Vous êtes sur la page 1sur 22

Introduction a la

transmission
CISSE Mohamed
• Un réseau téléphonique est constitué en des réseaux de transmission,
commutation, signalisation et réseau intelligent,

• Le réseau de transmission permet de transporter tout type d’information


(voix, vidéo, données). Il consiste en des noeuds appelés multiplexeurs et
des liens entre multiplexeurs.
• Le but du multiplexeur est de multiplexer/démultiplexer le trafic au/du lien.
• Il existe trois technologies de multiplexage : PDH (Plesiochronous Digital Hierarchy),
SDH (Synchronous Digital Hierarchy) et D-WDM (Dense Wavelength Division
Multiplexing).
• La technologie du lien est généralement de la fibre optique mais peut aussi être du
câble coaxial, la radio, etc.
• Un réseau de transmission consiste en des centaines de multiplexeurs et des dizaines
de milliers de kilomètres de fibre optique.
Réseau de Transmission
PDH, SDH, D-WDM
• Le réseau de transmission fournit les capacités de transport des flux
voix, vidéo, données générés par les réseau de commutation : IP,
ATM, Frame Relay, RTC, GSM, etc.
• Trois technologies sont considérées pour la transmission :
• PDH (Plesiochronous Digital Hierarchy),

• SDH (Synchronous Digital Hierarchy) et

• D-WDM (Dense Wavelength Division Multiplexing).


PDH (Plesiochronous Digital Hierarchy),

• La hiérarchie numérique plésiochrone (PDH) est née au début des années


70 avec la numérisation du téléphone.
• Elle définissait, entre les points du réseau de l’opérateur, des jonctions Mic
à 2Mbit/s accueillant trente-deux circuits à 64 kbit/s par multiplexage
temporel.
• C’est à partir de ce multiplexage successif des circuits sur plusieurs niveaux
que la hiérarchie des débits a été créée en Europe :
• 2 (E1), Mbit/s
• 8 (E2), Mbit/s
• 34 (E3), Mbit/s
• 140 (E4) Mbit/s et
• 565 Mbit/s (E5).
• Figure 2: Multiplexage PDH
SDH / SONET
• Les sigles "SONET" et "SDH" sont mis pour "Synchronous Optical NETwork" et pour
"Synchronous Digital Hierarchy".
• Ces termes désignent des ensembles de protocoles reliés à l'utilisation de la fibre
optique dans les réseaux.
• Pour la norme SONET, les niveaux sont classés en OC : Optical Contener.
• Pour la norme SDH, les niveaux sont organisés hiérarchiquement en STM - n
(Synchronous Transport Module, niveau n).
• Le niveau 1 de SDH (155,52 Mb/s) est le niveau 3 de SONET et le niveau 2 de SDH (622,08
Mb/s) est le niveau 12 de SONET.
• Les débits de SDH sont appelés STM-i avec:
• le STM-1 égal à 155 Mbit/s.
• Le STM-4 correspond à un débit de 622 Mbit/s,
• le STM-16 correspond à un débit de 2,5 Gbit/s et
• le STM-64 correspond à un débit de 10 Gbit/s.
• La technologie SONET/SDH utilise un multiplexage temporel à
travers des multiplexeurs appelés ADM (Add/Drop
Multiplexeur) ou MIE (Multiplexeur à Insertion/Extraction),
• Le multiplexeur terminal (TM, Terminal Multiplexer) permet le
multiplexage de signaux affluents plésiochrones (PDH) dans un
signal de ligne STM-1 résultant.
• La technologie SDH se retrouve aussi bien en topologie point à
point, bus et surtout anneau,
• La technologie SDH est donc, souvent, couplée à une technique
WDM quant elle relie deux ADMs (Add and Drop Multiplexers)
distants.
• Figure 3: Multiplexage SDH
D-WDM
• Le multiplexage en longueur d'onde (D-WDM, Dense Wavelength
Division Multiplexing) est une technique utilisée en communications
optiques qui permet de faire passer plusieurs signaux de longueur
d'onde différentes sur une seule fibre optique,
• en les mélangeant à l'entrée à l'aide d'un multiplexeur (MUX), et

• en les séparant à la sortie au moyen d'un démultiplexeur (DEMUX).


• Les principaux avantages de la fibre optique sont les suivants :
• très large bande passante, de l’ordre de 1 GHz pour 1 km ;
• faible encombrement ;
• grande légèreté ;
• très faible atténuation ;
• très bonne qualité de transmission ;
• bonne résistance à la chaleur et au froid ;
• matière première bon marché (silice) ;
• absence de rayonnement.
• Figure 4: Multiplexage D-WDM
Backbone National de Guinée

• Figure 5: Topologie SDH


I. GENERALITES SUR LES FAISCEAUX HERTZIENS

I.1. Présentation et principe de fonctionnement du FH

 Un faisceau hertzien est un système de transmission de


signaux principalement numériques utilisant une liaison
radioélectrique point à point, bilatérale (full duplex). Cette
liaison est à ondes directives.

 Le faisceau hertzien est souvent complémentaire au réseau


de fibre optique pour assurer la continuité de certains
points de raccordement.
15
 Les débits supportés vont 2 de 140 Mbits/s sur un réseau plésiochrone
(PDH) et 155 Mbits/s sur un réseau SDH. Il fonctionne sur une bande de
fréquence de 3 à 70 GHz.

 Pour chaque liaison hertzienne, on définit deux fréquences correspondant


aux deux sens de transmission (sens émission et sens réception).

 Pour des raisons de distance et de visibilité, le trajet hertzien entre


l'émetteur et le récepteur est souvent découpé en plusieurs tronçons,
appelés bonds, reliés par des stations relais.

16
Les antennes doivent être disposées en visibilité directe les unes des autres, d’où
leur installation sur des points hauts (pylônes, tours,..) et la distance qui les
sépare est de 50 Km au max.

17
Structure de l’émission / reception FH
Un système Fh comprend 2 types d’équipements:

 Les équipements indoor (IDU) et les équipements outdoor (ODU) :

L’IDU

IDU PASOLINK

C’est un équipement regroupant essentiellement les fonctions de modulation


et démodulation.

L’IDU gère aussi les fonctions de traitement du signal numérique et de son


exploitation.
19
 L’ODU

C’est un coffret radiofréquence permettant de transposition du signal FI en fréquence


SHF adaptée à la transmission radio électrique. L’émission de l’onde SHF transmise est
assurée par une antenne.

 Exemple d’équipements OutDoor Unit

20
I.2. Quelques fournisseurs et équipements FH

• Alcatel-Lucent: FH 9500MXC

9400 AWY

• SAGEM: Sagem Link F

21
II. PROBLEME DE PROPAGATION SUR LES LIAISONS
FH ET QUELQUES SOLUTIONS

 Les ondes électromagnétiques sont principalement sensibles aux


masquages (relief, végétation, bâtiments…), aux précipitations, aux
conditions de réfractivité de l'atmosphère et présentent une sensibilité
assez forte aux phénomènes de réflexion.

 Au nombre de ces problèmes on a:


 La diffraction
 La réfraction atmosphérique
 La réflexion, trajets multiples
 L’absorption par l’atmosphère
 Les phénomènes de brouillage

22