A. Leur spectre est très large


B. Leur diffusion est mauvaise
C. Elles sont lysées par les β-lactamases
D. Elles sont réservées à l’usage hospitalier
E. Elles ne sont pas contre indiquées en cas d’allergie aux pénicillines AD

135
Annales d’internat en pharmacie

2. La résistance bactérienne aux antibiotiques

1. La résistance plasmidique aux antibiotiques est :

A. le plus souvent une multirésistance


B. rencontrée chez plusieurs espèces bactériennes
C. transmissible entre bactéries de la même espèce
D. transmissible entre bactéries d'espèces différentes
E. étendue à toutes les familles d'antibiotiques ABCD

2. Laquelle (lesquelles) de ces affirmations est (sont) juste(s) ? La résistance chromosomique des
bactéries aux antibiotiques…

A. ne concerne qu’une faible proportion des résistances acquises


B. n’est pas héréditaire
C. justifie l’intérêt d’association d’antibiotiques
D. est lié à la pression par l’antibiotique
E. se fait par mutation génétique ACE

3. À propos de la résistance bactérienne aux antibiotiques, quelle est la proposition exacte ?

A. La résistance aux aminosides peut se faire par inactivation enzymatique, altération de la cible
ou imperméabilité de la paroi bactérienne
B. La résistance par mutation chromosomique est le cas le plus fréquemment rencontré
C. Les B.L.S.E. ne se retrouvent que chez les bactéries Gram positif
D. Les bacilles Gram négatif sont naturellement sensibles aux macrolides
E. Les phénomènes de résistance codés par des plasmides sont héréditaires et stables A

4. Parmi les affirmations suivantes concernant la résistance bactérienne aux bêta- lactamines par
modification des protéines fixant les pénicillines (P.F.P), une seule est fausse. Laquelle?

A. Elle peut être acquise par mutation chromosomique


B. Elle n'entraîne pas systématiquement la résistance à toutes les beta- lactamines
C. On la rencontre chez les entérobactéries
D. On ne la retrouve pas chez les staphylocoques
E. Ce n'est pas le seul mécanisme de résistance bactérienne aux beta- lactamines D

5. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui est (sont) exacte(s). La résistance
bactérienne aux bêtalactamines peut s'expliquer par:

A. La modification des protéines cibles de l'antibiotique


B. L'absence de pénétration de l'antibiotique dans le cytoplasme de la bactérie
C. La modification de la sous-unité 50S du ribosome
D. L'absence de pénétration à travers la membrane externe des bactéries à Gram négatif
E. La production d'une enzyme catalysant l'acétylation de la molécule AD

6. Parmi les propositions suivantes concernant la résistance bactérienne aux bêta-lactamines,


quelle(s) est (sont) la (les) réponse(s) exacte(s)? Elle peut être due à :

136
Annales d’internat en pharmacie

A. La production d'une enzyme hydrolysant le cycle bêta-lactame


B. Une modification de l'ADN-gyrase
C. Une affinité diminuée pour des protéines de liaison spécifiques
D. L'imperméabilité de la paroi bactérienne à l'antibiotique
E. L'absence de peptidoglycane ACDE

7. Parmi les propositions suivantes concernant la résistance bactérienne aux bêta-lactamines,


quelle(s) est (sont) la(les) réponse(s) exacte(s) ? Elle peut être due à :

A. La présence d'une cible d'affinité diminuée vis-à-vis de l'antibiotique


B. Une mutation sur le ribosome
C. L'acquisition de gènes plasmidiques
D. La diminution de la concentration intracytoplasmique de l'antibiotique
E. L'inactivation de l'antibiotique ACE

8. Dans la liste suivante, quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s) concernant les
mécanismes pouvant être impliqués dans la résistance des bactéries à Gram négatif aux bêta-
lactamines ?

A. Production de bêta-Iactamase
B. Imperméabilité de la paroi
C. Imperméabilité de la membrane cytoplasmique
D. Altération des PLP (Protéines Liant les Pénicillines)
E. Mutations dans le gène de l'ADN gyrase ABD

9. Le colibacille peut acquérir facilement une résistance aux amino-pénicillines. Parmi les
mécanismes biochimiques et génétiques mis en jeu, quel est celui qui est le plus fréquemment
impliqué ?

A. Conversion lysogénique
B. Production d'une phosphorylase
C. Production d'une beta-lactamase
D. Mutation chromosomique
E. Production d'une méthylase C

10. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) sont exactes ? Une béta-lactamase à
spectre étendu…

A. Peut être produite par E. coli


B. Est une pénicillinase
C. Est une céphalosporinase
D. Est théoriquement inhibée par l’acide clavulanique
E. Est un phénomène de résistance chromosomique naturel ABD

11. Parmi les propositions suivantes, quelle(s) bactérie(s) ont une résistance naturelle à la
gentamycine :

A. Streptococcus pneumoniae
B. Enterococcus faecalis
C. Clostridium perfringens
D. Enterobacter cloacae
137
Annales d’internat en pharmacie

E. Neisseria gonorrhoeae ABC

12. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) de ces bactéries peut (peuvent) produire
des bétalactamases ?

A. Staphylococcus aureus
B. Streptococcus pyogenes
C. Neisseria gonorrhoeae
D. Haemophilus influenzae
E. Pseudomonas aeruginosa ACDE

13. Cochez les bactéries productrices de β -lactamases :

A. Staphylococcus aureus
B. E. coli
C. Treponema pallidum
D. Haemophilus influenzae
E. Clostridium perfringens ABDE

14. Parmi les propositions suivantes concernant les pénicillinases bactériennes, indiquer celle(s)
qui est(sont) exacte(s) :

A. Elles sont produites uniquement par les bactéries à Gram négatif


B. Elles peuvent être codées par des gènes plasmidiques
C. Elles peuvent être codées par des gènes chromosomiques
D. Elles peuvent être libérées à l'extérieur de la cellule
E. Certaines peuvent être inactivées par l'acide clavulanique BCDE

138
Annales d’internat en pharmacie

3. Les entérobactéries

1. Parmi les propositions suivantes concernant Escherichia coli, laquelle est fausse?

A. Il s'agit d'un bacille à Gram négatif


B. C'est une bactérie toujours immobile
C. C'est une bactérie aéro-anaérobie facultative
D. C'est un agent de méningite
E. Il peut être résistant à l'association d'aminopénicilline et d'inhibiteur de B-lactamase B

2. Parmi les propositions suivantes, quelle est celle qui s'applique à Escherichia coli?

A. C'est une bactérie anaérobie stricte


B. Il peut être responsable de méningites
C. C'est une bactérie toujours immobile
D. C'est une bactérie oxydase positive
E. Il est toujours résistant aux aminopénicillines B

3. Parmi les propositions suivantes concernant Escherichia coli, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s) ?

A. C'est une bactérie anaérobie stricte


B. Elle cultive sur gélose ordinaire sans addition de facteurs de croissance
C. Elle ne fermente jamais le lactose
D. Elle est toujours sensible aux céphalosporines
E. Elle est fréquemment responsable d'infections urinaires Réponse BE

4. Parmi les propositions suivantes concernant la pénicillinase d'Escherichia coli, laquelle


(lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

A. Elle hydrolyse l'amoxicilline


B. Elle hydrolyse le céfotaxime
C. Elle est codée par un gène chromosomique
D. Elle est inhibée par l'acide clavulanique
E. Son support génétique est transférable par conjugaison ADE

5. Parmi les propositions suivantes concernant Escherichia coli, quelle(s) est(sont) celle(s) qui
est(sont) exacte(s) ?

A. Il fait partie de la famille des Enterobacteriaceae


B. Il peut provoquer des infections urinaires
C. Il est naturellement sensible aux macrolides
D. Certaines souches peuvent produire des entérotoxines
E. Il n'est jamais responsable de méningites ABD

6. Parmi les bactéries suivantes, quelle est celle fréquemment responsable de cholécystite aiguë?

A. Pseudomonas aeruginosa
B. Escherichia Coli
139
Annales d’internat en pharmacie

C. Shigella
D. Neisseria meningitidis
E. Vibrio cholerae B

7. Parmi les caractères suivants, lequel (lesquels) est (sont) retrouvés chez Salmonella spp. ?

A. Commensal de la flore digestive


B. Présence de flagelles
C. Multiplication à +4°C
D. Sensibilité aux fluoroquinolones
E. Responsable de syndrome dysentérique BDE

8. Parmi les propositions suivantes concernant l'identification des salmonelles, quelles sont celles
qui sont exactes ?

A. L'identification biochimique est suffisante pour différencier les salmonelles


B. Le sérotypage comporte l'identification des antigènes O somatiques
C. Le sérotypage comporte l'identification des antigènes H flagellaires
D. Le sérotypage est en partie fondé sur la composition des chaînes saccharidiques du
lipopolysaccharide
E. La recherche de l'antigène capsulaire Vi peut être nécessaire à l'identification BCDE

9. Parmi les milieux suivants, quel est celui utilisé pour isoler Salmonella Typhimurium à partir de
selles?

A. Chapman
B. CCFA
C. Bordet-Genou
D. Hektoen
E. Esculine D

10. Quelles sont les propositions exactes concernant les toxi-infections alimentaires collectives
dues aux salmonelles ?

A. Elles sont liées à la production d'une toxine par les salmonelles


B. Elles sont rarement dues à Salmonella sérovar Typhimurium
C. Elles sont très rarement en cause en France
D. Elles peuvent provoquer une diarrhée fébrile
E. Les troubles débutent 12 à 24 heures après ingestion de l'aliment suspect DE

11. Dans la liste suivante, quels sont les antibiotiques utilisables pour traiter une salmonellose chez
un adulte ?

A. Ceftriaxone
B. Ofloxacine
C. Oxacilline
D. Vancomycine
E. Erythromycine AB

12. Quelle est la molécule de choix dans le traitement d'une salmonellose aigue disséminée ?

140
Annales d’internat en pharmacie

A. Vibramycine
B. Vancomycine
C. Amoxicilline
D. Ofloxacine
E. Gentamycine D

13. Parmi les molécules suivantes, quelle est celle utilisée pour le traitement d’une infection à
salmonelles ?

A. L’Oflocet
B. La Vibramycine
C. Le Bactrim
D. Le Clamoxyl A

14. Parmi les propositions suivantes concernant Shigella spp., quelle(s) est (sont) celle(s) qui est
(sont)exacte(s) ?

A. C‘est un bacille à Gram négatif


B. Il est pathogène par un processus entéro-invasif
C. Il produit une ou des toxines
D. Il est anaérobie strict
E. Il ne cultive pas sur gélose enrichie au sang ABC

15. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) un(des) signe(s) cliniques
observés habituellement dans la dysenterie à Shigelle :

A. Fièvre
B. Diarrhée glaireuse sanglante
C. Douleurs abdominales
D. Selles plus riches en leucocytes et en bacille gram négatif
E. Ulcérations de la muqueuse colique ABCDE

141
Annales d’internat en pharmacie

4. Haemophilus influenzae

1. Parmi les propositions suivantes concernant Haemophilus influenzae, une seule est exacte.
Laquelle ?

A. C'est un bacille à Gram positif


B. Il cultive sur gélose ordinaire, sans nécessiter l'addition de facteurs de croissance
C. Il peut être agent de méningite
D. Il est toujours sensible aux aminopénicillines
E. Il n'existe aucune prophylaxie vaccinale des infections qu'il provoque C

2. Dans la liste suivante, quelle(s) est (sont) la(les) caractéristique(s) exacte(s) concernant
Haemophilus influenzae ?

A. C'est un commensal de l'oropharynx


B. C'est un cocci à Gram négatif
C. Il peut être résistant à l'ampicilline par production de bêta-lactamase
D. Il est exigeant en facteurs X et V
E. Il est sensible à la vancomycine ACD

3. Parmi les propositions suivantes concernant Haemophilus influenzae, une seule est exacte.
Laquelle ?

A. C'est un bacille à Gram positif


B. Il cultive sur gélose ordinaire, sans nécessiter l'addition de facteurs de croissance
C. Il peut être agent de méningite
D. Il est toujours sensible aux aminopénicillines
E. Il n'existe aucune prophylaxie vaccinale des infections qu'il provoque C

4. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? Haemophilus influenzae…

A. est responsable de méningite chez l’enfant


B. est une bactérie non capsulée
C. est un coccobacille Gram négatif
D. est une bactérie exigeante
E. n’est pas une bactérie commensale de l’homme ACD

5. Parmi les manifestations cliniques suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) due(s) à Haemophilus
influenzae de type b ?

A. Méningites
B. Angines pseudomembraneuses
C. Otites aiguës
D. Scarlatine
E. Glomérulonéphrite aiguë AC

6. Au cours des méningites à Haemophilus influenzae, le LCR possède habituellement lequel ou


lesquels des caractères suivants ?

142
Annales d’internat en pharmacie

A. > 1000 éléments par mm3


B. Prédominance de lymphocytes
C. Protéinorachie élevée
D. Glycorachie élevée
E. Chlorurorachie diminuée AC

143
Annales d’internat en pharmacie

5. Pseudomonas aeruginosa

1. Parmi les propositions suivantes concernant Pseudomonas aeruginosa, laquelle (lesquelles) est
(sont) inexacte(s) :

A. Est une bactérie mobile à flagelle polaire


B. Est une bactérie Gram - oxydase +
C. P. aeruginosa est une bactérie pouvant produire des pigments
D. Est une bactérie aéro-anaérobie facultatif
E. Est un germe ne poussant que sur milieu spécifique DE

2. Parmi les propositions suivantes, quelle est celle qui s'applique à Pseudomonas aeruginosa ?

A. C'est une enterobactérie


B. C'est une bactérie aéro-anaérobie facultative
C. C'est une bactérie sensible aux aminopénicillines
D. Il fait partie de la flore buccale commensale du sujet sain
E. C'est un agent d'infections nosocomiales E

3. Parmi les propositions suivantes concernant Pseudomonas aeruginosa, quelle(s) est (sont)
celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

A. Il peut être responsable d'infections nosocomiales


B. Il peut élaborer des pigments
C. Il ne se développe que sur des milieux enrichis
D. Il surinfecte fréquemment les plaies des brûlés
E. Il donne fréquemment des méningites ABD

4. Parmi les propositions suivantes, quelle(s) est(sont) celle(s) exacte(s) en ce qui concerne
Pseudomonas aeruginosa ?

A. Il s'agit d'une bactérie pathogène opportuniste


B. Son métabolisme respiratoire est du type aérobie stricte
C. C'est un parasite strict de l'homme et des mammifères
D. Il est naturellement sensible aux aminopénicillines (ampicilline, amoxicilline)
E. Il est responsable d'infections nosocomiales ABE

5. Parmi les propositions suivantes quelle(s) est (sont) celle(s) caractérisant Pseudomonas
aeruginosa ?

A. Parasite strict de l'homme


B. Très souvent impliqué dans des infections nosocomiales
C. Bacille Gram négatif
D. Aérobie strict
E. Est toujours sensible aux céphalosporines de troisième génération BCD

6. Dans la liste suivante, quelle(s) est(sont) la(les) proposition(s) exacte(s) concernant


Pseudomonas aeruginosa (bacille pyocyanique) ?

144
Annales d’internat en pharmacie

A. C'est une bactérie responsable d'infections nosocomiales


B. C'est une bactérie toujours sensible aux bêta-lactamines
C. Cette bactérie sécrète des pigments
D. Cette bactérie sécrète une neurotoxine
E. C'est une bactérie fréquemment responsable d'infections chez les patients atteints de
mucoviscidose ACE

7. Parmi les propositions suivantes concernant Pseudomonas aeruginosa, laquelle est fausse ?

A. C'est un germe aérobie strict


B. C'est un agent de surinfection chez les grands brûlés
C. C'est un germe pouvant produire des pigments
D. Il peut être responsable d'infections bronchiques au cours de la mucoviscidose
E. Il est sensible aux aminopénicillines E

8. Parmi les propositions suivantes, laquelle s'applique à Pseudomonas aeruginosa ?

A. C'est une entérobactérie


B. C'est une bactérie aéro-anaérobie facultative
C. C'est une bactérie sensible aux aminopénicillines
D. C'est une bactérie qui fait partie de la flore commensale du sujet sain
E. C'est un agent d'infections nosocomiales E

9. Parmi les informations suivantes, quelles sont celles qui orientent vers un diagnostic de
bactériémie à Pseudomonas aeruginosa chez un patient dont 3 hémocultures sont positives
avec des bacilles à Gram négatif ?

A. L'examen direct des hémocultures montre des bactéries immobiles


B. Les colonies bactériennes obtenues en culture présentent une pigmentation verte
C. La bactérie isolée est aérobie stricte
D. A l'antibiogramme, la souche bactérienne obtenue est sensible aux aminopénicillines
E. Le patient est un brûlé, hospitalisé depuis 10 jours, porteur d'une sonde urinaire BCE

10. Pseudomonas aeruginosa peut donner plusieurs infections, sauf une. Laquelle ?

A. Infection du grand brûlé


B. Pneumonie chez un patient atteint de mucoviscidose.
C. Otite du nageur
D. Diarrhée cholériforme
E. Fonte purulente de l'œil D

11. Pseudomonas aeruginosa est naturellement résistant à l'un des antibiotiques suivants, lequel?

A. L'amoxicilline
B. La ciprofloxacine
C. La norfloxacine
D. L'amikacine
E. La ceftazidime A

12. Parmi les propositions suivantes, quel(s) antibiotique(s) est (sont) actif(s) sur Pseudomonas
aeruginosa :
145
Annales d’internat en pharmacie

A. Amoxicilline
B. Ceftazidime
C. Ceftriaxone
D. Amikacine
E. Ciprofloxacine BDE

13. Parmi les antibiotiques suivants, lequel (lesquels) est (sont) actifs sur Pseudomonas aeruginosa
?

A. Ceftazidime
B. Amoxicilline + acide clavulanique
C. Imipénème
D. Gentamicine
E. Ciprofloxacine ACE

14. Parmi les bactéries suivantes, laquelle est naturellement résistante à l'association amoxicilline
+ acide clavulanique ?

A. Escherichia coli
B. Staphylococcus aureus
C. Pseudomonas aeruginosa
D. Neisseria meningitidis
E. Haemophilus influenzae C

15. Parmi les propositions suivantes concernant Pseudomonas aeruginosa, quelle est (sont) la (les)
proposition(s) exacte(s) ?

A. C'est un bacille aérobie strict mobile


B. C'est un hôte normal de la flore cutanée chez l'Homme
C. Il peut donner des colonies pigmentées sur gélose
D. Il est responsable de toxi-infections alimentaires
E. Il est naturellement résistant aux aminopénicillines ACE

146
Annales d’internat en pharmacie

6. Listeria monocytogenes
1. Parmi les propositions suivantes concernant les infections à Listeria monocytogenes, laquelle est
exacte ?

A. Elles sont dues à un bacille Gram négatif


B. Elles surviennent uniquement chez le nouveau-né
C. On peut les traiter par céphalosporine de 3ème génération
D. Elles peuvent être consécutives à une contamination d'origine alimentaire
E. On peut les prévenir par vaccination D

2. Parmi les propositions suivantes concernant Listeria monocytogenes, quelle est (sont) celle(s)
qui est (sont) exacte(s) ?

A. C'est une bactérie aérobie stricte


B. Elle peut-être impliquée dans les méningo-encéphalites
C. Elle peut-être isolée de l'environnement
D. La plupart des souches élaborent une bêta-lactamase
E. Elle peut contaminer certains produits alimentaires BCE

3. Parmi les propositions suivantes concernant Listeria monocytogenes, laquelle (lesquelles) est
(sont) exactes ?

A. Elle peut provoquer des méningites


B. Elle peut être responsable d'infections congénitales
C. Elle peut croître à +4°C
D. Elle peut contaminer les denrées alimentaires telles que certains produits laitiers
E. Les maladies qu'elle provoque peuvent être traitées par le céfotaxime (CLAFORAN®) ABCD

4. Parmi les propositions suivantes concernant Listeria monocytogenes, quelle(s) est (sont) la (les)
réponse(s) exacte(s) ?

A. Elle peut être responsable d'avortements


B. L'infection qu'elle provoque peut être traitée par le céfotaxime
C. Elle produit une toxine neurotrope
D. Elle peut croître à des températures voisines de + 4°C
E. Elle peut être responsable de méningo-encéphalites ADE

5. Parmi les propositions suivantes concernant Listeria monocytogenes, laquelle (lesquelles) est
(sont) exacte(s) ?

A. C'est un bacille à Gram positif


B. C'est une bactérie flagellée
C. C'est un agent de méningites
D. Elle n'est jamais pathogène pour l'adulte
E. Elle est naturellement résistante aux aminosides ABC

6. Concernant Listeria monocytogenes, quelles sont les réponses justes ?

A. C’est un bacille gram positif alpha hémolytique.

147
Annales d’internat en pharmacie

B. Elle possède une résistante acquise aux céphalosporines.


C. La listériose est une maladie à déclaration obligatoire à l’ARS.
D. Le traitement d’une listériose néonatale repose en général sur l’association amoxicilline +
aminoside pendant 15 jours.
E. Elle est mobile à 37 °C et immobile à 22 °C. C

7. Parmi les propositions suivantes concernant les agents responsables habituels des méningites
primitives purulentes bactériennes du nouveau-né, quelle est celle qui est exacte?

A. Listeria monocytogenes
B. Chlamydia trachomatis
C. Mycobacterium tuberculosis
D. Streptococcus du groupe C
E. Staphylococcus aureus A

8. Parmi les propositions suivantes, quel est l'antibiotique de choix pour traiter une infection à
Listeria monocytogenes ?

A. Ciprofloxacine
B. Amoxicilline
C. Ceftriaxone
D. Erythromycine
E. Isoniazide B

9. Dans la liste suivante, quel est l'antibiotique le plus approprié pour traiter une méningite néo-
natale à Listeria monocytogenes ?

A. Ampicilline
B. Ceftriaxone
C. Céfotaxime
D. Erythromycine
E. Clindamycine A

148
Annales d’internat en pharmacie

7. Staphylocoques

1. Dans la liste suivante, quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s) concernant
Staphylococcus aureus ?

A. Cette bactérie se présente sous forme de cocci à Gram négatif


B. Cette bactérie peut produire des entérotoxines
C. Cette bactérie est le plus souvent sensible à la pénicilline G
D. Les souches résistantes à la méticilline sont résistantes au céfotaxime
E. Cette bactérie peut résister aux fluoroquinolones par mutation du gène de l'ADN gyrase BDE

2. Parmi les propositions suivantes concernant Staphylococcus aureus, laquelle est fausse?

A. Il peut être résistant à l'oxacilline


B. Il est catalase positive
C. Il possède une coagulase
D. Il est naturellement résistant aux lincosamides
E. Il peut produire une désoxyribonucléase D

3. Dans la liste suivante, quels sont les enzymes produits par Streptococcus pyogenes ou
streptocoque du groupe A :

A. Streptolysine
B. Staphylolysine
C. Désoxyribonucléase
D. Coagulase
E. Hyaluronidase ACE

4. Dans la liste suivante, donner la (les) proposition(s) exacte(s) concernant Staphylococcus aureus
résistant à la méticilline :

A. Il est sensible aux céphalosporines de deuxième génération


B. Il est résistant aux céphalosporines de première génération
C. Il reste le plus souvent sensible aux glycopeptides
D. La résistance est souvent croisée avec une résistance aux aminosides
E. Il peut rester sensible aux sulfamides BCDE

5. Dans les pathologies suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui peut (peuvent) être due(s) à
Staphylococcus aureus ?

A. Toxi-infection alimentaire
B. Syndrome du choc toxique
C. Furoncle
D. Panaris
E. Rhumatisme articulaire aigu ABCD

6. Laquelle (lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? Le staphylocoque doré…

A. Il est responsable du syndrome de Ritter


149
Annales d’internat en pharmacie

B. C’est une bactérie Gram positive


C. C’est une bactérie oxydase positive
D. Il est souvent responsable d’infections nosocomiales
E. C’est une bactérie que l’on rencontre fréquemment dans l’environnement ABDE

7. Quelles sont les propositions exactes concernant le staphylocoque doré :

A. Il mesure environ 10µm de diamètre


B. Il pousse sur milieu de Chapman
C. Il produit de l’exfoliatine
D. Il n’existe pas de portage sain
E. Il peut être responsable de toxi-infections alimentaires BCE

8. Quel(s) est (sont) le(s) type(s) de pathologie(s) que peut provoquer le staphylocoque doré ?

A. impétigo
B. furoncle
C. ostéomyélite
D. pneumopathie ABCD

9. Parmi les caractères suivants, lequel diffère entre Staphylococcus aureus et Streptococcus
pneumoniae ?

A. Type respiratoire
B. Présence d'une capsule
C. Production de toxines
D. Capacité d'adhérence aux biomatériaux
E. Hémolyse sur gélose au sang D

10. Parmi les propositions suivantes concernant l'intoxication alimentaire à Staphylococcus aureus,
laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

A. Elle est due à des souches productrices d'entérotoxines


B. L'incubation est habituellement de 48 heures
C. Le diagnostic se fait par la recherche du staphylocoque dans les selles du patient
D. Elle s'accompagne toujours de fièvre
E. Elle s'accompagne habituellement de nausées et/ou vomissements AE

11. Citer l'enzyme produite par Staphylococcus aureus qui intervient dans la constitution d'une
thrombophlébite :

A. Galactosidase
B. Exfoliatine
C. Lipase
D. Staphylocoagulase
E. Hyaluronidase D

12. Parmi les propositions suivantes concernant la résistance à la méticilline de Staphylococcus


aureus, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

A. Elle est due à la production de pénicillinase

150
Annales d’internat en pharmacie

B. Elle est codée par un gène chromosomique


C. Elle respecte l'activité du céfotaxime
D. Elle est due à une protéine liant la Pénicilline (PLP) additionnelle
E. Elle est sous la dépendance du gène mec A BDE

13. Parmi les propositions suivantes concernant la résistance à l'oxacilline chez Staphylococcus
aureus, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

A. Elle est due à la production d'une acétyltransférase


B. Elle est souvent associée à une résistance aux aminosides
C. Elle est plus fréquente chez les souches hospitalières
D. Elle peut être détectée sur milieu de Mueller-Hinton hypersalé
E. Elle est habituellement associée à une résistance à la vancomycine BCD

14. Quel antibiotique peut être utilisé pour traiter une infection Staphyloccocus aureus résistant à
la methicilline ou à l’oxacilline ?

A. Amoxicilline
B. Vancomycine
C. Imipénème
D. Céfotaxime
E. Ticarcilline B

15. Parmi les bactéries suivantes, laquelle est fréquemment rencontrée comme agent d'infections
nosocomiales ?

A. Treponema pallidum
B. Clostridium tetani
C. Staphylococcus aureus
D. Neisseria gonorrhoeae
E. Vibrio cholerae C

151
Annales d’internat en pharmacie

8. Streptocoques

1. Dans la liste suivante, quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s) concernant
Streptococcus pyogenes (streptocoque du groupe A) ?

A. C'est une bactérie responsable d'angines


B. Cette bactérie sécrète des enzymes jouant un rôle dans le pouvoir pathogène
C. Cette bactérie est sensible à la pénicilline G
D. Sur gélose au sang, la bactérie n'est pas hémolytique
E. Elle est responsable de glomérulonéphrites aiguës ABCE

2. Parmi les propositions suivantes concernant Streptococcus pyogenes, quelle(s) est (sont) la (les)
réponse(s) exacte(s)?

A. Il est habituellement sensible aux aminopénicillines


B. Il est fréquemment responsable d'infections urinaires
C. Il peut provoquer un érysipèle
D. Il peut être responsable de la scarlatine
E. Il possède une catalase ACD

3. Parmi les propriétés suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) attribuables aux streptocoques ?

A. Ce sont des bactéries aérobies strictes


B. La plupart sont mobiles
C. Certains sont rencontrés au sein de la flore commensale du rhinopharynx
D. Certains peuvent être impliqués dans des infections néo-natales
E. Ils présentent tous une très grande sensibilité aux aminosides CD

4. Parmi les propositions suivantes concernant Streptococcus agalactiae (groupe B), certaines sont
exactes. Lesquelles ?

A. C'est une bactérie pyogène


B. Il possède une catalase
C. Il dégrade les glucides par métabolisme fermentatif
D. C'est un agent d'infections nosocomiales
E. Il est habituellement sensible aux aminopénicillines ACDE

5. Parmi les propositions suivantes concernant Streptococcus pyogenes, quelle(s) est(sont) celle(s)
qui est(sont) exacte(s) ?

A. Il peut provoquer des lésions suppuratives et nécrotiques


B. Il peut être responsable de toxi-infections alimentaires
C. Certaines souches peuvent provoquer la scarlatine
D. Il peut être responsable d'érysipèle
E. Il est habituellement sensible aux aminosides ACD

6. Parmi les propositions suivantes concernant Streptococcus pyogenes, quelle(s) est(sont) celle(s)
qui est(sont) exacte(s) ?

152
Annales d’internat en pharmacie

A. Il peut provoquer des lésions suppuratives et nécrotiques


B. Il peut être responsable de toxi-infections alimentaires
C. Certaines souches peuvent provoquer la scarlatine
D. Il peut être responsable d'érysipèle
E. Il est habituellement sensible aux aminosides ACD

7. Parmi les situations infectieuses suivantes, quelles sont celles dans lesquelles Streptococcus
pneumoniae est généralement impliqué ?

