Vous êtes sur la page 1sur 4

27/11/2020

D. MILIEUX AQUATIQUES SOUILLES E. POLLUTION ATMOSPHERIQUE ALARMANTE

Pourcentage des eaux des rivières et des lacs qui n'atteignent pas un bon état écologique. L'état La population urbaine européenne exposée à une pollution atmosphérique supérieure aux
des écosystèmes aquatiques s'est amélioré, mais l'objectif de la directive-cadre visant à ce que normes de l'Organisation mondiale de la santé.
toutes les eaux, de surface comme souterraines, atteignent « un bon état écologique ».
En zone urbaine, où la pollution provient majoritairement du trafic routier, les statistiques
L'agriculture reste une source de pollution massive, par ruissellement des engrais qui se
restent terrifiantes : en 2012, près de 98 % de la population était exposée à des niveaux
retrouvent aussi bien dans les eaux de surface (plus de 40 % des rivières sont affectées) que
d'ozone dépassant les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour
dans les nappes souterraines (dont 25 % souffrent de la présence de nitrates). Cet apport
les particules fines (PM2,5, dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres), c'était le cas de
excessif de nutriments, qui provoque un phénomène d'eutrophisation, entraîne la prolifération
92 % de la population. Et pour les PM10 (particules en suspension d'un diamètre inférieur à
d'algues et l'apparition de zones mortes privées d'oxygène.
10 micromètres), de 64 % des citadins. Près de 430 000 décès prématurés étaient attribués
aux PM2,5 en 2011 et, chaque année, l'ozone serait responsable de 16 000 morts

F. DECHETS MAL RECYCLES...


II- GESTION ET MAITRISE DES DEFITS
Malgré une utilisation plus efficace des matières premières, les modes de vie européens
restent très consommateurs de ressources naturelles, comparés aux standards mondiaux. Or, Pour gérer et maîtriser les différents défis environnementaux cités en dessus, il faut
l’instauration des normes, leur mise en application et leur sécurité. C’est ainsi que la
si la production de déchets par Européen a baissé de 7 % entre 2004 et 2012 (de 1 943 à 1
communauté internationale et les Etats ont mis en place une gouvernance environnementale.
817 kg par personne et par an, tous déchets confondus), et si le taux de recyclage a progressé
(il est passé de 28 % à 36 % sur la même période pour les déchets municipaux), l'Europe est De quoi s’agit-il ? .

encore loin d'une « économie circulaire sans gaspillage ». En 2010, encore 22 % de la La gouvernance environnementale est l’ensemble des règles, des pratiques et des institutions
quantité totale de déchets produits étaient mis en décharge. qui entourent la gestion de l’environnement dans ses différentes modalités (conservation,
G. CHANGEMENT CLIMATIQUE : DES EFFETS DÉLÉTÈRES protection, exploitation des ressources naturelles, etc.

Les impacts du réchauffement sur la santé devraient s'intensifier, surtout pour les populations À l’échelle internationale, la gouvernance environnementale mondiale est « la somme des
vulnérables (personnes âgées, enfants, individus souffrant de maladies chroniques, groupes organisations, des outils politiques, des mécanismes financiers, des lois, des procédures et
socialement défavorisés). En particulier, l'augmentation probable de la fréquence et de des normes qui régulent les processus de protection environnementale mondiale ».
l'intensité des canicules, surtout dans le sud de l'Europe, pourrait entraîner, en l'absence de
Ainsi leur gestion est soumise aux lois et règlements nationaux et internationaux. Sur le plan
mesures d'adaptation, entre 60 000 et 165 000 décès supplémentaires à l'échelle du continent.
national,
L'effet des canicules devrait être exacerbé dans les zones urbaines.

