Vous êtes sur la page 1sur 140

UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE

INSTITUT DE RECHERCHE ET D'ETUDES SUPERIEURES


DU TOURISME

/¶DSSRUWGHVDpplications iPhone
GDQVO¶pYROXWLRQGHOD
pratique touristique et culturelle à Paris

Mémoire professionnel présenté pour l'obtention du


Diplôme de Paris 1 - Panthéon Sorbonne
MASTER PROFESSIONNEL "TOURISME" (2ème année)
Spécialité Valorisation Touristique des Sites Culturels

Par Magali Da Silva

Sous la direction de Monsieur Valery Patin

Membres du jury ««««««««


««««««««
««««««««

Session de juin 2010


A V A N T P R O P OS

$O¶LVVXGHPRQPpPRLUHGHSUHPLqUHDQQpHGH0DVWHUUHFKHUFKH 1 sur la naissance et


O¶KLVWRLUHGHVPXVpHVG¶DUWFDOLIRUQLHQV, de nombreuses questions sont restées en suspend. A
travers cette étude mXVpRJUDSKLTXH M¶DL F{WR\p DVVH] IUpTXHPPHQW O¶XQLYHUV GHV QRXYHOOHV
WHFKQRORJLHV GH O¶LQIRUPDWLRQ HW GH OD FRPPXQLFDWLRQ 17,&  VDQV MDPDLV YpULWDEOHPHQW \
FRQVDFUHUG¶DQDO\VHSUpFLVH(QHIIHWOHSan F rancisco Museum of Modern Art, qui constituait
O¶H[Hmple principal de mon étude, a toujours été considéré comme un pionnier en matière
G¶XVDJHGHVQRXYHOOHVWHFKQRORJLHVjGHVILQVWRXULVWLTXHV
&¶HVWjSDUWLUGHFHFRQVWDWTXHM¶DLFKRLVLGHFHQWUHUPRQPpPRLUHGHGHX[LqPHDQQpH
de Master professionnel à O¶,5(67VXUO¶DSSRUWGHVQRXYHOOHVWHFKQRORJLHVGDQVO¶pYROXWLRQGH
la pratique touristique et culturelle. Faute de temps pour envisager de nouveaux déplacements
HQ&DOLIRUQLHM¶DLFKRLVLGHUHFHQWUHUPRQpWXGHDXWRXUGH3DULV

Ma volonté initiale était G¶DERUGHU O¶XWLOLVDWLRQ GX QXPpULTXH j WUDYHUV OHV


reconstitutions virtuelles au sein des musées grâce au principe de la réalité augmentée. Après
avoir rencontré plusieurs professionnels des reconstitutions virtuelles au Salon International
du Patrimoine Culturel au Louvre en novembre 2009, je me suis rendue compte que ce sujet
pWDLWGpMjWUqVODUJHPHQWH[SORLWp/DOHFWXUHGHO¶pWXGH$WRXW)UDQFHLQWLWXOpH Visite culturelle
et TIC 2 P¶DG¶DLOOHXUVFRQIRUWpHGDQVFHWWHLGpH
$ SDUWLU GH Oj M¶DL GpFLGp GH resserrer mon analyse autour des outils numériques
mobiles, et plus particulièrement les applications iPhone. Depuis quelques mois, nous
pouvons constater le lancement effréné de nombreuses applications dédiées au tourisme et à la
culture. La difficulté a donc été de choisir parmi toutes ces applications, celles qui étaient les
plus pertinentes pour illustrer mon propos.

0RQ FKRL[ V¶HVW SRUWp HQ SUHPLHU OLHX VXU OHV DSSOLFDWLRQV © Musée du Louvre » et
« Métro Paris 3.0 ªXQ FKRL[TXL QHV¶HVW SDVIDLWVHlon leur notoriété mais par rapport à la

1
0DVWHU,+LVWRLUHGHO¶$UWjO¶8QLYHUVLWp3DULV,96RUERQQH8QPpPRLUHUpDOLVpVRXVODGLUHFWLRQGH0HVVLHXUV
Barthélémy Jobert et Basile Baudez.
2
PORTNOFF A-Y., SUSBIELLE J-F. et DALLOZ X., (2009) Visites virtuelle et TIC : le numérique au service
de la visite touristique et culturelle , Publication ATOUT France, 160p.

2
dimension critique que pouvait revêtir mon étude par le biais de celles-FL-¶DLHQVXLWHDGDSWp
PRQpWXGHVHORQOHVWHQGDQFHVGHO¶DFWXDOLWpODTXHVWLRQGHV17,&pWDQWHQSOHLQHpPXODWLRQ
/¶DSSOLFDWLRQ © iExposition ª ODQFpH HQ IpYULHU  j O¶RFFDVLRQ GH O¶H[SRVLWLRQ
« (GYDUG 0XQFK RX O¶DQWL-Cri ª WHQXH j OD 3LQDFRWKqTXH GH 3DULV V¶HVW LPPpGLDWHPHQW
SUpVHQWpH FRPPH O¶H[HPSOH LQFRQWRXUQDEOH SRXU LOOXVWUHU PD FRPSDUDLVRQ HQWUH OH FRQWHQX
scientifique des iPhones à celui des audioguides. Par ailleurs, le lancement concomitant de
O¶DSSOLFDWLRQ © Urban Trip ª P¶D SHUPLV GH WURXYHU XQ H[HPSOH GH UpDOLVDWLRQ TXL WHQWDLW GH
UpXQLUHIILFDFHPHQWOHVGRPDLQHVGHODFXOWXUHHWGXWRXULVPHHQV¶DGDSWDQWSDUIDLWHPHQWDX[
nouvelles tendances du marché.
0RQpWXGHVHEDVHGRQFVXUSOXVLHXUVH[HPSOHVG¶DSSOLFDWLRQVL3KRQHOLpHVDXYR\DJH
DILQG¶DQDO\VHUO¶LPSDFWGHFHVQRXYHDX[RXWLOVPRELOHVGDQVOHVHFWHXUGXWRXULVPH&¶HVWHQ
P¶HQWUHWHQDQW DYHF GLIIpUHQWV LQWHUORFXWHXUV TXH M¶DL WHQWp G¶pWDEOLU XQH VWUDWpJLH GH
YDORULVDWLRQ WRXULVWLTXH SDU OH ELDLV GHV DSSOLFDWLRQV PRELOHV 1pDQPRLQV FHWWH pWXGH V¶HVW
heurtée au caractère très inédit de son sujet. En effet, le marché des applications mobiles dans
le secteur du tourisme étant encore naissant et très évolutif, les cas étudiés étaient trop récents
pour mesurer, en termes de données chiffrées, leur impact sur la population. Il faudra donc
attendre encore quelques mois, voire quelques années pour apprécier le véritable apport de ces
QRXYHDX[RXWLOVGDQVO¶pYROXWLRQGHODSUDWLTXHWRXULVWLTXHHWFXOWXUHOOH

(QILQ JUkFH j PRQ VWDJH HIIHFWXp DX VHLQ GH OD '*&,6 M¶DL SX UHQFRQWUHU XQ JUDQG
QRPEUH G¶DFWHXUV GH OD FXOWXUH GX WRXULVPH HW GHV QRXYHOOHV WHFKQRORJLHV (Q UpDOLVDQW XQH
veilOH WUqV SRXVVpH M¶DL UDSLGHPHQW FRQVWDWp O¶LQWUXVLRQ GH SOXV HQ SOXV IUpTXHQWH GHV
applications iPhone dans la pratique touristique. De nombreuses applications ont été lancées
DXIXUHWjPHVXUHGHPRQWUDYDLOFHTXLP¶DGRQFREOLJpjIDLUHXQHVpOHFWLRQde ces nouvelles
DSSOLFDWLRQVVDQVSRXUDXWDQWUpRULHQWHUO¶D[HG¶DQDO\VHGHPRQPpPRLUH

3
R E M E R C I E M E N TS

-HWLHQVWRXWG¶DERUGjUHPHUFLHUPRQGLUHFWHXUGHUHFKHUFKH0RQVLHXU9DOpU\3DWLQHW
0RQVLHXU0LFKHO7LDUGSRXUOHVXLYLUpJXOLHUHWO¶DLGHTX¶LOVRQWSXP¶DSSRUWHUWRXWDXORQJ
GHO¶pODERUDWLRQGHPRQPpPRLUH

Cette étude a été concrétisée grâce de nombreuses rencontres professionnelles qui ont
pODUJLPHVFRQQDLVVDQFHVVXUODTXHVWLRQGHV1RXYHOOHV7HFKQRORJLHVGHO¶,QIRUPDWLRQHWGHOD
Communication afin de dégager des axes pertinents de réflexion.

Pour ce qui est des informations concernant les applications iPhone analysées tout au
long de cette étude, je remercie vivement Madame Chloé Guillerot, responsable du Service
des Publics de la Pinacothèque de Paris, Monsieur Arnaud Le Canu, développeur de
O¶DSSOLFDWLRQ « Urban Trip », Monsieur David Madec, directeur adjoint du Service
Communication du Musée du Louvre et surtout Madame Natacha Villeroy responsable du
ODQFHPHQWGHO¶DSSOLFDWLRQL3KRQH« Musée du Louvre » au Service Multimédia.
Parallèlement à cela, de nombreuses personnes se sont rendues disponibles afin de
V¶HQWUHWHQLUDYHFPRLVXUOHVHQMHX[GHV17,&GDQVO¶pYROXWLRQGXWRXULVPHHWGHODFXOWXUH
Ces différents avis plus ou moins généraux ont très largement contribué à élargir mon analyse
HQP¶pFDUWDQWGHVH[HPSOHVSUpFLVTXLU\WKPHQWFHWWHpWXGH

A ce titre, je tiens à remercier chaleureusement Monsieur Florent Orsoni, directeur de


O¶DVVRFLDWLRQ 7XWWL 0REL TXL P¶D RULHQWp WRXW DX ORng de mes recherches concernant
O¶DSSURFKH 17,& HW +DQGLFDS 8Q JUDQG PHUFL pJDOHPHQW j 0DGDPH 'LDQH 'XEUD\
consultante en communication culturelle chez Buzzeum spécialisée sur la question des
nouvelles technologies numériques, Monsieur Philippe Fabry, chargé de mission Marketing,
7HFKQRORJLHV GH O¶,QIRUPDWLRQ HW 4XDOLWp FKH] $WRXW )UDQFH 0RQVLHXU /DXUHQW -DFRQHOOL
IRQGDWHXU GH O¶DJHQFH 0DVWHU\ ,QWHUQDWLRQDO 3LFWXUHV DSSOLFDWLRQ © Musée du Louvre »),
0HVVLHXUV 0DUF HW $QWRLQH 0RUFRV IRQGDWHXUV GH O¶DJHnce Presselite (application « Métro
Paris 3.0) », Monsieur René Ressourches, chargé de mission Tourisme et Culture à la DGCIS
et Monsieur François Violet, responsable des publications du Musée du Louvre.

4
Enfin, mon entrée en stage à la DGCIS, anciennement Direction du Tourisme,
UDWWDFKpHDX0LQLVWqUHGHO¶(FRQRPLHGHO¶,QGXVWULHHWGHO¶(PSORLP¶DSHUPLVGHUHQFRQWUHU
de nombreuses personnalités influentes dans le monde du Tourisme et de la Culture.
A ce titre, je tiens à remercier tout particulièrement Madame Aline Peyronnet, Chef du
Service Tourisme, Commerce, Artisanat et Services de la DGCIS ainsi que Messieurs
Cazaubon et Battistella pour leur soutien tout au long de mon expérience au sein de leurs
EXUHDX[(QILQMHQHSHX[RXEOLHUO¶DLGHSUpFLHXVHGe Monsieur Noël Le Scouarnec sans qui
FHWWHSULVHGHIRQFWLRQQ¶DXUDLWSDVpWpSRVVLEOH

5
SO M M A I R E

" L' Université n'entend donner aucune approbation ou improbation aux opinions émises dans les
mémoires et thèses. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leurs auteurs"

Avant-SURSRV«««««««««««««««««««««««««««««S

5HPHUFLHPHQWV«««««««««««««««««««««««««««S

6RPPDLUH««««««««««««««««««««««««««««««S

,QWURGXFWLRQJpQpUDOH««««««««««««««««««««««««««S

I ± Les nouvelles technologies au service de la médiation culturelle

D /¶qUHGXQXPpULTXH««««««««««««««««««««««S

E *HQqVHGHVDSSOLFDWLRQVL3KRQH««««««««««««««««««S

F $QDO\VHFRPSDUDWLYHHQWUHO¶L3KRQHHWOHVDXWUHVVXSSRUWVGHPpGLDWLRQ««S

II - /¶LPSDFWGHVDSSOLFDWLRQVL3KRQHGDQVOHVHFWHXUGXWRXULVPH

a) &UpHUGHQRXYHOOHVDWWHQWHVSRXUPLHX[\UpSRQGUH««««««««««S

b) 8QHPRGLILFDWLRQGHODSUDWLTXHWRXULVWLTXHHWFXOWXUHOOH««««««««S

c) Les retombées économiques des applications i3KRQH«««««««««S

III - 8QHRXYHUWXUHYHUVO¶LQWHUQDWLRQDO

a) 8QHYLVLWHDFFHVVLEOHjWRXV«««««««««««««««««««S

b) /HVOLPLWHVGHVDSSOLFDWLRQVPRELOHV««««««««««««««««S

c) /H 6)020$ RX O¶H[HPSOH GHV DSSOLcations mobiles mises au profit de la


promotion touristique «««««««««««««««««««««S

&RQFOXVLRQJpQpUDOH««««««««««««««««««««««««««S

%LEOLRJUDSKLH««««««««««««««««««««««««««««S

7DEOHGHVLOOXVWUDWLRQV««««««««««««««««««««««««««S

$QQH[HV«««««««««««««««««««««««««««««««S

7DEOHGHVPDWLqUHV«««««««««««««««««««««««««««S

7DEOHGHVRXWLOVPpWKRGRORJLTXHV««««««««««««««««««««S

6
INTRODU C TIO N

$YHF OD EDQDOLVDWLRQ G¶Lnternet dans les foyers, le consommateur a pu accéder plus
facilement aux offres de service qui, en contre partie, ont vu leur attractivité se décupler au
courV GHV DQQpHV /¶H[SORLWDWLRQ G¶LQWHUQHW HVW DXMRXUG¶KXL JpQpUDOLVpH SRXU OD TXDVL-totalité
des établissements culturels français. Chaque grande institution possède son site internet ce
qui lui permet de diffuser les informations sur ses activités à un public très large et très
diversifié. Depuis quelques années, nous pouvons constater un développement accru de
nouveaux réseaux de communication basés sur la technologie moderne. Que ce soit en
matière de téléphonie 3G, bornes Wi-Fi ou GPS, ces nouvelles technologies proposent aux
FRQVRPPDWHXUVGHQRXYHDX[VHUYLFHVLQIRUPDWLIVTXLV¶DGDSWHQWjO¶pYROXWLRQGHODGHPDQGH
Depuis 2006, consiGpUpHSRXUFHUWDLQV FRPPHO¶DQXQ GHO¶qUe du marketing mobile,
nous devons faire face à une montée en puissance du « nomadisme ». Les visiteurs
G¶DXMRXUG¶KXLDSSDUWLHQQHQWjXQHVRFLpWpSOXVPRELOHHWSOXVDXWRQRPHTXLUpFODPHXQHRIIUH
G¶LQIRUPDWLRQVSHUVRQQDOLVpHDFFHVVLEOHSDUWRXWHWjWRXW moment. On estime que plus de 75%
de la population française possède un téléphone mobile, ce qui représente près de 45 millions
de clients potentiels à satisfaire3. Ce nombre est, bien sûr, en perpétuelle progression. Avec le
boum des smartphones, également appelés les téléphones intelligentVO¶XWLOLVDWHXUGLVSRVHGH
WRXW W\SH G¶LQIRUPDWLRQ en un simple clic. La navigation internet peut se faire directement
GHSXLV OH WpOpSKRQH PRELOH JUkFH DX UpVHDX * HW XQH SDOHWWH WUqV FRPSOqWH G¶DSSOLFDWLRQV
téléchaUJHDEOHVYLHQWV¶\DMRXWHUDILQGHFRPSOpWHUFHWWHRIIUH
$XMRXUG¶KXLOHVPDUWSKRQHOHSOXVUpSDQGXVXUOHPDUFKpHVWO¶L3KRQHGXFRQVWUXFWHXU
californien Apple. Lancé sur le marché de la téléphonie mobile il y a à peine trois ans,
O¶L3KRQHSURSRVHDXMRXUG¶KXLSOXVGHDSSOLFDWLRQVGHVWLQpHVDXYR\DJHHWjODFXOWXUH
&HVDSSOLFDWLRQVVRQWWpOpFKDUJHDEOHVVXULQWHUQHWJUDWXLWHPHQWRXjXQSUL[DOODQWGH¼j
¼ /¶LPSRUWDQFH GX WDX[ GH SpQpWUDWLRQ GH O¶L3KRQH VXU OH PDUFKp GH OD WpOpSKRQLH PRELOH
démontre que cet outil est devenu un véritable enjeu économique. On retrouve cette
problématique dans les stratégies de promotion touristique des établissements culturels et,
SOXV ODUJHPHQW GHV WHUULWRLUHV $ OD ILQ GH O¶DQQpH  RQ FRPSWDELOLVDLW  millions
G¶XWLOLVDWHXUV GH VPDUWSKRQH j WUDYHUV OH PRQGH FH TXL FRQVWLWXH XQ PDUFKp WRXW DXVVL
conséquent de clients potentiel à toucher.
3
CROLA J-F., (2009), « Mobilités touristiques, identités numériques et traçabilités », Cahier Espace n°100 :
Nouvelles mobilités touristiques, 10p.

7
3RXU LOOXVWUHU O¶DSSRUW GHV QRXYHOOHV WHFKQRORJLHV mobiles GDQV O¶pYROXWLRQ GH OD
pratique touristique et culturelle j 3DULV M¶DL FKRLVL GH PH FRQFHQWUHU VXU O¶DQDOyse de trois
applications pour iPhone O¶DSSOLFDWLRQ« Métro Paris 3.0 », éODERUpHSDUO¶DJHQFH3UHVVHOLWH
O¶DSSOLFDWLRQ « Musée du Louvre ª pODERUpH SDU O¶DJHQFH 0DVWHU\ HQ SDUWHQDULDW DYHF OH
musée épon\PH HW HQILQ O¶DSSOLFDWLRQ « Urban Trip Paris », élaborée par deux développeurs
particuliers, Arnaud Le Canu et Céline Excoffon. Ces trois applications font partie des
QRPEUHXVHVDSSOLFDWLRQVjYRFDWLRQWRXULVWLTXHHWFXOWXUHOOHGpYHORSSpHVVXUO¶L3KRQHGHpuis
quelques mois.
/¶L3KRQH Q¶HVW SDV O¶XQLTXH V\VWqPH G¶H[SORLWDWLRQ SRXU VPDUWSKRQHV SUpVHQW VXU OH
marché néanmoins il demeure encore à ce jour le plus populaire et le plus répandu. En effet,
OHV SULQFLSDX[ FRQFXUUHQWV GH O¶L3KRQH VRQW OHV V\VWqPHV G¶Hxploitation RIM/BlackBerry,
$QGURwG GH *RRJOH HW WUqV SURFKDLQHPHQW OH '$7$ 3KRQH GH 6DPVXQJ $ FH MRXU F¶HVW OH
V\VWqPH G¶H[SORLWDWLRQ $QGURwG TXL GpYHORSSH OH SOXV G¶DSSOLFDWLRQV DSUqV O¶L3KRQH 6DQV
IDLUH O¶DSRORJLH GX VPDUWSKRQH G¶$SSOH FHWWH pWXGH Ve concentre donc sur les applications
L3KRQH FDU LO V¶DJLW GH FHOOHV TXL VRQW OHV SOXV QRPEUHXVHV HW OHV SOXV WpOpFKDUJpHV /HV
GpYHORSSHXUVODQFHQWSULQFLSDOHPHQWOHXUVDSSOLFDWLRQVVXUL3KRQHDILQGHV¶DVVXUHUXQUHWRXU
sur investissement plus important. Nous verrons en effet dans cette étude que lancer une
application sur iPhone génère cent à deux cent fois plus de retombées que sur Androïd.
Par ailleurs le choix de recentrer cette étude principalement autour de Paris tient au fait
que les applications iPhone visent à toucher un maximum de population, les premiers
ODQFHPHQWVV¶HIIHFWXHQWdonc dans des zones à fort potentiel touristique telles que les capitales
ou les grandes villes internationales. Paris, avec près de 35 millions de touristes en 20084, est
donc un excellent exemple pour illustrer ce propos. Mais nous verrons, en élargissement à
FHWWH pWXGH TXH OH ODQFHPHQW G¶DSSOLFDWLRQV L3KRQH WRXFKH pJDOHPHQW GHV UpJLRQV GH OD
province.

Selon Patrick Vicériat5RQSHXWVHJPHQWHUO¶LQIRUPDWLRQWRXULVWLTue en trois parties. Il


\ D WRXW G¶DERUG O¶LQIRUPDWLRQ GH QDYLJDWLRQ TXL SHUPHW DX WRXULVWH GH VH UHSpUHU HW GH VH
GpSODFHU SOXV IDFLOHPHQW (QVXLWH YLHQW O¶LQIRUPDWLRQ GH VHUYLFH TXL RIIUH DX WRXULVWH OHV

4
LESOURD J.C., (2009), Le tourisme à Paris : les chiffres clé 2008 [en ligne], Office du Tourisme et des
Congrès, Paris, 36p.
5
VICERIAT P., ADELAÏDE J-M., (2007), « Systèmes d'information touristique. Les enjeux liés aux
technologies de mobilité », Revue Espace n°244 : La Péninsule arabique. Eldorado touristique du XXIe siècle ?,
3p.

8
indications nécessaires au bon déroulement de son séjour (hôtellerie, restauration,
WUDQVSRUWV«  (QILQ O¶LQIRUPDWLRQ GH GpFRXYHUWH GRQQH YLVLWHXU OHV GRQQpHV UHODWLYHV DX
WHUULWRLUH KLVWRLUHFXOWXUHDFWLYLWpV« &HWWHFRQWLQXLWpGHVHUYLFHVSHUPHWDLQVLDXYLVLWHXU
de préparer son voyage en amont mais aussi de le gérer à sa guise une fois sur place. Nous
pouYRQV G¶DLOOHXUV FRQVLGpUHU O¶DSSOLFDWLRQ L3hone « Métro Paris 3.0 » comme une offre
G¶LQIRUPDWLRQV SUDWLTXHV contribuant DX ERQ GpURXOHPHQW G¶XQ Vpjour dans la capitale
française et les applications « Musée du Louvre » et « Urban Trip Paris » comme des
applications de découverte.

Le lancement de ce nouveau type de support est devenu un enjeu fondamental pour les
différents territoires. Cette étude cherche à démontrer en quoi les applications iPhone peuvent
faire évoluer la pratique touristique dans les grandes villes en proposant une offre de services
très diversifiée. Les établissements culturels sont très en phase avec ces nouveaux procédés
technologiques afin promouvoir leur collection à plus ODUJHpFKHOOHHWG¶DWWLUHUDLQVL attirer de
nouveaux visiteurs. De nombreux enjeux sont liés au lancement de ces applications
PXOWLVHUYLFHV pFRQRPLTXHV FXOWXUHOV HW VRFLpWDX[  QpDQPRLQV LO HVW QpFHVVDLUH G¶DQDO\VHU
leurs limites afin de compenser ces pRLQWV DYHF XQH PHLOOHXUH PpGLDWLRQ LQ VLWX &¶HVW
G¶DLOOHXUV GDQV FHWWH GpPDUFKH TXH M¶DL FKRLVL G¶LQWpJUHU OD TXHVWLRQ GH O¶DFFHVVLELOLWp GHV
musées aux personnes handicapées à cette pWXGH(QHIIHWO¶DSSOLFDWLRQ« Musée du Louvre »,
comme un bon nombre G¶DSSOLFDWLRQVGHPXVpHVODQFpHVjWUDYHUVOHPRQGHSHXWrWUHSHUoXH
FRPPH XQH SUHPLqUH pWDSH j OD PLVH HQ DFFHVVLELOLWp G¶XQ VLWH FXOWXUHO FDU HOOH RIIUH j
O¶XWLOLVDWHXU XQH SUpVHQWDWLRQ GH VD Follection et ne requiert pas de déplacement physique.
Néanmoins, le Louvre ne revendique pas cette application comme un substitut de la visite au
musée. A partir de là, il faut intégrer des outils de médiation spécialement destinés aux
personnes handicapés, au sein même du musée.
'DQV OH EXW GH IDYRULVHU O¶DFFqV j la culture à ce segment de population longtemps
délaissé, de nombreux dispositifs techniques ont été élaborés. Les musées seront bientôt
FDSDEOHVG¶RIIULUDX[YLVLWHXUVGHVYLVLWHVVHQVRULHOOHVTXLWRXFKHURQWWRXVOHVVHJPHQWVGH la
population. Que ce soit pour le grand public ou pour les visiteurs handicapés, il serait
intéressant de concevoir la relation entre les nouveaux outils numériques et les attentes des
visiteurs FRPPH GHX[ HQWLWpV FRPSOpPHQWDLUHV j O¶pYROXWLRQ GH OD SUDWLTXH WRXULVWLTXH HW
culturelle.

9
En quoi les applications iPhone peuvent-elles modifier la pratique touristique et
culturelle à Paris ? Pour WHQWHUGHUpSRQGUHjFHWWHTXHVWLRQM¶DLFKRLVLGH diviser mon étude
en trois axes principaux.

Une première partie générale reviendra sur le développement des technologies de


O¶LQIRUPDWLRQ HW GH OD FRPPXQLFDWLRQ au cours de ces dernières années. Cette entrée en
matière permettra de faire le point sur les différents outils de médiation existant et sur ceux
qui devront bientôt être installés dans les établissements culturels parisiens. A partir de cela,
QRXV GpPRQWUHURQV HQ TXRL FHV LQYHQWLRQV IDYRULVHQW O¶DFFqV j OD FXOWXUH DX[ SHUVRQQHV
atteintes de handicap physique ou mental en développant les exemples de la médiation par le
biais des TIC6 qui a été réalisée au Château des Ducs de Bretagne à Nantes et sur celle qui
VHUD UpDOLVpH j SDUWLU GX PRLV G¶RFWREUH  DX 0XVpH GX /RXYUH j WUDYHUV OH SURJUDPPH
Museum Lab.
A partir de là, je me concentrerai plus particulièrement sur les trois applications
iPKRQH TXL VHUYLURQW G¶H[HPSOHV SUincipaux à toute ma réflexion, à savoir O¶DSSOLFDWLRQ
« Métro Paris 3.0 », O¶DSSOLFDWLRQ« Musée du Louvre ªHWO¶DSSOLFDWLRQ© Urban Trip Paris ».
Après une présentation détaillée de ces trois applications de leur création à leur mise en
exploitation, nous analyserons leur impact sur les utilisateurs de smartphones et plus
largement sur les touristes potentiels. En effet, ces applications ont été téléchargées à des
centaines de milliers G¶H[HPSODLUHVjWUDYers le monde et ont donc touché une clientèle très
vaste et très diversifiée.
&¶HVW pJDOHPHQW GDQV FHWWH SUHPLqUH SDUWLH TXH QRXV UHYLHQGURQV VXU OHV PRGDOLWpV
WHFKQLTXHV QpFHVVDLUHV SRXU GpYHORSSHU XQH DSSOLFDWLRQ L3KRQH FH TXL QRXV SHUPHWWUD G¶HQ
GpGXLUH O¶LPSRUWDQFe du retour sur investissement qui peut être perçu si une application est
appréciée par les consommateurs.
(QILQFHWWHSUHPLqUHSDUWLHV¶DFKqYHUDVXUXQHFRPSDUDLVRQHQWUHFHVDSSOLFDWLRQVHW
les autres outils de médiation déjà existant in situ. Peut-on cRQVLGpUHUO¶DSSOLFDWLRQ « Musée
du Louvre » FRPPHO¶pYROXWLRQPRGHUQHGHO¶DXGLRJXLGH ? En effet, cette application offre à
O¶XWLOLVDWHXU XQH SODTXHWWH LQIRUPDWLYH DVVRFLpH j FKDFXQH GHV TXDUDQWH °XYUHV SUpVHQWpHV
mais quelle est la légitimité de ce contenu et quelles sont les limites de cette application ?
Pour analyser la légitimité du contenu des applications iPhone par rapport aux audioguides
SURSRVpVGDQVOHVpWDEOLVVHPHQWVFXOWXUHOVQRXVQRXVEDVHURQVHVVHQWLHOOHPHQWVXUO¶H[HPSOH

6
7HFKQRORJLHVGHO¶,QIRUPDWLRQHWGHOD&RPPXQLFDWLRQ

10
GH O¶DSSOLFDWLRQ © iExposition ª ODQFpH SDU OD 3LQDFRWKqTXH GH 3DULV j O¶RFFDVLRQ GH
O¶H[SRVLWLRQWHPSRUDLUH© Edvard Munch O¶$QWL-Cri » tenue du 19 février au 8 août 2010 en
tant que « JXLGHRIILFLHOGHO¶H[SRVLWLRQ ».
Si les applications iPhone peuvent favoriser O¶DFFqV à la culture à un public en masse
HQVXVFLWDQWO¶HQYLHDYDQWODYLVLWHHOOHVH[FOXHQW encore la population handicapée. Ainsi, il ne
faut pas concevoir ces outils comme des substituts à la visite en temps que telle mais plutôt
comme une étape intermédiaire qui incite à la visite. Dans cette optique, les applications
iPhone peuvent être considérées comme une première étape à la mise en accessibilité des sites
culturels aux visiteurs handicapés, car elles attirent tous les segments de visiteurs qui peuvent,
une fois sur place, jouir de différents outils de médiation spécialement adaptés à chacun.

La deuxième partie de cette étude portera plus précisément sur la dimension


stratégique et les retombées économiques que peuvent générer les applications iPhone dans le
secteur du tourisme. /¶pYROXWLRQ GHV QRXYHOOHV WHFKQRORJLHV OD EDQDOLVDWLRQ G¶LQWHUQHW GDQV
les foyers puis sur les téléphones mobiles et enfin la tendance au nomadisme ont
SURIRQGpPHQWPRGLILpOHVDWWHQWHVGHVWRXULVWHVG¶DXMRXUG¶KXL
Cette deuxième partie reviendra sur les attentes des nouveaux touristes et démontrera
HQ TXRL OHV QRXYHOOHV WHFKQRORJLHV GH O¶LQIRUPDWLRQ HW GH OD FRPPXQLFDWLRQ HW SOXV
précisément les applications iPhone liées au voyage et à la culture, peuvent répondre à ces
nouvelleVDWWHQWHVDILQGHGpYHORSSHUO¶DWWUDFWLYLWpWRXULVWLTXHG¶XQWHUULWRLUH
A partir de ce point, QRXVYHUURQVTXHOOHVVRQWOHVFRQGLWLRQVQpFHVVDLUHVSRXUTX¶XQH
DSSOLFDWLRQL3KRQHLPSDFWHHIILFDFHPHQWOHVHFWHXUGXWRXULVPHVRLWHQVXVFLWDQWO¶HQYLHGHVH
déplacer avant la visite, soit en améliorant les conditions du temps de visite, aussi bien du
point de vue de la JHVWLRQ GHV IOX[ TXH GX SRLQW GH YXH GH O¶RIIUH GH VHUYLFHV (Q HIIHW HQ
SURSRVDQW GHV LWLQpUDLUHV PXOWLSOHV 0pWUR 3DULV  DLQVL TX¶XQ SDUFRXrs culturel spécifique
FKRL[ FRKpUHQW GH TXDUDQWH °XYUHV HPEOpPDWLTXHV du Louvre), les applications iPhone
permettent de mieux répartir les touristes sur le territoire et de promouvoir les lieux les moins
FpOqEUHV GH 3DULV 'H PrPH O¶RIIUH PXOWLVHUYLFH Hst un atout élémentaire pour attirer les
visiteurs.
(QILQ M¶DQDO\VHUDL GDQV XQ GHX[LqPH WHPSV OHV UHWRPEpHV pFRQRPLTXHV GH FHV
applications en tant que telles. En effet, avec leurs millions de téléchargements à travers le
monde entier, les applications iPhone sont en train de constituer un marché très lucratif qui
ouvre une concurrence accrue entre les différents territoires. Les applications iPhone sont en
phase de remplacer les guides touristiques papier mais quelle est, ici encore, la légitimité de

11
leur contenu ? Nous verrons comment ces nouveaux supports de médiation touchent à la fois
WRXVOHVPRGHVGHYLVLWHV H[FXUVLRQQLVPHWRXULVPHG¶DJUpPHQWWRXULVPHG¶DIIDLUH WRXVOHV
segments de population (jeunes, technophiles, troisième âge) et toutes les pWDSHVG¶XQHYLVLWH
(préparer avant, se repérer pendant et garder un souvenir après son voyage).
3RXUILQLUM¶DQDO\VHUDLODVWUDWpJLHGHFRPPHUFLDOLVDWLRQGHFHVDSSOLFDWLRQVjVDYRLU
« VXVFLWHU O¶HQYLH » et tacherai de voir en quoi ces supports induisent des retombées
économiques GDQVOHVVHFWHXUVGHO¶K{WHOOHULHHWGHODUHVWDXUDWLRQ.

La troisième et dernière partie de cette étude abordera les limites des applications
L3KRQH(QHIIHWDILQG¶LPSDFWHUHIILFDFHPHQWOHVHFWHXUGXWRXULVPHOHVDSSOLFDWLRns iPhone
doivent se soumettre à un certain nombre de conditions sine qua non. Quelles sont ces
FRQGLWLRQV HW TXHOV VRQW OHV IUHLQV TXL OLPLWHQW DXMRXUG¶KXL O¶LPSDFW GH FHV RXWLOV VXU
O¶pYROXWLRQ GH OD SUDWLTXH WRXULVWLTXH HW FXOWXUHOOH j 3DULV ? Cette question touche
essentiellement le segment de visiteurs étrangers.
/¶ouverture à échelle internationale est déjà perceptible dans de nombreuses
applications iPhone, notamment par leur traduction en plusieurs langues étrangères, mais
comment inciter les utilisateurs étrangers à se servir de ces nouveaux outils mobiles si une
RIIUH WDULIDLUH Q¶HVW SDV DGDSWpH j OHXU VLWXDWLRQ ? Enfin, nous verrons que les applications
mobiles en général sont devenues un moyen de promotion imparable pour les établissements
cultuUHOVHWOHVWHUULWRLUHVPDLVLOHVWWUqVLPSRUWDQWGHELHQFLEOHUODFOLHQWqOHTXHO¶RQVRXKDLWH
DWWHLQGUHHWG¶DGDSWHUVDVWUDWpJLHGHFRPPXQLFDWLRQHQFRQVpTXHQFH

Afin de voir comment pallier ces différentes contraintes et proposer des solutions de
valorisation touristique par le biais des applications mobiles, nous étudierons deux exemples
LQWHUQDWLRQDX[ TXL RQW HX XQ YpULWDEOH LPSDFW VXU O¶pYROXWLRQ GH OD SUDWLTXH WRXULVWLTXH HW
culturelle, à savoir le programme TagMyLagoon de Venise et le cas du San Francisco
Museum of Modern Art, plus communément appelé le SFMOMA.
A Venise, O¶XWLOLVDWLRQ GHV QRXYHDXx outils technologiques de médiation à travers le
programme TagMyLagoon V¶LQVFULWGDQVXQHVWUDWpJLHWHUULWRULDOH(QHIIHWODYLOOHDPLVHQ
place un système de codes barre lisibles depuis son téléphone portable et qui proposent des
itinéraires de visites culturelles avec les différentes informations nécessaires pour les
entreprendre, nous verrons quelles étaient les motivations de la commune dans la mise en
SODFHGHFHGLVSRVLWLIHWTXHOHQDpWpO¶DFFXHLOGHVYLVLWHXUVCes outils se développent dans un

12
WHUUDLQ XOWUD FRQFXUUHQWLHO G¶DLOOHXUV OD 5$73 D UHSULV OH SULQFLSH GHV FRGHV EDUUHV SRXU
informer les usagers GHO¶pYROXWLRQGHVKRUDLUHVGHSDVVDJHGes bus parisiens en temps réel.

Enfin, le SFMOMA HVWO¶XQGHVWRXWSUHPLHUVPXVpHV au monde à avoir créé un site


internet exclusivement consacré à la promotion de sa collection en 1995 eWUHVWHDXMRXUG¶KXL
un pionnier HQ PDWLqUH G¶XVDJH GH QRXYHOOHV WHFKQRORJLHV $SUqV O¶RXYHUWXUH G¶XQH JDOHULH
virtuelle au sein de son site internet, « Explore Modern Art », le SFMOMA a mis au point
O¶DSSOLFDWLRQ© Rooftop Garden iPhone Tour », disponible aussi bien sur iPhone que sur iPad.
4XHO D pWp O¶LPSDFW GH OD JDOHULH virtuelle « Explore Modern Art » VXU O¶LPDJH GX PXVpH
auprès des visiteurs et quel bilan peut-on en faire un an après son lancement ? Nous verrons
SDUDLOOHXUVTXHO¶XWLOLVDWLRQGHVQRXYHOOHVWHFKQRORJLHVHWSOXVSUpFLVpPHQWGHVDSSOLFDWLRQV
iPhone durant le temps de visite est très répandue à San Francisco. Si cette tendance est
certainement due à un décalage de mentalité entre la France et les Etats Unis, cet exemple
QRXVSHUPHWWUDGHQRXVGRQQHUXQHLGpHGHFHjTXRLUHVVHPEOHUDODYLVLWHG¶XQpWDEOLVVement
culturel à Paris dans quelques années.

13
L ES N O U V E L L ES T E C H N O L O G I ES A U SE R V I C E DE L A M E DI A TI O N CUL TURE L L E

/¶ E R E DU NU M E RI Q U E«

Depuis la fin des années 1990, nous avons pu constater un essor fulgurant de
O¶XWLOLVDWLRQGHVQRXYHOOHVWHFKQRORJLHVGans tous les secteurs professionnels. Le domaine de
OD FXOWXUH Q¶D SDV GpURJp j FHWWH UqJOH DLQVL OHV pWDEOLVVHPHQWV FXOWXUHOV VH VRQW FUppV
progressivement un site internet afin de promouvoir plus largement leur activité. A cette
époque non si lointaine, seuls les grands établissements à renommée internationale se
prêtaient au jeu. En créant un portail web dès 1995, le MOMA de New York et son corollaire
FDOLIRUQLHQ OH 6)020$ IRQW G¶DLOOHXUV ILJXUH GH SLRQQLHUV HQ PDWLqUH G¶XWLOLVDWLRQ GHV
nouvelles technRORJLHV(Q)UDQFHF¶HVWOH0XVpHGX/RXYUHTXLV¶HVWODQFpOHSUHPLHUGDQV
cette démarche, embrayant le pas quelques mois à peine après les leaders américains.

Si la création de site internet a pu être contestée dans les années 1990 par les
conservateuUV SXULVWHV GH OD FXOWXUH WRXW OH PRQGH V¶DFFRUGH j GLUH DXMRXUG¶KXL TX¶XQ VLWH
LQWHUQHW FRQVWLWXH O¶RXWLO GH FRPPXQLFDWLRQ GH EDVH SRXU WRXW pWDEOLVVHPHQW UHFHYDQW GX
public.
,OFRQYLHQWGHGLVWLQJXHUOHVGLIIpUHQWHVpWDSHVGHO¶pYROXWLRQG¶LQWHUQHW/¶appellation
« Web 1.0 » désigne des pages internet statiques qui ne font que reprendre des outils de
FRPPXQLFDWLRQSDSLHUHQIRUPDWQXPpULVp,OV¶DJLWFRPPHVRQQRPO¶LQGLTXHGHODSUHPLqUH
SKDVH G¶H[SORLWDWLRQ GH OD VSKqUH LQWHUQHW /¶LQWHUQDXWH QH SDUticipe pas au contenu du site
TX¶LO YLVLWHHW QHIDLWTXHOHFRQWHPSOHU$FHODYLHQWV¶DMRXWHUO¶H[SUHVVLRQ © Web 2.0 » qui
SHUPHW GH PHWWUH OH FRQWHQX G¶XQH SDJH LQWHUQHW j OD GLVSRVLWLRQ GHV LQWHUQDXWHV &HWWH
tendance est en plein essor actuellement. Les blogs, les sites de partage du type Youtube ou
Dailymotion ou les réseaux sociaux, dont le plus célèbre est le réseau Facebook , sont les
H[HPSOHVW\SHVGHO¶pYROXWLRQGX:HE(QILQXQHQRXYHOOHpYROXWLRQHVWHQWUDLQGHYRLU
le jour : le « Web 3.0 ª&HWWHDSSHOODWLRQUHJURXSHWRXWHVOHVIRUPHVG¶XWLOLVDWLRQGHO¶LQWHUQHW
mobile. Cette tendance résulte de la banalisation du téléphone portable comme outil du
TXRWLGLHQPDLVF¶HVWVXUWRXWDYHFODFUpDWLRQGHVVPDUWKSKRQHVTX¶HVWQpOH:HE(QHIfet,
DXMRXUG¶KXLO¶LQWHUQDXWHHVWSDUWRXWHWSHXWDYRLUDFFqVjWRXWHVOHVLQIRUPDWLRQVGRQWLOGpVLUH

14
YLDODFRQQH[LRQLQWHUQHWTXHOXLRIIUHVRQWpOpSKRQH&¶HVWGDQVFHWWHQRXYHOOHWHQGDQFHTXH
se positionnent les applications iPhone sur lesquelles je reviendrai un peu plus loin dans cette
étude.

/¶qUH GX :HE  pWDQW DXMRXUG¶KXL REVROqWH OHV pWDEOLVVHPHQWV FXOWXUHOV GRLYHQW
UHVWHUHQSKDVHDYHFO¶pYROXWLRQGHVQRXYHOOHVWHFKQRORJLHVDILQGHQHSDVrWUHGpSDVVpVjOHXU
tour. En effet, la démocratisaWLRQ G¶LQWHUQHW GDQV OHV IR\HUV D ODUJHPHQW IDYRULVp OH
développement de ces nouveaux outils de communication mais en contre partie, cette
WHQGDQFH j O¶LQQRYDWLRQ D SRXVVp OHV LQVWLWXWLRQV GDQV XQ VHFWHXU XOWUD-concurrentiel. Depuis
quelques années, de nombreux établissements culturels ont choisi de mettre en place
GLIIpUHQWVGLVSRVLWLIVG¶DLGHjODYLVLWHjWUDYHUVO¶XWLOLVDWLRQGHV17,&/HFKDQWLHUGX*UDQG
Versailles Numérique, les recherches du Louvre et le dispositif multimédia mis en place au
Château des Ducs de Bretagne à Nantes sont certainement les exemples français les plus
SUREDQWVHQPDWLqUHG¶XWLOLVDWLRQGHV17,&GDQVOHGRPDLQHFXOWXUHO

Le projet Grand Versailles Numérique (dit GVN) se veut être à la fois un laboratoire
fusionnant culture et WHFKQRORJLH XQ SURWRW\SH GXSOLFDEOH GDQV G¶DXWUHV pWDEOLVVHPHQWV
FXOWXUHOV HQ)UDQFHRXjO¶pWUDQJHU HWXQHYLWULQHG¶RXWLOVLQQRYDQWV&HSURMHWDpJDOHPHQW
pour but de développer de nouveaux outils technologiques permettant de faciliter la visite du
GRPDLQH &HV RXWLOV QXPpULTXHV LQWHUYLHQGURQW VXU O¶DFFXHLO GHV YLVLWHXUV RULHQWDWLRQ HW
information), la préparation de la visite (choix du parcours de visite), la prolongation de la
visite (enrichir son contenu) et enfin le partage de connaissances et les avis échangés entre les
visiteurs. A travers le projet GVN, Versailles offre une médiation éclatée qui ne se limite plus
au temps de visite seul.
Malgré la qualité technique de ces projets multimédia, il faut véritablement se poser la
TXHVWLRQGHO¶XWLlité des NTIC dans la valorisation touristique des sites culturels français. En
HIIHW RQ FRQVWDWH TXH GH SOXV HQ SOXV G¶LQVWLWXWLRQV RX VLWHV FXOWXUHOV VH ODQFHQW GDQV GHV
FDPSDJQHV GH GpYHORSSHPHQW G¶RXWLOV QXPpULTXHV PDLV FHV GLIIpUHQWHV DFWLRQV LVROpHV
Q¶DSSRUWHURQW ULHQ DX[ YLVLWHXUV VL HOOHV QH UpSRQGHQW SDV j GHV DWWHQWHV SUpFLVHV &RPPH
O¶H[SOLTXHFODLUHPHQW3KLOLSSH)DEU\UHVSRQVDEOHGHV17,&HWGXH-Tourisme chez ATOUT
)UDQFH LO QH IDXW SDV SDUWLU GH O¶RXWLO PDLV YpULWDEOHPHQW GHV EHVRLQV GHV FRnsommateurs7.
$YHFO¶pYROXWLRQUDSLGHGHVQRXYHOOHVWHFKQRORJLHVLOHVWTXDVLPHQWLPSRVVLEOHGHUHVWHUHQ

7
(QWUHWLHQ j GLUH G¶H[SHUW GX PHUFUHGL  PDUV UpDOLVp GDQV OH FDGUHGH PD SULVH GH SRVWH DX VHLn de la
'*&,6HWTXLQHIDLWGRQFSDVO¶REMHWG¶XQFRPSWH-rendu.

15
SKDVHDYHFOHVWHQGDQFHVGXPRPHQWVLO¶RQVHEDVHXQLTXHPHQWVXUODPRGHUQLWpG¶XQRXWLO
TXL VHUD REVROqWH G¶LFL GHX[ DQV $ O¶LQYHUVH VL O¶RQ VH Ease sur les attentes de sa clientèle,
FHODSHUPHWGHUHVWHUHQFRXUVHSHQGDQWXQHSpULRGHDOODQWMXVTX¶jVHSWDQV8. Il en est de même
pour les établissements culturels où les innovations technologiques et numériques doivent être
totalement intégrées à la politique de médiation envers le public. Le Château des Ducs de
Bretagne à Nantes a parfaitement compris cette condition.

