Vous êtes sur la page 1sur 41

1

Alphas

Alfgard du Cotentin

Œuvre publiée sous licence Creative Commons by-nc-nd 3.0

En lecture libre sur Atramenta.net

2
Chapitre 01 - Rencontre3

3
Chapitre 02 - Première Fois8

4
Chapitre 03 - Amoureuse12

5
Chapitre 04 - Mère et Seule19

6
Chapitre 05 - Retrouvailles23

7
Chapitre 06 - Bonheur familial29

8
Chapitre 01 - Rencontre

Poudlard – Février 1998 - 1 heure du matin.


Une silhouette noire courait sur la pelouse du Parc
de l’Ecole de Sorciers. Pour n’importe qui, il s’agissait
d’un simple chien en vadrouille. Pour une personne
plus observatrice et plus intriguée, c’était bien plus
que cela. On pouvait reconnaître un loup noir. En fait
de loup, c’était une louve. Elle était élancée, très
mince et jeune. Si on croisait son regard, des yeux
verts éblouissants pouvaient vous percer. Elle galopait
et allongeait de plus en plus ses foulées. Elle se
dirigeait vers le seul endroit adapté à un loup, la
forêt. Ce n’était pas n’importe quelle forêt vers
laquelle elle se réfugiait, c’était vers la Forêt Interdite
de Poudlard mais elle ne craignait rien. A vrai dire
peu de prédateurs, comme le loup, craignaient
quelque chose dans cet endroit. De longues volutes de
buée s’échappaient de sa gueule. L’air était glacial
mais elle ne sentait rien grâce à son épaisse fourrure.
Elle continua, le nez au vent, à courir de longues
minutes dans la forêt le long du ruisseau qui
serpentait au sein de la forêt. Elle humait avec plaisir
l’odeur humide du sous-bois. Elle ne se sentait libre et
heureuse que dans cette condition. Elle s’arrêta au
sommet d’une immense dalle de pierre. Elle

9
s’apprêtait à hurler à la mort quand elle vit de l’autre
côté du ruisseau, sur la jumelle de la dalle un
immense loup blanc. La fourrure immaculée brillait
sous les rayons de la lune. Lui aussi s’apprêtait à
hurler quand la louve noire jappa pour le prévenir. Il
baissa la tête et la dévisagea. La vue très développée
de la louve lui permit de croiser le regard gris-bleu du
loup blanc. Ils restèrent accrochés l’un à l’autre de
longues minutes. Elle se mit alors à frémir
d’anticipation et de désir. Le mâle se décida à
descendre de sa pierre et rejoignit la sombre femelle.
Quand il s’approcha d’elle, elle recula de quelques
pas impressionnée par la masse blanche et le
charisme qui se dégageait de lui. Ils étaient en train
de se "reconnaître". Elle sentait qu’elle se trouvait
devant LE mâle. Ils étaient tous les deux des loups
dont on fait des Alphas. Ils étaient des dominants,
tous les deux. Leurs hormones et leur âge
démontraient qu’ils étaient prêts à fonder un clan,
une nouvelle meute. La créeraient-ils ensemble ? Ils
se tournèrent autour l’un l’autre, le mâle blanc léchait
les babines de la femelle. Puis il posa sa tête sur
l’échine de celle-ci. Elle fit de même toute consciente
qu’il était comme elle. Ca y est, ils s’étaient choisis et
s’acceptaient l’un et l’autre comme couple alpha
d’une nouvelle meute. La nuit était bien avancée et
plutôt que de s’accoupler, ils préférèrent s’allonger
l’un contre l’autre et profiter de la présence l’un de
l’autre.
Poudlard – Février 1998 – 8 heures du matin.
Le couple de loups fut réveillé par les bruissements
d’ailes des prédateurs nocturnes qui rentraient de
leur chasse. Ils se regardèrent légèrement étonnés.
Ils se levèrent puis se léchèrent l’un l’autre pour se
dire au revoir. La louve tourna les talons et reprit la
direction de l’école de sorciers. A la lisière de la forêt,

10
elle se cacha derrière un arbre d’importance. Son
corps se mit à se tordre dans tous les sens, elle était
un train se subir une transformation. Finalement, elle
devint une fine jeune fille brune aux cheveux mi-longs
noirs et emmêlés. Elle était habillée du costume de
l’école, jupe plissée noir, pull noir et robe de sorcier
noire. Tout ce noir était éveillé par les couleurs de
Gueule et d’Or de sa "maison", les Gryffondors. Elle se
releva et épousseta ses vêtements. Elle devrait encore
se changer car ils étaient pleins de boue. Elle regarda
sa montre-bracelet et vit qu’il était plus de 8 heures et
demi. Elle serait encore en retard au premier cours.
Elle courut à toute vitesse vers l’école. Dans les
couloirs, elle s’étonna de ne pas croiser le tristement
célèbre Rusard. Elle donna le mot de passe à la
"grosse dame" et entra dans la salle commune des
Gryffondors. Elle monta à toute vitesse dans son
dortoir et ne fut guère étonnée de trouver sa
meilleure amie Hermione déjà réveillée ET habillée.
- HOLLY LILY POTTER !
- Chuut, Hermione !
- Où étais-tu passée ? Tu es encore restée toute la
nuit sous ta forme d’animagus ?
- Non… oui… ne me regardes pas comme cela ! Tu
sais comme cela me fait du bien !
- Et tes études ? Et tes Aspics ?
- Pfffuuu !
- N’oublies pas que tu veux devenir Auror, Holly !
- D’accord, mais avec la guerre j’ai bien le droit
d’aller me "promener" !
- Holly, tout d’abord, la guerre est finie même s’il
reste quelques mangemorts en vadrouille, et ensuite il
faut te reprendre, sait-on jamais les rencontres que tu
pourrais faire dans la forêt interdite !
- Justement, j’ai fait une "rencontre" !
- Les yeux écarquillés la sage brunette se rapprocha