A. LE CAMEROUN b. Organisation Mondiale de l’Environnement (OME)


La mondialisation croissante des menaces environnementales a conduit de nombreux acteurs, y
v Le Cameroun a adopté le 2 mai 1996 la loi portant sur les mesures de protection de compris certains États, à défendre la proposition de création d’une Organisation mondiale de
l’environnement. Cf. article 2 et suivant dudit code.
l’environnement dans le cadre des Nations unies, capable d’élaborer des traités et de faire entrer
v Il existe également le du 23 Février 2005 fixant les modalités de réalisation des études
en vigueur des normes internationales.
d’impact environnemental.
c. Banque Mondiale
B. SUR LE PLAN INTERNATIONAL
La Banque mondiale influe sur la gouvernance environnementale à travers d’autres acteurs, en
Plusieurs normes régissent la gestion, la maîtrise et la protection de l’environnement. En autre :
particulier le FEM. La Banque mondiale n’a pas un mandat suffisamment défini sur la gestion

a. Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) environnementale, même si elle a incorporé cette thématique dans sa mission. Elle consacre
toutefois 5 % à 10 % de ses fonds annuels à des projets environnementaux. La vocation
Le PNUE, la grande réussite de la Conférence de Stockholm (1972), est un acteur capitaliste de cette institution fait que son investissement se concentre dans des domaines qui
fondamental de la promotion de la durabilité à l’échelle planétaire. Ce programme des
peuvent être rentables en termes de coût-bénéfice, comme la lutte contre le changement
Nations Unies, dont le siège est à Nairobi, fut fondé dans le but de diriger la gouvernance climatique et la protection de la couche d’ozone, tandis qu’elle néglige d’autres aspects
environnementale mondiale, grâce à son rôle de catalyseur entre les agences comme l’adaptation au changement climatique et la désertification. Son autonomie financière
environnementales des Nations unies.
lui permet de d’influer également de manière indirecte sur la production de normes, sur les
négociations internationales et à l’échelle régionale.

1
27/11/2020

d. La gouvernance environnementale à l’échelle de l’État CHAPITRE III-LE


DEVELOPPEMENT
La gouvernance environnementale apparaît comme un espace d’action idéal pour le DURABLE

développement de mécanismes de coopération entre ces deux niveaux (États et ensemble


régional), même si l’essentiel reste à faire. Ces mécanismes sont souvent développés par des
I- DEFINITION:
Il s’agit d’associer des considérations environnementales et économiques aux processus
entités régionales
décisionnels. La commission Brundtland postule ainsi que le développement à long terme n’est
viable qu’en conciliant le respect de l’environnement, l’équité sociale et la rentabilité
économique.
Ces notions de limitations et de besoins présentent deux aspects normatifs d'équité inhérents à
la définition du développement durable: l'équité intragénérationneIle et l'équité
intergénérationnelle. L'équité intragénérationneIle fait référence au besoin d'égalité au sein de
la génération présente et plus particulièrement entre les différentes classes sociales et entre les
États. Cette notion souligne l'importance de l'utilisation équitable des ressources 54. Le rapport
Brundtland souligne l'importance de la distribution des richesses entre les États et surtout vers
les États en voie de développement. L'équité intergénérationnelle est fondée sur l'idée de
justice et d'obligations entre les générations.

En simplifiant les concepts et principes, nous pouvons dire que le développement durable est II- LES TROIS DIMENSIONS DU DEVELOPPEMENT
fondé sur deux idées: le développement auquel se rattache le concept de besoins et la DURABLE
durabilité auquel se rattache le concept de limitations.
Un des objectifs fondamentaux du développement durable est la tentative de créer un
Il établit ainsi une définition aujourd’hui partagée par tous de ce que l’on appelle le
modèle de développement qui intègre à la fois l'économie, la société et l'environnement.
développement durable : "un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans
Cet objectif naît de l'idée que le bien-être de l'environnement, de l'économie et de la société
compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs". Ce faire, les activités
sont intimement liés. La figure 1.1 est la représentation graphique la plus répandue du lien
de création de richesse doivent tenir compte de trois dimensions indissociables :
qui existe entre ces trois dimensions.

