Vous êtes sur la page 1sur 7

RESEAU INTERNET

Par : M. Tchuissi Arnaud Rouy

Un protocole informatique (ou parfois tout simplement un protocole quand le contexte de


l'informatique est clair) est un ensemble de règles qui régissent les échanges de données ou le
comportement collectif de processus ou d'ordinateurs en réseaux ou d'objets connectés. Un protocole a
pour but de réaliser une ou plusieurs tâches concourant à un fonctionnement harmonieux d'une entité
générale

Définition et normalisation des protocoles


Comme il peut s'agir d'entités variées: processus, ordinateurs, composants électroniques, objets
connectés, le nom générique des participants à un protocole est « agent ». Comme le but d'un protocole
est de faire s'échanger des données entre agents, qui sont, par nature, hétérogènes, les protocoles sont
souvent rigoureusement définis. Ce n'est pas toujours le cas, ainsi le protocole de Bitcoin est établi par
son code informatique. Les protocoles sont souvent normalisés par des comités de normalisation, formel
comme l'ISO ou informel, comme l'IETF pour Internet ; on parle parfois aussi de standards.

1
Page

Proposé par : M. Tchuissi Arnaud Rouy, enseignant IT


Quelques types de protocoles
 Les protocoles les plus nombreux sont les protocoles de communication, parmi lesquels
il y a les protocoles de réseau, ainsi les plus célèbres sont Tcp/ip qui régit Internet et
Hypertext Transfer Protocol (HTTP) qui régit le Web.
 Les protocoles sécurisés (en) peuvent être soit abstraits, soit concrets et ont trait à la
sécurité.
 Les crypto-monnaies sont des protocoles visant à faire fonctionner une monnaie
électronique.
 Dans les architectures client-serveur, le protocole attribue à l'une des entités un rôle
primordial, le « serveur ».

Nb : Une crypto monnaie, dite aussi crypto actif, crypto devise, monnaie cryptographique ou encore
cybermonnaie, est une monnaie émise de pair à pair, sans nécessité de banque centrale, utilisable au moyen
d'un réseau informatique décentralisé. Elle utilise les principes de la cryptographie et associe l'utilisateur aux
processus d'émission et de règlement des transactions.

Nous avons vu qu'Internet s'appuyait sur le protocole TCP/IP. Il existe de nombreux autres
protocoles en usage sur ce réseau, en particulier, les principaux services offert par Internet
qui sont le web, la messagerie électronique (e-mail) les forums, le chat et le FTP, utilisent
chacun un protocole différent. Ainsi, il existe :

Protocoles Services

HTTP (HyperText Transfert Protocol) : Visualisation de pages Web


FTP (File Transfer Protocol) : Transferts de fichiers
SMTP (Simple Mail Transfert Protocol) Transferts de courriers électroniques (e-
: mail)
POP (Post Office Protocol) : Récupération des e-mails sur le serveur
NNTP (Network News Transfert Forums de discussions en temps différés
Protocol) :
IRC (Internet Relay Chat) : Dialogue en temps réel

Bien d'autres protocoles et services existent, mais nous en resterons là pour l'instant.

Le Web autorise la navigation sur des pages multimédia. Il a été créé en 1989 au
CERN de Genève par Tim Berners-Lee, Robert Cailliau et leur équipe.

Il s'appuie sur le protocole HTTP, qui figure au début de l'adresse du serveur où vous
vous connectez pour accéder à une page Web

Sur le web, on peut trouver par exemple :

 des journaux, des revues, des radios, …


2
Page

 des services publics : Météo France, l'Horloge parlante, ou La Poste, …

Proposé par : M. Tchuissi Arnaud Rouy, enseignant IT


 du commerce électronique : la FNAC, Castorama ou Carrefour, …
 des itinéraires, routiers grâce à ViaMichelin, ou la SNCF ou encore la
SEMTAO, …
 des encyclopédies ou des dictionnaires, l'Encyclopédie de l'AGORA, le
Conjugueur, un dictionnaire des synonymes, …
 Les sites de Guillaume Budé Orléans, de l'ACORFI,
 …

Le FTP, File Transfert Protocol, est un protocole de transfert de fichiers. Ce transfert


s'effectue en établissant une connexion entre un serveur FTP et un client FTP situé sur
votre ordinateur. Les fichiers échangés sont des fichiers informatiques de tous
types (texte, images, sons, logiciels, …)

Exemple : Le site Download.com permet de télécharger de nombreux freewares ou


sharewares.

