Vous êtes sur la page 1sur 13

I.

Présentation de la Zone d’étude

II.Système de distribution du Grand


Casablanca

III.Analyse des indicateurs de performance

III.1. Débit minimal de nuit


III.2. Le rendement
III.3. L’indice linéaire des pertes
III.4. Le pourcentage en Pertes
III.5. L’indice linéaire des fuites

III.2. Recommandations

Conclusion Générale
Présentation de la Zone d’étude
La densité de la population casablancaise rend le réseau d’AEP de la
ville de Casablanca parmi les réseaux les plus denses
le volume quotidien d’eau potable distribué dans le grand Casablanca
a été évalué à une moyenne de 547.428m3

II.1. Système d’adduction du Grand Casablanca


-Les réserves en eau de la région de Casablanca ne comblent que 2%
-Les Oueds de Bouregreg et Fouarat alimentent la partie nord du Grand
Casablanca
-73 Mm3 et 10 Mm3 respectivement
- Oum R’bia et le barrage de Douarat sud de Casablanca
- de 52 Mm3 et 63 Mm3 respectivement
* Concernant les zones situées au centre-ville, elles sont alimentées par les
deux sources précédemment citées.*

II.2. Système de distribution du Grand Casablanca :


- La ville est divisé en plusieurs étages de pression
-un réservoirs propres à chaque côté.
- l’étage est équipé de débitmètres et de régulateurs de pression qui
permettent de mieux suivre et contrôler le fonctionnement du réseau.
-EXEMPLE D’ETAGE :
- L’étage 58 :étendu depuis la zone industrielle, le long de la route côtière,
jusqu’à Mansoura, cet étage enveloppe la plus grande partie de la ville de
Mohammedia.
- L’étage 85 : localisé au centre de Casablanca, l’étage 85 est considéré
comme étant l’étage le plus important de la ville, avec un réseau de linéaire de
500 km de conduites. Cet étage enveloppe la totalité du centre-ville, du
quartier des affaires, de la zone portuaire, et tout le front de mer urbanisé.
Sans oublier la zone industrielle qui se trouve à l’est de port, à proximité de
l‘étage 60
Chapitre III : Résultats et Discussions
III.1. Analyse des indicateurs de performance
III.1.1. Choix des indicateurs : (zone1)
1.Le débit minimal de nuit
2.Le rendement
3.L’indice linéaire des pertes
4.Pourcentage en pertes
5.L’indice linéaire des fuites

III.1.2. Analyse et interprétation des indicateurs :


1.Le débit minimal de nuit
-débitmètres installés au niveau du réseau de distribution de chaque étage
-possible de mesurer le débit journalier

-Le débit minimal de nuit à augmenter de mois en mois pour le début


d’année 2020 ne fera qu’augmenter en absence de travaux de
maintenance une mesure de débit au niveau de chaque secteur doit
être réalisée afin que la recherche de ces fuites soit plus facile,
efficace
- l’étanchéité des secteurs en question, ou bien celle de toute la zone
si nécessaire, afin d’anticiper les mesures de réduction des pertes
2.Le rendement
il est intéressant de calculer le rendement du réseau considéré
comme outil principal de l’évaluation de la performance d’un réseau
puisqu’il afin de déterminer le pourcentage d’eau distribuée/facturée
auprès des consommateurs par rapport à l’eau nécessaire à
l’alimentation du réseau.

D’après les résultats :


-le rendement maximal de 95% au mois de mars 2019
-le rendement minimal de 69% au mois de février 2020
 on constate que le rendement fluctue autour d’une valeur
moyenne de 79,51% : pour 5 litres d’eau mis en distribution,
1 litre revient au milieu naturel sans passer par le
consommateur, et donc perdu.
Ces fluctuations rendent difficile la prévision du
comportement du rendement dans les prochains mois, même
si la courbe de régression est décroissante, le coefficient de
régression reste très faible.
En général, l’ensemble des actions menées par la LYDEC à tous les
niveaux pour l’économie de l’eau est satisfaisant.