Environneme
nt

Susan Baker résume cette relation entre environnement, économie et société en quatre points:
Selon Serageldin, la prémisse de base qui mène à cette idée c'est que toute activité humaine est un • les stress environnementaux sont reliés entre eux;
sous-système de l'écosystème36. En effet, la population humaine et l'activité qu'elle engendre font • les stress environnementaux et le système de développement économique sont interreliés;
partie d'un ensemble plus vaste qu'est l'écosystème dans lequel elles évoluent. Cet écosystème
• les problèmes environnementaux et économiques sont liés à des facteurs politiques et
comprend le mi lieu physique et tous les organismes vivants qui partagent et qui interagissent
sociaux;
dans et avec cet espace. L'activité humaine dépend de l'écosystème et de la capacité de cet
• ces problèmes existent au sein d'un État, mais aussi contre les États.
écosystème à maintenir cette activité. Quelques environnementalistes vont d'ailleurs pousser ce
raisonnement plus loin, car, selon eux, l'activité humaine a un effet sur l'écosystème et, si le A. Environnementale

développement humain est incontrôlé, il y aura des changements irréversibles dans l'écosystème Réduire les émissions de gaz à effet de serre et de toute autre substance affectant la couche
qui vont mettre en danger sa capacité à 'endurer' l'activité humaine. Selon cette vision, le d’ozone; permettre une meilleure utilisation et une meilleure gestion de l’énergie; protéger la
développement durable offre un modèle de développement qui essaie de réduire l'impact de biodiversité; etc.
l'activité humaine sur l'écosystème pour éviter que ce dernier ne subisse pas de changements trop B. Sociale :
importants et permanents. Maintenir et améliorer les conditions de travail; permettre un transfert des connaissances et
des compétences à l’ensemble des parties prenantes; permettre une répartition adéquate des
richesses; favoriser l’ancrage dans le milieu; etc.

2
27/11/2020

C. Économique : III- STRATEGIE DU DEVELOPPEMENT DURABLE ?


Augmenter l’efficacité de l’entreprise et du secteur d’activité; favoriser les bonnes pratiques A. POURQUOI LE DD?
et les relations commerciales; favoriser l’innovation; favoriser l’approvisionnement
responsable; etc. La croissance des décennies passées a été trop forte avec de grands transferts de
population du milieu rural vers le milieu urbain. La zone tellienne continue d’être la zone
d’attraction et regroupe à elle seule près de 19 millions d’habitants.
Le développement et l’extension de beaucoup de grandes villes se sont malheureusement
souvent traduits par une forte consommation de terres agricoles et l’accaparement de
l’environnement naturel qui était verdoyant par de tristes bâtisses de béton en ville comme
en campagne.

B. LES RACINES DU DD

Le développement durable correspond à la volonté de se doter d'un nouveau projet de


société qui tente de remédier aux excès d'un mode de développement dont les limites sont
devenues perceptibles dès le début des années 70.

A cette époque, on découvre que les activités économiques génèrent des atteintes à Une stratégie de développement durable doit être une stratégie gagnante de ce triple point de
l'environnement visibles et localisées (déchets, fumées d'usine, pollutions des cours d'eau, etc.) vue, économique, social et écologique. Au minimum, deux des trois dimensions doivent être
dont les responsables sont aisément identifiables. prises en compte ; on parle alors de politique ou de stratégie à "double dividende".
Au cours des années 80, c'est l'existence de pollutions et de dérèglements globaux, telles que Développement ne signifie pas croissance. La croissance est un processus quantitatif par
le " trou " dans la couche d'ozone, les pluies acides, la désertification, l'effet de serre, la lequel est mesuré l'accroissement de la richesse créée par les échanges marchands.
déforestation qui est découverte et portée à la connaissance du public. Ces atteintes aux milieux
Le développement est un processus qualitatif induit par la croissance mais qui fait référence
naturels sont diffuses et leurs origines (liens de cause à effet) et leurs responsables ne sont pas
à une transformation des structures de la société propre à améliorer le bien-être de l'homme. Si
clairement identifiables.
la croissance économique créé l'exclusion sociale, la déculturation et la destruction du milieu
C. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE : UNE DYNAMIQUE D'ACTION naturel, il n'y a pas développement. Le terme durable signifie que le processus de
Le développement durable se veut un processus de développement qui concilie l'écologique, développement ne doit pas produire les causes de sa propre fin et donc qu'il est important,
l'économique et le social et établit un cercle vertueux entre ces trois pôles. C'est un notamment en matière d'environnement biophysique, de ne pas créer d'irréversibilité
développement, respectueux des ressources naturelles et des écosystèmes, support de la vie sur dommageable à la vie sur terre et donc de préserver des marges de manœuvre permettant de
Terre, qui garantit l'efficacité économique mais sans perdre de vue les finalités sociales que revenir sur des actions engagées.
sont la lutte contre la pauvreté, contre les inégalités, contre l'exclusion et la recherche de
l'équité.

