Vous êtes sur la page 1sur 27

Avis Technique 2/2016-15

Annule et remplace l’Avis Technique 2/2013-4

Avis sur le système de plancher


Gros œuvre
Plancher à dalles alvéolées CEVITAL

TC
C
Titulaire : PRAINSA CEVICO ALGERIE AU
Adresse : Ilot D, n°6 Zhun Garidi, Kouba
E

Tél/Fax : 023 70 55 63
N
R

Usine : CEVICO Larbaâ (Groupe CEVITAL) sis Route de Meftah,


TE

N°29 LARBAA Wilaya de Blida


IN
E
G

Groupe Spécialisé N° 2
SA

“ Systèmes Constructifs ”
U

C.N.E.R.I.B
Centre National d’Etudes et Recherches Intégrées du Bâtiment
Cité Nouvelle El Mokrani Souidania – ALGER
Tel : (021) 38.03.57 - 38.00.89/91 fax : (021) 38.04.31
Web : www.cnerib.edu.dz E-mail : cnerib@mhuv.gov.dz / mail@cnerib.edu.dz
TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

© CNERIB, 2016
ISBN : 978-9961-845-71-4
Dépôt légal : 2ème semestre, 2016.
Le Groupe Spécialisé n° 2 « Systèmes Constructifs » a examiné, le 05.05.2016 le système
de PLANCHER A DALLES ALVEOLEES exploité par la société CEVITAL. Il a formulé
sur ce procédé l’Avis Technique ci-après qui annule et remplace l’Avis Technique
2/2013-4.

1. DESCRIPTION
2.2 Appréciation sur le procédé
1.1 Définition succincte
Procédé de planchers constitués à 2.2.1 Aptitude à l’emploi
partir d’éléments préfabriqués en usine par
extrusion, appelés dalles alvéolées en béton Stabilité
précontraint sans armatures passives, Elle est normalement assurée dans le
associés ou non à une dalle supérieure en domaine d’emploi visé sous réserve de
béton coulée sur place et dont la coupe respecter les dispositions complémentaires
transversale (perpendiculaire à la portée) prescrites au paragraphe 2.32 «Conditions de
comporte des évidements longitudinaux. conception et de calcul », notamment celles
Les largeurs des dalles alvéolées varient de exigées dans les zones sismiques.
0,60 m à 1,20 m. Leurs hauteurs sont

TC
comprises entre 16 et 40 cm suivant les Sécurité au feu
charges et portées nécessaires (6 à 14 m). Le procédé permet de respecter la

C
réglementation applicable au domaine
1.2 Identification des composants d’emploi visé. Le plancher est constitué
L’identification des composants se fait
AU
d’éléments incombustibles et ne présente
comme indiqué au paragraphe 3.5 du dossier pas de risques spéciaux ni par dégagement de
technique. fumées, ni par diffusion de gaz de distillation
E

inflammables ou toxiques.
N

2. AVIS L’accroissement de la durée de résistance au


R

feu peut être obtenu à l’aide des moyens


TE

L’Avis porte uniquement sur le procédé tel suivants :


qu’il est décrit dans le Dossier Technique • augmentation de l’enrobage inférieur des
IN

établi par le demandeur. armatures, sous réserve de respecter


les épaisseurs de béton minimales
exigées entre armatures et alvéoles ;
E

2.1 Domaine d’emploi


• renforcement de la résistance mécanique;
G

Le domaine d’emploi accepté couvre une


gamme étendue de portées et de charges. Les • application en sous-face d’un enduit
SA

utilisations en planchers soumis à des protecteur ;


actions dynamiques importantes, comme c’est • adjonction d’un plafond protecteur
U

le cas en locaux industriels, ne sont pas visées rapporté.


par le présent Avis. Ces utilisations
nécessitent des études au cas par cas. La résistance au feu peut être calculée
Les dalles utilisées pour les planchers non conformément à l’annexe G de la norme NF
abrités des intempéries et exposés à des EN 1168 «Produits préfabriqués en béton –
atmosphères agressives doivent respecter Dalles alvéolées ».
les dispositions préconisées dans la norme
EN 13369 « Règles communes pour les Sécurité du travail sur chantier
produits préfabriqués en béton » et la Elle peut être normalement assurée si les
norme NA 16002. planchers sont conçus et mis en œuvre
Ce plancher peut être utilisé en zones conformément aux Prescriptions Techniques
sismiques à condition de respecter les (voir §2.33) et si les palonniers à pinces
prescriptions du paragraphe 2.3 du présent utilisés pour déplacer les éléments sont
Avis Technique. parfaitement adaptés à la géométrie de ceux-ci
et font l’objet de vérifications visuelles
permanentes et d’un contrôle annuel par un
organisme qualifié.

2
Isolation acoustique Les tolérances de fabrication des dalles
Les planchers finis, avec ou sans enduit en alvéolées doivent être conformes à celles
sous- face, sont considérés monolithes au préconisées dans la norme EN 1168 – A3 :
même titre qu’une dalle pleine. Cependant, Produits préfabriqués en béton – Dalles
en l’absence d’essais, la “loi de masse” peut alvéolées.
ne pas être directement applicable car l’indice
d’affaiblissement acoustique apporté par ces 2.2.4 Mise en œuvre
planchers simples évidés peut être inférieur à La mise en œuvre est effectuée par CEVICO
celui procuré par un plancher plein de même avec élaboration de plans de repérage et de
masse : cette diminution de l’indice serait pose. L’utilisation des dalles alvéolées avec
d’autant plus élevée que l’allégement apporté défauts telles qu’armatures de précontrainte
par les évidements et les dimensions de ceux-ci dénudées est interdite.
sont plus importants. Une amélioration peut
être apportée soit par des masses
additionnelles (carrelages par exemple), soit
2.3 Prescriptions Techniques
par des dispositions permettant de considérer
que le système ne fonctionne plus comme 2.3.1 Conditions de fabrication
une simple paroi acoustique (plafond

TC
suspendu par exemple). 2.3.1.1 La mise en précontrainte des éléments
par relâchement progressif de la tension des
Isolation thermique armatures ne doit être effectuée que lorsque le

C
Le plancher ne peut participer que dans une béton a acquis une résistance caractéristique à
faible mesure à l’isolation thermique. Pour
les divers calculs des coefficients volumiques
AU
la compression au moins égale à fcr définie
dans le § 2.2 du dossier technique.
de déperditions thermiques, il convient
2.3.1.2 Les alvéoles de tous les éléments
E
d’utiliser les valeurs des résistances
doivent être obturées en usine aux extrémités
N

thermiques des planchers données dans le


de celles-ci.
DTR C 3-2 « Réglementation Thermique du
R

Bâtiment ». Ce plancher étant par lui-même


TE

2.3.1.3 L’épaisseur d'enrobage « c » doit


peu isolant, il peut être nécessaire de être déterminée en fonction des classes
compléter son isolation thermique. d’exposition conformément aux normes NA
IN

Une approximation grossière de la 16002, EN 13669 et EN 1168.


résistance thermique des dalles alvéolées (de
E

hauteur > 0,2 m) peut être obtenue comme


G

suit :
Rc = 0,35 (h + 0,25)
SA

Où :
Rc en (m2°K/W) est la résistance thermique
U

des dalles (hors résistance superficielle),


h en (m) est la hauteur totale des éléments.