Le Château des Ducs de Bretagne a fermé au début des années 2000 pour se lancer
dans une vaste campagne de restauration et de revalorisation de sa collection. Le musée a
URXYHUWOHIpYULHUHWVHSRVLWLRQQHDXMRXUG¶KXLFRPPHO¶XQHGHVUpIpUHQFHVIUDQoDLVHV
HQPDWLqUHG¶XWLOLVDWLRQGHV17,&jGHVILQVSURPRWLRQQHOOHV YDORULVDWLRQWRXULVWLTXH 

Lors de la campagne de restructuration du château, les organisateurs ont employé une


SHUVRQQH VXU OD TXHVWLRQ GX GpYHORSSHPHQW QXPpULTXH &HWWH SHUVRQQH VHUYDLW G¶LQWHUIDFH
directe entre les conservateurs du musée et les développeurs techniques. La création de ce
poste inédit démontre bien qXH O¶XWLOLVDWLRQ GHV 17,& D pWp FRPSOqWHPHQW LQWpJUpH j OD
O¶pODERUDWLRQGHODPpGLDWLRQ/DPpGLDWLRQFXOWXUHOOHYLDOHQXPpULTXHSUpVHQWHO¶KLVWRLUHGX
château et de la ville de Nantes, et enrichit le contenu scientifique de la collection grâce à des
outLOVFRQWHPSRUDLQVTXLUpSRQGHQWGDYDQWDJHDX[DWWHQWHVGXYLVLWHXUG¶DXMRXUG¶KXL/HVLWH
propose aux visiteurs seize contenus numériques installés sur vingt-quatre bornes interactives,
XQ QRPEUH LPSRUWDQW G¶DUFKLYHV YLVXHOOHV HW VRQRUHV SURMHWpHV GDQV OHV salles du musée et
HQILQXQHUHFRQVWLWXWLRQHQWURLVGLPHQVLRQVGHFHTX¶pWDLW1DQWHVHQ/¶HUJRQRPLHGHV
ERUQHV LQWHUDFWLYHV D pWp H[WUrPHPHQW pWXGLpH DILQ GH V¶DGDSWHU j WRXV OHV YLVLWHXUV $LQVL
O¶LQFOLQDLVRQ GH O¶pFUDQ SHUPHW OD OHFWXUH GHV LQIRrmations en position assise (pour les
handicapés ou les personnes âgées9) ou en restant debout. Le contenu privilégie les vidéos au
GpWULPHQW GX WH[WH H[SOLFDWLI DILQ TXH O¶XWLOLVDWLRQ VRLW OXGLTXH HW UDSLGH /H VXSSRUW
multimédia « Nantes en 1757 » proposHXQHYLVLWHYLUWXHOOHGHODYLOOHWHOOHTX¶HOOHO¶pWDLWDX
XVIIIe siècle complétée par des photos panoramiques de la ville en 2007. Le dispositif est
installé à la moitié du parcours de visite du château ce qui permet dans un premier temps au
visiteur de VHUHSRVHUHQV¶DVVH\DQWSRXUOHPDQLSXOHU&HWWHUpDOLVDWLRQDYDOXDXFKkWHDXHQ

8
7RXMRXUVG¶DSUqV3KLOLSSH)DEU\RQHVWLPHTXHOHVDWWHQWHVGHVWRXULVWHVpYROXHQWHQPR\HQQHWRXVOHVVHSWDQV
9RLUFRPSWHUHQGXGH ODFRQIpUHQFHGX&HUFOH 1XPpULTXH G¶$7287)UDQFHVXUOD mobilité touristique du 23
mars 2010, page 29 du 'RVVLHUG¶RXWLOVPpWKRGRORJLTXHV.
9
/¶pWDEOLVVHPHQW SURSRVH j O¶DFFXHLO GHV WDERXUHWV SOLDQWV JUDWXLWV SRXU TXH OHV SHUVRQQHV kJpHV SXLVVHQW
V¶DVVHRLUSHQGDQWOHXUWHPSVGHYLVLWH

16
2008 le Trophée des 10e Rencontres Internationales de la Réalité Virtuelle de Laval, dans la
catégorie Architecture, Art & Culture. Selon les responsables de la manifestation Laval
Virtual qui ont primé « Nantes en 1757 », ce procédé apparaît comme « un outil très
convaincant pour donner au public une meilleure compréhension d'une réalité ou d'un
moment de l'histoire »10. Ces mêmes personnes ont jugé que ce dispositif devrait être repris
GDQVG¶DXWUHVVLWHVFXOWXUHOV

Le multimédia fait ici partie intégrante de la médiation. Par ailleurs, ces outils sont
disponibles en plusieurs langues11 FH TXL IDYRULVH O¶DWWUDFWLYLWp GX VLWH DXSUqV GHV YLVLWHXUV
étrangers. La mise en place dHFHVQRXYHDX[RXWLOVDX&KkWHDXGHV'XFVGH%UHWDJQHV¶LQVqUH
plus largement dans le plan de restructuration de la ville de Nantes lancé dans le courant des
DQQpHV  SDU OD FRPPXQH &H SURMHW D EpQpILFLp G¶XQ EXGJHW GH  PLOOLRQV G¶HXURV
provenant à 60% de la commune et complété du reste par des aides de la région et de
O¶(XURSH6XUFHEXGJHW JOREDOSUqVGHPLOOLRQV G¶HXURVRQW pWpUpVHUYpVSRXUGpYHORSSHU
des nouveaux outils numériques au Château des Ducs de Bretagne. Cette subvention a
G¶DLOOHXUV SHUPLV G¶HPEDXFKHU XQ UHVSRQVDEOH GHV 17,& j WHPSV SOHLQ XQ SRVWH WRXMRXUV
occupé par Christophe Courtin à ce jour12.
La qualité des outils de médiation numériques du Château des Ducs de Bretagne est
telle que le site est parvenu à résoudre le fossé existant entre la clientèle « grand public » et
les visiteurs handicapés au moyen de ceux-FL /H EkWLPHQW HVW DXMRXUG¶KXL DFFHVVLEOH DX[
handicapés moteurs à 98% ce qui est très admirable pour un château du XVème siècle !
3DUDOOqOHPHQW j FHOD OH PXVpH D °XYUp pour adapter sa médiation à toutes formes de
déficience : moteur, visuelle, sonore ou mentale. Les nouveaux outils numériques installés
depuis 2007 ont largement contribué à cette mise en accessibilité.
Monsieur Courtin revient cependant sur le caractère antinomique de la notion de
handicap. En effet, le contenu des outils de médiation, même au moyen du numérique, peut
difficilement satisfaire toutes les formes de handicap. Ici, une attention particulière a donc été
SRUWpHVXUO¶HUJRQRPLHGHVRXWLOVSURSRVpV(QHIIHWFRPPHQRXVO¶DYRQVYXSUpFpGHPPHQW
toutes les bornes interactives et tous les écrans haute définition sont placés à une hauteur
accessible aux personnes en fauteuil roulant. Des cartels spécifiques devront prochainement

10
http://www.chateau-nantes.fr/fr/chateau_musee/le_musee/trophee_laval_virtual/
11
Français, anglais, espagnol, italien, russe, arabe, chinois. Les audioguides proposent également une traduction
HQEUHWRQDLQVLTX¶XQHYHUVLRQGpWDLOOpHGHODYLVLWHSRXUOHVDYHXJOHV8QYLVLRJXLGHen langage des signes sera
très prochainement disponible.
12
(QWUHWLHQjGLUHG¶H[SHUWDYHF0RQVLHXU&RXUWLQUHVSRQVDEOH17,&DX&KkWHDXGHV'XFVGH%UHWDJQH

17
être mis en place pour permettre aux visiteurs malvoyants de pouvoir toucher les objets
exposés. En parallèle, des visioguides en langage des signes vont être proposés aux visiteurs
PDOHQWHQGDQWV WUqV SURFKDLQHPHQW /H SHUVRQQHO GX FKkWHDX HQ FKDUJH GH O¶DFFXHLO GHV
visiteurs KDQGLFDSpVHVWG¶DLOOHXUVIRUPpjODSUDWLTXHGXODQJDJHGHVVLJQHV13.
Le 19 septembre 2008, Christine Albanel, alors Ministre de la Culture et de la
Communication, a remis à Paris, le prix « Des musées pour tous » au Château des Ducs de
Bretagne pour sa politique d'accessibilité. 5000 visiteurs handicapés ont été accueillis dans le
château depuis sa réouverture en février 200714. Le prix « Des musées pour tous » constitue la
première étape de la reconnaissance du Château de Nantes pour la qualité de son accueil du
SXEOLF KDQGLFDSp /H VLWH HVW G¶DLOOHXUV HQ SKDVH G¶REWHQLU WUqV SURFKDLQHPHQW OH ODEHO
« Tourisme et Handicap ».
Malgré la qualité des outils multimédias proposés au Château des Ducs de Bretagne,
QRXVSRXYRQVIRUWHPHQWQRXVLQWHUURJHUVXUO¶LPSDFWUpHOTX¶LOVRQWVXUOHVYLVLWHXUV'¶DSUqV
une étude réalisée en 2007 par le service des publics du château 15, nous constatons que 95%
des visiteurs interrogés apprécient les outils multimédia mis en place sur le site et affirment
mieux comprendre la collection présentée grâce à ceux-ci. Les bornes multimédias sont
majoritairement employées par les visiteurs retraités, ce qui atteste de la simplicité de leur
XWLOLVDWLRQ 1pDQPRLQV OD PpGLDWLRQ V¶DGUHVVH DYDQW WRXW j XQ SXEOLF ORFDO /HV 17,&
proposent à SOXVLHXUV UHSULVHV GHV UHSUpVHQWDWLRQV GH O¶pYROXWLRQ GH 1DQWHV j WUDYHUV OHV
siècles. Ces outils sont très attrayants pour les habitants de la région car ils peuvent se situer
SDUUDSSRUWjODVFpQRJUDSKLHPDLVQ¶LQWHUSHOOHQWSDVQpFHVVDLUHPHQWO¶XWLOLVDWeur étranger qui
ne se sent pas nécessairement concerné par le sujet traité.

Les nouvelles technologies mises en place progressivement au Château de Versailles


RQWpJDOHPHQWODUJHPHQWSDUWLFLSpjO¶DFFHVVLELOLWpGXVLWHDX[SHUVRQQHVPXQLHVGHKDQGLFDS
En effet, en plus des différents outils déjà proposés aux visiteurs in situ comme des
audioguides, des cartels en grosses polices ou en braille pour les malvoyants ou des éléments
G¶DLGHjODYLVLWHVSpFLDOHPHQWFRQoXVSRXUUpSRQGUHDX[KDQGLFDSVSV\FKLTXHs, le Château de
Versailles proposera bientôt une visite virtuelle du Petit Trianon de Marie-Antoinette. Le Petit
Trianon, autrefois fermé au public, sera ouvert aux visiteurs afin de leur faire découvrir des

13
(QWUHWLHQWjGLUHG¶H[SHUWDYHF0RQVLHXU'DYLG&KDWHOLHUFKDUJpGHO¶DFFHVVLELOLWpGHVSXEOLFV au Château de
Nantes.
14
http://www.château-nantes.fr/fr/visites/visiteurs_handicapes/prix_des_musees_pour_tous
15
([WUDFWLRQGHVFRPPHQWDLUHVGpSRVpVSDUOHVYLVLWHXUVVXUOHOLYUHG¶RUGXPXVpH 6RXUFH /DXUHQFH'¶+DHQH
responsable du service des publics au Château des Ducs de Bretagne).

18
éléments inédits du château et, de fait, rallonger leur temps de visite. Le temps de visite
moyen des touristes au Château de Versailles est estimé à deux heures ce qui est très
LQVXIILVDQWSRXUGpFRXYULUO¶LQWpJUDOLWpGXVLWH'¶DSUqVXQHpWXGHGHODFOLHQWqOHRQFRQVWDWH
que les jardins sont très souvent délaissés au profit des appartements royaux16$O¶RFFDVLRQ
GHO¶RXYHUWXUHLQpGLWHGX3HWLW7ULDQRQOH&KkWHDXGH9HUVDLOOHVSURSRVHXQHYLVLWHGHO¶pWDJH
HQ UHFRQVWLWXWLRQ QXPpULTXH WULGLPHQVLRQQHOOH DX[ KDQGLFDSpV PRWHXUV (Q HIIHW O¶HVSDFH
entre OHVGHX[pWDJHVpWDQWWURSpWURLWDXFXQDPpQDJHPHQWQ¶DSXrWUHUpDOLVpDILQGHUHQGUH
DFFHVVLEOHO¶pWDJHVXSpULHXUjFHVHJPHQWGHYLVLWHXUV/DUHFRQVWLWXWLRQQXPpULTXHGHO¶pWDJH
permet donc de résoudre les conflits matériels persistants parfois entre le monument et son
SXEOLF 6L FHWWH UHFRQVWLWXWLRQ HVW SULQFLSDOHPHQW GHVWLQpH DX[ YLVLWHXUV KDQGLFDSpV O¶RXWLO
demeure attractif pour les autres visiteurs en leur proposant une visite plus moderne et inédite
du Château de Versailles17.

Avec la Loi n° 2005-102 du 11 février 2005 qui prévoit une mise en accessibilité de
WRXVOHV(WDEOLVVHPHQWV5HFHYHXUVG¶XQ3XEOLF (53 DX[SHUVRQQHVPXQLHVGHKDQGLFDSOHV
pWDEOLVVHPHQWV FXOWXUHOV GRLYHQW DXMRXUG¶KXL UHPHWWUH HQ TXHVWLRQ OHXUV RXWLOV GH PpGLDWLRQ
afin d¶rWUH DWWUDFWLIV DXSUqV GH FHWWH SRSXODWLRQ 3HXW-on considérer les applications mobiles
comme des outils de médiation participant à la mise en accessibilité des ERP aux personnes
handicapées ? En effet, les applications iPhone permettent un accès à la culWXUHG¶XQVLPSOH
« clic ª Q¶LPSRUWH TXDQG HW GHSXLV Q¶LPSRUWH TXHO HQGURLW /H GpSODFHPHQW Q¶HVW GRQF SOXV
UHTXLVFHTXLpODUJLWO¶DFFqVDX[LQIRUPDWLRQVDX[YLVLWHXUVjPRELOLWpUpGXLWH0DLVFRPPH
nous avons pu le constater précédemment, nous ne pouvons pas considérer ces applications
comme un substitut de visite, ainsi, il faut davantage considérer ces applications mobiles
comme la première étape de la mise en accessibilité des sites. En effet, les applications
mobiles attirent les visiteurs et les inFLWHQW j VH GpSODFHU DILQ G¶DGPLUHU O¶LQWpJUDOLWp GH OD
FROOHFWLRQTX¶LOVRQWSXGpFRXYULUSDUWLHOOHPHQWjWUDYHUVOHXUWpOpSKRQHPRELOH8QHIRLVVXU
SODFHFHVRQWG¶DXWUHVRXWLOVGHPpGLDWLRQQXPpULTXHVTXLSUHQQHQWOHUHODLVSRXUVDWLVIDLUHOD
curiositp GX YLVLWHXU /H SRUWDLO 3UR[LPD 0RELOH SURSRVH SURSRVH G¶DLOOHXUV GLIIpUHQWHV
applications exclusivement destinées à aider les visiteurs handicapés à organiser leurs
GpSODFHPHQWV FRPPH SDU H[HPSOH O¶DSSOLFDWLRQ JUDWXLWH © Handi-Cité », qui informe

16
(QWUHWLHQjGLUHG¶H[SHUWDYHF/DXUHQW*DYHDXUHVSRQVDEOHPDUNHWLQJHWSDUWHQDULDWDX&KkWHDXGH9HUVDLOOHV
17
(QWUHWLHQ j GLUH G¶H[SHUW DYHF $ULDQH GH /HVWUDQJH 'LUHFWULFH GH O¶,QIRUPDWLRQ HW GH OD &RPPXQLFDWLRQ GX
Château de Versailles.

19
justement les utilisateurs sur tous les espaces publics parisiens accessibles aux visiteurs à
mobilité réduite18.

Le Musée du Louvre a parfaitement intégré cette logique dans le développement de


ses outils de médiation numériques. Le musée a énormément travaillé pour faciliter au mieux
OD YLVLWH DX[ SHUVRQQHV KDQGLFDSpHV &HWWH GpPDUFKH D G¶DLOOHXUV pWp UpFRPSHQVpH SDU
O¶REWHQWLRQ GX ODEHO 7RXULVPH HW +DQGLFDS HQ  $XMRXUG¶KXL OH 0XVpH GX /RXYUH HVW
accessible à près de 80% aux visiteurs handicapés et cette mise en accessibilité comprend à la
fois les aménagements du bâtiment et les outils de médiation mis à la disposition des visiteurs.
Il existe in situ de nombreux ateliers pour les visiteurs déficients visuels basés sur une
DSSURFKH WDFWLOH GHV °XYUHV &ette « galerie virtuelle » est également accessible au grand
public car elle revêt une dimension pédagogique et attractive très prisée aux yeux des
visiteurs. A travers le programme Museum Lab, le Musée du Louvre propose une nouvelle
forme de visite, interactive accessible à tous les segments de visiteurs19. En effet, ici encore,
WRXWFRPPHQRXVO¶DYRQVYXDX&KkWHDXGHV'XFVGH%UHWDJQHj1DQWHVODPpGLDWLRQSDUOH
biais des NTIC intègre les visiteurs handicapés. Les écrans vidéo sont installés à hauteur des
IDXWHXLOV URXODQWV HW GH QRPEUHX[ FRQWHQXV DXGLR SHUPHWWHQW GH SUpVHQWHU O¶°XYUH DX[
visiteurs malvoyants. La seule exception étant le handicap mental, une forme de déficience
difficilement appréhendée, au Louvre comme dans la majorité des établissements culturels
français.

/H SURJUDPPH 0XVHXP /DE UpVXOWH G¶XQH FROODERUDWLRQ HQWUH O¶DJHQFH 'D\ 1LSSRQ
3ULQWLQJ '13 HWOH/RXYUH&HSURJUDPPHDGpEXWpDXFRXUVGXPRLVG¶RFWREUHHWV¶HVW
DFKHYpDXPRLVGHGpFHPEUH&¶HVWO¶DJHQFHMDSRQDLVHTXLILQDQFHO¶LQWpJUDOLWpGXSURMHW
/H 0XVpH GX /RXYUH DSSRUWH TXDQW j OXL OH FRQWHQX VFLHQWLILTXH SUrW GHV °XYUHV  HW OH
personnel adapté pour mettre en place la médiation (conservateurs et service des Publics). Un
VHUYLFH D G¶DLOOHXUV pWp FUpH DX VHLQ GX /ouvre afin de gérer intégralement le programme
Museum Lab20.
Le Louvre-'13 0XVHXP /DE SURSRVH XQH QRXYHOOH PDQLqUH G¶DSSUpKHQGHU OHV
°XYUHVG¶DUWJUkFHjO¶XWLOLVDWLRQG¶RXWLOVPXOWLPpGLD/HSURJUDPPHFRPSUHQGGHVGLVSRVLWLIV
G¶LPPHUVLRQ GH W\SH © boites noires » dans lesquelles les visiteurs pourront découvrir les

18
http://wwwproximamobile.fr/article/handi-cite.
19
http://www.museumlab.jp/francais/
20
Voir le compte-UHQGX GH O¶HQWUHWLHQ GX  DYHF 1DWDFKD 9LOOHUR\ FKDUJpH GH SURMHW DX VHUYLFH
multimédia du Musée du Louvre, page 18 du DosVLHUG¶RXWLOVPpWKRGRORJLTXHV.

20
IDFHV FDFKpHV GHV °XYUHV GX PXVpH GHV DXGLRJXLGHV SOXV SHUIRUPDQWV DLQVL TXH G¶DXWUHV
outils de médiation installés in situ qui seront moins perceptibles par le visiteur mais qui
contribueront tout autant à améliorer ses conditions de visite. Par ce procédé, le Louvre
HQWHQGIDLUHLQWHUDJLUOHYLVLWHXUHWO¶°XYUH&HOXL-FLTXLWWHOHVLPSOHDVSHFWFRQWHPSODWLIG¶XQH
YLVLWHDXPXVpHDILQGHYR\DJHUjWUDYHUVGHVVLqFOHVG¶KLVWRLUHGHO¶DUW,FLHncore, le Louvre
VHPEOHrWUHSDUIDLWHPHQWHQSKDVHDYHFOHVGpVLUVGHVYLVLWHXUVG¶DXMRXUG¶KXL /DGLPHQVLRQ
SDUWLFLSDWLYH VXSSODQWH OD GLPHQVLRQ FRQWHPSODWLYH HW O¶RXWLO QXPpULTXH FRQWULEXH j
O¶HQULFKLVVHPHQWGHODYLVLWHHQDSSRUWDQWXQVXUSOXVGHFRQQDLVVDQFHVXUOHV°XYUHVH[SRVpHV
&H FRQWHQX pUXGLW HVW UDVVHPEOp DILQ G¶rWUH PLV GLUHFWHPHQW j OD GLVSRVLWLRQ GHV YLVLWHXUV HW
leur évite par conséquent de se plonger dans plusieurs lectures érudites pour acquérir ce même
savoir.
Le programme a pris forme à travers à six phases expérimentales de six mois, réalisées
DX -DSRQ VXU VL[ °XYUHV RX JURXSHV G¶°XYUHV  DSSDUWHQDQW DX[ FROOHFWLRQV GX /RXYUH GH
VW\OHVHWG¶pSRTXHVGLIIpUHQWHV : Un Carabinier de Géricault, les Tanagras (un groupement de
figurines fémiQLQHVGHO¶$QWLTXLWpJUHFTXH OD Vierge au Lapin de Titien, des céramiques de
Suze, la 9XH G¶,QWpULHXU de Samuel van Hoogstraten et enfin les Portraits du F ayoum. La
troisième présentation, réalisée sur le tableau de Titien, a été la plus appréciée par les
visiteurs. Des dispositifs visuels et sonores, complétés par une explication de Jean Habert,
conservateur au Musée du Louvre, ont permis aux visiteurs de voyager dans la Venise du
XVIème VLqFOHpSRTXHjODTXHOOHjpWpUpDOLVpHO¶°XYUHDILQGHGpFRXYULU O¶XQLYHUVTXLJUDYLWH
autour de celle-FL HW GH PLHX[ O¶DSSUpKHQGHU /H FRQWHQX VFLHQWLILTXH HVW UpDOLVp SDU OHV
conservateurs du Musée du Louvre mais il est retravaillé par le service multimédia afin de le
rendre plus accessible au public21.
'qVO¶DXWRPQH2010, un nouveau cycle Museum Lab débutera, cette fois-ci à Paris, sur
XQHSUpVHQWDWLRQGHGLIIpUHQWVREMHWVG¶DUWGHODFROOHFWLRQGH0DULH$QWRLQHWWH/HQRPEUHGH
présentations sera réduit à quatre mais elles dureront plus longtemps. Alors que les
présentations au Japon duraient six mois, celles qui débuteront au Musée du Louvre dureront
neuf mois22. Ce rallongement de la durée de présentation est moyen de mieux familiariser le
public avec ce nouvel outil ; le dispositif Museum Lab étant censé devenir une installation
pérenne dans les galeries du Musée du Louvre.

21
9RLUFRPPXQLTXpGHSUHVVHGHODWURLVLqPHSKDVHG¶H[SpULPHQWDWLRQGXSURJUDPPH0XVHXP/DEHQDQQH[H
(Annexe D, page 88).
22
/DGXUpHGHVL[RXQHXIPRLVLQFOXWODSKDVHG¶pODERUDWLRQG¶H[SORLWDWLRQHWGHSUpVHQWDWLRQGXSURgramme.

21
&RPPH QRXV O¶DYRQV YX SUpFpGHPPHQW OD GpPRFUDWLVDWLRQ GH O¶RXWLO LQWHUQHW D
décuplé la concurrence dans tous les domaines de production. Le tourisme et la culture ne
dérogent pas à cette règle. Les acteurs de la culture et du tourisme doivent rester en phase
avec les nouvelles tendances du marché afin de rester attractifs. Depuis quelques mois, la
WHQGDQFH HVW DX ODQFHPHQW G¶DSSOLFDWLRQV L3KRQH &HWWH pYROXWLRQ UpSRQG j XQH QRXYHOOH
exigence de ODSDUWGXFRQVRPPDWHXUjVDYRLUrWUHOLEUHG¶DFFpGHUjWRXWHVOHVLQIRUPDWLRQV
TX¶LO GpVLUH Q¶LPSRUWH R HW Q¶LPSRUWH TXDQG 3DUPL OH QRPEUH VDQV FHVVH FURLVVDQW GH
ODQFHPHQWV G¶DSSOLFDWLRQV L3KRQH GpGLpHV DX WRXULVPH HW j OD FXOWXUH PRQ FKRL[V¶HVW DUUrté
VXU WURLV G¶HQWUH-elles en particulier  O¶DSSOLFDWLRQ © Métro Paris 3.0 ª UpDOLVpH O¶DJHQFH
3UHVVHOLWHO¶DSSOLFDWLRQ© Musée du Louvre ªFRQoXHSDUO¶DJHQFH0DVWHU\VRXVODGLUHFWLRQ
GX PXVpH pSRQ\PH HW O¶DSSOLFDWLRQ © Urban Trip Paris » réalisée par deux développeurs
particuliers, Arnaud Le Canu et Céline Excoffon.

G E N ESE D ES A PP L I C A T I O NS I P H O N E

/¶DSSOLFDWLRQ © Métro Paris 3.0 », lancée le 7 octobre 2009, est une application de
service destinée aux iPhone et aux iPod Touch qui intègre directement le système de
cartographie Google Map sur lequel apparaissent les différentes stations de métro les plus
SURFKHV/HVGpYHORSSHXURQWDFKHWpXQGURLWG¶XWLOLVDWLRQjOD5$73DILQG¶H[SORLWHUOHVSODQV
GH PpWUR PDLV LO QH V¶DJLW HQ DXFXQ FDV G¶XQH DSSOLFDWion réalisée en partenariat avec le
JURXSH /¶DSSOLFDWLRQ UpDJLW j XQ V\VWqPH GH ORFDOLVDWLRQ *36 TXL SHUPHW DX YLVLWHXU GH VH
UHSpUHU GDQV O¶HVSDFH /HV VWDWLRQV GH PpWUR DSSDUDLVVHQW VXU OH SODQ VRXV O¶DSSDUHQFH GH
points rouges (plus communément appelés « pins », et leur distance est recalculée au fur et à
PHVXUHGHVSDVGHO¶XWLOLVDWHXUGDQVODUXH/HVDUUrWVGHEXVVRQWpJDOHPHQWGLVSRQLEOHV3OXV
LQQRYDQWHQFRUHODQRXYHOOHYHUVLRQGHO¶DSSOLFDWLRQ© Métro Paris 3.0 » offre la possibilité à
O¶XWLOLVateur de faire apparaître ses « FHQWUHVG¶LQWpUrW » (POI)23 via un achat intégré. Ces POI
regroupent différentes rubriques comme « POI Restauration rapide », « POI Loisirs », « POI
Hébergement » et apparaissent en réalité augmentée24 VXU O¶pFUDQ GX VPDUWSKRQe. Pour des

23
POI (Point Of Interest) : sorte de focus sur une rubrique de services spécifiques.
24
/HSULQFLSHGHODUpDOLWpDXJPHQWpF¶HVWO¶DMRXWG¶XQHLPDJHYLUWXHOOHVXUXQFRQWHQXYLGpRUpHO

22
UDLVRQVGHFODUWpVHXOVOHV32,VLWXpVGDQVXQUD\RQGHPRLQVG¶XQNLORPqWUHDSSDUDLVVHQWVXU
O¶pFUDQ25.

Presselite ± 9XHGHO¶pFUDQL3KRQHDFWLYpHQPRGHYLGpRHWRDSSDUDLVVHQWGHV
LQIRUPDWLRQVJpRORFDOLVpHVJUkFHjO¶RSWLRQUpDOLWpDXJPHQWpHGHO¶DSSOLFDWLRQ
Métro Paris 3.0

7pOpFKDUJHDEOH HQ IUDQoDLV DQJODLV DOOHPDQG HVSDJQRO HW MDSRQDLV O¶DSSOLFDWLRQ


« Métro Paris 3.0 » permet à tous les visiteurs, franciliens ou étrangers, de se repérer
Q¶LPSRUWHRGDQV3DULVPDLVDXVVLG¶pYLWHUOHVSHWLWVGpVDJUpPHQWVGXTXRWLGLHQWHOVTXHOHV
HPERXWHLOODJHV OHV WUDYDX[ GH OLJQHV OHV DFFLGHQWV« (Q HIIHW OHV FDUWHV HW SODQV GHPpWUR
VRQW FRQVWDPPHQW UpDFWXDOLVpV DILQ GH SUpYHQLU OHV PRLQGUHV FKDQJHPHQWV HW O¶DSSOLFDWLRQ
propose à l¶XWLOLVDWHXU O¶LWLQpUDLUH OH SOXV FRXUW HQ SUHQDQW HQ FRPSWH OD FLUFXODWLRQ DFWXHOOH
/¶XWLOLVDWHXU SHXW UHFHYRLU GHV IODVKV G¶LQIRUPDWLRQ HQ PRGH © push »26 directement sur son
L3KRQHDILQG¶rWUHLQIRUPpHQWHPSVUpHOGHVUDOHQWLVVHPHQWVGHVOLJQHV
Depuis VD PLVH HQ FLUFXODWLRQ DX WDULI GH ¼ O¶DSSOLFDWLRQ VH SODFH HQ WrWH GHV
téléchargements sur iTunes Store la même année et est classée parmi les applications favorites
du site dans la catégorie « Voyage ªDXPrPHWLWUHTXHO¶DSSOLFDWLRQ© Musée du Louvre ».

/¶DSSOLFDWLRQ© Musée du Louvre », mise en circulation le 9 novembre 2009, est une


application téléchargeable gratuitement en français et en anglais sur le site iTunes Store. La
GDWH GH VRQ ODQFHPHQW FRwQFLGH YRORQWDLUHPHQW DYHF O¶RXYHUWXUH GX PDJasin Apple dans la

25
3ODTXHWWHLQIRUPDWLYHGHO¶DSSOLFDWLRQ0pWUR3DULV>HQOLJQH@, http://www.presselite.com/iphone/metroparis/
26
Le mode « push ªHVWXQV\VWqPHGHGLIIXVLRQG¶LQIRUPDWLRQVLQWHUQHWHQWHPSVUpHO

23
JDOHULH FRPPHUoDQWH GX PXVpH %DVpH VXU OD YRORQWp G¶RIIULU XQ SOXV ODUJH DFFqV DX[
FROOHFWLRQV GX PXVpH FHWWH DSSOLFDWLRQ SHUPHW j O¶XWLOLVDWHXU GH GpFRXYULU TXDUDQWH °XYUHV
représentatives de la collection du Louvre à tout moment de la journée. Le lancement de
O¶DSSOLFDWLRQ © Musée du Louvre ª pPDQHjODIRLV G¶XQHYRORQWpGXPXVpHPDLVDXVVLG¶XQ
DSSHO G¶RIIUHV ODQFp SDU O¶(WDW j WUDYHUV OH SRUWDLO GH VHUYLFHV DX[ FLWR\HQV VXU WpOpSKRQH
mobile Proxima Mobile27&¶HVW GRQFO¶(WDW TXL D intégralement financé la création de cette
application.
&KDTXH °XYUH HVW FRPSOpWpH SDU XQ FDUWHO G¶LQIRUPDWLRQV HW XQ SODQ GH ORFDOLVDWLRQ
/¶DSSOLFDWLRQVHVHJPHQWHHQFLQTFDWpJRULHV,O\DWRXWG¶DERUGOHVUXEULTXHV© ¯XYUHV » et
« Palais », qui inviteQWO¶XWLOLVDWHXUjGpFRXYULURXUHGpFRXYULUFHUWDLQHV°XYUHVGX0XVpHHW
la rubrique « Visite » qui propose un parcours de promenade dans le musée grâce à sept
extraits vidéo. Enfin, la rubrique « Favoris ªRIIUHXQDFFqVGLUHFWDX[°XYUHVRXDX[VDOOHVGu
PXVpH VpOHFWLRQQpHV SDU O¶XWLOLVDWHXU HW OD UXEULTXH © Pratique » donne accès à toutes les
LQIRUPDWLRQVQpFHVVDLUHVSRXUVHUHQGUHDX0XVpHGX /RXYUHjVDYRLUKRUDLUHVG¶RXYHUWXUH
DFFHVVLELOLWpVHUYLFHVDQQH[HVHWFRQWDFWV/HV°XYUHVSUpVHQWpHVGDQVO¶DSSOLFDWLRQ0XVpHGX
Louvre sont accessibles grâce à un procédé de navigation de type « cover flow », c'est-à-dire
XQpYHQWDLOGHSKRWRJUDSKLHVTXHO¶RQSHXWIDLUHGpURXOHUDYHFXQVHXOGRLJWjODPDQLqUHG¶XQ
juke-ER[ &H PRGH GH SUpVHQWDWLRQ D G¶DLOOHurs été largement popularisé par le lecteur
multimédia iTunes.
$ WUDYHUV FHWWH DSSOLFDWLRQ OH 0XVpH GX /RXYUH HQWHQG V¶RXYULU j XQ VHJPHQW GH
YLVLWHXUV SOXV MHXQH HW SOXV GLYHUVLILp /¶DSSOLFDWLRQ V¶HVW WpOpFKDUJpH j SOXV GH  
exemplaires quinze jours seulement après son lancement28. La moitié de ces téléchargements
provenait des Etats-Unis. Après avoir dépassé la barre des deux millions de téléchargements,
OHVHUYLFHPXOWLPpGLDGX/RXYUHDODQFpXQHQRXYHOOHYHUVLRQGHO¶DSSOLFDWLRQOHPDUV
CHWWHQRXYHOOHYHUVLRQWRXMRXUVWpOpFKDUJHDEOHJUDWXLWHPHQWGHSXLVO¶$SSOH6WRUHFRPSOqWHOD
SUpFpGHQWHYHUVLRQHQSURSRVDQWGHX[IRLVSOXVG¶°XYUHV29.

27
Le portail Proxima Mobile, FRRUGRQQpSDUOD'pOpJDWLRQDX[8VDJHVGHO¶,QWHUQHWDODQFpXQDSSHOjSURMHWV
qui a sélectioQQp HW VRXWHQX ILQDQFLqUHPHQW  SURMHWV GH VHUYLFHV G¶LQWpUrW JpQpUDO VXU PRELOH VRXUFH :
www.proximamobile.fr)
28
Voir compte-UHQGXGHO¶HQWUHWLHQDYHF'DYLG0DGHFSDJHGX'RVVLHUG¶RXWLOVPpWKRGRORJLTXHV.
29
9RLUHQDQQH[HOHGRVVLHUGHSUHVVHGHO¶Dpplication iPhone « Musée du Louvre » [en ligne] (Annexes A et B
page 85/86).
http://www.louvre.fr/media/repository/ressources/sources/pdf/src_document_55893_v2_m56577569831252896.
pdf.

24
Musée du Louvre ± 'pILOHPHQWGHV°XYUHVHQPRGHFRYHUIORZ

%LHQ TXH O¶DSSOLFDWLRQ © Musée du Louvre ª EpQpILFLH G¶XQH PpGLDWLVDWLRQ


FRQVLGpUDEOH F¶HVW DYDQW WRXW O¶LPDJH GH O¶pWDEOLVVHPHQW FXOWXUHO TXL HVW UHGRUpH /H
positionnement du musée concernant la stratégie de commercialisation est clair FHWRXWLOQ¶D
pas été lancé afin de modifier OH WHPSV GH YLVLWH DX PXVpH PDLV VHUW DYDQW WRXW G¶RXWLO
SURPRWLRQQHO/¶DSSOLFDWLRQ© Musée du Louvre » relèverait donc davantage du simple gadget
technologique qui montre que la prestigieuse institution est parfaitement en phase avec son
époque. La localLVDWLRQGHV°XYUHVHVWWUqVVRPPDLUHHWOHSODQSURSRVpSDUO¶DSSOLFDWLRQHVW
H[DFWHPHQWOHPrPHTXHFHOXLGHVGpSOLDQWVGLVSRQLEOHVjO¶DFFXHLOGXPXVpHHQSOXVSHWLWHW
en moins détaillé. Il est donc impossible de se baser sur cette application lors de sa visite au
0XVpHGX/RXYUH&HFRQVWDWVHYpULILHpJDOHPHQWSDUXQHVLPSOHYLVLWHDXPXVpH$O¶DFFXHLO
FRPPH GDQV OHV VDOOHV G¶H[SRVLWLRQ DXFXQ GpSOLDQW QL DXFXQH SDQFDUWH SXEOLFLWDLUH QH
PHQWLRQQH O¶H[LVWHQFH GH FHWWH DSSOLFDWLRQ 3DU DLOOHXUV OH PXVée du Louvre ne propose
aucune borne Wi-)L DILQ GH WpOpFKDUJHU O¶DSSOLFDWLRQ XQH IRLV VXU SODFH 6HXOH XQH WLPLGH
FDPSDJQHGHSURPRWLRQDpWpODQFpHVXUOHVLWHLQWHUQHWGXPXVpHPDLVHOOHQ¶HVWSDVYLVLEOH
GHSXLVODSDJHG¶DFFXHLOHWDpWpODQFpHSOXVGH GHX[PRLVDSUqVODFUpDWLRQGHO¶DSSOLFDWLRQ 30!
$O¶LQYHUVHO¶DSSOLFDWLRQ© Urban Trip Paris ªV¶LPSRVHFRPPHXQYpULWDEOHRXWLOG¶DLGHjOD
visite.

/¶DSSOLFDWLRQ © Urban Trip Paris », lancée le 24 janvier 2010, a été conçue par deux
amis de longue date, Arnaud Le Canu, expert en distribution de contenus, et Céline Excoffon,
GLSO{PpHGHO¶(FROHGX/RXYUH/¶DSSOLFDWLRQVHGpFOLQHHQTXDWUHYHUVLRQVRIIUDQWDLQVLXQH

30
&RQVWDW IDLW SDU OH SHUVRQQHO GH O¶DFFXHLO GX 0XVpH GX /RXYUH DSUqV Dvoir été interrogés sur la visibilité de
O¶DSSOLFDWLRQ

25
gamme de prix ouverte à tous types de visiteurs. La première version, « Urban Trip Lite », est
téléchargeable gratuitement sur iTunes Store31 propose dix fiches de lieux emblématiques de
3DULV &HWWH YHUVLRQ SHUPHW G¶DWWLUHU OHV XWLOLVDWHXUV HW GH OHV VpGXLUH /D GHX[LqPH YHrsion,
« Urban Trip Musée ªHVWWpOpFKDUJHDEOHSRXU¼6RQFRQWHQXSOXVGpYHORSSpFRPSRUWH
soixante-dix-KXLW ILFKHV GH PRQXPHQWV &HWWH YHUVLRQ V¶DIILUPH FRPPH pWDQW H[FOXVLYHPHQW
FXOWXUHOOH DILQ G¶DWWLUHU OHV XWLOLVDWHXUV OHV SOXV SDVVLRQQpV 8QH Dutre version dénommée
« Urban Trip Essentiel » est téléchargeable au même prix mais offre quant à elle un contenu
plus diversifié. Enfin, la dernière version, « Urban Trip Full », propose cent cinquante et une
fiches détaillées sur les monuments parisiens. /D YHUVLRQ LQWpJUDOH GH O¶DSSOLFDWLRQ © Urban
Trip Paris ªHVWWpOpFKDUJHDEOHSRXU¼VXUL7XQHV6WRUH'HSXLVOHPDUVWRXWHVOHV
YHUVLRQVGHO¶DSSOLFDWLRQ© Urban Trip Paris » sont également disponibles en anglais.

Toutes les applications iPhone émanent du même outil de réalisation. En effet,


développer une application pour iPhone est assez simple. Il suffit de se créer un compte sur le
VLWH LQWHUQHW G¶$SSOH DILQ G¶DFFpGHU DX iPhone Developper Program32 /D FUpDWLRQ G¶XQ
compte coûte 99$, soit environ 75¼. Le iPhone Developper Program est rythmé en trois
temps GpYHORSSHUWHVWHUHWHQILQGLVWULEXHU&¶HVWJpQpUDOHPHQWOHFRQWHQXDSSRUWpTXLUHQG
ODUpDOLVDWLRQGHO¶DSSOLFDWLRQSOXVFR€WHXVH
'LIIpUHQWVORJLFLHOVDFFHVVLEOHVGHSXLVOHVLWHLQWHUQHWG¶$SSle permettent de créer son
DSSOLFDWLRQHQ\DMRXWDQWGXWH[WHRXGHVFRQWHQXVDXGLRYLGpR/HSOXVXWLOLVpG¶HQWUHVHX[HVW
le logiciel iPhone SDK. Le iPhone Developper Program propose également des vidéos
explicatives qui permettent de se former aux logiciels à exploiter33. Le constructeur Apple
SRUWH XQ UHJDUG WUqV YLJLODQW VXU OH FRQWHQX GHV DSSOLFDWLRQV ODQFpHV QpDQPRLQV LO Q¶H[HUFH
pas de contrôle sur leur ergonomie. Ainsi, certains développeurs comme Arnaud Le Canu et
son application « Urban Trip Paris » choisissent de respecter la charte graphique de la
SODWHIRUPH L7XQHV 6WRUH DILQ GH FROOHU DX PLHX[ DYHF O¶HQYLURQQHPHQW PXOWLPpGLD TXH
SURSRVHO¶L3KRQH

3RXU FH TXL HVW GH O¶DSSOLFDWLRQ © Métro Paris 3.0 ª OD UHFKHUFKH HW O¶DFWLYDWLRQ GHV
différentes options sont relativement simples ; une importance considérable pour toutes les
DSSOLFDWLRQV L3KRQH SURSRVDQW XQ VHUYLFH GX TXRWLGLHQ 1pDQPRLQV RQ SRXUUDLW V¶LQWHUURJHU

31
Bien que ces deux outils soient liés, il convient de différencier le lecteur multimédia iTunes de sa plateforme
commerciale iTunes Store.
32
http://developer.apple.com/programs/iphone/
33
http://developer.apple.com/programs/iphone/develop.html

26
VXUODYpULWDEOHSRUWpHGHODUpDOLWpDXJPHQWpH(QHIIHWO¶DFWLYDWLRQGHFHWWHRption implique
XQHXWLOLVDWLRQIURQWDOHGXWpOpSKRQH/¶XWLOLVDWHXUGRLWHQHIIHWPDUFKHUDYHFVRQDSSDUHLOHQ
O¶DLUDILQGHIDLUHDSSDUDvWUHOHV32,VXUVRQpFUDQ6LFHWWHXWLOLVDWLRQQ¶HVWSDVFRPSOLTXpH
HOOHQ¶HVW FHSHQGDQW SDV QDWXUHOOHDLQVLLOQ¶Hst pas certain que les utilisateurs activent cette
IRQFWLRQIUpTXHPPHQW,OHVWGHPrPHSRXUO¶DSSOLFDWLRQ© Musée du Louvre » qui impose à
O¶XWLOLVDWHXU GH IDLUH EDVFXOHU OH WpOpSKRQH HQ SRVLWLRQ KRUL]RQWDOH SRXU IDLUH GpILOHU HW
YLVXDOLVHUOHV°XYUHV

/¶DSSOLFDWLRQ© Urban Trip Paris ªSURSRVHTXDQWjHOOHXQHXWLOLVDWLRQG¶XQHPDLQHW


JDUGH OH IDPHX[ FRQFHSW GH O¶DFFqV j O¶LQIRUPDWLRQ HQ WURLV FOLFV 6RQ HUJRQRPLH HVW WUqV
intuitive et son mode de présentation respecte le mode de présentation typique de la
plateforme commerciale iTunes Store. En effet, chaque monument est listé par ordre
DOSKDEpWLTXH HW HVW UDSLGHPHQW FRQWH[WXDOLVp DX PR\HQ G¶XQH SKRWRJUDSKLH j JDXFKH
DFFRPSDJQpH GX QRP LQVFULW HQ JUDV GH VD GDWH GH UpDOLVDWLRQ HQ URXJH HW G¶XQH SKUDVe de
SUpVHQWDWLRQ UDSLGH GX PRQXPHQW /¶XWLOLVDWHXU DFFqGH j OD ILFKH GX PRQXPHQW HQ FOLTXDQW
dessus. La recherche de peut se faire soit selon le genre du monument (architecture civile ou
UHOLJLHXVH PXVpH MDUGLQ«  RX SDU © proximité ª /¶DSSOLFDWLRQ V¶Dctive en mode
JpRORFDOLVDWLRQSRXUUHSpUHUHQWHPSVUpHOOHVPRQXPHQWVOHVSOXVSURFKHVGHO¶XWLOLVDWHXUHW
les afficher sous forme de pins sur une carte Google Map. Alors apparaît la même
présentation, cette fois-ci complétée par un texte détaillé qui se déroule au bas de la
SKRWRJUDSKLH /¶XWLOLVDWHXU SHXW ]RRPHU VXU OD SKRWRJUDSKLH HW DFFpGHU j GHV GRQQpHV
complémentaires en cliquant sur les mots en gras du texte. En effet, chaque fiche de
PRQXPHQW UpSRQG j XQH DXWUH HQ IRQFWLRQ GH OD WKpPDWLTXH TX¶HOOH aborde de manière très
LQWXLWLYH $LQVL O¶XWLOLVDWHXU Q¶D SDV EHVRLQ GH UHWRXUQHU VDQV FHVVH j OD SDJH G¶DFFXHLO SRXU
GpFRXYULU XQ QRXYHDX PRQXPHQW /¶DSSOLFDWLRQ JXLGH O¶XWLOLVDWHXU HW OXL SURSRVH
indirectement un circuit thématique qui répond à des critères historiques (les monuments
G¶XQH PrPH SpULRGH  JpRJUDSKLTXHV OHV PRQXPHQWV VLWXpV GDQV XQ PrPH TXDUWLHU  RX
nominatifs (les monuments qui sont liés à un personnage en particulier). Le parti-pris
G¶$UQDXG /H &DQX TXDQW j O¶HUJRQRPLH GH VRQ DSSOLFDWLRn « Urban Trip Paris » est très
simple. Selon lui, respecter la charte graphique de la plateforme iTunes Store est un atout non
négligeable34(QHIIHWJUkFHjO¶L3KRQHOHFRQVWUXFWHXU$SSOHSURSRVHXQHQYLURQQHPHQWGH
services accessibles en trois clics. &¶HVWFHWWHUDSLGLWpG¶DFFqVDX[LQIRUPDWLRQVTXLIDYRULVHOH

34
Voir le compte-UHQGXGHO¶HQWUHWLHQGXSDJHGX'RVVLHUG¶RXWLOVPpWKRGRORJLTXHV.

27
SULQFLSH GH O¶DFKDW FRPSXOVLI /D SODWHIRUPH FRPPHUFLDOH L7XQHV 6WRUH V¶HVW DXMRXUG¶KXL
imposée comme le leader sur le marché de la musique MP3 et ce, précisément grâce à son
ergonomie.

Urban Trip App ± 9XHGHVGLIIpUHQWHVUXEULTXHVGHO¶DSSOLFDWLRQ


(source GRVVLHUGHSUHVVHGHO¶DSSOLFDWLRQ© Urban Trip Paris »)

L7XQHV6WRUHSURSRVHDX[LQWHUQDXWHVGHWpOpFKDUJHUHW G¶pFRXWHUGHODPXVLTXHPLVH
au format MP3 directement depuis leur ordinateur. Le logiciel est téléchargeable gratuitement
jSDUWLUGXVLWHLQWHUQHWG¶$SSOH35 HWSHXWV¶LQVWDOOHUDXVVLELHQVXUOHVRUGLQDWHXUV0DFNLQWRVK
TXH VXU OHV 3& 0LFURVRIW /RUV GH OD FUpDWLRQ GH VRQ FRPSWH O¶XWLOLVDWHXU GRLW ODLVVHU VHV
coordoQQpHVEDQFDLUHVSRXUIDFLOLWHUOHUqJOHPHQWGHIXWXUVDFKDWVL7XQHVV¶RXYUHGqVTX¶XQH
PXVLTXH HVW ODQFpH VXU O¶RUGLQDWHXU OH ORJLFLHO VHUW GRQF DYDQW WRXW GH OHFWHXU PXOWLPpGLD
nouvelle génération. Les titres peuvent être classés par artistes, par genre musical ou encore
par ordre de préférence. Ils peuvent apparaître sous la forme de liste ou en mode « cover
flow » où les musiques se distinguent par la jaquette du CD et non plus par leur titre. iTunes
SURSRVH G¶DLOOHXUV G¶HIIHFWXHU XQH DFWXDOLVDWLRQ UpJulière de ces illustrations. Un lien direct
GHSXLV OHOHFWHXUPXOWLPpGLDUHQYRLHjO¶L7XQHV 6WRUHTXL SHUPHW FHWWHIRLV-FL G¶DFKHWHUGHV
PXVLTXHVDXIRUPDW03'LUHFWHPHQWGHSXLVODSDJHG¶DFFXHLOGHO¶L7XQHV6WRUHO¶XWLOLVDWHXU
peut écouter des extraits audio de toutes les musiques, effectuer des recherches par titre, par
genre ou par artiste. Chaque musique se réfère à une autre et le site propose des classements
GHV PHLOOHXUV WpOpFKDUJHPHQWV GX PRPHQW $LQVL WRXW HVW IDLW SRXU LQFLWHU O¶XWLOLVDWHXU j
DFKHWHU 6XU OD SODWHIRUPH FRPPHUFLDOH L7XQHV 6WRUH O¶DFKDW VXUYLHQW DX ERXW GX WURLVLqPH
FOLFOHSUHPLHUSHUPHWWDQWGHVpOHFWLRQQHUOHWLWUHHWOHVHFRQGGHO¶pFRXWHU/¶XWLOLVDWHXUQ¶D
SDVjHQUHJLVWUHUVHVFRRUGRQQpHVEDQFDLUHVORUVGHO¶DFKDWSXLVTXe, rappelons-le, elles ont été
GpSRVpHV ORUV GX WpOpFKDUJHPHQW GX ORJLFLHO $LQVL O¶XWLOLVDWHXU DFFqGH j XQH PXOWLWXGH GH

35
http://www.apple.com/fr/itunes/

28
VHUYLFHV HQ XQ WHPSV WUqV OLPLWp HW LO Q¶H[LVWH DXFXQ IUHLQ GLUHFW SRXU VWRSSHU VRQ © appétit
musical ».

Après avoir développé son application, le iPhone Developper Program propose de


WHVWHUOHUpVXOWDWGLUHFWHPHQWGHSXLVOHVLWHLQWHUQHWG¶$SSOHRXELHQGHSXLVXQL3KRQH YLDXQH
connexion Wi-Fi) afin de se mettre à la place des futurs utilisateurs. Le programme propose
également deux VXSSRUWVG¶DLGHWHFKQLTXHHQFDVGHEXJGHO¶DSSOLFDWLRQ36. Enfin, une fois que
O¶DSSOLFDWLRQDpWpYDOLGpHSDUOH FRQVWUXFWHXU$SSOH FRQWHQXHW IRQFWLRQQHPHQWWHFKQLTXH 
elle peut être distribuée au grand public. Les applications sont automatiquement accessibles
VXUO¶$SS6WRUHVRLWJUDWXLWHPHQWVRLWHQWpOpFKDUJHPHQWSD\DQW$SSOHQHGpFLGHSDVGXSUL[
GHO¶DSSOLFDWLRQFDUF¶HVWYpULWDEOHPHQWOHGpYHORSSHXUTXLJqUHVDFRPPHUFLDOLVDWLRQ$SSOH
QHIDLWTXHO¶LQWHUPpGLDLUHHQWUHOHGpYHORSSHXUHWO¶DFKHWHXUjWUDYHUVO¶$SS6WRUHVRQRXWLOGH
promotion. Pour les applications payantes, 70% du prix revient au développeur et 30% revient
à Apple. Le développeur est payé par Apple tous les mois selon le nombre de téléchargements
effectués37.