La messagerie électronique permet aux internautes qui possèdent une adresse E-Mail
de s'expédier mutuellement des messages dans le monde entier.

Les messages sont expédiés et reçus grâce à deux protocoles (SMTP et POP), mais ils
peuvent aussi transiter par le Web.

Les news : Ce sont des espaces de discussions où des groupes de connectés discutent en
temps différé. Les news sont regroupés par thèmes d'intérêt, appelés newsgroups ou
forums.

Le chat, c'est la messagerie électronique instantanée, c'est-à-dire une communication


écrite en temps réel et interactive

Tous ces usages de l'Internet sont régis par la Netiquette, sorte de traité de savoir-vivre à
destination des utilisateurs et les gestionnaires du réseau des réseaux. 3
Page

Proposé par : M. Tchuissi Arnaud Rouy, enseignant IT


MOTEUR DE RECHERCHE

Un moteur de recherche est une application informatique permettant de rechercher une ressource.
Sur l'internet il existe des sites web dont le principal service est la recherche, ils sont alors eux-même
désigné comme étant des moteurs de recherche. Les exemples les plus célèbre sont Google et Yahoo!.

Quelle est la différence entre un navigateur et un moteur de recherche ?


Soyons clairs : un navigateur est un logiciel qui affiche des pages web, alors qu'un moteur de
recherche est un site web qui aide les utilisateurs à trouver les pages web d'autres sites web.
La confusion est due à l'affichage de la page d'accueil d'un moteur de recherche lors de
l'ouverture initiale d'un navigateur.

Voici une liste des moteurs de recherche alternatifs à Google les plus connus :

 Bing : Moteur de recherche historique développé par Microsoft depuis 1998 (MSN
Search), 2e plus gros moteur de recherche de France après Google
 Yahoo! : Moteur de recherche très complet avec des fonctionnalités uniques
 Qwant : Moteur de recherche français qui mise sur la protection des données depuis
2011
 DuckDuckGo : “Le moteur de recherche qui ne vous espionne pas” d’après ses
développeurs
 Ecosia : Un moteur de recherche allemand qui s’engage auprès de la cause
environnementale
 StartPage par ixquick : Un métamoteur de recherche web qui protège votre vie privée
 Lilo : Un moteur de recherche philanthropique qui redistribue ses revenus à la guise des
internautes
 Quora : Un moteur de questions-réponses enrichi par le système collaboratif
 Xaphir : Moteur de recherche français (racheté par Qwant)
 Yippy : Moteur de recherche qui trie les résultats en dossier selon les besoins de
l’internaute
4
Page

Proposé par : M. Tchuissi Arnaud Rouy, enseignant IT


Un moteur de recherche fonctionne

Un moteur de recherche fonctionne grâce à un grand nombre de serveurs appelés robots (ou
encore crawlers ou spiders, en français araignées) chargés de parcourir la toile en suivant
récursivement les liens des millions de pages Web et indexant le contenu dans de gigantesques
bases de données afin de permettre leur interrogation.

Aucun moteur de recherche ne peut parcourir la totalité des pages en une journée (ce processus
prend généralement plusieurs semaines), chaque moteur adopte donc sa propre stratégie en
essayant de déterminer la fréquence de mise à jour des sites.

Quel est le principe de fonctionnement d'un moteur de recherche comme Google ?

A titre d'exemple, le moteur de recherche Google utilise un principe simple lorsqu'il


découvre des nouvelles pages: s'il découvre une page lambda il l'a met dans une file d'attente
et ira la visiter quand il aura le temps.

OUTILS D’ACCES INTERNET


Un navigateur web (web browser en anglais et « fureteur » au Québec) est un logiciel conçu
pour consulter et afficher le World Wide Web.
Il existe de nombreux navigateurs web, pour toutes sortes de matériels (ordinateur personnel,
tablette tactile, téléphones mobiles, etc.) et pour différents systèmes d'exploitation
(GNU/Linux, Windows, Mac OS, iOS et Android).
Fonctionnement
Un navigateur web est composé de divers modules logiciels permettant de communiquer
suivant des standards des réseaux, d'un moteur de rendu des standards du Web, d'une interface
utilisateur adaptée au système d'exploitation qui l'accueille et accessoirement d'un gestionnaire
d'extensions appelées plugins.
En informatique, un plugin ou plug-in, aussi nommé module d'extension, module externe,
greffon, plugiciel, ainsi que add-in ou add-on en France, est un paquet qui complète un logiciel
hôte pour lui apporter de nouvelles fonctionnalités.