A. Infections urinaires
B. Infections méningées
C. Infections respiratoires
D. Infections sexuellement transmissibles
E. Syndrome dysentérique BC

8. Parmi les propositions suivantes concernant Streptococcus pneumoniae, laquelle (lesquelles) est
(sont) exacte(s)?

A. C'est un coccus à Gram positif


B. Il peut être capsulé
C. Il cultive facilement sur les milieux ordinaires
D. Il peut être l'agent d'une méningite primitive
E. Il est l'agent d'infections urinaires ABD

9. Parmi les caractères suivants, lequel ou lesquels s'applique(nt) au pneumocoque ?

A. appartient au genre Streptococcus


B. la partie supérieure de l'appareil respiratoire est son habitat naturel
C. peut être à l'origine de conjonctivites purulentes
D. est de culture facile
E. ne possède pas de catalase ABCE

10. Parmi les caractères suivants, lequel n'est pas retrouvé chez Streptococcus pneumoniae ?

A. Présence d'une capsule


B. Catalase négative
C. Survie en aérobiose et anaérobiose
D. Production d'une toxine de Panton-Valentine
E. Hémolytique sur gélose au sang D

11. Parmi les caractères suivants, lequel n’est pas retrouvé chez Streptococcus pneumoniae ?

A. Présence d’une capsule


B. Catalase négative
C. Survie en aérobiose et en anaérobiose
D. Production de toxine de Panton-Valentine
E. Hémolytique sur gélose au sang D

12. Concernant Streptococcus pneumoniae, quelles sont les réponses fausses ?

A. Il est alpha hémolytique

153
Annales d’internat en pharmacie

B. Il est capsulé
C. Il est résistant à l’optochine
D. La résistance aux bêta-lactamines est due à la production d’une bêta-lactamase.
E. La moxifloxacine et la péfloxacine sont des fluoroquinolones antipneumococciques CDE

13. Que peut-on dire des infections à streptocoque du groupe A ?

A. L’érisypèle en est un exemple


B. La bactérie responsable est β-hémolytique sur gélose au sang
C. Toutes les souches de streptocoque du groupe A peuvent provoquer la scarlatine
D. Elles peuvent se compliquer du rhumatisme articulaire aigu
E. Elles sont le plus souvent d’origine nosocomiale ABD

14. Quelles sont les propositions exactes ? Streptococcus agalactiae...

A. N'est pas retrouvé chez l'adulte sain


B. Peut être groupé grâce aux polyosides de capsule
C. Peut être responsable du rhumatisme articulaire aigu chez l'enfant
D. Peut être responsable d'une pneumopathie consécutive à la sécrétion d'une toxine
E. Est recherché dans le liquide gastrique des nouveaux-nés BDE

15. Parmi les complications possibles d’une angine post streptoccocique, quelle est celle qui est
exacte ?

A. Erisypèle
B. Cellulite
C. Rhumatisme articulaires aigues
D. Méningite à streptocoque C

16. Parmi les familles d'antibiotiques suivantes, quelle est celle vis-à-vis de laquelle Streptococcus
agalactiae présente une résistance naturelle ?

A. Aminopénicillines
B. Aminosides
C. Glycopeptides
D. Macrolides
E. Céphalosporines B

17. Parmi les classes d’antibiotiques suivantes, laquelle utilise-t-on en première intention pour le
traitement d’une angine streptococcique dans le cas d’une allergie à la pénicilline ?

A. Tétracyclines
B. Macrolides
C. Glycopeptides
D. Sulfamides
E. Phénicolés B

18. Parmi les antibiotiques suivants, quel est celui recommandé dans les angines streptococciques
?

A. Les Péni G

154
Annales d’internat en pharmacie

B. Les Aminosides
C. Les Tétracyclines
D. Les Sulfamides A

9. Neisseria

1. Parmi les propositions suivantes, quelle est celle qui s'applique à Neisseria gonorrhoeae ou
gonocoque?

A. C'est un bacille à Gram négatif


B. C'est une bactérie oxydase positive
C. C'est un agent d'infections bronchopulmonaires
D. Il ne produit jamais de bêta-lactamase
E. Il existe une prophylaxie par vaccination B

2. Parmi les propositions suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui se rapporte(nt) à Neisseria
gonorrhoeae ?

A. Il s'agit d'une bactérie opportuniste


B. Sa morphologie est celle d'un coccus à Gram négatif
C. C'est un parasite strict de l'homme
D. Il n'est jamais producteur de bêta-lactamase
E. sa fréquence d'isolement diminue actuellement en France BCE

3. Parmi les caractéristiques suivantes, quelles sont celles qui s'appliquent à Neisseria
gonorrhoeae?

A. C'est un coccus à Gram négatif


B. C'est un agent fréquent de méningite bactérienne
C. C'est un agent d'infections nosocomiales
D. Son isolement nécessite un milieu de culture enrichi en facteurs de croissance
E. C'est un hôte normal de la flore buccale de l'homme AD

4. Parmi les propositions suivantes, lesquelles s’appliquent à Neisseria gonnorrhoeae ?

A. Il est responsable d’infections urinaires


B. C’est un des principaux germes responsables de méningites purulentes
C. Sa culture est difficile et nécessite une atmosphère enrichie en CO2
D. C’est un diplocoque à Gram négatif
E. Sa transmission se fait par rapports sexuels CDE

5. Indiquer la/les proposition(s) exacte(s) concernant Neisseria gonorrhoeae :

A. Cette bactérie est responsable d'urétrites aiguës


B. Cette bactérie cultive sur gélose ordinaire
C. Cette bactérie peut résister à l'amoxicilline par production de pénicillinase
155
Annales d’internat en pharmacie

D. Cette bactérie peut être responsable de complications neurologiques


E. Cette bactérie est habituellement sensible à la ciprofloxacine ACE

6. Parmi les propositions suivantes concernant Neisseria gonorrhoeae, quelle(s) est (sont) celle(s)
qui est (sont) exacte(s)?

A. C'est un diplocoque à Gram négatif


B. C'est un pathogène strict de l'espèce humaine
C. Il est toujours sensible aux aminopénicillines
D. Il peut être responsable de conjonctivites
E. Sa culture nécessite obligatoirement des milieux enrichis et une atmosphère supplémentée en
CO2 ABDE

7. Parmi les réponses suivantes concernant les gonocoques, quelle est celle qui est exacte ?

A. Sa culture est facile sur les milieux ordinaires


B. Il ne peut pas sécréter une béta lactamase
C. Il est souvent intra leucocytaire à l’examen direct
D. Il confère une immunité protectrice C

8. Le Neisseria gonorrhoeae

A. est un parasite exclusif de l’espèce humaine


B. ne résiste que très peu dans le milieu extérieur
C. occasionne des arthrites aigues
D. est un diplocoque GP ABC

9. Parmi les propositions suivantes concernant Neisseria meningitidis, laquelle (lesquelles) est
(sont) exacte(s)?

A. C'est l'agent de la méningite cérébrospinale


B. C'est un coccus à Gram négatif
C. Il cultive facilement sur milieux ordinaires
D. C'est une bactérie très résistante dans l'environnement
E. Il est résistant à tous les antibiotiques AB

10. Le méningocoque est transmissible d'un sujet à l'autre par :

A. les selles
B. les animaux
C. les sécrétions rhino-pharyngées
D. les aliments souillés
E. l'eau de boisson C

11. Parmi les réponses suivantes concernant Neisseria meningitidis, quelles sont celles qui sont
exactes ?

A. C’est un diplocoque gram négatif


B. Il peut exister à l’etat de portage sain
C. Il se rencontre chez l’homme et l’animal
D. Il est sensible aux variations de température ABD

156
Annales d’internat en pharmacie

12. Parmi les caractères suivants, lesquels sont retrouvés chez Neisseria meningitidis ?

A. Capsule
B. Type respiratoire anaérobie strict
C. Sensible à l'amoxicilline seule
D. Oxydase positive
E. Bactéries roses après coloration de Gram réalisée correctement ACDE

13. Parmi les propositions suivantes concernant le méningocoque, quelle(s) est (sont) celle(s) qui
est (sont) exacte(s) ?

A. C'est un diplocoque à Gram négatif


B. Il peut être présent dans la flore rhinopharyngée du sujet normal
C. La différenciation des sérogroupes se fait grâce aux antigènes protéiques pariétaux
D. C'est un agent de maladie sexuellement transmissible
E. Il existe un vaccin contre le sérogroupe A ABE

14. Parmi les propositions suivantes concernant Neisseria meningitidis, laquelle (lesquelles) est
(sont) exactes ?

A. La contamination par cette bactérie est interhumaine


B. L'antigène polyosidique d'enveloppe est spécifique du sérogroupe
C. L'antigène polyosidique d'enveloppe peut être recherché dans le liquide céphalo-rachidien sous
forme soluble
D. ll existe un vaccin contre le sérogroupe B
E. Les méningites à méningocoque peuvent être traitées par les macrolides ABC

15. Parmi les pathologies suivantes, quelles sont celles que l'on peut attribuer généralement à
Neisseria gonorrhoeae ?

A. Méningite
B. Pneumonie atypique aiguë
C. Urétrite aiguë
D. Arthrite
E. Conjonctivite néonatale CDE

16. Une urétrite à gonocoque peut se compliquer de

A. Stérilité
B. Arthrite
C. Méningite
D. Diarrhées
E. Conjonctivite ABE

17. Parmi les affirmations suivantes, laquelle (lesquelles) caractérise(nt) l'épidémiologie des
méningites à méningocoques ?

A. Les méningocoques résistent bien dans l'air ambiant


B. La transmission se fait par voie aérienne
C. Les méningocoques colonisent le rhinopharynx
D. Il existe des porteurs sains

157
Annales d’internat en pharmacie

E. En france, le sérogroupe A est le plus fréquent BCD

18. Parmi les propositions suivantes, laquelle ne s'applique pas à la méningite à méningocoque ?

A. Elle peut s'accompagner d'un purpura


B. Elle survient souvent chez l'enfant ou l'adolescent
C. La bactérie peut être isolée sur gélose au sang cuit
D. On n'observe jamais d'hyperprotéinorachie
E. La rifampicine est utilisable comme antibioprophylaxie D

19. Parmi les sérotypes de méningocoques suivants, quels sont ceux sur lequel le vaccin
antiméningococcique est actif ?

A. Sérotypes A et B
B. Sérotypes A et C
C. Sérotypes B et C
D. Sérotypes A, B et C B

158
Annales d’internat en pharmacie

10. Clostridium
1. Parmi les propositions suivantes concernant Clostridium perfringens, quelle(s) est (sont) celle(s)
qui est (sont) exacte(s)?

A. C'est une bactérie à Gram négatif


B. C'est une bactérie anaérobie stricte
C. Cette bactérie est responsable de toxi-infections alimentaires
D. Cette bactérie peut former des spores
E. Cette bactérie est généralement sensible à la pénicilline G BCDE

2. Parmi les propositions suivantes concernant Clostridium perfringens, donner celle(s) qui est
(sont) exacte(s):

A. Cette bactérie ne cultive qu'en aérobiose


B. Elle peut former des spores
C. Elle peut induire des myonécroses
D. Elle peut induire des entérites nécrosantes
E. Elle est habituellement sensible aux aminosides BCD

3. Parmi les propositions suivantes concernant Clostridium perfringens, quelle(s) est (sont) celle(s)
qui est (sont) exacte(s) ?

A. C'est un bacille à Gram négatif


B. Il exige pour sa culture une atmosphère strictement anaérobie
C. Il est naturellement sensible aux pénicillines
D. Il peut être responsable de toxi-infections alimentaires
E. Il se multiplie en produisant une spore BCD

4. Parmi les propositions suivantes, laquelle ne s'applique pas aux infections à Clostridium tetani ?

A. Elles peuvent être consécutives à un traumatisme


B. Il n'existe pas de prophylaxie vaccinale efficace
C. La symptomatologie observée est liée à la production de toxine par la bactérie
D. Clostridium tetani fait partie des anaérobies strictes
E. L'antibiothérapie n'est pas le seul élément de traitement de ces infections B

5. Parmi les propositions suivantes concernant les infections à Clostridium tetani, laquelle est
exacte?

A. Ce sont le plus souvent des méningites


B. La symptomatologie observée est liée aux effets de la toxine produite par la bactérie
C. Elles sont dues à des cocci à Gram négatif
D. On peut isoler la bactérie en aérobiose
E. Elles surviennent essentiellement chez le nourrisson B

6. Parmi les propositions suivantes concernant Clostridium tetani, quelle(s) est (sont) la (les)
réponse(s) exacte(s) ?

A. C'est un bacille à Gram négatif

159
Annales d’internat en pharmacie

B. C'est une bactérie sporulée


C. La maladie qu'il provoque peut être prévenue par la vaccination à base d'anatoxine
D. Il produit une toxine neurotrope
E. Il provoque des paralysies spastiques BCDE

7. Parmi les propositions suivantes concernant Clostridium tetani, laquelle (lesquelles) est (sont)
vraie(s)

A. C'est un germe de la flore tellurique


B. C'est un germe aérobie strict
C. Il peut sporuler
D. Il produit une toxine neurotrope
E. Le vaccin anti-tétanique est un vaccin vivant atténué ACD

8. Le traitement de première intention d'une colite pseudo-membraneuse à Clostridium difficile :

A. A une durée de 15 jours


B. Comprend un glycopeptide en monothérapie
C. Est du métronidazole
D. Est administré uniquement per os
E. Est de la lévofloxacine per os pendant 10 jours C

9. Parmi les propositions suivantes concernant la vaccination contre le tétanos, quelle est la
réponse exacte?

A. C'est un vaccin vivant atténué


B. Il provoque chez le sujet vacciné la formation d'anticorps anti-toxine tétanique
C. Il se compose d'une suspension de Clostridium tetani
D. Il ne doit pas être associé à d'autres vaccins
E. La vaccination n'est recommandée qu'à partir de l'âge de 10 ans B

160
Annales d’internat en pharmacie

11. Mycobacterium tuberculosis

1. Parmi les propriétés suivantes, quelles sont celles qui caractérisent Mycobacterium
tuberculosis ?

A. Résistance à la décoloration par les acides forts


B. Anaérobiose stricte
C. Croissance en 48 heures
D. Cultive sur milieu à base d'œuf
E. Est sensible à la pénicilline G AD

2. Parmi les propositions suivantes concernant Mycobacterium tuberculosis, quelle(s) est (sont) la
(les) réponse(s) exacte(s). Lesquelles ?

A. C'est une bactérie à croissance lente


B. La prévention de l'infection utilise un vaccin inactivé
C. La souche vaccinale est Mycobacterium bovis
D. C'est une bactérie sporulée
E. Cette bactérie peut être sensible à l'isoniazide ACE

3. Parmi les propositions suivantes concernant Mycobacterium tuberculosis, indiquer celle qui est
(sont) exacte(s)

A. C'est un bacille à Gram négatif


B. Il est inactivé par l'alcool éthylique à 70°
C. Il forme des colonies bêta-hémolytiques sur gélose au sang
D. Le délai d'apparition des colonies sur milieu spécifique est supérieur à 15 jours
E. Il induit une immunité de type essentiellement cellulaire BDE

4. Indiquer la/les proposition(s) exacte(s) concernant Mycobacterium tuberculosis :

A. Cette bactérie cultive sur milieu de Loewenstein-Jensen


B. L'absence de bacille acido-alcoolorésistant (BAAR) à l'examen direct permet d'exclure une
tuberculose
C. Le LCR présente une formule lymphocytaire en cas de méningite tuberculeuse
D. La résistance à la rifampicine est une résistance par mutation
E. Le BCG est un vaccin inactivé ACD

5. Parmi les propositions suivantes concernant Mycobacterium tuberculosis, laquelle est fausse?

A. C'est un bacille acido-alcoolo-résistant


B. C'est un hôte normal du tube digestif de l'homme
C. Il ne cultive pas sur gélose enrichie de sang
D. C'est un agent de méningite
E. Il existe une prophylaxie vaccinale des infections qu'il provoque B

6. Parmi les propositions suivantes, quelle est celle qui s'applique à Mycobacterium tuberculosis ?

A. On peut l'isoler sur gélose enrichie au sang de cheval


161
Annales d’internat en pharmacie

B. Il se développe en 72 heures sur milieu gélosé adapté


C. Il n'est pas responsable de méningites
D. Il peut être responsable d'infections urinaires
E. II n'est jamais sensible aux aminosides D

7. Indiquer la/les proposition(s) exacte(s) concernant Mycobacterium tuberculosis

A. cette bactérie se multiplie dans les macrophages alvéolaires


B. cette bactérie cultive sur milieu de Chapman
C. la durée habituelle du traitement d'une tuberculose pulmonaire est de deux mois
D. le BCG est un vaccin vivant atténué
E. le BCG protège à plus de 90 % contre la tuberculose pulmonaire AD

8. Concernant Mycobacterium tuberculosis, quelle est la proposition inexacte :

A. Le réservoir de cette bactérie est humain


B. Elle touche surtout les pays en voie de développement
C. Elle se multiplie mieux dans les organes mal oxygénés
D. Son pouvoir pathogène est faible
E. Sa mise en évidence nécessite des techniques spécifiques C

9. A propos de Mycobacterium tuberculosis, quelles sont les propositions exactes ?

A. Bactéries anaérobies strictes à croissance lente


B. On peut le retrouver dans le liquide articulaire
C. La base de la coloration de Ziehl-Neelsen est l’action de la fuschine sur l’acide mycolique de la
paroi
D. La résistance aux antibiotiques est en partie due à l’épaisseur de la paroi
E. La primo-infection en général très symptomatique oriente vers le diagnostic BCD

10. Parmi les réponses suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) juste(s) à propos de
Mycobacterium tuberculosis ?

A. Ils ne sont pas visibles après coloration de Gram


B. Leur épaisse paroi lipidique explique en partie leur résistance aux antibiotiques courants
C. L’identification et la détection de gènes de résistance peut se faire par biologie moléculaire
D. Le vaccin préparé à partir de certaines souches de M. tuberculosis confère une meilleure
protection contre la forme pulmonaire que contre les formes osseuse et rénales
E. L’infection à M. tuberculosis fait l’objet d’une déclaration obligatoire ABCE

11. Parmi les propositions suivantes, quels sont les antibiotiques qui ne sont jamais utilisés pour
traiter une infection à Mycobacterium tuberculosis ?

A. Amoxicilline
B. Isoniazide
C. Vancomycine
D. Cotrimoxazole
E. Rifampicine ACD

12. Lors du traitement d'une tuberculose, pour lequel de ces antibiotiques, sera-t-il nécessaire de
vérifier la fonction oculaire ?
162
Annales d’internat en pharmacie

A. Ethambutol
B. Isoniazide
C. Pyrazinamide
D. Rifampicine
E. Streptomycine A

13. Certaines des propositions suivantes s’appliquent aux infections à mycobactéries ; lesquelles ?

A. L’agent infectant peut être visualisé par coloration à l’auramine


B. L’isolement de la bactérie nécessite moins de 5 jours d’incubation des milieux de cultures
adéquats
C. Il peut s’agir d’infections ostéo-articulaires
D. Le BCG est préparé à partir de Mycobacterium tuberculosis
E. Leur traitement fait parfois appel à l’association de quatre antibiotiques ACE

14. Parmi les propositions suivantes concernant les infections dues à Mycobacterium tuberculosis,
laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

A. Elles sont traitées par des bêta-lactamines


B. Le diagnostic bactériologique comprend l'examen direct et la mise en culture
C. La réponse immune de l'hôte est principalement de type cellulaire
D. La présence de bacilles à Gram positif à l'examen direct permet d'affirmer l'infection
tuberculeuse
E. Le vaccin BCG est recommandé uniquement chez les enfants à risque BCE

163
Annales d’internat en pharmacie

12. Treponema
1. Donner la ou les proposition(s) exacte(s) concernant les infections à Treponema pallidum.

A. La bactérie responsable est un spirochète


B. L'infection débute par un chancre d'inoculation
C. La bactérie cultive sur gélose ordinaire
D. La bactérie est sensible aux bêta-lactamines
E. Ces infections sont des maladies sexuellement transmissibles ABDE

2. Parmi les propositions suivantes concernant Treponema pallidum, cocher celle(s) qui est (sont)
exacte(s).

A. C'est l'agent de la syphilis


B. ll cultive facilement in vitro
C. C'est une bactérie productrice de spores
D. C'est une bactérie mobile
E. Il est habituellement sensible à la pénicilline G ADE

3. Quelles sont les affirmations exactes ? Treponema pallidum...

A. Est une fine spirale rose pâle sur une coloration de Gram
B. Ne se cultive pas
C. Les patients souffrant d’une neurosyphillis sont contagieux
D. La sérologie est en général informative
E. L’infection se traite en monothérapie ABDE

4. Concernant Treponema pallidum, quelles sont les réponses justes ?

A. C’est une bactérie spiralée et immobile.


B. La bactérie se cultive sur gélose au sang.
C. La sérologie TPHA utilise des antigènes tréponémiques spécifiques.
D. La syphilis primaire se traite par la benzathine-benzylpénicilline (EXTENCILLINE®) en 1 prise
orale unique.
E. Le traitement d’une syphilis peut entraîner une réaction allergique d’Herxheimer. CE

5. Parmi les propositions suivantes concernant Treponema pallidum, quelle(s) est(sont) la(les)
réponses(s) exacte(s) ?

A. Il peut être responsable de l'apparition d'un chancre au point d'inoculation


B. C'est une bactérie immobile
C. C'est une bactérie spiralée
D. Il peut produire une pénicillinase
E. Il peut être responsable d'infections congénitales ACE

6. Parmi les propositions concernant la syphilis, la(les)quel(les) est (sont) vraie(s) ?

A. C'est une bactérie immobile


B. La réaction d'Herxheimer est une réaction grave nécessitant l'arrêt du traitement
C. La pathologie se manifeste par un chancre mou

164
Annales d’internat en pharmacie

D. On y observe des adénopathies axillaires


E. Les gommes sont les manifestations cliniques observées dans la syphilis III E

7. Dans la liste suivante, quelles sont les réponses exactes concernant la syphilis ?

A. L'agent responsable peut être visualisé dans les sérosités du chancre


B. L'agent responsable peut être cultivé sur gélose
C. Le diagnostic sérologique doit toujours être réalisé
D. La transmission est parentérale
E. La maladie non traitée peut évoluer en plusieurs phases ACE

8. Dans la liste suivante, quelle est la proposition qui ne s'applique pas à la syphilis ?

A. Le T.P.H.A. est un test sérologique utilisé pour son diagnostic


B. La transmission se fait habituellement par voie vénérienne
C. L'agent responsable peut être isolé par culture sur gélose au sang cuit
D. Certaines pénicillines sont utilisables pour son traitement antibiotique
E. Il n'existe pas de prophylaxie vaccinale efficace C

9. Dans la liste suivante, quelles sont les réponses exactes concernant la syphilis ?

A. L'agent responsable peut être visualisé dans les sérosités du chancre


B. L'agent responsable peut être cultivé sur gélose
C. Le diagnostic sérologique doit toujours être réalisé
D. La transmission est parentérale
E. La maladie non traitée peut évoluer en plusieurs phases ACE

10. Le diagnostic d'une syphilis primaire repose sur les examens suivants :

A. Hémoculture
B. Examen direct de la sérosité du chancre au microscope à fond noir
C. Examen direct de la sérosité du chancre au microscope par immunofluorescence
D. Culture in vitro sur milieu enrichi
E. Recherche d'antigène soluble dans le sérum BC

11. Parmi les propositions suivantes concernant la sérologie de la syphilis, quelles sont celles qui
sont exactes ?

A. Le VDRL est une réaction utilisant un antigène cardiolipidique


B. Le FTA-abs ne se positive que plusieurs mois après l'apparition du chancre
C. Le TPHA est une réaction utilisant un antigène tréponémique
D. La PCR permet la détection des anticorps spécifiques de Treponema pallidum (remplace la
proposition supprimée)
E. Le VDRL est une réaction d'agglutination ACE

12. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) peut (peuvent) s'appliquer à la sérologie
suivante de la syphilis : VDRL - ; TPHA - ; FTA-Abs + ; Nelson : -

A. Début de syphilis primaire


B. Syphilis secondaire
C. Cicatrice sérologique - défaut du TPHA

165
Annales d’internat en pharmacie

D. Syphilis tertiaire en cours de traitement


E. Faux positif ACE

166
Annales d’internat en pharmacie

13. Chlamydia
1. Parmi les propositions suivantes concernant Chlamydia trachomatis, laquelle est exacte?

A. C'est une bactérie à développement intracellulaire strict


B. La forme infectieuse est le corps réticulé
C. La maladie qu'il provoque peut-être traitée par l'aciclovir
D. Elle ne donne jamais d'infections chez le nouveau-né
E. Le vaccin anti- Chlamydia trachomatis est à base de glycoprotéines de surface A

2. Parmi les propositions suivantes concernant Chlamydia trachomatis, quelle(s) est (sont) celle(s)
qui est (sont) exacte(s) ?

A. Cette bactérie peut être responsable de conjonctivites


B. C'est une bactérie à multiplication intracellulaire obligatoire
C. Le corps réticulé est la forme infectieuse
D. Il existe un seul sérotype
E. La vaccination anti-chlamydia est basée sur l'injection de l'endotoxine AB

3. Parmi les propositions suivantes concernant Chlamydia trachomatis, laquelle(lesquelles)


est(sont) exacte(s) ?

A. Elle a une multiplication intracellulaire stricte


B. Elle peut se présenter sous la forme d'un corps élémentaire
C. Elle est habituellement résistante aux macrolides
D. La forme infectieuse est le corps réticulé
E. Elle peut être responsable d'urétrites ABE

4. Parmi les propositions suivantes concernant Chlamydia trachomatis, laquelle (lesquelles) est
(sont) vraie(s)?

A. Cultive habituellement sur gélose au sang


B. Est habituellement sensible aux macrolides
C. Présente, in vivo, un développement intracellulaire
D. Peut être responsable de la lymphogranulomatose vénérienne
E. Peut être responsable de conjonctivites BCDE

5. Parmi les propositions suivantes concernant Chlamydia trachomatis, quelle(s) est (sont) la (les)
réponse(s) exacte(s) ?

A. Les corps réticulés sont la forme de multiplication


B. La détection de l'agent infectieux est réalisée par amplification génique
C. Elle est fréquemment résistante aux cyclines
D. Elle peut être impliquée dans des salpingites
E. C'est un agent d'infections sexuellement transmissibles ABDE

6. Parmi les propositions suivantes sur Chlamydia trachomatis, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s) :

167
Annales d’internat en pharmacie

A. C'est un parasite intracellulaire obligatoire


B. Il est strictement humain
C. Le trachome est une infection sexuellement transmissible
D. La bactérie se cultive sur gélose au sang et facteur de croissance
E. Le traitement de référence est l'azithromycine en dose unique ABE

7. Parmi les propositions concernant le Chlamydia, lesquelles sont fausses ?

A. Cette bactérie est responsable de cystite


B. C'est un germe intracellulaire
C. Le corps élémentaire correspond à la forme métaboliquement active
D. trachomatis est un bacille gram positif
E. Elle peut entrainer des pneumopathies chez le nouveau né ACD

8. Parmi ces antibiotiques, lequel(lesquels) peut(peuvent) être actif(s) sur Chlamydia trachomatis ?

A. Macrolides
B. Cyclines
C. Aminosides
D. Fluoroquinolones
E. Bêta-lactamines ABD

168
Annales d’internat en pharmacie

14. Legionella

1. Parmi les propositions suivantes sur Legionella pneumophila, cochez (la) les réponses fausse(s) :

A. Est une bactérie anaérobie stricte


B. Nécessite pour sa croissance des milieux enrichis en cystéine et fer
C. Ce sont des bactéries retrouvées dans l'eau de l'environnement.
D. Est une bactérie intracellulaire
E. Est sensible aux béta-lactamines AE

2. Concernant Legionella pneumophila, la ou le(s)quelle(s) de ces propositions sont vraie(s) ?

A. C'est un bacille gram -, immobile.


B. L. pneumophila se développe en aérobie sur des milieux spécifiques comme le milieu BCYE.
C. Il existe une transmission interhumaine de la légionellose.
D. L'alcool et le tabac ne sont pas des facteurs de risque.
E. Apres le diagnostic, on réalise un antibiogramme dans le but d'adapter l'antibiothérapie. B

3. Concernant Legionella pneumophila, quelles sont les réponses justes ?

A. La contamination inter-humaine est possible.


B. Le diagnostic peut se faire par recherche d’antigène soluble urinaire pour le sérogroupe 2.
C. Le traitement d’une légionellose non grave fait appel aux macrolides en monothérapie.
D. C’est une bactérie aérobie-anaérobie facultatif.
E. Le tabagisme et le sexe masculin sont des facteurs de risque de légionellose. CE

4. Parmi les antibiotiques suivants, lequel(lesquels) est(sont) actif(s) in vivo sur Legionella
pneumophila ?

A. Ceftriaxone
B. Lévofloxacine
C. Erythromycine
D. Rifampicine
E. Amoxicilline BCD

169
Annales d’internat en pharmacie

15. Les herpès virus


1. Le cytomégalovirus :

A. Appartient à la famille des Herpesviridae


B. Est un virus à ARN monocaténaire
C. Possède une capside icosaédrique
D. Est enveloppé
E. Porte des spicules à propriétés hémagglutinantes ACD

2. Concernant les infections à cytomégalovirus, quelles sont les propositions exactes?

A. Elles sont le plus souvent symptomatiques


B. Elles deviennent systématiquement latentes après la primo-infection
C. Elles peuvent se réactiver uniquement chez l'immunodéprimé
D. Elles sont responsables d'embryo-foetopathies fréquentes
E. Elles peuvent conduire à la cécité BDE

3. Parmi les propositions suivantes concernant le cytomégalovirus humain, une seule est fausse
laquelle ?

A. Il est à l'origine d'infection viscérale principalement chez le sujet immunodéprimé


B. Il produit un effet cytopathique après 24 heures de culture
C. Il se transmet par la salive
D. Il est à l'origine de pneumopathies
E. Il est sensible au ganciclovir B

4. Parmi les propositions suivantes concernant le cytomégalovirus, laquelle(lesquelles) est(sont)


vraie(s)

A. c'est un agent responsable d'infections congénitales


B. les pathologies qu'il provoque peuvent être prévenues par l'administration de valaciclovir
C. c'est un virus qui ne se cultive pas in vitro
D. c'est un virus à ARN
E. le ganciclovir agit en bloquant la thymidine kinase virale AB

5. Concernant le cytomégalovirus, quelles sont les propositions exactes ?

A. Il cultive in vitro uniquement sur cellules fibroblastiques embryonnaires humaines


B. L'effet cytopathique est observé le plus souvent avant 72 heures
C. Des techniques de PCR permettent une détection précoce
D. Le virus est retrouvé dans les leucocytes
E. Il est rarement excrété dans les urines ACD

6. Parmi les propositions suivantes concernant le Cytomegalovirus, laquelle est fausse?

A. Il est responsable d'infections congénitales


B. Il provoque des rétinites chez les sujets sidéens
C. Il n'est cultivable que sur cellules fibroblastiques embryonnaires humaines
D. Sa multiplication peut être bloquée par le ganciclovir

170
Annales d’internat en pharmacie

E. Il n'est pas transmissible par voie sexuelle E

7. Parmi les propositions suivantes sur le Cytomégalovirus, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s)
:

A. Il possède un ARN bicaténaire, enveloppé


B. Environ 50% des adultes sont séropositifs en France
C. La primo-infection est le plus souvent symptomatique
D. Son caractère pathogène survient surtout chez les femmes enceintes et immunodéprimés
E. Il persiste à vie de façon latente dans les ganglions sensitifs BD

8. Parmi les propositions suivantes concernant le CMV, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) :

A. Le CMV peut être à l’origine d’un rejet de greffe


B. Chez le greffé, le CMV donne plutôt des rétinites
C. La majorité des enfants symptomatiques à la naissance auront de lourdes séquelles
neurologiques
D. Des enfants asymptomatiques à la naissance mais contaminés in utéro pourront développer
une surdité
E. Chez le sidéen, le risque d’infection à CMV apparaît surtout en dessous d’un seuil de
CD4<150/mm3 ACD

9. Parmi les propositions suivantes qui concernent le cytomégalovirus humain et l‘Herpes simplex
virus,laquelle est inexacte ?