Dans une perspective de développement durable il faut élargir notre champ de vision,
IV- MISE EN PLACE D’UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT
mettre fin au réductionnisme qui gouverne la réflexion et l'action et à ouvrir notre horizon
temporel sur le temps long, celui des générations futures, et notre horizon spatial, en prenant
DURABLE
en compte le bien-être de chacun. Le développement durable est synonyme de solidarité avec Dans les chapitres précédents on a montré le rôle « destructeur » de l’homme dans la

les habitants de la planète. modification de son environnement et on a aussi montré la nécessité d’agir rapidement,
efficacement et durablement pour préserver notre environnement. L’action de l’homme sera une
Le développement durable repose en fait sur la mobilisation et la participation de tous les
action à long terme et globale, touchant tous les secteurs économiques et toutes les activités des
acteurs de la société civile au processus de décision, qu'ils soient professionnels ou citoyens.
ménages.
La concertation doit prendre le pas sur la simple information. Il s'agit d'associer les citoyens
A. SECTEUR AGRICOLE, 9 MILLIARDS D’INDIVIDUS A NOURRIR…
aux projets qui les concernent et de trouver des solutions de compromis.
Le nombre d’hommes sur terre estimé pour l’année 2050 est de l’ordre de 9 milliards, soit un
Il implique de trouver un juste équilibre entre la nécessité de la croissance et la préservation dédoublement de la population en 50 ans. Notons aussi que le nombre d’affamés dans le
du milieu naturel, de favoriser l’ascension de la démocratie participative, ainsi que de monde a atteint des seuils inquiétants Le prix des matières premières ne cesse de croitre
développer de nouveaux échanges d’informations, il faut que le Développement Durable rendant les défis de l’agriculture de plus en plus importants et difficiles à atteindre.
soit:
· Écologiquement acceptable,
· Socialement équitable,
· Économiquement rentable,

3
27/11/2020

A l’échelle mondiale, les terres érables ne sont pas en pénurie (1,5 milliards d’ha, urbanisation Ce que nous observons depuis plusieurs années, c’est une certaine résistance des nuisibles aux
et forêts comprises). Certes, la répartition de ces terres est inégale. Leur fertilité est aussi insecticides, réduisant les rendements agricoles et augmentant le prix de ces produits et leur
différente d’une zone à une autre, rendant l’autosuffisance en produits agricoles difficile à toxicité en conséquence. Une action rapide est nécessaire pour préserver les ressources
atteindre dans différentes zones du monde. Autre phénomène observé, est le passage à naturelles et protéger le secteur agricole, fragilisé par une demande croissante des pays à forte
l’exploitation agricole inadaptée ou intensive. La terre peut devenir non productive surtout densité démographiques qui ont certes de faibles rendements agricoles. Les actions peuvent se
dans les zones arides (désertification). Les facteurs climatiques, vents et pluies acides, résumer en :
éliminent aussi la terre fertile et laissant la roche ou le sable. L’évolution technologique et
a. Une diversification des exploitations :
scientifique en matière d’agronomie, n’a pas apportée ses fruits dans les zones où on a besoin
d’un accroissement du rendement. Les variétés les plus productives nécessitent une abondance • Exploitation plus diversifiée et donc moins vulnérable aux ravageurs.

d’engrais, de pesticide et d’eau, conditions pas toujours réalisables dans les pays du sud. Elles • Rotation des cultures.

ont aussi un effet néfaste sur les réserves en eau, déjà rares dans les pays à climat aride et semi • Recyclage des déchets pour créer des écosystèmes super productifs avec des plantations

aride et sur le sol (engrais et pesticides). Ces derniers sont pour certains, extrait de ressources diversifiées (arbres et plantes annuelles= agroforêt).

fossiles à réserves limitées (le phosphate et la potasse). D’autres, comme les engrais azotés,
sont fabriqués avec d’importantes quantités de gaz naturel ; quant aux pesticides, ils
proviennent de la pétrochimie et donc leurs prix sont fortement corrélés à ceux du pétrole et du
gaz naturel