A N A L YSE C O MPAR A TIV E ENTRE L ¶, P H O N E ET L ES A U T R E S SU PP O R T S DE

M EDIA TION

Depuis quelques mois, nous pouvons constater un nombre de plus en plus important de
ODQFHPHQWV G¶DSSOLFDWLRQV L3KRQH GpGLpHV DX WRXULVPH HW j OD FXOWXUH &H VLPSOH FRQVWDW
SHUPHWG¶HPEOpHGHPHVXUHUOHs enjeux de ces nouveaux outils dans la promotion de la culture
aux yeux du grand public.
7RXWFRPPHLQWHUQHWTXLDSHUPLVGDQVOHVDQQpHVG¶pODUJLUO¶DFFqVjODFXOWXUHj
échelle internationale, les applications iPhone participent à la mise en tourisme des sites
culturels en leur offrant une visibilité médiatique très conséquente. En effet, à une époque où
les « buzz » font vivre notre actualité, les institutions culturelles se sont lancées dans une
FRXUVHjO¶LQQRYDWLRQWHFKQRORJLTXHDILQGHPLHX[IDLUHSDUOHUG¶HX[

36
http://developer.apple.com/programs/iphone/test.html
37
http://developer.apple.com/programs/iphone/distribute.html

29
/¶,QWHUQHWPRELOHFLEOHPDMRULWDLUHPHQWXQHFOLHQWqOHMHXQHGHPRLQVGHDQVSOXW{W
PDVFXOLQHHWXUEDLQH$XMRXUG¶KXLOHFR€WRQpUHX[GHO¶L3KRQH38 OLPLWHHQFRUHO¶DFKDWjXQH
clientèle CSP+39 PDLV FHWWH WHQGDQFH WHQG j V¶DWWpQXHU Jrâce à la forte popularité du
VPDUWSKRQH HW j O¶RXYHUWXUH j OD FRQFXUUHQFH GHV RSpUDWHXUV GH WpOpSKRQLH PRELOH (Q HIIHW
DSUqVXQHYHQWHH[FOXVLYHFKH]O¶RSpUDWHXUPRELOH2UDQJHO¶L3KRQHDpWpPLVHQYHQWHFKH]
les opérateurs concurrents, à savoir SFR et Bouygues Telecom, à partir du 8 avril 2009. Cette
PXOWLSOLFDWLRQ GHV SRLQWV GH YHQWH D FHUWHV SHUPLV DX VPDUWSKRQH G¶pODUJLU VD SURPRWLRQ HQ
FUpDQWO¶pYpQHPHQWPDLVDVXUWRXWREOLJpOHVWURLVRSpUDWHXUVQDWLRQDX[jDOLJQHUOHXUSUL[DILQ
de rester compétitifs.

$X PRLV GH PDL  RQ HVWLPDLW OH QRPEUH G¶L3KRQH YHQGXV HQ )UDQFH j SUqV G¶
PLOOLRQ XQ WDX[ ODUJHPHQW GpSDVVp DXMRXUG¶KXL /D SURPRWLRQ j WUDYHUV O¶L3KRQH HVW GRQF
devenue un véritable enjeu économique pour les institutions et, plus largement, pour les
territoires.

Créer une application iPhone permet de se faire connaitre auprès de cette importante
SDUWGHPDUFKp&¶HVWG¶DLOOHXUVO¶XQHGHVPRWLYDWLRQVGHO¶DSSOLFDWLRQ© Musée du Louvre ».
Selon Monsieur David Madec, responsable du Service Communication du musée, le Louvre
cherche à développer des applications numériques pour sa notoriété avant tout. En effet, le
ODQFHPHQW GH O¶DSSOLFDWLRQ © Musée du Louvre » a généré une forte publicité autour des
activités du musée ce qui est très valorisant pour le musée. Ainsi, le Musée du Louvre peut
WRXFKHU LQGLUHFWHPHQW XQH SRSXODWLRQ GRQW OHV SULQFLSDX[ FHQWUHV G¶LQWpUrW Q¶LQFOXHQW SDV OD
visite au musée40/HEXWSULQFLSDOGHFHWWHDSSOLFDWLRQHVWGRQFGHVXVFLWHUO¶HQYLHDXSUqVGH
O¶XWLOLVDWHXU GHV QRuvelles technologies, appelé également le technophile. Cet utilisateur est,
rappelons le, plutôt jeune (autour de trente ans), majoritairement de sexe masculin et de type
&63,OV¶DJLWG¶XQVHJPHQWGHYLVLWHXUVWUqVSHXUHSUpVHQWpGDQVOHVPXVpHVF¶HVWpour cela
TX¶LO FRQVWLWXH OHXU FLEOH SULQFLSDOH /DQFHU XQH DSSOLFDWLRQ L3KRQH FRQVWLWXH pJDOHPHQW XQ
H[FHOOHQW UHODLV G¶LQIRUPDWLRQV HQ FRPSOpPHQW GX VLWH LQWHUQHW GX PXVpH 3DU j VRQ
application, le Musée du Louvre offre aux utilisateurs la possibilité d¶DFFpGHUjWRXWHVKHXUHV
DX[°XYUHVSUpVHQWpHVHWGHVHUHQVHLJQHUVXUOHVKRUDLUHVG¶RXYHUWXUHGHO¶pWDEOLVVHPHQWDLQVL
TXHVXUOHVPRGDOLWpVG¶DFFqVSRXUV¶\UHQGUH

38
$FWXHOOHPHQW O¶L3KRQH HVW GLVSRQLEOH j SDUWLU GH ¼ DYHF XQ DERQQHPHQW HW FR€WH ¼ VHXO 6RXUFH :
www.sfr.fr)
39
Le sigle CSP+ désigne les catégories socioprofessionnelles favorisées.
40
9RLUOHFRPSWHUHQGXGHO¶HQWUHWLHQDYHF0U0DGHFSDJHGXDoVVLHUG¶RXWLOVPpWKRGRORJLTXHV

30
8QHpWXGH,SVRVUpDOLVpHHQHWSXEOLpHVXUOHVLWHGHO¶$VVRFLDWLRQ)UDQoDLVHGX
Multimédia Mobile (AFMM)41 GpPRQWUH SDUIDLWHPHQW GH O¶pYROXWLRQ FURLVVDQWH GHV
XWLOLVDWHXUV PRELOHV HQ )UDQFH DLQVL TXH GH OHXU PRGH G¶XWLOLVDWLRQ (Q )UDQFH DX SUHPLHU
trimestre 2009, on estime que 91% de la population possède un téléphone mobile dont 56%
ayant une connexion internet haut débit. 58% des mobinautes42 déclarent posséder un forfait
HW SDUPL HX[  RQW XQ DERQQHPHQW DYHF XQH RSWLRQ LQWHUQHW LOOLPLWp /¶XWLOLVDWLRQ GH
O¶LQWHUQHW PRELOH HVW GRQF SOXV QRPEUHXVH SOXV UpFXUUHQWH HW SOXV GLYHUVLILpH. On estime en
HIIHWTX¶XQXWLOLVDWHXUVXUGHX[VHFRQQHFWHjLQWHUQHWYLDVRQWpOpSKRQHPRELOHDXPRLQVXQH
IRLVSDUVHPDLQHWDQGLVTXHGHVXWLOLVDWHXUVV¶\FRQQHFWHQWDXPRLQVXQHIRLVSDUMRXU ! Il
HVW pYLGHQW TX¶DYHF OD SRSXODULVDWLRQ GH O¶L3KRQH FHV GRQQpHV VRQW DXMRXUG¶KXL FDGXTXHV
QpDQPRLQVFHVFKLIIUHVQRXVGRQQHQWXQHLGpHGHO¶LPSRUWDQFHGXSDUFGHWpOpSKRQLHPRELOHHW
GHVRQUHQRXYHOOHPHQWUDSLGH(QHIIHWO¶pWXGH ,SVRVFRQVWDWHTXHOHQRPEUHGHFRQQH[LRQV
internet via un téléphone mobile DDXJPHQWpGHHQXQDQ$XMRXUG¶KXLO¶,QWHUQHWPRELOH
HVW GRQF GHYHQX O¶XQ GHV RXWLOV GH FRPPXQLFDWLRQ OHV SOXV LPSDFWDQW VXU QRWUH PRGH GH
consommation. Parmi les navigations internet, on retrouve en premier lieu la recherche
G¶DFWXDOLWpV VXLYLH Ge près par les sites de services pratiques et de téléchargements.
/¶XWLOLVDWLRQGHO¶LQWHUQHWPRELOHHVWGRQFUHODWLYHPHQWGLYHUVLILpH

%LHQTXHO¶DSSOLFDWLRQ© Musée du Louvre » propose un accès en continu à une partie


de la collection du musée, son conWHQX VFLHQWLILTXH Q¶HQWHQG SDV VH VXEVWLWXHU j XQH YLVLWH
« physique » du musée. Ce sont les conservateurs en chef du Louvre qui ont validé le contenu
GHO¶DSSOLFDWLRQDXPrPHWLWUHTXHOHVFDUWHOVH[SOLFDWLIVRXOHVDXGLRJXLGHVSUpVHQWVGDQVOH
musée, néDQPRLQV O¶DSSOLFDWLRQ QH VH SRVLWLRQQH SDV FRPPH XQ RXWLO G¶DLGH j OD YLVLWH
/¶DSSOLFDWLRQ© Musée du Louvre ªSURSRVHGHGpFRXYULUTXDUDQWH°XYUHVHPEOpPDWLTXHVGX
PXVpH HW FH j WRXW PRPHQW HW GHSXLV Q¶LPSRUWH R /HV °XYUHV FKRLVLHV QH VRQW SDV
nécessaLUHPHQW OHV SOXV FRQQXHV GX PXVpH FH TXL SHUPHW j O¶XWLOLVDWHXU GH YpULWDEOHPHQW
GpFRXYULUODFROOHFWLRQ'HVH[WUDLWVGHYLGpRFRPSOqWHQWODJDOHULHG¶°XYUHVHQVHIRFDOLVDQW
sur certains éléments architecturaux ou historiques du Louvre. Bien que le contenu ait été
VDYDPPHQW pWXGLp LO UHVWH ODFXQDLUH HW QH SHUPHW SDV j O¶XWLOLVDWHXU G¶DFTXpULU XQH
FRQQDLVVDQFHFRPSOqWHVXUOHV°XYUHVSUpVHQWpHV$FHWLWUHQRXVQHSRXYRQVSDVFRPSDUHUOH

41
LENAIN B. & LHOIR M., (2009), Baromètre de suivi des services mobiles, Etude Ipsos Média CT pour
O¶$)003DULVS
42
Le terme « mobinaute », combinaison des mots « mobile » et « internaute » désigne de manière assez
populaire les personnes navigant sur internet avec leur téléphone mobile.

31
FRQWHQX SpGDJRJLTXH GH O¶DSSOLFDWLRQ © Musée du Louvre » avec celui des audioguides
GLVSRQLEOHV DX VHLQ GX PXVpH 6HORQ 0RQVLHXU 0DGHF WRXMRXUV O¶DSSOLFDWLRQ © Musée du
Louvre » relève donc davantage du « gadget interactif ªTXLDPXVHO¶XWLOLVDWHXUHWTXLO¶LQFLWH
jYHQLUYLVLWHUOHPXVpH&HWWHLQIRUPDWLRQVHUDG¶DLOOHurs confirmée par le service multimédia
GXPXVpH/¶DSSOLFDWLRQV¶LQVFULWGDQVXQHORJLTXHGHGLIIXVLRQGHVVDYRLUVSRXUWRXVPDLVVRQ
contenu reste volontairement limité.

6L O¶DSSOLFDWLRQ © Musée du Louvre ª QH SUpWHQG SDV UHPSODFHU O¶DXGLRJXLGH


disponible in situG¶DXWUHVFKHUFKHQWSOHLQHPHQWjUHYHQGLTXHUOHXUOpJLWLPLWpVDYDQWH&¶HVW
OHFDVWUqVUpFHQWGHO¶DSSOLFDWLRQ© iExposition » lancée par la Pinacothèque de Paris quelques
MRXUVDYDQWO¶LQDXJXUDWLRQGHO¶H[SRVLWLRQ(GYDUG0XQFKRXO¶© anti-Cri », le 19 février 2010.
/D3LQDFRWKqTXHGH3DULVDGpSOR\pXQ UpVHDXZLILEORTXpVXUO¶$SS6WRUHDILQGHSHUPHWWUH
aux visiteurs de télécharger « O¶DSSOLFDWLRQ RIILFLHOOH GH O¶H[SRVLWLRQ »43. Disponible sur
L3KRQHRXL3RG7RXFKO¶DSSOLFDWLRQV¶RXYUHVXUXQH vidéo de Marc Restellini, le directeur de
la Pinacothèque de Paris en personne et présente quarante-QHXI °XYUHV GH O¶DUWLVWH FODVVpHV
VHORQ OHXU RUGUH G¶DSSDUHQFH GDQV O¶H[SRVLWLRQ /¶HUJRQRPLH GH O¶DSSOLFDWLRQ HVW WUqV
simplifiée car elle utilise une navigation de type « cover flow ». Il suffit de sélectionner
O¶°XYUHIDFHjODTXHOOHRQVHWURXYHDILQGHODQFHUOHFRPPHQWDLUHDXGLRG¶XQHjGHX[PLQXWHV
HQIUDQoDLV TXL DFFRPSDJQHFKDFXQHGHV °XYUHV /¶XWLOLVDWHXUSHXWpJDOHPHQWHIIHFWXHUXQH
recherche rapiGHGHO¶°XYUHHQWDSDQWVRQQXPpUR(QILQO¶DSSOLFDWLRQRIIUHODSRVVLELOLWpGH
]RRPHUVXUOHV°XYUHVDILQGHPLHX[HQDSSUpFLHUOHVGpWDLOV

« iExposition » est une application de type « événementiel » et ne prétend pas à une


H[LVWHQFH SpUHQQH j O¶LQYHUVH GH O¶DSSOLFDWLRQ © Musée du Louvre ª RX GH O¶DSSOLFDWLRQ
« Urban Trip ª 6RQ ODQFHPHQW UpVXOWH G¶XQH YRORQWp GH GRQQHU XQ FRXS GH SXE j OD
3LQDFRWKqTXH GH 3DULV DILQ G¶RSWLPLVHU OHV YLVLWHV ORUV GH O¶H[SRVLWLRQ (GYDUG 0XQFK 2Q
retrouve donc ici encore la dimension de « gadget » attractif que revêtent les applications
iPhone. En lançant cette application, la Pinacothèque de Paris entend toucher une clientèle
EHDXFRXS SOXV GLYHUVLILpH ,O \ D WRXW G¶DERUG OHV WHFKQRSKLOHV TXL DSUqV DYRLU WpOpFKDUJp
O¶DSSOLFDWLRQ YRQW rWUH LQFLWpV j YHQLU YLVLWHU O¶H[SRVLWLRQ HW FHX[ TXL YRQW SURILWHU GH OHXU
passage à la Pinacothèque de Paris pour tester une forme de visite culturelle beaucoup plus
YLYDQWH HW DWWUDFWLYH 'DQV OHV GHX[ FDV O¶H[SRVLWLRQ DWWLUH XQH FOLHQWèle plus jeune et plus

43
'HVFULSWLRQGHO¶DSSOLFDWLRQL([SRVLWLRQVXUOHVLWHGHO¶$SS6WRUH

32
LPSRUWDQWH 3DU DLOOHXUV OH FR€W GH ¼ GH O¶DSSOLFDWLRQ © iExposition » permet au musée
G¶RSWLPLVHU VHV UHWRPEpHV pFRQRPLTXHV 2Q SRXUUDLW LPDJLQHU XQ HIIHW ERRPHUDQJ DX
lancement de cette application  OHV GpWHQWHXUV G¶XQ L3KRQH vont pouvoir déambuler dans
O¶H[SRVLWLRQ PXQLV GH OHXU VXSSRUW PRELOH HW FHWWH WHQGDQFH YD HQ FRQWUH SDUWLH LQFLWHU OHV
visiteurs qui ne disposent pas de smartphone à louer un audioguide afin de ne pas être lésés en
PDWLqUH G¶LQIRUPDWLRQ VXU OHV °XYUHV H[SRVpHV $ O¶LQYHUVH GH FHOD O¶DSSOLFDWLRQ
« iExposition ªUHPSODFHLQWpJUDOHPHQWO¶DXGLRJXLGHLQLWLDOHPHQWSURSRVp in situ.

/¶DSSOLFDWLRQ © iExposition ª SUpVHQWpH FRPPH OH JXLGH RIILFLHO GH O¶H[SRVLWLRQ
EpQpILFLHG¶XQHOLVLELOLWpUHODWLYHPHQWLPSRrtante à travers la presse écrite, Internet ou encore
OHVDIILFKHVSXEOLFLWDLUHVTXHO¶RQSHXWDSHUFHYRLUHQJUDQGQRPEUHVXUOHVTXDLVGHVPpWURV
SDULVLHQV 1pDQPRLQV FHV SXEOLFLWpV RPHWWHQW GH SUpFLVHU TXH O¶DSSOLFDWLRQ © iExposition »
constitue en réaliWpO¶XQLTXHVXSSRUWDXGLRGHO¶H[SRVLWLRQ(QHIIHWOD3LQDFRWKqTXHGH3DULV
QHSURSRVHDXFXQDXGLRJXLGHDXVHLQGXPXVpHFHTXLPHWjPDOO¶K\SRWKqTXHpWD\pHXQSHX
DYDQW8QSRGFDVWDXGLR GRQWOHFRQWHQXHVWSOXVRXPRLQVVLPLODLUHjFHOXLGHO¶DSSOLFDtion)
est téléchargeable au prix de deux euros directement depuis le site internet du musée pour les
SHUVRQQHVTXLQHGLVSRVHQWSDVG¶L3KRQHQpDQPRLQVFHWWHLQIRUPDWLRQQ¶HVWSDVYLVLEOHVXUOHV
DIILFKHVSXEOLFLWDLUHV$LQVLORUVGHO¶H[SRVLWLRQQRXVSRXYRQVUDSLGHPHQWFRQVWDWHUTX¶XQH
très faible partie des visiteurs dispose de supports audio multimédias. La majorité des
visiteurs est donc livrée à elle-PrPH SRXU GpFKLIIUHU OHV °XYUHV TXL OXL VRQW SUpVHQWpHV
Ajoutée à cela, une mauvaise gestion des flux touristiques rend le temps de visite assez
SpQLEOH HW O¶DFFqV DX[ WH[WHV H[SOLFDWLIV LQVFULWV VXU OHV PXUV TXDVL LPSRVVLEOH44. La
Pinacothèque de Paris semble avoir misé exclusivement sur les supports mobiles mais à
SUHPLqUHYXHFHWWHWHQGDQFHQ¶HVWSDVHQFRUHDFFHSWpHSDUO¶HQVHPEOHGHVYLVLWHXUV3DUPLOHV
UDUHVGpWHQWHXUVG¶L3KRQHRXGHOHFWHXU03FRPPHVXSSRUWDXGLRSUpVHQWVGDQVOHVVDOOHVGH
O¶H[SRVLWLRQRQUHWURXYDLWOHVHJPHQWGHFOLHQWqOHFLEOpSDUOHV17,&jVDYRLUGHVYLVLWHXUVGH
moins de treQWHDQVHVVHQWLHOOHPHQWPDVFXOLQV/HSXEOLFIDPLOLDODFFRPSDJQpG¶DGROHVFHQWV
GH GL[ j TXLQ]H DQV  VHPEOH pJDOHPHQW V¶DGDSWHU UDSLGHPHQW j FHWWH QRXYHOOH SUDWLTXH
culturelle.

6LODGLUHFWLRQGHO¶pWDEOLVVHPHQWQ¶DSDVYRXOXV¶H[SULPHUVXUVRQFKRL[GH remplacer
O¶DXGLRJXLGH SDU XQH DSSOLFDWLRQ L3KRQH QRXV SRXYRQV VXSSRVHU j SUHPLqUH YXH TXH OD

44
9LVLWHHIIHFWXpHOHVDPHGLDYULOj+VRLWXQPRLVHWGHPLDSUqVO¶RXYHUWXUHGHO¶H[SRVLWLRQ

33
3LQDFRWKqTXHGH3DULVQ¶DSDVVXIILVDPPHQWSULVHQFRPSWHOHVDWWHQWHVGHVHVYLVLWHXUVDYDQW
GHODQFHUFHQRXYHORXWLO/¶pWDEOLVVHPHQWDODQFpXQHDSSOLFDWLRQ pour être en phase avec les
QRXYHOOHVWHQGDQFHVGXPRPHQW&HODQFHPHQWOXLDVDQVGRXWHSHUPLVG¶DWWLUHUODJpQpUDWLRQ
GHV WHFKQRSKLOHV KDELWXHOOHPHQW SHX SUpVHQWH GDQV OHV PXVpHV PDLV O¶D GpWRXUQpH HQ
FRQWUHSDUWLHGHVDWWHQWHVGHEDVHGHVRQSXEOLFG¶Rrigine. Le service multimédia du Musée du
Louvre est parfaitement conscient des « dérives » que peuvent apporter les applications
L3KRQH $LQVL VL OH ODQFHPHQW G¶XQH DSSOLFDWLRQ YpULWDEOHPHQW GHVWLQpH j DLGHU OD YLVLWH DX
musée est en cours de réflexion, FHW RXWLO QH UHPSODFHUD MDPDLV O¶DXGLRJXLGH SURSRVp j OD
ORFDWLRQSRXUOHSUL[GH¼jO¶HQWUpHGXVLWH(QHIIHWFHWWHIXWXUHDSSOLFDWLRQTXLVHUDLWFHWWH
fois-ci être payante, proposerait différents parcours de visites thématiques en mettant
plusieurs °XYUHV HQ UHODWLRQ HW HQ DSSRUWDQW DX YLVLWHXU O¶pFODLUDJH QpFHVVDLUH SRXU OHXU
compréhension. Si cette application voit le jour, elle sera proposée en alternative à
O¶DXGLRJXLGH FH TXL SHUPHWWUD DX YLVLWHXU GH FKRLVLU VRQ RXWLO GH PpGLDWLRQ HW DLQVL GH
personnaliser sa visite au Louvre45. Cette idée de laisser le choix au visiteur est très
ingénieuse. Ainsi, le musée satisfait ses visiteurs habituels en leur proposant des outils de
médiation au contenu très satisfaisant disponibles sur place et offre également une nouvelle
IRUPHGHYLVLWHSOXVLQQRYDQWHHWGHIDLWSOXVDWWUDFWLYHTXLV¶DGUHVVHGDYDQWDJHDX[YLVLWHXUV
les moins attirés par la culture46.

45
Voir compte-UHQGXGHO¶HQWUHWLHQDYHF1DWDFKD9LOOHUR\SDJHGX'RVVLHUG¶RXWLOVPpWKRGRORJLTXHV.
46
Je fais référence aux trois catégories de visiteurs dans le domaine de la culture : le touriste motivé par la
culture (5%), le touriste inspiré par la culture (10 à 15%) et enfin le touriste attiré par la culture (75 à 80%), que
nous aborderons un peu plus loin dans cette étude.

34
Cette première partie a démontré le développement très conséquent des nouvelles
technologies numériques dans le domaine de la culture et du tourisme. Ces nouveaux
GLVSRVLWLIV PXOWLPpGLDV VRQW GpYHORSSpV DX VHLQ GHV pWDEOLVVHPHQWV FRPPH F¶HVW OH FDV DX
Château des Ducs de Bretagne à Nantes ou participe à la promotion du musée depuis son site
inWHUQHW '¶XQH PDQLqUH FRPPH G¶XQH DXWUH O¶XWLOLVDWLRQ GHV 17,& HVW GHYHQXH XQ HQMHX
considérable et chaque institution tente de se démarquer des autres en les exploitant.
/HVDSSOLFDWLRQVL3KRQHSURSRVHQWDX[XWLOLVDWHXUVXQDFFqVLOOLPLWpjO¶LQIRUPDWLRn, de
Q¶LPSRUWH R HW j WRXW PRPHQW 0DLV FH QRXYHDX PRGH G¶H[SORLWDWLRQ QH GRLW SDV HQWUDLQHU
une surabondance de contenu sans véritable utilité. Les NTIC et plus précisément les
applications iPhone doivent donc répondre avant tout aux attentes des utilisateurs tout en
apportant un « plus » par rapport aux anciens outils de médiation ou de services.

4XHOOHVVRQWOHVDWWHQWHVGHVWRXULVWHVG¶DXMRXUG¶KXLHWHQTXRLOHVDSSOLFDWLRQVL3KRQH
peuvent-elles apporter de la plus-value, tant en terme de services pRXUOHFRQVRPPDWHXUTX¶HQ
WHUPHVGHUHWRPEpHVpFRQRPLTXHVSRXUO¶LQVWLWXWLRQ ?

35
UNE M O D I F I C A T I O N D E L A PR A T I Q U E T O UR IST I Q U E E T C U L T U R E L L E

CREER DE N O U V E L L ES A T T E N T ES P O U R M I E U X Y R E P O N D R E

/¶LUUXSWLRQ SURJUHVVLYH GHV QRXYHOOHV WHFKQRORJLHV GH O¶LQIRUPation et de la


communication dans notre quotidien a eu pour conséquence principale de créer de nouvelles
DWWHQWHV HW GH QRXYHDX[ EHVRLQV /¶DFFqV j LQWHUQHW HQ KDXW GpELW HW OD EDQDOLVDWLRQ GHV
téléphones mobiles sont les principales causes de cette création de besoins. En effet, comme
nous avons pu le constater dans la première partie de cette étude, on estimait en 2007 le
QRPEUHG¶LQWHUQDXWHVjSOXVGHWUHQWH-deux millions en France et à environ 1,5 milliard dans le
PRQGH HQWLHU $XMRXUG¶KXL SOXV G¶XQ IRyer sur deux possède une connexion internet haut
GpELW(QILQRQFRPSWHSOXVGHWURLVPLOOLRQVTXDWUHFHQWPLOOHDERQQpVjO¶LQWHUQHWPRELOHj
travers le monde47 &HV FKLIIUHV VRQW DXMRXUG¶KXL FDGXFV PDLV GpPRQWUHQW ELHQ O¶LPSDFW
G¶LQWHUQHW HW SOXV SDUWLFXOLqUHPHQW GH O¶LQWHUQHW PRELOH GDQV QRWUH VRFLpWp 5DSSHORQV
pJDOHPHQWTXHFHWRXWLOQ¶HVWDSSDUXGDQVOHVIR\HUVTXHGDQVOHFRXUDQWGHVDQQpHVFH
TXLODLVVHLPDJLQHUO¶LPSRUWDQFHGHVRQWDX[GHSpQpWUDWLRQGXPDUFKp
,QWHUQHWV¶HVWGRQFLPSRVpHQ quelques années comme un outil indispensable à notre
quotidien. Tous les services tendent à se dématérialiser et tous les savoirs sont disponibles en
XQVLPSOHFOLFFHTXLDSURYRTXpXQHYpULWDEOHGpSHQGDQFHjO¶pJDUGGHFHWRXWLO/HVHFWHXUGX
tourisme DpWpWUqVLPSDFWpSDUO¶DUULYpHG¶,QWHUQHWHWDXMRXUG¶KXLRQHVWLPHTXHSOXVGH
des touristes organisent leur voyage de chez eux sur Internet. Les opérateurs du tourisme ont
du repenser leur offre afin de répondre plus précisément aux nouvelles attentes de la
clientèle GHVDWWHQWHVTXLVHVRQWFUppHVDYHFODEDQDOLVDWLRQGHO¶RXWLOLQWHUQHW

/HWRXULVWHG¶DXMRXUG¶KXLGpVLUHrWUHDXWRQRPHWRXWHQVHVHQWDQWVpFXULVpGDQVOHSD\V
où il voyage. La mobilité est plus importante et plus fréquente mais le temps de voyage est de
SOXVHQSOXVOLPLWp(QFRQWUHSDUWLHOHVIURQWLqUHVQHVHPEOHQWSOXVVHFDQWRQQHUjO¶(XURSHHW
le nouveau voyageur se déplace dans des destinations plus lointaines. Nous pouvons voir dans
ces différentes attentes plusieurs relatiRQV GH FDXVH j HIIHW SXLV TX¶rWUH ORLQ GH VRQ SD\V
G¶RULJLQHUpSRQGDXGpVLUGHOLEHUWpHWG¶DXWRQRPLHWRXWHQUHQIRUoDQWOHEHVRLQGHVpFXULWpXQH

47
http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=98&ref_id=CMPTEF05164. (Annexe G, page 97)

36
IRLVVXUSODFH(QILQOHWRXULVWHG¶DXMRXUG¶KXLDLPHVHVHQWLUXQLTXHHWDLPHSHUVRQQDOLVHUVRQ
séjour48. Cette tendance répond ici encore à un désir de liberté exacerbé. Les offres ne doivent
plus être rigides et doivent être modulables afin de satisfaire le touriste au cas par cas. Le
WRXULVWHG¶DXMRXUG¶KXLFKHUFKHjYLYUHXQHH[SpULHQFHHWXQGpSD\VHPHQWGXUDnt son voyage.
&HWWH SDUW GH UrYH SHUVLVWH GDQV O¶LPDJLQDLUH GX WRXULVWH PDOJUp OH GpYHORSSHPHQW GHV
nouvelles technologies.
Pour être efficaces et apporter une véritable valeur ajoutée au voyage, il est impératif
que les nouvelles technologies numériques UpSRQGHQW j FHV GLIIpUHQWHV DWWHQWHV '¶XQH
manière plus globale, le constructeur Apple semble avoir parfaitement compris cette logique
de B2C49 DILQ GH UpSDQGUH VRQ L3KRQH $YHF OH ODQFHPHQW GH O¶L3KRQH HQ  $SSOH HVW
parvenu à résoudre le conflit entUHODPRELOLWpHWOHEHVRLQG¶LQIRUPDWLRQ/¶XWLOLVDWHXUSHXWj
SUpVHQW DYRLU WRXWHV VHV LQIRUPDWLRQV SHUVRQQHOOHV HW HIIHFWXHU WRXWHV OHV UHFKHUFKHV TX¶LO
GpVLUHGHSXLVQ¶LPSRUWHRHWjQ¶LPSRUWHTXHOPRPHQWGHODMRXUQpH$YHFO¶L3KRQH$SSOH
nous propoVHXQpFRV\VWqPHTXLUpSRQGjGHVDWWHQWHVTX¶LODOXL-même développé. Ainsi, la
FDUWRJUDSKLH JpRORFDOLVpH LQWpJUpH j O¶RXWLO UpSRQG DX GpVLU GH VpFXULWp GHV YR\DJHXUV HW OD
fonction réalité augmentée apporte une valeur ajoutée au temps de visite en offrant à
O¶XWLOLVDWHXUXQVXUSOXVGHFRQQDLVVDQFHVVXUOHWHUULWRLUH

En France, 80% des touristes franco-français ou étrangers sont attirés par la richesse
patrimoniale. Les nombreux monuments et établissements culturels constituent à eux seuls la
vitrine de la destination France et attirent des visiteurs du monde entier. Mais paradoxalement,
XQHIRLVVXUSODFHVHXOVG¶HQWUHHX[YLVLWHURQWXQVLWHFXOWXUHO50.
2QGLVWLQJXHWURLVW\SHVGHWRXULVWHVFXOWXUHOV,O\DWRXWG¶DERUGOHWRXULVWH© motivé »
par ODFXOWXUHTXLYDRUJDQLVHUVRQYR\DJHGDQVO¶XQLTXHEXWGHYLVLWHUGHVVLWHVFXOWXUHOV&H
segment ne représente que 5% des touristes. Il y a également le touriste « inspiré » par la
FXOWXUHF¶HVW-à-dire celui qui va choisir sa destination en fonction dHO¶RIIUHFXOWXUHOOHPrPH
VL YLVLWHU GHV PXVpHV QH FRQVWLWXHUD SDV O¶HVVHQWLHO GH VRQ YR\DJH &H VHJPHQW UHSUpVHQWH
quant à lui entre 10 et 15% des touristes. Enfin, la majorité des visiteurs, comprise entre 75 et
80% se compose de touristes « attirés » par la culture. Ce segment regroupe tous les touristes

48
Voir compte-rendu de la conférence sur ODPRELOLWpWRXULVWLTXHG¶$7287)UDQFHSDJHGX'RVVLHUG¶RXWLOV
méthodologique.
49
Business to Consummer. ,OV¶DJLWLFLGHODYHQWHGLUHFWH,OHVWLPSRUWDQWGHGLVWLQJXHUOH%&GX%%/H%%
(Business to Business) regroupe les prestations de services TXLV¶RUJDQLVHQWHQWUHGLIIpUHQWVSURIHVVLRQQHOVDILQ
de créer un produit destiné aux consommateurs.
50
PORTNOFF A-Y., SUSBIELLE J-F. et DALLOZ X., (2009) Visites virtuelle et TIC : le numérique au service
de la visite touristique et culturelle , Publication ATOUT France, 160p.

37
TXL XQH IRLV VXU SODFH YRQW SURILWHU GH O¶RIIUH FXOWXUHOOH GH OD GHVWLQDWLRQ /D SUDWLTXH
FXOWXUHOOHQ¶pWDLWSDVO¶REMHWSULQFLSDOGHOHXUGpSODFHPHQWQpDQPRLQVLOVVRQWpWpVpGXLWVVXU
SODFH &¶HVW Srécisément ce dernier segment de visiteurs que les nouvelles technologies de
O¶LQIRUPDWLRQ HW GH OD FRPPXQLFDWLRQ HW SOXV SUpFLVpPHQW OHV DSSOLFDWLRQV L3KRQH GRLYHQW
cibler51.
En effet, le touriste motivé par la culture constitue un segment de visiteurs acquis qui
YLVLWHURQW GHV pWDEOLVVHPHQWV FXOWXUHOV PrPH VL O¶RIIUH Q¶HVW SDV DWWUDFWLYH &H VRQW
généralement des passionnés et des érudits qui se renseignent par eux-mêmes et qui ne
modifient pas leur appétence culturelle selon les nouvelles technologies. $O¶LQYHUVHOHV
de visiteurs attirés par la culture sont à convaincre. Les applications iPhone, de type grand
SXEOLFSHXYHQWGRQFVXVFLWHUO¶HQYLHDXSUqVGHFHVYLVLWHXUVQRYLFHVHWOHVDFFRPSDJQHUORUV
de leur visite en leur apportant un éclairage supplémentaire afin de rendre le temps de visite
SOXV LQWpUHVVDQW 1RXV VRPPHV LFL HQFRUH GDQV FHWWH PrPH GpPDUFKH G¶DFKDW FRPSXOVLI
détournée à des fins culturelles.
&HV FKLIIUHV VH YpULILHQW G¶DSUqV OHV UHWRPEpHV G¶XQ VRQGDJH HIIHFWXp DXSUqV GH
cinquantHSHUVRQQHVKRPPHVHWIHPPHVFRQIRQGXVG¶XQkJHYDULDQWGHjDQV7RXWHV
OHV SHUVRQQHV LQWHUURJpHV SRVVqGHQW XQ WpOpSKRQH PRELOH PXQL G¶XQH FRQQH[LRQ LQWHUQHW HW
parmi eux, 16 possèdent un iPhone. Dans les cinquante mobinautes interrogés, vingt-trois
pratiquent une activité culturelle régulière. Parmi ces vingt-trois visiteurs « motivés » par la
culture, 39% estiment que les applications iPhone apportent une valeur ajoutée à la visite
PrPHVLFHVSHUVRQQHVQ¶XWLOLVHQWSDVFHVRXWLOV/DSURIXVLRQG¶applications iPhone liées au
voyage et à la culture ne semble donc pas impacter les personnes fréquentant les
pWDEOLVVHPHQWVFXOWXUHOV1RXVYHUURQVXQSHXSOXVORLQGDQVFHWWHpWXGHTXHOHVWO¶LPSDFWGH
ces outils sur les visiteurs qui ne fréquentent pas OHVpWDEOLVVHPHQWVFXOWXUHOVG¶HX[-mêmes.

$YHF OH ODQFHPHQW GH O¶L3DG FRXUDQW  $SSOH GHYUDLW LPSDFWHU HQFRUH SOXV
fortement le secteur du tourisme. Ainsi, un communiqué de presse a annoncé que des iPad
seraient prochainement mis à la disposition des concierges des hôtels InterContinental afin de
mieux renseigner les clients sur les environs. Le concierge pourra guider les clients en
SUpVHQWDQWXQHFDUWH*RRJOH0DSHWO¶RXWLOSURSRVHUDGLIIpUHQWHVPRGDOLWpVGHUpVHUYDWLRQGH
UHVWDXUDQWV RX G¶DFWLYLWpV. Selon Simon Scoot, vice-président du groupe InterContinental,

51
3URSRV GH 3KLOLSSH )DEU\ ORUV GH OD FRQIpUHQFH GX &HUFOH 1XPpULTXH G¶$7287 )UDQFH VXU OD PRELOLWp
touristique, tirés à leur tour de BYWATER Marion, « The Market for Cultural Tourism in Europe », Travel &
Tourism Analyst, The Economist Intelligence Unit, n° 6, 1993

38
« O¶L3DG VHUD XQ PR\HQ UpYROXWLRQQDLUH GH VXEOLPHU FHV WkFKHV ª 3RXU O¶LQVWDQW TXDWUH
pWDEOLVVHPHQWV GDQV OH PRQGH GHYUDLHQW rWUH PXQLV G¶L3DG : le New York Barklay, le
%XFNKHDGG¶$WODQWDOH /RQGRQ3DUN/DQHHWO¶,QWHU&RQWLQHQWDOGH+RQJ.RQJ52.
,OHVWFHSHQGDQWLPSRUWDQWGHPHVXUHUO¶DSSRUWGHFHQRXYHORXWLOVXUO¶pYROXWLRQGHOD
pratique touristique. En effet, dans le cas de la chaîne hôtelière InterContinental, il semble que
O¶L3DGVHUDXWLOLVpSRXUUHPSODFHUOHVGpSOLDQWVDXWUHIRLVSURSRVpVDX[FOLHQWVjO¶DFFXHLOGHV
pWDEOLVVHPHQWV /D FKDvQH VHPEOH GRQF GDYDQWDJH SDUWLU GH O¶LQQRYDWLRQ WHFKQRORJLTXH GH
O¶RXWLOVDQVDSSRUWHUXQ© plus ». Il est important de partir des attentes les plus basiques de la
FOLHQWqOH DILQ GH PLHX[ OHV VDWLVIDLUH $LQVL VL O¶RQ UHSUHQG O¶H[HPSOH GH O¶LPSODQWDWLRQ GH
O¶L3DG GDQV OD FKDvQH ,QWHU&RQWLQHQWDO QRXV SRXYRQV QRXV LQWHUURJHU VXU OD YpULWDEOH
pertinence de ce choix.
En effet, en remplaçant les dépliants HW OHV SODQV SDSLHUV SURSRVpV j O¶DFFXHLO GHV
établissements, la chaîne propose un service de renseignements plus interactif et plus rapide.
Le touriste pourra réserver directement son activité ou son restaurant sans avoir à passer par
un serveur téléphonique. Le réceptionniste pourra également lui présenter une vue
JpRORFDOLVpH GHV HQYLURQV GH O¶K{WHO DILQ GH OXL PRQWUHU OHV FKRVHV j YRLU HW GH O¶DLGHU j VH
repérer dans ce territoire inconnu. Néanmoins, il est parfois très utile de conserver une trace
de cHSODQDILQGHV¶HQVHUYLUKRUVGHO¶K{WHO*pQpUDOHPHQWOHVK{WHOVSURSRVHQWjO¶DFFXHLOXQ
SODQGpWDLOOpTXHO¶RQSHXWHPPHQHUDYHFVRL&RPPHQWYD-t-RQIDLUHDYHFO¶L3DG ? A première
YXH FHW RXWLO UpSRQG j XQ EHVRLQ LPPpGLDW TXL Q¶DXUD SDV LPSDFW XQH fois que le touriste
VRUWLUDGHO¶pWDEOLVVHPHQW

Afin de répondre efficacement aux attentes des visiteurs, les nouvelles technologies se
sont imposées dans un continuum spatio-temporel et sont présentes avant, pendant et après la
visite. Selon Philippe Fabry, on peut résumer le cycle du voyageur à huit phases principales :
UrYHUG¶XQYR\DJHFRPSDUHUOHVGHVWLQDWLRQVUHFKHUFKHUVDGHVWLQDWLRQSODQLILHUVRQYR\DJH
réserver son voyage, se déplacer vers la destination, visiter la destination et se remémorer la
destination à son retour53. Les nouvelles technologies doivent être présentes dans toutes ces
phases afin de répondre efficacement aux demandes des visiteurs. Nous sommes donc bien

52
« 'HVL3DGSRXUOHVFRQFLHUJHVG¶,QWHU&RQWLQHQWDO », www.mac4ever.com/news, le 14 avril 2010.
53
Voir compte-UHQGXGHODFRQIpUHQFHVXUODPRELOLWpWRXULVWLTXHG¶$7287)UDQFHSDJHGX'RVVLHUG¶RXWLOV
méthodologiques.

39
dans cette logique de services en trois temps, avant, pendant et après, qui accompagnent les
visiteurs en continu54.

PENDANT

A
V
A
N
AVANT A PR ES
T

$XMRXUG¶KXL OD TXDVL-totalité des destinations touristiques (pays, villes, régions,


pWDEOLVVHPHQWVFXOWXUHOV« RQWXQVLWHLQWHUQHWDILQGHVHSURPRXYRLUHWG¶DWWLUHUOHVYLVLWHXUV
Ces sites sont de plus en plus complets et intègrent de plus en plus cette prestation de services
en trois temps. Les photographies ou les vidéos proposées directement depuis le site internet
G¶XQ pWDEOLVVHPHQW FXOWXUHO SHUPHWWHQW GH IDLUH UrYHU HW GH VXVFLWHU O¶HQYLH DXSUqV GH
O¶LQWHUQDXWHDILQGHO¶LQFLWHUjYHQLUYLVLWHUSK\VLTXHPHQWO¶pWDEOLVVHPHQW&¶HVWG¶DLOOHXUVTX¶D
pu constater le service Marketing du Château de Versailles après la refonte de son site internet
en mai 2009. Le nouveau site internet du Château de Versailles propose, en plus de
O¶HQVHPEOH GHV LQIRUPDWLRQV QpFHVVDLUHV DILQ GH SUpSDUHU VD YLVLWH KRUDLUHV G¶RXYHUWXUH
SURJUDPPDWLRQUpVHUYDWLRQGHVELOOHWVHQOLJQH« SOXVLHXUVRXWLOVWHFKQRORJLTXHVSUpVHQWDQW
le site et la richesse de seVFROOHFWLRQVDILQGHVXVFLWHUO¶HQYLHDXSUqVGHO¶LQWHUQDXWH/HVLWH
propose plusieurs visites virtuelles en trois dimensions afin de présenter la beauté des
GpSDUWHPHQWVGXFKkWHDXFRPPHVLO¶RQ\pWDLW
Selon Laurent Gaveau, responsable Marketing et Partenariats au Château de
9HUVDLOOHVSOXVRQPRQWUHVRQFRQWHQXSOXVRQLQFLWHO¶LQWHUQDXWHjVHGpSODFHUSK\VLTXHPHQW
Les nouvelles technologies ne se positionnent pas comme un substitut de visite mais

54
PORTNOFF A-Y., SUSBIELLE J-F. et DALLOZ X., (2009) Visites virtuelle et TIC : le numérique au service
de la visite touristique et culturelle , Publication ATOUT France, 160p.

40
YpULWDEOHPHQWFRPPHXQFRPSOpPHQW&HVHQWLPHQWV¶HVWYpULILpjO¶RXYHUWXUHGHO¶H[SRVLWLRQ
temporaire « Louis XIV  O¶KRPPH HW OH URL » tenue au Château de Versailles du 20 octobre
DXIpYULHU$O¶RFFDVLRQGXODQFHPHQWGHO¶H[SRVLWLRQXQVLWHLnternet a été créé
DILQ G¶HQ Iaire la promotion. Sur ce site iQWHUQHW O¶XWLOLVateur peut visiter virtuellement les
VDOOHVG¶H[SRVLWLRQ, soit en se déplaçant de galerie en galerie, soit en effectuant une recherche
G¶°XYUHRXVRLWHQHIIHFWXDQWXQH UHFKHUFKHFKURQRORJLTXH/¶HQVHPEOHHVWFRPSOpWpSDUGHV
YLGpRV PHWWDQW HQ VFqQH GLIIpUHQWV DFWHXUV GH O¶H[SRVLWLRQ DOODQW GX FRQVHUYDWHXU DX
restaurateur55.

5DSSHORQV TXH OD YRORQWp SUHPLqUH GX &KkWHDX GH 9HUVDLOOHV HQ PDWLqUH G¶XWLOLVDWLRQ
GHVRXWLOVPXOWLPpGLDVHVWGHPRQWUHUO¶HQYHUVGXGpFRU1RXVVRPPHVLci à la fois dans une
DSSURFKHpGXFDWLYHSXLVTXHOHYLVLWHXUSHXWV¶LPSUpJQHUGHVFROOHFWLRQVGXFKkWHDXDYDQWGH
se déplacer afin de mieux les appréhender une fois sur place, mais aussi une dimension post-
visite, puisque le visiteur peut également redécoXYULU FH TX¶LO D SX YRLU ORUV GH VD YLVLWH j
9HUVDLOOHVHWDSSURIRQGLUOHVpOpPHQWVTXLO¶LQWpUHVVHQWSDUWLFXOLqUHPHQW/¶XQGDQVO¶DXWUHOH
FKkWHDXHVWLPHTXHSOXVRQPRQWUHFHTXHO¶RQDSOXVRQVpGXLWOHVYLVLWHXUV/¶XWLOLVDWLRQGHV
nouvelles technologies faite au Château de Versailles illustre bien le continuum spatio-
WHPSRUHOTXHQRXVpYRTXLRQVSUpFpGHPPHQW&HWWHVWUDWpJLHGHVXVFLWHUO¶HQYLHHQPRQWUDQWOH
SOXVSRVVLEOHVDFROOHFWLRQDG¶DLOOHXUVHXG¶LPSRUWDQWHVUHWRPEpHVpFRQRPLTXHV
En effet, la saison hivernale est souvent très creuse au Château de Versailles car les
WRXULVWHV pWUDQJHUV Q¶DUULYHQW TX¶j SDUWLU GX PRLV G¶DYULO HW OHV YLVLWHXUV IUDQFLOLHQV VRQW SHX
représentés. Cependant, le service des publics a constaté un nombre de visiteurs nettement
VXSpULHXUHQMDQYLHUSDUUDSSRUWDX[KLYHUVSUpFpGHQWV/HVLWHLQWHUQHWGHO¶H[SRVLWLRQD
attiré plus de 400 000 visiteurs, un nombre quasi égal à celui des entrées comptabilisées sur
place  (Q SOXV GH IDLUH OD SURPRWLRQ GH O¶H[SRVLWLRQ j Slus large échelle, le site internet a
IDYRULVpO¶DFKDWFRPSXOVLIDXSUqVGHVLQWHUQDXWHVGHODUpJLRQ(QYLVLWDQWOHVLWHLQWHUQHWOHV
franciliens sont attirés par cette exposition qui est présentée près de chez eux et peuvent
acheter leur billet directement depuis le site internet. Une étude réalisée par le service des
publics grâce au logiciel Google Analytic a permis de confirmer la proximité des visiteurs de
O¶H[SRVLWLRQ© Louis XIV O¶KRPPHHWOHURL » in situ comme sur internet56.