A. La microscopie électronique permet de les différencier facilement


B. Ils persistent toute la vie dans l'organisme après infection
C. Ils induisent des infections plus graves si le sujet est immunodéprimé
D. Ils possèdent une enveloppe qui les rend fragiles
E. Ils peuvent se transmettre par voie sexuelle A

10. Parmi les propositions suivantes concernant le diagnostic biologique des infections à
Cytomégalovirus (CMV), citer celle(s) qui est (sont) exacte(s)?

A. Le CMV donne un effet cytopathique rapide (en 24h) sur culture cellulaire
B. La recherche précoce des antigènes du CMV par utilisation d'anticorps monoclonaux permet un
diagnostic rapide
C. Le CMV est excrêté de façon prolongée dans les urines du sujet infecté
D. Il est possible de rechercher le CMV dans les leucocytes du sang circulant
E. L'aspect du frottis sanguin permet d'effectuer le diagnostic de ces infections BCD

11. Parmi les molécules suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) active(s) sur le cytomégalovirus ?

A. Zidovudine
B. Ganciclovir
C. Ténofovir
D. Foscarnet
E. Abacavir BD

12. Concernant les traitements anti-cytomégalovirus, quelles sont les propositions exactes ?

171
Annales d’internat en pharmacie

A. Ils sont virostatiques


B. L'association ganciclovir-foscarnet est synergique
C. Le ganciclovir est un analogue non cyclique de la guanine
D. Ce sont des inhibiteurs de la thymidine kinase virale
E. Ils inhibent l'ADN polymérase virale ABCE

13. Parmi les propositions suivantes concernant le cytomégalovirus, quelle est celle qui est fausse?

A. C'est un virus à ARN


B. C'est un virus enveloppé
C. Il donne des infections strictement humaines
D. Il fait partie de la famille des Herpesviridae
E. Il peut provoquer la maladie des inclusions cytomégaliques A

14. Cochez la proposition s'appliquant aux infections à cytomégalovirus :

A. Elles sont rares au cours des hémopathies malignes


B. Elles sont transmissibles par voie génitale
C. Elles sont transmises par les eaux de boisson
D. Elles sont exceptionnelles au cours du syndrome d'immuno-déficience acquise (SIDA)
E. Leur diagnostic se fait uniquement par la recherche d'anticorps sériques B

15. Parmi les propositions suivantes concernant l'Herpes simplex virus, laquelle est fausse?

A. Il peut être transmis à l'enfant au cours de l'accouchement


B. Il établit sa latence dans les lymphocytes
C. C'est un virus à ADN enveloppé
D. Il peut provoquer des encéphalites
E. Il peut être isolé sur cultures cellulaires B

16. Parmi les propositions suivantes concernant les Herpesviridae, lesquelles sont exactes ?

A. Ils établissent tous leur latence dans le système nerveux central


B. Les symptômes observés au cours des réactivations virales sont plus sévères que ceux de la
primoinfection
C. Ils présentent tous la même structure en microscopie électronique
D. Ils sont fréquemment impliqués dans les complications infectieuses des états d’immuno-
dépression
E. Leur multiplication fait intervenir une ADN-polymérase virale CDE

17. Quels sont les médicaments utilisables pour le traitement d’une infection à CMV ?

A. Ganciclovir (CYMEVAN®)
B. Cidofovir (VISTIDE®)
C. Aciclovir (ZOVIRAX®)
D. Foscarnet (FOSCAVIR®)
E. Famciclovir (ORAVIR®) ABD

18. Concernant l'herpès simplex virus, cochez les réponses fausses.

A. HSV est un virus à ADN monocaténaire, enveloppé et très fragile dans l'environnement.

172
Annales d’internat en pharmacie

B. Lors de la phase de latence, HSV-1 reste dans les ganglions de Gasser et HSV-2 dans les
ganglions sacrés.
C. Le passage transplacentaire de HSV-2 est très rare
D. HSV 1 et HSV 2 peuvent être responsables d'encéphalite herpétique chez les patients
immunodéprimés.
E. L'herpès néonatal est plus grave si la primo infection à lieu en début de grossesse. AE

19. Les herpès virus

A. sont des virus à ADN


B. ont une capside cubique
C. ne possèdent pas d’enveloppe
D. synthétisent une ARN polymérase virale ABD

20. Concernant les Herpes simplex virus, quelles sont les propositions exactes :

A. Leur génome est sous forme d’ADN monocaténaire


B. La nucléocapside est icosaédrique
C. Ce sont des virus non enveloppés
D. Ils établissent à vie une infection latente dans les ganglions sensitifs
E. L’effet cytopathogène est très évocateur en 1 à 2 jours BDE

21. Parmi les réponses suivantes concernant la pénétration des Herpès virus, quelles sont celles qui
sont exactes ?

A. Elle se fait au niveau pharyngé pour HSV, CMV, VZV, EBV


B. Elle se fait au niveau parentéral pour CMV
C. Elle se fait au niveau parentéral pour EBV
D. Elle se fait au niveau génital pour HSV, CMV, EBV ABC

22. Parmi les caractères structuraux suivants quels sont ceux du virus Herpès simplex ?

A. Capside à symétrie hélicoïdale


B. Capside à symétrie cubique
C. Absence d'enveloppe
D. Présence de spicules d'hémagglutinine
E. Acide nucléique de type ADN BE

23. Parmi les propositions suivantes concernant le virus Herpes simplex, quelle(s) est (sont) la (les)
réponse(s) exacte(s) ?

A. Ils sont responsables d'infections cutanéo-muqueuses


B. Ils sont enveloppés
C. Ils se répliquent en cultures cellulaires
D. Ils sont principalement impliqués dans les infections chez le sujet âgé
E. Ce sont des virus à ARN ABC

24. A propos des virus herpes simplex, quelle est la proposition exacte ?

A. Ce sont des virus à ARN double brin


B. Il n’y a pas de glycoprotéines à la surface de leur enveloppe

173
Annales d’internat en pharmacie

C. Un taux d’IgG élevé permet d’empêcher les réactivations


D. Ils ne sont responsables d’infections sévères que chez les sujets immunodéprimés
E. Ils établissent leur latence dans les neurones situés dans les ganglions sensitifs E

25. Parmi les propositions suivantes concernant les virus à HSV, indiquez celle(s) qui est (sont)
exacte(s) :

A. Ce sont des virus à ADN bicaténaire enveloppés, ayant une capside icosaédrique
B. La latence s'effectue dans les ganglions de Gasser pour HSV2
C. La réactivation dans les infections à HSV 2 est moins fréquente que dans les infections à HSV 1
mais plus sévère
D. Le traitement probabiliste de la méningoencéphalite est l'aciclovir
E. Les infections graves causées par ce virus sont toujours traitées par des antiviraux par voie
intraveineuse chez l'immunodéprimé ADE

26. Parmi les propositions suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui s'applique(nt) à la fois au virus
de l'herpès simplex et au cytomégalovirus humain ?

A. Ce sont des virus à ADN monocaténaire


B. Ils sont transmissibles par voie sexuelle
C. Ils sont cultivables sur cellules fibroblastiques embryonnaires humaines
D. Ils sont à l'origine d'encéphalite
E. Ils sont latents dans les ganglions nerveux BCD

174
Annales d’internat en pharmacie

16. virus de la grippe


1. Parmi les propositions suivantes concernant les virus grippaux, laquelle(lesquelles) est (sont)
exacte(s) ?

A. Ils appartiennent à la famille des Paramyxoviridae


B. Ce sont des virus à ARN monocaténaire
C. Ils possèdent une capside icosaédrique
D. Ils possèdent une enveloppe
E. Ils portent des spicules à propriétés hémagglutinantes BDE

2. Parmi les propositions suivantes, lesquelles s'appliquent aux virus grippaux de type A ?

A. Ce sont des virus antigéniquement variables


B. Ce sont des virus nus
C. Ils sont détectables dans les sécrétions nasales
D. Ils sont cultivables sur oeuf de poule embryonné
E. Le diagnostic indirect peut se faire par réaction d'inhibition d'hémagglutination ACDE

3. Concernant le virus de la grippe, quelles sont les réponses justes ?

A. Les cassures/sauts antigéniques concernent les virus de type A et B.


B. Il possède une capside hélicoïdale.
C. Le vaccin contre la grippe saisonnière est un vaccin trivalent contenant 1 souche de type A, une
de type B et une de type C.
D. L’oseltamivir (TAMIFLU®) est un inhibiteur du canal ionique M2.
E. Le virus se cultive sur cellule MDCK (rein de chien). BE

4. Parmi les réponses suivantes concernant le virus de la grippe, quelle est celle qui est exacte ?

A. Il possède un ARN monocaténaire


B. Son génome est constitué de 7 fragments
C. Il possède une capside à symétrie cubique
D. Son effet cytopathogène peut être mis en évidence sur des cellules MDCK A

5. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) s'applique(nt) à l'épidémiologie de la


grippe ?

A. Transmission directe par voie aérienne


B. Les virus grippaux subissent des modifications antigéniques
C. Les virus grippaux du type B sont responsables de pandémies
D. Les épidémies prédominent au printemps
E. Il existe une immunité locale au niveau du tractus respiratoire ABE

6. Quelles affirmations concernent le virus grippal A H1N1 ?

A. Le virus porte les protéines de membrane M1 et M2


B. Il est apparu à la suite d'un glissement antigénique
C. Il ne présente pas de barrière stricte d'espèce

175
Annales d’internat en pharmacie

D. Les décès sont dus en majorité aux complications bactériennes et aux pathologies sous-
jacentes
E. L'amantadine est théoriquement inefficace sur ce virus ACD

7. Parmi les propositions suivantes concernant les infections grippales en France,


laquelle(lesquelles) est(sont) exacte(s) ?

A. Elles peuvent être prévenues par injection d'un vaccin vivant atténué
B. Elles peuvent être traitées par un antiviral actif sur la protéase virale
C. Elles peuvent être responsables de pandémies
D. Ce sont des maladies à déclaration obligatoire
E. Elles sont dues à des virus à ARN segmenté CE

8. Le vaccin antigrippal :

A. Est un vaccin à virus inactivé


B. Est modifié en fonction des données épidémiologiques
C. Est administré en général au printemps
D. Est obligatoire dès l'âge de 1 an
E. N'est pas contre-indiqué chez la femme enceinte ABE

9. Parmi les réponses suivantes concernant le vaccin anti-grippal, quelles sont celles qui sont
exactes ?

A. Il est constitué de 2 sous-types A et 1 sous-type B


B. Il est contre indiqué, entre autres, chez les patients souffrant d’une allergie vraie aux protéines
de l’œuf
C. Il assure une protection de l’ordre de 70-80 %
D. Il est remboursé pour les personnes porteurs d’une insuffisance cardiaque ABC

10. Parmi les affirmations suivantes, laquelle (lesquelles) concernent la production du vaccin anti-
grippal annuel ?

A. Le système principal de production est la lignée cellulaire Vero


B. Le vaccin est préparé à partir de protéines recombinantes
C. Le vaccin classique contient trois sérotypes viraux
D. La composition du vaccin est adaptée en fonction de données épidémiologiques
E. Les critères de limpidité et de stérilité doivent être satisfaits sur le produit final CDE

11. Parmi les propositions suivantes laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? Le vaccin anti-grippe
est :

A. Un vaccin à virus inactivé


B. N'est pas contre-indiqué chez la femme enceinte
C. Est obligatoire à l'âge de 1 an
D. Est contre-indiqué chez les personnes allergiques aux protéines de l'œuf
E. Est recommandé aux personnes souffrant d'affections cardiaques ABDE

176
Annales d’internat en pharmacie

17. Hépatite virale

 Hépatite A :
1. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? Le virus de l'Hépatite
A:

A. Est un virus à ADN


B. Appartient à la famille des Picornaviridae
C. Peut provoquer une cirrhose
D. Est transmis par voie féco-orale
E. Provoque une infection qui peut être prévenue par une vaccination BDE

2. Parmi les propositions suivantes, laquelle est exacte? Le test biologique de choix pour faire un
diagnostic spécifique d'hépatite A (VHA) est :

A. L'isolement du virus à partir d'un prélèvement de gorge


B. L'isolement du virus sur oeuf embryonné à partir des selles prélevées à la phase aigüe
C. Le dosage des transaminases
D. la mise en évidence d'anticorps anti-VHA de classe IgM à la phase aiguë
E. L'élévation du titre d'anticorps anti-HA dans deux sérums prélevés à 15 jours d'intervalle
D

3. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s)? La vaccination contre
l'hépatite A est recommandée pour :

A. Les personnels de crêche


B. Les patients hémophiles et polytransfusés
C. Les malades diabétiques diagnostiqués depuis plus de 1 an
D. Les adultes et enfants voyageant en zone endémique
E. Les sujets cirrhotiques ABD

 Hépatite B :
4. Parmi les affirmations suivantes concernant le virus de l'hépatite B, une seule est fausse.
Laquelle?

A. Il s'agit d'un virus à ARN


B. Il appartient aux hépadnavirus
C. Il peut être transmis par voie sexuelle
D. Il possède une enveloppe
E. II comporte une capside A

5. Parmi les propositions suivantes concernant le virus de l'hépatite B, quelle(s) est (sont) la (les)
réponse(s) exacte(s) ?

A. Il peut être responsable d'infections nosocomiales


B. Il peut être impliqué dans les hépatites chroniques

177
Annales d’internat en pharmacie

C. C’est un virus à ARN


D. Il peut être responsable d'hépatites fulminantes
E. Le vaccin utilisé en France contre ce virus est un vaccin vivant atténué ABD

6. Parmi les propositions suivantes concernant le virus de l'hépatite B, quelle est ou quelles sont
celles qui sont exactes?

A. Il s'agit d'un virus à ARN


B. Il appartient aux Hepadnaviridae
C. Il peut être transmis par voie sexuelle
D. il possède une enveloppe
E. il comporte une capside icosaédrique BCDE

7. Parmi les propositions suivantes, cocher celle qui est exacte. La vaccination contre l'hépatite B
n'est ni recommandée, ni obligatoire chez :

A. Les nourrissons
B. Les personnels de santé
C. Les adolescents
D. Les adultes
E. L'entourage ou le partenaire d'un sujet infecté par le virus de l'hépatite B ou porteur chronique
de l'antigène HBs D

8. Le virus de l'hépatite B :

A. Le virion complet est appelé particule de Dane


B. La particule de Dane correspond à la capside uniquement
C. La capside renferme une ADN polymérase
D. La capside renferme une kinase
E. Est un virus à ARN ACD

9. Parmi les propositions suivantes concernant le virus de l'hépatite B, laquelle est fausse ?

A. C'est un virus enveloppé à ADN


B. C'est un agent responsable d'hépatites chroniques
C. Il est transmissible par voie sexuelle
D. Il est facile à cultiver in vitro
E. Il existe un vaccin contre ce virus D

10. Quelle(s) est (sont) les proposition(s) exacte(s) parmi les suivantes ? Dans une hépatite B
chronique active, on retrouve :

A. Ag HBs -
B. Ac anti-HBe -
C. ADN -
D. Ac anti HBs -
E. IgG anti HBc + BDE

11. Parmi les propositions suivantes concernant le virus de l'hépatite B, quelle(s) est (sont) celle(s)
qui est (sont) exacte(s) :
178
Annales d’internat en pharmacie

A. Il y a un passage à la chronicité dans environ 80% des cas


B. Le passage à la chronicité est définit par la présence de l'Ag HBs pendant plus de 6 mois dans le
sérum
C. Il n'existe pas de formes fulminantes
D. C'est un virus à ADN
E. La vaccination du personnel de santé est conseillée BD

12. Parmi les propositions suivantes, indiquez celle(s) concernant le virus de l'hépatite B :

A. C'est un virus à ADN


B. Le vaccin utilisé en France contre ce virus est un vaccin vivant atténué
C. Le portage chronique concerne 10% des sujets contaminés
D. Il expose à la cirrhose et au carcinome hépato-cellulaire
E. Il ne provoque pas de formes fulminantes. ACD

13. Quel profil immunologique peut correspondre à une hépatite B chronique :

A. IgG Hbs+ ; IgG Hbc- ; Ag Hbs- ; IgM Hbc-


B. IgG Hbs+ ; IgG Hbc- ; Ag Hbs+ ; IgM Hbc+
C. IgG Hbs+ ; IgG Hbc+ ; Ag Hbs+; IgM Hbc+
D. IgG Hbs+ ; IgG Hbc+ ; Ag Hbs- ; IgM Hbc+
E. IgG Hbs+ ; IgG Hbc+ ; Ag Hbs-; IgM Hbc- C

14. Le virus de l’hépatite B

A. appartient à la famille des hepadnaviridae


B. possède une capside et une enveloppe
C. l’antigène HbS correspond à la capside virale
D. l’antigène HbE est porté par l’enveloppe virale AB

15. Parmi les réponses suivantes concernant virus de l’hépatite B, quelle est celle qui est exacte ?

A. Le virion complet infectant est appelé particule de Dane


B. La particule de Dane correspond à la capside uniquement
C. La capside renferme une ARN-polymérase
D. La capside renferme une protéine kinase A

16. La vaccination contre l'hépatite B :

A. Est contre-indiquée chez les femmes enceintes


B. Est obligatoire pour tout le personnel de santé
C. Est recommandée pour tous les sujets à risque de contamination
D. Est obligatoire chez les voyageurs internationaux
E. Est indiquée chez les hémodialysés seulement s'ils doivent subir une transplantation rénale BC

17. Parmi les propositions suivantes concernant le virus de l'hépatite C, quelle est (sont) celle(s)
qui est (sont) exacte(s) ?

A. C'est un virus à ADN


B. Il peut être transmis par voie parentérale
C. L'infection virale devient chronique dans moins de 10% des cas

179
Annales d’internat en pharmacie

D. L'infection peut être prévenue par vaccination


E. L'infection chronique peut être traitée par l'interféron alpha BE

18. Parmi les propositions suivantes concernant le virus de l'hépatite C, laquelle est exacte?

A. C'est un virus à ADN


B. C'est un virus nu
C. Il est habituellement transmis par voie orale
D. Il est facilement cultivable sur cellules fibroblastiques humaines
E. Il peut être transmis par le sang E

19. Parmi les propositions suivantes concernant le virus de l'hépatite C, quelle(s) est (sont) celle(s)
qui est (sont) exacte(s) :

A. C'est un virus à ADN


B. Il y a un passage à la chronicité dans environ 80% des cas
C. Un taux d'Ac anti HBc signe le contact avec le virus
D. Le dépistage se fait par sérologie par deux techniques différentes confirmé sur un deuxième
prélèvement en cas de positivité
E. L'hépatite C aigue est fréquemment asymptomatique BDE

20. Parmi les propositions suivantes concernant le virus de l'hépatite C, laquelle est fausse ?

A. Il s'agit d'un virus à ARN de la famille des Flaviviridae


B. Il est rarement transmis par voie sexuelle
C. Le traitement des formes chroniques repose sur l'association PEG-interféron alpha et ribavirine
D. La culture virale sur cellules in vitro est la technique la plus utilisée pour le diagnostic
E. Les formes chroniques sont plus fréquentes que pour le virus de l'hépatite B D

21. Parmi les réponses suivantes concernant le virus de l’hépatite C, quelles sont celles qui sont
inexactes ?

A. Appartient au groupe des Flaviviridae


B. Est un virus à ADN
C. A d’abord été détecté par des techniques de mise en évidence de son génome
D. Peut être détecté dans les cellules mononuclées du sang périphérique ABC

22. Dans la liste suivante concernant le virus de l'hépatite C, quelle(s) est (sont) la (les)
proposition(s) exacte(s) ?

A. Il est fréquemment responsable d'hépatite aiguë asymptomatique


B. Il est rarement responsable d'hépatite chronique
C. Il est responsable de cirrhose
D. Le mode de transmission est féco-oral
E. C'est un virus enveloppé ACE

23. Parmi les propositions suivantes concernant l'hépatite C, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s) ?

A. Les signes cliniques peuvent être inexistants


B. La toxicomanie est un facteur de risque

180
Annales d’internat en pharmacie

C. Il existe une possibilité de passage à la chronicité


D. Les manifestations extra-hépatiques peuvent être nombreuses
E. La mise en évidence d'anticorps anti-HBs permet d'assurer le diagnostic ABCD

24. A propos du virus de l’hépatite C (VHC), quelle(s) est (sont) la (les) réponse(s) exacte(s) ?

A. C’est un virus à ARN monocaténaire


B. Il produit un effet cytopathogène en banc de poissons lorsqu’il est cultivé sur fibroblastes
C. La majorité des patients infectés par le VHC vont évoluer vers la chronicité
D. La quantification du génome viral est indispensable au suivi clinique et thérapeutique
E. Un patient ayant contracté une hépatite C acquiert une immunité contre le VHA et le VHB
ACD

25. A propos du virus de l’hépatite C, quelles sont les propositions fausses ?

A. La primo-infection est toujours bruyamment symptomatique


B. Le virus se réplique uniquement dans les hématocytes
C. La persistance d’une réaction immunitaire excessive de la part de l’hôte permet le passage à la
chronicité
D. C’est un facteur favorisant le développement d’une cryoglobulinémie
E. Si la sérologie est positive sur deux prélèvements, on réalise une charge virale ABC

26. Concernant le virus de l'hépatite C, quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) fausse(s) ?

A. La primo infection à VHC est le plus souvent symptomatique


B. C'est un virus à ARN
C. Son génome ne s'intègre pas à celui de l'hôte
D. Il provoque une hépatite chronique chez moins de 5 % des sujets infectés
E. Il est sensible à l'azido-thymidine ADE

27. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? Le virus de l’hépatite A…

A. appartient à la famille des hepadnavinidae


B. est un virus nu
C. touche surtout les enfants de faible niveau socioéconomique
D. a une circulation endémique estivale
E. peut être responsable d’infection chronique BC

28. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) concerne(nt) le virus de l’hépatite A ?

A. Il s’agit d’un virus à ARN, comme le virus de l’hépatite B


B. Il existe différents sérotypes, qui n’ont aucun lien avec la sévérité clinique
C. La transmission du virus est oro-fécale
D. A l’apparition des symptômes, les paramètres de la coagulation doivent être surveillés
régulièrement
E. Les altérations du bilan biochimique durant la phase ictérique ne permettent pas de distinguer
une infection par le VHA d’une infection par le VHC CDE

29. Concernant le virus de l’hépatite A, quelles sont les réponses fausses ?

A. Il appartient à la famille des Hepadnaviridae.

181
Annales d’internat en pharmacie

B. Il peut donner des hépatites fulminantes et des hépatites chroniques.


C. Le vaccin contre l’hépatite A est un vaccin à agent inactivé.
D. Le diagnostic de routine repose sur la mise en culture.
E. Son génome est constitué d’ARN simple brin de polarité positive. ABD

30. Quelles sont les propositions exactes parmi les suivantes ? Le vaccin contre l’hépatite A...

A. Est à base de virus entiers inactivés


B. Peut être associé à d’autres vaccins
C. Nécessite des rappels tous les 10 ans
D. Peut être administré chez l’enfant
E. Est inutile pour un sujet habitant en zone d’endémie ABDE

31. Parmi ces propositions concernant le virus de l’hépatite A, quelle(s) est (sont) la (les)
réponse(s) exacte(s) ?

A. la transmission est oro fécale


B. contamination par les coquillages infectés
C. virus sensible à l’éther
D. l’homme est le seul réservoir de ce virus ABD

32. Parmi les propositions suivantes concernant le VHA, laquelle est inexacte :

A. Il appartient à la famille des Picornaviridae genre Hepatovirus


B. Il est dépourvu d’enveloppe donc très résistant dans l’environnement
C. Son génome est constitué par de l’ADN monocaténaire
D. L’Homme constitue le seul réservoir et la transmission est orofécale
E. La consommation de coquillages crus peut être à l’origine de la contamination C

33. Parmi les propositions suivantes laquelle ou lesquelles permet(tent) de différencier les virus
des hépatites A et B ?

A. La nature du génome viral


B. La présence d'une enveloppe virale
C. Le passage à la chronicité de l'hépatite
D. Les modes de contamination
E. La symétrie de la capside ABCD

34. Parmi les virus suivants quels sont ceux pouvant être responsables d'une hépatite chronique?

A. virus de l'hépatite B
B. virus de l'hépatite C
C. virus de l'hépatite A
D. cytomégalovirus
E. virus de l'hépatite D ABE

35. Parmi les propositions suivantes concernant les hépatites virales chroniques,
laquelle(lesquelles) est(sont) exacte(s) ?

A. Elles peuvent être dues au virus de l'hépatite B

182
Annales d’internat en pharmacie

B. Elles peuvent être dues au virus de l'hépatite C


C. Elles peuvent être dues au virus de l'hépatite A
D. Elles peuvent évoluer vers une cirrhose
E. Elles sont plus fréquentes que les hépatites fulminantes ABDE

183
Annales d’internat en pharmacie

18. Le virus de l'immunodéficience humaine


1. Parmi les propositions suivantes concernant le virus de l'immunodéficience humaine, laquelle
est exacte ?

A. Ce sont des virus à ADN


B. Ils peuvent être cultivés sur milieu de Löwenstein-Jensen
C. Ce sont des virus nus
D. Ce sont des virus ayant un génome fragmenté en huit fragments
E. Ils possèdent une enzyme capable de transcrire l'ARN en ADN E

2. Parmi ces propositions qui concernent les virus de l'immunodéficience humaine, laquelle
(lesquelles) est (sont) vraie(s) :

A. Ce sont des virus non enveloppés à ARN


B. Ils peuvent être transmis in utero d'une mère à son enfant
C. Ils ont pour principale cible cellulaire le lymphocyte T CD4+
D. lls ne sont pas inactivables par l'eau de Javel
E. Les virus VIH 1 et VIH2 ont la même répartition géographique BC

3. Parmi ces propositions suivantes concernant le VIH, laquelle est exacte ?

A. C’est un virus à ADN


B. L’entrée du virus dans la cellule commence par la liaison de la gp41 au CD4 cellulaire
C. Selon le corécepteur utilisé (CCR5 ou CXCR4), on décrit des virus à tropisme cellulaire différent
D. L’homologie globale entre HIV1 et HIV2 est d’environ 90%
E. Dans les VIH1, le groupe O est le plus fréquent C

4. Le virus de l'immunodéficience humaine VIH, infecte les cellules du système immunitaire par
différents récepteurs, parmi lesquels :

A. CD4
B. Récepteurs des chimiokines CXCR4 et CCR5
C. Intégrines : CD11a/CD18
D. Lectine DC-SIGN
E. CD14 AB

5. Parmi les affirmations suivantes, laquelle ne s’applique pas à l’infection par le Virus de
l’Immunodéficience Humaine ?

A. La classification d’un patient au stade SIDA ne dépend pas de la numération des lymphocytes T
CD4+
B. La transmission sexuelle est la voie de contamination majoritaire
C. Le test de dépistage de première intention détecte à la fois les anticorps anti-VIH 1 et 2 ainsi
que l’antigène p24
D. La recherche des anticorps dans le sang du patient est le meilleur moyen d’évaluer l’efficacité
des traitements antiviraux
E. Le génotypage de la souche est très important pour la mise en place d’un traitement adéquat
D

184
Annales d’internat en pharmacie

6. Parmi les propositions suivantes concernant le virus de l'immunodéficience humaine de type 1


(VIH-1), laquelle est exacte ?