11
de la "Survivante" et s’assit sur le lit de cette
dernière.
- Raconte-moi !
- C’est un loup comme moi, mais il est tout blanc, on
s’est "reconnus" !
- Voyons Ho-lly, c’est un animal et toi une humaine !
Tu ne peux pas "reconnaître" un animal… c’est contre
nature…
- Non, c’est lui aussi un animagus !
- Comment le sais-tu ?
- Voyons Her-mione… tu oublies que la magie est
plus puissante que jamais en moi ! Je t’assure que
c’est un sorcier comme moi. Je retourne le voir la nuit
prochaine.
- Oh, non, Holly, ne fais pas cela !
- Si… je veux vivre enfin… et me mettre en "couple"
avec ce garçon-loup pour moi c’est Vivre !
- Oh, Holly, je m’inquiète pour toi ! N’y vas pas !
- Ne t’inquiètes pas Hermione, je m’en sortirais,
après tout je suis "celle-qui-a-tué-vous-savez-qui" !
- D’accord, mais tu me promets d’être prudente ?
- Promis, en attendant, il faut que j’aille me doucher
et me changer, je sens le fauve et la boue ! Ria t’elle
Hermione lui sourit mais s’inquiétait pour son amie
qui sortait toutes les nuits et ce depuis des semaines.
Depuis qu’elle avait tué Voldemort, elle avait changé
de comportement, elle était devenue animagus, elle
provoquait les garçons de l’école, tout en restant
sage. Elle disait qu’enfin elle pouvait vivre. Elle se
disputait souvent avec Hermione, seul Ron son autre
meilleur ami comprenait son comportement. Comme il
avait vécu les quatre cents coups avec son amie, très
garçon manqué, il la connaissait mieux que Hermione.
Elle avait développé son pouvoir d’animagus quelques
jours après l’exécution de Voldemort. Depuis, elle s’en
donnait à cœur joie. Sa cicatrice était invisible sous la

12
fourrure et les autres animaux, surtout les loups, la
prenaient comme elle était.
Après leurs ablutions, les trois amis se retrouvèrent
dans la salle commune. Hermione et Ron discutaient
fortement sur les sorties nocturnes de Holly. L’une
s’inquiétait, l’autre la défendait. Ils partirent
ensemble pour la Grande Salle pour prendre leur petit
déjeuner. Ils s’installèrent. Holly, dont la
transformation en louve affaiblissait les réserves,
mangeait de façon aussi gloutonne que Ron. C’est
alors que Hermione reçu "la Gazette du Sorcier". Elle
s’exclama.
- Lucius Malefoy a été tué !
- OUAIISSS ! Hurla Ron. Et Drago ?
- Ils le recherchent toujours ! Des mangemorts
auraient avoué qu’eux aussi le cherchaient pour lui
faire payer sa défection auprès de Voldemort !
- Quoi ? Demanda Holly.
- Oui, Holly, il apparaîtrait que Voldemort ait mit un
"contrat" sur sa tête parce qu’il a échoué à tuer
Dumbledore et apparemment, Drago l’aurait insulté
avant de transplaner !
- Et personne ne sait où est la fouine ? Grinça Ron.
- Non, tout le monde le recherche !
- En tous cas, il n’a pas intérêt à venir par ici parce
qu’il y en aura plus d’un à vouloir le tuer ! Grogna
Ron.
- Ron, ce n’est pas notre affaire, il faut laisser les
aurors et le Ministère s’occuper de cela ! Intima
Hermione.
- M’en fiches, si je le rencontre, il aura affaire à ma
baguette ! Insista Ron. Qu’en penses-tu, Holly ?
- Il n’osera jamais venir ici ! C’est un lâche ! Il doit
se terrer au fin fond d’une grotte plutôt que de nous
affronter !
Seamus, Neville et Dean, qui avaient suivi la

13
conversation, opinèrent de la tête. Ils finirent tous
leur petit déjeuner et partirent pour leurs cours.

14
Chapitre 02 - Première Fois

Poudlard – La nuit suivante - 1 heure du matin.


A nouveau la silhouette lupine qu’était Holly prit la
direction de la forêt interdite. Elle était toute fébrile
de retrouver le compagnon qu’elle s’était trouvé. Elle
avait toujours repoussé les mâles des meutes qu’elle
avait rencontré car son côté humain répugnait à faire
de la zoophilie. Or, ce loup blanc, elle le savait, était
humain ET sorcier. Elle le soupçonnait d’être un élève
de Poudlard. Elle s’était sentie heureuse avec lui, la
nuit précédente. Elle savait qu’il était son compagnon
pour la vie. Comme les loups, elle était fidèle en
amour comme en amitié. Elle se rappela avoir
fantasmé sur Cédric Diggory et qu’elle avait été
tentée de le laisser gagner lors de la coupe des trois
champions. Elle s’en était voulu longtemps de sa mort
comme elle s’en était voulu de celle de ses parents, de
Sirius, et du professeur Dumbledore.
Elle courait à perdre haleine jusqu’aux dalles
jumelles. Elle chercha son blanc compagnon qui
arriva à peine quelques minutes après elle. Il l’incita à
le suivre. Sous l’immense rocher, sur lequel elle l’avait
vu la veille, se trouvait une sorte de grotte. Elle le
suivit à l’intérieur. Les lieux étaient tapissés de
feuilles et d’herbes séchées, de nombreuses fourrures
y étaient étalées ainsi qu’une ou deux couvertures.

15
Dans un coin de la grotte, de la vaisselle et des
aliments étaient stockés. C’était donc bien un être
humain. Il rabattit une bâche devant l’entrée
occultant pratiquement la nuit. Il l’invita à s’allonger
et fit de même en se mettant derrière elle. Elle vit la
patte blanche posée sur son avant-bras se transformer
en main fine et blanche et elle décida de redevenir
humaine aussi. Cette transformation lui ôta du même
coup sa vue perçante et elle sentit submergée par le
noir de la caverne.
Dès lors, dans le noir complet, elle tâtonna pour
retrouver son compagnon. Elle toucha un torse
musclé et imberbe. Sa peau était douce, Holly sentait
un mélange de l’odeur fauve du loup à celle plus
agréable d’un après-rasage. Elle chercha le visage de
son compagnon. Il était rasé de près et doux. Lui aussi
toucha son visage et l’attira à lui. Des lèvres chaudes
se posèrent sur celles de la jeune fille et une langue
darda pour entrer dans la bouche chaude. Holly l’y
laissa entrer. De longs frissons parcoururent sa
colonne vertébrale. Elle se serra contre lui. Il l’enlaça
fermement. Fiévreux et pleins de désirs, ils
entrecoupèrent leurs baisers par des caresses. Ces
dernières nécessitèrent évidemment d’ôter leurs
vêtements. Ils étaient nus l’un contre l’autre. Son
compagnon les avait recouverts de fourrures et de
couvertures chaudes. Holly était affolée par les
caresses savantes de son amant. Il avait de
l’expérience, elle le sentait à ses étreintes, plus
qu’elle en tous cas. Elle devinait pourtant que leur
"union" était importante pour lui. Il lui chuchotait des
paroles lascives et tendres qui la faisait frémir tout
autant que ses caresses. Il avait une voix traînante et
chaude. Holly sentit une main caressante se dirigeant
vers son entrejambe brûlant. Loin de le repousser, elle
se mit à gémir et à écarter les cuisses pour lui donner

