Vous êtes sur la page 1sur 6

LMAT1323

Topologie
Lucie Chartreau
LMAT1BA 2020

1
CONTENTS CONTENTS
Contents
1 Espaces métriques 1
1.1 Fonctions continues sur des espaces métriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2 Ensembles ouverts et fermés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

2 Espaces topologiques 1
2.1 Sous espaces topologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
2.2 Topologie produit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
2.3 Topologie quotient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2

3 Intérieur et fermeture 2

4 Homéomorphismes 3

5 Espaces de Hausdorff 3
5.1 Voisinages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

6 Compacité 3

7 Connexité 4
7.1 Connexité par arcs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

1
2 ESPACES TOPOLOGIQUES
1 Espaces métriques
__Métriques. Soit d: X2 → IR une fonction telle que :

• d(x,y) = 0 ⇔ x = y. d est une métrique sur X et

• d(x,y) = d(y,x) ∀ x,y ∈ X. (X,d) est un espace métrique.

• d(x,y) + d(y,z) ≥ d(x,z) ∀ x,y,z ∈ X.

__Isométrie. (A,dA ) et (B,dB ) espaces métriques sont isométriques ssi ∃ f :A → B bijective


: ∀ x,y ∈ A, dB (f(x),f(y)) = dA (x,y).

1.1 Fonctions continues sur des espaces métriques


e
__Définition: continuité. f: (X,d) ⇒ (Y, ρ) est continue ssi ∃δ(p,)>0, p∈X, >0 : x1 , x2 , ... → x0 ⇔
d(p,x)<δ(p,) ⇒ ρ(f(p), f(x))<. f (x1 ), f (x2 ), ... → f (x0 )±δ

Composition g : X⇒Y , f : Y⇒Z continues ⇒f ◦ g : X⇒Z l’est aussi.

Ouverture et fermeture: f : X⇒Y est continue ssi f1− (U)∈ X est ouvert quand U∈ Y
est ouvert, de même pour les fermés.

1.2 Ensembles ouverts et fermés


(cf LMAT1122) |x − a| < δ ⇔ δ < x < δ + δ. This defines a set: the “open interval” (a - δ,a + δ). If
a, b ∈ IR : a < x < b. It is convenient to allow a and/or b to be infinite. If a and b are both finite,
then we can also include the end points to get the closed interval [a,b] = x ∈ R : a ≤ x ≤ b.
.
Ouverts. Soit (X,d) un espace métrique. Fermés Soit (X,d) un espace métrique. Sn ∈ (X,d) es-
E⊆X sous-ensemble est ouvert dans X si, ∀ e Un ensemble F dans X est fermé, si quand xn pace metrique. Si
∈ E, nous pouvons trouver un δ > 0 , δ=f(e) ∈ F a une limite x nous avons que x ∈ F. Ou x ∈ X,  > 0 : ∃N∈IN ≥ 1,
tel que x ∈ E quand d(x,e) < δ. si son complémentaire est ouvert. N = f () tq d(Sn , x) < 
∀n ≥ N ;
Uα fermés ∀α ⇔ ∪ Uα est fermé. Uα ouverts ∀α ⇔ ∪ Uα est ouvert. ⇒ si n → ∞ alors Sn →x.
α∈A α∈A
Uα fermés ∀α ⇔ ∩ Uα est fermé. Uα ouverts ∀α < ∩ Uα est ouvert.
α∈A α∈A

2 Espaces topologiques
Espace topologique (X,τ ): Si τ est induite par une métrique alors ∀a, b ∈
X, a 6= b, ∃Ua , Ub ouverts disjoints tels que
• ∅ et X ∈ τ . a ∈ Ua , b ∈ Ub .
• si Uα ∈ τ et ∀α ∈ A ⇒ Uα ∈ τ .
S
Soit (X,d) espace métrique; la collection
α∈A
de sous-ensembles ouverts forme une topolo-
n
gie. Cette topologie est la collection des ou-
• si Uj ∈ τ ; 1 ≤ j ≤ n ⇒ Uj ∈ τ .
T
j=1 verts.