2.2.2 Durabilité - entretien


La durabilité des planchers est comparable à Figure 1 : Enrobage des armatures
celle des planchers traditionnels en béton
armé ou précontraint utilisés dans des
conditions comparables. Ces planchers ne Les distances effectives d'enrobage de la
nécessitent normalement pas de travaux précontrainte doivent satisfaire les
d’entretien. conditions suivantes :
2.2.3 Fabrication et contrôle a) cas des dalles alvéolées d’épaisseur 16 et
La fabrication s’effectue dans l’usine 20 cm (existence d’une armature par nervure)
CEVICO Larbaa Wilaya de Blida. Il
appartient à CEVICO de mettre en place un
autocontrôle de leur fabrication.

3
Figure 2 : Distances effectives

Les longueurs D1, D3, D’3 ainsi que la longueur de chemin de fendage (D1 +D3) ou (D1+D’3) ou
(D3+D’3) doivent être au moins égales aux valeurs données dans le tableau suivant :
Torons D1 (mm) D3 et D’3 (mm) D1 +D3 ou D1+D’3 ou D3+D’3 (mm)
T9,3 21 18 40
T12,5 25 22 55
T12,9 28 24 60
Tableau 1 : valeurs minimales d’enrobage

TC
Les valeurs minimales du tableau sont sur les distances entre armatures: d4
données pour une tension à l'origine maximale ≥15mm.
des armatures, Po.max = min (0,85 Fprg ; 0,95

C
La longueur de chemins est définie par :
Fpeg).
∑D = D3+ d4+ D'3 figure (3a)
AU
Fprg et Fpeg étant respectivement la valeur de la
charge maximale à la rupture, et la valeur de c) cas des dalles alvéolées d’épaisseur ≥ 30
la charge à la limite conventionnelle cm, (existence de plusieurs armatures par
E

d'élasticité à 0,1%, rapportées à l'unité de nervure)


N

section nominale. Les distances individuelles D1, D'1, D3, D'3,


R

D"3, D"'3 ont les mêmes valeurs minimales


Si la tension à l'origine Po des armatures est
TE

que précédemment (cas d'une armature) ;


inférieure à leur Po.max, les valeurs minimales
du tableau 1 sont réduites dans la proportion
IN

Les distances entre armatures d4, d'4 et d"4


Po/Po.max.
sont supérieures ou égales à 15 mm.
b) cas des dalles alvéolées d’épaisseur 25 Les longueurs de chemins sont définies
E

cm (existence de deux armatures par nervure) par :


G

Les distances individuelles D1, D'1, D3, D'3 D1+ d4+ D3 figure (3c)
SA

D'1+ d'4+ D'3 figures (3c)


(Figure 3) ont les mêmes valeurs minimales D''1+ d'' 4+ D'' 3 figure (3c)
″ ″

que précédemment (cas d'une armature)


U

Figure 3 : Cas de plusieurs armatures par nervure

Pour permettre l’évacuation de l’eau ayant moins une vingtaine de centimètres des
pu pénétrer dans les alvéoles, des trous doivent bouchons d’alvéoles, pour qu’ils ne puissent
être ménagés en usine dans la partie pas être obturés par la laitance au coulage des
inférieure des éléments, à raison de deux trous chaînages.
par alvéole, situés non loin des extrémités, à au

4
2.3.2 Conditions de conception et de 2.3.2.2 Calcul et dimensionnement
calcul
2.3.2.2.1 Résistance mécanique
2.3.2.1 Formes des sections de béton coulé Le calcul et dimensionnement sont
en œuvre effectués conformément aux normes et
La section des clefs en béton doit être telle règlements suivants :
qu’elle permette la transmission des efforts • DTR_B.C. 2-41 : Règles de Conception et
verticaux entre deux dalles, interdisant tout de Calcul des Structures en Béton Armé
déplacement d’une dalle par rapport à sa C.B.A.93 pour la dalle collaborante ;
voisine. • DTR_B.C. 2-48 : Règles parasismiques
algériennes RPA99 version 2003 ;
La forme des clefs satisfait aux conditions • DTR_B.C. 2.2 : Charges permanentes et
suivantes : charges d’exploitation ;
- le remplissage correct avec un béton fin • EN 1992-1-1:2004 (Eurocode 2) ;
doit être possible ; • NF EN 13369 (Règles communes pour
- l’ouverture supérieure du joint doit avoir les produits préfabriqués en béton) ;
au moins 40 mm de largeur théorique ; • Des règles spécifiques pour les
- leurs sections mécaniquement utiles ne structures comprenant des dalles

TC
doivent pas être inférieures à 20 cm2 ; alvéolées sont présentées dans la
- la profondeur horizontale de l’entaille doit norme EN 1168 + A1 (Produits
être supérieure ou égale à 8 mm. préfabriqués en béton – Dalles

C
alvéolées) ;
• NF DTU 23.3 : Ossatures en éléments
AU
industrialisés en béton.
E
2.3.2.2.2 Dispositions parasismiques
N

Les planchers doivent être dimensionnés vis-à-


vis des sollicitations sismiques.
R
TE

Figure 4 : Forme des clefs


Transmission des charges verticales
aux appuis
IN

La dalle collaborante rapportée doit avoir


une épaisseur minimale de 5cm et • Dans le cas général, la transmission des
comporter un treillis soudé anti-retrait. Le charges aux appuis doit être assurée par la
E

treillis soudé présente les caractéristiques réalisation d'un appui horizontal en sous-face
G

minimales suivantes : des dalles alvéolées, dimensionné pour


SA

- dans la direction transversale : section conduire la totalité des charges.