16
libre accès. Il grogna dans son cou tandis qu’il insinua
un doigt dans la caverne humide. Il lui mordilla le
lobe de l’oreille puis descendit de même le long du
cou fin. Holly bascula la tête pour offrir encore plus
son cou. Elle s’offrait sans limite à ses lèvres et à ses
mains. Pendant ce temps-là, elle n’avait pas été
complètement inactive. Ses douces mains avaient
parcouru le corps musclé. Elles s’étaient égarées sur
le torse, sur le ventre plat, elles avaient frôlé
délicatement le membre raidi, pour repartir
s’agripper dans le dos tout aussi athlétique. Holly
reçut entre ses jambes le phallus de son compagnon.
Il commençait à pointer la douce entrée. Il s’enfonça
petit à petit. La jeune fille se mit à trembler, il
ralentit. Quand elle fut calmée, il reprit sa
progression. Il perçut alors la fine barrière qu’il
déchira d’un léger coup de rein. Holly se mit à
geindre de douleur. Il s’arrêta à nouveau et couvrit
son visage, son cou et ses lèvres de dizaines de
baisers. Il continua alors à plonger plus avant dans la
chaude caverne. Quand il fut complètement entré
alors il agrippa la taille de sa compagne et entama
son va et vient en elle. Quant à Holly, elle cramponna
ses épaules. La petite grotte fut bientôt emplie de
gémissements et de soupirs de plaisirs. Ils vibraient
tous les deux à l’unisson. Ils s’étaient trouvés, ils
savaient ne pouvoir appartenir à d’autres à l’avenir.
Des vagues successives de plaisir ondulèrent dans
leurs corps. Il faisait froid dehors mais ils avaient
l’impression d’être en feu. Ils s’agrippaient l’un à
l’autre comme si leur vie en dépendait. Le jeune
homme arriva alors au bout de son plaisir et en deux
ou trois coups de boutoir se vida dans le doux ventre
de Holly. Il s’affaissa sur elle. Elle ne bougeait pas.
Leurs souffles saccadés frôlaient leurs cous respectifs.
Il se releva et mit ses avant-bras de chaque côté du

17
visage de la jeune fille. Il l’embrassa fougueusement
puis se retira du fourreau accueillant. Il se mit sur le
côté et mit ses doigts entre les cuisses de sa
compagne. A l’aide de ses doigts, il lui fit atteindre le
plaisir que son impatience n’avait pas permit. Elle se
mit à crier de jouissance sous la main experte. Ils
s’enlacèrent et se donnèrent moults baisers. Le
sommeil les cueillit dans ses bras. Il faisait encore
nuit noire quand ils se réveillèrent. Ils échangèrent
des baisers jusqu’à ce que le jeune homme se rhabille
puis se transforme à nouveau en loup. Elle fit de
même. Holly avait bien compris le message. Il ne
tenait pas à dévoiler son identité. Après s’être donné
deux ou trois coups de langue, Holly quitta la grotte
pour rejoindre son école.
Ce fut en catimini qu’elle rejoignit son dortoir. A
peine s’était-elle couchée derrière les rideaux de son
lit à baldaquin qu’un poids tomba à ses côtés.
- Alors ? Chuchota Hermione
- Alors quoi ?
- C’était comment ? Insista son amie.
- De quoi veux-tu parler ?
- Eh bien de ta nuit avec ton compagnon ! Je veux
savoir si c’est bien un humain ?
- Bien ! Mon compagnon est bien un humain et nous
avons fait l’amour !
- C’est super !
- Je ne sais pas !
- Pourquoi ? Susurra Hermione
- Parce qu’il me cache son identité !
- Oh ! Pourquoi ?
- Comment veux-tu que je le sache ? Et puis, il a
l’air de vivre depuis quelque temps déjà dans cette
grotte !
- Vivre ? Ce ne serait donc pas un élève ?
- Non, c’est peut être, je ne sais pas, un ancien

18
élève, un orphelin, qui n’aurait nulle part où aller ?
- C’est fou ! Et tu en as fait ton compagnon ?
- Tu as lu le livre avec moi sur les animagus-loups !
On ne choisit pas de "reconnaître" son compagnon
pour la vie ! J’aurais préféré avoir le même animagus
que mon patronus !
- Tu es une fille ! Tu n’aurais pas été un cerf mais
une biche !
- Naaaaah… en plus, tu as raison, cela m’énerves !
- Ecoutes, Holly, le plus simple c’est d’essayer de
dormir un peu pendant les deux heures qui te
restent !
- Oui ! Je vais essayer de dormir.
A peine, Hermione avait rejoint son propre lit et à
peine, avait-elle posé sa tête sur son oreiller, que sa
nuit d’amour la fit sombrer dans le sommeil.

19
Chapitre 03 - Amoureuse

Poudlard – Les semaines suivantes


Depuis des semaines et toutes les nuits, Holly
partait dans la Forêt Interdite pour rejoindre son
amant et compagnon. Leurs nuits étaient torrides, il
leur arrivait aussi de se mordre l’un l’autre. Leurs
corps respectifs portaient les marques de leurs dents,
de leurs suçons et de leurs ongles. Ils avaient une fois
fait l’amour sous leur forme d’animagus mais c’était
peau contre peau qu’ils se sentaient le mieux. Ils
avaient aussi des nuits d’amour pleines de douceur et
de tendresse. Jamais Holly ne s’était sentie aussi bien
ni aussi sereine. Cela se ressentait dans son
comportement. Elle était primesautière et gaie. Ces
airs rêveurs éclairaient tout le monde sur la raison de
cette bonne humeur. Il était flagrant pour tous qu’elle
était amoureuse. Plus que jamais, la population de
Poudlard vivait au rythme des humeurs de leur
"Survivante". Ron était curieux et lui demandait sans
cesse qui c’était. Il faut dire que bon nombre de leurs
camarades le tannait pour qu’il lui demande.
Un matin, Holly se leva un peu trop vite et s’écroula
au sol. Hermione et ses compagnes de chambre
s’affairèrent autour d’elle avec inquiétude. Elle fut
très étonnée de les trouver au-dessus d’elle avec leurs
regards inquiets.