55
http://www.louisxiv-versailles.fr/
56
(QWUHWLHQ j GLUH G¶H[SHUW DYHF /DXUHQW *DYeau. Voir compte-rendu page 20 du 'RVVLHU G¶RXWLOV
méthodologiques.

41
/¶DSSOLFDWLRQ L3Kone « Musée du Louvre » se positionne également comme un outil
VXVFLWDQWO¶HQYLHDXSUqV GHVXWLOLVDWHXUV /¶DSSOLFDWLRQQ¶DSDV pWpODQFpH DILQGHPRGLILHUOH
WHPSV GH YLVLWH DX PXVpH GX /RXYUH 6L OH FKRL[ GHV TXDUDQWH °XYUHV SURSRVpHV SHXW
constituer un itinéraire « bis » la régulation des flux des visiteurs au Musée du Louvre
GHPHXUHH[WUrPHPHQWGLIILFLOH(QHIIHWOHVWURLV°XYUHVOHVSOXVFpOqEUHVGXPXVpHjVDYRLU
la Victoire de Samothrace, la Vénus de Milo et bien sûr, la Joconde de Léonard de Vinci sont
VLWXpHV GDQV OD PrPH DLOH GX /RXYUH j VDYRLU O¶DLOH 'HQRQ FH TXL UHQG WUqV GLIILFLOH OD
régulation des flux touristiques de plus de huit millions de visiteurs57 /¶DSSOLFDWLRQ QH
SURSRVH SDV G¶DFFRPSDJQHU O¶XWLOLVDWHXU SHQGDQW VD YLVLWH PDLV HQWHQG O¶LQFLWHU j YHQLU
GpFRXYULUO¶HQVHPEOHGHVFROOHFWLRQV in situ /¶DSSOLFDWLRQHVW YRORQWDLUHPHQWWUqVVRPPDLUH
FDU HOOH Q¶D DXFXQHPHQW OD SUpWHQWLRQ GH VH VXEVWLWXHU DX[ DXGLRJXLGHV RX DX[ FDUWHOV
G¶LQIRUPDWLRQVTXLVRQWSURSRVpVGDQVOHVVDOOHVG¶H[SRVLWion. A ce titre, la deuxième version
GHO¶DSSOLFDWLRQ© Musée du Louvre ªDGRXEOpOHQRPEUHGHV°XYUHVSUpVHQWpHVPDLVQ¶DSDV
SURSRVpSRXUDXWDQWXQSODQGpWDLOOpHWJpRORFDOLVpDILQG¶DLGHUO¶XWLOLVDWHXUjVHUHSpUHUGDQVOH
musée. Nous sommes donc ici face à un outil promotionnel qui a pour but essentiel de susciter
O¶HQYLH DYDQW OD YLVLWH /¶DSSOLFDWLRQ SHXW DXVVL VHUYLU j O¶XWLOLVDWHXU DSUqV OD YLVLWH DILQ
G¶DSSURIRQGLUOHV°XYUHVTX¶LODSXGpFRXYULUVXUSODFH

/HV QRXYHOOHV WHFKQRORJLHV GH O¶LQIRUmation et de la communication et, plus


SUpFLVpPHQW OHV DSSOLFDWLRQV L3KRQH FRQVWLWXHQW XQ HQMHX IRQGDPHQWDO VXU O¶pFRQRPLH
WRXULVWLTXHG¶XQWHUULWRLUH&HVDSSOLFDWLRQVVHUYHQWG¶RXWLOGHSURPRWLRQSRXUOHVLQVWLWXWLRQV
ou les territoires tout en répondant aux attentes des nouveaux visiteurs en termes de mobilité
et de diffusion de contenu.
Mais quel est le véritable apport des applications iPhone et en quoi modifient-elles
DXMRXUG¶KXLODSUDWLTXHWRXULVWLTXHHWFXOWXUHOOH ?

57
(QWUHWLHQjGLUHG¶H[SHUWDYHF'DYLG0DGHFYRLUFRPSWH-rendu page 12 du 'RVVLHUG¶RXWLOVPpWKRGRORJLTXHV.

42
M ODIFIC A TI ON DE L A PR A T I Q U E T O U R IST I Q U E E T C U L T U R E L L E

/HV DSSOLFDWLRQV L3KRQH UpSRQGHQW DX[ DWWHQWHV GH WRXV OHV VHJPHQWV G¶XWLOLVDWHXUV
DOODQW GH O¶XWLOLVDWHXU ORFDOH MXVTX¶DX WRXULVWH G¶DJUpPHQW HW HQ SDVVDQW ELHQ V€U SDU OHV
visiteurs en déplacement professionnel.

/¶Dpplication « Métro Paris 3.0 ªGHO¶DJHQFH3UHVVHOLWHWpOpFKDUJpHSOXVG¶PLOOLRQ


GHIRLVV¶HVWLPSRVpHFRPPHXQYpULWDEOHRXWLOLQGLVSHQVDEOHjWRXWGpSODFHPHQWGDQV3DULV
/¶DSSOLFDWLRQ UHPSODFH OHV GpSOLDQWV GH PpWUR SDULVLHQ HW SURSRVH HQ SOXV XQ système de
JpRORFDOLVDWLRQHWXQV\VWqPHG¶LQIRUPDWLRQHQSXVKDILQGHUHVWHULQIRUPpGHVLQFLGHQWVTXL
ralentissent la circulation sur les lignes sélectionnées. Cependant ces données ne sont pas
extrêmement précises car la RATP refuse à présent aux déveloSSHXUV G¶DSSOLFDWLRQV
G¶H[SORLWHU OHXUV GRQQpHV SDU SHXU GH OD FRQFXUUHQFH $LQVL OHV LQIRUPDWLRQV GLIIXVpHV HQ
« push » concernant les ralentissements du trafic ferré sont les mêmes que celles disponibles
sur internet et ne sont donc pas instantanées.
Pour mettre au point cette application, les développeurs ont cherché avant tout à
UpSRQGUH j OHXUV SURSUHV EHVRLQV (Q HIIHW FRPELHQ GH IUDQFLOLHQV GLVSRVHQW G¶XQ SODQ GHV
lignes de métro de Paris dans leur poche ? Cette application ne cherche pas à attirer les
utilisateurs étrangers, mais véritablement à accompagner les usagers des transports parisiens
dans leur vie du quotidien. Cet objectif semble avoir été atteint puisque près de la moitié des
téléchargements proviennent de la région parisienne58. Les commentaires des utilisateurs sont
WUqV VDWLVIDLVDQWV HW O¶DSSOLFDWLRQ ILJXUH DXMRXUG¶KXL SDUPL OHV WURLV DSSOLFDWLRQV OHV SOXV
WpOpFKDUJpHV GH O¶$SS6WRUH IUDQoDLV 3OXVLHXUV GHPDQGHV RQW pWp IDLWHV VXU OH IRUXP GX VLWH
LQWHUQHWDILQG¶LQWpJUHUXQHFDUWRJUDSKLHGHVOLJQHVGHEDQOLHXHFHTXLDWWHVWHGHO¶XWLOLVDWLRQ
relativement locale de cette application. Avec la fonction « push », les développeurs ont
FRQVWDWp XQ WDX[ GH ODQFHPHQW GH O¶DSSOLFDWLRQ QHWWHPHQW VXSpULHXU j FHOXL GHV
WpOpFKDUJHPHQWV(QSOXVG¶rWUHODUJHPHQWWpOpFKDUJpHO¶DSSOLFDWLRQ© Métro Paris 3.0 » reste
GRQF IUpTXHPPHQW XWLOLVpH (OOH Q¶HVW SDV FRQVLGpUpH FRPPH XQ VLPSOH JDGJHW PDLV D
véritablement su se démarquer des autres applications lancées sur le marché grâce à son prix
attractif et à la pertinence de son contenu.

58
(QWUHWLHQ j GLUH G¶H[SHUW DYHF 0LFKHO HW $QWRLQH 0RUFRV YRLU FRPSWH-rendu page 26 du 'RVVLHU G¶RXWLOV
méthodologiques.

43
$SUqV DYRLU UpDOLVp XQH DSSOLFDWLRQ SRXU OH PpWUR SDULVLHQ O¶DJHQFH 3UHVVHOLWH D
proposé son concept aux réseaux de transport en commun de dix-huit villes en Europe et à
WUDYHUVOHPRQGH/HFRQFHSWV¶HVWGRQFLPSRVpFRPPe un outil indispensable pour déambuler
GDQV OHV FDSLWDOHV HXURSpHQQHV /¶DSSOLFDWLRQ © Métro Paris 3.0 » est une application
HPEDUTXpHDXFRQWHQXIL[HTXLXWLOLVHOHV\VWqPHGHJpRORFDOLVDWLRQTXLHVWLQWpJUpjO¶L3KRQH
lui-même. Ainsi, son utilisation ne requiert aucune connexion internet et, de fait ne facture
DXFXQ IUDLV GH URDPLQJ SRXU OHV XWLOLVDWHXUV pWUDQJHUV %LHQ TXH O¶DSSOLFDWLRQ © Métro Paris
3.0 » soit majoritairement utilisée par des habitants de la région parisienne, nous pouvons
constater un LPSDFWFRQVLGpUDEOHGDQVO¶pYROXWLRQGHODSUDWLTXHWRXULVWLTXH3DULV(QHIIHWOD
majorité des touristes étrangers se déplacent en transport en commun dans la capitale
SDULVLHQQH6LOHFRQFHSWGHO¶DSSOLFDWLRQDpWpGpFOLQpGDQVOHXUYLOOHG¶RULJLQHLl paraît fort
probable que ces personnes désireront obtenir la même prestation de service une fois en
YR\DJHj3DULV(QGHYHQDQWXQHUpIpUHQFHDXSUqVGHVKDELWDQWVG¶XQHYLOOHRXG¶XQHUpJLRQ
O¶DSSOLFDWLRQ D PRGLILp OHV DWWHQWHV GHV XWLOLVDWHXUV j OD IRLs dans leur quotidien mais aussi
pendant leurs déplacements. En utilisant une application comme « Métro Paris 3.0 », les
touristes se sentent sécurisés dans leurs déplacements grâce au système de géolocalisation tout
en restant libres de se déplacer où bon leur semble.

/¶DSSOLFDWLRQ © Métro Paris 3.0 » répond également aux attentes des touristes
G¶DIIDLUH (Q HIIHW ORUV G¶XQ GpSODFHPHQW SURIHVVLRQQHO OHV DWWHQWHV GHV WRXULVWHV VRQW
exacerbées. Les congressistes aiment se sentir encadrés durant la totalité de leur déplacement
et attendent une prestation de service efficace et rapide car leur temps est généralement plus
réduit et moins libre que celui des vacanciers. Le système de géolocalisation intégré à
O¶L3KRQH SHUPHW G¶RSWLPLVHU OHV GpSODFHPHQWV /HV congressistes peuvent se repérer et se
GpSODFHU SOXV IDFLOHPHQW GDQV 3DULV HW O¶XWLOLVDWLRQ GH O¶DSSOLFDWLRQ OHXU HVW SOXV IDPLOLqUH
SXLVTX¶HOOH pPDQH GH OHXU SURSUH WpOpSKRQH SRUWDEOH 3DU DLOOHXUV HQ VH UHSpUDQW SOXV
IDFLOHPHQWOHVWRXULVWHVG¶DIIDLUHpeuvent se rendre plus rapidement à destination et, de fait,
profiter ensuite un peu plus de leur temps libre pour découvrir la destination.

Il est très important de répondre aux attentes des congressistes car ce segment de
visiteur constitue un levier pFRQRPLTXH IRQGDPHQWDO SRXU OH GpYHORSSHPHQW G¶XQ WHUULWRLUH
(QHIIHWORUVGHVRQGpSODFHPHQWPrPHVXUXQHGXUpHWUqVOLPLWpHOHWRXULVWHG¶DIIDLUHVHIDLW
XQH LGpH GX WHUULWRLUH HW VL HOOH V¶DYqUH SRVLWLYH LO HVW SRVVLEOH TXH FHOXL-ci soit incité à y
UHYHQLU HQ IDPLOOH SOXV WDUG HW GHYHQLU DLQVL XQ YLVLWHXU G¶DJUpPHQW 1RXV SRXYRQV

44
pQRUPpPHQW UDSSURFKHU OH VHJPHQW GHV WRXULVWHV G¶DIIDLUH GH FHOXL GHV XWLOLVDWHXUV GH
smartphone. En effet, tout deux sont relativement en phase avec les nouvelles technologies
TX¶LOVF{WRLHQWGDQVOHXUYLHSURIHVVLRQQHOOHHWVRQWPDMRULWDLUHPHQWGHVH[HPDVFXOLQ/DYLOOH
dans laquelle ils se rendent doit leur offrir le même confort et la même prestation de service
DILQGHQHSDVOHVGpFHYRLU/¶DSSOLFDWLRQ© Métro Paris 3.0 », grâce à son option POI réalité
augmentée, permet aux congressistes de repérer très rapidement les restaurants ou
KpEHUJHPHQWV TXL VH WURXYHQW GDQV XQ SpULPqWUH G¶XQ NLORPqWUH DXWRXU G¶HX[ &HWWH RSWLRQ
participe donc fortement à optimiser les retombées économiques sur le territoire. Différents
32,VRQWOLVWpVDXWRPDWLTXHPHQWVXUO¶DSSOLFDWLRQHWVHUHJURXSpVGDQVGLIIpUHQWHVFDWpJRULHV
à savoir POI Restauration rapide (où figurent toutes les chaines de restauration comme
0DF'RQDOG4XLFN.)&« 32,+pEHUJHPHQWRXHQFRUH32,6DORQGH7Kp3UHVVHOLWHV¶HVW
OLPLWpHV DX[ FKDLQHV GH UHVWDXUDWLRQ RX G¶K{WHOOHULH FRQQXHV LQWHUQDWLRQDOHPHQW 1RXV
pourrions supposer que ce choix est assez restrictif dans la mesure où un touriste est
généralement très attiré par les prestations typiques du pays, un semblant de pittoresque qui
SDUWLFLSH j OH IDLUH UrYHU 1pDQPRLQV VL O¶RQ UHVWH GDQV XQH ORJLTXH GH WRXULVPH G¶DIIDLUH
nous constatons que ce sont ces chaines de fastfood qui sont généralement les plus
recherchées. $SUqV DYRLU VpOHFWLRQQp OD FDWpJRULH GH 32, TXH O¶RQ GpVLUH OHV ORJRV GHV
pWDEOLVVHPHQWV DSSDUDLVVHQW HQ UpDOLWp DXJPHQWpH VXU O¶pFUDQ GX VPDUWSKRQH SOXV RX PRLQV
JURV VHORQ OD GLVWDQFH TXH OHV VpSDUH GH O¶XWLOLVDWHXU 3DU DLOOHXUV XQH ERXVVROH DSSDUDvW sur
O¶pFUDQVRXVODIRUPHG¶XQHJURVVHIOqFKHURXJHHWSHUPHWG¶RULHQWHUO¶XWLOLVDWHXUYHUVOHSRLQW
j DWWHLQGUH ,O OXL HVW GRQF TXDVLPHQW LPSRVVLEOH GH SDVVHU j F{Wp GH O¶pWDEOLVVHPHQW TX¶LO
recherche !

Presselite ± Apparition des POI en réalité augmentée Presselite - Boussole qui permet de guider
O¶XWLOLVDWHXUYHUVOHOLHXLQGLTXp

45
3RXUODSUHPLqUHYHUVLRQGHO¶DSSOLFDWLRQOHVGpYHORSSHXUVRQWGpPDUFKpHX[-mêmes
OHV HQVHLJQHV DILQ G¶XWLOLVHU OHXU QRP 8Q SUHPLHU SDUWHQDULDW D G¶DLOOHXUV pWp PLV HQ SODFH
DYHFOD%DQTXH3RSXODLUHDILQG¶DIILFKHUWRXWHVOHVDJHQFHVHWOHVGLVWULEXWHXUVDXWRPDWLTXHV
3DULVGDQVO¶DSSOLFDWLRQ)DFHDXVXFFqVJUDQGLVVDQWGHO¶DSSOLFDWLRQ© Métro Paris », plusieurs
groupes sont entrés en contact avec Presselite afin de se faire référencer dans la nouvelle
YHUVLRQ&¶HVWHQWUHDXWUHVOHFDVSRXUODFKDLQHGHIDVWIRRG0DF'RQDOG59.

La géolocalisation est assurément la fonction des smartphones la plus utile pour


répondre aux attentes des nouveaux visiteurs. Alors que la majorité des applications lancées
VXU OH PDUFKp pPDQHQW GH O¶LQLWLDWLYH GH GLIIpUHQWV GpYHORSSHXUV SULYpV QRXV SRXYRQV
FRQVWDWHUTX¶XQYpULWDEOHPDUFKpHVWHQWUDLQGHVHFRQVWUXLUHjpFKHOOHWHUULWRULDOH(QHIIHW
autrefoLVUHWLVVDQWjO¶pJDUGGHFHVQRXYHDX[RXWLOVGHSURPRWLRQOHVFRPPXQHVHWOHVUpJLRQV
commencent à prendre le pas sur les nouvelles technologies.

/D YLOOH G¶,VV\-les-Moulineaux, située à la lisière de Paris dans le département des


Hauts-de-Seine, a touMRXUV pWp FRQVLGpUpH FRPPH XQH FRPPXQH SLRQQLqUH GDQV O¶XWLOLVDWLRQ
GHV QRXYHOOHV WHFKQRORJLHV GH O¶LQIRUPDWLRQ HW GH OD FRPPXQLFDWLRQ $XMRXUG¶KXL OD
commune propose de nombreux e-services accessibles depuis les terminaux mobiles. La ville
envoie aux citR\HQV O¶DJHQGD GHV pYpQHPHQWV HW SURSRVH GLIIpUHQWHV VXJJHVWLRQV GH VRUWLHV
ainsi que les prévisions météorologiques des prochains jours. Ces informations sont envoyées
par sms aux citoyens via un flux RSS. Issy-les-Moulineaux met à disposition de nombreuses
bornes Wi-Fi à travers la ville et très prochainement il sera possible de payer sa place de
SDUNLQJSDUO¶LQWHUPpGLDLUHGHVRQWpOpSKRQHPRELOH&HWWHGHUQLqUHIRQFWLRQGHPHXUHHQFRUH
inédite en France60 !
La ville est donc parfaitement en phase avec les nouvelles technologies afin de faciliter
OD YLH DX[ FLWR\HQV 1pDQPRLQV DSUqV DYRLU FRQWDFWp O¶RIILFH GH WRXULVPH GH OD YLOOH QRXV
QRXV DSHUFHYRQV TX¶DXFXQH GH FHV LQQRYDWLRQV QH VRQW PLVHV j SURILW SRXU GpYHORSSHU
O¶DWWUDFWLYLWpWRXULVWLTXHGHODFRPPXQH5DSSHORQVTX¶,VV\-les-Moulineaux est très proche du
SDUF G¶H[SRVLWLRQ GH OD 3RUWH GH 9HUVDLOOHV HW DFFXHLOOH OHV VLqJHV VRFLDX[ GH QRPEUHX[
groupes industriels, comme Arte, les Pages Jaunes et prochainement Thomson. Ces

59
Voir compte-UHQGXGHO¶HQWUHWLHQDYHF0LFKHOHW$QWRLQH0RUFRVGHO¶DJHQFH3UHVVHOLWHSDJHGX Dossier
G¶RXWLOVPpWKRGRORJLTXHV.
60
(QWUHWLHQjGLUHG¶H[SHUWDYHF-HDQ-François Croulon, responsable de la commuQLFDWLRQGHODPDLULHG¶,VV\-les-
Moulineaux. Cet entretien téléphonique a été réalisé dans le cadre de ma prise de poste de la DGCIS et ne fait
GRQFSDVO¶REMHWG¶XQFRPSWH-rendu.

46
différentes entreprises, appartHQDQW j GHV GRPDLQHV G¶DFWLYLWp WUqV YDULpV IDYRULVHQW OHV
pFKDQJHVSURIHVVLRQQHOVHWSDUFRQVpTXHQWOHVYR\DJHVG¶DIIDLUH,OHVWGRQFGRPPDJHTXHOD
YLOOH Q¶XWLOLVH SDV VRQ DYDQFH HQ PDWLqUH GH QRXYHOOHV WHFKQRORJLHV DILQ GH SURSRVHU GHV
services de quaOLWpTXLSRXUUDLHQWVDWLVIDLUHOHVFRQJUHVVLVWHV$O¶LQYHUVHGXUHVWHGHVVHUYLFHV
SURSRVpV DX[ FLWR\HQV O¶RIILFH GH WRXULVPH SODQLILH OHV UpVHUYDWLRQV G¶K{WHOV j SDUWLU G¶XQ
annuaire papier et depuis un standard téléphonique, ce qui est très contradictoire.

%LHQ TXH O¶XWLOLVDWLRQ GHV QRXYHOOHV WHFKQRORJLHV j ,VV\ Q¶DLW SDV G¶LPSDFW GLUHFW HQ
WHUPHVG¶DWWUDFWLYLWpWRXULVWLTXHFHVLQQRYDWLRQVWHFKQLTXHVSHXYHQWVHUYLUGHPRGqOHHWrWUH
reprises dans le secteur du tourisme.

/D EDQDOLVDWLRQ G¶LQWHUQHW Gans les foyers a entrainé une dématérialisation des
PRGDOLWpV G¶DFKDW HW GH UpVHUYDWLRQ /H H-commerce et le e-WRXULVPH VRQW DXMRXUG¶KXL WUqV
répandus, au point que certaines chaînes hôtelières ont personnellement misé sur ces
nouvelles applications mobileVDILQG¶RSWLPLVHUOHXUWDX[GHUpVHUYDWLRQHQOLJQH
&¶HVW HQWUH DXWUHV OH FDV GH OD FKDvQH /RXYUH +{WHOV UHJURXSDQW les enseignes
Campanile, Kyriad et Première Classe. Louvre Hôtels, qui constitue la deuxième plus grande
chaine hôtelière française après le groupe Accor, supplante le leader du marché dans
O¶H[SORLWDWLRQGHO¶LQWHUQHWPRELOHSRXURSWLPLVHUOHVUpVHUYDWLRQVGHFKDPEUHV'HSXLVODILQ
GH O¶DQQpH  OH JURXSH D PLV HQ SODFH XQH GpPDUFKH TXDOLWp DILQ GH UHSRVLWLRQQHU
O¶HQVHLJQH&DPSDQLOH&HWWHPRGHUQLVDWLRQVHWUDGXLWQRWDPPHQWSDUODPLVHHQSODFHG¶XQH
connexion Wi-Fi gratuite dans toutes les chambres.
Depuis le mois de mars 2009, la chaine Louvre Hôtel propose une application iPhone
téléchargeable gratuitement et permettant de réserver directement un hôtel du groupe sans
DYRLU j FRQWDFWHU O¶pWDEOLVVHPHQW /¶DSSOLFDWLRQ © Hôtel for You » permet de localiser
O¶pWDEOLVVHPHQW OH SOXV SURFKH GH O¶XWLOLVDWHXU JUkFH j OD JpRORFDOLVDWLRQ  HW GH UpVHUYHU VD
chambre sans se créer de compte au préalable. Chaque hôtel dispose de sa propre fiche
détaillée et présente les différents services disponibles sur place. Un diaporama photo permet
pJDOHPHQWjO¶XWLOLVDWHXUGHYLVLRQQHUOHVGLIIpUHQWVHVSDFHVGHO¶K{WHO8QHIRLVODUpVHUYDWLRQ
effectuée, un e-mail de confirmation est envoyé au client.
6L[ PRLV DSUqV OH ODQFHPHQW GH O¶DSSOLFDWLRQ L3KRQH XQH YHUVLRQ %ODFN%HUU\ D pWp
ODQFpH HW XQ VLWH :HE PRELOH D pJDOHPHQW pWp PLV HQ SODFH DILQ GH WRXFKHU O¶HQVHPEOH GHV
utilisateurs de smartphone. Néanmoins, Marie-Pierre Mottin, directrice Marketing du groupe,
DIILUPHTXHGHVUpVHUYDWLRQVYLDO¶LQWHUQHWPRELOHVHIRQWGHSXLVO¶L3KRQHHWFHPrPHXQ

47
DQ DSUqV OD VRUWLH GH O¶DSSOLFDWLRQ $ILQ G¶DVVXUHU OD SURPRWLRQ GH O¶DSSOLFDWLRQ © Hôtel for
You », la chaine Louvre Hôtels a misé sur une vaste campagne de communication, à la fois
sur internet mais aussi directement au sein des établissements. Cette campagne
SURPRWLRQQHOOH V¶RUJDQLVH DXWRXU GH GLIIpUHQWHV DFWLRQV WHOOHV TX¶XQ H-mailing auprès des
contacts receQVpV GDQV FKDTXH pWDEOLVVHPHQW OD FUpDWLRQ G¶XQH UXEULTXH G¶DLGH GpGLpH j
O¶DSSOLFDWLRQVXUOHVVLWHVLQWHUQHWGHVPDUTXHVXQOLHQSURPRWLRQQHOILJXUDQWHQEDVGHFKDTXH
PDLO FRQILUPDQW OD UpVHUYDWLRQ DX FOLHQW HW SOXVLHXUV DIILFKHV SODFDUGpHV j O¶DFFXHLl des
pWDEOLVVHPHQWV SDUWHQDLUHV 3DU DLOOHXUV OD FKDvQH /RXYUH +{WHO V¶HVW ODQFpH GDQV XQH
campagne de promotion sur les réseaux sociaux afin de faire fonctionner le marketing viral 61.

Affirmer sa présence sur les réseaux sociaux est en effet devenu un atout essentiel afin
de promouvoir un établissement. Le réseau FaceBook par exemple est un excellent outil
marketing qui permet de cibler une part du marché très précise. En effet, lors de la création
G¶XQFRPSWHOHVXWLOLVDWHXUVGLYXOJXHQWXQJUDQGQRPEUH G¶LQIRUPDWLRQVSHUVRQQHOOHVHWFHOD
V¶DFFHQWXH ORUVTXH FHV XWLOLVDWHXUV DGKqUHQW j GHV SDJHV RX GHV JURXSHV GH SHQVpHV HQ
particulier. Ainsi, il est possible de définir une stratégie marketing envers une catégorie
G¶XWLOLVDWHXUVVHORQ OHXU kJHOHXUVH[H OHXUOLHX G¶KDELWDWLRQHW OHXUVFHQWUHVG¶LQWpUrW ,OHVW
donc très simple pour une institution de segmenter sa cible afin de mieux orienter sa stratégie
de communication.
3DU DLOOHXUV OHV UpVHDX[ VRFLDX[ HW SOXV ODUJHPHQW O¶qUH GX :HE  VH GpILQLVVHQt
FRPPHODSDUWLFLSDWLRQDFWLYHGHVLQWHUQDXWHVDXFRQWHQXG¶XQVLWHLQWHUQHW/DSURIXVLRQGHV
blogs, sites de partage ou réseaux sociaux a modifié les attentes des utilisateurs et donc des
WRXULVWHV 7RXW FRPPH ORUV GH VRQ YR\DJH O¶LQWHUQDXWH QH VRXKDLWe pas rester passif mais
désire véritablement vivre une expérience. Le Web 2.0 permet de faire interagir le visiteur et
O¶LQVWLWXWLRQ'HSOXVHQSOXVGHVLWHVLQWHUQHWRIIUHQWODSRVVLELOLWpGHODLVVHUXQFRPPHQWDLUH
sur leur visite. Cette stratégie de bouche-à-oreille est très efficace pour développer son
attractivité. En effet, principalement dans le domaine du voyage, les visiteurs aiment consulter
OHVDYLVGHVDQFLHQVWRXULVWHVDILQGHFKRLVLUOHXUGHVWLQDWLRQ2QHVWLPHG¶DLOOHXUVTXHSOXVGH
56% consXOWHQW OHV FRPPHQWDLUHV VXU XQ K{WHO DYDQW G¶\ UpVHUYHU XQH FKDPEUH62. De
QRPEUHX[ VLWHV LQWHUQHW VRQW DXMRXUG¶KXL H[FOXVLYHPHQW GHVWLQpV j O¶LQWHUDFWLRQ HQWUH OHV
GLIIpUHQWVYR\DJHXUVSRXUOHVJXLGHUGDQVOHXUFKRL[/HSOXVFpOqEUHG¶HQWUHHX[HVWOHUpVHau

61
MELI Benoit, « Comment Louvre Hôtels a déployé sa stratégie mobile », www.lejournaldunet.com, le 7 mai
2010.
62
Voir compte rendu de la conférence sur le e-WRXULVPHRUJDQLVpHjO¶(VSDFH(FKDQJHXU30(OHDYULO
page 35 du 'RVVLHUG¶RXWLOVPpWKRGRORJLTXHV.

48
social Tripadvisor63, qui offre une notation de tous les hôtels du monde entier qui ont été
testés par des touristes.
)DLUH SDUWLFLSHU OHV LQWHUQDXWHV DX FRQWHQX G¶XQH SDJH LQWHUQHW IDYRULVH XQH QRXYHOOH
IRLV O¶LQWHUYHQWLRQ GHV QRXYHOOHV WHFKQRORJLHV GDQs le continuum spatio-temporel « avant,
pendant et après ». En effet, les internautes vont, avant leur déplacement aller consulter les
différents avis qui ont été postés ce qui va influencer leur choix de destination. Lors de leur
voyage ils vont, de la même manière, être influencés par les commentaires des différents
pWDEOLVVHPHQWV FXOWXUHOV TXL V¶RIIUHQW j HX[ (QILQ j OHXU UHWRXU LOV YRQW SRXYRLU HX[ DXVVL
SRVWHUOHXUDYLVHQOLJQH&HWDVSHFWHVWGRQFF\FOLTXHFDUO¶DSUqV-visite de certain favorisera
O¶DYDQW-visite des autres voyageurs.

'HSXLVVRQODQFHPHQWHQPDUVO¶DSSOLFDWLRQ© Hôtels for you ªV¶HVWGpMjYHQGX


à 100 000 exemplaires ce qui est relativement admirable compte tenu du court cycle de vie du
produit. Après le succès des premiers moLV OLp j OD IRUWH PpGLDWLVDWLRQ TXL V¶HVW GpYHORSSpH
DXWRXU GX ODQFHPHQW GH O¶DSSOLFDWLRQ OH WDX[ VH VHUDLW VWDELOLVp HQWUH  HW 
WpOpFKDUJHPHQWVSDUPRLV/DFKDvQHHVWLPHOHVUpVHUYDWLRQVSULVHVJUkFHjO¶,QWHUQHWPRELOHj
1 500 par mois ce qui n¶HVWFHUWHVSDVpQRUPHFRPSDUDWLYHPHQWDXQRPEUHGHUpVHUYDWLRQV
faites depuis le site Internet ou directement dans les établissements64.
La part du mobile est donc encore marginale mais reste néanmoins très rentable
compte tenu du faible coût de lancemenW G¶XQH DSSOLFDWLRQ L3KRQH 7RXMRXUV VHORQ 0DULH-
3LHUUH0RWWLQOHFR€WGHO¶DSSOLFDWLRQDXUDLWpWpUHQWDELOLVpHQVL[PRLV3DUDLOOHXUVODFKDvQH
hôtelière mise énormément sur ce nouvel outil de réservation, surtout pour remplacer les
réservations prises par téléphone qui demeurent plus coûteuses et plus longues. Une nouvelle
YHUVLRQGHO¶DSSOLFDWLRQGHYUDLWSDUDLOOHXUVrWUHODQFpHjSDUWLUGHODUHQWUpHTXLLQFOXUD
une fonction « chek out ªSRXUIDFLOLWHUOHVGpSDUWVGHODFKDPEUHG¶K{WHO
Le chaiQH K{WHOLqUH HVW FRQVFLHQWH GH O¶LPSDFW GH FH JHQUH G¶RXWLO VXU OHV WRXULVWHV
G¶DIIDLUH EHDXFRXS PRLQV LQWpUHVVpV SDU OH UDSSRUW KXPDLQ HW VRFLDO GX YR\DJH PDLV WUqV
VRXFLHX[ GH OD UDSLGLWp GHV PRGDOLWpV GX VpMRXU &H FRQVWDW UHMRLQW SDUIDLWHPHQW O¶K\SRWKèse
étayée un peu plus tôt. Les applications iPhone répondent aux attentes des visiteurs en termes
GHUDSLGLWpGHGLIIXVLRQG¶LQIRUPDWLRQVHQFRQWLQXHWHQFDGUHO¶XWLOLVDWHXUjFKDTXHpWDSHGH
son voyage.

63
http://www.tripadvisor.fr/
64
Ibid, MELI Benoit, « Comment Louvre Hôtels a déployé sa stratégie mobile », www.lejournaldunet.com, le 7
mai 2010.

49
Dans cette même logique de simplification des modalités de réservation, la région
Rhône-Alpes a proposé il y a quelques mois une application iPhone permettant de réserver
XQHFKDPEUHG¶K{WHOXQUHVWDXUDQWRXHQFRUHXQHDFWLYLWpjGLVWDQFH
'HSXLVOHGpEXWGXPRLVG¶DYULOO¶RUJDQLVPH5K{QH-Alpes Tourisme (organisme officiel
GH OD SURPRWLRQ WRXULVWLTXH GH OD UpJLRQ  D ODQFp O¶DSSOLFDWLRQ © iRhône-Alpes »,
téléchargeable gratuitement sur iTunes. Cette application, disponible uniquement en français,
propose tous les hôtels, restaurants, campings, lieux de visites, activités de plein air et sorties
FXOWXUHOOHVGHODUpJLRQ/¶RUJDQLVPH5K{QH-$OSHV7RXULVPHV¶HVWDVVRFLpDX[KXLWRIILFHVGH
WRXULVPHGHODUpJLRQDILQGHPHWWUHHQFRPPXQWRXWHVFHVLQIRUPDWLRQV/¶DSSOLFDWLRQDpWp
GpYHORSSpHSDUO¶DJHQFH*MT Editions65.

/¶DSSOLFDWLRQ SHXW rWUH XWLOLVpH HQ PRGH © géolocalisation » et se réactualise en


IRQFWLRQ GH OD SRVLWLRQ GH O¶XWLOLVDWHXU 7RXV OHV pWDEOLVVHPHQWV VLWXpV GDQV XQ SpULPqWUH GH
YLQJW NLORPqWUHV DXWRXU GH O¶XWLOLVDWHXU DSSDUDLVVHQW VRXV IRUPH de pins sur une carte de la
UpJLRQ HW O¶XWLOLVDWHXU Q¶D SOXV TX¶j FOLTXHU VXU OH OLHQ TXL O¶LQWpUHVVH $ SDUWLU GH Oj
O¶XWLOLVDWHXU DFFqGH j WRXWHV OHV GRQQpHV QpFHVVDLUHV DILQ GH SUpSDUHU VD YLVLWH TXH FH VRLW
JUkFHDX[KRUDLUHVG¶RXYHUWXUHHWWDULIVG¶XQHSUHVWDWLRQFXOWXUHOOHRXHQFRUHJUkFHjO¶DGUHVVH
HWOHQXPpURGHWpOpSKRQHSRXUUpVHUYHU/¶XWLOLVDWHXUSHXWpJDOHPHQWHIIHFWXHUXQHUHFKHUFKH
SDU DGUHVVH RX SDU QRP V¶LO FRQQDvW GpMj XQ pWDEOLVVHPHQW /HV XWLOLVDWHXUV SHXYHQW HQVXLWH
noter la prestation qui leur a été proposée (de une à cinq étoiles) et cet avis apparait sur
O¶DSSOLFDWLRQ SRXU DLGHU OHV DXWUHV XWLOLVDWHXUV j IDLUH OHXU FKRL[ /H PRWHXU GH UHFKHUFKH
SHUPHW pJDOHPHQW GH SUpSDUHU VRQ VpMRXU PrPH VL O¶RQ QH VH WURXYH SDV GDQV OD UpJLRQ
npDQPRLQV O¶DSSOLFDWLRQ © iRhôneAlpes » cible principalement les utilisateurs situés dans la
UpJLRQ&HWWHDSSOLFDWLRQHVWDOLPHQWpHSDUODEDVH6,75$ 6\VWqPHG¶,QIRUPDWLRQ7RXULVWLTXH
de Rhône-$OSHV  OH IRXUQLVVHXU RIILFLHO G¶LQIRUPDWLRQV WRXULVWLTXHV GH la région, dont les
GRQQpHVVRQWUpDFWXDOLVpHVWRXWHVOHVK$FDXVHGHO¶LPSRUWDQFHGHVFRQWHQXVHWGXJUDQG
QRPEUH G¶DFWHXUV TXL OHV DOLPHQWHQW O¶DSSOLFDWLRQ Q¶HVW SDV HQ PHVXUH GH GRQQHU OD
disponibilité des hôtels sélectionnés. Par contre, seuls les hôtels ouverts pendant les quinze
SURFKDLQVMRXUVVRQWOLVWpVGDQVO¶DSSOLFDWLRQFHTXLJDUDQWLHjO¶XWLOLVDWHXUTX¶LOSHXWFRQWDFWHU
O¶K{WHO HW REWHQLU OHV LQIRUPDWLRQV TX¶LO GpVLUH /¶DSSOLFDWLRQ QH SURSRVH SDV QRQ SOXV GH

65
http://www.tourmag.com/Rhone-Alpes-Tourisme-lance-son-appli-iPhone_a38402.html

50
plateforme de réservation mais renvoie directement vers un numéro afin de contacter
O¶pWDEOLVVHPHQWHQTXHVWLRQFHTXLIDFLOLWHTXDQGPrPHOHVPRGDOLWpVGHUpVHUYDWLRQ66.
/¶REMHFWLISULQFLSDOGHFHWWHDSSOLFDWLRQHVWGHIDFLOLWHUODUpVHUYDWLRQG¶XQK{WHOG¶XQ
UHVWDXUDQW RX G¶XQH DFtivité pour un utilisateur situé dans la région. Les développeurs ont
ODLVVp GH F{Wp O¶DVSHFW VpGXFWLRQ TXH SHXYHQW UHYrWLU OHV DSSOLFDWLRQV L3KRQH SRXU
véritablement apporter une prestation de service solide et efficace. Ainsi, aucune photo des
K{WHOV Q¶HVW DFFHVVLEOH DILQ GH QH SDV UDOHQWLU OH FKDUJHPHQW GH O¶DSSOLFDWLRQ $YHF FHWWH
application iPhone, la région Rhône-Alpes propose un outil de promotion touristique qui
intervient dans le fameux continuum spatio-WHPSRUHOGHO¶DYDQWSHQGDQWHWDSUqVYLVLWH. Trois
VHPDLQHV DSUqV VRQ ODQFHPHQW O¶DSSOLFDWLRQ D pWp WpOpFKDUJpH   IRLV GDQV OHV SUHPLqUHV
VHPDLQHV GH VRQ ODQFHPHQW HW RQ Q¶HQ GpQRPEUH SDV PRLQV GH   XWLOLVDWLRQV67.
$XMRXUG¶KXL O¶DSSOLFDWLRQ HVW WpOpFKDUJpH HQ PR\HQQH  IRLV SDU MRXU FH qui est assez
honorable compte tenu de la timide campagne de promotion qui a été lancée autour de
O¶DSSOLFDWLRQ &HV FKLIIUHV PRQWUHQW ELHQ TX¶HQ SOXV G¶rWUH XQH DSSOLFDWLRQ DWWLUDQWH
O¶DSSOLFDWLRQ © iRhône-Alpes » est utilisée à plusieurs reprises par ses possesseurs, tout
FRPPHO¶DSSOLFDWLRQ© Métro Paris 3.0 ªV¶HVWLPSRVpHFRPPHXQYpULWDEOHRXWLOGXTXRWLGLHQ
auprès des utilisateurs franciliens. Selon le Comité Régional du Tourisme de Rhône-Alpes,
cette application constitue un levier économique énorPHSRXUO¶DPpQDJHPHQWGXWHUULWRLUH/H
CRT mise exclusivement sur les applications iPhone pour développer une stratégie de
YDORULVDWLRQWRXULVWLTXH$LQVLWRXWOHSHUVRQQHOV¶HVWYXUpFHPPHQWDWWULEXHUXQVPDUWSKRQH
iPhone de fonction afin de mieux appréhender les enjeux de cet outil. Depuis, plusieurs
SDUWHQDULDWV RQW pWp PLV HQ SODFH DILQ GH GXSOLTXHU FHWWH DSSOLFDWLRQ GDQV G¶DXWUHV UpJLRQV
IUDQoDLVHV$LQVLOHDYULODpWpODQFpHO¶DSSOLFDWLRQ© iArdèche » qui reprend la même
ergonomie et qui eVWDOLPHQWpHSDUODPrPHEDVHGHGRQQpH6,75$WDQGLVTX¶XQHDSSOLFDWLRQ
« iDrôme » est en cours de développement68.

&HV GLIIpUHQWV H[HPSOHV DWWHVWHQW GRQF GH O¶LPSRUWDQFH FRQVLGpUDEOH GHV DSSOLFDWLRQV
L3KRQHGDQVO¶pYROXWLRQGHODSUDWLTXHWRXULVWLTXH$Srès avoir longtemps été ignorées par les
pOXVORFDX[FHVDSSOLFDWLRQVVRQWGHYHQXHVHQTXHOTXHVPRLVGHYpULWDEOHVRXWLOVG¶DLGHjOD
YLVLWH $XWUHIRLV SRUWpV SRXU O¶HVVHQWLHO SDU GHV LQLWLDWHXUV SULYpV FHV RXWLOV VRQW j SUpVHQW

66
5pSRQVHV GX GpYHORSSHXU GH O¶DSSOLFDWLRQ L5K{QH$OSHV VXU OH IRUXP GX VLWH
http://www.etourisme.info/article/1088/application-iphone-l-exemple-de-rhone-alpes
67
Ibid, http://www.tourmag.com/Rhone-Alpes-Tourisme-lance-son-appli-iPhone_a38402.html
68
(QWUHWLHQjGLUHG¶H[SHUWDYHF.DULQH)HLJHGLUHFWULFHDGMRLQWHGHFRPPXQLFDWLRQGX&575K{QH-Alpes, qui a
pWpUpDOLVpGDQVOHFDGUHGHPDSULVHGHSRVWHDXVHLQGHOD'*&,6HWTXLQHIDLWGRQFSDVO¶REMHWG¶XQFRPSWH-
rendu.

51
développés par de grandes institutions culturelles, des villes et même par des comités
régionaux ! A travers les applications iPhone, les développeurs cherchent à apporter une
SUHVWDWLRQ GH VHUYLFH TXL FRQIqUH GH OD YDOHXU DMRXWpH j OD YLVLWH G¶XQ WHUULWRLUH /HV
applications iPhone sont donc de moins en moins perçues comme de simples gadgets mais
constituent de véritables leviers de développement économique.

L ES R E T O M B E ES E C O N O M I Q U ES D ES A PP L I C A T I O NS I P H O N E

Comme nous avons pu le voir, lancer une application iPhone est très rentable. Le prix
GH WpOpFKDUJHPHQW HVW IL[p SDU OH GpYHORSSHXU HW $SSOH Q¶LQWHUYLHQW HQ ULHQ GDQV OD
FRPPHUFLDOLVDWLRQGXSURGXLW/HWDULIPLQLPXPG¶XQHDSSOLFDWLRQSD\DQWHHVWGH¼3RXU
tout téléchargement, trente pour cent du montant est reversé j $SSOH /¶DJHQFH 3UHVVHOLWH
DWWHVWH GX IRUW UHWRXU VXU LQYHVWLVVHPHQW TXH JpQqUH OH ODQFHPHQW G¶XQH DSSOLFDWLRQ L3KRQH
/HVGpYHORSSHXUVRQWFKRLVLGHFRPPHUFLDOLVHUO¶DSSOLFDWLRQ© Métro Paris 3.0 ªj¼VRLW
OHWDULIPLQLPXPDILQG¶DWWLUHUXQHSDUW WUqVODUJHGXPDUFKp6LO¶RQHIIHFWXHXQFDOFXOVXU
PLOOLRQGHWpOpFKDUJHPHQWVQRXVFRQVWDWRQVTXHFHWWHDSSOLFDWLRQDGpMjHQJHQGUp¼
de recette, dont soixante dix pour cent reviennent aux développeurs, ce qui constitue un retour
sur investiVVHPHQW GH  ¼ ! Ce montant doit être relativisé compte tenu du caractère
FKURQRSKDJHGHO¶pODERUDWLRQG¶XQHDSSOLFDWLRQHWpYHQWXHOOHPHQWGXFR€WGHODPDLQG¶°XYUH
VL O¶HQWUHSULVH HPEDXFKH GX SHUVRQQHO RX IDLW DSSHO j GHV SUHVWDWDLUHV LQGpSHQGDQWV
Néanmoins, même avec la déduction de ces charges, il est clair que si une application est
EHDXFRXS WpOpFKDUJpH VRQ ODQFHPHQW HVW WUqV UHQWDEOH FRPSDUp DX FR€W GH FUpDWLRQ G¶XQ
FRPSWHGpYHORSSHXUVXUOHVLWHLQWHUQHWG¶$SSOHTXLUDSSHORQVOHQHGpSDVVHSas les 99$.

/¶DSSOLFDWLRQ© Musée du Louvre » est téléchargeable gratuitement, ainsi, le Louvre ne


SHUoRLW DXFXQ UHWRXU VXU LQYHVWLVVHPHQW GLUHFW &HWWH WDULILFDWLRQ QH UpVXOWH SDV G¶XQ FKRL[
VSpFLILTXHGHO¶pWDEOLVVHPHQWPDLVHVWUpSRQGDX[FULWqUHVGHO¶DSSHOjSURMHWV3UR[LPD0RELOH
TXLQHILQDQFHXQLTXHPHQWGHVRXWLOVPRELOHVG¶DLGHjODSHUVRQQHJUDWXLWHWDFFHVVLEOHjWRXV
,OVHPEOHUDLWTXHO¶DSSOLFDWLRQL3KRQHVHUYHXQLTXHPHQWjPRQWUHUTXHO¶pWDEOLVVHPHQWHVWHQ
phase avec les nouvelles technologies du moment mais ne se base en aucun cas sur les
DWWHQWHVSUHPLqUHVGHVYLVLWHXUV$YHFSOXVGHGHX[PLOOLRQVGHWpOpFKDUJHPHQWVO¶DSSOLFDWLRQ
espère avant tout attirer les 25-35 ans, peu représentés dans les établissements culturels. A ce

52
jour, aucune pWXGH GHV SXEOLFV Q¶D pWp UpDOLVpH DILQ GH FRQVWDWHU O¶pYROXWLRQ GX QRPEUH GH
YLVLWHXUVDYDQWHWDSUqVOHODQFHPHQWGHO¶DSSOLFDWLRQLOHVWGRQFHQFRUHLPSRVVLEOHGHPHVXUHU
O¶LPSDFWGHFHWWHDSSOLFDWLRQGDQVODSURPRWLRQGXPXVpHGX/RXYUHDXSUqVGHFHVegment de
YLVLWHXUV 1pDQPRLQV VL O¶RQ DQDO\VH OHV UpVXOWDWV G¶XQ VRQGDJH UpDOLVp DXSUqV GH FLQTXDQWH
mobinautes, nous pouvons constater que cet impact reste encore relativement limité.
En effet, seul 9% des personnes interrogées se sont rendus dans un établissement
culturel après avoir testé une application iPhone alors que 21% affirment clairement que ces
nouveaux outils ne les motivent en rien de plus. Les applications liées au voyage et à la
culture ne constituent que 28% des téléchargements des utiliVDWHXUV G¶L3KRQH LQWHUURJpV la
majorité des applications téléchargées étant essentiellement des jeux ou des applications de
VHUYLFHV SUDWLTXHV &HV XWLOLVDWHXUV HVWLPHQW TX¶XQH DSSOLFDWLRQ QH GRLW SDV GpSDVVHU ¼ HW
TX¶HOOH GRLW QpFHVVDLUHPHQW DSSRUWHU XQH SOXV-value pour justifier son prix. De nombreuses
applications liées au voyage et à la culture sont payantes, ainsi ce tarif freine les
FRQVRPPDWLRQV HW OHV XWLOLVDWHXUV VH UDEDWWHQW VXU GHV DSSOLFDWLRQV JUDWXLWHV TXL Q¶DSSRUWHQW
pas un contenu assez satisfaisant pour les inciter à venir dans un musée. Nous pouvons
FRQVLGpUHU O¶DSSOLFDWLRQ © Musée du Louvre ª FRPPH XQH DSSOLFDWLRQ JDGJHW TXL Q¶D QRQ
VHXOHPHQW DXFXQ LPSDFW VXU OH WHPSV GH YLVLWH HW TXL Q¶LQFLWH SDV QpFHVVDLUHPHQW OHV
utilisateurs à venir visiter le musée.