A. Il ne possède pas d'enveloppe


B. Il est transmissible par la salive
C. Il est à l'origine d'infections récurrentes
D. Son infection peut être prévenue par ganciclovir
E. Il est à l'origine d'éruption maculo-papuleuse E

7. Parmi les propositions suivantes, lesquelles sont relatives au VIH ?

A. C'est un virus enveloppé


B. Le sujet infecté par le VIH élabore des anticorps contre l'antigène spécifique p24 c) Il est
génétiquement stable
C. Au plan diagnostique, le Western-Blot est plus spécifique que l'ELISA
D. Il ne peut-être transmis par voie transplacentaire ABD

8. Le diagnostic ou le suivi de l'infection à VIH reposent sur des résultats d'analyses biologiques,
parmi lesquelles ?

A. La numération des lymphocytes T CD4


B. La charge virale établie en nombre de copies d'ARN-VIH par mL de plasma
C. L'antigénémie p24
D. Le dosage des anticorps neutralisants
E. L'étude de la spécificité des anticorps anti-VIH ABCE

9. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? Chez un patient VIH positif…

A. L’antigène p24 est le premier marqueur que l’on peut détecter


B. La prise en charge nécessite un traitement à vie
C. La recherche d’anticorps peut se faire par ELISA
D. Le traitement ne nécessite pas de suivi particulier
E. Les maladies opportunistes sont la première cause de mortalité BCE

10. Quelles sont les affirmations exactes ? La charge virale du VIH...

A. Se détermine après PCR en point final


B. Permet la classification en stade SIDA si elle est supérieure à 105 copies / mL
C. Permet de suivre l’efficacité du traitement anti-rétroviral
D. Permet de quantifier l’ARN du virus
E. Plus elle est importante et plus le risque de progression est élevé CDE

11. Chez un patient atteint de SIDA, on constate souvent, lors du bilan hématologique:

A. Lymphopénie
B. Diminution des lymphocytes T4
C. Adénopathies
D. Thrombopénie
E. Polynucléose ABCD

185
Annales d’internat en pharmacie

12. Quels sont les vaccins contre-indiqués dans l'infection à VIH

A. B.C.G
B. Hépatite B
C. Fièvre jaune
D. Polio inactivé
E. Polio atténué (n'est plus commercialisé en France) ACE

13. Parmi les molécules suivantes quelle(s) est (sont) celle(s) qui appartient (appartiennent) à la
classe des inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH-1 ?

A. Lamivudine
B. Didanosine
C. Zidovudine
D. Abacavir
E. Névirapine ABCD

14. Parmi les paramètres suivants, quel est actuellement le plus important dans le contrôle de
l'efficacité précoce d'un traitement antirétroviral anti VIH-1 ?

A. Nombre des lymphocytes T CD4+


B. Nombre des lymphocytes T CD8+
C. Modification du profil sur le western-blot VIH-1
D. Mesure de la charge virale VIH-1 plasmatique
E. Mesure de l'antigénémie p24 D

15. Quelle est la proposition exacte à propos des inhibiteurs de la protéase du VIH ?

A. Le ritonavir est un puissant inducteur enzymatique


B. La résistance à cette classe thérapeutique est due à un changement de conformation du site
enzymatique
C. Leur tolérance est très bonne
D. Ils inhibent la fixation du virus aux lymphocytes
E. Leur dosage plasmatique n’est pas possible B

16. Quelle vaccination parmi les suivantes doit être évitée chez un patient VIH positif ?

A. Méningocoque A et C
B. Rougeole – Oreillons – Rubéole
C. Hépatite B
D. Diphtérie
E. Pneumocoque B

186
Annales d’internat en pharmacie

19. Divers
1. Parmi les propositions suivantes à propos de Campylobacter jejuni, laquelle est exacte ?

A. C’est un bacille Gram positif


B. Cette bactérie est résistante aux céphalosporines de 3ème génération
C. jejuni peut provoquer des infections intestinales
D. La transmission se fait principalement par voie hématogène
E. C’est le principal germe responsable des colites pseudo-membraneuses C

2. Parmi les propositions suivantes, lesquelles s'appliquent à Helicobacter pylori ?

A. La transmission interhumaine, favorisée par la promiscuité, se ferait surtout par


l'intermédiaire du liquide gastrique.
B. La responsabilité de H. pylori a été démontrée dans les adénocarcinomes gastriques et dans le
lymphome de type MALT de l'estomac.
C. H. pylori est une bactérie à Gram négatif, spiralée, avec un seul flagelle.
D. Le traitement de référence est l'association amoxicilline + IPP pendant 7 semaines
E. Le test respiratoire à l'urée peut être pris en défaut s'il est réalisé en cours de traitement par
IPP. ABE

3. Parmi les germes suivants, un seul est sporulé. Lequel ?

A. Staphylococcus aureus
B. Vibrio cholerae
C. Haemophilus influenzae
D. Clostridium perfringens
E. Mycobacterium tuberculosis D

4. Parmi les propositions concernant les vaccins, laquelle est inexacte?

A. Le vaccin antitétanique est une anatoxine


B. Le vaccin contre l'hépatite B est obtenu par génie génétique
C. Il existe un vaccin anti-poliomyélitique injectable
D. Le vaccin contre l'hépatite B est administré par voie orale
E. Dans le calendrier vaccinal, les rappels de vaccination antitétanique se font tous les 10 ans D

5. Parmi les propositions suivantes concernant les agents responsables habituels des méningites
primitives purulentes bactériennes du nouveau-né, quelle est celle qui est exacte?

A. Listeria monocytogenes
B. Chlamydia trachomatis
C. Mycobacterium tuberculosis
D. Streptococcus du groupe C
E. Staphylococcus aureus A

6. Parmi les bactéries suivantes, une seule ne peut généralement pas être responsable d'une
méningite aiguë, laquelle?

187
Annales d’internat en pharmacie

A. Haemophilus influenzae
B. Streptococcus pneumoniae
C. Neisseria gonorrhoeae
D. Neisseria meningitidis
E. Mycobacterium tuberculosis C

7. Pour quelle bactérie, l'infection se manifeste-t-elle par une ulcération génitale sous la forme
d'un chancre?

A. Streptocoque du groupe C
B. Mycobacterium tuberculosis
C. Treponema pallidum
D. Haemophilus influenzae
E. Pseudomonas aeruginosa C

8. Parmi ces vaccinations, quelle(s) est (sont) célle(s) qui est (sont) recommandée(s) aux personnes
travaillant en contact avec les eaux usées?

A. Haemophilus influenzae
B. Hépatite B
C. Hépatite A
D. BCG
E. Grippe C

9. Parmi les propositions suivantes, quel(s) est (sont) l'(les) agent(s) impliqué(s) habituellement
dans les méningites?

A. Neisseria meningitidis
B. Streptococcus agalactiae
C. Shigella sonnei
D. Listeria monocytogenes
E. Vibrio cholerae ABD

10. Dans la liste suivante, quels sont les vaccins contre-indiqués chez la femme enceinte ?

A. Vaccin anti-hépatite A
B. Vaccin anti-poliomyélitique injectable
C. Vaccin contre la rubéole
D. Vaccin contre la rougeole
E. Vaccin anti-grippal CD

11. Dans la liste suivante, quelle(s) est ( sont) la (les) proposition(s) exacte(s) concernant Vibrio
cholerae ?

A. C'est une bactérie à Gram négatif de forme incurvée


B. C'est une bactérie mobile
C. Le pouvoir pathogène nécessite l'invasion intracellulaire des entérocytes
D. La toxine cholérique stimule l'adénylcyclasse des entérocytes
E. Les selles émises au cours du choléra sont muco-purulo-sanglantes ABD

12. Concernant la vaccination antirougeoleuse, cocher la (les) réponse(s) exacte(s).


188
Annales d’internat en pharmacie

A. Elle est recommandée chez tous les enfants à l'âge de 12 mois (sauf contre-indication liée aux
vaccins vivants)
B. Elle nécessite, dans la plupart des cas, 3 injections
C. Elle est contre-indiquée chez les enfants porteurs d'une déficience cardio-respiratoire
D. Elle ne doit jamais être associée à la vaccination antitétanique
E. Elle peut entraîner des réactions fébriles AE

13. Parmi les propositions suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qu est (sont) exacte(s) ? La
contamination du personnel hospitalier par le V.I.H peut être prévenu par :

A. Le dépistage systématique de tout patient hospitalisé


B. L'absence de recapuchonnage des aiguilles
C. Le port de lunettes lors des actes à risque d'éclaboussures de sang
D. La vaccination systématique du personnel hospitalier
E. Le port de gants à usage unique BCE

14. En France, parmi les vaccinations suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui correspond(ent) à
un vaccin vivant atténué disponible en France ? (actualisé 2008)

A. Vaccination anti-tétanique
B. Vaccination anti-coquelucheuse
C. Vaccination anti-grippale
D. Vaccination anti-rubéolique
E. Vaccination anti-poliomyélitique D

15. Parmi les bactéries suivantes, laquelle (lesquelles) peut (peuvent) être responsable(s)
d'infections nosocomiales en milieu hospitalier

A. Staphylococcus aureus
B. Escherichia coli
C. Neisseria meningitidis
D. Pseudomonas aeruginosa
E. Haemophilus influenzae ABD

16. La vaccination contre la rubéole est recommandée :

A. A la naissance chez les filles


B. A l'âge de 12 mois chez les filles et les garçons
C. Chez les filles de 11 à 12 ans
D. Chez les filles après la puberté
E. Chez les femmes enceintes ABC

17. Parmi ces propositions, lesquelles s'appliquent à la vaccination chez la femme enceinte ?

A. Le vaccin inactivé contre la poliomyélite est contre-indiqué


B. La vaccination contre la rubéole est contre-indiquée
C. Ne pas utiliser les vaccins préparés par culture sur œuf embryonné
D. Le rappel de vaccination antitétanique est obligatoire
E. Les vaccins vivants atténués sont contre-indiqués BE

189
Annales d’internat en pharmacie

18. Parmi les germes suivants, lesquels peuvent être retrouvés au niveau intracellulaire?

A. Neisseria gonorrhoeae
B. Mycobacterium tuberculosis
C. Chlamydia trachomatis
D. Listeria monocytogenes
E. Salmonella typhi ABCDE

19. Parmi les propositions suivantes laquelle (lesquelles) est (sont) exactes :

A. Lors d'une méningite à méningocoque, on observe dans le LCR de nombreux polynucléaires,


une hypoglycorachie, une hyperprotéinorachie et une chlorurorachie normale
B. Lors d'une méningite à Candida, la formule panachée du LCR est caractéristique
C. Lors d'une méningite à Bacille de Koch, on observe dans le LCR une prédominance de
lymphocytes, une hypoglycorachie, une hyperprotéinorachie et une hyperchlorurorachie
D. Lors d'une méningite virale, la glycorachie est normale
E. Les principaux pathogènes responsables de méningites chez le nouveau-né sont Streptococcus
agalactiae, Escherichia coli et Legionella pneumophila AD

20. En tant que biologiste, quel vaccin n'est pas obligatoire pour travailler dans un laboratoire
d'analyses médicales :

A. Le BCG
B. Le DT-Polio
C. La rougeole
D. L'hépatite B
E. La typhoïde C

21. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) une (des) maladies à
déclaration obligatoire :

A. Hépatite C
B. Saturnisme chez les enfants mineurs
C. Hépatite A
D. Diarrhée à Salmonella Typhimurium
E. TIAC BCE

22. Parmi les propositions suivantes concernant les entérocoques, laquelle est inexacte :

A. Ce sont des cocci Gram + de la famille des streptocoques


B. Ils sont tous résistants aux Céphalosporines de 3e génération
C. Les plus courants sont Enterococcus faecalis et Enterococcus faecium
D. Ils sont en général naturellement sensibles à la vancomycine sauf Enterococcus casseliflavus,
Enterococcus flavescens et Enterococcus gallinarum.
E. Enterococcus avium et Entehrobacter cloacae appartiennent à la famille des entérocoques. E

23. A l'examen direct d'une ponction lombaire, on retrouve de nombreux polynucléaires


neutrophiles (PNN) associés à des diplocoques à GRAM négatif, quel germe peut être
soupçonné? :

A. Cryptococcus neoformans

190
Annales d’internat en pharmacie

B. Neisseria meningitidis
C. Neisseria gonorrhoeae
D. Haemophilus inflenzae
E. Streptococcus pneumoniae B

24. Laquelle de ces bactéries n'est pas à gram négatif:

A. Haemophilus influenzae
B. Vibrio cholerae
C. Neisseria meningitidis
D. Listeria monocytogenes
E. Legionella pneumophila D

25. Parmi les bactéries suivantes, lesquelles sont fréquemment impliquées dans une infection
nosocomiale ?

A. bacille pyocyanique
B. E.coli
C. Staphylococcus aureus
D. Salmonella typhi
E. T.pallidum ABC

26. Parmi les vaccins suivants, lesquels sont des vaccins vivants atténués

A. ROR
B. Fièvre jaune
C. Varicelle
D. Rotavirus
E. Méningocoque ABCD

27. Laquelle de ces maladies n'est pas à déclaration obligatoire :

A. Hépatite aigue
B. Listériose
C. Poliomyélite
D. Rubéole
E. Fièvre typhoide et paratyphoide D

28. Laquelle de ces affirmations est fausse ? Les bactéries anaérobies strictes…

A. ne peuvent se développer en présence d’O2


B. nécessitent des milieux de culture complexes
C. Certaines sont présentes dans les flores endogènes
D. Les entérocoques en font partie
E. Leur identification est souvent difficile D

29. Quelles sont les affirmations exactes à propos des Infections Sexuellement Transmissibles ?

A. La gonococcie est une pathologie bénigne si le diagnostic et le traitement sont précoces


B. Une infection à Trichomonas vaginalis se traite par une β-lactamine
C. Les IST sont fréquemment asymptomatiques

191
Annales d’internat en pharmacie

D. La voie sexuelle est le principal mode de transmission du VIH


E. L’agent de la syphilis se cultive aisément ACD

30. Quelles sont les bactéries responsables de diarrhées infectieuses

A. Salmonella enterica
B. Shigella sonnei
C. Clostridium perfringens
D. Campylobacter
E. Streptococcus bovis ABCD

31. Parmi les bactéries suivantes, laquelle ne provoque pas de syndrome cholériforme ?

A. Staphylococcus aureus
B. Vibrio cholerae
C. Salmonella typhi
D. Escherichia coli entérotoxinogène
E. Toutes les bactéries précédemment citées peuvent provoquer un syndrome cholériforme C

32. A propos de l’infection à Hélicobacter pylori, quelle est la réponse exacte ?

A. L’éradication de H. pylori peut être montrée en utilisant un test respiratoire non invasif
contenant de l’urée marquée au 13C
B. La clarithromycine ne peut pas être utilisée dans le traitement de cette infection
C. H. pylori est retrouvé dans 30% des ulcères gastriques
D. Il existe des différences cliniques majeures entre un ulcère de stress et une infection à H. pylori
E. Les anti-acides employés au cours du traitement sont les dérivés de l’alginate A

33. Parmi les germes suivants, lequel (lesquels) peut (peuvent) être classiquement responsable(s)
d’une pneumopathie communautaire ?

A. Pseudomonas aeruginosa
B. Streptococcus pneumoniae
C. Salmonella spp.
D. Haemophilus influenzae
E. Listeria monocytogenes BD

34. Concernant le vaccin R.O.R., quelle(s) proposition(s) parmi les suivantes est (sont) exacte(s) ?

A. Il protège contre les bactéries responsables de la rougeole, des oreillons et de la rubéole


B. C’est un vaccin vivant atténué
C. Il peut être administré à un patient traité au long cours par corticoïdes
D. Ce vaccin combiné ne peut pas être utilisé si le patient a déjà contracté l’une de ces trois
pathologies
E. La vaccination est obligatoire avant l’âge de 24 mois B

35. Parmi les bactéries suivantes, lequel (lesquels) est (sont) fréquemment responsable(s) de
méningites chez l’adulte jeune ?

A. Neisseria meningitidis

192
Annales d’internat en pharmacie

B. Escherichia coli K1
C. Streptococcus pneumoniae
D. Haemophilus influenzae
E. Listeria monocytogenes ACE

36. Un LCR hypercellulaire avec une formule panachée, une hyperprotéinorachie et une
hypoglycorachie vous orientent vers une méningite due à :

A. Un méningocoque
B. Un pneumocoque
C. Haemophilus influenzae
D. Listeria Monocytogenes
E. Escherichia Coli D

37. Parmi les propositions suivantes concernant des anomalies du LCR, laquelle (lesquelles)
permettent d’orienter vers une étiologie bactérienne :

A. Hypoglycorachie
B. Protéinorachie normale
C. Hypochlorurorachie
D. PNN en amas
E. Présence d’hématies ACD

38. Le choléra

A. est favorisé par l’hyper acidité gastrique


B. peut donner des diarrhées profuses
C. peut entrainer le décès en moins de 6 heures
D. donne une fièvre à 40 °C BC

39. Concernant le vibrio cholerae, quelles sont les réponses inexactes ? :

A. C’est un BGN
B. C’est un aérobie strict
C. Il appartient aux entérobactéries
D. C’est une bactérie non exigente BC

40. Parmi les bactéries suivantes, laquelle est un agent habituel de méningite néonatale?

A. Clostridium tetani
B. Salmonella sérovar Typhimurium
C. Streptococcus agalactiae .
D. Haemophilus influenzae
E. Vibrio cholerae C

41. Parmi les propositions suivantes concernant les méningites bactériennes à pneumocoque,
seules certaines sont exactes. Lesquelles ?

A. Elles surviennent uniquement chez le sujet âgé


B. Elles s'accompagnent habituellement d'une réaction cellulaire avec prédominance de
polynucléaires au niveau du liquide céphalorachidien

193
Annales d’internat en pharmacie

C. Elles s'accompagnent d'une élévation de la glycorachie


D. L'isolement de la bactérie en cause nécessite l'utilisation d'un milieu de culture enrichi
E. Leur traitement repose sur l'utilisation de céphalosporines de troisième génération BDE

42. Parmi les propositions suivantes concernant le vaccin poliomyélitique injectable, indiquer
celles qui sont vraies :

A. Il est l'un des composants des vaccins polyvalents recommandés chez le nourrisson
B. Il est utilisable chez les immunodéficients
C. Un rappel est nécessaire tous les 10 ans à l'âge adulte
D. C'est un vaccin vivant à virus atténué
E. Il contient les 3 types de virus poliomyélitiques ABE

43. Dans la liste suivante, quels agents peuvent être responsables de pneumopathies chez l'adulte
?

A. Listeria monocytogenes
B. Pseudomonas aeruginosa
C. Cytomégalovirus
D. Haemophilus influenzae
E. Streptococcus pneumoniae BCDE

44. Parmi les propositions suivantes, quel(s) est (sont) le (les) micro-organisme(s) responsable(s)
d'infections néonatales ?

A. Virus de l'hépatite A
B. Entamoeba histolytica
C. Herpes simplex virus
D. Listeria monocytogenes
E. Vibrio cholerae CD

45. Parmi les propositions suivantes concernant le ganciclovir (CYMEVAN®), laquelle (lesquelles)
est (sont) exacte(s)?

A. C'est un analogue de nucléoside


B. Il doit être phosphorylé pour être actif
C. Il peut être administré par voie orale
D. Il présente une toxicité rénale majeure
E. Il est utilisé dans le traitement des infections à cytomégalovirus ABCE

46. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) s'applique(nt) au virus de la


poliomyélite?

A. Il appartient à la famille des Picornaviridae


B. Il s'agit d'un virus enveloppé
C. Le réservoir de virus est humain
D. La transmission est féco-orale
E. Le vaccin antipoliomyélitique atténué n'est plus délivré en France ACD

47. Parmi les virus suivants, lesquels peuvent être responsables d'une méningo- encéphalite ?

194
Annales d’internat en pharmacie

A. influenzavirus A
B. HSV 1 et 2
C. HIV
D. virus de l'hépatite B
E. VZV ABCE

48. Parmi les virus suivants, lequel (lesquels) est (sont) enveloppé(s) ?

A. Virus de l'hépatite A
B. Virus de l'hépatite B
C. Virus de l'hépatite C
D. Papillomavirus
E. Virus de la rubéole BCE

49. Parmi ces virus, lesquels sont enveloppés ?

A. VIH
B. Hépatite B
C. Hépatite C
D. Grippe
E. Papillomavirus ABCD

50. Parmi les propositions suivantes concernant la lamivudine, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s)?

A. C'est une molécule utilisée dans le traitement des hépatites C chroniques


B. C'est un analogue nucléosidique
C. Elle est éliminée par voie rénale
D. Elle est administrée exclusivement par voie parentérale
E. Elle est active sur la transcriptase inverse du VIH BCE

51. Les entérovirus sont sensibles

A. aux antiseptiques courants


B. à l’eau de javel
C. à l’alcool a 70°C
D. aux détergents B

52. Quelle(s) est (sont) la (les) réponse(s) exacte(s) parmi les suivantes ? Les entérovirus…

A. Sont principalement responsables d’infections gastro-intestinales


B. Peuvent causer des infections nosocomiales
C. Ont un réservoir humain
D. Ont une transmission oro-fécale
E. Présentant certains sérotypes peuvent faire l’objet d’une vaccination BCDE

53. Parmi les agents pathogènes suivants, lequel (lesquels) peut (peuvent) être retrouvé(s) dans
l’urine des patients ?

A. Virus de l’hépatite A
B. Escherichia coli

195
Annales d’internat en pharmacie

C. Schistosoma heamatobium
D. Staphylococcus aureus
E. Leishmania infantum BCD

54. Parmi les virus suivants, lequel est le plus fréquemment responsable d’infection congénitale ?

A. Cytomégalovirus
B. Hépatite B
C. Virus de l’immunodéficience humaine
D. Rubéole
E. Varicelle A

55. A propos des papillomavirus, quelle(s) est (sont) la (les) réponses exactes ?

A. Leur matériel génétique est une molécule d’ADN double brin


B. L’infection par les papillomavirus est souvent asymptomatique
C. Il existe des vaccins composés de protéines virales recombinantes
D. Ils peuvent être responsables d’infections materno-foetales
E. Les virus HPV-16 et HPV-18 sont les plus oncogènes ABCDE

56. À propos des infections nosocomiales, quelles sont les affirmations exactes ?

A. Une infection nosocomiale est obligatoirement liée aux soins


B. La définition ne s'applique pas aux patients externes venant en consultation
C. La mise en place de règles d'hygiène et d'isolement doit être préférée à l'antibiothérapie
systématique
D. L'existence d'un Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales est obligatoire dans
chaque établissement de santé
E. Les infections nosocomiales dues à des bactéries sont moins fréquentes que celles dues aux
virus BCD

57. Parmi les virus suivants, lesquels sont impliquées dans la cancérogénèse ?

A. VHC
B. HTLV
C. EBV
D. VHA
E. VZV ABC

58. Parmi les virus suivant lequel (lesquels) est (sont) des virus à ADN encapsulés :

A. Herpes simplex virus


B. Papillomavirus
C. Virus de l'hépatite B
D. Virus de l'hépatite C
E. Epstein Barr Virus ACE

59. Parmi les virus suivants, lequel (lesquels) est (sont) enveloppé(s) et à ADN ?

A. VHA
B. Grippe

196
Annales d’internat en pharmacie

C. HSV
D. Papoviridae
E. CMV CE

60. Parmi les virus suivants, quel(s) est(sont) celui(ceux) qui possède(nt) un génome à ADN ?

A. Les virus grippaux


B. Le virus de l'hépatite A
C. Le virus de l'hépatite C
D. Le cytomégalovirus
E. Les entérovirus D

61. Parmi les virus suivants, lequel(lesquels) peut(peuvent) être responsable(s) d'infections
chroniques ?

A. Virus de l'Immunodéficience Humaine


B. Echovirus
C. Virus de l'hépatite B
D. Virus de la grippe
E. Virus de l'hépatite A AC

62. Dans la liste suivante, quel(s) est (sont) le(s) virus dont la transmission dominante est féco-
orale ?

A. Virus de l'hépatite B
B. Entérovirus
C. Virus de l'hépatite A
D. Virus de l'hépatite C
E. Herpès simplex virus BC

63. Parmi les virus suivants, quel(s) est(sont) celui(ceux) transmissible(s) in utero de la mère à
l'enfant ?

A. Le virus de l'hépatite B
B. Le virus de la rubéole
C. Le virus de l'immunodéficience humaine
D. Le cytomégalovirus
E. Les virus grippaux ABCD

64. Parmi les virus suivants tous possèdent un génome à ARN sauf un, lequel ?

A. Le virus de l'immunodéficience humaine


B. Le virus de l'hépatite A
C. Le virus de l'hépatite C
D. Les entérovirus
E. Le virus de l'hépatite B E

65. Parmi les virus suivants, lesquels peuvent être transmis sexuellement ?

A. Virus herpès simplex type 2


B. Virus de la grippe

197
Annales d’internat en pharmacie

C. Virus de l'hépatite A (VHA)


D. Virus de immunodéficience humaine (VIH)
E. Virus de la poliomyélite AD

66. Parmi les propositions suivantes concernant l’antigénémie pp65, laquelle est exacte :

A. Est une méthode détection du CMV dans le sang


B. Est une méthode détection du VIH dans le sang
C. Est une méthode de détection des virus Herpès dans le sang
D. Est une méthode qualitative
E. Est une méthode de culture virale A

67. Parmi les antiviraux suivants, lequel (lesquels) est (sont) analogue(s) de nucléosides ?

A. Aciclovir (ZOVIRAX)
B. Zanamivir (RELENZA)
C. Ritonavir (NORVIR)
D. Névirapine (VIRAMUNE)
E. Zidovudine (RETROVIR) AE

68. Parmi les pathologies suivantes, laquelle (lesquelles) peut (peuvent) être prévenue(s) par une
vaccination ?

A. La rougeole
B. La mononucléose infectieuse
C. Les oreillons
D. la rubéole
E. La poliomyélite ACDE

198
Annales d’internat en pharmacie

Parasitotologie et mycologie

199
Annales d’internat en pharmacie

1. Protozoaires intestinales : Amibiase,


Giardiose.

1. Parmi les propositions suivantes concernant l'amibiase intestinale aiguë, laquelle (lesquelles) est
(sont) exacte(s) ?

A. Elle est due à Entamoeba histolytica


B. Elle se contracte par ingestion de kystes
C. Elle se manifeste par un prurit anal
D. Elle se traite par le métronidazole (FLAGYL®)
E. Elle s'accompagne d'une altération rapide de l'état général ABD

2. Laquelle (lesquelles) des propositions ci-dessous peut (peuvent) être associée(s) à l'amibiase
infestation ? L'hôte :

A. Héberge des formes végétatives d'Entamoeba histolytica histolytica


B. Héberge des formes végétatives d'Entamoeba histolytica minuta
C. Elimine des kystes d'Entamoeba histolytica
D. N'est pas contagieux
E. Ne présente pas de symptômes BCE

3. Parmi les propositions suivantes concernant l'amibiase intestinale, laquelle (lesquelles) est
(sont) exacte(s) ?

A. Elle est due à Entamoeba histolytica


B. Elle est accompagnée de fièvre
C. Elle se manifeste souvent par une hépatomégalie douloureuse
D. Son diagnostic biologique est confirmé par la mise en évidence de la forme végétative
hématophage dans les selles
E. Elle se traite par le flubendazole AD

4. Quelle(s) molécule(s) utilise-t-on pour traiter une amibiase tissulaire ?

A. Le praziquantel
B. L'halofantrine
C. Le flubendazole
D. Le secnidazole
E. L'itraconazole D

5. Parmi les parasitoses suivantes, dans laquelle n'observe-t-on jamais d'hépatomégalie ?

A. Hydatidose
B. Giardiose
C. Paludisme
D. Distomatose
E. Amibiase B

200
Annales d’internat en pharmacie

6. Dans quelle(s) parasitose(s) parmi les suivantes retrouve-t-on la triade de Fontan ?

A. Leishmaniose viscérale
B. Taeniasis
C. Amibiase hépatique
D. Bilharziose
E. Hydatidose C
7. Parmi les propositions suivantes concernant l’amibiase hépatique, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s) :

A. Il s’agit de la principale localisation secondaire


B. Peut entraîner des abcès contenant un pus couleur chocolat
C. Est caractérisée par la triade de Fontan
D. Est responsable d’une hyperéosinophilie sanguine
E. Entraîne une accélération de la vitesse de sédimentation ABCE

8. Parmi les médicaments suivants, lequel peut-on utiliser pour traiter une amibiase intestinale
aiguë ?

A. Chloroquine (NIVAQUINE®)
B. Tinidazole (FASIGYNE®)
C. Isoconazole (FAZOL®)
D. Chlorhydrate de quinine (QUINIMAX®)
E. Halofantrine (HALFAN®) B

9. Parmi les propositions suivantes concernant la giardiase, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s)?

A. Le signe clinique prédominant est la diarrhée


B. Elle peut se compliquer d'un syndrome de malabsorption intestinale
C. Son diagnostic biologique repose sur la mise en évidence du parasite dans les selles
D. Elle s'accompagne d'une hyperéosinophilie sanguine fluctuante
E. Elle est cosmopolite ABCE

10. Parmi les propositions suivantes concernant l'amibiase, une seule est fausse. Laquelle?

A. Elle est due à Entamoeba dispar


B. Elle se contracte par ingestion de kystes
C. Elle se manifeste souvent par des troubles intestinaux
D. Elle peut présenter des complications hépatiques
E. Elle peut présenter des complications pulmonaires A

11. Parmi les parasites ci-dessous, cocher celui(ceux) qui vit(vivent) dans les premières portions de
l'intestin grêle de l'homme :

A. Enterobius vermicularis
B. Giardia intestinalis
C. Echinococcus granulosus
D. Schistosoma mansoni
E. Entamoeba histolytica B

201
Annales d’internat en pharmacie

12. Sur quel prélèvement est effectué le diagnostic direct de la giardiase ?

A. LCR
B. Selles
C. Sang
D. Urines
E. Expectorations B

13. Parmi les propositions suivantes concernant la giardiose, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s) ?

A. C'est une protozoose


B. Elle est liée au péril fécal
C. Elle n'est présente qu'en zone intertropicale
D. Elle se manifeste par un syndrome dysentérique
E. Elle se traite par l'ivermectine (STROMECTOL®) AB

14. Parmi les protozoaires suivants, quels sont ceux qui produisent des kystes libres dans la nature
au cours de leur cycle évolutif ?