La plupart du temps, ces programmes sont caractérisés de la façon suivante :

 ils ne peuvent fonctionner seuls car ils sont uniquement destinés à apporter une
fonctionnalité à un ou plusieurs logiciels ;
 ils sont mis au point par des personnes n'ayant pas nécessairement de relation avec les
auteurs du logiciel principal.

CONNEXION A INTERNET
L'accès à Internet est une désignation des moyens mis à la disposition d'un particulier ou d'une
petite entreprise (dans le cadre de cet article) pour accéder à Internet. Les organismes
commercialisant ces offres de service sont appelés fournisseurs d'accès à Internet.
5
Page

Proposé par : M. Tchuissi Arnaud Rouy, enseignant IT


Les technologies de raccordement des abonnés ont beaucoup évolué depuis les années 1970
avec des raccordements filaires (réseau téléphonique commuté, ADSL, VDSL2, fibre optique),
sans fil (Wi-Fi, WiMAX), via un réseau de téléphonie mobile (GSM/EDGE, 3G/UMTS, 3G+
ou LTE, 4G, 4G+) ou par satellite.

Types d'accès
Les premiers accès à Internet grand public étaient des accès fixes, connectant des logements
notamment au travers de la ligne téléphonique. Par la suite, avec le développement de la
téléphonie mobile, l'accès à Internet a été rendu possible à travers les réseaux de téléphonie
mobile basés sur des technologies d'ondes hertziennes UHF.
ACCES FILAIRE
RNIS
Un réseau numérique à intégration de services (RNIS, en anglais ISDN pour Integrated Services Digital
Network) est un réseau de télécommunications constitué de liaisons numériques autorisant une
meilleure qualité et des vitesses pouvant atteindre 2 Mbit/s (accès E1) contre 56 kbit/s pour un modem
classique.

ADSL
L'accès à Internet par technologie ADSL ou VDSL se fait à travers la boucle locale téléphonique
fixe, mais utilise une autre bande de fréquences que le RTC ou le RNIS. Les débits atteints avec
cette technique sont de l'ordre de plusieurs Mbit/s.
Fibre optique

L'accès à Internet par fibre optique permet de fournir du haut débit aux abonnés.

Plusieurs technologies de raccordement sont disponibles :

 la fibre optique jusqu’au domicile, solution qui permet d’atteindre 1000 Mbit/s mais qui
nécessite l’installation d’une terminaison optique chez chaque abonné et s’avère donc
très coûteuse,
 la libre optique jusqu’à l’immeuble, avec une terminaison VDSL2 ou G.fast sur le
branchement cuivre existant et qui permet d’atteindre jusqu’à 500 Mbit/s,
 la fibre optique jusqu’au sous-répattieur, avec une terminaison VDSL2 sur la
distribution cuivre existante et qui permet d’atteindre 100 Mbit/s.

ACCES SANS FIL


WAP
Le protocole WAP (en anglais : Wireless Application Protocol) est un protocole de
communication lié à la norme GSM et apparu à la fin des années 1990, qui permet un accès
limité à Internet à partir d'un appareil de transmission sans fil, comme un téléphone portable
GSM ou un assistant personne.
6
Page

Proposé par : M. Tchuissi Arnaud Rouy, enseignant IT


UMTS
L'UMTS dans ses dernières versions HSPA+ « Dual Cell » (2012) permet théoriquement des
débits de transfert descendants de 14 à 42 Mbit/s, alors que fin 2004 les débits UMTS offerts
par les opérateurs dépassaient rarement 384 kb/s. Néanmoins, cette vitesse était nettement
supérieure au débit de base du WAP GSM qui est de 9,6 kb/s. L'UMTS permet (contrairement
au WAP), avec un smartphone ou une tablette tactile, un accès à Internet en utilisant les
protocoles standards HTTP et HTTPS.
LTE
Le LTE (4G) dans ses premières versions (2013/2014) permet des débits théoriques descendants
de 50 à 150 Mbit/s, il est en train d’être complété, dans de nombreux réseaux, par le LTE
Advanced (4G+) qui apporte des débits plus élevés.
5G
La technologie mobile de 5e génération (5G) qui permet un débit de 10 Gbit/s est envisagée
comme solution de raccordement d’abonnés.

7
Page

Proposé par : M. Tchuissi Arnaud Rouy, enseignant IT