Les applications iPhone liées au voyage et à la culture ont encore un impact limité car
FHWWHSUDWLTXHQ¶HVWSDVHQFRUHFRXUDQWHDXMRXUG¶KXL/¶L3KRQHQ¶HVWSUpVHQWVXUOHPDUFKpTXH
depuis trois ans et la profusion des applications liées au voyage ne date que de quelques mois.
/HV XWLOLVDWHXUV Q¶RQW GRQF SDV HQFRUH VXIILVDPPHQW GH UHFXO DILQ G¶DSSUpFLHU OH YpULWDEOH
SRWHQWLHO GH FHV QRXYHDX[ RXWLOV VXU O¶pYROXWLRQ GH OD SUDWLTXH WRXULVWLTXH HW FXOWXUHOOH 'H
SOXVOHVGpWHQWHXUVG¶L3KRQHVRQWSHUSpWXHOOHPHQWVROOLcités par de nouvelles applications ce
TXL OHV pSDUSLOOH HW UpGXLW O¶XWLOLVDWLRQ GHV DSSOLFDWLRQV GDQV OD GXUpH 1pDQPRLQV OHV
GpWHQWHXUVG¶L3KRQHQHVRQWSDVHQFRUHPDMRULWDLUHVSDUPLWRXVOHVXWLOLVDWHXUVGHWpOpSKRQLH
mobile. Ainsi, bien que les smartphones tendent à se généraliser au cours des années à venir,
LOHVWHQFRUHWURSW{WSRXUPHVXUHUO¶LPSDFWGHVQRXYHOOHVDSSOLFDWLRQVPRELOHVHQQHVHEDVDQW
que sur les applications iPhone.
Afin de cibler une plus large part du marché de la téléphonie mobile, de nombreuses
entreprises ou institutions culturelles ont opté pour une diffusion de contenu via le lecteur

53
flashcode. Ce procédé a été lancé en 2000 au Japon sous le nom de QR Code69. En France, le
V\VWqPHG¶H[SORLWDWLRQGHV© flashcodes » a été élaboré HWGLIIXVpSDUO¶$VVRFLDWLRQ)UDQoDLVH
GX0XOWLPpGLD0RELOH $)00 /HXUDSSDUHQFHIDFLOHPHQWLGHQWLILDEOHHVWFHOOHG¶XQFRGH-
EDUUHELGLPHQVLRQQHOFU\SWpGHIRUPHFDUUp/¶XWLOLVDWHXUQ¶DTX¶j© flasher » le code, c'est-à-
dire le photographier, pour obtenir des informations pratiques directement sur son mobile ou
ELHQ G¶REWHQLU XQ OLHQ YHUV OH VLWH ,QWHUQHW TXL GLVSRVH GH FHV LQIRUPDWLRQV /H OHFWHXU
IODVKFRGHSHUPHWVRLWG¶DFFpGHUjXQHSDJHLQWHUQHWVRLWGHGLIIXVHUGLUHFWHPHQWXQFRQWHQX
SUpFLVG¶LQformations70.
(Q)UDQFHF¶HVW OD5$73TXL DpWpO¶XQGHVSUHPLHUVVHUYLFHVSXEOLFVj H[SORLWHUFH
QRXYHORXWLOG¶LQIRUPDWLRQV(QHIIHWGHSXLVTXHOTXHVPRLVOHVXVDJHUVGHVEXVHWWUDPZD\V
parisiens peuvent connaître les horaires de passage des prochains bus en photographiant le
FRGH EDUUH SODFp VRXV OD YLWUH GH O¶DUUrW HQ TXHVWLRQ $SUqV DYRLU WpOpFKDUJp O¶DSSOLFDWLRQ
« Flashcode ªO¶XWLOLVDWHXUYLVHOHFRGH-EDUUHDYHFODFDPpUDGHVRQWpOpSKRQH$SUqVO¶DYRLU
photographié, le téléphone propose de suivrHOHOLHQHWUHEDVFXOHUO¶XWLOLVDWHXUYHUVXQHSDJH
LQWHUQHW/jOHVSURFKDLQVSDVVDJHVGXEXVVRQWLQGLTXpVHQWHPSVUpHO$XMRXUG¶KXLOD5$73
D LQVWDOOp SOXV GH   FRGHV EDUUH VXU   SRLQWV G¶DUUrW HQ ,OH-de-France. Ce
déploiement permet de couvrir 350 lignes de bus et 3 lignes de tramway71. Selon Emmanuel
Tramond, directeur du département Bus de la RATP, « GRQQHUO¶LQIRUPDWLRQHQWHPSVUpHOHVW
un élément stratégique majeur »72. En effet, plusieurs enquêtes réalisées auprès des usagers
des transpoUWVHQFRPPXQSDULVLHQVRQWGpPRQWUpVTXHO¶LQIRUPDWLRQGHVKRUDLUHVGHSDVVDJHV
des bus en temps réel constitue la demande principale des voyageurs. La RATP propose des
SDQQHDX[LQIRUPDWLIVpYROXWLIVVXUOHVTXDLVGH5(5HWGHPpWURVDILQG¶LQIRUPHUOHYRyageur
GX WHPSV G¶DWWHQWH GX SURFKDLQ WUDLQ PDLV ULHQ Q¶pWDLW HQFRUH GLVSRQLEOH SRXU OH UpVHDX GHV
bus. Afin de répondre à cette demande récurrente, la RATP a installé depuis quelques années
ces mêmes panneaux informatifs au dessus de chaque abri bus parisien. Le voyageur pouvait
alors connaître le temps de passage de son bus depuis son arrêt.
/¶XWLOLVDWLRQGXOHFWHXUIODVKFRGHSHUPHWjOD5$73GHSUHQGUHOHSDVVXUOHVQRXYHOOHV
technologies et de répondre encore mieux aux attentes de ses usagers. Grâce au flashcode
RATP, le voyageur peut, non seulement connaître les heures de passage de son bus en temps

69
/H45&RGHDpWpFUppSDUO¶HQWUHSULVHMDSRQDLVH'HQVR-Wave en 1994 et publié en 1999. Sa standardisation
sous la norme ISO/IEC 18004 DpWpDSSURXYpHHQ6RQXWLOLVDWLRQHVWJUDWXLWHGHIDLWLOV¶DJLWGXFRGH'
le plus utilisé au Japon.
70
http://www.afmm.fr/Solutions/Flashcode/Principes/principes
71
http://www.ratp.fr/flashcode/index.shtml
72
9RLUYLGpRGHO¶LQWHUYLHZG¶(PPDQXHO7Uamond sur le site : http://www.afmm.fr/Actualites/Solutions-Multi-
operateurs/Communication-RATP-Flashcode-190110

54
UpHOPDLVLOSHXWjSUpVHQWFRQVXOWHUFHVLQIRUPDWLRQVGHSXLVQ¶LPSRUWHTXHOHQGURLW(QHIIHW
après avoir « flashé » une fois le code-barres bidimensioQQHOLQVWDOOpjO¶DEULEXVOHOLHQHWOHV
GRQQpHV SHXYHQW rWUH HQUHJLVWUpHV DILQ TXH O¶XWLOLVDWHXU SXLVVH UHYHQLU OHV FRQVXOWHU j WRXW
moment, que ce soit « FKH]OXLGDQVXQPDJDVLQ«Q¶LPSRUWHR ! »73.

© RATP 2009 - Affiche promotionnelle du lancement du flashcode

Le lecteur flashcode propose donc un accès à un contenu spécifique depuis un


WpOpSKRQH TXL GLVSRVH G¶XQ WpOpSKRQH SRUWDEOH HW G¶XQH FRQQH[LRQ LQWHUQHW 0DLV SHXW-on
véritablement considérer le lecteur flashcode comme un substitut des applications iPhone pour
OHVGpWHQWHXUVG¶XQWpOpSKRQHPRELOHFODVVLTXH ?
Parmi les personnes interrogées74, nous pouvons constater que plus de la moitié ne
connaissent pas le concept du lecteur flashcode (48% de connaisseurs contre 52%
G¶LJQRUDQWV /HVXWLOLVDWHXUVFRQVWDWHQWpJDOHPHQWTXHOHFRGH-barre apparaît depuis quelques
PRLV VXU GH QRPEUHXVHV DIILFKHV SXEOLFLWDLUHV VDQV SRXU DXWDQW V¶HQ VHUvir par manque
G¶LQIRUPDWLRQ /¶LPSDFW GX IODVKFRGH VHPEOH GRQF UHODWLYHPHQW OLPLWp VXU OH PDUFKp GH OD
téléphonie mobile. Outre une large méconnaissance du concept, les principaux freins à
O¶XWLOLVDWLRQ GX IODVKFRGH VRQW XQH LQFRPSDWLELOLWp GX WpOpSKRQH Dvec le lecteur (19%), un
VHQWLPHQW G¶LQXWLOLWp  GHV SHUVRQQHV LQWHUURJpHV QH UHVVHQWHQW SDV OH EHVRLQ GH V¶HQ
servir) et une ergonomie compliquée (9%). Par ailleurs, la majorité des personnes connaissant
OHIODVKFRGHVRQWGpWHQWHXUVG¶XQL3KRQHHWHVWLPHQWGRQFTXHOHFRQWHQXGXIODVKFRGHQ¶HVW
SDVDXVVLDWWUDFWLITXHOHVDSSOLFDWLRQVWpOpFKDUJHDEOHVVXUO¶$SS6WRUH  
73
Ibidem
74
Voir compte-rendu du questionnaire envoyé auprès de 50 utilisateurs de téléphones mobiles à connexion
internet en annexe.

55
2Q FRQVWDWH GRQF XQ FHUWDLQ SDUDGR[H FRQFHUQDQW OH O¶H[SORLWDWLRQ GX OHFWHXU
flashcode. En effet, alors que cet outil se présente coPPHO¶DOWHUQDWLYHHIILFDFHSRXUDSSRUWHU
GX FRQWHQX j XQ VHJPHQW G¶XWLOLVDWHXUV SOXV GLYHUVLILp TXL QH VH OLPLWH SDV XQLTXHPHQW DX[
GpWHQWHXUVG¶L3KRQHRQFRQVWDWHTXHODPDMRULWpGHVSHUVRQQHVFRQQDLVVDQWOHIODVKFRGHVRQW
justement ceux qui possèdent un iPhone &HWWHWHQGDQFHQHIDYRULVHGRQFSDVO¶XWLOLVDWLRQGX
lecteur. Ainsi, sur les cinquante personnes interrogées, vingt-quatre connaissaient cet outil et
VHXOHPHQWKXLWO¶RQWHVWp VRLW 3DUPLOHVXWLOLVDWHXUVD\DQWWHVWpOHIODVKFRGHODPDMRULté
Q¶D SDV pWp VpGXLWH SDU OH FRQFHSW $LQVL O¶XWLOLVDWLRQ VH UpGXLW SULQFLSDOHPHQW HQ XQH
H[SpULHQFHWHVWTXLQ¶DMDPDLVpWpUHQRXYHOpH
Depuis quelques mois, les nouveaux smartphones intègrent automatiquement le lecteur
flashcode dans les fonctionnalitéV GH O¶RXWLO FH TXL D SHUPLV G¶HQ UpSDQGUH XQ SHX SOXV
O¶XWLOLVDWLRQ /HV XWLOLVDWHXUV GX IODVKFRGH TXL QH SRVVqGHQW SDV G¶L3KRQH HVWLPHQW GRQF TXH
FHWRXWLOOHXUSHUPHWG¶DFFpGHUSOXVIDFLOHPHQWDX[GRQQpHVLQWHUQHWPrPHV¶LOVHVWLPHQWTXH
les applications iPhone sont bien plus attractives.
La majorité des lecteurs flashcode redirigent les utilisateurs vers le site internet de
O¶pWDEOLVVHPHQW pPHWWHXU 8QH IRLV TXH O¶XWLOLVDWHXU VH UHWURXYH VXU OD SDJH G¶DFFXHLO LO GRLW
poursuivre sa recherche de lui-mêPH DILQ G¶DFFpGHU DX[ LQIRUPDWLRQV GRQW LO GpVLUH
Rappelons que la navigation sur internet depuis un téléphone mobile est très contraignante,
FDUSHXG¶LQVWLWXWLRQVRQWPLVDXSRLQWXQHYHUVLRQPRELOHGHOHXUVLWHLQWHUQHW/¶XWLOLVDWLRQGX
lecteur flashcRGH SRXUUDLW rWUH XQ SHX SOXV UpSDQGXH VL HOOH SHUPHWWDLW G¶DFFpGHU j XQH
information bien précise de manière instantanée, tout comme le service de la RATP. Plus
O¶LQIRUPDWLRQHVWSUpFLVHSOXVO¶XWLOLVDWLRQGHO¶RXWLOVHGpYHORSSHUD

A partir de ces chiffres, nous pouvons nous interroger sur la pertinence de développer
DXMRXUG¶KXLXQHVWUDWpJLHGHYDORULVDWLRQWRXULVWLTXHJUkFHDXOHFWHXUIODVKFRGH(QHIIHW FHW
RXWLO QH VHPEOH SDV DYRLU YpULWDEOHPHQW G¶LPSDFW VXU OHV XWLOLVDWHXUV GH WpOpSKRQH PRELOH
clDVVLTXH 2U OHV VPDUWSKRQHV HW SOXV SUpFLVpPHQW O¶L3KRQH SURSRVH GHV DSSOLFDWLRQV
beaucoup plus attractives et diversifiées. Avec la hausse fulgurante du taux de smartphones
sur le marché de la téléphonie mobile, les téléphones mobiles classiques tendent
progressivement à disparaître du marché. De plus, avec la mise en concurrence des différents
V\VWqPHVG¶H[SORLWDWLRQFRPPHL3KRQH$QGURLG5,0%ODFN%DUU\RXHQFRUHOHIXWXU'$7$
Phone de Samsung, nous pouvons présager une augmentation considérable des applications
PRELOHVTXLIHURQWjWHUPHHQFRUHSOXVG¶RPEUHDXOHFWHXUIODVKFRGH

56
/¶H[SORLWDWLRQGXOHFWHXUIODVKFRGHHVWGRQFSHUWLQHQWHTXHVLHOOHDSSRUWHXQHYpULWDEOH
YDOHXU DMRXWpH j OD YLVLWH HQ WHUPHV G¶HUJRQRPLH HW GH FRQWHQX &HW RXWLO SHXW pJDOement
FRQWULEXHUjO¶pYROXWLRQGHVSUDWLTXHVWRXULVWLTXHVHWFXOWXUHOOHVjFRXUWWHUPHDILQGHSUpSDUHU
OHVXWLOLVDWHXUVjXQHGpPDWpULDOLVDWLRQWRWDOHGHVGLVSRVLWLIVG¶DLGHjODYLVLWH

(Q(XURSHO¶,WDOLHVHPEOHDYRLUSULVOHSDVVXUO¶H[SORLWDWLRQGX lecteur flashcode. La


YLOOHGH9HQLVHDG¶DLOOHXUVHQJUDQGHSDUWLHPLVpVXUFHWRXWLODILQGHUpJXOHUVDIUpTXHQWDWLRQ
touristique et ce projet semble paradoxalement avoir été bien accepté par les visiteurs. Si le
VXFFqV GH O¶H[SORLWDWLRQ GX IODVKFRGH j 9HQLVH Q¶HVW SDV GX j OD TXDOLWpGH O¶RXWLO OD YLOOH D
UpXVVLW j GpSDVVHU OHV SULQFLSDOHV OLPLWHV WHFKQLTXHV TXL IUHLQHQW O¶XWLOLVDWLRQ GHV QRXYHOOHV
technologies.
$SUqV DYRLU IDLW XQ SRLQW VXU OHV GLIIpUHQWHV FRQWUDLQWHV GH O¶XWLOLVDWLRQ GHV QRXYHOOHV
technologies dans la pratique touristique et culturelle, nous tenterons de voir quelles sont les
VROXWLRQV SRUWHXVHV G¶DYHQLU DILQ GH YpULWDEOHPHQW LPSDFWHU OH PDUFKp GH O¶pFRQRPLH
touristique.

57
UNE O U V E R T U R E V E RS L ¶ I N T E R N A T I O N A L

UNE V ISI T E A C C ESSI B L E A T O US

/¶L3KRQH HVW XQ RXWLO TXL HQ SOXV GH VD IRQFWLRQ GH WpOpSKRQH PRELOH SURSRVH XQ
véritable écosystème propice à des prestations de services. Grâce à son smartphone, Apple
FRQWU{OH WRXW O¶XQLYHUV GHV XWLOLVDWHXUV HW LQWHUYLHQW GDQV FKDTXH DFWLRQ GX quotidien.
Contrairement aux autres constructeurs de téléphones mobiles, Apple a misé sur un seul et
PrPHRXWLOTXLQHFKDQJHSDVG¶DVSHFWHWGHPRGHG¶XWLOLVDWLRQPDOJUpOHUHQRXYHOOHPHQWGX
V\VWqPH G¶H[SORLWDWLRQ /H V\VWqPH G¶H[SORLWDWLRQ L3KRQH 26 HW O¶RXWLO VRQW FRKpUHQWV
SXLVTX¶LOVRQWpWpFRQoXVSDUOHPrPHFRQVWUXFWHXU
$FHMRXU$SSOHDODQFpGHX[YHUVLRQVGHO¶L3KRQH/DSUHPLqUHYHUVLRQGHO¶L3KRQHD
été lancée le 29 juin 2007 aux Etats-Unis et est sortie six mois plus tard en France, soit le 29
QRYHPEUH/HMXLOOHWOD)UDQFHDFFXHLOODLWO¶L3KRQH*XQHQRXYHOOHYHUVLRQGH
O¶RXWLOSURSRVDQWHQSOXVXQHFRQQH[LRQDFFpOpUpHjLQWHUQHWHWXQV\VWqPHGHJpRORFDOLVDWLRQ
IRQFWLRQQDQW DYHF *RRJOH 0DS &RXUDQW  VRUW O¶L3KRQH *6 TXL propose quant à lui la
fonction réalité augmentée. Enfin, Apple a annoncé la sortie au cours du mois de juin 2010 de
O¶L3KRQH*TXLSURSRVHUDXQHDXWRQRPLHSOXVSXLVVDQWHXQQRXYHDXGHVLJQHWXQUpVROXWLRQ
GHO¶pFUDQKDXWHGpILQLWLRQ75.
Chacune des applications lancée reste compatible avec les versions précédentes de
O¶L3KRQH FH TXL pODUJLH QHWWHPHQW OD JDPPH GH SUL[ DLQVL TXH OH QRPEUH G¶XWLOLVDWHXUV
$XWUHIRLVPDMRULWDLUHPHQWUpVHUYpDX[WUHQWHQDLUHV&63O¶L3KRQHWHQGjGHYHQLUOHWpOpSKRQH
mobile le plus utilisé au monde. Face à cette prise de marché fulgurante, les autres
constructeurs tentent de concurrencer Apple en lançant de nouveaux smartphones avec un
V\VWqPHG¶H[SORLWDWLRQ TXL OHXUHVW SURSUH$LQVLDSUqV5,0%ODFN%HUU\ *RRJOH$QGURwG D
également lancé son smartphone et prochainement, le constructeur Samsung devrait proposer
VRQSURSUHV\VWqPHG¶H[SORLWDWLRQDYHFVRQ'$7$3KRQH76.

6L O¶H[SDQVLRQ GHV VPDUWSKRQHV HVW VDQV FRQWHVWH QRXV SRXYRQV FHSHQGDQW QRXV
interroger sur la pertinence de ceWWH PXOWLSOLFDWLRQ GH V\VWqPHV G¶H[SORLWDWLRQ (Q HIIHW

75
http://www.apple.com/fr/iphone/
76
http://www.samsung.com/fr/consumer/mobile-phones/mobile-phones/index.idx?pagetype=type

58
FKDTXHV\VWqPHG¶H[SORLWDWLRQUpDJLWjGHVFRGHVGLIIpUHQWVDLQVLXQHDSSOLFDWLRQUpDOLVpHSRXU
OH V\VWqPH G¶H[SORLWDWLRQ L3KRQH 26 QH VHUD SDV FRPSDWLEOH DYHF OH V\VWqPH G¶H[SORLWDWLRQ
Android, et vice versa. Ainsi, les utilisateurs ne peuvent pas avoir accès aux même prestations
GH VHUYLFHV VXU WRXV OHV VPDUWSKRQHV FH TXL HVW DVVH] UpGXFWHXU /H V\VWqPH G¶H[SORLWDWLRQ
*RRJOH $QGURwG HVW j FH MRXU OH SULQFLSDO FRQFXUUHQW GH O¶L3KRQH PrPH VL VHV Sarts de
marché sont beaucoup moins importantes). Quelques institutions ont développés des
DSSOLFDWLRQV SRXU FKDFXQ GH FHV V\VWqPHV G¶H[SORLWDWLRQ /H &KkWHDX GH 9HUVDLOOHV SDU
exemple est en train de concevoir la même application qui est sortie au mois de mai 2010 pour
GpFRXYULU OHV MDUGLQV GX FKkWHDX DILQ G¶LPSDFWHU OH PDUFKp GHV $QGURwG 'pYHORSSHU XQH
application iPhone et une autre application Androïd sont deux pratiques différentes et tout
autant chronophages, ce qui demande deux fois plus de moyens financiers et humains. Ainsi,
la plupart des développeurs choisissent de lancer une seule application compatible avec le
V\VWqPH G¶H[SORLWDWLRQ OH SOXV UpSDQGX VXU OH PDUFKp j VDYRLU O¶L3KRQH FH TXL UHQG O¶DFFqV
aux services relativement discriminatoire. Il serait en effet plus judicieux de créer un système
G¶H[SORLWDWLRQ FRPSDWLEOH DYHF O¶HQVHPEOH GHV VPDUWSKRQHV GLVSRQLEOHV VXU OH PDUFKp DILQ
G¶DWWLUHUXQHFOLHQWqOHHQFRUHSOXVLPSRUWDQWHHWGLYHUVLILpH

6L O¶RQ VH FRQFHQWUH j QRXYHDX VXU O¶L3KRQH RQ UHFHQVH DXMRXUG¶KXL SOXV GH  
applications exclusivement destinées au tourisme77/¶XWLOLVDWHXUHVWGRQFQR\pGDQVXQIOX[
G¶LQIRUPDWLRQV VDQV FHVVH JUDQGLVVDQW HW QH SDUYLHQW SOXV j IDLUH OD GLIIpUHQFH HQWUH GHV
applications offrant une véritable prestation de services et celles qui relèvent davantage du
JDGJHW/DPDMRULWpGHFHVDSSOLFDWLRQVVRQWWUDGXLWHVHQDQJODLVHWG¶DXWUHVYHUVLRQVLQFOXHQW
PrPHG¶DXWUHVODQJXHV78 SHUPHWWDQWDLQVLG¶DWWLUHUOHVXWLOLVDWHXUVLQWHUQDWLRQDX[
Pour démontrer la légitimité de contenu de certaines applications et ainsi leur offrir
une visibilité plus conséquente, il serait intéressant de proposer un annuaire commun
GLVSRQLEOH GHSXLV OH VLWH LQWHUQHW GHV RIILFHV GH WRXULVPH /H VLWH LQWHUQHW GH O¶RIILFH GH
tourisme de ParLVSURSRVHXQOLHQGLUHFWSRXUWpOpFKDUJHUO¶DSSOLFDWLRQ© Digi-Guide ». Cette
DSSOLFDWLRQ PLVH HQ YHQWH OH  GpFHPEUH  DX SUL[ GH ¼ HVW j FH MRXU OD VHXOH
DSSOLFDWLRQDSSURXYpHSDUO¶RIILFHGHWRXULVPHGH3DULVHQWDQWTXHJXLGHPRELOHRIILFLHO de la
YLOOH/¶DSSOLFDWLRQSURSRVHXQHYLVLWHGH3DULVJXLGpHSDUGHX[DXWRFKWRQHVDX[PR\HQV GH
différents parcours à thématiques diverses et variées. Les développeurs sont partis du simple
FRQVWDWTXHFHTXHUHFKHUFKHXQWRXULVWHDYDQWWRXWHFKRVHF¶HVWGHV¶LPSUpJQHUGHO¶HVSULWGHV

77
« Quand les applications iPhone simplifient les vacances », www.tourmagazine.fr, le 24/12/2009.
78
&HVODQJXHVVRQWOHSOXVIUpTXHPPHQWO¶HVSDJQROO¶DOOHPDQGO¶LWDOLHQOHFKLQRLVHWOHMDSRQDLV

59
OLHX[2ULOQ¶\DSDVGHPHLOOHXUVJXLGHVTXHGHX[KDELWDQWVSRXUIDLUHGpFRXYULUOHPRGHGH
YLHHWOHVWUDGLWLRQVG¶XQHYLOOH/¶XWLOLVDWHXUHVWSULVSDUODPDLQHWHVWWUDQVSRUWpGDQVODYLH
SDULVLHQQH /¶DSSOLFDWLRQ HVt embarquée et, par conséquent, aucun frais supplémentaire ne
YLHQW V¶DMRXWHU j FHOXL GX WpOpFKDUJHPHQW *UkFH j OD OpJLWLPLWp GH VRQ FRQWHQX HW SDU OD
SHUWLQHQFH GHV SDUFRXUV GH YLVLWH SURSRVpV O¶DSSOLFDWLRQ 'LJL-*XLGH 3DULV HVW DXMRXUG¶KXL
considérée coPPHOHJXLGHRIILFLHOGH3DULVVXUL3KRQH/HFRQFHSWDG¶DLOOHXUVpWpH[SRUWpj
O¶pWUDQJHU $LQVL OH JURXSH 'LJL-Guide a développé différents guides touristiques dans
plusieurs grandes villes internationales comme Florence, Séville, Barcelone, Edinbourg et
même Buenos Aires. Chacune de ces applications a été élaborée en partenariat avec des
guides habitant dans la ville en question79.

/¶RIILFHGHWRXULVPHGH3DULVUHoRLWGHQRPEUHXVHVGHPDQGHVDILQGHSURPRXYRLUOHV
applications iPhone destinées au touriVPHPDLVIDXWHGHPR\HQDXFXQHDFWLRQGHFHW\SHQ¶D
HQFRUHpWpUpDOLVpHjFHMRXUHWFHODQ¶HQWUHSDVGDQVOHVSULRULWpVGHO¶DVVRFLDWLRQ80. Pourtant,
OD SURPRWLRQ GH O¶DSSOLFDWLRQ 'LJL-*XLGH 3DULV IDLWH GHSXLV OH VLWH LQWHUQHW GH O¶RIILFH GH
tourisme de ODYLOOHDHXXQLPSDFWFRQVLGpUDEOHVXUO¶pYROXWLRQGHVWDX[GHWpOpFKDUJHPHQWV
(QHIIHWGHSXLVTXHO¶DSSOLFDWLRQHVWSURSRVpHHQOLHQGLUHFWGHSXLVODSDJHG¶DFFXHLOOHWDX[
GH WpOpFKDUJHPHQW D KDXVVp GH  /¶DJHQFH 'LJL-Guide était en relation depuis plusieurs
DQQpHV DYHF O¶RIILFH GH WRXULVPH GH 3DULV (Q HIIHW LO \ D TXHOTXHV DQQpHV LOV SURSRVDLHQW
HQVHPEOHVDX[WRXULVWHVGHORXHUGHVERLWLHUVDXGLRJXLGpVSRXUYLVLWHUODYLOOH/¶DJHQFH'LJL-
*XLGH HVW PHPEUH DGKpUHQW GH O¶RIILFH GH WRXULVPH DILQ G¶rWUH UpIpUHQFpH HW SURPRWLRQQpH
SOXVIDFLOHPHQW$SUqVV¶HVWYXSURSRVpHO¶DSSOLFDWLRQ'LJL-JXLGH3DULVFRPPHRXWLOG¶DLGHj
la visite pour les touristes urbains, la Mairie de Paris a refusé de promouvoir le programme,
jugé pas assez pertinent. Le groupHV¶HVW GRQFWRXUQpYHUVO¶RIILFHGHWRXULVPHSRXUREWHQLU
davantage de lisibilité81.

/HV DSSOLFDWLRQV L3KRQH FRQVWLWXHQW XQ YpULWDEOH PDUFKp SRUWHXU G¶DYHQLU SRXU
GpYHORSSHUOHVHFWHXUGXWRXULVPH/HFDVGHO¶DSSOLFDWLRQ© Digi-Guide Paris » démontre bien
TXH OD )UDQFH HVW HQFRUH WURS IULOHXVH HQ FH TXL FRQFHUQH O¶XWLOLVDWLRQ GHV QRXYHOOHV
technologies. Ainsi, malgré les nombreuses idées des auto-entrepreneurs français, le manque

79
http://www.digi-guide.com/
80
(QWUHWLHQjGLUHG¶H[SHUWDYHF0OOH$OLFH5DPSHOEHUJGXVHUYLFHFRPPXQLFDWLRQHWPXOWLPpGLDGHO¶RIILFHGH
tourisme de Paris réalisé dans le cadre de ma prise de poste aXVHLQGHOD'*&,6HWTXLQ¶DSDVIDLWO¶REMHWG¶XQ
compte-rendu.
81
(QWUHWLHQjGLUHG¶H[SHUWDYHF0U6HUJH7KLHXOOHFR-fondateur du groupe Digi-Guide, le 30 avril 2010, réalisé
GDQVOHFDGUHGHPDSULVHGHSRVWHDXVHLQGHOD'*&,6HWTXLQ¶DSDVIDLWO¶REMHWG¶XQFRPSWH-rendu.

60
de moyens financiers les oblige à abandonner leurs réalisations ou bien de les proposer à
G¶DXWUHV SD\V SOXV RXYHUWV HQ OD PDWLqUH /D )UDQFH HVW GRQF DXMRXUG¶KXL UHODWLYHPHQW HQ
UHWDUGSDUUDSSRUWDX[DXWUHVSD\VHWFHUHWDUGQHFHVVHUDGHV¶DFFHQWXHUVLQRWUHSD\VQHSUHQG
SDVOHSDVVXUO¶pYROXWLRQGHVQRXYHOOHVWHFKQRORJLHV.

L ES L I M I T ES D ES A PP L I C A T I O NS M O B I L ES

Les applications iPhone offrent différentes prestations de services nécessaires afin de


se repérer à Paris, tant en terme de mobilité touristique (géolocalisation, offres de transport,
G¶KpEHUJHPHQW RX GH UHVWDXUDWLRQ  TX¶HQ WHUPH G¶LQIRUPDWLRQV FXOWXUHOOHV SUpVHQWDWLRQ GHV
collections et organisation de la visite). Ces outils sont donc très utiles pour les utilisateurs
étrangers qui ne connaissent pas le territoire sur lequel ils se trouvent. Néanmoins, une
question fondamentale se pose : quelles sont les tarifs proposés par les opérateurs de
WpOpSKRQLHPRELOHDILQG¶LQFLWHUOHVWRXULVWHVpWUDQJHUVjXWLOLVHUOHXUPRELOHVXUOHWHUULWRLUH ?
(QHIIHWDORUVTXHODPRELOLWpFRQVWLWXHODYRLHG¶DYHQLUGXWRXULVPHil est important
GH SURSRVHU DX[ XWLOLVDWHXUV GHV WDULIV DWWUDFWLIV HQ PDWLqUH GH WpOpSKRQLH PRELOH DILQ TX¶LOV
SXLVVHQWXWLOLVHUOHXUWpOpSKRQHKRUVGHOHXUSD\V/HVFRPPXQLFDWLRQVjO¶pWUDQJHUVRQWFKqUHV
et ne sont pas inclues dans le forfait. De nombreuses applications iPhone proposent des
VHUYLFHVDFFHVVLEOHVjWRXWPRPHQWHWGHSXLVQ¶LPSRUWHRHWXQERQQRPEUHG¶HQWUHHOOHVVRQW
exclusivement destinées à la promotion touristique de notre territoire. Or, ces applications qui
ciblent en grande partie les touristes étrangers, ne pourront pas être utilisées une fois dans le
pays. Il faut donc voir ce que pourrait proposer les opérateurs de téléphonie mobile afin
G¶DGDSWHUOHXURIIUHHWGHSHUPHWWUHDLQVLjFHVVHUYLFHVPRELOHVG¶rWUHH[SORLWpVSDUWRXV
Pour justifier ce point, je reprendrai les propos de Monsieur Philippe Fabry 82 : avec la
EDQDOLVDWLRQ GH O¶XVDJH G¶,QWHUQHW GDQV OHV IR\HUV FRPPHQW SHXW-on envisager devoir payer
une connexion Wi-Fi dans un hôtel ? Il en va de même avec le téléphone portable et les
services liés à la mobilité.

82
Voir compte-UHQGXGHODFRQIpUHQFHVXUODPRELOLWpWRXULVWLTXHG¶$7287)UDQFHSDJHGX'RVVLHUG¶RXWLOV
méthodologiques.

61
Depuis le 1er juillet 2009, une baisse des frais de roaming83 a été mise en vigueur sur
une décision du Parlement européen à Bruxelles. Ainsi, les appels émis hors de son territoire
GHSXLVO¶8QLRQ(XURSpHQQHVRQWIDFWXUpV¼DXOLHXGH¼OHVDSSHOVUHoXVVRQWIDFWXUpV
¼DXOLHXGH¼3RXUFHTXLHVWGHV606O¶HQYRLHVWIDFWXUpj¼DXOLHXGH¼
tandis que la réception demeure gratuite84. Cette décision politique a été obtenue à la suite de
nombreux bras de fer avec les membres de la Commission européenne. Mais, si les frais
G¶DSSHOVRQWHQILQpWpUHYXVjODEDLVVHULHQQ¶DHQFRUHpWpGpFLGpSRXUFHTXLHVWGHVIUDLVGH
connexion 3G ou Wi-)L/HVIUDLVGHFRQQH[LRQjO¶LQWHUQHWPRELOHGpSHQGHQWGH O¶RSpUDWHXU
GX SD\V GDQV OHTXHO UpVLGH O¶XWLOLVDWHXU /HV RSpUDWHXUV GH WpOpSKRQLH PRELOH IUDQoDLV
V¶DVVRFLHQW DX[ RSpUDWHXUV LQWHUQDWLRQDX[ SRXU FRXYULU OH UpVHDX ORUVTXH O¶XWLOLVDWHXU HVW HQ
déplacement, mais ne décident pas des tarifs proposés. Le roamLQJ WHUPH DQJODLV TXH O¶RQ
peut traduire par « itinérance ª GpVLJQH O¶XWLOLVDWLRQ GH OD FRXYHUWXUH UpVHDX G¶XQ RSpUDWHXU
étranger. Cette utilisation regroupe à la fois les appels reçus et émis mais aussi les connexions
DATA (3G ou Wi-)L 3RXUTX¶XQWRXUiste étranger puisse se servir de son téléphone durant
VRQ YR\DJH OD )UDQFH SURSRVH XQ SDUWHQDULDW DYHF O¶RSpUDWHXU GX SD\V G¶RULJLQH GH
O¶XWLOLVDWHXUDILQG¶RIIULUO¶DFFqVjVRQUpVHDX/HSDUWHQDULDWSHXWVHIDLUHDYHFO¶XQGHVWURLV
opérateurs nationaux français, à savoir Orange, SFR et Bouygues Telecom. Une fois le
SDUWHQDULDWpWDEOLO¶RSpUDWHXUDFKHPLQHOHVFR€WVGHFRPPXQLFDWLRQYHUVO¶RSpUDWHXUpWUDQJHU
avec une tarification « au gros ª 3XLV O¶RSpUDWHXU pWUDQJHU IDFWXUH j VRQ WRXU GHV © frais de
détail ªjVRQDERQQp/DPDvWULVHGHVFR€WVILQDX[QHGpSHQGGRQFSDVGHO¶RSpUDWHXUIUDQoDLV
PDLVGHO¶RSpUDWHXUGXSD\VG¶RULJLQH85.
A partir du 1er juillet 2010, les frais de connexion serRQWSODIRQQpVj¼OHPpJDRFWHW
SXLV ¼ HW ¼ OHV DQQpHV VXLYDQWHV &H SODIRQG D pWp GpFLGp SDU OD &RPPLVVLRQ
Européenne mais ne concerne que les tarifs de gros. Monsieur François-Xavier Godron,
directeur du roaming international au sein du groupe OUDQJHDIILUPHTXHO¶RSpUDWHXUQDWLRQDO
VH SRVLWLRQQH HQ EDV GH OD PR\HQQH GH FH SODIRQG 2UDQJH SURSRVH DXMRXUG¶KXL GHX[
forfaits « op-out ª SRXU OHV XWLOLVDWHXUV j O¶pWUDQJHU /H SUHPLHU SURSRVH OH WpOpFKDUJHPHQW
G¶XQPpJDRFWHWSRXUXQHXURHWOHGHX[Lqme, pour les gros consommateurs, le téléchargement
G¶XQPpJDRFWHWSRXUFLQTXDQWHFHQWLPHVG¶HXURV/DFRQQH[LRQSDUUpVHDX:L-Fi est encore

83
Les « IUDLVG¶LWLQpUDQFH » ou « frais de roaming » sont les frais de communication téléphonique effectuée hors
GHVRQSD\VG¶RULJLQH
84
http://www.mobinaute.com/266372-roaming-baisse-tarifs-appels-sms-web-mobile-1er.html
85
(QWUHWLHQjGLUHG¶H[SHUWDYHF)UDQoRLV-Xavier Godron, directeur du roaming international chez Orange réalisé
dans le cadre de ma prise GHSRVWHDXVHLQGHOD'*&,6HWTXLQ¶DSDVIDLWO¶REMHWG¶XQFRPSWH-rendu.

62
FHTX¶LOUHVWHGHSOXVDYDQWDJHX[pFRQRPLTXHPHQW(QHIIHWWRXMRXUVFKH]2UDQJHO¶KHXUHHVW
facturée à dix euros et est décomptée à la seconde dès la première seconde.

6LO¶RQDQDO\VHOHVRIIUHVWDULIDLUHVSURSRVpHVVXUOHVRSpUDWHXUVGHWpOpSKRQLHPRELOH
en matière de 3G ou Wi-)LRQFRQVWDWHTXHOHSUL[G¶XQHFRQQH[LRQLQWHUQHWHVWUHODWLYHPHQW
DERUGDEOH VL O¶XWLOisation reste limitée. En se basant sur une offre proposée par Bouygues
7HOHFRPRQFRQVWDWHTX¶XQXWLOLVDWHXUSHXWV¶RIIULUXQHFRQQH[LRQ*G¶XQHMRXUQpHSRXU¼
avec une limite de téléchargement de 10Mo. Ce plafond correspond environ à deux
applications iPhone embarquées86 FH TXL Q¶HVW SDV très conséquent au vu du nombre
G¶DSSOLFDWLRQVODQFpHVVXUOHPDUFKpGDQVOHGRPDLQHGXWRXULVPHHWGHODFXOWXUH1pDQPRLQV
PrPHVLFHVRIIUHVVRQWDVVH]FR€WHXVHVVLHOOHVV¶pWHQGHQWVXUODGXUpHHOOHVSHUPHWWHQWGpMj
DX[XWLOLVDWHXUVpWUDQJHUVG¶DYRLUXQHLGpHGHVIUDLV GHFRQQH[LRQ TX¶LOV DXURQW SHQGDQW OHXU
VpMRXU(QHIIHWF¶HVWDYDQWWRXWO¶LQFRQQXTXLIUHLQHO¶XWLOLVDWLRQGHVYLVLWHXUVpWUDQJHUVLOIDXW
donc leur proposer une tarification fixe et claire. Cette tarification pourrait être proposée en
OLHQGLUHFWDYHFOHVVLWHV,QWHUQHWGHYR\DJHDILQG¶LQIRUPHUOHVYLVLWHXUVDYDQWOHXUGpSDUWGHV
PRGDOLWpV GH FRQQH[LRQ TXL V¶RIIULURQW j HX[ XQH IRLV VXU SODFH $ FDXVH GH OD IRUWH
FRQFXUUHQFH TXL V¶HVW LQVWDOOpH VXU OH PDUFKp GH OD WpOpSKRQLH PRELOe, les prix tendront à
baisser significativement. Cette tendance résulte des attentes sans cesse grandissantes des
utilisateurs en matière de mobilité.

Le Château de Versailles a tenté de proposer une alternative aux utilisateurs de


O¶DSSOLFDWLRQ L3KRQH En effet, le château propose une application dite « embarquée » à
télécharger au préalable (comme la majorité des applications iPhone lancées sur le marché).
6RQFRQWHQXHVW IL[HHWQ¶RIIUHDXFXQHSRVVLELOLWpG¶HQULFKLVVHPHQW DXFRXUVGHODYLVLWH(Q
contre-SDUWLHO¶XWLOLVDWHXUSHXWODQFHUO¶DSSOLFDWLRQDXWDQWGHIRLVTX¶LOOHVRXKDLWHVDQVSD\HU
de frais de connexion 3G supplémentaire. Néanmoins, une application embarquée offre un
FRQWHQXEHDXFRXSPRLQVULFKHTX¶XQHDSSOLFDWLRQTXLpYROXHUDLWGDQVOHWHPps et son cycle de
YLHHVWGRQFWUqVOLPLWp&¶HVWFHTXLH[SOLTXHOHVQRPEUHXVHVYHUVLRQVTXLVHVXSHUSRVHQWDX[
applications « Métro Paris » ou « Urban Trip ª0rPHVLO¶DSSOLFDWLRQ © Musée du Louvre »
QHVHSRVLWLRQQHSDVFRPPHXQRXWLOG¶DLGHjODYLVLte ne tant que tel, le service multimédia du
musée a du créer une nouvelle version afin de renouveler le contenu de celle-ci, et ce quelque
mois seulement après son lancement initial !

86
Voir le tableau récapitulatif des offres tarifaires proposées par Orange, SFR et Bouygues Telecom en annexe.

63
Conscient de cette véritable contrainte, le responsable des nouveaux médias du
&KkWHDX GH 9HUVDLOOHV HVSqUH OXL DXVVL OD PLVH HQ SODFH G¶XQH WDULILFDWLRQ DGDSWpH DILQ GH
IDYRULVHUO¶XVDJHGHVDSSOLFDWLRQVL3KRQH87.

3RXUFRQWUHUFHSUREOqPHGHIUDLVGHFRQQH[LRQjO¶LQWHUQHWPRELOHHWLQFLWHUDLQVLOHV
utilisateurs étrangers à se servir de leur téléphone portable, la ville de Venise a quant à elle
imaginé une solution très admirable lors du lancement du programme TagMyLagoon.
Inauguré par Michele Vianello, premier adjoint au maire, TagMyLagoon est un projet pilote
qui a été tenu à Venise du 3 juillet au 9 novembre 2009. Ce projet a été dirigé par la ville de
Venise, en partenariat avec IBM Human Centric Solution Center EMEA et Neotilus, la filiale
mobilité du groupe français Degetel. Ce programme est inspiré du programme
TagMyMuseum, proposé à Rome du 19 mars au 19 juin 2010 au Forum de Trajan.
/¶LQQRYDWLRQYpQLWLHQQHHVWG¶DSSOLTXHUFHSURJUDPPHjODYLVLWHG¶XQHYLOOHHQWLqUH
Le projet TagMyLagoon propose en effet de découvrir la ville de Venise grâce à un
parcours préétabli original qui diffère de ceux qui sont généralement proposés aux touristes.
Venise, avec ses 20 millions de visiteurs par an, est une ville congestionnée et cet assaut
touristique pose un certain nombre de problèmes, à la fois à la population locale (saturation
GHV UpVHDX[ GH WUDQVSRUW  PDLV DXVVL DX[ PRQXPHQWV DQFLHQV FDSDFLWp G¶DFFXHLO OLPLWpH
détériorations et insalubrité). La visite du centre historique de Venise en devient tout autant
pénible pour les visiteurs qui se sentent oppressés dans cet amas de SRSXODWLRQ &¶HVW GRQF
dans un besoin pressant de régulation des flux touristiques que la Ville de Venise a souhaité
mettre en place ce projet.
TagMyLagoon propose aux touristes de recevoir les informations liées à certains
monuments de la ville directement sur leur téléphone mobile. Le projet fonctionne grâce au
système de flashcodes.

/¶RULJLQDOLWpGXSURMHW7DJ0\/DJRRQPLVHQDSSOLFDWLRQj9HQLVHQHUpVXOWHGRQFSDV
GHO¶XWLOLVDWLRQGHFHQRXYHORXWLOG¶LQIRUPDWLRQPRELOHSXLVTXHOH45&RGHV¶HVWODUJement
UpSDQGXjWUDYHUVOHPRQGH/DSULQFLSDOHLQQRYDWLRQGXSURMHWYpQLWLHQHVWG¶DVVRFLHUjO¶RXWLO
mobile un accès en réseau Wi-)L $SUqV DYRLU WpOpFKDUJp JUDWXLWHPHQW O¶DSSOLFDWLRQ VXU
L7XQHV O¶XWLOLVDWHXU GRLW VRXVFULUH j XQ DERQQHPHQW DILQ G¶DFFpGHr aux informations sur les
PRQXPHQWV /¶DERQQHPHQW j VRXVFULUH HQ OLJQH FR€WH ¼ j OD MRXUQpH HW ¼ SRXU XQH

87
Voir compte-UHQGXGH O¶HQWUHWLHQj GLUH G¶H[SHUWDYHF/DXUHQW*DYHDu le 14 avril 2010, page 20 du Dossier
G¶RXWLOVPpWKRGRORJLTXHV

64
VHPDLQHHQWLqUHFHTXLUHYLHQWQHWWHPHQWPRLQVFKHUTX¶XQHFRQQH[LRQ* ! Néanmoins, les
connexions Wi-fi est de moins en moins demandée par leVXWLOLVDWHXUVGHO¶LQWHUQHWPRELOH(Q
effet, celles-ci sont beaucoup plus contraignantes puisque leur couverture est moins
LPSRUWDQWH QpFHVVLWp GH UHVWHU j SUR[LPLWp G¶XQH ERUQH :L-Fi) et leur ergonomie est plus
FRPSOLTXpHSXLVTX¶LOIDXWJpQpUDOHPHQWWDSHUXQFRGHG¶DFFqV$O¶LQYHUVHOHVFRQQH[LRQV*
GRQQHQW DFFqV GLUHFWHPHQW j LQWHUQHW HQ SDVVDQW SDV OD FRXYHUWXUH GH O¶RSpUDWHXU HW LO Q¶\ D
GRQFSOXVGHFRQWUDLQWHG¶RUGUHWHFKQLTXHRXHUJRQRPLTXH88. Cependant, cette initiative reste
très attractive poXUOHVWRXULVWHVpWUDQJHUVFDUHOOHSHUPHWG¶RIIULUGXFRQWHQXjPRLQGUHFR€W
/HFKRL[RSpUpSDUODYLOOHGH9HQLVHV¶HVWGRQFIDLWGDQVXQHORJLTXHpFRQRPLTXH(Q
effet, le QR Code est un outil peu onéreux et facile à installer. Par ailleurs, ce procédé permet
de toucher une cible beaucoup large puisque cet outil est compatible non seulement avec les
L3KRQHVPDLVDXVVLDYHFWRXVOHVWpOpSKRQHVSRUWDEOHVGLVSRVDQWG¶XQDSSDUHLOSKRWRHWG¶XQH
FRQQH[LRQ ,QWHUQHW ,OV¶DVVRFLHGRQFjODSOXSDUWGHVGLVSRVLWifs mobiles actuellement sur le
marché89. Ainsi, une dizaine de codes 2D de 15x15 cm ont été installés à proximité des
monuments sur différents supports publics comme des grilles, des réverbères ou encore des
SRXEHOOHVGHUXH$ILQGHV¶DVVXUHUGHOHXUVROLGLWpHQYXHG¶XQHPDQLSXODWLRQIUpTXHQWHLOV
RQWpWpIL[pVVXUXQHSODTXHG¶XQFHQWLPqWUHG¶pSDLVVHXU/HVGLVSRVLWLIVVRQWGRQFGLUHFWHPHQW
LQWpJUpV j O¶HQYLURQQHPHQW XUEDLQ HW SURSRVHQW j O¶XWLOLVDWHXU XQ SDUFRXUV GH YLVLWH KRUV GHV
sentiers battus.

