Vous êtes sur la page 1sur 4

POURQUOI UN DIEU D’AMOUR PERMET-IL LA MECHANCETE ?

Noelle était une petite fille affectueuse qui aimait dessiner. Un soir d’été, alors qu’elle se baladait dans le jardin à
l’arrière de sa maison, elle est tombée dans la piscine et s’est noyée. Elle aurait eu quatre ans deux semaines plus
tard.

Charlotte, Daniel, Olivia, Josephine... Ce sont les prénoms de certains des 20 enfants de 6-7 ans qui, avec
6 adultes, ont été victimes d’une fusillade dans une école du Connecticut (États-Unis) le 14 décembre 2012. Lors
d’une cérémonie de souvenir, le président Obama a prononcé le prénom de chacun des enfants et a déclaré à un
auditoire ému : « Ces tragédies doivent cesser. »

Bano, 18 ans, a quitté l’Irak en 1996 pour s’installer avec sa famille en Norvège. D’après ses amis, c’était un vrai
rayon de soleil. Malheureusement, le 22 juillet 2011, elle était parmi les 77 personnes tuées par un extrémiste.
Cet homme dira par la suite d’un ton provocateur : « Je souhaite m’excuser [...] de n’avoir pas pu exécuter plus
de gens. »

Au cours des trois dernières années, les régions anglophones du Cameroun étaient empêtrées dans un cycle de
violences meurtrières qui ont fait « au moins 2 000 morts et délogé près d’un demi-million de personnes » de
leurs maisons, selon un rapport publié le 22 juillet 2019 par l’ONG Human Rights Watch.

Les histoires de ce genre hélas ! ne manquent pas. Partout dans le monde, des gens souffrent ou sont dans le deuil
à cause d’accidents, de crimes, d’actes terroristes, de guerres, de catastrophes naturelles ou d’autres tragédies.
Combien d’innocents meurent ou souffrent, souvent sans raison apparente ? « POURQUOI ? POURQUOI ?»
se demandent souvent les victimes

Certains accusent Dieu, pensant qu’il ne se soucie pas des humains. D’autres se disent que Dieu voit nos
souffrances mais choisit de ne pas intervenir. D’autres encore affirment que c’est le destin. Il semble y avoir
autant d’opinions que d’individus. Où trouver des réponses sûres et satisfaisantes ? Dans ce discours, nous
utiliserons la Bible pour expliquer pourquoi un Dieu d’amour permet-il la méchanceté.

Vous êtes-vous déjà demandé comment un Dieu d’amour peut permettre que des choses mauvaises se
produisent ?
Même des serviteurs fidèles de Dieu se sont posé la question [lis Habaqouq 1:3]

Dans le contexte de ce verset ; des siècles après le déluge, dans le royaume de Juda, une
situation très grave est apparue. L’idolâtrie, l’injustice, l’oppression et même le meurtre y
étaient devenus choses courantes. Jéhovah suscita donc Habacuc pour qu’il avertisse le
peuple qu’à moins de se repentir il subirait le malheur aux mains des Chaldéens ou
Babyloniens.

Voici une question : Après l’épreuve finale, survenue au terme du Millénium, des humains
pourront-ils encore pécher et mourir ?
Deux versets de la Révélation permettent de répondre à cette question : “ Et la mort et l’hadès
ont été jetés dans le lac de feu. Cela représente la deuxième mort, le lac de feu. ” (Révélation
20:14). “ Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus ; ni deuil, ni cri, ni douleur
ne seront plus. Les choses anciennes ont disparu. ” — Révélation 21:4.