A. Giardia intestinalis
B. Entamoeba histolytica
C. Plasmodium falciparum
D. Plasmodium vivax
E. Toxoplasma gondii ABE

15. Giardia intestinalis est :

A. Un protozoaire flagellé
B. Un parasite non spécifique de l'homme
C. Un parasite qui provoque une hyperéosinophilie sanguine
D. Un parasite plus fréquent chez l'enfant
E. Sensible aux benzimidazoles AD

16. Parmi les signes cliniques suivants, quels sont ceux classiquement observés au cours d'une
giardiose?

A. Diarrhée
B. Ténesme
C. Température élevée
D. Douleurs épigastriques
E. Ictère AD

202
Annales d’internat en pharmacie

2. Trichomonose urogénitale

1. Laquelle de ces propositions concernant Trichomonas vaginalis est fausse ?

A. Il provoque une balanite chez l'homme


B. Il provoque une vaginite chez la femme
C. C'est un parasite cosmopolite
D. Il est disséminé sous forme de kyste
E. Il est sensible au métronidazole (FLAGYL®) D

2. Parmi les propositions suivantes concernant la trichomonose urogénitale chez la femme,


laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s)

A. Elle est due à Trichomonas vaginalis


B. Elle se contracte par ingestion des formes kystiques
C. Elle se manifeste, dans sa forme aiguë, par une vaginite
D. Le parasite responsable peut-être isolé par culture
E. Elle se traite par le cotrimoxazole (BACTRIM®) ACD

3. A propos de la trichomonase uro-génitale, laquelle de ces propositions est fausse :

A. C'est une maladie vénérienne


B. Elle est due à un protozoaire flagellé existant sous deux formes: végétative et kystique
C. La présence du parasite est dans la majorité des cas asymptomatique chez l'homme
D. L'examen microscopique à l'état frais d'un prélèvement vulvo-vaginal permet le diagnostic
immédiat de la parasitose
E. Le tinidazole (FASIGYNE®) permet un traitement "minute" de l'infection B

4. Parmi les propositions suivantes concernant Trichomonas vaginalis, lesquelles sont exactes :

A. se transmet par des kystes


B. est sensible au fluconazole
C. est l'agent d'une infection sexuellement transmissible
D. peut se rechercher dans l'urine
E. ne se cultive pas CD

5. Concernant Trichomonas vaginalis, la ou lesquelle(s) de ces propositions est (sont) vraie(s) ?

A. T. vaginalis est un protozoaire immobile.


B. C'est un parasite monoxene.
C. Ce parasite est une des 1eres causes d'IST dans le monde.
D. L'infection à T. vaginalis est plus souvent symptomatique chez l'homme que chez la femme.
E. Le traitement de référence est le métronidazole en dose unique. BCE

6. Quelles sont les affirmations vraies concernant Trichomonas vaginalis ?

A. Le parasite possède deux noyaux


B. Le kyste est la forme infestante
C. Le parasite possède un flagelle récurrent et une membrane ondulante
203
Annales d’internat en pharmacie

D. Cette infection peut entraîner une dyspaneurie


E. On peut le retrouver au niveau du linge de toilette humide BCDE

7. Parmi les propositions suivantes concernant la Trichomonose Urogénitale, laquelle (lesquelles)


est (sont) exacte(s) :

A. La forme kystique du parasite se transmet lors de rapports sexuels


B. La femme souffre généralement de leucorrhée et de prurit vulvaire
C. Elle est souvent associée à une autre MST
D. Son diagnostic repose sur la sérologie
E. Se traite par 5 nitro imidazolés BCE

8. Parmi ces propositions concernant Trichomonas vaginalis, laquelle est exacte ?

A. C'est un Apicomplexa
B. Il possède un kyste
C. Il est cosmopolite
D. Il se traite par ivermectine
E. Il a un cycle hétéroxène C

9. Parmi les propositions suivantes, donner la (les) réponse(s) exacte(s) : Trichomonas vaginalis :

A. Est un Apicomplexe
B. Se transmet par des kystes
C. Ne parasite que la femme
D. Est sensible au Métronidazole (FLAGYL®)
E. Ne se cultive pas in vitro D

10. Chez la femme, une vulvovaginite avec leucorrhée peut évoquer :

A. Une candidose
B. Une giardiose
C. Une cryptococcose
D. Une amibiase
E. Une trichomonose AE

11. Parmi ces propositions concernant Trichomonas vaginalis, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s) ?

A. Il est responsable d'Infection Sexuellement Transmissible (IST)


B. Il a un kyste à 4 noyaux
C. C'est un sporozoaire
D. Il provoque systématiquement des symptômes cliniques très marqués chez l'homme
E. Il est sensible aux 5-nitro-imidazolés AE

204
Annales d’internat en pharmacie

3. Paludisme

1. Lequel de ces antimalariques est utilisé dans les complications cérébrales du paludisme à
Plasmodium falciparum ?

A. Chloroquine (NIVAQUINE®) per os


B. Proguanil (PALUDRINE®) per os
C. Méfloquine (LARIAM®) per os
D. Halofantrine (HALFAN®) per os
E. Sels de quinine (QUINIMAX®) intraveineux E

2. Laquelle de ces affirmations est juste ? Concernant l’accès palustre,

A. Il correspond au cycle pré-érythrocytaire


B. Il peut s’aggraver en paludisme pernicieux selon l’espèce
C. Les accès de fièvre durent plusieurs jours
D. La fièvre est due à la libération des enzymes présentes dans les hépatocytes
E. La fièvre est assez peu importante B

3. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? Lors d’une infection à Plasmodium


malariae…

A. Les hématies sont de grande taille au frottis sanguin


B. Le parasitisme est peu important
C. Le gamétocyte est en forme de croissant
D. Il n’y a pas de risque de neuropaludisme
E. Le traitement classique est à base de chloroquine BD

4. Concernant le paludisme, quelle est l’affirmation exacte parmi les suivantes ?

A. L’examen clinique est très contributif


B. Plasmodium malariae est responsable de la fièvre tierce bénigne
C. La goutte épaisse présente une sensibilité supérieure au frottis sanguin mais ne permet pas
le diagnostic d’espèce
D. Des hypnozoïtes peuvent fréquemment être retrouvés dans le sang des patients infectés par
Plasmodium falciparum
E. L’analyse du frottis sanguin se fait après coloration de Gram C

5. Parmi les propositions suivantes concernant le paludisme, indiquer celle(s) se rapportant à


Plasmodium falciparum :

A. Les hypnozoïtes sont à l'origine de reviviscence


B. La phase d'incubation est de 7 jours minimum
C. Le diagnostic d'urgence est sérologique
D. Les jeunes enfants sont particulièrement exposés aux accès graves
E. Le traitement fait appel aux azolés BD

205
Annales d’internat en pharmacie

6. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? Les formes
érythrocytaires de Plasmodium sont :

A. Sporozoïte
B. Cryptozoïte
C. Corps de rosace
D. Schizonte
E. Gamétocyte CDE

7. Quel(s) est (sont) le(s) différent(s) stade(s) de développement des plasmodium qui peut
(peuvent) être observé(s) sur un frottis sanguin?

A. Schizonte mûr
B. Trophozoïte
C. Sporozoïte
D. Oocyste
E. Gamétocyte ABE

8. Quels peuvent être les signes cliniques d'une infection à Plasmodium falciparum ?

A. fièvre seule
B. splénomégalie
C. thrombopénie
D. encéphalite
E. convulsions ABCDE

9. Par quel(s) élément(s) se caractérise habituellement un frottis sanguin de paludisme à


Plasmodium falciparum ?

A. La présence essentiellement de formes trophozoïtes


B. La présence possible de formes gamétocytes
C. Des hématies parasitées de grande taille
D. Des hématies parasitées riches en pigment malarique
E. L'absence de corps en rosace ABE

10. Parmi les critères suivants, lequel (lesquels) est (sont) retrouvé(s) dans le cas d’un accès
palustre à Plasmodium falciparum ?

A. Fièvre quarte
B. Hématies polyparasitées visibles sur le frottis sanguin
C. Présence de trophozoïtes dans le liquide céphalo-rachidien
D. Positivité des tests immunologiques détectant la protéine HRPII
E. Anémie modérée et modifications de la formule leucocytaire peu significatives BDE

11. Parmi les propositions suivantes concernant les caractéristiques d’une hématie parasitée par
Plasmodium Falciparum, laquelle est inexacte :

A. Présence de granulations de Schuffner


B. Présence quasi-exclusive de trophozoites
C. Présence de tache de Maurer
D. Présence de gamétocytes possibles

206
Annales d’internat en pharmacie

E. Absence de schizontes A

12. Quelle est la proposition exacte concernant le paludisme à Plasmodium falciparum?

A. Il n'est présent qu'en Afrique sub-saharienne


B. Les rechutes sont provoquées par les hypnozoites
C. Il peut être mortel
D. Il se déclare habituellement 3 ans après le retour de zone d'endémie
E. Il se traite par le fluconazole C

13. Lequel de ces signes ou symptômes ne peut pas être relié à un paludisme à Plasmodium
falciparum ?

A. Hépatosplénomégalie
B. Accès pernicieux
C. Hyperéosinophilie sanguine
D. Accès fébrile
E. Thrombopénie C

14. Parmi les propositions suivantes concernant le paludisme, indiquer celle(s) se rapportant à
Plasmodium falciparum :

A. Les hypnozoïtes sont à l'origine de reviviscence


B. La phase d'incubation est de 7 jours minimum
C. Le diagnostic d'urgence est sérologique
D. Les jeunes enfants sont particulièrement exposés aux accès graves
E. Le traitement fait appel aux azolés BD

15. Parmi les propositions suivantes, donner laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s). Le diagnostic
d'un paludisme à Plasmodium falciparum peut s'établir sur la présence de :

A. Hypnozoïtes dans les hépatocytes


B. Bradyzoïtes dans les érythrocytes
C. Sporozoïtes dans les érythrocytes
D. Trophozoïtes dans les érythrocytes
E. Gamétocytes dans les érythrocytes DE

16. Au cours du paludisme, quel(s) stade(s) évolutif(s) est (sont) observé(s) sur un frottis sanguin ?

A. Trophozoïte
B. Sporozoïtes
C. Oocystes
D. Gamétocytes
E. Schizontes ADE

17. Quel(s) stade(s) du parasite peut (peuvent) être observé(s) sur un frottis sanguin positif, lors du
diagnostic d'un paludisme?

A. Trophozoïtes
B. Gamètes
C. Gamétocytes

207
Annales d’internat en pharmacie

D. Sporozoïtes
E. Schizontes ACE

18. Parmi les propositions suivantes concernant le paludisme, une seule est fausse. Laquelle?

A. Les accès palustres diagnostiqués en France métropolitaine sont en grande majorité des cas
de paludisme d'importation
B. Le diagnostic biologique du paludisme est une urgence
C. Les formes graves de paludisme (accès pernicieux ou neuropaludisme) sont dues à
Plasmodium falciparum
D. Dans les formes graves de paludisme, on observe une hyperglycémie
E. Le traitement des formes graves utilise la quinine D

19. Parmi les propositions suivantes concernant le paludisme, laquelle(lesquelles) est(sont)


exacte(s) ?

A. La fièvre quarte est due à Plasmodium falciparum


B. Le paludisme est transmis par des phlébotomes
C. La goutte épaisse est une technique de microconcentration
D. Le diagnostic sérologique du paludisme est utilisé pour confirmer l'étiologie palustre d'une
splénomégalie
E. Il peut être contracté en dehors des zones d'endémie CDE

20. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) une (des) indication(s) du
diagnostic sérologique du paludisme ?

A. un accès grave à Plasmodium falciparum


B. un paludisme viscéral évolutif
C. le dépistage chez les donneurs de sang
D. un accès à Plasmodium malariae
E. les enquêtes épidémiologiques BCE

21. Concernant le paludisme, quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) inexacte(s) :

A. Plasmodium malariae provoque une fièvre quarte


B. L'homme est contaminé par la piqûre de l'anophèle mâle à la tombée de la nuit
C. Plasmodium falciparum est responsable de formes graves appelées neuropaludisme
D. Toutes les espèces de Plasmodium peuvent faire des phénomènes de reviviscence via les
hypnozoïtes
E. Plasmodium vivax se transmet principalement en Afrique alors que Plasmodium ovale n'est
presque pas retrouvé en Afrique. BDE

22. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exactes ? Plasmodium
falciparum :

A. Peut provoquer des accès mortels


B. Peut provoquer des accès simples
C. Est transmis sous forme de sporozoïtes par l'anophèle femelle
D. Est responsable d'une fièvre quarte
E. Forme des hypnozoïtes hépatiques ABC

208
Annales d’internat en pharmacie

23. Parmi les propositions suivantes concernant Plasmodium falciparum, indiquer celle (celles) qui
est (sont) exacte(s) :

A. Est un protozoaire intracellulaire


B. Peut présenter une résistance à la chloroquine
C. Présente des hypnozoïtes
D. Parasite uniquement les hématies âgées
E. Peut être responsable d'accès pernicieux ABE

24. Parmi les propositions suivantes concernant Plasmodium falciparum, indiquer celle(s) qui est
(sont) exacte(s) :

A. Le diagnostic repose sur le frottis sanguin associé à la goutte épaisse


B. Les schizontes sont fréquents dans le sang périphérique
C. L'association chloroquine + proguanil ne s'utilise qu'en prophylaxie
D. L'halofantrine est utilisée en prophylaxie
E. Le traitement de l'accès grave nécessite la quinine par voie veineuse ACE

25. Parmi les propositions suivantes concernant Plasmodium falciparum, lesquelles sont exactes ?

A. Il est responsable de la fièvre quarte


B. Il produit des hypnozoïtes hépatiques
C. Il est transmis par le Culex femelle
D. Il est sensible à la quinine
E. Il est responsable d'accès graves DE

26. Une seule de ces propositions est fausse, laquelle ? Plasmodium falciparum peut être
responsable :

A. d'un accès simple


B. d'un accès grave et/ou compliqué
C. d'une fièvre bilieuse hémoglobinurique
D. d'une néphrite quartane
E. d'une fièvre tierce maligne D

27. Lequel de ces antipaludéens n'est pas utilisable dans la chimioprévention du paludisme ?

A. Chloroquine (NIVAQUINE)
B. Proguanil (PALUDRINE)
C. Méfloquine (LARIAM)
D. Halofantrine (HALFAN)
E. Proguanil + Chloroquine (SAVARINE) D

209
Annales d’internat en pharmacie

4. La toxoplasmose

1. La toxoplasmose est une maladie

A. Due à un protozoaire rhizopode


B. Cosmopolite
C. Donnant un syndrome mononucléosique
D. Contagieuse
E. Ne sévissant qu’en pays tempéré BC

2. Parmi les propositions concernant la toxoplasmose congénitale, une seule est fausse. Laquelle?

A. L'infection fœtale résulte classiquement du passage du toxoplasme par voie transplacentaire


B. Elle peut entraîner des atteintes cérébrales chez l'enfant
C. Il faut que la primo-infestation de la mère est lieu au cours de la grossesse
D. La fréquence de transmission est d'autant plus grande que la grossesse est avancée
E. L'atteinte fœtale est d'autant plus sévère qu'elle est tardive E

3. Parmi les propositions suivantes concernant la toxoplasmose, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s) ?

A. Elle est due à un Apicomplexa (Sporozoaire)


B. Elle se contracte par ingestion de viande insuffisamment cuite et contenant des kystes de
Toxoplasma gondii
C. Elle se contracte par ingestion d'oocystes de Toxoplasma gondii
D. Elle se manifeste, lors d'une primo-infection, par une angine
E. Elle peut se compliquer, ultérieurement, par une chorio-rétinite ABCE

4. L'infestation par Toxoplasma gondii peut-être due à :

A. L'ingestion de végétaux crus


B. Une greffe d'organe
C. L'ingestion de viande crue
D. La piqûre d'un insecte hématophage
E. Un passage transplacentaire ABCE

5. Quel(s) est (sont) le(s) mode(s) d'infestation possible par Toxoplasma gondii ?

A. Greffe d'organe
B. Ingestion de viande de boeuf insuffisamment cuite
C. Contamination transplacentaire
D. Piqûre d'anophèle
E. Ingestion de crudités ABCE

6. Parmi les propositions suivantes. indiquer celle (celles) qui est (sont) exacte(s) : Les formes
responsables de la contamination par Toxoplasma gondii peuvent être:

A. Des spores

210
Annales d’internat en pharmacie

B. Des cysticerques
C. Des cercaires
D. Des oocystes
E. Des gamétocytes D

7. Indiquez la ou les réponse(s) exacte(s). La contamination par Toxoplasma gondii peut avoir lieu
par :

A. Ingestion de viande de bœuf insuffisamment cuite


B. Ingestion de poisson cru
C. Ingestion de végétaux crus
D. Contact avec des chiens
E. Contact avec des chats ACE

8. Une femme enceinte de 2 mois présente une sérologie de la toxoplasmose négative.


Elle devra :

A. Subir des examens sérologiques de la toxoplasmose mensuels jusqu'à l'accouchement


B. Subir au moins un examen sérologique de la toxoplasmose après l'accouchement
C. S'abstenir de consommer de la viande insuffisamment cuite
D. S'abstenir de consommer du poisson cru
E. S'abstenir de consommer des légumes crus, non lavés ABCE

9. Les résultats du diagnostic sérologique de la toxoplasmose conduisent aux conclusions suivantes


; laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s)?

A. Une sérologie négative oblige à la surveillance sérologique régulière tout au long de la


grossesse
B. Une sérologie positive chez le nouveau-né signe obligatoirement une toxoplasmose
évolutive
C. Une sérologie négative chez la femme enceinte oblige à donner des conseils prophylactiques
stricts
D. Une sérologie négative oblige à l'administration du vaccin antitoxoplasme
E. Une séro-conversion au cours de la grossesse n'entraîne pas obligatoirement une
toxoplasmose congénitale ACE

10. Parmi ces propositions concernant Toxoplasma gondii, une seule est fausse, laquelle ?

A. Est une coccidie


B. Son hôte définitif est le chat
C. Effectue sa reproduction sexuée chez l'homme
D. Est l'agent d'une zoonose
E. Existe sous forme de bradyzoïte C

11. Parmi les molécules suivantes, quelles sont celles utilisées dans le traitement de la
toxoplasmose ?

A. Métronidazole
B. Sulfadiazine
C. Pyriméthamine
D. Méfloquine
211
Annales d’internat en pharmacie

E. Spiramycine BCE

12. Quelle(s) est (sont) l'(les) affirmation(s) exacte(s) relative(s) à la toxoplasmose congénitale?

A. L'atteinte fœtale est d'autant plus sévère que la contamination maternelle a été précoce au
cours de la grossesse
B. La transmission fœto-maternelle est d'autant plus fréquente que la contamination
maternelle est plus tardive au cours de la grossesse
C. La gravité de l'atteinte fœtale est liée au nombre de réinfestations de la mère
D. La chorio-rétinite toxoplasmique peut se révéler plusieurs années après la naissance de
l'enfant
E. L'infection maternelle en cours de grossesse n'entraîne pas obligatoirement une infection
fœtale ABDE

13. Parmi les propositions suivantes concernant la toxoplasmose laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s) :

A. L'hôte définitif est le chat


B. C'est une infection opportuniste
C. Les tachyzoïtes sont éliminés dans les selles
D. La toxoplasmose acquise chez l'immunocompétent est le plus souvent symptomatique
E. En cas de diagnostic anténatal positif, la mère sera traitée par spiramycine AB

14. Parmi les propositions suivantes concernant Toxoplasma gondii, indiquer celle(s) qui est (sont)
exacte(s) ?

A. Il appartient à l'embranchement des Apicomplexa


B. L'hôte définitif est le chat
C. Il est présent chez l'Homme sous forme de kystes tissulaires
D. L'Homme excrète des oocystes sporulés
E. C'est un parasite intracellulaire ABCE

15. Parmi les propositions suivantes, laquelle est inexacte concernant l'infection à Toxoplasma
gondii ?

A. La transmission materno-foetale est plus fréquente, mais moins grave, au cours de 3ème
trimestre de la grossesse.
B. La transmission peut se faire au cours de transplantations d'organes
C. Le chat est l'hôte intermédiaire
D. Le développement du parasite est exclusivement intracellulaire
E. La présence d'une toxoplasmose cérébrale chez un sujet VIH positif classe ce patient en
stade SIDA C

16. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? La toxoplasmose…

A. est liée à la présence de Toxoplasma gondii…


B. est une maladie rare
C. peut-être contractée par une ingestion de crudités souillées
D. est de plus en plus fréquente
E. est le plus souvent bénigne ACE
212
Annales d’internat en pharmacie

17. Quelle proposition parmi les suivantes n’est pas exacte à propos de l’infection à Toxoplasma
gondii ? (Question modifiée)

A. La transmission materno-fœtale est plus fréquente, mais moins grave, au cours du troisième
trimestre de la grossesse
B. La transmission peut se faire au cours de transplantations d’organes
C. Le chien est l’hôte intermédiaire de T. gondii
D. Le parasite se développe exclusivement en intracellulaire
E. La présence d’une toxoplasmose cérébrale chez un sujet VIH positif classe ce patient en
stade SIDA C

18. À propos de Toxoplasma gondii, quel est le mode de contamination le plus fréquent en Europe
?

A. Ingestion de viande mal cuite


B. Contamination in utero
C. Contamination par le chat
D. Contamination transfusionnelle
E. Contamination par le chien A

19. Parmi les propositions suivantes concernant la toxoplasmose cérébrale des patients atteints de
SIDA, une seule est fausse, laquelle ?

A. Il s'agit habituellement d'une réactivation d'une toxoplasmose ancienne


B. L'imagerie médicale est un élément utile au diagnostic
C. Elle peut être prévenue par vaccination
D. L'association pyriméthamine-sulfadiazine est efficace
E. Une prophylaxie secondaire d'entretien est habituellement conseillée C

20. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui est(sont) exacte(s) concernant la
toxoplasmose :

A. Elle se contracte par ingestion de viande insuffisamment cuite contenant des kystes
tissulaires
B. Elle est due à un Apicomplexa
C. Elle se traite par le fluconazole
D. Elle peut être à l'origine d'une choriorétinite
E. Elle peut s'accompagner d'un syndrome mononucléosique ABDE

21. Parmi les médicaments suivants, lequel est indiqué dans le traitement de la toxoplasmose chez
la femme enceinte au cours du premier trimestre de la grossesse ?

A. Sulfadiazine
B. Pyriméthamine
C. Métronidazole
D. Spiramycine
E. Fluconazole D

22. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui est (sont) exacte(s) concernant la
toxoplasmose.

213
Annales d’internat en pharmacie

A. Elle peut être transmise à l'homme par la consommation de viande insuffisamment cuite
B. Elle peut se manifester par des troubles nerveux centraux
C. Elle fait partie des parasitoses humaines opportunistes
D. Elle est traitée par les dérivés 5-nitro imidazolés
E. Elle provoque une anémie ABC

214
Annales d’internat en pharmacie

5. Leishmaniose

1. Donner la ou les propositions exactes à propos de la leishmaniose à L. infantum

A. C'est une maladie contagieuse par transfusion sanguine


B. C'est une zoonose dont le réservoir principal, dans nos régions, est l'Homme
C. Le tableau clinique est dominé par des hémorragies digestives chroniques
D. Le vecteur de cette maladie est un insecte diptère piqueur, le Phlébotome
E. Elle n'est pas rencontrée, de manière normale, en France. AD

2. Parmi les propositions suivantes concernant les leishmanioses cutanées, laquelle est inexacte ?

A. Sont dues en France à Leishmania infantum


B. Finissent toutes par guérir sans séquelles
C. Peuvent sévir par épidémies en milieu rural
D. Peuvent sévir par épidémies en milieu urbain
E. Siègent en zone cutanée découverte accessible au vecteur B

3. Parmi les propositions suivantes concernant les signes cliniques et biologiques caractéristiques
d'une leishmaniose à Leishmania infantum, indiquer celle qui est fausse :

A. Splénomégalie
B. Fièvre anarchique
C. Lésion cutanée
D. Hyperéosinophilie sanguine
E. Anémie D

215
Annales d’internat en pharmacie

6. Fasciolose à Fasciola hepatica

1. Indiquer quel est le mode de contamination de l'homme par Fasciola hepatica :

A. Ingestion d'un mollusque contaminé


B. Ingestion d'œuf dans de l'eau de boisson
C. Pénétration de larve par voie transcutanée
D. Ingestion d'un végétal supportant les formes enkystées
E. Piqûre d'un insecte hématophage D

2. De ces cinq éventualités, laquelle peut expliquer la contamination de l'homme par Fasciola
hepatica ?

A. Piqûre par un insecte hématophage


B. Consommation de végétaux crus
C. Consommation de viande de bœuf insuffisamment cuite
D. Baignade en piscine
E. Transmission sexuelle B

3. Le traitement de la fasciolose fait appel à :

A. La déhydro-émétine
B. Au thiabendazole (MINTEZOL)
C. Au niridazole (AMBILHAR)
D. A la diéthylcarbamazine (NOTEZINE)
E. Au flubendazole (FLUVERMAL) A

4. Quelle(s) technique(s) est (sont) utilisée(s) dans le diagnostic d'une fasciolose?

A. Cellophane adhésive (Scotch-test)


B. Immunoélectrophorèse
C. Technique d'extraction de Baermann
D. Examen coprologique
E. Tubage duodénal BDE

5. Quel(s) est (sont) les signe(s) biologique(s) observé(s) à la phase d'invasion de la fasciolose à
Fasciola hepatica ?

A. Hyperéosinophilie sanguine
B. Présence d'oeufs dans les selles
C. Anémie
D. Présence d'anticorps sériques spécifiques
E. Présence de larves dans les urines AD

6. Parmi les propositions suivantes concernant Fasciola hepatica, lesquelles sont exactes :

A. Pond des oeufs operculés


B. Est un trématode dioïque
C. Est cosmopolite
216
Annales d’internat en pharmacie

D. A pour hôte intermédiaire Galba (= Lymnea) truncatula


E. A une localisation jéjunale ACD

7. Lequel de ces imidazolés est utilisé dans le traitement de la fasciolose ?

A. Miconazole
B. Flubendazole
C. Metronidazole
D. Triclabendazole
E. Econazole D

8. Parmi les propositions suivantes, quelle est celle qui s'applique à Fasciola hepatica :

A. C'est un ver plat, foliacé, non segmenté, du groupe des cestodes


B. C'est un parasite à sexes séparés
C. L'hôte intermédiaire est la planorbe
D. La forme infestante est la forme métacercaire
E. Le traitement de la distomatose est à base d'albendazole D

9. Laquelle de ces affirmations est juste ? Concernant le parasite Fasciola hepatica,

A. Il appartient à l’embranchement des Némathelminthes


B. Il présente 3 ventouses
C. Ses œufs sont embryonnés à la ponte
D. L’homme est un hôte accidentel pour le parasite
E. L’hôte intermédiaire est un mollusque : la planorbe D

10. Quelle est la morphologie de Fasciola hepatica ?

A. Taille de l'adulte : 15 cm, une seule ventouse


B. Taille de l'adulte : 3 cm, deux ventouses
C. Adultes en forme de feuille
D. Œufs operculés
E. Œufs de 50 μm de long BCD

11. En parasitologie, une hépatomégalie accompagnée d'hyperéosinophilie sanguine peut


s'observer avec :

A. Schistosoma mansoni
B. Fasciola hepatica
C. Plasmodium falciparum
D. Trichophyton rubrum
E. Entamoeba histolytica AB

12. Parmi ces propositions concernant Fasciola hepatica, laquelle(lesquelles) est(sont) exacte(s) ?

A. C'est un nématode
B. Elle pond des oeufs embryonnés
C. Elle a pour hôte intermédiaire Galba truncatula
D. Elle infeste l'hôte définitif sous forme de métacercaire
E. Elle est responsable d'une zoonose CDE

217
Annales d’internat en pharmacie

13. Quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s) concernant la distomatose à Fasciola
hepatica ?

A. Elle est observée dans les régions d'élevage ovin


B. Elle s'observe chez l'homme après ingestion de viande de bœuf contaminée
C. Elle provoque une hyperéosinophilie sanguine
D. Elle est généralement traitée par le métronidazole
E. Elle ne peut être diagnostiquée que par des techniques immunologiques AC

14. Parmi les parasites suivants, lequel appartient à la classe des Trématodes et infeste son hôte
par ingestion ?

A. Tænia saginata
B. Echinococcus granulosus
C. Fasciola hepatica
D. Schistosoma mansoni
E. Enterobius vermicularis C

218
Annales d’internat en pharmacie

7. Bilharziose à Schistosoma mansoni

1. Parmi les propositions suivantes, donner laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s). Schistosoma
mansoni :

A. Est un trématode
B. Est présent aux Caraïbes
C. Est responsable d'une bilharziose intestinale
D. Provoque une hématurie
E. Est traité par praziquantel (BILTRICIDE®) ABCE

2. Lesquelles de ses affirmations ne concernent pas Schistosoma Mansoni :

A. On se contamine en eau douce, les métacercaires pénétrent par la peau attirée par
chimiotactisme.
B. A la phase d'état, on peut retrouver des signes de pathologie hépatosplénique et
d'hypertension portale.
C. Il peut être utile pour mesurer l'efficacité thérapeutique de réaliser un test d'éclosion du
miracidium pour rechercher des oeufs morts calcifiés.
D. Le traitement principal de cette parasitose est le triclabendazole.
E. On retrouve fréquemment cette pathologie dans les Antilles, Amérique du sud.. AD

3. En parasitologie, une hépatomégalie accompagnée d'hyperéosinophilie sanguine peut


s'observer avec :

A. Schistosoma mansoni
B. Fasciola hepatica
C. Plasmodium falciparum
D. Trichophyton rubrum
E. Entamoeba histolytica AB

4. Parmi ces cinq propositions, indiquer le mode habituel de contamination de l'homme dans la
bilharziose urinaire:

A. Transmission vénérienne
B. Piqûre d'insecte hématophage
C. Ingestion de larves avec l'eau de boisson
D. Pénétration trans-cutanée
E. Morsure par un animal infecté D

5. Parmi les signes suivants, lesquels sont évocateurs d’une infection à Schistosoma mansoni ?

A. Asthénie
B. Diarrhées
C. Hématurie
D. Ascite
E. Granulomes dans les tissus visibles à la radiographie ABDE

219
Annales d’internat en pharmacie

6. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? Concernant
Schistosoma mansoni :

A. Ce némathelminthe est un parasite des plexus veineux viscéraux.


B. Son hôte intermédiaire est un mollusque gastéropode : la planorbe.
C. Son œuf est oval, non embryonné et présente un éperon latéral.
D. La contamination s'effectue par voie digestive.
E. Le traitement consiste en une prise unique de praziquantel (BILTRICIDE). BE

7. Quel(s) est(sont) le(s) parasite(s) habituellement diagnostiqué(s) chez l'Homme, par un examen
coprologique ?

A. Toxoplasma gondii
B. Schistosoma mansoni
C. Strongyloides stercoralis
D. Echinococcus granulosus
E. Giardia intestinalis BCE

8. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle qui est exacte. Le praziquantel (BILTRICIDE®) est
le médicament utilisé contre :

A. Strongyloides stercoralis
B. Schistosoma mansoni
C. Cryptococcus neoformans
D. Fasciola hepatica
E. Ascaris lumbricoides B

220
Annales d’internat en pharmacie

8. Téniasis à Tænia saginata

1. A propos du téniasis à Taenia saginata, une seule de ces propositions est fausse, laquelle ?

A. C'est le téniasis le plus répandu en France


B. Il est dû à la présence chez l'homme d'un trématode sous sa forme adulte
C. Le ver responsable est un parasite hétéroxène
D. La forme infestante pour l'homme est véhiculée par de la viande de bœuf insuffisamment
cuite
E. Le niclosamide (TREDEMINE®) constitue le traitement de première intention B

2. Le taeniasis à Taenia saginata se contracte:

A. Par ingestion de viande de porc


B. Par ingestion de viande de mouton
C. Par ingestion de viande de bœuf
D. Par contact avec des anneaux d'un sujet parasité
E. Par ingestion de légumes souillés par des embryophores C

3. Indiquer quel est le mode de contamination de l'homme par Fasciola hepatica :

A. Ingestion d'un mollusque contaminé


B. Ingestion d'œuf dans de l'eau de boisson
C. Pénétration de larve par voie transcutanée
D. Ingestion d'un végétal supportant les formes enkystées
E. Piqûre d'un insecte hématophage D

4. L'hôte définitif de Tænia saginata est:

A. L'Homme
B. Le Boeuf
C. Le Porc
D. Le Mouton
E. Le Cheval A

5. Dans les affirmations suivantes, cocher la ou les réponse(s) exacte(s). Les signes cliniques et
biologiques d'une téniase à Taenia saginata sont caractérisés par :

A. Une hépatomégalie
B. Des nausées et des crampes épigastriques
C. Une hyperéosinophilie modérée lors de la phase de maturation du ver
D. Une perturbation de l'appétit
E. Une anémie BCD

6. Parmi les propositions suivantes concernant le téniasis à Tænia saginata, indiquer celles qui sont
exactes.

A. Se caractérise, en phase d'invasion, par une toux sèche


B. Se contracte en consommant de la viande de porc insuffisamment cuite
221
Annales d’internat en pharmacie

C. Se caractérise, en phase d'état, par une hyperéosinophilie sanguine de l'ordre de 4 G/L


D. Se traite par le niclosamide (TREDEMINE®)
E. Est confirmé par la découverte d'anneaux blancs mesurant environ 1,5 à 2 cm de long sur
0,5 à 1 cm de large DE

7. Après ingestion de viande bovine contaminée, au bout de combien de temps l'hôte définitif
éliminera-t-il des anneaux mûrs de Tænia saginata ?