© TagMyLagoon ± Exemple de code 2D installé à


© TagMyLagoon ± ProposLWLRQG¶XQSDUFRXUVDOWHUQDWLI
Venise

88
(QWUHWLHQjGLUHG¶H[SHUWDYHF)UDQoRLV-Xavier Godron le 03 mai 2010.
89
9RLUODOLVWHGHVWpOpSKRQHVFRPSDWLEOHVDYHFOHIODVKFRGHVXUOHVLWHGHO¶$VVRFLDWLRQ)UDQoDLVHGX0XOWLPpGLD
Mobile (AFMM), http://www.afmm.fr/Solutions/Flashcode/Principes/principes.

65
/¶DSSOLFDWLRQ7DJ0\/DJRRQHVWGLVSRQLEOHHQLWDOLHQRXHQDQJODLVHWSURSRVHTXDWUH
VHFWLRQVG¶XWLOLsation à savoir le téléchargement du plan, le flash des codes 2D, le changement
GHODQJXHHWXQHUXEULTXHG¶DLGH/¶XWLOLVDWHXUSHXWHQHIIHWWpOpFKDUJHUGDQVXQSUHPLHUWHPSV
une carte géolocalisée de Venise où apparaissent les dix monuments taggués 90 reliés entre
HX[ /¶XWLOLVDWHXU VpOHFWLRQQH O¶XQ G¶HQWUH HX[ DILQ GH GpEXWHU VD YLVLWH /¶DSSOLFDWLRQ OXL
SURSRVH GqV ORUV O¶LWLQpUDLUH j VXLYUH DILQ GH V¶\ UHQGUH 8QH IRLV GHYDQW OH PRQXPHQW
O¶XWLOLVDWHXUQ¶DTX¶jSKRWRJUDSKLHUOHFRGH'SUpDODEOHPHQWLQVWallé pour recevoir toutes les
LQIRUPDWLRQV OH FRQFHUQDQW KLVWRLUH GDWH GH UpDOLVDWLRQ DXWHXU«  /H FRQWHQX GH FHV
LQIRUPDWLRQV HVW UpGLJp SDU O¶$VVRFLDWLRQ GHV *XLGHV 7RXULVWLTXHV GH 9HQLVH FH TXL OXL
confère une véritable légitimité. Les informations arrivent en deux étapes sur le téléphone
PRELOH GH O¶XWLOLVDWHXU (OOHV VRQW GDQV XQ SUHPLHU WHPSV FROOHFWpHV SDU OD SODWHIRUPH ,¶P
Smart ,%0  DYDQW G¶rWUH WUDQVIpUpHV YHUV OD SODWHIRUPH Nemobox (Neotilus), chargée de
diffuser le contenu sur les téléphones via le réseau Wi-)L /¶DSSOLFDWLRQ SHUPHW GRQF GH
JXLGHUOHVWRXULVWHVG¶HQULFKLUOHXUYLVLWHHQOHXUSURSRVDQWGHVLQIRUPDWLRQVFRPSOpPHQWDLUHV
VXU OHV PRQXPHQWV PDLV DXVVL G¶pYDOXHU OHXU DYLV DSUqV OD YLVLWH (Q HIIHW OHV XWLOLVDWHXUV
peuvent déposer un commentaire sur le monument afin de renseigner les prochains touristes.
Cette forme de réseau social intégrée est très rassurante pour les visiteurs et permet également
GHUHQGUHODYLVLWHSOXVLQWHUDFWLYHSXLVTXHO¶XWLOLVDWHXUSDUWLFLSHHQTXHOTXHVRrte au contenu
GHO¶DSSOLFDWLRQ

Le programme TagMyLagoon répond donc assez bien aux attentes des touristes
G¶DXMRXUG¶KXL(QHIIHWO¶DSSOLFDWLRQSHUPHWGHYLVLWHUOLEUHPHQWODYLOOHGH9HQLVHHQUHVWDQW
autonome. Parallèlement à cette liberté de mouvemeQWO¶XWLOLVDWHXUHVWJXLGpHWUDVVXUpJUkFH
DXV\VWqPHGHJpRORFDOLVDWLRQTXLOXLSHUPHWGHVHUHSpUHUGDQVO¶HVSDFH3DUDLOOHXUVOHWHPSV
GHYLVLWHHVWGpEDUUDVVpGXWHPSVGHIDPLOLDULVDWLRQDYHFO¶RXWLOSXLVTX¶LOV¶DJLWGHVRQSURSUH
téléphone portablH (Q HIIHW ORUVTXH O¶RQ GpVLUH ORXHU XQ DXGLRJXLGH VXU XQ VLWH FXOWXUHO LO
IDXW DYDQW WRXWDSSUHQGUHjO¶XWLOLVHUDILQGHSRXYRLUDFFpGHU jVRQFRQWHQX /¶XWLOLVDWLRQGH
VRQ SURSUH WpOpSKRQH PRELOH DEROLW GRQF FHWWH SKDVH G¶DSSUHQWLVVDJH 'H SOXV OHV Rutils ne
VRQWSOXVIRXUQLVSDUO¶pWDEOLVVHPHQWFHTXLHQJDJHPRLQVGHIUDLVHQWHUPHGHORJLVWLTXH
(Q FLQT PRLV G¶H[SORLWDWLRQ OH SURJUDPPH 7DJ0\/DJRRQ D GpPRQWUp XQ YpULWDEOH
LPSDFW VXU OD JHVWLRQ GHV IOX[ WRXULVWLTXHV YpQLWLHQV /¶DSSOLFDWLRQ D DWWLUp plus de mille

90
Les dix monuments qui composent ce parcours de visite alternatif sont : la Piazzale Roma, le Giardini
Papadopoli, le Campo San Rocco, le Campo dei Frari, le Campo San Tomà, le Campo San Polo, le Campo San
*LDFRPRGHOO¶2ULROH&DPSR1D]DULR6DXURHWHQILQOD)RQGDPHQWD6DQ6LPHRQ3LFFROR

66
visiteurs et a engendré un effet « feedback »91 de 5%, ce qui est considéré comme un assez
bon démarrage pour un premier lancement. Parmi ces utilisateurs, 55% possédaient un
V\VWqPH G¶H[SORLWDWLRQ 6\PELDQ  XWLOLVDLHQW XQ VPDUWSKRQH $QGURwd et 14% utilisaient
O¶L3KRQH92 &HV FKLIIUHV GpPRQWUHQW ELHQ O¶LPSDFW GH FH SURJUDPPH VXU XQ VHJPHQW GH
FOLHQWqOH SOXV GLYHUVLILp TXL QH VH OLPLWH SDU DX VHJPHQW &63 GH O¶L3KRQH /¶DSSOLFDWLRQ
ODLVVHHQFRUHGHF{WpOHV\VWqPHG¶H[SORLWDWLRQ50,%ODFN%HUU\ mais la prochaine version du
programme sera sûrement compatible. En effet, les développeurs réfléchissent déjà à une
nouvelle version plus complète du programme TagMyLagoon qui proposera certainement des
vues des monuments en réalité augmentée et davantagHG¶LQIRUPDWLRQVSUDWLTXHVFRQFHUQDQW
O¶DFFqVDX[PRQXPHQWV KRUDLUHVG¶RXYHUWXUHWDULIV« 

/¶LQLWLDWLYH GH OD FRPPXQH GH 9HQLVH HVW WUqV LQWpUHVVDQWH FDU HOOH HVW FRXSOpH j XQH
offre de téléphonie mobile. Comme nous pouvons le constater dans la majorité des pays
HXURSpHQV O¶DFFXPXODWLRQGHVIUDLV GHFRQQH[LRQ SHXW FRQGXLUHjXQHIDFWXUHWUqVpOHYpHFH
TXL Q¶LQFLWH SDV OHV XWLOLVDWHXUV pWUDQJHUV j VH VHUYLU GH OHXU WpOpSKRQH SRUWDEOH ORUV GH OHXUV
déplacements. Dans le cas vénitiens, les utilisateurs du programme TagMyLagoon savent
G¶HPEOpH TXHO VHUD OH PRQWDQW GH OD SUHVWDWLRQ FH TXL OHXU JDUDQWLH GH QH SDV DYRLU GH
mauvaises surprises à la fin de leur séjour. Il serait intéressant de proposer un programme de
ce type à Paris afin de conduire les visiteurs vers les lieux les moins fréquentés de la ville.
/¶XWLOLVDWLRQ G¶XQ SURJUDPPH WHO TXH 7DJ0\/DJRRQ SHUPHWWUDLW GH PHWWUH HQ UpVHDX
différents sites culturels parisiens et de proposer un circuit touristique original et thématique.
6LO¶RQSUHQGO¶H[HPSOH G¶(XJqQH'HODFURL[O¶XQGHVSHLQWUHVOHVSOXVHPEOpPDWLTXHVGHOD
)UDQFH QRXV SRXYRQV FRQVWDWHU TX¶XQ ERQ QRPEUH GH VHV UpDOLVDWLRQV QH VRQW SDV PLVHV HQ
lumière auprès des touristes. Le système des codes barre 2D permettrait de rendre plus visible
la maLVRQ GH O¶DUWLVWH DXMRXUG¶KXL WUDQVIRUPpH HQ PXVpH  RX HQFRUH OHV IUHVTXHV GH OD
&KDSHOOH GHV $QJHV GHUQLqUH °XYUH UpDOLVpH SDU O¶DUWLVWH j O¶(JOLVH 6DLQW 6XOSLFH ! Le point
G¶HQWUpH© grand public » de cet itinéraire se ferait bien sûr au Musée du Louvre soit depuis le
site Internet, soit directement dans la galerie des peintures du XIXème siècle où est exposée la
Liberté guidant le Peuple93.

91
5HWRXUVXUO¶LQYHVWLVVHPHQW
92
Bilan publié par les responsables du programme TagMyLagoon sur le site Internet. (source :
« TagMyLagoon : il nostro bilancio », http://www.tagmylagoon.com/news/tagmylagoon, le 20 janvier 2010).
93
Eugène Victor Delacroix, La Liberté guidant le peuple ou Les barricades, huile sur toile réalisée en 1830 et
DXMRXUG¶KXLFRQVHUYpHDX0XVpHGX/RXYUH3DULV

67
M usée du Louvre
(Galerie du 19ème
siècle)

M usée National
E ugène Delacroix
(Louvre)

Eglise Saint
Sulpice
Chapelle des
Anges

Jardin du
L uxembourg
(Buste de
Delacroix + Sénat)
Vue Google Map - ([HPSOHGHSURSRVLWLRQG¶LWLQpUDLUHVFXOWXUHOVDYHFXQ
dispositif de flashcodes installé à travers Paris.

&HW LWLQpUDLUH SRXUUDLW HQVXLWH VH UHFRXSHU DYHF G¶DXWUHV WKpPDWLTXHV SOXV ODUJHV GH
type « grand public » comme par exemple une visite de Paris à travers ses grands monuments
religieux, représenté en vert sur le schéma figurant ci-GHVVXV DX GpSDUW GH O¶(JOLVH 6DLQW
6XOSLFH SRXU IDLUH OH FURLVHPHQW DYHF O¶LWLQpUDLUH 'HODFURL[  6L FHV SURSRVLWLRQV VRQW
SXUHPHQWILFWLYHVHOOHVGpPRQWUHQWELHQOHVSRVVLELOLWpVTX¶RIIUHQWOHVDSSOLFDWLRQVL3KRQHRX
les flashcodes daQVO¶pYROXWLRQGHODSUDWLTXHWRXULVWLTXHHWFXOWXUHOOH$XYXGHODUDSLGLWpGH
pénétration des smartphones dans le marché de la téléphonie mobile, il serait plus judicieux de
miser à terme sur les applications iPhone géolocalisées que sur le système du flashcode.
Néanmoins le flashcode constitue un bon compromis à court terme pour habituer les usagers à
pratiquer une activité touristique et culturelle par le biais de leur téléphone mobile, sans pour
cela se restreindre aux seuls détenteurs de smartphones. Ces dispositifs au coût variable
offriraient aux touristes des visites plus personnalisées et, de fait, plus attractives. Par ailleurs,
ils permettraient de mieux répartir les touristes en utilisant la notoriété de certains monuments
au profit de sites moins reconnus. Cet éparpillement des touristes permettrait probablement à
WHUPH GH OHV LQFLWHU j UHVWHU SOXV ORQJWHPSV j 3DULV HW GH IDLW G¶RSWLPLVHU OHV UHWRPEpHV

68
pFRQRPLTXHV VXU OH WHUULWRLUH 5DSSHORQV QpDQPRLQV TXH FHWWH SURSRVLWLRQ G¶LWLQpUDLUH QH
pourra être envisagée que si elle est couplée à une offre de connexion mobile adaptée, une
décision qui relève des opérateurs nationaux. Après avoir présenté le programme
TagMyLagoon au directeur du roaming international du groupe Orange, celui-ci a considéré
TXHFHWWHWDULILFDWLRQpWDLW WUqVLQJpQLHXVHSRXUIDYRULVHUO¶XWLOLVDWLRQGHVWpOpSKRQHVPRELOHV
SDUOHVXWLOLVDWHXUVpWUDQJHUVHWDIILUPHTX¶2UDQJHVHUDLWWRXWjIDLWKDELOLWpjPHWWUHHQSODFH
une tarification du même type. Le groupe est en recherche de projets innovants afin de se
démarquer de ses concurrents et un service comme celui-ci entrerait dans ce type de
recherches94.
/¶XWLOLVDWLRQGXIODVKFRGHQHSRXUUDrWUHFRQFOXDQWHTXHVLO¶RQDGDSWHELHQODVWUDWpJLH
de commercialisation du projet. En effet, nous avons pu constater que la principale réticence
des mobinautes à utiliser le lecteur flashcode était une méconnaissance du concept. Le
fashcode est proposé sur toutes les publicités, que ce soit pour des institutions culturelles, des
magasins ou même sur les emballages de produits alimentaires. Néanmoins, aucune campagne
GH SXEOLFLWp D pWp ODQFp DILQ G¶H[SOLTXHU DX[ FRQVRPPDWHXUV TXHO HVW OD SRUWp GH FH QRXYHO
outil !
/DYLOOHGH6DUODWDG¶DLOOHXUVIDLWOHVIUDLVGHODPpFRQQDLVVDQFHGXOHFWHXUIlashcode.
(QHIIHWjO¶pWpODYLOOHDPLVHQSODFHXQLWLQpUDLUHWRXULVWLTXHHWFXOWXUHOEDVpVXUXQH
utilisation du lecteur flashcode. Tout comme à Venise, les touristes pouvaient avoir accès à un
VXUSOXVG¶LQIRUPDWLRQVXUOHVPRQXPHQWVGHODYLOOH en photographiant les code-barres mis à
OHXUGLVSRVLWLRQ/HSURJUDPPHQ¶DSDVGXWRXWpWpXWLOLVpSDUOHVYLVLWHXUV,QWHUURJpVVXUFHW
itinéraire, le responsable du service nouvelle technologie de la mairie de Sarlat, qui avait en
charge la réalisation GHO¶LWLQpUDLUHIODVKFRGHDUHIXVpGHGpYRLOHUOHWDX[G¶XWLOLVDWLRQGHFHW
outil lors de sa mise en place. Celui-ci affirme néanmoins que le projet est complètement
passé à côté de ses objectifs à cause de la méconnaissance des utilisateurs en ce qui concerne
le lecteur flashcode !

/¶XWLOLVDWLRQ GHV DSSOLFDWLRQV PRELOHV HVW HQFRUH WURS UpFHQWH SRXU TXH OHV
consommateurs prennent le réflexe par eux-PrPHV6L O¶RQQHOHVLQIRUPHSDVPDVVLYHPHQW
VXU O¶XWLOLWp G¶XQ RXWLO FHOXL QH VHUD SDV XWLOLVp SDU OHV FRQVRPPDWHXUV /¶H[HPSOH GX
6)020$ DWWHVWH G¶DLOOHXUV GH O¶LPSRUWDQFH GH OD VWUDWpJLH GH FRPPXQLFDWLRQ DXWRXU GH
O¶XWLOLVDWLRQGHVQRXYHOOHVWHFKQRORJLHVGHO¶LQIRUPDWLRQHWGHODFRPPXQLFDWLRQ

94
Entretien à dire G¶H[SHUWDYHF)UDQoRLV-Xavier Godron.

69
L E SF M O M A O U L ¶ E X E M P L E D ES A PP L I C A T I O NS M O B I L ES M ISES A U PR O F I T D E L A
PR O M O T I O N T O U R IST I Q U E

Le San Francisco Museum of Modern Art plus communément appelé le SFMOMA a


WRXMRXUV pWp FRQVLGpUp FRPPH XQ SLRQQLHU HQ PDWLqUH G¶H[SORLWDWLRQ GHV QRXYHOOHV
WHFKQRORJLHVHQpWDQWO¶XQGHVSUHPLHUVPXVpHVDXPRQGHjDYRLUPLVDu point un site Internet
entièrement consacré à la promotion de sa collection. En 1995, la même année que le
GpPpQDJHPHQW GX PXVpH GDQV XQ QRXYHDX EkWLPHQW FRQVWUXLW SDU O¶DUFKLWHFWH VXLVVH 0DULR
%RWWD VXU 7KLUG 6WUHHW HQ SOHLQ F°XU GH 6DQ )UDQFLVFR OH SFMOMA met au point un site
Internet extrêmement complet qui met à disposition toutes les ressources nécessaires pour la
FRQQDLVVDQFH GH FHWWH LQVWLWXWLRQ /D )RQGDWLRQ (YHO\Q HW :DOWHU +DVV -U HW O¶,QVWLWXWH RI
Museum and Library Services ont largement coQWULEXp j O¶pODERUDWLRQ GX VLWH ,QWHUQHW GX
musée95.

'DQV XQH UHFKHUFKH FRQVWDQWH GH IDYRULVHU O¶pGXFDWLRQ j O¶DUW JUkFH j GHV VXSSRUWV
technologiques toujours plus innovants, le musée a lancé en 2008 sa première galerie virtuelle
intitulée « Explore Modern Art ». Accessible depuis le site Internet du SFMOMA, la galerie
« Explore Modern Art ªUHWUDQVPHWWRXWHVOHV°XYUHVH[SRVpHVGDQVODFROOHFWLRQSHUPDQHQWH
du SFMOMA VXU OH VLWH ,QWHUQHW GX PXVpH &HWWH IRQFWLRQ LQpGLWH SHUPHW j O¶LQWHUQDXWH GH
V¶LPPHUJHU FRPSOqWHPHQWGDQVODFROOHFWLRQGXPXVpH/¶HQVHPEOHGHV°XYUHVGXSFMOMA
HVWGLVSRVpVXUXQHSDOHWWHYLUWXHOOHHWO¶RQSHXWDFFpGHUjO¶°XYUHGHQRWUHFKRL[G¶XQVLPSOH
clic. Le concept de cette galerie est très novateur et les reproductions en ligne font appel à
O¶DSSUpFLDWLRQ YLVXHOOH GH O¶LQWHUQDXWH DX PrPH WLWUH TXH OHV °XYUHV H[SRVpHV DX VLHQ GX
musée font appel aux sensations des visiteurs. Cette visite virtuelle de la collection du
SFMOMA HVWFRPSOpWpHSDUXQHQRWLFHG¶H[SOLFDWLRQGHFKDTXH°XYUH exposée ainsi que la
possibilité de zoomer les représentations ou de les segmenter96. Le SFMOMA mise de plus en
SOXVVXUOHGpYHORSSHPHQWGHVRQVLWH,QWHUQHWDXPrPHWLWUHTX¶XQHJDOHULHG¶H[SRVLWLRQjSDUW
entière. Le site du SFMOMA FRQVWLWXH DXMRXUG¶KXL la plate-forme médiatique la plus
FRPSOqWH HW OD SOXV FRQVXOWpH  SRXU V¶LQWpUHVVHU j FHWWH LQVWLWXWLRQ3DU OH ELDLV G¶,QWHUQHW OH
musée expose sa collection aux quatre coins du monde pour toucher un public de plus en plus
conséquent. Grâce à son site, le SFMOMA V¶DVVXUH XQH ODUJH GLIIXVLRQ GH VD FROOHFWLRQ HW

95
http://www.sfmoma.org/pages/about_timeline
96
DRUBAY Diane, « Immersion totale dans la collection du SFMOMA », Paris, Buzzeum.com, 3 janvier 2009.

70
facilite au maximum les promesses de dons envers le musée. Ainsi, en 2007, le musée a
comptabilisé 2 658 242 connexions au site internet du SFMOMA97.

En termes de mobilité touristique, le SFMOMA propose aux visiteurs de nombreux


RXWLOV G¶DLGH j OD YLVLWH GLVSRQLEOH VRLW j O¶H[WpULHXU GX PXVpH VRLW in situ. /¶H[SpULHQFH D
débuté avec la mise en ligne de différents podcasts du musée, téléchargeable gratuitement
depuis le site internet du SFMOMA. En effet, pour perpétuer son image de musée
« branché », le SFMOMA DPLVDXSRLQWGHQRPEUHXVHVWHFKQLTXHVG¶DSSURFKHHQPDUJHGH
sons site internet afin de toucher un public de plus en plus jeune. Hors mis une réduction
constante pour les étudiants, le SFMOMA a PLV HQ SODFH HQ  XQ SURFpGp G¶LQWHUDFWLRQ
HQWUH OHV °XYUHV GX PXVpH HW OH MHXQH SXEOLF98. Ainsi, une réduction de deux dollars est
HIIHFWXpHjO¶HQWUpHGXPXVpHSRXUFKDTXHYLVLWHXUSUpVHQWDQWXQOHFWHXUPSWpOpFKDUJpGHV
podcasts99 du SFMOMA. Cette initiative démontre bien que le SFMOMA HVW O¶XQH GHV
LQVWLWXWLRQVOHVSOXVHQDYDQFHHQPDWLqUHG¶LQQRYDWLRQVWHFKQRORJLTXHVjGHVILQVWRXULVWLTXHV
Par cette réduction, le musée touche une population très large car de nos jours, la majorité des
américains pratiquent ces téléchargements et est donc en mesure de bénéficier de cette
réduction. Par ailleurs, la diffusion de la collection du SFMOMA par le biais des podcasts
SHUPHWDXPXVpHXQHUHFRQQDLVVDQFHLQWHUQDWLRQDOHJUkFHjO¶RXWLOLQWHUQHW7RXWG¶DERUG les
« podcasteurs » sont en mesure de créer leur blog100 sur internet, ce qui permet aux internautes
G¶DYRLUDFFqVjSXEOLFLWpLQGLUHFWHGHODFROOHFWLRQGXPXVpH/HSFMOMA GLIIXVHG¶DLOOHXUV
directement les liens vers ces différents blogs par le biais de son propre site Internet101. Enfin,
ces podcasts sont très souvent transférés sur des plateformes médias internationalement
FRQQXHV$LQVLORUVTXHO¶RQVHFRQQHFWHVXUOHVLWHLQWHUQHW<RXWXEHQRXVSRXYRQVFRQVXOWHU
plus de 160 podcasts sur le SFMOMA102.

97
ARCH.ADM.009, Publication collection, série 4 : Periodicals, 1935-ongoings, Boite 1, Dossiers 1-5, Annual
Report 2007.
98
« Artcast et tarif réduit au SFMOMA », www.artmuz.typepad.com, le 21 septembre 2006.
99
Le terme « podcast » est la contraction de deux mots : le mot Ipod, le lecteur mp3 de la marque Apple le plus
connu au monde et le mot broadcasting, qui signifie littéralement « télé diffusion ». Par définition, le podcast
SHUPHWO¶HQUHJLVWUHPHQWGHSODWHV-formes médiatiques sur un support MP3 pour pouvoir écouter ou visualiser le
GRFXPHQWPpGLDDXWDQWGHIRLVTXHO¶RQ veut.
100
/HEORJHVWXQHSDJH:HESHUVRQQDOLVpHSDUGHVLPDJHVHWGHVOLHQVK\SHUWH[WHV$XMRXUG¶KXLRQFRPSDUHXQ
EORJ j FH TX¶pWDLW DXWUHIRLV XQ MRXUQDO LQWLPH $ OD GLIIpUHQFH GH FH GHUQLHU OH EORJ HQWUH GDQV OH FDGUH G¶XQH
plate-forme média visible paUWRXVOHVXWLOLVDWHXUVG¶,QWHUQHWGDQVOHPRQGH
101
http://blog.sfmoma.org/
102
5pVXOWDWG¶XQHUHFKHUFKHGXWHUPHSFMOMA sur le site http://www.youtube.com.

71
Le PXVpH HVW WRWDOHPHQW FRQVFLHQW GH O¶LPSDFW GH FHV QRXYHDX[ PpGLDV GDQV OD
promotion de sa collection et par conséquent dans ses bénéfices. Ainsi, le SFMOMA a mis au
point le concours des « Artcast ª F¶HVW j GLUH XQH FRPSpWLWLRQ GHV PHLOOHXUV SRGFDVWV GX
PXVpH/HYDLQTXHXUGHFHSURJUDPPHEpQpILFLHG¶XQDQGHJUDWXLWpjODFROOHFWLRQGXPXVpH
&H SULQFLSH G¶HQUHJLVWUHPHQWV GH YLVLWHV JXLGpV GH OD FROOHFWLRQ VXU OHV OHFWHXUV PS D pWp
repris par de nombreuses autres institutions muséales, aux Etats Unis comme en Europe.
$XMRXUG¶KXLFHQRXYHDXW\SHG¶RXWLOG¶DLGHjODYLVLWHFRPPHQFHjVHGpYHORSSHUHQ)UDQFH
mais ces outils sont souvent très timides et pas assez mis en avant.

(Q)UDQFHOH&KkWHDXGH&KHQRQFHDXHVWO¶XQGHVSUHPLHUVpWDEOLVVHPHQWVFXOWXUels à
avoir intégré les podcasts dans son parcours de visite. En effet, le château propose depuis le
mois de mai 2007 un audioguide téléchargeable intégralement depuis le site Internet en format
03 DILQ GH SRXYRLU O¶pFRXWHU VXU L3RG 0DLV j O¶LQYHUVH GX 6FMOMA, le Château de
&KHQRQFHDX Q¶RSqUH SDV GH VWUDWpJLH GH FRPPHUFLDOLVDWLRQ RIIHQVLYH FH TXL Q¶LQFLWH SDV
QpFHVVDLUHPHQW OHV YLVLWHXUV j DGRSWHU FHW RXWLO 6L O¶RQ VH EDVH VXU OD YLVLWH UpDOLVpH j OD
3LQDFRWKqTXHGH3DULVORUVGHO¶H[SRVLWLRQ© Edvard Munch O¶DQWL-Cri », on peut dire que les
YLVLWHXUVIUDQoDLVQHVRQWSDVHQFRUHSUrWVjXWLOLVHUO¶L3RG HWSOXVODUJHPHQWO¶L3KRQH FRPPH
DXGLRJXLGHVLFHWRXWLOQ¶DSSRUWHULHQGHSOXVjODYLVLWHWDQWHQWHUPHGHFRQWHQXTX¶HQWHUPH
pFRQRPLTXH6LO¶XWLOLVDWLRQGHO¶L3RGFRPPHDXGLRJXLGHVHPEOHrWUHWUqVUpSDQGXHDX[(WDWV
8QLVHWSOXVSUpFLVpPHQWj6DQ)UDQFLVFRF¶HVWTX¶LOV¶DJLWOj-EDVG¶XQHSUDWLTXHGXTXRWLGLHQ
1RXVVRPPHVGDQVOD6LOLFRQ9DOOH\EHUFHDXGHO¶LQGXVWULHLQIRUPDWLTXHHW6DQ)UDQFLVFRest
ODYLOOHPqUHGHODPDUTXH$SSOH/HVXWLOLVDWHXUVV¶DGDSWHQWGRQFEHDXFRXSSOXVUDSLGHPHQWj
ces nouvelles pratiques car elles émergent depuis leur propre environnement. Ainsi
O¶XWLOLVDWLRQGHO¶L3RGRXGHO¶L3KRQHFRPPHGLVSRVLWLIG¶DLGHjODYLVLWH sera beaucoup plus
répandue à travers la génération Y103 FDU LOV Q¶DXURQW MDPDLV FRQQX OD YLH VDQV ,QWHUQHW HW
utiliseront les nouvelles technologies numériques avec une aisance déconcertante.

Le SFMOMA a été le premier musée au monde à proposer des contenus


téléchargeables sur application iPhone. Ces différentes applications étaient souvent de type
événementiel et servaient à faire la promotion des différentes expositions temporaires du
musée. Selon cette même tradition de précurseur, le SFMOMA est la première institution
muséale à proposer une visite du site avec une application iPad. En effet, le 20 avril 2010, le

103
/DJpQpUDWLRQ<HVWODJpQpUDWLRQQpHHQPrPHWHPSVTX¶,QWHUQHWGDQVOHVDQQpHV

72
6)020$ D ODQFp O¶DSSOLFDWLRQ © Rooftop Garden Tour », la version iPad de la même
application lancée le 14 janvier 2010 sur iPhone et iPod Touch. Cette nouvelle version est
également téléchargeable gratuitement sur iTunes Store et est compatible aussi bien sur iPod
Touch, sur iPhone et sur iPad. Nous pouvons supposer que ce lancement cherche à profiter de
la sortie très médiatisée du nouvel outil mobile du constructeur Apple104. En effet, le
6)020$pWDQWOHPXVpHHPEOpPDWLTXHGH6DQ)UDQFLVFRODYLOOHPqUHGHO¶LQGXVWULH$SSOH
LO SDUDLW QRUPDO TXH OD SUHPLqUH H[SORLWDWLRQ GH FHW RXWLO V¶HIIHFWXH LFL &HWWH DSSOLFDWLRQ
PDUTXH pJDOHPHQW O¶RFFDVLRQ GH SURPRXYRLU OH QRXYHO KDOO G¶H[SRVLWLRQ RXYHUW DX SXEOLF
GHSXLVOHPRLGHPDL/H5RRIWRS*DUGHQ TXHO¶RQSHXWWUDGXLUHHQIUDQoDLVFRPPHOH
« jardin sur le toit ª HVWXQGpSDUWHPHQWG¶H[SRVLWLRQjFLHORXYHUWTXDOLILpSDU1HDO%HQH]UD
O¶DFWXHO SUpsident du SFMOMA de tout premier « oasis urbain » situé au dernier étage du
EkWLPHQW /¶DUFKLWHFWH 0DUN -HQVHQ GpILQLW VRQ SURMHW FRPPH © une galerie sans toit » qui
RIIUHXQQRXYHDXKDOOG¶H[SRVLWLRQHWXQHIDFLOLWpVXSSOpPHQWDLUHSRXUODYLVLWHGXSXEOLF. Le
5RRIWRS *DUGHQ HVW FRQQHFWp DX[ JDOHULHV FRXYHUWHV GH O¶pWDJH SDU XQ WXQQHO HQ YHUUH
WUDQVSHUFpSDUODOXPLqUH]pQLWKDOH/H5RRIWRS*DUGHQDEpQpILFLpG¶XQHIRUWHPpGLDWLVDWLRQ
lors de son inauguration en mai 2009. En effet, le musée proposait une nouvelle salle
G¶H[SRVLWLRQDX[YLVLWHXUVDXPrPHPRPHQW RG¶DXWUHVpWDEOLVVHPHQWVFXOWXUHOV DPpULFDLQV
faisaient faillite à cause de la récession économique ! Cette application a donc été lancée pour
IrWHUjODIRLVOHODQFHPHQWGHO¶L3DGPDLVDXVVLSRXUIêter le premier anniversaire du Rooftop
Garden.

/¶DSSOLFDWLRQ © Rooftop Garden ª GpYHORSSpH SDU O¶DJHQFH PXOWLPpGLD DOOHPDQGH


NOUS-guide SURSRVHXQHYLVLWHGXGpSDUWHPHQWHWSUpVHQWHTXHOTXHV°XYUHVH[SRVpHVDX
sein de celui-ci. Segmentée en trois parWLHVO¶DSSOLFDWLRQSURSRVHXQHVpOHFWLRQG¶°XYUHV HQ
QDYLJDWLRQ FRYHU IORZ SHUPHWWDQW G¶DFFpGHU DX[ GLIIpUHQWHV ILFKHV GpWDLOOpHV /H FRQWHQX GH
FHV ILFKHV GHVFULSWLYHV HVW UpDOLVp SDU OHV FRQVHUYDWHXUV GX 6)020$ HW O¶HQVHPEOH HVW
complété par des commentaires audio/vidéos des artistes et du président du SFMOMA, Neal
%HQH]UD 8QH GHX[LqPH SDUWLH SOXV JpQpUDOH UHYLHQW VXU O¶KLVWRLUH GX 5RRIWRS *DUGHQ HW
propose plusieurs interviews des architectes afin de mieux appréhender ce nouvel espace
G¶H[SRVLWLRQ $X WRWDO O¶DSSOLFDWLRQ UHJURXSH SUqV GH FLQT KHXUHV GH FRQWHQX DXGLR HW
104
/¶L3DGOD nouvelle tablette multitouch Wi-Fi du constructeur Apple, a été mise en vente aux Etats-Unis le 3
DYULOHWV¶HVWGpMjYHQGXHjSOXVGHH[HPSODLUHV8QHSURFKDLQHYHUVLRQRIIUDQWFHWWHIRLV-ci une
connexion 3G est attendue pour le 7 mai 2010 DORUVTXHODSUHPLqUHYHUVLRQGHO¶L3DGVHUDGLVSRQLEOHHQ)UDQFHj
partir du 14 mai 2010.
(source : http://www.silicon.fr/fr/news/2010/04/19/la_sortie_de_l_ipad_3greportee_au_7_mai_aux_etats_unis)

73
vidéo105. Enfin, une troisième partie regroupe toutes les informations nécessaires pour
SUpSDUHUVDYHQXHDX6)020$ KRUDLUHVSODQG¶DFFqV« 8QOLHQSRXUXQDFKDWGHELOOHWHQ
ligne est GLUHFWHPHQWDFFHVVLEOHGHSXLVO¶DSSOLFDWLRQ© Rooftop Garden » ce qui démontre une
nouvelle fois le caractère offensif et la véritable stratégie de commercialisation qui se cache
derrière le développement des outils mutimédias au SFMOMA.

© SFMOMA ± 9XHVGHVpFUDQVGHO¶DSSOLFDWLRQ5RRIWRS*DUGHQ

/¶DSSOLFDWLRQ© Rooftop Garden » cible avant tout un public de proximité, à savoir les
habitants de San Francisco et de la Bay Area et cherche à légitimer ce nouvel espace
G¶H[SRVLWLRQ FRPPH XQYpULWDEOH GpSDUWHPHQW GX 6)020$  /¶DSSOLFDWLRQ PRELOH FKHUFKH
donc à fidéliser le public local. Cette promotion auprès des habitants de la région pourrait
probablement servir à récolter, à terme, de nouveaux fonds privés. En effet, le SFMOMA est
XQHLQVWLWXWLRQSULYpHTXLQHUHoRLWDXFXQHVXEYHQWLRQGHODSDUWGHO¶(WDW6RQIRQFWLRQQHPHQW
dépend intégralement de la générosité de ses bienfaiteurs&¶HVWFHWWHUHFKHUFKHSHUSpWXHOOHGH
financements qui explique le caractère très offensif des actions de promotion du SFMOMA.
6LOH6)020$WHQWHDFWLYHPHQWG¶DWWLUHUGHVYLVLWHXUVLQWHUQDWLRQDX[ 106, les habitants
GHODUpJLRQQ¶HQGHPHXUHQWSDVPRLQVXQHFLEOHHVVHQWLHOOH(QV¶DIILUPDQWFRPPHOHPXVpH
emblématique de la région, le SFMOMA attire les générosités de tous les philanthropes de la
UpJLRQ TXL RQW OH VHQWLPHQW GH FRQWULEXHU j O¶H[SDQVLRQ GH OHXU YLOOH j WUDYHUV FHOOH GX
musée107. Ainsi, différentes DFWLRQV GH FRPPXQLFDWLRQ VRQW PHQpHV DILQ G¶DIILUPHU OH

105
http://www.sfmoma.org/events/1557
106
La visite du SFMOMA est intégrée au circuit touristique proposé aux touristes étrangers arrivant à San
Francisco.
107
/DSUREOpPDWLTXHGXILQDQFHPHQWGX6)020$IDLWO¶REMHWG¶XQHDQDO\VHSOXVFRPSOqWHGDQVXQPpPRLUHGH
première année de Master sur la 1DLVVDQFHHWO¶KLVWRLUHGHVPXVpHVG¶DUWFDOLIRUQLHQVUpDOLVpjO¶8QLYHUVLWp3DULV
IV Sorbonne sous la direction de Monsieur Barthélémy Jobert.

74
SFMOMA comme un lieu emblématique de la ville de San Francisco. Depuis le mois de
septembre 2008, le Haas Atrium du SFMOMA ouvre ses portes à tous les étudiants de la ville
DILQ G¶\ RUJDQLVHU XQ EDO Ge promotion. En cassant son apparence de musée conventionnel
pour revêtir une image plus « branchée », le musée attire de fait un public plus jeune et peu
représenté habituellement dans les institutions culturelles. Le lancement des différentes
applicationV L3KRQH HW GHUQLqUHPHQW GH O¶DSSOLFDWLRQ L3DG © Rooftop Garden », ne constitue
DX ILQDO TX¶XQH QRXYHOOH VWUDWpJLH PDUNHWLQJ YLVDQW j DWWLUHU GH QRXYHDX[ SXEOLFV HW j
optimiser des retombées économiques en répondant aux nouvelles attentes de la clientèle en
WHUPHV G¶LQWHUDFWLRQ HW GH PRELOLWp $LQVL ELHQ TXH O¶DSSOLFDWLRQ VRLW WpOpFKDUJHDEOH
JUDWXLWHPHQW GHSXLV OD SODWHIRUPH FRPPHUFLDOH L7XQHV FH TXL Q¶HQJHQGUH DXFXQ UHWRXU VXU
O¶LQYHVWLVVHPHQW GLUHFW OH 6)020$ DWWHQG XQ IHHGEDFN JUkFH DX EX]] TXH FUpHra cette
QRXYHOOH DSSOLFDWLRQ j PR\HQ WHUPH $ILQ G¶DXJPHQWHU UDSLGHPHQW OH QRPEUH GH
FRPPHQWDLUHVHWGHIDLWG¶DXJPHQWHUVDYLVLELOLWpO¶DSSOLFDWLRQ© Rooftop Garden » propose
aux utilisateurs de « twitter » en direct avec les autres visiteurs du musée. En effet, grâce à
une connexion intégrée au réseau social Twitter, le SFMOMA met en relation les différents
YLVLWHXUVD\DQWODQFpO¶DSSOLFDWLRQ© Rooftop Garden » sur leur smartphone et leur offre ainsi
ODSRVVLELOLWpG¶pFKDQJHUOHXUVLPSUHVVLRQVVXUOHXr visite au musée. Le musée étend ainsi sa
promotion à travers le monde entier grâce à ses nombreux « followers108 ªHWVXVFLWHO¶pPRWLRQ
G¶XQHYLVLWHYLUWXHOOHGX5RRIWRS*DUGHQDXSUqVG¶XWLOLVDWHXUVTXLQHSRXUURQWSDVIRUFpPHQW
se déplacer physiquement au SFMOMA.

Prestation de service, mobilité et interaction. Nous retrouvons dans la nouvelle


application mobile du SFMOMA tous les éléments nécessaires pour promouvoir efficacement
un établissement par le biais des nouvelles technologies numériques tout en répondant aux
attentes des visiteurs. Néanmoins, cette démarche offensive générant un retour sur
O¶LQYHVWLVVHPHQW j FRXUW WHUPH VHUD WUqV GLIILFLOH j PHWWUH HQ SODFH HQ )UDQFH 'H SDU QRWUH
culture artistique savante, la France parvient difficilement à percevoir la culture comme une
source de rentabilité économique. A San Francisco, comme aux Etats-Unis en général, les
collections muséales se sont constituées essentiellement grâce à une recherche active de dons
privés, ce qui justifie en soi la dimension économique de chacune de leurs activités. En
France, la recherche de mécènes et de dons privés (philanthropie) commence seulement à voir
OHMRXUDXVHLQGHVpWDEOLVVHPHQWVFXOWXUHOVPDLVWUqVSHXG¶DFWLRQVGHSURPRWLRQVRQWUpDOLVpHV

108
Les « followers » ou « suiveurs » sont les internautes qui ont adhérés au réseau Twitter G¶XQHSHUVRQQHRX
G¶XQHLQVWLWXWLRQ3RXUOHréseau social Facebook QRXVSDUOHURQVDORUVG¶ « amis » ou de « fans ».

75
DILQG¶RSWLPLVHUOHVGpSHnses des touristes une fois sur place. Seuls les établissements gérés
par des opérateurs privés comme le Musée Jacquemart André (et le groupe Culturespaces)
parviennent à concilier la dimension érudite de la culture à une approche foncièrement
économique.
/¶H[HPSOH GX 6)020$ GpPRQWUH ELHQ OH GpFDODJH HQWUH OHV PHQWDOLWpV DQJOR-
saxonnes et les mentalités françaises en matière de valorisation de la culture. Bien que ces
stratégies marketing soient efficaces en terme de retombées économiques, il est encore
inenvisageable de les mettre en application dans les établissements culturels publics français.

Peut-on pour autant considérer le lancement des applications iPhone comme la mort de
O¶DXGLRJXLGHGDQVXQpWDEOLVVHPHQWDXWDQWHQSKDVHDYHFOHVQRXYHOOHVWHFKQROogies comme le
SFMOMA ? Nous avons vu dans la première partie de cette étude que les applications iPhone
Q¶pWDLHQWSDVHQFRUHDVVH]PDWXUHVSRXUVHVXEVWLWXHUjO¶DXGLRJXLGHSURSRVpjODORFDWLRQLQ
situ. Mais peut-être que ce constat découle ici encore du fossé existant entre les mentalités
françaises et les mentalités américaines dans le domaine de la culture ?
A San Francisco comme à Paris, les applications iPhone proposent un mode de visite
plus original, qui vise à attirer un public plus jeune et moins intéressé par les musées à la base.
1pDQPRLQV HOOHV QH VH VXEVWLWXHQW HQ DXFXQ FDV j O¶DXGLRJXLGH SURSRVp JUDWXLWHPHQW j
O¶DFFXHLOGXPXVpH(QHIIHWPrPHVLOHVYLVLWHXUVFDOLIRUQLHQVVHPEOHQWrWUHEHDXFRXSSOXVj
O¶DLVHDYHFO¶XWLOLVDWLRQGHVVPDUWSKRQHVFRPPHRXWLOVG¶DLGHjODYLVLWHOH6)020$ODLVVHOH
FKRL[ HQWUH OH SRGFDVW WpOpFKDUJHDEOH HQ OLJQH O¶DSSOLFDWLRQ L3KRQH HW O¶DXGLRJXLGH /H
YLVLWHXUSHXW DLQVLSHUVRQQDOLVHUVRQWHPSVGHYLVLWHDILQGHPLHX[O¶DSSUpFLHU$FHWLWUHOH
musée propose depuis le mois de janvier 2010 de nouveaux visioguides, disponibles
JUDWXLWHPHQWjO¶HQWUpHGXPXVpHVXUVLPSOHGpS{WG¶XQHSLqFHG¶LGHQWLWp,QWLWXOpV© Making
Sens of Art Mobile », ces nouveaux visioguides proposent une visite multimédia à travers les
collections du musée. Outre la version anglaise, le contenu audio/vidéo est traduit en français,
HQ DOOHPDQG HW HQ HVSDJQRO 8Q pFUDQ WDFWLOH SHUPHW G¶DFFpGHU DX[ GLIIpUHQWHV YLGpRV
proposées par le visioguide. Le contenu a été élaboré par les conservateurs du SFMOMA et
UHJURXSHGHVFRPPHQWDLUHVGHV°XYUHVOHVSOXVHPEOpPDWLTXHVGXPXVpHFRPSOpWpVSDUGHV
LQWHUYLHZVG¶DUWLVWHVHWG¶KLVWRULHQV

Le choix de renouveler les audioguides dans un établissement culturel aussi


dynamique et innovant que le SFMOMA déPRQWUH ELHQ O¶LPSRUWDQFH GH FHW RXWLO GH
médiation dans les musées. Les applications iPhone se positionnent donc comme un outil

76
complémentaire mais ne doivent en aucun cas venir supplanter celui-FL /¶DXGLRJXLGH HW VD
version moderne, le visioguide, garderont une certaine légitimité pendant encore quelques
années. Néanmoins, il est clair que plus les générations se renouvèleront, plus les visiteurs
VHURQWKDELWXpVjO¶XWLOLVDWLRQGHVVPDUWSKRQHVFRPPHRXWLOVG¶DLGHjODYLVLWH$LQVLLOHVWIRUW
probable qX¶j ORQJ WHUPH OHV DSSOLFDWLRQV PRELOHV GH W\SH L3KRQH YLHQQHQW UHPSODFHU
GpILQLWLYHPHQWO¶DXGLRJXLGH0DLVLOHVWHQFRUHWURSW{WSRXUFRQILUPHUFHWWHWHQGDQFHFDUOHV
DSSOLFDWLRQV L3KRQH QH UpXVVLURQW j V¶LPSRVHU GDQV OH GRPDLQH GH OD FXOWXUH TXH VL HOles se
MXVWLILHQWDXSUqVGHO¶XWLOLVDWHXUHQWHUPHG¶HUJRQRPLHHWGHFRQWHQX

&HWWH GHUQLqUH SDUWLH GpPRQWUH ELHQ O¶LPSRUWDQFH FRQFpGpH DX[ DSSOLFDWLRQV L3KRQH
dans le secteur du tourisme et de la culture à travers le monde. Bien que la France ait vu se
GpYHORSSHU XQ ERQ QRPEUH G¶DSSOLFDWLRQV GHSXLV TXHOTXHV PRLV QRXV SRXYRQV FHSHQGDQW
FRQVWDWHUXQUHWDUGPDMHXUGDQVO¶H[SORLWDWLRQGHFHVQRXYHDX[RXWLOV
$YHFOHUHQRXYHOOHPHQWGHVJpQpUDWLRQVHWO¶pYROXWLRQGHVDWWHQWHVGHODFOLHQWqOHLOHVW
très impoUWDQW GH SUHQGUH OH SDV VXU OHV QRXYHOOHV WHFKQRORJLHV GH O¶LQIRUPDWLRQ HW GH OD
FRPPXQLFDWLRQDILQGHUHQRXYHOHUO¶RIIUHWRXULVWLTXHIUDQoDLVH0DLVFHPDUFKpHQSOHLQHVVRU
QHSRXUUDV¶LPSRVHUHIILFDFHPHQWHQ)UDQFHTXHVLQRXVSDUYHQRQVjFRQWRXUQHUOHV différents
IUHLQV TXL V¶RSSRVHQW HQFRUH DX GpYHORSSHPHQW GHV DSSOLFDWLRQV L3KRQH FRPPH YpULWDEOHV
GLVSRVLWLIVG¶DLGHjODYLVLWH
/HPHLOOHXUPR\HQG¶DSSUpKHQGHUOHVQRXYHOOHVWHFKQRORJLHVHVWGHUpDOLVHUXQHYHLOOH
technologique très rigoureuse afin de rester en phase avec les nouvelles tendances du marché
et de comparer les applications qui en ont été développées chez nos concurrents afin de se
positionner par rapport à leurs réussites ou leurs échecs.