20
- Quoi ? Que m’est-il arrivé ?
- Tu es tombée dans les pommes !
- Ah non, pas encore… Franchement quelle
réputation j’ai à toujours tomber dans les pommes !
- Il faut que tu ailles voir Madame Pomfresh !
- Non ! Je n’ai aucune raison !
- Tu es très blanche pourtant !
Hermione venait à peine de finir ces mots que Holly
se précipita dans les toilettes pour vomir.
- Alors, comme cela tu va bien ?
- Bon, d’accord, j’irais la voir ! Répondit Holly avec
un haut le cœur.
Une fois habillée, Holly fut accompagnée par
Hermione et Ginny, toutes deux très sincèrement
inquiètes pour elle. La jeune fille était allongée sur un
des lits pendant que l’infirmière faisait des analyses et
préparait une potion. Elle était blanche comme un
linge et avait l’air très fatigué. L’infirmière revint avec
un bol fumant.
- Buvez cela, jeune fille !
Holly fit la grimace à l’odeur et quand elle but, elle
grimaça derechef.
- C’est dégoûtant !
- Mais c’est bon pour ce que vous avez ! Il faut vous
requinquer !
- Alors qu’est-ce que j’ai ?
- Je vais demander à vos amies de s’en aller !
- Vous pouvez tout dire devant elles, elles savent
tout de moi !
- En êtes-vous sûre ?
- Oui ! Reprit Holly.
- Et bien, ma pauvre petite, vous êtes enceinte de
deux mois !
- QUOI ?
Elle se retourna vers ses amies qui la regardèrent
horrifiées. Madame Pomfresh avait un air désolé sur

21
le visage.
- Oh, ma pauvre Holly ! Renifla Ginny.
- Ben quoi ?
- Cela va te gâcher la vie ! Reprit la jeune Weasley.
- Jamais mon… bébé… ne me gâchera la vie, c’est
un don ! Je le prends comme tel !
- Et le père ? Demanda incidemment Madame
Pomfresh
- Le père ? Et bien je vais lui dire ! Et après, on
verra !
- Mais Holly, tu voulais entamer ta formation pour
être Auror et imagines même si tu arrives à faire tes
études… la vie des Aurors est semée d’embûches et
avec un bébé… tu risquerais d’en faire un orphelin !
- Et alors, je pense que d’autres carrières peuvent
m’être ouvertes, non ? J’y réfléchirai, une fois que
j’aurais passé mes Aspics ! Je ne serais enceinte que
de quatre mois à cette période ! Et puis ce n’est pas
comme si je n’avais pas les moyens de l’élever sans
travailler ? Cette grossesse pourra passer inaperçu
d’ici là ! Donc, je vous demanderais de n’en parler à
personne !
- Jeune fille, je me dois de le dire à la Directrice !
Insista l’infirmière
- Oui, mais à personne d’autre ! Jurez-le-moi !
Les deux camarades de Holly et l’infirmière lui
jurèrent le secret. Les trois élèves repartirent à leur
dortoir afin de se vêtir, de prendre leurs affaires et
d’aller en cours. Les camarades de leur maison les
observaient et remarquèrent leur mine inquiète. Ron
essaya tant bien que mal de les égayer, en vain.
La journée parut interminable à la jeune fille. Même
ses cours préférés dont entre autres celui de Défense
Contre les Forces du Mal l’ennuyaient. Elle était
pressée d’arriver au cœur de la nuit pour aller
rejoindre son compagnon. Les heures et les minutes

22
s’égrenaient comme si un mauvais sorcier s’était
amusé à en ralentir le cours. Holly n’y tenait plus. Ses
amies tentèrent de la calmer, de lui dire que, peut-
être, son compagnon l’abandonnerait une fois au
courant. Elle ne pouvait se l’imaginer faire cela. Elles
lui indiquèrent qu’il cachait son identité et elle aussi.
Elle angoissa encore plus de le revoir avec cette
nouvelle information. S’il ne voulait ni ne pouvait
montrer qui il était ? Si la paternité le rebutait ?
Holly était couchée depuis deux heures et regardait
le dais de son lit. Elle jetait un coup d’œil toutes les
cinq minutes sur son réveil. Elle croisa le regard de
Hermione qui avait l’air de grandement s’inquiéter
pour elle. Elle lui sourit. Elle somnola quelque part
quand elle sentit que son amie la secouait.
- Réveilles-toi ! Il est plus de minuit.
- Merci !
Elle sauta de son lit tout habillée et courut avec sa
cape d’invisibilité dans les couloirs de l’école. Elle
s’élança dans le parc et se cacha derrière le gros
chêne habituel pour y cacher sa cape et se
transformer. Elle courut alors dans la forêt. Elle Le
trouva là sur le rocher en train de l’attendre. Il en
sauta à ses pieds et lui lécha le museau. Ils entrèrent
tous deux dans la grotte dont il avait encore une fois
occulté l’entrée avec la bâche. Ils se redevinrent
humains. Elle ne le distinguait toujours pas. Il
s’apprêtait à la déshabiller mais elle lui prit les mains.
- Attends ! Il faut que l’on parle ! Dit-elle d’une voix
haute et légèrement mal assurée.
Elle le sentit se raidir et respirer bruyamment. Il
chuchota.
- Ta voix ! Je la reconnais !
- Oui ? Tu ignorais qui j’étais ?
- Oui, j’ignorais qui tu étais mais tu es Holly Potter ?
- Oui et toi ?