Notez à quel moment ont lieu ces événements. “ La mort et l’hadès ” sont jetés dans le lac de feu
une fois que les survivants d’Har-Maguédôn, les ressuscités et tous ceux qui sont nés après Har-
Maguédôn ont été jugés d’après les “ choses qui étaient écrites dans les rouleaux ”, c’est-à-dire
les instructions détaillées données par Jéhovah à l’humanité au cours des mille ans (Révélation
20:12, 13). Quant à la vision de Révélation chapitre 21, elle s’accomplira durant le règne
millénaire de Christ Jésus. Toutefois, elle ne se réalisera intégralement qu’au terme du jour de
jugement de mille ans. Jéhovah résidera alors avec l’humanité au plein sens du terme, sans aucun
intercesseur, étant donné que Jésus aura remis le Royaume à son Père. Jéhovah résidera
spirituellement avec “ ses peuples ”, de manière directe et permanente. Au sens littéral, “ la mort
ne sera plus ” lorsque l’humanité sera parvenue à la perfection, ayant bénéficié totalement de
l’application du sacrifice rédempteur de Christ. — Révélation 21:3, 4.

La mort dont il est question dans les versets cités précédemment est donc la mort adamique, qui
disparaîtra grâce à la rançon de Christ (Romains 5:12-21). Une fois débarrassés de la mort
héritée d’Adam, les humains seront exactement comme le premier homme lorsqu’il fut créé.
Adam était parfait, mais cela ne veut pas dire qu’il ne pouvait pas mourir. Jéhovah lui avait
ordonné de ne pas manger de “ l’arbre de la connaissance du bon et du mauvais  ” et il lui avait
dit : “ Le jour où tu en mangeras, tu mourras à coup sûr.  ” (Genèse 2:17). Cette mort résulterait
d’un péché délibéré. Après l’épreuve finale, à la fin du règne millénaire, les humains
conserveront leur libre arbitre (Révélation 20:7-10). Ils seront toujours libres de choisir s’ils
veulent continuer de servir Jéhovah ou non. On ne peut affirmer avec certitude qu’aucun humain
ne tournera plus jamais le dos à Dieu, comme Adam l’a fait.

Qu’arriverait-il à celui qui choisirait de se rebeller après l’épreuve finale ? Il est vrai qu’à ce
moment-là la mort adamique aura disparu, de même que l’hadès, la tombe commune à tous les
humains à laquelle est associée l’espérance de la résurrection. Reste que Jéhovah pourrait
toujours supprimer les éventuels rebelles dans le lac de feu et les priver de tout espoir de
résurrection. Leur mort serait semblable à celle qu’Adam et Ève ont connue, mort qui est
différente de celle que les humains ont héritée d’Adam.

Cela dit, nous n’avons aucune raison d’envisager une telle perspective. Ceux qui auront passé
l’épreuve finale se démarqueront d’Adam sur un point essentiel : ils auront été pleinement mis à
l’épreuve. Nous pouvons être rassurés quant à l’efficacité de l’épreuve finale, car Jéhovah sait
parfaitement jauger les humains. Nous pouvons être sûrs que cette épreuve causera la perte de
quiconque ferait une mauvaise utilisation de son libre arbitre. Par conséquent, même si ceux qui
auront passé l’épreuve finale seront libres de se rebeller contre Dieu, encourant ainsi la
destruction, il est vraiment peu probable qu’ils le fassent.
Lisons rev 21 : 4. Le verset 3 se termine en parlant de l’époque où Dieu sera avec les humains,
où il tournera son attention bienveillante vers ceux qui font sa volonté (Ézékiel 43:7). Aux
versets 4 et 5, Jean poursuit (lecture)  Quelle prophétie enthousiasmante !
22
Arrêtons-nous un instant pour savourer ce que la Bible prédit à cet endroit. ‘ Dieu essuiera
toute larme de leurs yeux. ’ Il n’est évidemment pas question ici du liquide lacrymal qui protège
nos yeux ni des larmes de joie. Les larmes que Dieu essuiera sont plutôt celles causées par la
souffrance, le chagrin, la déception, les blessures et l’angoisse. Comment le savons-nous ?
Remarquez que cette promesse de Dieu d’essuyer les larmes est associée à la disparition ‘ de la
mort, du deuil, des cris et de la douleur ’. — Jean 11:35.

