Vous êtes sur la page 1sur 1
L'INVITÉ _ PETER BODENMANN HÔTELIER 'Des ennemis de la Constitution dans la Justice et la

L'INVITÉ

_

PETER BODENMANN HÔTELIER

'Des ennemis de la Constitution dans la Justice et la Politique

ennemis de la Constitution dans la Justice et la Politique Un avis de droit de 45

Un avis de droit de 45 pages du professeur

bâlois Markus Schefer en matière de cruci- fIx avait établi que l'enseignant Valentin Abgottspon avait été licencié injustement. Qu'il n'avait pas porté atteinte à la Constitution. Non. Ceux qui ont porté at- teinte à la Constitution sont la commission scolaire régionale, le conseiller d'Etat en chàrge et, malheureusement, le conseil d'Etat unanime. Lors des dernières élections, le PDC dispo- sait encore de 44% des voix. Cet automne, ce sera 3 à 4 % de moins. Parce que l'UDC progressera dans le Haut-Valais. Et ce fai- sant, il aidera peut-être la gauche à arracher un deuxième siège au Conseil n!ltional. Malheureusement, la justice valaisanne reste toujours composée de manière anti- constitutionnelle. Tous les partis devraient être représentés en fonction de leur poids électoral. Maintenant comme toujours, ce n'est pas le cas.

Dans le cas Abgottspon le Tribunal cantonal valaisan n'a pas non plus donné d'effet sus- pensif au recoùrs, malgré l'avis de droit Schefer à disposition. Cela n'a aucun sens puisque, même en cas de victoire, Valentin Abgottspon n'aura droit qu'à un dédomma- gement. En derni~rlieu, cette décision signifIe que les amis de la Constitution doivent être ex- clus par des ennemis de la Constitution qui ne seront pas dérangés. Ala fIn de l'exer- cice, les contribuables valaisans devront payer pour les fautes commises par les en- nemis de la Constitution. Ils devront payer pour la faute de la commission scolaire, pour la faute du conseiller d'Etat Claude Roch et pouf"la faute du conseil d'Etat una- nime.

Entretemps, les minorités sont devenues la majorité en Valais. La nouvelle minorité, c'est le PDC. Sauf que quelques élus ne

semblent pas avoir compris cela. C'est pourquoi les représentants des anciennes minorités au Conseil d'Etat n'émettent pas .un seul murmure, même fatigué, dans l'af- fairE) Valentin Abgottspon. Au contraire: ils collaborent à l'éviction d'esprits critiques hors du canton. Les amis de la Constitution doivent émigrer. Ils con- naissent le même sort que de nombreux ra- dicaux et socialistes, ,au cours des siècles passés. rhistoire se répète comme une farce. La nouveauté, c'est que le radical et la sociale-démocrate du conseil d'Etat y pren- nentpart. En 1918, Rosa Luxembourg avait justement

écrit: «La liberté, c'est toujours la liberté de ceux qui pensent différemment.» Un Valais

ouvert n'a pas besoin d'interdits de penser. Il n'a pas besoin de Tip~Expour effacer les acquis de l'époque des Lumières. Il a besoin de la pluralité des opinions fondée sur la Constitution et l'Etat de droit.