23
- Je ne sais pas si je dois te le dire ! Susurra t’il de
sa voix basse.
- Alors gardes encore ton identité secrète mais moi
j’ai deux choses d’importance à te dire !
- Je t’écoute ! Continua t’il à murmurer.
- J’ai découvert la nuit dernière que je t’aimais
même si on ne se parle pas.
- Oh non !
- Et toi ? S’inquiéta t’elle.
- Oui, moi aussi je t’aime ! Ce n’est pas vrai, j’aime
Holly Potter !
- J’ai découvert aussi… ce matin… que toi et moi
allions devenir parents !
- Non ! Ce n’est pas possible !
Il avait hurlé ces paroles et le cœur de la jeune fille
se brisa. Les mots l’avaient blessée et le hurlement lui
avait permit à elle aussi de reconnaître la voix.
- Malefoy !
- Oui ! C’est moi !
- Je comprends mieux alors ! Je comprends pourquoi
tu te caches ! Je comprends pourquoi tu es dégoûté
d’avoir un enfant avec moi ! Parce que je suis une
SANG-MÊLÉE! Hurla Holly
- Non-non-non, ce n’est pas cela, non ! C’est juste…
- Oui ?
- Je suis pourchassé par tous ! Les mangemorts et
les aurors veulent ma mort ! Comment je puis être
père dans ses conditions ?
- Tu m’as bien choisie comme compagne !
- Tu sais bien que les animagus-loups ne choisissent
pas !
- Peu importe ! Tu es père ! Que tu sois en fuite ou
non ! Et puis, je suis la "Survivante", je dois bien
pouvoir t’aider, non ?
- Crois-tu que le fils d’un mangemort même s’il ne
l’est pas devenu lui-même puisse espérer la pitié du

24
Ministère ?
- Il n’est pas question de pitié ! Tu n’as pas tué le
professeur Dumbledore, j’étais là, je le sais bien !
- Qui voudra te croire ?
- Eh, je suis celle qui a tué Voldemort !
- Tu n’as que 17 ans ! Tu es encore une écolière ! Et
tu es ma compagne ce qui te rends partiale !
- Je m’en fiche !
- Pas moi ! Je veux une complète réhabilitation ! Et
même dans ce cas, les mangemorts veulent me tuer !
- Pourquoi ? Voldemort est mort et ils n’auront pas
la récompense !
- Si ! C’est un puissant sort de magie noire qui se
réalisera à ma mort et donnera mes pouvoirs à celui
qui me tuera !
- Oh non Drago !
- Je dois partir maintenant !
- Et moi… et notre bébé… et nous ?
- C’était voué à l’échec !
- Si oui, pourquoi avoir couché avec moi ?
- Parce que je ne pouvais m’en empêcher entre la
reconnaissance et le simple désir ainsi que
l’impression que tu quémandais de la tendresse, je
n’ai pas pu résister ! Je devais te prendre !
- Tu m’as dit que tu m’aimais !
- Oui ! Je reste un Malefoy et un Serpentard, nous
sommes réputés par notre intelligence, le courage est
réservé aux Gryffondors !
- Non, Drago ! Ne me fais pas cela !
- Si ma belle ! Vis ta vie ! J’essaierai de conserver la
mienne loin de toi… tu attires trop l’attention, je
serais tué en deux secondes si je restais en public à
tes côtés !
Holly se laissa tomber par terre complètement
amorphe ne sachant plus que dire. La voyant faire,
Drago se mit alors à ranger ses affaires. Il ne la

25
regarda pas et ne vit pas de grosses larmes couler sur
les joues pâles. Il les devina, ses sens s’étaient
développés. Il savait qu’il avait brisé le cœur de sa
compagne. Il s’apprêtait à sortir mais Holly le poussa
sur le côté se mit à courir vers le château tout en se
transformant. Drago la regarda galoper éperdument.
Ses yeux se mouillèrent de larmes. Il sentait son cœur
se serrer. D’une main, il lui envoya un baiser vers sa
compagne.
- Adieu, mon amour ! Prends soin de toi et de notre
bébé ! Oublies-moi ! Oh… Je t’aime tant !
Il n’avait pu lui dire. Il fallait qu’elle garde un
minimum de sécurité physique et morale. Il fallait
qu’elle ignore que le contrat de mort qui le
condamnait s’étendait aussi à ses proches, que ce soit
ses parents ou une éventuelle compagne. Ainsi son
père et sa mère étaient morts. Il ne permettrait pas
que la femme qu’il aime et leur enfant meurent aussi.

26
Chapitre 04 - Mère et Seule

Poudlard – Juin 1998


Les élèves passant leurs ASPIC’s venaient de poser
leurs plumes suite à l’ordre donné par l’examinateur.
Enfin, les épreuves écrites étaient finies, elles avaient
suivi les épreuves pratiques. Holly rangea ses affaires
puis se leva avec difficulté. Son dos la bloquait
souvent depuis que sa grossesse était entrée dans son
quatrième mois. Madame Pomfresh avait détecté des
triplés. Pour cela, son ventre était beaucoup plus
arrondi qu’il n’aurait dû l’être à cette période de sa
grossesse. Une fois levée, elle emporta son sac et
rejointe par Hermione et Ron, elle sortit de la salle
d’examen. Il leur restait une semaine de scolarité. Ils
allèrent jeter leurs sacs sur leur lit et se libérèrent
des carcans vestimentaires. Ils ressortirent sans leur
cravate, ni gilet, ni robe de sorcier. A cause de la
chaleur, certains garçons avaient ouvert leur chemise,
les filles en avaient noué le bas. Holly l’avait
simplement sortie et laissait tomber le long de son
ventre histoire de le cacher un peu.
Plus personne n’ignorait qu’elle était enceinte. Par
contre, ils ignoraient l’identité du père. Même ses
plus proches amis n’étaient pas dans la confidence.
Comment aurait pu réagir Ron à cette information ?
Holly avait espéré longtemps que son compagnon lui