de : 200/fe. ho/5 en cm2 par mètre linéaire,
U

avec des armatures espacées au plus de 20cm La longueur, exprimée en centimètres, de


(5 armatures par mètre), repos effectif des dalles alvéolées sur leurs
- dans la direction longitudinale : section de : appuis ne doit pas être inférieure à la plus
100/fe. ho/5 en cm2 par mètre linéaire, avec des faible des deux valeurs suivantes :
armatures espacées au plus de 33 cm (3 4 cm
armatures par mètre), δ

Avec : 1.5 (h + e) + 2
fe: limite élastique, en MPa, de l'acier du H
treillis, Dans cette expression,
hO: épaisseur, en cm, de la dalle rapportée - δ (cm) représente le déplacement relatif
horizontal maximal sous séisme entre le
collaborante, plancher considéré et le plancher du niveau
inférieur,
Le treillis soudé doit être placé en partie - H (cm) représente la hauteur de l'étage
haute de la dalle rapportée à environ 2 à 3 cm sous-jacent au plancher,
de sa surface. - h (cm) représente l’épaisseur de la dalle
alvéolée,
- e (cm) représente l’épaisseur de la table
collaborante associée.

5
Dans le cas de structures à contreventement Ces contraintes ne doivent pas dépasser :
rigide par voiles en béton, parallèles au sens fcj / 1,15
de portée des dalles alvéolées, la valeur de Avec :
(δ) est négligeable et le repos d'appui en - VA: l'effort tranchant sollicitant sous la
cause est alors ramené à 2 cm. combinaison d'actions accidentelles
• L’intégrité du béton d'appui doit être vérifiée G+Q+E;
selon le type du support : - a : la longueur de repos effectif ;
 1 ° Cas des supports en béton armé : - bn: la longueur de la ligne de moindre
La justification du support doit faire l'objet résistance définie par le schéma donné
d'une étude particulière en majorant la dans la figue 7 ;
réaction d'appui par un coefficient sans - α : coefficient sans dimension défini
précédemment ;
dimension α est égal à : - Le calage de la bielle d'about est vérifié
- 1 en cas de pose à bain de mortier, suivant les prescriptions données ci-avant,
- 1,5 en cas de pose sur bande ou plots d'appui en prenant
en élastomère, Ru= 1,5 VA pour l'effort à ancrer
- 2 en cas de pose à sec.
 2° Cas particulier d'appui sur un mur en
maçonnerie de petits éléments :

TC
Un sommier en béton armé doit être
intercalé entre la maçonnerie et les dalles

C
alvéolées. Ce sommier est soumis aux
justifications précédentes. AU
 3° Pour des appuis constitués par un «
coin » de béton non armé. On vérifie :
.
E

VA ftj VA Figure 6 : La bielle d’about


N

≤ 0,75 équivalent à ≤ 0,675ftj


1,8 ab γb ab
R
TE

Avec :
- VA: l'effort tranchant sollicitant sous la
combinaison d'actions accidentelles
IN

Figure 7 : Ligne de moindre résistance


G+Q+E;
- b : la largeur d'application de la charge ;
E

Les nervures situées entre deux alvéoles


- a : la longueur de repos effectif ; contigües ouvertes ne sont pas prises en
G

- ftj: la résistance caractéristique à la traction compte pour l’estimation de bn.


SA

du béton du support ;
- γb: coefficient partiel de sécurité pris égal • Pour traiter les points singuliers
à 2.
U

(linteaux, chevêtres,...) et sans que cela


puisse constituer un principe général de
conception, par dérogation à la prescription
précédente, l'appui des dalles alvéolées peut
être une poutre noyée dans la hauteur du
plancher (ou avec soffite de faible
hauteur), à condition de respecter les
prescriptions suivantes :
- l'élancement de la poutre n'excède pas
1/8 ;
Figure 5 : Appui constitué par un « coin » - la portée de la poutre ne dépasse pas
de béton non armé la largeur de deux dalles alvéolées ;
- les armatures de liaison doivent
La bielle d'about développe dans les nervures équilibrer une traction égale à 1,5 V A ,
des dalles alvéolées des contraintes de la longueur d'armature nécessaire pour
compression σc prises égales à : ancrer cet effort devant être centrée sur le
2V
σc = α ab A plan vertical moyen de la poutre (comme
n indiqué sur la figure 8) ;
6
dans la partie défoncée aux sommets d'alvéoles
ouverts à cet effet, le diamètre de ces
armatures ne devant pas excéder 12 mm, et
en ouvrant au moins 2 alvéoles non contigus
par dalle alvéolée.

L'anti soulèvement des planchers par rapport


Figure 8 à leurs appuis est assuré par le clavetage de
leur extrémité et l'existence des chaînages
- la face d'about des dalles alvéolées doit horizontaux et verticaux exigés pour la
être rugueuse ; construction.
- des armatures supérieures sont placées et
dimensionnées pour équilibrer un effort égal à Les solutions avec dalles alvéolées portant sur
la moitié de 1,5 VA. Ces armatures, en acier des consoles courtes dans l'épaisseur du
HA de béton armé, sont ancrées à l'intérieur plancher sont interdites en zone sismique.
de la cage d'armatures de la poutre porteuse et

Fonction diaphragme

TC
Surface des dalles non lisse « B » Surface des dalles rugueuse « C »

C
Zone sismique I IIa I IIa IIb et III
Classification des ouvrages AU
2 1B 1A 2 1B 2 1B 1A 2 1B 1A 2 1B
RPA Article 3.2
A titre indicatif, une surface brute de fabrication est :
• non lisse (B), par convention est celle obtenue par un coffrage glissant;
E

• rugueuse (C) si elle correspond à une surface de reprise propre, uniformément rugueuse dont les aspérités
N

présentent une profondeur d'au moins 3 mm ou à une surface striée de même profondeur dont
R

l’écartement des stries est au plus égal à 50 mm;


TE

Tableau 2 : Etat de surface des dalles alvéolées


IN

La liaison entre les joints est obligatoire. Elle des autres et de section au moins égale à
est réalisée par des étriers en acier Fe E 500, 1.30 cm2 / m2 de plancher (équivalente à
E

fixés au treillis soudé de la dalle collaborante 1.57 cm2 par mètre linéaire de joint entre dalles
G

rapportée et ancrés dans les clefs des alvéolées de 1,20 m de largeur).