77
C O N C L USI O N

Après avoir affirmé leur présence sur internet dans le courant des années 1990, les
établissements culturels et, plus largement les territoires et destinations touristiques, doivent
prendre le pas sur cette nouvelle tendance du moment afin de rester en phase avec les attentes
des utilisateurs G¶DXMRXUG¶KXL
(Q HIIHW O¶LQWHUQDXWH G¶DXMRXUG¶KXL DWWHQG G¶XQ VLWH LQWHUQHW TX¶LO VRLW FRPSOHW HQ
proposant toutes les modalités nécessaires afin de faciliter la réservation de billets ou encore
O¶DFFqV j O¶LQIRUPDWLRQ /HV VLWHV LQWHUQHW GRLYHQW pJDOHPHQW LQWHUDJLU DYHF O¶XWLOLVDWHXU (Q
HIIHWO¶LQWHUQDXWHG¶DXMRXUG¶KXLIHUYHQWXWLOLVDWHXUGHVEORJVHWGHVUpVHDX[VRFLDX[VRXKDLWH
SDUWLFLSHU DX FRQWHQX G¶XQH SDJH LQWHUQHW VRLW HQ HQ DOLPHQWDQW OH FRQWHQX GH SKRWRV RX GH
vidéos personnelles, soit en postant un commentaire que pourront lire les autres internautes.
'DQV OH VHFWHXU GX WRXULVPH O¶LQWHUDFWLRQ HQWUH OHV YLVLWHXUV HVW GHYHQX XQ JDJH GH
crédibilité très important. En effet, on estime que 56% des touristes consultent les avis des
précédents YLVLWHXUVDYDQWGHVHGpFLGHUjUpVHUYHUXQHGHVWLQDWLRQ3OXVVLWHVVHVRQWG¶DLOOHXUV
exclusivement destiné à faire interagir les touristes des quatre coins du monde, dont le plus
FpOqEUH G¶HQWUH HX[ HVW OH UpVHDX VRFLDO 7ULSDGYLVRU $IILUPHU VD SUpVHQFH sur les réseaux
VRFLDX[HVWGHYHQXHXQHVWUDWpJLHGHFRPPXQLFDWLRQLQFRQWRXUQDEOHDILQG¶DOLPHQWHUOHEX]]
HWG¶RSWLPLVHUVRQWDX[GHIUpTXHQWDWLRQ$LQVLGHSOXVHQSOXVG¶LQVWLWXWLRQVFXOWXUHOOHVRXGH
destinations touristiques font leur publicité grâce au marketing viral de ces réseaux. Mais si
les réseaux sociaux permettent de toucher une population plus large et plus diversifié, il est
important de bien définir sa cible afin de mettre place une véritable stratégie de
communication efficace.

Avec pluV G¶ PLOOLDUG G¶XWLOLVDWHXUV j WUDYHUV OH PRQGH ,QWHUQHW HVW DXMRXUG¶KXL
devenu un outil de promotion indispensable pour toute institution culturelle ou destination
WRXULVWLTXH /¶DSSDULWLRQ GX © Web 3.0 », avec la mise en circulation des smartphones, a
SORQJp OHV XWLOLVDWHXUV GH WpOpSKRQLH PRELOH GDQV XQ VXUSOXV G¶LQIRUPDWLRQV DFFHVVLEOHV j
Q¶LPSRUWHTXHOPRPHQWHWGHSXLVQ¶LPSRUWHTXHOHQGURLW/¶LQWHUQDXWHHVWDXMRXUG¶KXLSDUWRXW
/¶XWLOLVDWLRQ GH SOXV HQ SOXV IUpTXHQWH GH O¶LQWHUQHW PRELOH D PRGLILp les attentes des
consommateurs, et plus précisément des touristes. Les territoires et institutions culturelles
VHPEOHQW DYRLU SDUIDLWHPHQW LQWpJUp FHWWH GRQQp FRPPH O¶DWWHVWH O¶pPHUJHQFH JUDQGLVVDQWH

78
G¶DSSOLFDWLRQV PRELOHV OLpHV DX YR\DJH HW j OD FXOWXUH, les plus fréquentes étant destinées à
O¶L3KRQH $XMRXUG¶KXL RQ FRPSWDELOLVH HQ )UDQFH SOXV GH   DSSOLFDWLRQV j YRFDWLRQ
WRXULVWLTXHHWFXOWXUHOOH&HVDSSOLFDWLRQVSHXYHQWVLPSOHPHQWFRQWULEXHUjODSURPRWLRQG¶XQH
destination ou apporter une véritDEOHSUHVWDWLRQGHVHUYLFHjO¶XWLOLVDWHXU
$YHFO¶pPHUJHQFHGHO¶LQWHUQHWPRELOHO¶XWLOLVDWHXUVHUHWURXYHQR\pGDQVXQVXUSOXV
G¶LQIRUPDWLRQ RLOGHYLHQWGHSOXVHQSOXV GLIILFLOHGHGLVWLQJXHUO¶XWLOH GXJDGJHW $ILQ GH
modifier efficacement la pratique touristique et culturelle, les nouvelles technologies de
O¶LQIRUPDWLRQHWGHODFRPPXQLFDWLRQGRLYHQWVHGpPDUTXHUHQDSSRUWDQWXQHYDOHXUDMRXWpHHW
GHV LQIRUPDWLRQV TXL Q¶pWDLHQW DXWUHIRLV SDV DFFHVVLEOHV DXVVL IDFLOHPHQW 'DQV FH VHQV OHV
NTIC ne doivent pas simplement remplacer ce qui était déjà fait de manière traditionnelle
mais véritablement apporter de la plus-YDOXHDXWHPSVGHYLVLWH'¶XQHPDQLqUHJpQpUDOHQRXV
SRXYRQV GLUH TX¶LO QH IDXW SDV SDUWLU GH O¶LQQRYDWLRQ WHFKQRORJLTXH GH O¶RXWLO Tui sera
UDSLGHPHQWREVROqWHDXYXGHO¶pYROXWLRQHIIUpQpHGHVQRXYHOOHVWHFKQRORJLHVPDLVTX¶LOIDXW
se baser sur les attentes de base de son public. Les applications iPhone doivent donc se
GpPDUTXHUjODIRLVHQWHUPHG¶HUJRQRPLHPDLVDXVVLHQWHUPHGHFontenu.
Après avoir analysé différentes applications liées au tourisme et à la culture, nous
SRXYRQV FRQVWDWHU TXH FHWWH FRQGLWLRQ Q¶HVW SDV HQFRUH LQWpJUpH SDU WRXV (Q HIIHW VL O¶RQ
SUHQGO¶H[HPSOHGHO¶DSSOLFDWLRQ© Musée du Louvre », on constate que VRQFRQWHQXQ¶HVWSDV
DVVH]FRPSOHWSRXUDFFRPSDJQHUO¶XWLOLVDWHXUGXUDQWVDYLVLWHDXPXVpH/¶DSSOLFDWLRQUHOqYH
GDYDQWDJHGXJDGJHWPRQWUHTXHO¶pWDEOLVVHPHQWHVWHQSKDVHDYHFOHVQRXYHOOHVWHQGDQFHVGX
PRPHQWHWFRQWULEXHjODSURPRWLRQGHO¶pWDEOLVVHment auprès des technophiles. En effet, bien
TXHO¶XWLOLVDWLRQGHO¶L3KRQHWHQGHjVHEDQDOLVHURQFDQWRQQHHQFRUHDXMRXUG¶KXLO¶XWLOLVDWLRQ
de cet outil à un segment de consommateurs majoritairement jeunes, masculins et de catégorie
&63 &H VHJPHQW G¶XWilisateurs, également appelé les « technophiles » demeure très peu
UHSUpVHQWp GDQV OHV pWDEOLVVHPHQWV FXOWXUHOV /H VHXO LQWpUrW G¶XQH DSSOLFDWLRQ FRPPH FHOOH
ODQFpH SDU OH 0XVpH GX /RXYUH VHUDLW GH VXVFLWHU O¶HQYLH HW G¶DWWLUHU FHWWH SDUW GX PDUFKp
encore UpWLFHQWHjODYLVLWHG¶XQpWDEOLVVHPHQWFXOWXUHO,OHVWDXMRXUG¶KXLWURSW{WSRXUPHVXUHU
OH YpULWDEOH LPSDFW GH FHV DSSOLFDWLRQV GDQV O¶pYROXWLRQ GX QRPEUH GH IUpTXHQWDWLRQ GHV
pWDEOLVVHPHQWVFXOWXUHOVSXLVTX¶DXFXQHpWXGHGHVSXEOLFVQ¶DHQFRUHpWpUpDlisée.
$ O¶LQYHUVH OHV DSSOLFDWLRQV © Métro Paris 3.0 » et « Urban Trip » se sont basées sur
GHVDWWHQWHVGHFRQVRPPDWLRQGHEDVHFHTXLOpJLWLPLVHOHXUXWLOLVDWLRQORUVG¶XQGpSODFHPHQW
j3DULVTXHO¶RQVRLWXQWRXULVWHRXPrPHXQYLVLWHXUIUDQFLOLHQ

79
Même parmi les applications iPhone apportant une véritable légitimité de contenu, il
ne faut pas considérer ces outils comme des substituts de visite. En effet, les applications
L3KRQH SHXYHQW VRLW FRQWULEXHU j OD SURPRWLRQ GH O¶pWDEOLVVHPHQW j SOXV ODUJH échelle, soit
SDUWLFLSHU DX WHPSV GH YLVLWH DILQ G¶DFFRPSDJQH OH YLVLWHXU HW OXL RIIULU XQH SUHVWDWLRQ SOXV
RULJLQDOH HW SOXV SHUVRQQDOLVpH /HV DSSOLFDWLRQV L3KRQH VRQW XQ FRPSOpPHQW j O¶RIIUH GH
médiation déjà existante au sein des établissements culturHOVjVDYRLUO¶DXGLRJXLGH
,O HVW HQFRUH WURS W{W SRXU GpPDWpULDOLVHU OH FRQWHQX G¶XQ DXGLRJXLGH VXU XQH
DSSOLFDWLRQ L3KRQH FRPPH O¶DWWHVWH O¶H[SpULHQFH GH OD 3LQDFRWKqTXH GH 3DULV (Q HIIHW HQ
ODQoDQWO¶DSSOLFDWLRQ© iExposition » comme guide officiel GHO¶H[SRVLWLRQ© Edvard Munch :
O¶$QWL-Cri ª LO VHPEOHUDLW TXH O¶pWDEOLVVHPHQW DLW GpODLVVp OD PDMRULWp GH VRQ SXEOLF /HV
GpWHQWHXUVG¶L3KRQHQHVRQWSDVOHVSOXVUHSUpVHQWpVDXVHLQGHVLQVWLWXWLRQVFXOWXUHOOHVDLQVL
il aurait été plus judicieux de SURSRVHUXQDXGLRJXLGHjO¶DFFXHLOGXPXVpHDILQGHODLVVHUOH
choix et de satisfaire tous les segments de visiteurs.

/HV QRXYHOOHV WHFKQRORJLHV GH O¶LQIRUPDWLRQ HW GH OD FRPPXQLFDWLRQ HW SOXV
précisément les applications iPhone, permettent de répondre efficacement aux nouvelles
attentes des touristes, notamment en terme de mobilité et de sécurité. En effet, le système de
JpRORFDOLVDWLRQLQWpJUpjO¶L3KRQHSHUPHWDX[WRXULVWHVGHVHUHSpUHUGDQVXQWHUULWRLUHLQFRQQX
tout en conservant leur autonomie et leur liberté de mouvement.
Pour véritablement impacter le secteur du tourisme et modifier les pratiques, les
DSSOLFDWLRQV PRELOHV GRLYHQW LQWHUYHQLU GDQV WRXWHV OHV pWDSHV G¶XQ YR\DJH DOODQW GH VD
SUpSDUDWLRQ MXVTX¶j VRQ VRXYHQLU /HV DSSOLFDWLRQV L3KRQH GRLYHQW GRQF V¶LQVFULUH GDQV XQ
continuum spatio-temporel « avant, pendant, après la visite ».
Avant la visite, les applications iPhone constituent de formidables outils de promotion
ciblant un utilisateur souvent éloigné de la culture. Les applications iPhone permettent donc
GHVXVFLWHUO¶HQYLHHWGHIDFLOLWHUODYHQXHGHO¶XWLOLVDWHXU&¶HVWOHFDVGHO¶DSSOLFDWLRQ© Musée
du Louvre » qui a été lancée pour toucher le segment des technophiles, qui est très peu
UHSUpVHQWp DX PXVpH '¶XQ SRLQW GH YXH SUDWLque, les applications iPhone permettent
pJDOHPHQWGHGpPDWpULDOLVHUOHVPRGDOLWpVG¶DFKDWHWGHUpVHUYDWLRQHQMRXDQWVXUODVpGXFWLRQ
HW O¶LQFLWDWLRQ j O¶DFKDW FRPSXOVLI *UkFH j VRQ VPDUWSKRQH OH FRQVRPPDWHXU HVW SDUWRXW HW
peut accéder aux services de UpVHUYDWLRQHQOLJQHjWRXWPRPHQWFHTXLSHUPHWG¶RSWLPLVHUOHV
UHWRPEpHV pFRQRPLTXHV VXU XQ VLWH (Q HIIHW OH ODQFHPHQW G¶XQH DSSOLFDWLRQ L3KRQH HVW
relativement simple et peu onéreux. Si une application est appréciée et téléchargée par les
consommateXUVPrPHj¼ VRLWOHWDULIPLQLPXPG¶XQHDSSOLFDWLRQL3KRQH OHUHWRXUVXU

80
LQYHVWLVVHPHQW SHXW rWUH WUqV LPSRUWDQW &¶HVW FH TXH VRXOLJQHQW OHV GpYHORSSHXUV GH
O¶DSSOLFDWLRQ© Métro Paris 3.0 ».
Pendant la visite, les applications iPhone permettent FRPPH QRXV O¶DYRQV YX j
O¶XWLOLVDWHXUGHVHUHSpUHUSOXV IDFLOHPHQWVXUXQ WHUULWRLUHFHTXL OXLFRQIqUHXQHUDSLGLWpGH
mouvements. Ici encore, ces outils répondent parfaitement aux nouvelles attentes des visiteurs
tout en optimisant les retombées économiques sur un territoire. En effet, en simplifiant les
GpSODFHPHQWV GHV WRXULVWHV OHV DSSOLFDWLRQV L3KRQH SHUPHWWHQW GH IDFLOLWHU O¶DFFqV j XQ SOXV
JUDQG QRPEUH G¶pWDEOLVVHPHQWV GXUDQW OH WHPSV GH VpMRXU 3DU DLOOHXUV FHV RXWLOV SHXYHQW
venir accompagneU OH WRXULVWH SHQGDQW VD YLVLWH GLUHFWHPHQW GDQV O¶pWDEOLVVHPHQW FXOWXUHO
6DQV SRXU DXWDQW UHPSODFHU GpILQLWLYHPHQW O¶DXGLRJXLGH SURSRVp LQ VLWX OHV DSSOLFDWLRQV
iPhone peuvent proposer un parcours de visite plus innovant et personnalisé. Le temps
G¶DSSUHQWLVVDJH GH OD PDQLSXODWLRQ GH O¶RXWLO HVW DEROLW SXLVTXH OH FRQWHQX HVW SURSRVp
directement sur le propre téléphone mobile du visiteur. Mais pour véritablement impacter le
temps de visite, ces nouveaux outils doivent apporter une véritable valeur ajoutée en terme de
contenu ou de logistique (gestion des flux touristiques et répartition des visiteurs). Le Château
de Versailles semble avoir bien intégré cette solution sine qua non en lançant son application
iPhone sur les jardins du château.
Enfin, après lDYLVLWHOHVDSSOLFDWLRQVL3KRQHFRQVWLWXHQWXQHWUDFHGHO¶pWDEOLVVHPHQW
FXOWXUHO FRQVHUYpH GDQV OH WpOpSKRQH &HV RXWLOV SHXYHQW FRQWULEXHU j O¶LQWHUDFWLRQ DYHF OHV
touristes en leur offrant la possibilité de participer à la promotion du site, en laissant leur
commentaire ou en déposant des photographies sur les forums ou les réseaux sociaux.

/HV DSSOLFDWLRQV L3KRQH FRQVWLWXHQW GRQF XQ HQMHX HVVHQWLHO GDQV O¶pYROXWLRQ GH OD
pratique touristique et culturelle à Paris, comme dans le reste des villes françaises et
HXURSpHQQHV&HVQRXYHDX[RXWLOVLPSDFWHQWGLUHFWHPHQWWRXVOHVVHJPHQWVGHYLVLWHXUVTX¶LOV
soient en déplacement professionnel ou simplement en vacances. Il est donc très important
TXH OD )UDQFH SUHQQH OH SDV VXU FHV QRXYHDX[ RXWLOV DILQ G¶RSWimiser son attractivité
touristique.
Parmi les 50 000 applications iPhone destinées au voyage et à la culture, il est de plus
en plus difficile pour les institutions de se démarquer dans ce terrain ultra-concurrentiel et
pour les utilisateurs de se repéreU GDQV FH VXUSOXV G¶LQIRUPDWLRQV $ILQ GH PRQWUHU OHXU
YpULWDEOHOpJLWLPLWpHWOHXUDSSRUWGDQVO¶pYROXWLRQGHVSUDWLTXHVWRXULVWLTXHVHWFXOWXUHOOHVOHV
DSSOLFDWLRQVL3KRQHGRLYHQWVHGpPDUTXHUHQWHUPHVG¶HUJRQRPLHHWGHFRQWHQX/DFRQGLWLRQ

81
sine qua nRQ pWDQW GRQF GH QH SDV SDUWLU GH O¶LQQRYDWLRQ WHFKQLTXH G¶XQ RXWLO PDLV
véritablement des attentes de base de la clientèle touristique.

Face à ce nouveau marché touristique qui tend à se développer encore plus avec la
PLVH HQ FRQFXUUHQFH GH O¶L3KRQH DYHc de nouveaux smartphones, de nombreux facteurs
UHVWHQWHQFRUHDXMRXUG¶KXLHQVXVSHQG(QDQDO\VDQWOHVGLIIpUHQWHVXWLOLVDWLRQVTXLVRQWIDLWH
en matière de valorisation touristique des sites culturels par le biais des applications mobiles,
nous pouvons constater que la France est très en retard. De nombreux freins limitent encore
O¶XWLOLVDWLRQGHFHVQRXYHDX[RXWLOV3DUPLOHVSULQFLSDX[IUHLQVjFRQWRXUQHULOHVWHVVHQWLHO
G¶DERUGHUODTXHVWLRQGHVIUDLVGHURDPLQJ
En effet, développer des applications sans cesse plus utiles les unes que les autres pour
IDFLOLWHUODYLHGXWRXULVWHGXUDQWVRQVpMRXUGDQVODFDSLWDOHIUDQoDLVHQ¶DXUDDXFXQLPSDFWVL
XQH WDULILFDWLRQ DGDSWpH Q¶HVW SDV SURSRVpH SRXU OHV XWLOLVDWHXUV pWUDQJHUV 6L SOXVLHXUV
alternatives sont actuellement possibles pour limiter ces frais de connexion, elles réduisent les
FDSDFLWpVGHO¶RXWLO

Cette étude a tenté de faire le point sur les différents enjeux que peuvent revêtir les
DSSOLFDWLRQVL3KRQHGDQVO¶pYROXWLRQGHODSUDWLTXHWRXULVWLTue et culturelle à Paris. Bien que
les nouvelles technologies évoluent à une vitesse incroyable, il semble clair que tous les outils
OLpVjODPRELOLWpVRQWGHVYDOHXUVG¶DYHQLUGDQVOHVHFWHXUGXWRXULVPH
En parvenant à contourner les différents freins à O¶XWLOLVDWLRQGHVDSSOLFDWLRQVPRELOHV
et en prenant bien en compte les recommandations qui ont été faites tout au long de cette
étude, nous pouvons envisager de nombreux projets de valorisation touristique qui
SHUPHWWUDLHQWGHUHODQFHUO¶pFRQRPLHWRXULVWique au sein de notre territoire.

82
BIBLIO G RAPHI E

P U B L I C A T I O NS :

CROLA J-F., (2009), « Mobilités touristiques, identités numériques et traçabilités », Cahier


Espace n°100 : Nouvelles mobilités touristiques, 10p.

DARNIGE A., DECELLE F.X., (2001) Revue Espace n°185 : Innovation technologique,
Edition Espace Tourisme et Loisir, 58p.

DESSAUX C., (2007), « Lieux culturels et nouvelles pratiques numériques », Culture et


Recherche n°12, Ministère de la Culture et de la Communication, Paris.

DONNAT O., (2009), /HV SUDWLTXHV FXOWXUHOOHV GHV IUDQoDLV j O¶qUH GX QXPpULTXH HQTXrWH
2008, Editions La Découverte/Ministère de la Culture et de la Communication, Paris, 14p.

DRUBAY Diane, « Immersion totale dans la collection du SFMOMA », Paris, Buzzeum.com,


3 janvier 2009.

LESOURD J.C., (2009), Le tourisme à Paris : les chiffres clé 2008 [en ligne], Office du
Tourisme et des Congrès, Paris, 36p.

PORTNOFF A-Y., SUSBIELLE J-F. et DALLOZ X., (2009) Visites virtuelle et TIC : le
numérique au service de la visite touristique et culturelle, Publication ATOUT France, 160p.

RENAUDIN N., (2010), « Expositions  et  visites  sensorielles  :  des  événements  au  service  des  
handicapés  auditifs  ou  visuels  et...  de  tous  les  publics  »,  Revue  Espaces  n°277,  12p.  

SALMET A. (dir.), (2007), Culture et Handicap JXLGHSUDWLTXHGHO¶DFFHVVLELOLWp [en ligne],


Publication du Ministère de la Culture et de la Communication,
http://www.culture.gouv.fr/handicap/index.html, Paris, 247p.

VICERIAT P., ADELAÏDE J-M., (2007), « Systèmes d'information touristique. Les enjeux
liés aux technologies de mobilité », Revue Espace n°244 : La Péninsule arabique. Eldorado
touristique du XXIe siècle ?, 3p.

83
A R T I C L ES PR ESSE :

BENAITEAU M., (2009), « Le Louvre lance son application sur iPhone et iPod Touch »,
Communiqué de presse du Musée du Louvre.

DRUBAY Diane, « Immersion totale dans la collection du SFMOMA », Paris, Buzzeum.com,


3 janvier 2009.

HENNO J., « Quand les mobiles jouent les guides de voyage », Le Monde, 10 décembre
2009.

MICHELON V., « Votre bus en temps réel », Métro n°1720, 19 janvier 2009.

MELI Benoit, « Comment Louvre Hôtels a déployé sa stratégie mobile »,


www.lejournaldunet.com, le 7 mai 2010.

MORCOS A., (2009), « /¶DSSOLFDWLRQ 0pWUR 3DULV ,SKRQH  YRWUH QRXYHO °LO » [en ligne],
www.metroparisiphone.com.

« Quand les applications iPhone simplifient les vacances », www.tourmagazine.fr, le


24/12/2009.

« Edvard Munch O¶$QWL-Cri : Dossier de presse », [en ligne], http://www.pinacotheque.com/fr/


accueil/presse/communiques-de-presse/2010.html

« 'HV L3DG SRXU OHV FRQFLHUJHV G¶,QWHU&RQWLQHQWDO », www.mac4ever.com/news, le 14 avril


2010.

S I T ES I N T E R N E T :

http://www.apple.com/fr/

http://www.chateau-nantes.fr/fr/chateau_musee/le_musee/trophee_laval_virtual/

http://developer.apple.com/programs/iphone/

http://www.digi-guide.com/

http://www.etourisme.info/

http://www.google.com/intl/fr/sketchup/3dwh/citiesin3d/index.html

http://www.insee.fr/

http://www.louisxiv-versailles.fr/

84
http://www.metroparisiphone.com/

http://www.museumlab.jp/francais/

http://www.parisinfo.com/uploads/

http://www.pinacotheque.com/

http://wwwproximamobile.fr/article/handi-cite.

http://www.ratp.fr/flashcode/index.shtml

http://www.sfmoma.org/projects/artscope/index.htm

http://www.tourmag.com/

http://www.urbantripapp.com/

85
T A B L E D ES I L L UST R A T I O NS

Illustration 1 ««««««««««««««««««««««««««««S
Presselite ± 9XH GH O¶pFUDQ L3KRQH DFWLYp HQ PRGH YLGpR HW R DSSDUDLVVHQW GHV
LQIRUPDWLRQVJpRORFDOLVpHV JUkFHjO¶RSWLRQ UpDOLWpDXJPHQWpHGHO¶DSSlication « Métro Paris
3.0 »

Illustration 2 ««««««««««««««««««««««««««««S
Musée du Louvre ± 'pILOHPHQWGHV°XYUHVHQPRGHFRYHUIORZ

Illustration 3 ««««««««««««««««««««««««««««S
Urban Trip App ± Vue des différentes rubriques de O¶DSSOLFDWLRQ

Illustration 4 ««««««««««««««««««««««««««««.. p. 40
Continuum spatio-temporel des NTIC

Illustration 5 ««««««««««««««««««««««««««««S
Presselite ± Apparition des POI en réalité augmentée

Illustration 6 ««««««««««««««««««««««««««««S
Presselite - %RXVVROHTXLSHUPHWGHJXLGHUO¶XWLOLVDWHXUYHUVOHOLHXLQGLTXp

Illustration 7 ««««««««««««««««««««««««««««S
© RATP 2009 - Affiche promotionnelle du lancement du flashcode

Illustration 8 «««««««««««««««««««««««««««« p. 65
© TagMyLagoon ± Exemple de code 2D installé à Venise

Illustration 9 ««««««««««««««««««««««««««««.. p. 65
© TagMyLagoon ± 3URSRVLWLRQG¶XQSDUFRXUVDOWHUQDWLI

Illustration 10 ««««««««««««««««««««««««««««S
Vue Google Map - ExemplH GH SURSRVLWLRQ G¶LWLQpUDLUHV FXOWXUHOV DYHF XQ GLVSRVLWLI GH
flashcodes installé à travers Paris.

Illustration 11 «««««««««««««««««««««««««««S
© SFMOMA ± 9XHVGHVpFUDQVGHO¶DSSOLFDWLRQ5RRIWRS*DUGHQ

86
A N N E X ES

87
T A B L E D ES A N N E X ES

A nnexe A
&RPPXQLTXpGHSUHVVHGXODQFHPHQWGHO¶DSSOLFDWLRQ© Musée du Louvre ª««««S
Source : http://www.louvre.fr/media/repository/ressources/sources/pdf/src_document
_55893_v2_m56577569831252896.pdf

A nnexe B
Communiqué de presse de la PLVHjMRXUGHO¶DSSOLFDWLRQ© Musée du Louvre ª«««S
Source : http://www.louvre.fr/media/repository/ressources/sources/pdf/src_document
_56390.1_v2_m56577569831262110.pdf

A nnexe C
&RPPXQLTXpGHSUHVVHGXODQFHPHQWGHO¶DSSOLFDWLRQ© Urban Trip ª«««««««S
Source : Dossier de presse téléchargeable en ligne sur
http://www.urbantripapp.com/.

A nnexe D
Communiqué presse du lancement de la troisième présentation du programme DNP
Museum /DE««««««««««««««««««««««««««««« p. 92
Source : http://www.louvre.fr/media/repository/ressources/sources/pdf/src_document_
53254_v2_m56577569831191939.pdf

A nnexe E
3DJHGXGRVVLHUGHSUHVVHGHO¶H[SRVLWLRQ© Edvard Munch ª««««««««««S

A nnexe F
7DEOHUpFDSLWXODWLIGHVWDULIVGHFRQQH[LRQjO¶LQWHUQHWPRELOH««««««««««S
Sources : www.orange.fr, www.sfr.fr, www.bouyguestelecom.fr

A nnexe G
8WLOLVDWLRQG¶LQWHUQHWHWGHODWpOpSKRQLHPRELOHGDQVOHPRQGHHQ««««««S
Source : Insee

88
A NNE X E A :

89
A NNE X E B :

90
A NNE X E C :

91
A NNE X E D :

92
93
94
A NNE X E E :

95
A NNE X E F :

96
A NNE X E G :

INT ERNE T E T T E L E P H O NI E M O B I L E D A NS L E M O N D E E N 2007

Utilisateurs Abonnés à la
d'internet téléphonie mobile
Taux de Taux de
(en millions) (en millions)
pénétration (1) pénétration (1)

Europe 365 45,3 897 111,1

dont :
Allemagne 59 72,0 97 117,6
Espagne 23 52,0 48 109,4
France 32 51,2 55 89,8
Italie 32 54,4 90 152,5
Pays-Bas 14 84,0 19 117,5
Royaume-Uni 44 72,0 73 120,5
Afrique 53 5,5 275 28,5
Amérique 392 43,2 666 73,2
dont :
Brésil 68 35,2 121 63,1
États-Unis 222 72,5 263 86,0
Asie 577 14,5 1 515 38,1
dont :
Chine 213 16,0 547 41,2
Inde 81 6,9 234 20,0
Japon 88 68,9 107 83,9
Océanie 15 43,2 27 79,4
dont Australie 11 54,0 21 102,5
Monde 1402 21,0 3 379 50,5
(1) : pour 100 habitants. Le taux de pénétration peut être supérieur à 100 % puisqu'un individu donné peut posséder plusieurs
abonnements.
Source : International Telecommunication Union (ITU).

97
T A B L E D ES M A T I E R ES

Avant-proSRV«««««««««««««««««««««««««««««S

5HPHUFLHPHQWV««««««««««««««««««««««««««««S

6RPPDLUH««««««««««««««««««««««««««««««S

,QWURGXFWLRQJpQpUDOH«««««««««««««««««««««««««S

I ± Les nouvelles technologies au service de la méGLDWLRQFXOWXUHOOH««««««««S

/¶qUHGXQXPpULTXH««««««««««««««««««««««S

*HQqVHGHVDSSOLFDWLRQVL3KRQH««««««««««««««««««S

$QDO\VHFRPSDUDWLYHHQWUHO¶L3KRQHHWOHVDXWUHVVXSSRUWVGHPpGLDWLRQ««S

II - /¶LPSDFWGHVDSSOLFDWLRQVL3KRQHGDQVOHVHFWHXUGXWRXULVPH««««««««S

&UpHUGHQRXYHOOHVDWWHQWHVSRXUPLHX[\UpSRQGUH«««««««««««S

8QHPRGLILFDWLRQGHODSUDWLTXHWRXULVWLTXHHWFXOWXUHOOH«««««««««S

Les retombées économiques des DSSOLFDWLRQVL3KRQH««««««««««S

III - 8QHRXYHUWXUHYHUVO¶LQWHUQDWLRQDO«««««««««««««««««««S

8QHYLVLWHDFFHVVLEOHjWRXV«««««««««««««««««««S

/HVOLPLWHVGHVDSSOLFDWLRQVPRELOHV««««««««««««««««S

/H6)020$RXO¶Hxemple des applications mobiles mises au profit de la


promotion touristique ««««««««««««««««««««««S

&RQFOXVLRQJpQpUDOH««««««««««««««««««««««««««S

%LEOLRJUDSKLH««««««««««««««««««««««««««««S

7DEOHGHVLOOXVWUDWLRQV««««««««««««««««««««««««««S

Annexe A
&RPPXQLTXpGHSUHVVHGXODQFHPHQWGHO¶DSSOLFDWLRQ© Musée du Louvre ª««««S

Annexe B
&RPPXQLTXpGHSUHVVHGHODPLVHjMRXUGHO¶DSSOLFDWLRQ© Musée du Louvre ª«««S

98
Annexe C
Communiqué de presse du lanFHPHQWGHO¶DSSOLFDWLRQ© Urban Trip ª«««««««S

Annexe D
Communiqué presse du lancement de la troisième présentation du programme DNP
0XVHXP/DE«««««««««««««««««««««««««««««S

Annexe E
3DJHGXGRVVLHUGHSUHVVHGHO¶H[SRVLWLRQ© Edvard Munch ª«««««««««S

Annexe F
7DEOHUpFDSLWXODWLIGHVWDULIVGHFRQQH[LRQjO¶LQWHUQHWPRELOH««««««««««S

Annexe G
8WLOLVDWLRQG¶,QWHUQHWHWGHOjWpOpSKRQLHPRELOHGDQVOHPRQGHHQ««««««S

99
T A B L E D ES O U T I LS M E T H O D O L O G I Q U ES

O U T I LS M E T H O D O L O G I Q U ES :

*ULOOHG¶HQWUHWLHQSRXUOHVGpYHORSSHXUVG¶DSSOLFDWLRQVL3KRQH««««««««« p. 3

*ULOOHG¶DQDO\VHGHVDSSOLFDWLRQVL3KRQH«««««««««««««««««« p. 4

4XHVWLRQQDLUHVXUOHIODVKFRGHHWOHVDSSOLFDWLRQVL3KRQH««««««««««« p. 5

5pVXOWDWVGXTXHVWLRQQDLUH«««««««««««««««««««««««« p. 8

C O M P T E - R E N D U D ES E N T R E T I E NS E F F E C T U ES :

Laurent Jaconelli
Agence Mastery ± Application « 0XVpHGX/RXYUH«««««««««««««« p. 11

David Madec
Direction de la Communication du Musée du /RXYUH«««......................................« p. 12

Arnaud le Canu
'pYHORSSHXUGHO¶DSSOLFDWLRQ© Urban Trip ª««««««««««««««««« p. 15

Nathacha Villeroy
6HUYLFHPXOWLPpGLDGX0XVpHGX/RXYUH««««««««««««««««««S

Laurent Gaveaud et Ariane de Lestange


*UDQG9HUVDLOOHV1XPpULTXH«««««««««««««««««««««««S

Antoine et Michel Morcos


Agence Presselite ± Application « Métro Paris 3.0 » ««««««««««««««S

Quelques entretiens téléphoniques ont été réalisés dans le cadre de mon stage HWQ¶RQWGRQF
SDVIDLWO¶REMHWGHFRPSWHV-rendus.

C O M P T E - R E N D U D ES C O N F E R E N C ES ASSIST E ES :

Conférence « Mobilité touristique et visite culturelle »


/H&HUFOHQXPpULTXHG¶$7287)UDQFHOHPDUV«««««««««««« p. 29

Conférence « e-Tourisme »
/¶(VSDFH(FKDQJHXU30(OHDYULO «««««««««««««««««S
(Pour la quatrième de couverture)

/¶ A PP O R T D ES A PP L I C A T I O NS I P H O N E D A NS L ¶ E V O L U T I O N D E L A PR A T I Q U E
T O U R IST I Q U E E T C U L T U R E L L E A P A R IS

$XMRXUG¶KXL RQ QH GpQRPEUH SDV PRLQV GH   DSSOications iPhone liées au
voyage et à la culture. Ces nouveaux outils se sont répandus en quelques mois et sont en train
de devenir un enjeu stratégique et financier très important à la fois pour les institutions
culturelles mais également pour les territoiUHVDILQG¶RSWLPLVHUOHXUIUpTXHQWDWLRQWRXULVWLTXH
Ce taux est en perpétuelle évolution et tend à se développer encore plus avec la mise en
FRQFXUUHQFHGHQRXYHDX[V\VWqPHVG¶H[SORLWDWLRQSRXUVPDUWSKRQHV$XMRXUG¶KXLODPDMRULWp
des applications mobileV VRQW GpYHORSSpHV VXU L3KRQH ELHQ TXH OH V\VWqPH G¶H[SORLWDWLRQ
Androïd tende à se créer une part de plus en plus importante du marché.
4XHO HVW O¶LPSDFW GH FHV QRXYHOOHV DSSOLFDWLRQV PRELOHV HW SOXV SUpFLVpPHQW OHV
applications iPhone, sur le secteur du tourisme ? Ces nouveaux outils répondent aux nouvelles
DWWHQWHV GHV YLVLWHXUV HQ WHUPHV G¶LQIRUPDWLRQ HW GH PRELOLWp HW DFFRPSDJQHQW OHV WRXULVWHV
avant, pendant et après leur voyage.
Cette étude propose de répondre à cette question en analysant quelques une de ces
DSSOLFDWLRQVWRXWHQPHWWDQW O¶DFFHQW VXUOHVGLIIpUHQWV IUHLQV TXL OLPLWHQWHQFRUHO¶XWLOLVDWLRQ
de ces nouveaux outils.

THE C O N T R I B U T I O N O F T H E I P H O N E ¶S A PP L I C A T I O NS
O N C U L T U R A L T O U R ISM I N P A R IS

$W WKLV WLPH PRUH WKDQ   L3KRQH¶V Dpplications are dedicated to travel and
culture. Those new tools have been developed since a few months and are going to become a
real economic and strategic stake for cultural establishments and territories. The number of
applications is growing up, in particular because of the emergence of new competitors in the
Smartphone¶V market. Today, mobile applications are mostly developed on iPhone even
though the Androïd system is more and more present in this market.
What impacts have these new mobile applications, for iPhone in particular, on
Tourism? Those QHZ WRROV PHHW WRXULVWV¶ QHHGV RI LQIRUPDWLRQ DQG PRELOLW\ ,WV HVFRUWs the
visitors before, during and after their travel experience.
This study tries to answer the question and show the limits of these new tools with
some examples of iPhone¶V applications.
UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE
INSTITUT DE RECHERCHE ET D'ETUDES SUPERIEURES
DU TOURISME

L’apport des applications iPhone


dans l’évolution de la
pratique touristique et culturelle à Paris

DOSSIER D’OUTILS METHODOLOGIQUES

Mémoire professionnel présenté pour l'obtention du


Diplôme de Paris 1 - Panthéon Sorbonne
MASTER PROFESSIONNEL "TOURISME" (2ème année)
Spécialité Valorisation Touristique des Sites Culturels

Par Magali Da Silva

Sous la direction de Monsieur Valery Patin

Session de juin 2010


TABLE DES OUTILS METHODOLOGIQUES

OUTILS METHODOLOGIQUES :

Grille d’entretien pour les développeurs d’applications iPhone …………………….….. p. 3

Grille d’analyse des applications iPhone …………………………………………….…. p. 4

Questionnaire sur le flashcode et les applications iPhone ………………………..…….. p. 5

Résultats du questionnaire ……………………………………………………………… p. 8

COMPTE-RENDU DES ENTRETIENS EFFECTUES :

Laurent Jaconelli
Agence Mastery – Application « Musée du Louvre ………………………………..……. p. 11

David Madec
Direction de la Communication du Musée du Louvre ………......................................….. p. 12

Arnaud Le Canu
Développeur de l’application « Urban Trip » ………………………………………….… p. 15

Nathacha Villeroy
Service multimédia du Musée du Louvre ………………………………………………... p. 18

Laurent Gaveau et Ariane de Lestange


Grand Versailles Numérique …………………………………………………….………. p. 20

Antoine et Michel Morcos


Agence Presselite – Application « Métro Paris 3.0 » ……………………………………. p. 26

Quelques entretiens téléphoniques ont été réalisés dans le cadre de mon stage et n’ont donc
pas fait l’objet de comptes-rendus.

COMPTE-RENDU DES CONFERENCES ASSISTEES :

Conférence « Mobilité touristique et visite culturelle »


Le Cercle numérique d’ATOUT France, le 25 mars 2010 ………………………………. p. 29

Conférence « e-Tourisme »
L’Espace Echangeur PME, le 10 avril 2010 ………………………...…………………… p. 35

2
GRILLE DE QUESTIONS DES DIFFERENTS ENTRETIENS REALISES

Comment le partenariat avec l’agence de développement s’est-il mis en place (genèse du


projet) ?

Sur quelle stratégie de commercialisation vous êtes vous positionné ?

Quelles étaient les principales directives dans la réalisation de cette application (but de
l’application et motivation) ?

Qui était responsable de la détermination des contenus ?

Existe-il un cahier des charges émis et est-il possible d'obtenir copie de celui-ci (pour les
parties qui peuvent être librement consultées) ?

Quelles sont les modalités de gestion de l’application ?


- qui a financé ?
- qui est « propriétaire » ?
- comment est-elle exploitée ?

Quels sont les taux de téléchargement depuis le lancement de l’application ?

En quoi cette nouvelle application a-t-elle pu modifier la pratique touristique à Paris?

Au fur et à mesure de la discussion d’autres thèmes ont été abordés avec les interlocuteurs.

3
GRILLE D’ANALYSE DES APPLICATIONS IPHONE

Phase « terrain » permettant de comparer, dans la mesure du possible, la légitimité de contenu


des applications iPhone par rapport aux autres outils de médiation présent sur les sites.

Avant la visite

Quelle est la visibilité de l’application dans les médias ?

Quelle est la visibilité de l’application sur le site ?

Quelle est la visibilité de l’audioguide sur le site ?

Y a t’il une proposition d’audioguide à l’accueil ?

L’audioguide est-il payant ?

Pendant la visite

En combien de langues l’audioguide est-il traduit ?

L’audioguide est-il facile d’utilisation ?

Analyse de l’ergonomie de l’application iPhone…

Combien de temps dure le contenu de l’audioguide ?

Combien de temps dure le contenu de l’application iPhone ?

Est-ce que l’application offre quelque chose en plus ?

L’audioguide permet-il de se localiser dans l’exposition ? Et l’application ?

Après la visite

Combien de temps a duré la visite ?

Y a-t-il un recueil d’avis des utilisateurs des audioguides ? De l’application ?

Qu’est-ce que les outils de médiation m’ont apporté ?

Ai-je appris quelque chose ?

Ai-je envie de revenir ?

4
QUESTIONNAIRE FLASHCODE ET APPLICATION IPHONE

Bonjour, je réalise un mémoire sur l’apport des applications iPhone dans l’évolution de la
pratique touristique et culturelle à Paris et j’aimerais obtenir votre avis sur certains points.
Merci de répondre à ces quelques questions et de me renvoyer le tout par mail à l’adresse
suivante : magali.ds@hotmail.fr
Merci d’inscrire vos réponses en couleur afin qu’elles apparaissent plus facilement.

1 – Votre téléphone portable :

 iPhone  Autre

2 – Disposez-vous d’une connexion Internet sur votre téléphone ?

 Oui  Non

3 – Pour les détenteurs d’un mobile classique : Envisagez-vous d’acheter un smartphone


lorsque vous changerez de téléphone portable ?

 Oui  Non  Ne sait pas

Une préférence ?

 iPhone  RIM/BlackBerry  Android (Google)  Autre (précisez)

5
4 – Connaissez-vous le principe du « flashcode » ?

 Oui  Non

Si vous ne connaissez pas, rendez-vous sur :


http://www.afmm.fr/Solutions/Flashcode/Principes/principes

5 – Pour les personnes qui connaissent le flashcode, avez-vous téléchargé le lecteur


« flashcode » sur votre mobile ?

 Oui (à quelle occasion ?)  Non (pourquoi ?)

6 – Pour les utilisateurs du « flashcode », à quelle fréquence utilisez-vous cet outil ?

 Une fois seulement (ça ne m’a pas plu)  Quelquefois  Fréquemment

Que pensez-vous de l’ergonomie (mode d’utilisation) du flashcode ?

 Rapide et facile à utiliser  Compliqué et long

Est-ce que cela fonctionnait bien ?

 Oui  Non, plusieurs bugs

7 – Pour les détenteurs d’un iPhone : Que pensez-vous de l’utilité du flashcode par
rapport aux applications téléchargeables sur l’AppStore ?

 Le flashcode est moins utile

 Le flashcode est tout aussi utile

 Le flashcode est plus utile

8 – Pour les détenteurs d’un mobile « classique » : Pensez-vous que le flashcode puisse
être offrir un contenu accessible à ceux qui ne possèdent pas d’iPhone ? (une sorte
d’alternative aux applications iPhone)

 Oui  Non  Ne sait pas

6
9 – Pour les détenteurs d’un iPhone : Quel est le genre d’applications que vous
téléchargez le plus ?

 Jeux

 Voyage (Tripadvisor…)

 Culture (type application Musée du Louvre, Grand Palais,…)

 Autres : merci de définir

10 – Pour toutes les personnes interrogées : Est-ce que la multiplication d’applications


liées à la culture vous a donné envie d’aller visiter un musée (une visite plus ludique et
personnalisée, moins ennuyeuse  ) ?

 Je fréquentais déjà les musées et je ne me sers pas de ces nouveaux outils

 Je fréquentais déjà les musées et je trouve que ces outils apportent une valeur ajoutée à la
visite

 Je ne fréquentais pas les musées mais ces applications iPhone m’ont donné envie d’y aller

 Ca ne m’a toujours pas donné envie d’y aller

11 – Pour les détenteurs d’un iPhone : A partir de combien d’€ une application vous
semble trop chère, même si son contenu est intéressant ?

 Env. 1€  Env. 3€  Env. 5€

12 – Pour les détenteurs d’un iPhone : Pensez-vous que les applications iPhone
apportent une véritable aide pour se repérer dans un pays étranger ?

 Oui  Non, c’est juste un gadget

Merci pour le temps que vous avez pu accorder à ce questionnaire !


Merci également de diffuser ce questionnaire autour de vous !

Magali.

7
RESULTATS DU QUESTIONNAIRE
FLASHCODE ET APPLICATIONS IPHONE

Ce document a été transmis à cinquante personnes possédant un téléphone mobile à


connexion internet, d’un âge allant de 23 à 45 ans.

REPARTITION DES MOBINAUTES INTERROGES

IMPACT DU LECTEUR FLASHCODE SUR LES PERSONNES INTERROGEES

8
PRINCIPAUX FREINS A L’UTILISATION DU FLASHCODE

TYPES D’APPLICATIONS TELECHARGEES PAR LES DETENTEURS D’IPHONE INTERROGES

9
IMPACT DES APPLICATIONS IPHONE SUR L’ACTIVITE CULTURELLE
DES PERSONNES INTERROGEES

IMPACT DES APPLICATIONS IPHONE DANS UN DEPLACEMENT

10
COMPTE RENDU DE L’INTERVIEW DE MR JACONELLI
DIRECTEUR DE L’AGENCE MASTERY
ENTRETIEN TELEPHONIQUE DU 13 JANVIER 2010, 14H

Monsieur Jaconelli m’a contacté par téléphone le mercredi 13 janvier 2010 à la suite
de l’envoi de mon questionnaire quelques jours auparavant. Malgré le vif intérêt de celui-ci
pour mon travail et son grand enthousiasme, il est confronté à de nombreuses clauses de
confidentialité de deux ans fixée à la fois par Apple et par le Musée du Louvre. Les questions
composants mon interview, bien que pertinentes selon lui, portent atteinte à ces clauses de
confidentialité. Monsieur Jaconelli n’a donc pu m’éclairer que de manière générale sur le
fonctionnement de l’application Musée du Louvre.
Pour ce qui est de la stratégie de commercialisation du Louvre (confidentielle),
Monsieur Jaconelli estime, à titre purement personnel, que lancer une application de la sorte
alors que le musée, qui génère près de 8,5 millions de visiteurs par an, est un gage de qualité
très valorisant aux yeux du public. En effet, cela montre que le Louvre, bien que sa notoriété
soit établie à travers le monde entier, est un établissement en perpétuelle évolution et en phase
avec son temps.
Le Louvre n’a pas choisi de lancer cette application dans le but de créer un substitut à
la visite du musée mais plutôt d’inviter l’utilisateur à redécouvrir des œuvres emblématiques
du musée et de susciter son envie de retourner la voir en vrai. Monsieur Jaconelli insiste par
ailleurs sur le fait que la culture doit être accessible à tous et que cette application est une des
étapes à la démocratisation de l’Art. Il est évident à long terme que cette application aura des
retombées favorables sur l’évolution du trafic au Musée du Louvre.
Enfin, pour ce qui est du contenu pédagogique de l’application, c’est bien entendu le
Louvre qui en a fixé les bases, néanmoins, Laurent Jaconelli et le reste de l’équipe Mastery
ont eu un droit de regard sur la qualité des images diffusées. Pour la question des images
encore, il est impossible d’obtenir des documents car les droits appartiennent au Musée du
Louvre. Monsieur Jaconelli m’a invité à contacter Madame Alfandari, chef du service
multimédia du Musée du Louvre, qui était sa principale interlocutrice pour la mise en place de
l’application. Si celle-ci accepte de me divulguer certaines informations, il m’a invité à le
recontacter pour lui faire part de l’évolution de mon étude et avisera alors des informations
qu’il sera en mesure de me fournir à son tour.

11
COMPTE RENDU DE L’INTERVIEW DE MR DAVID MADEC
DIRECTEUR ADJOINT DU SERVICE COMMUNICATION DU MUSEE DU LOUVRE
ENTRETIEN EN TETE-A-TETE DU VENDREDI 22 JANVIER 2010, 10H30

Après plusieurs échanges par mail, Monsieur David Madec, directeur du Service de la
Communication du Musée du Louvre m’a reçu le vendredi 22 janvier au matin afin de
répondre à mes questions concernant le lancement de l’application Musée du Louvre.