27
envoie un billet ou deux, en vain. Drago n’avait pas
l’air décidé de la tenir au courant. Elle traînait sa
tristesse le long des couloirs du vieux château. Sa
mélancolie avait affecté ses camarades. Tous ils
s’inquiétaient pour elle. Ils lui disaient qu’il fallait
qu’elle soit forte pour les bébés. Minerva, Remus et
Nymphadora, très inquiets pour elle, l’entouraient eux
aussi de leur affection. Le jeune couple, aidés de
Molly Weasley, avait travaillé d’arrache-pied dans sa
maison Square Grimmaurd afin d’en faire un lieu sain
pour des bébés. Toutes les créatures néfastes avaient
chassées par d’autres bénéfiques amenées par
Hagrid. Le portrait de la mère de Sirius avait été
dépendu ainsi que la tapisserie généalogique. A la
place du portrait, c’était un beau tableau
représentants les parents de Holly qu’un camarade de
cinquième année avait peint pour elle. La tenture
avait été remplacée par une fresque où l’on voyait
s’ébattre nymphes, fées, licornes et autres créatures
bénéfiques. Toutes les boiseries sombres et tristes
avaient été repeintes en blanc. Sur les conseils de
Hermione, la cuisine avait subi un coup de jeune, elle
avait gagné en luminosité et en modernité. Elle avait
été aménagée de matériels électriques moldus et les
plans de travail étaient en inox. La grande salle avait
vu son agencement modifié un coin était réservé à des
fauteuils et des canapés moelleux et confortables
ainsi que d’une télévision high-tech. La grande table
avait été remplacée par une de taille plus raisonnable.
Enfin, l’étage aussi avait connu une transformation
radicale. La chambre de Holly accueillerait
temporairement trois petits lits. En effet, elle avait
décidé d’allaiter afin de se faciliter la vie et de ne pas
devoir faire et nettoyer des biberons pour trois futurs
gloutons. Trois chambres avaient été décorées pour
chacun de ses enfants. Une grande et moderne salle

28
de bains avait aussi été installée. Tout était prêt pour
accueillir le petit trio.
Hermione n’en avait pas démordu. Elle habiterait
avec Holly jusqu’à ce que celle-ci s’en sorte sans aide.
La survivante espérait bien la faire changer d’avis et
l’obliger à commencer ses études de médicomage à la
rentrée. Quant à elle, elle préférait repousser ses
études d’auror d’au moins deux ans.
Le groupe d’amis et d’élèves se dirigea vers le lac.
Certains s’asseyèrent sur le ponton d’autres préfèrent
se mettre à l’abri du soleil sous la frondaison des
arbres. Ils voulaient profiter des dernières heures de
la journée. Ils pouvaient enfin souffler après des
semaines de révisions acharnées. Ils auraient leurs
résultats le matin même de leur départ. En attendant,
ils allaient essayer d’oublier que dans une semaine
certains d’entre eux devraient entrer dans le monde
du travail quand les autres continueraient des études
supérieures.
Neville avait postulé pour "La Pépinière de Grande-
Bretagne", fournisseur principal des plantes magiques
dont usaient les sorciers d’Angleterre, d’Ecosse et
d’Irlande. Luna avait obtenu un petit poste aux
archives du journal de son père, "il faut commencer
en bas de l’échelle", l’avait-il sermonnée. Ron, qui
rêvait d’entrer dans une équipe professionnelle de
Quidditch, devait se contenter de travailler comme
assistant de son père qui était monté en grade depuis
la mort de Voldemort. Seamus et Dean entraient à
l’école d’Aurors. Lavande continuait ses études
comme médicomage.
La fatigue se lisait de plus en plus sur le visage de
Holly. Hermione et Lavande la prirent chacune par un
bras et l’emmenèrent dans leur dortoir. A peine fut-
elle allongée qu’elle fondit en larmes. Ses deux
compagnes de chambre s’allongèrent de chaque côté

29
d’elle avec un bel ensemble démontrant l’habitude.
- Enfin, tu pleures ! S’exclama Hermione
- Oui ! Reprit Lavande. Pleures, cela te fera du bien.
- On ne comprenait pas que tu ne pleures pas !
- Ooooh, les filles ! Je… je… ne vais pas y arriver !
Elever mes bébés sans lui ! J’ai besoin de lui, il me
manque ! Je l’aime !
- Bien sûr que tu l’aimes, on s’en était rendu
compte. Lui dit Hermione.
- J’aurais tant voulu qu’il essaie quand même de
rester avec moi !
- Mais qui est-ce ?
- Ooooh… Hermione ! Le pire c’est que depuis deux
semaines, je sais qu’il a voulu nous protéger les bébés
et moi… Il a un contrat de mort sur la tête qui englobe
aussi ses proches et à plus forte raison sa compagne
et ses enfants. Les mangemorts dernièrement
capturés en ont informé le Ministère.
- Holly ? Je ne connais qu’une personne qui souffre
de ce contrat ! C’est Drago Malefoy ! Indiqua
Hermione.
- C’est lui ? Insista Lavande.
- Oui ! C’est lui !
- Oh, ma pauvre chérie ! Je comprends beaucoup
mieux maintenant. La couleur de sa robe de loup, le
fait qu’il se cache ! En tous cas, il tient vraiment à toi.
- Je le sais maintenant…
- Fichus mangemorts, fichu Voldemort ! Grommela
Lavande.
Elle continua à pleurer longtemps et ses amies la
laissèrent pour aller dîner, ce dont elle n’avait pas
envie.
Leur dernière semaine à Poudlard passa à une
vitesse extrême. Holly, Hermione, Lavande, Seamus et
Dean avaient des notes suffisantes pour continuer
leurs études comme ils le souhaitaient. Quant à

30
Neville, sa note en Soin des Plantes était vertigineuse.
Il avait la meilleure note qu’aucun élève n’avait eut
depuis des siècles. Cela lui ouvrait toutes les portes
de la profession. D’ailleurs de nombreuses autres
entreprises lui faisaient des ponts d’or pour qu’il
entre chez eux. Il avait l’embarras du choix. Sa grand-
mère et ses amis se réjouissaient pour lui. L’après-
midi venue, tous les élèves de Poudlard rejoignirent le
Poudlard Express. Les septièmes années se
retournaient très souvent vers le vieux château tout
mélancoliques. Hagrid les enlaça tous y compris les
serpentards. Holly laissa couler ses larmes, elle se
rappelait toutes ses premières fois, ses premiers pas
dans le monde sorcier et comment Hagrid s’était
occupé d’elle. Elle se rappela aussi tous les
événements où Drago entrait en scène. Ce fut le cœur
lourd quand monta dans le train et regarda s’éloigner
sa "maison".