Continuité. Soient S et T espaces topo; f : S → T continue; Q ∈ S et R ∈ T tels que


f est restreinte à f |Q : Q → R est une fonction continue si Q et R ont une topo de sous
espace.1
1 Les propriétés de continuité des espaces métriques s’étendent aux espaces topologiques.

1
2.1 Sous espaces topologiques 3 INTÉRIEUR ET FERMETURE
2.1 Sous espaces topologiques
__Sous espace topologique. Soit (Y,τY )topo ⊆ (X,τ )topo , alors τY induite par τ est la
plus petite topologie sur Y pour laquelle l’application inclusion est continue.

Plus petite topo. Soient X un espace et H une collection de sous-ensembles de X. La


plus petite topologie contenant H est τH ⊇ H telle que si ∃ τ ⊇ H, alors τH ⊆ τ .

Inclusion. Soient (X,τ )topo , Y un ensemble et σ = {U ⊆ Y : f−1 (U ) ∈ τ }. Si f : (X,τ )


→ (Y,σ)topo est une application continue alors σ est telle que si ∃ f : (X,τ ) → (Y, θ)topo
continue, alors θ ⊆ σ.

Atopo 6= ∅ et (Xα ,τα )topo tels qu’∃ fα : X → (X,τ )topo et Y ⊆ X, alors (Y,τY ) topo de
Xα ; α ∈ A. ⇒ ∃ (X,τ ) plus petite topo telle sous-espace est la collection d’ensembles Y∩U;
que fα continue ∀α. U∈ τ .
.
.
2.2 Topologie produit 2.3 Topologie quotient .

Soient (X,τ )topo et (Y,σ)topo , alors la topo Soient (X,τ )topo et ∼ une relation Topo quotient:
produit (X × Y, µ) est la plus petite topologie d’équivalence sur X. La topologie quotient ensembles U tels que
(X/∼,σ) est la topo la plus large telle que q: [x] ∈ τ .
S
telle que les applications proj πX et πY sont
continues. X → X/∼: q(x) = [x] est continue : [x]∈U

σ = {U ⊆ X/ ∼: q −1 (U ) ∈ τ }.

Soient (X,τ ), (Y,σ) et (Z,ρ) Soient (X,τ )topo , (Y,σ)topo et Nous avons τ1 ⊆ τ2 ssi, pour
espaces topo. Une applica- (X × Y, µ)topo produit . Alors x ∈ U ∈ τ1 , ∃ V ∈ τ2 tel que x
tion continue f : X → Y × O ∈ µ ssi, ∀(x,y)∈ O ∃ U ∈ V ⊆ U. Nous avons τ1 = τ2
Z correspond à une paire de ∈ τ et V ∈ σ tels que (x,y) ssi, τ1 ⊆ τ2 et τ2 ⊆ τ1 .
fonctions continues fY : X → ∈ X × Y ⊆ O.
Y et fZ : X → Z. Soient τ1 et τ2 topos sur X.

3 Intérieur et fermeture
Définition. Soit (X,τ ) un espace topologique et A ⊂ X. Nous avons respectivement
l’intérieur de A et la fermeture de A:

Cl(A) = ∩{F fermé: F ⊇ A} : Int(A) = ∪ {U ∈ τ : U ⊆ A} :


{x ∈ X : ∀U ∈ τ, x ∈ U |A ∩ U 6= ∅} {x ∈ A : ∃U ∈ τ, avec x ∈ U ⊆ A}

—————————————————— ——————————————————
Cl(A) est le plus petit fermé ⊆ A c-à-d: Int(A) est le plus large ouvert ⊆A c-à-d:
Cl(A)={!G ⊇ A|G ⊇ F ⊇ A, ⇔ F = G}. Int(A)={!V ∈ τ |V ⊆ W ⊆ A, ⇔ V = W } où
G et F fermés. V ⊆ A et W ∈ τ .