Ma première question a été de savoir quelle était la motivation du Louvre en lançant


cette application. Monsieur Madec décrit cette application comme un outil simple d’utilisation
et léger qui présente le contenu scientifique du Louvre à travers quarante œuvres
emblématiques du musée. Le but de l’application est certes de toucher un public nouveau
mais elle ne cible pas un type de public particulier. En effet, avec ses 8,5 millions de visiteurs
annuels, le Louvre peut se permettre de brasser différents publics avec une même médiation.
L’application Musée du Louvre a donc été élaborée afin d’améliorer la capacité d’accueil du
musée et se place comme un outil portable complémentaire du site Internet déjà très élaboré
du Louvre.
Le Louvre cherche à développer des applications numériques pour sa notoriété avant
tout. En effet, le lancement de l’application Musée du Louvre a généré une forte publicité
autour des activités du musée ce qui est très valorisant pour le musée. Cela montre qu’il est en
phase avec son époque. Ainsi, le musée du Louvre peut toucher indirectement une population
dont les principaux centres d’intérêt n’incluent pas la visite au musée. En effet, même si
l’application Musée du Louvre ne cible pas de segment de visiteurs précis, Monsieur Madec
estime que l’association du musée avec les technologies Apple permettent de toucher un
public trentenaire et plutôt aisé (par déduction du prix du téléphone !). Cette population n’est
pas nécessairement la plus représentée au Louvre et il est possible que l’application les incite
davantage à venir. Les chiffres exacts des téléchargements de l’application Musée du Louvre
ne sont pas encore parus, néanmoins Monsieur Madec s’est engagé à me fournir ces chiffres
ainsi que leur répartition au plus vite.

J’ai ensuite demandé si l’application pouvait avoir une incidence sur la visite du
Musée du Louvre en temps que telle et si l’application permettait de mieux gérer les flux de

12
visiteurs. Selon Monsieur Madec, deux contraintes majeures empêchent une bonne gestion
des flux au Musée du Louvre : la Victoire de Samothrace et la Joconde, les deux œuvres les
plus emblématiques du musée qui se situent dans le même département. L’application Musée
du Louvre n’incitera donc pas les visiteurs à changer leur parcours de visite, malgré les
quarante œuvres proposées. Le but de cette application n’émane pas d’une volonté de gérer
ces flux mais vraiment de diffuser l’image scientifique du musée à travers le monde.
Pour ce qui est du contenu de cette application, il a d’ailleurs été validé par les
conservateurs en chef du Louvre, au même titre que les cartels explicatifs ou les audioguides
présents dans le musée.
A ce sujet, Monsieur Madec ne pense pas que cette application puisse remplacer les
audioguides du Musée du Louvre. En effet, pour un musée d’une telle ampleur, les
audioguides élaborés sont très sophistiqués et très faciles d’utilisation. Selon lui, l’application
Musée du Louvre sur Iphone relève davantage du gadget interactif qui amuse et qui incite à
venir mais le contenu pédagogique ne peut pas rivaliser avec celui des audioguides.

J’ai par la suite évoqué le lien que nous pouvons établir entre les applications iPhone et
l’accessibilité pour les personnes handicapées. Monsieur Madec estime également que ces
applications peuvent jouer un rôle dans la mise en accessibilité d’un site. Bien que leur
contribution en soit limitée, elles marquent le lien vers les autres outils multimédia existants.
Le Louvre est accessible à près de 80% pour les visiteurs handicapés. Il existe in situ de
nombreux ateliers pour les visiteurs déficients visuels basés sur une approche tactile des
œuvres. Cette « galerie tactile » est également accessible aux personnes non handicapées car
elle revêt une dimension pédagogique et attractive très prisée aux yeux des visiteurs.
De nouvelles mises à jour de l’application sont actuellement en cours de réflexion
mais leur contenu est strictement confidentiel. Néanmoins, Monsieur Madec m’a dévoilé
certains projets en test depuis plusieurs années comme le projet « Museumlab ». Le projet
« Museumlab » est en réflexion depuis trois ans avec l’entreprise japonaise Day-Nippon-
Printing. Le Louvre, certain de l’enjeu du multimédia pour une meilleure appréhension des
œuvres, réfléchit à ce projet pour donner aux visiteurs l’impression de rentrer dans les
différentes couches d’une œuvre d’art. Une expérience a été réalisée au Japon avec le tableau
de la Vierge au Lapin de Titien et ce procédé interactif semble être un outil de médiation très
original et attractif pour capter l’intérêt du public et pour mieux lui faire comprendre la
démarche artistique du peintre. Le visiteur entrerait dans une boite qui zoomerait sur
différentes parties du tableau, ce qui permettrait de faire dégager l’arrière plan du premier

13
plan. De nombreuses contraintes d’ordre technique empêchent encore le Louvre d’installer
ces équipements car les galeries sont trop étroites.
L’outil interactif Museumlab pourrait être un bon compromis entre la visite virtuelle et
interactive du musée et la richesse du contenu scientifique. Cet outil serait à la fois accessible
du grand public et des visiteurs handicapés.

14
COMPTE RENDU DE L’ENTRETIEN AVEC MR ARNAUD LE CANU
DIRECTEUR GENERAL DE ABECE NETWORK ET DEVELOPPEUR DE
L’APPLICATION URBAN TRIP PARIS

ENTRETIEN EN TETE-A-TETE DU 24 FEVRIER 2010

Il faut bien faire la différence entre l’usage de l’iPhone comme un outil de


divertissement et l’usage pratique dans sa vie de tous les jours. « Métro Paris 3.0 » par
exemple est un gadget car ce n’est pas pratique d’utilisation. Croyez-vous réellement que les
gens se promènent le bras en l’air dans la rue ?
Selon Mr Le Canu le principe de la réalité augmentée n’est pas une création pérenne pour les
applications iPhone.
L’iPhone est une révolution par rapport aux autres smartphone. En effet, contrairement aux
autres constructeurs mobiles qui renouvellent perpétuellement le design et l’ergonomie de
leurs téléphones, Apple a choisi de garder la forme initiale de son iPhone et de développer sa
capacité. L’iPhone, c’est un « device » unique (forme) et donc un seul système qui est sans
cesse amélioré.
De plus en plus d’application iPhone voient le jour mais environ 80% d’entre elles ne
respectent pas les « codes d’usage » de la marque Apple. C’est d’ailleurs le cas de
l’application « Musée du Louvre », qui a choisi de créer un mode de navigation personnalisé
qu’il faut apprendre pour accéder au contenu.
L’application « Urban Trip » a choisi de respecter conformément les codes d’usage Apple, sur
le modèle de l’application iTunes. En effet, l’utilisation d’un iPhone doit permettre d’accéder
à de nombreux services en un simple clic, d’une seule main. Le principe d’iTunes est très
simple, permet une navigation rapide et favorise ainsi l’achat spontané. L’application ne mise
pas sur le beau mais surtout sur le pratique.
L’application « Urban Trip » reprend donc le modèle du listing avec image, titre, cadre spatio-
temporel.

Comment est née l’application « Urban Trip » ? :


L’application « Urban Trip » est née d’une volonté personnelle de la part des développeurs de
réaliser une application nécessaire à la mise en valeur de Paris. Arnaud Le Canu parle de sa
grande frustration en tant que parisien de ne pas connaître la richesse patrimoniale des
bâtiments qui l’entourent.

15
Un an de travail a été nécessaire à l’élaboration de cette application (de janvier 2009 à janvier
2010) et qui a été validé par Apple directement à San Francisco.
Il existe deux modes de création d’une application iPhone. Il y a tout d’abord les
développeurs qui possède déjà un contenu (type Wikipédia) et qui se serve de l’application
comme un site Internet mobile. Et il y a les développeurs qui, comme « Urban Trip », se
créent leur propre contenu.

Création de l’application « Urban Trip » :


Les développeurs de l’application « Urban Trip » ont, dans un premier temps, confié le design
à un graphiste de Los Angeles. Le résultat était très stylisé mais pas du tout fonctionnel car
très lent. Les développeurs ont donc choisi de refaire toute l’application en négligeant le
« beau » au profit du « pratique ». La valeur d’usage est, selon eux, très importante et doit
permettre une navigation très fluide.

Motivation de l’application :
Comme c’est expliqué sur le site Internet, la création de l’application « Urban Trip » résulte
d’une grande frustration de la part des développeurs de ne pas connaitre leur ville, Paris.
Monsieur Le Canu m’explique que lorsque sa fille vient lui rendre visite, il aime pouvoir lui
apprendre l’histoire de Paris. Tout comme il peut occuper son père pour se balader dans la
capitale.
Le but premier de l’application « Urban Trip » est d’éduquer culturellement les touristes à
Paris, mais aussi les citadins, afin de comprend où l’on est/où l’on vit :
Profiter de son temps intelligemment (horaires d’ouverture
Bien préparer son voyage dans la capitale
Renseigner au mieux les visiteurs
L’application « Urban Trip » comporte 400 fiches pour l’exploration urbaine. Monsieur Le
Canu n’envisage pas de compléter la nouvelle version de son application d’une sélection
d’hôtels et de restaurants car il considère qu’il ne faut pas transformer une application en
annuaire.
En effet, c’est selon lui une grosse erreur de vouloir rendre plusieurs services en une même
application car au final on ne fait pas les choses à fond. De nombreuses applications existent
sur la question des hôtels et des restaurants à Paris et cela suffit. Par ailleurs ce type de
sélection est très mouvant donc pas très fiable au final.

16
Il est plus intéressant de considérer l’iPhone comme le fédérateur de plusieurs applications qui
offrent ensemble une prestation complète (principe de complémentarité des applications).
Monsieur Le Canu souhaite cependant développer un contenu éditorial. Enfin, une demande
leur a été faite afin d’intégrer des fiches reprenant l’histoire des marchés parisiens, des fiches
sur 40 quartiers sont en cours de réalisation. Un autre ajout est en train d’être pensé, celui de
la fonction « je suis là », qui permettrait d’envoyer à ses contacts Twitter une carte postale du
monument où l’on se trouve.
Le but principal de cette application est de démocratiser la culture et le contenu scientifique
est accessible à tous. Monsieur Le Canu connait Céline Excoffon depuis 20 ans et l’a sollicité
pour développer le contenu scientifique de l’application car elle a toujours su expliquer
l’histoire de l’art aux personnes les moins érudites, c’est selon Mr Le Canu un énorme atout
lorsqu’on s’adresse aux utilisateurs de l’iPhone.

Retombées de l’application :
Pour toutes applications lancées, 30% du téléchargement revient à Apple. L’application
« Urban Trip » est encore trop récente pour que l’on mesure son impact mais à ce jour elle a
été téléchargée 1 000 fois. L’application est payante, ce qui limitera forcément les
téléchargements mais elle sera davantage pérenne. L’application s’est lancée dans une vaste
campagne de promotion presse et sera également présente au salon MAP en mars prochain.
La clientèle ciblée est universelle, de fait, une version anglaise va paraitre en mars 2010. MR
Le Canu a également sollicité l’Office de Tourisme de Paris afin de pouvoir y adhérer.
« Urban Trip » aimerait être promu par l’OT.

17
COMPTE RENDU DE L’ENTRETIEN AVEC NATACHA VILLEROY
SERVICE MULTIMEDIA DU MUSEE DU LOUVRE
ENTRETIEN EN TETE-A-TETE LE 09 AVRIL 2010

Après avoir préalablement envoyé mon questionnaire au Service multimédia du musée


du Louvre, Madame Villeroy a repris chaque question une à une afin d’y répondre avec le
plus d’exactitude possible.

Comment le partenariat entre le Musée du Louvre et Mastery s’est-il mis en place ?


L’agence Mastery est un prestataire du Musée du Louvre.
Le développement de l’application Musée du Louvre répond à un appel à projet lancé par le
DUI1 et Proxima Mobile (Etat). Cette idée de lancer une application iPhone pour présenter la
collection du Musée du Louvre était en réflexion depuis plusieurs mois et c’est cet appel à
projet qui a permis de concrétiser cela.

Sur quelle stratégie de commercialisation s’est positionné le Louvre ?


Le Musée du Louvre a profité de l’ouverture du magasin Apple dans sa galerie commerçante
le 5 novembre 2009. Le lancement de l’application s’est donc fait en simultané. Le Louvre a
voulu marquer la cohérence de l’emplacement du magasin Apple et également profiter de
cette forte médiatisation.

Quel est le but de cette application ?


L’application « Musée du Louvre » a été lancée dans une logique de démocratisation de la
culture. Elle n’a pas vocation de s’utiliser au sein du musée mais de faire découvrir quelques
œuvres emblématiques du Louvre depuis son téléphone mobile. L’application vise avant tout
les utilisateurs de l’iPhone (les technophiles masculins et trentenaires), un segment de
visiteurs peu représenté dans les musées.
Les trois principales actions du musée du Louvre sont : conserver, diffuser des savoirs et faire
de la recherche. Le lancement de l’application iPhone entre dans le champ de la diffusion de
savoirs.

1
La Délégation des Usages d’Internet

18
Existe-il un cahier des charges émis par le Louvre et est-il possible d'obtenir copie de
celui-ci (pour les parties qui peuvent être librement consultées) ?
Oui, les parties consultables seront envoyées par mail dans les prochains jours.

Quels sont les taux de téléchargement depuis le lancement de l’application ?


L’application « Musée du Louvre » a dépassé les 2 millions de téléchargements il y a deux
semaines, ce qui est un excellent taux.

Quelles sont les parts qui reviennent au Louvre et quelles sont les vôtres sur le nombre
de téléchargements ?
L’application étant gratuite, il n’y a aucun retour sur investissement. Le lancement de
l’application « Musée du Louvre » résulte d’une véritable volonté de démocratisation de la
culture. La deuxième version de l’application, sortie le 5 mars dernier, est également gratuite.
Néanmoins, plusieurs réflexions sont en cours pour créer une nouvelle application plus
complète et cette fois-ci, payante.
Néanmoins, si une future application iPhone servira d’outil d’aide à la visite, elle sera
forcément complémentaire à l’audioguide proposé in situ et ne le remplacera jamais.

En quoi cette nouvelle application a-t-elle pu modifier la visite au Louvre ?


L’application n’a pas été créée pour être un complément de visite et donc elle ne modifie en
rien la visite au Louvre. Cette application s’utilise à l’extérieur et n’est pas suffisamment
élaborée pour servir d’outil de visite.

Pensez-vous que l’application Louvre soit un levier pour l’accessibilité à la culture aux
personnes handicapées ?
Non. Le Louvre est quasi totalement accessible pour les visiteurs handicapés mais
l’application iPhone ne s’adresse absolument pas à ce segment de visiteurs. Le programme
Museum Lab est, quant à lui adapté aux personnes munies de handicap. Une difficulté
demeure néanmoins, celle du handicap mental, qui n’est pas encore prise en compte au
musée.

19
GRAND VERSAILLES NUMERIQUE

COMPTE RENDU DE L’ENTRETIEN DU 14/04/2010

Intervenants : Laurent Gaveau, Responsable du Marketing et des Partenariats


Ariane de Lestrange, Directrice de la Communication

A l’occasion du chantier du Grand Versailles, un vaste programme de restructuration du


château, les organisateurs ont souhaité intégrer davantage de NTIC dans leur établissement.
En 2005, le Château de Versailles a souhaité créer un laboratoire pour mettre au point
différentes technologies numériques adaptables à une médiation grand public.
Selon la directrice de la communication, l’ « aile numérique » est un élément tout autant
important que l’aile Dufour ou l’aile Gabriel. Le programme de numérisation du Château de
Versailles a débuté en 2008 avec la refonte du site Internet.

I – Internet :

● La refonte du site du château :


Présentation :
Achevé en mai 2009, le site Internet a été refait afin de coller davantage avec les attentes des
visiteurs. Le but n’était pas de faire une présentation compliquée du Château de Versailles
mais véritablement d’aller à l’essentiel afin de guider au mieux les internautes (notamment
étrangers). Le portail du Château de Versailles est donc très simple et se place aux antipodes
des portails institutionnels comme celui du Musée du Louvre.
Contenu :
Le portail propose une carte interactive et donne également la possibilité d’acheter ses billets
d’entrée directement en ligne. Le site devrait bientôt ouvrir une boutique en ligne de produits
dérivés (e-commerce).
( ! ) Le Château est l’un des rares établissements culturels parisiens à disposer de sa propre
billetterie.
Le site Internet du château propose à l’internaute de s’immerger dans l’environnement
versaillais et a énormément travaillé sur l’accessibilité. En effet, tous les outils d’aide à la
visite proposés in situ sont disponibles en six langues minimum. Le nouveau portail est quant

20
à lui disponible huit langues : français, anglais, espagnol, italien, arabe, russe, chinois et
japonais (versions simplifiées).
Les retombées en quelques chiffres :
Lancé depuis près d’un an, le Château de Versailles a déjà pu mesurer des retombées très
positives de son nouveau portail Web.
- augmentation notable du nombre d’internautes et du temps de navigation sur le site
Internet (x6 voire x7)
- développement des ventes en ligne (+20%)
- diminution du taux de rebond (-15%)
Aujourd’hui le portail représente 40% des ventes de billets pour la visite du Château de
Versailles.

Campagne de promotion :
Le Château de Versailles s’est créé des liens sponsorisés sur Google en achetant les mots clés
« Paris » et « visite » (qui comptent parmi les mots les plus chers). La cible principale de cette
campagne de promotion est le visiteur individuel.
Le visiteur reste en moyenne 2H au Château de Versailles ce qui est très peu compte tenu de
la richesse de la collection du Château et de ses alentours. Ce résultat est certainement la
conséquence de la proximité du château avec Paris, les visiteurs ne font donc que passer et
veulent tous voir les mêmes choses, à savoir les appartements royaux. Le but est donc de faire
rester les touristes une journée entière et le Château de Versailles mise (en partie) sur les
NTIC pour y parvenir.
Quelques actions mises en place :
- promotion des sites les moins connus du château (les jardins, le petit Trianon)
- promotion auprès de l’Office de Tourisme
- diversification de l’offre nocturne
L’idée étant de proposer au visiteur un package visite du château (+jardins)/concert le
soir/hébergement.
( ! ) Le Château de Versailles serait d’accord pour s’associer avec les Châteaux de la Loire
afin de proposer une offre globale (circuit et billets couplés).

● Le numérique et les expositions événementielles :

21
Le Château de Versailles pense que plus on en montre sur le site Internet plus on donne envie
aux gens de venir découvrir le château. C’est donc selon ce parti-pris que le portail Web a
proposé aux internautes une visite à 360° de l’exposition Louis XIV.
Selon eux, l’exploitation des NTIC sur Internet enrichit culturellement les internautes tout en
favorisant la promotion du château. Ces outils ont d’ailleurs eu de réelles retombées
économiques :
- 400 000 visiteurs sur le site Internet de l’exposition (autant que sur le site même !)
- favorisation de l’achat compulsif
- un bon mois de janvier 2010 (contrairement à celui de l’année précédente)
L’hiver est souvent une période creuse pour le château car les touristes étrangers ne sont pas
très présents. Grâce à cette visibilité sur Internet, l’exposition Louis XIV a attiré de nombreux
visiteurs de proximité car cela a favorisé l’« achat impulsif ». (Etude réalisée grâce au module
Google Analytic). Le château réalisera prochainement une enquête sur les NTIC directement
auprès de ses visiteurs afin d’en dégager l’impact.

● Les réseaux sociaux :


Le Château de Versailles est présent sur les réseaux sociaux. Un lien est directement activé
depuis la page d’accueil du portail. Selon Laurent Gaveau, les NTIC permettent un fort retour
sur l’investissement car elles impactent également les outils de communications traditionnels
tels que les magazines, la presse, radio/tv,… En effet, lorsqu’un événement crée du buzz sur
Internet, les autres médias en parlent.
- Partenariat avec Flickr (et donc avec Yahoo) pour lancer le concours photographique
« Reflets de Versailles » // Succès très important, une soirée entre bloggeurs va être
organisée pour l’occasion.
- Partenariat avec iTunes depuis 3 ans pour proposer des contenus audio/vidéo gratuits
directement depuis la plateforme commerciale d’Apple. Versailles propose ainsi 150
podcasts téléchargeables en 7 langues différentes. Ce partenariat rentre dans une
logique de diffusion des savoirs à un plus large public (programme universitaire
iTunes University). On compte environ 300 000 téléchargements de podcasts par
mois !
Versailles est en train de se créer une marque commerciale via ses réseaux sociaux.

II – La mobilité :

22
● Faire un site Web mobile :
Avant de lancer une application iPhone comme l’ont fait toutes les grandes institutions
culturelles parisiennes, le Château de Versailles a choisi dans un premier temps de
retravailler son site internet pour le rendre accessible sur les téléphones mobiles. C’est ce qui
constitue le cœur de l’offre mobile du château.
Cette version mobile a été lancée très récemment, au mois de février 2010, néanmoins on
constate de nombreuses connexions depuis ce jour. En effet, la plupart des sites internet ne
sont pas facilement lisible sur un écran de téléphone (sauf iPhone), le Château de Versailles a
donc retravaillé le format, la police, le contenu afin que les informations pratiques
apparaissent le plus simplement possible sur le téléphone. Cette version est compatible avec
plus de 90% des téléphones vendus sur le marché.

● Application iPhone :
Le lancement de l’application iPhone a été longtemps réfléchit car le Château de Versailles
voulait apporter une véritable légitimité dans le contenu (pas faire comme le Louvre). Un
partenariat a été mis en place avec Orange (mécénat de compétence) afin de créer le
laboratoire « Versailles Lab ». La première application iPhone du Château de Versailles
sortira au mois de mai 2010.
Cette application n’a pas pour but de se substituer à l’audioguide proposé in situ. Après une
enquête réalisée auprès des visiteurs du château en septembre 2009, les acteurs se sont rendu
compte que les jardins du château étaient très peu connus car très médiatisés. Les jardins du
château étant en accès libre tout au long de l’année, il n’est pas possible de proposer
d’audioguide. L’application iPhone a donc semblé être un bon compromis.
L’application iPhone proposera donc une visite guidée des jardins où l’utilisateur pourra se
repérer grâce à une carte géolocalisée et des éléments de réalité augmentée présentant des
éléments architecturaux disparus. Près de chaque monument intéressant, l’utilisateur recevra
un signal pour lui indiquer de regarder son téléphone. Là, un contenu audio/vidéo lui
présentera l’histoire ce monument. Le contenu de l’application fait intervenir différents
acteurs du château allant du restaurateur au conservateur en passant par le jardinier. L’idée de
cette application est toujours, d’apporter un « plus » au visiteur et de lui présenter l’envers du
décor.
La version test a été présentée à un panel d’utilisateurs et le château attend toujours le retour
sur l’attente.

23
Dès le printemps 2011, le Château de Versailles lancera une nouvelle application iPhone
permettant cette fois-ci de visiter le château et d’admirer des éléments de mobilier disparus
(réalité augmentée et reconstitution virtuelle).
Logistique : Différentes bornes Wi-Fi gratuites seront mises à la disposition des visiteurs afin
qu’ils puissent télécharger leur application directement depuis le site. L’application iPhone du
Château de Versailles sera une application embarquée, c'est-à-dire qu’une fois l’application
téléchargée, son contenu n’est pas évolutif. Ce choix permet de rassurer les utilisateurs car ils
n’auront pas besoin de se connecter en 3G et par conséquent il n’y aura pas de frais de
roaming pour les utilisateurs étrangers. Ce choix est cependant fait par dépit. En effet, le
Château de Versailles espère, lui aussi, une décision politique qui permettra de baisser les
frais de roaming pour débrider les connexions des utilisateurs étrangers. Cela permettra de
proposer des applications évolutives et beaucoup plus enrichissantes.
Par ailleurs, le Château de Versailles ne souhaite pas se borner à une application iPhone et
travaille déjà pour adapter son contenu sur d’autres systèmes d’exploitation, comme Android
ou Windows 7.

● NTIC et handicap :
Le Château de Versailles a beaucoup travaillé sur l’accessibilité aux personnes handicapées
par le biais des NTIC. Le château a d’ailleurs obtenu le label « Accessiweb » au niveau
Bronze.
Dans le cadre de l’ouverture du Petit Trianon aux publics, les NTIC permettent véritablement
de rendre le site accessible. En effet, le Trianon s’étend sur deux étages. L’espace pour y
circuler étant trop étroit, aucun aménagement n’a pu être effectué afin de rendre le premier
étage di Trianon accessible aux fauteuils roulants. Ainsi, le château a proposé une
reconstitution virtuelle à 360° de l’étage du Trianon afin de le présenter dans son intégralité
aux visiteurs handicapés. Cet outil d’aide à la visite est également accessible au grand public
en proposant une nouvelle forme de visite interactive et ludique.

III – En projet…

Le Château de Versailles est également en train de réfléchir sur la création d’un « musée
virtuel ». Une première tentative avait été mise à l’essai où les internautes pouvaient

24
manipuler les caméras numériques installées in situ afin de s’approprier la visite au château,
mais cette tentative a été un échec.
Le Château de Versailles a donc aujourd’hui décidé de retravailler ce projet en l’orientant
cette fois-ci sur les visiteurs en groupe.
Ce projet, soutenu par le Ministère de la Culture et de la Communication, proposera un outil
collaboratif de travail aux groupes de visiteurs éloignés de la culture (soit à cause de la
distance soit par leur condition sociale). Le programme proposera une visite du musée avec un
conférencier du château qui présentera le site par visioconférence grâce à une webcam
pilotable. Plus d’informations sur le projet devrait être disponibles prochainement…

25
COMPTE-RENDU DE L’ENTRETIEN AVEC L’AGENCE PRESSELITE
LE JEUDI 06 MAI 2010

Intervenants : Michel et Antoine Morcos, fondateurs de l’agence Presselite.

L’agence Presselite a été montée par deux frères, tous deux ingénieurs en
informatique. Encore étudiants, ils se sont lancés dans la presse sur Internet en créant
plusieurs blogs. Avec l’arrivée de l’iPhone sur le marché en 2007, ils ont décidé de
développer une application qui leur servirait principalement à eux. La logique initiale du
lancement de l’application Métro Paris était donc de répondre à des attentes simples pour une
utilisation du quotidien.

L’application Métro Paris n’est pas véritablement née d’un partenariat entre Presselite
et la RATP. En réalité, l’agence est venue démarcher la RATP afin d’obtenir le contenu
cartographié des lignes du métro parisien. L’agence Presselite a donc payé la RATP pour
pouvoir utiliser les plans de la RATP sur cette application.

La première version de l’application Métro Paris a été lancée au mois de novembre


2008 et un mois et demi après son lancement, les développeurs ont comptabilisés 300 000
exemplaires vendus. Aujourd’hui l’application a dépassé la barre des 1,2 millions de
téléchargements et est classée dans le top trois des applications iPhone les plus vendues sur
l’AppStore en France. Face au succès considérable de cette application, la RATP est devenue
très réticente à diffuser son contenu. En effet, l’application Métro Paris concurrence
directement l’application RATP Premium. L’application Métro Paris a aujourd’hui été
dupliquée dans 18 villes à travers le monde, toujours en allant démarcher les réseaux de
transports des villes concernées.

L’application Métro Paris propose une vue des lignes de métro de Paris
perpétuellement réactualisée. L’application est embarquée et n’engendre donc aucun frais de
roaming supplémentaire pour les utilisateurs étrangers. Les stations les plus proches de
l’utilisateur sont localisées grâce au système de navigation GPS qu’offre la nouvelle version
de l’iPhone 3GS. La distance et le temps de parcours sont recalculés en fonction du
déplacement de l’utilisateur. Enfin, une boussole permet à l’utilisateur de se repérer dans

26
l’espace et de suivre la bonne direction pour se rendre à la station de métro. La nouvelle
version de l’application offre également la possibilité de marquer ses « centres d’intérêt » ou
« POI » parmi une liste de restaurants, fastfoods, hôtels (…) préenregistrée. Certains
établissements comme la chaîne Mac Donald ou la Société Générale ont contacté l’agence
Presselite afin de figurer dans l’application.

Les POI apparaissent soit depuis une cartographie Google Map sous l’apparence de
« pins » rouges, soit en réalité augmentée. L’application Métro Paris constitue la première
utilisation au monde du principe de la réalité augmentée sur une application iPhone. Les logos
des POI apparaissent donc sur l’écran du smartphone et sont plus ou moins gros selon la
distance qui les sépare de l’utilisateur. Cette idée a été inspirée du réseau social Twitter qui
permet de localiser ses amis les plus proches.

Un système d’informations sur le trafic apparaît également en « push » (comme un


texto) pour informer l’utilisateur des travaux ou incidents qui sont survenus sur les lignes de
métro. Néanmoins, ces informations ne sont pas très détaillées car elles sont reprises
d’Internet, la RATP refusant à présent de donner ses contenus pour empêcher la concurrence.
Cette limitation de contenu pose plusieurs problèmes pour l’évolution de l’application Métro
Paris, notamment pour ce qui est de proposer des itinéraires à suivre.

L’application est vendue à 0,79€ sur l’AppStore. Il s’agit du prix le plus bas pour une
application payante. La stratégie de commercialisation de l’application Métro Paris était donc
clairement d’attirer une clientèle de masse. Parmi les nombreux téléchargements, un tiers
seulement proviennent des pays étrangers. L’application est donc principalement utilisée par
les Franciliens. Bien que Presselite doive reverser 30% du coût de l’application par
téléchargement, les développeurs affirment que cet outil leur a été extrêmement rentable (fort
retour sur investissement).

Les commentaires des utilisateurs sont en majorité très bons. La principale demande
de leur part est d’augmenter le nombre de stations, en intégrant notamment les lignes de
banlieue.

Concernant la suprématie de l’iPhone sur les autres systèmes d’exploitation proposés


sur le marché, l’agence Presselite estime qu’il est beaucoup plus rentable de se focaliser
uniquement sur le smartphone d’Apple. En effet, l’application Métro Paris a été déclinée pour

27
le système d’exploitation Android, néanmoins, les développeurs ont constaté un taux de
téléchargement 200 fois moins élevé !

Actuellement, une nouvelle version de l’application pour iPad est en cours de


préparation. L’agence Presselite est assez confiante quant à l’importance de l’iPad pour le
secteur du tourisme. En effet, les grands hôtels envisagent de remplacer les dépliants proposés
à l’accueil par des iPad qui seront mis à la disposition des clients. La chaine d’hôtels
Continental a déjà commencé à mettre à disposition des employés des iPad afin de répondre
plus efficacement à la demande des visiteurs. Plus largement encore, certains envisagent de
proposer les iPad dans les restaurants afin de faciliter la prise de commande.

Un véritable marché est en train de voir le jour et la France doit impérativement


prendre le pas sur ces nouvelles technologies émergeantes afin d’accroitre son attractivité.

28
COMPTE RENDU DE LA CONFERENCE DU CERCLE NUMERIQUE
D’ATOUT FRANCE

« MOBILITE TOURISTIQUE ET VISITE CULTURELLE ? »


MAISON DES ESSEC, LE 25 MARS 2010

Intervenants :
- Philippe FABRY, ATOUT France
- Audrey DEFRETIN, Université Paris VIII (LEDEN)
- Jean-Rémi DELEAGE, i-Marginal
- Antoine MORCOS, Presselite

I – Présentation de l’étude ATOUT France « Visite culturelle et TIC » - Philippe Fabry

Après avoir présenté les principales missions de l’agence ATOUT France, Philippe Fabry
s’attarde un peu plus sur les objectifs du Cercle Numérique. Le Cercle Numérique d’ATOUT
France se veut être un espace d’échanges entre les professionnels afin de partager les bonnes
pratiques.
L’intervention de Philippe Fabry consiste essentiellement à faire le bilan de l’étude « Visite
culturelle et TIC : le numérique au service de la visite touristique et culturelle », publiée par
ATOUT France en 2009.
Quelle est la recherche initiale d’un consommateur de produit touristique ? Du rêve !
En effet, le touriste cherche à vivre une expérience/un dépaysement, et ce malgré l’évolution
des nouvelles technologies. Ce constat très simple doit être parfaitement intégré par les
opérateurs touristiques. C’est d’ailleurs sur la notion de rêve que s’ouvre le portail Internet de
Montréal. La notion de rêve est donc au cœur de la problématique touristique.

a) Bien connaître les attentes de sa clientèle…


La règle d’or pour développer pour optimiser les retombées économiques sur un territoire
grâce aux NTIC c’est de ne pas partir de l’outil mais toujours de l’attente et des besoins du
consommateur. Il faut donc avant toutes choses réaliser une étude de sa clientèle.
Les TIC ne sont que la traduction d’attentes et doivent être innovantes (sans copier le passer).
Pour réussir sa stratégie touristique, il faut apporter du service en plus.

29
Ex : l’application Michelin, un carton sur l’AppStore malgré un coût de téléchargement à 7€
(alors que l’on considère que 3€ c’est déjà cher pour une application).
Aujourd’hui, avec la banalisation d’Internet, il faut complètement repenser son offre
touristique. Par exemple, il parait aberrant qu’une connexion Wi-fi soit payante dans les
hôtels alors que l’utilisation d’Internet est devenue une action du quotidien !
Il faut se positionner sur les attentes/besoins de nos consommateurs car cela permet de se
placer sur des tendances longues (on sait en effet que les tendances évoluent en moyenne tous
les 6 à 7 ans) alors que si l’on se positionne uniquement sur l’outil, on devient très rapidement
hors course (l’évolution perpétuelle des NTIC rend un outil très rapidement obsolète).

b) Quand le numérique impacte l’offre culturelle…


Comment créer de la valeur grâce au numérique ? La création de valeur permet d’augmenter
les recettes et, de fait, développer économiquement un territoire.
La mobilité est une formidable incitation à consommer. Les utilisateurs peuvent tout obtenir
en un simple clic (achat compulsif).
En 2009, l’Europe représente une cible de 565 millions de visiteurs et 1.5 milliard
d’internautes à attirer.
Les attentes principales d’un touriste :
1) autonomie
2) mobilité
3) pas de contrainte
4) un temps limité
5) possibilité de choisir
6) personnalisation de l’offre
7) souplesse
L’outil numérique doit répondre à ces attentes s’il veut être efficace.

c) Visite réelle vs. Visite virtuelle…


Certains critiquent la visite d’un musée via Internet mais avec le rythme de vie de plus en plus
actif de notre société et l’augmentation du prix des transports, la visite virtuelle tend à se
développer.
Les internautes ont beaucoup d’attentes concernant la création d’un musée virtuel. Le Getty a
déjà tenté de créer un musée virtuel regroupant sur un même site les œuvres de différentes
collections à travers le monde, mais cette tentative est très timide et surtout très isolée.

30
La stratégie à adopter :
* Le numérique peut enrichir l’expérience du visiteur
* Le numérique favorise le bouche-à-oreille
* Il faut établir un environnement propice pour développer ses services (notion
d’écosystème). En effet, avant de développer des outils numériques à tout va il faudrait avant
tout créer une plateforme de services commune avec un protocole commun afin de fédérer
tous ces outils. Pour l’instant, seul Apple propose cet environnement.

d) Penser les services en trois temps…


L’offre numérique doit être globale et intervenir AVANT, PENDANT et APRES la visite.
Ces trois espaces temps sont entremêlés.
Aujourd’hui une offre touristique de qualité est :
- une offre de court séjours (cf we. thématiques de Fnac voyages)
- une offre qui intègre les activités liées au voyage (visites, hébergements, transports)
- une offre dessaisonnalisée
En France, 80% des touristes viennent car ils sont attirés par la richesse culturelle de la
destination, mais au final seulement 10% visiteront un site culturel !
Le cycle d’un voyageur :

Rêver Comparer Recherche Planifier


r

Se remémorer Visiter Voyager Réserver

Le numérique doit intervenir dans les différentes phases de ce cycle. Ses principales fonctions
étant de :
- répondre aux attentes
- faciliter la préparation du voyage
- donner l’envie/le déclic
- aider au choix/hiérarchiser les offres

31
e) Le numérique : une approche touristique innovante et personnalisée…
Les NTIC doivent aider le touriste à comprendre son environnement. Pour cela, la
géolocalisation est un atout formidable car le touriste et à la fois libre et sécurisé dans ses
déplacements. Pour aider le consommateur à comprendre son environnement, le numérique
doit enrichir le réel, c’est sur cette logique que s’est mis en place le principe de la « réalité
augmentée ».
Les NTIC permettent aussi de répondre aux attentes du marché en termes de conversation. En
effet, le visiteur est aujourd’hui très demandeur d’interaction et de participation. Par ailleurs,
le dialogue entre les différents visiteurs optimise les retombées économiques puisqu’il
favorise le bouche-à-oreille.
* Internet : une économie de l’attention proposant à la fois de l’expérience et du service.
Trois facteurs clés : transparence, recommandation (filtres) et réputation.
* Mobilité : notions de « m-tourisme », de « mobicuité » ou de « moi-augmenté ».
La mobilité répond à ces désires d’expérience, de services (géolocalisation), de réputation et
de recommandation (réseaux sociaux).

Pour conclure, Philippe Fabry revient sur les principales conditions pour réussir à développer
l’attractivité d’un territoire via les NTIC :
- toujours rester centré sur l’utilisateur (analyser ses attentes)
- offrir un contenu satisfaisant et innovant (un +)
- aider au choix
- être multilingue
- favoriser l’interaction
- travailler en réseau afin de définir un écosystème
- contribuer à l’expérience du visiteur

II – Internet, réseaux sociaux, mobilité : de nouvelles stratégies mises en œuvre dans les
institutions culturelles – Audrey Defretin

Pour les institutions culturelles, les sites Internet servent à diffuser des informations pratiques,
présenter les collections et offrir différents services. Le MOMA de New York est l’un des
premiers musées au monde à s’être doté d’un site Internet très complet pour promouvoir sa
collection.

32
a) De l’audioguide au smarthphone…
Versailles a été l’un des premiers établissements culturels français à introduire du multimédia
dans ses audioguides en 2005. Aujourd’hui cette pratique tend à se développe. De plus en plus
de contenus d’audioguide sont disponibles directement depuis le site Internet du musée.
Pour ce faire, différents moyens de téléchargement sont possibles :
- Téléchargements directs /podcast
- Wi-Fi
- Bluetooth
- RFID
Une étude d’Yves Armel Martin en 2009 a démontré que 42% des musées possèdent un
audioguide en France et que seulement 7 ont mis en place une application iPhone avec un
contenu scientifique pertinent.
La visite d’un musée avec un mobile est beaucoup plus pratique car l’utilisateur peut tout
obtenir en un simple clic. Mais ces applications iPhone ne doivent pas être assimilées comme
un substitut de l’audioguide car ces deux outils sont complémentaires.

b) L’apport des réseaux sociaux…


Le Museum d’Histoire Naturelle de Toulouse a été l’un des premiers à se constituer un réseau
social. Les réseaux sociaux permettent de désacraliser le musée et par conséquent d’attirer un
plus grand nombre de visiteurs.
Les réseaux sociaux permettent d’attirer de nouveaux publics, de faciliter le contact et offrent
la possibilité de les faire participer à la vie du musée. Les réseaux sociaux résolvent donc eux
aussi ce fameux conflit de l’intervention du numérique avant, pendant et après la visite.
Quel réseau choisir pour quelle fonction ?
- Facebook : Très largement popularisé. Permet de toucher une très grande partie de la
population. Il est préférable d’ouvrir une « page » dédiée au musée et non pas un
« profil ». La page n’a pas de limite de « fans » alors que les « amis » d’un profil sont
limités. Plus la « page » a de « fans », plus les occurrences sur Google augmentent ce
qui permet de faire du « buzz ». C’est le principe du « page ranking ».
- Twitter : Un outil de veille avant tout. Ce réseau permet de se tenir informé de ce que
font nos « amis » et donc nos concurrents…
- Flickr : Plus d’interaction avec le public car il leur est possible de poster des photos
personnelles sur la page du musée (ex : le MuCEM et la Tate Britain)

33
c) Les limites de ces réseaux sociaux…
* TEMPS : Les réseaux sociaux sont donc de véritables outils de communication mais il faut
faire vivre son réseau pour que cela fonctionne. Les tendances évoluant très rapidement, si le
musée ne se connecte pas tous les jours afin d’actualiser son contenu, il est vite dépassé pas
les événements. Adopter une stratégie de communication via les réseaux sociaux nécessite
quasiment de créer un poste uniquement pour faire vivre sa page et dialoguer avec ses
« fans ». C’est une tâche à laquelle il faut consacrer du temps.
* COUT : L’idéal est de mettre en place une communication globale autour de tous les outils
numériques. Il est nécessaire de créer un lien vers son réseau social directement depuis son
site Internet afin que les internautes soient directement réorientés vers celui-ci. Mais tout cela
à un coût même si c’est très important pour que cela fonctionne.
* DERIVES : À trop vouloir favoriser l’interaction avec le visiteur il ne faut pas non plus
perdre de vue la légitimité du contenu. En effet, il faut impérativement maitriser les post des
internautes afin de respecter la vérité scientifique de la collection d’un musée.

34
COMPTE RENDU DE LA CONFERENCE DU VENDREDI 09 AVRIL 2010
E-TOURISME : MIEUX GERER SON HOTEL AVEC INTERNET
ESPACE ECHANGEUR PME

Intervenant : Rodolphe Delaunay

Comment les NTIC peuvent-elles augmenter le nombre de réservation d’hôtels sur Internet ?
Internet offre aux internautes un surplus d’informations et a ouvert une vaste concurrence
dans tous les domaines d’activité. Il faut donc réussir à se démarquer face à tous nos
concurrents.
Pour ce qui est du tourisme et plus particulièrement de l’hôtellerie, de nombreux sites offrent
aux visiteurs la possibilité de commenter leur séjour et de juger un hôtel. Ces commentaires
sont souvent très appréciés des futurs visiteurs.
- Tripadvisor (le plus connu)
- Vinivi et Galiléo
- MonNuage
Il ne fait pas non plus négliger la promotion de son hôtel via Google ou les réseaux sociaux :
- Facebook
- Twitter
- Flickr
- Youtube…
Nous sommes à une époque où s’opère un immense changement en matière de promotion et
marketing et il serait dommage de ne pas réagir au plus vite.

I – Faire sa promotion sur Google :

Le moteur de rechercher Google offre de nombreuses possibilités en matière de promotion. Il


suffit de se créer un compte Gmail et nous avons accès à de nombreux outils de promotion
très compétents.

1) La promotion par liens sponsorisés :


Un lien sponsorisé est une publicité payante sur Google. Nous pouvons acheter une place
publicitaire sur les pages de résultats de recherche Google, selon un choix de « mots clés ».

35
Plus le mot clé est fréquemment tapé par les internautes, plus le coût par clic (CPC) est élevé.
Mais plus le CPC est élevé plus le lien promotionnel est visible sur la page de résultats
Google.
La promotion par liens sponsorisés permet une pénétration plus importante du marché. Il est
par ailleurs important de figurer dans les premières pages si l’on veut que notre offre soit lue.
On estime en effet que :
- 100% des internautes lisent la 1ère page des résultats
- 50% lisent à 2ème page
- 30% lisent la 3ème page
- moins de 20% lisent la 4ème page
L’achat de mots clés est donc extrêmement utile pour les nouveaux hôtels qui ne sont pas
encore référencés auprès des clients car ce procédé permet une interface d’informations assez
riche. La fonction Google Analytic, toujours depuis le compte Gmail, permet de calculer la
rentabilité de notre publicité selon le CPC.
( ! ) Avant d’engager n’importe quelle forme de promotion, il faut être sûr de la fiabilité
de son propre site Internet. En effet, faire venir les internautes peut être à double tranchant
car, si le site présente des défauts, les visiteurs n’y achèteront pas et surtout laisseront des
commentaires négatifs. Comme nous l’avons vu précédemment, l’avis des internautes
influence énormément le premier achat. Il est donc vital de se faire une bonne publicité !
( ! ) Le CPC ne distingue pas l’achat du taux de rebond (c'est-à-dire le nombre
d’internautes qui cliquent sur le site mais qui n’y effectuent pas d’achat). C’est donc à
nous d’inclure cette donnée dans notre budget prévisionnel de communication.

2) Le Local Business Center :


Cette option, disponible depuis Google Maps permet d’acquérir une lisibilité gratuite sur les
cartes du moteur de recherche. Il est très important d’activer cette option car l’utilisation
Google Map est très fréquente sur les téléphones mobiles (géolocalisation) et notamment sur
les iPhone (1,9 millions mis en circulation en France). Le nombre de pages Internet consultées
depuis un téléphone mobile est en perpétuelle progression. Ainsi, en 2008 on estimait que
seulement 1% des pages Internet étaient consultées sur un mobile alors qu’aujourd’hui en
2010 on est passé à plus de 2%.
Lorsque l’on se référence sur la cartographie Google Map, notre hôtel apparaît sous la forme
d’un point rouge et le lien vers le site Internet est indiqué sur le côté de la page. Cependant,

36
l’hôtel peut également faire apparaître son propre logos à la place du point rouge. Cette option
apporte encore plus de visibilité.

Les hôtels sont listés selon leur côte de popularité auprès des visiteurs (tous les avis sur l’hôtel
sont présents).
( ! ) Le nombre d’avis positifs permet de faire remonter la position de l’hôtel (plus de
visibilité). Il ne suffit donc pas simplement de faire parler de son établissement, il faut
proposer des questionnaires qualité afin que les réclamations soient prisent en compte et que
les internautes aient une bonne opinion de l’hôtel.

II – Faire sa promotion sur les réseaux sociaux :

1) Facebook…
Facebook offre une visibilité incroyable et permet de segmenter sa cible beaucoup plus
précisément que Google. Pour créer sa publicité, il suffit d’avoir un compte Facebook et de
cliquer sur l’option « créer une publicité ». Un module apparaît et il suffit de remplir les cases
de chaque catégorie :
- URL du site
- Accroche/Titre de l’annonce
- Description
- Images
Facebook représente près de 15 millions d’inscrits en France, il faut donc bien connaître sa
cible de clientèle. Facebook permet de segmenter les cibles selon leur âge, leur sexe, leur
métier, leurs centres d’intérêt… Le module offre également la possibilité de se créer son
propre calendrier de budget :
- Paiement par impression : selon le nombre de fois où la page publicitaire s’affiche sur
Facebook
- Paiement par clic : selon le nombre de fois où les internautes cliquent sur la publicité.
Le paiement par clic est beaucoup plus intéressant car il est véritablement rentable.

2) Et les autres !
Les réseaux sociaux en quelques chiffres c’est :
- 1 milliard d’utilisateurs et 20h de vidéos uploadées par minute sur Youtube.

37
- 600 000 nouveaux membres par jour sur Facebook, 700 millions de photos et 4
millions de vidéos balancées chaque mois.
- 18 millions de nouveaux inscrits par an sur Twitter et 4 millions de « tweet »
(messages) par jour.
- 73 millions de visiteurs et 700 millions de photos par mois balancées sur FlickR.
- 900 000 billets rédigés chaque jour sur les blogs.
Ces chiffres démontrent l’importance non négligeable des réseaux sociaux dans la stratégie de
communication des entreprises et des établissements. Dans le secteur du Tourisme
notamment, il est fondamental de se faire référencer sur les sites de contenus audio/vidéo
(type Youtube ou FlickR).
Le site www.malloxcast.com permet de voir l’évolution en temps réel des téléchargements sur
les réseaux sociaux.
Les réseaux sociaux constituent différentes entités sociales reliées entre elles. Le site Internet
d’un hôtel doit être capable de vivre autour de ces différentes entités et de les fédérer.
Les réseaux sociaux permettent de donner la parole aux utilisateurs et comme nous l’avons vu
précédemment, les avis des visiteurs ont une influence décisive sur l’achat du primo-visiteur.
On estime que 57% des internautes recherchent l’avis d’autres utilisateurs avant de faire leur
achat sur Internet. A ce titre, les sites de particuliers à particuliers sont en hausse constante
depuis 2005 (+45%).

III – Community Manager ; un nouveau métier :

Les différents moyens de promotion via Internet sont des solutions très efficaces mais
prennent énormément de temps. Si l’hôtel choisit d’être présent sur un réseau social ou sur
plusieurs, il doit créer un poste afin que le réseau reste vivant.
On estime qu’il faut passer au minimum 2h par jour pour faire vivre son réseau. Il faut donc
prévoir cela dans son budget de communication.
Quelques préconisations :
- Actualiser sa page Facebook (ou autre) afin de la faire vivre
- Bien cibler ses actions car une action très chronophage
- Etre présent sans être trop intrusif
- Répondre aux avis des internautes (les remercier, se justifier, s’excuser)

38
Un établissement qui répond directement à l’internaute est toujours mieux perçu. Par ailleurs,
les réponses aux questionnaires peuvent servir d’outil marketing !

Pour conclure, il est important de faire un point sur les tendances phare de notre époque :
- l’accès continu à l’information et la mobilité (iPhone)
- les visites virtuelles (réalité augmentée)
Il faut impérativement adapter son offre en incluant ces deux nouvelles attentes du marché.

39