joints, distants au maximum de 2 m les uns
SA
U

Figure 9 : Ferraillage des joints entre deux dalles

La dalle collaborante rapportée doit présenter


une épaisseur minimale de 5 cm après a) V s d ≤ V R d 1 + V R d 3
déduction s'il y a lieu de l'épaisseur des Avec :
incorporations éventuelles dans cette dalle. - Vsd: effort tangentiel horizontal
L'épaisseur ho de la dalle collaborante développé par longueur unitaire sous
rapportée et la section A de son treillis sollicitation sismique
soudé doivent satisfaire aux conditions - VRd1= 0,20 (f*t28 ho+ ft28 es)
suivantes : - VRd3= 1/1,25 µ A fe

7
Dans le sens perpendiculaire à la portée, les
- f*t28 et ft28: résistance caractéristique à la aciers porteurs du treillis soudé de la dalle
traction du béton de la dalle rapportée collaborante rapportée doivent être ancrés
collaborante et celle du béton des dalles dans les chaînages latéraux ; ceci peut
alvéolées, respectivement (valeur par éventuellement être réalisé par des armatures
défaut de f*t28: 1,8 MPa) placées en recouvrement avec le treillis soudé
- ho: épaisseur de la dalle collaborante (longueur de recouvrement ; celle en situation
rapportée non sismique, majorée de 30 %).
- es: épaisseur de la paroi supérieure
horizontale des dalles alvéolées II doit exister un chaînage périphérique
- µ : coefficient pris égal à 0,9 continu avec au moins 3 cm2 de section
d'acier et un chaînage dans le volume
b) Vsd ≤ V*Rd2 commun de chaque élément de
Avec : contreventement avec le plancher, de section
-V*Rd2= plus petite valeur de : minimale indiquée par le schéma qui suit.
f 0.20f*c28(hcj + ho )
0. 20(f*c28 ho + fc28es) Vue en plan du diaphragme (orientation
et, outre les notations définies ci-avant, indifférente des dalles alvéolées)

TC
- f*c28 et fc28: résistance caractéristique à
la compression du béton rapporté et celle du
béton des éléments, respectivement

C
- hcj: plus petite hauteur de béton au droit du
joint, entre les deux hauteurs définies par le
schéma suivant.
AU
E
N

Figure 11 : Vue en plan de


R
TE

diaphragme.
IN

Section des armatures :


- du chaînage périphérique : Ao ≥3 cm2
E

- des chaînages au croisement des éléments


Avec : hcj = min (H1, H2)
G

de contreventement :
Figure 10 : Section de joint 𝐿𝐿+𝐿𝐿′′
A1 ≥ max [1,5 ; β ] cm2
SA

L'armature de la dalle collaborante rapportée 2


𝐿𝐿+𝐿𝐿′
est un treillis soudé dont la section des A2 ≥ max [1,5 ; β 2 ] cm2
aciers porteurs, placés perpendiculairement
U

Avec:
à la portée du plancher est au moins égale à - β= 0,28 si contreventement par voile,
1 cm2/m et la section des aciers de - 0,50 si contreventement par portique,
répartition, parallèles à la portée du - L, L', L'' longueurs en mètre (voir fig. 11).
plancher, au moins égale à 0,5 cm2/ m.
L'existence d'une ou de plusieurs trémies
Dans le sens de la portée, le cumul des peut modifier le cheminement des efforts
sections des armatures des dalles alvéolées et dans le diaphragme. Une grande trémie (ou le
des aciers de répartition du treillis soudé de la groupement de plusieurs petites) peut
dalle rapportée doit permettre de justifier la neutraliser une partie du diaphragme ; dans
première inégalité sur Vsd. Toutes ces ce cas, il faut justifier des efforts dans les
armatures doivent être prolongées dans les parties pleines en assurant un
chaînages où elles sont ancrées avec fonctionnement en treillis ou en voûtes.
majoration de 30 % de leur longueur
d'ancrage déterminée en situation non
sismique.

8
Fonction liaison assurée par les dalles de leur profondeur réelle d’appui.
alvéolées
Dans la direction de la portée des dalles La profondeur d’appui requise « la » doit

vérifier les conditions suivantes :


alvéolées, le plancher doit présenter en
 Pose sur support métallique ou en béton
toute section transversale une capacité de
armé (chaînage, voile, poutre BA ou BP)
résistance ultime à la traction de 75 kN/m de
Exigence :
largeur, au minimum, en situation sismique, A
assurée par des armatures placées dans les La ≥ �A1
2
joints ou/et celles placées dans la dalle Avec A1= Pa/1 500 (Pa en daN/m et A1 en cm)
rapportée collaborante. Pa : la charge calculée au mètre linéaire d’appui
Sur appuis de rive, les armatures visées ci- à l’ELU donnée par :
avant doivent être ancrées dans les chaînages Pa = [1,35(G1+G2) + 1,5Qc] L/2
en majorant de 30 % les longueurs d'ancrage G1 : poids propre en daN/m2 de la dalle seule,
déterminées en situation non sismique. G2 : poids de béton complémentaire en
daN/m2,
Sur appuis intermédiaires, la continuité des Qc : charge conventionnelle de chantier
armatures est réalisée soit dans la dalle équivalente à une charge uniformément
collaborante rapportée, soit par recouvrements répartie de 50 daN/m2,

TC
d'armatures HA placées dans les joints ou L : portée de la dalle en mètre.
dans des alvéoles ouverts, recouvrements La valeur de A2 est donnée par le tableau

C
majorés de 30 % et tenant compte des suivant :
décalages entre armatures. AU Portée Profondeur d’appui
L (m) A2 (cm)
En outre, les recouvrements avec les armatures
de précontrainte sont majorés de 30 cm pour L< 10.00 >3
E
tenir compte de l'ancrage actif. 10.00 < L < 12.50 >4
N