31
Chapitre 05 - Retrouvailles

Ministère de la Magie – Octobre 1998


- Je ne bougerais pas de là !
- Mais mademoiselle Potter, voyons !
- Je m’en fiche ! Cela fait des jours que je fais le
pied de grue et le Ministre, comme par hasard, ne
peut jamais me recevoir.
- C’est vrai !
- Prenez-moi pour une idiote ! Pendant ces
dernières années, il en avait après moi tout le temps,
que ce soit pour me punir ou pour me demander mon
soutien ! Sans cesse lui, ou son prédécesseur, et ses
comparses n’ont pas arrêté de me demander des
services. Il est temps qu’ils me renvoient l’ascenseur.
- Bien sûr, le Ministre est reconnaissant de tout ce
que vous avez fait !
- N’empêches ! Depuis que j’ai envoyé le dossier de
réhabilitation de Drago Malefoy, je n’ai plus aucuns
échos ! Plus de demandes d’inaugurations, plus de
cocktails, plus de commémorations !
- C’est qu’il aura voulu vous préserver, après tout,
vous êtes enceinte !
- Et le père de mes bébés est Drago Malefoy ! Je
vous répète ne me prenez pas pour une idiote ! Les
journaux m’écoutent et retranscrivent tout ce que je
leur dis ! Le Ministre a intérêt à m’écouter car il y a

32
des choses qu’il vaudrait mieux que le public ignore,
non ? Je n’ou-blie-pas qu’il voulait me faire avorter et
même pire : faire adopter mes enfants !
- Je vais vous demander de patienter, je vais lui
envoyer un hibou !
A peine cinq minutes après son emportement, Holly
put voir arriver le Ministre et ses "conseillers". Ils la
firent entrer dans l’immense bureau. Alors qu’ils la
firent asseoir, ils restèrent debout et l’entourèrent en
la dominant. S’ils espéraient l’impressionner, ils en
seraient pour leurs frais. Les pourparlers et la
discussion dura jusque tard dans la nuit.
- Mademoiselle Potter ! Voyons ! Soyez
raisonnable !
- Non ! J’ai envoyé le dossier de réhabilitation de
mon compagnon, il y a plus de deux mois et je n’ai pas
eut droit à la moindre malheureuse réponse !
J’attends ! Et je veux un résultat, AUJOURD’HUI,
sinon en sortant, je vais directement voir les
journaux ! Qui croyez-vous qu’ils penseront de ce que
vous avez tenté de me faire ?
- Vous n’oserez pas ?
- Si, craignez ma colère et ma détermination !
- Bien… D’ACCORD ! Il faudra recenser un
maximum de témoignages !
- Il y aura le mien, celui de ses amis serpentards qui
n’ont pas suivi Voldemort et qui sont prêts à
témoigner, il y a aussi les pensines des défunts
Professeurs Dumbledore et Rogue. Ainsi que des
dizaines de témoignages que j’ai déjà pu récolter de-ci
de-là, en sa faveur est-il besoin de le rappeler ! L’elfe
Dobby racontera comment Drago cherchait à le
préserver des coups de son père ! Ainsi que le
fantôme dénommé "Mimi Geignarde" qui a put
mesurer sa détresse quand Voldemort voulait
l’astreindre à tuer le directeur de Poudlard !

33
- Vous avez tout prévu !
- Oui, tout !
- Bien ! Nous allons enclencher le procès de
réhabilitation !
- Je veux qu’avant mon accouchement ce procès soit
fini ! Mon compagnon doit être présent pour la
naissance de ses enfants qui doivent arriver dans
moins d’un mois ! Maintenant, je m’en vais, il est très
tard et je dois me reposer pour mes bébés.
- Au revoir, Mademoiselle Potter.
Sans un regard sur ce ramassis de vautours, Holly
sortit du bureau puis du Ministère. Il était plus de
vingt-trois heures. Elle transplana à quelques dizaines
de mètres de son domicile tout près d’un petit bassin
remplit de carpes japonaises. Elle fut accueillie par le
noir. Tous les lampadaires étaient éteints. Elle
empoigna sa baguette vaguement inquiète.
L’information aurait-elle déjà circulé qu’elle était la
compagne de Drago ? Il est vrai que depuis quelques
semaines, elle n’hésitait pas à se vanter de cette
presque vérité. Après tout, si dans les faits, ils ne
vivaient pas ensemble, d’un point de vue d’animagus-
loups, il l’était vraiment son compagnon. Dès lors, il
n’était pas impossible qu’un mangemort ait été
informé aussi de sa grossesse. La baguette brandie,
elle marchait aussi vite que sa grossesse multiple de
huit mois lui permettait. Son inquiétude grandit
quand elle entendit des pas derrière elle. Elle
accéléra le pas, appela la porte et commençait à
l’ouvrir quand une main se plaqua sur sa bouche. Son
agresseur referma la porte derrière eux. La jeune
femme sentit la porte lui blesser le dos et son ventre
lui fit mal. Elle commençait à sangloter quand
l’homme murmura à son oreille.
- Ne pleures pas, mon amour, c’est moi Drago !
- Oh, Drago !

34
La jeune fille agrippa le cou de son compagnon. Elle
pleura malgré tout, soulagée que ce ne soit pas un
mangemort, soulagée qu’il soit toujours vivant. Elle
eut alors un vertige occasionné par sa longue et
fatigante journée. Drago la retint de justesse.
- Où se trouve ta chambre, mon amour ?
Elle désigna le haut de l’escalier. Tandis qu’il
montait, elle étreignait Drago comme si elle voulait
l’empêcher de s’en aller. Ses pleurs continuaient à
couler. Alors qu’il la posa sur le lit, il s’allongea à côté
d’elle.
- Allons, ma douce, arrêtes de pleurer, sinon
comment veux-tu nous puissions discuter ?
- J’ai eut si peur ! Souffla t’elle
- Oui mais ce n’est que moi !
- Oui, je peux enfin te revoir, Drago ! Et je suis SI
heureuse que… que… que…
- … que tu ne peux pas t’empêcher de pleurer ?
- Oui !
- Oh, ma chérie, comme je t’aime !
- Aïe !
- Quoi ?
- Mon ventre me fait mal !
- Ça va ?
- Ben… tu sais… tu m’as vraiment fait peur ! Et les
bébés ne sont pas contents d’avoir été malmenés !
- LES bébés ? Il y en a plusieurs ?
- Oui ! Trois !
- Comment vas-tu faire ?
- Pour les mettre au monde ? Rien, ils sortiront bien
tout seuls !
- Je parle de s’en occuper ! reprit-il en levant les
yeux au ciel
- Et bien, Hermione a prévu de m’aider mais je
préfèrerai que ce soit toi !
- Oh, mon amour ! Je ne peux pas et tu le sais !