Opérations: (A,τ )topo , (X,d) espace métrique et F ⊂ A


• ( Cl(Ac ) )c = Int(A) et ( Int(Ac ) )c = Cl(A)

• Si A est fermé alors Cl(F) ∈ F.


• F ∈ A est un sous-ensemble dense de A si Cl(A) = F et F fermé.
Cl(F )
• Définition: La frontière de F (ou bord) est δ(F) = Int(F ) .

• Définition: Cl(A) consiste à tous les x tels qu’∃ Sn ∈ A avec d(x,Sn ) → 0.

2
6 COMPACITÉ
4 Homéomorphismes
__Homéomorphismes: (X,τ ) et (Y,σ) espaces topologiques sont homéomorphes ssi ∃ une Homéomorphisme im-
bijection θ : X → Y telle que θ et θ−1 sont continues; θ en est l’homéomorphisme. plique équivalence en ce
qui concerne la topo.
(X,d) et (Y,ρ) espaces métriques homéomorphes par θ ⇒ d(xn , x) → 0 ⇔ ρ(θ(xn ), θ(x)) → 0. Une propriété topologique
est une propriété qui
Soit f : (X,τ ) → (Y,σ) une bijection continue. Relation d’équivalence: f(U) est ouvert dans Y si U est préservée par des
est ouvert dans X ⇔ f(F) est fermé dans Y si F est fermé dans X ⇔ f est un homéomorphisme. homéomorphismes.

5 Espaces de Hausdorff
__Espace de Hausdorff. Un espace topologique (X,τ ) est dit espace de Hausdorff si, pour
x, y ∈ X avec x 6= y nous pouvons trouver Ux , Uy ∈ τ tels que x ∈ Ux , y ∈ Uy et Ux ∩ Uy = ∅.
Tout le sous-espace d’un es-
pace de Hausdorff l’est aussi.
⇒ Soient (X,τ ) et (Y,σ) Hausdorff. Alors: X × Y l’est aussi, ainsi que Z ⊆ X et si f : X → Y
est continue et injective, alors Z l’est aussi. En particulier, tous les sous-
espaces de IRn sont Haus-
Théorème: Hausdroff et compacité. Si (X,τ ) est un espace topo compact de Haus- dorff.
dorff, alors il est fermé.

5.1 Voisinages
• Si x ∈ U ∈ τ nous appelons U un voisinage ouvert de x.
• Un sous-ensemble A ⊆ X est ouvert ssi tout le point de A a un voisinage ouvert U ⊆ A.

6 Compacité
Un ensemble est compact si
__Compacité. Un espace topologique (X,τ ) est dit compact si, pour chaque collection chaque fois qu’il est recou-
{Uα }α∈A d’ensembles ouverts avec ∪ Uα = X, nous pouvons trouver une sous-collection vert par des ouverts, il est
α∈A
n recouvert par un nombre fini
finie Uα (1), Uα (2), ..., Uα (n) avec α(j) ∈ A et 1 ≤ j ≤ n, tel que ∪ Uα(j) = X. d’entre eux.
j=1

Espace complet: Soit (X,d) espace métrique. (X,d) est complet si ∀Sn Cauchy (pour
 > 0, ∃No () > 0 tel que d(xn , xm ) <  quand n,m ≤ No ()) est convergente.

Un espace topo Les sous espaces topo Soit f : X → Y une (X,τ )topo compact, ∼
homéomorphe à un fermés d’un espace fonction continue. Si relation d’équivalence
espace topo compact topo compact sont A ⊆ X est compact sur X. Alors la topo
est lui aussi compact. compacts. alors f(A) est un sous- quotient sur X/∼ est
. . ensemble compact. compacte.
. . .
Théorème. Soient τ2 ⊆ τ1 des topo sur X.

• Si τ1 est compact, alors τ2 l’est aussi.


• Si τ2 est Hausdorff, alors τ1 l’est aussi.
• Si τ1 est compact et τ2 est Hausdorff, alors τ1 = τ2 .