A. Jamais
B. 8 jours
C. 15 jours
D. 1 mois
E. 3 mois E

8. Parmi les propositions suivantes concernant Tænia saginata, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s) :

A. C'est un platelminthe appartenant aux cestodes hermaphrodites


B. On s'infeste en mangeant de la viande de porc insuffisamment cuite
C. Le diagnostic est le plus souvent posé grâce à la découverte d'œufs dans les selles
D. C'est un ver solitaire
E. On peut utiliser le praziquantel = Biltricide® pour le traitement ADE

9. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui est(sont) exacte(s) ? Le ver adulte de
Tænia saginata est caractérisé par :

A. Un scolex portant 2 couronnes de crochets


B. Une taille de 2 cm
C. Des anneaux portant des ramifications utérines nombreuses
D. Un scolex portant 4 ventouses
E. Des anneaux portant chacun 2 pores génitaux CD

222
Annales d’internat en pharmacie

9. Echinococcus granulosus

1. Concernant Echinococcus granulosus, quelle(s) est (sont) la (les) réponse(s) exacte(s) :

A. C'est un plathelminthe appartenant aux trématodes


B. Il est composé de 3 ou 4 anneaux, il a trois ventouses, et un rostre avec un double couronne
de crochets
C. L'hôte définitif appartient aux canidés, il héberge la forme larvaire du parasite.
D. Dans 70% des cas environ, il provoque une hydatidose hépatique
E. L'hyperéosinophilie est forte et constante D

2. Parmi ces propositions concernant Echinococcus granulosus, une seule est fausse, laquelle?

A. C'est un cestode
B. Le ver adulte mesure quelques millimètres
C. L'hôte définitif est le chien
D. Ses œufs contiennent un embryon hexacanthe
E. L'homme se contamine par ingestion de viande E

3. Les kystes hydatiques

A. Se localisent préférentiellement au niveau du foie et du poumon


B. Sont souvent cliniquement latents pendant des années
C. Sont facilement ponctionnables, ce qui permet un diagnostic parasitologique direct
D. Peuvent se localiser en n’importe quel point de l’organisme
E. Se manifestent cliniquement surtout par des troubles de compression des organes ABDE

223
Annales d’internat en pharmacie

10. Oxyurose

1. Parmi les propositions suivantes, une seule est fausse. Laquelle? Dans l'oxyurose, la prophylaxie
consiste à :

A. Traiter tous les membres de la famille


B. Traiter les animaux de compagnie
C. Se laver les mains avant chaque repas
D. Couper les ongles courts
E. Renouveler le traitement au bout de 3 semaines B

2. Le prurit anal est le symptôme majeur de:

A. L'anguillulose
B. L'ankylostomose
C. L'oxyurose
D. La bilharziose
E. Le teniasis C

3. Parmi les propositions suivantes concernant l'oxyurose, indiquer celle(s) qui est (sont)
inexacte(s) :

A. Le syndrome de Löffler se manifeste tardivement au cours de l'oxyurose


B. La ponte des femelles d'oxyure a lieu 3 mois après le comptage humain
C. Il peut y avoir une hyperéosinophilie modérée au cours de l'oxyurose
D. L'oxyure adulte peut être évacué par la bouche
E. Le flubendazole (FLUVERMAL®) est un médicament utilisé dans l'oxyurose ABD

4. A propos de l'oxyurose :

A. on peut retrouver une hyperéosinophilie à 20% dans certains cas


B. un des traitements proposés est le Fluconazole (TRIFLUCAN)
C. un des traitements proposé est le Flubendazole (FLUVERMAL)
D. un des traitements proposé est l'Albendazole (ZENTEL)
E. il faut recommencer le traitement 3 jours après ACD

5. Parmi les propositions suivantes concernant l'oxyurose, une seule est fausse, laquelle ? La
prophylaxie consiste à :

A. Traiter tous les membres de la famille


B. Laver soigneusement les fruits et les légumes avant de les consommer
C. Se laver les mains avant chaque repas
D. Couper les ongles courts
E. Renouveler le traitement au bout de 3 semaines B

6. Parmi les propositions suivantes, cocher celle(s) qui est (sont) exacte(s). Le flubendazole est très
actif dans :

A. L'oxyurose
224
Annales d’internat en pharmacie

B. L'ascaridiose
C. L'anguillulose
D. Le téniasis
E. La fasciolose AB

7. Lequel (lesquels) de ces antihelminthiques est (sont) utilisé(s) dans le traitement d'une oxyurose
?

A. Flubendazole (FLUVERMAL®)
B. Niclosamide (TREDEMINE®)
C. Pyrantel (HELMINTOX®)
D. Praziquantel (BILTRICIDE®)
E. Pyrvinium (POVANYL®) ACE

225
Annales d’internat en pharmacie

11. Anguillulose

1. Parmi ces propositions concernant l'anguillulose, une seule est fausse, laquelle?

A. Est fréquente en zone tropicale


B. Est responsable d'une hyperéosinophilie oscillante
C. Est due à Strongyloides stercoralis
D. Se traite par le praziquantel (BILTRICIDE®)
E. Est aggravée par la corticothérapie D

2. Parmi les propositions suivantes concernant l'anguillulose, une seule est fausse. Laquelle?

A. C'est une parasitose opportuniste chez le sidéen


B. Elle se contracte par passage transcutané des larves infestantes
C. Elle peut persister plus de 10 ans.
D. Elle est accompagnée d'une hyperéosinophilie sanguine fluctuante
E. Elle se traite par l'ivermectine (STROMECTOL®). A

3. Parmi les propositions suivantes concernant l'anguillule, indiquez celle(s) qui est (sont)
exacte(s) :

A. Strongyloides stercoralis est un trématode strictement humain


B. L'homme est infestée en mangeant des végétaux crus (pissenlits, cresson..)
C. On peut retrouver le syndrome de larva currens, lors des phases d'auto-infestation
D. L'anguillulose est asymptomatique dans 50% des cas chez l'immunocompétent alors qu'elle
provoque une anguillulose maligne, pouvant être fatale, chez l'immunodéprimé
E. Le traitement de l'anguillulose chez l’immunocompétente repose sur une prise unique
d'Ivermectine (STROMECTOL) CDE

4. Quels sont des différents stades du cycle de l'anguillule ?

A. oeufs éliminés dans les selles


B. larve rhabditoïde dans les selles
C. larve strongyloïde dans les selles
D. Contamination par ingestion de la larve strongyloïde infestante
E. Contamination par passage transcutané de la larve strongyloïde infestante BE

5. Parmi les propositions suivantes concernant Strongyloides stercoralis, une seule est inexacte,
laquelle?

A. La femelle parthogénétique est parasite


B. La multiplication sexuée se fait sur le sol
C. Les manifestations cliniques sont uniquement intestinales
D. Il existe un cycle direct endogène (ou d'auto-infestation)
E. La forme infestante est la larve strongyloïde C

6. Parmi les propositions suivantes, concernant Strongyloides stercoralis, laquelle (lesquelles) est
(sont) exacte(s):

226
Annales d’internat en pharmacie

A. C'est une parasitose liée au péril fécal


B. On se contamine en mangeant des aliments souillés par des oeufs
C. On ne peut observer que des formes rhabditoïdes
D. Il peut exister une forme disséminée dite maligne chez l'immunodéprimé
E. Pour le traitement, on utilise le flubendazole par voie orale AD

7. Parmi les propositions suivantes concernant Strongyloïdes stercoralis, lesquelles sont exactes :

A. est responsable de "larva currens" chez l'homme


B. a pour hôte intermédiaire Galba truncatula
C. est sensible à l'ivermectine (STROMECTOL®)
D. peut-être asymptomatique
E. effectue une migration larvaire chez l'homme ACDE

8. Parmi les parasites suivants, lequel (ou lesquels) appartiennent aux nématodes :

A. Plasmodium malariae
B. Echinococcus granulosus
C. Strongyloides stercoralis
D. Enterobius vermicularis
E. Fasciola hepatica CD

9. Donner le ou les parasite(s) qui infeste(nt) l'homme par pénétration transcutanée:

A. Strongyloides stercoralis
B. Ancylostoma duodenale
C. Enterobius vermicularis
D. Fasciola hepatica
E. Giardia intestinalis AB

227
Annales d’internat en pharmacie

12. Candida albicans

1. Parmi les propositions suivantes concernant Candida albicans, une seule est fausse. Laquelle?

A. Saprophyte digestif de l'homme


B. Sensible à l'amphotéricine B (FUNGIZONE)
C. Responsable de muguet buccal
D. Capable de chlamydiosporulation in vivo
E. Anaérobie E

2. Parmi les caractères suivants, certains concernent Candida albicans, indiquer lesquels ?

A. Bourgeonnement
B. Espèce opportuniste
C. Espèce kératinophile
D. Formation possible de pseudo-mycélium
E. Agent possible de mycoses profondes ABDE

3. Parmi les propositions suivantes, quelle est celle qui ne s'applique pas aux infections à Candida
albicans :

A. Ce sont des infections cosmopolites, opportunistes et souvent nosocomiales


B. La macération, les irritations, l'obésité, la grossesse, le diabète, les brûlures sont des
facteurs de risque
C. La perlèche est une fissuration bilatérale des commissures labiales
D. L'auxanogramme, le test de chlamydosporulation, et le test de blastèse permettent
l'identification en une étape de C. albicans
E. Le miconazole est utilisé pour le traitement du muguet de l'immunodéprimé par voie locale
D

4. Quelles sont les propositions exactes concernant Candida albicans ?

A. Des levures retrouvées dans les selles sont un signe d’infection digestive
B. Un patient VIH + souffrant d’une candidose œsophagienne est en stade SIDA
C. Un test de blastèse positif identifie l’espèce Candida albicans
D. Les souches résistantes au fluconazole sont très rares
E. On peut retrouver la levure dans des prélèvements de phanères BCE

5. Parmi les propositions suivantes concernant le traitement des infections à Candida, laquelle
(lesquelles) est (sont) exacte(s) :

A. Le traitement des onchomycoses se fait par voie locale uniquement


B. Le traitement des onchomycoses se fait par voie orale en première intention
C. Il faut toujours réaliser un antifongigramme avant la mise en place du traitement
D. Les fomes disséminées sont traitées par Fluconazole
E. Il existe des moyens de prophylaxie dans certains cas ADE

228
Annales d’internat en pharmacie

6. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? Concernant le test de
chlamydosporulation :

A. Ce test est réalisé à partir d'une culture.


B. La température d'incubation doit être comprise entre 28 et 30°C.
C. Candida albicans produit des chlamydospores, du pseudomycellium et des levures
D. Candida glabrata ne produit que des levures
E. Ce test est réalisé dans un milieu riche. ABCD

7. Parmi les parasitoses suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) considérée(s) comme
opportuniste(s) :

A. Toxoplasmose
B. Taeniasis
C. Candidose
D. Aspergillose
E. Paludisme ACD

8. Parmi les médicaments suivants, quels sont ceux qui sont utilisés dans le traitement des
candidoses profondes ?

A. Praziquantel (BILTRICIDE ®)
B. Fluconazole (TRIFLUCAN ®)
C. Amphotéricine B (FUNGIZONE ®)
D. Tinidazole ( FASIGYNE ®)
E. Flucytosine (ANCOTIL ®) BCE

229
Annales d’internat en pharmacie

13. Cryptococcus neoformans

1. Cryptococcus neoformans :

A. Peut pénétrer par voie cutanée


B. Est encapsulé
C. Est retrouvé dans le LBA et les hémocultures
D. La recherche d’anticorps ne fait pas partie du bilan diagnostic
E. Est une levure opportuniste présente dans les fientes de pigeon ABCDE

2. Parmi les propositions suivantes, une seule est exacte, laquelle? La caractérisation de
Cryptococcus neoformans dans un LCR est réalisée par la présence à l'examen direct

A. De blastospores
B. D'une capsule polysaccharidique
C. D'arthrospores
D. De vrai mycélium
E. De pseudomycelium B

3. Parmi les affirmations suivantes concernant Cryptococcus neoformans, une seule est fausse,
laquelle?

A. Cette levure est encapsulée


B. Elle a un tropisme pour le système nerveux central
C. La contamination est d'origine endogène
D. La maladie survient le plus souvent dans un contexte d'immunodépression
E. Elle est habituellement sensible à l'amphotéricine B (FUNGIZONE) C

4. Cryptococcus neoformans:

A. Est une levure capsulée


B. Son mode de contamination est exclusivement respiratoire
C. Sa morbidité est faible chez l'immunodéprimé
D. Est généralement sensible au fluconazole
E. Présente un tropisme pour le système nerveux central ADE

5. A propos de Cryptococcus neoformans, quelle(s) est (sont) la (les) réponse(s) exacte(s) ?

A. C’est un pathogène opportuniste pouvant entraîner des lésions osseuses


B. La recherche de l’uréase est un élément important de l’identification
C. Il peut former des pseudo-mycéliums après culture sur milieu de Sabouraud
D. Il est généralement sensible à l’amphotéricine B
E. Il possède une capsule ABDE

230
Annales d’internat en pharmacie

14. Aspergillus fumigatus

1. Parmi les propositions suivantes concernant Aspergillus fumigatus, certaines sont exactes.
Lesquelles ?

A. Champignon kératinophile
B. Reproduction par macroconidies
C. La contamination est généralement d'origine exogène
D. Cultive généralement en plus de 10 jours sur milieu de Sabouraud
E. Responsable de la majorité des aspergilloses, en régions tempérées CE

2. Parmi les propositions suivantes concernant Aspergillus fumigatus lesquelles sont exactes :

A. Est un champignon filamenteux


B. Est contracté par inhalation de spores
C. Est identifié par la présence de macroconidies
D. Peut être traité par fluconazole
E. Est un opportuniste ABE

3. Parmi ces propositions, laquelle est fausse ?

A. Aspergillus fumigatus est un champignon filamenteux, très opportuniste, thermotolérant.


B. Au bout de son conidiophore se trouve une vésicule sur laquelle sont implantés les métules
puis les phialides.
C. L'agranulocytose est un des facteurs favorisants de l'aspergillose.
D. Lors du diagnostic mycologique, la mise en culture se fait sur milieu Sabouraud
chloramphénicol sans actidione.
E. Le traitement de 1ère intention de l'API (Aspergillose pulmonaire invasive) est le
voriconazole en IV. B

4. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? L’aspergillome…

A. est dû à un champignon levuriforme


B. nécessite une cavité préexistante
C. se traduit par des signes cliniques peu spécifiques
D. Le diagnostic est uniquement biologique
E. peut évoluer en insuffisance respiratoire BCE

5. Concernant les infections à Aspergillus fumigatus, quelle(s) réponse(s) parmi les suivantes est
(sont) exactes ?

A. A.fumigatus est un champignon filamenteux


B. Il est rarement isolé chez les sujets immunocompétents
C. Il ne provoque pas de réaction allergique
D. Le dosage des anticorps est pratiqué chez tous les patients ayant développé un
aspergillome
E. Le traitement de référence de l’aspergillose invasive est l’amphotéricine B ABE

231
Annales d’internat en pharmacie

6. Aspergillus fumigatus

A. Possède au niveau de la tête aspergillaire, une rangée de métules, une rangée de phialides
puis des conidies
B. Pousse en 48 à 72h
C. Est un champignon ubiquitaire
D. Est systématiquement pathogène
E. Donne, sur un milieu de Sabouraud, des colonies vertes et poudreuses BCE

7. Parmi la liste suivante, indiquer l'agent responsable d'infections respiratoires :

A. Microsporum canis
B. Aspergillus fumigatus
C. Trichophyton mentagrophytes
D. Epidermophyton floccosum
E. Trichophyton rubrum B

8. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui est (sont) exacte(s). Un aspergillome peut
être associé à :

A. Un développement dans une cavité pulmonaire préexistante


B. Des hémoptysies
C. Des douleurs thoraciques
D. Une agranulocytose
E. Une image en "grelot" en radiographie pulmonaire ABCE

9. Parmi les infections suivantes, laquelle peut être due à Aspergillus fumigatus ?

A. Teigne
B. Diarrhée
C. Muguet buccal
D. Périonyxis
E. Pneumopathie E

232
Annales d’internat en pharmacie

15. Infections à dermatophytes


(Microsporum canis, Trichophyton rubrum,
Trichophyton mentagrophytes)

1. Parmi les champignons suivants, quels sont ceux qui, font partie des dermatophytes ?

A. Trichophyton rubrum
B. Microsporum canis
C. Candida albicans
D. Aspergillus fumigatus
E. Epidermophyton fIoccosum ABE

2. Parmi les propositions suivantes concernant les dermatophytes laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s) :

A. Ce sont des champignons saprophytes


B. Les teignes microsporiques sont le plus souvent dues à M . Canis
C. Le prélèvement doit être effectué au centre de la lésion
D. Ils peuvent provoquées une onychomycose distale
E. T. rubrum est une espèce anthropophile BDE

3. Concernant les teignes tondantes microsporiques, quelles sont les affirmations exactes ?

A. Elles sont responsables de nombreuses petites plaques d'alopécie


B. Elles sont principalement dues à M.canis
C. Le parasitisme est de type endothrix et l'examen à la lampe de Wood est positif
D. Les lésions régressent spontanément à la puberté
E. Elles nécessitent une éviction scolaire BD

4. Parmi les affirmations suivantes, laquelle (lesquelles) s’applique(nt) aux dermatophytes ?

A. Tous les dermatophytes produisent des spores par multiplication asexuée


B. Tous les dermatophytes ont une affinité pour la kératine
C. Microsporum canis peut provoquer des herpes circinés
D. Trichophyton rubrum se distingue de Trichophyton mentagrophytes par la présence de
macroconidies caractéristiques
E. Le traitement d’un onyxis à T. rubrum dure en moyenne trois semaines ABC

5. A propos de la teigne provoquée par Microsporum canis, une seule de ces propositions est
fausse, laquelle?

A. L'atteinte du cheveu qu'elle provoque est de type ecto-endothrix


B. C'est une zoonose
C. Elle s'accompagne fréquemment de lésions cutanées de type "herpès circiné"
D. C'est une "teigne suppurée"
E. La griséofulvine administrée per os agit sur le mycélium intrapilaire et non sur les spores D
233
Annales d’internat en pharmacie

6. Parmi les propositions suivantes concernant Microsporum canis, lesquelles sont exactes :

A. Est responsable d'une zoonose


B. Est l'agent d'herpes circiné
C. Est sensible au flubendazole
D. Est une levure commensale
E. Provoque des teignes tondantes ABE

7. Parmi les affirmations suivantes concernant les dermatophytes, indiquer la ou les proposition(s)
exacte(s) :

A. Epidermophyton floccosum est une espèce zoophile


B. Microsporum canis est souvent transmis par le chat
C. Trichophyton rubrum est responsable de teignes inflammatoires du cuir chevelu
D. Trichophyton mentagrophytes est responsable d'épidermophyties de la peau glabre
E. Microsporum canis est responsable de teignes tondantes BDE

8. Les infections provoquées par ces champignons résultent généralement d'une contamination
d'origine exogène :

A. Candida albicans
B. Aspergillus fumigatus
C. Trichophyton mentagrophytes
D. Cryptococcus neoformans
E. Microsporum canis BCDE

9. Parmi les propositions suivantes concernant Trychophyton rubrum, laquelle (lesquelles) est
(sont) exacte(s) :

A. Peut être responsable d’un herpès circiné


B. Peut être responsable d’un eczéma marginé de Hébra
C. Peut être responsable d’un onyxis
D. Peut être responsable d’un périonyxis
E. Peut être responsable d’un pied d’athlète ABCE

10. Parmi les propositions suivantes concernant Microsporum canis, quelles sont celles qui sont
exactes :

A. est responsable d'une teigne tondante sèche


B. est une espèce anthropophile
C. est responsable d'un herpès circiné
D. est responsable d'une fluorescence verte des phanères parasités en lumière de Wood
E. présente, en culture, des macroconidies en navette, à paroi épaisse, échinulée et à
extrémités pointues ACDE

11. Parmi les propositions suivantes concernant les champignons, lequel (lesquels) est (sont)
exclusivement anthropophiles ?

A. Cryptococcus neoformans
B. Trichophytum rubrum
C. Aspergillus fumigatus

234
Annales d’internat en pharmacie

D. Candida albicans
E. Trichophytum mentagrophytes B

12. A propos des mycoses unguéales, une seule de ces propositions est fausse, laquelle?

A. Trichophyton rubrum est un agent classique des onyxis dermatophytiques


B. Un onyxis à Candida albicans a classiquement pour point de départ un périonyxis
C. La griséofulvine est inefficace dans les onyxis levuriques
D. La source de contamination des onyxis dermatophytiques est endogène
E. Leur diagnostic repose sur l'examen direct et la mise en culture du prélèvement D

235
Annales d’internat en pharmacie

16. Pneumocystoses

1. Donner la ou les propositions exactes à propos des Pneumocystoses :

A. Pneumocystis jirovecii colonise des cavités pulmonaires préexistantes.


B. Un épisode de pneumocystose chez un patient immunodéprimé justifie la mise en place
d'une prophylaxie secondaire
C. le taux de CD4 justifiant la mise en place d'une prophylaxie primaire de la pneumocystose
est "inférieur à 50 mm3"
D. En cas de prophylaxie (primaire ou secondaire) de la pneumocystose, les patients risquent
une carence en en vitamine B12
E. On peut utiliser les AIS (anti-inflammatoires stéroïdiens) comme adjuvant au début du
traitement de la pneumocystose à P. jirovecii BE

2. Quelle proposition parmi les suivantes ne concerne pas la pneumopathie à Pneumocystis


jirovecii ?