3.L’indice linéaire des pertes


Le rendement ne peut pas à lui seul refléter la performance du
réseau, il doit donc être mis en regard de l’indice linéaire des pertes.
Le tableau suivant représente l’évolution de l’indice linéaire des
pertes tout au long de la période allant du mois de mars 2019
jusqu’au mois d’avril 2020 :
-Le mois de mars 2019 : l’indice linéaire de perte est très bon état
- la valeur de cet indice augmente de manière anormale et atteint
une valeur maximale de 60,7 m3/km/j au mois de février 2020.
-Tout au long de cette période, un ILP Moyen de 39,5 m3/km/j révèle
l’état d’un réseau médiocre,
-Il est primordial de lancer un plan d’actions face à une dégradation
pareille dans le but de créer de l’équilibre entre les volumes mis en
distribution et ceux consommés par les clients.
Cependant, les pertes ne sont pas toujours la cause de de cette
dégradation. En effet, la valeur de l’indice linéaire des pertes croit
avec la densité du service ; qui n’est que le nombre d’habitants par
kilomètre de réseau. La valeur de la densité du service, n’étant pas
toujours connue, est fortement liée à la densité de la population
(nombre d’habitant/km2).
-Plus le réseau est dense, plus l’indice est élevé.
- Ceci peut être expliqué par le fait qu’un grand nombre de
raccordements au réseau d’AEP multiplie les risques de pertes.
-Il est aussi à mentionner que quelques services urbains caractérisés
par un indice linéaire de perte très fort, représentent un rendement
plutôt élevé.
-Il est donc fortement recommandé d’analyser de plus près la zone
d’étude, secteur par secteur, avant de tirer des conclusions sur l'état
du réseau.

4.Pourcentage en pertes

-Le mois de Février-2020 a enregistré le pourcentage en perte le plus


élevé avec une valeur de 30,4,
-Le mois de mars-2019 , au contraire , a enregistré un pourcentage en
pertes de 4%, le classant ainsi comme étant le mois ayant le moins de
pertes.
-Avec un pourcentage en perte moyen de 20,5%, le réseau est
qualifié comme étant un réseau bien entretenu.
Ceci vient appuyer le fait qu’un mauvais ILP ne reflète pas forcément
un réseau en mauvais état.
5.L’indice linéaire des fuites
Le calcul de cet indice nous permettra non seulement d’apprécier la
performance du réseau de la zone 1 toute entière, mais aussi de
détecter les réseaux fuyards afin de faire de ces secteurs l’objectif
des travaux de réparations.
Généralement, pour que l’indice linéaire des fuites soit bon, il ne doit
pas depasser la valeur de 1 fuite/km de canalisation.
D’après ces resultats, pour la majorité des secteurs, on peut qualifier
l’indice de ”moyen”.
-Le secteur numero 8 enregistre un indice linéaire de fuites mediocre
de l’ordre de 11 fuites/km de canalisation.
- Il est donc necessaire d’etablir un plan d’actions qui a pour but
d’orienter les equipes de recherche des fuites dans les secteurs les
plus degradés pour une meilleure gestion de réseau.

III.2. Recommandations
L’analyse et l’interprétation des indicateurs de performance du
système de distribution d’eau potable de la zone 1 de la ville de
Casablanca, révèlent certaines défaillances de ce système.
Afin d’améliorer la performance du réseau, de préserver les
ressources en eau, d’économiser l’énergie liée à la production de
l’eau potable, et de limiter les phénomènes de déstabilisation du sol
liés aux fuites permanentes, nous proposons les recommandations
suivantes :

Conclusion Générale
Le travail présenté dans ce rapport avait pour objectif d’évaluer la
performance d’une partie du réseau d’AEP de la zone 1, relative à
l’étage 85 modulé, situé au centre de la ville de Casablanca. Cette
évaluation a donné comme résultats :
- Un débit de nuit de 96 l/s enregistré au mois d’Avril 2020, qui
probablement augmentera les mois prochains.
- Un rendement moyen de 79,51% considéré comme bon.
- Un ILP Moyen de l’ordre de 39,5 m3/km/jour, évalué comme
médiocre, et reflète l’état d’une zone fuyarde.
- Un pourcentage en perte moyen de l’ordre de 20,5% reflétant l’état
d’un réseau bien entretenu.
- Un indice linéaire de fuite très élevé au niveau du secteur 8,
nécessitant une intervention pour réduire les volumes d’eau perdus.
L’analyse de ces résultats a montré que le vieillissement des
conduites ainsi que la densité importante que connait la région
peuvent se traduire par une augmentation du volume des pertes
dont les conséquences peuvent affecter le fonctionnement de tout le
réseau.
Le suivi du réseau est donc une étape indispensable qui nous
permettra d’assurer une gestion pérenne du réseau de distribution.
D’où l’intérêt d’un suivi régulier de la consommation nocturne et des
pertes en eau.