Dans le sens perpendiculaire à la portée, 12.50 < L < 15.00 >5


la fonction buton-tirant est assurée par la
R

L > 15.00 >6


dalle rapportée collaborante.
TE

Tableau 3 : Profondeur d’appui fonction


2.33 Conditions de mise en œuvre de la portée (support métallique ou en
IN

La réalisation des joints entre éléments béton armé)


nécessite une mise en œuvre soignée. En
 Pose sur murs en maçonnerie
E

particulier, il convient d’utiliser un micro- porteuse


G

béton de bonne qualité et d’en bourrer les


joints après humidification des faces latérales Avec A1= 3 Pa/2 000 (Pa en daN/m et A1en cm)
SA

des éléments. Il est interdit d’utiliser les joints


La valeur de A2 est donnée par le tableau
pour y faire passer des canalisations.
U

suivant
Portée Profondeur d’appui
La dalle collaborante, rapportée sur les
L (m) A2 (cm)
éléments pour réaliser des planchers
L < 8.00 >4
composites, doit être réalisée soit en même
temps que les joints entre éléments, soit après 8.00 < L < 10.00 >5
durcissement complet de ces derniers afin Tableau 4 : Profondeur d’appui fonction
d’éviter que les dalles alvéolées soient de la portée (support en maçonnerie)
sollicitées pendant la prise du béton de
clavetage des joints. Elle doit avoir une Au-delà de 10 mètres de portée, la pose sur
épaisseur minimale de 5 cm et comporter un lisse ou sur chaînage est obligatoire.
treillis soudé. Cette disposition permet
facilement l’incorporation d’aciers en chapeau Le calcul deA1 est établi pour une
au-dessus des appuis pour réaliser des résistance caractéristique de la maçonnerie
d'au moins 4 MPa. Pour une résistance
continuités. caractéristique plus faible, la valeur de A 1
serait majorée proportionnellement.
Pour la sécurité pendant les phases de pose,
la stabilité des dalles alvéolées est fonction

9
3. REMARQUES COMPLEMENTAIRES DU GROUPE SPECIALISE

• Les dalles doivent présenter un état de surface conformément au tableau 2 de l’Avis Technique.
• Un contrôle externe de la qualité de production est recommandé.
• Pour éviter tout risque de fissures, le stockage des dalles doit se faire en plaçant des cales en bois
alignées verticalement et la durée de stockage ainsi que le nombre des dalles superposées doivent
être limités.
• Les dalles alvéolées utilisées en planchers exposés à des atmosphères très agressives doivent
être protégées.
• Une attention particulière doit être accordée au contrôle des dalles alvéolées conformément aux
normes en vigueur.
• Dans le cas où la mise en œuvre s’effectue par une entreprise autre que CEVITAL pôle
Construction, cette dernière doit assurer l’encadrement, le suivi et l’assistance technique.

Rapporteur du Groupe Spécialisé N° 02


Mme L. Mouffok

TC
C
AU
CONCLUSION
E

APPRECIATION GLOBALE
N

L’utilisation du système de plancher à dalles alvéolées CEVITAL dans le domaine d’emploi est
R

appréciée favorablement.
TE

DELAI DE VALIDITE : 05 ANS


Sauf changement dans la fabrication susceptible de modifier les caractéristiques des produits ou
IN

leur comportement, et qu’il ne soit pas porté à la connaissance du CNERIB des désordres
suffisamment graves pouvant remettre en cause le présent avis, le Groupe Spécialisé estime
E

nécessaire de revoir le présent Avis Technique dans un délai de 05 ans expirant le 05 mai 2021.
G
SA

La validité de cet Avis est subordonnée à la permanence de la surveillance exercée sur les
usines productrices des dalles alvéolées,
U

Entre autre, le fabriquant s’engage au respect des recommandations données dans le présent Avis
Technique.

Pour le Groupe Spécialisé N°02 Le


Président
B. ABALACHE

10
DOSSIER TECHNIQUE ETABLI LE DEMANDEUR

A. Description
Les armatures de précontrainte sont
1. Classe du système homologuées par « Head of Quality Control
Plancher réalisé à partir de dalles alvéolées en Departement D&D Droru es Drotktel »
béton précontraint par armatures adhérentes, Les torons ou fils peuvent être lisses ou
posées les unes contre les autres et jointoyées crantés.
à l’aide de clés remplies de béton. Ces Le demandeur aura au préalable demandé à
éléments sont utilisés avec une dalle rapportée son fournisseur à chaque livraison un
collaborant coulée en place de manière à créer certificat de conformité garantissant les
une action composite et monolithique. caractéristiques des armatures ainsi que les
diagrammes d’essais relatifs aux lots
2. Définition des matériaux et hypothèse de correspondantes.
calcul. Les valeurs des caractéristiques mécaniques
en traction des torons plus courants sont :
2.1 Armatures de précontrainte

TC
Type

Diamètre Section Tolérance Classe Fr (KN) Fp 0,1 (KN) Agt (%)

C
nominal (mm) nominale (mm²) sur section (%) (Mpa)
23.4 21
Mono-

4 12.6 1860
AU
Fils

5 19.6 1860 36.5 32.5


97 86
E
9,3 52 1860
Torons à 7

±2 3,5
N
fils

12,5 93 1860 173 154


R

12,9 100 1860 186 166


TE

Tableau 1 : Caractéristiques des armatures de précontrainte


IN

Autres armatures homologuées ou bénéficiant 2.3 Béton complémentaire de dalle


d’une autorisation de fourniture peuvent être rapportée éventuelle coulée en œuvre
E

utilisées sous conditions d’être approuvées par C’est un béton courant de chantier conforme
G

le service de qualité. aux exigences du DTR B.C2-41 et dont la


SA

résistance à 28 jours est au moins égale à 25


2.2 Béton des dalles alvéolées Mpa.
Le béton est de classe 40/50. Il est constitué
U

de sable et de granulats pour une 2.4 Hypothèse de calcul.


granulométrie contrôlée adaptée aux Le dimensionnement en calcul de la dalle
épaisseurs de parois des alvéoles, dosé en alvéolée est assuré par l’emploi d’un logiciel
ciment de type CPJ CEM II/A42.5 ou spécialisé.
supérieure. Le béton doit être adjuvanté pour Pour l’estimation des efforts on peut
diminuer le rapport E/C ou modifier ses considérer une répartition des moments
propriétés en état frais. Le dosage en ciment fléchissant entre les sections en travée et sur
varie en fonction de la résistance désirée. A la appuis (prise en compte de continuité entre
détension des armatures de précontrainte, la travées).
résistance du béton doit être de 25 MPa Pour les planchers à charges d’exploitation
minimum. modérées (Gi+∑Q≤350kg/m2 où Gi est la
La résistance caractéristique à la compression somme des charges permanentes apportées sur
fc28 est de 40MPa au minimum. la chape de compression collaborant :
revêtements, cloisons, étanchéité…), une
méthode forfaitaire d’évaluation des efforts en
continuité est applicable.