Propriétés sur les réels


1. Soit T ⊆ IRn est compact ssi il est fermé et borné. Théorème de Heine-Borel.
2. Si K est un espace compact et f : K → IR est continue alors f est bornée et atteint ses bornes.

3
7 CONNEXITÉ
7 Connexité
Si ∃ x, y ∈ A alors (X,τ )
est dit connexe ssi toute f
Disconnexe
• (Y,σ) espace topologique est disconnexe si ∃ U, V 6= ∅ : U ∪ V = Y et U ∩ V = ∅. localement constante f: X
→ A est constante.
• E sous espace de (X,τ ) esp. topo. E est disconnexe ssi ∃ U, V : U ∪V ⊇ .
E, U ∩ V ∩ E = ∅, U ∩ E 6= ∅, V ∩ E 6= ∅.
X espace connexe
 

Connexe f : X → Y continue
• Un ensemble qui n’est pas disconnexe est connexe.
⇒ f (Y ) connexe.
• E sous ensemble de (X,τ ) esp. topo est dit connexe si τ topo. de sous espace E
est connexe.

te(affirmations équivalentes)
Fonction localement constante: Soit (X,τ ) esp. topo. et A un ensemble avec la
topo discrète ∆. f: X → Y une fonction. f est localement constante si:
• Si x ∈ X ⇒ ∃U ∈ τ avec x ∈ U : f est constante sur U.

• Si x∈ A,f −1 (x) ∈ τ .
• L’application f: (X,τ )→(A,∆) est continue.
.
.
Composantes connexes: [x] de (X,τ ). preuves .
Comme Z et {0, 1} ⊂ IR
• Soit x0 ∈ X. Si x0 ∈ Eα et Soient U∪V= ∪ Eα et U ∩ V ∩ ∪ Eα = ∅ (avec la top. usuelle), ont a
α∈A α∈A
Eα connexe ∀α ∈ A ⇒ ∪ Eα x0 ∈U top discrète, on a: [Corro
α∈A ⇒ V = ∅ ⇒ U ⊇ ∪ Eα et U ⊇ Eα
text α∈A 6.10]
(X,τ ) esp. topo. est
• On écrit x∼y si ∃E ensemble connexe En posant U,V ensembles tels que U ∪ V ⊇ x connexe ssi toute fonction
tel que x,y ∈ E. et U ∩ V ∩ x = ∅; à valeurs entières ou à
⇒ ∼ est une relation d’équivalence. que par définition x ∼ y est réflectif, et par valeurs dans {0, 1} f : X
text transitivité x ∼ y y ∼ z : x ∼ z. → IR est constante.
.
• Les classes d’équivalences [x] sont con- y ∈ [x] ⇒ ∃Ey connexe où x, y ∈ Ey On déduit du théorème
nexes. par def [x]⊇ Ey ⇒ [x] = ∪ {y} ⊆ de la valeur intermédiaire:
text
y∈[x] [thm 6.11]
∪ Ey = [x] ⊆ [x] Les intervalles fermés [a,b]
y∈[x]
sont connexes si (IR, τ )
• Si F est connexe et F ⊇ [x] ⇒ F=[x] Si F connexe et [x]∈ F ⇒ x ∈ est muni de la topologie
text F
par def de ∼
=⇒ [x] ⊇ F ⇒ F = [x] usuelle.
.
En posant E=[x] et sachant que si E⊆X est connexe alors Cl(E) l’est aussi, on obtient .
que: Soit E sous ensemble de
OnLes composantes connexes de X sont fermées, sauf si leur nombre est fini. (X,τ ) esp.topo. Cl(E) est
connexe si E l’est aussi.

7.1 Connexité par arcs ⇒


connexe par arc : con-
__Relié par un chemin: (X, τ ) topo
; x,y∈X sont reliés par un chemin si ∃γ : [0, 1] → X nexe
telle que γ(0) = x et γ(1) = y. Si ils sont reliés, alors on écrit ∼ relation d’équivalence.

Connexe par arcs: (X, τ )topo est connexe par arc si tous ses points sont reliés par des
chemins.