35
- J’ai déposé un dossier de réhabilitation ! Le
Ministre a promis d’accélérer le processus ! Comme
cela tu pourras reconnaître tes enfants !
- Mon amour, tu as oublié les mangemorts !
- Ils ont quasiment tous été arrêtés !
- S’il n’en reste qu’un seul, il pourrait en voulant
m’abattre, vous blesser les enfants et toi, pire vous
tuer et je le refuse ! Et puis… le contrat englobe aussi
mes proches !
- Je sais ! Tous mes amis les plus doués en sortilèges
ont trouvé des antisorts pour contrer ce sort de magie
noire. Les enfants et moi sommes protégés et ce pour
longtemps ! Il suffirait qu’ils te lancent ces antisorts
pour que toi aussi tu sois protégé.
- En es-tu sûre, mon amour ?
- J’en suis certaine ! Hermione et la Directrice Mc
Gonagall me l’ont certifié !
- Ecoutes ! Dès que je suis réhabilité, je reviens et je
les laisserai me jeter l’antisort et….
- Aïeeeeuuuh ! Alors là j’ai vraiment mal !
- Eh… ton lit est trempé !
- Oh, non, j’ai perdu les eaux !
- Quoi ? Quelles eaux ?
- Je vais accoucher !
- Non pas maintenant !
- Si !
- C’est trop tôt non ?
- Oui, d’un mois mais ce sont des triplés !
- Il faut que tu ailles à Sainte Mangouste !
- NON !
- Mais pourquoi ?
- Pour qu’aussitôt arrivé tu te fasses arrêter ? Non !
Et puis, je veux que tu sois là pour m’aider !
- Moi ? Je n’y connais rien !
- Alors tu en connais autant que moi !
- Mon amour, il faut faire quelque chose !

36
- Envoies Hedwige auprès de Hermione et Madame
Pomfresh, je ne veux qu’elles et toi. Aïeeeeeeeee !
- Oh la la Holly !
Drago la quitta en à toute vitesse la chambre sans
avoir oublié de mettre des oreillers dans le dos de sa
compagne afin qu’elle se sente mieux !

37
Chapitre 06 - Bonheur familial

Square Grimmaurd – Le lendemain soir – vingt


heures
Holly somnolait doucement tandis que deux de ses
bébés dans ses bras étaient en train de téter(1).
Drago était allongé auprès d’elle avec le troisième
assoupi sur la poitrine de son père. Un petit
glapissement venait de la petite princesse blonde
esseulée. Elle tenait son physique de son père, ses
grands yeux étaient si pâles et ses cheveux d’un blond
éblouissant comme un soleil d’hiver. Il avait été
décidé qu’elle s’appellerait Narcissa. Holly reposa un
des deux autres enfants qui venait de finir de téter,
c’était encore une petite fille qui celle-là tenait de sa
grand-mère maternelle. Elle avait les cheveux roux
foncés et les yeux verts malicieux. Evidemment, elle
s’appelait Lily. Holly mit son aînée blonde à l’autre
sein. Son fils, repu fut passé à son père et s’endormait
tant il était repu. Drago contemplait sa compagne
depuis le début de la soirée. Il passa doucement sa
main sur l’épaisse et noire chevelure de son fils qui ne
daigna pas montrer à son père les yeux verts qu’il
tenait de sa mère et de sa grand-mère. Le malheureux
poupon avait le lourd privilège de porter le double
prénom de James-Lucius. Drago, par amour, avait
laissé la primauté au père de Holly mais avait obtenu

38
que les trois enfants s’appellent Malefoy-Potter et non
l’inverse.
Au cours de la matinée et tout au long de
l’accouchement, les amis de Holly et Drago, sous la
tutelle d’une Luna Lovegood galvanisée, s’étaient
déchaînés pour faire bouger les choses, pendant que
Hermione avec Mme Pomfresh s’occupait de la
parturiente. Ils avaient convoqué la presse et le
Ministère afin que le procès en réhabilitation de
Drago soit avancé le jour même. Des centaines de
hiboux parcoururent le ciel londonien et au milieu de
l’après-midi tout était réglé. A savoir, dans l’ordre,
que 1 - Drago était réhabilité et avait reçu les
antisorts, de 2 - il avait épousé Holly et leurs trois
enfants étaient finalement nés. Jamais de mémoire de
sorciers, on avait vu un tel chambardement dans le
monde des sorciers et surtout pas pour une seule et
unique famille.
Holly recommençait à somnoler. Drago prit tour à
tour chacun de ses enfants et les mit dans des
couffins déposés dans les petits lits. Il revint dans le
lit et enlaça son épouse qui gémit de contentement.
- Holly !
- Mouiii ?
- Tu ne trouve pas que notre vie d’adulte commence
sur des chapeaux de roue ?
- Mmmmh, oui ! Tu as tout à fait raison !
- Tu n’as pas peur de t’ennuyer à l’avenir ?
- Non !
- Pourquoi ?
- Nous avons trois enfants, mon loup ! Et je compte
bien étoffer notre meute ! Quand je me serais remise
de la naissance de ceux-ci évidemment, hein ?
- Heureusement que le Ministère m’a redonné mes
biens et ma fortune car j’ai l’impression que ma future
marmaille va me coûter une fortune ! Heureusement !

39
- Arrêtes de ronchonner et embrasses-moi !
Alors qu’il embrassait sa femme avec sensualité, il
fut étonné de son peu de réaction, il ronchonna à
nouveau. Elle s’était endormie. Il espérait que sa vie
sexuelle ne deviendrait inexistante. Il eut alors un
grand sourire. Sa femme, dans son semi-sommeil,
venait de mettre sa main sur son entrejambe. Non, sa
vie sexuelle ne craignait rien ! Il s’endormit alors…
bienheureux.
Fin - The End.
pour information : l’allaitement de jumeaux (ou
triplés) se pratique souvent comme cela (voir le site
interne de la Leche League) !
P.S. : Je sais que cette fin est un peu baclée mais je
rappelle que je devais l’arrêter au départ ! Puis, j’ai
découvert en fouillant mon ordi(du boulot) que j’avais
fini de l’écrire… La voilà donc à votre disposition.

40
FIN

Merci pour votre lecture.

Vous pouvez maintenant :


• Donner votre avis à propos de cette œuvre
• Découvrir d’autres œuvres du même auteur
• Découvrir d’autres oeuvres dans notre
catalogue « Fanfiction »

Ou tout simplement nous rendre visite :


www.atramenta.net

Suivez-nous sur Facebook :


https://www.facebook.com/atramenta.net