11
La méthode consiste à fixer les valeurs • 0,40 dans le cas des autres appuis
maximales des moments en travée et des intermédiaires d’un plancher à plus de
moments sur appuis à des fractions de la
trois travées.
valeur maximale du moment fléchissant M0
dans la « travée de comparaison », en M0 : est la valeur maximale du moment
respectant les principes suivantes :
fléchissant dans la « travée de comparaison »
avec les charges étant prises en totalité, y
1º) compris le poids propre du plancher et sans
pondération des charges d’exploitation.
2º) avec k=1 pour une Mt : est le moment maximal en travée.
travée intermédiaire, et k=1,2 pour une travée Mw, Me sont respectivement les valeurs
de rive absolues des moments sur appuis de gauche et
3º) La valeur absolue de chaque moment de droite.
sur appui intermédiaire n’est pas inférieure à : : est le moment fléchissant isostatique
• 0,50 dans le cas d’un plancher à développée dans la travée de comparaison,
deux travées calculée avec les combinaisons suivantes :
• Cas des planchers non étayés : 0.6
• 0,45 dans le cas des appuis voisins (G1+G2)+∑Gi+Q1+∑ψ0iQI

TC
des appuis de rive d’un plancher à plus • Cas des planchers étayés :
0.6G1+G2+∑Gi+Q1+∑ψ0iQI

C
de deux travées ;
Dans le tableau suivant on a quelques valeurs :
∑Q/∑G 0,2 0,25 0,5
AU 1 1,5 2
∑Q/∑G+∑Q 1/6 1/5 1/3 1/2 3/5 2/3
E

1+0,3α 1,05 1,06 1,1 1,15 1,18 1,2


N

1+0,3α/2 0,525 0,53 0,55 0,575 0,59 0,6


R

1,2+0,3α/2 0,625 0,63 0,65 0,675 0,69 0,7


TE

Vérification des sections en flexion : appuis pour équilibrer forfaitairement un


IN

où MR est le moment égal à 0.3 (0.15 en rive).


moment résistante de la section
G1 : le poids propre des dalles alvéolées seules
E

• Sections en travée : Mk=Mt


G2 : le poids de la dalle collaborant rapportée
G’=∑G
G

Gi : les autres charges permanentes (cloisons,


• Sections en extrémité (planchers
SA

revêtement, étanchéité…)
étayés) :
Q1, Qi : est la part variable des charges
Mk=(Mw ; Me) G’=∑G
U

d’exploitation.
• Sections en extrémité (planchers non-
étayés) : Pour l’estimation des actions, les charges
Mk=(Mw ; Me) G’=∑G-0.5(G1+G2) linéiques inférieures à 5 kN/ml peuvent être
remplacées par une charge uniformément
Pour les planchers à charges d’exploitation répartie
relativement élevées, ou supportant des
• sur une largeur forfaitaire égale au quart de
charges roulantes, les enveloppes des
moments fléchissant doivent être déterminées la portée utile de part et d’autre de la
conformément aux méthodes de la résistance charge.
des matériaux. • sur une largeur égale à la largeur
Toutefois, il peut être admis, de calculer un disponible d’un côté de la charge si elle est
plancher à plusieurs travées comme si elles inférieure au quart de la portée utile, plus
reposaient sur des appuis simples le quart de la portée utile de l’autre côté.
(isostatique). Dans ce cas et lorsqu’il est
nécessaire de limiter la fissuration (par
exemple dans le cas de revêtements de sol
fragiles) on doit disposer des armatures sur

12
Pour les charges ponctuelles et charges profondeur d’appui, en service comme en
linéiques supérieures à 5 kN/ml, le calcul peut cours de montage doivent respecter les
être conduit sans ou avec répartition conditions imposés dans ce document.
transversale des charges, en respectant les Dans le cas de présence d’un matériel d’appui
conditions imposées dans 3.2.3.2 de la NF (néoprène), la longueur de repos effectif « a »
DTU 23.2 P3. pour la vérification de la bielle d’about doit
être limitée à la largeur du néoprène.
2.5 Profondeur d’appui leff = ln + a1 + a2
La portée utile des dalles alvéolées est ln est la distance libre entre nus des appuis,
calculée conformément à 5.3.2.2 de la norme a1, a2 (ai) est la distance à chaque extrémité de
NF EN 1992-1-1 (schéma ci-dessous). Les la travée, déterminée à partir de « t »
extrémités des dalles peuvent avoir les torons (profondeur d’appui) et l’épaisseur de la dalle
dépassants ou être coupes à scie. La « h », en fonction des schémas suivants :

a) Elements
isostatiques avec c) Elemens isostatiques
b) Appui en continuite
torons coupes à avec torons dépassants
scie

TC
C
AU
E
N
R

ai = min {h/2 ; t/2} ai = min {h/2 ;t/2}


TE

ai=max[p+100)/2 ;min(h/2 ;t/2)]


Tableau 2 : Profondeur d’appui
IN

3. Description des éléments préfabriqués variables suivant le type de dalle. Pour


empêcher la pénétration du béton coulé en
E

3.1 Eléments standards œuvre, des bouchons d’extrémité ou système


G

Les éléments standards sont fabriqués en 1.20 équivalente doit être tenue en compte.
SA

m de largeur. Les dalles comportent des Les principales caractéristiques géométriques


alvéoles filants de nombre et de section des dalles alvéolées sont les suivantes :
U

Nombr Ep. min. Ep. min.