A. Il s’agit d’une des affectons opportunistes les plus courantes en France


B. Le diagnostic de certitude se fait par la mise en évidence de kystes ou de trophozoïtes dans
le Lavage Broncho-Alvéolaire du patient
C. C’est une affection traduisant le passage au stade SIDA
D. Le traitement et la prévention reposent sur le cotrimoxazole en première intention
E. L’agent pathogène est de la même famille que Toxoplasma gondii E

236
Annales d’internat en pharmacie

17. Divers

1. Parmi les propositions suivantes concernant la parasitologie, indiquez celle(s) qui est (sont)
exacte(s) :

A. L'observation de la forme kystique de Trichomonas vaginalis à l'examen direct suffit à


confirmer le diagnostic d'une Trichomonoses.
B. Dans le cycle évolutif de Leishmania infantum, on retrouve la forme promastigote chez le
phlébotome femelle et la forme amastigote dans les macrophages de l'homme.
C. L'infection par Gardia intestinalis peut se manifester par la Triade de Fontan associant
hépatomégalie, fièvre et douleur.
D. Une thrombopénie et une anémie sont souvent retrouvées lors d'une infection à
Plasmodium vivax.
E. Toxoplasma gondii existe sous 3 formes infestantes : tachyzoïte retrouvé dans les liquides
biologiques, bradyzoïte retrouvé dans les tissus et sporozoïte retrouvé dans l'eau, les litières
et les sols. BDE

2. Quelle est (sont) la (les) parasitose(s) qui présente(nt) un stade hépatique?

A. Giardiase
B. Paludisme
C. Fasciolose
D. Bilharziose intestinale
E. Oxyurose BCD

3. La cuisson suffisante de la viande est une des meilleures préventions vis à vis des parasitoses
suivantes:

A. La fasciolose
B. La toxoplasmose
C. Le taeniasis a Taenia saginata
D. La cryptococcose
E. L'oxyurose BC

4. En parasitologie, une hépatomégalie accompagnée d'hyperéosinophilie sanguine peut


s'observer avec :

A. Schistosoma mansoni
B. Fasciola hepatica
C. Plasmodium falciparum
D. Trichophyton rubrum
E. Entamoeba histolytica AB

5. Parmi les parasites suivants, lequel (ou lesquels) appartiennent aux nématodes :

A. Plasmodium malariae
B. Echinococcus granulosus
C. Strongyloides stercoralis
237
Annales d’internat en pharmacie

D. Enterobius vermicularis
E. Fasciola hepatica CD

6. La distomatose :

A. les œufs ne sont pas retrouvés dans les selles avant 3 mois après la contamination
B. peut entraîner une hyperéosinophilie à la phase d'état à 20 G/l
C. le diagnostic peut être immunologique
D. le traitement de choix est le triclabendazole (FASINEX)
E. le parasite peut vivre 10 ans chez l'homme ACDE

7. Parmi les parasitoses suivantes, dans laquelle n'observe-t-on jamais d'hépatomégalie ?

A. Hydatidose
B. Giardiose
C. Paludisme
D. Distomatose
E. Amibiase B

8. Quel(s) est(sont) le(s) parasite(s) habituellement diagnostiqué(s) chez l'Homme, par un examen
coprologique ?

A. Toxoplasma gondii
B. Schistosoma mansoni
C. Strongyloides stercoralis
D. Echinococcus granulosus
E. Giardia intestinalis BCE

9. Parmi les propositions suivantes laquelle ou lesquelles corresponde(nt) à des parasitoses liées
au péril fécal :

A. Giardiose
B. Leishmaniose
C. Anguillulose
D. Oxyurose
E. Fasciolose ACE

10. Sur laquelle de ses méthodes repose le diagnostic parasitologique directe de l'ankylostomose ?

A. L'examen d'un frottis sanguin


B. L'examen d'un culot urinaire
C. La biopsie rectale
D. La recherche d’œufs dans les selles
E. La recherche d'anticorps spécifiques du sang D

11. Des affections parasitaires suivantes laquelle peut être responsable d'une anémie ferriprive ?

A. Oxyurose
B. Distomatose
C. Ankylostomose
D. Toxoplasmose

238
Annales d’internat en pharmacie

E. Anguillulose C

12. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui est (sont) exacte(s). La viande de bovin
peut transmettre à l'homme la (les) parasitose(s) suivante(s) :

A. Toxoplasmose
B. Giardiase
C. Amibiase
D. Taeniasis à Taenia saginata
E. Distomatose à Fasciola hepatica AD

13. Au cours d'un voyage en Thaïlande, quelles parasitoses peut-on contracter parmi celles citées
ci- dessous ?

A. Le paludisme
B. L'anguillulose
C. La bilharziose à Schistosoma haematobium
D. L'ankylostomose
E. La bilharziose à Schistosoma mansoni ABD

14. Parmi les parasitoses suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) considérée(s) comme
opportuniste(s) :

A. Toxoplasmose
B. Taeniasis
C. Candidose
D. Aspergillose
E. Paludisme ACD

15. Donner le ou les parasite(s) qui infeste(nt) l'homme par pénétration transcutanée:

A. Strongyloides stercoralis
B. Ancylostoma duodenale
C. Enterobius vermicularis
D. Fasciola hepatica
E. Giardia intestinalis AB

16. Parmi les parasites suivants, lequel (lesquels) ne se transmet(tent) pas par voie digestive?

A. Entamoeba histolytica
B. Strongyloïdes stercoralis
C. Enterobius vermicularis
D. Fasciola hepatica
E. Echinococcus granulosus B

239
Annales d’internat en pharmacie

Immunologie

240
Annales d’internat en pharmacie

1. Les organes lymphoïdes

1. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui est (sont) exacte(s). Le thymus est un
organe lymphoïde :

A. Primaire
B. Secondaire
C. Nécessaire à la maturation des lymphocytes T
D. Libérant dans le sang circulant des lymphocytes T porteurs des molécules CD2 et CD3
E. Constituant un passage obligé des lymphocytes B ACD

2. Donner la (les) proposition(s) exacte(s). Le thymus est un organe lymphoïde peuplé de cellules
épithéliales et immunocompétentes parmi lesquelles on trouve :

A. Des lymphocytes T CD4+ CD8+


B. Des cellules dendritiques
C. Des cellules de Langerhans
D. Des mastocytes
E. Des éosinophiles AB

3. Parmi les propositions suivantes, cocher celle(s) qui est (sont exacte(s). Dans le thymus, on
trouve :

A. Des corpuscules de Hassal


B. Des lymphocytes
C. Des cordons de Billroth
D. Des cellules de Langerhans
E. Des cellules souches des lignées AB

4. Indiquez la ou les réponses exactes, le thymus :

A. Est un organe lymphoïde périphérique


B. Est un organe lymphoïde central
C. Augmente de taille jusqu'à la puberté puis involue sans disparaître complètement chez le sujet
âgé
D. Permet la différenciation des lymphocytes T et B
E. Contient des thymocytes dont la différenciation est contrôlée par les cellules épithéliales
thymiques et les facteurs thymiques BCE

5. Dans un ganglion lymphatique :

A. Le cortex (région externe) contient principalement les lymphocytes B


B. La région médullaire contient beaucoup de lymphocytes et peu de macrophages
C. Des lymphocytes T et B sont présents dans les cordons médullaires
D. Les centres germinaux sont des régions de faible prolifération
E. eLa lymphe efférente est plus riche en anticorps que la lymphe afférente ACE

6. Parmi les propriétés suivantes, quelles sont celles qui sont attribuées au ganglion lymphatique ?

241
Annales d’internat en pharmacie

A. Il est un des sites de développement des réponses immunitaires


B. Il est le site de production des anticorps
C. Il est peuplé exclusivement de lymphocytes B
D. Il appartient au système lymphoïde périphérique (ou secondaire)
E. Il subit des remaniements physiologiques et des variations de volume dénommées
adénopathies ADE

7. Quelles sont les origines possibles des lymphocytes qui peuplent les ganglions lymphatiques ?

A. Ils sont produits localement, issus de la prolifération de cellules activées


B. Ils proviennent des tissus environnants, drainés par la lymphe
C. Ils pénètrent au niveau du hile
D. Ils quittent la circulation sanguine au niveau des veinules post-capillaires
E. Ils dérivent de précurseurs hématopoïétiques venus coloniser les ganglions ADE

8. Parmi les propositions suivantes, quelles sont celles qui concernent le tissu lymphoïde muqueux
?

A. Il héberge les plaques de Peyer


B. Il inclut les amygdales palatines
C. Il inclut les ganglions lymphatiques
D. C'est un site de production des lymphocytes T gamma-delta
E. C'est un lieu privilégié de la synthèse des Immunoglobulines A ABDE

9. Quelle(s) est (sont) la (les) propositions exacte(s) concernant la rate :

A. Est un organe hématopoïétique


B. Est le lieu privilégié de la sécrétion des IgA polymériques
C. L'antigène y pénètre par des canaux lymphatiques afférents
D. Est un organe lymphoïde primaire
E. Comporte des corpuscules de Malpighi AE

242
Annales d’internat en pharmacie

2. Les lymphocytes

1. Cocher la (les) réponse(s) exacte(s). Les marqueurs suivants sont présents dans les lymphocytes
B matures :

A. Molécules d'histocompatibilité de classe I


B. Molécules d'histocompatibilité de classe II
C. Récepteurs pour le complément
D. Immunoglobulines de surface
E. Récepteurs de Fc des immunoglobulines ABCDE

2. Les lymphocytes B humains ont à leur surface les molécules suivantes :

A. Antigène de classe II du complexe majeur d'histocompatibilité


B. CD3
C. Récepteur pour la portion Fc des immunoglobulines G
D. CD4
E. Récepteur pour le virus Epstein Barr ACE

3. Donner la (les) réponse(s) exacte(s). L'activation des lymphocytes B est secondaire à la


reconnaissance d'un antigène :

A. Présenté par un lymphocyte T


B. Sous forme native
C. Associé à des anticorps sous forme de complexes immuns à la surface d'une cellule dendritique
D. Par l'intermédiaire d'une immunoglobuline de surface
E. Par un complexe incluant un dimère CD3 BCD

4. Indiquez la ou les réponses exactes : Les lymphocytes B :

A. Représentent plus de 50% des lymphocytes circulants


B. Possèdent des récepteurs pour l'antigène constitués de : 2 chaînes alpha et de 2 chaînes bêta
C. Sont mis en évidence par le test des rosettes E (mouton)
D. Possèdent un récepteur pour le virus Epstein-Barr
E. Donnent naissance aux mastocytes qui secrètent des anticorps D

5. Indiquer la (les) réponse(s) exacte(s)concernant les lymphocytes T.

A. Ils sont les effecteurs de l'immunité à médiation cellulaire


B. Ils représentent 20 à 40 % des lymphocytes circulants
C. Ils sécrètent des interleukines
D. Ils peuplent les organes lymphoïdes secondaires où ils restent localisés
E. Ils possèdent un récepteur pour le virus d'Epstein-Barr AC

6. Donner la (les) réponse(s) exacte(s). Les lymphocytes T de type Th1 :

A. Sont des cellules immatures


B. Sont spécialisés dans l'induction de la production des anticorps
C. Sécrètent de l'IL-2 et de l'IFN-gamma
243
Annales d’internat en pharmacie

D. Sont sensibles à l'IL-12


E. Sont capables de stimuler la prolifération des lymphocytes T de type Th2 CD

7. Donner la (les) proposition(s) exacte(s). La diversité du répertoire des lymphocytes T est acquise
par différents mécanismes dont:

A. Recombinaisons aléatoires des gènes V-D-J de la chaîne alpha


B. Mutations somatiques au cours du développement Iymphocytaire
C. Recombinaison des gènes codant les parties variables
D. Variations de séquences dans la région de jonction des gènes V-D-J
E. Combinaison aléatoire des deux chaînes composant le TCR CDE

8. Parmi les propositions suivantes, une seule est exacte. Laquelle? Les lymphocytes T exprimant
un récepteur gamma delta :

A. Expriment nécessairement la molécule CD3


B. Représentent une sous population de lymphocytes auxiliaires
C. Coexpriment toujours CD4 et CD8
D. Sont localisés principalement dans les ganglions lymphatiques
E. Sont incapables de sécréter des cytokines A

9. Donner les réponses exactes. Le lymphocyte T cytotoxique est une cellule tueuse :

A. Capable de détruire successivement plusieurs cellules cibles


B. Exerçant son activité par l'intermédiaire de l'interleukine-12
C. Utilisant la perforine et les granzymes (estérases à sérine) pour détruire leurs cibles
D. Reconnaissant des peptides associés aux molécules de CMH de classe I
E. Capable de détruire des globules rouges infectés par Plasmodium falciparum ACD

10. Parmi les propositions suivantes, une seule est exacte. Laquelle? L'immunité à médiation
cellulaire peut-être transmise par:

A. Le sérum
B. Les lymphocytes B
C. Les polynucléaires basophiles
D. Les lymphocytes T
E. Les monocytes D

11. Indiquez la ou les réponses exactes : Les lymphocytes T :

A. Peuvent être sécréteurs d'immunoglobulines


B. Représentent 15 à 20% des lymphocytes circulants
C. Peuvent être mis en évidence par le test des rosettes E (mouton)
D. Peuvent être mis en évidence par des anticorps monoclonaux anti-CD3
E. Ont toujours une durée de vie courte CD

12. La présentation d'un antigène au lymphocyte T CD4 sous une forme immunogène, met en jeu :

A. Une internalisation et une dégradation de cet antigène


B. Une synthèse d'IgM
C. Une production de radicaux libres oxygénés

244
Annales d’internat en pharmacie

D. L'intervention de molécules du CMH de classe II


E. L'implication d'un récepteur de la famille du TNF récepteur AD

13. L'étape de prolifération des lymphocytes T, qui suit la réception d'un signal d'activation a pour
caractéristiques :

A. Elle se déroule toujours sur le lieu de pénétration de l'antigène responsable de l'activation


B. Elle nécessite la présence d'IL-2
C. Elle implique l'intervention de la calcineurine
D. Elle est conditionnée par la force du signal, délivré par la cellule qui présente l'antigène
E. Elle n'est pas indispensable à la mise en place d'une réponse immunitaire efficace bcd

14. Pour reconnaître l'antigène, les lymphocytes T utilisent une structure moléculaire dénommée
TCR (pour T cell receptor)

A. Possédant des régions extrêmement variables support de la spécificité


B. Codée par des gènes situés sur le chromosome 6 chez l'homme
C. Présentant une partie intracytoplasmique comportant un motif d'activation ITAM
D. Composée de deux chaînes polypeptidiques
E. Associée aux molécules constituant le complexe CD3 ADE

15. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? Le TCR des lymphocytes T…

A. est constitué de 2 chaînes


B. ne comporte que des parties variables
C. est représenté à 50% par des chaînes γ/β
D. est associé au CD5
E. reconnaît l’antigène porté par le CMH AE

16. Parmi les propositions suivantes, donner la (les) réponse (s) exacte(s). Le profil de réponse
immunitaire de type Th1 est défini par la synthèse des cytokines suivantes :

A. Interleukine-1
B. Interleukine-2
C. Interleukine-4
D. Interféron gamma
E. TNF BDE

17. Quelle(s) est(sont) la(les) proposition(s) exacte(s) ? L'activation lymphocytaire désigne un


ensemble de phénomènes consécutifs à la transduction d'un signal qui :

A. Se manifeste par une diminution du calcium intracellulaire


B. Est déclenché dans les lymphocytes B par la PHA (phytohémagglutinine)
C. Met en jeu des voies métaboliques universelles et une cascade de réactions de phosphorylation
D. A des conséquences différentes selon le stade de différenciation de la cellule
E. Est délivré par contact avec des molécules présentes sur la membrane d'une autre cellule ou
avec des molécules solubles CDE

18. Parmi les propositions suivantes, indiquez celle(s) qui sont exactes(s). Les « marqueurs »
tumoraux suivants sont présents sur l'ensemble des lymphocytes B matures :

245
Annales d’internat en pharmacie

A. Molécules d'histocompatibilité de classe I


B. Molécules d'histocompatibilité de classe II
C. Récepteurs pour le complément
D. Récepteurs pour l'IL2
E. Immunoglobulines de surface ABCE

246
Annales d’internat en pharmacie

3. Le système HLA

1. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui est (sont) exacte(s). Les molécules de
classe 1 du système HLA :

A. Sont codées par les gènes des locus A, B et C chez l'homme


B. Sont impliquées dans la reconnaissance de cellules cibles par les lymphocytes T cytotoxiques
C. Ne comportent pas de bêta-2-microglobuline
D. N'apparaissent sur les lymphocytes T qu'après activation
E. Sont identifiables par des réactions de Iymphocytotoxicité (entre autres) ABE

2. Parmi les propositions suivantes relatives au complexe majeur d'histocompatibilité, quelle(s) est
(sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

A. Les gènes CMH de classe II incluent les gènes A,B,C


B. Les molécules de classe I sont reconnues par des récepteurs des cellules NK
C. Les molécules de classe I ont une expression ubiquitaire
D. Les gènes de classe I codent les protéines HLA-DR, HLA-DQ et HLA-DP
E. Les gènes de classe II codent des variants allotypiques des immunoglobulines BC

3. Indiquer la (les) réponse(s) exacte(s). Les molécules d'histocompatibilité de la classe II :

A. Sont codées par les gènes présents au niveau des loci HLA-A, -B et -C
B. Sont exprimées sur les lymphocytes B et les monocytes macrophages
C. Sont formées d'une chaîne alpha associé à la beta-2 microglobuline
D. Ont pour ligand la molécule CD4
E. Interviennent dans la présentation de l'antigène BDE

4. Le rôle des molécules de classe I du CMH (Complexe Majeur d'Histocompatibilité) est de :

A. Présenter les antigènes aux lymphocytes T CD8


B. Réguler l'activité cytotoxique des cellules NK
C. Dégrader des antigènes
D. Stimuler la réponse immunitaire innée
E. Lier des peptides de 8 à 10 acides aminés ABE

5. Le rôle des molécules du complexe majeur d'histocompatibilité (CMH) est de:

A. Interagir avec des récepteurs des cellules NK


B. Dégrader les antigènes
C. Transporter des peptides vers la membrane cellulaire
D. Présenter des peptides aux lymphocytes
E. Réguler la réponse inflammatoire ACD

6. Parmi les propositions suivantes concernant les molécules du CMH I (Complexe Majeur
d'Histocompatibilité I), laquelle est exacte ? :

A. Ce sont des dimères résultants d'une association covalente


B. La chaîne lourde beta est formée de 3 domaines
247
Annales d’internat en pharmacie

C. La chaîne alpha est polymorphe


D. Elles ont une expression restreinte, notamment sur les lymphocytes T et B
E. Leur expression est augmentée sous l'effet de l'IL-4 et 13 C

7. Parmi les propositions suivantes, cocher celle(s) qui est (sont) exacte(s). Les molécules HLA de
classe II :

A. Sont des dimères de chaînes polypeptidiques


B. Sont formées par une chaîne lourde associée à la beta2-microglobuline
C. Sont les produits de gènes sur le chromosome 6
D. Interviennent dans les mécanismes de présentation de l'antigène
E. Sont présentes sur la majorité des cellules de l'organisme ACD

8. Indiquez la ou les réponse(s) exacte(s). Les antigènes HLA sont :

A. Des antigènes idiotypiques


B. Des alloantigènes
C. Des antigènes impliqués dans les mécanismes de rejet d'allogreffes
D. Capables d'induire une réponse lymphoproliférative in vitro
E. Des récepteurs pour le virus de l'immunodéficience humaine BCD

9. Quelle molécule n'est pas codée par des gènes du complexe majeur d'histocompatibilité (CMH)?

A. Bêta-2 micro globuline


B. Antigène HLA de classe I
C. Antigène HLA de classe II
D. C4
E. C2 A

10. Donner la (les) réponse(s) exacte(s). Les molécules du Complexe Majeur d'Histocompatibilité
(CMH) chez l'homme sont des glycoprotéines codées par des gènes :

A. Situés sur les chromosomes 7 et 14


B. Dont il existe un grand nombre de variants alléliques
C. Soumis à une régulation par les interférons
D. Subissant des réarrangements géniques au cours de la vie fœtale
E. Exprimés seulement au cours de la réponse immunitaire BC

11. Le rôle des molécules de classe I du CMH (Complexe Majeur d'Histocompatibilité) est de :

A. Présenter les antigènes aux lymphocytes T CD8


B. Réguler l'activité cytotoxique des cellules NK
C. Dégrader des antigènes
D. Stimuler la réponse immunitaire innée
E. Lier des peptides de 8 à 10 acides aminés ABE

12. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? Le CMH de classe I…

A. est localisé sur le chromosome 14


B. comporte 3 isotypes
C. est ubiquitaire

248
Annales d’internat en pharmacie

D. comporte une chaîne lourde à 3 domaines


E. est composé de 3 chaînes de poids moléculaire différent BCD

13. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? Le CMH…

A. est responsable d’allo-réactivité dans le rejet de greffe


B. Il existe un CMH de classe III
C. est assez peu polymorphe
D. se transmet en haplotype
E. ne peut être reconnu que par des cellules immunocompétentes ABDE

14. Quelles sont les réponses exactes à propos du Complexe Majeur d'Histocompatibilité ?

A. Il existe de nombreux allèles responsables du polymorphisme


B. Les gènes qui codent pour les différentes classes de molécules sont situés sur des
chromosomes différents
C. Il permet de déterminer la compatibilité donneur-receveur lors des greffes
D. Les molécules de classe II sont ubiquitaires
E. Les molécules du CMH permettent la présentation de peptides aux cellules
immunocompétentes ACE

15. Les propositions suivantes se rapportent aux molécules d'histocompatibilité de classe I chez
l'Homme. Quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

A. La transmission génétique est codominante


B. Elles sont liées à la bêta 2 microglobuline
C. Elles n'ont pas de portion intracytoplasmique
D. Elles sont associées à la molécule CD3
E. Elles sont identiques chez deux jumeaux monozygotes ABE

249
Annales d’internat en pharmacie

4. Les cellules du système immunitaire

1. Parmi les cellules suivantes, quelle est celle qui est une cellule présentatrice d’antigène ?

A. Polynucléaire neutrophile
B. Polynucléaire éosinophile
C. Cellule K
D. Cellule de Langerhans de la peau
E. Lymphocyte T D

2. Parmi les cellules suivantes, lesquelles sont des cellules présentatrices de l’antigène ?

A. Thyréocytes
B. Lymphocytes B
C. Cellules hématopoïétiques
D. Macrophages
E. Lymphocytes T BCD

3. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? Les macrophages :

A. Sont des cellules adhérentes


B. Sont des cellules phagocytaires
C. Sécrètent de l'IL-1
D. Possèdent des récepteurs pour le fragment Fc des immunoglobulines
E. Ont une durée de vie courte (moins de 10 jours) ABCD

4. Le macrophage :

A. Est une cellule présentatrice de l'antigène


B. Est capable de tuer des cellules cancéreuses
C. Est capable de tuer des bactéries
D. Synthétise des immunoglobulines
E. Synthétise l'interleukine 1 ABCE

5. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? Les macrophages:

A. Dérivent d'une lignée cellulaire lymphoïde


B. Portent des récepteurs pour la partie Fab des IgG
C. Portent des récepteurs pour le complément
D. Sécrètent de l'interleukine 6 (IL-6)
E. Sécrètent de l'interleukine 1 (IL.1) CDE

6. Par quels mécanismes les macrophages peuvent-ils détruire une cellule cible ?

A. Cytotoxicité directe spécifique d'antigène


B. Cytotoxicité dépendant des Anticorps (ADCC)
C. Phagocytose
D. Mécanisme mettant en jeu Fas - Fas L

250
Annales d’internat en pharmacie

E. Mécanisme mettant en jeu l'IL-2 BC

7. Parmi les propositions suivantes, donner la (les) réponse(s) exacte(s). Les cellules dendritiques
représentent une famille de cellules qui ont en commun :

A. Des récepteurs Fc des IgG


B. La capacité de présenter l'antigène aux lymphocytes T
C. L'aptitude à produire de l'interféron gamma
D. Une activité cytotoxique médiée par la perforine
E. La capacité de médier des signaux de costimulation ABE

8. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exactes ? Les cellules
folliculaires dendritiques :

A. Sont localisées dans les organes lymphoïdes périphériques


B. Appartiennent à la famille des polynucléaires
C. Sont capables de présenter efficacement l'antigène aux lymphocytes T
D. Dérivent des cellules de Langerhans
E. Jouent un rôle dans le maintien de la production d'anticorps au cours d'une réponse humorale
AE

9. Parmi les propositions suivantes, cocher celle(s) qui est (sont) exacte(s). La phagocytose des
bactéries :

A. Nécessite l'adhésion des germes à la surface des cellules phagocytaires


B. Elle est inhibée si les bactéries sont opsonisées
C. Peut-être effectuée par une certaine sous-population de lymphocytes T
D. Elle est augmentée par la réponse immunitaire
E. Concerne essentiellement les germes extracellulaires ADE

10. Parmi les cellules suivantes, indiquer celles qui sont le support de la "mémoire
immunologique" ?

A. Les cellules présentant l'antigène


B. Les lymphocytes T CD4+
C. Les lymphocytes T CD8+
D. Les lymphocytes B
E. Les mastocytes BCD

11. Parmi les propositions suivantes concernant les cellules NK, laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s) :

A. Ont souvent une morphologie de grands lymphocytes granuleux


B. Ont une cytotoxicité restreinte par le CMH
C. Synthétisent des Ig de surface
D. Peuvent exprimer des récepteurs Fc
E. Leur activité est augmentée par l’interféron gamma ABDE

12. Donner la (les) réponse(s) exacte(s). Le polynucléaire éosinophile est une cellule possédant
certaines propriétés, parmi lesquelles :

251
Annales d’internat en pharmacie

A. Expression de récepteurs de Fc des IgE


B. Synthèse d'interféron gamma
C. Stockage de molécules toxiques dans des granules cytoplasmiques
D. Capacité de tuer des larves de schistosomes par un mécanisme de cytotoxicité dépendant des
anticorps (ADCC)
E. Présentation de glycolipides associés à la molécule CD1 ACD

13. Laquelle de ces affirmations est fausse ? Les polynucléaires éosinophiles

A. font partie de l’immunité non spécifique


B. ont des récepteurs membranaires pour la partie Fc des IgG et des IgE
C. sont impliqués dans la défense contre les parasites
D. ont des récepteurs pour le fragment C3b du complément
E. ont une durée de vie de quelques semaines E

14. Le polynucléaire neutrophile possède les caractéristiques suivantes :

A. Durée de vie d’une semaine


B. 50% des polynucléaires sont non-circulants
C. Il est doué de fonction de phagocytose
D. Dans les granulations primaires, le constituant le plus spécifique est le lysosyme
E. Il n’est pas bactéricide BC

15. Parmi les propositions suivantes, quelles sont celles qui s'appliquent aux cellules NK (Natural
Killer) ?

A. Elles expriment des récepteurs pour les molécules du CMH de classe I


B. Elles ont une activité phagocytaire
C. Elles interviennent dans l'immunité anti-tumorale
D. Elles expriment des récepteurs pour le complément
E. Elles sont capables de lyser des cellules infectées par des virus ACE

16. Lesquelles de ces cellules sont dérivées de la lignée des monocytes-macrophages ?

A. Cellules voilées de la lymphe


B. Cellules folliculaires dendritiques des ganglions lymphatiques
C. Cellules de Küpffer du foie
D. Histiocytes tissulaires
E. Cellules de la microglie ACDE

17. Parmi les propositions suivantes, donner laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s). Le mastocyte
est une cellule de l'inflammation caractérisée par :

A. La fonction de cellule présentatrice d'antigène


B. La capacité de synthétiser de l'IL-4
C. L'expression de récepteurs de haute affinité pour des IgE
D. La présence de granules cytoplasmiques riches en héparine
E. Une localisation préférentielle dans les centres germinatifs des follicules lymphoïdes BCD

18. Parmi les propositions suivantes, laquelle(lesquelles) est (sont) exacte(s) ? CD3 est un complexe
moléculaire que l'on trouve à la surface des lymphocytes, où il joue un rôle dans :
252
Annales d’internat en pharmacie

A. La reconnaissance de l'antigène
B. La transduction d'un signal intracellulaire
C. L'expression d'un récepteur d'antigène
D. L'interaction avec les molécules du CMH
E. L'induction de la synthèse d'eicosanoïdes BC

19. Quelles cellules interviennent dans le développement de la réponse immunitaire humorale ?

A. Les lymphocytes T CD8


B. Les lymphocytes T CD4
C. Les plasmocytes
D. Les cellules dendritiques
E. Les polynucléaires BCD

20. Quelles propositions, parmi les suivantes, s'appliquent à la molécule CD4 ?

A. Elle est le ligand des molécules de classe I du CMH


B. Elle définit une sous-population de lymphocytes T
C. Elle est un des récepteurs du VIH
D. Elle joue un rôle dans l'interaction des lymphocytes T avec les cellules présentant l'antigène
E. Elle est libérée sous forme soluble par les lymphocytes activés BCD

253
Annales d’internat en pharmacie

5. Cytokine et chimiokine

1. Parmi les propositions suivantes, une seule est exacte, laquelle ? Les cellules du système
immunitaire communiquent par l'intermédiaire de médiateurs solubles. Ces messagers
appartiennent à la famille des :

A. Leucotriènes
B. Prostaglandines
C. Interleukines
D. Immunoglobulines
E. Chimiokines C

2. Parmi les propositions suivantes, quelles sont celles qui s'appliquent à l'IL2 :

A. Induit la différenciation des lymphocytes T cytotoxiques


B. Est produite par les macrophages activés
C. Est produite par les lymphocytes Th1
D. Agit selon un mode autocrine
E. Est utilisable en thérapeutique ACDE

3. Parmi les propositions suivantes laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? L'IL-1 (interleukine 1):

A. Est une cytokine pro-inflammatoire


B. Est produite par les cellules dendritiques
C. Est active sur les lymphocytes T
D. Est active sur les lymphocytes B
E. Est un des responsables de l'apparition de la fièvre ABCDE

4. Quelle est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s). L'interleukine 2 :

A. Est une cytokine sécrétée par les mastocytes


B. Est une cytokine sécrétée par les lymphocytes T CD4+
C. Est sécrétée par les monocytes présentant l'antigène
D. Est activatrice des lymphocytes
E. Possède des activités antivirales intrinsèques BD

5. Parmi les cytokines suivantes, lesquelles sont pro-inflammatoires ?

A. IL-4
B. TNFα
C. IL-6
D. IL-8
E. IL-1 BCDE

6. Parmi ces données concernant l'IL 2(interleukine 2) laquelle est fausse?

A. Elle est secrétée par les macrophages


B. Elle permet la prolifération des lymphocytes T cytotoxiques
C. Elle permet la prolifération et la différenciation des lymphocytes T helper
254
Annales d’internat en pharmacie

D. Elle se fixe sur des récepteurs des lymphocytes B activés


E. Elle permet l'apparition des cellules LAK (lymphokine Activated Killer) A

7. Donner la (les) proposition(s) exacte(s) concernant l'interleukine 2 :

A. Elle est produite par les macrophages


B. Elle est utilisée en immunothérapie de certains cancers
C. La molécule CD25 est l'un des composants de son récepteur
D. Elle stimule les phénomènes de cytotoxicité
E. Elle intervient dans la différenciation des lymphocytes B en plasmocytes producteurs d'lgA

BCD

8. Parmi les propositions suivantes, une seule est exacte. L'interféron gamma est produit par les:

A. Cellules infectées par un virus


B. Fibroblastes
C. Lymphocytes T activés
D. Polynucléaires
E. Macrophages C

6. Les immunoglobulines
1. Indiquez la ou les réponses exacte(s)? Dans une molécule d’immunoglobuline :

A. Les deux chaînes légères sont toujours identiques


B. Les chaînes légères peuvent être de type kappa
C. Les chaînes lourdes portent la spécificité isotypique
D. La chaîne mu comporte quatre domaines
E. Les deux chaînes lourdes sont toujours identiques ABCE

2. Concernant les immunoglobulines, cochez la (les) réponse(s) exacte(s) :

A. Les immunoglobulines majoritaires dans le sérum sont les IgM


B. Les IgA migrent sur la zone gamma en électrophorèse
C. Les IgE interviennent dans l'hypersensibilité de type 1 et les parasitoses
D. Les IgG ne traversent pas le placenta
E. La demi-vie des IgG est de 21 jours environ CE

3. Parmi les propositions suivantes, cocher celle(s) qui est (sont) exacte(s). La molécule
d'immunoglobuline :

A. Est capable de fixer le complément au niveau de sa partie Fab


B. Est capable de traverser la barrière placentaire si elle est de nature IgG
C. A une demi-vie de 24h
D. Est présente à la surface des lymphocytes B

255
Annales d’internat en pharmacie

E. Peut se présenter sous forme dimérique BDE

4. Laquelle de ces affirmations est juste ? Les immunoglobulines :

A. Il existe 9 types de chaînes légères


B. Les IgM et IgD portent 1 domaine CH4
C. La papaïne fragmente l’Ig en trois parties
D. L’extrémité de la partie variable est le côté terminal NH2
E. Contiennent plus de chaînes lourdes que de chaînes légères D

5. Concernant les immunoglobulines, quelles sont les propositions exactes ?

A. Elles sont synthétisées par les lymphocytes


B. Elles possèdent des régions constantes à leur extrémité carboxylée
C. L’idiotype est défini dans les régions hypervariables
D. L’isotype le plus important quantitativement est l’IgA
E. Les IgM sont groupées en dimères par la pièce J BC

6. Concernant la structure des immunoglobulines, quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) vraie(s)
?

A. La chaîne lourde contient au moins quatre domaines, quel que soit son type
B. Toutes les immunoglobulines possèdent une région charnière
C. Les IgA et IgM polymérisées sont liées à une pièce sécrétoire
D. Le site de reconnaissance de l’antigène est uniquement composé des régions aminoterminales
des chaînes légères
E. Ce sont des glycoprotéines ACE

7. Concernant les immunoglobulines, là ou lesquelle(s) de ces propositions est (sont) exacte(s) ?

A. La t1/2 des IgG est de 21 jours


B. Les IgA et IgE ne passent pas la barrière placentaire.
C. Les IgG activent le complément par la voie alterne.
D. Les IgA sont les plus grosses des Ig avec une MM d'environ 950kDa.
E. Les IgE ont un rôle dans l'immunité anti-parasitaire. ABE

8. Donner la proposition exacte. L'idiotypie est une caractéristique moléculaire :

A. Définie par un ensemble d'épitopes portés par la partie Fc d'une molécule d'immunoglobuline
B. Identique chez tous les individus d'une même espèce
C. Résultant d'une combinaison donnée de gènes variables
D. Partagée par les individus d'une même famille
E. Partagée par les molécules de la superfamille des immunoglobulines C

9. Parmi les propositions suivantes concernant le fragment Fab d’une immunoglobuline, laquelle
est exacte :

A. Permet la fixation du complément par la voie classique


B. Possède deux sites anticorps
C. Permet la fixation de l’anticorps sur les parois cellulaires
D. Permet la fixation de l’antigène

256
Annales d’internat en pharmacie

E. Permet la fixation sur les mastocytes D

10. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exactes? Les chaînes légères
des immunoglobulines:

A. Sont de trois types différents


B. Sont identiques sur une même molécule d'immunoglobuline
C. Comportent deux domaines constants
D. Comportent un domaine variable
E. Sont reliées aux chaînes lourdes par des ponts disulfures BDE

11. Les chaînes légères des immunoglobulines:

A. Sont de deux types différents


B. Dans une même molécule sont identiques
C. Expriment toutes des spécificités allotypiques
D. Comportent 2 domaines constants
E. Comportent un domaine variable AE

12. L'IgM est une immunoglobuline qui:

A. Circule dans le sang sous forme pentamèrique


B. Est associée à une pièce secrétoire
C. Comporte deux chaînes µ et deux chaînes alpha
D. Passe la barrière placentaire
E. Est secrétée uniquement par les plasmocytes après immunisation par un antigène
thymoindépendant A

13. Quelle est la proposition exacte concernant les anticorps de la classe des IgM ?

A. Masse moléculaire voisine de 150000 Da


B. Traversent la barrière placentaire
C. Majoritaires au niveau des muqueuses
D. Constante de sédimentation de 7 S
E. Activent le complément par la voie classique E

14. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? Chez l'homme, les
immunoglobulines G :

A. Sont les immunoglobulines les plus abondantes dans le sérum normal de l'adulte
B. Sont les immunoglobulines les plus abondantes dans le sérum normal du nouveau-né
C. Sont les immunoglobulines dont la durée de vie dans le sérum est la plus longue
D. Sont des immunoglobulines moins abondantes que les IgA dans les sécrétions digestives
E. Sont capables, pour la majorité d'entre elles, de traverser la barrière placentaire ABCDE

15. Parmi les propositions suivantes relatives aux immunoglobulines G, laquelle est exacte ?

A. Elles possèdent une chaîne légère kappa et une chaîne légère lambda
B. Elles sont les principales immunoglobulines impliquées dans les défenses au niveau des
muqueuses
C. Elles traversent la barrière placentaire

257
Annales d’internat en pharmacie

D. Elles sont synthétisées lors de l'initiation de la réponse primaire


E. Elles présentent deux sous-classes C

16. Parmi les propositions suivantes concernant le domaine CH2 de la chaîne lourde d'une IgG,
laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s).

