Vous êtes sur la page 1sur 3

Comptabilité et Audit

Les comptes de groupe


Notions de consolidation

Cas PERIMETRE - Énoncé

Durée : 1H

Difficulté de 1 à 5 (5 étant la plus difficile) : 4

Statut : Indispensable

L'application des normes IFRS est obligatoire pour ces 5 cas.

CAS 1
La société RIBOL détient 100% des titres de sa filiale GHF.

La société RIBOL vend, pour des raisons de coopération industrielle, 90 % de ses titres à l'entreprise
RMH du même secteur d'activité.

Selon l'accord passé avec RMH, la société RIBOL continuera à exercer le contrôle des politiques
opérationnelle et financière de la filiale, mais les décisions importantes, notamment celles listées ci-
après, doivent être prises d'un commun accord entre les deux actionnaires :

- budgets (en cas de déviation par rapport au business plan) ;

- acquisitions, cessions et restructurations ;

- procédures comptables ;

- distribution de dividendes ;

- recrutement, destitution ou changements de responsabilité du personnel de direction...

Par ailleurs, la société RIBOL a nommé 3 des 4 membres du conseil d'administration, mais le pouvoir de
décision de la société RIBOL est conditionné à la mise à disposition de financements au profit de la filiale.

Travail à faire :

Après cette cession, la société RIBOL doit-elle maintenir l'intégration de la filiale dans sa
consolidation ?

CAS 2
Deux sociétés ADEL et BRING opèrent dans le bâtiment en fournissant des services de construction à des
opérateurs privés et publics. Ces deux sociétés obtiennent un contrat de construction d'une route pour le
compte d'un gouvernement. L'accord contractuel définit la part de chaque société dans le partenariat et
établit un contrôle conjoint.

Une entité ZEN est créée afin de mettre en œuvre cet accord. Cette entité signe le contrat de
construction avec le gouvernement pour le compte de ADEL et de BRING. Les actifs et passifs nécessaires
à la construction de la route sont logés dans l'entité ZEN.

La forme juridique de la société ZEN confère à ADEL et à BRING des droits sur les actifs de ZEN et une
obligation à assumer les passifs de ZEN.

Par ailleurs, l'accord contractuel conclu entre ADEL et BRING établit que :

- ADEL et BRING ont un droit à tous les actifs nécessaires pour réaliser la construction de la
route, à hauteur de leur pourcentage de participation dans l'entité ZEN ;

© COMPTALIA – Reproduction interdite Cas PERIMETRE - Énoncé - 1/3


Comptabilité et Audit

- ADEL et BRING ont la responsabilité conjointe d'assumer tous les passifs opérationnels et
financiers liés à l'activité de ZEN, à hauteur de leur pourcentage de participation dans le
partenariat ;

- le profit ou la perte qui résulterait de l'activité de ZEN sera partagé entre ADEL et BRING à
hauteur de leur pourcentage de participation dans ZEN.

Une personne, désignée soit parmi les salariés de ADEL, soit parmi les salariés de BRING (à tour de rôle),
aura la charge de la coordination et de la supervision des travaux de construction de la route.

ZEN facturera le gouvernement au nom des entités ADEL et BRING.

Travail à faire :

Déterminer la nature du partenariat.

CAS 3
Deux sociétés immobilières (entités AMON et BELIN) établissent ensemble une entreprise distincte (entité
XEROS) afin d'acquérir et d'exploiter un centre commercial. L'accord contractuel conclu entre les sociétés
immobilières établit le contrôle conjoint de AMON et BELIN sur XEROS.

La principale caractéristique de la forme juridique de l'entité XEROS est que XEROS (pas AMON ni BELIN)
détient des droits sur les actifs constituant le centre commercial et une obligation d'assumer les passifs
liés. Les activités de XEROS consistent en la location des différents lots commerciaux, l'entretien des
équipements, la gestion du parking, etc.

Les modalités de l'accord contractuel entre AMON et BELIN stipulent que :

- XEROS possède le centre commercial. Il n'est ainsi pas stipulé que les parties ont des droits sur
le centre commercial ;

- les parties n'ont pas d'obligation à assumer les passifs contractés par l'entité XEROS. Leur
responsabilité est limitée au capital appelé non versé (compte tenu de la contribution de chaque
partie au capital) ;

- les parties ont le droit de vendre les intérêts qu'elles détiennent dans XEROS ou de faire une
promesse de vente sur ces intérêts ;

- chaque partie reçoit une part du résultat opérationnel du centre commercial (loyers moins les
coûts opérationnels), proportionnellement à sa quote-part d'intérêt dans XEROS.

Travail à faire :

Déterminer la nature du partenariat.

© COMPTALIA – Reproduction interdite Cas PERIMETRE - Énoncé - 2/3


Comptabilité et Audit

CAS 4
Les sociétés ALPHONSE et BONNET détiennent chacune 31% des actions de la société XERAN. La société
CIMENT détient 25% des actions de la société XERAN. Le reste du capital de XERAN est détenu par de
multiples petits associés.

La société CIMENT ne dispose plus de représentant au conseil d'administration suite à la démission de


son unique membre ; il est toutefois précisé qu'elle pourrait prendre l'initiative d'en nommer un autre.

Malgré la détention de plus de 20 % des droits de vote, la société CIMENT n'a pas mis la société XERAN
en équivalence au motif qu'elle n'a pas de représentant à son conseil d'administration et que les deux
plus gros actionnaires détiennent près des deux tiers des droits de vote.

Travail à faire :

Faut-il mettre en équivalence la société XERAN dans le groupe CIMENT ?

CAS 5

La composition du capital de la société WILSON est la suivante :

- la société ADAM détient 35% ;

- des investisseurs institutionnels détiennent 4% ;

- le reste 61% est détenu par le public.

Par ailleurs, un pacte d'actionnaires a été signé entre ADAM et les investisseurs institutionnels par
lequel :

- le conseil d'administration de WILSON est composé de 18 membres dont 9 nommés par ADAM ;

- le président du conseil d'administration de WILSON est nommé par ADAM et a une voix
prépondérante en cas d'égalité ;

- le président du conseil d'administration nomme le directeur général de WILSON.

Travail à faire :

Peut-on considérer que la société ADAM a le pouvoir de diriger les activités pertinentes de
la société WILSON ?

© COMPTALIA – Reproduction interdite Cas PERIMETRE - Énoncé - 3/3