Ep. des parois Inertie
Hauteur Large e membrure membrure Section Poids
TYPE (cent/extrem) brute
(cm) ur (m) d’alvéo inferieur supérieur (m2) (kN/m2)
(mm) (m4)
les (mm) (mm)
FA16A 16 9 25 25 34 / 43.5 0.115 3,43E-4 2,36
FA20A 20 9 25 28 36 / 44.5 0.133 6,32E-4 2,73
FA25A 25 9 30 30 38 / 45.5 0.164 11,99E-4 3,42
FA32A 32 9 35 35 40 / 47 0.203 24,48E-4 4.15
FA16 16 ≤ 1.20 7 30 30 43 / 40 0,123 3,55E-04 2,50
FA20 20 7 30 30 43 / 40 0,141 6,58E-04 2,88
12,60E-
FA25 25 5 37.5 37.5 59 / 52 0,178 3,63
04
24,40E-
FA32 32 5 37.5 37.5 59 / 52 0,203 4,15
04
Tableau 3 : Caractéristiques des éléments standards

13
3.2 Eléments particuliers Les torons de précontrainte sont ancrés à une
Des éléments de largeur inférieure à 1.20 m extrémité côté chevêtre fixe, et tendu
(élément standard) sont obtenus par sciage individuellement au vérin mono fil à l’autre
longitudinal d'une alvéole afin de pouvoir extrémité. Le tirage des câbles se fait
couvrir et d'ajuster la surface du plancher mis graduellement en deux phases : la première
en œuvre (voir l’annexe D.3). avec un tirage initial compris entre le 15% et
Dans les dalles de 16 cm ou d’épaisseur le 25% et la deuxième jusqu’à 100% de la
supérieure, les alvéoles sont déplaçables force totale calculée.
verticalement sous conditions de respecter les
Les éléments sont coulés à l’aide d’une
épaisseurs minimales des membrures de 20
machine à avancement régulier qui laisse
mm pour les dalles de hauteur au plus égale à
place aux alvéoles ainsi formés. Le moule
20 cm, et de 25 mm pour les autres.
d’ensemble assure le coffrage des clés et le
Ces modifications de section doivent respecter
dessus de l’élément.
les conditions d’enrobage des armatures.
Le dessus des dalles est cranté d’une
3.3 Clés entre dalles profondeur de 4 à 5 mm avec un entre axe de
Les faces latérales forment des clés de 5 cm par un système monté à l’arrière de la

TC
blocage conformément aux dessins en annexe, machine.
afin de solidariser verticalement les éléments Après le passage de la machine, le béton frais

C
adjacents aux clés. est tronçonné juste à 2 cm au dessus des
armatures les plus hautes; le béton est alors
AU
3.4 Caractéristiques garanties dégagé manuellement ou pour sciage.
Les caractéristiques garanties sont
principalement basées sur les valeurs Les percements des trous d’évacuation, des
E

suivantes : dalles sont effectuées sur le banc et les trous


N

• résistances caractéristique du béton à de la table supérieure sont rebouchés


immédiatement, le diamètre de percement ne
R

la compression : fc28
• types de rugosité de surface doit en aucun cas dépasser le diamètre de
TE

l’alvéole. Si est nécessaire, la mise en place


3.5 Identification d’une bâche isotherme permet le traitement
IN

Chaque dalle est munie d’une étiquette fixée à thermique des éléments. Le cycle est régulé
l’aide d’une pointe enfoncée dans le béton par programmation.
E

frais ou un système avec cache en teinture La mise en précontrainte se fait par


G

équivalente. relâchement lent du chevêtre mobile. Elle ne


SA

Cette identification comporte les éléments doit être effectuée que lorsque le béton a
requis suivants : acquis sa résistance caractéristique à la
• année
U

compression. Cette dernière est déterminée


• semaine de l’année après écrasement des éprouvettes prélevées de
• projet de construction la même gâchée.
• élément préfabriqué
La vibration du béton et son compactage sont
• type de l’élément préfabriqué effectués mécaniquement par la machine. Les
• numéro séquentiel torons sont coupés et les dalles évacuées à
l’aide d’un palonnier à pince ou autres
4. Fabrication et contrôle des dalles systèmes de manipulation. Les dalles sont
alvéolées posées horizontalement sur deux appuis
La fabrication est réalisée sur des bancs de proches des abouts.
précontrainte de 120 mètres en usine. Les
bancs sont constitués par un platelage Les alvéoles ouvertes aux extrémités sont
métallique qui laisse un plénum pour passer fermées dans les premiers 10cm à 15cm pour
les éléments chauffants (étuvage vapeur). éviter fissurations en cours de manipulation
ou transport. Ils doivent être ouvertes par
La piste est nettoyée, recouverte d'un mince l’entreprise de gros ouvre une fois posées.
film d'huile de démoulage ; les torons sont
posés dessus.

14
Le système de contrôle des dalles fabriquées béton armé est indispensable : ces armatures
est conforme aux points pertinents de principales qui remontent en forme de bateau
l’annexe D de l’EN 13369, complétée par le s’ancrent au dessus des dalles légèrement
plans de contrôle établie dans l’annexe A de entaillées ou dans la dalle collaborant. Pour
l’EN 1168 et les tolérances indiquées dans le des trémies de largeurs supérieures, une
paragraphe 4.3.1.1. vérification spéciale en tenant en compte
l’effort ponctuelle ou l’ajoutant d’un appui
5. Description de la mise en œuvre
structurel (type mur, poutre…) s’avère
nécessaire.
5.1 Pose des éléments
Les dalles sont posées sur les appuis et sont
5.5 Réalisation des porte-à-faux
jointives entre elles. Les surfaces des appuis
La réalisation des porte-à-faux, calculés par le
sont réalisées à sec et de niveau ; un mortier
bureau d’études de l’entreprise de grosse
de nivellement ou appui néoprène peut
œuvre, doit être réalisée conformément aux
s’avérer nécessaire. Le béton coulé en œuvre
plans d’exécution de l’entreprise. Le porte-à-
pour le chaînage pénètre dans les alvéoles
faux en prolongement des dalles est effectue
jusqu’aux bouchons.
avec l’incorporation des armatures. Les porte-
Si exceptionnellement la profondeur d’appui
à-faux perpendiculaires au sens de portées des
minimale ne peut être obtenue sur chantier,

TC
dalles alvéolées sont réalisables compte tenu
une lisse est disposée sous les abouts des
de l’existence d’une dalle coulée sur place.
dalles et les bouchons repoussés dans les

C
alvéoles pour permettre la pénétration
5.6 Réalisation des revêtements de sol
suffisante du béton sur au moins 4 cm. AU
Le plancher peut recevoir tout type de
revêtement de sol.
5.2 Solidarisation des éléments
Les parois des clés sont humidifiées et le
E

5.7 Réalisation des faux plafonds


bourrage des joints est réalisé avec un béton
N

L’état de surface des sous face des éléments


fin.
R

est tel qu’il permet la mise en place directe


d’une peinture de finition. Le joint entre
TE

5.3 Montage avec dalle collaborant


dalles peut rester apparent, ou être traité après
rapportée coulée en œuvre
bourrage d’un produit spécifique.
IN

Afin de prendre en compte la dalle coulée en


Des plafonds rapportés sont accrochés d’une
œuvre, la surface des éléments doit être
manière traditionnelle par des chevillages
rugueuse.
E

expansifs directement dans les dalles.