A. Appartient au fragment Fab


B. Appartient au fragment Fd
C. Appartient au fragment Fc
D. Est impliqué directement dans le paratope
E. Est situé à l'extrêmité COOH-terminale C

17. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? Les IgE…

A. sont thermolabiles
B. peuvent se fixer aux basophiles ou aux mastocytes
C. Leur taux est diminué chez un fumeur
D. Leur taux est augmenté lors d’une infection parasitaire
E. ne sont pas dosables ABD

18. Parmi les propositions suivantes, indiquer laquelle(lesquelles) est(sont) exacte(s), Les IgD :

A. Sont responsables des phénomènes anaphylactiques


B. Ont des chaînes lourdes comportant 5 domaines
C. Sont monomériques
D. Sont principalement des immunoglobulines de membrane
E. Ont une masse moléculaire voisine de 160 à 190 kDa CDE

19. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? Les IgA…

A. sont porteuses d’une chaîne J


B. peuvent être sous forme de pentamères
C. peuvent avoir deux types de chaînes lourdes différentes
D. représentent environ 0,1% des Immunoglobulines totales
E. défendent les surfaces corporelles externes ACE

20. Parmi les propriétés suivantes, indiquer celle(s) qui est(sont) exacte(s). Les Ig A sécrétoires ont
pour propriétés :

A. Elles se présentent sous forme dimérique


B. Elles possèdent une chaîne J polypeptidique
C. Elles jouent un rôle important dans la défense locale des muqueuses
D. Leur pièce sécrétoire est élaborée par le plasmocyte
E. Elles traversent le placenta ABC

21. Quelle est la réponse exacte concernant les IgA :

A. Ce sont des pentamères


B. Il existe 4 sous classes d’IgA
C. Elles possèdent un domaine CH4
D. Elles représentent environ 40% des Ig totales

258
Annales d’internat en pharmacie

E. Elles récupèrent la pièce sécrétoire en passant la barrière intestinale E

259
Annales d’internat en pharmacie

7. Le complément
1. Le système du complément :

A. Existe en dehors de toute immunisation


B. Peut être activé par des lipopolysaccharides bactériens
C. Est thermostable
D. Est activé par des complexes immuns formés par des IgM
E. Participe à la réaction inflammatoire ABDE

2. Laquelle(lesquelles) de ces affirmations est(sont) juste(s) ? Le complément…

A. est synthétisé par le foie et les lymphocytes


B. Le C1 inhibiteur augmente la réponse immunitaire
C. Les 3 voies aboutissent à la C3 convertase
D. Le complexe d’attaque membranaire correspond aux fragments C6 à C9 du complément
E. Le complément facilite l’opsonisation CDE

3. Une des molécules suivantes issues de l'activation du complément, possède une activité
chimiotactique. Laquelle?

A. C3b
B. C3d
C. C1
D. Bb
E. C5a E

4. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? La voie alterne du
complément :

A. Est stimulée par une reconnaissance spécifique d'un Ag


B. Requiert pour son initiation la présence de petites quantités de C3b
C. Présente une boucle d'amplification
D. Fait intervenir une C1 estérase
E. Est stabilisée par le facteur P (ou properdine) BCE

5. L’activation par la voie classique du complément débute par :

A. La production de la C1 estérase
B. L’activation du C1r
C. La fixation du C1q
D. Le clivage du C3
E. La fixation du facteur B C

6. Parmi les propriétés suivantes, quelles sont celles qui s'appliquent à l'activation du complément
par la voie dite classique ?

A. Elle aboutit à la formation d'une C3 convertase


B. Elle met en jeu des cascades de réactions enzymatiques
C. Son activité fonctionnelle est mesurée par le CH50

260
Annales d’internat en pharmacie

D. Elle est déclenchée par la paroi des bactéries à Gram-


E. Elle est contrôlée par le DAF (Decay-accelerating factor) sur les globules rouges ABC

7. Quelles propositions s'appliquent à la voie d'activation du complément dite alterne ?

A. Elle met en jeu une C3 convertase formée des composants C2 et C4


B. Elle aboutit au clivage du composant C3 en C3a et C3b
C. Elle est activée par des surfaces porteuses de résidus saccharidiques
D. Elle conduit à la formation de complexes incluant la perforine
E. Elle est contrôlée par des inhibiteurs qui sont les facteurs H et I BCE

8. Quel est le composant du complément impliqué à l'étape initiale de l'activation de la voie


classique ?

A. Le facteur B
B. La MBL (Mannose-Binding Lectin)
C. Le C1q
D. Le facteur D
E. Le C4 C

261
Annales d’internat en pharmacie

8. Les états d’hypersensibilité

1. A propos des réactions allergiques dépendantes des IgE (ou Hypersensibilité de type I) , on peut
affirmer que :

A. Elles entraînent des manifestations cliniques lors d'un premier contact avec l'antigène
B. Elles impliquent l'activation des mastocytes et des polynucléaires basophiles
C. Elles peuvent être provoquées par la tuberculine
D. Leur diagnostic fait appel à des tests cutanés (prick-tests)
E. L'hérédité joue un rôle important dans leur survenue BDE

2. Concernant l'hypersensibilité retardée (type IV), il est exact que :

A. Elle fait intervenir des anticorps


B. Elle peut être induite par injection de protéines mélangées à l'adjuvant complet de Freund
C. Elle peut être la conséquence d'une exposition à un antigène par voie cutanée
D. Elle peut être transmise à un sujet neuf par injection de sérum d'un sujet sensibilisé
E. Elle comporte la synthèse de médiateurs par les lymphocytes T activés (lymphokines) BCE

3. Parmi les propositions suivantes concernant la réaction d'hypersensibilité déclenchée par


l'introduction cutanée de tuberculine ou IDR (intradermoréaction), laquelle (lesquelles) est
(sont) exacte(s) ?

A. Elle est positive en cas d'allergie médiée par les IgE


B. Sa positivité traduit la présence de lymphocytes T spécifiques du BCG (Bacille de Calmette et
Guérin)
C. Elle est due à la présence d'anticorps antituberculine
D. Elle est généralement négative chez les patients traités par immunosuppresseurs
E. Elle est positive en cas de tuberculose latente BDE

4. Parmi les propositions suivantes, donner laquelle (lesquelles ) est (sont) exacte(s) Les formes
cliniques de l'allergie à IgE peuvent être :

A. Le choc septique
B. Le choc anaphylactique
C. L'oedème angioneurotique
D. L'asthme extrinsèque
E. La dermatite atopique BDE

5. Quelles sont, parmi les propositions suivantes, celles qui permettent d'expliquer le rôle des IgE
dans l'allergie ?

A. Leur présence à la surface des épithéliums sous la forme sécrétoire


B. La présence de récepteurs de haute affinité sur les mastocytes
C. Leur synthèse par des plasmocytes muqueux
D. Des propriétés activatrices du complément
E. Des propriétés opsonisantes BC

262
Annales d’internat en pharmacie

6. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle qui est exacte. Une incompatibilité fœto-
maternelle pour l'antigène RH4 (antigène c)

A. S'observe lorsqu'une mère est RH-4 et son enfant RH4


B. Se traduit chez la mère par une anémie hémolytique
C. Est due à la production d'anticorps spécifiques de la classe des IgM
D. Ne survient chez la mère que lorsqu'elle appartient au groupe sanguin O
E. Est prévenue aujourd'hui par injection d'immunoglobines anti-RH4 A

263
Annales d’internat en pharmacie

9. Les maladies auto-immunes

1. La polyarthrite rhumatoïde constitue un prototype de maladie auto-immune du fait des


caractéristiques suivantes :

A. Une sensibilité aux antidépresseurs


B. L'existence d'une réaction immunitaire destructrice dirigée contre des composants du soi
C. La présence d'auto-anticorps naturels
D. La présence d'un infiltrat inflammatoire au niveau des tissus cibles
E. L'implication très vraisemblable d'agents infectieux dans son déclenchement BDE

2. Quelles propositions parmi les suivantes concernent la polyarthrite rhumatoïde ?

A. Son diagnostic repose en partie sur la mise en évidence d'auto-anticorps


B. Elle touche plus fréquemment les hommes que les femmes
C. C'est une pathologie inflammatoire qui aboutit à la destruction de l'articulation
D. Les formes sévères sont traitées par le Methotrexate
E. Elle est plus fréquente chez les sujets porteurs des molécules du complexe majeur
d'histocompatibilité HLA-B27 ACD

3. Concernant la polyarthrite rhumatoïde, quelle(s) est (sont) la (les) réponse(s) exacte(s) :

A. C'est une maladie auto-immune spécifique d'organes (muscles)


B. C'est une connectivite
C. Elle touche environ 10% de la population et surtout les femmes
D. Les facteurs rhumatoïdes, IgM anti-IgG,recherchés pour le diagnostic sont très spécifiques de la
polyarthrite rhumatoïde
E. Les anticorps anti-CCP, détectés par ELISA, sont très spécifiques BE

4. Parmi les réponses suivantes concernant la polyarthrite rhumatoïde, quelles sont celles qui sont
exactes ?

A. C’est une maladie a prédisposition génétique


B. C’est une maladie auto immune
C. La guérison est rare mais possible
D. Elle possède des manifestations extravasculaires BD

5. Parmi les propositions suivantes, laquelle est exacte? Les facteurs rhumatoïdes sont :

A. Des anticorps dirigés contre des antigènes de la membrane synoviale


B. Des anticorps dirigés contre des IgM
C. Des anticorps appartenant toujours à la classe des IgG
D. Présents dans la circulation de la majorité des malades atteints de polyarthrite rhumatoïde (PR)
E. Présents uniquement chez les malades atteints de PR D

6. Laquelle de ces affirmations est fausse? La polyarthrite rhumatoïde :

A. Est une maladie auto-immune systémique


B. Est relativement fréquente
264
Annales d’internat en pharmacie

C. Peut survenir à tous les âges


D. Amène souvent à la présence du facteur rhumatoïde dans le sang
E. Entraîne une anémie E

7. Laquelle de ces affirmations est juste ? Le facteur rhumatoïde

A. est un autoanticorps anti-IgA


B. est dosable par le test de Waaler Rose
C. est toujours détectable an cas de polyarthrite rhumatoïde
D. est très spécifique de la polyarthrite rhumatoïde
E. n’est pas mesurable quantitativement B

8. Quelles analyses biologiques parmi les suivantes font partie de la recherche d'une polyarthrite
rhumatoïde ?

A. Facteur rhumatoïde
B. Auto-anticorps anti-ADN
C. Auto-anticorps anti-facteur intrinsèque
D. Dosage de la procalcitonine
E. Recherche des Peptides Cycliques Citrullinés AE

9. Parmi les réponses suivantes concernant la polyarthrite rhumatoide, quelles sont celles qui sont
exactes ?

A. C’est une maladie inflammatoire


B. C’est l’un des symptômes le plus caractéristique est une raideur articulaire
C. Elle touche plus les hommes que les femmes
D. Elle a un caractère sévère et évolutif ABD

10. A propos du Lupus et de la Polyarthrite Rhumatoïde, laquelle de ces proposition est exacte :

A. Le lupus systémique est une maladie de la femme jeune avec une prévalence de 0.5 %.
B. La recherche des IgG anti-ADN natifs est un très bon marqueur dans le cadre du diagnostic de la
Polyarthrite Rhumatoïde.
C. L'exposition solaire, les oestrogènes, et certains médicaments peuvent être des facteurs
favorisants l'apparition d'un Lupus.
D. La PR est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoire aigue.
E. Les autos AC antinucléaire sont observés dans le Lupus avec une prévalence de 100% et son
recherchés par le test de FAAR en radio-immunologie. C

11. Parmi ces auto-anticorps, lequel est le plus spécifique du lupus ?

A. Anti-ADN natif
B. Anti-SSA
C. Anti-Smith
D. Anti-Histones
E. Anti-Nucléosomes C

12. Parmi les affirmations suivantes, quelles sont celles qui sont exactes ?

A. Le lupus érythémateux disséminé (LED) est une connectivite non spécifique d'organe

265
Annales d’internat en pharmacie

B. Dans le LED, le TCA toujours allongé.


C. Le LED s'accompagne toujours d'une augmentation de la CRP
D. Dans le lupus, la grossesse et la prise d'oestrogène sont aggravantes contrairement à la
polyarthrite rhumatoïde.
E. Les auto-anticorps antinucléaires sont toujours retrouvés dans le lupus et sont détectés par
immunofluorescence indirecte ADE

13. Parmi les propositions suivantes, quelles sont celles qui sont utiles au diagnostic ou au suivi du
lupus systémique ?

A. Le dosage du complément sérique


B. La recherche des anticorps anti ADN
C. Un dosage des transaminases
D. Une étude de la distribution des populations lymphocytaires
E. Un dosage du TNF plasmatique AB

266
Annales d’internat en pharmacie

10. Syndrome d'immunodéficience acquis

1. Le virus de l'immunodéficience humaine VIH, infecte les cellules du système immunitaire par
différents récepteurs, parmi lesquels :

A. CD4
B. Récepteurs des chimiokines CXCR4 et CCR5
C. Intégrines : CD11a/CD18
D. Lectine DC-SIGN
E. CD14 AB

2. Parmi les propositions suivantes concernant l'infection par le virus de l'immunodéficience


humaine, laquelle est fausse ?

A. Le stade SIDA est défini en fonction d'une liste de pathologies


B. Le diagnostic d'infection chez le nouveau-né d'une mère infectée repose sur la recherche des
anticorps
C. Les inhibiteurs de la fusion de l'enveloppe virale avec la membrane cellulaire peuvent être
utilisés en thérapeutique antirétrovirale
D. Les lymphocytes CD4+ ne sont pas les seules cellules cibles de ce virus
E. La transmission de la mère à l'enfant a surtout lieu en fin de grossesse et à l'accouchement B

3. Le diagnostic ou le suivi de l'infection à VIH reposent sur des résultats d'analyses biologiques,
parmi lesquelles ?

A. La numération des lymphocytes T CD4


B. La charge virale établie en nombre de copies d'ARN-VIH par mL de plasma
C. L'antigénémie p24
D. Le dosage des anticorps neutralisants
E. L'étude de la spécificité des anticorps anti-VIH ABCE

4. Parmi ces propositions qui concernent les virus de l'immunodéficience humaine, laquelle
(lesquelles) est (sont) vraie(s) :

A. Ce sont des virus non enveloppés à ARN


B. Ils peuvent être transmis in utero d'une mère à son enfant
C. Ils ont pour principale cible cellulaire le lymphocyte T CD4+
D. lls ne sont pas inactivables par l'eau de Javel
E. Les virus VIH 1 et VIH2 ont la même répartition géographique BC

5. Chez un patient atteint de SIDA, on constate souvent, lors du bilan hématologique :

A. Lymphopénie
B. Diminution des lymphocytes T4
C. Adénopathies

267
Annales d’internat en pharmacie

D. Thrombopénie
E. Polynucléose ABCD

6. Parmi les paramètres suivants, quel est actuellement le plus important dans le contrôle de
l'efficacité précoce d'un traitement antirétroviral anti VIH-1 ?

A. Nombre des lymphocytes T CD4+


B. Nombre des lymphocytes T CD8+
C. Modification du profil sur le western-blot VIH-1
D. Mesure de la charge virale VIH-1 plasmatique
E. Mesure de l'antigénémie p24 D

7. Parmi les affirmations suivantes, laquelle ne s’applique pas à l’infection par le Virus de
l’Immunodéficience Humaine ?

A. La classification d’un patient au stade SIDA ne dépend pas de la numération des lymphocytes T
CD4+
B. La transmission sexuelle est la voie de contamination majoritaire
C. Le test de dépistage de première intention détecte à la fois les anticorps anti-VIH 1 et 2 ainsi
que l’antigène p24
D. La recherche des anticorps dans le sang du patient est le meilleur moyen d’évaluer l’efficacité
des traitements antiviraux
E. Le génotypage de la souche est très important pour la mise en place d’un traitement adéquat D

8. Quelles sont les affirmations exactes ? La charge virale du VIH...

A. Se détermine après PCR en point final


B. Permet la classification en stade SIDA si elle est supérieure à 105 copies / mL
C. Permet de suivre l’efficacité du traitement anti-rétroviral
D. Permet de quantifier l’ARN du virus
E. Plus elle est importante et plus le risque de progression est élevé CDE

268
Annales d’internat en pharmacie

11. Divers

1. Parmi les propositions suivantes, indiquer celle(s) qui est (sont) exacte(s). La réponse humorale
de type secondaire diffère de la réponse primaire par :

A. Une période de latence plus longue


B. Une production plus importante d'lgM
C. Une augmentation de l'affinité des anticorps
D. La mise en jeu de lymphocytes mémoire
E. Une diversification des anticorps produits CDE

2. Parmi les propositions suivantes, laquelle ne s'applique pas à l'immunité innée :

A. Non spécifique
B. Transférable d'un individu à un autre
C. Spontanée
D. Phagocytose
E. Pas de mémoire B

3. Au cours d'une réaction inflammatoire aiguë, on observe :

A. Une augmentation de la fraction gamma sur un protéinogramme sérique


B. Une augmentation de la CRP sérique
C. Une hyperalbuminémie
D. Une augmentation de la synthèse des interleukines IL-1 et IL-6
E. Une hyposidérémie BD

4. L'infiltration cellulaire qui caractérise la réaction inflammatoire est dépendante de multiples


facteurs parmi lesquels :

A. Des médiateurs libérés par les mastocytes


B. Des métabolites dérivés de l'acide arachidonique
C. La sécrétion d'lnterleukine-2
D. L'augmentation de la CRP (protéine C réactive)
E. Des modifications de la perméabilité vasculaire ABE

5. Parmi les propositions suivantes sur les méthodes utilisant la réaction antigène-anticorps,
quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

A. Une réaction antigène-anticorps est irréversible


B. Dans la méthode ELISA, la formation du complexe antigène-anticorps modifie l'activité
enzymatique du marqueur
C. Elle met en jeu de multiples liaisons non covalentes
D. Les méthodes immunoenzymatiques de type sandwich permettent de quantifier les hormones
dans les milieux biologiques
E. Elle permet la détection de molécules non immunogènes dénommées haptènes CDE

269
Annales d’internat en pharmacie

6. Parmi les propositions suivantes sur les méthodes d'analyse utilisant la réaction antigène
anticorps, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s)?

A. La réaction entre un antigène et un anticorps est totale


B. La réaction antigène-anticorps assure la spécificité de la méthode
C. La relation entre le signal mesuré et la concentration du composé à doser est linéaire en
immunocompétition
D. Le marqueur permettant de suivre la réaction peut être un fluorophore
E. Les méthodes dites sandwich sont mises en œuvre avec un excès d'anticorps BDE

7. L'utilisation des anti-TNF dans le traitement des maladies inflammatoires est justifiée par le rôle
essentiel du TNF dans :

A. la polarisation Th2
B. la constitution de l'infiltrat de cellules inflammatoires
C. la synthèse du composant C3 du complément
D. sa toxicité pour les cellules hépatiques
E. l'activation des cellules endothéliales BE

8. Parmi les propositions suivantes concernant les immunodosages laquelle (lesquelles) est (sont)
exacte(s) ? Un dosage immunochimique dit EMIT :

A. Peut être réalisé en présence d'antigène marqué par une enzyme


B. Est réalisé en présence d'un excès d'anticorps
C. Peut être utilisé pour quantifier les médicaments dans les milieux biologiques
D. Nécessite la réalisation d'une gamme d'étalonnage
E. Est une bonne méthode de contrôle des matières premières ACD

9. La technique d'immunofluorescence directe est applicable dans certaines conditions; lesquelles?

A. Disposer d'un réactif antiglobuline marqué


B. Disposer d'un anticorps spécifique marqué
C. Lorsque l'anticorps possède la propriété de fixer le C3
D. Sur une coupe tissulaire
E. Pour détecter un antigène soluble BD ou ABD

10. Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? L'immunoanalyse :

A. Permet le dosage des antigènes


B. Ne permet pas le dosage des anticorps
C. Nécessite obligatoirement un anticorps marqué
D. Peut utiliser la chimiluminescence comme méthode de détection
E. Est réservée aux laboratoires possédant une autorisation spéciale AD

11. Indiquer la ou les réponses exactes. Les anticorps :

A. Sont des gammaglobulines


B. Sont produits par les lymphocytes T
C. Permettent de réaliser des sérothérapies préventives
D. Sont produits par les macrophages
E. Sont produits par les plasmocytes ACE

270
Annales d’internat en pharmacie

12. Parmi les méthodes suivantes, indiquer celle(s) qui peut (peuvent) être utilisée(s) pour
quantifier un antigène par une réaction d'immunoprécipitation en milieu gélifié

A. Méthode d'Ouchterlony
B. Méthode de Mancini
C. Electroimmunodiffusion (Laurell)
D. Electrosynérèse
E. Immunonéphélémétrie BC

13. Dans un test ELISA, l'antigène spécifique de l'anticorps recherché est fixé :

A. Sur un substrat chromogène


B. Sur une enzyme
C. Sur un support solide
D. Sur un anticorps anti-immunoglobulines
E. Sur des globules rouges C

14. Parmi les propositions suivantes, une seule est exacte. L'interféron gamma est produit par les:

A. Cellules infectées par un virus


B. Fibroblastes
C. Lymphocytes T activés
D. Polynucléaires
E. Macrophages C

15. Un dosage radioimmunologique (RIA) :

A. Doit utiliser un antigène marqué


B. Doit utiliser un système permettant de séparer l'antigène libre du complexe antigène anticorps
C. Doit utiliser un antigène et un anticorps marqués
D. Se traduit par une réponse linéaire en fonction de la concentration de l'antigène
E. Est caractérisé par une spécificité indépendante de la nature de l'anticorps AB

16. Indiquez la ou les réponses exacte(s)? Un antigène est d'autant plus immunogène :

A. Qu'il fait partie de l'organisme répondeur ("soi")


B. Qu'il est introduit par voie parentérale
C. Qu'il est mélangé avec un adjuvant
D. Qu'il est de nature lipidique
E. Qu'il est de faible masse moléculaire (<10 kD) BC

17. Les anticorps monoclonaux peuvent agir par :

A. Activation de l'apoptose
B. Neutralisation
C. Toxicité indépendante des anticorps
D. Inhibition de la prolifération cellulaire
E. Toxicité dépendante du Complément ABCDE

271
Annales d’internat en pharmacie

18. Parmi les propositions suivantes concernant le mécanisme de l’eczéma de contact, laquelle est
exacte :

A. Il s’agit d’une hypersensibilité de type I


B. Il est lié à un dépôt de complexe immuns circulants dans les tissus
C. Il s’agit d’un phénomène phototoxique
D. Il s’agit d’une hypersensibilité de type IV
E. Le mécanisme allergique est lié à la production de lymphokines par les lymphocytes B après
exposition à l’allergène D

19. Parmi les affirmations suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) exactes (s)? Méthodes utilisant
la réaction antigène-anticorps

A. Les réactions d’immuno­précipitation sont basées sur la formation d’un complexe immun
insoluble
B. La néphélémétrie correspond à la capacité des complexes antigènes-anticorps à diffuser la
lumière
C. L’immunofixation est utilisée pour typer les immunoglobulines monoclonales
D. Les méthodes ELISA ne sont jamais basées sur le principe de compétition
E. Dans les techniques LIA, les anticorps monoclonaux sont marqués avec un radioisotope ABC

20. Parmi les affirmations suivantes, laquelle (lesquelles) concerne(nt) les anticorps monoclonaux ?

A. Les anticorps monoclonaux utilisés en thérapeutique sont majoritairement des IgD


B. Ils présentent théoriquement une spécificité pour un seul épitope déterminé
C. Ils induisent une lyse cellulaire selon un processus anticorps-dépendant
D. Le système de production principal est la chèvre
E. Ils peuvent être utilisés en prophylaxie infectieuse chez les patients dont le système
immunitaire est défaillant BC

21. Un déficit isolé en IgA est un déficit immunitaire qui a pour caractéristiques:

A. C'est le plus fréquent des déficits de l'immunité humorale


B. Il est de découverte fortuite, en général
C. Il est lié à un défaut d'expression du ligand de la molécule CD4O (CD4OL/CD154)
D. Il prédispose aux infections respiratoires
E. Il est traité par les gammaglobulines injectables ABD

22. Le terme de déficit immunitaire commun variable recouvre un ensemble hétérogène de


syndromes mais qui partagent des caractéristiques, parmi lesquelles :

A. Une expression très précoce au cours de la vie, chez le nourrisson


B. Ils ne concernent pas les immunoglobulines de la classe IgA
C. Ils sont la conséquence d'anomalies fonctionnelles variables, dont certaines affectent la
coopération lymphocytes T/lymphocytes B
D. Ils atteignent plus fréquemment les hommes que les femmes
E. Ils constituent une des indications des Immunoglobulines polyvalentes normales humaines CE

23. Parmi les propositions suivantes concernant les déficits immunitaires congénitaux, quelle(s) est
(sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) :

272
Annales d’internat en pharmacie

A. La granulomatose septique chronique est un déficit de l'immunité cellulaire


B. L'hypogammaglobulinémie de Bruton se transmet selon un mode autosomique
C. Le déficit en gammac est un DICS (déficit immunitaire combiné sévère) lié à l'X
D. Les infections bactériennes à Neisseria sont accrues lors de déficit du complément
E. Le traitement du déficit sélectif en IgA est essentiellement symptomatique ; en général, on
n'administre pas d'immunoglobulines exogènes au patient. CDE

24. Concernant les déficits immunitaires, la ou lesquelle(s) de ces propositions sont exacte(s) ?

A. Le syndrome de Wiskott-aldrich est un déficit immunitaire héréditaire rare, à transmission


récessive liée à l'X
B. On retrouve la délétion 12q11 dans le syndrome de Di George
C. Dans la granulomatose septique chronique, les cellules phagocytaires ne sont plus capables
d'ingérer normalement les microorganismes
D. Le déficit isolé en IgA est le plus fréquent des déficits humoraux
E. L'oedème angioneurotique est une maladie autosomique récessive due à un déficit en C1
inhibiteur le plus souvent qualitatif (85%) AD

25. Parmi les propositions suivantes concernant la cytotoxicité cellulaire dépendante des anticorps
(ADCC), une seule est exacte, laquelle?

A. Effectrice du système complémentaire


B. Cellulaire dépendante du récepteur Fc epsilon
C. Cellulaire impliquant des immunoglobulines d'isotype gamma
D. Assurée par les lymphocytes B
E. Assurée par les lymphocytes T C

273
Annales d’internat en pharmacie

Référence :
Sites web :
 Conseils Scientifiques des Concours d'Internat (cnci.parisdescartes.fr)
 www.medshake.net
 www.remede.org

274