23. De quoi la prophétie de Jean garantit-elle la disparition ?


23
Cela ne prouve-t-il pas que les cancers, les accidents vasculaires cérébraux, les attaques
cardiaques — la mort elle-même — auront été éliminés ? Qui parmi nous n’a pas perdu d’être
cher à cause d’une maladie, d’un accident ou d’une catastrophe ? Si Dieu promet ici que la mort
ne sera plus, cela sous-entend aussi que les enfants qui pourraient naître n’auraient plus la
perspective de grandir, pour ensuite vieillir et connaître une mort inéluctable. Plus non plus de
maladie d’Alzheimer, d’ostéoporose, de tumeurs, de glaucome, de cataracte — tous ces maux
qui apparaissent avec l’âge.

Sous quel rapport ‘ le nouveau ciel et la nouvelle terre ’ se révéleront-ils une bénédiction, et
qu’allons-nous encore considérer ?
24
On admet sans peine que la disparition de la mort, de la vieillesse et des maladies atténuerait le
deuil et les cris. Mais que penser de la misère extrême, des agressions d’enfants et des
discriminations fondées sur le niveau d’instruction ou la couleur de la peau ? Si de tels fléaux, si
courants aujourd’hui, subsistaient, nous ne serions évidemment pas débarrassés du deuil et des
cris, n’est-ce pas ? Voilà pourquoi, sous ‘ le nouveau ciel et la nouvelle terre ’, ces causes de
chagrin ne viendront plus ternir la vie. Pareil changement n’est-il pas réellement incroyable ?

Lisons rev 22 :1-2, ce passage fournit des renseignements au sujet des benediction
qu’apportera le royaume de Jesus

Nous trouvons, dans le dernier livre de la Bible, la description d’“ un fleuve d’eau de la vie,
limpide comme du cristal, qui sor[t] du trône de Dieu et de l’Agneau ”. (Révélation 22:1.) Ce
cours d’eau représente les dispositions divines qui, à terme, ramèneront les hommes à la
perfection, celle dont jouissaient Adam et Ève au début de l’histoire humaine.

Après la description du fleuve, le récit se poursuit ainsi : “ Que quiconque a soif vienne ; que quiconque le veut
prenne l’eau de la vie gratuitement. ” (Révélation 22:17). À notre époque, cette invitation retentit par toute la
terre. Chaque année, les Témoins de Jéhovah, dans plus de 235 pays et territoires, consacrent plus d’un milliard
d’heures à aider autrui à absorber la connaissance biblique donnant la vie.
Avez-vous soif d’eau de la vie ? En buvant de cette eau cristalline, c’est-à-dire en vous familiarisant avec les
dispositions prises par notre Créateur et en en tirant parti, vous pouvez vous aussi être de ceux qui “ amass[ent]
en lieu sûr pour eux-mêmes un beau fondement pour l’avenir, afin qu’ils saisissent fermement la vie véritable ”.
— 1 Timothée 6:19.

Tant que nous vivrons dans le présent système de choses et que nous serons imparfaits, il nous
faudra faire face à la maladie, à la souffrance, à la mechanceté. Nous ne pouvons espérer être
guéris miraculeusement dès maintenant. Par contre, Révélation 22:1, 2 parle de l’époque où nous
serons complètement guéris. L’apôtre Jean a vu en vision « un fleuve d’eau de la vie » et « des
arbres de vie » dont les feuilles « étaient pour la guérison des nations ». Il n’est pas ici question
d’un quelconque remède à base de plantes qu’on utiliserait aujourd’hui ou dans l’avenir. Il s’agit
plutôt des dispositions que Jéhovah a prises par l’intermédiaire de Jésus pour donner aux
humains obéissants la vie éternelle. Une belle perspective s’il en est ! (Is. 35:5, 6).

Alors que nous attendons cet avenir glorieux, soyons sûrs que Jéhovah s’intéresse à chacun de
nous personnellement, notamment si nous sommes malades, persécutés. Comme David, nous
pouvons être convaincus que notre Dieu nous soutiendra. Et comme David, nous pouvons dire :
« Quant à moi, à cause de mon intégrité tu m’as soutenu, et tu me placeras devant ta face pour
des temps indéfinis » (Ps. 41:12).