La surface des dalles est nettoyée.
G

Le béton est coulé en une seule fois ou après


6 Utilisation en zones sismiques
SA

le bourrage des joints; l’épaisseur de la dalle


Les dalles ne sont utilisables en zones
de compression est au moins de 5 cm et armée
sismiques qu’avec une dalle rapportée en
U

d’un treillis soudé ; ce treillis fait office


béton armée d’une épaisseur minimale de 5
d’anti-retrait et, dans Le cas de zone sismique,
cm qui assure la fonction diaphragme. Les
il peut être renforcé pour permettre le
ancrages entre les dalles, dans les clés des
fonctionnement en diaphragme. Si un étai
joints doivent être réalisés.
intermédiaire est nécessaire, il est indiqué sur
le plan.
B. Résultats expérimentaux
L’entreprise de gros œuvre doit faire la
synthèse des armatures complémentaires et
des bétons requis pour ces opérations, à partir • Essai de traction sur câbles de précontrainte
de ses plans d’exécution et des plans de conformément à la norme NF EN ISO 6892-
préconisation de pose des dalles alvéolées. 1 :2009
• Essai en vrai grandeur pour la détermination
5.4 Réalisation des trémies de l’effort tranchant réalisé au LNEC
Pour les trémies inférieures à 20 cm, les « Laboratoire National de Génie Civil »
réservations sont effectuées dans le béton frais conformément à la norme EN 1168 :
des dalles sur le banc. Pour les trémies de Produits préfabriqués en béton – Dalles
largeur au plus égale à 1.20 m, un chevêtre en alvéolées.

15
• Essai de flexion réalisé au LNEC Produits préfabriqués en béton – Dalles
« Laboratoire National de Génie Civil » alvéolées.
conformément à la norme EN 1168 :
C. Références

Projets achevés

Surfaces relatives aux dalles


Désignation Clients
alvéolées (m2)
Bâtiment administratif à El Khroub CEVITAL Khroub 2384
Plateforme logistique à El Khroub IMMOBIS 792
Séchoir pour briqueterie à Biskra Briqueterie BRANIS 4590
Stade 50000 places Tizi ouzou FCC/ETRHB 35338
Unité de fabrication de boîtes
Broupe Amor Benamor 192
métalliques
Séchoir pour briqueterie à Touggourt Briqueterie Djabri 2971
Couverture réservoir d’eau à Ténès DESALADORA 1130
Couverture de divers réservoir d’eau AMENHYD 9416

TC
Séchoir pour briqueterie à Ain Defla Briqueterie El Hoceinia 1800
Projets en cours

C
AU Surfaces relatives aux dalles
Désignation Clients
alvéolées (m2)
Deux Stations de pompage à
AMENHYD 696
E
Bordj Bou Arreridj
Plancher pour administration et
N

EURL BATI EL DAHRA 1608


showroom à Mostaganem
R

Fourniture de dalles alvéolées


TE

pour stade 50000 places à Tizi MAPA Turquie 9000


Ouzou
IN

Séchoir pour briqueterie à Ain


Briqueterie EL HOCEINIA 180
Defla
E

Plancher pour cabines


G

électriques (sous stations) à DANIELI Italy 12400


Bellara
SA
U

D. Figures du dossier technique

16
D.1 Géométrie des dalles alvéolées système FA

TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

17
D.2 Géométrie des dalles alvéolées système FA__A

TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

18
U
SA
G
E
IN
TE
R
N
E
AU
C
TC

19
D.3 LARGEUR DES DALLES ETROITES

Les dalles alvéolées ont une largeur standard de 1,20, mais autres largeurs sont possibles en fonction
du calpinage sous la condition de respecter les valeurs indiquées ci-dessus (en cm) pour chaque tipe
de dalle.

SERIE « FA »

TC
C
AU
E
N
R
TE
IN

SERIE « FA__A »
E
G
SA
U

20
E. FERRAILLAGE DALLE COLLABORANTE

E.1 Matériaux et niveau de contrôle pour la dalle collaborante

TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

21
E.2 Exemples du ferraillage de la dalle collaborant

Zoom sur TS

A A

TC
Vue de dessus

C
AU
E
N
R
TE

Dalle de compression.
a)- DAP.
Coupe A-A
IN

b)- treillis soudé.


c)- étrier (reprise du
E

cisaillement).
G
SA
U

Détail -1

Figure 7 : DAP avec chape collaborante

22
3 4 6 5 2 1

1- dalle alvéolaire précontraint (DAP).


2- dalle de compression.
3- armature en bateau.
4- cadre e = 10 cm (toron au plus à 5 cm d’un cadre)
5- armature de liaison.
6- torons dépassants.

bouchon d'alveole
chevètre

TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

Figure 8 : DAP- principe de ferraillage du chevêtre


(Report de charge sur les DAP adjacentes)

23
7
6 5
3
4 2

1- Support.

TC
2- Surface de dalle rugueuse.
1 3- Armatures supérieures de

C
résistance du porte-à-faux.
AU 4- Béton coulé en place.
Exemple de ferraillage d’un porte-à-faux en 5- Etriers de reprise du cisaillement
prolongement des DAP 6- Epingles.
E

7- Armature en attente du support.


N
R
TE
IN
E

7
6 5
G

3
2
SA

4
U

Figure 9 : Exemple de ferraillage de porte-à-faux


Perpendiculaire aux DAP

24
5
4

6
2
3 1

a.1)- Assemblage Poutre semi préfabriqué de a.2)- Assemblage Poutre de rive - DAP
rive - DAP avec torons dépassants. sans torons dépassants.

3 4 5 1

TC
C
AU 2
E
N

b.1)- Assemblage Poutre semi préfabriqué


R

b.2)- Assemblage Poutre intermédiaire –


intermédiaire sans torons dépassants.
TE

DAP avec torons dépassants.


IN
E
G
SA
U

c.1)- Assemblage Poutre métallique.


c.2)- Assemblage Poutre métallique.

1- dalle alvéolées (DAP).


2- Elément support.
3- Armature de liaison.
4- Dalle de compression.
5- Torons dépassants
6- Goujon

. Figure 10 : Exemple d’assemblages

25
TC
C
AU
E
N
R
TE
IN
E
G
SA
U

ISBN 978-9961-845-71-4